La grande guerre des meus

  • Published on
    22-Jul-2015

  • View
    394

  • Download
    2

Transcript

  • Ahikar La grande guerre des meus

    Ce dossier est complmentaire du rcit La grande guerre des meus que vous

    pouvez couter gratuitement cette adresse :

    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/ahikar-la-grande-

    guerre-des-emeus.html

    Bonne coute et bonne lecture !

  • Quelques recommandations importantes :

    -Pensez cliquer sur en bas droite de votre cran pour regarder la

    prsentation en mode plein cran.

    -Les noms souligns renvoient un lien externe que vous pouvez consulter.

    Attention toutefois bien placer le curseur de votre souris de prfrence sur la

    premire lettre du mot, de telle sorte que lindex de la main pointe vers le haut,

    sinon vous allez passer la diapositive suivante.

    OUI : NON :

    Ladresse du lien cliquable doit apparatre en bas gauche de la page :

    En esprant que vous passerez un agrable moment.

    Ahikar

  • Didgeridoo et meus

  • Carte du climat montrant bien la scheresse intrieure du pays.

  • Carte des grandes barrires de protection contre les nuisibles

    History of the State

    Vermin Barrier Fences.

    J. S. Crawford, 1968.

  • Lhistoire

    (Plus exactement quelques fragments du rcit illustrs par des photos

    anciennes et rcentes.)

  • Sir George Pearce, snateur dAustralie-Occidentale, sapprtait vivre les

    vnements les plus importants de sa carrire, ceux qui allaient le rendre jamais

    immortel.

    Sir George Pearce

    (1870 1952)

  • Sir George sapprocha et lui serra la main.

    Vous tombez pic ! Vous allez mexpliquer comment tous ces meus sont arrivs l. Ils ne sont

    pas tombs du ciel quand mme ?

    Mais les meus ont toujours t l, commena le vieil homme ; ce sont les hommes qui sont

    venus sinstaller sur leurs routes migratoires. Les meus suivent la pluie. En Australie-Occidentale,

    les pluies dt vont vers le sud-ouest en partant du nord, et suivent le chemin inverse en hiver.

    Cest la route quempruntent les meus dans leurs dplacements de masse

  • Il allait crer une task force, compose de militaires qui auraient pour

    mission dradiquer les meus.

    Il (le brigadier Martyn) choisit deux de ses meilleurs hommes, qui avaient la

    rputation dtre de fines gchettes, le sergent S. McMurray et lartilleur Jim

    OHalloran, quil plaa sous le commandement du major G. P. W. Meredith.

  • Sur la recommandation de Pearce, un cameraman aux armes de la Fox

    Movietone se joindrait eux pour filmer la campagne.

  • Le Premier ministre dAustralie-Occidentale, sir James Mitchell, donna son feu

    vert. [] La premire guerre officielle contre les meus venait dtre dclare.

    Sir James Mitchell

    (18661951)

  • Les trois hommes de la task force furent aussitt alerts, et prirent de nuit le

    Kalgoorlie Express, qui circulait depuis 1917 sur une ligne de chemin de fer

    ouverte en 1897, aprs que dimportants gisements dor furent dcouverts.

    Kalgoorlie

    Express,

    1930.

  • Mine dor de

    Kalgoorlie,

    vers 1905.

  • Ils arrivrent le 2 novembre au matin en gare de Burracoppin, o les

    attendait un camion qui les transporta jusquau village de Campion.

    Burracoppin

    Station,

    1970.

  • Neuf voitures de fermiers arms de fusils taient venues leur prter main-forte,

    ainsi que des hommes cheval. Il y avait aussi les frres Francias, Bert et Vic,

    ainsi que leur ami Ray Owen, qui taient venus tout spcialement de Pickering

    Brook, plus de 250 km lest, tout excits lide de tirer des meus. Les frres

    Francias conduisaient un Chevy truck quils avaient baptis affectueusement le

    vieux bus.

  • Ray Owen posant

    avec un trophe

  • La ferme des Joyce avait une superficie denviron 1200 hectares, ce qui la

    situait dans la moyenne des fermes de la rgion.

    Ferme

    dans la

    rgion de

    Merredin,

    1937.

