DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES ET BESOINS ?· Réseau FAR Développement des territoires et besoins en…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES ET BESOINS EN QUALIFICATION DES JEUNES RURAUX AU MAROCEtudes dans les provinces de Larache et de TtouanRAPPORT D'ETUDEAbderrahim TAIEBIJuin 2012Rseau international Formation Agricole et Rurale1101, av. Agropolis - BP 5098 - 34033 Montpellier Cedex 01 - France Tl. : 33 (0)4 67 61 70 00 - Fax : 33 (0)4 67 61 70 67Courriel : far@agropolis.fr - Site : www.reseau-far.comVolume 1 : Synthse des rsultats et mthodologie utiliseRseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 2 Ce rapport dtude est compos de trois volumes spars. Les deux autres volumes sont : Volume 2 : Prsentation du pays et des zones denqute ; Volume 3 : Rsultats des enqutes. Le prsent volume 1 comporte des guides dentretien et des fiches denqutes sous Word dont la diffusion pourra tre faite sur demande (far@agropolis.fr ou igor.besson@supagro.inra.fr). Lavant-propos, la liste des abrviations, la note de lditeur sur le vocabulaire (les termes suivis dun astrisque dans le texte y sont dfinis) et la carte des rgions conomiques du Maroc qui figurent dans ce premier volume ne sont pas repris dans les deux autres volumes. Maquette, mise en page et lecture : Igor Besson Conception de la couverture : Evelyne Galtier Photos de couverture : Abderrahim Taiebi Version initiale : Fvrier 2011 pour la recherche documentaire et Juillet 2011 pour lanalyse des enqutes Version finale : Mars 2012 Les analyses et conclusions exprimes danc ce document sont formules sous la responsabilit de son auteur. Elles ne rfltent pas ncessairement le point de vue officiel du rseau international FAR ou des institutions partenaires. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 3 AVANT-PROPOS Le prsent document relve dun travail consquent et minutieux qui correspond aux attendus des termes de rfrence1. Il est dailleurs facile lire et intressant pour un lecteur ne connaissant pas le Maroc. Lorganisation en trois volumes est de notre ressort et, en plus de la mise en page entire-ment refaite, nous avons ajout la note sur le vocabulaire, compil la liste des abrviations et chang quelques titres de paragraphe sans toutefois faire de rcriture du document. Il faut prciser ici quil sagit dune tude oprationnelle limite gographiquement deux territoires - Ttouan et Larache dans le nord du Maroc - dont les limites concident avec les limites provinciales comme lexplique le consultant et qui finalement sont deux provinces pouvant tre considres comme des territoires, des pays , bien distincts. Les termes de rfrence demandaient en effet primo, de dlimiter deux territoires - ce qui a t fait et valid avant le dmarrage de ltude , se-cundo, de proposer une mthodologie et des outils dentretien et denqute avec les diffrents ac-teurs - ce qui a t valid galement avant de passer la deuxime phase de ltude - et tertio, didentifier les besoins en formation des jeunes sur la base des enqutes. Mais aprs coup, et aprs coup seulement, nous nous sommes rendu compte que comparer loffre et la demande de formation lintrieur dune ou de deux provinces peut manquer de pertinence. Dailleurs Abderrahim Taiebi, connaissant parfaitement bien le pays et son appareil ducatif agricole, a t conscient de cette limite et a signal plusieurs reprises que les zones de recrutement des co-les taient gnralement hors des provinces tudies et que des diplms en activit ou laurats insrs pour reprendre son appellation - avaient fait leur formation galement en dehors de la province o ils travaillent. Il apparait donc que toute tude de ce type devrait commencer par une cartographie nationale des formations et des zones dinfluence des coles et des centres de forma-tion (recrutements au moins, insertion professionnelle si possible) afin de dlimiter le primtre de ltude de faon plus pertinente que par des frontires administratives provinciales. Dans le mme sens, il y a fort parier qutant donn lampleur de la tche pour adapter la carte des formations agricoles aux besoins locaux, les moyens et les forces vives dune seule province ny par-viendront pas et quil serait plus raliste de travailler une chelle plus large en croisant la mobilit des personnes et des emplois avec les voies de communication et la rpartition des structures de formation existantes. Mais l encore, cela aurait demand un dispositif denqute lchelle natio-nale et un travail considrablement plus grand. Et il ne sagissait pas non plus dune tude universi-taire qui aurait ncessit entre autres une revue bibliographique approfondie. Cest dailleurs pour souligner limportance du travail mthodologique ralis par le consultant que nous avons dcid de proposer la synthse des rsultats et la prsentation de la mthodologie ds ce premier volume. Pour avoir une vision globale de cette mthodologie, nous invitons le lecteur se reporter la description de l Articulation globale de la dmarche de ralisation de ltude 2. 1 Cf. la fin de ce volume avant les annexes. 2 En p. 33, partie 2, III, du prsent volume. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 4 En ce qui concerne les rsultats, il faut prciser quune partie des questionnaires dentretien qui sont extrmement dtaills sapparentent plus des mthodes quantitatives avec parfois une surabon-dance de graphes (cf. vol. 3) - alors que la taille de lchantillon tudi et la mthode denqute rel-vent plus de mthodes qualitatives. Ce point serait revisiter pour mener dautres tudes de ce type. Ici, compte tenu de la consistance et de la dure de ltude, les chantillons dacteurs ne peuvent pas tre reprsentatifs statistiquement. En conclusion, la mthodologie utilise dans le prsent travail est intressante et pourra tre amliore pour faire dautres tudes de ce type. Passons maintenant au pays dtude, le Maroc, qui a investi de faon massive depuis une dizaine dannes dans les infrastructures : habitat grande chelle, autoroutes et chemins de fer, htels, accs leau potable et puration des eaux uses pas seulement en milieu urbain et semi-urbain Le renforcement des comptences figure galement en bonne place avec notamment lInitiative Natio-nale pour le Dveloppement Humain (INDH) et la formation des artisans, ainsi que le dveloppement agricole avec la nouvelle stratgie nationale sectorielle dite Plan Maroc Vert . Le secteur agricole au sens large, agriculture, levage et forts, mais hors pche maritime - occupe, il faut le savoir, une place importante, pour ne pas dire fondamentale, dans lconomie marocaine. Il gnre de lordre de 15 % de la richesse nationale en moyenne, mais avec des variations importantes - de 12 20 % du PIB3 - selon les conditions climatiques annuelles. De plus ses performances condi-tionnent celles de lconomie toute entire : la courbe du taux de croissance du pays est quasiment parallle celle de la production agricole. Mais globalement le secteur agricole marocain ne parvient pas couvrir les besoins alimentaires du pays, avec des importations reprsentant le double des exportations. Cest lun des enjeux du Plan Maroc Vert que de rduire ce dficit. Le dispositif national dEnseignement Technique et de Formation Professionnelle Agricole (ETFPA4) plac sous la tutelle du ministre de lAgriculture et des Pches maritimes (MAPM), qui uvre en collaboration avec celui de la Formation Professionnelle et dautres dpartements ministriels, y est relativement dvelopp avec une cinquantaine dtablissements publics rpartis travers le pays. Il assure la formation initiale trois niveaux, Ouvrier Qualifi, Technicien, Technicien Spcialis, ainsi que la formation par apprentissage qui a remplac la Spcialisation au niveau le plus bas5. Depuis lindpendance du pays en 1956, le systme marocain de lETFPA a dailleurs connu des vo-lutions et rformes importantes qui ont engendr des rsultats indniables en termes daugmentation de la capacit daccueil des apprenants, de dveloppement de nouvelles approches, douverture progressive sur les professionnels et damlioration de la qualit des formations. Une 3 Llevage reprsente entre un quart et un tiers de cette proportion. 4 FAR ( Formation Agricole et Rurale ) et ETFPA sont deux abrviations quasi quivalentes. On crit aussi parfois forma-tion technique et professionnelle agricole ou plus simplement formation professionnelle agricole . On notera en pas-sant que cest la dsignation ETFP qui est utilise au Maroc plutt que l EFTP (Enseignement et Formation Techni-ques et Professionnels), voire le plus rcent DCTP (Dveloppement des Comptences Techniques et Professionnelles) selon lapproche prne par lUNESCO afin de bien inclure lapprentissage tout au long de la vie.. 5 Ces niveaux correspondent autant dtablissements publics - savoir CQA, ITA, ITSA et CFA (les noms complets figurent en liste des abrviations) -, sachant que certaines structures ont plusieurs cursus et que les CFA nont pas dexistence pro-pre (chaque CFA fait partie dun des 26 CQA, 11 ITA ou 8 ITSA). Il y a aussi neuf lyces agricoles (LA) qui prparent au Bacca-laurat en sciences agronomiques (en fait, tous ces lyces ont un double statut LA/ITA ou LA/CQA et deux dentre eux rel-vent du ministre de lEducation nationale) ainsi que trois institutions denseignement suprieur dont limportant en ter-mes de filires et deffectif Institut Agronomique et Vtrinaire Hassan II Rabat. Nous ne comprenons pas dans le d-compte total des tablissements dETFPA les 32 collges ruraux (qui sont sous tutelle du ministre de lEducation nationale et qui nincluent en fait que quelques heures dinitiation lagriculture faites par des enseignants du MAPM). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 5 nette prise de conscience des jeunes, de leurs parents et de la communaut de lintrt de la forma-tion professionnelle explique que la demande na cess daugmenter au fil des annes. En fait, les vritables rformes ont commenc en 1984 avec la restructuration du dispositif national en vue de rpondre aux besoins en comptences induits par les stratgies de dveloppement du secteur agri-cole, de satisfaire les besoins en main duvre qualifie des professionnels et damliorer lemployabilit des laurats ou diplms6. Il est souligner aussi que la rforme de 1984 a aussi vis le rtablissement de la considration sociale et culturelle qui choit au travail manuel. Des avances importantes ont ensuite t progressivement ralises grce la loi de 1996 sur lalternance, la mise en uvre de la Charte Nationale sur lEducation et la Formation en 1999/2000, la loi sur lapprentissage en 2000, les exprimentations de dveloppement de formation selon lApproche par comptences (APC) en 2003, et enfin, depuis 2008 et planifi jusquen 2017, la r-ingnierie du systme, un terme pour le moins spcifique qui signifie la rorganisation globale et ordonne du dispositif national dETFPA selon une mthodologie bien dfinie, en loccurrence lapproche par comptences ou APC7. La formation continue des agriculteurs a connu galement des amliorations non ngligeables via le systme de vulgarisation publique et les initiatives de certaines associations professionnelles. Ce systme est en cours de rvision dans le cadre du Plan Maroc Vert, ce qui devrait permettre la mise contribution du priv travers notamment la cration du mtier du conseiller agricoles priv. Par ailleurs et mme si la rforme actuelle est maintenant conduite en autonomie totale par les au-torits marocaines, il est ncessaire de souligner limportance de lappui externe dans les diffrentes rformes avec plusieurs accords de partenariats conclus dans des cadres bilatraux ou multilatraux avec divers pays, rgions ou institutions internationales : FAO, France (AFD), Allemagne (GTZ), Cana-da (ACDI), Etats-Unis (USAID), Andalousie (Espagne), Belgique, Banque Mondiale, Union euro-penne Mme si des difficults persistent et risquent de limiter limpact des rformes actuellement entreprises malgr la qualit des ressources humaines dont disposent le ministre de lAgriculture et les tablissements de formation - par exemple, insuffisance de financement, dficit de pilotage, diffi-cults dappropriation des mthodes imposes de lextrieur -, on notera avec intrt une implica-tion croissante des acteurs locaux et des professionnels dans le processus de formation depuis linstauration de la formation alterne, la mise en place des mcanismes pour faire merger les be-soins en comptences et dvelopper les filires et programmes de formation pour y rpondre. Enfin, prenons le temps de rsumer quelques autres leons apprises grce cette tude. Le prsent travail dnote une bonne pratique de la rdaction des rapports relatifs des tudes sur appel doffres mais il pose la question de la rpartition entre travail de rdaction et de terrain 6 Il est en outre bon de savoir que le Maroc a mis en place en 1974 un organisme public et autonome, lOffice de la Forma-tion Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT), toujours oprationnel ce jour, en vue dassurer la gestion du systme : notamment collecte de la taxe professionnelle (1,6 % du montant des rmunrations depuis 1986) et ralisation de formations professionnelles (327 tablissements prparant 244 mtiers et un objectif de 250 000 stagiaires par an daprs les donnes 2012 de lOFPPT). Toutefois, lEFTPA dpendant du ministre de lAgriculture fait exception et il convient dajouter que les exploitations et les entreprises agricoles non structures ne payent pas de taxe de formation professionnelle et par consquent ne bnficient pas des financements prvues dans ce cadre. 7 Voire mme relativement lourde et rigide avec notamment quatre phases successives dEtude de planification, de Concep-tion et production des programmes de formation, dImplantation des programmes de formation et dEvaluation du pro-gramme ; cf. ltude commandite par le rseau FAR au Maroc (Analyse compare des processus de mise en uvre et de transformation des dispositifs de formation agricole et rurale dans trois pays dAfrique : Cameroun, Maroc et Madagascar, par Abdelkader Ftouhi, 2012, paratre). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 6 dans un temps assez rduit (45 jours prests) : ainsi la part de la synthse de donnes existantes (volume 2) est en termes de longueur peine moins importante que celle consacre la collecte de donnes nouvelles (volume 3). Nous savons dailleurs gr de bien avoir voulu inclure par la suite un paragraphe de remerciements et une courte biographie de lui. En outre, et nous en avons discut avec Abderrahim Taiebi, quelques points importants ne faisant pas partie des TdR nont pas t abords et on pourrait envisager de les traiter lors dune prochaine tude. Par exemple, la formation actuelle des agents de dveloppement agricole est-elle bien adap-te ? Les formations aux mtiers dagriculteurs rpondent-elles aux enjeux nationaux de dveloppe-ment des centaines de milliers dexploitations familiales ? Laccompagnement solidaire des petites exploitations agricoles de type microfundia dans le cadre du pilier II du Plan Maroc Vert est-il la hauteur des enjeux de dveloppement des territoires ? Le consultant avait certainement les comp-tences pour traiter ces points et ces lments auraient constitus des complments utiles cette tude. Gageons que dautres institutions sy attleront et que le prsent travail servira alors dun ct, de synthse des politiques de dveloppement du secteur agricole mais aussi de ceux de la p-che, de lartisanat et du tourisme ainsi que des caractristiques propres aux dispositifs de formation professionnelle dans ces secteurs, et de lautre, de prsentation et de base de donnes sur loffre de formation et le march du travail dans les deux provinces tudies, Larache avec le primtre irrigu du Loukkos et Ttouan dont lagriculture est principalement de montagne. Igor Besson, Secrtariat excutif du Rseau FAR, Montpellier, juin 20128 8 Nous tenons remercier Jean Metge pour la relecture de cet avant-propos et les apports dinformations concernant lagriculture au Maroc. Les lments concernant le systme national dETFPA et son volution proviennent dune autre tude en cours commandite par le rseau FAR (cf. A. Ftouhi, op. cit., paratre). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 7 Sommaire AVANT-PROPOS ........................................................................................................................... 3 Table des illustrations................................................................................................................... 9 Remerciements ............................................................................................................................ 9 Liste des abrviations ................................................................................................................. 10 Note de lditeur sur le vocabulaire ............................................................................................ 11 Carte des rgions conomiques du Maroc................................................................................... 12 INTRODUCTION.......................................................................................................................... 13 I. Contexte et problmatique .................................................................................................. 13 II. Objectifs et droulement de ltude..................................................................................... 14 PARTIE 1. SYNTHESE .................................................................................................................. 15 I. Prsentation succincte des deux zones dtude .................................................................... 15 I.1. Province de Larache ............................................................................................................................. 16 I.2. Province de Ttouan ............................................................................................................................ 16 II. Potentiel demplois.............................................................................................................. 16 II.1. Dans la province de Larache ................................................................................................................ 16 II.1.1. Secteur de lAgriculture........................................................................................................................... 17 II.1.2. Secteur de la Pche maritime ................................................................................................................. 17 II.1.3. Secteur de lArtisanat.............................................................................................................................. 17 II.1.4. Secteur du Tourisme ............................................................................................................................... 18 II.2. Dans la province de Ttouan................................................................................................................ 18 II.2.1. Secteur de lAgriculture........................................................................................................................... 18 II.2.2. Secteur de lArtisanat.............................................................................................................................. 19 II.2.3. Secteur de la Pche maritime ................................................................................................................. 20 III. Aspirations des jeunes ......................................................................................................... 20 IV. Offre de formation............................................................................................................... 21 IV.1. Au niveau de la province de Larache ................................................................................................... 21 IV.2. Au niveau la province de Ttouan........................................................................................................ 22 V. Besoins de formation........................................................................................................... 23 V.1. Province de Larache ............................................................................................................................. 23 V.1.1. Secteur de lAgriculture........................................................................................................................... 23 V.1.2. Secteur de lArtisanat.............................................................................................................................. 24 V.1.3. Secteur du Tourisme ............................................................................................................................... 25 V.1.4. Secteur de la Pche maritime ................................................................................................................. 25 V.2. Province de Ttouan ............................................................................................................................ 26 V.2.1. Secteur de lAgriculture........................................................................................................................... 26 V.2.2. Secteur de lArtisanat.............................................................................................................................. 26 V.2.3. Secteur du Tourisme ............................................................................................................................... 27 V.2.4. Secteur de la Pche maritime ................................................................................................................. 27 Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 8 VI. Recommandations pour une meilleure adquation emploi-formation.................................. 28 VI.1. Province de Larache ............................................................................................................................. 28 VI.2. Province de Ttouan ............................................................................................................................ 28 VII. Conclusion........................................................................................................................... 29 PARTIE 2. METHODOLOGIE ........................................................................................................ 31 I. Rappel des objectifs de ltude............................................................................................. 31 II. Consistance de ltude......................................................................................................... 31 III. Dmarche et mthodologie de ralisation de ltude............................................................ 32 III.1. Phase 1 : Dlimitation des territoires................................................................................................... 34 III.2. Phase 2 : Diagnostic de lenvironnement socio-conomique .............................................................. 34 III.2.1. Lenvironnement institutionnel et administratif ..................................................................................... 35 III.2.2. Lenvironnement socio-conomique ....................................................................................................... 35 III.3. Phase 3 : Diagnostic des besoins en formation en relation avec loffre de formation existante......... 35 IV. Instruments de lenqute..................................................................................................... 35 IV.1. Echantillonnage.................................................................................................................................... 