Le webdocumentaire, une nouvelle opportunit dapprhender le monde

  • Published on
    20-Nov-2014

  • View
    838

  • Download
    1

DESCRIPTION

Thse professionnelle crite et soutenue en 2009 lors d'une formation de Mastre Spcialis en Ingnierie des Mdias Numriques entre l'ESIEE et Gobelins. Cette thse porte sur les enjeux et perspectives pour le webdocumentaire et le documentaire transmdia.

Transcript

  • 1. Le webdocumentaire, une nouvelle1opportunit dapprhender lemondeOlivier CrouOctobre 2009Mastre Spcialis en Ingnierie des Mdias Numriques

2. REMERCIEMENTS.............................................................................................................................................................3AVANT-PROPOS...............................................................................................................................................................4PREMIRE PARTIE : ENJEUX ET PERSPECTIVES NARRATIVES DU WEBDOCUMENTAIRE.............................................71 QUEST-CE QUE LE WEBDOCUMENTAIRE ? ......................................................................................................................71-1 Introduction ..................................................................................................................................................71-2 Les problmatiques .....................................................................................................................................81-3 Quest-ce quun documentaire ? ............................................................................................................81-4 Dfinition du webdocumentaire.............................................................................................................152 UNE CRATION MULTIMDIA FABRIQUE POUR LE WEB ....................................................................................................212- 1 Les composants narratifs .........................................................................................................................212-2 Les autres composants .............................................................................................................................252-3 La hirarchisation de linformation, la structuration narrative, la construction du rcit ................252-4 La cration de sens par la navigation ...................................................................................................263 CONCLUSION : LE WEBDOCUMENTAIRE, UN MOYEN DE CRDIBILISER LES INFORMATIONS ....................................................27DEUXIME PARTIE : TUDE DE CAS..............................................................................................................................291 POINT DE VUE, UN AUTRE REGARD SUR LACCESSIBILIT ...................................................................................................292 VOYAGE AU BOUT DU CHARBON.................................................................................................................................333 GAZA-SDEROT, LA VIE MALGR TOUT...........................................................................................................................384 CONCLUSION ...........................................................................................................................................................42TROISIME PARTIE : FABRIQUER UN WEBDOCUMENTAIRE, LES OUTILS ET LES TECHNOLOGIES............................431 LES DIFFRENTES TAPES DE LA PRODUCTION..................................................................................................................431-1 Lcriture du projet ....................................................................................................................................431-2 La meilleure faon de le raconter ..........................................................................................................452 OUTILS ET TECHNOLOGIES ...........................................................................................................................................492-1 Les diffrents mdias.................................................................................................................................492-2 Les frameworks, Flash contre Silverlight..................................................................................................502-3 Les serveurs utiliss .....................................................................................................................................52QUATRIME PARTIE : PERSPECTIVES ET DBOUCHS DU WEBDOCUMENTAIRE .....................................................551 INTRODUCTION..........................................................................................................................................................552 LES VOLUTIONS DES SUPPORTS ET DES TECHNOLOGIES....................................................................................................552-1 Limplantation de la fibre optique..........................................................................................................552-2 La future Hybrid Broadcast Broadband TV (HBBTV).............................................................................562-3 La mobilit avec la tlvision mobile personnelle (TMP) et la LTE (dite 4G) ....................................583 MOBILIT : LA VILLE, TERRAIN DE JEU DE LA CONNAISSANCE ET DE LENQUTE DOCUMENTAIRE.......................................603-1 Introduction ................................................................................................................................................613-2 Les diffrentes tapes, de laudioguide en MP3 la mobilit interactive ......................................614 LE FINANCEMENT DU WEBDOCUMENTAIRE.....................................................................................................................654-1 Lautoproduction.......................................................................................................................................664-2 Les aides publiques ...................................................................................................................................664-3 Le cas de Narrative ...................................................................................................................................674-4 Le webdocumentaire, sponsors, publicit et marketing.....................................................................685 LE WEBDOCUMENTAIRE, UNE AUBAINE POUR LES ACTEURS DES MDIAS EN LIGNE ET LES OPRATEURS DE TLPHONIE MOBILE....715-1 Introduction ................................................................................................................................................715-2 Les mdias traditionnels sur Internet.......................................................................................................715-3 Le cas de france5.fr ..................................................................................................................................745-3 Le retour sur investissement......................................................................................................................76CONCLUSION GNRALE............................................................................................................................................77BIBLIOGRAPHIE, WEBOGRAPHIE, FILMOGRAPHIE....................................................................................................79BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................................79Sur la narration..................................................................................................................................................79Sur Internet ........................................................................................................................................................79Sur le cinma ....................................................................................................................................................79Transverse ..........................................................................................................................................................80LISTE DE WEBDOCUMETAIRES ..........................................................................................................................................80FILMOGRAPHIE.............................................................................................................................................................812 3. 3RemerciementsJe tiens tout dabord remercier lensemble de lquipe pdagogique du MastreSpcialis en Ingnierie des Mdias Numriques de LESIEE et des Gobelins et toutparticulirement leur responsable respectif, Laurent Breyton et Thierry Audoux ; merci eux pour leurs encouragements et leur professionnalisme, sans lesquels je nauraispas su mener bien ce travail.Merci toutes celles et ceux qui se sont prts au jeu de lentretien :Chez France Tlvisions Interactive (FTVI) : Bernard Fontaine, Directeur delinnovation et des technologies, Philippe Daguerre, directeur technique, ArthurMayrand ingnieur en innovations et nouvelles technologies, Sandrine Garrigues,Responsable des programmes de france5.fr, lodie Chagnas chef de projet ditorial,Xavier Faubert chef de projet ditorial France 2 / France 3 ;David Raichman, interaction designer / ergonome Web, chez Ogilvy Interactive, ;Laurence Bagot et Ccile Cros cofondatrices et directrices gnrales de Narrative,productrice de documentaires multimdias, Alexandre Brachet, Fondateur d'Upian,producteur de webdocumentaire ; et Patrick Samacher coralisateur du site Pointde vue, spcialis dans laccessibilit Web.Je remercie tout spcialement Paul Philipon Dollet qui ma soutenu et guid dans letravail de recherche et de rdaction sous le regard avis et bienveillant deChristophe Certain.Merci encore Cline de Kral pour la correction orthographique, syntaxique ettypographique de ce document. 4. 4Avant-proposCette thse professionnelle na pas vocation puiser des champs de recherche la fois rcents (webdocumentaire) et dj anciens (cinma documentaire, narrationinteractive, structuration de linformation sur Internet, technologies du Web) quimont conduit lcriture de celle-ci. Ce serait dailleurs bien ambitieux et ce seraitle travail de toute une vie. Parce que, dsol pour le truisme (il y en aura dautre),nous sommes bien sur un march en perptuelle volution.Jai d balayer ces diffrents champs tout en slectionnant, en rassemblant, enhirarchisant, en agenant des connaissances de ces diffrents domaines pourcomprendre ce qui est loeuvre dans le webdocumentaire. Cette tude est donctransverse. Ces connaissances, je les ai puises dans mes lectures (rassembles dansla partie bibliographie , webographie ), dans les entretiens que jai menspendant 4 mois, mais aussi tout au long de mon parcours professionnel de 20 ansdans laudiovisuel. Il ma paru indispensable de jeter un pont entre ces diffrentsdomaines smiologie, narratologie, communication, marketing, technologie pouranalyser le webdocumentaire comme objet de narration, pour mieux cerner sesenjeux et possibilits.Je souhaitais comprendre lapport du webdocumentaire comme vecteur pouranalyser notre monde ; le comprendre en termes dusages, de promesses de valeursur un march qui n'a pas encore trouv son vritable modle conomique, tout endtaillant les technologies envisages.Les problmatiques poses la naissance du Web il y a seulement vingt ans ontvolu, se sont prcises. Ce qui tait vague, but exciting (comme le) commentaMike Sendall, qui donna Tim Berners-Lee le feu vert pour dvelopper son projet auCERNE lhiver 1989 est devenu un monde en soi : un monde parallle , unmonde miroir o lon a de plus en plus besoin de repres Un monde o noussommes saturs dinformations, o le risque majeur devient linfopollution ; unmonde o nous devons redoubler de vigilance par rapport la rumeur, ou toutsimplement pour avoir une vision crdible des choses. Mais y regarder de prs, onse rend compte quune des problmatiques du Web qui tait vraie il y a vingt ans,est plus que jamais dactualit. lorigine, le Web fut conu comme un vritable rservoir dinformations. Trs vite,devant labondance toujours croissante de cette masse dinformations, il a fallu seretrouver dans cet amas dsorganis. Une mtaphore bien connue est celle de lagrande bibliothque. Et Christophe Certain (mon suiveur ) me le fit remarquer unjour, filant la mtaphore : Que serait une bibliothque dans laquelle tout le mondepourrait balancer des livres en tas sans se soucier de les retrouver ? Il fallut donc retrouver les livres en les classant. Ce fut lpoque des annuaires vers lemilieu des annes 1990 avec Yahoo, Alta Vista, Voil (bien dautres existent de nosjours et cohabitent avec les moteurs de recherche). Puis vinrent les moteurs de 5. recherche tel Google qui, trs vite, devint hgmonique (+ de 90 % des Franaislutilisent pour effectuer une recherche). Il fallait retrouver linformation. En faisantune recherche par occurrence, on souhaite accder rapidement une rponse quinous satisfasse (je pense au phnomne de srendipit). Cest lre du Websmantique, o des robots intelligents nous permettent de filtrer les infos.Puis, il y a 8 ans, il y eut les wikis. Formidables outils encyclopdiques (?) o tout lemonde peut publier un article ; o tout le monde peut intervenir pour le modifier, lecorriger ; o la communaut tout entire fait autorit. Une faon de rendre lesinformations disponibles objectives, la masse des contributeurs faisant consensusMais rappelons-nous seulement les premires encyclopdies lre des lumires :Diderot, dAlembert furent lorigine de ces formidables outils pour comprendre lemonde, donner tout un chacun les moyens de lanalyser. Ces noms prestigieux, ilsfont rfrence parce quon sappuie sur des esprits curieux et comptent. Il y eu ledictionnaire philosophique portatif (dj lpoque) de Voltaire qui lui fit dire dansune lettre de 1756 dAlembert :5 Je voudrais bien savoir quel mal peut faire un livre qui cote cent cus.Jamais vingt volumes in-folio ne feront de rvolution ; ce sont les petitslivres portatifs trente sous qui sont craindre. Si lvangile avait cotdouze cents sesterces, jamais la religion chrtienne ne serait tablie1. Ce que je veux rappeler ici, cest que ce sont bien des auteurs qui font autorit. Onachte le Robert parce que, derrire, il y a Alain Rey (irremplaable ?) linguiste,tymologiste de renom. lvocation mme de son nom, on sait que le propos sera la fois srieux, rudit et dit avec lgance, finesse, peru mme comme paroledvangile ? Ce qui est sr, cest que mme si lon peut mettre en doute ce qui estdit (cest toujours affaire de point de vue), je sais qui crit, qui est lauteur. Je peuxainsi me faire mon propre exercice critique.Je noppose pas la valeur des wikis (collaboratives, communautaires par dfinition)aux oeuvres dauteurs de rfrence. Les deux cohabitent. Jai moi-mmelonguement puis dans les ressources de Wikipdia lors de mes recherches. Libre nous de vrifier la vracit de linformation obtenue en multipliant/confrontant lessources comme le fait tout bon journalisteEt le webdocumentaire dans tout a, me direz-vous ?Cette thse professionnelle essaie de montrer en quoi le webdocumentaire est unenouvelle opportunit dapprhender le monde. Quen tant un point de vuedauteur, le webdocumentaire permet au lectacteur dobjectiver. Que par sanature mme, il permet dagrger, de structurer, de hirarchiser, de concatnerlinformation, tenu par un fil conducteur qui est le rcit interactif. Quen utilisant lamobilit (100 Mbits de dbit prvu pour la 4G, en service en 2012 en France, voirarticle du Monde), la golocalisation, la ralit augmente, il permettra de nousaccompagner la dcouverte du monde en ayant avec soi des moyens derelativiser, ou den savoir toujours plus. Un fil la patte mais pour tancher notre soifde savoir.Le webdocumentaire nous permettrait de donner du sens au Web. Les grandsmdias tels Arte, Le Monde, France tlvisions, Canal +, France 24, la BBC ne sysont pas tromps et lont dj expriment. Ils ont bien compris quils avaient tout1 Tir de larticle de Wikipdia sur le dictionnaire philosophique :http://fr.wikipedia.org/wiki/Dictionnaire_philosophique 6. intrt simpliquer dans la production ou la diffusion de webdocumentaires, dansun double but : amener les tlspectateurs vers le Web et capter les jeunesinternautes pour les renvoyer vers leur coeur de mtier originel, les mdias, pour resterdes rfrences, pour faire autorit dans un monde qui a besoin de repres.Ainsi, ct des moteurs, des annuaires, des wikis, des mtamoteurs, il semblequune place existe pour le webdocumentaire.Le Web a besoin de hirarchisation, de structuration, doutils danalyse. Il sembleraitbien que le webdocumentaire puisse rpondre nos attentes.6 7. 7Premire partie : enjeux etperspectives narratives duwebdocumentaire Lart est un mensonge qui nous fait comprendre la vrit2. Orson Welles dans son film F for Fake1 Quest-ce que le webdocumentaire ?1-1 IntroductionEn novembre 2008, en lanant une recherche avec Google avec lexpression webdocumentaire , on tombait invariablement dans les premires rponses sur leprogramme dun festival datant de mars 2002, intitul : Les cinmas de demain : lewebdocumentaire . Cette anne-l fut la premire mais aussi la dernire annedexistence pour ce festival organis par le Centre Pompidou3, en parallle duFestival du cinma du rel qui lui existe toujours. Ce festival annonait alors : Le webdocumentaire est un genre encore peu exploit, parce qu'encore maldfini puisqu'il se trouve aux frontires de la Web TV, du magazine en ligne ou dujournal de bord. C'est un documentaire travaill avec les outils multimdias, textes,images, vidos, une manire de mettre les nouvelles technologies au service de laconnaissance et d'un point de vue. Entre 2002 et 2007, le webdocumentaire disparat des festivals. Il nexiste, quelquesrares exceptions prs (nous verrons plus loin lhistorique), quasiment pas de crationsvisibles sur la toile. Le format semble avoir fait long feu. Il est vrai qu lpoque, ledbit tait insuffisant avec les modems 56K pour une lecture fluide danimations etde vidos. Et puis il y eut, en mars 2000, lexplosion de la bulle Internet annihilant dumme coup le financement et donc toutes les vellits de production. Le modleconomique nexistant pas, les projets raliss trouvrent leur place dans un autrefestival, le Flash Festival en France , galement organis au Centre Pompidou (dslors, il ne faut pas stonner que les webdocumentaires soient, dans leur grandemajorit, des sites Internet faisant la part belle aux animations Flash).Le contexte cette anne a bien chang puisque les abonns Internet en France lesont plus de 95 % en haut dbit4. Si on lance la mme recherche aujourdhui sur lewebdocumentaire, on se rend compte que les sites pouvant tre dsigns souscette appellation commencent foisonner. Ldition du 25 juin 2009 de2 On peut tout aussi bien attribuer lorigine de cette phrase Pablo Picasso : Lart est un mensonge qui nouspermet de dvoiler la vrit. http://www.dicocitations.com/citation.php3 Les festivals au Centre Pompidou : Les cinmas de demain : le webdocumentaire et Flash Festival en France en 2002 :http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/2f6d2a49fa88f902c1256da5005ef33f/35cee60b37d089eac1256b4b004bf6ae!OpenDocument4 18,3 millions dabonns haut dbit pour peine 1 million dabonns bas dbit la fin du 1er trimestre 2009 (chiffresARCEP : http://www.arcep.fr/index.php?id=10135&L=2%5C%252) 8. 