Expert en Prparation Physique et Mentale - sci ? Expert en Prparation Physique et Mentale

  • Published on
    16-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • DUCASSE Benot MASTER 2

    Expert en Prparation Physique et Mentale

    Mmoire de recherche :

    La relation entre la force maximale isomtrique des extenseurs du

    genou, la vitesse et la dtente verticale chez des footballeurs de CFA

    Prsent par : Benot DUCASSE

    Sous la direction de : Thierry PAILLARD et Roberto BRANCO

    Anne 20010/2011

    Page | ! 1

  • Sommaire

    I. Introduction .................................................................................................................... p. 18

    II. Mthode ........................................................................................................................ p. 20

    II.1. Sujets

    II.2. Protocole

    II.3. Matriel

    II.4. Mesures

    II.4.a. Test de dtente

    II.4.b. Test de force

    II.4.c. Test de vitesse

    II.4.d. Analyse statistique

    III. Rsultats ....................................................................................................................... p. 24

    IV. Discussion ..................................................................................................................... p. 26

    V. Conclusion ..................................................................................................................... p. 30

    Remerciements ................................................................................................................... p. 31

    Rfrences .......................................................................................................................... p. 31

    Annexes .............................................................................................................................. p. 33

    Page | ! 2

  • I. Introduction

    La pratique du football requiert de nombreuses qualits physiques, techniques, stratgiques et

    psychologiques. Ces exigences se vrifient dautant plus que le niveau de jeu augmente.

    Parmi les qualits physiques indispensables, un joueur de football a besoin dun mtabolisme

    arobie dvelopp. Effectivement, il passe entre 70 et 90 % du temps (selon le poste et le

    niveau) courir une allure lente ou moyenne. Le reste du temps, il effectue des courses

    intenses et des actions explosives telles que des sprints, des dribbles, des sauts, des frappes et

    des centres. Ces actions sont dterminantes car elles permettent de faire la diffrence au cours

    dun match. Cest pourquoi il est intressant et pertinent dtudier les facteurs qui

    interviennent dans la production de telles actions. Depuis des annes, de nombreux auteurs se

    sont penchs sur le sujet en examinant des populations de disciplines diffrentes. Cette revue

    de littrature commencera dabord par voquer les tudes dont la discipline concerne

    directement notre mmoire, savoir le football. Puis, afin de complter cette synthse, nous

    traiterons des tudes dans lesquelles les populations ntaient pas issues de cette activit.

    Dauty, Bryand et Potiron-Josse[5], lors dune tude sur vingt joueurs professionnels, ont pu

    noter une corrlation entre la dtente verticale, value par les performances en squat jump,

    en contre-mouvement jump et en saut vertical dpart genoux tendus, et le pic de force

    concentrique des extenseurs du genou (rapport au poids de corps et valu 180 sec-1 avec

    un dynamomtre isocintique). Ltude montre aussi que la vitesse, value lors de sprints de

    10 et 20 mtres (dpart arrt et dpart lanc) est corrle ce mme pic de force. Les auteurs

    notent galement que les sprints sont inversement lis au pic de force excentrique des

    flchisseurs du genou valus 60.sec-1. Wisloff et al. [9], qui estiment quil ny a que trop

    peu dtudes scientifiques sur la relation entre ces trois facteurs dans le football, ont

    galement effectu leurs expriences sur des professionnels (au nombre de dix-sept). Ces

    auteurs ont pu conclure que la performance sur une rptition maximale en demi-squat

    (traduisant la force maximale des extenseurs du genou) tait corrle avec la vitesse sur 10

    mtres et 30 mtres dpart lanc. De plus, la dtente, value au travers dun saut vertical sur

    une plateforme de force, est galement corrle avec la vitesse sur ces deux distances. Les

    rsultats de ces deux tudes vont lencontre des travaux de Cometti et al.[3] qui ne trouvent

    aucune corrlation entre les sprints de 10 et 30 mtres dpart lanc, les sauts (SJ et CMJ) et la

    Page | ! 3

  • force isocintique des extenseurs des genoux, chez des footballeurs professionnels et

    amateurs.

    En axant leur tude uniquement sur la relation de la force des extenseurs du genou avec la

    dtente, Ostenberg et al.[7] se sont intresss de plus prs aux performances des femmes.

    Ainsi, ils concluent de leurs travaux linexistence dune corrlation entre le pic de force

    isocintique 60.sec-1 et le saut vertical (SJ avec placement des bras libre). Par contre, ils

    trouvent une corrlation entre le pic de force 180.sec-1 et ce saut.

