Slides 2015 2016 - social media club france

  • Published on
    15-Apr-2017

  • View
    2.319

  • Download
    0

Transcript

  • SOCIAL

    MEDIA

    CLUBSlides 2015 - 2016

  • Pour adhrer, nous contacter : pierre-olivier@socialmediaclub.fr

    EN

    CH

    IFFR

    ES45SESSIONS /AN

    +1000PARTICIPANTS

    131INTERVENANTS

    ENTREPRISES

    ADHRENTES

    53

    NOS PARTENAIRES

    mailto:pierre-olivier@socialmediaclub.fr

  • Cr il y a 9 ans, le Social Media Club France est une association loi 1901 qui a pour mission de connecter les professionnels du numrique

    qui utilisent des logiques communautaires dans leur activit.

    Nous organisons chaque semaine des dbats entre experts, en petit comit, qui sont anims par les coordinateurs de nos commissions et

    rservs nos membres adhrents.

    Lobjectif de ces sessions est de favoriser le partage dexprience entre pairs afin didentifier, formaliser et diffuser les tendances et les

    bonnes pratiques, et ainsi faire progresser le march des mdias sociaux, promouvoir des standards, encourager la transparence et

    lthique dans les pratiques. Ces rencontres se veulent confidentielles et conviviales et visent un certain niveau de comprhension des

    enjeux discuts. Ces quelques slides prsentent les thmes que nous avons abords cette anne en commissions.

    EN

    BR

    EF

    LQUIPE OPRATIONNELLE : Pierre-Olivier Cazenave (Dlgu gnral)

    LE CONSEIL DADMINISTRATION : Caroline Brugier (Co-prsidente),

    Nicholas Vieuxloup (Co-Prsident), Fleur Douet (Vice-Prsidente),

    Nicolas Marronnier (Trsorier), Julien Jacob (Secrtaire gnral),

    Pierre-Yves Platini, Rmi Douine,

    Maxime Drouet, Claire Wehrung, Eric Scherer, Jean-Dominique Seval,

    Anna Oualid, Pierre-Franois Yven, Kevin Mellet, Alban Martin, Samuel

    Gota, Laurent Dupin, Marc-Philippe Dubreuil, Jean-Pierre Govekar

    Pour adhrer, nous contacter : contact@socialmediaclub.fr

    mailto:pierre-olivier@socialmediaclub.fr

  • NO

    S M

    EM

    BR

    ES

    > Akio Spotter

    > Bouddha Consulting

    > Burson-Marsteller

    > Canal + Groupe

    > Conversationnel

    > Daily dinitis

    > DISKO

    > Ecole des Ponts et Chausses

    > ERDF

    > Estimage

    > FABERNOVEL

    > France Tlvisions

    > Human To Human

    > Gingalab

    > Groupe Express-Roularta

    > GRDF

    > HEC Paris

    > INA

    > JK PROD

    > La Netscouade

    > Linkfluence

    > Madras Editing

    > Make Me Reach

    > Mdiamtrie

    > Netino

    > Ogilvy PR

    > Orange

    > Public Snat

    > Publicis Consultants

    > Radio France

    > Radium One

    > Research Web & Conseil

    > Resiliency

    > Rosbeef!

    > Scan Research

    > Scenarii

    > Seevibes

    > SFR Rgie

    > SJ Conseil

    > SoLocal Group

    > Synthesio

    > Tequilarapido

    > The Metrics Factory

    > Think-Out

    > Total

    > Transmedia Creative Labs

    > Tv Socialite

    > Universit Paris-Est-Crteil

    > Viadeo

    > Vigiglobe

    > Vinci

    > Visibrain

    > Wiztopic

    Pour adhrer, nous contacter : contact@socialmediaclub.fr

    mailto:pierre-olivier@socialmediaclub.fr

  • SOMMAIRE

    NEXT GEN TV

    SOCIAL DATA

    SOCIAL CONTENT

    LE RETOUR DU BON MOMENT : COMMENT ABORDER LA RELINARISATION DU WEB ?

    VISUELLE, VERTICALE ET MOBILE : UNE NOUVELLE RE POUR LINFO-COM ?

    #ADOSPHRE : CE QUI SE CACHE DANS LE SMARTPHONE DES JEUNES

    CM : QUELS REPRES POUR LES GRANDES MARQUES LINTERNATIONAL ?

    PODCAST : QUEL AVENIR POUR LES PROGRAMMES DCOUTE ?

    INNOVATIONS TV, DERNIRES TENDANCES APRS LIBC ET LIFA

    SOCIAL GAMING, JEUX VIDO ET AUDIOVISUEL KICK OFF ?

    LA MESURE DAUDIENCE : UNIFIE ?

    LANNE ZRO DE LA RALIT VIRTUELLE ?

    DLINARISATION : LAVENIR DU PROGRAMME LHEURE DU NUMRIQUE.

    SVOD : COMMENT RSISTER LA DFERLANTE AMRICAINE ?

    NEWSROOMS : QUELS OUTILS POUR QUELS USAGES ?

    SOCIAL DATA : DU DATA MINING AU PRODUIT FINI

    #PARISATTACKS : QUEL RLE POUR LA SOCIAL DATA EN SITUATION DE CRISE ?

    HAKUNA MA DATA : LA DATA DANS TOUS SES TATS

    LA DATA : UN LEVIER DINNOVATION POUR LES GROUPES DE PRESSE

    STRUCTURER SA VEILLE LINTERNATIONAL

    DATA : COMMENT INNOVENT LES GRANDS GROUPES ?

    DATA ET POLITIQUE : DU BON USAGE DES DONNES

    LA PUBLICIT INDIVIDUELLE : LA PROCHAINE RVOLUTION DU MARKETING DIGITAL ?

    SoLocal Le web des pros

    LA PRISE DE PAROLE DES COLLABORATEURS EN LIGNE : ASPECTS

    JURIDIQUES ET RH

    LCLATEMENT DE LA RELATION CLIENT LHEURE DES RSEAUX SOCIAUX

    E-SANT : QUE PROPOSER AUX PROFESSIONNELS DE LA SANT ?

    COMMENT S'EXPRIME LA PAROLE DU CONSOMMATEUR EN LIGNE ?

    SOMMAIRE 1/2

  • SOMMAIRE 2/2SOCIAL HR

    SOCIAL LUXURY SOCIAL RESEARCH

    Le web social dans le MONDE

    RPUTATION VS MARQUE : REALITY CHECK

    LES RSEAUX SOCIAUX : ELDORADO DU SOURCING ?

    INSERTION PROFESSIONNELLE ET DISCRIMINATIONS : COMMENT MESURER, LUTTER,

    INNOVER ?

    CM DE MARQUE OU DES RETAILERS : MME COMBAT ?

    MODE : COMMENT INCLURE LES RSEAUX SOCIAUX DANS SON PARCOURS DE

    VENTE ?

    QUEL RLE POUR LE SOCIAL MEDIA DANS LES MAISONS DE LUXE AUJOURDHUI ?

    LES ENJEUX DU WEB SOCIAL EN CHINE

    LES ENJEUX DU WEB SOCIAL EN AFRIQUE #RSAFRIQUE

    LES ENJEUX DU WEB SOCIAL EN AMRIQUE LATINE #LATAM

    TEMPS ET TEMPORALITS DU WEB

  • SOCIAL

    CONTENT

  • Podcast, timing, format des vidos, coordination internationale, rapports aux ados quels points communs

    entre ces diffrents sujets ? Aucun vrai dire, si ce nest lessentiel : lenvie de se retrouver, de confronter deux univers que tout tend opposer en

    permanence. Entre les mtiers de linformation et ceux de la communication, la problmatique des contenus est le point de rencontre idal. Terrain neutre,

    amical et informel, chaque atelier est ainsi loccasion de rviser nos points de vue, de questionner nos rflexes et de dcentrer nos regards la meilleure

    manire de prendre du recul et damliorer notre propre pratique. Car le choix de nos thmes est le fruit dun change autour de nos envies, de nos

    intuitions voir mme de nos incomprhensions Un grand merci donc tous les invits et aux participants de ces ateliers qui nous ont laiss entrer dans leurs

    cuisines et repartir avec quelques tours de mains.

    SO

    CIA

    L C

    ON

    TEN

    T

    Le comit de pilotage de la commission est galement compos de

    Agathe Bougon, Consultante digital chez Burson Marsteller i&e

    Danielle Hurley, Digital Content Strategy, Publicis Consultants Net

    Intelligenz

    Lola Aubert, Charge de communication web / multimdia la

    Cit internationale universitaire de Paris

    La commission Social Content est coordonne par :

    Maxime Drouet, directeur du ple digital de Burson Marsteller i&e

    Aurlien Viers, responsable ditorial des dveloppements

    numriques LObs

  • Bon contenu, bon format, bon moment lpreuve de lre digitale _ Session du 06.10.2015

    Tous les mdias saffrontent aux mmes heures, alors, le bon moment est celui que lon cre grce un contenu original.

    Christophe Isral (France Inter)

    1. La data pour optimiser le moment de publication et instaurer des rendez-vous ditoriaux : 90% de succs avec lalgorithme

    Echobox

    2. Format, mise en forme et mise en valeur sur les mdias sociaux : pas de recette miracle mais un potentiel damlioration

    3. Le rseau social idal pour diffuser de linformation mdia reste inventer mais Twitter Moments offre une troisime voie

    intressante selon Louis Daillencourt (Echobox)

    Le retour du bon moment : comment aborder la relinarisation du web ?

    Laurent Mauriacco-fondateur de Brief.me

    Le compte rendu complet de la session Newsletter, le mdia qui ne voulait pas mourir Les mdias en ligne doivent-ils sallier avec leur meilleur ennemi les

    rseaux sociaux Et si nos mdias traditionnels avaient un bel avenir ?

    Clmence Lemaistrerdactrice en chef

    numrique aux Echos

    Louis Daillencourt, responsable du dveloppement commercial et

    clients chez EchoboxSO

    CIA

    L C

    ON

    TEN

    T

    Avec : Pour aller plus loin :

    https://www.brief.me/http://www.zdnet.fr/actualites/le-retour-du-bon-moment-comment-aborder-la-relinearisation-du-web-39826862.htmhttp://www.petitweb.fr/actualites/la-newsletter-le-media-qui-ne-voulait-pas-mourir/http://www.cedricdeniaud.com/les-medias-en-ligne-doivent-ils-sallier-avec-leur-meilleur-ennemi-les-reseaux-sociaux/http://www.strategies.fr/blogs-opinions/idees-tribunes/1026292W/et-si-nos-medias-traditionnels-avaient-un-bel-avenir.htmlhttp://www.lesechos.fr/https://www.echoboxapp.com/

  • Rinventer lergonomie des contenus : un dfi technologique autant quconomique _ Session du 12.11.2015

    Dans ce systme moribond, les mdias peinent innover alors quils sont pieds et poings lis par les rgies publicitaires. GrandinDonovan (DigitasLBi France)

    1. Diffrencier les versions mobile et fixe : exit le diktat du mobile first bien que le mobile soit le premier cran en 2015

    2. Repenser les modles conomiques pour rattraper le retard ergonomique des sites mdias et du web en gnral : 30 % de lcran est inconsciemment considr comme de la publicit

    3. Adaptation progressive des formats verticaux et horizontaux aux usages : la dlicate quation entre satisfaction des rgies et des utilisateurs

    Visuelle, verticale et mobile : une nouvelle re pour linfo-com ?

