ENQUETE EXPLORATOIRE NATIONALE RELATIVE AUX PRATIQUES ?· RELATIVE AUX PRATIQUES D'HYGIENE APPLIQUEES…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • ENQUETE EXPLORATOIRE NATIONALE

    RELATIVE AUX PRATIQUES D'HYGIENE APPLIQUEES

    AUX SONDES A ECHOGRAPHIE ENDOVAGINALE

    Rsultats

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 2

    GROUPE DE TRAVAIL

    Membres

    Dr Martine AUPEE Responsable CClin Ouest

    Dr Florence BEKAERT Praticien hyginiste, CH Sainte Anne, Paris

    Vronique DELANNOY Cadre de sant, coordonnateur du groupe de travail,

    Arlin Aquitaine

    Elisabeth LAPRUGNE-GARCIA Cadre suprieur de sant, CClin Sud-Est

    Dr Agns LASHERAS-BAUDUIN Praticien hyginiste, CHU de Bordeaux

    Dr Sandra MALAVAUD Praticien hyginiste, CHU de Toulouse, comit

    dinfectiologie Association Franaise dUrologie

    Dr Pierre PARNEIX Responsable CClin Sud-Ouest, Prsident SF2H

    Muriel PEFAU Epidmiologiste, CClin Sud-Ouest

    Dr Herv SOULE Praticien hyginiste, CH Centre de Bretagne, Noyal

    Pontivy

    Avis et collaboration des socits savantes

    Collge National des Gyncologues et Obsttriciens Franais (CNGOF)

    Socit Franaise de Radiologie (SFR)

    Collge Franais dEchographie Ftale (CFEF)

    Collge des Enseignants de Radiologie de France (CERF)

    Fdration Franaise dUltrasons (FFU)

    Fdration Nationale des Mdecins Radiologues (FNMR)

    Le groupe de travail tient remercier tous les praticiens et tous les tablissements pour leur

    contribution constructive dans une priode estivale et dans des dlais contraints, ainsi que toutes les

    personnes qui ont uvr la ralisation du rapport, en particulier Muriel Pfau, les rdacteurs et les

    relecteurs.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 3

    SOMMAIRE

    Acronymes 4

    Prsentation de l'enqute 5

    Rfrentiels 6

    Rsultats de lauto-questionnaire 7

    I. Type et volume d'activit 7

    II. Ressources pour la pratique des chographies endovaginale 11

    III. Pratiques aprs un examen avec protection de sonde 21

    Commentaires 29

    I. Prcautions standard, hygine des mains et port de gants 29

    II. Modalits de ralisation de lacte 31

    III. Traitement appliqu la sonde 35

    IV. Entretien du poste dexamen 39

    V. Formalisation et valuation priodique des pratiques 40

    VI. Perception du risque et culture de scurit 41

    Conclusion 43

    Annexes 44

    Annexe 1 : Tableau rcapitulatif des observations 44

    Annexe 2 : Grilles de recueil 45

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 4

    ACRONYMES

    Arlin Antenne rgionale de lutte contre les infections nosocomiales

    AS Aide-soignant(e)

    CAT Conduite tenir

    CClin Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales

    CH Centre hospitalier

    CHU Centre hospitalier universitaire

    CLCC Centre de lutte contre le cancer

    DASRI Dchets dactivit de soins risque infectieux

    DAOM Dchets assimils aux ordures mnagres

    DD Dtergent-dsinfectant

    DIU Diplme interuniversitaire

    DGOS Direction gnrale de loffre de soins

    DGS Direction gnrale de la sant

    DM Dispositif mdical

    EOH Equipe oprationnelle dhygine

    ES Etablissement de sant

    ESPIC Etablissement de sant priv d'intrt collectif

    Grephh Groupe d'valuation des pratiques en hygine hospitalire

    HIA Hpital d'instruction des armes

    HCSP Haut Conseil de la Sant Publique

    IDE Infirmier (ire) diplm(e) dEtat

    MCO Etablissement priv ayant une activit de mdecine, chirurgie ou obsttrique

    PHA Produit hydro-alcoolique

    PS Prcautions standard

    SEE Sonde chographie endocavitaire

    SEEv Sonde chographie endovaginale

    SF2H Socit Franaise dHygine Hospitalire

    SHA Solution hydro-alcoolique

    UU Usage unique

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 5

    PRESENTATION DE L'ENQUETE

    Depuis plusieurs annes, les pouvoirs publics et les professionnels sont interpells par les

    associations dusagers sur le risque potentiel de transmission dagents infectieux aux cours

    dexamens chographiques raliss par voie endovaginale, endorectale ou sophagienne. Cet

    examen reprsente 80% des 4 millions dactes dchographie endocavitaire pratiqus chaque anne.

    Le 1er

    mars 2016, le Ministre de la Sant a runi les socits savantes, les collges et fdrations de

    spcialits et lassociation Le Lien afin daborder les aspects organisationnels et mdico-

    conomiques des diffrents procds de dsinfection des sondes chographie endocavitaire (SEE).

    Dans ce contexte, le Groupe dEvaluation des Pratiques en Hygine Hospitalire (Grephh) sest vu

    confier la mission de raliser dans les meilleurs dlais une enqute exploratoire des pratiques de

    dsinfection des sondes endovaginale (SEEv).

    Cette enqute nationale avait pour objectif dvaluer les moyens disposition et les pratiques

    dhygine dans les secteurs des tablissements de sant et des soins de ville o sont ralises des

    chographies endovaginale.

    Elle sest droule sur une priode de trois mois (juin aot 2016) auprs des praticiens des

    tablissements de sant et des cabinets libraux pratiquant des explorations endocavitaire laide

    de sondes chographie endovaginale.

    Les praticiens cibls taient les gyncologues-obsttriciens, les radiologues, les sages-femmes et les

    gnralistes chographistes amens raliser des actes dchographie endovaginale.

    Pour ce faire, les units de soin des tablissements de sant publics ou privs et les cabinets libraux

    o sont ralises des chographies endovaginales ont t sollicits.

    En labsence dannuaire exhaustif des tablissements de sant ayant une activit de gynco-

    obsttrique et des cabinets libraux des spcialits cibles, les structures suivantes ont t

    sollicites:

    - tous les tablissements de sant de court-sjour (CHU, CH, MCO, CLCC, HIA) : partir de lannuaire national du rseau CClin-Arlin, un message a t envoy aux EOH en prcisant que

    seuls les tablissements o taient ralises des chographies endovaginales taient

    concerns,

    - les cabinets de ville de gyncologie-obsttrique, de radiologie, de sages-femmes et de gnralistes-chographistes ont t contacts par les socits savantes de ces

    professionnels.

    Le recueil des donnes sest droul en deux temps :

    - phase 1 : auto-valuation par questionnaire en ligne (plateforme WEPI) Un groupe de travail restreint a labor un questionnaire dautovaluation simple (temps de

    remplissage estim moins de 10 mn / 20 questions) destin dcrire les pratiques dhygine mises

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 6

    en uvre lors de lutilisation des SEEv ainsi qu apprcier le niveau global de connaissance des

    recommandations en vigueur par les praticiens.

    Le questionnaire leur a t remis sous format papier ou adress par messagerie. En tablissement de

    sant, le questionnaire a pu tre rempli avec laide de lquipe oprationnelle dhygine (EOH). Les

    rponses ont t saisies en ligne soit par les professionnels eux-mmes soit par les EOH au retour du

    questionnaire rempli sous format papier. Cest dans ces conditions que certaines EOH ont eu accs

    aux rponses des professionnels de leur tablissement.

    - phase 2 : recueil de tmoignages et/ou observations des pratiques (grille dinterview et grille dobservation)

    Sur la base du volontariat des participants de la phase 1, des interviews et/ou des observations de

    pratiques ont pu tre ralises dans les tablissements de sant ou en cabinet libral. Les lments

    recueillis ont t saisis par les EOH ou par le rseau CClin-Arlin

    Les principaux critres valus concernaient les pratiques de dsinfection aprs ralisation dune

    chographie endovaginale avec gaine de protection ainsi que les moyens disponibles (locaux,

    matriel, procd de dsinfection) et le respect des prcautions standard.

    REFERENTIELS

    - Instruction N DGS/VSS/VSS1/DGOS/PF/PF2/2016/145 du 10 mai 2016 relative aux chographies endocavitaires

    - Avis relatif la dsinfection des sondes chographie endocavitaire. Haut Conseil de la Sant Publique, 17/10/2008.

    - Rapport Gaines de protection usage unique pour dispositifs mdicaux rutilisables : recommandations dutilisation , valid par le CTINILS le 5/12/2007 puis par la Commission

    spcialise Scurit sanitaire du Haut Conseil de la sant publique le 14/12/2007.

    - Hygine et prise en charge des dispositifs mdicaux en gyncologie dans les tablissements de sant, guide de bonnes pratiques. CClin Sud-Ouest, 2006.

    - Prvention du risque infectieux en imagerie mdicale non interventionnelle. CClin Sud-Ouest. 2005

    - Dsinfection des dispositifs mdicaux, guide de bonnes pratiques. Conseil suprieur dhygine publique de France. Comit technique national des infections nosocomiales. 1998

    - Lettre-circulaire DH/EM 1 n 96-479 du 6 fvrier 1996 relative la scurit dutilisation des dispositifs mdicaux : recommandations relatives lusage du gel chographique.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 7

    RESULTATS DE LAUTO-QUESTIONNAIRE

    L'enqute exploratoire par auto-questionnaire anonyme en ligne s'est droule sur 7 semaines du 30

    mai au 23 juillet 2016, les entretiens et les observations du 21 juin au 31 aot 2016.

    Au total, 973 praticiens ont rpondu au questionnaire exploratoire :

    - 92 praticiens libraux (ou mixtes),

    - 881 praticiens exerant en tablissement de sant (ES).

    Remarque :

    Les discussions engages par les EOH avec les professionnels nous obligent nuancer la notion de

    praticien libral : la dichotomie libral / tablissement de sant est une ralit mais certains libraux

    exercent temps partiel ou temps complet dans un ES (ES priv pour ceux qui ont apport cette

    prcision). Dans ce dernier cas, lES offre aux praticiens libraux les moyens dun tablissement de

    sant mais lexercice reste totalement libral. Aussi, Libral ne veut pas ncessairement dire

    cabinet de ville .

    I - Type et volume d'activit

    La description des praticiens rpondants selon le mode d'exercice, le statut et le type de

    l'tablissement de sant est prsente dans les tableaux 1 3.

