Chine/Tibet : langues tibétaines et connaissance de la ... ?· Chine/Tibet – Langues – Renseignement…

  • Published on
    09-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Chine/Tibet : langues tibtaines et connaissance de la langue chinoise

    Renseignement de lanalyse-pays de lOSAR

    Adrian Schuster

    Berne, le 10 dcembre 2015

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 1 de 8

    1 Introduction

    LOrganisation suisse daide aux rfugis OSAR a reu plusieurs questions sur la

    situation actuelle, la vie quotidienne et lenvironnement de la population locale au

    Tibet. Le prsent document traite les questions relatives aux langues et aux connais-

    sances que la population locale a de la langue chinoise. Il se base sur les renseigne-

    ments fournis par des expert-e-s1 et sur nos propres recherches.

    2 Difficults lies aux gnralisations

    Impossible de gnraliser. Selon les dires de plusieurs expert-e-s du Tibet, on ne

    peut dans lensemble pas gnraliser les affirmations relatives la vie quotidienne de

    la population tibtaine. Daprs lestimation faite le 31 mars 2015 par Geoff Barstow 2

    de lUniversit dOtterbein Westerville USA, la situation peut varier considrable-

    ment dune rgion lautre.3 Cest pourquoi il est extrmement complexe de rpondre

    des questions sur divers aspects de la vie quotidienne des habitant -e-s de la Rgion

    autonome du Tibet (RAT) et des rgions extrieures. Cest ce qua dclar une per-

    sonne de contact4 experte du Tibet oriental en date du 28 avril 2015 sur la base des

    nombreuses diffrences rgionales, ainsi que des diffrences entre villes et cam-

    pagnes. Daprs elle, il nest pas possible de gnraliser les constats valables pour

    une rgion spcifique de la Rgion autonome du Tibet ou des territoires tibtains

    situs lextrieur, ni de les transfrer dautres rgions et provinces. 5 Anne Carolyn

    Klein, professeure au Department of Religion de la Rice University de Virginie, sou-

    ligne elle aussi dans une publication datant de 2008 que la grande diversit du Tibet

    empche de faire des gnralisations. cause de limpraticabilit du terrain et des

    possibilits de transport limites, on peut aussi, selon elle, partir du principe que la

    population de chaque valle possde ses propres coutumes. Les villages sont parfois

    trs loigns les uns des autres et accessibles seulement pied ou cheval aprs

    1 Conformment aux standards COI, lOSAR utilise des sources publiquement accessibles. Lorsque

    ces sources ne permettent pas de trouver les informations requises dans le temps imparti, elle fait appel des expert-e-s. LOSAR documente ses sources de manire transparente et traable. Les personnes de contact peuvent toutefois tre anonymises pour des raisons de protection des sources.

    2 Le Dr. Geoff Barstow est un professionnel reconnu par lacadmie. Cela fait qui l fait. Professeur

    assistant en religion lUniversit dOtterbein Westerville USA avec une spcialisation dans la religion tibtaine et chinoise, il poursuit depuis des annes des recherches sur le Tibet et publie des articles sur le sujet. Le Dr. Bars tow connat le Tibet et le Npal pour y avoir vcu pendant des annes. Il a soulign vis--vis de lOrganisation suisse daide aux rfugis que ses rponses se ba-saient principalement sur son travail dans la rgion de Kham (Tibet oriental, principalement d ans la province de Sichuan, ainsi que dans des parties de celles de Qinghai, Gansu et Yunnan). Il prcise quelles ne sappliquent qu cette rgion, car la situation diffre trs fortement dune rgion lautre.

    3 Rponse fournie par e-mail par le Dr. Geoff Barstow le 31 mars 2015. 4 Pendant des annes, la personne de contact a men des recherches sur le Tibet, publi et travaill

    sur place. Ses rponses se rapportent principalement aux provinces dAmdo et de Kham situes en dehors de la RAT. Elles portent principalement sur le contexte conomique et social des rgions rurales.

