Dise, Hors Srie PUNK

  • Published on
    26-Mar-2016

  • View
    218

  • Download
    2

DESCRIPTION

Premier hors-srie de la revue sur le thme assez large du punk

Transcript

#PUNK2Illustration : Tarmasz3# ditoIllustration Tarmasz page 02Edito page 03Srie de photos Thibault page 04Musique ! Ludwig von 88 page 08Srie photo Rouge Gorge page 10Playlist commune page 14Interview Tarmasz page 16Punkrockers page 18SommaireHors srie pour nous donner un peu de temps. Un souffle.Dise est un peu dbord. Les choses se corsent et on est pas toujours srs dtre l au prochain numro.Alors jespre que vous profiterez de ces quelques pages. Nous serons de retour en fvrier, passage en bi-mensuel et on se refait une beaut.La revue change de mains, se retape malgr sa prime jeunesse. On se charge de trouver de nouvelles ides qui nous aident aussi, comme tous ceux qui peuplent ce hors srie, sortir de la norme. A tre intressant, enfin, puisque cest notre mission.Passez des ftes comme il faut et la prochaine.LisedArticle Bukowski page 20Srie photo Antigone page 22Illustration Tarmasz page 31Rtrospective Kvin Smith page 32Illustration Sophie page 34Nouvelle page 35Illustration Mara page 394# Photographie par Thibaulthotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie hotographie 5678# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique !# Musique ! HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULALA, HOULA HOULA HOULA-LA ! - LUDWIG VON 88, HOULA LA !LUDWIG VON 88BRANCHE TON JACK.Parlons un peu musique. Ludwig, cest une guitare, une basse, deux chanteurs et une bote rythme. Simple et efficace. Avant den dire plus je souhaite prciser que ce groupe est avec quelques trs ra-res autres lune de mes seules explorations dans lunivers punk. Ntant pas familier avec ce genre, il est possible que quelques dtails mchappent. Pour toute rclama-tion, veuillez vous adresser mon-sieur Elmer Bacon, il se fera un plai-sir dy rpondre.Une guitare sature et une basse qui la suit, on se limite quelques accords pour une simplicit et un minimalisme qui rpondent assez ce que lon attend dune musique punk, tout du moins lorsque lon est, comme moi, un nophyte. Ceci laisse toute la place la voix, car ce que lon coute principalement, ce sont les paroles et non la douce mlodie qui berce nos oreilles den-fants un peu trop agits. Elle est calme comme un orage et douce comme un rugbyman. a gueule plus que a ne chante pour dbiter moult phrases caractre plus ou moins intressant et plus ou moins humoristique, lun nexcluant pas lautre pour autant. A la percussion, nous avons un prodige, un monstre de technicit et de rythmes nuan-cs. La bote rythmes.Prenez votre srieux. Amenez-le loin dans le dsert. Sans eau. De prfrence attach un radiateur. Maintenant, vous tes prts couter du Ludwig von 88. En prliminaire, il faut savoir que ce groupe de banlieusards sest form en 1983 et a t connu en 86 par un album, le premier du groupe, nomm Houlala dont les chansons sont remplies dune subtilit sans borne et dune sagesse toute preu-ve (cf ci-dessus). Moi-mme je nai connu ce groupe que tard, en 2007, avec une chanson de leur tout dernier album, La rvolution nest pas un diner de gala , nomme Thorfin le Pourfendeur qui ra-conte lhistoire dun viking de haut niveau avec des quipements de grosbill (appellation dun personna-ge bourrin increvable dans nombre de jeux de rles, on peut tre punk et jouer Donjons et Dragons a nest pas incompatible) qui massacre, pille, viole et tue les dieux, le tout dans une bonne humeur propre un gaillard nordique.9HES BACH !Cependant, le srieux, on a beau lattacher dans le dsert, le clouer sur une croix, le laisser sur une mon-tagne poil dans la neige, il revient toujours. Et il nest jamais content.Ainsi, au beau milieu des chansons sur les tueurs de bouchers, Oui-Oui, on trouve dautres textes sur le trafic de drogue, les ghettos, bien que le tout reste prsent ironiquement et permettent de garder la bonne hu-meur, du moins la plupart du temps. La Ganja , parodie de La Bam-ba , nous prsente par exemple le problme de la drogue dans les valises diplomatiques. Quant aux Trois Ptits Keupons , cest en r-frence aux brigades motorises de cet illustre personnage quest Pas-qua. Pour ceux que a intresse, cherchez des documents sur laf-faire Malik Oussekine. Lalbum Hiroshima fait figure dexception et laisse un got amer. Le groupe y raconte toute lhistoire de la bombe atomique, de sa conception dans Manhattan jusqu ce quil advient des survivants dans Hibakusha . Etonnant non ?Ludwig von 88, cest aussi un nom qui peut prter confusion. Pour le Ludwig Von , cest en rfrence Ludwig Van Beethoven, en rf-rence (donc une rfrence au carr cest fabuleux) Orange mcani-que. Cest simple, cest facile in-terprter. Maintenant pour le 88, il y a plusieursexplications. La premire, ce serait pour faire chier les no-nazis. En ef-fet le 88 est un symbole pour les bas du front nazillons de cinquime gnration consanguine. La deuxi-me serait quil y a 88 constellations visibles dans le ciel. Enfin, a serait un pastiche du 77 qui serait lanne dmergence du punk. Une chose est sre, la rponse existe et pour une fois elle nest pas 42.R CAPITULATION.Ludwig von 88 est un groupe (mais a vous vous en doutiez) issus dune seconde vague de punk dont le but na jamais t de vendre leur mu-sique mais juste de se faire plaisir. Et a a march. Usant de lhumour comme intermdiaire pour faire passer des messages relativement plus importants que ceux que lon peut retrouver maintenant dans la plupart des chansons daujourdhui (ils nont jamais t signs, a joue peut-tre pas mal) sans pour autant le noyer dans trop dabsurdits. R-cemment est paru un album nomm Mort aux Ludwig Von 88 qui est constitu de reprises de chansons du groupe. Avec un bassiste parti loin dans le sud et un guitariste qui joue dsormais dans Sergent Gar-cia, a nest pas demain la veille du prochain concert ou album de Lud-wig Von 88. Mais dans nos curs il restera vivant !Liam10# Photographie par Rouge Gorge11121314# Playlist communeLes Sheriff - A la chaleur des missiles Une des meilleure chansons dun des grands groupes de lge dor du punk franais, qui nous donne envie de sauter partout et de cra-cher nos tripes, puisque de toutes faons il ny aura pas de lende-main. Parfait.Svinkels - Reveille le punkLe Svink, cest un peu un rappeur qui violerait un punk en train de faire un coma thylique. Inclas-sable musicalement, dun got souvent douteux, mais si avec le son quils envoient tu bouges pas ton boule, cest que tes sourd ou ttraplgique. Like a bad girl should - the CrampsLa chanson sexuelle par excel-lence. Une voix dglingue et des paroles sales. Parfait pour baiser. Surfin Bird - The trash-men Ce nest par pour rien que Ku-brick en a fait le gnrique de son Full Metal Jacket et que John Waters la intgr dans le fameux Pink Flamingos. A couter quand vous avez envie de vous nerver un bon coup mais surtout pas au rveil : trop violent.Vivre libre ou mourir - Brurier NoirUn classique du punk franais, entre des paroles qui font mou-che et une rage au ventre qui nat lorsquon lcoute.Gogol Bordello - Won-derlust KingPour ceux qui ne connaissent pas, Gogol Bordello cest un m-lange de musique traditionnelle dEurope de lEst et de punk-rock New-Yorkais, le tout port par un charismatique chanteur-guitariste moustache prominente. Won-derlust King rsume tout a, entre guitare acoustique, violon, accor-don et chant rauque. Un appel voyager, dans la musique comme dans les textes.Guerilla Poubelle - De-main il pleutBah ouais Till et sa bande font un peu piti de nos jours, mais bon faut admettre qu lpoque cet album avait t une petite rvolution dans le paysage punk franais. Et qui nest pas capable de chanter ce morceau par coeur, lavoir trop brailler en soire ou ayant appris les trois accords sur sa guitare en se sentant lme re-belle?Kortatu - Zu atrapatu arteKortatu, cest un grand classique du punk basque, je sais pas si cest trs connu au-del, mais pour vous donner une ide les mecs ont quand mme fait le Z-nith de Paname avec les Brus en 88. Et mme si je pourrais pas vous dire de quoi a parle, cest punk avec des relents de ska et a dchire.Mononc Serge & Ano-nymous - Jpue pas jsens lpunkBon daccord cest plus proche du mtal que du punk musicale-ment mais ils suffit de les voir une fois sur scne, costards souills et cheveux gras pour voir quils ont capts lesprit. Cette chanson est un magnifique hommage aux odeurs de tabac froid, de bire discount, de chiens, de sueur et de foutre qui hantera pour tou-jours les squats keupons de par le monde.Now I Wanna Sniff Some Glue - The RamonesLe pourquoi du comment qui pourrait bien expliquer leur tat actuel. Jme la passerais presque au rveil.So Much Trouble - IziaLe rejeton Higelin a du rock plein les tripes et il faut bien que a sentende.Sour Cherry - The KillsChanson en boucle. Du riff, du rythme et du corps qui balance. La bonne musique ne se perd pas.NewYork NewYork - Nina HagenDu djant ltat brut, une voix hors norme qui me rend jalouse mais me