Discours de François Hollande à Orléans

  • Published on
    02-Aug-2015

  • View
    53

  • Download
    0

Transcript

DISCOURS DE FRANOIS HOLLANDE A ORLEANS 9 F EVRIER 2 012 Monsieur le Maire, cher Christophe, Monsieur le Prsident, cher Franois cest bien de porter un beau prnom comme a pour tre prsident ! Mesdames et Messieurs les lus, Mesdames et Messieurs, chers amis, je suis venu ici Orlans, Saint-Jean, pour vous parler de la France, de ce qui nous rassemble, pour vous parler de lEcole de la Rpublique, qui est le fondement de notre pacte dmocratique. Jai mis, vous le savez, la jeunesse au premier rang de mes engagements dans cette campagne prsidentielle, non pas pour carter les autres gnrations, mais parce que la jeunesse, cest latout de la France. Nous sommes le pays en Europe qui est le plus jeune, qui a la vitalit dmographique la plus importante. Notre jeunesse nest donc pas une charge, nest donc pas un danger ou un risque. Notre jeunesse cest une chance, cest un levier, cest une opportunit. Jai voulu mettre la jeunesse au premier rang de mes engagements parce quelle est la condition de notre redressement. La comptitivit, dont on va nous parler beaucoup au cours de cette campagne, ce nest pas seulement une comparaison entre des cots le cot du travail, le cot du capital la comptitivit cest la capacit technologique, cest linvestissement humain, cest le savoir-faire, cest le niveau de formation dune Nation. Notre jeunesse nous fournit les meilleures armes dans la mondialisation. Jai voulu mettre jeunesse au premier rang de nos priorits parce que cest la condition, aussi, de la cohsion nationale. La jeunesse, elle est diverse, par ses origines, ses parcours, ses couleurs, ses territoires. Et en mme temps, elle porte des aspirations communes : la russite, la dignit, la capacit de russir sa vie. Il est de notre devoir de lunir, cette jeunesse, autour des mmes valeurs, celles de la Rpublique, celles de la lacit, les valeurs de civisme, lengagement. Bref, ce qui fait une socit. Cest la raison pour laquelle responsabilit de lEcole est immense. Et je voulais ici, ce soir, vous en parler. La campagne prsidentielle est un moment majeur de notre vie dmocratique. Cest loccasion, dabord, de choisir un chef de lEtat. Cest important. Il faut quil puisse nous reprsenter avec dignit, avec respect, avec lvation desprit. Les Franais feront donc le choix qui leur paratra le meilleur. Une campagne prsidentielle, cest aussi le choix dun projet, cest--dire des orientations qui vont tre autant dengagements si tant est quun candidat prsente des promesses pour les tenir Il sera facile de le vrifier pour le candidat sortant. Mais pour ce qui me concerne, ce que je dis devant vous, jaurai obligation de respecter la parole que je prononce. Nous sommes conscients, et vous ltes aussi, que nous traversons une crise, une crise qui nest pas termine, une crise financire, une crise conomique et notamment en Europe -, une crise sociale profonde avec des ingalits considrables, une crise budgtaire. Nous savons bien que nos moyens sont limits. Cest pourquoi jai propos quil y ait un redressement redressement de nos comptes publics, redressement de lindustrie, redressement de notre conomie mais un redressement dans la justice. Llection sera aussi le choix des Franais pour, en dfinitive, la voie quils peuvent emprunter pour leur avenir. Enfin, llection prsidentielle, cest aussi une conception de la socit et mme de la Rpublique qui est en cause. Dans quel pays voulons-nous vivre, avec quelles valeurs, avec quels principes, avec quel respect pour les principes et les valeurs que nous posons ? Je veux ici vous livrer, en dfinitive, ma conception de la Rpublique et de la France. Nous sommes un grand pays avec une longue histoire, et qui ne se rsout pas tre une Nation parmi dautres. Nous ne voulons pas affirmer notre existence par arrogance, mais nous considrons, sans doute parce que nous venons de loin, parce que nous avons surmont des preuves, parce que nous avons et les plus anciens sen souviennent franchi des tapes essentielles pour notre construction nationale, nous considrons que nous avons un message universel apporter. Nous ne nous vivons pas comme une exception mais comme une construction qui peut inspirer dautres, mais qui peut aussi tirer de ce qui se passe ailleurs un certain nombre de rfrences ou dexemples. Nous navons pas non plus vocation lalignement, et encore moins la soumission de la France la finance, aux marchs ou des disciplines sans perspective. Nous navons pas besoin non plus quon nous impose un modle, mme estimable, mme respectable. Parce que nous sommes la France et que nous avons vocation trouver par nous- mmes les atouts, les forces, les capacits de nous redresser, tout en prenant parmi tous nos voisins ce qui peut nous servir de rfrence. Je sais aussi que des doutes se sont installs chez beaucoup de nos concitoyens. Non pas sur eux-mmes ils gardent confiance dans leurs capacits mais sur la place de la France, sur son destin, sur son avenir. Comment en serait-il autrement quand le chmage est au plus haut, quand la croissance au plus bas ? Comment en serait-il autrement quand le dficit commercial cest--dire la diffrence entre les exportations et les importations est un niveau record, 70 milliards la fin de lanne 2011 ? Comment ny aurait-il pas de doute, dinquitude, dinterrogations quand la Cour des comptes elle-mme nous apprend que la dette publique serait proche, la fin de lanne 2012, de 90 % de la richesse nationale, alors quelle ntait que de 60 % il y a dix ans ? Oui, il y a du doute, il y a de la dfiance quand il ny a pas, au sommet de lEtat, une volont de tirer tout ce que nous sommes vers le haut. Je sais aussi que nous ne parviendrons nous mettre dans la meilleure des dmarches pour sortir de la crise que si nous mobilisons tous les acteurs. Dabord les acteurs publics, lEtat, les collectivits locales et il faudra faire un nouvel acte de dcentralisation. Mais aussi les acteurs privs, les entreprises grandes et petites, les salaris et leurs reprsentants, les chercheurs, les universitaires, bref tous ceux qui peuvent permettre la cration de notre pays. Cest la raison pour laquelle javais voqu un pacte productif, qui nest pas une suite de bricolages fiscaux, qui nest pas non plus une improvisation de dernire heure, qui nest pas linvention de je ne sais quelle taxe qui nous protgerait de tout, mais au contraire une stratgie cohrente autour de la transition entre des modes de production qui sont ceux dhier et ceux que nous avons inventer pour demain. Transition technologique, transition numrique, transition cologique ; tout ce