    Tableau 1 : Rpartition des 92 praticiens libraux selon le mode d'exercice Mode d'exercice N % En cabinet de groupe 65 70,7 Seul 27 29,3 Total 92 100,0

    Tableau 2 : Rpartition des 881 praticiens exerant en ES selon le statut de l'ES

    Statut N % Public 791 89,8 ESPIC 50 5,7 Priv 40 4,5 Total 881 100,0

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 8

    Tableau 3 : Rpartition des 881 praticiens exerant en ES selon le type de l'ES

    Type N % CH 597 67,8 CHU 202 22,9 MCO 61 6,9 CLCC 15 1,7 HIA 3 0,3 Non rponse 3 0,3 Total 881 100,0

    La plupart des praticiens ayant rpondu au questionnaire exeraient en CH ou CHU (90,7%).

    La description des rpondants selon la rgion et la profession est prsente dans les tableaux 4 6.

    Tableau 4 : Rpartition des 973 praticiens selon la rgion et le mode d'exercice

    Rgion Libral ES

    N % N % Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine 6 6,5 125 14,2 Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin 9 9,8 45 5,1 Auvergne-Rhne-Alpes 4 4,3 51 5,8 Bourgogne-Franche-Comt 8 8,7 60 6,8 Bretagne 2 2,2 45 5,1 Centre-Val-de-Loire 12 13,0 44 5,0 Corse - - - - Guadeloupe - - - - Guyane 1 1,1 5 0,6 Ile-de-France 22 23,9 187 21,2 Martinique - - 1 0,1 Midi-Pyrnes-Languedoc-Roussillon 3 3,3 30 3,4 Nord-Pas-de-Calais-Picardie - - 107 12,1 Normandie 12 13,0 91 10,3 Pays de la Loire 10 10,9 38 4,3 Provence-Alpes-Cte d'Azur 2 2,2 37 4,2 Runion 1 1,1 15 1,7 Total 92 100,0 881 100,0

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 9

    Tableau 5 : Rpartition des 973 praticiens selon la profession et le mode d'exercice

    Profession Libral ES Total

    N % N % N % Gynco-obsttricien 49 53,3 490 55,6 539 55,4 Sage-femme 2 2,2 226 25,7 228 23,4 Radiologue 40 43,5 133 15,1 173 17,8 Gnraliste chographiste 1 1,1 32 3,6 33 3,4 Total 92 100,0 881 100,0 973 100,0

    Plus de la moiti des rpondants taient des gyncologues-obsttriciens. La reprsentation de ces

    praticiens tait quilibre au sein du secteur libral et du secteur hospitalier.

    La majorit des sages-femmes et des gnralistes chographistes rpondants exeraient en

    tablissement de sant.

    Les professionnels libraux qui ont rpondu lenqute taient essentiellement des gyncologues-

    obsttriciens et des radiologues (96,8% pour ces deux professions).

    - Les gyncologues-obsttriciens sont constitus hauteur de 9,1% de libraux et de 90,9% de professionnels exerant en ES.

    - Les radiologues sont constitus hauteur de 23,1% de libraux et de 76,9% de professionnels exerant en ES.

    Remarque :

    Des manipulateurs en lectroradiologie mdicale se sont classs dans la catgorie radiologues . En

    effet, lorsquun protocole de coopration entre professionnels a t sign, les manipulateurs en

    lectroradiologie titulaires dun DIU dEchographie d'Acquisition (DIU-EA) sont habilits pratiquer

    des actes dchographie.1

    Tableau 6 : Rpartition des 881 praticiens exerant en ES selon la profession et le type d'ES

    Type Gynco-

    obsttricien Radiologue Sage-femme

    Gnraliste chographiste

    N % N % N % N % CH 332 67,8 80 60,2 163 72,1 22 68,8 CHU 111 22,7 33 24,8 51 22,6 7 21,9 MCO 42 8,6 7 5,3 10 4,4 2 6,3 CLCC 3 0,6 10 7,5 1 0,4 1 3,1 HIA 1 0,2 2 1,5 - - - - Non rponse 1 0,2 1 0,8 1 0,4 - - Total 490 100,0 133 100,0 226 100,0 32 100,0

    En tablissement de sant, la majorit des rponses proviennent de CH et CHU, quelle que soit la

    profession (de 85,0% 94,7% des professionnels). En ES de type MCO, il sagissait essentiellement de

    1-

    Protocole de coopration autorise entre mdecins radiologues ou nuclaires et manipulateurs dlectroradiologie mdicale (ERM)

    forms lchographie, exerant au minimum 50 % de leur temps de travail dans ce domaine. Les actes prvus sont les actes

    dchographies abdomino-pelviennes adultes, abdomino-pelviennes pdiatriques, superficielles et vasculaires (chographie

    bidimensionnelle et Doppler), lexclusion des chographies cardiaques et obsttricales .

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 10

    gynco-obsttricien (68,9% des professionnels). En CLCC, la majorit des rpondeurs taient des

    radiologues (10/15 soit 66,7%).

    Les tableaux 7 et 8 prsentent la rpartition des praticiens rpondants selon le nombre moyen

    d'actes quotidiens d'chographie endovaginale effectu.

    Tableau 7 : Rpartition des 973 praticiens selon le nombre d'actes d'chographie endovaginale moyen quotidien et le mode d'exercice

    Nombre moyen d'actes

    Libral ES Total N % N % N %

    Zro - - 41 4,7 41 4,2 Moins de 5 17 18,5 427 48,5 444 45,6 Entre 5 et 10 52 56,5 307 34,8 359 36,9 Entre 11 et 20 17 18,5 81 9,2 98 10,1 Plus de 20 6 6,5 25 2,8 31 3,2 Total 92 100,0 881 100,0 973 100,0

    Plus de la moiti des praticiens libraux pratiquent en moyenne entre 5 et 10 actes par jour. Un

    quart de ces professionnels effectuent en moyenne plus de 11 actes par jour dont 6,5% plus de 20

    actes dchographie endovaginale par jour.

    La moiti des praticiens des tablissements de sant (48,5%) dclarent en moyenne raliser moins de

    5 chographies endovaginale par jour. Ils sont 83,3% dclarer moins de 10 chographies/jour.

    Tableau 8 : Rpartition des 973 praticiens selon le nombre d'actes d'chographie endovaginale moyen quotidien et la profession

    Nombre moyen d'actes

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Zro 4 0,7 7 4,0 30 13,2 - - Moins de 5 181 33,6 105 60,7 142 62,3 16 48,5 Entre 5 et 10 272 50,5 44 25,4 34 14,9 9 27,3 Entre 11 et 20 63 11,7 13 7,5 14 6,1 8 24,2 Plus de 20 19 3,5 4 2,3 8 3,5 - - Total 539 100,0 173 100,0 228 100,0 33 100,0

    La majorit des radiologues, sages-femmes et gnralistes chographistes dclarent raliser en

    moyenne moins de 5 chographies endovaginale par jour alors que la moiti des gyncologues-

    obsttriciens pratiquent en moyenne entre 5 et 10 examens par jour.

    A partir de ce critre-l, les 41 praticiens des ES qui ont dclar ne raliser aucun acte

    d'chographie endovaginale ont termin le questionnaire. Les questions suivantes ne concernent

    donc au maximum que 932 professionnels.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 11

    II - Ressources pour la pratique des chographies endovaginale

    Nombre total de rpondants : 932 (dont 92 libraux et 840 professionnels issus des ES).

    Parmi les 932 rpondants, 912 (97,9%) ont mentionn le nombre de sondes chographie

    endovaginale dont ils disposent (tableaux 9 et 10).

    Tableau 9 : Distribution du nombre de sondes chographie endovaginale selon le mode d'exercice

    Mode d'exercice Nombre de sondes disponibles

    Min Mdiane Max Libral (N=91) 1 1 6 ES (N=821) 1 2 13 Total (N=912) 1 2 13

    On peut noter que 56,0% (51/91) des praticiens libraux possdent une seule sonde dchographie

    endovaginale contre 46,2% (379/821) des praticiens en ES.

    Remarque :

    Selon lavis de certaines EOH, la question na pas toujours t interprte de la mme manire :

    parfois comme nombre de sondes dans le service, parfois comme nombre de sondes utilises

    rellement par le rpondant.

    Tableau 10 : Nombre d'actes moyen quotidien d'chographie endovaginale et nombre de sondes

    disponibles (N = 912)

    Nombre de

    sondes

    disponibles

    Nombre moyen dactes

    Moins de 5 Entre 5 et 10 Entre 11 et 20 Plus de 20

    N % N % N % N %

    1-2 320 73,7 204 58,3 58 59,8 16 51,6

    3-5 85 19,6 100 28,6 29 29,9 9 29,0

    6-9 18 4,1 34 9,7 4 4,1 2 6,5

    10 et plus 11 2,5 12 3,4 6 6,2 4 12,9

    Total 434 100,0 350 100,0 97 100,0 31 100,0

    La majorit des professionnels ont entre 1 et 5 sondes disposition (de 80,6% 93,3% des

    professionnels selon le nombre moyen dactes par jour). Les deux tiers des professionnels disposent

    uniquement dune ou deux sondes (598/912 = 65,6%). Le pourcentage de professionnels ayant 1 ou 2

    sondes diminue progressivement quand lactivit moyenne quotidienne augmente : il passe de 73,7%

    (< 5 actes/jour) 51,6% (> 20 actes/jour). Au-del de 5 actes par jour, environ 30% des

    professionnels ont 3 5 sondes disposition.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 12

    Parmi les 932 rpondants, 928 (99,6%) dclarent utiliser une protection usage unique pour

    recouvrir la sonde chographie endovaginale (tableaux 11 et 12).

    Tableau 11 : Rpartition des 932 praticiens selon le mode d'exercice et l'utilisation d'une protection usage unique

    Utilisation d'une protection usage unique

    Libral ES Total N % N % N %

    Oui 92 100,0 836 99,5 928 99,6 Non - - 4 0,5 4 0,4 Total 92 100,0 840 100,0 932 100,0

    Lensemble des praticiens libraux dclarent protger la sonde avant un examen, quel que soit le

    dispositif, alors que 4 praticiens en tablissement de sant disent ne pas le faire.

    Tableau 12 : Rpartition des 932 praticiens selon la profession et l'utilisation d'une protection usage unique

    Utilisation d'une protection usage unique

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Oui 533 99,6 164 98,8 198 100,0 33 100,0 Non 2 0,4 2 1,2 - - - - Total 535 100,0 166 100,0 198 100,0 33 100,0

    A partir de l, ces 4 praticiens ont termin le questionnaire. Le nombre de professionnels des ES

    dont les rponses ont t analyses est ensuite de 836 auxquels sajoutent les 92 libraux pour un

    effectif total de 928 professionnels.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 13

    Les sondes sont majoritairement protges par des gaines de protection en particulier en secteur

    libral : 77% des protections UU utilises par les praticiens libraux sont des gaines striles et/ou

    non striles (graphique 1). Ce pourcentage est de 73% en tablissement de sant.

