The present document can't read!
Please download to view
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
...

Le Moyen Atlas Maroc

by amzaz16569

on

Report

Category:

Documents

Download: 0

Comment: 0

248

views

Comments

Description

petite description du Moyen Atlas ( centre du Maroc)
Download Le Moyen Atlas Maroc

Transcript

Le Moyens Atlas Maroc Le moyen atlas est un ensemble de hautes terres, d’altitudes supérieures à 1000 m, en position centrale entre le Rif, le haut Atlas , la Moulouya, la plaine du tadla et les bas plateaux du saîss. Il comprend deux parties bien distinctes : une zone tabulaire, et une zone plisée, séparées l’une de l’autre par la coupure de l’Oum-Rbiâa et de l’oued Guigou, avec par endroits des cassures ayant entraîné des épanchements volcaniques . La zone tabulaire d’allure jurassique est formée de trois paliers successifs : causse d’El Hajeb (1000à 1500m) causse d’Azrou (1500 à 1700 m) et causse de Timahdite (1700 à 1900m). Quant à la chaîne du Moyen Atlas proprement dite, eelle est formée de chaînon séparés tels que le Tichoukt (2700m), le Jbel Fazaz et surtout les puissants et majestueux Bou Iblane et Bou Nasser ( plus de 3000m) qui surplombent la plaine de la moulouya au sud. Très bien arrosé (600 à 800 mm/an), ayant des sources vauclusiennes puissantes (Ain Asserdoun, Arougou, Tit Hssen, Ain Khadem…), bien boisé (la plus grande surface forestière du Maroc) ; le moyen Atlas est le château d’eaux du Maroc d’où sortent tous les cours d’eau importants : Oum-er-Rbiâa, Sebou, Beht et Moulouya. Le rôle politique du Moyen Atlas et son action sur la géographie humaine ont été également considérable, car sinon par son altitude, du moins par sa masse, il coupait le pays en deux, séparent le Maroc occidental, celui du plaines et des côtes maritimes, du Maroc prés1 saharien, pays des oisis et des contrées désertiques. Le moyen Atlas est aussi le pays Amazigh, l’imprenable citadelle de tribus irréductibles ( Aît Youssi, Aît M’Guild, Aît sgougou et Zayane), compartimentées par la topographie et vivant essentiellement de l’élevage par le jeu d’une transhumance de moyenne amplitude entre le jbel (pâturagesd’été) et l’Azghar (pâturages d’hiver). Il va sans dire que cette grande richesse du milieu naturel et humain s’accompagne d’une diversité similaire des atouts pour le développement du tourisme en général et du tourisme écologique en particulier. Le Moyen Atlas se distingue en effet, par la variété de ses aspects physiques et la richesse de son patrimoine humain. A un piémont riche en eau et verdoyant, se succèdent des plateaux étagés aux formes karstiques diverses surplombés par des cimes aux falaises abruptes avec un encaissement spectaculaire de ses vallées. Outres son couvert végétal très riche ( cédraie, chênaie) et sa faune diversifiée (sanglier lièvre, perdrix et poissons d’eau douce) le climat montagnard du Moyen Atlas permet d’attirer les amateurs de la neige en hiver et les estivants en été ( une soixantaine de volcans éteints, aux formes reconnaissables rompent la monotonie des plateaux situés aux alentours d’Ifrane, Azrou et Timahdite).La relative densité du réseau routier, sa facilité d’accès , les multiples attraits de l’altitudes et d’une nature aux aspects pittoresques font que le Moyen Atlas est de loin la montagne la plus visitées du Maroc. Outre les atouts physiques précités, le Moyen Atlas dispose d’une grande richesse culturelle et artistique 2 :sites archéologiques, Kasbahs, villages pittoresques, zaouîas et mousolées. La diversité humaine de ses habitants sédentairesou semi-nomades a engendré un patrimoine culturel riche et varié :tentes berbères, folklore,rites, habits traditionnelles, cuisine spécialisée et artisanat réputé pour ses tapis colorés et ses hanbels. Le Moyen Atlas dispose ainsi d’un immense potentiel touristique. Ville : Khenifra Située au sud des régions précédentes, la province de khenifra s’intègre à la fois dans le Haut Atlas et le plateau central, ce qui explique son relief accidenté où altèrent la montagne et les plateaux dont l’altitude est variable. Trois régions naturelles bien distinctes caractérisent cette province ; la bassin versant de la haute Moulouya correspond administrativement au cercle de Midelt, limité au Sud par le Haut Atlas culminant au jbel Ayachi (3757m), et Moâsker (3277m), au Nard par le causse du Moyen Atlas. La partie centrale de la