Diagnostic de territoire Itinrance en Ardche ? Diagnostic de territoire Itinrance en Ardche

  • Published on
    10-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Diagnostic de territoire Itinrance en Ardche verte 36, Place de lglise 07340 Peaugres Tl. 04 75 34 75 59 Brice JULIEN, Master 2 Tourisme et dveloppement, CETIA, FOIX Stage encadr par Guillaume BACCIOTTI, Charg de mission randonne INTRODUCTION Lobjectif du travail qui nous a t confi consiste analyser la pertinence du dveloppement de litinrance sur le territoire de lArdche verte (Ardche du nord). Il conviendra donc de mesurer lintrt du dveloppement de litinrance en Ardche verte en dressant un tat des lieux de loffre du territoire, des pratiques (au niveau national et local), dapprcier les expriences menes sur dautres territoires (benchmark et analyse concurrentielle), et de mesurer ladquation entre loffre (Ardche verte) et la demande (clients). Ce travail sappuiera sur lanalyse dtudes existantes, douvrages gnraux, dentretiens exploratoires, de brochures touristiques, etc. I/ Etat des lieux de loffre touristique du territoire Ardche verte 1.1/ Potentialits en terme de sports de nature 1.1.1/ Le rseau de sentiers de randonnes Le fort potentiel naturel du territoire a amen les collectivits locales a amnager des rseaux de sentiers de randonne pour, la fois valoriser lexistant (paysages,) et satisfaire la demande en terme de sports de nature. Ainsi, 1500 Km de sentiers de randonnes sont baliss et entretenus toute lanne. Par ailleurs, lexploitation de ce rseau de randonne relativement vaste seffectue travers ldition de 7 topo-guides. En Ardche verte, lexistence dun rel maillage de sentiers de randonne est donc indniable. Nanmoins, outre ce vaste rseau de sentiers de randonne, il est dplorer labsence ditinraires phares et donc connus et reconnus permettant de gnrer de limage et de la notorit. 1.1.2/ Les structures spcialises sports de nature Nous choisirons de nous concentrer sur les professionnels ou les structures qui nous concernent dans le cadre de ce travail sur l'itinrance. A savoir les accompagnateurs en montagne, les accompagnateurs questres, les centres questres, les moniteurs VTT. 1.1.2.1/ Les accompagnateurs en montagne en Ardche verte A ce stade du diagnostic, linventaire des structures daccompagnement en montagne nest pas complet et il sera mis jour partir de donnes fournies par le syndicat des accompagnateurs en Ardche. Nanmoins, au niveau de la rflexion sur le dveloppement de la filire randonne en Ardche Verte, les accompagnateurs apparaissent comme des acteurs cls. Leur connaissance du milieu, leur rle de mdiateur entre lhomme et la nature, et leur vision du dveloppement touristique souvent en accord avec la prservation de lenvironnement tmoigne de leur place importante dans litinrance de demain. 1.1.2.2/ Les centres questres en Ardche verte Struture Localisation Philippe CORDIER 07290 Satillieu Enrique FERRER 07100 Annonay Natu-rve (Rouillon Emilie, Chalat Rmy) 07100 Sarras Le tableau ci- dessus montre une offre importante en terme de structures questres. 14 structures apparaissent dans les listings des offices de tourisme de lArdche verte. Cependant, le dveloppement de la filire itinrance questre ne dpendra pas uniquement de loffre de centre questre, mais aussi et surtout de la capacit des hbergeurs fournir un accueil adapt (box, prs, nourriture) ce type de pratique. De mme, en extrapolant la pratique du VTT, il sera intressant de connatre le nombre dhbergeurs successibles de fournir un endroit adapt et scuris pour le stockage des VTT. 1.2/ Les structures daccueil en htellerie 1.2.1/ Les hbergements en Ardche verte (htels, chambres dhtes, gtes dtapes,) Le tableau suivant recense lensemble des hbergements (classs par type) localiss sur le territoire Ardche verte et assurant des locations la nuite. Nous avons volontairement vincs les gtes (meubls de tourisme) et les hbergements collectifs (centre de vacances). Coordonnes Localisation Les attels du Val dAy 07290 Ardoix Les curies de soleilDad 07100 Boulieu les Annonay Centre questre de longchamp 07410 Colombier le vieux Espace calche 07320 Devesset Les curies vaillant 07370 Eclassan Domaine de Fontcouverte 07520 Lalouvesc Equins pour tous 07300 Plats Centre questre de la rsilience 07100 Roiffieux Equi ta passion 07320 St Agrve Haras de la Marjorie 07290 St Alban day Randonnes questres autour du lac des Meinettes 07290 St Jeure dAy La maison des Poneys 07290 Satillieu Centre questre dArthieux 07290 Satillieu Centre questre de montmeyre 07690 Villevocance Un simple comptage des structures dhbergements de lArdche verte napporte pas beaucoup dlments en terme danalyse. Par contre, la reprsentation cartographique des hbergements au regard des rseaux de sentiers de randonnes permettra danalyser leur rpartition (par type, et par zone) afin didentifier des territoires potentiellement propices au dveloppement de sjours itinrants. Type Nombre Htels 43 Campings 37 Chambres dhtes 71 Gtes dtape 14 La rpartition des hbergements touristiques de lArdche verte Selon la carte ci-dessus, on saperoit de la relative bonne rpartition des hbergements sur lensemble du territoire Ardche verte, hormis le secteur de la valle de la Cance o la concentration des hbergements y est moins forte. Au niveau des types dhbergements, lArdche verte possde seulement 14 gtes dtape, alors quil sagit de lhbergement de prdilection en terme de randonne pdestre. A linverse, les chambres dhtes sont trs prsentes avec 71 structures sur lensemble du territoire. Ce qui peut tre analys positivement quand on analyse la demande grandissante des randonneurs envers des hbergements confortables mettant laccent sur une gastronomie de terroir. Quel pourcentage de randonneur ?Non rponsemoins de 25%entre 25 et 50%entre 50 et 75%plus de 75TOTAL OBS.Nb. cit. Frq.1 2,4% 23 54,8% 16 38,1% 2 4,8% 0 0,0% 42 100% 1.2.2/ Analyse de lenqute auprs des hbergeurs Cette enqute auprs des hbergeurs de lArdche verte a t envoye 138 structures. Elle ne concernait que les hbergeurs accueillant du public la nuite. Sur 138 envois, 42 questionnaires ont t remplies et renvoys au Pays Ardche Verte, soit un taux de rponse denviron 30%. Les rsultats qui suivent devront donc tre interprts avec prudence et tenir compte de ce taux de rponses relativement faible. Lanalyse se dcoupera en trois parties. 1/ Lanalyse clientle et de la frquentation. 2/ Les services proposs aux randonneurs par les structures dhbergements. Et enfin, 3/ la motivation de ces derniers au regard du travail en rseaux. 1.2.2.1/ Lanalyse clientle et de la frquentation Question : Parmi votre clientle, quel est le pourcentage de personnes qui pratiquent la randonne pendant leur sjour ? Selon le tableau ci-dessus, plus de la moiti des hbergeurs (54,8%) estiment que moins de 25% de leur clientle pratique la randonne durant leur sjour chez eux. 38% estiment quant eux, que leur clientle se compose de 25% 50% de randonneurs. Question : Quel est le pourcentage de vos clients venant exclusivement pour pratiquer la randonne ? Pourcentage clients exlusifs/randonneNon rponsemoins de 25%entre 25 et 50%entre 50 et 75%, plus de 75%TOTAL OBS.Nb. cit. Frq.3 7,1% 30 71,4% 8 19,0% 1 2,4% 42 100% Plus de 70% (71,4%) des hbergeurs estiment que moins de 25% de leurs clientles viennent exclusivement pour pratiquer la randonne. Ainsi, la clientle en Ardche verte semble tre davantage une clientle multi pratique quune clientle de purs randonneurs. Transfert de bagages entre hbergementsouinonTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.25 59,5% 17 40,5% 42 100% Evolution de la randonneNon rponseAugmentestagnediminueTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.5 11,9% 15 35,7% 20 47,6% 2 4,8% 42 100% Question : Selon vous, la pratique de la randonne pdestre a plutt tendance augmenter, stagner ou diminuer ? Cette volution grossire de la pratique de la randonne pdestre aux yeux des hbergeurs montre que prs de 83% dentre eux estiment que la part des clients-randonneurs stagne voir augmente. Cette tendance, malgr son approximation confirme lancrage de la pratique de la randonne comme lment structurant de loffre touristique de lArdche. 1.2.2.2/ Les services proposs aux randonneurs par les hbergeurs Cette partie de lanalyse reprendra lensemble des questions relatives aux services proposs aux randonneurs par les hbergeurs, mais tentera aussi de sonder la motivation de ces derniers la mise en place de services complmentaires. Seriez-vous prt acheminer les bagages de vos clients dans une autre structure d'hbergement dans le cas d'un sjour itinrant ? Le transfert de bagages entre hbergements est une composante cl de loffre de randonne itinrante, nanmoins ce service peut savrer contraignant pour les hbergeurs. 60% dentre eux se disent prt assurer le portage des bagages jusquau prochain hbergement. Question : Si oui, dans quel rayon kilomtrique seriez-vous prts vous dplacer ? Sur les 25 hbergeurs prts assurer le portage des bagages de leurs clients, 68% accepteraient de se dplacer dans un rayon de 10 20km autour de leur structure. Oui, distance de : Nb. Cit. Frq. Moins de 5 km 1 4% Entre 5 et 10Km 5 20% Entre 10 et 20Km 17 68% Plus de 20Km 2 8% TOTAL OBS. 25 100% Assurer transport gare-hbergement ?ouinonTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.28 66,7% 14 33,3% 42 100% Question : Seriez-vous prt aller chercher vos clients jusqu leur gare darrive ? Dans le mme sens que la question sur le transfert des bagages, assurer le transport du client entre son point darrive (gare SNCF, Arrt de bus) et leur premier hbergement1 est une question centrale. Dautant plus que certaines zones de lArdche Verte sont mal (ou peu) desservies par les transports en commun. Or, 67% des hbergeurs seraient prt assurer le transport gare-hbergement. Question : Seriez-vous prts prparer des pique-niques vos clients ? Seriez-vous prt prparer PNouinonTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.34 81,0% 8 19,0% 42 100% La prparation de pique nique apparat moins contraignante que le transport de personnes o de bagages. 81% des hbergeurs se disent prts fournir ce service leurs clients-randonneurs sils le souhaitent. Question : Combien dhbergeurs offrent-ils dj ce type de services (transport de personnes, de bagages et pique nique) leur clientle ? Assurez vous dj : Oui Non TOTAL OBS. Le transfert de bagages 29% 71% 100% Le transport des clients 35% 65% 100% La prparation des pique-niques 42,9% 47,1% 100% Il est intressant danalyser combien dhbergeurs assurent dj lensemble de ces services. Globalement, la moiti des rpondants qui se disent prts les mettre en place les a dj mis en place, ce qui laisse un marge de manuvre importante pour les tendre lensemble des hbergeurs. 