Dimanche 1 juillet - Des hommes/femmes de Dieu ?· Que Ta volonté soit faite sur la terre...” (Mt…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Dimanche 1 juillet - Des hommes/femmes de Dieu remplis de force ! (1) Tous ces hommes de guerre... taient unanimes dans leur volont de proclamer David leur roi... 1 Ch 12. 39Ces hommes de guerre sempressrent de faire rgner lordre de David travers Isral. Il enest de mme pour nous aujourdhui : nous avons t appels nous soumettre la souverai-net de Christ et dvoiler au monde ce que signifie vivre selon les rgles de Son royaume,tout en jouissant des privilges qui en dcoulent. Jsus ne nous aurait jamais enseign prier:Que Ton rgne vienne. Que Ta volont soit faite sur la terre... (Mt 6. 10), si Dieu ntait pasprt rpondre cette prire ! Et noubliez pas quIl le fait en se servant de gens tels quenous. Voulez-vous devenir un homme (ou une femme) de Dieu rempli de puissance ? Si telest votre souhait, examinons ensemble les caractristiques des soldats de larme de David.En premier lieu, leur caractre tait parfaitement quilibr. Equips d'arcs et de frondes, ilsavaient capables de lancer des pierres ou de tirer des flches aussi bien de la main gaucheque de la droite... (1 Ch 12. 2). Si vous tes incapable de vous contrler vous donnez unemauvaise image du royaume de Dieu au lieu de lexalter. Les Ecritures cataloguent non seu-lement neuf dons de lEsprit mais aussi neuf fruits. Les dons reprsentent les talentsdont nous avons besoin pour accomplir notre tche. Les fruits reprsentent les qualits n-cessaires si nous voulons travailler en harmonie avec les autres, qualits que nous retrouvonsen Jsus. Remarquez comment Dieu avait dessin les vtements du grand prtre: au bas delourlet devaient se trouver des clochettes et des grenades, les talents et les fruits. Commeles clochettes risquaient de sentrechoquer, Dieu avait prvu de placer des grenades entreles clochettes ! Comprenez-vous lallusion ? Si vous tes rempli de joie quand vous entrezdans votre glise, mais que vous tes maussade et dsagrable chez vous, vous manquezdquilibre. Si vous tes capable de discuter avec des chrtiens, mais que vous ne trouvezrien dire quand vous rencontrez des non-chrtiens, vous manquez dquilibre. Spirituelle-ment parlant, vous devez tre ambidextre !Lundi 2 - Des hommes/femmes de Dieu remplis de force ! (2) Tous ces hommes de guerre... taient unanimes... 1 Ch 12. 39Les hommes de guerre de David taient diffrents des autres soldats : ils savaient aussi quiltait important dentretenir entre eux des relations fortes. Tous ces gens de guerre... vinrent Hbron, unanimes dans leur volont de proclamer David leur roi. Les soldats romains montaientau combat, protgs des pieds au menton par leurs boucliers quils reliaient les uns aux autresafin de former une carapace de dfense infranchissable ? Quelle belle illustration ! La Bible nousenseigne de prier les uns pour les autres, de nous dfendre et de nous encourager les uns lesautres, daiguiser nos forces ensemble, de porter les fardeaux des autres et aussi daider notrefrre ou notre sur faire face sa faute lorsque cela savre ncessaire. Si vous vous sentezprisonnier dune habitude ou dune addiction dont vous ne pouvez vous librer, sachez accepterle soutien dun autre croyant qui saura vous aider, et garder ensuite un il sur vous. Nesprezpas crotre en maturit si vous refusez dentretenir des relations avec dautres chrtiens dousde maturit spirituelle ! Paul dclare ceux qui nacceptaient pas de travailler avec dautrescroyants et qui voulaient se dbrouiller tout seuls : Il n'y a pas de division dans le corps, maisles diffrentes parties ont toutes un gal souci les unes des autres. Si une partie du corps souffre,toutes les autres souffrent avec elle ; si une partie est honore, toutes les autres s'en rjouissentavec elle (1 Co 12. 25-27). Si vous vous isolez des autres croyants vous ressemblez un brasou une jambe que ne contrlerait plus le cerveau, que le sang nirriguerait plus, que le systmedigestif ne nourrirait plus, que le systme immunitaire ne protgerait plus des toxines, des bac-tries... etc. Vous seriez incapable de vous dplacer ou de faire quoi que ce soit ! Alors, souve-nez-vous : restez bien unis aux autres !B-1 an : 2 Ch 9-10 & Ac 3B-1 an : 2 Ch 11-12 & Ac 4B-2 ans : Jos 9-10B-2 ans : Jos 11-1222Mardi 3 - Des hommes/femmes de Dieu remplis de force ! (3)Tous ces hommes de guerre... taient unanimes... 1 Ch 12. 39Une autre qualit de ces hommes de guerre tait leur habilet dchiffrer les situationscomplexes et en grer les difficults avec sagesse. De la tribu d'Issacar... des hommessachant tous discerner quand et comment les Isralites devaient agir... (v. 32). Dieu nevous demande pas de vous isoler du monde qui vous entoure, ni den dnoncer les vices,mais de laffronter avec les solutions divines susceptibles de rsoudre ses problmes. Jsusnous a laiss cette promesse : Je vous donnerai des paroles de sagesse que vos adver-saires ne pourront ni discuter ni contredire (Lc 21. 15). Si vous marchez avec le Seigneur,non seulement Il vous permettra de comprendre ce qui se passe autour de vous, mais Ilvous indiquera comment agir en fonction des circonstances. En outre, si vous vous garez,Il interviendra pour vous remettre dans le bon chemin. lls tentrent de gagner la Bithynie,mais l'Esprit de Jsus les en empcha (Ac 16. 7). Cette mme nuit Dieu, apparaissant Paul dans une vision, le poussa se rendre en Macdoine pour y prcher. Une autre foisDieu avertit Paul que le navire sur lequel il stait embarqu allait bientt essuyer une tem-pte qui leur coterait tous trs cher. Malheureusement personne ne prta attention auxparoles de Paul (Ac 27. 9-11). Dieu expliqua Joseph comment se prparer aux sept an-nes de rcession qui allaient sabattre sur le pays, puis lui fournit un plan pour lui per-mettre de prosprer travers la crise et den ressortir encore plus puissant. Beaucoupdentre nous avons dcouvert combien il peut en coter dcouter les conseils humainsau lieu de consulter Dieu. Evitons donc de cloisonner notre foi en fonction des domainesde notre vie ou de la rendre caduque ds que nous quittons notre glise aprs le culte dudimanche matin ! La Bible affirme : Cest le Seigneur qui donne la sagesse ; la connais-sance et la raison viennent de Lui (Pr 2. 6).Mercredi 4 - Conduits par Dieu (1)Mme une cigogne dans le ciel connat le moment o elle doit partir...tous ces oiseaux savent quand ils doivent revenir... Jr 8. 7Chaque anne, quand arrive lhiver, des milliers doiseaux se rassemblent pour entamer leurmigration vers dautres cieux plus clments. Leur instinct les pousse refaire le mme voyageque les gnrations prcdentes. Pourquoi ? Parce que Dieu les a crs ainsi : cela faisaitpartie de Ses plans. Il en est de mme pour chacun dentre nous : Dieu nous a crs pourque nous suivions le chemin quIl a trac. Mais contrairement aux oiseaux, le vent glacial quiparfois balaye notre vie ne nous pousse pas dans la bonne direction ! Dans les circonstancesdifficiles, navons-nous pas tendance nous loigner des desseins divins, tandis que les oi-seaux migrateurs savent instinctivement quelle est la bonne voie et aussi le bon momentpour partir ou revenir. Dieu questionne Job : Est-ce par ton intelligence que l'pervier prendson vol et qu'il tend ses ailes vers le sud ? (Jb 39. 26), pour lui faire comprendre quIl prendsoin des oiseaux et quIl est linstigateur de leur instinct. En suivant le chemin des migrations,les oiseaux accomplissent le dessein divin et y trouvent leur passion, leur raison de vivre etconnaissent la paix. Remarquez aussi que les oiseaux ne voyagent jamais seuls. Ils sententquils doivent se rassembler avant dentamer leur long voyage. Il en va de mme pour nous :rechercher la prsence et le soutien de nos frres et surs dans la foi est essentiel pour notresurvie ! Jsus a dvelopp le concept de lEglise prcisment dans le but de nous unir afinde traverser les preuves de la vie sans sombrer. Cest lanimal isol et vulnrable queconvoite le lion, tout comme le diable, ce lion dvorant. Jrmie fit le triste constat que lescigognes, tourterelles, hirondelles et autres oiseaux migrateurs savaient dans quelle directionse diriger, tandis que le peuple de Juda se dtournait du chemin divin. Quel exemple voulez-vous suivre ?B-1 an : 2 Ch 13-14 & Ac 5B-1 an : 2 Ch 15-16 & Ac 6B-2 ans : Jos 13-14B-2 ans : Jos 15-1623JULLETJeudi 5 - Conduits par Dieu (2)Pose des questions aux oiseaux du ciel, ils t'informeront. Jb 12. 