Efficacité nutritionnelle et métabolique de ClinOléic® 20%

  • Published on
    05-Jul-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Nutr. Clin. Mbtabol. 1996 ; 10 : 29 S-31 S

    Eflicacit nutritionneHe et m tabolique de ClinOl ic 20 %

    Bernard Beaufrere

    Laboratoire de Nutrition Humaine, Clermont-Ferrand.

    Introduction

    Cet article a pour objectif de faire la synth6se des donn~es cliniques (volontaires sains et patients) ac- tuellement disponibles sur l'6mulsion/t base d'huile d'olive, ClinO16ic . Les trois aspects essentielles qui seront envisag6es sont l'efficacit6 nutritionnelle, l'6puration plasmatique et l'efficacit6 m6tabolique jug6e essentiellement sur la synth6se des d6riv~s sup6rieurs de la s6rie n-6.

    Efficacite nutritionnelle

    La principale fonction d'une ~mulsion lipidique est d'assurer un apport calorique, ce qui implique une oxydation satisfaisante des acides gras fournis. Cette oxydation a 6t6 d6termin6e par calorim6trie indi- recte chez des volontaires sains recevant une per- fusion d'acides amin6s, de glucose et de lipides (0,1 g/kg.h) fi un d6bit similaire /t celui utilis6 en clinique. ClinO16ic et Intralipide sont oxyd6s de fa~on similaire dans ces conditions : 4,5 g de lipides oxyd~s par heure pour les deux substrats [1]. Chez des patients, l'6valuation de l'efficacit6 nutri- tionnelle a 6t6 men6e sur la base de crit6res cliniques (poids, anthropom6tr ie)ou paracliniques simples. Cinq 6tudes cliniques, prospectives randomis6es, dont trois multicentriques, ont ~t6 r6alis6es. Les r6sultats de certaines de ces 6tudes ont bt6 publi6s en partie [2-4]. Toutefois, une m6ta-analyse regrou- pant les patients analysables pour les crit6res d'effi- cacit6 nutritionnelle et pour l'6puration plasmatique a 6t6 r6alis6e [5]. Elle porte sur un total de 158 patients (84 sous ClinO16ic , 74 sous Intralipide ) et la population 6tudi6e est d6crite dans le tableau I. La dur6e du traitement a 6t6 tr~s variable et les patients peuvent 6tre r6partis en trois groupes selon la dur~e de la nutrition parent6rale : court terme (de

    Tableau I ." Patients adultes trait~s par Clin Oldic et Intralipide

    ClinO16ic Intralipide

    Nombre de patients Age (ann6es) * Dur6e du traitement (jours) *

    84 74 44 + 2 47 _+ 2 39 _+ 9 31 _+ 7 (5-438) (5-394)

    Diagnostic (nombre de patients par cat6gorie) - chirurgie post-traumatique 20 - chirurgie g6n6rale 12 - maladie de Crohn 21 - cancer et complications 19 - divers 12

    10 16 23 16 9

    * moyenne +_ esm

    5 /t 7 j), moyen terme (de 8 /t 44 j) et long terme (plus de 44 j). Les pathologies initiales sont repre- sentatives des recrutements habituels en r6ani- mation, gastroent6rologie et nutrition parent6rale ~i domicile. La posologie moyenne de lipide a ~t~ de 1,7 + 0,1 g/kg.j dans le groupe ClinO16ic et 1,6 _+ 0,1 g/kg.j dans le groupe Intralipide ~. Certains apports ont 6t6 61ev~s au-dehi de 3 g/kg.j, refl6tant la variabilit6 des besoins caloriques individuels, les habitudes de diff6rents centres et la prescription d'alimentations hypercaloriques plus fr6quentes fi la fin des ann6es 1980 qu'actuellement. Chez ces patients, l'6tat nutritionnel a 6volu6 de fagon identique sous ClinO16ic et sous Intralipide . Quelle que soit l'6mulsion, le poids reste stable dans le groupe court terme, le poids et les param6tres anthropom6triques (plis cutan6s et circonf6rence brachiale) restent stables ou s'am61iorent fi moyen et long termes. La balance azot6e mesur6e dans une 6tude fi court terme est n6gative (ce qui est habituel

    Correspondance : Dr B. Beaufr&e, Laboratoire de Nutrition Humaine, 58, rue Montalembert, BP 321, 63009 Clermont-Ferrand.

    29 S

  • B. BEAUFRERE

    chez ces patients hypercataboliques) sans influence du type d'~mulsion. I1 n'y a donc pas de diff6rence d'efficacit6 nutrition- helle entre ClinOl~ic et Intralipide fi posologie 6quivalente. I1 est cependant clair que les param~tres nutritionnels consid6r6s sont peu sp6cifiques, et, m~me pour les plus simples tel que le poids, de mesure parfois difficile chez le patient de r6anima- tion.

