Co C e MMa r ie RReine d de ss C Cœ urs - Fraternité ... ?· seigne dans le Traité de la Vraie dévotion…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Gratuit +

    Janvier 2018 Fraternit Sacerdotale Saint-Pie X n 151

    Bulletin mensuel des membres de la Tradition catholique

    CCoonnffrrrriiee MMaarriiee RReeiinnee ddeess CCuurrss

    F.S.S.P.X - Le Moulin du Pin F - 53290 Beaumont-Pied-de-Buf Lexprience mariale de saint Franois de Sales

    Le mot de laumnier

    Au sujet de la voie de sanctification quil en-seigne dans le Trait de la Vraie dvotion la Sainte Vierge, saint Louis-Marie Grignion de Montfort a crit : On peut, la vrit, arriver l'union divine par d'autres chemins ; mais ce sera par beaucoup plus de croix, de morts tranges et avec beaucoup plus de difficults, que nous ne vaincrons que diffici-lement. Il faudra passer par des nuits obscures, par des combats et des agonies tranges, par sur des montagnes escarpes, par sur des pines trs pi-quantes et des dserts affreux. Mais par le chemin de Marie, on passe plus doucement et plus tranquille-ment. () Cette bonne Mre et Matresse se rend si proche et si prsente ses fidles serviteurs, pour les clairer dans leurs tnbres, pour les claircir dans leurs doutes, pour les affermir dans leurs craintes, pour les soutenir dans leurs combats et leurs difficul-ts, qu'en vrit ce chemin virginal pour trouver J-sus-Christ est un chemin de roses et de miel, vu les autres chemins. Et il donne quelques exemples v-cus : Il y a eu quelques saints, mais en petit nombre, comme un saint Ephrem, saint Jean Da-mascne, saint Bernard, saint Bernardin, saint Bo-naventure, saint Franois de Sales, etc., qui ont pas-s par ce chemin doux pour aller Jsus-Christ, parce que le Saint-Esprit, Epoux fidle de Marie, le leur a montr par une grce singulire ; mais les autres saints, qui sont en plus grand nombre, quoi-qu'ils aient tous eu de la dvotion la trs sainte Vierge, n'ont pas pourtant, ou trs peu, entr en cette voie. C'est pourquoi ils ont pass par des preuves plus rudes et plus dangereuses. 1

    Saint Franois de Sales2 est entr dans la Congrgation de Marie ds 1583. Franois tait de temprament anxieux : comme toutes les sensibili-ts impressionnables, motives, il tait vulnrable langoisse .3 Il va, pour ainsi dire, faire lexprience spirituelle dcrite par le Pre de Montfort et se rendre compte du rle de la Vierge en Marie dans cette tape de la vie spirituelle. 1 Texte original. Trait de la vraie dvotion la Sainte Vierge [VD], n 152. 2 Il est n le 21 aot 1567 Thorens, au hameau de Sales et mort le 28 dcembre 1622 Lyon. Il est ft le 29 janvier, jour de la translation de ses reliques. 3 Informations recueillies dans louvrage : Saint Franois de Sales, uvres, Bibliothque de la Pliade, Prface dAndr Ravier s.j., pp. XXVIII-XXXIII.

    Voici que, vers ses vingt ans, tandis quil est Paris, clate en lui une crise spirituelle trs grave : il y allait de son me . Les historiens sont partags sur ce qui dclencha cette crise : le problme tho-rique de la prdestination ? Des tentations violentes contre la chastet ? Le fait quau sortir de la crise, il se soit oblig par vu de dire tous les jours de sa vie le chapelet, incline opter pour la seconde hypo-thse. Quelle quen soit lorigine, il est de toute fa-on certain que la crise branla Franois jusquau plus profond de son tre . Toujours est-il que Franois prit alors une vive conscience de lincertitude de son propre salut. Il saffole Serait-il, lui, Franois, du petit nombre des prdestins ? En proie la tentation de dsespoir, il scrie Ah ! Quoi quil en soit, Seigneur, pour le moins que je vous aime en cette vie si je ne puis vous aimer en lternelle, puisque personne ne vous loue en en-fer ! Il en tait au point de tomber malade et la crise paraissait sans issue. Vers qui se tourner ?

