Fabuleuse Quebec : Vivez la passion du Quebec !

  • Published on
    22-Dec-2016

  • View
    254

  • Download
    7

Transcript

Guides de voyage UlysseVivez la passion de Qubec!FabuleuseQubecLvisle dOrlans440175175175175136PortePrescottPorteaint-JeanMuse navalde QubecPointe--CarcyHtel devilleCentredinterprtationdu Vieux-Port-de-QubecGrandThtreComplexesH et JHtel-DieuParcLucien-BorneParc delAmrique-FranaiseParc de laFrancophoniePlaceGeorge-VParc delEsplanadeParc delEsplanadeParcDIbervilleParc-coleAnne-HbertParcdu Moulin-de-lHpitalParc de Notre-Dame-de-la-GardeVIEUX-QUBECVIEUX-PORTMONTCALMSAINT-SAUVEURLIMOILOUSAINT-JEAN-BAPTISTESAINT-ROCHrue des Commissaires E.rue De La Sallerue de la Reinerue du Roirue Saint-Franois E.rue Saint-Joseph E.rue Notre-Dame-des-Angesrue Saint-Anselmerue Caronrue Saint-Olivierrue Lavigueurrue Sainte-Hlnerue Sainte-Margueriterue de laTourellerue Richelieurue Saint-Augustinrue des Parlementairesrue L.-A.-Taschereaurue DAiguillonrue Saint-Gabrielrue Saint-Patrickrue duBon-Pasteurrue Saint-Amableav. Wilfrid-Laurierav. De Berniresav. George-VIav. George-VIrue Hermine rue Kirouacrue Christophe-Colomb O.rue Christophe-Colomb E.rue Chteauguayrue Franklinrue Arago O.rue Arago E.boul. Langelierrue Signarue de Mazenodrue Victoriarue Durocherrue Bayardrue Sherbrookerue Saint-Germainrue De MontmagnyrueSaint-Lucrue Jeanne-dArcrue Dolbeaurue des Franciscainsrue Pre-Marquetterue Crmazie O.rue Crmazie E.av. Lemesurierav. Brownav. Monctonav. du Parcav. des rablesrue De Bourlamaqueav. Cartierav. De Salaberryav. Louis-Saint-Laurentav. Turnbullrue deClaire-Fontainerue Sainte-Clairerue Delignyrue Sutherlandrue Saint-Dominiquerue Mgr.-Gauvreaurue du Pontrue Philippe-Dorvalrue F.-G.-Marchandav. Learmonthrue Fraserav. Ontariorue Champlainrue du Cap-Diamantrue Abraham-Martinrue De Saint-Vallier rue Charlevoixrue Saint-Flavienrue Ferlandrue De Buadecte de laFabriquerueSaint-Louisruedes Jardinsrue Sainte-Ursulecte de la Citadellerue du Fortav. Sainte-Geneviveav. Saint-Denisrue Saint-Paulrue de laBarricaderue Saint-Pierrerue du Sault-au-Matelotrue Saint- Stanislasrue Sainte-Agatherue DAuteuilcte du Palaisrue Sainte-Annerue P.-O.-Chauvreaurue des Prairiesrue du Prince-douardrue des Sables1re Rue4e Avenue6e Avenuecte de la Potasserue Abraham-Martinrue Dalhousierue de lEstuairerue de laGare-du-PalaisruedesRempartsruedesRempartsav.duCap-Diamantrue de lAqueducctedAbrahampromenadedesGouverneursGrande Alle O.boul. Ren-Lvesque O.ch. Sainte-Foyboul. Charest O.boul. Charest E.quai Saint-Andrrue Saint-Paulrue de la Couronnerue Dorchesterrue Marie-de- lIncarnationaut. Dufferin-Montmorencyav. Honor-Mercierrue Saint-Vallier Grande Alle E.rue Saint-Jeanboul. Ren-LvesqueE.boul. Champlainboul. Champlainrue Dalhousieboul.Jean-Lesagecte de laPente-DoucerueDeSaint-VallierBassinLouiseEstuaire de larivire Saint-CharlesRivireSaint-CharlesFleuveSaint-LaurentPorteSaint-LouisMaison de ladcouverte desplaines dAbrahamObservatoirede la CapitaleJardin desGouverneursParcMontmorencyMarch duVieux-PortGaredu PalaisPorteSaint-JeanPorteKentPlaceDYouvilleCimetireSt. MatthewJardin deSaint-RochSite patrimonialdu Parc-de-lArtillerieSite patrimonialdu Parc-de-lArtillerieMuse dela civilisationJardin Jeanne-dArcTerrasseDufferinBasilique-cathdraleNotre-Damede Qubec Place RoyaleSminaire de Qubec /Muse de lAmrique franaiseChteauFrontenacMonastredes UrsulinesFontainede TournyFontainede TournyCitadelleHtel duParlementMuse nationaldes beaux-artsdu Qubec Parc des Champs-de-Bataille (Plaines dAbraham)0250500mNGuides de voyage UlysseVivez la passion de Qubec!FabuleuseQubecToute photocopie, mme partielle, ainsi que toute reproduction, par quelque procd que ce soit, sont formellement interdites sous peine de poursuite judiciaire. Guides de voyage Ulysse inc. Tous droits rservsBibliothque et Archives nationales du QubecDpt lgal Deuxime trimestre 2009ISBN 978-2-89464-892-6Imprim au CanadaAdjoints lditionAnnie Gilbert, Marie-Jose Guy, Pierre LedouxDirection artistiquePascal BietMise en pagePhilippe ThomasMontage de la page couverture Marie-France DenisRecherche iconographique Nadge PicardCartographie Kirill BerdnikovCorrection Pierre DaveluyRecherche et rdaction (extraits du guide Ulysse Ville de Qubec)Marie-Jose Bliveau, Pierre Daveluy, Isabel Gosselin, Marie-Jose Guy, Stphane G. Marceau, Franois Rmillard, Alain Rondeau, Christopher WoodwardPhotographie de la page couvertureLe Chteau Frontenac la nuit: Alexandre PayetteRemerciementsGuides de voyage Ulysse tient remercier particulirement Jrme Bgin et Nicolas Tremblay, Services des archives de la Ville de Qubec; Marie-Claude Belley, Parcs Canada; Agns Dufour, Muse de la civilisation; Jean-Claude Germain; Marielle Lavertu, Bibliothque et Archives Nationales du Qubec; Philippe Renault.Kristin C. Anderson; ric Bealieu; Andrew Belding; John Bennett; tienne Boucher; David Brisebois; Louis Carrier; Annie Caya; Gatane Chabot, Parc maritime du Saint-Laurent; Lucie Cloutier, Grand Thtre de Qubec; Marie-France Ct, Roy et Turner Communications; Nataly Deschamps, Canyon Sainte-Anne; Hlne Dupont, Spaq; Igor Geiller; Marie-ve Gurard, Universit de Laval; Jonathan Habel; David Paul Ohmer; Jonathan Houle; Hlne Huard; Chantal Javaux, Manoir Mauvide-Genest; Jeff Hawkins; Lynn Lafontaine, Bibliothque et Archives Canada; Yves Laframboise; Lucie Laplante, Conseil des monuments et sites du Qubec; Fernand Larochelle; Annie Latour, Maison Drouin; Chantal Lepire, Rserve nationale de faune du cap Tourmente; Joyce Li; Samantha McKinley, Mont-Sainte-Anne/Stoneham; Michle Moffet, Carnaval de Qubec; Alexandre Payette; Hlne Pineault, Socit du Centre des Congrs de Qubec; Mariette Provencher; Marie-Claude Ravary, Conseil du patrimoine religieux du Qubec; Marie-Hlne Raymond, Daniel Roberge, Socit du domaine Maizerets; Phyllis Smith, Muse national des beaux-arts du Qubec; Roxanne Saint-Pierre, Socit du 400e anniversaire de Qubec; Vronique Saint-Jacques, Ex Machina; Eliza Tasbihi.Guides de voyage Ulysse reconnat laide financire du gouvernement du Canada par lentremise du Programme daide au dveloppement de lindustrie de ldition (PADI) pour ses activits ddition.Guides de voyage Ulysse tient galement remercier le gouvernement du Qubec Programme de crdit dimpt pour ldition de livres Gestion SODEC.GuidesdevoyageUlysseestmembredelAssociationnationaledesditeursdelivres.Catalogage avant publication de Bibliothque et Archives nationales du Qubec et Bibliothque et Archives CanadaVedette principale au titre : Fabuleuse Qubec: vivez la passion de Qubec! (Fabuleux) Comprend un index. ISBN 978-2-89464-892-6 1. Qubec (Qubec) - Guides. 2. Qubec (Qubec) - Ouvrages illustrs.FC2946.18.F32 2009 917.14471045 C2008-942312-7CetouvrageatralissousladirectiondOlivierGougeon.4 Faade fantaisiste du Petit-Champlain. Jean-ClaudeGermainSommaireLe portrait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7Les attraits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31Le Vieux-Qubec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33Le Petit-Champlain et Place-Royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69Le Vieux-Port . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85La colline Parlementaire et la Grande Alle . . . . . . . . . . . . . . . 93Le faubourg Saint-Jean-Baptiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111Saint-Roch et Saint-Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119Limoilou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131Sillery et Sainte-Foy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137Au nord de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145La Cte-de-Beaupr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153Lle dOrlans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161Les grands thmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170RachidLamzahListe des cartesLa colline Parlementaire et la Grande Alle . . . . . . . . . . . . . . . 92Le faubourg Saint-Jean-Baptiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111Limoilou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131Le Petit-Champlain et Place-Royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68La rgion de Qubec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144Saint-Roch et Saint-Sauveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118Sillery et Sainte-Foy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136Le Vieux-Port . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84Le Vieux-Qubec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32Lgende des cartesAroport internationalmontagnePoint dintrtPorte Rserve faunique / ornithologiqueescalierFuniculairetraversier (navette)Gare ferroviaireGare routirehpitalinformation touristiqueLe portraitLe portraitLa beaut de son site et ltonnante richesse de son patrimoine font de Qubec une capitale nationale exceptionnelle. Mme si elle demeure lune des plus vieilles villes dAmrique du Nord et la plus ancienne du Canada, elle reste rsolument tourne vers la modernit. La Haute-Ville de Qubec occupe un promontoire haut de plus de 98 m, le cap Diamant, qui surplombe le fleuve Saint-Laurent. Lors de son troisime voyage, Jacques Cartier donna le nom de cap aux Diamants cette formation rocheuse, croyant avoir dcouvert des diamants et de lor sur les flancs du cap. Mais il fut vite du, car ce quil avait cru tre des pierres prcieuses ntait en fait que de la vulgaire pyrite de fer et du quartz. Le cap Diamant deviendra nanmoins le site de la future ville de Qubec, lorsque Champlain tablit son pied un comptoir de traite des fourrures et des btiments fortifis, regroups sous le nom dAbitation.Ce site joua un rle stratgique important dans le systme dfensif de la Nouvelle-France. cet endroit, le fleuve se rtrcit pour ne plus faire quun kilomtre de largeur. Ce resserrement est dailleurs lorigine du nom de la ville, puisque que le mot algonquin Kebec signifie l o le fleuve se rtrcit. Juche au sommet du cap Diamant, la ville se prte donc trs tt des travaux de fortification importants qui en font le Gibraltar dAmrique.Mais cette place forte nest pas parvenue repousser les forces britanniques, qui vont finalement semparer de la ville au cours de la bataille des plaines dAbraham. Or mme aprs avoir t conquise, la colonie franaise a russi protger son identit culturelle. Bien labri lintrieur de son enceinte, le cur de Qubec a continu battre, et la ville est devenue le centre de la francophonie en Amrique.En 1985, afin de protger et de mieux faire connatre les trsors culturels que ren-ferme la ville de Qubec, la seule ville fortifie de toute lAmrique du Nord, lOr-ganisation des Nations Unies pour lducation, la science et la culture (UNESCO) dclara larrondissement historique de Qubec joyau du patrimoine mondial, une premire en Amrique du Nord.La Vieille Capitale, ainsi quon surnomme souvent Qubec car elle fut la premire capitale du Bas-Canada, est lme mme de lAmrique franaise. Elle est visite chaque anne par des milliers de touristes qui smerveillent devant ses nombreux charmes et son petit cachet europen, lhospitalit et la joie de vivre qui se dga-gent de ses habitants. Cette ville a en effet beaucoup de caractre avec ses rues troites, parfois paves de pierres, et son architecture. Ville romantique, elle ne cesse de fasciner et dmouvoir. Qubec est une source dinspiration ingale pour les artistes depuis quatre sicles. Elle est un lieu de dlice, un rgal pour les yeux et pour lme. Cette petite perle est une de ces villes irrsistibles quon ne peut se permettre de ne pas visiter. Que lon sy balade en t ou en hiver, en automne ou au printemps, on ne peut faire autrement que de tomber sous son charme.3 Vue de la place dArmes de Qubec, en 1832 [1832].AVQ/Sproule,R.A./N0167099Le portraitGOGRAPHIE La ville de Qubec a une superficie de 450 km2. Elle regroupe huit arrondissements diviss en quartiers dont la population globale compte un demi-million dhabitants majoritairement francophones. Ces arrondissements sont La Cit, Les Rivires, Sainte-FoySillery, Charlesbourg, Beauport, Limoilou, La Haute-Saint-Charles et Laurentien.Le centre-ville de Qubec se trouve dans le quartier Saint-Roch, dans la Basse-Ville. Il est facile de situer la Haute-Ville et la Basse-Ville, souvent mentionnes dans le langage courant des Qubcois. Vous naurez aucun mal, sur place, distinguer la premire, daspect plus bourgeois, juche sur le cap Diamant, de la seconde, dorigine ouvrire, qui stend ses pieds.5 Qubec, le Gibraltar dAmrique. [1840].AVQ/Bartlett,ChasW.,dessinateurWallis,R./N008393Gographie10HISTOIREArrive des premiers EuropensLes premiers Europens mouiller prs des ctes de lAmrique du Nord sont les Vikings, qui auraient explor cette rgion ds le Xe sicle. Depuis lors, ils auraient t suivis de nombreux pcheurs de morues et baleiniers. Mais ce sont les trois voyages de Jacques Cartier au Nouveau Monde partir de 1534 qui marquent un point tour-nant dans lhistoire de cette partie de lAmrique, car ils constituent le premier contact officiel entre la France et cette rgion du monde. Cartier avait pour objectif de trouver un passage vers lAsie, mais aussi de rapporter au roi de France, Franois Ier, de lor et dautres richesses dont le pays avait tant besoin. la suite de son chec, la France dlaisse ces nouvelles terres qui ne prsentent lpoque aucun intrt.Quelques dcennies plus tard, le commerce des fourrures et les importants bn-fices quon pouvait en retirer vont finalement russir intresser les Franais la Nouvelle-France. Samuel de Champlain choisit donc, en 1608, le site de Qubec pour installer le premier comptoir permanent de traite des fourrures. Il stonne un peu de ne pas voir les Autochtones quavait dcrits Cartier lors de ses voyages. Cest quau moment o Champlain stablit Qubec, les Iroquois, peuple sdentaire qui pratiquait lagriculture et la chasse, staient dplacs vers le sud et avaient t rem-placs par les Algonquins, un peuple nomade qui vivait de chasse et de cueillette. Ces derniers deviendront donc les principaux allis des Franais. Les Algonquins nont pas, contrairement aux Iroquois, un sens trs dvelopp de la proprit. Ils noffrent donc aucune rsistance aux Franais qui sinstallent sur leur territoire et acceptent de se livrer avec eux au commerce des fourrures.6 Larrive de Champlain Qubec, en 1608. BibliothqueetArchivesCanada/C-011015kLe portrait111525: des pcheurs basques sillonnent dj lestuaire du Saint-Laurent et la rivire Saguenay.1535: Jacques Cartier atteint lembouchure de la rivire Sainte-Croix (aujourdhui la rivire Saint-Charles) proximit du village iroquoien de Stadacon. Il est accueilli par Donnacona, chef de cette communaut amrin-dienne.1608: le 3 juillet, Samuel de Champlain tablit un comptoir de traite des fourrures au lieu-dit de Kbec sous la gouverne de Pierre Dugua, sieur de Mons, dtenteur dun monopole de commerce. Il y fait construire son Abitation.1615: arrive des Rcollets Qubec.1617: lapothicaire parisien Louis Hbert stablit Qubec. Il est le premier vritable colon de la Nouvelle-France.1625: arrive des Jsuites Qubec.1627-1663: la Compagnie des Cent-Associs est responsable du peuplement de la colonie. Parmi les principaux actionnaires des Associs, on retrouve Samuel de Champlain et le cardinal de Richelieu.1629: prise de Qubec par les frres Kirke au nom de lAngle-terre et expulsion des Rcollets.1632: le trait de Saint-Germain-en-Laye restitue la Nouvelle-France.1639: arrive des Ursulines et de Marie de lIncarnation (Marie Guyart) et des Augustines Qubec.1659: Monseigneur Franois de Laval arrive en Nouvelle-France.1663: Qubec devient la capitale de la Nouvelle-France. Quelque 550 personnes vivent Qubec, alors que larrire-pays compte 1 400 habitants.1665: arrive de Jean Talon en tant quintendant de la Nouvelle-France.PRinCiPAux VnementS hiStORiQueS5 Un portrait imaginaire de Jacques Cartier. BibliothqueetArchivesCanada/C-011226121670: les Rcollets reviennent en Nouvelle-France.1672-1682: premier mandat de Louis de Buade, comte de Fron-tenac et de Palluau, comme gou-verneur de la Nouvelle-France.1686: cration de la place Royale Qubec lorsquun buste du roi Louis XIV y est install.1689-1698: second mandat de Frontenac comme gouverneur de la Nouvelle-France.1690: prenant position devant Qubec avec sa flotte, lamiral anglais William Phips somme les Franais de se rendre. Frontenac rpond lmissaire de Phips: Jenevous feraipas tantattendre.Non, je nai point de rponsefaire votre gnral quepar labouchedemescanonsetcoupsde fusil; quil apprenne que cenestpasdelasortequonenvoiesommerunhommecommemoi;quilfassedumieuxquilpourradesonct,commejeferaidumien. Et il russit repousser lattaque des Anglais.1711: une partie de la flotte de lamiral britannique Hovenden Walker, venu attaquer Qubec, schoue, cause du mauvais temps, au nord de lle dAnticosti sur les rcifs de lle aux ufs. Walker rebrousse chemin.6 Le cap Diamant, en 1832. BibliothqueetArchivesCanada/C-040013k131737: inauguration du chemin du Roy entre Montral et Qubec.1756: dbut de la guerre de Sept Ans, un conflit qui oppose princi-palement la France la Grande-Bretagne dune part, et lAutriche la Prusse dautre part.1759: le 13 septembre, les troupes britanniques du gnral James Wolfe dbarquent lanse au Foulon et gravissent aussitt le cap Diamant pour surprendre les troupes franaises du gnral Montcalm. Celles-ci sont vain-cues lors de la courte bataille des plaines dAbraham.1763: le trait de Paris met fin la guerre de Sept Ans et cde entre autres la Nouvelle-France lAngleterre.1763-1791: Qubec demeure la capitale de la nouvelle colonie britannique dnomme ProvinceofQuebec.1775: larme amricaine envahit Qubec; le commandant Richard Montgomery est tu lors du combat; les Amricains sont dcims.1791: lActe constitutionnel de 1791 divise le Canada en deux: le Bas-Canada (le Qubec) et le Haut-Canada (lOntario).1791-1841: Qubec est la capi-tale du Bas-Canada.1792: constitution de la ville de Qubec par proclamation royale.141820-1830: construction de la Citadelle selon les plans dElias Walker Durnford.1832: la lgislature du Bas-Canada vote lacte dincorporation de la cit de Qubec et accorde ainsi la charte la ville.1837-1838: rbel l ions des Patriotes.1840: cration du Canada-Uni (le Haut-Canada et le Bas-Canada sont de nouveau runis).1844: ouverture de la premire librairie franaise Qubec, par les frres Crmazie.1845: des incendies ravagent les faubourgs Saint-Roch et Saint-Jean.1852: fondation de lUniversit Laval Qubec.1852-1856 et 1859-1866: Qubec est la capitale du Canada-Uni.1854: abolition du rgime sei-gneurial.1857: Ottawa convoite le titre de capitale canadienne.1866: deuxime incendie du fau-bourg Saint-Roch.1867: cration de la Conf-dration canadienne. Qubec est la capitale de la province de Qubec.1870: troisime incendie du fau-bourg Saint-Roch.1877-1886: construction du par-lement de Qubec selon les plans dEugne-tienne Tach.1877-1896: construction de lhtel de ville de Qubec.1881: les faubourgs Saint-Jean et Saint-Louis sont rass par les flammes.1892: dbut de la construction du Chteau Frontenac selon les plans de larchitecte amricain Bruce Price.1896: parution du journal LeSoleil, issu du journal Llecteur. Organe officiel du Parti libral du Canada et du Parti libral du Qubec, Llecteur comptait parmi ses cofondateurs le premier ministre du Canada, Wilfrid Laurier, et le premier ministre du Qubec, Honor Mercier.1899: le faubourg Saint-Roch est de nouveau ras par les flammes.1907: effondrement du pont de Qubec lors de sa construction.1916: second effondrement du pont de Qubec lors de sa construction.1918: des meutes violentes clatent lors des manifestations contre la conscription. Des tirs de larme sur la foule font plu-sieurs victimes dans le quartier Saint-Sauveur.151919: inauguration officielle du pont de Qubec, le plus long pont structure cantilever au monde, qui permet aux trains de relier Qubec sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent Lvis sur la rive sud.1929: inauguration de la voie car-rossable du pont de Qubec.1932: inauguration du Palais Montcalm Qubec.1943-1944: Qubec, lors de la Seconde Guerre mondiale, on assiste deux confrences inter-allies qui eurent lieu au Chteau Frontenac et la Citadelle. En 1943, la premire runit Franklin Delano Roosevelt, prsident des tats-Unis; Winston Churchill, premier ministre britannique; William Lyon Mackenzie King, premier ministre du Canada; et T.V. Soong, ministre des Affaires trangres de la Chine. En 1944, la seconde confrence accueille notamment Churchill et Roose-velt.1957: inauguration de laro-port de Qubec LAncienne-Lorette.1963: destruction du monument la reine Victoria par une explo-sion de dynamite.1964: visite de la reine Elizabeth II Qubec. Une manifestation sensuit, et la police la rprime avec force; cette journe sera surnomme le Samedi de la matraque5 Le pont de Qubec en construction, au dbut du XXe sicle. [1917?].AVQ,N011422161966: la brasserie Dow ferme les portes de son usine de Qubec la suite du dcs de 16 personnes qui consommaient sa bire.1971: inauguration du Grand Thtre de Qubec.1984: le caporal Denis Lortie tue trois personnes lAssemble nationale.1985: larrondissement historique du Vieux-Qubec est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de lUNESCO, une premire en Amrique du Nord1988: ouverture du Muse de la civilisation Qubec.1995: Qubec cde ltat du Colorado, aux tats-Unis, son quipe de hockey les Nordiques. Ironiquement, la mme anne, lAvalanche du Colorado gagne la coupe Stanley.2000: projet de loi sur les fusions municipales. 2001: Qubec est lhte du troi-sime sommet des Amriques. Ce sommet avait pour thme laccord de la zone de libre-change des Amriques (ZLEA). Lvnement demeure surtout connu pour son imposant dispo-sitif de scurit autour des lieux de la confrence et pour les nom-breux affrontements entre les forces policires et les groupes antimondialistes.2002: la nouvelle grande ville de Qubec, divise en huit arrondis-sements, est officiellement tablie au dbut de lanne.2006: aprs 75 ans dexistence, le plus vieux zoo du Canada, soit le Jardin zoologique du Qubec, ferme ses portes.2007: inauguration de la fon-taine de Tourny devant ldifice de lAssemble nationale. Elle a t offerte la ville de Qubec pour le 400e anniversaire de sa fondation, par la famille Simons, propritaire de magasins de vte-ments.2008: la ville de Qubec fte son 400e anniversaire de fondation en grande pompe.6 Une mer de drapeaux qubcois lors de la fte nationale. Comitdelaftenationale17Le portraitPour bien saisir la place quoccupe Qubec dans lhistoire, il faut comprendre tous les avantages quoffre son site. Du haut du cap Diamant, la ville occupe une position stratgique importante sur ce qui tait lpoque la seule voie de pntration mari-time de toute lAmrique du Nord. Lorsque Samuel de Champlain choisit le site de Qubec pour y tablir un comptoir permanent de traite des fourrures et y construire des fortifications autour des quelques btiments existants, cest dabord et avant tout pour les avantages stratgiques quoffre le cap Diamant. cet endroit, le fleuve se rtrcit considrablement, et il est facile, du haut du cap Diamant, de bloquer le pas-sage aux navires. Champlain fait donc construire, au pied du cap, une forteresse en bois quil nomme lAbitation. On y retrouve les comptoirs de traite et les rsidences des diffrents marchands de fourrures.Le premier hiver Qubec est extrmement pnible, et 20 des 28 hommes meurent du scorbut ou de sous-alimentation avant larrive de navires de ravitaillement au printemps de 1609. Quoi quil en soit, cette date marque le dbut de la prsence franaise en Amrique du Nord. Lorsque meurt Samuel de Champlain le jour de Nol 1635, la Nouvelle-France compte dj environ 300 pionniers.Entre 1627 et 1663, la Compagnie des Cent-Associs dtient le monopole du com-merce des fourrures et assure un lent peuplement de la colonie. Simultanment, la Nouvelle-France commence intresser de plus en plus les milieux religieux franais. Les Rcollets arrivent les premiers en 1615, avant dtre remplacs par les Jsuites partir de 1632.5 LAbitation de Qubec que Champlain a fait construire. [1880].AVQ,N009827Histoire18Le XVIIe sicleMalgr la prsence daffluents importants proximit, seules voies de communication efficaces cette poque, Qubec na jamais pu profiter du commerce des fourrures autant que Montral ou Trois-Rivires. Tout au long du XVIIe sicle, des marchands, des agriculteurs et des artisans vont venir sinstaller Qubec et dans la rgion. La ville va diversifier son conomie grce, entre autres, au dveloppement de son port, un des plus actifs du monde, son chantier naval et au commerce du bois, principalement export vers la mtropole. Mais la fourrure nen demeurera pas moins le principal secteur dactivit conomique jusquau dbut du XIXe sicle.Au cours du XVIIe sicle, Qubec devient lun des centres dactivits commerciales les plus importants dAmrique. La ville occupe le sommet du triangle conomique form par lAcadie, la Nouvelle-France et la Louisiane, et va devenir le sige des prrogatives franaises en Amrique. Les institutions religieuses et le pouvoir politique recherchent dailleurs la protection des murs de la Haute-Ville, de sorte que Qubec devient rapi-dement le centre politique, administratif et militaire de la Nouvelle-France.De nombreux colons vont stablir dans la ville. Rapidement, la Basse-Ville se dve-loppe et stend au point quil faut remblayer certaines parties du Saint-Laurent afin de gagner un peu de terrain. cette poque, les risques dincendie taient trs levs, ce qui sexplique par la proximit des difices et lutilisation du bois comme prin-cipal matriau de construction. En aot 1682, la Basse-Ville est ainsi ravage par les flammes, aprs quoi la reconstruction se fera selon de nouvelles normes imposant, entre autres, lutilisation de la pierre la place du bois comme matriau de base dans la construction des difices. Plusieurs habitants de Qubec nont malheureusement pas Si vous visitez la capitale qub-coise dans le temps des Ftes, allez faire un tour sur la place Royale dans la Basse-Ville. Le 3 janvier, on y clbre sainte Genevive, patronne de Paris, lglise Notre-Dame-des-Vic-toires, o une chapelle avec autel lui avait t ddie en 1724.Ce jour-l, on bnit des pains qui sont ensuite distribus aux fidles. La tradition veut que les petits pains bnits la fte de sainte Genevive protgent de faon particulire les mres et les ch-meurs. Lors du sige de Paris par les Francs, la courageuse sainte stait assure de bien nourrir les assigs, et aujourdhui elle est invoque pour la protection contre la famine.La petite rue qui longe un des murs de lglise porte dailleurs le nom de la rue des Pains-Bnits. Et noubliez pas daller jeter un coup dil sur la crche expose lintrieur.LeS PetitS PAinS BnitSLe portrait19Le portraitlargent ncessaire pour se plier ces nouvelles exigences; ils iront former les premiers faubourgs lextrieur de lenceinte de la ville. La plupart des maisons de pierres quon peut voir aujourdhui dans les rues du Vieux-Qubec datent de cette poque.Rivalit franco-britanniqueLimportance conomique et stratgique de la ville de Qubec en faisait une cible de choix, et trs tt la capitale de la Nouvelle-France a d faire face la convoitise de lAngleterre. Qui plus est, les conflits opposant la France et lAngleterre eurent des rpercussions sur la colonie dAmrique. Les dclarations de guerre et les traits de paix taient en effet sous-tendus par une politique europenne qui ne correspondait pas du tout aux proccupations de la colonie. Ainsi, ds 1629, la citadelle cda lassaut des forces britanniques des frres Kirke. Qubec fut toutefois rapidement rendue la France en 1632.Au cours du XVIIIe sicle, la rivalit franco-britannique saccentue au fur et mesure que se dveloppent les colonies britanniques et franaises. Cette pression toujours croissante des forces britanniques sur la Nouvelle-France dbouchera finalement, dans le cadre de la guerre de Sept Ans, sur la fameuse bataille des plaines dAbraham. Les troupes du gnral Wolfe, qui taient arrives devant Qubec en juillet 1759, assigent la ville le 13 septembre de la mme anne, avant quelle ne reoive des renforts de la France. Les Britanniques gravissent le cap Diamant louest de lenceinte fortifie, et au matin, la grande surprise des Franais, ils sont sur les plaines; la bataille sengage et se termine quelques minutes plus tard par la dfaite des troupes du marquis de Montcalm aux mains du gnral Wolfe et la mort des deux gnraux.6 Qubec lpoque du Rgime britannique. [ca1772].AVQ,N01086920Lors de la clbre bataille des plaines dAbraham mettant aux prises la France et lAngleterre, le 13 septembre 1759, les troupes franaises du commandant Louis-Joseph de Saint-Vran, marquis de Montcalm, sont vaincues par les troupes britanniques du gnral Wolfe. La Nouvelle-France est perdueMontcalm dcde le lendemain la suite de ses blessures. Il sera inhum dans la chapelle des Ursu-lines, rue Donnacona, dans la ville fortifie. En 2001, soit 242 ans plus tard, le gouvernement du Qubec dcide de transfrer sa dpouille au cimetire de lHpital-Gnral, l o reposent nombre de soldats quont en vain tent de soigner les surs augustines de lhpital.Le 11 octobre 2001, les reprsen-tants du gouvernement accompa-gnent le cortge funbre entre la chapelle et le cimetire, au cur duquel le mausole Montcalm a t rig. Ornemente des armoiries de sa famille, la porte donnant accs au mausole est surmonte de linscription Montcalm. Une plaque com-mmorative honore galement sa mmoire. cette occasion, le mmorial de la guerre de Sept Ans a aussi t lev sur le site du cimetire, en hommage aux soldats morts au cours de cette guerre qui eut lieu entre 1756 et 1763. La sculpture Traversesansretour, uvre de lartiste Pascale Archambault, domine lensemble du mmorial.Le cimetire de lHpital-Gnral se trouve dans le quartier Saint-Roch aux limites du quartier Saint-Sauveur. Situ lcart du centre-ville, dans un mandre de la rivire Saint-Charles, ce parc funraire est ouvert au public qui dsire sy recueillir.LA tRAnSLAtiOn deS ReSteS de mOntCALm, 242 AnS PLuS tARd6 Le marquis de Montcalm menant ses troupes aux plaines dAbraham. BibliothqueetArchivesCanada/C-073720k6 Portrait du gnral anglais James Wolfe. BibliothqueetArchivesCanada/C-003916k21Le Rgime britanniqueSign le 10 fvrier 1763, le trait de Paris vient sceller la dfaite franaise en cdant officiellement la Nouvelle-France aux Britanniques, marquant ainsi la fin de la colonie franaise au Canada. Sous le Rgime britannique, le Qubec se transforme. Pour les Canadiens franais, la Conqute signifie quils sont dornavant sous le contrle des Britanniques, et que les liens entre la colonie et la mtropole franaise sont dornavant coups: Qubec est orpheline. Des changements importants vont avoir lieu. Les Britanniques vont prendre la situation en main et remplacer les francophones dans les fonctions politiques et administratives de la ville de Qubec. Beaucoup des habitants les mieux nantis de la Nouvelle-France optent pour le retour vers la France que leur propose le gouvernement britannique. Cependant, la plupart des habitants et des petits commerants ne peuvent se payer un tel voyage et nont dautre choix que de se rsigner rester dans la colonie, dsormais britannique. Les Britanniques tabliront eux aussi au sommet du cap Diamant leur gouvernement, qui aura pour tche de diriger la portion non ngligeable de lAm-rique du Nord qui leur revient.La ville de Qubec russira, comme le reste de la colonie, dailleurs, rsister aux tentatives dassimilation anglaises, grce lglise catholique et limmigration anglo-phone trs limite jusqu larrive des loyalistes amricains. Bien labri derrire son enceinte, Qubec restera pendant longtemps une ville presque essentiellement francophone.Cette situation va cependant vite changer vers la fin de la guerre de lIndpendance amricaine, alors que les loyalistes, ces gens qui demeurent fidles la Couronne britannique, quittent ce qui va devenir les tats-Unis, pour venir sinstaller en terres britanniques. Parmi ces derniers, beaucoup choisissent de stablir Qubec et Montral, leur arrive changeant ainsi radicalement le visage de la capitale qui voit sa population anglophone augmenter considrablement. cette immigration loyaliste sajoute la venue en Amrique de nombreux immi-grants en provenance des les Britanniques, qui sinstallent dans la ville de Qubec pour travailler comme dbardeurs au port ou dans les usines. Parmi eux figure un nombre non ngligeable dimmigrants irlandais qui ont un important point en commun avec la population locale: la religion catholique. Les anglophones reprsentent alors environ 40% de la population de la rgion de Qubec, qui connat ce moment une importante croissance conomique. Cette forte immigration anglophone est cependant compense par larrive massive de paysans francophones provenant de la campagne qubcoise.Le XIXe sicleLe dbut du XIXe sicle est marqu par une priode de prosprit principalement cause par lembargo maritime de Napolon contre lAngleterre, qui accuse alors un besoin criant de matires premires. Cette demande fait en sorte que le port de Qubec devient un chanon important dans le commerce entre la colonie, les Antilles et lAngleterre. Il est mme alors class au troisime rang des ports dAmrique du Nord aprs ceux de New York et de