laisse plus admiratrice quautre chose. Du grand Nina Hagen dont on ne peut se lasser.Havana Affair - The Ra-monesMme topo que pour les Clash, je suis incapable den choisir une seule, a vaut bien le coup que jen mette deux.I wanna be your dog - Iggy pop and The Stooges Jai rarement envie de me sou-mettre, mais quand je me mets couter cette chanson, je pourrai aller jusqu lcher des pompes. Cest dit.Rock the casbah - The Clash Une amie ma dit rcemment : Quand je marche dans la rue et que jcoute ce bon vieux classi-que, jai limpression que la ville mappartient. Eh bien, je pense la mme chose.Chick Habit - April MarchReprise du trs connu Laisse tomber les filles avec rudement plus dnergie et de mordant. D-couverte au tournant dun film de Tarantino, cest dire.Brand New Cadillac -The ClashComme trop de Clash ne tue pas le Clash on en remet un couche bien mrite.Drive Dead Slow -Sahara HotnightsDans une bagnole, entre potes, clope au bec et bire dans la main ou en sautant partout, cette chanson nergique et peu connue ne semble pas vieillir. On se sent puissant quand on lcoute.1516Un mot de fin pour le dbut ?Maxilase parce que cest mon sirop prfrQui de loeuf ou la poule (ou le dinosaure tant quon y est) est ar-riv en premier ? Savoir qui est arriv en premier, pourquoi cest tellement important, on fait pas la course! mais si tu veux vraiment savoir, cest loeuf. pui la pieuvre ensuite, puisque la poule descend du dinosaure et que la pieuvre a invent les dinozores, et que les oeuffes, cest comme des pti pyjamas.Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos ttes ? Serpent mon culComment tu fais pour sortir dun avion hant par des chameaux fantmes cannibales? Dj jvite dy rentrer (a a lair mo-che)TARMASZTARMASZ EST UNE DE CES CHOUETTES FILLES AVEC DES MONDES PLEIN LA TTE DANS LESQUELS ELLE SE PERMET DE VIVRE ET DE FAIRE UNE CROIX SUR LA NORME. INTERVIEW RENVERS DUNE PERSONNE DCALE.Si je te dis tre normal tu me r-ponds ? Chaipa, on est tous un peu normaux non? si tu mavais demand de d-finir tre con ou avoir la scarla-tine jaurais eu de quoi dire, mais l? peut-tre que la normalit abso-lue se situe aux environ des person-nes qui arrivent garder la mme voix quoi quils racontentSi je te dis punk tu me rponds ?ces branquignolles qui ont failli mavoir une poque?Dommage que la moiti des punks soient des tels clichs que chaque mot sorti de leur bouche me semble tre une attaque arienne plurinu-claire lance sur lautel du tout le monde est unique outre a ya des belles ides dans le mouvement, lu-mineuses mme, le douite yourself a pousse les gens se dmerder tout seuls et tre multifonction plutt que de rester dans une place de consommateur statique, et puis a montre quon peut faire plein de trucs trop bien avec pas nor-mment de sous.. le fanzinat, plus largement lauto-dition, lauto-pro-duction (musique, films..) les squats culturels, mme une certaine forme de piratage, pour moi a correspond un versant de la culture punk. et a cest trop bienMusicalement tu te tranes vers quels sonotones ?Jaime bien de tout mais surtout les musiques qui grincent et qui cris-sent ou qui sautent, les paroles qui racontent des histoires, les concerts costumes. Au hasard: puppetmas-taz, stupeflip, brurier noir.# Interview17Comment tu tchappes ? (sens volontairement plus que large pour permettre tout genre de r-ponse toussa)Je mchappe pas, tfou a vou-drait dire que je suis prisonnire, et je me laisse pas faire moi, je vais o je veux quand je veux sinon gare tes fesses. Mais si schapper a veut dire mon gros kiff de temps en temps heu, je dirais, les autotam-ponneuses, la grande galerie de lvolution, regarder zorro, et met-tre la main dans un aquarium de requins, mais je lai jamais fait mal-heureusement!Dans quels coins tu as baroud et puis quest-ce que ten as tir/rapport ?On a bien voyag en amrique du sud avec ma maman et mes frres et ma soeur, on a vu presque tout le continent, on a mme t jusque tout en bas, ushuaa; l o ya les pingouins! Jen ai rapport heuuu une notion diffrente de lennui et plein de carnets de route illisibles? Les jours passs entasss dans le minibus par 38 sur des caillasses o on peut rien faire sauf se cogner la tte contre la vitre toutes les 8 secondes, a te donne loccasion de penser tous les trucs auxquels tavais jamais pens avant et din-venter tout un tas de choses jai aussi compris dans mes voyages quon a beau fuir loin trs loin au bout du monde, il y a toujours une boutique pour mtalleux pas loin, o quon aille.Si tu inventes des mots cest