1 Alimentation Gaspillage Bat5

  • Published on
    18-Oct-2015

  • View
    2

  • Download
    0

Transcript

  • ALIMENTATION ÉCOFRUGALE Ce tte fic he vous fait gagner par fa mille FICHE - GASPILLAGE ALIMENTAIRE Ne jetez plus votre argent à la poubelle ! « Ce qui me scandalise, ce n'est pas qu'il y ait des riches et des pauvres : c'est le gaspillage. » Mère Teresa. 9 % du contenu des poubelles des Français contiennent des produits alimentaires non déballés1. Vous trouvez cela choquant mais les vôtres sont-elles vraiment différentes ? Vous n’êtes pas du genre à gaspiller et pourtant, chaque année, chaque foyer jette entre 500 € et 600 € de denrées alimentaires à la poubelle (selon une étude publiée par le ministère de l ’Agriculture et de la pêche2 en 2009). Coûteux pour la société, puisqu’il augmente le volume des déchets traités, le gaspillage alimentaire a aussi un impact réel sur l’environnement. En prélevant et transformant des ressources plus que de nécessaire, nous accélérons l’érosion 832 e © Ecofrugal - Dépenser moins I Vivre mieux I Agir maintenant - 2011 - www.ecofrugalproject.org A LI M EN TA TI O N
  • des sols, nous puisons dans les réserves d’eau, les réserves halieutiques… sachant que l’alimentation représente 30 % de l’impact écologique global3 d’un Occidental, le reste de son impact provient du transport, du logement, de ses loisirs… Le gaspillage alimentaire est aussi un problème moral. Selon l’organisation des Nations Unies pour l’alimenta- tion et l’agriculture (le FAO), 800 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-alimentation et/ou de malnutrition. Pourquoi un tel gâchis ? Les pertes existent bien en amont de votre assiette. On jette en masse tout au long de la chaîne de production. Le stockage et le transport ne sont pas épargnés (denrées pourries, per- dues). Selon l’étude présentée au congrès mondial de l’eau à Stockholm4 (Suède), sur 4 600 calories produites seule- ment 2 000 arriveraient chez vous. Cela représente un taux de perte de 57 % ! Sur les 2 000 calories restantes, une part va directement à la poubelle (mauvaise conservation, dépassement de la date de péremption), une autre partie finie dans votre bouche et la dernière tapisse le fond de l’assiette ! Au final sur 4 600 calories produites, si vous en mangez 1 400, c’est déjà pas mal ! En Occident, nous absorbons donc un peu moins d’un tiers de chaque calorie produite et malgré tout nous trouvons le moyen de trop manger. Pas très efficace comme système. Pourquoi autant de pertes ? Il faut tout d’abord savoir que l’eau est rarement facturée aux agriculteurs, qui paient bien souvent uniquement le prix de son acheminement. L’agriculture a aussi un impact réel sur la déforestation, la perte de biodiversité, la pollution des sols et des rivières. Or, le coût financier de ces pollutions est supportée par la collectivité dans son ensemble et n'est donc reflété que partiellement dans les coûts de production. L’industrie alimentaire, qui ne paye pas le juste prix de son gaspillage, a le sentiment que ces ressources sont gratuites et illimitées. Les normes sanitaires strictes expliquent aussi la mise au rebut de certains produits à différents stades de la chaîne alimentaire et conduisent à jeter plus que de nécessaire. Les aliments dont l’emballage est altéré, les fruits et légumes qui ne sont pas parfaitement calibrés, sont retirés du circuit de consommation. Après, par commodité, mais aussi par peur de manquer, il nous arrive souvent d’acheter plus d’aliments que ceux REPÈRES ET CHIFFRES • 20 kg, c’est le nombre de k ilos d’aliments jetés cha que année par Français dont 7 kg de nourrit ure encore emballée, 13 kg de restes de repas, de fruits et légumes ab îmés et non consommés 9. • 208 €, c’est le montant ann uel du gaspillage alimen - taire par Français 10. 9 - Ademe et vous - n°40 - nov. 2010. 10 - Chiffres déduits de l’étude Prospec- tive et évaluation du Ministère de l’agriculture et de la pêche. © Ecofrugal - Dépenser moins I Vivre mieux I Agir maintenant - 2011 - www.ecofrugalproject.org
