1 A12(6 - cda.portail-omvs. ?· 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Impact des activités humaines…

  • Published on
    27-Dec-2018

  • View
    213

  • Download
    1

Transcript

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

A12(6 Frrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr-rrrrrrrrrrrrrrrF r r F ~c F . -f"v r F r F F r r ~ r r r r r r r r r Rapport de stage : G r r r r- r r Impact des activits humaines sur la qualit de r r r p l'eau du fleuve Sngal F r~ r r Bassin du fleuve Sngal r. r r r -" r r r r - r r _.. M'.IRifMIIo" _.,_ r: - - - r .r.-_fL r r- ..-..... ..... -/ v.:------- _ - r: r - r .- - -;~tiFL.~ -r~~:: : .. ~: MAli r.

-A,:blf- -.. - < '--' _ - - ' F ';t" --. ~~ . - F . il ""' r ,.,_,,_t"Jl-E"I',., ~f'J r . : r r: 0!>--C~~ r: F . p p p . Prsente par r-. . . sous la direction de : .- Moustapha MANE M. Tamsir NDIAYE :. r:. Chef Observatoire de r~ l'environnement de I'OMVS r r r: Anne universitaire 2007-2008 t r , r r r rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr-rrrrrrrr

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

~-------------------------------

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal 111o5 SOMMAIRE

INTRODUCTION ................................................................................................................... 1

I. Prsentation du site .......................................................................................................... 3

II. Matriels et mthodes .................................................................................................. 7

III. Les activits humaines et leurs impacts sur la qualit de l'eau .......................... 9

IV. Diagnostic des rseaux de suivi et valuation des systmes ............................. 11

V. Dveloppement d'une stratgie d'harmonisation et de mise en rseau des

systmes de suivi ................................................................................................................. 13

VI. Les plantes Aquatiques Nuisibles .............................................................................. 14

CONCLUSION ...................................................................................................................... 17

~

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

INTRODUCTION

Le fleuve Sngal est le deuxime plus grand fleuve d'Afrique de l'Ouest. Il

est long de IBOOkm et son bassin couvre une superficie de 483.181 km2 dont

50':'. en Mauritanie, 28':'. au Mali, 16':', au Sngal et 6% en Guine. Si la

pluviomtrie moyenne annuelle du bassin est de 550mm/an, sa partie guinenne

enregistre prs de 1500mm/an contre seulement 200-250 mm/an dans la partie

septentrionale du bassin.

Le fleuve Sngal est form par la runion du Bafing et du Bakoye

Bafoulab au Mali. Le Bafing sa composante principale, est longue de BOOkm et

prend sa source dans le plateau central du Fauta Djallon, prs de la ville de

Mamou(Guine). A Bafoulab, en aval de Manantali, le Bafing est rejoint par le

Bakoye qui prend naissance dans les Monts Mnien en Guine 760m d'altitude.

Le Fleuve Sngal ainsi form par la jonction entre le Bafing et le Bakoye,

reoit la Kolimbin puis le Korokorosur droite et la Falm sur la gauche, 50km en amont de Bakel. La Falm prend sa source dans la partie nord du Fauta

Djallon en Guine BOOm d'altitude.

Le bassin du fleuve Sngal est gnralement dcoup en trois entits :

_le Haut Bassin : des sources du fleuve (le Fauta Djallon) Bakel. Il est en

gros constitu des parties guinenne et malienne du Bassin du fleuve.

_la Valle : de Bakel Rosso ; la valle elle-mme est parfois divise en trois parties : la haute valle (de Bakel Waound), la moyenne valle (de Waound Podor) et la basse valle de Podor Rosso.

_le Delta, de Rosso l'embouchure du fleuve. Le Delta est une zone trs plate

gnralement au dessous du niveau de la mer (Rosso et Saint Louis sont

respectivement -0, 23 et -0, 53 mtres IGN). Pour cette raison, avant la

construction du barrage de Diama, la zone du Delta subissait la remonte des

eaux marines en saison sche. La langue sale pouvait atteindre Podor prs

de 150km en amont de Rosso.

1

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

Au vu de l'tendue du bassin du fleuve Sngal nous avons choisi de mettre l'accent sur le lac de Guiers.

Le lac de Guiers est la principale rserve d'eau douce du Sngal. Il se situe dans le haut Delta du fleuve Sngal dont il constitue un dfluent avec lequel il est reli par le canal de la Taouaey. Le territoire hydrologique du lac de Guiers fait partie intgrante de la plaine d'inondation du fleuve Sngal.

L'Environnement du lac de Guiers est marqu par :

-une acclration du processus d'amnagement agricole des rives,

-une multiplication des formes d'usage de l'eau,

-une sollicitation assez claire du gouvernement du Sngal pour

l'approvisionnement en eau potable de Dakar et de quelques villes secondaires,

-une inquitude quand l'volution de la qualit de l'eau,

-une revendication au niveau local pour un accs l'eau, une eau de qualit.