    Donovan Grandin, directeur exp. utilisateur chez

    DigitasLBi France

    Le compte rendu complet de la session Tendances internet 2015 par KPCB Le syndrome de la vido verticale Top 100 de Libration.fr Snowfall, reportage multimdia du NYTimes (dcembre 2013) La matinale du Monde.fr Application de storytelling vertical Steller Banner blindness : old and new findings Vertical Video on a Small Screen? Not a Crime LAllemand Bild lance un journal vertical en ligne Vertical Film Festival Bienvenue lre de linfo visuelle verticale

    Florent Guerlain, co-fondateur de lagence Datagif

    Edouard Andrieu, directeur nouveaux

    crans chez Le Monde

    SO

    CIA

    L C

    ON

    TEN

    T

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://www.digitaslbi.com/fr/http://www.zdnet.fr/actualites/visuelle-verticale-et-mobile-une-nouvelle-ere-pour-l-info-et-la-communication-39829226.htmhttp://fr.slideshare.net/kleinerperkins/internet-trends-v1http://www.koreus.com/video/vertical-video-syndrome.htmlhttp://www.liberation.fr/http://www.nytimes.com/projects/2012/snow-fall/#/?part=tunnel-creekhttp://www.lemonde.fr/lamatinale/https://steller.co/https://www.nngroup.com/articles/banner-blindness-old-and-new-findings/http://www.nytimes.com/2015/08/13/technology/personaltech/vertical-video-on-the-small-screen-not-a-crime.html?_r=2http://meta-media.fr/2015/07/13/lallemand-bild-lance-un-jt-vertical-en-ligne.htmlhttp://www.verticalfilmfestival.com.au/http://tempsreel.nouvelobs.com/medias/20151002.OBS6973/bienvenue-a-l-ere-de-l-info-visuelle-verticale.htmlhttp://www.datagif.fr/http://www.lemonde.fr/

  • Limage, cest la conversation _ Session du 23.02.2016

    Les jeunes vont consommer de l'info de faon collaborative : un individu va s'intresser un sujet si quelqu'un de son environnement

    s'intresse ce sujet. Jamila Yahia Messaoud (Mdiamtrie)

    1. Les ados slectionnent les rseaux sociaux qu'ils utilisent en fonction du public qui les frquentent

    2. Usage de Snapchat : une forme de contrle de son image sociale et de sa vie prive

    3. Limage remplace le texte, le selfie permet de se situer dans lespace et dans le temps, de s'affirmer comme producteurs et diffuseurs

    de contenus

    4. Accs linfo et lactualit par inadvertance (via de courtes vidos ou via les plateformes de jeux vidos) et au sein d'une

    communaut de pairs

    #Adosphre Ce qui se cache dans le smartphone des jeunes

    Le compte rendu complet de la session Vido de la confrence La srie Bienvenue en adopshre (Atelier des mdias, RFI) Snapchat, le rseau social favori des collgiens franais Ce que veulent les jeunes : des contenus authentiques, pertinents Vous navez rien compris aux selfies How to snapchat like the teens La fracture numrique existe aussi entre jeunes

    SO

    CIA

    L C

    ON

    TEN

    T

    Ziad Maalouf, Journaliste

    producteur de lAtelier des Mdias RFI

    Monique Dagnaud,

    Directrice de recherche CNRS

    et matre de confrence

    lEHESS.

    Jamila Yahia Messaoud, Directrice dpartement

    Cinma, Comportements Medias & Adhoc chez

    Mdiamtrie

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/03/03/adosphere-quest-ce-qui-se-derriere-les-pratiques-numeriques-des-adolescents/https://www.youtube.com/watch?v=jFZwMDvxKighttp://www.rfi.fr/emission/20160109-bienvenue-adosphere-premiere-partiehttp://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/02/10/32001-20160210ARTFIG00247-snapchat-est-le-reseau-social-favori-des-collegiens-francais.phphttp://meta-media.fr/2015/10/14/ce-que-veulent-les-jeunes-des-contenus-authentiques-pertinents-divertissants-et-au-design-irreprochable.htmlhttp://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20150912.OBS5721/vous-n-avez-rien-compris-aux-selfies.htmlhttps://www.buzzfeed.com/benrosen/how-to-snapchat-like-the-teens?utm_term=.wgNdAJmoe3#.dbND8meRGdhttp://www.lopinion.fr/25-aout-2015/monique-dagnaud-fracture-numerique-existe-aussi-entre-jeunes-27411http://atelier.rfi.fr/http://cems.ehess.fr/index.php?2639http://www.mediametrie.fr/

  • Comprendre et adapter les usages du web social selon les pratiques et les cultures_ Session du 09.03.2016

    Le mot qui revient le plus est formation, nous sommes dans des logiques de centralisation et de dcentralisation, mais on s'aperoit que la centralisation

    reste trs importante dans le dploiement dune stratgie globale sur les rseaux sociaux Maxime Drouet

    1. Diversit pas seulement culturelle, la diversit concerne aussi la popularit des plateformes, les modes de consommation du web social, la maturit des

    usages et la qualit des infrastructures

    2. Dcentraliser le community management pour un lien plus fort avec le plus public (matrise des codes linguistiques et culturels, de lhumour). Former des

    quipes locales pour les rendre autonomes

    3. Dans certains pays dAfrique, une dfiance envers les mdias traditionnels suscite une envie importante de sapproprier linformation par les rseaux

    sociaux (David Beaux). Niveau dinteractions trs lev avec le public chinois, via Weibo, pour Aroports de Paris, notamment communication de crise

    13 novembre (Corentin Marsac)

    CM : quels repres pour les grandes marques linternational ?

    Le compte rendu complet de la session Les enjeux du web social en Chine Les enjeux du web social en Afrique Les enjeux du web social en Amrique Latine

    SO

    CIA

    L C

    ON

    TEN

    T

    Corentin Marsac

    Responsable

    communauts

    digitales et presse

    chez Aroports de

    Paris

    Bruno Santos

    Responsable

    social media et

    communication

    digitale chez

    Socit Gnrale

    David Beaux

    Community

    Manager chez

    France Mdias

    Monde

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/03/21/community-management-interculturel/http://www.parisaeroport.fr/homepage-groupehttps://www.societegenerale.fr/http://www.francemediasmonde.com/

  • Le podcast revient en force alors quon le disait fini _ Session du 05.04.2016

    Lenjeu, cest daccder au contenu audio sous toutes ses formes, par tous les moyens. Matthieu Beauval (Radio France)

    1. Le podcast est le mdia de lintime : difficile partager, antithse du contenu viral, mais il fidlise, fdre des communauts attentives

    et engages

    2. Le ROI de la communaut reste inventer, montisation handicape par un manque de standard unique pour la mesure daudience

    3. Segmenter une mission pour toucher de nouveaux auditeurs avec des contenus de courte dure, pour mieux rfrencer, mieux

    indexer, et amliorer la recommandation

    Podcast : quel avenir pour les programmes dcoute ?

    Le compte rendu complet de la session La nouvelle conomie de la baladodiffusion Comment les podcasts vont envahir le monde What does the future of podcasts look like? The Podcast Consumer 2016 Le podcast, le format qui sduit audiences, auteurs

    et annonceurs Whats behind the great podcast renaissance? La rvolution podcasts

    SO

    CIA

    L C

    ON

    TEN

    T

    Sylvain PaleyCo-Fondateur de Studio 404, Consultant indpendant

    Matthieu BeauvalDirecteur adjoint, en charge de linnovation la direction des nouveaux mdias chez Radio France

    Sylvain GireCo-fondateur, directeur ditorial et producteur chez Arte Radio

    Jol RonezFondateur de TempsMachine et Binge Audio. Crateur de mdia numrique et producteur indpendant

    Alice GilletInternational Content & Partnership Manager chez Deezer, ex Stitcher

    Avec :

    Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/04/14/podcast-avenir-programmes-decoute/http://meta-media.fr/2016/06/30/la-nouvelle-economie-de-la-baladodiffusion.htmlhttp://www.slate.fr/story/119543/comment-podcasts-envahir-mondehttp://www.niemanlab.org/2015/11/hot-pod-about-a-year-after-serial-and-the-first-issue-of-hot-pod-what-will-the-future-of-podcasts-look-like/http://www.edisonresearch.com/the-podcast-consumer-2016/http://www.inaglobal.fr/numerique/article/le-podcast-le-format-qui-seduit-audiences-auteurs-et-annonceurs-8909?tq=2http://nymag.com/daily/intelligencer/2014/10/whats-behind-the-great-podcast-renaissance.htmlhttp://www.letemps.ch/culture/2015/11/20/revolution-podcastshttps://soundcloud.com/studio404http://www.radiofrance.fr/http://arteradio.com/http://www.binge.audio/http://www.deezer.com/https://www.stitcher.com/

  • SOCIAL

    DATA

  • En moins de 10 ans, l'avnement des plateformes et la massification de leurs usages ont donn naissance un

    nouveau type de donnes que l'on appelle social media data ou social data. Qu'il s'agisse de tweets voquant une marque, de billets de

    blogs, de check-ins, de volume de partages de liens sur Facebook, d'hashtags sur des photos Instagram (etc.), toutes ces donnes sont

    aujourd'hui utilises par de nombreux acteurs pour mesurer, identifier, comprendre et illustrer nos comportements l'heure du social media.

    Nous remercions chaleureusement tous les praticiens de la social data, quils soient journalistes, diteurs de solutions technologiques,

    dcideurs public, annonceurs, chercheurs ou analystes, davoir accept notre invitation lever le voile sur leurs enjeux quotidiens dans la

    manipulation de ce nouveau type de donnes.

    SO

    CIA

    LD

    ATA La commission Social Data est coordonne par :

    Rmi Douine , Fondateur de The Metrics Factory

    Anna Oualid , Directrice Social Media Research chez Opinion Way

    Gilles Achache , President & Owner chez Scan-research

    Rozenn Nardin, Fondatrice de Research.&Web Conseil/ Conseil

    Social Media & Hybrid Market Research / PhD

  • La social data, une donne pas tout fait comme les autres _ Session du 16.09.2015

    Tout le monde au sein dune entreprise doit tre en mesure de lire les donnes et de les comprendre , Kate Lewensten

    (Captain Dash)

    1. Rien de ne sert de tout collecter (cf. importance du data telling)

    2. Des indicateurs simples, moins nombreux et croiss pour des dashboards qui permettent de se concentrer sur la

    stratgie et la prise de dcision

    3. Vers une gouvernance/dmocratisation de la donne pour sortir dune posture anglique ou de sous-utilisation

    Newsroom : quels outils pour quels usages ?

    Lionel Fumado, responsable rseaux sociaux chez Orange

    Laurent Dehasse,co-fondateur de

    Vigiglobe

    Le compte rendu complet de la session Communication de crise 2.0 Le data story telling ou lart de faire parler les chiffres Les outils de gouvernance de donnes facilitent la gouvernance, mais

    ne font pas tout

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://www.orange.com/fr/accueilhttps://www.vigiglobe.com/fr/analyse-des-reseaux-sociaux-en-temps-reel/http://www.zdnet.fr/actualites/newsrooms-quels-outils-pour-quels-usages-39825642.htmhttp://socialmediaclub.fr/2012/03/la-communication-de-crise-2-0/http://blog.atinternet.com/fr/data-storytelling-lart-faire-parler-les-chiffres/http://www.lemagit.fr/conseil/Les-outils-de-gouvernance-de-donnees-facilitent-la-gouvernance-mais-ne-font-pas-tout

  • Une vigie des conversations en ligne pour une communication pertinente en temps rel _ Session du 10.12.2015

    Une newsroom, a a de limpact dans la vie relle. Laurent Dehasse (Vigiglobe)

    1. Traiter les donnes des mdias sociaux dans leur exhaustivit pour pouvoir anticiper les crises et centres dintrt des

    publics

    2. Des besoins spcifiques identifier pour chaque marque/mdia, mais un rle central de vigie et de QG digital

    3. Un ROI au sens large selon Laurent Dehasse : des indicateurs tels que connexions un site mdia, taux de pntration

    des marques dans les conversations lors dun vnement

    Social data : du social mining au produit fini

    Le compte rendu complet de la session Data mining dfinition Social media greets Melbourne border force operation with outrage Douze mdias sociaux et leurs opportunits pour les marques Newsroom : effet de mode ou volution de la cration de contenus ?