    5 Interview dune personne de contact experte du Tibet oriental le 28 avril 2015.

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 2 de 8

    des jours ou des semaines de voyage. Raison pour laquelle il faut partir du principe

    que les habitants des diverses rgions accomplissent diffremment les activits quo-

    tidiennes. Dans sa publication, Anne Carolyn Klein se rfre notamment aussi la vie

    quotidienne des femmes tibtaines.6 Geoff Child, professeur au Department of An-

    thropology de la Washington University, constate galement, dans une publication sur

    la vie quotidienne au Tibet parue en 2004, quil serait insens de faire des dcla-

    rations gnrales sur la culture tibtaine dans son ensemble sur la base des con-

    naissances acquises dans une rgion ou localit spcifique. Les Tibtaines et les

    Tibtains forment un groupe extrmement htroclite dont les pratiques sociales et

    les reprsentations culturelles diffrent dune rgion lautre, dune valle lautre

    et parfois mme dun village lautre. 7

    Lapplication des directives du gouvernement central par les autorits locales

    diffre souvent dun lieu lautre. Selon plusieurs sources, il faut galement tenir

    compte du fait que les directives du gouvernement central chinois sont souvent appli-

    ques diffremment dans les provinces, les districts et les arrondissements. Il faut

    donc sattendre des variations locales. 8

    3 Langues

    3.1 Langues tibtaines

    Pas de cartes correctes et prcises des dialectes tibtains. Daprs les indications

    faites le 13 juillet 2015 par un linguiste de renom international expert des langues de

    lHimalaya9, il ny a pas de cartes prcises des dialectes tibtains. Les cartes exis-

    tantes prsentent selon lui divers types de lacunes. Le projet Comparative Dictionary

    of Tibetan Dialects de lUniversit de Berne tente actuellement dtablir de nouvelles

    cartes.10

    Multitude et diversit des langues tibtaines. Les langues tibtaines sont parles

    en Chine, au Pakistan, en Inde, au Npal et au Bhoutan. Dans ces cinq pays, on en

    distingue en tout une cinquantaine. Quant aux dialectes et variations, on en recense

    6 Anne Carolyne Klein, Meeting the Great Bliss Queen, Buddhists, Feminists and the Art of the S elf,

    2008, p. 48-49. 7 Geoff H. Childs, Tibetan Diary: From Birth to Death and Beyond in a Himalayan Valley of Nepal,

    2004, p. 5. 8 Interview dune personne de contact experte du Tibet oriental le 28 avril 2015; Landinfo, Chine,

    passeports et pices just ificatives, traduction inofficielle dune analyse de Landinfo Norvge par lOffice fdral des Migrations ODM, Suisse, le 8 avril 2011, p. 5: www.landinfo.no/as-set/1876/1/1876_1.pdf.

    9 Lexpert de renom spcialis dans les langues de lHimalaya mne depui s des dcennies des re-

    cherches sur le terrain dans lHimalaya. Il a rdig de nombreuses publications sur les langues de la rgion.

    10 Renseignement fourni par courriel le 13 juillet 2015 par un linguiste de renomme internationale

    expert des langues de lHimalaya.

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 3 de 8

    plus de 200.11 Selon un article de Nicolas Tournadre12, spcialiste des langues tib-

    taines, la rgion tibtaine prsente une remarquable diversit de dialectes, ce qui

    sexplique en partie par le paysage montagneux et les conditions de transport difficiles

    sur le plateau et dans lHimalaya. Lnorme diversit dcoule aussi du contact avec

    des langues non-tibtaines (en particulier le bodish, le qiang et rgyalrong). Dans

    quelques rgions comme le Sud-Gansu, le Nord-Sichuan ou le Nord-ouest-Yunnan,

    on observe une cartographie trs complexe des dialectes. 13 Il y a par consquent des

    divergences dans le monde des linguistes quant au classement des divers langues et

    dialectes parmi les langues tibtaines. 14 Selon larticle de Nicolas Tournadre, la

    grande majorit des membres de lethnie tibtaine parlent plusieurs langues ou dia-

    lectes tibtains.15

    Daprs le mme article, voici les rgions linguistiques ou dialectales tibtaines quon

    trouve en Chine :

