Alain Quruel La franc-maonnerie La franc- - ? La franc-maonnerie Mouvement philosophique, politique,

  • Published on
    11-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • La franc-maonnerieMouvement philosophique, politique, sotrique ? Un peu tout cela,

    la franc-maonnerie fascine. Complet, ce guide dvoile les origines,

    les fondements et les pratiques de cette ralit occulte et vivante.

    Pdagogique, il examine les ides reues et rpond aux questions

    les plus courantes. Synthtique, il livre en un seul volume lhistoire, la

    symbolique et lorganisation des loges. Pratique, sa prsentation en

    fait un outil indispensable pour sinformer.

    Les grandes figures Les grandes nigmes La FM dans le monde

    HistoireEYROLLES PRATIQUE

    HistoireEYROLLES PRATIQUE

    AlAin Quruel est actuellement Charg de cours sur la franc-maonnerie lUTL dOrlans et luniversit ouverte Paris 7-Diderot. Il est dj lauteur de plusieurs ouvrages sur ce sujet comme Antoine de Fourcroy, savant, franc-maon, homme politique aux ditions Hermann (2009), Les francs-maons de lexpdition dgypte aux ditions du Cosmogone (2012), Philippe galit, franc-maon, mcne et rgicide aux ditions Anovi (2012) et Les chimistes francs-maons sous la Rvolution et lEmpire aux ditions Ivoire-Clair (2013).

    Cod

    e d

    iteur

    : G

    5622

    8IS

    BN

    : 97

    8-2-

    212-

    5622

    8-6

    Cou

    vert

    ure

    : Stu

    dio

    Eyro

    lles

    /

    ditio

    ns E

    yrol

    les

    Pho

    to d

    e co

    uver

    ture

    :

    Pho

    to12

    , mus

    e d

    e la

    Fra

    nc-M

    aon

    neri

    e (e

    xtra

    it).

    10 E

    Ala

    in Q

    uru

    elLa

    fra

    nc-

    ma

    on

    ner

    ie

    Alain Quruel

    La franc- maonnerieHistoire, fondements, figures, nigmes et prAtiQues en France et dans le monde

    G56228_LaFrancMaconnerie_CV_EXE.indd 1 17/06/2015 15:27

  • La franc-maonnerieMouvement philosophique, politique, sotrique ? Un peu tout cela,

    la franc-maonnerie fascine. Complet, ce guide dvoile les origines,

    les fondements et les pratiques de cette ralit occulte et vivante.

    Pdagogique, il examine les ides reues et rpond aux questions

    les plus courantes. Synthtique, il livre en un seul volume lhistoire, la

    symbolique et lorganisation des loges. Pratique, sa prsentation en

    fait un outil indispensable pour sinformer.

    Les grandes figures Les grandes nigmes La FM dans le monde

    HistoireEYROLLES PRATIQUE

    HistoireEYROLLES PRATIQUE

    AlAin Quruel est actuellement Charg de cours sur la franc-maonnerie lUTL dOrlans et luniversit ouverte Paris 7-Diderot. Il est dj lauteur de plusieurs ouvrages sur ce sujet comme Antoine de Fourcroy, savant, franc-maon, homme politique aux ditions Hermann (2009), Les francs-maons de lexpdition dgypte aux ditions du Cosmogone (2012), Philippe galit, franc-maon, mcne et rgicide aux ditions Anovi (2012) et Les chimistes francs-maons sous la Rvolution et lEmpire aux ditions Ivoire-Clair (2013).

    Cod

    e d

    iteur

    : G

    5622

    8IS

    BN

    : 97

    8-2-

    212-

    5622

    8-6

    Cou

    vert

    ure

    : Stu

    dio

    Eyro

    lles

    /

    ditio

    ns E

    yrol

    les

    Pho

    to d

    e co

    uver

    ture

    :

    Pho

    to12

    , mus

    e d

    e la

    Fra

    nc-M

    aon

    neri

    e (e

    xtra

    it).

    Ala

    in Q

    uru

    elLa

    fra

    nc-

    ma

    on

    ner

    ie

    Alain Quruel

    La franc- maonnerieHistoire, fondements, figures, nigmes et prAtiQues en France et dans le monde

    G56228_LaFrancMaconnerie_CV_EXE.indd 1 17/06/2015 15:27

  • LA FRANC-MAONNERIE

  • LA FRANC-MAONNERIE

    Alain Quruel

    Quatrime tirage 2015

  • Groupe Eyrolles61, bd Saint-Germain75240 Paris Cedex 05www.editions-eyrolles.com

    Cet ouvrage a fait l'objet d'un reconditionnement l'occasion de son quatrime tirage (nouvelle couverture et nouvelle maquette intrieure).Le texte reste inchang par rapport au tirage prcdent.

    Mise en pages : Istria

    En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intgralement ou partiel-lement le prsent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de lditeur ou du Centre franais dexploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.

