Expulsions locatives et sans-abrisme : un éclairage à ?· 2018-06-07 · trajectoires résidentielles…

  • Published on
    16-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Expulsions locatives et sans-abrisme : un clairage partir des donnes du 115 Rapport remis lONPES Aout 2016 Mireille Eberhard En collaboration avec Marie Mengotti 2 Avant Propos La ralisation de cette tude a t confie par lONPES lObservatoire du Samusocial de Paris. Plusieurs chercheurs sont intervenus dans cette ralisation. Le projet initial a t conu par Emmanuelle Guyavarch. Le matriau du rapport a t produit par Marie Mengotti, qui a galement ralis les premires analyses, et relu le rapport final. Toutes les analyses finales ont t faites par Mireille Eberhard. Erwan Le Mner a particip la correction des versions intermdiaires comme de la version finale. Le rapport final a galement t relu par Emmanuelle Guyavarch et Franoise Riou. 3 Sommaire Avant Propos ........................................................................................................................ 2 Sommaire ..................................................................................................................... 3 Liste des figures .......................................................................................................................... 4 Liste des tableaux ....................................................................................................................... 4 Liste des encadrs ...................................................................................................................... 5 Introduction ................................................................................................................. 7 Expulsion et sans-abrisme : une transition nonce, mais assez peu dmontre........................ 8 Partie 1 : Mthodologie .............................................................................................. 12 1. Prsentation de la base de donnes du 115 de Paris ........................................................... 12 2. Linformation sur les expulsions dans la base de donnes du 115 .................................. 13 2.1. Les demandes dhbergement durgence manant de la Prfecture. Droit de priorit Expulsion locative (DDP) ............................................................................................................. 13 2. 2. Le motif de sparation ................................................................................................ 14 3. La classification des expulsions dtermines par l'ouverture des notes ............................... 17 3.1. Les expulsions locatives avres ....................................................................................... 17 3.2. Les expulsions locatives possibles ..................................................................................... 18 3.3. Les autres situations .......................................................................................................... 18 4. Construction de la base de donnes et estimation du nombre d'expulss pour la priode de ltude ................................................................................................................................... 20 Partie 2 : Caractristiques des diffrents groupes d'expulss ....................................... 23 1) Sexe et statut matrimonial des usagers du 115 .................................................................. 23 2) L'ge des usagers .............................................................................................................. 25 3) Pays dorigine et situation administrative des usagers ....................................................... 26 3.1. Lieu de naissance des usagers ........................................................................................... 26 3.2. Origine gographique des usagers immigrs .................................................................... 27 3.3 Situation administrative des usagers immigrs ................................................................. 28 4) Sources de revenu des usagers du 115 .............................................................................. 30 5) Suivi social des usagers du 115 .......................................................................................... 33 6) Indicateurs de prcarit .................................................................................................... 34 Partie 3. L'accs l'hbergement : des diffrences nuancer ...................................... 38 1) tre hberg pas le 115..................................................................................................... 38 4 1.1. La priorit donne aux familles ......................................................................................... 39 1.2. Lincidence des ressources sur lhbergement ................................................................. 40 1.3. Contacts avec le 115 des non hbergs ............................................................................ 45 2) Dlai de prise de contact des expulss avec le 115 ............................................................. 46 3) Les rponses donnes par le 115 : entre orientation et hbergement ................................. 50 3.1. Premier contact avec le 115 .............................................................................................. 50 3.2. Rponses apportes lors du second contact avec le 115 ................................................. 54 3.3. Rponse apporte lors du dernier contact avec le 115 .................................................... 55 4) Dure dhbergement par le 115 ....................................................................................... 61 4.1. Des sjours aux dures contrastes .................................................................................. 62 4.2. Des familles plus longtemps hberges, sauf parmi les expulss avrs ......................... 64 Conclusion ............................................................................................................................. 66 Bibliographie ......................................................................................................................... 70 Liste des figures Figure 1. Capture dcran Droit de priorit ................................................................................................. 13 Figure 2. Capture dcran du masque de saisie des coutants sociaux : la liste des items de la variable motif de sparation ..................................................................................................................................................... 15 Figure 3. Rpartition par sexe des usagers du 115 ........................................................................................... 23 Figure 4. Situation matrimoniale des usagers et des hbergs du 115 ............................................................ 24 Figure 5. Lieu de naissance selon la situation matrimoniale selon la situation concernant lexpulsion ........... 27 Figure 6. Origine gographique des personnes nes l'tranger selon leur situation concernant lexpulsion 28 Figure 7. Sources de revenu selon le statut matrimonial des usagers du 115 et la situation concernant lexpulsion 32 Figure 8. Type de suivi selon le statut matrimonial .......................................................................................... 34 Figure 9. Proportion dhbergs parmi les usagers du 115 selon leur situation relative lexpulsion ............. 38 Figure 10. Proportion dhbergs parmi les appelants selon le statut matrimonial et la situation concernant lexpulsion 39 Figure 11. Rpartition des non hbergs selon le nombre de contacts avec le 115 pour chaque population dintrt 45 Figure 12. Dlai coul entre l'expulsion et le premier contact avec le 115 selon la situation vis--vis de lexpulsion 48 Figure 13. Proportion des personnes ayant t seulement une ou deux fois en contact avec le 115 selon leur situation concernant lexpulsion ........................................................................................................................... 53 Figure 14. Dcomposition de la modalit orientation vers dautres plateformes ou structures des usagers en familles, selon la situation concernant lexpulsion ........................................................................................... 58 Figure 15. Rpartition des personnes selon la dure de contact avec le 115, leur statut matrimonial et leur situation concernant lexpulsion ........................................................................................................................... 60 Liste des tableaux Tableau 1. Nombre dappelants, de ruptures lies une expulsion du logement personnel et douvertures des notes en format texte correspondantes selon lanne du dernier contact avec le 115 .................................. 16 Tableau 2. La base de sondage et la base de donnes constitue .................................................................... 21 Tableau 3. Estimation du nombre annuel d'expulss prsents dans la base du 115 ........................................ 22 Tableau 4. ge moyen au moment de la premire apparition dans la base ..................................................... 25 Tableau 5. Lieu de naissance des usagers du 115 ............................................................................................. 26 5 Tableau 6. Situation administrative des usagers ns l'tranger selon leur situation concernant lexpulsion 28 Tableau 7. Principales sources de revenus selon la situation relative lexpulsion .......................................... 31 Tableau 8. Suivi social des usagers ................................................................................................................... 33 Tableau 9. Construction des indicateurs de ressources ..................................................................................... 35 Tableau 10. Construction de l'indicateur synthtique de niveau de ressources ............................................. 35 Tableau 11. Rpartition selon le niveau de ressources de chaque population dintrt................................. 35 Tableau 12. Niveau de ressources de chaque population selon le statut matrimonial .................................. 36 Tableau 13. Taux d'hbergement selon le niveau de ressources et la situation relative lexpulsion ........... 40 Tableau 14. Taux d'hbergement selon le statut matrimonial, le niveau de ressource et la situation relative lexpulsion ............................................................................................................................................. 41 Tableau 15. Effets relatifs de lexpulsion, du statut matrimonial et du niveau de ressources sur la probabilit d'avoir t hberg ............................................................................................................................................... 42 Tableau 16. Effets relatifs des diffrentes ressources sur la probabilit dtre hberg ................................ 43 Tableau 17. Nombre de contacts avec le 115 des non hbergs selon leur situation vis--vis de lexpulsion 45 Tableau 18. Dates de premire apparition dans la base antrieure 2009 des personnes classes DDP 46 Tableau 19. Rponses donnes lors de la premire apparition des usagers dans la base .............................. 50 Tableau 20. Rpartition des rponses du 115 lors du premier contact selon la source principale de revenus et la situation concernant lexpulsion ....................................................................................................................... 52 Tableau 21. Rpartition des rponses du 115 lors du premier contact selon le statut matrimonial et la situation vis--vis de lexpulsion ............................................................................................................................ 53 Tableau 22. Rpartition des rponses du 115 lors de la seconde apparition des usagers dans la base ......... 54 Tableau 23. Nombre de contacts et rpartition des rponses du 115 lors du dernier contact pour ceux qui ont t en contact au moins trois fois, selon la situation relative lexpulsion .................................................... 56 Tableau 24. Nombre de contacts et rpartition des rponses du 115 lors du dernier contact, selon le statut matrimonial et la situation relative lexpulsion, parmi ceux qui ont t en contact plus de deux fois. .............. 57 Tableau 25. Dures dhbergement (nombre de nuites) des personnes hberges au moins une nuit selon leur situation concernant lexpulsion .................................................................................................................... 62 Tableau 26. Dures dhbergement (nombre de nuites) des personnes hberges au moins une nuit selon leur situation concernant lexpulsion et leur statut matrimonial .......................................................................... 64 Liste des encadrs Encadr 1. Les trois phases du processus dexpulsion locative ______________________________________ 9 Encadr 2. Extraits de notes permettant de dterminer des cas d'expulsions avres ___________________ 17 Encadr 3. Extraits de notes permettant de dterminer des cas d'expulsions _________________________ 18 Encadr 4. Perte de papiers et expulsion locative _______________________________________________ 29 Encadr 5. Situations dusagers appartenant la catgorie expulss avrs et ayant t en contact avec le 115 avant l'expulsion ________________________________________________________________________ 47 Encadr 6. Situations dusagers en famille ayant fait lobjet dune expulsion avre et se voient attribuer une DNP lors de leur dernire apparition dans la base ______________________________________________ 58 6 7 Introduction Ce rapport porte sur les sans-domicile ayant subi une expulsion locative. Plus prcisment, il sagit de caractriser les expulss parmi les personnes recourant au 115 de Paris, cest--dire une plateforme dhbergement durgence conue pour lorientation et lhbergement des sans-abri. Lengagement dun processus dexpulsion locative du jugement portant officiellement demande dexpulsion lexpulsion physique du logement conduit en effet une partie des mnages concerns recourir aux services durgence sociale. Certes, il ne sagit pas de la seule destination possible pour les expulss, mais un rapport publi par lagence nationale pour linformation sur le logement (ANIL) estime que dans les zones o le march de la location est trs tendu (dans lesquelles se situe Paris) 4% des mnages sont la rue immdiatement aprs lexpulsion1 (Maurel et Vincent, 2012). En France, 166 000 mnages ont t assigns en justice en 2014 pour impays de loyer. Au final, cette anne-l, le nombre dexpulsions effectives avec intervention des forces de lordre a atteint 11 064 (pour une description dtaille de la procdure dexpulsion locative dans son ensemble, Cf encadr 1). La dispersion des mnages tout au long du processus est donc considrable et linventaire des solutions dhbergement et surtout des effets de lexpulsion sur le parcours des mnages reste tablir. La prsente enqute ne propose quune focalisation sur une frange dmunie des expulss au sens o ceux-ci ne sont pas parvenus viter lhbergement durgence. Elle se limite en outre, la demande de lONPES, lexpulsion locative strico sensu, lexclusion dautres formes dexpulsions dhabitation, que ce soit dans le parc de logement au noir, en squat, en hbergement de longue dure ou encore chez des tiers (le champ dtude est prcis en partie 1). Toutefois, dfaut dun systme dinformation solide sur le suivi des expulsions locatives (Grunspan, 2004) ou de recherches sur les trajectoires rsidentielles des expulss, cette tude est une premire touche dun tableau bien plus large sur le sort des expulss. 1 Tandis que 36% dentre eux sont hbergs par de la famille ou des amis, la part de relogement dans le parc, priv ou social tant de 52%, -(les autres sont hbergs en CHRS ou en sous-location sociale). 8 Linvestigation porte donc sur les personnes ayant fait appel au 115 de Paris, aprs avoir subi une expulsion locative. Le 115 de Paris2 enregistre en effet de nombreuses informations sur les appelants, lissue dune valuation sociale faite lors du premier contact, puis lors de chaque appel. Il a ainsi t possible de constituer une base de donnes des individus ayant joint le numro durgence aprs une expulsion locative. Les informations runies pour chaque usager sont basiques et parfois lacunaires, mais elles permettent toutefois de rpondre en premire approche des questions jusqu prsent faiblement documentes. Qui sont ainsi les expulss devenus sans-domicile (entendons dornavant par sans-domicile les individus pris en charge et a minima orients par des services dassistance destins cette population) ? Sagit-il en premier lieu de personnes seules et avant tout dhommes seuls, ainsi que cela semble tre le cas dans lensemble de la population engage dans un processus dexpulsion locative en France comme au niveau europen (Kenna et al., 2016) ? On peut galement sattendre ce quen France - et particulirement en le-de-France o les populations dorigine trangres sont plus nombreuses (Sagot, 2011), les premires victimes dexpulsions locatives soient des trangers ou descendants dimmigrs, limage des discriminations subies en matire daccs et de maintien dans le logement (Pan K Shon et Scodellaro, 2015 ; Safi, 2009) La base de donnes produite pour cette tude permet galement de sintresser lusage de lassistance et en premier chef du 115, par les appelants. quel moment recourt-on au 115 ? Quelle aide y reoit-on ? Face la pnurie dhbergement au regard des demandes traites par le numro durgence, une part essentielle du travail des coutants consiste tablir des priorits. On sait que les intervenants ciblent les situations de dtresse les plus saillantes (Cefa et Gardella, 2011), et que les familles sont plus facilement et durablement hberges que les personnes seules, bnficiant dune offre largie en htels sociaux (Le Mner et Oppenchaim, 2012). Les expulss et parmi eux les familles constituent-ils donc une population prioritaire pour le 115 ? Plus largement, peut-on observer des diffrences de traitement parmi les expulss ? Expulsion et sans-abrisme : une transition nonce, mais assez peu dmontre Si elle est frquemment voque, la population expulse reste mal connue: On ne dispose pas, tant au niveau national que local, de donnes quantitatives permettant de renseigner de manire 2 Le 115 de Paris est un numro durgence gratuit destin aux personnes prives de logement. Sa gestion est dpartementalise. La plateforme reoit des appels dinstitution ou de tiers signalant la dtresse de personnes sans-abri (on parle de signalements ), mais surtout des appels de personnes sans-domicile, en recherche dun toit. Les coutants orientent ces individus vers un hbergement durgence en fonction dune valuation sociale, permettant de jauger lurgence de chaque situation, dans la limite des places disponibles (en quantit bien infrieure la demande). Toute personne parvenant joindre le 115, si elle nest pas hberge, obtient en tout cas des conseils pour sorienter vers dautres services. 