    -tsang (tibtain central)16, khams17, amdo18, hor, kyirong, zhongu, khalong,

    gSerpa, khpokhok, palkyi [pashi]/ chos-rje, sharkhok, thewo, chone, drugchu

    et baima.19

    -tsang, khams et amdo. L-tsang, le khams et lamdo sont considrs comme les

    principaux groupes de langues tibtaines en Chine, car une grande partie de la popu-

    lation les utilise.20 Des dizaines de dialectes parfois trs diffrents leur s ont attribus.

    La langue khams est par exemple lappellation gnrique dune multitude de dia-

    lectes.21 Daprs les indications du projet de recherche Ethnologue, le tibtain central

    est parl par environ 1,07 million de personnes, le khams par prs de 1 ,38 million et

    11 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, Preprint Version, Trans -Hima-

    layan Lingustics, De Gruyter, 2013, p. 12-13: www.nicolas-tournadre.net/wp-con-tent/uploads/2015/06/2014-The_Tibetic_languages.pdf.

    12 Le professeur de linguistique Nicolas Tournadre de lUniversit dAix-Marseille poursuit depuis des

    annes des recherches sur les langues tibtaines et passe pour un spcialiste de renom. Depuis les annes 1980, il a rgulirement men de nombreuses recherches sur le te rrain sur le tibtain standard , ainsi que sur les dialectes tibtains et plusieurs langues tibtaines de la Rgion auto-nome du Tibet, ainsi que dautres rgions de Chine, dInde, du Npal, du Bhoutan et du Pakistan.

    13 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 15. 14 Ainsi, la question de savoir si le baima est une langue tibtaine ou une langue qiang sme par

    exemple le doute parmi les linguistes. Renseignement fourni par courriel le 24 juillet 2015 par une personne de contact experte des langues tibtaines.

    15 Loc. cit., p. 18. 16 Notamment avec les dialectes dbus (), deqing zang, gtsang (Lhasa, Tsang), mngahris (Ngari).

    Ethnologue, China, Languages, site internet (sans date), accs le 13 juillet 2015: www.ethno-logue.com/country/CN/languages. Daprs les indications fournies le 24 juillet 2015 par une per-sonne de contact experte des langues tibtaines, les donnes du site internet Ethnologue ne sont pas toujours fiables dun point de vue linguistique en ce qui concerne les dialectes tibtains, car SIL International, lexploitante du site, coopre avec les autorits chinoises pour lobtention des donnes. Cette information na pas pu tre confirme.

    17 Notamment avec les dialectes du Kham oriental, de Kham septentrional, du Kham mridional, du

    Kham occidental. Ethnologue, China, Languages, site internet (sans date), accs le 13 juillet 2015. 18 Notamment avec les dialectes hbrogpa, panang (Banag, Banang, Panags, Panakha, Pananag, Sba-

    nag, Sbranag), rongba, rongmahbrogpa, rtahu. Loc. cit.. 19 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 12 -13. 20 Loc. cit., p. 14. 21 Loc. cit..

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 4 de 8

    lamdo par quelque 1,8 million de locuteurs en Chine. 22 Daprs Ethnologue, l-

    tsang/tibtain central est parl principalement dans la RAT.23

    Tibtain standard . quelques rares exceptions prs, les langues tibtaines par-

    les nont, daprs Nicolas Tournadre, pas de forme standardise. Cest par exemple

    le cas de la langue khams. En tant que variation du tibtain central, le tibtain de