20minutes.fr5 annonce : Le webdocumentaire explose sur la toile ; le Festival duCinma du rel6 propose des rencontres professionnelles sur le thme Vers denouveaux modes de cration de documentaire : entre pratiques partages,normalisation et diversification ; le festival Sunny side of the doc7 de La Rochelleorganise un colloque Nouveaux mdias, nouvelles critures sur comment crireun projet documentaire pour les nouveaux mdias ? Tout ce que vous voulez savoirsur lcriture non linaire [] ; enfin depuis un an plus de 120 projets dewebdocumentaires ont t dposs au CNC8Et mme si son modle conomique se cherche encore, la voie duwebdocumentaire semble bien relance (nous tudierons plus loin des cas devritable production, avec la cl une rentabilit qui nest peut-tre pasdirectement financire).81-2 Les problmatiquesPass ltat hypnotique provoqu par la fascination de la nouveaut, par la beautformelle du dispositif narratif dun tel objet, il faut se demander :Quest-il possible de faire en ligne par rapport au CD-ROM ou au DVD-ROMinteractifs ?Le webdocumentaire est multimdia et souvent interactif, aussi quel type denarration est-il possible denvisager ; quelle est la place de lauteur, celle delinternaute ?En quoi le webdocumentaire, grce aux avances technologiques etconceptuelles du Web, amne-t-il un plus dans la narration ?Le webdocumentaire tient-il ses promesses ; transforme-t-il les motions enpense, lexprience-utilisateur en savoir ?Il est encore un format de cration relativement nouveau. Aussi pouvons-nousnous demander quel est son avenir ?1-3 Quest-ce quun documentaire ?Pour comprendre ce quest le webdocumentaire, en quoi il apporte quelque chosede nouveau, il nous faut revenir sur ce quest le cinma documentaire traditionnel,tudier les problmatiques qui le traversent. Puis il faudra confronter ces deux formesdoeuvre pour analyser ce que peut le webdocumentaire par rapport audocumentaire la narration linaire.5 Voir larticle de 20minutes.f : http://www.20minutes.fr/article/335077/Media-Le-web-documentaire-explose-sur-la-toile.php6 Festival du Cinma du rel, dition 2009 : http://www.cinereel.org/article3684.html7 Voir latelier du 24 juin 2009 du Sunny side of the doc :http://www.sunnysideofthedoc.com/fr/ssd_i_agenda.php?iAgenda=evenements8 Daprs Alexandre Brachet, fondateur et producteur chez Upian et jury au CNC. 9. Les origines du documentaire, un outil dtude scientifique pour capter lerel ?Je ne vais pas ici faire un historique du documentaire. Mais juxtaposer deuxexpriences primitives qui mettent bien en vidence la complexit du propos. lentre documentaire du Dictionnaire du cinma9, on trouve la dfinitionsuivante :Le genre documentaire nest pas nouveau puisquil est lorigine du cinma. Onpeut se rappeler les premiers travaux dtienne Jules Marey :Figure 2-La camra fixe plante lasortie de lusine, filme les ouvriersquittant leur travail en habits du9 Film qui a le caractre dun document, qui sappuie sur des documents.Selon Georges Sadoul, Littr admet le terme documentaire en 1879 entant quadjectif signifiant qui a un caractre de document. Citant JeanGiraud, lhistorien note que le vocable prend, ds 1906, un senscinmatographique et devient substantif aprs 1914. Physiologiste franais qui (ds 1882) sespcialisa dans ltude des mouvements etrapporta avec la Chronophotographie, lesallures dun cheval au trot et au galop, eninscrivant automatiquement le temps quedure lappui pris sur le sol par chacun des piedsde lanimal10. Figure 1-Le fusil photographique dtienneJules Marey est prsent dans la revue LaNature de 1882.Le cinma fut donc utilis par tienneJules Marey comme un outil dtudescientifique pour capter le rel. Nulleenvie chez lui de nous narrer une histoire,de nous rapporter des faits, mais lavolont dtudier le mouvement, ledplacement des animaux et la marchechez lhomme.On parle vritablement de cinmatographe en1895 avec les vues de la sortie des usines Lumire Lyon, film des frres du mme nom. Ce film,anctre de ce quest de nos jours le filmdocumentaire (ou peut-tre le film dentreprise), estconsidr comme le premier film projet. Plusieursdimanche !versions existent ; la plus clbre est celle, tourndurant lt 1895, o lon voit les ouvriers et les ouvrires en tenue du dimanche Latoute premire version filme quant elle date de mars 1894.119 Dictionnaire du cinma, Larousse, 1986, p. 189.10 Histoire du cinma, Jean Mitry, ditions universitaires, 1967, p. 39.11 Voir article Wikipdia : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Sortie_de_l%27usine_Lumi%C3%A8re_%C3%A0_Lyonet la vido : http://www.dailymotion.com/video/xdyus_la-sortie-des-usines-lumiere-a-lyon_school) 10. Ainsi, le voit-on ds ses dbuts, le cinma peut tre un bon outil utilis pour analyserle rel. Mais entre le rel et ce quon en capte avec loutil camra, il y a toujoursune distorsion due la vision du ralisateur. Cette distorsion est linterprtation delauteur ; la mise en scne cinmatographique le moyen den rendre compte.Parfois, la mise en scne est telle quelle peut faire sourire, interroge le spectateur,comme ces ouvriers films quittant lusine Lumire en habits du dimanche Laralit des ouvriers quittant lusine en bleu de travail tait-elle trop dure soutenir ? Yavait-il une volont des frres Lumire, par cette mise en scne, denjoliver laralit ?Il faut croire que, comme le dit le philosophe Clment Rosset12, la facult humainedadmettre la ralit [] nimplique pas un droit imprescriptible celui du rel treperu mais figure plutt une sorte de tolrance, conditionnelle et provisoire. Le relnest gnralement admis que sous certaines conditions et seulement jusqu uncertain point : sil abuse et se montre dplaisant, la tolrance est suspendue. La camra est, certes, un trs bon outil pour dcrire le monde, mais la manire dustylo dun crivain13 ; lcrivain combinant le vrai et le faux pour nous fairecomprendre son propos.Frontire entre documentaire et fictionLa frontire entre fiction et documentaire est parfois tnue. Mais alors que la fictioninvente une histoire pour parfois parler de lHistoire, le documentaire lui travaille avecle rel. Mme lorsquil utilise des comdiens pour des reconstitutions, cest bien lerel quil sagit dinterprter pas une fiction.Lorsquon pense au film Entre les murs de Laurent Cantet, palme dor Cannes en2008, on peut tre pris dun doute. Est-ce une fiction, un documentaire ?Pour moi, il sagit bien dune fiction adapte du roman ponyme de FranoisBgaudeau qui joue son propre rle. Cest une fiction parce que les comdiens, tousnon professionnels, ont travaill en atelier un t durant pour trouver despersonnages et les construire, afin de raconter une histoire qui colle aux thmes dulivre.Larticle de Wikipdia sur le documentaire14 propose la distinction suivante entredocumentaire et fiction :10 Le film documentaire est une catgorie dans le domainecinmatographique qui se fixe pour but thorique de produire lareprsentation d'une ralit, sans intervenir sur son droulement, uneralit qui en est donc indpendante. Il s'oppose donc la fiction, quis'autorise de crer la ralit mme qu'elle reprsente par le biais, le plussouvent, d'une narration qui agit pour en produire l'illusion. La fiction,pour produire cet effet de rel s'appuie donc, entre autres choses, surune histoire ou un scnario et une mise en scne. Par analogie avec lalittrature, le documentaire serait la fiction ce que l'essai est auroman. 12 Le Rel et son double, Gallimard, 1976.13 Lire ce sujet le concept de camra-stylo dvelopp par Alexandre Astruc dans Naissance dune nouvelleavant-garde , paru dans le magazine L'cran franais le 30 mars 1948.14 http://fr.wikipedia.org/wiki/Documentaire 11. Qui dautre que Jean-Luc Godard pouvait mieux expliquer la diffrenceFONDAMENTALE entre fiction et documentaire, trancher dfinitivement, pourreconnatre limbrication de lun dans lautre. Je ne peux mempcher de vous livrercette belle rflexion :11 Car enfin, il ny a pas de demi-mesures. Cest ou la ralit, ou lafiction. Ou bien on met en scne, ou bien on fait du reportage. Onopte fond ou pour lart, ou pour le hasard. Ou pour la construction,ou pour le pris sur le vif. Et pourquoi donc ? Parce quen choisissant dufond du coeur lun ou lautre, on retombe automatiquement sur lautreou lun. 15Lors de lcriture de cette thse professionnelle, jai voulu rpertorier les filmsdocumentaires que javais vus. Il ma sembl important den faire le rcapitulatif. Ilssont mes rfrences et me permettent de parler en connaisseur du documentaire etdonc du webdocumentaire. Certains des auteurs cits sont galement desralisateurs de films de fiction. Mais Jai prfr exclure ces films de cette liste. Vousla trouverez dans la partie Bibliographie, webographie, filmographie .Entre reportage et documentaire, une diffrence denjeuDans le reportage, la problmatique est pose avec des interrogations du genre : comment a marche ? comment a se passe l-bas ? comment fait-on a ?Lenjeu dun reportage est donc dexpliquer un fonctionnement. Il sinterroge sur desconsquences (les consquences de la crise financire sur les pays du tiers-monde).Pour le documentaire, lenjeu est davantage dexpliquer les mcanismes qui fontquon en est arriv l. Le questionnement est plutt du type : quest-ce qui fait que? pourquoi? en quoi?Le questionnement est plus complexe dans le cas dun documentaire et devragalement passer par des chanes de production qui elles-mmes sont faites deminireportages. Le documentaire interroge les consquences et en analyse lescauses (quest-ce qui fait que cette crise financire a eu lieu, quelles en sont lesconsquences sur les pays du tiers-monde ?).Aucun jugement de valeur noppose reportage et documentaire, il existe de bonsreportages et de mauvais documentaires, et vice versa. La valeur tient la rponse(le fond, la forme et les fonctionnalits) apporte par les auteurs lenjeu du projet.En dfinitive, le point de vue sera dautant plus affirm quon est dans undocumentaire, lenjeu portant en effet moins consquence dans un reportage.Larticle de Wikipdia16 propose une distinction : Le documentaire se distingue (aussi) du reportage. Il est parfois trsdifficile de faire la distinction entre un reportage et un documentaire. Il15 Godard par Godard, les annes Cahiers, Jean-Luc Godard, Flammarion, 1989, p. 218.16 Op. cit. 12. Figure 3-Photo tire dufilm Massoud l'Afghan.12faut donc juger les oeuvres dans leur globalit, sur un ensemble decritres. Par exemple :* les intentions de l'auteur, le synopsis* la longueur* le cadre* la sophistication du montage* l'habillage sonore et musical* les techniques utilises* le langage* le temps* l'utilisation d'acteurs* les reconstitutions, les mises en scnes* l'originalit, la raret* etc.Une autre manire de distinguer le documentaire du reportagepourrait tre de dire que pour le premier, l'auteur appelle la ralit soi, tandis que pour le second, c'est l'inverse. Enfin jai trouv cette diffrentiation entre documentaire et reportage de DidierMauro, lide est que le documentaire sinscrit dans le temps quand lactualit estphmre : Le documentaire relve du champ artistique (et cinmatographique)alors que news, reportages et magazines procdent du champjournalistique. [] Les films documentaires sont considrs comme desoeuvres, destines perdurer ou tmoigner dune poque, tandisque les programmes audiovisuels journalistiques sont essentiellementconstitus dune information jetable sans objectif de prennit[]17. La notion de temps est trs importante pour bien diffrencier le documentaire dureportage journalistique. Ce dernier est pour lessentiel au prsent, li lactualit.Lintrt du documentaire est dobserver le prsent et de le mettre en perspectiveen interrogeant le pass (voir de se projeter dans le futur). Cest peut-tre cettecondition, mettre le prsent lpreuve du temps, qui permet de comprendre lescauses dun phnomne observable ici et maintenant. Le documentaire sinscritvritablement dans le temps, cest aussi pour cette raison que le documentaire peutfaire dateLobjectivit (suppose) journalistique face lasubjectivit (assume) du documentaristeFace la thorie de la neutralit journalistique18 base sur le nobodys point of view (le point de vue de personne), ledocumentariste affirme au contraire son point de vuedauteur.Dans le film Massoud lAfghan19, Christophe de Ponfillyaffirmait vouloir parler la premire personne tout en17 Dans Le Documentaire, cinma et tlvision, Dixit, 2005.18 Lire p. 43 dans Mediating the Message: Theories of Influences on Mass Media Content, Longman Publishers, 1996 :http://journalism.utexas.edu/sp/groups/public/@commjourfac/documents/general_information/prod75_027392.pdf19 Film sorti en 1998 (commenc en 1981) qui raconte le combat des troupes du commandant Massoud contre lesSovitiques dabord, contre les Talibans soutenus par les Pakistanais ensuite. 13. poursuivant dans son commentaire off que ce ntait pas notre guerre etpourtant Plus loin il expliquait :13 Je voulais juste filmer le courage de ces paysans dont Massoud tait lehros []. cette poque, je rvais encore dun film agissant surlhistoire et croyant en la justice [] Mes films taient devenus partisans ;lobjectivit journalistique me semblait suspecte. Figure 4- Thomas Coex/AFP Christophede Ponfilly avec, en arrire-plan, unportrait du commandant MassoudLa principale diffrence entre reportage etdocumentaire se situe donc dans laffirmation dupoint de vue de lauteur. Pas forcment ensengageant comme Christophe de Ponfilly, enutilisant le cinma pour dfendre une cause (juste).Mais en assumant tout simplement sa subjectivit.Je renvoie ici encore larticle de Wikipdia20 pourla question de lobjectivit et de subjectivit : La pratique rvle que la limite entreobjectivit et point de vue du cinaste estparticulirement tnue : un documentaire rpond toujours unedmarche de son auteur, et propose donc une vision particulire.Cette vision rsulte principalement de choix, que ce soit au niveau dusujet trait, des moyens, de l'approche ou, surtout, du montage. Undocumentaire est donc une vritable oeuvre de cration, qui ne sauraitprtendre l'objectivit, contrairement ce dont il se voit souventimplicitement investi. Mais cest parce que lauteur aura dautant mieux dfini son point de vue en nousexprimant do il parle, en nous disant qui il est, en nous dvoilant par exemple ledispositif narratif, que le spectateur sera en mesure de se forger sa propre opinion surce qui lui est prsent, et ainsi dobjectiver.La focalisationRappelons ici les notions de focalisation que lon utilise gnralement pour lalittrature mais qui peuvent nanmoins sadapter aux modes narratifs dudocumentaire. Ces quelques lignes sont tires de larticle de Wikipdia sur lanarratologie21 : Focalisation externeLhistoire est raconte travers le regard dun narrateur extrieur lhistoire qui ny participe pas.Focalisation interneLhistoire est raconte travers le regard dun personnage.Focalisation zro (point de vue omniscient)Le narrateur sait tout et en sait mme plus que les autres personnages. Le documentaire (comme le roman) alterne les diffrents types de focalisation. Jerajouterais quavec la focalisation externe, le narrateur est tmoin de lhistoireraconte ; la focalisation interne permet de faire partager le ressenti du personnage.20 Lire la suite de larticle de Wikipdia sur le documentaire dans la partie la question de lobjectivit :http://fr.wikipedia.org/wiki/Documentaire21 Article de Wikipdia sur la narratologie : http://fr.wikipedia.org/wiki/Narratologie 14. 14Dans Roger and Me, Michael Moore se met en scne.Il traque inlassablement (tel Droopy, le personnage de TexAvery) le PDG de General Motors, Roger Smith. MichaelMoore veut lui faire prendre conscience des consquencesde sa politique de restructuration de la compagnie sur laville de Flint (ville natale du ralisateur). Le rcit est lapremire personne (focalisation interne) ; parfois, deschiffres viennent ponctuer les prgrinations du journalistedinvestigation (focalisation zro).Le point de vue, le hors-champFigure 5-Michael MooreDans la lecture, le visionnage, d'une oeuvre de fiction oudans Roger and Me.de documentaire, il y a toujours pour nous, lecteur ouspectateur, une qute de vrit. Dans le cas du webdocumentaire, comme pour ledocumentaire traditionnel, il s'agit d'une vrit travaille partir du matriau ralit . Cette vrit n'est toujours que l'expression du point de vue d'un auteur surles choses.Il n'est pas ais de dfinir ce qu'est le point de vue. Surtout qu'il s'immisce tous lesstades de la cration d'une oeuvre, c'est ce qui porte les diffrents mdias quiconstituent l'oeuvre (plus ou moins ou pas du tout) interactive mais c'est aussi ce quidonne la spcificit du regard de l'auteur.Le point de vue passe par exemple par le choix que l'on fera dans le placement dela camra pour filmer une scne. Cela passe aussi par le choix d'aller interroger telspcialiste plutt que tel autre. Le point de vue document c'estapprofondir/orienter ces recherches sur un domaine plutt qu'un autre, en utilisantcomme filtre, comme cadre, l'enjeu mme du projet : c'est la problmatique poseavec l'oeuvre interactive comme outil.Pour ce faire, on confronte des avis. Il ne sagit pas dopposer de faon strile desavis contraires comme cest souvent le cas dans les mauvais reportages (je cite demmoire Jean-Luc Godard qui a toujours eu le got des formules percutantes : Latlvision cest 5 minutes pour les juifs, 5 minutes pour Hitler. ) Mais il fautconfronter les points de vue, les juxtaposer, pour essayer, pour voir ce que provoquecet entre-deux. Car cest bien dans cet entre-deux que se cre le sens, une brcheo l'individu s'engouffre.Le point de vue, c'est faire le choix de ce que l'on montre mais aussi de ce que l'onne montre pas, cest--dire le hors-champ. Au cinma, le son est souvent utilis pournous rappeler l'environnement dans lequel voluent les personnages. Dans leswebdocumentaires, la bande-son est primordiale, elle permet de contextualiser, debaigner le spectateur dans une ambiance ; elle permet galement de donner de laprofondeur aux images (fixes la plupart du temps). Souvent on parle de la tlvisioncomme d'une fentre sur le monde. Cette mtaphore s'oppose aussi au fait que l'onregarde sur un cran. Un cran, a fait cran (comme disait Godard encore unefois). Un cran (de tlvision, d'ordinateur) est dlimit par un cadre. C'est dans cecadre que les auteurs donnent voir mais aussi qu'ils nous cachent une partie del'environnement qui les entoure. Ce qui nous est cach sera alors suggr par le son.Certains ralisateurs, eux, utilisent d'autres procds. Je pense van der Keuken quise servait parfois dun dcadrage lors de la prise de vue comme pour nous signifierque le monde n'est pas uniquement fait de ce qu'on nous montre, frontalementNotons ici quen multipliant les crans, le webdocumentaire nen reste pas moins, 15. comme le documentaire, une reprsentation du monde. Il ne donne pas plus que lecinma, la littrature ou la tlvision de vision plus relle du monde car la ralitnest pas non plus une accumulation de tous les points de vue Il existera toujoursun hors-champ !151-4 Dfinition du webdocumentaireSi la dfinition de 2002 cite en introduction donne une bonne approche de cequest le webdocumentaire, nous allons nous efforcer de le dfinir au plus prs afinde mieux cerner ce qui est en jeu dans ces nouvelles formes doeuvres.Du nologisme son contenuPar le nologisme webdocumentaire , nous dsignons un documentaire dont laconception et la ralisation sont faites pour le Web et qui est diffus sur le Web. Il nesagit pas dun documentaire dans sa forme tlvisuelle ou cinmatographique, lanarration linaire, qui trouverait sur Internet un nime espace de diffusion, mais unesorte de prolongement de ce que furent le CD-ROM ou le DVD-ROM : une oeuvreutilisant les technologies du Web et ses diffrentes ressources multimdias.Tout dabord, un webdocumentaire est un site Web comme nous lentendonsactuellement, possdant un nom de domaine, une URL utilisant le protocole http,permettant d'changer des pages Web gnralement au format HTML dont lesressources sont hberges sur un ou plusieurs serveurs.Ce qui le diffrencie dun autre site Internet : le rcit dun auteurUn rcit est bas sur le schma classique aristotlicien. Celui-ci se compose dundbut (ou exposition), dun noeud (ou dveloppement), dune conclusion oudnouement. La mise-en-intrigue consiste principalement dans la slection etlarrangement des vnements et des actions racontes, qui font de lafable une histoire complte et entire, ayant commencement, milieuet fin. [] Pour passer de la simple suite linaire et temporelle desmoments [] un rcit proprement dit, il faut oprer unenarrativisation de ce procs, passer de la chronologie la logiquesingulire du rcit []22. Narration linaire, lecture dlinariseLa narration traditionnelle est dite linaire. Cest celle du livre (et du cinma) parexcellence. Elle est structure en chapitres (par squences) quon lit (regarde) apriori dans lordre dcid par lauteur. Notre lecture, elle, nest pas forcmentlinaire.22 Jean-Michel Adam, Le Rcit, Que sais-je ? , PUF, pp. 90-91. 16. Il est bien rare de lire un livre dune seule traite. La Crucifixion en rose23 dHenry Millerma, par exemple, accompagn pendant prs de deux mois. De mme, vous enconviendrez, quil est impossible de lire La Guerre et la Paix de Lon Tolsto en unejourne. Alors le soir, la journe passe, lorsquon rouvre le livre abandonn la veille,on fait jouer notre mmoire long terme pour se raccrocher au fil de lhistoireRien nempche non plus, en lisant un roman, de sauter un passage. Je me rappellelavoir fait bien souvent lors des interminables descriptions dans Les ChouansdHonor de Balzac. Il est vrai que ce nest pas, loin de l, sa meilleure oeuvre ! Rienne nous empche non plus de revenir en arrire pour vrifier ce qui a t crit. Jeme souviens la lecture de La Moustache dEmmanuel Carrre, davoir plus dunefois opr un flash-back lorsque, incrdule face la cohrence du rcit, je vouluspiger lauteur. Mais tout cela tait d ma propre interprtation qui, au fur mesure de la lecture, memmenait vers de fausses pistes. Ces confusions avaient tvraisemblablement voulues par lauteur : elles dsorientent le lecteur, qui avancedans lhistoire par lentremise du hros narrateur lesprit malade.Pour un film, il en est de mme. Depuis le magntoscope de salon (le VHS remontequand mme au milieu des annes 1970 !) et surtout avec le lecteur de DVD, onpeut rembobiner pour rcouter une rplique, revoir une scne au ralenti ou bienencore aller directement un chapitre de son choix (dans le cas du DVD, bienentendu).Ce nest donc pas lobjet lui-mme qui impose la linarit de la lecture ou duvisionnage mais bien le mdia. Et si on admet que lon peut enregistrer unprogramme TV, faire des pauses en direct grce au disque dur de notre set-topbox , alors il ne reste que la projection cinma pour nous proposer un rcit nepouvant tre suivi que de faon totalement linaire.Ce qui est certain, cest que le mode de narration des webdocumentaires a quant lui t conu de manire ce que le lectacteur navigue au travers delinterface de faon totalement dlinarise. Cest lui qui concevra de manireunique son parcours dans le webdocumentaire.Ce qui change ici, cest sa parent avec les formes de documentaires traditionnels.Le webdocumentaire est donc un site qui nous raconte quelque chose. Ce quelque chose est structur, agenc, mis en scne. Le rcit, comme lexpliqueGrard Genette24, est tout la fois lensemble des vnements rapports (lhistoire),la faon dont ils sont raconts et le fait mme de les raconter (la narration). la diffrence dun autre site, en le parcourant, nous allons nous faire notre propre exprience utilisateur . Cest ce cheminement diffrent selon linternaute quiva produire du sens (nous aurons loccasion dy revenir). Produire du sens, cest entout cas ce que lon attend dun webdocumentaire.Comme pour le documentaire, le webdocumentaire possde un thme principal,des thmes sous-jacents ou secondaires ; il est utilis au service dun (ou plusieurs)point(s) de vue document(s), ce point de vue tant laffirmation dun regard sur lemonde ; il offre un (ou plusieurs) rcit(s) avec une forme narrative qui lui est propre ;sa forme et son fond nous proposent une reprsentation du monde nous permettantdapprhender la ralit ; il fait travailler limaginaire de son spectateur/internaute.23 Plus connu par les titres mme des diffrents ouvrages, la trilogie est compose de Sexus, Plexus, Nexus, Le Livre dePoche, 1996.24 Rapport par Serge Bouchardon et Franck Ghitalla in Hypertextes hypermdias, crer du sens lair du numrique,(p. 36), Lavoisier, 2003, daprs Discours du rcit, in Figures III, Seuil, 1972.16 17. De la narration lexprience utilisateurAinsi, avec le webdocumentaire, passons-nous dune narration linaire desdocumentaires traditionnels (mme si le montage proprement dit ne lest pas25) une narration empruntant aux interfaces que lon retrouve sur les sites Web et dansles jeux vido.Cette narration peut tre de diffrents types : arborescente (celle des jeux, avec des niveaux) indterministe (on va toujours dun point de dpart un point darrive, mais volutionniste (un point de dpart mais pas de point darrive, le monde se17les parcours, innombrables, sont laisss au choix de linternaute)Figure 7-Structure en forme darte de poisson : leslucioles sont les points dentre des rubriques.Figure 6-Capture d'crande Thanatorama.cre au fur et mesure du parcours de lutilisateur).Lide dune narration au service de lexprience utilisateur prend ici vritablementtout son sens.Alexandre Brachet, fondateur de la socit Upian26 (qui a produit un bon nombre dewebdocumentaires), parle de structure en forme darte de poisson pourThanatorama27 plutt que de vritable arborescence (figure 7). Dans cewebdocumentaire, on nous propose de connatre leparcours de notre corps une fois dcd, en territoirefranais. Un parcours indterministe pour cewebdocumentaire dans le sens ou on connat notre pointde dpart (notre propre mort avec le constat de dcslattestant), le point ultime de notre parcours (la dispersiondes cendres aprs crmation ou lenterrement) mais o lanavigation peut nous faire prendre plusieurs directionsentre ces deux points.Concept audacieux qui se proposede nous faire vivre une expriencede laprs : Thanatorama, laven-turedont vous tes le hros mort .25 Dans Lpreuve du rel lcran , p. 42, Franois Niney parle de [] montage : excentrique, spirale,achronologique, polyphonique [] .26 Sur la page daccueil dUpian, on trouve des liens vers six de ses productions : http://www.upian.com/27 Voir le webdocumentaire Thanatorama : http://www.thanatorama.com/docu/? - /accueil/ 18. La place de lauteur, celle de linternauteLa narration, tant le cheminement de la pense dun auteur, nous pouvons nousinterroger sur la valeur de ce type doeuvre si linternaute peut ce point rcrire,intervenir sur lhistoire ? Tout cela semble contradictoire : Comment peut-onconcilier narrativit (prendre le lecteur par la main) et interactivit (lui donner lamain) ? , sinterrogent Serge Bouchardon et Franck Ghitalla28. Pourtant, lewebdocumentaire saffirme bien comme un point de vue sur le monde18 Dans les documents numriques, la prsence de lauteur savreproblmatique ; elle dcrot encore mesure que celle du lecteur estau centre du dispositif. Dans les hypertextes, par exemple, la pratiquedes liens non seulement prive lauteur de sa relative matrise sur leparcours de lecture, mais elle lui retire une partie de larmaturerhtorique qui lui permettait de conduire son lecteur29. En ce qui concerne le webdocumentaire, il nest pas question de laisser linternaute,seul, livr lui-mme, surfant au gr des liens, dans une navigation sans fin. Lanavigation a t balise et a priori, les parcours ont t pralablement dfinis. Ainsi, le rcit interactif, en permettant au lecteur dagir sur le dispositif du rcit []apparat comme une exprience des limites30 .La relation auteur/lecteur, lexprience utilisateurLintrt du webdocumentaire rside (entre autres) dans le fait quil permet unepersonnalisation du visionnage de loeuvre. Linternaute navigue sur le site au gr deses envies. Il a ainsi le sentiment dune individualisation des informations donnes. Lasatisfaction de linternaute est dautant plus grande quun site rpond (et lewebdocumentaire bien entendu) quatre critres : * utilit : le site a t utile au visiteur, il a trouv ce qu'il y cherchait(variante : il n'a pas trouv tout fait ce qu'il cherchait, mais ce qu'il adcouvert l'a intress) ;* facilit et confort d'utilisation : le visiteur a trouv facilement ce qu'ilcherchait, et a pu aisment accomplir les tches qu'il s'tait assignes(trouver une information, poser une question, acheter un produit,couter un extrait musical, etc.). L'utilisation du site ne lui a pas pris latte ;* Confiance : les informations trouves sur le site lui ont donnconfiance : identit des propritaires, marque connue, prix clairementaffichs, informations sur le respect de la vie prive, livraison dans desplages horaires compatibles avec son emploi du temps* Qualit de service : la logistique en aval [amont ?] du site a tenu sespromesses en livrant l'heure prvue, et le produit livr s'est rvlconforme aux informations du site (ce quatrime point ne s'appliquepas aux sites d'information) 31. Linternaute est satisfait sil a vcu une bonne exprience-utilisateur. Il aura ainsi unebonne image de ce quil a vu/lu/vcu.Vincent Bnard, sur son blog Veblog.com, rsumait plus loin lexprience-utilisateur,dans un texte publi il y a dj 9 ans :28 Hypertextes hypermdias, crer du sens lre du numrique, op. cit., p. 36.29 La Redocumentarisation du monde, Roger T. Pdauque, ditions Cpadus, 2007 p. 193.30 Hypertextes hypermdias, crer du sens lre du numrique, op. cit., p. 44.31 De larticle publi le 13/08/2000 (dj !) sur Veblog.com de Vincent Bnard, L'exprience-utilisateur, cl dusuccs des sites Internet : http://www.veblog.com/fr/2000/0813-userexperience.html 19. 19 Une bonne exprience vcue par un utilisateur sur un site Web est cequi lui donnera l'envie d'y revenir. Cette exprience se fonde sur :l'utilit du site, sa simplicit d'utilisation, la confiance qu'il inspire, et laqualit du service dlivr. Investir dans l'amlioration de l'exprience-utilisateurest la meilleure dpense qu'un dcideur puisse ordonner32. Une double spcificit par rapport un documentaire traditionnel :linteractivit avec le spectateur, lagrgation dynamique de contenusCest la fois dans son mode de diffusion, dans la faon dont lespectateur/internaute (on parle parfois de lectacteur de spectacteur 33 et aussid interacteur 34) le regarde/agit mais galement dans sa structure mme quilfaut voir la diffrence avec un documentaire traditionnel. Cest un documentaire engnral interactif et en ligne. Linteractivit dInternet permet de fournir plusieurspoints dentre, et donc des alternatives la narration linaire unique impose dansle documentaire traditionnel. Son accs est en principe universel (il faudrait pourcela penser son accessibilit). Cest une diffusion one to many .Le webdocumentaire, nous lavons dit, est un site Internet : il nestregardable/parcourable dans sa forme complte quen ligne. Cest bien parce quenous utilisons un navigateur Web pour le parcourir que celui-ci, mme une foischarg, reste reli par lhyperlien au reste du Net que nous parlons dewebdocumentaire.Nous sommes ici en prsence dune structure composite, faite de mdias de natureshtroclites et utilisant les diffrentes technologies du Web. Comme sur un DVD-ROMou un CD-ROM, nous pouvons avoir du texte, du son (sons dambiance, bruitages,commentaires, interviews et musiques), de limage (photos, graphismes, imagesanimes, vidos) cliquable ou non, de la cartographie ; nous naviguons galement laide dun menu. Mais ces mdias ne se retrouvent pas physiquement sur unmme support comme avec un CD ou un DVD. Les diffrents mdias sont souventhbergs sur des serveurs diffrents. On pourra utiliser par exemple les plates-formesYoutube ou Dailymotion pour la vido, garantissant ainsi un cot rduitdexploitation pour des mdias ncessitant un dbit important.Un webdocumentaire est donc la runion, lorganisation et la mise en forme desdiffrents lments qui le constituent. Sil est htrogne par sa structure, et alors queles lments le constituant sont hbergs sur diffrents serveurs de par le monde, lewebdocumentaire russit pourtant la prouesse dtre fluide et de donner lillusiondune oeuvre homogne.Le webdocumentaire dans un monde mouvantDernire notion quil nous faut aborder, celle de la prennit du webdocumentaire.Figer ou non le contenu ?trange ide que celle de figer le contenu dun webdocumentaire lre du Web2.0. Pourtant cest une question que ne peuvent luder les auteurs dewebdocumentaire32 Toujours repris sur Veblog.com, de Vincent Bnard.33 Notion dveloppe par Jean-Louis Weissberg, Prsences distance, LHarmattan, 1999.34 Lire, ce sujet, larticle de Catherine Guneau : http://www.mediascreationrecherche.com/spectateur.pdf 20. linstant T , un site a une certaine forme ; deux ans plus tard linstant T + 2 , lemme site a un autre contenu, une autre forme, de nouvelles fonctionnalits. Ilpourrait en tre ainsi pour le webdocumentaire il faudrait alors parler de ce queCassavetes appelait a work in progress , quon peut traduire par un travail encours, en volution constanteCassavetes mettait en effet beaucoup de tempspour trouver la forme dfinitive au montage de cesfilms. [] La vie du film [est] conu non plus commeune totalit ferme mais comme un organisme vivanten perptuelle mutation35 , ainsi, le film peutcontinuer dans le travail imaginaire du spectateurpour se dissiper lentement comme en une fin indfinieet personnelle chacun36 nous dit Thierry Jousseancien rdacteur en chef des Cahiers du cinma.Un site est une version 1.0, 1.1, 1.2 puis 2.0 et ainsi de suite. Nous sommes dansune poque de versioning . Le webdocumentaire serait en perptuelle volutionen fonction de lvolution mme du site, de lactualit ? Le webdocumentaire peut-iltre une rfrence si son contenu volue constamment ? Comment imaginerparler dun webdocumentaire si, en confrontant son exprience avec une autrepersonne, non seulement il na pas vu la mme chose parce que son exprience estncessaire diffrente, mais parce quen plus les contenus ont t modifis ? Ainsi ilparat souhaitable, si le webdocumentaire veux tre crdible, de figer le contenu (limage de Gaza-Sderot, nous y reviendrons dans la partie tude de cas ). Et debien comprendre le risque quil y aurait de modifier instamment le contenu enfonction de lactualit. Encore une fois, le webdocumentaire nest pas delactualit !La prennit du webdocumentaireDeuxime problmatique, nous venons de le voir, le contenu dunwebdocumentaire ne ncessite pas de support physique, il y a dmatrialisation dusupport. Ce qui induit que, le support technologique voluant, et les liens pouvanttre rompus (on parle de lien mort), il y a risque de ne plus pouvoiraccder/lire/naviguer (/sur) un webdocumentaire que lon pouvait voir un anauparavant.Il semblerait quun portail reliant les webdocumentaires entre eux soit ncessaire afinde les retrouver dans le temps. Cest ce que proposera france5.fr lautomne 2009avec son offre documentaire incluant des webdocumentaires (voir paragraphe 5-3de la quatrime partie). Pour quun site soit bien rfrenc, il faut quil y ait du traficsur le site ; il faut donc des liens qui renvoient vers ce site mais galement des liensqui en ressortent.Il y a non-permanence de lobjet documentaire, linformation nest pas fixe dans lemarbre !La pierre de Rosette est toujours lisible alors quil faut sorienter vers des spcialistespour pouvoir relire les premiers formats numriques vidos.2035 Thierry Jousse, John Cassavetes, ditions Cahiers du cinma, 1989, p. 38.36 Ibid., p. 109.Figure 8-Gena Rowland, JohnCassavetes et Peter Falk sur letournage de Une femme sousinfluence. 21. 212 Une cration multimdia fabrique pour le WebNous lavons vu, le webdocumentaire est form dune agrgation de contenusmultimdias. Cette agrgation est prsente par une interface lie par le rcit dunauteur. Le webdocumentaire, le plus souvent, est une vritable cration originale oles contenus (mdias, textes, cartes, donnes diverses, etc.) sont conusspcifiquement pour ce webdocumentaire. Mais on peut imaginer au contraire quilfasse appel des contenus prexistant sur Internet. Ces contenus seraient alorsslectionns, dcoups, comments et utiliss comme les archives le sont dans lemontage dun documentaire traditionnel.Figure 9-Schma de principe d'un webdocumentaire.Nous allons voir dans cette partie de quoi est constitu un webdocumentaire, quelssont les composants narratifs sur lesquels sappuie le rcit. Chaque composantnarratif est consultable dans lordre souhait par le lecacteur lui confrant lalibert de construire son propre parcours (rcit) multimdia (figure 9).Nous verrons plus loin, dans la troisime partie (fabriquer un webdocumentaire, lesoutils et les technologies) quelles sont les technologies utilises pour ces composantsnarratifs.2-1 Les composants narratifsLinterface de navigationCest elle que linternaute voit en premier, par elle quil va entrer dans lewebdocumentaire. Elle permet la distribution des diffrents mdias servant lanarration. Il y a ncessit dy apporter un soin tout particulier ; de la faire la plusattirante possible, la plus claire, pour que linternaute identifie rapidement ce que 22. propose le site. Pourquoi ne pas mettre ds la premire page, le synopsis, lintentiondes auteurs. Au moins, un bouton PROPOS DE semble indispensable pourrenseigner linternaute.Bien sr, il peut y avoir un intrt perdre son lectacteur dans les ddales du site,mais comme le dit Caroline Aug, le code smiotique inintelligible induit ladsorientation, la perte de confiance qui peut mener labandon37 . La perte deconfiance nest pas la meilleure faon demmener son interacteur ; le perdre,cest avoir manqu son but : lalerter, lui faire prendre conscience de quelquechose, le faire rflchir, lui apprendre des choses, le divertir le questionner.Certaines interfaces se prsentent comme un site traditionnel avec des boutons denavigation clairement identifis comme Gaza Sderot, la vie malgr tout. Unenavigation principale au centre en haut (figure 10, et voir ltude de cas) ; laccsaux diffrentes vidos se fait par les points de la ligne centrale ; en bas unenavigation connexe :22Figure 10-Capture d'cran de Gaza-Sderot, la vie malgr tout.37 Hypertextes hypermdias, crer du sens lre du numrique, op. cit., p. 51. 23. Dautres interfaces, en revanche, proposent directement une vido comme LeCorps incarcr. Ici (figure 11), cest elle qui structure la navigation. Elle estdcoupe en diffrentes thmatiques avec une time line pour accder parsquence :23Figure 11-Le Corps incarcr.Dautres encore se prsentent avec une image fixe et des zones de choix denavigation. Ici, avec Voyage au bout du charbon, la navigation principale se trouveen bas droite (figure 12) et des options en bas au centre. Sur cette page, plusieurspropositions se prsentent linteracteur : poursuivre lentretien avec le chauffeurroutier ou continuer le voyage plus avant.Figure 12-Voyage au bout du charbon. 24. 24Les textesIls permettent davertir linternaute, de le guider,de le renseigner. Ils sont indispensables pourenrichir le documentaire en informationsconnexes (en bas gauche de limage, figure12 et 13).Les photosLa plupart des webdocumentaires sontFigure 13-Informations connexes.richement illustrs en photos. Linteracteur peut, sil le souhaite, sarrter sur une photo pourmieux lanalyser (lorsque le diaporama possde un bouton LECTURE et STOP !)Parfois le coeur du webdocumentaire est constitu dun diaporama. Cest un vraichoix dcriture (fort) que de proposer un rcit qui sappuie exclusivement sur desphotos. Voyage au bout du charbon, par exemple, ne comporte que peu devidos : un film dintroduction et une courte squence sous terre, dans la mine, unesquence de chant des plus cocasses.Les vidosLes webdocumentaires, nous lavons vu, ne sont pas des films que lon diffuserait surInternet. Ils proposent nanmoins trs souvent des vidos. Elles ont la facult deplonger rapidement linternaute dans lunivers du webdocumentaire. Le menu denavigation permet au lectacteur daccder des vidos dans lordre quil lesouhaite. Le temps de la vido, le spectacteur redevient spectateur traditionnel ;la narration redevient linaire.Les vidos sont gnralement de courte dure (un choix ditorial pour viter lezapping ?), montes en squences, alimentant des rubriques le plus souventthmatiques. Le Corps incarcr est bti sur un film dcoup en thmatiques(cf. figure 11).Les sonsIndispensables pour baigner linternaute dans un univers, les sons permettent dedonner une profondeur aux images. Trs souvent, en prsence dun noeud narratif,des boucles audio servent garder llnteracteur en immersion dans latmosphrede lhistoire. Cest le cas par exemple pour Voyage au bout du charbon etThanatorama.Les cartes et les graphiquesComme le texte, les cartes et les graphiques permettent linteracteur de trouverdes renseignements additifs, et de les afficher quand il le souhaite. Accder lenrichissement du rcit, cest lun des intrts des webdocumentaires par rapportau documentaire traditionnel. Les cartes proviennent le plus souvent de GoogleMaps comme pour Gaza-Sderot (voir dans la deuxime partie : tude de cas, 25. navigation par lieux ). Parfois comme dans La Route de la faim, des crationsgraphiques simples remplissent leur rle (figure 14).25Figure 14-Capture dcran dun graphique de La Route de la faim.2-2 Les autres composantsEn plus des composants narratifs, les webdocumentaires proposent galement deslieux dchanges que sont les forums de discussion. Ceux-ci ne servent pas le rcitproprement dit, mais prolongent la relation entre les personnages et linternaute.Ils permettent de continuer de faire vivre loeuvre volontairement fige. Ils donnentdes pistes de rponse la question classique des tlspectateurs et internautes :mais que sont-ils devenu ? .Sur Gaza-Sderot, des vidos postes aprs lintervention militaire isralienne delhivers 2009 donnent un clairage nouveau au projet.2-3 La hirarchisation de linformation, la structuration narrative, laconstruction du rcitLes diffrents composants narratifs slectionns, dcoups, monts par les auteursdu webdocumentaire sont mis disposition de linteracteur . Cette organisationstructure la narration sous forme de rubriques. Linterface de navigation doitpermettre la circulation tout en construisant le rcit. 26. 262-4 La cration de sens par la navigationDans le webdocumentaire, plus que dans toute autre forme narrative, la cration desens repose sur le dialogue entre lauteur et lutilisateur. Il y a un vritable partagedes rles. L'auteur met disposition du lectacteur la slection d'informations quila consciencieusement organise. Libre alors au lectacteur de semparer dudispositif, deffectuer un (ou plusieurs) parcours qui met(tent) en relation lescomposants narratifs dans une logique qui lui est propre.Dans le passage qui suit, Caroline Aug crit (chapitre sur la qute du sens dans lesoeuvres interactives) : On peut dire du sens que c'est une entit non existante, il est mouvantet en devenir. Il n'est pas dans les choses elles-mmes, il rside dansnotre faon d'organiser nos reprsentations [] et nous conduit confrer chacun de ces signes un sens particulier. Ainsi, aucuneoeuvre n'est dtentrice du sens ultime, fig. [] l'auteur au travers desprogrammes interactifs prdtermine les choix de l'utilisateur. La libertde celui-ci est donc conditionne et dpendante de cette pr-inscriptionautoriale38. Elle poursuit en affirmant que : seule l'interaction entre l'oeuvre et l'utilisateurdonne sens ce qui dans l'oeuvre n'est encore que signe .Le webdocumentaire en tant le point de vue affirm dun auteur, donne du sensaux choses. Aprs visionnage, linteracteur se forgera en retour sa propre opinion,lui confrant un sens nouveau. [] Le sens se dcouvre dans la manipulation. [] En effet, l'oeuvreinteractive n'est pas un processus achev, elle s'apprhende en action.[] Par leur navigation, les utilisateurs tentent de s'approprier lesoeuvres et donnent un sens leurs consultations. [] Les utilisateursdoivent pouvoir structurer les informations et s'en souvenir pour agirdans l'espace propos. C'est avec notre vcu, la somme de nos connaissances, notre propre personnalit,bref, tout ce qui fait notre individualit, que nous apprhendons l'oeuvre interactive.Chacun par ses choix de navigation en tirera une exprience unique qui lui estpropre.La crdibilitLa crdibilit provient du filtrage des informations, de la slection rigoureuse descomposants narratifs et de la bonne hirarchisation de lensemble. Plus ce travail delauteur semblera rigoureux, tay par la bonne structure de navigation, alimentpar les bons tmoignages, eux-mmes soutenus par les bonnes illustrations (photos,graphiques, cartographie), plus le webdocumentaire aura une valeur, plus il sedmarquera du grand capharnam quest parfois Internet. La crdibilit desinformations utilises vient prcisment du fait que le webdocumentaire permet l'auteur de montrer et de partager le processus mme de leur slection et de leurhirarchisation.38 Hypertextes hypermdias, crer du sens l're numrique, op. cit. 27. 3 Conclusion : le webdocumentaire, un moyen de crdibiliser lesinformationsLe 13 mars 2009, le CERN (Organisation europenne pour la recherche nuclaire)rendait hommage au projet de Tim Burners-Lee qui allait donner naissance au Web :27 Il y a vingt ans naissait un projet qui allait transformer le monde jamais. Tim Berners-Lee remettait son chef Mike Sendall un documentintitul Gestion de linformation : une proposition.Vague, but exciting (un peu vague, mais prometteur) commentaMike Sendall, qui donna Tim Berners-Lee le feu vert pour dvelopperson projet. Lanne suivante, le World Wide Web tait n39. Vingt ans aprs, la problmatique est de hirarchiser, dagencer, de donner de lapertinence aux infos trouves sur Internet. Mais comme le disait Tim Burners-Lee en2005 : Mme le site le plus clair, le plus intelligent et le plus tendu ne peutesprer la richesse d'information contenue dans un bon livre derfrence. Internet, trs clairement, ne peut pas remplacer unebibliothque publique bien organise40. Trop dinfo tue linfoLe sicle dernier a produit plus d'informations que le reste du millnaire ; et notrepoque a produit durant les dix dernires annes davantage d'informations quaucours des cinquante qui ont prcd. Toutes ces informations se retrouventinvitablement dverses en un magma informe sur Internet ; les bonnes comme lesmauvaises (fakes, hoaxs, rumeurs) sont disperses, enchevtres, noyes. Dans cecontexte, difficile de sy retrouver pour linternaute. Aussi est-il juste de parler commeJol de Rosnay dun risque majeur avec linfopollution : Nous avons eu la pollution de lair et celle de leau La pollution parlinformation est particulirement insidieuse : sil na pas appris la trier,lindividu est vite submerg41. Les plates-formes comme Youtube ou Dailymotion regorgent de reportages dontnous ne connaissons ni la provenance ni la date denregistrement. Combiendimages du conflit isralo-palestinien utilises dans les journaux tlviss sont enralit des fakes ou anachroniques ? Rarement, mais encore trop souvent, lesjournalistes dans la course au scoop (et Internet na rien arrang de ce ct, voire aaccentu le phnomne) ne prennent pas le temps de vrifier les sources de leursimages.39 Pris sur le site du Cern ladresse : http://public.web.cern.ch/public/welcome-fr.html40 Intervention donne en 2005 la chane BBC, source Wikipdia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tim_Berners-Lee41 Les risques de linfopollution , entretien de Sacha Goldman avec Jol de Rosnay : http://grit-transversales.org/archives/revue/001/pdf/rosnay.pdf 28. Lre de la rputationComment, ds lors, linternaute peut-il discerner le vrai du faux ? Comment donnerun quelconque crdit aux informations (ou mdias) glanes ici ou l ?Dans un article paru sur le site La vie des ides42, Gloria Origgi croit en une sagessedInternet. Le PageRank de Google, les systmes de collaboration et decoopration mis en place par les internautes (wikis, logiciels open source), lesrecommandations des connaisseurs, tendent laborer un gigantesque algorithme qui assurerait la pertinence, le filtrage des informations.28 Mon ide, cest que le succs du Web [] vient de sa capacit fournir non pas tant un systme potentiellement infini de stockage delinformation, quun rseau gigantesque de systmes de hirarchisationet dvaluation dans lesquels linformation prend de la valeur pourautant quelle a dj t filtre par dautres tres humains. Mamodeste prvision pistmologique est que lge de linformation esten train dtre remplac par un ge de la rputation dans lequel larputation de quelque chose cest--dire la manire dont les autreslvaluent et la classent est la seule manire dont nous pouvons tirerune information son sujet []. Faut-il croire en cette vision quelque peu anglique de lautorgulation dInternet ?Pourquoi pas.Les chanes de tlvision, les organes de presse sont des rfrences pour le public enmatire dinformation. Le webdocumentaire en agrgeant les contenus disponiblessur Internet, en les structurant, en affirmant un point de vue (document) sur leschoses peut, lui aussi, dans une certaine mesure, donner du crdit cesinformations.En effet, lauteur (ou les auteurs) en filtrant les informations, en les slectionnant et enne conservant que ce quil aura vrifi comme juste, a (ont) un vritable rle jouer. Le webdocumentaire, nest pas li lactualit (voir il sen dtache trsnettement) et ne devrait donc pas se perdre dans ses drives. Le narrateur veuttre le gardien de la mmoire des lieux travers le temps43 , crivait Christine Croudans sa thse propos du narrateur de Dora Bruder de Patrick Modiano (lireparagraphe 3 de la quatrime partie), le webdocumentaire sinscrit dans le temps etpropose une vision dauteur, crdible.42 Voir larticle dat du 30 septembre 2009, Sagesse en rseaux : la passion dvaluer , de Gloria Origgi :http://www.laviedesidees.fr/Sagesse-en-reseaux-la-passion-d.html43 Thse de doctorat en littrature gnrale et compare de Christine Crou, Roman policier et criture romanesquecontemporaine (France, Espagne), 2002, p. 311. 