7Les oiseaux, comme les autres animaux, suivent leur instinct tandis que les tres humainsjouissent dune libert de choix, ce que les philosophes appellent le libre arbitre. WayneStiles crit : Les oiseaux ncoutent pas de voix contradictoires susceptibles de les faire d-vier de leur chemin. Ils ne sont confronts aucun choix moral. Ils nont pas dimage de Dieudevant eux. Ils ne font quobir leur simple instinct. Mais semblable linstinct des oiseaux,notre conscience crie dans nos oreilles quand nous prenons le chemin du nord plutt quecelui du sud ! Malheureusement notre conscience nest pas infaillible. Ne nous leurronspas: notre capacit prendre des dcisions que nous estimons valables nous joue parfoisdes tours. Nous prtons attention trop souvent aux nombreuses voix qui cherchent nousdtourner loin de la volont de Dieu, voix de la peur et du doute, voix de la tentation ou dupessimisme, voix de la convoitise et de lorgueil, voix des critiques et celle de Satan... Depuisla chute en Eden, nous ne pouvons nous empcher de vouloir prendre nos propres dcisionssans consulter notre Crateur, qui pourtant connat mieux que nous-mmes ce que notrecur contient ! Nous imaginons quen tant quindividus nous sommes mieux placs que qui-conque pour grer notre propre vie. Navons-nous pas beaucoup apprendre des oiseaux ?Mieux que notre conscience, que nous pouvons touffer ou rduire au silence, Dieu nous alaiss Sa parole pour nous guider dans la bonne direction. A Jacob en fuite loin de son frre,Dieu dclare : Je te garderai partout o tu iras et Je te ramnerai dans ce territoire ; car Jene t'abandonnerai pas, avant d'avoir accompli ce que Je tai dit (Gn 28. 15). Wayne Stilesconclut : Au cours de votre voyage annuel en compagnie de Dieu, veillez ce que Sa Parolesoit votre seul guide. Cest ce que les oiseaux nous diraient aussi sils pouvaient rpondre nos questions !Vendredi 6 - Douche cossaiseSeigneur, pourquoi ? Ex 5. 22Les premiers chapitres du livre de lExode exposent en dtail la trs longue preuve qui frappeles Hbreux en Egypte. Depuis que Joseph et ses frres se sont installs dans ce pays - qui at celui de leur salut - les temps ont bien chang. Plusieurs gnrations plus tard, la situationest devenue catastrophique pour les Hbreux sur qui le pharaon fait peser de lourdes tches,dans lespoir de rduire une population devenue encombrante. Mose, qui nest encore quunfugitif dans le dsert dOreb, va faire une exprience unique en rencontrant son Dieu et en d-couvrant son destin. Cest lpisode du buisson ardent. Charg dune mission de librateur,Mose redonne au peuple lespoir dont il a t longtemps priv. Mose et son frre Aaron ren-contrent Pharaon pour plaider la cause des Hbreux : ils rclament pour eux la libration. Maisce dernier refuse et ragit en imposant un rgime plus draconien encore aux enfants de Jacob-Isral. Sensuit un dsespoir plus pais, et mme Mose semble ne plus rien comprendre : Sei-gneur, pourquoi as-Tu fait subir cela Ton peuple, et pourquoi mavoir envoy ? Depuis monintervention, la situation est pire quavant et Tu nas pas libr Ton peuple! En relisant ceschapitres o lon passe de la tristesse lespoir puis au dsespoir alors mme que les pro-messes de Dieu ouvraient lhorizon, ne reconnaissez-vous pas bien des situations similairesdans votre quotidien, dans votre vcu, dans celui de vos proches et jusque dans lactualit dumonde ! Il y a de quoi baisser les bras et douter de tout, devenir amer et cynique ! Lincompr-hension engendre une souffrance et une lassitude toxique, laquelle bouche toutes les pers-pectives. Mais le chapitre 6 commence par une parole qui fait tout clater : Dieu dit Mose :Tu verras maintenant ce que Je vais faire Parfois, il faut atteindre le gouffre pour que, rduit la dpendance totale dune solution venue dailleurs, nous soyons enfin prts voir Dieu agir,et accomplir Ses promesses. B-1 an : Ps 81-84B-1 an : 2 Ch 17-18 & Ac 7B-2 ans : Jos 17-18B-2 ans : Jos 19-2024Samedi 7 - Le mariage est affaire de discipline !Maris, aimez votre femme comme le Christ a aim l'glise. Il a donn sa vie pour elle... Ep 5. 25Mike Mason a dclar que lamour conjugal avait ceci en commun avec la mort : comme elle,il rclame tout de nous ! Srieusement, il est facile de tomber amoureux des dizaines de fois.Mais lamour conjugal exige un sacrifice total de lun pour lautre; cest un appel mourir, ausens figur, pour sa femme, comme Christ a sacrifi Son corps pour lEglise. Cest un appel demeurer fidle, quelles que soient les circonstances, donner sa femme la premire place, la considrer comme plus importante que soi-mme. Winston Churchill fut, dit-on, invit unjour un banquet officiel o lon demanda aux notables prsents de rpondre la question sui-vante : si vous ntiez pas qui vous tes, qui aimeriez-vous tre ? Naturellement tout le mondetait curieux de dcouvrir ce quil allait dclarer. Se levant de son sige, il se tourna vers sa chreClemmie et la regarda longuement avant de laisser tomber : Si je ne pouvais pas tre qui je suis,jaimerais tre - il fit une pause pour prendre la main de sa femme - le second mari de Lady Chur-chill ! La respecter, communiquer avec elle de manire relle (en fait apprendre lcouterplus souvent !), lui tre fidle, savoir sacrifier son temps pour poursuivre ce qui lintresse, ap-prendre la surprendre dattentions, faire preuve de patience et de sensibilit, ces marquesdamour ne viennent pas naturellement nous autres hommes. Elles sont le rsultat dune dis-cipline qui dbute le jour o vous faites la promesse de laimer toujours et qui ne sachve quele jour o la mort vous spare. Noubliez pas que la relation conjugale est la seconde en impor-tance parmi toutes les relations que peuvent tisser les tres humains. La seule relation plus im-portante est celle qui nous lie Dieu. Maris, posez-vous la simple question: aimez-vous votrefemme comme Christ a aim lEglise ?Dimanche 8 - A la rencontre dlie (1)lie tait un homme de la mme nature que nous ! Jc 5. 17Alors que Jsus agonise sur la croix et hurle Sa souffrance, les tmoins croient Lentendre ap-peler au secours le prophte lie (Mt 27. 46-47). Ils se trompent ! Mais qui est donc cet lie au-quel ils font indirectement rfrence ? lie est un homme de lAncien Testament pluttnigmatique. Il a vcu lpoque dAchab, roi dIsral (874-852 av J.-C.). Ctait une drledpoque ; lidoltrie rgnait dans le pays, surtout depuis que le roi avait pous Jzabel, fille duroi de Tyr (Phnicie). Le Dieu de la Bible tait dautant plus oubli que la nouvelle reine avait faitmourir Ses prophtes. lie ntait pas encore dans le paysage et on ne sait pas grand-chose delui avant quil ne sorte de lanonymat pour annoncer un chtiment venant du vrai Dieu : Il nyaura plus ni rose ni pluie, sinon ma Parole ! (1 R 17. 1). Cette scheresse prophtise vadurer plus de trois ans. Or, durant ce temps, lie est introuvable. Dieu la conduit lcart, jusqula mission suivante. Achab le fait rechercher, en vain. Le mystre lie est entier. Son nom pour-tant est un indice : liyyahou, Yahweh est mon Dieu en hbreu. Ce sera le message essentieldu prophte : au milieu des faux conducteurs religieux que sont les prophtes de Baal etdAstart, lie fait rsonner le nom du vrai Dieu. Lhomme est un solitaire qui fuit les mondanitset lambiance de la capitale Samarie, mais ds que Dieu lui demande de revenir sur le devantde la scne, il le fait avec courage et force. Alors que le roi laccuse dtre un prophte de mal-heur, il conteste et remet les pendules lheure : Ce nest pas moi qui trouble Isral ; cest toiau contraire puisque tu as abandonn les commandements de Dieu pour te tourner vers desidoles ! Aprs une mise en scne spectaculaire pour dmontrer aux yeux de tous la souverainetet la toute-puissance de Dieu, lie sclipse nouveau et retourne dans sa vie dermite. Au dtourdune de ses confidences, on trouve une belle dclaration de foi : Jprouve une ardeur jalouse,une passion dvorante, un zle profond pour toi, Seigneur ! (1 R 19. 