quten as jamais assez ?Bof, yen a quand mme assez pour tout dire, seulement il faut les dcorer un peu, ou les changer de sens (comme avec les panneaux-flches sur la route, l o cest mar-qu cest par l tu le retournes de lautre ct et hop tout le monde est bien couillonn!) Il y a des arts que tu ne touches pas ?Plein, cpa que jai pas envie mais juste que chui lamentable, en parti-culier dans la musique, et aussi aux claquettes (a me rend trs triste)Quest-ce qui tinspire ?les tout petits chapiteaux et les his-toires de lzards.les grandes popes et les mytholo-gies interminablesCrer cest une ncessit ?Plutt un rflexe dfensifEt puis tarmasz, cest qui au juste ?alors l il va falloir que je parle la troisime personne? ha non a va pas tout tout. Tarmasz cest moi, jaime marcher sur des hutres, fen-dre leau et peindre des feux dartifi-ces au pochoir sur les murs du ciel. jhabite dans une cabane malakoff ct de paris, et jlve des raies manta en papier que jentrane franchir le mur du pacifique. Jaurais voulu natre avec le don dubiquit et savoir parler en ultra-sons. ya tellement de choses au monde quej veux faire, alors jessaie tout faire la fois, trs trs vite avant de trop grandir. jaime pas la drogue ni walt disney, mais jaime Sa majest des mouches, Zazie dans le mtro & la mythologie grecque. Un jour jtais sur un fleuve, jai vu un poisson vo-lant sauter en lair tout prs du ba-teau, et on sest regards dans les yeux, et il est retourn dans leau, et cest un trs bon souvenir.Lised18PUNKROCKERS Ya un truc qui me chiffonne, cest quand jentends linsu de mon plein gr, dans le bus ou au supermarchinsipides prsents comme LA musique des Annespour une certaine frange de la population, ce soit unea me hrisse, et mme a me chagrine. Quoi ? Et bienquon navait que cette daube se mettre dans les Jai eu 20 ans, laube de ces fameuses annesville de Montpell, et soyez sr que a rockait svreles vieux locaux perdus dans les vignes. Sans parlerpas mal. Punkrockers, ouais, comme dans la chansonSheena is ... Et si vous ne savez pas, allez-y voirDe tout a, jen garde encore les preuves, des preuvesPandore moi. Alors, puisque la cause est belle, jacceptede tous ces vieux clichs qui sont pour moi bon, si la mienne est enfuie, une autre jeunesseque son hritage. Quen fera-t-elle de ses instants? Moi, je ne suis dans cette affaire quun humblecommentaire. Par contre, je veux partagerbien coll notre peau : On nest pas des gens dici Vous ne nous connaissez pas On na pas le cur sur la main On fait pas de sentiment On fout des claques aux enfants On pte la gueule aux vieux Un pav dans la vitrine Cest comme a quon sclateParce quon estDes sales mmes venus dailleursCette plante cest pas la notreOn nen a rien foutre Cest une reprise du morceauce, par les OTH, paroles de Spy. Rassurez-vous Bon et bien, bonne continuationLe Futur Cest Maintenant...19PUNKROCKERSjentends (rassurez-vous tout fait supermarch en gnral), des tubes Annes 80. Je ne nies pas que, soit une ralit, mais javoue que ? Et bien lide quon puisse croire dans les oreilles !annes 80, dans cette bonne vieille rockait svre dans les caves des cits et Sans parler des concerts, o a pogotait la chanson des Ramones, vous savez, allez-y voir par vous mme. des preuves mme, dans ma boite de jaccepte de la rouvrir, pour livrer aux yeux pour moi bien plus que des souvenirs...Mais jeunesse est l, qui me sollicite et revendi-ses instants vols une poque survolte quun humble tmoin, je ne ferais pas dautre partager aussi un de ces couplets qui ont si gens diciconnaissez passur la mainsentimentaux enfants vieuxvitrine sclatedailleursnotremorceau de The Mtors, Teenagers from outer spa-Rassurez-vous ; que de la frime !continuation les jeunes et noubliez pas,Maintenant...Winie Ple-mle : OTH, La Souris Dglingue, Les Vierges, Les Shrifs, Mathieu et son rat Sid, Winie sous le regard de Johnny Rotten et dans le miroir Domi et Didier des OTH.Photos Tony Iacoponelli et Eric Maury20# PortraitBUKOWSKILUVRE DE BUKOWSKI, QUI NAURAIT CERTAINEMENT PAS AIM TRE CONSIDR COMME UN GRAND MONSIEUR , CEST UN PEU COMME DES CLATS DE VERRE SACCROCHANT DE LA DENTELLE, COMME DU SANG CLABOUSSANT UN JOLI MINOIS. CEST DOULOUREUX, RVOLTANT. DE LA POSIE EN SOMME.Bukow Quoi ?Auteur amricain n en 1920, on peut dire que ds le dbut de sa vie, Bukowski avait tout pour devenir lme tourmente que nous connaissons. Battu rgulirement par son pre jus-qu ses 16 ans, il avait pour interdic-tion formelle de frquenter les autres enfants de son quartier. Ravag par une acn svre