    Groupe Eyrolles 2008, pour le texte de la prsente dition Groupe Eyrolles 2015, pour la nouvelle prsentationISBN : 978-2-212-56228-6

  • G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    SOMMAIRE

    Partie 1 La franc-maonnerie et le pouvoir politique . . . . .11

    Chapitre 1 La franc-maonnerie, entre lgende et histoire . . . . . 13Des origines compliques et discutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

    La lgende dHiram . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13Premire approche des Constitutions dAnderson . . . . . . . . . . . . . . 15Les maons : des hritiers des btisseurs de cathdrales ? . . . . . . . . . 16Dautres filiations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

    Lavnement de la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

    Un bouillonnement dides en Grande-Bretagne . . . . . . . . . . . . . . 20La maonnerie, reflet du monde intellectuel et politique . . . . . . . . . 221717 : la franc-maonnerie voit le jour Londres . . . . . . . . . . . . . 241728 : premire obdience franaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

    Chapitre 2 Un premier sicle dexistence contrast et tumultueux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

    Le boom de la franc-maonnerie au xviiie sicle . . . . . . . . . . . . . . . .28

    Un phnomne de mode bnficiant de circonstances favorables . . . 28Deux figures politiques en franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . 29De dissidences en rconciliations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

    La franc-maonnerie en sommeil sous la Rvolution . . . . . . . . . .32

    Le duc dOrlans, futur Philippe galit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32La Rpublique rsulte-t-elle dun complot maonnique ? . . . . . .34La franc-maonnerie impriale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35

    Le rveil de la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36Bonaparte franc-maon ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36La collusion entre lEmpire et la maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

    La franc-maonnerie en sommeil sous la Restauration . . . . . . . .40

    Louis XVIII : une position ambigu face aux francs-maons . . . . . 40Charles X surveille les francs-maons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

  • 6 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Chapitre 3 Les francs-maons rpublicains et progressistes . . 43La IIe Rpublique : un coup de fouet la maonnerie . . . . . . . . . . .44

    La Rpublique synonyme de renouveau pour les loges . . . . . . . . . . 44La franc-maonnerie sous la botte de Napolon III . . . . . . . . . . . .46

    Des divergences profondes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46Une certaine libralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46Les consquences de l'activisme rpublicain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

    La Commune : vers une division des maons ? . . . . . . . . . . . . . . . .47

    La Commune : une illustration de deux conceptions diffrentes de la maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

    Une image progressiste aux dbuts de la IIIe Rpublique . . . . . . .49

    Et rapparat le Suprme Conseil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50Les femmes en franc-maonnerie et la naissance du Droit Humain . . 50La IIIe Rpublique et les loges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

    Ltat de la franc-maonnerie en 1900 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

    Une force dinfluence politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52Vers la Premire Guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54

    Chapitre 4 Dune guerre lautre, les francs-maons dans le collimateur des pouvoirs politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

    La maonnerie ou le parti : le congrs de Tours et la 22e condition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

    Premier acte : la scission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56La bolchevisation du parti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57Le congrs mondial Moscou en novembre 1922 . . . . . . . . . . . . . . 58

    Une franc-maonnerie engage pendant lentre-deux-guerres . .59

    Aux cts des forces de gauche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59Les annes 1930 : des passions exacerbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 601936 : le calme avant la tempte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

    La rpression de la franc-maonnerie sous Vichy . . . . . . . . . . . . . .61

    Les lois antimaonniques et les services de rpression . . . . . . . . . . . 62 Forces occultes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63Le bilan de ces annes sombres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

    Chapitre 5 La franc-maonnerie dans la seconde partie du XXe sicle : des hauts et des bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

  • 7Sommaire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Une lente ascension de laprs-guerre lre Mitterrand . . . . . . .66

    La IVe Rpublique et les dbuts de la Ve : le temps de la reconstruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 661974 : un tournant avec larrive de Valry Giscard dEstaing . . . 67Franois Mitterrand et la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

    Querelles et affaires minent la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . .70

    Querelles internes au Grand Orient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70Des affaires en cascade au Grand Orient . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70Tous pourris ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

    Partie 2 Les fondements de la franc-maonnerie . . . . . . . . .73

    Chapitre 6 Les trois grands principes de la franc-maonnerie . . 75Libert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

    Le secret maonnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75Une libert trs large . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

    galit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78

    La typologie des loges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78La procdure de recrutement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

    Fraternit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81

    Linitiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81Le travail maonnique parmi les Frres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

    Chapitre 7 La franc-maonnerie et la religion . . . . . . . . . . . . . . . . . 85Dieu et la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85

    Retour sur les Constitutions dAnderson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85La franc-maonnerie et le pape . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

    La lacit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89

    Petite histoire de la lacit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89La lacit de Galile aux franc-maons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91La lacit et demain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

