• 1. [email protected] de l'air : c'est quoi le problème ?Saint-Étienne, 4 octobre 2014 - Michel Puechmade on a PC with LibreOffice
  • 2. 2sommairePollution de l'air : c'est quoi le problème ?❶ un problème philosophique❷ d'un nouveau type❸ pour lequel il existe des méthodes❹ bilan
  • 3. 3❶ un problème philosophiqueje ne suis pas un spécialiste de la pollution nide l'air...mais un philosophe des nouveaux systèmes devaleurparmi lesquels la soutenabilité et notre relation avecla technologie→ dans les question écologiques / technologiques :une dimension philosophiquedes questions de valeur, notammentpas seulement « spéculative »mais pratique et pragmatique : elle mène à un dispositifd'action (éthique)
  • 4. ❶ un problème philosophique4dimension philosophique des deux notionsa) l'airun sujet « transparent » philosophiquementparce qu'il est « trop naturel »« comme on respire » = parfaitement naturellement, sans ypensersauf quand on rencontre une difficultédès qu'on commence à « manquer d'air », tout de suite on nepense à rien d'autre, il (l'oxygène) devient l'urgence absoluepourtant la vie humaine se situe entre deux soufflesle premier (inspiration) et le dernier (expiration)et entre les deux la maîtrise du souffle est essentiellesurtout ailleurs, dans la méditation indienne, la médecinechinoise, les arts martiaux japonais
  • 5. ❶ un problème philosophique5une transparence dangereuse : on ne « voit » pasl'importance de l'airil devient une poubelle à ciel ouvert, la poubelle la plusuniverselle et la plus discrète de la civilisation industrielleun seul exemple de cette inconscience :l'échappement des voitures1) chacun sait qu'il est un air mortel, on peut se suicideravec2) chacun voit que nos rues en sont pleines, nous vivonsau milieu de cet air, nous y promenons les poussettes etles bambins→ quelque chose nous « échappe »...une transparence « morale » de l'airen termes de valeur
  • 6. ❶ un problème philosophique6 réintégrer l'air dans nos soucis :une prise de conscience philosophique : la totalitéécologique (« holisme »)les humains et leur « technophère proche » ne sont pasdes systèmes isolésils ne peuvent exister qu'à l'intérieur d'écosystèmeslocauxqui ne peuvent exister qu'à l'intérieur de l'écosystèmeglobal= pas seulement une question de santé humaine (larespiration)question anthropocentrisme / écocentrisme enphilosophie environnementaleélargir nos soucis à l'air, et au-delà même de notrerespiration
  • 7. ❶ un problème philosophique7plusieurs holismes écologiques s'appliquent àla question de l'air :l'hypothèse Gaïa de James Lovelockla Terre (l'écosystème planétaire) est un seul organismevivant, dont tous les autres organismes ne sont que descomposantsl'atmosphère fait partie du système Gaïa (écocentrisme)la théorie de l’anthropocène= changement d'ère géologique : les activités humainesont pris le relais des forces géologiqueselles sont notamment responsables de l'état de l'air, del'atmosphère, du climat  assumer cette responsabilitédes philosophies écologistes « profondes »Arne Naess, percevoir la totalité et le sens de l’harmonieglobale, incluant les éléments non vivants≠ valeurs du monde industriel, occidental
  • 8. ❶ un problème philosophique8bilan : deux problèmes techniques avec l'air : lapollution / le climat→ un seul problème moral : la transparencequi est LE problème moral par excellence : lanégligence, l'inconscience, l'irresponsabilité, le ne-pas-vouloir-savoir
  • 9. ❶ un problème philosophique9b) la pollutionmême approche : pas seulement une questiontechniqueMichel Serres : « Nous ne savons traiter de la pollution qu'entermes physiques, quantitatifs, bref, qu'au moyen des sciencesdures. Eh non, il s'agit bien de nos intentions, de nos décisions,de nos conventions. Bref, de nos cultures. » (Le mal propre.Polluer pour s'approprier ?, Le Pommier, 2008)mais attention au naturalisme et à son idéologieMary Douglas, idéologies de la pureté et de la souillurela notion de « pollution » porte les symboliques de la souillure etdu mal, présentes dans toutes les cultures, et qui pour ellemenacent de se développer en idéologie de la pureté écologique éviter la confrontation idéologique qui bloque touteréflexion :idéologie naturaliste contre idéologie industrialiste
  • 10. ❶ un problème philosophique10principe de l'Homo Sapiens Technologicus :il a le droit de modifier la nature≠ préservationnismemais il en est responsablenotamment vis-à-vis de ce qu'il reconnaît commeétant des valeurs :la viela santé (humaine)les écosystèmes… il ne s'agit pas de garder l'air « pur » de toutetrace humainemais d'être responsable de ce que nous y mettons
  • 11. 11❷ d'un nouveau typeun nouveau type de problème philosophiquecomme toutes les grandes questionsd'environnement : le climat, la biodiversité,l'alimentation, la surpopulation, l'énergie, ...
