ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE

  • Published on
    12-Jan-2016

  • View
    46

  • Download
    0

DESCRIPTION

ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE. Anne BISSERIER Paris Descartes 2009. VOIES AERIENNES SUPERIEURES. Anatomie Fosses nasales : cornets, mats - PowerPoint PPT Presentation

Transcript

  • ENCOMBREMENTDES VOIES AERIENNES SUPERIEURESET KINESITHERAPIE Anne BISSERIERParis Descartes 2009

  • VOIES AERIENNES SUPERIEURES

    AnatomieFosses nasales : cornets, matsCommunications : sinus frontaux, thmodaux, maxillaires, sphnode la trompe dEustache le canal lacrymo-nasalNombreuses fibres sensitives : R ternuementNombreuses fibres orthosympathiquesValves narinaires, turbinales, septales = zones rectiles

  • Diffrences anatomiques VASde lenfant par rapport ladulteProlongement des fosses nasales, cavum, oropharynxImportant complexe lymphode (anneau de Waldeyer)Voile du palais plus long, plus paisSinus ethmodaux, maxillaires Ds la naissancepetits volumes, ostium plus large peu dveloppsdvelopp et visible vers 12-18 moisRaret des sinusites du petit enfantSinus frontaux et sphnodiens vers 7 ansConfusion entre sinusite et rhinite ou rhinopharyngite

  • volution avec lgeLarynx

  • VOIES AERIENNES SUPERIEURESHistologieFormation pilosbace : vestibule nez, fosses nasales (ant)pithlium de type respiratoire : fosses nasales, pharynx (chorion, glandes scrtrices)Neuropithlium (muqueuse olfactive avec glandes de Bowman) Cellules cilies, caliciformes : strociles, langerhans, mastocytes (irritation chronique)Amas lymphodes anneau de Waldeyer amygdalesVascularisation riche (veineuse sup et prde, X artrielle)

  • VOIES AERIENNES SUPERIEURESHistophysiologielibre passage, conditionnement, puration de lairpoils, valves, choanne troite, fosses nasales troites, obliquit entre pharynx et VAIair inspir humidifi, rchauff, filtrCheminement des particules odorantes vers lorgane olfactif

  • VOIES AERIENNES SUPERIEURESHistophysiologieadaptation flux respiratoire notion de rgulation : exo/environnementvalves nasalescycle physio altern, toutes les 4 h

  • VOIES AERIENNES SUPERIEURESHistophysiologieparticipation aux dfenses immunitairesPh locaux de dfensesformations lymphodes pharynges effets gnraux +++

  • OBSTRUCTION NASALEchez lenfantMotif de consultation mdicale frquent Le plus souvent cause bnine, gurison spontanechez NN, nourrisson : gne respiratoire avec perte dapptit, source de dtresse respiratoireRhinite obstructiveChez lenfant : si chronicit retentissement sur croissance massif facial (grand enfant) SAS Rhinite allergique ou non, rhino-pharyngite, rhinosinusite chronique, hypertrophie adnodienne, pathologie de la valve nasale, obstruction nasale par incomptence labiale

  • Indications de kinsithrapie des VASChez les nouveaux-ns, nourrissonRhinopharyngiteBronchioliteAsthme du nourrissonChez les enfants Pathologie scrtante aigu ou chronique VASPathologie bronchique chronique : mucoviscidose, DDB signe daccompagnementAsthme prodromeChez les malades intubs/ventilsPeu de prescription kinsithrapique

  • Obstruction VASAgent pathogne : allergne, virale, bactrien

    Inflammation

    oedme hyperscrtion

    obstruction

  • Consquences de lobstruction nasaleTravail respiratoireFatigabilit des muscles respiratoiresDyspnePerte dapptit, perte de poidsTenir compte des particularits anatomiques et physiologiquesde lappareil respiratoire du petit enfant

  • Facteurs susceptibles de modifier lvolution naturelle des rhinopharyngites ATCD dotite moyenne aigu rcidivante (OMA) (3 en 6 mois)Otite sreuseImmunodpression ge : pic dincidence OMA (6 mois et 2 ans)A plus de 3ans : sinusite maxillaireLa vie en crche