29. 29Deuxime partie : tude de cas Les documentaires, comme les pices de thtre, les romans, les pomes, sont desformes de fiction dont lutilit sociale nest pas mesurable44. Frederick Wiseman, 1987Pour cette tude de cas, jai choisi danalyser trois webdocumentaires dans la liste(non exhaustive) que vous trouverez la fin de ce document webographie, listede webdocumentaires. Le choix de ces webdocumentaires plutt que dautres estmotiv selon diffrents critres, chaque webdocumentaire apportant sa partdoriginalit : Point de vue, un autre regard sur laccessibilit Web, parce que ce fut pournous (Patrick Samacher et moi-mme), loccasion dtre confronts laconception et la ralisation dun webdocumentaire. Il nous a permis decomprendre de lintrieur la fabrication dun webdocumentaire. Voyage au bout du charbon, le premier webdocumentaire que jai vu. Il esthberg et produit par Le Monde.fr. Il est constitu principalement dundiaporama, avec des boucles sonores qui immergent et transportentlinternaute dans lunivers du webdocumentaire. Il est rvlateur dun certainprocd narratif qui fonctionne bien pour le Web : lhistoire dont vous tes lehros. Gaza-Sderot, la vie malgr tout, parce que ce projet est le plus ambitieux enterme de process de production mais aussi en terme de recherche formelle(design, navigation). Contrairement Voyage au bout du charbon, ilsappuie cette fois non pas sur des photos mais sur des vidos. De plus, il estrvlateur de limplication des mdias traditionnels (en loccurrence lachane de tlvision Arte) sur Internet.1 Point de vue, un autre regard sur laccessibilit Web45Pour parler de Point de vue, jai volontairement dcid dinclure des lments dudossier qui prsentait notre travail46 de conception et de ralisation de cewebdocumentaire. Cest ma premire exprience de fabrication dunwebdocumentaire.44 Citation du documentariste Frederick Wiseman reprise dans Lpreuve du rel lcran, essai sur le principe deralit documentaire, de Franois Niney, De Boeck Universit, 2000, p. 147.45 Factsandfiction.com ralis par Patrick Samacher, Olivier Crou, avec Fabrice Morandeau dans son propre rle.46 Ralis dans le cadre de la formation en mastre spcialis en ingnierie des mdias numriques (ESIEE/Gobelins). 30. Pitch47Fabrice Morandeau est aveugle, ce qui ne lempche pas de surfer sur Internet, dechatter avec ses amis, dalimenter son site perso non sans certains freins, il est vrai.Il nous donne son point de vue sur laccessibilit Internet.LintentionLe site se veut didactique. Notre intention en ralisant ce webdocumentaire, taitde faire comprendre linternaute ordinaire les dfis rencontrs par un aveugle lorsde la navigation sur Internet. Pour ce faire, nous avons interrog Fabrice Morandeau,internaute aveugle, sur ses comportements et sur sa faon dutiliser les outils daide la navigation.Le site se propose de donner des pistes, peut-tre des solutions pour mieux surfer etpour rendre accessible un site Web. Lenjeu : faire que ce site soit accessible.Procd narratifIl ny a pas de vritable rcit qui nous guiderait dans notre parcours sur ce site. Cewebdocumentaire sappuie sur lentretien que nous avons ralis avec FabriceMorandeau. Il est compos de cinq vidos.30Figure 15-Capture d'cran d'une page de Point de vue avec squence vido.Les boutons STOP et LECTURE ont t placs hors du player Flash pour rendre les vidos accessibles.Les squences vido ont t traites sous forme de rubriques courtes (de 41 231) raison dune thmatique par rubrique. Chaque thmatique est loccasionde retrouver le personnage en situation devant son cran dordinateur pour nousexpliquer son point de vue sur les problmes lis laccessibilit Internet pour unaveugle.47 Je suis conscient que de parler de pitch pour un (web)documentaire est vou aux gmonies par le Club des 13parce que le mot voque les drives des mdias et la standardisation des oeuvres audiovisuelles . Mais ce travailalterne synthse et dveloppement sans scrupules (cf. article de rue 89 sur le rapport du Club des 13 :http://www.rue89.com/2008/03/27/cinema-francais-le-rapport-alarmant-du-club-des-13 ). 31. 31Le site se voulant pdagogique, il possdeune page de lexique ainsi quune page deliens utiles redirigeant vers les outilsdaudiodescription, les labels et desassociations daveugles.Rendre un webdocumentaire accessible loccasion de ce travail, je suis all interroger Patrick Samacher, avec lequel javaisfait Point de vue. Il sest depuis spcialis en accessibilit Web. Je retranscris ici lateneur de notre discussion.En premier lieu, il faut se demander pour qui doit tre fait le webdocumentaire. Ilfaut cibler le type de handicap pris en compte et sy limiter. Pour certains handicaps(autisme par exemple), il vaudra mieux faire un programme spcifique que dechercher rendre le webdocumentaire accessible ce handicap spcifique.Quelques rgles simples sont suivre. De manire gnrale, il faut une alternativesonore de ce qui est lcran et une retranscription crite de tous les dialogues etles sons signifiants. Le site doit tre bien structur smantiquement avec des titresbiens renseigns (avec une hirarchisation en fonction de leur importance), dessous-titres, des blocs de texte. Une page smantiquement bien structure auratoutes les chances dtre accessible un aveugle qui utilise un lecteur dcran48.Les mdiasIl faut accorder une attention toute particulire aux mdias qui pris dans uneinterface Flash ne sont pas manipulables. Pour rendre les mdias accessibles, il fautsortir les boutons de commande (LECTURE, STOP, RWD FWD) des players etclairement les identifier dans le HTML.Si possible, il faut faire 3 versions des vidos : une version normale ; une version audio dcrite pour les aveugles ; une version sous-titre avec langage des signes pour les sourds.Enfin, des mdias bien indexs, cest assurer un meilleur rfrencement.Le graphisme et linterfacePar dfinition, tout ce qui est graphique est invisible aux aveugles. Les animationsFlash, les graphiques, les cartes doivent donc possder une retranscription crite puis48 Un lecteur dcran vocalise tout ce qui est crit dans la page HTML. Il la balaye en renseignant le niveau des titrespermettant aux aveugles davoir un aperu de lensemble. 32. audiodcrite. Tout ce qui est cliquable laide de notre souris doit galement treaccessible par le clavier !Il faut garder en tte quun aveugle ne peut avoir une vision synthtique dunepage, comme nous pouvons le faire dun seul coup doeil.Des tests avec lecteur dcran et des bta testeurs sourds et aveugles sont plus querecommands pour se rendre compte de laccessibilit du site Cest loquent !En conclusion, je reprendrai ce que dit Fabrice sur Point de vue. Lintrt de rendreun webdocumentaire accessible :32 Cest pas forcment uniquement que les sites soient accessibles auxaveugles, cest aussi que a va faire des sites bien rfrencs, bienorganiss, dont linformation va tre bien structure []. Russites et limites du webdocumentairePour que notre site soit compltement accessible aux aveugles, il aurait fallu quenous fassions une audiodescription du lieu, de la situation dans laquelle voluaitnotre personnage.Enfin, une retranscription crite tait prvue pour le rendre accessible aux sourds.Bouton de redimention-cransous-titrageBloc de retranscription Fermeture du bloc Proposition de tlchar-gementdu transcript auformat PDFFigure 11- Une page dune squence vido de Point de vue tel qu'il aurait d se prsenterpour tre totalement accessible. 33. 332 Voyage au bout du charbon49Il y a quelques mois, alors que je parcourais les pages du Monde.fr la recherchedune info qui aurait pu mintresser sans trop savoir finalement ce que je cherchais le genre d activit qui, lorsquelle occupe plusieurs heures, laisse un sentimentde vacuit , je me suis arrt sur une page de la rubrique Asie .Figure 12-Voyage au bout du charbon tel qu'il se prsente sur la page du Monde.fr.Une image traite ocre, qui aurait pu tre une affiche 4 X 3 dun panneau Decaux,annonce un webdocumentaire. La photo prend toute la largeur de la page Internet.Au premier plan, un homme en pied, de dos, son enfant dans les bras, observedepuis les hauteurs une usine. Celle-ci en contrebas crache une fume blanche quisemble envahir toute la valle. En surimpression de la brume, le titre invite au Voyageau bout du charbon.PitchVous tes journaliste et allez enquter sur les conditions de travail des ouvriers chinois.La Chine est aujourdhui la troisime conomie mondiale, mais quel prix ?LintentionVoyage au bout du charbon est une enqute. Une enqute journalistique et nonpolicire. Il ne sagit pas ici de rsoudre une nigme, darrter des coupables, maisdaller enquter sur les conditions de travail en Chine. Le journaliste est un justicier49 Voyage au bout du charbon ralis par Samuel Bollendorff et Abel Sgrtin, Le Monde Interactif/HonkyTonk/Trente et un-septembre. 34. des temps moderne, Internet est le mdium parfait pour dnoncer les drives de lacomptition mondialise.Procd narratifLenqute est le vhicule de ce jeu interactif . Linternaute se retrouve journaliste.Le rcit de ce webdocumentaire reprend le procd de lhistoire dont vous tes lehros. Ce procd narratif implique quil y ait un dbut, une fin mais galement undroul a minima pour que cette enqute ait un sens (narration indterministe). Deschoix dans la navigation se prsentent bien au fur mesure de la navigation linternaute. Mais celui-ci est pouss vers la fin. Il y a un point de dpart cevoyage et un point darrive correspondant la fin de lenqute. Pour comprendrece webdocumentaire, il faut tout lire, afin de se faire une ide de ce quon nousraconte, mme si on ne lit pas dans un ordre prtabli. Il fallait drouler cevoyage au bout du charbon par un parcours, du dbut la fin. Je vous enpropose quelques extraits.Premire exprience dun webdocumentaireLorsquon clique sur le pictogramme de lecture situ en plein centre (figure 12),limage disparat au profit dun cran noir sur lequel sinscrit un texte blancanim faon machine crire. Une boucle dun chant asiatique se fait entendre34 La course la croissance que livre la Chine pour accomplir son retour surla scne internationale est sans concession pour ceux qui la subissent.Droits de lhomme mpriss, rivires pollues, valles englouties, villesrasesLa Chine est aujourdhui la troisime puissance conomique mondiale. Un deuxime carton apparat avec la mme animation et vous propose alors : Vous tes journaliste indpendant.Vous avez dcid de mener une grande enqute en Chine sur lesconditions de travail des ouvriers qui chaque jour recommencent lemiracle chinois.Vous commencez votre enqute par les mines de charbon rputes lesplus dangereuses du mondeVotre voyage au bout du charbon est entirement bas sur des faits rels,seuls les noms ont t changs. Ainsi linternaute se met-il dans la peau dun journaliste et enqute sur les conditionsde travail en ChineLanimation Flash se termine par cetteimage dun quai de gare Pkin ; le chantse prolongeant par quelques notescaractristiques dune annonce au haut-parleur.En bas gauche de limage, une zone detexte nous donne quelques informations surla ville vers laquelle on nous emmne. Enbas droite (ce principe est repris danstout le site) la navigation propose : Jemonte destination du Shanxi . 35. chaque image, en cliquant sur une boussole, une carte apparat, indiquant letrajet de ce voyage.Un court film nous embarque alors bord dun train ; une version chinoisede Ce nest quun au revoir sort duhaut-parleur tandis que dfile legnrique de dbut. Lespace duninstant (le temps de la vido),linternaute redevient passif commeun tlspectateur traditionnel.35Le film dintroduction se termine. Apparatalors une image, qui est peut-tre unephoto prise sous un autre axe que laffiche (figure 12), prsentant lewebdocumentaire : nous sommes arrivs destination pour commencer notreenqute.L a majeure p a r t i e duwebdocumentaire sappuie sur desphotos composant un diaporama. Ilest baign dans une ambiancesonore, compose de boucles audioparticulirement russies.On peut toutefois voir quelques vidos,avec, entre autres, la squence de dbutcomportant un vrai gnrique de film, etune autre filme sous terre dans la mine.Le voyage nous mnera au fond dunemine : les images nous rappellent lesconditions dplorables de travail dcritesdans G e r m i n a l ; on nage en pleinXIXe sicle. Mais cela nest pas une fiction 36. 36On pourra aussi dcouvrir le bidonville flanc de colline o les baraquementssentassentParfois, comme ci-dessous avec ce mineur,de courtes interviews sonores vous sontproposes, renforant la crdibilit delenqute journalistique. chaque image, vous avez le choixdapprofondir avec vos interlocuteurs oude poursuivre votre chemin.Parcourir tout le site dure unequarantaine de minutes. Aucunepossibilit de revenir en arrire nenous est propose ; le voyage estsans retourNotre priple passe par cette image oune femme ramasse les rsidus deshydrocarbures quelle utilisera pour sechauffer nous dit-elle. Ainsi pourraitsachever ce webdocumentaire sur lecycle du charbon, de son extraction jusqu la rcupration par les habitants,confortant lide que sur notre Terre, rien ne se perd, tout se transforme .Mais le sujet du webdocumentaire est bienles conditions de travail des ouvrierschinois Nous poursuivons notre enquteet passons par le bureau du directeur de lamine, qui nous livre un discours sur lascurit comme proccupationprincipale : pouvait-il en tre autrement ?Le directeur vous enjoint alors de retourner Pkin. Mais, vous pouvez si vous le dsireztout aussi bien retourner la mine, histoirede rcuprer quelques tmoignagessupplmentaires.Si vous choisissez de suivre les injonctions du directeur de la mine, on vous annoncealors, toujours par un cran noir et un texte blanc : Votre enqute est termine, au petit matin vous rentrez Pkin envous demandant comment agir pour faire connatre le destin de cesmineurs qui, chaque jour, recommencent le miracle conomiquechinois 37. Ainsi sachvent notre priple etnotre enqute. Pour ce qui est de laconnaissance approfondie du sujettrait, les auteurs en sont conscients,on reste un peu sur sa faim : faire uneenqute en Chine, on sen doutait,nest pas des plus aiss !Russites et limites du webdocumentaireIl faut se demander si le ct ludique de cette enqute tait souhaitable pour ceprojet. En effet ce jeu auquel on se prte avec plaisir ne contrarie-t-il pas finalementla crdibilit de lenqute ?On arrive au terme de celle-ci aprs un parcours dune quarantaine de minutes. Aufinal, le journaliste comprend quil na pas pu aller au bout de sa volont de voir,danalyser, de comprendre les rpercussions du miracle conomique chinois. Le lectacteur , sduit dans un premier temps, passera immanquablement par unephase de frustration provoque par un sentiment de travail inachev.Je ne peux mempcher de penser, quand je vois un documentaire dnonant detelles conditions de travail, quon serait parfois bien avis de porter un regard surnotre propre socit. Non quil ne faille pas nous rapporter des images de cet ailleurssi intrigant, si attirant, si exotique. Mais finalement, cela ne fait que renforcer lemanque criant de films sur ltat du monde du travail en France. On voit la pailledans l'oeil du voisin et on ne voit pas la poutre dans le sien Cest une manire de fuir, une faon dchapper ses responsabilits50 , noteDidier Mauro dans Le Documentaire, cinma et tlvision.Voyage au bout du charbon a les qualits de ses dfauts. La russite du site tientdans cette prouesse : nous faire accepter bien volontiers de devenir actif lors de lalecture de loeuvre. Les images de toute beaut et lambiance sonore noustransportent vers cet ailleurs. Notre imagination est sollicite trs rapidement,littralement embarque par ce train destination de la province du Shanxi.Lintrt de ce webdocumentaire est probablement de nous faire rflchir, delintrieur, en nous mettant dans la peau dun journaliste, sur le travail dinvestigation(des journalistes), tout en nous en faisant comprendre les limites.3750 Didier Mauro, op. cit., p. 11. 38. 383 Gaza-Sderot, la vie malgr tout51Gaza-Sderot, la vie malgr tout, ne procde pas dun vritable parcours commeVoyage au bout du charbon. Il ny a pas de point darrive notre visionnage etpas non plus de vritable prise en main de linternaute. Celui-ci, selon son bonvouloir, navigue librement dans cette interface. Il ny pas non plus vritablement unefin impose, linteracteur quitte le site quand il le dsire. Il existe bien unepossibilit de navigation chronologique puisquil sagit l dune chronique. Mais onnest pas oblig de la suivre, puisque quatre entres de navigation vous sontproposes : par chronologie, par personnes, par lieux et enfin par thme.Il est noter que je nai pas suivi Gaza-Sderot au moment mme o Arte a mis enligne cette chronique. Probablement cela aurait-il chang des choses dans maperception de ce webdocumentaire. Mais le webdocumentaire nest-il pas uneoeuvre dont la vie existe et se prolonge hors du contexte de lactualit ?PitchSoyez le tmoin du quotidien dhommes de femmes et denfants de Gaza(Palestine) et de Sderot (Isral). Interagissez pour confronter, comparer leurs histoires,leur vie de tous les jours et, pourquoi pas, crer des liens entre les deuxcommunauts.Descriptif de loprationLa chane franco-allemande Arte a lanc en fin danne 2008 une opration degrande envergure sur son site arte.tv. Il sagissait de suivre le quotidien de sixIsraliens et de six Palestinienspendant deux mois. Ici avec Gaza-Sderotnous mettons enparallle et sur le mmeplan, deux villes. Leshabitants de ces deuxvilles si proches et siloigns les uns desautres. Frres ennemis etinsparables, lis par ledestin de cette rgion.Pour essayer de les faireparler, de se racontercte cte. Parce quela banalit du quotidiendit plus que tout la duret de ce qui se vit. Si le dialogue direct estencore impossible aujourdhui, il ne le sera peut-tre plus demain. Icipas de superflu, pas de subterfuge, le juste mot. Le jaillissement du motdans limmdiatet du moment vcu. Cest ce que permettentInternet et le webdocumentaire52. 51 Gaza-Sderot : la vie malgr tout ralis par Robby Elmaliah (pour la partie Sderot), Khalil al Muzayyen (pour lapartie Gaza) et par David Desprs assist de Denis Chiron (pour le Flash)/ Upian/Arte/Botravail.52 http://gaza-sderot.arte.tv/fr/about Alex Szalat, directeur de lunit Actualit, Socit et Gopolitique dArte-France. 39. Du 26 octobre au 23 dcembre, deux quipes de reportage ont film, 5 jours parsemaine, le quotidien dhommes et de femmes de chaque ct de la frontire, Gaza (territoires palestiniens) et Sderot (en Isral). Chaque reportage tait montdans la foule du tournage puis envoy Arte, qui le mettait en ligne le lendemain.Au 21 septembre 2009, 40 pisodes taient consultables soit 80 vidos. Le tout enquatre langues : franais, allemand, arabe, hbreu.La navigationQuatre choix dentres vous sont proposs pour naviguer sur linterface :chronologique, par personnage, gographique et thmatique.ChronologiqueLimage est spare en deux, gauche Gaza, droite Sderot.La sparation est une ligneforme dune suite de pointills,celle-ci formant une ligne dutemps. Ce pointill contient enlui tout le paradoxe de lasituation laquelle linternautese confronte : il spare mais il estaussi ce qui permet de relier lesdeux espaces puisquil est notrepoint de repre dans lacirculation53. Chaque point est une journe de cette chronique. En cliquant sur unedate, les vidos des deux cts se chargent. En survolant limage avec la souris, uncourt extrait du reportage est lu, en boucle. En cliquant dun ct ou de lautre de laligne, la totalit du reportage est lue dplaant provisoirement la frontire.Par personneVous avez le choix entre sixpersonnes de part et dautre dela frontire. Vous visionnez lavido dune dure moyenne de2 minutes. Ici, jai visionn lereportage sur Haviv Ben Abu,artiste plasticien Sderot. Onv o u s propose a l o r s : CONTINUER AVEC HAVIV BENABU ou AU MME MOMENT GAZA ou encore AVANT SDEROT . Vous pouvez, si lecoeur vous en dit, trs bien drouler tout le contenu du webdocumentaire en nesuivant lhistoire que dune seule personne ou bien passer de lun lautre. Par lesmcanismes didentification, votre imaginaire travaille fort, remettant en question lesclichs (entretenus par le regard de lactualit), bouleversant vos prjugs, amenantsa part de fiction lhistoire pourtant bien relle. La personne devient alorspersonnage de votre propre film .3953 Guillaume Soulez, smiologue luniversit Paris III-Sorbonne ; article lire sur :http://www.cndp.fr/Tice/Teledoc/actuel/..%5C%5Ctele/tele_gazasderot.htm 40. Alexandre Brachet, patron dUpian, qui a coproduit Gaza-Sderot, mexpliquait quecertains internautes staient focaliss sur un seul personnage. Jai prfr pour mapart crer des liens (artificiels ?) entre les personnages vivant de chaque ct de lafrontire, dans une volont irrpressible de rapprocher les deux communautsAinsi, chacun projette son univers et ses dsirs (pour mieux les remettre en question)par le truchement de lidentification aux personnages et de leur histoire.Je dois dire que la russite du projet est porte par le choix particulirementjudicieux des personnes suivies par les quipes de reportage.40La ligne du temps sert alors marquer le temps coul dans lereportage visionn.GographiqueDeux photos satellites de GoogleMaps vous sont proposes pourchoisir les reportages suivant lequartier dans lequel ils ont tfilms. Aprs chaque reportage,vous pouvez poursuivre avec lemme personnage ou passer delautre ct de la frontire lamme date.Ici par exemple, un reportage tourn sur le portde Gaza City. Un moyen de dcouvrir ces(tristement clbres) territoires autrement quepar la loupe grossissante donc dformante de lactualit (de guerre). 