L'environnement de la gestion de l'eau du lac de Guiers est aussi marqu par

une prsence d'acteurs nombreux et varis. Il s'agit des acteurs :

-Administratifs (services tatiques,)

-Privs (groupement d'intrt conomique, ... )

-ONG et fdrations

-Techniques

-Communautaires (marabouts, association ... )

L'tude de qualit de J'eau dans le lac de Guiers a pour but de dtecter la situation actuelle et de la comparer aux tudes prcdentes, menes par diffrentes autorits et entits de recherche. Etant donn que le lac dessert Dakar en eau potable, un intrt de rechercher la qualit de l'eau devient une obligation.

La raison principale est qu'aujourd'hui le lac est compltement diffrent de ce qu'il tait avant les facteurs de ma'i'trise tels que le barrage de Diama, qui consiste empcher l'eau de mer d'entrer dans le lac pendant la saison sche et la construction du barrage de Manantali, qui dans une certaine mesure contrle les flux d'eau douce vers le lac.

2

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur fa qualit de f' eau du fleuve Sngal

Ces deux facteurs exercent une influence sur le lac depuis 1985 (par Diama) et 1988 (par Manantali) et le lac est aujourd'hui un lac d'eau douce, sans intrusion provisoire de sel

I. Prsentation du site Avec une superficie d'environ 240 km et une capacit de remplissage de 390

Mm3 la cte IGN de lm, le lac constitue l'une des plus importantes rserves d'eau douce du Sngal.

La rgion du lac de Guiers est situe cheval entre les rgions de Saint-Louis et Louga. Une commune (Richard Toi/) et trois arrondissements se partagent l'espace naturel du lac de Guiers.

Le bassin lacustre de Guiers fait partie intgrante de la valle du Sngal. Sa dlimitation s'avre trs dlicate cause du caractre peu contrast du microrelief de la rgion et de la complexit du maillage hydrographique des diffrents tributaires et missaires du lac de Guiers.

Selon la description faite par COLY (1996), le complexe hydrologique du Guiers se compose des units suivantes : le chenal de la Taouaey, le systme Ndial-Niet Y one, le rseau fossile du Ferlo et la dpression lacustre.

La Taouaey est l'origine, un marigot sinueux faible pente qui s'allonge sur 25 km de longueur.

Son trac hydrographique naturel se compose de chenaux d'coulement emmls et de bassins contigus, vritables cuvettes d'inondation. Elle se rattache au fleuve Sngal au Km 147 qu'elle relie au lac de Guiers plus au Sud.

Le systme Niet Yone/NdiaJ est situ l'ouest du lac de Guiers. Sa dfinition spatiale et la configuration de son trac sont dlicates faire. Le Niet Y one est un axe hydraulique long de 28 km.

Il se connecte au nord-ouest du lac de Guiers via lequel il alimente le Ndia/. Le lac de Guiers s'allonge sur prs de 50 km suivant un axe nord-nord-est, sud-

sud-ouest. Dans sa moiti nord, le lac s'tale largement dans la cuvette. La contenance du lac y est plus importante.

Plus au sud, il est enchss entre le rebord du plateau du Ferlo et les dunes

rouges de I'Ogolien.

A Keur Momar Sarr, le lac dcrit un coude, s'ouvre la valle du Bounoum (bas Ferlo) qui se dispose en forme d'arc orient ouest-nord-ouest, est-sud-est ses premiers kilomtres puis suivant un axe nord-nord-est, sud-sud-ouest entre Diamet et Mengul.

La valle du Bounoum se rtrcit progressivement en direction de Yang-Yang. A partir de cette localit se dessine le rseau fossile du Fer/o.

3

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

C'est un rseau dysfonctionnel coup de faon transversale par le complexe dunaire du plateau du Ferle.

a. Au plan climatique

La rgion du lac de Guiers se caractrise par : - un hivernage de courte dure (3 mois) entre le mois d'aot et celui d'octobre,

avec des pluies faibles et irrgulires; - une saison sche frache de novembre fvrier (avec des tempratures

variant entre 12 et 34C, une humidit relativement faible, des vents forts, secs et relativement frais) et chaude de mars juin avec des tempratures variant entre 26 et 40C, la prdominance de l'harmattan, vent chaud et sec charg de poussire et pouvant souffler jusqu' 70 km/h ;

- une insolation qui peut dpasser 3000 heures par an, une radiation leve toute l'anne (!Oh/j en moyenne) et une vaporation faible en hivernage atteignant son maximum en mai.

