3. La dimension humaine et sociale. Sa difficile intégration au développement durable

  • Published on
    19-Mar-2016

  • View
    30

  • Download
    1

DESCRIPTION

3. La dimension humaine et sociale. Sa difficile intgration au dveloppement durable. 3.1. La dimension humaine et sociale. Dfinitions, conceptions, mesures. 3.1.1. Le dveloppement humain - PowerPoint PPT Presentation

Transcript

  • 3. La dimension humaine et sociale. Sa difficile intgration au dveloppement durable

  • 3.1. La dimension humaine et sociale. Dfinitions, conceptions, mesures.3.1.1. Le dveloppement humain

    Lanc au dbut des annes 1990 par le PNUD, le concept de dveloppement humain sest affin et prcis autour du concept de capacits (capabilities) dAmartya Sen.

  • Programme des Nations Unies pour le Dveloppement

    DfinitionLe dveloppement humain est un processus d'largissement de la gamme des choix accessibles chaque tre humain. Le dveloppement humain est composite : il doit progresser sur ses diffrentes composantes (problme de leur substituabilit). En mme temps, les progrs dans un domaine ne peuvent tre maintenus sans amlioration globale.

  • Lindicateur de dveloppement humain (IDH) Il traduit les avances dans les capacits humaines de base. Pour cela il mesure le niveau moyen auquel se trouve chaque pays dans trois domaines jugs aujourdhui comme essentiels pour un dveloppement humain: - vivre longtemps, - acqurir des connaissances - pouvoir accder aux ressources ncessaires pour vivre dans des conditions dcentes.

  • b. Lanalyse de Sen:

    Chaque personne est caractrise par une structure de capacits; ces capacits sont constitues par linteraction de deux types de donnes, caractristiques: - personnelles - sociales

    Ces capacits permettent toute personne de fonctionner : - tre - faireEt lon pourrait rajouter : transmettre

  • (2) Le DH sapprhende au niveau des personnes, mais remonte au niveau de la socit (environnement social) dans laquelle sinsre chaque personne dveloppement humain et social

    DH: processus qui permet de donner chaque personne les capacits de vivre mieux, tout en prservant ou en amliorant la cohsion sociale.

    Approche recentre sur la personne dans son environnement social, alors que lapproche traditionnelle du DD sarrte la sphre sociale, mais sans vritablement dfinir ce que reprsente cette sphre.

  • Deux situations, ou caractristiques, peuvent priver des personnes, ou des populations dans leur ensemble, des capacits de vivre mieux, tout en dtruisant la cohsion sociale ; bloquant toute perspective de dveloppement tant pour les gnrations actuelles que futures :

    - la pauvret - les ingalits

  • 3.1.2. Pauvret et ingalits: conceptions et mesures

    La pauvret

    Trois conceptions :

    Pauvret montaire : insuffisance de revenu pour mener une vie normale

  • Pauvret de conditions de vie : insuffisance de satisfaction des besoins essentiels en tenant compte non seulement du revenu, mais aussi de laccs aux biens et services la perte de revenu montaire peut tre compense par des moyens institutionnels: RSA, prestations sociales, ou des moyens personnels, capital social.

    Inversement, percevoir un revenu montaire nempche pas la possibilit de pauvret en termes de conditions de vie.

  • Pauvret multidimensionnelle (ou en termes de DH) : manques en termes de capacits qui empchent une personne de fonctionner

    identifier la pauvret revient reconnatre une privation, au sens du non accs , des biens (de consommation, de production), des services (ducation, sant, crdit), un environnement sain, des droits fondamentaux (travail, expression..), au-del de la seule faiblesse du revenu montaire phnomne multidimensionnel

  • Mesures de la pauvretSelon la conception retenue mesure diffrente

    Mesures de la pauvret montaire

    1re tape : construction dune ligne de pauvret ou seuil de pauvret Deux approches : - pauvret absolue : par rapport une norme. - pauvret relative : en fonction du revenu de la socit dans son ensemble.