9 exhaustive et cohrente lensemble du processus dexpulsion locative , estime Fanny Tassin, au terme dun tat des lieux des donnes disponibles sur les expulsions locatives (Tassin, 2014). Cette invisibilit dcoule en partie des difficults quil y a la circonscrire. Lexpulsion locative est en effet un processus complexe, qui naboutit pas toujours lexpulsion en bonne et due forme. Cette dernire, notamment lorsquelle est marque par lintervention des forces de lordre, nen est que la phase ultime (encadr 1). Encadr 1. Les trois phases du processus dexpulsion locative Trois phases du processus peuvent tre distingues (Tassin, 2014) : 1) la phase prcontentieuse qui se situe en amont de la procdure dexpulsion. Cette dernire peut tre motive par divers lments : difficults de paiement du loyer, des charges, ou de lassurance ; dfaut dobligation du locataire (dfaut dentretien, trouble du voisinage, sous-location sans laccord du propritaire) ou refus de quitter le logement aprs sa vente par le bailleur. Le propritaire a la possibilit de mettre en demeure le locataire de payer le ou les loyers non-rgls, mais surtout de lui faire adresser un commandement de payer, dlivr par un huissier de justice. Cette phase est relativement mconnue et peu renseigne quantitativement ; les seuls chiffres disponibles sont ceux de lenqute logement de 2013 qui estiment le nombre de mnages en impays locatif de loyer ou de charges 493 000, et le nombre de personnes concernes 1 210 000- chiffres donns par la fondation Abb Pierre dans son dernier rapport annuel sur le mal logement3. - 2 la phase judiciaire et dexcution suit la phase prcontentieuse et prend la forme dune demande dexpulsion devant le juge. Il sagit dune assignation en justice en vue dune expulsion locative. Elle prcde lventuelle dcision dexpulsion proprement parler et met en scne une multitude dacteurs (bailleurs, magistrats, avocats, huissiers, commission de surendettement et, en fin de chane, prfet et force de lordre). En 2014, 166 000 mnages ont t assigns en justice pour impay de loyer (soit une hausse de 10% par rapport 2013). Les de ces audiences judiciaires (126 000) ont donn lieu une dcision dexpulsion locative pour impays de loyer ce qui reprsente une augmentation de 5% par rapport 2012 et de 56% depuis 2001 (Fondation Abb Pierre, 2016). Une fois lexpulsion prononce le locataire est tenu de partir. En cas de non dpart du logement, le bailleur peut demander ce quun commandement quitter les lieux lui soit adress par huissier. En 2014, sur les 126 000 dcisions de justice prononant lexpulsion, 59 000 ont ensuite donn lieu un commandement de quitter les lieux ce qui veut dire que pour 67 000 dcisions dexpulsion locative, soit dans plus de la moiti des cas, le devenir des personnes concernes -dpart du mnage, relogement, abandon des poursuites par le bailleur- est absent des statistiques des ministres de lIntrieur et de la Justice. Si la personne na pas quitt les lieux au terme de 2 mois, lhuissier a le droit de se prsenter sur les lieux pour procder lexpulsion. 3 Les chiffres qui suivent proviennent de ce mme rapport. Cf notamment son annexe le tableau de bord du mal-logement (Fondation Abb Pierre, 2016). 10 o Si le locataire est prsent et accepte de quitter les lieux, le procs-verbal dexpulsion est dress, les meubles saisis et les cls rendues par le locataire. o Si le locataire est prsent et refuse de quitter les lieux, l'huissier dresse un procs-verbal de tentative d'expulsion qui relate son chec et fait appel une autorit de police. Il requiert ensuite le concours de la force publique auprs de la Prfecture. o Si le locataire est absent le jour de l'expulsion : l'huissier ne peut pntrer dans le logement que s'il est accompagn d'une autorit de police et d'un serrurier. L'huissier dresse ensuite un procs-verbal d'expulsion, fait enlever les meubles et changer la serrure. Il informe le locataire par une affiche placarde sur la porte par laquelle il lui signifie qu'il ne peut plus pntrer dans le logement. En 2014, les demandes de concours de la force publique se sont leves 43 900; 28 375 ont ensuite t octroyes. Au final, il ny a toutefois eu que 11 600 interventions effectives de la force publique. Soit environ 7% des 166 000 assignations initiales. Pour impay - 3) la phase post-expulsion , quant elle, concerne le devenir des mnages une fois expulss de leur logement et, notamment leurs trajectoires rsidentielles. Parmi les diffrentes modalits, Fanny Tassin distingue le relogement (dans le parc social ou priv, en sous-location, ou encore dans un habitat de fortune) et le fait de devenir sans domicile, cest--dire dtre hbergs chez un tiers ou en hbergement social, ou de devenir sans-abris. Comme le souligne la lettre de lONPES consacre ce sujet, les trajectoires post-expulsion sont particulirement mal connues et nont pas fait lobjet dune quantification au niveau national [] Pourtant, ses enjeux sont fondamentaux puisque lexpulsion sans relogement peut amorcer un processus de dsaffiliation sociale et de rupture de parcours rsidentiel, dautant plus que les mnages recourent peu leurs droits . Dj complexe, ce processus dexpulsion locative est de plus dissocier de lexpulsion dun occupant sans droit ni titre. Il exclut notamment les expulsions de squats, de sous-locations non autorises par le propritaire, de locations sans bail ( au noir ), et celles faisant suite une escroquerie (faux bail). tant donns les dlais de procdure et ceux accords par les juges, les dlais entre la dlivrance du commandement payer et lexpulsion proprement parler sont compris entre 18 et 24 mois. Sachant que lintervention de la force publique proprement parler nest effective que dans moins dune procdure judiciaire entame sur 10, cela rend difficile lapprciation du nombre et du profil des personnes concernes. Certaines dentre elles restent dans le logement jusquau bout du processus, mais la grande majorit le quitte lune ou lautre des tapes du processus, sans quil soit possible de savoir si cest parce quelles ont trouv un autre logement, ou parce quelles sont hberges chez des amis ou de la famille, ou encore si elles sont prises en charge dans des structures dhbergement ou si elles se retrouvent la rue. En effet, aucune base de donnes ne permet un suivi systmatique des mnages ayant subi une expulsion locative. 11 partir de lanalyse de la base de donnes du 115 de Paris4, cette tude vise clairer un segment particulier de la phase post-expulsion telle que dcrite plus haut, partir de ltude des mnages (personnes seules, dites isoles , ou en familles) qui ont t en contact avec le 115 suite une expulsion locative. partir de lanalyse des profils et des parcours que la base de donnes du 115 permet de produire sur les personnes ayant recours au 115, nous chercherons savoir si les personnes qui le font dans les suites dune expulsion locative sont des sans-abris comme les autres ou si elles sont dans des circuits dhbergement relativement protgs qui facilitent une sortie plus rapide vers le logement. Dans un premier temps, nous prsenterons les donnes du 115 sur lesquels sappuie ltude, et la manire dont les personnes ayant fait lobjet dune expulsion locative ont pu tre identifi en son sein. La seconde partie sera consacre la caractrisation des usagers du 115 et ce qui distingue les personnes expulses des autres. Dans une troisime partie, nous reviendrons sur la prise en charge des personnes ayant fait lobjet dune expulsion locative par le 115. 4 Pour Paris, le numro vert est port par le Samusocial de Paris 12 Partie 1 : Mthodologie 1. Prsentation de la base de donnes du 115 de Paris Lorsquune personne contacte le 115 de Paris, lcoutant social pose une srie de questions lappelant. Celles-ci servent vrifier dune part que la demande et la situation de la personne correspondent bien aux missions du 115, et dautre part orienter au mieux lappelant. Les caractristiques du demandeur, ainsi que les motifs de lappel et la rponse apporte la demande sont enregistrs dans une base de donnes (Aloha 4D). Cette base de donnes, nominative, a fait lobjet dune autorisation de la CNIL (N414253). Les donnes concernant les caractristiques des personnes sont saisies dans des fiches personne qui contiennent des informations socio dmographiques (nom, prnom, date de naissance, sexe, situation familiale, nationalit, suivi social, revenus). Ces informations permettent de retrouver le dossier de la personne et dassurer ainsi un meilleur suivi de sa situation sans avoir besoin de raliser une nouvelle valuation chaque appel. chaque fiche personne est attache une note , sous forme de fichier texte, o les coutants font un compte-rendu de lappel et o ils peuvent apporter tous les complments quils jugent ncessaires la bonne connaissance de la situation. Les informations relatives lobjet de lappel sont saisies dans des fiches dhbergement qui contiennent des donnes sur la date de la demande, la catgorie de lappelant (usager, professionnel, particulier, institution), lobjet de la demande (hbergement, demande dinformations) et la rponse apporte. Les fiches concernant lhbergement des personnes prises en charge par les quipes mobiles daide (EMA) sont galement consignes dans ce systme dinformation. Les fiches personnes et les fiches dhbergement sont stockes dans diffrentes tables de donnes. chaque personne correspond un numro didentification unique qui sert de lien entre les diffrentes tables. Les usagers du 115 auront donc un enregistrement unique dans la table personne, qui sera reli autant denregistrements que dappels traits et de suites donnes dans la table des hbergements. Un appel peut ainsi donner lieu plusieurs nuites (sjour) : dans ce cas, il y aura autant de ligne que de nuites attribues. Ces informations, classes par date dappel, permettent ainsi de suivre le parcours des usagers du 115. 13 2. Linformation sur les expulsions dans la base de donnes du 115 partir de cette base de donnes, il existe plusieurs manires de distinguer les personnes qui ont t expulses. 2.1. Les demandes dhbergement durgence manant de la Prfecture. Droit de priorit Expulsion locative (DDP) Aprs une expulsion locative ou une vacuation (de campement ou de squat), la Prfecture peut demander au PHRH (Ple dhbergement et de rservation htelire du Samusocial de Paris)5 dhberger les personnes se retrouvant sans logement. La Prfecture met alors un avis dexpulsion pour la personne ayant un bail son nom et, lors de lvacuation par les forces de lordre, celles-ci remettent la personne expulse un bon de rservation avec ladresse de lhtel. Linformation sur ces rservations de chambres dhtel sont paralllement enregistres dans la base de donnes du 115 et reprables dans une variable nomme dpannage , sous la modalit Droit de priorit Expulsion locative ( Figure 1). Figure 1. Capture dcran Droit de priorit Source : Aloha 4D Le Droit de priorit expulsion locative 6 est un procd qui a t cr par la Prfecture de Paris la suite de la loi n 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion7. Contrairement ce que son nom semble indiquer, le Droit de priorit ne relve pas du droit commun. Il consiste plutt en un ordre de priorit qui oblige le 115 de Paris prendre en charge le mnage auquel ce DDP a t attribu. Cette prise en charge est prioritaire par rapport celle des autres 5 Le PHRH est en charge des recherches de nuites dhtel pour le compte du 115 de Paris, de Seine-St-Denis, de Seine-et-Marne, de la CAFDA, de lAPTM, de lOrdre de Malte et de la Ville de Paris. 6 Dans la suite du document, nous utiliserons lacronyme DDP pour dsigner ce Droit de priorit . 7 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020438861&dateTexte=20090327 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020438861&dateTexte=2009032714 usagers du 115 et consiste en 14 nuites conscutives dhbergement durgence, dans un htel social. Cette dure est cense permettre au mnage de trouver une solution de logement en ayant recours aux services sociaux. Cet hbergement durgence en Droit de priorit est financ directement par la Direction rgionale et interdpartementale de lhbergement et du logement (DRIHL). Il est attribu au cas par cas, aprs examen de la situation des mnages expulsables par la Prfecture de Paris 8. Concrtement, le jour de lexpulsion, un bon est remis par la police au mnage concern, indiquant quil bnficie dun hbergement durgence de 14 nuites via le 115 de Paris. Le mnage a alors la possibilit de se rendre dans lhtel o une ou plusieurs chambres lui ont t attribues. Si le mnage nest pas dj connu du 115, aucun diagnostic de la situation nest ralis cette phase dvaluation tant opre par les coutants du 115 lors du premier appel de lusager. Seule lidentit des personnes (nom, prnom, date de naissance) est alors renseigne, ce qui explique le trs fort taux de donnes manquantes concernant cette population, comme nous le verrons dans les analyses. En revanche situation nettement moins frquente - si lusager appelle ensuite le 115 pour prolonger son hbergement ou obtenir des informations, les items relatifs sa nationalit, sa situation administrative, sa couverture maladie, ses ressources, ou encore son suivi social seront alors renseigns. Une autre particularit de la population classe DDP est quelle dsigne des personnes dont lexpulsion locative est certaine, les mnages concerns tant alls jusquau bout de la procdure dexpulsion locative - leur expulsion ayant reu le concours des forces de police. Par construction, cette catgorie ne prend pas en compte les personnes entres dans le processus dexpulsion locative, notamment pour impay (ou parce que le propritaire voulait vendre) mais sorties de leur logement avant lintervention de la police. Pour cette tude, nous avons cherch reprer les mnages expulss qui ont eu recourt lassistance du 115 sans avoir fait lobjet dune DDP, cest--dire sans forcment tre alls jusquau terme de la procdure dexpulsion proprement dite, travers lexploration dune autre variable prsente dans la base du 115. 2. 2. Le motif de sparation Parmi les items rattachs la fiche personne, se trouve le motif de sparation , galement appel motif de rupture , autrement dit la raison dclare pour laquelle lusager se trouve sans logement. Parmi ces motifs figurent l expulsion de chez un tiers , l expulsion du foyer 8 Notamment si le mnage a la possibilit dattaquer ltat aprs son expulsion (dans le cas o il est reconnu prioritaire dans le cadre du Droit au logement opposable, par exemple). 15 dhbergement et l expulsion du logement personnel (Cf. Figure 2). tant donn que ltude est circonscrite lexpulsion locative proprement parler, seul le dernier item a t pris en compte. Figure 2. Capture dcran du masque de saisie des coutants sociaux : la liste des items de la variable motif de sparation Source : Aloha 4DLa limite de ce mode de reprage rside toutefois dans le fait que cette catgorie est plus large que les expulsions locatives et recouvre dautres situations (expulsion dun jeune du domicile familial, expulsion dun adulte aprs un conflit avec les autres occupants du logement, vacuation ralise illgalement par le propritaire du logement, vacuation dun logement occup sans bail.). Lextraction de linformation relative lexpulsion locative na donc pu tre opre que par louverture des notes en format texte qui accompagnent la fiche personnes. Ces notes peuvent aller de quelques lignes 20 pages9, parmi lesquelles il sagit de reprer un processus dexpulsion locative, comme tant possiblement lorigine du recours au 115. 9 Elles ne peuvent excder 62 789 caractres. 16 Pour construire la base de donnes sur laquelle sappuie ltude, nous avons considr la priode allant du 1er janvier 2007 au 31 mai 2015, veille du dbut de notre travail danalyse. Dans une premire phase de ltude, nous tions partis de janvier 1999, date correspondant au dbut des exploitations possibles de la base de donnes du 11510. Lors dune prsentation de ltude devant les membres du conseil scientifique de lOnpes le 2 mai 2016, une critique nous a cependant t faite sur le fait davoir agrg des donnes sur une priode aussi longue. Nous avons donc choisi de raccourcir la priode dtude et de partir de 2007, sachant quun changement de logiciel tait intervenu dans la gestion de la base de donnes en 2005 et que cette migration avait entrain une perte de la qualit de certaines donnes pour les annes 2005 et 200611. Parmi les 306 480 personnes entres en contact avec le 115 au cours de la priode dtude, le motif de sparation expulsion du logement personnel tait mentionn pour 13 729. Louverture de la totalit de ces 13 729 fiches ntant pas ralisable dans les dlais de ltude, nous avons choisi douvrir la totalit de ces fiches pour les personnes entres pour la dernire fois en contact avec le 115 au cours des annes 2007, 2011 et 2015 et un chantillon alatoire au 10e de ces mmes fiches pour les personnes entres pour la dernire fois en contact avec le 115 au cours des annes 2008-2010 ou 2012-2014. Ont ainsi t consultes manuellement 5 624 fiches, soit plus de 40% des appels motivs par une expulsion du logement personnel pour la priode dtude. Tableau 1. Nombre dappelants, de ruptures lies une expulsion du logement personnel et douvertures des notes en format texte correspondantes selon lanne du dernier contact avec le 115 Annes de dernire apparition dans la base Effectif total d'appelants Motif = "expulsion du logement personnel" chantillon de fiches ouvertes parmi motif = "expulsion du logement personnel" Janvier-mai 2015 31 881 1 485 1485 anne 2014 33 355 1 690 169 anne 2013 32 512 1 473 147 anne 2012 36 058 1 432 143 anne 2011 29 045 1 542 1542 anne 2010 35 902 1 285 129 anne 2009 40 474 1 481 148 anne 2008 34 578 1 644 164 anne 2007 32 675 1 697 1697 Total janvier 2007- mai 2015 306 480 13 729 5624 10 Le numro vert dappel pour les sans-abri a t cr en 1995 et est devenu le 115 , numro national dpartementalis, en 1997. Les appels et les rponses donnes aux demandes peuvent tre exploits partir des donnes saisies depuis le 1er janvier 1999. 11 Lors de lextraction des donne, certaines variables directement codes par lcoutant social (motif de rupture, temps derrance, origine gographique, situation administrative, ressources, couverture maladie et suivi social) ntaient plus exploitables. Cela concerne environ 28 000 personnes apparues pour la dernire fois dans la base entre juin 2005 et avril 2006. 17 Lecture : Sur lensemble de lanne 2013, 32 512 appelants ont t enregistrs dans la base 4D des coutants sociaux. Parmi eux, 1473 dclarent recourir au 115 la suite dune expulsion du logement personnel . Sur les 1473 fiches personnelles correspondantes, 147, soit 10%, ont t ouvertes. Le surlignage en orange indique que la totalit des fiches de la priode a t ouverte. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris 3. La classification des expulsions dtermines par l'ouverture des notes Ici, il importe de prciser que toutes les donnes figurant dans la base du 115 reposent sur les informations dclares par lappelant et transcrites par l'coutant. Aucun document quel quil soit nest demand pour justifier de telle ou telle situation. partir des notes prises par les coutants lors des appels des usagers, nous avons dtermin des cas dexpulsions locatives avres, des cas dexpulsions locatives possibles et des cas ne faisant pas du tout rfrence une procdure d'expulsion locative 3.1. Les expulsions locatives avres La catgorie des expulsions locatives avres se fonde sur la mention, dans la note, dune expulsion du logement et dun lment explicite venant lappuyer : dcision de justice, jugement, rfrence au tribunal Mention peut galement tre faite d'un courrier, d'un papier ou dun avis dexpulsion La note peut galement mentionner un commandement de quitter les lieux, la venue dun huissier dans le but dexpulser, la prsence de scells sur la porte du logement, ou encore la venue de la police dans le but dexpulser. Encadr 2. Extraits de notes permettant de dterminer des cas d'expulsions avres Les termes retenus comme attestation de lexpulsion apparaissent en gras)12 : 1) 29/11/2006 - 17:33:30 - La famille appelle car se font expulser le 30/11 (mise en demeure). Vivent actuellement dans 1 meubl ds le 9me. 26/03/2007 - 13:17:43 dernier hbgt : la fam habite ds un studio de 13 m2 / M. convoqu le 03/04 par le tribunal car l'agence souhaite expulser la fam car n'a pas pay la caution / sont en attente d'un lgt social depuis le 15 juin 2005. 