    Chapitre 8 La symbolique maonnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93Lalchimie dans le cabinet de rflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93Quelques gnralits sur lalchimie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

    Lalchimie spirituelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

  • 8 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Quelques points de convergence entre lalchimie et la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97Symbolique de linitiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

    Linitiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100Les objets symboliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

    Dautres symboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

    La symbolique au grade de Compagnon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104La symbolique au grade de Matre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

    Chapitre 9 La franc-maonnerie et lhumanisme . . . . . . . . . . . . 109Une dfinition de lhumanisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109Lhumanisme : un long parcours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

    La Renaissance : une priode charnire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110Le sicle des Lumires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112La IIe Rpublique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114De 1848 1948 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

    Lhumanisme et les problmes contemporains . . . . . . . . . . . . . . 117

    Les mouvements estudiantins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117Le duel avec le Front national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117La mondialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

    Lhumanisme en conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

    Partie 3 La franc-maonnerie au quotidien . . . . . . . . . . . . 121

    Chapitre 10 Les francs-maons en loge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123La description de la loge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

    La topographie de la loge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123Le rle des diffrents officiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125Les tenues en loge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

    Des niveaux diffrents de tenue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128Les noms des loges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129La franc-maonnerie encore productrice dides ? . . . . . . . . . . 129

    Une composition sociologique dsquilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

    Chapitre 11 Les rites maonniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133Le Rite cossais ancien et accept (REAA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

    Le paysage maonnique la fin du Directoire . . . . . . . . . . . . . . . 134

  • 9Sommaire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Le Rite cossais rectifi (RER) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

    Des dbuts difficiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138Le Rite franais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140Le Rite mulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140Dautres Rites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

    Le Rite ancien et primitif de Memphis-Misram . . . . . . . . . . . . 141Le Rite initiatique traditionnel cossais (RITE) . . . . . . . . . . . . . 144

    Chapitre 12 Les principales obdiences maonniques . . . . . . 147Le Grand Orient de France (GODF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

    Lorganisation du GODF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148Lesprit du GODF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

    La Grande Loge de France (GLF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151Le Droit Humain International . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152La Grande Loge fminine de France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154La Grande Loge nationale franaise (GLNF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

    Une naissance suite des divergences de fond . . . . . . . . . . . . . . . . 155Une particularit dans le paysage maonnique franais . . . . . . . . 156

    Les autres obdiences maonniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

    La Grande Loge traditionnelle et symbolique Opra . . . . . . . . . . 158Rite ancien et primitif de Memphis-Misram . . . . . . . . . . . . . . . 159Dautres obdiences marginales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

    Chapitre 13 Maons dhier et daujourdhui . . . . . . . . . . . . . . . . . 161Des Frres dans les arts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

    Musiciens et francs-maons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162Ailleurs dans les arts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

    Dans les lettres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

    mile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165Rudyard Kipling (1865-1936) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

    Dans les sciences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

    Gaspard Monge (1746-1818) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166Pouvoir et franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

    Politique (intrieure) et franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169Finance et franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

  • 10 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Annexe Quelques lments sur la franc-maonnerie ailleurs dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

    La franc-maonnerie britannique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

    Des jacobites en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172Une nomination qui pose problme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172La maonnerie britannique aujourdhui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

    La maonnerie nord-amricaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

    Lingrence des Frres franais dans la guerre dIndpendance . . . 174Une maonnerie brillante mais touche par lantimaonnisme . . . 174

    La maonnerie belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175La maonnerie lest de lEurope . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

    Des spcificits historiques en Russie sovitique et en Hongrie . . . . 177Des diffrences en Europe centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

    Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

    Chronologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

    Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185Pour une premire approche de la franc-maonnerie . . . . . . . . 185Sur les priodes de la Rvolution franaise et de lEmpire . . . . 185Sur dautres temps forts de lhistoire de la franc-maonnerie 186Pour mieux comprendre la franc-maonnerie . . . . . . . . . . . . . . . . 186Revues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

    Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

  • G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    PARTIE 1

    LA FRANC-MAONNERIE ET LE POUVOIR

    POLITIQUE

  • G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    CHAPITRE 1

    LA FRANC-MAONNERIE, ENTRE LGENDE

    ET HISTOIRE

    Au programme

    Des origines compliques et discutes Lavnement de la franc-maonnerie

    La franc-maonnerie ne sest pas construite en un jour et ce nest quaprs de longs cheminements quelle a connu sa forme moderne sous laquelle elle est encore vivante aujourdhui. Si des filiations (plus ou moins avres) ont longtemps t tablies avec les maons btisseurs des cathdrales, les travaux les plus rcents indiquent des directions tout autres. Par ailleurs, quelques crits relient la franc-maonnerie des origines mythiques encore plus anciennes, dans lAntiquit ; dautres, plus proches de nous, voquent des connexions avec les Templiers ou les Rose-Croix