  • dont nous avons besoin. On remplit aussi son assiette à ras bord pour éviter d’avoir à se resservir. Observez vos assiettes au restaurant, à la cantine ou chez vous. Voyez vous fréquemment des assiettes vides à la fin du repas ? A l’étranger Les Français sont peu sensibilisés aux problèmes de gas- pillage alimentaire. Nous manquons d‘information sur le sujet. Dans les pays anglo-saxons, des groupes de pression, les Freegans5, mobilisent l’opinion en médiatisant leurs opérations de récupération de nourriture dans les poubelles des restaurants et des magasins. Au Royaume-Uni, l’agence gouvernementale Waste & Resources Action Programme (Wrap) estime à 12 milliards de livres, soit presque 14 milliards d’euros, le coût de la nourriture et des boissons jetées chaque année. Le gas- pillage se répartit à montant égal entre ce qui est laissé dans l’assiette après le repas (2,2 millions de tonnes) et ce qui est jeté parce que la date limite de consommation (2,9 millions de tonnes) est dépassée. Au total, plus de 5 millions de tonnes de nourriture ou de boissons sont jetées chaque année au Royaume-Uni, soit 2,4 % des gaz à effets de serre du pays. Si le gaspillage de la nourriture était évité, cela équivaudrait, si l’on compte en émissions de CO2 épargnées, à réduire la taille du parc automobile britannique de 20 %6. Aux USA, le consommateur jette presque 30 % de la nourriture, ce qui représente 50 milliards de dollars et 40 milliards de m3 d’eau gaspillés. En somme, les besoins en eau de 500 millions de personnes7. Que faire des déchets alimentaires ultimes ? La chasse au gaspillage faite, donnez les restes de nour- riture à vos animaux de compagnie (cf. fiche écofrugale à venir - Animaux familiers) ou à ceux du voisin. Cela permettra de faire quelques économies sur les boîtes. Vous pouvez également les transformer en compost (cf. fiche écofrugale - Composteur). Si vous ne les compostez pas vous-même les restes alimentaires finiront très proba- blement enfouis ou incinérés. La valorisation des déchets alimentaires sous forme de compost en ville en est encore à ses balbutiements. Pourtant la loi nous y contraint. Depuis le 1er juillet 2002, “ne doivent être normalement admis en centre d’enfouissement technique que les déchets ultimes, qui ne peuvent plus faire l ’objet d’un compostage, d’un recyclage ou d’une valorisation8” 1 - Chantal Jouano, secrétaire d’Etat à l’écologie dans l’émission Complément d’enquête sur France 2, diffusée le 30 nov. 2009. 2 - Selon le document Prospective et Evaluation - mars 2009, La lutte contre le gaspillage, une solution d’avenir http://agriculture.gouv.fr/sections/ thematiques/prospective-evaluations/ publications9108/repertoire-notes-d/ downloadFile/FichierAttache_6_f0/ Analyse_5_Gaspillage.pdf 3 - Chiffres de la Commission Européenne repris par l’Ademe. 4 - Lundqvist, J., C. de Fraiture and D. Molden. Saving water: from field to fork, extrait du rapport publié par l’Institut international de l’eau de Stockholm. 5 - www.freegan.fr 6 - www.lovefoodhatewaste.com 7 - www.actu-environnement.com/ae/ news/rapport_siwi_gaspillage_alimen- taire_eau_5574.php4 8 - www.ecoemballages.fr. LE SAVIEZ-VOUS ? A consommer avant… Pour éviter de jeter inutilement, commençons par distinguer les différents types d’avertis-sements sur les emballages alimentaires. "A consommer de préférence avant" signifie que passée cette date, la qualité du produit se détériore (goût, texture, odeur) mais cela ne veut pas dire que le produit est impropre à la consommation. En revanche, l’avertissement "à consommer avant" signifie que le produit ne doit plus être consommé après cette date pour des questions d’hygiènes sanitaires. Il existe des maga-sins spécialisés, les magasins de déstockage11, ou vous pouvez faire de très bonnes affaires en achetant des produits qui sont encore bons à consommer, même si la DLUO (date limite d’utilisation opti-male) est dépassée et qu’ils se rapprochent de leur DLC (date limite de consommation). 11 - exemple en Alsace : www.ecodestock.net © Ecofrugal - Dépenser moins I Vivre mieux I Agir maintenant - 2011 - www.ecofrugalproject.org A LI M EN TA TI O N