    Lhasa est souvent qualifi aussi de tibtain standard ou de langue commune (par-

    le) (Spyi Skad). Il est utilis sur le plan rgional au Tibet central pour la commu-

    nication orale entre personnes parlant diffrents dialectes. Dans une moindre mesure,

    il est aussi, selon Tournadre, parl dans le mme but dans le Kham et lAmdo ma-

    joritairement par les lites cultives. Enfin, le tibtain standard est aussi employ

    par la diaspora tibtaine en Inde, au Npal et ailleurs dans le monde. Mais la langue

    commune ou tibtain standard utilise par la diaspora tibtaine ne devrait pas tre

    qualifie de tibtain de Lhasa, car il prsente quelques petits carts dans le vocabu-

    laire et la grammaire par rapport au tibtain de Lhasa. 24

    Dtection des diffrences linguistiques uniquement par des experts spcialiss

    en la matire. De lavis dun expert de la linguistique, il y a des diffrences recon-

    naissables entre les langues tibtaines. Daprs les indications fournies le 12 juillet

    2015 par un linguiste la renomme internationale et expert au sujet des langues de

    lHimalaya, la possibilit de faire une estimat ion correcte dpend toutefois des cir-

    constances spcifiques. Seul un expert spcialis en linguistique et dot des connais-

    sances ncessaires peut, daprs le clbre linguiste susmentionn, entreprendre une

    valuation correcte.25 Ce dernier a indiqu le 6 dcembre 2015 quil est trs difficile

    de trouver quelquun qui connaisse bien lensemble des langues ou dialectes tibtains

    et qui les matrise.26 Lexpertise linguistique correspondante permet toutefois diden-

    tifier, laide de caractristiques linguistiques claires et fiables et en tenant compte

    des rserves ci-dessus, si une langue est usite dans la Rgion autonome du Tibet

    et dautres rgions tibtaines de Chine ou en exil en Inde ou au Npal. Selon les dires

    du linguiste de renom international, les dialectes parls lintrieur du Tibet prsen-

    tent galement des diffrences linguistiques identifiables.27

    Forme crite des langues tibtaines. Nicolas Tournadre indique que, dans les r-

    gions habites par des membres de lethnie tibtaine et contrles par la Chine (R-

    gion autonome du Tibet, Qinghai, Sichuan, Gansu, Yunnan), le tibtain littraire clas-

    sique qui existe dj depuis plus de 1000 ans est utilis sous une forme modernise

    pour la communication crite, aussi bien par les moines que par des non -spcialistes.

    Et dajouter que le chinois est aussi utilis pour la communication crite. Daprs Ni-

    colas Tournadre, le tibtain littraire classique sest adapt au cours de la dernire

    dcennie aux technologies dinformation modernes (Unicode, Internet, tl phonie mo-

    bile, courriel). Les trois principaux groupes de langues parles que sont l -tsang,

    lamdo et le khams ne sont gnralement pas utiliss sous la forme crite. En dehors

    22 Ethnologue, China, Languages, site internet (sans date), accs le 13 juillet 2015. 23 Daprs la mme source, environ 570000 personnes parlent dbus, 460000 personnes gtsang et

    40,000 personnes mngahris. Loc. cit.. 24 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 14. 25 Renseignement fourni par courriel le 12 juillet 2015 par des linguistes de renomme internationale

    et dautres experts des langues de lHimalaya. 26 Renseignement fourni par courriel le 6 dcembre 2015 par des linguistes de renomme internatio-

    nale et dautres experts des langues de lHimalaya. 27 Renseignement fourni par courriel le 12 juillet 2015 par des linguistes de renomme internationale

    et dautres experts des langues de lHimalaya.

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 5 de 8

    de Chine, plusieurs langues tibtaines28 ont aussi dvelopp, selon Tournadre, une

    forme crite base sur la langue parle. 29

    Transcription de mots tibtains dans les caractres latins. Pour transcrire des

    mots tibtains avec les caractres latins, il existe diffrents types de translittration

    qui prsentent toutefois, daprs les spcialistes, plusieurs insuffisances.30 La tran-

    slittration doit restituer les mots tibtains de sorte rendre visible lorthographe dans

    lcriture tibtaine.31 Mais elle ne restitue pas la prononciation.32

    3.2 Langues des minorits

    Qiang et rGyalrong. Selon un article de Gerald Roche paru en 2014, environ 230000