pendant son adoles-cence, il se forgera partir de cet ins-tant l, une carapace de rejet social, dexclu, comme une carapace pour se protger de sa laideur . Entre un pre violent et une mre parfaitement effa-ce, soumise (cest limage quil aura de la Femme jusqu la fin de ses jours), lcrivain a commenc trs tt se noyer dans lalcool et y trouver son inspiration. Quittant le foyer fami-lial trs jeune, sa vie est dsormais celle dun marginal, allant dhtel cras-seux en bars miteux, suivant les parias et autres rejets.Toi, tu es laid, et tu ne connais pas ta chance :au moins, si on taime, cest pour une autre raisonExtrait des Contes de la folie ordinaire21Je retourne aux putes et au scotch, pendant quil est encore temps.Si jy risque ma peau, il me parat moins grave de causer sa propre mort que celle des autresExtrait des Contes de la folie ordinaireUn pote qui ne fait pas lunani-mitCest un personnage asocial, ayant un certain got pour la provocation, voire, nayons pas peur des mots, de la vulgarit, lobscnit. Les tex-tes de Bukowski choquent, rvoltent et drangent profondment lAm-rique quil dcrit avec noirceur et violence dans son uvre. Critique de la socit, de la mdiocrit, du capitalisme, du pouvoir. Il va sans dire, quil ne pouvait tre appr-ci de tous. Lalcool a toujours t comme un fil conducteur dans sa vie, il a crit tous ses ouvrages sous lemprise de la boisson, cependant, sous laspect ivrogne du personna-ge se cache une sensibilit fleur de peau. Une vision du monde sin-gulire, obscure, mais parfois, suc-cinctement, claire par une lueur despoir. Sur sa tombe figure lins-cription Dont try (Nessaie pas), pitaphe entendre dans le sens nessaie pas, fais le. DcouvertesQuelques uns de ses ouvrages ont t traduits en franais, notamment deux uvres reprsentatives du personnage : le recueil de nouvelles Contes de la folie ordinaires , et Jouer du piano ivre comme dun instrument percussion jusqu ce que les doigts saignent un peu qui rassemble plusieurs pomes.Rcemment pour sa campagne GO FORTH, Levis a utilis lun des pomes de Bukowski, surement son texte le plus optimiste The laughting heart , dcouvrir sur le site de la marque.Caroline M.22# Photographie par Antigone# Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie # Photographie 23242526272829Illustration : Tarmasz3132# Rtrospective # Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# Rtrospective# RtrospectiveDe son propre vcu, il nous parle de la difficult et de limportance des re-lations humaines, en amiti comme en amour, mais aussi de la pression sociale qui peut peser sur nos vies de diffrentes manires. Film aprs film, il tisse des liens la fois entre les diffrents protagonistes, et la fois entre les films eux-mmes, cha-cun faisant cho un autre. Le tout nous donne un ensemble qui sen-tremle de faon plus pousse et cohrente que de simple sequels.Smith nous rappelle avec une s-rie de personnages dcals et at-tachants quil nest pas ncessaire dtre ce que lon nous demande dtre pour avoir une belle vie, et cest pourquoi ses films, bien que loin dtre sans dfauts, sont aussi touchants.KEVIN SMITHUN AUTRE POINT DE VUE.LESPRIT PUNK, DANS LE CINMA COMME AILLEURS, CEST - MON SENS- AU DEL DE CERTAINS CHOIX ESTHTIQUES, LA VOLONT DE SAFFRANCHIR DES CODES PR-TA-BLIS AFIN DE SUIVRE SA PROPRE VOIE. KEVIN SMITH, LA BASE DESSINATEUR, DEVENU RALISATEUR AUTODIDACTE, SY EST ATTEL PENDANT 12 ANS, TRAVERS SON VIEW ASKEWNIVERSE, UN UNIVERS DE FICTION DE SIX FILMS (AINSI QUUNE SRIE ANIME ET QUELQUES COMICS). 1994 :CLERKS, LES EMPLOYS MODLES (CLERKS)Apologie du DIY (budget drisoire, tournage sur son lieu de travail, ma-triel bricol), Clerks est le premier film de Kevin Smith, et sans doute un de ses meilleurs. Il raconte une journe de travail (presque) ordi-naire de deux employs, lun de suprette et lautre de vido-club, Dante et Randal, entre discussions pseudo-philosophiques, clients per-turbs, ncrophilie et match de hoc-key. Jai honntement du mal trouver un dfaut ce film. La ralisation est sobre et efficace (plan fixe mon amour), les acteurs, sans tre ex-cellents, sont chouettes, et les dialo-gues fabuleux. Lensemble dans un noir et blanc lgrement granuleux qui donne un rendu plutt sympa. Je prfre ne pas mpancher pour laisser le plaisir de la dcouverte. A voir, vraiment.1995 : LES GLANDEURS (MAL-LRATS)Deuxime film de Smith, et dispo-sant dun budget plus consquent aprs le succs de Clerks, Mallrats a subit un chec commercial sa sortie (et nest mme jamais sorti en salles en France), avant de de-venir