    Des origines compliques et discutes

    La lgende dHiram

    Les premiers francs-maons britanniques du xviiie sicle font volontiers rfrence la lgende dHiram, et remonter leurs

  • 14 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    origines la construction du Temple de Jrusalem sous le rgne de Salomon (vers 970-931 av. J.-C.). Rien nest moins sr On trouve en tout cas cette filiation dans les Constitutions dAn-derson, considres comme le texte fondateur de la franc-ma-onnerie moderne. Lassassinat de larchitecte Hiram aurait eu lieu vers 967 av. J.-C. et il aurait donn corps la symbolique maonnique. En effet, les circonstances de sa mort constituent la trame du rituel de rception du troisime grade (de Matre) en maonnerie spculative (nous retrouverons tous ces vocables un peu particu-liers dans la suite de louvrage).

    La tragdie dHiram

    Originaire de Tyr, Hiram serait venu, la demande du roi Salomon, construire deux colonnes dairain et effectuer divers travaux pour ldification du Temple de Jrusalem. La colonne de droite fut baptise Jakin et celle de gauche Boaz (les faits sont vrifiables). La lgende se met ensuite en marche : trois mauvais compagnons auraient tent darracher Hiram les secrets de sa matrise. Refusant de les rvler, Hiram aurait t assassin, puis enseveli. Ne le voyant pas revenir, le roi aurait envoy dautres hommes sa recherche qui auraient retrouv son cadavre grce un rameau dacacia sortant de terre.

    Sil faut donner une porte symbolique cet pisode, elle peut se rsumer ainsi: les secrets de la maonnerie ne peuvent tre transmis aux profanes, les trois criminels reprsentant lignorance, lambition et le fanatisme. La Bible rapporte quHiram tait le fils dune veuve, cest pourquoi les francs-maons se font souvent appeler Les Enfants de la Veuve .

    Si lon effectue un grand bond dans le temps jusque dans les annes 1720-1740, on trouvera narres, sans doute essentiel-lement pour des raisons politiques, dautres origines. Nous faisons ici bien sr allusion aux fameuses Constitutions rdiges par Anderson.

  • 15 Chapitre 1 . La franc-maonnerie, entre lgende et histoire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Premire approche des Constitutions dAnderson

    Il est facilement comprhensible que les (premiers) maons britanniques aient ressenti le besoin dun ouvrage de rf-rence, ce qui fut fait avec les Constitutions dAnderson en 1723. Lauteur y raconte lhistoire lgendaire du mtier de btis-seur, quil fait remonter Adam, qui aurait reu la rvla-tion de Dieu lui-mme ! Cette histoire chemine dans lAn-cien Testament jusquau roi Salomon (lui-mme aurait t franc-maon) et la tragdie dHiram, puis suit les mandres de lHistoire en passant par lgypte et la Grce avant darriver en Europe, dabord Rome, puis essaimant en France (avec la protection de Charles Martel) et en Angleterre, but du voyage, si lon peut dire. Derrire une telle mystique, lauteur ne cache pas ses positions en faveur de la famille royale de Hanovre (occupant alors le trne dAngleterre) et donc contre celle des Stuart, les partisans des deux bords stant livrs une lutte sans merci pour contrler la franc-maonnerie alors naissante Si le grand mrite de ces Constitutions est davoir dat lhistoire de la maonnerie et mme davoir reli la maonnerie lHistoire tout court, il ne doit pas cependant faire oublier le contexte dans lequel elles furent rdiges Cela tant rappel, la Grande Loge dAngleterre a reconnu les Constitutions comme texte officiel et leur a ainsi donn un caractre presque sacr. Le texte dit que ce serait la suite dune volution, dune transition quasi naturelle, que la maon-nerie traditionnelle incarne par les btisseurs de cathdrales au Moyen ge autrement dit la maonnerie oprationnelle ou encore oprative aurait donn lieu la franc-maonne-rie moderne surgissant au dbut du xviiie sicle et qualifie, elle, de spculative. Encore que cette version commence tre srieusement remise en question par les historiens ces dernires annes ce qui nest pas simple !

  • 16 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Maonneries oprative et spculative

    La franc-maonnerie moderne est, ds le xviiie sicle, dnomme par ladjectif spculatif car elle fait appel des symboles du mtier de maon pour entretenir ses rflexions sans toutefois utiliser ces derniers concrtement. linverse, la maonnerie dite oprative est un terme apparu rcemment et dsignant la franc-maonnerie antrieure celle officialise en Angleterre dans les annes 1717.

    Pour notre part, nous utiliserons par commodit cette oppo-sition bien que le terme de maonnerie oprative, dsignant souvent les tailleurs de pierre et leurs organisations, nous semble un peu rducteur.

    Les maons : des hritiers des btisseurs de cathdrales ?

