ERIC CANTONA STEVE EVETS UN FILM DE KEN LOACH ?· En parlant avec Eric, ses réflexions sur le sport,…

  • Published on
    07-Jul-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

ERIC CANTONAUN FILM DE KEN LOACHSTEVE EVETSCanto Bros. Productions, Sixteen Films, Why Not Productions, Wild Bunch prsententLOOKING FOR ERICUN FILM RALIS PAR KEN LOACHScnario Paul Laverty inspir d'une ide dEric CantonaAvec Steve EvetsEric CantonaJohn HenshawStephanie BishopLucy-Jo HudsonSortie le 27 Mai 2009Dure : 1h59 - 1.85 - DOLBY SRD - VISA 120.511Distribution PresseDIAPHANA Jrme Jouneaux, Isabelle Duvoisin155, rue du Fg Saint antoine - 75011 Paris & Matthieu ReyTl. 01.53.46.66.66 Tl. 01.53.20.01.20A Cannes A CannesVilla Saphir Pavillon Riviera13, rue Molire - 06400 Cannes 6 avenue Branly - 06400 CannesTl. 04.93.68.63.23 - Fax 04.93.68.63.57 Tl. 04.92.18.81.75Dossier de presse et photos tlchargeables dans lespace presse du site www.diaphana.frSynopsisEric Bishop (Steve Evets), postier Manchester, traverse une mauvaise passe.Sous son nez, ses deux beaux-fils excellent en petits trafics en tous genres,sa fille lui reproche de ne pas tre la hauteur, et sa vie sentimentale est un dsert.Malgr la joyeuse amiti et la bonne humeur de ses collgues postiersqui font tout pour lui redonner le sourire, rien ny faitUn soir, Eric sadresse son idole qui, du poster sur le mur de sa chambre,semble lobserver dun il malicieux. Que ferait sa placele plus grand joueur de Manchester United ?Eric en est persuad,le King Cantona peut laider reprendre sa vie en mains.LOOKING FOR ERICprsent par PAUL LAVERTY, scnaristeLorsque Ken ma dit quEric Cantona dsirait le rencontrer, je me suis demand si ce ntait pas encore une de ses blagues. Je savais quilavait travers des moments difficiles, sa chre quipe de Bath City avait des problmes et je me suis dit quil fantasmait un brin. Et puisEt puis il y a eu le King lui-mme, assis dans notre bureau.Nous nous sommes rencontrs pour parler dun court traitement quEric Cantona et ses frres avaient prpar pour la socit deproduction franaise Why Not. Le sujet portait sur un vrai fan qui avait suivi Eric quand celui-ci avait t transfr de Leeds United Manchester United, perdant au passage son travail, ses amis et sa famille. Jai trouv quil y avait l un certain potentiel mais en fin decompte, une fiction et la libert quelle permettait, mattiraient plus encore.Peut-tre est-ce la terrible grippe dont je souffrais quand nous nous sommes rencontrs ce jour-l, mais mesure que nous parlions, monesprit sest mis driver vers tous ces souvenirs, ces magnifiques buts quEric avait marqus, ses flashs dinspiration, son temprament,son fameux coup de pied de karat, la confrence de presse des sardines , les chants de la foule, et puis surtout ce moment qui taitrest grav dans ma tte, ce but extraordinaire quil a marqu contre Sunderland. Il a tout de suite t clair pour moi comme pour Kenque la personnalit dEric, sur le terrain et en dehors, ouvrait un champ de possibilits absolument fascinantes.Ken, Rebecca OBrien, la productrice, et moi sortions de deux films trs durs, ITS A FREE WORLD et LE VENT SE LEVE, et nous savions unechose : quel que soit notre prochain projet, il comporterait une solide dose dhumour et despiglerie afin que nous puissions rester sainsdesprit.Cela faisait aussi un certain temps que je parlais Ken dune histoire o pourraient intervenir des grands-parents. Je savais que de telspersonnages ne feraient pas saliver les financiers, mais depuis que mes propres enfants sont ns, je suis devenu de plus en plus curieuxau sujet des interactions complexes et des multiples rles que jouent les grands-parents dans notre vie. Ils contribuent de bien des faons faire tourner le monde, mais de rares exceptions prs, on ne les voit jamais lcran, ou alors sous forme de strotypes grossiers.Des protagonistes plus gs peuvent ouvrir une histoire vers autre chose; ils sont une source, un incroyable puits dexistences etdexpriences passes, et jai toujours t intrigu par la possibilit dune histoire qui se pencherait sur le pass autant que sur le prsent.Notre pass na pas disparu, mais il est lourdement charg.Quantit de questions et de notions contradictoires troitement imbriques se sont mises se bousculer dans mon esprit. Je me suisdemand comment se dfinissent les moments cls de notre vie, comment les gens que nous avons rencontrs au cours de notre existencelaissent une impression indlbile sur notre me et desquels nous nous souviendrons sur notre lit de mort... Je me suis interrog sur lesaccidents de timing, sur les moments o les couples se forment et sur la personne que lon est ce moment-l. Des erreurs passespeuvent senvenimer au fil du temps, des blessures et des reproches peuvent se bousculer dans un cycle sans fin qui peut continuer assombrir notre prsent. Jai rflchi au don fantastique de la mmoire, capable de rendre un vnement vieux de trente ans intensmentvivant et le faire brler avec la mme intensit quau moment o il sest produit.Que devient notre confiance en nous-mmes, la fragile notion de notre propre identit, lorsque lon vieillit ? Ce que nous devenonscorrespond rarement ce que nous avions imagin lpoque de nos vingt ans. Une longue vie peut tre sacrment chaotique. Parfois,durant les moments de crise, on est tent plus quon ne veut ladmettre de se laisser glisser vers la dpression.Peut-tre que certaines de ces graines dont je parlais plus haut ont germ avec la fivre, mes conversations avec Ken, ou le plus inattendu,ce but dEric contre Sunderland. Ce ntait pas un but ordinaire, mais un pur moment de beaut. Sa prouesse physique, le dribble pourcontourner les deux dfenseurs, son sublime une-deux avec son quipier Brian McClair et pendant tout ce temps, on sentait la foulevibrer et puis cette fulgurance finale, ce tir o le ballon trace une magnifique courbe pour venir rebondir sur le poteau gauche etpntrer dans la cage La foule a rugi de plaisir et dmerveillement. Ce nest pas tonnant quEduardo Galeano ait parl d orgasmefootballistique . Ce nest pourtant pas lorgasme qui ma marqu, mais la pose dEric aprs cet exploit. Il a bomb le torse, il a ouvertles bras, tournant sur lui-mme pour honorer tous ceux prsents comme