36 IV.2. Guides dentretien et questionnaires .................................................................................................. 37 IV.2.1. Guide dentretien Acteurs institutionnels .......................................................................................... 37 IV.2.2. Questionnaire Professionnels ou Employeurs ............................................................................. 37 IV.2.3. Guide dentretien Jeunes ................................................................................................................... 37 V. Droulement des enqutes et difficults rencontres........................................................... 38 V.1. Enqute Institutionnels .................................................................................................................. 38 V.1.1. Droulement ........................................................................................................................................... 38 V.1.2. Difficults rencontres ............................................................................................................................ 40 V.2. Enqute Exploitations Agricoles ..................................................................................................... 40 V.2.1. Droulement ........................................................................................................................................... 40 V.2.2. Difficults rencontres ............................................................................................................................ 41 V.3. Enqute Jeunes .............................................................................................................................. 41 VI. Autres lments prendre en compte pour la conduite des tudes de ce type...................... 42 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES CONSULTEES ........................................................................... 44 TERMES DE REFERENCE DE LETUDE ............................................................................................ 45 ANNEXES : GUIDES DENQUETE.................................................................................................. 55 Annexe 1. Guide dentretien avec les institutionnels Agriculture............................................... 56 Annexe 2. Guide dentretien avec les institutionnels - Artisanat .................................................. 58 Annexe 3. Guide dentretien avec les institutionnels - Tourisme .................................................. 60 Annexe 4. Questionnaire Employeurs Secteur de lAgriculture ............................................ 61 Annexe 5. Questionnaire Employeurs Secteur de lArtisanat ............................................... 66 Annexe 6. Questionnaire Employeurs Secteur du Tourisme................................................. 73 Annexe 7. Questionnaire Jeunes en formation ou au chmage ............................................... 75 Annexe 8. Questionnaire Jeunes en formation ....................................................................... 77 Annexe 9. Questionnaire Jeunes laurats insrs ................................................................... 80 Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 9 Prsentation du consultant......................................................................................................... 84 Prsentation du Rseau FAR ....................................................................................................... 84 Table des illustrations Figure 1. Articulation globale de la dmarche de ralisation de ltude ......................................................33 Tableau 1. Rpartition de lchantillon des acteurs enquts......................................................................36 Tableau 2. Acteurs institutionnels enquts dans la province de Larache...................................................38 Tableau 3. Acteurs institutionnels enquts dans la province de Ttouan ..................................................39 Remerciements Il est difficile de raliser un travail de cette ampleur en peu de temps sans le soutien et lappui dacteurs institutionnels, professionnels et de partenaires. A ce titre, je voudrais adresser mes vifs remerciements toutes les personnes qui ont contribu de prs ou de loin au travail prsent dans ces documents. Je tiens plus particulirement remercier : Le rseau international FAR qui a permis financirement et techniquement la ralisation de cette tude. Pour leur soutien et apport importants tout au long des phases de ralisation de cette tude, ainsi que de leurs conseils et appui au cours de la rdaction des diffrents documents aussi bien sur le fond que sur la forme. o Mme Nawal El-Haouari, Chef de la division de lenseignement et de la formation agricole, au Ministre de lAgriculture, o M. Mohamed Sadi, reprsentant national de la profession agricole et responsable du rseau FAR au Maroc, o M. Igor BESSON, charg de mission du rseau FAR. Pour leur disponibilit et implication lors de la phase denqute et de recueil de donnes au ni-veau local : o Mesdames et Messieurs les directeurs et dlgus rgionaux des diffrents dpartements ministriels rencontrs dans les provinces de Larache et de Ttouan : Agriculture, Artisanat, Tourisme, Pche maritime, o Messieurs les reprsentants de la profession agricole au niveau des deux provinces, o Mesdames et Messieurs les directeurs et formateurs/trices des tablissements agricoles, o Lensemble des agricultures et ouvriers agricoles ayant accept de participer lenqute, o Lensemble des jeunes laurats ou stagiaires des tablissements agricole des deux provinces. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 10 Liste des abrviations Note : cette liste a t compile par lditeur. AFD Agence Franaise de Dveloppement ANOC Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins, Maroc APC Approche par comptences Bac Baccalaurat (il existe un baccalaurat en sciences agronomiques prpar dans les lyces agricoles) BT Brevet de Technicien (niveau baccalaurat, CITE 3) BTS Brevet de Technicien Spcialis (CITE 4, post-secondaire non suprieur) CAP Certificat dAptitude Professionnelle CFA Centre(s) de Formation par Apprentis-sage CFP Centre(s) de Formation Professionnelle (prpare au niveau 1 de la CITE, ex niveau dit de Spcialisation professionnelle/SP au Maroc ; en mode de formation par apprentissage de nos jours) CITE Classification Internationale Type de lEducation (UNESCO) CNSS Caisse Nationale de Scurit Sociale CQA Centre(s) de Qualification Agricole CQP Certificat de Qualification Professionnelle (CITE 2, niveau dOuvrier qualifi qui est suprieur celui douvrier spcialis au Maroc) CQPHT Centre(s) de Qualification Professionnelle, Htelire et Touristique CT Centre(s) de Travaux DFP Dpartement de la Formation Professionnelle, MEFP DH Dirham marocain (taux de change utilis denviron 0,09 uro pour 1 DH) DEFR Direction de lEnseignement, de la Formation et de la Recherche, MAPM DERD Direction de lEnseignement, de la Recherche et du Dveloppement, MAPM, Maroc (devenue DEFR depuis 2008) DPA Direction(s) Provinciale(s) de lAgriculture DRA Direction(s) Rgionale(s) dAgriculture DT Dpartement du Tourisme, MTAES EFP Etablissement(s) de Formation Professionnelle EFPA Etablissement(s) de Formation Professionnelle Agricole EFPHT Etablissement(s) de Formation Professionnelle Htellerie-Tourisme ETFP Enseignement Technique et Formation Professionnelle FAR Formation agricole et rurale FNIH Fdration Nationale des Industries Htelire, Maroc FNT Fdration Nationale du Tourisme, Maroc FP Formation professionnelle ha hectare(s) Hab. habitant(s) HCP Haut Commissariat au Plan, Maroc INRA Institut National de la Recherche Agronomique, MAPM ISIT Institut Suprieur International du Tourisme de Tanger ISTAHT Institut Spcialis de Technologie Applique Htelire et Touristique ITA Institut(s) Technique(s) Agricole(s) ITHT Institut(s) de Technologie Htelire et Touristique ITSA Institut(s) de Techniciens Spcialiss en Agriculture LA Lyce(s) agricole(s) (en double structure avec ITA ou CQA pour ceux relevant du MAPM) M million(s) (pour les monnaies) MAPM Ministre de lAgriculture et de la Pche maritime, Maroc MEFP Ministre de lEmploi et de la Formation Professionnelle, Maroc Md milliard(s) (pour les monnaies) MFA Mode de Formation par Apprentissage MO Main duvre MTAES Ministre du Tourisme, de lArtisanat et de lEconomie Sociale, Maroc OFPPT Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail, MEFP ONG Organisation Non Gouvernementale ORMVA Office(s) Rgional(aux) de Mise en Valeur Agricole, MAPM Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 11 PAM Plante aromatiques et mdicinales PIB Produit intrieur brut PME Petites et Moyennes Entreprises q/qx quintal/quintaux SAU Surface agricole utile SDFP Schma Directeur Rgional de Formation Professionnelle des Mtiers de lArtisanat, Maroc SEGMA Service de ltat Gr de Manire Autonome SP Spcialisation professionnelle Note de lditeur sur le vocabulaire Les termes suivis dun astrisque dans le texte sont dfinis comme suit : Termes vernaculaires : o bour : zone(s) de cultures pluviales et par extension agriculture pluviale, par opposition aux zones irrigues et lagriculture irrigue (on parle parfois de terre(s) bour ou de zone(s) bour mais on dit tout simplement le bour : par exemple, lorge en bour ou lagriculture de bour). o kif (de larabe maghrbin) : drogue obtenue par mlange de chanvre indien ou cannabis et de ta-bac fumer ; cest le nom du haschisch en Afrique du nord. o masra : pressoir artisanal pour les olives. o melk : statut foncier de proprit individuelle o tadellakt : technique de peinture traditionnelle devenue la mode pour sa beaut de finition Termes rares en franais : o dinanderie : travail du cuivre et plus gnralement, production dobjets artisanaux par martelage de feuilles de mtal. o passementerie : fabrication douvrages de fil (gnralement dor ou de soie) servant orner no-tamment les vtements. o ramendeur, ramendeuse : personne qui rpare les filets de pche. o rifain : relatif la rgion du Rif, nom de la chane de montagne au nord du pays (le nom vient lui-mme de arrif , qui signifie rivage, bord rifain, donc comme le mot arabe sahel ). o zellige : petit morceau de brique ou de cramique maille servant la dcoration. Termes franais de signification spcifique au Maroc : o caporal, caporaux : contrematre. o laurat, laurate : personne diplme (semploie quel que soit le niveau du diplme). o polygone pdagogique : espace dapprentissage pratique dans les tablissements de formation. Il est noter que le niveau de Spcialisation (CFP, formation par apprentissage aprs lcole primaire ou 6e anne dtude) est infrieur celui de Qualification (CQP, deux annes de formation aprs la 8e anne dtude) au Maroc. Cela quivaut semble-t-il aux niveaux 1 et 2 de la Classification Internatio-nale Type de lEducation (CITE) de lUNESCO (1997 rdite en 2006)9. Quant aux niveaux de techni-ciens et techniciens spcialiss, ils quivalent aux niveaux CITE 3 et 410. 9 Cf. http://www.uis.unesco.org/Library/Documents/isced97-fr.pdf pour la version en franais. 10 A noter que BTS signifie ici bien Brevet de Technicien Spcialis, de niveau 4 dans la CITE contrairement au Brevet de Technicien Suprieur souvent en CITE 5 (cas du BTS agricole en France et des programmes Fachschulen allemand, en coles techniques). Nous crivons souvent car le BTS (Suprieur) dans les pays non OCDE est gnralement class en CITE 4 (par exemple le BTA agricole en Tunisie). Remarquons aussi que les deux BTS (spcialis et suprieur) se prpa-rent en deux ans pour les titulaires du baccalaurat ou quivalent. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 12 Carte des rgions conomiques du Maroc (avec emplacement des deux zones dtude) Zone daction de la Direction Rgionale de lAgriculture (DRA) de Tanger-Ttouan (Nord du Maroc) TETOUAN LARACHE Source : Carte du Dcoupage rgional, Royaume du Maroc, Google Maps Source : consultant Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 13 INTRODUCTION I. Contexte et problmatique Au Maroc, le secteur agricole est li au milieu rural. En effet, celui-ci produit entre 15 % et 20 % du PIB et constitue le principal pourvoyeur demploi pour le milieu rural : 80 % des actifs ruraux travail-lent pour le secteur agricole. Comme dans la plupart des pays en dveloppement, lexercice des activits agricoles au Maroc est confront des volutions profondes et extrmement rapides sous linfluence de facteurs divers tels que la gnralisation dune conomie de march ; la dcentralisation et le dsengagement de lEtat au profit du secteur priv ; lurbanisation rapide ; le dveloppement des circuits commerciaux ; le dveloppement du secteur de lagroalimentaire et les exigences de scurit alimentaire des consommateurs ; ainsi que de celle de prise en compte des problmes denvironnement. De ce fait, le milieu rural est appel aujourdhui conduire une rvolution agricole caractrise par laccroissement des productivits des diffrents facteurs (sols, travail, capital), assurer une gestion durable des ressources naturelles face laccroissement de la pression dmographique sur les terres, lpuisement des cosystmes, et la rarfaction accrue des ressources en eau ; lutter contre la pauvret ; amliorer les conditions de vie de la population agricole et rurale pour que dautres sec-teurs dactivit conomique puissent connatre une expansion. Du fait de ces transformations rapides et brutales du monde rural, les nouvelles gnrations doivent conduire une difficile transformation des exploitations familiales pour les adapter aux exigences du contexte mergent, remettant en cause une bonne part des fondements des systmes traditionnels de production. Toutefois, lexigence de participer au dveloppement dexploitations familiales rentables, viables et durables, induit, par suite de lampleur des phnomnes dmographiques et de la pression sur le foncier, des dparts du secteur agricole vers dautres secteurs dactivits en milieu rural ou urbain. La formation professionnelle en milieu rural devra donc galement accompagner les jeunes qui ne pourront rester dans le secteur agricole acqurir dautres qualifications et comptences. Daprs la carte de la pauvret au Maroc, 22 % de la population rurale marocaine vit en dessous du seuil de pauvret contre 7,9 % des familles urbaines et priurbaines, selon le Haut Commissariat au Plan (2004). Le taux de pauvret est mme suprieur 30 % dans plus du quart des communes rura-les et dpasse 40 % dans une centaine dentre elles principalement celles des zones montagneuses. La plupart des communes pauvres se concentrent dans les rgions de Marrakech-Tensift-Al Haouz, Souss-Massa-Draa, Mekns-Tafilalet, lOriental, Tadla-Azilal et Fs-Boulemane. Le taux danalphab-tisme dans ces rgions pauvres dpasse les 60 % (2002). La scolarisation ne touche que 45 % des Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 14 garons contre 20 % des filles (2002). Les jeunes sont les plus touchs par le retard du monde rural tant au niveau de la sant que de lducation et de lpanouissement personnel. Cet tat de fait pose avec acuit la question du dveloppement de dispositifs de formation adapts pour ces jeunes et assurer leur insertion dans la vie sociale et professionnelle. Cette question est particulirement sensible pour le secteur agricole et le milieu rural qui devront insrer une part im-portante de ces nouvelles gnrations. II. Objectifs et droulement de ltude Ltude a pour objectifs : didentifier, du point de vue de lensemble des acteurs concerns par la formation profession-nelle et technique, les besoins en qualification des jeunes ruraux au niveau de deux territoires du milieu rural au Maroc, en prenant en compte les ralits locales ; de faire ressortir les constats gnralisables ; dclairer les dcideurs du secteur sur les choix de dveloppement des dispositifs de la formation capables de favoriser une insertion sociale et conomique optimale des jeunes ruraux. Ltude sest articule autour des trois tapes suivantes : Dlimiter les territoires cibles de ltude, en se basant sur les caractristiques propres chacun en termes dhomognit gographique, cologique, conomique, culturelle et sociale ; Faire un diagnostic partag des besoins en comptences et qualifications susceptibles de rpondre aux besoins des projets de dveloppement agricole et rural des territoires et dassurer une insertion socio-conomique des jeunes ruraux ; Recommander des mesures sur la manire de pourvoir les territoires tudis en comptences mme de permettre aux jeunes ruraux forms damorcer ou de renforcer un dveloppement agricole et rural. Le travail de rcolte dinformations sur le terrain sest droul entre septembre 2010 et janvier 2011. Il a consist en la rencontre des acteurs concerns par le dveloppement conomique rural, ainsi quavec les acteurs de la FAR. Ce travail de terrain a vis aussi recueillir les dsirs des jeunes et des professionnels ainsi que leurs recommandations relatives la formation et lemploi. Enfin, cette tude a permis, dune part, didentifier les principaux mtiers porteurs dans chaque terri-toire et les besoins en formation, et dautre part, de formuler des recommandations concernant le dveloppement du dispositif de formation professionnelle pour le rendre capable de rpondre aux besoins des professionnels afin de favoriser linsertion socioprofessionnelle des jeunes et leur per-mettre de participer au dveloppement de leurs territoires. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 15 PARTIE 1. SYNTHESE I. Prsentation succincte des deux zones dtude Le choix des territoires a port sur deux provinces de la rgion de Tanger-Ttouan. Cette rgion, qui est en plein lan de dveloppement conomique et social, connat un panouissement important tous les niveaux : industrie, infrastructure routire et maritime, tourisme, etc. Principale zone dmigration du Maroc vers lEurope dans les annes 1960 et 1970, la rgion connat aujourdhui la plus forte densit dmographique du pays ; En effet, la densit de la population rurale de cette rgion (124 habitants/km) est trois fois plus leve que la moyenne nationale (37 habi-tants/km). Lagriculture et la pche reprsentent les activits dominantes au niveau de la rgion, aussi bien par les emplois offerts (78,7 % de la population active occupe rurale en 2006) que par les effets induits sur la cration dunits agro-industrielles. La partie rurale de la rgion est aussi lune des principales sources de rsine de cannabis qui couvre une superficie denviron 20 000 km (2,7 % de la superficie totale du Maroc). A partir des zones de production traditionnelle de certaines communes du Rif central o le cannabis est cultiv depuis le XVIme sicle, la culture du cannabis sest propage au cours des vingt dernires annes, vers lOuest, dans toute la province de Chefchaouen, puis, a gagn vers le Nord celle de T-touan, vers louest celle de Larache et vers le sud celle de Taounate. Cette extension sest souvent faite au dtriment de la fort, des bonnes terres cultivables et des primtres irrigus, contribuant ainsi lrosion des sols et la disparition des productions agricoles licites. La production et la commercialisation de cannabis a constitu une des principales activits gnratri-ces de revenus des ruraux. A partir de 2005, le gouvernement marocain a organis de vastes campa-gnes de destruction du cette culture. Toutefois, labsence dactivits conomiques alternatives a contribu la dgradation socio-conomique de Larache, laugmentation de la pauvret et de lexode rurale. Ceci amne rflchir sur le problme du chmage qui devient croissant ainsi que sur la ncessit de cration des activits gnratrices demploi afin de pallier aux problmes de pauvret dont souffre les populations rurales de la rgion malgr son potentiel conomique important (agri-culture, pche, montagne, fort, rivires). Dans ce contexte, la prsente tude sest intresse deux provinces de la Rgion de Tanger-Ttouan : la province de Larache avec une agriculture moderne irrigue (Loukkos) et la province de Ttouan avec une agriculture montagneuse et vivrire. Ces deux provinces sont diffrentes par leurs potentiels et leurs vocations conomiques. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 16 I.1. Province de Larache La province de Larache, dont lappellation signifie un dispositif en bois plac pour soutenir une vigne qui rappelle lactivit agricole, se distingue par la fertilit de ses terres qui a caractris les plaines du Loukkos durant toute son histoire. Cette province se caractrise par ses terres riches et ses sols fertiles, son agriculture moderne et di-versifie grce une infrastructure hydraulique sophistique, son tissu dindustrie agroalimentaire, ses produits agricoles destins lexport et son organisation professionnelle. La contribution de la province dans la production nationale est considrable, notamment pour la production de sucre qui reprsente 15 % de la production nationale, ainsi que de la fraise dont la province est indniablement le premier producteur national. Par ailleurs, son port fluvial revt une importance primordiale dans la vie socioconomique de Lara-che. Une industrie lie la mer et la pche sy est implante et la province, vocation agricole et maritime, a suscit le dveloppement de plusieurs units agro-industrielles. I.2. Province de Ttouan Situe au nord du Maroc sur la mditerrane, la province de Ttouan est un territoire porte de lEurope . Elle se caractrise galement par la proximit dune aire montagneuse rurale fort po-tentiel migratoire. La province se caractrise par la fragilit de son milieu naturel caractris par un paysage monta-gneux topographie accidente, des sols peu fertiles, une agriculture traditionnelle de montagne conduite sous rgime pluvial, une population dense activit principalement commerciale (contre-bande des produits dEspagne) et une forte migration. La partie ctire prsente un grand dveloppement touristique et des niveaux durbanisation levs, alors que lintrieur est plus montagneux et ses activits correspondent au secteur primaire. La production agricole est principalement vivrire constitue essentiellement de crales produites dans les grandes exploitations et de cultures maraichres produites dans de petites superficies. La rgion se caractrise par un morcellement et une exigut des parcelles, un surpturage et un dfri-chement excessif des forts. Par ailleurs, lagriculture utilise une technologie rudimentaire et des procds de production traditionnels. II. Potentiel demplois II.1. Dans la province de Larache Lemploi dans la province de Larache est fourni principalement par le secteur de lAgriculture (agri-culture de production et agroalimentaire) et celui de la Pche maritime. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 17 Les secteurs de Tourisme et de lArtisanat, malgr leurs potentiels importants dans la province, res-tent peu dvelopps et noffrent pas beaucoup dopportunits dinsertion professionnelle pour les jeunes actifs de la province. II.1.1. Secteur de lAgriculture Il nexiste pas de statistiques sur lemploi agricole dans la province. Toutefois, lenqute ralise avec les acteurs institutionnels et les professionnels a montr que lactivit de la production marachre est celle qui mobilise le plus de main duvre permanente et occasionnelle. La craliculture consti-tue galement une activit non ngligeable en matire de mobilisation de la main duvre occasion-nelle. Le bovin laitier est une activit importante qui demande une main duvre permanente avec un certain niveau de technicit. Le fraisier, qui connat une extension rapide due principalement au dveloppement des marchs dexport pour les produits frais et surgels, offre prs de 1 000 journes de travail par hectare par an pour le seul poste de la rcolte. La province de Larache offre de grandes potentialits dinvestissement agricole, principalement dans les industries agroalimentaires (conditionnement et transformation des fruits et lgumes, surgla-tion, transformation de lait, etc.). Cette nouvelle situation va sans doute crer de nouvelles exigences en matire de qualification de la main duvre dans lavenir. Les principaux mtiers porteurs identifis par ltude sont : les techniques de culture des petits fruits rouges ; le conditionnement des petits fruits rou-ges ; la transformation et la valorisation des pe-tits fruits rouges ; la conduite de llevage bovin lai-tier ; la transformation des produits lai-tiers ; la valorisation des olives. II.1.2. Secteur de la Pche maritime Lemploi est estim 4 200 emplois directs et prs de 10 000 emplois indirects rpartis entre les activits de la pche ctire, la pche artisanale, les madragues et des activits annexes. Par ailleurs, les industries de la pche, qui emploient principalement de la main duvre occasion-nelle, emploient annuellement prs de 5 000 ouvriers qui nont aucune qualification professionnelle. La valorisation des produits de la pche (mise en boite, transformation, conglation, etc.) est en plein dveloppement et le besoin de main duvre qualifie, principalement fminine, est trs fort. Les principaux mtiers porteurs identifis dans le secteur sont : Ramendeur* (filets de pche) ; Marin-pcheur ; Mcanicien de bateau de pche ; Mcanicien de moteur hors bord ; Ouvrier en transformation des pro-duits de la pche. II.1.3. Secteur de lArtisanat Il y aurait prs de 9 500 artisans qui emploient chacun deux ouvriers en moyenne. Il sagit dune main duvre qui na suivi aucune formation professionnelle et qui a appris le mtier sur le tas. Cette main duvre est employe dans les activits de lartisanat de production (poterie, tissage traditionnel, Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 18 menuiserie, ferronnerie et couture) et de lartisanat de service (mcanique, plomberie, soudure, carrosserie et lectricit). Les principaux mtiers porteurs de lartisanat de production sont : la Ferronnerie ; la Dinanderie* ; la Broderie ; la Couture traditionnelle ; le Tissage ; la Couture moderne ; la Menuiserie ; la Tapisserie. Les principaux mtiers porteurs de lartisanat de services sont : lElectricit automobile ; lElectromcanique ; la Rparation des quipements lectrom-nagers ; la Rparation et linstallation frigorifique ; la Soudure ; la Carrosserie-Peinture ; la Mcanique dentretien ; la Tlerie ; lElectricit en btiment ; la Peinture en btiment ; la Plomberie sanitaire ; la Menuiserie bois ; la Menuiserie mtallique ; la Menuiserie aluminium. II.1.4. Secteur du Tourisme Lemploi offert est limit et caractre saisonnier. Il est centr sur les mtiers de restauration. Il est signaler labsence de statistiques sur limportance et la nature de lemploi touristique dans la province. Les principaux mtiers porteurs dans ce secteur sont les suivants : Cuisine : chef de cuisine, aide cuisinier, aide ptissier, Boulanger ; Restaurant : maitres dhtels, chefs de quart, serveur ; Caf, bar : agent de comptoir, serveurs ; Maintenance : chef de maintenance, assistant de maintenance ; Accueil /rception : chef de rcep-tion, employ de rception, standar-diste, bagagistes. II.2. Dans la province de Ttouan Lemploi dans la province de Ttouan est principalement fourni par le secteur de lartisanat de ser-vice et celui du tourisme. Lagriculture occupe essentiellement la main duvre familiale fminine. Quant aux secteurs de la pche et de lartisanat de production, ils restent traditionnels et noffrent pas beaucoup dopportunits dinsertion professionnelle aux jeunes. II.2.1. Secteur de lAgriculture Les principales activits qui mobilisent la main duvre sont larboriculture fruitire, particulire-ment lolivier et le figuier. Le dveloppement de cette spculation, dans le cadre de la nouvelle stra-tgie Plan Maroc Vert , va certainement gnrer un besoin considrable en main duvre quali-fie. La deuxime activit gnratrice demploi est llevage qui contribue largement au revenu et la couverture des besoins de base de la population des zones de montagne. Le Plan Maroc Vert pr-voit le dveloppement de cette filire, ce qui va engendrer un besoin en main duvre spcialise dans llevage caprin, llevage bovin, la transformation du lait et les levages avicole et apicole. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 19 La province possde galement un couvert vgtal riche en plantes aromatiques et mdicinales ( PAM ). Cette activit permet de gnrer des revenus importants et de crer des milliers de jour-nes de travail, notamment pour les populations enclaves du milieu rural. Lexploitation de ce po-tentiel pourrait constituer une vocation intressante pour les populations rurales de la province. Pour le secteur du tourisme, malgr le potentiel important de la province, lactivit touristique souf-fre dune sous-exploitation due un certain nombre de facteurs, dont essentiellement le caractre saisonnier de lactivit, la non diversification du produit et labsence danimation. De grands projets visant le dveloppement dun grand ple touristique dans la province ont t rali-ss durant les cinq dernires annes, savoir la Rocade Mditerranenne, le port de Tanger Mdi-terrane, les programmes de mise niveau touristique, le projet intgr du tourisme rural dAn Zar-ka ainsi que la zone damnagement de Tamudda Bay. En plus de cette infrastructure htelire, il existe un nombre important de boulangeries/ptisseries, de restaurants et cafs et de salons de th. Ces tablissements emploient plus de salaris que les entreprises htelires. Les principaux mtiers identifis dans le secteur sont : Cuisine : chef de cuisine, aide cuisiniers ; Restaurant : maitre dhtel, chef de quart, Serveur ; Accueil/Rception : chef de rception, em-ploy de rception, standardiste, baga-giste ; Caf et Bar : barman, agent de comptoir, serveurs ; Maintenance : chef de maintenance, assistant de maintenance ; Animation : animateur touristique, maitre nageur, guides accompagna-teurs. II.2.2. Secteur de lArtisanat Il ressort des investigations que le secteur de lartisanat de production, si peu dvelopp soit-il, a des potentialits importantes dans les mtiers fort contenu culturel. Ce secteur se heurte plusieurs obstacles parmi lesquels il y a la faiblesse de la capacit de production, lutilisation de moyens de production vtustes, le manque de formation et de perfectionnement des artisans et la faible promo-tion du produit artisanal. Leffectif des artisans de la province slve actuellement prs de 14 103 personnes dont 9 590 oprent dans les activits dart et production et 4 512 dans les activits des services. Afin de donner une dynamique au secteur de lartisanat dans la province, il sera procd la ralisa-tion dun village dartisans au niveau de Fnideq afin de favoriser la promotion du produit, la cration demploi et la qualification des artisans. Les principaux mtiers porteurs dans lArtisanat de production sont : la Ferronnerie ; la Broderie et la Couture traditionnelle ; le Tissage ; la Sculpture sur bois et le bois incrust ; la Bijouterie ; le Pltre ; la Maroquinerie ; la Tapisserie. Les principaux mtiers porteurs dans lArtisanat de service sont : la Mcanique automobile ; lElectricit automobile ; Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 20 la Carrosserie et la tlerie ; la Rparation des quipements lectrom-nagers ; la Rparation et installation frigorifique ; la Maonnerie ; le Carrelage et mosaque ; lElectricit de btiment ; la Peinture de btiment ; la Plomberie sanitaire ; la Menuiserie bois ; lInstallation sanitaire et thermique ; la Menuiserie mtallique et alumi-nium. II.2.3. Secteur de la Pche maritime Les richesses halieutiques de la province demeurent sous-exploites et ce cause de labsence dune flotte moderne et performante et dinfrastructures adquates dune part et dautre part, du manque dencadrement des oprateurs locaux. Lenqute institutionnelle a permis didentifier les principaux mtiers porteurs dans le secteur. Ces mtiers concernent : Ramendeur* (filets de pche) ; Marin-pcheur ; Mcanicien de bateau de pche ; Mcanicien de moteur hors bord ; Mtiers de valorisation des produits de la pche. Les activits daquaculture et de valorisation des produits de la pche sont en plein dveloppement et auront besoin dune main duvre qualifie dans ce domaine. III. Aspirations des jeunes Lenqute effectue auprs des jeunes des deux provinces afin de comprendre leurs aspirations rela-tives linsertion socioprofessionnelle, a concern des stagiaires de la formation professionnelle agricole, des jeunes insrs professionnellement et des jeunes au chmage. Que ce soit dans la province de Larache ou de Ttouan, lenqute a permis de soulever un dsint-ressement gnral des jeunes vis--vis des activits agricoles. En gnral, les jeunes de la province de Ttouan prfrent sorienter vers les activits commerciales et la contrebande des produits espagnols, juges plus rmunratrices que lemploi agricole. Les sta-giaires en cours de formation dplorent que le secteur agricole dans leur province noffre pas de grandes possibilits dinsertion professionnelle dautant plus que pour travailler dans le secteur, il faut quitter la province vers dautres rgions dont le march du travail agricole offre plus dopportunits, voire mme aller en Espagne o les opportunits de travail dans le secteur sont plus abondantes et intressantes. Quand aux laurats de la formation professionnelle, ils jugent que linsertion ncessite dnormes efforts de recherche tant donn que le secteur noffre pas de grandes possibilits demploi stable dune part et en raison de labsence de circuits organiss dinsertion dautre part. Les laurats insrs ont t retrouvs soit au niveau de la rgion du Gharb soit plus au sud au niveau de la rgion du Souss. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 21 Les jeunes au chmage rencontrs ont dclar que faute demploi stable dans le secteur agricole, ils prfrent travailler dans la contrebande pour rester auprs de leurs familles plutt que dmigrer vers dautres rgions sans aucune garantie de logement ou de rmunration adquate. Concernant les jeunes de la province de Larache, ils se sont dclars optimistes par rapport aux pos-sibilits dinsertion dans la province quils jugent diversifies et prometteuses. Les stagiaires de la formation professionnelle agricole sont gnralement satisfaits de la qualit de la formation et de son organisation. Les laurats insrs sont satisfaits de leur situation et des possibilits dvolution. Ils estiment quils ont eu une bonne assise pour commencer leur vie professionnelle et plusieurs sont trs satisfaits de la rmunration. Il leur reste dvelopper leurs comptences et leur savoir faire afin de pouvoir voluer et accder des postes plus intressants. Toutefois, Les jeunes au chmage ont dclar que les opportunits demplois permanents sont limi-tes. Les horaires, les responsabilits et les salaires sont en dessous de leurs esprances. Ils pensent prospecter les possibilits dans dautres secteurs dactivit comme la pche ou le tourisme. IV. Offre de formation IV.1. Au niveau de la province de Larache (i) Le dispositif de la formation professionnelle en Agriculture dans la province de Larache est cons-titu dun seul tablissement qui assure aussi bien la formation initiale que la formation par appren-tissage des jeunes ruraux dans les niveaux Technicien, Qualification et Spcialisation. Les filires dispenses sont lHorticulture pour le niveau technicien et le Maraichage et la Poly-culture-Elevage pour le niveau qualification. Quant aux filires dispenses en mode de formation par apprentissage, elles concernent le niveau douvrier en maraichage, en arboriculture, en levage ovin-caprin, en cultures Industrielles, en agriculture, en apiculture, et en traitement phytosanitaire. (ii) Concernant le dispositif de la formation professionnelle de lArtisanat, il existe dans la province deux centres de formation par apprentissage, peu quips, qui dlivrent le diplme de spcialisation avec une capacit pdagogique de 30 places chacun et qui ne disposent pas dinternat pour hberger les apprentis qui viennent des villages. Le Centre de Formation par Apprentissage (CFA) de Larache forme dans les mtiers de menuiserie et de couture traditionnelle et celui de Ksar Lekbir forme dans les mtiers de menuiserie, de couture traditionnelle et de ferronnerie. (iii) Quant au dispositif de la formation professionnelle du Tourisme, il nexiste aucun centre de formation dans les mtiers de tourisme dans la province de Larache. Au niveau de la Rgion de Tan-ger-Ttouan, le dispositif de formation est constitu de trois instituts de formation : Institut Sup-rieur International du Tourisme de Tanger (ISITT) relevant de lenseignement suprieur, lInstitut Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 22 Spcialis de Technologie Htelire et Touristique (ISTHT) de Tanger et le Centre de Qualification Htelire et Touristique(CQHT) dAsilah. (iv) Au niveau du secteur de la Pche maritime, le dispositif de formation professionnelle sinscrit dans le cadre de la convention sur la navigation internationale ratifie par le Maroc qui stipule que toute personne bord dun bateau de pche doit avoir une qualification professionnelle. La forma-tion professionnelle est dispense par le Centre de Qualification Professionnelle Maritime de Larache qui dispense plusieurs formations et dlivre des diplmes de niveaux qualification et spcialisation. La formation initiale pour lobtention du certificat daptitude professionnelle maritime est dispense dans les filires de Pche ou machines marines qui dbouchent sur le brevet de Patron de pche ou le brevet de mcanicien pratique. Les modules de spcialisation en formation par apprentissage peuvent tre prpars sparment par les marins en activit souhaitant se qualifier dans leur mtier, pour lacquisition dun certificat pro-fessionnel comme la licence de patron de pche, le permis de conduire des moteurs marins ou le certificat de conduite des moteurs hors-bord. IV.2. Au niveau la province de Ttouan (i) Le dispositif de la formation professionnelle en Agriculture dans la province de Ttouan est constitu dun seul institut qui assure la formation initiale et la formation par apprentissage, dans les niveaux Technicien, Qualification et Spcialisation (en apprentissage). Les filires dispenses pour la formation initiale concernent le Technicien en horticulture et lOuvrier qualifi en polyculture le-vage et en plantes aromatiques et mdicinales (PAM). Un programme de formation pour le niveau technicien spcialis en production des PAM est en cours de dveloppement. Quant aux filires dispenses en mode de formation par apprentissage, elles concernent louvrier en arboriculture, louvrier en traitement phytosanitaire, louvrier en levage ovin-caprin et louvrier en PAM. (ii) Concernant le dispositif de la formation professionnelle de lArtisanat, dans la province de T-touan, il existe un seul tablissement de formation qui assure la formation par apprentissage dans 20 mtiers, avec une capacit daccueil de 250 apprentis. La formation concerne les niveaux de spciali-sation et celui de qualification. (iii) Quand au secteur du Tourisme, il nexiste quun seul centre de formation par apprentissage pour les mtiers de tourisme dans la province ( Mdiq), gr par une ONG avec une capacit daccueil de 150 apprentis par an. La formation est assure pour le niveau Spcialisation dans les mtiers de Commis de Cuisine, Employ dEtage, Aide Boulanger, Aide Ptissier, Employ au Restaurant et Agent de Rception. Par ailleurs, il existe dans la rgion Tanger-Ttouan, trois tablissements de formation profession-nelle dans les mtiers du tourisme, savoir lInstitut Suprieur International du Tourisme de Tanger Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 23 (ISITT) pour les niveaux suprieurs, lInstitut Spcialis de Technologie Htelire et Touristique de Tanger, et le Centre de Qualification Professionnelle Htelire et Touristique dAsilah. (iv) Pour le secteur de la Pche maritime, il y a un seul Centre de Formation par Apprentissage (CFA) dans la province ( Mdiq). Cet tablissement assure la formation par apprentissage et dlivre les certificats de navigation pche et de conduite des moteurs marins. Les professionnels sont associs dans toutes les tapes du processus de formation et contribuent lencadrement de la formation pratique en entreprise des apprentis. La planification des effectifs former est dfinie en fonction de lemploi offert par le secteur en concertation avec les profession-nels. V. Besoins de formation Lanalyse de loffre de formation dans les diffrents secteurs et la confrontation avec les besoins en formation identifis par lenqute ralise auprs des acteurs institutionnels et professionnels, ont permis dtablir une correspondance entre les mtiers porteurs dans les diffrents secteurs dactivit et les filires dispenses qui figurent dans loffre de formation actuelle. De cette correspondance, entre les mtiers demands et loffre de formation, sont dduits les besoins en formation dans les diffrents secteurs. La comparaison entre les mtiers porteurs dgags par ltude et le dispositif de formation profes-sionnelle, permet de constater trois situations possibles : les mtiers pour lesquels une offre de for-mation existe (en noir/sans gris), les mtiers pour lesquels aucune offre de formation nexiste (en vert/gris clair) et une offre de formation qui existe mais qui ne correspond pas un besoin exprim (en rouge/gris fonc). Code : Formation existante Pas doffre de formation Offre existante mais ne cor-respond pas au besoin V.1. Province de Larache V.1.1. Secteur de lAgriculture La comparaison entre les mtiers porteurs dgags par ltude et le dispositif de formation profes-sionnelle, permet de constater des carts importants entre les besoins et loffre de formation. Dun ct, la majorit des mtiers pour lesquels le besoin a t exprim ne correspond pas une offre de formation, lexception de lactivit de Maraichage qui correspond deux filires dans loffre de formation actuelle, savoir technicien horticole et ouvrier en marachage . Dun autre ct, il existe des filires dans loffre de formation actuelle qui ne correspondent aucun des mtiers identi-fis parmi les besoins en main duvre. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 24 Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Technicien horticole Maraichage (fruits rouges) Ouvrier en maraichage Elevage bovin laitier Transformation et valorisation des fruits rouges Conditionnement des fruits rouges Transformation des produits laitiers Ouvrier en arboriculture Ouvrier en levage ovin-caprin Ouvrier en cultures industrielles Ouvrier en agriculture Ces lments montrent quel point une ringnierie de loffre de formation agricole est ncessaire pour voluer vers une meilleure adquation emploi/formation. V.1.2. Secteur de lArtisanat (a) Artisanat de production La mise en correspondance entre loffre de formation et des besoins exprims en main duvre dans le sous-secteur de lartisanat de production, montre que seulement trois mtiers dont le besoin a t exprim correspondent des filires de formation dans loffre de formation actuelle. Alors quune bonne partie des mtiers pour lesquels le besoin a t exprim nexistent pas dans loffre de forma-tion. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Ferronnerie Ferronnerie Couture traditionnelle Couture traditionnelle Menuiserie Menuiserie Broderie Couture moderne Dinanderie* Tissage Tapisserie (b) Artisanat de service Quant au sous-secteur de lartisanat de service, il est tout simplement constat quune offre de for-mation est totalement absente et fait dfaut. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Electricit automobile Electromcanique Rparation des quipements lectromnagers Rparation et installation frigorifique Soudure Carrosserie peinture Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 25 Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Tlerie Mcanique dentretien Electricit de btiment Menuiserie bois Plomberie sanitaire Peinture de btiment Menuiserie mtallique Menuiserie aluminium V.1.3. Secteur du Tourisme Au niveau de la province de Larache, il nexiste aucune offre de formation dans les mtiers du tou-risme. Une offre de formation est entirement dvelopper dans les mtiers identifis par ltude dans la province. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Serveur Chef de cuisine Aide ptissier Boulanger Matre dhtels Chefs de quartier Agent de comptoir Chefs de maintenance Assistants de maintenance Chef de rception Employ de rception Standardiste Bagagiste V.1.4. Secteur de la Pche maritime La confrontation entre loffre et la demande en formation dans ce secteur montre quil ny a pas une totale correspondance entre le besoin exprim et loffre de formation. Certains des mtiers pour lesquels le besoin a t exprim nexistent pas dans loffre de formation, dautres existent mais une adaptation de loffre de formation aux besoins des professionnels semble ncessaire. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Marin-pcheur Pche Patron de pche Mcanicien de bateau de pche Machines marines Mcanicien de moteur hors-bord Conduite de moteur hors-bord Mtiers de valorisation des produits de la pche Ramendeur* (filets de pche) Conduite de moteur marin Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 26 V.2. Province de Ttouan V.2.1. Secteur de lAgriculture La comparaison entre les mtiers dgags par ltude et loffre de formation actuelle, permet de constater des carts entre les besoins et loffre de formation. Parmi les mtiers pour lesquels des besoins ont t exprims par les entreprises, certains correspondent des filires existantes dans loffre de formation, alors que pour dautres mtiers demands aucune offre de formation nexiste. Par ailleurs, certaines filires existent mais ne correspondent aucun besoin et dautres ont besoin dtre adaptes pour correspondent des besoins identifis. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Arboriculture Ouvrier en Arboriculture PAM Ouvrier PAM Elevage bovin Elevage caprin Ouvrier en levage ovin-caprin Elevage avicole Elevage apicole Transformation du lait Technicien horticole Ouvrier qualifi en polyculture levage Ouvrier en traitement phytosanitaire V.2.2. Secteur de lArtisanat (a) Artisanat de production Dans le sous-secteur de lartisanat de production, la comparaison entre les mtiers porteurs et loffre de formation actuelle, permet de constater que parmi les mtiers pour lesquels des besoins ont t exprims, quatre correspondent des filires existantes dans loffre de formation, alors que pour quatre autres mtiers aucune offre de formation nexiste. En outre, quatre filires existantes dans loffre de formation actuelle ne correspondent aucun besoin. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Ferronnerie Ferronnerie dart Broderie et couture traditionnelle Couture et broderie traditionnelle Tissage Tissage traditionnel Maroquinerie Maroquinerie Pltre Sculpture sur bois et le bois incrust Tapisserie Bijouterie Passementerie* Dessin sur verre et tissu Menuiserie dart Poterie rurale Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 27 (b) Artisanat de service Concernant lartisanat de service, seulement trois mtiers correspondent des filires de formation offertes uniquement par une ONG locale. Tous les autres mtiers identifis ne correspondent au-cune offre de formation actuellement. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Mcanique automobile Mcanique automobile Electricit de btiment Electricit de btiment Plomberie sanitaire Plomberie sanitaire Electricit automobile Carrosserie et tlerie Maonnerie Carrelage et mosaque Peinture de btiment Rparation et installation frigorifique Rparation des quipements lectromnagers Installation sanitaire et thermique Menuiserie bois Menuiserie mtallique et aluminium V.2.3. Secteur du Tourisme La comparaison entre les mtiers dgags par ltude et loffre de formation actuelle, montre que dans le secteur du tourisme existe une bonne adquation entre les besoins des professionnels et loffre de formation. En effet quasiment tous les mtiers identifis (sauf un seul) correspondent des filires existantes dans loffre de formation actuelle. Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Aide cuisinier Commis de cuisine Aide ptissier Aide ptissier Employ dtage Employ dtage Employ de restaurant Employ de restaurant Employ la rception dhtel Agent de rception Boulanger Aide boulanger Employ de caf / salon de th V.2.4. Secteur de la Pche maritime La confrontation entre loffre et la demande en formation dans ce secteur montre quil y a peu de correspondance entre le besoin exprim et loffre de formation. La formation est assure unique-ment dans deux filires de formation correspondant un seul mtier identifi, alors que pour plu-sieurs mtiers pour lesquels la demande a t exprime par les professionnels, il ne correspond au-cune offre de formation. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 1 Juin 2012 28 Besoins exprims en mtiers Filires de formation actuelles Marin-pcheur Navigation-Pche Conduite de moteur marin Mcanicien de bateau de pche Mcanicien de moteur hors-bord Mtiers de valorisation des produits de la pche Ramendeur* (filets de pche) VI. Recommandations pour une meilleure adquation emploi-formation VI.1. Province de Larache (i) Pour le secteur de lAgriculture, il est recommand dintroduire des filires de formation qui cor-respondent aux mtiers porteurs exprims par les institutionnels et les professionnels, savoir : Elevage bovin laitier ; Transformation des produits laitiers ; Valorisation des olives ; Transformation et la valorisation des fruits rouges ; Conditionnement des fruits rouges. (ii) Dans le secteur de lArtisanat, le fait que les centres de formation ne disposent pas dun internat pour assurer le logement des jeunes pendant la formation, limite laccs de ces derniers ces forma-tions, lexception de ceux qui habitent la ville de Larache. Il est recommand alors douvrir un cen-tre de formation dot dun internat pour accueillir les jeunes ruraux pendant toute la dure de la formation. Par ailleurs, il est important dintroduire une offre de formation dans le sous-secteur des services, tant le besoin est important vu limportance des projets de dveloppement dans le nord, notamment le btiment et lautomobile. (iii) Dans le secteur du Tourisme, il est recommand douvrir un centre de formation avec un inter-nat pour accueillir les jeunes ruraux dsirant se former dans les mtiers du tourisme, et douvrir des filires de formation qui correspondent aux mtiers identifis, notamment la cuisine, la boulanger-ptisserie, lhtellerie, le service, barman, etc.). (iv) Pour le secteur de la Pche maritime, il est recommand dtendre la formation dispense au niveau du centre de formation aux filires exprimes par les professionnels du secteur, principale-ment celles relatives la transformation et la valorisation des produits de la pche. Ces dernires permettraient de favoriser laccs de la main duvre fminine au milieu professionnel. VI.2. Province de Ttouan (i) Pour le secteur de lAgriculture, il est recommand douvrir des filires de formation dans les m-tiers de llevage bovin laitier, llevage avicole, llevage apicole, et la transformation des produits laitiers. Il est galement important de renforcer la communication sur loffre de formation profes- Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 29 sionnelle agricole travers la sensibilisation sur les possibilits dinsertion professionnelle, afin dinciter les jeunes ruraux sinscrire dans la formation. Ces mesures auront galement un impact considrable sur la lutte contre la contrebande et lmigration clandestine, si toutefois, des mesures damlioration des conditions daccs lemploi et du salaire agricole sont entreprises par lEtat. (ii) Pour le secteur de lArtisanat, il est recommand douvrir un centre de formation avec un inter-nat pour permettre laccs des jeunes ruraux la formation. Ce centre doit former dans les mtiers de lartisanat dart, principalement dans les mtiers forte connotation culturelle comme la poterie rurale et le zellije*. Par ailleurs, la formation doit galement inclure les filires correspondantes aux mtiers de lartisanat de service, trs demands galement dans la province. (iii) Pour le secteur du Tourisme, tant donn lvolution actuelle et prvue du secteur du tourisme dans la province, il est recommand dtendre la capacit daccueil des deux CFA existants grs par des ONG et douvrir un centre de formation pour des niveaux suprieurs afin de permettre laccs des jeunes ayant des niveaux dinstruction levs aux mtiers qui ncessitent des pr-requis levs comme maitre de rception et maitre dhtel. Il est galement recommand dimpliquer dautres associations et ONG actives dans le milieu rural dans la ralisation de la formation par apprentissage. (iv) Pour le secteur de la Pche maritime, il est recommand dtendre la formation dispense au niveau du centre de formation de Mdiq aux mtiers exprims par les professionnels du secteur, principalement celles relative la transformation et la valorisation des produits de la pche, qui permettraient laccs des femmes lemploi. VII. Conclusion Ltude mene dans les provinces de Larache et de Ttouan, a permis de montrer que les disposi-tions prises pour la mise en uvre des politiques publiques de formation professionnelle dans les diffrents secteurs dactivit conomiques ne sont pas suffisantes pour permettre laccs des jeunes ruraux la formation. En effet, linsuffisance des centres de formation, leur loignement par rapport aux communes rurales, labsence ou linsuffisance des infrastructure daccueil pour le logement et la restauration au niveau de ces centre, labsence de mesures dinformation et de communication sur les filires de formation et de structures dorientation des jeunes vers les mtiers porteurs ou encore leur encadrement pour la cration de leurs propres entreprises, limitent laccs des jeunes ruraux la formation et linsertion professionnelle. Par ailleurs, que ce soit en agriculture ou dans dautres secteurs, plusieurs imperfections limitent la pertinence de la formation professionnelle. Celles-ci concernent labsence ou linadaptation des rf-rentiels de formation et doutils pdagogiques (manuels, guides), linadquation des entreprises daccueil avec les besoins en apprentissage des jeunes en formation, la faible implication des profes-sionnels du secteur dans lorientation et la mise en uvre de la formation, et le faible niveau Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 30 dinstruction des professionnels, principalement des secteurs agricole et de lartisanat, qui constitue un frein leur participation lorientation et la ralisation de la formation professionnelle. Lenqute mene dans le cadre de la prsente tude a permis de constater le peu dintrt des jeu-nes quant aux mtiers agricoles jugs peu valorisants et instables. Ceci est du principalement la nature des taches essentiellement manuelles dans ces mtiers et la faible rmunration qui est due au manque ou absence de mesures mises en place par lEtat pour garantir des salaires convenables dans le secteur. Lenqute a galement soulev une mconnaissance totale de la part des jeunes du systme de for-mation par apprentissage, linadquation de loffre de formation des diffrents secteurs avec les besoins exprims par les professionnels, labsence de rfrentiels de formation principalement dans le secteur de lartisanat o il y a une absence presque totale de doffre de formation pour les mtiers de lartisanat de service qui sont trs demands dans les deux provinces. De mme, ltude a permis de constater labsence dtablissement de formation professionnelle relevant du Dpartement de Tourisme au niveau des deux provinces, le manque de communication sur la formation par apprentissage, le manque de coordination entre le Centre de Formation par Apprentissage de Mdiq et les professionnels du secteur du tourisme, notamment au niveau de la planification des filires de formation ouvrir, le manque de qualification des laurats en termes de savoir faire et de savoir tre ncessaires dans les diffrents mtiers du secteur, ainsi que linadquation de la formation avec les besoins en qualification exprims par les professionnels et les institutionnels du secteur. Il est important de signaler aussi quil se dgage de ltude, contrairement aux autres secteurs, que la formation dans les mtiers de la pche et de la navigation sadresse uniquement aux garons alors que paradoxalement, lemploi dans les industries de transformation et de valorisation des produits est totalement fminin. Lintroduction de la formation dans les mtiers de valorisation des produits de la pche devrait permettre aux jeunes filles de trouver leur place dans la formation et dans le march de lemploi. Enfin, ltude a permis de dgager les principaux domaines dactivits porteurs dans les diffrents secteurs au niveau des deux provinces mme de favoriser linsertion professionnelle des jeunes ruraux. La dfinition des mtiers, et par l, des filires de formation correspondantes ncessitent une tude approfondie afin de dlimiter les diffrentes fonctions de travail et de dvelopper les pro-grammes de formation. Il est important dattirer lattention sur le fait que le dveloppement de la formation dans les mtiers identifis comme porteurs nest pas suffisant lui seul pour rpondre aux aspirations des jeunes ruraux si dautres mesures ne sont pas prises par lEtat pour amliorer les conditions demploi dans certains secteurs principalement lagriculture et lartisanat (salaires minimums, laccs la scurit sociale, le droit la retraite, etc.). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 31 PARTIE 2. METHODOLOGIE I. Rappel des objectifs de ltude La prsente tude a pour objectifs : didentifier, du point de vue de lensemble des acteurs concerns par la formation profession-nelle et technique, les besoins actuels et futurs en qualification des jeunes ruraux au niveau de deux territoires du milieu rural au Maroc, en prenant en compte des ralits locales et des pro-jets de dveloppement locaux ; de faire ressortir les constats gnralisables dclairer les dcideurs du secteur sur les choix de dveloppement des dispositifs de la formation capables de favoriser une insertion sociale et conomique optimale des jeunes ruraux. II. Consistance de ltude Nous avons pris soin de : Dlimiter les territoires cibles de ltude. Ces territoires seront ont t choisis parmi ceux o ont t pralablement identifis des projets de dveloppement agricole et rural11 ; Faire un diagnostic partag des besoins en comptences et qualifications susceptibles de rpondre aux besoins des projets de dveloppement agricole et rural des territoires et dassurer une insertion socio-conomique des jeunes ruraux ; Recommander des mesures sur la manire de pourvoir les territoires tudis en comptences mme de permettre aux jeunes ruraux forms damorcer ou de renforcer un dveloppement agricole et rural. 11 Cf. TdR en fin de ce volume : la notion de territoire est apprhende dans le sens despace caractris par une cohsion gographique, cologique, conomique, culturelle et sociale, avec des contours qui seront dfinis plutt que dans un sens classique de division administrative aux frontires fixes) . Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 32 III. Dmarche et mthodologie de ralisation de ltude Ltude concerne lidentification des besoins en formation des jeunes ruraux dans deux territoires diffrents au Maroc. Les territoires ont t choisis en tenant compte de leurs caractristiques go-graphiques, conomiques et sociales et leur dlimitation a t base sur ces caractristiques. Les limites des territoires de ltude concident plus ou moins avec le dcoupage administratif de deux provinces situes dans le Nord du Maroc, savoir Larache et Ttouan. La rflexion mene au sujet de la dmarche mthodologique conduit la ncessit dlaborer une monographie des deux territoires cibls. Ces territoires seront dcrits en prcisant leurs caractristi-ques gographiques, cologiques, conomiques, culturelles et sociales. Ces donnes seront alimen-tes par : Les donnes sociodmographiques et conomiques disponibles dans les documents ministriels et les rapports de projets ; Les rsultats des enqutes auprs dun chantillon de 30 acteurs institutionnels, jeunes ruraux et exploitations agricoles dans chaque territoire choisi, touchant lensemble des activits profes-sionnelles, afin de diagnostiquer et dvaluer les besoins en comptences et les mtiers porteurs dans chaque zone ; Les donnes issues des diffrents dpartements ministriels (Agriculture, Tourisme, Artisanat, Pche, Education nationale, Emploi et Formation Professionnelle, etc) sur les stratgies et les projets de dveloppement locaux au niveau de chaque territoire ainsi que sur les systmes dducation et de formation professionnelle ; Les donnes recueillies auprs des acteurs nationaux et locaux ; savoir les diffrents responsa-bles centraux de la formation professionnelle, les collectivits territoriales, les institutions co-nomiques ; les organismes de formation, les ONG et les organismes nationaux et internationaux de coopration ; et ce afin de mettre en vidence les potentialits des diffrents territoires et didentifier leurs besoins en qualifications en fonction des projets de dveloppement rural en place. Cest au travers dune monographie aussi complte et des analyses quelle permettra, quil sera pos-sible didentifier les besoins en matire de formation professionnelle des jeunes dans les mtiers agricoles et ruraux. Lanalyse des relations entre formation et emploi ne peut se faire sans la prise en compte du rle des entreprises, du systme ducatif, des institutions et des bnficiaires de la formation. Pour ce faire, il est important de distinguer les domaines relatifs au socio-conomique et au socio-ducatif. Chaque domaine ncessite dtre trait de faon spcifique en terme de dmarche danalyse et de mthodologie de recueil et de traitement de linformation. Pour le domaine socio-conomique, il sagit didentifier et danalyser les caractristiques du tissu conomique agricole local. Cette dmarche permet de vrifier les besoins de diffrents projets axs sur le dveloppement local notamment en termes de formation et de cration dentreprise. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 33 La comprhension de la relation quentretiennent les entreprises avec la formation passe ncessai-rement par lidentification de leurs problmes en matire de qualification et de comptences de la main duvre. Une telle perspective ncessite donc une analyse des besoins en comptences leur permettant datteindre les objectifs fixs en termes de performances conomiques. Figure 1. Articulation globale de la dmarche de ralisation de ltude Recherche documentaire Enqutes et investigations terrain Monographies des territoires Analyse des activits conomiques et professionnelles Analyse du systme de lemploi Analyse du systme de la formation Confrontation Besoins-Offre actuelle en relation avec les projets de dveloppement Elments de prospection et projection de la Demande et de lOffre Court terme Moyen terme Diagnostic des besoins en formation professionnelle des jeunes ruraux pour chaque territoire Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 34 En ce qui concerne le domaine socio-ducatif, il sagit dtablir une typologie de linfrastructure de formation selon une logique territoriale. A ce niveau, il sera ncessaire dtablir un lien de cohrence densemble entre ce dernier point et les prcdents. La mthodologie danalyse adopte sinscrit dans une dmarche daudit de formation. Ceci nous permettra dtablir une carte du systme de formation professionnelle. Ltude des domaines prcits se fera selon trois tapes : la premire tape consiste en une phase de recueil et danalyse de donnes (enqute terrain, analyse documentaire), la deuxime tape porte sur un diagnostic de la relation Emploi-Formation et la troisime tape propose, partir de la confrontation offre de formation/ besoin en formation, des recommandations pour une meilleure adquation emploi/formation en orientant la formation vers les mtiers demands par les profes-sionnels de chaque zone. III.1. Phase 1 : Dlimitation des territoires Il sagit dlaborer sur la base dune tude consultation bibliographique et sur la base dentretiens avec les acteurs locaux, une monographie des deux territoires cibls. Ces territoires seront dcrits en prcisant leurs caractristiques gographiques, cologiques, conomiques, culturelles et sociales. III.2. Phase 2 : Diagnostic de lenvironnement socio-conomique Il sagit dune enqute de terrain avant tout de type psychosociale qui sest droule comme suit : Une enqute auprs dun chantillon dentreprises/exploitations pour diagnostiquer lemploi et valuer les besoins actuels et futurs en comptences ; Une enqute auprs des acteurs nationaux et locaux pour mettre en vidence les potentiali-ts du territoire et les projets de dveloppement et dinvestissement et recueillir leurs avis sur les besoins en qualification et les mtiers porteurs ; Une enqute auprs dun chantillon de jeunes pour valuer leurs attentes et leurs aspira-tions en matire de qualification et dinsertion professionnelle. Cette enqute est subdivise en cinq tapes : 1- Constitution de lchantillon, 2- Elaboration de guides dentretien et des questionnaires, 3- Ralisation dentretiens avec un chantillon tmoin pour tester la pertinence des thmati-ques choisies dans le guide dentretien et le questionnaire, 4- Gnralisation de lenqute lchantillon total, 5- Dpouillement et exploitation des questionnaires, analyse prospective du contenu des entre-tiens et formulation des rsultats. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 35 III.2.1. Lenvironnement institutionnel et administratif Une attention particulire sera porte au systme de formation. Il sera tabli une cartographie de loffre de formation professionnelle des jeunes ruraux existante dans chaque territoire. Il sagit dvaluer le dispositif de formation existant travers les critres : de pertinence par rapport la demande conomique et la demande sociale ; defficacit par rapport linsertion professionnelle des sortants de ces dispositifs de forma-tion et leur intgration dans le march de lemploi ; et de prospective par rapport aux besoins pressentis au niveau des programmes de dvelop-pement locaux. III.2.2. Lenvironnement socio-conomique Il sagit dtablir une cartographie du tissu conomique local et de rpertorier les besoins en em-ploi par activit. Ceci se fera travers lidentification des emplois existants, et le diagnostic des em-plois potentiels et des mtiers porteurs. La dmarche danalyse de la relation Emploi-Formation permettra de dgager des orientations visant une adquation entre les besoins conomiques en matire de qualification professionnelle et les rponses en matire doffre de formation. III.3. Phase 3 : Diagnostic des besoins en formation en relation avec loffre de formation existante Cette phase portera sur lvaluation du (ou des) dispositif(s) de formation. En fonction des rsultats des tapes prcdentes, il sagira dvaluer la nature de loffre de formation, sa pertinence vis--vis des demandes sociale et conomique, ainsi que les capacits rpondre aux exigences de lvolution des besoins en formation et des perspectives de dveloppement de lconomie et de lemploi local et rgional. Il sagit de formuler, la suite de ltude, les recommandations qui permettront la rnovation de loffre de formation afin quelle puisse reprsenter dans son volution socio-conomique une r-ponse cohrente, pertinente, efficace et volutive. Ceci amnera lanalyse faire une confrontation entre les besoins en formation identifies et loffre de formation existante dans chaque territoire et de proposer des recommandations afin de doter les territoires objets de ltude de dispositifs de formation capables de rpondre ces besoins. IV. Instruments de lenqute Deux mthodes complmentaires de recueil de donnes seront adoptes : lenqute par question-naire et lenqute par des entretiens semi-directifs. Pour les entreprises/exploitations agricoles, il sera donc labor un questionnaire administrer. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 36 Lenqute auprs des institutionnels a pour objet de diagnostiquer lemploi et valuer les besoins futurs en formation professionnelle des jeunes ruraux. Cette enqute permettra danalyser la struc-ture de lemploi en fonction des activits conomiques pour mesurer le degr dadquation entre la formation et lemploi. Pour ce faire, un guide dentretien sera utilis. Il sagit, dune part, didentifier les activits potentiellement capables de crer des emplois et dautre part, de dcliner ces emplois en termes de profils et de qualifications professionnelles requises pour lexercice de lemploi. Lenqute auprs des jeunes sera ralise moyennant des entretiens de groupes homognes (jeunes insrs, jeunes au chmage, jeunes stagiaires en formation). IV.1. Echantillonnage Ltude terrain seffectuera auprs de trois catgories dacteurs distinctes. la premire catgorie sera constitue de trois sous-groupes : (a) les acteurs politiques (les lus au niveau des communes et des rgions), (b) les acteurs conomiques (chambres professionnelles) (c) les acteurs institutionnels (services des diffrents dpartements ministriels, ONG) La deuxime catgorie sera constitue des entreprises et exploitations des diffrents secteurs dactivits conomique dans chaque territoires ; La troisime catgorie sera constitue des jeunes en formation, jeunes au chmage et de jeunes insrs. Vu la limite de dure impose par ltude, et sur la base des discussions avec les acteurs institution-nels centraux et locaux, lchantillon a t limit une trentaine denqutes et entretiens dans cha-que territoire rpartis par catgories dacteurs comme suit. Tableau 1. Rpartition de lchantillon des acteurs enquts Catgorie Acteurs Larache Ttouan 1 (a) Politiques (lus) (b) Economiques (Chambre dagriculture) (c) Institutionnels (DFP, Artisanat, Tourisme, ONG) 7 personnes 7 personnes 2 Professionnels 16 personnes 16 personnes 3 Jeunes en formation ou au chmage (entretiens de groupes) 4 groupes 4 groupes 4 Jeunes insrs (entretiens de groupes) 4 groupes 4 groupes Total 23 personnes et 8 groupes 23 personnes et 8 groupes Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 37 IV.2. Guides dentretien et questionnaires IV.2.1. Guide dentretien Acteurs institutionnels Le guide dentretien servira recueillir des donnes et des informations qualitatives respectivement auprs de trois catgories dacteurs : les acteurs politiques locaux (lus au niveau des communes), les acteurs conomiques locaux (chambres professionnelles...), les acteurs institutionnels locaux ; ce niveau on distinguera dune part les interlocuteurs chargs de la gestion et de la coordination de lconomie et de lemploi au niveau local et r-gional et dautre part les responsables de lappareil ducatif et de formation (Dlgus r-gionaux, chefs de services extrieurs). Ces entretiens seront mens de manire diffrencie selon la catgorie dacteurs interviewe. Le consultant mettra davantage laccent sur les thmes correspondants au rle et au statut de linterlocuteur. Il est recherch par cette diffrenciation un recueil dinformations pertinent refltant des ralits et des perceptions institutionnelles diffrentes et complmentaires. Les thmes qui seront abords au cours de ces entretiens sont synthtiss comme suit : Les caractristiques conomiques de la rgion et les perspectives futures, Loffre et la demande de travail et leurs volutions et perspectives, Les caractristiques de loffre de formation et son adquation avec les besoins conomiques. IV.2.2. Questionnaire Professionnels ou Employeurs Les informations recherches ce niveau sont ventiles travers les thmes suivants : Caractristiques dmographiques et socio-conomiques des dirigeants dentreprises (ge, niveau dtudes, parcours de formation, exprience professionnelle), Caractristiques de lentreprise (statut juridique, secteur dactivit, structure de lemploi), Le capital humain (effectif, niveaux dtudes, niveaux de qualifications, statut), Formation professionnelle (relation avec le secteur de la formation professionnelle, appr-ciation, besoins en termes de main duvre qualifie, perspective et stratgie futures). IV.2.3. Guide dentretien Jeunes Les informations recherches ce niveau concernent les thmes suivants : Caractristiques socio-conomiques des jeunes (ge, niveau dtudes, parcours de forma-tion, exprience professionnelle,), Statuts des jeunes (en formation, laurat insr, laurat au chmage, secteur dactivit, ), Mesures prises pour la recherche demploi et problmes rencontrs ; Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 38 Aspirations demploi des jeunes en relation avec les projets de dveloppement de la zone dtude ; perspectives et stratgies personnelles). V. Droulement des enqutes et difficults rencontres V.1. Enqute Institutionnels V.1.1. Droulement Lenqute a consist en la rencontre de plusieurs acteurs intervenant directement ou indirectement dans le dispositif de la formation professionnelle du secteur agricole ou des autres secteurs, savoir lArtisanat, la Pche et le Tourisme. Ces rencontres ont permis de recueillir des donnes et de la do-cumentation utiles pour ltude. Des guides dentretien (cf. annexe) ont t labors pour mener ces entretiens et collecter des don-nes quantitatives et qualitatives. Cette enqute a permis galement de recueillir auprs des responsables institutionnels et des orga-nisations professionnelles, les besoins et les attentes en matire de formation et de qualification professionnelle dans les mtiers jugs importants dans chaque province. Lenqute a concern les acteurs institutionnels indiqus au tableau ci-dessous. Tableau 2. Acteurs institutionnels enquts dans la province de Larache Institution Personne rencontre Nature de linformation ou de la documenta-tion recueillie DFP Dlgu Rgional de la Formation professionnelle Apprciations des personnes rencontres DRA Tanger-Ttouan Chef du Dpartement de Dvelop-pement Agricole ORMVAL Apprciations des personnes rencontres + Monographie EFPA Directeur EFPA (ITA de Larache) Apprciations des personnes rencontres Chambre dAgriculture Prsident Chambre dagriculture Apprciations des personnes rencontres Artisanat Dlgu provincial Artisanat Apprciations des personnes rencontres + Monographie Pche maritime Dlgu provincial Pche maritime Apprciations des personnes rencontres + Monographie Tourisme Dlgu provincial Tourisme Apprciations des personnes rencontres + Monographie ONG Prsident ONG Apprciations des personnes rencontres + description projets en cours Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 39 Tableau 3. Acteurs institutionnels enquts dans la province de Ttouan Institution Personne rencontre Nature de linformation ou de la documenta-tion recueillie DFP Dlgu Rgional de la For-mation professionnelle Apprciations des personnes rencontres DPA Ttouan Chef de service Apprciations des personnes rencontres Monographie Plan rgional (Plan Maroc Vert) CT Asjen Directeur Apprciations des personnes rencontres EFPA (ITSA Ben Kerrich) Directeur Apprciations des personnes rencontres Projet de ltablissement Chambre dagriculture Prsident Apprciations des personnes rencontres Artisanat Dlgu provincial Apprciations des personnes rencontres Monographie Pche maritime Dlgu provincial Apprciations des personnes rencontres Monographie Tourisme Dlgu Rgional Apprciations des personnes rencontres Monographie ONG Prsident Apprciations des personnes rencontres Ces diffrentes rencontres avec les acteurs institutionnels ont permis de se faire une ide globale sur les diffrents secteurs pourvoyeurs demploi dans chaque province, de cerner les perspectives dvolution des diffrents secteurs conomiques et leurs incidences sur les dispositifs de formation professionnelle de la rgion. Ainsi, lenqute institutionnelle a permis dune part, de recueillir les informations disponibles, de simprgner de la ralit des deux provinces et didentifier les proccupations relatives au dvelop-pement local et dautre part, didentifier les entreprises et exploitations agricoles les plus intressan-tes enquter au regard des objectifs de ltude. Lenqute a t mene de manire diffrencie selon les acteurs interviews. En effet, lors des en-tretiens, laccent a t mis davantage sur les thmes correspondant au rle et au domaine dintervention de linterlocuteur dans la rgion : Les caractristiques socioconomiques et les perspectives dvolution ; La tendance de loffre demploi actuelle les perspectives de son volution ; Les caractristiques de loffre de formation et son adquation avec les besoins conomiques de la rgion. Il tait recherch par cette dmarche un recueil dinformation pertinent refltant les ralits et les perceptions des acteurs institutionnels locaux. Ces investigations ont permis de cerner : La situation actuelle du secteur au niveau de chaque province ; Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 40 Lorganisation professionnelle dans le secteur ; Lemploi dans le secteur et les mtiers porteurs ; La formation professionnelle dans le secteur. V.1.2. Difficults rencontres Il est signaler que lors de la ralisation de lenqute institutionnelle, certaines difficults ont t rencontres. En effet, si le contact avec les diffrents acteurs institutionnels seffectuait avec beau-coup de facilit, la difficult rsidait dans le moyen dobtenir des informations fiables et utiles. Mme si, systmatiquement ds le premier contact (souvent tlphonique) ou en dbut de la ren-contre, il tait expliqu clairement le cadre de lenqute et la nature de la dmarche, les interlocu-teurs ntaient pas toujours rassurs et confiants. Ces difficults peuvent tre rsumes par les situa-tions suivantes : Lexpert a t peru comme un auditeur des services de ltat charg dvaluer le travail et les performances des reprsentants provinciaux des diffrents Dpartements considrs ; Les interlocuteurs taient gns de ne pas disposer de donnes compltes et fiables de leur propre secteur et taient donc presss de terminer lentretien sans donner de dtails. Il est noter aussi que le dlai court allou la phase dinvestigation a constitu une difficult pour organiser des rendez-vous, grer les dplacements et raliser les entretiens. Lenqute institutionnelle sest tale sur trois semaines (une dizaine de jours) au courant du mois de dcembre 2010. V.2. Enqute Exploitations Agricoles V.2.1. Droulement Sur la base des informations recueillies lors des entretiens avec les acteurs institutionnels et les res-ponsables conomiques locaux, il a t procd au choix des entreprises agricoles enquter. La dtermination de lchantillon dentreprises sest effectue en deux tapes. Dabord, ont t s-lectionnes, les entreprises de chaque province sur la base de leurs tailles et de leurs activits agrico-les. Ensuite, et sur la base des discussions avec les acteurs institutionnels du secteur, ont t slec-tionnes, les entreprises connues pour limportance de lemploi permanent ou occasionnel quelles offrent. Ainsi, a t arrte une liste reprsentant les entreprises les plus structures et les plus mobilisatri-ces de main duvre, permettant de recueillir des informations pertinentes pour ltude. Dans la province de Larache, 25 entreprises ont t slectionnes initialement pour en choisir 16 qui devaient constituer lchantillon enquter. Toutefois, et vue la difficult de contacter certaines Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 41 exploitations en raison de labsence dinterlocuteur susceptible de fournir des informations fiables, 19 exploitations agricoles ont compos lchantillon de lenqute : 10 exploitations en Fruits Rouges ; 5 exploitations en marachage irrigu ; 1 exploitation en arboriculture ; 2 exploitations en levage (bovin laitier) ; 1 exploitation en grandes cultures (cultu-res industrielles). Dans la province de Ttouan, lenqute a concern 16 entreprises agricoles : 3 associations PAM ; 2 exploitations avicoles ; 2 exploitations levage bovin et caprin ; 6 exploitations mixtes : grande culture, levage ; arboriculture et apiculture ; 1 Cooprative de transformation du lait (COLAINORD) ; 2 Cabinets de vtrinaire. Dans une premire tape, les entreprises ont t contactes soit par tlphone, soit par le biais dun reprsentant local du Dpartement de lAgriculture pour dune part, prsenter lobjet de lenqute et les inviter y participer et dautre part, organiser une rencontre avec le responsable de lentreprise. Lenqute sest effectue de manire individuelle avec le chef ou le grant de lexploitation ; Elle sest droule soit au sein de lexploitation (11), soit au souk (march hebdomadaire) (4), soit dans un caf (5). V.2.2. Difficults rencontres Il est signaler que lors de la ralisation de lenqute au niveau des entreprises agricoles, certaines difficults ont t rencontres : Durant la ralisation de lenqute, les conditions climatiques taient dfavorables (inonda-tions et fortes pluies), ce qui a rendu laccs aux exploitations difficile voire impossible dans certains cas (ce qui a amen raliser lentretien en dehors de lexploitation) ; Le temps court allou ltude, et par l, aux enqutes, a constitu une difficult majeure pour lorganisation des rencontres, la gestion des dplacements et la ralisation des diff-rents entretiens. Lenqute sest tale sur quatre semaines (quinzaine de jours) pendant les mois de novembre et dcembre 2011. V.3. Enqute Jeunes La dtermination de lchantillon des jeunes enquter sest effectue sur la base des listes des lau-rats et des stagiaires en formation an niveau des tablissements de formation professionnelle. Le critre principal du choix des jeunes tait leur appartenance la province concerne et a t raison-n de manire couvrir lensemble des situations possibles (jeunes au chmage, jeunes en forma-tion, jeunes laurats insrs, jeunes laurats au chmage). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 42 Les rencontres avec les stagiaires en formation ont t effectues au niveau de ltablissement de formation. Ces rencontres ont t organises en groupe de 3 ou 4 stagiaires de diffrents niveaux et filires de formation. Les laurats ont t contacts par tlphone et les entretiens ont t effectus individuellement dans un caf. De mme, les entretiens avec les jeunes actuellement au chmage ont t raliss en groupe dans un caf. Pour les jeunes qui travaillent en dehors de la province, lenqute a t mene par tlphone. Les entretiens se sont drouls dans une ambiance dcontracte. Toutefois, limpression laisse par ces entretiens est que les jeunes en gnral ne se montrent pas trs motivs par la formation et ny croient pas beaucoup. Pour eux, ce nest pas la formation qui va assurer une insertion profession-nelle . Lenqute auprs des jeunes de la province de Larache a concern : Deux groupes de quatre stagiaires en formation (ouvriers qualifis et techni-ciens) de lITA de Larache ; Quatre groupes de laurats de la forma-tion professionnelle en emploi ; Un groupe de trois jeunes au chmage. Au niveau de la province de Ttouan, lenqute a concern : 5 groupes de jeunes stagiaires en forma-tion (4 groupes en agriculture et 1 groupe dans le tourisme) ; 2 laurats en emploi (1 en agriculture et 1 dans le tourisme). 2 jeunes laurats au chmage. Lenqute jeunes sest effectue sur deux semaines au courant du mois de dcembre 2010. VI. Autres lments prendre en compte pour la conduite des tudes de ce type Dans ce type dtude petite chelle, et lors de la dlimitation des territoires considrer, il est im-portant de prendre de faire une tude diagnostique rapide lchelle nationale afin davoir une ide sur la couverture nationale des institutions de formation professionnelle, les flux de formation et demploi entre les rgions ou les provinces et la localisation des principaux projets de dveloppe-ment conomique dans les diffrentes rgions. En effet, commencer par dlimiter des territoires sur la base des critres expliqus plus haut (gographique, cologique, culturelle, etc.) ne sest pas avr trs utile tant donn que les jeunes ruraux stagiaires retrouvs dans chaque province ne sont pas forcment de la rgion et linsertion professionnelle aprs lachvement de la formation ne se fait pas non plus forcment dans la rgion. De ce fait, il est trs difficile dmettre certaines conclusions concernant le dveloppement de telle ou telle formation professionnelle dans telle province en r-ponse la mise en uvre dun certain nombre de projets de dveloppement conomique, etc. Ce type dtude dont lobjectif est principalement didentifier les besoins des professionnels des sec-teurs conomiques pour des mtiers et de profils donns, se basent sur des enqutes principale-ment quantitatives afin de sassurer de limportance de la demande et de justifier, par l, la ncessi- Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 43 t et le besoin de dvelopper une offre de formation en rponse cette demande. De ce fait, il est ncessaire de prendre toutes les mesures ncessaires (en termes de dure et de volume dexpertise) afin que lchantillonnage soit le plus large possible et quil prsente une reprsentativit statistique afin que les conclusions soient le plus proche possible de la ralit et soient gnralisables une certaine chelle. Dans le cas o la reprsentativit statistiques des chantillons considrs na pas t possible, il se-rait prfrable de se baser essentiellement sur des guides dentretien qualitatifs et de travailler sur la base des tendances dgages par les rponses des interviews ; Toutefois, cette mthode pose le problme de la validit scientifique des conclusions et de leur gnralisation ; Il est donc prfrable dutiliser la fois des mthodes quantitatives et qualitatives, comme cela a t le cas dans la pr-sente tude, et de se baser sur des chantillons plus larges et statistiquement valides. Le choix des acteurs institutionnels a t bas sur lanalyse bibliographique concernant les politiques de dveloppement conomiques et les programmes de dveloppement dans les deux provinces considres. Le choix des entreprises agricoles sest effectu avec les acteurs institutionnels en pre-nant en considration la diversit des activits, la taille et lampleur de lactivit et en essayant de considrer diffrentes tailles dentreprises. Cette mthode a permis davoir un portrait assez complet de loffre demploi dans chaque province et par l, de faire des recommandations sur le dveloppe-ment dune offre de formation correspondante. Toutefois le choix des jeunes enquts, et pour les mmes raisons que celles voques plus haut concernant les conditions de ltude, na pas pris en considration des critres importants tels que les diffrentes catgories dge, le sexe, la provenance, etc. Le principal critre pris en compte tait la situation actuelle (en formation, en emploi ou au chmage). Par ailleurs, les employeurs ntaient pas prvus dans lenqute mais simplement questionns loccasion de la visite des jeunes insrs. A cet effet, les rponses qui peuvent parfois paraitre contradictoires (par exemple : les jeunes taient satisfaits de leur formation, mais pas les employeurs). L aussi, le problme de la petite taille de lchantillon se pose avec acuit car dans les enqutes de satisfaction, la taille de lchantillon est un lment important. Une autre manire de faire aurait t de mener une tude approfondie sur les besoins en comptences des jeunes insrs en rapport avec le rfrentiel des comptences du m-tier mais cela renvoi dautres tudes qui ont trait plus lingnierie des dispositifs de formation, ce qui ntait pas lobjet de la prsente tude. Enfin, il est important de souligner lutilit de lexercice surtout pour la conduite dtudes similaires dans dautres pays du Rseaux FAR en prenant en compte les contraintes dj expliques plus haut (en termes de mthodologie dveloppe, doutils denqutes) mais aussi pour les deux provinces considres pour ltude au Maroc en termes de recommandations sur loffre de formation dve-lopper dans les diffrents secteurs dactivit. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 44 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES CONSULTEES Etude sectorielle dAgriculture ralise en 2007 ; Schmas directeurs de la formation par apprentissage du secteur de lAgriculture, Plan dUrgence 2008 ; Schmas directeurs de la formation par apprentissage du secteur de lArtisanat, Plan dUrgence 2008 ; Etude doptimisation des dures de formation (Agriculture, Pche maritime, et Tourisme), Dpar-tement de la Formation Professionnelle 2008 ; Planification stratgique pour la gnralisation de lapproche par comptences (Agriculture, Tou-risme, Pche maritime), 2009 ; Plan Maroc Vert : Plans rgionaux dAgriculture (Rgion Tanger Ttouan) 2009 ; Etude Tourisme : Vision 2020 ralise en 2010 (une stratgie de rgionalisation touristique, de qualit et du dveloppement durable ; Rpertoire des mtiers du secteur du tourisme (REM/REC) 2009 : Ministre de lemploi et de la formation professionnelle Diagnostic du secteur de la pche maritime, Dpartement de la Pche Maritime (2007). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 45 TERMES DE REFERENCE DE LETUDE Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc 9 juin 2010 1. Informations gnrales Ltude est propose dans le cadre du rseau FAR et du programme de financement ADEX.FAR. Elle contribue-ra une meilleure connaissance de la situation au Maroc et sera ralise au bnfice de ce pays. La mthodo-logie utilise sera dfinie dans loptique deffectuer le mme type dtude dans dautres pays. 1.1. Le rseau FAR Le rseau international Formation Agricole et Rurale ou plus simplement Rseau FAR 12 est n de la vo-lont des participants dun atelier international sur la formation de masse en milieu rural tenu Ouagadougou, Burkina Faso, en 2005, de pouvoir poursuivre le travail commun de rflexion sur la formation professionnelle dans le cadres des politiques nationales de formation agricole et rurale. Cest un outil dchange, danalyse, de production de rfrences et de capitalisation dexpriences dans le but dappuyer les quipes nationales laborer les stratgies nationales de FAR au bnfice des producteurs agricoles et des ruraux. Le rseau contri-bue aussi former et structurer une expertise locale de haut niveau destine accompagner les rformes institutionnelles dans la mise en place de dispositifs de formation adapts. Le rseau est dot dun comit de pilotage compos des reprsentants de treize pays qui sont, par ordre al-phabtique, lAlgrie, le Bnin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Cte dIvoire, la France, la Guine, Madagascar, le Mali, le Maroc, le Sngal, le Tchad et la Tunisie. Un secrtariat excutif bas en France au sein de Montpellier SupAgro13 est charg dexcuter les programmes dactivit valids par le comit de pilotage. 1.2. Le programme ADEX.FAR Sur la priode 2010-2012, le comit de pilotage du Rseau FAR a arrt un programme dactivits intitul Ap-pui au Dveloppement de lExpertise en Formation professionnelle et technique Agricole et Rurale dans les pays du sud (ADEX.FAR). Ce programme poursuit les quatre objectifs suivants : 1. Mutualiser, capitaliser et diffuser les rfrences existantes sur les politiques et les dispositifs de formation professionnelle et technique en milieu rural ; 2. Renforcer les comptences et les capacits dintervention des acteurs en charge de llaboration de strat-12 Se reporter au site www.far.agropolis.fr et sa bibliothque numrique (http://www.agropolis.fr/formation/formations-agricoles-rurales-bibliotheque.php) pour toute information supplmentaire, notamment les rfrences bibliographiques cites dans nos documents. 13 Nom du Centre international dtudes suprieures en sciences agronomiques runissant depuis 2007 lcole dagronomie de Montpel-lier, le CNEARC, la SIARC et le CEP de Florac (voir www.supagro.fr). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 46 gies nationales et de la mise en uvre des dispositifs de formations professionnelles et techniques agrico-les et rurales ; 3. Favoriser les synergies et les partenariats entre acteurs et dvelopper les argumentaires ncessaires aux dcisions relatives au dveloppement des dispositifs de FAR en faveur de la formation des producteurs ; 4. Produire des rfrences dans les domaines o sont constates de profondes carences. Le programme ADEX.FAR bnficie du financement de lAgence Franaise de Dveloppement (AFD) et sa ma-trise douvrage est dlgue Montpellier SupAgro. 2. Contexte et enjeux de ltude 2.1. La production agricole au sens large, activit principale en milieu rural Lagriculture, entendue dans son sens le plus large densemble des activits dveloppes par lhomme pour obtenir les produits vgtaux et animaux qui lui sont utiles, est de loin le principal secteur conomique en mi-lieu rural dans les pays en dveloppement. A lchelle des familles, elle permet la production pour lautosubsistance et pour le commerce. Elle joue galement cinq rles au niveau national quon peut schmati-ser comme suit : garantir lalimentation des populations tant rurales quurbaines et la scurit alimentaire, accrotre les ressources en devises de la nation par les exportations, grer et protger les ressources naturelles dans le cadre dun dveloppement durable, en prenant aussi en compte la prvention des dsastres naturels, amliorer les conditions de vie et le revenu des populations, donc lutter contre la pauvret, prvenir les conflits sociaux et contribuer au dveloppement humain, assurer lemploi et lauto emploi des actifs, y compris en favorisant linstallation des jeunes et lvolution professionnelle. Lagriculture constitue un secteur fragment, htrogne et complexe14 qui doit tre analys la fois dans son environnement naturel, conomique et social. Les exploitations agricoles, quelles soient entreprenariales, familiales ou paysannes, combinent aussi le plus souvent des activits multiples quil importe dapprhender per se15 et en relation avec les nombreuses activits en milieu rural telles que : des activits de production en amont du secteur agricole : fabrication et rparation doutils, de machines et de matriel, ou en aval : transformation des produits agricoles et alimentaires, des activits de services lies lagriculture : commercialisation, transport, stockage, sant animale, conseil agricole, crdit des activits de production de type artisanal avec de trs nombreux corps de mtiers concerns : maon-nerie, mcanique, menuiserie, forge, chaudronnerie, tissage, vannerie, couture, poterie dautres importantes activits de services : commerce, restauration, ducation, sant, administration, communication, presse, radio, tourisme Paralllement la production agricole, les entreprises rurales autres que celles exerant des activits agricoles elles oprent dans les domaines venant dtre cits et se caractrisent souvent par leur trs petite taille, leur parpillement et leurs ressources limites en termes de comptences et de capitaux forment un maillon essentiel du dveloppement des territoires. Dans de nombreux pays en dveloppement, les femmes contrlent ou possdent un fort pourcentage des petites entreprises qui pourvoient aux besoins locaux ; il est donc consi-dr quaccompagner linvestissement et le dveloppement de ces entreprises peut amliorer non seulement le statut de la femme mais surtout constituer le premier facteur de rduction de la malnutrition. 