    Cest tout au moins la thorie la plus rpandue ayant prvalu jusqu ces dernires annes dans la mesure o la symbolique usite en franc-maonnerie aujourdhui nest pas sans rappeler celle des tailleurs de pierre du haut Moyen ge tentant alors de se structurer Cependant, sa vracit est de plus en plus conteste.

    La mise en place de structures professionnelles

    Les premiers rglements dorganisation du mtier de maon remontent au milieu du xive sicle, poque marque par une scurit retrouve permettant lconomie de se reconstituer. Dans ces conditions, les chantiers refleurissent un peu partout et les corporations, dont celles des maons et des tailleurs de pierre, bnficient de franchises. Un peu plus tt (au xiiie sicle) surgit dj le vocable de loge pour signifier la btisse des ouvriers sur leurs lieux de travail ; ils peuvent sy reposer, prendre leurs repas, ranger leurs outils mais aussi recevoir une forma-tion. La loge est dirige par un matre assist de compagnons

  • 17 Chapitre 1 . La franc-maonnerie, entre lgende et histoire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    formant les apprentis ; petit petit, cet endroit va devenir un centre de vie et acqurir, par voie de consquence, de plus en plus de pouvoirs, contrlant ainsi lentre des apprentis et leur lvation au grade de compagnons ou rglant les diffrends et les ventuelles infractions commises envers le rglement Pour ce qui est des rgles usites dans ces assembles, leur transmission seffectue dabord de faon orale et les premiers crits, runis sous lappellation des Old Charges (ou des Anciens Devoirs) commencent apparatre au xive sicle.

    Les Old Charges

    Ce sont des textes (plus dune centaine nous sont parvenus) dorigine anglaise et schelonnant de la fin du xive sicle au dbut du xviiesicle. Ils sont le plus souvent diviss en deux parties : mentionnant dune part des lgendes de la maonnerie ancienne et, de lautre, prcisant les prceptes rgissant la vie des maons.

    Les plus connus sont les manuscrits Regius (vers 1390) et Cooke (vers 1420-1440), ce dernier faisant intervenir aussi des personnages de lAncien Testament.

    Le compagnonnage

    La maonnerie professionnelle, sidentifiant avec le Moyen ge, disparat avec lui et les loges subsistantes se rduisent quelques units. Cependant, une question demeure : existe-t-il une corrlation quelconque entre ces loges de maons et les compagnonnages dont les origines restent obscures ? Les associations de compagnons sont apparues, pour certaines, il y a plusieurs sicles, et suivaient alors des pratiques secrtes prsentant des analogies curieuses avec celles qui sexercent dans les loges. Leur prsence est signale ds le xiiie sicle en France et en Allemagne; mais, mme si lon dnombre beau-coup de symboles communs, les recherches ralises jusquici ne permettent pas de prouver une parent entre les deux enti-

  • 18 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    ts. Le fait est en tout cas avr que la franc-maonnerie est devenue spculative tandis que le compagnonnage est rest, lui, totalement opratif.

    Un tournant la fin du Moyen ge

    Avec la fin des cathdrales, les loges vont subir une profonde mutation. En effet, les maons travaillant de leurs mains y laissent entrer des personnes nayant aucune comptence parti-culire en matire de maonnerie (en clair, des spculatifs) et provenant dautres horizons professionnels. Larrive de ces nouveaux venus a pour consquence de fixer la loge. Jusqualors, celle-ci se dplaait de chantier en chantier ; dsormais, elle va pouvoir stablir dans les villes (du fait aussi dune certaine stabilit dans le mtier de maon, mme si cela nexclut pas dans cette profession une proportion encore importante de travail-leurs itinrants). Bientt il sera demand, pour avoir accs un corps de mtier, dtre de condition non servile, ce qui explique que le franc-maon est un homme de condition libre (lap-parition des termes free mason remonterait 1376). Mais cest la Renaissance qui va marquer le point de dpart des premiers rglements connus des maons et surtout len-racinement de la future franc-maonnerie moderne en Grande-Bretagne.

    Dautres filiations

    Les spcialistes restent eux-mmes diviss sur la gense de la franc-maonnerie qui se perd dans la nuit des temps. Daucuns ont mis lhypothse de rapprochements avec la civilisation gyptienne ou avec des mythes de lAntiquit. Des publica-tions rcentes ont port sur des maons de la Rome antique pratiquant des rites philosophiques ou mystiques. Beaucoup

  • 19 Chapitre 1 . La franc-maonnerie, entre lgende et histoire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    ont glos, tort ou raison, sur dventuels rapports avec les Templiers ou avec les Rose-Croix.