    Epuration plasmatique

    L'6valuation globale de la vitesse d'6limination des 6mulsions a 6t6 faite par la mesure de la triglyc6ri- d6mie en fin de traitement, ce qui ne permet pas de pr6juger de la voie d'61imination (lipolyse bien stir, mais aussi captation par le syst~me r6ticuloendoth6- lial). Les donn6es des 3 groupes de patients d6finis plus haut sont pr6sent6es sur le tableau II.

    Chez les patients trait6s fi court terme, la triglyc6ri- d6mie augmente mod6r6ment en fin de traitement sous ClinO16ic , alors qu'elle diminue sous Intrali- pide , la diff6rence entre groupes ~tant significative. Par contre, il n'existe pas de diff6rence entre les deux 6mulsions ~t moyen et long terme. Darts tousles cas, la triglyc~rid6mie reste dans les limites de la normale [5]. L'analyse plus fine de l'61imination effectu6e chez le volontaire sain par le groupe d'Erkelens [6] sug- g+re que la triglyc~rid6mie plus 61ev6e observ6e sous ClinO16ic refl6terait une moindre captation par le syst6me r~ticuloendoth61ial, plut6t qu'une lipolyse moins rapide.

    Efficacitd m~tabolique

    Les modifications de la composition en acides gras des phospholipides circulants au cours des perfu- sions ont 6t6 6valu6es uniquement chez des patients

    Tableau H: TriglycOrid~mies (mmol/L) sous ClinOlOic et Intralipide

    ClinO16ic intralipide ClinOl~ic vs Intralipide

    Court terme Moyen terme Long terme

    Basal Fin Basal Fin 1,1 _+ 0,1 1,4 + 0,2 1,4 + 0,2 1,0 + 0,1 < 0,05 1,3 _+ 0,1 1,2 + 0,1 1,3 + 0,1 1,0 _+ 0,1 NS 1,5 _+ 0,2 1,5 + 0,3 2,1 + 0,8 1,6 + 0,5 NS

    Tableau I I I : EfficacitO m~tabolique

    ClinO16ic Intralipide ClinO16ic vs (n = 36) (n = 35) Intralipide

    Basal

    Acide ol6ique (%) 14,0 _+ 0,4 Ct8:1, n-9

    Acide linol6ique (%) 18,3 _+ 0,6 C18:2, n-6

    D6riv6s sup6rieurs (%) 17,1 _+ 0,5 Zn-6 > C18 + C18:3, n-6

    Tri6ne/T6tra+ne 0,06 + 0,01 C20:3, n-9 C20:4, n-6

    C20:3, n-6 0,32 + 0,02 C20:4, n-6

    Fin Basal Fin

    19,6 + 0,5 14,0 _+ 0,6 13,0 + 0,3 < 0,001

    16,7 + 0,6 18,3 _+ 1,0 24,1 _+ 0,7 < 0,001

    16,3 _+ 0,6 17,1 + 0,7 13,7 + 0,6 < 0,001

    0,05 + 0,01 0,08 + 0,01 0,07 + 0,01 NS

    0,32 _+ 0,02 0,33 _+ 0,02 0,30 + 0,02 = 0,05

    % = pourcentage des acides gras totaux des phospholipides.

