Algeria Factsheet (French Version)

  • Published on
    21-Nov-2015

  • View
    30

  • Download
    4

DESCRIPTION

Indicateurs sur le dveloppement institutionnel ddi la recherche agronomique en Algrie. Dvelopp par IFPRI/ASTI/INRAA

Transcript

<ul><li><p>Rpartition par tranche dge </p><p> &gt; 60 11%</p><p> 51-60 26%</p><p> 41-50 25%</p><p> 31-40 23%</p><p> &lt; 31 15%</p><p>Effectif TP par diplme </p><p>Doctorat/PhD 136,6 </p><p>Master/MSc 353,3</p><p>Licence/BSc 103,5</p><p>49%HOMMES</p><p>51%FEMMES</p><p>Bl 30%Autres crales 17%Pois chiches 10%Autres lgumineuses 6%Olives 6% Fruits 6%Autres olagineux 5%Haricots 5%</p><p>CULTURES 22%</p><p>Notes: Les principales cultures sont celles pour lesquelles les chercheurs agronomes consacrent au moins 5% de leur temps. 15% du total des agronomes ont port sur un large ventail dautres cultures. </p><p>PRINCIPALES CULTURES</p><p>ENSEIGNEMENT SUPRIEUR 30%</p><p>INRAA 30% </p><p>AUTRES ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX 41%</p><p>RESSOURCES FINANCIRES, 2012</p><p>Rpartition des dpenses</p><p>Salaires 80%</p><p>Frais dexploitation et cots des programmes</p><p>20%</p><p>Immobilisations 0%</p><p>Sources de financement</p><p>Gouvernement 100%</p><p>Note: Les calculs sont seulement bass sur les donnes de lINRAA. Les dpenses salariales ne comprennent que celles du personnel permanent.</p><p>Fiche dinformation sur les indicateurs de la R&amp;D agricole | Septembre 2014</p><p> Ltat algrien reste la principale source de financement de la R&amp;D agronomique. Les ressources gnres par les donateurs, les prts bancaires ou par la vente des biens et des services, sont forts limites.</p><p>INDICATEURS CLS, 20092012</p><p>PROFIL DES CHERCHEURS, 2012</p><p>ORIENTATION DE LA RECHERCHE, 2012</p><p>PROFIL INSTITUTIONNEL, 2012</p><p> Le nombre de chercheurs agronomes a enregistr une croissance rgulire en Algrie durant la priode 20092012. Il en est de mme du niveau moyen de qualification de ces chercheurs. En outre, plus de la moiti des chercheurs employs par lINRAA, linstitution principale de recherche agronomique en Algrie, sont des femmes.</p><p>Dpenses totales consacres la R&amp;D agricole publique 2009 2012</p><p>Algerian dinars (en millions, prix constants de 2005) 1.418,4 1.689,4</p><p>Dollars PPA (en millions, prix constants de 2005) 68,6 81,7</p><p>Croissance globale | 19% |</p><p>Effectif total des chercheurs agricoles (secteur public)</p><p>quivalents temps plein (TP) 510,3 593,4</p><p>Croissance globale | 16% |</p><p>Intensit de la recherche agricole</p><p>Part des dpenses dans le PIB agricole 0,18% 0,21%</p><p>Chercheurs TP par 100 000 agriculteurs 15,53 17,62</p><p>Gert-Jan Stads, Mhamed Ait-Oubelli et Raed Badwan</p><p>ALGRIE</p><p>Note : La page 4 prsente une liste des sigles, des dfinitions et un bref aperu des organismes de R&amp;D agricoles.</p><p> Mme si les dpenses de lAlgrie en matire de R&amp;D agronomique ont considrablement augment entre 2009 et 2012 (en relation avec laugmentation rtroactive des salaires), les niveaux dinvestissement restent encore en de des standards internationaux et sont faibles par rapport aux pays voisins.</p><p>RESSOURCES NATURELLES 9%</p><p>LEVAGE 35%FORTS 7%</p><p>AUTRE 26%</p><p>PCHE 2%</p></li><li><p>Effectif total des chercheurs, 2012 (TP)</p><p>Croissance de leffectif, 20092012</p><p>Proportion des titulaires dun doctorat, 2012 (TP)</p><p>Algrie 593,4 16% 23%</p><p>Maroc 556,3 7% 40%</p><p>Tunisie 541,6 26% 62%</p><p>Mauritaniea 62,9 26% 25%</p><p>INDICATEURS CLS : COMPARAISONS ENTRE PAYS</p><p>Rpartition par diplme des chercheurs agronomes, 2012 (TP) </p><p>INRAA</p><p>UC1-CRBT</p><p>Doctorat/PhD Master/MSc Licence/BSc</p><p>INRF</p><p>56,0</p><p>16,0</p><p>14,0</p><p>35,0</p><p>28,0</p><p>24,0 61,0</p><p>136,0</p><p>DFI OPTION POLITIQUE</p><p> La disparit dans le statut officiel des scientifiques travaillant en tant que chercheurs permanents dans les centres de recherche et des scientifiques universitaires (enseignants-chercheurs) empche lINRAA, lINRF, et dautres organismes gouvernementaux doffrir