14). Que notre dclarationde foi grandisse jusqu ressembler celle dlie !B-1 an : 2 Ch 19-20 & Ac 8B-1 an : 2 Ch 21-22 & Ac 9B-2 ans : Jos 21-22B-2 ans : Jos 23-2425JUILLETLundi 9 - A la rencontre dlie (2)Rponds-moi, Dieu ! Rponds-moi ! 1 R 18. 37Le prophte lie a lanc un dfi la fois remarquable et redoutable dans lintention de faire claterla puissance de Dieu. Il a fait convoquer les 450 prophtes de Baal et les 400 dAstart pour leurdemander une manifestation visible de leurs dieux. Tout le peuple est assembl pour voir ce quinest autre quun duel entre les faux dieux et le Dieu dAbraham, dIsaac et de Jacob. Les pro-phtes, que soutient la reine Jzabel, ne parviennent pas faire intervenir leurs idoles, et liesen amuse : Criez plus fort! Peut-tre que vos dieux dorment ! Peut-tre quils sont occups ail-leurs ! Cest un fiasco complet pour les prophtes trangers. Puis, lie invoque son dieu : ternel,rponds-moi afin que tout le peuple reconnaisse que cest bien Toi qui es Dieu ! Aussitt, Dieuse manifeste avec puissance, et le peuple, tmoin du prodigieux miracle, clame : Cest lternelqui est Dieu! La dmonstration ne souffre aucune quivoque et le triomphe de Dieu est total.lie, le doux solitaire, lermite discret, manifeste alors un aspect troublant de sa personnalit : ilextermine les faux prophtes ! Tolrance zro au profit du Dieu dIsral ! Cet pisode dramatiquene conduit pas pour autant Jzabel revenir sur ses croyances. Elle, dont le nom signifie pousede Baal reste adepte de son dieu. Elle menace lie : Que les dieux me traitent dans toute leurrigueur si demain je ne fais de ta vie ce que tu as fait de la leur (1 R 19. 2). Affol, lie senfuit.Lui qui avait remport une clatante victoire na reu ni le soutien du roi Achab, tmoin de la puis-sance de Dieu, ni du peuple qui avait reconnu sa suprmatie. lie dprime : Seigneur, prendmon me ! Cest alors quil reoit enfin secours et assistance au travers dun ange envoy parDieu. deux reprises, lange se manifeste et le touche : geste intime de consolation et dencou-ragement. On a beau tre prophte et remplir sa mission avec succs, la reconnaissance vientrarement des bnficiaires du message ! Ce dernier peut alors reprendre la route pour aller ren-contrer Dieu en personne. Au cur du doute et de la dception, souvenez-vous : un ange nestjamais loin ; ayez confiance, Dieu est avec nous! Mardi 10 - A la rencontre dlie (3)lie marcha 40 jours et 40 nuits, jusqu la montagne de Dieu. 1 R 19. 8Le prophte a fait une dpression. Mme pareil serviteur nest pas labri du doute, de lin-comprhension et de la perplexit. La confiance seffrite dans les affres de la dfiance. Onremplit sa mission, on voit des victoires, on espre des changements vidents, et trs vite,tout redevient comme avant : les tnbres reviennent ternir la lumire comme la nuit suit lejour. lie passe par cette preuve et se met en route pour une confrontation capitale. Il vavers la montagne de Dieu. Cet tonnant plerinage refait, lenvers, le trajet de Mose. Cest Horeb quen effet, Mose a vu le buisson ardent (Ex 3. 1). Cest l quil a reu sa mission etle nom de Celui qui se cache dans le feu qui ne consume pas. Et cest l aussi qulie arriveaprs 40 jours et autant de nuits de marche. Jusquici, le prophte avait reu, par lEsprit,les consignes de Dieu pour sa mission. Il avait galement eu loccasion dtre touch par unange. Cette fois, la rencontre va prendre une dimension exceptionnelle. Dieu va se manifestercomme rarement Il le fait, lendroit mme o Mose a vcu une confrontation inoue. Maiscomment voir Dieu? Il nest pas dans la tempte, ni dans le tremblement de terre, ni dans lefeu dont lie est spectateur en Horeb. Pour lui, Dieu sest rfugi dans un doux murmure (1R 19. 9-13). Cest ainsi que la tempte dans le cur du prophte va trouver apaisement.Dans la confidence, lie expose ses actions et conclut en avouant sa lassitude : ils cherchent mter la vie ! Ce cur cur permet la renaissance de la confiance et de la foi chez lie.Dieu lui confie alors de nouvelles missions et surtout, il lui montre quil nest pas seul dansce combat. Parfois, il faut oser vouloir une rencontre spciale avec Dieu, pour Lui confier sescraintes et ses doutes. Dieu coute et fait entendre le doux murmure dune parole souffle celui quIl aime.B-1 an : 2 Ch 23-24 & Ac 10B-1 an : 2 Ch 25-26 & Ac 11B-2 ans : 1 R 1B-2 ans : 1 R 226Mercredi 11 - A la rencontre dlie (4)Lve-toi et mange, car... le chemin serait trop long pour toi ! 1 R 19. 7Toute la vie dlie est habite par son amour pour le Seigneur. Il lui a fait totalement confiancepour chaque dtail de son ministre. Alors que la scheresse est annonce et quelle va durertrois ans, Dieu conduit son ami en scurit, prs dun torrent. L, lie est nourri dune faon trsoriginale : Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande matin et soir, et il buvait leau dutorrent (1 R 17. 6). Cest de cet pisode biblique que vient lexpression qui indique tre dansun lieu isol, ravitaill par les corbeaux. Puis lorsque le torrent se tarit, Dieu conduit le prophtechez une veuve de Sarepta. Cette femme, dans une contre trangre, va hberger lie, et laprotection divine va couler sur sa maison. Ainsi, les maigres rserves de la veuve ne spuisentpas. Outre le gte et le couvert garantis au prophte, le texte biblique signale que si Isral sombredans lidoltrie et en subit les consquences, les bndictions de Dieu stendent en terrepaenne : Dieu nest pas arrt par limpit de Son peuple. Et quand le fils de la veuve meurtprmaturment, lie lui redonne vie par la puissance de Dieu. Cest ici la premire des rares r-surrections dans lAncien Testament. Dans une prire mouvante et pleine de compassion, lieinterpelle Dieu : Est-ce que Tu affligerais au point de faire mourir le fils de cette veuve chez quije trouve refuge ? Je ten prie, que lme de cet enfant revienne Dieu entend lie : lenfant re-vient la vie. Plus tard, quand le prophte constate les menaces qui lentourent et quil doit en-core fuir, il est au bnfice dun ange. Tout au long de son parcours vraiment pas simple, on notesans cesse le secours et la bienveillance de Dieu son gard. Ainsi, sa fidlit - qui lui vaut biendes haines - est-elle alimente par une sollicitude de Dieu qui se montre pleine de douceur etde gnrosit. Bien plus tard, Jacques, le frre de Jsus, voque la figure dlie et signale quele prophte tait un homme de la mme nature que nous ! Nous pouvons donc voir, dans notrevie, les mmes actes de Dieu ; nest-ce pas vertigineux?Jeudi 12 - La solitude dune leMoi, Jean, votre frre... je me trouvais dans lle de Patmos... Ap 1. 9Parler de la vie sur une le lointaine voque souvent pour la plupart dentre nous des vacancesparadisiaques. Vivre en permanence sur une le est dj diffrent et peut poser certains pro-blmes : loignement et prix plus lev des denres essentielles, difficult demploi. Mais na-tre et grandir sur une le comme Cuba pose un dfi srieux au chrtien qui y risque laperscution chaque jour. Horacio Herrera est dans ce cas. Vivant dans un pays o beaucoupde pasteurs ne possdent mme pas une Bible complte, et doivent se contenter dextraitsrecopis sur des feuilles de papier, Horacio ressent ce qua d ressentir laptre Jean exilsur lle de Patmos dont les Romains avaient fait une prison. Il crit : Ce ntait certes pas unendroit intressant. Il tait prisonnier des eaux qui lentouraient, isol, loin des siens, sans lemoindre rconfort de la part de ses amis ou de sa famille. Ces conditions de vie doivent avoirt trs dures pour un homme g dau moins 90 ans... Non seulement Jean survcut cettepreuve, mais il reut des rvlations divines quaucun autre homme navait jamais reuesauparavant. Jean sest-il demand pourquoi Dieu lavait amen si loin de Jrusalem pour luirvler tant de mystres sur le futur. Parfois Dieu nous amne au fond dune prison avant denous faire dcouvrir des aspects de Sa personnalit que nous ne pourrions comprendre ail-leurs. Joseph, David, Elie, Jrmie ou Ezchiel avaient fait des exprience similaires. Jean leprdicateur, le pilier de lglise de Jrusalem, naurait-il pas pu entendre la voix de Dieu ailleursqu Patmos ? Il est difficile dimaginer ce que pensait Jean ce moment, mais il est certainquil transforma sa solitude en sanctuaire, peupla cette solitude de millions danges venus leconseiller, et fit de son exil la porte dentre du paradis ! Notre Dieu est capable de mtamor-phoser nos problmes en plans divins ! B-1 an : 2 Ch 27-28 & Ac 12B-1 an : 2 Ch 29-30 & Ac 13B-2 ans : 1 R 3 & Jn 1B-2 ans : 1 R 4 & Jn 227JUILLETVendredi 13 - Votre vie compte vraiment !Nous sommes les chefs-duvre de Dieu ! Il a fait de nous de nouvelles cratures en Jsus-Christ, afin que nous accomplissions les grandes uvres quIl avait prpares pour nous. (Ep. 2. 