b. Au plan pdologique

Au moins cinq types de sols sont recenss : - wallald : mlange d'argile et de sable (type de sol se retrouvant surtout

sur les terres jouxtant le lac traditionnellement exploites en dcrue et qui sont aujourd'hui pour l'essentiel englouties suite la monte du niveau du lac conscutive la mise en service des barrages ou colonises par les plantes aquatiques envahissantes):

- thiagne sol poudreux se trouvant dans les zones non loignes de l'eau et gagnes par la salinit. Le terme dsigne galement ensablement;

- dior thilentor : sol de couleur ple caractrisant des terres pas trs riches o les cultures de patate ne donnent pas de bons rendements;

- deck dior : rougetre en surface, noir en profondeur, type de sol trs riche selon l'apprciation des producteurs, ayant une bonne capacit de rtention de l'eau (contribue beaucoup amoindrir les charges de production dans le cas de la culture irrigue);

- gagne : blanc en surface et noir partir d'une profondeur de 5 cm, type de sol considr par les producteurs comme la meilleure terre pour la culture irrigue.

c. Le couvert vgtal

Le couvert vgtal a subi de grandes mutations et ne prsente pas la mme physionomie selon qu'on se rapproche du lac :

4

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur fa qualit de l'eau du fleuve Sngal

- en bordure de lac : une vgtation aquatique domine par le typha (Barakh), Ttagg et Cyprus et dont la densit gne les activits agricoles, halieutiques, pastorales et domestiques s'est dveloppe suite la mise en service des barrages de Diama et de Manantali ;

- sur les zones loignes du lac, la vgtation s'est plutt dgrade du fait de la baisse de la pluviomtrie, de l'avance du front agricole, des eaux pollues stagnantes et des actions anthropiques pour satisfaire les besoins en bois d'nergie, de service.

Seules rsistent les espces des zones arides et semi arides comme le baobab. Dans les zones fortement gagnes par la salinit, on observe une forte

prsence de paltuviers blancs ( nguedj ) et dans une moindre mesure de prosopis.

D'autre espces vgtales sont galement prsentes par endroit : Wereck, Parkisonia, etc.

d. Aspects humains : population et espace rural autour du lac de Guiers

L'espace naturel du lac est peupl par les wolofs (ethnie majoritaire), les peulhs et les maures (minoritaire), qui sont en majorit de la religion musulmane. Leur implantation progressive dans la zone a t facilite par la prsence de l'eau qui a t trs dterminante dans le choix des types d'activits menes pour assurer leurs conditions d'existence. La population riveraine du lac de Guiers serait estime prs de 30.000 habitants (Scandicaonsult/Tropis, 2004).

C'est ce qui explique la forte pression exerce sur le lac par les diffrents acteurs de dveloppement.

5

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

1

Impact des activits humaines sur la qualit de reau du fleuve Sngal

Du LAC DE GUIERS

.. , .. . "" .. "

171&00

l9 410

18!100

248 200

62220

("'~.; "'-.,-~_,..-

.. , .. ., . . .. ' 21-388

t6 080

6

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

fmpact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

II. Matriels et mthodes L'tude de qualit de 1' eau dans le projet a pour but de dtecter la situation

actuelle et de la comparer aux tudes prcdentes, menes par diffrentes autorits et entits de recherche. Etant donn que le lac dessert Dakar en eau potable, un intrt de rechercher la qualit se manifeste dans un contexte d'eau potable.

La raison principale est qu'aujourd'hui le lac est compltement diffrent de ce qu'il tait avant les facteurs de matrise tels que le barrage de Diama, qui consiste empcher l'eau de mer d'entrer dans le lac pendant la saison sche et la construction du barrage de Manantali, qui dans une certaine mesure contrle les flux d'eau douce vers le lac. Ces deux facteurs exercent une influence sur le lac depuis 1985 (par Diama) et 1998 (par Manantali) et le lac est aujourd'hui un lac d'eau douce, sans intrusion provisoire de sel.

Cependant, notre tude a dcid de se concentrer sur les variables qui sont d'un intrt pour un diagnostic des conditions du lac et pour l'eau potable

Les variables choisies sont d'un intrt pour l'valuation de la qualit de l'eau en gnral et pour les conditions d'eau potable en particulier sachant que l'approvisionnement en eau potable de la capitale Dakar est assure par l'eau du lac de Guiers.

Les lieux d'chantillonnage n'ont pas t choisis au hasard, il s'agit des lieux de dcharges sur le lac des principales villes qui entourent le lac mais aussi des dbouches des canaux d'irrigation des primtres hydra-agricoles les plus importants comme ceux de la Compagnie Sucrire Sngalaise.

Des mesures ont t aussi prises sur le canal de Touaey l o le lac est en contact avec le fleuve Sngal afin de voir l'impact du fleuve sur le lac.