    Plusieurs rponses taient possibles.

    10%

    24%13%

    31%

    39%

    46%34%

    2%1%

    0%

    20%

    40%

    60%

    80%

    100%

    Libral ES

    Gaine de protection strile

    Gaine de protection non strile

    Doigt de gant

    Doigtier

    Prservatif usage sexuel

    Graphique 1 : Rpartition des protections UU utilises selon le mode d'exercice

    Dans 1 cas sur 4, le choix de la protection nest pas adapt aux recommandations de bonnes

    pratiques (prservatif usage sexuel, doigtier ou doigt de gant).

    Remarque :

    De lavis de certaines EOH, les rponses concernant les gaines de protection auraient t parfois mal

    renseignes par les professionnels. Lerreur pouvait concerner le type de protection, le marquage CE,

    le caractre universel ou spcifique, la strilit des gaines.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 14

    Protections utilises par les gynco-obsttriciens

    Prservatif usage sexuel22%

    Gaine de protection

    strile34%

    Gaine de protection non strile

    38%

    Doigt de gant1%

    Doigtier5%

    Protections utilises par les radiologues

    Gaine de protection

    strile44%

    Prservatif

    usage sexuel18%

    Gaine de protection non strile

    38%

    Protections utilises par les sages-femmes

    Prservatif

    usage sexuel27%

    Doigtier1%

    Gaine de protection

    strile33%

    Gaine de protection non strile

    39%

    Protections utilises par les gnralistes

    chographistes

    Gaine de protection

    strile31%

    Prservatif

    usage sexuel

    23%

    Gaine de protection non strile

    46%

    Graphique 2 : Rpartition des protections UU utilises selon la profession

    Les radiologues sont ceux qui utilisent le plus de gaines de protection : ils sont 82% utiliser des

    protections usage unique striles ou non striles. Les prservatifs sont utiliss par toutes les

    professions, de 18 27% des professionnels alors que non recommands. Les doigtiers et doigts de

    gants sont utiliss uniquement par les gynco-obsttriciens (6%) et les sages-femmes (1%).

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 15

    Les gaines de protection disposent gnralement d'un marquage dispositif mdical (tableau 13).

    Tableau 13 : Rpartition des 706 praticiens utilisant une gaine de protection selon le mode d'exercice et le marquage CE du dispositif mdical

    Marquage CE dispositif mdical

    Libral ES Total N % N % N %

    Oui 73 100,0 616 97,3 689 97,6 Non - - 9 1,4 9 1,3 Non rponse - - 8 1,3 8 1,1 Total 73 100,0 633 100,0 706 100,0

    Au total, 82,9% des gaines de protection utilises sont universelles. Le dtail par mode d'exercice est

    prsent dans le graphique 3.

    0%

    29%

    71%

    3%

    13%

    84%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Non Rponse

    Gaines spcifiques aumodle de sonde

    Gaines universelles

    ES

    Libral

    Graphique 3 : Rpartition des gaines de protection utilises selon le mode d'exercice

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 16

    Tableau 14 : Description du conditionnement du gel d'chographie utilis selon le mode d'exercice (N=928) Conditionnement du gel d'chographie

    Libral ES Total N % N % N %

    Unidose strile 5 5,4 84 10,0 89 9,6 Flacon 250 ml 82 89,1 746 89,2 828 89,2 Jet la fin de la journe 35 42,7 274 36,7 309 37,3 Flacon > 250 ml 6 6,5 29 3,5 35 3,8 Jet la fin de la journe 1 16,7 12 41,4 13 37,1

    Plusieurs rponses taient possibles.

    Le gel d'chographie est majoritairement utilis sous la forme de flacon multidose non strile de 250

    ml par les praticiens quel que soit le mode dexercice. Seulement 37,3% d'entre eux dclarent que le

    flacon est jet la fin de la journe.

    Tableau 15 : Description du conditionnement du gel d'chographie utilis selon la profession (N=928)

    Conditionnement du gel d'chographie

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Unidose strile 40 7,5 36 22,0 12 6,1 1 3,0 Flacon 250 ml 487 91,4 127 77,4 183 92,4 31 93,9 Jet la fin de la journe 148 30,4 72 56,7 79 43,2 10 32,3 Flacon > 250 ml 20 3,8 7 4,3 7 3,5 1 3,0 Jet la fin de la journe 3 15,0 4 57,1 5 71,4 1 100,0

    Plusieurs rponses taient possibles.

    Le gel d'chographie est utilis sous forme d'unidose strile 22,0% des radiologues. Quand ils

    utilisent des flacons de 250 ml, plus de la moiti d'entre eux (56,7%) les jettent en fin de journe.

    Tableau 16 : Description du conditionnement du gel d'chographie utilis selon la qualit de la gaine de protection

    Conditionnement du gel d'chographie

    Gaine de protection non strile

    (N=373)

    Gaine de protection strile

    (N=346) N % N %

    Unidose strile 25 6,7 45 13,0 Flacon 250 ml 344 92,2 298 86,1 Jet la fin de la journe 124 36,0 125 41,9 Flacon > 250 ml 12 3,2 14 4,0 Jet la fin de la journe 3 25,0 8 57,1

    Plusieurs rponses taient possibles.

    Le gel d'chographie sous forme d'unidose strile est deux fois plus utilis lorsqu'il s'agit d'une gaine

    de protection strile que lors de l'utilisation d'une gaine de protection non strile. Nanmoins, c'est

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 17

    le gel sous forme de flacon de 250 ml qui est majoritairement utilis mme dans le cas o une

    protection strile est employe.

    Tableau 17 : Mise disposition de gants UU non striles selon le mode d'exercice Gants usage unique non striles

    Libral ES Total N % N % N %

    Oui 70 76,1 755 90,3 825 88,9 Non 21 22,8 68 8,1 89 9,6 Non rponse 1 1,1 13 1,6 14 1,5 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Pratiquement 89% des professionnels ont des gants non striles leur disposition.

    Les praticiens exerant dans un ES disposent plus souvent de gants UU non striles que les

    praticiens libraux (90% vs 76%).

    Tableau 18 : Mise disposition de gants usage unique non striles selon la profession (N=928) Gants usage unique non striles

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Oui 453 85,0 151 92,1 188 94,9 33 100,0 Non 73 13,7 11 6,7 5 2,5 - - Non rponse 7 1,3 2 1,2 5 2,5 - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Les gynco-obsttriciens disposent moins souvent de gants UU non striles compar aux autres

    professionnels.

    Tableau 19 : Mise disposition d'un local ou espace ddi au traitement des dispositifs mdicaux rutilisables selon le mode d'exercice

    Local ddi Libral ES Total

    N % N % N % Oui 48 52,2 486 58,1 534 57,5 Non 43 46,7 340 40,7 383 41,3 Non rponse 1 1,1 10 1,2 11 1,2 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Environ la moiti des praticiens dclare disposer d'un local ou d'un espace ddi au traitement des

    DM rutilisables quel que soit le mode d'exercice

    Remarque :

    Certains professionnels des ES auraient rpondu oui alors que lEOH confirme labsence dun tel

    espace ou local.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 18

    Tableau 20 : Mise disposition d'un local ou espace ddi au traitement des dispositifs mdicaux rutilisables selon la profession (N=928)

    Local ddi Gynco-

    obsttricien Radiologue Sage-femme

    Gnraliste chographiste

    N % N % N % N % Oui 311 58,3 88 53,7 115 58,1 20 60,6 Non 215 40,3 74 45,1 81 40,9 13 39,4 Non rponse 7 1,3 2 1,2 2 1,0 - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    La proportion de praticiens disposant d'un local ou d'un espace ddi au traitement des DM

    rutilisables varie de 53,7% pour les radiologues 60,6% pour les gnralistes chographistes.

    Tableau 21 : Mise disposition d'un local ou espace ddi au traitement des dispositifs mdicaux rutilisables selon le nombre moyen d'actes quotidien ralis (N=928)

    Local ddi Moins de 5 Entre 5 et 10 Entre 11 et 20 Plus de 20 N % N % N % N %

    Oui 247 56,0 215 60,1 56 57,1 16 51,6 Non 185 42,0 142 39,7 41 41,8 15 48,4 Non rponse 9 2,0 1 0,3 1 1,0 0 0,0 Total 441 100,0 358 100,0 98 100,0 31 100,0

    La mise disposition d'un local ou d'un espace ddi au traitement des DM rutilisables et la

    frquence des actes d'chographie endovaginale varient peu.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 19

    Le graphique 4 montre les diffrents procds de dsinfection de la sonde dont les praticiens

    dclarent disposer selon le mode d'exercice.

    98,9 98,7

    29,3

    44,5

    5,4 2,9

    0,0

    20,0

    40,0

    60,0

    80,0

    100,0

    Libral ES

    Dtergent-dsinfectant pour essuyage humide Dsinfectant par trempage pour dsinfection

    Procd automatis de dsinfection

    Graphique 4 : Mise disposition de procds de dsinfection de la sonde selon le mode d'exercice

    Les produits dtergents-dsinfectants sont utiliss par la quasi-totalit des praticiens.

    Les produits dsinfectants ncessaires la dsinfection des sondes en cas de prsence de souillures

    ou de perte dintgrit de la gaine sont peu prsents (environ 29,3% 44,5% des cas).

    Remarque :

    Des erreurs ont t identifies quant au classement des produits. Les diffrences entre produits DD

    et dsinfectant sont en effet peu connues des praticiens.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 20

    Tableau 22 : Mise en uvre d'une traabilit patient-sonde-procd de dsinfection selon le mode d'exercice (N=928)

    Traabilit Libral ES Total

    N % N % N % Oui 19 20,7 103 12,3 122 13,1 Non 73 79,3 712 85,2 785 84,6 Non rponse - - 21 2,5 21 2,3 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    La traabilit patient-sonde-procd de dsinfection est peu souvent mise en uvre quel que soit le

    mode d'exercice.

    Tableau 23 : Mise en uvre d'une traabilit patient-sonde-procd de dsinfection selon la profession (N=928)

    Traabilit Gynco-

    obsttricien Radiologue Sage-femme

    Gnraliste chographiste

    N % N % N % N % Oui 53 9,9 37 22,6 26 13,1 6 18,2 Non 462 86,7 126 76,8 170 85,9 27 81,8 Non rponse 18 3,4 1 0,6 2 1,0 - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    La traabilit patient-sonde-procd de dsinfection est seulement mise en uvre par 10% des

    gynco-obsttriciens, environ 2 fois moins que les radiologues.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 21

    III - Pratiques aprs un examen avec protection de sonde

    Les tableaux 24 et 25 prsentent la frquence de la recherche de perte dintgrit de la protection

    selon le mode dexercice et la profession.

