DG Trésor_impacts macroeco Grenelle

  • Published on
    19-Jul-2015

  • View
    15

  • Download
    0

Transcript

Numro 2010/06 Dcembre 2010

Impacts macroconomiques du Grenelle de lEnvironnementPhilippe BRIARD Pierre FERY Elodie GALKO Marie-Laure GUILLERMINET Caroline KLEIN Timothe OLLIVIER

IMPACTS MACROCONOMIQUES DU GRENELLE DE LENVIRONNEMENT

Philippe BRIARD* Pierre FERY** lodie GALKO* Marie-Laure GUILLERMINET** Caroline KLEIN* Timothe OLLIVIER**

Ce document de travail nengage que ses auteurs1. Lobjet de sa diffusion est de stimuler le dbat et dappeler commentaires et critiques2. * Au moment de la rdaction de ce document, Philippe Briard, Elodie Galko, Marie-Laure Guillerminet et Caroline Klein taient en poste la Direction Gnrale du Trsor du Ministre de lconomie, de lIndustrie et de lEmploi (France) ** Pierre Fery et Timothe Ollivier sont en poste la Direction Gnrale du Trsor du Ministre de lconomie, de lIndustrie et de lEmploi (France). pierre.fery@dgtresor.gouv.fr : +33-1-44-87-73-86 timothee.ollivier@dgtresor.gouv.fr : +33-1-44-87-14-39

Nous remercions Gal Callonnec, Jean-Marc Gourdon, Jean-Franois Ouvrard, Jean-Jacques Becker et Olivier Tessier pour leurs commentaires et suggestions. 2 Lensemble de ces valuations du Grenelle Environnement a dbut en 2008 et ne prend pas en compte lintgralit des volutions lgislatives survenues depuis.

1

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 1

_________________________________

TABLE DES MATIRES RSUM .............................................................................................................................. 4 ABSTRACT .......................................................................................................................... 4 SYNTHSE .......................................................................................................................... 5 CHAPITRE I : BILAN DES IMPACTS MACROCONOMIQUES DU GRENELLE DE LENVIRONNEMENT ....................................................................................................... 61. Le programme dinvestissement prvu dans le cadre du Grenelle de lenvironnement .............................7 2. Choix de modlisation et scnarios Grenelle retenus ................................................................................8 2.1 Le Modle utilis : le modle macroconomique Msange ..................................................................8 2.2 Description des dispositifs de soutien public ........................................................................................8 2.3 Hypothses de comportements dpargne et dendettement des mnages et des entreprises ...........9 2.4 Prix de lnergie...................................................................................................................................10 2.5 Prise en compte des avantages socio-conomiques induits par les investissements en transport du Grenelle .....................................................................................................................................................10 2.6 Scnarios Grenelle retenus.................................................................................................................10 3. Rsultats ...................................................................................................................................................12 4. Conclusion ................................................................................................................................................13

CHAPITRE 2 : VOLET RNOVATION THERMIQUE DES BTIMENTS .......................... 161. Description des dispositifs ........................................................................................................................17 1.1. Dispositifs qui concernent les mnages .............................................................................................17 1.2. Dispositifs qui concernent les entreprises ..........................................................................................18 2. Hypothses de modlisation .....................................................................................................................19 3. Rsultats du scnario central ...................................................................................................................23 4. Rsultats du scnario alternatif ................................................................................................................25 Annexe 1 : hypothses utilises concernant la rnovation des btiments ...................................................29 Annexe 2 : impact sur diffrentes variables macroconomiques dans le scnario 1 ...................................30

CHAPITRE 3 : VOLET NERGIES RENOUVELABLES ................................................... 311. Description des quatre scnarios retenus : les objectifs de production par filire....................................32 1.1. Le scnario Grenelle ....................................................................................................................33 1.2. Le scnario variante Grenelle ......................................................................................................33 1.3. Le scnario MDP ..........................................................................................................................34 1.4. Le scnario nuclaire + ENR non lectriques ..............................................................................35 2. Les hypothses de modlisation ..............................................................................................................37 2.1. Les investissements ...........................................................................................................................37 2.2. Le financement des mesures .............................................................................................................40Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 2

_________________________________

3. Rsultats des quatre scnarios centraux..................................................................................................43 4. Tests de sensibilit ...................................................................................................................................46 4.1. Variantes sur le niveau dinvestissement ...........................................................................................46 4.2. Linvestissement vit en cycles combins au gaz (CCG) est pris en compte dans les scnarios .. 47 4.3. Variante sur les cots dinvestissement : leffet dapprentissage .......................................................47 4.4. Variante sur linvestissement des mnages qui sont contraints budgtairement ..............................49 4.5. Variantes sur le niveau des dpenses publiques ...............................................................................51 4.6. Variante sur le financement : limpt plutt que la CSPE. .................................................................54 5. Conclusions ..............................................................................................................................................57 Annexe 1 : La rduction de la dpendance nergtique ..............................................................................58 Annexe 2 : Hypothses du scnario 1 ( Grenelle ) ...................................................................................60 Annexe 3. Dtail des scnarios ....................................................................................................................62 Annexe 4. Dtail des rsultats macroconomiques .....................................................................................65

CHAPITRE 4 : VOLET INVESTISSEMENT DANS LES INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT ................................................................................................................. 661. Les hypothses retenues en matire dinvestissement et de financement des projets ...........................66 1.1. Mthodologie ......................................................................................................................................66 1.2. Estimation des volumes dinvestissement .........................................................................................68 1.3. Estimation des besoins de financement public ..................................................................................74 1.4. Intrants du modle macroconomique ...............................................................................................77 2. valuation macroconomique du scnario central ...................................................................................79 2.1. Choix et hypothses de modlisation ................................................................................................79 2.2. Rsultats des simulations pour le scnario central et les variantes de financement.........................82 3. Intgration dlments propres aux infrastructures de transports ............................................................84 3.1. conomies dnergie ..........................................................................................................................84 3.2. Gains structurels long terme ...........................................................................................................87 4. Conclusion ................................................................................................................................................91 Annexe 1 : Hypothses dinflation des cots du BTP ...................................................................................92 Annexe 2 : valuation des conomies dnergie ..........................................................................................95 Annexe 3 : valuation des gains structurels de croissance .......................................................................101 Annexe 4 : Dtails des impacts macroconomiques ..................................................................................112 LEXIQUE.....................................................................................................................................................117

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................. 119

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 3

_________________________________

RSUMLobjectif du travail propos est dvaluer ex ante limpact macroconomique des investissements mis en uvre dans le cadre du Grenelle de lenvironnement, dans les domaines des transports, du btiment et des nergies renouvelables. Ltude, fonde sur le modle macroconomique Trsor-Insee Msange, montre que les mesures du Grenelle de lenvironnement ont un impact favorable sur le PIB et lemploi court terme du fait des effets multiplicateurs des investissements dclenchs. moyen-long terme, le ralentissement puis larrt des investissements, la hausse des prix, et celle des prlvements obligatoires ncessaire au financement des investissements, annulent les gains conomiques du Grenelle aprs 2020. Par la suite, limpact relatif sur le PIB et lemploi devient ngatif. Ces rsultats font appel plusieurs hypothses, y compris de modlisation, et doivent tre considrs avec prudence. En particulier, le Grenelle de lenvironnement pourrait, long terme, enclencher des effets positifs durables sur lconomie via un surcrot dinnovation par rapport nos partenaires commerciaux qui amliorerait notre comptitivit hors-prix. Ces effets sont imparfaitement pris en compte ici : seuls les gains socioconomiques induits par les infrastructures de transport ont pu tre valoriss. Pour autant, ces gains ne suffisent pas compenser leffet macroconomique ngatif du Grenelle long terme.

ABSTRACTThe present work provides an ex ante assessment of macroeconomic impact associated with the investments linked to the implementation of the Grenelle de lenvironnement. The Grenelle Law encompasses a greening investment program in transport, construction and renewable energies. The results are based on the French Treasury-INSEE macroeconomic model MESANGE. They show that these investments have a positive impact on GDP and employment in the short term thanks to the multiplier effects of the investments. In the medium and long term, the slowing down to a stop of these investments, as well as price rise and tax increases required to finance the related public expenditure, offset the economic benefits after 2020. The relative impact on GDP and employment becomes negative afterwards. These findings rely on several assumptions, including modeling hypotheses, and need to be considered with caution. In particular, in the long term, the Grenelle investments could initiate sustainable benefits for the economy thanks to an increase in innovation relatively to trading partners that would enhance non price competitiveness. Because of valuation method difficulties, these effects are not fully taken into account in this study: only socio-economic gains induced by transport investments are valued in the calculations. Nonetheless, they are not sufficient to compensate for the long term macroeconomic negative effect of the Grenelle.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 4

_________________________________

SYNTHSEDans le cadre du paquet nergie-climat , la France a pris un certain nombre dengagements : participer lobjectif communautaire de rduction des missions de gaz effet de serre de 20 % en 2020 par rapport 1990 avec dune part lobjectif europen global de rduction de 21 % des missions pour les installations soumises au systme de quotas ETS et dautre part un objectif national de rduction des missions de 14 % en 2020 par rapport 2005 pour le secteur hors ETS, porter 23 % la part dnergie produite partir de sources renouvelables dans la consommation finale brute dnergie horizon 2020, et utiliser 10 % dnergie dorigine renouvelable dans le secteur des transports. Pour faire face ces engagements forts, la France sest lance dans un programme ambitieux dinvestissements dans les secteurs du btiment, des nergies renouvelables et des infrastructures de transports, initi suite au Grenelle de lenvironnement. Les objectifs ont t fixs dans le cadre des lois dites Grenelle 1 et Grenelle 2. Un exercice dvaluation ex ante de limpact macroconomique des investissements mis en uvre dans le cadre du Grenelle de lenvironnement (dans les domaines des transports, du btiment et des nergies renouvelables) a t conduit laide du modle macroconomique Trsor-Insee Msange. Cette analyse a t mene par rapport un scnario de rfrence fictif, construit principalement sur lide que le Grenelle de lenvironnement conduit anticiper un certain nombre de dpenses dinvestissements. Elle permet de tenir compte des rpercussions sur lensemble de lconomie et sur les finances publiques des investissements publics et privs mis en jeu. Au-del de leffet temporaire li un surcrot de dpenses dinvestissement, ltude intgre les effets positifs sur lactivit induits par les conomies dnergie, mais aussi les effets de ce programme sur les autres secteurs de lconomie (stimulation ou viction). En outre, elle prend en compte la contrainte budgtaire qui pse sur les mnages et les pouvoirs publics qui doivent tous deux financer les investissements. Les principaux rsultats de ltude sont les suivants : (1) court / moyen terme, la croissance et lemploi sont stimuls par ces investissements et par la rduction des importations de combustibles fossiles auxquelles se substitue en partie la production nationale. Jusquen 2020, les effets multiplicateurs de ces investissements dominent limpact ngatif du financement de leur cot sur lconomie. Le surcrot dactivit attendu est compris entre 0,4 % et 0,5 % la premire anne dans tous les scnarios, pour atteindre un maximum en 2014 entre 1,6 % et 1,9 %. En 2020, les quatre scnarios conduisent un PIB plus lev de 0,4 % 0,8 % par rapport au scnario de rfrence. Selon les scnarios, lconomie compte entre 200 000 et 250 000 emplois supplmentaires au plus fort des dix premires annes. (2) Cependant, le net ralentissement puis larrt des investissements, la hausse des prix et celle des prlvements obligatoires ncessaires au financement des investissements annulent les gains conomiques du Grenelle aprs 2020, par rapport au scnario de rfrence. Les impacts sur le PIB et lemploi deviennent ngatifs partir de 2021. La modification des hypothses sur le prix de lnergie et linclusion ou non des avantages socio-conomiques gnrs par les investissements dans lanalyse ne modifient que lgrement ces rsultats. Comme tout exercice de simulation, les rsultats prsents font appel plusieurs hypothses, y compris de modlisation, et doivent donc tre considrs avec prudence. Ainsi, sauf en ce qui concerne leffet de linvestissement accru en infrastructures de transport ferroviaire, nest pas pris en compte le fait qu long terme, le Grenelle de lenvironnement enclenchera des effets positifs durables sil induit une acclration et un surcrot dinnovation par rapport nos partenaires commerciaux, de telle sorte que la comptitivit-qualit de la France en soit sensiblement amliore.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 5

_________________________________

CHAPITRE I : BILAN DES IMPACTS GRENELLE DE LENVIRONNEMENT

MACROCONOMIQUES

DU

Dans le cadre du paquet nergie-climat (directives 2009/28/CE, 2009/29/CE et 2009/30/CE), la France a pris un certain nombre dengagements : participer lobjectif communautaire de rduction des missions de gaz effet de serre de 20 % en 2020 par rapport 1990 avec dune part lobjectif europen global de rduction de 21 % des missions pour les installations soumises au systme de quotas ETS et dautre part un objectif national de rduction des missions de 14 % en 2020 par rapport 2005 pour le secteur hors ETS, porter 23 % la part dnergie produite partir de sources renouvelables dans la consommation finale brute dnergie horizon 2020, utiliser 10 % dnergie dorigine renouvelable dans le secteur des transports.

-

Pour faire face ces engagements forts, la France sest lance dans un programme ambitieux dinvestissements dans les secteurs du btiment, des nergies renouvelables et des infrastructures de transports, initi suite au Grenelle de lenvironnement. Les objectifs ont t fixs dans le cadre de la loi n2009-967 du 3 aot 2009 de programmation relative la mise en uvre du Grenelle de lenvironnement, dite loi Grenelle 1, et de la loi n2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, dite loi Grenelle 2. Cette tude value limpact, dordre macroconomique, des principales composantes du Grenelle de lenvironnement, dans les domaines des transports, du btiment et des nergies renouvelables court et long terme. Cet impact a t valu par rapport un scnario de rfrence fictif, construit principalement sur lide que le Grenelle de lenvironnement conduit anticiper un certain nombre de dpenses dinvestissements3. Lapproche utilise ici sappuie sur un modle macroconomique Trsor-Insee. Elle permet de tenir compte des rpercussions sur lensemble de lconomie et sur les finances publiques des investissements publics et privs mis en jeu. Au-del de leffet temporaire li un surcrot de dpenses dinvestissement, ltude intgre les effets positifs sur lactivit induits par les conomies dnergie, mais aussi les effets de ce programme sur les autres secteurs de lconomie (stimulation ou viction). En outre, elle prend en compte la contrainte budgtaire qui pse sur les mnages et les pouvoirs publics qui doivent tous deux financer les investissements. La prise en compte des effets macroconomiques permet de donner un clairage plus complet de limpact du Grenelle que certaines tudes examinant uniquement les effets directs. Selon nos analyses, entre 1,6 % et 1,9 % de PIB et entre 200 000 et 250 000 emplois supplmentaires seraient crs en 2014 en France grce au Grenelle selon que le prix du ptrole est 62, 80 ou 130 $/baril, et que lon prend ou non en compte des gains de productivit dans lconomie. Ces simulations montrent quau-del de 2020, le contrecoup financier des mesures relatives au Grenelle pse durablement sur lactivit et lemploi. La premire section de ce chapitre dtaille la nature et les montants des investissements qui seront entrepris dans le cadre du Grenelle. La deuxime partie prcise les dispositifs de financements associs ces investissements et les principales hypothses de modlisation retenues. Ces informations constituent les entres du modle. Trois secteurs, reprsentant la majorit des investissements induits par le Grenelle, sont tudis plus en dtail dans les trois chapitres suivants de ce document : btiment, nergies renouvelables (ENR) et transports. Les rsultats macroconomiques sont prsents dans la troisime section du prsent chapitre. La dernire section conclut.

Un autre scnario de rfrence pourrait tre le sentier de croissance optimal qui permet datteindre les objectifs du paquet nergie-climat (notamment celui de rduire les missions de gaz effet de serre de 20 % en 2020 par rapport 1990) au moindre cot. La mise en place dune taxe carbone dun niveau appropri pourrait tre considre comme linstrument de cette politique optimale. Des travaux avec le modle Msange ont montr lexistence, sous rserve dun recyclage adquat des recettes de la taxe, dun double dividende. La mise en place dune telle taxe carbone crerait donc sur le long terme plus dactivit et demploi que dans un scnario tendanciel, proche de celui considr dans les travaux prsents ici.

3

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 6

_________________________________

1. Le programme dinvestissement prvu dans le cadre du Grenelle de lenvironnementLa mise en place des mesures du Grenelle va dclencher une srie dinvestissements jusquen 20304, tant de la part des entreprises, des administrations publiques que des mnages. On peut dcomposer ainsi les investissements de ces trois catgories dagents. Grce aux mesures incitatives, les mnages investissent dans la rnovation des btiments et dans les constructions neuves du parc rsidentiel priv (mesures defficacit nergtique et nergies renouvelables5). Par ailleurs, ils consomment des biocarburants en proportion de leurs consommations dans la consommation totale dessence et de gazole, soit environ 10 % de la consommation totale de biocarburants. De mme, les entreprises investissent dans la rnovation des btiments du parc tertiaire priv et dans les constructions neuves, dans la production dlectricit partir de sources renouvelables et consomment 90% des biocarburants, ce qui correspond au ratio de leurs consommations dans la consommation totale dessence et de gazole6. Les administrations publiques (APU) investissent dans la rnovation du parc des logements sociaux et dans la construction neuve dans le parc tertiaire public. Elles ralisent galement des investissements massifs dans la construction de nouvelles infrastructures de transport et le renouvellement des rseaux existants (lignes grande vitesse, transport fluvial et transports collectifs urbains), les investissements routiers et ariens tant supposs trs limits. Si lon cherche dcomposer les investissements du Grenelle, non pas par catgories dagents, mais par secteurs, il convient dtre vigilant. En effet, la dcomposition selon les trois volets btiment, ENR et transports peut conduire des doubles comptes, en particulier du ct de lquipement des logements. Par exemple, les constructions de logements neufs respectant la rglementation thermique et les bouquets de travaux prvus dans les logements anciens intgrent des quipements produisant de la chaleur partir de sources renouvelables. Un travail spcifique a donc t ralis pour passer des trois volets prsents sparment dans les chapitres suivants qui forment chacun un tout cohrent et ne peuvent donc tre additionns, cette synthse sur limpact du Grenelle (voir encadr)7. Lenjeu de lexercice est dexaminer les consquences macroconomiques du Grenelle, dans lhypothse o il est intgralement mis en uvre, et non de discuter de latteinte de ses objectifs. Les prvisions des chroniques dinvestissement sont issues de chiffrages provenant du MEEDDM, de lexercice de programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de production dlectricit de 2009 et de la loi n2008-1425 de finances pour 2009 du 27 dcembre 2008 (loi de finances 2009). Elles sont compltes par des estimations de la DG Trsor. Elles rpondent aux objectifs fixs pour le btiment, les ENR et les transports donns dans la loi Grenelle 1, dans la loi n2008-1425 de finances pour 2009 du 27 dcembre 2008 ou qui sont prcises dans le rapport final du Comit Oprationnel 10 du Grenelle de lEnvironnement. Pour plus de dtails, le lecteur se rfrera aux volets btiment, ENR et transports du Grenelle des chapitres 2 4. Limpact macroconomique du Grenelle de lenvironnement est analys par diffrence avec un scnario de rfrence fictif8. Ainsi, le caractre additionnel ou non par rapport au scnario de rfrence labor a t tabli. Chaque mesure a donc t analyse afin de prciser si elle aurait t mise en place en labsence du Grenelle et selon quel calendrier. Au total, sur 2009-2050, les trois volets du Grenelle gnrent un surcrot dinvestissements denviron 450 Md de 2009 par rapport au scnario de rfrence. Ces investissements sont concentrs sur la dcennie 2010 et ports dans des proportions comparables par les mnages, les entreprises et les administrations publiques (graphique 1).

4

Si lon tient compte du renouvellement de certains quipements produisant de llectricit dorigine renouvelable (solaires photovoltaque sur bti et oliennes off-shore) et des infrastructures de transport (lignes ferroviaires grande vitesse notamment), les investissements courent jusque vers respectivement 2050 et 2070. 5 Notamment, tous les investissements dans le photovoltaque sur bti sont supposs raliss par les mnages. 6 Sagissant des biocarburants, la consommation des administrations publiques est ici comptabilise avec celle des entreprises. 7 Ainsi, le volet btiment intgre les quipements lis lutilisation dENR. Le volet transports, envisag ici uniquement sous langle des infrastructures, sadditionne aux deux autres volets. Par exemple, les cots relatifs lincorporation de biocarburants dans les diffrentes motorisations sont pris en compte dans le volet ENR. 8 Pour plus de dtails sur la construction de ce scnario de rfrence, se reporter la section 1 du chapitre 2, au Tableau 1 du chapitre 3 et la sous-section 1.1.1 du chapitre 4.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 7

_________________________________

Graphique 1 : impact ex ante des mesures sur linvestissement des mnages, des entreprises et des APU (cart en milliards deuros 2009 par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 2050Flux annuels d'investissement (en Md)16 14 12 10 8 6 4 2 0 -2 -4

Investissement des entreprises

Investissement des mnages

Investissement public

Source : Simulation Msange, calculs DG, Trsor Lecture : en 2014, linvestissement des entreprises est suprieur de 11,5 Md par rapport au scnario de rfrence sans Grenelle, linvestissement des mnages suprieur de 9,5 Md et linvestissement des administrations publiques suprieur de 14 Md. Linvestissement total supplmentaire se monte donc 35 Md.

2. Choix de modlisation et scnarios Grenelle retenus2.1 Le Modle utilis : le modle macroconomique MsangeAfin dtudier limpact des squences dinvestissements prcdemment dcrites, le modle macroconomique Msange a t utilis (Klein et Simon, 2010). Le modle se caractrise par une dynamique keynsienne court terme et un quilibre de long terme noclassique. La France y est modlise comme une petite conomie ouverte quatre principaux types dagents conomiques : les entreprises, les mnages, les administrations publiques et le reste du monde. La demande, loffre et les prix trangers sont donc supposs indpendants des choix conomiques nationaux. Les taux dintrt, les taux de change de la monnaie nationale par rapport aux monnaies trangres, la demande publique, la population active et lvolution du progrs technique sont galement exognes dans le modle. Le modle distingue trois branches : manufacturire, non manufacturire et non marchande. Un module nergie a t dvelopp et intgr au secteur non manufacturier. Le secteur de lnergie reste cependant peu dtaill. En particulier les contenus en emploi et en imports des diffrentes filires qui le composent (la filire des nergies renouvelables en particulier) sont supposs quivalents ceux du secteur non manufacturier dans son ensemble. Dans le modle, les investissements dans le secteur non manufacturier sont plus intensifs en main duvre et moins intensif en importations que la moyenne des investissements dans lensemble de lconomie.

2.2 Description des dispositifs de soutien publicPour financer leurs investissements, les mnages ont accs une large palette de dispositifs financiers incitatifs et daides publiques. Citons notamment : 1) lco-prt taux zro (les mnages peuvent bnficier de prts taux zro plafonns 30 000 pour financer la rnovation de leur logement9) ; 2) le verdissement du prt taux zro : ce dispositif permet aux mnages faisant lacquisition dun logement neuf rpondant aux exigences thermiques du label BBC (btiment basse consommation) de bnficier dune majoration de9 Le crdit dimpt dveloppement durable nest pas considr dans cette tude car difficile prendre en compte sans faire de double compte avec lco-prt taux zro, la fois pour les conomies dnergie et pour les investissements raliss par les mnages.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 8

_________________________________

leur capacit demprunt taux nul ; 3) des crdits dimpts pour les quipements photovoltaque (PV) sur bti ; 4) des tarifs de rachat de llectricit produite partir des installations solaire PV sur bti, suprieurs au prix du march de gros de llectricit ; et 5) des rductions de taxe intrieure de consommation sur les produits ptroliers (TIC) pour les biocarburants. Les entreprises peuvent financer leurs investissements partir des dispositifs suivants : 1) le mcanisme des certificats dconomie dnergie, attribus, en contrepartie dconomies effectivement ralises, aux fournisseurs dnergie ainsi qu toute personne morale dont laction, additionnelle par rapport son activit habituelle, permettra la ralisation dconomies dnergie. Ce dispositif permet de financer des conomies d'nergie trs diffuses, notamment celles ralises par les particuliers dans leur habitat. Le cot des certificats dconomie nergie est report dans le prix de lnergie pay par les consommateurs finals et est modlis comme une taxe sur lnergie ; 2) lamortissement acclr qui permet aux entreprises damortir de manire plus rapide les immeubles prsentant une qualit nergtique leve. La premire anne, un amortissement exceptionnel de 25 % est autoris, la place des taux damortissement les plus couramment admis qui sont situs en pratique entre 2 5 %, selon les caractristiques des btiments ; 3) les tarifs de rachat pour les sources renouvelables dlectricit, hydrolectricit, olien terrestre et off-shore, biomasse et PV au sol10; et 4) la dfiscalisation de TIC des biocarburants. Le cot pour les finances publiques de ces diffrents dispositifs financiers (hors tarifs de rachat) est compens ( hauteur de leur cot ex ante11) par une hausse due proportion des prlvements obligatoires. Les surcots lis aux tarifs de rachats sont quant eux rpercuts dans le prix de vente de llectricit aux consommateurs finals (mnages et entreprises) sur les 15 ou 20 annes suivantes, via la Contribution au Service Public de llectricit, ou CSPE12. Ce mcanisme est modlis comme une hausse des taxes sur la consommation dnergie des mnages et des entreprises. Les investissements des administrations publiques (tat et collectivits territoriales) dans la rnovation des logements sociaux sont galement supposs tre financs hauteur de leur cot ex ante par une augmentation des prlvements obligatoires, en dduisant les conomies dnergie quelles ralisent. Le financement des investissements de transport13 est partag entre les usagers des transports via la tarification des infrastructures nouvelles et les contribuables par une hausse des prlvements. Les impacts des investissements du Grenelle en termes de financement sont reprsents dans le graphique 3, en fonction des prix de lnergie.

2.3 Hypothses de comportements dpargne et dendettement des mnages et des entreprisesLes mnages peuvent financer leur investissement dans le logement et dans les nergies renouvelables de deux faons : en puisant dans leurs ressources financires (en dspargnant ou en sendettant) ou en rduisant partiellement leur investissement hors btiment ou ENR (essentiellement les dpenses en biens immobiliers). Nous faisons ici lhypothse que les mnages ne rduisent ni leurs consommations, ni leurs investissements hors logement ou ENR, mais ne les augmentent pas non plus par la suite au moment o ils peroivent les conomies de facture nergtique ralises grce leurs investissements dans lefficacit nergtique ou les installations renouvelables. Implicitement, les mnages lissent parfaitement leur consommation, rduisant leur pargne financire court terme et laugmentant moyen terme. Nous supposons que laide est dimensionne pour rendre le projet dinvestissement juste rentable. Linvestissement total des mnages augmente donc exactement du montant de leur investissement dans le logement et les ENR. Dautres hypothses de comportement des mnages ont t testes dans les volets btiment et ENR (cf. pour plus de dtails la section 2 du chapitre 2 et la sous-section 4.3 du chapitre 3). Les entreprises financent leur investissement par lendettement ou lmission dactions et ne substituent pas ces investissements dautres. Nous ngligeons limpact de ce surcrot dinvestissement sur leurs contraintes de crdit et considrons que le cot de capital est inchang.

Les tarifs de rachat du PV sont ceux de larrt du 10 juillet 2006 et nont pas t ractualiss par les arrts du 12 janvier 2010 et modificatif du 15 janvier 2010. Le tarif de rachat de la biomasse lectrique est le tarif moyen rsultant de lappel doffre biomasse 2 et na pas t ractualis par larrt du 28 dcembre 2009 ni par le rsultat de lappel doffre biomasse 3 . 11 Par cot ou impact d'une mesure ex ante, on entend le cot ou l'impact de la mesure sans prendre en compte les effets du bouclage conomique. 12 Nous supposons ici que tous les surcots sont rpercuts sans dlai aux consommateurs, ce qui est une hypothse simplificatrice notamment au vu de la contribution unitaire pour 2010 qui na pas volu, le surcot tant encore la charge dEDF (http://www.cre.fr/fr/espace_operateurs/service_public_de_l_electricite_cspe/montant). 13 Nous avons tenu compte de leffet cr par le pic dinvestissement envisag sur linflation des prix de la construction.

10

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 9

_________________________________

La hausse de linvestissement des APU est suppose ne pas induire dviction ni de linvestissement public, ni de linvestissement priv.

2.4 Prix de lnergieDes hypothses de prix nergtiques sont ncessaires deux titres : pour estimer la valeur des importations dnergie vites et/ou des exportations additionnelles, et pour mesurer le niveau des aides constitues par les tarifs de rachat14. En revanche, prenant les objectifs du Grenelle comme donns, le prix ninflue pas sur le volume des investissements mis en uvre ; cest au moment de la ralisation des conomies dnergie que le prix du ptrole a un effet dans notre modlisation car les aides publiques sont calibres pour rendre les investissements neutres ex ante. Nous supposons que la mise en place du Grenelle en France na pas dimpact sur le cot de lnergie au niveau mondial. Les diffrents prix du ptrole, du gaz, du charbon et de llectricit sont maintenus constants en valeur relle partir de 2009 (cf. tableau 1). Le taux de change a t pris gal 1,5 $/, niveau moyen au moment de ltude.

Tableau 1 : hypothses retenues sur les prix des nergies (trois scnarios, prix constants partir de 2009)Ptrole (en $2009/baril) Fioul (en 2009/MWh) Gaz (en $2009/Million British thermal unit) Charbon (en $2009/tonne) lectricit sur le march de gros (en 2009/MWh) Source : World Energy Outlook de lAIE (2007, 2008) et estimations DG Trsor 62 26,2 7,6 63 60 80 33,8 9,6 73 73 130 54,9 15 106 110

2.5 Prise en compte des avantages investissements en transport du Grenelle

socio-conomiques

induits

par

les

Les avantages socioconomiques des projets dinfrastructure de transport envisags sont supposs amliorer la productivit de lconomie franaise. Bien que lhypothse soit largement discutable, nous avons choisi dillustrer deux hypothses polaires : dans la premire, la productivit globale des facteurs est inchange, dans la seconde, maximaliste, lintgralit des surplus conomiques procurs aux usagers des transports est traite comme une amlioration de la productivit globale des facteurs (voir pour plus de dtails, la sous-section III.2 et lannexe 3 du chapitre 4). En revanche, dans les volets btiment et ENR, les effets des investissements nationaux (cration de nouvelles filires dans le secteur de lnergie par exemple) sur le progrs technologique comme sa possible diffusion dans le reste de lconomie ne sont pas pris en compte, ceux-ci tant difficiles valuer.

2.6 Scnarios Grenelle retenus partir de lensemble des hypothses prsentes prcdemment, quatre scnarios Grenelle ont t construits en fonction du prix du ptrole (trois prix ont t tests : 62, 80 et 130$ le baril) et de linclusion ou non des effets des avantages socio-conomiques sur la productivit globale des facteurs. Les graphiques 2 et 3 prsentent limpact ex ante des quatre scnarios Grenelle retenus sur linvestissement, la production domestique dnergie et les gains de productivit (graphique 2) ainsi que sur les dpenses publiques et la CSPE (graphique 3).

14

Elles sont utiles galement pour calculer les conomies dnergie ralises par les APU.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 10

_________________________________

Graphique 2 : impact ex ante des mesures sur linvestissement, la production domestique dnergie et les gains de productivit globale (cart en milliards deuros par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 205040 35 30 25 20 15 10 5 0 -5

p

(

)

Investissement total VA dans le secteur nergtique - Ptrole 80 $/b Avantages Socio-Economiques

VA dans le secteur nergtique - Ptrole 62 $/b VA dans le secteur nergtique - Ptrole 130 $/b

Source : Simulation Msange, calculs DG, Trsor. Lecture : en 2014, linvestissement total augmente de 35 Md, alors que la valeur ajoute dans le secteur de la production nergtique augmente de 3,1 Md (cas dun ptrole 62 $/baril) par rapport au scnario hors mesures Grenelle, 4 Md (cas dun ptrole 80 $/baril) ou 6,2 Md (cas dun ptrole 130 $/baril). Les gains de productivit pourraient se monter 0,2 Md cette date (scnario maximaliste).

Graphique 3 : impact ex ante des mesures sur les prlvements obligatoires et la CSPE (cart en milliards deuros par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 205012 10 8 6 4 2 0 -2

Hausse des prlvements obligatoires - Ptrole 62 $/b Hausse des prlvements obligatoires - Ptrole 130 /b Hausse de la CSPE - Ptrole 130 $/b

Hausse des prlvements obligatoires - Ptrole 80 $/b Hausse d la CSPE - Ptrole 62 $/b Hausse de la CSPE - Ptrole 80 $/b

Source : Simulation Msange, calculs DG, Trsor. Lecture : en 2014, les financements par ltat augmentent denviron 9,6 Md (cas dun ptrole 62 $/baril ou 80 $/baril) ou de 8,1 Md (cas dun ptrole 130 $/baril), alors que les financements via la CSPE se montent 2,1 Md (cas dun ptrole 62 $/baril), 1,7 Md (cas dun ptrole 80 $/baril) ou 1,1 Md (cas dun ptrole 130 $/baril).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 11

_________________________________

3. RsultatsLa modlisation des chroniques explicites plus haut (investissements, rduction des importations15, hausse des prlvements, avantages socio-conomiques) permet dvaluer leffet du Grenelle sur lconomie franaise court, moyen et long terme. Les estimations sont reprsentes pour chacun des quatre scnarios mentionns en fonction du prix du ptrole et de lhypothse sur les avantages socio-conomiques. Elles doivent se lire comme leffet sur lconomie de la mise en uvre du Grenelle par rapport au scnario de rfrence dans lequel les mesures du Grenelle nauraient pas t mises en uvre ou lauraient t plus tardivement (limpact du Grenelle de lenvironnement provient dabord de la ralisation anticipe dinvestissements publics et privs par rapport au scnario de rfrence). Les graphiques 4 et 5 reprsentent les effets du Grenelle sur le PIB et sur lemploi sur 2009-2050.

Graphique 4 : impact sur le PIB (en % par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 2050 et sur le long terme2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 -0,5 -1,0

Scnario Grenelle - Ptrole Scnario Grenelle - Ptrole Scnario Grenelle - Ptrole Scnario Grenelle - Ptrole

62$/b 80 $/b 130 $/b 62 $/b et gain de productivit globale

Source : Simulation Msange, calculs DG, Trsor. Lecture : en 2014, le PIB est plus lev de 1,6 % quand le prix du ptrole est 62 $/baril avec ou sans prendre en compte les gains de productivit dans lconomie, de 1,7 % quand le prix du ptrole est 80 $/baril et de 1,9 % quand le prix du ptrole est 130 $/baril, par rapport au scnario de rfrence.

Graphique 5 : impact sur lemploi (en milliers par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 2050 et sur le long terme300 250 200 150 100 50 0 -50 -100 -150 -200

Scnario Scnario Scnario Scnario

Grenelle Grenelle Grenelle Grenelle

-

Ptrole Ptrole Ptrole Ptrole

62$/b 80 $/b 130 $/b 62 $/b et gain de productivit globale

Source : Simulation Msange, calculs DG, Trsor Lecture : en 2014, 198 000 emplois supplmentaires sont crs quand le prix du ptrole est 62 $/baril, 208 000 quand le prix du ptrole est 80 $/baril, 250 000 quand le prix du ptrole est 130 $/baril, et 197 000 quand le prix du ptrole est 62 $/baril et que lon prend en compte les gains de productivit dans lconomie, relativement au scnario de rfrence.15

Cf. encadr.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 12

_________________________________

La premire phase, expansionniste, du Grenelle stale sur la dcennie 2010 et connat un pic en 2014 que ce soit pour le PIB ou lemploi. Au plus fort, entre 1,6 et 1,9 point de PIB et entre 200 000 et 250 000 emplois environ sont crs par le Grenelle court terme (cf. le tableau 2 ci-aprs pour le dtail). Le profil de ces gains reflte largement le profil des investissements raliss par les APU, les mnages et les entreprises. Ds le court terme, la stimulation de lconomie lie ces investissements est renforce par la rduction des importations dnergie ralise au moyen des volets btiment et ENR du Grenelle mais contrebalance par limpact ngatif des hausses de prlvements. Si le prix du ptrole est trs lev (130 $), les gains en PIB et en emplois sont plus forts du fait dconomies dimportations plus importantes. Le profil des gains du Grenelle reste nanmoins inchang ainsi que les ordres de grandeur. court terme, les avantages socioconomiques ne sont pas perceptibles au niveau macroconomique. partir de la dcennie 2020, limpact sur le PIB devient ngatif. Les conomies dimportations ne peuvent contrebalancer le fort ralentissement des investissements prvus par le Grenelle et le cot du financement des mesures. Tandis que leffet des hausses de prlvement samenuise avec le temps, la CSPE a un effet ngatif sur le PIB maximal au dbut des annes 2020. Au total, le PIB est dgrad de 0,5 0,7 point au plus bas en 2023 selon les scnarios, ce qui correspond au mme moment la suppression de 140 000 180 000 emplois en cart au scnario sans mise en uvre du Grenelle. Les gains de productivit globale lis aux avantages socio-conomiques (scnario 4) permettent de limiter la dgradation du PIB aprs larrt des investissements. Ainsi le PIB est au pire dgrad de 0,6 point moyen terme, au lieu de 0,7 point ; long terme, les gains sont plus forts et 0,2 point de PIB sont regagns par le biais dune meilleure productivit de lconomie. Toutefois, leffet sur lemploi de ces gains de productivit est ngatif : au plus bas, ce sont 14 000 emplois supprims en plus des 163 000 du premier scnario. trs long terme, par construction des scnarios dinvestissement et de financement, lconomie retrouve son sentier de rfrence.

Tableau 2 : impacts macroconomiques des quatre scnarios tudisEn %, en cart par rapport au scnario de rfrence 2009 2010 2011 2013 2014 2018PIB Scnario Grenelle Ptrole 62 $/b Scnario Grenelle Ptrole 80 $/b Scnario Grenelle Ptrole 130$/b Scnario Grenelle Ptrole 62 $/b et gain de productivit globale 0,4 0,4 0,5 0,4 0,6 0,7 0,8 0,6 1,0 1,0 1,2 1,0 1,5 1,6 1,8 1,5 1,6 1,6 1,9 1,6 0,7 0,8 1,0 0,7 -0,7 -0,6 -0,5 -0,6 -0,6 -0,5 -0,5 -0,4 -0,3 -0,3 -0,3 -0,1 -0,25 -0,29 -0,40 -0,14 0 0 0 0

2023

2028

2038

2048

LT

Emplois (milliers) Scnario Grenelle Ptrole 62 $/b Scnario Grenelle Ptrole 80 $/b Scnario Grenelle Ptrole 130$/b Scnario Grenelle Ptrole 62 $/b et gain de productivit globale 23 24 31 23 67 73 93 67 120 128 161 120 180 189 230 180 198 208 250 197 75 91 129 69 -163 -156 -145 -176 -87 -81 -70 -88 -39 -39 -40 -38 -37 -42 -57 -33 0 0 0 0

Source : simulation msange, calculs DG, Trsor

4. ConclusionDans les quatre scnarios envisags, les investissements des mnages, des entreprises et des administrations publiques sont massifs. Les investissements, raliss principalement entre 2009 et 2020, reprsentent selon le scnario tudi entre 0,3 et 1,6 point de PIB chaque anne. court / moyen terme, la croissance et lemploi sont stimuls par ces investissements et par la rduction des importations de combustibles fossiles auxquelles se substitue en partie la production nationale. Jusquen 2020, les effets multiplicateurs de ces investissements dominent limpact ngatif du financement de leur cot sur lconomie. Le surcrot dactivit attendu est compris entre 0,4 % et 0,5 % la premire anne dans tous les scnarios, pour atteindre un maximum en 2014 entre 1,6 % et 1,9 %. En 2020, les quatre scnarios conduisent un PIB plus lev de 0,4 % 0,8 % par rapport au scnario de rfrence. Selon les scnarios, lconomie compte entre 200 000 et 250 000 emplois supplmentaires au plus fort des dix premires annes.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 13

_________________________________

En revanche, le net ralentissement puis larrt des investissements ainsi que la hausse des prix et des prlvements obligatoires ncessaires leur financement annulent les gains conomiques du Grenelle aprs 2020, par rapport au scnario de rfrence. Les impacts sur le PIB et lemploi deviennent ngatifs partir de 2021. La modification des hypothses sur le prix de lnergie et linclusion ou non dans lanalyse des avantages socio-conomiques gnrs par les investissements dans le secteur des transports ne modifient que lgrement ces rsultats Comme tout exercice de simulation, les rsultats prsents font appel plusieurs hypothses, la fois sur les chroniques dinvestissement anticipes et sur la modlisation des mcanismes macroconomiques. Ils doivent donc tre considrs avec prudence. En particulier, il nest pas vident que les mcanismes incitatifs mobiliss soient bien calibrs pour gnrer les montants dinvestissement prvus. Enfin, les modalits des financements publics du Grenelle, ainsi que les possibles effets dapprentissage et gains de productivit jouent un rle important sur les effets macroconomiques long terme. cet horizon, le Grenelle de lenvironnement pourrait enclencher des effets positifs durables sil induit une acclration et un surcrot dinnovation par rapport nos partenaires commerciaux, de telle sorte que la comptitivit de la France en soit sensiblement amliore.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 14

_________________________________

Encadr : Traitement des double-comptes entre les volets btiment et nergies renouvelables prsents dans les chapitres 2 et 3 Les rsultats prsents dans ce chapitre 1 rsultent de lagrgation des volets btiment, nergies renouvelables et transport du Grenelle de lenvironnement (prsents respectivement dans les chapitres 2, 3 et 4 de ce document) qui ont, dans un premier temps, t tudis sparment. Cette synthse est donc la somme de ces trois volets. Certains investissements peuvent tre prsents simultanment dans deux volets diffrents. Ds lors il est ncessaire de faire attention ne les comptabiliser quune fois lors de lagrgation des trois volets. Le prsent encadr explique comment a t trait ce problme. lexception des installations photovoltaques qui ne sont pas prises en compte dans le volet btiment, lensemble des autres quipements utilisant des nergies renouvelables sont inclus la fois dans le volet ENR et dans le volet btiment. Pour viter de compter deux fois linvestissement ralis, le problme a t trait de la faon suivante : 1) Tous les cots et dispositifs de financement des investissements dans les ENR thermiques sont attribus au volet btiment (et donc retirs du volet ENR), sachant que ceux du photovoltaque sur bti ne restent comptabiliss que dans le volet ENR. 2) Les conomies dnergie gnres par les ENR dans les logements sont traites de faon spcifique. Nous ne considrons pas les conomies dnergie nettes ralises dans les logements mais distinguons les conomies dnergie lies lefficacit nergtique de celles lies la substitution des moyens de chauffage dans les logements. Nous illustrons cette distinction travers lexemple ci-dessous. Dans cet exemple, les conomies dnergie nettes ralises se montent 100 kWh/m2/an. On suppose (comme lADEME) que 80 % des conomies dnergie sont dues des travaux disolation du btiment et que 20 % proviennent de la substitution dun quipement utilisant une source dENR un quipement traditionnel fonctionnant llectricit ou une nergie fossile. La part dENR augmente la production nationale dnergie.150 KWh Efficacit nergtique 80%100 KWh/m /an = 80 kWh/m /an Substitution production nationale par production autoconsommePart ENR2 2

20 kWh/m2/an=20%100 kWh/m2/an 50 KWh

Les conomies dnergie lies lefficacit nergtique sont valorises aux tarifs pour les consommateurs (ceux-ci sont prsents dans le chapitre 2). La consommation dnergie du secteur rsidentiel-tertiaire diminue du fait de lamlioration de la performance nergtique du parc de btiments (cf. annexe 1 du chapitre 2). Toute rduction de la consommation dnergie engendre une rduction des importations de gaz et de fioul. La diminution des consommations dlectricit a en revanche un effet moindre sur le niveau des importations. Nous supposons que seules les conomies dlectricit ralises chez les mnages se traduisent par une rduction des importations dlectricit. Llectricit non consomme par les entreprises et les APU est exporte vers les pays voisins, la France conservant un avantage comparatif li au nuclaire. Les conomies dnergie permises par le programme dinvestissement dans les transports sont ngligeables selon nos estimations et ne sont pas dtailles ici16. La production nationale dnergie augmente du fait de la monte en puissance des ENR. La production dlectricit ralise partir de sources dnergies non renouvelables diminue pour sa part de 43 %17, soit le montant de la production additionnelle dENR par rapport au scnario de rfrence. Elle saccompagne dune rduction des importations de gaz, de produits ptroliers et de charbon ainsi que dune augmentation des exportations dlectricit (dtailles en annexe 1 du chapitre 3). Cette augmentation de la production nationale dnergie est prise en compte dans la modlisation.