La Nouvelle-Orlans.Le portraitHistoire23Le port de Qubec et les diffrents chantiers navals mis en branle sous le Rgime franais vont ainsi continuer se dvelopper jusqu lapparition des coques de fer et au creusage du chenal qui permettra aux navires de fort tonnage de se rendre Montral, liminant du coup les derniers avantages dont pouvait bnficier Qubec. partir de ce moment, limportance de Qubec va dcliner en faveur de Montral, qui est aussi dote dun excellent rseau ferroviaire favorisant son implantation en tant que puissance industrielle et conomique au Qubec et au Canada.Le XIXe sicle tmoigne galement de lapparition des premires structures munici-pales modernes. Autour de 1830, Qubec comporte 10 quartiers administrs chacun par deux conseillers municipaux qui assistent le maire dans ses fonctions. Ds lors, les services offerts la population comprennent ceux lis la lutte contre les incendies, la police, la voirie, les marchs, le gaz et laqueduc.Au milieu du XIXe sicle, la grande rgion de Qubec prend de limportance grce la formation de nouvelles municipalits: Beauport, Saint-Augustin-de-Desmaures, Saint-Flix-de-Cap-Rouge, Sillery, Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette, LAncienne-Lorette, Sainte-Foy, Charlesbourg et Saint-Roch, alors une municipalit de banlieue qui comprend les territoires actuels des quartiers Saint-Sauveur et Duberger et du Vieux-Limoilou.Qubec rserve dj des surprises aux Amricains bien nantis venus visiter la ville et sa rgion. Lorsque la vapeur permet de rduire considrablement la dure de la traverse de lAtlantique, les Europens sont leur tour plus nombreux visiter Qubec, le Gibraltar dAmrique.3 Larrive des loyalistes fuyant la guerre de lIndpendance amricaine, en 1783. BibliothqueetArchivesCanada/C-000168Fonde le 3 juillet 1608, la ville de Qubec, berceau de la civi-lisation franaise en Amrique, dont larrondissement historique du Vieux-Qubec est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de lUNESCO depuis 1985, a ft en grande pompe son 400e anniversaire en 2008. Lvne-ment a t loccasion rve pour la capitale nationale de se refaire une beaut afin de bien recevoir ses htes. La promenade Samuel-De Champlain en est une belle preuve.Nombreuses ont t les festi-vits tout au long de lanne. Les plaines dAbraham ont entre autres accueilli Paul McCartney, un des Beatles encore vivants, et Cline Dion. Mais la manifes-tation la plus populaire de lt fut leMoulinimagesde Robert Lepage: la plus grande projection multimdia au monde. Dautres beaux spectacles furent prsents gratuitement au public, comme Paris-QubectraverslachansonetPleinsfeuxsurlOSQ.400 AnS de CuLtuRe et de PRSenCe FRAnAiSeS en AmRiQueLe portrait24 Le portraitLe XXe sicleMme si Qubec perd de son importance conomique au dbut du XXe sicle et devient limite lindustrie lgre, comme celle de la chaussure, dont le centre dac-tivit se trouve dans le quartier Saint-Roch, elle continue quand mme de jouer un rle important sur les plans politique et administratif en tant que capitale provinciale. Le rle de la fonction publique prend une importance accrue et demeure lorigine dun essor conomique dans les domaines de la construction, du commerce et des services.Au tournant du XXe sicle, on assiste la mise sur pied dun rseau de voies ferres solide qui relie la rgion Montral et, plus tard, au dveloppement dun rseau routier dimportance pour lpoque, car lissue du premier conflit mondial, on constate lutilisation dun nombre grandissant de vhicules moteur. En 1917, le pont de Qubec, malgr deux effondrements meurtriers, assure enfin la liaison entre la rive nord du fleuve Saint-Laurent et Lvis sur la rive sud. Il sagit du plus long pont structure cantilever au monde. Autobus, tramways, trains et voitures permettent la population de se dplacer plus rapidement, ce qui nest pas tranger la formation, ds le milieu du XXe sicle, de nouvelles banlieues.Cet essor se poursuit jusqu la Rvolution tranquille des annes 1960. Cette rvolu-tion marque pour le Qubec en gnral la fin dune longue priode plutt sombre passe sous le joug de la religion et de la tradition, et appele la Grande Noirceur. Tout le Qubec est en effervescence. Les murs et les institutions souvrent, se moder-5 La manufacture de chaussures Bresse vers 1880, aujourdhui La Fabrique. [ca1887].AVQ,FondsdeThrseCaron,N010083Histoire25Le portraitnisent. Les habitudes politiques changent. La Belle Province voit alors la taille de son gouvernement augmenter de faon remarquable, transformant par le fait mme la ville de Qubec, qui se retrouve dsormais au centre de cette batterie de changements.Dans un mme temps, le mouvement nationaliste fait son apparition au Qubec. Les francophones de la province expriment leur dsir de mettre fin au contrle quexerce la minorit anglophone sur le dveloppement de la socit qubcoise. Au cours de cette priode, la population anglophone de Qubec diminue danne en anne, ne comptant plus que pour 1% ou 2% de la population totale de la rgion.Lamaigrissement de ltat et la dcentralisation des pouvoirs vers Montral et les villes-centres affectent par la suite la stabilit demplois dans la rgion. Bien que le taux de chmage Qubec soit assez faible, la ville se tourne alors vers son vaste potentiel industriel et technologique. La ville de Qubec constitue en effet un march de plus de 500 000 consommateurs.Lindustrie du tourisme constitue en outre pour la rgion de Qubec une source impor-tante de revenus grce ses diffrents sites touristiques, entre autres le Vieux-Qubec, le mont Sainte-Anne et la chute Montmorency. Les infrastructures touristiques lies lhbergement poussent comme des champignons le long des artres principales qui mnent la capitale. Mais une des avenues les plus prometteuses pour le dveloppe-ment conomique de la rgion demeure le secteur de la haute technologie, avec la biotechnologie, linformatique, loptique et les tlcommunications.5 Manifestation dtudiants pendant la Rvolution tranquille. [1968].AVQ/Servicedepolice/N009740HistoireLAssemble nationale a adopt le 28 octobre 1999 la Loi sur le drapeau et les emblmes du Qubec, qui fait de liris versi-colore (IrisversicolorLinn) lem-blme floral qubcois. Plante indigne, liris est en fleur vers la fin du printemps et au dbut de la saison estivale sur plus de la moiti du territoire qubcois, de la valle du Saint-Laurent jus-quaux rives de la baie James.Pour souligner limportance que les Qubcois vouent leur fort, le gouvernement a fait du bou-leau jaune (BetulaalleghaniensisBritton) larbre emblmatique du Qubec en dcembre 1993. Employ depuis les dbuts de la Nouvelle-France, le bouleau jaune se trouve dans de nombreuses forts qubcoises et se distingue par la varit de ses usages et par sa valeur commerciale.Choisi en novembre 1987 comme oiseau emblmatique du Qubec, le harfang des neiges (Nycteascandiaca) est lun des plus beaux oiseaux dAmrique. Ce hibou du Nord voque la blancheur des hivers au Qubec, en plus de lenracinement du peuple qubcois sur un vaste territoire malgr le rude climat hivernal. Le harfang des neiges niche un peu partout dans la toundra, notamment sur les ctes de la baie dUngava.deS emBLmeS POuR LA nAtiOn5 Le harfang des neiges, emblme aviaire du Qubec. Dreamstime.com/AndrezejFryda5 Iris versicolore. Shutterstock/JenniferCruz5 Bouleau jaune. SangHyun(Kevin)Kim27QUBEC AUJOURDHUIUne ville de jardinsLe jardin des Gouverneurs, qui stend prs du Chteau Frontenac, tait lorigine le jardin priv du gouverneur de la Nouvelle-France; les jardins de lHtel-de-Ville, qui entourent la mairie de Qubec, demeurent le lieu de plusieurs spectacles durant la saison estivale; le jardin Jeanne-dArc, lombre des plaines dAbraham, se compose de magnifiques parterres fleuris o trne une statue de la pucelle dOrlans monte sur un fougueux destrier; le joli jardin de la Maison Henry-Stuart, sige du Conseil des monuments et sites du Qubec, est unique en son genre; le jardin de Saint-Roch, dans le quartier Saint-Roch, invite la promenade grce son bel amnagement paysager. Enfin, le Bois-de-Coulonge propose aux badauds de beaux espaces en fleurs ainsi quun arboretum.5 La ville de Qubec aujourdhui. PhilippeRenaultQubec aujourdhui28 Le portraitUne ville de panoramasLObservatoire de la Capitale, juch au sommet de ldifice Marie-Guyart du complexe G, offre une vue exceptionnelle sur la ville de Qubec; lascenseur panoramique de lHtel Loews Le Concorde se rend jusquau sommet o se trouve le restaurant tournant LAstral, autre point dobservation phnomnal; en plus de toutes les vues couper le souffle que permettent les simples promenades ou les tablissements publics souvrant sur le fleuve, Qubec rserve une authentique carte postale aux usagers du traversier qui se rendent Lvis pour revenir vers la capitale. Finalement, le funiculaire du Vieux-Qubec offre depuis 1879 une vue imprenable sur le fleuve et la Basse-Ville sous un angle diffrent!Une ville de fresquesLa belle Fresque du Petit-Champlain reconstitue lhistoire de Qubec, et plus parti-culirement celle du quartier du Petit-Champlain, travers quelque 35 personnages, alors que la trs colore Fresque des Qubcois couvre 420 m2 et raconte, laide de tableaux ralistes fort instructifs, lpope des Qubcois en terre dAmrique.Une ville de festivitsLe Carnaval de Qubec revient toutes les annes pour le plus grand plaisir des Qubcois, avec son bonhomme jovial, son palais de glace, son dfil de nuit, sa traverse du fleuve en canot glace et son concours de sculpture sur neige; les Ftes de la Nouvelle-France font revivre aux visiteurs les premiers temps de la colonie, avec personnages en costumes dpoque, reconstitution dun march sur la place Royale et grand dfil de tous ceux et celles qui sont dguiss pour lvnement. Le Festival dt de Qubec fait vibrer la ville tout entire avec ses artistes provenant des quatre coins du monde, qui donnent leurs spectacles en plein air ou en salle; les Grands feux Loto-Qubec, dblouissants feux dartifice hauts en couleur, explosent au-dessus du parc de la Chute-Montmorency, au grand bonheur de la foule rassemble dans le parc ainsi que des plaisanciers et croisiristes venus se poster devant la chute.4 Merveilleux trompe-lil, la gigantesque Fresque des Qubcois. DavidBrisebois4 Bonhomme Carnaval, la mascotte du Carnaval de Qubec. CarnavaldeQubecQubec aujourdhui5 Vue panoramique de Qubec en hiver. SylvainCousineau29Le portraitLes attraitsLes attraits175PorteSaint-LouisFontainede TournyFontainede TournyPorteKentPorteSaint-JeanPortePrescottpromenadedesGouverneursPlaceDYouvilleMaisonMcGreevyParc delEsplanadePlaceGeorge VParc duBastion-de-la-ReineParcMontmorencyParc de l'ArtillerieParc des Champs-de-Bataille (Plaines dAbraham)Garedu Palais Monastre des Ursulines Cathdrale anglicane Holy Trinity av. George-VIrue De Saint-Vallier rue Charlevoixrue Garneaurue HbertrueCouillardrue Saint-Flavienrue Ferlandrue Hamelrue Sainte-Famillerue De Buadecte de la FabriquerueDonnaconarue Sainte-Anne rue Cookrue des Jardinsrue Sainte-Ursulecte de la Citadellerue Mont-Carmelrue du Fortav. Sainte-Geneviveruedes Grisonsrue de la Porterue des Carriresrue du Petit-Champlainrue de la Terrasse-Dufferinrue Saint-Paulrue de laBarricaderue de la Vieille-Universitrue Saint-Stanislasrue Sainte-Anglerue DAuteuilrue DAuteuilcte du Palaisrue Sainte-Annerue Dauphinerue Elginrue McMahonrueRichelieurue des Glacisrue Saint-Jeanrue des Prairiescte de la PotasseruedesRempartsav. Saint-DenisruePort-DauphinBasilique-cathdraleNotre-Dame de Qubec Conservatoire de musique et dart dramatique de Qubecquai Saint-Andrrue Saint-Paulrue Saint-NicolasGrande Alle E.squeE.boul. Champlainrue Saint-LouisBassin LouiseFleuveSaint-LaurentLieu historique national du Canadades Fortifications-de-Qubec /Poudrire de lEsplanadeLieu historique national du Canadades Fortifications-de-Qubec /Poudrire de lEsplanadeJardindes GouverneursTerrasse Dufferin Chteau Frontenac Place dArmes Muse du Fort Ancien palais de justice Chapelle des Ursulines / Muse des Ursulines Placede lHtel-de-Ville Htel de Ville Sminaire de Qubec / Muse de lAmrique franaise Muse Bon-Pasteur Muse des Augustines de lHtel-Dieu de Qubec Institut canadien glise presbytrienne St. Andrew Site patrimonial du Parc-de-lArtillerie Rue du TrsorHtel Clarendondifice PriceCitadelle Sanctuaire Notre-Dame- du-Sacr-Cur Parc du Cavalier- du-Moulin cole des Ursulines du QubecMaison Cirice-Ttu Muse du Royal 22 Rgiment eClub de la Garnisonglise unie Chalmers-Wesley Centre InfotouristeMaison MaillouMaison KentMaison JacquetMaison Antoine-AnfelsonLes Promenades du Vieux-Qubec PalaisarchipiscopalMaison Montcalm Maison Franois-Xavier-Garneau Ancienne prison de Qubec / Morrin CollegeAncien orphelinatanglicanChapelledes JsuitesBureau de posteN0 100 200mLe Vieux-QubecLe Vieux-Qubec Une promenade travers les petites rues paves du Vieux-Qubec, sous le soleil, sous la pluie ou sur un tapis de neige, demeure un circuit classique indtr-nable que rsidants et touristes peuvent parcourir pied avec bonheur. Dans la cit, la proximit dattraits magnifiques, lhospitalit des cafs ainsi que les armes et les saveurs des grandes tables sauront ravir les gens de passage. Certes, la beaut du Vieux-Qubec sinscrit intra-muros dans ses vieilles pierres, mais galement, et surtout, elle apparat dans la chaleur et la courtoisie de ses habitants. La vieille ville est divise en deux parties par le cap Dia-mant. La partie qui stend entre le fleuve et la falaise fait lobjet des chapitres Le Petit-Champlain et Place-Royale et Le Vieux-Port. La section emmure sur le cap est celle que lon appelle affectueusement le Vieux-Qubec. Cit administrative et institutionnelle, elle se pare de couvents, de chapelles et de btiments publics dont la construction remonte parfois au XVIIe sicle. Elle est enserre dans ses murailles domines par la Cita-delle, qui lui confrent le statut de place forte et qui, pendant longtemps, ont contenu son dveloppement, favorisant une densit leve de lhabitat bourgeois et aristocratique. Enfin, lurbanisme pittoresque du XIXe sicle a contribu lui donner son image actuelle par la construction ddifices, comme le Chteau Frontenac, ou par lamnagement despaces publics, telle la terrasse Dufferin, de style Belle poque.Dreamstime.com/SebastianAgudelo34Le Vieux-QubecLes attraitsEntre 1870 et 1875, les marchands de Qubec multiplient les pressions afin que le gouvernement procde la dmoli-tion des fortifications entourant la ville. Lord Dufferin, alors gouverneur gnral du Canada, soppose lide et soumet plutt un projet dembellissement, pr-par par lIrlandais William H. Lynn, qui mettra en valeur les murs de la ville tout en facilitant la circulation. Conu dans lesprit romantique de lre victorienne, le projet comprend lrection de nou-velles portes, plus larges, vocatrices de chteaux forts et de chevaliers. La porte Saint-Louis, construite en 1878, constitue, avec sa tourelle en poivrire, une merveilleuse introduction la visite du Vieux-Qubec.Tout juste pass la porte Saint-Louis, devant le parc de lEsplanade, les bustes du premier ministre anglais Winston Churchill et du prsident amricain Franklin Roosevelt soffrent la vue des flneurs. Ces deux sculptures commmo-rent les Confrences de Qubec tenues par les Allis dans la capitale qubcoise pendant la Seconde Guerre mondiale en 1943 et 1944.De lautre ct de la rue se trouve le Club de la Garnison, rserv aux officiers de lArme canadienne. ct commence le chemin qui mne la Citadelle.La Citadelle reprsente trois sicles dhis-toire militaire en Amrique du Nord. Depuis 1920, elle est le sige du Royal 22e Rgiment de lArme canadienne, qui sest distingu par sa bravoure au cours de la Seconde Guerre mondiale. Sy trouvent quelque 25 btiments distri-bus sur le pourtour de lenceinte, dont le mess des officiers, lhpital, la prison et la rsidence officielle du gouverneur gnral du Canada, sans oublier le pre-mier observatoire astronomique du pays. Lhistoire de la Citadelle dbute en 1693, alors que lingnieur Dubois Berthelot de Beaucours fait riger la redoute du cap Diamant au point culminant du systme dfensif de Qubec, quelque 100 m au-dessus du niveau du fleuve. Cet ouvrage solide se trouve de nos jours contenu lintrieur du bastion du Roi.Tout au long du XVIIIe sicle, les ing-nieurs franais, puis britanniques, labo-reront des projets de citadelle qui demeu-reront sans suite. 6 La porte Saint-Louis. PhilippeRenault35Le Vieux-QubecLes attraitsLamnagement dune poudrire par Chaussegros de Lry en 1750, btiment qui abrite maintenant le Muse du Royal 22e Rgiment, et le terrassement tempo-raire louest (1783) sont les seuls tra-vaux denvergure effectus pendant cette priode. La Citadelle, telle quelle appa-rat au visiteur, est une uvre du colonel Elias Walker Durnford et fut difie entre 1820 et 1832. Mme si la ville de Qubec est surnomme le Gibraltar dAmrique en raison de la prsence de la Citadelle, louvrage militaire, conu selon les prin-cipes labors par Vauban au XVIIe sicle, na jamais eu essuyer le tir dun seul canon, mais fut pendant longtemps un lment dissuasif important.Le Muse du Royal 22e Rgiment pr-sente une intressante collection darmes, duniformes, de dcorations et de docu-ments officiels du XVIIe sicle nos jours. Il est aussi possible de se joindre, tous les jours de lt, une visite commente de lensemble des installations et dassister la relve de la garde.Au Lieu historique national des For-tifications-de-Qubec, des maquettes et des cartes retracent lvolution du systme dfensif de Qubec au centre dinterprtation, tandis quune visite de la poudrire de lEsplanade demeure riche en histoire. Il est galement possible de se balader au sommet des murs, o sont disposs des panneaux dinterprtation relatant lhistoire des fortifications, grce aux escaliers attenants aux portes de la ville.5 Un militaire de la Citadelle en grande tenue carlate. Dreamstime.com/GaryBlakeley36Lorigine de ces murs remonte une pre-mire enceinte faite de terre et de pieux, suffisante pour repousser les attaques des Iroquois, qui fut rige sur la face ouest de Qubec en 1693, daprs les plans de lingnieur Dubois Berthelot de Beau-cours. Ce mur primitif est remplac par une enceinte de pierres au moment o sannoncent de nouveaux conflits entre la France et lAngleterre. Les plans de lingnieur Chaussegros de Lry sont mis excution en 1745, mais les travaux ne sont toujours pas termins au moment de la prise de Qubec en 1759. Ce sont les Britanniques qui achveront louvrage la fin du XVIIIe sicle. Quant la Citadelle, entreprise timidement en 1693, on peut dire quelle a vritablement t rige entre 1820 et 1832. Lensemble adopte cependant les principes mis en avant par le Franais Vauban au XVIIe sicle, les-quels conviennent parfaitement au site de Qubec.Jusqu la fin du XIXe sicle, une petite mais influente communaut cossaise presbytrienne, compose surtout darma-teurs et de commerants de bois, habitait Qubec. Lglise unie Chalmers-Wesley, une belle glise nogothique qui partage maintenant ses murs avec la paroisse francophone Saint-Pierre, tmoigne de sa vitalit passe. Elle a t construite en 1852 selon les plans de John Wells, qui lon doit de clbres btiments comme le sige social de la Banque de Montral (1847) dans la mtropole qubcoise.une BeLLe miSe en LumiReLa capitale nationale du Qubec, inspire par dautres grandes villes du monde, a tabli son plan lumire au cours des annes 1990. Cest ainsi qu la tombe de la nuit, grce un systme dclairage judicieux, les plus beaux monuments et sites naturels de la rgion sont mis en valeur, pour gayer la vie et lenvironnement des Qubcois et des visiteurs. Jusqu prsent, une vingtaine de monuments et sites, sur les 70 prvus, brillent sous le magnifique ciel toil de Qubec. Ouvrez grand les yeux et regardez tout autour de vous La lumire est l o vous ne limaginez pas!4 Ldifice Price mis en lumire. istockphoto.com/GaryMartin3 Le Lieu historique national des Fortifications-de-Qubec. ParcsCanada,B.Ostiguy38 Les attraitsLglise arbore une flche nogothique lance qui renforce limage pittoresque de Qubec. Son orgue, qui date de 1890, a t restaur en 1985. Pour la petite histoire, au cours de la Seconde Guerre mondiale, une station radiopho-nique retransmettait en direct de lglise Chalmers-Wesley un concert dorgue de 30 min les dimanches soir. Des vne-ments musicaux, comme le chant choral, y sont maintenant prsents tout au long de lanne.Face lancienne glise presbytrienne se trouve le sanctuaire Notre-Dame-du-Sacr-Cur, un lieu de prire et de rflexion ouvert tous. Il a t rig en 1910 selon les plans de Franois-Xavier Berlinguet, qui lui a donn une faade nogothique deux clochers quelque peu trique, inadquate pour un site aussi exigu. Lintrieur, avec ses verrires et ses ex-voto, est remarquable.Ce qui fait le charme du Vieux-Qubec, ce sont non seulement ses grands monu-ments, mais aussi chacune de ses mai-sons, auxquelles se rattache une histoire particulire et pour lesquelles tant def-forts et de raffinement ont t dploys. Il est agrable de se promener dans les rues troites, le nez en lair, pour observer les nombreux dtails dune architecture dense et compacte, et de simprgner de cette urbanit trangre la plupart des Nord-Amricains.Au no 25 de lavenue Sainte-Genevive, la maison Cirice-Ttu a t rige en 1852 selon les plans de Charles Bail-lairg, membre de la clbre dynastie darchitectes qui, depuis le XVIIIe sicle, a marqu larchitecture de Qubec et sa rgion. Sa faade de style nogrec, vri-table chef-duvre du genre, est orne de palmettes en acrotre et de couronnes de laurier, disposes avec got et une certaine retenue. Ltage noble comporte de larges baies vitres qui souvrent sur un seul grand salon la londonienne. La maison a t dote ds sa construction de toutes les commodits: multiples salles de bain, chauffage central air chaud, eau courante froide et chaude. Cest galement cette adresse que sjourna Antoine de Saint-Exupry (lauteur du Petit Prince), dans la famille De Koninck au dbut des annes 1940.Un court dtour par la rue des Grisons permet de se rendre lextrmit de la rue Mont-Carmel pour voir un des ves-tiges des premires dfenses de Qubec, bien dissimul larrire des maisons. Il sagit du cavalier du Moulin, construit en 1693. Un cavalier est un ouvrage situ derrire une fortification principale, per-mettant au besoin de dtruire cette der-nire si jamais lennemi sen emparait. Ce cavalier tait autrefois coiff dun moulin vent, do son nom. Aujourdhui, le parc du Cavalier-du-Moulin est bien amnag pour y flner avec ses bancs publics, ses canons et sa promenade. 3 Le sanctuaire Notre-Dame-du-Sacr-Cur. PhilippeRenault4 La terrasse Dufferin, la plus belle promenade de la capitale. istockphoto.com/TonyTremblayAccol au parc, au 3 rue des Grisons, se trouve, le Conservatoire de musique et dart dramatique de Qubec.Le jardin des Gouverneurs tait lori-gine le jardin priv du gouverneur de la Nouvelle-France. Amnag pour Charles Huaut de Montmagny en 1647, il sten-dait louest du chteau Saint-Louis, aujourdhui disparu, qui fut la rsidence officielle des gouverneurs. Un oblisque inusit, qui rend hommage la fois au vainqueur et au vaincu de la Conqute, les gnraux Wolfe et Montcalm, fut rig dans la portion sud du square lors de son ramnagement en 1827.Hors des rues aux surfaces revtues, il est amusant de sentir sous ses pas les planches de bois de la terrasse Dufferin. Cette large promenade fut cre en 1879 linstigation du gouverneur gnral du Canada, Lord Dufferin. Charles Baillairg en a dessin les kiosques et les lampa-daires de fonte en sinspirant du mobilier urbain install Paris sous Napolon III. La terrasse est lun des principaux attraits de la ville et le lieu des rendez-vous de la jeunesse qubcoise. Elle offre un PetitS CARReAux LA mLASSePourquoi les fentres des maisons anciennes comptent-elles plusieurs petits carreaux au lieu dune seule grande vitre? cause de la neige et du froid penserez-vous? La rponse est beaucoup plus terre terre. Les panneaux de verre taient, lpoque de la colonie, imports de France. Lors de leur transport par bateau, plusieurs se brisaient en mille morceaux en raison de leurs dimensions.Les commerants qubcois dcidrent donc dacheter de plus petites plaques de vitre pour leur donner une meilleure chance de survie au cours de la traverse houleuse de lAtlantique! De mme, pour pro-tger des secousses des vagues les magnifiques vitraux fabriqus en France et achemins jusquici, on les plongeait parfois dans de grands tonneaux de mlasse!4 Fentres petits carreaux. istockphoto.com/SebastienCote3 Monument commmoratif de Montcalm et Wolfe, dans le jardin des Gouverneurs. PhilippeRenault41Le Vieux-Qubecpanorama superbe sur le fleuve et sa rive sud et sur lle dOrlans. En hiver, une longue glissoire, rserve aux ama-teurs de toboggan, est installe dans sa portion ouest.La terrasse occupe lemplacement du ch-teau Saint-Louis, fabuleuse rsidence des gouverneurs de la Nouvelle-France. Situ au bord de lescarpement, le btiment prsentait, du ct du fleuve, une faade de trois tages prcde dune longue terrasse prive en pierres, alors que sa faade fortifie, qui donnait sur la place dArmes, arborait des pavillons coiffs de toitures limpriale. Le chteau, dabord construit au XVIIe sicle, fut agrandi en 1719. Ses pices en enfilade taient le lieu de brillantes rceptions donnes pour la noblesse franaise et aussi le quartier gnral do lon a planifi le dveloppement de tout un continent. Gravement endommag par les bom-bardements durant la Conqute, il sera remodel dans le got anglais avant de disparatre dans les flammes en 1834. lextrmit est de la terrasse Dufferin se dressent deux monuments. Le premier fut lev en 1898 la mmoire de Samuel de Champlain, fondateur de Qubec et pre de la Nouvelle-France. Il est luvre du sculpteur parisien Paul Chevr. Le second rappelle que le Vieux-Qubec a t dclar Joyau du patrimoine mon-dial par lUNESCO en 1985. Or il sagit de la premire ville nord-amricaine avoir t inscrite sur la prestigieuse liste de lUNESCO. Un escalier, ce bout-ci de la terrasse, conduit vers le secteur de Place-Royale, tandis qu lautre extr-mit un escalier mne la promenade des Gouverneurs.La vocation touristique de Qubec saf-firme ds la premire moiti du XIXe sicle. Ville romantique par excellence, elle attire trs tt de nombreux visiteurs amricains dsireux dy retrouver un peu de lEurope. En 1890, la compagnie fer-roviaire du Canadien Pacifique, dirige par William Cornelius Van Horne, dcide dimplanter un rseau dhtels prestigieux travers le Canada. Le premier de ces ta-42Le Vieux-QubecLes attraitsblissements voit le jour Qubec. On le nomme Chteau Frontenac en lhonneur de lun des plus clbres gouverneurs de la Nouvelle-France, Louis de Buade, comte de Frontenac (1622-1698).Ce magnifique htel est lambassadeur du Qubec le plus connu ltranger et le symbole de sa capitale. Ironiquement, il a t conu par un architecte amri-cain, Bruce Price (1845-1903), clbre pour ses gratte-ciel new-yorkais. Plus tonnant encore, il est devenu le modle du style national du Canada, baptis style chteau. Il sagit dun croisement grande chelle entre les manoirs cossais et les chteaux de la Loire. Bruce Price, qui lon doit la gare Windsor (1889) de Montral, fut inspir dans son projet par le site pittoresque et par le mlange des cultures franaise et britannique au Canada.Le Chteau Frontenac a t construit par tapes. laile initiale de Price donnant sur la terrasse Dufferin, inaugure en 1893, trois autres sections furent ajoutes, la plus importante tant la tour centrale difie en 1923. Pour mieux apprcier le Chteau, il faut y pntrer et parcourir 6 Le chteau Frontenac dans toute sa splendeur. istockphoto.com/AndreNantel43Le Vieux-QubecLes attraitslalle centrale, dcore dans le got des htels particuliers parisiens du XVIIIe sicle, jusquau bar maritime, situ dans la grosse tour ronde qui donne sur le fleuve Saint-Laurent. Au fil des ans, le Chteau Frontenac fut le thtre de nombreux vnements prestigieux, dont les Conf-rences de Qubec de 1943 et 1944, o le prsident amricain Roosevelt, le premier ministre britannique Winston Churchill et son homologue canadien Mackenzie King dfinirent la configuration de lEurope de laprs-guerre. Au sortir de la cour int-rieure, une pierre grave de lordre de Malte, date de 1647, est le seul morceau rescap du vieux chteau Saint-Louis. Des visites du Chteau Frontenac sont animes par des personnages historiques en beaux habits dpoque.Terrain dexercice pour les militaires jusqu la construction de la Citadelle, la place dArmes devient un square dagrment en 1865. En 1916 est lev le monument de la Foi pour commmorer le tricentenaire de larrive des Rcollets Qubec. David Ouellet est lauteur de la base nogothique soutenant la statue dessine par labb Adolphe Garneau.Le Centre Infotouriste de la rue Sainte-Anne est install dans ldifice blanc au toit de cuivre qui abritait autrefois lhtel Union. Celui-ci fut construit en 1803 pour un groupe de notables qui dsiraient doter la ville dun tablissement htelier de grande classe. proximit du Centre Infotouriste se trouve une institution touristique tradi-tionnelle: le Muse du Fort. Il recre, par des effets de son et de lumire autour dune maquette reprsentant la ville vers 1750, les six siges de Qubec, de la prise de la ville par les frres Kirke, en 1629, en passant par la clbre bataille des plaines dAbraham de 1759, jusqu linvasion amricaine de 1775.Lancien palais de justice a t rig en 1883 selon les plans dEugne-tienne Tach, auteur de lhtel du Parlement, avec lequel le Palais a plusieurs ressem-blances. Son style no-Renaissance fran-aise prcde le style chteau comme architecture officielle des grands di-fices de la ville. Lintrieur, ramnag entre 1922 et 1930, est constitu de plu-sieurs salles dotes de belles boiseries. Aujourdhui connu sous le nom ddifice Grard-D.-Lvesque, lancien Palais loge le ministre des Finances.44 Les attraits45Le Vieux-QubecLes attraitsLe sige de la Chambre de commerce de Qubec est situ dans la maison Maillou, au no 17 de la rue Saint-Louis, cette belle maison du Rgime franais btie par lar-chitecte Jean Maillou en 1736. Elle a t pargne de la dmolition par la crise des annes 1930, qui a fait avorter un projet dagrandissement du Chteau Frontenac sur le site.Lhistoire se fait nbuleuse autour de la maison Kent, au no 25 de la rue Saint-Louis, o aurait sjourn le duc de Kent, pre de la reine Victoria. On ne connat pas sa date de construction exacte, fixe au XVIIe sicle selon certains ou au sicle suivant selon dautres. Elle a certaine-ment t considrablement modifie au XIXe sicle, comme en tmoignent ses fentres guillotine de type anglais et sa toiture dont la pente est peu prononce. Quoi quil en soit, cest l qua t signe la capitulation de Qubec aux mains des Britanniques en 1759. Ironiquement, la maison loge aujourdhui le consulat gnral de France.La maison Jacquet, ce petit btiment coiff dun toit rouge et revtu de crpi blanc, est la plus ancienne maison de la Haute-Ville et la seule du Vieux-Qubec qui a conserv son apparence du XVIIe sicle. Elle se diffrencie des habitations du sicle suivant par son haut toit pentu recouvrant une petite surface habitable sous des plafonds trs bas. Construite par larchitecte Franois de la Joe pour son propre usage, elle date de 1675. Son nom lui vient de ce quelle a t rige sur un terrain ayant auparavant appartenu Franois Jacquet. En 1815, elle est acquise par Philippe Aubert de Gasp, auteur du clbre roman Les Anciens Canadiens. langle de la petite rue du Parloir et de la rue Donnacona se trouve lentre du monastre des Ursulines. En 1535, Angle Merici fonde Brescia, en Italie, la communaut des Ursulines. Aprs son installation en France, celle-ci devient un ordre clotr, vou lenseignement (1620). 