  • 12. ❷ d'un nouveau type12Hardin et la « tragédie des biens communs »référence fondatrice de la réflexion pour l'écologieet la soutenabilitéHARDIN Garrett, "The Tragedy of the Commons", Science, 162,1968, p. 1243-1248 -www.garretthardinsociety.org/articles/art_tragedy_of_the_commons.htmlles commons = biens utilisables par tous (précommunal, moulin, rivière...)tous en usent, chacun en abuse pour son propre compteils finissent par se dégrader et devenir inutilisables partous un système de régulationque Hardin voulait appliquer en priorité au contrôle de la natalitél'air est le bien commun par excellenceinappropriable, difficilement régulableet pourtant totalement essentiel
  • 13. ❷ d'un nouveau type13la singularité philosophique du problème : la« tempête parfaite »GARDINER Stephen M., A perfect moral storm: The ethicaltragedy of climate change, Oxford U.P., 2011s'applique au problème du changement climatique chezGardiner, « tempête morale parfaite »mais est partiellement extensible aux autres problèmes de l'airles pires conditions (de problème) sont réuniesincertitudes et controverses sur les données de base etleur interprétationénorme dispersion des causes et des effetsfragmentation des responsabilitésquestion transgénérationnelleinadéquation des institutionshypocrisie morale générale préalable : nous ne voulonspas savoir ce qui nous contrarie
  • 14. ❷ d'un nouveau type14l'acrasie collective : Oreskes et ConwayORESKES Naomi, CONWAY Eric, The collapse of Westerncivilization: A view from the future, Columbia U.P., 2014, trad.L'effondrement de la civilisation occidentale, Les liens quilibèrent, 2014science-fiction : un rapport écrit dans le futur sur notreeffondrement à la fin du 21e sièclela question : alors qu'ils savaient, pourquoi n'ont-ilsrien fait ? (« ils » = nous aujourd'hui)réponse des auteurs : mauvaise construction dessciences (sur la question de l'incertitude)+ corruption des pouvoirs par les marchésintérêt philosophique : c'est une question de base enéthique, celle de l'acrasiene pas parvenir à agir alors qu'on sait qu'on doit / alors qu'onveut
  • 15. 15❸ pour lequel il existe des méthodesune position constructive« à faire soi-même »les nouveaux courants de l'éthique, constructifsrendus nécessaires par l'échec ou par les limitesdes anciennes approchespaternalisme technocratiquedélégation institutionnelledélégation politiciennemilitance moralisante
  • 16. ❸ pour lequel il existe des méthodes16consciencela dimension de prise de conscience personnelle,première étape de la consistance et peut-être de lasagesse« soin de soi » et « éthiques de la vertu »le retour du « soi » en philosophie≠ approches sociologiques, économiques, politiséesles éthiques de la vertu→ la construction de soi par des actions, auto-éducatives,en lien avec un système de valeurs,personnel et évolutif
  • 17. ❸ pour lequel il existe des méthodes17le soin de soi et l'attribution d'importance (HarryFrankfurt)une méta-attitude : comprendre l'importance de choisiren conscience ce dont on se soucie, et prendre soin dece qui est important, selon soi (The importance of whatwe care about)= résister à la transparence morale – applicable à cellede l'airla reconstruction de collectifs collaboratifs (ElinorOstrom)un nouveau type d'institutions, collaboratives, bottom-up,gérant les biens communsarticulées avec les institutions d'État mais n'émanant pasd'ellesinspiration : les nouvelles valeurs du numériquele collaboratif, le global, les micro-actions conscientisées etconstructives
  • 18. ❸ pour lequel il existe des méthodes18une refondation du politique par le bas, par lemicropolitiqueconscientiser et modifier ses modes de transport,d'alimentation, de consommation, ...= les comportements individuels et collectifsà partir dece qu'on sait déjà (…)ce qu'on va apprendre ici pendant cette journée, et partoutjuste appliquer ses propres valeurs≠ faire des sommets de puissants qui vont en avion dansdes hôtels climatisés pour nous demander de baisser lechauffage≠ se demander pour qui on va bien pouvoir voter pour queles choses changent≠ se dire que puisque personne ne fait rien cela ne sert àrien que moi je fasse
  • 19. 19❹ bilanla pollution de l'air...1) est (aussi) un problème philosophiqued'un nouveau type, caractéristiqueau-delà d'un problème technique2) qui appelle (aussi) une réponse éthiqued'abord personnelle et de l'ordre de la prise deconscienceensuite dans la construction de collectifs collaboratifsd'un nouveau type (rénovation ou réanimationinstitutionnelle)
  • 20. 20+ en ligne :cette présentation + nombreux documents +forum :http://michel.puech.free.frcontact :[email protected]
    Please download to view
  • All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
    ...