    personnes sur les 6,2 millions de Tibtaines et de Tibtains tablis en Chine ne par-

    lent aucune langue tibtaine, mais lune des 18 autres langues. 33 Nicolas Tournadre

    mentionne galement que, parmi les membres de lethnie tibtaine, une minorit na

    aucune langue tibtaine comme langue maternelle, mais une autre langue tibto -bir-

    mane qui appartient au groupe des rGyalrong, qiang ou bodish. Mais ces personnes

    parleraient souvent lamdo ou le khams comme seconde langue.34 Les langues qiang35

    et rGyalrong36 sont parles dans le Tibet oriental en Chine. 37 Daprs Gerald Roche,

    elles sont surtout parles dans le Kham.38 Les locuteurs de langues rGyalrong sont

    tous, daprs Tournadre, des membres de lethnie tibtaine dans la mesure o ils

    sy identifient. La plupart des locuteurs de langues qiang sont considrs comme des

    Tibtaines et Tibtains et officiellement reconnus en tant que tels par l tat chinois.

    Dautres groupes qui sont utilisateurs des langues qiang sont classifis par ltat chi-

    nois parmi les membres des nationalits qiang ou pumi. 39

    Autres langues des minorits. Dans lAmdo, respectivement au Nord-est du Tibet,

    les langues des minorits sont typiquement les langues mongoles ou turques. 40 Situ

    au Sud-est du Tibet, le Kham est, semble-t-il, une rgion trs varie o lon parle

    28 Comme le ladakhi, le balti, le lhoke, le dzongkha et le sherpa. 29 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 14-15. 30 Rponse fournie par courriel par Claude Andr, directeur du Tibet Map Institute, le 23 octobre

    2015; Nathan W. Hill, A Note on the History and Future of the 'Wylie' System, dans: Revue dtudes Tibtaines, no 23, avril 2012, p. 103-105; Christine Sommerschuh, Einfhrung in die tibetische Schriftsprache, Lehrbuch fr den Unterricht und das Selbststudium, 2007, p. 6 -7.

    31 Christine Sommerschuh, Einfhrung in die tibetische Schriftsprache, Lehrbuch fr d en Unterricht

    und das Selbststudium, 2007, p. 6. 32 Rponse fournie par courriel par Claude Andr, directeur du Tibet Map Institute, le 23 octobre

    2015; Christine Sommerschuh, introduction la langue crite tibtaine, 2007, p. 7. 33 Gerald Roche, The Vi tality of Tibets Minority Languages in the Twenty -first Century, Multiethnia,

    no. 35, 2014, p. 24: www.academia.edu/7350191/The_Vitality_of_Tibets_Minority_Lan-guages_in_the_21st_Century-Preliminary_Remarks.

    34 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 12. 35 Gerald Roche compte le qiang du Sud, le qiang du Nord, le pumi du Nord (35000 locuteurs), le

    pumi du Sud, le baima, le minyak et les autres langues comptant moins de 10000 locuteurs, sa-voir le nDrapa, le queyu, le guiqiong et le xumi, parmi les langues qiang. Loc. cit..

    36 Lergong, le situ, le gyalrong du Sud et du centre, le khrosyabs et dautres langues comptant moins

    de 10000 locuteurs (zbu, japhug, tshobdun, nyarong minyak) figurent parmi les la ngues rGyalrong. Gerald Roche, The Vitality of Tibets Minority Languages in the Twenty -first Century. 2014, p. 26.

    37 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 4. 38 Gerald Roche, The Vitality of Tibets Minority Languages in the Twenty-first Century, 2014, p. 26. 39 Nicolas Tournadre, The Tibetic Languages and their Classification, 2013, p. 4. 40 Gerald Roche, The Vitality of Tibets Minority Languages in the Twenty -first Century, 2014, p. 26.