que nous avons faire, cest de prparer lavenir. Mais les Franais naccepteront un effort que sils pensent quil est juste. Ils ne peuvent pas admettre le creusement des ingalits, lindcence des rmunrations, la prcarisation des plus fragiles 8 millions de nos compatriotes vivent en dessous du seuil de pauvret. Ils ne peuvent pas non plus supporter que linjustice fiscale vienne sajouter larrogance de largent. Jentendais un certain nombre de patrons je ne citerai pas lesquels, il y en a un qui possde un grand journal qui menaaient de partir en exil, rien que cela, si des sacrifices leur taient demands. Beau patriotisme de la part des plus grandes fortunes, celles-l mme qui se sont constitues sur les marchs de lEtat ! Et qui viennent nous dire lorsquelles sont sollicites cest quand mme normal au regard des faveurs qui leur ont t distribues depuis cinq ans quelles sont rtives la solidarit et frileuses devant limpt. Voil pourquoi jai propos une rforme fiscale, non pas pour spolier, pour capter, pour empcher ou pour freiner linitiative, mais au contraire pour permettre que lquit soit pose, que la transparence soit faite, et une certaine simplicit dans les modes de prlvement. Do lide de rapprocher limpt sur le revenu et la contribution sociale gnralise, de faire quil y ait pour les entreprises des taux dimpt sur les socits qui varient selon la taille desdites socits, de faire que notre fiscalit locale soit rnove. Bref, de faire cette rforme fiscale qui est souhaite non pas pour tirer des recettes supplmentaires, mais pour rpartir diffremment la charge publique. Les classes moyennes nont rien craindre. On voudrait les affoler Elles nont pas besoin dtre affoles, elles sont dj suffisamment prleves, parce que finalement, les efforts qui ont t demands depuis cinq ans lont t sur les classes moyennes. Ce sont elles qui payent plus dimpts sur le revenu, qui payent plus de cotisations, qui payent plus de contributions sur les mutuelles, qui sont victimes des dremboursements. Ce ne sont pas les plus fortuns, qui ont t au contraire protgs ! Alors, il faudra faire le redressement, il faudra le faire dans la justice. Mais il faudra aussi prparer lavenir. Et lEcole fait partie des secteurs quil nous faudra sauvegarder, protger, et mme quil faudra considrer comme prioritaires. Le redressement dans la justice, et lesprance dans la Rpublique. La Rpublique, cest bien plus que des Institutions, quil conviendra dailleurs de rnover pour donner plus de pouvoir au Parlement, plus de liberts aux collectivits locales, plus dindpendance la Justice elle en rclame plus de droits aux partenaires sociaux, de dmocratie dans lentreprise. Car la Rpublique nest quand mme pas le pouvoir dun seul qui dciderait de tout, sur tout, partout ! La dmocratie, elle est exigeante. Elle suppose que ce ne soit pas un pouvoir apanage dun parti, qui devient vite un clan, dun entourage qui se croit tout permis aujourdhui, et dune Droite qui considre que lEtat lui appartient et quil y a peut-tre une lection, mais quand mme, cest dommage ! Parce que la Gauche naurait pas de lgitimit ! Rendez-vous compte, elle a dj gouvern, ctait il y a dix ans ! On nous en fait encore reproche ! Ce qui se passe aujourdhui serait de notre faute, alors mme que le gouvernement de Lionel Jospin avait rtabli les comptes publics, et notamment les comptes sociaux, que le dficit commercial avait t rduit zro, que la dette publique avait t contenue. Et voil quon nous fait le procs ; ce serait cause des 35 heures ! Mais les 35 heures ont t tellement assouplies quaujourdhui, ce nest plus quune dure lgale. Et quand nous arrivons dmontrer que nous ny serions pour rien, dans les msaventures du pouvoir actuel, voil quil remonte Franois Mitterrand, et mme au Front populaire ! Heureusement que jai salu la mmoire de Jean Zay, parce que sinon, ce serait de sa faute si lEducation nationale, aujourdhui, tait menace ! La Rpublique ce sont des institutions mais ce sont aussi des valeurs qui nous permettent de vivre ensemble, qui nous lvent les uns les autres, quelle que soit notre condition, autour dun mme projet au service dun intrt gnral, au service dune grande cause qui nous rassemble, nous runit ; la jeunesse, la gnration qui vient, la capacit de donner chacun lespoir dune vie meilleure. La Rpublique cest un combat. Elle nous unit autant quelle nous spare, chacun a sa sensibilit. Mais la Rpublique, quand on regarde ce quelle a permis depuis deux sicles, cest le mouvement quelle a imprim par ses valeurs qui a fait avancer la France. Car elle est exigeante, la Rpublique. Quand elle pose Libert, Egalit, Fraternit , il faut tre la hauteur. Il faut tre capable de traduire ces principes et ces valeurs dans la ralit. Nous en sommes loin, si lon songe aux ingalits qui demeurent pour la russite lcole, si lon songe au chmage, au logement qui nest pas encore accessible tous. Il faut attendre le grand froid pour que lon dcouvre, hlas, quil y a des hommes, des femmes qui dorment dans leur voiture, qui sont dans des campings et qui sont encore dans la rue. O est la Rpublique aussi en matire daccs la sant ? Et quelle est la place de la Rpublique quand, dans certains quartiers, certaines personnes ges ou des jeunes ont peur de sortir soit pour faire leurs courses soit pour aller lcole, tant il y a l quelques cads qui font, hlas, rgner une loi qui nest pas celle de la Rpublique ? La Rpublique est rassembleuse. Et moi, je ne distingue pas les Franais selon leurs origines srement pas, je laisse a dautres. Selon leur sensibilit pas davantage. Je ne distingue pas les Franais, mme, selon leur vote comment le savoir ? Ici, jai une petite ide, mais nous ne sommes pas encore reprsentatifs Cela viendra ! Il y en a peut-tre, je le dis chaque runion, qui se sont glisss pour voir, des curieux, et mme des amis du camp den face qui, la fin de la runion, seront des amis tout simplement ! Ma conception de la Rpublique, cest le rassemblement, cest la runion, cest la rconciliation, cest le travail pour tous, ds lors que le citoyen veut se mettre au service de la Nation. Et chaque fois que la Gauche a su se mettre la hauteur de la France, elle la fait avancer et elle a gagn pour elle-mme et pour le pays. Je madresse tous ces Franais ngligs, abandonns, angoisss pour eux-mmes et surtout pour leurs enfants, soucieux de lavenir de notre pays, mais aussi du sort qui sera rserv la gnration qui vient. Je leur dis : retrouvons ensemble le chemin des valeurs de la Rpublique et de notre Histoire. Ne cdez pas la tentation daller vers des extrmes qui nont rien voir avec la Rpublique et ses valeurs. Grandissez- vous ! Regardez votre histoire, soyez la hauteur de la