1 NB : Valable dans le cas o le point de dpart du sjour-randonne est un hbergement. Mais il faudra aussi sinterroger sur la possibilit du randonneur pouvoir assurer son transfert entre sa gare darrive et le point de dpart de sa randonne. Intress pour monter produit tourist ?ouinonTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.26 61,9% 16 38,1% 42 100% 1.2.2.3/ Les hbergements de lArdche Verte et les rseaux Le questionnaire avait aussi pour but de sonder les hbergeurs sur leur motivation (et leur capacit) sinvestir dans un rseau dacteur, afin de sonder lventualit de les regrouper avec dautres parties prenantes de la filire randonne (accompagnateurs en montagne, fermes questres, agences de voyages..). Question : Avez-vous des contacts privilgis (partenariats) avec des prestataires de services en lien avec la randonne ? Contact avec d'autres acteurs ?ouinonTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.12 28,6% 30 71,4% 42 100% Peu dhbergeurs ont mis en place des partenariats avec dautres acteurs de la randonne en vue de structurer leurs offres et de mutualiser leurs moyens. Seuls 28,6% des rpondants ont rpondu positivement. Lenjeu de l'itinrance, si lopportunit de la dvelopper se rvle favorable rsidera dans la cration dun vritable maillage entre les acteurs de la filire randonne destin donner de la visibilit loffre de randonne en Ardche verte. Question : Seriez-vous intress pour participer au montage de produits touristiques sur la thmatique de la randonne ? Globalement, les hbergeurs se montrent favorable 61,9% lide de mettre en place des produits touristiques en lien avec la randonne. Nanmoins, cet engouement est relativiser car la question suivante, relative la participation (active) au sein dun rseau na sduit que 50% des rpondants. On reviendra plus loin sur cet enjeu fort que reprsente la fdration des acteurs et qui constitue sans doute une des cls de la russite du dveloppement de l'itinrance en Ardche. Question : Seriez-vous intresss par la participation un groupe de travail ou un rseau dhbergeurs pour le dveloppement la randonne en Ardche verte ? Participer un rseau-randonne?ouinonTOTAL OBS.Nb. cit. Frq.21 50,0% 21 50,0% 42 100% 1.2.2/ Fermes pdagogiques/Accueils la ferme Il semble primordial de sintresser aux exploitations agricoles organisant un accueil la ferme tant elles constituent des animations allant de pair avec l'itinrance et la dcouverte du territoire de pratique. Ces structures accueil la ferme sont dune grande diversit offrant diffrentes productions aux visiteurs. Des exploitations fruitires, aux caves vinicoles en passant par les fermes Hlicoles ou fromagres lArdche dispose dun rel maillage dtablissements proposant la dcouverte de leur travail et de leur production travers la vente directe. Au niveau de la rpartition de ces structures Accueil la ferme , la carte ci-dessus montre une concentration assez importante de ces structures dans le Tournonais. Les autres enseignes sorganisent de manire parse sur le reste du territoire, autour de St Agrve notamment, et plus au nord aux alentours de Serrires. II/ Analyse de la demande en terme de sports de nature et ditinrance Afin de cerner les opportunits de dveloppement de litinrance, il convient danalyser lvolution des sports de nature au sens large, puis ltude des tendances sociologiques relatives l'itinrance, et enfin les chiffres cls correspondants au dpartement de lArdche. 2.1/ Lvolution des sports de nature Cette partie tentera de mettre en vidence les volutions relatives aux sports de nature en terme de pratique et de frquentation. 2.1.1/ Donnes gnrales sur la demande Les pratiques sportives de nature ou sport de nature se caractrisent par un ensemble de pratiques sportives qui permettent de dcouvrir lespace terrestres, nautique ou arien 2. Le Ministre de la Sant, de la Jeunesse et des Sports a dfini une liste recensant tous les sports appartenant aux sports de nature selon la nature de lespace sur lequel ils se pratiquent. Un franais sur trois de 15 75 ans dclare pratiquer les sports de nature 2, en effet, prs de 14 millions de franais pratiquent un sport de nature (ski, surf, randonne, voile, cano, quitation). Si on ajoute le vlo sous toutes ses formes, on arrive un franais sur deux. Les deux activits les plus pratiques par les franais sont le vlo et la randonne pdestre. Dsormais, en regardant le tableau des principales pratiques dactivits physiques et sportives3, nous observons que dans les dix activits les plus pratiques par les franais, quatre se pratiquent en milieu naturel. Une enqute du Ministre de la Sant, de la Jeunesse et des Sports a rvl que pendant les vacances dt, 55% des vacanciers dclarent pratiquer un sport, essentiellement des sports de nature. Les trois activits qui dominent sont : la natation, la randonne pdestre, le vlo ou le VTT. Viennent ensuite les sports de montagne et les activits nautiques. Quen est-il de lvolution des pratiques ? Selon le Ministre de la jeunesse et des sports lvolution des pratiques dactivits physiques est positive. En effet, la question avez-vous eu au moins une activit physique au cours de cette anne ? 47% des interrogs ont rpondu OUI, contre 43 en 2000. De mme 31% dclarent en 2005 avoir une activit physique rgulire contre 28 en 2000. Enfin, quand la pratique du sport en vacances en 2004, on relve que 33% des vacanciers pratiquent un ou (des) sports pendant les vacances contre seulement 9% en hiver. La rpartition territoriale des quipements, espaces et sites relatifs aux sports de nature dmontre limportance de lattractivit de certaines zones de montagne et de moyenne montagne. Par ailleurs, 84% des sites concernent des sport de nature terrestre (escalade, VTT, randonnes questres et pdestres). Nous remarquons aussi limportance des quipements concernant ces sports, quand on voit que 23% du nombre des quipements sur le territoire concernent des sports de nature. Loffre est importante et dispatche sur lensemble de lhexagone. Les dpartements sont les acteurs du dveloppement matris des sports de nature, travers les CDESI/PDESI4 qui ont pour but de mettre en place des politiques favorisant le dveloppement et 2 Minisre de la sant, jeunesse et sport, Sports de nature, repre et actions, Aot 2007 3 Source : INSEE, Enqute participation culturelle et sportive , mai 2003 4 CDESI : Commisison dpartementale des espaces, des sites et itinraires relatifs aux sports de nature, PDESI : plan dpartemental des espaces, sites et itinraires relatifs aux sports de nature. lencadrement des sports de nature. A voir lengouement de certains dpartements pour ces politiques, notamment le dpartement de lArdche, nous apercevons quils commencent mesurer limportance de matriser et dorganiser les pratiques sur leur territoire dans le but den faire un levier de dveloppement local. A travers ces diffrentes analyses, nous pouvons dire que la pratique de sports de nature se dmocratise de plus en plus et rpond un besoin dvasion ressenti par un nombre croissant de citadin. Un franais sur trois les pratique, notamment durant ses vacances. Ainsi, il apparat primordial pour les dpartements dominante rurale de sorganiser en vue de dvelopper la pratique de ces sports et den faire une vitrine de leur offre touristique. Aprs avoir parcouru lvolution globale de lensemble des sports de nature, il conviendrait de recentrer notre analyse sur la randonne pdestre et le VTT. 2.1.2 Une volution smantique reprsentative des volutions des pratiquants Pour bien analyser les attentes de la clientle des sports de nature, il faut comprendre les volutions des expressions dsignant ces pratiques. Du plein air en passant par les activits physiques de pleine nature , aux sports de nature . Comme lindique Olivier BESSY5 le vocabulaire employ nest jamais neutre et derrire les mots se cache une volution des reprsentations de la nature et du sport qui dpassent la simple rhtorique linguistique , ainsi, lexpression sports de nature apparat suite de nouvelles pratiques et rpond de nouveaux enjeux de socit. Les pratiques de plein air commencent partir de la seconde moiti de XIXme sicle, au moment o la thmatique de lair ne rpond plus seulement la fonction respiratoire mais sassocie lide de nature et de bonne sant. On a alors une conception naturiste de la pratique sportive. Ces pratiques restent litistes jusqu lpoque du front populaire qui les dmocratise plus largement dans la socit. Les pratiquants du plein air sont porteurs de valeurs comme le pacifisme ou lcologie. Les premiers surfeurs ou grimpeurs incarnent bien cette gnration de pratiquants. Ces pratiques de plein air privilgient donc la nature comme un bien utile pour la sant (hygine de vie) et identitaire (nature = idal de vie). Progressivement, il ne suffit plus de prendre lair, soxygner et pratiquer un sport lextrieur mais vritablement de sclater en samusant avec les lments (eau, terre, neige). Les activits de plein air deviennent activits physiques de pleine nature (APPN) dans les annes 80-90. Les pratiques regroupent lensemble des activits (VTT, parapente, deltaplane, randonnes pdestre et questre, escalade) se droulant en milieu naturel dans un but de progression avec ou sans engin 6. Dans la logique des activits physiques de pleine nature, la question nest pas de se positionner ni de trouver le rle de lhomme par rapport cette nature mais bien dutiliser celle-ci comme un instrument pour atteindre des objectifs hdonistes centrs sur soi. Le sportif cherche peu sintgrer au milieu. Avec ces deux diffrentes pratiques, on passe donc dun rapport hyginiste lenvironnement un rapport plus dominateur du sportif qui cherche utiliser, domestiquer cette nature. Enfin, nous observons lapparition de lappellation sports de nature valable jusqu aujourdhui. Ce terme fait suite lvolution de loffre et de la demande sportives. La 5 Olivier BESSY, Du plein air aux sports de nature, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux in Sciences sociales et loisirs de nature, 2004, collection sports de nature, p. 21-33. 6 Olivier BESSY, op. cit. sportivisation de la socit a fait voluer la dfinition du sport qui englobe dsormais toute les pratiques physiques. Sous la notion de sport de nature, les projets sportifs sont trs diffrents. De la comptition au simple jeu, de la recherche du ludique celle du bien tre, les sports de nature ne ncessitent pas dapprentissage fastidieux et peuvent se pratiquer en famille. Les sports de nature, par louverture des lieux dexercices physiques (en milieu naturel et urbain) participent donc au double processus durbanisation de la nature et de naturalisation de la ville 7. Lvolution des pratiques sportives est aussi due la prise de conscience cologique de plus de plus forte. Mme si de nombreux mouvement cologiques (Greenpeace..), apparaissent dans les annes 70-80, ce nest que dans les annes 90-2000 que les proccupations climatiques deviennent nombreuses. Les sports de nature marquent bien cette volution. Dsormais, la nature nest plus considre comme un simple outil mais comme un patrimoine quil faut dfendre. Le passage du plein air, aux APPN puis aux sports de nature montre bien que les attentes et les motivations ont volues. La nature fut dabord envisage comme un support une pratique hyginiste, puis comme un espace ludique ou la recherche de sensations prime sur la prservation de lenvironnement. Enfin, les sports de nature font rfrences une nature davantage plurielle que lon utilise mais que lon cherche protger. Ils apparaissent comme un vecteur de dveloppement local pour les acteurs locaux en se situant aux carrefours denjeux socioculturels, conomiques et environnementaux. Voyons prsent quelles sont les motivations inhrentes l'itinrance en explorant la dimension sociologique de cette pratique. 