    30 S

  • EFFICACITI~ NUTRIT IONNELLE ET Mt~TABOLIQUE DE ClinOl~ic 20%

    court et moyen termes (38 patients sous ClinO16ic et 36 sous Intralipide). Ces r6sultats ont 6t6 partiel- lement publi6s [2-4] et sont regroup6s ici sous forme d'une deuxi~me m~ta-analyse [5]. La fraction phos- pholipidique est consid6r~e comme la plus repr6sen- tative de la composition des membranes cellulaires, tout en 6tant plus facilement accessible que cette derni~re. Tous les dosages ont 6t6 centralis6s dans un mSme laboratoire (G. B6r6ziat, h6pital Saint- Antoine, Paris). La proport ion d'acide ol~ique augmente dans le groupe ClinO16ic , alors que celle d'acide linol6ique augmente dans le groupe Intralipide . Ce r6sultat refl6te simplement la composit ion des 6mulsions perfus~es et indique que les transferts entre particu- les des acides gras perfus6s se font correctement. Le point essentiel est l'6volution de la somme des d6ri- v6s sup~rieurs de la s6rie n-6. Cette somme comporte tousles acides gras n-6 (fi l'exception du pr6curseur l'acide linol6ique) et en particulier l'acide arachidonique, C20:4, n-6, pr6curseur des prosta- glandines de la s6rie 2. Son 6volution indique l'effi- cacit~ de la transformation de l'acide linol6ique en d~riv~s sup6rieurs par les d6saturations (A 6 d6satu- rase en particulier) et ~longations successives. Sous Intral ipide , ce param&re diminue franchement alors qu'il reste stable sous ClinO16ic (p < 0,001 entre les 2 groupes). Ceci confirme donc que l 'apport trop 61ev6 en acides gras essentiels de l'huile de soja inhibe en fait la synth+se des d6riv6s sup~rieurs, qui est au contraire pr6serv~e par l 'apport plus r6duit avec ClinO16ic . La synth~se des d~riv6s sup6rieurs de la s~rie n-3 est stable et identique dans les deux groupes, malgr6, 1/t encore, un apport inf6rieur du pr~curseur, l'acide ~-linol~nique, avec ClinO16ic . Le rapport tri6ne/t6tra6ne, dont l'616vation indique une carence en acides gras essentiels, reste stable et normal dans les deux groupes, confirmant indirecte- ment la preservation du statut en acides gras essen- tiels. Enfin, le rapport 20:3, n-6/20:4, n-6 est un indicateur indirect de l'6quilibre, au sein de la s~rie n-6, entre les pr~curseurs des prostaglandines 1 et 2 respectivement. Une diminution de ce rapport est en faveur d'une augmentation du risque proagr6gant plaquettaire. Ce rapport est peu modifi~ dans les deux groupes, bien qu'il tende fi diminuer sous huile de soja, la difference entre groupes 6tant/t la limite de la significativit6. Les dosages directs des prosta- glandines plasmatiques (PGE2 et PGF2e) r6alis~s dans une ~tude court terme (Du Cailar, non publi~e), montrent des concentrations ~lev6es, habituelles chez ce type de patient, sans diff6rence entre les

    deux traitements, ce qui n'est pas surprenant compte tenu de la variabilit6 notoire de ces dosages dans ce type de population. Enfin, malgr6 la susceptibilit6 6levee des acides gras polyinsatur6s (abondants dans l'huile de soja) aux ph6nom6nes de peroxydation, ces derniers n'ont pu ~tre mesur6s dans ces populations.

    Conclusion

    Par comparaison avec une 6mulsion fi base d'huile de soja (Intralipide), et chez des patients adultes, l'6mulsion ClinO16ic : - a une efficacit6 nutritionnelle comparable, - est 61imin~e du plasma de fagon comparable,

    permet de pr6server, voire d'am61iorer (pour les n-6) la synth6se des d6riv~s sup6rieurs des acides gras essentiels, pr~curseurs des eicosanogdes (prosta- glandines et leucotri~nes) malgr6 un apport r6duit en acides gras essentiels. Les cons6quences cliniques de cette meilleure syn- th~se, ainsi que de la probable r~duction de la lipo- peroxydation restent /t d6montrer mais devraient ~tre b~n6fiques chez le patient agress6 soumis fi des ph6nom6nes oxydatifs et inflammatoires importants.

    Bibliographie

    1. Siderova VS, Carpentier YA, Dahlan W, Richelle M. Intravascular metabolism of different fatty acids during lipid infusion in man. Clin Nutr 1993 ; 12 : 329-36.

    2. Breton I, Marinier E, Dutot G, Bbr6ziat G, Pescio M, Melin C. Influence of varying the essential fatty acid (EFA) intake on fatty acids metabolism during TPN. Clin Nutr 1991 ; 10 suppl. : 17.

    3. R6ssle C, Breton I, B~r~ziat G, Desmonts JM, Lien- hart A, Masini JP etal. Evolution of plasma phos- pholipid fatty acid pattern in patients receiving pos- toperative TPN including soybean oil - or olive oil- based lipid emulsions : a comparative multicenter trial. Clin Nutr 1992; 11 suppl. : 19.

    4. Trimbo S, Colin R, Paris JC, Gu+don C, Lescut D, B6r6ziat Get al. Use of a new olive oil - based emulsion as an alternative to soy - based emulsions in long term TPN : favorable effects on plasma fatty acid profiles. Clin Nutr 1993 ; 12 suppl. : 33.

    5. Clintec Technologies. Dossier d'AMM ClinOl6ic 20 % I.V. lipid emulsion. 1995.

    6. Brouwer CB, Dutot G, De Bruin TWA, Jansen H, Erkelens DS. Different clearance of intravenously administered olive oil and soybeanoil emulsions: role of hepatic lipase. Am J Clin Nutr 1993 ; 57 : 533-9.

    31 S

Recommended

View more >