    Tableau 24 : Examen de la protection la recherche d'une perte d'intgrit selon le mode d'exercice (N=928)

    Recherche de la perte d'intgrit

    Libral ES Total N % N % N %

    Toujours 65 70,7 414 49,5 479 51,6 Souvent 12 13,0 167 20,0 179 19,3 Parfois 9 9,8 100 12,0 109 11,7 Jamais 6 6,5 147 17,6 153 16,5 Non rponse - - 8 1,0 8 0,9 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Les praticiens libraux sont plus de 70% examiner systmatiquement la protection de la sonde la

    recherche d'une perte d'intgrit aprs un examen contre prs de 50% des praticiens exerant en

    tablissement de sant.

    Tableau 25 : Examen de la protection la recherche d'une perte d'intgrit selon la profession (N=928)

    Recherche de la perte d'intgrit

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 273 51,2 95 57,9 97 49,0 14 42,4 Souvent 108 20,3 24 14,6 43 21,7 4 12,1 Parfois 68 12,8 17 10,4 17 8,6 7 21,2 Jamais 79 14,8 26 15,9 40 20,2 8 24,2 Non rponse 5 0,9 2 1,2 1 0,5 - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Aprs un examen, la recherche dune perte dintgrit de la protection est plus frquemment

    ralise par les radiologues (environ 60% le font toujours ).

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 22

    Tableau 26 : Examen de la sonde la recherche de souillures visibles selon le mode d'exercice (N=928)

    Recherche de souillures visibles

    Libral ES Total N % N % N %

    Toujours 74 80,4 551 65,9 625 67,3 Souvent 10 10,9 129 15,4 139 15,0 Parfois 6 6,5 73 8,7 79 8,5 Jamais 2 2,2 78 9,3 80 8,6 Non rponse - - 5 0,6 5 0,5 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Aprs le retrait de la protection, les praticiens libraux dclarent rechercher plus souvent

    systmatiquement les souillures visibles sur la sonde que les praticiens exerant en ES (80,4% vs

    65,9%).

    Tableau 27 : Examen de la sonde la recherche de souillures visibles selon la profession (N=928)

    Recherche de souillures visibles

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 361 67,7 115 70,1 130 65,7 19 57,6 Souvent 83 15,6 21 12,8 27 13,6 8 24,2 Parfois 45 8,4 12 7,3 19 9,6 3 9,1 Jamais 39 7,3 16 9,8 22 11,1 3 9,1 Non rponse 5 0,9 - - - - - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Hormis les gnralistes chographistes, plus des 2/3 des praticiens examinent systmatiquement la

    sonde la recherche de souillures visibles sur la sonde aprs un examen. Nanmoins, cette

    recherche nest jamais faite chez certains praticiens (de 7,3% chez les gyncologues-obsttriciens

    11,1% chez les sages-femmes).

    Tableau 28 : Dpt de la sonde sur une surface propre et sche selon le mode d'exercice (N=928)

    Dpt de la sonde Libral ES Total

    N % N % N % Toujours 75 81,5 675 80,7 750 80,8 Souvent 3 3,3 54 6,5 57 6,1 Parfois 5 5,4 20 2,4 25 2,7 Jamais 8 8,7 78 9,3 86 9,3 Non rponse 1 1,1 9 1,1 10 1,1 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Plus de 80% des praticiens dclarent dposer systmatiquement la sonde sur une surface propre et

    sche aprs un examen, quel que soit le mode d'exercice du praticien.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 23

    Tableau 29 : Dpt de la sonde sur une surface propre et sche selon la profession (N=928)

    Dpt de la sonde

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 431 80,9 134 81,7 161 81,3 24 72,7 Souvent 39 7,3 6 3,7 10 5,1 2 6,1 Parfois 14 2,6 6 3,7 3 1,5 2 6,1 Jamais 42 7,9 18 11,0 21 10,6 5 15,2 Non rponse 7 1,3 - - 3 1,5 - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Plus de 80% des gynco-obsttriciens, radiologues et sages-femmes dposent systmatiquement la

    sonde sur une surface propre et sche aprs un examen.

    A contrario, plus de 10% des radiologues et sages-femmes et 15% des gnralistes chographistes

    dclarent ne jamais le faire.

    Tableau 30 : Changement de gants avant l'entretien de la sonde selon le mode d'exercice (N=928) Changement de gants

    Libral ES Total N % N % N %

    Toujours 43 46,7 404 48,3 447 48,2 Souvent 6 6,5 93 11,1 99 10,7 Parfois 3 3,3 85 10,2 88 9,5 Jamais 39 42,4 238 28,5 277 29,8 Non rponse 1 1,1 16 1,9 17 1,8 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Prs de 48% des praticiens dclare changer systmatiquement de gants avant d'entretenir la sonde

    mais 42% des praticiens libraux ne changent jamais de gants, contre 29% pour les praticiens

    exerant en ES.

    Tableau 31 : Ralisation d'une hygine des mains avant d'enfiler la nouvelle paire selon le mode d'exercice (N=634)

    Hygine des mains

    Libral ES Total N % N % N %

    Oui 35 67,3 327 56,2 362 57,1 Non 16 30,8 223 38,3 239 37,7 Non rponse 1 1,9 32 5,5 33 5,2 Total 52 100,0 582 100,0 634 100,0

    En cas de changement de gants, 67,3% des praticiens libraux dclarent raliser une hygine des

    mains avant d'enfiler une nouvelle paire de gants contre 56,2% des praticiens exerant en ES.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 24

    Tableau 32 : Changement de gants avant l'entretien de la sonde selon la profession (N=928)

    Changement de gants

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 221 41,5 94 57,3 118 59,6 14 42,4 Souvent 62 11,6 17 10,4 19 9,6 1 3,0 Parfois 58 10,9 13 7,9 12 6,1 5 15,2 Jamais 179 33,6 39 23,8 46 23,2 13 39,4 Non rponse 13 2,4 1 0,6 3 1,5 - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Plus d'un tiers des gynco-obsttriciens et des gnralistes chographistes ne changent jamais de

    gants avant d'entretenir la sonde, respectivement, 33,6% et 39,4%.

    Tableau 33 : Ralisation d'une hygine des mains avant d'enfiler la nouvelle paire selon la profession (N=634)

    Hygine des mains

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Oui 191 56,0 78 62,9 83 55,7 10 50,0 Non 126 37,0 41 33,1 63 42,3 9 45,0 Non rponse 24 7,0 5 4,0 3 2,0 1 5,0 Total 341 100,0 124 100,0 149 100,0 20 100,0

    Plus de la moiti des professionnels ralisent une hygine des mains avant de changer de gants,

    quelle que soit la profession. Dans le cas o les praticiens changent de gants, ce sont les radiologues

    qui ralisent le plus souvent une hygine des mains avant d'enfiler une nouvelle paire de gants.

    Tableau 34 : En l'absence de souillures, ralisation d'un essuyage humide de la sonde l'aide d'un support imprgn de produit dtergent-dsinfectant selon le mode d'exercice (N=928)

    Essuyage humide DD si absence de souillures

    Libral ES Total

    N % N % N %

    Toujours 76 82,6 667 79,8 743 80,1 Souvent 11 12,0 104 12,4 115 12,4 Parfois 1 1,1 38 4,5 39 4,2 Jamais 4 4,3 16 1,9 20 2,2 Non rponse - - 11 1,3 11 1,2 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    En l'absence de souillures, environ 80% des praticiens ralisent systmatiquement un essuyage

    humide de la sonde l'aide d'un support imprgn de produit dtergent-dsinfectant pour DM, quel

    que soit le mode d'exercice. Ce pourcentage nest pas du tout le mme selon les professions (cf. ci-

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 25

    dessous). Il est noter que 4,3% des praticiens libraux ne le font jamais, contre 1,9% pour les

    praticiens exerant en ES. Environ 20% des professionnels ne le font pas systmatiquement.

    Tableau 35 : En l'absence de souillures, ralisation d'un essuyage humide de la sonde l'aide d'un support imprgn de produit dtergent-dsinfectant selon la fonction (N=928)

    Essuyage humide DD si absence de souillures

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 385 72,2 146 89,0 181 91,4 31 93,9 Souvent 90 16,9 11 6,7 12 6,1 2 6,1 Parfois 34 6,4 3 1,8 2 1,0 - - Jamais 15 2,8 2 1,2 3 1,5 - - Non rponse 9 1,7 2 1,2 - - - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Plus de 90% des sages-femmes et gnralistes chographistes et prs de 90% des radiologues

    ralisent systmatiquement un essuyage humide de la sonde l'aide d'un support imprgn de

    produit dtergent-dsinfectant pour DM en l'absence de souillures. Prs de 3% des gynco-

    obsttriciens ne le font jamais et 16,9% le font souvent, mais pas systmatiquement.

    Tableau 36 : En prsence de souillures ou de perforation de la protection, ralisation d'une procdure de dsinfection par trempage ou automatise complmentaire selon le mode d'exercice (N=928)

    Dsinfection en prsence de souillures

    Libral ES Total

    N % N % N %

    Toujours 38 41,3 280 33,5 318 34,3 Souvent 4 4,3 66 7,9 70 7,5 Parfois 2 2,2 67 8,0 69 7,4 Jamais 47 51,1 401 48,0 448 48,3 Non rponse 1 1,1 22 2,6 23 2,5 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    En prsence de souillures ou de perforation de la protection, prs de la moiti des praticiens ne

    compltent jamais l'essuyage humide de la sonde par une procdure de dsinfection par trempage

    ou automatise du dispositif (51,1% pour les praticiens libraux, 48,0% pour les praticiens exerant

    en ES).

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 26

    Tableau 37 : En prsence de souillures ou de perforation de la protection, ralisation d'une procdure de dsinfection par trempage ou automatise complmentaire selon la fonction (N=928)

    Dsinfection en prsence de souillures

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 154 28,9 88 53,7 68 34,3 8 24,2 Souvent 49 9,2 6 3,7 10 5,1 5 15,2 Parfois 54 10,1 4 2,4 8 4,0 3 9,1 Jamais 259 48,6 63 38,4 110 55,6 16 48,5 Non rponse 17 3,2 3 1,8 2 1,0 1 3,0 Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    En prsence de souillures ou de perforation de la protection, plus de la moiti des radiologues

    compltent systmatiquement l'essuyage humide de la sonde par une procdure de dsinfection par

    trempage ou automatise du dispositif. Cette procdure nest jamais mise en uvre chez de

    nombreux professionnels (de 38,4% chez les radiologues jusqu 55,6% des sages-femmes).