  • Ferme, Australie-Occidentale, 1913.

  • Fermiers

    dans un

    champ de

    pommes de

    terre, 1930.

  • Et comme si cela ne suffisait pas, les meus avaient aussi endommag la

    grande barrire contre les lapins qui courait du nord au sud de lAustralie,

    provoquant une invasion massive de ces derniers. Les fermiers avaient

    vraiment de quoi tre en colre !

    Lapins autour

    dun point deau,

    1938.

  • McMurray et OHalloran sautrent du camion et prirent une des deux Lewis

    Mark. La mitrailleuse pesait trs exactement 12,7 kg, possdait un chargeur

    tambour de 47 cartouches et pouvait tirer 500 600 coups la minute.

    Lewis Mark I

  • Les deux hommes se mirent aussitt en position. Jim OHalloran sassit sur une

    petite butte de terre, le sergent sagenouilla derrire lui, posant le canon de la

    mitrailleuse sur lpaule droite de Jim, ce dernier la maintenant fermement laide

    dune poigne. Le sergent inspira profondment, regarda dans le viseur et fit feu.

  • Il songea pour la premire fois la dpche du colonel Hoad de la 1re division de

    cavalerie Sydney, quil avait reue dans la matine. Ctait une commande pour

    cent peaux dmeus, dont les plumes orneraient les chapeaux de la cavalerie

    lgre.

  • Nous allons changer de tactique. Nous allons leur tendre une embuscade !

    dclara le major. Ce soir, au crpuscule, nous les attendrons au rservoir de

    Lake Brown, lheure o ils viennent boire.

  • Au bout dune dizaine de

    minutes, ils aperurent un

    dingo solitaire qui marqua un

    temps dhsitation avant de

    sabreuver

  • Un peu plus tard,

    un groupe de

    kangourous fit de

    mme. Mais

    toujours pas

    dmeus !

  • Alors ! ces cent peaux, elles sont o ? interrogea-t-il en ricanant. Chou

    blanc ? Je vous lavais bien dit : mon vieux Mauser est plus efficace contre les

    meus que vos mitrailleuses !

    Mauser de calibre 7 mm, qui a permis aux Boers de gagner la bataille de Majuba.

  • Il faut dire que les gros titres de la presse lavaient rendu furieux. Le Daily News

    de Perth avait titr : Les meus tiennent bon face larme , seulement vingt tus

    sur une population estime entre 5000 et 10 000 individus.

  • Les hommes de la task force arrivrent peu avant laube au point deau. Des

    perruches collier jaune criaient dans les eucalyptus

    Perruche collier jaune

  • Cest vraiment un endroit magnifique ! dclara le major.

    Cest un gnamma, lui rpondit un fermier.

    Un quoi ?

    Un gnamma. Ce mot nous vient des aborignes. Un lent processus drosion de

    plusieurs millions dannes a creus ces trous dans la roche granitique.

  • Dun seul coup les meus sortirent du bush. Ctait vraiment trs

    impressionnant. Ils taient plus dun kilomtre et formaient une immense

    tache de couleur brun fonc qui contrastait fortement avec le sol ocre

    orang.

  • Il nous faudrait des balles dum-dum, dclara le major. Ce sont les seules qui

    pourraient les arrter.

    Cest bien vrai, major ! rpliqua Jim OHalloran.

    Quont-elles donc de particulier ? interrogea un fermier.

    Le major sortit une cartouche de 0.303 de sa poche.

    Vous voyez l, lavant, elle est toute lisse. Eh bien, les balles dum-dum sont

    fendues en croix cet endroit.

  • Ils passrent le reste de la journe sous un soleil de plomb attendre que les

    meus, tiraills par la soif, rapparaissent, mais ces derniers se montrrent une

    nouvelle fois plus russ quils ne le croyaient et ne sortirent pas de la couverture

    forestire.

  • Un ornithologue fit toutefois remarquer avec humour que les meus ne sauraient

    faire autant de dgts avec leurs grands pieds palms, tant donn quils ne

    possdent aucune membrane entre les doigts de leurs pattes. Ce quoi Joe Parry

    rpondit que le journaliste tait ignare, quil navait jamais dit cela et savait

    parfaitement que les meus navaient pas les pieds palms.