des salaires comptitifs et les avantages ncessaires pour attirer, motiver et retenir le personnel scientifique. Le dpart de nombreux jeunes chercheurs en faveur des meilleures conditions dans les universits font que lINRAA se retrouve avec un personnel scientifique g et vieillissant, notamment pour ce qui est des chercheurs titulaires dun doctorat. </p><p> Le Gouvernement se doit de rsoudre la probl-matique de la disparit des statuts demploi des scientifiques agronomes pour que lINRAA et lINRF puissent soutenir la concurrence et se doter dun personnel qualifi. En effet, si lAlgrie sengage dvelopper les capacits de recherche requises, ltat devra alors, dans les plus brefs dlais, lancer un programme consquent de recrutement de jeunes chercheurs tout en leur offrant la possibilit de poursuivre une formation doctorale.</p><p>LINRF et lUC1-CRBt emploient un nombre de titulaires de doctorat plus important que lINRAA. Ce dernier ne dispose que de 14 PhD sur 178 chercheurs : sur ces 14 docteurs, trois ont franchi la cinquantaine, et six la soixantaine ; ces derniers approchent la retraite (lge officiel tant fix 60 ans), mais des exceptions sont consenties pour garder les chercheurs seniors.</p><p>a. Les donnes pour la Mauritanie se rapportent lanne 2011 ou la priode 20092011.</p><p>En termes de nombre de chercheurs titulaires dun doctorat, la capacit de recherche agronomique de lINRAA semble limite comparativement celle de lINRA au Maroc et de lINRAT en Tunisie. Ceci en dpit du fait que lconomie algrienne et son secteur agricole sont plus importants que ceux du Maroc et de la Tunisie.</p><p>RENFORCEMENT DE LA CAPACIT EN RESSOURCES HUMAINES DE LINRAA </p><p>Gnralement, il est admis quun nombre minimal de PhD est un prrequis pour la conception, lexcution et la gestion des recherches de haute qualit ainsi que pour la mise en oeuvre de communications efficaces avec les dcideurs politiques, les bailleurs de fonds et autres parties prenantes, au niveau local, rgional et international. Or lINRAA ne dispose pas dune telle masse critique de titulaires de doctorat, le manque affectant surtout les domaines biotechnologiques, gntiques et pdologiques.</p><p>Conscient de cette carence critique de capacit qui le menace dans limmdiat, lINRAA sest engag dans un processus de dveloppement dune politique interne visant inciter les jeunes chercheurs sinscrire dans des formations doctorales aussi bien en Algrie qu lextrieur (en fonction de la disponibilit). Le service de formation de lINRAA dispose dun budget spcialement ddi au soutien des chercheurs pour les formations doctorales. Outre les formations finances par des ressources internes, certains chercheurs de lINRAA ont obtenu des bourses par le biais du Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA) et de lAgence internationale de lnergie atomique (AIEA), leur permettant de poursuivre des doctorats ltranger.</p><p>INRAMaroc: 58</p><p>INRATTunisie: 56</p><p>INRAAAlgrie: 14</p><p> Chercheurs agronomes titulaires dun doctorat en 2012 (TP) </p></li><li><p>Dpenses totales, 2012 (dollars PPA 2005, millions)</p><p>Augmentation globale des dpenses, 20092012</p><p>Part des dpenses dans le PIB agricole, 2012</p><p>Algrie 81,7 19% 0,21</p><p>Maroc 131,2 3% 0,49</p><p>Tunisie 55,9 13% 0,64</p><p>Mauritanieb 8,9 21% 0,80</p><p>INDICATEURS CLS : COMPARAISONS ENTRE PAYS (suite)</p><p>DFI OPTIONS POLITIQUES</p><p> Malgr la mise en oeuvre de rformes politiques au cours des dix dernires annes notamment le Renouveau de lconomie agricole et rurale et le Programme de renforcement des capaci-ts humaines et dassistance technique lAlgrie demeure un pays importateur de biens alimentaires, et reste vulnrable linscurit alimentaire. Le problme du sousinvestissement dans la R&amp;D agronomique est patent. En 2012, lAlgrie a investi 0,21 % de son PIB agricole dans la R&amp;D agricole, ce qui est nette-ment moins que ses pays voisins du Maghreb ou lobjectif dau moins 1 % dfini au niveau international.