province, qui correspond administrativement au cercle d’El Kbab, n’est autre qu’une partie du Dir du Moyen Atlas, c’est une région montagneuse couverte de forêts où l’oued Srou, affluent de l’Oum Er-Rebiâ, et l’Oued Chbouka prennent leurs sources. La majeure partie du cercle de khenifra s’étend à l’ouest de l’Oum Er-Rebia avec une légère avancée sur le Moyen Atlas grossièrement limitée par l’Oued Srou et la ligne de crêtes joignant ce dernier aux sources de l’Oum Er-Rebia. La province de Khenifra a toujours été considérée comme un véritable château d’eau du Maroc .En effet, les plus importants fleuves du pays y prennent naissance, notamment Oum Er-Rebia et ses affluents Chtouka et Srou, Oued Moulouya et son affluent Ansguemir, Oued 3 Grou, affluent de Bouregreg, Oued Ksiksou et Oued Boukhmira. Le climat de cette région se caractérise par sa continentalité qui influe sur mes amplitudes thermiques saisonnières, voir même journalières . A un hiver rigoureux, succède un été chaud . La pluviométrie varie selon les régions entre 400 et 700 mm/an en moyenne . Les précipitations, en hiver sous forme de neige, sont abondants sur le plateau de Bekrite, le col du zad et le Haut Atlas. La combinaison de la température et la pluviométrie est de nature à créer des conditions favorables à des ceintures de végétation : ainsi, on verra se succéder altitudinalement, des forêts de Kharroubier, chênes verts, et cèdres. Jouissant de cet environnement naturel favorable et de par sa situation géographie, la province de Khénifra a des potentialités naturelles énormes lui permettant d’être un pôle d’attraction pour les amateurs de tourisme de montagne (randonneurs, chasseurs et pêcheurs…). Il s’agit, en particulier, d’espaces couverts de cèdres et de chênes verts, de rivières (riches en poissons tels que la truite et les brochets) et des lacs tels que Aguelmame Aziz (situé en pleine forêt sur une superficie d’environ 62ha), Ouiouane, Afrennourir, Tifounassine, Amghas, N’Douit et Miaâmmi. Une faune cynégétique importante et diversifiée participe, également, à la richesse de cette région. Elle a permis, d’une part, de créer une vingtaine d’amodiations de droit de chasse (les espèces les plus fréquentes sont : le sanglier, le perdreau, le lièvre, la palombe, le chacal et le renard), d’autre part, et dans le souci de sauvegarder le mouflon qui constitue une espèce rare et particuliére à la région montagneuse du Haut Atlas, une réserve a été crée au niveau de la région de Tounfite, sur une étendue de 20 805 ha à prédominance de cédres et de genévrier. 4 Ville : El Hajeb 1 - Aperçu historique El-Hajeb aurait tiré son nom actuel, à deux niveaux : - Historiquement, cette Province constituait une enclave protectrice à la capitale Ismaïlite. - Géographiquement, le relief montagneux d'El Hajeb, sculpté par les effets de l'érosion, a toujours constitué des "sourcils" naturels (Hajebs) pour les deux principales sources "Ain Madani" et "Ain Khadem". La population de la Province et constituée principalement par les tribus : Bni Mtir, à raison de 75 %, et Guerouane sud, à raison de 25 %, les noms de ces deux tribus auraient trouvé ses références dans la bataille de "Ain Maârouf " menée à l'encontre de l'occupation française. Dans le cadre des projets programmés du FSDR (institué à la suite du discours de Feu Sa Majesté Hassan II à Erfoud en 1974 la ville d'El Hajeb non encore érigé en Province a bénéficier d'un projet financés par la banque Mondiale visant à développer l'agriculture en bour dans le plateau d'El Hajeb. Mais c'est à partir de 1991 que le cercle d'EL Hajeb érigé en Province a commencé par bénéficier des premières infrastructures de base. 2- Situation géographique La Province d'El Hajeb a été créée par le décret Royal n° 2.91.90 du 1er janvier 1991. Située au cœur de la Région Mèknes-Tafilalet, et en partie dans ce qu'on appelle le bassin Fès-Meknès, luimême faisant partie de couloir sud-rifain, cette Province est limitée : - Au nord par les Préfectures Meknès Al Ismailia et El Menzeh - Au Sud par la Province d'Ifrane - A l'Est par la Wilaya de Fès - A l'Ouest par la Province de Khémisset 5 3- Organisation administrative Sur le plan administratif la province d'El Hajeb compte - 03 Cercles : ( El Hajeb - Agourai - Ain Taoujdate ) - 04 Pachaliks: ( El Hajeb - Agourai - Ain Taoujdate Sebaa Aioune ) - 05 Caïdats : ( Dir - Laqsir - Ait Boubidmane - Sebt Jahjouh - Ait Yaazem ) - 03 Arrondissements Urbains : ( Ain Sihand - Ain Khadem Akachmir - Ain Khadem Bouzouitina ) - 16 Communes : ( 04 Urbaines - 12 Rurales )Lien avec carte découpage 4- Milieu naturel L 'appellation du cause d'El Hajeb doit son nom à sa structure tabulaire de couches (ondulée ou feuillée) avec une succession de plateaux diversement étagée. L'altitude oscille entre 1100 et 1500 mètres. Bien que l'impression de montagne soit forte la Province d'ElHajeb est formée en partie par la plaine de Sais, qui en constitué partie la plus fertile. Dans sa partie sud, sud-ouest et sud-est par les premiers contrés forts du moyen Atlas.