    Dans des travaux issus de disciplines diffrentes du football, Augustson et al.[2] ainsi que

    Pincivero et al.[8] ont, sur des individus sportifs et en bonne sant, trouv une importante

    corrlation entre le pic de force de ces groupes musculaires et diffrents sauts. La diffrence

    entre ces deux travaux rside dans le rgime de contraction des extenseurs du genou :

    Auguston a valu la force concentrique par un mouvement de squat avec charges libres,

    Pincivero par une contraction isocintique.

    Dans une tude o les sujets taient des volleyeurs de haut-niveau, Viitasalo (1982) a montr

    une corrlation entre la force maximale isomtrique des extenseurs du genou et diffrentes

    mesures de sauts verticaux. Bien que la population soit diffrente, le protocole de cette tude

    se rapproche du ntre car la force est mesure lors dune contraction maximale isomtrique.

    Lors dune tude ayant recours au test de Sargent pour apprcier la dtente (en gnral, un

    tapis de contact est utilis), Anderson et al.[1] ne trouvent pas de corrlation entre la force

    isomtrique et isocintique des quadriceps et la performance obtenue en dtente verticale chez

    trente-neuf sportifs issus de cinq sports diffrents.

    Dautres scientifiques ont tudi les liens entre la force de ces muscles et la vitesse. Dowson

    et al.[6] ont, dans une tude faite sur vingt-quatre sportifs dont des rugbymen, des sprinters et

    des sujets actifs, dmontr lexistence dune relation entre la force isocintique des membres

    infrieurs et la performance en sprint chez tous ces individus. De plus, ils remarquent que les

    extenseurs du genou apparaissent comme les muscles les plus influents dans cette

    performance. Alexander (1989) a trouv chez des sprinters de haut-niveau une corrlation

    entre le temps de sprint sur 100 mtres et le pic de force concentrique des extenseurs du

    Page | ! 4

  • genou. Cunha et al.[4] ont quant eux remarqu que les individus qui produisent le plus de

    force (isomtrique et concentrique) sont ceux qui courent le plus vite sur 60 mtres.

    Nous souhaitons approfondir ce thme mettant en vidence lexistence ou non dune

    corrlation entre ces trois paramtres auprs dun public jusque l peu tudi. Notre tude a

    donc pour objectif de dceler un lien entre les paramtres de force maximale isomtrique et

    les qualits de vitesse et de dtente chez le footballeur semi-professionnel. Au regard de ce

    qui est propos dans la littrature, nous pensons trouver des corrlations entre la force et la

    dtente, ainsi quentre la force et la vitesse de course en ligne droite. Concernant la vitesse

    avec changements de direction sur un slalom imagin par nos soins, nous spculons une

    corrlation avec la force des extenseurs du genou.

    II. Mthode

    II.1. Sujets

    Quatorze joueurs de football de cinquime division nationale (Championnat de France

    Amateur) ont t valus du mois de fvrier au mois davril (moyenne dge : 23,6 2,7 ans ;

    taille : 1,80 0,1 m ; poids : 76,4 9,1 kg ; IMC : 23,6 1,4). Les joueurs ne prsentaient pas

    de lsion musculaire ou articulaire pouvant empcher la ralisation des tests ou biaiser les

    rsultats. Le prparateur physique du club a demand lautorisation deffectuer ces tests aux

    entraneurs. Par la suite, les joueurs concerns ont donn leur consentement pour la

    participation ltude.

    II.2. Protocole

    Les tests de force isomtrique (FMI), de vitesse et de dtente ont toujours t effectus en

    dbut de semaine, savoir le lundi aprs-midi. Les sujets ralisaient les tests de dtente et de

    FMI le mme jour et revenaient un autre jour pour subir le test de vitesse. Les valuations

    avaient chaque fois lieu deux jours aprs leur dernier match. Cette organisation nous permet

    ainsi de dire que les joueurs ont tous t valus dans les mmes conditions.

    Page | ! 5

  • Avant le dbut des tests de dtente et de force, les sujets devaient effectuer un chauffement

    gnral, soit 5 minutes de footing intensit progressive afin de prparer lorganisme

    leffort. Puis, venait un chauffement spcifique aux tests, savoir la rptition des sauts (dix

    squat jump et dix contre-mouvement jump), permettant par la mme occasion aux joueurs de

    se familiariser avec la technique de saut et ainsi rduire le biais des rsultats. Lchauffement

    se terminait avec une pyramide montante dchauffement la presse conclue par quelques

    rptitions contre rsistance (que nous gnrions).