    Voici comment se dnoua cette crise : En-fin, ayant t quelque temps dans ce furieux combat, un jour que cette importune pense (de sa damnation, ndlr) le pressait plus que de coutume, comme il tait fort dvot la Sacre Vierge, laquelle il avait une particulire confiance, il sen alla lglise des Pres de Saint-Dominique, en la Chapelle de la Vierge, et l, humblement prostern devant son image, il ouvrit son cur en prsence de Dieu. Il pronona une fervente prire qui se terminait par ces mots : Si parce que ma conduite lexige, je dois tre maudit parmi les maudits qui ne verront pas votre trs doux visage, accordez-moi au moins de ne pas tre de ceux qui maudiront votre saint Nom ! Puis, sur cette pense, il prit une tablette, qui tait prs des balustres de la chapelle, sur laquelle il y avait une petite oraison la Sacre Vierge ; la-quelle lisant dvotement, il se sentit tout en un mo-ment accois (apais, ndlr) en son cur et affranchi dune si cruelle et fcheuse tentation, laquelle il ne ressentit oncques plus .

    Cest bien la Sacre Vierge qui a sauv Franois de la tentation diabolique du dsespoir.

    Abb Guy Castelain+

  • Une prire de saint Franois de Sales la Vierge Marie

    Saint Louis-Marie Grignion de Montfort ex-plique : Le troisime bien que la Sainte Vierge fait ses fidles serviteurs, c'est qu'elle les conduit et di-rige selon la volont de son Fils. Rbecca conduisait son petit Jacob et lui donnait de temps en temps de bons avis, soit pour attirer sur lui la bndiction de son pre, soit pour viter la haine et la perscution de son frre Esa. Un enfant obissant Marie peut-il s'garer dans les chemins de l'ternit ? (VD 209). Saint Franois de Sales a compos une Prire Marie toute bonne et toute puissante qui permet dobtenir avec assurance ce troisime bien que la Sainte Vierge fait ses fidles serviteurs .

    Prire de saint Franois de Sales Ayez mmoire et souvenance, trs douce Vierge, que vous tes ma Mre et que je suis votre fils ; que vous tes puissante et que je suis un pauvre homme, vil et faible. Je vous supplie, trs douce Mre, que vous me gouverniez dans toutes mes voies et actions. Ne dites pas, gracieuse Vierge, que vous ne pouvez ! Car votre bien-aim Fils vous a donn tout pouvoir, tant au ciel comme en terre. Ne dites pas que vous ne devez ; car vous tes la commune Mre de tous les pauvres humains et particulirement la mienne. Si vous ne pouviez, je vous excuserais, di-sant : Il est vrai quelle est ma Mre et quelle me chrit comme son fils, mais la pauvrette manque davoir et de pouvoir ! Si vous ntiez ma Mre, avec raison je pa-tienterais, disant : Elle est bien assez riche pour massister ; mais, hlas ! Ntant pas ma mre, elle ne maime pas ! Puis donc, trs douce Vierge, que vous tes ma Mre et que vous tes puissante, comment vous excuserais-je si vous ne me soulagez et ne me prtez votre secours et assistance ? Vous voyez, ma Mre, que vous tes con-trainte dacquiescer toutes mes demandes. Pour lhonneur et la gloire de votre Fils, ac-ceptez-moi comme votre enfant, sans avoir gard mes misres et mes pchs. Dlivrez mon me et mon corps de tout mal et me donnez toutes vos vertus, surtout lhumilit. Enfin, faites-moi prsent de tous les dons, biens et grces qui plaisent la Sainte Trinit, Pre, Fils et Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

    Le Trait de la vraie dvotion

    comment par le Pre Plessis, s.m.m.