  • Cest marrant, dit Jim OHalloran en reposant ses jumelles, mais on dirait

    vraiment quils nous regardent, toutes leurs ttes sont tournes dans notre

    direction.

    Le 6 novembre au matin, un groupe dune centaine dmeus apparut lhorizon.

    Les hommes de la task force, bien camoufls, les laissaient tranquillement

    approcher.

  • Avec leurs longues pattes parfaitement adaptes la course dans ces

    zones semi-arides, ils se mouvaient plus aisment que les camions.

  • Le camion poursuivait depuis un petit moment un groupe doiseaux sans que

    la distance qui les sparait de leurs cibles ne se rduise vraiment.

  • Et puis, dun seul coup, les meus bifurqurent vers un mallee deucalyptus

    et disparurent.

  • La situation se dtendit lorsque lhomme sapprocha en souriant et tendit au

    major de la nourriture quil avait dans le creux de sa paume. Ctaient des

    fourmis pot-de-miel !

  • Leurs abdomens taient gonfls comme des outres et remplis dun miellat

    ambr.

  • Ces fourmis ne pouvaient pas marcher et vivaient suspendues aux parois de la

    fourmilire. Elles constituaient une formidable rserve de nourriture capable

    dassurer la survie de la colonie en priode de disette.

  • Il en prit une par la tte entre le pouce et lindex de sa main droite, et la porta

    sa bouche. Il la sectionna en deux avec ses dents pour ne garder en bouche que

    labdomen. Il remonta sa langue contre le palais pour crever la poche de miellat.

    Immdiatement, une saveur assez forte se rpandit jusquau fond de sa gorge et il

    fit une lgre grimace.

  • Ainsi lorsque lhomme fit mine de creuser sous un mulga, une varit dacacia,

    en disant Tjala ! tjala ! , Jim comprit que ctait sous cet arbre et nulle part

    ailleurs quon trouvait les fameuses fourmis pot-de-miel.

    Aborigne dsignant un

    mulga (Acacia aneura),

    sous lequel il souponne

    la prsence de fourmis

    pot-de-miels, grce la

    prsence de larves

    dAustrotachardia acaciae sur les branches (photo

    rcente).

  • Vous savez ce que cest que ce truc ? demanda Jim. Il parat que cest un

    nid ?

    Nid de

    malleefowl.

    Photo prise

    dans la

    rgion de

    Victoria en

    1895

  • Cest un nid de malleefowl, rpondit le fermier. On en voit de moins en moins

    depuis lintroduction du renard. Ils sont devenus rares. Cest dommage, car cest

    un des oiseaux les plus extraordinaires du bush.

  • Il utilise son bec comme thermomtre. Il le plante dans le monticule et en dduit la

    temprature qui y rgne. Toute la journe, il va alors saffairer, tantt enlever du

    sable et pratiquer des ouvertures, tantt en ajouter pour toujours maintenir une

    temprature constante.

  • Si la fermentation semballe, il sempresse de faire des ouvertures et enlve

    du sable avec ses pattes.

  • En hiver, il lui arrive mme de dcouvrir les ufs pour quils prennent le soleil, et

    de les recouvrir en soire pour quils gardent la chaleur emmagasine le plus

    longtemps possible. Il porte bien son surnom doiseau thermomtre.

  • Et, vous nallez peut-tre pas me croire, mais jai vu une fois un nid de plus de dix

    mtres. [] Eh bien, le malleefowl avait tellement ajout de sable son nid quon

    aurait dit un tertre funraire. Pas tonnant que les premiers explorateurs aient pris

    ces nids pour des tombes aborignes !

  • Le camion tait reparti. Jim roulait dans le bush petite allure. Pas le

    moindre meu en vue.

  • A leurs queues fourchues, il reconnut immdiatement des milans noirs. Ils

    dcrivaient de grands cercles dans le ciel, signe quun animal tait mort ou

    proche de sa fin. Serait-ce un meu bless ? se demanda-t-il.