    Tableau 38 : Mise disposition d'une conduite tenir en cas de rupture de protection selon le mode d'exercice (N=928)

    CAT en cas de rupture de protection

    Libral ES Total

    N % N % N %

    Oui 27 29,3 254 30,4 281 30,3 Non 65 70,7 566 67,7 631 68,0 Non rponse - - 16 1,9 16 1,7 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    Seulement 30% des praticiens dclarent disposer d'une conduite tenir crite en cas de rupture de la

    protection, quel que soit le mode d'exercice.

    Remarque :

    Selon les EOH des ES, des professionnels auraient dit non alors quune CAT existait. Il faut donc

    sans doute linterprter comme un manque de connaissance ou daccessibilit ce document plutt

    quune absence de procdure.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 27

    Tableau 39 : Mise disposition d'une conduite tenir en cas de rupture de protection selon la profession (N=928)

    CAT en cas de rupture de protection

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Oui 149 28,0 64 39,0 55 27,8 13 39,4 Non 369 69,2 99 60,4 143 72,2 20 60,6 Non rponse 15 2,8 1 0,6 - - - - Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Seuls 28,0% des gynco-obsttriciens et des sages-femmes dclarent disposer d'une conduite tenir

    crite en cas de rupture de la protection. La situation est meilleure chez les radiologues et les

    gnralistes chographistes avec environ 39% de CAT dclare.

    Tableau 40 : Nettoyage de la sonde dans un bain de produit dtergent en fin de programme selon le mode d'exercice (N=928)

    Nettoyage en fin de programme

    Libral ES Total N % N % N %

    Toujours 23 25,0 258 30,9 281 30,3 Souvent 4 4,3 41 4,9 45 4,8 Parfois 6 6,5 51 6,1 57 6,1 Jamais 58 63,0 468 56,0 526 56,7 Non rponse 1 1,1 18 2,2 19 2,0 Total 92 100,0 836 100,0 928 100,0

    La sonde n'est jamais nettoye dans un bain de produit dtergent en fin de programme pour 56,0%

    des praticiens exerant en ES et pour 63,0% des praticiens libraux.

    Remarques :

    Les questions relatives au traitement des sondes en fin de programme ou en cas de dchirure ou

    souillures ont t remplies par les utilisateurs de sondes qui ne sont pas toujours en charge de ces

    tapes confies plus gnralement aux IDE ou AS du service. Les EOH nous ont signal des erreurs

    possibles ce niveau.

    La rponse ngative cette question peut tre lie lutilisation en fin de journe dun bain de

    dtergent-dsinfectant et non dun bain de dtergent uniquement.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 28

    Tableau 41 : Nettoyage de la sonde dans un bain de produit dtergent en fin de programme selon la profession (N=928)

    Nettoyage en fin de programme

    Gynco-obsttricien

    Radiologue Sage-femme Gnraliste

    chographiste N % N % N % N %

    Toujours 139 26,1 64 39,0 69 34,8 9 27,3 Souvent 32 6,0 4 2,4 5 2,5 4 12,1 Parfois 31 5,8 16 9,8 9 4,5 1 3,0 Jamais 313 58,7 80 48,8 115 58,1 18 54,5 Non rponse 18 3,4 - - - - 1 3,0 Total 533 100,0 164 100,0 198 100,0 33 100,0

    Prs de 40% des radiologues nettoient systmatiquement la sonde dans un bain de produit

    dtergent en fin de programme. Cependant, prs de 50% des praticiens, toute profession confondue,

    ne le font jamais.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 29

    COMMENTAIRES

    Les diffrentes sources dinformation utilises pour lenqute nous permettent dvaluer le niveau

    dapplication des recommandations actuellement en vigueur quant la prvention des risques

    infectieux aux dcours des actes dchographie endovaginale.

    Pour chaque critre, un bref rappel des recommandations est effectu suivi dune synthse des

    donnes issues de lauto-questionnaire, des observations et du contenu des interviews.

    Dans la priode denqute, parmi les 973 professionnels ayant rpondu lauto-questionnaire, 44

    ont accept dtre contacts par un membre de lquipe oprationnelle dhygine de ltablissement

    ou par un membre de lArlin de leur rgion. Au total, 14 observations de pratiques ont pu tre

    ralises et 33 praticiens ont particip un entretien tlphonique.

    Des propositions dactions ou des demandes mises par les professionnels rencontrs ou les EOH

    sont prsentes en encadr.

    I Prcautions standard, hygine des mains et port de gants

    En 2008, lavis du HCSP relatif la dsinfection des sondes chographie endocavitaire insiste sur le

    respect strict de lhygine des mains et du port des gants, avec en particulier, une friction hydro-

    alcoolique et un changement de gants UU non striles aprs avoir retir la gaine et avant ltape de

    dsinfection .

    Lavis du HCSP relatif la dsinfection des sondes chographie endocavitaire (SEE) du 8 janvier

    2016 renforce et dtaille ces lments de prvention.

    Cette notion est reprise dans linstruction du 10 mai 2016 relative aux chographies endocavitaire

    avec le strict respect des prcautions standard pour la ralisation de lexamen lui-mme (hygine

    des mains, port de gants,) aux diffrentes tapes de lacte .

    Les rponses lauto-questionnaire montrent que les praticiens exerant dans un ES disposent plus

    souvent de gants UU non striles que les praticiens libraux (90% vs 76%) et que 14% des

    gyncologues-obsttriciens ne disposent pas toujours de gants UU.

    Une hygine des mains et un changement de gants doivent tre raliss avant de procder

    lentretien de la sonde. Les rponses montrent que moins de la moiti des praticiens changent

    systmatiquement de gants avant d'entretenir la sonde mais aussi que 42% des praticiens libraux ne

    changent jamais de gants, contre 29% pour les praticiens exerant en ES.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 30

    Les observations ont mis en vidence que les opportunits dhygine des mains et de port des gants

    ne sont pas systmatiquement respectes. Elles ont t essentiellement respectes en dbut et fin

    dexamens.

    Dans 2 observations sur 14, aucun produit hydro-alcoolique (PHA) ntait disponible proximit du

    poste dexamen.

    Dans 11 observations sur 14, des gants sont ports pendant la ralisation de lexamen et jusquau

    retrait de la gaine de protection. En revanche, dans seulement 3 observations une nouvelle paire de

    gants est enfile pour procder lentretien de la sonde.

    Dix fois sur douze, le retrait des gants sest effectu sans souiller les mains ou bien les surfaces.

    Dans 9 situations sur 13, les observateurs ont jug les pratiques visant prvenir la contamination

    environnementale adaptes.

    Les entretiens montrent que dans lensemble la tenue professionnelle des oprateurs serait

    adquate : tenue de travail manches courtes et absence de tenue civile. Il est rapport toutefois le

    port de bijoux, type alliance et/ou montre.

    Comme dans les observations, lusage de la solution hydro alcoolique (SHA) nest pas systmatis

    pour la pratique de lhygine des mains. Le lavage simple est le plus souvent utilis par

    mconnaissance de lefficacit des SHA. Plusieurs praticiens rapportent un inconfort leur utilisation

    (mains sches). Pour ceux-ci, il apparait une pratique dalternance frquente entre leau et le savon

    et les SHA. Un praticien rapporte nutiliser que leau pour sa pratique dhygine des mains.

    La question du port des gants a t voque au cours de 30 entretiens. Dans 8 dentre eux, labsence

    de port de gants est mentionne. Le port de gants lors de lchographie endovaginale nest pas

    systmatique ou est inadapt : manipulation du clavier de lchographe avec les mains gantes, port

    de gants uniquement si une infection gnitale est connue ou en raison de mtrorragie.

    Dautre part, 7 praticiens dclarent ganter uniquement la main qui mobilise la sonde et manipuler les

    commandes de lchographe avec lautre main nue. Parmi eux, un praticien dit utiliser un doigtier et

    non pas un gant.

    Deux praticiens disent effectuer la totalit de lexamen avec la mme paire de gants.

    Propositions

    - Former aux bonnes pratiques dhygine des mains (absence de bijoux, technique de friction, choix des produits) et du port de gants et plus gnralement au respect des PS.

    - Disposer dquipements de protection individuels adapts (gants de taille adapte, matriau). - Travailler sur les opportunits dhygine des mains dans le domaine des chographies endo-

    vaginales

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 31

    II Modalits de ralisation de lacte

    Selon les recommandations en vigueur, lemploi dune gaine de protection autorise procder une

    dsinfection de bas niveau entre deux actes en labsence de rupture de gaine ou de souillure de la

    sonde. Dans le cas contraire, une dsinfection de niveau intermdiaire doit tre organise et

    applique.

    En 2008, le HCSP insiste sur la ncessit dune formation pralable des utilisateurs dune gaine de

    protection sa mise en place et au retrait de celle-ci.

    Lutilisateur doit sassurer que la gaine est bien destine et adapte lusage prvu et quelle ne

    constitue pas une gne lutilisation du DM protger. La gaine doit tre prpare au moment de

    lacte dendoscopie.

    1. Avant lexamen

    Choix et qualit des protections de sonde

    Le marquage CE des gaines de protection par le fabricant relve dun cadre rglementaire.

    Lemploi du prservatif nest pas recommand par le HCSP dans ce contexte car il nest pas conu

    pour la protection des DM et ne peut tre appropri tous les types de sonde.

    Lauto-questionnaire montre que dans 25% des cas, le choix de la protection nest pas adapt aux

    recommandations de bonnes pratiques (il peut alors sagir de prservatif, de doigtier ou de doigt de

    gant). Selon les dclarations des praticiens, les gaines de protection quils emploient disposent dun

    marquage CE.

    Les observations confirment ces lments et indiquent que les gaines sont prsentes en emballage

    individuel. Un prservatif usage sexuel a t utilis dans deux situations lorsque la patiente tait

    allergique au latex. Un doigtier a t employ dans un cas sur 14 observations.

    Les gaines de protection universelles sont les plus employes.

    Dans 4 observations, un geste invasif tait associ lexamen endovaginal. Dans ces situations, une

    gaine strile, une aiguille biopsie UU et un guide UU ont t utiliss.

    Au cours des entretiens, lensemble des praticiens se sont dits satisfaits du dispositif de protection

    qui leur est fourni sans toutefois avoir systmatiquement t consults pour son choix.

    Cest parce quils ne disposent pas de dispositif adapt quen labsence de gaine de protection sans

    latex, le choix se porte sur le prservatif. Celui-ci est alors employ mais sa finesse et le rservoir

    sont inadapts . Cependant, il existe sur le march des gaines de protection striles et non striles

    en polyisoprne (latex de synthse), en polythylne et en polyurthane employer lorsque la

    patiente est allergique au latex.