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Nicolas

    Huguenin, PDG

    de Visibrain

    Kate Lewensten,

    Project Manager

    & Business

    Developement

    Manager chez

    Captain Dash

    Georgina

    Parsons,

    Content

    Manager de

    Visibrain

    Kim-Jenny Dinh,

    Lead Project

    Manager chez

    Captain Dash

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://www.zdnet.fr/actualites/social-data-du-data-mining-au-produit-fini-39829634.htmhttp://www.univ-paris1.fr/diplomes/master-droit-du-numerique/bibliotheque-numerique-du-droit-de-ladministration-electronique/tic/informatique/data-mining/data-mining-definition/http://www.theguardian.com/australia-news/2015/aug/28/social-media-greets-melbourne-border-force-operation-with-critical-disdainhttp://www.e-marketing.fr/Thematique/digital-data-1004/Diaporamas/medias-sociaux-leurs-opportunites-marques-301340/sommaire-quel-media-quel-objectif--301341.htmhttps://siecledigital.fr/2014/10/27/newsroom-effet-mode-reelle-evolution-creation-contenus/http://www.visibrain.com/fr/http://www.captaindash.com/fr/http://www.visibrain.com/fr/http://www.captaindash.com/fr/

  • Ne pas tre connect, cest, pour un journaliste, une faute professionnelle. Mais, un soir comme le 13 novembre, il est sur le terrain.

    Grgoire Lemarchand (AFP)

    1. Lenjeu majeur pour les autorits : viter les fausses rumeurs et faire rfrence en matire dinformation

    2. VISOV, rseau de volontaires numriques, scanne les rseaux sociaux lors de catastrophes dampleur. Ils sont un adjuvant essentiel

    pour lEtat (Romain Pigenel)

    3. La cellule de veille de lAFP, organe de fact checking pour articuler linformation en ligne et celle disponible sur le terrain

    4. Crowdsourcing ou filtrage ? Twitter est le lieu o arrive la breaking news. Mais il faut vrifier, aller sur place (Grgoire

    Lemarchand)

    #Parisattacks : quel rle pour la social data en situation de crise ?

    Le compte rendu complet de la session Tweets mis par VISOV entre le 13 et le 18 novembre 2015 Le rle des rseaux sociaux numriques pendant les attentats de Paris La course limage amateur : nouvel enjeu de linformation Vers lautomatisation du fact-checking, le cas des dcodeurs du

    Monde

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Grgoire

    Lemarchand,

    Journaliste

    responsable des

    rseaux sociaux

    lAFP

    Romain Pigenel,

    Directeur adjoint en

    charge du

    numrique au

    Service

    dInformation du

    Gouvernement

    Marina Tymen,

    Consultante-

    formatrice Influenty,

    spcialiste mdias

    sociaux en gestion

    durgence chez

    VISOV

    Avec : Pour aller plus loin :

    Les mdias sociaux la fois le problme et la solution la gestion dinformation en temps de crise _ Session du 20.01.2016

    http://socialmediaclub.fr/2016/01/31/parisattacks-quel-role-pour-la-social-data-en-situation-de-crise/https://storify.com/ludo_lux/attentats-paris-nov15-visov-msguhttps://theconversation.com/le-role-des-reseaux-socionumeriques-pendant-les-attentats-de-paris-50724http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/04/01/la-course-a-l-image-amateur-nouvel-enjeu-de-l-information_4893695_4497186.html#3COm5ZmwLEwe7wAB.99https://siecledigital.fr/2014/10/27/newsroom-effet-mode-reelle-evolution-creation-contenus/https://www.afp.com/frhttp://www.gouvernement.fr/service-d-information-du-gouvernement-sighttp://influenty.com/http://www.visov.org/

  • Retranscrire la data brute en data consommable par le grand public _ Session du 26.01.2016

    On accompagne des grandes institutions publiques faire du storytelling sur leur data. Karen Bastien (Wedodata)

    1. La social data aide les marques se connecter plus facilement avec toutes leurs audiences : clients et collaborateurs

    2. Le social listening permet de sensibiliser les directions de grands groupes lintrt de la communication digitale (cas Danone)

    3. Enjeux pour le datajournalisme : vulgariser, proposer une exprience personnelle interactive, rester en lien avec les chercheurs

    4. La data peut saffranchir des crans et safficher sur des surfaces insolites (faades, sols, stands)

    Hakuna Ma Data : la data dans tous ses tats

    Le compte rendu complet de la session Panama Papers, un dfi technique pour le journalisme de donnes Lavenir de la data sera-t-il motionnel ? Big data, comment les algorithmes faonnent le monde ? The digital age of data art

    Philippe Gauch

    Directeur gnral

    adjoint de

    Tequilarapido

    Yanis Rabehi

    Consultant social

    data chez

    Tequilarapido

    Yann Guguan

    Datajournaliste,

    fondateur de

    dansmonlabo.c

    om, formateur

    et consultant

    Karen Bastien

    Datajournaliste.

    Co-fondatrice de

    lagence

    Wedodata

    Julien Levesque

    Artiste,

    fondateur du

    mouvement

    Data Dada

    Avec : Pour aller plus loin :

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    http://socialmediaclub.fr/2016/02/16/hakuna-madata-la-data-dans-tous-ses-etats/http://data.blog.lemonde.fr/2016/04/08/panama-papers-un-defi-technique-pour-le-journalisme-de-donnees/http://meta-media.fr/2016/03/15/lavenir-de-la-data-sera-t-il-emotionnel.htmlhttp://meta-media.fr/2015/10/27/big-data-comment-les-algorithmes-faconnent-le-monde.htmlhttp://techcrunch.com/2016/05/08/the-digital-age-of-data-art/http://www.tequilarapido.com/http://www.tequilarapido.com/http://dansmonlabo.com/http://www.wedodata.fr/http://www.dada-data.net/fr/

  • Rationaliser les cots en mutualisant la collecte et lanalyse des data _ Session du 10.02.2016

    Le march gagne en maturit, les praticiens de la social data ne cherchent plus seulement remporter la course aux features. Rmi

    Douine (The Metrics Factory)

    1. Pour structurer la veille linternational de ses clients, Talkwalker utilise un modle dintelligence Hub and Spoke

    2. Impratif dun dploiement russi : le sur-mesure, avec des use cases diffrents, des workflows adapts aux besoins de chacun

    3. Critres pour choisir sa solution technologique : puissance, rapidit dindexation mais surtout expertise par type de sources, qualit de laccompagnement client, degr dacceptabilit en interne

    4. Les attentes portent dsormais davantage sur la qualit des livrables que sur la technologie elle-mme

    Structurer sa veille linternational : retours dexprience avec Talkwalker

    Le compte rendu complet de la session Linkfluence, Digimind, Synthesio ou encore Brandwatch sont autant

    dentreprises qui se sont positionnes sur le march de lcoute La veille mdia lchelle mondiale

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Charlotte Clmens, Responsable

    commerciale France chez Talkwalker.

    La Christophle,Consultante social

    media chez Talkwalker.

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/02/24/retours-dexperiences-sur-la-social-data-avec-bristol-myers-squibb-et-talwalker/https://siecledigital.fr/2016/03/21/social-listening-et-social-media-intelligence-de-lecoute-a-la-mise-en-oeuvre/http://socialmediaclub.fr/2016/02/24/retours-dexperiences-sur-la-social-data-avec-bristol-myers-squibb-et-talwalker/http://www.talkwalker.com/fr/social-media-intelligence/http://www.talkwalker.com/fr/social-media-intelligence/

  • Retours dexprience avec LEquipe et le Figaro _ Session du 22.03.2016

    Tout le monde ne sera pas data-driven, la culture nest pas l et les outils sont lourds, mais il faut dsiloter. Jeanne Bitker (LEquipe)

    1. Le digital reprsente une part grandissante dans les revenus des groupes de presse (50 % du CA pour Le Figaro, environ 40 % pourLEquipe)

    2. Travailler la data pour la publicit permet de dgager rapidement du ROI

    3. Usage ditorial : rcolter les donnes sur les usages digitaux des consommateurs permet de mieux rpondre la demande et dinnover (contenus de niche)

    4. Quelle data ? Donnes socio-dmographiques, mais aussi donnes affinitaires et comportementales (CCM Benchmarck marque un tournant dans la stratgie data du groupe Le Figaro)

    La data, un levier dinnovation pour les groupes de presse

    Le compte rendu complet de la session How News Media Are Developing and Using Audience Data and

    Metrics? The Path to Mobile Audience Engagement is Paved with Data Why the Financial Times is betting on audience first Audience data should be tied to newsroom goals to be effective,

    report finds Le pound, le nouveau pse-contenu de Buzzfeed Dfinir lengagement et linteraction

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Jeanne Bitker,Directrice marketing clients et data chez

    LEquipe. Ex-directrice marketing chez Deezer

    Samuel Profumo,Directeur responsable data et CRM chez Le

    Figaro

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/04/08/data-groupes-de-presse/http://www.digitalnewsreport.org/publications/2016/editorial-analytics-2016/http://www.adweek.com/socialtimes/the-path-to-mobile-audience-engagement-is-paved-with-data/626090https://www.journalism.co.uk/news/why-the-financial-times-is-betting-on-an-audience-first-newsroom/s2/a584707/https://www.journalism.co.uk/news/report-a-culture-of-data-and-editorial-analytics-should-have-a-presence-in-the-newsroom/s2/a613254/http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2015/05/11/le-pound-le-nouveau-pese-contenu-de-buzzfeed/http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2013/07/09/definition-engagement-interaction-audience-media-journalisme/http://www.lequipe.fr/http://www.lefigaro.fr/

  • Retours dexprience avec Axa et Carrefour Mdias _ Session du 26.04.2016

    On ne tirera de valeur des donnes que si l'on instaure la confiance entre toutes les parties prenantes. Michel Bellanger (Carrefour Mdias)

    1. Carrefour Mdias : croiser donnes marketing et donnes mdias, donnes personnelles et donnes anonymes, informations passes et intentions futures, pour rpondre la demande des annonceurs

    2. Axa : vangliser et faire la promotion des succs obtenus par les projets d'innovation autour de la donne, promouvoir des usages innovants de la data, via le big data et le machine learning

    3. Enjeu venir pour Carrefour Mdias : mieux intgrer la rgie publicitaire la logique marketing de lentreprise

    4. Le Data innovation lab dAxa est devenu un centre de production d'outils et de logiciel : on les industrialise, puis on les apporte d'autres entits

    Data, comment innovent les grands groupes ?