  • De loin, il se rendit vite compte quil ne sagissait pas dun meu, mais du cadavre

    dun kangourou roux, le plus grand des kangourous. Ctait dailleurs un mle, ils

    sont toujours beaucoup plus grands que les femelles , et celui-ci devait faire pas

    loin des 1,80 mtre pour 80 kilos. Une sacre belle pice ! se dit Jim.

  • Dans laprs-midi, le major reprit le volant. Il ne supportait plus de voir Jim

    sarrter pour tout et nimporte quoi. Un chidn qui traverse la route, un vol de

    cacatos : tout lui tait prtexte ralentir.

  • Vol de

    cacatos

    corella

  • Vol de cacatos rosalbin

  • Scrutant le paysage avec ses jumelles, il crut un moment apercevoir un

    numbat, puis se rtracta. Ils sont devenus tellement rares, encore bien plus que le

    malleefowl. Les chances den voir un dans la nature sont tellement minces !

    Numbat

    (Myrmecobius

    fasciatus)

  • Quokka

    Le quokka napparat pas dans le texte. Trop

    mignon, il faut le mettre

    quand mme ! ma dit une petite fille.

  • Lmeu se trouvait derrire un petit monticule et tait bien mal en point. Jim

    comprit tout de suite ce qui provoquait les soubresauts de loiseau : des

    fourmis-taureaux le dvoraient vivant.

  • Jim aperut une scne qui lmerveilla : des aborignes chassaient les

    chauves-souris avec un boomerang.

    Film:

    Aborigine

    hunt huge

    bats with

    boomerang

  • Assis larrire du camion, il suivit encore un bon moment la scne dans

    ses jumelles : le ballet des chauves-souris se dtachait sur les cieux

    rougeoyants.

  • On roulait depuis un bon moment le long de la grande barrire contre les

    lapins

    Rabbit-Proof

    Fence dans

    les annes

    1920.

  • No. 1 Fence in Western Australia in 1926.

  • Le trs srieux quotidien The West Australian de Perth, publia un remarquable

    article de son envoy spcial. WAR ON EMUS. BIRDS PROVE VERY WILY. La

    guerre contre les meus. Les oiseaux se rvlent trs russ.

  • Le commandant

    meu

    (Illustration humoristique)

    Les meus ont montr quils ne sont pas aussi stupides quon voudrait le croire.

    Chaque groupe a son chef, toujours un norme oiseau noir de six pieds de haut, qui

    assure la surveillance pendant que les autres mangent.

  • Le grand ornithologue Dominic Louis Serventy, futur prsident de la Royal

    Australasian Ornithologists Union, ragit immdiatement cet article et

    crivit

    Dominic Serventy,

    droite, avec Tom

    Iredale, 1940.

  • Au rythme o allaient les choses, les meus auraient bientt lu Sun Tzu !

  • En raison dallgations de cruaut, un inspecteur de la S.P.C.A., la Socit

    pour la Prvention de la Cruaut envers les Animaux, venait darriver avec

    pour mission dabattre les oiseaux blesss.

    Inspecteur

    cheval de la

    S.P.C.A.,

    1915.

  • Un kookaburra en bois peint dcorait la rampe descalier qui conduisait

    lunique tage du btiment.

    Cri du kookaburra Kookaburra

  • La lucilie cuivre peut pondre jusqu deux cents ufs, quelle va dposer

    dans les plaies ouvertes de lanimal, o les asticots vont se dvelopper.

    La laine ftide (article de lINRA)

  • Cet aprs-midi, jai trouv un kangourou qui avait t bless au ventre dune balle

    de Winchester .44

    Ah ! a, cest pas nous ! fit Jim en levant une main.

    Peu importe qui cest. Mais si vous aviez vu ltat de la pauvre bte, ses intestins

    pendaient sur le sol, grouillant dasticots. Et je peux vous certifier que la blessure

    remontait au moins dix jours, car les asticots avaient presque atteint leur taille

    maximale. Imaginez les souffrances de cette pauvre bte.

  • L-bas, les peaux dopossum se vendent trs chres. Une dlgation de fermiers

    sest rendue Melbourne et a t reue par le ministre de lagriculture : ils se sont

    plaints que les opossums causaient des dgts trs importants aux cultures fruitires

    et de mas, en consquence de quoi ils demandaient lautorisation de les tirer.