    Rappel du plan (avec les numros du Trait) :

    Introduction (1-13) Partie I. De la vraie dvotion en gnral (14-119) Partie II. De la parfaite dvotion (120-273) Chapitre I. Nature de la parfaite dvotion (120-133) Chapitre II. Motifs de la parfaite dvotion (134-212) Section I. numration des motifs eux-mmes (134-182) Section II. Figure biblique de la parfaite dvotion (183-212) Art. 1. Histoire de Jacob et Esa (184). Art. 2. Sens littral et spirituel de cette histoire (185-200) I. Esa, figure des rprouvs (185-190) A. Expos du sens littral (185) B. Expos du sens spirituel (186-190)

    B. Expos du sens spirituel Cest le deuxime ct du diptyque, rpon-dant point par point au premier, car les rprouvs donnent chaque jour la preuve quils sont anims par les mmes sentiments quEsa. 1 Les rprouvs satisfaits deux-mmes. Rien ngale leur habilet dans les affaires tempo-relles, leur rsistance aux fatigues que leur causent ces affaires, les succs qui couronnent leurs efforts, la lumire dont ils sont clairs et les chances dont ils profitent. Mais comme la terre leur suffit, ils ngli-gent le ciel. Eux si forts, si habiles et si clairs dans les choses de la terre, sont en ralit trs faibles et trs ignorants dans les choses du ciel. 2 Les rprouvs ennemis de la vie int-rieure. Etant naturellement ports sextrioriser, parader, capter lestime des autres, ils ne compren-dront pas le bonheur que lon trouve senfermer chez soi et y demeurer, lexemple de Dieu qui ne sort jamais de chez lui. Personnellement, ils ont hor-reur de la retraite, de la spiritualit, de la dvotion in-trieure. Ils ne peuvent non plus la supporter chez les autres. Ils traitent de petits esprits, de bigots, de sau-vages ceux qui fuient volontiers la socit du monde pour se livrer aux attraits de la vie intrieure. 3 Les rprouvs indiffrents lgard de Marie. Ils ne la hassent pas formellement. Ils lui donnent quelquefois des louanges, et ils affectent davoir quelques pratiques de dvotion en son hon-neur. Mais ils ne sauraient souffrir quon laime ten-drement, quon la serve fidlement, quon cherche gagner son affection et ses bonnes grces. Ils protes-tent quune telle dvotion nest nullement ncessaire au salut, quelle est mme exagre. Ne suffit-il pas

  • pour tre les serviteurs de la Vierge, de marmotter quelque oraison en son honneur, sans tendresse pour elle ni amendement pour soi ? 4 Les rprouvs esclaves de leurs passions. Dans cette vie extrieure, vapore, il ny a plus que le plaisir compter. Les rprouvs sy prcipitent avec une avidit gloutonne. Ils sont incapables de matriser leurs passions. Pour un vulgaire plat de len-tilles (c'est--dire pour les faux plaisirs de la terre), ils vendent leur droit danesse (c'est--dire leur droit dentre au ciel). Pour se procurer un vil plaisir dun moment (concupiscence de la chair), une vaine fu-me dhonneur (orgueil de la vie) ou une pice de monnaie jaune ou blanche (dsir des richesses), ils nhsiteront pas sacrifier la grce baptismale, ou du moins leur robe dinnocence (leur tat de grce) et mme leur hritage cleste. Ainsi la vie est joyeuse. Ils rient, boivent, mangent, se divertissent, jouent, dansent, etc., sans se mettre en peine, comme Esa, de se rendre dignes de la bndiction du Pre cleste, en sen rendant mme positivement indignes. 5 Les rprouvs perscuteurs des prdes-tins. Non contents de vivre leur aise et de goter tous les plaisirs, les rprouvs en veulent aux prdes-tins de savourer en paix un bonheur auquel ils ont eux-mmes renonc et quils savent irrmdiable-ment perdu pour eux. Cest pourquoi ils les hassent et les perscutent, ouvertement ou en cachette, mais toujours aussi implacablement. Ils se moquent deux, les contrefont, les critiquent ou les injurient. Ou bien encore ils les volent, les trompent, les ruinent et les couvrent dignominie. Et pour leur rendre plus d-primante encore la misre o ils les ont rduits, ils ont soin dtaler avec complaisance le spectacle de leur insolente fortune, esprant ainsi gcher leur bon-heur ou les amener y renoncer. Mais rira bien qui rira le dernier. En toutes choses, cest la fin quil faut considrer. Les rprou-vs semblent heureux ici-bas. Comme Esa, ils ont reu la bndiction de la terre. Comme lui galement, ils essaient de renverser lordre tabli par Dieu en se soustrayant la domination des prdestins. Cest dans la lointaine descendance de Jacob et dEsa que la bndiction prophtique dIsaac se ralisa pleine-ment, lorsque, aprs lavnement du Messie dans la race de Jacob, le peuple quil se constitua fut le peuple autrefois paen, lexclusion du peuple juif. Cest galement dans lautre vie que se manifesteront dans leur plnitude les effets de la prdestination. Alors, comme Esa, les rprouvs rugiront de dou-leur et rclameront vainement une part au bonheur des lus. Et leur haine impuissante ne servira plus qu les tourmenter eux-mmes. Quelquun voudrait-il imiter leur folie, pour aboutir au mme ternel dsastre ?