41. ThmatiqueEnfin une navigation par thme :famille, amour, pnurie,frontires, cole, fte, cuisine,art, religieux/laque, optimisme,coexistence, guerreUne gageure pour les quipesde reportages qui ont d trouverla manire de parler de thmesaussi forts par des pastilles deseulement 2 minutes ! Etpourtant, cela fonctionne : il fautjouer le jeu et accepter deregarder les diffrentes vidostraitant de la mme thmatique pour sen convaincre. En confrontant, en opposantles situations des personnages, usant de notre place de monteur , crant notrepropre film jetant des passerelles entre Palestiniens et Isralien.Ici, le thme choisi est coexistence . Ce quinest videmment pas une mince affairelorsquon est un commerant palestinien vivant Hebron et que lon vient vendre samarchandise Sderot. Tout le monde ne le voitpas dun aussi bon oeil que Yafa Malka,ptillante femme de 45 ans, sympathiquecoiffeuse de Sderot.Figure 13-Le mme passant poursuivant : Quest-ce que tufous ici, dabord, espce de terroriste ? Figure 14- Tu viens faire des attentats ?Et en plus, on toffre manger et boire ? Un passant notre bravecommerant.Il est noter que, bien que le site soit en Flash, chaque vido possde sa propreURL54. Bien pratique pour le rfrencement et pour retrouver un reportage parmitous.4154 Ici, lURL de la vido est : http://gaza-sderot.arte.tv/fr/ - /topics/67/12_18_2008_sderot_a-terrorist-merchant 42. Russites et limites du webdocumentaireIl semble bien quavec Gaza-Sderot, les auteurs aient trouv une forme narrativeindite. Ce webdocumentaire propose une multitude de chemins. Il ny a pas,contrairement Voyage au bout du charbon, un dbut, un milieu et une fin. Le typede narration peut tre considr comme volutionniste mme si aucun pointdentre nest impos. On peut en effet entrer et sortir du webdocumentaire nimporte quel moment.Le principe repose sur un dispositif suffisamment fort (la juxtaposition, Gaza dunct, Sderot de lautre, spares par une frontire poreuse) qui structure, quidlimite, qui borne les possibilits narratives. Gaza-Sderot offre ainsi une libert deparcours infinie linteracteur tout en imposant une contrainte suffisante, commele cadre dune toile le fait pour le peintre. Cest une contrainte, pour les auteurs maisgalement pour linteracteur ; elle libre la crativit de lun et de lautre. Cestaussi grce cette contrainte que lensemble donne le sentiment dune grandecohrence qui nous permet finalement davoir vcu une exprience enrichissante.Chacun peut exprimenter en confrontant les tmoignages des personnages, enfaisant des rapprochements entre leurs histoires respectives.Comme dans une dissertation, thse, antithse et synthse, mais ici, la synthsetant laiss linitiative de chaque interacteur . Comme dans un bondocumentaire traditionnel, Gaza-Sderot nous permet de nous forger notre propreopinion.42 En nous dlguant partiellement le montage, ce webdocumentairene nous met pas seulement en face dune ralit humaine etpolitique brlante, il fait de nous des interfaces, une zone de contacto, avec nous, en nous, les paroles et les situations passent lafrontire55. Gaza-Sderot en nous montrant le quotidien dhommes et de femmes de chaquect de la frontire nous propose une autre vision que celle de lactualit (deguerre). Tout en rapprochant des Israliens et des Palestiniens, il nous en fait voir leurhumanit absente dans lactualit factuelle journalistique.4 ConclusionOn dit parfois quun film (documentaire), par ses choix artistiques, par ses partis prisde ralisation, est une rflexion sur le cinma ; le webdocumentaire par sa mise enespace (du rel dans un monde virtuel) nous parle des possibilits narrativesdInternet. Il est le seul point de vue dauteur vraiment affirm comme tel (surInternet), un regard sur (et dans) ce monde miroir (ou parallle) quest Internet.55 Voir la fin de larticle de Guillaume Soulez sur Gaza-Sderot :http://www.cndp.fr/Tice/Teledoc/actuel/..%5C%5Ctele/tele_gazasderot.htm 43. Troisime partie : fabriquerun webdocumentaire, les outils43et les technologies Ds que la lumire disparat, ds quelle nest plus un instrument pertinent decration, ds quelle vient dailleurs que le soleil (ainsi quand on travaille limage desynthse), une part dhumanit nous quitte56. Serge Daney1 Les diffrentes tapes de la productionLors dun entretien avec Ccile Cros, cofondatrice avec Laurence Bagot de lasocit Narrative, jai voulu comprendre en quoi la production dunwebdocumentaire tait diffrente de celle dun documentaire traditionnel.Je me baserai sur cet entretien et sur mon exprience de ralisation de Point de vue,un autre regard sur laccessibilit Web pour analyser les diffrentes tapes defabrication dun webdocumentaire. Je mappuierai galement sur mes vingt annesdexprience professionnelle diffrents postes dans laudiovisuel ainsi que sur maculture du cinma documentaire.1-1 Lcriture du projetPrambuleNous lavons vu, le webdocumentaire est laffirmation du point de vue dun auteur.Ce dernier peut se tromper dans ses choix, dans ses partis pris lerreur est humaine.Mais il ne doit pas, autant que faire se peut, se compromettre ; et il na pas le droitde pervertir ce quil capte de la ralit.Le webdocumentaire, comme le cinma en gnral et comme le documentaire enparticulier, est une affaire minemment morale. Cette approche morale a, pourpartie, permis de convaincre Fabrice Morandeau (personnage de Point de vue, voirltude de cas) de la ncessit de faire ce webdocumentaire sur laccessibilit Internet.Je me souviens, aprs la projection dun documentaire que javais ralis sur letravail de Grard Koch (sculpteur depuis plus de 50 ans), que celui-ci mavait dit : Je nai pas t trahi. Jesprais probablement un retour plus flatteur sur montravail. Je nai compris que bien plus tard que ctait le plus beau compliment quecet homme pouvait me renvoyer : je navais pas dtourn ses propos ! Javaisramen son art moi pour le comprendre, lanalyser, avec lui ; sans jamais avoirvoulu plaquer un discours hors propos.1. Lge moderne du cinma franais, de la nouvelle vague nos jours, Jean-Michel Frodon, Flammarion, 1995,p. 754. 44. Si jcris ces quelques mots en prambule de la partie sur la ralisation dunwebdocumentaire, cest parce que je crois quil faut qu chaque tape, lauteursinterroge : est-ce bien cela que jai vu, est-ce la meilleure faon de le dire ?Tout est possible en ralisation, tous les tons sont acceptables, cest affaire de style.Mais rappelons quon ne badine pas avec la ralit ni avec les tmoignages despersonnes qui se sont prtes au jeu de lentretien ! La responsabilit de lauteurest engage, mais cest aussi limage de tous les intervenants qui est respecter.Cest en appliquant ces prceptes que lauteur assoira sa respectabilit, et que lewebdocumentaire pourra tre pris (humblement) comme une rfrence.Lide originale, lenjeu peine lide originale trouve, peine les premires pistes de recherche lances,on peut commencer faire un brainstorming avec les diffrents acteurs de laconception et de la ralisation du webdocumentaire. ce stade, mme les idesles plus loufoques peuvent servir, ne serait-ce que pour librer limagination, lacrativit.On associe alors ralisateur de documentaires traditionnels (qui nest pas forcmentfamiliaris avec linteractivit), professionnels de la 3D, de lanimation delinteractivit ainsi que des sound designers. Cest lors de ces rencontres quil fautcommencer mettre le projet en musique. Tout cela au service de lhistoire, me dit,en substance Ccile Cros.Lenjeu, nous lavons vu dans la premire partie, est un questionnement. Lewebdocumentaire doit tre le mdium qui servira y rpondre.Pour Point de vue, un autre regard sur laccessibilit Web, lenjeu pourrait tre dfinicomme : quest-ce qui fait quun site Internet nest pas accessible un aveugle,quelles sont les solutions ? (Voir ltude de cas sur le webdocumentaire mais aussi leparagraphe 1-3 Quest-ce quun documentaire ? de la premire partie.)44Le chalutage, lenquteLe travail documentaire est un point de vuedocument. Ce nest bien sr pas une ncessit.Mais tout le monde nest pas, comme AgnsVarda, capable de glaner (des informations)tout au long du tournage, de faon(faussement) improvise, et den sortir un chef-doeuvredune rare prcision, dune rarejustesse (je fais allusion ici son film Les Glaneurset la Glaneuse).Figure 20-Agns Varda dans LesGlaneurs et la Glaneuse, CinTamaris, 2000.Il sagit, dans un premier temps, de chaluter , cest--dire de rassembler unmaximum dinformations autour de ce quon a dfini du sujet du webdocumentaire.Il est ncessaire de compulser ce qui a dj t produit sur le sujet (films, livres ouwebdocumentaires). Il nest pas question dcrire un webdocumentaire sur un sujetqui a dj t trait en long, en large et en travers. Loriginalit du sujet et la faonde le traiter sont un plus indniable pour dcrocher une production.Enfin, il faudra slectionner, choisir, se restreindre lessentiel pour viter de partirdans tous les sens. Cest lenjeu du webdocumentaire qui nous permettra de negarder que lessentiel. 45. LintentionLintention, cest ce que veut dire lauteur, pourquoi il veut faire cewebdocumentaire et la faon de le raconter. [] Ce qui est essentiel, cest quildoit y avoir une force dans lide, une volont de raconter une histoire, laffirmationdtre lunique personne pouvoir la raconter, la seule tre le passeur de cetteralit, la seule pouvoir toucher les autres avec cette histoire particulire57. Les thmatiquesLes webdocumentaires, comme les documentaires, comportent une thmatiqueprincipale, des thmatiques secondaires. Mais ce qui change avec lewebdocumentaire, cest que bien souvent, les thmatiques secondaires servirontdentre aux diffrentes rubriques du site.Dans Point de vue58, la thmatique principale est laccessibilit Internet du pointde vue dun aveugle . Une des thmatiques secondaires est la ncessit derendre les mdias accessibles .451-2 La meilleure faon de le raconterLide, ce stade, est de trouver la meilleure faon de raconter lhistoire.Va-t-on choisir loption de la raconter avec des photos ou bien des vidos ? Chaquewebdocumentaire tant un projet unique, il mrite quon y apporte une rponsesingulire, de trouver des procds de ralisation spcifiques.La structure narrative comme point de dpartLe tournage dun webdocumentaire nest pas la transposition plan par plan dundcoupage tabli partir dun scnario. Bernard Bloch59, producteur et ralisateurde documentaires, me disait : Ce nest pas pour faire entrer la ralit dans cequon a crit ; le rel se drobe, rsiste et nous apprend quelque chose de sarsistance. En somme, il sagit dtre lcoute de ce qui se passe autour de soi,dtre vigilant, prt accueillir ce que lon naurait jamais pu imaginer sur le papier.Avec le webdocumentaire, ce phnomne se trouve amplifi parce quau rel dusujet, sajoute galement le rel du spectacteur , qui conserve, via linterface, unegrande libert de choix. La structure narrative dtermine directement linterface etla structure de navigation.Non seulement il sagit dagencer les lments du rel au travers du tournage vido,mais aussi de composer du sens partir dautres lments tels que les photos, letexte, la cartographie, ou tout simplement grce lergonomie de linterfacepropose lutilisateur.Aprs avoir rassembl toute la matire narrative, le travail consiste dterminer le(ou les) parcours de dcouverte qui peuvent tre propos(s) aux lectateurs et,pour chaque tape, quel est le meilleur moyen de transmettre linformation.Le tournage, les entretiens, le dispositifCest le dispositif qui permet le dialogue lors dun entretien. En mettant la personneen situation, la parole se libre souvent de manire tonnante.57 Entretien avec Richard Copans (Les Films dici) in Didier Mauro, op. cit., p. 54.58 Le site Point de vue, un autre regard sur laccessibilit Web : http://www.factsandfiction.com/59 Le site de sa socit de production LOEil sauvage : http://oeilsauvage.com/spip/ 46. Sur le tournage de Point de vue, nous avons opt pour un dispositif trois camras(voir figure 22). Une quipe lgre tait la condition pour mettre Fabrice enconfiance. Parce que nous ntions que deux (Patrick Samacher et moi-mme),mais aussi parce que nous dsirions le maximum de plans fixes (moins demouvements assure un poids de fichier moins important la compression), nousavons plac deux petits camscopes sur pied jai pris le troisime la main.Le tournage pouvait commencer en sappuyant sur notre guide dentretien.Le tournage de lentretien avec Fabrice sest droul sur une journe. Deux prises,de 3/4 dheure chacune, tournes en continuit, ont t ncessaires pour faire letour de nos questions sur laccessibilit.Figure 22-Dispositif 3 camras pour le tournage de46Point de vue.Figure 21-Pour surfer sur Internet, Fabrices'aide de son clavier Braille ainsi qued'un lecteur dcran. lissue du tournage, nous avions une ide beaucoup plus prcise du parcours quenous voulions proposer au spectateur. Dans notre cas, les diffrentes thmatiquesabordes dans les entretiens vido ont constitu les rubriques, les points dentre,offerts au spectateur, au moyen de linterface. partir de cette exprience, il estlogique de penser que dans un webdocumentaire, il y a toujours un contenudclencheur qui va dterminer les principes de navigation et fournir une base pourhirarchiser les autres contenus disponibles.LinterfaceLa conception dinterface est une tape essentielle pour construire lewebdocumentaire. Le zoning permet de reprsenter de faon schmatique lesgabarits des principales pages du webdocumentaire. Les pages sont dcoupes enzones de contenus qui permettent de visualiser la navigation et les diffrentesfonctionnalits. 47. 47Figure 23-Zoning dune page incluant de la vido sur Point de vue.La gestion des boutons et des vnements La plupart des gens font lerreur de penser que le design cestlapparence. Ce nest pas comme a que nous concevons le design.Ce nest pas simplement lapparence et limpression que cela fait. Ledesign, cest comment a marche60. Comment a marche, est prcisment la question quil faut se poser la place du spectacteur . Pour chaque tape de la narration, il sagit de dcrire puisdimplmenter techniquement sur la plateforme choisie, la faon dont lutilisateuraccdera linformation. Par exemple, sil doit ou non pouvoir interrompre la vidoen cours de diffusion, quel moment les choix doivent lui tre proposs et de quellefaon.La conception graphique et les animationsLes cartes permettent de situer le lieu du tournage. Les graphiques sont l pouramener un complment dinformation ou pour enrichir la narration. En revanche,lanimation (par exemple, un trac que lon voit progresser sur une carte) peutconstituer un argument de narration.60 Steve Jobs, The Times, 2003. 48. Le montage des composants narratifsIl sagit ici dagencer les diffrents composants qui serviront la narration duwebdocumentaire. Il faut penser hirarchisation de linformation, et rubriquage (endiffrentes thmatiques, par exemple sur Point de vue).Ce qui suit est tir du chapitre Ralisme et narrativit dans lHistoire du cinma deJean Mitry. Il nous parle de la ncessit quil y eut, au tout dbut ducinmatographe, dinventer le montage. Elle parat intressante placer ici tant ilest vrai que le webdocumentaire en est encore ses dbuts. Il cherche encore lesprocds narratifs qui raconteront au mieux une histoire qui pourra faire sens dans unmode dcriture dlinaris :48 [] faire en sorte que limage montrant tout ou partie dunvnement en rejette la complmentarit sur limage suivante afin quelhistoire ou sa narration soit consquente de cette succession. [] Pour raconter, il fallait que les images se renvoient leur sens deproche en proche. Au besoin quelles crent une signification nouvellede par leur simple relation. Il fallait des articulations sans lesquellesaucun rcit nest possible, des liaisons ; toutes choses que le montagedevait permettre []61. Leffet Koulechov, dans un mme ordre dide : Leffet Koulechov dsigne lapropension dune image influer sur le sens des images qui lentourent dans unmontage cinmatographique62. Larchitecture technique au service du point de vueLarborescence (figure 24, page suivante) permet de comprendre la structure duwebdocumentaire.Le choix de larchitecture technique est li au sujet. Dans ce projet consacr laccessibilit, il tait ncessaire dadopter une structure de navigation HTMLpouvant tre parcourue par les lecteurs dcran utiliss par les personneshandicapes.61 Jean Mitry, Histoire du cinma, volume 1, ditions universitaires, 1967, p. 400.62 Wikipdia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Koulechov 49. 49Figure 24-Arborescence du webdocumentaire Point de vue.2 Outils et technologies2-1 Les diffrents mdiasRien de trs nouveau pour tout ce qui concerne les diffrents formats de fichier desmdias utiliss.Le sonLe MP 3 (MPEG1/2 layer 3 [Motion Picture Experts Group]) sest largement impospour les diffrents fichiers audio. La compression importante du signal permet demonter le niveau moyen du son. Latout principal : lalgorithme de compressionallge considrablement le poids des fichiers. Il ne faut pas lui demander de faire dela trs haute-fidlit, mais pour la plupart des internautes, lcoute se fait via lemonitoring audio de leur ordinateur, et cela suffit amplement !En remplacement du MP3, le HE-AAC (High Efficiency Advanced Audio Coding) at dclar standard international par le Moving Pictures Expert Group (MPEG) enavril 199763. Il est frquemment associ au H264 pour le streaming.63 Article Wikipedia sur le AAC : http://fr.wikipedia.org/wiki/Advanced_Audio_Coding 50. Les imagesLe GIF (Graphics Interchange Format) est un format de fichier trs rpandu pour sonfaible poids en 256 couleurs (sur 8 bits). On lutilisera de prfrence pour les logos. Ilpermet la transparence. Je lai notamment utilis pour des cartes interactives64 entransparence sur le fond de la page. Le crnelage dsagrable obtenu sur les bordsest camouflable en rajoutant une fine bordure (invisible lorsquelle est de la couleurdu fond).Le JPEG (Joint Photographic Experts Group) avec 16 millions de couleurs (sur 24 bits),est le format de prdilection pour les photos. Comme pour le son, une rduction detaille de fichier importante est possible en fonction de la dgradation de limage.Le PNG (Portable Network Graphic) format sans perte (do un poids de fichier plusimportant quavec le JPEG) qui a lavantage, par rapport au JPEG, de permettre latransparence de limage. On peut galement y mettre une vritable couche alpha(en 32 bits). Attention toutefois, gestion de la transparence des PNG avec IE6 pastoujours prise en compte.La vidoLe H264 (ou MPEG-4 AVC [Advanced Video Coding]) semble tre en passe desimposer comme le format de prdilection pour limage HD ou SD. Il est pris encompte par Flash et Silverlight. La rduction du poids dun fichier H264 est, il est vrai,trs intressante. MPEG-4 Partie 10 (plus communment appele AVC/H264) estquant elle la norme vido la plus avance, offrant une efficacit de compressiondeux fois suprieure celle du MPEG-2, et jusqu 30% suprieur celle du MPEG-4Partie 2 (ou ASP)65 .La cartographie et lanimationLes systmes de cartographie en ligne (Google et Yahoo) fournissent aujourdhuiune base facilement accessible pour ajouter des lments cartographiques unwebdocumentaire. La problmatique principale rside dans lenrichissement de labase de carte, par lajout dinformations pertinentes par rapport au sujet trait(dates, indications statistiques, lgendes, etc.).Comme support dinformation visuel, la cartographie est de plus en plus utilise pourvhiculer de faon simple et rapide des informations complexes, qui ncessiteraientplusieurs pages dcriture. Les animations (Flash) peuvent aussi remplir le mmeobjectif en explicitant par exemple des mcanismes ou en montrant de faonvisuelle lenchanement dune srie dvnements.2-2 Les frameworks, Flash contre SilverlightAdobe Flash66 et Silverlight 67 de Microsoft sont deux plug in Internet pour votrenavigateur mais aussi des frameworks permettant de dvelopper des applicationsWeb riches (RIA). Flash a une bonne longueur davance sur Silverlight pour le nombrede sites conus. Les graphistes et les dveloppeurs ont en effet depuis bienlongtemps pris lhabitude dutiliser les logiciels de la suite CS dAdobe. Et mme siSilverlight propose gratuitement le pack de dveloppement (nous en sommesaujourdhui la version 3.0 fonctionnant sous IE8 et Firefox), il nest pas certain quil64 Jai ralis le minisite LInfo locale et rgionale en podcast des rgions de france3.fr avec des cartes interactivesen GIF :http://regions.france3.fr/podcasts/index.php?page=article&numsite=3059&id_rubrique=3068&id_article=731365 Philippe Belache, Les Secrets de limage vido, ditions Eyrolles, 7e dition, p. 306.66 La suite Creative Web : http://www.adobe.com/products/creativesuite/web/67 Le site de Silverlight : http://silverlight.net/50 51. arrive simposer face Flash.Streaming dynamiqueTous les deux proposent des services assez identiques pour les RIA, et notamment lestreaming dynamique.Jai test lefficacit du smooth streaming HD de Silverlight de Microsoft(lquivalent chez Flash se nomme tout simplement le streaming dynamique) lors demon stage chez France tlvisions Interactive.Le principe est de fournir au client le dbit maximum que celui-ci peut recevoir. Si lescapacits du rseau scroulent, ou si votre carte graphique ne suit pas, linterfaceSilverlight choisira le dbit directement infrieur.Sur les Mondiaux dathltisme 2009 de Berlin, 7 flux furent encods simultanment etenregistrs sur les serveurs Akamai : 350Kbits/s, 500K, 700K, 1000K, 1,4 Mbits/s, 2M etenfin 3M pour un format dimage constant (il nest pas question de modifier la taillede la fentre si le dbit change).Je dois dire que contrairement ce qui est annonc, ladgradation du signal est trsvisible lorsque le dbit diminue.Pour une mme image, le51Figure 25-Smooth streaming, source Inlet technologies.Figure 26-Fluctuation du dbit enfonction de la qualit du rseau. 52. rsultat tait meilleur en SD 350Kbits/s dbit constant, que pour le signal HD avec lemme dbit.Le passage au dbit infrieur se fait de faon fluide mais limage obtenue manquecruellement de dfinition.En effet pour conserver une mme taille dimage en diminuant le dbit, il fautdiminuer la rsolution.Je suis quip dun PPC Mac avec processeurs 2X2 Ghz et 6 Go de mmoire vive.Autant dire que la machine ge de 5 ans tourne encore trs bien.Malheureusement, une carte graphique de 64 Mo de mmoire68 vido quipeencore mon ordinateur. Cette carte graphique dun autre temps scroule surlinterface de certains sites Flash. Notamment, cela mempche de naviguercorrectement sur le site Thanatorama que jai voqu dans la premire partie decette thse professionnelle. Si le procd de streaming dynamique avait t utilispour linterface du site, un dbit moins important aurait t slectionn la lecture.Le processeur de mon ordinateur naurait pas moulin, la lecture en aurait tnettement amlioreLe site Shinedraw69 est totalement ddi un comparatif des deux technologies,mais du point de vue conception dinterface. Le blog de Frdric Cavazza faitrfrence ce duel. Moins rcente (publi le 29 septembre 2008 17 h 31), sonanalyse70 porte sur la version 2.0 de Silverlight.Et comme le dit Thomas dans son commentaire post le 30 septembre 2008 17 h 20 :52 Le rsultat est le mme, la seule diffrence qui saute aux yeux cestpeut-tre le temps de chargement. On voit le loading avec Silverlightpas (ou quasiment pas) avec le Flash.Je pense que lon peut atteindre des rsultats identiques avec les 2technos, la diffrence se fera aux niveaux des outils et descomptences requises pour le dveloppement. Aujourdhui undveloppeur web.net a les outils intgrs pour dvelopper assezfacilement un module Silverlight (XAML + C#) !! Le Flash est souventrserv aux infographistes. 