6 La maison Jacquet construite en 1675, aujourdhui un restaurant renomm. PhilippeRenault3 La place dArmes et son monument de la Foi. PhilippeRenault3 Maquette de Qubec (vers 1750) situe au Muse du Fort. tienneBoucher47Le Vieux-QubecLes attraitsGrce une bienfaitrice, Madame de la Peltrie, les Ursulines dbarquent Qubec en 1639 et fondent ds 1641 leur monastre et leur couvent, o des gnrations de jeunes filles recevront une ducation exemplaire. Lcole des Ursu-lines du Qubec est aujourdhui la plus ancienne maison denseignement pour filles en Amrique du Nord toujours en activit. On ne peut voir quune partie des vastes installations o vivent encore quelques dizaines de religieuses. Ainsi, seuls le muse et la chapelle demeurent accessibles au public.La chapelle des Ursulines a t recons-truite en 1901 sur lemplacement de celle de 1722. Le dcor intrieur du XVIIIe sicle, le plus ancien qui subsiste au Qubec, fut cependant conserv. Luvre magistrale de Pierre-Nol Levasseur, sculpte entre 1726 et 1736, comprend notamment une chaire sur-monte dun ange trompette et un beau retable en arc de triomphe de style Louis XIV. Le tabernacle du matre-autel, entirement dor par les Ursulines, est un chef-duvre de dextrit. Quant au tabernacle du Sacr-Cur, il est attribu Jacques Leblond dit Latour (vers 1710). Aux murs de la chapelle sont accrochs quelques tableaux provenant de la col-lection de labb Desjardins, ancien cha-pelain des Ursulines. En 1820, ce dernier achte chez un marchand dart parisien plusieurs dizaines de tableaux religieux autrefois suspendus dans les glises de Paris, puis disperss la Rvolution franaise. De nos jours, ces uvres se retrouvent dans plusieurs glises travers le Qubec. Au-dessus de lentre apparat Jsus chez Simon le Pharisien de Philippe de Champaigne et, du ct droit de la nef, surgit La parabole des dix vierges de Pierre de Cortone.La chapelle a t le lieu de spulture du marquis de Montcalm jusquen 2001, alors que ses restes furent transfrs au cimetire de lHpital-Gnral de Qubec. Le commandant des troupes franaises lors de la dcisive bataille des plaines dAbraham fut, comme son rival le gnral Wolfe, bless mortellement lors de laffrontement. Dans la chapelle se trouve aussi la tombe de la bienheu-reuse mre Marie de lIncarnation, fon-datrice du monastre des Ursulines en terre canadienne. Une ouverture permet de contempler le chur des religieuses, reconstruit en 1902 par David Ouellet, qui la dot de puits de lumire en forme de coupole. Un intressant tableau ano-nyme, intitul La France apportant la Foi aux Indiens de la Nouvelle-France, y est accroch.3 Le monastre des Ursulines, superbe ensemble conventuel. PhilippeRenault5 Lintrieur de la chapelle des Ursulines. PhilippeRenault5 Lentre de la chapelle des Ursulines. PhilippeRenault48Lentre du Muse des Ursulines fait face celle de la chapelle. Ce muse prsente prs de quatre sicles dhistoire de ces moniales travers des meubles Louis XIII, des toiles, dadmirables travaux de bro-derie au fil dor, des parements dautel et des vtements liturgiques des XVIIe et XVIIIe sicles. la suite de la Conqute, un petit groupe dadministrateurs et de militaires britan-niques sinstalle Qubec. Les conqu-rants dsirent marquer leur prsence par la construction de btiments presti-gieux limage de lAngleterre, mais leur nombre insuffisant retardera la ralisa-tion de projets majeurs jusquau dbut du XIXe sicle, alors que lon entreprend ldification de la cathdrale anglicane Holy Trinity selon les plans de deux ingnieurs militaires qui sinspirrent de lglise St. Martin in the Fields Londres. Ldifice palladien, achev en 1804, modi-fiera la silhouette de la ville, dont limage franaise tait jusque-l demeure intacte. Il sagit de la premire cathdrale angli-cane rige hors des les Britanniques et dun bel exemple darchitecture coloniale anglaise, la fois gracieuse et simple. La pente du toit fut exhausse en 1815 afin de permettre un meilleur coulement de la neige.Lintrieur, plus sobre que celui des glises catholiques, fut gratifi de nom-breux trsors par le roi George III. Celui-ci a notamment fait don de plusieurs pices dorfvrerie ainsi que de bois de chne provenant de la fort de Windsor pour la fabrication des bancs. Quant au hOmmAGe Aux BAiLLAiRGUn monument en hommage aux Baillairg, cette famille dartistes et dartisans qui a contribu, pendant quatre gnrations, faonner le visage de Qubec, a t inaugur en 2004 sur la chausse des cos-sais, devant le Morrin College.De 1750 1900, les Baillairg ont en effet enrichi le patrimoine reli-gieux, principalement dans la rgion de Qubec, de plus de 150 lieux de culte (cathdrales, glises, chapelles de couvent et dhpital), quils ont conus, mis en plan, construits ou dcors.Le plus minent membre de la famille, larchitecte Thomas Baillairg, a vcu de 1791 1859. lui seul, il a livr les plans de plus dune centaine dglises, ddifices institutionnels et dhabitations. On lui doit aussi la transformation de la pratique artisanale de larchitecture en une profession librale au Qubec. Il a entre autres labor avec les auto-rits religieuses de son poque, en particulier labb Jrme Demers, une architecture originale.Les attraits4 La jolie cathdrale anglicane Holy Trinity. DavidPaulOhmer50Le Vieux-QubecLes attraitstrne piscopal, il est, selon la lgende, fait de lorme sous lequel aimait sasseoir Samuel de Champlain. Des vitraux et des plaques commmoratives sont venus sajouter lensemble au fil des ans. Sy trouve aussi un orgue Casavant de 1909 qui fut restaur en 1959. Son carillon de huit cloches figure parmi les plus anciens du Canada.LHtel Clarendon est le plus vieil htel de Qubec encore en activit. Il a ouvert ses portes en 1870 dans lancienne impri-merie Desbarats (1858). Le restaurant Le Charles Baillarg, au rez-de-chausse, est quant lui le plus ancien restaurant au Canada. Avec ses boiseries sombres au charme victorien, il constitue un lieu vocateur de la Belle poque. Lhtel a t augment en 1929 par la construction dune tour en briques brunes o se trouve un gracieux hall de style Art dco.Tout en sinscrivant avec sensibilit dans le cadre du Vieux-Qubec, ldifice Price tient de la tradition du gratte-ciel nord-amricain. Les architectes Ross et Mac-donald, de Montral, qui lont conu en 1929, ont model une silhouette discrte et lance, surmonte dun toit de cuivre rappelant le style chteau. Le hall, autre belle ralisation de style Art dco, est recouvert de travertin poli et de bas-reliefs en bronze illustrant les diffrentes activits de la compagnie Price, spcia-lise dans la fabrication du papier.Toujours rue Sainte-Anne, proximit de ldifice Price, se dresse le monument aux Frres ducateurs, appel LEnvol, une uvre de granit et de bronze de Jules Lasalle rendant hommage tous ces religieux qui ont particip lducation des enfants au fil des sicles.Au no 17 de la rue des Jardins slve la coquette maison Antoine-Anfelson, construite en 1780. Lorfvre Laurent Amiot a eu son atelier ici au dbut du XIXe sicle. Les pices de ltage sont revtues de remarquables boiseries dpoque Louis XV.La place de lHtel-de-Ville occupe depuis 1900 lemplacement du march Notre-Dame, cr au XVIIIe sicle. Un monu-ment en lhonneur du cardinal Tasche-reau, uvre du Franais Andr Vermare (1923), en agrmente le flanc ouest.La composition de lhtel de ville, influence par le courant noroman amricain, surprend dans une ville o les traditions franaises et britanniques ont toujours prvalu dans la construction ddifices publics. George-mile Tanguay en a ralis les plans en 1895, la suite dun difficile concours o aucun des pro-jets prims ne reut un appui majoritaire des conseillers et du maire. On ne peut que regretter la disparition du collge des Jsuites de 1666, qui occupait auparavant le mme emplacement.5 Lhtel de ville, beau btiment datant de 1896. GilbertBochenek51Les agrables jardins de lHtel-de-Ville qui entourent la mairie de Qubec recou-vrent un stationnement souterrain et sont le lieu de maints vnements populaires pendant la saison estivale. lautre extrmit de la place de lHtel-de-Ville, la basilique-cathdrale Notre-Dame de Qubec est un livre ouvert sur les difficults quprouvrent les btis-seurs de la Nouvelle-France et sur la dtermination des Qubcois travers 5 Le hall Art dco de lHtel Clarendon. PhilippeRenault52Le Vieux-Qubec53Le Vieux-QubecLes attraitsles pires preuves. On pourrait presque parler darchitecture organique, tant la forme dfinitive du btiment est le rsultat de multiples campagnes de construction et de tragdies qui laissrent ldifice en ruine deux reprises.La premire glise occuper le lieu fut rige en 1633 linstigation de Samuel de Champlain, lui-mme inhum proximit quatre ans plus tard. Ce temple de bois est remplac en 1647 par lglise Notre-Dame-de-la-Paix, btiment de pierres en croix latine, qui servira de modle pour les paroisses rurales des alentours. Puis en 1674, Qubec accueille lvch de la Nouvelle-France. Mgr Franois de Laval (1623-1708), premier vque, choisit la petite glise comme sige piscopal, tout en souhaitant une reconstruction digne du vaste territoire couvert par son ministre. Or, seule la base de la tour ouest sub-siste de cette poque. En 1742, lvch la fait reconstruire en lui donnant son plan actuel, compos dune longue nef claire par le haut et encadre de bas-cts arcades. La cathdrale de Qubec se rap-proche alors des glises urbaines riges travers la France la mme poque.Lors du sige de Qubec, en septembre 1759, la cathdrale est bombarde sans mnagement. Gravement endommage, elle ne sera rpare que lorsque le statut des catholiques sera rgularis par la Couronne britannique. Les membres de la plus ancienne paroisse catholique au nord de Mxico entreprennent finale-ment de relever leur glise en 1770 selon les plans de 1742. Jean Baillairg (1726-1805) accepta de se charger des travaux. En 1786, la dcoration de lintrieur est confie son fils Franois (1759-1830), de retour dun sjour de trois ans Paris, o il sest consacr ltude de larchitec-ture lAcadmie royale. Quatre ans plus tard, il livre le superbe baldaquin dor cariatides ailes du chur. Le matre-autel, premier au Qubec tre conu comme une faade de basilique, est install en 3 La basilique-cathdrale Notre-Dame de Qubec et la place de lHtel-de-Ville. PhilippeRenault5454 Les attraits1797. Suivent le banc duvre baroque et la vote en pltre, qui offrent un intres-sant contraste de sobrit. Lintrieur ainsi parachev est clatant et exprime une tra-dition typiquement qubcoise qui privi-lgie la dorure, le bois et le pltre.En 1843, Thomas Baillairg (1791-1859), fils de Franois, installe lactuelle faade no-classique. Enfin, Charles Baillairg (1826-1906), cousin de Thomas, dessine lenclos de fonte du parvis en 1858. Entre 1920 et 1922, lglise est restaure avec soin, mais, quelques semaines seulement aprs la fin des travaux, un incendie dvaste ldifice. Raoul Chnevert et Maxime Roisin, de Paris, dj occups la reconstruction de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupr, se chargent de restaurer ldifice et de reconstituer les parties dtruites. En 1959, une crypte est amnage au sous-sol pour recevoir les spultures des vques et des gouverneurs (Frontenac, Vaudreuil, de Callire et Jonquire).La cour intrieure du Sminaire de Qubec, que le visiteur dcouvre par la porte cochre (dcore aux armes de linstitution), qui fait face la grille den-tre, permet de mieux voir ce complexe religieux qui constituait au XVIIe sicle un havre de civilisation au milieu dune contre rude et hostile.Le Sminaire fut fond en 1663 par Mgr Franois de Laval linstigation du Smi-naire des Missions trangres de Paris, auquel il a t affili jusquen 1763. On en fit le centre nvralgique du clerg dans toute la colonie, puisquen plus dy former les futurs prtres on y administrait les fonds des paroisses et y rpartissait les cures. 6 Le Sminaire de Qubec, un difice historique. PhilippeRenault55Les attraitsColbert, ministre de Louis XIV, obligea en outre la direction du Sminaire fonder un petit sminaire vou lvanglisation et lducation des Amrindiens. Aprs la Conqute, le Sminaire devient aussi un collge classique, la suite de linterdiction qui frappe les Jsuites, et loge pendant un certain temps lvque dpourvu de son palais, dtruit par les bombardements. En 1852, le Sminaire met sur pied lUniversit Laval, aujourdhui tablie Sainte-Foy, en faisant la premire universit de langue franaise en Amrique. Le vaste ensemble de btiments du Sminaire comprend actuellement la rsidence des prtres du ct du fleuve, un collge priv pour garons et filles, lcole darchitecture de lUniversit Laval, de mme que le Muse de lAmrique franaise.Afflig par les incendies et les bombarde-ments, le Sminaire actuel est le rsultat de multiples chantiers. En face de la porte cochre apparat laile de la Procure, avec son cadran solaire, dont les caves vo-tes ont servi de refuge la population de Qubec lors de lattaque de lamiral Phipps en 1690. Sy trouve galement la chapelle personnelle de Mgr Briand (1785), dcore de branches dolivier sculptes. Le Muse de lAmrique franaise se consacre lhistoire du rayonnement de la Francophonie en Amrique du Nord par lentremise des collections des pr-tres du Sminaire de Qubec, notam-ment dans son exposition permanente Luvre du Sminaire de Qubec, qui voque lapport conomique et social des prtres dans la socit qubcoise. Deux expositions temporaires se tiennent aussi au muse.56Le Vieux-QubecLes attraitsAmnages dans lancien pensionnat de lUniversit Laval, ses salles dexposition sont rparties sur trois tages, o sont prsents des trsors dorfvrerie, de peinture, dart oriental, de numismatique, de mme que des instruments scientifi-ques.Aujourdhui partie intgrante du muse, do partent les visites guides du Smi-naire, la chapelle extrieure, qui date de 1890, a dailleurs t rebaptise la cha-pelle du Muse. Elle a remplac la cha-pelle incendie en 1888, qui elle-mme succda celle de 1752. Pour viter un nouveau sinistre, lintrieur, semblable celui de lglise de la Trinit, Paris, fut recouvert de zinc et de fer blanc, peints en trompe-lil. Sy trouve la plus impor-tante collection de reliques en Amrique du Nord, au sein de laquelle figurent des reliques de saint Anselme et de saint Augustin, des martyrs du Tonkin, de saint Charles Borrome et de saint Ignace de Loyola. Certaines sont authentiques et dune taille apprciable, dautres sont incertaines et minuscules. Une chapelle funraire, au milieu de laquelle trne un gisant leffigie de Mgr de Laval, premier vque de lAmrique du Nord, donne sur le bas-ct gauche. Les restes de Mgr de Laval ny sont plus en raison de la dsacralisation de la chapelle en 1992. Ils sont toutefois la basilique de Qubec. Le gisant y est toujours cependant.Face la basilique-cathdrale slve lan-cien magasin Holt-Renfrew, ouvert ds 1837. Dabord spcialis dans la vente des fourrures, dont il fut le fournisseur attitr auprs de Sa Majest britannique, le magasin dtiendra pendant longtemps lexclusivit de la distribution canadienne des crations de Dior et de Saint Laurent. Il a fait place aux boutiques Les Prome-nades du Vieux-Qubec qui prsente Qubec Exprience, un spectacle grand dploiement sur lhistoire de la ville de Qubec. Projet en trois dimensions, ce spectacle multimdia anim fera voyager le visiteur travers le temps et revivre les grands moments qui ont marqu la ville, et ce, en compagnie des personnages lgendaires qui lont sillonne. Une belle faon den apprendre plus, particulire-ment apprcie des jeunes.5 Luvre du Sminaire de Qubec, une exposition permanente du Muse de lAmrique franaise. IdraLabrie57Le Vieux-QubecLes attraitsUn peu plus loin se trouve lentre de la pittoresque rue du Trsor, qui dbouche sur la place dArmes et la rue Sainte-Anne. Des artistes y vendent peintures, dessins et srigraphies, dont plusieurs reprsentent des vues de Qubec.Lancien bureau de poste de Qubec, au 3 passage du Chien-dOr, fut construit entre 1871 et 1873 sur le site de lancien Htel du Chien dOr, une solide demeure construite vers 1735 pour un riche mar-chand de Bordeaux qui fit placer un bas-relief leffigie dun chien rongeant son os au-dessus de lentre. Linscrip-tion suivante apparat sous le bas-relief, rinstall au fronton du bureau de poste en 1872: Je suis un chien qui ronge los; en le rongeant, je prends mon repos. Un temps viendra qui nest pas venu, o je mordray qui maura mordu. On raconte que le message tait destin lintendant Bigot, filou sil en fut un, qui, outr, fit assassiner le marchand.Le bureau de poste reut son dme et sa faade sur le fleuve lors dun agrandisse-ment au dbut du XXe sicle. Rebaptis difice Louis-S.-St-Laurent en lhonneur du premier ministre canadien, le btiment abrite aujourdhui le Service dinforma-tion touristique de Parcs Canada, o lon fait tat de la mise en valeur du patri-moine canadien, en plus dun comptoir postal dont lentre se trouve sur lautre faade. De lentre du Service dinfor-mation touristique, une jolie vue sur le fleuve et le parc Montmorency se laisse contempler.Tout prs du bureau de poste se dresse le monument en lhonneur de Mgr Franois de Laval (1623-1708), premier vque de Qubec, dont le diocse couvrait les deux tiers du continent nord-amricain. Luvre de Louis-Philippe Hbert, ins-talle en 1908, avoisine un bel escalier donnant accs la cte de la Montagne qui descend jusquau fleuve.Le monument fait face au palais archi-piscopal, au no 2 de la rue Port-Dauphin, soit larchevch de Qubec, reconstruit par Thomas Baillairg en 1844. Le pre-mier palais piscopal tait situ dans lactuel parc Montmorency. rig entre 1692 et 1700, il tait, selon les commen-tateurs de lpoque, lun des plus beaux 5 La chapelle du Muse de lAmrique franaise. PierreSoulard58 Les attraitsRue du tRSOR, Rue deS ARtiSteSLe nom de la rue du Trsor serait troitement li la Compagnie des Cent-Associs, qui administra la Nouvelle-France entre 1627 et 1663 tout en exerant le monopole du commerce. Les avoirs de la compagnie auraient alors t dsigns de Trsor. lpoque, le bureau de la compagnie tait situ rue Sainte-Anne, prs de lendroit o se dresse aujourdhui la cathdrale anglicane Holy Trinity. Pour sy rendre, il fallait emprunter un petit chemin qui deviendra en 1689 la rue du Trsor.Galerie dart ciel ouvert depuis une quarantaine dannes, la rue du Trsor accueille les uvres dune trentaine dartistes (aqua-rellistes, graveurs, etc.), et elle est devenue lun des lieux les plus frquents de la ville de Qubec. La prochaine fois que vous parcourrez les rues troites et sinueuses du Vieux-Qubec, faites donc un crochet par la rue des artistes: vous y dcouvrirez un vritable trsordu royaume franais. Les dessins mon-trent en effet un btiment impression-nant comportant une chapelle niches, dont lintrieur rappelait celui du Val-de-Grce, Paris. Les bombardements de 1759 entranrent la perte de la chapelle. Le reste de ldifice fut rtabli et logea lAssemble lgislative du Bas-Canada de 1792 1840. Il fut dmoli en 1848 pour faire place au nouveau parlement, ras par les flammes quatre ans plus tard.Lors du rabaissement des murs de la ville, le long de la rue des Remparts, le gouverneur gnral du Canada, Lord Dufferin, dcouvrit les superbes vues dont le visiteur bnficie depuis ce promontoire et dcida, en 1875, dy amnager le parc Montmorency. Par la suite, deux monuments y furent rigs, le premier en lhonneur de George-tienne Cartier, premier ministre du Canada Uni et lun des pres de la Confdration canadienne, le second la mmoire de Louis Hbert, de Guillaume Couillard et de Marie Rollet, premiers agriculteurs de la Nouvelle-France, arrivs en 1617 et qui le fief du Sault-au-Matelot, situ sur lemplacement du Sminaire, fut concd ds 1623. Le sculpteur montralais Alfred Lalibert est lauteur des belles statues de bronze.3 La rue du Trsor, galerie dart ciel ouvert. HlneHuard59Le Vieux-QubecLes attraitsUne ouverture dans la muraille de la rue des Remparts laisse voir les anciens pavillons de lUniversit Laval, levs en 1856 dans les jardins du Sminaire et complts en 1875 par lajout dune formidable toiture mansarde, coiffe de trois lanternes argentes. Le soir, sous lclairage des projecteurs, elles font penser un dcor de fte royale. LUni-versit Laval occupe maintenant un grand campus situ Sainte-Foy.En suivant la rue des Remparts, qui aligne de vieux canons, le promeneur pourra contempler la ville au bas du cap. Les belles demeures patriciennes qui bor-dent cette rue font cran au vieux quar-tier latin qui stend derrire. Ses rues troites, bordes de maisons du XVIIIe sicle, valent bien un petit dtour.La maison Montcalm, aux nos 45 51 de la rue des Remparts, aujourdhui un ensemble de trois maisons distinctes, for-mait lorigine une seule grande habita-tion, construite en 1727. Elle fut habite par le marquis de Montcalm, comman-dant des troupes franaises lors de la clbre bataille des plaines dAbraham. Le btiment a ensuite abrit des offi-ciers de lArme britannique avant dtre divis en trois logements en vue dun usage priv. De nombreuses maisons de Qubec taient autrefois recouvertes de planches imitant la pierre de taille, linstar de la maison Montcalm. Cette tradition, rpandue dans la premire moiti du XIXe sicle, avait pour but de protger la maonnerie et de donner aux maisons une apparence plus riche et plus soigne.5 Lenfilade de canons du parc Montmorency. ParcsCanada,J.Beardsell5 Lancien bureau de poste de Qubec. Dreamstime.com/KarenBrandt60Le Vieux-QubecLes attraits langle de la rue Couillard slve la Maison Franois-Xavier-Garneau. Lhomme daffaires de Qubec, Louis Garneau, a rachet cette maison lar-chitecture noclassique (1862) qui fut habite par lhistorien et pote dans les dernires annes de sa vie. Elle est dsormais anime par un interprte en costume dpoque qui fera revivre aux visiteurs lhistoire de ses pices et de ses objets par une agrable visite guide.Non loin, rue Couillard, le Muse Bon-Pas-teur raconte lhistoire de la communaut des religieuses du Bon-Pasteur, au service des dmunis de Qubec depuis 1850. Il est install dans la maison Bthanie, un difice clectique en brique rig vers 1878 pour hberger les filles-mres et leur progniture. Le muse occupe les trois tages dune annexe de 1887. Le visiteur y verra des pices de mobilier et des objets dart sacr, amasss ou fabri-qus par les religieuses, ainsi quun docu-mentaire relatant une adoption.Les Augustines, surs hospitalires, sins-tallent dabord Sillery, o elles fondent un premier couvent. Inquites par les Iroquois, elles stablissent Qubec en 1642 et entreprennent la construction de lHtel-Dieu avec couvent, hpital et chapelle. Les btiments de linstitu-tion actuelle, refaits plusieurs reprises, datent pour la plupart du XXe sicle. Sub-siste le couvent de 1756, avec ses caves votes remontant 1695, dissimul derrire la chapelle de 1800, construite avec des matriaux provenant de divers difices du Rgime franais ruins par la guerre. Sa pierre proviendrait du palais de lIntendant, alors que ses premiers ornements avaient t rcuprs de lglise des Jsuites (XVIIe sicle). Seule la balustrade en fer forg du clocher en tmoigne de nos jours. Thomas Baillairg conoit lactuelle faade noclassique en 1839, aprs avoir achev le nouveau dcor intrieur en 1835.4 La rue des Remparts et ses vieux canons. PhilippeRenault61Les attraits62 Les attraitsLe Muse des Augustines de lHtel-Dieu de Qubec retrace lhistoire de la com-munaut des Augustines en Nouvelle-France travers des pices de mobilier, des toiles et des instruments mdicaux. On peut y voir le coffre qui contenait les maigres bagages des fondatrices (avant 1639) ainsi que des pices provenant du chteau Saint-Louis, demeure des gouver-neurs sous le Rgime franais (portraits de Louis XIV et du cardinal de Riche-lieu). La visite du muse donne accs sur demande la chapelle et aux caves votes. La dpouille de la bienheureuse Marie-Catherine de Saint-Augustin, fon-datrice de la communaut en Nouvelle-France, repose dans une chapelle atte-nante o se trouve galement un beau reliquaire dor de style Louis XIV, sculpt en 1717 par Pierre-Nol Levasseur.De langle de la petite rue de lHtel-Dieu, qui fait face la chapelle des Augustines, et de la rue Saint-Jean, une belle vue de la cte de la Fabrique donne sur lhtel de ville et la basilique-cathdrale, au fond 6 Le magnifique btiment du Muse Bon-Pasteur. PatrickEscudero63Le Vieux-QubecLes attraitsde la perspective. La rue Saint-Jean, qui file vers louest, constitue une agrable artre commerciale.Un dtour dans la rue Saint-Stanislas permet de voir lancienne glise mtho-diste, une belle ralisation nogothique de 1850. Elle loge de nos jours lInstitut canadien, centre des arts et des lettres qui eut bien des dmls avec le clerg avant la Rvolution tranquille des annes 1960, cause de ses choix littraires jugs trop audacieux.Ldifice voisin, au no 44, est lancienne prison de Qubec, rige en 1808. En 1868, il est ramnag pour accueillir le Morrin College, affili lUniversit McGill de Montral. Cette vnrable ins-titution de la communaut anglophone de Qubec abrite aussi la prcieuse bibliothque de la Literary and Histo-rical Society of Quebec, socit savante fonde en 1824. La portion de la rue Saint-Stanislas situe entre la rue Sainte-Anne et la place de lInstitut-Canadien a t rebaptise en 2000 du nom de la chausse des cossais.Ldifice coiff dun clocher palladien, langle de la rue Cook et de la rue Dau-phine, est lglise presbytrienne St. An-drew, termine en 1811. Le Site patrimonial du Parc-de-lArtil-lerie occupe une partie dun vaste site vocation militaire situ en bordure des murs de la ville. Le centre dinterprtation loge dans lancienne fonderie de lAr-senal, o lon a fabriqu des munitions jusquen 1964. Sy trouve une fascinante maquette de Qubec excute de 1795 1810 par lingnieur militaire Jean-Bap-tiste Duberger des fins de planification tactique. Expdie en Angleterre en 1813, elle est de retour Qubec. La maquette est une source dinformation sans pareille sur ltat de la ville dans les annes qui ont suivi la Conqute.La visite mne la redoute Dauphine, un beau btiment fortifi, revtu dun crpi blanc et situ proximit de la rue McMahon. En 1712, lingnieur militaire Dubois Berthelot de Beaucours trace les plans de la redoute, qui sera acheve par Chaussegros de Lry en 1747. Une redoute est un ouvrage de fortification autonome qui sert en cas de repli des troupes. Jamais vritablement utilise cette fin, elle sera plutt lorigine de la vocation de casernement du secteur. En effet, sy trouve derrire la redoute un ensemble de casernes riges par lArme britannique au XIXe sicle, auquel 5 Le Muse des Augustines de lHtel-Dieu de Qubec. ConseildupatrimoinereligieuxduQubec,20035 La fameuse cte de la Fabrique. HlneHuard64 Les attraitssajoute une cartoucherie, aujourdhui ferme. La visite du mess des officiers (1820), reconverti en un centre dinitia-tion au patrimoine, termine le parcours. En priode estivale, les curieux assistent en aprs-midi une dmonstration de tir la poudre noire. Des guides en cos-tumes dpoque, un caporal et un soldat animent bruyamment cette activit.La plus rcente des portes de Qubec, la porte Saint-Jean a pourtant les origines les plus anciennes. Ds 1693, cet endroit 6 Lhistorique redoute Dauphine dans toute sa blancheur. tienneBoucher65Les attraitscomprend lune des trois seules entres de la ville. Elle sera renforce par Chaus-segros de Lry en 1757, puis reconstruite par les Anglais. En 1867, on amnage une porte moderne deux tunnels carros-sables jouxts de passages pitonniers, pour faire taire les marchands qui rcla-ment la dmolition pure et simple des fortifications. Cette porte, non conforme au projet romantique de Lord Dufferin, est supprime en 1898. Elle ne sera rem-place par la porte actuelle quen 1936.Dans la rue DAuteuil, au no 29, se trouve un ancien orphelinat anglican, construit pour la Society for Promoting Christian 66Le Vieux-QubecLes attraitsKnowledge en 1824, et qui fut le premier difice nogothique de Qubec. Son architecture est lourde de symbolisme, puisquelle introduit le courant roman-tique dans une ville dont ce sera par la suite le vritable leitmotiv. Au passage, dans le parc de lEsplanade face au no 57, slvent deux bustes la mmoire dmile Nelligan et dAlexandre Pouch-kine, inaugurs en aot 2004 conjointe-ment par les villes de Saint-Ptersbourg et de Qubec.Le dernier des jsuites de Qubec meurt en 1800, sa communaut ayant t frappe dinterdit, dabord par le gouver-nement britannique, qui sa puissance politique fait peur, ensuite par le pape lui-mme (1774). Mais elle ressuscite en 1814 et elle est de retour en force Qubec en 1840. Son collge et son glise de la place de lHtel-de-Ville ntant plus disponibles, la communaut trouve un havre accueillant chez les congrga-nistes. Ces paroissiens, membres dune confrrie fonde par le jsuite Ponert en 1657 regroupant de jeunes lacs dsireux de propager la dvotion mariale, ont pu riger une chapelle dans la rue DAuteuil. Franois Baillairg trace les plans de la chapelle des Jsuites, qui sera termine en 1818. En 1930, la faade est compl-tement refaite limage de la cathdrale. Lornementation de lintrieur dbute en 1841 par la construction de la fausse vote. Lautel de Pierre-Nol Levasseur (1770) en constitue la pice matresse. Aujourdhui, le sous-sol de la chapelle sert de refuge aux jeunes marginaux de la ville.La porte Kent, tout comme la porte Saint-Louis, est le fruit des efforts dploys par Lord Dufferin pour donner Qubec une allure romantique. Les plans de la plus jolie des portes du Vieux-Qubec ont t labors en 1878 par Charles Baillairg daprs les propositions de lIrlandais William H. Lynn.Hors les murs, on aperoit lhtel du Parlement et, lintrieur, plusieurs maisons patriciennes le long de la rue DAuteuil. Au no 69, la maison McGreevy se dmarque par sa monumentalit. uvre de Thomas Fuller, auteur des plans du capitole de ltat de New York, elle sapparente un difice commercial. Lentrepreneur en construction Thomas McGreevy, qui la fait btir en 1868, est responsable de la construction du premier parlement canadien dOttawa, dont Fuller a dress les plans. Derrire la faade de grs jaune de Nepean se dploie un dcor victorien somptueux et absolument intact.5 La chapelle des Jsuites. PhilippeRenault4 La porte Saint-Jean. Socitdu400eanniversairedeQubec67Les attraitsLvisPortePrescottPlace de ParisChteau FrontenacSminaire de Qubec ParcMontmorencyParc duBastion-de-la-Reinerue Hbertrue Monseigneur-De Laval rue Saint-Antoinerue Sous-le-Fortrue Sainte-Famillerue de la Mnagerierue De Buaderue Ste-Annerue du Fort Place dArmes rue des rue du March-Champlainrue du Petit-Champlainrue de la Terrasse-Dufferinrue Saint-Paulrue Saint-Paulrue Sous-le-Caprue de la Barricaderue Saint-Pierrerue Saint-Pierrerue Saint-Pierrerue Bellrue Notre-Damerue du Sault-au-Matelotrue de la Vieille-Universitrue des Rempartsrue des Rempartsrue Port-DauphinctedelaMontagneTraversierscte de la Montagnerue du Porcherue du March-Finlayrue du March-Finlayrue de la PlacerueduSault-au-MatelotrueduCul-de-SacPrue Isidore-Thibaudeaurue du Don- de-Dieu quai Saint-Andrboul. Champlainrue Dalhousierue Dalhousierue DalhousieMaison Louis-JollietFl eu veSa in t- La ur en t Funiculaire Centre dinterprtation de Place-Royale Funiculaire Escalier Casse-Cou Fresque du Petit-Champlain Anse du Cul-de-SacMaison Chevalier / Centre dinterprtationde la vie urbaine de la ville de QubecBatterie Royale Maison Grenon Place RoyalegliseNotre-Dame-des-Victoires Fresquedes QubcoisCentre dinterprtation de Place-Royale Muse de la civilisation Verrerie La MaillocheEx MachinaEntrept ThibaudeauBanque de Qubec Banque MolsonTerminus du traversierQubec-Lvis Les PeintresQubcoisMaison DemersMaison EstbeN0 50 100mLe Petit-Champlain et Place-RoyaleLe Petit-Champlain et Place-RoyaleLe trs populaire quartier historique du Petit-Cham-plain, dont la jolie rue ponyme renferme thtre, cafs, restos, ateliers, galeries et boutiques, demeure un lieu sans gal pour la flnerie, la contemplation et les rencon-tres entre amis. Plusieurs artistes et artisans de renom y ont pignon sur rue.Le secteur de Place-Royale, le plus europen de tous les quartiers dAmrique du Nord, rappelle un village du nord-ouest de la France. Le lieu est lourd de symboles puisque cest sur cet emplacement mme que Qubec a t fonde en 1608. Aprs de multiples tentatives infruc-tueuses, ce fut le vritable point de dpart de laven-ture franaise en Amrique. Sous le Rgime franais, le site reprsentait le seul secteur densment peupl dune colonie vaste et sauvage, et cest aujourdhui la plus importante concentration de btiments des XVIIe et XVIIIe sicles en Amrique au nord du Mexique.Jean-ClaudeGermain70 Les attraitsLE PETIT-CHAmPLAInLe funiculaire fut exploit ds novembre 1879 par lentrepreneur W.A. Griffith afin de faciliter les dplacements entre la Haute-Ville et la Basse-Ville. Au dpart, le funiculaire fonctionnait leau, laquelle se transvidait dun rservoir lautre. Il fut converti llectricit en mme temps quon illumina la terrasse Dufferin, en 1906. Aussi appel ascenseur, il nous vite demprunter lescalier et de faire le dtour par la cte de la Montagne.La porte Prescott est directement acces-sible du parc Montmorency ou de la terrasse Dufferin par un charmant esca-lier situ prs du pavillon dentre du funiculaire. La structure discrtement postmoderne a t ralise en 1983 en souvenir de la premire porte rige cet endroit en 1797 par Gother Mann. Les pitons peuvent passer directement de la terrasse Dufferin au parc Montmorency, et vice-versa, grce la passerelle juche sur son linteau.Il existe un escalier lendroit o se trouve aujourdhui lescalier Casse-Cou depuis 1682. Jusquau dbut du XXe sicle, il tait fait de planches de bois quil fallait constamment rparer ou rem-placer. Il relie la Basse-Ville et la Haute-Ville. Certains commerces se sont installs au niveau de ses diffrents paliers. Parmi ceux-ci se trouve un petit conomuse qui dvoile les secrets des souffleurs de verre. la Verrerie La Mailloche, les visi-teurs observent le spectacle fascinant des artisans qui travaillent le verre chauff suivant des techniques ancestrales de 6 Les terrasses de lescalier Casse-Cou, avec vue sur le Petit-Champlain. DenisVincelette71Le Petit-ChamplainLes attraitssoufflage du verre. ltage, une bou-tique propose les objets crs par ces artistes.Au pied de lescalier sallonge la rue du Petit-Champlain, autrefois habite par des Irlandais travaillant au port qui la nommaient Little Champlain Street. Cette troite voie pitonne est aujourdhui borde de jolies boutiques et dagrables cafs amnags dans des maisons des XVIIe et XVIIIe sicles. Certains btiments, au pied du cap, ont t dtruits par des boulis, avant que la falaise ne soit stabi-lise au XIXe sicle.La maison Louis-Jolliet, situe au no 16, est lune des plus anciennes demeures de Qubec (1683) et lune des rares uvres de Claude Baillif encore debout. Elle fut construite aprs le grand incendie de 1682 qui dtruisit la Basse-Ville. La tragdie incita les autorits imposer la pierre comme matriau pour btir. La maison fut habite