France, si vous voulez tre des Franais citoyens et fiers de leur pays ! Ne vous dtournez pas ! Ne cdez pas la passion ! Ne cdez pas la facilit, la stigmatisation de lautre ! Lautre, ce nest pas ltranger. Lautre, cest le citoyen qui, demain, sera aussi au service de la Nation. Le quinquennat qui sachve aura t celui de la discorde, de la division entretenue, du dsordre. Stigmatisation des populations les plus fragiles : les chmeurs, les assists, les trangers. Basse polmique blessante sur lidentit nationale souvenez-vous de ce mauvais dbat , discours choquant sur la nationalit, dclarations provocatrices sur la hirarchie entre les civilisations. Et cette manie, dont il narrive jamais, au plus haut somme de lEtat, se dpartir : la manie dopposer les Franais entre eux. Ceux du priv, ceux du public. Les jeunes, les plus gs. Les catgories sociales entre elles. Les territoires. Comme sil fallait diviser pour rgner. Eh bien, non ! En Rpublique, il faut rassembler pour diriger, pour rformer, pour avancer. Et les rouages essentiels de notre administration, de notre Etat, ont t mis en cause : les magistrats, les hauts fonctionnaires, les enseignants. Voil pourquoi, aprs cinq ans, notre pays jen suis sr aspire retrouver confiance, srnit, apaisement. Surtout avec cette crise qui mine les mcanismes de solidarit, qui appelle des efforts et qui exige une mobilisation collective. Jentends un candidat qui ne lest pas encore et un prsident qui ne le sera peut-tre pas trs longtemps je lentends voquer dans un entretien paratre des rfrendums sur de nombreux sujet dans lhypothse, bien sr, o il serait reconduit. Des rfrendums ! Mais que ny a-t-il pas pens plus tt ? Sur le paquet fiscal, sur les retraites, et mme sur la TVA ! Moi, je suis sr de la rponse qui lui aurait t adresse par le peuple franais. Mais, je vais vous dire le fond de ma pense sur la meilleure faon de consulter nos citoyens sur les grandes questions : le chmage, la comptitivit conomique, le pouvoir dachat, les droits, les devoirs. Nous sommes la veille de deux lections, la prsidentielle et les lgislatives. Eh bien, ma mthode est simple : que chaque candidat prsente son projet, donne ses intentions, prcise ses engagements, affirme sa vision et que les Franais choisissent. Le prochain rfrendum, mais cest llection prsidentielle ! Et je connais la question qui va tre pose aux Franais : veut-on continuer la politique mene depuis cinq ans, ou veut-on en changer ? Veut-on poursuivre avec le candidat sortant, ou veut-on changer de prsident ? Veut-on prolonger le prsent, ou changer davenir ? Eh bien, vous voterez la prochaine lection prsidentielle pour rpondre ces trois questions ! Chers amis, je suis venu vous parler de lcole, de la promesse rpublicaine. Parce que la premire promesse de la Rpublique, cest lcole. Je veux que la France retrouve les chemins de lavenir avec confiance, avec puissance, avec tranquillit. Cest le redressement de la France. Le redressement, il est bien sr conomique, budgtaire, industriel. Mais il est aussi moral, ducatif, intellectuel. Tout se tient. La connaissance, le savoir, lcole : ce ne sont pas seulement des dpenses, ce sont des investissements. En France, il ny aura pas de reprise conomique durable sil ny a pas un investissement dans lcole. Tout dmontre quil y a une corrlation troite entre la qualification et lemploi. Les mieux forms trouvent plus facilement que les autres les postes de travail quils revendiquent. Et, de la mme manire, plus un pays est capable dlever son niveau de formation, de connaissance, de savoir, plus haut est son niveau de croissance. Et, de ce point de vue, les dernires annes, celles que nous venons de vivre, nont pas t bonnes. Lcole a t dgrade. Lducation est devenue une variable dajustement sur le plan budgtaire. Les suppressions de postes se sont accumules. Et, derrire ces chiffres, il y a la ralit humaine. Je la connais : des parents inquiets, des lves parfois en souffrance, des professeurs fatigus qui ont le sentiment de ne pas tre soutenus par la Rpublique, des classes surcharges, des lves encore trop souvent laisss sans enseignant, des manuels scolaires qui ne sont mme pas imprims temps, le manque dquipements partout Et, surtout, lchec scolaire inacceptable. Une forme de scandale, incroyable et inadmissible gchis. Rendez-vous compte : 150 000 jeunes sortent chaque anne du systme scolaire sans qualification ni diplme ! Et des ingalits sociales parmi les plus fortes des pays industrialiss qui saccroissent, des performances en lecture et en mathmatiques qui rgressent, prs de 40 % des lves qui arrivent au collge avec une trop faible matrise de la langue crite. Voil la plaie, pour notre dmocratie ! Comment imaginer que tant de jeunes sortent du systme ducatif avec un sentiment dtre dj des vaincus, des perdants, sans que cela nentrane un doute sur notre socit, une perte de repres, de civisme et, finalement, une rupture dans le pacte rpublicain. En faisant des conomies sur lcole, on laffaiblit. On ampute le potentiel de croissance du pays. Je ne peux pas laccepter ! Je ne suis pas de ceux qui pensent quavant, tout tait parfait. Quil y avait une cole mythique, un ge dor. Ce serait l un argument paresseux. Il ne sagit pas pour moi dentretenir une nostalgie, de cultiver une illusion qui na jamais exist, car le systme ducatif a continment progress. Il a accueilli de plus en plus de jeunes. Et, en mme temps, je veux une refondation. Pas une restauration : une refondation de lcole. Ces cinq dernires annes, la France a perdu beaucoup de temps et de force. Nous hritons dune dette ducative. Au mme titre quil existe une dette financire, une dette budgtaire : eh bien, il y a une dette ducative. Chacun le sait : les premires annes de scolarit sont dterminantes. Lorsque des difficults ne sont pas traites ds les premiers apprentissages, il est trs difficile de les corriger ensuite. Les lves qui peinent la fin du CP ou du CE1 prouvent des problmes tout au long de leur scolarit. Certes, la France dispose dcoles maternelles qui nous sont envies dans le monde entier. Cest une invention franaise, la maternelle. Celle-ci a t attaque, depuis cinq ans et peut-tre mme davantage. Le taux daccueil des enfants de moins de trois ans est pass de 35 % 13 %. La formation initiale et continue, si ncessaire, des enseignants a t supprime, mise en cause. Et la France compte maintenant un taux dencadrement dans lenseignement primaire de 15 % infrieur la moyenne que les pays dvelopps. Cette situation a t aggrave, ces dernires annes, par cette rforme des rythmes scolaires invention terrible qui consiste rduire lanne scolaire et allonger la journe scolaire, ce qui