2.2/ Elments sociologiques de litinrance Les questions qui devront tre souleves par cette partie concernent la motivation du sportif vis--vis de la pratique de litinrance. Bien videmment cette analyse permettra par la suite dapprcier les composantes du territoire de lArdche au regard des attentes de la clientle. 2.2.1/ L'itinrance, une histoire ancienne mais ancre dans le prsent La prsence de l'itinrance dans les socits est trs ancienne. Du nomadisme dautrefois, aux pratiques de plerinage du moyen ge en passant par le grand tour du XVIIIme sicle, la notion de dplacement est depuis longtemps ancre dans nos modes de vie. Bien videmment, au fil du temps, la sdentarisation a prim sur le nomadisme, nanmoins la pratique de litinrance na pas disparue, loin de l. Cette notion de voyages lointains, voire derrances a longtemps t transmise par des crivains voyageurs tels que A. Rimbaud, A. David-Nel, R-L Stevenson et continue de ltre travers dautres auteurs contemporains tels que Nicolas Vanier ou Sylvain Tesson. Puis, au-del des voyages, le phnomne touristique a particip au dveloppement de l'itinrance. On peut citer par exemple celui des scouts de France et des colonies de vacances (pour le cas de la jeunesse). Cependant, quels liens existent-ils vraiment entre les pratiques dantan et celles daujourd'hui ? Litinrance daujourd'hui est-elle calque sur le nomadisme dhier ? 7 C. POCIELLO, 1995, Les cultures sportives, pratiques, reprsentations et mythes sportifs, Paris, PUF Selon les travaux de diffrents auteurs tels que : Franck MICHEL, O.SIROST ou encore Jean CORNELOUP, il serait judicieux de ne pas senfermer dans une lecture conjoncturelle de litinrance. Autrement dit de bien considrer le poids et linfluence des pratiques du pass (nomadisme, plerinages,) dans les valeurs actuelles. Ce sont des valeurs dimmersions lentes et longues qui sont sous entendues par ces pratiques ancestrales. Immersions o la recherche de limprvu, de ltranger, de lincertain et du danger est trs prsente. Litinrance tient une place centrale dans lunivers des sports de nature tant la dimension de dplacement est prsente dans de nombreuses disciplines : randonne, alpinisme, escalade, VTT, kayak. 2.2.2/ L'itinrance ou lvasion de proximit Comme lexprime Remi Knafou8, jamais les dplacements nont t aussi nombreux , il apparat que toutes les diffrentes formes de mobilit connaissent un forme de croissance (souvent forte). Dplacement entre le domicile et le travail, migration de la ville la campagne, dun pays lautre. Et dans ce contexte, les mobilits lies au tourisme constituent, de loin, les plus importantes migrations mondiales 9. Jean viard10 renchrit expliquant que le tourisme devient la deuxime peau du monde, gnrant de linstable et du mobile partout . Or, quand on prend lexemple des Alpes, on saperoit que mobilit et tourisme ne forme pas toujours une paire idale en terme de dveloppement. Selon une tude11 de Mountain Wilderness pour le compte de CIPRA France, Les flux touristiques reprsentaient en 2003, 20% de la mobilit journalire de lArc Alpin, et aprs avoir t longtemps t le vecteur principal du dveloppement touristique alpin, le trafic automobile devient la nuisance principale aujourd'hui matriser et rduire pour un dveloppement touristique durable . Au-del des problmatiques lies la mobilit durable proprement dite et de la question du transport, cest lloge de la proximit quil serait peut tre temps de mettre au cur du dveloppement touristique. L'itinrance rpond structurellement ces considrations en proposant une vasion de proximit , une immersion naturelle ct de chez soi. L'itinrance sinscrit donc dans une dynamique de soutien au tourisme de proximit dans la mesure o elle sinscrit dans un processus de reconstruction des formes de lailleurs . 12 LArdche verte devra donc cerner dans quelle mesure sa clientle en terme de sports de nature rpond cette demande dvasion et dimmersion en nature pour (entre autre) contrebalancer son univers citadin quotidien. 8 Knafou R. (sous la dir.) La plante nomade , les mobilits gographiques daujourdhui , Belin, Paris,1998 9 Cazes in Knafou, La plante nomade , les mobilits gographiques daujourdhui, Belin, Paris, 1998 10 Viard Jean, 11 Oriol C. in Mountain Wilderness Changer dapproche , Revue numro 75, juin 2008 12 Bourdeau Philippe et Corneloup Jean 2.3/ Chiffres cls de la demande en terme de sports de nature en Ardche Quelle est limage du dpartement perue par la clientle concernant les sports de nature ? Quel est le poids de ces pratiques au regard des autres secteurs touristiques ? Qui vient pratiquer les sports de nature en Ardche ? Dans cette partie, nous tenterons dapporter quelques rponses ces interrogations. 2.3.1/ LArdche, un territoire qui rime avec sports de nature En terme dimage, si lon en croit un document fournit par le comit dpartementale du tourisme Ardchois13, lArdche se trouve dans le TOP 5 des dpartements les plus cits en matire de sports de nature au niveau national. Ceci, malgr la forte association gnralement faite entre le territoire montagnard et les sports de nature. LArdche est la fois un SPOT (avec les Gorges), et une destination part entire. Nous reviendrons plus loin sur le poids que reprsentent aujourd'hui les gorges de lArdche lchelle du dpartement. Au regard dun SPOT dune telle ampleur et dune telle attraction, comment dautres territoires ardchois peuvent aussi apparatre comme des destinations associes aux sports de nature ? Ainsi en terme dimage, lArdche semble rpondre aux trois critres cls ncessaires pour tre associ un territoire de sports de nature. A savoir : La MONTAGNE (relief, sommets, valles, terrains accidents), la Nature (paysages sauvages, verdure, air pur, eau) et le Climat (du soleil et des tempratures clmentes davril Novembre). En terme de frquentation, prs dun touriste sur deux dclare avoir pratiqu un sport ou un loisir de nature lors de son sjour en Ardche. En effet, 993 400 sjours raliss en Ardche sont en lien avec les sports de nature, soit 48,2% des sjours totaux. Parmi cette clientle de sportifs de nature, plus de 20% estiment que les sports de nature taient un critre dterminant dans le choix de la destination Ardche. Par ailleurs, la frquentation des pratiquants de sports de nature se concentre sur la haute saison touristique (priode estivale) pour 65% dentre eux. 2.3.2/ Poids touristique des sports de nature : la prdominance du Cano-kayak Comme on lvoqu auparavant, la dimension sports de nature du territoire Ardchois est en grande partie issue des Gorges de lArdche et du Pont dArc. LArdche est ainsi le dpartement leader de la rgion Rhne Alpes en matire de sports deaux vives. Cette pratique reprsente plus de 40% des parts de march rgionales au global. En terme de dpenses, la pratique du cano-kayak se rvle intressante car elle gnre davantage une clientle de sjournants quune clientle dexcursionnistes. Nanmoins, il serait judicieux danalyser comment se rpartissent ces dpenses touristiques sur les quatre territoires daccueil touristique de lArdche. 13 CDT Ardche, les activits sportives de nature au cur de lconomie touristique de lArdche , les dossiers de lobservatoire, 2008 Le tableau14 suivant reprend ainsi les dpenses globales gnres par territoire. Le tableau ci-dessus rvle bien le fort caractre touristique du sud de lArdche (Ardche mridionale) vis--vis des trois autres territoires daccueil et de consommation touristique. Nous nous garderons bien de connoter positivement ou ngativement cette analyse. Nanmoins lanalyse quantitative du phnomne touristique nest pas toujours en accord avec lide de dveloppement local. 2.3.3/ Les origines de la clientle de sports de nature en Ardche Selon lobservatoire toujours, la clientle touristique en Ardche est majoritairement franaise 76%. Elle provient principalement du quart sud-est, de lIle de France et du Nord. En ce qui concerne les clientles trangres, en croire le tableau suivant, les Nerlandais, les Belges et les Allemands sont les trois principales clientles en terme de sports de nature. 2.3.4/ Focus sur la pratique de la randonne pdestre en Ardche En terme dimage, le dpartement de lArdche arrive en quatrime position des dpartements les plus cits en terme de randonne pdestre derrire les territoires alpins et galit avec la Drme. Le Queyras, la Vanoise, le Mercantour, la corse (et son GR 20), le massif alpin (avec le tour du mont blanc) se dmarquent comme spot ou territoire pour la pratique de randonne pdestre. 14 Source : Observatoire du tourisme de lArdche Territoires Consommation (en euros) En % Comparaison 07/08 Ardche verte 2 228 000 2,5% - 9,3% Ardche Plein coeur 7 337 000 8,1% - 8,5% Ardche sources et volcans 15 736 000 17,4% - 8,7% Ardche plein sud 65 389 000 72,1% + 26,4% Total 90 690 000 100% Pays de rsidence Nuites Comparaison 07/08 Pays-bas 28,3% -2% Belgique 27,1% +3,3% Allemagne 20,9% +5,6% Suisse 8,6% -1% Cinq critres cls ont t dfinis pour apparatre dans le top 5 des destinations Randonne pdestre : la notorit, la nature (faune, flore), des itinraires connus, la beaut des paysages, la montagne et le relief, un climat clment, une culture randonne. Ainsi, daprs les personnes interroges, lArdche semble correspondre aux standards naturels et culturels ncessaires la pratique de la randonne pdestre. Malgr labsence dun relief important, le dpartement Ardchois est facilement associ un terrain de pratique de la randonne pdestre. Dun point de vue quantitatif, prs du tiers (27,8%) des sjours raliss en Ardche concernent des sjours de randonne. Et parmi cette clientle, 17% ont dclar que la randonne pdestre tait un critre dterminant dans le choix de la destination Ardche. La clientle qui se rend en Ardche pour pratiquer la randonn est franaise 83%. Et parmi les trangers, les Allemands ont une plus forte propension pratiquer la randonne pdestre que les autres clientles trangres. Les dpenses gnres par les touristes ayant pratiqu lactivit randonne pdestre slve plus de 110 millions deuros dont prs de la moiti ralises dans le territoire Ardche plein sud. En moyenne, un touriste qui pratique la randonne pdestre dpense 22 par jour et par personne. III/ Analyse Benchmark de deux structures phares en terme ditinrance : la GTA et la GTV. Cette troisime partie sera axe sur lanalyse de projets phares relatifs litinrance et au dveloppement des territoires ruraux et montagnards. Cette partie fera suite deux entretiens exploratoires raliss auprs de la Grande Traverse des Alpes et de la Grande Traverse du Vercors. 3.1/ La Grande Traverse des Alpes (GTA) Prsentation de lhistorique, de la raison dtre et du fonctionnement dune association alpine trs prsente sur les territoires. 