par Louis Jolliet (1645-1700), qui, avec le pre Marquette, dcouvrit le Mississippi et explora la baie dHudson. Pendant les dernires annes de sa vie, il enseigna lhydrographie au Sminaire de Qubec. Lintrieur du btiment a t compltement chambard, puisque sy trouve maintenant lentre infrieure du funiculaire.Le visiteur aura sans doute besoin de plusieurs minutes pour admirer les nom-breux dtails que recle la belle Fresque du Petit-Champlain. Quelque 35 per-sonnages, connus ou anonymes, qui ont faonn lhistoire du Qubec, et plus par-ticulirement de Qubec et du quartier du Petit-Champlain, sont mis en scne dans six pices, du rez-de-chausse au grenier, faisant revivre des lieux diffrents de leur vie quotidienne tels que des ate-liers dartisans ou une auberge. Comme si les murs de la maison que lobservateur a sous les yeux staient soudain ouverts sur des pans de lhistoire!La maison Demers, cette imposante maison de marchand rige en 1689 par le maon Jean Lerouge, est typique des habitations bourgeoises de la Basse-Ville. Elle prsente une faade rsidentielle deux tages dans la rue du Petit-Cham-plain, dont seul le rez-de-chausse nest pas dorigine, alors que larrire, haut de quatre tages, permettait demmagasiner les biens dans les votes des niveaux infrieurs, qui donnaient directement sur lanse du Cul-de-Sac. Ce havre naturel est aujourdhui remblay et construit.Lanse du Cul-de-Sac, aussi appele anse aux Barques, fut le premier port de Qubec. En 1745, lintendant Gilles Hoc-quart fait amnager dans sa partie ouest un important chantier naval, o seront construits plusieurs vaisseaux de guerre franais avec du bois canadien.5 La Fresque du Petit-Champlain. LouiseLeblanc72Le Petit-ChamplainLes attraitsAu XIXe sicle, on rige, sur les remblais, le terminus ferroviaire du Grand Tronc (1854) et le march Champlain (1858), dtruit par le feu en 1899. Le site com-prend actuellement des btiments admi-nistratifs et le terminus du traversier Qubec-Lvis. Il est recommand deffec-tuer le bref aller-retour sur le traversier afin de jouir dun des meilleurs points de vue sur Qubec. En hiver, la traverse est une rare occasion de se confronter aux glaces du Saint-Laurent.LHtel Jean-Baptiste-Chevalier, un ancien htel particulier, fut le premier des immeubles du quartier retenir lat-tention des restaurateurs de btiments. Il comprend en ralit trois maisons riges des poques diffrentes: la maison de larmateur Chevalier, en forme dquerre (1752), la maison Frrot, au toit mansard (1683), et la maison Dolbec (1713). Tous ces btiments seront rpars ou en partie reconstruits aprs la Conqute. Lensemble a t tir de loubli en 1955 par Grard Morisset, directeur de lInventaire des uvres dart de la province de Qubec, qui suggre alors son rachat et sa restauration par le gou-vernement du Qubec. Cette dmarche aura un effet dentranement bnfique et vitera que le secteur ne soit ras.La maison Chevalier abrite une annexe du Muse de la civilisation: le Centre dinterprtation de la vie urbaine de la ville de Qubec. Ce centre propose des circuits pdestres dans la ville et des acti-vits ducatives. Dinspiration classique franaise de la deuxime moiti du XVIIIe sicle, la maison Chevalier tmoigne de larchitecture urbaine en Nouvelle-France. En plus de rappeler lhistoire de ce bti-ment, lexposition Ambiances dautrefois prsente des reconstitutions dintrieurs 4 La Fresque des Qubcois (voir p 79), un hommage aux fondateurs et btisseurs de Qubec. PhilippeRenault/Hemis75Les attraitsdes XVIIIe et XIXe sicles amnags grce aux pices de la collection du Muse de la civilisation.Avant daccder la batterie Royale, le petit passage de la Batterie mne la jolie cour de la maison Grenon (1763), qui permet aux passants davoir une vue en contre-plonge du Chteau Frontenac et une autre sur le fleuve et les traver-siers.La Basse-Ville ntant pas emmure, il fallut trouver dautres solutions pour la protger des tirs provenant des navires. Au lendemain de lattaque de William Phipps en 1690, on dcida damnager la batterie Royale lextrmit de lactuelle rue Sous-le-Fort. Son emplacement strat-gique permettait en outre de mener une offensive sur la flotte ennemie, si jamais elle saventurait dans ltranglement du fleuve Saint-Laurent en face de Qubec. En 1974, les vestiges de la batterie, long-temps camoufls sous des entrepts, sont mis au jour. On doit alors reconstituer les crneaux supprims au XIXe sicle ainsi que le portail de bois, visible sur un dessin de 1699.Les deux maisons crpies de la rue Saint-Pierre, qui avoisinent la batterie Royale, ont t riges pour Charles Guillemin au dbut du XVIIIe sicle. La forme trique de celle de gauche dmontre quel point lespace tait prcieux dans la Basse-Ville sous le Rgime franais, chaque parcelle, mme irrgulire, devant tre construite. Un peu plus loin, au no 25 de la rue Saint-Pierre, se trouve la maison Fornel, rige au XVIIe sicle mme les ruines du chteau fort de Champlain. Il est noter que ses votes stendent jusque sous la place Royale mme.6 La maison Chevalier, reconnaissable entre toutes. JacquesLessard3 Le traversier Qubec-Lvis devant la Basse-Ville. Istockphoto.com/TonyTremblay76Le Petit-ChamplainLa partie basse de la vieille ville, commer-ante et portuaire, est une troite bande de terre en forme de U coince entre les eaux du fleuve Saint-Laurent et lescarpe-ment du cap Diamant. Elle constitue le berceau de la Nouvelle-France puisque cest sur le site de la place Royale que Samuel de Champlain choisit en 1608 driger son Abitation, lorigine de la ville de Qubec. lt de 1759, elle est aux trois quarts dtruite par les bombar-dements anglais. Il faudra 20 ans pour rparer et reconstruire les maisons.Au XIXe sicle, de multiples remblais largissent la Basse-Ville et permettent de relier par des rues le secteur de Place-Royale et le quartier du Palais o se trouvait entre autres le palais de lIn-tendant. Le dclin des activits portuaires, au dbut du XXe sicle, a provoqu labandon graduel de Place-Royale, que lon a entrepris de restaurer en 1959. PLACE-ROyALE Place-Royale renferme 27 caves votes parmi les plus anciennes et les plus belles de Qubec. En comparaison, on dnombre quelque 65 caves votes rsi-dentielles dans toute la ville, dont la plu-part furent riges au XVIIIe sicle sous le Rgime franais.La place Royale mme est inaugure en 1673 par le gouverneur Frontenac, qui en fait une place de march. Celle-ci occupe lemplacement du jardin de lAbitation de Champlain, sorte de chteau fort incendi en 1682 au mme moment que toute la Basse-Ville. En 1686, lintendant Jean Bochart de Champigny fait riger, au centre de la place, un buste en bronze de Louis XIV, confrant de la sorte au lieu le titre de place Royale. Le buste disparat sans laisser de traces aprs 1700. En 1928, Franois Bokanowski, ministre franais du Commerce et des Communications, offre au Qubcois Athanase David une rplique en bronze du buste en marbre de Louis XIV se trouvant dans la Galerie de Diane, Versailles, afin de remplacer la statue disparue. Luvre du fondeur Alexis Rudier ne fut installe quen 1931, car on craignait par ce geste dinsulter lAngleterre!Lglise Notre-Dame-des-Victoires, cette petite glise sans prtention, est la plus ancienne qui subsiste au Canada. Sa construction a t entreprise en 1688 selon les plans de Claude Baillif sur lem-placement de lAbitation de Champlain, dont elle a intgr une partie des murs. Dailleurs, sur le sol ct de lglise, on a marqu de granit noir lemplace-ment des vestiges des fondations de la seconde Abitation de Champlain, dcou-verts en 1976.Dabord place sous le vocable de lEnfant-Jsus, lglise est rebaptise Notre-Dame-de-la-Victoire la suite de lattaque infructueuse de lamiral Phipps en face de Qubec (1690), puis Notre-Dame-des-Victoires en rappel de la dconfiture de lamiral Walker, dont la flotte fit naufrage lle aux ufs lors dune tempte en 1711. Les bombar-dements de la Conqute ne laisseront debout que les murs, ruinant du coup le beau dcor intrieur des Levasseur. Lglise est rtablie en 1766, mais ne sera acheve quavec la pose du clocher actuel en 1861.Raphal Giroux excute la majeure partie du dcor intrieur entre 1854 et 1857, mais ltrange tabernacle forteresse du matre-autel est une uvre plus tardive de David Ouellet (1878). Enfin, en 1888, Jean Tardivel peint les scnes historiques sur la vote et sur le mur du chur. Mais ce sont les pices autonomes qui retien-nent davantage lattention: on remarque dabord lex-voto suspendu au centre de la vote et reprsentant le Brz, un navire venu au Canada en 1664 avec son bord les soldats du rgiment de CAVeS VOteSLa ville de Qubec compte au total quelque 65 caves votes rsi-dentielles dont la majorit ont t construites au XVIIIe sicle sous le Rgime franais. Certaines des 27 caves votes du secteur de Place-Royale, dans la Basse-Ville, ont quant elles rsist au temps et sont aujourdhui accessibles au public (entre autres celles de la maison Chevalier, de la maison Pag-Quercy et de la maison Estbe du Muse de la Civilisation, et de la maison Fornel).En plus disoler lhabitation de lhumidit du sous-sol et de renforcer le plancher du rez-de-chausse, ces caves en pierre protgeaient contre le vol, le feu et mme les bombardements. Mais avant toute chose, elles constituaient des chambres froides offrant une temprature denviron 15C et une humidit constante, o taient stockes des denres telles que fruits et lgumes, produits laitiers, poisson sal, alcools, vinaigres et huiles, lard sal et autres viandes.3 La cave vote de la maison Pag-Quercy, au Muse de la civilisation. IdraLabriePlace-Royale78 Les attraitsCarignan-Salires, puis le beau tabernacle dpos dans la chapelle Sainte-Gene-vive, attribu Pierre-Nol Levasseur (vers 1730). Parmi les tableaux accro-chs aux murs, il faut signaler la pr-sence duvres de Boyermans et de Van Loo provenant de la collection de labb Desjardins.Sous le Rgime franais, la place Royale attire de nombreux marchands et arma-teurs qui sy font construire de belles demeures tout autour. Haute maison formant langle sud-ouest de la place Royale et de la ruelle de la Place, la maison Barbel fut rige en 1755 pour la redoutable femme daffaires Anne-Marie Barbel, veuve de Louis Fornel. Elle tait lpoque propritaire dune manufacture de poteries sur la rivire Saint-Charles et dtenait le bail du lucratif poste de traite de Tadoussac.Quant la maison Dumont, 1 place Royale, elle fut construite en 1689 pour le marchand de vins Eustache Lambert Dumont, en incorporant les vestiges du magasin de la Compagnie des Habitants (1647). Transforme en auberge au XIXe sicle, la maison tait ltape choisie par le prsident amricain Howard Taft (1857-1930) lors de son passage annuel Qubec, en route pour La Malbaie, o il passait ses vacances estivales.Au no 3-A se trouve la maison Bruneau-Rageot-Drapeau, reconstruite en 1763 sur les fondations de la demeure de Nicolas Jrmie, interprte en langue innue, puis commis aux postes de traite de la baie dHudson.La maison Paradis, au 42 rue Notre-Dame, abrite la galerie dart Les Peintres Qubcois. La galerie regroupe plusieurs uvres dartistes qui ont dj fait leur marque dans lunivers artistique du Qubec comme Clarence Gagnon et Jean-Paul Lemieux, mais elle accueille galement les uvres dartistes de la relve.Dans la rue Notre-Dame, prs de la cte de la Montagne, un spectacle multicolore attend les flneurs. Sur le mur aveugle de la maison Soumande, devant le parc 6 La place Royale, lendroit mme o Champlain fonda Qubec en 1608. istockphoto.com/TonyTremblay79de la Cetire, stalent les couleurs de la Fresque des Qubcois. En fait, les passants pourraient fort bien ne pas la remarquer puisquil sagit dun trompe-lil! Cette fresque a t cre par des artistes de la Cit de la Cration de Lyon (France), en collaboration avec la SODEC et la Commission de la capitale nationale du Qubec, assurant luvre une qualit raliste fort instructive. Dans cette fresque, qui a ncessit 600 litres de peinture (!), on a amalgam sur 420 m2 des architectures et des lieux caractris-tiques de Qubec tels le cap Diamant, les remparts, une librairie, les maisons du Vieux-Qubec, bref, tous ces lieux que ctoient chaque jour les habitants de la ville. On peut samuser de lon-gues minutes, comme la foule de pas-sants admiratifs qui samasse ses pieds beau temps, mauvais temps, reprer les personnages historiques et tenter de se remmorer le rle quils ont jou. De haut en bas et de gauche droite, on aperoit Marie Guyart, Catherine de Longpr, Franois de Laval, Jacques Cartier, Thas Lacoste-Frmont, Franois-Xavier Garneau, Louis-Joseph Papineau, Jean Talon, le comte de Frontenac, Marie Fitzbach, Marcelle Mallet, Louis Jolliet, S COmme dAnS eSSeSPeut-tre avez-vous d j remarqu ces S en fer forg qui ornent certains murs des maisons anciennes de la cit? Ces l-ments architecturaux dpoque, appels esses, sont en fait destins retenir les pierres des murs et renforcer les structures de maonnerie.Ce systme de soutien mural aide donc garder les murs droits: o il y a un S dun ct du btiment, il y en a un vis--vis de lautre ct. Les deux S sont relis au milieu par une longue tige en fer qui passe travers les poutres. Cest pour cela que ces tiges ne sont pas visibles lintrieur des bti-ments.4 Au haut de la faade, deux esses en fer forg. Dreamstime.com/ChristopherHoweyPlace-Royale80 Les attraitsAlphonse Desjardins, Lord Dufferin, Flix Leclerc et, finalement, Samuel de Cham-plain, par qui tout a commenc!De retour la place Royale, une visite au Centre dinterprtation de Place-Royale demeure fort instructive. Pour le loger, les maisons Hazeur et Smith, qui avaient t incendies, ont t remises neuf dans un style moderne laissant une bonne place aux matriaux dorigine. Le verre y est omniprsent, permettant dadmirer de partout les pices exposes autant que larchitecture des btiments. Plusieurs expositions permanentes ludi-ques et instructives y sont prsentes pour le plaisir des petits et des grands. Diffrentes activits, comme un atelier de costumes dpoque et des visites commentes, permettent de revivre les 400 ans dhistoire de lun des plus anciens quartiers en Amrique du Nord.Entre les deux maisons du centre dinter-prtation, un escalier descend de la cte de la Montagne jusqu la place Royale en longeant des murs vitrs qui laissent dj entrevoir les trsors quabrite le centre. Sur chacun de ses trois niveaux, une exposition dvoile des pans de lhis-toire de Place-Royale. Y sont prsents des vestiges dcouverts lors des fouilles effectues sous la place. Objets intacts ou minuscules pices difficilement identifia-bles, ils restent tous instructifs.Un spectacle multimdia et des maquettes comme celle reprsentant la seconde Abitation de Champlain en 1635 fas-cinent les curieux. On y apprend entre autres que la premire auberge avoir vu le jour Qubec fut ouverte en 1648 par un certain Jacques Boisdon, au nom prdestin! La tradition htelire de la place se poursuit jusquau milieu du XXe sicle, alors que Place-Royale perd son dernier htel dans un incendie. Par ailleurs, vous pourrez faire la rencontre de Samuel de Champlain grce un film et des maquettes. Ses rcits de voyage, ses cartes et ses dessins permettent de suivre ses aventures pour y dcouvrir un Nouveau Monde.La place de Paris se trouve en bordure de la rue du March-Finlay. Cette place raffine, belle russite dintgration de lart contemporain un contexte ancien, a t amnage en 1987 par larchitecte qubcois Jean Jobin. Au centre trne une uvre de lartiste franais Jean-Pierre Raynault, offerte par la Ville de Paris loccasion du passage Qubec de son maire. Le monolithe de marbre blanc et de granit noir avec support lumineux, baptis Dialogue avec lhistoire, voque lmergence de la premire forme humaine en ces lieux et fait pendant au buste de Louis XIV, visible dans la pers-pective. Les Qubcois lont surnomm le Colosse de Qubec en raison de sa masse imposante. De la place, autrefois occupe par un march public, on jouit dune vue magnifique sur la batterie Royale et le fleuve Saint-Laurent.Lentrept Thibaudeau, situ rue du March-Finlay, se prsente comme un vaste immeuble dont la faade principale en pierres donne sur la rue Dalhousie. Il reprsente la dernire tape de dvelop-pement du secteur, avant quil ne sombre dans loubli la fin du XIXe sicle. Len-trept de style Second Empire (version nord-amricaine du style Napolon III), caractris par un toit mansard et des ouvertures arcs segmentaires, a t rig en 1880, selon les plans de Joseph-Ferdinand Peachy, pour Isidore Thibau-deau, prsident fondateur de la Banque Nationale.Au no 92 de la rue Saint-Pierre se dresse une imposante demeure de marchand datant de 1752, la maison Estbe, aujourdhui intgre au Muse de la civilisation, dont on aperoit les murs de pierres lisses en bordure de la rue. Guillaume Estbe tait directeur des 4 La clbre maison Estbe. PierreSoulardPlace-Royale82 Les attraitsForges du Saint-Maurice, aux Trois-Rivires, et ngociant. Ayant conduit plusieurs affaires louches avec lintendant Bigot pendant la guerre de Sept Ans, il fut emprisonn quelques mois la Bastille pour malversation. Sa maison, o il vcut cinq ans avec sa femme et ses 14 enfants, est rige sur un remblai qui donnait autrefois sur un large quai priv corres-pondant la cour du muse. Cette cour est accessible par la porte cochre. Lint-rieur, pargn par les bombardements de 1759, comprend 21 pices, dont certaines revtues de belles boiseries Louis XV. langle de la rue de la Barricade se trouvent lancien difice de la Banque de Qubec (1861) et, en face, lancienne Banque Molson, installe dans une maison du XVIIIe sicle.Le Muse de la civilisation, inaugur en 1988, se veut une interprtation de larchitecture traditionnelle de Qubec, travers ses toitures et lucarnes stylises et son campanile rappelant les clochers des environs. Larchitecte Moshe Safdie, qui lon doit galement le rvolution-naire Habitat 67 de Montral et le Muse des beaux-arts du Canada, Ottawa, a cr l un difice sculptural, au milieu duquel trne un escalier extrieur, vri-table monument en soi. Le hall central offre une vue charmante sur la maison Estbe et son quai, tout en conservant une apparence contemporaine, renforce par la sculpture dAstri Reuch, intitule La Dbcle.Le Muse de la civilisation propose des expositions temporaires des plus varies. Lhumour, le cirque et la chanson par exemple ont dj fait lobjet de prsen-tations des plus vivantes. On y accueille aussi des expositions venues raconter les grandes civilisations du monde.Paralllement, les expositions perma-nentes dressent un portrait des civi-lisations dici. Le Temps des Qubcois suit lhistoire de lvolution du peuple qubcois. Nous, les Premires Nations, une exposition grand dploiement la-bore conjointement avec des Autoch-tones, retrace lhistoire des 11 nations qui peuplent le territoire qubcois. On y voit une foule dobjets ainsi que des documents audiovisuels comme ceux du cinaste Arthur Lamothe. Lexposition permanente la plus rcente, Territoires, permet lexploration de grands thmes comme loccupation du territoire (Un territoire habit), lexploitation des res-sources naturelles (Un territoire de res-sources), la qute de nature (Un territoire de loisirs) et ladaptation lhiver (Un territoire nordique).Parmi les objets les plus intressants du muse, on notera la prsence dune grande barque du Rgime franais dgage lors des fouilles sur le chantier du muse, de corbillards chevaux trs orns datant du XIXe sicle et dobjets dart et dbnisterie chinois provenant de la collection des Jsuites, incluant un beau lit imprial. Une cave vote du XVIIIe sicle abrite la boutique du muse.Juste ct du Muse de la civilisation, on aperoit un imposant difice de style Beaux-Arts datant de 1912. Il sagit dune ancienne caserne de pompiers qui a t rnove pour accueillir Ex Machina, un 6 Vue de lintrieur du Muse de la civilisation. PhilippeRenault/Hemis83Les attraitscentre de production artistique multi-disciplinaire parrain par lhomme de thtre Robert Lepage. Une haute tour coiffe dun dme en cuivre se dresse langle sud-est, tel un clocher dglise, et sinspire de la tour du parlement. Les pompiers sen servaient pour suspendre leurs longs boyaux darrosage, faits de tissu cette poque, pour quils schent sans risquer de sabmer. Ldifice a t agrandi et, afin de prserver son carac-tre, on a rig devant la nouvelle partie un faux mur rappelant le mur de pierres dorigine. Coiffant cette partie, une petite installation de verre et de mtal sillumine le soir venu. En faade, dans une vitrine sont exhibes les nombreuses statuettes qui reprsentent autant de prix remports par Robert Lepage tant au Qubec quailleurs dans le monde dans les domaines du thtre et du cinma.5 Ex Machina, lieu culturel cr par lhomme de thtre Robert Lepage. VanessaLandryClaveriePlace-Royale440440Parc de l'ArtillerieParc TessierBasse-Villerue Abraham-Martinrue De Saint-Vallier rue Saint-Nicolasrue Vallirerue Hbertrue Saint-Flavienrue Ferlandrue HamelrueSainte-Famillerue Saint-Paulrue des Prairiesrue Abraham-Martinrue Dalhousierue Dalhousie rue Bellrue St-Pierrerue de lEstuairerue de lEstuairerue de la Gare-du-PalaisruedesRempartsruedesRempartsrueCharlevoixboul. Charest E.rue du Sault-au-Matelotquai Saint-Andrquai Saint-Andrboul. Jean-Lesageboul. Jean-LesageFleuveSaint-LaurentBassin LouiseRivire Saint-Charles Centre dinterprtationdu Vieux-Port-de-Qubec March du Vieux-Port Gare du Palais Llot des Palaislot Saint-Nicolas / Maisons LecourtQuartier du PalaisPlace de la FAOdifice de la DouanePointe--CarcyMuse naval de Qubec Banque canadiennede commerce rue Sous-le-CapPlace de la Gare Ancien bureau de poste Parcde lAmrique-LatineCabaretChez GrardN075150mVieux-PortLe Vieux-PortSouvent critiqu pour son caractre trop nord-amricain dans une ville sensi-bilit tout europenne, le Vieux-Port a d'abord t ramnag par le gouverne-ment du Canada dans le cadre de lvnement maritime Qubec 1534-1984, puis nouveau l'occasion des festivits entourant le 400e anniversaire de la ville de Qubec.PhilippeRenault/Hemis86Le Vieux-PortLes attraitsLdifice de la Douane, 2 quai St-Andr, prsente, avec son dme et ses colonnes, une belle architecture noclassique. lpoque de sa construction (1856-1857), leau du fleuve venait mourir son pied.Le secteur situ entre la rue Dalhousie et le fleuve porte le nom de Pointe--Carcy. Il comporte entre autres les quais 19, 21 et 22.Le Muse naval de Qubec a t inaugur en mai 1995 en lhonneur du lieutenant-commandeur Joseph Alexis Stanislas Dry, vtran de la Seconde Guerre mon-diale. Situ la jonction du bassin Louise et du fleuve Saint-Laurent, ce muse fait partie intgrante du Complexe naval de la Pointe--Carcy, qui abrite les difices de la Rserve navale du Canada. Son exposition permanente se consacre faire dcouvrir lhistoire navale du fleuve Saint-Laurent tout en conscientisant les visiteurs aux valeurs pacifiques. Dehors, au bout du quai, le fleuve et les navires se laissent tout simplement admirer. Au carrefour form par les rues Saint-Pierre, Saint-Paul et du Sault-au-Matelot se trouve la place de la FAO. Cette place rend hommage lOrganisation des Nations Unies pour lagriculture et lalimentation (FAO), dont la premire assemble eut lieu en 1945 au Chteau Frontenac. Au centre de la place se dresse une sculp-ture reprsentant la proue dun navire semblant merger des flots. Sa figure de proue fminine, La Vivrire, tient bras le corps des fruits, des lgumes et des crales de toutes sortes.Devant la place de la FAO, langle de la rue Saint-Pierre, lancien difice de la Banque canadienne de commerce en impose par son large portique arrondi.La rue de la Barricade mne la rue pitonnire Sous-le-Cap. Cet troit pas-sage, qui tait autrefois coinc entre les eaux du Saint-Laurent et lescarpement du cap Diamant, fut pendant longtemps le seul chemin pour rejoindre le quartier du Palais. la fin du XIXe sicle, cette rue abritait des familles ouvrires dorigine irlandaise. Les habitants daujourdhui, qui disposent de trop peu despace, ont amnag des cabanons du ct de la falaise, qui rejoignent les maisons par des passerelles enjambant la rue la hauteur des cordes linge. On emprunte la rue Sous-le-Cap presque sur la pointe des pieds, tant on a limpression quelle fait partie dun petit monde part! Au bout de la rue, le visiteur dbouche dans la cte du Colonel-Dambourgs puis dans la rue Saint-Paul.5 La place de la FAO et LaVivrire. PhilippeRenault/Hemis4 La rue pitonnire Sous-le-Cap. MarietteProvencher87Les attraits88 Les attraitsLa rue Saint-Paul est aussi des plus charmantes et agrables. Sy alignent plu-sieurs boutiques dantiquaires et des gale-ries dart, qui exhibent de belles pices du patrimoine qubcois, sans oublier quelques bons restaurants populaires ou gastronomiques. lpoque des bateaux voiles, Qubec tait une des principales portes dentre de lAmrique, plusieurs navires ne pou-vant affronter les courants contraires du fleuve plus louest. Son port, trs fr-quent, tait entour de chantiers navals importants, dont lexistence tait justifie par labondance et la qualit du bois canadien. Les premiers chantiers royaux apparaissent sous le Rgime franais lanse du Cul-de-Sac. Le blocus napo-lonien de 1806 force les Britanniques se tourner vers leur colonie du Canada pour lapprovisionnement en bois et pour la construction de vaisseaux de guerre, donnant le coup denvoi de multiples chantiers qui feront la fortune de leurs propritaires. Le Centre dinterprtation du Vieux-Port-de-Qubec traite plus par-ticulirement de cette priode florissante de la navigation Qubec. La plupart des marchs publics du Qubec ont ferm leurs portes au dbut des annes 1960, car ils taient perus comme des services obsoltes avec lar-rive des supermarchs. Mais lattrait des produits frais de la ferme et celui du contact avec le producteur sont demeurs, de mme que la volont de vivre en socit dans des lieux publics. Aussi les marchs publics ont-ils rap-paru timidement au dbut des annes 1980. Le march du Vieux-Port, angle 6 La rue Saint-Paul, rue des antiquaires et des galeries dart. PhilippeRenault/Hemis89Les attraitsrue Saint-Thomas et quai Saint-Andr, rig en 1987, succde deux marchs de la Basse-Ville, aujourdhui disparus (marchs Finlay et Champlain). Il est agrable dy flner en t et de jouir des vues sur la marina du bassin Louise, accole au march.Pendant plus de 50 ans, les citoyens de Qubec ont rclam quune gare presti-gieuse soit construite pour desservir leur ville. Leur souhait sera finalement exauc par le Canadien Pacifique en 1915. rige selon les plans de larchitecte new-yorkais Harry Edward Prindle dans le mme style que le Chteau Frontenac, la superbe gare du Palais donne au passager qui arrive Qubec un avant-got de la ville romantique et pittoresque qui lat-tend. Le hall, haut de 18 m, qui stire derrire la grande verrire de la faade, est baign de lumire grce aux puits en verre plomb de sa toiture. Ses murs sont recouverts de carreaux de faence et de briques multicolores, confrant un aspect clatant lensemble.La gare fut ferme pendant prs de 10 ans (de 1976 1985), une poque o les compagnies ferroviaires tentaient dimiter les compagnies ariennes, en dplaant leurs infrastructures dans la lointaine ban-lieue. Elle fut heureusement rouverte en grande pompe et tient lieu aujourdhui de gare ferroviaire et de gare dautocars. En face, la place de la Gare-du-Palais offre un petit espace de dtente marqu par une impressionnante sculpture-fontaine de Charles Daudelin, clatement II.Ldifice voisin est lancien bureau de poste construit en 1938 selon les plans de Raoul Chnevert. Il illustre la persis-tance du style chteau comme emblme de la ville.Un peu plus loin sur le boulevard Jean-Lesage stend le petit parc de lAm-rique-Latine. Sy dressent cinq monu-ments honorant la mmoire des person-nages les plus importants de lhistoire de lAmrique latine, si proche du Qubec: Juan Montalvo, Jos Gervasio Artigas, Bernado OHiggings, Simn Bolvar et Jos Mart.Le cur du quartier du Palais, ainsi nomm parce quil stend de part et dautre du site du palais de lIntendant, est accessible par la rue De Saint-Vallier vers louest.6 Le Vieux-Port de Qubec TonyTremblay90Le Vieux-PortLes attraitsLes architectes De Blois, Ct, Leahy ont restaur avec brio, au milieu des annes 1980, lensemble de ce quadrilatre, connu sous le nom dlot Saint-Nicolas et dlimit par la ruelle de lAncien-Chan-tier, la rue De Saint-Vallier, la rue Saint-Paul et la rue Saint-Nicolas. Le beau bti-ment dangle en pierres, de mme que les deux autres situs derrire dans la rue Saint-Nicolas, ont abrit de 1938 1978 le clbre Cabaret Chez Grard, o se pro-duisaient rgulirement Charles Trenet et Rina Ketty, ainsi que plusieurs autres vedettes de la chanson franaise, et o Charles Aznavour a fait ses dbuts. Azna-vour y a chant tous les soirs pendant deux ans contre un maigre cachet dans les annes 1950. Ctait a, la bohme!Le grand btiment revtu de briques dcosse, coiff dun clocheton et appel les maisons Lecourt, a t rig en face de llot Saint-Nicolas, mme les ves-tiges du magasin du Roi de lintendant Bigot (1750). Surnomm La Friponne en raison de la surenchre des prix pratique par Bigot et ses acolytes au dtriment de la population affame, le site tait, avec lanse du Cul-de-Sac, un des deux seuls points daccostage Qubec sous le Rgime franais. Ds le XVIIe sicle, on rige dans lestuaire de la rivire Saint-Charles des entrepts, des quais ainsi quun chantier naval avec cale sche, qui a donn son nom la rue de lAncien-Chantier.Lintendant voyait aux affaires cou-rantes de la colonie. Cest pourquoi on retrouvait, proximit de son palais, les magasins royaux, les quelques industries dtat de mme que la prison. Lintendant ayant maintes occasions de senrichir, il tait normal que sa demeure soit la plus luxueuse des rsidences construites en Nouvelle-France. Devant apparaissent les restes dune aile du palais, constitue du mur de fondation de la structure en briques brunes qui slve maintenant au-dessus. Le site fut dabord occup par la brasserie cre en 1671 par Jean Talon (1625-1694), premier intendant. Talon fit de grands efforts pour peupler et sti-muler le dveloppement conomique de la colonie. son retour en France, il fut nomm secrtaire du cabinet du roi. Sa brasserie sera remplace par le palais conu selon les dessins de ling-nieur La Guer Morville en 1716. Le bel difice comportait notamment un portail classique en pierres de taille souvrant sur un escalier en fer cheval. Une vingtaine 91Le Vieux-PortLes attraitsde pices dapparat, disposes en enfi-lade, accueillaient rceptions et runions officielles du Conseil suprieur.pargn par les bombardements de la Conqute, le palais fut malheureusement incendi lors de linvasion amricaine de 1775-1776. Ses votes servirent de fon-dation la brasserie Boswell, rige en 1872. Lendroit effectua ainsi un retour aux sources inattendu. Aujourdhui, le site accueille Llot des Palais, o se trouve entre autres un centre dinterpr-tation archologique.5 La place de la Gare-du-Palais, avec la gare en arrire-plan. PhilippeRenault/Hemis175175136promenadedesGouverneursLa CitadellePorte Saint-LouisPorteKentPorteSaint-JeanParc deNotre-Dame-de-la-GardeParc delEsplanadeMontcalmVieux-Qubecrue L.-A.-Taschereaurue De La Chevrotirerue de SenezerguesrueSaint-PatrickrueSaint-Amableav. Wilfrid-Laurierav. De Berniresav. George-VIav. George-VIav. George-VIav. Lemesurierav. Monctonav. Brownav. du Parcav. des rablesav. Wolfe-Montcalmrue De Bourlamaqueavenue Cartierav. Briandav. Galipeaultav. Tachav. De Salaberryav. Louis-Saint-Laurentav. Turnbullrue de Claire-Fontainerue de LAmrique-Franaiseav. Learmonthrue FraserrueDe Maisonneuverue Aberdeenrue Saundersav. Ontarioav. Ontarioav. Garneauav. Garneaurue Champlainrue du Cap-Diamantrue Saint-LouisSainte-Ursulerue DAuteuilrue DauphineDYouvillerue Saint-Joachimav. du Cap-Diamantrue ChamplainSaint-DenisruePlacecteruedu Bon-Pasteurav.George-VIav. George-VIrue des Parlementairesde la Citadelleav.Grande Alle O.Grande Alle boul. Ren-Lvesque O.av. Honor-Mercierboul. Champlainboul. Champlainboul. Ren-Lvesque E.FleuveSaint-Laurent Monument lhistorien Franois-Xavier Garneau Htel du Parlement Place de lAssemble- Nationale Fontainede Tourny Complexes H et Jdifice Honor-Mercier Maison de la dcouverte des plaines dAbrahamParc de la Francophonie Terrasse StradaconaParc de lAmrique-Franaise Place Montcalm / Statue du gnral franais Charles de GaulleJardin Jeanne-dArcChapelle historique Bon-Pasteur difice Marie-Guyart /Complexe G / Observatoire de la Capitale Grand ThtreMaison Henry-StuartMonastre des Dominicains Monument la mmoire du gnral WolfeParc des Champs-de-Bataille / (Plaines dAbraham)Chapelle des Franciscaines de Marieglise Saint-Cur-de-Marie Muse national des beaux-arts du QubecTour Martello n 1Tour Martello n 2Maison patrimoniale Louis S.