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 6 de 8

    diffrentes langues tibto-birmanes. Dans la rgion sud de l-Tsang, il y a trois

    langues minoritaires qui sont toutes apparentes des langues semblables au Nord -

    est de lInde.41

    3.3 Matrise de la langue chinoise

    Matrise de la langue chinoise. Une multitude dindices donnent penser que ligno-

    rance de la langue chinoise ou des connaissances trs rudimentaires nimpliquent pas

    automatiquement quune personne est orig inaire de la rgion extrieure la RAT ou

    dautres rgions tibtaines de Chine. Daprs les indications fournies en novembre

    2014 par deux experts, il se peut aussi aujourdhui quune personne originaire du Tibet

    ne matrise gure le chinois.42 Un article paru dans lInter Press Service du 13 octobre

    2014 confirme que beaucoup de Tibtaines et de Tibtains ne parlent pas cette

    langue.43 Selon plusieurs sources, cest le cas en particulier dans les rgions rurales. 44

    Dans un article publi en 2012, Fernand de Varennes45 de lUniversit de Moncton au

    Canada signale que prs de 80 % de la population rurale de la RAT ne parlent pas du

    tout le mandarin et que beaucoup ne matrisent que moyennement ou faiblement cette

    langue.46 Daprs les renseignements fournis les 18 et 19 novembre 2014 par Geoff

    Barstow, il se peut aussi que des Tibtaines et Tibtains des rgions retires nentrent

    gure en contact avec la langue chinoise. Daprs lestimation de Geoff Barstow, cest

    toutefois assez rare chez les jeunes Tibtaines et Tibtains.47 Daprs lexpert du Ti-

    bet Tsering Wangdu Shakya48 de lUniversity of British Colombia Vancouver au Ca-

    nada, le chinois a certes une grande influence et la langue de tous les jours comporte

    une centaine demprunts au chinois.49 Daprs les indications faites le 28 avril 2015

    par la personne de contact experte du Tibet oriental, il est toutefois possible de se

    dbrouiller dans la rgion tibtaine sans la moindre connaissance de la langue chi-

    noise. Sur le plan local, il est parfaitement envisageable que, dans les villages et

    communes tibtains, les gens vivent et ne se comprennent quen tibtain. La personne

    de contact estime toutefois que mme les personnes tibtaines qui nont suivi leur

    scolarit quen tibtain sont souvent, mais pas toujours, capables de mener une con-

    versation rudimentaire en chinois. Il se peut par exemple quil y ait des difficults de

    41 Loc. cit., p. 26. 42 Renseignement fourni par courriel par le Dr. Geoff Barstow les 31 mars 2015, 18 et 19 novembre

    2014; renseignement fourni par courriel par le Dr. Tsering Wangdu Shakya le 14 novembre 2014. 43 Inter Press Service, Can China Pacify Its Restive Minorities Peacefully? Le 13 octobre 2014:

    www.ipsnews.net/2014/10/can-china-pacify-its-restive-minorities-peacefully/. 44 Renseignement fourni par courriel par le Dr. Tsering Wangdu Shakya le 14 novembre 2014; Ashild

    Kolas und Monika P. Thowsen, On the Margins of Tibet : Cultural Survival on the Sino-Tibetan Fron-tier, 2005, p. 141-142; Nicolas Tournadre, The Dynamics of Tibetan-Chinese Bilinguism, dans: China Perspectives, 45, janvier-fvrier 2003: www.chinaperspectives.revues.org/231.

    45 Le Dr. Fernand de Varennes est doyen de la facult de droit lUniversit de Moncton au Canada

    et professeur extraordinaire au centre pour les droits humains de lUniversit de Pretoria. Cest lun des meilleurs experts des droits des minorits. Il sest particulirement intress la thmatique des langues.