  • Opuntia

    stricta

  • Il y a quelques annes, dans le Queensland, la Commission charge de

    la lutte contre lexpansion du figuier de Barbarie a offert une demi-couronne par meu tu, au motif que ces derniers taient responsables

    de dissminer les graines par leurs djections. Beaucoup de propritaires

    terriens, y compris moi-mme, ont protest contre cette mesure, car nous

    navions jamais vu dmeus manger des figues de Barbarie. [] Aprs quelle (la prime) a t supprime, on na plus entendu parler dmeus responsables de lexpansion du figuier de Barbarie.

    En fait, ce que dit le personnage, Aloysius Pickwick (linspecteur de la S.P.C.A.), en 1932, nest pas exact, car les meus ont commenc sadapter et consommer cette nouvelle nourriture; mais il ne le sait pas encore !

    Le cas des figuiers de Barbarie

  • Les premiers figuiers de Barbarie ont t introduits en 1788 Port Jackson par

    le gouverneur Phillip, pour dvelopper lindustrie de la cochenille qui donne cette

    magnifique couleur rouge aux uniformes des soldats britanniques.

    Lhistoire

  • Rcolte de cochenilles, Memoria sobre la naturaleza, cultivo, y beneficio de la grana, 1777.

    Cochenille :

    petit insecte vivant

    sur certains arbres

    (notamment le

    nopal, cacte du

    Mexique) et qui

    fournit un principe

    colorant, le carmin.

  • Mais cette tentative se solda par un double chec : les cochenilles sont mortes

    rapidement les unes aprs les autres, alors que les figuiers de Barbarie ont

    rapidement tout envahi, couvrant prs de 24 millions dhectares en 1920, rien que

    dans le Queensland et la Nouvelle-Galles du Sud, rendant les terres impropres

    llevage.

  • Rgion infeste par les

    figuiers de Barbarie,

    1920.

    Film

    muet de

    1926

    (338)

  • Ah oui ! je men rappelle, fit Jim Jen ai entendu parler Mme quon a d

    introduire un petit papillon pour venir bout de ces cactus !

    Cest cela mme, jeune homme ! Cactoblastis cactorum, une pyrale dAmrique du

    Sud dont les chenilles se nourrissent de la plante. Plus de deux milliards dufs ont

    t librs dans les zones infestes entre 1927 et 1931

    Pyrale du

    cactus

    (Cactoblastis

    cactorum)

  • Monument lev Cactoblastis cactorum qui sauva lAustralie du flau.

  • Varan perenti

    Un grand goanna de prs de deux mtres dtala toute vitesse lapproche

    des chevaux, pour se rfugier dans un terrier

  • Jim approcha son cheval du Chevy truck et pencha la tte.

    Chevy truck

    (1930)

  • Andrew Johnson coupa le moteur et sortit du vhicule. Dun bond il sauta sur la

    plate-forme arrire et saisit lmeu par le cou pour le redresser. Lhomme et

    lmeu faisaient presque la mme taille.

  • Jai remarqu quon voit de plus en plus de dromadaires dans le dsert, dit Jim.

    Cest pas tonnant, les chameliers les relchent plutt que de les tuer. Les

    vhicules moteur ont sign leur arrt de mort.

  • On les a imports au XIXe sicle ; ils ont t trs utiles pour le transport des

    marchandises, mais aussi pour la cartographie.

    Dchargement

    de chameaux

    Port Augusta,

    vers 1920.

  • Lironie de lhistoire, cest que deux des plus grandes contributions des chameliers afghans, The Ghan Railway et la ligne tlgraphique transaustralienne, allaient les

    rendre inutiles et amorcer leur dclin.

  • Chamelier

    afghan,

    1896.

  • Nous faisions le guet autour dun point deau, et jcoutais le chant des

    diamants mandarins. Soudain, des meus sont apparus, et les diamants

    mandarins se sont tus

  • Diamant mandarin

    (Autre lien)

  • les meus nosaient pas sapprocher de leau. Je les observais dans mes

    jumelles, et voyais leur nervosit.