-St-Laurent Promenade des Premiers-MinistresN0100200mLa colline Parlementaire et la Grande AlleLa colline Parlementaire et la Grande Alle La colline Parlementaire accueille des milliers de fonction-naires provinciaux venus travailler dans les divers difices qui la parsment. Grce son bel amnagement, elle attire galement des milliers de touristes qui apprcient son patrimoine architectural et paysager. La magnifique Grande Alle, situe extra-muros, est une des agrables voies daccs au Vieux-Qubec. Elle relie entre autres les diffrents ministres de la capitale, ce qui ne lempche pas davoir jour et nuit la mine plutt joyeuse. Dans sa partie Est, plusieurs des demeures bourgeoises qui la bordent ont t reconverties en cafs, en restaurants ou en discothques pour tous les gots, toutes les bourses et tous les groupes dge.iStockPhoto.com/TonyTremblay94La colline Parlementaire Prs de la porte Saint-Louis slve le monument lhistorien Franois-Xavier Garneau du sculpteur Paul Chevr. On aperoit aussi la croix du Sacrifice, en face de laquelle se tient tous les ans la crmonie du Souvenir, qui a lieu le jour de lArmistice (11 novembre).Lhtel du Parlement est mieux connu des habitants de Qubec sous le nom dAssemble nationale; ce vaste difice construit entre 1877 et 1886 est en effet 5 Lhtel du Parlement, sige de lAssemble nationale du Qubec. iStockPhoto.com/TonyTremblay95le sige du gouvernement. Il arbore un fastueux dcor no-Renaissance franaise qui se veut le reflet de la particularit ethnique du Qubec dans le contexte nord-amricain. Eugne-tienne Tach (1836-1912), son architecte, sest inspir du palais du Louvre la fois pour le dcor et pour le plan, dvelopp autour dune cour carre. Conu lorigine pour loger lensemble des ministres ainsi que les deux Chambres dassemble calques sur le modle du systme parlementaire britannique, il sinscrit de nos jours en tte dun groupe dimmeubles gouverne-mentaux stirant de part et dautre de la Grande Alle.96 Les attraitsLa faade principale aux nombreuses statues constitue une sorte de panthon qubcois. Les 22 bronzes de person-nages marquants de la nation qui occu-pent les niches et les pidestaux ont t raliss par des sculpteurs rputs tels que Louis-Philippe Hbert et Alfred Lali-bert. Une lvation annote de la faade, place proximit de lalle centrale, permet didentifier ces figures. Devant lentre principale, un bronze dHbert, intitul La halte dans la fort, qui repr-sente une famille amrindienne, honore la mmoire des premiers habitants du Qubec. Luvre a t prsente lEx-position universelle de Paris en 1889. Le pcheur la Nigog, du mme artiste, est dispos dans la niche de la fontaine. Lin-trieur, vritable recueil iconographique de lhistoire du Qubec, recle de belles boiseries dores, dans la tradition de lar-chitecture religieuse.Les dputs sigent dans la salle de lAssemble nationale, ou Salon Bleu, o lon peut voir La premire sance de lAssemble lgislative du Bas-Canada en 1792, du peintre Charles Huot, au-dessus du trne du prsident de lAssemble. La grande composition du mme artiste, au plafond, voque la devise du Qubec, Je me souviens. Le Salon Rouge, am-nag lorigine pour le Conseil lgislatif, seconde Chambre non lue, supprime en 1968, fait pendant au Salon Bleu. Il est maintenant utilis lors des commissions parlementaires. Une toile intitule Le Conseil souverain, qui rappelle le mode de gouvernement en Nouvelle-France, y est accroche.Des verrires magnifiques aux accents Art nouveau, dont la plupart ont t ra-lises par le matre verrier Henri Perdriau, originaire de Saint-Pierre de Montlimar (Vende), ornent plusieurs fentres de lhtel du Parlement. La plus spectacu-laire est sans contredit celle de lentre du trs beau restaurant Le Parlementaire, conue en forme de porte cochre lumi-neuse par larchitecte Omer Marchand en 1917. Il est possible dassister aux sances de lAssemble et des commissions parle-mentaires en obtenant pralablement un laissez-passer.6 Le Salon bleu de lhtel du Parlement. PhilippeRenault/Hemis97La colline ParlementaireLes attraitsAutour de lhtel du Parlement, il faut encore signaler la prsence de plusieurs monuments importants, dont celui la mmoire dHonor Mercier, premier ministre de 1887 1891; celui de Maurice Duplessis, premier ministre lpoque de la grande noirceur (1936-1939 et 1944-1959); et celui reprsentant Ren Lvesque, qui occupe une place privil-gie dans le cur des Qubcois et qui fut premier ministre de 1976 1985. De plus, la promenade des Premiers-Minis-tres informe les visiteurs, laide de pan-neaux dinterprtation, sur les premiers ministres qui ont marqu le Qubec depuis 1867.Devant lhtel du Parlement stire la belle place de lAssemble-Nationale, coupe en deux par llgante avenue Honor-Mercier. Du ct des remparts, la place est anime par plusieurs vne-ments tout au long de lanne.Depuis le 3 juillet 2007, jour du 399e anniversaire de la ville de Qubec, on peut admirer la magnifique fontaine de Tourny au centre de lavenue Honor-Mercier, qui forme un carrefour giratoire qui permet la fois aux automobilistes et aux pitons den contempler la beaut. Sa base repose dans un bassin circulaire.Issue des fonderies franaises Barbezat en 1854, cette fontaine de 7 m de haut constitue un des six exemplaires crs par le sculpteur Mathurin Moreau. Les dcorations qui lornent sont du sculpteur animalier Alexandre Lambert Lonard. Moreau remporte en 1855 la mdaille dor lExposition universelle de Paris. En 1857, le maire de Bordeaux veille linstallation de deux fontaines aux extrmits des alles de Tourny, du nom dun marquis qui fut jadis intendant de la ville sous Louis XV. 5 La statue de Maurice Duplessis, devant lhtel du Parlement. PhilippeRenault/Hemis98La colline ParlementaireLes attraitsPrs dun sicle et demi passe avant que Peter Simons, un homme daffaires connu des gens de la capitale, ne dcouvre, en 2003, une des deux fontaines de Tourny aux puces de Saint-Ouen, et ce, en pices dtaches. Il en fait don Qubec. Aujourdhui, on peut admirer cette uvre magnifique comprenant sa base trois femmes et un homme qui incarnent fleuves et rivires, surmonts dune vasque octogonale pare de poissons et dlments marins. De cette vasque surgit un groupe de quatre figures denfants qui reprsentent la pche et la navigation. Enfin, une dernire vasque circulaire possde en son centre un vase orn. la nuit tombe, la fontaine sillumine pour le plus grand plaisir de tous. La plaque commmorative de la fontaine de Tourny est signe dun texte de Marie Laberge, auteure succs originaire de Qubec.La croissance fulgurante de la fonction publique dans le contexte de la Rvolu-tion tranquille des annes 1960 va obliger le gouvernement construire plusieurs immeubles modernes pour abriter les dif-frents ministres. Une belle range de demeures Second Empire a d tre sacri-fie pour faire place aux complexes H et J, sur la Grande Alle, en face de lhtel du Parlement, un ensemble ralis en 1970.Les bureaux du Conseil excutif et du cabinet du premier ministre se trouvent depuis le printemps 2002 dans le bel difice Honor-Mercier, situ boulevard Ren-Lvesque Est, ct de lhtel du Parlement. En fait, il sagit dun retour, puisque ldifice a abrit les bureaux du premier ministre jusquen 1972. Le btiment a eu droit une cure de rajeu-nissement qui respecte la beaut de son architecture souligne par ses marbres, 4 Le jeu deau illumin de la magnifique fontaine de Tourny. tienneBoucher99100La colline ParlementaireLes attraitsses moulures de pltre et ses boiseries. Il fut construit entre 1922 et 1925 selon les plans de larchitecte Chnevert.Sur lavenue Wilfrid-Laurier, derrire les complexes H et J, lore des plaines dAbraham, se trouve le centre dinterpr-tation du parc des Champs-de-Bataille. Amnage dans un btiment de la Cita-delle, la Maison de la dcouverte des plaines dAbraham saura plaire autant aux visiteurs quaux gens de Qubec. Au rez-de-chausse, dot dune entre sur les plaines, le visiteur se voit offrir quelques services et rponses ses ques-tions concernant le parc des Champs-de-Bataille, son histoire ainsi que les activits multiples qui sy droulent. Y sont pr-sents une exposition sur la bataille des plaines dAbraham ainsi que lOdysse, un spectacle multimdia. De l partent diverses visites guides dont lune bord du Bus dAbraham. Le parc de la Francophonie et le com-plexe G, qui se profile larrire-plan, occupent lemplacement du quartier Saint-Louis, aujourdhui presque entire-ment dtruit. Le parc est amnag pour la prsentation de spectacles en plein air. Il sanime entre autres pendant le Fes-tival dt. On lappelle communment Le Pigeonnier, nom qui lui vient de lintressante structure de bton rige en son centre (1973), daprs une ide des architectes paysagistes Schreiber et Williams.LA GRAnDE ALLELa Grande Alle apparat dj sur les cartes du XVIIe sicle, mais son urbani-sation survient dans la premire moiti du XIXe sicle, alors que Qubec stend en dehors de ses murs. Dabord route de campagne reliant Qubec au chemin du Roy, qui conduit vers Montral, la voie tait lorigine borde de grandes proprits agricoles appartenant la noblesse et aux communauts reli-gieuses du Rgime franais. la suite de la Conqute, de nombreux terrains sont amnags en domaines champtres, au milieu desquels sont riges des villas pour les marchands anglophones. Puis la ville noclassique sapproprie le terri-toire, avant que la ville victorienne ne lui donne son cachet particulier.La terrasse Stadacona, aux nos 640 664, correspond la premire phase durba-nisation de la Grande Alle. Lensemble noclassique, construit en 1847, se dfinit comme une terrasse, type dhabitat emprunt lAngleterre qui est form dun groupe de maisons unifamiliales mitoyennes, amnages derrire une faade unique. Les maisons ont depuis t reconverties en restaurants et bars, devant lesquels sont dployes des ter-rasses aux multiples parasols. En face, aux nos 661 695, un groupe de mai-sons Second Empire, riges en 1882, lpoque o la Grande Alle tait lartre 5 Lexposition de la Maison de la dcouverte des plaines dAbraham. PhilippeRenault/Hemis5 La Maison de la dcouverte des plaines dAbraham. PhilippeRenault/Hemis101Les attraits la mode auprs de la bourgeoisie de Qubec, dnotent linfluence du parle-ment sur larchitecture rsidentielle du quartier. Trois autres demeures de la Grande Alle retiennent lattention pour lclectisme de leur faade: la maison du manufacturier de chaussures W.A. Marsh, no 625, rige en 1899 selon les plans de larchitecte torontois Charles John Gibson; la maison Garneau-Mere-dith, nos 600 614, construite la mme anne que la prcdente; la maison William-Price, no 575, vritable petit palais la manire de Romo et Juliette qui abrite aujourdhui restaurants et dis-cothques, et qui est malheureusement crase par la masse de lHtel Loews Le Concorde. Du restaurant panoramique LAstral de cet htel, on a cependant une vue magnifique sur la Haute-Ville et les plaines dAbraham. ct de lHtel Loews Le Concorde se trouve la petite place Montcalm, o un monument commmore la mort du gnral franais survenue lors de la bataille des plaines dAbraham le 13 sep-tembre 1759. Tournant le dos Montcalm est rige une statue du gnral fran-ais Charles de Gaulle (1890-1970), qui a soulev une vive controverse lors de son installation au printemps 1997. Plus loin, lentre des plaines dAbraham, le jardin Jeanne-dArc dvoile aux yeux des promeneurs de magnifiques parterres de mme quune statue de la pucelle dOrlans monte sur un fougueux destrier, et qui honore la mmoire des soldats tus en Nouvelle-France au cours de la guerre de Sept Ans. Un immense rservoir deau potable est nich sous cette partie des plaines dAbraham.Derrire laustre faade de la maison mre des surs du Bon-Pasteur, com-munaut voue lducation des jeunes filles abandonnes ou dlinquantes, se cache une souriante chapelle nobaroque conue par Charles Baillairg en 1866. Il 5 Leffervescente Grande Alle. PhilippeRenault/HemisLa Grande Alle102 Les attraitssagit de la chapelle historique Bon-Pas-teur. Haute et troite, elle sert de cadre un authentique tabernacle baroque de 1730, ralis par Pierre-Nol Levasseur. Cette pice matresse de la sculpture sur bois en Nouvelle-France est entoure de petits tableaux peints par les religieuses et disposs sur les pilastres.Au dernier niveau des 31 tages de ldifice Marie-Guyart du complexe G, surnomm le calorifre par les Qu-bcois, se trouve lObservatoire de la Capitale, do lon bnficie dune vue exceptionnelle sur Qubec. 221 m dal-titude, cest le point dobservation le plus haut de la ville.Connu sous le nom de parc Claire-Fontaine jusquen 1985, le parc de lAmrique-Franaise fut inaugur par Ren Lvesque, alors premier ministre du Qubec, quelques mois avant sa dfaite face Robert Bourassa. En plus de ses grands arbres, lespace de verdure voit flotter un alignement de fleurdeliss.Le Grand Thtre, situ lautre extr-mit du parc, constituait au moment de son inauguration, en 1971, le fleuron de la haute socit de Qubec. Aussi le scandale fut-il grand lorsque la murale du sculpteur Jordi Bonet arborant la phrase de Claude Ploquin: Vous tes pas curs de mourir, bande de caves? Cest assez!, fut dvoile pour orner le hall. Le thtre, uvre de Victor Prus, architecte dorigine polonaise, comprend en ralit deux salles (Louis-Frchette et Octave-Cr-mazie), o lon prsente les concerts de lOrchestre symphonique de Qubec, des spectacles de varits, du thtre et de la danse. En 2007, la salle Louis-Frchette a t compltement rnove pour en am-liorer lclairage, le son et le confort grce de nouveaux fauteuils.Lglise Saint-Cur-de-Marie a t construite pour les Eudistes en 1919 selon les plans de Ludger Robitaille. Elle fait davantage rfrence un ouvrage militaire, en raison de ses tourelles, de ses chauguettes et de ses mchicoulis, qu un difice vocation religieuse. On dirait une forteresse mditerranenne perce de grands arcs. Lui fait face la plus extraordinaire range de maisons Second Empire qui subsiste Qubec, nos 455 555, Grande Alle Est, baptise 3 Lintrieur de la chapelle historique Bon-Pasteur. PhilippeRenault/Hemis3 Une alle fleurie du jardin Jeanne-dArc. tienneBoucher103 lorigine terrasse Frontenac. Ses toi-tures fantaisistes et lances, qui pour-raient tre celles dun conte illustr pour enfants, sont issues de limagination de Joseph-Ferdinand Peachy (1895).Les surs franciscaines de Marie sont membres dune communaut de reli-gieuses demi clotres qui se consacrent ladoration du Seigneur. En 1901, elles font riger le sanctuaire de lAdoration perptuelle, qui accueille les fidles en prire. Lexubrante chapelle des Fran-ciscaines de Marie, de style nobaroque, clbre la prsence permanente de Dieu. On y voit une coupole colonnes, sou-tenue par des anges, et un somptueux baldaquin en marbre.En face se dvoilent plusieurs belles demeures bourgeoises, riges au dbut du XXe sicle, entre autres la maison de John Holt, qui fut propritaire des maga-sins Holt-Renfrew, aux nos 433-435, et la maison voisine au no 425, toutes deux riges dans le style des manoirs cos-sais. La plus raffine est sans contredit la maison du juge P.A. Choquette, conue JeAn PAuL RiOPeLLe, un GAnt PARmi LeS GAntSN Montral le 7 octobre 1923, Jean Paul Riopelle fut lun des artistes les plus importants de sa gnration au Qubec. De plus, il jouissait dune grande renomme internationale. Plusieurs du nombre impressionnant duvres quil a signes sont exposes travers le monde. Peintre abstrait lyrique, sculpteur et graveur, surtout connu pour ses grandes toiles et sa sculpture-fontaineLaJoute (1969-1974), il a marqu et influenc le monde de lart contemporain. Sa carrire prit forme dans les annes 1940 au sein du groupe des Automatistes, auprs de Paul-mile Borduas.En 1948, il sera lun des signataires du manifeste duRefusglobal, qui fit par la suite couler beaucoup dencre et, dune certaine faon, rigea les bases esthtiques de la Rvolution tranquille. Il a vcu Paris plusieurs annes, mais cest au Qubec quil est revenu sinstaller vers la fin de sa vie. Il est mort le 12 mars 2002 dans son manoir de larchipel de LIsle-aux-Grues, prs de Montmagny, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent.Depuis quelques annes, une des salles du Muse national des beaux-arts du Qubec est entirement consacre Jean Paul Riopelle. Entre autres toiles,LHommageRosaLuxemburg, uvre immense dun artiste immense, est accroche ses murs.La Grande Alle104 Les attraits105Les attraitspar larchitecte Georges-mile Tanguay, qui fait appel un doux clectisme, la fois flamand et oriental.Au no 201, le rez-de-chausse de la Maison patrimoniale Louis S.-St-Lau-rent, premier ministre du Canada de 1948 1957, peut tre visit. Ce dernier fit construire cette demeure en 1913 et lha-bita jusquen 1973, lanne de son dcs. Cette visite fera connatre les membres de la famille St-Laurent ainsi que des aspects de luvre politique de lancien premier ministre canadien.La Maison Henry-Stuart, entoure de son jardin, est un des rares exemples de cottage anglo-normand Regency encore debout Qubec. Cette architecture de type colonial britannique se caractrise par une large toiture en pavillon recou-vrant une galerie basse qui court sur le pourtour du btiment. La maison, leve en 1849, marquait autrefois la limite entre la ville et la campagne. Son intrieur, qui comprend plusieurs pices de mobilier provenant du manoir de Philippe Aubert de Gasp, Saint-Jean-Port-Joli, na pra-tiquement pas t modifi depuis 1914. La Maison Henry-Stuart et son joli jardin, qui fait dailleurs partie de lAssociation des jardins du Qubec, sont ouverts aux visiteurs. La maison loge aussi le Conseil des monuments et sites du Qubec. Lavenue Cartier est une des belles rues commerantes de la ville. pine dorsale du quartier rsidentiel Montcalm, elle aligne restaurants, boutiques et piceries fines qui attirent une clientle qui aime y dambuler.Dans les environs se trouvent la maison Pollack, dinspiration amricaine; le Foyer no-Renaissance des dames pro-testantes, lev en 1862 par larchitecte Michel Lecourt; et la maison Krieghoff, habite en 1859 par le peintre dorigine hollandaise Cornelius Krieghoff.Le monastre des Dominicains et son glise sont des ralisations relativement rcentes qui tmoignent la fois de la persistance et de la tendance lexac-titude historique de larchitecture no-6 Une des vues grandioses quoffre lObservatoire de la Capitale. CCNQ,PierreJoosten3 La salle Louis-Frchette du Grand Thtre. LouiseLeblanc5 La Maison Henry-Stuart, au bel amnagement paysager. ConseildesmonumentsetsitesduQubecLa Grande Alle106 Les attraitsgothique au XXe sicle. Lensemble, au cachet britannique, est dune sobrit qui incite la mditation et au recueille-ment.Au rond-point de lavenue Wolfe-Mont-calm se dresse le monument la mmoire du gnral Wolfe, vainqueur de la dci-sive bataille des plaines dAbraham. Cest, dit-on, le lieu exact o il scroula mortel-lement. Le monument lev en 1832 fut maintes fois la cible des manifestants et des vandales. Renvers de nouveau en 1963, il sera reconstruit lanne suivante et muni pour la premire fois dune ins-cription... en franais.Au cur du splendide parc des Champs-de Bataille a t rig en 1933 le Muse national des beaux-arts du Qubec. Pla-fonds sculpts, colonnes surmontes de chapiteaux, matriaux nobles et formes lgantes, bref, larchitecture du muse ne manquera pas dimpressionner les visiteurs.Lespace musal a t agrandi et rnov de 1989 1991. Il renferme ce jour trois pavillons: le pavillon Grard-Morisset, de style noclassique, le pavillon Charles-Baillairg, qui a abrit pendant prs dun sicle la prison de Qubec, et le Grand Hall, un pavillon tout en transparence qui relie les deux autres et qui sert de lieu daccueil pour les visiteurs. Le muse sillumine la brunante pour rvler ses plus beaux lments architecturaux.La visite de cet important muse permet de se familiariser avec la peinture, la sculpture et lorfvrerie qubcoises, depuis lpoque de la Nouvelle-France jusqu aujourdhui. Sy trouvent prs de 33 000 uvres et objets dart datant du XVIIe sicle nos jours, dont seulement 2% sont actuellement exposs. Les visi-teurs ont accs 12 salles dexposition, dont une consacre en permanence Jean Paul Riopelle, dans laquelle trne entre autres son imposante murale (42 m) intitule LHommage Rosa Luxemburg, et une autre entirement ddie Alfred Pellan.Les collections dart religieux provenant de plusieurs paroisses rurales du Qubec sont particulirement intressantes. On y trouve galement des documents offi-ciels, dont loriginal de la capitulation de Qubec (1759). Le muse accueille frquemment des expositions tempo-raires en provenance des tats-Unis ou de lEurope.Dici 2012, le Muse national des beaux-arts du Qubec, devenu la mmoire vivante de lart qubcois, continuera de stendre grce un grand projet dagran-dissement. Il se dotera ainsi de nouveaux espaces pour mettre en valeur une part plus importante de sa collection.4 Une des salles dexposition du Muse national des beaux-arts du Qubec. PhilippeRenault/Hemis4 Le Muse national des beaux-arts du Qubec. LesPhotographesKedl,20044 La trs commerante avenue Cartier. PhilippeRenault/HemisLa Grande Alle107Les attraits108 Les attraitsJuillet 1759: la flotte britannique, com-mande par le gnral Wolfe, arrive devant Qubec. Lattaque dbute presque aussitt. Au total, 40 000 boulets de canon sabattront sur la ville assige qui rsiste lenvahisseur. La saison avance, et les Britanniques doivent bientt prendre une dcision, avant que des renforts, venus de France, ne les surprennent ou que leurs vaisseaux ne restent pris dans les glaces de dcembre. Le 13 septembre, la faveur de la nuit, les troupes bri-tanniques gravissent le cap Diamant louest de lenceinte fortifie. Pour ce faire, elles empruntent les ravins qui tran-chent, et l, la masse uniforme du cap, ce qui permet ainsi de dissimuler leur arrive tout en facilitant leur escalade. Au matin, elles occupent les anciennes terres dAbraham Martin, do le nom de plaines dAbraham donn lendroit. La surprise est grande en ville, o lon atten-dait plutt une attaque directe sur la cita-delle. Les troupes franaises, aides de quelques centaines de colons et dAm-rindiens, se prcipitent sur loccupant. Les gnraux franais (Montcalm) et bri-tannique (Wolfe) sont tus. La bataille se termine dans le chaos et dans le sang. La Nouvelle-France est perdue!Le parc des Champs-de-Bataille, cr en 1908, commmore cet vnement en plus de donner aux Qubcois un espace vert incomparable. Dominant le fleuve Saint-Laurent, ce parc est Qubec ce que le parc du Mont-Royal est Montral ou ce que Central Park est New York: une oasis de verdure urbaine. Il a une super-ficie de 101 ha, jusque-l occups par un 5 Le parc des Champs-de-Bataille, ou plaines dAbraham. GilbertBochenekLa Grande Alle109Les attraitsterrain dexercice militaire, par les terres des Ursulines ainsi que par quelques domaines champtres.Lamnagement dfinitif du parc, selon les plans de larchitecte paysagiste Fre-derick Todd, sest poursuivi pendant la crise des annes 1930, procurant ainsi de lemploi des milliers de chmeurs de Qubec. Les plaines constituent aujourdhui un large espace vert sillonn de routes et de sentiers pour permettre hiver comme t des balades de toutes sortes. Sy trouvent aussi de beaux am-nagements paysagers ainsi que des lieux danimation historique et culturelle, tel le kiosque Edwin-Blanger, qui prsente des spectacles en plein air.Les tours Martello nos 1 et 2 sont des ouvrages caractristiques du systme dfensif britannique au dbut du XIXe sicle. La tour no 1 (1808) est visible en bordure de lavenue Ontario, et la tour no 2 (1815) sinscrit dans le tissu urbain langle des avenues Laurier et Tach. lintrieur de la tour no 1, une exposition retrace certaines stratgies militaires utili-ses au XIXe sicle. Dans la tour Martello no 2, des soupers mystre sont organiss, o des personnages transportent les visi-teurs en 1814 et leur proposent de dmas-quer avec eux le coupable dune sombre intrigue. Une troisime tour subsiste plus au nord, lautre extrmit du cap, dans le faubourg Saint-Jean-Baptiste.La Grande AlleJean-ClaudeGermain175175 440Htel duParlementPorteSaint-LouisPorteKentPorteSaint-JeanParc delAmrique-FranaiseParc de laFrancophoniePlaceGeorge-VJardinde Saint-RochParc delEsplanadeSaint-Jean-BaptisteSaint-RochVieux-Qubecrue Saint-Olivierrue Lavigueur rue Sainte-Hlnerue Sainte-Margueriterue de la Tourellecte dAbrahamrue RichelieurueSaint-Augustincte Sainte-Geneviverue desParlementairesrue L.-A.-Taschereaurue Scottrue DeLomerueBurtonruePrvostrue DAiguillonrueSaint-Gabrielrue Lockwellrue Saint-Patrickrue du Bon-Pasteurav. Wilfrid-Laurierrue Christophe-Colomb E.rue Arago E.rueCrmazie O.av. Louis-Saint-Laurentav. Turnbullrue de Claire-Fontainerue de lAmrique-Franaiserue deSenezerguesrue De La Chevrotire rue Sainte-Clairerue Delignyrue Sutherlandrue du Pontrue Philippe-Dorvalrue DAuteuilrue Dauphinerue Richelieurue des Glacisrue DAiguillonrueSaint-Joachimruedes Prairiescte de la Potasseav. Honor-MercierGrande Alle E.Grande Alle E.rue Saint-Jeanboul. Ren-Lvesque E.aut. Dufferin-Montmorencyglise Saint-Jean-BaptistePlace DYouville Capitolede QubecPalais Montcalm glise et cimetire St. Matthew picerie J.-A.-MoisanCentre des congrsSocit Radio-CanadaN0 100 200mLe faubourg Saint-Jean-BaptisteDepuis toujours un quartier vivant ponctu de salles de spectacle, de bars, de cafs, de bistros et de boutiques, le sympathique faubourg Saint-Jean-Baptiste, trs anim de jour comme de nuit, est juch sur un coteau entre la Haute-Ville et la Basse-Ville. Sy presse une foule htroclite compose de rsidants affairs et de promeneurs nonchalants.Si lhabitat rappelle celui de la vieille ville par labondance des toitures mansar-des ou pentues, la trame orthogonale des rues est en revanche on ne peut plus nord-amricaine. Malgr un terrible incendie en 1845, cet ancien faubourg de Qubec a conserv plusieurs exemples de larchitecture de bois, interdite lintrieur des murs de la ville.112 Les attraitsLa place DYouville, appele commun-ment carr dYouville par les gens de Qubec, est cet espace public lentre de la vieille ville, qui tait autrefois la plus importante place du march de Qubec. Elle constitue de nos jours un carrefour trs frquent et un ple culturel majeur. Un ramnagement la fin des annes 1980 lui a donn une large surface pi-tonne, agrmente de quelques arbres et de bancs ainsi que dun large kiosque qui sert de lieu de rendez-vous. Lemplace-ment du mur de contrescarpe, ouvrage avanc des fortifications nivel au XIXe sicle, a t soulign par lintgration de blocs de granit noir au revtement de la place. Ds le mois doctobre, une portion de la place se recouvre de glace pour le grand plaisir des patineurs. lextrmit ouest de la place DYouville, on aperoit Les Muses, un bronze tonnant dAlfred Lalibert (1878-1953). Ces six muses reprsentent la musique, lloquence, la posie, larchitecture, la sculpture et la peinture. Au dbut du XXe sicle, Qubec avait dsesprment besoin dune nouvelle salle de spectacle denvergure, son aca-dmie de musique ayant t dtruite par un incendie en mars 1900. Le maire, second par lentreprise prive, entreprit des dmarches afin de trouver un terrain. Le gouvernement canadien, propritaire des fortifications, offrit une troite bande de terre, en bordure des murs de la ville, qui slargissait toutefois vers lar-rire, rendant possible lrection dune salle convenable. Lingnieux architecte W.S. Painter de Detroit, dj occup lagrandissement du Chteau Frontenac, imagina alors un plan incurv qui per-mettrait, malgr lexigut des lieux, de doter ldifice dune faade monumentale. Inaugur en 1903 sous le nom dAudito-rium de Qubec, et connu aujourdhui comme le Capitole de Qubec, ce thtre constitue lune des plus tonnantes rali-sations de style Beaux-Arts au Canada.En 1927, le clbre architecte de cinmas amricain Thomas W. Lamb fit du thtre un luxueux cinma de 1 700 places. Rebaptis le Capitole de Qubec, il continua tout de mme prsenter des spectacles jusqu louverture du Grand Thtre, en 1971. Dlaiss, le Capitole fut abandonn plusieurs annes, avant dtre entirement restaur en 1992 selon les plans de larchitecte Denis Saint-Louis. Ldifice comprend, de nos jours, la grande salle transforme en un vaste caf-concert ainsi quun luxueux htel et un restaurant. Le Capitole a aussi fait lacquisition du cinma attenant, sur la devanture duquel trne une grande enseigne ronde. Ce cinma a t converti en cabaret.6 La place DYouville tout illumine. JonathanHabel6 Le Capitole de Qubec. PierrePhaneuf113Le faubourg Saint-Jean-BaptisteLes attraitsLe pavillon du march Montcalm fut ras en 1932 pour la construction du Palais Montcalm. Autrefois un lieu privilgi des assembles politiques et des manifes-tations en tout genre, le Palais Montcalm adopte une architecture dpouille qui sinspire la fois du Renouveau classique et de lArt dco. Le Palais a t ramnag pour accueillir les mlomanes de tous les horizons musicaux dans une splendide salle de concerts: la salle Raoul-Jobin. Il accueille galement lorchestre de chambre de renomme internationale Les Violons du Roy. La faade arrire du palais a t ranime par lartiste qub-cois Florent Cousineau. Son uvre, Le fil rouge, est forme de trois bas-reliefs de pierre traverss par une ligne lumineuse que lon peut voir de la rue Dauphine.En quittant les abords de la place DYou-ville, dans laxe de la rue du mme nom, surgit la dlicate faade nogothique de la chapelle du couvent des surs de la Charit (1856), crase par deux immeu-bles massifs.Au no 888 de la rue Saint-Jean, on remarque ldifice de briques rouges qui renferme les studios de radio et de tlvision de la Socit Radio-Canada de Qubec. Du trottoir, on peut entendre lmission radiophonique en cours. Au centre de lavenue Honor-Mercier se dploie luvre de Paul Bliveau, Les vents dferlants. Il sagit dune allgorie forme de six mts aligns en groupe de trois de part et dautre de la rue Saint-Jean, et qui rappellent les vaisseaux de Jacques Cartier accostant au village iro-quoien de Stadacon en 1535.Plus haut, langle de la rue Saint-Joa-chim, commence le large complexe form par le Centre des congrs, le centre 5 La patinoire de la place DYouville JonathanHoule114Le faubourg Saint-Jean-BaptisteLes attraitscommercial Place Qubec ainsi que les htels Hilton Qubec et Delta Qubec. Le Centre des congrs de Qubec, qui slve au nord de lhtel du Parlement, a t inaugur en 1996. Ce grand bti-ment est pourvu de murs vitrs qui laissent pntrer toute la lumire lin-trieur. Il sagit dun complexe moderne qui dispose dune salle dexposition, de plusieurs salles de runion et mme dune salle de bal. Il est reli au centre commercial Place Qubec ainsi quaux htels Hilton Qubec et Delta Qubec. Sa construction a permis la rfection de toute cette partie du boulevard Ren-Lvesque. Entre lhtel Hilton Qubec et le Centre des congrs se droule la pro-menade Desjardins, qui rappelle la vie et luvre dAlphonse Desjardins, fondateur des clbres caisses populaires du mme nom. Au bout de la promenade, on a une belle vue sur la ville et les montagnes au 5 La magnifique salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm. PhilippeRenault/Hemis115Le faubourg Saint-Jean-BaptisteLes attraitsloin. lentre du Centre des congrs se dresse une sculpture tout en mouve-ment, Le Quatuor dairain, ralise par Lucienne Payan-Cornet.Il existe un cimetire lendroit o se trouvent aujourdhui lglise et le cime-tire St. Matthew depuis 1771, alors que les protestants de Qubec, quils soient dorigine franaise huguenote ou britan-nique anglicane et presbytrienne, se regroupent afin de trouver un lieu de spulture adquat pour leurs dfunts. Plusieurs pierres tombales du dbut du XIXe sicle subsistent, faisant de ce cime-tire un des seuls de cette poque qui nait pas t ras. Le cimetire a t trans-form en jardin public. ses monuments, soigneusement restaurs, se sont ajoutes quelques sculptures.116 Les attraitsLa jolie glise anglicane, qui occupe la portion congrue du site en bordure de la rue Saint-Jean, est une uvre nogo-thique influence par les ecclsiologistes, ces mandarins de lglise dAngleterre qui voulaient renouer avec les traditions moyengeuses. Aussi, plutt que davoir lapparence dun btiment neuf au dcor gothique, lglise St. Matthew rappelle dans son plan, et jusque dans ses mat-riaux, une trs vieille glise de village anglais. La nef a dabord t rige en 1848; puis, en 1870, larchitecte William Tutin Thomas de Montral, qui lon doit notamment la maison Shaughnessy 3 Le trs moderne Centre des congrs de Qubec. SCCQ117Le faubourg Saint-Jean-BaptisteLes attraitsdu Centre Canadien dArchitecture, des-sine un agrandissement qui donnera au temple son clocher et son intrieur actuels.Latrophie de la communaut anglicane de Qubec au XXe sicle a entran labandon de lglise St. Matthew, qui a t habilement recycle en une succur-sale de la Bibliothque municipale en 1980 et qui comprend aussi la Galerie du faubourg. Plusieurs lments dcoratifs, excuts par des artistes britanniques, ont t conservs lintrieur, dont la trs belle clture du chur sculpte dans le chne par Percy Bacon, la chaire en albtre excute par Felix Morgan et les beaux vitraux de Clutterbuck. La sombre vote poutres apparentes prsente ga-lement beaucoup dintrt.Lpicerie J.-A.-Moisan, fonde en 1871, sautoproclame la plus vieille picerie en Amrique du Nord. Elle a en effet des allures de magasin gnral dautrefois avec ses planchers et ses tagres tout en bois, ses anciennes publicits et ses multiples botes en fer blanc.Lglise Saint-Jean-Baptiste est sans contredit le chef-duvre de Joseph Ferdinand Peachy. Fidle lclectisme franais, Peachy est un admirateur incon-ditionnel de lglise parisienne de la Tri-nit, qui lui servira plus dune fois de modle. Ici la ressemblance est frappante autant dans le portique extrieur que dans la disposition de lintrieur. Ldi-fice, achev en 1885, entranera la faillite de son auteur, malencontreusement tenu responsable des fissures apparues dans la faade au cours des travaux. Le parvis de lglise a t ramnag en une jolie place.Pour obtenir un beau point de vue sur la ville, les visiteurs grimpent les escaliers de la rue de Claire-Fontaine jusqu langle de la rue Lockwell. La monte est abrupte mais le coup dil en vaut la peine, sur-tout le soir, alors que les lumires de la Basse-Ville dansent leurs pieds derrire limposante glise. Dailleurs, en se pro-menant dans les jolies rues du faubourg, cette vue se retrouve en maints endroits. Entre autres, le visiteur peut descendre la rue Sainte-Claire jusqu lescalier ou lAscenseur du faubourg qui mnent au quartier Saint-Roch, quil aperoit avec les Laurentides pour toile de fond.3 Lpicerie J.