fait que nous avons une anne sans quivalent dans aucun autre pays : 140 jours de classe par an ! Finalement, cette quipe au pouvoir veut augmenter le temps de travail de tous les salaris, et rduire le temps de travail des lves Allez comprendre ! Mais des journes plus longues, auxquelles on a rajout dsormais des cours, y compris pendant la pause du djeuner, en contradiction totale avec toutes les recommandations des rythmes dapprentissage. Et cest pourquoi, pour toutes ces raisons, jai dcid de faire de lcole maternelle et de lenseignement primaire une priorit. Parce quil faut commencer par le commencement. Il faut investir l o larme ducative est la plus efficace. Cette priorit se dclinera en plusieurs propositions. Dabord, le taux de scolarisation chez les enfants de plus de deux ans sera relev, en priorit dans les zones de grande difficult scolaire. Pour la maternelle, il y aura une obligation daccueil, pour le service public, partir de lge de trois ans, dans lenseignement public. Je ferai respecter cette obligation. Lencadrement scolaire, notamment dans les coles qui cumulent le plus de difficults sociales, familiales, territoriales aux moments cls de la scolarit, sera l encore renforc. Et je mengage sur le principe : plus denseignants que de classes. Parce que, parfois, il faut y mettre la prsence humaine indispensable si on veut lutter contre lchec. Et dans ces classes-l, les classes charnires, les classes dcisives, ce sont les enseignants les plus expriments qui seront affects et pas les plus jeunes, qui ne sont parfois pas arms pour affronter ces difficults. Les rythmes scolaires seront rforms, en allongeant le temps sur lanne et en diminuant les surcharges journalires, sans diminuer bien sr le temps pass lcole. Il y aura aussi la fin des valuations permanentes, qui aujourdhui accablent les professeurs et qui ne produisent que des statistiques. Bien sr que je suis favorable lvaluation de lcole, mais une valuation indpendante et incontestable. Les pdagogies doivent voluer. Le travail en quipe doit tre encourag. Le recours aux exercices, limplication des lves, tout autant. Tout ce qui doit tre fait, cest pour permettre lpanouissement de llve. Et cest ainsi que notre cole sera une cole de lexcellence. Il existe dsormais un socle commun de comptences et de connaissances, inscrit dans la loi. Nous ne reviendrons pas sur ce principe. Et les programmes de lcole primaire et ceux du collge devront, en concertation avec les personnels, tre revus afin dtre en cohrence avec ce nouveau socle qui sera lui- mme repens. Les systmes ducatifs les plus performants sont ceux qui assurent une formation initiale et continue des professeurs, de grande qualit. Lactuel gouvernement a dtruit cette formation. Pour des raisons idologiques. Pour des raisons budgtaires, surtout. Pour des raisons, aussi, dincomprhension sur ce quest le mtier. Mesurons la gravit de ce geste qui a t accompli. La Cour des Comptes vient de livrer son rapport : il est accablant sur cette rforme, cette suppression de la formation des enseignants qui na rien rapport au budget de lEtat et qui a dcourag les vocations. Donc, je rtablirai la formation initiale et continue des professeurs. Les universits auront la responsabilit de cette formation. Les actuels IUFM se transformeront en Ecoles suprieures du professorat et de lducation. Je souhaite que tous les professeurs, quels que soient leurs niveaux de recrutement, quils se destinent enseigner en maternelle ou quils se destinent tre luniversit, partagent un moment de formation commun dans ces coles suprieures. Cest cela, la Rpublique ! Cest lchange entre la thorie et la pratique, la recherche pdagogique, lexprience et les niveaux de formation. Lanne de stages sera donc rtablie. Et pour remdier la crise du recrutement qui est relle, tant les vocations ont t dcourages , et pour redonner lEducation nationale son rle exemplaire de promotion parce que dans chacune de nos familles, nous avons vcu ces promotions travers lcole et travers le mtier denseignant, les tudiants de milieux modestes ont pu devenir enseignants grce un systme qui existait par le pass , eh bien nous ferons en sorte de financer des tudes longue, avec une filire de prrecrutements pour former des enseignants le plus vite possible, ds la licence, de faon orienter les vocations et aider les jeunes financer leurs tudes. Le collge. Il concentre bien des difficults. Mais, contrairement ce qui est dit ou prtendu, le collge unique permet aussi la diversit des parcours. Ce nest pas un systme o tous les lves passent sous la toise. Nous avons besoin dune structure commune tous les lves. Jtais donc l, il y a quelques minutes, pour saluer la mmoire de Jean Zay, qui avait lui-mme invent lcole unique, prfiguration du collge unique. Et voil quon nous ferait procs ? Parce que, finalement, il y aurait ncessit dorienter plus tt les lves, pour les carter et les conduire vers lapprentissage ! Il faut des apprentis. Il faut de lenseignement manuel. Cest ncessaire. Il faut la valoriser. Il faut un enseignement professionnel. Mais, en mme temps, lorientation ne peut pas tre trop tt sinon, nous savons bien quelle sera un dterminisme social, une slection en fonction du milieu o les enfants de pauvres iront toujours dans les mmes filires. L aussi, lorsque nous regardons ce qui fonctionne le mieux en Europe et dans le monde, eh bien le systme ducatif qui a le plus de performance, les meilleurs rsultats, cest celui o il y a une importance et une dure du tronc commun. Voil pourquoi je refuse je lai dit les orientations prcoces. Voil pourquoi je refuse une orientation ds la fin de la cinquime, parce que cest trier encore au plus tt et aggraver les ingalits. Ce que je veux, cest linverse : permettre chacun de construire ses choix positivement, lui donner la possibilit dacqurir des moyens de sa culture, de sa citoyennet, de sa libert, dans un collge qui runit tous les enfants de la Rpublique. Et faire de nos filires professionnelles des vraies filires dexcellence, avec des orientations positives et pas imposes, et des dbouches assures, et pas subis. Ce que je veux, cest une rforme de lorientation. Cest ncessaire pour respecter le premier choix et pour permettre de garantir un second choix, pour faire quil y ait de la mobilit, quaucun destin ne soit prtabli un ge tellement prcoce de la vie. Je veillerai ce que les lves de lenseignement professionnel, ainsi que leurs enseignants, trouvent le soutien et la reconnaissance de la Nation. Au moment o nous parlons de rindustrialisation, de pacte productif, de patriotisme industriel, commenons donner la formation au plus haut niveau ces futurs