    Avant les tests de vitesse, les joueurs avaient galement un chauffement prcis de 30 minutes

    raliser : 5 minutes de footing suivies dtirements passifs des muscles des membres

    infrieurs, de talons-fesses, montes de genoux et pas-chasss, dtirements avec rsistance

    puis de rptitions de sprints avec monte progressive de lintensit. Cette dernire tape se

    droulait de la sorte : on leur demandait de raliser deux reprises 30 mtres en 6 secondes,

    puis encore deux fois cette mme distance en 5 secondes et enfin encore deux fois en 4,5

    secondes. Nous rgulions le temps de course afin de contrler lintensit de course des

    joueurs. Nous leur faisions terminer lchauffement par trois rptitions de dmarrage sur 5

    mtres. Les distances de course de chacun des trois tests ont t mesures laide dun

    tlmtre.

    II.3. Matriel

    Pour mesurer la FMI, nous avons utilis des capteurs de force Interface Model SSM Sealed

    S-Type Load Cell (Interface, Scottsdale, Arizona, U.S.A.). Ces capteurs de traction et de

    compression ont une tendue de mesure allant de 200 N 20 kN avec un niveau de prcision

    de lordre de 0,02 % de la pleine chelle. Interface est un leader de la vente de matriel de

    mesure de la force. Le logiciel AcqKnowledge (Biopac Systems, Inc., Goleta, Californie,

    U.S.A.) nous donnait en temps rel sur l'cran dordinateur la performance graphique et la

    performance chiffre de la FMI totale ainsi que de la FMI de chaque jambe.

    La dtente tait value avec un potentiomtre cble UniMeasure Serie PA (UniMeasure,

    Corvallis, Oregon, U.S.A.) reli ce mme logiciel AcqKnowledge. Ce potentiomtre

    bnficie d'une tendue de mesure de 50 2000 mm, d'un niveau de prcision de 0,03 % de la

    Page | ! 6

  • pleine chelle et d'une linarit de 0,015 % de la pleine chelle. La traction et la rtraction du

    cble supportent une acclration importante.

    La vitesse tait quant elle mesure par le kit vitesse de cellules photolectriques Brower

    (Brower Timing Systems, Draper, Utah, U.S.A.) d'une frquence de 432,8 H et d'une

    prcision d1/1000me de seconde. Le kit comprend un chronomtre, deux paires de cellules

    photolectriques et quatre trpieds tlescopiques. Brower est un fabricant amricain de

    matriel de mesure du temps sans fil pour les activits sportives. Les distances de course de

    chaque test ont t mesures l'aide d'un lasermtre Hilti PD 4 (Hilti, Magny les Hameaux,

    France). La prcision de ce laser est de l'ordre du millimtre et nous a donc permis de raliser

    nos trois distances avec une grande prcision.

    II.4. Mesures

    II.4.a. Test de dtente

    Deux types de saut ont t valus :

    - le squat jump (SJ) avec dpart flchi 90 et mains sur les hanches.

    - le contre-mouvement jump (CMJ) avec dpart genoux tendus, flexion jusqu 90, extension

    des genoux suivie du saut, tout ceci avec les mains sur les hanches.

    Trois quatre essais pour chaque type de saut ont t raliss en demandant lathlte de

    sauter le plus haut possible. Le meilleur essai au SJ puis au CMJ a t retenu. Les joueurs

    disposaient dune minute de repos entre chaque essai.

    II.4.b. Test de force

    Pour valuer la FMI, des capteurs de force ont t utiliss. Les joueurs taient sangls

    au fauteuil au niveau de la poitrine et au niveau de la hanche afin dviter toute erreur de

    mesure due un dcollement du corps du dossier. Leurs chevilles taient relies aux capteurs

    de telle sorte que leurs genoux formaient un angle denviron 90. Il leur tait demand de

    raliser une extension des genoux contre les rsistances de ces capteurs. Le mouvement tant

    impossible effectuer tant donn que leurs chevilles taient retenues, les joueurs exprimaient

    Page | ! 7

  • une force isomtrique. Trois essais taient accords chaque joueur et la meilleure

    performance a t retenue. Les joueurs nont pas eu dencouragement oral pendant leur effort.

    Ils disposaient de 2 minutes 30 de rcupration entre chaque essai.