  • Ne pas gaspiller, ce n’est pas seulement finir son assiette, c’est aussi manger moins pour éviter les excès. Aujourd’hui, l’obésité ne guette plus seulement les Occidentaux. Le surpoids devient une menace pour les populations des pays émergents. En France, entre 1992 et 2003, l’obésité a doublé chez les hommes pour représenter 10 % de la population masculine et de 6 à 10 % pour les femmes. La France en 2003 comptait 3,6 millions d’adultes de moins de 65 ans obèses (INSEE12) cf. fiche écofrugale à venir - Régime). 12 - www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&id=1954 LZOOM Le surpoids N DÉCRYPTAGE Les fruits et légumes doivent-ils être frais ? S’il est bon de manger des produits frais, tous ne se conservent pas de la même manière, et parfois ils pourrissent avant d’avoir pu être consommés. Les pommes ne sont pas dans ce cas là. Une fois ramassées, elles peuvent être conservées quasi- ment jusqu’à ce que votre arbre donne à nouveau. Dans une cave, au frais, elles se conservent plus de 7 mois. Si vous ne pouvez pas garder vos fruits et légumes frais, ou les consommer rapidement, rassurez-vous, cuits, surgelés ou en conserve, ils sont tout aussi bons pour la santé. Les légumes surgelés perdent, il est vrai, une part de leurs qualités gustatives et nutritives, leur procédé de fabrication est énergivore, mais ils permettent de réduire le gaspillage alimentaire et de gérer plus facilement votre approvisionnement de légumes. La conservation des fruits et légumes Elisabeth, réalisatrice, Courbevoie. “Si je cuisine un plat qui doit mijoter j’en fais pour deux à trois fois et je congèle par portion individuelle. Je brosse les herbes fraîches que j’achète (ne pas les laver) et les mets à congeler en couche fine comme ça elles ne baissent pas la tête passé 2 jours. La plupart les aliments se congè- lent (sauf le tarama et le caviar !) alors dès que je vois que quelque chose va se périmer je le mets direct dans le congélateur. Les quignons de pain font d’excellents croû- tons pour la soupe de poisson ou ramollis dans du lait d’excellents gâteaux de pain perdu (deux œufs + chocolat, fruits secs, vanille…) et au four. Je congèle aussi les reste de ma baguette, si je ne l’ai pas finie. Les matins où je suis trop paresseuse pour me rendre à ma boulangerie je sors un morceau du congélateur et le mets tel quel à réchauffer, il redevient tout croustillant. Un reste de purée ? Un œuf, un peu de farine, du gruyère râpé et hop ! Des petites galettes à griller à la poêle. A servir avec une salade. Si elle est un peu flétrie, je la met dans de l’eau bien froide pendant une heure et je la laisse ensuite dans l’essoreuse placée dans le frigo jusqu’à uti- lisation. Pensez aussi à récupérer certains de vos restes pour vos animaux ou ceux de vos voisins et composter le reste. Pour économiser, lorsque je fais mes courses, je compare les prix de ce que j’achète en regardant le prix au kilo, car ce n'est pas toujours parce que vous achetez plus que vous paierez le kilo moins cher.” Témoignage… © Ecofrugal - Dépenser moins I Vivre mieux I Agir maintenant - 2011 - www.ecofrugalproject.org
  • , Ma feuille de route… Pour ne pas gaspiller : > Je ne pars pas sans ma liste de courses. Les supermarchés sont conçus pour nous faire acheter un maximum de denrées alimentaires. S’en tenir à sa liste, c’est limiter le risque d’acheter du superflu. > Je choisis des quantités adaptées à mes besoins en prévoyant mes menus. > Je fais mes courses au fur et à mesure, notamment pour les produits frais. Je privilégie le commerce de proximité et je fais attention aux dates de péremption. > J’entrepose mes aliments dans des endroits adéquats (ex : les pommes de terre dans le noir pour éviter qu’elles ne germent). > J’utilise les produits stockés au réfrigérateur en suivant la règle du « premier entré premier sorti ». > J’utilise la congélation comme technique de stockage et j’en- trepose les fruits et légumes dans le bac de mon réfrigérateur pour les garder plus longtemps. > J’achète des paniers bios (cf. la fiche écofrugale à venir - AMAP). En m’approvisionnant auprès d’un agriculteur bio je limite la perte liée à des critères trop exigeants de présen- tation dans les unités de production industrielle (couleur, texture, calibrage). Grâce au système de précommandes, les agriculteurs bios évitent la surproduction en ne produisant que la quantité demandée. > Je cuisine les bonnes quantités. Dans le doute, je pèse ou j’utilise un verre gradué. > Je garde et j’accommode les restes. Je les conserve dans des boîtes plastiques et les utilise le lendemain ou le surlendemain en composant des nouveaux menus. Si je suis à court d’idées, la soupe reste un incontournable. > Je fais des économies en achetant en fin de marché les fruits abîmés que je transforme en coulis de tomates, en compote de pommes, en salade de fruits, en crumbles. > J’apprends à conserver mes aliments sans prendre le moindre risque sanitaire (boîte en plastique). Il existe différentes tech- niques pour garder ses fruits de jardin une bonne partie de l’hiver, la conserve étant l'un des procédés les plus connus13. > Je sais faire la distinction entre date limite de vente (DLV) et la date limite d’utilisation optimale (DLUO). > Je pousse la porte des magasins de déstockage alimentaire. > Je diminue ma consommation. Pensez aux morceaux de pain qui restent sur le plateau de la cantine à la fin du repas. 