techniciens ou ouvriers dont nous avons tant besoin, pour quils deviennent demain, par la promotion, nos ingnieurs ! Du CAP au diplme dingnieur, cest une lite professionnelle que nous avons former avec nergie, avec enthousiasme. Je voudrais que les lyces denseignement gnral, technologique, agricole et professionnel se rapprochent, et que les jeunesses se mlent. Quil y ait, l aussi, des changes, des cooprations, des projets communs. Il faut aussi rserver aux bacheliers des filires technologiques et professionnelles des formations dans le suprieur qui taient prvues pour ces lyces et qui ont t captes, on le sait, par dautres lyces qui ont vocation fournir, parat-il, les meilleurs. Enfin, je veux voquer ce qui est une dimension de lducation : la dimension artistique. Jvoquais, l encore, la mmoire de Jean Zay qui tait ministre de lEducation et des Beaux-Arts. Eh bien, oui, nous avons besoin de ce got de laction , de lexaltante admiration des belles uvres . Chaque lve doit y avoir accs, quel que soit son milieu social, le quartier, la commune o il vit, son degr et sa filire denseignement. Et cest pourquoi je lancerai un grand plan pour lducation artistique. Je dvelopperai aussi la culture scientifique, qui ne doit pas tre un lment de slection, mais une culture de lexprience, de la recherche, de lobservation, de la crativit. Et, de la mme faon, le sport doit tre regard comme une discipline, comme une faon, aussi, de spanouir, de connatre son corps et de faire en sorte, l encore, de pouvoir quilibrer les activits sportives et les activits intellectuelles si tant est que le sport nexige pas, aussi, une conception intelligente de son exercice. Cest pourquoi je veux cette ducation globale, qui mle tous les aspects de la formation, du savoir, de la connaissance, de la culture, de la civilit et du sport. Enfin, les nouvelles technologies ne peuvent pas rester la porte de nos coles, de nos tablissements. Je sais leffort que font les collectivits locales pour doter un certain nombre de nos tablissements, lyces, collges voire coles de moyens numriques. Je le fais dans mon propre dpartement. Et chaque lve de collge, dans mon dpartement, reoit ds la sixime un ordinateur portable. Que ma-t-on dit, ce moment-l ? On ma dit : cest terrible, vous allez changer la pdagogie. Le problme est que les enseignants nont pas t forms ces nouvelles technologies. Il faudra faire un grand plan de formation pour ces nouvelles technologies, si nous voulons les diffuser. Si nous voulons faire en sorte que les manuels puissent tre intgrs sur le plan numrique, dans les dotations que nous offrons aux lves ce qui allgera, quand mme, le poids des cartables, vieille revendication des familles. Eh bien, l aussi, il faudra multiplier les usages, les contenus, les ressources pdagogiques, mettre des expriences en commun. Et je demanderai aux collectivits locales, dont je sais le rle prcieux, de conforter cette diffusion des nouvelles technologies, daccompagner les usages. Parce que nous avons besoin de tous, pour refonder lcole. Bien sr, lEtat est le premier concern. Cest sa responsabilit. Et les collectivits locales ont aussi leur part de dpenses affecter aux coles, aux collges, aux rgions, aux universits, aux lyces. Les rgions le font de plus en plus, pour les universits. Nous avons besoin, aussi, de tout ce qui fait, en dfinitive, la science, lart cest--dire la prsence de chercheurs, dartistes, de sportifs dans nos lieux de formation et de culture. Je ne nglige pas, non plus, le redressement moral. Le savoir doit tre valoris. Lcole est faite pour transmettre de la connaissance. Personne ne doit tre jug indigne de lire La Princesse de Clves, au prtexte que lun dentre nous jespre quil nest pas prsent ici ! a eu des difficults pour accder cette lecture ! Mais jaurais pu parler de Madame Bovary ou dautres uvres. La culture nest pas lapanage dune catgorie sociale ou de quartiers ! La culture est disposition de tous les lves. Il ny a pas de culture leve et de culture qui le serait moins. Le mrite ne sera pas un hritage. Il doit tre un effort, qui doit tre encourag, rcompens. La morale, cest aussi le respect : respect des horaires, respect de lenseignant, respect de lautorit, respect des lois. Et, l aussi, le respect senseigne, comme senseigne lhistoire, qui ne doit pas tre manipule cest arriv mais enseigne. Je rtablirai lenseignement de lhistoire en terminale scientifique. Lautorit, aussi, doit tre restaure. Lautorit fonde sur les qualits morales et intellectuelles reconnues, et sur lexemplarit de celui qui la dtient. Et, cet gard, la scurit doit tre assure, aussi, dans les tablissements. Malheureusement et en dpit de trop dannonces, de gesticulations , ce nest pas le cas aujourdhui dans un certain nombre dtablissements. Nous avons, hlas, des cas qui se rptent de violence : violence lgard des enseignements, violence entre lves, violence venant de lextrieur. Et donc, tirant un certain nombre denseignements de ce qui sest pass, jai propos daugmenter la prsence des adultes dans les tablissements et de permettre un travail en quipe, une stabilit de ces quipes et la cration dun nouveau mtier : charg de la scurit et de la prvention, dans les tablissements qui sont les plus exposs aux violences. La morale aussi doit tre enseigne, partout, dans lcole et mme au plus haut sommet de lEtat. La morale est affaire dexemple. Elle est affaire de comportement. La mme morale pour tous ! Parce que chacun doit mesurer quil a des droits, mais aussi des devoirs et quil appartient tout citoyen de savoir concilier sa libert avec celle de tous les autres. Pour enseigner cette morale, je fais confiance aux enseignants. Car, moi, je ne les considre pas comme infrieurs aux hommes de religion. La lacit doit tre explique, apprise, revendique, rflchie, applique. Une lacit qui na pas besoin dune pithte pour donner sa signification. La lacit se suffit elle-mme. La lacit, cest une libert. Une libert de conscience qui doit tre respecte. Et, en mme temps, par rapport un espace public, lcole, o la religion na pas sa place toutes les religions nont pas leur place. Mme si les religions doivent tre enseignes, respectes. Mais il sagit dassurer la libert de chacun et la protection de tous. Voil le nouveau contrat que propose entre lcole et la Nation : un pacte ducatif. Cela a un sens prcis, le pacte ducatif. Cela renvoie lide, belle, que lcole est laffaire de toute la Nation, parce quelle prpare la France de demain. Lcole, lducation, ce nest pas une politique sectorielle mme si ce sera toujours un ministre. Elle nest pas un simple domaine daction de lEtat. Elle est laffaire de toute la socit dabord des enseignants. Je