  • Pauvret absolue

    La Banque Mondiale utilise plusieurs seuils de pauvret absolue pour comparer les taux de pauvret entre pays et dans le temps, et suivre les effets des programmes de rduction de la pauvret.

    Par exemple : le seuil absolu de 1 ou 1,25 dollar par personne et par jour mesure la pauvret extrme. Lestimation actuelle rvle que plus dun milliard dindividus sont pauvres selon cette convention.

  • Pauvret relative Lusage, en France, est de retenir comme pauvres les individus ayant un revenu disponible infrieur 50 % ou 60 % du revenu mdian. Selon les donnes Insee 2011, le seuil de pauvret pour une personne seule est de 814 euros mensuels, au seuil 50%, et de 977 euros mensuels pour le seuil 60%. A ces seuils, la France comptait, en 2011, entre 4,8 et 8,7 millions de personnes pauvres.

  • 2me tape : construction dindices de pauvret

    Exemple : Le taux de pauvret

    Soit q : le nombre de pauvres (yi < z) n : la population totale

  • H montre lincidence de la pauvret indice numrique de pauvret (dans le cas de la France : le taux de pauvret en 2011 allait de 7,9 14,3%) . Problmes : - Facile communiquer, mais ne dit rien sur la profondeur de la pauvret. - Risque de lutilisation dun dcompte des pauvres comme objectif politique. Cette approche peut pousser dfinir des actions cibles sur ceux qui sont les plus prs de la ligne de pauvret pour leur faire franchir la barre, plutt que de lutter pour amliorer la situation de ceux qui subissent une pauvret plus profonde

  • Mesures de la pauvret des conditions de vie : Indicateurs humains qui rendent compte des conditions de vie des personnes : dmographie sant, ducation, hygine.

    Indicateurs sociaux qui rendent compte de ltat de la socit : conflits (civils, lis leau, la terre,..), criminalit, suicides,..

  • Mesure de la pauvret multidimensionnelle : lIPM

    Lindice de pauvret multidimensionnelle (IPM) se veut le reflet des manques multiples dont souffre chaque individu, sur le plan, en particulier, de la sant, de lducation et du niveau de vie.

    Il sappuie sur des micro-donnes tires des enqutes auprs des mnages.

  • b. Les ingalits

    1re approche : ingalit de revenu

    Elle traite de ce que chacun (individu ou mnage) reoit.- Classement de la population par groupes (quintiles ou dciles) et attribution chacun de la part du revenu quil reoit)- Construction de la courbe de Lorenz- Calcul de lindice de Gini

  • populationrevenu100100AOBCGini = A/OBCCourbe de Lorenz

  • Autres formes dingalits

    Plus difficiles reprer et surtout valuer :- ingalits dans la distribution de la richesse, du patrimoine,.- ingalits spatiales, rgionales, ..- ingalits de genre, de droit, ..Surtout : ingalits dans laccessibilit accs aux biens, aux services, aux marchs des facteurs, un environnement sain,..Qui sont autant dingalits dans la constitution des capacits

  • 3.1.3. Du lien - pauvret, ingalits/DD - lintgration de la dimension humaine et sociale

    La pauvret et les ingalits sont des obstacles toute perspective de dveloppement durable :

    privent des personnes de capacits (= matrise par chaque personne de son destin), sont porteuses de destruction sociale et environnementalerestreignent les capacits transmises aux gnrations futures.

  • Le rapport pauvret-ingalit-croissance

    La rduction de la pauvret ne se rsume pas seulement la croissance; elle demande une croissance inclusive = qui bnficie tous, commencer par les plus dfavoriss dans une perspective de justice.

    A linverse, les ingalits (de revenu, de richesse, daccs au crdit, daccs lducation, etc.) sont autant de contraintes sur la croissance.

  • conomieSocitNcessit de repenser la relation: - Pas seulement lutter contre la pauvret et les ingalits Mais envisager les consquences humaines et sociales des dcisions conomiques : au niveau macroconomique : par ex. politiques daustrit ou microconomique : par ex. plans sociaux des entreprises

  • 3.2. Difficult darticulation des dimensions du dveloppement durable. Du DD au DHS 3.2.1. DD ou DHS ?