paradoxalement un film culte lors de sa release vido. On suit un nouveau duo de personnages, T.S. et Brodie, un peu loosers, un peu geeks, qui dcident de se changer les ides, aprs leurs stre fait lar-gus quasi-simultanment par leurs copines, de la meilleure faon quils trouvent, en allant trainer dans un centre commercial. Ils y croiseront entre autres Jay et Silent Bob, les dealers de Clerks (personnages les plus rcurrents du View Askew-niverse), ainsi quAlyssa, une des protagonistes du film suivant, et re-trouveront (videmment) leurs ex, quils tenteront de reconqurir.Bien que plus classique, dans la for-me comme dans le fond, Mallrats se laisse vraiment bien regarder, port par un humour toujours aussi effi-cace (bien quingal par moments), et surtout par le plaisir sincre quon ressent qua Kevin Smith faire avancer ses personnages et son univers.331997 : MPRISE MULTIPLE (CHA-SING AMY)Retour au succs pour ce film, considr comme un des meilleurs du ralisateur, Chasing Amy nous propose cette fois la compagnie de Holden et Banky, deux dessinateurs de comics connus pour leur srie Bluntman & Chronic, superhros inspirs de Jay et de Silent Bob. Holden tombe amoureux dAlyssa, rencontre lors dun comic-con, qui, malheureusement pour lui, est les-bienne. Il deviendront nanmoins trs proche, au grand dsespoir de Banky, jaloux de leur amiti (ainsi que lgrement homophobe). Ce film est encore plus ax sur lami-ti et lamour que les prcdents. On y retrouvera des sujets comme lacceptation du pass de lautre, lvolution des relations, ainsi que des dialogues trs crus pour lpo-que sur le sexe, que lon pourrait re-trouver aujourdhui dans le Kaboom dAraki par exemple. Lhumour est toujours aussi prsent, mme si par certains aspects le film est plus sombre que ses prdcesseurs. 1999 :DOGMAA mes yeux le chef doeuvre de Smith, qui bien que non sans liens avec le reste de lunivers, sen dta-che beaucoup. Dogma est un pam-phlet acerbe et compltement barr de la religion chrtienne (et non pas de la croyance en elle-mme, la dis-tinction est importante). Sa sortie entrainera une polmique suite aux plaintes et manifestations de la Ca-tholic League. Bethany mne une existence mor-ne et sans foi depuis que son mari la quitt aprs quils aient appris quelle tait strile. Pourtant, elle est choisi par Metatron, la voix de Dieu, dune mission sacre. Elle doit empcher deux anges dchus, Loki et Bartleby, de retourner au pa-radis, car cela montrerait que Dieu est faillible et dtruirait lquilibre du monde. Laccompagneront dans sa qute deux prophtes, une muse ainsi que le 13e aptre. Bon, niveau ralisation, qui dit l-ments fantastiques dit effets sp-ciaux, et, entre le budget toujours modeste et lge, a na pas trs bien vieilli. Mais cest un film vritablement jouissif voir tant le scnario est d-lirant, tout en restant cohrent et en amenant une rflexion sur les ques-tions de la foi et de la religion. 2001 :JAY & BOB CONTRE-AT-TAQUENT (JAY AND SILENT BOB STRIKE BACK)Le film qui devait initialement cltu-rer le Wiew Askewniverse. Lhistoire prend suite celle de Chasing Amy. Jay et Silent Bob, qui seront donc les personnages centraux du film, apprennent que le comics Blunt-man & Chronic va tre adapt en film, alors quils nen ont pas donn laccord Banky. Ils dcident donc daller Hollywood pour faire le fai-re annuler, suite aux commentaires peu logieux quils en lisent sur in-ternet. Lide de dpart tait plutt sympa-thique, on recroise brivement les personnages des opus prcdents durant le dbut du film, toute la par-tie Hollywood est assez gniale, avec des acteurs plus ou moins connus qui sauto-parodient, ainsi que Gus van Sant. Et le final est ex-cellent. Le problme tant quentre temps, on a pour une heure de road movie un peu dbile et sans grand intrt. Bon quelques vannes fonc-tionnent, la plupart beaucoup moins, et le scnario part un peu nimporte comment, ce qui contraste avec les premiers films. Bref, on peut sen-nuyer assez rapidement. A regarder dans la continuit des autres, mais plutt ngligeable donc si on le prend sparment. 