    Mp frapna loire 04 10 2014

    by mpuech

    on

    Report

    Category:

    Environment

    Download: 0

    Comment: 0

    4,822

    views

    Comments

    Description

    Conférence grand public sur la question écologique de l'air d'un point de vue philosophique
    Download Mp frapna loire 04 10 2014

    Transcript

    • 1. [email protected] de l'air : c'est quoi le problème ?Saint-Étienne, 4 octobre 2014 - Michel Puechmade on a PC with LibreOffice
  • 2. 2sommairePollution de l'air : c'est quoi le problème ?❶ un problème philosophique❷ d'un nouveau type❸ pour lequel il existe des méthodes❹ bilan
  • 3. 3❶ un problème philosophiqueje ne suis pas un spécialiste de la pollution nide l'air...mais un philosophe des nouveaux systèmes devaleurparmi lesquels la soutenabilité et notre relation avecla technologie→ dans les question écologiques / technologiques :une dimension philosophiquedes questions de valeur, notammentpas seulement « spéculative »mais pratique et pragmatique : elle mène à un dispositifd'action (éthique)
  • 4. ❶ un problème philosophique4dimension philosophique des deux notionsa) l'airun sujet « transparent » philosophiquementparce qu'il est « trop naturel »« comme on respire » = parfaitement naturellement, sans ypensersauf quand on rencontre une difficultédès qu'on commence à « manquer d'air », tout de suite on nepense à rien d'autre, il (l'oxygène) devient l'urgence absoluepourtant la vie humaine se situe entre deux soufflesle premier (inspiration) et le dernier (expiration)et entre les deux la maîtrise du souffle est essentiellesurtout ailleurs, dans la méditation indienne, la médecinechinoise, les arts martiaux japonais
  • 5. ❶ un problème philosophique5une transparence dangereuse : on ne « voit » pasl'importance de l'airil devient une poubelle à ciel ouvert, la poubelle la plusuniverselle et la plus discrète de la civilisation industrielleun seul exemple de cette inconscience :l'échappement des voitures1) chacun sait qu'il est un air mortel, on peut se suicideravec2) chacun voit que nos rues en sont pleines, nous vivonsau milieu de cet air, nous y promenons les poussettes etles bambins→ quelque chose nous « échappe »...une transparence « morale » de l'airen termes de valeur
  • 6. ❶ un problème philosophique6 réintégrer l'air dans nos soucis :une prise de conscience philosophique : la totalitéécologique (« holisme »)les humains et leur « technophère proche » ne sont pasdes systèmes isolésils ne peuvent exister qu'à l'intérieur d'écosystèmeslocauxqui ne peuvent exister qu'à l'intérieur de l'écosystèmeglobal= pas seulement une question de santé humaine (larespiration)question anthropocentrisme / écocentrisme enphilosophie environnementaleélargir nos soucis à l'air, et au-delà même de notrerespiration
  • 7. ❶ un problème philosophique7plusieurs holismes écologiques s'appliquent àla question de l'air :l'hypothèse Gaïa de James Lovelockla Terre (l'écosystème planétaire) est un seul organismevivant, dont tous les autres organismes ne sont que descomposantsl'atmosphère fait partie du système Gaïa (écocentrisme)la théorie de l’anthropocène= changement d'ère géologique : les activités humainesont pris le relais des forces géologiqueselles sont notamment responsables de l'état de l'air, del'atmosphère, du climat  assumer cette responsabilitédes philosophies écologistes « profondes »Arne Naess, percevoir la totalité et le sens de l’harmonieglobale, incluant les éléments non vivants≠ valeurs du monde industriel, occidental