    Le compte rendu complet de la session Axa se lance dans le big data Carrefour mdias connecte les donnes pour les marques Quattendre du Process Mining ? Avec le big data, les gants de lindustrie engagent la bataille du

    digital

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Julien Vinckel

    R&D officer au Data

    Innovation Lab dAxa,

    spcialiste plateformes de

    donnes et tude des

    besoins clients

    Michel Bellanger,

    Directeur marketing chez

    Carrefour Mdias et

    responsable du lancement

    de la Data Management

    Platform

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/05/27/data-innovent-grands-groupes/http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20140605trib000833675/axa-se-lance-dans-le-big-data.htmlhttp://www.alliancy.fr/a-laffiche/relation-client-crm/2016/04/27/carrefour-media-connecte-les-donnees-pour-les-marqueshttp://www.manpowergroup.fr/big-data-process-mining/http://www.lesechos.fr/industrie-services/industrie-lourde/0211024380572-avec-le-big-data-les-geants-de-lindustrie-engagent-la-bataille-du-digital-2006068.phphttps://www.axa.fr/http://www.carrefour.com/fr

  • Branche nos donnes, la pub sera-t-elle plus pertinente ? Plus acceptable nos yeux ?

    A la recherche dun chef dorchestre pour casser les silos.

    1. Le march de la publicit digitale a dpass celui de la TV en 2015, 1 internaute franais sur 3 est dj quip dun Adblocker.

    2. Les applications de votre smartphone permettent de savoir o vous vous trouvez toutes les 3 minutes . 57% des millenialsquittent et dsactivent un service en ligne quand ils sentent que la personnalisation va trop loin.

    3. Casser les silos et dpasser les barrires entre mdia et cration reste trs difficile en France : il reste dun ct les cratifs, et ceux qui mettent les contenus dans les tuyaux.

    La publicit individuelle : prochaine rvolution du marketing digital ?

    Thomas Jamet PDG de IPG Mediabrand

    Marc Lewitanski

    Vice-prsident et directeur gnral de

    Cospirit

    Frdric MalgueFondateur de

    GingaLab et de ll'agence brand and

    native content Goyavesl

    Pierre-Yves Moriette

    Directeur gnral de Gingalab

    Luc Vignon Directeur

    Gnral de SFR Rgie

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de la session Quand South Park rsume le dbat sur les bloqueurs de pubs European Online Advertising surpasses TV to record annual spend of 36.2bn Ad Blocking to Cost Publishers $27bn in Lost Revenues by 2020 Is Your Content Marketing #failing ? How One Woman Hid Her Pregnancy From Big Data

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    http://socialmediaclub.fr/2016/06/09/lindividualisation-de-pub-prochaine-revolution-marketing-digital/http://rue89.nouvelobs.com/zapnet/2015/12/15/quand-south-park-resume-debat-les-bloqueurs-pubs-262478http://www.iabeurope.eu/research-thought-leadership/press-release-european-online-advertising-surpasses-tv-to-record-annual-spend-of-e36-2bn/http://www.juniperresearch.com/press/press-releases/ad-blocking-to-cost-publishers-%2427bn-in-lost-revenhttp://mk2.com.au/is-your-content-marketing-failing/http://mashable.com/2014/04/26/big-data-pregnancy/#feFFRrc5aaqo

  • Les pratiques militantes traditionnelles sont renouveles par la Big Data, les techniques de ciblages et lutilisation intensive des rseaux sociaux session du 07.06.2016

    On est capable de dire pour qui vote une personne rien quen connaissant son adresse , Arthur Muller.

    1. 5 variables utilises aux USA : le vote pass, le niveau dducation, lge, la localisation et le sexe : on parvient un rsultat valant 90% du travail dun institut de sondage, pour 10% du cot seulement.

    2. La meilleure base e-mail ne fera jamais basculer une lection, on ne gagne pas une campagne avec Facebook et Twitter . Mais les rseaux sociaux transforment deux pans essentiels de la campagne : la rcolte de fonds et lorganisation de la campagne (notamment lanimation du rseau de bnvoles).

    3. On peut changer la socit sans prendre le pouvoir : Internet est la forme politique contemporaine, incroyablement vivant et qui produit des opinions, des discussions expertes et techniques il faut apprendre se jouer de diffrents cadres .

    Du bon usage de la donne en politique

    Le compte rendu complet de la session Le big data dbarque en politique Obama Campaign Machine Revving up to Elect Clinton 2016 Will Be the Proving Ground For Political Data The Polls Are All Wrong quoi rvent les algorithmes. Nos vies l'heure des Big Data " avec

    Dominique Cardon

    SO

    CIA

    L D

    ATA

    Arthur Muller

    Fondateur de Liegey-Muller-Pons,

    ex-charg de la campagne de

    terrain de Franois Hollande en

    2012

    Dominique Cardon

    Sociologue au Laboratoire des

    usages dOrange Labs, professeur

    associ lUniversit de Marnela-

    Valle (LATTS)

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://socialmediaclub.fr/2016/07/03/la-data-et-le-politique-de-la-base-de-donnee-aux-reseaux-sociaux-les-technologies-numeriques-ont-elles-change-la-donne/http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/big-data-debarque-politique-1207619http://abcnews.go.com/Politics/wireStory/obama-campaign-machine-revving-elect-clinton-40311708https://newrepublic.com/article/134489/2016-will-proving-ground-political-datahttps://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=newssearch&cd=8&ved=0ahUKEwj7_PvPstfNAhUCWBQKHXQcAZ4QqQIINSgAMAc&url=http%3A%2F%2Fwww.wired.com%2F2016%2F06%2Fcivis-election-polling-clinton-sanders-trump%2F&usg=AFQjCNFEhoVpekqPs_ftjs2Vuv3coY_2GA&sig2=e-DnRZrZnGC42k5OcBjMbghttps://www.franceinter.fr/emissions/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-22-avril-2016

  • NEXT

    GEN

    TV

  • La tlvision, symbole mythologique par excellence de la seconde moiti de notre XX sicle, connait une mutation fondamentale sous les pressions multiples des technologies de limage (HDR, 4K, 3D, ralit virtuelle), de la multiplication des

    terminaux (cran gant, smartphone, tablette, lunette) ou de lexplosion de loffre de programmes et de vido (chaines de TV,

    services de VOD et de SVOD, etc.). Nous entrons dans une nouvelle re de laudiovisuel : celle de la vido omniprsente, de

    linteraction avec les rseaux sociaux et des nouvelles formes de publicits cibles, jusqu lexploration de nouvelles formes

    dcriture. Depuis deux ans dj, les runions de la Commission NextGen TV du Social Media Club, sont autant doccasion

    dchanges passionnants, avec laide des professionnels les plus engags, sur les pratiques et les offres innovantes, pour imaginer les

    prochaines tapes de la rorganisation du Paysage Audiovisuel du Futur !

    NEX

    T G

    EN

    TV

    Le comit de pilotage de la commission est galement compos

    de :

    Ccilia Frandjian, Responsable Marketing Offres et Services chez

    Canal+

    Guillaume Jaeger, consultant senior chez Artefact

    Lucie Alexis, Attache Temporaire dEnseignement et de Recherche lUniversit Paris 13, en prparation dune thse,

    La commission NextgenTV est coordonne par :

    Eric Scherer, directeur de la prospective et de la stratgie

    numrique chez France Tlvisions

    Jean-Dominique Sval, Directeur gnral adjoint, IDATE DigiWorld,

    auteur de Vous tes dj en 2025

  • En 2015, la smart TV devient une ralit _ Session du 14.10.2015

    Aux salons professionnels de llectronique grand public IFA (Berlin) et de laudiovisuel IBC (Amsterdam), les diffuseurs et les tlvisions

    classiques ne sont plus au centre de lattention des constructeurs qui leur prfrent les acteurs du Web , Eric Scherer.

    1. Accs direct aux services OTT depuis la tlcommande

    2. Exprience toujours plus immersive : ralit virtuelle et augmente, HDR, contenus 360, jeux en streaming, mini-projecteurs

    3. La publicit programmatique (RTB) pour contrecarrer larrive des adblockers en TV

    Innovations TV, dernires tendances aprs lIBC et lIFA

    Avec :

    Jean-Dominique SvalDirecteur gnral

    adjoint, IDATE DigiWorld, auteur de Vous tes dj

    en 2025

    Eric Scherer,directeur de la

    prospective et de la stratgie numrique

    chez France Tlvisions

    Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de la session IBC : la 4K attire toutes les convoitises par Eric Scherer Le communiqu de presse de lIFA 2015 Le site de lIBC Aprs le Web, lachat publicitaire programmatique investit le monde

    de la tlvision Ralit virtuelle : le point sur les diffrentes technologies de casques

    NEX

    T G

    EN

    TV

    http://www.zdnet.fr/actualites/innovations-tv-dernieres-tendances-apres-l-ibc-et-l-ifa-39825504.htmhttp://meta-media.fr/2015/09/22/ibc-la-4k-attire-les-convoitises.htmlhttp://b2b.ifa-berlin.com/Press/PressReleases/News_14144.htmlhttp://www.ibc.org/http://pro.clubic.com/webmarketing/publicite-en-ligne/actualite-756547-web-achat-publicitaire-programmatique-progressivement-monde-tele.htmlhttp://www.lesnumeriques.com/casque-realite-virtuelle/realite-virtuelle-point-sur-differentes-technologies-casques-a2493.html

  • Comptition de jeux vido : le ballon nest pas gratuit ! _ Session du 29.10.2015

    Dans ce secteur est en pleine maturation, le seul ayant-droit, cest lditeur . Matthieu Dallon (ESWC)

    1. Une audience grandissante : fin 2015, 200 millions dinscrits sur Twitch.com

    2. Enjeux de fidlisation et de montisation pour les jeux gratuits sur smartphone (13 milliards vs 17 milliards pour les jeux sur PC)

    via les achats intgrs plutt que la publicit

    3. Une comptition transversale et lexprience visuelle pour les spectateurs restent encore crer pour faire dcoller cet e-sport

    Social gaming, jeux vidos et audiovisuel

    Matthieu Dallon, fondateur de lESport World

    Cup

    Le compte rendu complet de la session L'essentiel du jeu vido : donnes march et consommation France

    2015 Le social gaming et le jeu sur mobile Social Gaming : un business model qui allie publicit et achat in-app Jeux vido : une stratgie de marques risque La descente aux enfers de Rovio, diteur dAngry Birds Pourquoi Amazon soffre Twitch pour prs dun milliard de dollars

    Laurent Michaud, responsable de

    la Practice Loisirs Numriques de

    lIDATE

    Stphane ValletStephane ValletDirecteurcommunication Europe chezWargaming.netN

    EX

    T G

    EN

    TV

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://www.eswc.com/http://www.zdnet.fr/actualites/innovations-tv-dernieres-tendances-apres-l-ibc-et-l-ifa-39825504.htmhttp://www.afjv.com/news/5638_l-essentiel-du-jeu-video-3e-trimestre-2015.htmhttp://www.afjv.com/news/5202_en-quoi-le-multijoueur-en-ligne-est-il-decisif.htmhttp://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/social-gaming-mobile/le-business-model.shtmlhttp://www.lesechos.fr/15/10/2013/lesechos.fr/0203069069557_jeux-video---une-strategie-de-marques-risquee.htmhttp://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/1159903-rovio-editeur-d-angry-birds-continue-sa-descente-aux-enfers/http://www.challenges.fr/high-tech/20140826.CHA6921/pourquoi-amazon-rachete-twitch.htmlhttp://www.idate.org/fr/Accueil/http://eu.wargaming.net/

  • Une mesure dj hybride, bientt unifie mais pas encore redfinie _ Session du 02.12.2015

    Toute lhistoire de la mesure daudience ces dernires annes, cest a : une course de haies pour les ingnieurs et les

    statisticiens de Mdiamtrie. Emmanuel Parody (Geste)

    1. Profiling des utilisateurs : la cl pour construire une mesure hybride unifie

    2. Le mesure multi-crans (78% des internautes franais) et des nouveaux devices (mobile et tablette) reste un dfi

    3. Le GRP : un indicateur qui reflte mal la consommation des mdias actuelle et pnalise la valorisation publicitaire des acteurs

    full web selon Caroline Hugonenc.