Se rfrer au chapitre 4 sur le volet transports pour la modlisation des conomies dnergie. Dans le secteur lectrique, les ENR se substituent 30 % du nuclaire et 40 % du thermique. Rappelons que 20 % des quipements de chauffage utilisant des sources renouvelables se substituent un chauffage lectrique (cf. annexe 1 du chapitre 3 pour plus de dtails). Ainsi, par rapport au scnario de rfrence, 5,3 Mtep sur 12,3 Mtep se substituent de lnergie nuclaire et thermique, soit 43 %. Le total des ENR en 2020 slve 12,3 Mtep dans ces diffrents scnarios Grenelle car ils ne comptent que 1,8 Mtep additionnelles dENR thermiques par rapport au scnario de rfrence car on prend en compte dans le btiment lacclration des normes du fait du Grenelle.17

16

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 15

_________________________________

CHAPITRE 2 : VOLET RNOVATION THERMIQUE DES BTIMENTSPhilippe Briard, Elodie Galko et Caroline KleinLes mesures de rnovation thermique des btiments engages la suite du Grenelle de lenvironnement ou encore en projet mettent en jeu des montants importants et auront donc des impacts macroconomiques significatifs. Dans ce chapitre, nous prsentons les estimations dimpact sur le PIB et lemploi de ces mesures ainsi que lensemble des hypothses qui ont t ncessaires pour les raliser. Les btiments mettent en France 22 % des missions de gaz effet de serre en 2007. Contrairement aux missions du secteur industriel qui ont diminu depuis 1990, les missions des btiments sont stables. Face ce constat, et afin datteindre les objectifs de rduction dmission, le secteur du btiment a fait lobjet de travaux particuliers dans le cadre du Grenelle de lenvironnement. Il est en effet gnralement considr que ce secteur contient un potentiel important de rductions dmissions bas cot. Les lois Grenelle I et II fixent des objectifs quantifis en termes de consommation dnergie et dmissions de gaz effet de serre du parc bti et la loi de finances pour 2009 instaure des dispositifs de soutien pour les atteindre. Parmi les mesures proposes, figure par exemple lco prt taux zro destin financer des travaux importants de rnovation thermique des logements rsidentiels. Lvaluation propose dans ce chapitre concerne lensemble du secteur du btiment. Elle sappuie dune part sur les prvisions dinvestissements de rnovation thermique ralises dans le cadre du Grenelle18. Elle sappuie dautre part sur les estimations de la DG Trsor concernant les dispositifs financiers prvus lorigine par le Grenelle (co-PTZ et PTZ vert pour les logements neufs). Ces prvisions supposent que les objectifs du Grenelle seront atteints en termes de rnovation des btiments et de construction de btiments neufs performants. Lhypothse est donc de considrer que les dispositifs incitatifs ont t calibrs de sorte remplir les objectifs. Lensemble des mesures prises en compte dans ltude accrot linvestissement des mnages de 80,5 Md19 entre 2009 et 2020. Les investissements supplmentaires des entreprises devraient tre de 44,4 Md, ceux des administrations publiques (tat et collectivits locales) de 12,6 Md (cf. graphique 1). Selon les hypothses retenues dans notre scnario central, lensemble de ces mesures augmenteraient le PIB court et moyen terme mais le dgraderaient partir de 2021. Limpact positif court-moyen terme serait maximal en 2013 (le PIB est plus lev de + 0,7 point par rapport au compte central, cest--dire par rapport un monde dans lesquels ces mesures nauraient pas t mises en uvre) ; aprs 2020, limpact devient ngatif et passe par un point bas -0,6 point en 2022 (cest--dire quen 2022, le PIB aurait t plus lev de 0,6 point si les mesures de rnovation thermique du Grenelle navaient pas t mises en place) avant de revenir vers zro : sur le long terme, limpact macroconomique serait nul car nous faisons lhypothse que le volet btiment du Grenelle ne fait quanticiper la mise en uvre de normes nergtiques et donc ne modifie le cadre rglementaire et fiscal que temporairement. Concernant limpact sur lemploi, le nombre demplois crs directement par les investissements atteint 140 000 en 2013, mais les effets de bouclage et laugmentation de limposition rduisent cet impact environ 100 000 crations nettes. Ces rsultats sont peu modifis si lon se fonde sur une hypothse de prix de lnergie diffrente. En revanche, si nous modifions notre hypothse sur le comportement dpargne et de consommation des mnages (hypothse qui constitue une des principales sources de questionnement de cette valuation), en considrant que les dpenses de rnovation thermique des mnages diminuent davantage leur consommation que dans notre scnario central, lamplitude des impacts macroconomiques, positifs avant 2020 et ngatifs au-del, est divise par deux. Les effets macroconomiques des dispositifs du Grenelle sont gnrs essentiellement par les flux dinvestissements et, dans une moindre mesure, par leur financement par ltat, la fois court terme (impact positif) et moyen terme (impact ngatif). Les conomies dnergie, bien quessentielles pour le budget des mnages et pour que ceux-ci ralisent effectivement leurs investissements disolation thermique, ont un impact macroconomique diffus et comparativement trs modr, en particulier parce que les conomies dnergie entrent en jeu trs progressivement.

18

Ces prvisions dinvestissements concernent la rnovation des btiments du parc rsidentiel priv, du parc tertiaire priv et du parc de logements sociaux, et les constructions neuves dans le parc rsidentiel priv et le parc tertiaire priv et public. Elles ont t compiles partir de donnes du MEEDDM et de la DG Trsor. 19 Tous les montants prsents dans ce chapitre sont en euros constants (euros 2008).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 16

_________________________________

Graphique 1 : impact ex ante des mesures sur linvestissement des mnages, des entreprises et des APU (cart en point de PIB par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 20250.40 0.35 0.30 0.25 0.20 0.15 0.10 0.05 0.00 2009

2011

2013

2015

2017

2019

2021

2023

2025

Investissement des mnages

Investissement des entreprises

Investissement des APU

Source : Simulation Msange, calculs DG, Trsor

1. Description des dispositifs1.1. Dispositifs qui concernent les mnagesLe mcanisme d co-prt taux zro (co-PTZ) offre aux mnages la possibilit de bnficier dun prt taux zro sur 10 annes, plafonn 30 000 , pour financer des travaux consquents de rnovation thermique de leur logement. Il est ouvert tous les mnages sans condition de ressources. Pour bnficier de lco-prt taux zro, il faut soit mettre en uvre un bouquet de travaux , soit amliorer la performance nergtique globale du logement. Un bouquet de travaux est un ensemble de travaux cohrents dont la ralisation simultane apporte une amlioration sensible de lefficacit nergtique du logement et doit tre ralis par un professionnel des travaux dans au moins deux des catgories suivantes : isolation performante de la toiture ; isolation performante des murs donnant sur lextrieur ; isolation performante des fentres et portes donnant sur lextrieur ; installation ou remplacement dun chauffage ou dune production deau chaude sanitaire ; installation dun chauffage utilisant les nergies renouvelables ; installation dune production deau chaude sanitaire utilisant les nergies renouvelables.

Tout comme pour les autres dispositifs de PTZ, les banques distribuant ce prt bnficient, pour leur rmunration, dun crdit dimpt tal sur 5 ans. Les dpenses fiscales associes lco-PTZ seront de 499 M en 2012 dans le scnario central. Le dispositif sarrtera en 2013, mais son cot pour ltat se prolongera jusquen 2025 (le cot atteint son apoge entre 2018 et 2021, avec un cot annuel de 2,1 Md)20. La mise en uvre du Grenelle a conduit galement ltat un verdissement du PTZ : majorer le PTZ pour lacquisition dun logement neuf rpondant au moins aux exigences thermiques du label Btiment Basse Consommation (BBC)21. Ce dispositif est valable jusqu lanne 2012 (incluse). compter de 2013, la norme BBC entrant pleinement en vigueur (elle entre en vigueur compter de 2012, mais il y a un dcalage entre les dpts des permis de construire et lmergence des constructions), nous supposons que le dispositif de PTZ disparat (il ne semble pas opportun de lappliquer des logements respectant simplement les normes en vigueur). Le verdissement du PTZ lacquisition va permettre aux mnages faisant lacquisition dun logement performant nergtiquement de bnficier dune majoration de leur capacit demprunt taux nul (mcanisme de PTZ actuel). Dans nos simulations, nous supposons que la20 21

Calculs DG Trsor. Le PLF 2010 prvoit de prolonger lexistence du PTZ jusqu 2012, avec le prolongement de son doublement (li au er plan de relance) sur le 1 semestre 2010. Le bonus li au respect de la norme BBC est inchang.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 17

_________________________________

majoration est plafonne 20 000 , ce qui correspond au surcot moyen dun logement neuf ayant une performance nergtique trs leve (label BBC ou mieux). Le cot budgtaire de ce dispositif, tal entre 2009 et 2017, est estim 16 M en 2012 et il atteint son maximum en 2014 44 M. Dans cette tude, nous navons pas pris en compte limpact de la rnovation du dispositif de crdit dimpt dveloppement durable . Le dispositif, prexistant, a t rnov suite au Grenelle : il a dabord t largi aux propritaires bailleurs, la liste des quipements quil couvre a par ailleurs t revue laune de lamlioration globale de leur performance nergtique. Ce processus de rnovation peut cependant tre considr comme une ncessaire adaptation du dispositif au regard des retours dexprience anecdotiques dont on disposait alors. En outre, le crdit dimpt est cumulable avec le dispositif dco-PTZ, il aurait donc t difficile de le prendre en compte sans faire de doubles comptes, la fois pour les conomies dnergie et pour les investissements raliss par les mnages. La majoration du PTZ lacquisition est suppose sarrter en 2013, et le dispositif de lco-PTZ est suppos prendre fin en 202022. Au-del de 2020, les investissements des mnages ne sont plus diffrents de ceux de notre scnario de rfrence business as usual, scnario dans lequel aucune mesure du Grenelle de lenvironnement naurait t mise en place ; nous supposons en effet que dans ce scnario, des normes contraignantes de consommation nergtique auraient t mises en place terme si le Grenelle navait pas eu lieu. Le remboursement des emprunts associs au Grenelle se prolonge jusquen 2030. En 2029, les premiers quipements installs (en 2009) atteignent la fin de leur dure de vie23 ; on suppose que les dates de renouvellement partir de 2029 correspondent aux dates auxquelles ces quipements auraient t installs dans notre scnario business as usual : leur renouvellement nest donc pas crdit au scnario Grenelle, ce qui rduit progressivement les conomies dnergie ralises, en cart par rapport au scnario de rfrence. On ne prend pas en compte un ventuel effet dapprentissage sur les cots long terme des technologies provoqu par les mesures du Grenelle, c'est--dire la possibilit que le Grenelle permettrait damener certaines technologies un niveau de maturit plus important que dans le scnario business as usual. Cependant, les cots des investissements diminuent jusquen 2020, en raison du progrs technologique (mondial), non provoqu par le Grenelle. Le Grenelle du btiment na pas dimpact de long terme, puisquaucun des dispositifs tudis nest permanent et que les quipements ne fournissent plus dconomies dnergie aprs la fin de leur dure de vie. La loi Grenelle I annonce une mise en place de la norme BBC compter de 2012 et de la norme A+ compter de 2020. Il est difficile destimer dans quelle mesure ces normes seront mises en place de faon plus prcoce du fait du Grenelle. Nous navons donc pas pris en compte limpact du Grenelle de lenvironnement sur lanne de mise en place des normes de performance nergtique.

1.2. Dispositifs qui concernent les entreprisesLes entreprises vont bnficier de la vente de certificats dconomie dnergie et dun dispositif damortissement acclr pour leurs constructions neuves. Le dispositif damortissement acclr permet aux entreprises damortir de manire plus rapide les immeubles prsentant une qualit nergtique leve. La premire anne, un amortissement exceptionnel de 25 % serait autoris, la place des taux damortissement les plus couramment admis qui sont situs en pratique entre 2 5 %, selon les caractristiques des btiments. Le mcanisme des certificats d'conomies d'nergie prend la forme d'un march et s'appuie sur la cration : d'une offre : les actions engages au-del d'une activit habituelle permettant de nouvelles conomies d'nergie, notamment dans le rsidentiel tertiaire, donneront lieu l'attribution de certificats ; d'une demande : des obligations d'conomies d'nergie seront imposes aux vendeurs d'nergie prsents sur le march de l'habitat et du tertiaire (distributeurs dlectricit, gaz, fioul et chaleur) ; ils s'en acquitteront en ralisant effectivement ces conomies dnergie ou en rachetant des certificats pour une quantit quivalente.

-

Ce dispositif est suppos exploiter des gisements dconomie dnergie importants mais diffus notamment dans le rsidentiel tertiaire. Dans la pratique, le mcanisme a rencontr peu de succs. La loi Grenelle II (article 27) propose donc dtendre la porte du dispositif et de favoriser son industrialisation en prvisionActuellement, le dispositif tel quil est prvu par la loi de finances pour 2009 est suppos sarrter en 2012. On suppose une dure de vie de 20 ans pour les quipements de rnovation thermique installs chez les mnages, et 25 ans pour les rnovations dans le logement social et dans le tertiaire priv. On suppose une dure de vie des quipements de 30 ans dans le neuf (rsidentiel et tertiaire).23 22

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 18

_________________________________

dune augmentation significative de lobjectif national dconomies dnergie. Le primtre des personnes soumises obligation est ainsi tendu aux personnes vendant des carburants automobiles. Le dispositif des certificats dconomie dnergie pourrait donc permettre aux entreprises possdant des btiments tertiaires dy trouver des financements pour raliser des travaux dconomies dnergie. Les chiffrages supposent que les obligations pesant sur les obligs du dispositif sont multiplies par 5 par rapport aux obligations actuelles (il sagit donc de raliser 270 TWh dconomie dnergie sur la priode du 1er juillet 2009 au 30 juin 2012). Sur la priode 2009-2020, cela fait porter un poids financier de 3,8 Md sur les entreprises soumises obligation. La loi Grenelle II (article 2) prvoit actuellement une obligation de rnovation des btiments tertiaires. Les travaux en cause devront tre raliss sur une priode de huit ans, compter du 1er janvier 2012. Un dcret en Conseil dtat dterminera, dune part, les catgories de btiments ou parties de btiments existant qui feront lobjet de cette obligation de travaux et, dautre part, la nature et les modalits de lobligation, ainsi que les caractristiques thermiques ou la performance nergtique respecter. Devant la diversit du parc de btiments existants, tant au niveau de la typologie que de ltat nergtique, ainsi que devant les contraintes financires et techniques, il ne sagit pas dimposer une performance nergtique identique pour tous les btiments concerns, mais dimposer une progression quivalente optimisant le rapport cot des travaux par rapport au gain de consommation.

2. Hypothses de modlisationLe modle macroconomtrique Msange24 est utilis pour valuer les impacts diffrents horizons sur lactivit et lemploi. Les dpenses de rnovation nergtique gnres par le mcanisme dco-PTZ sont ralises par les mnages sur une base volontaire, et sajoutent aux dpenses similaires qui auraient t ralises de toute faon par les mnages. Ce mcanisme permet de franchir le seuil de rentabilit de certains investissements. tant donn dune part leurs cots et dautre part les conomies dnergie quils induisent, certains investissements ne sont pas rentables pour les mnages. La hausse nette de linvestissement des mnages sexplique alors par deux principaux mcanismes. Dune part, les mnages peuvent vouloir anticiper lentre en vigueur de normes contraignantes en profitant dun mcanisme incitatif sens sachever en 2020. Dautre part, ces investissements supplmentaires qui raliss seuls nauraient pas t rentables peuvent tout de mme ltre en raison dconomie dchelle lorsquils sont raliss en supplment dautres travaux de rnovation ou de construction qui auraient eu lieu de toute faon. Si le prix de lnergie demeure stable et assez bas25 pendant la priode tudie, les investissements ne sont en moyenne pas rentables pour les mnages (la rentabilit tant mesure partir de la somme actualise26 des dpenses dinvestissement et des conomies dnergie). Si le prix de lnergie est lev, les investissements sont tout juste rentables sur lensemble de la priode (les conomies dnergie permises par les quipements gnrs par le Grenelle sarrtent en 2050). Lhypothse que les mnages ralisent effectivement ces investissements implique donc que les mnages anticipent de futures normes, quils ne sont pas parfaitement rationnels dans leurs investissements ou mal informs, ou quils retirent une satisfaction morale de ces conomies dnergie (difficilement valuable) qui compensent leur perte financire. Comportement dpargne et dendettement des mnages Confronts ces mcanismes de prts, aux normes sur la rnovation et leurs futures conomies dnergie, les mnages auront un comportement dpargne et dendettement difficile prvoir27. Les tudes conomiques empiriques de ces comportements naboutissent pas des conclusions tranches. Les mnages font face une augmentation de leurs dpenses court et moyen terme, lie au paiement des chances des prts taux zro ; ils ralisent des conomies sur leurs dpenses nergtiques moyen terme qui compensent en grande partie les dpenses initiales. Plutt que de rduire leurs autres dpenses court terme, des mnages rationnels, parfaitement informs et non-contraints devraient lisser dans le temps leur consommation grce lpargne (selon la thorie du revenu permanent) ; en pratique, ce comportement ne se concrtise pas pour plusieurs raisons : une partie des mnages sont financirement contraints (ils ne peuvent pas dpasser un certain niveau dendettement) ; les mnages peuvent avoir une prfrence forteModle Msange version 2009, Caroline Klein, Olivier Simon, Document de travail de la DG Trsor, INSEE. Ptrole 62 $ le baril dans le scnario de prix bas, et 130 $ dans le scnario de prix lev ; cf. section suivante. 26 Nous retenons un taux dactualisation rel de 3 %. 27 Dans cette tude, nous supposons que les normes et les dispositifs prvus sont suffisants pour gnrer les sries dinvestissements dcrites ici. En particulier, les mnages pourraient investir parce que cela peut tre rentable long terme pour eux (cela dpend notamment des prix futurs de lnergie), mais surtout parce quils anticipent la fois des futures normes contraignantes et la fin des dispositifs incitatifs.25 24

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 19

_________________________________

pour le prsent qui les conduit un lissage intertemporel faible de leur consommation ; enfin, ils peuvent tre imparfaitement informs et non rationnels, et se baser sur des prvisions du prix de lnergie diffrentes de celles retenues dans ce chapitre. Nous prsentons donc trois scnarios diffrents sur le comportement dpargne et dinvestissement logement des mnages : le premier scnario est considr comme le plus probable, les deux autres scnarios tant des cas extrmes de comportement. dans le premier scnario ( scnario 1 : mnages ajustant leur consommation ), les flux montaires lis aux conomies dnergie et aux remboursements des emprunts se rpercutent directement et totalement sur les dpenses de consommation des mnages, la baisse pour les paiements des mensualits demprunt et la hausse pour les conomies permises par la rduction de la consommation nergtique. Ainsi la consommation des mnages est plus faible court terme et plus leve moyen terme, par rapport au scnario de rfrence28 (voir graphique 2a et 2b). dans le second, ( scnario 2 : mnages ne modifiant pas leur consommation ), le paiement des mensualits demprunt et les conomies dnergie lis au Grenelle nont pas dimpacts directs sur la consommation des mnages et leurs investissements (hors investissements lis au Grenelle). Implicitement, les mnages lissent parfaitement leur consommation, rduisant leur pargne financire court terme et laugmentant moyen terme (voir graphique 3a et 3b). le troisime scnario ( scnario 3 : mnages contraints financirement ) fait lhypothse que les mnages sont totalement contraints sur leur niveau dendettement. Ce sont alors les montants des emprunts, et non les mensualits demprunt tales dans le temps, qui se rpercutent directement sur la consommation des mnages. Ce scnario, moins raliste que les deux prcdents, a surtout une valeur analytique. Il correspond des mnages qui ne peuvent pas augmenter leur quantit agrge demprunt : les banques rduisent donc les crdits accords aux mnages (crdits de consommation par exemple) en contrepartie des co-PTZ et PTZ verts. La consommation est alors plus fortement rduite court terme et plus fortement augmente sur le moyen terme, par rapport au scnario 1 (voir graphique 4a et 4b).

-

-

Graphiques 2a et 2b : impact ex ante des mesures sur linvestissement et la consommation des mnages (cart en point de PIB par rapport au scnario de rfrence) lorsque les mnages ajustent leur consommation (scnario central)2a. Investissement et impact des conomies dnergie et remboursements demprunts sur la consommation des mnages.0.50 0.40 0.30 0.20 0.10 0.00 -0.10 -0.20 -0.30 -0.4020 13 20 15 20 17 20 21 20 23 20 09 20 11 20 29 20 31 20 25 20 19 20 27 20 35 20 37 20 33 20 39-0.10 0.20

des

2b. Impact net des mesures sur la demande des mnages (investissement et consommation).0.40

0.30

0.10

0.00

-0.2020 09 20 19 20 13 20 11 20 15 20 17 20 23 20 25 20 27 20 35 20 33 20 31 20 37 20 39 20 21 20 29

Investissement des mnages en btiment Hausse de la consommation des mnages lie aux conomies d'nergie Diminution de la consommation des mnages lie au remboursement des emprunts

Lecture : lorsque les mnages ne sont pas contraints financirement, la demande des mnages augmente du montant de leurs investissements et de leurs conomies dnergie nets de leurs remboursements demprunt.

Toutes les mesures tudies ont bien sr des effets indirects sur la consommation des mnages, en particulier via laugmentation de lactivit et de lemploi et les effets prix. Ces effets indirects sont pris en compte par le bouclage macroconomique du modle Msange. Dans ces trois scnarios, nous indiquons les hypothses sur le comportement dpargne des mnages toutes choses gales par ailleurs.

28

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 20

_________________________________

Graphique 3a et 3b : impact ex ante des mesures sur linvestissement et la consommation des mnages (cart en point de PIB par rapport au scnario de rfrence) lorsque les mnages sont supposs lisser leur consommation (scnario 2)3a. Investissement et impact des conomies dnergie et du financement de linvestissement sur la consommation des mnages.0.50 0.40 0.30 0.20 0.10 0.00 -0.10 -0.20 -0.30 -0.4020 09 20 11 20 13 20 15 20 17 20 19 20 21 20 23 20 25 20 27 20 29 20 31 20 35 20 33 20 37 20 39-0.10 0.20 0.40

3b. Impact net des mesures sur la demande des mnages (investissement et consommation).

0.30

0.10

0.00

-0.20 2009 2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2029 2031 2033 2035 2037 2039

Investissement des mnages en btiment Hausse de la consommation des mnages lie aux conomies d'nergie Diminution de la consommation des mnages lie au financement de l'investissement"

Lecture : lorsque les mnages ne modifient pas leur consommation, la demande des mnages augmente du montant de leur investissement.

Graphiques 4a et 4b : impact ex ante des mesures sur linvestissement et la consommation des mnages (cart en point de PIB par rapport au scnario de rfrence) lorsque les mnages sont supposs contraints financirement (scnario 3)3a. Investissement et impact des conomies dnergie et du financement de linvestissement sur la consommation des mnages.0.50 0.40 0.30 0.20 0.10 0.00 -0.10 -0.20 -0.30 -0.40 -0.5013 21 23 15 25 17 09 19 27 35 11 29 37 31 33 39 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20-0.10 0.10 0.00 0.30 0.40

3b. Impact net des mesures sur la demande des mnages (investissement et consommation).

0.20

-0.20

20 25

20 11

20 27

20 15

20 29

20 13

20 17

20 19

20 09

20 31

20 23

20 33

20 35

20 21

20 37

Investissement des mnages en btiment Hausse de la consommation des mnages lie aux conomies d'nergie Diminution de la consommation des mnages lie au financement de l'investissement"

Lecture : lorsque les mnages sont contraints financirement, la demande des mnages augmente du montant de leurs conomies dnergie (le surcrot dinvestissement se traduisant par une baisse de la consommation de mme niveau).

Prix de lnergie La valeur des conomies dnergie ralises par les mnages dpend des niveaux de prix de lnergie. Nous prvoyons que le prix non rgul de lnergie voluera proportionnellement celui du ptrole ; les prix de llectricit et du gaz sont supposs toujours rguls mais, pour le gaz, en adquation avec le prix du ptrole. Nous considrons que le prix de lnergie est stabilis partir de 2009 et nous nous basons29 sur un prix du ptrole 62 $/baril. Nous prsenterons un test de sensibilit sur le prix de lnergie en considrant, sous les hypothses du scnario 1, un prix du ptrole gal 130 $/baril partir de 2009. Les impacts macroconomiques sont alors trs peu modifis (cf. scnario 4).

Le scnario 62$/baril tait le scnario central de lAIE dans le World Energy Outlook au moment des travaux prsents ici. Il est gnralement utilis comme rfrence dans les valuations de scnarios nergtiques en France.

29

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 21

_________________________________

20 39

Consommation et changes extrieurs dnergie Lamlioration de la performance nergtique du parc de btiments permet une rduction de la consommation dnergie du secteur rsidentiel-tertiaire, et donc, pour les agents conomiques concerns, libre du revenu qui sera utilis pour un report vers la consommation dautres biens ou le remboursement des emprunts contracts comme dcrit plus haut30. Toute rduction de la consommation dnergie est suppose correspondre pour 50% du gaz, pour 30% du fioul et pour 20% de llectricit (cf. annexe 1). Les moindres consommations de gaz et de fioul engendrent une rduction des importations de ces matires premires. La diminution des consommations dlectricit ont en revanche un effet moindre sur le niveau des importations. Nous supposons que les consommations dlectricit des mnages sont les seules responsables des importations dlectricit. Ainsi, seules les conomies dlectricit ralises chez les mnages se traduisent par une rduction des importations dlectricit. Sur la base de la part des importations dans la consommation domestique dlectricit, nous estimons que pour 100kWh dlectricit consomms chez les mnages, 7,5kWh dlectricit sont imports. Ainsi, quand 100kWh dlectricit sont conomiss chez les mnages, les importations dlectricit diminuent de 7,5kWh. Les conomies dnergie des entreprises et des APU se traduisent en outre pour leur part par une hausse des exportations de llectricit produite nationalement. Nous considrons en effet que llectricit non consomme est exporte vers les pays voisins (la France conservant un avantage comparatif li au nuclaire) ; ainsi, par rapport au scnario business as usual, la production domestique dlectricit est inchange, la consommation domestique est rduite et les exportations augmentes. En Union montaire, une variation de la balance commerciale na pas en soi dimpact sur lactivit domestique ; lamlioration de la balance commerciale permise par les mesures du Grenelle est associe un effet positif li au recyclage des conomies dans la consommation des mnages. Certificats dconomie nergie Le cot des certificats dconomie nergie est report dans le prix de lnergie pay par les consommateurs finaux (mnages et entreprises). Il est modlis comme une taxe sur lnergie. Ces certificats financent une partie des investissements raliss par les entreprises. Administrations publiques On fait lhypothse que le solde budgtaire nest pas impact par les mesures de rnovation thermique du Grenelle de lenvironnement31. Les investissements des administrations publiques, y compris ceux associs la rnovation des logements sociaux, ainsi que le cot public des dispositifs de crdits dimpt, sont financs par une augmentation des prlvements obligatoires (cf. graphique 5)32. Inversement, les conomies dnergie ralises dans les btiments publics permettent une rduction de limposition.

30 Concernant lampleur de l effet rebond , cest--dire de la consommation supplmentaire dnergie due la rduction du cot marginal du chauffage, notre valuation ne permet pas de la prvoir avec prcision. Un effet rebond fort, par rapport un effet rebond faible, correspond des consommateurs qui consacrent plus de dpenses au chauffage et moins de dpenses au reste des biens de consommation : ceci na pas dimpact sur le niveau agrg de la consommation. Dans notre modlisation, la consommation des mnages est anticipe, en tenant compte de leur contrainte de budget globale, dans son ensemble ainsi que selon quatre grands secteurs, mais sans un dtail prcis de la demande adresse chacun des multiples secteurs conomiques. Puisque limpact macroconomique de la consommation dpend principalement de son niveau agrg, il nest pas biais par leffet rebond un effet du second ordre prs li aux proportions diffrentes des importations dans la consommation de chaque type de bien. 31 Le financement est ralis ex ante et ne rintgre pas limpact sur les recettes publiques de la variation du PIB. Cet impact, ici positif court terme et ngatif moyen terme, puisque le PIB est plus lev court terme et plus faible moyen terme que dans le scnario business as usual, est faible et peut donc tre nglig. 32 Augmentation de tous les impts existants due proportion de leur niveau actuel.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 22

_________________________________

Graphique 5 : impact ex ante des mesure sur linvestissement, les prlvements obligatoires et les conomies dnergie des mnages, des entreprises et des APU (cart en point de PIB par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 20400.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0.0 -0.1

21

29

37 20

13

17

23

25

31

33

15

09

11

19

27

35

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Note de lecture : la hausse des prlvements obligatoires est calcule comme la somme des investissements des APU lis au volet btiment du Grenelle et du cot pour ltat des dispositifs destins aux mnages et aux entreprises, nette des conomies dnergie faites par les APU.

3. Rsultats du scnario centralLes impacts du scnario central sur le PIB et lemploi sont prsents dans les graphiques 6 et 7, rsums dans le tableau 1, et prsents en dtail en annexe 2. Les tests de sensibilit (scnarios 2 4) sont prsents dans la section 4 de ce chapitre. court terme, lactivit et lemploi augmentent sous leffet de linvestissement des mnages, des entreprises et des administrations publiques. Entre 2009 et 2013, la croissance est accrue chaque anne en moyenne de 0,15 point et lemploi de 20 000 personnes par an. Au bout de trois ans, il y a 65 000 emplois supplmentaires dans lconomie, et le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport un scnario de rfrence. Sur le moyen terme, aprs un effet maximal en 2013 (+ 0,7 point de PIB et + 95 000 emplois, dont 140 000 crs par les investissements), limpact se rduit progressivement car les investissements provoqus par les dispositifs co-PTZ se stabilisent ; limpact devient ngatif en 2021 avec larrt des investissements co-PTZ et la hausse des prlvements obligatoires qui pse progressivement sur lactivit. Au bout de 15 ans, en 2023, et par rapport un scnario de rfrence sans dispositif, le PIB est rduit de 0,6 % et il y a 120 000 emplois en moins dans lconomie. Les conomies dnergie apparaissent trs progressivement donc leur impact sur le PIB et lemploi est tal et peu visible court terme ; les conomies dnergie atteignent leur niveau maximal en 2020, puis cet impact se rduit progressivement sous leffet du bouclage macroconomique. Sur le long terme, le potentiel doffre de lconomie nest pas modifi, et les mcanismes mis en uvre par le Grenelle disparaissent ; limpact sur le long terme est donc nul la fois sur lactivit et sur lemploi.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 23

20

Investissement total Hausse des prlvements obligatoires Economies d'nergie

_________________________________

20

20

20

39

Le profil de limpact macroconomique global peut sexpliquer en grande partie par le profil des investissements : En effet, les investissements gnrs par les dispositifs du Grenelle partir de 2009 augmentent la demande ce qui engendre un impact fortement positif sur lactivit du fait deffets multiplicateurs (la demande stimule linvestissement et lemploi dans les entreprises qui crent leur tour des sources de revenus stimulant la demande). Toutefois, une hausse de la demande provoque des tensions sur les prix et les salaires, qui limitent puis annulent ces effets positifs sur le PIB33. Ainsi limpact engendr par une augmentation permanente des investissements reste positif mais revient un niveau proche de 0 sur le long terme. Larrt des investissements vers 2020 provoque un choc ngatif de demande et a donc un impact ngatif sur le PIB court terme (entre 2020 et 2025), qui sannule sur le long terme. Les augmentations du niveau des prlvements obligatoires et des conomies dnergie engendrent des impacts macroconomiques de moindre amplitude et beaucoup moins heurts. Celles-ci tant supposes sannuler trs long terme, leurs impacts reviennent galement vers 0 cet horizon.En cart par rapport au scnario de rfrence 2009 PIB (niveau du PIB, cart en %) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie dont paiements des chances demprunts dont conomies dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie dont paiements des chances demprunts dont conomies dnergie + 0,2 + 0,2 - 0,0 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 10 + 14 -4 -0 -0 +0 2010 + 0,4 + 0,4 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 33 + 49 - 14 -1 -2 +1 2011 + 0,5 + 0,7 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 64 + 93 - 24 -2 -5 +2 2013 + 0,7 + 0,9 - 0,2 - 0,0 - 0,1 + 0,0 + 93 + 142 - 38 -2 - 13 +5 2018 + 0,0 + 0,3 - 0,1 - 0,0 - 0,2 + 0,1 -9 + 29 - 17 -1 - 30 + 11 2023 - 0,6 - 0,5 - 0,1 - 0,0 - 0,1 + 0,1 - 123 - 104 - 13 +1 - 16 + 10 Long terme + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0 +0

-

Tableau 1 : impacts macroconomiques dans le scnario central (scnario 1)

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 5 ans, en 2013, dans le scnario central (scnario 1), le PIB est plus lev de 0,7 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 93 000 emplois de plus dans lconomie. Parmi ces 93 000 emplois, 142 000 sont engendrs par les investissements dans la rnovation thermique, mais 38 000 sont dtruits par laugmentation de limposition. La rduction de la consommation que provoquent les paiements des chances demprunt se traduit par la destruction de 13 000 emplois en 2013.

Effet du bouclage macroconomique. En particulier, la hausse des prix et des salaires, lie la croissance de lactivit et de lemploi, dgrade la comptitivit prix et a donc un impact ngatif sur les exportations et plus gnralement sur la balance commerciale.

33

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 24

_________________________________

Graphique 6 : impact sur le PIB (cart du PIB en niveau par rapport au scnario de rfrence) dans le scnario central, entre 2009 et 2036 et sur le long terme0.8 0.6 0.4

Graphique 7 : impact sur lemploi, en milliers, dans le scnario central, entre 2009 et 2036 et sur le long terme150

100

50

0.2 0.0 -0.2-50 0

-0.4 -0.6 -0.8 2009-100

2011

2013

2015

2017

2019

2021

2023

2025

2027

2029

2031

2033

2035

-150 2009

2011

2013

2015

2017

2019

2021

2023

2025

2027

2029

2031

2033

2035

Lecture : en 2011, le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport au scnario de rfrence.

Lecture : en 2011, lconomie compte 65 000 emplois de plus par rapport au scnario de rfrence.

4. Rsultats du scnario alternatifa) Un comportement dpargne financire des mnages lissant totalement limpact du Grenelle sur leur consommation ne modifie pas sensiblement les rsultats. Le deuxime scnario est construit sur lhypothse que la consommation des mnages nest pas modifie par leurs investissements dans la rnovation thermique. La diffrence dimpact par rapport au scnario 1 est relativement faible. Sous cette hypothse, limpact est plus lev court terme et moyen terme que dans le scnario central (+0,6 pt sur le PIB en 2011 contre +0,5 pt). Limpact est davantage ngatif aprs 2023 (cf. Graphiques 8 et 9).

Tableau 2 : impacts macroconomiques lorsque les mnages lissent leur consommation (scnario 2)En cart par rapport au scnario de rfrence2009 2010 2011 2013 2018 2023 Long terme

PIB (niveau du PIB, cart en %) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie Emplois (milliers)

+ 0,2 + 0,2 - 0,0 - 0,0 + 10

+ 0,4 + 0,4 - 0,1 - 0,0 + 34

+ 0,6 + 0,7 - 0,1 - 0,0 + 67

+ 0,7 + 0,9 - 0,2 - 0,0 + 101

+ 0,2 + 0,3 - 0,1 - 0,0 + 10

- 0,6 - 0,5 - 0,1 - 0,0 - 117

+ 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0

dont investissements + 14 + 49 + 93 + 142 + 29 - 104 +0 dont hausse de limpt gnrique -4 - 14 - 24 - 38 - 17 - 13 +0 dont impact du rachat des CEE via le prix de -0 -1 -2 -2 -1 +1 +0 l'nergie Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 5 ans, en 2013, dans le scnario 2, le PIB est plus lev de 0,7 % par rapport au scnario de rfrence, et 101 000 emplois nets sont crs dans lconomie.

b) Sous lhypothse que les mnages sont totalement contraints sur leur niveau dendettement, limpact positif sur lactivit et lemploi court terme est fortement rduit.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 25

_________________________________

Tableau 3 : impacts macroconomiques lorsque les mnages sont totalement contraints financirement (scnario 3)En cart par rapport au scnario de rfrence2009 2010 2011 2013 2018 2023 Long terme

PIB (niveau du PIB, cart en %) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie dont financement des investissements dont conomies dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie dont financement des investissements dont conomies dnergie

+ 0,1 + 0,2 - 0,0 - 0,0 - 0,1 + 0,0 +6 + 14 -4 -0 -4 +0

+ 0,2 + 0,4 - 0,1 - 0,0 - 0,2 + 0,0 + 20 + 49 - 14 -1 - 15 +1

+ 0,4 + 0,7 - 0,1 - 0,0 - 0,2 + 0,0 + 41 + 93 - 24 -2 - 28 +2

+ 0,4 + 0,9 - 0,2 - 0,0 - 0,4 + 0,0 + 57 + 142 - 38 -2 - 49 +5

+ 0,0 + 0,3 - 0,1 - 0,0 - 0,2 + 0,1 -6 + 29 - 17 -1 - 27 + 11

- 0,3 - 0,5 - 0,1 - 0,0 + 0,2 + 0,1 - 70 - 104 - 13 +1 + 37 + 10

+ 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0 +0

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 5 ans, en 2013, dans le scnario 3, le PIB est plus lev de 0,4 % par rapport au scnario de rfrence, et 57 000 emplois nets sont crs dans lconomie.

Graphique 8 : impact sur le PIB selon les 3 hypothses de comportement dpargne (scnarios 1 3)1.0 0.8 0.6 0.4 0.2 0.0 -0.2 -0.4 -0.6 -0.819 23 25 31 17 13 11 09 15 21 27 29 33 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 35

scnario 1 : les chances d'emprunt pnalisent la consommation des mnages et les conomies d'nergie l'augmentent scnario 2 : les emprunts et les conomies d'nergie n'ont pas d'impact direct sur la consommation des mnages scnario 3 : les mnages sont totalement contraints financirement, les investissements eux-mmes et les conomies d'nergie jouent sur leur consommation.

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Dans les trois scnarios principaux, linvestissement augmente lactivit court et moyen terme. En 2021, le niveau dactivit par rapport au scnario business as usual devient ngatif suite larrt des investissements. Limpact atteint -0,6 pt en 2022 dans les deux premiers scnarios.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 26

_________________________________

Graphique 9 : impact sur lemploi selon les 3 hypothses de comportement dpargne (scnarios 1 3)150 100 50 0 -50 -100 -150

15

09

29

11

13

17

19

21

23

25

27

31

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

332033

scnario 1 : les chances d'emprunt pnalisent la consommation des mnages et les conomies d'nergie l'augmentent scnario 2 : les emprunts et les conomies d'nergie n'ont pas d'impact direct sur la consommation des mnages scnario 3 : les mnages sont totalement contraints financirement, les investissements eux-mmes et les conomies d'nergie jouent sur leur consommation.

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Limpact du Grenelle du btiment sur lemploi suit globalement les variations de lactivit, mme si des effets retard amnent un effet agrg ngatif sur lemploi ds 2018 dans les scnarios 1 et 3.

c) Lhypothse dun prix de lnergie lev conduit un impact sur lconomie lgrement plus favorable tous les horizons. Par rapport notre scnario central (scnario 1), le scnario 4 chiffre limpact des mesures du volet btiment du Grenelle de lenvironnement dans le cadre dun prix de lnergie lev (ptrole 130 $ le baril ds la premire anne). La diffrence entre les deux scnarios est trs faible (cf. graphique 10), car, si les reports de consommation des mnages que permettent les conomies dnergie sont doubls, leur impact macroconomique demeure globalement faible par rapport aux autres contributions, en particulier parce que les conomies dnergie napparaissent que progressivement. Le graphique 11 permet de comparer en termes de montants les quantits dinvestissement et dconomies dnergie lis au volet btiment du Grenelle. Il souligne limportance de lhorizon auquel on se place, puisque les investissements connaissent leur pic en 2013, et les conomies dnergie plus tard, dans les annes 2020.

Graphique 10 : impact sur le PIB des scnarios 1 et 40.8 0.6 0.4 0.2 0.0 -0.2 -0.4 -0.6 -0.8 2009

2011

2013

2015

2017

2019

2021

2023

2025

2027

2029

2031

scnario 1 : prix de l'nergie faible

scnario 4 : prix de l'nergie lev

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Limpact sur lactivit est peu modifi dans un scnario prix de lnergie lev (ptrole 130 $\baril) par rapport au scnario central. En 2019, dans le scnario 4, le PIB est plus lev de 0,1 point par rapport au scnario business as usual, alors que cet impact est nul dans le scnario central (scnario 1).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 27

_________________________________

202035

35

Graphique 11 : impact ex ante des mesure sur linvestissement et les conomies dnergie des mnages, des entreprises et des APU (cart en point de PIB par rapport au scnario de rfrence) selon le prix du ptrole retenu (62$ ou 130$le baril) entre 2009 et 20400.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0.0 2009 2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2029 2031 2033 2035 2037 2039 Cot total du volet btiment du Grenelle Economies d'nergie (ptrole 62$) Economies d'nergie (ptrole 130$)

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Note de lecture : le cot du Grenelle est valu comme la somme des investissements des mnages, entreprises et APU et de la valeur des certificats dnergie.

Tableau 4 : impacts macroconomiques lorsque le prix de lnergie est lev (scnario 4)En cart par rapport au scnario de rfrence 2009 PIB (niveau du PIB, cart en %) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie dont paiements des chances demprunts dont conomies dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie dont paiements des chances demprunts dont conomies dnergie + 0,2 + 0,2 - 0,0 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 10 + 14 -4 -0 -0 +0 2010 + 0,4 + 0,4 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 34 + 49 - 13 -1 -2 +1 2011 + 0,6 + 0,7 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 66 + 93 - 23 -2 -5 +3 2013 + 0,7 + 0,9 - 0,2 - 0,0 - 0,1 + 0,1 + 96 + 142 - 37 -2 - 13 +8 2018 + 0,1 + 0,3 - 0,1 - 0,0 - 0,2 + 0,1 -1 + 29 - 15 -1 - 30 + 17 2023 - 0,6 - 0,5 - 0,1 - 0,0 - 0,1 + 0,1 - 116 - 104 - 12 +1 - 16 + 15 Long terme + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0 +0

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 5 ans, en 2013, dans le scnario 4, le PIB est plus lev de 0,7 % par rapport au scnario de rfrence, et 96 000 emplois nets ont t crs dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 28

_________________________________

Annexe 1 : hypothses utilises concernant la rnovation des btimentsVolet tertiaire public neuf et collectivits territoriales Pour valuer les conomies dnergie, on considre qu compter de 2012, la norme est au BBC et par consquent, les surcots sont par rapport cette norme, tout comme les conomies dnergie. compter de 2012, les conomies dnergie des btiments BBC construits aprs 2012 sont donc non additionnelles, et celles des btiments A+ sont de 50 kWh/m2/an. Pour les prix des nergies, on utilise les hypothses suivantes (par kWh) : 6,5c TTC pour ltat et les EPA 5,3c HT pour les collectivits locales +10% de TVA. Concernant les importations (gaz et fioul), on considre une rpartition des conomies dnergie identique celles des usages domestiques, savoir : gaz fioul lectricit Volet tertiaire priv neuf Les entreprises bnficient dun dispositif damortissement acclr qui steint aprs 2013. Le surcot est alors la charge exclusive des entreprises. On suppose un prix de lnergie gal 6,5 cTTC/kWh pour valoriser les conomies dnergie. Volet rsidentiel priv neuf On suppose que les mnages financent leurs surcots grce la majoration du PTZ pour lacquisition dun logement neuf. Volet rnovation rsidentiel priv On suppose que les mnages financent leurs travaux laide de lco-PTZ. Volet rnovation social Lobjectif est de rnover les 800 000 logements avant 2016. Le cot de rnovation est suppos de 15 000 par logement, soit 200 /m2. Nous considrons les modes de financement suivant comme tant assur par ltat : subvention forfaitaire de ltat au taux de 20 % dgrvement de taxe foncire subventions ADEME Office HLM Une partie est la charge des entreprises, via le mcanisme des certificats dconomie dnergie. On considre ici que les mnages ne bnficient pas des conomies dnergie, qui reviennent ltat. Les travaux sont la charge de ltat et les mnages participent leur financement via leur facture nergtique qui ne change pas. Volet rnovation tertiaire priv Lobjectif est de rnover 3 160 000 m2 supplmentaires de 2009 2013, et compter de 2013 de rnover 28 440 000 m2 chaque anne. Le cot initial est suppos slever 300 /m2 de 2009 2013, puis diminuer progressivement de 5 % par an. Le cot est support par les entreprises mais aussi par les fournisseurs dnergie dans le cadre des certificats dconomie dnergie. 50 % 30 % 20 %

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 29

_________________________________

Annexe 2 : impact sur diffrentes variables macroconomiques dans le scnario 1cart au compte central en % PIB en volume Consommation des mnages Investissement des SNF et EI Exportations Importations Emploi salari (en milliers) Balance commerciale (en pt de PIB) DCOMPOSITION : Impact de l'augmentation des investissements cart au compte central en % PIB en volume Consommation des mnages Investissement des SNF et EI Exportations Importations Emploi salari (en milliers) Balance commerciale (en pt de PIB) 1 an 0,2 0,1 0,8 0,0 0,2 14 0,0 2 ans 0,4 0,2 1,6 0,0 0,4 49 -0,1 3 ans 0,7 0,4 2,4 0,0 0,7 93 -0,2 5 ans 0,9 0,7 3,2 -0,2 1,0 142 -0,3 10 ans 0,3 0,3 1,7 -0,5 0,7 29 -0,2 15 ans -0,5 -0,3 -0,6 -0,5 0,0 -104 -0,1 20 ans -0,3 -0,1 -0,2 -0,3 0,2 -33 -0,1 25 ans -0,2 -0,1 -0,2 -0,2 0,1 -26 -0,1 LT 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0 1 an 0,2 0,0 0,7 0,0 0,1 10 0,0 2 ans 0,4 0,0 1,4 0,0 0,2 33 0,0 3 ans 0,5 0,1 2,2 0,0 0,4 64 -0,1 5 ans 0,7 0,2 2,8 -0,1 0,6 93 -0,1 10 ans 0,0 -0,3 1,4 -0,2 0,2 -11 0,0 15 ans -0,6 -0,8 -0,7 -0,1 -0,4 -124 0,1 20 ans -0,2 -0,1 -0,1 0,1 0,1 -17 0,0 25 ans -0,1 0,0 -0,1 0,1 0,0 -10 0,0 LT 0,2 0,0 0,7 0,0 0,1 10 0,0

Hausse progressive annuelle de l'impt gnrique cart au compte central en % PIB en volume Consommation des mnages Investissement des SNF et EI Exportations Importations Emploi salari (en milliers) Balance commerciale (en pt de PIB) 1 an -0,0 -0,1 -0,1 -0,0 -0,1 -4 0,0 2 ans -0,1 -0,1 -0,1 -0,0 -0,1 -14 0,0 3 ans -0,1 -0,2 -0,2 -0,0 -0,2 -24 0,0 5 ans -0,2 -0,3 -0,3 -0,1 -0,2 -38 0,1 10 ans -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,0 -17 -0,0 15 ans -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,0 -13 -0,0 20 ans -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 0,0 0 -0,0 25 ans -0,0 0,0 -0,0 -0,0 0,0 1 -0,0 LT 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0

Impact du rachat des CEE via le prix de l'nergie cart au compte central en % PIB en volume Consommation des mnages Investissement des SNF et EI Exportations Importations Emploi salari (en milliers) Balance commerciale (en pt de PIB) 1 an -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -0 0,0 2 ans -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -1 0,0 3 ans -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -2 0,0 5 ans -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -2 0,0 10 ans -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -0,0 -1 0,0 15 ans -0,0 -0,0 -0,0 0,0 0,0 1 -0,0 20 ans 0,0 -0,0 -0,0 0,0 -0,0 0 0,0 25 ans 0,0 0,0 0,0 0,0 -0,0 0 0,0 LT 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0

Impact variation consommation des mnages et variation des importations/exportations d'nergie cart au compte central en % PIB en volume Consommation des mnages Investissement des SNF et EI Exportations Importations Emploi salari (en milliers) Balance commerciale (en pt de PIB) 1 an -0,0 -0,0 -0,0 0,0 -0,0 -0 0,0 2 ans -0,0 -0,0 -0,0 0,0 -0,1 -1 0,0 3 ans -0,0 -0,1 -0,0 0,1 -0,1 -3 0,1 5 ans -0,1 -0,2 -0,1 0,2 -0,2 -8 0,1 10 ans -0,2 -0,5 -0,2 0,4 -0,5 -19 0,3 15 ans -0,0 -0,4 -0,0 0,5 -0,4 -6 0,2 20 ans 0,1 0,0 0,1 0,4 -0,1 16 0,2 25 ans 0,1 0,2 0,1 0,0 0,1 15 0,1 LT 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 30

_________________________________

CHAPITRE 3 : VOLET NERGIES RENOUVELABLESPhilippe BRIARD, Marie-Laure GUILLERMINET, Caroline KLEINLors du Conseil europen des 8 et 9 mars 2007, les 27 pays de lUnion Europenne (UE) se sont accords sur lobjectif contraignant de porter 20 % la part de lnergie produite partir de sources renouvelables dans la consommation finale brute dnergie de lUE lhorizon 202034. Suivant les prconisations du comit oprationnel 10 du Grenelle Environnement (le Comop 10), la loi n2009-967 du 3 aot 2009 de programmation relative la mise en uvre du Grenelle de lenvironnement, dite loi Grenelle I, a fix 23 % la part dnergies renouvelables (ENR) dans la consommation nergtique atteindre en 2020, soit une production de 36 millions de tonnes quivalent ptrole (Mtep) contre 16 Mtep aujourdhui. Cet objectif correspond celui de la Directive europenne 2009/28/CE relative la promotion de l'utilisation de l'nergie produite partir de sources renouvelables du 23 avril 2009 qui dtermine la rpartition entre tats membres de lobjectif fix au niveau europen. Les sources renouvelables sont utilises dans la production de trois types dnergie :

-

-

-

la chaleur partir dquipements utilisant o de la biomasse sylvicole ou agricole (y compris le biogaz), o de lincinration dordures mnagres (en faisant appel aux Units dIncinration dOrdures Mnagres, UIOM), o de la gothermie, o des pompes chaleur (y compris gothermiques), o des capteurs solaires thermiques (pour leau chaude sanitaire et / ou pour le chauffage avec un plancher solaire direct par exemple), o ainsi que la chaleur coproduite en mme temps que llectricit par les cognrations partir de biomasse et de biogaz ; llectricit partir doliennes terrestres et maritimes, de panneaux photovoltaques et de centrales solaires au sol, de barrages hydrolectriques, de centrales lectriques ou de cognrations partir de biomasse et de biogaz ; lnergie consomme dans le secteur des transports produite partir de biocarburants.