10 TP)Vous tes un tre unique. Vous ne rencontrerez jamais au cours de votre vie un autre vous-mme, possesseur des mmes traits de caractre, du mme hritage ou des mmes aspira-tions ! Or la vie passe vite. Ne regardez pas la vtre senfuir avant de raliser que vous aviezdes choses faire que vous seul tiez capable daccomplir. Max Lucado crit : Mais commentDieu peut-Il se servir de nous ? Je connais 120 rponses cette question ! 120 Isralites quiconstiturent les premiers membres de lglise de Jrusalem (Ac 1.15). Des pcheurs, des ins-pecteurs des impts, une ancienne prostitue, un ou deux ex-rvolutionnaires. Ils ne comp-taient pour rien aux yeux de Csar, navaient aucun ami dans les cours du Temple. Il navaientquune chose : un feu qui brlait dans leur ventre, le dsir de changer le monde ! Les chosesont-elles chang depuis lglise du premier sicle ? Dieu pourrait-Il se servir de nous comme Ilse servit de ces 120 disciples ? Que croyez-vous ? Lucado continue : Dans notre monde, unmilliard de personnes souffrent de la faim chaque jour, des millions sont victimes de lesclavageet des pidmies dvastent des nations entires... Toutes les cinq minutes presque 90 enfantsmeurent de maladies faciles gurir... 10 millions dAfricains meurent chaque anne, victimesde diarrhe, de difficults respiratoires, de malaria et de rougeole. La plupart seraient sauvspar une simple vaccination. Et nous, au milieu de ce champ de ruines, nous sommes la version21e sicle de lglise de Jrusalem ! Mais, direz-vous, nous ne pouvons changer le monde!Le plus tragique, cest que nous ne manquons pas des moyens de le transformer, nous man-quons seulement de personnes prtes sengager le faire. Notre vie compte aux yeux deDieu : Il nous a procur tout ce dont nous avons besoin pour quelle fasse la diffrence au seinde ce monde troubl. Il nous demande seulement de vivre notre vie la lumire des plans quIla tablis notre gard il y a bien longtemps!Samedi 14 - Prophtie et agendaSa venue est aussi certaine que celle de laurore, et Il viendra vers nous... comme les ondes du printemps qui arrosent la terre. Os 6. 3Lorsque le prophte Ose voque une prochaine venue certaine, cest du Messie quil parle. Or,ce Messie, ce Sauveur envoy par Dieu, est bien venu en la personne de Jsus. Ce qui tait espr,mais qui parfois paraissait improbable tant lattente paraissait longue, sest tout de mme produit,environ 750 ans aprs les lignes du prophte. Tant de sicles attendre que lespoir pouvaitsmousser ! Il arrive un moment o on ny croit plus, ou les dceptions successives minent lemoral autant que la foi. Or, une promesse de Dieu est une promesse infaillible, mme si son ac-complissement est long venir. Les prophties qui se sont ralises - et qui continuent se raliserparfois sans mme que nous nous en rendions compte - donnent du crdit toutes les prophtiesqui doivent encore se raliser. Le Messie, avant de quitter cette terre, a annonc la destructiondu temple de Jrusalem ; et la chose sest produite quelques dizaines dannes aprs ses propos,en lan 70. Le mme Messie, Jsus, a voqu Son prochain retour. Prs de 2000 ans plus tard,nous sommes toujours devant cette annonce non accomplie. Le temps est long, et lespoir peutsaffaiblir. Pourtant, le message demeure dactualit. Si le Seigneur a annonc quIl reviendraitsur terre, cest que la chose se fera. Cest aussi certain que la venue de laurore. Bien des vne-ments et des situations, au fil des sicles, semblent nous faire oublier cette promesse, et le retourde Jsus napparat pas comme une proccupation majeure de nos contemporains. Il nousmanque peut-tre des prophtes pour que nos consciences soient reconnectes au programmede Dieu ; mais nous avons dj la Bible dans laquelle la vigilance et lattente sont encourages.Le retour de Jsus est une vidence, mme si nous ne connaissons pas lagenda de Dieu. Cettesimple certitude devrait nous aider vivre mieux et autrement.B-1 an : 2 Ch 31-32 & Ac 14B-1 an : Ps 85-88B-2 ans : 1 R 5 & Jn 3B-2 ans : 1 R 6 & Jn 428Dimanche 15 - Tirer parti des temptes !Celui qui demeure sous labri du Trs-Haut repose lombre du Tout-Puissant. Ps 91. 1Lil du cyclone est lendroit le plus calme qui soit. Tandis que les tornades de vent et depluie balayent tout sur leur passage, les pilotes des avions spcialiss dans ltude destemptes tropicales affirment quune tranquillit absolue y rgne et quils se sentent enscurit dans cet endroit spcial ! David parle des terreurs de la nuit... de la peste...de lacontagion qui frappe en plein midi... de dix mille qui tomberont... mais il ajoute : Mais toitu ne seras pas atteint (Ps 91. 7). Pourquoi ? Ecoutez : Celui qui demeure sous labri duTrs-Haut repose lombre du Tout-Puissant. Je dis du Seigneur quIl est mon refuge etma forteresse, mon Dieu en qui je me confie ! Sans aucun doute, Il me dlivrera... (Ps 91.1-3). Si vous devez traverser une tempte, vous avez le choix entre paniquer et restercalme ! Le jour o un orage clata au-dessus de leur bateau les disciples scrirent : Ma-tre, nous sommes perdus, et Tu ne T'en soucies pas ? (Mc 4.38). Et o se trouvait Jsus ?Profondment endormi au fond de lembarcation, car Il savait: 1- Quil est ncessaire desubir quelques orages avant datteindre la destination que Dieu a envisage pour vous.Vous navez pas le choix ! 2- Que si vous suivez la volont de Dieu les orages ne peuventvous faire couler. Vous ne dcouvrirez cette vrit qu travers les temptes, pas sur unemer dhuile ! 3- Quaprs la tempte vous connatrez mieux la personnalit de Dieu et vousaurez acquis davantage dexprience pour aider les autres. Placez donc toujours votreconfiance en Dieu, car Il est le rocher de toute ternit (Es 26. 4). 4- Que votre foi devien-dra plus forte et rsistante chaque tempte que vous traverserez en Sa compagnie. Unegravure suspendue au mur chez un capitaine de vaisseau affirme : Aucune mer calme naproduit de marin expriment ! Voil ce que signifie vivre dans lil du cyclone !Lundi 16 - La vengeance (1)Mes amis, ne vous vengez pas vous-mmes Cest Moi quil appartient de faire justice... Rm 12. 19Cest un proverbe franais qui affirme que la vengeance est un plat qui se mange froid.Pour certains, elle est mauvaise conseillre, pour dautres, elle libre. La vengeance estune raction proche de la colre et du besoin imprieux de justice. Le vengeur est un jus-ticier sans masque. Selon Grard Bonnet, psychanalyste, la vengeance est inscrite enlhomme ds sa plus tendre enfance. Il ajoute : Cest donc une raction trs humaine,mais lhumain tant cruel, lducation doit canaliser les pulsions violentes et sadiques quela vengeance peut engendrer. Tir du latin, ce terme dsigne lorigine rclamer justice.Voil qui semble noble. Or, la vengeance sloigne de la justice lorsquelle est personnelle,et quand elle cherche rendre le mal pour le mal. Cest la fameuse loi du Talion : il pouril et dent pour dent ! Loi contre laquelle Jsus a pris position. Pourtant, le besoin irr-pressible de vengeance doit-il tre la hauteur de la souffrance perue, et surtout, sou-lage-t-il celui qui, de bless, devient blessant ? Rien nest moins sr ! Il y a une surenchrecatastrophique dans lacte de se venger, et lillusion que la blessure sera gurie lorsquonaura fait justice. Plutt que dentrer dans la spirale froide et obsdante du dsir de ven-geance, certains ripostent par le mpris, lindiffrence, le silence, ou attendent que la rouetourne. Mais est-ce suffisant pour celui qui rumine des annes entires sans oublier. Cestune audace, de la part de la Bible, de dire : Ne vous vengez pas vous-mmes. Cest Moi(Dieu) quil appartient de faire justice ! De fait, en proposant cette autre piste, Dieu nousvite de manipuler un venin qui empoisonne celui qui le manipule.B-1 an : 2 Ch 33-34 & Ac 15B-1 an : 2 Ch 35-36 & Ac 16B-2 ans : 1 R 7 & Jn 5B-2 ans : 1 R 8 & Jn 629JUILLETMardi 17 - La vengeance (2)Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas rancune envers les membres de ton peuple, mais tu aimeras ton prochain comme toi-mme. Lv 19. 