2) [] dps le 14/04/2005 M., Mme et leur enfant habitaient ds un appart lou ds le 10eme. Ont vu huissier ce jour et seront expulss lundi matin. [] Ainsi, les fiches classes en "expulsions avres" renvoient, dans la note, un processus d'expulsion dj engag. Qu'il ait t ou non son terme, c'est bien ce processus qui explique, au moins en partie, le recours l'assistance. 12 Nous retranscrivons des extraits de notes telles quelles, avec les abrviations et fautes dorthographe, qui traduisent la difficult de la saisie en directe par les permanenciers, et celle parfois du dcryptage des ces idiomes professionnels. 18 3.2. Les expulsions locatives possibles La catgorie des expulsions locatives possibles se fonde sur la mention dune expulsion du logement sans que l'on puisse dterminer avec certitude sil sagit d'une expulsion locative car aucun autre lment ne vient appuyer la mention. Encadr 3. Extraits de notes permettant de dterminer des cas d'expulsions Les termes qui nous laissent penser sans certitude quune procdure dexpulsion a t engage ont t mis en gras : 1) [] Mme avait un hbrgt dans le 19me. A t expuls en Avril 2004. Depuis tait hbrg chez des amis dans le 19me. A la rue depuis 7 jours. Dort dans les urgences . 2) Expulsion de son appt Paris 17eme, il y a 2 mois, loyers impays. - Derniers hbgts: 1mois 1/2 en dpannage chez un ami - A pass la dernire semaine dans la rue 3) Dernier hbgt: chez un ami ds le 20. y est rest 2 jrs. Son ami est parti en vacances. - Depuis 6 mois il jongle entre ses amis. a t expuls de chez lui car sa femme l'a quitt et il ne pouvait pas payer le loyer Contrairement aux expulsions avres, ici, la note ne contient aucun lment relatif la phase contentieuse du processus d'expulsion. Si aucun lment ne vient invalider le fait qu'il s'agisse d'une relle expulsion locative, aucun lment ne permet non plus de valider le fait qu'il s'agisse d'une expulsion locative proprement parler. 3.3. Les autres situations Le champ de l'tude se limite aux expulsions locatives stricto sensu. Certaines notes pouvaient ainsi contenir une mention d'expulsion mais recouvrir des situations qui de fait ne rentrent pas dans cette dfinition limitative, parmi lesquelles : - des expulsions de chez un tiers (que ce soit un parent, un conjoint, un autre membre de la famille, un ami, une connaissance) ; - des expulsions de lieux dhbergements (htel, foyer) ; - des vacuations de squat ou de campement ; - des expulsions conscutives une occupation sans droit ni titre (sous-location, refus de quitter un logement malgr le dcs du locataire en titre, location sans bail ( au noir ), location avec faux bail (escroquerie) ; - des dparts volontaires du logement (en fin de bail, ou la rsiliation du bail, sans quil y ait eu de dcision de justice la prononant) ; - des dparts du logement suite un sinistre ; - des abandons du logement (dpart la cloche de bois ) ; 19 - des fuites du domicile (notamment en cas de violences conjugales ou familiales) ; - des loignements judiciaires (notamment en cas de violences conjugales ou familiales) ; - des expulsions illgales (effectues directement par le propritaire, sans recours la justice, en vacuant les locataires par la force et/ou en changeant les serrures du logement) ; - des vacuations faisant suite un arrt de pril ; - des saisies de bien immobilier (en cas de dettes du propritaire) ; - des mentions de perte du logement sans autre indication, ce qui est bien trop vague pour que lon puisse les considrer comme des expulsions locatives possibles ; - des motifs de rupture cods de faon errone, diffrents de expulsion du logement personnel , tels quune rupture familiale ou le dpart du pays dorigine. La mention explicite de lune de ces situations dans les notes a permis dexclure ces personnes du champ des expulsions locatives. Nous avons galement ouvert les notes d'un chantillon de fiches pour lesquelles linformation concernant le motif de rupture tait manquante. En effet, si l'on considre les priodes sur lesquelles la totalit des fiches portant mention expulsion du logement personnel ont t ouvertes, soit les annes 2007, 2011, et janvier-mai 2015, plus de 38 000 ne mentionnaient aucun motif (soit 40% des fiches des appelants). Ont alors t tires au sort, sur ces priodes, un chantillon de 10 fiches par mois tirs uniquement auprs de la population qui a t hberge au moins une fois (les donnes manquantes tant moins importantes que pour la population d'usagers ayant appel le 115 mais nayant jamais t hberges). Cette ouverture de fiches sest avre peut concluante : elle nous a permis didentifier 5 expulsions possibles et une avre parmi les 290 fiches ouvertes. Il existe donc des cas dexpulsion locative non reprs parmi les appels ne mentionnant aucun motif, mais ils sont rares (moins de 2%). La sous-estimation du nombre de situations dexpulsions locatives lie ces oublis de codage est donc faible. A contrario, nous avons fait le choix dintgrer ltude les expulsions locatives possibles , ce qui conduit surestimer le nombre rel dexpulsions locatives. En effet, si les notes classes en expulsions locatives possibles 13 ne contiennent pas d'lments relatifs au contentieux propre aux processus d'expulsion, elles ne comportent pas non plus d'lments permettant d'infirmer catgoriquement l'existence d'une expulsion locative. Il s'agit donc d'une catgorie floue qui englobe la fois des vraies expulsions locatives non classes comme avres et des expulsions autres, relevant d'un autre secteur rsidentiel ( vacuation d'un squat, d'un hbergement chez un tiers, d'un hbergement au noir etc.). 13 Pour simplifier lcriture et la lecture, la suite du document fait mention d expulsion possibles . 20 4. Construction de la base de donnes et estimation du nombre d'expulss pour la priode de ltude La base de donnes partir de laquelle nous avons effectu nos analyses comprend : - la totalit des personnes ayant fait l'objet d'un Droit de priorit prfectorale, dsignes dans le reste du texte par le signe DDP pour la priode allant de 2009 mai 2015. - un chantillon d'expulss avrs et possibles constitu partir de l'examen de la totalit des fiches personnes ayant pour motif expulsion du logement personnel pour les annes 2015, 2011 et 2007, et de 10% des fiches portant cette mention pour les autres annes14. - un chantillon tmoin , de personnes dsignes dans le reste du document comme Non expulss , qui servira de base de comparaison pour identifier les particularits des profils et des parcours des usagers ayant subi une expulsion locative. Il sagit dappelants ne faisant partie ni des DDP ni de lchantillon dexpulss avrs ou possibles, qui ont t slectionns suivant le mme modle de sondage (totalit des personnes pour les annes 2007 2011 et 2015, et 10% des appelants des autres annes de la priode dtude), auxquels ont t retranchs les signalements de particuliers15. Lchantillonnage est synthtis dans le tableau suivant. 14 Certaines personnes dj classes DDP ont galement t repres comme expulss avrs partir de louverture de ces fiches. De manire ne pas les comptabiliser deux fois, et tant donn la spcificit du dispositif Droits de priorit-expulsion locative , nous avons choisi de ne les garder que parmi les DDP . 15 Jusquen 2012, les appels de particuliers relatifs un signalement concernant une tierce personne faisaient lobjet de louverture dune fiche, anonyme, comportant la mention X0 , et comptabilise avec lensemble des autres fiches personnes de la base du 115. partir de 2013, ces X0 ont fait lobjet dune table part et ne sont plus comptabilises parmi les usagers. 21 Tableau 2. La base de sondage et la base de donnes constitue Annes (de dernire apparition dans la base) Effectif total dappelants DDP chantillon de fiches ouvertes parmi motif "expulsion du logement personnel" Expulsions avres parmi les fiches ouvertes Expulsions possibles parmi les fiches ouvertes chantillon d'appelants non expulss chantillon tmoin de sans-domicile non expulss (appelants - hors signalements simples) jan-mai 2015 31881 185 1485 77 279 31340 31340 anne 2014 33355 401 169 8 37 3291 3291 anne 2013 32512 229 147 8 19 3226 3226 anne 2012 36058 127 143 7 29 3590 2541 anne 2011 29045 110 1542 50 233 28652 20271 anne 2010 35902 66 129 7 24 3581 2082 anne 2009 40474 72 148 12 17 4037 2270 anne 2008 34578 0 164 10 32 3454 1961 anne 2007 32675 0 1697 62 290 32323 18709 Total 306480 1190 5624 241 960 113494 85691 Lecture : en 2011, 29 045 personnes ont t en contact pour la dernire fois avec le 115. Parmi elles, 110 y ont eu recours aprs une demande prioritaire de la Prfecture ; 1 542 autres individus ont appel le numro durgence aprs une expulsion du logement personnel . Toutes les fiches correspondantes ont t ouvertes (pour les annes non colores en orange, seules 10% dentre elles, slectionnes alatoirement, ont t examines). Parmi ces 1542 fiches, 50 ont t codes comme relavant dune expulsion avre , 233 dune expulsion possible . Ces effectifs dexpulss seront compars aux 28652 appelants non expulss, auxquels ont t retranchs 8381 signalements simples, soit 20 271 usagers non expulss. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris partir de cette base, nous avons calcul plusieurs estimations du nombre de personnes expulses annuellement de 2007 2015 (sachant que pour cette dernire anne, nous n'avons pu prendre en compte que la priode allant de janvier mai, alors que la grande majorit des expulsions a lieu partir du mois d'avril, et bien au-del du mois de mai). Nous avons calcul une estimation basse, qui ne comprend que les personnes ayant fait l'objet d'une DDP ou qui ont t classes parmi les expulss avrs aprs l'ouverture de leur note, et une estimation haute, qui inclut les expulsions possibles (tableau 3). 22 Tableau 3. Estimation du nombre annuel d'expulss prsents dans la base du 115 Annes (de dernire apparition dans la base) Fourchette basse (DDP + Expulss avrs) IC 95% Fourchette haute (DDP + Expulss avrs +Expulss possibles) IC 95% Pourcentage dexpulss parmi les usagers (hors signalements simples) Fourchette basse Fourchette haute jan-mai 2015 262 [245 ; 279] 541 [491 ; 591] 1,7 1,9 anne 2014 481 [426 ; 536] 851 [676 ; 1026] 2,5 2,1 anne 2013 309 [254 ; 364] 499 [358 ; 640] 1,5 1,6 anne 2012 197 [145 ; 249] 487 [330 ; 644] 1,3 1,8 anne 2011 160 [146 ; 174] 393 [349 ; 437] 1,4 1,8 anne 2010 136 [84 ; 188] 376 [228 ; 524] 1 1,6 anne 2009 192 [124 ; 260] 362 [213 ; 511] 0,9 1,4 anne 2008 100 [38 ; 162] 420 [247 ; 593] 1,2 1,9 anne 2007 62 [47 ; 77] 352 [303 ; 401] 1,1 1,9 Total janv 2007-mai2015 1899 [1755 ; 2043] 4281 [3885 ; 4677] 1,4 1,8 Lecture : Sur la priode allant du 1er janvier au 31 mai 2015, on estime 1899 le nombre dexpulss en ne comptabilisant que les DDP et les expulss avrs, et 4281 en prenant galement en considration les expulss possibles. Le pourcentage dexpulss parmi les usagers, sur lensemble de la priode considr, est ainsi compris entre 1,4% et 1,8% Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champs : janvier 2007-31mai 2015 Ces chiffres montrent que sur la priode considre la part des usagers du 115 ayant fait lobjet dune expulsion locative est faible, estime entre 1,4 et 1,8%. Toutefois, cette proportion semble tre en hausse de 2010 2014 (dernire anne pleine considre) : si cette volution est peu palpable en rapport laugmentation de la population sans domicile en gnrale, elle est plus visible en population absolue, avec une multiplication par 3,5 du nombre dexpulss (avrs et ayant fait lobjet dun Droit de priorit). Ce qui peut correspondre la rpercussion de la crise conomique de 2008, si l'on prend en compte les dlais d'expulsion. Ceci pourrait reflter lvolution plus globale, constate notamment par la mission inter-inspections sur lvaluation de la politique de prvention des expulsions locatives, dune prcarisation dune partie des locataires (Tardivon et al., 2014). Prcarisation qui rsulte la fois de laugmentation des loyers et charges, dune insuffisante revalorisation des aides au logement et dune dgradation des ressources dune partie des mnages (situation de chmage et ou de pauvret). 23 Partie 2 : Caractristiques des diffrents groupes d'expulss 1) Sexe et statut matrimonial des usagers du 115 Comme la majorit des usagers du 115, les 3 groupes d'expulss sont majoritairement de sexe masculin, mme s'ils le sont dans des proportions moindres que les usagers non expulss. Figure 3. Rpartition par sexe des usagers du 115 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Cette rpartition par sexe doit tre mise en regard de la rpartition des usagers selon qu'ils sont isols ou en famille. La notion de famille recouvre ici la prsence d'un enfant accompagn dau moins lun de ses deux parents lors de la demande d'hbergement, ainsi que les femmes enceintes de plus de trois mois (en mesure de pouvoir prsenter un certificat de grossesse). Au sein de la rgulation du 115, les demandes des familles sont gres par le ple ddi mis en place partir de 2001. Ds 1999, le Samusocial a en effet t mandat spcifiquement pour mettre en place et grer une prise en charge systmatique16 des familles sans logement, dont lhbergement seffectuera essentiellement en htel (faute de centres dhbergement adapt disponibles) (Le Mner, 2013). Les hommes sont majoritaires parmi les usagers isols, cette proportion tant plus importante parmi les non expulss (79% dhommes) que parmi les expulss avrs (66%), possibles (66%) ou ayant fait lobjet dun Droit de priorit (57%). linverse, et si ne considre que les adultes, les femmes sont 16 Cette systmaticit de la prise en charge des familles appelant le 115 sera effective jusqu'en 2011, date laquelle des restriction budgtaires obligeront les quipes signifier des refus pour ce type de demande (Guyavarch et Garcin, 2014). 44494437565157630% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%Expulss avrsDDPExpulss possiblesNon expulssFemmes Hommes24 majoritaires parmi les usagers en famille (70%), cette proportion ne variant pas selon le rapport lexpulsion. La figure suivante montre que si les personnes qui font appel au 115 entre 2007 et 2015 sont en majorit des personnes isoles (56% vs 44% en famille), la proportion est strictement inverse lorsque l'on regarde uniquement les personnes qui ont t hberges, cest--dire qui ont pass au moins une nuit dans une structure du 115 (on est alors 46% d'isols versus 54% de famille). Cela illustrent la tendance, depuis 1999, une augmentation constante du nombre d'usagers hbergs par le 115 et du nombre de familles parmi eux, le nombre de personne hberges en famille dpassant le nombre de personnes isoles partir de 2010 (Guyavarch et Garcin, 2014). Figure 4. Situation matrimoniale des usagers et des hbergs du 115 Lecture : Les usagers en familles reprsentent 44% de la totalit des usagers non expulss, et 54% des usagers non expulss ayant t hberg au moins une nuit. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 On constate que les diffrents groupes dexpulss sont un peu plus nombreux tre en famille que les non expulss (61% des expulss avrs et 54% des DDP sont en familles contre 44% contre 44 des non expulss). Les familles sont sur-reprsentes parmi les personnes hberges (ie ayant bnfici au moins dune nuite via le 115), notamment parmi les expulses avrs (les familles reprsentant 68% des personne heberges), cette proportion tant de 54% pour les DDP comme pour les non expulss. Seuls les expulss possibles sont majoritairement isols, et ce mme si lon considre uniquement les usagers ayant t hbergs au moins une fois. noter que ce statut matrimonial est celui qui prside la prise en charge par le 115 : il ne prsage pas du fait que les personnes isoles puissent par ailleurs tre maries o avoir des enfants (mais ne pas tre pris en charge avec eux par le 115). 403246465756564661685454434444540% 20% 40% 60% 80% 100%Usagers (N = 241)Hbergs (N = 138)Usagers (N=1190)Hbergs (N=1153)Usagers (N=960)Hbergs (N=475)Usagers (N=85691)Hbergs (N=47176)ExpulssavrsDDPExpulsspossiblesNonexpulssIsolsEn famille25 2) L'ge des usagers Avant de revenir sur cette plus forte propension des familles tre hberges, et d'aborder les parcours en hbergement d'urgence des diffrents groupes tudis, allons plus loin dans la description du profil des usagers du 115 selon qu'ils ont t ou non expulss, en considrant tout dabord lge moyen au premier appel reu Tableau 4. ge moyen au moment de la premire apparition dans la base TOTAL ISOLS EN FAMILLE Adultes uniquement Adultes uniquement Expulss avrs Moyenne 30 42 46 20 37 cart-Type 20 13 14 17 10 N (non pondr) 241 155 91 150 66 DDP Moyenne 38 47 52 27 40 cart-Type 22 17 16 19 14 N (non pondr) 1190 919 550 640 371 Expulss possibles Moyenne 33 41 43 19 35 cart-Type 18 13 13 16 10 N (non pondr) 960 741 571 389 170 Non expulss Moyenne 27 35 35 19 33 cart-Type 16 12 13 16 10 N (non pondr) 85686 63697 44143 41543 20330 Lecture : Lors de leur premire apparition dans la base, lge moyen des expulss avrs est de 30 ans et de 42 ans si lon ne considre que les adultes. Lge moyen des expulss avrs est de 46 ans lorsquils sont isols, de 2ans lorsquils sont en famille, et de 37 ans lorsquils sont en familles et que lon ne considre que les personnes de 18 ans ou plus. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Lors de leur premier appel au 115, les usagers ayant subi une expulsion locative sont plus gs que les non-expulss. C'est le cas des DDP, qui ont en moyenne plus de 10 ans de plus que les non-expulss lors de leur premire apparition dans la base du 115 (38 vs 27), l'cart tant moins prononc avec les expulss possibles ou avrs. L'cart d'ge s'avre encore plus marqu si l'on ne considre que les adultes, les non expulss ayant en moyenne 12 ans de moins que les DDP et 7 ans de moins que les expulss avrs. Si l'on considre uniquement les appelants l'ge adulte, on voit que parmi les diffrents groupes d'expulss, les appelants isols sont beaucoup plus gs que les appelants en famille lors de leur premier contact avec le 115, ce qui n'est pas le cas des autres usagers non expulss pour lesquels l'cart d'ge moyen selon la situation matrimoniale est beaucoup moins marqu et invers (les adultes isols tant en moyenne plus gs que les adultes en famille). 26 3) Pays dorigine et situation administrative des usagers Cette distribution par ge n'est pas sans lien avec le lieu de naissance des usagers. Selon l'enqute de l'Insee et de l'Ined communment appele "sans domicile"17, les personnes sans-domicile nes l'tranger sont plus jeunes que celles qui sont nes en France (Yaouancq et Due, 2014). Or, si cette mme enqute montre que les sans-domicile sont aujourd'hui en majorit d'origine trangre (55% sont ns l'tranger), la surreprsentation des immigrs parmi les sans-domicile est particulirement accrue parmi les familles. Ainsi, dans l'enqute "Enfants et familles sans logement" de l'Observatoire du Samusocial de Paris, 94% des familles interroges ne sont pas nes en France (avec une dure moyenne de prsence en France de 5 ans) (Guyavarch, Le Mner et Vandentorren, 2014). 