sil regardait dans les yeux chacun des 50 000 fans du stade endisant : Cest mon cadeau, je vous loffre ! . Ctait un moment de confiance en soi absolu, lhomme et le stade en communion totale.Sans raison particulire, jai eu la vision dun homme nomm Eric Bishop dans les gradins ce jour-l. Ce but va le soutenir pendant desmois tandis quil lutte au jour le jour dans sa vie qui part vau-leau. Lorsque nous rejoignons Eric Bishop/Little Eric pre, beau-pre,grand-pre, spar de ses deux compagnes le temps o il allait voir les matchs de Cantona avec ses potes est bien loin. Au contrairede Cantona/Big Eric, il a limpression dtre transparent. Non seulement il sent quil perd le contrle de sa vie, mais plus terrifiant encore,il na plus aucune confiance en lui. Lorsque Little Eric se regarde dans le miroir, il voit un homme perdu. Jai rv des possibilits deplacer les deux Eric face face pour voir ce qui se passerait.Ken et moi avons jou avec de nombreuses ides et possibilits, mais tout cela est rest abstrait jusqu ce que nous rencontrions nouveau Eric Cantona pour discuter de cette juxtaposition plutt trange. Est-ce que cela tenterait Big Eric dtre le produit delimagination dun grand-pre mentalement instable ? Verrait-il un inconvnient tre un psy non conformiste fumant des joints ?Et savait-il danser le rock ? Jtais certain au moins quil aimerait les proverbes.En toute honntet, en faisant route vers Paris pour aller revoir Eric, je navais aucune ide de la faon dont tout cela allait tourner.La premire chose tait de voir si Eric tait ouvert cette folie, et la seconde, de me faire une opinion du bonhomme. En fin de compte,jai vcu quelques jours fantastiques avec lui. Il explosait de rire quand je lui parlais de scnes loufoques que nous avions imagines,et il en rajoutait encore Il sest tout de suite montr remarquablement modeste, et mieux encore, il tait prt se moquer de lui-mme.Il tait aussi trs important mes yeux quil prouve une vritable empathie avec Eric Bishop.Au cours de ces journes-l, Eric ma fait cadeau de quelques petits bijoux dides. Et souvent, comme il sied cet homme, il est all lencontre des ides reues. Je lui ai demand ce que cela faisait davoir 50 000 personnes qui scandent votre nom et chantent deschansons sur vous. Il ma dit que ctait effrayant, mais quil avait aussi peur que a sarrte. Cela ma rappel Maradona, qui disait Jai besoin quils aient besoin de moi . Cantona ma confi quil sefforait de surprendre la foule chaque match et que pour yparvenir, il fallait dabord quil se surprenne lui-mme. Je lui ai demand quel tait son plus grand souvenir de football et jemattendais ce quil me parle dun but gagnant dans une finale de la coupe ou dun match crucial de la ligue. Il ma surpris nouveauen me disant que ctait une passe quil avait faite Ryan Giggs nous navons jamais pu trouver dimages de cette passe ni du but quia suivi, mais javais encore en mmoire sa passe Irwin, que nous avons utilise dans le film. Et si Giggs avait rat ? , ai-je demand.Eric ma rpondu : Il faut toujours faire confiance ses coquipiers. Cela sinscrivait la perfection dans ce que jenvisageais commeune ide cl du film, celle de Little Eric trouvant le courage de prendre un risque, de faire nouveau confiance ses amis et Lily,en dpit de sa propre fragilit.Jai interrog Eric sur sa suspension de neuf mois, un laps de temps considrable quand on songe la brivet dune carrire defootballeur professionnel. Aprs une vie si ordonne, si discipline, la routine des rencontres hebdomadaires, pour ne rien dire des dchargesdadrnaline quand on joue devant un stade bourr craquer, je voulais savoir comment il a affront la solitude. Il ma dit quil avait dtrouver un moyen de combler le vide. De le combler lui. Lequel ? , ai-je dit. Il ma rpondu : Jai essay dapprendre jouerde la trompette. Cest quelque chose, non ? Ce gnie, cette icne du football faisant face une foule en adoration, et la semainesuivante, se retrouvant dans la solitude de sa chambre, concentr sur ses doigts et son souffle, se bagarrant avec un instrument demusiqueDun seul coup, le culte de la clbrit volait en clats. Peu importe qui nous sommes, Big Eric ou Little Eric, on se retrouve tous lutterchaque jour pour donner un sens notre vie. Jadore cette scne surraliste dans le film o Big Eric, arm de sa trompette, et Little Ericarm de sa mmoire, se tiennent sur un balcon de HLM et regardent Manchester leurs pieds et le monde au-del. Jai trouv magiquechaque note mal place, comme un hymne toutes ces vies imparfaites et brouillonnes qui sont les ntres, une clbration de notrefragilit, et un appel vibrant accomplir cet acte de foi qui consiste faire confiance ceux qui nous aiment. A jamais.entretien avec KEN LOACHComment est n le projet ?Jai reu un message me disant quEric Cantona souhaitait entrer en contact avec moi. Ctait il y a deux ou trois ans. Sans lui, ce filmnaurait jamais exist. Un producteur franais, Pascal Caucheteux, stait entretenu avec Rebecca OBrien, la productrice, et avait suggrque nous nous rencontrions, lui, Eric et nous. Nous connaissions videmment Eric Cantona, lhomme public et le footballeur dexception.Et eux savaient que Paul Laverty, le scnariste, et moi nous intressions au football. Eric avait quelques ides, toutes trs intressantes,en particulier une histoire sur sa relation avec un fan. Paul et moi ne voyions pas comment nous pouvions faire fonctionner cela en termesde narration, de personnages et de dveloppement, mais nous avons trouv que ctait un domaine intressant explorer nonseulement la joie et le plaisir du football et le rle quil joue dans la vie des gens, mais aussi la notion de clbrit et la manire donton construit la popularit de quelquun travers la presse et la tlvision. Dans lesprit des gens, les clbrits ont quelque chose desurhumain.Paul sest install sa table de travail et a crit une histoire qui sefforait de relier tous ces lments. Nous nprouvions aucuneapprhension lide de montrer notre travail Eric parce que nous avions une bonne ide du genre dhomme quil est. Cest quelquunqui ne se prend pas trop au srieux, un personnage clbre qui joue de sa clbrit et sen moque aussi, et il avait une petite lueur demalice dans lil en parlant de ce projet. Ctait