veux ici rendre hommage ces professeurs, ces mtiers de lcole, ceux qui se dvouent pour lducation de nos enfants et qui ne reoivent pas toujours la rcompense, au moins symbolique, de la Nation et de celui ou de celle qui la reprsente au plus haut niveau. Je sais que tous les acteurs de lcole mesurent, aujourdhui, limportance de ce que nous avons faire. Je sais aussi leurs prventions, leur dfiance, leurs attentes : comment pourrais-je ne pas les comprendre, quand je vois toutes les attaques, parfois les rformes quils ont d subir ? Je respecte tous les points de vue, toutes les expriences. Et je propose chacun dentrer dans cette concertation, sans exclusivit et sans a priori. Car il faudra faire cette refondation et la faire ensemble. Notre seul guide doit tre lintrt des lves et lintrt de la Nation. Je fixe un calendrier et une mthode. La mthode, cest la concertation puis le vote dune loi. Le calendrier, ce sont des ngociations durant lt et une loi dorientation et de programmation lautomne. Cest le rythme que nous aurons tenir si les Franais nous en donnent, bien sr, le mandat. La belle tche denseigner et dduquer notre jeunesse, nous la confions aux professeurs. Cest une tche difficile. Nous sommes et nous serons leurs cts. Et je demanderai, si les Franais men donnent la responsabilit, tous les citoyens de se tenir aux cts des enseignants. Parce que pour former des citoyens libres, il faut des professeurs librs de toutes les tutelles, de toutes les influences. Et, comme le disait dj Jules Ferry, les enseignants auront autant de libert que de responsabilit. Et quand je dis responsabilit , cest nest pas lautonomie que la Droite essaie toute force dimposer avec des chefs dtablissement, qui ne demandent rien dailleurs, qui devraient se comporter en patrons, des coles qui devraient tre des entreprises et une concurrence qui devrait se faire entre professeurs, lves, tablissements ! Non ! Il faut quil y ait une responsabilit celle des enseignants, celle des chefs dtablissement , quil y ait une confiance, qui soit porte une confiance qui ne peut pas opposer les chefs dtablissement et les enseignants. Une confiance qui ne peut pas tre mise en cause lorsque le statut des enseignants est voqu : comme si ctait l le verrou, la contrainte quil faudrait lever. Comme si ctait, finalement, le signe dune insuffisance dengagement des professeurs. Ce serait inexact. Cest injuste ! Quel avenir a un pays qui maltraite ses professeurs ? Qui se trouve incapable den recruter cest le cas aujourdhui pour assurer les besoins dinstruction et dducation ? Mais refuser dentrer dans la discussion du statut des enseignants, ce nest pas pour autant considrer que le mtier ne doit pas voluer, que ses missions ne doivent pas tre discutes. Si nous voulons rformer les rythmes scolaires nous le voulons , si nous voulons permettre un meilleur travail en quipes cest ncessaire , si nous voulons que les cycles, les transitions, lorientation se passent mieux et si nous sommes prts reconstruire une formation des professeurs digne de ce nom, alors il nous faudra parler aussi du mtier denseignant pour le faire voluer, le rendre plus attractif, plus efficace et quil puisse atteindre les nouveaux objectifs. Nous le ferons ensemble ! Depuis longtemps, la France accumule sans cesse des rformes, bouleverse son cole. Mais la vision densemble manque, la stratgie nest pas comprise et les progrs ne sont pas au rendez-vous. Les personnels, tous les personnels de lducation sont fatigus de cette remise en cause permanente, de ces injonctions, de ces dispositifs chaque fois nouveaux , de cette accumulation dobligations sans grand dessein, qui finissent par donner limpression de ntre l que pour habiller des renoncements et des manques. Voil pourquoi je fais de la refondation de lcole un engagement devant les Franais. On me dit : vous courez un risque. On court toujours des risques. Peut tre que le risque serait celui dune incomprhension avec les enseignants ? Je ne le crois pas. Ils y sont prts. Le risque, ce serait dvoquer des moyens supplmentaires ? Eh bien, oui ! Je lassume, ce risque ! Il y a eu, au cours de ces cinq dernires annes, 77 000 suppressions demplois. Eh bien, moi, je propose et jen prends toute la responsabilit un plan de recrutement de 60 000 personnels de lcole sur les cinq prochaines annes (12 000 par an). Cela fait dbat. Jentends ceux qui disent : surtout, ne pas augmenter le nombre de fonctionnaires ! Je lentends, aussi. Je connais nos contraintes. Je sais quil faudra et jai dailleurs pris, l-dessus, tout engagement ncessaire stabiliser les effectifs de la fonction publique dEtat. Mais, en mme temps, je considre que sil y a une priorit, cest pour lducation. On me dit : a cote cher, 500 millions deuros par an, rendez-vous compte ! Lallgement de limpt sur la fortune, cest 2 milliards On me dit : vous crez des postes, vous faites des investissements. Mais vient dtre vot, lAssemble nationale, un plan pour les prisons : 30 000 places, 3 milliards deuros dinvestissement, 1 milliard deuros de fonctionnement. Cest un choix de socit, aussi ! Que prfre-t-on ? Bien sr quil faut faire en sorte que les prisons soient humanises et que les dlinquants soient accueillis dans les conditions les plus sres pour la socit. Mais moi, je considre quaujourdhui, la priorit cest lcole ! Cest lducation ! Jentends un candidat, qui nest toujours pas dclar mais enfin, cela arrive, ce nest plus quune question dheures me dit-on, et Madame Merkel, dailleurs, a anticip, elle lavait investi lautre semaine ! dire quil veut rtablir la formation initiale des enseignants. Jen suis heureux ! Que ne la-t-il dtruite, hlas, pendant son quinquennat ? Il nous dit quil veut valoriser les enseignants. Cela lui fera le plus grand bien enfin, surtout aux enseignants, qui en ont t privs pendant cinq ans ! Mais tout cela a forcment un cot. Et donc, moi, jassume ce que propose! Je considre que si nous voulons rtablir la formation des enseignants et nous le voulons , lutter contre lchec scolaire, accueillir les enfants les plus en difficult et notamment les enfants qui sont en souffrance, qui sont en handicap alors il faut y mettre, forcment, les moyens en personnel ncessaires. Et pas simplement des postes denseignants : les mdecins scolaires qui ont rcemment engag une action, parce quon nen trouve plus les infirmires scolaires, les assistantes sociales, les surveillants, les encadrants Bref, tous ceux qui font vivre lcole, le collge, le lyce. Voil ce dont nous avons besoin ! Si nous voulons quil y ait des quipes pdagogiques, un nouveau temps de travail, un droulement de carrire, une prennit des quipes, une