2006 :CLERKS 2Douze ans aprs Clerks premier du nom, on retrouve avec plaisir Dante et Randal, qui sont maintenant em-ploys de fast-food depuis quelques mois, aprs quils aient accidentelle-ment mis le feu leur lieu de travail. Dante sapprte dmnager en Floride avec sa fiance, et Randal dcide dorganiser une fte dadieu, ce qui les conduira, par la force des choses, en prison. Entre temps, on retrouvera discussions sans sens, discussions profondes et pripties diverses et varies. Alors que dans la forme, Clerks 2 suit le schma classique dune com-die amricaine (tout en sen jouant, certes), ce qui peut dcevoir, dans le fond on retrouve du grand Kevin Smith, avec des dialogues toujours aussi efficaces, un humour toujours aussi gnial, et au final un message toujours mouvant.Thibault34Illustration : SophieBANSHEESLA DOULEUR SE FRAYE UN CHEMIN TRAVERS LE SOM-MEIL COMATEUX, PEUPL DE RVES ABSURDES. UNE PULSATION LOINTAINE, COMME UN TAM-TAM AU COEUR DUNE PAISSE JUNGLE, TENACE ET OBSDANT. Oiseau de mauvais augure, se dit-elle, vitant tout mouvement, la respiration rduite au minimum, dans une vellit de se drober la migraine qui explose prsent derrire son front. La main se met enbranle, ttonne prs du lit, l o le contenu de son sac sest rpandu, hier soir, alors quune autre urgence la talonnait. Sous ses paupires, une image se dtache, ci-garettes, clefs, kleenex, capotes, (a SETAIT la bonne trouvaille du moment), et puis laspirine enn. Les doigts refont linventairejusqu rencontrer larte de la plaquette, et le petit bruit qumet lalvole en librant son contenu lui pa-rait plus doux que les accents de Setzer hier soir au Rockstore.Il lui faut pourtant se soulever pour avaler les compri-ms avec une gorge deau tide, la chaleur dans la cham-bre est suffocante, avec a des relents de tabac et de baise qui soulvent son estomac. Elle contient la nause grand peine, tout en se maudissant davoir encore une fois dpass les limites de ce que son corps peut tol-rer en matire dalcool. De la forme ensevelie sous les draps moites monte un ronement rgulier qui lexaspre, elle attend un petit quart dheure encore, le temps que ltau se relche sur ses tempes, avant de se rsoudre dcouvrir le corps abandonn prs delle. Bouge-toi, parvient-elle articuler.Les mots tombent de ses lvres dans une injonction mol-le, aussi prend-elle soin dy adjoindre une pousse har-gneuse qui lpuise aussitt. Maintenant que le mal de crne a cd, le besoin de dormir sempare de sa volont. Lautre a tout juste ragi, tendant sur elle une main osseuse dont les bagues jouent la seule note frache. Alors elle se laisse emporter, repoussant le contact du type dont le charme sest largement mouss en quelques heures, elle sombre son tour dans loubli.Plus tard dans laprs-midi elle traine en ville, d-soeuvre, laffut de la rencontre qui orientera le reste de la journe. En terrasse du Novelty, elle trouve la section rythmique des Charbons Ardents, bassiste et batteur affals autour de quelques bocks vides. Elle comprend leur diction - le regard lui reste prudemment embusqu derrire les verres teints -, quils ont lar-# Nouvelle3536gement mis sur la codine pour alimenter leur mal-tre existentiel. Ils lui en proposent dailleurs un fond de tube, ensuite disent-ils, elle peut toujours venir as-sister la rpt.. Elle sourit, fait passer la poigne de drages bleues avec une gorge de bire vente, se laisse reluquer un peu avant de poursuivre sa route avec un plus sans compromis. Descendant lavenue, elle sent leurs oeillades molles dgouliner du creux de ses reins jusquaux chevilles, elle en rajoute un peu en prenant appui du pied sur une jarre en bton o quelques graniums agonisent, elle remonte ses rsilles mites puis se retourne et tire en direction des musiciens aux abois une langue charge. Elle les aime bien ces deux-l, qui forment avec trois autres loustics, lun des groupes locaux les plus prometteurs, mais pour ce soir elle a envie dautre chose. Lt trimballe son lot de promesses informules, un got dailleurs, un parfum daventure et de transgression qui sont autant dappels imprieux auxquels elle ne sait quapposer cette errance ttue, fouillant les recoins de sa ville, linterrogeant inlassablement dans lespoir de lui arracher des aveux, des secrets qui nattendent quelle...Dailleurs, voil Betty qui remonte la rue, sur le mme trottoir. Betty cest son me-soeur. Un vrai coup de foudre entre elles. Un peu trop disjoncte peut-tre. Plus que Sol cest sr. Elles ont habit ensemble un temps. Maintenant, Betty sest trouv un mec, un petit bourgeois qui cherchait sencanailler. Il est bien tomb ya pas dire ! a nempche pas les deux lles dtre toujours fourres ensemble, en qute du bon plan qui les fera triper. Et, voir la faon dont Betty fon-ce et bouscule les passants, elle a forcment une ide en tte. Sa mignonne petite tte savamment dcoiffe. Les yeux, sertis de ce trait eye-liner parfait, se po-sent sur Sol et les lvres carlates laissent chapper le cri de ralliement : Super Sordos, au boulot !Les