    II.4.c. Test de vitesse

    Pour valuer cette qualit physique, nous avons eu recours des cellules

    photolectriques Brower. Deux performances en sprint dpart lanc ont t mesures : 5

    mtres (V5m) et 30 mtres (V30m) - ainsi quun parcours de 30 mtres reproduisant des

    courses similaires celles rencontres dans un match (V30mCDD). Ce parcours est

    reprsent par un schma dans la figure 1. Les joueurs dmarraient leur course 3 mtres avant

    la premire barrire

    d e s c e l l u l e s q u i

    d c l e n c h a i t l e

    chronomtre, ceci pour

    o m e t t r e l a p a r t i e

    acclration du

    dpart et ainsi analyser

    les rsultats uniquement

    sur la course. Chaque

    joueur avait trois quatre essais chaque distance, et le meilleur rsultat tait pris en compte.

    3 minutes de repos entre chaque essai taient accordes. Ces tests avaient lieu dans un

    gymnase, sur un sol en parquet. Les joueurs taient tous chausss de chaussures de sport

    adaptes. Tous les joueurs ont effectu les tests dans le mme ordre, savoir le test de 30

    mtres en ligne droite, le test de 5 mtres en ligne droite puis le test de 30 mtres avec

    changements de direction.

    Voici dans le Tableau 1 un rappel des qualits physiques que nous avons values, leur unit

    et leur abrviation respective utilises dans ce mmoire.

    Page | ! 8

    Figure 1. Schma du parcours de 30 mtres avec changements de direction.

  • Tableau 1. Rcapitulatif des paramtres mesurs et de leur unit

    II.4.d. Analyse statistique

    Afin dexaminer la relation entre ces trois paramtres, lanalyse statistique a t ralise

    grce loutil danalyse de corrlation dExcel. Nous acceptions lexistence dune corrlation

    r > 0,70 pour un seuil de signification p < 0,05.

    Pour vrifier notre hypothse, nous avons cherch de possibles corrlations entre les

    performances aux tests de vitesse et de dtente avec les rsultats aux tests de force maximale

    isomtrique, mais galement avec la force maximale rapporte au poids de corps et la force

    rapporte lIMC.

    Abrviation Mesure Unit

    FMI

    Force maximale isomtrique absolue des

    extenseurs Newton (N)

    du genou

    FMIpoids Force maximale isomtrique des extenseurs Newton par kilogramme

    du genou rapporte au poids du corps (N.kg-1 )

    FMIIMC Force maximale isomtrique des extenseurs Newton par kilogramme

    du genou rapporte l'IMC mtre carr (N.kg-1.m2)

    SJ Dtente en squat-jump Centimtre (cm)

    CMJ Dtente en contre-mouvement jump Centimtre (cm)

    V5M Temps pour parcourir 5 mtres dpart lanc Seconde (s)

    V30M Temps pour parcourir 30 mtres dpart lanc Seconde (s)

    V30MCDD

    Temps pour parcourir 30 mtres avec

    changements Seconde (s)

    de direction dpart

    lanc

    Page | ! 9

  • III. Rsultats

    Les performances enregistres aux diffrents tests sont les suivantes : FMI : 1373 157,5 N ;

    SJ : 42,8 5,5 cm ; CMJ : 50,3 7,4 cm ; V5m : 0,73 0,02 s ; V30m : 3,78 0,07 s ;

    V30mCDD : 7,12 0,11 s.

    Il nous a paru important de relativiser la performance de la contraction maximale isomtrique

    par rapport au poids (FMIpoids) et lIMC (FMIIMC) des joueurs afin de voir si la force relative

    individuelle est un meilleur indicateur des performances mesures. On obtient alors pour

    lchantillon les rsultats suivants : 18,2 2,75 N.kg-1 de FMIpoids et 58,35 7 N.kg-1.m2 de

    FMIIMC.

    Analyse de corrlation avec la FMI

    La force maximale isomtrique nest corrle avec aucun paramtre. Cependant, on saperoit

    quelle est plus corrle avec les performances de vitesse sur 5 et 30 mtres quavec la dtente

    et le 30 mtres avec changements de direction.

    Tableau 2. Corrlations entre la force maximale isomtrique des extenseurs du genou avec la vitesse sur 3 distances et la dtente en SJ et CMJ

    SJ (cm) CMJ (cm) V5 m (s) V30 m (s)V30 m CDD

    (s)

    FMI (N) r=0,308 r=0,328 r=0,61 r=0,581 r=0,284

    p=0,283 p=0,253 p=0,006 p=0,005 p=0,324

    Page | ! 10

  • Analyse de corrlation avec la FMIpoids

    Elle est fortement corrle avec la performance en sprint sur 5 et 30 mtres. La corrlation

    avec les autres paramtres ne peut tre accepte.