    Un praticien prcise que le doigtier nest pas utilis car [il est] non apprci .

    Les gaines de protection sont juges fiables ; les ruptures semblent exceptionnelles .

    Un praticien a constat un cart de qualit entre les gaines quil utilise en cabinet libral et celles

    proposes en ES. Deux autres soulignent dans le pass, utilisation de protections qui se

    dchiraient mais pas de problme actuellement .

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 32

    La vrification du positionnement correct de la gaine sur la sonde nest pas systmatique ; un

    praticien dit que cela est vident .

    Propositions

    - En tablissement de sant et dans le cadre des achats effectuer des essais de dispositifs mdicaux auprs de lensemble des professionnels pratiquant des chographies endocavitaire et

    prendre en compte leurs valuations.

    - Disposer de gaine de protection sans latex.

    Vrification de lintgrit de lemballage

    La mise en place de la gaine doit seffectuer aprs une vrification pralable de lintgrit de

    lemballage et de la date limite dutilisation de la protection. La date de premption pour les

    dispositifs striles doit tre contrle.

    Lintgrit de lemballage ainsi que la date de premption du dispositif ne sont pas contrls

    systmatiquement (la date est vrifie dans 46% des observations et cite seulement 2 fois dans les

    interviews). Au cours des entretiens, la vrification de lintgrit de la gaine et de labsence

    danomalie visibles sont cites respectivement 8 et 7 fois sur 12.

    Un praticien justifie cette pratique par la consommation importante de ces dispositifs.

    Cependant, lintgrit du dispositif peut tre compromise lorsquun praticien dit avoir des difficults

    ouvrir lemballage avec la crainte daltrer la gaine.

    Choix et gestion du gel dchographie

    Une lettre-circulaire du 26 mars 1996 indique que le conditionnement du gel dchographie doit si

    possible tre en canette de 250 ml et que la canette entame doit tre jete en fin de journe. Dans

    le cas dun examen endovaginal ou endorectal , du gel strile en conditionnement individuel doit tre

    employ sans distinction de geste invasif associ ou non.

    Lauto-questionnaire indique quil est majoritairement utilis sous la forme de flacon de 250 ml que

    ce soit en libral ou en tablissement de sant. Le flacon est jet la fin de la journe dans

    seulement 37% des dclarations.

    Les observations confirment ce constat notamment lors de la ralisation des chographies

    endovaginale sans acte invasif associ. Les flacons de 250 ml ne sont pas jets en fin de journe dans

    7 observations sur 10.

    Dans le cadre des gestes invasifs (ponctions) alors quune protection de sonde strile est employe,

    le gel en unidose usage unique est strile dans 2 cas sur 4.

    Dans les interviews, plusieurs praticiens dclarent mettre du gel dchographie non strile sur la

    gaine non lubrifie pour faciliter linsertion de la sonde.

    Concernant la gestion des flacons, un praticien indique que la consommation du gel est telle quil y a

    peu de chance que celui-ci soit rutilis plusieurs jours de suite. Un autre prcise quil consomme 3

    flacons de gel par jour, pas de stagnation sauf le weekend .

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 33

    Recherche danomalie visible de la gaine

    Le rapport du HCSP de 2008 prconise de sassurer que le positionnement de la gaine sur le DM se

    fait correctement et sans difficult et quil nexiste aucune anomalie visible de la gaine avant la

    ralisation de lacte.

    Les observations montrent que si la mise en place de la gaine de protection est toujours effectue

    conformment aux recommandations du fabricant, la vrification de labsence danomalie visible de

    la gaine nest observe que dans 75,0% des cas et cite dans 7 entretiens sur 12.

    Les praticiens observs sassurent du positionnement correct de la protection sur la sonde mais cette

    pratique est voque par 9 praticiens interviews seulement.

    2. Aprs lexamen

    Inspection de la gaine

    Au terme de lacte, deux contrles essentiels doivent tre effectus par loprateur et

    systmatiquement raliss :

    - la recherche danomalies visibles de la gaine traduisant une perte dintgrit (dchirure notamment).

    - Le contrle visuel de la sonde aprs le retrait de la gaine la recherche de souillures visibles. Le rsultat de ces inspections permet de dterminer le niveau de traitement appliquer au dispositif

    entre deux examens.

    Lauto-questionnaire montre que les praticiens libraux sont plus de 70% examiner

    systmatiquement la protection de la sonde la recherche d'une perte d'intgrit aprs un examen

    contre environ 50% des praticiens exerant en tablissement de sant. Cette pratique est davantage

    suivie chez les radiologues et les gyncologues-obsttriciens.

    Ce constat est confirm par les observations qui mettent en vidence que la recherche visuelle dune

    perte dintgrit de la gaine nest pas obligatoirement ralise (seulement dans 61,5% des cas).

    Dans les entretiens, lissue de lexamen, aucun praticien nvoque lexamen de la gaine la

    recherche dune perte dintgrit de celle-ci.

    Retrait de la gaine

    Le retrait de la gaine doit seffectuer avec prcaution pour viter de contaminer le dispositif. La gaine

    doit tre limine dans le circuit des DASRI. La sonde doit ensuite tre dpose sur une surface

    propre permettant un changement de gants et une dsinfection des mains avant de procder au

    traitement de la sonde.

    Pour procder la prparation de la lingette DD, il convient de dposer la sonde sur une surface

    propre et sche (cette tape est respecte par 80% des praticiens ayant rpondu lauto-

    questionnaire).

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 34

    Le retrait de la protection sans souiller ou contaminer la sonde a t observ dans 83,3% des cas.

    La dpose de la sonde sur une surface propre et sche a t releve 10 fois sur 14.

    Le dispositif est limin dans la filire DASRI dans 53,8% des observations.

    Au cours des entretiens, ltape du retrait de la gaine na pas fait lobjet de commentaire particulier.

    Elle ne semble pas poser de problme et se fait sans difficult .

    Inspection de la sonde la recherche de souillures visibles

    Aprs le retrait de la gaine de protection, la sonde doit tre examine lil nu la recherche de

    souillures visibles.

    Lauto-questionnaire montre que 67% des praticiens recherchent systmatiquement les souillures

    visibles sur la sonde (80% de libraux vs 66% en ES). Les gyncologues-obsttriciens et les

    radiologues sont les praticiens qui examinent le plus souvent la sonde aprs un examen.

    Cet aspect est confort par les observations : dans 10 cas sur 14, lexamen visuel de la sonde est

    effectu par le praticien.

    Au cours des entretiens, deux praticiens seulement dclarent effectuer la recherche visuelle de

    souillures mais lun deux dit aussi ne pas complter cette inspection par un essuyage de la sonde

    avec une compresse blanche. Quelques praticiens interrogs indiquent que cette tape est

    difficilement ralisable compte tenu de la pnombre qui rgne dans la salle dexamen.

    Essuyage de la sonde avec une lingette UU sche ou une compresse blanche en non tiss

    Cette tape consiste rechercher la prsence de souillures ou bien de liquide biologique la surface

    de la sonde. Elle permet de dterminer le niveau de traitement appliquer la sonde entre deux

    examens. Elle doit tre effectue laide un support usage unique (lingette ou compresse blanche

    non tisse).

    Ce critre na pas t explor par lauto-questionnaire.

    En pratique, lessuyage de la sonde a t observ dans seulement 42,8% des cas. Cela signifie que

    dans prs de 60% des cas, la sonde bnficie dun essuyage humide avec une lingette imprgne de

    dtergent-dsinfectant alors que la prsence dune pellicule de gel compromet lefficacit de ltape

    de dsinfection de bas niveau.

    Au total, sur les 14 observations, dans un cas, des souillures ont t retrouves sur la sonde lissue

    de lexamen alors que le retrait de la gaine avait t effectu dans le respect des bonnes pratiques.

    Les praticiens interrogs mentionnent essuyer la sonde laide dun format de papier dessuyage

    plutt quune lingette ou une compresse non tisse afin de retirer le gel.

    En outre, un praticien interrog prcise que du fait de la prsence du gel sur la sonde, seules les

    traces de sang peuvent tre repres par lessuyage de la sonde avec un support sec.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 35

    Ce premier passage dun support sur la sonde permet, aux dires des praticiens, deffectuer le

    contrle visuel dtanchit de la protection. Tous saccordent dire que les dfauts dtanchit ou

    rupture de protection sont facilement dtectables lors de ce premier passage de lingettes

    imprgnes.

    III Traitement appliqu la sonde

    Dsinfection de bas niveau entre deux patientes

    En labsence de souillures visibles sur le DM ou sur le support sec usage unique, la sonde doit

    bnficier dune dsinfection de bas niveau. Elle consiste en un essuyage soigneux de la sonde avec

    une lingette imprgne (ou pr-imprgne) de produit DD ne contenant pas daldhyde. Il convient

    ensuite dattendre le schage spontan du dispositif avant une nouvelle utilisation.

    Lauto-questionnaire montre quenviron 80% des praticiens ralisent systmatiquement un essuyage

    humide de la sonde l'aide d'un support imprgn de produit dtergent-dsinfectant pour DM, avec

    des variations selon les catgories professionnelles (70% versus 90%). Cependant, prs de 3% des

    gynco-obsttriciens dclarent ne jamais effectuer de dsinfection de bas niveau de la sonde entre

    deux examens.

    Par ailleurs, les observations apportent des prcisions sur la gestuelle en indiquant que si la sonde a

    toujours t essuye avec une lingette imprgne de produit DD, les lments non immergeables ne

    lont pas t dans 2 cas sur 12.

    Les interviews montrent que dans la majorit des cas, la sonde bnficie dune dsinfection de bas

    niveau laide de lingettes imprgnes dun produit DD.

    Dsinfection de niveau intermdiaire si liquide biologique ou rupture de gaine

    Cette tape a pour objectif de dtruire ou dinactiver les micro-organismes ventuellement prsents

    sur la sonde aprs nettoyage.

    Ainsi, entre deux actes et en prsence de souillures visibles sur le support usage unique sec, il doit

    tre procd un nettoyage de la sonde suivi dune dsinfection de niveau intermdiaire par un

    procd chimique ou physique. Ltape qui prcde la dsinfection est soit un nettoyage par

    trempage dans un produit dtergent-dsinfectant (procdure classique de la dsinfection de niveau

    intermdiaire) ou plus simplement lapplication dune lingette de DD.

    Cette procdure de dsinfection ncessite une zone ddie avec ventilation et de prvoir tous les

    quipements de protection individuelles indispensables aux utilisateurs des dsinfectants.