2-3 Les serveurs utilissIl me semblait intressant dinclure une rubrique sur les deux types de serveurs utilisspour un webdocumentaire. Les serveurs de streaming (hbergeant les mdias) et lesserveurs frontaux (servant agrger les diffrents contenus en une page Web) neremplissent pas les mmes fonctions et ne fournissent donc pas la mme qualit deservice.Par exemple, Typhon et Akamai sont les deux socits qui hbergent le site et lesdiffrents mdias du webdocumentaire Gaza-Sderot, la vie malgr tout. La plate-formemultimdia est hberge chez Typhon, les vidos chez Akamai. Akamai est(avec Level 3) lun des leaders mondiaux spcialiss dans lhbergement des vidos68 Depuis que les Mac sont passs sous processeur Intel, les fabricants de cartes graphiques nont pas renouvel leuroffre pour les PPC !69 Voir le site : http://www.shinedraw.com/70 http://www.interfacesriches.fr/2008/09/29/flash-vs-silverlight-la-comparaison-par-lexemple/ 53. pour des solutions professionnelles. Akamai est par ailleurs la socit qui hberge lesvidos des diffrents sites de France tlvisions.Les serveurs frontauxLes serveurs frontaux servent lhbergement de la plate-forme multimdia. Il leurfaudra en priorit une rapidit dexcution et de ractivit pour les interactionsproposes par un webdocumentaire.5371Figure 27-Principe du cache.Les serveurs utilisent bien videmment le principe de caches pour viter davoir utiliser les ressources du rseau pour de multiples requtes identiques.Typhon72Sur le site de Typhon, on peut lire : Les Serveurs* Marques : Dell, Sun, HP ou SuperMicro* Processeur : du Pentium D au Bi-Xeon Quadricore* Mmoire : de 1 Go 16 Go de ram* Stockage : de 160 Go SATA 2 To SCSI* Rseau : Ethernet 100 mbps 1 gbpsType dinstallation* Installation Debian simple (uniquement ssh install de base)* Installation spciale dveloppeurs avec Trac, SVN et WebDav pr-installs* Installation Ruby avec RubyOnRails, Ruby en FastCGI et lensemble71 La page de Laurent Le Prieur sur le principe du cache: http://stargate.ac-nancy-metz.fr/linux/cache/presentation/presentation.htm72 le site de Typhon (http://www.typhon.com/) 54. 54tournant avec lighttpd* Installation Zope avec Zope et Plone prinstall et pr-configur* Installation LAMP vps : Apache, php, MySQL, postfix et une interfaceWeb (webmin) pour grer vos services simplement Les serveurs de streamingLes serveurs de streaming sont utiliss pour fournir des vidos un trs grand nombredinternautes simultanment, sans que la fluidit et la qualit du signal sen trouventaffectes. La socit Akamai propose des solutions de streaming dynamique pourFlash et Silverlight.Akamai73Sur son site, Akamai affirme diffuse(r) rgulirement entre 10 et 20 % de tout le traficsur le Web, atteignant parfois 650 Gigabits par seconde. Akamai propose des services de streaming Flash pour Adobe Flash MediaServer 3.5 : Avec lintroduction prvue du streaming dynamique dans sesservices de streaming Flash, Akamai continuera doffrir aux diteurs decontenu la possibilit dlever le niveau en proposant auxconsommateurs les expriences vido les plus captivantes. propos du streaming dynamiqueLe streaming dynamique est une nouvelle fonctionnalit qui passe entoute transparence dune version de qualit lautre dun flux vido,afin doffrir le confort de visionnage optimum chaqueconsommateur. La nouvelle fonctionnalit permettra aux applicationsde mdias de sadapter avec souplesse des clients dont lescapacits sont diffrentes, par exemple dans le cas de faibles vitessesde traitement, ou de clients dont les connexions Internet sont pluslentes. Le passage dun flux lautre se fait en toute transparence sansinterruption pour lutilisateur final.StreamFlashHD.comLe nouveau site streamflashHD.com valorise le streaming Flashdynamique dAdobe Flash Media Server 3.5 excut sur la plate-formeAkamai. Comme peuvent le confirmer neuf des dix plus importantsdiffuseurs de la plante, Flash est la plate-forme la mieux adapte aucontenu en streaming. Ce site de dmonstration offre un aperu despossibilits de diffusion haute-fidlit nes de lassociation entre lestechnologies dAkamai et dAdobe. 73 Le site dAkamai http://www.akamai.fr/enfr/ 55. Quatrime partie : Perspectives55et dbouchs duwebdocumentaire1 IntroductionLe webdocumentaire devrait voir arriver, les prochaines annes, pas mal debouleversements (positifs). Les sites webdocumentaires jusque-l conus pour le Webet visibles sur le Web seront galement consultables sur un nouveau mdia, la HBBTV.Le dbit crot encore avec larrive de la fibre optique. Enfin, la TMP offre denouvelle perspective avec la mobilit documentaire dont nous navonsprobablement pas fini de voir les applications.Nouveaux supports donc, avec la HBBTV, la TMP par la DVBH-SH ou la tlphonie 4G.Un financement aussi, de la part dorganismes de soutien et donc un investissementdans la production de la part des organes de presse en ligne et les chanes detlvision :- aides aux industries techniques et l'innovation, aides aux contenus et lacration et l'innovation par le CNC (Centre national du cinma et delimage anime) ;- bourse d'aide l'art numrique du ct de la SCAM (Socit civile desauteurs multimdia).Le webdocumentaire semble vou un avenir des plus prometteurs.2 Les volutions des supports et des technologies2-1 Limplantation de la fibre optiqueLa fibre optique est, nen pas douter, la technologie trs haut dbit davenirpuisquelle offre74:- Un service daccs Internet avec un dbit crte descendant suprieur 50 Mbit/s ;- Un dbit crte remontant suprieur 5 Mbit/s.Mais la fibre optique en est encore une phase dexprimentation sur le terrain, etlabonn sert trop souvent de cobaye.74 Dfinition de loffre trs haut dbit en FTTH (Fiber to the Home) par lARCEP :http://www.arcep.fr/index.php?id=10188 56. 56Pourtant, linstallation de la fibre optique progresse : Plus de 50 000 abonns aux offres trs haut dbit en fibre optique, soit25 % de croissance par rapport au 1er janvier 2009. Environ 650 000foyers [] sont dores et dj ligibles aux offres trs haut dbit en fibreoptique75. Et il ne faut pas prvoir que le nombre dabonns au trs haut dbit explose. Le cotde linstallation est norme, et il faudrabeaucoup de temps pour couvrir leterritoire. Dailleurs pour le moment, seulesles grandes agglomrations prvoient desquiper. Encore un problme de fracturenumrique entre celles-ci et lescampagnes.En mars 2007, Tactis76 (cabinet de conseilstratgique et dassistance matrisedouvrage) estimait quelque 5 millions lenombre dabonns en France fin 2013. Etselon le Conseil conomique, social etenvironnemental, le trs haut dbit neconcernera que 40 % de la populationfranaise en 202077 .2-2 La future Hybrid Broadcast Broadband TV (HBBTV)IntroductionLa nouvelle gnration de tlvisions sera connecte Internet. Lide est depermettre une rception TNT (ou TNT HD) tout en lassociant de lenrichissement decontenu provenant dInternet, le tout synchronisable, si ncessaireIl sagit bien, comme me lexpliquait Bernard Fontaine directeur des nouvellestechnologies France tlvisions Interactive, dun nouveau mdia. Il utilisera lestechnologies de lInternet (HTML, Java Script, CSS) en les associant du DVB-T.En fin de compte, la HBBTV fonctionnera comme un navigateur trs proche dunnavigateur Web que lon connat actuellement. Elle permettra de moderniser destechniques qui ont vcu en remplacement du Tltexte analogique par exemple.Le projetCe projet de tlvision est de nature industrielle. Il runit autour dune mme tableles diteurs de contenus (France tlvisions, TF1, ARD), les fabricants de tlviseurs(Philips, Samsung, Sony, LG, Toshiba et Sharp), les fournisseurs daccs Internet(Orange, SFR, Free), les oprateurs de tldiffusion et tldistribution (TDF, TPS,Globecast). Cette dmarche binationale (France et Allemagne) est fdre parune initiative europenne pour un march international.75 Chiffres ARCEP : http://www.arcep.fr/index.php?id=1018877 Pris sur le site de Fibre optique France : http://www.fibre-optique-france.com/13022009/la-fibre-optique-defavorisera-la-province-au-profit-de-paris.html - more-478Figure 28-Rpartiteur numrique, centraltlphonique Boulogne 3.Ccile Debise Journal du Net 57. En sassociant, les diteurs de contenus et les ayants droit des programmescherchent rsoudre un problme qui leur tient coeur : faire quon nincruste pasnimporte quelle information sur lcran de la tl sans leur autorisation.Lditeur veut rester matre du programme pourviter que lon voie par exemple delenrichissement venir masquer le logo de lachane, ou quil y ait de la publicitintempestive ! De leur ct, les constructeurssont rassurs car les contenus existent. Pourinformation, France tlvisions met en lignechaque jour, environ 48 heures deprogrammes, offrant ainsi plus de 1 000 vidospar semaine7857Figure 29-Photo de lopration FTVI Roland Garros.Schma de principe de fonctionnementFigure 30-Schma tir de : Hybrid Broadcast Broadband TV (HBBTV) specification Version 0.8, 3rd August 2009 IRT,APS, ANT, Philips, OpenTV, French HD Forum 2009.Par la TNT, rception dun trigger qui dclenche lactivation dun menu invitant letlspectateur se connecter aux services.78 Tir de la prsentation du site Catch up TV par le ple FTVI, 22 septembre 2009. 58. 58Loffre de servicesLe tlspectateur aura le choix de recevoir : les chanes + de linteractivit ; des programmes spcifiques ; des services dintrt transversal de toutes les chanes du type guide desprogrammes ; de la VOD audio dcrite pour aveugle.AccessibilitEn thorie, la HBBTV pourrait servir laccessibilit des programmes TV en lessynchronisant des fichiers textes de sous-titrages. Mais il nest pas prvu de pouvoirsynchroniser des fichiers audio en direct pour de laudiodescription, par exemple.Solution retenue : offrir la possibilit aux aveugles ou aux malvoyants de regarder leprogramme avec audio description en diffr en VOD. Cela afin dallger le signallors de la diffusion.2-3 La mobilit avec la tlvision mobile personnelle (TMP) et la LTE (dite 4G)En mobilit, deux possibilits : la tlvision mobile personnelle, qui fonctionneravraisemblablement avec la norme DVB-SH, et la tlphonie mobile avec la normeLTE. Les oprateurs des tlcommunications accepteraient dinvestir dans la TMP quipermettrait de dsengorger le rseau 3G actuel.La LTE dite 4GLe tlphone portable, septime des mdias de masse79 ( aprs limprimerie,lenregistrement audio, le cinma, la radio, la tlvision et Internet80 ) est devenu enquelques annes le premier en nombre dutilisateurs.Au dbut des annes 1990, nous avons connu le Radiocom 2000 (dite 1G pourpremire gnration), premire norme de tlphonie mobile (analogique) pluttoriente pour les professionnels. Puis vinrent, au milieu des annes 1990 les normesnumriques. Le GSM (Global System for Mobile Communication, 2G), le GPRS(General Packet Radio Service, 2,5G), (lEDGE (Enhanced Data Rate for GSMEvolution, 2,75G), et enfin lUMTS (Universal Mobile Telecommunications System, 3G)que nous connaissons aujourdhui.En quinze ans, le tlphone portable est devenu un vritable terminal mobile auquelnous demandons toujours plus de dbit de donnes et toujours plus defonctionnalits. La LTE (long term evolution, 4G) est la prochaine norme detlphonie mobile qui devrait tre lance en France par orange ds la fin 2011. Cett, un article sur Le Monde.fr affirmait : La Commission europenne a annonc mardi 18 aot un nouveau79 Voir larticle de Toni Ahonen, gourou de la mobilit : http://www.mobile7th.futuretext.com/80 Voir larticle de Le Monde.fr dat du 2 octobre 2009 propos du livre de Toni Ahonen :http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/10/02/le-telephone-mobile-premier-des-medias-de-masse_1248585_651865.html - xtor=AL-32280270 59. 59financement de 18 millions d'euros pour dvelopper cette norme, quipermettra notamment un accs mobile Internet dix fois plus rapidequ'avec les rseaux actuels de troisime gnration UMTS. Avec 100mgabits par seconde annoncs, la technologie 4G permettra derendre plus confortable l'accs mobile Internet, la tlvision ou auxvidos la demande81. Mais face une augmentation constante du nombre dabonns (4 milliardsdabonns au tlphone portable dans le monde pour 1,4 milliard de connects Internet), le couplage dun rseau de tlcommunication avec un maillage derelais de tlvision semble aujourdhui ncessaire pour une mobilit multimdia.La tlvision mobile personnelle (TMP)Figure 31-Schma de principe du DVB-SH, tire du site jbmm.fr article paru le 16 octobre2008.La TMP aurait d utiliser la norme DVB H (Digital Video Broadcasting - Handheld)drive de la DVB et utilisant galement des metteurs terrestres. Adapte lamobilit, elle aurait d tre dploye ds le dbut 2009. Pourtant, il semble bien quecette norme de tlvision ait du plomb dans laile. Cette norme parat dores et djpasse de mode. Elle permet de regarder un programme TV en mobilit uniquementdans la zone de couverture dmetteurs coupls entre eux. Elle ne permet pas devritable roaming : ds lors que vous quittez la zone de couverture, la rceptionsarrte. Pas de rel nomadisme entre Paris et sa banlieueDo le doute actuel quant son implantation pour laquelle les oprateurs detlcommunications doivent sengager hauteur de 85 % !Plus probablement, la norme DVB SH (Digital Video Broadcasting - Satellite servicesto Handhelds), combinant la DVB-S (Digital Video Broadcasting - Satellite) la DVB-H,devrait simplanter. Ainsi, lorsque vous sortirez de la zone de couverture delmetteur terrestre, le satellite prendra le relais.81 Article en partie visible sur lemonde.fr : http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1094955 60. 60OFDM : pour Orthogonal Frequency Division Multiplex,TDM : pour Time Division Multiplex (Figure 31).3 Mobilit : la ville, terrain de jeu de la connaissance et delenqute documentaireEnjeu mmorielVous partez de chez vous (ou de lhtel) et regardez sur votre terminal mobile si unVlib82 est disponible la borne la plus proche. Vous branchez votre casquedcoute sur votre appareil, placez vos lunettes affichage virtuel sur votre nez etslectionnez le roman Dora Bruder83 sur le site des ditions Gallimard. Aprs avoirrgl votre contribution en rentrant votre code utilisateur, vous enfourchez le vlo etappuyez sur lecture. Vous avez choisi de visiter Paris en refaisant le parcours delenqute de Patrick Modiano sur cette jeune fille juive parisienne, dporte deDrancy Auschwitz le 18 septembre 1942.Le rcit commence alors. La voix si caractristique de Modiano (ou linterprtationde Michel bouquet, si vous prfrez) et cette histoire vous bouleversent Paris prendsoudain une autre dimension. Vous passez par cette cole o elle fut collgienne,par la piscine (nom donn au btiment qui est de nos jours le sige de la DGSE) oDora fut parque avant dtre dporte.Grce la golocalisation, pour chaque lieu voqu dans le roman correspondentun arrt, une visite sur ce parcours qui vous ramnera aux heures les plus sombres dela capitale. Des passages par le boulevard Ornano, la Porte de Clignancourt, le XIIe,le XVIIIe, le XXe vous voqueront ce Paris du pass. Vous rencontrerez un vieuxmonsieur inscrit sur le site communautaire Mmoire de Paris . Il la peut-treconnue adolescente, qui sait.Il faut faire vite, les traces, les indices disparaissent. Sur les verres de vos lunettes, telun palimpseste, saffichent les photos dpoque dimmeubles aujourdhui disparus ;vous suivez dans lordre que vous dsirez les dplacements des personnages ouceux du narrateur. Des extraits du roman feront le lien dans le rcit. Tout se passecomme si les repres de la gographie urbaine pouvaient transmettre un peu deleur ralit aux personnages et les faire revivre, ainsi dans lesprit du lecteur84 . Ainsile linteracteur se prte-t-il un jeu o lenjeu est mmoriel.Il ne sagit pas de science-fiction ou danticipation car cette entre en matire(nanmoins totalement fictionnelle) illustre ce que pourrait tre aujourdhui (puisqueles technologies existent) le webdocumentaire en mobilit.82 Lapplication ABikeNow nexite plus pour Paris sur lApp Store, dommage !83 Dora Bruder, de Patrick Modiano, Gallimard, 1997.84 Thse de doctorat en littrature gnrale et compare de Christine Crou, Roman policier et criture romanesquecontemporaine (France, Espagne), 2002. 61. 613-1 IntroductionDe la manipulation de la souris au corps en mouvementLe jeu est souvent utilis comme principe dvolution dans la narration interactiveen gnral, et dans le webdocumentaire en particulier. Lauteur accepte alors decder une partie de ses prrogatives en autorisant le lecteur devenir acteur( interacteur ). Ce jeu se passe chez soi sur ordinateur, linternaute captiv par soncran naviguant grce sa souris. Il se prolongera dans les jours prochains endescendant dans la rue.La ville comme un grand muse limage du casque dcoute propos dans les muses, qui permet daugmenter laquantit dinformations offertes, notre tlphone (ou notre terminal mobilemultimdia), reli Internet, utilisant la ralit augmente et la golocalisation,devient linterface dun gigantesque jeu de piste la dcouverte dune ville, dunsite, dune rgion. Une personnalit (chercheur, artiste, romancier, photographe,cinaste) sert alors de fil conducteur au webdocumentaire.Mieux que limage immersive 3D dcrans panoramiques, mieux que les visitesvirtuelles, on vous propose aujourdhui une balade dans une ville relle tout en tantreli en permanence Et ce, pourquoi pas, avec des lunettes affichage virtuel !3-2 Les diffrentes tapes, de laudioguide en MP3 la mobilit interactive1re tape : laudioguide tlchargeable en MP3Il existe dj des audioguides tlchargeables sur Internet.Le site Zevisit.com85, par exemple, vous propose plus de 2 000 lieux de parcourstouristiques en France mais galement dans le monde.Pour Paris, sept monuments ont t slectionns par lditeur. Lhistoire de chaquemonument vous est raconte par des comdiens. Un fichier audio MP3 vous proposealors une photo (de basse qualit) du monument et un rcit (pour Notre-Dame, lercit est de 1006).85 Voir le site : http://www.zevisit.com/ZEVISIT/FR/Homepage.html 62. Vous pouvez lemporter avec vous sur votre smartphone et vous dplacer selonlitinraire propos par le plan. Vous passez dun monument lautre tout encoutant le rcit se rapportant chacun.Cette forme daudioguide, aussi intressante soit la qualit du rcit, ne permet pasdu vous suivre dun monument un autre. Vous ntes pas reli Internet. Ledclenchement du guide audio ne se fait pas par la golocalisation : libre vousdcouter le rcit quand vous le souhaitez. Mais, finalement, vous ntes pasaccompagn, encadr tout au long de votre parcours dun point un autre par lercit dun vritable webdocumentaire.622e tape : les applications pour smartphonesPour esprer pouvoir fonctionner en mobilit, il faut des applications spcialementconues pour les smartphones. En voici quelques-unes. La mobilit documentairepourrait utiliser des applications la croise de celles-ci.Des vidosUn exemple avec la visite du Grand Palais, une application pour iPhone avec desvidos. Au menu, quatre thmatiques (lhistoire du lieu, les coulisses des vnements,les artistes ayant expos, les vnements prsents et venir), qui vous proposent deune quatre vidos.Des outils collaboratifsDe son ct, Tripwolf86 propose une application qui ressemble fort une brochuretouristique : Lapplication, alimente par la base de donne du site Webprincipal, compte plus de 500 000 points dintrts dans le monde.Avant votre dpart en voyage, tlchargez les diffrentes destinationsafin daccder aux informations en mode non connect. 86 Voir le site : http://www.applicationiphone.com/2009/06/tripwolf/ 63. 63Lapplication Tripwolf, en quelques captures dcrans :Si cette application qui est trs loigne dun webdocumentaire nous intresseici, cest quelle propose des fonctionnalits collaboratives et des outils de filtre .Cest un guide touristique (sans aucune narration) quon utilise en mode nonconnect.Golocalisation Comme la couverture des antennes relais est rduite et que celles-cise recoupent (il y en a environ 35 000 en France), il est facile, partriangulation, de localiser assez prcisment la position du tlphonemobile87. Ainsi, en tant golocalis, vous seriez mme de recevoir des mdias, desinformations locales provenant de bases de donnes SQL, pour enrichirponctuellement votre parcours dans la ville.Les protocoles Internet pour le transport de donnesPour esprer utiliser tout lintrt de la mobilit documentaire, notre terminal mobile(utilisant la wifi, la 3G, la future HBBTV ou la 4G) doit fonctionner en rseau. Quil soiten mode connect en utilisant le protocole TCP/IP (Transmission Control Protocol etInternet Protocol). Celui-ci est un protocole dit fiable parce quil contrle laqualit des donnes reues. Ou pas lorsque les donnes transfrer sont troplourdes (les applications multimdia par exemple), lUDP (User Datagram Protocol)mode sans connexion semble la bonne solution et notamment pour le streaming. Le RTP (Real Time Protocol) est un protocole fonctionnant avec UDPou TCP, spcialis dans le transport de donnes possdant descontraintes temps rel. Typiquement, il sert transporter des vidospour que l'on puisse synchroniser la lecture des images et du sondirectement, sans les stocker pralablement88. 87 Article Wikipdia sur la tlphonie mobile : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tlphonie_mobile -Normes_de_r.C3.A9seau88 Article Wikipdia sur les protocoles Internet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Suite_des_protocoles_Internet 64. 