Le Conseil europen de mars 2007 na pas spcifi dobjectif concernant les usages lectrique et thermique de ces nergies mais a fix un taux par tat membre de 10 % dincorporation des biocarburants dans la consommation dessence et de gazole. Dans la Directive europenne 2009/28/CE, ce taux comprend galement llectricit produite partir de sources renouvelables (article 3, alina 4-b) et consomme dans les transports. Le respect de ces objectifs est techniquement trs difficile (cf. la page 10 du rapport du Comop 10). Il ncessite un dveloppement massif des investissements des mnages et des entreprises dans des moyens de production partir de sources renouvelables qui, compte tenu des limites des gisements les plus productifs et de la faible rentabilit des autres filires renouvelables dans le cadre des technologies actuelles, suppose un soutien financier public et/ou des prix des nergies fossiles trs levs. Le volet ENR du Grenelle35 prsente donc des enjeux conomiques importants en raison des investissements et des cots engags mais aussi des transformations du secteur nergtique quil implique et de ses effets indirects sur lconomie franaise. Ce chapitre propose une valuation de limpact macroconomique de la mise en uvre du volet ENR du Grenelle. Lvaluation sappuie sur les prconisations du Comop 10 qui dterminent la rpartition des investissements entre les diffrentes sources dENR. Les chroniques dinvestissement partir de 2009 permettant datteindre lobjectif fix par le Grenelle sont issues des exercices de 2009 de Programmation Pluriannuelle des Investissements (PPI) de production dlectricit et de chaleur. Ces chroniques nous permettent dtablir un premier scnario dinvestissement dit Grenelle dans lequel le financement des mesures de soutien linvestissement et les variations du prix de lnergie quelles impliquent sont galement pris en compte.

34 Ont galement t fixs un objectif contraignant de rduction dau moins 20 % des missions de gaz effet de serre dici 2020 par rapport 1990 et un objectif indicatif de baisse de la consommation dnergie de 20 % par rapport au scnario tendanciel en 2020. 35 Les mesures ENR du Grenelle Environnement dans les btiments, lexception du solaire photovoltaque, sont galement reprises dans le Plan Btiment. Le Plan Btiment a t lanc en janvier 2009 pour mettre en uvre le Grenelle de lenvironnement dans lensemble du secteur du btiment.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 31

_________________________________

Il apparat que lobjectif de 23 % dENR peut tre atteint un cot direct moindre pour les contribuables et les consommateurs par une rpartition diffrente des investissements entre les sources dENR possibles. Nous constatons par exemple que, dans les estimations du Grenelle par la DG Trsor, le solaire thermique et le photovoltaque reprsentent environ 6,6 % de la croissance des ENR (soit prs de 1,23 Mtep) mais prs de 50 % du cot total du programme Grenelle (15,6 milliards deuros, Md) entre 2009 et 2020. Pour cette raison, dans le prolongement du scnario Grenelle initial analys par le Comop 10, nous avons labor deux autres scnarios plus efficients en termes de cots mais permettant datteindre le mme objectif36. Un quatrime scnario, dit nuclaire + ENR non lectriques , substituant aux ENR dans le secteur lectrique des investissements dans le nuclaire, est construit des fins de comparaison afin danalyser le cot dopportunit dun investissement consquent dans les ENR. partir des diffrents scnarios dfinis, nous simulons grce au modle macroconomtrique Msange37 limpact sur lconomie franaise du surcrot dinvestissements et de cots lis au volet ENR du Grenelle Environnement . Il sagit dun exercice dans lequel les objectifs du Grenelle sont supposs effectivement raliss : il ne cherche donc pas savoir si les mesures incitatives, actuelles et envisages, sont rellement suffisantes pour atteindre cet objectif de 23 % dENR lhorizon 2020. Il existe de nombreuses valuations de leffet du Grenelle et du dveloppement des ENR sur lconomie franaise. LADEME - In Numeri (2008 et 2009), le Boston Consulting Group (2009), le projet europen MITRE (2005) et Quirion et Demailly pour la WWF (2009) proposent notamment des chiffrages fonds sur des calculs de contenus en emploi, approche insuffisante38 car ne prenant pas en compte lexistence de rigidits sur le march du travail et des effets de bouclage macroconomique. Coe-Rexecode (2009) a pour sa part valu limpact macroconomique du dveloppement de deux filires ENR (olienne et photovoltaque). Il ressort ainsi que lapport de notre tude est de couvrir la totalit des filires ENR en tenant compte de mcanismes souvent ignors dans les tudes publies sur le sujet : notre approche permet de considrer les diffrents effets dviction, de bouclage macroconomique ainsi que le cot du financement des mesures du Grenelle. Toutefois, les effets des investissements nationaux (cration de nouvelles filires dans le secteur de lnergie par exemple) sur le progrs technologique comme sa possible diffusion dans le reste de lconomie ne sont pas pris en compte, ceux-ci tant difficiles valuer. La premire section de ce chapitre expose les scnarios et hypothses retenus, ainsi que les choix de modlisation. Les deuxime et troisime sections prsentent respectivement les rsultats macroconomiques des quatre scnarios et les tests de sensibilit. La dernire section conclut.

1. Description des quatre scnarios retenus : les objectifs de production par filireLes donnes des PPI de production dlectricit et de chaleur nous ont permis de construire un premier scnario dit Grenelle qui recense lensemble des investissements en ENR prvus par le Grenelle. Deux scnarios diffrents, variante Grenelle et MDP , sont galement envisags. Les scnarios proposs permettraient datteindre le mme objectif de 23 % dENR sur la base dune rpartition diffrente des investissements entre les sources dENR. Les choix de renforcer ou dliminer certaines filires dans ces deux scnarios reposent sur le classement relatif des filires entre elles donn par les cots complets des diffrents modes de production dnergie considrs (cf. le rapport de Pyry de 2008, page 13) et par les cots dabattement des missions de gaz effet de serre grce aux diffrentes filires ENR (cf. World Energy Outlook de lAIE de 2009, page 284). Comme les cots complets dimensionnent les aides des nergies renouvelables (subventions et tarifs garantis de rachat dlectricit impos aux oprateurs), ces deux scnarios entranent non seulement des investissements moindres en valeur pour les mnages et les entreprises, mais galement des cots de soutien moindres pour les consommateurs et les contribuables.

Dautres institutions, par exemple le Centre dAnalyse Stratgique (CAS) ou le Syndicat des nergies Renouvelables (SER), ont dj prsent des scnarios diffrents du scnario Grenelle prvoyant un dveloppement diffrenci pour chaque type de source dnergie. 37 Cf. Klein et Simon (2010), Le modle Msange, nouvelle version restime en base 2000 , Document de travail de la DG Trsor. 38 Cf. pour plus dexplications les pages 4 et 5 de la note de veille n164 du CAS (2010).

36

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 32

_________________________________

Enfin, un quatrime scnario dit nuclaire + ENR non lectriques intgrant la construction de deux nouveaux racteurs pressuriss europens, EPR, en remplacement des nergies renouvelables lectriques est galement prsent. Ce choix se base galement sur les cots dabattement des missions de gaz effet de serre des diffrentes filires du secteur lectrique (cf. World Energy Outlook de lAIE de 2009, page 284). Ce scnario, qui porte la part des nergies renouvelables dans la consommation nergtique seulement 12 %, est modlis titre de comparaison. Nous prsentons les quatre scnarios tudis en cart par rapport un scnario de rfrence tendanciel qui intgre la contribution des ENR dans la consommation finale qui aurait t atteinte sans le Grenelle en prolongeant les tendances passes39. Daprs nos hypothses, une production additionnelle de 2 Mtep dENR thermiques aurait t atteinte en 2020 (contre 20 Mtep dENR prvues par la loi, cf. le tableau 1 pour la dcomposition de cet objectif par filire).

1.1. Le scnario Grenelle Le scnario 1, Grenelle , est le scnario principal correspondant au scnario du Comop 10, lexception de lhydraulique dont les perspectives de dveloppement retenues sont celles de la PPI de production dlectricit40. Alors que pour 2020 le Comop 10 retient un objectif de production annuel de 7 trawattsheure (TWh) pour un investissement total de 2 500 MW (cf. page 9 du rapport du Comop10), la PPI de production dlectricit retient une production annuelle de 3 TWh pour un investissement total de 3 000 MW (cf. page 70 du rapport de la PPI de production dlectricit). De plus, la production des filires lectriques, ainsi que la chaleur coproduite par les cognrations partir de biomasse, a t calcule partir du rapport de 2008 de la Direction Gnrale de lnergie et du Climat (DGEC), Synthse publique de ltude des cots de rfrence de la production lectrique : elle correspond mais nest pas strictement gale la production de chacune de ses filires du rapport du Comop 10. la diffrence du rapport du Comop 10, ce scnario et les suivants prsentent de faon agrge certaines filires41 dENR thermiques ainsi que la chaleur coproduite par les centrales lectriques partir de biomasse, parce quelles sont dveloppes dans le cadre du fonds chaleur renouvelable ou Fonds Chaleur, cr en dcembre 2008 par lADEME (Agence de l'Environnement et de la Matrise de l'nergie). Enfin, diffrentes filires ne sont pas considres ici, bien que contribuant lobjectif dtermin dans le rapport du Comop 10 de 20 621 ktep en 2020, car elles sont dveloppes dans une logique de recherche et dveloppement et non de dploiement.

1.2. Le scnario variante Grenelle Le scnario 2, variante Grenelle , reste relativement proche du scnario Grenelle . Nous considrons que 1,35 Mtep solaires (thermique et photovoltaque) prvues sont remplaces par environ 335 ktep hydrauliques supplmentaires, combines prs de 506 ktep supplmentaires produites par des pompes chaleur42 (soit 74 000 appareils supplmentaires par an entre 2012 et 2020) et 506 ktep supplmentaires produites par des rseaux de chaleur43 via le Fonds Chaleur. Les technologies dnergie solaire thermique et photovoltaque prsentent les cots complets les plus levs. Il est donc plus efficace en termes de cot de prfrer la production dnergie solaire thermique et photovoltaque (soit prs de 1,23 Mtep en cart au scnario de rfrence) lexploitation du potentiel hydraulique supplmentaire, ainsi que la production additionnelle partir des pompes chaleur et des rseaux de chaleur (via le Fonds Chaleur).

Dans ce scnario de rfrence, aucune nouvelle politique en faveur des ENR nest mise en uvre et aucun nouvel investissement dans le nuclaire, autre que ceux dj programms, nest ralis. 40 Les PPI de production dlectricit et de chaleur ont fait lobjet de deux arrts du 15 dcembre 2009. 41 Il sagit de la biomasse (collectif et industrie), de la gothermie profonde et intermdiaire, du solaire collectif, de la part ENR des usines d'incinration d'ordures mnagres (UIOM), du bois DIB et du biogaz. 42 Conformment au considrant 31 de la Directive 2009/28/CE, cest lnergie renouvelable qui est comptabilise ici, i.e. lnergie utilisable totale nette de lnergie utilise pour faire fonctionner les pompes chaleur. Ce considrant nonce en effet que : Les pompes chaleur permettant lusage de la chaleur (arothermique, gothermique ou hydrothermique) un niveau de temprature utile ont besoin dlectricit ou dune autre nergie auxiliaire pour fonctionner. Lnergie utilise pour faire fonctionner des pompes chaleur devrait ds lors tre dcompte de la chaleur utilisable totale. Seules devraient tre prises en compte les pompes chaleur dont le rendement dpasse significativement lnergie primaire requise pour leur fonctionnement. 43 Nous ne tenons pas compte des contraintes lies la biomasse mobilisable, ni aux priodes de demande de pointe dans le secteur lectrique.

39

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 33

_________________________________

Par ailleurs, la PPI de production dlectricit (2009) signale un potentiel de dveloppement de lhydraulique de 7 TWh dans un scnario volontariste44, alors quelle value le potentiel de dveloppement de capacit de production de pointe entre 2 et 3 GW lhorizon 2020. Ainsi nous considrons que la production de lhydrolectricit augmente conformment au scnario volontariste jusquau montant estim 600 ktep, sans investissement supplmentaire (la puissance installe supplmentaire reste gale 3 GW comme dans le scnario Grenelle ).

1.3. Le scnario MDP La France peut atteindre son objectif de production dENR en investissant ltranger plutt que sur le territoire national. Le scnario 3, MDP , explore cette opportunit. La Directive europenne 2009/28/CE nautorise le recours des investissements raliss ltranger que sous rserve de la consommation de cette nergie au sein de lUnion Europenne, i.e. sous rserve de son rapatriement en Europe. Cette contrainte implique notamment des interconnexions dont les cots sont difficiles mesurer. Cette option ne peut donc tre value ici. Pour pouvoir tudier lopportunit du recours linvestissement ltranger, nous avons envisag le recours des mcanismes dachat de garanties dorigine lextrieur de lUE sur le modle des mcanismes de dveloppement propre (MDP) prvus par le protocole de Kyoto. Ce systme permet, conformment la Directive, la traabilit des ENR usages thermique ou lectrique45 et donc latteinte des objectifs de production dENR, mais nimpose pas en revanche limportation physique de lnergie produite (on peut ainsi en estimer les cots et procder une valuation). En thorie, le recours aux garanties dorigine permet de relcher la contrainte sur linvestissement et la production dENR en France tout en liminant le risque dune explosion des cots associs lobjectif trs ambitieux fix pour le dveloppement des ENR : compte tenu de lobjectif de 23 % et de la mobilisation de toutes les filires ENR, le cot marginal de dveloppement des nergies nouvelles en France est en effet trs nettement suprieur au cot de dveloppement de projets hors UE. Lintrt dun soutien linvestissement dans les ENR en dehors de lUE semble en revanche rduit du point de vue de la scurit nergtique46 et des effets dentranement sur lconomie domestique potentiellement lis linvestissement. Dans le scnario MDP , les investissements du Grenelle les moins efficaces car les plus coteux pour latteinte de lobjectif sur le plan national ne sont pas raliss mais sont remplacs par des projets mobilisant des sources dnergie renouvelables raliss ltranger, pour un cot plus faible. Ltat les finance hauteur du surcot pour en acqurir les garanties dorigine, atteignant ainsi indirectement lobjectif de 23 % dENR (la part des sources dnergie renouvelables implante sur le territoire national atteint alors presque 16 % de lnergie finale consomme) : - les garanties dorigine achetes dans le cadre des MDP reprsentent dans ce scnario 6,4 Mtep (soit prs de 34 % de lobjectif de 23 % dENR dans le mix nergtique) en cart au scnario de rfrence ; - en contrepartie, par rapport au scnario Grenelle , sont exclues des dveloppements sur le territoire franais les technologies suivantes : le solaire thermique individuel, le solaire photovoltaque, lolien maritime et la biomasse lectrique qui comprend aussi la cognration partir de biomasse (lectricit mais aussi chaleur coproduite) pour une production quivalente 6,4 Mtep en cart au scnario de rfrence.

Voir en pages 69 et 70 du rapport de la PPI de production dlectricit. Cependant, diffrents participants sont intervenus dans le Comop 10 pour souligner lexistence de rservoirs suprieurs ceux mentionns par le scnario Grenelle (600 ktep). 45 Daprs larticle 15 de la Directive 2009/28/CE. 46 Dans certains cas, les nergies nouvelles ne prsentent pas davantages, en termes de scurit nergtique, par rapport aux sources dnergies conventionnelles (par exemple lorsque lolien se substitue au nuclaire, ou porte atteinte la sret du rseau).

44

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 34

_________________________________

1.4. Le scnario nuclaire + ENR non lectriques Dans le scnario 4, nuclaire + ENR non lectriques , la production supplmentaire dlectricit partir dENR est remplace en partie par de la production nuclaire, via deux nouvelles centrales EPR. Ces deux EPR construits pour entrer en service en 2016 et 2017 permettent de fournir une production moindre que celle des ENR du secteur lectrique telle quenvisage dans le scnario Grenelle . Le dveloppement des ENR est alors uniquement ralis pour les usages thermiques et les biocarburants ; les entreprises supportent 90 % de linvestissement pour produire des biocarburants47, le reste des investissements tant supports par les mnages. La production des ENR thermiques diminue parce la chaleur coproduite par les cognrations partir de biomasse nest plus valorise. Toutes les filires ENR lectriques sont remplaces par du nuclaire. Les ENR atteignent alors prs de 12 % de la consommation finale lhorizon 2020 (soit 27 Mtep au total). Ce scnario est construit titre comparatif48 afin de mesurer le cot dopportunit dun investissement consquent en ENR.

Nous supposons que la dfiscalisation des biocarburants reprsente le cot dinvestissement supplmentaire ncessaire pour les produire plutt que de lessence ou du gazole. 48 En toute rigueur, il conviendrait de prendre galement en compte le fait que le nuclaire peut conduire des baisses du prix de march de llectricit, ou des hausses de dividendes pour ltat si EDF ralise ces investissements. Nous faisons nanmoins lhypothse ici que le renforcement du nuclaire naura pas dimpact sur le prix moyen de llectricit. Nous avons fait une variante dans laquelle nous faisons lhypothse dune baisse de prix moyen (en nous inspirant du cas de lExeltium, un consortium dindustriels lectro-intensifs, qui aurait ngoci un accs 130 TWh pour un tarif de 42 le MWh sur 24 ans daprs Les Echos du 21 septembre 2009) qui aboutit des rsultats de croissance peine plus levs. Nous ne la prsentons pas ici.

47

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 35

_________________________________

Tableau 1 : objectif de production dnergie non carbone en 2020, dans le scnario 1 ( Grenelle ) et les trois autres scnariosSituation en 2020, selon le scnario du Grenelle 36 552 19 745 7 400 9,012 1 600 1,918 817 4,103 9 928 2 383 12 807 258 3 591 + 1 599 547 1 192 3 320 593 (3 000 MW) 3 591 + 1 599 0 1 192 3 320 7 187 6 975 2 383 2 383 7 883 8 389 4,018 5 500 0 3 849 258 3 591 + 0 0 0 3 320 800 0 0 1 400 1,843 1 906 2,509 1 400 1,843 0 3,262 0 3,262 0 3,262 10 083 10 295 6 900 7 700 0 3,262 1 400 1,843 800 4,018 5 500 0 6 404 0 0 0 0 20 590 20 590 20 590 17 424 Supplment raliser Scnario 1 Grenelle Supplment Supplment Supplment raliser Supplment ralis raliser raliser Scnario 4 Nuclaire + dans le scnario de Scnario 2 variante Scnario 3 MDP ENR non lectriques rfrence Grenelle 2 036 2 036 0 2,074 911 0,936 117 0,6 1 008 0 0 0 0 0 0 0

(en ktep)

Situation en 2006

Total dont

15 962

1. Chaleur

9 662

Bois individuel en milliers de logements

7 400 5,75

Pompe chaleur individuelle (PAC) en milliers de logements

200 0,075

17

Solaire thermique individuel (eau chaude sanitaire) en milliers de logements

0,085

Fonds Chaleur dont

2 045

Biomasse chaleur cognration

0

2. lectricit

5 620

Hydrolectricit

olien terrestre et en mer

Solaire Photovoltaque

Biomasse dont biogaz et part ENR UIOM 4 000

5 200 5 458 (25 000 MW) (28 000 MW) 180 + 0 3 771 + 1 599 (1 600 + 0 MW) (17 400 + 6 000 MW) 0 547 (5 370 MW) 240 (460 MW) 1 432 (2 310 MW)

Nuclaire

-

3. Biocarburants

680

6 404 (2 900 MW) 3 320

6 521 4. Production des projets mobilisant des sources dENR ltranger Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Dans le scnario Grenelle , entre 2006 et 2020, la production totale dnergie renouvelable augmenterait de 20 590 ktep. La production de chaleur partir dENR contribuerait hauteur de 10 083 ktep cet objectif, et sagissant de la production de chaleur, la filire biomasse chaleur cognration contribuerait pour 2 383 ktep.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 36

_________________________________

2. Les hypothses de modlisationLes quatre scnarios sont simuls laide du modle MSANGE. Msange est un modle macroconomtrique trois secteurs (marchand manufacturier, marchand non manufacturier et non marchand) utilis pour valuer limpact de politiques conomiques sur lconomie franaise. Le secteur de lnergie, inclus dans le secteur non manufacturier du modle, ny est pas dtaill un niveau fin notamment concernant le contenu en emploi et en imports dans les filires dnergie renouvelable. Les quatre scnarios font essentiellement intervenir les hypothses suivantes. Les mnages et les entreprises investissent progressivement dans des moyens de production dnergies renouvelables (cf. sous-section 2.1)49. Ces investissements se concentrent essentiellement dans le secteur non manufacturier, plus intensif en main duvre et moins intensif en importations que la moyenne des investissements en France. - La consommation dnergie finale est suppose inchange par rapport au scnario de rfrence : seules les techniques de production sont diffrentes. Laugmentation de la production nationale dnergie partir de sources dnergie renouvelables saccompagne dune rduction des importations de gaz, de produits ptroliers et de charbon ainsi que dune augmentation des exportations dlectricit ; la production dlectricit ralise partir de sources dnergies non renouvelables est suppose diminuer denviron 33 %50 du montant de la production additionnelle dENR par rapport au scnario de rfrence. Daprs nos hypothses (dtailles en annexe 1), le volet ENR du Grenelle rduit donc la dpendance nergtique de la France et conduit une hausse de la production franaise dnergie. - La hausse de la production nationale dnergie se traduit par des crations demplois, hors effet de bouclage macroconomique. De plus, lintensit en main duvre du secteur est leve relativement lensemble de lconomie51. - La mise en uvre du Grenelle implique un certain nombre de mesures de soutien linvestissement des ENR : o Des subventions et aides publiques diverses sont attribues aux agents investissant dans les ENR (crdits dimpt, rduction de taxe intrieure de consommation sur les produits ptroliers (TIC) et Fonds Chaleur). Ltat finance ces dpenses via une hausse des recettes publiques (cf. sous-section 2.3). o Ces agents bnficient galement de tarifs garantis de rachat dlectricit produite partir de sources renouvelables. Les surcots lis ces tarifs sont rpercuts dans le prix de vente de llectricit aux consommateurs finals, via la Contribution au Service Public de llectricit, ou CSPE (cf. sous-section 2.2). Afin de tester la robustesse de nos rsultats, des tests de sensibilit ont t mis en uvre. Ils sont prsents en section 4. -

2.1. Les investissementsNous avons conserv le scnario de monte en puissance des investissements dans le temps et par filire retenu dans les exercices de PPI de production dlectricit et de chaleur. Linvestissement est considr comme rentable pour les entreprises et pour les mnages (condition sine qua non de sa ralisation), grce aux mesures de soutien aux nergies renouvelables : les crdits dimpts dune part et le prix de rachat garanti de llectricit dautre part (dtailles dans les parties 2.2 et 2.3). On fait les hypothses suivantes de rpartition des investissements entre les mnages et les entreprises.

En labsence de donnes nous permettant de les intgrer dans nos scnarios, nous ne prenons pas en compte ici les investissements des collectivits territoriales, bien quils soient mentionns (article 33 alina 1) dans le projet de loi portant sur lengagement national pour lenvironnement (Grenelle II), texte enregistr la Prsidence du Snat le 9 juillet 2009, cf. http://www.senat.fr/leg/pjl08-553.html. Ces investissements sont assimils ceux des entreprises. 50 Dans le secteur lectrique, les ENR se substituent 30 % du nuclaire et 40 % du thermique. Rappelons que 20 % des quipements de chauffage utilisant des sources renouvelables se substituent un chauffage lectrique (cf. Annexe 1 pour plus de dtails). Ainsi, par rapport au scnario de rfrence, 6,27 Mtep sur 18,75 Mtep se substituent de lnergie nuclaire et thermique, soit 33 %. 51 Dans le modle, la productivit par tte de la production dnergie correspond la productivit par tte de lactivit marchande non manufacturire.

49

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 37

_________________________________

- Les mnages investissent dans les quipements thermiques, les quipements solaires photovoltaques sur bti et consomment 10 % des biocarburants, ce qui correspond au ratio de leurs consommations dans la consommation totale dessence et de gazole. Sagissant des filires dveloppes dans le cadre du Fonds Chaleur de lADEME, nous supposons que les mnages ralisent la totalit des investissements, lexception de la chaleur qui est coproduite par les centrales lectriques partir de biomasse construites par les entreprises. Sous cette hypothse simplificatrice, les parts de production pour les mnages et les entreprises correspondent nanmoins globalement celles du rapport du Comop 10. Les mnages peuvent financer leur investissement dans les nergies renouvelables de deux faons, dune part en puisant dans leurs ressources financires (en dspargnant ou en sendettant), dautre part en rduisant partiellement leur investissement hors ENR (essentiellement les dpenses en biens immobiliers). Nous faisons ici lhypothse que les mnages ne rduisent pas leur investissement hors ENR, mais ne laugmentent pas non plus par la suite au moment o ils peroivent les conomies de facture nergtique ralises grce leur installation renouvelable : prcisment, nous supposons donc que laide (cf. la soussection 2.2) est dimensionne pour rendre le projet dinvestissement juste rentable. Linvestissement total des mnages augmente donc exactement du montant de leur investissement dans les ENR. - Les entreprises investissent dans les sources renouvelables dlectricit ( lexception simplificatrice du photovoltaque sur bti) qui comprennent lhydraulique, lolien terrestre et off-shore, la biomasse et le photovoltaque au sol. Elles consomment 90 % des biocarburants. Les entreprises financent leur investissement par lendettement ou lmission dactions et ne substituent pas ces investissements dautres. Nous ngligeons limpact de ce surcrot dinvestissement sur leurs contraintes de crdit et considrons que le cot de capital est inchang. Les hypothses sur les cots dinvestissement supports par les mnages et les entreprises sont dtailles dans lannexe 2. Elles sont ralises partir des donnes du Ministre de lcologie, de lnergie, du Dveloppement durable et de la Mer (MEEDDM), et notamment du rapport de 2008 de la DGEC, Synthse publique de ltude des cots de rfrence de la production lectrique . Nous reprenons galement la baisse de cots dans les filires des ENR retenue dans ce chapitre. Cependant, cette hypothse est sans doute optimiste : les volutions observes sur certaines filires (comme le solaire thermique) montrent quune politique ambitieuse dencouragement linvestissement sest parfois accompagne dune hausse du prix des technologies. Pour lnergie nuclaire, nous avons suppos que la dure de construction dun EPR est gale 8 ans et sa dure de vie est de 40 ans. Il est ce stade trs difficile dvaluer le cot dun EPR produit en srie. Selon EDF, le cot dinvestissement initial (construction et ingnierie) serait de 2 500 /kW pour lEPR de Flamanville pour la production en base (le cot affich pour le deuxime EPR est encore suprieur). Toutefois, ces valeurs correspondent aux premires units construites. Le cot des EPR ultrieurs devrait dcrotre sensiblement par un effet de srie. ce sujet, ltude 2003 de la Direction gnrale de lnergie et des matires premires, Cots de rfrence de la production dlectricit , indiquait, concernant les paliers antrieurs au N4 (type de racteur), que le surcot de la premire paire de tranches a t en moyenne de 25 % par rapport la moyenne du palier . En tenant compte de cette majoration de 25 % du cot valu par EDF pour Flamanville (2 500 /kW), nous obtenons un cot de 2 000 . Nous lui avons ajout les cots lis aux alas estims 100 /kW, ainsi quun cot de dmantlement qui revient 55 /kW52. Ainsi cette tude a pris pour hypothse un cot de construction et dingnierie de 2 155 /kW. Enfin, nous avons galement tenu compte des cots de pr-exploitation estims 84 /kW.

Le dmantlement est suppos intervenir 50 ans aprs la mise en service. En toute logique, il serait donc prfrable de le faire intervenir cet horizon. Or la question du prolongement des centrales 60 ans se pose actuellement (e.g. la Nuclear Regulatory Commission a dj autoris la prolongation de l'exploitation de certaines centrales 40 puis 60 ans). Pour cette raison, nous avons prfr actualiser ces cots et les intgrer au cot dinvestissement. Son cot est suppos slever 15 % de linvestissement initial et il est actualis au taux de 3 %.

52

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 38

_________________________________

Graphique 1 : impact ex ante des mesures sur linvestissement des mnages et des entreprises (cart en milliards deuros par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 2050 pour le scnario Grenelle 8 7 6 5 4 3 2 1 0

Investissement des entreprises en ENR (en flux annuel, Md) Investissement des mnages en ENR (en flux annuel, Md)

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : en 2014, dans le scnario Grenelle , les mnages investissent 6 Md et les entreprises 6,8 Md dans les ENR.

Graphique 2 : impact ex ante des mesures sur linvestissement (cart en milliards deuros par rapport au scnario de rfrence) pour les quatre scnarios envisags14 12 10 8 6 4 2 0 -2

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "Variante Grenelle" Scnario 4 "Nuclaire"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : en 2014, dans le scnario Grenelle , linvestissement augmente de 12,8 Md, dans le scnario variante Grenelle de 8,5 Md, dans le scnario MDP de 5 Md et dans le scnario Nuclaire + ENR non lectriques de 5,9 Md.

De 2009 2020, dans les scnarios Grenelle et variante Grenelle , linvestissement supplmentaire des mnages reprsente des flux annuels moyens compris entre 2,9 et 4,7 milliards deuros par an ; celui des entreprises est compris entre 4,3 et 5,3 milliards deuros. Dans le scnario MDP , le flux moyen dinvestissement des mnages est proche de celui du scnario variante Grenelle (2,3 Md/an) et le flux moyen dinvestissement des entreprises est infrieur environ de moiti celui des deux premiers scnarios (2,5 Md/an). Le flux moyen dinvestissement du scnario nuclaire + ENR non lectriques se situe entre ceux des deux premiers scnarios pour les mnages (3,8 Md/an) et est valu 0,8 Md/an pour les entreprises (voir le tableau 3 la fin de la section 1 et lannexe 2 pour plus de dtails). Au total en 2020, linvestissement total aura augment de 120 Md dans le scnario Grenelle , de 87 Md dans le scnario variante Grenelle , de 58 Md dans le scnario MDP et de 55 Md dans le scnario Nuclaire + ENR non lectriques (voir graphique 2). Au-del de 2020, lobjectif tant atteint, les investissements sinterrompent. Toutefois, le renouvellement des quipements induit un regain dinvestissement plus long terme ( partir de 2029). Nous avons suppos que les baisses de cots se poursuivent selon les rythmes supposs en 2020. Ainsi seules deux technologies, lolien off-shore et le photovoltaque sur bti, restent non rentables lors du renouvellement des quipements respectivement en 2029 et 2039 (la dure de vie du photovoltaque tant de 30 ans). ces dates apparat une nouvelle vague dinvestissement dans ces deux technologies, en diffrence par rapportLes Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 39

_________________________________

au scnario de rfrence. Ces deux technologies deviennent matures aprs 2050 et sont ds lors prises en compte dans le scnario de rfrence. Pour toutes les autres technologies, le scnario de rfrence les intgre lors de leur renouvellement en 2029 ou 2039 car elles sont devenues matures et nont donc plus besoin de soutien pour se dvelopper. Sur le long terme, linvestissement est donc identique celui du scnario de rfrence.

2.2. Le financement des mesures2.2.1. Financement par les prix de llectricit : la Contribution au Service Public de l'lectricit (CSPE)valuation des aides implicites via les tarifs de rachat Le volet ENR du Grenelle aura un impact sur les prix de llectricit en France via la hausse de la fiscalit lectrique rsultant des tarifs de rachat. En effet, l'article 10 de la loi n2000-108 du 10 fvrier 2000 relative la modernisation et au dveloppement du service public de l'lectricit prvoit que diverses installations puissent bnficier de l'obligation d'achat, par lectricit de France (EDF) ou par les distributeurs non nationaliss, de l'lectricit qu'elles produisent. Ce dispositif concerne les installations qui valorisent des dchets mnagers ou assimils, visent l'alimentation d'un rseau de chaleur, utilisent des nergies renouvelables ou mettent en uvre des techniques performantes en termes d'efficacit nergtique, telles que la cognration. Sous rserve de la ncessit de prserver le bon fonctionnement des rseaux et du respect de certaines conditions, EDF (ou lun des distributeurs non nationaliss) est tenu de conclure un contrat pour l'achat de l'lectricit bnficiant de l'obligation d'achat, si les producteurs intresss en font la demande. La dure de ces contrats est de 15 ans pour lolien terrestre et de 20 ans pour les autres filires concernes par le scnario Grenelle , savoir lhydrolectricit, lolien off-shore, la biomasse lectrique et le solaire photovoltaque sur bti et au sol. Afin de rentabiliser linvestissement dans les ENR, les tarifs dachat de llectricit53 conclus dans le cadre de lobligation dachat sont suprieurs au prix du march de gros de llectricit, suppos gal 60 /MWh, comme observ pour un prix du ptrole 62 $/baril. Les surcots entre tarifs dachat garantis et prix de gros sont dans un premier temps supports par les oprateurs historiques, EDF ou les distributeurs non nationaliss.Encadr : Hypothses sur les prix internationaux de lnergie Des hypothses de prix nergtiques sont ncessaires deux titres : pour estimer limpact des importations vites et/ou des exportations additionnelles ; pour mesurer le niveau des aides constitues par les tarifs de rachat. Nous faisons lhypothse que la mise en place dnergies renouvelables en France na pas dimpact sur le cot de lnergie au niveau mondial. Dans les quatre scnarios, les prix du ptrole, du gaz, du charbon et de llectricit sont conformes au scnario central du World Energy Outlook de lAIE de 2007, mais sont maintenus ici constants en valeur relle partir de 2009 (cf. tableau 2). Dans les quatre scnarios tudis, le prix du ptrole est ainsi suppos gal 62 $2009/baril sur lensemble de la priode de simulation. Le taux de change est pris gal 1,5 /$.

Tableau 2 : hypothses retenues sur les prix des nergies dans les quatre scnarios (constants partir de 2009)Ptrole 62 $2009/baril 454 $2009/tep Gaz 7,6 $2009/Million British thermal unit 300 $2009/tep Charbon 63 $2009 /tonne 102 $2009/tep lectricit sur le march de gros 60 2009/MWh 698 2009/tep

Source : World Energy Outlook de lAIE (2007)

53 Les tarifs dachat de llectricit sont diffrencis selon les filires ENR, qui ne sont pas toutes au mme degr de maturit. Ils sont fixs par les arrts des 10 juillet 2006 et 1er mars 2007 (cf. http://www.developpementdurable.gouv.fr/energie/renou/f1e_ren.htm). Pour la production dlectricit et la cognration partir de biomasse, nous avons retenu le prix moyen des 22 projets de centrales retenus par le MEEDDM l'issue de lappel doffres biomasse 2 lanc le 9 dcembre 2006. En effet, lobjectif fix par cette filire dans les PPI prcdentes na pas t atteint avec les tarifs dachat existants. Il tait justifi dans ce cas de lancer lappel doffre biomasse 2 dont le prix moyen est considr alors comme celui permettant de rentabiliser ces projets dinvestissement.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 40

_________________________________

Institue par la loi n2003-8 du 3 janvier 2003, la contribution au service public de l'lectricit (CSPE) vise leur compenser ces surcots. Cette contribution est due par tous les consommateurs finals d'lectricit au prorata des kWh consomms (sauf exceptions, exonration et/ou plafonnement) puis redistribues aux oprateurs historiques en fonction des surcots supports. Il faut noter toutefois que le niveau fix pour la CSPE est sujet controverses. Les charges de CSPE se sont leves en 2009 1,9 Md54, dont 50 % correspond aux surcots lis aux contrats dachat, et pourraient plus que tripler horizon 2020 si les objectifs Grenelle sont atteints et si les mesures publiques dincitation sont maintenues aux niveaux retenus ici. Or le recouvrement des charges de CSPE pose dj problme puisque la contribution qui serait ncessaire pour compenser les charges pour 2009, qui slve 5,8 /MWh, dpasse le plafond fix par la loi du 10 fvrier 200055. La contribution unitaire pour 2009 ayant t fixe 4,5 /MWh, le dficit de recouvrement induira un dfaut de compensation pour les oprateurs de service public qui ne sera combl qu partir de 2011. De mme, la contribution unitaire pour 201056 na pas volu et le surcot est encore la charge dEDF. Dans nos scnarios, les surcots des nergies bnficiant de tarifs dachats sont rpercuts au consommateur sur les 15 ou 20 annes suivantes. Les tarifs dachat garantis accroissent le prix de vente de llectricit via la CSPE ; ce mcanisme est assimil une augmentation du prix de llectricit et modlis comme une hausse des taxes sur la consommation dnergie des mnages et des entreprises. Au-del de 2020, seuls lolien off-shore et le photovoltaque sur bti, non rentables lors du renouvellement des quipements respectivement en 2029 et 2039, bnficient encore de tarifs dachat. Ces tarifs sont calculs chaque anne partir de la date du renouvellement de ces quipements pour tenir compte de la baisse des cots dinvestissement ; ainsi la rentabilit de ces quipements restent la mme quinitialement. - Impact sur les tarifs de rseau En raison de labsence destimation prcise, les prix de llectricit tels que modliss ici nintgrent pas daugmentation des Tarifs d'Utilisation des Rseaux Publics d'lectricit (TURPE) qui proviendrait de surcots de rseau (e.g. cot dinvestissement dans de nouvelles lignes ou de renforcement du rseau existants) lis au caractre plus dispers des technologies mises en place (comme par exemples le photovoltaque et lolien57).

2.2.2. Financement par les prlvements obligatoiresLa mise en uvre du volet ENR du Grenelle mobilise galement des aides budgtaires sous la forme de crdits dimpts58, de dfiscalisation des biocarburants (cf. pour plus de dtails sur ces deux premiers financements publics la loi n2008-1425 de finances pour 2009 du 27 dcembre 2008) et dabondement par ltat du Fonds Chaleur59 ; ce dernier a t cr afin daider financirement les entreprises, les collectivits et lhabitat collectif au dveloppement de la production de chaleur partir des nergies renouvelables (biomasse, gothermie, solaire ), par le remplacement dinstallations ou la mise en place de nouveaux quipements. Dans le scnario MDP , nous supposons que ltat finance, via le budget, lachat des garanties dorigine un cot gal au surcot de lolien terrestre, soit 25 /MWh entre 2009 et 2020. Au-del de 2020, ce surcot diminue pour devenir nul partir de 2029, en raison de la baisse des cots de la technologie olienne terrestre qui devient rentable cette date. Il convient de souligner que les aides publiques prises en compte ici sont uniquement celles qui ont un objectif de dploiement des diffrentes technologies. Nous ny intgrons donc pas les aides lies la recherche et dveloppement, savoir :

Le montant total des charges de CSPE pour 2009 slve en fait 2,2 Md, dont 1,9Md correspond aux charges prvisionnelles et 0,3Md la diffrence entre lvaluation des charges et leur montant rel pour les annes prcdentes. 55 Larticle 5 de la loi 2000-108 du 10 fvrier 2000 fixe ce plafond 7% du tarif rglement de vente 6kVA base hors abonnement, soit 5,5/MWh depuis la rvision tarifaire daot 2009. 56 Cf. http://www.cre.fr/fr/espace_operateurs/service_public_de_l_electricite_cspe/montant 57 Mme si cette dispersion reste matrise dans le cas de lolien terrestre du fait de la cration des zones de dveloppement de lolien. 58 Nous navons pas tenu compte des plafonds de crdits d'impt dveloppement durable. De plus, nous avons conserv les crdits dimpt aprs 2012, et ce taux constants, par simplification par rapport une valuation dun report sur la mesure dco prt taux zro. 59 Le montant annuel des aides budgtaires du Fonds Chaleur est valu, entre 2009 et 2011, partir des donnes de la Direction du Budget et du MEEDDM (cf. le dossier de presse Fonds Chaleur Bilan et Perspectives du 19 octobre 2009, http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=23403) et, partir de 2012, sur la base de lnergie la moins chre, savoir la biomasse.

54

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 41

_________________________________

-

-

1 Md en matire de recherche sur le dveloppement durable dici fin 2012 que ltat sest engag mobiliser dans le cadre du fonds de soutien aux dmonstrateurs industriels60 dans les domaines nergie/btiment/transport ; 2,5 Md pour les nergies renouvelables et dcarbones dans le cadre des dpenses davenir votes en janvier 2010.

Dans le scnario Grenelle , les mesures envisages pour le volet ENR reprsentent un cot total pour les finances publiques de 26,1 Md. Il varie entre 13,3 et 28,8 Md selon les diffrents scnarios. Dans le modle, lensemble des dpenses publiques ainsi calcules (crdits dimpt, dfiscalisation des biocarburants, abondement du Fonds Chaleur, achat des garanties dorigine) sont finances par une hausse de lensemble des prlvements obligatoires existants due proportion de leur poids actuel dans les recettes publiques61.

Graphique 3 : impact ex ante des mesures sur linvestissement, les prlvements obligatoires et les prix de llectricit (cart en milliards deuros par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 205014 12 10 8 6 4 2 0

Financement ncessaire pour les crdits d'impt (Md) Financement via la hausse du prix de l'lectricit (Md) Investissement total (Md)

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : en 2014, dans le scnario Grenelle , linvestissement augmente de 12,8 Md, alors que les financements par ltat et via la CSPE se montent respectivement 2,7 et 1,8 Md. Cf. lannexe 2 pour plus de dtails sur ce scnario Grenelle .

En conclusion, on rappelle nos estimations dinvestissement et de cot public, qui reposent sur des hypothses similaires celles de ltude du BCG (2009) quant la ralisation des objectifs du Grenelle.

60 61

Cr fin 2008, ce fonds est dot de 400 M sur quatre ans. Le financement est ralis ex ante et ne rintgre pas limpact sur les recettes publiques de la variation du PIB. Cet impact, ici positif, apparat au final comme trs faible et est donc nglig.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 42

_________________________________

Tableau 3 : caractristiques des quatre scnarios, en valeurs annuelles moyennes (milliards deuros 2008)Valeur annuelle moyenne, en cart par rapport au scnario de rfrence 2009-2014 2015-2020 2021-2028 2029-2050 2009-2050

scnario 1 : Grenelle Flux dinvestissements des entreprises Flux dinvestissements des mnages Financement par une taxe sur lnergie Financement par limpt Valeur ajoute supplmentaire dans la production nationale dlectricit Flux dinvestissements des entreprises Flux dinvestissements des mnages Financement par une taxe sur lnergie Financement par limpt Valeur ajoute supplmentaire dans la production nationale dlectricit Flux dinvestissements des entreprises Flux dinvestissements des mnages Financement par une taxe sur lnergie Financement par limpt Valeur ajoute supplmentaire dans la production nationale dlectricit Flux dinvestissement ltranger Flux dinvestissements des entreprises Flux dinvestissements des mnages Financement par une taxe sur lnergie 4,4 3,8 0,8 1,9 1,4 6,2 5,7 4,0 2,4 4,0 0,0 0,0 5,4 0,0 4,5 0,4 0,1 2,3 0,0 1,8 1,7 1,4 2,9 0,6 2,6

scnario 2 : variante Grenelle 3,7 2,5 0,5 1,2 1,4 4,9 3,4 2,4 1,1 3,9 0,0 0,0 3,1 0,0 4,4 scnario 3 : MDP 2,6 2,1 0,3 1,6 1,2 0,5 1,1 3,1 0,0 1,5 2,4 2,6 0,8 2,2 2,7 1,3 0,5 4,4 0,0 1,6 0,0 0,0 0,8 0,8 2,7 0,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,8 0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,7 0,7 0,3 0,7 1,5 0 0,2 1,1 0,0 0,4 0,0 1,3 0,0 1,7 1,5 0,8 1,7 0,3 2,5

scnario 4 : nuclaire + ENR non lectriques

0,4 Financement par limpt Valeur ajoute supplmentaire dans la 0,8 3,4 3,7 2,7 2,7 production nationale dlectricit Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En moyenne sur 20092014, dans le scnario 1 ( Grenelle ), le surplus dinvestissement annuel moyen des entreprises, par rapport au scnario de rfrence, est de 4,4 milliards deuros. Dans le scnario 2, linvestissement supplmentaire des entreprises est de 3,7 milliards deuros par an, en moyenne entre 2009 et 2014. Cf. lannexe 3 pour plus de dtails.