3.1. Lieu de naissance des usagers Tableau 5. Lieu de naissance des usagers du 115 EXPULSS AVRS DDP EXPULSS POSSIBLES NON- EXPULSS N L'TRANGER 44 11,9 40,6 52,7 IC 95% [34,2 ; 54,3] [10,2 ; 13,9] [35,6 ; 45,9] [52,1 ; 53,2] N EN FRANCE 53,2 8,9 55,9 17,6 IC 95% [43 ; 63,1] [7,41 ; 10,7] [50,6 ; 61] [17,1 ; 18] DONNES MANQUANTES 2,8 79 3,5 29,7 IC 95% [1 ; 7,7] [76,8 ; 81,4] [2,03 ; 5,93] [29,2 ; 30,3] N (NON PONDR) 241 1190 960 85691 Lecture : parmi les 241 expulss avrs, 44% sont ns ltranger Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Ce tableau illustre bien l'une des limites principales laquelle se heurte la connaissance des personnes expulses partir de la base du 115 : le caractre incomplet des informations recueillies par les coutants du 115 sur les personnes ayant fait l'objet d'une DDP18. Ainsi, l'origine n'est connue que pour 21% des usagers en DDP. L'information manquante est relativement importante parmi les non-expulss galement (prs de 30%), mais le tableau montre tout de mme que ces derniers sont une majorit (mme en considrant la non rponse), tre ns l'tranger. Le cas est moins frquent parmi les expulss avrs qui sont 45% tre ns l'tranger, ce taux tant de 40% pour les expulss possibles. Pour tous les groupes, la proportion d'immigrs est bien plus importante parmi les personnes en famille que parmi les isols (figure 5). L'cart reste cependant bien plus marqu parmi les expulss, qui 17 Insee/Ined, "enqute auprs des personnes frquentant des services d'hbergement ou de distribution de repas, 2012". 18 Pour rappel, les personnes en DDP n'appellent pas le 115 mais se voient remettre par les forces de l'ordre une adresse d'htel ainsi qu'un bon leur permettant d'y sjourner deux semaines. S'ils n'ont au pralable jamais t en contact avec le 115 ou ne lappellent pas suite leur expulsion, seules les informations sur leur ge, sexe et situation familiale seront connues du 115. 27 sont presque trois fois plus nombreux tre ns l'tranger lorsqu'ils sont en famille que quand ils sont isols (22% vs 66) l'cart n'tant que de 20 points parmi les non expulss (66% vs 86%). Figure 5. Lieu de naissance selon la situation matrimoniale selon la situation concernant lexpulsion Lecture : 61% des usagers des expulss avrs en famille sont ns ltranger, ce qui est le cas de 22% des expulss avrs isols. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 3.2. Origine gographique des usagers immigrs Lorsqu'ils sont ns l'tranger, les expulss avrs et possibles sont dans leur grande majorit originaires d'Afrique19, 7/10 venant d'un pays d'Afrique subsaharienne et 2 sur 10 d'un pays du Maghreb. 19 tant donn le taux de non rponse pour les DDP, nous ne faisons pas apparatre leur origine dtaille. 2261246666867839763434140% 20% 40% 60% 80% 100%IsolsEn familleIsolsEn familleIsolsEn familleEAEPNon- expulssN l'tranger N en France28 Figure 6. Origine gographique des personnes nes l'tranger selon leur situation concernant lexpulsion Lecture : parmi les usagers non expulss ns ltranger, 55% sont ns en Afrique. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 ns ltranger, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Cette surreprsentation pourrait renvoyer une vulnrabilit rsidentielle plus marque chez les populations maghrbines et d'Afrique de l'ouest. L'enqute Trajectoires et origines conduite par l'Ined et l'Insee en 2008 montre en effet que ces immigrs sont beaucoup plus nombreux rsider dans les quartiers les plus prcariss 42% d'entre eux vivent dans les 10% des quartiers les plus pauvres (Beauchemin, Hamel et Simon, 2015). 3.3 Situation administrative des usagers immigrs Moins souvent ns l'tranger, les expulss sont dans des situations administratives beaucoup moins prcaires que le reste des usagers du 115 lorsqu'ils sont immigrs. Tableau 6. Situation administrative des usagers ns l'tranger selon leur situation concernant lexpulsion Expulss avrs Expulss possibles Non-expulss Sans papiers ni dmarche 10 11 39 Demande en cours (TDS) 17 10 6 Demandeur d'asile 0 0 8 Dbout du droit d'asile 2 1 4 CNI France ou UE 0 1 16 Carte de sjour / visa 16 25 11 Carte de rsident 50 46 8 Autre / NSP 5 6 8 Total 100% 100% 100% N (non pondr) 105 410 48527 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 7882551311359591220% 20% 40% 60% 80% 100%Expulss avrsExpulss possiblesNon expulssAfrique Europe Asie Amriques29 Alors que les usagers non-expulss sont prs de 4 sur 10 tre sans papiers, les usagers expulss ne sont que 1/10 tre dans cette situation. Moins nombreux avoir t naturaliss (et dtenir une carte nationale d'identit) que les non expulss, ils sont beaucoup plus nombreux avoir une carte de rsident (50% des expulss avrs ; 45% des expulss possibles contre 8% des non expulss) ou une carte de sjour de plus courte dure. Il faut bien tre conscient que les informations (et donc les diffrents items) relatifs aux usagers du 115 sont recueillies par des coutants qui, partir du diagnostic qu'ils oprent auprs des usagers, devront guider au mieux la personne dans sa demande de prise en charge. Si la situation (administrative, notamment) de la personne volue, son actualisation au sein de la base de gestion par l'coutant n'est cependant pas automatique. L'ouverture des fiches des personnes classes en expulss avrs et qui par ailleurs dclarent ne pas dtenir de titre de sjour ou tre en cours de demande d'un titre de sjour montre que la plupart ont eu un titre de sjour temporaire valide, mais non renouvel, pouvaient avoir t en couple avec une personne franaise ou ayant un titre de sjour, et pouvaient avoir eu un bail en bonne et due forme leur nom tout en tant sans papiers, ou encore tre en cours de demande d'asile. L'ouverture de ces fiches montre galement que le lien entre la perte d'un titre de sjour et l'expulsion est rarement explicite dans les notes ; l'exploitation de la base du 115 ne permet ni de le mettre en vidence, ni dailleurs de l'infirmer. La longueur de la procdure mme d'expulsion, et la rduction du temps de validit des cartes de sjour (Lendaro, 2013), rendent difficile la mise au jour de ce lien. Certaines notes montrent toutefois quen certaines circonstances, la perte de papiers prpare lexpulsion locative (encadr 4) Encadr 4. Perte de papiers et expulsion locative Soit cette femme, d'origine congolaise, en France depuis 4 ans lorsqu'elle appelle le 115 en fvrier 2005. Lors de son premier appel, elle dit qu'elle a un bail son nom, mais qu'elle a plusieurs loyers de retard et que le propritaire demande son expulsion. Par ailleurs, elle prcise lors de ce premier appel qu'elle attend la rponse d'un recours pour sa demande d'asile pour laquelle elle a rendez-vous en Prfecture courant mars. ce stade, et encore dans son appartement, elle est roriente auprs d'une assistante sociale de la ville de Paris qui lui propose une aide pour payer la moiti de son loyer. Elle a par ailleurs un enfant en France d'un papa de nationalit franaise mais qui n'a pas reconnu l'enfant. Lors de son deuxime appel, un mois et demi plus tard, l'expulsion a eu lieu. Cette femme a t dboute en recours de sa demande d'asile. Cette dcision est accompagne d'une obligation quitter le territoire. La note prcise alors que la demande d'asile ayant t refuse, le CASVP (centre d'action 30 social de la ville de Paris) ne peut plus faire d'aide financire pour payer son loyer . Cette femme et ses enfants vont alors bnficier d'une prise en charge l'htel. Si lassociation entre expulsion et fin de titre de sjour ne peut donc pas tre directement tablie, la complexit de la situation dcrite montre bien que le fait de ne plus tre en possession d'un titre de sjour bloque l'accs aux dispositifs de prvention des expulsions locatives. Lacclration du traitement des demandes dasile et la stabilisation un taux de plus de 90% des refus mettent en particulier au ban de ces dispositifs de prvention des demandeurs dasile ayant pu bnficier jusque-l une aide au logement temporaire (Gachet et Derdek, 2006). Le fait que les usagers ayant subi une expulsion locative soient moins souvent ns l'tranger et, lorsqu'ils sont dans ce cas-l, qu'ils soient dans une situation administrative moins prcaire que les usagers n'ayant pas fait l'objet d'une expulsion n'a rien d'tonnant puisque l'expulsion locative touche les locataires d'un logement ordinaire. Ceci exclut une bonne partie des demandeurs d'asile et les personnes qui sont en situation irrgulire ; celles ayant des titres de sjour de courte dure pouvant y avoir accs mais trs difficilement. Le tableau 6 montre d'ailleurs que par rapport aux expulss avrs, les expulss possibles sont un peu moins nombreux avoir une carte de rsident et plus nombreux avoir une carte de sjour ou un visa, soit des titres beaucoup plus courts et donc beaucoup plus prcaires. On peut faire l'hypothse que la catgorie expulss possibles comprend en son sein des expulsions qui ne sont pas locatives proprement parler mais recouvrent plutt des expulsions de logement occups sans droit ni titre, sous lous, lou au noir, ou encore des expulsions de squat. En effet, comme le soulignent les travaux de Florence Bouillon, le squat apparat "comme un ordinaire du parcours rsidentiel de certaines populations prcaires - dont notamment des migrants africains (Bouillon et Dietrich-Ragon, 2012). 4) Sources de revenu des usagers du 115 Remarque pralable : tout comme l'enregistrement de la situation administrative, qui s'avre on ne peut plus volutive, les sources de revenu comptabilises dans la base de gestion du 115 sont les celles dclares par l'appelant et saisies dans la base de donnes par l'coutant. Le logiciel ne prvoit qu'un seul item, compris comme la principale source de revenus . Or certaines ressources sont cumulables, notamment lorsque l'on prend en compte, pour les familles, celles des diffrents membres du mnage. Pour les familles, la difficult est que lorsqu'une personne appelle pour son ou sa conjointe et ses trois enfants, cest la source de revenu de l'appelant (et non celle du conjoint) qui sera inscrite dans la base de donnes cette rgle n'tant pas systmatique, la source de revenu du conjoint pouvant tre consigne par l'coutant s'il estime que c'est l la source de revenu principale du couple. 31 Pour les enfants, au niveau individuel, c'est galement cette ressource principale qui sera consigne au niveau individuel (et comptabilise dans les sorties). **** Plus souvent en situation rgulire, les usagers expulss sont aussi (et de manire corrlative) plus souvent dans des situations administratives autorisant travailler. Ainsi, alors que prs de la moiti (49%) des usagers non expulss du 115 sont dans une situation administrative ne leur permettant pas de travailler, les expulss avrs et possibles ne sont respectivement que 18% et 13% dans ce cas. Rien dtonnant ici non plus : avoir eu un logement est grandement facilit par le fait d'avoir des papiers et de pouvoir travailler. En rgle gnrale, qu'ils soient immigrs ou pas, les usagers expulss ont plus souvent une source de revenus que le reste des usagers. L encore, l'information est manquante dans 77% des cas pour les DDP, donc inexploitable. Le taux de valeurs manquantes est de moins de 3% pour les expulss, et avoisine les 25% pour les non expulss. Les chiffres prsents ci-dessous ne prennent pas en compte les valeurs manquantes : on prend donc comme hypothse (forte) que les rponses des non rpondants se rpartissent au prorata de celles des rpondants. Tableau 7. Principales sources de revenus selon la situation relative lexpulsion EXPULSS AVRS EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS TRAVAIL 24,5 20,9 10,6 [16,8 ; 34,2] [16,7 ; 25,7] [10,2 ; 11] RMI/RSA 21,9 26 9,97 [14,6 ; 31,5] [21,6 ; 31] [9,57 ; 10,4] AAH 4,9 3,98 2,14 [2,11 ; 10,9] [2,43 ; 6,45] [1,95 ; 2,34] AUTRES ALLOCSOCIALES 13 7,66 7,36 [7,17 ; 22,3] [5,16 ; 11,2] [7,02 ; 7,72] CHOMAGE 5,33 6,23 2,21 [2,45 ; 11,2] [4,05 ; 9,47] [2,02 ; 2,42] RETRAITE 3,17 3,16 0,938 [0,899 ; 10,6] [1,72 ; 5,74] [0,814 ; 1,08] AUTRES REVENUS 4,03 6,97 1,76 [1,48 ; 10,5] [4,52 ; 10,6] [1,6 ; 1,95] SANS RESSOURCES 23,2 25,1 65 [15,6 ; 33] [20,9 ; 29,9] [64,4 ; 65,6] TOTAL 100 100 100 N (NON PONDR) 235 934 66348 % INITIAL DE DONNES MANQUANTES 2% 3% 27% Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Les usagers expulss ont plus souvent une source de revenus que les non-expulss : alors que plus de 6 usagers du 115 sur 10 ne dclarent aucune source de revenu, ce n'est le cas que d'un quart des expulss (quils soient avrs ou possibles). Par ailleurs, prs de 3 expulss sur 10 dclarent un revenu li au travail (correspondant aux modalits travail et chmage ), ce qui n'est le cas que de 12% des usagers non-expulss. La part des minimas sociaux (qui comprennent le RMI/RSA, l'Allocation 32 Adulte Handicap, le minimum vieillesse et l'allocation de solidarit spcifique (ASS- destine aux chmeurs de longue dure ayant puis leurs droits indemnisation) et des allocations sociales reste toutefois prpondrante comme source de revenu, que les usagers aient ou non t expulss. Alors que la distribution des revenus ne varie pas selon le statut matrimonial des usagers non expulss, la figure suivante montre que les expulss avrs en famille sont plus nombreux tre sans ressources (3/10) que les isols (1,5/10). En revanche, lorsqu'ils ont des ressources, ils sont proportionnellement plus nombreux les tirer du travail que des minimas sociaux ou autres allocations ( autres ressources ). On voit ainsi apparatre une polarisation du groupe des expulss avrs en famille avec un sous-groupe hyper-prcaris qui ne dispose d'aucune ressource et, lautre extrmit, un sous-groupe plus important disposant de revenus lis au travail. Figure 7. Sources de revenu selon le statut matrimonial des usagers du 115 et la situation concernant lexpulsion Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015, hgors DDP 2737273414145735434722211628301965650% 20% 40% 60% 80% 100%IsolsEn familleIsolsEn familleIsolsEn familleExpulssavrsExpulsspossiblesNon expulssRevenus lis au travail Autres ressources Sans ressources33 5) Suivi social des usagers du 115 Par rapport au suivi social, on peut galement noter que les expulss bnficient davantage dun suivi social que les non expulss. C'est particulirement le cas des expulss avrs, suivis pour plus de 80% d'entre eux, alors que seulement 65% des expulss possibles, et 40% des non-expulss le sont (tableau 8). Tableau 8. Suivi social des usagers EXPULSS AVRS EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS SECTEUR 72 49 13 [62,4 ; 80,3] [44,1 ; 54,8] [12,5 ; 13,5] AUTRE SUIVI 11 17 28 [6,13 ; 18,7] [13 ; 20,8] [27,8 ; 29] SANS SUIVI 17 34 59 [10,6 ; 25,7] [29,2 ; 39,3] [58 ; 59,3] TOTAL 100 100 100 N (NON PONDR) 236 278 938 % INITIAL DE DONNES MANQUANTES 2 3 27 Lecture : Parmi les expulss avrs, 72% sont suivis par une assistante sociale de secteur et 17% sont sans suivis Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015, hors DDP Par ailleurs, lorsqu'ils sont suivis, les usagers expulss le sont dans des proportions beaucoup plus importantes par une assistante sociale de secteur (prs de 8 fois sur 10 pour les avrs comme les possibles), ce qui n'est le cas que d'un tiers des usagers non-expulss. En d'autres termes, on peut penser que leurs difficults sociales sont connues et suivies localement. Par ailleurs, les non-expulss sont proportionnellement plus nombreux que les expulss recourir aux permanences sociales d'accueil (PSA), structures sociales mises en place par la ville de Paris ddies l'accueil et l'accompagnement des personnes sans domicile. Ainsi, lorsqu'ils dclarent un suivi, les non-expulss sont suivis par une PSA dans 15% des cas contre 3% des expulss avrs et 10% des expulss possibles. 34 Figure 8. Type de suivi selon le statut matrimonial Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015, hors DDP Dautre part, notons que parmi les expulss, les individus isols sont plus souvent sans suivi que ceux en famille cette diffrence est marginale pour les non-expulss (qu'ils soient en famille ou isols, 60% nont aucun suivi). Toutefois, parmi les isols, les expulss possibles sont beaucoup plus nombreux tre sans suivi social que les expulss avrs (43% vs 25%), ce qui les rapproche des non expulss. On remarque galement que les usagers en famille, plus frquemment suivis, le sont aussi plus souvent par le secteur que les usagers isols. Ainsi, prs de 8 usagers expulss avrs sur 10 sont suivis par une assistante sociale du secteur (contre 6 isols sur 10), cette proportion tant de 6 usagers expulss possibles en famille sur 10 (contre 4 sur 10 parmi les isols expulss possibles) et uniquement 2 usagers non expulss en famille sur 10 (contre moins de 1 sur 10 pour les usagers isols non expulss). 6) Indicateurs de prcarit De manire pouvoir rendre compte de manire plus succincte des diffrentiels de ressources entre les diffrents groupes tudis, nous avons construit des indicateurs synthtiques relatifs la situation des usagers en termes de revenu, de situation administrative et de suivi social. Ces indicateurs sont construits sur une chelle allant de 1 4 allant de la situation la moins prcaire (=1) la plus prcaire (=4). Pour construire ces indicateurs, nous avons attribu chacune des modalits des diffrentes variables sources de revenu ; situation administrative ; suivi social une valeur comprise entre 1 et 4 selon le tableau ci-dessous. 667740627,718,2912181533,523,42511432358,858,40% 20% 40% 60% 80% 100%IsolEn familleIsolEn familleIsolEn familleEAEPNon expulssSuivi secteur Autres types de suivi Sans suivi35 Tableau 9. Construction des indicateurs de ressources Valeurs 1 2 3 4 A. Indicateur de revenu - travail - chmage -retraite - RMI/RSA - allocation adulte handicap - autres alloc sociales - autres revenus - sans B. Indicateur relatif la situation administrative - carte nationale d'identit (franaise ou europenne) - carte de rsident - carte de sjour - visa - demande en cours (titre de sjour ou demande d'asile) - sans papier ni dmarche, - dclaration de perte ou vol de ses papiers C. Indicateur de suivi social20 - secteur - association - permanences sociales d'accueil - tutelle curatelle - sans Dans un second temps, nous avons construit un indicateur plus synthtique compilant l'information des trois prcdents, selon la construction dcrite dans le tableau suivant Tableau 10. Construction de l'indicateur synthtique de niveau de ressources Bien dot Moyennement dot Peu dot 99 Somme de A, B et C gale 3 ou 4 ou 5 Soit au moins deux indicateurs de ressource gal 1 6 ou 7 ou 8 ou 9 10 ou 11 ou 12, soit au moins deux indicateurs de ressource gal 4 Si au moins une valeur manquante parmi A, B ou C Cet indicateur permet de dcrire simplement les diffrentes ressources dtenues par les diffrents groupes d'usagers, ces ressources tant le plus souvent cumulatives, comme le montre le tableau suivant. Tableau 11. Rpartition selon le niveau de ressources de chaque population dintrt BIEN DOT MOYENNEMENT DOT PEU DOT DONNES MANQUANTES TOTAL N (NON PONDR) EXPULSS AVRS 53 31 9 8 100% 241 DDP 11 9 2 79 100% 1190 EXPULSS POSSIBLES 37 44 9 10 100% 960 NON EXPULSS 6 32 29 33 100% 85691 Lecture : 53 % des expulss avrs sont bien dots en ressources, tandis que les donnes relatives aux ressources sont manquantes dans 79% des cas pour les DDP. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Ce tableau synthtise les donnes discutes jusqu prsent. Il montre bien que par rapport au reste des usagers, les expulss sont la fois proportionnellement beaucoup plus nombreux parmi les mieux 20 La base du 115 ne permet pas de distinguer les diffrentes associations, qui regroupent des situations trs diffrentes en termes de suivi et de comptence. Le choix de les faire figurer avant les PSA est une hypothse forte (et, par construction, contestable), base sur le fait que le fait que les PSA sont uniquement ddies aux personnes sans domicile, ce qui nest le cas ni des associations, ni des assistantes sociales de secteur. Nous verrons toutefois que ces indicateurs intermdiaires ont moins dinfluences que les valeurs extrmes (ie fait dtre suivi par une assistante sociale de secteur versus tre sans suivi) sur nos analyses. 36 dots et beaucoup moins nombreux parmi les moins bien dots. Il fait galement bien apparatre le caractre intermdiaire des expulss possibles qui eux sont surreprsents parmi les moyennement dots . Tableau 12. Niveau de ressources de chaque population selon le statut matrimonial Isols En famille Bien dot Moyennement dot Peu dot 99 Total N (non pond) Bien dot Moyenne -ment dot Peu dot 99 Total N EXPULSS AVRS 55 38 5 3 100% 91 52 26 11 11 100% 150 EXPULSS POSSIBLES 30 47 10 13 100% 571 46 41 8 5 100% 389 NON EXPULSS 4 30 24 42 100% 44143 10 34 35 21 100% 41546 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Dans lensemble, les personnes en famille apparaissent un peu moins dotes que les isoles parmi les expulss avrs comme parmi les non expulss. linverse, les expulss possibles apparaissent tre proportionnellement un plus nombreux parmi les bien dots lorsquils sont en famille que lorsquils sont isols. Pour aller plus loin, il nous faut cependant mieux distinguer ceux qui ont t hbergs par le 115 de ceux qui ont joint la plateforme sans tre hbergs par la suite. ***** 37 Ces premires analyses montrent que les personnes ayant subi une expulsion sont, par rapport aux autres usagers, plus fortement dots en ressources administratives (ils sont moins souvent sans papiers et dtiennent des titres de sjour moins prcaires lorsqu'ils sont trangers), en ressources conomiques (ils ont plus de revenus, qui proviennent plus souvent du travail) comme en ressources "d'assistance" (ils sont plus souvent suivis, et notamment par une assistante sociale de secteur). Acquises selon toute vraisemblances avant le recours au 115, ces diffrentes ressources n'ont toutefois pas suffi viter l'expulsion ; le fait qu'ils aient recouru au 115 signifie que le suivi social local n'a pas constitu un filet de protection suffisant. Par nature, la base du 115 ne permet pas de comparer le profil ni les trajectoires des expulss qui passent par ce dispositif d'urgence et de ceux qui ont pu viter d'y faire appel : ces derniers disposent-ils de ressources supplmentaires ? Ont-ils notamment eu recours des aides de parents ou de proches que les premiers n'ont pas ou plus ? Mais notre connaissance, il nexiste pas denqute qui traite systmatiquement des destins des expulss et qui permettrait de rpondre cette question. Les donnes du 115 permettent toutefois de comparer le parcours de ces expulss (avrs ou possibles) celui des non expulss. Concernant leur parcours dans l'assistance, on peut en effet poser comme hypothse qu'tant donn le caractre fortement segment de l'univers de l'assistance qui favorise les mieux dots ce que toutes les analyses ont montr depuis Charles Souli (Souli 1997), les expulss devraient sortir plus vite de l'ornire de l'urgence sociale, et accder des formes plus durables d'hbergement, voire de logement. Si la base ne permet malheureusement pas de savoir o r les personnes qui ne sont plus hberges par le 115, elle permet tout de mme de voir combien de temps les personnes sont en contact avec le 115, et les rponses qui leur sont apportes chacun de leurs appels. 38 Partie 3. L'accs l'hbergement : des diffrences nuancer Jusqu' prsent, la description des diffrents groupes d'usagers du 115 a port sur l'ensemble des appelants (hors signalement mis pour une tierce personne). Or, tous les appels au 115 ne dbouchent pas automatiquement sur un hbergement. Car si le 115 est un dispositif accessible de faon inconditionnelle, il est loin de pouvoir satisfaire systmatiquement les demandes qui lui sont faites. Dans un contexte de pnurie, une partie du mtier du 115 consiste, comme l'ont montr Daniel Cefa, douard Gardella ou Erwan Le Mner, fixer des priorits pour allouer cette ressource rare (Cefa et Gardella, 2011 ; Le Mner, 2011). 1) tre hberg pas le 115 premire vue, les usagers du 115 ayant subi une expulsion locative sont plus souvent hbergs que les non expulss. Sans surprise, les DDP ont un taux dhbergement proche de 100% par construction : lors de leur expulsion par les forces de lordre, ils se sont en effet vus remettre un bon leur permettant un accs 14 nuites21. Les expulss avrs sont un peu plus nombreux avoir t hbergs au moins une nuit (6 sur 10) que les non expulss (5 sur 10). Figure 9. Proportion dhbergs parmi les usagers du 115 selon leur situation relative lexpulsion Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Les familles la rue tant plus systmatiquement prises en charge que les personnes isoles (cf partie 1), ce diffrentiel de prise en charge semble toutefois tre principalement expliqu par la plus forte proportion de personnes en famille parmi les expulss avrs que parmi les non expulss. 21 Certains peuvent, toutefois, ne jamais stre prsent sur le lieux dhbergement qui leur t rserv, et leur absence avoir t enregistre ds le premier soir. 4334950589751500% 20% 40% 60% 80% 100%EADDPEPNon expulssNon hebergsHebergs39 1.1. La priorit donne aux familles Sauf parmi les DDP, la proportion de personnes hberges savre beaucoup plus importante parmi les familles. Ainsi, parmi les non expulss, 6 personnes en famille sur 10 ont t hberges, pour 4 /10 parmi les isols. De mme pour les expulss avrs, qui sont plus de 6 sur 10 tre hbergs lorsquils sont en famille, contre moins de 2 sur 10 parmi les isols. On voit ainsi apparatre un avantage relatif pour les usagers du 115 en famille, plus souvent pris en charge que les isols. Rien dtonnant ici : les familles bnficient historiquement dun accs privilgi lhbergement durgence relativement aux isols, reposant sur linstitutionnalisation de lhbergement en htel social depuis une quinzaine dannes (Le Mner, 2013). Figure 10. Proportion dhbergs parmi les appelants selon le statut matrimonial et la situation concernant lexpulsion Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Si lon regarde uniquement les personnes en famille, le taux dhbergement est sensiblement le mme chez les expulss avrs et les non expulss. En revanche, lorsquils sont isols, les expulss avrs semblent tre hbergs la mme hauteur, voire un peu plus frquemment que les non expulss (47 contre 41). 363473864975362EA (N=150)DDP (N=640)EP (N=389)non expuls (N=41546)En familleNon hberg Au moins une nuit d'hbergement533505947975041EA (N=91)DDP (N=550)EP (N=571)non expulss (N=44143)IsolsNon hberg Au moins une nuit d'hbergement40 1.2. Lincidence des ressources sur lhbergement De manire gnrale, tant donn la pnurie de place allouer et le travail de priorisation des situations les plus prcaires opr par le 115, ce sont les personnes qui ont les ressources les moins leves qui ont le taux d'hbergement le plus lev et ce quel que soit le groupe l'exception des expulss avrs, parmi lesquels les moyennement dots semblent proportionnellement avoir t un peu plus souvent hbergs que les peu dots . Tableau 13. Taux d'hbergement selon le niveau de ressources et la situation relative lexpulsion PROPORTION DES USAGERS DU 115 AYANT T HEBERGES AU MOINS UNE NUIT PARMI N (Total hbergs et non hbergs) lensemble les mieux dots Les moyennement dots les moins dots les non classs EXPULSS AVRS 241 58% 52% 62% 81% 52% EXPULSS POSSIBLES 960 51% 41% 61% 52% 46% NON EXPULSS 85 691 50% 51% 59% 67% 25% Lecture : parmi les 241 expulss avrs, 58 % ont t hbergs au moins une nuit. Ce taux dhbergement est de 81% parmi les "peu dots" (en ressources lies au travail, au suivi social ou la situation administrative). Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Le tableau suivant vient spcifier ce rsultat : si lon est dautant plus hberg que lon est peu dot, on lest de faon plus prononce quand on est en famille. Quasiment toutes les familles qui ont t expulses de faon avre ont ainsi t hberges. La faiblesse des effectifs ne permet toutefois pas de comparer le taux dhbergement des expulss avrs isols selon la hauteur de leurs ressources : au nombre de 91 au total, et tant de manire prpondrante dans le groupes des biens dots (45/91) et des moyennement dots (33/91), seuls 6 dentre eux sont classs parmi les peu dots . La distribution n'tant statistiquement pas significative (p>0,05) malgr la pondration de nos donnes, elle n'apparat pas dans le tableau suivant qui renseigne le taux d'hbergement (ie : avoir t hberg au moins une fois) selon le statut matrimonial des diffrents groupes. 41 Tableau 14. Taux d'hbergement selon le statut matrimonial, le niveau de ressource et la situation relative lexpulsion PROPORTION DUSAGERS DU 115 AYANT T HEBERGES AU MOINS UNE NUIT PARMIS ISOLS EN FAMILLE N non pond. (hbergs et non hbergs) Lens -emble Les mieux dots Les moyenne -ment dots Les moins dots N non pond. (hbergs et non hbergs) Lens -emble Les mieux dots Les moyenne -ment dots Les moins dots Expulss avrs 91 47 Ns Ns Ns 150 64 49 85 98 Expulss possibles 571 50 34 59 60 389 53 (53) (47) (64) Non expulss 44143 41 44 52 55 41546 62 54 68 77 Lecture : parmi la totalit des expulss possibles isols (n=91), 47% ont t hbergs au moins une nuit. Parmi les usagers en famille, 64% des 96 expulss avrs ont t hbergs, et 98% des expulss avrs "peu dots". Les chiffres en italiques et entre parenthses dsignent des sries statistiques pour lesquelles la corrlation entre le fait d'avoir t hberg et l'indice synthtique de ressources n'est statistiquement pas significative (p>0.05). Nous avons choisi de ne pas faire apparatre la srie relative aux expulss avrs car les effectifs sont trop faibles. tant donn ses faibles effectifs, la srie relative aux expulss avrs en famille doit galement tre prise avec prcaution. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Comment comprendre ces observations ? On peut dabord y voir une confirmation de lavantage des personnes en familles par rapport aux isols en matire daccs lhbergement. Du point de vue des urgentistes sociaux, le 115 ne doit en effet constituer quun dernier recours, une fois puises toutes les ressources disposition des individus (Cefa et Gardella, 2011), et la dtresse des familles peut apparatre comme dautant plus pressante. tant donn les diffrences de distribution des groupes tudis en termes de statut matrimonial et de ressources, nous avons construit un modle de rgression de Poisson permettant de voir, toutes choses gales par ailleurs, quels sont les effets relatifs de ces diffrents lments dans la propension tre ou non hberg lorsque l'on appelle le 115 (tableau 15). Toutes choses gales par ailleurs , la probabilit d'tre hberge dune personne en famille est 1,32 fois plus leve que celle dun usager isol, et les personnes moins dotes en ressources ont 1,1 fois plus de chances d'tre hberges que celles qui sont moyennement dotes (d'aprs la construction de notre indicateur de ressources), tandis que les mieux dotes ont 1.25 fois moins de chances (1/0.8) d'tre hberges que ces dernires. Aprs ajustement sur le statut matrimonial et les ressources des usagers, le fait dtre expuls avr ou possible n'a pas deffet significatif sur la probabilit d'tre hberg. Seul le fait de bnficier d'une DDP a une incidence significative sur la probabilit d'tre hberg ce qui, encore une fois, sexplique par la nature du dispositif lui-mme, valant comme un bon dentre dans le systme dhbergement. Malheureusement, nous n'avons pas suffisamment dlments relatifs aux ressources pour pousser plus loin l'analyse. 42 Tableau 15. Effets relatifs de lexpulsion, du statut matrimonial et du niveau de ressources sur la probabilit d'avoir t hberg Variables explicatives Modalits RP IC 95% RP p-value P-value global Avoir t expuls ref : ne pas avoir t expuls Expulss avrs 1,09 [0,92 ; 1,29] ns 43 Tableau 16. Effets relatifs des diffrentes ressources sur la probabilit dtre hberg VARIABLES EXPLICATIVES MODALITS RP IC 95% RP P-VALUE P-VALUE GLOBAL Avoir t expuls ref : ne pas avoir t expuls Expulss avrs 1,1 [0,93 ; 1,31] ns 44 Cela ne signifie pas que les dtenteurs dune carte didentit franaise ou europenne ont moins de chance dtre hbergs par le 115 que les personnes en situation irrgulire, mais plutt que le caractre rgulier de leur situation administrative leur permet probablement de se positionner sur des dispositifs qui ne sont pas accessibles aux sans-papiers. Cest ainsi, galement, quil faut interprter les rsultats de cette rgression relatifs lindicateur de suivi social. Par rapport la rfrence tre suivi par une association , les trois autres modalits ont une incidence ngative sur la probabilit dtre hbergs par le 115, le fait dtre suivi par le secteur amenuisant, par exemple la probabilit dtre hberg de 1,5 fois. Comment lexpliquer ? Dun ct, on peut faire lhypothse quun suivi en secteur ou en PSA dirige les bnficiaires vers des filires dhbergement la fois plus diversifies et plus favorables que lurgence sociale, comme des centres dhbergement et de rinsertion sociale, filires auxquelles nauraient pas autant accs les associations. Dun autre ct et sans surprise, il vaut mieux tre suivi par une association que pas suivi du tout : dans ce dernier cas, la probabilit d'tre hberg est 1.4 (1/0,72) fois moins forte. Ce nest pas tant qutre suivi par le secteur empche davoir accs un hbergement 115, que le fait que ce suivi permette dautre possibilits (que permet galement, dans une moindre mesure, le fait davoir un suivi ville partir dune PSA) et donc, probablement, accs dautres structures. Par contre, ne pas avoir de suivi a galement une incidence significative ngative sur la probabilit dtre hberg par le 115 : cela quivaut au fait de ne pas avoir du tout dappui, et donc dtre loign dappui potentiel pour lobtention dun hbergement. Nous avons donc fait apparatre des diffrences daccs lhbergement selon les groupes et leurs ressources. Nous cherchons maintenant savoir si les personnes qui nont jamais t hberges via le 115 rappellent ou non le 115. 45 1.3. Contacts avec le 115 des non hbergs premire vue, le nombre de contacts des usagers qui n'ont jamais t hbergs avec le 115 ne varie pas selon quils ont ou non t expulss. Ainsi, en moyenne, les expulss avrs ou possibles le contactent 1,6 fois, contre 1,7 pour les non expulss. Tableau 17. Nombre de contacts avec le 115 des non hbergs selon leur situation vis--vis de lexpulsion Moyenne cart-type N Valeur max Expulss avrs 1,7 1,4 103 9 DDP 1,0 0,2 37 2 Expulss possibles 1,7 1,5 485 11 Non expulss 1,6 2,1 38515 127 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 nayant bnfici daucune nuit, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Parmi les appelants qui n'ont jamais bnfici d'une seule nuite via le 115, ltendue du nombre dappels est bien plus importante pour les non expulss que pour les expulss, certaines personnes non hberges ayant pu tlphoner plus de 120 fois22. Le graphique suivant (figure 11) montre toutefois que dans leur trs grande majorit, les personnes ayant t en contact avec le 115 sans tre jamais hberges ne lont appel quune fois, et que plus de 95% ne lont pas appel plus de 4 fois, et ce, quelles aient ou non t expulses. Figure 11. Rpartition des non hbergs selon le nombre de contacts avec le 115 pour chaque population dintrt Lecture : 56% des personnes ayant subi une expulsion avre et n'ayant jamais t hberges par le 115 ont appel une seule fois, 30% ont appel 2 fois, et 5% ont appel au moins 5 fois. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 22 Certaines personnes sans abri notamment des femmes, peuvent ainsi tre en contact rgulier avec le Samusocial, que ce soit travers les maraudes ou en composant, rgulirement, le 115, tout en faisant le choix de ne pas tre hbergs dans les hbergements durgence qui leur sont proposs. 672291 15630525731663 3010203040506070801 2 3 4 5 et plusExpulss avrsExpulss possiblesNon expulss46 2) Dlai de prise de contact des expulss avec le 115 Ici, nous nous intresserons au dlai entre la date de l'expulsion (telle qu'on peut l'approcher partir de l'ouverture des notes) et celle du premier appel au 115. Nous n'aborderons pas le temps d'errance proprement parler, qui lui concerne la totalit des usagers du 115 et renvoie au temps pass par les usagers entre la perte de leur logement et leur premier contact avec le 115. La donne est en effet trop souvent manquante pour pouvoir tre exploite. On ne dispose malheureusement pas de la date dexpulsion des DDP mais, par construction, on peut penser que leur date dexpulsion est celle laquelle ils entrent pour la premire fois en contact avec le 115. Certains ont toutefois pris contact avec le 115 avant leur expulsion. Pour rappel, le dispositif nest en effet apparu quen 2009. Or, comme le montre le tableau suivant, 64 dentre eux ont des dates dapparition dans la base de donnes du 115 antrieures 2009 : ils taient donc dj connus du 115 lorsquils ont t pris en charge via un Droit de priorit conscutif leur expulsion. Ils reprsentent 5% des DDP , chiffre probablement un peu sous-valu23. Tableau 18. Dates de premire apparition dans la base antrieure 2009 des personnes classes DDP 1999 4 2000 3 2001 2 2002 7 2003 3 2004 7 2005 6 2006 10 2007 13 2008 9 Total 64 Lecture : parmi les 64 personnes ayant bnfici dun Droit de priorit et prsents dans la base avant 2009, 4 sont apparue en 1999 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers ayant bnfici dun Droit de priorit et prsents dans la base avant 2009 Comme le montre lencadr suivant, pour certains usagers, l'expulsion s'inscrit dans des parcours de vie ou des parcours rsidentiels heurts au cours desquels les personnes ont dj, parfois des annes avant, pu tre en contact avec le 115. Ceci nest pas sans voquer le constat formul lchelle de lUnion Europenne, selon lequel une partie non ngligeable des expulss cumule de longue date dimportantes difficults(Kenna et al., 2016). 23 En effet, pour les dates ultrieures, il ne nous est pas possible de dtecter les personnes qui auraient t en contact avec le 115 aprs 2009 et qui auraient connu ensuite une procdure de Droit de priorit (ce serait par exemple le cas dune personne appelant le 115 en 2011, et essuyant une procdure dexpulsion locative en 2014). 