    La mesure daudience unifie

    Le compte rendu complet de la session La mesure daudience hybride de linternet fixe Site-centric / user-centric : la mesure daudience sur internet Mesure hybride par panel et voie de retour : Mediamat Thematik

    13me observatoire de lepub SRI (janvier 2015) La commission Audience du Geste

    Emmanuel

    Parody

    Secrtaire

    gnral du Geste

    et directeur des

    publications chez

    Frontline Media -

    Mind

    , Laurence David

    directrice du ple

    tudes et ventes

    tlvision chez

    Mdiamtrie

    Pierre-Emmanuel

    Ferrand,

    responsable

    marketing

    stratgique

    Canal +

    Caroline

    Hugonenc

    Global head of

    research chez

    Teads

    NEX

    T G

    EN

    TV

    Avec : Pour aller plus loin :

    http://www.zdnet.fr/actualites/innovations-tv-dernieres-tendances-apres-l-ibc-et-l-ifa-39825504.htmhttps://www.mediametrie.fr/innovation/pages/la-mesure-d-audience-hybride-de-l-internet-fixe.php?p=7,112,116&page=92http://www.iabfrance.com/contenu/dossiers/la-mesure-daudience-sur-internethttp://www.mediametrie.fr/television/solutions/mediamat-thematik.php?id=4http://www.sri-france.org/2015/01/29/13-observatoire-epub-sri2014/http://www.geste.fr/commissions/mesure-acquisition-et-fidelisationhttp://www.mediametrie.fr/http://www.canalplus.fr/http://teads.tv/fr/

  • Lanne zro de la ralit virtuelle ?

    Le compte rendu complet de la session The state of virtual reality 2016, ralit virtuelle, anne zro Le site ddi la VR du New York Times Le site JauntVR Une photo de Mark Zuckerberg ravive la peur de la ralit

    virtuelle Le journalisme en ralit virtuelle, chos dun chantier en

    cours Ralit virtuelle et nouvelles grammaires

    Antonin Lhte,

    Conseiller ditorial

    et chef de projet

    web la direction

    nouvelles critures

    et transmdia de

    France TV

    Antoine Cayrol,

    Co-fondateur,

    dirigeant et

    producteur chez

    FatCat Films et

    Okio-Studio

    Ludovic Noblet,

    Directeur

    Hypermedia de

    lInstitut de

    recherche

    technologique

    bcom

    Bernard Fontaine,

    Directeur

    Innovations

    technologiques

    chez France

    Tlvisions

    NEX

    T G

    EN

    TV

    Avec : Pour aller plus loin :

    Il faut constamment chercher ce qui sera le plus pertinent pour la narration. Antonin Lhte (France Tlvisions)

    1. Partir de lintention artistique et des besoins narratifs pour ensuite examiner les verrous technologiques en R&D

    2. Dfis et piste de dveloppement : confort dutilisation (quipements wireless), diemensions interactive, sociale et multi-utilisateurs,

    qualit de lexprience sonore

    3. Urgent de rassembler la communaut, travailler sur linteroprabilit, dvelopper des standards communs et dfendre nos intrts ;

    besoin du soutien des pouvoirs publics pour rpondre la demande nord-amricaine,

    Le contenu doit primer sur la technologie _ Session du 01.03.2016

    http://socialmediaclub.fr/2016/03/15/realite-virtuelle/http://www.theverge.com/a/virtual-reality/introhttp://meta-media.fr/2016/05/25/2016-realite-virtuelle-annee-zero.htmlhttp://www.nytimes.com/marketing/nytvr/https://www.jauntvr.com/http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/02/22/une-photo-de-mark-zuckerberg-ravive-la-peur-de-la-realite-virtuelle_4869605_4408996.htmlhttp://leblogdocumentaire.fr/journalisme-realite-virtuelle-echos-dun-chantier-cours-a-deux-poids-deux-mesures/http://www.celluloidbeatz.com/fr/realite-virtuelle-numa/http://www.francetelevisions.fr/http://www.fatcat.fr/http://www.okio-studio.com/https://b-com.com/frhttp://www.francetelevisions.fr/

  • Crativit du digital vs puissance du broadcast _ Session du 29.03.2016

    Plus le programme est feuilletonnant, plus il sera consomm en digital. Tom Rouyres (6play)

    1. Les diffuseurs classiques aimeraient avoir un rle jouer dans la production web native, sans passer par la rcupration

    2. Les projets transmdia sont encore trop considrs comme des faire-valoir du contenu tlvis

    3. Se servir de la data pour personnaliser l'exprience utilisateur et amliorer lefficacit publicitaire

    #Dlinarisation : quel avenir pour les programmes lheure du numrique ?

    Julien Brault,Directeur digital et diversification chez Endemol.

    Ex-directeur marketing chez France Mdias

    Monde

    Tom Rouyres,Responsable

    marketing chez 6play, groupe M6

    Voyelle Acker,Directrice

    adjointe des nouvelles

    critures et du transmdia

    France TlvisionsN

    EX

    T G

    EN

    TV

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de la session Le studio-labo Golden Moustache fait sourire M6 Tlvision : 4 futurs possibles Transmdia et sries TV en France : utilisation distincte des USA

    http://www.endemol.fr/http://www.francemediasmonde.com/http://www.6play.fr/http://www.francetelevisions.fr/http://socialmediaclub.fr/2016/04/25/delinearisation-avenir-programmes-a-lheure-numerique/http://www.challenges.fr/high-tech/20140703.CHA5774/golden-moustache-fait-sourire-m-6.htmlhttp://meta-media.fr/2016/03/28/television-4-futurs-possibles.htmlhttp://meta-media.fr/2016/03/06/transmedia-et-series-tv-en-france-utilisation-distincte-des-usa.html

  • La SVoD ou lre des titans_ Session du 20.06.2016

    lide de crer une plateforme pan-europenne est essentielle. Jean-Marc Juramie (Canal +)

    1. Un march trs forte croissance mais une offre fragmente en France et en Europe, les gros acteurs appellent une homognisation lgislative au niveau europen pour contrer les gants amricains.

    2. Les deux voies du succs : la haute-technologie et le march de niche. Les gants amricains investissent normment lUX, l o les acteurs europens sont encore des socits de contenus.

    3. Se diffrencier pour exister : local, dans sa langue maternelle, il est important galement de bien ditorialiser son offre et sa programmation.

    SVOD : comment rsister la dferlante amricaine ?

    Jean-Marc JuramieDirecteur de CANALSAT -

    Canal+

    Jrme ChungCo-fondateurde Under The

    Milky Way

    Christophe Cluzelresponsable des dveloppement

    numrique de France TV et Manager du

    Multi-Channel-Network.N

    EX

    T G

    EN

    TV

    Julien Bordes Directeur dlgu

    aux nouveaux projets de France

    Tlvisions

    Alain Rocca Prsident-

    fondateur de LMC/Universcin,

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de la session Nielsen shines a light on Netflix viewership Netflix Looks for Local Partner For Chinese Market [Netflix] Roaming et quotas duvres europennes VoD : lUE veut imposer un quota de 20% doeuvres

    europennes

    http://socialmediaclub.fr/2016/06/23/svod-comment-resister-a-la-deferlante-americaine/http://uk.businessinsider.com/nielsen-shines-a-light-on-netflix-viewership-2016-7?r=US&IR=Thttp://learnbonds.com/129861/netflix-eyes-china/http://www.journaldugeek.com/2016/05/20/netflix-catalogue-uniformise-quotas-oeuvres-europeennes/http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/021964960949-vod-lue-veut-imposer-un-quota-de-20-doeuvres-europeennes-2001210.php?twrSWGPfJFO13XSD.99

  • SO

    LOCAL

    LE WEB DES PRO

  • SO

    LO

    CA

    LLide de dlocaliser les workshops du Social Media Club chez SoLocal Group est parti dun constat simple :

    comment apporter un nouveau regard sur le numrique et ses enjeux au sein de notre entreprise ? Lambition et lenvie taient

    de pouvoir susciter le dbat et dengager des changes avec de vrais experts, afin de stimuler nos quipes et aborder sous un

    nouvel angle les sujets actuels ou venir pour notre Groupe. Cest aussi, avouons-le, un formidable moyen dacculturer nos

    collaborateurs et dlargir notre champ de vision. Le digital, matire vivante, mouvante, demande une adaptation

    permanente. Ces workshops sont ainsi une belle faon dillustrer notre engagement auprs des professionnels dans leur

    transformation digitale. En un mot, indispensable !

    La commission SoLocal est anime par :

    Daniel Lemin, Responsable Community management

    PagesJaunes/SoLocal Group

    Nicholas Vieuxloup, Co-prsident du Social Media Club France

    Pierre-Olivier Cazenave, Dlgu gnral du Social Media Club France

  • Exprimenter pour dvelopper le potentiel de mobilisation interne _ Session du 11.09.2015

    ROI des exprimentations de mobilisation interne des entreprises sur les rseaux sociaux : une terra incognita mais des

    bnfices qualitatifs constats (sentiment dappartenance ou engagement interne). Trois priorits :

    1. Cadrer la prise de parole : instaurer des guidelines collaboratives et rappeler le cadre juridique de manire pdagogique

    2. Librer lexpression sinon gare leffet Streisand ou un rsultat insipide et dmobilisateur

    3. Encourager la participation (cf. opration DigitALL par GrDF, GRTGaz et La Poste) ; des rsultats encourageants et des

    enseignements utiles pour tous

    La prise de parole des collaborateurs en ligne : aspects juridiques et RH

    Avec :

    Clmence PhilippeAvocate spcialise sur les rseaux sociaux chez

    WeLaw

    Charline GrenetSocial Media Manager

    chez GRDF

    Pour aller plus loin :

    Le compte-rendu complet de la session Dfinition de leffet Streisand Comment grer la prise de parole des salaris sur les mdias sociaux Les salaris comme ambassadeurs sur les rseaux sociaux : trois

    exemples de marques (Orange Business services, Cap Gemini et Loral) Collaborateurs et rseaux sociaux : les bonnes pratiques Vido Grand Battle DigitALL (GrDF, GRT Gaz, SNCF et La Poste)

    SO

    LO

    CA

    L

    http://www.grdf.com/http://www.zdnet.fr/actualites/la-prise-de-parole-des-collaborateurs-sur-les-reseaux-sociaux-aspects-juridiques-et-rh-39825648.htmhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Streisandhttp://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2014/12/5542-comment-gerer-la-prise-de-parole-des-salaries-sur-les-medias-sociaux/http://www.pellerin-formation.com/2015/08/06/les-salaries-comme-ambassadeurs-sur-les-reseaux-sociaux-3-exemples-concrets-de-marques/https://recruteurs.apec.fr/Recrutement/Pratique-RH/Tous-les-dossiers-Gestion-RH/Enjeux-RH/collaborateurs-et-reseaux-sociaux-les-bonnes-pratiqueshttps://www.youtube.com/watch?v=qY_ZpzAOG0U

  • Morcellement de la relation client ne rime pas forcment avec perte de contrle _ Session du 17.12.2015

    La relation client lre digitale morcele par les diffrents canaux et bouscule par la demande de suivi 24/7 ? Il faut rester

    agile et tester de nouveaux outils. Exemples :