- Montagnes : 30 % et Plaines : 70 % La forêt naturelle constitue incontestablement un atout et l'un des attraits des plus appréciables marqué par une prédominance de chêne vert et de chêne liège. En terme de superficie la forêt couvre 33682 ha bien mis en valeur dans le domaine agricole et agroindustriel et moins bien exploité comme c'est le cas du secteur touristique sachant que ces forêts pullulent en gibier pour les amateurs de la chasse qui trouveront aussi un encadrement . Considéré comme le château d'eau de la région la Province offre de très grande richesse en eau.Plusieurs points d'eau y affleurent dit communément " Ains " ainsi on dénombre plus d'une vingtaine.Atout touristique qui est non moins exploité que les précédents . 5- Climat * Pluviométrie 6 Elle est importante, et la moyenne des précipitations est de 635 mm/an, la Province connaît également de fréquentes chutes de neige surtout pendant les mois de janvier et février ( entre 5 et 10 cm ), trois stations météorologiques principales couvrent la Province d'ElHajeb : - Station d'El-Hajeb ( lat 35° 41° long. 5° 22° ) - Station d'Ain Toujdate ( lat. 33° 39° long. 5° 36° ) - Station d'Agourai ( lat. 33° 39° long 5° 36° ) * Température, Insolation et Vents L'analyse des données sur les températures montre l'influence de l'altitude. En effet la station d'El Hajeb située à une altitude de 1.050 m enregistre des températures plus faibles que celles enregistrées dans les autres stations. Les températures moyennes annuelles sont assez constantes, et varient entre 15 et 17° C. Les mois les plus chauds sont : juillet et août la moyenne des températures maximales pour ces mois varie entre 33 et 35°C. La moyenne des températures minimales varie entre 3 et 5° C. En effet la saison sèche concerne essentiellement les mois de juillet - août avec des totaux inférieurs à 4mm de pluie avec cependant des irrégularités interannuelles assez fortes. L'insolation constitue un atout pour le tourisme puisqu'elle réalise de bonnes performances atteignant des maximums pour le mois de juillet et août. La moyenne des jours de brouillard ne dépasse guère les 10 jours. Ville : Ifrane Ville de montagne, avec ces maisons aux tuiles rouges, ses prairies verdoyantes, son climat sain et bienfaisant, Ifrane est dotée d'une station de Ski au Mont Michelifen. 7 Elle connaît ainsi une animation marquée en hiver et jusqu'au printemps, tandis que durant l'été, la fraîcheur de ses sites verdoyants, de ces forêts de chênes verts, de sapins et de cèdres font d'elle un lieu villégiature et d'estivage par excellence. On peut, en outre, voir le Val d'Ifrane, la cascade, la Source dite Vittel,...ect. Elle est actuellement centre universitaire. Elle abrite en effet l'université Al Akhawayn, son nom signifie les deux frères (par allusion aux deux fondateurs célèbres de cette université : S.M. le Roi Hassan II et S.M. le Roi Fahd d'Arabie Saoudite. Son enseignement est fondé sur le modèle américain qui offre des programmes académiques consacrés par des diplômes du niveau Bachlor (Licence), du master (3eme cycle) et du PH.D (Doctorat) : Master of art in Applied Humanities Master of business Administration Master of Science in Computer Science PH. D in Humanities. Ville : Azrou 8 (Le rocher en berbère) Aux alentours riches en forêts de cèdres et de chênes verts, la ville d'Azrou, abrite, entre autres, un centre artisanal réputé pour ses travaux de bois de cèdres et de tissage de tapis des tribus des Bni-M'gild. On peut aussi voir par ailleurs la Kasbah (forteresse) construite sous la règne de Moulay Ismail. Les environs d'Azrou sont des lieux de prédilection pour les randonnées, la chasse au sanglier, au perdreau ou au lièvre. On peut aussi s'adonner à coeur joie à la pêche au brochet ou à la truite. 9
Fly UP