    Lauto-questionnaire permet didentifier quen prsence de souillures sur la sonde ou de perforation

    de la protection, prs de la moiti des praticiens ne compltent jamais l'essuyage humide de la sonde

    par une procdure de dsinfection par trempage ou automatise du dispositif, que ce soit en

    pratique librale ou en ES. Ce sont les radiologues qui effectuent plus systmatiquement une

    procdure de dsinfection de niveau intermdiaire dans ce cas.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 36

    Lors des observations, dans le cas de la sonde identifie souille ltape de lessuyage de la sonde

    avec un support UU, aucune dsinfection de niveau intermdiaire de la sonde na t effectue par

    la suite.

    Parmi les 33 personnes interroges, une mentionne le procd Antigermix. Deux autres se sont renseignes au sujet des dispositifs automatiss : ce dispositif est jug onreux , le praticien

    attend les recommandations pour prendre sa dcision.

    Un seul praticien dcline les tapes du traitement de la sonde : dsinfection par bain de

    dsinfectant si souillure (contact 10 mn), rinage l'eau, schage papier UU, stockage sur support

    dsinfect. Vidange du bain, contrl par bandelettes. Pas d'enregistrement, ni traabilit. En fin de

    journe, mmes tapes sauf pas de rinage.

    En termes de mthode dcrite, la sonde nest pas toujours rince aprs limmersion dans un produit

    dtergent pr-dsinfectant enzymatique et laction mcanique nest pas systmatiquement ralise.

    Traitement en fin de journe

    Les recommandations de 2007 indiquent que la sonde doit tre nettoye dans un bain de produit

    dtergent la fin de chaque vacation. Cette tape vise dbarrasser la sonde des couches

    successives de dtergent-dsinfectant et dcrocher les souillures. Le nettoyage doit tre suivi dun

    rinage leau du rseau, la sonde doit ensuite tre sche avant stockage dans un endroit propre la

    protgeant de tout risque de contamination.

    Les donnes recueillies par lauto-questionnaire montrent que lobjectif et le principe de la

    dtergence ne sont pas connus car lorsquun traitement de fin de programme est appliqu, il est

    ralis avec un produit DD ou un dtergent-pr-dsinfectant enzymatique. Cette pratique de

    dsinfection pose des questions sur la perception du risque infectieux et sur ses conditions de mise

    en uvre (local adapt, protection du personnel).

    Ce traitement complet na jamais t observ. Le support de sonde est, quant lui, nettoy-

    dsinfect dans 83,3% des cas en fin de programme plutt quentre deux patientes.

    Lentretien seffectue laide dune lingette imprgne de DD. Les lments non immergeables sont

    nettoys-dsinfects dans 8 cas sur 12 et le support de sonde est trait 10 fois sur 12.

    Les interviews permettent de relever quen fin de programme, deux centres ralisent une immersion

    dans un bain de DD de la sonde. Ces centres ne disposent pas toujours dun local adquat et du

    matriel spcifique pour effectuer cette opration (dsinfection effectue au sein de la salle

    dexamens ou paillasse de dsinfection trop loigne du lieu de ralisation de lexamen). Un praticien

    explique que les sondes sont trop fragiles pour tre dsadaptes de lappareil dchographie

    rgulirement. Implicitement, les craintes lies la fragilit de la sonde sont un obstacle la

    systmatisation de la dsinfection de niveau intermdiaire de la sonde.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 37

    Produits

    Il tait demand aux participants lauto-questionnaire de citer le nom et le laboratoire des produits

    DD et dsinfectant quils emploient pour raliser la dsinfection approprie de la sonde.

    Les rponses ont t nombreuses mais difficiles exploiter du fait dune qualit de renseignement

    approximative ou incomplte et une confusion voire une mconnaissance des proprits des

    produits. Il apparait quil peut tre difficile pour un praticien deffectuer une slection approprie des

    produits, en particulier en exercice libral et compte tenu de loffre trs large du march.

    - Dtergent-dsinfectant pour essuyage humide Si des lingettes pr-imprgnes sont utilises, elles doivent tre marques CE en relation avec leur

    action dsinfectante sur les dispositifs mdicaux. Leur taux dimprgnation doit tre suffisant et leur

    conditionnement doit permettre de garantir le maintien de limprgnation de chaque lingette.

    Au total, plus de 600 rponses indiquent un produit appropri la dsinfection de bas niveau. Mais il

    peut galement sagir de produits non spcifiques au traitement des DM mais plutt destins

    lentretien des surfaces et/ou des sols.

    On relve que la solution de Dakin a t cite 3 fois et la chlorhexidine alcoolique une fois pour la

    dsinfection de bas niveau alors quil sagit dantiseptiques cutans.

    Au cours dun entretien, un praticien dclare que selon une information du fabricant, les lingettes

    imprgnes de DD abiment la membrane et quil emploie de ce fait un DD de surface pour

    effectuer la dsinfection de bas niveau.

    - Dsinfectant Alors que prs de la moiti des praticiens dclarent effectuer une dsinfection de niveau

    intermdiaire en cas de souillure, seule une centaine de rponses nomment un produit dsinfectant

    adapt. Les produits cits sont composs dacide peractique ou dorthophtaldhyde.

    Quelques dclarants ont mentionn quun DD enzymatique et un dsinfectant sont employs au sein

    de leur structure. Une fiche cite leau de Javel dilue.

    Ce faible taux de rponse adaptes conforte les donnes recueillies grce aux diffrents outils et le

    fait que la dsinfection de niveau intermdiaire nest gnralement pas organise ni mise en uvre

    systmatiquement en cas de souillure de la sonde.

    Propositions

    - Disposer dune liste de produits dtergents, dtergents-dsinfectants et dsinfectants virucides compatibles avec les sondes chographie et pour lentretien des surfaces et de lchographe.

    - Amliorer la connaissance des praticiens sur ces tapes par des fiches type mmo .

    Local ou espace ddi au traitement des dispositifs mdicaux

    Cette question concerne plutt le trempage, ralis dune part dans un dtergent en fin de

    programme et dautre part dans un dsinfectant en cas de souillures de la sonde ou de dchirement

    de la gaine. Un local permettant de manipuler le rcipient contenant le produit (prparation,

    utilisation, vacuation, rinage) est indispensable. Lutilisation de lingettes peut se faire en salle

    dexamen et ncessite juste une surface propre pour que la sonde y soit dpose.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 38

    Pour que le traitement des DM puisse tre ralis le plus rapidement possible aprs un acte

    contaminant, il importe que le local ou lespace de traitement soit situ au plus prs de celui dans

    lequel les actes sont pratiqus. En outre, il peut savrer ncessaire de dconnecter la sonde de

    lchographe pour procder au traitement. Cette action peut conduire un nouveau paramtrage au

    moment de la reconnexion.

    Daprs les donnes de lauto-questionnaire, environ la moiti des praticiens disposeraient d'un local

    ou d'un espace ddi au traitement des DM rutilisables quel que soit leur mode d'exercice. Laccs

    un local ou un espace ddi nest pas li la frquence des actes d'chographie endovaginale.

    Cependant, certaines EOH dplorent labsence de locaux conformes ddis cette activit.

    Les observations confirment cette problmatique car le traitement de la sonde na jamais t opr

    dans un local ou un espace ddi au traitement des DM lorsquil tait ncessaire. Il peut galement y

    avoir une limite lie aux contraintes de dconnexion/reconnexion de la sonde de lchographe.

    Lors des interviews, les praticiens voquent le plus souvent un traitement de la sonde au sein de la

    salle dexamen plutt que dans un local ddi. Sil existe un local de dsinfection, il nest pas toujours

    proximit de la salle dexamen. La sonde ncessite dtre immerge verticalement ; dfaut de bac

    adapt, ce sont donc parfois des collecteurs objets perforants qui sont employs (sans couvercle).

    Proposition

    Disposer dun espace ou dun local proximit de la salle dexamen permettant de raliser la

    procdure de traitement par trempage des sondes dans de bonnes conditions.

    Traabilit des mesures dhygine

    Lavis du HCSP de 2016, relatif la dsinfection des sondes chographie endocavitaire, souligne

    limportance de la traabilit de lensemble des tapes du traitement des dispositifs mdicaux

    rutilisables entre deux examens.

    Les rponses lauto-questionnaire montrent que la traabilit patient-sonde-procd de

    dsinfection nest pas oprationnelle que ce soit en ES ou en secteur libral.

    Labsence de traabilit apparait galement dans les entretiens.

    Proposition

    Mettre en place un document simple de traabilit prenant en compte chaque traitement de la

    sonde, le traitement du soir et les traitements occasionnels en cas de souillures/dchirure de la

    gaine.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 39

    IV Entretien du poste dexamen

    Lavis du HCSP publi en janvier 2016 relatif la dsinfection des sondes chographie endocavitaire

    prconise dorganiser une gestion globale de lexamen chographique avec en particulier une

    dsinfection soigneuse de lensemble du poste dexamen incluant le support de fixation de la sonde

    et le clavier de lchographe. Les donnes sont issues des observations et des interviews.

    Entre deux examens, les observations montrent que lessuyage humide des parties manipules de la

    table dexamen et de lchographe est effectu dans 35,7% des cas.

    Le remplacement du drap dexamen est effectif dans 85,7% des observations.

    En fin de programme, lchographe bnficie dun entretien complet dans 61,5% des cas observs.

    Le poste dexamen est quant lui nettoy quotidiennement dans 84,6% des situations.

    Au dcours des observations, quelques EOH ont constat que lensemble des salles dchographie

    visites prsentent visuellement un aspect propre et ne sont pas encombres. Entre chaque patient,

    la table dexamen ne fait pas lobjet dune dtergence et dsinfection systmatique mais dans tous

    les centres, on observe un changement de protections usage unique entre chaque patiente. Les

    praticiens dclarent raliser lentretien de la table dexamen lors dune infection connue ou lors de la

    prsence de sang. Dans le cadre de la ralisation de gestes invasifs (ponctions ovariennes) cet

    entretien est systmatique ainsi que lensemble de lenvironnement proche. Il est ralis par les

    infirmires aide opratoire .

    Dune manire gnrale, dans les interviews, il apparait que les praticiens font confiance lquipe

    paramdicale et nexercent pas de contrle de cet entretien. La notion de lobligation de procder

    un nettoyage des surfaces en cas de souillure par un liquide biologique a t cite par quelques

    praticiens.

    En tablissement de sant, si lentretien du poste dexamen nest pas systmatiquement fait entre

    deux patientes, un entretien complet en fin de journe est organis et accompli par du personnel

    paramdical. Plusieurs praticiens prcisent que lentretien comprend le traitement complet de

    lchographe et de la table dexamen avec un produit DD.

    Un praticien qui semble effectuer lui-mme cet entretien emploie des produits mnagers. Un

    deuxime dit que lentretien complet est effectu deux fois par semaine , et un troisime prcise

    une fois le matin, une fois le midi et une fois le soir .