3. Rsultats des quatre scnarios centrauxLes estimations ralises au moyen du modle Msange permettent de comparer les quatre scnarios prsents ci-dessus que lon qualifiera de centraux dans la mesure o des variantes de modlisation seront prsentes dans la partie 4 sur la base dhypothses alternatives (par rapport lhypothse centrale prsente ci-dessus). Il rsulte des estimations que, parmi les trois premiers scnarios tudis, le scnario 1 Grenelle est le plus favorable moyen terme (voir le tableau 4, et les graphiques 4 et 5). Dans ce scnario, par rapport au scnario de rfrence, le PIB est plus lev de 0,4 % et lconomie compte 45 000 emplois supplmentaires aprs 10 ans. Le scnario 2 variante Grenelle donne quasiment les mmes rsultats cette date mais produit un effet dentranement globalement plus faible sur la priode 2009-2015. Le troisime scnario MDP , qui fait intervenir des investissements dans des pays tiers, est le moins favorable en termes de PIB et demploi en France : + 0,2 % pour le PIB et 23 000 emplois supplmentaires aprs 10 ans. Enfin, dans le quatrime scnario nuclaire + ENR non lectriques , le PIB est augment de 0,3 % et lemploi de 47 000 postes aprs 10 ans ; ce scnario devient le scnario le plus favorable partir de 2021.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 43

_________________________________

Tableau 4 : impacts macroconomiques des quatre scnarios tudis centrauxen % , en cart par rapport au scnario de rfrence 1 an 2009 2 ans 2010 3 ans 2011 5 ans 2013 10 ans 2018 15 ans 2023 20 ans 2028 30 ans 2038

scnario 1 : Grenelle PIB Emplois (milliers) 0,3 16 0,4 43 0,5 68 0,5 71 0,4 45 -0,3 -78 -0,2 -29 -0,2 -26

scnario 2 : variante Grenelle PIB Emplois (milliers) 0,2 13 0,3 35 0,4 56 0,5 66 0,4 49 -0,2 -45 -0,1 -14 -0,2 -23

scnario 3 : MDP PIB Emplois (milliers) 0,2 12 0,3 33 0,3 49 0,3 41 0,2 23 -0,2 -38 -0,1 -13 -0,1 -18

scnario 4 : nuclaire + ENR non lectriques PIB 0,2 0,2 0,3 0,3 0,3 -0,1 0,0 -0,1 Emplois (milliers) 37 47 -24 -1 -12 10 28 43 Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 10 ans, en 2019, dans le scnario 1 ( Grenelle ), le PIB est plus lev de 0,4 % par rapport au scnario de rfrence et il y a 45 000 emplois supplmentaires dans lconomie.

Dans ces quatre scnarios centraux, leffet prdominant entre 2009 et 2020 est celui des flux annuels dinvestissement, dont limpact sur le PIB (entre + 0,3 % et + 0,4 % selon les scnarios) et lemploi (entre 40 000 et 80 000 emplois selon les scnarios) est maximal autour de 2015 (voir rsultats dtaills en annexe 4). trs court terme, limpact du scnario 1 Grenelle est le plus fort, car il met en jeu les investissements les plus importants62. La hausse de la production domestique dnergie, en lien avec la diminution des importations de matires premires nergtiques et laugmentation des exportations dlectricit, a un impact positif sur le PIB et lemploi qui monte progressivement en rgime. Simultanment, la hausse de limposition et laugmentation du cot de llectricit (via sur la CSPE) psent sur le revenu des mnages et lactivit. partir de 2019, le scnario 2 variante Grenelle est aussi favorable que le scnario Grenelle bien quil induise des niveaux dinvestissement plus faibles car il vite les investissements les moins rentables et permet donc une moindre augmentation de limpt et de la facture lectrique des consommateurs. Au bout de douze ans, dans les trois premiers scnarios, la production dnergies renouvelables atteint son niveau stationnaire ; limpact positif sur le PIB est quasi nul en 2020, juste avant la forte rduction des flux dinvestissement. partir de 2020, limpact macroconomique des quatre scnarios devient ngatif car les investissements sarrtent ; ne demeurent que les effets inflationnistes quils ont gnrs (hausse des prix et des salaires en raction la hausse de la demande) et limpact rcessif de laugmentation de limposition. Cet impact ngatif se prolonge en sattnuant. Sur le trs long terme, limpact sera nul, car aucune modification nest permanente (on revient vers le scnario de rfrence). La dynamique de moyen-long terme sexplique par la composition de diffrents impacts : laugmentation de la valeur ajoute dans la production dlectricit domestique, en lien avec la baisse des importations de matires premires nergtiques (effet positif qui sattnue progressivement puis sannule), laugmentation de linvestissement dans le secteur de lnergie, afin de maintenir les capacits de production en ENR et/ou en nergie nuclaire (effet positif qui sattnue progressivement puis sannule),

-

En effet, limpact macroconomique dun investissement ponctuel des entreprises est maximal court terme, par son effet sur la demande ; cet effet se rduit rapidement : pour un investissement temporaire de 1 milliard deuros au cours de lanne 1, limpact sur le PIB est de + 0,9 milliard lanne 1, de + 0,1 milliard la seconde anne, et il est quasiment nul les annes suivantes. Ne demeure alors que leffet offre des investissements, de moindre ampleur.

62

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 44

_________________________________

-

laugmentation des impts et du prix de llectricit via la CSPE dont lampleur nest maximale quen 2020 (cf. graphique 3), et dont leffet ngatif prdomine sur le moyen-long terme sattnue galement sur le long terme puis sannule.

Graphique 4 : impact sur le PIB des quatre scnarios, entre 2009 et 2050, et sur le long terme0,7

0,5

0,3

0,1

-0,1

-0,3

-0,5

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, le PIB est plus lev de 0,6 % dans le scnario Grenelle , de 0,4 % dans le scnario variante Grenelle , de 0,3 % dans le scnario nuclaire + ENR non lectriques et de 0,2 % dans le scnario MDP , par rapport au scnario de rfrence.

Graphique 5 : impact sur lemploi des quatre scnarios, entre 2009 et 2050, et sur le long terme100 80 60 40 20 0 -20 -40 -60 -80 -100

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, 76 000 emplois supplmentaires sont crs dans le scnario Grenelle , 62 000 dans le scnario variante Grenelle , 30 000 dans le scnario nuclaire + ENR non lectriques , et 23 000 dans le scnario MDP , relativement au scnario de rfrence.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 45

_________________________________

4. Tests de sensibilitLes tests de sensibilit nous permettent dapprhender la robustesse de nos rsultats, lorsque les hypothses de modlisation et de chiffrage des mesures simules sont modifies. En effet, un certain nombre de variables, centrales dans lvaluation, sont mal connues et mritent dtre discutes. Nous tudions la rponse de notre modlisation aux variantes suivantes : Modification du scnario de rfrence concernant la projection des investissements dans les ENR ; Prise en compte des investissements vits grce aux investissements en ENR ; Effet dapprentissage plus faible ; Contrainte budgtaire des mnages qui pse sur leurs investissements ; Modification du niveau des subventions publiques, du fait dun prix mondial de lnergie plus lev ou du pourcentage dquipements raliss sur bti dans lobjectif assign au solaire photovoltaque ; - Financement public par limpt plutt que par la CSPE. Les scnarios Grenelle et variante Grenelle restent les plus intressants moyen terme sous ces autres hypothses de modlisation. -

4.1. Variantes sur le niveau dinvestissement4.1.1. En cart par rapport au scnario de rfrence, et jusquen 2020 seulement, les rsultats des scnarios sont plus favorables sur lactivit si une part des ENR programms navait pas t ralise sans le Grenelle priori, nous avons sous-estim le scnario de rfrence : les investissements, voire la politique de soutien, aux ENR thermiques et aux biocarburants auraient pu tre plus levs mme sans loi Grenelle. En revanche, les investissements lectriques de ce scnario de rfrence sont probablement correctement estims car nous nous sommes bass sur le rapport de 2006 Programmation pluriannuelle des investissements de production lectrique Priode 2005-2015 pour ltablir. Pour essayer danalyser limpact du choix de scnario de rfrence, nous avons test a contrario le cas o aucun investissement dans les ENR thermiques nest ralis dans un scnario de rfrence alternatif (qui dcrit ce qui se serait produit en labsence du Grenelle). Puisque les scnarios sont construits par diffrence au scnario de rfrence choisi, les investissements ncessaires pour atteindre le niveau de production dnergie lhorizon 2020, savoir 20,6 Mtep dans les trois premiers scnarios et 17,4 Mtep dans le scnario nuclaire + ENR non lectriques , sont plus levs que ceux prsents dans les scnarios centraux. Les soutiens publics et les conomies dimportations dnergie sen trouvent galement augments. Le scnario Grenelle est alors lgrement plus positif court terme et plus ngatif moyen terme.

Graphique 6 : impact sur le PIB dans le scnario Grenelle selon le scnario de rfrence choisi0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Grenelle sans ENR dans le scnario tendanciel

Grenelle central

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2020, le PIB est plus lev de 0,35 % dans le scnario Grenelle , alors quil ltait de 0,31 % dans le scnario central Grenelle , par rapport un scnario de rfrence diffrent selon quil incorpore ou non des ENR thermiques.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 46

_________________________________

4.2. Linvestissement vit en cycles combins au gaz (CCG) est pris en compte dans les scnariosDans ce test, nous nous intressons la diminution possible de linvestissement en CCG dans le secteur lectrique63. Nous considrons que la rduction de lusage du gaz dans le secteur lectrique du fait du Grenelle pourrait induire une baisse des investissements dans les capacits conventionnelles fonctionnant au gaz. Il nen va pas de mme des centrales nuclaires, ou des centrales fonctionnant au charbon ou au fioul64. En effet, daprs la PPI de production dlectricit (2009) dtaille dans le rapport du RTE (2009), linvestissement en ENR ne rduit pas les besoins en nouvelles capacits nuclaires (i.e. les deux EPR de Flamanville et de Penly) mais devrait entraner la rduction des dures de fonctionnement, voire larrt de centrales fonctionnant au charbon. Pour calculer linvestissement vit en CCG, nous avons pris linvestissement unitaire en CCG permettant de produire les conomies dimportations en gaz ralises dans le secteur lectrique. La baisse de linvestissement dans le secteur lectrique hors ENR minore le surplus dinvestissement total raliss dans les quatre scnarios par rapport au scnario de rfrence (le montant dinvestissement dans les ENR tant inchang). Les soutiens publics et les conomies dimportations dnergie ne sont quant eux pas modifis. Cette baisse des investissements dans llectricit non renouvelable est ngligeable au regard des surcrots dinvestissement dans les ENR. Dans le scnario Grenelle , on peut ainsi estimer 1,2 Md entre 2009 et 2014 la baisse de linvestissement des entreprises en CCG pour 49 Md investis dans les ENR au total. Ds lors, les rsultats macroconomiques ne sont pas significativement diffrents.

4.3. Variante sur les cots dinvestissement : leffet dapprentissageNous supposons dans ce test que leffet dapprentissage (sur la baisse des cots et lamlioration de la production du solaire photovoltaque) est plus faible que celui suppos dans les scnarios centraux. Dans les scnarios centraux, les cots des ENR sont supposs diminuer sur toute la priode dobservation, hypothse que nous levons ici. Ainsi, de faon simplificatrice, nous supposons quau-del de 201065, les prix des ENR sont constants et linvestissement dans les ENR reste non rentable. De plus, afin de garantir la production de 20,6 Mtep dnergies renouvelables, les subventions publiques sont maintenues leur niveau initial. Si aprs 2020, les cots des ENR ne baissaient pas assez pour que les quipements soient rentables et donc intgrs dans le scnario de rfrence, alors les investissements dans toutes les filires seraient reconduits66 la fin de leur dure de vie selon les mmes chroniques dinvestissement et les mmes incitations observes entre 2009 et 2020. Nous ne simulons pas cet ventuel renouvellement du Grenelle et arrtons notre test en 2030. Sous cette hypothse alternative, les quatre scnarios sont modliss de nouveau et prsents ci-dessous. Comme les cots sont plus importants dans ces scnarios alternatifs que dans les scnarios centraux, limpact sur le PIB et lemploi est plus ngatif au moment du financement des mesures dincitations linvestissement. Cest donc partir de 2017 et non 2019 que le scnario 2 variante Grenelle alternatif ainsi construit devient plus favorable que le scnario Grenelle alternatif.

La production dENR pourrait rduire linvestissement dans des nouvelles capacits conventionnelles. Lintroduction des ENR peut en effet rduire les besoins en nouvelles capacits, mais elle peut aussi pour partie se traduire par une simple rduction des dures de fonctionnement des capacits installes, voire provoquer leur arrt. Par exemple, la production dnergie partir des parcs doliennes est intermittente et ne permet pas toujours de faire face de fortes consommations. Une surcapacit de production base sur les nergies fossiles resterait alors ncessaire pour grer les risques qui pourraient en rsulter. 64 Parce que daprs RTE (2009), les ENR nont pas dimpact sur le fonctionnement des centrales de pointe, fonctionnant au fioul notamment, qui permettent de rpondre des pointes de consommation de quelques heures dans lanne, nous ne les avons pas prises en compte dans cet exercice. 65 Certains crdits dimpt baissent en 2010 et nous avons suppos que laide publique suit la baisse des cots dinvestissement. 66 Amigues et Moreaux (2009) montrent que le profil dutilisation de la ressource renouvelable nest pas monotone dans le cas o la contrainte de mix nergtique doit tre satisfaite ab initio ou une date ultrieure et o il ny a pas de progrs technique : le sentier de production optimale dnergie renouvelable dcrot aprs avoir satisfait la contrainte de mix nergtique.

63

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 47

_________________________________

Graphique 7 : impact sur le PIB des quatre scnarios sous lhypothse alternative dun effet dapprentissage plus faible, entre 2009 et 20300,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, le PIB est plus lev de 0,5 % dans le scnario Grenelle alternatif, de 0,4 % dans le scnario variante Grenelle alternatif, de 0,2 % dans les scnarios nuclaire + ENR non lectriques et MDP alternatifs, par rapport au scnario de rfrence.

Graphique 8 : impact sur lemploi des quatre scnarios sous lhypothse alternative dun effet dapprentissage plus faible, entre 2009 et 2030100 80 60 40 20 0 -20 -40 -60 -80 -100

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, 67 000 emplois supplmentaires sont crs dans le scnario Grenelle alternatif, 60 000 dans le scnario variante Grenelle alternatif, 23 000 dans le scnario nuclaire + ENR non lectriques alternatif et 22 000 dans le scnario MDP alternatif, relativement au scnario de rfrence.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 48

_________________________________

Graphique 9 : impact sur le PIB dans le scnario Grenelle sous les hypothses centrale et alternative dun effet dapprentissage plus faible0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Grenelle sans baisse de cots aprs 2010

Grenelle central

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2020, le PIB est plus lev de 0,16 % dans le scnario Grenelle alternatif, alors quil ltait de 0,31 % dans le scnario Grenelle central, par rapport au scnario de rfrence.

4.4. Variante sur linvestissement des mnages qui sont contraints budgtairementDans les scnarios centraux, nous avons suppos que les mnages lissent leurs dpenses dinvestissement dans les nergies renouvelables et nont donc pas de contrainte budgtaire. Nous relchons cette hypothse : sous une hypothse alternative, les mnages rduisent partiellement leurs investissements hors ENR (essentiellement les dpenses en biens immobiliers) pour financer leurs investissements en ENR. Ils rattrapent ce dfaut dinvestissement par la suite grce aux conomies de facture nergtique ralises grce leur installation renouvelable. Nous avons approxim les montants dconomies de facture nergtique ralises, en supposant que linvestissement en ENR est juste rentable : la valeur actualise (au taux de 4 %) des gains raliss compense exactement le cot dinvestissement net du crdit dimpt. Linvestissement initial des mnages est plus faible ce qui minimise leffet positif dentranement court terme. En revanche, la hausse de la demande gnre par les conomies dnergie a tendance limiter limpact ngatif de la baisse de linvestissement lhorizon 10 ans. En dautres termes, la courbe du scnario alternatif Grenelle du graphique 12 est plus plate. Le tableau 5 ci-dessous rassemble les rsultats pour les quatre scnarios sous lhypothse alternative.

Tableau 5 : impacts macroconomiques des quatre scnarios tudis, sous lhypothse dune contrainte budgtaire des mnages au moment de leur investissementen % , en cart par rapport au scnario de rfrence PIB Emplois (milliers) PIB Emplois (milliers) PIB Emplois (milliers) 1 an 2009 0,2 11 0,2 10 0,2 9 2 ans 2010 0,2 28 0,2 25 0,2 24 3 ans 2011 0,3 45 0,3 40 0,2 34 5 ans 2013 0,4 52 0,4 49 0,2 30 10 ans 2018 0,4 40 0,4 48 0,2 22 15 ans 2023 -0,1 -40 0,0 -18 0,0 -17 20 ans 2028 -0,1 -18 0,0 -5 0,0 -6 30 ans 2038 -0,2 -30 -0,2 -27 -0,2 -21

scnario 1 : Grenelle

scnario 2 : variante Grenelle

scnario 3 : MDP

scnario 4 : nuclaire + ENR non lectriques PIB 0,1 0,1 0,2 0,2 0,3 0,1 0,1 -0,1 Emplois (milliers) 6 15 22 22 46 8 9 -16 Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 10 ans, en 2019, dans le scnario 1 ( Grenelle ), le PIB est plus lev de 0,4 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 40 000 emplois supplmentaires dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 49

_________________________________

Graphique 10 : impact sur le PIB des quatre scnarios sous lhypothse alternative dune contrainte budgtaire des mnages, entre 2009 et 2050 et sur le long terme0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,0 -0,1 -0,2 -0,3

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, le PIB est plus lev de 0,4 % dans les scnarios alternatifs Grenelle et variante Grenelle et de 0,2 % dans les scnarios alternatifs nuclaire + ENR non lectriques et MDP , par rapport au scnario de rfrence.

Graphique 11 : impact sur lemploi des quatre scnarios sous lhypothse alternative dune contrainte budgtaire des mnages, entre 2009 et 2050 et sur le long terme100

80

60

40

20

0

-20

-40

-60

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, 59 000 emplois supplmentaires sont crs dans le scnario Grenelle alternatif, 56 000 dans le scnario variante Grenelle alternatif, 22 000 dans le scnario nuclaire + ENR non lectriques alternatif et 21 000 dans le scnario MDP alternatif, relativement au scnario de rfrence.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 50

_________________________________

Graphique 12 : volution du PIB dans le scnario Grenelle sous les hypothses centrale et alternative dune contrainte budgtaire des mnages0,7

0,5

0,3

0,1

-0,1

-0,3

-0,5

Grenelle avec mnages contraints

Grenelle central

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2020, le PIB est plus lev de 0,31 % dans le scnario Grenelle alternatif, comme dans le scnario central Grenelle , par rapport au scnario de rfrence.

4.5. Variantes sur le niveau des dpenses publiques4.5.1. Un maintien des prix de lnergie un niveau plus lev augmente les

impacts positifs des scnarios moyen terme, sans que la hirarchie entre les diffrents scnarios ne soit affecteDans la sous-section 2.2, nous nous basons sur le scnario de prix du ptrole central de lAIE (World Energy Outlook 2007), qui est gnralement utilis comme rfrence dans les valuations de scnarios nergtiques en France. Nous avons construit le test de sensibilit en utilisant les prix (arrondis) en 2030 de lAIE (World Energy Outlook 2008), beaucoup plus levs : 130 $ /baril de ptrole67, 595 $ par tep de gaz partir de 2009, 171 $ par tep de charbon et 110 /MWh dlectricit sur le march de gros. Les prix des matires premires nergtiques sont dans ce test supposs maintenus constants ce niveau lev tout au long de la priode.

Tableau 6 : hypothses retenues sur le prix des nergies dans le testPtrole 130 $2009/baril 953 $2009/tep Gaz 15 $2009/Million British thermal unit 595 $2009/tep Charbon 106 $2009/tonne 171 $2009/tep lectricit sur le march de gros 110 2009/MWh 1279 2009/tep

Test sur les prix des nergies

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor.

Les rsultats obtenus avec cette hypothse alternative sont prsents dans le tableau 7 et dans les graphiques 14 1668 : limpact des scnarios sur le PIB et lemploi est plus favorable que dans les scnarios centraux. Lordre des scnarios, en termes dimpact sur le PIB et sur lemploi, nest pas modifi : le scnario67

Le baril de ptrole est prcisment 122 $ en 2030 pour lAIE (World Energy Outlook 2008). Le prix de 130 $/baril correspondent galement au prix du Brent de juillet 2008. 68 Cette estimation ne prend pas en compte la rduction directe de la consommation des mnages en nergies fossiles et en lectricit provoque par un prix de lnergie lev. La prise en compte de cet effet ne provoquerait que des dcalages du PIB et de lemploi uniformes selon les scnarios, et ne modifierait donc pas leur positionnement relatif.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 51

_________________________________

4 devient cependant plus favorable plus tardivement (aprs 2027 contre 2020 sous lhypothse centrale). Cette volution est essentiellement provoque par une augmentation de la valeur des importations dnergie vites. Notons que le scnario de rfrence utilis dans cette variante est galement diffrent de celui prsent en rfrence dans la section 3 : les impacts macroconomiques ne sont donc pas directement comparables avec ceux de la section 3. Au final, ce test de sensibilit montre que limpact sur lconomie du Grenelle sera globalement plus positif court et moyen terme si le prix des hydrocarbures et du charbon est lev, et cela dautant plus que la rduction des importations dnergie fossile est importante.

Tableau 7 : impacts macroconomiques des quatre scnarios tudis, sous lhypothse alternative dune nergie plus chreen %, en cart par rapport au scnario de rfrence 1 an 2009 2 ans 2010 3 ans 2011 5 ans 2013 10 ans 2018 15 ans 2023 20 ans 2028 30 ans 2038

scnario 1 : Grenelle PIB Emplois (milliers) 0,3 19 0,4 53 0,6 85 0,7 95 0,7 92 -0,1 -43 -0,1 -7 -0,3 -44

scnario 2 : variante Grenelle PIB Emplois (milliers) 0,3 16 0,4 44 0,5 72 0,6 89 0,7 94 0,1 -12 0,0 7 -0,3 -41

scnario 3 : MDP PIB Emplois (milliers) 0,3 16 0,3 43 0,4 66 0,4 61 0,4 50 -0,1 -24 0,0 -4 -0,2 -32

scnario 4 : nuclaire + ENR non lectriques 0,2 0,3 0,4 0,3 0,6 0,0 0,1 -0,1 Emplois (milliers) 13 36 55 49 89 -9 11 -19 Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 10 ans, en 2019, dans le scnario 1 ( Grenelle ), le PIB est plus lev de 0,7 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 92 000 emplois supplmentaires dans lconomie. PIB

Graphique 13 : volution du PIB dans les quatre scnarios sous lhypothse alternative dune nergie plus chre, entre 2009 et 2050 et sur le long terme1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Sous lhypothse dun prix de lnergie plus lev (ptrole 130 $\baril), en 2020, le PIB est plus lev de 0,8 % dans le scnario Grenelle alternatif, de 0,6 % dans le scnario variante Grenelle alternatif, de 0,3 % dans les scnarios alternatifs nuclaire + ENR non lectriques et MDP , par rapport au scnario de rfrence alternatif.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 52

_________________________________

Graphique 14 : impact sur lemploi des quatre scnarios sous lhypothse alternative dune nergie plus chre, entre 2009 et 2050 et sur le long terme120 100 80 60 40 20 0 -20 -40 -60

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Sous lhypothse dun prix de lnergie plus lev, en 2015, 108 000 emplois supplmentaires sont crs dans le scnario Grenelle alternatif, 94 000 dans le scnario variante Grenelle alternatif, et respectivement 44 000 et 42 000 dans les scnarios alternatifs MDP et nuclaire + ENR non lectriques , relativement au scnario de rfrence alternatif.

Graphique 15 : volution du PIB dans le scnario Grenelle sous les hypothses centrale et alternative dune nergie plus chre1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Grenelle prix du ptrole lev

Grenelle central

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Sous lhypothse dun prix de lnergie plus lev, en 2020, le PIB est plus lev de 0,64 % dans le scnario Grenelle alternatif, alors quil ltait de 0,31 % dans le scnario central Grenelle , par rapport leur scnario de rfrence respectif.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 53

_________________________________

4.5.2. Le scnario Grenelle est lgrement plus favorable court terme si une plus grande part du solaire photovoltaque est ralise sur btiNous avons suppos que 50 % des investissements en solaire photovoltaque taient raliss par les mnages par intgration dans la toiture. Cet quipement est financ via les tarifs de rachat mais galement par un crdit dimpt. Si une grande partie du solaire photovoltaque tait ralis sur bti, proportion de 90 %, il y aurait plus de dpenses publiques, crdit dimpt et CSPE. Ce test analyse limpact sur lconomie de cette augmentation de la part du solaire photovoltaque sur bti (hypothse alternative). Limpact macroconomique du scnario Grenelle alternatif est lgrement plus favorable jusquen 2016 que dans le scnario central. Toutefois, la hausse du cot de financement des mesures induit une baisse de lactivit et de lemploi plus prononce moyen et long terme.

Graphique 16 : volution du PIB dans le scnario Grenelle sous les hypothses centrale et alternative dune part de photovoltaque sur bti plus importante0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Grenelle avec plus de photovoltaque sur bti

Grenelle central

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Sous lhypothse dun pourcentage plus lev dquipements solaires photovoltaques sur bti, en 2020, le PIB est plus lev de 0,26 % dans le scnario Grenelle alternatif, alors quil ltait de 0,31 % dans le scnario central Grenelle , par rapport au scnario de rfrence.

4.6. Variante sur le financement : limpt plutt que la CSPECe test contribue au dbat sur le choix du financement du dveloppement des ENR lectriques 69. Nous nous intressons ici lopportunit de recourir une taxe cible sur lnergie (la CSPE ici) plutt qu une hausse uniforme de lensemble des prlvements obligatoires. Nous testons lhypothse alternative sur le financement du cot public : ce cot serait financ exclusivement par limpt. Sous cette hypothse alternative, limpact ngatif du financement est plus important (cf. le tableau 8 et les graphiques 17 19). En effet, la CSPE sapparente ici une taxe sur la consommation dnergie en volume et a pour effet daugmenter le prix de lnergie dans lconomie. Ce type de taxe a un impact moins ngatif sur l'conomie que la majorit des impts car il pse sur un type de bien en grande partie import et pour lequel il existe des possibilits de substitutions.

69

Pour plus de dtails, voir Favard et al. (2002).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 54

_________________________________

En termes dimpact macroconomique, la position relative du scnario 1 Grenelle alternatif, scnario pour lequel le cot public est le plus important, se dgrade par rapport aux autres scnarios. En particulier, limpact sur le PIB atteint son point bas -0,4 % autour de 2023 et 97 000 emplois seraient dtruits.

Tableau 8 : impacts macroconomiques des quatre scnarios sous lhypothse alternative dun financement intgral par limpt plutt que par la CSPEen % , en cart par rapport au scnario de rfrence 1 an 2009 2 ans 2010 3 ans 2011 5 ans 2013 10 ans 2018 15 ans 2023 20 ans 2028 30 ans 2038

scnario 1 : Grenelle PIB Emplois (milliers) 0,3 15 0,4 42 0,5 68 0,5 69 0,3 35 -0,4 -97 -0,3 -51 -0,3 -43

scnario 2 : variante Grenelle PIB Emplois (milliers) 0,2 13 0,3 34 0,4 55 0,5 64 0,4 42 -0,2 -56 -0,2 -26 -0,2 -33

scnario 3 : MDP PIB Emplois (milliers) 0,2 12 0,3 33 0,3 49 0,3 40 0,2 21 -0,2 -41 -0,1 -16 -0,2 -20

scnario 4 : nuclaire + ENR non lectriques 0,2 0,2 0,3 0,3 0,3 -0,1 0,0 -0,1 Emplois (milliers) 10 28 43 37 47 -24 -1 -12 Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : aprs 10 ans, en 2019, dans le scnario 1 ( Grenelle ) alternatif, le PIB est plus lev de 0,3 % par rapport au scnario de rfrence et il y a 35 000 emplois supplmentaires dans lconomie. PIB

Graphique 17 : impact sur le PIB des quatre scnarios sous lhypothse alternative dun financement exclusif par limpt, entre 2009 et 2050 et sur le long terme0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, le PIB est plus lev de 0,5 % dans le scnario Grenelle alternatif, de 0,4 % dans le scnario variante Grenelle alternatif et de 0,2 % dans les scnarios alternatifs nuclaire + ENR non lectriques et MDP , par rapport au scnario de rfrence.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 55

_________________________________

Graphique 18 : impact sur lemploi des quatre scnarios sous lhypothse alternative dun financement exclusif par limpt, entre 2009 et 2050 et sur le long terme100

50

0

-50

-100

-150

Scnario 1 "Grenelle" Scnario 3 "MDP"

Scnario 2 "variante Grenelle" Scnario 4 "nuclaire + ENR non lectriques"

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2015, 71 000 emplois supplmentaires sont crs dans le scnario Grenelle alternatif, 59 000 dans le scnario variante Grenelle alternatif, 30 000 dans le scnario nuclaire + ENR non lectriques alternatif et 21 000 dans le scnario MDP alternatif, relativement au scnario de rfrence.

Graphique 19 : volution du PIB dans le scnario Grenelle sous les hypothses centrale et alternative dun financement exclusif par limpt0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 -0,4 -0,6

Grenelle financ par l'impt

Grenelle central

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : Sous lhypothse alternative dun financement exclusif par les impts, en 2020, le PIB est plus lev de 0,24 % dans le scnario Grenelle , alors quil ltait de 0,31 % sous lhypothse centrale, par rapport au scnario de rfrence.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 56

_________________________________

5. ConclusionsDans les quatre scnarios envisags, les investissements des mnages et des entreprises sont massifs. Les investissements en ENR, raliss principalement entre 2009 et 2020, reprsentent, selon le scnario tudi, entre 0,14 et 0,73 point de PIB chaque anne. court / moyen terme, malgr la stimulation provoque par ces investissements et la substitution aux importations des combustibles fossiles, limpact macroconomique est finalement faible lorsque lon tient compte des effets de bouclage et du financement des investissements. Jusquen 2020, il est domin par les effets multiplicateurs de linvestissement. Le surcrot de croissance attendu est faible : 0,2 % la premire anne dans tous les scnarios, puis 0,1 % par an aprs la mise en uvre du Grenelle dans les deux scnarios fort investissement contre une relative stabilit du PIB dans les deux autres. Ces quatre scnarios conduisent un PIB plus lev de 0,2 % 0,4 % en 2020 par rapport au scnario de rfrence. Le scnario 3 MDP envisageant lutilisation dinvestissements ltranger a priori moins coteux (sur le modle des mcanismes de dveloppement propre MDP prvus par le protocole de Kyoto) conduit un accroissement plus faible du PIB. Selon les scnarios, lconomie compte entre 20 000 et 70 000 emplois supplmentaires les dix premires annes. Aprs 2020, lactivit et lemploi sont au contraire rduits par larrt des investissements et leffet du bouclage macroconomique (hausse des prix, hausses dimpt). Le scnario 4 nuclaire + ENR non lectriques conduit au rsultat le moins dfavorable. Le scnario 2 variante Grenelle induit les impacts macroconomiques maximums. Les investissements sont raliss en France de la manire la plus efficace ; le rsultat apparat nettement plus favorable celui du scnario 1 Grenelle ds 2020 et il ne lui est que lgrement infrieur auparavant. En effet, il ncessite relativement moins dinvestissements, dont limpact sur lconomie est positif court terme mais ngatif moyen terme, du fait de son financement. Comme tout exercice de simulation, les rsultats prsents font appel plusieurs hypothses, la fois sur les chroniques dinvestissement anticipes et sur la modlisation des mcanismes macroconomiques, et doivent tre considrs avec prudence. En particulier, il nest pas vident que les mcanismes incitatifs mobiliss soient bien calibrs pour gnrer les montants dinvestissement prvus. Ensuite, les rsultats sur la balance courante reposent sur des hypothses sensibles de prix de lnergie et dvolution de la production nationale. Enfin, les modalits des financements publics du Grenelle ainsi que les possibles effets dapprentissage jouent un rle important sur les effets macroconomiques long terme.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 57

_________________________________

Annexe 1 : La rduction de la dpendance nergtiqueNous faisons lhypothse que les ENR vont se substituer des importations dnergies fossiles et rduire la dpendance nergtique de la France. Les importations totales en France se montent par exemple prs de 138 Mtep en 2008, dont 89,6 Mtep en produits ptroliers dans leur ensemble, 13,4 Mtep en charbon (houille, lignite, produits de rcupration, coke et produits agglomrs), 38,8 Mtep en gaz naturel, 0,4 Mtep dENR thermiques et de dchets et 4,2 Mtep dexportation pour llectricit70. Les coefficients de rduction de la dpendance nergtique traduisent les conomies dimportation dnergies fossiles et les exportations supplmentaires dlectricit permises par le dveloppement de sources dnergies alternatives. La rpartition des consommations des mnages pour le chauffage et leau sanitaire est la suivante (source ADEME, donnes CEREN) : Gaz Fioul domestique (produits ptroliers) lectricit 50 % 30 % 20 %

Pour la chaleur, 1 ktep dENR remplace directement 1 ktep dnergie fossile utilise directement comme moyen de chauffage71 une exception prs : le bois individuel (coefficient de 0,36, la rduction dnergie ntant obtenue que pour les primo acquisitions et non pour les renouvellements dappareils de chauffage au bois). Si lquipement ENR remplace un chauffage lectrique, alors 1 ktep dENR remplace 2 ktep de gaz et 2,86 ktep de charbon72, nergies fossiles utilises comme entrants dans la production dlectricit. Notons enfin que si les pompes chaleur permettent de gnrer 1 400 ktep dENR supplmentaires, elles consomment 50 % de cette nergie gnre en lectricit (pour une pompe chaleur ligible au crdit dimpt, i.e. ayant un coefficient de performance, ou COP, gal 3)73. Pour llectricit, en comparant les deux bilans nergtiques pour 2020, Vision Centrale et Variante EnR Haut , nous constatons que lensemble des ENR remplacent pour 30 % du nuclaire74, pour 40 % des nergies fossiles75 (20 % de charbon et 80 % de gaz), et augmentent de 30 % les exportations dlectricit de la France (source RTE, 2009). De plus, les nergies fossiles entrent comme input dans la production dlectricit : 1 ktep dENR remplace 2 ktep de gaz et 2,86 ktep de charbon, nergies fossiles utilises dans la production. En 2020, la rduction des importations dnergie fossile permise par le Grenelle est de 64 Mtep (dont un supplment dexportations dlectricit dun peu plus de 2 Mtep), soit 46 % du niveau des importations en 2008. La rduction de la dpendance nergtique est donc sensible.

Source : Service de lobservation et des statistiques, MEEDDM, cf. http://www.developpementdurable.gouv.fr/IMG/pdf/Repere.pdf 71 Par simplification, nous supposons donc implicitement que tous les quipements ont un rendement de 100%. 72 Source : Commissariat gnral au dveloppement durable, MEEDDM. 73 La quantit de chaleur fournie par une PAC est gale la somme de la quantit de chaleur prleve dans lenvironnement et la quantit dnergie lectrique utilise par la PAC. Le COP est gal au rapport entre la quantit de chaleur produite et la quantit dnergie consomme ; il est gnralement compris entre 2 et 4 et suprieur 3 (plus exactement 3,3 pour pouvoir bnficier du crdit dimpt) pour une pompe performante. 74 Les hypothses retenues par RTE dans la trajectoire probable moyen terme - jusquen 2015 - sont les suivantes. Le parc nuclaire est compos de 58 Racteurs Eau Pressurise, rpartis en trois paliers techniques standardiss. Le prototype RNR (racteur neutrons rapides) est dfinitivement arrt en 2009. La dure des centrales est de 40 ans (les premiers dclassements ninterviendraient pas avant 2020), mais il nest pas exclu quelle soit allonge 60 ans. Des modifications de puissance unitaire des groupes existants sont envisages, mais certaines ne pourraient tre mises en uvre quaprs 2015. LEPR de Flamanville devrait tre mis en service en 2012, et celui de Penly en 2017. 75 Par hypothse dans la trajectoire probable moyen terme - jusquen 2015, sur les 15,6 GW de puissance exploitable au 1er janvier 2009, 3 600 MW de charbon sarrteront dfinitivement entre 2013 et 2015 et 750 MW de fioul sarrteront en 2015 ou seront convertis en cycles combins au gaz. En revanche, sy ajouteront 20 300 MW de cycles combins au gaz, dont 4 300 MW mis en service entre 2009 et 2013, 555 MW de fioul mis en service en 2009 et 2010 et 800 MW de charbon.

70

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 58

_________________________________

Tableau 9 : coefficients de rduction de la dpendance nergtiquenergie 1. Chaleur 0,23 ktep de gaz 0,11 ktep de produits ptroliers 0,02 ktep de charbon 0,004 ktep dlectricit 0,63 ktep de gaz 0,3 ktep de produits ptroliers 0,05 ktep de charbon 0,01 ktep dlectricit 0,31 ktep de gaz 0,3 ktep de produits ptroliers -0,07 ktep de charbon -0,09 ktep dlectricit 1 ktep renouvelable remplace x ktep dnergies fossiles et permet dexporter y ktep dlectricit supplmentaire

Bois individuel (*)

Solaire thermique individuel Fonds Chaleur

PAC individuelle (**)

2. lectricit (**) Hydraulique Eolien (terrestre et maritime) Photovoltaque Biomasse dont biogaz 3. Biocarburants (***) 0,75 ktep de produits ptroliers 0,64 ktep de gaz 0,23 ktep de charbon 0,3 ktep dlectricit

Pour rappel, pour llectricit produite partir de nuclaire, le coefficient de substitution est 0,260606 tep/MWh et toutes les autres formes dlectricit (production par une centrale thermique classique, hydraulique, olienne, marmotrice, photovoltaque, etc., changes avec ltranger, consommation) sont comptabilises selon la mthode du contenu nergtique, avec le coefficient 0,086 tep/MWh (source : DGEC). (*) Il faut tenir compte du pourcentage d'nergie conomise par linstallation des inserts/chaudires bois individuels de 36 %. (**) La quantit de chaleur fournie par la PAC est gale la somme de la quantit de chaleur prleve dans lenvironnement et la quantit dnergie lectrique utilise par la PAC (Qe). Le COP est gal au rapport entre la quantit de chaleur produite (Qutile) et la quantit dnergie consomme (Qe) ; il est gnralement compris entre 2 et 4 et il est ici suprieur 3 : COP = Qutile/Qe = 1+Qenr/Qe. La quantit dnergie lectrique utilise par la PAC (Qe) est donc gale : Qe=Qenr/(COP-1). Ainsi 1 ktep dENR pour le compte de la PAC ncessite 0,5 ktep dlectricit. Finalement, 1 ktep dENR pour le compte de la PAC remplace, ct importations, 0,38 ktep de gaz et 0,3 ktep de produits ptroliers, mais ncessite dimporter 0,11 ktep de charbon et 0,1 ktep dlectricit. (***) Daprs lADEME, 2002 : nergie non renouvelable mobilise en MJ par MJ de produits Essence thanol bl Gazole EMHV colza 1,15 0,489 1,09 0,334

1 ktep dthanol permet donc dconomiser 1,15-0,489 = 0,661 ktep de produits ptroliers. 1 ktep dEMHV colza permet donc dconomiser 1,09-0,334 = 0,756 ktep de produits ptroliers. Nous supposons enfin que les biocarburants remplacent pour 10 % de lessence et 90 % du gazole. Lecture : 1 ktep produit dans le cadre du Fonds Chaleur de lADEME permet dconomiser 0,63 ktep dimportations de gaz, 0,3 ktep dimportations de produits ptroliers, 0,05 ktep dimportations de charbon et dexporter 0,01 ktep dlectricit supplmentaire.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 59

_________________________________

Annexe 2 : Hypothses du scnario 1 ( Grenelle )Cot dinvestissement (Chaleur : /appareil ; lectricit : /MW) Chaleur 3 000 50 3% 20 Baisse du cot dinvestissement par an Taux du crdit 76 dimpt (%) Cot de pose (en % du cot dinvestissement) Tarif de rachat (/MWh) Dure annuelle dexploitation (heures)

Tableau 10 : hypothses sur les cots dinvestissement et les aides pour les filires produisant de la chaleur et de llectricit

Dure de vie (ans)

Dure de construction (ans)

Bois individuel - Primo-acquisitions (55 % de linvestissement annuel) - Nouvelle acquisition (45 % de linvestissement annuel) 9 000 6 000 400 jusquen 2013 200 aprs 2013 lectricit 20 40 en 2009 25 de 2010 2020 40 en 2009 25 de 2010 2020 20

20

1

Pompes chaleur (COP = 3)

20

2,4

Solaire thermique

20

4,0

Nuclaire

40

8

8760 (avec un taux de disponibilit de 85 %) 8760 (avec un taux de disponibilit de 92 %) 75 128 2 % partir de 201277

Cycles combins au gaz

25

2

Petite hydrolectricit

30

3

Biomasse lectrique olien - Terrestre - En mer 1 300 2 600

20 20

1 1

2 155 re les frais de pr-exploitation la 1 anne res 15 % les 3 1 annes 85 % les 5 annes suivantes 750 jusquen 2019 700 ds 2020 2 100 re 10 % la 1 anne me 30 % la 2 anne me 60 % la 3 anne 3 000

Entre 1 000 et 2 300 6 000 82 13078

Solaire photovoltaque 6 750 3 800 5% 4 % partir de 2012 50

2 400 3 100 1 kW install produit 1 MWh par an jusquen 2012, puis 1,2 MWh par an 550 300

- Sur bti (50 % de linvestissement annuel) - Au sol (50 % de linvestissement annuel)

Source : DGEC, MEEDDM, loi n2008-1425 de finances pour 2009 du 27 dcembre 2008, arrts des 10 juillet 2006 et 1er mars 2007, appel doffres biomasse 2 lanc le 9 dcembre 2006, calculs DG Trsor

76

Nous navons pas pris en compte les plafonds des dpenses pour calculer les crdits dimpt. Nous navons pris en compte ni le nouvel arrt tarifaire du 28 dcembre 2009, qui fixe les tarifs entre 125 et 155 /MWh, ni le rsultat de lappel doffre Biomasse 3 dont le prix moyen communiqu par la CRE le 15 mars 2010 est de 145 /MWh. Le tarif de rachat que nous avons retenu est donc plutt un minorant. 78 Nous navons pas pris en compte larrt des 12 janvier, abrog par larrt du 31 aot 2010 et modifi par les arrts des 15 janvier 2010 et 16 mars 2010, concernant les tarifs de rachat de lnergie produite par le solaire photovoltaque. Ces arrts crent un troisime tarif, dit dintgration simplifie , et modifient les formules dindexation des tarifs.

77

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 60

_________________________________

Graphique 20 : les flux de CSPE par filire du secteur lectrique (en Md).2,5

2,0

1,5

1,0

0,5

0,0

Solaire photovoltaque Biomasse lectrique Hydrolectricit

Eolien offshore Eolien terrestre

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2020, la CSPE consacre au financement du solaire photovoltaque slve 2,3 milliards deuros.