    1. Ractivit et logique conversationnelle imposes par les nouveaux canaux instantans

    2. Former des experts ddis ou toute lquipe client ? Attention ne pas perdre la trace de la relation client dans le 1er

    cas selon Solocal

    3. Self-care : Les internautes sont prts aider mais dans une logique de rcompense , rsume Jrmie Mani (Netino)

    Lclatement de la relation client lheure des rseaux sociaux

    Avec :

    Jrmie ManiCEO Netino

    Moderation et Relation Client 2.0

    Monia BensalemResponsable centre interne la direction performance et

    relation client chez SNCF

    Pour aller plus loin :

    Le compte-rendu complet de la session Innovation Week 2015 : La relation client 2.0 lheure de la socit

    numrique ReclameAQUI, site de gestion tiers de la relation client Cinq entreprises qui transforment leur relation grce au digital Les six enjeux clients dici 2017 Deux nouveaux outils dans la relation client : support de guidage et

    selfcare

    SO

    LO

    CA

    L

    http://netino.fr/http://www.sncf.com/fr/groupehttp://www.zdnet.fr/actualites/l-eclatement-de-la-relation-client-a-l-heure-des-reseaux-sociaux-39831448.htmhttp://innovationweek.org/france/2015/11/09/la-relation-client-2-0-a-lheure-de-la-societe-numerique/http://www.reclameaqui.com.br/http://business.lesechos.fr/directions-marketing/marketing/marketing-digital/021219008915-cinq-entreprises-qui-transforment-leur-relation-client-grace-au-digital-202176.phphttp://www.relationclientmag.fr/Thematique/acteurs-strategies-1014/etudes-et-tendances-10066/Breves/digitalisation-comme-enjeu-prioritaire-ici-2017-253842.htmhttp://www.webmarketing-com.com/2015/11/20/43113-2-nouveaux-outils-relation-client-support-de-guidage-selfcare

  • Lexprience utilisateur, cest le matre mot _ Session du 04.03.2016

    Le test de crdibilit pour le-sant va tre de favoriser laccs aux soins pour le plus grand nombre : dsengorger les salles

    dattentes, remdier aux dserts mdicaux. Antoine Bohuon (Epiderm)

    1. Seuls 25 % des utilisateurs ont eu besoin dun rendez-vous en cabinet dermatologique suite une consultation virtuelle

    (Elisabeth Berrissoul)

    2. Convaincre les praticiens daller vers le-sant : pas dvanglisation possible, a passe par la cooptation, la

    recommandation des pairs

    3. Enjeu davenir : le big data et le dveloppement de lauto-diagnostic par lutilisation dalgorithmes

    E-sant : quels services proposer aux professionnels de la sant ?

    Avec :

    Antoine BohuonCo-fondateur et PDG

    depiderm.co

    Elisabeth BerrissoulDermatologue Paris et

    responsable mdicale chez Epiderm

    Pour aller plus loin :

    Le compte-rendu complet de la session E-sant : un march estim 2,4 milliards deuros E-sant : quattendent vraiment les patients franais ? Etude : les pays mergents croient davantage limportance de le-

    sant Hippocrate 2.0 : ltude Digital doctors de Ipsos Healthcare Le prdictif, la vraie rupture de la sant connecte

    SO

    LO

    CA

    L

    https://fr.epiderm.co/https://fr.epiderm.co/http://socialmediaclub.fr/2016/03/09/e-sante/https://www.maddyness.com/entrepreneurs/2015/05/18/marche-esante/http://www.frenchweb.fr/e-sante-quattendent-vraiment-les-patients-francais/228383http://www.objetconnecte.com/e-sante-etude-iot-1506/http://www.ipsos.fr/comprendre-et-maitriser-son-marche/2016-06-07-hippocrate-20http://www.zdnet.fr/actualites/le-predictif-la-vraie-rupture-de-la-sante-connectee-39833974.htm

  • La parole de lexpert est en train de revenir _ Session du 04.03.2016

    Le but, cest daller chercher la majorit silencieuse satisfaite du service, et de dpasser la minorit bruyante qui trolle. On

    est dans une dmarche qui mixe spontanit et sollicitation. Nicolas Marette (Custplace)

    1. Sur un site d'avis en ligne comme La Fourchette, 10 % des contributeurs sont l'origine de 50 % des avis

    2. Une culture de lvaluation en ligne se met en place. Perte de vitesse de la parole spontane au profit davis clairs

    3. Les avis en ligne sont aussi devenus un outil de management et de monitoring pour les entreprises

    4. Les petites structures sont trs vulnrables lvaluation en ligne, fort enjeu de formation pour les accompagner

    Comment sexprime la parole du consommateur en ligne ?

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte-rendu complet de la session Dossier : notes et avis de consommateurs sur le web Mobile et recommandation : longue vie aux avis Quest-ce quun avis pertinent ? Etat des lieux de la recherche sur la recommandation Dmystifier le-rputation

    SO

    LO

    CA

    L

    Guilhem Fouetillou

    Co-fondateur de

    Linkfluence,

    professeur associ

    Sciences Po

    Kevin Mellet

    Economiste et

    sociologue,

    chercheur au

    laboratoire de

    sciences sociales

    dOrange Labs

    (Sense)

    Nicolas Marette

    Fondateur et PDG de

    Custplace.

    Ex-Third Voice

    http://socialmediaclub.fr/2016/05/31/sexprime-parole-consommateur-ligne/http://digital-humanities.orange.com/fr/publications/dossiers/592-notes_et_avis_de_consommateurs_sur_le_webhttp://socialmediaclub.fr/2012/04/12/du-web-fixe-au-mobile-longue-vie-aux-avis-13/http://socialmediaclub.fr/2012/04/18/mobile-et-recommandation-quest-ce-quun-avis-pertinent-23/http://socialmediaclub.fr/2012/04/25/mobile-et-recommandation-quel-impact-sur-les-ventes-33/http://caddereputation.over-blog.com/2014/04/20-references-bibliographiques-pour-demystifier-l-e-reputation.htmlhttp://linkfluence.com/http://digital-humanities.orange.com/http://fr.custplace.com/

  • SOCIAL

    HR

  • Le numrique rinvente les relations entre organisations et employs. Ds le recrutement, la DRH doit soigner le-

    rputation de la marque employeur, en valorisant la ralit de sa culture de l'entreprise et l'accompagnement RH des collaborateurs ; les

    candidats ont de nouveaux moyens pour valoriser leurs comptences et grer leur employabilit. L'organisation des entreprises et du march

    de l'emploi devient plus sociale en mettant le collaboratif, les donnes et la mobilit au cur de leurs processus. Intelligence collective,

    rseaux sociaux, les outils performants aident au quotidien lensemble des fonctions pour tre comptitif dans un monde hyper-connect et

    sadapter aux attentes des nouvelles gnrations. Dans le cadre de la commission Social HR, le Social Media Club a rassembl des intervenants

    pour explorer et faire avancer les rflexions sur ce thme. Ce premier cycle, consacr au recrutement, nous a permis de passer en revue des

    nouveaux dispositifs en ligne. Quelles sont les vraies nouveauts concernant le e-recrutement ? En quoi les rseaux sociaux peuvent-ils

    contribuer au sourcing de profils avec quel ROI ? Comment optimiser limage de lentreprise dans ces rseaux o la transparence s'impose ?

    SO

    CIA

    L H

    R

    La commission est coordonne par :

    David Guillocheau, HR & Digital Innovation activist Directeur

    associ Talentys

    Nicholas Vieuxloup, Co-prsident du Social Media Club France

  • Co-crer une image de marque pour faire fructifier son capital humain et financier _ Session du 08.10.2015

    Les sites de type Glassdoor sont des places de march o lon value, en public, les entreprises, cest un modle qui va

    monter en puissance en Europe. Guilhem Fouetillou (Linkfluence)

    1. La notorit des entreprises, deuxime critre de choix pour les candidats aprs le salaire

    2. Le social listening, atout pour adapter la communication dentreprise et in fine attirer les talents

    3. Marque employeur, laffaire de tous dans lentreprise, commencer par les collaborateurs : recommandation de

    publier de contenu sur lentreprise, sur le secteur et le dernier tiers pour les loisirs personnels

    Rputation VS. Marques : Reality check

    Avec : Pour aller plus loin :

    Comment les rseaux sociaux dopent lattractivit des entreprises Les trois points fondamentaux pour attirer et retenir les meilleurs

    talents E-rputation : Votre contenu en ligne sera le reflet de ce que

    vous tes dans le rel Etude Les offres demploi sur Twitter par Randstad France et

    Linkfluence (fvrier 2015) Recrutement sur Facebook : les entreprises en mal damis tes-vous prt noter votre entreprise ?

    Benoit Montet,

    directeur

    France de Top

    Employers

    Christophe Thil,

    expert en

    e-rputation et

    stratgie des

    marques en

    ligne, grant de

    Blueboat

    Guilhem

    Fouetillou,

    cofondateur et

    directeur

    stratgie et

    innovation de

    Linkfluence

    Kaelig Sadaune,

    digital com.

    manager du

    groupe Randstad

    France

    SO

    CIA

    L H

    R

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-144470-reseaux-sociaux-les-differentes-facettes-de-la-marque-employeur-1178062.php#xtor=CS1-32http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-130171-marques-employeur-3-facons-infaillibles-de-developper-votre-attractivite-vis-a-vis-des-meilleurs-talents-1107813.phphttp://www.lexpress.fr/emploi/e-reputation-votre-contenu-en-ligne-sera-le-reflet-de-ce-que-vous-etes-dans-le-reel_1290134.htmlhttp://www.lexpress.fr/emploi/le-faux-miracle-du-recrutement-par-les-reseaux-sociaux_1743657.htmlhttp://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/recrutement/recrutement-sur-facebook-les-entreprises-en-mal-d-amis_1518905.htmlhttp://bfmbusiness.bfmtv.com/emploi/les-francais-vont-ils-enfin-adopter-les-sites-de-notation-d-entreprises-867471.htmlhttp://www.top-employers.com/fr/http://www.blueboat.fr/http://linkfluence.com/http://www.randstad.fr/

  • De nouveaux outils et usages qui amnent un marketing RH _ Session du 03.11.2015

    Aujourdhui le sourcing, cest crer ladhsion , Grgory Herb (MyJobCompany)

    1. Les rseaux sociaux : un nouveau pilier du sourcing RH notamment concernant les bons candidats, talents cibls ou profils atypiques

    2. Le Glassdoor effect entrane une augmentation du niveau dexigence des candidats

    3. Matrise des outils et codes digitaux, mais surtout lexpertise professionnelle des recruteurs fait la diffrence

    Rseaux sociaux, eldorado du sourcing ?

    Avec :

    Grgory Herb, PDG de MyJobCompany

    Emmanuel Stanislas, fondateur de Clementine

    Pour aller plus loin :

    Le faux miracle du recrutement par les rseaux sociaux Rseaux sociaux et recrutement (articles LExpess LEntreprise) Trouver du travail grce aux rseaux sociaux La cooptation, change prime contre candidat Fallait pas recruter Et maintenant ? Rseaux sociaux, cooptation : demain tous recruteurs ?