14 On pourrait en outre le classer comme largement informel dans le sens donn par les statisticiens de secteur constitu dunits de pro-duction nayant pas de comptabilit complte dclare. Mais des points de vue fiscal et social, cela nempche pas le paiement de taxes et lexistence de contrats de travail, recevant justement les mmes qualificatifs dinformels. 15 Elles constituent un systme souvent complexe, ce qui est par exemple mis en vidence dans le concept de systme dactivits ; la terminologie utilise en anglais, livelihood systems , et en espagnol, sistemas de subsistencia , fait dailleurs ressortir limportance de lautosubsistance comme objectif, avec le pralable que lunit de pertinence de lanalyse socio-conomique est la famille. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 47 2.2. La formation professionnelle et technique agricole et rurale en Afrique Aprs lducation universelle ou lducation pour tous en passe dtre atteinte au niveau mondial avec toutefois de grandes disparits dun pays lautre, voire un chec relatif en Afrique des politiques dducation dont les objectifs sont encore trop fixs den haut, la communaut internationale se mobilise progressivement autour des questions de lemploi et de linsertion professionnelle et sociale des jeunes. Les Etats et les bailleurs de fonds proposent de porter les efforts sur le renforcement des capacits des ressources humaines, ou en dautres termes investir dans ce quon a coutume dappeler le capital humain . Fournir un emploi dcent et productif tous, femmes et jeunes inclus, constitue aussi la deuxime cible du premier des huit Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement, rduire lextrme pauvret et la faim . Les travaux rcents concernant la formation agricole et rurale saccordent souligner que les besoins en ma-tire de formation professionnelle dans les pays en dveloppement sont trs importants, et que les dispositifs actuels de formation ne sont pas toujours adapts aux enjeux du dveloppement rural de ces pays. Par exem-ple et dune manire gnrale, les appareils ducatifs publics agricoles actuels de nombreux pays dAfrique sud-saharienne16 se caractrisent par leur atomisation entre plusieurs ministres de tutelle, leur cloisonnement entre niveaux diffrents, voire entre niveaux quivalents, leur absence de relations avec le systme ducatif primaire, secondaire et technique, ainsi que leur loignement frquent du milieu professionnel agricole et des organismes de recherche. Il faut galement noter limportant dsquilibre des flux dlves au dtriment des formations professionnelles de base, notamment des producteurs qui sont pourtant les acteurs des volutions de la profession agricole. Paralllement de souvent trs nombreuses initiatives sous forme de projets gnrs par les secteurs privs, associatifs et de la coopration internationale sont peu intgres au systme public alors quelles mriteraient dtre mieux connues et valorises. Dans les pays du Maghreb, la formation professionnelle agricole est essentiellement structure sous forme de dispositifs publics mais ncessite toutefois des adaptations pour mieux accompagner le dveloppement agri-cole et rural. Les politiques de relance de lagriculture en cours mettent dailleurs laccent sur la mise niveau ncessaire de lappareil de formation, considr comme un point cl de leur russite. Les principales carences signales par les autorits locales portent notamment sur la dimension de lappareil, larchitecture globale du systme (avec pareillement des flux de formation dsquilibrs au dtriment des producteurs), la diversifica-tion des filires, ladaptation des programmes, lamlioration de la pdagogie et la formation des formateurs. En outre, la formation professionnelle et technique agricole et rurale fait gnralement figure de parent pauvre au point de vue conomique : les budgets qui lui sont allous sont trs faibles au regard de limportance des besoins. Et si dans le meilleur des cas les besoins en formation sont estims, il faut pouvoir convaincre les dci-deurs nationaux et internationaux quil est indispensable dinvestir dans ce secteur. Il manque ce sujet un argumentaire conomique qui permettrait de guider les choix des responsables, ce qui suppose lexistence doutils mthodologiques et dtudes dans ce domaine. 2.3. Le dfi dmographique de lAfrique et lenjeu que constituent les jeunes ruraux LAfrique sud-saharienne est la partie du monde appele connatre la plus forte progression dmographique entre 2000 et 2050 (+ 1,1 milliard dhabitants), et selon toute vraisemblance, la population de lAfrique de lOuest par exemple doublera dici 2050. En dpit de lacclration considrable des taux durbanisation (le seuil des 50 % durbains devrait tre franchi en 2015), cest la seule rgion au plan mondial dont la population rurale continuera crotre en valeur absolue. Ces dfis dmographiques interrogent dailleurs le devenir de lensemble des socits africaines et, en ce qui concerne la formation et linsertion des jeunes en milieu rural, 16 Le lecteur notera ici qu linstar du gographe Robert Chapuis, nous prfrons ce terme celui dAfrique subsaharienne car sil y a des minerais et ventuellement du ptrole sous le Sahara, en revanche il ny a pas dEtats Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 48 impliquent dans un premier temps doptimiser les faibles moyens mis en uvre, puis dans un deuxime temps de reconsidrer lchelle des actions de formation engager. La qualification des jeunes ruraux17 est un enjeu majeur pour le dveloppement. Il est clair que la professionna-lisation de lagriculture doit reposer, non seulement sur lacquisition de comptences scientifiques et techni-ques afin de matriser les volutions des techniques de production, de transformation et de commercialisation, mais aussi sur un accroissement des capacits danalyse et de gestion ainsi que sur une formation citoyenne pour la construction dune dmocratie dcentralise et la gestion raisonne des ressources naturelles18. 2.4. La problmatique de la dcentralisation et le rle des collectivits terri-toriales Qui dit dveloppement territorial, dit aussi dcentralisation afin de donner aux citoyens la matrise de leur dveloppement parce que les administrations centrales nont souvent pas les capacits suffisantes pour am-liorer les conditions de vie des populations, grer de manire quitable et durable les ressources naturelles et finalement, lutter contre la pauvret. La gouvernance dcentralise exige quon tienne compte de la complexi-t des socits et quon donne des responsabilits aux citoyens dans une vise dmocratique, tout en veillant au renforcement des contrles sur ladministration locale et sa cohrence avec les politiques nationales. Or les communauts rurales de nombreux pays dAfrique sont peu structures et dans lincapacit de participer au processus de dcentralisation, quand ce nest pas, parfois mme, leur organisation sociale qui savre mal adapte ou peut constituer un obstacle. Cette situation rend difficile, entre autres, lexpression des besoins, lappropriation et la gestion durable des processus mis en uvre pour la cration des biens et des services. La dcentralisation ncessite dorganiser la participation et la concertation de tous les acteurs grce des col-lectivits territoriales reconnues comme principales animatrices du dveloppement et fdrant les initiatives des acteurs locaux, publics et privs, en faveur du dveloppement des territoires concerns. Il importe dautant plus de rflchir sur les types de qualifications offrir aux jeunes ruraux afin de leur permettre de devenir par-tie prenante des processus de dcentralisation et de dveloppement territorial que les conseils gnraux de dpartement, les conseils municipaux et leurs organisations spcifiques ont parfois aussi reu le mandat de la gestion des dispositifs de formation lchelle de leur territoire. 3. Description de ltude 3.1. Objectif de ltude Le dveloppement des territoires ruraux est un processus dynamique et complexe avec des enjeux de diff-rente nature, conomique, sociale et environnementale. Les activits conomiques sont primordiales mais un des dfis majeurs du point de vue social est la mise en place dune bonne coordination entre les acteurs concerns, ce qui doit intgrer leur implication et leur reprsentation dans un espace de concertation organis. Le dveloppement doit videmment inclure lagriculture qui, dune part, est lactivit la plus susceptible davoir un impact sur lenvironnement et, dautre part, est exerce conjointement dautres, avec des complmentari-ts et des comptitions, en termes de main-duvre, de capital, etc. 17 Il ny a pas de dfinition de ce quon entend par jeunes ruraux et il y a de nombreux cas de figures si on se rfre au sys-tme ducatif des pays : par exemple, jeune jamais scolaris mme en cole primaire, jeune arrtant ses tudes aprs le primaire, jeune dscolaris pour diffrentes raisons (familiales, conomiques), jeune en situation dchec scolaire, jeune dans lenseignement secondaire gnral ou technique, jeune en apprentissage de type informel ou dual 18 Voir A. Maragnani, Les enjeux de la formation professionnelle et technique dans le secteur agricole et le milieu rural. Cas de lAfrique de louest de la formation professionnelle et technique dans le secteur agricole et le milieu rural, DGCID, Paris, janvier 2008, 25 p. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 49 La notion de territoire sera apprhende dans le sens despace caractris par une cohsion gographique, cologique, conomique, culturelle et sociale, une sorte de pays ou de terroir aux contours dfinir au cas par cas, plutt que dans un sens classique de division administrative aux frontires fixes ou en rfrence des valeurs dites traditionnelles 19. Le territoire est en quelque sorte lespace de relations et dchanges des acteurs locaux selon une dfinition fonctionnelle large de plus en plus reprise. Constatons tout de mme que les dcoupages politiques recouvrent souvent des ralits gographiques et culturelles pertinentes. Il importe dtudier les besoins en formation dun territoire dans lequel ont t pralablement identifis les objectifs de dveloppement atteindre (par exemple, prenniser une population sur un territoire, dvelopper lagriculture sans dgrader lenvironnement, promouvoir la diversification des filires agricoles et la transfor-mation locale des produits, assurer la viabilit des structures dexploitation agricole, mettre en valeur les res-sources du patrimoine local, favoriser un sentiment dappartenance collectif au territoire). Dans le mme sens, toute action de formation doit la fois tre conue et ralise par rapport des ralits locales et tre articule sur les politiques de dveloppement rural et agricole. Cela suppose donc la disponibili-t ou la ralisation dun diagnostic rapide du territoire concern, diagnostic ncessaire la comprhension de la logique de chaque groupe dacteurs et la dduction de ses besoins en emplois Ces pralables poss, ltude a pour objet didentifier, du point de vue de lensemble des acteurs concerns par la formation professionnelle et technique, les besoins actuels et futurs en qualification des jeunes ruraux de deux ou trois territoires reprsentatifs du milieu rural au Maroc. Il conviendra galement de faire ressortir les constats gnralisables et les pistes daction pertinentes lchelle du pays. Par lexpression lensemble des acteurs , nous signifions les reprsentants de toutes les institutions impli-ques dans la formation professionnelle et technique agricole et rurale sur les territoires identifis pour ltude, que ces institutions soient publiques, prives, associatives, non formelles, et quel que soit leur niveau dintervention, national, rgional, local, voire international On pourra titre dexemple non exhaustif interro-ger : les diffrents ministres (Agriculture, Dveloppement rural, Education nationale, Enseignement technique, Formation professionnelle, Finance, Budget, Emploi, Intrieur, Dveloppement social et Solidarit, Amna-gement du territoire, Environnement, Ressources naturelles) ; les collectivits territoriales aux chelons existants (communes, districts, provinces, rgions) ; les organisations de la vie conomique (entreprises, coopratives, organisations professionnelles, unions de producteurs, syndicats, chambres professionnelles, chambres consulaires) ; les collectifs de dveloppement local (communauts villageoises, associations, groupes de base) ; les organismes varis de formation, publics et privs (responsables et formateurs) ; les groupements dusagers (associations dapprenants, de parents) ; les institutions traditionnelles, religieuses, culturelles ; les media de communications (tlvision, presse spcialise) ; les organismes nationaux et internationaux de coopration (systme des Nations Unies, banques de dve-loppement, Union europenne, cooprations bilatrales). Il ne sagit donc pas dune analyse de loffre en formation, bien quil soit ncessaire de connatre prcisment les formations existantes, par exemple en faisant un inventaire suffisamment complet et prcis. Il ne sagit pas non plus dune tude de la demande, les jeunes ruraux ou leur famille indiquant ce quils souhaitent, mais bien dun diagnostic partag des besoins en formation dans lequel, au risque dinsister, les populations rurales et les producteurs agricoles sont des acteurs part entire. 19 Une expression comme la fabrique des territoires souligne bien que cest une construction sociale, donc provisoire et volutive, et il est dautant plus important de ne pas senfermer dans une dfinition pralable. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 50 Les rsultats de ltude seront diffuss auprs des reprsentants du rseau FAR dans les onze autres pays afri-cains que le Maroc dans le but dapporter non seulement des lments dinformation et de rflexion mais en-core un appui pour raliser le mme travail dans ces pays dans la perspective de contribuer lclairage des dcideurs du secteur sur les choix politiques et stratgiques de dveloppement des dispositifs de formation capables dassurer linsertion professionnelle et sociale optimale des jeunes ruraux. 3.2. Mthodologie suggre Les modalits pratiques de mise en uvre de la prestation relvent de la comptence du consultant confor-mment lobjectif et aux rsultats attendus de lintervention. La note de manifestation dintrt demande servira de base de discussion avec le rseau FAR pour la mthodologie utiliser. Le consultant pourra analyser et amliorer la dmarche tenant compte des quatre phases suivantes : 1. Elaboration de la mthodologie : Le consultant indiquera comment il accdera au diagnostic de territoire et il donnera les raisons du choix de la mthode danalyse des besoins, illustres par des exemples dtudes et de travaux dans lesquels la mthode danalyse choisie a dj t utilise ; le consultant pourra proposer un guide dentretien ou tout autre lment jug utile pour mener bien ce travail. 2. Recherche et analyse bibliographique : Le consultant cherchera les donnes bibliographiques et documentaires relatifs aux expriences de dia-gnostic en possession des structures travaillant sur la problmatique de dveloppement des territoires. Il en fera la revue analyse, commentaires et exploitation afin de dlimiter le cadre de ltude de la situa-tion actuelle ; les annotations des donnes seront dailleurs considres comme un outil de travail essen-tiel20. 3. Enqutes : Le consultant identifiera et localisera les acteurs majeurs concerns par la formation professionnelle et technique en milieu rural. Il les interrogera afin davoir une premire analyse des besoins en qualification un niveau quon pourra qualifier de groupes uni-acteurs ; si ces groupes sont htrognes, il convien-dra alors de dfinir des sous-groupes dans lesquels une position peut tre clairement tablie. Cest lissue de cette phase que le consultant laborera les premiers lments de lanalyse qui serviront la concerta-tion entre les acteurs (phase suivante). 4. Dbats : Sur la base des lments de diagnostic runis pendant la phase prcdente, le consultant organisera des dbats entre les reprsentants des diffrents groupes dacteurs (runion de groupes multi-acteurs ) pour aboutir un diagnostic partag entre tous les acteurs21. 3.3. Rsultats attendus Le consultant prsentera : Des lments contextuels du secteur agricole ; Une revue sommaire des politiques et des pratiques de dveloppement agricole et rural en cours, sans omettre les ventuelles actions visant prparer une partie des jeunes ruraux une insertion en milieu urbain ; Lenvironnement institutionnel de lenseignement technique et de la formation professionnelle ; 20 Des donnes provenant des documents eux-mmes (notamment le rsum) ou dailleurs (par exemple, compte rendu dans des priodiques scientifiques) sont parfaitement acceptables pourvu que les guillemets soient systmatiquement utiliss et les sources soient toujours clairement indiques. 21 Le consultant devra choisir les termes les plus appropris et les dfinir lorsque ncessaire. Par exemple, il est possible et recommand de poser la diffrence entre ngociation (rapprochement dopinions divergentes) et concertation (opinions consensuelles). Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 51 Un inventaire rapide des formations existantes concernant lagriculture et les mtiers ruraux, en mettant laccent chaque fois que cela est possible sur le lien entre les stratgies de dveloppement et de formation en milieu rural ; Lidentification prcise des acteurs concerns par la formation professionnelle et technique agricole et rurale en mentionnant leurs rles rels et la faon dont chacun des acteurs exprime respectivement les besoins en qualification des jeunes ruraux ; Les besoins en qualification issus du diagnostic concert et, dans la mesure du possible, la quantification dans le temps et dans lespace, des besoins en qualification des jeunes ruraux ; les recommandations et suites donner cette tude ; ces deux aspects qui revtent un caractre oprationnel certain sont prendre en considration dans le rapport : le consultant pourra par exemple proposer des mesures stratgiques sur les faons de pourvoir les territoires tudis en jeunes ayant reu des formations leur permettant damorcer ou de renforcer le dveloppement agricole et rural (grandes mesures et leur agencement, moyens ncessaires, projets spci-fiques et rflexion sommaire sur leur faisabilit). Pour les principaux besoins en qualification identifis, le consultant dtaillera les expriences russies de for-mation professionnelle rpondant bien lobjectif dinsertion des jeunes dans des activits de dveloppement des territoires ; il analysera notamment : les dispositifs de formation quils soient publics ou pas (type et cible de la formation, modalits de fait ou formalises de reconnaissance des comptences acquises, comment la formation permet de stimuler le dveloppement, de rduire la pauvret, etc.) ; la concordance entre les objectifs affichs par les systmes de formation et les acteurs impliqus ; les moyens mobiliss et les instruments financiers institus. Enfin, le consultant prendra un soin particulier dcrire de faon claire et concrte la mthodologie mise en uvre. Il analysera ladite mthodologie en prcisant sur quels lments il est ncessaire de porter les amlio-rations et/ou deffectuer les adaptations pour la conduite dtudes similaires dans dautres pays. Ce travail prendra la forme de proposition technique au dmarrage de la prestation et constituera une annexe indispen-sable du rapport dtude. 4. Profil du consultant recherch 4.1. Comptences et exprience professionnelle demandes Pour cette tude, il est recherch un (1) consultant de prfrence ressortissant dun pays membre du Rseau FAR (voir paragraphe 1.1) justifiant : dune formation universitaire suprieure sanctionne par un diplme dans un ou plusieurs des domaines suivants : gestion des ressources humaines, science de lducation et de la formation, conseil en forma-tion, coordination pdagogique, ingnierie des dispositifs de formation, ingnierie des systmes et de la formalisation des emplois, sociologie rurale, sciences agronomiques ou vtrinaires, conomie du dve-loppement, gestion des territoires ; dau moins dix (10) annes dexprience professionnelle en analyse-valuation des besoins en formation et en ingnierie de formation ; dune connaissance approfondie du contexte de dveloppement agricole et rural dans les pays membres du Rseau FAR et notamment au Maroc ; de connaissances des principales problmatiques et des dispositifs de formation professionnelle et techni-que dans les pays membres du Rseau FAR et notamment au Maroc ainsi que des stratgies nationales existantes concernant la formation agricole et rurale de masse ; Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 52 de bonnes connaissances de la dynamique des expriences de dcentralisation et du contexte des pays membres du Rseau FAR et notamment le Maroc de la matrise douvrages publics et privs ; dune bonne matrise de la dmarche contrat de plan mis en uvre dans les expriences de partenariat Etat-rgion. 4.2. Autres comptences obligatoirement requises Qualits dcoute et dobservation ainsi que de dialogue, danimation, de facilitation de dbats afin didentifier les opinions des diffrents acteurs de la FAR et dencourager leur concertation. Sens de lorganisation, autonomie de travail, capacits danalyse et de formulation des ides, sensibilit aux critiques. Capacits de synthse et de rdaction. Matrise de la langue franaise aussi bien lcrit qu loral. Connaissance souhaitable des langues locales selon les lieux denqutes. Matrise des logiciels Word et Excel. 5. Lieu, dure, chance, organisation et calendrier de la prestation 5.1. Lieux, dure et chance de la prestation La prestation se droulera au Maroc : Rabat pour les rencontres avec le reprsentant national du rseau FAR, les instances de dcision concernes, les intervenants dans le secteur de la FAR mais galement et surtout dans tout autre lieu du territoire national propos par le consultant en accord avec le reprsentant national et aprs en avoir inform le secrtariat excutif du rseau FAR. La dure de la prestation sera de quarante-cinq (45) jours, donc week-ends exclus, stalant sur une priode minimale de neuf (9) semaines calendaires et maximale de dix-huit (18) semaines calendaires. La prestation dmarrera aprs la slection du consultant. Elle se droulera entre aot et dcembre 2010. Le rapport sera remis dans un dlai dune semaine aprs la fin de la prestation. 5.2. Organisation et calendrier prvisionnel de la prestation Le consultant assurera entirement sa propre logistique (ordinateur, communication, transport, hbergement, assurance). Il bnficiera de lappui du reprsentant national du rseau FAR en ce qui concerne la facilitation des rencontres, lappui mthodologique et bibliographique, etc. La langue de travail dpendra des lieux o seront effectues les enqutes et lemploi des langues vernaculaires sera un atout considrable donc hautement recommand. La langue de rdaction sera le franais, les annexes et guides devront tre traduits en franais si besoin est. Le rsum de ltude devra tre produit en versions franaise et anglaise. Toutes les communications crites dans le cadre de la prestation devront tre en langue franaise. Le chronogramme suivant dtaille le calendrier prvisionnel de travail : Etapes Dure en jours Prparation (bibliographie, mise au point mthodologique) 4 Echange et coordination avec le rseau FAR (reprsentant national et secrtariat excutif) concernant la prparation 1 Soumission des premiers travaux et retour rapide du rseau Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 53 Travail de terrain , enqutes 25 Atelier de restitution (prparation, organisation, prsentation) 1 Rdaction du rapport 10 Finalisation du rapport 3 Prparation et prsentation orale du rapport 1 Total 45 6. RAPPORT DETUDE 6.1. Rapport dtude et rapport dfinitif Le rapport dtude sera soumis une semaine au plus tard aprs la fin de la prestation en version lectronique aux formats Word et PDF. Les ventuels tableaux et graphiques seront intgrs au texte sous format Excel. Les commentaires du rseau FAR seront transmis au consultant dans un dlai maximum de quinze (15) jours aprs rception du rapport dtude. Le dlai allou au consultant pour rpondre aux commentaires et produire le rapport dfinitif sera de quinze (15) jours sauf accord pralable du secrtariat excutif du rseau, par exemple en cas de besoin de donnes de terrain supplmentaires. Le rapport dfinitif sera remettre pareillement en version lectronique Word et PDF au secrtariat excutif qui en fera copie aux membres du comit de pilotage. Il sera proprit pleine et entire du rseau FAR qui en rservera donc le droit dutilisation ainsi que des donnes recueillies lors de la prestation. 