coordination avec les autres institutions : bien sr quil faut une politique dducation avec les moyens ncessaires ! Parce que l, ce qui se passe, avec les suppressions de postes, cest non seulement une cole qui sabme, qui saffaiblit, mais ce sont souvent les lves les plus en difficult qui sont les premires victimes des suppressions de postes : les RASED, les SEGPA, les lves handicaps, les filires spcialises Voil o on fait les conomies ! De la mme manire, nous aurons aussi besoin de personnel pour organiser la transition entre nos lyces et lenseignement suprieur. Trop dlves se trouvent dsorients en arrivant luniversit et, finalement, abandonnent leurs tudes et, finalement, un terrible gchis pour leur famille, pour eux- mmes et pour lEtat, travers les crdits quil met en place pour luniversit. Il nest pas acceptable que nous ayons de moins en moins dtudiants, et avec un taux dchec trs lev pour les premiers cycles. Jaccorderai une part de leffort de la Nation luniversit, pour russir cette transition. Je suis prt tous les dbats au cours de la campagne prsidentielle sur cette question de lcole, de lducation et de luniversit. Mais moi, je refuse lhypocrisie qui consiste dire quil est possible denseigner sans enseignant ! Parce que si lon pense quil est possible denseigner sans enseignant, de soigner sans mdecin, un jour des gens penseront quon peut aussi avoir une prsidence sans prsident A un moment, il faut bien quun homme, une femme, exerce la responsabilit ! Nous avons donc besoin que lensemble de notre systme ducatif reprenne confiance en lui-mme. La France a besoin de clart, de raison et de justice. Elle a besoin de retrouver une volont de progresser, de russir. Voil pourquoi je suis venu ici, dans le Loiret. A la fois pour me ressourcer travers la belle image et le grand souvenir de Jean Zay, et puiser parmi vous lnergie qui doit me conduire convaincre les Franais de cette exigence dune refondation de lcole ! Je veux agir pour la France cinq ans, dix ans, vingt ans ! Je ne parle pas simplement de moi. Mais ce que nous allons dcider, l, pour les prochains mois, vaudra bien sr pour le prochain quinquennat, mais devra se poursuivre bien au-del de nous. Ce que nous engageons travers cette campagne prsidentielle, ce nest pas simplement un temps court. Ce ne sont pas simplement des mesures durgence. Ce sont des rformes durables, que nous avons poursuivre, que dautres feront aprs nous. Nous devons concevoir notre action dans un parcours qui est venu de loin et qui nous survivra jen suis sr , quest le rcit rpublicain ! Toutes les gnrations qui nous ont succd, qui ont fait avancer notre pays. Et, encore aujourdhui, nous en sommes l : voulons-nous avancer ou voulons-nous reculer ? Voulons-nous nous rsigner ou voulons-nous, au contraire, nous dpasser nous-mmes ? Nous navons pas les moyens budgtaires que notre politique pourrait, ventuellement, esprer. Mais nous ferons les choses progressivement, graduellement. Jai dit que mon quinquennat, si les Franais men donnent possibilit, serait dabord avec des rformes de structures. Ensuite, nous pourrions redistribuer ce que nous avons cr. Mais ds la rentre 2012, il y aura des changements pour lcole ! Parce que je sais quils sont attendus. Je sais quil y a urgence ! Je sais que cette cause de lcole nest pas, ici, notre exclusivit, notre proprit. Lcole appartient la Nation et pas simplement une famille politique. Je sais que cest une belle cause, la jeunesse, qui peut nous rassembler. Je sais que tous les rpublicains peuvent se runir autour de ce projet, si nous savons le conduire avec rigueur, sincrit, obstination. La France, je vous lai dit, est un grand pays, avec de grandes ressources ! Humaines, dabord. Chacun dentre vous est un atout pour la France. Et les plus jeunes sont notre espoir. Nous pouvons surmonter la crise. Ce sera difficile. Il faudra faire tous les efforts de redressement dans la justice. Nous les ferons ensemble ! Mais, je vais vous donner la mthode. Il y faut de la constance. Mfiez-vous de ceux qui changent. Mfiez- vous de ceux qui ne savent pas quel est leur cap. Qui, un jour, appellent lEtat la rescousse et, un autre jour, le dnoncent. Un jour baissent les impts des plus riches et, la fin, augmentent les impts de tous. Mfiez-vous de ceux qui vous parlent de la comptitivit et qui ont dgrad le commerce extrieur. Mfiez-vous de ceux qui inventent la fin de leur quinquennat ce quils nont pas fait au dbut, au milieu et mme aux trois quarts. Mfiez-vous de ceux qui, finalement, nont que la peur comme justification de leur engagement : la peur du changement, la peur de la crise, la peur de lpreuve, la peur de leffort. Non ! Nous, nous navons peur de rien ! Parce que nous avons une volont. Nous avons un espoir. Nous avons une grande cause. Nous avons le respect. Nous avons lide du rassemblement du pays. Alors, il faut de la constance. Il faut de la cohrence. Il faut de la tnacit. Il faut aussi du respect. Du respect, de la considration. Tout commence par le respect et la considration ! Chacun, ici, au-del de sa condition, de sa situation personnelle, demande dabord tre respect quand il est travailleur et quil ne mnage pas sa peine pour lentreprise qui lemploie et qui ne peut pas supporter de dcouvrir un jour que pour des raisons boursires, il est abandonn en chemin. Oui, chacun demande du respect. Le chmeur qui nen peut plus et qui maintenant on va discuter ses droits en demandant mme, peut-tre, demain, au peuple franais de faire un rfrendum sur les conditions mmes de son statut de chmeur ! Oui, chacun demande le respect : les fonctionnaires qui sont au service de la Nation et qui ne veulent pas tre suspects dtre une charge pour le pays ! Chacun demande du respect : les jeunes qui veulent russir leur vie et qui lon dnie, finalement, travers une politique courte vue, les moyens de leur propre accomplissement ! Chacun demande du respect : la personne ge qui veut terminer son existence dignement et qui lon na mme pas fait la rforme de la dpendance qui avait t promise ! Voil : la constance, la cohrence, le respect. La France a besoin dun vrai dbat, et non de fausses querelles. Je pense ces dclarations brutales vous les avez entendues prtendant briser les consensus, srigeant en voix du bon sens, et qui ne sont que des provocations semant la discorde et ternissant limage nationale. Nous navons pas besoin de ces discordes, de ces querelles, de ces dsordres quand le pays appelle des solutions pour le chmage, pour le pouvoir dachat, pour la sant, pour le logement. Voil les sujets de la campagne prsidentielle ! Ce nest pas de savoir si une civilisation est suprieure une autre ! Et le