Graphique 21 : les flux dinvestissements, financement et impact sur la valeur ajoute du secteur nergtique national.Investissements et hausse de la production domestique d'lectricit8 7 6 5 4 3 2 1 0

Investissement des entreprises en ENR (en flux annuel, Md) Investissement des mnages en ENR (en flux annuel, Md) Hausse de la valeur ajoute dans le secteur de production d'lectricit (Md)

Source : Simulation Msange, calculs DG Trsor. Lecture : En 2020, en cart par rapport au scnario de rfrence, linvestissement supplmentaire des entreprises consacr laugmentation des capacits de production dnergies renouvelables est de 5,6 milliards deuros ; linvestissement des mnages dans ce domaine est de 5,3 milliards deuros ; la valeur ajoute nationale dans le secteur de lnergie est plus importante de 5,8 milliards deuros.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 61

_________________________________

Annexe 3. Dtail des scnariosLe scnario 1 Grenelle (en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep) (en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep) (en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) 2009 2,46 1,99 0,09 1,46 0,35 1,64 0,07 0,08 2010 2,79 2,80 0,22 1,60 0,80 1,95 0,16 0,17 2011 3,99 3,90 0,50 1,81 1,64 2,21 0,30 0,33 2012 3,74 3,84 0,71 2,08 2,16 2,34 0,41 0,45 2013 6,37 4,20 1,19 1,97 3,06 2,57 0,59 0,66 2014 6,80 6,04 1,81 2,72 4,01 2,82 0,79 0,88 2015 6,61 5,92 2,43 2,61 4,99 3,07 0,98 1,09 2016 6,40 5,82 3,05 2,48 5,98 3,49 1,18 1,31 2017 6,27 5,72 3,67 2,43 7,00 3,91 1,38 1,53 2018 6,14 5,64 4,29 2,38 8,04 4,35 1,58 1,75 2019 5,94 5,51 4,91 2,32 9,10 4,79 1,78 1,98 2020 5,58 5,32 5,53 2,23 10,16 5,24 1,98 2,20 2021 0,00 0,00 5,53 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20 2022 0,00 0,00 5,53 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20 2023 0,00 0,00 5,53 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20

2024 0,00 0,00 5,47 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20

2025 0,00 0,00 5,39 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20

2026 0,00 0,00 5,31 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20

2027 0,00 0,00 5,22 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20

2028 0,00 0,00 5,14 0,00 10,16 2,76 1,98 2,20

2029 0,00 0,00 5,04 0,00 9,81 2,67 1,91 2,12

2030 0,00 0,00 4,91 0,00 9,37 2,55 1,83 2,03

2031 0,18 0,00 4,65 0,00 8,56 2,29 1,70 1,89

2032 0,00 0,00 4,46 0,00 8,05 2,15 1,60 1,78

2033 1,25 0,00 4,07 0,00 7,32 1,92 1,47 1,64

2034 1,23 0,00 3,55 0,00 6,55 1,68 1,34 1,51

2035 1,20 0,00 3,02 0,00 5,77 1,42 1,21 1,38

2036 1,18 0,00 2,57 0,00 4,96 1,15 1,08 1,25

2037 1,16 0,00 2,11 0,00 4,13 0,88 0,95 1,12

2038 1,13 0,00 1,66 0,00 3,27 0,59 0,82 0,99

2039 1,11 0,07 1,21 0,00 2,41 0,30 0,68 0,85

2040 1,09 0,10 0,78 0,00 1,53 0,00 0,55 0,72

2041 0,00 0,14 0,82 0,00 1,53 0,00 0,55 0,72

2042 0,00 0,18 0,87 0,00 1,52 0,00 0,54 0,71

2043 0,00 0,22 0,93 0,00 1,49 0,00 0,53 0,70

2044 0,00 0,41 1,05 0,00 1,45 0,00 0,52 0,68

2045 0,00 0,39 1,17 0,00 1,41 0,00 0,50 0,66

2046 0,00 0,37 1,29 0,00 1,37 0,00 0,49 0,64

2047 0,00 0,35 1,41 0,00 1,33 0,00 0,47 0,62

2048 0,00 0,34 1,52 0,00 1,28 0,00 0,46 0,60

2049 0,00 0,32 1,63 0,00 1,24 0,00 0,44 0,58

2050 0,00 0,30 1,74 0,00 1,20 0,00 0,43 0,56

LT 0,00 0,03 0,02 0,00 0,18 0,00 0,06 0,08

Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

Le scnario 2 variante Grenelle (en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep) 2009 2,24 1,29 0,06 1,12 0,34 1,63 0,07 0,08 2010 2,45 1,77 0,14 1,09 0,76 1,94 0,15 0,17 2011 3,52 2,56 0,35 1,14 1,57 2,19 0,29 0,32 2012 3,09 3,09 0,45 1,30 2,11 2,35 0,39 0,42 2013 5,57 3,17 0,81 1,22 3,04 2,59 0,57 0,63 2014 5,29 3,20 1,16 1,07 3,97 2,85 0,76 0,84 2015 5,17 3,24 1,51 1,05 4,93 3,11 0,94 1,04 2016 5,03 3,30 1,86 1,00 5,90 3,53 1,13 1,25 2017 4,96 3,37 2,21 1,04 6,90 3,96 1,32 1,46 2018 4,89 3,44 2,56 1,08 7,92 4,40 1,51 1,67 2019 4,75 3,46 2,92 1,10 8,96 4,85 1,70 1,88 2020 4,44 3,43 3,27 1,09 9,99 5,30 1,89 2,08 2021 0,00 0,00 3,27 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08 2022 0,00 0,00 3,27 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08 2023 0,00 0,00 3,27 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 62

_________________________________

(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

2024 0,00 0,00 3,20 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08

2025 0,00 0,00 3,13 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08

2026 0,00 0,00 3,05 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08

2027 0,00 0,00 2,96 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08

2028 0,00 0,00 2,88 0,00 9,99 2,82 1,89 2,08

2029 0,00 0,00 2,80 0,00 9,65 2,74 1,82 2,01

2030 0,00 0,00 2,72 0,00 9,23 2,62 1,74 1,92

2031 0,18 0,00 2,53 0,00 8,43 2,37 1,60 1,78

2032 0,00 0,00 2,45 0,00 7,90 2,21 1,50 1,67

2033 1,25 0,00 2,19 0,00 7,14 1,96 1,38 1,54

2034 1,23 0,00 1,93 0,00 6,38 1,71 1,26 1,42

2035 1,20 0,00 1,68 0,00 5,60 1,45 1,14 1,29

2036 1,18 0,00 1,49 0,00 4,80 1,18 1,01 1,17

2037 1,16 0,00 1,31 0,00 3,97 0,89 0,89 1,04

2038 1,13 0,00 1,12 0,00 3,13 0,60 0,76 0,91

(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep)

2039 1,11 0,00 0,93 0,00 2,27 0,30 0,63 0,78

2040 1,09 0,00 0,73 0,00 1,40 0,00 0,50 0,66

2041 0,00 0,00 0,73 0,00 1,40 0,00 0,50 0,66

2042 0,00 0,00 0,73 0,00 1,40 0,00 0,50 0,66

2043 0,00 0,00 0,73 0,00 1,36 0,00 0,48 0,64

2044 0,00 0,00 0,73 0,00 1,31 0,00 0,47 0,61

2045 0,00 0,00 0,73 0,00 1,26 0,00 0,45 0,59

2046 0,00 0,00 0,73 0,00 1,21 0,00 0,43 0,57

2047 0,00 0,00 0,73 0,00 1,17 0,00 0,42 0,55

2048 0,00 0,00 0,73 0,00 1,12 0,00 0,40 0,52

2049 0,00 0,00 0,73 0,00 1,07 0,00 0,38 0,50

2050 0,00 0,00 0,73 0,00 1,02 0,00 0,37 0,48

LT 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

Le scnario 3 MDP (avec investissements ltranger)(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep) 2009 2,24 1,29 0,06 1,26 0,34 1,64 0,07 0,08 2010 2,40 1,77 0,14 1,37 0,76 1,94 0,15 0,16 2011 2,46 2,56 0,22 1,57 1,31 2,13 0,23 0,25 2012 3,05 2,19 0,31 1,81 1,80 2,27 0,33 0,36 2013 2,90 2,29 0,39 1,70 2,28 2,42 0,41 0,45 2014 2,70 2,35 0,47 1,70 2,79 2,58 0,49 0,54 2015 2,62 2,41 0,56 1,83 3,32 2,75 0,58 0,63 2016 2,51 2,49 0,64 1,93 3,86 3,09 0,66 0,72 2017 2,48 2,57 0,72 2,11 4,43 3,43 0,75 0,81 2018 2,44 2,66 0,80 2,29 5,03 3,78 0,84 0,91 2019 2,33 2,71 0,88 2,45 5,63 4,14 0,94 1,00 2020 2,06 2,69 0,96 2,59 6,24 4,50 1,03 1,09 2021 0,00 0,00 0,96 0,83 6,24 2,02 1,03 1,09 2022 0,00 0,00 0,96 0,82 6,24 2,02 1,03 1,09 2023 0,00 0,00 0,96 0,81 6,24 2,02 1,03 1,09

(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

2024 0,00 0,00 0,90 0,80 6,24 2,02 1,03 1,09

2025 0,00 0,00 0,83 0,78 6,24 2,02 1,03 1,09

2026 0,00 0,00 0,75 0,75 6,24 2,02 1,03 1,09

2027 0,00 0,00 0,65 0,72 6,24 2,02 1,03 1,09

2028 0,00 0,00 0,58 0,67 6,24 2,02 1,03 1,09

2029 0,00 0,00 0,50 0,00 5,90 1,93 0,96 1,02

2030 0,00 0,00 0,42 0,00 5,48 1,81 0,88 0,93

2031 0,00 0,00 0,35 0,00 4,93 1,63 0,79 0,84

2032 0,00 0,00 0,27 0,00 4,44 1,49 0,70 0,74

2033 0,00 0,00 0,19 0,00 3,98 1,33 0,63 0,66

2034 0,00 0,00 0,11 0,00 3,49 1,17 0,55 0,57

2035 0,00 0,00 0,03 0,00 2,98 1,00 0,47 0,49

2036 0,00 0,00 0,02 0,00 2,46 0,82 0,39 0,41

2037 0,00 0,00 0,02 0,00 1,91 0,62 0,31 0,33

2038 0,00 0,00 0,01 0,00 1,34 0,42 0,23 0,24

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 63

_________________________________

(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep)

2039 0,00 0,00 0,01 0,00 0,75 0,21 0,14 0,16

2040 0,00 0,00 0,00 0,00 0,17 0,00 0,06 0,08

2041 0,00 0,00 0,00 0,00 0,17 0,00 0,06 0,08

2042 0,00 0,00 0,00 0,00 0,17 0,00 0,06 0,08

2043 0,00 0,00 0,00 0,00 0,14 0,00 0,05 0,07

2044 0,00 0,00 0,00 0,00 0,12 0,00 0,04 0,06

2045 0,00 0,00 0,00 0,00 0,10 0,00 0,04 0,05

2046 0,00 0,00 0,00 0,00 0,08 0,00 0,03 0,04

2047 0,00 0,00 0,00 0,00 0,06 0,00 0,02 0,03

2048 0,00 0,00 0,00 0,00 0,04 0,00 0,01 0,02

2049 0,00 0,00 0,00 0,00 0,02 0,00 0,01 0,01

2050 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

LT 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

Le scnario 4 nuclaire + ENR non lectrique (en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep) 2009 0,99 1,77 0,00 1,31 0,19 1,64 0,01 0,00 2010 1,07 2,46 0,00 1,38 0,43 1,94 0,03 0,00 2011 0,79 3,43 0,00 1,50 0,78 2,12 0,05 0,01 2012 1,18 3,20 0,00 1,67 1,03 2,25 0,06 0,01 2013 1,49 3,40 0,00 1,46 1,32 2,40 0,08 0,00 2014 1,33 4,53 0,00 1,76 1,65 2,57 0,09 0,00 2015 1,28 4,48 0,00 1,70 2,00 2,75 0,11 0,00 2016 1,21 4,44 0,00 1,61 4,43 3,08 0,87 0,97 2017 0,60 4,41 0,00 1,61 6,87 3,43 1,62 1,93 2018 0,00 4,39 0,00 1,60 7,29 3,79 1,65 1,93 2019 0,00 4,32 0,00 1,57 7,72 4,16 1,67 1,93 2020 0,00 4,19 0,00 1,53 8,16 4,52 1,70 1,93 2021 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93 2022 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93 2023 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93

(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep) Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

2024 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93

2025 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93

2026 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93

2027 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93

2028 0,00 0,00 0,00 0,00 8,16 2,04 1,70 1,93

2029 0,00 0,00 0,00 0,00 7,97 1,95 1,68 1,93

2030 0,00 0,00 0,00 0,00 7,73 1,84 1,67 1,93

2031 0,00 0,00 0,00 0,00 7,37 1,66 1,65 1,93

2032 0,00 0,00 0,00 0,00 7,12 1,53 1,63 1,93

2033 0,00 0,00 0,00 0,00 6,84 1,38 1,62 1,93

2034 0,00 0,00 0,00 0,00 6,51 1,21 1,60 1,93

2035 0,00 0,00 0,00 0,00 6,15 1,03 1,58 1,93

2036 0,00 0,00 0,00 0,00 5,78 0,84 1,56 1,93

2037 0,00 0,00 0,00 0,00 5,38 0,64 1,54 1,93

2038 0,00 0,00 0,00 0,00 4,96 0,43 1,51 1,92

(en flux annuel, Md) Investissement des entreprises Investissement des mnages Revenus issus de la CSPE Crdits d'impt Rduction importations de gaz (Mtep) produits ptroliers (Mtep)

2039 0,00 0,00 0,00 0,00 4,53 0,22 1,49 1,92

2040 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2041 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2042 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2043 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2044 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2045 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2046 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2047 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2048 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2049 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

2050 0,00 0,00 0,00 0,00 4,10 0,00 1,46 1,92

LT 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Rduction du charbon import (Mtep) Hausse des exportations d'lectricit (Mtep)

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 64

_________________________________

Annexe 4. Dtail des rsultats macroconomiquesTableau 11 : impacts macroconomiques des quatre scnarios tudis, hypothse centraleen %, en cart par rapport au scnario de rfrence 1 an 2009 2 ans 2010 3 ans 2011 5 ans 2013 10 ans 2018 15 ans 2023 20 ans 2028 25 ans 2033 40 ans 2048 LT

scnario 1 Grenelle PIB dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie PIB dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie PIB dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie PIB dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont hausse du cot de lnergie dont hausse de la production locale dnergie + 0,3 + 0,2 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 16 + 12 -3 -0 +3 + 0,4 + 0,2 - 0,0 - 0,0 + 0,1 + 43 + 32 - 10 -1 +9 + 0,5 + 0,3 - 0,1 - 0,0 + 0,1 + 68 + 49 - 15 -1 + 16 + 0,5 + 0,4 - 0,1 - 0,0 + 0,1 + 71 + 53 - 19 -5 + 21 + 0,4 + 0,3 - 0,1 - 0,1 + 0,2 + 45 + 37 - 22 - 21 + 38 - 0,3 - 0,2 - 0,0 - 0,1 + 0,2 - 78 - 49 -3 - 26 + 23 - 0,2 - 0,1 - 0,0 - 0,1 + 0,1 - 29 - 17 -2 - 19 + 14 - 0,2 - 0,1 - 0,0 - 0,1 - 0,0 - 35 - 12 -1 - 12 -5 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 - 0,1 - 13 -2 -0 +1 - 12 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0

scnario 2 : variante Grenelle + 0,2 + 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 13 + 10 -2 -0 +3 + 0,2 + 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 12 + 10 -3 -0 +3 + 0,2 + 0,1 - 0,0 + 0,0 + 0,0 + 10 +7 -3 +0 +3 + 0,3 + 0,2 - 0,0 - 0,0 + 0,1 + 35 + 25 -7 -0 +9 + 0,3 + 0,2 - 0,0 - 0,0 + 0,1 + 33 + 25 -8 -0 +9 + 0,2 + 0,1 - 0,0 + 0,0 + 0,1 + 28 + 18 -9 +0 +7 + 0,4 + 0,3 - 0,0 - 0,0 + 0,1 + 56 + 39 - 10 -1 + 15 + 0,3 + 0,2 - 0,1 - 0,0 + 0,1 + 49 + 36 - 13 -1 + 15 + 0,3 + 0,2 - 0,1 + 0,0 + 0,1 + 43 + 27 - 13 +0 + 12 + 0,5 + 0,3 - 0,1 - 0,0 + 0,1 + 66 + 44 - 12 -3 + 21 + 0,3 + 0,2 - 0,1 - 0,0 + 0,1 + 41 + 30 - 16 -2 + 18 + 0,3 + 0,2 - 0,1 + 0,0 + 0,1 + 37 + 24 - 15 +0 + 12 + 0,4 + 0,2 - 0,1 - 0,1 + 0,2 + 49 + 26 -9 - 12 + 37 + 0,2 + 0,1 - 0,1 - 0,0 + 0,2 + 23 + 15 - 18 -4 + 24 + 0,3 + 0,1 - 0,1 + 0,0 + 0,3 + 47 +8 - 14 +0 + 44 - 0,2 - 0,1 - 0,0 - 0,1 + 0,2 - 45 - 36 -2 - 15 + 23 - 0,2 - 0,1 - 0,1 - 0,0 + 0,1 - 38 - 23 -9 -4 + 11 - 0,1 - 0,1 - 0,0 + 0,0 + 0,1 - 24 - 20 -2 +0 + 16 - 0,1 - 0,1 - 0,0 - 0,1 + 0,1 - 14 - 12 -1 - 10 + 14 - 0,1 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 - 13 -8 -7 -2 +7 - 0,0 - 0,1 - 0,0 + 0,0 + 0,1 -1 -7 -1 +0 + 12 - 0,1 - 0,0 - 0,0 - 0,0 - 0,0 - 23 -8 -1 -6 -5 - 0,1 - 0,1 - 0,0 - 0,0 - 0,0 - 17 -7 -1 -0 -6 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 + 0,0 - 10 -5 -1 +0 +0 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 - 0,1 - 14 -2 -0 +1 - 12 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 - 0,1 -8 -1 -0 +1 -8 - 0,1 - 0,0 - 0,0 + 0,0 - 0,0 -6 -0 -0 +0 -6 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 + 0,0 +0 +0 +0 +0 +0

scnario 3 : MDP

scnario 4 nuclaire + ENR non lectriques

Lecture : aprs 10 ans, dans le scnario Grenelle, le PIB est plus lev de 0,4 % par rapport au scnario de rfrence ; la contribution au PIB de la hausse de linvestissement est de + 0,3 %. Lemploi total est plus lev de 45 000, la contribution de la hausse de linvestissement tant de 37 000 emplois.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 65

_________________________________

CHAPITRE 4: VOLET INVESTISSEMENT INFRASTRUCTURES DE TRANSPORTPierre FERY, Caroline KLEIN

DANS

LES

Dans le cadre du Grenelle de lEnvironnement , le Prsident de la Rpublique a annonc un programme trs ambitieux dinvestissement dans les infrastructures de transport. Aprs une dcennie dinvestissements relativement modestes79, et relativement constants dune anne sur lautre, lorientation donne par la loi n 2009-967 du 3 aot 2009 de programmation relative la mise en uvre du Grenelle de lenvironnement, dite loi Grenelle I, constitue une importante acclration de linvestissement public dans le secteur des transports80. Le Ministre de lcologie, de lnergie, du Dveloppement durable et de la Mer (MEEDDM) justifie cette orientation par le fait que ces investissements publics constituent une bonne dpense, qui soutiendra la croissance et lemploi court et moyen termes, et qui contribuera aux objectifs nationaux de rduction des missions de CO2 moyen et long termes. Sans prjuger de la rentabilit socio-conomique des projets du Grenelle, dont on notera toutefois quelle na, pour la plupart des projets, pas fait lobjet dvaluation en amont des annonces, ce chapitre examine les consquences dun tel programme dinvestissement sur lactivit conomique de la France. La premire section expose les hypothses retenues en matire de montant et de calendrier des investissements, et des besoins de financement public. La deuxime section expose les rsultats dvaluation du scnario central, dit scnario Grenelle, tandis que la troisime section prsente diverses variantes dvaluation prenant en compte les gains spcifiques attendus du volet transport du Grenelle, tant en termes dconomies dnergie que davantages socio-conomiques au sens large.

1. Les hypothses retenues en matire dinvestissement et de financement des projetsLa loi Grenelle I comporte diffrentes mesures dans le secteur des transports : des orientations en matire dinvestissement : projets dinfrastructures et dentretien des rseaux (transports ferroviaires, fluviaux, urbains), limitation des investissements ariens et routiers, amlioration de la comptitivit des ports maritimes ; des mesures de soutien au dveloppement de certains services : autoroutes ferroviaires et autoroutes de la mer, cration doprateurs ferroviaires de proximit ; lencouragement de bonnes pratiques : covoiturage et co-partage, plan de dplacements urbains, plan de dplacements dentreprise, formation des conducteurs de poids lourds lco-conduite ; des mesures de rgulation sectorielle (navigation arienne pour lutter contre les nuisances sonores, agence de rgulation des activits ferroviaires, ) et dorientation de la demande (co-pastille pour les vhicules particuliers) ; des orientations en matire de recherche et dveloppement dans les secteurs arien et routier ; la mise en uvre dune cotaxe sur les poids lourds, annonce dans la loi partir de 2011. Ce chapitre ne traite que des mesures relatives aux dpenses dinvestissement dans les infrastructures. La taxe kilomtrique sur les poids lourds (co-redevance) est intgre au modle comme une source de financement de la puissance publique. Les autres mesures (soutien certains services de transport, encouragement des bonnes pratiques, rgulation sectorielle, etc.) ne sont pas prises en compte. Limpact diffus de ces mesures les rend en effet difficilement quantifiables dans le cadre dune valuation macroconomique.

1.1. Mthodologie1.1.1. Construction du scnario tendanciel de rfrence Limpact macroconomique du Grenelle de lenvironnement est analys par diffrence avec le scnario de rfrence qui aurait eu lieu en labsence du Grenelle. Dans une approche raliste, le scnario de rfrence est suppos prendre en compte une certaine rorientation des investissements vers les modes respectueux de lenvironnement mais avec une ampleur moindre et un calendrier moins resserr que le scnario Grenelle. Ainsi, pour chacun des projets dinvestissement explicitement mentionns dans la loi Grenelle I, il a t dtermin son caractre additionnel par rapport au scnario de rfrence : ce projet aurait-il t ralis79 80

Environ 19,5 Md08/an tous modes confondus sur 2000-2008, contre 22,3 Md08/an sur 1990-1999. Les calculs raliss pour la prsente tude prvoient 25,9 Md08/an sur la priode 2009-2020.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 66

_________________________________

de toute faon, et laurait-il t la mme date et dans les mmes conditions ? Selon la rponse apporte, le Grenelle, soit joue un rle dacclrateur pour le projet considr, soit accrot le volume dinvestissement par rapport au scnario de rfrence. Les montants et les dates de mise en service retenus dans la prsente tude se conforment scrupuleusement aux donnes recueillies auprs du MEEDDM et des tablissements publics concerns. Dans le scnario pris comme rfrence, des hypothses plus prudentes ont t retenues du fait i) de la requalification de nombreux partenariats public-priv (PPP) en dette publique sous contrainte du Pacte de stabilit et de croissance qui conduirait annuler des projets et ii) dune rvision probable la baisse des programmes dinvestissements locaux en particulier en transports collectifs, en raison des consquences insoutenables du point de vue politique sur le niveau de la fiscalit locale. Outre les grands projets connus et relativement bien dfinis, linvestissement dans les infrastructures de transport recouvre galement des agrgats de dpenses difficiles dlimiter car portant sur de nombreuses oprations de faible ampleur et dimpact diffus sur le territoire. Finances dans le cadre des Contrats de Projets tat-Rgion (CPER) ou intgralement la charge des collectivits locales, ces oprations sont de nature trs diverse81 et il semble illusoire de chercher les dtailler toutes dans la prsente tude. Il est suppos ici que la plupart de ces investissements restent inchangs en volume, entre le scnario de rfrence et le scnario Grenelle82. Leurs montants sont estims daprs les volumes globaux observs sur la priode 1990-2008, dduction faite des grands projets nommment identifis. 1.1.2. talement des travaux dans le temps En fonction de la dure prsume des travaux, des profils types dtalement de linvestissement (en cloche) ont t retenus (voir tableau illustratif ci-dessous ; des calculs comparables ont t raliss pour des dures plus longues).

Tableau 1 : chancier des investissements (en pourcentage du volume dinvestissement)Dure des travaux (annes) 2 3 4 5 6 7 1 50 % 25 % 15 % 15 % 10 % 5% 2 50 % 50 % 25 % 20 % 15 % 10 % 25 % 30 % 20 % 20 % 20 % 30 % 25 % 25 % 20 % 20 % 20 % 20 % 10 % 15 % 10 % 3 4 5 6 7

Source : DG Trsor

Des tests montrent que lchancier retenu ici entrane peu de diffrence par rapport une rpartition des cots que lon aurait suppose uniforme sur la dure des travaux. 1.1.3. Prise en compte des dpenses de renouvellement Aux dpenses dinvestissement initiales des projets viennent sajouter des investissements de renouvellement, qui schelonnent sur la dure de vie des ouvrages. Ces dpenses sont parmi les plus difficiles estimer, tant en montant quen chelonnement temporel, car elles dpendent des lois de fatigue des composants de linfrastructure et de la politique dentretien annuel mise en uvre (dont labsence peut acclrer considrablement le besoin de renouvellement). Par ailleurs, les projets passs, dans le domaine ferroviaire, noffrent que peu de retour dexprience puisque la plupart nont pas encore subi de renouvellement. Faute dune valuation fiable des montants et des calendriers de ces dpenses pour chaque projet, il est suppos que les dpenses de renouvellement reprsentent en moyenne 30 % de linvestissement initial et interviennent en moyenne au bout de 20 ans de service de linfrastructure (un investissement de 1 08 lanne N engendre une dpense de renouvellement gale 0,3 08 lanne N+20, pour solde de tout compte).

81 Par exemple, amnagements du rseau routier secondaire, rfection de chausses aroportuaires, relevage de vitesse sur voies ferres, modernisation dcluses, modernisation de systmes de signalisation, de contrle ou de commande des rseaux de transports, etc. 82 Cette hypothse pourrait rsulter dun bilan neutre entre les effets dextension des rseaux (augmentation du linaire maintenir et renouveler) et les effets lis la modernisation des installations (modration des besoins et rduction des frquences de renouvellement permises par les gains de performance des quipements et des matriaux).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 67

_________________________________

1.1.4. Drive du cot des projets Les bilans ex post imposs par larticle 14 de la LOTI83 montrent une tendance systmatique des tudes pralables sous-estimer les cots de ralisation des infrastructures de transport. Ce phnomne, qui vaut pour tous les types dinfrastructures, provient schmatiquement de deux effets : un effet volume, par lequel lavancement du projet tend accrotre le volume dinvestissement par divers ajouts ou modifications dcids pour prendre en compte les attentes de lensemble des acteurs (mesures de protection environnementale, gares nouvelles non prvues initialement, renforcement de certains quipements), un effet prix d une inflation rapide des prix dans le secteur du BTP.

-

Sagissant de linvestissement, seul leffet volume est ici pris en compte. On le chiffre comme un surcrot moyen de +10 % par rapport aux estimations actuelles des projets (voir Annexe 1). Les drives inflationnistes des cots sont prises en compte par ailleurs dans le financement des projets (voir 1.4.4).

1.2. Estimation des volumes dinvestissementLes montants des projets sont valus en sappuyant sur linformation disponible la date de la prsente tude (printemps 2009). Les dates de dmarrage et les dures des travaux sont indicatives. Les dpenses dinvestissement sont ramenes en euros valeur janvier 2008. Le dflateur retenu est lindice TP01 (indice de travaux publics, tous corps de mtier, base 100 en 1975). Cette section dtaille les investissements dans les 3 domaines principaux que sont le ferroviaire, le transport collectif urbain et le routier et donne des indications sur les modalits retenues pour les simulations concernant le maritime, le fluvial et larien. 1.2.1. Investissements ferroviaires En matire dinvestissements ferroviaires, la loi Grenelle I prvoit (art. 12) : le lancement de 2000 km de Lignes Grande Vitesse (LGV) d'ici 2020, assorti dune liste indicative de projets ; l'tude de 2500 km supplmentaires pour une ralisation au-del de 2020, assorti l-aussi dune liste indicative de projets voqus par les acteurs locaux ; lacclration du programme de rgnration et la modernisation du rseau ferroviaire ; lamnagement des deux principaux axes Nord-Sud du rseau pour permettre la circulation de trains longs dau moins 1000 m ; ladaptation des infrastructures la mise en place dun rseau dautoroutes ferroviaires, et la construction de plateformes intermodales de fret ferroviaire.

Le tableau de la page suivante dresse la liste des projets pris comme hypothse de la prsente tude, selon chacun des deux scnarios, Grenelle et rfrence. Les estimations de cots et de mise en service sappuient sur un document interne du MEEDDM, transmis aux ministres financiers en dcembre 2007. Les informations ont t mises jour par les auteurs en fonction de lavancement connu des diffrents projets. La liste des LGV au-del de 2020 est donne titre indicatif afin de complter le scnario sur le moyen terme. On fait lhypothse que les LGV prvues dici 2020 auraient pour la plupart t ralises dans le scnario de rfrence, mais dans un calendrier moins rapide. Les projets prvus au-del de 2020 sont supposs absents en rfrence, lexception du Lyon-Turin qui fait lobjet dun accord international avec lItalie (accord de Turin, 2001) et de Paris-Clermont-Lyon qui est lune des options envisages pour remdier la congestion prvisible de laxe ferroviaire Paris-Lyon. Ces deux projets sont toutefois supposs attendre un niveau suffisant de saturation des infrastructures existantes. Par rapport au scnario de rfrence, le Grenelle consiste donc avancer dans le temps un certain nombre de projets et en raliser dautres en supplment de ce qui apparatrait ncessaire. Les cots des projets portent uniquement sur linfrastructure. Les besoins en matriel roulant sont chiffrs par ailleurs, partir dun ratio de 0,24 M HT dinvestissement en rames de type TGV pour 1 M HT dinvestissement en infrastructures. Ce ratio est dduit du programme de LGV ralis depuis 1981 et correspond un besoin dacquisition denviron 35 nouvelles rames par an dans le scnario Grenelle et 15 dans le scnario de rfrence84.

Loi dorientation des transports intrieurs, du 30 dcembre 1982. titre de comparaison, la branche Voyages France Europe de la SNCF prvoit un programme dacquisition sur les 15 prochaines annes de prs de 500 rames nouvelles, dont environ 200 lies uniquement aux nouveaux projets de desserte. Les ordres de grandeur retenus ici sont donc cohrents avec les prvisions de la SNCF.84

83

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 68

_________________________________

Tableau 2 : programme dinvestissement ferroviaire sur la priode 2010-2040, suite au Grenelle de lenvironnementMode de ralisation Loi Grenelle 1 soumis par le Gouvernement ajouts par le Parlement avant 2020 Scnario Grenelle Longueur (km) Date de valeur Dure travaux Dbut travaux Cot (M HT) Scnario de rfrence Date de valeur Dure travaux _ 2 2 4 6 7 5 5 5 5 5 5 8 6 6 6 6 6 10 6 8 6 6 6 6 6 6 6 6 6 5 5 3 _ _ Dbut travaux _ 2011 2011 2005 2006 2013 2011 2015 2015 2016 2018 2020 2018 2013 2013 2025 2014 2019 2030 2020 2025 2025 2025 2030 2025 2025 2030 2020 2020 2010 2014 2030 2010 _ _ Cot (M HT) Projets

Rgnration du rseau (acclration) Amnagement axes Nord-Sud pour trains longs (1000 m) Amnagement pour rseau AF haute frquence LGV Perpignan Figueras LGV Rhin Rhne branche Est phase 1 LGV Tours-Bordeaux (SEA) LGV Contournement Nmes Montpellier LGV Montpellier Perpignan LGV Bretagne Pays de Loire LGV Est europenne phase 2 LGV Rhin Rhne branche Est phase 2 LGV Interconnexion Sud Ile-de-France LGV Provence Alpes Cte d'Azur LGV Bordeaux Toulouse (SEA) LGV Bordeaux Hendaye (SEA) LGV Rhin Rhne branche Sud LGV Rhin Rhne branche Ouest LGV Poitiers Limoges LGV Lyon Turin (section commune Fr-It) LGV Lyon Turin (accs franais 1re phase) LGV Paris Clermont-Ferrand Lyon LGV Nantes Lyon ("barreau Est-Ouest") LGV Toulouse Narbonne LGV Toulouse Pau ("barreau Barn-Bigorre") LGV Paris Amiens Calais LGV Le Mans Nantes LGV Finistre (Rennes Brest/Quimper) Projets lists LGV Paris Rouen Caen/Le Havre titre indicatif LGV Luxembourg Nancy Montbliard CDG Express Contournement de Lyon (CFAL) section nord Contournement de Lyon (CFAL) section sud Equipement du rseau ferr en GSM-R Investissements ferrs autres Matriels TGV LGV Grenelle 1re phase (avant 2020) LGV Grenelle 2me phase (aprs 2020) Autres investissements de dveloppement ou modernisation Investissements ferrs non individualiss Matriels TGV TOTAL (2008)

x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x

x x x x x x x x x x x x x x

MOP MOP MOP DSP* 44 MOP* 140 DSP* 302 CP* 80 CP 160 CP* 182 MOP* 106 CP 50 CP 30 CP 220 CP 250 CP 280 CP 160 CP 95 CP 125 CP 80 CP 200 CP 570 CP 350 CP 130 CP 177 CP 223 CP 128 CP 235 CP 225 CP 239 DSP* 32 CP 56 CP 48 CP* 14 000 MOP Priv 2 240 2 357 -

1198 / an 2008 220 2008 100 2008 944 2003 2 380 2007 5 710 2006 1 190 2005 3 200 2004 2 380 2004 2 010 2008 870 2007 2 100 2007 15 300 2007 2 950 2004 4 050 2004 3 000 2007 2 500 2007 1 300 2005 9 200 2006 6 770 2007 10 370 2008 7 000 2008 1 910 2008 2 047 2008 4 160 2008 2 180 2008 2 700 2008 4 130 2008 4 000 2008 1 050 2008 1 551 2007 1 019 2007 1 000 courant 700 / an 2007 1072 / an 2008 66 971 2008 67 023 2008 42 725 2008 21 428 2008 32 159 2008 230 307

_ 2011 2011 2005 2006 2011 2010 2015 2011 2010 2011 2013 2018 2013 2013 2014 2014 2019 2014 2014 2020 2025 2025 2030 2025 2025 2030 2020 2020 2010 2014 2021 2010 _ _

_ 2 2 4 6 7 5 5 5 5 5 5 8 6 6 6 6 6 10 6 8 6 6 6 6 6 6 6 6 6 5 5 3 _ _

1198 / an 2008 220 2008 100 2008 944 2003 2 380 2007 5 710 2006 1 190 2005 0 2004 2 380 2004 2 010 2008 870 2007 2 100 2007 0 2007 0 2004 0 2004 3 000 2007 0 2007 0 2005 9 200 2006 6 770 2007 10 370 2008 0 2008 0 2008 0 2008 0 2008 0 2008 0 2008 0 2008 0 2008 1 050 2008 1 551 2007 1 019 2007 1 000 courant 500 / an 2007 447 / an 2008 25 920 2008 29 995 2008 42 725 2008 20 408 2008 13 420 2008 132 468

Source : hypothses et calculs DG Trsor, 2009, daprs donnes MEEDDM Lecture : - les investissements marqus dune croix (x) sont rpertoris explicitement dans la loi Grenelle I. On indique ici sils ont t proposs par le Gouvernement ou ajouts lors des dbats parlementaires, et si la loi prvoit de les engager avant 2020. Les autres investissements sont sous-entendus dans la loi (notamment les projets de LGV lists ici titre indicatif pour atteindre lobjectif lgal de 2500 km de rseau grande vitesse engags aprs 2020). - le mode de ralisation peut tre la matrise douvrage publique (MOP), la concession (DSP, dlgation de service public), le contrat de partenariat (CP) ou linitiative prive (achat des rames de TGV). Lastrisque signale lorsque le choix du mode de ralisation est dfinitif. - pour chaque investissement, on indique le cot hors TVA (avec lanne de valeur), le calendrier et la dure des travaux retenus dans le scnario Grenelle et dans le scnario de rfrence. Les cases en couleur signalent les diffrences entre le scnario de rfrence et le scnario Grenelle. - les 5 dernires lignes avant le total rcapitulent les montants dinvestissement par grande catgorie. - exemple de lecture : le projet de LGV Montpellier-Perpignan a t inscrit par le Gouvernement dans la loi Grenelle I pour tre engag avant 2020. Il est envisag de le raliser en contrat de partenariat (hypothse non dfinitive ce jour). Dune longueur de 160 km, son cot est estim 3200 M HT (valeur 2004). Dans le scnario Grenelle, les travaux sont prvus pour commencer en 2015 et durer 5 ans. Ce projet nest pas retenu dans le scnario de rfrence.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 69

_________________________________

1.2.2. Investissements dans les transports collectifs urbains (TCU) En matire dinvestissements dans les transports urbains, la loi Grenelle I prvoit (art. 13 et 14) : lextension des rseaux des transports collectifs en site propre (TCSP) de province et doutre-mer, de 329 1800 km en 15 ans ; en le-de-France, un programme renforc de transports collectifs visant accrotre la fluidit des dplacements, dont un projet de rocade structurante par mtro automatique ; le prolongement de la ligne EOLE vers Mantes ; des investissements de dcongestion de la ligne 13 du mtro parisien.

Le tableau suivant dresse la liste des projets de transports collectifs urbains pris comme hypothse de la prsente tude. Les estimations de cots et de mise en service proviennent de la Direction du Budget et ont t mises jour par les auteurs.

Tableau 3 : programme dinvestissement en transports collectifs urbains sur la priode 2010-2040, suite au Grenelle de lenvironnementScnario Grenelle Scnario de rfrence Mode de Longueur Cot travaux Cond. Dbut Dure Cot travaux Cond. Dbut Dure ralisation (km) (M HT) co. travaux travaux (M HT) co. travaux travaux TCSP de province - Appel projets 1re phase DSP 546 7 005 courant 2009 9 7 005 courant 2 009 16 TCSP de province - Appel projets phases ultrieures DSP 800 16 000 courant 2012 13 0 _ _ _ CP 130 / 50 16 000 2007 2012 10 9 000 2007 2 015 10 Rocade IdF mtro automatique (projet Gd Paris / Arc Prolongement EOLE vers la Normandie MOP 8 2 000 2007 2014 5 2 000 2007 2 020 5 Rnovation ligne 13 du mtro parisien MOP 24,3 250 2007 2008 3 250 2007 2 008 3 Autres grands projets Ile-de-France (Gd Paris ou SDRIF) MOP ? 16 750 2008 2008 25 16 750 2008 2 008 40 Rnovation et dveloppement des matriels roulants en IdF MOP/Priv _ 9 500 2008 2008 10 9 500 2008 2 008 20 Autres investissements TCU province et IdF MOP _ 1000 / an 2008 _ _ 1000 / an 2008 _ _ TCSP de province 1 346 29 915 2008 8 713 2008 Grands projets pour l'Ile-de-France 44 451 2008 28 823 2008 Matriel roulant d'Ile-de-France 9 500 2008 9 500 2008 Investissements TC non individualiss 30 000 2008 30 000 2008 TOTAL (2008) 113 866 77 036 NB : les sous-totaux calculs ici comprennent les dpenses de renouvellement des projets qui interviendront avant 2040, mais pas au-del. Projets

Source : calculs DG Trsor 2009 Lecture : Les cases en couleur indiquent les modifications supposes dans le scnario de rfrence par rapport au scnario Grenelle : Il est suppos que, dans le scnario de rfrence, lextension des lignes de TCSP en province aurait t plus re limite ; en premire approche, on a retenu les projets relativement mrs recenss dbut 2009, lors de la 1 vague dappel projets pour une subvention de ltat ; les projets envisags plus longue chance dans le scnario Grenelle sont exclus du scnario de rfrence en raison de la forte probabilit que les collectivits locales naient pas les marges de manuvre politiques pour augmenter la fiscalit locale en lien avec ces futurs besoins de financement. Sagissant des projets franciliens, on fait lhypothse quils auraient peu ou prou tous t raliss en rfrence mais dans un calendrier plus tal. Au lieu de la rocade mtro ambitieuse de 130 km prvue par le schma directeur de la Rgion Capitale, on suppose quil aurait t ralis une rocade mtro en proche banlieue (projet Arc Express port initialement par la RATP). Le prolongement dEOLE est suppos dmarrer plus tard, et les autres investissements sont tals sur 40 ans au lieu de 25. Enfin, le niveau annuel des autres investissements non individualiss est suppos identique dans les deux scnarios, soit environ 500 M08 pour lle-de-France et 500 M08 pour la province.

1.2.3. Investissements routiers La loi Grenelle I impose que laugmentation des capacits routires reste limite au traitement des points de congestion, des problmes de scurit ou des besoins dintrt local. Sagissant des projets identifiables, on a suppos que seuls ceux ayant fait lobjet dune dclaration dutilit publique seront raliss dans les deux scnarios : liaison L2 Marseille, largissement 2x3 voies de la route des Landes (A63), A150 Rouen Yvetot, grand contournement ouest de Strasbourg (A355), largissement de A9 au droit de Montpellier, A831 Fontenay-le-Comte Rochefort, A45 Lyon Saint-Etienne, amnagement de la RN88 entre Albi et lautoroute A75.

Le montant des autres investissements sur le rseau routier (national et local) est suppos gal 11,6 Md08 par an dans le scnario Grenelle et 13 Md08 dans le scnario de rfrence. titre de comparaison, lensemble des investissements routiers raliss par ltat, les collectivits et les socitsLes Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 70

_________________________________

dautoroute sest lev 14,8 Md08 par an sur la priode 1990-2008 mais seulement 13,5 Md08 sur la priode 2000-2008 et 12,6 Md08 pour la premire anne depuis le Grenelle de lenvironnement (2008). Les hypothses retenues reviennent considrer que le rseau routier est arriv maturit et que le niveau dinvestissement de lanne 2008 constitue le volume ncessaire pour assurer le renouvellement, la modernisation et la mise en scurit du patrimoine existant85. Dans le scnario Grenelle, on suppose donc une diminution de 1,4 Md08/an par rapport au scnario de rfrence, et cela pendant 30 annes. Cette hypothse rsulte dune certaine volont de stabiliser le niveau dinvestissement mais en le rorientant pour partie vers le domaine ferroviaire : lconomie ainsi gnre de 42 Md08 sur les investissements routiers est peu prs gale au surcrot dinvestissement envisag sur les LGV de 1re phase dans le scnario Grenelle par rapport au scnario de rfrence86. 1.2.4. Investissements dans les autres modes de transports (maritime, fluvial, arien) - En matire dinvestissements maritimes, la loi Grenelle I prvoit que ltat accompagnera le dveloppement des capacits portuaires et crera les conditions dune desserte terrestre efficace des grands ports maritimes franais. En labsence de prcisions sur les projets dinvestissements des ports, il est suppos que le niveau dinvestissement pass (en moyenne 370 M08 par an entre 1990 et 2008) sera reconduit, ce qui est relativement ambitieux dans la mesure o les chiffres passs comprennent de grands projets comme Port 2000 et Fos 2XL. tant donn le dficit de comptitivit reconnu des ports franais par rapport leurs concurrents europens, il est suppos que le mme niveau deffort aurait t accompli dans le scnario de rfrence. Par ailleurs, les projets dautoroutes de la mer, plusieurs fois cits dans le projet de loi, ne sont pas considrs ici comme de linvestissement dans le secteur transport. - En matire dinvestissements fluviaux, la loi Grenelle I annonce la ralisation du canal grand gabarit Seine-Nord-Europe, pour un cot de lordre de 4 milliards deuros, et la poursuite des tudes dune liaison fluviale grand gabarit entre les bassins de la Sane et de la Moselle en vue dun dbat public en 2012. cet gard, le prsent travail reconsidre ces hypothses : il suppose que les travaux du canal Seine-NordEurope dmarreront en 2011 dans le scnario Grenelle, et que ce projet naurait pas t ralis dans la situation de rfrence, compte tenu de la faible rentabilit du projet ex ante. Le projet de canal SaneMoselle nest, quant lui, pris en compte dans aucun des scnarios. Dans les deux scnarios, il est suppos que le reste des investissements sur le rseau fluvial reprsente environ 100 M08 par an. - Dans le domaine arien, la loi Grenelle I prconise de limiter les investissements aroportuaires. Sont cits le systme de navigation europen SESAR, auquel la France contribuera hauteur de 200 M sur 7 ans, ainsi que des objectifs de recherche en vue de rduire les missions de CO2 et les nuisances sonores. On suppose ici que le volume dinvestissement en infrastructures aroportuaires ou de navigation arienne sera rduit, dans le scnario Grenelle, 760 M08 par an, contre 960 M08 en moyenne annuelle sur 19902008. Le niveau du scnario de rfrence est suppos inchang par rapport la tendance passe.

En dpit du transfert par ltat aux Dpartements de la gestion de 18000 km de routes nationales, il est fait lhypothse que les collectivits naugmenteront pas les budgets consacrs ce linaire de route. Ainsi, on considre une stabilit globale du volume dinvestissements routiers. 86 Cela revient financer les LGV supplmentaires prvues dici 2020 par une rduction des dpenses routires jusquen 2039.

85

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 71

_________________________________

1.2.5. Comparaison des scnarios dinvestissements envisags Les graphiques suivants rsument les constructions du 1.2. et illustrent les tendances passes dinvestissement dans les infrastructures de transport.

Graphique 1 : squence dinvestissement dans les infrastructures de transport (scnario de rfrence, en Md2008)Md 2008 35 Historique 30 Scnario de rfrence

25Autres

20Grand Paris Lyon-Turin, LGV ParisClermont-Lyon

TC urbains

Fer

15

4 LGV (Est 2e phase, SEA, BPL, CNM)

Route

10

Socle d'investissement routiers

5

0 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050

Source : calculs DG Trsor, 2009

Si les hypothses prises pour le scnario de rfrence conduisent un rattrapage du niveau dinvestissement des annes 1990, le scnario Grenelle constitue quant lui un pic dinvestissement important, orient tout particulirement vers le rseau ferr.

Graphique 2 : squence dinvestissement dans les infrastructures de transport (scnario Grenelle , en Md2008)Md 2008 35 Historique 30renouvellement des investissements

Scnario Grenelle

25

Grand Paris, TCU province

Autres

20LGV pr-2020 LGV post-2020

TC urbains

Fer

15Route

10

5

Socle d'investissement routiers

0 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050

Source : calculs DG Trsor, 2009

Mises cte cte, les squences dinvestissement des deux scnarios se rejoignent vers 2030. Rapports au volume du PIB national les deux squences dcroissent long terme, notamment car les investissements raliss au-del de 2030 ne sont pas encore connus. cet horizon, tous les rseaux de transport ayant atteint leur maturit, il ne devrait toutefois plus tre ncessaire de leur consacrer une fraction de la richesse nationale aussi importante que par le pass.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 72

_________________________________

Graphique 3 : comparaison des volumes dinvestissement dans les infrastructures de transport entre le scnario Grenelle et le scnario de rfrence (en points de PIB)Pts de PIB 1,80 1,60 1,40 1,20 1,00 0,80 0,60 0,40 Investissement Grenelle 0,20 0,00 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 Investissement Rf rence Historique

Source : calculs DG Trsor, 2009

Le tableau ci-dessous rsume le chiffrage des deux scnarios87, par catgorie dinfrastructures. On se limite ici aux annes 2009-2039 pour lesquelles on dtient les informations les plus pertinentes.

Tableau 4 : volumes dinvestissements en infrastructures de transport observs sur le pass, estims sur les scnarios de rfrence et le scnario Grenelle (en Md2008)(moyennes annuelles, Md 2008) Rseau routier Rseau non concd dont rseau dpart. et local dont rseau national Rseau concd Total Rseau ferr principal Rseau grande vitesse Rseau principal hors LGV Total Transports collectifs urbains Rseau ferr Ile de France RATP TCU de province Total Autres infrastructures Ports maritimes Aroports et navigation arienne Voies navigables et ports fluviaux Total Total des investissements Historique 1990-1999 2000-2008 12,69,7 2,9

Scnario de rfrence 2009-2020 2021-2039 11,29,5 1,7

Scnario Grenelle 2009-2020 2021-2039 10,39,1 1,2

Grenelle - Rfrence 2009-2020 2021-2039 -0,9-0,4 -0,5

11,39,7 1,7

11,29,5 1,7

10,39,1 1,3

-0,9-0,4 -0,5

3,4 16,0 1,3 1,6 2,9 0,5 0,7 0,8 2,0 0,4 0,9 0,1 1,4 22,3

2,2 13,5 0,9 1,4 2,2 0,3 0,5 1,4 2,2 0,4 1,1 0,2 1,6 19,5

2,1 13,3 1,4 2,1 3,5 0,5 1,1 1,0 2,6 0,4 1,0 0,1 1,4 20,8

2,1 13,3 2,0 1,7 3,8 0,5 0,9 0,7 2,1 0,4 1,0 0,1 1,4 20,6

1,5 11,8 5,0 2,3 7,3 0,8 2,1 2,2 5,2 0,4 0,8 0,5 1,6 25,9

1,5 11,8 3,8 1,9 5,7 0,5 1,0 1,0 2,5 0,4 0,8 0,2 1,3 21,3

-0,6 -1,4 3,6 0,2 3,8 0,3 1,0 1,3 2,5 0,0 -0,2 0,4 0,2 5,1

-0,6 -1,4 1,7 0,2 1,9 0,0 0,1 0,4 0,4 0,0 -0,2 0,1 -0,1 0,7

Sources : historique = Comptes Transports de la Nation 2008 (CCTN, 2008) ; projections sur la priode 2009-2039 = calculs DG Trsor ; donnes hors matriels roulants ferroviaires.