  • Cest possible cest possible ! dit Aloysius en rflchissant. Je nai jamais

    remarqu ce comportement, mais je suis loin de tout connatre. Le pluvian

    dgypte signale bien au crocodile la prsence du varan ; alors, pourquoi pas ?

  • Comment cela ? interrogea Jim qui retrouvait des couleurs.

    Le pluvian dgypte fait son nid ct de celui du crocodile. Et, quand ce dernier

    part salimenter, le pluvian monte soigneusement la garde, se mettant

    immdiatement pousser des cris si un intrus approche. On raconte aussi quil

    nettoierait les dents du crocodile des parasites !

    Pluvian

    fluviatile

    (autre lien)

  • Concernant les deux dernires photos, il sagit de constructions numriques dun mythe populaire remontant Hrodote. Lgende ou ralit, les scientifiques sont partags.

    Toutes les btes, tous les oiseaux le fuient ; il n'est en paix qu'avec le trochilus,

    cause des services qu'il en reoit. Lorsque le crocodile se repose sur terre au sortir

    de l'eau, il a coutume de se tourner presque toujours vers le ct d'o souffle le

    zphyr, et de tenir la gueule ouverte : le trochilus, entrant alors dans sa gueule, y

    mange les sangsues ; et le crocodile prend tant de plaisir se sentir soulag, qu'il ne

    lui fait point de mal. (Hrodote, Histoire, Livre II, LXVIII.)

  • Ils ne trouvrent quun nid vide, que les petits avaient dj quitt depuis

    plusieurs mois. Aloysius descendit de cheval et ramassa quelques fragments

    de coquille.

  • Charles M'Lennan (1854 ?-1915)

  • Cest un vieux ranger qui est mort depuis longtemps qui avait remarqu le phnomne et me lavait expliqu quand jtais jeune. Il sappelait Charles M'Lennan ; il tait trs connu lpoque ; il crivait des chroniques naturalistes quil publiait dans lArgus sous le nom de plume Mallee Bird. Cest lui qui mavait racont que les meus semblaient avoir une trange prescience du temps. Il avait remarqu que les

    annes qui se sont rvles particulirement pluvieuses,

    loiseau faisait souvent son nid sur des terrains levs, et ce, bien avant que les pluies ne surviennent. Inversement, lors

    de saisons exceptionnellement sches, il ntait pas rare de trouver des nids au fond dune dpression, comme celui-ci. Comment les meus peuvent-ils savoir plusieurs mois

    lavance le temps quil fera, cela reste une nigme. En tous cas, il serait peut-tre plus utile de dpenser de largent pour rsoudre ce mystre, plutt que pour les dtruire !

  • Walgoolan tait situe une cinquantaine de kilomtres au sud-est de

    Campion. A lorigine simple voie dvitement, Walgoolan avait vu le jour entre

    1895 et 1899.

    Walgoolan,

    vers 1930,

    photographie

    de William

    Edward

    Fretwell

    (1874-1958).

  • Malheureusement, un nouveau contretemps fit hurler Daniel J. OLeary, un

    membre minent de lAssociation des producteurs de bl de Walgoolan : des

    personnes avaient ngligemment mal referm les portes de la grande barrire de

    protection contre les lapins, the No 1 Rabbit-Proof Fence, situe lest de

    Campion, et un nombre important dmeus en avait aussitt profit pour envahir

    les terres du district.

  • Les meus sentaient le danger, devinaient la prsence du monstre tapi

    quelque part autour du rservoir. Le moindre bruit les faisait sursauter ; le simple

    flop dune grenouille qui plongeait lapproche dun claireur, suffisait semer la

    panique et les faire fuir.

  • Mais quelques instants plus tard, ils reprenaient leur marche frntique vers

    leau. [] Leau, source de vie, tait devenue, par la grce du diable, source de

    mort.

  • Jim OHalloran, assis sur la berge, regardait le reflet de la camra dans leau. Il

    accepta un verre de th quun fermier lui proposa. Cela faisait bien une heure

    quils taient l, et toujours pas le moindre meu en vue.