quelque chose damusant, une histoire ni trop lourde ni trop dure. Nous esprionssimplement quil allait laimer, et il a t assez gentil pour dire que ctait le cas.Pourquoi Cantona ?Cest quelquun doriginal, de brillant, avec un esprit vif, perspicace, et une vraie sensibilit. Il sait sortir des sentiers battus et ses joutesavec les journalistes ont toujours t amusantes et malignes. Cest videmment un homme qui a de la substance, cela nous le savionsOn se souvient de ses sorties mdiatiques, de sa rplique sur les mouettes (lors dune confrence de presse lie son coup de pied contreun spectateur quil lavait insult pendant un match, plutt que de rpondre aux questions des journalistes, il rpliqua : Quand lesmouettes suivent un chalutier, cest parce quelles pensent que des sardines seront jetes la mer avant de se lever et de sortir dela salle). En parlant avec Eric, ses rflexions sur le sport, sur sa place, sur ce quil a tent de faire et son approche du football sontdevenues partie intgrante du projet.Lorsqu'Eric rentre dans une pice , il a un charisme , un magntisme considrable. Les comdiens parlent de projection naturelle pro-pos de cette capacit communiquer depuis la scne jusquau fin fond de la salle sans apparemment rien faire de spcial. Eric savait fairecela sur un terrain de football il communiquait avec 70 000 personnes. Cest une capacit naturelle absolument extraordinaire.A Manchester, il a t trait avec respect, admiration et affection. Nous avons d dissimuler sa prsence cest la premire fois que javaisdes paparazzis rdant autour du plateau. Et si on marchait avec lui dans la rue, la circulation ralentissait et les gens lui attrapaient la main.Je suis all un match avec lui Old Trafford. Mme sans savoir quil tait l, les gens chantaient les chansons de Cantona. Ils scandaientson nom alors quil ntait pas venu depuis dix ans ! Et puis ils ont dcouvert quil tait l pour de bon, et a a t la folie. Des hommesadultes pleuraient ! Quand nous sommes repartis, des gens de tous ges sont venus lui serrer la main. Rares sont les joueurs qui ontinspir une telle affection.Pourquoi le football ?Je ne connais que le point de vue du spectateur, mais aller un match est un acte trs social. Cela na rien voir avec le travail, rien voir avec quoi que ce soit en dehors du jeu et de cet immense rassemblement de gens disparates.Mais le match lui-mme est comme un terrain de galop o explosent toutes vos motions. Vous ressentez tout. Lespoir, la joie, lechagrin, la douleur, la dception, le suspense, le supplice. Une dlicieuse extase lorsque le ballon entre dans la cage. Vous prouvez toutesces motions fortes, contenues dans un cadre prcis et sr pour vous je ne dirais pas que cela ne compte pas , mais finalementce nest quun jeu, et la vraie vie continue. Cest en dfinitive un exercice thrapeutique intense quand vous vivez toutes ces motions maisquelles sont contenues dans un environnement sr.Qui est Eric Bishop, le personnage principal ?Cest un homme intelligent qui souffre de crises de panique qui lempchent de nouer des relations durables avec quelquun. Face cela,il ragit en se mettant la tte dans le sable, en sortant avec ses potes, en allant aux matchs de foot, en buvant un verre et en ny pensantsurtout pas. Son premier mariage a chou. Ensuite, il a pous une autre femme qui a dvelopp un problme dalcool. Elle avait deuxfils de pres diffrents et quand elle a disparu de la circulation, il sest retrouv avec ces deux garons dont il a continu soccuper.En devenant adolescents, ils ont fait comme tous les ados : quand ils voient une faiblesse, ils lexploitent. Ils le dtruisent. Eric se retrouve la tte dune grande maison quil ne peut pas entretenir et bien sr, le chaos engendre le chaos. Il peut peine faire son travail,et quand on le voit la premire fois, il est en pleine crise de panique.Comment avez-vous choisi vos acteurs ?Le casting est la deuxime chose la plus importante aprs le scnario. Jai travaill nouveau avec Kahleen Crawford, la directrice decasting, et nous avons vu beaucoup de monde, des acteurs inconnus comme de trs connus. Il est important que le film soit enracindans quelque chose de spcifique, nous avons donc restreint notre choix des gens de Manchester ou de la rgion proche. La plupart dessupporters de Manchester United viennent de Manchester. Nous avons donc pens quil tait important que le personnage principal soitjou par quelquun de Manchester.Grce Steve Evets, on sent que cest un homme qui est au bord de la rupture. Steve est galement drle, mais pas comme sil jouait dansune comdie, juste en tant vrai. La difficult est de trouver quelquun qui soit bon, qui remplisse tous les critres, mais qui soit aussien phase avec le personnage que vous voulez voir lcran.Comment avez-vous introduit Cantona dans laction ?a, ctait un grand moment ! Ctait assez labor. La surprise est la chose la plus difficile jouer, et Steve Evets ignorait que Cantonaallait jouer dans le film. Il savait seulement quil tait impliqu comme producteur. Le jour o Cantona devait commencer jouer,nous lavons conduit discrtement dans la maison et dans la chambre. Jai dit Steve : La lumire nest pas bonne. Il va falloir quonmette du noir pour attnuer les reflets. Donne-nous dix minutes. Steve est sorti fumer une cigarette, Eric Cantona sest cach derrireun drap noir que nous avons plac autour de la camra, puis nous avons jou la scne. Steve regardait en direction du poster grandeurnature de Cantona. Eric sest gliss derrire lui et il sest mis parler. La surprise a t totale.Comment passez-vous des scnes comiques aux moments plus srieux ?On peut seulement tre honnte et fidle la ralit. L encore, cela repose sur votre capacit trouver des gens qui peuvent treauthentiques et naturellement drles. Ou authentiques et naturellement touchants. Cest pour cette raison que John Henshaw( Meatballs ) et Ricky Tomlinson sont de bons acteurs. Ils sont srieux et drles sans changer de rythme. Le fait quils naient pas changer de braquet est essentiel.Quest-ce que le public retiendra du film, daprs vous ?Une histoire sur lamiti et sur le fait de saccepter tel que lon est. Cest un film contre lindividualisme : on est plus fort en groupe queseul. Certains prouveront peut-tre