3e tape : la ralit augmente avec lunettes ralit virtuelleDans un article dat du 14 juillet 2009, Fred Cavazza, sur son blog89, nous annonce : Ralit augmente, le nouvel eldorado des smartphones .Comme il l'explique, le principe estsimple : vous installez une application survotre smartphone et celle-ci rcupre desdonnes pour les afficher en surimpressionen mode camra . L'article est richementillustr et permet de se faire une ide de ceque seront, dans les tout prochains mois, lesapplications utilisant la ralit augmente.Le problme est quen plein jour, et vous enavez peut-tre fait lexprience, lcran estpratiquement illisible. La solution sembletre du ct de lunettes affichage virtuel.Figure 32-Photo ralit augmente de Jamais Fini lcran, voici les lunettes donnantl'illusion dune scne taille relle sedroulant devant vous C'est ce que propose Lumus90, une socit isralienne,grce un ingnieux systme consistant projeter les images devant les yeux.Il sagit dun dispositif optique form de deux projecteurs ultraminiaturiss fixs sur lect de chaque verre. Limage est projete vers un systme de lentilles o un jeucomplexe de prismes et de miroirs lagrandissent directement devant les yeux.64Cascio.Figure 33- Principe de fonctionnement des lunettes vision virtuelle avec projecteurs et rseau de miroirs. CrditLumus.Imaginez maintenant que vous dcidiez de visiter Paris en baignant danslambiance des Mystres de Paris. Vous ntes plus devant Notre-Dame, vous vivezNotre Dame en tant imprgn de lunivers hugolien Grce la ralitaugmente, en visant une des gargouilles avec votre smartphone, un petitcommentaire crit vous en apprendra un peu plus sur lanne de fabrication de cemonstre, sur le sculpteur lui-mme.Suivre une enqute de Modiano, de Daniel Pennac ou bien encore de Victor Hugone vous intresse-t-il pas plus pour connatre Paris et son histoire ?Le choix pourrait se faire en fonction dun profil-utilisateur sadaptant vosprfrences. Lors de vos dplacements dans la capitale (o ailleurs dans le monde,bien entendu), on vous proposerait lheure du dner daller dans le restaurant de89 Article dat du 14 juillet 2009 : http://www.fredcavazza.net/2009/07/14/realite-augmentee-le-nouvel-eldorado-des-smartphones/90 Voir le site de la socit Lumus : http://www.lumus-optical.com/ 65. sushis prfr de lauteur ou du narrateur (les fichiers log vous ont enregistr commeamateur de sushis). lheure o jcris ces dernires lignes, une publicit pour le site Patryst.com91 aattir mon attention.Il sagit dun site de visites la carte. Les membres dune communaut depassionns dHistoire et darchitecture crent des fiches pour chaque monumentvisitable. Ils peuvent agrmenter ces fiches avec des photos, des vidos et descommentaires. Une application pour liPhone est propose. Elle offre (moyennantabonnement) la golocalisationpour une ventuelle visite guidesappuyant sur un audioguide(synchronise en fonction de votredplacement ?).654 Le financement du webdocumentaireLors dun entretien, je demandai Alexandre Brachet, fondateur dUpian,comment, en tant favorable la gratuit sur Internet, on pouvait produire deswebdocumentaires et en vivreIl faut que le webdocumentaire trouve son propre mode de production, comme ledocumentaire traditionnel la trouv, que ce soit pour le cinma ou le petit cran.Alexandre me dit quon y tait enfin. Le CNC, la SCAM qui aident au financementde projets multimdias depuis des annes se mettent soutenir la cration dewebdocumentaires. Arte, qui fait office de locomotive dans le domaine, notammentgrce Jol Ronez (responsable Web dArte), investit dans des oeuvres denverguretels que Gaza-Sderot92. Dautres projets aussi ambitieux sont en cours de ralisation.Ils sont vritablement conus pour Internet. Les chanes de tlvision ont biencompris lutilit dinvestir (sur) Internet et ont dbloqu des budgets spcifiques laproduction de telles oeuvres. France tlvisions nest pas en reste et sy metgalement (la chane France 5 a command pour france5.fr une collection de24 webdocumentaires la socit Narrative).91 La page daccueil du site : http://www.patryst.com/fr-FR92 Gaza-Sderot a cot autour de 216 000 (magazine Stratgies du 15 octobre 2009). 66. 664-1 LautoproductionMme si des aides et des bourses existentpour monter des projets dewebdocumentaires, lautoproduction resteencore de mise pour bon nombre dentreeux.Le trs beau webreportage Les Routes dela faim93 a par exemple t totalementautoproduit.Lors dun voyage en Hati (du 24 novembreau 14 dcembre 2008), Jean Abbiateci et Julien Tack, journalistes indpendants, ontrapport des textes, des sons, des photos et des vidos sur lexode rural de paysansvenant sentasser dans les bidonvilles dePort-au-Prince.Ils ont ensuite procd au montage dessquences vido et des diaporamas. Ils ontgalement produit, conu et ralis lescartes et autres illustrations, jusqulinterface Flash.La grande qualit de leur travail et le prixquils ont reu94 nauront pas suffi trouverun producteur et un hbergement de leursite. Ils sen expliquent sur leur blog :http://haiti.tumblr.com/.4-2 Les aides publiquesLE CNCComme pour le cinma (documentaire ou fiction), le CNC (Centre national ducinma et de limage anime) soutient les nouvelles technologies et les nouveauxmdias. Des aides existent la fois pour lcriture et le dveloppement maisgalement pour la production doeuvres multimdias. Le webdocumentaire y avidemment toute sa placeLes aides du CNC qui peuvent sappliquer au webdocumentaire sont classes endeux catgories :- aides aux industries techniques et l'innovation avec :o aide aux nouvelles technologies en production (NTP) ;o rseau Recherche et innovation en audiovisuel et multimdia (RIAM) ;o soutien financier aux industries techniques ;- aides aux contenus et la cration comprenant :93 Jean Abbiateci, du journal Tmoignage chrtien, a t rcompens pour son reportage Les Routes de la faim(catgorie presse crite, pas pour le webdocumentaire !) par le prix International des mdias Plante Manche 2009,organis par le conseil gnral de la Manche.94 Jean Abbiateci, du journal Tmoignage chrtien, a t rcompens pour son reportage Les Routes de la faim(catgorie presse crite, pas pour le webdocumentaire !) par le prix International des mdias Plante Manche 2009,organis par le conseil gnral de la Manche. 67. 67o dispositif pour la cration artistique multimdia (DICRAM) ;o aide aux projets pour les nouveaux mdias, le cinma et la tlvision.Pour rsumer, les aides peuvent aller de 5 000 50 000 par an, selon le projet, pourun plafond de 200 000 par entreprise sur trois ans95.La SCAMLa SCAM (Socit civile des auteurs multimdia) propose des bourses pour lartnumrique : Huit bourses d'aide l'criture et au dveloppement sont attribuespar des auteurs des auteurs. Ces bourses, dotes de 4 575 , sontdestines aider et encourager des auteurs ayant des projetssinguliers96. On le voit, les aides et bourses qui peuvent sappliquer au webdocumentaire ne sontpas ngligeables. Elles permettent ainsi de jeunes socits de se lancer plussereinement dans des productions viables.4-3 Le cas de NarrativeLe cas de Narrative est particulirement significatif du rcent engagement de(nouvelles) socits dans la production de webdocumentaires.La socitLe 29 juillet 2009, jai rencontr Ccile Cros et Laurence Bagot, productrices etcofondatrices de la socit Narrative. Lors de cet entretien, elles mont expliqu que le modle conomique existant et que loffre documentaire multimdiamanquant , elles avaient dcid de monter leur socit, il y a tout juste un an. Ellesaffirment faire les choses qui leur plaisent tout en ayant un souci de rentabilitderrire . Elles souhaitent saffranchir du ct corporate mais pas des intrtsconomiques Leur socit est spcialise dans le documentaire multimdia. Ccile Cros prfreparler de documentaire multimdia que de webdocumentaire. Pour elle,documentaire multimdia serait un terme gnrique englobant leswebdocumentaires.Les documentaires multimdias ontpour finalit aussi bien notreordinateur reli Internet que lessmartphones (qui peuventgalement tre relis Internet) ouque les bornes affichagedynamique et interactives (qui, elles,fonctionnent le plus souvent encircuit ferm). Elles considrent quela multidiffusion est le moyen derentrer dans leurs frais.95 Les aides sont regroupes sur le site du CNC ladresse :http://www.cnc.fr/Site/Template/T6B.aspx?SELECTID=972&id=116&t=296 Pris sur le site de la SCAM : http://www.scam.fr/scam.php 68. Les portraits dun nouveau mondeElles coproduisent actuellement avec France tlvisions une collection de24 documentaires multimdias qui seront diffuss sur france5.fr partir dejanvier 2010. Ces webdocumentaires seront conus pour une premire diffusion surInternet, avec possibilit dune srie pour la TV. Ils raconteront le monde globalis autravers de 24 histoires. Chaque projet sera construit de faon diffrente. Lesproductrices cherchent, selon leurs propres mots, mettre en lien le spectateuravec un personnage .Elles ont lanc au mois daot unappel projet97 pour les24 documentaires de cettecollection. On peut y lire que devant laffluence de vospropositions, les dates de clture desdiffrentes thmatiques ont tavances . En fait, les deuxpremires thmatiques sont djboucles !Les thmatiquesReprises sur le site :Le monde du XXIe sicle travers six grandes thmatiques (quatre documentairespar thmatiques) :68- La Chine : une superpuissance tout prix- migration : un monde de plus en plus mtiss ou cloisonn ?- Urbanisation : maximum city- conomie : le capitalisme, et aprs ?- cologie : la plante hors service ?- Vivre dans ce nouveau monde : tous ensemble ou moi dabord ?Elles nont pas souhait dvoiler le budget total du projet (voir paragraphe 5-2,ltude de cas de france5.fr).4-4 Le webdocumentaire, sponsors, publicit et marketingLe sponsoring peut tre un bon moyen de financer un webdocumentaire quil nefaut pas ngliger. Un bon financement, cest lassurance de pouvoir travailler demanire plus sereine.De tout temps, le travail journalistique ou les ralisations artistiques ont d composeravec les intrts privs qui les financent. Le problme est peut-tre moins celle del'origine du financement que celle de l'indpendance laisse aux auteurs de raliserle webdocumentaire qu'ils souhaitent. Comme le documentaire, lewebdocumentaire est de toute faon laffirmation d'un point de vue. Et celui-ci peuttrs bien aller lencontre des intrts des grands groupes.97 Appel projet ladresse : http://portraitsdunnouveaumonde.narrative.info/fr/ 69. Sponsoring, publicit et marketing font-ils bon mnage avec le webdocumentaire ?Y a-t-il antinomie entre webdocumentaire, sponsoring, publicit et marketing ? premire vue, on serait tent de rpondre par laffirmative. Comment croire, eneffet, la valeur de la rflexion, au srieux de la recherche, lindpendance dupoint de vue dun auteur si le webdocumentaire traite de la vaccination parexemple et que celui-ci est financ par un grand laboratoire pharmaceutique ?Lauteur peut-il se dmarquer par ses prises de position vis--vis de son sponsor ?On peut se rappeler lviction delanimateur Michel Polac et de lasuppression de son mission Droit derponse en 1987 lors du rachat de TF1 parBouygues. Le dessin de Wiaz navait pasplu la nouvelle direction. Il faut croireque le ton globalement trs libre delmission tait en cause Pas assezformate, pas assez police au got deBouygues ?Nicolas Hulot tait, le 6 octobre, linvit du7/10 de France Inter, anime par NicolasDemorand, loccasion de la sortie deson film Le Syndrome du Titanic. On peut penser ce quon veut de son engagement,de ses prises de position ou de son documentaire qui est sorti le 7 octobre 2009.Il faisait tout dabord une diffrence (et il avait raison de le faire) entre sponsoring etmcnat. Pour cerner la diffrence, je reprends les dfinitions du dictionnaire LeRobert98.69 Sponsor : () Personnes, organisme qui soutient financirement uneentreprise des fins publicitaires. Recommandation officiellecommanditaire, parrain, parraineur. Sponsor dun voilier, dun coureur,dune course. Chercher des sponsors. Sponsors dune exposition, dunfilm, dune action culturelle. Mcne : Personne fortune qui, par got des arts, aide les crivains,les artistes. Bienfaiteur, protecteur. [] Par extension, Personnephysique ou morale qui apporte un soutien matriel, sans contre partiedirecte, une oeuvre ou une personne pour lexercice dactivitsprsentant un intrt gnral []. Dans le cas du sponsoring, il sagit clairement dutiliser loeuvre des finspublicitaires . Dans le cas du mcne, il sagit dun bienfaiteur , dun protecteur . La nuance est relle, libre lartiste de dire du mal de son mcnepour voir.Exemple avec le (faux) webdocumentaire sur la chasse nocturne de la tribu desSmamots/les crans LG99.Il y a de cela quelques mois, je me suis arrt sur cet cran:99 h t tp://www.smamot.com/fr/ 70. premire vue, il sagit dunvritable webdocumentaire. Tourn la faon des documentaires deN a t i o n a l Geographic, uncommentaire off relate les aventuresdune quipe de scientifiques enmission dexploration en terreafricaine sauvage .Ces pseudo-scientifiques partent larencontre dune tribu qui a une biencurieuse faon de chasser : elle faitappel au don dun hibou diffusantune lumire nocturne pour blouir sesproies70Figure 34-Capture cran du webdocumentaire sur lachasse de la tribu des Smamots. Cela fait presquedeux semaines que nous sommes ici. Le tempschange... j'espre que l'on pourra voir quelquechose.Le webdocumentaire compos comme unvrai (avec une vritable navigation, unecarte du priple, des vidos) savre treune publicit pour la marque de tlviseursLG. Ce modle de tlviseur, comme lehibou, a une capacit faire voluer lecontraste en fonction de la lumireambiante !Figure 35-Tout y est pour faire vrai :safari en Land Rover, panneTout est-il rellement faux dansce webdocumenteur ? Y a-t-il unetribu qui chasse laide dun hiboula nuit ? Y a-t-il eu tournage avecune vritable quipe dans la savanea f r i c a i n e ? E s t - c e u nwebdocumentaire utilis des finspublicitaires ou bien est-ce un fauxde bout en bout ? Ce qui est certain,cest que les auteurs de cewebdocumentaire ont utilis toutesles recettes en vigueur actuellementdans le webdocumentaire. Lillusion est parfaiteLa publicit pour les crans LG connat des prcdents.Nanouk lEsquimau, film de 1922 de Robert Flaherty100, undes pres du documentaire (selon Wikipdia), en est unclbre exemple. Film sur la chasse (l encore) au phoquepratique par les Inuits (la marque de glace Esquimau datede la sortie du film) dans le Grand Nord canadien. Ce filmfait date dans lhistoire du cinma documentaireanthropologique. 71. Et pourtant, ce film tait une commande pour le compte du fourreur de luxe parisienRvillon. Vrai tmoignage sur la vie des Inuits, loeuvre obtint un grand succs quinempcha pas la polmique sur la difficile cohabitation entre documentaire etsponsoring, et sur la faon dont taient reconstitues les scnes de vie.Finalement, il faut savoir accepter un financement par quelque organisme que cesoit (tant entendu la chose suivante : cela ne peut se concevoir tant que la libertde dire ce que lon pense nest pas remise en cause). En clair, viter tout conflitdintrt.Dans une priode de concentration des pouvoirs, aussi paradoxal que cela puisseparatre (mais nous ne sommes pas au paradoxe prs), les recettes publicitaires surFrance tlvisions ont t un gage dindpendance de la chane vis--vis dupouvoir politique.5 Le webdocumentaire, une aubaine pour les acteurs des mdiasen ligne et les oprateurs de tlphonie mobile715-1 IntroductionSi le webdocumentaire est bien un moyen de crdibiliser linformation sur Internet enla slectionnant, en la structurant, en la hirarchisant, alors les mdias traditionnelsont tout intrt prenniser leur place de rfrent grce au webdocumentaire.Le webdocumentaire est galement un outil stratgique de diffrentiation pour lesmdias et fournisseurs de contenus. C'est aussi un enjeu pour les oprateurs detlcommunication car c'est un motif de consommation des nouvelles technologiesde diffusion. Le webdocumentaire s'inscrit donc dans une ralit conomiquesusceptible de soutenir les projets artistiques, au mme titre que la tlvision se doitde produire des fictions ou des documentaires pour alimenter son antenne.Le webdocumentaire s'inscrit de plus dans une stratgie d'ensemble des producteursde contenus numriques pour redonner du sens et de la cohrence la diversit deleurs offres. Cela leur permettra de fidliser leur public tout en affirmant leurdiffrence.5-2 Les mdias traditionnels sur InternetLa presseLconomie numrique a vritablement boulevers le secteur de la presse critetraditionnelle. Les grands organes de presse ont ragi en investissant largement surInternet. 72. loccasion du festival de photojournalisme Visa pour l'image (dition deseptembre 2009), Antonin Sabot qui se dfinit lui-mme comme journalistemultimdia crivait pour Le Monde.fr101 :Depuis quelques mois dj, Le Monde.fr propose des webdocumentaires interactifs.Il a hberg (et hberge toujours) sur son site : Voyage au bout du charbon, LeCorps incarcr, et Gnration Tiananmen : avoir vingt ans en Chine.Certains webdocumentaires sont de purs produits de la rdaction du journal (LeCorps incarcr) ; dautres ont t produits par des socits de productionextrieures (Voyage au bout du charbon, produit par Honky Tonk/Trente et unSeptembre, Gnration Tiananmen : avoir vingt ans en Chine, produit par Narrative).La tlvisionOn peut faire ici le mme constat que pour la presse crite. la tlvision perd delaudience au profit de la TNT et dInternet. Et la tendance ne risque pas desinverser. Les chanes ont d sadapter en largissant loffre des antennes premiumen proposant de nouvelles offres spcifiques Internet. Thomas Baumgartner, chefd'dition Arte radio.com, membre de l'atelier de recherche Web Arte Lab etproducteur de l'mission Place de la Toile, sur France Culture, sexprimait en ce sens,il y a un an, sur le site Rue89 :72 Certaines chanes commencent proposer des productions en lignequi ont leur vie et leur justification propre en dehors de lantenne. []Ces propositions en ligne ont leur valeur intrinsque, et leur partncessaire dexprimentation102. Cest ce que propose arte.tv avec entre autre, Gaza-Sderot. Au moment de laprogrammation de cette chronique (voir deuxime partie, tude de cas), JolRonez, responsable Web dArte, expliquait :101 Extrait de larticle du monde.fr : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/01/le-web-documentaire-s-invite-a-visa-pour-l-image_1234020_3246.html102 Article de Thomas Baumgartner du 17 octobre 2008, publi sur Rue89 : http://www.rue89.com/2008/10/17/pour-une-memoire-culturelle-du-web 73. 73 Il s'agit pour nous d'aller chercher un public diffrent, parfois trsjeune, et dont l'une des caractristiques principales est de ne plusregarder la tlvision. [] Un positionnement indit, avec une offre deprogrammes originaux diffuss en exclusivit sur le Web. Ds octobre,Arte ouvrira le bal avec Gaza-Sderot, une production internationale,et un documentaire exclusivement tourn pour le Web103. Exemple avec le Global Mdia de France tlvisionFrance tlvisions, de son ct, constatait cinq tendances dans lvolution dupaysage audiovisuel numrique104 :- Gratuit : pour riposter au piratage.- Dlinarisation : engouement pour la catch-up TV.- Prdominance de la Marque-programme : versus marque-antenne.- Dissmination : versus une stratgie de canalisation jusquau XXe sicle.- Inaboutissement : rdition perptuelle de loeuvre, du reportage. Dans la mme tude, France tlvisions analysait lvolution de la faon de consommer la tlvision :- 65 % des Franais ont dj regard la TV sur un autre support quuntlviseur,les jeunes gnrations dlaissent la tlvision : 49 % des 1824 ans sont devantle tlviseur en prime-time, contre 66 % pour le reste de la population. Face lrosion de laudience des chanes premium, la dsaffection des jeunesvis--vis du tlviseur, au piratage des contenus, France tlvisions se lanait sur lavoie de ce quelle appela le Global Mdia. En application, elle propose de nos jourssur Internet :- de la catch up TV105 (la plupart des programmes des diffrentes antennessont visibles pendant une semaine sur leurs diffrents sites) ;- la retransmission des principaux vnements sportifs avec des fonctionnalitsspcifiques aux sites par rapport lantenne premium (le Tour de France,Roland Garros, les Mondiaux dathltisme de Berlin, les championnats dumonde de natation de Rome) ;- un portail de toutes les informations106 ;- Curiosphre TV de France 5107 ;- les offres Web rgions et culture de France 3108.France tlvisions navait plus qu puiser dans son immense rservoir (voirparagraphe 2-2) que reprsentaient les antennes premium (les droits dexploitationappartenant la chane) et faire appel des spcialistes dInternet en son sein,avec le ple FTVI (France tlvisions Interactive).103 Article du 8 septembre 2008 sur le site Digital Story Telling : http://www.digital-storytelling.org/index.php/2008/09/08/41-arte-plonge-dans-le-web-documentaire104 Source Global mdia, contexte et stratgie, France tlvisions, 11 juin 2008.105 Loffre de catch up TV est disponible sur le site : http://www.francetvod.fr/106 Le portail info en Silverlight : http://info.francetelevisions.fr/107 Voir le site : http://www.curiosphere.tv/108 CultureBox regroupe tous les sujets culture des journaux nationaux et rgionaux de France 3 :http://culturebox.france3.fr/ 74. 745-3 Le cas de france5.frFrance 5, qui se positionne depuis des annes comme la chane du savoir , sedevait dinvestir sur france5.fr dans des programmes exclusifs Web avec une offre dewebdocumentaires. Elle a lanc (en coproduction avec Narrative) la collection des24 webdocumentaires (que jai dj voque paragraphe 4-3).La chane compte investir quelque 200 000 dans les webdocumentaires ou leswebmagazines109. Cela peut sembler bien peu en regard du cot moyen dundocumentaire traditionnel de 52 destin une chane hertzienne. Il stablissait, en2005, 200 000 110. (pour information, le cot de production de Roger and Me, sortien salles en 1989, est estim 160 000 $111). Mais il sagit l de largent investi par lachane, non du cot total de production de lensemble des webdocumentaires. Etcet engagement de diffusion facilite, tout en les augmentant grandement, les aidesdu CNC112. Dans le Stratgies dat du 15 octobre 2009, lappel projet de France 5est dit dot de 480 000 avec 100 000 provenant du CNC.Il ma paru intressant de placer ici la proposition de France 5 dintgration dewebdocumentaires sur son portail. Les trois chapitres suivant proviennent desprogrammes de France 5.Le projetFrance 5 dispose dun budget permettant de rentrer dans une politique de crationde contenus audiovisuel interactifs destination du Web.Plusieurs genres sont envisags : webdocs, webmags. Ces programmes ont unedimension rich media et/ou contributive.Certains de ces programmes peuvent galement tre des sortes de modulescontributifs qui dbutent sur le Web et permettent de gnrer un programme lantenne (webmags).Dautres programmes peuvent faire lobjet dune premire diffusion sur lantennepremium sans le dispositif interactif et dune deuxime diffusion sur le Web avec ledispositif interactif.Les grands axes de ces programmes, en plus dune visualisation qui peut tresimplement linaire, est de permettre linternaute de :- choisir ce quil veut regarder, piocher, approfondir ;- dialoguer ;- intervenir, participer, donner son avis, recommander (partager avec sonrseau ou les autres internautes) ;- influencer le scnario, ou naviguer dans plusieurs scnarios existants.109 Montant annonc par Sandrine Garrigues, responsable des programme de france5.fr110 Didier Mauro, Le Documentaire, ditions Dixit, 2005, p. 143.111 Information tire de la page Wikipdia sur le film Roger et moi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_et_moi112 Avoir un diffuseur permet le dclenchement du compte de soutien lindustrie des programmes audiovisuels(COSIP) : http://www.apemsac.org/ressources/Presentation COSIP.pdf 75. Loffre globale doit faire lobjet dune programmation travaille avec des rendez-vousrguliers sous forme de feuilletons dune mme srie (objectif de rendre75linternaute addict comme pour une srie TV).Les objectifs de loffre :- Proposer une offre innovante qui allie qualit du contenu audiovisuel et delapport interactif et rich media.- Proposer des rendez-vous rcurrents linternaute. viter le traitement unitaire.Favoriser les sries et feuilletons (permet de dlivrer les contenus en plusieursfois, de crer une programmation, des rendez-vous, une attente de la suite).- Privilgier lexclusivit du programme Web (viter les programmes de seconde main , ex : programmes refuss pour une diffusion antennepremium ou programmes interactifs dj diffuss sur dautres sites Web).