18Lenfant, dans une cour de rcration ou dans le jardin public, entend parfois un de ses pa-rents lui dire, suite une dispute anodine qui suscite les pleurs et la rage : Ne te laisse pasfaire ! Plus tard, ladolescent entendra : Tu ne dois pas te laisser marcher sur les pieds !Autant de consignes qui finissent par encourager tous les dsirs de vengeance pouvant surgirdun quotidien mouvement. chaque tape de notre vie, nous subissons des coups et desblessures souvent injustes. Cest alors que notre idal de justice est en berne. Ce poison peutenvenimer les choses longtemps parce quil est souvent difficile de se venger. Sans soulage-ment, nous pouvons rester dans laigreur et la rancune pendant des annes. Est-ce une solu-tion ? En nous vengeant dune trahison ou dune humiliation, nous pensons restaurer notrepropre image et redevenir matres du jeu. Hlas, la vengeance est une justice sauvage, commele disait le philosophe du XVIe sicle Francis Bacon. Le psychanalyste Grard Bonnet insisteaujourdhui : Se venger pour survivre, cest une maladie, une nvrose dont il faut gurir. Defait, le besoin de se venger entrane la mise en place dun programme destructeur qui faitappel ce qui est le plus sale et le plus vil au fond de chaque personne. Laptre Paul voquela colre, laquelle est souvent proche de la vengeance, et ce propos, il recommande : Quele soleil ne se couche pas sur votre colre. Ne donnez pas accs au diable. La vengeance estla colre des faibles. Grard Bonnet signale encore : Au lieu de la vengeance, il faut avoir pitide la personne qui vous a fait du mal. Celui qui pardonne met mal lautre parce quil le privedu mal quil voulait infliger. Cest ainsi que les premiers martyrs chrtiens ont eu raison delEmpire le plus puissant du monde. Cette analyse inattendue vaut tmoignage !Mercredi 18 - La vengeance (3)Ne rendez pas le mal pour le mal... Rpondez au contraire par la bndiction, car cest cela que vous avez t appels, afin de recevoir vous-mmes la bndiction. 1 P 3. 9Celui qui a t victime dune calomnie ou dune trahison, dun abandon ou dune malveil-lance quelconque a souvent envie de riposter. Il veut faire payer en rendant le mal pour lemal. Les rseaux dits sociaux vhiculent ainsi des propos virulents et malfaisants de plus enplus cruels, et souvent injustes. Les gens blesss peuvent faire appel des stratgies et des imaginaires hallucinants pour pancher leur soif de vengeance. Ils ont alors limpressiondtre surpuissants. Mais lillusion est grande et le soulagement rare. Grard Bonnet, psy-chanalyste et auteur dun ouvrage sur la vengeance, signale : Il faut repenser la chose quia fait mal pour la placer sur un autre plan. Au lieu de la colre, avoir de la compassion pourla personne qui agresse. Si on a le sentiment quune telle attitude est impossible, cest parceque lon narrive pas en parler. Si on veut un vrai soulagement dans son affect, il faut par-tager. Une personne, longtemps sous lemprise de gens qui lui faisaient du mal, a dcouvertle message de lvangile et prend dsormais appui sur sa foi. Elle tmoigne en ces termes :Je suis parvenue transcender mon besoin de vengeance et lai transform en prires pourmes bourreaux. Jsus propose de passer par Lui pour dposer Ses pieds nos fardeaux.Nous pouvons lui confier ce qui fait mal, et dans ces confidences intimes, chacun peut enfinprofiter dune oreille attentive et dune prise en compte, pour ne pas dire prise en charge.Marcel Achard, crivain et acadmicien connu pour ses comdies lgres et ses pices deboulevard, crit pourtant ceci qui ne manque pas de profondeur : Nous naurons pas tropde notre vie entire pour remercier le Christ davoir remplac la vengeance par la grce, lepardon et lamour. Ntes-vous pas daccord ?B-1 an : Esd 1-2 & Ac 17B-1 an : Esd 3-4 & Ac 18B-2 ans : 1 R 9 & Jn 7B-2 ans : 1 R 10 & Jn 830Jeudi 19 - Encouragez-vous les autres !Les paroles agrables sont... salutaires pour le corps. Pr 16. 24Tommy avait de graves problmes lcole : il narrivait pas suivre le rythme de la classe. Aprsdes mois de patience et de soutien personnel, son instituteur dcida de rencontrer sa mamanpour lui conseiller de retirer le petit garon de lcole, en raison de son manque de progrs. Maisla mre de Tommy dcida de se battre pour aider son fils. Elle croyait quil tait capable de fairemieux et quil lui suffisait de lencourager. Elle dcida de le scolariser chez elle, lempchant dese dcourager lorsquil chouait et le poussant faire davantage d'efforts. Que devint Tommy?Il grandit et devint un inventeur clbre, propritaire de plus de mille brevets, parmi lesquelslinvention du phonographe et de lampoule lectrique. Vous avez devin son nom : ThomasEdison ! Lamour et la patience sont capables de faire jaillir des hommes des richesses insoup-onnes ! Voil pourquoi Salomon a crit : Les paroles agrables sont... salutaires pour lecorps! Et vos paroles, comment pourriez-vous les dcrire ? Vos conversations sont-elles mail-les de paroles dencouragement ou de critiques ? Quelle impression les gens de votre entou-rage ressentent-ils quand ils vous coutent ? Se sentent-ils rabaisss par vos commentaires ouau contraire encourags faire de leur mieux, ayant dcouvert, grce vous, le potentiel quisommeillait en eux ? Aux yeux de Dieu, toute mauvaise herbe peut se transformer en une rose!Son livre, la Bible est un livre plein despoir. Vous y lirez comment Jonas, malgr sa rvolte ini-tiale, bnficia dune seconde chance pour accomplir la mission que Dieu voulait lui confier etcomment Ninive, lune des plus grandes cits antiques, se tourna vers Dieu (Jon 3. 1). Vous ydcouvrirez comment le fils prodigue cessa de gaspiller sa vie et put revenir au bercail (Lc 15.11), et comment Pierre, lhomme qui avait reni son Seigneur, devint plus tard lun des chefsrespects de lglise du Nouveau Testament et accepta de mourir en martyr pour dfendre lacause de Christ. Voulez-vous une place dhonneur dans le royaume de Dieu ? Alors, encouragezles autres et aidez-les dvelopper leur potentiel !Vendredi 20 - Lexemple de Jacob (1)Jacob dit Simon et Lvi : Vous m'avez port malheur... Gn 34. 30Elever des enfants est une responsabilit importante. Jacob tait-il la hauteur de son rle depre ? On peut en douter. Il savait que ses enfants taient ports la violence, mais il prfraitrester passif face leur conduite. Quand ses deux ans se vengent du viol de leur sur Dinahen massacrant tous les hommes de la ville de Sichem, Jacob ragit en leur disant : Vous avez at-tir le malheur sur moi en me rendant odieux aux habitants du pays... ils se rassembleront contremoi, ils m'attaqueront, et je disparatrai, moi et ma maison (Gn 34. 30). Remarquez le nombrede fois o il mentionne je et moi ! Or quelle avait t la raction de Jacob en apprenant queson unique fille avait t viole et demeurait squestre dans la maison de son agresseur ? Jacobsemblait ne penser qu lui-mme. Est-il tonnant de voir ses fils ensuite se comporter commelui ? Juda dclare ses frres, au sujet de Joseph dont ils veulent se dbarrasser : Quel intrtest-ce que nous avons tuer notre frre et cacher sa mort ? Il vaut mieux le vendre aux Isma-lites... (Gn 37. 26-27). Et Simon de dire un peu plus tard : L'enfant n'est plus l. Et moi, qu'est-ce que je vais devenir maintenant ? (v. 30). Tel pre tel fils, ne croyez-vous pas? Quapprendrede lexemple de Jacob ? 1- que nous ne pouvons pas demeurer passifs face au comportementde nos enfants. Sinon nous risquons de saper leur confiance en eux-mmes, et les rendre aigriset rebelles. Elever des enfants sans sintresser eux quivaut simaginer faire preuve de foisans les uvres qui la prouvent (Jc 2. 14). 