une certaine condescendance envers cette ide, mais ce film parle de la solidarit entre amis,en prenant pour exemple un groupe de supporters de foot. Il est aussi question de lendroit o vous travaillez et de vos collgues.Mme si cela peut sembler banal de dire cela, ce nest pas dans le vent de lpoque. Ou du moins a ne lest plus depuis trente ans.Ceux qui vous entourent ne sont plus vos camarades, ils sont vos concurrents.Cantona joue de la trompette dans le film. A-t-il un avenir en tant que musicien ?Lorsque George Fenton a enregistr la musique et a entendu Eric jouer, jai envoy Eric un texto disant Les musiciens sont impressionnsmais ils suggrent que tu nabandonnes pas le football tout de suite . Il ma rpondu : Ils doivent avoir peur que je leur pique leur job ! ERIC CANTONALorsque jai rencontr les coproducteurs franais, Pascal Caucheteux et Vincent Maraval, nous nous sommes dit que pourraconter une histoire sur mes relations avec les fans, il fallait un ralisateur anglais. En Angleterre, la relation aux fans est quelque chosede trs spcial. Pour la comprendre, le ralisateur devait tre lui-mme un passionn de football, il devait avoir expriment en personnece sentiment. Le premier nom qui nous est venu lesprit a t celui de Ken Loach. Ctait un peu fou de penser lui, mais nous nous sommesdit quil fallait tenter notre chance. Le pire qui pouvait arriver aurait t quil dise nonNous lavons rencontr en prsence de Rebecca OBrien, la productrice, et de Paul Laverty, le scnariste. Ils nous ont dit : Oui, cestpeut-tre une bonne ide. Ils ont prcis quils allaient essayer de la dvelopper, dcrire une histoire, mais quils ne nous promettaientrien. Si au bout de quelques semaines, ils avaient limpression quils narrivaient rien de bien, alors Ils ont t trs francs. Et puisils ont trouv le moyen, avec Paul, dcrire un scnario formidable que nous avons aim. Nous avons eu normment de chance !Paul et moi avons pass toute une aprs-midi parler des matchs, du football, de tout. Tous les proverbes du film sont de lui. Ils montbeaucoup fait rire quand je les ai lus et je souponne quils ont beaucoup fait rire Paul quand il les a crits ! Cela ne me gnait pas dutout de les dire, au contraire : je les aimais beaucoup.Les buts ont t choisis par eux, mais je suis daccord avec leur choix. Je trouve quil y a un bon quilibre, avec des buts 20 ou 30 m, des lobs, des ttes Des types de buts diffrents. Peut-tre y en avait-il de meilleurs, par exemple celui marqu contreArsenal quand nous avons gagn 5 0. Ctait un but magnifique, mais il nest pas dans le film. Certains ne sontpeut-tre pas aussi spectaculaires, mais il fallait trouver un rythme, un quilibre.Ctait fantastique de revenir Manchester. Jaime les gens de l-bas. Ce sentiment ne faiblit pas, cest toujours aussi fort. Cela ma faitdrle, bien sr, darrter le football. Mais jai la chance davoir dautres passions, comme tre acteur. Et la trompette, comme on le voitdans le film mais il faut que je mexerce encore beaucoup !Dans le film, je suis le Eric Cantona qui existe dans lesprit dEric Bishop, dans son imagination. Cest ainsi quil me voit.Cela ma conduit prendre pas mal de distance par rapport moi-mme, ctait de lautodrision et jai beaucoup aim cela.Jai travaill sur dautres films, des films o je pouvais me cacher derrire un personnage, mais dans celui-ci je devais tremoi-mme. Ctait un sentiment trange. Jai pos Ken des questions que je naurais jamais poses avant, parce quau cours des joursqui ont prcd le dbut du tournage, je ne me sentais pas trs laise. Et il fallait que je sois laise avec le personnage. Ce fut unebonne exprience, trs spciale. Cest comme tre, tout en se regardant tre. Il faut trouver la spontanit, tre soi-mme, mais dans unefiction. Ctait un exercice trange, mais passionnant.Jouer srieusement la relation entre un fan et moi aurait sans doute t assez prtentieux, arrogant, et en fin de comptesrement pas trs intressant. Ken a une approche tout en lgret, pas dans le mauvais sens du terme : il a le don de rendre les choses drles,mais aussi trs relles. Dans ce film, il y a beaucoup dhumour, de sensibilit, dmotion et dautodrision !Je suis trs fier de la faon dont le film montre ce que jai prouv envers les fans, la manire dont je les voyais, dont jerecevais leur nergie. Tout est l, dans le film. Cest inhabituel de capter cela. Les supporters sont des gens formidables, beaux, faisantpreuve dune immense solidarit, dune grande amiti. Jai t intensment mu par leur nergie. Jadore ce genre de choses parce quede nos jours, la solidarit, lamiti, cest assez rare. Ce film rvle qu lintrieur, ce sont de belles mes.Lhistoire damour dEric Bishop, la relation quil a avec ses enfants, lincomprhension qui sest glisse entre sa femme et lui il y a desannes de cela Parfois, on ne veut pas dire les choses et on peut en arriver dtruire une relation parce quon ne parle pas assez.Cest pour cette raison que japparais dans sa vie. Pour lencourager parler. Ou sil ne peut pas, crire mais en tout cas commu-niquer. Si on ne peut pas tre ensemble, alors on doit dire les choses. Cest trs important, et cest aussi le message de ce film.STEVE EVETS (Eric Bishop)Steve Evets, 49 ans, se dcrit lui-mme comme un acteur pay la tche , mais peu dacteurs ont son parcours. Il confie : Je suis n dans une famille douvriers de Salford. Je suis sorti de lcole sans la moindre ide de ce que jallais faire, mais le dernierjour, un type est venu nous montrer un film sur la Marine marchande, et jai dit : Pourquoi ils ne nous ont pas montr a plus tt ?Pas dofficiers saluer, pas duniformes . Et je me suis engag dans la Marine marchande. Trois ans plus tard, il tait renvoy. Javais fait toutes sortes de trucs, javais saut deux fois dun bateau au Japon, javais pass mon18e anniversaire dans un bordel de Bombay ctait une exprience trs libratrice ! Jtais comme un jeune chien fou lpoque. Puisjai trouv un job de livreur de tuyaux industriels pour une bote, parce que je navais pas dautre option. Je me suis mari, a a foiret la bote ma licenci. Alors jai dcid de faire ce que javais en tte : tre acteur, ou un truc cratif. Des rles de figuration, du thtre davant-garde et des spectacles communs ont suivi. Pour obtenir sa carte