47 Encadr 5. Situations dusagers appartenant la catgorie expulss avrs et ayant t en contact avec le 115 avant l'expulsion - Cet homme appelle le 115 en juillet 2011, aprs s'tre fait expuls d'un logement qu'il occupait de manire lgale. S'il n'y a aucune trace de lui dans le logiciel du 115 depuis 5 ans, il tait dj connu car avait pralablement tait en contact et hberg par le numro durgence en 2001, en 2003 et en 2006. Sur plus de 10 ans, les notes de sa fiche personnelle font apparatre le parcours d'un homme, d'origine maghrbine, ayant eu un parcours administrativement prcaire (alternant des priodes de rgularit et d'irrgularit avant d'obtenir une rgularisation en tant que pre d'enfant franais), entrecoup de plusieurs (courtes) priodes d'incarcration et de travail prcaire. S'agissant de son logement, son parcours alterne des moments pendant lesquels il a habit dans des squats, vcu en sous-location, t hberg par des tiers, ou encore t hberg via le 115. - Quand cette femme appelle le 115 pour la premire fois, c'est la suite dune dispute avec son conjoint avec qui elle vivait en htel ( la semaine). Aprs avoir t hberge quelques nuits par le numro durgence et oriente vers une assistante sociale du PSA, les coutants nauront aucune nouvelle d'elle pendant 11 ans. Elle rapparat toutefois en juin 2014, en pleine procdure d'expulsion, aprs avoir reu un papier lui signifiant qu'elle sera expulse en juillet en raison de dettes locatives, alors quelle est employe et peroit 1100 euros de ressources par mois). Le second exemple de l'encadr montre que, s'agissant de l'expulsion proprement parler, l'usagre prend ses dispositions auprs du 115 ds qu'elle sait qu'elle sera expulse, alors mme qu'elle est encore dans son logement. De fait le graphique suivant (figure 12) montre que plus d'un expuls avr sur 5 a t en contact avec le 115 avant l'expulsion (21%), cette proportion tant moindre pour les expulss possibles (3%). Une sociologue ayant particip lune des rares tudes sur les expulsions locatives en France, estime que la moiti des mnages recevant une demande dexpulsion quittent ainsi leur foyer avant le terme de la procdure (Vincent, 2014) : lhbergement durgence via le 115 constitue probablement une destination possible. Globalement, les personnes ayant subi une expulsion avre appellent plus tt le numro durgence que les personnes ayant subi une expulsion possible. Plus de la moiti d'entre elles ont appel de manire anticipe ou le jour mme et les ont pris contact moins d'une semaine aprs l'expulsion. Au contraire, les expulss possibles ne sont qu'un sur 5 avoir appel de manire anticipe ou le jour mme, et ils sont plus de 40% prendre contact avec le 115 au-del d'un mois aprs le jour de l'expulsion. 48 Figure 12. Dlai coul entre l'expulsion et le premier contact avec le 115 selon la situation vis--vis de lexpulsion Lecture : Un mois aprs leur expulsion, 56% des expulss possibles avaient pris contact avec le 115. 15% des expulss possibles ont pris contact entre une semaine et un mois aprs l'expulsion. Si le cumul des pourcentages n'est pas gal 100, c'est parce que, dans chacun des groupes, il y a 2% de valeurs manquantes Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Ces diffrences importantes de calendrier peuvent sexpliquer de plusieurs manires. Parmi les personnes ayant subi une expulsion avre, une partie dentre elles a t prvenue de la date dexcution de la dcision, ce qui leur a permis danticiper le recours au 115. l'inverse, les expulsions possibles , comprennent un certains nombres d'expulsions illgales (sous-location, expulsion d'un logement lou au noir, expulsion d'un logement chez un tiers) qui peuvent quant elle survenir du jour au lendemain. En outre, une partie des expulss ne disposaient daucune solution dhbergement dans limmdiat : cest pourquoi on peut penser quils sont rests jusquau dernier moment dans leur logement et ont contact le 115 le jour-mme de leur expulsion. Du reste, si 8% des expulss avrs et 15% des expulss possibles ont pu disposer d'une solution trs provisoire (ou tre la rue sans appeler le 115) jusqu une semaine aprs lexpulsion, une partie des expulss avrs et des expulss possibles semble avoir dispos dune solution dhbergement provisoire (jusqu 30 jours aprs lexpulsion). Au-del, les expulss possibles sont beaucoup plus nombreux que les expulss avrs appeler plus d'un mois aprs l'expulsion, et ils sont les seuls appeler plus d'un an aprs (5% d'entre eux). Si les expulss possibles ont dj subi les consquences dun accs prcaire au logement (location illgale ou expulsion illgale), alors ils peuvent avoir continu de recourir ce mode de logement 2154758398 98422415693980204060801001200510152025303540AppelanticipLe jourmmeMoinsd'unesemaineaprsD'unesemaine un moisD'un mois un anPlus d'unan99_NSPExpulss avrs Expulss possiblesExpulss avrs (% cum) Expulss possibles (% cum)49 prcaire, plus facilement accessible que le mode de logement conventionnel, et ce pour une dure de plusieurs mois24. Par ailleurs, dans la mesure o une location illgale peut prendre fin trs rapidement et o une expulsion illgale peut survenir trs brutalement, les expulss possibles font moins souvent mention de dettes lors de leur appel au 115. En ce sens, si leurs sources de revenus diffrent peu de celles des expulss avrs (cf. tableau 11), on peut penser que les expulss possibles disposent de davantage de ressources qu'eux, et donc de davantage de possibilits davoir accs un logement, mme provisoire. l'inverse, le processus dexpulsion locative ayant pris 19 mois en moyenne (Tassin, 2014) pour les expulss avrs, les dettes accumules peuvent tre trs importantes et laccs un logement, mme prcaire, rendu dautant plus difficile (Vincent, 2014). 24 Tels que dcrit dans le rapport " Hbergement chez un tiers et citoyennet locale Saint-Denis. L'instabilit rsidentielle au cur des expriences de prcarit", les parcours rsidentiels de personnes hberges par des tiers font tat d'une succession d'hbergements diffrents (CESOD, 2013). 50 3) Les rponses donnes par le 115 : entre orientation et hbergement Nous allons maintenant dcrire les rponses apportes par le numro durgence, les demandes formules au 115 tant loin de toutes aboutir un hbergement. Ainsi la rponse apporte peut tre ngative en raison du nombre de places insuffisantes (il sagira alors dune DNP : demande non pourvue, sous-entendu faute de place ) ; lusager peut tre orient vers dautres plateformes ou services sociaux telles que la CAFDA - Coordination de l'accueil des familles demandeuses d'asile ; lOMF -Ordre de Malte France, lAPTM - Association pour laccompagnement social et administratif des migrants, ou dautres services sociaux ) ; la rponse peut-tre ngative car lusager ne rpond pas aux critres de prise en charge du 115 de Paris (cest par exemple le cas dusagers dpendant dun autre 115, ou encore, suite lvaluation de lcoutant social, dusagers ne rpondant pas aux critres conomiques ; il sagira alors dun ROPE : refus dorientation par lquipe) ; la rponse peut tre positive mais lusager peut la refuser (il sagira alors dun ROPP : refus dorientation par la personne) ou ne pas se prsenter lhbergement qui lui a t attribu (NSPP-ne se prsente pas); la rponse peut tre ngative car la personne nest pas sans solution au moment de lhbergement (la personne sera alors classe comme dj oriente ). 3.1. Premier contact avec le 115 3.1.1. Moins de demandes non pourvues et plus de solution d'hbergement pour les expulss lors du premier appel Considrons les rponses donnes par le 115 lors du premier contact25 avec lusager. Tableau 19. Rponses donnes lors de la premire apparition des usagers dans la base EXPULSS AVRS DDP EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS HBERGEMENT 31 86 24 31 DEMANDE NON POURVUE (DNP) 8 2 13 14 ORIENTATION VERS AUTRES PLATEFORMES OU STRUCTURES 8 1 8 10 REFUS DORIENTATION PAR LQUIPE (ROPE) 28 2 35 20 REFUS DORIENTATION PAR LA PERSONNE OU NE SE PRSENTE PAS (ROPP+NSPP) 3 1 1 3 PERSONNE DJ ORIENTE (IE AUTRE SOLUTION DHBERGEMENT) 17 3 8 4 SORTIE DU DISPOSITIF 0 0 0 0 AUTRE 3 1 5 4 99 3 4 7 14 TOTAL 100% 100% 100% 100% N (NON PONDR) 241 1190 960 85691 Lors de leur premire apparition dans la base, les expulss avrs se sont vu accord un hbergement dans 31% des cas. Dans 28% des cas, ils se sont vu oppos un refus dorientation par lquipe (ie soit ils taient au-dessus du seuil de ressources, soit ils dpendaient dun autre 115) et dans 17% des cas, ils avaient une autre solution dhbergement lors de leur appel) Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 25 Par contact -ou appel, on entend ici le rang dapparition de lusager dans la table hbergement . Cette dernire consigne le nombre dappel (trait) et les suites qui lui sont donnes. Ici, un appel donnant lieu lobtention de plusieurs nuites daffile sera considr comme un seul et mme enregistrement, pour lequel sera renseign le nombre de nuites accordes. 51 Seules les personnes ayant un DDP se voient, dans leur grande majorit, attribuer un logement lors de leur premire apparition dans la base. Si ce taux nest pas gal 100%, cest en partie d au fait que, comme nous lavons vu plus haut, certains ont pu tre en contact avec le 115 pralablement la demande de priorit. Pour ceux-l, le premier contact nest donc pas conscutif lexpulsion pour laquelle ils ont obtenu un Droit de priorit. Dautres DDP ont pu avoir dautres solutions dhbergement et les prfrer lhbergement durgence propose par le 115. Quoiquil en soit, pour les DDP, le premier contact avec le 115 (ie premire apparition de lusager dans la base) se solde par un hbergement prs de 9 fois sur 10. Pour les autres groupes dusagers aussi lhbergement est lune des rponses le plus souvent apporte, mais dans des proportions beaucoup moins importantes : lors de ce premier contact les expulss avrs comme les non expulss se voient hberger prs d1 fois sur 3, cette proportion tant moindre pour les expulss possibles (1 fois sur 4). On note galement que les expulss avrs sont beaucoup moins confronts une demande non pourvue (DNP), cest dire une impossibilit du 115 de les hberger par manque de place alors quils sont ligibles : 14% des non expulss sont dans ce cas, contre 8 % des expulss avrs, ce taux tant le mme pour les expulss possibles (13%). Lors de lchange entre lusager et loprateur du 115, ce dernier doit examiner la situation sociale du premier et, dans un premier temps, dterminer sil rentre dans les critres de prise en charge du 115. Paris, des places ne peuvent tre attribues que si la personne appelle depuis Paris, ou est suivie Paris. Si lappel est pass depuis le dpartement des Hauts-de-Seine, par exemple, il fera lobjet dun refus dorientation par lquipe (ROPE) et lusager sera alors rorient vers le 115 du dpartement adquat ou vers un autre type daide. Les ressources conomiques sont lautre critre principal dligibilit : une personne peut se voir opposer un ROPE si lon considre quelle a des revenus suffisants pour trouver une solution dhbergement par ses propres moyens, notamment en se payant lhtel au moins quelques jours. Par ailleurs, lors de lentretien tlphonique, le permanencier va galement sonder la personne sur les autres possibilits potentielles de prise en charge qui soffrent elles, que ce soit par dautres structures lusager va alors tre orient par le 115 vers ces dernires ou dans son propre rseau (proches, familles). Sil nest pas sans solution dhbergement au moment de lappel, il sera alors considr comme dj orient 26. La rpartition des diffrentes rponses donnes lors du premier appel montre que les ROPE et les classements comme dj orient sont prpondrants parmi les expulss avrs comme possibles (respectivement 45% et 43%, contre 24 % pour les non expulss). Par ailleurs, le tableau 19 montre que les refus dorientation par la personne , qui correspondent au cas o lappelant se voit proposer un hbergement mais le refuse, tout comme les ne se prsente 26 Sur le travail dvaluation des permanenciers du 115, voir les travaux de Le Mner (20011) et Cefa et Guardella (2011) 52 pas , pour lesquels la personne sest vue attribuer un hbergement mais ne sy est pas prsente, sont plutt marginaux, quel que soit le groupe. En rsum, il semble donc que lorsque les personnes expulses ne sont pas hberges, cela renvoie davantage que chez les non expulss au fait de ne pas tre ligible ou davoir une autre solution dhbergement ce qui est cohrent avec le fait que les personnes expulses ont plus de ressources que leurs homologues non expulss. Lors du premier contact, on peut faire lhypothse quils sont plus souvent en mesure de pouvoir, par exemple, se payer temporairement une chambre dhtel. 3.1.2. Une prise en charge dpendant du revenu Le tableau suivant illustre bien le poids des ressources dans le fait de se voir attribuer un hbergement lors du premier contact avec le 115. Lors de ce premier appel, il semble toutefois que, lorsquelles sont sans revenus, les personnes non expulses font plus souvent face une Demande non pourvue , que les personnes expulses. Tableau 20. Rpartition des rponses du 115 lors du premier contact selon la source principale de revenus et la situation concernant lexpulsion Lecture : Parmi les non expulss, ceux qui ont un revenu qui provient du travail (chmage et retraite compris) sont 29% avoir t hbergs suite leur premier contact avec le 115, ce qui est le cas de 44% des non expulss qui nont aucun revenu. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Lorsquils ont un revenu issu du travail (ie revenu = travail ou chmage ou retraite), les usagers sont, lors de ce premier contact, plus souvent rorients ( autres orientations ), et cela dans des proportions plus importantes parmi les expulss que parmi les non expulss. Travail Autres revenus Sans revenus 99 Total Expulss avrs Hbergement 33 25 51 93 34 DNP 2 13 2 0 8 Autres orientation 64 54 44 7 53 Autre 1 5 1 0 3 99 1 4 1 0 3 Total 100% 100% 100% 100% 100% N (non pondr) 62 120 53 6 241 Expulss possibles Hbergement 21 26 28 18 25 DNP 6 14 16 15 13 Autres orientation 60 51 41 63 51 Autre 6 3 7 0 5 99 8 6 8 3 7 Total 100% 100% 100% 100% 100% N (non pondr) 176 483 275 26 959 Non expulss Hbergement 29 30 44 24 34 DNP 11 11 20 8 14 Autres orientation 52 52 29 32 34 Autre 3 3 2 6 4 99 5 6 5 30 14 Total 100% 100% 100% 100% 100% N (non pondr) 5310 11455 41740 27186 85691 53 3.1.3. Des familles plus souvent hberges que les personnes isoles Le tableau suivant dcrit la rpartition des rponses du 115 suite au premier contact selon le statut matrimonial. Il montre que les demandes non pourvues sont plus de deux fois plus importantes pour les personnes isoles que pour les personnes en familles. La diffrence est dautant plus marque parmi les expulss avrs : seules 2% de ces individus se voient opposer une DNP quand ils sont en famille, alors que cest le cas de 16% de ceux qui sont isols. Tableau 21. Rpartition des rponses du 115 lors du premier contact selon le statut matrimonial et la situation vis--vis de lexpulsion Expulss Avrs DDP Expulss Possibles Non expulss Isols En famille Isols En famille Isols En famille Isols En famille HBERGEMENT 25 40 92 83 22 29 27 44 DNP 16 2 2 2 16 8 18 8 AUTRE ORIENTATION 53 53 2 9 48 55 31 38 AUTRE 5 1 1 2 5 4 5 2 99 1 4 4 4 9 3 19 7 TOTAL 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% N 91 150 550 640 571 389 45198 40486 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Ce premier contact est le seul et unique contact pour une grande partie des usagers du 115, comme on le voit dans la figure suivante qui montre le pourcentage de personnes ayant t en contact une ou deux fois avec le 115. Figure 13. Proportion des personnes ayant t seulement une ou deux fois en contact avec le 115 selon leur situation concernant lexpulsion Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Si lon considre uniquement ceux qui nont appel quune seule fois, seuls 1 expuls avr sur 5 tait ligible (ce qui correspond au fait de stre vu accorder un hbergement, opposer une DNP, ou avoir refus lhbergement propos) et parmi eux un tiers a bnfici dun hbergement. La proportion dligibles est un peu plus importante parmi les non expulss nayant appel quune seule fois 30162940155219130 10 20 30 40 50 60 70 80Expulss avrsDDPExpulss possiblesNon expulss1 contact 2 contacts54 puisquelle est de 1 sur 4, parmi lesquels un tiers a t hberg. En creux, ceux qui disparaissent de la base au terme du premier contact sont donc, pour la trs grande majorit dentre eux (8 fois sur 10), non ligibles, (ie quils se voient proposer une autre orientation, quils trouvent dautres solutions par leurs propres moyens, quils se voient opposer un refus dorientation, ou quils sortent du dispositif). 3.2. Rponses apportes lors du second contact avec le 115 Examinons dsormais les rponses apportes aux usagers lors de leur seconde apparition dans la base de donnes du 115 Tableau 22. Rpartition des rponses du 115 lors de la seconde apparition des usagers dans la base EXPULSS AVRS DDP EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS HBERGEMENT 43 19 30 49 DEMANDE NON POURVUE (DNP) 4 3 18 13 ORIENTATION VERS AUTRES PLATEFORMES OU STRUCTURES 11 15 9 7 REFUS DORIENTATION PAR LQUIPE 19 3 22 12 REFUS DORIENTATION PAR LA PERSONNE OU NE SE PRSENTE PAS (ROPP+NSP) 6 21 6 6 PERSONNE DJ ORIENTE (IE AUTRE SOLUTION DHBERGEMENT) 3 7 5 3 SORTIE DU DISPOSITIF 1 3 0 1 AUTRE 5 2 2 3 99 7 27 7 6 TOTAL 100% 100% 100% 100% N 171 999 618 55 648 Lecture : Parmi ceux qui ont t en contact une seconde fois en contact avec le 115, 49% des usagers non expulss ont t hbergs et 12% se sont vu opposer un refus dorientation par lquipe (ROPE). Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 qui apparaissent au moins deux fois dans la base, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Lorsquils appellent une seconde fois, la proportion dusagers recevant un hbergement est plus importante que celle relative au premier contact chez les expulss avrs (+ 12 points 43% dhbergs vs 31% lors du 1er appel) comme chez les expulss possibles (+ 7 points). Toutefois, les expulss (avrs comme possibles) sont hbergs dans des proportions moindres que les non expulss. Cela est tout fait cohrent avec la gestion par le 115 dune denre rare qui ne peut tre alloue quaux personnes les plus en dtresse. Les expulss, bnficiant de plus de ressources, sont plus souvent incits trouver dautres solutions dhbergement. contrario, les DDP connaissent, quant eux, une baisse trs importante de leur taux dhbergement : alors que plus de 85% dentre eux taient hbergs lors de leur premier appel, ils sont moins de 20% ltre lissue de ce second contact. Certes, ils sont plus souvent orients vers dautres structures (+ 14 points), ce qui est cohrent avec le dispositif lui-mme le Droit de priorit suppose quun premier hbergement de 14 jours soit fourni par le Samusocial ; passe cette priode, lattribution dun hbergement se fait dans le pot commun des orientations attribuables par le numro 55 durgence. On peut penser que les individus bnficiant dun Droit de priorit ont plus souvent t incits trouver dautres solutions dhbergement (+4 points pour les dj orients ). Lors de ce second appel, ils se singularisent toutefois par une hausse trs importante (+ 20 points) de leur proportion de refus dorientation par la personne et ne se prsente pas (ROPE ou NSPE) respectivement 2% et 20% dentre eux). Il sagit majoritairement dusagers qui se sont prsents lhtel mais sont partis avant les 14 jours qui leur taient rservs. Ainsi, parmi les 214 usagers ayant bnfici dune DNP et qui, lors de leur seconde apparition dans la base, sont nots ROPE ou NSPP , la dure de sjour (ie le nombre total de nuite) quivaut 1 nuite pour 20% dentre eux, et 4 nuite pour 50% dentre eux. Seuls 5% dentre ont une dure de sjour totale suprieure 15 nuite. Une interprtation de ces refus dorientation de la personne ou ne se prsente pas renvoie ainsi au fait que lhbergement est un choc pour ces personnes qui, lissue dune (souvent longue) procdure dexpulsion se sont vues attribuer un Droit de priorit pour accder lhbergement durgence, mais cherchent sen chapper. On peut galement mettre lhypothse que la solution qui leur est propos ne leur convient pas, notamment pour certaines familles qui il est propos (ou repropos) un htel en banlieue, ou pour certains isols qui avaient une place en htel en DDP et qui se voient ensuite proposer une place en CHU. 3.3. Rponse apporte lors du dernier contact avec le 115 Le tableau 23 prsente les diffrentes rponses apportes lors du dernier contact avec le 115. Ceux pour qui le premier ou le second contact tait le dernier ne sont pas reprsents dans le tableau27. Lors de ce dernier contact une petite minorit est hberge, cette proportion tant deux fois plus importante parmi les non expulss que parmi les expulss (13% vs 7% pour les expulss avrs et 5% pour les DDP)28. A linverse, la mention sortie du dispositif est prsente pour une personne sur dix. Toutefois, sauf pour les expulss possibles, cest l orientation vers une autre plateforme ou structure qui est prpondrante parmi les rponses apportes lors du dernier contact : elle concerne un tiers des expulss avrs et un cinquime des non expulss et des DDP. Dans ce cas, les personnes peuvent ne pas changer de modalit dhbergement et, par exemple, continuer rsider lhtel. Par contre, elles sortent du dispositif 115 proprement parler et sont alors gres par lAPTM (Association pour laccompagnement social et administratif des migrants), par la CAFDA (Coordination 27 De mme, nous avons soustrait lanalyse les personnes qui taient en contact avec le 115 (ou en cours dhbergement) la date du 30 mai 2015 o sarrte notre sondage. 