  • 8. ❶ un problème philosophique8bilan : deux problèmes techniques avec l'air : lapollution / le climat→ un seul problème moral : la transparencequi est LE problème moral par excellence : lanégligence, l'inconscience, l'irresponsabilité, le ne-pas-vouloir-savoir
  • 9. ❶ un problème philosophique9b) la pollutionmême approche : pas seulement une questiontechniqueMichel Serres : « Nous ne savons traiter de la pollution qu'entermes physiques, quantitatifs, bref, qu'au moyen des sciencesdures. Eh non, il s'agit bien de nos intentions, de nos décisions,de nos conventions. Bref, de nos cultures. » (Le mal propre.Polluer pour s'approprier ?, Le Pommier, 2008)mais attention au naturalisme et à son idéologieMary Douglas, idéologies de la pureté et de la souillurela notion de « pollution » porte les symboliques de la souillure etdu mal, présentes dans toutes les cultures, et qui pour ellemenacent de se développer en idéologie de la pureté écologique éviter la confrontation idéologique qui bloque touteréflexion :idéologie naturaliste contre idéologie industrialiste
  • 10. ❶ un problème philosophique10principe de l'Homo Sapiens Technologicus :il a le droit de modifier la nature≠ préservationnismemais il en est responsablenotamment vis-à-vis de ce qu'il reconnaît commeétant des valeurs :la viela santé (humaine)les écosystèmes… il ne s'agit pas de garder l'air « pur » de toutetrace humainemais d'être responsable de ce que nous y mettons
  • 11. 11❷ d'un nouveau typeun nouveau type de problème philosophiquecomme toutes les grandes questionsd'environnement : le climat, la biodiversité,l'alimentation, la surpopulation, l'énergie, ...
  • 12. ❷ d'un nouveau type12Hardin et la « tragédie des biens communs »référence fondatrice de la réflexion pour l'écologieet la soutenabilitéHARDIN Garrett, "The Tragedy of the Commons", Science, 162,1968, p. 1243-1248 -www.garretthardinsociety.org/articles/art_tragedy_of_the_commons.htmlles commons = biens utilisables par tous (précommunal, moulin, rivière...)tous en usent, chacun en abuse pour son propre compteils finissent par se dégrader et devenir inutilisables partous un système de régulationque Hardin voulait appliquer en priorité au contrôle de la natalitél'air est le bien commun par excellenceinappropriable, difficilement régulableet pourtant totalement essentiel
  • 13. ❷ d'un nouveau type13la singularité philosophique du problème : la« tempête parfaite »GARDINER Stephen M., A perfect moral storm: The ethicaltragedy of climate change, Oxford U.P., 2011s'applique au problème du changement climatique chezGardiner, « tempête morale parfaite »mais est partiellement extensible aux autres problèmes de l'airles pires conditions (de problème) sont réuniesincertitudes et controverses sur les données de base etleur interprétationénorme dispersion des causes et des effetsfragmentation des responsabilitésquestion transgénérationnelleinadéquation des institutionshypocrisie morale générale préalable : nous ne voulonspas savoir ce qui nous contrarie