2- que nous devons les observer, apprendre connatreleurs inclinations, tre au courant de leurs frquentations, comprendre linfluence que la socitpeut avoir sur eux. Si avoir des enfants est une bndiction divine (Ps 127. 3), ne ngligeons pasde leur prouver que chaque aspect de leur vie nous intresse!B-1 an : Esd 5-6 & Ac 19B-1 an : Esd 7-8 & Ac 20B-2 ans : 1 R 11 & Jn 9B-2 ans : 1 R 12 & Jn 1035JUILLETSamedi 21 - Lexemple de Jacob (2)Celui qui ne frappe pas son enfant ne l'aime pas. Celui qui le corrige montre son amour pour lui. Pr 13. 24Il est certains sujets quil est difficile daborder de nos jours sans tre tout de suite considrcomme politiquement incorrect ! Discipliner son enfant est pratiquement proscrit par notresocit. Pourtant ngliger cet aspect de lducation de nos enfants quivaut les laisser libresde prendre de mauvaises dcisions, de choisir des chemins dangereux et de souffrir plus tardgravement de cette libert. Les enfants ont besoin de barrires. Grce elles, ils apprendront mieux grer leurs penses, leurs dsirs et leurs choix futurs (Par-dessus tout, surveille toncur, car il est la source de la vie Pr 4. 23). Ils apprendront contrler leurs impulsions et concentrer leurs efforts sur le plus important. Ils sauront choisir leurs relations avec discer-nement et viter celles qui leur seront toxiques. Le problme avec Jacob, cest quil navaitdonn ses fils que de mauvais exemples de conduite. Avant de pouvoir discipliner vos en-fants correctement, vous devez leur donner lexemple dune vie discipline ! Votre conduitedoit dmontrer que vous savez contrler vos actions autant que vos paroles. Et cest aussidans ces deux domaines que vous devez contrler la conduite de votre enfant. Remarquezque ni Simon ni Levi adultes ne sont venus demander conseil Jacob sur la dmarche adopter suite au viol de leur sur. Se pourrait-il que Jacob ne leur et jamais donn lexempledun homme attentif aux conseils divins ? Avaient-ils entendu ou vu leur pre passer du tempsen compagnie de Dieu ? Le danger qui nous guette tous cest que nous reportons souvent surnos enfants ce que nous avons vcu nous-mmes enfants. Voil ce que signifie vraiment laffir-mation de Dieu: Je suis le Seigneur ton Dieu, un Dieu exigeant, poursuivant la faute des preschez les fils et sur trois et quatre gnrations... (Dt 5. 9). Un dernier point : aucun parent nestparfait. Mme Jacob a donn naissance un fils comme Joseph ! Malgr nos checs passs,il y a de lespoir pour chacun de nous !Dimanche 22 - O il est question de Vrit (1)Il y a un seul corps et un seul Esprit... il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptme, un seul Dieu et Pre de tous... Ep 4. 4-6Il est presque impossible, hors les murs dune glise, de rpter aujourdhui ce que laptrePaul disait aux phsiens. Prtendre encore voquer une piste unique pour un Seigneurunique, cest tre dune radicalit insupportable, trop troite pour rester acceptable. Notresocit impose plutt la pluralit, la diversit, la multiplicit. Dans une tolrance de bonaloi - qui souvent nest quapparente - il convient dvoquer des vrits plurielles et desspiritualits diverses. Comment oser prtendre croire en un seul chemin, en une seulefaon datteindre Dieu et tre sauv, sans se faire aussitt traiter de fanatique sectaire etintolrant. Pourtant, il y a dans la Bible des absolus impossibles contourner ou ignorer.Est-ce parce que la mode est aux cohabitations de toute sorte quil faut mler le clair etobscur, le jour et la nuit, la vrit et le mensonge, le bon et le mauvais ? Si le mtissage estsouvent prometteur et plein de charme, on ne peut tout mler sous prtexte quil faut treouvert. Le mme aptre, crivant aux Corinthiens, enfonce le clou et demande : Quel rap-port y a-t-il entre la justice et liniquit ? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumire et lestnbres ? (2 Co 2. 14). Ne nous laissons pas impressionner par les discours trompeursde nos contemporains, et parfois mme de nos lites. Si tous les chemins mnent Rome,un seul mne la Vie ternelle. Ne nous laissons pas aveugler : ceux qui veulent imposerla largesse desprit canalisent pourtant leurs auditeurs dans une pense unique et man-quent souvent de comprhension et de curiosit pour des ides qui ne sont pas les leurs.Le monde, avec ses modes, ses interprtations et ses philosophies humaines passe, tandisque la Parole de Dieu demeure. B-1 an : Esd 9-10 & Ac 21B-1 an : Ps 89-92B-2 ans : 1 R 13 & Jn 11B-2 ans : 1 R 14 & Jn 1236Lundi 23 - O il est question de Vrit (2)Quest-ce que la Vrit ? Jn 18. 38Cette question est celle que lhomme pose depuis la nuit des temps et posera encorejusqu la fin des temps : quest-ce que la vrit ? Maintes rponses sont proposes et res-tent insuffisantes : la vrit est ailleurs ou nulle part, elle est multiple, elle est unique, elleest indfinissable, elle est en toi, elle est en tous Et, in fine, tout le monde a tort en pen-sant avoir raison. La vrit est insaisissable parce quelle chappe tous. Il y a des formulesou des images qui peuvent sembler sduisantes et qui rallient bien des gens. Exemple : Lavrit est comme le sommet dune montagne, plusieurs chemins y mnent et tous conver-gent vers elle. Cette piste est valorisante, mais elle nest pas certaine pour autant. Autreproposition : la vrit est au fond de chacun, il suffit de vivre en harmonie avec soi-mmepour latteindre. Tentant, rassurant, mais inexact. Quand Pilate souffle, comme pour vo-quer une nigme inextinguible, la difficile question, Jsus ny rpond pas. Non quIl ignorela rponse, mais parce que la vrit nest pas un concept que des philosophes pourraientdfinir avec certitude. Laudace de la Bible est dattester que la vrit est une personnequi dtermine, elle seule, ce qui est foncirement et dfinitivement vrai. Tout au long deson ministre, Jsus a dit tre Lui-mme la vrit. Pas mme une vrit, mais LA vrit.Parce quen plus, la vrit est unique et ternelle. En effet, une vrit plurielle ne seraitpas absolue, et une vrit variable ne serait quune mode. Avec une certaine clairvoyance,le philosophe Maurice Clavel, initialement athe touch brusquement par Dieu dans uneexprience quasi mystique, a pu rsumer son exprience ainsi : Nous cherchons saisirla vrit alors que cest elle qui nous saisit. Nous voulons la possder et cest elle qui nouspossde. En vrit, la vrit nous dpasse parce quelle est lexpressionmme de Dieu.Mardi 24 - O il est question de Vrit (3)Seigneur, fais-moi connatre le chemin suivre, apprends-moi vivre comme Tu veux. Conduis-moi sur le chemin de Ta vrit. Ps 25. 4Dans son roman Lvangile de Pilate ric-Emmanuel Schmitt met dans la bouche du gou-verneur romain ce propos : Qu'est-ce que la vrit ? Il y a la tienne, la mienne et celle de tousles autres. Toute vrit n'est que la vrit de celui qui l'a dite. Il y a autant de vrits que din-dividus. Lcrivain philosophe nonce ici une chose juste sur la vrit : chacun forge la sienne.Chacun dcide ce qui, pour lui, convient sa comprhension de la vie et du sens lui donner,en fonction de ce qui larrange, de ce qui lui semble acceptable, de ce quil pense juste. Laraison, la culture, lducation, laffectif entrent en ligne de compte. Ces paramtres - et biendautres - convergent vers une dfinition toute personnelle de la vrit. Et cest ainsi que ladfinition du philosophe contemporain rejoint celle de Protagonas, penseur grec du IVe sicleavant Jsus-Christ : Ce que l'homme appelle vrit, c'est toujours sa vrit, c'est--dire l'as-pect sous lequel les choses lui apparaissent. Si chacun a sa vrit, il est possible de penserque ces vrits, qui souvent saffrontent, ne sont pas si vraies quelles prtendent ltre. Lesvrits, si elles ne parviennent se complter, ne peuvent que sannuler. Dailleurs, commentlhomme, avec toutes ses imperfections, pour ne pas parler de pchs, peut-il prtendre d-finir et incarner une chose aussi parfaite et unique que la vrit ? La vrit est ailleurs quenlhomme. Sa plus grande erreur est de penser quil peut faire natre en lui, de lui, par lui, unechose aussi singulire que la vrit. Cette dernire dpasse toutes les normes envisageablespar lintelligence humaine, mme si elle tait pure. Elle nest pas la ralit que nous pouvonsexprimenter et confondre avec ce qui vient de Dieu seul. La vrit est un attribut de Dieu, in-trinsquement. Arrtons de chercher en nous ce qui ne sy trouve pas. Soyons plutt pntrsde Dieu, et nous toucherons du doigt cette vrit.B-1 an : Ne 1-2 & Ac 22B-1 an : Ne 3-4 & Ac 23B-2 ans : 1 R 15 & Jn 13B-2 ans : 1 R 16 & Jn 1437JUILLETMercredi 25 - O il est question de Vrit (4)Vous connatrez la vrit, et la vrit vous rendra libres. Jn 8. 