    Tableau 3. Corrlations entre la force maximale isomtrique des extenseurs du genou rapporte au poids de corps avec la vitesse sur 3 distances et la dtente en SJ et CMJ.

    Analyse de corrlation avec la FMIIMC

    Rapporte lIMC, la force maximale isomtrique ne semble galement corrle quavec la

    performance en sprint sur 5 et 30 mtres.

    SJ (cm) CMJ (cm) V5 m (s) V30 m (s)V30 m CDD

    (s)

    FMIpoids r=0,127 r=0,383 r=0,832 r=0,802 r=0,5338

    (N.kg-1) p=0,665 p=0,176 p=0,0002 p=0,0005 p=0,0493

    Page | ! 11

    (s)

    (N.kg-1)(N.kg-1)

    (s)

    Fig. 1. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (poids) et la vitesse sur 5 mtres.

    Fig. 2. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (poids) et la vitesse sur 30 mtres.

  • Tableau 4. Corrlations entre la force maximale isomtrique des extenseurs du

    genou rapporte lIMC avec la vitesse sur 3 distances et la dtente en SJ et CMJ.

    Les graphiques des paramtres non corrls sont situs dans la partie Annexes la page 33.

    IV. Discussion

    Les joueurs de football semi-professionnels ralisent une prparation physique intense lors de

    la phase de prparation gnrale (intersaison). Lobjectif est doptimiser les qualits physiques

    des joueurs afin de les prparer la comptition. Durant la saison, le prparateur physique

    planifie galement des cycles ddis au maintien de ces qualits. La musculation,

    programme dans lentranement du footballeur (professionnel surtout) pour augmenter

    SJ (cm) CMJ (cm) V5 m (s) V30 m (s)V30 m CDD

    (s)

    FMIIMC r=0,247 r=0,446 r=0,822 r=0,751 r=0,365

    (N.kg-1.m2) p=0,393 p=0,11 p=0,0003 p=0,002 p=0,2

    Page | ! 12

    (s)(s)

    (N.kg-1.m2)(N.kg-1.m2)

    Fig. 3. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (IMC) et la vitesse sur 5 mtres.

    Fig. 4. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (IMC) et la vitesse sur 30 mtres.

  • principalement la force et lexplosivit, et par extension pour amliorer ses performances, est

    peu utilise dans le monde semi-professionnel. Nous avons dcid deffectuer notre tude sur

    cette population afin de voir si la musculation devrait faire partie intgrante de la planification

    de sa prparation physique. Nous avons cherch identifier les corrlations qui pouvaient

    exister entre la force maximale isomtrique des extenseurs du genou, les tests de saut et les

    tests de sprint. Nous avons mis lhypothse que des corrlations seront trouves entre la

    FMI, la vitesse et la dtente chez ces footballeurs de CFA.

    Les principaux rsultats de cette tude nous rvlent que cette force maximale isomtrique

    rapporte au poids de corps est fortement corrle avec la performance en sprint sur 5

    (r=0,832 ; p=0,0002) et 30 mtres (r=0,802 ; p=0,0005).

    Rapporte lIMC, elle est galement corrle avec la vitesse sur 5 (r=0,822 ; p=0,0003) et

    30 mtres (r=0,751 ; p=0,002).

    Concernant la dtente, la force maximale isomtrique relative ou absolue nest corrle avec

    aucune performance en saut vertical.

    Tout dabord, le fait quil ny ait pas de lien entre la force maximale des extenseurs du genou

    et la vitesse avec changements de direction peut sexpliquer par la surface sur laquelle nous

    avons mis en place le test. En effet, nous avons opt pour un test en intrieur (gymnase) avec

    un sol en parquet, rendant les appuis glissants. Malgr notre volont de raliser un parcours

    reproduisant des courses similaires lactivit, des facteurs comme lquilibre ou encore la

    matrise des appuis sont peut-tre venus biaiser la performance de vitesse pure avec

    changements de direction.

    Ces donnes ne sont malheureusement pas comparables avec celles de la littrature

    scientifique tant donn que le parcours qui a permis dvaluer cette performance a t

    invent pour cette tude. Certes, les courses taient spcifiques lactivit, mais le sol ne

    permettait pas aux joueurs dexprimer leur vitesse comme sur une pelouse.

    Il ny a pas de corrlation entre la FMI absolue et la dtente. De plus, ni la force rapporte au

    poids, ni celle rapporte lIMC ne peuvent permettre de prdire une performance en saut

    vertical.