    suivre

    Le Pre Grignion et Monseigneur Franois de Sales

    Le 21 juillet 1947, dans son homlie aux P-lerins de France venus Rome pour les crmonies de canonisation de lauteur du Trait de la vraie d-votion la Sainte Vierge, Pie XII a cru devoir faire un rapprochement entre saint Louis-Marie Grignion de Montfort et saint Franois de Sales en ces termes : On a cru parfois pouvoir lopposer saint Fran-ois de Sales, prouvant ainsi quon ne connaissait gure que superficiellement lun et lautre... Mais on semble ignorer compltement la lutte par laquelle Franois de Sales avait adouci son caractre nul-lement aigre, et lexquise douceur avec laquelle Louis-Marie secourait et instruisait les humbles.

    Labb Joseph Grandet, tout premier bio-graphe de M. Grignion (1725), a crit un chapitre en-tier sur sa patience et sa douceur : Nous lisons dans la vie de saint Franois de Sales quil tait naturel-lement violent et vif, mais que la vertu lavait rendu doux comme un agneau. Cest l le caractre de Monsieur Grignion. Il ma dit, lui-mme, quil avait beaucoup plus de peine vaincre sa vivacit et la passion de colre que toutes les autres ensemble, et que si Dieu let destin pour le monde, il aurait t le plus terrible homme de son sicle. Cet auteur af-firme encore que Monsieur de Montfort a possd ces deux excellentes vertus, la patience et la douceur, dans le suprme degr . Il prcise ensuite que Monsieur de Montfort tait doux jusque dans le tribunal de la pnitence. Il a toujours vit ces deux funestes excs, qui ont caus autrefois, et qui causent encore aujourdhui de si grands maux dans lEglise, savoir, la trop grande rigueur et le trop grand rel-chement dans la morale. Il tonnait en chaire contre tous les vices, mais il tait doux et ferme tout en-semble, dans le tribunal (chap. XVI, pp. 371-377).

    Le Pre Besnard (+1788), autre biographe, a aussi rdig un chapitre sur sa douceur. Il crit : M. Grignion se distingua si fort par cette vertu quon et dit quelle ntait en lui que leffet dun heureux ca-ractre. Cependant, il tait n avec un penchant tout oppos (Livre neuvime, Manuscrit, pp. 269-271).

    La biographie du Pre Le Crom (Editions Clovis) comporte un minimum de 30 allusions la vertu de douceur de Montfort. Lauteur cite le tmoi-gnage, crit sous la foi du serment, de Mme dOrion, tmoin oculaire : Toujours beaucoup de douceur ; quoiquil fut n avec un temprament trs vif, il tait toujours matre de lui-mme. (op. cit. p. 477).

    Relire les bulletins : n 19, janvier 2006 ; n 33, avril 2007 ; n 44, avril 2008.

  • Retraites Mariales Montfortaines : inscrivez-vous ! Retraite au Moulin du Pin (53) du 22 au 27 janvier 2018 (mixte, 19 places) Directeur de la retraite : abb G. Castelain Renseignements et inscriptions : Le Moulin du Pin 02.43.98.74.63.