Pour mesurer le degr de pollution du lac nous avons procd des prlvements sur diffrents horizons du lac; il s'agit de faire des prlvements sur la berge et dans l'eau.

La temprature tait leve, environ 28 pour les mesures du matin et 32 pour celles de l'aprs midi, aucun vent et le soleil brillait dans un ciel dgag le jour o les mesures ont t effectues.

Les variables suivantes ont t mesures : La salinit (calcule partir de la conductivit obtenue) dpend de la concentration des

sels minraux dissous dans l'eau et la conductivit augmente avec l'accroissement des concentrations de sels.

7

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

fmpact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

Les nutriments Les tudes se penchaient aussi sur le niveau des substances de phosphore et

d'azote (phosphate ortho- (P04), phosphore total, nitrate (N03) et azote total). D'aprs les tudes prcdentes, les niveaux de nutriments dans le lac sont contrls par les flux du fleuve Sngal.

Chlorophylle Le niveau de chlorophylle montrait pour les tudes prcdentes que le

niveau des nutriments dans le Lac de Guiers tait assez lev pour soutenir une certaine production et le lac pourrait tre classifi en lac oligo-msotrophique.

Oxygne dissout Plusieurs fois lors des mesures, le sonde a touch le sdiment du lac et son

couleur lgrement grise a indiqu que les sdiments superficiels taient bien oxygns. Une apparence fonce ou noire des sdiments aurait indiqu des conditions anoxiques au niveau des sdiments.

Ces mesures ont t accompagnes des enqutes de terrain ainsi certains agriculteurs et pcheurs ont accept de discuter avec nous sur les problmes auxquels ils font face et sur leur manire de travailler.

Nous avons aussi recueillis l'opinion des responsables de la socit civile comme la RADHO (rencontre africaine des droits de l'homme) avec monsieur Mbodj en plus des responsables de la SAED (socit d'amnagement des terres du delta) un service charg de mettre en valeur les terres irrigables.

Cependant nous avons rencontr des difficults accder l'information sur la qualit de l'eau d'une part parce que I'OMVS n'a pas son propre dispositif de suivi de la qualit de l'eau, l'Observatoire de l'Environnement ne dispose pas n'ont plus d'une bibliothque assez fournie en documentation du coup il a fallu aller chercher l'information dans diffrents services privs et publics de la place.

Ainsi je tiens remercier toutes ces personnes qui ont eu la gentillesse de m'aider accder l'information et faire le terrain pour avoir une information fiable.

Il s'agit de Mr Adrien COLY professeur l'universit Gaston Berger de Saint Louis et consultant de I'OMVS, Mr Landing MANE de la SAED, de Mr Mbodj de la RADHO ainsi qu'aux responsables de la SDE et de la Direction de l'hydraulique de Saint Louis.

Le retard dans le travail de terrain nous a empch de disposer des rsultats temps afin de procder leur interprtation vu que I'OMVS ne dispose pas d'un laboratoire pour analyser les donnes rsultats peuvent mettre beaucoup de temps avant d'tre connus.

8

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur fa qualit de l'eau du fleuve Sngal

III. Les activits humaines et leurs impacts sur la qualit de l'eau

L'altration de la qualit des eaux se prsente sous les formes suivantes : (a)

pollution chimique (effets de produits chimiques toxiques comme pesticides et

polluants organiques persistants rsultant d'activits humaines telles que les

rejets de pesticides utiliss dans J'agriculture) ;(b) pollution microbiologique

(pollution microbienne rsultant des rejets domestiques et industriels dans les

eaux des bassins ) ;(c) eutrophisation (augmentation artificielle de la production

primaire du fait de J'accroissement de la disponibilit ou de l'apport de

nutriments , se traduisant par la rduction de l'oxygne dissous dans J'eau ) ;(d)

matires solides en suspension (particules suspendues dans J'eau dont le taux,

peut augmenter du fait d'activits humaines ,d'rosion etc ... ) dchets solides

(concernant les matriaux solides introduits dans J'eau ,surtout partir d'activits humaines diverses).

Les formes et les processus par lesquels la dgradation de la qualit de J'eau

s'opre sont divers. De mme les causes directes de la dgradation de la qualit

de J'eau sont fort variables.

Il existe des causes naturelles telles que celles lies aux changements dans

les conditions climatiques et hydrologiques gnrales (baisse de la disponibilit

de J'eau et changement dans l'hydrodynamique du fleuve).

Mais dans beaucoup de cas, J'altration de la qualit de J'eau dcoule

d'activits humaines (agriculture, exploitation minire, rejets domestiques,

etc .... ) Le facteur sous-jacent des activits humaines qui polluent la qualit de J'eau est relatif un dficit d'ducation en matire de sant, d'hygine et

d'utilisation des produits phytosanitaires.