    Page | ! 13

  • En ne trouvant pas de corrlation entre ces deux paramtres, nous ne nous accordons pas avec

    Dauty et al.[5] qui ont trouv une corrlation entre les dtentes de chaque saut (SJ, CMJ et saut

    vertical dpart genoux tendus) et le pic de force des quadriceps. Mais la force a t value

    laide dun appareil isocintique. Il a nous sembl que la force isocintique des genoux ntait

    pas pertinente valuer dans le sens o elle ne correspond pas aux mouvements spcifiques

    de lactivit (de plus, la mise en place dun tel protocole aurait t complique). En effet,

    aucun joueur ne ralise de mouvement isocintique sur un terrain de football. Nous avions

    pens avant de dbuter cette tude apprcier la force des extenseurs du genou par

    lintermdiaire du test dit dune rptition maximale (1 RM) la presse, mais par souci de

    reproductibilit dun joueur lautre, il aurait t dlicat de vrifier chaque paramtre (angle

    des genoux identique, cartement des pieds identiques, pieds poss au mme endroit, etc.).

    Les rsultats auraient t inexploitables. Cest pourquoi nous avons souhait valuer la force

    maximale isomtrique, plus rvlatrice de la force exploite sur un terrain que celle dun

    mouvement isocintique.

    Nos rsultats saccordent cependant avec ceux de Cometti et al.[3] dont ltude portait

    galement sur des footballeurs. Le squat jump ainsi que le contre-mouvement jump ont t

    mesurs grce au tapis de Bosco. La mesure de la dtente tant base sur une estimation du

    temps de suspension de lathlte transforme en centimtres dlvation du centre de gravit,

    il faut rester prudent en comparant les corrlations. De plus, ils ont valu la force

    isocintique et non isomtrique des extenseurs du genou. Enfin, les corrlations ont t

    recherches uniquement avec la force absolue. Bien que les protocoles dvaluation soient

    diffrents, labsence de corrlation entre ces deux qualits physiques dans notre tude comme

    dans celle de Cometti et al.[3] sexplique peut-tre par le fait que les rgimes de contraction

    produits lors de lvaluation de la force ne reprsentent pas les mouvements de courses et de

    sauts effectus lors dun match de football. Ces mmes auteurs voquent Wislff et al.[9] qui

    pensent que les tests effectus avec des charges libres seraient plus reprsentatifs des

    mouvements que lon peut voir dans lactivit. Ils ont dailleurs mis en place ce protocole

    pour comparer la force et la vitesse.

    Dans son tude sur des volleyeurs de haut-niveau, Viitasalo (1982) na russi dmontrer

    aucune corrlation entre la force maximale isomtrique et les performances de diffrents sauts

    verticaux. Cest galement le cas de Anderson et al.[1] qui ont eux choisi des joueurs issus

    dactivits diffrentes. Le football, le basket-ball, le football amricain, la crosse et le tennis

    Page | ! 14

  • taient reprsents. Ils concluent que la force maximale isomtrique des extenseurs de genou

    ne semble pas tre un facteur dterminant dans les diffrences interindividuelles de dtente.

    Suite nos travaux, et contrairement nos attentes, nous en arrivons la mme conclusion.

    Cependant, ceci nest valable que pour des sportifs entrans Les joueurs qui ont particip

    notre tude appartiennent cette catgorie tant donn quils sentranent cinq fois par

    semaine et participent rgulirement des sances de prparation physique dont le but

    principal est loptimisation des qualits physiques spcifiques lactivit. Pour Anderson et

    al.[1], cette force pourrait jouer un rle plus important chez des sujets moins entrans.

    Notre tude nous fait donc dire que les joueurs dveloppant la force isomtrique des

    extenseurs du genou la plus importante ne sautent pas forcment plus haut.

    Concernant la FMI et la vitesse, il y a deux choses retenir de notre tude. Tout dabord, la

    FMI absolue de ces joueurs ne semble pas corrle avec les capacits de sprint sur 5 et 30

    mtres (dpart lanc). Cela signifie que les joueurs dveloppant les plus grandes forces lors

    dune contraction isomtrique des extenseurs du genou ne vont pas plus vite sur ces distances.

    Les rsultats de Cometti et al.[3] vont dans ce sens. Le protocole de leur tude comprenait des

    sprints lancs (10 m et 30 m) et une valuation isocintique du pic de force concentrique et

    excentrique des flchisseurs et des extenseurs du genou. Selon Dauty et al.[5], labsence de

    corrlation sexplique par le fait que les paramtres isocintiques n'aient pas t rapports au

    poids des sujets. On peut videmment faire le parallle avec notre tude.