-A. Moisan, fonde en 1871. PatrickDonovan440175175ParcDIbervilleParcdu Moulin-de-lHpitalParc VictoriaSaint-RochSaint-SauveurGaredu Palaisrue des Commissaires E.rue Simon-Napolon-Parentrue des Embarcationsrue du Chalutierrue de La Sallerue de la Reinerue du Roirue Saint-Franois rue Saint-Joseph rue Notre-Dame-Des-Angesrue Saint-Anselmerue Caronrue Saint-Olivierrue Sainte-Hlnerue Sainte-Margueriterue Christophe-Colomb O.rue Christophe-Colomb E.rue ChteauguayrueChteauguayrue TurgeonrueJrmerue Signarue Saint-Dominiquerue Mgr-Gauvreaurue du Pontrue de la Chapellerue du Parvisrue Sagardrue F.-G.-rue Charlevoixrue Saint-rue Richelieurue des Prairiesrue du Prince-douardrue des Sables1re Rue4e Avenue6e AvenueruedelAqueducrueMgr.-GauvreauruedelaMare-Hauteruedestrois-MtsrueLalemantrueSaint-Anselmerue Kirouacrue Herminerue Bagotrue Napolonav. des Oblatsrue Boisseaurue Pre-Grenierrue Raoul-Jobinrue Dollardrue Saint-Lonrue Saint-Mathiasrue Chnevertrue de laMarchausserue Robert-Rumilly5e Rue4e Rue3e Rue1e Avenue2e Rueav. S.-N. Parentrue du Cardinal-Taschereaurue Sainte-Agnsrue Saint-Franoisrue D'Argensonrue Saint-Ambroiserue Leerue Saint-Benotrue Saint-AlexisrueMonseigneur-Plessisrue Saint-Sauveurrue Saint-Lucrue Saint-Germainrue Bayardrue Durocherrue de MazenodrueBourdagesrue de Montmartrerue de Carillonrue Victoriaboul. Charest O.boulevard Charest boul. Charest E.aut. Laurentiennerue de la Couronnerue DorchesterLIncarnationaut. Dufferin-Montmorencyrue De Saint-Vallier boul.Jean-Lesageboul. LangelierrueSaint-Vallier cole technique RivireSaint-CharlesRivireSaint-CharlesMaison BlancheMduseJardin de Saint-RochLa Fabrique / Service du dveloppement conomique / cole des arts visuels de lUniversit Lavalglise Notre-Dame-de-Jacques-CartierImprial de QubecPlace Jacques-Cartier /Bibliothque Gabrielle-Roy glise Saint-Roch Hpital Gnral / Muse du Monastre des Augustines / Cimetire militaire / Mmorial la guerre de Sept AnsMoulin de lHpital-GnralN0100200mSaint-Roch et Saint-SauveurSaint-Roch et Saint-SauveurLe quartier Saint-Roch, situ entre le cap Diamant au sud et la rivire Saint-Charles au nord, et entre le boulevard Langelier louest et lautoroute Dufferin-Montmorency lest, a t lobjet dune heureuse revitalisation au fil des dernires annes et connat aujourdhui un essor de popularit sans pareil. Ce quartier tristement clbre de la ville de Qubec, qui a jadis port les fruits de sa mauvaise rputation, propose maintenant un environ-nement agrable propice la promenade. Dsormais, le Nouvo Saint-Roch, rajeuni, lectris, embourgeois mme, constitue un milieu dynamique et vivant.Tout est plutt calme dans le charmant quartier Saint-Sau-veur comparativement son trs couru quartier voisin, Saint-Roch. Certains considrent aujourdhui Saint-Sau-veur comme le quartier multiculturel de Qubec. En effet, le cordon ombilical qui le relie Saint-Roch, la rue Saint-Vallier, est anim de petits restos et boutiques dont les propritaires sont originaires du Mexique, des Antilles, dAfrique et dAsie. Pour de petites fantaisies aux saveurs du monde des prix raisonnables, Saint-Sauveur demeure un rendez-vous pour les flneurs avec ses rues troites et ses maisons de poupes desquelles se dgage une atmosphre empreinte des petites choses du quotidien.PhilippeRenault/Hemis120Saint-RochLes attraitsSAInT-ROCHDabord faubourg des potiers et des tanneurs, Saint-Roch se dveloppe lente-ment le long de la rue De Saint-Vallier la fin du Rgime franais. Puis le blocus napolonien, qui force la Grande-Bre-tagne se replier sur ses colonies pour son approvisionnement en bois, amne la cration de vastes chantiers maritimes au bord de la rivire Saint-Charles, atti-rant dans Saint-Roch une importante population ouvrire.Afflig par une pidmie de cholra en 1832, au cours de laquelle prs du quart de ses habitants mourront, puis par deux conflagrations dvastatrices en 1845 et en 1866, le quartier voit son industrie pre-mire disparatre en quelques annes la suite du retour la normale des relations franco-britanniques et de lapparition des coques de navires en mtal (1860-1870).Samorce alors une reconversion com-plte qui fera de Saint-Roch lun des prin-cipaux quartiers de lindustrie au Canada franais. Sy ouvrent une srie de manu-121Saint-RochLes attraitsfactures de produits de consommation courante (tabac, chaussures, vtements, meubles), qui sinscrivent dans la tradition des potiers et tanneurs du XVIIIe sicle. leurs cts, de grands magasins, comme Paquet, Pollack et le Syndicat de Qubec, qui taient aligns sur le boulevard Cha-rest, couronnent lactivit commerciale du quartier. Il est noter aussi que les propritaires de ces usines et commerces taient, comme les ouvriers, des Cana-diens franais, chose rarissime ailleurs au Canada la mme poque. Au dbut du XXe sicle cependant, cette classe aise qui y habitait encore quitte Saint-Roch pour sinstaller la Haute-Ville, principa-lement sur la Grande Alle. Puis, dans les annes 1960, lactivit commerciale, qui subissait de plus en plus la concurrence des banlieues, se meurt petit feu. Les grands magasins et les manufactures doi-vent, tour tour, fermer leurs portes. Le quartier, nglig, sera laiss lui-mme pendant quelques dcennies. Ce nest que depuis le milieu des annes 1990 que les projets de construction et de revitalisation ont commenc, dabord tranquillement puis une vitesse surpre-nante, transformer le visage de Saint-Roch. En 1992, en effet, la Ville lance un plan daction pour que le quartier rede-vienne le centre-ville quil tait, mais en mieux et en plus beau. Cette rgnra-tion a en fait dbut par lamnagement dun beau parc urbain. Le jardin de Saint-Roch, qui invite la promenade, a aussi incit habitants et promoteurs reconsidrer le quartier. Des entreprises, entre autres dans le domaine du multimdia, des coles, telles lcole des arts visuels de lUniver-5 Le nom huron de la rivire Saint-Charles est Kabir Kouba. PatrickDonovan3 Vue du jardin de Saint-Roch depuis la Haute-Ville. Socitdu400eanniversairedeQubec122 Les attraitssit Laval et lcole nationale dadminis-tration publique (ENAP), des thtres et autres lieux de culture ont ainsi dcid de porter leurs pnates Saint-Roch. La rue De Saint-Vallier ( louest du boulevard Langelier, elle se nomme Saint-Vallier, sans la particule), entre la cte du Palais et la cte dAbraham, a t dfigure en maints endroits, notam-ment lors de la construction des bretelles de lautoroute Dufferin-Montmorency en 1970. Elle prsente tout de mme des tmoins du pass fort intressants. Au no 870, on peut voir des fragments de la maison Blanche, rsidence secon-daire du richissime marchand Charles-Aubert de La Chesnaye, construite en 1679 selon les plans de Claude Baillif. La maison originale, dont il ne subsiste plus que les votes et quelques pans de murs, a beaucoup souffert de lincendie de 1845. Seule une moiti a par la suite t rcupre. Un peu plus loin, deux escaliers de fonte et de bois conus par Charles Baillairg, lun en 1883 et lautre en 1889, permettent de relier timidement les univers spars gographiquement et compltement trangers socialement que sont ville basse et ville haute. Au no 715, on remarquera un ensemble de btiments bien prservs appartenant une entreprise de pompes funbres depuis 1845.Coincs entre la rue De Saint-Vallier et la cte dAbraham, se trouvent les locaux de Mduse, un regroupement de divers ateliers dartistes qui soutiennent la cration et la diffusion de la culture Qubec. Le complexe multifonctionnel, form de maisons restaures et de bti-ments modernes intgrs larchitecture de la ville, saccroche au cap et fait un lien entre la Haute-Ville et la Basse-Ville. Y cohabitent plusieurs groupes qui agis-sent dans diffrents domaines comme la photographie, lestampe, la vido, etc. On y trouve donc des salles dexposi-tion et des ateliers. Y logent aussi Radio Basse-Ville, une radio communautaire, et le restaurant Abraham Martin. Le long de son ct est, un escalier relie la cte dAbraham et la rue De Saint-Vallier.Langle de la cte dAbraham et de la rue de la Couronne est soulign par un parc en rocaille dot dune cascade deau, baptis jardin de Saint-Roch. Cest lamnagement de ce parc urbain qui a lanc, en quelque sorte, la revitalisation de tout le quartier.Du ct de lascenseur du Faubourg, pour dompter la falaise et pour habiller le stationnement attenant limmeuble dhabitation voisin, lartiste Florent Cou-sineau a imagin La falaise apprivoise. Cette imposante structure de bandes dacier est coiffe dun toit vgtal qui, la nuit venue, sillumine dun champ de lucioles. 3 Le jardin de Saint-Roch, une dlicieuse oasis de verdure. PatrickDonovan6 uvre prsente Mduse, centre dart et de multimdia. PhilippeRenault/Hemis123Saint-RochLes attraitsLa rue De Saint-Vallier est gaye, entre la rue Dorchester et le boulevard Langelier, dune jolie auberge, ainsi que de bistros, de bars, de restaurants, de boutiques sympathiques et de salons de coiffure. langle de la rue Victor-Rvillon, on observe une autre uvre dart public de Florent Cousineau sur le coin dun di-fice, La Chute de mots. Les mots reposent sur des bandes mtalliques qui, claires, forment une cascade (de mots).La Fabrique loge dans lancienne usine de la Dominion Corset, qui tait, comme son nom lindique, une fabrique de corsets et, plus tard, de soutiens-gorge. Georges Amyot, son prsident, a fait amnager lnorme usine de la rue Dor-chester entre 1897 et 1911 pour y faire travailler une main-duvre abondante, fminine et obligatoirement clibataire. Le mariage signifiait pour ces jeunes demoiselles le congdiement imm-5 La Fabrique, autrefois la Dominion Corset. PhilippeRenault/Hemis124 Les attraitsdiat, car, pour Amyot, leur devoir tait alors la maison et non plus lusine. Lancienne usine Dominion Corset a t restaure, puis rebaptise La Fabrique en 1993. Elle abrite de nos jours notam-ment le Service du dveloppement co-nomique, de mme que lcole des arts visuels de lUniversit Laval. On remar-quera les jeux de briques complexes de la faade, lhorloge et la tour du chteau deau, lments qui rappellent larchitec-ture des manufactures amricaines de la fin du XIXe sicle.Le boulevard Charest a t cr ds 1928 afin de dcongestionner le quartier dont les rues troites, traces entre 1790 et 1840, narrivaient plus contenir toute lactivit commerciale et industrielle. Le boulevard Charest Est est domin par quelques difices qui abritaient autre-fois les grands magasins de Qubec. Au no 740 se trouvent les anciens locaux du magasin Pollack de 1950. langle de la rue du Parvis slve la face arrire de lancien magasin Paquet et, au coin de la rue de la Couronne, on aperoit le Syndicat de Qubec, reconstruit en 1949, ferm en 1981 et transform en difice bureaux en 2002.Lglise Notre-Dame-de-Jacques-Car-tier tait lorigine la chapelle des congrganistes de Saint-Roch. Elle fut construite en 1853 puis agrandie en 1875. Elle a regroup en 1901 une paroisse part entire. Son dcor intrieur trs riche, excut par Raphal Giroux, comprend notamment des jubs latraux encadrs de colonnes dores. larrire de cette glise au clocher inclin slve limpo-sant presbytre en pierres bossages de 1902. Dans les rues des alentours, les maisons ouvrires de Saint-Roch sont uniques la Basse-Ville de Qubec. Compactes et riges directement en bordure du trot-toir, elles sont revtues de briques bru-ntres ou, plus rarement, de bois. Elles sont coiffes de toits deux versants ou en mansarde et sont dotes de fentres vantaux la franaise. On pourrait dire quelles rsultent dun hybride entre lar-chitecture ouvrire nord-amricaine et larchitecture des villes industrielles du nord de la France.6 Le riche intrieur de lglise Notre-Dame-de-Jacques-Cartier. ConseildupatrimoinereligieuxduQubec,2003125Saint-RochLes attraitsAu dbut du XIXe sicle, lorsque Saint-Roch connat un dveloppement acc-lr, on construit rapidement des mai-sons de bois qui sinspirent directement des maisons de faubourg du Rgime franais. Mais le grand feu de 1845, qui rduit le quartier en cendres, vient modi-fier les rgles du jeu. Il faudra dornavant construire en briques ou en pierres et viter les ornements de bois. Lassouplis-sement de ces rgles la fin du XIXe sicle permettra de doter plusieurs mai-sons dun dcor de bois dinspiration victorienne.LImprial de Qubec est une salle de spectacle qui a connu plusieurs visages avant sa rouverture en 2003. Dabord rige en 1917, puis dtruite par un incendie en 1933 et reconstruite la mme anne, elle devient le Cinma de Paris. En 1971, on lappelle le Midi-Minuit, pour ensuite y ouvrir en 1996 Les Folies de Paris. Bref, lImprial, avec sa salle aux allures dun autre ge et son bistro La casbah, a su reconqurir le quartier au mme titre que le Thtre du Capitole, dans le faubourg Saint-Jean-Baptiste.En 1831, on dcide damnager une place de march langle des rues Saint-Joseph et de la Couronne, mais il faut attendre jusquen 1857 pour que deux halles y soient riges. Lune dentre elles brle en 1911, alors que lautre est dmolie vers 1930 pour lamnagement de la place Jacques-Cartier, au centre de laquelle on peut voir une statue de lillustre explorateur malouin Jacques Cartier, offerte en 1924 par la Ville de Saint-Malo.Au fond de la place se trouve la biblio-thque Gabrielle-Roy, construite en 1982-1983. Elle porte le nom de lun des plus illustres crivains canadiens-franais, auteure entre autres du roman Bonheur doccasion, qui dcrit la misre dun quar-tier ouvrier de Montral pendant la crise des annes 1930. Gabrielle Roy a habit la ville de Qubec pendant de nombreuses annes. La bibliothque comprend ga-lement des espaces dexposition consa-crs la prsentation duvres dartistes contemporains.La portion de la rue Saint-Joseph qui file vers lest tait autrefois recouverte dune verrire et faisait partie du Mail Centre-Ville, quon appelait aussi Mail Saint-Roch. Depuis 2000, le toit a t graduellement retir du mail, pour redonner la rue des airs de petite rue commerante o cafs et boutiques se ctoient et gaient la promenade. Ce vent de renouveau a aussi souffl sur la portion de la rue qui stend louest de la bibliothque. Des thtres, librairies, auberges et restos y ouvrent leurs portes les uns aprs les autres.5 Un restaurant tabli dans un ancien bureau de poste de la rue Saint-Joseph. PatrickDonovan5 La salle de spectacle de lImprial de Qubec. ImprialdeQubec126Saint-RochLes attraitstonnamment, aucun des anciens fau-bourgs de la ville basse ouvrire de Qubec na conserv son glise ancienne. Les incendies et laccroissement rapide de la population les ont fait disparatre au profit ddifices plus modernes et plus vastes. La premire glise Saint-Roch, rige en 1811, a t remplace par deux autres btiments, avant que lon ne voit slever lglise actuelle. Vaste structure noromane deux clo-chers, dont lintrieur recle cependant des vitraux intressants de la Maison Hobbs de Montral (vers 1920), lglise Saint-Roch, construite de 1916 1923, tait presque oublie depuis plusieurs annes, coince quelle tait derrire le Mail Centre-Ville. En ramnageant la rue Saint-Joseph, on a redonn lglise et son parvis une place de choix au sein du quartier. Sa faade sinspire de Notre-Dame de Paris.La rue du Pont fut baptise ainsi au moment de linauguration en 1789 du premier pont Dorchester, situ son extrmit nord. Reconstruit maintes fois, il franchit toujours la rivire Saint-Charles, permettant de rejoindre Limoilou et le secteur nord de Qubec. lest de la rue du Pont, il est possible de retrouver des fragments de loccupation des lieux sous le Rgime franais. Cest en effet dans ce secteur, qui stend jusque sous les piliers de lautoroute Dufferin-Montmorency, qutait situ lermitage Saint-Roch des Pres rcollets, qui a donn son nom au quartier tout entier. Aprs avoir cd en 1692 leur monastre de Saint-Sauveur Mgr de Saint-Vallier en vue de sa transfor-mation en hpital gnral, les Rcollets sinstallent plus lest, o ils amnagent une maison de repos (ermitage) pour leurs prtres. Lermitage consistait en une grande maison jouxte dune chapelle, deux btiments disparus depuis fort long-temps. Viennent bientt sy ajouter un hameau et des commerces qui seront lorigine de la densification du quartier.SAInT-SAUVEURLhistoire de Saint-Sauveur dbute trs tt avec larrive des Rcollets sur les berges de la rivire Saint-Charles en 1615. Ces franciscains rforms entretiennent de grands projets pour leurs terres. Ils pr-voient alors faire venir de France 300 familles, quils installeraient dans un bourg baptis Ludovica. En 1621, ils y font dailleurs construire la premire glise en pierres de la Nouvelle-France. Malheureusement, la prise de Qubec par les frres Kirke en 1629 viendra mettre un terme ce projet. Malgr que Qubec ait t rendue la France ds 1632, le projet de colonisation des Rcollets ne sera jamais plus repris. Seul leur cou-vent est reconstruit avant dtre rachet par lvque de Qubec pour en faire lHpital Gnral (1693).Cest seulement la suite de la grande conflagration qui dtruit le quartier Saint-Roch (1845) que Saint-Sauveur va surba-niser. Dans la plus grande confusion, on rige des centaines de maisonnettes en bois sur des terrains exigus et souvent insalubres. En 1866 puis en 1889, des incendies majeurs ravagent une bonne partie du quartier, qui continue pourtant dattirer nombre douvriers non spcia-liss.Autrefois, lcrivain qubcois Roger Lemelin (1919-1992) contribua faire connatre le quartier de son enfance et de ses amours. Ses romans Au pied de la pente douce (1944) et, surtout, Les Plouffe (1948), duquel furent tirs un feuilleton tlvis ainsi que deux longs mtrages, dcrivent la vie quotidienne, rude et simple la fois, les travers et le grand cur des gens de Saint-Sauveur. Ce quartier ouvrier de la Basse-Ville de Qubec, situ louest de Saint-Roch, tait alors le secteur le plus pauvre et le plus dsuvr de Qubec.4 La majestueuse faade de lglise Saint-Roch. PhilippeRenault/Hemis128 Les attraitsLes petites maisons aux toitures mansar-des de la rue Victoria et des rues avoi-sinantes confrent tout le quartier une atmosphre villageoise et bon enfant. Ces habitations ont t riges sur les minus-cules parcelles traces par des propri-taires terriens dsireux de concentrer un maximum de familles dans un minimum despace. Certaines maisons ont mme t surleves au dbut du XXe sicle par ladjonction de un ou deux tages dots de balcons et doriels richement orns.Lglise Saint-Sauveur se dresse lex-trmit nord de la rue Victoria. Elle fut construite en 1867 en rutilisant les murs calcins de la premire glise de 1851. Larchitecte Joseph-Ferdinand Peachy la dote dune faade noromane coiffe dun clocher qui se rattache davantage lesprit baroque. Lintrieur, abondam-ment dcor la fin du XIXe sicle, pr-sente une nef troite encadre de hautes galeries latrales. On remarquera plus particulirement les verrires de Beaulieu et Rochon (1897).Dans la rue Saint-Vallier ( lest du bou-levard Langelier, elle se nomme De Saint-Vallier, avec la particule), le promeneur plonge au cur de lanimation du quar-tier Saint-Sauveur, avec ses casse-crote, ses restaurants asiatiques, ses brocanteurs et ses ateliers. On y remarque aussi quel-ques anciennes demeures de notables dotes de balcons et de tours.Le parc Victoria fut cr en 1897 afin de pourvoir les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur dun peu de verdure, lment qui avait cruellement manqu jusque-l. On y amnagea des sentiers et des pavillons rustiques, faits de rondins et fort populaires auprs des citadins. Le parc a beaucoup perdu de son attrait lors du remblayage du mandre de la rivire Saint-Charles qui lencerclait presque compltement autrefois.Le site de lHpital Gnral est dabord occup par les Rcollets, qui y font construire la premire glise en pierres de la Nouvelle-France, acheve en 1621, en prvision de la venue de 300 familles que lon veut tablir sur les berges de la rivire Saint-Charles, dans un bourg bap-tis Ludovica. Mme si ce projet ne se concrtisera jamais, linstitution prendra racine et grandira lentement. En 1673, la chapelle actuelle est construite; puis en 1682, les Rcollets dotent leur cou-vent dun clotre arcades, dont il reste quelques composantes intgres des amnagements ultrieurs.En 1693, Mgr Jean-Baptiste de la Croix de Chevrires de Saint-Vallier, deuxime vque de Qubec, achte le couvent des Rcollets pour en faire un hpital. Les Augustines hospitalires de lHtel-Dieu prennent en charge linstitution qui accueille les dmunis, les invalides et les vieillards. Aujourdhui, lHpital Gnral est une institution rserve aux soins de longue dure. On a cependant russi conserver, plus que dans toute autre institution du genre au Qubec, quantit dlments des XVIIe et XVIIIe sicles, telles certaines des cellules des Rcollets, des boiseries, des armoires de pharmacie et des lambris peints. Fait rarissime au Qubec, lhpital na jamais t touch par les flammes et si peu par les bom-bardements de la Conqute. Ces vestiges demeurent toutefois peu accessibles. Il est cependant possible de visiter le petit Muse du Monastre des Augustines ainsi que lglise Notre-Dame-des-Anges, red-5 Le moulin de lHpital-Gnral. HlneHuardSaint-Sauveur129Les attraitscore par Pierre mond en 1770, dont on a conserv le prcieux tabernacle excut par Franois-Nol Levasseur en 1722. On peut y voir de belles toiles, dont LAssomption de la Vierge de frre Luc, peinte sur place lors dun sjour du peintre au Canada en 1670, ainsi que quelques tableaux de Joseph Lgar acquis en 1824.Le site de lHpital Gnral abrite le cimetire militaire o sont inhums, entre autres, plusieurs des soldats morts au cours de la bataille des plaines dAbraham. Sy dressent un mausole o reposent dornavant les restes du mar-quis de Montcalm ainsi que le Mmorial de la guerre de Sept Ans, doubl dune sculpture de Pascale Archambault inti-tule Traverse sans retour. Ce mmorial honore la mmoire des 1 058 soldats morts au champ dhonneur entre 1755 et 1760 qui y sont enterrs. Aux cts des soldats des troupes franaises et bri-tanniques reposent aussi des Canadiens franais et des Amrindiens qui se sont fait tuer en dfendant leurs terres durant la Conqute.Lcole technique ou cole des mtiers est lun des bons exemples du style Beaux-Arts Qubec. Il sagit dune uvre majeure de larchitecte Ren Pam-phile Lemay, ralise entre 1909 et 1911. Le long btiment de briques rouges et de pierres tait autrefois coiff dune tour centrale haute de 22 m qui fut malheu-reusement dmolie vers 1955. langle du boulevard Langelier et de la rue Saint-Franois slve, au milieu dun petit parc, le moulin de lHpital-Gnral. Cet ancien moulin vent est le seul des quelque 20 moulins de Qubec avoir survcu aux affres du temps. Sa tour de pierres a t rige en 1730 sur des fondations antrieures pour les besoins des religieuses de lHpital Gnral et de leurs patients. Il a servi moudre le grain jusquen 1862, alors quun incendie le ravage entirement. Les restes du moulin seront intgrs un btiment industriel qui les camoufle jusqu les faire disparatre du paysage. Il faut attendre 1976 pour que la tour, ou ce qui en reste, soit dgage et quune nouvelle toiture vienne la couvrir.5 Le Mmorial de la guerre de Sept Ans. CCNQ,PaulDionneSaint-SauveurFernandLarochellePatrickDonovan175175138PontDrouinCentre deFoiresPavillon des ArtsPalais duCommerceParcVictoriaParcCartier-BrbeufSaint-SauveurLimoilouav. Jacques-Cartierrue De L'EspinayDe L'EspinayruerueBourdagesrue des Sables1re Rue2e Rue3e Rue4e Rue5e Rue6e Rue7e Rue8e Rue9e Rue10e Rue11e Rue12e Rue13e Rue14e Rue15e Rue16e Rue17e Rue18e Rue19e Rue20e Rue21e Rueav. Jeanne-Manceav. De Villebonav. De Villebonav. De Vitrrue Saint-Eugne ruede la Trinitav. de la Rondeav. de la Rondeboul. Montmorencyboul. Montmorencyav. Bergemontav. D'Assise av. Ozanamav. de Guyennerue Cadillacav. Franois Ierrue De Meulles22e Rue23e Rue24e Rue25e Rue2e Avenueruedu Pont8e Avenue8e Avenue7e Av.5e Av.6e Avenue2e Avenueav. du Coliserue Soumande7e Ruerue Irma-Levasseurrue de Stadaconrue de la Pointe-aux-Livreschemin de la Canardireboul. des Capucins1re Avenue1re Avenueavenue Lamontagneboul. Wilfrid-Hamelboulevard Henri-Bourassa3e Avenue4e AvenueboulevardHenri-Bourassaautoroute Dufferin-MontmorencyRivire Saint-CharlesLieu historique national Cartier-Brbeuf glise Saint-CharlesDomaineMaizeretsColise PepsiHippodrome de Qubec ExpoCitChapel of St. Peter Anglo Canadian Paper MillsAncienne cole dHedleyvilleN0 250 500mLimoilouLhiver approche. Jacques Cartier, qui, en 1535, en est son deuxime voyage dex-ploration au Canada, doit trouver un mouillage pour sa flottille, avant que les glaces ne lemprisonnent au milieu du Saint-Laurent. Il dniche un havre bien protg dans un mandre de la rivire Saint-Charles. Il fait alors construire sur sa rive nord un fortin de pieux domin par une croix de bois, orne dun blason aux armes de Franois Ier. Ainsi, Limoilou voit les Franais riger une premire habitation au Canada. Cependant, aprs le dpart de Cartier, le fortin disparat compltement. De nos jours, sa prsence est signale par le Lieu historique national Cartier-Brbeuf.En 1625, le territoire est concd aux Jsuites. Ils y crent la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges, sur laquelle ils tablissent des colons qui cultivent la terre. Il faut attendre le milieu du XIXe sicle pour voir surbaniser en partie Limoilou, qui profite de la prosprit des chantiers navals de Saint-Roch, sur lautre rive de la Saint-Charles. Apparaissent alors de vastes proprits formes chacune dun chantier, dentrepts et dun village douvriers, en marge duquel trne la villa du propritaire entoure de jardins anglais. Fort peu de traces subsistent de cette poque. Ce nest finalement quau dbut du XXe sicle que le quartier actuel prend sa forme dfinitive et acquiert son nom, Limoilou, rappel du manoir de Limoilou, prs de Saint-Malo, o Cartier sest retir aprs ses nombreux voyages.132LimoilouLes attraitsLes Amrindiens lappelaient Kabir Kouba, ce qui signifie la rivire mille dtours. Cartier, lui, lavait baptise rivire Sainte-Croix en 1535. Ce sont les Rcollets, tablis sur sa rive sud, qui, en 1615, lui donnrent son nom actuel de rivire Saint-Charles, en hommage au cur de Pontoise Charles de Boves, qui a financ leur tablissement en Nouvelle-France. La rivire sillonne la riche plaine alluviale situe au pied du cap Diamant, traversant la Basse-Ville en son centre tout en isolant Limoilou des autres quartiers ouvriers. Elle est forme de multiples mandres qui se terminaient autrefois en un estuaire marcageux, aujourdhui occup par le port de Qubec et le bassin Louise. la Conqute, en 1763, les Jsuites perdent leur autorisation denseigner au Canada. Le dernier dentre eux meurt Qubec la fin du XVIIIe sicle. Leur seigneurie de Notre-Dame-des-Anges revient alors au roi dAngleterre, qui en redistribue les terres. Vers 1845, William Hedley Anderson cre dans sa portion sud Hedleyville, le pre-mier de ces anciens villages de Limoilou spcialiss dans la construction navale et le commerce du bois. Le village, dont il ne subsiste plus que quelques btiments, tait situ entre la 1re et la 3e Rue, de la 4e la 7e Avenue. Au no 699 de la 3e Rue, on peut notamment apercevoir lancienne cole dHedleyville, construite en 1863, afin doffrir une ducation sommaire aux enfants des ouvriers. Lcole, dont larchitecture ne diffre pas tellement de celle des maisons en bois des faubourgs, a dailleurs t transforme en habitation il y a dj longtemps. lextrmit est de la 3e Rue, plus prci-sment langle du boulevard des Capu-cins, do le promeneur bnficie dune perce, entre les piliers de lautoroute Dufferin-Montmorency, sur lancienne papeterie Anglo Canadian Paper Mills. Ce gigantesque complexe industriel en briques rouges et aux allures de forte-resse inexpugnable a t rig en 1928 sur des remblais de lestuaire de la rivire Saint-Charles.La belle glise Saint-Charles-de-Limoi-lou se dresse dans laxe de la 5e Rue, formant de la sorte une agrable perspec-tive. Lglise et les btiments conventuels qui lentourent ont tous t rigs sur une bande de terre qui appartenait autrefois lHtel-Dieu de Qubec. Amnage derrire une faade noromane typique (1917-1920), la nef de lglise mre de Limoilou prsente une double range darcades dinspiration mdivale rali-ses par larchitecte Joseph-Pierre Ouellet. Son intrieur est reprsentatif des glises paroissiales de Qubec, en gnral plus troites, mais galement plus lances que les glises des autres rgions du Qubec. Aussi linfluence de la basilique-cathdrale Notre-Dame de Qubec, rige au milieu du XVIIIe sicle, elle-mme une uvre baroque, haute, longue et troite, sest-elle fait sentir localement jusqu la Seconde Guerre mondiale.Le long de la 5e Rue se trouvent quelques-uns des btiments civiques de Limoilou, dont la belle caserne de pompiers de style Beaux-Arts, construite en 1910 par la Ville de Qubec. Cette dernire avait annex lancienne municipalit autonome de Limoilou lanne prcdente, en faisant un quartier de Qubec part entire.Le Domaine Maizerets abrite la maison Maizerets, lune des anciennes rsidences dt du Sminaire de Qubec. La maison initiale, construite en 1697, fut agrandie trois reprises. Dabord connue sous le nom de domaine de la Canardire, en 5 La bucolique rivire Saint-Charles. GilbertBochenek133LimoilouLes attraitsraison des innombrables volatiles qui venaient se reproduire au milieu des battures autrefois situes proximit, la maison prend par la suite le nom de domaine de Maizerets, en guise dhom-mage Louis Ango de Maizerets, sup-rieur du Sminaire de Qubec lpoque o il acquiert la proprit. La maison forme, avec ses btiments de ferme et son parc, lun des rares ensembles ruraux du XVIIIe sicle de la rgion de Qubec qui soit toujours intact. Membre de lAssociation des jardins du Qubec, le Domaine Maizerets offre un agrable lieu de repos.La Chapel of St. Peter tmoigne de la prsence, au cours des annes 1920 et 1930, de quelques Anglo-Saxons angli-cans Limoilou. La plupart dentre eux taient des cadres et des propritaires dusines locales. Lvch anglican de Qubec fait riger cette desserte spciale-ment pour eux. Cependant, ils ne seront jamais suffisamment nombreux pour jus-tifier la transformation de la chapelle en une vritable glise.Une balade dans les rues avoisinant la chapelle donne une ide de larchitecture des maisons de Limoilou, dont la ressem-blance avec celle de lhabitat montralais nest pas fortuite. En effet, Limoilou se voulait une ville plus tard un quartier moderne, prenant modle sur les ra-lisations nord-amricaines du dbut du XXe sicle. Des promoteurs venus de Montral, mais galement des tats-Unis, vendirent des lots btir assortis dexi-gences particulires qui ont fait appa-ratre Limoilou les toits plats, les gale-ries superposes, les escaliers extrieurs en mtal, les parapets, les ruelles et les hangars si typiquement montralais. On donna mme aux rues et avenues ombra-ges des numros plutt que des noms, pour faire plus amricain...Le Lieu historique national Cartier-Br-beuf est situ lendroit o Jacques Car-tier a pass lhiver 1535-1536, entour de son quipage. Les conditions difficiles de cette hivernation force, qui entrana la mort de 25 marins, sont relates au centre dinterprtation, o lon peut notamment voir une maquette du fortin de Cartier et qui est anim par des guides en costumes 5 Monument Jacques Cartier et au chef Donnacona sur le Lieu historique national Cartier-Brbeuf. PatrickDonovan134 Les attraitsdpoque. Il est noter que lexpdition du Malouin navait pas pour but ltablis-sement de colons en sol canadien, mais plutt les dcouvertes plus lucratives dun passage vers la Chine et de min-raux aussi prcieux que lor des colonies espagnoles.Ce lieu historique est constitu dun agrable parc de verdure rparti autour dune crique de la rivire Saint-Charles, qui constituait autrefois lembouchure de la rivire Lairet, aujourdhui comble. Des pistes cyclables le traversent en direction du Vieux-Port ou de la chute Montmo-rency. On peut y voir une maquette dune maison longue iroquoise, rappel de lhabitat amrindien de la valle du Saint-Laurent au temps des premiers explorateurs. Dailleurs, quand Cartier sinstalle sur le site, le village amrindien de Stadacon se trouve proximit.Mais Cartier nest pas le seul dont la mmoire est honore par ce site histo-rique. Saint Jean de Brbeuf (1593-1649), missionnaire jsuite martyris par les Iro-quois, est arriv en ces mmes lieux en 1625 pour y tablir la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges. Un monument conjoint, inaugur en 1889, leur rend hommage. Le Lieu historique national Cartier-Brbeuf est bord au sud dune agrable prome-nade qui suit les mandres de la rivire Saint-Charles.Le Colise Pepsi, anciennement et tou-jours communment appel le Colise de Qubec, est une patinoire intrieure entoure de gradins o taient disputes jadis les parties de hockey de lquipe