Cet tat est aussi Je fait d'une organisation insuffisante au niveau

communautaire ou bien encore au niveau des communes pour mettre en place une

vritable stratgie de prvention en dveloppant des systmes de collecte des

ordures, d'vacuation des eaux stagnantes ou en favorisant la mise en uvre d'un

systme d'assainissement des eaux uses et d'encouragement la vulgarisation

des latrines (publiques et individuelles) (ADT-SN). Un autre facteur concerne

souvent la non mise en uvre de mesures suffisamment incitatives ou

9

---------------

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur fa qualit de l'eau du fleuve Sngal

rpressives. Dans la plupart des cas les textes existent, mais c'est leur mise en

uvre effective qui pose problme.

La variabilit et le changement climatique, les barrages, ces pressions sur la

ressource en eau, ajoutes la dmographie galopante et aux activits productives diverses, ont eu des rpercussions sur J'environnement naturel du

bassin et sa diversit cologique.

-des exemples d'activits lies J'utilisation des sols, qui peuvent tre 1' origine de pollution des eaux du lac sont :

-stockage de dchets dangereux, utilisation de pesticides et d'engrais dans les aires d'agriculture, fuites dans les rservoirs de carburant des bateaux moteur.

Avant la mise en eau des barrages de Manantali et de Diama, Je rgime hydraulique du bassin du fleuve Sngal se caractrisait par de grandes fluctuations annuelles des crues et des dcrues et par des tiages plus ou moins svres. Le barrage de Diama bloque la remonte de la langue sale en saison sche et empche qu'une bonne partie de J'eau douce s'coule vers J'embouchure en priode de crue. Si Je plan d'eau descendait en dessous du niveau de la mer en priode de faible hydraulicit dans la basse valle, la mise en eau du barrage de Diama a conduit au relvement de ce plan d'eau une cte oscillant entre 2.0 et 2.20m (Kane, 1997, SOE, 2003). Le barrage de Manantali a une fonction de soutien des dbits en priode d'tiage et de dcrue et d'crtement des crues (SOE, 2003).

Depuis leur mise en eau, les barrages de Diama et de Manantali ont aussi

fortement modifi Je rgime du fleuve. Le barrage de Manantali (1988) est

construit sur la Bafing en amont de Bafoulab. Avec une hauteur d'environ 70 m

la fondation et un rservoir de 11 milliards de m3 ; Je barrage contrle 40

50% du dbit du fleuve Bakel. Le barrage de Diama est haut de 17 m. Sa retenue, encadre par les digues rive gauche et rive droite, a une longueur d'une

centaine de km. Ces barrages ont t construits pour attnuer les effets de la

variabilit et du changement climatique. En rgularisant Je dbit du fleuve, ces

barrages, permettent la mise en valeur de 375.000 ha de terres irrigues sur les

deux rives du fleuve, la production de 800 KWh/an d'lectricit et la navigabilit

entre Kayes au Mali et Saint Louis J'embouchure.

10

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

a. Eutrophisation

L'eutrophisation concernant le Lac de Guiers a fait l'objet d'une tude dtaille de la qualit biologique de ses eaux dans le cadre du Projet Sectoriel Eau (PSE). Cette tude, sur la base de paramtres tels que les concentrations en phosphore et azote et le niveau de prsence de cyanobactries potentiellement toxiques. Cette eutrophisation peut terme tre l'origine de problmes pour l'approvisionnement en eau potable. Les conditions que l'on retrouve dans le lac de Guiers (faible vlocit de l'eau tant donn qu'il s'agit d'un lac quasiment ferm}, forte densit de Typha, rejets d'eau de drainage de l'agriculture irrigue (de la canne sucre en particulier) sont propices l'eutrophisation.

b. Pollution des eaux due aux activits agricoles

En ce qui concerne la pollution par les pesticides et engrais, les donnes

disponibles sont peu prcises concernant le niveau d'utilisation de ces produits et

leurs impacts spcifiques sur la qualit des eaux. On sait que cette forme de

pollution est davantage pose par les primtres irrigues et agro-industriels, au

niveau du lac de Guiers. Il est ainsi not l'existence de problmes srieux cres

par les rsidus de pesticides dverss dans l'environnement partir des eaux de drainage des cultures irrigues et de la riziculture irrigue qui entra7ne

l'utilisation en grande quantit de produits phytosanitaires (pesticides,

herbicides, fongicides et autres produits chimiques) ce qui, par ruissellement,

entra7ne la contamination du lac.

IV. Diagnostic des rseaux de suivi et valuation des

systmes

a. Diagnostic des rseaux de suivi

Le rseau de suivi de la qualit de l'eau est embryonnaire voire inexistant. Si

des activits sont ralises par diffrentes structures intresses par cette

qualit de l'eau, il est admettre que l'on est dans le domaine du priv.

