System is processing data
Please download to view
...

Jor et Autres particules négatives

by k-sneyders-de-vogel

on

Report

Category:

Documents

Download: 0

Comment: 0

212

views

Comments

Description

Download Jor et Autres particules négatives

Transcript

  • $neyders de Vogel. 277 .]or. JOR ET AUTRES PARTICULES NI~GATIVES. L'homme ne s'est jamais content~ de nier ou d'affirmer simplement, de dire ,,non" ou ,,oui" sans plus, il a de tout temps senti le besoin de s'exprimer avec plus de force, surtout quand il s'agit de nier, soit parce qu'il se sait ou se croit soupgonn~ d'avoir dit ou fait une chose blamable, soit qu'il veut insister sur ce qu'il y a de rare et d'unique darts le cas pr6sent. Au lieu de dire ,,Je ne l'ai pas fair", on dit ,,je n'ai pas un moment pens6 /~ le faire", ou, plus bri6vement ,, je ne l 'a i /amais fa i t" ; au lieu de ,,C'est un homme tr~s intelligent", on dit ,,C'est l 'homme le plus intelligent que j'aie jamais vu", ou ,,Je n'ai jamais vu un homme plus intell igent". On constate qu'on aime /l g6n~raliser, /~ introduire l'id~e de temps clans l'affirmation et surtout dans la n6gation. Aussi cofistate-t-on qu'en latin numquam, en vieux Fran~;ais onc, mais, clans le dialecte de Groningen nooit s'emploient darts le sens de pas, pas du tout. Chantecler arrive ~ la cour et s'agenouille devant le roi Noble; celui-ci a piti6 de lui et soupire profond~ment, de sorte que toute la cour en frissonne: Onc n'i ot si hardie beste, Ors ne sengler, que poor n'et Quant lor sire sospire et btet. (Roman de Renard, !, 356--358). L'ours est pris darts la fente d'un ch6ne off il avait esp6r6 trouver du miel et d'ofi Renard avait retir~ les coins . . . . Que ia mais n'en traisist il gote, Que n'i avoit ne miel ne ree. (Ibidem, 600--601). Renard se moque de lui: ,,Brun", fet il, "jel savoie bien Que queriez art et engien Que ]a del miel ne gosteroie. (Ibidem, 61.3---613). Et pourtant Noble, en le chargeant d'un message pour Renard, lui avait dit : Qar m'i ales, Brun, beauz doz frere: Vos n'aurez ja de lui regart. (Ibidem, 440-- 441). Et dans Chr6tien de Troyes: L'emperere rebut s'esba'/, N'onques mains esperduz ne fu Que se il fust dessoz I'escu. (Cligds, 4098). D'ailleurs on le trouve d~s les plus anciens textes: 11 li enortet, dont lei nonque chielt, Qued ele fuiet lo nora crestiien. (Eulalie, 13). Cl~opatre frappe Photin d'un dard t ranchant ; . . . . ,,onques arme/ire que Photins e~ist ne li fu garanz que . . . . " Li Fet des Romains, p, 640, i. 25. Cette id6e de ,, jamais" est souvent pr6cis~e par d'autres mots expr imant le temps, comme: ]amais de ta vie, ]amais un moment. Je me borne ici deux tournures du vieux fran~;ais: des mois et ]our.