    46 Fernand de Varennes, Language Rights and Tibetans in China, A Look at International Law; dans:

    Trace Foundation, Minority Language in Todays Global Society, 2012, p . 22. 47 Renseignement fourni par courriel par le Dr. Geoff Barstow les 18 et 19 novembre 2014. 48 En tant que spcialiste confirme par lacadmie, Tsering Wangdu Shakya publie depuis des an-

    nes le fruit de ses recherches sur le Tibet. Tsering Wangdu Shakya est Associated Professor et Research Chair in Religion and Contemporary Society des Asia Institute of Asian Research de lUniversity of British Colombia Vancouver au Canada. Elle a t consulte pendant des annes en tant quexperte du Tibet par les autorits en charge de lasile de Grande -Bretagne, de lUE et des tats-Unis.

    49 Renseignement fourni par courriel le 14 novembre 2014 par le Dr. Tsering Wangdu Shakya.

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 7 de 8

    comprhension, parce que les personnes tibtaines vivant lextrieur de la RAT sont

    plus familiarises aux dialectes chinois locaux (de Sichuan, Qinghai, Gansu, Yunnan)

    quau chinois standard (Pu Tong Hua). La personne de contact experte du Tibet orien-

    tal a en outre indiqu que mme les gens qui ont suivi lcole obligatoire partir de

    2004 ne sont pas forcment trs laise en chinois, quil sagisse de le parler, de le

    lire ou de lcrire. Il se peut aussi que quelquun ait par exemple des notions rudimen-

    taires de chinois oral, mais ne sache pas lcrire. 50

    Communication avec les autorits et les offices publics. Dans son dernier rapport

    dat du 25 juin 2015, lUS Department of State signale que le tibtain et le mandarin

    sont les langues officielles de la RAT. Le chinois est certes trs rpandu au Tibet et

    souvent utilis dans les rapports avec les autorits 51, mais, sur la base des informa-

    tions fournies par plusieurs sources, il est fort possible quen Chine, des gens origi-

    naires de la RAT et dautres rgions tibtaines communiquent dans une langue tib-

    taine lors des contacts avec des reprsentants des autorits et des offices publ ics.

    Daprs les indications fournies par Andrew Martin Fischer 52 le 9 dcembre 2015, il

    est ainsi parfaitement normal que, dans la RAT, des membres de lethnie tibtaine

    communiquent avec les reprsentants des autorits locales dans une langue tib-

    taine, notamment parce que la proportion de personnes tibtaines a toujours t im-

    portante au sein des autorits de la RAT.53 En 2003, prs de 64 % des postes dem-

    ploys et un peu moins de 50 % des postes de cadres dans les units tatiques et au

    sein des autor its de la RAT taient ainsi occups par des membres de lethnie tib-

    taine.54 Daprs Andrew Martin Fischer, il ny a pas dindications officielles plus r-

    centes sur la composition ethnique des autorits 55, mais des dcouvertes assez r-

    centes indiqueraient que le nombre de reprsentants des autorits tibtaines dans la

    RAT a plutt tendance augmenter de nouveau aprs un recul au milieu des annes

    2000.56

    Daprs les indications faites le 9 dcembre 2015 par Andrew Martin Fischer, les

    membres de lethnie tibtaine occupent plutt des postes au bas de la hirarchie du

    ct des autorits. Ce sont les postes qui impliquent le plus de contact avec la popu-

    lation locale. Comme presque toute la population des rgions rurales et des plus pe-

    tites villes ne parle que des langues tibtaines, le principal contact avec les autorits

    se fait en tibtain avec des fonctionnaires de lethnie tibtaine pour les Tibtaines et

    Tibtains ordinaires. La police locale est elle aussi compose principalement de

    membres de lethnie tibtaine. Daprs Andrew Martin Fischer, les autorits de la RAT

    produisent en outre la majeure partie du matriel de communication local en tibtain

    50 Interview dune personne de contact experte du Tibet oriental le 28 avril 2015. 51 US Department of State (USDOS), Country Report on Human Rights Practices 2014 China (in-

    cludes Tibet, Hong Kong, and Macau), le 25 juin 2015: www.state.gov/j/drl/rls/hrrpt/2014/eap/236434.htm; Fernand de Varennes, Language Rights and Ti-betans in China, 2012, p. 21-22.