Ce domaine est paradoxalement le parent pauvre du systme de suivi des

ressources en eau alors que l'importance des rejets (eaux uses domestiques

eaux uses des exploitations agricoles, pandage de pesticides ... ) pose avec

acuit la problmatique du suivi de la qualit de l'eau. Il est important de mettre

en uvre un programme de monitoring de la qualit dans l'ensemble du bassin.

11

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

b. La situation des systmes

L'valuation des systmes consiste d'une part une caractrisation de la situation problmatique et d'autre part une apprciation du statut des rseaux.

- Problmes et Contraintes

Au niveau de la qualit on peut noter l'htrognit des systmes de suivi de

la qualit de l'eau. Les dcideurs, les gestionnaires et les utilisateurs sont peu

sensibles sur les problmes de qualit de l'eau. Ce constat se fait au niveau de

toute la valle et plus particulirement sur le lac de Guiers, notamment au niveau

de toutes les populations riveraines qui continuent de consommer l'eau du fleuve

comme toujours, sans prendre garde des dangers nouveaux : cyanure, dfaut

d'assainissement des grandes agglomrations, maladies hydriques ... Les plans

d'eau cres dans le cadre de I'OMVS sont mal suivis au niveau des algues et

autres paramtres (sdimentation).

Les laboratoires sont trs limits en matire d'analyse de certains pesticides

Le cot lev de gestion d'un laboratoire dcourage la ralisation d'une

activit de monitoring de la qualit. L'OMVS a concd son laboratoire de la

cellule limnologique alors que cette cellule devrait monter en puissance dans le

cadre de la veille environnementale et de la protection des ressources en eau.

L'existence de projets conditionne ce type d'activits car les budgets sont

inexistants.

Les structures qui collectent les parcelles d'informations ne mettent pas en

commun (ne partagent pas toujours) leurs donnes pour des raisons supposes

stratgiques. L'change est donc faible voire inexistant. Les pollutions sont

mal connues et suivies. Les bilans de qualit sont rarement raliss.

Les banques de donnes ne sont pas structures pour rpondre des objectifs de qualit commune, objectif d'ailleurs toujours inexistant dans le

bassin du fleuve.

12

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

- Evaluation du systme

En rsum on peut dire que la caractrisation des rseaux de mesures rvle

des difficults lies :

-l'absence d'objectifs dfinis l'chelon du bassin du fleuve Sngal qui

permettrait de structurer des rseaux et de concevoir des banques de donnes

disponibles.

-l'absence de relations transversales qui permet l'agent de base de se

concerter avec son voisin, aux prfets, gouverneurs, et techniciens de dialoguer

et d'changer sur les problmatiques places sous leurs responsabilits.

-L'absence de moyens empche de mettre en place le matriel ncessaire ou

son renouvellement, la rhabilitation, la prise en charge des ressources humaines

dans le cadre de l'activit de suivi.

V. Dveloppement d'une stratgie d'harmonisation et de

mise en rseau des systmes de suivi.

Le dveloppement d'une stratgie d'harmonisation et de mise en rseau des

systmes de suivi ncessite la dfinition d'objectifs qui vont guider les

diffrentes propositions.

Dans l'urgence, un systme de suivi de la qualit de l'eau dans le bassin du

fleuve doit tre oprationnel. Avec comme orientation stratgique promotion

d'un dispositif OMVS de suivi de la qualit de l'eau autonome et indpendant

en complment au rseau dj existant dans les Etats ou au niveau des

particuliers (CSS) Compagnie Sucrire Sngalaise, (SDE) Sngalaise Des Eaux.

Ainsi certaines actions sont entreprendre :

-conna1'tre les sources de pollution et caractrisation des polluants ;

-mettre en rseau et appuyer les producteurs de donnes ;

- identifier les sources de pollution et caractrisation des polluants;

-mise en place d'un systme d'alerte ;

-mise en place de plans de prvention ;

13

------------------ --

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

'1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

-identifier les objectifs et normes de qualit promouvoir dans le bassin;

-dfinir un rseau formel de suivi des paramtres essentiels pour la qualit;

-btir un rseau d'change de donnes intgrant le ministre de la sant, les

stations biologiques, les instituts de recherches, les universits, les services de

l'eau;

-mise en place de laboratoires sur les barrages de Diama et Manantali pour le

suivi de la qualit ;

-appuyer les rseaux nationaux dans le suivi de la qualit notamment pour les

paramtres pouvant tre mesurs avec un quipement de terrain (multisonde .... )

Recommandations

-le renforcement des ressources humaines pour l'activit de suivi par une

concession de certaines tches des institutions publiques ou parapubliques

comme les universits, par un partenariat fort autour de l'information

environnementale, par le recrutement de personnel et le soutien aux services

administratifs.