  • Sneyders de Vogel. 278 Jot. ,,Et qui estes vos?" fet li rois; ,,Ne vos conoistroie des mois, Se je nomer ne vos ooie. (Chr6tien, Vvain, 2276). Ne serai chevaliers des mois, Se chevaliers vermauz ne sui. (Perceval, 976). Si folle ne me troverez des mois. (K. Bartsch, Rom. u. Past., II, 625, 27). Par vostre folie ne m'avrez des mois. (Ibidem, 62, 18). . . . . n'avroies rues des mois talent de ton pa'fs grever, Fet des Rom., 604, 1. 31. Or soiez vers moi plus cortois, Ne me traveillier mes des mois. (Rutebeuf, Le mir. de Th~oph., 201). Se Troilus tarjast un poi, N'eiist Hector mais des nzeis joi. (Roman de Troie, 14122). Estre voudreit a son ostel, Ne revendreit des meis ariere. (Rom. de Troie, 14991). Dans tous ces exemples des mois signifie ,,d'ici & longtemps", ce qui revient clans la plupart des cas ~ ,, jamais". Quant au mot ]our, renforc~ ou non, il est si f requent qu'i l semble parfois perdre tout & fait son sens pr imit i f et devenir une particule n~gative. Donnons d'abord quelques exemples dans lesquels il garde route sa valeur. Que bien ne fis jor de ma vie, Renart le Nouvel, 7642. Que ja fame, ]our qa'ele vive, N'avra fors sa beaut~ naive. Rom., de la Rose, 8903. Ne jamais la lasse chaitive Nou despendra jour qu'ele rive. Ibidem, 9580. Mais le sorplus que requeres, Jour de ma vie n'aver6s. Drouart la Vache, Li livres d'Amot'rs, 2726. De celui qui espousee vous a, /ane serez amee loiaument, /or de vostre vie, Ibidem, 3479. En un jour nus d'eus si vail lans ne fu comme Cantecler fu, Renart le Nouvel, 5114. Ne vous faurrai nul ]our, Ibidem, 4162. Relevons, /t propos de ce dernier exemple, que de m~me que nul lieu, puis nulle part, a pris la place de nusquam, de m~me nul ]our a essay6 de remplacer numquam; on lui a pr6f6r6 pourtant onc, onques, ja, mais, ]amais. Jhesus m'en gart que ]d jour face pals /t lui, Renart le Nouvel, 2105. - - Que ja /our ne sera vis recr6ans, Ibidem, 1618. De m~me 4025: ]a ]our; Se cil la velt vers moi conquerre, ]a jor n'aie feme ne terre, se ge vers lui ne la deffent, Endas, 3466. Mais Troien ne cessent ]or D'eus enforcier et atorner, Troie, 13058. Jamais n ' ie r t /o r de li amee, Melions, 582. Ceus qui furent ne qui sont Ne qui ja mais/or deivent estre, Troie, 5317. lci, ]or est employ6 clans une phrase aff i rmative et 6quivaut /i ,,un jour", holl. eens. Godefroy cite les exemples suivants: Ne [a/or n'en sera delivre, La Houce partie (Mont. et Raynaud, Fabliaux, II, 2). Mez Herchembaut le fel, qui ]a jour n'ait sant~. Est venu aprez li u pales honour6. Doon de Maience, 1194.
  • Sneyders de Vogel. 279 Jot. Les dens ains sacier me lairoie, Que ]a ]or de vous me vantasse Ne ia d'amor nttl jot ghilasse. Jacq. d'Amiens, Art a'Amour. Dans ce dernier exemple les expressions ]a /or et ]a nul /or se trouvent dans une proposition affirmative /a sons n6gatif. Dans l'exemple suivant elles ont un sens nettement n~gatif: Recognu que mais nul /or cis terrages ne l i pooit resceir, (Godefroy, V, p. 91a, texte de l'ann6e 1263). De mime Renart le Nouvel, 7968, oft I'on trouve/amais nul /or; et Renart le Contre]ait, 6d. Raynaud e.t Lerrlaitre, I, p. 301: C'onques nul /our porte n'ama. Mais la mime page on rencontre aussi /a/our avec la mime valour: Ja Renars /our ne l'anmera. Et au vers 578: Je vaulsisse . . . . Que l'en fe'fst et ordonnast Constitucion et bon fait Qui ]amais /our ne lust deffait Et qui tousjours mais se tenist. Puis: Tant Ior ont fair hontes e laix Qu'il Wen sera ]a mais /or paiz, Troie, 4402. Citons enfin un passage d'Ovide moralisd, qui risquerait d'6tre real compris: (Dieu) fera sos jors abregier C'uns de ses ans ne durera Ne plus c'uns autres mois sera, Ne ses mois ne seront mais ]or, Ne semaines le lonc d'un jor, Et sos jors ressambleront bores. (v. 1614---1619). C'est ~i dire: Ses mois et sos semaines n'auront ]amais la dur6e d'une seule journ6e. D'ailleurs le fair que los deux mots/or riment ensemble prouve qu'ils Wont pas la mime valour. Pour qu'il n'y ait pas de confusion possible je mettrais, pour plus de clart6, une virgule apr~s semaines. II est vrai que l'auteur, pauvre styliste, ne s'est pas exprim6 clairement; on s'attendrait /~ trouver la pens6e suivante: Un de sos mois ne durera qu'une semaine, une de ses semaines qu'un jour, un de sos jours qu'une heure. En effet, on lit darts sa source: Et minuentur ainsi sicut menses et menses sicut sep- timana et septimana sicut dies et dies sicut bore, E. Sackur, Sibyllinische Texte uncl Forschungen, p. 185--186. Pour exprimer l'idde que le latin rend par s e m p e r, le franq.ais a e r~ les tourmtres tous tens, tous dis et tous/ours, dont la derni6re seule a subsist6 ( semper a pris le sens de ,,aussit6t"). On pourrait s'attendre ~l ce que l'idde contraire, celle de n u m q u a m, ffit rendue en fran~ais par nul tens, nul ai, nul/our. Mais il Wen est rien: la langue ne connait pas de parall6lisme parfait. C'est que le mot u m q u a m s'est continu6 dans la langue et exprime avec la n6gation tr6s bien l'idde voulue. C'est le mot ]a qui est entr6 en lutte avec onc et onques et qui, renforc6 par l'adverbe mais, est sorti vainqueur de la lutte. La concurrence que nul ]our ou/our seul lui ont faite n'a jamais constitu6 un r6el danger, quoiqu'il y ait eu des auteurs, comme celui du Renart le Nouvel, qui montrent une pr6f6rence pour les tournures ott entre [e mot /our; mais mime la il est presque toujours accompagn6 de /a, qu'il sert/~ renforcer. On a encore fait d'autres tentatives pour rendre numquam: Car onc ne lui rendimes chevage nule lois, Saxons, XXXIII; notons qu'ici encore nule ]ois sert ~ souligner l'id6e exprim~e par onc. - - Et le jour c'une seule lois Ne mangue el que tu vois, Renart le Nouvel, 7667; ici une seule lois,
  • Sneyders de Vogel. 280 .]Or. accompagnd de la ndgation ne, expr ime l'idde voulue d'une fa~on plus dnergique que ne le ferait le seul adverbe onc. Relevons encore que le mot ]or se rencontre aussi dans des phrases nette- ment aff irmatives, ofl il a perdu dgalement son sens prdcis et sa fonction de snbstant i f et off il serf h souligner I'idde de durde: Que rant corn tu vesquisses 1or ja dise~es tu l'autre seir Ne laireies de terre un dot. Thebes, 3517. Or me tenez vos por enfant, Qui me loez m'onor partir Tant corn la pudsse jor tenir. Ibid., 3564. Citons pour f inir la particule ]oi, qui semble bien provenir de gaudinm , , joie", mais dont l 'dvolution sdmantique n'est pas claire. On pourrait reconnaitre le sens pr imit i f darts les deux exemples suivants: Les Grecs sont effrayds, La nuit reposerent un poi, M~s a plusors d'eus ne fu joi; Car sempres les estut lever Qnant il virent I'aube crever_ Thebes, App. 11, 8881. Vingt mille femmes grecques se sont raises en