    Otite moyenne aigusinusite

  • Le caractre purulent des scrtions la prsence de fivre non synonyme dinfection ou surinfection bactrienneSignes suggrant la survenue dune infection bactrienneGne respiratoire !!!Fivre ou fivre persistante > 3 jPersistance sans amlioration de la toux, rhinorrhe, obstruction nasale aprs 10 jIrritabilit, rveils nocturnes, otalgie, otorrheConjonctivite, dme palpbraleTroubles digestifs : anorexie, vomissements, diarrhesruption cutane

  • EVALUATION DE LOBSTRUCTIONA loreille Au pourtour des narinesAu miroirTest flux antrogradeTest flux rhinopharyng rtrograde

    corrlation entre encombrements VAS et VAI ?

    Rhinopharyngite : prodrome ou signe daccompagnement

  • Techniques de kinsithrapie VASUn pralable : faciliter la dsobstructionChambre de rchauffementHumidification, lavage rhinopharyngCorticodes ?Antiseptiques locaux ?

  • Techniques de kinsithrapie VASTechniques proprement ditesDsencombrement rhinopharyng RtrogradeAntrogradeMouchageAspiration nasaleAspiration rhinopharynge}Les plus utilises

  • Dsencombrement rhinopharyng rtrograde

  • Expectorations recueillies

  • Efficacit des techniques DRPSpectaculaire : 1 ou 2 sancesTouxTempratureRonflement nocturneRtablissement de la respiration nasaleBien-tre gnral du patientReprise de lalimentation

  • Complication des aspirations : EPISTAXISsaignement issu : - zone de Kiesselbac (90% des cas) partie antrieure de la cloison nasale - partie antrieure des fosses nasales

  • aspiration nasale non systmatique prcde valuation encombrement des VASventilation nasale sans bruit surajout enfant tte normalementabsence dencombrementpas daspirationventilation naso-buccale avec bruits surajoutsencombrement scrtionsmouillesge< 6 sem :aspiration systmatiqueventilation exclusivementbuccaleencombrement scrtions sches et/ou bouchonAge > 6 semaspiration si Pb alimentation ou de dtresse respiratoire

  • Matrieldaspirationsonde usage unique de taille CH 4 CH 8 bout mouss sans illet latralla taille de la sonde choisie selon ge et viscosit scrtionsbocal daspirationcompresses strilessrum physiologique en bocal et en dosetteaspirateur de mucosits ou vide mural manomtre 100 200 mmb

  • Contre indications des aspirationsthrombopnie et autrestroubles de la coagulationpistaxisprudence (malformation de la cloison nasale !)

  • Elments de surveillanceaspirations

    - hydraterrgulire de la muqueuse nasale- limiter les aspirations nasales pratiquer laspiration en un seul temps en remontant la sonde ne pas insister en cas de difficult introduire la sonde (cycle respiratoire nasal altern ) planifier les soins en interaction avec les autres soignants (effet de potentialisation)- respecter les rythmes de sommeil des enfants

  • Incidentsdes aspirationsRGOVomissementsLaspiration nasale provoque rarement de rflexe nauseux la diffrence de laspiration pharynge

  • ConclusionPlusieurs techniques, nombreuses modalitsLittrature pauvreRecherche dtre le moins invasifChez le tout petit, permabilit VAS essentiellemode naso-nasal

  • Bibliographie

    Ass Respirer : la bronchiolite Med Enf 1998; 18/9Barthe : kinsithrapie de linfection respiratoire aigu basse de lenfant Cah Kin 1992 158/6Catelain : kinsithrapie dans la bronchiolite Rev Int Ped 1995; 253Confrence de consensus sur la prise en charge de la bronchiolite du nourrissonDutau : La bronchiolite aigu du nourrisson en pdiatrie ambulatoire : profil clinique et modalits de prise en charge Dutau Ed Paris 1998Grimpel : Prise en charge thrapeutique de la bronchiolite du nourrissonEnqute multicentrique Med Mal Infect 1993Marsh : the Hering-Breuer deflationary reflex Am Rev Respi Dis 1993

Recommended

View more >