-la mise en uvre d'une communication horizontale qui permet aux services

techniques, aux administrations, aux producteurs de donnes de pouvoir

changer l'information temps rel.

-l'utilisation des radios communautaires pour l'information des communauts

de base sur leur propre problme dans un format et une langue accessible.

-des systmes sanitaires devront tre tablis dans tous les villages permanents l'intrieur du bassin lacustre.

-des systmes de collecte des dchets solides domestiques devront tre tablis afin d'viter que le lac soit utilis comme dpt d'ordures.

14

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

1 1 1 1

11 Il 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

VI. Les plantes Aquatiques Nuisibles

a. Les espces nuisibles

Les espces nuisibles envahissantes concernent les espces (animales,

vgtales ou des micro-organismes) qui envahissent un espace nouveau en causant

des impacts ngatifs sur la biodiversit, l'agriculture et d'autres activits

productrices, la sant, etc. Elles peuvent aussi concerner des espces

autochtones qui, du fait de dsquilibre dans l'cosystme, prolifrent dans des

proportions nouvelles.

Au cours de la dernire dcennie, les espces vgtales envahissantes se sont

dveloppes de faon spectaculaire dans le Delta du fleuve Sngal. Les espces

concernes ont t principalement les Roseaux (Typha, et Phragmites), la Laitue

d'eau (Salvi nia molesta) et la Fougre d'eau (Pistia stratiotes). La surface totale

envahie par les vgtaux tait estime en 2001 un peu plus de 100000 ha (SOE 2005). En moins de 10 ans, la plupart des axes hydrauliques actifs ont t

envahis par les plantes aquatiques nuisibles.

La prolifration des vgtaux aquatiques nuisibles est donc un des problmes

environnementaux les plus proccupants dans le lac de Guiers, ceci non seulement

du point de vue de l'ampleur du phnomne mais aussi de ses incidences

cologiques et socio-conomiques et de la difficult de son radication.

Un des gros dfis pour la mise en valeur des ressources du lac et la

conservation de sa diversit biologiques concerne la question des espces

aquatiques envahissantes (Pistia, Salvi nia et surtout Typha). La prolifration des

vgtaux envahissants a t de toute vidence favorise par la prsence de

nutriments, azote et phosphore en quantit suffisante, une eau calme, des

courants faibles et un arrt de la remonte de la langue sale (AGRER et al. Vol.

!, 2003 : 5). Et ces facteurs ont eux-mmes pour cause les grands

amnagements que constituent les deux grands barrages amont (Manantali) et

aval (Diama) et des ouvrages connexes (endiguements, primtres irrigus) qui

ont ensemble chang le rgime hydrologique et la qualit de l'eau des eaux du lac.

(AGRER, Vol. 2, 2003).

15

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur fa qualit de l'eau du fleuve Sngal

L'une des consquences immdiates de la prolifration des espces

envahissantes est le colmatage des axes hydrauliques ce qui peut compromettre

le potentiel des terres irrigables qui existent sur le lac.

Ces plantes envahissantes affectent aussi ngativement les activits de

pche, ainsi les pcheurs interrogs indiquent que leur production continue de

diminuer sans cesse depuis l'apparition et la progression des vgtaux aquatiques

envahissants. De mme, ces plantes envahissantes ont un impact ngatif sur le

transport car elles bloquent les voies de navigation surtout pour l'activit

touristique. Elles provoquent des maladies diarrhiques et offrent des gtes pour

les moustiques responsables de la transmission du Paludisme et les mollusques

htes intermdiaires de la Bilharziose.

La prolifration des espces envahissantes nuit aussi la biodiversit parce que le Typha, par exemple, a tendance constituer des peuplements denses

homognes et donc mono-spcifiques.

Au total, les espces envahissantes, outres leurs impacts conomiques et

sociaux immdiats visibles, affectent la stabilit cologique des systmes

fluviaux coloniss.

Il est en effet difficilement concevable que l'cosystme du lac de Guiers

puisse tenir ses promesses d'approvisionnement en eau de grandes

agglomrations comme Dakar mais aussi d'amlioration durable des conditions de

vie des populations et de servir d'abri une riche diversit biologique si la prolifration des plantes aquatiques telles que le typha n'est pas matrise.

b. Lutte contre les vgtaux aquatiques envahissants

En ce qui concerne la lutte contre les plantes envahissantes au niveau du lac

les mesures d'attnuations proposes sont les suivantes :

- renforcement des programmes de faucardage et de curage des axes

hydrauliques envahis par le typha et autres cyperus.

- valorisation industrielle des rsidus issus de la lutte mcanique contre le

typha pour une production d'nergie de substitution (briquette, charbon etc.),

utilisation comme matriau dans l'habitat (palissade), dans l'artisanat, comme

brise-vent

16

1 1 1 1 1 1

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

-renforcement et appui la recherche sur la lutte biologique comme le cas du salvinia molesta.