Les montants considrs dans le scnario Grenelle sinscrivent en trs forte hausse par rapport la tendance de 2000-2008 (+6,4 Md08 par an dici 2020, soit +33%) et par rapport au scnario de rfrence : ce sont plus de 5 Md08 qui seront dpenss en plus chaque anne sur 2009-2020 en raison du Grenelle. Les investissements routiers continuent dcliner, actant ainsi larrt des projets visant lachvement du maillage du rseau national. linverse, les investissements ferroviaires sont multiplis par plus de 3, avec le retour un niveau lev dinvestissement sur le rseau classique (dont la rgnration des voies) et surtout le boom des projets de lignes nouvelles grande vitesse.

87

Les volumes dinvestissement sont donns titre indicatif mais seul le diffrentiel entre les scnarios Grenelle et de rfrence a un impact dans la modlisation.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 73

_________________________________

Du ct des transports collectifs urbains, la rgion le-de-France bnficie dun rattrapage vigoureux des investissements sur le rseau ferr et le rseau RATP, tandis quen province, le boom des TCSP continue jusque vers 2020. Dans les autres secteurs, un ralentissement des investissements est prvu dans le domaine aronautique, une relative stabilit des investissements portuaires et un pic dinvestissement sur le rseau fluvial, principalement d la ralisation du canal Seine-Nord-Europe. Sur la priode 2021-2039, apparaissent les premiers investissements de renouvellement de projets mis en service avant 2020, en particulier sur le rseau ferr grande vitesse.

linverse, le scnario de rfrence prvoit une hausse modre des investissements en infrastructures, permettant de retrouver le niveau observ la fin des annes 1990. Laffectation des budgets sinscrit dans la continuit des tendances historiques. Toutefois, ne pouvant ignorer lmergence des proccupations environnementales, le surcrot dinvestissement par rapport aux dernires annes est orient de manire prfrentielle vers le mode ferroviaire et les transports collectifs dle-de-France. Outre les LGV dont lavancement laisse prsager dune mise en chantier prochaine, deux projets de grande ampleur, la LGV Lyon-Turin et une LGV Paris-Clermont-Lyon, voient le jour au-del de 2020. Les transports collectifs urbains sont supposs sortir progressivement du pic dinvestissement actuel dans les rseaux de tramway et de bus en site propre, en raison des contraintes de financement qui simposeront aux collectivits selon notre hypothse. Enfin, le niveau dinvestissement dans les ports, les aroports et les voies navigables reste globalement inchang.

1.3. Estimation des besoins de financement public1.3.1. Mthodologie Les besoins de financement public sont dduits des volumes dinvestissement en tenant en compte de trois aspects : le montage contractuel, qui permet ou non de recourir au prfinancement priv et dtaler dans le temps la dpense publique, la sous-estimation initiale des cots, attendue sinon prvisible, et qui prsente un caractre quasisystmatique si lon juge par les bilans a posteriori des projets passs, le partage du financement entre usagers et contribuables, via laffectation des recettes de tarification au financement des projets.

La prsente tude se limite au financement des dpenses dinvestissement dans les infrastructures et ne considre pas les dpenses dexploitation et dentretien additionnelles qui seront suscites par ce programme dinvestissement. En particulier, dans les transports collectifs urbains, o les recettes de trafic sont loin de couvrir les cots de fonctionnement, il sagit dune hypothse conduisant minorer significativement les besoins rels de financement public dans les annes venir. 1.3.2. Impact du mode de ralisation Les infrastructures de transport peuvent tre ralises suivant trois modes contractuels : le march public (qui est rgit par la loi sur la Matrise dOuvrage Publique), dont le paiement par la puissance publique intervient mesure des travaux de construction, la concession (ou Dlgation de Service Public), dont le financement repose dabord sur les recettes dexploitation (pages verss par les usagers) et peut tre abond par une subvention publique, que lon suppose ici verse mesure des travaux de construction, le contrat de partenariat (CP), qui suppose le paiement, par la puissance publique au partenaire priv, dun loyer annuel dexploitation sur toute la dure du contrat compter de lexploitation. Comme dans le cas des concessions, le contrat de partenariat peut donner lieu au versement dune subvention publique initiale, ce qui allge dautant le besoin dendettement du partenaire priv.

Pour les projets situs dans un avenir proche (CDG-Express, LGV SEA, canal Seine-Nord), le type de montage pris comme hypothse est celui communiqu par le MEEDDM. Pour les projets plus lointains, on suppose gnralement un recours au contrat de partenariat, compte tenu du renforcement trs net de ce mode contractuel comme montage privilgi par la puissance publique. Cette hypothse est conforte par le fait que nombre des projets envisags semblent premire vue insuffisamment rentables pour attirer des candidats la concession. Qui plus est, la ralisation des premiers projets en contrat de partenariat, en grevant le budget de ltat par les loyers dexploitation, renforcera la contrainte budgtaire dans le futur et incitera raliser galement les projets ultrieurs en contrat de partenariat.Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 74

_________________________________

Sagissant des investissements non individualiss, on suppose quils sont tous assimilables des investissements raliss en matrise douvrage publique, soit par ltat ou les collectivits locales, soit par leurs tablissements publics. Cela signifie que la part de financement public, une fois dduit lautofinancement par les recettes de trafic, est suppose verse au prorata de lchancier des travaux. 1.3.3. Impact des partenariats public-priv sur le cot des projets pour la collectivit Les partenariats public-priv (CP ou concession) sont couramment justifis par le gain defficacit et la meilleure matrise des risques quils procurent par rapport la matrise douvrage publique (MOP). Le MEEDDM table sur une diminution des cots de ralisation de 10 % 15 %88. Toutefois, les retours dexprience, notamment sur les Private Finance Initiative anglo-saxons, ne semblent pas dgager un gain aussi systmatique (Predali, 2007). linverse, le recours au prfinancement priv, qui est lun des facteurs de succs du PPP, conduit renchrir le cot de financement, du fait que le capital priv mobilis pour payer les travaux est rmunr plus cher que le taux auquel peut se financer la puissance publique. Le bilan des deux effets (rduction du cot dinvestissement, surcot financier) doit tre examin en fonction des caractristiques de chaque projet et le montage en contrat de partenariat peut ressortir tantt plus cher, tantt moins onreux pour la collectivit quune ralisation en MOP. La priode actuelle de crise des liquidits sur le march des prts long terme est dailleurs marque par une forte dgradation de la comptitivit des PPP. Faute de pouvoir conclure sur les avantages quantitatifs de la MOP et des PPP, on ne suppose ici aucun avantage financier systmatique lun ou lautre des types de montage possibles. Quel que soit le montage retenu, les projets sont valus au mme cot (pas de gain defficacit du priv) et supposs supporter le mme cot financier (pas de prime de risque du priv), si la dpense est tale dans le temps (via lemprunt sur les projets en MOP, via la rmunration du partenaire priv sur les projets en contrat de partenariat). En dautres termes, on suppose que, hormis le calendrier de versement des financements publics, il est indiffrent de raliser les projets en contrat de partenariat ou en MOP. 1.3.4. Inflation des prix du BTP Les prix des projets seront affects par deux facteurs (voir Annexe 1) : une inflation du secteur du BTP durablement suprieure linflation de la moyenne de lconomie, des risques ponctuels dinflation des prix lis au choc dinvestissement que reprsente le Grenelle.

Concernant linflation tendancielle du secteur du BTP, une analyse historique nous conduit retenir une drive supplmentaire des cots de 15 % : sur les 12 dernires annes, linflation dans le secteur du BTP sest monte 3,52 % par an, tandis que linflation moyenne ntait que de 1,69 % (IPCH). Cette hypothse a pour consquence notable de renchrir les projets du scnario de rfrence. En effet, plus un projet est retard dans le temps, plus il cote cher, ce qui a pour consquence de rduire le diffrentiel de financement de linvestissement entre les deux scnarios. Leffet inflationniste du Grenelle, d au surcrot de demande qui sera adress au march du BTP (+33 %) semble, quant lui, invitable. Il convient donc de lexpliciter au moment o lon cherche estimer les besoins de financement ex ante. On estime que pour 1 % dinvestissement en plus, les cots de financement des projets augmentent de 0,14 %89 (voir Annexe 1). 1.3.5. Rpartition des cots entre usagers et contribuables Une certaine part des dpenses seront finances par la tarification des infrastructures, dans le respect toutefois des objectifs de transfert modal (modration des hausses tarifaires afin de conserver le caractre incitatif du signal prix). Si des hausses tarifaires sont vraisemblables sur certains projets, on suppose toutefois que, en moyenne, le cot des transports pour lusager restera inchang. De mme, on suppose que la consommation globale des mnages en transport nest pas modifie du fait du Grenelle. Aussi, un niveau agrg, la part dautofinancement du scnario Grenelle est suppose ne pas provenir dun effet prix (pas de hausse des cots de transport) ou dun effet volume (pas de hausse du trafic relativement au scnario de rfrence), mais seulement de la substitution entre modes. Par exemple, alors que les cots de transport supports par les usagers routiers retournent pour une part au budget de ltat et des collectivits via la TIPP, les cots supports par les usagers ferroviaires retournent directement au financement des projets via les mcanismes de tarification adopts par RFF. La diffrence dautofinancement des scnarios Grenelle et rfrence sexplique ainsi par le fait que la contribution des usagers des transports transite plus ou moins par la fiscalit ou par la tarification.

88 89

Source : entretien avec la Mission dexpertise des partenariats public-priv du MEEDDM (MIEPPP), nov. 2008. Symtriquement, on suppose que pour 1 % dinvestissement en moins, le cot de financement baisse de 0,14 %.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 75

_________________________________

La part dautofinancement des investissements considrs varie trs fortement dun projet lautre : elle est exceptionnellement leve dans le cas du projet de TGV SEA (environ 50 %), mais nulle sagissant des projets de transport urbains90. La prsente tude sappuie sur les hypothses du MEEDDM et de RFF. Sur les projets pour lesquels on ne dispose daucune information de cet ordre, on cre arbitrairement les catgories suivantes qui sont associes des parts dautofinancement standard :

Tableau 5 : part dautofinancement des projets (si non connue, un pourcentage du cot du projet)Part d'autofinancement LGV trs rentable LGV rentable LGV peu rentable TCSP 25% 15% 5% 0%

Source : DG Trsor

Pour les projets de LGV avant 2020, les hypothses retenues conduisent une part moyenne dautofinancement de 20 %. Pour les LGV postrieures 2020, cette part tombe 9 %. Tous les projets de transports collectifs urbains sont supposs prsenter un autofinancement nul. Sagissant des projets routiers identifis, ils sont supposs prsenter un autofinancement de 50 % ou 75 % selon les cas lorsquils sont raliss en concession, et un autofinancement nul lorsquils sont raliss en contrat de partenariat sans recettes de page (L2, centres dentretien routier). Le canal Seine-Nord-Europe est suppos dgager 10 % dautofinancement, tandis que cette part est estime 15 % pour les investissements portuaires et fluviaux, et 80 % pour les investissements aroportuaires. Le reste des investissements, ralis en matrise douvrage publique, est suppos ne dgager aucune recette de tarification propre. Avec les hypothses ci-dessus, les recettes provenant des usagers des transports demeurent cependant faibles par rapport aux besoins de financement. Elles reprsentent environ 4,7 % du programme dinvestissement dans le scnario de rfrence et 6,2 % dans le scnario Grenelle91. Si lon ne considre que le diffrentiel dinvestissement entre le scnario Grenelle et le scnario de rfrence, cette part dautofinancement monte 7 %, du fait dune part plus importante de LGV dans le total considr (mais des LGV faiblement rentables). Par ailleurs, le fait de retarder certains projets dans le scnario de rfrence est suppos avoir un effet bnfique sur leur autofinancement, le trafic escompt devant tre naturellement plus lev la mise en service. Ainsi, hormis pour linvestissement routier et les projets de TCSP, on suppose que la part dautofinancement augmente de 1 point par anne de dcalage par rapport au scnario Grenelle. En dfinitive, lensemble des besoins de financement non couverts par les recettes de trafics sont, par hypothse, imputs la puissance publique, quil sagisse de financements apports par ltat, par les collectivits territoriales ou par lUnion europenne92.

Par exemple, en Ile de France, la tarification ne finance pas linvestissement et finance seulement 41 % des cots de fonctionnement (source : rapport dactivit du STIF, 2007). 91 Ces chiffres rsultent de lagrgation des montants dautofinancement, projet par projet. 92 Les subventions europennes ne concernent a priori que quelques projets transfrontaliers et sont minimes par rapport au reste des financements publics. Le budget de lUnion europenne tant abond hauteur de 16 % par ltat franais, ces subventions sont assimiles un financement par ltat. Lapproximation ainsi faite reste ngligeable au regard des incertitudes qui psent sur le niveau dautofinancement des projets.

90

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 76

_________________________________

1.3.6. Cot de financement des projets Comme expliqu supra, le cot de financement est suppos identique pour tous les projets quel que soit leur mode de ralisation (MOP, CP ou DSP) et quel que soit le matre douvrage du projet (tat ou collectivit territoriale). Lorsque la dpense publique est tale dans le temps (via lendettement ou via un contrat de partenariat), on suppose que les frais financiers sont ceux de ltat (sans distinction entre ltat, les collectivits locales, ou le partenaire priv). Ltat est suppos emprunter au taux dintrt des obligations assimilables du Trsor de maturit 10 ans (OAT 10) et rembourser chance de 10 ans (hypothse arbitraire qui consiste dcorrler la dure demprunt de la dure de retour sur investissement des projets financs). Le taux moyen des OAT 10 sur les 12 dernires annes stablit 4,34 %. Cumuls sur 10 ans, les intrts conduisent alors un cot financier de 25,4 %. 1.3.7. Comparaison des squences de financement dans les deux scnarios (rfrence et Grenelle) Compte tenu de ltalement des dpenses permis par le recours aux partenariats public-priv, le pic dinvestissement observ entre 2010 et 2030 se traduit par un pic de financement public plus faible (de lordre de 4 Mds08, soit 0,2 points de PIB). Le reste des dpenses additionnelles est report dans le temps, tal sur la dure dexploitation des projets. Au total, le scnario Grenelle induit 120 Mds08 de dpenses publiques supplmentaires entre 2010 et 2079 (fin des paiements).

Graphique 4 : dpenses publiques dans le scnario de rfrence et le scnario Grenelle (en points de PIB)Pts de PIB 1,4 1,3 1,2 1,1 1 0,9 0,8 Dpense publique Grenelle 0,7 0,6 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 Dpense publique Rf rence

Source : calculs DG Trsor

1.4. Intrants du modle macroconomiqueLe volet infrastructures de transport du Grenelle se traduit par un surplus dinvestissement par rapport au scnario de rfrence de 145 Mds08 hors route et 101 Mds08 avec routes entre 2010 et 2067 (fin des derniers chantiers de renouvellement). Le surcot pour les dpenses publiques slve 171 Mds08 hors routes et 111 Mds08 avec les routes entre 2010 et 2079 (fin des paiements)93. Il induit une hausse de linvestissement de 4,4 points de PIB en cumul sur la priode par rapport au scnario de rfrence.

On notera que les volumes de dpenses publiques dcroissent long terme moins vite que les volumes dinvestissement. Cela est d lexistence dune inflation plus rapide dans le secteur du BTP que linflation globale des prix la consommation : toutes choses gales par ailleurs, financer un kilomtre de LGV en 2030 cote plus cher que le financer en 2020.

93

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 77

_________________________________

Tableau 6 : rcapitulatif des volumes dinvestissement (y compris matriels roulants ferroviaires) et de dpenses publiques dans le scnario de rfrence et le scnario Grenelle , sur la priode 2009-2039 et sur la priode 2009-2079 (en Md2008)Priode 2009-2039 Route Ferroviaire Urbain Autres Total Investissements Md2008 Grenelle 367 232 124 44 766 Rfrence 411 129 85 44 669 Diffrence -44 103 39 0 98 Financements publics Md2008 Grenelle 494 153 146 27 820 Rfrence 554 98 102 24 778 Diffrence -60 55 44 2 42

Priode 2009-2079 Route Ferroviaire Urbain Autres Total

Investissements Md2008 Grenelle 898 276 171 96 1440 Rfrence 942 163 138 96 1339 Diffrence -44 113 33 0 101

Financements publics Md2008 Grenelle 1848 324 278 79 2529 Rfrence 1909 196 240 74 2418 Diffrence -60 128 38 5 111

Source : calculs DG Trsor

Les chroniques diffrentielles dinvestissement et de financement entre les deux scnarios figurent sur les graphiques suivants. Le retour au scnario de rfrence nintervient qu trs long terme, montrant par l combien les dcisions daujourdhui affectent lavenir sur une longue priode94. En effet, alors que les dpenses dinvestissement salignent peu prs dans les deux scnarios partir de 2035, le cot pour les finances publiques reste durablement plus lev dans le scnario Grenelle que dans le scnario de rfrence, contrepartie du relativement faible apport public initial lors des chantiers de construction (effet des PPP).

Graphique 5 : diffrentiels dinvestissement et de besoin de financement public entre le scnario Grenelle et le scnario de rfrence entre 2009 et 2070 (en Md2008)14 12 10 8 6 4 2 0 -2 -420 50 20 54 20 34 20 26 20 30 20 10 20 38 20 42 20 14 20 18 20 22 20 46 20 58 20 62 20 66 20 70

Investissement

Financement

Source : calculs DG Trsor, 2009 Lecture : Le surcrot de dpenses dinvestissement atteint un pic en 2014 12,1Md et le surcrot de financement public en 2032 pour 4,5 Md.

94

Ce phnomne est particulirement visible sur la squence des paiements, du fait des nombreux contrats de partenariat qui conduisent repousser la dpense publique sur toute la dure de vie des projets.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 78

_________________________________

Graphique 6 : diffrentiels dinvestissement et de besoin de financement public entre le scnario Grenelle et le scnario de rfrence entre 2009 et 2070 (en points de PIB)0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0.0 -0.1 -0.2

20 62

20 66

20 46

20 50

20 42

20 54

20 26

20 18

20 22

20 30

20 10

20 14

Investissement

20 34

20 38

Financement

Source : calculs DG Trsor Lecture : Le surcrot de dpenses dinvestissement atteint un pic en 2014 0,56 point de PIB et le surcrot de financement public en 2032 pour 0,15 point de PIB.

En matire dinvestissement, le Grenelle se traduit par un pic dinvestissement entre 2010 et 2030. Le cumul des projets de LGV sur la priode 2010-2020 renforce lampleur de ce pic par rapport un scnario de rfrence dans lequel plusieurs projets sont dcals ou ne sont pas raliss. partir de 2030, le contrecoup que lon attendrait (moins dinvestissement dans le scnario Grenelle que dans le scnario de rfrence) est annihil par lapparition des premiers investissements de renouvellement. En matire de financement, lacclration des projets du scnario Grenelle cre un surcrot de dpenses sur la priode 2010-2020, qui est d principalement au versement des subventions publiques durant la phase de construction des projets raliss en concession (type LGV Tours-Bordeaux) et en matrise douvrage publique (LGV Est 2me phase, TCSP). Ce premier pic de financement est dampleur bien moindre que le pic dinvestissement car les montages en contrat de partenariat conduisent reporter bien plus tard les dpenses publiques. Il disparat ensuite mesure que sont lancs les projets du scnario de rfrence. Comme pour les investissements, un surcrot de financement rapparat sur la priode 2030-2040, loccasion des dpenses de renouvellement des investissements en matrise douvrage publique95. partir de 2040, deux phnomnes se conjuguent pour maintenir un niveau lev de dpenses publiques : dune part, le retour au niveau de rfrence des investissements courants non individualiss, dont 1,4 Mds08 supplmentaires par an pour les seuls investissements routiers, dautre part, la poursuite du paiement des loyers de tous les contrats de partenariat mis en service dans les annes prcdentes.

2. valuation macroconomique du scnario central2.1. Choix et hypothses de modlisationLvaluation macroconomique du scnario dinvestissement du Grenelle est ralise laide du modle macroconomtrique Msange. Le modle dcrit trois branches : manufacturire, non manufacturire96 et non marchande, et quatre secteurs institutionnels : entreprises, mnages, administrations publiques et services financiers. Le secteur des transports nest donc pas dtaill mais est inclus dans le secteur non manufacturier. La France est considre comme une petite conomie ouverte sur le monde, cest--dire que le reste du monde est totalement exogne (la demande et loffre internationales sont indpendantes des choix conomiques nationaux). 2.1.1. Hypothses sur les interactions macroconomiquesLe point singulier observ pour lanne 2032 rsulte des hypothses un peu rigides de calendrier (conjonction de nombreuses sources de dpenses cette anne-l) mais il est probable que, dans la ralit, la puissance publique ferait en sorte dtaler cette pointe sur les annes avoisinantes. 96 Pour les besoins danalyse, il est possible disoler au sein du secteur non manufacturier la production dnergie des autres services marchands.95

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 79

_________________________________

20 58

20 70

On simule une hausse de linvestissement public en supposant quelle ninduit pas dviction ni de linvestissement public, ni de linvestissement priv. Il sagit dune hypothse favorable au scnario Grenelle. Linvestissement public li au volet transports du Grenelle a un effet direct et positif sur le niveau dactivit. Les dpenses dinvestissement portent environ 80 % sur des produits non manufacturs et 20 % sur des produits manufacturs. Confrontes une hausse de la demande publique, les entreprises augmentent leurs capacits de production via linvestissement et lemploi. Laugmentation de la demande demploi se traduit par laccroissement des salaires et de la consommation. Cet effet dentranement est toutefois limit par laugmentation des importations et des prix97. En effet, une partie du surcrot de demande est importe et la hausse des salaires conduit une hausse des cots de production et des prix. Finalement, limpact positif de la hausse de linvestissement sur lactivit sattnue en moyenne 4 ans aprs sa ralisation. Par ailleurs, les apports de subvention publique sont supposs suffisants pour donner aux projets de PPP (concession ou contrat de partenariat) une rentabilit quivalente pour les investisseurs privs celles dautres projets lchelle internationale, de sorte quil ny a pas deffet dviction sur linvestissement priv. Le volume dinvestissement priv ncessit par le scnario Grenelle est lui-mme suppos marginal par rapport aux besoins dinvestissement priv lchelle internationale. 2.1.2. Impact sectoriel du programme dinvestissement On suppose que le volet transport du Grenelle de lenvironnement naugmente pas la consommation des mnages et des entreprises en transport mais agit uniquement, au sein de la consommation de transport, sur le type de transport utiliss (report modal). Au-del des effets sur lactivit et lemploi gnrs pendant leur construction, la modification des parts modales pourrait en effet se traduire par des modifications du cot de production moyen des services de transport et du prix moyen support par les usagers. Par suite, la comptitivit du secteur des transports sen trouverait modifie ce qui induirait des variations de la consommation de transports et de la comptitivit dautres secteurs de lconomie. Dans un souci de simplification, le scnario de base ne tient compte daucun effet de ce type et se concentre sur limpact sur lactivit des surinvestissements induits par le Grenelle. En effet, limpact du scnario Grenelle sur le prix des transports est difficilement prvisible. Au moins trois effets sont possibles : Le secteur des transports tant traditionnellement non rentable et largement subventionn par la collectivit, la politique de tarification poursuit gnralement dautres objectifs que la couverture du cot complet et vise plutt orienter la demande de transport vers les modes les plus pertinents dun point de vue socioconomique (ex : sous-tarification des TCSP). En particulier, les prix sont gnralement aligns sur les cots marginaux de circulation dune unit de trafic supplmentaire, sauf si la disposition payer des usagers permet descompter un surcrot de recettes sans dgrader trop le niveau de trafic. Toutefois, le surcrot dinvestissement est tel quil pourrait ncessiter une augmentation globale des prix afin que les usagers contribuent plus largement au financement des projets. Ce besoin est dautant plus fort que le calendrier envisag par la loi Grenelle I est resserr. Cette hypothse de tarification des projets du Grenelle est implicite dans le niveau dautofinancement que lon a suppos plus haut (voir 1.4.5). Enfin, trafic quivalent, les modes de transport prsentent des cots unitaires diffrents : le service ncessaire pour acheminer un voyageur.kilomtre en avion est globalement plus coteux que celui ncessaire pour acheminer un voyageur.kilomtre en train ; linverse, un trajet effectu en voiture cote financirement moins cher la collectivit que le mme trajet accompli en mtro. Les reports de trafics attendus dans le scnario Grenelle (route TCSP, avion rail) devraient ainsi oprer une redistribution des usagers entre des modes de transports de cot diffrent, redistribution dont le rsultat est ambigu faute de donnes suffisantes pour calculer le bilan.

Une hausse des prix dans le secteur des transports suite au Grenelle est donc possible : elle viendrait grever le budget des mnages, diminuer la demande adresse aux autres secteurs conomiques et en augmenter les cots de production. Faute de certitude et afin de ne pas pnaliser le scnario Grenelle par rapport au scnario de rfrence, les niveaux de prix et de la demande dans le secteur des transports sont ici supposs semblables dans les deux cas. titre dillustration, le cas dune hausse des prix dans le secteur des transports est simul comme un scnario de financement alternatif.Contrairement au paragraphe 1.4.4 qui sintressait leffet inflationniste du choc dinvestissement sur le niveau des dpenses publiques, on sintresse ici leffet inflationniste du choc dinvestissement sur le niveau des prix dans tous les secteurs de lconomie. Les deux phnomnes ont la mme cause mais sont traits indpendamment dans notre modlisation. Il ny a donc pas de double compte.97

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 80

_________________________________

La prsente tude traite toutefois, dans des scnarios annexes, de limpact des conomies dnergie (3.1) et des avantages socioconomiques (3.2) lis au volet transport du Grenelle. 2.1.3. Mode de financement des dpenses publiques La puissance publique dispose de plusieurs types de ressources pour financer ses dpenses : on choisit ici de se concentrer sur la fiscalit98. On fait lhypothse que les surcrots de dpenses annuels sont financs par une hausse concomitante des recettes fiscales. Le financement de linvestissement peut se traduire par une hausse uniforme des prlvements obligatoires ou le recours des instruments plus spcifiques au secteur des transports : TIPP, co-redevance poids lourds ( partir de 2012), versement transport... Du point de vue de la modlisation, la diffrence entre les instruments fiscaux tient leur impact spcifique sur les diffrents secteurs conomiques. Dans le scnario central (n1), linvestissement est financ par une hausse de lensemble des prlvements obligatoires au prorata de leur poids dans les recettes publiques ( prlvement gnrique ). Dans les scnarios n2, n3 et n4, dautres modes de financement sont envisags99 :

Tableau 7 : prsentation des diffrents scnarios simulsScnario Grenelle n1 financement par une hausse du prlvement gnrique financement par Scnario n2 une hausse du prlvement gnrique une taxe poids lourds (taxe sur les consommations dnergie des entreprises) de 1 Md/an partir de 2012 une hausse du prlvement gnrique une hausse du versement transport (taxe sur la masse salariale) de 1 Md/an partir de 2012 une hausse du prlvement gnrique une hausse de la tarification dans le secteur des transports pour un montant de 1 Md/an partir de 2012

financement par Scnario n3 -

financement par Scnario n4 -

Source : hypothses DG Trsor ; en cumul sur la priode de financement, le montant annuel de 1 Md reprsente 57 % du surcrot de dpenses publiques dues au Grenelle.

On suppose que les modes de financement alternatifs rapportent 1Md en 2012. Leurs recettes augmentent ensuite au mme taux de croissance que le PIB dans le scnario central et reprsentent donc des recettes publiques permanentes de 0,05 point de PIB. Du point de vue conomique, les instruments fiscaux ont des impacts diffrencis sur lconomie. La taxe poids lourds (scnario n2) est suppose peser sur la consommation en nergie des entreprises en volume100. Le versement transport (scnario n3), qui est assis sur la masse salariale, est modlis comme une hausse du cot du travail support par les employeurs. Enfin, la hausse des prix pratiqus dans le secteur des transports (scnario n4) se concrtise dans le modle comme une hausse des prix dans le secteur non manufacturier qui pse sur le pouvoir dachat des mnages101.

On laisse de ct lendettement ou la mise en vente de biens publics, telle la privatisation des autoroutes (dont les produits de cession en 2005 ont t, ce jour, intgralement consomms) ou la cession de participations dans les socits du secteur (SNCF, RFF, ADP, ports). Concernant lendettement, compte tenu des nombreux contrats de partenariat public-priv prvus, on peut dailleurs considrer que le report des dpenses dans le temps quoffrirait un recours lendettement est dj largement mis profit grce ces contrats. 99 Les recettes spcifiques au secteur des transports (taxe poids lourds, versement transport, hausse des prix) sont supposes crotre annuellement comme le PIB potentiel. 100 On ne quantifie pas ici les effets qui joueraient sur les conomies dnergie du fait de cette taxe au regard de la faiblesse des ordres de grandeur considrs. 101 Pour mmoire, dans le scnario de rfrence, les prix des transports sont supposs stables, la partie autofinance des projets tant suppose provenir des recettes de tarification prix constants.

98

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 81

_________________________________

2.2. Rsultats des simulations pour le scnario central et les variantes de financement2.2.1. Impact sur le PIB et lemploi du scnario Grenelle (financement par une hausse uniforme des prlvements obligatoires) Laugmentation des prlvements obligatoires court terme annule leffet dentranement de linvestissement public : le multiplicateur de linvestissement est unitaire sur les quatre premires annes. Ensuite, la hausse des salaires, induite par les tensions causes sur le march du travail, et la hausse des prlvements obligatoires psent sur lactivit, tandis que les effets positifs lis aux investissements passs sessoufflent. Limpact du volet transport du Grenelle est ngatif ds 2019 et atteint un point bas en 2031 : cette date le PIB est rduit de 0,35 point. trs long terme (au-del de 2079, fin du financement du Grenelle), limpact des mesures values ici est nul.102

Tableau 8 : impact sur le PIB et lemploi du scnario central (le surplus dinvestissement li au Grenelle est financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques).En cart par rapport au scnario de rfrence1 an PIB (niveau du PIB, cart en %) dont investissements dont hausse de limpt gnrique Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique 0,0 0,03 -0,01 1 1 -1 2 ans 0,1 0,13 -0,02 6 10 -4 5 ans 0,5 0,70 -0,15 57 91 -34 10 ans 0,0 -0,01 -0,01 -2 -2 0 20 ans -0,3 -0,20 -0,06 -42 -32 -10 50 ans -0,1 -0,01 -0,07 -14 -2 -12 Long terme 0,0 0,00 0,00 0 0 0

Source : calculs DG Trsor Lecture : aprs 5 ans, dans le scnario central, le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 57 000 emplois de plus dans lconomie. Parmi ces 57 000 emplois, 91 000 sont engendrs par les investissements, mais 34 000 sont dtruits par laugmentation des impts.

Graphique 7 : impact sur le PIB du scnario Grenelle (en % par rapport au scnario de rfrence) entre 2009 et 20600.8

0.6

0.4

0.2

0.0

-0.2

-0.4

20 30

20 15

20 35

20 50

20 55

20 20

20 10

Impact sur le PIB

20 25

Investissement

20 40

20 45

Financement

Source : calculs DG Trsor. Lecture : En 2014, le surinvestissement li au Grenelle atteint un pic 0,56 point de PIB. la mme date, limpact positif du Grenelle (tel quil est dcrit dans le scnario de base) sur lactivit est maximal : le PIB est augment de 0,54 %.

102

Les impacts sur les principales variables macroconomiques de chaque scnario sont disponibles dans lannexe 4.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 82

_________________________________

20 60

Graphique 8 : impact sur lemploi du scnario Grenelle (en milliers par rapport au compte central) entre 2009 et 206080 60

40

20

0

-20

-40

-60

20 40

20 20

20 45

20 50

20 55

20 10

20 15

Source : calculs DG Trsor Lecture : En 2015, limpact positif du Grenelle (tel quil est dcrit dans le scnario de base) sur lemploi est maximal : + 68 000 emplois

2.2.2. Impact dune modification des modes de financement Modifier le mode de financement ne modifie pas sensiblement leffet du Grenelle sur lactivit (notamment du fait de notre hypothse sur la taille des financements alternatifs). Des carts significatifs sobservent uniquement trs long terme (voir graphiques et dtail en annexe).

Graphique 9 : impact sur le PIB des diffrents scnarios envisags (en % par rapport au scnario de rfrence)0.6 0.4

0.2

0.0

-0.2

-0.4

-0.620 45 20 50 20 55 20 60 20 10 20 35 20 25 20 15 20 20 20 30 20 40

scenario Grenelle : financement par la hausse des prlvements obligatoires scenario 2: financement pour 1Md par la taxe poids lourds scenario 3: financement pour 1Md par la hausse du versement transport scenario 4: financement par la hausse des prix dans le secteur des transports

Source : calculs DG Trsor Lecture : En 2031, le volet transport du Grenelle lorsquil est financ par une hausse uniforme de tous les prlvements obligatoires se traduit par une baisse du PIB de 0,35 % contre 0,32 % lorsquil est financ pour 0,05 point de PIB par la cration dune taxe poids lourds.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 83

20 25

_________________________________

20 35

20 30

20 60

Graphique 10 : impact sur lemploi des diffrents scnarios envisags (en % par rapport au scnario de rfrence)80 60 40 20 0 -20 -40 -60 -8020 35 20 40 20 45 20 10 20 15 20 20 20 30 20 25 20 50 20 55 20 60

scenario Grenelle: financement par la hausse des prlvements obligatoires scenario 2: financement pour 1Md par la taxe poids lourds scenario 3: financement pour 1Md par la hausse du versement transport scenario 4: financement par la hausse des prix dans le secteur des transports

Source : calculs DG Trsor Lecture : En 2032, le volet transport du Grenelle lorsquil est financ par une hausse uniforme de tous les prlvements obligatoires se traduit par la destruction de 51 000 emplois contre 54 000 emplois lorsquil est financ pour 0,05 point de PIB par une hausse du versement transport.

Le recours une taxe poids lourds est loption la plus favorable lactivit. Cette taxe est moins distorsive que les impts qui psent sur les facteurs de production (travail et capital) car elle est suppose peser sur la consommation dnergie des entreprises dans le secteur des transports, facteur de production qui est import et pour lequel il existe des substituts (report modal). La taxe se traduit donc par deux types deffets. Dune part, elle accroit le cot des consommations intermdiaires en nergie des entreprises et donc les prix de consommation. Dautre part, elle diminue la dpendance de lconomie franaise vis--vis du reste du monde, amliore la balance commerciale et grce au signal prix incite les entreprises utiliser des moyens de transports moins nergivores. La hausse du versement transport est en revanche loption la plus dfavorable lemploi. En pesant sur la masse salariale, le versement transport se traduit par une hausse du cot du travail et donc, niveau de demande inchang, par une augmentation du chmage. Le processus de ngociation salariale conduit ensuite une diminution des salaires qui ne compense quimparfaitement la hausse du cot et la dgradation de la comptitivit quelle induit.

3. Intgration dlments propres aux infrastructures de transportsAfin dvaluer limpact structurel du volet transport du Grenelle, on doit considrer les effets conomiques du report modal quil induit. Limpact sur la demande et sur les prix dans le secteur des transports nest pas abord ici (voir 2.1.2). En revanche, deux types deffets peuvent tre intgrs dans les valuations macroconomiques : les gains en conomies dnergie dune part et les gains socioconomiques dautre part. Cette partie prsente les hypothses de modlisation retenues pour ces deux types deffets ainsi que les rsultats des simulations. Compte tenu des difficults de lexercice, lobjectif est de susciter le dbat et de donner des ordres de grandeur.

3.1. conomies dnergieLe programme dinfrastructures du Grenelle de lenvironnement est suppos avoir un effet bnfique sur la consommation dnergie et les missions de gaz effet de serre de la France. Une part des trafics de voyageurs et de marchandises devraient se reporter des modes de transports fortement consommateurs de produits ptroliers (route, arien) vers des modes moins nergivores et plus respectueux de lenvironnement (rail, TCSP, fleuve). terme, le scnario Grenelle devrait ainsi permettre des conomies dnergie, par leffet de substitution entre des modes plus ou moins gourmands, et des conomies de ptrole, par leffet de substitution entre les sources dnergie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 84

_________________________________

3.1.1. Estimation des conomies dnergie et de ptrole engendres par les investissements du Grenelle Un bilan nergtique en phase dexploitation conomies dnergie lies aux trafics, tous types dnergie confondus, et conomies dhydrocarbures a t ralis pour chaque projet. Limpact des projets est valu partir du bilan des missions de CO2 qui sont valorises dans les calculs de rentabilit socio-conomique de chaque projet (voir Annexe 2). On se limite ici aux projets dinvestissements sur les modes ferroviaires, fluviaux et de transport collectif urbain. En effet, le bilan nergtique des investissements routiers, ariens et maritimes est ambigu. Par exemple, un projet routier, en tant quil amliore la fluidit de circulation des vhicules, contribue rduire la consommation dnergie moyenne des vhicules. Toutefois, lamlioration des conditions de circulation augmente sa comptitivit vis--vis des autres modes entranant un surcrot de trafic sur la route. La combinaison des deux effets est ambigu sur le bilan nergtique. On suppose donc ici que leffet est neutre, ce qui semble dautant plus acceptable que lessentiel des investissements routiers envisags par la prsente tude sont destins maintenir en tat le rseau existant, ni plus ni moins. Des considrations analogues nous conduisent ngliger limpact nergtique des investissements ariens et maritimes. La validit de cette mthode de calcul par les missions de CO2 vites a t teste par comparaison avec les scnarios prsents par la Direction Gnrale de lnergie et du Climat (DGEC) pour lhorizon 2020. Les rsultats sont les suivants :

Tableau 9 : bilan nergtique pour lanne 2020 suite la mise en uvre du volet transport du Grenelle par rapport au scnario de rfrence (en Mtep)Estimation partir des donnes DGEC volution de la consommation de ptrole (a) volution de la consommation globale dnergie (b) dont consommation dnergie par les voyageurs dont consommation dnergie par les marchandises Impact sur la consommation dnergie hors ptrole (b) - (a) -1,21 Mtep -0,89 Mtep -0,24 Mtep -0,64 Mtep 0,33 Mtep Estimation projet par projet, par la mthode des gains de CO2 -1,22 Mtep -0,71 Mtep -0,57 Mtep -0,14 Mtep 0,51 Mtep

Sources : DGEC, calculs DG Trsor Lecture : les projections de la Direction gnrale de lnergie et du climat (DGEC) pour lanne 2020 estiment 1,21 Mtep la rduction des consommations de ptrole dues la ralisation du programme dinfrastructures de transport du Grenelle. Cette rduction provient pour 0,89 Mtep dune diminution de la consommation globale dnergie des transports et pour 0,33 Mtep dun phnomne de substitution entre le ptrole et les autres sources dnergie.

Si les ordres de grandeur sont peu prs cohrents pour les conomies de ptrole et dnergie, la rpartition entre trafics de voyageurs et trafics de marchandises est inverse entre les deux approches. Cela tient au fait que nos hypothses prvoient un nombre bien suprieur de projets ddis aux voyageurs (LGV, TCSP) que de projets ddis au fret, et que lapproche projet par projet apprhende mal les effets relativement incertains103 dune hausse de la comptitivit des modes ferroviaires et fluviaux pour le transport de fret. Pour les besoins de la modlisation macroconomique, on retient la mthode projet par projet dont le principal mrite est de fournir une squence annuelle des conomies dnergie. Toutefois, la rpartition de ces conomies entre mnages et entreprises est suppose analogue la rpartition voyageurs/marchandises issue des projections de la DGEC pour lhorizon 2020. Le graphique suivant fournit une reprsentation de ces diffrentes squences.

103

Lobjectif affich par la loi Grenelle I en matire de transport de fret, soit une part modale de 25 % pour les modes non routiers lhorizon 2020, parat dailleurs assez improbable bon nombre dobservateurs.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 85

_________________________________

Graphique 11 : hypothses dconomies dnergie dues au programme dinfrastructures de transport du Grenelle (en millions de tep)

Source : calculs DG Trsor Lecture : En 2032, les importations de ptrole sont rduites de 2,5 Mtep mais la consommation nergtique des transports nest rduite que de 1,4 Mtep. La diffrence correspond une hausse de la production partir des autres sources dnergie (effets de substitution ptrole/biocarburants et ptrole/lectricit). La squence dinvestissement est figure pour mmoire.

Les conomies dnergie entre le scnario Grenelle et le scnario de rfrence surviennent mesure que les investissements entrent en service. Le diffrentiel atteint un maximum (1,42 Mtep conomises) en 2032, soit la mise en service de tous les investissements du Grenelle et dcrot ensuite jusqu un niveau plancher (0,85 Mtep). Le gain long terme est plus faible que le gain obtenu la mise en service des investissements du Grenelle car : dune part, la mise en service progressive des derniers investissements du scnario de rfrence rduit les carts dconomies dnergie entre les deux scnarios ; dautre part, les conomies dnergie ralises grce aux LGV et aux TCSP samenuisent mesure que le mode routier bnficie du dveloppement des motorisations vertes (biocarburants, vhicules lectriques). Bien que prsent dans les deux scnarios, Grenelle et rfrence, ce phnomne concerne toutefois des volumes de trafic routier plus importants dans le scnario de rfrence, de sorte que le bnfice tir des nouvelles motorisations y est plus fort que dans le scnario Grenelle.

Au-del de 2050 subsistent les conomies dnergie engendres par tous les projets raliss dans le scnario Grenelle mais non raliss dans le scnario de rfrence. En matire dconomies dnergie et de ptrole, on fait ici lhypothse que le programme du Grenelle ne constitue donc pas une simple acclration des gains qui auraient t obtenus long terme mais bien un changement de trajectoire nergtique, ce qui constitue une hypothse favorable au Grenelle sur le long terme. Le gain nergtique long terme (0,85 Mtep) est cependant de faible ampleur par rapport la consommation totale dnergie du secteur transports, qui est actuellement de lordre de 53 Mtep (source : observatoire de lnergie).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 86

_________________________________

3.1.2. Rsultats du scnario central avec prise en compte des conomies dnergie Le volet transport du Grenelle, grce au report modal quil implique, exige dune part daugmenter la part nationale de production dnergie et permet dautre part de rduire les consommations dnergie dans le secteur des transports. La consommation dlectricit produite nationalement se substitue de la consommation dhydrocarbures. Ceci se traduit par une rduction des importations dnergie et une amlioration de la balance commerciale. Par ailleurs, comme les consommations de ptrole se rduisent davantage que la consommation dnergie, la production nationale dnergie augmente (en loccurrence la production dlectricit). Cela implique une hausse de lemploi et de linvestissement domestiques. Toutefois, en raison de la faiblesse des effets du volet transport du Grenelle sur la production nationale dnergie, limpact macroconomique est non significatif. Les gains en termes dimportations dhydrocarbures reprsentent en effet au maximum 0,02 point de PIB ce qui est ngligeable au niveau macroconomique (voir graphique 12).

Graphique 12 : dpenses dinvestissement, cot de financement et hausse de la production nationale dnergie induits par le volet transport du Grenelle (en point de PIB)0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0.0 -0.1 -0.220 10 20 15 20 65 20 20 20 25 20 30 20 35 20 40 20 45 20 50 20 55 20 60 20 70

Investissement

Financement

Production nationale d'nergie

Source : calculs DG Trsor

Les conomies dnergie devraient induire une baisse des cots dans le secteur des transports : cette baisse de cot pourrait se traduire par une hausse des marges ou une baisse des prix. On suppose ici que leffet sur le prix est nul. En effet, de manire gnrale, limpact du volet transport du Grenelle sur le prix du service est ambigu, ce qui nous invite ne pas formuler dhypothses sur ce point (voir 2.1.2). De plus, lampleur des conomies ne permettrait pas dobserver un impact macroconomique significatif. On retiendra donc surtout que les conomies dnergie permises par le volet transports du Grenelle amliorent le solde de la balance commerciale et augmentent marginalement la production nationale dnergie.

3.2. Gains structurels long terme3.2.1. Hypothses de modlisation Bien que lhypothse soit largement discutable (voir annexe 3), les avantages socioconomiques des usagers sont supposs se traduire intgralement en gain de PIB. Lobjectif est dillustrer, partir dun cas polaire, limpact thorique maximal du programme dinvestissement du Grenelle. Ces avantages sont estims partir du cot dinvestissement et de la rentabilit attendue de chaque projet. Lorsque la rentabilit nest pas connue par exemple, parce que ltude na pas encore t mene par le matre douvrage du projet des taux de rentabilit interne (TRI) sont attribus aux projets (prsents dans le tableau 10 et dtaills dans lannexe 3). Les TRI sont globalement optimistes puisque certains projets dores-et-dj bien connus, tels la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ou le canal Seine-Nord-Europe, seront probablement moins rentables que ce qui est suppos ici. Selon de premires simulations de RFF, seuls 4 projets de LGV sur les 12 prvus au titre des 2500 km supplmentaires aprs 2020 dpasseraient 4 % de rentabilit socioconomique (contre 5 % suppos ici).

Tableau 10 : TRI des investissements projets (si non connus, en pourcentage du montant de linvestissement)Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 87

_________________________________

Mode de transport Fer TCSP Route Autre

TRI 5% 8% 10 % 4%

Justification de lhypothse Moyenne des TRI des LGV en phase dtudes prliminaires et de rsultats de travaux exploratoires de RFF Valeur intermdiaire entre le TRI des projets ferroviaires et celui des projets routiers Minoration du TRI moyen estim ex post sur 11 projets routiers Taux dactualisation public pris par convention

Afin de prendre en compte lamlioration possible de la rentabilit des projets dans le scnario de rfrence, du fait dune meilleure adquation la demande de transport, on suppose que le TRI samliore de 0,2 point (valeur purement conventionnelle) par anne de dcalage entre le scnario de rfrence et le scnario Grenelle. Enfin, lorsque la dure de vie des investissements nest pas connue, les avantages socioconomiques y affrents sont supposs durer 25 ans. En dfinitive, le graphique suivant reprsente la squence des avantages socioconomiques estims du programme dinfrastructures de transport du Grenelle. Limpact est positif, ds 2010, jusque 2060-2065 ce qui correspond la priode dextinction des avantages pour de nombreux projets. Au-del, les avantages conomiques des projets mis en uvre dans le cadre du Grenelle sannulent tandis que les avantages conomiques des projets mis en uvre plus tardivement dans le scnario de rfrence persistent : ceci conduit un diffrentiel ngatif entre le scnario Grenelle et le scnario de rfrence. On notera que la rduction temporaire des investissements routiers dans le scnario Grenelle a un impact ngatif significatif mais pas majoritaire par rapport aux avantages attendus des investissements consacrs aux autres modes.

Graphique 13 : mesure des avantages socioconomiques du scnario Grenelle (en Md2008, relativement au scnario de rfrence)12 10 8 6 4 2 0 2010 -2 -4 -6Bilan des avantages du Grenelle Avantages perdus par rduction des investissements routiers Avantages gnrs par les inf rastructures propres (LGV, TCSP, f luvial)

2015

2020

2025

2030

2035

2040

2045

2050

2055

2060

2065

2070

2075

2080

Source : calculs DG Trsor. Lecture : les avantages socioconomiques crs par le volet transport du Grenelle reprsentent en 2035 environ 6,1 Md2008.