    Les relations avec les Templiers

    Les Templiers ayant t de grands btisseurs, il est tout fait logique quils aient eu des contacts suivis avec les maons. De plus, leurs origines corporatives respectives ne pouvaient prter qu des rapprochements et mme des luttes dinfluence entre ces deux fraternits. La tentation tait grande, en effet, puisque de chaque ct le Temple et les Lieux saints justifient leur exis-tence mme. Quant la philosophie des chevaliers du Temple, elle nest pas sans rappeler par certains lments celle des maons. Et pourtant, rien nindique que les ides des Templiers aient pntr la franc-maonnerie, mme si le fait davoir t des martyrs de la royaut et de la papaut ne put que recueillir lcoute favorable de certains francs-maons.

    Les liens avec les Rose-Croix

    On a pu prtendre que la maonnerie descendait des Rose-Croix, une fraternit initiatique avec laquelle elle prsente aussi a priori beaucoup de similitudes. La thse demande tre srieusement nuance car lhistoire du mouvement rosicrucien nest pas aise comprendre. lorigine, un certain Christian Rosenkreutz, Allemand du xve sicle, serait dcd en 1484 plus de cent ans au terme dun voyage en Orient en forme de qute mystique, le voyageur tant revenu son point de dpart via le Maghreb puis lEspagne. En 1604, sa tombe est ouverte et sont alors publis dans les annes 1610-1620 les Manifestes rosicruciens. Trs complexe, la philosophie des Rose-Croix peut se rsumer un mlange de christianisme, de magie et doccul-tisme. Ds lors, lalchimie va jouer un rle prpondrant au sein du mouvement rosicrucien, suscitant de vifs dbats entre, dun ct, les disciples de Paracelse (1493-1541) adoptant, comme

  • 20 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    leur chef de file, une philosophie base de spiritisme et de mdecine et, de lautre, leurs adversaires, qui rejettent compl-tement ou partiellement ces thories. Le rgne de RodolpheII (1576-1612), monarque tolrant passionn doccultisme et tabli Prague (son mdecin personnel Michel Maer fut un ardent propagandiste des Rose-Croix), est un temps fort du mouvement rosicrucien. Alors que les francs-maons niaient tout rapprochement avec les Rose-Croix depuis des dcennies, des tudes rcentes sembleraient montrer des points de convergence.

    Lavnement de la franc-maonnerie la toute fin du xvie sicle, une loge cossaise rdige les premiers documents connus justifiant dune juridiction permanente (1598) sous lgide de William Schaw, matre des travaux du roi et surveillant gnral de lIncorporation des maons du royaume. Ces documents attestent ainsi que la loge est bien devenue le lieu de pouvoir de la corporation. Les adhrents partagent des secrets, dont le fameux mot du maon rvl au terme dune crmonie au cours de laquelle ils ont prt serment. L encore, mme sil existe quelques points communs avec la franc-ma-onnerie, il serait sans doute un peu rapide de conclure que la loge maonnique dcoule des loges professionnelles.

    Un bouillonnement dides en Grande-Bretagne

    Cest dornavant en Angleterre et en cosse que va stablir la franc-maonnerie ; de nombreuses explications ont t fournies sans rellement faire autorit mais ce qui est certain, cest que la Grande-Bretagne est devenue le sige dun puissant mouve-ment intellectuel allant dans diverses directions.

  • 21 Chapitre 1 . La franc-maonnerie, entre lgende et histoire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Un foyer doccultisme

    Les principaux propagandistes du mouvement rosicrucien se retrouvent outre-Manche ; en effet, John Dee (1527-1608), aprs un sjour Prague auprs de Rodolphe II qui sest mal termin (il sest retrouv bien malgr lui au centre dune intrigue de palais), est de retour dans son pays. De mme, le mdecin du monarque, Michel Maer (1569-1622), a quitt la Cour de Prague et, aprs bien des vicissitudes, a fini par chouer lui aussi en Angleterre. Enfin, parmi les figures de proue des Rose-Croix, il faut aussi mentionner Robert Fludd (1574-1637), issu de la petite noblesse, mdecin et connu galement pour avoir publi un Anneau des couleurs en 1630.

    Une raction : la pense mcaniste

    Les contacts pistolaires se faisant de plus en plus nombreux en Europe, diffrents cercles se crrent dans le but de faire progresser la science. Lun des plus fameux fut le Cercle de Hartlib, du nom de son fondateur (vers 1600-1662) ; dorigine allemande , aprs avoir commenc des tudes Knigsberg, ce dernier vint les complter Cambridge et sinstalla dfini-tivement en Angleterre. En opposition lalchimie, le Cercle sorientait plutt vers un stade intermdiaire qui peut sappa-renter une alchimie chimique et qui comptait en son sein des noms prestigieux: Digby et Robert Boyle (1627-1691) en firent activement partie (cest partir des lectures de Boyle que Newton tenta sans succs pendant dix annes didentifier la Pierre philosophale).