- mesures prventives contre les autres plantes envahissantes comme la

jacinthe d'eau.

Outre les mthodes de lutte mcaniques et peut tre en complment de ces

mthodes, on devrait de plus en plus agir sur le rgime du fleuve en tentant de recrer autant que possible un systme de marnage compris entre les ctes 1,5

et 2 mtres proche du rgime naturel.

Dans certains cas, l'asschement temporaire priodique ou un abaissement consquent du plan d'eau pourraient tre justifiables.

17

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

CONCLUSION Le rseau de suivi de la qualit de l'eau est presque inexistant seuls quelques

inventaires sont raliss, il en est de mme pour les vgtaux aquatiques

envahissantes. Ainsi il est urgent pour la gestion efficace de la ressource en eau

et de la diversit biologique de dfinir une politique de gestion intgre des

ressources en eau qui prendrait en compte l'exigence de conservation et

d'utilisation rationnelle du lac et de son territoire. Pour ce faire il serait

ncessaire de :

o Instituer une autorit spcifique au lac de Guiers charge de coordonner et de mettre en uvre cette politique et d'assurer le monitoring pour une prise en main de la gestion du lac :

o Elaborer un plan pour une gestion intgre et durable des ressources du lac et de son environnement, sur la base d'une approche participative, multisectorielle et endogne :

o Crer un systme utilisateur pour une participation relle des auteurs en renforant la Cellule de gestion du lac de Guiers

o Sensibiliser tous les acteurs sur les avantages tirer d'une gestion concerte et rationnelle du lac ;

o Crer une vritable organisation de la gestion de l'eau avec des procdures pour clarifier les rles, les interventions et un calendrier de manuvre des vannes pour une planification des activits.

Pour les vgtaux aquatiques envahissants, outre les mthodes de lutte mcaniques et peut tre en complment ces mthodes, on devrait de plus en plus agir sur le rgime du lac en tentant de recrer autant que possible un systme de marnage proche du rgime naturel.

Mais les rsultats les plus probants seront obtenus par la lutte biologique entreprise en 2001 avec l'introduction de l'insecte Cyrtobagous salvinae (ennemi naturel du salvinia) ou l'insecte Neohydronomus affinis (ennemi naturel de Pistia) qui permettra de contrler la progression de la fougre d'eau.

Grce cette mthode biologique on a assist une rapide rgression de salvinia molesta dans le Delta. Cette mthode devrait tre exprimente dans le lac de Guiers.

Rsoudre le problme des vgtaux aquatiques envahissants permettrait de faire face aux problmes de sant humaine et animale du bassin.

Donc une des solutions prioritaires la prvalence de la Bilharziose, le Paludisme, les maladies diarrhiques consiste lutter contre les vgtaux envahissants et la pollution des eaux du lac.

18

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Il 1

! 1 1

Impact des activits humaines sur la quotit de l'eau du fleuve Sngal

Cette lutte permettrait aussi d'atteindre les objectifs d'amlioration des conditions de vie des populations vivant dans le bassin lacustre mais aussi l'approvisionnement en eau potable de la capitale Dakar et de quelques villes secondaires du Sngal dans le cadre de la politique de dveloppement durable que s'est fix I'OMVS.

19

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Impact des activits humaines sur la qualit de l'eau du fleuve Sngal

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION ................................................................................................................... !

I. Prsentation du site .......................................................................................................... 3

a. Au plan climatique ........................................................................................................................... 4

b. Au plan pdologique ....................................................................................................................... 4

c. Le couvert vgtal ............................................................................................................................ 4

d. Aspects humains: population et espace rural autour du lac de Guiers .......................................... 5

II. Matriels et mthodes .................................................................................................. 7

III. Les activits humaines et leurs impacts sur la qualit de l'eau .......................... 9

a. Eutrophisation ............................................................................................................................... 10

b. Pollution des eaux due aux activits agricoles .............................................................................. 11

IV. Diagnostic des rseaux de suivi et valuation des systmes ............................. !!

a. Diagnostic des rseaux de suivi ..................................................................................................... 11

b. La situation des systmes .............................................................................................................. ll

-Evaluation du systme .................................................................................................................... 12

V. Dveloppement d'une stratgie d'harmonisation et de mise en rseau des

systmes de suivi ................................................................................................................. 13

VI. Les plantes Aquatiques Nuisibles .............................................................................. 14

a. Les espces nuisibles ..................................................................................................................... 14

b. Lutte contre les vgtaux aquatiques envahissants ..................................................................... 16

CONCLUSION ...................................................................................................................... !?

132050001132050002132050003132050004132050005132050006132050007132050008132050009132050010132050011132050012132050013132050014132050015132050016132050017132050018132050019132050020132050021132050022

Recommended

View more >