gens scartent, Sol se marre et toutes les deux font mine de gerber aux pieds des dlicats. Lerituel accompli, elles entament un conciliabule vreux. Hier, Betty a pass contrat avec les putesdu quartier gare, 2 bouteilles de whisky quelle doit leur fournir avant 19h. Passe moi ton perf, dit-elle Sol.Elle-mme ne porte quun petit blouson de toile, dont les manches ne sont pas assez raides pour accueillir les bouteilles. Aussitt dit, aussitt fait, puis direction le magasin de spiritueux le plus proche. Sol reste pru-demment sur le trottoir, il parat quelle nest pas doue pour ce genre dexercice, quon peut lire ses in-tentions sur son visage. Alors, Betty entre seule.Elle traine un peu entre les rayons, avant de faire un signal Sol. Celle-ci, comme prvu, rejoint la cabine tlphonique et compose le numro du magasin. a devrait sufre distraire le grant. Le temps pour Betty dem-37mancher le whisky. Sol fait trainer la conversation tout en guettant la porte de sortie. Tout--coup, elle voit son amie qui passe le seuil comme si le diable tait ses trousses. En T-shirt. Elle continue courir jusqu disparatre derrire la Poste.Sol coupe la communication, mais garde le tlphone coll loreille comme si elle poursuivait un change passionnant. Le propritaire du magasin est dans la rue, il enrage et ameute les autres commerants. Entre ses mains, le cuir de Sol a un air piteux, de cette distance elle a du mal voir ltiquette des bouteilles que le cerbre dsigne la vindicte mercantile, mais il semble que ce soit du Bourbon.Les deux complices se retrouvent au bar St-Roch, dans la pnombre du fond elles reprennent leurs esprits. Sol un peu choque par la perte de son perfecto. Betty se scandalise : Ah lencul, il ma moiti arrach mes tifs !Effectivement, sur la nuque, une touffe de cheveux est partie, la peau souleve est cramoisie. Tu mexpliques si tu veux, dit Sol, dun ton sec quelle regrette aussitt, mais bon, la pense de son blouson consqu lui fait mal.Et Betty raconte, comment ce sauvage a allong la main au moment o elle allait passer la porte, agrippant son outil de travail en mme temps quune partie de sa ti-gnasse. Elle a le don pour a Betty, avec elle les mots se mettent danser, pogoter pourrait-on dire dans ce cas prcis. Sol ne rsiste pas lenvie de rire, les images que la parole de son amie voquent la ravissent. Surtout, quand elle dcrit la mine du gars qui, alors quil tait sr de lavoir coince, se retrouve avec la peau de lourse entre les mains Ten fais pas pour ton cuir, dit-elle, je ten trou-verai un autre, et elle se penche par dessus la table de bistrot pour coller un mga bcot sur la bouche de Sol.Lemmerdant, cest que si les gagneuses de la rue de Verdun nont pas leur commande, Betty est grille auprs elles. Et puis, elle a besoin de la thune ce soir, ab-solument. Un plan de dreu divine, pas question que a lui passe sous le nez. Les deux foldingues se bidonnent encore. Ni SOUS, ni DANS le pif. Betty, cest laiguille qui la fait fantasmer, autant quun beau mec. Comme elle le dit qui veut lentendre, son terme prfr cest Pique-Nique, un planning de rve dans un seul mot. Sol la ramne sur terre, elle a peut-tre une solution, faut voir. Elle sait que sa tante garde toujours quel-ques bouteilles dans son placard. Pas sr quil y ait du whisky par contre. La femme est demi paralyse, pas de soucis, en plus elle va tre trop jouasse davoir de la visite.Betty lve un sourcil perplexe, Elle picole en cachette ou quoi, la vieille ?38 Toccupes et bouge ton cul ma grosse, rpond Sol qui aime bien sa parente.A 19 h, elles ont russi fourguer le cognac et le gin, plus, sans y croire, une bouteille de curaao. Les putes ont un peu rl mais elles ont pris ce quil y avait. Les lles se partagent le bl. Avec a on peut voir venir, dit Betty, tu maccompagnes la brune ?Sol hsite, pour la forme, elle ne sais pas dire non son amie, en mme temps a linquite de la voir se d-foncer avec autant de constance. Tu prfres pas quon soffre un peu de cette beu mor-telle ?Mais elle nattend pas de rponse, elle connait par coeur lidylle entre Betty et son hrone. Au fait, ton beau tnbreux dhier soir, tu comptes le revoir ? Cest un bon coup ?Sol hausse les paules, une punkette et un rocker ? No future...Winie.39Illustration : Mara# LquipePsylvia, rdactriceLisa Meyer, rdactriceLontine de Stradivarius, rdactrice# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# Lquipe# LquipeLised, rdactrice-en-chef Antigone, rdactriceLiam, rdacteur Massoa, graphisteCaroline M., rdactriceRouge Gorge, rdactrice