3.1.1/ Origine et fondements de la GTA Lhistorique de lassociation la Grande Traverse des Alpes remonte 1971, sous linitiative de la DATAR, qui dcide de mettre en place un itinraire effectuant la traverse de lArc Alpin. A cette poque en effet, la DATAR dcide de se proccuper de loffre touristique montagnarde estivale au regard du besoin grandissant de nature ressenti par un grand nombre de citadins. Les trente glorieuses ayant permis lexplosion de lactivit touristique en montagne lhiver, il convenait pour la Datar de crer et structurer loffre estivale adapte (essentiellement des hbergements) afin de dvelopper une frquentation touristique qui tait quasi-inexistante. La GTA tait donc finance par la DATAR pour assurer lintermdiaire entre cette dernire et les hbergeurs de montagne. Lquipe de la DATAR a voulu mettre en place ce projet de grande traverse des Alpes limage dun Parc Naturel Rgional longitudinal , avec notamment lobjectif de la relance de la frquentation en montagne lt, avec en ligne de mire le dveloppement conomique des territoires loigns des flux touristiques. Lun des buts de la GTA tait donc de valoriser un tissu dacteurs atomiss au sein de valles recules en les runissant autour dun itinraire de randonne phare. Le programme ditinraires cr par la GTA est donc le suivant : La route des grandes Alpes (itinraire pour vhicules motoriss), les chemins du soleil (itinraire VTT), litinraire GR5, la Via Alpina (qui assure la traverse des Alpes lchelle de lEurope en parcourant 8 pays). Par ailleurs, deux itinraires thmatiques ont t cres : La route de la lavande (autour de la filire lavandicole) et litinraire sentinelles des Alpes. Enfin, un dernier projet et en passe daboutir, il se nomme sentier des parcs , et proposerait un itinraire (comme son nom lindique) traversant plusieurs Parcs Naturel Rgionaux (Bauges, Vercors, Baronnies, Verdon) en mettant en relief une offre multi pratiques et agrmente de jeux de pistes version Gocaching. 3.1.2/ Une clientle spcifique chaque itinraire Etant donn la diversit des itinraires proposs par lassociation GTA, les clientles sont elles aussi diffrentes. Ainsi, le public qui frquente litinraire la route des grandes Alpes qui propose une dcouverte motorise des Alpes se compose de routards (motards, camping-caristes, automobilistes). A linverse, la Via Alpina attire les grands marcheurs ou ceux qui souhaitent marcher dans les pas de ces Voyageurs avec un grand Vetc. Cette notion dimage vhicule par L'ITINERANCE, LE VOYAGE est un des points cls de la stratgie Grande Traverse en gnrale. Gnrer de limage pour dclencher de la notorit est au cur des actions menes par la GTA. En mettant en place des itinraires phares, identifiables et qui suscitent du rve, la GTA (comme dautres) souhaite fournir une cl dentre territoriale aux pratiquants des sports de nature. La GTA ne cherche pas ce que tout un chacun ralise une grande traverse des Alpes de A Z mais souhaite attirer des pratiquants qui pourront marcher dans des sentiers destins llite de la randonne. 3.1.3/ Un fonctionnement sur le principe de la structuration des acteurs du territoire Comme on la voqu auparavant, lun des objectifs de la GTA est de valoriser les acteurs du tourisme en favorisant une meilleure rpartition des flux touristiques en montagne. La GTA, regroupe ainsi de nombreux professionnels en lien avec l'itinrance, dont les hbergeurs qui occupent une place centrale dans ses produits. Pour pouvoir faire partie du rseau GTA, les hbergeurs doivent tre labelliss. Diffrents labels sont accepts : Gte de France, Rando accueil, Accueil paysan, Logis de France, Cl vacance Les hbergeurs doivent aussi correspondre une grille de critres destins fournir un accueil adapt et de qualit au randonneur pdestre, questre, VTT ou motoriss. Le travail de la GTA consiste donc rassembler diffrents acteurs structurants de la filire itinrance, les combiner aux itinraires (dont elle assure la matrise douvrage) pour tablir ensuite des propositions de sjours aux pratiquants de sports de nature intresss. Le site Internet de la GTA fournit ainsi les informations pratiques ncessaires lorganisation de son sjour en montagne (itinraires, coordonnes des prestataires). 3.2/ La Grande Traverse du Vercors (GTV) 3.2.1/ Origine et fondements de la GTV Lorigine de la GTV fait suite un constat simple relatif la pratique de la randonne dans le Vercors. Ce constat tait le suivant : le Vercors possde 3300 km de sentiers baliss mais aucun itinraire phare nest identifi. A linstar dun GR20, ou dun GR Tour du Mont blanc, loffre du Vercors ntait pas identifiable ni visible en terme de randonne. Donc comment valoriser cette offre de rseau de sentiers de randonne ? Ainsi en 1992, un charg de mission au Parc naturel du Vercors a entrepris de fdrer les gardiens de refuges et gtes dtape autour dun projet de grande traverse du Vercors limage de la Grande traverse du Jura. Lide tait donc de fdrer les acteurs concerns pour structurer loffre et de mettre en place des produits. 35 hbergeurs ont ainsi t fdr autour dune association. Entre 2005 et 2009, dans le cadre dun programme de relance de la GTV, deux chargs de mission ont travaill sur le dveloppement de la filire. Lobjectif tait triple. Premirement, la relance des GTV passait par lidentification dun itinraire phare par pratique (Pdestre, questre/VTT, raquette/ski). Puis, la fdration de tous les acteurs lis l'itinrance, largissant ainsi le premier cercle de 35 hbergeurs dautres professionnels (Accompagnateurs en montagne, Taxis, agences de voyage, magasins de sports, institutionnels, FFRP,) pour arriver aujourdhui un rseau de 140 professionnels. Et enfin en troisime lieu, la structuration de loffre, autrement dit la cration de produits touristiques. Beaucoup de produits existaient dj, il sagissait alors de tous les runir sous la bannire GTV pour amliorer leur visibilit. Depuis 2009, lassociation prend peu peu son autonomie. Aujourd'hui, le programme de relance est termin et seul un charg de mission mi-temps la charge dassurer lanimation du rseau. 3.2.2/ Un fonctionnement autour de lassociation et du PNR En terme de missions, le PNR soccupe de lentretien du rseau de sentiers de randonne, il soccupe aussi de la promotion de la GTV (en partenariat avec Vercors Tourisme et le service dveloppement montagne (SDM) de la drme et dite deux topo-guides de randonne, un pour le circuit pdestre et lautre pour litinraire VTT/questre. Lassociation, elle, a pour mission de structurer loffre touristique et de fournir des services aux randonneurs prsents dans le massif du Vercors. Par ailleurs, tant donn la prsence de trois agences de voyages dans le rseau GTV, lassociation est aussi en mesure (par le biais de ces trois membres) dassurer la commercialisation des produits GTV. 3.2.3/ Une clientle diverse pour un volume dactivit quasiment inconnu Le rseau GTV est avant tout l pour rendre visible loffre du territoire en terme de randonne pdestre, amliorer la notorit du site et gnrer de la frquentation. Nanmoins, ce travail se fait essentiellement par une organisation de loffre sur le territoire et par la suggestion de sjours de randonne. Or, il apparat quasiment impossible aux diffrents membres du rseau de connatre prcisment le volume dactivit gnr par la GTV. Malgr les systmes de comptage de randonneurs, et les autres enqutes mises en place, notamment en partenariat avec la GTA, seules des tendances (plus ou moins prcises) se dgagent. En terme de clientle, le profil randonneurs sportifs se dgage sur des sjours assez longs. Nanmoins, peu de randonneurs font la grande traverse en intgralit. La GTV est un prtexte avant tout, un prtexte pour venir et dcouvrir le territoire du Vercors. A noter cependant le dveloppement de la clientle questre qui cherchent de plus en plus accder des services ncessaires sa pratique. A savoir des zones scurises pour entreposer leurs vans, de la nourriture pour les chevaux, des abris 3.2.4/ Une mobilit durable difficile mettre en place dans le Vercors. Bien quimpliqu et motiv dans le dveloppement de la mobilit durable sur les territoires du Vercors, la GTV se retrouve confront des contraintes gographiques et en lien avec lamnagement du territoire pour mettre en place efficacement des mesures dans ce sens. En effet, relier le Vercors depuis la gare de Grenoble est plus ais que depuis les gares de valence ville ou de Valence TGV. Dans le mme sens, dans le cas dune traverse Nord-sud, le retour au point de dpart en transport en commun savre assez complexe. Cette ralit sexplique en partie pour des raisons gographiques. Le Vercors reprsente une vritable barrire naturelle entre la Drme et lIsre, complexifiant ainsi les changes entre les deux dpartements. 3.3/ Confrontation des deux approches et synthse 3.3.1/ GTA/GTV, des chelles territoriales diffrentes mais des problmatiques similaires Lassociation de la Grande Traverse des Alpes et la Grande Traverse du Vercors interviennent, il est vrai, des chelles diffrentes. Mme si le massif est dans les deux cas leur domaine dintervention, une diffrence de taille subsiste. La GTA intervient lchelle de lArc alpin, autrement dit, travers 8 pays europens, sur un espace montagnard denviron 1200 km de long. Contrairement la GTV dont le champ dexercice est rserv au massif du Vercors. Nanmoins, de nombreuses similitudes apparaissent. Ce qui est, somme toute, assez naturel dans le sens ou la GTV a t cr dans la logique de la grande Traverse des Alpes et la Grande Traverse du Jura. Autrement dit avec lobjectif de dvelopper la randonne en structurant loffre et en gnrant de limage pour attirer des pratiquants. 3.3.2/ L'itinrance comme cl dentre dans le territoire montagnard Durant les entretiens avec la GTA et la GTV, lide damliorer la notorit des territoires de montagne en terme de randonne par la cration ditinraires phares, a t cite de nombreuses reprises. A travers ces deux expriences, on retrouve la logique de structuration des acteurs de la filire randonne autour ditinraires vitrines destins capter des pratiquants des sports de nature par limage forte qui sen dgage. Litinrance est davantage un prtexte. Les acteurs du territoire ne cherchent pas spcifiquement ce que les pratiquants sadonnent l'itinrance sur leur territoire mais plutt crer un imaginaire qui donne envie aux pratiquants de venir randonner sur leur territoire. 3.3.3/ Fdrer, structurer, proposer Dans un cas comme dans lautre, le mode de fonctionnement sorganise autour de la fdration des acteurs concerns (de prs ou de plus loin) par l'itinrance. Autrement dit, dans le cas de la GTV notamment, les professionnels et institutionnels se regroupent dans une association loi 1901. Bien videmment, ce type de structure a besoin dtre anime (notamment son dmarrage) pour assurer un fonctionnement dynamique et le dveloppement de lassociation en intgrant de nouveaux membres. Ainsi, dans le cas de la GTV, qui semble se rapprocher le plus de la problmatique laquelle se trouve confronte lArdche verte, le PNR ( travers deux chargs de mission) a assur lanimation de lassociation des professionnels de la GTV qui avait pour but comme on la dvelopp plus haut de structurer loffre touristique de randonne. IV/ Diagnostic SWOT du dveloppement de l'itinrance en Ardche verte OPPORTUNITES MENACES O F F R E D U T E R R I T O I R E - 1500Km de sentiers baliss et entretenus............................................ - Ldition de 7 topo-guides sur le secteur Ardche Verte - Un large panel dacteurs du tourisme de nature prsents sur le territoire (accompagnateurs en montagne, hbergeurs,) ................... - Une offre correcte en terme dhbergements ..................................... - Lenvironnement naturel constitue un cadre idal la pratique de la randonne en gnral. - Un territoire dpaysant, propice limmersion en nature,.......................... - Un climat doux propice la pratique de la randonne - Un relief intressant ...................................................................................... - Un accs facile depuis les agglomrations de Lyon, Valence, Avignon......... - Une gastronomie varie vhicule par des professionnels impliqus ........ Mais un manque de notorit et de visibilit vident des hauts lieux de la randonne. Pas ditinraires accrocheurs . ......... Mais un manque vident de travail en commun, de structuration de loffre ........ Mais seuls 50% des hbergeurs (suite une enqute) se disent aptes participer activement un rseau ........ Mais un manque dimage en terme de pratique de randonne malgr un terrain adapt. ........ Mais un territoire qui nest pas associ une image MONTAGNE ....... Mais des voies daccs moins pratiques ds quon sloigne de la Valle du Rhne. OPPORTUNITES MENACES AU NIVEAU NATIONAL - Un franais sur trois de 15 75 ans dclare pratiquer les sports de nature, soit environ 14 millions de personnes, - Une volution des sports de nature vers une approche plus ludique et en phase avec la nature - Litinrance, un ancrage historique fort (du nomade litinrant daujourd'hui), - l'itinrance comme une vasion de proximit en immersion lente et longue en nature, - Mais l'itinrance est souvent associe une image montagnarde trs prononce, avec la promotion ditinraires renomms, AU NIVEAU LOCAL E T A T D E L A D E M A N D E - LArdche, un territoire qui rime avec sports de nature. En effet, prs dun touriste sur deux dclare avoir pratiqu les sports de nature lors de son sjour en Ardche, - Prs de 20% des clients estiment que les sports de nature taient un critre dterminant dans leur choix de la destination Ardche - Des zones urbaines importantes situes proximit (LYON, VALENCE, AVIGNON), - LArdche, 4me dpartement le plus cit en terme de randonne pdestre - Mais une clientle sports de nature qui se concentre dans les Gorges de lArdche avec la pratique du cano-kayak - LArdche mridionale reste le lieu de prdilection des pratiquants des sports de nature au dpend de lArdche verte - Une clientle qui a du mal identifier lArdche du nord comme une destination randonne OPPORTUNITES MENACES O F F R E C O N C U R R E N T I E L L E - Les dmarches menes par les Grande Traverse du Vercors et Grande Traverse des Alpes semblent porter leur fruit. Lamlioration de la notorit des territoires concerns en tant que lieux de pratiques de la randonne est relle. - La structuration des acteurs semblent, elle aussi, avoir donn lieux des phnomnes de synergie intressante. - La forte concurrence des destinations alpines en terme ditinrance (Grandes traverses des Alpes, du Jura, du Vercors) avec des itinraires phares : tour du mont blanc, Via Alpina, - La forte communication des dpartements alpins (38, 73, 74) sur leur image montagne fortement lie la randonne. - La Structuration et le fonctionnement dj rod des programmes ditinrance Alpins. VI/ Elments de rflexion sur laprs diagnostic Le diagnostic prsent ci-dessus, notamment travers le tableau des menaces et opportunits a montr que le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte pouvait se rvler opportun. Nanmoins, il conviendra de bien intgrer lensemble des menaces nonces en amont du diagnostic. La partie qui suit a pour vocation faire tat dun certain nombre de propositions concernant la mise en place dun projet de dveloppement de l'itinrance en Ardche verte. 6.1/ Lassociation comme outil de fdration des acteurs Au regard de lanalyse Benchmark, la mise place dune association semble loutil idal pour fdrer et structurer la filire randonne en Ardche verte. Il faudra nanmoins sinterroger sur : COMMENT arriver fdrer les acteurs de la randonne (hbergeurs en tte) ? Avec quels arguments ? Comment attirer les hbergeurs (et les autres) autour dune dynamique randonne avec une frquentation qui (au moins au dpart) sera faible, Doit-on jouer la carte du hors saison ? A priori, lanalyse Benchmark montre que pour mobiliser les hbergeurs, videmment le travail danimation est indispensable, et par ailleurs il faut arriver montrer les avantages (et les retombes) en terme dimage, grce aux moyens de communication mis en place. Crer un premier noyau dur compos de reprsentants de lensemble de la filire randonne et btir autour un rseau qui stend peu peu. Il faudra par ailleurs se poser la question du fonctionnement de se rseau, comment vit-il ? Qui en assure lanimation ? Comment ? Sur quels critres les membres peuvent-ils y adhrer ? 6.2/ Quelle vision du produit itinrance en Ardche ? La traduction du dveloppement de l'itinrance en Ardche verte passera invitablement par la mise en place de produits touristiques. Il restera dfinir la composition de ces derniers. Dune manire gnrale, tout le travail de fdration de la filire et dorganisation de loffre de randonne aura pour principal objectif lamlioration la visibilit de loffre de randonne itinrante. Cela devra t-il passer par la cration de produits phares 6.3/ Quel positionnement marketing prconiser ? Il faudra se poser la question du positionnement marketing de loffre Itinrance. Etant donne la non-association de lArdche un territoire de montagne (et certainement un juste titre), il sera difficile (en randonne pdestre surtout) daxer la communication sur la dimension sportive seul. Peut tre serait-il judicieux de jouer la carte du terroir, de la dcouverte, de la randonne ludique, de la randonne thmatique, du bien tre Doit on privilgier une entre par le sentier, savoir communiquer sur le GR, GRP o doit plutt tenter de construire une entre par la pratique et la dcouverte du territoire ? Faudra t-il, pour amliorer la visibilit de loffre randonne en Ardche verte partir sur la cration de produits dappel, de 2/3 circuits phares ? Au moins pour lancer un axe de communication Lchelle de lArdche verte est-elle la bonne ? Que penser de lchelle dpartementale ? Voir pourquoi ne pas essayer de joindre la grande traverse du massif central ? A voir aussi si la solution est plausible INTRODUCTION............................................................................................................................ 2 I/ Etat des lieux de loffre touristique du territoire Ardche verte.................................................. 2 1.1/ Potentialits en terme de sports de nature ............................................................................. 2 1.1.1/ Le rseau de sentiers de randonnes ............................................................................... 2 1.1.2/ Les structures spcialises sports de nature .................................................................... 2 1.1.2.1/ Les accompagnateurs en montagne en Ardche verte ................................................. 3 1.1.2.2/ Les centres questres en Ardche verte ....................................................................... 3 1.2/ Les structures daccueil en htellerie ....................................................................................... 4 1.2.1/ Les hbergements en Ardche verte (htels, chambres dhtes, gtes dtape,) ......... 4 1.2.2/ Analyse de lenqute auprs des hbergeurs................................................................... 7 1.3/ Les sites touristiques ........................................................................Erreur ! Signet non dfini. II/ Analyse de la demande en terme de sports de nature et ditinrance...................................... 12 2.1/ Lvolution des sports de nature............................................................................................ 12 2.1.1/ Donnes gnrales sur la demande................................................................................ 12 2.1.2 Une volution smantique reprsentative des volutions des pratiquants.................... 13 2.2/ Elments sociologiques de litinrance .................................................................................. 14 2.2.1/ L'itinrance, une histoire ancienne mais ancre dans le prsent .................................. 14 2.2.2/ L'itinrance ou lvasion de proximit............................................................................ 15 2.3/ Chiffres cls de la demande en terme de sports de nature en Ardche................................. 16 2.3.1/ LArdche, un territoire qui rime avec sports de nature ................................................ 16 2.3.2/ Poids touristique des sports de nature : la prdominance du Cano-kayak .................. 16 Le tableau ci-dessus rvle bien le fort caractre touristique du sud de lArdche (Ardche mridionale) vis--vis des trois autres territoires daccueil et de consommation touristique. ............ 17 2.3.3/ Les origines de la clientle de sports de nature en Ardche.......................................... 17 2.3.4/ Focus sur la pratique de la randonne pdestre en Ardche......................................... 17 III/ Analyse Benchmark de deux structures phares en terme ditinrance : la GTA et la GTV. ........ 19 3.1/ La Grande Traverse des Alpes (GTA) .................................................................................... 19 3.1.1/ Origine et fondements de la GTA ................................................................................... 19 3.1.2/ Une clientle spcifique chaque itinraire .................................................................. 19 3.1.3/ Un fonctionnement sur le principe de la structuration des acteurs du territoire......... 20 3.2/ La Grande Traverse du Vercors (GTV) .................................................................................. 20 3.2.1/ Origine et fondements de la GTV ................................................................................... 20 3.2.2/ Un fonctionnement autour de lassociation et du PNR.................................................. 21 3.2.3/ Une clientle diverse pour un volume dactivit quasiment inconnu............................ 21 3.2.4/ Une mobilit durable difficile mettre en place dans le Vercors. ................................. 21 3.3/ Confrontation des deux approches et synthse..................................................................... 22 3.3.1/ GTA/GTV, des chelles territoriales diffrentes mais des problmatiques similaires .. 22 3.3.2/ L'itinrance comme cl dentre dans le territoire montagnard ................................... 22 3.3.3/ Fdrer, structurer, proposer......................................................................................... 22 IV/ Diagnostic SWOT du dveloppement de l'itinrance en Ardche verte ................................... 23 Elments de rflexion sur laprs diagnostic................................................................................ 