favorite des Qubcois, les Nordiques de Qubec. Le Colise fut rig en 1950 selon les plans de larchitecte dorigine suisse Robert Blatter, qui lon doit par ailleurs quelques belles maisons de style international riges Sillery. Rnov et modernis en 1979, lamphithtre est aujourdhui le domicile permanent de lquipe de hockey Les Remparts et est lhte de concerts et spectacles denver-gure internationale. Le Colise est rig sur le site dExpoCit, qui abrite aussi lHippodrome de Qubec, construit en 1916 et anciennement appel le Palais central, ainsi que le Pavillon des Arts, construit en 1913. Ces deux anciens 6 Limmense Centre de foires de Qubec. ExpoCit135Les attraitspavillons de style Beaux-Arts ont servi la tenue de lExposition provinciale annuelle depuis 1892, et ne sont pas sans rappeler les pavillons de lExposition uni-verselle de Chicago (1893). De plus, ExpoCit, se trouve le vaste Centre de foires de Qubec, construit en 1997, qui savre tout dsign pour recevoir les multiples expositions et salons qui intressent les gens de Qubec et des environs.6 Vue automnale du Lieu historique national Cartier-Brbeuf. EricBeaulieuParcSt-MichelFleuveSaint-Laurent73175136136route de lgliseroute de lgliseCte de Sillery Cte de Sillery ch. du Foulonch.duFoulonrue Dicksonrue Brulartav. du Chanoine-Morelav. Joseph-Rousseauav. Oakav. Maguirerue Du BuissonGouverneursav. Gaspard-Fauteuxav. Ernest-Lavigneav. Charles-Huotrue Powerav. du Vergerav. Fournierrue Greggrue Jean-Brillantrue Lapointerue Triquetrue de la Picardierue Bourbonnirerue Sassevillerue RanvoyzCte Rossrue Lavigerierue Nellesrue De Valmontrue De Rouvillerue Du Sieur-dArgenteuilrue de lAnse Summerside Gignacrue Jean-Dequenav. desCterue de Grondinesrue du Domaine-Beauvoirrue Marie-Victorinboul. Liegeoisrueboul. Laurierboul. Laurierboul. Laurierboul. Laurierautoroute Henri-IVautoroute Robert-Bourassaboul. Champlainboul.Champlainboul.Champlainch. Saint-Louisch. Saint-Louisch. Saint-Louisboul.ch.Saint-LouisHochelagaboul. Hochelagaboul.Ren-Lvesqueav. de la MedecinePEPS (Pavillon dducationphysique et des sports) Sainte- Foy SilleryBois-de-CoulongeVilla BagatelleVilla Spencer GrangeCimetireSaint-Michelglise Saint-Michel Maison des Jsuites Domaine CataraquiMaison Hamel-Bruneau Parc Aquarium du QubecPromenade Samuel-De ChamplainCampus de lUniversit LavalMuse de gologie Ren-Bureau Jardin botanique Roger-Van den Hende Centre dinterprtation historique de Sainte-Foy Observatoire de la Pointe--PuiseauxN0250500mPont de QubecPont Pierre-LaporteSillery et Sainte-FoySillery et Sainte-FoySillery, secteur cossu de Qubec, conserve plusieurs tmoins des pisodes contrasts de son histoire, influence par la topographie dramatique des lieux. En 1637, les Jsuites y fondent, sur les berges du fleuve Saint-Laurent, une mission destine convertir les Algon-quins et les Montagnais (Innus) qui viennent chaque t pcher dans les anses en amont de Qubec. Ils baptisent leur domaine fortifi du nom du bienfaiteur de la mis-sion, Nol Brulart de Sillery, aristocrate converti par saint Vincent de Paul.Au sicle suivant, Sillery est dj un lieu recherch pour la beaut de son site. Les Jsuites reconvertissent leur mission en maison de campagne, et une premire villa est construite en 1732. la suite de la Conqute, Sillery devient le lieu de prdilection des administrateurs, mili-taires et marchands britanniques, qui se font riger de luxueuses villas sur la falaise, dans lesprit romantique, alors en vogue en Angleterre. Le faste de ces habitations, entoures de vastes parcs langlaise, fait contraste avec les maisons ouvrires qui sagglutinent au bas de la falaise. Les occupants de celles-ci travaillent aux chantiers navals qui, depuis le blocus de Napolon en 1806, font fortune en fabriquant les vaisseaux de la Marine britannique avec le bois achemin de lOutaouais. Ces chantiers, installs dans les anses protges de Sillery, ont tous disparu avant lamnagement du boulevard Champlain, vers 1960.Sainte-Foy a vu sriger dans les dernires dcennies les plus vastes centres commerciaux du Qubec, qui ensemble forment le deuxime attrait touristique de la rgion, aprs le Vieux-Qubec, ainsi que le campus de luniversit Laval, sans oublier plusieurs aires rcratives qui attirent tout au long de lanne rsidants et visiteurs en raison de leur beaut exceptionnelle.GilbertBochenek138 Les attraitsSILLERy Le Bois-de-Coulonge est un beau parc langlaise qui entourait jadis la rsidence du lieutenant-gouverneur du Qubec. Certaines dpendances du palais, incendi en 1966, ont survcu, comme le pavillon du gardien et les curies. la limite est du parc apparat un ravin au fond duquel coule le ruisseau Saint-Denys. Cest par cette ouverture dans la falaise que les troupes britanniques purent accder aux plaines dAbraham, o devait se jouer le sort de la Nouvelle-France. Aujourdhui, le Bois-de-Coulonge, membre de lAssociation des jardins du Qubec, offre aux promeneurs de magni-fiques espaces fleuris ainsi quun petit arboretum bien amnag.La villa Bagatelle accueillait autrefois un attach du gouverneur britannique, lequel habitait la proprit voisine du Bois-de-Coulonge. La villa, construite en 1848, est un bon exemple de larchitec-ture rsidentielle nogothique du XIXe sicle telle que prconise par Alexander J. Davis aux tats-Unis. La maison et son jardin victorien ont t admirablement restaurs en 1984 et sont maintenant ouverts au public. On y trouve un int-ressant centre dinterprtation des villas et domaines de Sillery.De lavenue James-LeMoine, qui longe Bagatelle au sud, on peut voir la villa Spencer Grange, rige en 1849 pour Henry Atkinson. Elle a t habite par 6 Le merveilleux pont de Qubec. istockphoto.com/TonyTremblay139Les attraitslimpratrice dAutriche dchue, Zita de Bourbon-Parme, et sa famille durant la Seconde Guerre mondiale.Le cimetire Saint-Michel-de-Sillery abrite la spulture de Ren Lvesque (1922-1987), fondateur du Parti qubcois et premier ministre du Qubec de 1976 1985, ainsi que celle de son pouse, Corinne Ct-Lvesque (1943-2005).Lglise Saint-Michel a t rige en 1852 par larchitecte George Browne. Elle ren-ferme cinq tableaux de la clbre col-lection Desjardins, entre autres des toiles autrefois suspendues dans les glises parisiennes et ensuite disperses lors des Ventes rvolutionnaires de 1792, avant dtre rachetes par labb Desjardins.De lobservatoire de la Pointe--Pui-seaux, situ en face du parvis de lglise, on embrasse du regard un vaste pano-rama du fleuve Saint-Laurent et de la rive sud du fleuve. On peut alors voir les ponts qui relient, en double, la rive sud et la rive nord du Saint-Laurent. Le premier, lest, est le pont de Qubec, un pont cantilever qui tait reconnu comme une merveille de lingnierie lpoque o il a t bti. Sa construction a toute-fois t marque par deux effondrements tragiques. Le second, plus louest, avec ses grandes arches blanches, est le pont Pierre-Laporte, nomm la mmoire dun ministre du gouvernement provin-cial enlev par les membres du Front de libration du Qubec (FLQ) lors de la Crise doctobre (1970) et dcd au cours de ces vnements.6 Lglise Saint-Michel de Sillery. Dreamstime.com/AndreNantel140SilleryLes attraitsLa maison des Jsuites de Sillery, faite de pierres revtues de crpi blanc, occupe lemplacement de la mission Saint-Joseph, dont on peut encore voir les ruines tout autour. Au XVIIe sicle, la mission comprenait une palissade de bois, une chapelle et une maison pour les prtres, en plus des habitations des Amrindiens, dun four pain et dune brasserie, ainsi quun cimetire. Les mala-dies europennes comme la variole et la rougeole ayant dcim les populations autochtones, la mission fut transforme en maison de repos en 1702. Cest cette poque que fut construit le fier btiment actuel.En 1763, la maison est loue John Brookes et son pouse, la romancire Frances Moore Brookes, qui la rend clbre en y situant laction de son roman The History of Emily Montague, publi Londres en 1769. Cest aussi ce moment que la structure est rabaisse et que les ouvertures sont rapetisses dans la tradi-tion des salt-boxes de la Nouvelle-Angle-terre. La maison prsentera dornavant deux tages sur la devanture et un seul larrire, couverts par une toiture pentes asymtriques.En 1824, la chapelle disparat alors que la demeure sert de brasserie. Elle abri-tera par la suite les bureaux de divers chantiers navals. En 1929, la maison des Jsuites devient lun des trois premiers difices classs historiques par le gou-vernement du Qubec. Depuis 1948 sy trouve un muse qui met en relief lintrt patrimonial du site, riche en histoire.Le Domaine Cataraqui, le plus complet des domaines qui subsistent Sillery, comprend une grande rsidence no-classique, dessine en 1851 par larchi-tecte Henry Staveley, un jardin dhiver et de nombreuses dpendances disposes dans un beau parc. La maison a t com-mande par le marchand de bois Henry Burstall, dont lentreprise tait tablie au bas de la falaise. En 1935, Cataraqui devient la rsidence du peintre Henry Percival Tudor-Hart et de son pouse, Catherine Rhodes. Pour viter que le domaine soit morcel linstar de plu-sieurs autres, il est achet par le gouver-nement du Qubec en 1975.De la falaise au fleuve, toute la por-tion du boulevard Champlain comprise entre la cte de Sillery et la route de lglise longe aujourdhui la promenade Samuel-De Champlain. Lamnagement de cette promenade, longue de 2,5 km et comptant trois secteurs thmatiques (les stations des Cageux, des Sports et des Quais), vise redonner vie aux berges du fleuve Saint-Laurent afin que tous les Qubcois profitent de vastes espaces verts et bleus, dune piste cyclable et de sentiers de randonne pdestre. Naturel-lement, plusieurs activits rcratives et sportives y sont proposes.SAInTE-FOy La maison Hamel-Bruneau est un bel exemple du style colonial britannique du dbut du XIXe sicle. Celui-ci se dfinit notamment par la prsence de larges toitures croupes couvrant une galerie basse et enveloppante. La maison Hamel-Bruneau, qui comporte toutefois 5 Lhistorique maison des Jsuites, Sillery. Dreamstime.com/AndreNante4 Dcouverte des fonds marins au Parc Aquarium du Qubec. ParcaquariumduQubec,Spaq,SteveDeschnes141Les attraitsdes fentres franaises, a t restaure avec soin et transforme en un centre culturel avec salle dexposition.Laquarium du pont de Qubec, comme on dnommait autrefois le Parc Aqua-rium du Qubec, a t fond en 1959. Depuis, il a accueilli plus de 8 millions de visiteurs. Dsormais riche de plus de 3 500 spcimens de poissons, entre autres, le Parc Aquarium du Qubec tale sur 16 ha les cosystmes du Saint-Lau-rent et des rgions polaires. Ds larrive des visiteurs, un spectacle multimdia les plonge (virtuellement sentend!) dans le fleuve afin de les entraner jusquau ple Nord. lextrieur, des circuits mnent diverses espces de mammifres. Et il est possible de parcourir travers une valle rocheuse, les rives du Saint-Laurent dans un dcor naturalis. Autre secteur ne pas manquer: le monde polaire du Nord. Dans cet Arctique reconstitu, ours blancs et phoques du Groenland impres-sionneront petits et grands. De plus, dans le btiment principal, les visiteurs seront transports dans lunivers marin de la source du plateau laurentien aux eaux libres de lAtlantique Nord.Les visiteurs pourront enfin sinfiltrer dans les laboratoires, puis dans un immense bassin circulaire o se rvlera leurs yeux locan subarctique paci-fique dans toute sa grandeur: le Grand Ocan, dans lequel ils seront entours de 350 000 litres deau o vivent 650 spci-mens marins. Ils pourront mme assister aux repas des pensionnaires et manipuler de petits invertbrs comme les toiles de mer et les oursins. Le Parc Aquarium du Qubec comporte des aires de repos, de jeux pour les enfants et de restau-ration (restaurant jouxt dune terrasse panoramique avec vue sur le fleuve et les ponts), ainsi que deux boutiques de souvenirs.Le campus de lUniversit Laval stend au sud du chemin Sainte-Foy et louest de lavenue Myrand, une petite artre dynamique, rendez-vous des tudiants. LUniversit Laval a t fonde en 1852, ce qui en fait la plus ancienne univer-sit de langue franaise en Amrique. Elle fut dabord installe au cur de la vieille ville, proximit du Sminaire et de la cathdrale catholique, avant demmnager sur le site actuel 100 ans aprs sa fondation. Son nom honore la mmoire de monseigneur Franois de Sainte-Foy142 Les attraitsLaval, premier vque de la Nouvelle-France. Le campus, trs tendu, accueille chaque anne quelque 40 000 tudiants. Il regroupe de bons exemples darchi-tecture moderne et postmoderne de la rgion de Qubec. Parmi les pavillons dintrt figure dabord le PEPS (Pavillon dducation physique et des sports) de 1971, situ prs de langle du chemin Sainte-Foy et de lavenue du Sminaire.Un peu plus loin se dresse le pavillon Louis-Jacques-Casault, qui ferme la perspective symtrique du campus. Il fut construit en 1954-1958 selon les plans dErnest Cormier, qui lon doit le pavillon principal de lUniversit de Montral. Le pavillon Louis-Jacques-Casault devait, au dpart, servir de Grand Sminaire pour la formation des prtres, expliquant ainsi la prsence de lancienne chapelle cen-trale dote de tours dinspiration mdi-vale. lapproche de la Rvolution tran-quille, un tel quipement faisait figure de dinosaure, ce qui se reflte dailleurs dans son architecture, rattache aux modles du pass malgr une date de construction plutt rcente. Achet par lUniversit Laval en 1978, il abrite entre autres la facult de musique et le Centre darchives de Qubec de Bibliothque et Archives nationales du Qubec (BAnQ). Les pavillons J.A.-De Sve et La Lauren-tienne, situs proximit, sont de facture nettement plus moderne.Lalle centrale conduit au Centre dac-cueil et de renseignements de lUniversit Laval, o lon renseigne les visiteurs sur les activits du campus. Enfin, sur lavenue de la Mdecine, louest de lavenue des Sciences-Humaines, le pavillon Adrien-Pouliot abrite le Muse de gologie Ren-Bureau, o sont exposs des fossiles et des minraux du monde entier.Sur le campus universitaire se trouve un des plus intressants jardins du Qubec. Le Jardin botanique Roger-Van den Hende porte le nom dun chercheur de lUniversit Laval qui la amnag partir de presque rien. Aujourdhui il est ouvert aux visiteurs et est utilis pour lensei-gnement et la recherche. Sy trouvent un arboretum, un herbacetum, une roseraie, un jardin deau... qui valent tous le coup dil. On y propose des visites guides.Le Centre dinterprtation historique de Sainte-Foy est amnag dans un impo-sant presbytre qui compte parmi les plus anciens en Amrique du Nord. Il est situ proximit des ruines de lglise Notre-Dame-de-Foy, incendie en 1977. Du haut du clocher quon a sauvegard, on obtient un joli panorama de la rgion. Les nombreuses activits du centre sont lies lhistoire de lancienne ville de Sainte-Foy et aux citoyens qui lont forge.6 Le long de la promenade Samuel-De Champlain. GilbertBochenek143LA BAtAiLLe de SAinte-FOyLe 27 avril 1760, le chevalier de Lvis et ses 3 800 hommes venus de Montral tentent de reprendre Qubec, tombe aux mains de lArme britannique lautomne prcdent. Faute dentrer dans la ville, ils russiront tout de mme mettre en droute les troupes du gnral Murray Sainte-Foy, faisant de cette bataille lune des seules victoires franaises de la guerre de Sept Ans en Nouvelle-France. Le nom du parc des Braves, sur le chemin Sainte-Foy, rend hommage au courage de ces vaillants jeunes hommes qui tenteront ce geste tmraire, en attendant laide dune flotte de renfort franaise, qui ne viendra pas. En 1855, un monument leur mmoire, dessin par Charles Baillairg, est rig dans le parc. La colonne de fonte est surmonte dune statue de Bellone, la desse romaine de la Guerre, don du prince Jrme-Napolon Bonaparte. Le parc des Braves a t redessin en 1930 selon les plans de larchitecte paysagiste Frederick Todd, attirant du coup dans les environs des familles de notables auparavant tablies entre les murs de la vieille ville. Le parc offre de belles vues sur la Basse-Ville et sur les Laurentides, dans le lointain.5 Le monument aux Braves. MarietteProvencher5735404404073404073732020358132132175171173277132367138138369360138360175358367371275218279281368368367365354363Station touristique DuchesnayRserve fauniquede Portneufle d'OrlansAroportde QubecMontSainte-AnneRserve nationalede faune du Cap-TourmenteLacSaint-JosephLac BeauportLacSaint-CharlesFleuveSaint-LaurentSaint-CharlesCHAUDIRE-APPALACHESStonehamQubecPont-RougeSaint-BasilePortneufDonnaconaCap-SantSaint-GilbertSainte-ChristineSaint-Lonard-de-PortneufLac-SergentCap-RougeSainte-FoyVal-BlairFossambault-sur-le-LacSainte-Catherine-de-la-Jacques-CartierShannonWendakeLorettevilleCharlesbourgBeauportVanier SilleryL'Ancienne-LoretteBoischatelLac-BeauportL'Ange-GardienChteau-RicherSainte-Anne-de-Beaupr Saint-Pierre-de- lle-dOrlansSaint-Laurent-de-lle-dOrlansSainte-FamilleSaint-Jean-de-lle-dOrlansSainte-Brigitte-de-LavalLac-DelageLac-Saint-CharlesTewkesbury Saint-Franois-de- lle-dOrlansDeschambault-GrondinesSaint-Marc-des-CarriresSaint-RaymondLac-Saint-JosephSaint-Augustin-de-Desmaures Saint-Gabriel- de-ValcartierSaint-JoachimSainte-PtronilleNeuvilleChuteMontmorencySaint-Antoine-de-TillySainte-CroixCharnyBerniresSaint-tienne-de-LauzonSaint-Jean-ChrysostomeSaint-RomualdSaint-tienne-de-BeaumontSaint-HenriSaint-MichelLvisSaint-NicolasSaint-RdempteurParc national de la Jacques-Cartier, SaguenayLac-Saint-JeanMontralRivire-du-LoupTrois-Rivires01020kmNRgion de QubecAu nord de la villeCette rgion est en fait sillonne par plusieurs routes qui se dirigent dabord vers Charlesbourg, une des premires zones de peuplement de la Nouvelle-France. De l, par la route 369, les curieux peuvent se rendre Wendake, un village peupl par la seule communaut huronne-wendat du pays. La mme route continue ensuite vers louest et mne vers Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Car-tier. Ou encore, de Charlesbourg, la route 73 conduit jusquau lac Beauport, au lac Delage et Stoneham. La route 175 file ensuite vers le nord et le parc national de la Jacques-Cartier. On comprend rapidement que toute la rgion est le domaine des amateurs de grands espaces.6 Le moulin des Jsuites, Charlesbourg. Jean-ClaudeGermain146Au nord de la villeLes attraitsEn Nouvelle-France, les seigneuries prennent habituellement la forme de longs rectangles quadrills que parcou-rent ctes, montes et rangs, tous des chemins tracs sous le Rgime franais. La plupart dentre elles sont galement implantes perpendiculairement un cours deau important. Charlesbourg reprsente la seule vritable exception ce systme, et quelle exception! En 1665, les Jsuites, la recherche de dif-frents moyens pour peupler la colonie tout en assurant sa prosprit et sa scu-rit, dveloppent sur leurs terres de la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges un modle durbanisme tout fait original. Il sagit dun vaste carr, lintrieur duquel des lopins de terre distribus en toile convergent vers le centre, o sont regroupes les habitations. Celles-ci font face une place dlimite par un chemin appel le Trait-Carr, o se trou-vent lglise, le cimetire et le pturage communautaire.Ce plan radioconcentrique, qui assure alors une meilleure dfense contre les Iroquois, est encore perceptible de nos jours dans le vieux Charlesbourg. Deux autres initiatives du genre, le Bourg Royal, lest, et la Petite Auvergne, au sud, ne connatront pas le mme succs, laissant peu de traces. La seigneurie de Notre-Dame-des-Anges a t concde aux Jsuites ds 1626, ce qui en fait lune des premires zones habites en permanence par les Euro-pens au Canada. Malgr cette prsence ancienne et ce dveloppement original, Charlesbourg conserve peu de btiments antrieurs au XIXe sicle. Cela sexplique par la fragilit des constructions et la volont de se moderniser. 5 La belle glise Saint-Charles-Borrome, Charlesbourg. ConseildupatrimoinereligieuxduQubec,2003147Au nord de la villeLes attraitsLglise Saint-Charles-Borrome a rvo-lutionn lart de btir en milieu rural au Qubec. Larchitecte Thomas Baillairg, influenc par le courant palladien, innove surtout par la disposition rigoureuse des ouvertures de la faade, quil coiffe dun large fronton. En outre, lglise de Char-lesbourg a lavantage davoir t ralise dun trait et dtre demeure intacte depuis. Rien nest donc venu contre-carrer le projet original. La construction est entreprise en 1828, et le magnifique dcor intrieur de Baillairg est install partir de 1833.Au fond du chur, plus troit que la nef, se trouve le retable en arc de triomphe, au centre duquel trne un tabernacle, rappelant la basilique Saint-Pierre de Rome, devant une toile du XVIIe sicle daprs Pierre Mignard, intitule Saint Charles Borrome distribuant la com-munion aux pestifrs de Milan. Deux belles statues de Pierre-Nol Levasseur, datant de 1742, compltent lensemble. Au sortir apparaissent le vaste presbytre Second Empire de 1876, tmoin du statut privilgi des curs de village au XIXe sicle, et la Bibliothque municipale, ins-talle dans lancien collge Saint-Charles (1904).La maison phram-Bdard, monte en pice sur pice la fin du XVIIIe sicle, est une des rares survivantes du vieux Charlesbourg. La socit historique locale sy est installe en 1986 et y prsente une exposition sur lvolution du Trait-Carr. Les cartes anciennes et les photos ariennes exposes permettent de mieux comprendre la physionomie particulire de Charlesbourg. La socit organise aussi des visites guides du secteur.Dans la rue du Trait-Carr Est, on peut voir, au no 7970, la maison Magella-Paradis de 1833. Un peu plus loin, au no 7985, la maison Pierre-Lefevbre, de 1846, abrite la Galerie dart du Trait-Carr, o sont prsentes des uvres dartistes varis.Le moulin des Jsuites, un joli moulin eau en moellons crpis, est le plus ancien btiment de Charlesbourg. Il a t rig en 1740 pour les Jsuites, alors seigneurs des lieux. Aprs plusieurs dcennies dabandon, le btiment de deux tages accueille depuis 1993 le Centre dinter-prtation de lhistoire du Trait-Carr ainsi que le bureau dinformation touris-tique. On y organise aussi des concerts et des expositions.Le lac Beauport est un lieu de villgiature fort pris tout au long de lanne. Une station de ski alpin a t amnage dans la rgion: Le Relais. Autour du lac, de fort belles plages soffrent aux visiteurs en t.5 la dcouverte de lartisanat huron-wendat Wendake. Jean-ClaudeGermain148 Les attraitsLa route 73 devient la route 175 et passe en bordure des centres de villgiature de Lac-Delage et de Stoneham avec son centre de ski. Elle donne accs, plus loin, au parc national de la Jacques-Cartier et la rserve faunique des Laurentides.Chasses de leurs terres ontariennes par les Iroquois au XVIIe sicle, 300 familles huronnes-wendat sinstallent en divers points autour de Qubec avant de se fixer dfinitivement, en 1700, La Jeune-Lorette, aujourdhui Wendake. Le visiteur sera charm par le village aux rues sinueuses de cette communaut amrindienne, au bord de la rivire Saint-Charles. En visitant ses muses, notam-ment lHtel-Muse Premires Nations, et ses boutiques dartisanat, il apprendra beaucoup sur la culture des Hurons-Wendat, peuple sdentaire et pacifique.Lglise Notre-Dame-de-Lorette, lglise des Hurons-Wendat, termine en 1730, rappelle les premires glises de Nou-velle-France. Lhumble difice, revtu dun crpi blanc, recle des trsors insouponns que lon peut voir dans le chur et dans la sacristie. Certains de ces objets ont t donns la commu-naut huronne-wendat par les Jsuites et proviennent de la premire chapelle de LAncienne-Lorette (fin XVIIe sicle). Parmi les uvres exposes, on retrouve plusieurs statues de Pierre-Nol Levas-seur ralises entre 1730 et 1740, un 6 Le lac Beauport et sa chapelle catholique. RachidLamzah149Les attraitsparement dautel reprsentant un village amrindien, du sculpteur huron-wendat Franois Vincent (1790), et une trs belle Vierge lenfant, dun orfvre parisien (1717). cela, il faut ajouter un reliquaire de 1676, des chasubles du XVIIIe sicle et divers objets de culte signs Paul Manis (vers 1715). Llment le plus intressant demeure toutefois le petit tabernacle dor, de style Louis XIII, du matre-autel, sculpt par Levasseur en 1722. La Maison Tsawenhohi organise des visites guides.Onhoa Chetek8e est une reconstitution dun village huron-wendat tel quil en existait aux dbuts de la colonisation. On y trouve entre autres des maisons lon-gues en bois et des palissades. Le site a pour but de faire dcouvrir aux visiteurs le mode de vie et dorganisation sociale de la nation huronne-wendat. La Maison Tsawenhohi porte le nom huron-wendat du grand chef Nicolas Vin-cent: lhomme qui voit clair, le faucon. Elle a t rige entre 1807 et 1820 pour laccueillir. Elle fait maintenant partie du patrimoine de la nation huronne-wendat et abrite un centre dinterprtation des savoir-faire traditionnels ainsi quune boutique dartisanat. On peut y voir des dmonstrations artisanales. Les poils dorignal, les piquants de porc-pic, le cuir et lcorce de bouleau servent la fabrication de paniers, de mocassins, de 6 Le parc de la Falaise et de la chute Kabir Kouba. ParcdelaFalaiseetdelachuteKabirKouba151Au nord de la villeLes attraitsraquettes et du tambour deau. En t, un service de guide est offert pour la visite du secteur historique du village.Le Parc de la Falaise et de la chute Kabir Kouba compte quelques petits sentiers qui longent le bord de la falaise, haute de 40 m, au fond de laquelle coule la rivire Saint-Charles (ou Kabir Kouba: la rivire aux mille dtours). En empruntant un escalier, les visiteurs peuvent admirer de plus prs cette magnifique chute haute de 28 m. Le site a longtemps t exploit par des entrepreneurs qui y ont install plusieurs types de moulins ( farine, scie, papier) et une centrale lec-trique. Le lieu est aussi trs charg de signification pour les Hurons-Wendat, qui jugent que la rivire et la chute sont protectrices pour leur nation. Le Centre dinterprtation Kabir Kouba est situ de lautre ct de la rivire, Loretteville. Il retrace lhistoire du lieu travers fossiles, photographies et autres artfacts trouvs sur les lieux.Le village de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier accueille la Station touristique Duchesnay, un beau parc quatre-saisons o lon construit, en hiver, le clbre Htel de Glace, une pous-touflante ralisation! Inspir du modle sudois original, lHtel de Glace de Qubec est le seul du genre en Am-rique du Nord et figure parmi les attrac-tions qubcoises les plus courues. Bien sr, sa dure de vie est limite (dbut janvier fin mars), mais, chaque anne, les btisseurs se remettent la tche pour riger ce magnifique complexe laide de plusieurs tonnes de glace et de neige. Et lon ne se contente pas dempiler des blocs de glace, on sen sert aussi pour dcorer! Lhtel abrite une galerie dart o les sculptures de neige et de glace rivali-sent doriginalit, une salle dexposition, un petit cinma, une chapelle et un bar o lon sert de la vodka dans des verres de glace! merveillement garanti!3 LHtel de Glace. JoyceLiLa Cte- de-Beaupr La Cte-de-Beaupr, cette longue et troite bande de terre coince entre le Saint-Laurent et le massif lau-rentien, reprsente encore de nos jours un crin de peuplement ancien, en contrebas de zones sauvages peu dveloppes. Elle illustre de la sorte la rpartition limite des populations en bordure immdiate du fleuve, dans plusieurs rgions du Qubec, et rappelle la fragilit du dveloppement lpoque de la Nouvelle-France. De Beauport Saint-Joachim, la Cte-de-Beaupr est traverse par le premier chemin du Roy, amnag linstigation de Mgr de Laval au XVIIe sicle, le long duquel sagglutinent les maisons typiques de la cte, avec leur rez-de-chausse surlev et revtu de stuc, leur longue galerie de bois chantourn et leurs encadrements de fentres dentelle de bois.La chute Montmorency. Shutterstock.com/AndrNantel154 Les attraits155La Cte-de-BeauprLes attraitsBeauport a su combiner trois types de dveloppement urbain au cours de son histoire. Cet ancien village agricole devient au XIXe sicle une importante ville industrielle, avant de se mtamor-phoser en lune des principales villes de la banlieue de Qubec au cours des annes 1960 et dtre finalement fusionne la capitale en 2002. La sei-gneurie de Beauport, lorigine de la ville actuelle, a t concde ds 1634 Robert Giffard, mdecin-chirurgien originaire de lancienne province fran-aise du Perche. Enthousiaste, Giffard fait construire manoir, moulin et bourg dans les annes qui suivent, faisant de sa seigneurie lune des plus considrables de la Nouvelle-France. Malheureusement, les guerres et les conflagrations entrane-ront la perte de plusieurs btiments de cette poque.Le manoir Montmorency, une grande maison blanche, a t construit en 1780 pour le gouverneur britannique John Haldimand. Cette construction tait par-venue la clbrit en devenant la rsi-dence du duc de Kent, fils de George III et pre de la reine Victoria, la fin du XVIIIe sicle. Le manoir, qui abritait un tablissement htelier, a t gravement endommag lors dun incendie en mai 1993, mais fut reconstruit selon les plans dorigine. Aujourdhui, on y trouve un centre dinterprtation, quelques bouti-ques et le Gril-Terrasse, do lon bn-ficie de vues exceptionnelles sur la chute Montmorency, le fleuve et lle dOrlans. La petite chapelle Sainte-Marie et les jar-dins qui entourent le manoir sont ouverts au public.Le manoir est nich dans le parc de la Chute-Montmorency, amnag afin de permettre lobservation du spectacle grandiose de la chute. La rivire Mont-morency, qui prend sa source dans les Laurentides, coule paisiblement en direc-tion du fleuve, jusqu ce quelle atteigne une dnivellation soudaine de 83 m qui la projette dans le vide, donnant lieu lun des phnomnes naturels les plus impressionnants du Qubec. Une fois et demie plus leve que celle du Niagara, la chute Montmorency a un dbit qui atteint 125 000 litres deau par seconde lors des crues printanires.Pour que les visiteurs puissent contem-pler la chute, la charmante promenade de la Falaise, o se trouve le belvdre de la Baronne, offre une vue en plonge sur ce spectacle grandiose. Cette courte randonne conduit au pont Au-dessus de la chute et au pont Au-dessus de la faille. Il va sans dire que les panoramas 5 La chute Montmorency en hiver. AndrMaurice3 Le manoir Montmorency, dans le parc de la Chute-Montmorency. KristinC.Anderson156La Cte-de-BeauprLes attraitsqui y sont offerts sont tout fait extraor-dinaires. Une fois arriv la section est du parc se trouvent une aire de jeux pour les enfants et des tables de pique-nique. Pour descendre, les visiteurs auront le choix entre un escalier panoramique et ses 487 marches ou un sentier.En bas, le sentier au pied de la chute mne la gare du tlphrique. Tout en remontant tranquillement, le tlphrique permet aux visiteurs dadmirer encore une fois cette merveille de la nature. En hiver, la vapeur deau cristallise par le gel forme une montagne de glace dnomme le Pain de sucre, que les plus audacieux peuvent escalader.Samuel de Champlain, fondateur de Qubec, avait t impressionn par cette chute, laquelle il a donn le nom du vice-roi de la Nouvelle-France, Henri II, duc de Montmorency. Au XIXe sicle, le site de la chute constituait un but de pro-menade pour les quipages, o se ren-contraient les messieurs et les dames en carrosse ou en traneau.Chteau-Richer occupe un site au charme pittoresque, accentu par lim-plantation inusite de lglise sur un pro-montoire. Des fours pain en pierres et des caveaux lgumes centenaires sont visibles de la route et, parfois, encore utiliss. Dans tout le village, on a appos de petites pancartes de bois devant les btiments historiques. Ces panneaux explicatifs informent sur lpoque de construction de ldifice et sur ses par-ticularits architecturales, agrmentant ainsi la promenade.Un magnifique moulin domine la rivire du Petit Pr sur lavenue Royale. Mis en valeur par la Corporation du Moulin du Petit Pr, le Moulin du Petit Pr pro-pose des visites commentes avec guides en costumes dpoque. Le moulin a t reconstruit aprs la Conqute sur le modle du moulin quavait fait riger la direction du Sminaire de Qubec en 1695. Il sagit du plus ancien moulin crales en Amrique du Nord. La visite permet de comprendre le mcanisme du moulin et dobserver les meules de pierre moudre le grain. Depuis la fin des annes 1990, de belles vignes poussent derrire le moulin. lintrieur du moulin, une boutique vend des produits du terroir, et lon peut sy procurer la farine artisanale moulu sur place.Le Centre dinterprtation de la Cte-de-Beaupr se trouve au cur du village. Dans une ancienne cole de quatre tages, il prsente une exposition renou-vele portant sur lhistoire et la gogra-phie de la Cte-de-Beaupr, ainsi que des expositions temporaires.Le Muse de labeille, un petit cono-muse des plus intressants, offre une brve intrusion dans le monde de ces ouvrires infatigables. On peut choisir dy dambuler sa guise en lisant les panneaux explicatifs et en observant les objets exposs, ou encore participer un safari-abeilles en compagnie dun apiculteur. Sy trouvent une ptisserie et une boutique.Sainte-Anne-de-Beaupr, cette ville tout en longueur, est un des principaux lieux de plerinage en Amrique. Ds 1658, une premire glise catholique y fut ddie sainte Anne, la suite du sau-vetage de marins bretons, qui avaient pri la mre de Marie afin dviter