On voit donc quau total, dans le cadre du volet transport du Grenelle, les avantages socioconomiques sont globalement suprieurs ceux qui auraient prvalu en labsence du scnario Grenelle mais deviennent nuls trs long terme. Contrairement aux conomies dnergie, les ASE sont significatifs dun point de vue macroconomique : en 2024, ils reprsentent un gain de 0,28 point de PIB sur lanne.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 88

_________________________________

Graphique 14 : dpenses dinvestissement, besoin de financement public et avantages socioconomiques (en cart au scnario de rfrence, en point de PIB)0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0.0 -0.1 -0.2 2009 2014 2019 2024 2029 2034 2039 2044 2049 2054 2059 2064 2069 2074 2079

Investissement

Financement

Avantages socioconomiques

Source : calculs DG Trsor

3.2.2. Rsultats du scnario central avec prise en compte des avantages socioconomiques comme des gains de productivit On fait lhypothse que les avantages socioconomiques consistent essentiellement en des gains de temps pour les salaris et les transports de marchandises (voir annexe 3). On considre ici que les avantages socioconomiques ont pour effet daugmenter la productivit du travail plutt que de tenter de les traduire en des baisses de cots de production quil serait vain de quantifier (notamment la rpartition de ces baisses entre les diffrents facteurs de production). Dans le modle Msange, le progrs technique, qui dtermine le niveau de croissance de lconomie, porte uniquement sur le travail (progrs technique neutre au sens dHarrod). Dans la mesure o les gains davantages socioconomiques du fait du Grenelle sont supposs se concrtiser uniquement sur la dure de vie des infrastructures et sannuler long terme, le volet transport du Grenelle ne permet pas daugmenter structurellement ou durablement la productivit du travail par rapport au scnario de rfrence104. La hausse de la productivit du travail est donc temporaire et se concentre entre 2013 et 2032 au moment de la mise en service des nouvelles infrastructures, pour atteindre un pic en 2024 puis un palier entre 2025 et 2031 autour de 0,2 points de PIB environ puis dcrotre progressivement (voir graphique 14).

104

Les graphiques 15 et 16 montrent un impact rsiduel en 2060 mais celui-ci disparat effectivement au-del.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 89

_________________________________

Graphique 15 : impact sur le PIB du volet transport du Grenelle lorsque les avantages socio-conomiques sont intgrs lvaluation (en % en cart au scnario de rfrence)Impact sur le PIB0.6 0.5 0.4 0.3

Graphique 16 : impact sur lemploi du volet transport du Grenelle lorsque les avantages socio-conomiques sont intgrs lvaluation (en milliers en cart au scnario de rfrence)Impact sur l'emploi 80 60 40 20

0.2 0.1 0.0 -0.1

0 -20 -40

-0.2 -0.3 -0.4 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060

-60 -80 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060

scenario Grenelle

scenario intgrant les avantages socioconomiques

scenario Grenelle

scenario intgrant les avantages socioconomiques

Source : calculs DG Trsor Lecture : En 2031, suite la mise en uvre du volet transport du Grenelle, le PIB est rduit de 0,17 %. Sans les avantages socioconomiques, le PIB serait rduit de 0,35 %.

Source : calculs DG Trsor Lecture : En 2032, le volet transport du Grenelle se traduit par la destruction de 56 000 emplois lorsque lamlioration de la productivit du travail est prise en compte (contre 49 000 lorsque elle est suppose nulle).

Tableau 11 : impact sur le PIB et lemploi du scnario intgrant les ASE (le surplus dinvestissement li au Grenelle est financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques et augmente la productivit du travail dans lconomie)En cart par rapport au scnario de rfrence1 an PIB (niveau du PIB, cart en %) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont amlioration de la productivit du travail Emplois (milliers) dont investissements dont hausse de limpt gnrique dont amlioration de la productivit du travail 0,0 0,03 -0,01 0,00 1 1 -1 0 2 ans 0,1 0,13 -0,02 0,00 6 10 -4 0 5 ans 0,5 0,70 -0,15 0,00 57 91 -34 0 10 ans 0,0 -0,01 -0,01 0,04 -9 -2 0 -7 20 ans -0,1 -0,20 -0,06 0,17 -47 -32 -10 -5 50 ans 0,0 -0,01 -0,07 0,08 -12 -2 -12 2 Long terme 0,0 0,00 0,00 0,00 0 0 0 0

Lecture : aprs 20 ans, dans le scnario central, le PIB est rduit de 0,1 % par rapport au scnario de rfrence et 47 000 emplois sont dtruits. Parmi ces 47 000 emplois, 32 000 sont dtruits par la baisse des investissements dans les infrastructures de transport, 10 000 par laugmentation de limposition et 5 000 emplois sont perdus par laugmentation de la productivit du travail.

court terme, une augmentation de la productivit permet aux entreprises dconomiser le travail : le niveau de production tant inchang, les entreprises licencient une partie de leurs effectifs. Par ailleurs, les salaires sindexent avec retard sur le niveau de productivit, ce qui ralentit la hausse des cots de production court terme. Limpact des avantages conomiques des projets est finalement positif sur lactivit grce une amlioration de la comptitivit, mais pse sur lemploi. moyen terme, la hausse du chmage modrant les prtentions salariales et la diminution des prix stimulant lactivit, les entreprises augmentent leur demande de travail. Alors, leffet sur lemploi devient nul et leffet sur lactivit positif. Finalement, les avantages socioconomiques - tels que modliss ici soutiennent lactivit et permettent dannuler, au bout de 20 ans environ, limpact ngatif du financement du Grenelle. En revanche, ils accentuent les destructions demploi entre 2020 et 2035.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 90

_________________________________

Tableau 12 : impact sur le PIB et lemploi des effets structurels du Grenelle, cest--dire lorsque lon intgre les avantages socioconomiques (diffrentiel entre tableau 11 et le tableau 8)En cart par rapport au scnario de rfrence. En centime de point de PIB1 an PIB (niveau du PIB, cart en centime de %) Emplois (milliers) 0 0 2 ans 0 0 5 ans 0 0 10 ans 4 -7 20 ans 17 -5 50 ans 8 2 Long terme 0 0

Lecture : sous rserve que les avantages socioconomiques des projets de transport augmentent la productivit du travail, les effets structurels du Grenelle (hors effets keynsiens) augmentent le PIB de 0,17 % et dtruisent 5 000 emplois en 2030.

4. ConclusionNotre valuation du volet transport du Grenelle repose sur des hypothses (trs) optimistes tant sur les cots de financement105 et le niveau dautofinancement des projets106 que sur le montant des avantages socioconomiques quelles induisent107. Les effets macroconomiques attendre des mesures envisages sont donc certainement plus faibles que ceux prsents ici. En premier lieu, ltude se limite au financement des dpenses dinvestissement dans les infrastructures et ne considre pas les dpenses dexploitation et dentretien additionnelles qui seront suscites par ce programme dinvestissement. En deuxime lieu, on suppose que le cot du service de transport naugmente pas en raison du Grenelle. Dans le cas contraire, le Grenelle entranerait des effets de substitution sur la consommation des mnages, une hausse des cots de production dans les secteurs utilisateurs et une diminution de la comptitivit prix des entreprises domestiques. En troisime lieu, les avantages socioconomiques et leurs effets positifs sur lactivit sont sans doute surestims puisque, dune part, ils se fondent sur des taux de rentabilits des projets relativement optimistes dans les secteurs encourags pour le Grenelle (le ferroviaire par exemple) et faibles dans les secteurs dfavoriss par le Grenelle (le routier) et, dautre part, ils sont comptabiliss majoritairement comme des gains structurels pour lconomie franaise. Sous ces hypothses, limpact du programme dinfrastructures de transports du Grenelle sera bnfique court terme, apportant de lordre de 0,5 point de croissance et 60 000 emplois supplmentaires horizon de 5 ans. Les hausses de salaires induites du fait des tensions causes sur le march du travail conjugues au cot du financement pour les dpenses publiques attnuent toutefois rapidement cet effet positif, qui disparat avant 10 ans. moyen-long terme (20 ans), lactivit sera diminue de 0,1 point de PIB et lon dtruira 50 000 emplois par rapport au scnario de rfrence. Si limpact sur le PIB devrait disparatre partir de 2035, la perte demplois ne devrait se rsorber que trs lentement et steindre avec les dernires dpenses publiques (prvues ici pour 2079).

Notamment, les dpenses dexploitation supplmentaires ne sont pas prises en considration. Le besoin de financement public est probablement minor. 107 Lhypothse que tous les avantages socio-conomiques des infrastructures se transforment en gain de productivit pour lconomie franaise est une hypothse maximaliste, qui ignore la possibilit dune transformation en gain de pur bien-tre pour les individus.106

105

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 91

_________________________________

Annexe 1 : Hypothses dinflation des cots du BTPLes volumes dinvestissement et les cots de ralisation des projets peuvent driver sensiblement de ceux valus dans les tudes ex ante. Lvolution des prix du secteur du BTP en particulier peut sloigner de linflation des prix dans lensemble de lconomie108, ceci en raison de deux principaux phnomnes : une inflation des prix du secteur du BTP durablement plus leve que lIPCH (tendance de long terme observe sur le pass), une inflation ponctuelle des prix du BTP engendre par le surcrot de demande adress au secteur (choc positif dinvestissement du Grenelle de lenvironnement).

Sous estimation des cots des projets : lenseignement des expriences passes Les bilans ex post imposs par larticle 14 de la LOTI109 montrent une tendance systmatique des tudes pralables sous-estimer les cots de ralisation des infrastructures de transport. Ce phnomne vaut pour les infrastructures tant routires que ferroviaires ou de transport collectif urbain. Les raisons principales sont : des modifications des projets, notamment aprs la dclaration dutilit publique (DUP); Ce risque diminue si le dlai coul entre la DUP et les travaux reste court. Le rythme de ralisation des projets impos par la loi Grenelle I (dmarrage des travaux avant 2020 pour 2000 km de LGV) place le programme dinvestissement plutt dans ce cas de figure. une inflation plus forte que prvue des prix du gnie civil ; La faible croissance des prix du gnie civil observe dans les annes 1990 (2 % environ) ne sest pas maintenue (voir la courbe des indices TP01 reprsente plus bas). Sur certains chantiers concomitants (LGV Nord, LGV le-de-France et LGV Rhne-Alpes), il a par ailleurs t dmontr une entente entre les acteurs du march conduisant majorer le prix des projets. un durcissement des contraintes environnementales. Sur la priode dtude des grands projets dinfrastructures (au minimum 10 ans), le renforcement progressif de la lgislation environnementale a conduit multiplier les mesures dattnuation ou de compensation des nuisances (dviations de trac, crans anti-bruit, passages faune, reconstitution de milieux naturels protgs, etc.). Les objectifs environnementaux du Grenelle risquent de renforcer encore ces aspects sur les projets venir. La littrature acadmique confirme, sur la base dchantillons statistiquement reprsentatifs, les biais optimistes observs en France. Flyvbjerg et al. (2003) estiment ainsi que 80 % 90 % des projets dinfrastructure de transport cotent en dfinitive plus cher que les estimations initiales. Sur le panel tudi (258 projets dans 20 pays diffrents), les surcots moyens sont de +20 % pour les projets routiers, +34 % pour les ouvrages fixes (tunnels et ponts) et +45 % pour les projets ferroviaires. Les bilans LOTI en France conduisent des chiffres similaires (+5 % +25 % sur les LGV, -4 % +82 % sur les autoroutes avec une moyenne +30 %). tant donn les incertitudes pesant ce stade sur une large part des investissements envisags, lhypothse dune sous-estimation des cots apparat hautement probable. Les retours issus des bilans LOTI fournissent une fourchette des drives attendre pour les projets moyen et long terme. On retiendra ainsi que les estimations initiales de cots sont entaches dun biais optimiste, suppos en moyenne gal 25 % tous projets confondus. Ce biais se dcompose en un effet volume (surcrot dinvestissement) et un effet prix (surcrot du cot de linvestissement), quil convient de distinguer. Lindice TP01 (indice de travaux publics110) est choisi pour approximer les prix dans le BTP et tudier leffet prix de la sous estimation ex ante du cot des projets.

108 109

Linflation des prix est ici mesure par lindice harmonis des prix la consommation (IPCH). Loi dorientation des transports intrieurs, du 30 dcembre 1982. 110 Indice base 100 en 1975, couvrant tous les corps de mtier du BTP mais nintgrant pas les marges des entreprises.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 92

_________________________________

Indice TP01700,0 600,0 500,0 400,0 300,0 200,0 100,0 0,0 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010

Lanalyse rtrospective de lindice TP01 montre trois phases de croissance diffrentes : de 1975 au milieu des annes 80 : +12 %/an du milieu des annes 80 jusquen 2000 : +2 %/an de 2000 2007 : +4 %/an

Pour les annes futures, lvolution des prix du BTP est sujette caution. Au vu des volumes dinvestissement passs, il ny a pas de relation probante entre lindice TP01 et le volume dinvestissement en infrastructures111. Les phases de forte inflation paraissent essentiellement lies aux chocs ptroliers et linflation des matires premires. Compte tenu de la rarfaction des ressources (ptrole, matires premires) bon march, il est possible que lindice TP01 continue sa progression un rythme soutenu. On retient ici une progression annuelle de 3,52 %, qui correspond la moyenne observe sur les 12 dernires annes. Par comparaison, la drive annuelle moyenne de lIPCH sur les 12 dernires annes est gale 1,69 %. Si, par exemple, il scoulait 8 ans entre la dcision dutilit publique dun projet (DUP) et lachvement des travaux, ce diffrentiel dinflation entre le secteur du BTP et lensemble de lconomie se traduirait par un surcot denviron 15 % par rapport lestimation de niveau DUP. Pour rsumer, on suppose donc dans la prsente tude que les projets venir connatront un surcot moyen de 25 % par rapport aux estimations actuelles, dont +10 % dus un surcrot du volume dinvestissement et +15 % dus linflation tendancielle du secteur. Inflation ponctuelle due au choc de demande En dpit des annonces politiques, leffort considrable dinvestissement du Grenelle ne constitue pas aujourdhui une programmation fiable des projets permettant au secteur du BTP danticiper les besoins et surtout le calendrier des travaux. Il est donc probable que ce pic dinvestissement affectera la hausse le cot des projets, indpendamment des effets susmentionns (puis la baisse lorsque le volume dinvestissement retombera, aprs le pic). Afin dtudier la sensibilit du cot des projets au pic de demande quimplique le Grenelle, on tablit les volumes de demande adresss chaque secteur de lconomie. Pour cela, on dcompose les projets par poste de dpense laide des bases de donnes de cots possdes par la SNCF et par la Direction des Routes du MEEDDM sur les projets passs (source : SETRA). Bien quun projet de LGV diffre

111 Cet argument est discutable. Dans un travail plus approfondi, il conviendrait peut-tre de rechercher une relation entre TP01 et acclration des investissements publics, la formation des prix des travaux publics pouvant galement dpendre de la prvisibilit des carnets de commande (hors effet dentente illicite sur les prix).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 93

_________________________________

sensiblement dun projet dautoroute, de canal ou de TCSP, on propose de retenir la dcomposition cidessous :Poste de dpense tudes et direction des travaux Acquisitions foncires et dgagements d'emprise Terrassements Ouvrages dart Assainissement, drainage Rtablissement de rseaux quipements Environnement Total Part du total H.T. 10 % 12 % 22 % 22 % 6% 5% 20 % 3% 100 % Secteur majoritaire auquel sadresse la demande Services marchands Services marchands Construction Construction Construction Construction Industrie Services marchands

Source : calculs DG Trsor, partir de donnes fournies par le SETRA

Selon les secteurs concerns, on dtermine limpact dune forte hausse de la demande sur les prix :

On estime que le diffrentiel de demande de services marchands (25 % du total de linvestissement) d au Grenelle nest pas de nature accrotre significativement les prix de ce secteur. Hormis quelques comptences rares (ex : ouvrages dart exceptionnels), les comptences en ingnierie et matrise duvre sont nombreuses sur le march franais et la concurrence bien tablie. La hausse locale des prix du foncier concern par des acquisitions en vue de raliser les projets devrait par ailleurs rester marginale, compte tenu des dispositions rglementaires en matire dexpropriation. La mme hypothse - pas de hausse importante des prix - est faite concernant la construction (55 % du total) : le secteur des Travaux Publics est bien dvelopp en France, avec trois multinationales de premier plan (Vinci, Bouygues, Eiffage) capables de rorganiser leurs capacits de production entre linternational et le territoire franais, et de nombreuses PME locales polyvalentes qui sauront passer sans grande difficult des chantiers routiers actuels aux futurs chantiers ferroviaires. Sagissant des quipements ncessaires aux infrastructures (20 % du total), une hausse des prix due au Grenelle est possible mais incertaine : o le march des matriaux est disparate : peu concurrentiel sur les granulats (provenance de carrires locales et caractristiques bien spcifiques), il lest beaucoup plus sur les ciments et lacier (marchs mondialiss) ; les entreprises spcialises (en particulier de pose de voies ferres) sont peu nombreuses et ncessitent une bonne visibilit de leur carnet de commandes pour raliser les investissements ncessaires laugmentation des cadences de production ; les quipements de signalisation, tlcommunications, cltures, etc. relvent plutt de secteurs industriels o la concurrence est bien tablie.

o

o

tant donn son poids relatif dans le cot global, une hausse des prix sur ce segment induirait une hausse significative du prix global dun projet. Une note interne la DG Trsor avait cherch valuer en 2005 limpact de la programmation du CIADT de 2003112 sur le secteur des travaux publics. Elle estimait que limpact sur les prix serait notable sans tre majeur, et chiffrait llasticit de court terme des prix la demande 0,2. Dans la mesure o la commande publique reprsente environ 70 % de lactivit des travaux publics, les prix du secteur prsentent donc une lasticit au niveau dinvestissement public de 0,14. Ce chiffre est retenu ici pour simuler limpact annuel sur les prix des variations annuelles du montant dinvestissement.

112 Programme dinvestissement en infrastructures de transport, comparable celui du Grenelle de lenvironnement mme si dampleur moindre. La plupart des projets non routiers annoncs lors du CIADT de 2003 et non raliss ce jour ont dailleurs t repris dans la loi Grenelle I.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 94

_________________________________

Annexe 2 : valuation des conomies dnergieLe programme dinfrastructures du Grenelle de lenvironnement est suppos avoir un effet bnfique sur la consommation dnergie et les missions de gaz effet de serre de la France. Une part des trafics de voyageurs et de marchandises devraient se reporter des modes de transports fortement consommateurs de produits ptroliers (route, arien) vers des modes moins nergivores et plus respectueux de lenvironnement (rail, TCSP, fleuve). Trois effets sont attendus : une augmentation ponctuelle de la consommation dnergie lors des chantiers de construction, une rduction durable de la consommation dnergie des transports, en phase de fonctionnement des projets, due la rorientation dune partie de la demande de transport vers des modes moins nergivores, le remplacement dune part de la consommation dhydrocarbures (et de biocarburants) par de llectricit.

La modlisation macroconomique des dpenses dinvestissements intgre dj leffet initial sur la demande dnergie des chantiers de construction. Les deux autres effets napparaissent pas directement dans le modle et doivent tre valus par ailleurs. La rduction de la consommation dhydrocarbures, produits imports, au profit de llectricit devrait contribuer rduire les importations franaises, augmenter la production nationale dnergie et donc avoir un impact macroconomique positif. Limpact dune rduction de la consommation dnergie est lui plus ambigu dans la mesure o elle se traduit, dune part, par une baisse des importations dhydrocarbures, une rduction de la facture nergtique volume de production constant permettant des gains de comptitivit, mais dautre part, par une baisse de la production dnergie ce qui entrane une baisse de lemploi dans ce secteur. 1) Consommations nergtiques des modes de transport Le bilan nergtique du programme dinfrastructures de transport du Grenelle est effectu ici en tenant compte dhypothses sur la consommation unitaire des diffrents modes de transport, sur lvolution technologique des motorisations et sur la pntration des nouvelles sources dnergie (biocarburants, vhicules lectriques). On retient les hypothses suivantes :

Consommations unitaires actuellesVoyageurs (tonnes quivalent ptrole par million de passagers-kilomtres ; tep/Mp.km) Fret (tonnes quivalent ptrole par million de tonnes-kilomtres ; tep/Mt.km) 18 48 20 176

Fer interurbain Route, en milieu interurbain Arien Fleuve TCSP (RER, mtro, tramways) Route en milieu (pri) urbain

18 33 80 18 58

Source : ADEME (2008) Efficacits nergtique et environnementale des modes de transport .

Par ailleurs, on suppose que la consommation unitaire de chaque mode volue dans le temps en fonction dun facteur de progrs technique propre chacun.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 95

_________________________________

Mode de transport Ferroviaire, voyageurs et fret Route VP, urbain et interurbain Route PL Arien Fluvial TCSP

Facteur de progrs nergtique 0,6 %/an 1,0 %/an 1,4 %/an 2,0 %/an 1,0 %/an 0,8 %/an

Source : Calculs DG Trsor partir des donnes MEEDDM/SOeS

Ces facteurs dvolution annuelle sont supposs gaux aux tendances observes sur les 10 dernires annes113. Ces facteurs sont appliqus jusquen 2020, puis on suppose, par convention, que les consommations nergtiques unitaires restent constantes au-del ( technologie identique). Pour le mode routier toutefois, la part de biocarburants dans les motorisations traditionnelles est suppose augmenter au cours du temps114 et ces motorisations (essence/diesel + biocarburants) sont supposes laisser peu peu la place aux vhicules lectriques. La consommation unitaire des vhicules lectriques est, elle, suppose gale 17 tep/Mp.km115 et ne pas varier dans le temps.(Hypothses arbitraires, ne refltant pas ncessairement lavis du MEEDDM) Incorporation de biocarburants dans les moteurs traditionnels Part des vhicules lectriques dans les transports VP urbains Part des vhicules lectriques dans les transports VP interurbains En 2010 7% 1% 0% En 2020 10 % 20 % 5% En 2030 20 % 50 % 20 % En 2050 et au-del 40 % 100 % 50 %

Source : hypothses DG Trsor

Enfin, les conomies ralises sur la consommation dhydrocarbures sont estimes partir du contenu moyen de chaque nergie en produits ptroliers. On retient comme hypothses que : le mode ferroviaire est aliment, pour une part, en nergie lectrique suivant le mix franais moyen (environ 10 % dlectricit dorigine thermique) et, pour lautre part, en carburant diesel (ce qui concerne 45 % des TER et 12 % des trains de fret), soit un contenu global en produits ptroliers voisin de 16 % ; on nglige ici laccroissement du trafic TER diesel qui sera induit par les projets de LGV ; les vhicules routiers traditionnels devraient intgrer une part croissante de biocarburants (voir tableau ci-dessus) ; les modes arien et fluvial sont supposs conserver le krosne et le fioul comme uniques sources dnergie ; les projets de transport collectif en site propre (TCSP) programms sont supposs aliments exclusivement en nergie lectrique suivant le mix nergtique franais moyen (10 % dorigine thermique) ; il sagit dune hypothse simplificatrice qui omet la part de bus en site propre prvus dans les projets du scnario Grenelle.

2) Bilan nergtique par projet

113 114

Source des donnes : MEEDDM/SOeS. Pour simplifier, on suppose que les biocarburants prsentent la mme consommation unitaire que lessence ou le diesel mais, la diffrence de ces deux nergies, sont intgralement produits sur le territoire franais, cest--dire que leur incorporation permet de rduire le dficit du commerce extrieur de la France. 115 Soit 25 kWh pour 100 km en supposant un taux de remplissage gal 1,25 passager par vhicule.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 96

_________________________________

Suite aux chocs ptroliers de 1973 et 1979, le ministre des transports avait dvelopp une mthode dvaluation du bilan nergtique des infrastructures de transport, qui sintressait tant la phase de chantier qu la phase de fonctionnement des infrastructures. notre connaissance, cette mthode est rapidement tombe en dsutude et les coefficients de calculs fournis alors (1986) sont aujourdhui obsoltes compte tenu des volutions technologiques. quelques rares exceptions prs, les matres douvrage ne ralisent donc plus de bilan nergtique complet de leurs projets mme si le Grenelle de lenvironnement pourrait les inciter ractiver cette pratique. titre dexemple, Rseau Ferr de France (RFF) a ralis une valuation des consommations dnergie des trafics concerns par le projet de LGV Tours-Bordeaux, qui donne les rsultats suivants :

Bilan nergtique des trafics du programme LGV Tours-BordeauxTrafics ferroviaires additionnels Voyageurs (Gp.km) 2016 2036 Cumul sur 50 ans 1,9 6,6 330,4 Fret (Gt.km) 0,4 3,0 146,8 conomies dnergie (ktep) Voyageurs 49,6 196,5 10 078,5 Fret 20,9 140,5 6 823,7 Total 70,4 328,8 16 902,2

Source : dossier denqute dutilit publique de la LGV Sud Europe Atlantique, section Tours-Angoulme, RFF, octobre 2007

Ce bilan est partiel puisquil nglige la consommation dnergie du chantier et de lexploitation courante de linfrastructure, ainsi que les conomies dnergie ralises par les autres modes de transport bnficiant dune dcongestion. Notons galement que ce bilan nergtique ne distingue pas les volutions par type dnergie116. Toutefois, il fournit des ordres de grandeur apprciables pour notre tude. Faute dtudes de trafic sur la plupart des projets, il semble illusoire destimer un bilan nergtique, tant dans le scnario Grenelle que dans notre scnario de rfrence, partir des prvisions de trafics reports de chaque mode et des trafics induits. dfaut, on approxime le bilan nergtique partir des conomies de CO2 valorises dans le bilan socioconomique des projets. Le cas de la LGV Tours-Bordeaux montre que lapproximation est acceptable, faute de mieux :

Extrait du bilan socioconomique du programme LGV Tours-Bordeaux(M 2006) conomie de gaz effet de serre (CO2) Voyageurs 1 026 Fret 116 Total 1 142

Source : dossier denqute dutilit publique de la LGV Sud Europe Atlantique, section Tours-Angoulme, RFF, oct 2007

En effet, sous les deux hypothses que (i) le CO2 a t valoris dans ltude ci-dessus 30,62006/t117 et (ii) le coefficient moyen dmission des sources dnergie du secteur transports est gal 3 tCO2/tep118, les conomies de CO2 valorises dans le bilan de la LGV Tours-Bordeaux (1 142M2006) correspondent une conomie de 12,4 Mtep. Ce chiffre est du mme ordre de grandeur que celui du bilan nergtique tir de lanalyse des trafics (16,9 Mtep). Toutefois, si lon tenait compte de tous les trafics concerns par la variation de consommation nergtique (notamment des trafics induits), le facteur dmissions moyen appliquer au

En particulier, le report des trafics routiers vers le TGV devraient se traduire non seulement par une diminution globale de la consommation nergtique, le train tant plus efficace nergtiquement que la voiture, mais aussi par une rduction de la consommation de ptrole. Cette conomie de ptrole devrait mme tre suprieure lconomie globale dnergie dans la mesure o les trafics reports seront dsormais achemins grce lnergie lectrique, dont le contenu en nergie dorigine ptrolire est faible. 117 Cette hypothse est tire de linstruction cadre du 25 mars 2004 relative lvaluation conomique des grands projets dinfrastructures qui recommandait de considrer une valeur du carbone gale 100 2000/t, soit 27,3 2000/tCO2 en appliquant le rapport des masses volumiques (12/44). 118 Cette hypothse repose sur lobservation que le ptrole est largement majoritaire parmi les sources dnergie des transports et que son coefficient dmission est voisin de 3 : 2,9 pour lessence, 2,6 pour le GPL, 3,1 pour le gazole, 3,0 pour le krosne, 3,1 pour le ptrole brut. Toutefois, si lon sintressait la dcomposition par mode de transport, il faudrait tenir compte des niveaux de trafic et utiliser des facteurs dmissions (y/c fabrication) beaucoup plus divers : de lordre 200 gCO2/pkm pour la voiture individuelle, 110 gCO2/tkm pour les poids lourds, 3 gCO2/pkm pour le TGV, 38 gCO2/pkm pour les TER, 7 gCO2/pkm pour le fret ferroviaire, etc. (calculs daprs ADEME, 2007). Devant la complexit de la tche, la mthode simplifie nous semble prfrable et lusage dun coefficient unique tCO2/tep plus robuste.

116

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 97

_________________________________

projet serait suprieur 3 tCO2/tep (voir encadr) et, par consquent, lestimation des conomies dnergie serait encore minore119.

Facteur dmission moyen Notons Rx, le trafic report du mode x vers le projet de LGV auquel on sintresse, et Ix le trafic induit sur chaque mode x du fait de la capacit additionnelle. Ix est d soit de la capacit cre par le projet, soit de la capacit libre sur les autres modes par les trafics qui se sont reports. Par ailleurs, on note ex la consommation nergtique unitaire du mode x et px le facteur dmission de la source dnergie correspondante. Le niveau dmission du mode x par unit de trafic est ainsi ex.px. Le trafic du projet provient de reports du mode ferroviaire classique (x = GL), du mode routier (x = r) et du mode arien (x = a) ainsi que du trafic ferroviaire induit (x = f). Des trafics nouveaux apparaissent sur les modes bnficiant du report (x = GL, r ou a) Le bilan des missions de CO2 peut scrire : CO2 = RGL(ef.pf - eGL.pGL) + Rr(ef.pf - er.pr) + Ra(ef.pf - ea.pa) + Ifef.pf + IGLeGL.pGL + Irer.pr + Iaea.pa = (RGL+Rr+Ra+If).ef.pf - (RGL - IGL).eGL.pGL - (Rr - Ir).er.pr - (Ra - Ia).ea. pa 0 En premire approche, les missions par voyageur.km du TGV et des trains classiques sont identiques (ef.pf = eGL.pGL), de sorte que le bilan se simplifie en : CO2 = (Rr+Ra+If+IGL).ef.pf - (Rr - Ir).er.pr - (Ra - Ia).ea.pa 0 De mme, le bilan des consommations nergtiques scrit : E = (Rr+Ra+If+IGL).ef - (Rr - Ir).er - (Ra - Ia).ea 0 Le facteur dmission moyen associ ce projet est alors = C / E, et lon constate quil sagit dune moyenne pondre des facteurs dmission pf, pr et pa o les pondrations dpendent des variations de trafic sur chaque mode et des consommations nergtiques unitaires de chaque mode. Si lon observe que pf pr pa, alors le facteur dmission moyen de la rduction dnergie est suprieur au facteur dmission des seuls trafics routiers ou ariens : la rduction des missions de CO2 est proportionnellement plus importante que la rduction de la consommation nergtique.

Au demeurant, ces deux bilans (nergie ou missions de CO2) ne peuvent tre intgrs tels que dans notre modlisation puisquils considrent comme scnario de rfrence un avenir dans lequel le projet de LGV Tours-Bordeaux nest pas ralis et non pas, comme nous le faisons, ralis plus tardivement. Faute de concordance entre notre scnario de rfrence et ceux retenus pour les tudes de chaque projet, un tel bilan savre donc inutilisable ici, sauf estimer un second bilan nergtique pour le mme projet considr dans notre situation de rfrence par rapport la situation de rfrence de RFF. Schmatiquement, on peut reprsenter cela ainsi :Bilan calculs I (RFF) II (intermdiaire) III (celui qui nous intresse) = = = Scnario que lon compare Scnario Grenelle Notre scnario de rfrence Scnario Grenelle Scnario auquel on compare Scnario de rfrence de RFF Scnario de rfrence de RFF Notre scnario de rfrence = Bilan I Bilan II

Pour chaque projet, il convient donc de calculer deux bilans et den prendre la diffrence. Compte tenu de la masse de donnes considrable que cela ncessiterait si lon partait des prvisions de trafic, on opte ici pour le calcul simplifi partir du seul bilan des missions de CO2. En pratique, on suppose que la part des bnfices socioconomiques due des conomies de CO2 est en moyenne de 5 % et lon fait les deux hypothses nonces plus haut propos du projet de LGV ToursBordeaux afin den dduire les conomies dnergie. On postule ici que le calcul partir des missions de CO2 conduit au bilan de la seule source dnergie ptrole (par opposition llectricit nuclaire et aux EnR, qui sont supposes ne pas mettre de CO2). Le bilan nergtique global, toutes nergies confondues, est ensuite dduit partir du ratio moyen dhydrocarbures dans les sources dnergie de chaque mode de transport120. Sous rserve de disposer du taux de rentabilit socioconomique de chaque projet dinvestissement (voir annexe 3), tant dans le scnario Grenelle que dans notre scnario de rfrence, il est ainsi possible deOn pourrait dailleurs sinterroger sur la cohrence des donnes fournies dans le dossier DUP de la LGV SEA. Ce calcul suppose de nombreuses hypothses sur la part des sources dnergie mises en jeu selon lorigine des trafics et les types de projets considrs, mais napporte pas dlments supplmentaires mritant dtre exposs ici.120 119

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 98

_________________________________

chiffrer approximativement les conomies dnergie et dhydrocarbures obtenues dans chaque scnario. Il convient toutefois de vrifier que les rsultats de cette approche dsagrge concordent avec ceux dune approche plus globale. 3) Bilan nergtique global du Grenelle Le MEEDDM a fait raliser en 2008 deux tudes prospectives des scnarios nergtiques tendanciel et Grenelle pour la France jusquen 2020/2030 (Enerdata, 2008a et 2008b). Dans le secteur des transports, les rsultats de ces deux tudes ne sont pas directement comparables car ils portent sur des primtres lgrement diffrents121, si bien quon ne peut les utiliser directement dans la prsente tude. Par ailleurs, ltude Grenelle chiffre globalement limpact des mesures du secteur transport sans distinguer prcisment les effets de reports modaux rsultant du programme dinfrastructures nouvelles, des effets lis aux gains defficacit nergtique des transports (modernisation des flottes de vhicules, progrs des motorisations, optimisation de lusage). partir de ces deux tudes et dlments complmentaires communiqus par le MEEDDM, et sans prjuger de la validit de ces donnes, on tente ici un bilan dsagrg du Grenelle par grand type de mesures. Ces mesures peuvent tre classes en trois catgories : celles qui visent substituer au ptrole des sources dnergie moins polluantes (ex : incorporation de biocarburants), celles qui visent rduire la consommation unitaire de produits ptroliers (ex : mesures favorables une meilleure performance nergtique des vhicules), enfin, celles contribuant aux deux effets la fois, rduction et substitution, comme cest le cas des mesures permettant un report modal de la route ou de larien vers un mode plus efficace nergtiquement (effet de rduction) et consommant moins de ptrole quantit dnergie donne (effet de substitution).

121 En particulier, dans lvaluation du MEEDDM, les transports internationaux sont exclus du champ dvaluation du Grenelle, en raison du fait que la comptabilisation de leurs missions de CO2 suit une rgle diffrente de celle des transports domestiques.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 99

_________________________________

conomies dnergie en 2020 (Mtep) 0 2,02 0,25 0,13 0,03 0,38 0,12 0,12 0,24 3,28

conomies de CO2 en 2020 (MtCO2)

Mesure

Hypothses de modlisation retenues par Enerdata

Source

Incorporation de biocarburants - Bonus-malus - Prime la casse - tiquette CO2 - Mise en uvre du rglement europen sur le CO2 des vhicules - Rgnration du rseau ferr - Amnagements trains longs - Autoroutes ferroviaires - Oprateurs ferroviaires de proximit - Fret grande vitesse - Autorit de Rgulation Ferroviaire Canal Seine-Nord - Pas d'augmentation des capacits routires - Taxe poids lourds Effort de recherche sur l'aronautique civile

7 % en 2010 et 10 % en 2020

RMS 2009*

3,82

Pas de distinction entre les impacts de ces diffrentes mesures

RMS 2009*

6,05

RFF : 8,2 Gtkm reports vers le rail en 2020

Enerdata (2008b)

0,74

Loi Grenelle : 4,5 Gtkm reports vers la voie d'eau en 2020 SESP : 1 Gtkm reports vers le rail en 2020 -50 % sur les consommations spcifiques des vols intrieurs en 2020 RFF : +2,3 Gpkm sur le train, 2,4 Gpkm sur lavion et -1,1 Gpkm sur la route, en 2020 SESP : 3 Gpkm en 2020 8 Gtkm reports vers le rail en 2020

Enerdata (2008b) Enerdata (2008b) Enerdata (2008b)

0,38 0,09 1,13

Reports modaux vers le rail

Enerdata (2008b)

0,37

Report modal vers les TCSP Autres mesures pour atteindre 25 % de fret non routier (autoroutes de la mer, dveloppt des ports)

Enerdata (2008b) Enerdata (2008b) Total

0,36 0,72 13,65

* Rapport de la France au titre du paragraphe 2 de larticle 3 de la dcision n280/2004/CE du Parlement europen et du Conseil du 11 fvrier 2004 relative au mcanisme pour surveiller les missions de gaz effet de serre dans la Communaut et mettre en uvre le protocole de Kyoto - Actualisation 2009, MEEDDM/DGEC NB : En gris, les informations fournies par la Direction Gnrale de lnergie et du Climat (DGEC) du MEEDDM. On ne fait ici que reprendre les prvisions de trafic en dpit des srieux doutes qui entachent certaines de ces prvisions (par exemple, la perspective de 25 % de fret non routier en 2020). Les autres chiffres sont issus de calculs DG Trsor partir des hypothses de consommations unitaires exposes plus haut. Sont souligns ceux retenus pour lvaluation du programme dinfrastructures de transport du scnario Grenelle.

En dfinitive, on obtient que les mesures transports du Grenelle de lenvironnement contribueront la rduction de la consommation nergtique en 2020 pour 3,28 Mtep et la rduction des importations de ptrole en 2020 pour 4,88 Mtep. Ces chiffres concordent avec les totaux disponibles auprs de la DGEC122 qui conduisent respectivement 3,30 Mtep et 4,58 Mtep. Si lon se limite au seul programme dinfrastructures, celles-ci devraient contribuer la rduction de la consommation nergtique en 2020 pour 0,89 Mtep et la rduction des importations de ptrole en 2020 pour 1,21 Mtep. Par comparaison, lapproche projet par projet donne respectivement 0,71 Mtep pour les conomies dnergie et 1,22 Mtep pour les conomies dhydrocarbures. Lextension au-del de 2020 du bilan nergtique Transports du Grenelle na pas t mene bien par les services du MEEDDM, si bien quil est impossible de comparer les deux approches pour dautres dates. Cest pourtant au-del de cette date que la plupart des projets dinfrastructures prendront leur plein effet.

Voir, pour le scnario Grenelle : Essai dvaluation de la situation nergtique de la France lhorizon 2020 du fait de lapplication et de latteinte des objectifs du projet de loi Grenelle de lenvironnement - Document de synthse, R. Lavergne, 22/10/2008, et pour le scnario de rfrence : Scnario nergtique de rfrence DGEMP-OE(2008) Rapport de synthse, DGEMP, R. Lavergne, 2 avril 2008.

122

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 100

_________________________________

conomies de ptrole en 2020 (Mtep) 1,27 2,02 0,32 0,18 0,04 0,38 0,21 0,15 0,32 4,88

Annexe 3 : valuation des gains structurels de croissanceLanalyse conomique tablit que lamlioration du systme de transport (rduction des cots de dplacement, diminution des effets de frontire, dveloppement de loffre de transport, gains de temps) peut contribuer la croissance conomique (notamment en amliorant le fonctionnement des marchs du travail via un meilleur appariement entre demandeurs et offreurs demploi, la fiabilit du transport de marchandises, le niveau de la concurrence sur le march des biens). Illustration des effets conomiques lis aux gains de tempsNature du dplacement bnficiant dun gain de temps Diffusion des effets dans lconomie Traduction sur la fonction de production macroconomique

Professionnel

Augmentation du temps de travail Accs des emplois plus productifs Augmentation du temps de loisir, revenu constant

Efficience du travail Travail

Domicile-travail

Autres motifs (tudes, achats,

Satisfaction suprieure retire des loisirs, temps de loisir constant

Effets non marchands Bien-tre Capital

Transport de fret

Rduction des cots de production des entreprises

Efficience du capital

Productivit gnrale des facteurs

Effets additionnels dun abaissement des cots de transport Augmentation du degr de concurrence sur les marchs du travail et des biens et services conomies dagglomration, knowledge sharing, spcialisation des entreprises Meilleure adaptation des travailleurs et des entreprises aux alas conjoncturels Amlioration de la comptitivit internationale des entreprises franaises

Lgende :

Effet direct immdiat

Effet indirect, diffr ou plus incertain

Effets ultrieurs

On sintresse ici quantifier ces effets en phase de fonctionnement des investissements du Grenelle, tant acquis que lactivit conomique gnre par les chantiers est dj prise en compte dans le modle macroconomique utilis pour la prsente tude. Faute de pouvoir conclure sur la nature des gains structurels lis aux projets, on se contente dune illustration par deux cas polaires : soit tous les avantages socio-conomiques se traduisent en gain de croissance potentielle (partie III.2), soit aucun (partie II.2). 1) Une approche conomtrique de la contribution du stock dinfrastructures de transport la croissance est trop prilleuse123 En se fondant sur une revue de la littrature, le rapport Eddington (2006) tablit que : Le lien entre transport et croissance conomique est reconnu. Son amplitude nest pas mesurable en gnral. Elle varie dans le temps et dans lespace. Llasticit de la production au stock dinfrastructures serait une fonction dcroissante du stock dinfrastructures (rendements dchelle dcroissants). Il retient, pour les pays dvelopps, une lasticit du PIB au stock de capital public gale 0,2. Ce lien nest pas univoque. Il existe une causalit dans les deux sens : lorsquun potentiel dactivit existe, linfrastructure de transport favorise son dveloppement en abaissant les barrires physiques aux changes ; en retour, la croissance stimule les changes et fait natre de nouveaux besoins en infrastructures.

Lessentiel de cette section sappuie sur des travaux du MEEDDM ayant conduit larticle de Fabien Duprez (2008), Que sait-on des interactions entre les transports et lconomie ? in Madis T. et Prager J.-C. : Innovation et comptitivit des rgions, Rapport du CAE, n 77, La Documentation franaise.

123

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 101

_________________________________

Les multiples tudes empiriques menes la suite des travaux prcurseurs dAschauer (1989) aboutissent des coefficients dlasticit hautement variables aussi bien dans le temps que dans lespace. Duprez (2008) rapporte les rsultats de diverses tudes conomtriques tentant destimer llasticit du PIB au stock de capital public ou au stock dinfrastructures. On notera :Source Mthode - fonction de cot trans-log - sries chronologiques US 1950-1991, dcompose en 35 secteurs conomiques (1470 observations) - fonction de production Cobb-Douglas - sries dpartementales FR 1988 et 1991 - fonction de production Cobb-Douglas - sries rgionales FR 1978-1992 (21 rgions) et allemandes 1970-1995 (11 Lnder) (total = 601 observations) lasticit considre Valeur

Nadiri et Mamueas (1998)

lasticit moyenne de la production au stock dautoroutes

1950-1991 : 0,08 1980-1991 : 0,04

Fritsch (1999)

lasticit du PIB marchand des dpartements franais la dotation en routes nationales lasticit de la productivit rgionale du travail au ratio stock dinfrastructures routires/travail , pour les deux pays groups

0,08

Stephan (2001)

0,11

Devant lhtrognit des rsultats empiriques disponibles la littrature, Didier et Prudhomme (2007) concluent que : Toutes ces analyses soulignent les limites dune approche globale de la contribution des infrastructures de transport la croissance. [] Mieux vaut utiliser une approche spcifique chaque projet . En France, les enseignements des bilans LOTI124 autoroutiers ou de lignes grande vitesse (LGV) confirment quil ny a pas de relation automatique entre la ralisation des infrastructures de transport et le dveloppement rgional. Celles-ci agissent essentiellement comme un catalyseur des phnomnes prexistants sur le territoire, en favorisant la polarisation des activits humaines (voir notamment Offner, 1993, et Plassard, 2003). Si des avantages conomiques peuvent effectivement tre attribus aux projets dinfrastructures, comme il ressort des analyses cots-avantages des projets (cf. infra), ceux-ci ne bnficient pas systmatiquement aux territoires traverss, mais se diffusent plus largement dans lconomie. Il est donc difficile dtablir par des modles conomtriques une corrlation entre la ralisation dun projet donn et la croissance du PIB du territoire concern. Dans ce qui suit, lapproche dveloppe privilgie ainsi lanalyse des surplus conomiques directs engendrs par les infrastructures de transport, projet par projet. 2) Une analyse au cas par cas des surplus conomiques et socioconomiques des projets est privilgie ici En France, lvaluation des projets dinfrastructures fait rglementairement lobjet dune analyse cotsavantages, qui sattache valoriser les avantages socioconomiques du projet. Lvaluation tient compte des avantages directs, cest dire du surplus des usagers (gains de temps, consommation de carburant, frais dentretien des vhicules, variations de taxes spcifiques, ) et des autres acteurs directement concerns (ex : variations de recettes des oprateurs de transports) ainsi que des externalits non marchandes qui affectent la collectivit (scurit, pollution locale, pollution atmosphrique, bruit). Les avantages socioconomiques des projets recouvrent des gains conomiques, qui se traduisent directement en gains de croissance (tels une part des gains de temps qui vont pouvoir servir augmenter la productivit des entreprises par exemple), mais aussi des gains dutilit sans effets tangibles immdiats sur le PIB (augmentation des temps de loisirs). Afin dintgrer ces avantages socioconomiques notre valuation macroconomique, nous devons donc distinguer les gains conomiques des projets des autres gains socioconomiques. Cette problmatique est illustre par une discussion sur les gains de temps, qui reprsentent une composante majeure des avantages imputs aux infrastructures de transport dans la suite du texte (voir 3/). partir du bilan socioconomique de chaque projet, il est possible thoriquement de quantifier les diffrents types davantages et, selon leur nature, de dcider dans quelle mesure ils contribuent ou non la croissance de lconomie. On illustre plus bas comment les diffrents avantages sont pris en compte dans notre modlisation (voir 4/) : quelle que soit la posture thorique adopte, la contribution dun projet

124

Bilan impos par la loi n 82-1153 du 30 dcembre 1982 dorientation des transports intrieurs (LOTI) pour les grandes infrastructures de transport. Ces bilans sont tablis 3 5 ans aprs la mise en service.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 102

_________________________________

dinfrastructure de transport la croissance conomique semble pouvoir sexprimer comme une fraction des avantages socioconomiques attendus dudit projet Faute de donnes permettant destimer prcisment chaque type davantage attendu de chaque projet, on retient ici lhypothse que lensemble du surplus des usagers des transports (gain de temps, de confort, etc.) se traduit comme un gain conomique, via une amlioration de la productivit gnrale des facteurs. Ce scnario correspond donc un cas majorant (voir 3/) l o le scnario sans prise en compte des avantages socioconomiques correspond un scnario minorant. Le calcul pratique du surplus des usagers pour chaque type de projet est dtaill dans la dernire section (voir 5/). 3) Assimiler lensemble des gains socioconomiques des gains structurels de croissance revient faire une hypothse maximaliste illustration par le cas des gains de temps125 Afin dillustrer cette hypothse, on se concentre ici sur le premier bnfice non montaire dune amlioration du systme de transport, savoir la diminution du temps pris par le dplacement des personnes et des biens en distinguant les gains conomiques des gains socioconomiques. Dans la plupart des projets, les gains de temps reprsentent en effet lessentiel des avantages non montaires gnrs. Le temps disponible dans une journe tant limit, on considre que les individus ralisent un arbitrage entre le temps consacr au travail et le temps consacr au loisir. La valeur conomique des gains de temps correspond la production marginale cre par les activits qui sont dsormais rendues possibles dans le temps libr (concept de PIB), alors que leur valeur socioconomique, elle, correspond la variation dutilit marginale procure aux agents conomiques (concept de bien-tre). Dans le cas o le gain de temps serait utilis pour accrotre la dure de travail. Le gain conomique est suppos gal la productivit marginale du salari, cest dire, en concurrence parfaite, son cot salarial brut (on se place court terme, capital inchang et avant bouclage macroconomique) ; Le gain socioconomique est plus difficilement mesurable : comme lindique le rapport Boiteux, il dpend de lutilit ou de la pnibilit relatives du travail, des transports et du loisir. Dans un souci de simplification, on approxime le gain socioconomique par le salaire horaire, valeur lquilibre dans un cadre thorique simple du renoncement une heure de loisir pour une heure de travail. Dans le cas o le gain de temps est intgralement consacr au travail, le gain est gal au salaire horaire brut, le diffrentiel entre salaire brut et salaire net tant in fine revers aux mnages via les prestations sociales.