    Francis Bacon (1561-1626)

    ne pas confondre avec lillustre alchimiste du Moyen ge Roger Bacon. Francis, voluant dans lentourage direct de la reine lisabeth dAngleterre (il finit sa carrire comme Grand Chancelier dAngleterre), est un philosophe des sciences des

  • 22 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    temps modernes. Oppos lalchimie (mais reconnaissant un statut lalchimiste) tout en admettant quelle avait produit quelques rsultats, ce qui nallait pas sans contradiction, il est le prcurseur de la science moderne. En outre, prconisant une socit harmonieuse dirige par quelques initis, il nest pas sans influence sur ceux qui rejoindront bientt la Royal Society

    La maonnerie, reflet du monde intellectuel et politique

    La Renaissance, en exaltant les valeurs purement intellec-tuelles au dtriment du travail manuel, creuse un foss entre les commanditaires douvrage, dune part, et les excutants, de lautre. Ce changement de mentalits bouleverse la physionomie sociologique des loges : on y voit entrer tout dabord quelques individus lettrs comme des clercs ou des nobles, puis, dans un second temps, des alchimistes et des kabbalistes ; cela implique un changement radical de fonction. Il ne sagit plus dornavant de percer des secrets techniques en vue de btir une cathdrale, mais de travailler sur soi-mme et de se construire une person-nalit selon les plans dun Grand Architecte de lUnivers.

    Des volutions dans lalchimie

    Lalchimie occidentale europenne se caractrise durant tout le Moyen ge par la recherche de la Pierre philosophale permettant de russir des projections, cest--dire de transformer des mtaux vils en or, symbole de perfection.

    la Renaissance, lillustre mdecin suisse Paracelse va faire voluer radicalement lalchimie dans un tout autre sens et confrer la Pierre non plus des pouvoirs mtalliques, mais mdicinaux, lassimilant une sorte de panace universelle avec parfois quelques excs, crant de ce fait des controverses. Malgr tout, lor conserve son image de perfection, lalchimie prenant alors un tour humaniste. Les concepts alchimiques deviennent, par l, assez voisins de certains qui se retrouvent dans la maonnerie moderne.

  • 23 Chapitre 1 . La franc-maonnerie, entre lgende et histoire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    Les turbulences politiques en Grande-Bretagne au xviie sicle

    Paralllement la socit britannique dchire par les luttes politiques et religieuses, les loges se transforment pour deve-nir un espace clos o se mlent bientt toutes les confessions, passant dun statut de loges de maons professionnels des loges de francs-maons. Au milieu du xviie sicle (vers 1640-1650), la Grande-Bretagne est la proie dune guerre civile et religieuse aboutissant lex-cution du roi catholique Charles 1er Stuart et lexil de son fils Charles II. Ses partisans les jacobites , rests en Grande-Bretagne, travaillent activement sa restauration. Parmi eux se trouvent beaucoup de francs-maons appartenant au Collge Invisible qui sera rebaptis Royal Society lors du retour de Charles II sur le trne (1660) et prsid par Newton, priode durant laquelle la franc-maonnerie connatra un essor rapide. Un peu moins de trente ans plus tard, cest au tour de JacquesII Stuart dtre chass du pouvoir (par Guillaume dOrange de la famille des Hanovre) et de trouver refuge la cour du roi Louis XIV. Cela nempche pas des francs-maons britanniques de lui demeurer fidles et, pour beaucoup, de le suivre dans sa fuite ce qui a pour consquence directe que la cour des Stuart Saint-Germain-en-Laye va tre surtout une loge maon-nique et que lavant-garde de la maonnerie va pntrer en France pour la premire fois.

    Conflit dynastique et maonnerie

    Les rois dAngleterre en exil, Jacques II jusqu sa mort en 1701, puis son fils Jacques III, vont tout tenter pour rcuprer leur trne. David Nairne, secrtaire du monarque (et beau-pre du chevalier de Ramsay), contacte les francs-maons anglais en 1714 pour une ventuelle restauration qui tourne au fiasco, dautant que la mort de Louis XIV qui avait men une poli-

  • 24 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    tique pro-jacobite est suivie par la rgence du duc dOrlans pro-hanovrien. Cet chec conduit beaucoup de maons vers la tendance hanovrienne.

    1717 : la franc-maonnerie voit le jour Londres

    Dans ces conditions de dsordre politique, il nest pas tonnant que la franc-maonnerie voie le jour Londres le 24 juin 1717, jour de la Saint-Jean : quatre loges opratives dcident de se runir pour constituer une Grande Loge.

    24 juin 1717 : naissance de la Grande Loge . Les thses en prsence

    Selon certains, sa naissance pourrait tre dinspiration corporatiste : le grand incendie de Londres a eu lieu en 1666 et les chantiers de reconstruction sont immenses. Dans ces conditions, il parat plausible que les maons de mtier, extrmement sollicits, veuillent en profiter pour remettre un peu dordre dans leur corps. Se serait produite une phase dite de transition avec lentre de non-opratifs, faisant voluer le corps vers une loge spculative et ce, dans un contexte de disparition totale des loges de type mdival au xviie sicle.