    Prcision sur les termes

    Humain : le dveloppement dbute par lhomme dans son environnement social, conomique, naturel. Soutenable: supportable, viable, tout moment et porteur de capacits pour les gnrations futures.

  • Soutenabilit : une analyse qui, une fois encore, a t initie pour lenvironnement naturel :

    - soutenabilit faible

    - soutenabilit forte

  • b. Lanalyse en termes de DHS renvoie 4 composantes :

    Prise en compte des conditions :

    - de la soutenabilit dans chacune des 3 dimensions : - soutenabilit environnementale - soutenabilit conomique - soutenabilit humaine et sociale- de leur interdpendance.

    Quelle priorit ?

  • (2) Prise en compte de lirrversibilit de certaines situations dans chacune des 3 dimensions.

    (3) Prise en compte de lquit inter et intra-gnrationnelle

    (4) Prise en compte des situations de risques et dincertitude : tout moment la soutenabilit du dveloppement peut tre remise en cause.

  • Dveloppement humain soutenable :

    ensemble des dcisions conomiques, environ-nementales, humaines et sociales, qui nengendrent pas de dysfonctionnements humains et sociaux tels que les acquis en terme de capacits dtre et de faire soient remis en cause pour les gnrations actuelles et futures (conditions de la soutenabilit humaine et sociale), sinon, les conditions de la soutenabilit conomique et de la soutenabilit environnementale seraient remises en cause.

  • c. Deux principes :

    Principe de responsabilit :

    Agis de faon que les effets de ton action soient compatibles avec le maintien dune vie authentiquement humaine sur terre, Hans Jonas, Le principe responsabilit.

    Mais comment envisager cette responsabilit de faon pratique ?

  • Principe de prcaution

    La prudence s'impose dans les dcisions lorsque les consquences d'une action ne peuvent tre facilement anticipes du fait de l'incertitude scientifique qui les entoure. Il sagit de sassurer au maximum de la rversibilit des choix.

    agir comme si le pire des scnarios pouvait se raliser = choisir la dcision qui risque dinduire la moins mauvaise des situations parmi les pires qui puissent arriver.

  • 3.2.2. Exemples de contradictions

    Difficult envisager le dveloppement durable intrts divergents, dune part entre les trois dimensions dautre part dans le temps, entre court terme et long terme, - et enfin dans lespace.

    Quelques exemples

  • Impacts des aires protges sur les populations autochtones

    Dans plusieurs pays dAfrique centrale et australe, la cration de parcs naturels (ou rserves ), dont lobjectif est la protection de la faune et de la flore (et ventuellement lattraction des touristes), sest effectue au dtriment des populations locales (expulsions forces, ngation des droits sur les terres traditionnelles, perte didentit, margina-lisation conomique et sociale croissante, destruction des moyens de subsistance,

  • La perte dautonomie, la rupture avec lenvironnement social dorigine, peuvent rendre la personne incapable de fonctionner .

    Les personnes sont rendues durablement vulnrables; ce qui se rpercutera sur les gnrations suivantes de manire amplifie puisquen parallle les groupes sociaux ayant pu profiter de la croissance conomique auront pu amliorer leur situation.

  • b. La situation de la pche : Totaux Admissibles de Capture et Quotas Individuels Transfrables L'institutionnalisation du secteur de la pche et les problmes engendrs par la surpche ont entran la cration d'instruments de gestion de la pche, les QIT (quotas individuels transfrables).

    Le systme consiste fixer, pour une espce, un quota global (le TAC), rvisable en fonction de lvolution des stocks, puis diviser ce quota global en fractions alloues aux pcheurs (les QIT), qui peuvent obtenir le droit de schanger leurs droits.

  • Arguments :

    - Ils favoriseraient la conservation de la ressource car la valeur des quotas individuels dpend du stock global.