    Cependant, Dawson et al[6] ont mis en vidence la corrlation chez onze sprinters entre la

    force maximale isocintique absolue et la vitesse en ligne droite (dparts lanc et arrt). Mais

    la relation est renforce lorsque le pic de force est rapport au poids des sujets. Le nombre

    limit de sujets et leur spcificit doivent toutefois nous mettre en garde sur les conclusions

    en tirer. Dans notre cas, lorsque la FMI est rapporte soit au poids, soit lIMC du sujet, une

    corrlation avec les performances de sprint en ligne droite (dpart lanc) apparat. Dauty et al.[5] montrent que la vitesse est corrle sur 10 et 20 mtres avec le pic de force (isocintique)

    des quadriceps rapporte au poids. Malgr le fait que les protocoles pour valuer la force

    soient diffrents des ntres, nos rsultats saccordent dire que la vitesse est corrle avec

    cette qualit physique sur courte et sur longue distance, avec un dpart lanc. Mais ces auteurs

    vont plus loin en crivant que plus les performances de sprint sont leves (au sein dun panel

    large comprenant des amateurs et des professionnels), plus il existerait un lien avec le pic de

    Page | ! 15

  • force rapporte au poids et le dpart arrt. Nous ne pouvons malheureusement pas chercher

    vrifier cela tant donn que nous avons un chantillon de joueurs voluant au mme niveau.

    De plus, le matriel disponible pour valuer la vitesse ne nous permettait que la mise en place

    de test dpart lanc.

    Concernant les rares tudes dont lvaluation de la force se faisait par un test charge libre

    (demi-squat), Wisloff et al.[9] ont trouv une corrlation entre les sprints sur 10 et 30 mtres

    dpart lanc et la force maximale rapporte au poids de corps de joueurs de football

    professionnels. Cette tude se rapproche encore un peu plus de la ntre tant donn que

    lvaluation de la vitesse se droulait dans un gymnase avec du parquet. Comme les tests

    charge libre sont plus reprsentatifs des mouvements de football en reprenant un rgime de

    contraction identique, nous aurions aim mettre en place ce genre de test dans notre protocole.

    Comme nous lavons dj dit, une valuation la presse aurait t trop complique vu

    ltendue des paramtres surveiller. Il restait toutefois la possibilit dvaluer la force

    maximale au squat, mais une part importante des joueurs navait jamais ralis cet exercice

    auparavant. Il aurait alors fallu faire prcder la priode des tests par des sances

    dapprentissage et dhabituation au mouvement.

    Sur une distance courte comme celle sur laquelle nous avons ralis nos valuations (5

    mtres), et dans le cas o nous aurions fait avec un dpart arrt, il serait galement

    intressant de voir si le pied dappel est dterminant dans une performance de sprint. En effet,

    si le pied dappel est celui de la jambe avec la FMI la plus importante, est-ce que

    lacclration serait plus grande et rduirait ainsi le temps de course total? Dans notre cas, le

    dpart lanc faisait que lacclration ntait plus aussi leve que dans la partie avant la prise

    du temps, la diffrence de force entre les deux jambes ninfluenant peut-tre plus le temps

    ralis.

    Finalement, notre tude nous confirme que la force relative peut permettre de prdire une

    performance en sprint sur longue distance dpart arrt. Elle nous apprend aussi que la force

    relative peur galement la prdire sur une courte distance.

    V. Conclusion

    Notre tude avait pour objectif dapprcier les relations quentretiennent la force maximale

    isomtrique des extenseurs du genou, la vitesse et la dtente chez des joueurs de CFA. Nous

    Page | ! 16

  • concluons grce aux rsultats obtenus aprs plusieurs semaines de tests, que la dtente ainsi

    que la vitesse sur 30 mtres en slalom ne sont pas corrles avec cette force.

    Par contre, la FMI rapporte au poids de corps savre tre un facteur prdicteur de la

    performance sur courte et longe distance en sprint, en ligne droite et avec un dpart lanc.

    Dans une moindre mesure, la FMI rapporte lIMC permet aussi de prdire cette

    performance.

    Nous pouvons donc dire que dans le cadre dun travail dont lobjectif serait damliorer la

    dtente dun joueur de football de CFA, le dveloppement de la force maximale des

    extenseurs du genou par la musculation isomtrique nest pas ncessaire.