rotate pour chercher h Thebes les cadavres de leurs amis morts; cette marche par monts et par vau dpuise leurs forces. Heureusement elles passent maintenant par une plaine, Li champ esteient bien herbos Et li chemin sodf poudros. Lores esploitierent un poi. S ine leur iert (B est) encore ]oi. Thebes, 9828. Cette valeur s'est bien affaiblie clans les exemples suivants: Aton, gri~vement blessd, s'est dvanoui; 0 un coutel les denz desjoignent, La langue de basme li oignent. I~;o le fist parler un poi. Nlais to cui chaut? Ne parla [oi, Preid lor a a quanque peine Queli ameinent tost Ismeine. Thdbes, 6240. Beals sire Ytiers, ne dites ]oi: Dites mielz, se vous plest, un poi. Mais d'une chose dites bien . . . . Thebes, App., 8917. Mais, se vos plaist, ne dites joi, Laissiez m'i amender un poi, Si vos dirai que j'en otrei. TIz~bes, 5029. Nlais dans la plupart des cas ]oi sert un iquement ~ renforcer la ndgation, comme Constans l'a d'ail leurs ddjh 0it dans son vocabulaire du Roman de Thebes! Les barons de Tydde viennent, apr~s la mort de leur seigneur, querre congid au roi, mais Capaneus, voyant Ie danger qui en rdsultera~t pour I'arm~e, s 'approche et dit :
  • Sneyders de Vogel. 281 .]or. Atendez un poi; Ne s'est li reis conseilliez [oi. Thebes, 7148 Daire le Roux d6conseille au roi d'accepter la proposition des Pinqouarts, qui lui offrent leur aide: Volentiers vont por preie querre, Nlais il n'estont ]oi en I'estor, Ja n'i prendront que sol un tor. Thebes, 7903. Alexis chasse devant lui un chevalier, qui est arm6 seulement d'une lance et d'un 6cu, en le frappant sur le ventre et le dos . . . . Ne se gardot [oi, ce li erie, Et come clerzon le chastie. Thebes, App. I, 5175. Tyd6e d6clare aux barons qui donnent au roi un conseil qui ne lui plait pas: Mout me merveil Queli donez ital conseil. A qo que jo dire vos,oi Si il i pert ceo vos est poi, Ou vous yci ne veez ioi, Ou vous amez son prou mout poi. Thdbes, 4190 (vat.). Voici deux exemples enfin, pris tons deux dans le Roman de Troie. Apr~s une bataille Hector propose un armistice: N'etist /oi pro de quinze dis As morz ardeir et enterrer? Troie, 12986. Bris6ida dit h Diomede, qui lui fait la cour: Bien l'ai oi et entendu, Mais ne vos ai joi coneii A doner vos si tost m'amor. Troie, 13626. Je rdp~te que l'~volution sdmantique du mot ]oi ne m'est pas claire; je me demande m~me si la particule ndgative n'aurait pas une tout autre origine que le substantif ]oi gaud ium. Oroningen. K. SNEYDERS DE VOGEL. BILATERALE SYMMETRIE BEI GOTTFRIED VON STRASSBURG. In seinem Aufsatz fiber Symmetrie in Gott[rieds Tristan (Festgabe Gustav Ehrismann, S. 66ff. Berlin 1925) hat Prof. Dr. J. H. Scholte auf das f/Jr die Disposition Gottfrieds so durchaus bedeutende Prinzip der Symmetrie hingewiesen, das an zwei yon Scholte sehr schOn analysierten Stellen sogar zur Gestalt der ,,bilateralen Symmetrie" f/ihrt. Die Analyse dieser zwei Stellen m6ge hier zun~ichst folgen (alle Zitate sind in der Zeilenztihlung wie im Text nach Ranke). 828---835 87.5---880 haz-minne haz-minne 836----840 871---874 trahte trahte 841---858 859---870 der frie vogel der unbetwungene muot
Fly UP