    Ils permettraient de rduire lexcs de capacit de pche car la transfrabilit des quotas favoriserait laccumulation des droits de pche par un nombre restreint doprateurs.

  • L'exemple de l'Islande

    Il montre que ce systme peut avoir de lourdes consquences humaines et sociales en bouleversant le paysage social du secteur de la pche.

    Transformation de lidentit sociale des droits de pche, passs du statut de proprit commune celui de biens privs appropriation des quotas et rupture du contrat social dans la pche ; rduction des emplois, redistribution des revenus, exclusion

  • c. La dlocalisation des nuisances

    Il est possible que les entreprises dun pays o les normes environnementales se durcissent, o les taxes salourdissent, dcident de dlocaliser leurs activits dans une nation moins regardante sur les missions polluantes

    loignement des dgradations environnementales associes la croissance, la consommation des pays les plus dvelopps.

  • Illustration particulire du fameux syndrome NIMBY, dont il faudrait pouvoir estimer les consquences humaines et sociales dans les PED.

  • d. Lagrobusiness / lachat des terres

    Dans de nombreux pays, notamment dAmrique centrale ou du Sud, dAfrique ou dAsie, des petits paysans sont vincs de leurs terres.

    Selon plusieurs sources, plus de 200 millions d'hectares sont passs sous contrle tranger entre 2000 et 2010, via des ventes ou locations de longue dure.

  • Problmes :

    - Ces acquisition de terres sont de vritables accaparement (Land grabbing)

    - Elles ont pour consquencesla destruction de biens et de cultures, sans indemnisation, et la perte des moyens de subsistance (la plupart des productions envisages sont destines lexportation ; il sagit de cultures (mas, palmiers huile, ..) destines, en particulier, fabriquer des agrocarburants.

  • e. La croissance des ingalits cologiques

    Ingalits cologiques ou ingalits environ-nementales = - pas seulement ingalits daccs aux ressources naturelles ou ingalits dexposition aux risques environnementaux, mais aussi dgradation de la qualit de vie. - pas seulement entre pays, mais lintrieur des pays. Ces formes dingalit se cumulent le plus souvent avec celles qui existent en matire de salaire, daccs au travail, lducation, ...

  • Dans les pays les moins avancs, du Sud, pauvret et dgradation cologique vont souvent de pair, attisant les conflits entre groupes de populations (dstructuration sociale) : conflits pour laccs leau, lalimentation, ...bloquant les perspectives dvolution conomique (climat dinscurit..).

    Dans les pays du Nord : lexposition aux risques industriels, aux accidents du travail, aux maladies professionnelles, traduit la sgrgation spatiale liant la pauvret, les ingalits et les risques environnementaux.

  • 3.2.3. Principe de prcaution sociale (= humaine et sociale)a. Quelle est la place de lhomme dans le dveloppement ?

    Le dveloppement humain soutenable insiste sur le respect de la personne. Si la personne subit des cots au point dtre dtruite, lenvironnement (naturel, conomique et social) ne sera pas respect. Il existe une conditionnalit humaine au dveloppement durable; une conditionnalit humaine la soutenabilit environnementaleet la soutenabilit conomique.

  • b. Cots pour lhommeet principe de prcaution

    Quels sont les cots pour lhomme, non seulement de dcisions environnementales, mais aussi conomiques (restructuration des entreprises) et sociales (redistribution) ?

    Du fait des consquences des politiques (conomiques, sociales et pas seulement environnementales) sur l'homme et la socit, le principe de prcaution (humaine et) sociale devrait simposer aux dcideurs.

  • Or, il existe un gigantesque dcalage entre la qualit des outils mobiliss (en particulier) par la prcaution cologique et la prcaution vis--vis de lhomme.

    cologie / emploi dans la hirarchie politique ?

    volution de la rglementation environnementale / drglementation sociale ?

  • Le principe de prcaution (humaine et) sociale implique la responsabilit des dcideurs et des institutions face une incertitude sur le milieu social lui-mme et ses ractions aux chocs, et donc des sanctions (comme pour les catastrophes cologiques).

Recommended

View more >