    SO

    CIA

    L H

    R

    https://twitter.com/EricSchererhttps://twitter.com/jeandsevalhttp://myjobcompany.co/fr/http://www.clementine.jobs/http://www.lexpress.fr/emploi/le-faux-miracle-du-recrutement-par-les-reseaux-sociaux_1743657.htmlhttp://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/recrutement/reseaux-sociaux-et-recrutement_1510629.htmlhttp://www.lexpress.fr/emploi/conseils-emploi/trouver-du-travail-grace-aux-reseaux-sociaux_1308012.htmlhttp://www.lexpress.fr/emploi/conseils-emploi/cooptation-prime-contre-aide-au-recrutement_1506709.htmlhttp://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/recrutement/recrutement-que-faire-quand-ca-ne-colle-pas_1621750.htmlhttp://www.focusrh.com/recrutement/sites-emploi/a-la-une/reseaux-sociaux-cooptation-demain-tous-recruteurs.html

  • Valoriser les individus, sans faire lconomie dune politique anti-discriminatoire _ Session du 25.04.2016

    Il est ncessaire de beaucoup vangliser sur ces sujets, dduquer lensemble des acteurs de lcosystme (recruteurs et

    intermdiaires du recrutement) Gwenaelle de la Roche (ManpowerGroup)

    1. La responsabilit ne doit pas peser sur les victimes de discriminations mais sur ceux qui les pratiquent, les permettent ou les perptuent

    2. Ce quon peut apporter de plus utile aux jeunes, cest lentregent (Mamadou Gaye)

    3. Laccompagnement individuel ne peut tre la seule rponse au problme des discriminations, tout le systme doit tre interrog

    4. Innovations pour lutter contre les disciminations : CV vido, ranking des entreprises, matching smantique et valorisation des soft skills

    #WIP Insertions professionnelles et discriminations : mesurer, lutter, innover

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte-rendu complet de la session Etude CEREQ Quand lcole est finie Etude INED et INSEE Trajectoires et origines Le retour du dbat sur les statistiques ethniques Le testing contre les discriminations LObservatoire des discriminations Uber, une chance pour lemploi des jeunes et la diversit ? Jeunes issus de limmigration : quels obstacles leur intgration conomique ?

    SO

    CIA

    L H

    R

    Jean-Luc PrimonEnseignant-chercheur en sociologie lUniversit de Nice-Sophia Antipolis

    Gwenaelle de la

    Roche

    Responsable du

    marketing

    stratgique chez

    ManpowerGroup

    et reprsentante de

    FACE lEmploi

    Mamadou GayeResponsable des relations internationales Paris 2024ex-Directeur excutif de Nouvelle Cour

    Philippe BonnevilleProviseur du lyce Jean-Jacques Rousseau Sarcelles

    Djamila LaouadiPDG de Soul Work et L.Events

    http://socialmediaclub.fr/2016/05/27/wip-insertion-professionnelle-discriminations-mesurer-lutter-innover/http://www.cereq.fr/actualites/Quand-l-Ecole-est-finie.-Premiers-pas-dans-la-vie-activehttp://teo.site.ined.fr/http://www.alternatives-economiques.fr/le-retour-du-debat-sur-les-statistiques-ethniques_fr_art_633_42329.htmlhttp://www.inegalites.fr/spip.php?article716http://www.observatoiredesdiscriminations.fr/http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/10/02/uber-une-chance-pour-l-emploi-des-jeunes-et-la-diversite_4781549_1698637.htmlhttp://www.strategie.gouv.fr/publications/jeunes-issus-de-limmigration-obstacles-insertion-economiquehttp://unice.fr/http://www.manpowergroup.fr/http://www.facealemploi.tv/cv-video/http://paris2024.org/frhttp://www.nouvellecour.com/lagence-agence-conseil-en-communication_vocationhttp://www.lyc-rousseau-sarcelles.ac-versailles.fr/

  • SOCIALLUX

    URY

  • Dans un monde devenu digital, ultra-connect, omni-canal et omni-plateforme, comment doit voluer le

    luxe ? Traditionnellement connu pour tre exclusif, parfois distant, discret et en contrle total du discours de ses marques ? Les

    rseaux sociaux, par exemple, encouragent le collectif, la discussion communautaire, la reprise du contenu de la marque et

    de son storytelling. L'omni-canal et l'omni-device encouragent les consommateurs enrichir et diversifier leur exprience avec

    la marque de luxe. Mais ils provoquent aussi une complexification de la comprhension du parcours client et de ses

    comportements d'achat et de conversion. Enfin, le digital ouvre un univers des possibles infini grce la data. Cette "big data"

    est la fois une opportunit mais aussi un rel dfi pour un secteur qui doit apprendre matriser les ressorts du digital. La

    Commission Luxe du SMC se propose donc de couvrir ces thmatiques et de tenter d'apporter des lments de rponses

    prliminaires ces questions en s'inspirant des best practices.

    SO

    CIA

    L LU

    XU

    RY

    La commission est coordonne par :

    Gachoucha Kretz, Professeur affili HEC Paris, experte en

    gestion de la marque de mode et de luxe

    Olivier Cadinot, directeur conseil chez Mazarine, ex. Herms

  • Une animation qui renforce le storytelling et le marketing de marque _ Session du 04.09.2015

    Toutes les marques ne peuvent pas ou ne devraient pas tre sur les rseaux sociaux en fonction de leur ADN. Gachoucha Kretz

    (HEC Paris)

    1. Community manager dans le luxe : un rle multiple au service dun storytelling de marque plus chaleureux et divertissant

    2. Les marques sinspirent des retailers et inversement ; le parcours omni-canal simpose largement

    3. Un ROI inquantifiable mais un bon buzz peut justifier laugmentation du budget marketing digital

    Community management de marque ou de retailer : mme combat ?

    Avec :

    Gachoucha Kretzprofesseur de

    marketing de la mode et du luxe

    HEC Paris

    Pour aller plus loin :

    Le compte-rendu complet de la session Rseaux sociaux : les bons conseils de La Poste Marketing digital de lanne : le Slip Franais ,du buzz au

    business Compte Instagram Urban Outfitters (univers de marque) Les Journes Particulires de LVMH sur Twitter Michel et Augustin : les trublions du marketing iButterfly : application issue de la ralit augmente pour

    une opration marketingMarine Cachot

    CM chez Humanto Human, ex Yves Rocher

    Olivier Cadinotexpert en

    dveloppement de stratgie

    omni-channels luxe

    SO

    CIA

    L LU

    XU

    RY

    http://www.hec.fr/http://www.zdnet.fr/actualites/le-community-management-de-marque-ou-de-retailer-meme-combat-39824798.htmhttp://www.petitweb.fr/actualites/reseaux-sociaux-les-bons-conseils-de-la-poste/http://www.usine-digitale.fr/article/marketing-digital-de-l-annee-le-slip-francais-du-buzz-au-business.N290718https://www.instagram.com/urbanoutfitters/https://twitter.com/hashtag/JPLVMH?src=hashhttp://blowarketing.com/michel-augustin-marketing/http://mediatelling.com/ibutterfly-application-issue-de-la-realite-augmentee-pour-une-operation-marketing/http://www.yves-rocher.fr/

  • Les sites de marques sont maintenant beaucoup plus client centric _ Session du 23.01.2016

    One channel, one mission : il est essentiel de clarifier le rle de chaque plateforme. Olivier Cadinot (Mazarine)

    1. Les rseaux sociaux accompagnent lachat en amont et en aval, de lacquisition la fidlisation du consommateur

    2. La contextualisation dun produit faon lifestyle marque davantage la mmoire dun client potentiel.

    3. Lenjeu pour les marques : sadapter aux individualits des consommateurs et crer une exprience sociale du shopping,

    Whos next : comment inclure les rseaux sociaux dans son parcours de vente ?

    Avec :

    Gachoucha Kretz, professeur de marketing de la mode et du luxe

    HEC Paris

    Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de la session Le parcours dachat du consommateur luxe Les start-up de la mode poussent plus loin la

    personnalisation de lexprience dachat How social media is transforming the business industry

    Olivier Cadinot,Senior account executive chez Mazarine, en charge de projets

    et campagne digitales pour des marques de luxeS

    OC

    IAL

    LUX

    UR

    Y

    http://www.hec.fr/http://socialmediaclub.fr/2016/01/31/whos-next-comment-inclure-les-reseaux-sociaux-dans-son-parcours-de-vente/http://www.leluxeestvivant.com/leblog/2015/3/11/linfographie-du-jour-le-parcours-dachat-du-consommateur-luxehttp://www.atelier.net/trends/articles/start-de-mode-poussent-plus-loin-personnalisation-de-experience-achat_436761http://www.bbc.com/news/business-35483480http://www.mazarine.com/

  • Des stratgies de plus en plus business et centres sur la performance _ Session du 16.02.2016

    Entre un luxe litiste, un luxe orient lifestyle et un luxe plus accessible, la discussion sengagera diffremment, selon lADN de

    dpart de la marque. Gachoucha Kretz (HEC Paris)

    1. 97 % des marques de luxe sont dsormais prsentes sur les rseaux sociaux et 60 % dentre elles prvoient dinvestir en achats mdias

    2. La relation one-to-many de la marque vers les utilisateurs correspond leur dfinition mme du luxe

    3. La dimension conversationnelle et laspect communautaire des rseaux sociaux sont dlaisss au profit dune logique de mdia personnalis

    4. Intgrer les rseaux sociaux dans un design dexprience et de service, personnaliser la relation client

    Quel rle pour le social media dans les maisons de luxe aujourdhui ?

    Avec :

    Ramzi Ramrani,Global Digital

    Performance Manager chez Emakina

    Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de la session Les rseaux sociaux bousculent la concurrence dans le

    luxe aujourdhui What does the rise of digital marketing mean for luxury

    brands?

    Nathalie Litvine,International Project Manager

    chez LinkfluenceSO

    CIA

    L LU

    XU

    RY

    http://www.emakina.fr/http://socialmediaclub.fr/2016/02/26/quel-role-pour-le-social-media-dans-les-maisons-de-luxe-aujourdhui/http://socialmediaclub.fr/2016/02/26/quel-role-pour-le-social-media-dans-les-maisons-de-luxe-aujourdhui/http://www.theguardian.com/marketing-luxury-goods-feb-15/2015/feb/16/digital-marketing-luxury-brands

  • LE WEB

    SOCIAL

    DANS LE MON

    DE

  • LE M

    ON

    DE S

    OC

    IAL

    Sur environ 3,5 milliards dinternautes dans le monde, 2,4 milliards sont

    prsents sur les rseaux sociaux. Sous des angles la fois culturels, gopolitiques et business, ces

    confrences ont t loccasion dinviter des experts (chercheurs, entrepreneurs, journalistes, diplomates) changer autour

    des dimensions structurantes du dveloppement du web social dans diffrentes rgions : des infrastructures aux taux

    dquipement en passant par les environnements business et les spcificits rgionales dans les usages des mdias, des

    particuliers et des socits.

    La commission est coordonne par :

    Nicholas Vieuxloup, Co-prsident du Social Media Club France

    Pierre-Olivier Cazenave, Dlgu gnral du Social Media Club France

  • La Chine, le deuxime internet mondial _ Session du 25.03.2015

    Il sagit moins de clones/copycat, que de steal with pride : amliorer lexistant et dvelopper de nouveaux types dusages.