de lEquity,le syndicat britannique des comdiens, Steve a chang son nom de famille, Murphy, pour le palindrome Evets. Il a fait desdoublages, des comdies il se produisait sous le nom dAdolph Chip-pan et de la musique il a jou de la basse avec The Fall maisil sest brouill depuis, comme cela arrive souvent, avec le chanteur, Mark E. Smith. Il a ces derniers temps beaucoup jou pour latlvision, dans des sries en tous genres allant de Shameless Heartbeat .Il confie : a a toujours t dur. Mais je nai jamais fait ce mtier pour largent, sinon jaurais laiss tomber depuis desannes. Je suis rest parce quil faut avoir dans sa vie quelque chose que lon aime faire, et il se trouve que pour moi, cest jouer. Pour le rle dEric Bishop, Steve Evets a pass successivement toutes les auditions, le processus daudition de Ken Loach pour choisir sesacteurs est toujours long. Il raconte : Ken veut voir de quel bois vous tes fait, comment vous vous en tirez dans telle ou telle situation,si vous retombez vite sur vos pieds. Il prend son temps pour le casting parce que personne dautre que lui ne sait ce que sera son film,il est seul matre bord. Il fait confiance ses acteurs, justement parce quil a pass normment de temps les analyser. Steve Evets a dcroch le rle sans avoir vu le scnario ni rien savoir de lhistoire. Il ignorait donc bien entendu quEric Cantona enpersonne serait son partenaire. Jai vu un article dans un journal avec une photo de Ken en compagnie de Cantona Old Trafford.Larticle disait que Cantona allait coproduire le film. Je nai pas pens une seconde quil y jouerait aussi ! Quand jai eu les pages duscnario o mon personnage parle au poster dEric, je me suis dit quils allaient utiliser sa voix off pour que le poster puisse me rpondre.Je me suis dit que pour les scnes o je suis particulirement drang, ils allaient peut-tre superposer son visage sur laffiche et le faireparler. Je naurais jamais imagin, jamais rv, quEric Cantona puisse jouer dans ce film ! Steve Evets se souvient du moment o Ken Loach a introduit Cantona par surprise sur le plateau. Ils lont fait rentrer sur leplateau et lont cach derrire le rideau avec la prcision dune opration militaire clandestine. Et dun seul coup, bang !Il tait l, avec moi, en chair et en os ! Ctait compltement surraliste. Comme un trip lacide condens en une seuleminute. Je tournais une scne avec Eric Cantona, dans un film de Ken Loach ! Quand jai entendu Coupez ! , jai faillimeffondrer. Puis a a t lheure du djeuner et ils mont donn dautres pages du scnario en me disant : Voil la scne que tu tournesavec Eric cet aprs-midi. "Lis-la bien !"Je ne suis pas un vrai passionn de foot, mais je connais bien sr Eric Cantona, comme tout le monde. Cest une lgende.Qui na pas entendu parler de sa petite phrase sur les mouettes ? Ce qui, soit dit en passant, a vraiment du sens pour moi, mais peuimporte. Cantona a en quelque sorte adopt Manchester et les gens laiment beaucoup. Je le connais mieux maintenant et je ladmiretoujours autant. Il peut paratre distant mais ce nest pas de larrogance. Je crois quil est assez timide au fond.Cest un vrai gentleman. Dans LOOKING FOR ERIC, Eric Bishop, le personnage jou par Steve Evets, est un homme qui a perdu foi en lui-mme. Il fait partie de ces types qui se sont simplement installs dans une existence banale, mdiocre. Mais il a bon cur. Il nerflchit pas toujours avant de dire tout haut ce quil pense tout bas. Il na pas su faire face ses responsabilits autrefois avec sapremire femme, Lily, et cest un peu lorigine de tous ses problmes. a, et son enfance avec un pre bagarreur, une brute. Il na pastoujours t suffisamment fort pour dire : Non, je naccepterai pas cela . Steve Evets poursuit : Eric Cantona est mon mentor dans le film. Avec ces paroles de sagesse il aide mon personnage reprendre confianceen lui, retrouver son courage et un peu destime de soi.Ken Loach ma encourag improviser. Je lai pas mal fait. Dans une scne o on parle de lpoque o il a t suspendu pour avoir donnun coup de pied de karat un supporter qui lavait insult, jai dit : Il la bien mrit . Eric na pas protest.Il y a aussi un moment o mon personnage en a assez de la philosophie et des maximes dEric Cantona, et o jai dit : Bon sang,jessaie encore de comprendre ce que tu as bien pu vouloir dire avec les mouettes ! . Aprs, je me suis excus.Il ma dit : Cest OK . Steve Evets est un acteur de plus en plus remarqu. Il a jou lanne dernire dans SUMMER de Kenneth Glenaan, avec Robert Carlyle,et tient dans LOOKING FOR ERIC son premier rle principal.JOHN HENSHAW (Meatballs)John Henshaw joue Meatballs, qui est en quelque sorte le chef du petit clan des postiers. Il explique : Meatballs est un des potes dubureau de poste, cest un brave gars, un type qui dfend la famille et les amis. Il ne se laisse pas marcher sur les pieds et il se considrecomme un intellectuel, mme si ce nest sans doute pas le cas. Cest un trs bon copain dEric, il va donc essayer de laider sortir de sadpression. Aprs, les choses lui chappent un peu quand Ryan, le beau-fils dEric, a maille partir avec un gangster local Meatballset ses copains sont forcs de passer laction. John Henshaw dclare : Jai toujours voulu jouer dans un film de Ken Loach. Jai travaill avec Tony Garnett sur la srie The Cops et il ma dit : Tu devrais tourner avec Ken . Jai rpondu que la chance tait mince Mais Dieu merci cest arriv. Et jadore la faondont Ken et son quipe travaillent. Bien que John Henshaw nait aucune scne avec Cantona, Ken Loach lui a demand daider celui-ci se prparer pour ses scnesen anglais avec Steve Evets. Evets, bien entendu, ignorait que Cantona en personne les jouerait.John Henshaw raconte : Alors que la conspiration clandestine tait en marche, nous avons fait quelques rptitions,moi-mme et Justin Moorhouse. Nous tions dans le secret depuis plusieurs jours. La fois o nous avons revu Steve aprs, il nous a dit : Bande de salauds ! Vous mavez Loach ! .John Henshaw conclut : LOOKING FOR ERIC parle de copains qui tranent leurs gutres ensemble. Ce sont des ouvriers qui sunissent pourvenir en aide lun des leurs. Leur instinct primitif fonctionne sur le mode celui qui frappe lun dentre nous nous frappe tous ,et je trouve a formidable. Sans