</p><p> Pour gnrer des rsultats efficaces et de haute qualit, lAlgrie devra augmenter le niveau du financement de la R&amp;D agronomique. Ltat devra prciser ses priorits de R&amp;D long terme et veiller la mise en place de mcanismes de financement fiables et durables, non seulement pour garantir la couverture des dpenses salariales mais aussi pour assurer les frais de fonctionnement des programmes de recherche. Il faudra en outre trouver des mcanismes de mieux inciter le secteur priv financer la R&amp;D agronomique.</p><p>Ventilation des dpenses par catgorie de cots : INRAA, INRF et CRSTRA, 20092012</p><p>2009</p><p>2010</p><p>2011</p><p>2012</p><p>INRF</p><p>CRST</p><p>RAIN</p><p>RAA</p><p>251,0</p><p>79,3</p><p>62,7</p><p>317,1</p><p>216,1 54,0</p><p>45,9183,5</p><p>Salaires Frais dexploitation et cots lis aux programmes</p><p>Immobilisations</p><p>Millions de dinars algriens (ajusts de lination ; anne de rfrence = 2005)</p><p>2009</p><p>2010</p><p>2011</p><p>2012 175,6</p><p>154,1 38,5</p><p>33,2132,7</p><p>163,5</p><p>43,9</p><p>70,0280,1</p><p>2009</p><p>2010</p><p>2011</p><p>2012</p><p>26,6106,5</p><p>25,8103,0</p><p>29,5</p><p>40,9</p><p>118,1</p><p>0,4</p><p>0,2</p><p>0,1</p><p>0,2</p><p>En moyenne, 80 % des dpenses totales des organismes de R&amp;D agricole algriens sont affects aux dpenses salariales, ce qui laisse peu de ressources pour assurer la couverture des frais de fonctionnement des programmes de recherche. Le ratio 80:20 est officiellement intgr dans a Loi de finance de lAlgrie. Suite au reclassement des fonctionnaires publics en 2011, chercheurs et techniciens ont touch rtroactivement des augmentations de salaire se rapportant la priode 20082011. Lchancier des dcaissements 2011/2012 clarifie laugmentation considrable de la masse salariale de lINRAA, lINRF et le CRSTRA durant ces annes-l. Au cours de la mme priode, les immobilisations ont t ngligeables.</p><p>POLITIQUES RCENTES SUSCEPTIBLES DAMLIORER LE FINANCEMENT DE LA R&amp;D AGRONOMIQUE DANS LE FUTUR </p><p>La mise en uvre dun nombre de rformes et le changement du cadre institutionnel et lgislatif de la recherche scientifique sont susceptibles davoir un effet favorable sur les niveaux de financement de la R&amp;D agronomique. Par exemple, la nouvelle loi sur la recherche scientifique et le dveloppement technologique vient dtre adopte et entrera en vigueur en 2015. Bien que cette loi concerne lensemble du systme national de la science et de la technologie, les organismes de recherche agronomique sattendent en tirer des bnfices importants, en termes de mise niveau des infrastructures de recherche, de renforcement de lautonomie financire, dallocations budgtaires en vue damliorer la collaboration avec le secteur priv et de la rvision du statut lgal du chercheur. </p><p>La ratification en 2012 de lAccord de coopration scientifique et technologique entre lAlgrie et lUnion europenne favorisera galement les niveaux de financement de la R&amp;D agricole dans un proche avenir. Parmi les thmes prioritaires dans le cadre de cet accord, on relve la scurit alimentaire, lagriculture durable, ladaptation au changement climatique et lutilisation efficace des ressources naturelles. En septembre 2014, au moment de la rdaction de la prsente fiche, lUnion europenne tait dores et dj engage dans le financement de deux projets au sein desquels lINRAA est impliqu. Ces projets sont en cours dexcution.</p><p>b. Les donnes pour la Mauritanie se rapportent lanne 2011 ou la priode 20092011.</p></li><li><p>22 ORGANISMES</p><p>Gouvernement 15</p><p>Enseignement suprieur 7</p><p>LES ORGANISMES DE RECHERCHE AGRONOMIQUE DE LALGRIELAlgrie compte au total 22 organismes effectuant de la R&amp;D agricole, dont lINRAA est le plus grand : en 2012, il occupa 178 chercheurs agricoles (TP), soit 30 % de leffectif total du pays. Depuis son sige Alger, lINRAA dirige six stations de recher-che ainsi que neuf divisions de recherche qui sont rparties sur les diffrentes zones agrocologiques du pays. Les chercheurs de lINRAA travaillent sur une varit de produits et de thmatiques incluant les cultures vgtales (principalement le bl, lorge et les pois chiches), les