    Weibo a pris le meilleur de Facebook et de Twitter pour les faire marcher ensemble. Andrea Colaianni (Ogilvy)

    1. Paradoxe de linternet chinois : dun ct la dimension propritaire de son cosystme, qui pouse bien des gards les caractristiques dun intranet, de lautre, une volont expansionniste

    2. Fragilit de linnovation due un manque de crativit et surtout la censure

    3. La question du mobile first ne se pose pas, la plupart des acteurs sont apparus sur mobile

    Comprendre le web social en Chine

    LE M

    ON

    DE S

    OC

    IAL

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de session Web social et gopolitique : le dessous des cartes Interview de Frdric Martel pour le Social media club France Smart : quest-ce que nos internets ont en commun ? Les aigles, les dragons et le futur du web Bestiaire de lcosystme numrique chinois

    Frdric Martel,

    Chercheur et crivain,

    docteur en sociologie,

    chroniqueur

    international Slate.fr,

    animateur France

    Culture (Soft Power)

    Andrea Colaianni,

    directeur Conseil

    Social Media chez

    Ogilvy et spcialiste

    du secteur Asie

    Laure de Carayon,

    fondatrice et

    organisatrice des

    confrences China

    Connect

    http://socialmediaclub.fr/2015/04/24/compte-rendu-les-usages-du-web-social-en-chine/http://socialmediaclub.fr/2012/11/02/web-social-et-geopolitique-le-dessous-des-cartes/https://soundcloud.com/smcfrance/frederic-martelhttp://www.internetactu.net/2014/05/27/smart-quest-ce-que-nos-internets-ont-en-commun/http://alliance-lab.org/archives/1467?lang=fr#.V2LpLyOLSYUhttps://labodeledition.wordpress.com/2014/03/28/bestiaire-de-lecosysteme-numerique-chinois/http://fredericmartel.com/http://www.franceculture.fr/emissions/soft-powerhttp://ogilvyparis.fr/http://www.chinaconnect.fr/

  • Un dveloppement contrast et contraint mais prometteur _ Session du 21.10.2015

    Uber ne va pas faire rouler des voitures sur les routes si celles-ci ne sont pas asphaltes . Diane Audrey Ngako (Le Monde Afrique)

    1. Boom de laccs aux services numriques (en 2018, possibilit que 50 70% de la population africaine soit quipe en

    smartphone) mais contrast entre le Nord et le Sud et surtout entre populations urbaines et rurales

    2. Un cosystme numrique dynamique (170 incubateurs) et un attrait pour les gants des telcos et du web frein

    notamment par le manque dinvestissement public dans des infrastructures fiables

    3. Vers lautonomie numrique : succs des services simples et adaptables comme WhatsApp (cf. crise du Burkina Faso

    octobre 2015) besoin daccompagnement des entrepreneurs locaux

    Comprendre le web social en Afrique

    LE M

    ON

    DE S

    OC

    IAL

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de session Vido de la confrence Digital Week 2015 WhatsApp : des chiffres qui donnent le vertige Pourquoi WhatsApp est-il si populaire ? Burkina Faso : Ils avaient les armes et nous nous avions

    seulement WhatsApp Digital, social and mobile in 2015 (by We are Social) Une panne dInternet gante suscite lire des Algriens LAfrique, terre de conqute du e-commerce Why Kenya leads the world in mobile money? Facebook ouvre son premier bureau africain

    Johannesburg

    Ludovic

    Centonze,

    project

    director chez

    Orange for

    development

    Orange CSR

    Diane Audrey

    Ngako,

    journaliste et

    social media

    ditrice Le

    Monde

    Afrique

    Philippe Couve

    expert

    nouveaux

    mdias,

    fondateur de

    Samsa.fr

    Christian Jekinnou,

    charg de mission

    Nord/Sud,

    coordonnateur

    programme Afrique

    Innovation, IRD France

    Nord, Bond'Innov

    Sinatou Saka,

    journaliste et

    responsable de

    la Syndication

    Afrique chez RFI

    et France 24

    Jrmy

    Hodara, co-

    fondateur

    dAfrica

    Internet

    Holding

    http://www.zdnet.fr/actualites/comprendre-les-enjeux-du-web-social-en-afrique-39829350.htmhttps://www.youtube.com/watch?v=Nph3YPirXmMhttp://digitalweek.paris/http://abonnes.lemonde.fr/technologies/article/2014/02/20/whatsapp-des-chiffres-qui-donnent-le-vertige_4369735_651865.htmlhttps://actualite.housseniawriting.com/technologie/2015/10/13/pourquoi-whatsapp-est-il-si-populaire/9540/http://www.agenceecofin.com/gouvernance/1210-33043-burkina-faso-ils-avaient-les-armes-et-nous-nous-avions-seulement-whatsapphttp://fr.slideshare.net/wearesocialsg/digital-social-mobile-in-2015http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/27/01003-20151027ARTFIG00153-une-panne-geante-suscite-l-ire-des-internautes-algeriens.phphttp://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/06/l-afrique-terre-de-conquete-du-e-commerce_4588836_3212.htmlhttp://www.economist.com/blogs/economist-explains/2013/05/economist-explains-18http://www.jeuneafrique.com/241972/economie/facebook-ouvre-premier-bureau-africain-a-johannesburg/http://www.orange.com/fr/Responsabilitehttp://lemonde.fr/afrique/http://www.samsa.fr/https://www.ird.fr/http://www.bondinnov.com/http://africainternetgroup.com/

  • Le paradis des rseaux sociaux _ Session du 11.05.2016

    Beaucoup dentrepreneurs ont pour modle et objectif la Silicon Valley. Anne-Sophie Dutat (FancyBox)

    1. Ingalits de laccs internet entre les zones rurales et urbaines, et au sein mme des zones urbaines. Trs peu de familles

    ont accs Internet domicile, pour des raisons financires ou faute dinfrastructures.

    2. Usage frntique des rseaux sociaux (Whatsapp, Facebook, Twitter, Snapchat) car ils ont permis de contourner le cot

    dissuasif des communications mobile

    3. Les rseaux sociaux, un outil supplmentaire pour les mobilisations citoyennes et la pluralit de linformation

    Comprendre le web social en Amrique latine

    LE M

    ON

    DE S

    OC

    IAL

    Avec : Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de session Vido de la confrence Statistiques internet Amrique latine Les mdias sociaux en Amrique latine

    Midia Ninja, les journalistes partageurs de Sao Paulo How social media gives new voice to Brazils protests

    Erika Campelo

    Responsable des

    partenariats

    internationaux et

    de la plate-forme

    numrique chez

    Ritimo

    Jean-Jacques

    Kourliandsky

    Chercheur

    lIRIS sur les

    questions

    ibriques

    Gaspard Estrada

    Directeur Excutif

    de lObservatoire

    Politique de

    lAmrique Latine

    et des Carabes

    Sciences Po

    Jean-Franois Fogel

    Prsident du comit

    directeur et membre

    du CA de la fondation

    pour un nouveau

    journalisme en

    Amrique Latine

    Anne-Sophie Dutat

    Co-fondatrice de

    FancyBox, tech

    entrepreneure et

    ditrice de

    newsletters et sites

    au Chili et Argentine

    En Partenariat avec :

    http://socialmediaclub.fr/2016/06/09/enjeux-web-social-amerique-latine-latam/https://gaite-lyrique.net/les-enjeux-du-websocial-en-amerique-latinehttp://www.internetworldstats.com/stats10.htmhttp://www.synthesio.com/wp-content/uploads/case_studies/DZN-SYNTHESIO-Social_Media_in_Latin_America-FR-whp.pdfhttp://www.liberation.fr/sports/2014/06/26/midia-ninja-les-journalistes-partageurs-de-sao-paulo_1051557https://www.theguardian.com/world/2014/apr/27/social-media-gives-new-voice-to-brazil-protestshttp://www.ritimo.org/http://www.iris-france.org/http://www.sciencespo.fr/opalc/http://www.nuevoperiodismo.org/http://www.fancybox.com/country_selector

  • SOCIAL

    RESEARCH

  • SO

    CIA

    L R

    ESEA

    RC

    HSans une observation fine des mcanismes et des enjeux des social media, les acteurs de lindustrie de contenu ne

    feraient que rpliquer ce qui existe dj, par touches incrmentales. Cest pourquoi ds sa cration en 2007, le Social Media Club France a

    pris lhabitude dinviter des universitaires (sociologues, conomistes, historiens des mdias) partager leurs travaux et mettre en

    perspective nos pratiques quotidiennes du numrique. Depuis 2013, cette bonne habitude sest transforme en un rendez-vous privilgi, un

    temps et un espace dchange entre praticiens et chercheurs, loccasion de sessions mutualises avec le ple Trajectoires du numrique

    de lInstitut des Sciences de la Communication (ISCC-CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC) et l'universit Sorbonne Nouvelle Paris 3 (MCPN/CIM).

    La commission Social Research est coordonne par :

    Fanny Georges, Maitre de confrence l'Universit Sorbonne

    Nouvelle, Laboratoire CIM, quipe Mdias, Culture et

    Pratiques numriques (MCPN), associe l'Institut des Sciences de la

    Communication du CNRS (ISCC)

    Claire Wehrung, Planneuse Stratgique chez M PUBLICITE, Rgie

    publicitaire du groupe Le Monde

    Valrie Schafer, charge de recherche l'Institut des sciences de la

    communication (CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC)

  • Un rapport aux temps digitaux bien vcu par les jeunes et les professionnels du web _ Session du

    01.12.2015

    Le smartphone le matin, le desktop la journe, la tablette le soir. Valrie Carayol (MICA)

    1. Relinarisation du web : une querelle artificielle des anciens et des modernes selon Eric Mettout

    2. Temps de connexion/dconnexion : une pression accepte par les professionnels du web et digital natives mais plutt subie

    par les cadres

    3. Tempo digital acclr : un dfi pour lappropriation utilisateurs et pour lhistoire en ligne des entreprises

    Temps et temporalits du web : Linarisation, ultra-connexion ou contraction?

    SO

    CIA

    L R

    ESEA

    RC

    H

    Avec :

    Gerald

    Lachaud,

    enseignant-

    chercheur

    lUniversit

    Lyon 3

    Pour aller plus loin :

    Le compte rendu complet de session What you think you know about the web is wrong La laisse lectronique : les cadres face lhyperconnexion La communication sur les RSE des grandes entreprises du CAC

    40 Digital detox, le jene des hyperconnects Le nouveau rapport au temps de la gnration digital native Les nouvelles technologies ont cr un sentiment durgence

    Eric Mettout

    New media

    editor

    LExpress

    Groupe Altice

    Media

    Jean-Claude

    Domenget,

    enseignant-

    chercheur

    lELLIADD -

    Universit de

    Franche-

    Comt

    Corinne

    Lejbowicz

    directrice

    gnrale

    de

    Prestashop

    Benjamin Thierry

    Enseignant-

    Chercheur

    lUniversit Paris-

    Sorbonne, ISCC

    France

    Clia Mriguet

    Directrice

    adjointe de

    linformation

    nationale sur les

    mdias

    numriques chez

    France Tlvisions

    Valrie Carayol

    enseignante-

    chercheuse au

    laboratoire MICA -

    Universit

    Bordeaux-

    Montaigne

    http://www.zdnet.fr/actualites/les-temps-et-temporalites-du-web-39831404.htmhttp://time.com/12933/what-you-think-you-know-about-the-web-is-wrong/http://www.brunoasdourian.fr/actes-colloque-org-co-2013.pdfhttps://communicationorganisation.revues.org/4327http://abonnes.lemonde.fr/m-boulot-reseau/article/2015/03/10/digital-detox-le-jeune-des-hyperconnectes_4590846_4498015.htmlhttp://www.connected-academy.fr/le-nouveau-rapport-au-temps-de-la-generation-digital-native/http://entreprisesnumeriques.co/2015/06/17/1074/http://www.expressroulartaservices.fr/actus/groupe-express-roularta-services/http://elliadd.univ-fcomte.fr/https://www.prestashop.com/fr/http://www.paris-sorbonne.fr/http://www.iscc.cnrs.fr/http://www.francetelevisions.fr/http://mica.u-bordeaux3.fr/

  • SOCIAL

    MEDIA

    CLUBPour adhrer, nous contacter : contact@socialmediaclub.fr

    mailto:pierre-olivier@socialmediaclub.fr