31-32Henri Lacordaire est le premier et seul moine a avoir t lu lAcadmie Franaise ; ctaiten 1860. Ce prdicateur (et politicien) dominicain a pu dire, lors dune confrence Notre-Dame de Paris : Dieu est le nom propre de la vrit, comme la vrit est le nom abstrait deDieu. Il est impossible de dissocier Dieu et la vrit, et impossible de trouver une dfinitionjuste de la vrit sans faire rfrence au Dieu de la Bible. Il nest pas facile aujourdhui defaire entendre quil y a l une exclusivit irrductible, et pourtant, dans lvangile, nous trou-vons une des paroles les plus radicales qui soient, et elle est prononce par Jsus. Cette pa-role nest pas quaudacieuse, elle est scandaleuse pour tous ceux qui voudraient viterdentendre une telle radicalit. Lhomme de Nazareth, celui qui ose se prtendre Fils de Dieu,dclare sans hsitation, et avec une dcontraction surprenante : Je suis le chemin, la vritet la vie ; nul ne vient au Pre que par Moi ! Parole plus radicale nest certainement pas pos-sible. Cette dclaration est une bombe ; il faut bien en prendre conscience. Et aujourdhui,elle nest pas moins productrice quhier de dflagrations dans les concepts de la raison hu-maine. Cest sans doute cause de cette violence quelle devient insupportable. Mais chaqueparole de Jsus, aussi incroyable quelle puisse paratre, a t vrifie par des faits tout aussiincroyables : multiplication de pains et de poissons, gurisons miraculeuses et mme rsur-rections de Lazare et de Lui-mme. Ce que dit Jsus est foncirement vrai et vrifiable ; faut-il autre chose pour tre convaincu ? Oui, il faut une dose de foi et de courage. Pourquoi decourage ? Parce quil faut abandonner toutes les prtentions personnelles de trouver par soi-mme la vrit. ceux qui avaient commenc avoir foi en Lui, Jsus dclare : Si vousrestez fidles, vous connatrez la vritJeudi 26 - O il est question de Vrit (5)Il viendra un temps o les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; pour entendre des chosesagrables, ils dtourneront l'oreille de la vrit, et se tourneront vers les fables. 2 Tm 4. 3On ne peut pas dire que Blaise Pascal soit un philosophe contemporain puisquil a vcuau XVIIe sicle. En son temps, il a pourtant fait une observation qui reste dune terrible ac-tualit : La vrit est si obscurcie en ces temps et le mensonge si tabli, qu moins dai-mer la vrit, on ne saurait la reconnatre. Avec lomniprsence de tous les moyens decommunication dont nous faisons des jouets alors quils sont des armes, nous constatons quel point nous sommes ballots tous vents dopinions, de discours, de doctrines dontle point commun est souvent la fausset. Car les manipulations, depuis celles des publici-taires jusqu celles des politiques en passant par celles des conomistes, font de nousdes numros, des consommateurs, des marionnettes, des zombies dont les consciencessont anesthsies au profit de dictatures diverses. Ces despotes sans honneur ni pudeurnous exploitent par le mensonge et limposture. Nous sommes sous le rgne de la trompe-rie, de la dissimulation, de la duplicit et du bourrage de crne. Certes, il y a toujours eudes matres et des esclaves, mais le phnomne sest perfectionn et les victimes sont despeuples entiers. La pression est norme et elle est dautant plus perfide que, la plupart dutemps, les gens ignorent quel point ils sont abuss ! Pour sduire et duper, la recette estcelle que nous trouvons dans les premires pages de la Bible : le mensonge. Le mensongenest pas seulement le contraire de la vrit ; il est une agression active dont lobjectif estdloigner de la vrit. Jsus le pointe du doigt et signale, sans dtour, que le pre du men-songe, cest le diable. Une autre faon de signaler que le Pre de la vrit, cest Dieu. Poursortir de la confusion, et viter la catastrophe o le monde nous presse, il ny a quunevoie: celle quoffre la vrit de lvangile.B-1 an : Ne 5-6 & Ac 24B-1 an : Ne 7-9 & Ac 25B-2 ans : 1 R 17 & Jn 15B-2 ans : 1 R 18 & Jn 1638Vendredi 27 - Vous avez besoin de lEglise !Ne prenons pas l'habitude de dlaisser nos glises... He 10. 25Dieu a invent un quipement de survie pour permettre Ses enfants de traverser les crises dela vie, et Il la appel lEglise ! Personne nimagine quun bb puisse grandir et se dveloppertout seul, de mme Dieu na jamais eu lintention de nous laisser grandir en maturit spirituelleen vase clos ! Le dveloppement spirituel est un projet dquipe et vous devriez vous en rjouir,car cela vous libre de lcrasante responsabilit davoir vous dbrouiller tout seul ! Vous avezbesoin dune famille spirituelle mme de vous aider. La solitude dAdam fut la seule fausse notede la cration divine, la seule chose que Dieu considra comme peu satisfaisante (Gn 2. 18).LEglise universelle est constitue des croyants de la terre entire, lglise locale, des croyantsdun endroit particulier. Lauteur de la lettre aux Hbreux affirme : Ne prenons pas l'habitudede dlaisser nos runions. Au contraire, encourageons-nous mutuellement... (He 10. 25). Peut-tre pensez-vous ne pas avoir besoin dencouragements en ce moment. Cest possible, mais de-main, la semaine prochaine ou le mois prochain ? Et avez-vous oubli ceux qui ont besoin de vosencouragements ou de votre aide ? La vie se dveloppe de deux manires: 1- Selon le principede symbiose, lorsque deux organismes diffrents senrichissent lun lautre, sans se dtruire ouabuser de leurs forces respectives. 2- Selon le principe parasitaire, lorsquun organisme se nourritde lautre sans rien lui donner en retour. Paul dcrit lEglise comme la maison de Dieu (Ep 2. 19),au sein de laquelle les membres se dveloppent imbriqus les uns dans les autres, pour formerun difice dont la construction s'lve, bien coordonne, afin de devenir un temple saint... (Ep2. 21-22). Jeff Vanderstelt signale sa surprise en dcouvrant la confusion ne du mot grec ekklesia(= glise) qui signifie un rassemblement de gens. Beaucoup dentre nous pensent, tort, ldifice o se rassemblent des gens, alors que la Bible renvoie au peuple de Dieu assembl, ja-mais un btiment ! Nous pouvons vivre notre vie de croyant sans toit o nous rfugier, mais passans le soutien spirituel de nos frres et surs en Christ !Samedi 28 - La solution est dj prpare ! Abraham leva les yeux et vit un blier... Gn 22.13Dieu labore toujours un plan parfait pour rpondre toute situation. Sans aucune exception!Souvenez-vous de lpisode de la vie dAbraham quand Dieu, pour le tester, lui demanda dallersacrifier son fils au sommet du mont Morija. Tandis quAbraham grimpait sur un versant de lamontagne, sur le versant oppos montait un blier. La solution que Dieu a prpare pour r-pondre votre situation nest peut-tre pas encore visible et vous ne la comprendrez pas tou-jours, mais chaque pas de votre part vous rapprochera de la bndiction quIl a dj prparepour vous. Au moment o vous atteindrez le sommet de la montagne quIl vous a demandde gravir, vous dcouvrirez que la solution que vous recherchiez vous y attendait dj! Au-jourdhui lennemi organise ses derniers carrs de rsistance. Ne lui donnez pas limpressionque vous transpirez de peur. Dieu sait quelle preuve vous traversez en ce moment, quellesdifficults vous devez affronter, aussi a-t Il dj mis en place un plan pour vous en faire sortirvictorieux. Il a prvu une solution pour rpondre chacun de vos problmes, chacune de vospreuves. Levez les yeux et vous la dcouvrirez! Abraham leva les yeux et vit un blier retenupar les cornes... Il le prit et loffrit en sacrifice la place de son fils. Savez-vous que les bliersne grimpent pas dhabitude cette altitude. Cependant si Dieu vous a promis quelque choseIl nhsitera pas bousculer toutes les rgles pour que vous obteniez ce quIl vous a promis.Si vous Lui obissez, Il vous promet de vous ouvrir les vannes des cieux et de vous comblerde bienfaits. (Ml 3. 