pturages et les cultures fourragres, llevage, lingnierie agricole et des thmes socioconomiques. LINRF (101 TP en 2012) est le principal institut algrien de la recherche forestire, mais dont les scientifiques mnent galement des tudes hydrologiques et des recherches sur dautres ressources naturelles. Les 18 stations gres par lINRF sont rparties sur lensemble du territoire national. Dautres organismes gouver-nementaux de R&amp;D importants sont le CRSTRA (48 TP) qui se concentre sur lagriculture en zone aride ; lINPV (13 TP) dont les recherches concernent la protection des vgtaux ; et lITAFV (11 TP) qui effectue des recherches sur les arbres fruitiers. Pour ce qui est des autres organismes gouvernementaux, en 2012, chacun deux employa 10 chercheurs TP ou moins. Les institu-tions de recherche universitaires les plus importantes, en termes dTP chercheurs agronomes, sont lUC1-CRBt Constantine (91 TP) et lUSTHB-LRZA Alger (33 TP). Les deux tablisse-ments cits disposent de vastes programmes de recherche qui englobent les cultures vgtales, llevage, les ressources naturelles et le gnie agricole. En Algrie, la R&amp;D agricole mene par le secteur priv but lucratif reste ngligeable.</p><p>SIGLES ET ACRONYMESCRSTRA Centre de recherche scientifique et technique sur les rgions arides TP quivalent plein temps (chercheurs)INPV Institut national de la protection des vgtaux INRAM Institut national de recherche agronomique du MarocINRAA Institut national de la recherche agronomique dAlgrieINRAT Institut national de la recherche agronomique de TunisieINRF Institut national de recherche forestireITAFV Institut technique de larboriculture fruitire et de la vignePPA Parit de pouvoir dachat (taux dchange)R&amp;D Recherche et dveloppementUC1-CRBT Universit de Constantine 1 Centre de recherche en biotechnologie de ConstantineUSTHB-LRZA Universit des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene Laboratoire de recherche sur les zones arides</p><p>GESTION DES DONNES ASTI : MTHODES ET PROCDURES</p><p> La plupart des donnes sous-tendant cette fiche ont t obtenues de premire main par la tenue denqutes ; dautres ont t puises sources secondaires ou bien sont le fruit destimations.</p><p> La recherche agricole publique englobe les recherches effectues au sein dorganismes gouvernementaux et denseignement suprieur, de mme que par des institutions but non lucratif.</p><p> Pour le calcul des donnes affrentes aux ressources humaines et financires, ASTI applique le concept quivalent temps plein (TP) qui considre le pourcentage du temps de travail que les scientifiques consacrent aux activits de recherche, ce par rapport leurs autres tches. </p><p> ASTI prsente ses donnes financires en monnaie locale et en dollars dits parit de pouvoir dachat (PPA), 2005 tant lanne de rfrence dans les deux cas. Les taux PPA refltent mieux le pouvoir dachat relatif des monnaies que ne le font les taux de change courants puisquils comparent les prix dun ensemble assez diversifi de biens et services changs sur les marchs locaux plutt quinternationaux. </p><p> Sagissant du secteur de lenseignement suprieur, lquipe ASTI procde des estimations des dpenses de recherche puisque celles-ci ne peuvent tre spares des autres dpenses. </p><p> En raison de larrondissement des nombres dcimaux, il peut arriver que la somme des pourcentages dpasse les 100 %.</p><p> Vous trouverez de plus amples dtails sur la mthodologie ASTI sur la page web www.asti.cgiar.org/fr/methode-et-procedures. Une information complmentaire concernant la R&amp;D agricole en Algrie est prsente la page www.asti.cgiar.org/fr/algeria. </p><p> Consultez le site web www.asti.cgiar.org/fr/algeria, pour voir la liste complte des organismes inclus dans lanalyse de la srie de donnes pour lAlgrie.</p><p>QUI SOMMES-NOUS ?De par ses nombreuses collaborations avec des organismes de R&amp;D nationaux et rgionaux ainsi quavec des institutions internationales, le programme sur les indicateurs relatifs aux sciences et technologies agricoles (ASTI) constitue une source exhaustive e...</p></li></ul>