    Pour dautres, les loges spculatives auraient des origines fondamentalement diffrentes mais tout aussi nobles, savoir la dfense du monarque et des ides religieuses, ou encore, plus simplement, la volont de monter des caisses dentraide dans des milieux artisanaux. Ce dernier argument est tout fait recevable dans la mesure o ces quatre loges sont originellement dinspiration populaire

    Une rglementation officielle

    Cependant, le fait de mettre sa tte un peu plus tard, en 1719, un certain Dsaguliers, qui est un disciple de Newton, va orienter cette association dhommes de mtier dans une tout autre direction. Lintention du Grand Matre est de contrler toutes les loges, hanovriennes comme jacobites. Apparaissent

  • 25 Chapitre 1 . La franc-maonnerie, entre lgende et histoire

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    alors les concepts dobdience et de rgularit des maons: cette Grande Loge sarroge le droit de reconnatre comme rguliers et authentiques les autres maons vivant ailleurs Il faut donc cette Grande Loge une rglementation officielle : ce seront les Constitutions dAnderson, compilant les Old Charges, qui paraissent en 1723.

    Un maon est oblig de par sa tenure dobir la loi morale et, sil comprend bien lart, il ne sera jamais athe stupide ni libertin irrligieux . Mais, quoique dans les temps anciens, les maons fussent tenus dans chaque pays dtre de la religion, quelle quelle ft, de ce pays ou de cette nation, nanmoins il est maintenant considr plus expdient de seulement les astreindre cette religion sur laquelle tous les hommes sont daccord, laissant chacun ses propres opinions ; cest--dire dtre hommes de bien et loyaux, ou hommes dhonneur et de probit, quelles que soient les confessions qui aident les distinguer : par suite de quoi la maonnerie devient le centre de lunion et le moyen de nouer une amiti sincre entre des personnes qui nauraient pu que rester perptuellement trangres . []

    Article Ier, Constitutions dAnderson

    Prise de pouvoir et luttes intestines

    Trs rapidement, cette Grande Loge, qui tait initialement issue des couches plbiennes, va passer sous la coupe des princes et des nobles anglais qui prennent le pouvoir et ne le lcheront plus. Cette franc-maonnerie moderne sera exporte dans le monde entier et tout particulirement en France. Mais qui parle de pouvoir implique la lutte pour sa conqute. Cette Grande Loge de Londres nest pas seule et dautres combattent son hgmonie, telle la Grande Loge des anciens maons autour de la Loge dYork. Par ailleurs apparaissent

  • 26 La franc-maonnerie

    G

    roup

    e Ey

    rolle

    s

    des divergences plus profondes, telle lopposition entre jaco-bites et hanovriens (les partisans des Orange) pour sappro-prier la maonnerie dans son ensemble, y compris en France. Le discours du chevalier de Ramsay, prononc en 1737 la Rception des francs-maons, soutenant aux maons franais que leurs anctres taient des croiss et tentant de jeter les bases dune religion universelle, est lun des derniers actes de rsis-tance jacobite sans lendemain.

    1728 : premire obdience franaise

    Il semble que la premire cration de Loge en France soit le fruit de laction de catholiques lis aux Stuart Paris en 1725 ou 1726 Dautres loges sont cres dans la foule Paris, puis en province. Finalement merge en 1728 la premire obdience franaise, savoir la Grande Loge de France reconnue par lAngleterre (ce qui navait pas empch certains prcurseurs, comme par exemple Charles de Montesquieu, de se faire initier Londres), qui se dotera de nouveaux statuts ds 1735. Vont alors essayer de sinstaurer en France deux maonneries diffrentes, savoir : lune dorigine cossaise , de culture traditionnelle et

    catholique (la plus nombreuse) ; lautre, qui se prsente comme une manation de la Grande

    Loge de Londres. Or, les deux souhaitent sassurer la suprmatie dans lHexa-gone ce qui va compliquer les choses. Mais la cause est dfi-nitivement entendue en 1738 avec la prise de pouvoir du clan hanovrien et laccession dun Franais la Grande Matrise.

  • Dans la mme collection

    La franc-maonnerieSOMMAIREPARTIE 1 : LA FRANC-MAONNERIE ET LE POUVOIR POLITIQUECHAPITRE 1 : LA FRANC-MAONNERIE, ENTRE LGENDE ET HISTOIREDes origines compliques et discutesLa lgende dHiramPremire approche des Constitutions dAndersonLes maons : des hritiers des btisseurs de cathdrales ?Dautres filiations

    Lavnement de la franc-maonnerieUn bouillonnement dides en Grande-BretagneLa maonnerie, reflet du monde intellectuel et politique1717 : la franc-maonnerie voit le jour Londres1728 : premire obdience franaise

Recommended

View more >