6.2. Contenu du rapport Le rapport dfinitif comprendra un rsum, une liste des abrviations utilises, une carte du pays avec les zo-nes denqutes et une table des matires. Le rsum, rdig en franais et en anglais, sera de type excutif avec inclusion des principales recommandations. Les citations seront faites en franais dans le texte et seront indiques en langue originale avec dtail de la source en note infrapaginale. Pareillement, les rfrences des documents utiliss seront notes de faon dtaille en bas de page (auteurs, date, titre du document en langue originale avec traduction en franais entre crochets, ditions et lieu, pages concernes). Le rapport comprendra galement au moins les annexes suivantes : les prsents termes de rfrences ; la note mthodologique qui pourra servir aux autres pays du rseau FAR pour faire un travail similaire ; la liste des documents consults rfrencs de faon dtaille et homogne22, littrature grise incluse ; le calendrier de droulement de la prestation ; les coordonnes dtailles des personnes rencontres listes par ordre alphabtique des organisations ou dans un autre ordre jug pertinent par le consultant (les cartes de visites pourront tre scannes) ; le compte rendu court des principales rencontres avec indication du lieu, de la date, de lheure et de la dure approximative de la rencontre sera bienvenu ; ventuellement un glossaire des principaux concepts et des termes techniques utiliss ; 22 Par exemple, avec utilisation dune mthode bibliographique telle que le Chicago Manual of Style . Soumission et retour du rseau en quinze (15) jours maximum Coordination avec le rseau FAR Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 54 7. Contact et documents soumettre par les candidats 7.1. Documents soumettre Les candidats cette tude devront adresser au rseau FAR (voir coordonnes ci-dessous) au plus tard le 30 juin 2010 un dossier constitu des trois documents suivants : leur curriculum vitae avec dtails des comptences et expriences en rapport avec ltude ; une note de manifestation dintrt de quelques pages portant sur la comprhension gnrale de la pres-tation, la prsentation de la problmatique, une esquisse de la mthodologie de travail et des principales activits prvues pour raliser ltude en tenant compte de la dure de la prestation, ainsi que de tout au-tre lment jug utile par les candidats ; une proposition financire prcisant les honoraires demands ainsi que les frais de documentation, de dplacement et de sjour. Les frais de documentation et de dplacement seront rembourss sur justifica-tifs, ceux de sjour seront pris en compte sur les bases rglementaires dattribution de per diem (taux de mission du ministre franais des Finances). Il pourra tre demand au consultant de faire parvenir au se-crtariat excutif du rseau FAR tout ou partie des documents collects lors de la prestation, que ce soit sous forme papier ou lectronique, ce faire et avec les autorisations ncessaires afin de les mettre dispo-sition des membres du rseau. Les candidatures seront examines par le secrtariat excutif du rseau FAR en relation avec les membres de son comit de pilotage et en concertation avec le comit de suivi du programme ADEX.FAR. La note de manifes-tation dintrt sera un lment important de choix et pourra faire lobjet de demandes de prcision. 7.2. Coordonnes du rseau FAR Adresse : Rseau FAR 1101, avenue Agropolis BP 5098 34093 Montpellier Cedex 5 France Adama COULIBALY, prsident du comit de pilotage du rseau FAR Tl. : + 225-21 25 09 39 Fax : 225-21 25 61 97 Courriel : katienet@aviso.ci Bernard CAVAILL, secrtaire excutif du rseau FAR Tl. : +33-(0)4 67 61 70 59 Courriel : bernard.cavaille@educagri.fr Igor BESSON, charg de mission, programme ADEX.FAR Tl. : +33-(0)4 67 61 70 22 Courriel : igor.besson@supagro.inra.fr Ccile DURAND, assistante, Tl. : + 33-(0)4 67 61 70 63 Fax : + 33-(0)4 67 61 70 67 Courriel : cecile.durand@supagro.inra.fr Evelyne GALTIER, assistante pour la logistique Tl. : + 33-(0)4 67 61 70 70 Courriel : evelyne.galtier@supagro.inra.fr. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 55 ANNEXES : GUIDES DENQUETE Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 56 Annexe 1. Guide dentretien avec les institutionnels Agriculture LES POINTS A TRAITER AVEC LES ACTEURS INSTITUTIONNELS 1. Information des responsables des institutions rencontres sur le cadre, les objectifs et les fina-lits de ltude, objet de la mission ; 2. Recherche documentaire (tudes rcentes, monographies) au niveau de la rgion en relation avec : Le secteur agricole ; La main duvre et lemploi en milieu rural ; La formation professionnelle agricole. 3. Situation actuelle du secteur agricole dans la province Limportance socio-conomique de lagriculture au niveau de la province ; Son importance par rapport aux autres provinces de la rgion ; Les principales vocations agricoles de la province ; Projets de dveloppement agricoles raliss, en cours de ralisation ou prvus. 4. Situation actuelle de lemploi dans le secteur agricole Les filires qui emploient le plus de main duvre (Permanente et saisonnire) ; Les caractristiques de lemploi (mobilit, qualification, technicit, genre) ; Les points forts et les points faibles de lemploi dans la province. 5. Situation actuelle de loffre de la formation professionnelle Le rle des tablissements de la formation professionnelle agricole dans la rgion ; Adaptation des programmes de la formation aux besoins de la profession ; Le rle de la formation professionnelle agricole ; Les freins de dveloppement de la formation professionnelle agricole. 6. Perspectives davenir Le dveloppement du secteur agricole ; Les besoins en main duvre dans les annes avenirs ; Les mtiers porteurs. 7. Attentes de linstitution Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 57 Le dveloppement de la formation professionnelle agricole pour accompagner les projets de dveloppement ; Possibilits damlioration de la formation par apprentissage au niveau de la province. NB/ Thmes spcifiques : ANAPEC : Offre et demande demploi dans le secteur agricole Agricullture : Plan Maroc Vert ; DAS : Projets de dveloppement rural et social, INDH Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 58 Annexe 2. Guide dentretien avec les institutionnels - Artisanat LES POINTS A TRAITER AVEC LES ACTEURS INSTITUTIONNELS 1. Rappel du cadre de lEtude, Objectifs et Missions 2. Recueil de complments documentaires concernant le secteur de lartisanat (tudes rcentes, monographies) au niveau de la rgion Les filires et spcificits rgionales Lemploi et la main duvre La formation professionnelle dans les mtiers de lartisanat 3. Situation actuelle du secteur de lartisanat dans la rgion Limportance socio-conomique de lartisanat au niveau de la province Son importance par rapport aux autres provinces de la rgion Les caractristiques du secteur de lartisanat (produit/client, type dacteurs de production, degr de technicit, etc.) Les principaux mtiers de lartisanat dans la province Projets de dveloppement dans le secteur de lartisanat raliss, en cours de ralisation ou prvus 4. Situation actuelle de lemploi dans le secteur de lartisanat Les caractristiques de lemploi (mobilit, qualification, technicit, genre) Les mtiers qui emploient le plus de main duvre Les points forts et les points faibles de lemploi dans la province Les mtiers mergents et porteurs et les qualifications 5. Situation actuelle de loffre de la formation professionnelle Partenariat formation-profession Le rle des tablissements de la formation professionnelle dans les mtiers de lartisanat dans la rgion Adaptation des programmes de la formation aux besoins de la profession Les freins de dveloppement de la formation dans le secteur de lartisanat 6. Les difficults actuelles Technologie/Production Professionnalisme / Qualification Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 59 Formation (initiale, continue, par apprentissage) Matires premires/ March / Commercialisation Commercialisation/distribution 7. Perspectives dvolution Les tendances actuelles du secteur de lartisanat Les besoins en main duvre dans les annes venir Les besoins en formation Les mtiers porteurs, mtiers mergents Matire premire 8. Conditions daccompagnement de lvolution du secteur de lartisanat Qualification de la main duvre (besoins) Formation initiale / Formation continue Encouragement et accompagnement du secteur Organisation du secteur (Partenariat / Profession / Formation) 9. Attentes de linstitution Restructuration de loffre de formation (cration, suppression, actualisation de filires) Mise niveau du dispositif de formation (reconversion, recrutement, perfectionnement) Possibilits damlioration de la formation au niveau de la province Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 60 Annexe 3. Guide dentretien avec les institutionnels - Tourisme LES POINTS A TRAITER AVEC LES ACTEURS INSTITUTIONNELS 1. Information des responsables des institutions rencontres sur le cadre, les objectifs et les fina-lits de ltude, objet de la mission ; 2. Recherche documentaire (tudes rcentes, monographies) au niveau de la rgion en relation avec : Le secteur du tourisme ; La main duvre et lemploi dans les entreprises touristiques ; La formation professionnelle touristique. 3. Situation actuelle du secteur du tourisme dans la province Limportance socio-conomique du secteur du tourisme au niveau de la province ; Son importance par rapport aux autres provinces de la rgion ; Les principales activits touristiques de la province ; Projets de dveloppement touristiques raliss, en cours de ralisation ou prvus. 4. Situation actuelle de lemploi dans le secteur touristique Les activits qui emploient le plus de main duvre (Permanente et saisonnire) ; Les caractristiques de lemploi (mobilit, qualification, technicit, genre) ; Les points forts et les points faibles de lemploi touristique dans la province. 5. Situation actuelle de loffre de la formation professionnelle Le rle des tablissements de la formation professionnelle touristique dans la province ; Adaptation des programmes de la formation aux besoins de la profession ; Le rle de la formation professionnelle touristique ; Les freins de dveloppement de la formation professionnelle touristique. 6. Perspectives davenir Le dveloppement du secteur du tourisme ; Les besoins en main duvre dans les annes avenirs ; Les mtiers porteurs. 7. Attentes de linstitution Le dveloppement de la formation professionnelle pour accompagner les projets de dve-loppement du tourisme ; Possibilits damlioration de la formation professionnelle au niveau de la province. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 61 Annexe 4. Questionnaire Employeurs Secteur de lAgriculture Identifiants de lenqute : Nom de lenquteur : Lieu de lenqute : Sige de lentreprise Autre prciser : Date : . . / . . / . . . . Code(*) : (*) N bassin (1c) , N Strate (1c) , N Enquteur (2c) , N srie (2c) Identifiants de lentreprise agricole et du propritaire enquts Nom de lentreprise : Adresse : Tl : Fax : Mail : Nom du propritaire : Age du propritaire : Moins de 25 ans 25 39 ans 40 60 ans Plus de 60 ans Niveau dinstruction du propritaire : Aucun niveau < 6me F. 6me- 8me F 9me-2me Bac 3me Bac Bac et plus Niveau de formation professionnelle du propritaire : Aucun niveau CAP S Q T TS Anciennet de lentreprise : moins de 2 ans entre 2 et 5 ans plus de 5 ans Fonction du propritaire Agriculteur Autre Personnes rencontres Fonction au sein de lentreprise agricole Observations ou remarques particulires concernant lenqute souligner Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 62 Caractristiques de lentreprise Superficie Moins de 5 ha Plus de 5 ha Surface irrigue en % de la SAU totale 0 % entre 0 et 25 % entre 25 et 50 % Plus de 50 % Statut foncier ; Pourcentage en Melk 0 % entre 0 et 25 % entre 25 et 50 % Plus de 50 % Niveau de mcanisation en nombre de tracteurs Aucun tracteur 1 ou 2 Plus de 2 Activits agricoles de lentreprise (Indiquer les deux activits qui mobilisent le maximum demploi perma-nent au niveau de lentreprise) Premire Activit principale de lentreprise (cocher une seule case) Production vgtale Production animale Grandes cultures irrigues Grandes cultures bour Arboriculture en plein champ irrigu Arboriculture en plein champ bour Arboriculture sous serre Marachage en plein champ irrigu Marachage en plein champ bour Marachage sous serre Cultures industrielles Autres : . . . . . . . . . Bovin laitier Bovin dengraissement intensif Bovin dengraissement extensif Ovin intensif Ovin extensif Caprin intensif Caprin extensif Aviculture Apiculture Cuniculture Autres : . . . . . . . . . Deuxime activit principale de lentreprise (cocher une seule case) Production vgtale Production animale Grandes cultures irrigues Grandes cultures bour Arboriculture en plein champ irrigu Arboriculture en plein champ bour Arboriculture sous serre Marachage en plein champ irrigu Marachage en plein champ bour Marachage sous serre Cultures industrielles Autres : . . . . . . . . . Bovin laitier Bovin dengraissement intensif Bovin dengraissement extensif Ovin intensif Ovin extensif Caprin intensif Caprin extensif Aviculture Apiculture Cuniculture Autres : . . . . . . . . . Structure de la main duvre de lentreprise Rpartition de la main duvre par genre (indiquer leffectif dans chaque case) Hommes Femmes Age Descendant Familiale Salari Ass.* Descendant Familiale Salarie Ass.* moins de 15 ans de 16 20 ans de 21 35 ans de 36 60 ans plus de 60 ans (*) Associe : Le terme dassoci correspond la main duvre rmunre selon les rsultats de lexploitation (exemple : Khammas , Raba ,) Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 63 Rpartition de la main duvre par niveau dinstruction (indiquer leffectif dans chaque case) Age Aucun < 6me F. 6me-8me F 9me-2me Bac 3me Bac Bac et plus moins de 15 ans de 16 20 ans de 21 35 ans de 36 60 ans plus de 60 ans Rpartition de la main duvre par niveau de qualification professionnelle (indiquer leffectif dans chaque case) Age Aucun CAP* S Q T TS moins de 15 ans de 16 20 ans de 21 35 ans de 36 60 ans plus de 60 ans (*) CAP : Certificat dApprentissage professionnel ; S : Spcialisation ; Q : Qualification T : Technicien ; TS : Technicien Spcialis. Rpartition de la main duvre par activit agricole (Prciser leffectif pour la main duvre permanente (Per) et le nombre de journes de travail pour la main duvre occasionnelle (Occ)). Activits en production vgtale Nb douvriers Nb douvriers Spculation Per. Occ. Spculation Per. Occ. Grandes cultures irrigues Arboriculture sous serre Grandes cultures bour Marachage en plein champ irrigu Arboriculture en plein champ irrigu Marachage en plein champ bour Arboriculture en plein champ bour Marachage sous serre Autres : Cultures industrielles Activits en production animale Nb douvriers Nb douvriers Type dlevage Per. Occ. Type dlevage Per. Occ. Caprin intensif Bovin laitier Caprin extensif Bovin dengraissement intensif Aviculture Bovin dengraissement extensif Apiculture Ovin intensif Cuniculture Ovin extensif Autres : Activits transversaless Nb douvriers Nb douvriers Type dactivit Per. Occ. Type dactivit Per. Occ. Tractoriste Mcanicien des stations de condition-nemt et des installations frigorifiques Mcanicien des systmes dirrigation Mcanicien en Station de pompage Mcanicien des machines agricoles Ouvrier lectricien Autres : Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 64 En plus du propritaire, existe-t-il un grant ou un responsable de lexploitation ? Oui non Nombre de caporaux : 0 de 1 2 Plus de 2 Besoins en main duvre Raisons du recrutement ge (vieillissement) Extension de lentreprise Cession de lactivit Transformation de lactivit Prparation de la relve Renouvellement de la main duvre Autres (prciser) : Critres du recrutement Niveau de qualification professionnelle Age Exprience professionnelle Salaire Lien familial Lieu de rsidence Genre : Masculin Fminin Statut familial : Mari Non mari Autres (prciser) : Avez-vous dj recrut des laurats de la formation professionnelle ? (Occasionnel ou permanent) ? Non Oui Si oui, quel est votre degr de satisfaction ? Satisfait Non satisfait, pourquoi ? Qualification non adquate avec la fonction de travail Prparation en formation insuffisante Motivation et comportement du jeune, inadapts Pourriez-vous me parler du mode de formation par apprentissage ? Bonne connaissance Quelques notions Aucune connaissance (Expliquer le MFA avant question suivante) Comment trouvez-vous ce mode de formation en tant quemployeur ? Intressant Non intressant Pour vos besoins venir en main duvre, prciser leffectif par fonction (Prciser leffectif pour la main duvre permanente ( Per ) et le nombre de journes de travail pour la main duvre occasionnelle ( Occ )) Dans limmdiat Dans 1 2 ans Aprs 3 ans Salarie Salarie Salarie PRODUCTION VEGETALE Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Ouvrier en arboriculture Ouvrier en marachage Ouvrier en jardinage Ouvrier en cultures florales Ouvrier en PAM Ouvrier ppiniriste arboricole Ouvrier ppiniriste maracher Ouvrier en traitement phytosanitaire Autre (prciser) : Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 65 Dans limmdiat Dans 1 2 ans Aprs 3 ans Salarie Salarie Salarie PRODUCTION ANIMALE Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Ouvrier en levage ovin-bovin-caprin Ouvrier en levage bovin Ouvrier en levage ovin-caprin Ouvrier en aviculture Ouvrier en apiculture Ouvrier en cuniculture Autre (prciser) : .. Dans limmdiat Dans 1 2 ans Aprs 3 ans Salarie Salarie Salari IRRIGATION, MECANIQUE AGRICOLE, EQUIPEMENT RURAL ET TOPOGRAPHIE Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Ouvrier mcanicien des systmes dirrigation Tractoriste Ouvrier mcanicien des machines agricoles Ouvrier en topographie Ouvrier mcanicien des stations de condi-tionnement et des installations frigorifiques Ouvrier lectricien en milieu rural Ouvrier de station de pompage Autre (prciser) : .. Dans limmdiat Dans 1 2 ans Aprs 3 ans Salarie Salarie Salarie COMMERCIALISATION ET CONDITION-NEMENT Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-prenti Per Oc Ap-pren-ti Ouvrier en Commerce des intrants Ouvrier en commerce des prodns agricoles Ouvrier en Emballage Ouvrier magasinier des prodns agricoles Autre (prciser) : .. Dans le cas o aucun besoin en apprentis nest exprim, les raisons sont : Pas de besoin de main duvre Absence de logement Refus dengagement contractuel Autres : Capacit dhbergement au sein de lentreprise Non disponibilit de logement Disponibilit de logement en cas de recrutement des apprentis 1 2 apprentis Plus de 2 apprentis Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 66 Annexe 5. Questionnaire Employeurs Secteur de lArtisanat Identifiants de lenqute : Nom de lenquteur : Au sige de lunit dartisanat Lenqute a eu lieu : Dans un autre lieu prciser : Date : . . / . . / . . . . Code : (*) N Province (1c) , N Enquteur (2c) , N srie (3c) Identifiants de lunit dartisanat : Nom de lunit : Nom du propritaire : Adresse : Tl : Fax : Mail : Personnes rencontres Fonction au sein de lunit dartisanat Observations ou remarques particulires souligner concernant lenqute : Caractristiques de lunit dartisanat : Milieu dexercice : Localisation : Urbain Ville ancienne Ville nouvelle Atelier indpendant Ensemble/village artisanal Autres Rural Atelier indpendant Ensemble/village artisanal Autres Statut : SARL SA Autres, prciser : . Superficie des locaux : m2 Anciennet de lunit : Moins de 2 ans Entre 2 et 5 ans Plus de 5 ans Informations concernant le propritaire de lunit dartisanat : Age : Moins de 25 ans : 25 39 ans : 40 60 ans : Plus de 60 ans : Genre : Masculin : Fminin : Niveau dinstruction du propritaire : Aucun < 6me F. 6me-8me F 9me F-2me AS 3me AS Bac et + Autre diplme Prciser : Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 67 Niveau de formation professionnelle : Aucun CAP Spcialisation Qualification Technicien Tech. Spcialis Apprentissage Apprentissage Rsidentielle Rsidentielle Le propritaire de lunit dartisanat est-il lui-mme artisan ? Oui Non En plus du propritaire ou du prsident, existe-t-il un grant ou un responsable de lunit dartisanat ? Oui Non Si oui, indiquer : Age : Moins de 25 ans : 25 39 ans : 40 60 ans : Plus de 60 ans : Genre : Masculin : Fminin : Niveau dinstruction du propritaire : Aucun < 6me F. 6me-8me F 9me F-2me AS 3me AS Bac et + Autre diplme Prciser : Niveau de formation professionnelle : Aucun CAP Spcialisation Qualification Technicien Tech. Spcialis Apprentissage Apprentissage Rsidentielle Rsidentielle Activits de lunit : Dcoration Ameublement Poterie-cramique Dinanderie Tapis Tissage Broderie Passementerie Verrerie Reliure Menuiserie dart Fer forg Tapisserie Vannerie Habillement/accessoires Btiment traditionnel Vtements traditionnels Articles chaussants Maroquinerie Peinture sur soie Vtements en cuir Tadellakt Pltre Zellige Sculpture et peinture sur bois Sculpture sur pierre Marbrerie Bijouterie Bijouterie Orfvrerie Joaillerie Autres, prciser : . . Au niveau de lunit, prciser le circuit de distribution des produits fabriqus : March/Consommateur Produits Rgional National Export Tourisme Commercialisation du produit : March/Consommateur Part en quantit (%) Rgional National Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 68 Export Tourisme Moyens de production de lunit : Machines Technologie Anciennet Satisfaction Manuelle Moins de 5 ans Trs satisfait motorise De 5 10 ans Moyennement satisfait automatise Plus de 10 ans Non satisfait Manuelle Moins de 5 ans Trs satisfait motorise De 5 10 ans Moyennement satisfait automatise Plus de 10 ans Non satisfait Manuelle Moins de 5 ans Trs satisfait motorise De 5 10 ans Moyennement satisfait automatise Plus de 10 ans Non satisfait Outillage Anciennet Satisfaction Moins de 5 ans Trs satisfait De 5 10 ans Moyennement satisfait Plus de 10 ans Non satisfait Moins de 5 ans Trs satisfait De 5 10 ans Moyennement satisfait Plus de 10 ans Non satisfait Moins de 5 ans Trs satisfait De 5 10 ans Moyennement satisfait Plus de 10 ans Non satisfait Equipement Anciennet Satisfaction Moins de 5 ans Trs satisfait De 5 10 ans Moyennement satisfait Plus de 10 ans Non satisfait Moins de 5 ans Trs satisfait De 5 10 ans Moyennement satisfait Plus de 10 ans Non satisfait Moins de 5 ans Trs satisfait De 5 10 ans Moyennement satisfait Plus de 10 ans Non satisfait Dcrivez le mode de fabrication des produits dans votre unit : Tches Technique de production Comptences ncessaires Traditionnelle Moderne Traditionnelle Moderne Traditionnelle Moderne Traditionnelle Moderne Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 69 Indiquez lvolution actuelle du mtier ou des mtiers exercs dans votre unit : Mtiers stables Mtiers porteurs Mtiers en dclin Structure de la main duvre de lunit : Effectif des membres de lunit : Permanents Saisonniers/occasionnels* * exprims en nombre de journes de travail par an (effectif x nombre de jours) Rpartition de la MO permanente par ge et par genre (indiquer leffectif dans chaque case) Age Hommes Femmes Moins de 15 ans23 De 16 20 ans De 21 35 ans De 36 60 ans Plus de 60 ans Rpartition de la MO permanente par niveau dinstruction (indiquer leffectif dans chaque case) : Niveau Aucun < 6me F. 6me-8me F 9me-2me AS 3me AS Bac et plus Effectif Rpartition de la MO permanente par niveau de qualification professionnelle (indiquer leffectif dans chaque case) : Niveau Aucun CAP (24) Spcialisation Qualification Technicien T. Spcialis MFA(2) Rsid. MFA Rsid. Effectif Effectif des employs permanents ayant un diplme suprieur (licence, ingnieur) : Evolution de leffectif de la main duvre pendant les cinq dernires annes par mtier : Mtiers 2006 2007 2008 2009 2010 Evolution de leffectif de la main duvre pendant les 5 dernires annes par niveau de qualifica-tion25 : Aucun niveau CAP 2006 2007 2008 2009 2010 2006 2007 2008 2009 2010 23 Bien que lemploi denfants de moins de 15 ans soit interdit par la loi, nous avons intgr cette catgorie pour relever dventuels cas que lon pourrait rencontrer sur le terrain. 