26 1 Itinrance en Ardche verte Phase 2 : Prconisations Pays de lArdche verte 42, Rue des coles 07160 VION Tl. 04 75 08 94 30 Brice JULIEN, Master 2 Tourisme et dveloppement, CETIA, FOIX Stage encadr par Guillaume BACCIOTTI, Charg de mission randonne 2 Le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte Le diagnostic sur lopportunit de dvelopper litinrance en Ardche verte sest avr favorable. Ce diagnostic a mis en lumire un certain nombre dinterrogations concernant lorganisation de la filire itinrance en Ardche verte. Ces principales questions concernent la dfinition du type de structure porteuse, savoir : Qui assure lorganisation et le fonctionnement de la filire itinrance ? Les diffrents professionnels concerns doivent-ils se constitus en association ? Le Territoire dAccueil et de Consommation Touristique (TACT) de lArdche verte doit-il jouer un rle fdrateur et de mise en rseau des diffrents professionnels du territoire en lien avec l'itinrance ? A ce titre, le TACT peut-il jouer un rle dans laccompagnement des prestataires dans le cadre de la construction de produits itinrance ? Les questions dorganisation de la filire itinrance concerneront aussi le choix de loffre dvelopper. Le territoire doit-il orienter son offre vers une dynamique de grandes traverses ? Ou doit-il opter pour une approche plus locale, o la notion de micro territoire prend tout son sens ? Des choix devront aussi tre fait sur la mise en march de loffre ditinrance. Dans un autre temps, il sera ncessaire daborder les questions relatives la communication, la commercialisation et au fonctionnement. Quels canaux de communication devront tre privilgis ? Mme si loutil Internet semble incontournable, le choix des outils mettre en place ncessitera une analyse benchmark approfondie auprs de territoires similaires. La question de la commercialisation de sjours itinrants laisse place plusieurs alternatives. Le territoire se contente t-il dorganiser loffre et mettre en lien clients et prestataires ? Essaie t-il daller plus loin en travaillant avec des agences de voyages spcialises ? Enfin, une politique dvaluation et de contrle ncessaire la bonne marche des actions en faveur de l'itinrance en Ardche verte devra tre pense et mise en uvre. Ce document aura donc pour objet de prsenter et dargumenter les choix proposs pour dvelopper la filire itinrance en Ardche verte. I/ Le TACT comme structure porteuse : un choix adapt Au dpart de notre rflexion, plusieurs scenarii taient envisageables concernant le choix de la structure porteuse. Suite une analyse benchmark, la mise en place dune association de professionnels a t voque. Ce choix a nanmoins soulev des questions quant son fonctionnement, sa relative autonomie et au temps danimation quil sous entendait. En dfinitive, le choix de positionner lassociation des Offices de tourisme et des Syndicats dinitiative comme structure porteuse sest avr tre le choix le plus adapt. A la fois dans son rle de mise en rseau et danimation des offices de tourisme, mais aussi dans ses 3 missions de promotion et de communication du territoire Ardche Verte, lassociation des OTSI semble tre un choix complet. Les Offices de tourisme auront donc un rle DIRECT jouer dans la mise en place de cette filire itinrante. Notamment dans le travail de reprage des acteurs mobiliser. Leur fine connaissance du territoire et des acteurs sera un atout de taille dans la dmarche de ce projet. II/ Quels choix en terme de structuration de loffre ? La rflexion sur le dveloppement de l'itinrance a videmment soulev la question de loffre mettre en avant, du type de public cibler, etc Toujours en tenant compte des entretiens passs avec diffrents acteurs, notamment dans les Alpes et dans le Vercors, deux approches semblent se dessiner en terme pour l'organisation de la filire itinrance. Autant la Grande Traverse des Alpes que la Grande Traverse du Vercors (et le choix pourrait stendre dautres structures similaires), comme leur nom lindique, ont opter pour la mise en place ditinraires phares, facilement identifiables par les randonneurs et les visiteurs au sens large. Autour de ces grands axes, viennent ensuite sorganiser un rseau de professionnels directement ou plus indirectement concerns par la randonne itinrante (hbergeurs, professionnels de laccompagnement, restaurateurs, loueurs de matriels). Les retombes (outre les flux touristiques induits par ces itinraires) se ressentent en terme dimage et de notorit. Le vocabulaire employ nest pas anodin cela. Lide de GRANDE et de TRAVERSEE convoque invitablement chez le marcheur lide dAVENTURE , de PERIPLE , de GRANDE RANDONNEE . Ces programmes ditinrance btis sur de grands itinraires ont aussi pour prtexte dorganiser loffre et de la rendre visible et identifiable. En dfinitive, peu voire trs peu de randonneurs suivent les itinraires dans leur intgralit. Nanmoins, ces programmes se positionnent comme des produits dappel cibls et de grande envergure. Malgr tous les avantages qui semblent se dgager dune telle politique, ce choix de l'itinrance par les grands itinraires ncessite quelques pr-requis de la part du territoire. Le jura, le Vercors ou les Alpes sont sur des logiques de massifs montagnards et sur une chelle gographique vaste. LArdche, et qui plus est, lArdche verte ne connat pas le mme positionnement en terme dimage et de destination touristique. Mme si, rappelons-le, ce dpartement apparat parmi les 5 premiers dpartements quand on parle de sports de nature (les 4 autres dpartements cits tant des espaces montagnards : 74,73,38), la gographie de lArdche est de loin diffrente. Par ailleurs, la mise en place de grands itinraires de randonne en Ardche aurait (certainement) vu se dessiner un circuit Nord-sud ayant pour finalit les gorges de lArdche. Rappelons que le Pays de lArdche verte souhaite mobiliser l'itinrance comme un vecteur de dveloppement. A ce titre, conforter la SUR-frquentation touristique de Vallon-Pont- 4 dArc et accrotre le phnomne de ple du sud Ardche ne semble pas aller dans une logique de dveloppement local. Cest pourquoi, le choix didentifier plusieurs micro-territoires rpondant des thmatiques fortes est apparu adquat. Le dcoupage de ces micro-territoires sest appuy sur lintrt des sites en terme de randonne et sur la rpartition des services touristiques (Cf Carte suivante). 5 Dcoupage des micro-territoires relatifs au dveloppement de l'itinrance en Ardche verte Valle de la Cance Valle de lAy Haut Vivarais Autour de Satillieu Valle du Rhne 6 Comme nous lavons voqu prcdemment, aprs avoir effectu un travail de cartographie sur la rpartition des acteurs du tourisme en lien avec la randonne et autres animateurs du territoire (hbergements, accueils la ferme, artisans dart, accompagnateurs en montagne, transporteurs), 5 micro-territoires ont t identifis et associs une thmatique. Nous avons concentr notre analyse sur le secteur de la Vocance (projet pilote), les autres territoires mriteraient une analyse beaucoup plus fine. Suivant le montage des produits, certains acteurs sont mobiles et peuvent donc appartenir dautres micro-territoires que l o ils sont implants. TERRITOIRE THEMES ACTEURS CLES VALLEE DU RHONE notourisme autour du Cte du Rhne, visites de caves, Coteaux viticoles, Points de vue/belvdres Un noyau dune trentaine de Viticulteurs organisant des visites de leur exploitation. HAUT VIVARAIS Nature, Leau avec le Lac de Devesset, le patrimoine bti Hbergeurs, Lac de devesset, et autres acteurs du territoire VALLEE DE LAY Une dimension Nature trs importante, et un imaginaire qui semble exploitable par les contes (afars) Philippe Cordier (AMM), fort des contes, centres questres, hbergeurs, Maison dhtes la Chasthana, artisans dart, Fort des contes, Artisans dart prsents sur le secteur, Enrique Ferrer (Accompagnateur en montagne), hbergeurs (gite la Chanal) Artisans dart : Johan Jules (meubles pour enfants), Philippe berne (fabrication instrument musique), Bruno Campanoti (lutherie), Charlotte Duver : cratrice bijoux Camille et Claudine BALLY : mode et meuble. Agritourisme : Ferme communale le Monestier, Dominique et Philippe Prudhomme. La bergerie du Bosc, Frdrique LAGIER (Acceuil Paysan). VALLEE DE LA VOCANCE Le thme du transport, de la mobilit douce et durable semble un choix adapt pour la valle de la Vocance. Centre questre : Les atteles du Val dAy AUTOUR DE ST FELICIEN Gastronomie (fromage notamment), notion de terroir trs forte + dimension nature Artisans dart : la tour de Babel, Catherine Bertrand, Sophie Giordano, Thierry Jimenez, Hlne Marmousset, Cline Sapet Agritourisme : Ferme les caprices du roure, 7 L encore, il est souligner le rle primordial qui devra tre jouer par les Offices de tourisme concernant lanalyse et le reprage de lexistant au sein des micro-territoires prdfinies. III/ Choix de fonctionnement, de commercialisation et de communication : trois scenarii envisageables Au regard de notre analyse Benchmarck et notre travail de terrain, trois scenarii semblent se profiler pour le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte : - SCENARIO 1 : Suggestions de sjours et dvnementiels rcratifs - SCENARIO 2 : Organisation de sjours de randonnes itinrantes par une (ou plusieurs agences spcialises) - SCENARIO 3 : Combinaison entre le scnario 1 et le scnario 2 8 SCENARIO 1 : SUGGESTIONS DE SEJOURS ET DEVENEMENTIELS RECREATIFS PRINCIPE GENERAL : Le TACT, travers lassociation des Offices de Tourisme et des Syndicats dInitiative, collecte toutes les informations inhrentes l'itinrance et propose au public des suggestions de randonne itinrantes de plusieurs jours essentiellement grce un site Internet complet et interactif. ASSOCIATION DES OT/SI (TACT) Collecter et centraliser toutes les informations relatives l'itinrance Mettre en ligne des ides/suggestions de sjour itinrants en intgrant un maximum dacteurs locaux Mobiliser les professionnels autour du projet. Animer le rseau de professionnel de litinrance Mettre en place des sjours vnement sur les cinq micro territoires identifis Structure porteuse et coordinatrice 9 OBJECTIFS : Lobjectif est clairement de mettre en avant le potentiel de randonnes itinrantes en Ardche du nord. Mais au del de lorganisation de la filire, cest vritablement un enjeu de regroupement de professionnels et doptimisation de lexistant qui se cache derrire cette approche. FONCTIONNEMENT : Aprs avoir collect lensemble des informations relatives l'itinrance, le TACT choisira un ensemble de circuits de randonne intressants. Ce travail consistera analyser le potentiel en terme de sentiers de randonne et de croiser cette analyse avec la rpartition des services touristiques sur les micro-territoires correspondants. Il sagira dans un mme temps de mobiliser les acteurs du territoire (en lien direct ou plus indirect avec la randonne) autour dun projet commun en leur montrant les avantages se regrouper. Enfin, le TACT dcomposera cette offre des deux manires suivantes : - 1/ Suggestion de sjours de randonne libres ou accompagns. Autrement dit, il proposera des itinraires de randonnes auxquels il ajoutera lensemble des services touristiques prsents sur le territoire. Le randonneur trouvera ainsi toutes les informations (coordonnes des prestataires, road book) ncessaire lorganisation de son sjour A LA CARTE. - 2/ Organisation dvnements autour de la randonn. Les vnements seront ponctuels, feront appel de nombreux acteurs, et rpondront une thmatique qui gnrera de limage sur le territoire (cf le produit test Dcouvrir la Cance par tous les moyens ). TYPE DE PUBLIC : Le public cibl sera principalement compos de randonneurs individuels pour la partie suggestions. Au contraire, pour la partie vnementielle, le groupe constitu semble tre le choix le plus adapt. Compte tenu de la mobilisation de plusieurs acteurs (Accompagnateur en montagne, associations diverses, transporteurs) le cot du sjour doit invitablement se rpartir sur un groupe. COMMUNICATION : Ce scnario ncessitera davoir une vitrine Internet performante et attractive (CF partie internet). Loffre devra galement tre visible sur tous les documents de promotion de lArdche verte. Chaque acteur participant au projet devra en faire la communication (via son site web notamment). COMMERCIALISATION : Le TACT (et les offices de tourisme) ntant pas habilit commercialiser des produits touristiques devra se contenter de SUGGERER loffre de randonnes itinrantes. Les clients devront eux-mmes effectuer les rservations et rgler les prestations indpendamment chaque prestataire. 