28 Si l'on considre uniquement les personnes ligibles lhbergement au 115, cest--dire celles qui ont t hberges, celles qui ont essuye une DNP, et celles qui refusent l'hbergement propos ou bien ne s'y prsentent pas, leur part, lors de ce dernier contact, est de 2 sur 10 pour les expulss avrs, de 3 sur 10 pour les DDP, de 4 sur 10 pour les expulss possibles, et de 3,5/10 pour les non expulss. Lors de ce dernier contact, les expulss avrs ou ayant bnfici dun droit de priorit sont donc moins nombreux tre ligibles que les non expulss. 56 de l'Accueil des Familles Demandeuses d'Asile), par lOrdre de Malte Franais ou par dautres services sociaux. Tableau 23. Nombre de contacts et rpartition des rponses du 115 lors du dernier contact pour ceux qui ont t en contact au moins trois fois, selon la situation relative lexpulsion EXPULSS AVRS DDP EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS HBERGEMENT 7 5 17 13 DEMANDE NON POURVUE (DNP) 8 14 19 12 ORIENTATION VERS AUTRES PLATEFORMES OU STRUCTURES 33 18 15 22 REFUS DORIENTATION PAR LQUIPE 12 6 16 11 REFUS DORIENTATION PAR LA PERSONNE OU NE SE PRSENTE PAS (ROPP+NSP) 5 12 6 10 PERSONNE DJ ORIENTE (IE AUTRE SOLUTION DHBERGEMENT) 8 12 9 7 SORTIE DU DISPOSITIF 13 13 4 10 AUTRE 6 6 5 6 99 7 5 17 13 TOTAL 100% 100% 100% 100% N 106 352 413 34203 RANG MOYEN DU DERNIER CONTACT 23 12 25 27 RANG MEDIAN DU DERNIER CONTACT 6 5 9 8 Lecture : parmi les usagers non expulss qui ont t en contact plus de 2 fois avec le 115 et ne sont plus en contact avec le 115 au 31 mai 2015, 13% ont t hbergs et 12% se sont vu opposer un ROPE lors de leur dernier contact avec le numro durgence. Ce dernier appel tait en moyenne le 27me rappel. La moiti d'entre eux ont appel moins de 8 fois, la moiti plus de 8 fois29. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 qui apparaissent 3 fois ou plus dans la base, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Les nombres moyen et mdian de contacts ne diffrent pas entre les expulss et les non expulss avrs ou possibles, le nombre moyen de contacts tournant autour de 25, et le nombre de mdian autour de 8. Seuls les personnes ayant eu un DDP se distinguent, avec un nombre moyen et mdian de contacts bien infrieur. Des distinctions importantes se font toutefois jour selon le statut matrimonial. On voit alors apparatre de fortes disparits dans les rponses apportes par le 115 non seulement selon sa situation matrimoniale, mais aussi entre les diffrents groupes dusagers. Les hbergements, lors de ce dernier contact, concernent quasi-exclusivement les usagers isols. Cette observation peut paratre tonnante, tant donn le privilge accord aux familles par rapport aux isols en matire dhbergement constat jusqu prsent. Elle sexplique toutefois en partie par le fait que les personnes isoles ont des sjours beaucoup plus courts, et quelles sont de ce fait beaucoup plus rgulirement en contact avec le 115 que les familles qui, quand elles sont hberges, le sont de faon plus stable. Cest en partie ce qui explique la grande diffrence entre les nombres moyen et mdian de contacts des personnes isoles, beaucoup plus lev que ceux des personnes en famille. Les isols ont ainsi plus de chances dtre hbergs lors du dernier appel consign dans la base au 31 mai, mais aussi plus de risques que les familles de se heurter une DNP. 29 tant donn le systme dinformation sur lequel se base notre analyse, le fait quelles ne soient pas en contact le 31 mais ne signifie pas que les personnes ne puissent pas rapparatre ensuite. Notre observation sarrte le 31 et il est possible que les usagers puissent reprendre contact avec la plateforme quelques jours, semaines, mois, voire annes aprs. Certains ont notamment pu, par exemple, avoir comme dernire date dapparition le 27 mai, et rapparatre ensuite le 6 juin 2015. 57 Tableau 24. Nombre de contacts et rpartition des rponses du 115 lors du dernier contact, selon le statut matrimonial et la situation relative lexpulsion, parmi ceux qui ont t en contact plus de deux fois. Expulss avrs DDP Expulss possibles Non expulss TOTAL Isols En famille Isols En famille Isols En famille Isols En famille HBERGEMENT 21 0 13 1 27 2 27 0 13 DEMANDE NON POURVUE (DNP) 8 9 20 11 21 16 20 5 12 ORIENTATION VERS AUTRES PLATEFORMES OU STRUCTURES 2 50 6 25 4 29 6 37 22 REFUS DORIENTATION PAR LQUIPE 20 7 13 2 24 6 14 9 11 REFUS DORIENTATION PAR LA PERSONNE OU NE SE PRSENTE PAS (ROPP+NSP) 2 7 12 12 5 7 8 12 10 PERSONNE DJ ORIENTE (IE AUTRE SOLUTION DHBERGEMENT) 10 7 9 14 4 16 4 9 7 SORTIE DU DISPOSITIF 10 14 6 16 1 9 4 15 10 AUTRE 10 4 6 5 7 3 7 5 6 99 17 2 14 14 5 12 10 7 9 TOTAL 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% N 43 63 125 227 268 145 16148 18055 35074 NOMBRE MOYEN DE CONTACTS 48 9 20 8 35 13 42 13 26 NOMBRE MEDIAN DE CONTACTS 34 6 4 5 9 9 9 7 8 Lecture : parmi les usagers qui ont t en contact plus de 2 fois avec le 115 et ne sont pas en contact avec le 115 au 30 mai 2015, 50% des expulss avrs en familles et 6% des isols ayant fait lobjet dun DDP ont t orients vers une autre plateforme ou une autre structure lors de leur dernier contact avec le numro durgence. La moiti des expulss avrs en famille ont appel plus de 9 fois, la moiti des personnes isoles ayant bnfici dun DDP ont appel plus de 20 fois. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 apparaissant au moins trois fois dans la base, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Si lon considre comme ligibles les usagers qui sont hbergs, qui se heurtent une DNP ou qui refusent lorientation propose ou ne se prsentent pas, les personnes qui sont en familles sont 2 4 fois moins souvent ligibles, lors de ce dernier contact, que les personnes isoles, dans chacun des groupes tudis30. Pour les familles qui sont ligibles, le tableau montre que lors de leur dernire apparition dans la base du 115, elles se heurtent plus souvent des DNP quelles ne sont hberges. Ces chiffres, exprims en pourcentage, doivent toutefois tre pris avec prcaution en ce qui concerne les familles expulses avres ou faisant lobjet dun Droit de priorit. Sagissant des premires (expulss avrs) louverture des quelques fiches montre quil peut sagir de personnes expulses une anne N, alors prises momentanment en charge par le 115, qui se sont ensuite dbrouilles quelques temps entre des hbergements payants en htels et de lhbergement chez des tiers, avant de refaire appel de nouveau au numro durgence. 30 Laddition de ses trois modalits, qui donne le pourcentage dligibles est respectivement de 31 et de 16% pour les expulss avrs isols et en familles, de 45% pour les isols et 24% pour les familles DDP, de 53 et25% pour les expulss possibles, et de 55 et 17% pour les non expulss isols et en famille. 58 Encadr 6. Situations dusagers en famille ayant fait lobjet dune expulsion avre et se voient attribuer une DNP lors de leur dernire apparition dans la base Cest le cas dune femme pour qui le premier contact avec le 115 date de septembre 2007, suite une expulsion locative. Aprs avoir t hberge une nuit pour raison humanitaire (car ses ressources sont alors trop importantes) et avoir t renvoye, aprs explication par lcoutant du fonctionnement du 115, devant une assistante sociale, cette femme et sa famille reste plus dun an sans contact avec le 115. Elle rapparat toutefois en novembre 2008, lors dun appel quelle passe 23h, et dans lequel elle explique stre dbrouille, pendant un an, avec des logement provisoires (htels, amis) La note indique alors vue lheure tardive et le manque de place : DNP. Il est demand la famille de rappeler en journe . Il ny a ensuite plus trace de cette personne dans la base de donnes du 115. Cest galement le cas dune famille qui ne voit pas sa prise en charge renouvele aprs la fin du Droit de priorit dont elle a bnfici 14 jours aprs son expulsion. Elle est ensuite dans lattente dune prise en charge par le 115 demande via son assistante sociale. Elle appelle le 115 une heure trop tardive, et se voit contrainte de dormir dehors faute de place. Elle se heurte ainsi une DNP en date du 29 mai 2015 (et se verra ensuite prise en charge, quelques jours plus tard, par la Fondation Abb Pierre). Pour les usagers en familles qui ont t en contact avec le 115 au moins 3 fois, la rponse qui leur est le plus souvent donne lors de ce dernier contact est celle de l orientation vers une autre plateforme ou une autre structure : elle concerne un tiers des non expulss, des expulss possibles et des DDP et plus de la moiti des expulss avrs. La figure suivante montre que cette orientation se fait majoritairement vers des structures ddies aux familles immigres pour les non expulss (38% de ces orientations soprent, dans ce cas, vers la CAFDA et 18% vers lAPTM) alors que pour les expulss avrs et les DDP, elle se fait dans une grande majorit vers dautres services sociaux. Figure 14. Dcomposition de la modalit orientation vers dautres plateformes ou structures des usagers en familles, selon la situation concernant lexpulsion Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 qui apparaissent au moins deux fois dans la base, 1er janvier 2007- 31 mai 2015, familles uniquement 91182960290038075623210E X P U L S S A V R S & D D PE X P U L S S P O S S I B L E SN O N E X P U L S SOrientation APTM Orientation AUTRE Orientation CAFDA Orientation OMF Orientation services sociaux59 Par ailleurs le tableau 24 montre que les carts entre les taux de sortie du dispositif selon le statut matrimonial, en faveurs des usagers en familles, sont beaucoup moins marqus parmi les expulss avrs (10% pour les isols vs 14% pour les familles) que parmi les non expulss (4% vs 15%), les expulss possibles (1% vs 9%) ou les DDP (6% vs 16%). Enfin, on constate que le nombre de contacts est beaucoup plus important parmi les usagers isols que parmi ceux en famille : quel que soit le groupe concern, le nombre moyen de contacts est trois quatre fois plus lev pour les isols que pour ceux en famille. Pour les expulss possibles, les DDP et les non expulss, un petit groupe dusagers isols semble se distinguer par un temps beaucoup plus long de contact avec le 115. Pour les expulss avrs, non seulement le nombre moyen de contacts est plus lev (50), mais le nombre mdian de contact sen rapproche (34) ce qui laisserait penser que les usagers isols qui ont subi une expulsion locative se distinguent des autres par un plus grand nombre de contacts, et ce pour la quasi-totalit dentre eux. Ce dtachement dun groupe dusagers isols ayant subi de manire avre une expulsion se confirme si lon compare la dure totale de contact entre les diffrents usagers, cette dernire tant calcule partir de la dure entre la date de la premire apparition de lusager dans la base et celle de sa dernire apparition. 60 Figure 15. Rpartition des personnes selon la dure de contact avec le 115, leur statut matrimonial et leur situation concernant lexpulsion Lecture : 6% des usagers isols qui nont pas t expulss ont t en contact avec le 115 entre une semaine et un mois, tandis que 14% d'entre eux ont t en contact plus de 3 ans. Parmi les usagers en familles qui ont bnfici dun Droit de priorit, 35% sont rest en contact avec le 115 entre une semaine et un moins, et 8% sont rests plus de 3 ans en contact. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 qui apparaissent au moins deux fois dans la base, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Le premier graphique, qui concerne uniquement les isols, indique clairement une rpartition en U de la dure de contact des usagers isols avec le 115, cette forme tant particulirement accentue pour les expulss avrs. Nombreux aux deux extrmits, ces derniers sont sur reprsents (25%) 352141 1122530321864 37321258101320106 58 71405101520253035404550U N S E U L C O N T A C TM O I N S D ' U N E S E M A I N EU N E S E M A I N E U N M O I SU N M O I S 3 M O I S3 M O I S U N A NU N A N 3 A N S3 A N S E T P L U SDURE DE CONTACT ISOLSExpulss Avrs DDP Expulss possibles Non expulss271413 1462064333558682619611101019271491114 1690510152025303540U N S E U L C O N T A C TM O I N S D ' U N E S E M A I N EU N E S E M A I N E U N M O I SU N M O I S 3 M O I S3 M O I S U N A NU N A N 3 A N S3 A N S E T P L U SDURE DE CONTACT EN FAMILLEExpulss Avrs DDP Expulss possibles Non expulss61 parmi ceux qui restent en contact 3 ans et plus avec le 115. Au total, plus dun tiers de ces expulss avrs isols restent en contact plus dun an avec le numro durgence (37%). Parmi eux, on a vrifi quil ne sagissait pas des expulss avrs en contact avec le 115 avant leur expulsion (cf tableau 25, partie 2), ce qui aurait pu mcaniquement augmenter cette dure de contact. Moins dun sur dix sont dans ce cas. Il ne sagit donc pas de personnes pour lesquelles lexpulsion sinscrit dans une trajectoire rsidentielle dans laquelle la personne avait au pralable t en contact avec le 115, mais plutt de personnes pour qui lexpulsion marque lentre dans une prcarit rsidentielle long terme. lautre extrmit, on remarque que si les expulss avrs sont proportionnellement moins nombreux entrer une seule fois en contact avec le 115 que les non expulss (35% vs 50%), ils le sont plus rester moins dune semaine (21% versus 10%). Reste que, parmi les isols, si la dure mdiane de contact des expulss avrs est 3 fois suprieure celle des non expulss (14 jours versus 5), elle est infrieure celle des expulss possibles (30 jours). Ces derniers sont en effet proportionnellement beaucoup plus nombreux parmi les dures intermdiaires (dun mois un an). Dans le second graphique, qui lui ne concerne que les usagers en famille, les distributions sont un petit peu moins en U , les effectifs des usagers en famille tant rpartis plus uniformment dans les diffrentes classes de dures. Parmi les familles, les DDP ont une dure mdiane de contact de 14 jours, alors que les 3 autres ont une dure mdiane de 30 jours. Par contre, les expulss possibles ont une dure moyenne de contact plus importante (513 jours) que les non expulss (307) et que les expulss avrs en famille (262). Le graphique montre en effet que les expulss avrs sont proportionnellement plus nombreux dans la classe un trois ans et moins nombreux dans celle de trois ans et plus. Ces familles sont donc proportionnellement moins nombreuses tre dans un contact au trs long cours avec linstitution. 4) Dure dhbergement par le 115 La dure de contact nquivaut pas la dure dhbergement. En effet, certains usagers peuvent prendre contact avec le 115, puis disparatre pendant un (plus ou moins long) moment et rapparatre, parfois des annes aprs. A contrario, les sjours sont loin dtre continus, notamment parmi les isols qui peuvent alterner des jours o ils sont hbergs et dautres o ils ne le sont pas, soit quils se heurtent une DNP, soit quils ne recontactent pas le 115. Cest pourquoi dure de contact et dure dhbergement proprement parler doivent tre distingues. La dure dhbergement correspond, ici, aux dures cumules de sjour , cest--dire au nombre total de nuites dlivres aux personnes par le numro durgence. 62 4.1. Des sjours aux dures contrastes On la vu (cf, figure 9), la proportion dappelants qui ne seront finalement pas hbergs par le 115 est importante : 50% parmi les non expulss et les expulss possibles, 43% pour les expulss avrs les bnficiaires dun Droit de priorit, par construction, tant presque toujours hbergs, seuls 3% dentre eux ne ltant pas31. Les dures dhbergement pour les personnes ayant bnfici dau moins une nuite dhbergement sont prsentes dans le tableau suivant. Tableau 25. Dures dhbergement (nombre de nuites) des personnes hberges au moins une nuit selon leur situation concernant lexpulsion EXPULSS AVRS DDP EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS MOYENNE 185 37 133 189 CART TYPE 279 112 293 365 10% 1 2 1 1 25% 3 4 2 3 50% 21 14 15.5 28 75% 311 15 108 184 90% 640 46 357 628 N 138 1153 475 47 176 Lecture : En moyenne, les 138 expulss avrs ayant t hbergs au moins une fois ont bnfici de 185 nuites. Parmi eux, les 10% qui ont eu les dures dhbergement les plus courtes nont t hberges quune nuit. lautre extrmit, les 10% qui ont bnfici du plus grand nombre de nuite ont t hbergs plus de 640 nuits. La dure mdiane dhbergement pour les expulss avr est de 21 nuites. Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 hbergs au moins une nuit, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 Les dures totales moyennes dhbergement des personnes hberges au moins une nuit sont similaires pour les non expulss et les expulss avrs (respectivement 189 et 185 nuites), celle des expulss possibles tant une fois et demi moins lev (133 nuites). En revanche, les bnficiaires dun Droit de priorit ont une dure dhbergement prs de 5 fois infrieure celles des expulss avrs comme des non expulss (37 nuites). Quelle que soit la situation concernant lexpulsion des diffrents groupes, les valeurs sont toutefois peu regroupes autour de la moyenne, do limportance de regarder plus en dtail la rpartition de ces dures. Jusquau premier quartile, les dures dhbergement sont trs proches. Ainsi, 25% des hbergs lont t 2 nuits parmi les expulss possibles, 3 nuits parmi les expulss avrs et les non expulss, et 4 nuits parmi les personnes ayant un Droit de priorit expulsion locative . Dans les diffrents 31 Pour rappel, il sagit de personnes qui ont pu tre en contact avec le 115 pralablement lexpulsion la suite de laquelle ils ont bnfici dun Droit de priorit, ou qui ont pu avoir dautres solutions dhbergement et les prfrer lhbergement durgence propose par le 115. 