  • 14. ❷ d'un nouveau type14l'acrasie collective : Oreskes et ConwayORESKES Naomi, CONWAY Eric, The collapse of Westerncivilization: A view from the future, Columbia U.P., 2014, trad.L'effondrement de la civilisation occidentale, Les liens quilibèrent, 2014science-fiction : un rapport écrit dans le futur sur notreeffondrement à la fin du 21e sièclela question : alors qu'ils savaient, pourquoi n'ont-ilsrien fait ? (« ils » = nous aujourd'hui)réponse des auteurs : mauvaise construction dessciences (sur la question de l'incertitude)+ corruption des pouvoirs par les marchésintérêt philosophique : c'est une question de base enéthique, celle de l'acrasiene pas parvenir à agir alors qu'on sait qu'on doit / alors qu'onveut
  • 15. 15❸ pour lequel il existe des méthodesune position constructive« à faire soi-même »les nouveaux courants de l'éthique, constructifsrendus nécessaires par l'échec ou par les limitesdes anciennes approchespaternalisme technocratiquedélégation institutionnelledélégation politiciennemilitance moralisante
  • 16. ❸ pour lequel il existe des méthodes16consciencela dimension de prise de conscience personnelle,première étape de la consistance et peut-être de lasagesse« soin de soi » et « éthiques de la vertu »le retour du « soi » en philosophie≠ approches sociologiques, économiques, politiséesles éthiques de la vertu→ la construction de soi par des actions, auto-éducatives,en lien avec un système de valeurs,personnel et évolutif
  • 17. ❸ pour lequel il existe des méthodes17le soin de soi et l'attribution d'importance (HarryFrankfurt)une méta-attitude : comprendre l'importance de choisiren conscience ce dont on se soucie, et prendre soin dece qui est important, selon soi (The importance of whatwe care about)= résister à la transparence morale – applicable à cellede l'airla reconstruction de collectifs collaboratifs (ElinorOstrom)un nouveau type d'institutions, collaboratives, bottom-up,gérant les biens communsarticulées avec les institutions d'État mais n'émanant pasd'ellesinspiration : les nouvelles valeurs du numériquele collaboratif, le global, les micro-actions conscientisées etconstructives
  • 18. ❸ pour lequel il existe des méthodes18une refondation du politique par le bas, par lemicropolitiqueconscientiser et modifier ses modes de transport,d'alimentation, de consommation, ...= les comportements individuels et collectifsà partir dece qu'on sait déjà (…)ce qu'on va apprendre ici pendant cette journée, et partoutjuste appliquer ses propres valeurs≠ faire des sommets de puissants qui vont en avion dansdes hôtels climatisés pour nous demander de baisser lechauffage≠ se demander pour qui on va bien pouvoir voter pour queles choses changent≠ se dire que puisque personne ne fait rien cela ne sert àrien que moi je fasse
  • 19. 19❹ bilanla pollution de l'air...1) est (aussi) un problème philosophiqued'un nouveau type, caractéristiqueau-delà d'un problème technique2) qui appelle (aussi) une réponse éthiqued'abord personnelle et de l'ordre de la prise deconscienceensuite dans la construction de collectifs collaboratifsd'un nouveau type (rénovation ou réanimationinstitutionnelle)
  • 20. 20+ en ligne :cette présentation + nombreux documents +forum :http://michel.puech.free.frcontact :[email protected]
  • Fly UP