vouloir faire de sermon, la socit est en panne actuellement. Nous navons plus de grande famille commeautrefois, avec les oncles, les tantes et les grands-parents pour veiller sur les gamins comme on le faisait avant. Chacun reste chez soi,cest chacun pour soi. C est devenu trs rare de voir une bande de potes ensemble. Je crois que les derniers bastions de lamiticommunautaire sont les lieux de travail et les matchs de football. Ils rassemblent les gens et cest ce que dit ce film. STEPHANIE BISHOP (Lily)Stephanie Bishop est ne Manchester et a grandi Droylsden. Sa famille sest installe Stockport quand elle avait 7 ans, puis Denton, mais elle a toujours t manchestrienne de cur. Elle confie : Je nai jamais beaucoup travaill lcole.Je me suis marie 26 ans, mais a na pas dur longtemps. Je me suis alors pose des questions sur ma vie et sur ce que jedevais faire. Jai fait un peu de figuration pendant neuf ou dix ans. Ctaient les meilleures annes de ma vie. Ensuite, jai pris des coursdart dramatique pendant un peu plus dun an .Dans le film, le couple de Lily et Eric est spar depuis prs de trente ans. Eric tait pourtant dcid offrir la jeune femme une vieagrable quand elle est tombe enceinte, mais il a t pris de panique lide de devenir pre et de sinstaller, et il sest enfui, lalaissant seule avec le bb.Lorsque Eric la quitte, cela a t un choc pour Lily, mais depuis elle est alle de lavant. Je me suis demande comment cette jeunefemme avait pu surmonter cette chose terrible qui leur tait arrive tous deux. Cela la blesse trs profondment. Je pense que cela luia pris longtemps pour se dire quil fallait quelle passe autre chose. Mais elle a russi et prsent elle a la tte sur les paules. Elle aun travail de physiothrapeute, une jolie petite maison, sa fille a dmnag et elle peut vivre un peu pour elle. Elle est bien dans sa vie,mme si elle est seule. Mais quand elle se retrouve de nouveau face Eric, il se passe vraiment quelque chose. LUCY-JO HUDSON (Sam)Lucy-Jo Hudson joue Sam, la fille dEric et Lily. Elle confie : Je pense que Ken Loach ignorait totalement que javais jou dans les sries Coronation Street et Vie sauvage quand il ma choisie pour LOOKING FOR ERIC, il ne savait pas du tout ce que javais fait avant.Et je crois que jen suis trs heureuse ! Lucy-Jo Hudson : Je ressemble beaucoup Sam. Mes parents ont divorc, jai toujours t plus mre que mon ge. Cest ainsi queprocde Ken : il choisit des gens qui sont ses personnages. Elle ne connaissait pas les mthodes de Ken Loach qui lont par moment destabilise. Elle raconte : Au beau milieu dune scne, de faontout fait inattendue, on a frapp trs fort la porte. Je me suis demande si cela faisait partie de la scne. Quand la police a charg,jai flipp ! Je tremblais de tous mes membres. Aprs, on sest marr, on sest dit Steve et moi : On sest fait Loacher ! . Toute lquipetechnique le savait, Ken lavait prpar depuis des semaines. On devrait procder ainsi pour toutes les scnes quon joue en tantquacteur, parce quon ne sait jamais ce qui va se produire et que la raction est forcment absolument authentique. A limage, je pleureparce que je pleurais vraiment ! REBECCA OBRIENProductriceCest Eric Cantona qui a bris la glace. Il voulait faire un film sur les fans de football et il nous la propos, il connaissait trs bien les filmsde Ken Loach. Ken et Paul Laverty sont connus pour tre des passionns de foot il y a de nombreux matchs dans leurs films prcdents.Pascal Caucheteux et Vincent Maraval sont venus avec Eric discuter de cette ide. Tous taient un peu nerveux cette premire rencontreparce que Ken et Eric sadmiraient mutuellement.Grce au soutien financier des Franais, je pouvais me concentrer sur la cration du film. Jai tellement lhabitude de menliser dans lesquestions juridiques !Pour le tournage, nous nous sommes efforcs de rester discrets Manchester et de cacher Little Eric/Steve Evets le fait quEric Cantonaallait arriver. Essayer de faire voyager Big Eric discrtement Manchester et dans ses environs a t une vraie gageure ! La premire fois,il est venu pour quelques rptitions et a rencontr certains des gens qui travaillaient sur le film mais pas Steve. On est alls unmatch Old Trafford. Ctait le quart de finale de la Ligue des Champions opposant Manchester United lAS Roma. Nous tions avec Ericet au moment o nous avons russi atteindre les loges VIP, nous passions la tl parce quils avaient repr Eric et avaient film sonarrive. Et la rumeur stait rpandue : Eric tait en ville !Il nous a fallu une demi-heure pour atteindre nos siges. Eric est descendu voir les joueurs dans les vestiaires et a ramenSir Alex Ferguson, lentraneur de Manchester United, avec lui. C tait un quart dheure avant le match. Sir Alex nous a serr trschaleureusement la main et a commenc parler du VENT SE LEVE quil avait vu plusieurs fois.A la mi-temps, ils ont annonc par haut-parleur quEric tait dans le stade. Cest quelque chose de voir 70 000 personnes qui chantenten lhonneur de lhomme qui est assis ct de vous. Ils ont sign des autographes pendant vingt minutes avant que le match ne reprenneet ensuite, ils sont alls dans les coulisses. Cela faisait un drle deffet de voir les gens scartant sur notre passage pour se coller contreles murs. Ctait comme sils avaient t touchs par la prsence dEric Cantona.Ce film est diffrent de ITS A FREE WORLD ou du VENT SE LEVE, mais nous nous efforons toujours de rendre chaque nouveau film le plusdiffrent possible du prcdent. Nous navions pas fait de film lger depuis longtemps. Oserai-je dire que celui-ci est en fin de compte unecomdie romantique ? Cela fait bien longtemps en tout cas que nous navions rien fait de tel. BARRY ACKROYDDirecteur de la photographieKen et moi avons fait douze ou treize films ensemble. Ken est toujours seul matre bord sur le plateau. Il sait ce quil veutobtenir, de ses acteurs comme en matire de son, de dcors, et bien entendu dimage. Pendant les deux ou trois premiers films surlesquels nous avons collabor, je me contentais de faire ce quil me demandait, et je trouvais souvent quil avait raison,que la camra tait effectivement bien place l o il lavait dcid. A prsent nous avons largement dpass ce stade etje mefforce dapporter ma contribution. Ken