    Retraite Unieux (42) du 5 au 10 fvrier 2018 (mixte, 24 places) Directeur de la retraite : prciser Renseignements et inscriptions : Abb P. Barrre 04.77.40.20.55. Retraite au Moulin du Pin (53) du 4 juin au 9 juin 2018 (mixte, 20 places) Directeur de la retraite : abb G. Castelain Renseignements et inscriptions : Le Moulin du Pin 02.43.98.74.63.

    Retraite ltoile du Matin (57) du 9 au 14 juillet 2018 (mixte, 36 places) Directeur de la retraite : abb G. Chauvet Renseignements et inscriptions : Ltoile du Matin 03.87.06.53.90. Retraite Unieux (42) du 9 au 14 juillet 2018 (mixte, 24 places) Directeur de la retraite : prciser Renseignements et inscriptions : Abb P. Barrre 04.77.40.20.55. Retraite au Trvoux (29) du 16 au 21 juillet 2018 (mixte, 24 places) Directeur de la retraite : abb G. Castelain Renseignements et inscriptions : Abb G. Castelain 06.38.79.52.73. Retraite Enney (CH) du 23 au 28 juillet 2018 (mixte, 24 places) Directeur de la retraite : abb C. Pellouchoud Renseignements et inscriptions : Domus Dei [41] 26/921.11.38.

    Retraite au Moulin du Pin (53) du 3 au 8 dcembre 2018 (mixte, 20 places) Directeur de la retraite : abb G. Castelain Renseignements et inscriptions : Le Moulin du Pin 02.43.98.74.63.

    Douceur montfortaine et douceur salsienne Un tmoin, au procs de canonisation de saint Franois de Sales, affirmait : Ce serviteur de Dieu avait son cur tout embras du divin Amour Or, il a tmoign son amour en moulant sa vie sur celle du Sauveur avec tant de rapport, que lon pouvait dire que Jsus-Christ tait form en lui. Le Pre de La Rivire, auteur de sa vie, renforant encore : Il me semble que le Pre ternel avait pris plaisir de le former sur son Fils bien-aim, et le rendre une des plus parfaites copies de cet adorable original. Aussi plusieurs personnes de rare pit et mrite nont pas craint de dire quen voyant ce saint homme, il leur semblait voir le Sauveur conversant avec nous sur la terre, tant il portait sur son visage et en ses paroles les caractres de la bont et de la douceur de Jsus-Christ (Jsus, Notre Modle, L. Colin, c.ss.r., aux Editions Saint-Paul, 1946, p. 134). Le Pre de Montfort, lui, avait t saisi par cette parole de la Sagesse incarne : Apprenez de moi que je suis doux et humble de cur (Mt XI, 29 ; cf. Bulletin n 28). Comme pour confirmer que le Pre Grignion avait, lui aussi, acquis cette douceur de Jsus, le Bon Dieu a permis dans sa Providence que son dernier sermon fut prcisment sur le thme : De lamour et de la douceur de Jsus (uvres com-pltes, Le Seuil, 1966, 9me sermon, pp. 1718-1726). Saint Louis-Marie et Saint Franois de Sales, mme douceur ! Quel est leur secret ? Probablement le Secret de Marie. Montfort, dans son Trait de la vraie dvotion la Sainte Vierge, dit en effet : Saint Augustin appelle la Sainte Vierge Forma Dei, le moule de Dieu : le moule propre former et mouler des dieux. Celui qui est jet dans ce moule divin est bientt form et moul en Jsus-Christ, et Jsus-Christ en lui : peu de frais et en peu de temps, il deviendra dieu, puisquil est jet dans le mme moule qui a form Dieu (VD 219).

    2 527 membres au 31 dcembre 2017.

    Le samedi 6 janvier 2018, la Messe est clbre pour les membres vivants et dfunts.

    Reus fiscaux : demander au moment du don. Chques lordre de : C.M.R.C. - F.S.S.P.X.

    Attention, nouvelle adresse ml : cmrc@fsspx.fr

    La Confrrie sur Internet : site La Porte Latine.

    Impression par nos soins.

    Responsable de publication : Abb Guy Castelain, F.S.S.P.X. 06.38.79.52.73.

Recommended

View more >