10 INTERET/FREINS DU SCENARIO 1 : Dans cette configuration, le TACT contrle toute la chane de litinrance (hormis les rservations et lencaissement) et oriente ainsi le programme ditinrance comme il le souhaite. Le principal dsavantage du scnario 1 est dans la commercialisation des sjours de randonne. Lors de la construction de son sjour, le client doit rserver et payer CHAQUE prestataire indpendamment les uns des autres. Cette contrainte occasionne un frein dans lacte dachat. Ce scnario peut ainsi manquez de professionnalisme aux yeux de clients habitus faire appel des distributeurs spcialiss. Dautre part, dans la commercialisation dun sjour, lagence de voyage engage sa responsabilit ce qui est un gage de confiance important pour le client. Ce travail de l'itinrance aura aussi pour but de montrer lintrt pour un territoire de se doter doffices de tourisme ayant la possibilit de commercialiser des produits touristiques. Nest-ce pas l un questionnement sur lequel les dcideurs locaux devraient se pencher. A limage doffices de tourisme disposant de cette comptence, on sait que les retombes conomiques qui en dcoulent ne sont pas ngligeables et apparaissent comme une source dautofinancement apprciable, dans un contexte o autonomie et rigueur sont de mises. 11 SCENARIO 21 : LA PRODUCTION DE SEJOURS ITINERANTS PAR UNE (OU DES) AGENCE (S) DE VOYAGE SPECIALISEE(S) PRINCIPE GENERAL : Une ou plusieurs agence(s) de voyage spcialise(s) dans la randonne investissent le territoire et proposent des sjours de randonnes itinrantes. Le TACT (en partenariat avec le Pays) apporte une assistance aux agences pour le choix de loffre dvelopper, et fournit les documents techniques relatifs la randonne (carte + descriptifs). 1 Llaboration du scnario 2 fait suite des entretiens et des conversations tlphoniques avec trois agences de voyages locales Agence(s) de voyage spcialise(s) dans la Prendre contact avec les prestataires et construire une offre de randonne itinrante Association des OT/SI (TACT) Orienter les choix de lagence pour le dveloppement de l'itinrance Assurer la rservation et la relation client Mettre en place une politique de communication Fournir les documents techniques relatifs la randonne (carte, road book) Axer les produits sur une offre la carte 12 OBJECTIFS : Lobjectif du second scnario est dassurer le dveloppement de l'itinrance en Ardche en dlguant certaines fonctions une ou plusieurs agences de voyage spcialises dans la vente de sjours de randonne. Lagence de voyage met en tourisme la randonne en Ardche verte sous les conseils du TACT. FONCTIONNEMENT : Le TACT (en partenariat avec lArdche verte) grce sa connaissance du territoire, fournira un ensemble dinformations aux agences pour leur permettre de mettre en place des itinraires de randonne innovants et attractifs. La(les) agence(s) aura(ont) pour tche dassurer la construction du sjour, de mettre en relation les diffrents professionnels, dassurer la communication autour des produits de randonne, de grer la relation client (avant, pendant et aprs le sjour) et dencaisser le produit des ventes pour le redistribuer ensuite aux diffrents acteurs. En terme doffre, les agences ne souhaitent pas commercialiser des sjours vnementiels ncessitant des groupes constitus. Elles prfrent travailler sur des randonnes la carte sadressant des individuels et o le client construit son sjour selon ses gots et son budget. TYPE DE PUBLIC : Comme nous lavons indiqu prcdemment, le public se composera essentiellement dindividuels (couple, famille). Les actions de communication des agences niront pas en faveur de la clientle groupe. COMMUNICATION : La(les) agence(s) de voyage utiliseront leurs mthodes de communication habituelles (Sites internet, brochures, marketing viral) et bnficieront aussi de lappui du TACT qui relayera les informations via les offices de tourisme, les brochures touristiques et son site web. COMMERCIALISATION : La(es) agences de voyage assurera(ont) la commercialisation des sjours de randonne en produit tout compris . Leur statut de professionnels de la vente de voyage leur permet de se faire rgler directement la totalit de la somme du sjour consomm. INTERETS/FREINS DU SCENARIO 2 : Outre le professionnalisme de lagence de voyage en terme de communication, le principal avantage du scnario rside dans la commercialisation des sjours en produits tout compris qui fournit au client une certaine praticit et un gage de confiance rassurant. Car, noublions pas que lagence assure lintermdiaire avec les prestataires et engage sa responsabilit en cas dincidents. 13 A linverse, dans le scnario 2, lArdche verte fait le choix de centrer le dveloppement de l'itinrance sur des itinraires en privilgiant la PRATIQUE (de la randonne) la DECOUVERTE du territoire. Et de sortir ainsi de la dynamique de dpart, savoir une randonne fdratrice privilgiant une approche transversale entre les diffrents acteurs du territoire. Enfin, mme si la(les) agence(s) et le TACT seront amens travailler de concert, le territoire peut tre amen se sentir dpossd du programme ditinrance sous la pression de(s) lagence(s) de voyage (dans des choix de positionnement de loffre notamment). Dans le mme sens, la commercialisation des produits itinrance par une ou des agences de voyages entranerait une hausse importante (de 10 20%) du prix du sjour. Une hausse correspondant la marge des agences. Le scnario 2 professionnalise notre approche de litinrance mais augmente invitablement le cot du sjour et rduit lavantage concurrentiel. 14 Scnario 3 : Combinaison entre le scnario 1 et 2 Prendre contact avec les prestataires et construire une offre de randonne itinrante ASSOCIATION DES OT/SI (TACT) Orienter les choix des agences pour le dveloppement de l'itinrance (+ fournir docs techniques : cartes..) Assurer la rservation et la relation client Mettre en place une politique de communication Etablir un catalogue de produits la carte Collecter et centraliser toutes les informations relatives l'itinrance AGENCE(S) DE VOYAGE SPECIALISEE(S) Mobiliser les professionnels autour du projet. Animer le rseau de professionnel de litinrance Mettre en place des sjours vnement sur les cinq micro territoires identifis Mettre en ligne des ides/suggestions de sjour itinrants en intgrant un maximum dacteurs locaux Dvelopper un programme de randonnes itinrantes gres par le TACT Cohrence 15 PRINCIPE GENERAL : Ce troisime et dernier scnario est une combinaison entre les scnarii 1 et 2. Autrement dit, le TACT organise le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte en partenariat avec une ou plusieurs agences de voyage spcialises. OBJECTIFS : Lobjectif du scnario n3 est dassurer un dveloppement de l'itinrance le plus complet possible. A savoir, partir dune analyse du potentiel du territoire, btir une offre solide et innovante et en assurer la commercialisation de faon multiple. FONCTIONNEMENT : Le TACT prend sa charge le dveloppement de l'itinrance en partenariat avec une ou des agences spcialises. Aprs avoir collect lensemble des informations inhrentes lorganisation de sjours de randonnes pdestres, questres et VTT, le TACT devra organiser dune part, une offre de randonnes itinrantes (itinraires + hbergeurs + autres activits) et dautre part, de mettre en place des sjours vnements rpondant des thmatiques vectrices dimage et de notorit. Le Tact travaillera aussi de pair avec une ou plusieurs agences de voyage pour la commercialisation des sjours de randonne. Il aiguillera les choix des agences en terme de produits et lui apportera son assistance pour la construction des livrets de route (cartes, descriptifs de randonne). TYPE DE PUBLIC : Etant donn le montage, le dveloppement de l'itinrance avec le scnario 3 permettrait dattirer la fois une clientle groupe et une clientle dindividuels. Les agences se concentreront sur une clientle dindividuels tandis que le TACT mettra en place des actions en faveur des deux types de clientle. COMMUNICATION : Outre les outils de communication mis en place par le TACT (pages web, brochures, participation des salons), la communication se fera aussi (et surtout) par les agences de voyage travers des sites internets performants et la publication des produits de randonne dans des catalogues spcialiss. COMMERCIALISATION : La commercialisation se fera via la(les) agences de voyage travers des produits tout compris . 16 INTERETS/FREINS DU SCENARIO : Au regard des deux prcdents scnarii, celui-ci apparat comme le plus avantageux sur plusieurs points. Le montage tout dabord. Associer TACT (association) et agence de voyage (professionnel) permettra de combiner une bonne connaissance du territoire et des acteurs avec des techniques commerciales et de communication efficaces. Par ailleurs, loffre dveloppe sera plus complte et sadressera tous les types de clientle. Le choix du scnario trois, engage invitablement un travail collectif entre les agences et le TACT. Les deux parties devront donc concilier leurs attentes avec celles du partenaire. Entre enjeux de dveloppement local et objectifs commerciaux, chacun devra fixer ses objectifs. 