travaille dune faon tout fait spcifique. La cl en tant que directeur de la photo, cest dene pas occuper lespace qui revient aux acteurs ou lhistoire. Vous devez savoir comment clairer quelque chose qui laissera la place libreaux acteurs.Ce film est une sorte de conte magique teint de ralisme social. Nous ne voulions pas nous loigner trop des normes et du style dun filmde Ken Loach, mais nous dsirions ajouter un petit quelque chose. Parfois cela relevait presque de la concidence : Eric sasseyait et nousavions le dos dun canap ou dune chaise derrire lui, un lment de dcor qui suggrait des ailes, comme sil tait une sorte dange.Jessaie dapporter quelque chose chacun des films sur lesquels je travaille. A lorigine, Ken nutilisait jamais de camramobile, sauf une camra lpaule pour une scne de course, de poursuite ou quelque chose du mme genre. Il nous arrive prsent de faire bouger la camra, avec un vhicule par exemple. Ken obtient toujours ce quil veut. Mme sil nous arrive tous, membres de son quipe, davoir parfois limpression de travailler chacun avec un objectif diffrent de celui des autres, nousralisons en fin de compte que nous ne faisons que ce que Ken veut. Cest un matre absolu : il ne se contente pas demettre en scne le film, il en dirige labsolue construction.Chacun des films que nous avons faits ensemble a toujours comport une part importante dhumour, quel que soit le sujet.Lun des savoir-faire de Ken est de juxtaposer lhumour et le drame. Il se passe toujours quelque chose de drle avant que les huissiers nefrappent la porte, que la police entre ou que lennemi attaque. En ce sens, je nai pas le sentiment que ce film-ci soit diffrent.Llment diffrent, cest Eric Cantona. Il a cette prsence Le scnario de Paul a compris que la force de Cantona ne rside passeulement dans son don pour le football, mais dans sa philosophie. On retrouve ici ces deux lments unis dans de grands moments decinma. Cest magnifique et drle la fois.Cantona est trs cingnique, il a une immense personnalit et une histoire quon ne peut ignorer. Mais cest un homme dune grandegentillesse, dune belle gnrosit. Ctait trange de le voir, lui, en admiration devant Ken Loach. Ctait mouvant.JONATHAN MORRISChef monteurMonter LOOKING FOR ERIC a t un peu diffrent de mon travail habituel parce que nous avons dans ce film un personnage qui disparatde temps autre de lcran. Il est le produit de limagination dun autre personnage, mais sans effets spciaux, uniquement grce unmontage trs rflchi et minutieux.Une autre diffrence est que nous avons deux montages dimages de football. Nous avions des images darchives et plusieurs desmagnifiques buts dEric parmi lesquels choisir.Rassembler tout cela a t trs amusant. Il y avait trois ou quatre DVD des meilleurs buts de Cantona et Ken ma dit : Viens Manchesteret monte-moi une petite squence dune vingtaine de buts pour que Steve Evets puisse jeter un il. Steve nest pas un absolu passionnde foot et Ken voulait lui en apprendre davantage sur le personnage quil admire dans le film. Quand je suis arriv l-bas ctait avantle tournage un type est entr et ma dit : a te drange si je massois ct de toi ? . Je me suis dit que ctait un des gars de lquipeou de lentretien. Il sest assis mes cts et jai dcouvert que ctait Steve, lacteur principal !Nous sommes retourns en salle de montage et avons mont des squences des meilleurs buts. Ensuite, nous avons montr notre travail Eric Cantona en personne. Eric a remerci, il a dit quil aimait ce quon avait fait, mais qu il y avait deux ou trois autres buts quil neverrait aucun inconvnient ce quon envisage . Il na jamais dit Mettez-les , mais il voulait quon regarde un ou deux autres butsquil trouvait meilleurs.Il y en avait un que nous avions laiss de ct parce quEric portait le maillot de Manchester United vert et jaune et que nous pensionsque cela pouvait engendrer une certaine confusion chez les spectateurs, du moins ceux qui ne connaissent pas trop le foot. Mais Eric lasuggr et nous lavons mis. Ctait la seule chose quil demandait, ctait le moins que nous puissions faire.Il se trouve que je suis un supporter dArsenal. Quand jai rencontr Eric Cantona pour la premire fois la projection, il est venu me voiret ma dit : Vous tes le supporter dArsenal, pas vrai ? . Jai trouv cela formidable. Il ne savait sans doute pas que javais fait en sortequaucun but marqu contre Arsenal napparaisse dans le film Il y en avait un sur la liste des buts que nous avions slectionns, uncoup franc contre Seaman. Jai us de mon influence et de mon pouvoir pour massurer quil ne figure pas dans le film finalGEORGE FENTONCompositeurQuand je travaille avec Ken, je ne vois jamais le scnario. Il ne me laisse voir le film que lorsquil la termin. Puis, on dcide en unejourne quelle sorte de musique conviendrait, quels endroits en mettre et quel sera son rle. La musique faisant partie du processus decration final, les points que lon veut souligner sont dj vidents ce stade.Il est difficile pour moi dtre objectif sur LOOKING FOR ERIC parce quEric Cantona, qui est une de mes plus grandes idoles, y joue. Je suisrest l, sourire dune oreille lautre en travaillant sur ce projet parce que je le trouve trs charismatique.Je me suis interrog pour savoir si javais une responsabilit consistant dire au public a va tre drle ou bien Tout ira bien parceque lhistoire commence avec notre hros, Eric, en bien mauvaise posture. Parfois, la musique doit prendre une lgre distance parrapport au film pour guider le spectateur, plutt que dintensifier ce quil voit. La difficult avec LOOKING FOR ERIC a t daccomplircela un niveau, mais en mme temps de rester fidle Eric Bishop, le personnage. Je navais jamais compos de musique de film quicommence de faon aussi minimaliste. Jtais assez anxieux ce sujet. Mais Ken est trs audacieux. Jai commenc avec le son dunecontrebasse, comme une sorte de signature pour le postier. Jai voulu quelque chose de trs simple, de dpouill, et jai fini avec cette uniquecontrebasse. Pour un musicien, cest vraiment inconfortable, je vous prie de me croire !Cantona joue de la trompette dans le film, et mme sil nest pas vraiment trompettiste, il y a de la magnificence dans sa faon de jouer.Jai pens que nous