10). Non seulement le blier tait au bon endroit au bon moment, mais iltait aussi retenu par les cornes. Dieu maintiendra Sa bndiction en place jusqu ce quevous arriviez, une bndiction que nul autre ne pourra usurper, car Il est Yahv-Jir, Celui quisait vous combler (Gn 22. 13-14).B-1 an : Ne 10-11 & Ac 26B-1 an : Ne 12-13 & Ac 27B-2 ans : 1 R 19 & Jn 17B-2 ans : 1 R 20 & Jn 1839JUILLETDimanche 29 - Aimez-vous faire la fte ? (1)Un homme donna un grand dner et invita beaucoup de gens... Lc 14. 16Et si lEglise tait appele par Dieu organiser une grande fte laquelle seraient convistous ceux que nous rencontrerions au hasard des rues et des chemins ? Jsus, invit unrepas donn par un pharisien, en profita pour comparer le royaume de Dieu une fte otout le monde tait invit. Imaginez tous ces gens qui nosent mettre les pieds dans uneglise acceptant votre invitation participer une grande fte chez vous ! Imaginez laraction du monde qui nous entoure en entendant les commentaires logieux de ceux quiont accept de venir votre fte ? Dautres ne seraient-ils pas encourags accepter votreprochaine invitation ? Chacun aime passer un bon moment loin des soucis de la vie quoti-dienne. Tous ceux qui aiment Jsus sont capables dorganiser de tels moments la gloirede Dieu ! Paul nous encourage mme manger et boire Sa gloire (1 Co 10. 31). Cetteide de clbrer notre Dieu en participant des ftes nest pas une nouvelle ide du Nou-veau Testament. Au temps du peuple dIsral, Dieu encourageait Ses enfants Le rencon-trer plusieurs fois par an, en organisant de gigantesques ftes appeles festivals. Il voulaitquils se souviennent que les gestes les plus simples de la vie tournaient autour de Sa pr-sence. Les trangers taient aussi invits y participer et ainsi bnficier des bndic-tions divines. Faire la fte est une ide gniale conue par notre Dieu ! Chaque dtail denotre vie est un don de Lui, aussi chaque instant devient une occasion de Le clbrer. Nosvoisins, nos collgues sentent-ils notre joie clbrer notre Dieu en toute circonstance ?Les attirons-nous se joindre nous pour mieux Le connatre ? Avons-nous adopt unephilosophie de la fte telle que notre Dieu lenvisageait ?Lundi 30 - Aimez-vous faire la fte ? (2)Chaque anne, vous mettrez de ct la dme, c'est--dire un dixime de toutes vos rcoltes... Dt 14. 22Dans lAncien Testament chaque membre du peuple de Dieu tait invit donner pas une,mais deux dmes, soit 20% de ses revenus ! La premire tait pour soutenir le travail desLvites, puisque ces derniers navaient reu aucune portion de la Terre Promise (Lv 27.30-33). Quant la deuxime, aussi incroyable que cela paraisse, elle tait utilise pour or-ganiser les festivals prescrits dans la Loi, et qui avaient lieu dhabitude Jrusalem. LesIsralites donnaient ainsi 10% de leurs revenus afin que les ftes lhonneur de leur Dieusoient magnifiques ! Imaginez ce que seraient nos glises si chacun de ses membres don-nait, chaque anne, 10% de ses revenus pour organiser de grandes ftes la gloire deDieu ! Non seulement Celui-ci voulait que les Siens fassent preuve de gnrosit enversles autres, mais Il souhaitait que les ftes organises soient somptueuses ! Les nationstrangres devaient entendre de loin les rjouissances du peuple dIsral ! Ctait unmoyen de les attirer, de les inviter se joindre au peuple de Dieu et de les faire bnficierde la faveur divine. La grande tragdie de lAncien Testament, cest que ces ftes devinrentvite des rituels sans valeur et sans signification. Lexemple que devait donner le peuple futperdu au cours des sicles, jusquau jour o Dieu scria, par la bouche du prophte Amos :Je hais, Je mprise vos ftes, Je ne puis sentir vos crmonies... (Am 5. 21). Pourquoi ?Parce que le peuple avait oubli que Dieu lavait dlivr de lesclavage de lEgypte et quIlmritait bien dtre au centre de ces ftes ! Ne faisons pas la mme erreur : nous avons debonnes raisons de Le clbrer. Nos ftes devraient donc tre des occasions de Le faireconnatre aux autres comme un Pre aimant et compatissant, dsireux de leur montrer, eux aussi, ltendue infinie de Sa bont. B-1 an : Est 1-2 & Ac 28B-1 an : Est 3-4 & Rm 1B-2 ans : 1 R 21 & Jn 19B-2 ans : 1 R 22 & Jn 2040Mardi 31 - Suivez votre boussole spirituelle (1)Abraham leva les yeux et vit lendroit de loin. Gn 22. 4Imaginez Abraham envoy par Dieu vers une lointaine montagne que Celui-ci devait lui indi-quer le moment venu ! (Gn 22.2). Peut-tre les femmes sont-elles mieux mme de com-prendre cela que les hommes ! Demandez une femme ce quelle va acheter en faisant sescourses, elle risque de vous rpondre : Je ne sais pas encore, mais je le saurai quand je leverrai ! Certaines choses sont difficiles expliquer, mme si on les sent au fond de soi.Ecoutez : Nous avons une onction venue de Dieu qui nous permet de comprendre bien deschoses ! (1 Jn 2. 20 TP). Que se passa-t-il ensuite ? Le troisime jour Abraham... vit lendroitde loin. Eurka ! Rien ne remplace linstant o soudain le moment tant attendu arrive, descloches se mettent sonner, et votre boussole intrieure vous annonce que vous tes arriv destination ! En mer toutes les vagues se ressemblent ! Voil pourquoi une boussole estessentielle pour bien naviguer. Soit vous en avez une, soit vous nen avez pas ! Il ny a pasdautre alternative. Si vous rencontrez quelquun, brusquement excit lide de conqurirquelque chose que vous ne voyez mme pas, observez la suite : soit cette personne a oublide prendre ses mdicaments ce matin-l, soit elle voit dans lavenir des choses qui vous sontencore invisibles. Et cela lui fera accomplir des actions, vos yeux impossibles raliser !Cette personne a appris suivre sa boussole spirituelle. David battit Goliath parce quil taitle seul a avoir de la foi pour le faire. Il sut tout de suite quil allait vivre un moment crucial, unmoment capable de changer sa vie. Sil avait chou, il serait retourn ses moutons... oupire ! Quand vous sentirez que vous allez vivre un instant de la plus grande importance, nele laissez pas passer ! Redressez-vous et dites : Ce gant est moi, mme si tout le mondeautour de vous prend les jambes son cou. Dieu a plac en vous une boussole spirituelle.Apprenez vous en servir !Mercredi 1 aot - Suivez votre boussole spirituelle (2)Il a fait preuve de persvrance, car il voyait Celui qui est invisible. He 11. 27 TPApprenez ds aujourdhui vous servir de votre boussole spirituelle. Bien sr, il y a desrisques, mais des rcompenses aussi ! Vous souvenez-vous dune certaine veuve qui leprophte Elie demanda de lui donner son dernier repas ? (1 R 17) Alors que la peur auraitpu lui murmurer : Mais tu nas que juste assez pour toi-mme !, sa boussole spirituelle luisuggra : Donne-lui ce que tu as et Dieu te procurera tout ce dont tu auras besoin ! Cestce quelle fit et elle survcut la famine. Quand Sal vit Goliath, il dit David : Tu ne pourrasjamais le battre ! (1 S 17. 33). Quand David vit Goliath, sa boussole spirituelle se pointatout de suite dans la direction de Dieu et il dclara : Le Seigneur me dlivrera...! (1 S 17.37). Pensez No, occup construire en plein dsert un gigantesque zoo flottant, sim-plement parce quil avait entendu une voix que personne dautre navait entendue ! Enconsquence, sa famille fut sauve, ses enfants devinrent les leaders du monde daprs ledluge et son nom immortalis ! Lhistoire est pleine de gens comme lui. Benjamin Franklin,par exemple, qui osa faire voler un cerf volant par une nuit dorage et ce faisant dcouvritllectricit, ou Annie Sullivan qui pressentit en Helen Keller une force de caractre et unedtermination capables de bouleverser et dinspirer des millions de gens travers le monde.Ce ntaient ni des dieux ni des surhommes. Ils ntaient pas parfaits, ils suivirent seulementla direction que leur indiquait leur boussole intrieure et dcouvrirent des horizons quedautres ignoraient. Mais par-dessus tout leur foi les poussait agir en fonction de ce quilsdcouvraient. Et vous, Dieu vous a-t-Il dvoil quelque chose que les autres ne voient pasencore ? Quelle que soit votre vision, cest pour que vous puissiez la raliser quIl est sur lepoint dinvestir Sa force en vous !B-1 an : Est 5-7 & Rm 2B-1 an : Est 8-10 & Rm 3B-2 ans : Ab & Jn 21B-2 ans : Os 1 & Ga 141JUILLET

Recommended

View more >