17 V/ Prenniser le projet de la Cance et diffuser le modle Il conviendra donc, dans un premier temps, de choisir un des trois scnarios du dveloppement de l'itinrance. Au regard de lanalyse que nous avons eu durant la priode de stage, le scnario 3 semble tre le plus avantageux et le plus complet. Il permettrait la fois de mettre en place une offre attractive et den assurer une gestion professionnelle. Lidal sera donc dasseoir le dveloppement de l'itinrance dans le territoire pilote de la valle de la Cance avant dtendre le modle lensemble des micro-territoires identifis. La diffusion du modle au sein des trois autres micro-territoires identifis ncessitera toutefois un travail dexpertise concernant la construction des itinraires et le choix des acteurs mettre en rseau. VI/ Le dveloppement de l'itinrance, un choix stratgique et sur le long terme En terme ditinrance et plus globalement de randonne au sens large, le constat conomique mitig est bien connu. Dune part, le calcul de limpact conomique de cette pratique est difficile, dautre part, les tudes qui se sont penchs sur cette question ont dmontr que limpact conomique direct de la randonne tait relativement faible. Doit-on nanmoins ngliger le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte ? Il semble vident que ce programme ditinrance ne drainera pas des flux touristiques considrables, quels enjeux de dveloppement se trame nanmoins derrire cette dmarche ? Il est indispensable de comprendre que les deux caractristiques phares de la randonne sont la GRATUIT et la LIBERT. Avoir un accs libre la montagne (ou la campagne) est une condition sine qua none la pratique de la marche. Le randonneur veut pouvoir randonner avec qui il veut, quand il veut et o il veut. Or, lintrt de la randonne rside dans la dynamique globale cre par la pratique. Autour de la randonne, gravitent de nombreux services (hbergements, restaurations, sites touristiques). Reste savoir comment les associer la marche. Litinrance est une rponse en soi. En convoquant la randonne comme un moyen de transport, l'itinrance devient le fil rouge dune immersion territoriale faisant appel de nombreux acteurs locaux. Cette pratique est donc utilise au service de la dcouverte du territoire. Or, lapproche exclusivement marchande de limpact des sports de nature et en loccurrence de litinrance nest-elle pas errone ? Le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte aura aussi pour objectif dassocier la pratique de la randonne des thmatiques fortes directement issues du territoire et lies aux problmatiques environnementales qui nous concerne. En loccurrence le premier sjour (sur le secteur de la valle de la cance) sera marqu du sceau de la mobilit durable. Accessible en transport en commun, il abordera la question du dplacement, du voyage, de la dcouverte dans une approche douce et durable. Dautre part le lien entre transport doux et mobilit se fera aussi avec le patrimoine local. Lors de ce sjour, les randonneurs seront amens visiter le Muse du car Vanosc. Comme on la voqu, la randonne sera un rouge la dcouverte des acteurs locaux. Au-del de la simple (et rductrice ?) question des retombes conomiques de la filire itinrance, cest vritablement un enjeu dimage et de notorit qui semble merger de cette rflexion. Notre 18 ITINERANCE Accompagnateurs Hbergeurs Artisans dart Associatif local Transporteurs Source : Brice JULIEN Institutionnels diagnostic avait dailleurs assimil le manque dimage du territoire Ardche verte comme un des principaux freins au dveloppement touristique. Lorganisation de sjours de randonne thmatise sur la base dun vnementiel (dates programmes, communication importante) permettrait damplifier la notorit de la destination Ardche verte comme territoire de pratique des sports de nature. Hormis la question de limage, le dveloppement de la filire itinrance est un outil de taille vers la structuration des acteurs du territoire. A limage de la grande traverse des Alpes et de la Grande traverse du Vercors, l'itinrance joue un rle fdrateur dans lorganisation des acteurs du territoire. La mise en place de la filire leur permet, la fois de se retrouver autour dun projet commun, dorganiser leur offre dans une dmarche commune et de bnficier dune synergie bnfique chacun (cf schma ci-dessous). A travers un schma comme celui-ci, le rle de litinrance dans la cration de lien entre les diffrents acteurs du territoire est facilement comprhensible. En faisant le choix du dveloppement de litinrance, le territoire cherche fdrer les acteurs autour dun programme commun. Litinrance, par son approche transversale a la facult de rassembler de multiples acteurs dun territoire en lien avec les sports de nature, la dcouverte du territoire ou encore le transport. Lanalyse plus prcise du lien cr par litinrance sur un territoire renvoie invitablement au rle central de litinraire. Litinraire et ses diffrentes composantes (sentiers, attraits du territoire) assurent une connexion parfaite entre les diffrents membres du rseau. Le rseau dacteurs cr par l'itinrance 19 Le rle de la pratique (la marche en loccurrence) nest toutefois pas ngliger. Elle constitue LE vritable fil rouge du sjour de randonne. VII/ Focus sur loutil internet comme levier de la communication LArdche verte et lassociation des OTSI devront se doter doutils Internet performants et complets. Dans notre travail de prconisations, nous avons dcids de raliser un travail de benchmark auprs de structures (publics ou prives) ayant mis en place des programmes ditinrance. La capture dcran qui suit est issue du site WEB du Parc naturel Rgional du Pilat. Comme on peut lobserver sur limage ci-dessus, la carte interactive est un bon moyen de fournir un accs rapide et organis linformation touristique. Linternaute, selon sa recherche choisit dafficher les services touristiques qui lintressent. Ce systme de couche nest pas sans rappeler les logiciels de cartographie. Il peut ensuite cliquer sur les points qui matrialisent les diffrents acteurs pour accder aux coordonnes de ceux-ci. Les fonds de carte utiliss sont souvent issus de loutil google map Le concept du PNR est intressant, nanmoins en terme de randonne (ditinraires en particulier), le contenus est trop lger, les sentiers ne sont pas tracs. Pour linternaute, lidal serait de pourvoir accder aux rseaux de sentiers et dy faire apparatre les services qui lintressent (hbergeurs, restaurateurs, muses, accompagnateurs en montagne) pour construire son sjour sa guise. Liste des informations disponibles Fond de carte Google map 20 La seconde capture dcran est issue du site web de la Grande Traverse des Alpes2 : La GTA aborde sa communication Internet de faon similaire la dmarche du PNR du Pilat. A laide dune carte interactive, elle indique le trac des grands itinraires (ci-dessus le trac de la portion franaise de la Via Alpina), puis linternaute peut sa guise afficher les hbergements, les offices de tourisme, les espaces naturels ou encore les fortifications. 2Source : http://www.grande-traversee-alpes.com/fr/je-voyage/a-pied/via-alpina.html Services consultables 21 La fentre prcdente3 dcrit le trac de ltape R122 entre Le lac de Tignes et le refuge de Beisse. Toujours sur la base dun fond de carte Google Map, la GTA nous fournit un aperu de litinraire suivre et larticule avec des lments techniques (col, sommet) et pratiques (hbergements, ville, lieu dit). Accol la carte, on trouve un profil topographique dcrivant le dnivele et la distance de ltape. Plus bas dans la page Web, apparat un lger descriptif qui indique le temps de marche entre les diffrents points. A chaque halte (lieu dit, hameau, village) sont indiqus les services disponibles (transport, nourriture, hbergements). Pour lorganisation plus fine du trac et plus globalement du sjour de randonne. La GTA renvoie le randonneur vers les rfrences des cartes IGN correspondantes et vers les ditions de la FFRP (topo-guide). Se doter de tels outils semble incontournable pour lArdche verte. La particularit quil est possible de relever concernant la communication de la GTA concerne les descriptifs (ou Pas pas ). Lensemble des itinraires emprunte des sentiers de grande randonne. La fdration franaise de randonne a donc la main mise sur lensemble des descriptifs qui concerne les GR. Laccs linformation est donc payant pour les portions franaises. Les autres pays alpins concerns fournissent, quant eux, les descriptifs librement. LArdche verte pourra privilgier cette opportunit sil elle souhaite entrer sassurer des revenus financiers autour de cette diffusion dinformation. Nanmoins, il nous semble judicieux de rflchir srieusement au choix de faire payer ou non les informations quelle diffuse. Laccs libre aux informations concernant la randonne itinrante en Ardche verte ne permettrait-il pas de favoriser la venue de randonneurs dans un espace de pratique 3 Source : http://www.via-alpina.org/fr/stage/302 22 quils connaissent encore peu ? Cette initiative pourrait se concrtiser travers des fiches de randonne itinrantes tlchargeables depuis le site Web de lArdche Verte tourisme. Bien sr, la diffusion de descriptifs et surtout de fonds de carte soulve des questions au niveau des droits ddition IGN. Il sera ncessaire de creuser cette question de droits dditions, mais le principe de la diffusion gratuite dinformations concernant des sjours itinrants serait un bon tremplin en terme de communication (et notamment pour les sjours vnementiels thmatiss). Dautant plus, que cette technique serait une porte dentre vers un ensemble de prestations marchandes donc bnfiques ( priori) pour le tissu conomique local. VIII/ Evaluation, contrle et rajustement Le dveloppement dun projet touristique quel quil soit ncessite la mise en place dune politique dvaluation destine lencadrer sur le long terme. Lvaluation permet ainsi dapprcier et de contrler lvolution dans le temps du projet en question selon des critres prcis. Au regard des rsultats constats, des rajustements sont possibles et permettent dassurer la fois la viabilit du projet tout en respectant les objectifs fixs au dpart. Dans le cas qui nous concerne, il conviendra dapprcier dune part, la satisfaction de la clientle (en rapport aux diffrentes prestations et au droulement global de leur sjour ; de la prise de contact leur retour. Dautre part, le Tact devra rester vigilant quant lorganisation de son rseau et des attentes de chaque professionnel. Noublions pas que le dveloppement de l'itinrance se base sur une approche transversale qui ncessite la participation active de tous. Le dsengagement dun professionnel peut parfois chambouler lensemble dun programme. La TACT devra donc rester attentif la bonne mobilisation des acteurs qui reste une condition indispensable la bonne marche du programme ditinrance. En terme doutils mettre en place, des questionnaires de satisfaction devront donc tre labors destination des clients randonneurs. Quant lanimation du rseau, on peut penser que des runions de travail entre TACT et professionnels permettrait de faire des bilans rguliers et de prparer conjointement la mise en place et le renouvellement de loffre de randonnes itinrantes. CONCLUSION ET PERSPECTIVES Le dveloppement de la filire itinrance en Ardche verte serait une opportunit de taille pour optimiser comme il se doit le potentiel considrable de ce territoire en terme de sports de nature. Trois scnarii ont t proposs pour le dveloppement de l'itinrance en Ardche verte, les dcideurs concerns devront donc opter pour un des trois scnarii. Nanmoins, et nous conclurons sur ce point, il sera important de ne pas sous-estimer le potentiel de litinrance en terme de structuration du territoire, de fdration des acteurs touristiques autour dun projet commun et aussi dans sa facult sinscrire dans une forme raisonne et durable du tourisme de demain. 23 Le territoire de lArdche verte devra considrer le projet ditinrance comme un projet structurant sur le long terme.