- Dvelopper une relle interactivit au sein du programme, qui doit reposer surun scnario spcifique et adapt une lecture rich media et incitant lacontribution classique ou innovante. Le programme linaire est imbriqu dansles lments rich media et inversement.- Proposer diffrents parcours linternaute, qui lui donnent le sentiment dedcouvrir des histoires ou expriences toujours diffrentes chaquevisite. Inciter fortement linternaute revenir plusieurs fois.- Favoriser les modules work in progress , qui sont ouverts lenrichissementdes internautes et sont donc en constante volution.- Sintgrer parfaitement la plate-forme (techniquement et graphiquementen terme de marque de fabrique ) daccueil des programmes exclusifsWeb de france5.fr.Comment accder cette offre ?Plusieurs entres possibles pour accder cette offre :- via une plate-forme qui accueille lensemble de loffre ;- via le portail des documentaires France 5 (diffusion en pop in du programmerich media associe des fonctionnalits et contenus portail des docs) ;- via le portail de vidos de France TV (pour les extraits ou teasers linaires).HP France5.frPlate formeContenusexclusifsWebPortail desdocumentairesPortail vidoFrance TV(vidolinaire)Sitede programmeWebdocs Webmag Webdocs Webmag 76. 765-4 Le retour sur investissementIl sagit, pour les chanes de tlvision, comme pour la presse quotidienne, defidliser le public dj acquis et de capter le jeune public en crant un lieudchange. Il est encore trop tt pour dire si les webdocumentaires susciteront unintrt, si les spectateurs (ou lecteurs) accepteront de devenir lectacteurs dunwebdocumentaire et si les chanes et les journaux rcupreront ce public jeune.Loffre webdocumentaire est propose, gratuitement. Nous verrons dans lesprochains mois si elle a gnr du trafic sur les sites hbergeant leswebdocumentaires. Nous verrons si le webdocumentaire suscite un relengouement.Le modle conomique de la tlvision est en train de subir de profondbouleversement : chute des revenus publicitaires pour TF1113, arrt de la publicitpour les antennes premium de France tlvisions aprs 20 heures tout en subissantla stagnation du montant de la redevance.Ce que nous pressentions, il y a quelques mois, est arriv : en Grande-Bretagne, lesinvestissements publicitaires sur Internet ont dpass pour la premire fois, enseptembre 2009, ceux effectus en tlvision114. Cela prsage peut-tre unretournement dans les modles conomiques des chanes et de la presse (lapublicit est toujours accepte sur les sites de France tlvision). Peut-tre celafacilitera-t-il un peu plus, lmergence du webdocumentaire ?113 Chute de 23 % des revenus daprs larticle publi sur crans, un minisite de libration.fr : http://www.ecrans.fr/TF1-un-expert-pour-enrayer-la,8132.html114 Dossier 100 % Web , Stratgies, 15 octobre 2009. 77. 77Conclusion gnraleEn 1996, je ralisais des films pour Itinris (devenu depuis Orange), qui proposait unenouvelle offre de forfaits de tlphone portable cible grand public. lpoquenous ne savions pas si cette offre allait trouver son public, si le portable allait prendre.Et puis tous les ans, les objectifs de croissance ont t largement dpasss par lesecteur des ventes de loprateur de tlphonie.Aujourdhui, le march du tlphone portable, malgr la crise, continue de crotre,tir par les smartphones haut de gamme et les abonnements Internet illimit.4 milliards dabonns au tlphone portable dans le monde115 sur 6,5 milliards dtreshumains ! Qui aurait cru cela au milieu des annes 1990 ? Crer le besoin, voil cequont russi les marketers et leurs quipes force de vente ! Que de changementsdans les comportements : combien de personnes, pourtant trs rfractaires lide davoir un fil la patte , ont fini par se laisser tenter ?Va-t-on observer les mmes bouleversements dans les usages pour la mobilitdocumentaire ? Il y aura peut-tre, comme pour le cinma, de vritablesblockbusters (grand public) de la mobilit documentaire, avec (grosse) campagnede publicit associe. Mais aussi des webdocumentaires plus confidentiels(litistes ?) pour les passionns, les amoureux de cette nouvelle forme de cration.Va-t-on voir lternel clivage entre cinma dauteur (avec petits moyens) etproduction industrielle des studios hollywoodiens rapparatre ?En tout cas, les terminaux mobiles, les rseaux de diffusion, les nouvelles technologies(HTML5, DVB-SH, LTE, HBBTV, rseaux trs haut dbit) sont prts tre dploys pour offrir au consommateur une tlvision mobile personnelle. Le monde naprobablement pas termin son processus dindividualisation de loffre de service.Dans le mme temps, de nouvelles e.communauts nont pas fini de voir le jour pourretisser du lien social et contrebalancer la perte de lesprit dentraide (?).Le webdocumentaire a trouv un modle conomique avec de vritablesfinancements par les chanes de tlvision, la presse crite, les aides publiques.Viendront probablement investir dans le webdocumentaire (en mobilit) lesagences de voyages et les guides touristiques associs, lducation nationale et lesorganismes de formation et de recherche mais aussi les banques, les assurances, lessocits de services en tout genre En fait, toutes les entreprises publiques et privesqui ont intrt accompagner leurs clients partout o ils se trouvent, peuvent,potentiellement, financer des webdocumentaires.La recherche et lexprimentation pour ces nouvelles formes de cration sont enpleine effervescence. Probablement sommes-nous au dbut dune re nouvellepour cette forme de narration. Mme si la littrature hypertexte, numrique, digitaleet autre cyberlittrature ne date pas dhier, il est vrai Que de chemin parcouruentre La Sortie des usines Lumire et tre et Avoir de Nicolas Philibert ! En un sicle decinma, que dinventions techniques et narratives pour le 7e art ! Que sera lewebdocumentaire vers 2110 ?115 Voir page 5, paragraphe 2-3 de la quatrime partie. 78. Que ce soit pour le divertissement ou pour le savoir, cheval entre culture et art,partag entre industrie et artisanat, comme moyen de propagande ou comme outilde rflexion, le webdocumentaire se cherche et apparat sur nos diffrents crans.En ces annes Web 2.0, vingt ans aprs lacte fondateur du Web116, lewebdocumentaire est, nen pas douter, une nouvelle faon dapprhender lemonde.78116 Voir la conclusion de la premire partie 79. 79Bibliographie, webographie,filmographieBibliographieSur la narrationAdam Jean-Michel, Le rcit, PUF 4e dition 1994.Balpe Jean-Pierre, Imad Saleh, Daniel Lepage, Fabrice Papy, coordonnateurs descommunications de la Septime confrence internationale : Hypertexteshypermdias : crer du sens lre numrique, Lavoisier 2003.Weissberg Jean-Louis, Dplacement virtuel et rseaux numriques : pourquoi nous necroyons plus la tlvision, LHarmattan.Sur InternetDoueihi Milad, La grande conversion numrique, seuil 2008.Greffe Xavier et Sonnac Nathalie, Culture web, cration, contenus, conomienumrique, Dalloz 2008.Pisani Francis et Piotet Dominique, Comment le web change le monde, lalchimie.des multitudes, Pearson Education France 2008.Polom Pierre, Les Mdias sur Internet, Les Essentiels Milan, 2009.Ronez Jol, Lcrit Web, traitement de linformation sur Internet, CFPJ 2007.Sur le cinmaBazin Andr, Qu'est-ce que le cinma ? , ditions du Cerf 1985.Bellour Raymond, Le corps du cinma, hypnoses, motions, animalits, P.O.L. 2009.Deleuze Gilles, Limage mouvement, Limage temps, Editions de Minuit 1983, 1985.Frodon Jean-Michel, Lage moderne du cinma franais, Flammarion 1995.Godard Jean-Luc, Histoire(s) du cinma, Gallimard 1998.Godard Jean-Luc, Godard par Godard, Flammarion 1989.Mitry Jean, Histoire du cinma, ditions Universitaires 1967.Mauro Didier, Le Documentaire, dition Dixit, 2005.Niney Franois, Lpreuve du rel lcran, Essai sur le principe de ralitdocumentaire, De Boeck 2000.Passek Jean-Loup, Dictionnaire du cinma, Larousse 1986. 80. 80Sur le numriqueBerry Grard, Pourquoi et comment le monde devient numrique, Collge deFrance / Fayard, 2008.Pdauque Roger T., La Redocumentarisation du monde, ditions Cpadus, 2007.Bellache Philippe, Les Secrets de limage vido, dition Eyrolles, 7e dition, 2008.TransverseHoog Emmanuel, Mmoire anne zro, Seuil, 2009.Rosset Clment, Le rel et son double, Gallimard 1976.Liste de webdocumentairesPoint de vue, un autre regard sur l'accessibilit Web ralis par PatrickSamacher, Olivier Crou ESIEE / Gobelins ;Thanatorama.com ralis par Julien Guintard, Ana Maria Jesus et VincentBaillais Upian ;lacitedesmortes.net/ ralis par Fred Bourgeais (DA) Jrome Gonalves (Flash)/ Upian ;vues-migratoires.com est un projet ralis par les lves de la 1e ES3 du lyceJean Renoir de Bondy / Upian / Le forum des images / Sciences Po Paris ;Gaza Sdrot : la vie malgr tout ralis par Robby Elmaliah (pour la partieSderot), Khalil al Muzayyen (pour la partie Gaza)et par David Desprs assist deDenis Chiron (pour le falsh) / Upian/ Arte / Bo travail ;James ELLROY, Le Quatuor de Los Angeles ralis par Frdric Mastellari etJrme Bourianne / Arte.tv / Plokker ;Voyage au bout du charbon ralis par Samuel Bollendorff et Abel Sgrtin / leMonde Interactif / Honky Tonk / 31 Septembre ;Le corps incarcr ralis par Soren Seelow, Bernard Monasterolo et Karim ElHadj / Le Monde Interactif;Piraterie en somalie France 24 ;Gnration Tiananmen : avoir vingt ans en Chine de Patrick Zachmannproduction Narrative / le Monde Interactif ;camerawar.tv Capricci Films & Extinkt Films;les coulisses de la srie Braquo Canal + ;La route de la faim Webreportage de Jean Abbiateci et Julien Tack ;http://www.louisvuittonjourneys.com/ Ogilvy Interactive / Louis Vuitton ; 81. http://iraq.reuters.com/ ralis par Ayperi Ecer et Jassim Ahmad / Reuters encollaboration avec MediaStorm ;http://www.theplaceswelive.com/ ralis par Jonas Bendiksen / MagnumPhotos ;http://www.thierrycaron.com/ ralis par Thierry Caron ;http://www.condition-critical.org/fr/feature/ ralis par Cdric Gerbehaye /Agence VU ;http://www.theironcurtaindiaries.org/ ralis par Matteo Scanni, SamuelePellecchia et Massimo Sciacca / Prospekt Photographers, coordination AngeloMiotto ;http://www.pierrefrance.com/spip/?La-Maraude-a-l-ecoute-des-sans ralispar Matthieu Mondolini ;http://archives.arte.tv/static/c1/chine2008/pekin_maojo/fr/arte_pekin.htmlralis par Marco Nassi Nera / ARTE Reportage ;http://programmes.france2.fr/apocalypse-seconde-guerre-mondiale/ deJean-Louis Guillaud, Henri de Turenne, Isabelle Clarke et Daniel Costelle ;81FilmographieJe me suis appuy sur Wikipdia et la page des documentaristes par continent(http://fr.wikipedia.org/wiki/Documentaristes) pour retrouver tous les ralisateurscits. Puis jai fait une recherche par nom dauteur toujours sur Wikipdia. Jy aircupr des infos concernant les films et les auteurs que jai agrges selon maconvenance avec mes propres commentaires. Voici cette liste :- Yamina Benguigui (1957, ralisatrice franaise, conseillre municipale auConseil de Paris (20e) sur la liste PS de Bertrand Delano, Adjointe au maire deParis, charge des droits de l'homme et de la lutte contre les discriminations),auteur de Mmoires d'immigrs, l'hritage maghrbin (1998), 7 d'or 1998 dumeilleur documentaire, Golden Gate Award au Festival de San Francisco ;- Bloch Bernard, (19.., ralisateur, scnariste, producteur, formateur franais),ralisateur entre autre de Le chant de la seconde (1992, en collaboration PierreBorker), Pli selon pli (1993), Les travailleurs de la preuve (1997 en collaborationavec Franois Niney), Managers, encore un effort ... (2000) ;- Pierre Carles (1962, journaliste et documentariste franais), cinastepolmique qui nhsite pas utiliser le cinma pour piger ses adversairescomme avec Pas vu pas pris (1998) ;- Alain Cavalier (1931, cinaste franais), Portraits (1991), Vies (2000), Le filmeur(2004) ; 82. - Henri-Georges Clouzot (1907-1977, ralisateur, scnariste, dialoguiste etproducteur de cinma franais), Le Mystre Picasso (1956) ;- Pedro Costa (1959, ralisateur, scnariste et directeur de la photographieportugais), Dans la chambre de Vanda (2000 ), O gt votre sourire enfoui ?(2001, collection Cinma de notre temps) sur le montage d'une deuximeversion de Sicilia ! de Straub et Huillet ;- Jean Eustache (19381981, ralisateur franais), avec Une sale histoire (1977),qui comporte un volet document de 22 minutes et un volet fiction de 28minutes ;- Jacques-Yves Cousteau (1910-1997, officier de la marine franaise,ocanographe, internationalement connu comme le commandant de laCalypso) a produit de nombreux films didactiques sur la mer et le fonds marinspour la tlvision. A co-ralis avec Louis Malle, Le Monde du silence (1956),Palme d'or du Festival de Cannes 1956 et Oscar du meilleur film documentaire1956 ;- Raymond Depardon (1942, photographe, ralisateur, journaliste et scnaristefranais), 1974, Une partie de campagne (1974), Reporters (1981), SanClemente (1982), Faits divers (1983), Les Annes dclic (1984), Urgences (1987),Dlits flagrants (1994), La Vie moderne (2008) ;- Robert Flaherty (1884-1951, cinaste amricain) avec Nanouk l'Esquimau(1922), L'homme d'Aran (1934), considr comme lun des pres du filmdocumentaire & du Docufiction ;- Georges Franju (1912-1987, ralisateur franais), Le Sang des btes (1949), filmdocumentaire sur les abattoirs de la Villette et de Vaugirard Paris. Trs dur,montrant en direct la mort des animaux dans l'abattoir, et les ruisseaux de sangqui s'coulent, ce film veriste reste un des documentaires les plus directs et lesplus brutaux avec une musique de Kosma ;- Denis Gheerbrant (1948, ralisateur, scnariste, directeur de la photographie,monteur franais) auteur entre autre de La Vie est immense et pleine dedangers (1995) ;- Jean-Luc Godard (1930, cinaste franco-suisse) Opration Bton (1955),One Plus One (Sympathy for the devil 1968), France tour dtour deux enfants(1979), Histoire(s) du cinma (1988 et 1998), JLG/JLG. Autoportrait dedcembre (1995) ;- Romain Goupil (1951, cinaste franais), avec Mourir trente ans (1982),Camra d'or au Festival de Cannes 1982 , Prix de la jeunesse, Csar de lameilleure premire oeuvre en 1983 ;- Patricio Guzmn (1941, cinaste) connu pour ses nombreux documentaires surl'histoire du Chili avec Chili, la mmoire obstine (Chile, la memoria obstinada1997), Salvador Allende (2004), prix du Meilleur documentaire au Festival du filmlatino-amricain de Lima 2004 ;- Joris Ivens (1898-1989, cinaste nerlandais), Terre d'Espagne (1937), La Seinea rencontr Paris (1957), A Valparaiso (1962) ;- Henri-Franois Imbert (1967, cinaste franais) Sur la plage de Belfast (1996),Doulaye, une saison des pluies (2000), No pasarn, album souvenir (2003) ;82 83. - William Karel (1940, cinaste documentariste amricain), auteur de nombreuxdocumentaires tlviss pour France 2, 3 et Arte avec pour les plus connus,Opration Lune (2002) sur pouvoir des images et leur possible manipulation, LeMonde selon Bush (2004), 1929 (2009);- Andr S. Labarthe (1931, critique, producteur, ralisateur et scnaristefranais) connu pour la collection Cinastes de notre temps avec, entre autre,Le Dinosaure et le bb (1967), dialogue en huit parties entre Fritz Lang et Jean-Luc Godard, John Cassavetes (1969), Michelangelo Antonioni (1985) ;- Claude Lanzmann (1925, journaliste, crivain et cinaste franais) avec Shoah(1985) ;- Chris Marker (1921, ralisateur, photographe et crivain franais) avec LesStatues meurent aussi (1953), Le Fond de l'air est rouge (1977 et 1993 pour ladeuxime version raccourcie), Sans Soleil (1983) Le Tombeau d'Alexandre(1992), Level Five (1997) ;- David Maysles (1931-1987, ralisateur, directeur de la photographie,producteur et monteur amricain) avec Salesman (1969), Gimme Shelter(1970), Christo in Paris (1990) ;- Frdric Mitterrand (1947, animateur de tlvision, crivain, scnariste,producteur et ralisateur de documentaires et de films de cinma, ministre dela Culture et de la Communication dans le gouvernement de Franois Fillondepuis le 23 juin 2009, comme quoi a mne tout !) il est lauteur de Lettresd'amour en Somalie (1981) ;- Bernard Monsigny (19..,, ralisateur formateur franais), ralisateur du trsbeau film Casablanca (souvenirs) (2004) ;- Michael Moore (1954, crivain et un ralisateur amricain) auteur dedocumentaires engags tel que : Roger and Me (1989) Prix du meilleurdocumentaire dcern par le New York Film Critics Circle, Bowling forColumbine (2002), Prix du 55e Festival de Cannes et en 2003 l'Oscar du meilleurfilm documentaire et le Csar du meilleur film tranger, Fahrenheit 9/11 (2004),Palme d'or du 57e Festival de Cannes ;- Joseph Morder (1949, cinaste franais) La Maison de Pologne (1983),Mmoires d'un juif tropical (1986), L'Arbre mort (1988), un des cinastes les plusprolifiques avec environ 800 films raliss et pour beaucoup en super 8 ;- Luc Moullet (1937, cinaste franais) Gense d'un repas (1978), Barres (1984),Essai d'ouverture (1988), Les Siges de l'Alcazar (1989), Foix (1994), quand ledocumentaire peut tre pince sans rire et burlesque ;- Marcel Ophls (1927, cinaste franais dorigine allemande), Le Chagrin et laPiti (1969), un documentaire d'investigation sur l'occupation allemande et lergime de Vichy entre 1940 et 1944, qui ne sera autoris la tlvision qu'aprsl'arrive de la gauche au pouvoir en 1981. Le film sera nomm aux Oscars dansla catgorie du meilleur film documentaire, Veilles d'armes (1994) sur lhistoiredu journalisme en temps de guerre ;- Donn Alan Pennebaker (1925, cinaste amricain), Dont Look Back (1967),Monterey Pop (1968), Jimi Plays Monterey (1986), Shake!: Otis at Monterey(1987), clbre pour ses documentaires musicaux ;83 84. - Jacques Perrin (1941, acteur et un producteur franais), plus connu commeproducteur et comme comdien, il a quand mme coralis avec JacquesCluzaud et Michel Debats Le Peuple migrateur (2001) ;- Nicolas Philibert (1951, cinaste franais) avec La Ville Louvre (1990), Le Paysdes sourds (1992), tre et avoir (2000) ;- Jean-Daniel Pollet (1936-2004, cinaste franais) avec Mditerrane (1963),L'Ordre (1973), un cinma documentaire potique ;- Christophe de Ponfilly (1951-2006, auteur, ralisateur, producteur et journalistefranais), pour son trs grand Massoud lafghan, Prix spcial du jury au 14efestival Mondial de Tlvision du Japon (2000), Prix Plante, prix spcial du juryet Prix Jury Jeunes au F.I.G.R.A. (1998), Prix du Festival dei Popoli (Florence)"meilleur documentaire 98 (1998), Grand Prix du festival Montagne et Aventured'Autrans (2001) ;- Alain Resnais (1922, ralisateur, scnariste, producteur, monteur, assistantralisateur, diteur et acteur franais) avec Les Statues meurent aussi (1953),Nuit et brouillard (1955), Le Chant du styrne (1958) ;- Leni Riefenstahl (1902-2003, danseuse, actrice, ralisatrice et photographeallemande) cinaste propagandiste du rgime nazi avec Le Triomphe de lavolont (1934), Les Dieux du stade (1936) ;- Frdric Rossif (1922-1990 documentariste et producteur franais) loriginede 5 colonnes la une, producteur de la Vie des animaux, ralisateur deMourir Madrid (1963), La Rvolution d'octobre (1967), De Nuremberg Nuremberg (1989) ;- Jean Rouch (1917-2004, ralisateur de cinma et ethnologue franais) avecMoi un noir, prix Louis-Delluc (1958), Chronique d'un t, co-ralis par EdgarMorin. Prix de la Critique au Festival de Cannes de 1961, Cocorico MonsieurPoulet (1974) fondateur du cinma vrit ;- Hubert Sauper (1966, cinaste autrichien), avec Le Cauchemar de Darwin(2004) ;- Claire Simon (1955, scnariste, actrice, directeur de la photo, monteuse etralisatrice franaise), avec Rcrations (1992), Cote que cote (1995),quand la fiction surgit du documentaire ;- Morgan Spurlock (1970, ralisateur, acteur et scnariste amricain), connupour son film Super Size Me (2004), dans lequel il tudie les effets nfastes desfast-foods sur la sant, en ne mangeant que dans les McDonald's pendant 30jours. Le documentaire a t diffus dans plus de 30 pays et a rapport 18millions de dollars de recettes ;- Julien Temple (1953, ralisateur, scnariste et directeur de la photographiebritannique) ralisateur de La Grande escroquerie du Rock'n Roll (The GreatRock 'n' Roll Swindle, 1980), L'Obscnit et la fureur - La vritable histoire des SexPistols (The Filth and the Fury, 2000) et de Joe Strummer: The Future is Unwritten(2007) ;- Johan van der Keuken (1938- 2001, cinaste et photographe nerlandais)avec L'Enfant aveugle (1964), Amsterdam Global Village (1996), Derniers mots -Ma soeur Joke (1997), Vacances prolonges (2000) ;84 85. - Agns Varda (1928, photographe, ralisatrice de cinma et plasticiennefranaise) avec L'Opra mouffe (1958), Black Panthers (1968), Murs, murs etDocumenteur (1981), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), Les Plages d'Agns(2008) ;- Dziga Vertov (1896-1954, cinaste sovitique) avec Lhomme la camra(1929), la camra comme outil pour la lutte des classes ;- Wim Wenders (1945, ralisateur, producteur, scnariste de cinma etphotographe allemand) avec, Buena Vista Social Club (1999) ;- Frederick Wiseman (1930, cinaste amricain), Titicut Follies (1967), Law andOrder (1969), Welfare (1975), The Store (1983), Central Park (1989), PublicHousing (1997), le documentariste (controvers) des grandes institutionsamricainesDes ralisateurs qui suivent, je nai vu que des extraits de leurs films ; ou bien lessouvenirs des films sont trop lointains. Mais ces ralisateurs sont si importants que je nepeux omettre de les citer : Grard Courant, William Klein, Robert Kramer, RichardLeacock, Boris Lehman, Jonas Mekas, Rithy Pan, Artavazd Pelechian, Jean-MarieStraub et Danile Huillet, Andy Warhol. Je dois en avoir oubli dautres. Quils mepardonnent ce manquement impardonnable.Et puis il y a Nicolas Humbert et Werner Penzel qui ont ralis le superbe Step acrossthe border film documentaire germano-suisse de 1990 consacr au musicien anglaisFred Frith. Citons encore Mondovino (2003, USA/France) un film documentaire deJonathan Nossiter quon ne prsente plus, Mon usine en Chine (2006, Allemagne)ralis par Ulrike Franke et Michael Loeken sur limpossible rencontre entre deuxmondes, autour du dmontage d'une immense cokerie allemande achete par laChine. Ou encore lexcellent Radio Bikini, film amricain de 1988 ralis par RobertStone sur les essais nuclaires amricains. Il sappuie sur le tmoignage dun rescapdes essais nuclaires qui vient scander le film ; on dcouvre la toute fin dudocumentaire que ce rescap qui semble indemne, est en fait un homme tronc.Enfin, deux films que jai vus au festival international du documentaire de Marseilleen 2003 : Dream Cuisine (2003) de Li Ying quand les rapports conflictuels entre laChine et le Japon transparaissent dans une histoire de tradition culinairechinoise que fait perdurer un couple g de restaurateurs japonais Tokyo ; Therevolution will not be televised (2003) de Kim Bartley et Donnacha OBrian sur le coupdtat qui renversa Hugo Chavez pendant 48 heures, le 11 avril 2002. noter aussi, La mise mort du travail, une srie documentaire de Jean-RobertViallet diffuse en octobre sur France 3. Et en ouverture du mois du filmdocumentaire 2009, The cat, the reverend and the slave(2009), dAlain Della Negraet Kaori Kinoshita sur la porosit entre vie relle et vie virtuelle sur Second Life.85

Recommended

View more >