  • Le bruit dun moteur attira son attention. Pourtant les alentours taient

    dserts. Cest alors quil comprit que le bruit venait du ciel et aperut un petit

    biplan. Lavion piqua sur les meus et essaya de les encercler.

    DH.80

    Puss

    Moth in

    Australia,

    1930.

  • Charles William Snook

    (18911948)

    Taisez-vous et regardez ! le coupa le major. Cest mon vieux pote

    Captain Snook ; cest un ancien de la Royal Air Force.

  • Le capitaine Snook tait n en 1891 ; il avait commenc sa carrire en

    faisant de lpandage arien de pesticides, ainsi que du largage dappts

    empoisonns contre les dingos.

    pandage

    arien film

    par un

    cameraman de

    la Fox

    Movietone,

    1951.

  • Jim apprit aussi que les affaires de la compagnie ntaient pas aussi florissantes

    que le major le croyait. [] Mais, par-dessus tout, le capitaine Snook ne stait

    toujours pas remis de la mort de son associ, Charles Nesbit, qui stait cras

    dans les Darling Ranges avec deux lves pilotes.

    The funeral of

    Captain Charles

    H. F. Nesbit, 16

    October 1930.

  • Ce mme jour, au Parlement fdral, Canberra, la Chambre des reprsentants,

    la sance fut relativement calme jusqu ce que le dput travailliste de la

    circonscription de Dalley, en Nouvelle-Galles du Sud, Sol Rosevear, prenne la parole.

    Josiah Francis, lassistant du ministre de la Dfense, reut alors une vritable vole

    de bois vert. M. Rosevear le harcela de questions qui dclenchaient leur nonc de

    grands clats de rire. Il voulut savoir quel tait le nom du gnie qui avait suggr

    lemploi de mitrailleuses contre les meus, et autoris lenvoi de personnel militaire.

    Sir Josiah Francis

    (18901964) John Solomon Rosevear

    (18921953)

  • Les rires fusrent nouveau. [] Un autre dput proposa que lon adopte le

    marteau pour assurer le maintien de lordre, comme la Chambre des

    reprsentants des tats-Unis, en prcisant toutefois quil serait plus judicieux de le

    choisir en ivoire et non en bois, comme celui du Snat amricain, et ce, afin dviter

    quil ne casse trop souvent.

    Marteau en ivoire sans manche

    du Snat des tats-Unis, que

    seul Nixon cassa en 1954.

    Marteau en bois de la Chambre

    des reprsentants, qui casse

    parfois lors de dbats houleux.

  • Vendredi 18 novembre 1932, jour mmorable entre tous, marqua le point

    dorgue de la carrire de sir George Pearce. Il reut, en effet, ce jour-l,

    lappellation sous laquelle il allait entrer dans lHistoire.

  • La sance au Snat fut limage de celle qui stait droule la veille la

    Chambre des reprsentants. [] (Sir George Pearce:) Rien ne rsiste une horde

    dmeus assoiffe. Et si par miracle une clture tient bon, les lapins sinfiltrent par

    les brches. Cest pourquoi il est indispensable dradiquer cette vermine.

  • Messieurs, un peu de biensance, sil vous plat ! intervint le prsident.

    Snateur Dunn, vous ne pouvez utiliser ici le mot rengat , car il est anti-

    parlementaire.

    Trs bien, rpondit James Dunn, alors je me rfrerai lui comme Le ministre

    de la guerre des meus .

    Pass le temps des rires, les regards se tournrent tous vers le ministre de la

    Dfense. Sir George Pearce stait lev. Il tait blanc, tout de colre rentre. []

    Cest ainsi que furent prononcs pour la premire fois les quelques mots qui

    seraient jamais accols au nom de sir George Pearce.

  • LA GUERRE DES MEUS CONTINUE. Les mitrailleuses en tuent 12 sur 1000.

  • En fin de semaine, les incursions meues cessrent aussi brusquement quelles

    avaient commenc. Diffrents rapporteurs notrent, en effet, que les meus

    quittaient progressivement le territoire. Etait-ce la fin de la migration ? Remontaient-

    ils vers les terres du comt de Murchison do ils semblaient tre venus ?