    Sils existent, les documents traitant des modalits de bionettoyage et les supports de traabilit ne

    sont pas ncessairement complts ni vrifis.

    Proposition

    Organiser lactivit pour que lentretien du poste dexamen soit ralis entre deux patientes et en fin

    de journe conformment aux recommandations de bonnes pratiques.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 40

    V Formalisation et valuation priodique des pratiques

    Existence et connaissance dune conduite tenir

    Au sein des organisations, une valuation des risques doit prcder la rdaction de procdures

    formalisant les pratiques et garantissant ainsi leur reproductibilit.

    Lauto-questionnaire montre que 30% des praticiens disposeraient d'une conduite tenir crite en

    cas de rupture de la protection, quel que soit le mode d'exercice.

    Cependant, des professionnels des EOH pondrent ce rsultat quil faudrait sans doute interprter

    plutt comme un manque de connaissance ou daccessibilit au document plutt quune absence de

    document.

    En outre, la mise en uvre de la procdure existante semble compromise en labsence de local ou

    despace ddi au traitement des sondes proximit des lieux dexamen.

    Propositions

    - Harmoniser les pratiques au sein dune quipe ou dun tablissement. - Impliquer les praticiens dans la rdaction des protocoles ou au moins les leur faire valider.

    Contexte de lurgence

    Dans le cadre de la continuit des soins, la prise en charge scurise des patientes en situation

    durgence doit tre assure. Pour ce faire, le traitement de la sonde par une dsinfection de niveau

    intermdiaire doit tre organis et ralisable tout moment.

    Les entretiens apportent un clairage dans ce contexte. Il apparait que les organisations de

    continuit des soins mises en place ne permettent pas de prendre en charge la sonde

    immdiatement aprs la fin de lexamen ou bien que cette organisation est inexistante.

    Dans le cadre de gestes en urgence, nuits, weekend, jours fris, lentretien de lenvironnement de la

    salle dexamen et des sondes nest pas toujours ralis en labsence de personnel affect cette

    tche. Dans lensemble des centres visits, cet entretien est dlgu du personnel aide-soignant.

    Proposition

    Organiser la continuit des soins et la prise en charge de la sonde par du personnel form y compris

    le weekend et le nuit.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 41

    Evaluation priodique des pratiques

    Une minorit de praticiens interrogs dit avoir bnfici dun audit de pratiques au cours des 5

    dernires annes mais aucun de ces audits na port sur les pratiques dchographie endocavitaire.

    Les valuations ont port sur les thmes suivants :

    - hygine des mains - respect des prcautions standard et des prcautions complmentaires - sondage vsical demeure et vacuateur

    Dautres sont demandeurs daudits des pratiques et dplorent un manque dharmonisation de celles-

    ci entre les diffrents intervenants selon les personnes interroges.

    Propositions

    - Informer sur les risques lis aux chographies endovaginale : micro-organismes, risques de transmission croise, niveau de risque et DM.

    - Dvelopper linformation sur les sondes par les fabricants : produits compatibles, modalits de traitement et de manipulation.

    VI Perception du risque et culture de scurit

    La formation initiale et continue des professionnels ainsi que lvaluation priodique des pratiques

    professionnelles sont gages de qualit et de scurit des soins. Les incidents de matriovigilance

    doivent obligatoirement tre signals. Les donnes suivantes sont issues des interviews.

    Parmi les praticiens rencontrs, trois dentre eux disent avoir bnfici dune formation la gestion

    des risques au cours des 5 dernires annes. Onze dclarent baser leur pratique sur lutilisation de

    recommandations de bonnes pratiques, de rfrentiels et de protocoles.

    Les modalits de dclaration des infections associes aux soins semblent mal connues (7 praticiens

    interrogs disent ne pas les connaitre).

    Un praticien dit jobserve parfois une difficult ouvrir [lemballage] avec une crainte dabimer la gaine. Certains lots se dchirent facilement la base au moment de la pose mais je nai jamais

    observ de dchirure ou perforation lutilisation .

    Aucun problme de retrait de la gaine na t relev et aucun praticien na mentionn avoir effectu

    une dclaration de matriovigilance au sujet de ce dispositif.

    Un praticien interrog se dit tre peu concern par la gestion des risques (ne sait pas ce que c'est).

    Ne connat pas les rfrentiels en rapport avec la prvention des risques infectieux en chographie.

    [Il est] pourtant trs proccup par les risques de procs et [y] a t dj confront.

    Un autre mentionne que la mise en place de la gaine est faite devant la patiente pour quelle se

    souvienne quune protection a t installe .

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 42

    Un retour effectu par des EOH indique que, globalement, les praticiens estiment :

    - que le risque infectieux associ lchographie endovaginale est faible voire inexistant en labsence de la ralisation de gestes invasifs. Un praticien dit que le risque derreur

    diagnostic reprsente un risque plus important que le risque infectieux dans mon activit ,

    - quen cas de ralisation de gestes invasifs, les mesures mises en place permettent de scuriser lacte. Aucun vnement infectieux au dcours de ce type dacte na dailleurs pu

    tre constat par le praticien interview. Les ponctions sont par ailleurs encadres par une

    antibioprophylaxie.

    - que la gestion des risques associs aux soins au sein de leur tablissement est optimise.

    Les praticiens sont gnralement satisfaits du niveau de scurit dlivr par leur cabinet ou leur

    service : sur une chelle de 0 10, la note mdiane est de 7,5.

    Propositions

    - Elaborer une check-list Scurit des actes dchographie endocavitaire . - Raliser des visites de risques dans les secteurs dchographie endocavitaire. - Renforcer la formation des professionnels mdicaux et paramdicaux intervenant dans cette

    spcialit.

    - Dvelopper la culture de scurit des professionnels et la pratique rflexive (questionnement professionnel).

    - Raliser un film sur les bonnes pratiques de traitement des sondes.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 43

    CONCLUSION

    Les actes dexploration endovaginale sont des actes invasifs comportant un risque infectieux. Cette

    enqute avait pour objectifs dvaluer le niveau dapplication des recommandations de bonnes

    pratiques actuellement en vigueur aussi bien en tablissement de sant quen secteur libral.

    Ce travail exploratoire prsente plusieurs limites quil convient dvoquer :

    - les dlais de conception de loutil, de ralisation de lenqute et dexploitation des donnes (mars septembre 2016),

    - un groupe de travail restreint sans reprsentativit des professionnels libraux, - les outils (auto-questionnaire, grille dobservation et grille dinterview) non tests en amont

    de leur diffusion,

    - lexistence de biais possibles lis la qualit des dclarations, en particulier lorsque le questionnaire na pas t directement rempli par le praticien en charge de la ralisation des

    examens (mais par le cadre de sant du service ou le reprsentant mdical de ple),

    conduisant peut-tre une sur ou sous-estimation des rsultats.

    - Une faible reprsentativit des professionnels ralisant les chographies endovaginale, tout particulirement les libraux

    Cependant, les outils ont t labors de faon tre complmentaires et en effet les donnes

    obtenues par les observations et les entretiens permettent de conforter les rsultats de lauto-

    questionnaire.

    Au total, les points positifs concernent

    - lemploi majoritaire dune gaine de protection rpondant aux exigences du marquage CE, - la gnralisation de la dsinfection de bas niveau en cas dutilisation de gaine. .

    Les points amliorer sont multiples et sarticulent autour de :

    - lorganisation de la dsinfection de niveau intermdiaire et du traitement de la sonde en fin de programme (locaux, produits, procdures, continuit des soins),

    - lhygine des mains et le port de gants, notamment le changement de gants pour lentretien de la sonde,

    - la traabilit, - La formation des professionnels.

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 44

    ANNEXE 1

    Tableau rcapitulatif des 14 observations

    Etapes de la procdure Critres Nb observ Nb respect

    pour le critre

    Avant acte

    Utilisation dune gaine de protection 14 11

    Gaine avec marquage CE 11 11

    Gaine compatible avec le modle de sonde 11 11

    Aiguille biopsie strile et guide strile UU si geste invasif 4 4

    Gel monodose strile 14 4

    Gel flacon 250ml jet la fin de la journe 10 3

    Hygine des mains 12 12

    Gaine en emballage individuel 13 13

    Vrification intgrit emballage 13 11

    Vrification date limite utilisation 13 6

    Gants en adquation avec le niveau de risque de lacte 14 9

    Positionnement de la gaine/reco. fabricant 10 10

    Si gel extrieur la gaine, gel strile monodose 5 4

    Vrification absence anomalie initiale 12 9

    Vrification positionnement correct sur la sonde 11 11

    PS et

    ralisation

    de lexamen

    Gants usage unique 14 11

    Pratiques adaptes la prvention

    de la contamination environnementale 13 9

    Retrait des gants sans souiller les mains ou les surfaces 12 10

    Hygine des mains 12 12

    Aprs acte

    Recherche visuelle de perte dintgrit de la gaine 13 8

    Retrait de la protection sans souiller ou contaminer la sonde 12 10

    Elimination de la gaine en DASRI 13 7

    Dpose de la sonde sur une surface sche 14 10

    Elimination des gants en DASRI 13 7

    Hygine des mains 11 11

    Nouvelle paire de gants 13 3

    Examen visuel de la sonde la recherche de souillures visibles 14 10

    Absence de souillures

    Essuyage de la sonde laide dun support sec

    la recherche de souillures 14 6

    Essuyage humide de la sonde avec lingette DD 12 12

    Essuyage humide des lments non immergeables 12 9

    Retrait des gants 10 7

    Hygine des mains si retrait des gants 8 6

    Prsence de souillures

    Local ou espace ddi au traitement de la sonde 1 0

    Immersion de la sonde bain DD 1 0

    Dsinfection chimique ou physique 1 0

    Traabilit 1 0

    Fin de journe Immersion de la sonde bain dtergent 12 0

    Stockage sonde sur support nettoy-dsinfect 12 10

    Environnement

    entre deux patientes

    Changement drap examen entre 2 patientes 14 12

    Essuyage humide parties manipules table examen 14 5

    Essuyage humide parties manipules chographe 14 5

    Hygine des mains 12 12

    Environnement

    fin de journe

    Entretien complet chographe 13 8

    Entretien complet poste examen 13 11

    Les non rponses et les NA (Non Applicable) sont exclus des calculs

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 45

    ANNEXE 2

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 46

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 47

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 48

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 49

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 50

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 51

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 52

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 53

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 54

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 55

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 56

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 57

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 58

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 59

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 60

  • Rseau CClin-Arlin - Enqute relative aux pratiques d'hygine appliques aux sondes chographie endovaginale 2016 61

Recommended

View more >