The present document can't read!
Please download to view
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
...

COMMUNIQUER AVEC LE MALADE ALZHEIMER

by alzheimertunisie

on

Report

Download: 0

Comment: 0

15,272

views

Comments

Description

Docteur Hatem Briki
Gériatre , Association Alzheimer Tunisie
IPT mai 2009
Download COMMUNIQUER AVEC LE MALADE ALZHEIMER

Transcript

  • 1. COMMUNIQUER AVEC LE MALADE ALZHEIMER Docteur Hatem Brikigériatre, association Alzheimer Tunisie IPT mai 2009
  • 2. Comprendre la maladie d’abord
    • Atteinte précoce de la mémoire d’abord des événements récents et puis des souvenirs plus anciens
    • Mais aussi une atteinte parfois précoce du langage (difficultés à trouver les mots, à formuler ses idées mais aussi à comprendre ses interlocuteurs)
    • Plus tard le malade pourra avoir du mal:
    • ๏ à s’orienter dans le temps et dans l’espace
    • ๏ à reconnaitre son environnement ou ses proches
    • ๏ à utiliser correctement des objets du quotidiens
    • ๏ à gérer ses comptes et ses médicaments
    • ๏ à avoir un jugement adapté à chaque situation
  • 3.
    • Face à ces difficultés, l’aidant familial va devoir apprendre àadapter son langage et sa communicationà cette nouvelle situation.
    • cette adaptation devra être selon le stade de la maladie mais aussi selon les spécificités de chaque malade.
  • 4. Pour avoir une bonne communication avec un Alzheimer il faut:
    • Favoriser de bonnes modalités d’échange et de communication
    • Solliciter, s’intéresser et préparer le patient
    • Simplifier le message
    • Améliorer le contact
    • Savoir qu’un Alzheimer conserve le droit au respect et le droit au maintien de sa dignité
  • 5. Favoriser les modalités d’échange et de communication
    • Instaurer une ambiance calme (pas beaucoup de personnes autour)
    • Eviter les bruits parasites (tv, radio, travaux…)
    • Etre disponible
    • Attirer son attention
    • Etablir un contact visuel ou physique (tenir la main)
    • L’écouter sans le contredire
  • 6. Solliciter le patient
    • Ne pas le laisser s’isoler
    • S’assurer qu’il porte bien ses lunettes, ses prothèses auditives et/ou dentaires et de leur bon fonctionnement
    • Laisser le temps au patient pour s’exprimer même s’il parle plus lentement qu’avant
    • Ne pas l’interrompre (il enchaine difficilement ses idées et ses propos)
    • L’aider à trouver ses mots si nécessaire
    • Utiliser les gestes comme moyen de communication pour faciliter sa compréhension
  • 7. Simplifier le message
    • Délivrer une seule consigne à la fois avec des mots simples, des phrases courtes, un seul message par phrase
    • Ne jamais infantiliser (vous vous adresser à un adulte)
    • Eviter les mots abstraits
    • Répéter en cas de besoin
    • Reformuler vos propos
    • Lui donner le temps pour répondre
  • 8. Améliorer le contact
    • Attirer son attention
    • Se placer à son niveau, face à lui, à sa hauteur
    • Capter son regard, établir un contact visuel
    • L’appeler par son nom ou son prénom voir par son 2éme prénom (pas haj hajja, ni baba ..)
    • Utiliser le contact physique en posant votre main sur son épaule ou lui tenir la main
    • Eviter d’utiliser une voix forte, de faire un geste brusque ou d’avoir un comportement hostile (tél portable)
  • 9. Droit au respect et maintien de la dignité
    • Se présenter quand vous lui parlez
    • Le respecter (rester en face de lui pas du dos, ne pas chuchoter…)
    • Le vouvoyer (si flen, ella flena)
    • Dire bonjour ou bonsoir et dire au revoir
    • Adopter une attitude positive et bienveillante
    • Le considérer comme un adulte et ne pas l’infantiliser
  • 10. Les principes généraux
    • Ne pas prendre le malade pour un enfant
    • Se rappeler que le malade reste sensible à l’ambiance et à son entourage
    • Etre convaincu que le malade ne cherche pas à vous embêter « exprès »
    • Savoir que les troubles sont variables dans le temps
    • Penser que le stress est un déstabilisant majeur
    • Donner du temps au malade pour faire les choses
    • Lui éviter les situations d’échec
    • Accepter qu’il y ait des jours « avec » et des jours « sans »
    • Et surtout, protéger vous
  • 11. Les recommandations de bonne conduite
    • 1- souvenez vous que le malade reste une personne jusqu’au bout, ce n’est ni un nourrisson ni un objet de soins
    • 2- n’entreprenez rien sans avoir du temps devant vous et laissez du temps au malade, il va 5 fois plus lentement que vous
    • 3- adaptez l’environnement à sa mémoire défaillante
    • 4- sachez que rituels et routines calment l’anxiété et lui donnent confiance en lui
    • 5- préparez tout puis laisser faire, si besoin aidez à faire, ne faite pas à sa place qu’en dernier recours
  • 12. Les recommandations de bonne conduite
    • 6- décrypter ses comportements pour comprendre les échecs et les refus
    • 7- adaptez les activités souhaitables aux possibilités restantes
    • 8- donnez des explications, évitez les confrontations
    • 9- valorisez le succès, minimisez les échecs
    • 10- protégez-vous, faites-vous aider, plus vous irez bien, mieux votre malade ira.
  • Fly UP