24 CAP : Certificat dApprentissage professionnel ; MFA : Mode de Formation par Apprentissage. 25 Pour les ouvriers qualifis indiquer uniquement le nombre de ceux qui exercent le mtier correspondant leur domaine de qualification. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 70 Spcialisation par Apprentissage Spcialisation par formation rsidentielle 2006 2007 2008 2009 2010 2006 2007 2008 2009 2010 Qualification par Apprentissage Qualification par formation rsidentielle 2006 2007 2008 2009 2010 2006 2007 2008 2009 2010 Technicien Technicien spcialis 2006 2007 2008 2009 2010 2006 2007 2008 2009 2010 Autre niveau de Qualification Prciser : 2006 2007 2008 2009 2010 En cas de prsence de laurats de la formation professionnelle (main duvre qualifie) au niveau de lunit, quel en est votre degr de satisfaction : Satisfait, pourquoi ? Type de formation Niveau de formation Niveau technicit (comptences) lie au mtier Motivation Autres, prciser : . Non satisfait, pourquoi ? Qualification non adquate avec la fonction de travail Insuffisance de la matrise technique du mtier Manque de motivation Autre, prciser : . Relation Unit dartisanat et tablissements de formation professionnelle Existe-t-il un partenariat avec les tablissements de formation professionnelle du secteur de lartisanat ? Oui Non Si oui, Sous quelle forme ? Accueil de stagiaires Accueil dapprentis dans le cadre de la formation par apprentissage Visites ponctuelles effectues dans les tablissements Interventions ponctuelles de la part des tablissements Autres formes, prciser : Si lunit est implique dans la formation par apprentissage, Indiquer : Depuis combien dannes Nombre dapprentis Nombre de laurats Degr de satisfaction par rapport la formation par apprentissage : Satisfait Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 71 Moyennement satisfait Non satisfait, pourquoi ? Qualification non adquate avec la fonction de travail Insuffisance de la matrise technique du mtier Manque de motivation Autre, prciser : Parmi ces formes de partenariat, lesquelles souhaiteriez-vous ventuellement dvelopper davantage ? Accueil de stagiaires au sein de lunit Accueil dapprentis dans le cadre de la formation par apprentissage Visites ponctuelles effectues dans les tablissements Interventions ponctuelles de la part des tablissements Autres formes, prciser : Sinon, pour quelles raisons ? Nest pas au courant de lexistence dtablissements de formation Loccasion ne sest pas prsente Autres raisons, prciser : Quelle(s) formes de partenariat souhaiteriez-vous ventuellement tablir avec les tablisse-ments de formation professionnelle ? Aucune Accueil de stagiaires Accueil dapprentis dans le cadre de la formation par apprentissage Visites ponctuelles effectues dans les tablissements Interventions ponctuelles de la part des tablissements Autres formes, prciser : Formation continue au cours des cinq dernires annes Propritaire de lunit Annes Thmes Dure (en journes) Prestataire 2010 2009 2008 2007 2006 Grant Annes Thmes Dure (en journes) Prestataire 2010 2009 2008 2007 2006 Employs Annes Thmes Dure (en journes) Prestataire Nombre de bnficiaires 2010 Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 72 2009 2008 2007 2006 Besoins en main duvre : Quelles sont les raisons qui vous poussent recruter la main duvre : Croissance du volume dactivit de lunit Evolution de la technicit du mtier Extension de lunit Transformation de lactivit Renouvellement de la main duvre Autres (prciser) : . Quels sont les critres de slection pour le recrutement ? Niveau de qualification professionnelle, si oui prciser le niveau privilgi : CAP S Q T TS Apprentissage Exprience professionnelle Genre, si oui prciser : Masculin Fminin Autres (prciser) :. Quantification des besoins en main duvre (Indiquer le nombre dans chaque case) : Profil recherch 1 anne 2-3 ans Plus de 3 ans Avez-vous des postes non pourvus actuellement ? Oui Non Si oui, pour quelles raisons ces postes nont-ils pas t pourvus ? Postes non pourvus Raisons Besoins en formation continue Thme/techniques/Machines de produc-tion catgorie de bnficiaires Nombre de bnficiaires Degr durgence Immdiat Court terme Immdiat Court terme Immdiat Court terme Immdiat Court terme Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 73 Annexe 6. Questionnaire Employeurs Secteur du Tourisme I. DEROULEMENT DE LENQUETE 1. Nom de lenquteur : . N du questionnaire : / / 2. Date de lenqute : .. / .. / (jour / mois / anne) 3. Statut de lenqut : 1 Grant / Directeur 2 Responsable des Ressources Humaines 3 Autre prciser II. IDENTIFICATION DE LEMPLOYEUR 5. Nom de lentreprise 6. Age de lentreprise : 1 Moins de 5 ans 2 Plus de 5 ans 7. Activit principale de lemployeur (Ex : Htellerie, Restauration, etc..) : 8. Nombre de laurats de la formation professionnelle employs selon la filire et le niveau de for-mation : Filire Niveau de formation SPE QUA TEC T.S 1 2 3 4 5 NB : REMPLIR CETTE FICHE POUR CHAQUE EMPLOI TYPE OU COUPLE FILIERE NIVEAU CONCERNE PAR LETUDE Couple filire niveau de formation : .. III. APPRECIATION DE LA QUALITE DE FORMATION DISPENSEE 9. Trouvez-vous que la formation reue a suffisamment prpar le candidat lemploi quil occupe? 1 Oui 2 Moyennement 3 Non 9.1. Si, moyennement ou non , quest ce qui, selon vous, a manqu dans sa formation ? 1 Apprenessage des langues 2 Ouels informaeques 3 Communicaeon 4 Apprenessage de certains logiciels 5 Autre .. 9.2 Y a-t-il des comptences particulires que vous attendez des employs dans ce mtier ? 1 Oui 2 Non 9.2.1 Veuillez expliciter votre rponse (notamment les raisons) : 10. Est-ce que le candidat a eu des difficults pour sadapter aux tches qui lui sont assignes et/ou au matriel utilis dans lentreprise ? 1 Aucune difficult 2 Peu de difficults 3 Beaucoup de difficults Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 74 11. Aprs combien de temps est-il adapt ces tches ? ................mois 12. Quel est votre degr de satisfaction de la formation professionnelle offerte relativement ce m-tier? 1 lev 2 Moyen 3 Faible IV. ADEQUATION DE LA FORMATION AVEC LES BESOINS DE LENTREPRISE 13. Ce mtier ou emploi occup correspondait-il la formation dispense ? 1 Oui 2 Non 13.1.1 Veuillez expliciter votre rponse (notamment les raisons) : 14. Le diplme de cette formation correspond t-il au niveau souhait par ce mtier ? 1 Oui 2 Non 14.1. Si non, quel le niveau souhaitable ? 1 SPE 2 QUA 3 TEC 4 T.S 15. Avez-vous des suggestions faire touchant la formation professionnelle qui devrait tre offerte pour prparer ce mtier lavenir? (modes de formation, comptences dvelopper en priorit, etc.) .. .. .. .. .. .. .. .. Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 75 Annexe 7. Questionnaire Jeunes en formation ou au chmage IDENTIFICATION ENQUETEUR : Nom et prnom Date entretien FICHE IDENTIFICATION DU JEUNE Prnom Age Sexe Masculin Fminin Adresse personnelle : Adresse : Ville : Zone dorigine Rurale Urbaine Priurbaine Profession des parents Pre : Mre : Niveau scolaire Etudes suivies : Activits extrascolaires : Niveau de qualification profes-sionnelle CAP S Q T TS sans Si le jeune chmeur na aucune qualification professionnelle : les raisons de ne pas avoir suivi une formation professionnelle ? . Savez-vous quil existe des tablissements de la formation professionnelle (agriculture, pche, artisa-nat et tourisme) ? . Dure de chmage : depuis quand ? . Avez-vous souscrit un programme daide linsertion de lANAPEC ? . Avez-vous souscrit dautres programmes daide linsertion (provinces, commune) . Raisons du chmage : Aucune formation professionnelle Absence dopportunits de travail Salaire propos insuffisant Condition de travail non favorable Mconnaissance des opportunits du march de lemploi Non adquation entre la formation suivie et les emplois proposs Exigence de lexprience Autres : . Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 76 Exprience professionnelle : Itinraire : . . . Si emploi occup prcdemment, Raisons davoir quitt le travail ? ... Raisons de licenciement si le cas ... Autres ... Satisfaction vis--vis de la formation suivie : Programme ... Formateurs ... Equipements et travaux pratiques ... Stages entreprises ... Evaluation ... Suggestions damlioration au regard de lexprience personnelle . . . Estimation de la satisfaction du laurat par rapport linsertion en milieu professionnel : Non satisfait Peu satisfait Satisfait Trs satisfait Pourquoi ? Quelle enseignements tirs de lexprience personnelle sur linsertion professionnelle : ... PERSPECTIVES DAVENIR Quelles perspectives de dveloppement personnel (exemple formation complmentaire ou re-conversion) ? ... ... Si freins, lesquels ? ... ... Quel type demploi souhait actuellement ... ... Possibilit de mobilit gographique ? Et professionnelle ? ... ... Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 77 Annexe 8. Questionnaire Jeunes en formation IDENTIFICATION ENQUETEUR : Nom et prnom Date entretien FICHE IDENTIFICATION DU JEUNE Nom et Prnom Age Sexe Masculin Fminin Adresse personnelle et tl. Zone dorigine Rurale Urbaine Priurbaine Profession des parents Pre : Mre : Niveau scolaire Etudes suivies : Activits extrascolaires : Formation suivie Filire : Niveau : Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport la formation : .. Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport au programme : .. Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport lquipe de formateurs : .. Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport aux quipements pdagogiques et aux locaux de ltablissement : .. Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport au stage en entreprise : .. Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport la gestion et lorganisation de la forma-tion :..... Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 78 LE PROCESSUS DE FORMATION Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport la communication reue : Sur les mtiers : .. Sur les formations existantes ltablissement : .. Sur le milieux professionnel et les entreprises daccueil : .. Sur le march de lemploi et les opportunits de travail : .. LORIENTATION Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport lorientation / information reue : - Absence - si information reue, sur la qualit de linformation . - si information, quelle est lorigine de linformation : (documentation/internet/institution ou per-sonne) MOTIVATIONS DU CHOIX DE LA FILIERE DE FORMATION APPRECIATION DES MODALITES DE RECRUTEMENT PAR LETABLISSEMENT Sur dossier Entretien Concours Autre : .. APPRECIATION DES METHODES PEDAGOGIQUES UTILISEES Quelle est votre avis sur les mthodes de formation utilises et sur les quipements pdagogiques existants dans ltablissement de formation ? Concordance entre la formation reue ltablissement et la ralit au niveau des lieux de stages (en-treprises) : ... Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 79 Estimation de la satisfaction du stagiaire par rapport aux mthodes dvaluation utilises ... Apprciation sur le suivi des stagiaires en entreprise par ltablissement de formation : ... Quelle information le stagiaire a reu sur les possibilits dinsertion professionnelle : ... PERSPECTIVES DAVENIR Quelles perspectives voyez-vous par rapport votre insertion professionnelle ? ... Quelles sont les difficults ou les manques que ltablissement pourrait satisfaire ou rsoudre ? ... Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 80 Annexe 9. Questionnaire Jeunes laurats insrs I. IDENTIFICATION DE LENQUETEUR : 1. Nom de lenquteur : . 2. Date de lenqute : .. / .. / (jour / mois / anne) 4. Comment le questionnaire a-t-il t rempli ? 1 En interviewant le laurat lui-mme 2 En interviewant un proche/voisin du laurat 3 Le queseonnaire a t rempli par le laurat et remis par une autre personne 4 Autre manire prciser II. IDENTIFICATION DU LAUREAT 5. Nom du laurat : ... 6. Adresse de rsidence : .. Province, prfecture ou Pays (si lEtranger): 7. Milieu de rsidence : 1 Urbain 2 Rural 8. Etablissement de Formation frquent (Nom Complet) : .... 9. Spcialit dans la formation (Filire) : . 10. Niveau de formation : . 11. Promotion (anne) : . III. CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DU LAUREAT 12. Sexe : 1 Masculin 2 Fminin 13. Age :.................. ans 14. Situation familiale : 1 Clibataire 2 Mari 3 Autres..... 15. Milieu de rsidence des parents : 1 Urbain 2 Rural 16. Profession du pre (ou tuteur) : .... IV. SITUATION PROFESSIONNELLE DU LAUREAT 17. Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? .... 18. Quelle tait votre situation professionnelle 9 mois aprs la sortie de ltablissement? 1 Vous exerciez une acevit professionnelle (salari, install votre propre compte, aide fa-miliale) 2 Vous eez stagiaire - Sagit-il dun stage de pr insertion ? 1 Oui 2 Non - Est-ce que vous percevez une rmunration ? 1 Oui 2 Non 3 Vous eez chmeur 4 Vous eez femme au foyer 5 Vous eez tudiant 6 Vous effectuiez le service militaire 7 Vous ne travailliez pas cause dune maladie chronique ou infirmit Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 81 8 Autre, prciser .... 19. Si vous tiez au chmage cette date, quelle tait votre occupation en attendant de trouver un emploi ? ....................................................................................................... 20. Si vous ne travailliez pas cette date, aviez-vous dj occup un emploi depuis votre sortie de ltablissement ? 20.1. Si oui, pourquoi aviez-vous quitt votre dernier emploi ? (cochez la raison principale) 1 Condieons de travail non saesfaisantes 2 Suppression de postes 3 Cessaeon dactivit de lentreprise 4 Fin de contrat 5 Licenciement pour cause dinaptitude lemploi 6 Problmes de sant 7 Poursuite des tudes 8 Raisons familiales 9 Autre ( prciser)........................... V. EVOLUTION DE LA SITUATION PROFESSIONNELLE DEPUIS LA SORTIE DE LETABLISSEMENT 21. Veuillez indiquer toutes les dates approximatives, entre la date de sortie de ltablissement et la priode de lenqute, dans lesquelles votre situation professionnelle a subi un changement. Pour chaque date, indiquez votre nouvelle situation professionnelle correspondante : employ, chmeur, tudiant, etc. Par exemple : 1/ Juillet 2006 : Chmeur 3/ Septembre 2007 : Etudiant 2/ Octobre 2006 : Employ 4/ Juillet 2008 : Employ Date Situation Date Situation Date Situation 1) . 4) . 7) . 2) . 5) . 8) . 3) . 6) . 9) . VI. POUR LES LAUREATS AYANT OCCUPE UN OU PLUSIEURS EMPLOIS ENTRE LA SORTIE DE LETABLISSEMENT ET LE MOMENT DE LENQUETE Si vous avez occup plusieurs emplois, dcrivez votre 1er emploi dans la premire colonne et votre dernier emploi dans la 2me colonne. Au niveau de chaque colonne, mettez dans chaque case le nu-mro ou la rponse qui correspond le mieux votre situation. Si vous navez occup quun seul em-ploi, remplissez la deuxime colonne seulement. Premier em-ploi Dernier em-ploi 22. Vous travailliez en tant que : 1 Salari 2 Propre compte 3 Aide familiale // // 23. Quel tait votre emploi : . . 24. Votre emploi correspondait-il votre formation ? 1 Oui 2 Non 25. Vous travailliez en tant que : 1 Cadre Dirigeant 2 Technicien Suprieur 3 Technicien Moyen 4 Agent Qualifi 5 Main duvre et autr // // 26. Votre emploi tait : 1 Permanent 2 Occasionnel 3 Saisonnier // // 27. Combien dheures en moyenne travailliez-vous par semaine ? . . 28. Quel tait votre revenu mensuel net li au travail (y compris toute forme de prime) ? 1 Moins de 1000 DH 2 1000 2000 DH // // Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 82 3 2000 3000 DH 4 3000 4000 DH 5 Plus de 4000 DH 29. Si vous tiez salari, votre employeur tait : 1 Une entreprise prive 2 entreprise semi-publique (office, rgie...) 3 Une Administraeon Publique 4 Une collecevit locale // // 30. Quelle tait lactivit principale de votre employeur ? (Exemple : Htellerie, Restauration, Agence de voyage, etc. ..) . . 31. Si vous travailliez dans une entreprise prive, quel tait sa taille ? 1 Moins de 10 personnes 2 Entre 10 et 99 personnes 3 Entre 100 et 500 personnes 4 Plus de 500 personnes // // 32. Dans quelle province travailliez-vous ? . . 33. Comment aviez-vous trouv cet emploi ? 1 Grce votre tablissement de formation 2 En contactant vous mme lemployeur 3 Par des relations personnelles (amis, famille) 4 Grce votre stage dapplication pendant la formation 5 En rpondant une annonce au journal ou en passant un concours 6 Autre ( prciser) // // VII. APPRECIATION DE LA FORMATION REUE ET DE LEMPLOI VIII.1 Pour tous les laurats 33. Trouvez-vous que la formation reue vous a permis ? 35.1. Dapprendre un mtier 1 Oui 2 Non 35.2. Dacqurir des capacits dadaptation lentreprise 1 Oui 2 Non 35.3. De dvelopper un comportement dinitiative prive 1 Oui 2 Non 35.4. A t sans aucune utilit 1 Oui 2 Non VIII.2 Pour les laurats qui ont occup un emploi 34. Trouvez-vous que vos tudes ont t un bon moyen davoir un emploi ? 1 Oui 2 Non 35. Trouvez-vous que la formation reue vous a prpar suffisamment lemploi que vous occupez? 1 Oui 2 Moyennement 3 Non 35.1. Si, moyennement ou non , quest ce qui, selon vous, a manqu dans votre forma-tion ? 1 Apprenessage des langues 2 Ouels informaeques 3 Communicaeon 4 Appren-tissage de certains logiciels 2 Autre 36. Aviez-vous trouv des difficults vous adapter aux tches qui vous avaient t assignes et/ou au matriel utilis dans lentreprise ? 1 Aucune difficult 2 Peu de difficults 3 Beaucoup de difficults 36.1. Si, peu ou non , quest ce qui, selon vous, a manqu dans votre formation ? 1 Aspects techniques du meer 2 Aspects dorganisation du travail 3 Aspects dutilisation des TIC au travail 4 Difficults personnels Rseau FAR Dveloppement des territoires et besoins en qualification des jeunes ruraux au Maroc Vol. 4 Juin 2012 83 36.2 Aprs combien de temps avez-vous surmont ces difficults (vous tiez-vous adapt ces t-ches) ? ...........mois 37. Votre employeur tait-il satisfait de votre formation ? 38. Sagissant de lemploi occup, quelle est votre opinion vis--vis de : 38.1. Vos tches : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 38.2. Votre salaire : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 38.3. Vos horaires de travail : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 38.4. Relations dans le travail (collgues, hi-rarchie) : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 38.5. Perspectives dvolution de carrire : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 38.6. Systme de motivation du personnel : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 38.7. Hygine, scurit, etc. : 1 Trs satisfait 2 Saesfait 3 Pas saesfait 39. Aviez-vous bnfici dactions de formation continue organises par votre employeur (ou par vous-mme si vous tiez install votre propre compte)? 1 Oui 2 Non Si oui, Cette formation tait-elle ? 39.1. Technique 1 Oui 2 Non 39.2. Gnrale 1 Oui 2 Non 39.3. Administrative et/ou comptable 1 Oui 2 Non 40. Depuis votre sortie de lEtablissement de Formation, aviez-vous suivi : 40.1. Des stages de formation ? 1 Oui 2 Non 40.2. Une nouvelle formation ? 1 Oui 2 Non 40.3. Des tudes gnrales secondaires ou suprieures ? 1 Oui 2 Non Prsentation du consultant Abderrahim Taiebi, g de 51 ans, diplm en Sciences de lEducation et en Ingnierie de Formation de luniversit de Rouen en France, a 25 ans dexprience professionnelle, dabord en France puis au Maroc, dans les domaines de llaboration des stratgies et poli-tiques dducation-formation et de lingnierie des systmes dducation et de formation. Il exerce comme consultant au Maroc depuis une quinzaine dannes il est Directeur gnral du cabinet dtudes CO-EFFICIENCE - et coordonne actuellement des tudes dlaboration de stratgies de dveloppement et dingnierie des dispositifs de formation professionnelle (FP), notamment selon lApproche Par Comptences (APC) pour laquelle il est certifi en tant quexpert mthodologue APC. Ses domaines dintervention vont de lavant projet lvaluation des rsultats en : ingnierie des dispositifs de formation professionnelle ; ingnierie de formation et laboration des programmes selon lAPC ; accompagnement limplantation de la dmarche APC ; audit et valuation des dispositifs de formation ; ingnierie des tudes socioconomiques et stratgiques ; ingnierie des planifications stratgiques de dveloppement ; analyse et identification des besoins en formation ; laboration des plans de formation et de perfectionnement ; laboration des nomenclatures des mtiers et rfrentiels demplois et de comptences selon lAPC ; ingnierie des projets de dveloppement, accompagnement et valuation. Les derniers travaux pilots par A. Taiebi concernent la ralisation dtudes sectorielles (identification des be-soins en emplois et en comptences et laboration de rfrentiels REM/REC), llaboration de schmas direc-teurs de FP, lvaluation de la qualit et llaboration de plans stratgiques damlioration de la qualit, laccompagnement dtablissements de formation dans le pilotage par le projet dtablissement. Le consultant a t slectionn par appel doffre public en septembre 2010 pour une dure dtude de 45 jours ouvrables. Ses coordonnes sont : tlphone bureau : +212 537756175 GSM : +212 661838353 - mail : taiebi.abderrahim@co-efficience.com. Prsentation du Rseau FAR Le Rseau international FAR Formation Agricole et Rurale - rassemble des personnes impliques dans la conception, la gestion, le pilotage, la mise en uvre, le suivi et lvaluation de dispositifs de formation technique et professionnelle visant un renforcement des capacits des populations rurales susceptibles de permettre ces dernires de devenir actrices de leur propre dveloppement. Il a t cr en 2006 la suite dune confrence organise en mai-juin de lanne prcdente Ouagadougou, Burkina Faso, sur le thme Formation de masse en milieu rural : lments de rflexion pour la dfinition dune politique nationale . Ses objectifs sont de favoriser les changes sur les problmatiques de rnovation des dispositifs de for-mation, de contribuer la production et la diffusion dinformations et dexpriences sur ces thmes, et de sensibiliser les dcideurs aux enjeux et conditions de la mise en place de formations professionnelles pertinentes, efficientes et financirement soutenables, au sein de systmes nationaux cohrents. Le rseau associe des acteurs de diffrentes organisations au sein dun comit de pilotage comprenant les treize pays suivants : Algrie, Bnin, Burkina Faso, Cameroun, Cte dIvoire, France, Guine, Madagascar, Mali, Maroc, Sngal, Tchad et Tunisie. Le Rseau FAR serait heureux dexaminer, pour publication ventuelle si leur auteur le souhaite, contributions ou articles contenant des avis motivs, favorables ou non, sur le prsent document ou sur les thmes concernant les formations agricoles et rurales. Prire dadresse vos correspondances : far@agropolis.fr.

Recommended

View more >