13 - Un exemple de livre sur ce sujet : Les conserves naturelles des 4 saisons - les meilleures recettes de jardiniers Bio, éd. Terre Vivante. • Ne pas acheter plus que ce que l’on consomme. • Cuisiner ses restes. • Faire son compost. • Acheter plus que nécessaire. • Penser que nos ressources alimentaires sont illimitées. • Consommer inutilement de l’espace cultivable, de l’eau et de l’énergie. CÉcofrugal ! DPas Écofrugal ! © Ecofrugal - Dépenser moins I Vivre mieux I Agir maintenant - 2011 - www.ecofrugalproject.org A LI M EN TA TI O N
  • “À vos calculettes !“ Cliquez-ici pour calculer et enregistrer vos économies Indiquez ici votre nouveau budget une fois réduit le gaspillage alimentaire Estimez ici votre budget annuel alimentaire Vous pouvez réduire de 400 € à 500 € par an vos dépenses alimentaires en évitant de gaspiller (estimations du ministère de l’Agriculture). Ces chiffres sont corroborés par ceux du journal The Guardian15 au Royaume-Uni, qui estime quant à lui que le montant du gaspillage est de 480 £ par ménage, soit autour de 550 €. Une famille avec 2 enfants, peut économiser 832 € par an en gérant plus judicieusement ses achats alimentaires. Faites cette soustraction pour connaître votre économie récurrente A lire : Ce que nous devons savoir sur la conserve, de Jean Pierre Coffe, Editons Plon. Redécouvrir la conserve sûre, pratique et écologique. A voir : Gaspillage alimentaire : plongée dans nos poubelles, de Guillaume Barthélémy - envoyé spécial. A cliquer : www.restauration21.fr/restauration21/2010/10/ les-%C3%A9co-gestes-dalain-alexanian.html Sur les éco-gestes en cuisine pour ne pas gaspiller les ressources (alimentation, eau, énergie…), blog d’Alain Alexanian. www.slate.com/id/2258507 Le blog en anglais de Nina Shen Rastogi 10 tips to reduce your food waste. www.reduisonsnosdechets.fr/jagis/home-gas- pillage.html le site de l’Ademe dédié à la lutte contre les déchets. www.destockeurs-alimentaires.fr La liste des des- tockeurs en France. www.lovefoodhatewaste.com De nombreux conseils pour réduire son gaspillage alimentaire. www.quefaireavec.com Pour trouver des idées pour accommoder vos restes. www.eufic.org/article/fr/page/FTARCHIVE/ artid/profiter-restes-sans-risques Les consignes et techniques pour profiter de ses restes sans risque. www.banquealimentaire.org Elle œuvre contre le gaspillage en redistribuant des surplus alimentaires qui risqueraient autrement d’être perdus. www.donappetit.fr Vous partez en vacances et votre frigo est plein… A télécharger : www.preventiondechets.fne.asso.fr/dechets/ dossier_thematique_gaspillage_alimentaire_fne. pdf Le rapport de France nature environnement - le gaspillage alimentaire, scandale environnemental et social (rapport de 40 pages). www.agriculture.gouv.fr/sections/thematiques Prospective et évaluation - La lutte contre le gaspillage, une solution d’avenir ?, mars 2009. www.conso.net/bases/5_vos_droits/1_conseils/ conseil_869_030-etiquetage_aliments.pdf Fiche de l’INC sur L’étiquetage des denrées alimentaires préemballées. Comment s’y retrouver ? http://www.ecoconso.be/IMG/pdf/fc125_gaspilla- ge_alimentaire.pdf Gaspillage alimentaire - L’art d’éco… consommer. www.siwi.org/documents/Resources/Policy_ Briefs/PB_From_Filed_to_Fork_2008.pdf Du champ à la fourchette, sur le gaspillage alimentaire en amont du consommateur. http://ecocitoyens.ademe.fr/sites/default/files/ femmeactuelle_recettes.pdf 48 recettes anti-gaspi… pour une assiette responsable. http://ecocitoyens.ademe.fr/sites/default/files/ prima_recettes_noel.pdf Cuisiner les restes : 25 recettes autour des plats de fête. f Pour aller plus loin @ Etude de cas – € = € € 15 - The Guardian, 9 nov. 2009 - Britain bins £12bn of food and drink every year, report reveals. © Ecofrugal - Dépenser moins I Vivre mieux I Agir maintenant - 2011 - www.ecofrugalproject.org D es ig n : w w w .p ub lis te lla .c om