63 groupes, le premier quartile fait ainsi un usage trs ponctuel du numro durgence, en dpannage. dfaut dinformations complmentaires sur les personnes sorties du dispositif et ce quelles deviennent, on ne peut pas savoir si lhbergement sest rvl une protection efficace, un dpannage donnant le temps de se retourner et de trouver des solutions moins prcaires, par exemple. Dautre part, le tableau indique que la moiti des bnficiaires dun Droit de priorit a t hberge 14 nuits. Cette dure dhbergement mdiane est 1,5 fois moins leve que celle des expulss avrs (21 nuites) et 2 fois moins que les non expulss (28 nuits). Ainsi, la moiti des bnficiaires dun Droit de priorit nexcde pas le temps minimum qui leur est statutairement allou (14 nuits), et 75% dentre eux ne sont hbergs quun jour de plus, soit 15 nuits. Pour les bnficiaires dun Droit de priorit, le 115 semble ainsi tre un passage relativement rapide. Il en est de mme pour les expulss possibles, qui ont une dure mdiane dhbergement proche de celle des DDP (la moiti dentre eux a bnfici de 15,5 nuites). Par contre, le 3me quartile de ce groupe est de 108 nuites. Ce chiffre - qui indique le temps minimum dhbergement du quart hberg le plus longtemps parmi les expulss possibles - est 1,5 fois moins important que parmi les non expulss (184 nuites) et prs de 3 fois moindre que parmi les expulss avrs (311). Cela soutient lhypothse selon laquelle les expulss possibles se trouvent sur des segments plus prcaires du logement, o ils ont accumul moins de dettes que les expulss avrs. On peut par exemple faire lhypothse, ici, de sous-location, de squat, ou encore dhbergement chez un tiers mme si rien, dans la base du 115, ne permet de sen assurer. Cela rejoint galement lun des rsultats du tableau 23 sur la dernire rponse apporte par le numro durgence pour les personnes ayant contact le 115 plus de deux fois. Il montrait en effet que ce sont les expulss possibles qui bnficient le moins souvent dune orientation vers une autre plateforme ou une autre structure lors de leur dernier contact avec le 115. Si les expulss avrs ont un temps mdian dhbergement infrieur aux non expulss (21 nuites vs 28 nuites), ces proportions sinversent si lon regarde le 3me quartile. Ainsi le temps minimum dhbergement du quart le plus longtemps hbergs est de 311 nuites pour les expulss avrs et de 184 pour les non expulss, soit une dure 1,5 fois plus importante. Lorsquils sont installs dans le dispositif, les expulss avrs semblent ainsi ltre de manire plus durable. 64 4.2. Des familles plus longtemps hberges, sauf parmi les expulss avrs Le tableau suivant montre toutefois que cette situation est essentiellement le fait dune partie des usager isols ayant subi une expulsions locative avre, groupe qui se distingue la fois des expulss avrs en famille et des usagers isols des autres groupes. Tableau 26. Dures dhbergement (nombre de nuites) des personnes hberges au moins une nuit selon leur situation concernant lexpulsion et leur statut matrimonial EXPULSS AVRS DDP EXPULSS POSSIBLES NON EXPULSS Isols En famille Isols En famille Isols En famille Isols En famille Moyenne 238 159 33 40 91 184 98 265 cart-type 355 232 115 109 249 333 282 408 25% 3 5 3 5 2 3 1 9 50% 77 21 14 14 6 42 7 72 75% 330 288 15 17 87 201 62 364 90 xxx 549 27 70 224 666 242 806 N non pondr 42 96 531 622 283 192 18742 28434 Lecture : le nombre mdian dhbergement pour les non expulss hbergs en famille est de 72 Source : ALOHA-4D, base 115 de Paris Champ : usagers du 115 hbergs au moins une nuit, 1er janvier 2007- 31 mai 2015 xxx tant donn les effectifs (non pondr) sur lequel repose ce 9me dcile (42 individus) nous choisissons de ne pas le faire figurer Si lon compare les usagers isols des usagers en familles, les premiers ont des temps dhbergement beaucoup moins long que les seconds, lexception des expulss avrs. Parmi eux, on retrouve en effet un petit groupe dusagers isols qui ont un nombre de nuites dhbergement beaucoup plus important que le reste des hbergs. Ces rsultats doivent tre pris avec prcaution, car ils sappuient sur lobservation de 42 usagers isols ayant subi une expulsion locative avre. Reste que la dure mdiane dhbergement, qui atteint pour eux 77 nuites, est prs de 10 fois suprieure celle des expulss possibles et des non expulss isols (respectivement 6 et 7 nuites). De mme, le dentre eux ayant la plus grande priode dhbergement a t hberg au moins 330 nuites par le 115, alors que pour les autres groupes dusagers isols, ce 3me quartile se situe 15 nuites pour les DDP, 62 pour les non expulses et 87 pour les expulss possibles. Pour les expulss avrs, linstallation durable dans le dispositif est donc essentiellement le fait dun petit groupe dusagers isols, compos au trois quart dhommes. Par rapport au reste des hbergs isols, ces usagers ayant fait lobjet dune expulsion avre et ayant t hberg plus de 330 nuites sont un peu plus gs, franais 9 fois sur 10, et dclarent moins souvent tre sans revenus (1 sur 10 lest, contre 1 sur 2 parmi lensemble des usagers isols hbergs au moins une fois). Le nombre de nuites dont ils ont bnfici (plus de 330) avoisine celui du 9me dcile des usagers non expulss les plus longtemps hbergs (242 nuites) 65 Les carts sont beaucoup moins contrasts parmi les usagers en famille et ils sont inverss. Parmi les familles hberges, se sont cette fois-ci les non expuls qui ont les dures dhbergement les plus importantes, et ce quel que soit lindicateur considr. Les familles ayant bnfici dun Droit de priorit se singularisent par un nombre restreint de nuites : la dure du quart de celles dentre elles qui restent le plus longtemps hberges nexcdent que de 3 nuites la dure de prise en charge prfectorale initiale (17 nuites, soit 14+3). Cet usage trs circonstanci du 115 par les DDP est galement confirm par le fait que le temps minimum dhbergement des 10% les plus longtemps hbergs (9me dcile 70 nuites) avoisine la dure dhbergement mdiane des non-expulss (72 nuites). Pour les autres groupes dusagers en famille, le quart de ceux qui restent hbergs le plus longtemps est pris en charge pendant au moins 364 nuites pour les non expulss, contre 288 pour les expulss avrs et 201nuites pour les expulss possibles. De mme, la distribution des 9me dciles montre que les dures dhbergement des familles les plus longtemps prise en charges par le 115 sont 1,5 fois moins longues pour celles ayant subies une expulss avrs (549 nuites) que pour celle nayant pas subie dexpulsion (806 nuites). Ces dures les plus longues montrent que si elle est encore plus marque pour ceux qui nont pas subi dexpulsion, linstallation durable dans le dispositif dune partie des usagers en famille concerne lensemble des groupes dexpulss, lexception, comme on la vu, des bnficiaires dun Droit de priorit. Les comparaisons des dures plus intermdiaires indiquent toutefois que si le nombre moyen de nuite de prise en charge des familles ayant subies une expulsion avre est 1,6 fois plus petit que celui des non expulss (159 nuites versus 265), leur nombre de nuite mdian est, quant lui, plus de 3 fois plus petit (21 versus 12). Ces rsultats tendent ainsi montrer que si les dures les plus longues dhbergement des usagers en famille convergent, une petite partie de chacun des diffrents groupes tudis sinscrit de faon durable dans le dispositif durgence, les familles ayant subies une expulsion sont beaucoup plus nombreuses en sortir plus rapidement que celles qui ne sont pas expulses. 66 Conclusion Cette tude fait suite une demande de lONPES, qui souhaitait documenter le lien entre expulsion et sans-abrisme. partir de la recherche, dans la base de donnes du 115 de Paris, de toute mention dexpulsion locative de logement personnel manant des personnes sans domicile ayant recouru au 115, trois objectifs taient assigns ltude : 1. mesurer et qualifier le lien entre expulsions locatives et situations de sans-abrisme ; 2. mieux caractriser les profils et les parcours des personnes sans domicile ayant fait lobjet dune expulsion locative comparativement aux autres personnes sans domicile ; 3. mieux comprendre les trajectoires qui mnent de lexpulsion locative au sans-abrisme. La base de donnes du 115 est une base de gestion, dont la finalit premire est la rgulation des places dhbergement durgence. La premire phase de reprage des personnes ayant subi une expulsion locative dans cette base sest avre trs complexe. La prise en compte des personnes ayant bnfici dun Droit de Priorit prfectoral (DDP), premire filire daccs lhbergement durgence pour les populations expulses, ne suffisait pas car il ne permettait dinclure que les personnes tant alles jusquau bout de la procdure et stant fait expulser de leur logement par les forces de lordre. Or, beaucoup de mnages quittent leur logement bien avant cette ultime tape de la procdure dexpulsion. Leur reprage a ncessit, linverse de ce que prvoyait le projet, louverture des notes textuelles renseignes lors de chaque appel reu par les coutants. Trois groupes ont ainsi t construits, dont les contours se rpondent et se compltent : 1) Les personnes en DDP, qui constituent la population dexpulss la plus nombreuse. Mais cette procdure court-circuite lvaluation sociale faite par lcoutant lors du tout premier appel au 115, qui sert valuer le caractre durgence et, donc lligibilit de lappelant au dispositif. Or cest cette valuation qui permet de consigner dans la base les variables dintrt telles que lorigine gographique, la situation administrative, les sources de revenu, ou encore le type de suivi social. Nous disposons donc de peu dlments permettant de caractriser ces personnes. Il est seulement possible de savoir combien de temps elles ont t en contact avec le 115. 2) Les usagers ayant subi une expulsion locative (dsign, tout au long du rapport, comme expulss avrs ). Si les donnes manquantes sont trs peu nombreuses concernant ce groupe dusagers, son effectif est trs faible, ce qui limite la porte des analyses. Toutefois, lintrt de ce groupe est que, contrairement aux personnes en DDP, il nest pas constitu exclusivement de personnes tant alles jusquau bout de la procdure dexpulsion. 3) Les expulss possibles , plus nombreux, qui ne rentrent pas tous stricto sensu dans le primtre de ltude, puisquil sagit non seulement des personnes dont on peut penser quelles ont 67 fait lobjet dune expulsion locative, mais galement des personnes expulses de leur logement ou de leur hbergement selon des modalits autres (expulsion de squat, expulsion de chez un tiers, expulsion illgale). vanescente, cette catgorie nous a ainsi permis de faire tat, dans nos analyses, dexpulsions se jouant sur un secteur plus informel du march du logement. Lexistence mme de ces trois catgories illustre la complexit quil y a se saisir dun phnomne qui dsigne la fois un processus (dont on a vu quil pouvait aller de limpay de loyer lexpulsion de son logement personnel par les forces de lordre) et un tat, aboutissement mme de ce processus ( avoir t expuls ) que la prsente tude saisit partir de la situation extrme qui est celle dtre pass par le dispositif dhbergement durgence quest le 115. Bien quimparfaites et spcifiques, lexploitation des donnes du 115 nous a permis de mettre la lumire sur les modes dentre et les trajectoires, dans lhbergement durgence, de personnes ayant subi une expulsion. Par construction, les personnes qui passent par le 115 via le dispositif prfectoral quest le droit de priorit , bnficient dune prise en charge prioritaire au sein du 115. En revanche, au-del des 14 nuites directement finances par la DRIHL, elles ne sont plus considres comme prioritaires lorsquelles reprennent contact avec le 115. Peu dentre elles sont toutefois dans cette configuration. Lanalyse montre en effet quelles ont un usage trs circonstanci du dispositif, quelles soient isoles ou en famille, mme parmi celles dentre elles qui ont les dures de contact comme de sjour les plus longues. Pour elles, le 115 fonctionne comme un filet de scurit temporaire, partir duquel elles rebondissent relativement rapidement - comme latteste leur dure dhbergement, bien plus courte que celle des autres groupes dusagers. Parmi ces usagers DDP , quils soient isols ou en famille, les installations durables dans le dispositif semblent relativement marginales. Toutefois, les donnes parcellaires de la base ne nous permettent pas de savoir comment et o ils ont t relogs. La prise en charge des expulss avrs par le 115 est beaucoup plus contraste. Pour eux, lexpulsion ne parat pas tre prise en compte, en tant que telle, par le dispositif. Lanalyse montre en effet quils ne bnficient daucun avantage relatif par rapport aux autres usagers du dispositif durgence, une fois considrs leur statut matrimonial et leurs ressources. Dans un contexte de pnurie du nombre de places dhbergement, cette invisibilisation sexplique avant tout par le travail de priorisation opr par le 115 et fond sur la prcarit des appelants. De fait, dans leur grande majorit, ces expulss avrs apparaissent moins fragiles que les autres appelants ; ils ont plus souvent des revenus et, notamment, des revenus tirs du travail ; ils sont moins souvent ns ltranger et, lorsquils le sont, ils ont des situations administratives moins prcaires ; ils sont moins souvent sans suivi que le reste des usagers du 115. Sils ne sont pas moins souvent hbergs que les autres groupes dusagers, lorsquils ne le sont pas, cest plus souvent parce quils ne sont pas ligibles , soit quils 68 ne rpondent pas aux critres conomiques, soit parce quils ont dautres solutions, mme trs temporaires, au moment o ils appellent (hbergement par des amis ou de la famille). Il nen reste pas moins que si la dure moyenne (et mdiane) de sjour des expulss avrs est plus courte que celle des non expulss, elle est plus longue que celle des expulss possibles. Ces derniers sont probablement sur des pans plus prcaires du march du logement mais pourraient avoir accumul moins de dettes que les expulss possibles et, de ce fait, avoir pu plus facilement rebondir et se rinsrer sur le march du logement, mme si cest sur des segments prcaires. Tout ceci reste cependant ltat dhypothses, les donnes du 115 ne permettant pas de savoir quel est le devenir de ces diffrents groupes. Leur traitement met toutefois en vidence que, contrairement aux expulss ayant bnfici dun Droit de priorit, une part des expulss avrs sinscrit durablement dans le dispositif durgence. Cest essentiellement le cas de personnes isoles. En effet, les personnes en famille ayant subi une expulsion locative avre sinscrivent de manire moins durable dans le dispositif que celles nayant pas t expulses. Au vu de ces rsultats, ltude a en partie permis de rpondre aux objectifs qui lui taient assigns. Nanmoins la nature mme de la base du 115 limite les connaissances qui peuvent en tre tires : - le chiffrage ne peut tre quimprcis ; - le caractre lacunaire de certaines donnes ne permet pas de pousser trs loin la spcification du profil des sans-domicile ayant subi une expulsion locative par rapport aux autres sans-domicile ; - les liens entre expulsion locative et sans-abrisme ne peuvent pas tre prcisment tablis puisque le prisme du 115 ne permet pas, par construction, de savoir ce que sont devenus ceux qui nont pas t en contact avec lui ; - au-del de cette vidence, les indicateurs, relativement frustes, ne permettent pas didentifier et de quantifier tous les types de trajectoires entre lexpulsion et le contact avec le 115. Louverture des fiches nous a permis dillustrer certains de ces parcours, dont certains alternent prise en charge par le 115, hbergement chez un tiers, voire passage par des squat ou autres solutions temporaires. Un clairage rigoureux sur ces parcours aurait cependant ncessit un codage systmatique des lments se trouvant dans les notes -travail dantesque qui bute sur le fait que pour les DDP, ces fiches sont vides. Une valuation plus prcise de la situation des publics expulss et de leur devenir avant, pendant et aprs lhbergement durgence ncessiterait un systme de suivi systmatique et labor dun chantillon dusagers ayant subi une expulsion. Le dispositif pourrait passer par le suivi dune cohorte de mnage expulss de leur logement et ayant bnfici dun Droit de priorit. partir dentretiens rpts, voire dun questionnaire appropri leur situation, un tel suivi permettrait de mieux 69 documenter, dune part, les transitions entre le logement et lassistance et, dautre part, les parcours des expulss et leur sortie de lhbergement durgence. 70 Bibliographie BEAUCHEMIN C., HAMEL C., SIMON P. (DIR), 2015, Trajectoires et origines. Enqute sur la diversit des populations en France, Ined Edition, Paris, 616 p. BOUILLON F., DIETRICH-RAGON P., 2012, Derrire les faades. Ethnographies de squats parisiens , Ethnologie franaise, 42, 3, p. 429440. CEFA D., GARDELLA E., 2011, Lurgence sociale en action. Ethnologie du Samusocial de Paris, Paris, La dcouverte, 750 p. CESOD, 2013, Hbergement chez un tiers et citoyennet locale Saint-Denis. Linstabilit rsidentielle au cur des expriences de prcarit . FONDATION ABB PIERRE, 2016, Ltat du mal-logement en France. 21me rapport annuel . GACHET A., DERDEK N., 2006, Les intermittents du logement , Plein droit, 68, 1, p. 2932. GRUNSPAN J.-P., 2004, Dfinition dun systme dobservation des expulsions locatives, de leur mcanisme et de leur prvention , Conseil gnral des Ponts et chausses. GUYAVARCH E., GARCIN E., 2014, Publics hbergs par le 115 de Paris : une forte progression des familles , Informations sociales, 182, 2, p. 142149. GUYAVARCH E., LE MNER E., VANDENTORREN S. (DIR), 2014, Enfants et familles sans logement personnel en Ile-de-France , Observatoire du Samusocial de Paris. KENNA P., BENJAMINSEN L., BUSCH-GEERTSEMA V., NASARRE-AZNAR S., 2016, Pilot project promoting protection of the right to housing homelessness prevention in the context of evictions. Final report European Union: European Commission, Directorate-General Employment, Social Affairs and Inclusion . LE MNER E., 2011, valuer des demandes, ou la justesse comme travail invisible. Le cas du 115 de Paris , ethnographiques.org, n 23. LE MNER E., 2013, Lhtellerie sociale: un nouveau march de la misre? Le cas de lle-de-France , Politiques sociales et familiales, n 114, p. 718. LENDARO A., 2013, Ingalits sur le march du travail entre deux gnrations dimmigr-e-s. Ce que laction publique fait aux parcours de vie , Revue franaise de sociologie, 54, 4, p. 779806. MAUREL Y., VINCENT P., 2012, Comment en arrive-t-on lexpulsion? 100 mnages expulss de leur logement rencontrs par les ADIL , ANIL, Habitat actualit. PAN K SHON J.-L., SCODELLARO C., 2015, Lhabitat des immigrs et des descendants: sgrgation et discriminations perues , dans Trajectoires et origines, Enqute sur la diversit des populations en France, Ined ditions, Paris, p. 471497. 71 SAFI M., 2009, La dimension spatiale de lintgration : volution de la sgrgation des populations immigres en France entre 1968 et 1999 , Revue franaise de sociologie, 50, 3, p. 521552. SAGOT M., 2011, Les immigrs et leur famille en le-de-France , Note rapide - IAU, n552. SOULI C., 1997, Le classement des sans-abri , Actes de la recherche en sciences sociales, p. 6980. TARDIVON P., PHILIPPE LAFFON, COMBOT N., HENRY F., DE BLASI M., MOUCHARD P., 2014, valuation de la prvention des expulsions locatives , Conseil gnral de lenvironnement et du dveloppement durable; gnrale des affaires sociales; Inspection gnrale des services judiciaires; Inspection gnrale de ladministration. TASSIN F., 2014, Mieux connatre le processus dexpulsion locative , La lettre de lONPES, n 2. VINCENT P., 2014, Comment en arrive-t-on lexpulsion ? , Informations sociales, 184, 4, p. 4251. YAOUANCQ F., DUE M., 2014, Les sans-domicile en 2012: une grande diversit de situations , France, Portrait social.

Recommended

View more >