  • Dans un pays aride au climat trs variable, loiseau se dplace au gr des

    ressources, ne sarrtant que l o leau et la nourriture sont en suffisance. On

    peut dailleurs dire, sans trop savancer, que les terres bl et les rservoirs de

    Walgoolan donnrent lmeu limpression dtre arriv dans un jardin d'den.

  • Une fois encore, lmeu djoua toutes les attentes. Les grands troupeaux

    remontaient bien vers le nord, mais non pas vers lest comme lespraient les

    fermiers, mais vers louest. Ils foncrent tte baisse dans la grande barrire contre

    les lapins, qui finit par cder en plusieurs endroits sous ces normes coups de

    boutoir.

  • Nombre dentre eux y laissrent la vie, crass contre la barrire avant quelle ne

    cde, ou emptrs dans les barbels. Par endroits, des oiseaux agonisaient,

    pendus par les pattes la clture : ils navaient pas saut assez haut, et staient

    retrouvs pris en tenaille entre les deux fils de fer barbels.

  • En dautres endroits, il ne restait dj plus quune patte qui se balanait

    mollement au vent, le reste de loiseau ayant t dvor par les dingos.

    Photo prise en 1983,

    et donc toujours

    dactualit !

  • Il ntait pas rare non plus dapercevoir des adultes spars de leur

    progniture par cette barrire infranchissable pour les jeunes.

  • Le 10 dcembre, le brigadier Martyn, commandant de la base militaire de Perth,

    rappela ses hommes. Les meus avaient disparu. Tous les tmoignages

    concordaient : depuis quelques jours ils remontaient massivement vers le nord. []

    Linspecteur charg de la maintenance de la grande barrire fit remarquer que

    depuis quelques jours les meus nessayaient plus de la franchir.

    Inspecteur

    charg de la

    maintenance

    de la grande

    barrire

    (1951)

  • Linspecteur tait certainement la personne la plus mme de constater ce retrait,

    lui qui arpentait du matin au soir la grande barrire, avec dans son charriot tout le

    ncessaire son entretien. Il occupait cet emploi depuis plus de vingt ans, et

    pouvait dire du premier coup dil, sans jamais se tromper, quel animal avait

    esquint la clture.

  • Personne charge de la maintenance des cltures (1926)

    Vous ne me croirez jamais, disait-il en riant, mais mes dbuts je navais pas ce

    chariot tir par ces deux affreux dromadaires. Non, non ! jvous jure ! mes dbuts

    javais une belle automobile toute neuve, rien que pour moi ! Une magnifique

    automobile ! Mais il sest vite avr quelle ntait pas adapte pour le bush. Je crevais

    tout le temps ! Et finalement, on me la reprise pour me donner la place ces deux

    increvables vaisseaux du dsert !

  • Daprs les militaires, leur grande contre-offensive avait port ses fruits, et

    les meus battaient en retraite. Mais, daprs les fermiers, la scheresse

    persistante, et bien plus encore lavancement des moissons, taient

    responsables du retrait des meus.

  • Ainsi prit fin la grande guerre des meus.

  • pilogue

  • Finalement, le gouvernement optera pour la construction dune clture de

    194 kilomtres au nord de Campion, la Lake Moore Emu Fence. Les travaux

    commencrent en mars 1957 pour sachever en avril 1959, pour un cot total

    de 62 032.

  • En faisant la jonction lest avec la Rabbit-Proof Fence No 1, et louest avec

    la No 2, elle barrait la route aux meus et les empchait deffectuer leur

    grande migration vers le sud. Ce qui arriva, cest que les meus bloqus dans

    leur migration se massrent par milliers le long de la clture et attirrent en

    masse les chasseurs de primes.

  • Un shilling par bec dmeu, tel tait le montant de la prime communment

    allou.

    Pice dun shilling de 1921, avec sur le revers les armoiries

    de l'Australie.

  • Anne aprs anne, on pouvait voir tout le long de la clture, parpills et

    l, des tas dos dmeus tombs sous les balles des fusils ou morts de faim et

    dpuisement.

    meus

    morts du

    ct

    droit de

    la

    barrire.

  • Kangourou

    agonisant

  • Reste de

    kangourou

  • Leschenaultia macrantha

  • FIN

Recommended

View more >