    52 Le Dr. Andrew Martin Fischer est professeur agrg pour les tudes sur le dveloppement et la po-

    litique sociale lInstitute of Social Studies de lUniversit Erasmus Rotterdam. Ses re-cherches ont notamment port sur la politique de dveloppement de la Chine dans les r-gions tibtaines de lOuest de la Chine. Il sest aussi occup plusieurs reprises de la com-position ethnique des autorits locales dans les rgions tibtaines de Chine.

    53 Rponse fournie par courriel le 9 dcembre 2015 par le Dr. Andrew Martin Fischer. 54 Fernand de Varennes, Language Rights and Tibetans in China, 2012, p. 21-22. 55 Rponse fournie par courriel le 9 dcembre 2015 par le Dr. Andrew Martin Fischer; Andrew Martin

    Fischer, The Disempowered Development of Tibet in China: a Study in the Economics of Marginali-zation, 2005, p. 7.

    56 Rponse fournie par courriel par le Dr. Andrew Martin Fischer le 9 dcembre 2015.

  • Chine/Tibet Langues Renseignement dcembre 2015 page 8 de 8

    et exploitent une chane de tlvision tibtaine, parce quelles sont conscientes que

    la majorit de la population de la RAT ne parle, ni ne comprend le chinois. 57

    Mme dans les rgions tibtaines de Chine situes en dehors de la RAT, la commu-

    nication avec les autorits peut se drouler en tibtain. Sur la base de son exprience

    du Tibet oriental, Geoff Barstow a indiqu le 31 mars 2015 que les Tibtaines et les

    Tibtains peuvent souvent communiquer avec les autorits aussi bien en tibtain

    quen chinois. Dans les villes de moyenne grande envergure, la fonction publique

    est souvent reprsente par des Chinois Han qui ne parlent pas le tibtain. Dans les

    plus petits villages, les reprsentants des autorits sont souvent des Tibtaines et

    des Tibtains qui communiquent avec la population locale en tibtain. 58 Daprs une

    publication dAshild Kolas et Monika P. Thowsen datant de 2005, ladministration lo-

    cale de la plupart des rgions tibtaines en dehors de la RAT 59 nglige la langue

    tibtaine, mais la mme source indique en mme temps que les reprsentants des

    autorits recourent ces langues. Ainsi dans le district de Golok (Golog/ Gulu) au

    sud-est de la province Qinghai et Jyekundo (Gygu) Yushu dans la province de

    Qinghai, la langue tibtaine est employe par toutes les personnes tibtaines, y com-

    pris les fonctionnaires. Daprs des indications datant de 2005, les autorits utilisent

    en gnral la langue tibtaine plutt au niveau du village, du district et du comt quau

    niveau de la prfecture. Mais dans les prfectures qui comportent une majorit tib-

    taine, par exemple celles de Golok et Jyekundo, la langue t ibtaine est aussi utilise

    dans les offices publics au niveau de la prfecture. 60

    Vous trouverez les publications de lOSAR sur la Chine/le Tibet et dautres pays dori-gine des rfugis sous www.fluechtlingshilfe.ch/pays-d-origine

    LOrganisation suisse daide aux rfugis OSAR sengage pour que la Suisse respecte le droit la protection contre les perscutions ancr dans la Convention de Genve relative au statut des rfugis. Neutre sur le plan politique et confessionnel, lOSAR est lassociation fatire nationale des organisations daide aux rfugis. Son travail est financ par des mandats de la Confdration et par le soutien bnvole de parti-culiers, de fondations, de communes et de cantons.

    LOSAR-Newsletter vous informe des nouvelles publications. Inscription sous www.fluechtlingshilfe.ch/actualite/newsletter

    57 Loc. cit.. 58 Renseignement fourni par courriel le 31 mars 2015 par le Dr. Geoff Barstow. 59 Cest tout particulirement le cas dans les rgions o la population tibtaine est minoritaire. Ashild

    Kolas et Monika P. Thowsen, On the Margins of Tibet, 2005, p. 141. 60 Loc. cit., p. 142.