Par consquent, lorsquun gain de temps est intgralement utilis pour accrotre la quantit de travail, le gain conomique ( court terme) est exactement gal au gain socioconomique ( court terme). Dans le cas o le gain de temps serait utilis en loisir : Le gain conomique peut tre considr comme nul, du fait que le surcrot de loisir nengendre pas daugmentation de la consommation (le revenu des agents restant inchang) ; En revanche, le gain socioconomique, lui, nest pas nul (sinon lindividu aurait choisi de consacrer ce temps travailler pour bnficier dun surcrot de revenu). En pratique, le gain socioconomique dun surcrot de loisir dpend du type dactivit auquel est consacr le loisir et de la prsence ou non dexternalits lies cette activit (ex : congestion estivale sur les plages, plaisir partager des moments entre amis). Sous lhypothse que les individus optimisent leur fonction dutilit en arbitrant entre un surcrot de revenu et un surcrot de temps de loisir, on considre ici que le gain socioconomique dun surcrot de temps de loisir est exactement gal leur salaire horaire net.

Si le gain de temps procur par une amlioration du systme de transport est pour partie utilis travailler et pour partie consacr aux loisirs, il faut alors sommer les gains conomiques (respectivement socioconomiques) de chaque usage du gain de temps. Dtaillons plus prcisment les diffrents types de dplacements concerns afin de prciser les gains en PIB et bien-tre.

Cette section emprunte largement une note interne de la DG Trsor qui, en 2004, rflchissait au lien possible entre lanalyse cots-bnfices (approche microconomique) et leffet sur le PIB (approche macroconomique).

125

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 103

_________________________________

Les dplacements professionnels On considre dans ce paragraphe les dplacements professionnels, cest--dire les trajets dun lieu de travail un autre lieu de travail. Daprs le rapport Boiteux (2001), ces dplacements reprsentent environ 10% du total des dplacements de voyageurs. Pour ces dplacements, il est raisonnable de penser que le gain de temps procur par une amlioration du systme de transport est entirement utilis pour le travail. Dans ce cas, comme tabli prcdemment, le gain conomique et le gain socioconomique sont gaux au cot horaire du travail. Les dplacements domicile-travail Lenqute nationale transports et dplacements 2007-2008 estiment 21 % la part des dplacements domicile-travail. Elle confirme par ailleurs la conjecture de Zahavi selon laquelle le temps de trajet domiciletravail reste stable, et ce malgr laugmentation de la vitesse moyenne des transports constate au cours des dernires dcennies. Ainsi, le gain de temps procur sur un trajet domicile-travail serait en quelque sorte rinvesti dans les transports : les agents prfreraient accrotre la longueur de leurs dplacements, plutt que dutiliser le temps gagn pour se consacrer dautres activits que le transport, quelles soient productives ou non. Ce phnomne tiendrait deux effets, la comptition salariale sur le march du travail dune part (voir par exemple Poulit, 2002, ou Prudhomme, 2002), et ltalement urbain dautre part. Laugmentation de la vitesse de transport donne accs un bassin demplois plus tendu dans le mme temps de trajet, donc en moyenne des emplois mieux rmunrs car pouvant mieux correspondre la qualification de chacun. En augmentant le degr daccessibilit au march du travail, un gain de temps domicile-travail contribue ainsi lever la productivit des salaris par un meilleur appariement entre comptences et emplois. Dans la mesure o limpact dun projet de transport reste marginal lchelle du march du travail franais, cet effet peut tre valoris (aux sens conomique et socioconomique) au niveau de la productivit marginale du travail, cest--dire comme le cot salarial horaire brut. Le deuxime effet tient lextension des zones rsidentielles vers la priphrie des agglomrations. Laugmentation de la vitesse de transport permet aux salaris de sinstaller plus loin de leur lieu de travail et donc doccuper des zones rsidentielles qui leur procurent un bien-tre suprieur de leur temps de loisir. Laccession au pavillon individuel avec jardin constitue lexemple type de ce phnomne. En premire approche, on estime que la valeur conomique de cet effet est nulle (i.e. le bien-tre suprieur retir du temps de loisir nentrane pas de gain de productivit du temps de travail) et que sa valeur socioconomique est identique celle que procurerait un surcrot de loisir, cest--dire gale au salaire net.

Par pure convention126, on supposera que seule la moiti des gains de temps sur les trajets domicile-travail est utilise des fins productives, lautre moiti tant ddie au loisir ou habiter plus loin. Sous cette hypothse, la valeur conomique dun gain temps domicile-travail serait donc la moiti du salaire horaire brut. La valeur socioconomique serait, elle, gale la moiti du salaire horaire brut plus la moiti du salaire horaire net. Les autres motifs de dplacements Les autres motifs de dplacement, qui ne supposent pas directement un arbitrage entre travail et loisir, sont plus compliqus valoriser dun point de vue conomique et socio-conomique. Ils regroupent127 : les dplacements domicile-tudes (11 %), accomplis par les enfants scolariss et les tudiants, ventuellement accompagns de leurs parents ; le temps gagn y sert essentiellement un surcrot de loisir pour une population ne disposant, en premire approche, daucun revenu mais il peut aussi donner accs des tablissements de formation de meilleure qualit, contribuant ainsi une meilleure productivit de la population active future ; les dplacements domicile-commerces (20 %), qui ont pour objet lachat et la consommation de biens ; les gains de temps sur ces dplacements nengendrent pas ncessairement un surcrot de consommation, ceux-ci naugmentant pas le revenu des mnages ; toutefois, en largissant les

Les tudes sur les consquences des infrastructures de transport sur les choix de logement nont pas donn de rsultats clairs (voir par exemple Rouwendal et van der Vlist, 2002), et ne permettent donc pas de quantifier limportance relative de ces deux phnomnes. 127 Les proportions de chaque catgorie de dplacements sont tires des rsultats de lenqute nationale transportdplacements 2007-2008 (source : Insee Premire, N 1252, juillet 2009).

126

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 104

_________________________________

bassins de chalandise, laugmentation de la vitesse de transport peut accrotre marginalement le degr de concurrence entre les commerces128 ; enfin, les autres dplacements pour motifs personnels (dmarches administratives, visites des proches, loisirs, etc.) prsentent des valeurs conomique et socioconomique hautement variables selon le motif.

Si ces dplacements sont accomplis en jour ouvrable, par exemple dans la chane des dplacements quotidiens (ex : circuit domicile-travail-courses-domicile), on estime que leur valeur est au plus gale celle des dplacements domicile-travail. Sils sont accomplis en jour chm, leur valeur conomique est probablement plus proche de celle du temps de loisir. Faute de mieux, on suppose que ces dplacements sont valoriss comme la moiti des dplacements domicile-travail. Les dplacements de marchandises La valorisation conomique des gains de temps du transport de marchandises comprend le gain du transporteur (baisse du cot de transport), estim par mthode comptable pour la route 4 par tonne*heure conomise129, et le gain pour le chargeur (gains de fiabilit, effets dune diminution des temps de transport sur lorganisation logistique). Ce dernier est plus dlicat obtenir, et on procde en gnral des enqutes en prfrences dclares ou rvles. Les diffrentes tudes en Europe concordent et une valeur moyenne par route de 0,45 par tonne et par heure conomise est propose par le rapport Boiteux (2001). Ce chiffrage, qui fait partie de la fourchette basse des tudes menes en Europe, doit par ailleurs tre modul en fonction de la valeur de la marchandise. La dcomposition du surplus entre transporteur et chargeur ne vaut qu court terme, puisque dans un cadre de concurrence parfaite, tout le surplus est finalement capt par les consommateurs, via la baisse des prix. On suppose que le gain conomique est alors gal au gain socioconomique. En dfinitive Si lon se rfre au rapport Boiteux de 2001, les valeurs socioconomiques prconises dans la mthodologie franaise diffrent peu des valeurs auxquelles conduirait le raisonnement ci-dessus. Elles se fondent en effet sur des hypothses lgrement diffrentes : en urbain, lusage des gains de temps est suppos partag entre travail et loisir dans des proportions diffrentes de celles retenues ici, tandis quen interurbain, les valeurs tutlaires sont dfinies par mode de transport et non par motif de dplacement, et rsultent des modles de comportement des usagers (valeurs rvles par les choix modaux). Par ailleurs, le rapport Boiteux (2001) ne proposant pas de valorisation strictement conomique, la comparaison des valeurs conomiques des gains de temps est impossible. Sous les hypothses faites ici, la valeur conomique des gains de temps est en moyenne infrieure leur valeur socioconomique. Considrer lintgralit des gains socioconomiques comme des gains conomiques conduit donc surestimer limpact potentiel des projets de transports sur le PIB. 4) Lanalyse du bilan socioconomique permet de dterminer et mesurer les gains conomiques nets pour lconomie dune infrastructure de transport. Le bilan socioconomique dune infrastructure de transport prend en compte des cots montaires et des avantages socioconomiques montariss. Les cots et les avantages sont traditionnellement prsents par catgorie dacteur conomique. Le tableau ci-dessous prsente la structure type du bilan, modulo quelques adaptations ventuelles pour tenir compte des spcificits de chaque mode.

La mthodologie franaise dvaluation conomique des projets de transport se place toutefois dans le cadre thorique de la concurrence pure et parfaite, ce qui revient ngliger cet effet sur le degr de concurrence. 129 Source : estimation DG Trsor partir de J.-C. Mteyer (2001), Commentaires sur la diversit des valeurs du temps en transport de marchandises , Notes de synthse du SES, MEEDDM, jan-fv 2001.

128

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 105

_________________________________

Acteurs conomiques concerns Cots et avantages pris en compte dans le bilan Cots dinvestissement Bilan financier Cots de fonctionnement de linfrastructure Cots de fonctionnement des vhicules Recettes de trafic et produits dexploitation Subventions publiques Variation de cot de fonctionn des autres modes Effets collatraux Variation des recettes de trafic des autres modes Variation de taxes (TIPP, TAT,) Cot dopportunit des fonds publics Gain de temps, de confort, de rgularit Avantages socioconomiques Dcongestion des autres services de transport Amlioration de la scurit Pollution atmosphrique locale Gaz effet de serre Nuisances acoustiques Bilan par acteurt

tat et Oprateur collectivits de transport + +

Usagers

Autres Riverains et oprateurs tiers

Bilan agrg -

-

0 0 + + 0 ? + + + + +/+ + + + +/+ +

+ +/+/+/-

+/-

+

-

+

-

-

Dans ce bilan, les transferts montaires internes au secteur des transports, recettes de trafic et subventions publiques par exemple, sont neutres sur le rsultat final. Seuls ont un impact sur le bilan agrg les variations de cots (impact gnralement ngatif) et les avantages socioconomiques (impact gnralement positif130). Les cots montaires Si lon largit la perspective, en passant du secteur des transports lensemble de lconomie franaise, tous les cots montaires sont en fait des transferts entre secteurs conomiques (on nglige ici les effets sur la balance commerciale). Par construction, notre modle de lconomie franaise prend en compte les cots dinvestissement dans le secteur transport et la diffusion de leurs effets au reste de lconomie. Par ailleurs, les variations de cots de fonctionnement (exploitation, entretien, maintenance) sont supposs neutres lchelle du secteur transport : les surcrots de cots sur certains modes sont supposs tre exactement compenss par les baisses de cots de fonctionnement des autres modes. On suppose ainsi quil ny a pas de dformation du secteur transport par rapport aux autres secteurs conomiques, hypothse cohrente avec celles faites par ailleurs sur lvolution des prix et de la demande dans le secteur transport (voir 0).

Sagissant du cot dopportunit des fonds publics (COFP) qui sapplique aux transferts entre la puissance publique et les autres agents conomiques, ses effets sont dj pris en compte dans notre modle. En effet, les quations dcrivant la raction des mnages et des entreprises une variation de la fiscalit internalisent leffet distorsif de limpt sur les comportements conomiques. Quantitativement, leffet reproduit par le modle macroconomtrique Msange est trs proche du coefficient 1,3 retenu par le MEEDDM dans ses valuations de projet. Les avantages socioconomiques Parmi les lments figurant au bilan socioconomique des projets, il ne reste ainsi que les avantages socioconomiques qui sont, dans notre scnario central, ignors par le modle.

130

Mme si, sur certains postes, les effets de rebond (induction de trafic) peuvent parfois conduire des avantages ngatifs, par exemple sagissant de certaines externalits environnementales (augmentation de la pollution ou du bruit).

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 106

_________________________________

Au vu de la discussion prcdente (voir 3/), il nous parat lgitime de supposer que les gains de temps se traduisent en une amlioration de la productivit gnrales des facteurs (PGF). La question est moins tranche en ce qui concerne les gains de confort (voyager assis plutt que debout serr) et les gains de rgularit/fiabilit du temps de transport. Faute de pouvoir les distinguer des gains de temps, on propose, dans une approche maximaliste, de les comptabiliser de la mme manire que les gains de temps. Enfin, sagissant des autres gains (scurit des transports, rduction de la pollution locale, rduction des nuisances sonores et des gaz effet de serre), on fait lhypothse quils induisent essentiellement des gains de confort et de bien-tre, et lon fait abstraction de leurs impacts, ventuels mais incertains, sur la productivit du travail. Notons toutefois que la rduction des missions de CO2 est indirectement analyse dans notre approche de la consommation nergtique des transports et que cet effet est extrmement faible (voir 0 et lannexe 2).

Pour rsumer, notre valuation des gains structurels du programme dinfrastructures du Grenelle pour la croissance repose sur les avantages socioconomiques retirs par les usagers des transports (essentiellement des gains de temps). Il sagit dune hypothse maximaliste dans la mesure o tous les avantages des usagers nengendrent pas ncessairement de gain conomique. 5) Estimation des avantages socioconomiques retirs par les usagers des projets de transport Lapproche franaise ne comptabilise pas tous les avantages socioconomiques des projets de transports Dans la mthodologie franaise (instruction cadre du 25 mars 2004 relative aux mthodes dvaluation des projets dinfrastructures de transports), lvaluation est limite aux avantages socioconomiques directs des usagers et aux externalits non marchandes. Elle se place ainsi dans le cadre thorique de la concurrence pure et parfaite en ne comptabilisant pas les effets additionnels qui seraient lis des imperfections de march. Au Royaume-Uni, le rapport du SACTRA (1999) est venu nuancer cette approche, arguant que les imperfections de march sont nombreuses, aussi bien dans le secteur des transports que dans les secteurs utilisateurs des transports. Une amlioration des infrastructures de transports rduisant ces imperfections, devrait permettre des gains socioconomiques supplmentaires. Le Department for Transport (DfT) britannique a par la suite propos une mthode de calcul de deux catgories deffets socioconomiques additionnels inclure dans lanalyse cots-avantages : les impacts sur les marchs en situation de concurrence imparfaite et les effets dagglomration. Pour un projet-type, le DfT estime que ces deux effets majorent le surplus des usagers respectivement denviron 5 % et 10 %. Il est donc possible que les avantages socioconomiques comptabiliss dans la mthodologie franaise sous-estiment les avantages socioconomiques rels des infrastructures Calcul des avantages socioconomiques des usagers partir du TRI On schmatise le bilan socioconomique dun projet par lquation suivante :T (Rt Ct ) + (AU t Rt ) + AEX t It + t (1 + i ) t t = d +1 (1 + i ) t =1

VAN (i ) = avec VAN(i)

0

valeur actuelle nette de linvestissement

I =R C AU

It t t = d +1 (1 + i )

0

montant de linvestissement initial, en valeur actualise, y compris cot dopportunit

des fonds publics sil y a lieu (octroi dune subvention publique) variation des transferts entre les usagers et lensemble [oprateurs de transport + puissance publique] ; il sagit pour lessentiel de recettes de trafic variation des cots de fonctionnement dans le secteur transport (sur le projet et sur les modes concurrents) avantages des usagers des transports (usagers du projet et des autres modes) ; ils comprennent pour lessentiel des gains de temps, des gains de confort, des gains de rgularit et des gains de frquence (par exemple dans le cas des transports collectifs)

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 107

_________________________________

AEX

avantages environnementaux et externalits diverses dont bnficient les riverains et la collectivit ; ils comprennent des gains de scurit (baisse de laccidentologie), des rductions de la pollution atmosphrique locale, des gains sur les gaz effet de serre et des rductions des nuisances sonores dure de construction dure dexploitation du projet indice de lanne laquelle sont compts les diffrents flux socioconomiques

d T t

En vertu du raisonnement expos prcdemment, on cherche quantifier les avantages retirs par les usagers des transports131. Si lon connat approximativement les cots de ralisation des projets du Grenelle (I, voir annexe 1), on ne connat cependant pas ncessairement la valeur des autres composantes du bilan socioconomiques (les avantages socioconomiques en particulier). Le calcul est donc effectu lenvers : on utilise (ou lon suppose) la valeur du taux de rentabilit interne socioconomique (TRI) pour calculer le surplus annuel global partir du cot dinvestissement. Le TRI tant le taux dactualisation qui annule la VAN, on a VAN (TRI ) = 0 . Par simplification, on suppose que les avantages gnrs chaque anne par le projet restent constants (en euros constant) de sorte que :

VAN (i ) =

T It 1 + t (1 + i ) t t = d +1 (1 + i ) t =1 VAN (i ) = I + (i )[(R C ) + (AU

0

[(R C ) + ( AU R ) + AEX ] R ) + AEX ]

avec

(i) = t =1

T

1 , qui est un facteur de sommation actuarielle des bnfices annuels attendus sur la (1 + i ) t

dure dexploitation (le taux i peut ventuellement tre ajust pour tenir compte, de manire approximative, de la progression annuelle des avantages du projet)132. Le surplus annuel global procur par le projet peut donc tre approxim par lquation :

(R C ) + (AU R ) + AEX

=

I (TRI )

Il reste alors dterminer la part prise par le surplus net des usagers (AU-R) dans le surplus global (AUC) + AEX. Les donnes obtenues du MEEDDM pour plusieurs types dinfrastructures existantes permettent de la quantifier approximativement.

Ici la somme des surplus bruts est suppose gale la somme des surplus nets : les variations de dpenses de transport des usagers restent neutres lchelle du secteur dans tous les scnarios envisags R=0. Dans nos scnarios, en effet, les usagers se contentent de substituer des transports ferroviaires et urbains au transport routier. En toute rigueur, il conviendrait de vrifier cette hypothse laide dun modle national des trafics. 132 Lapproximation faite ici est ngligeable par rapport aux autres sources dincertitude pesant sur les rsultats du calcul. Il serait possible de raffiner en supposant que les avantages annuels progressent tous avec le mme taux de croissance , mais cela reviendrait simplement intgrer ce facteur de croissance dans le terme de sommation actuarielle (i , ) = t T (1 + ) . t =1 (1 + i ) t

131

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 108

_________________________________

Parts relatives des avantages de trois catgories dagents conomiques dans le surplus global dun projet de transport Estimations partir de projets raliss ou en cours dtudesType dinfrastructure LGV TCSP Autoroutes Surplus des oprateurs et de la puissance publique (R-C) 43 % -17 % 54 % Surplus des usagers (AU-R) 54 % 112 % 41 % Surplus des tiers AEX 3% 5% 5% chantillon 5 LGV 15 (BHNS, tram et mtro) tudes ex ante du SNIT (~15 projets)

Source : MEEDDM (CGEDD, CGDD, SETRA)

Les parts relatives des avantages constats sur les projets en service ne refltent toutefois pas exactement ce quelles seront sur les projets futurs. En effet, il est communment admis que les projets futurs prsentent des rentabilits infrieures celles des projets dj raliss et, en particulier, que leur capacit dautofinancement sera moindre que par le pass (selon le principe des rendements dcroissants appliqu aux investissements dans les secteurs de rseau). Afin de tenir compte des hypothses dautofinancement prises par ailleurs (voir 0), les estimations historiques sont donc corriges comme suit.

Hypothses de rpartition des surplus retenues dans notre tudeType dinfrastructure Surplus des oprateurs et de la puissance publique (R-C) 26 % -15 % 40 % 10 % Surplus des usagers (AU-R) 70 % 110 % 53 % 80 % Surplus des tiers AEX 4% 5% 7% 10 % Commentaire Rduction de la capacit dautofinancement 25 % Mme structure que par le pass (autofinancement ngatif) Rduction de la capacit dautofinancement 50 % Investissements majoritairement de renouvellement ou de modernisation, sans grande rentabilit

LGV TCSP Autoroutes Autres (routes, fer classique, fluvial, arien)

Source : hypothses DG Trsor

Les hypothses retenues pour les LGV et les autoroutes proviennent dune rvaluation du surplus des oprateurs et de la puissance publique. Ce surplus est en effet calcul partir des hypothses prises par ailleurs sur la capacit dautofinancement (CAF) des nouveaux projets, selon la formule :

CAF =

(i ) (Rt C t )I

o i est le cot moyen pondr du capital pour les oprateurs de transport du secteur133. Les parts relatives du surplus des usagers et des externalits environnementales sont ensuite ajustes en consquence, en conservant le mme rapport entre les deux quantits. Sagissant des TCSP, aucune correction nest apporte lexception de larrondi. Enfin, sagissant de tous les autres investissements, on a pris une hypothse arbitraire reposant sur les considrations que : lexception du secteur arien, les projets prsentent gnralement un autofinancement faible, et si ces projets sont dcids dans lesprit du Grenelle, leur impact environnemental doit tre relativement bon, do loctroi dune prime aux avantages environnementaux AEX par rapport aux autres types de projets.

Finalement, la valeur du TRI permet de dduire celle du surplus des usagers partir des montants dinvestissement. Estimation de la valeur du TRI de chacun des projets. Un certain nombre dtudes menes par les matres douvrage des projets du volet Transport du Grenelle a dj t ralis ; ces dernires fournissent une estimation du TRI. Il convient toutefois davoir lesprit que les prvisions de TRI sont sujettes caution. En effet, le bilan des infrastructures de transport mises en service par le pass montre trois phnomnes :133 Le cot moyen pondr du capital est suppos reprsenter lobjectif de rentabilit minimum pour loprateur de transport. Dans nos calculs, ce taux est diminu de linflation pour tenir compte du fait que le calcul du bilan financier de loprateur seffectue en euros courants et non en euros constants comme dans les bilans socioconomiques.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 109

_________________________________

En premier lieu, il y a une dgradation systmatique du TRI des projets au fur et mesure de l'avancement des tudes. L'affinage des tudes conduit en effet systmatiquement r-estimer la hausse les cots de construction et d'exploitation (modifications du projet, durcissement des contraintes environnementales, inflation des prix du gnie civil) et, bien souvent, revoir la baisse les prvisions de trafic. A posteriori, les projets ferroviaires prsentent dailleurs systmatiquement des trafics infrieurs aux prvisions initiales (croissance du PIB plus faible que prvue, concurrence accrue des low-cost ariennes, stagnation relative du cot dusage de la route relativement dautre modes de transport). Ensuite, les projets successifs prsentent une rentabilit dcroissante. tape similaire de l'instruction, les projets futurs sont moins rentables que les projets passs en raison de la prsence de rendements dcroissants dans les rseaux de transport. Cest dailleurs ce phnomne qui fait considrer par certains observateurs que, hormis quelques besoins ponctuels dans les goulots dtranglement, le rseau des transports franais est arriv maturit. Nanmoins, la fourchette dvolution des TRI entre les tudes ex ante et les bilans ex post se resserre depuis quelques annes. En effet, dune part, les progrs mthodologiques permettent d'estimer avec plus de fiabilit la rentabilit effective finale des projets et, dautre part, le TRI savre par construction moins sensible aux revalorisations des cots et avantages lorsquil est dj bas.

Le graphique suivant, ralis en 2005, illustre ces trois phnomnes (dans le cas des projets ferroviaires).

Panorama des volutions rcentes des TRI de projets ferroviaires

Source : DG Trsor, partir de donnes RFF Note de lecture : EP = tudes prliminaires, APS = avant-projet sommaire, DUP = dclaration dutilit publique, DAM = dcision dapprobation ministrielle, ex post = bilan LOTI ralis 3 5 ans aprs la mise en service du projet

Lorsque la rentabilit est connue daprs une tude de niveau EP (tudes prliminaires) ou suprieur, on adopte cette information. Lorsque la rentabilit nest pas connue par exemple, parce que ltude na pas encore t mene par le matre douvrage du projet on suppose dans notre tude que les projets prsentent les taux de rentabilit interne (TRI) suivants :

TRI socio-conomique des investissements projets, si inconnu faute dtudesMode de transport Fer TCSP Route Autre TRI 5% 8% 10 % 4%

Source : hypothses DG Trsor

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 110

_________________________________

Pour le mode ferroviaire, lhypothse rsulte de premiers travaux prospectifs mens par RFF. Pour le mode routier, lhypothse rsulte dune minoration des TRI valus ex post par le CGEDD sur 11 projets routiers et qui conduisaient une moyenne de 12 %. Pour les projets de TCSP, le TRI est suppos compris entre celui des projets routiers et celui des projets ferroviaires. Quant aux autres projets, par convention, le TRI est suppos gal au taux dactualisation public, dans la mesure o ils ne devraient jamais tre raliss si leur TRI lui tait infrieur. En dfinitive, on se fonde sur une hypothse de TRI pour chaque projet, hypothse dont on dduit le surplus net des usagers. Pour estimer la valeur totale du surplus engendr par le volet Transport du Grenelle, on agrge les rsultats obtenus projet par projet. Ce surplus est ensuite assimil un gain conomique, qui est son tour considr comme un gain de productivit amliorant la croissance potentielle.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 111

_________________________________

Annexe 4 : Dtails des impacts macroconomiquesTableau 13 : impact sur les principales variables macroconomique du scnario central (le surplus dinvestissement li au Grenelle est financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques)En cart par rapport au scnario de rfrence 1 an PIB en volume VA du secteur marchand Consommation des mnages Investissement Investissement des SNF et EI Exportations Importations Revenu disponible rel des mnages Taux d'pargne Prix de la consommation des mnages Prix de production Prix de production marchande Prix des exportations Prix des importations Salaire rel net Cot rel du travail Emploi salari (en milliers) Taux de chmage Balance commerciale (en pts de PIB) 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1 0,0 0,0 2 ans 0,1 0,1 0,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 6 0,0 0,0 5 ans 0,5 0,6 0,2 3,3 0,7 -0,1 0,6 0,1 0,0 0,4 0,4 0,4 0,3 0,2 0,1 0,4 57 -0,2 -0,2 10 ans 0,0 -0,1 0,1 0,8 -0,2 -0,4 0,3 0,2 0,0 0,9 1,0 1,0 0,7 0,4 0,3 0,1 -2 0,0 -0,1 20 ans -0,3 -0,3 -0,2 -0,2 -0,3 -0,3 0,0 -0,2 0,0 0,7 0,7 0,7 0,5 0,4 -0,1 -0,1 -42 0,2 0,0 50 ans -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 0,0 0,0 -0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 -0,1 -0,1 -14 0,1 0,0 Long terme 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0 0,0

Lecture : aprs 5 ans, dans le scnario central, le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 57 000 emplois de plus dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 112

_________________________________

Tableau 14 : impact sur les principales variables macroconomique du scnario 2: surplus dinvestissement li au Grenelle, financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques et linstauration dune taxe poids lourdsEn cart par rapport au scnario de rfrence 1 an PIB en volume VA du secteur marchand Consommation des mnages Investissement Investissement des SNF et EI Exportations Importations Revenu disponible rel des mnages Taux d'pargne Prix de la consommation des mnages Prix de production Prix de production marchande Prix des exportations Prix des importations Salaire rel net Cot rel du travail Emploi salari (en milliers) Taux de chmage Balance commerciale (en pts de PIB) 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1 0 0,0 2 ans 0,1 0,1 0,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 6 0 0,0 5 ans 0,6 0,6 0,2 3,3 0,7 -0,1 0,6 0,2 0,0 0,4 0,5 0,5 0,3 0,2 0,2 0,4 60 0 -0,2 10 ans 0,0 -0,1 0,2 0,8 -0,2 -0,4 0,3 0,2 0,0 0,9 1,0 1,0 0,7 0,4 0,3 0,1 2 0 -0,1 20 ans -0,2 -0,3 -0,2 -0,2 -0,3 -0,2 0,0 -0,1 0,0 0,6 0,6 0,7 0,4 0,3 -0,1 -0,1 -36 0 0,0 50 ans 0,0 0,0 -0,1 -0,1 -0,1 0,0 0,0 -0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -0,1 0,0 -6 0 0,0 Long terme 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 0,0 0,0 8 0 0,0

Lecture : aprs 5 ans, dans le scnario central, le PIB est plus lev de 0,6 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 60 000 emplois de plus dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 113

_________________________________

Tableau 15 : impact sur les principales variables macroconomique du scnario 3 : surplus dinvestissement li au Grenelle, financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques et une hausse du versement transport (cotisations sociales employeurs)En cart par rapport au scnario de rfrence 1 an PIB en volume VA du secteur marchand Consommation des mnages Investissement Investissement des SNF et EI Exportations Importations Revenu disponible rel des mnages Taux d'pargne Prix de la consommation des mnages Prix de production Prix de production marchande Prix des exportations Prix des importations Salaire rel net Cot rel du travail Emploi salari (en milliers) Taux de chmage Balance commerciale (en pts de PIB) 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1 0 0,0 2 ans 0,1 0,1 0,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 6 0 0,0 5 ans 0,5 0,6 0,2 3,3 0,7 -0,1 0,6 0,1 0,3 0,4 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,4 53 0 -0,2 10 ans 0,0 -0,1 0,1 0,8 -0,2 -0,4 0,3 0,2 0,9 0,9 1,0 1,0 0,7 0,5 0,3 0,2 -5 0 -0,1 20 ans -0,3 -0,3 -0,2 -0,2 -0,3 -0,3 0,0 -0,2 0,7 0,7 0,7 0,8 0,5 0,4 -0,2 -0,1 -45 0 -0,1 50 ans -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 0,0 0,0 -0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 -0,2 0,0 -16 0 0,0 Long terme 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -3 0 0,0

Lecture : aprs 5 ans, dans le scnario central, le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 53 000 emplois de plus dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 114

_________________________________

Tableau 16 : impact sur les principales variables macroconomique du scnario 4 : surplus dinvestissement li au Grenelle, financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques et dune hausse des prix dans le secteur des transportsEn cart par rapport au scnario de rfrence 1 an PIB en volume VA du secteur marchand Consommation des mnages Investissement Investissement des SNF et EI Exportations Importations Revenu disponible rel des mnages Taux d'pargne Prix de la consommation des mnages Prix de production Prix de production marchande Prix des exportations Prix des importations Salaire rel net Cot rel du travail Emploi salari (en milliers) Taux de chmage Balance commerciale (en pts de PIB) 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1 0 0,0 2 ans 0,1 0,1 0,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 5 0 0,0 5 ans 0,5 0,6 0,2 3,3 0,7 -0,1 0,6 0,1 0,0 0,5 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,4 56 0 -0,2 10 ans 0,0 -0,1 0,1 0,8 -0,2 -0,4 0,3 0,2 0,0 0,9 1,0 1,0 0,7 0,4 0,3 0,1 0 0 -0,1 20 ans -0,2 -0,3 -0,2 -0,1 -0,3 -0,2 0,0 -0,2 0,0 0,7 0,7 0,7 0,4 0,3 -0,2 -0,1 -39 0 0,0 50 ans -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 0,0 0,0 -0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 -0,1 0,0 -9 0 0,0 Long terme 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -0,1 -0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 4 0 0,0

Lecture : aprs 5 ans, dans le scnario central, le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 56 000 emplois de plus dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 115

_________________________________

Tableau 17 : impact sur les principales variables macroconomique du scnario intgrant les avantages socioconomiques : surplus dinvestissement li au Grenelle, financ par une hausse des prlvements au prorata de leur poids dans les recettes publiques, avec une augmentation de la productivit lie aux avantages socioconomiquesEn cart par rapport au scnario de rfrence 1 an PIB en volume VA du secteur marchand Consommation des mnages Investissement Investissement des SNF et EI Exportations Importations Revenu disponible rel des mnages Taux d'pargne Prix de la consommation des mnages Prix de production Prix de production marchande Prix des exportations Prix des importations Salaire rel net Cot rel du travail Emploi salari (en milliers) Taux de chmage Balance commerciale (en pts de PIB) 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1 0,0 0,0 2 ans 0,1 0,1 0,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 6 0,0 0,0 5 ans 0,5 0,6 0,2 3,3 0,7 -0,1 0,6 0,1 0,0 0,4 0,4 0,4 0,3 0,2 0,1 0,4 57 -0,2 -0,2 10 ans 0,0 -0,1 0,1 0,8 -0,1 -0,3 0,3 0,2 0,0 0,8 0,9 0,9 0,6 0,4 0,3 0,1 -9 0,0 -0,1 20 ans -0,1 -0,1 -0,1 0,0 -0,2 -0,1 0,0 -0,1 0,0 0,3 0,3 0,3 0,2 0,2 0,0 0,0 -47 0,2 0,0 50 ans 0,0 0,0 -0,1 -0,1 0,0 0,0 -0,1 -0,1 0,0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 0,0 0,0 0,1 -12 0,0 0,0 Long terme 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0 0,0

Lecture : aprs 5 ans, dans le scnario central, le PIB est plus lev de 0,5 % par rapport au scnario de rfrence, et il y a 57 000 emplois de plus dans lconomie.

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 116

_________________________________

LEXIQUEADEME : Agence de l'Environnement et de la Matrise de l'nergie AIE : Agence Internationale de lnergie BCG : the Boston Consulting Group BTP : btiments et travaux publics ; secteur conomique de la construction CAS : Centre dAnalyse Stratgique Comop 10 : Comit oprationnel n10 nergies Renouvelables du Grenelle de lenvironnement CPER : contrat de projet tat-Rgion CSPE : Contribution au Service Public de llectricit DGEC/DGEMP : Direction gnrale de lnergie et du climat (anciennement Direction gnrale de lnergie et des matires premires) DUP : dclaration dutilit publique ; procdure administrative ncessaire lexpropriation ENR : nergies renouvelables EPR : racteur pressuris europen IPCH : indice des prix la consommation harmonis LGV : ligne ferroviaire grande vitesse LOTI : loi n82-1153 du 30 dcembre 1982 dorientation des transports intrieurs MDP : mcanismes de dveloppement propre prvus par le protocole de Kyoto MEEDDM : Ministre de lcologie, de lnergie, du Dveloppement durable et de la Mer MOP : matrise douvrage publique (par opposition aux PPP qui peuvent dlguer tout ou partie de la matrise douvrage un partenaire priv) OAT : obligation assimilable du Trsor, mode dendettement principal de ltat PGF : productivit gnrale des facteurs (paramtre fondamental du modle macroconomique) PIB : produit intrieur brut p.km : passager.kilomtre, unit de mesure des trafics de voyageurs PPP : partenariat public-priv ; forme de contrat par lequel la puissance publique dlgue une mission de service public un partenaire priv ; ces contrats englobent notamment les concessions (ou dlgation de service public, DSP) et les contrats de partenariat (CP) RFF : Rseau Ferr de France, entreprise publique gestionnaire du rseau ferr national SNCF : Socit Nationale des Chemins de fer Franais, entreprise publique oprateur majoritaire des services ferroviaires en France SNF et EI : socits non financires et entreprises individuelles TCSP/TCU : transport collectif en site propre (mtros, tramways, bus haut niveau de service) / transport collectif urbain (englobe les TCSP) tCO2 : tonne quivalent CO2 ; unit de mesure des quantits de gaz effet de serre tep : tonne quivalent ptrole ; unit correspondant au pouvoir calorifique dune tonne de ptrole ; 1 tep = 41,855 GJ = 11 628 kWh. Par convention le coefficient de substitution est gal Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 117

_________________________________

0,260606 tep/MWh pour llectricit produite par une centrale nuclaire, 0,86 tep/MWh pour llectricit produite par une centrale gothermie 0,086 tep/MWh pour toutes les autres formes dlectricit (production par une centrale thermique classique, hydraulique, olienne, marmotrice, photovoltaque, etc., changes avec ltranger, consommation), cf. http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/politiqu/textes/nouv-meth-bilan.htm TER : transport express rgional (majoritairement par rail) t.km : tonne.kilomtre, unit de mesure des trafics de marchandises TP01 : indice de prix des travaux publics, index gnral tous travaux TRI : taux de rentabilit interne UE : Union Europenne VAN : valeur actuelle nette

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 118

_________________________________

BIBLIOGRAPHIEADEME - Mission Interministrielle de l'Effet de Serre (2007), Guide des facteurs dmissions, Version 5.0, Calcul des facteurs dmissions et sources bibliographiques utilises , Bilan Carbone entreprises et collectivits, rapport ADEME et BIO Intelligence Service (2010), Analyses de cycle de vie appliques aux biocarburants de premire gnration consomms en France , synthse ADEME et In Numeri (2009), Marchs, emplois et enjeu nergtique des activits lies aux nergies renouvelables et l'efficacit nergtique _ Situation 2007-2008 et perspectives 2009 , rapport, cf. http://www2.ademe.fr/servlet/getDoc?sort=-1&cid=96&m=3&id=65792&ref=&nocache=yes&p1=111 ADEME et In Numeri (2008), Marchs, emplois et enjeu nergtique des activits lies aux nergies renouvelables et l'efficacit nergtique : Situation 2006-2007 _ Perspectives 2012 , rapport ADEME - MEEDDM (2009), Fonds Chaleur Bilan et Perspectives , dossier de presse du 19 octobre, cf. http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Invitation_conf_Fonds_Chaleur-1_cle63e6ef-1.pdf AIE (2008), World Energy Outlook , rapport, http://www.worldenergyoutlook.org/2008.asp AIE (2007), World Energy Outlook , rapport, http://www.worldenergyoutlook.org/2007.asp Amigues J.-P. et M. Moreaux (2009), Quand faut-il simultanment taxer certaines nergies et en subventionner dautres ? , prsentation au Sminaire conomie de l'Environnement et des Ressources Naturelles , EUREQua, Universit de Paris 1 Panthon-Sorbonne, cf. http://eurequa.univparis1.fr/semenviro/Moreaux.pdf Aschauer D. A. (1989), Is public expenditure productive? , Journal of Monetary Economics, vol. 23, pp. 177-200 BCG (2009), Rflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement , prsentation, cf. http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Etude_BCG_cle0f419a.pdf Boiteux M. et al. (2001), Transports : choix des investissements et cot des nuisances , Rapport du Commissariat gnral au Plan, La Documentation franaise, Paris CAS (2010), Analyse la croissance verte : quels impacts sur lemploi et les mtiers ? , Note de veille n164, cf. http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/NoteVeille164.pdf CGDD (2009), La facture nergtique de la France en 2008 , Chiffres et statistiques n43, http://www.statistiques.developpementdurable.gouv.fr/IMG/pdf/CS__facture_energ_france_2008_43_cle72d311.pdf CGDD (2009), Rapport annuel au Parlement sur la mise en uvre des engagements du Grenelle Environnement , Repres, http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/03_cle7af97d-5_1_.pdf Comop 10 du Grenelle de lenvironnement (2008) Plan de dveloppement des nergies renouvelables haute qualit environnementale _ 2008 - 2012 2020 , rapport, cf. http://www.legrenelleenvironnement.gouv.fr/grenelle-environnement/IMG/pdf/rapport_final_comop_10.pdf Didier M. et R. Prudhomme (2007), Infrastructures de transport, mobilit et croissance , Rapport du CAE n69, La Documentation franaise, Paris DGEC (2009), Programmation pluriannuelle des investissements de production dlectricit , rapport, cf. http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/politiqu/rev-ppi-pip.htm, Arrt du 15 dcembre 2009 relatif la programmation pluriannuelle des investissements de production d'lectricit, cf. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5BA12C0674318E4E2902B7D0B262D79A.tpdjo0 9v_2?cidTexte=JORFTEXT000021645812&dateTexte=20100219 DGEC (2009), Programmation pluriannuelle des investissements de production de chaleur , rapport, cf. http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/politiqu/rev-ppi-pip.htm, Arrt du 15 dcembre 2009 relatif la programmation pluriannuelle des investissements de production de chaleur, cf. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5BA12C0674318E4E2902B7D0B262D79A.tpdjo09v_ 2?cidTexte=JORFTEXT000021645823&dateTexte=20100219Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 119

_________________________________

DGEC (2008), Synthse publique de ltude des cots de rfrence de la production lectrique , rapport, cf. http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/electric/cout-ref-synthese2008.pdf DGEMP- DIDEME (2003), Cots de rfrence de la production dlectricit , rapport Directive 2009/28/CE du Parlement Europen et du Conseil, du 23 avril 2009, relative la promotion de lutilisation de lnergie produite partir de sources renouvelables et modifiant puis abrogeant les directives 2001/77/CE et 2003/30/CE, cf. http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:140:0016:0062:fr:PDF Duprez F. (2008), Que sait-on des interactions entre les transports et lconomie ? , in Madis T. et J.-C. Prager, Innovation et comptitivit des rgions, Rapport du CAE n 77, La Documentation franaise, Paris Eddington R. (2006), The Eddington Transport Study, Main Report: Transports role in sustaining the UKs productivity and competitiveness, Crown, London Enerdata (2008a), Scnario nergtique de rfrence pour la France lhorizon 2020/2030 , rapport final du 9 avril Enerdata (2008b), Du scnario tendanciel aux scnarios Grenelle , rapport final du 8 septembre Favard P., F. Mirabel et J.-C. Poudou (2002), Funding for Universal Service Obligations in Electricity Sector: the case of green power development , Cahier de Recherche du CREDEN n02.07.33, cf. http://www.laser.univ-montp1.fr/Cahiers/WPL060202.pdf Flyvbjerg B., M. K. Holm et S. Buhl (2003), How common and how large are cost overruns in transport infrastructure projects?, Transport Reviews, vol. 23, n 1, pp. 71-88 Fritsch B. (1999), La contribution des infrastructures de transport au dveloppement des rgions franaises , Presses de lcole nationale des Ponts et chausses, Paris Jara-Diaz S. R. (1986), One the Relation Between Users Benefits and the Economic Effects of Transportation Activities, Journal of Regional Science, vol. 26, n 2, pp. 379-391 Klein C. et O. Simon (2010), Le modle Msange, nouvelle version restime en base 2000 , Cahier de la DGTPE, cf. http://www.finances.gouv.fr/directions_services/dgtpe/etudes/doctrav/doctrav.htm MITRE (2005), Meeting the targets and putting renewables to work, rapport densemble du projet europen Monitoring & modeling initiative on the targets for renewable energy, cf. http://mitre.energyprojects.net/ Nadiri M. I. et T. P. Mamuneas (1998), Contribution of Highway Capital to Output and Productivity Growth in the US Economy and Industries, mimeo Newberry D. M. (1998), Efficiency benefits of transport reductions, rapport pour la Standing Advisory Committee for Trunk Road Assessment (SACTRA) Offner J.-M. (1993), Les effets structurants du transport : mythe politique, mystification scientifique , LEspace gographique, n 3, pp. 233-242 Plassard F. (2003), Transport et territoire , La Documentation franaise, Paris Prudhomme R. (2002), Transport et dveloppement conomique , rapport la CEMT prpar pour la table ronde 119, OCDE Poulit J. (2002), Urbanisme et transport : la mobilit, source de progrs conomique et environnemental , acte du forum Pour une mobilit durable Pyry (2008), Compliance costs for meeting the 20 % renewable energy target in 2020 , rapport Predali F. (2007), Le financement des infrastructures de transport avec des PPP , rapport de lIAURIF Quirion P. et D. Demailly (2009), - 30 % de CO2 = + 684000 emplois. Lquation gagnante pour la France , tude pour WWF, cf. http://www.centre-cired.fr/perso/quirion/quirion_emploi_wwf.pdf Rouwendal J. et A. Van der Vlist (2002), A Dynamic Model of Commutes, Tinbergen Institute Discussion PaperLes Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 120

_________________________________

RTE (2009), Bilan prvisionnel de lquilibre offre-demande dlectricit en France , rapport, http://www.rte-france.com/uploads/media/pdf_zip/nos-activit-s/bilan_complet_2009.pdf. SACTRA (1999), Transport and the Economy, rapport pour le Department of the Environment, Transport and Regions (DETR) Stephan A. (2001), Essays on the Contribution of Public Infrastructure to Private Production and its Political Economy, thse, Humboldt-Universitt zu Berlin Zahavi Y. et J. M. Ryan (1980), Stability of travel components over time, Transportation Research Record, n 750, pp. 19-26 Zahavi Y. et A. Talvitie (1980), Regularities in travel time and money expenditures, Transportation Research Record, n 750, pp. 13-19

Les Cahiers de la DG Trsor n 2010-06 Dcembre 2010 p. 121

_________________________________

Recommended

View more >