devions lui apporter le plus possible notre aide et jai donc orchestr La Marseillaise autour de son jeu detrompette. Cest un moment merveilleux parce quil nest pas vraiment un excellent musicien et pourtant, aux yeux de notre Eric, il estfantastique. Puis on passe aux images de ces gamins qui tous rvent dune seule chose, devenir un Wayne Rooney ou un Berbatov, et cesttout simplement magique de le voir jouer de la trompette pour eux tandis quils jouent au football.La musique qui accompagne les montages de ses plus grands buts est un peu un hymne Cantona. Cest une simple mlodie au piano,deux accords glissants, une modulation. Cest la premire chose que jai compose. Jtais assis rflchir ce formidable travail qui estle mien, et jai juste jou cela, et Ken a dit : Oh, jadore ! Le football est une chose trange et merveilleuse, capable de vousenvoler le cur et lmeKEN LOACHRalisateur2009 LOOKING FOR ERIC (id.), galement producteur2007 ITS A FREE WORLD (id.), galement producteurCHACUN SON CINEMA - Segment Happy Ending 2006 LE VENT SE LEVE (The Wind That Shakes The Barley)Palme dOr, Festival de CannesPrix spcial du Jury, British Independent Film Awards2005 TICKETS (id.)2004 JUST A KISS (Ae Fond Kiss)Csar du meilleur film de lUnion EuropennePrix du jury cumnique, Festival de Berlin2002 110901 - SEPTEMBER 11 - Onze minutes, neuf secondes, un cadre - Segment United Kingdom , galement scnaristePrix FIPRESCI, European Film Awards2001 THE NAVIGATORS (id.)2000 BREAD AND ROSES (id.)1998 MY NAME IS JOE (id.)British Independent Film Award du meilleur ralisateur britannique1997 THE FLICKERING FLAME (id.)1996 CARLAS SONG (id.)1995 LAND AND FREEDOM (id.)Csar du meilleur film trangerPrix FIPRESCI, Prix du jury cumnique, Festival de Cannes1994 LADYBIRD (Ladybird Ladybird)Prix du jury cumnique, Festival de Berlin1993 RAINING STONES (id.)Prix du Jury, Festival de CannesEvening Standard British Film Award du meilleur film1991 RIFF-RAFF (id.)Prix FIPRESCI, Festival de Cannes1990 SECRET DEFENSE (Hidden Agenda)Prix du jury, mention spciale Prix du jury cumnique, Festival de Cannes1986 FATHERLAND (id.)1984 WHICH SIDE ARE YOU ON ? (id.), galement producteur1981 REGARDS ET SOURIRES (Looks and Smiles)Mention spciale Prix du jury cumnique, Festival de Cannes1980 THE GAMEKEEPER (id.), galement scnariste1979 BLACK JACK (id.), galement scnariste1971 FAMILY LIFE (id.)Prix FIPRESCI, Festival de Berlin1969 KES (id.), galement scnariste1967 PAS DE LARMES POUR JOY (Poor Cow), galement scnaristeFICHE ARTISTIQUEEric Bishop ......................................................................................................STEVE EVETSEric Cantona..................................................................................................ERIC CANTONALily .......................................................................................................STEPHANIE BISHOPSam ........................................................................................................LUCY-JO HUDSONRyan .........................................................................................................GERARD KEARNSJess ............................................................................................................STEFAN GUMBSLes postiersMeatballs ..................................................................................................JOHN HENSHAWSpleen ................................................................................................JUSTIN MOORHOUSEJack.............................................................................................................DES SHARPLESMonk ................................................................................................................GREG COOKJudge ...............................................................................................................MICK FERRYSmug .........................................................................................................SMUG ROBERTSTravis .........................................................................................................JOHNNY TRAVISFICHE TECHNIQUERalisateur .........................................................................................................KEN LOACHScnariste ......................................................................................................PAUL LAVERTYProductrice ...............................................................................................REBECCA OBRIENProducteurs dlgus ........................ERIC CANTONA, PASCAL CAUCHETEUX, VINCENT MARAVALDirecteur de production...........................................................................................TIM COLEDirecteur de la photographie ..............................................................BARRY ACKROYD , B.S.CChef dcorateur..............................................................................................FERGUS CLEGGChef monteur..........................................................................................JONATHAN MORRISMixage son .....................................................................................................RAY BECKETTCompositeur ...............................................................................................GEORGE FENTONChef costumire ................................................................................................SARAH RYANDirectrice de casting ..............................................................................KAHLEEN CRAWFORDPhotographe de plateau..................................................................................JOSS BARRATTUne co-production Canto Bros.Productions, Sixteen Films, Why Not Productions, Wild Bunch, Film4 ,Icon Film Distribution, North West Vision Media, France 2 Cinma, Canal +, Cin Cinma, Sofica UGC 1,Diaphana Distribution, RTBF (Tlvision belge), BIM Distribuzione, Les Films du Fleuve, La Rgion Wallonne,Cinart, Tornasol Films, Alta ProduccinPays coproducteurs : Grande Bretagne, France, Italie, Belgique, EspagneTextes : Pascale & Gilles LegardinierPierreCollier09.D'aprsdesphotographiesdeJossBarratt

Recommended

View more >