    Cependant, les joueurs auraient tout intrt dvelopper leur FMI sils dsirent amliorer leur

    performance de sprint en ligne droite. Elle sera dautant plus dterminante que leur poids de

    corps ou leur IMC sera faible.

    Bien sr, une tude comportant un chantillon de joueurs plus important permettrait de

    gnraliser et daffirmer avec plus de certitudes tous ces rsultats.

    Cette conclusion pourrait amener les formateurs ou les entraneurs de clubs relativiser

    certains critres de recrutement comme la force des membres infrieurs par rapport des

    paramtres morphologiques (poids, IMC).

    Remerciements

    Nous remercions Philippe Passelergue pour sa grande disponibilit, Thierry Paillard notre

    tuteur de stage, Francis de Percin pour nous avoir permis de mettre en place ces tests et

    davoir facilit leur ralisation, Mohammed Khoudar pour son aide dans lanalyse statistique

    des rsultats, et les joueurs qui ont accept de participer cette tude.

    Page | ! 17

  • Rfrences

    1. Anderson, M., Gieck, J., Perrin, D., Weltman, A., Rutt, R., Denegar, C. (1991). The

    relationships among isometric, isotonic, and isokinetic concentric and eccentric quadriceps

    and hamstring force and three components of athletic performance. Journal of Orthopaedic &

    Sports Physical Therapy; 14: 114-20

    2. Augustsson, J., Esko, A., Thomee, R., Svantesson, U. (1998). Weight training of the thigh

    muscles using closed vs open kinetic chain exercices: a comparison of performance

    enhancement. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy; 27(1): 3-8

    3. Cometti, G., Maffiuletti, N.A., Pousson, M., Chatard, J.C., Maffuli N. (2001). Isokinetic

    strength and anaerobic power of elite subelite and amateur French soccer players.

    International Journal of Sports Medicine; 22(1): 45-51

    4. Cunha, L., Ribeiro, J., Fernandes, O., Valamatos, M.J., Pinto, R., Santos, P. (2007). The

    relationships between sprint run and strength parameters in young athletes and non-athletes.

    Conference proceedings archive, 25 international symposium on biomechanics in sports;

    Brazil.

    5. Dauty, M., Bryand, F., Potiron-Josse, M. (2002). Relation entre la force isocintique, le saut

    et le sprint chez le footballeur de haut niveau. Science & Sports; 17: 122-7

    6. Dowson, M.N., Nevill, M.E., Lakomy H.K., Nevill, A.M., Hazeldine, R.J. (1998).

    Modelling the relationship between isokinetic muscle strength and sprint running

    performance. Journal of Sports Sciences; 16(3): 257-63

    7. Ostenberg, A., Roos, E., Ekdahl, C., Roos, H. (1998). Isokinetic knee extensor strength and

    functional performance in healthy female soccer players. Scandinavian Journal of Medicine

    & Science in Sports; 8(5pt1): 257-64

    8. Pincivero, D.M., Lephart, S.M., Karunakara, R.G. (1997). Relation between open and

    closed kinematic chain assessment of knee strength and functional performance. Clinical

    Journal of Sport Medecine; 7(1): 11-6

    9. Wislff, U., Castagna, C., Helgerud J., Jones R., Hoff, J. (2004). Strong correlation of

    maximal squat strength with sprint performance and vertical jump height in elite soccer

    players. British Journal of Sports Medicine; 38: 285-288

    Page | ! 18

  • Annexes

    Annexe 1. Corrlation entre la force maximale Annexe 2. Corrlation entre la force maximale isomtrique et la dtente en SJ isomtrique et la dtente en CMJ

    Annexe 3. Corrlation entre la force maximale Annexe 4. Corrlation entre la force maximale xxxxxxxisomtrique et la vitesse sur 5 mtres et isomtrique et la vitesse sur 30 mtres

    Page | ! 19

  • Annexe 5. Corrlation entre la force maximale Annexe 6. Corrlation entre la force maximale isomtrique et la vitesse sur 30 mtres CDD isomtrique relative (IMC) et la vitesse sur 30 mtres xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxavec CDD

    Annexe 7. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (poids) et la vitesse sur 30 mtres avec CDD

    Page | ! 20

  • Annexe 8. Corrlation entre la force maximale Annexe 9. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (poids) et la dtente en SJ isomtrique relative (poids) et la dtente en CMJ

    Annexe 10. Corrlation entre la force maximale Annexe 11. Corrlation entre la force maximale isomtrique relative (IMC) et la dtente en SJ isomtrique relative (IMC) et la dtente en CMJ

    Page | ! 21

Recommended

View more >