courage ! Voil que certains semparent de cette vertu quils se sont attribue deux-mmes. Le courage. Mais o est le courage quand on demande au pays de faire un effort alors quau plus haut sommet des fortunes, il y a eu, en dfinitive, insolence et indcence ? O est le courage dappeler voter un texte sur laugmentation de la TVA, cest--dire un impt sur tous les Franais, quand il y a eu un bouclier fiscal et une baisse de limpt sur la fortune ? O est le courage de sen prendre aux chmeurs, aux trangers, aux plus faibles, aux fragiles ? O est le courage ? Le courage cest, au contraire, dappeler au rassemblement, leffort, la justice ! Le courage, cest de sen prendre largent, la finance ! Ce nest pas de sen prendre aux plus modestes des Franais ! Chers amis, le rassemblement est ncessaire. Rassemblement de la Gauche, cest dj pas mal ! Le rassemblement des Socialistes : on pensait que ce serait difficile. Vous avez vu, aprs ces primaires ? Tout le monde sy est mis ! Au-del des choix des uns et des autres, chacun fait campagne et donne le meilleur de lui-mme ou delle-mme. Rassemblement de la Gauche : nous allons le faire ! Il y en a qui sont partis tout seuls. Je ne sais pas jusquo ils iront. Je leur souhaite le plus grand succs. Mais ce que je souhaite, surtout, cest que nous soyons, nous, au plus haut au soir du premier tour. Parce que cest au premier tour que va se gagner la bataille ! Je ne sais pas exactement qui sera candidat mme si, maintenant, on est clair , qui aura ses signatures cela, cest une autre affaire ! Mais moi, je ne veux pas me proccuper des autres. Ce que je vous dis, cest simple : si vous voulez le changement, si vous voulez faire avancer la France en faisant gagner la Gauche, cest au premier tour que vous le ferez. Cest en donnant cette dynamique, cette force, cette capacit de rassemblement que vous permettrez la Gauche dtre au rendez-vous ! Mais, cest llection prsidentielle qui va dcider du prochain prsident, du projet, de la conception de la socit, de la Rpublique. Et, au lendemain de llection prsidentielle, le prochain chef de lEtat aura une mission plus grande encore que toutes les autres : runir tous les Franais, y compris ceux qui nauront pas vot pour lui. Ce sera dsolant, de constater quune partie de la Nation na pas vot comme nous lentendons. Et, en mme temps, cest la dmocratie. Cest le droit de chacun. Et cest le respect que nous devons avoir, y compris lgard de ceux qui ne pensent comme nous. Et nous narriverons pas redresser le pays si nous ne nous rassemblons pas. Oh, je ne parle pas ici dUnion nationale qui est une chimre , ni douverture je veux vous rassurer. Nous ne solliciterons aucun concours. Nous ne capturerons aucun dput ou snateur venant de lautre ct mme si nous ne refuserons aucun vote sil nous est accord. Non, le rassemblement, cest le rassemblement des Franais. Parce que nous en avons besoin. Parce quil faudra la mobilisation de tous. Cest le respect de nos diffrences. Cest lcoute attentive de chacun. Cest la volont davancer ensemble. Cest laffirmation tranquille des convictions et le respect des liberts. Cest la reconnaissance, aussi, de ce quest lintrt suprieur du pays. Je veux, pour la France, lunit, le rassemblement, la rconciliation, la concorde. Tout ce qui manque, aujourdhui. Je sens bien que nos concitoyens qui sont fragments, disperss, parfois opposs les uns les autres, ne demandent quune chose, l, dans ce moment : cest que le changement puisse tre aussi un moment de bonheur retrouv, de confiance rtablie, dimage sereine, dapaisement. Cela fait du bien, lapaisement, quand on a t puis, harass, fatigu. Oui, voil ce que nous devons faire ensemble ! Faire que cette victoire soit la victoire, bien sr, de ceux qui lauront voulue mais la victoire de la France. Et, autour de cette victoire, nous ferons de lEcole de la Rpublique, en dfinitive, notre engagement et notre cause ! Et nous ferons de cette jeunesse de France cette jeunesse qui est si impatiente, si trouble, si dsireuse de russir , nous ferons de la jeunesse le grand espoir pour la France de demain. Cher amis, cest le moment, bientt, de choisir. Cela va tre long, encore, deux mois. Moi, je compte les jours ! On me dit : cest terrible, ce qui vous arrive, vous tes le favori. Cela fait des mois que je porte ce fardeau de favori ! Mais, chaque jour qui me rapproche de llection fait que le fardeau est plus lger. Je marche mon rythme. Je nai pas besoin de me hter, de me prcipiter. Jen connais dautres qui sont, maintenant, plutt tents par lacclration. Nayez peur de rien ! Diffusez largement nos ides ! Portez notre message ! Allez auprs des Franais. Donnez-leur confiance en eux-mmes et en leur pays. Nous ne sommes srs de rien. Rien nest acquis, rien nest fait, rien nest jou. Et je suis conscient que tout peut tre, un moment, boulevers. On me dit que je suis arrogant. On me dit tant de choses ! Si je faisais la liste de tous les qualificatifs dont jai t lobjet je ne parle pas des pages animales du dictionnaire ! mais, coutez, l encore : ne nous laissons pas dtourner. Atteignons notre objectif. Nous sommes attendus par les Franais. Et ce que je voulais vous dire, ici, dans le Loiret, cest que mon premier engagement serait pour lcole, que ma premire cause serait pour la jeunesse et que ma premire volont serait pour le rassemblement de notre pays ! Faites en sorte que nous puissions nous prparer cette victoire ! Une victoire qui est attendue, qui est espre, dont nous devrons tre dignes. Une victoire laquelle beaucoup ne croyaient pas il y a encore quelques mois, tant nous pensions que ce serait, finalement, une chape de plomb qui nous empcherait, peut-tre, de faire lalternance. Lalternance : cela fait dix ans, dix ans que la Droite est au pouvoir. Et cela fait depuis 1995 quil ny a plus eu un prsident de la Rpublique de Gauche. Il ny en a eu, dailleurs, quun sous la Ve Rpublique. Eh bien, cest contre cette fatalit que je me suis lev. Cest parce que je me suis dit quil ntait pas possible, quand mme, dans notre pays, la France qui a fait la Rpublique, qui a fait les avances sociales, qui a fait des conqutes , que ce ntait quand mme pas possible que la Gauche ne soit pas l au moment o le pays est frapp par la crise, pour faire notre devoir : redresser, mettre de la justice, donner une joie forte. Non pas rendre tout possible, mais rendre toute esprance, oui, crdible. Voil, chers amis ! Merci dtre venus nombreux. Jaurais pu vous parler de tant de choses. Mais faites en sorte que le 6 mai, le changement soit l ! Que le changement soit pour lcole ! Que le changement soit pour la jeunesse, soit pour la Rpublique et soit pour la France ! Merci.