la noyade lors dune tempte sur le fleuve Saint-Laurent. Les plerins afflurent bientt en grand nombre. la seconde glise, construite en pierres vers 1676, on a substitu en 1872 un vaste temple, dtruit dans un incendie en 1922. Cest alors que fut entreprise la construction de la basilique actuelle au centre dun vritable com-plexe de chapelles, de monastres et dquipements aussi divers quinusits. Chaque anne, Sainte-Anne-de-Beaupr accueille plus dun million de plerins, qui frquentent les htelleries et les nombreuses boutiques de souvenirs qui bordent lavenue Royale.157La Cte-de-BeauprLes attraitsOuverte toute lanne, la basilique Sainte-Anne-de-Beaupr, qui surgit dans le paysage des petits btiments de bois et daluminium colors qui bordent la route sinueuse, tonne par ses dimen-sions importantes, mais aussi par lacti-vit fbrile qui y rgne tout lt. Lglise, dont le revtement de granit prend des teintes varies selon la lumire ambiante, a t dessine dans le style noroman franais par larchitecte parisien Maxime Roisin, assist du Qubcois Louis Napo-lon Audet. Ses flches slvent 91 m dans le ciel de Sainte-Anne-de-Beaupr, alors que sa nef stend sur 129 m de longueur et sur plus de 60 m de largeur aux transepts.Lintrieur est divis en cinq vaisseaux, supports par de lourdes colonnes au chapiteau abondamment travaill (mile Brunet et Maurice Lord, sculpteurs). La vote de la nef principale est dcore de mosaques scintillantes racontant la vie de sainte Anne, ralises par les artistes franais Jean Gaudin et Auguste Labouret. Dans un beau reliquaire, larrire-plan, on peut admirer la Grande Relique, soit une partie du suppos avant-bras de sainte Anne, qui provient de la basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs, Rome. Enfin, il faut emprunter le dambulatoire, qui contourne le chur, pour voir les 10 cha-pelles rayonnantes, larchitecture poly-chrome dinspiration Art dco, qui ont t conues au cours des annes 1930.5 Une maison ancienne Chteau-Richer. Jean-ClaudeGermain5 Vue de la faade de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupr. Marie-FranceDenis159Les attraitsOn sest servi des matriaux rcuprs lors de la dmolition de lglise de 1676 pour riger, en 1878, la chapelle commmorative. Le clocher (1696) est attribu Claude Baillif, architecte dont les nombreuses ralisations en Nouvelle-France au XVIIe sicle ont pratiquement disparu du paysage, la plupart victimes de la guerre et des incendies. lintrieur se trouvent le matre-autel de lglise du Rgime franais, uvre de Jacques Leblond dit Latour (vers 1700), ainsi que des toiles du XVIIIe sicle. Au pied de la chapelle commmorative, on peut sabreuver la fontaine de sainte Anne, aux vertus juges curatives.La Scala Santa, trange btiment en bois peint en jaune et blanc (1891), sert denveloppe un escalier que les ple-rins gravissent genoux en rcitant des prires. Il sagit dune rplique du Saint-Escalier quemprunta le Christ en se ren-dant au prtoire de Ponce Pilate. Dans chacune des contremarches est insr un souvenir de la Terre Sainte.Le chemin de croix, qui stend derrire la chapelle commmorative, est situ flanc de colline. Les statues du chemin de croix, grandeur nature, ont t cou-les dans le bronze Vaucouleurs, en France.Le Cyclorama de Jrusalem, un difice circulaire dcor lorientale dans un style plutt kitsch, propose aux visiteurs un panorama 360 de Jrusalem: Le jour de la Crucifixion, immense toile en trompe-lil de 14 m sur 100 m peinte Munich, en Allemagne, de 1872 1882, par le Franais Paul Philippoteaux et ses assistants. Ce spcialiste du pano-rama a excut une uvre remarquable de ralisme, qui fut dabord expose Montral avant dtre dmnage Sainte-Anne-de-Beaupr la fin du XIXe sicle. Autrefois populaires, trs peu de ces panoramas et cycloramas ont survcu jusqu nos jours.Le Muse de sainte Anne se voue lart sacr qui honore la mre de la Vierge Marie. Ces uvres, accumules depuis des annes dans la basilique et aujourdhui exposes devant le grand public, sont dune intressante diversit. On y trouve des sculptures, des peintures, des mosaques, des vitraux et des travaux dorfvrerie ddis au culte de sainte Anne, ainsi que des crits formulant une prire ou en remerciement pour une faveur obtenue. Y sont aussi expliqus des pans de lhistoire des plerinages Sainte-Anne-de-Beaupr. Le tout est expos sur deux tages dune faon agrable et are.Pour en savoir davantage sur les lgendes qui peuplent limaginaire qubcois, il faut se rendre lAtelier Par. Cet atelier de sculpture sur bois fait office dcono-muse des contes et lgendes puisque toutes les uvres exposes sinspirent de ce monde fascinant.6 La Scala Santa fait partie du sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupr. AndrewBelding3 Lintrieur colossal de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupr. ThierryDucharmeLle dOrlansDenviron 32 km sur 5 km, lle dOrlans, situe au milieu du fleuve Saint-Laurent, en aval de Qubec, offre aux visi-teurs de superbes paysages de campagne et des trsors du patrimoine qubcois tout au long du chemin Royal.Lle dOrlans est galement synonyme de vieilles pierres. Cest en effet, de toutes les rgions du Qubec, lendroit le plus vocateur de la vie rurale en Nouvelle-France. Lorsque Jacques Cartier y aborde en 1535, elle est cou-verte de vignes sauvages, do son premier nom dle Bacchus. Elle sera toutefois rebaptise en hommage au duc dOrlans quelque temps aprs. lexception de Sainte-Ptronille, les paroisses de lle voient le jour au XVIIe sicle, ce qui entrane une colonisation rapide de lensemble du territoire. En 1970, le gouvernement du Qubec faisait de lle dOrlans un arrondissement histo-rique, afin de la soustraire au dveloppement effrn de la banlieue et, surtout, afin de mettre en valeur ses glises et maisons anciennes, dans le cadre dun vaste mouvement de retour aux sources des Qubcois de souche franaise. Depuis 1936, lle est relie la terre ferme par un pont suspendu. Lle dOrlans est galement connue pour tre le pays de Flix Leclerc (1914-1988), le plus clbre pote et chansonnier qubcois.Cette promenade autour de lle dOrlans vous invite donc goter ses multiples charmes: ses vieux btiments datant du Rgime franais, ses petites chapelles de pro-cession en bordure de la route, ses grands champs qui semblent plonger dans le fleuve, ses vergers... Elle peut aussi permettre de participer, selon la saison, la cueillette de fruits. Il ne faut pas se surprendre si, au dtour du chemin, on aperoit au milieu dun enclos un lama ou une autruche. Lle qui, il y a peine 10 ans, nabritait que de bonnes vieilles vaches noires et blanches, voit aujourdhui se dve-lopper de nouveaux types dlevages qui multiplient encore le nombre de dcouvertes que lon peut y faire!Lle dOrlans avec les Laurentides en arrire-plan. istockphoto.com/HlneValle162 Les attraitsParadoxalement, la paroisse de Sainte-Ptronille est la fois le site du premier tablissement franais de lle dOrlans et sa plus rcente paroisse. Ds 1648, Franois de Chavigny de Berchereau et son pouse, lonore de Grandmaison, y tablissent une ferme, qui accueillera galement une mission huronne-wendat. Mais les attaques incessantes des Iroquois inciteront les colons sinstaller plus lest, en face de Sainte-Anne-de-Beaupr. Ce nest quau milieu du XIXe sicle que Sainte-Ptronille voit le jour, grce la beaut de son site, qui attire de nom-breux estivants. Les marchands anglo-phones de Qubec sy font construire de belles rsidences secondaires. Plusieurs dentre elles ont survcu aux outrages du temps et sont visibles en bordure de la route. Le quai de Sainte-Ptronille date de 1855 et offre une magnifique vue sur Qubec.lonore de Grandmaison aura au cours de sa vie quatre maris. Aprs la mort de Franois de Chavigny, elle pouse Jac-6 Le manoir Gourdeau. YvesLaframboise163Les attraitsques Gourdeau, qui donnera son nom au fief, proprit de sa femme. Le manoir Gourdeau, sur le chemin du Bout-de-lle, domine le fleuve du haut dun promon-toire et porte le nom de Gourdeau mme si sa date de construction ne concide pas exactement avec la priode de la vie du couple. Le long btiment aurait t vraisemblablement entrepris la fin du XVIIe sicle, mais a t considrablement agrandi et modifi par la suite.La rue Horatio-Walker tient son nom de la maison Horatio-Walker . Le btiment de briques rouges et la maison recouverte de stuc furent respectivement latelier et le lieu de rsidence du peintre Horatio Walker de 1904 1938. Lartiste dorigine britannique affectionnait la culture fran-aise et le calme propice la mditation de lle dOrlans. Son atelier, uvre de Harry Staveley, demeure toutefois un bel exemple darchitecture anglaise de type Arts & Crafts.La famille Porteous, dorigine anglaise, sest installe Qubec ds la fin du XVIIIe sicle. En 1900, elle fait riger le Domaine Porteous, entour de superbes jardins quelle baptise La Groisardire. La demeure, dessine par les architectes Darling et Pearson de Toronto, est peut-tre la premire rsidence faire revivre certains traits de larchitecture tradition-nelle qubcoise, puisque lon y retrouve des boiseries dinspiration Louis XV, en plus de son gabarit gnral, proche de celui du manoir Mauvide-Genest de Saint-Jean. On y trouve aussi plusieurs toiles maroufles de William Brymner et de Maurice Cullen, qui reprsentent des scnes champtres de lle dOrlans, ainsi que des dtails Art nouveau. Le domaine, aujourdhui proprit du Foyer de Charit Notre-Dame-dOrlans, a t augment en 1961-1964 par lajout dune aile sup-plmentaire et dune chapelle dans laxe de lentre.Jusquen 1950, on fabriquait Saint-Lau-rent-de-lle-dOrlans des chaloupes (barques) et des yachts voiles dont la renomme stendait jusquaux tats-Unis et lEurope. Quelques vestiges de cette activit, aujourdhui totalement disparue, sont conservs en retrait de la route, proximit de la rive. Le village, fond en 1679, recle quelques btiments anciens tels que la belle maison Gendreau de 1720, sur le chemin Royal louest du vil-lage, et le moulin Gosselin, sur le mme chemin lest du village, qui abrite un restaurant.Le Parc maritime de Saint-Laurent a t amnag sur le site du chantier maritime de Saint-Laurent. On peut y voir latelier de la chalouperie Godbout, une entre-prise familiale, rig vers 1840, de mme quun ensemble de prs de 200 outils artisanaux. Derrire le btiment, un sen-tier descend au bord du fleuve.6 Le Parc maritime de Saint-Laurent. ParcMaritimedeSaint-Laurent6 La rive du fleuve Saint-Jean-de-lle-dOrlans. AnnieCaya164Lle dOrlansLes attraitsSaint-Jean-de-lle-dOrlans tait, au milieu du XIXe sicle, le lieu de prdi-lection des pilotes du Saint-Laurent, qui guidaient les navires dans leur difficile cheminement travers les courants et les rochers du fleuve. Certaines de leurs maisons noclassiques ou Second Empire subsistent le long du chemin Royal, tmoignant du statut privilgi de ces marins indispensables la bonne marche de la navigation commerciale.On trouve Saint-Jean le plus impor-tant manoir du Rgime franais encore existant, le manoir Mauvide-Genest. Il a t construit en 1734 pour Jean Mau-vide, chirurgien du roi, et son pouse, Marie-Anne Genest. Le beau btiment en pierres, revtu dun crpi blanc, adopte le style traditionnel de larchitecture nor-mande. Le domaine devient manoir au milieu du XVIIIe sicle, lorsque Mauvide, qui sest enrichi dans le commerce avec les Antilles, achte la moiti sud de la seigneurie de lle dOrlans. Le lieu, maintenant un centre dinterprtation du rgime seigneurial de la Nouvelle-France, comporte aussi un restaurant de cuisine franaise rpute, le Restaurant du Manoir, qui sert une cuisine dinspi-ration Nouvelle-France dans un cadre historique.Saint-Franois-de-lle-dOrlans, le plus petit village de lle, a conserv plusieurs btiments de son pass. Certains dentre eux sont cependant loigns du chemin Royal et sont donc difficilement visibles de la route. La campagne environnante est charmante et offre quelques points de vue agrables sur le fleuve, Charlevoix et la Cte-de-Beaupr. On trouve encore Saint-Franois la fameuse vigne sauvage qui avait valu lle son premier nom dle Bacchus. la sortie du village, une halte routire, avec une tour dobservation, offre une vue remarquable vers le nord et lest. On peut apercevoir les les Madame et au Ruau, au milieu du Saint-Laurent, lendroit o se mlangent leau douce et leau sale du fleuve, ainsi que le mont Sainte-Anne, couvert de pistes de ski, et dans le lointain, Charlevoix, sur la rive nord, ainsi que les seigneuries de la Cte-du-Sud, sur la rive sud.Le Parc des Bisons de lle dOrlans, unique en son genre, permet dobserver de prs ces btes majestueuses que sont les bisons. la fois un milieu naturel (trois lacs amnags pour le canot, le kayak, le pdalo et le radeau pneuma-tique) et un ranch (pturage de 120 ha), 5 Le Parc des Bisons de lle dOrlans. JeffHawkins4 Le manoir Mauvide-Genest abrite un grand restaurant. Jean-PierreGarceauBussires165Les attraits167Lle dOrlansLes attraitsle Parc des Bisons abrite le plus gros troupeau de bisons au Qubec, avec plus de 400 ttes. Le parc se parcourt lintrieur dun vhi-cule sur un chemin de terre de 4 km avec panneaux dinterprtation aux abords des lacs. Un sentier pdestre (randonne de 45 min aller-retour, galement acces-sible aux fauteuils roulants) mne un endroit surlev do soffre une vue panoramique sur les environs (le mont Sainte-Anne, le cap Tourmente, la Cte-du-Sud et le parc mme). Enfin, Le Bison Fut, le restaurant du parc, concocte plu-sieurs excellents plats base de viande de bison. Pour un dpaysement total lle dOrlans!La doyenne des paroisses de lle dOrlans, Sainte-Famille, a t fonde par Mgr de Laval en 1666 afin de regrouper en face de Sainte-Anne-de-Beaupr les colons jusque-l concentrs dans les environs de Sainte-Ptronille. Sainte-Famille recle plusieurs tmoins du Rgime franais, entre autres sa clbre glise, une des meilleures ralisations de larchitecture religieuse en Nouvelle-France et la plus ancienne glise deux tours du Qubec.La belle glise Sainte-Famille a t construite entre 1743 et 1747 en rempla-cement de la premire glise de 1669. Sa faade ayant t coiffe de deux tours en faade, lunique clocher de lglise se trouvait trangement alors au fate du pignon. Au XIXe sicle, deux nouveaux clochers sont construits au sommet des deux tours, ce qui porte leur nombre trois, un cas unique au Qubec.Bien que modifi quelques reprises, le dcor intrieur comporte plusieurs lments dintrt. Sainte-Famille est au XVIIIe sicle une paroisse riche; elle peut donc se permettre dentreprendre la dcoration de son glise ds le gros uvre termin. Ainsi, en 1748, Gabriel Gosselin installe une premire chaire; puis en 1749, Pierre-Nol Levasseur ra-lise lactuel tabernacle du matre-autel. Cest en 1812 que Louis-Basile David compose la belle vote caissons dans lesprit de lcole de Quvillon. Plusieurs tableaux ornent lglise, dont La Sainte Famille, peint par frre Luc lors de son sjour au Canada en 1670, La Dvotion au Sacr-Cur de Jsus, de Louis-Augustin Wolff (1766), et Le Christ en Croix, de Franois Baillairg (vers 1802). Du terrain de lglise, on bnficie de belles vues sur le fleuve et la Cte-de-Beaupr.La plupart des maisons de ferme du Rgime franais de lle dOrlans ont t construites une bonne distance de la route. En outre, elles sont aujourdhui des proprits recherches dont le caractre priv est jalousement gard par leurs propritaires, ce qui rend toute visite improbable. Heureusement, grce une fondation cre par des citoyens, la Maison Drouin souvre chaque t aux visiteurs curieux. Il sagit dune des plus vieilles maisons de lle, et mme du Qubec puisquelle fut btie autour de 1675 et agrandie en 1725. Construite de grosses pierres des champs et de poutres de bois, elle fut habite jusquen 1984 et na jamais t modernise. Son histoire est raconte par des guides en costumes dpoque mimant la vie quotidienne des anciens habitants de la demeure. Les trois pices du rez-de-chausse ainsi que son tage rappellent ce qui fut autrefois len-vironnement des premiers colons. Des antiquits, meubles et outils, emplissent la maison et sauront illustrer encore mieux la vie des pionniers. Une belle visite!La plus populeuse et la plus urbanise des paroisses de lle, Saint-Pierre-de-lle-dOrlans, a quelque peu perdu de son charme, avant que lensemble du site ne soit class. Elle demeure nanmoins un lieu important dans la mmoire col-lective des Qubcois, car lauteur-com-positeur-interprte et pote Flix Leclerc (1914-1988) y a longtemps vcu. Lauteur 3 Lglise Sainte-Famille trois clochers. AnnieCayaFLix LeCLeRC, Le GRAnd tROuBAdOuR QuBCOiSFlix Leclerc, lun des plus grands compositeurs, chansonniers et potes qubcois, est n le 2 aot 1914 La Tuque, en Haute-Mau-ricie. Il tait le sixime dune nombreuse famille de 11 enfants. Lui qui avait commenc sa carrire la radio a toujours t un homme de paroles. Par ses chansons, ses pomes, ses contes et son thtre, il a su exprimer, de la plus belle des faons, le monde et les hommes. Laurat de plusieurs prix internationaux, il vcut une partie de sa vie Paris, o il a interprt ses chansons (Le Ptit bonheur, Moi mes souliers, etc.) sur les plus grandes scnes.En plus de chanter, il a crit de la posie (Calepin dun flneur, Chan-sons pour tes yeux), des pices de thtre (Qui est le pre?, Dialogues dhommes et de btes), des contes (Adagio, Allegro, Andante) et des romans (Le fou de lle, Pieds nus dans laube). Il a fond des compa-gnies thtrales, mont des sries radiophoniques, jou, enregistr, publi, chant sur scne... Cet homme solide et fougueux savait par-dessus tout mouvoir.Cest en dcembre 1969 quil fit lacquisition dune terre dans le vil-lage de Saint-Pierre, sur lle dOrlans, prs de Qubec. Une le quil a rendue clbre grce ses rcits et ses chansons. Il y btit une maison et sinstalla avec sa famille. Cette le, qui lavait ensorcel lors dun premier sjour estival en 1946, il a su lexplorer et en tirer son inspiration. Dans sa chanson Le tour de lle, il en dit: Lle, cest comme Chartres, cest haut et propre, avec des nefs, avec des arcs, des corridorset des falaises.Flix Leclerc habita pendant prs de 20 ans Saint-Pierre-de-lle-dOr-lans, o il sest teint le 8 aot 1988, entour de sa femme, de sa fille Nathalie et de son fils Francis, leur laissant, eux et tous les Qub-cois, un important hritage chrir. Aujourdhui, lEspace Flix-Leclerc, un lieu musal, culturel et naturel, tabli dans le village de Saint-Pierre, garde bien vivante la mmoire de Flix Leclerc.4 LEspace Flix-Leclerc. PhilippeRenault/Hemis169Lle dOrlansLes attraitsdu Ptit Bonheur a t le premier faire connatre la chanson qubcoise en Europe, dans les annes 1950. Il est inhum au cimetire local.De plus, on a cr, aux limites de Saint-Pierre, un lieu qui honore la mmoire de Flix Leclerc. Il sagit de lEspace Flix-Leclerc, qui abrite une exposition per-manente sur la vie et luvre de Flix Leclerc, la reconstitution de son bureau de travail, une bote chansons, une boutique et un comptoir de restauration. lextrieur, les visiteurs profitent des sentiers et des vues sur le fleuve.Lglise Saint-Pierre, cet humble mais fort joli lieu de culte rig en 1716, est la plus ancienne glise villageoise qui subsiste au Canada. Elle est aussi lune des rares survivantes dun modle fort rpandu en Nouvelle-France, comportant un seul portail surmont dun il-de-buf en faade. La plupart de ces petites glises au toit pointu ont t dtruites au XIXe sicle pour tre remplaces par des structures plus labores. Lintrieur de lglise Saint-Pierre, saccag la Conqute, a t refait la fin du XVIIIe sicle. noter tout particulirement les autels de Pierre mond (1795), orns des armoiries papales. Les tableaux qui les surmontent sont de Franois Baillairg.Lglise a t abandonne en 1955, au moment de linauguration du temple actuel, situ proximit. Menac de dmolition, le vnrable petit difice a t pris en charge par le gouvernement du Qubec. Conserv intact depuis cette date, il prsente des quipements aujourdhui disparus de la plupart des glises du Qubec tels quun pole cen-tral, dot dun long tuyau de tle, et des bancs portes, qui permettent dafficher la proprit prive de ces espaces ferms et de les chauffer laide de briques chaudes et de peaux. Cette petite visite en vaut bien la peine, si ce nest que pour encourager les Qubcois conserver leur patrimoine intact et en tre fiers!Les grands thmes Les grands thmes 172 Les grands thmesLes saisons QubecLune des caractristiques du Qubec en gnral, et de la ville de Qubec en par-ticulier, par rapport lEurope est que les saisons y sont trs marques. Les temp-ratures peuvent monter au-del de 30C en t et descendre en de de 25C en hiver. Si vous visitez Qubec durant cha-cune des deux saisons principales (t et hiver), il pourra vous sembler avoir visit deux villes totalement diffrentes, les saisons influant non seulement sur les paysages, mais aussi sur le mode de vie et le comportement des Qubcois.LhiverMon pays ce nest pas un pays, cest lhiver...- Gilles VigneaultDe dcembre la fin mars, cest la saison idale pour les amateurs de ski de fond, de patin, de raquette et autres sports dhiver. En gnral, il faut compter cinq ou six temptes de neige par hiver. Le vent refroidit encore davantage les tem-pratures et provoque parfois ce que lon nomme ici la poudrerie (neige trs fine emporte par le vent). Cependant, lune des caractristiques propres lhiver qu-bcois est son nombre dheures denso-leillement, plus lev Qubec qu Paris ou Bruxelles.Le printempsIl est bref (de la fin mars la fin mai) et annonce la priode de la sloche (mlange de neige fondue et de boue). La fonte des neiges laisse apercevoir une herbe jaunie par le gel et la boue, puis le rveil de la nature se fait spectaculaire.LtDe la fin mai la fin aot spanouit une saison qui savre bien des gards sur-prenante pour les Europens habitus voir le Qubec comme un pays de neige. Les chaleurs peuvent en effet tre leves et souvent accompagnes dhumidit. La vgtation prend des allures luxuriantes, et il ne faut pas stonner de voir des poi-vrons rouges ou verts pousser dans un pot sur le bord dune fentre. Qubec, les principales artres sont ornes de fleurs, et les terrasses ne dsemplissent pas. Cest aussi la saison de nombreux festivals en tout genre.LautomneDe septembre novembre, cest la saison des couleurs. Les arbres dessinent ce qui est probablement la plus belle peinture vivante du continent nord-amricain. La nature semble exploser en une multitude de couleurs allant du vert vif au rouge carlate en passant par le jaune ocre. Sil peut encore y avoir des retours de cha-leur, comme lt des Indiens, les jours refroidissent trs vite, et les soires peu-vent dj tre froides.Lt des IndiensCette priode relativement courte (quel-ques jours) pendant lautomne donne limpression dun retour en force de lt. Ce sont en fait des courants chauds venus du golfe du Mexique qui rchauffent les tempratures dj fraches. Cette priode de lanne porte le nom dt des Indiens, car il sagissait de la dernire chasse avant lhiver chez les Autochtones. Les Am-rindiens profitaient de ce rchauffement pour faire le plein de nourriture pour la saison froide.4 Vue du parc national de la Jacques-Cartier et de la rivire sinueuse qui lui a donn son nom. ParcnationaldelaJacques-Cartier,Spaq,MathieuDupuisLes saisons Qubec3 La capitale du Qubec vue de la rive sud du fleuve Saint-Laurent. RachidLamzah174 Les grands thmesLoisirs dtCroisiresLes Croisires AML proposent tout lt des croisires qui vous feront voir Qubec et les environs sous un autre angle. Cette compagnie maritime est propritaire entre autres du Louis Jolliet, dont le port dat-tache est Qubec. Les croisires de jour vous mnent jusquau pied de la chute Montmorency. Le soir, on vous propose des croisires jusqu la pointe de lle dOrlans, durant lesquelles vous pourrez dner dans lune des deux salles manger du bateau. Ces croisires nocturnes sont toujours animes par des musiciens, et lon peut danser sur le pont du navire!Au dpart de Qubec, les Croisires Groupe Dufour vous proposent entre autres de naviguer jusque dans la belle rgion de Charlevoix, Pointe-au-Pic ou lle aux Coudres, ou jusquau cur de lpoustouflant fjord du Saguenay.Cueillette de fruitsCe sont dabord les fraises puis les fram-boises... Un peu plus tard viennent le mas (communment appel bl dInde), les poireaux et les pommes... Tout lt, les rcoltes se succdent, et le visage de la campagne insulaire change avec elles. Tout autour de lle dOrlans, des cultivateurs ouvrent leurs portes ceux, petits et grands, qui dsirent passer une journe au grand air dans un verger ou dans un champ. Apprenez les secrets de la cueillette et rgalez-vous des fruits de votre labeur!Descente de rivireLa rivire Jacques-Cartier sait depuis longtemps faire sauter et sursauter les braves qui sy aventurent au printemps et au dbut de lt. Deux entreprises touristiques installes depuis longtemps dans la rgion organisent des excur-5 Sensations fortes sur la rivire Jacques-Cartier. ParcnationaldelaJacques-Cartier,Spaq,MathieuDupuisLoisirs dt175Les grands thmessions de rafting bien encadres et avec tout lquipement ncessaire. Le Village Vacances Valcartier, Saint-Gabriel-de-Valcartier, vous promet une bonne dose dmotions fortes sur un trajet de 8 km au fil de la rivire Jacques-Cartier. On y propose aussi des descentes en chambre air. Avec les Excursions Jacques-Cartier, Tewkesbury, vous pourrez aussi faire de belles descentes hautes en couleur.Glissade deauLe spcialiste de la glissade deau est sans contredit le Village Vacances Valcartier, Saint-Gabriel-de-Valcartier, une base de plein air qui dispose de toutes les ins-tallations pour samuser. Les toboggans aquatiques et la piscine vagues attirent les foules. On y trouve aussi un restaurant et un bar. Un norme camping estival de 700 places y a aussi t amnag.GolfLe Royal Charlesbourg est un golf de 18 trous situ un peu lcart de lagitation de la ville. Le terrain de golf de 18 trous du Mont Tourbillon, Lac-Beauport, est un beau site pour la pratique de ce sport. Terrain de golf de Mont-Sainte-Anne, prs de Beaupr, Le Grand Vallon offre un parcours normale 72, agrment de plusieurs fosses de sable et de quatre lacs et reconnu comme lun des plus intres-sants de lest du Canada.JoggingSur les plaines dAbraham, en face du Muse national des beaux-arts du Qubec, un grand anneau revtu se prte la pratique du jogging. De mme, les rues revtues et les sentiers des plaines sont parcourus par les joggeurs.Observation des oiseauxPour observer la faune aile, lun des meilleurs endroits de la rgion est sans contredit la rserve nationale de faune du Cap-Tourmente, Saint-Joachim. Au prin-temps et en automne, le site est envahi par des milliers doies blanches en migra-tion qui offrent un spectacle fascinant. Leur proximit et leur nombre soulve-5 Observation des oies blanches dans la rserve nationale de faune du Cap-Tourmente. istockphoto.com/MarcelPelletierLoisirs dt176Sous-titreLes grands thmesront certes plusieurs questions auxquelles vous pourrez trouver rponse sur place. La rserve abrite 280 espces doiseaux que vous pouvez observer loisir grce aux nichoirs et aux mangeoires qui les attirent t comme hiver.Patin roues alignesSur les plaines dAbraham, en face du Muse national des beaux-arts du Qubec, un grand anneau revtu est rserv la pratique du patin roues alignes. Il sagit dailleurs du seul endroit o lon a le droit de faire du patin roues alignes sur les plaines. Petits et grands juchs sur leurs patins et munis dun casque de protection dfilent en grand nombre par les beaux jours dt. Un petit kiosque fait la location dquipe-ment sur place.Randonne pdestreLes sentiers du parc national de la Jac-ques-Cartier, prs de Lac-Beauport, figurent parmi les favoris des gens de la rgion. Paisibles ou abrupts, ils nous font dcouvrir sur 100 km de jolis petits coins de fort et dvoilent des vues magnifiques sur la valle et la rivire qui y coule.Dans la rserve nationale de faune du Cap-Tourmente, Saint-Joachim, on peut arpenter les 20 km de sentiers qui montent dans le cap et offrent des vues magnifiques sur le fleuve et la campagne environnante. On peut aussi dambuler sur les trottoirs de bois, adapts pour les personnes mobilit rduite, qui sillon-nent les battures tout en constituant une promenade tout aussi profitable pour observer la faune et la flore.Prs de Beaupr, Mont-Sainte-Anne dispose de 32 km de sentiers de ran-donne.3 Randonne dans la fort de la Station touristique Duchesnay. StationtouristiqueDuchesnay,Spaq,SteveDeschnes177Les grands thmesVloLa Ville de Qubec travaille depuis quel-ques annes au dveloppement de son infrastructure cyclable. Aujourdhui, plus dune centaine de kilomtres de pistes cyclables parcourent la ville et ses envi-rons. Parmi celles-ci, une piste appele Le Corridor des cheminots permet entre autres aux cyclistes de parcourir 22 km en traversant le territoire de diffrentes municipalits pour aboutir Val-Blair.Plusieurs pistes cyclables existent depuis nombre dannes, comme celle qui se rend Beauport ou celle qui longe une partie de la rivire Saint-Charles. Il y a aussi nombre de pistes balises ou de voies partages qui font de la ville de Qubec et des communauts avoisi-nantes des endroits agrables dcouvrir en bicyclette.Lassociation Promo-Vlo peut fournir de nombreuses informations sur diffrents types de randonnes dans la rgion. De plus, cet organisme publie une carte des parcours cyclables de la rgion de Qubec.Depuis le Vieux-Port de Qubec, une piste cyclable se rend jusquau parc de la Chute-Montmorency en passant par Beauport. De plus, des routes comme le chemin Royal, sur la Cte-de-Beaupr et sur lle dOrlans, sont censes tre des voies partages entre cyclistes et automo-bilistes. La prudence est toujours de mise, mais ces promenades valent certes leffort quelles requirent.Emprise des anciennes voies ferres qui traversaient la rserve faunique de Por-tneuf en passant par la Station touristique Duchesnay (o il est possible de sta-tionner sa voiture et de louer des vlos) 5 Le patin roues alignes est trs apprci sur les plaines dAbraham. PhilippeRenault/Hemis5 En t, les pistes de ski de Mont-Sainte-Anne se descendent en vlo de montagne. istockphoto.com/GabyJalbertLoisirs dt178 Les grands thmeset en longeant certains lacs de la rgion, la piste Jacques-Cartier/Portneuf compte 68 km de trajet entre Rivire--Pierre et Saint-Gabriel-de-Valcartier. Son environ-nement envotant et son parcours scuri-taire attirent de nombreux cyclistes.Vlo de montagnePrs de Beaupr, Mont-Sainte-Anne offre 200 km de sentiers aux vrais amateurs! Empruntez les pistes de ski alpin pour vous rendre au sommet du mont ou descendez-les aprs y avoir accd par une des tlcabines munies de supports vlos. En tout, on y trouve plus de 20 pistes aux noms vocateurs comme la Grisante ou la Vietnam. Lendroit est reconnu; on y dispute dailleurs, chaque anne, des preuves de la Coupe du Monde de vlo de montagne. On y fait la location de vlos.Dans le parc national de la Jacques-Car-tier, prs de Lac-Beauport, les mordus de vlo de montagne sont bien servis.Loisirs dhiverGlissade sur glaceSur la terrasse Dufferin, derrire le Ch-teau Frontenac, est rige, en hiver, une longue glissoire sur laquelle vous pouvez vous laisser descendre dans une trane sauvage (toboggan). Vous pouvez vous procurer des billets dans le petit kiosque des Glissades de la Terrasse avant den-treprendre la monte jusquau haut de la glissoire. Une fois rendu, noubliez pas de jeter un coup dil autour de vous: la vue est magnifique!Les collines des plaines dAbraham se prtent magnifiquement la glissade en hiver. Habillez-vous chaudement et suivez les enfants tirant une trane sau-vage pour connatre les pentes les plus intressantes!Le spcialiste de la glissade sur glace est sans contredit le Village Vacances Val-cartier, Saint-Gabriel-de-Valcartier, une base de plein air qui dispose de toutes les installations pour samuser. Les glissoires glaces vous feront oublier le froid pen-dant un moment. On peut aussi y faire du rafting des neiges et du patin glace sur la longue patinoire de 2,5 km qui ser-pente dans le bois. On y trouve aussi un restaurant et un bar.Patin glaceSur la terrasse Dufferin, chaque hiver, on rige une patinoire qui permet de tour-noyer au pied du Chteau Frontenac, avec vue sur le fleuve et ses glaces. On peut chausser ses patins dans le kiosque de la terrasse.Loisirs dt179Les grands thmesPar les belles journes dhiver, la place DYouville offre un spectacle ferique avec la neige qui la recouvre, la porte Saint-Jean givre, Le Capitole illumin, les dcorations de Nol suspendues ses lampadaires et les patineurs. En effet, le centre de la place se pare dune petite patinoire qui reoit les amateurs au son dune musique dambiance. Si le courage vous manque pour embarquer dans la valse, vous pourrez toujours profiter du spectacle! Grce son systme de rfri-gration, la patinoire ouvre le plus tt possible, soit vers la fin du mois doc-tobre, et ferme le plus tard possible au printemps, pour permettre aux Qub-cois den profiter longtemps! Un vestiaire (se munir dun cadenas) o lon trouve des toilettes permet aux gens de chausser leurs patins.5 Glissade sur la terrasse Dufferin. PhilippeRenault/Hemis5 La place DYouville se transforme en patinoire lhiver venu. PhilippeRenault/HemisLoisirs dhiver180 Les grands thmesUne belle patinoire qui stend sous les arbres est amnage au domaine Maize-rets, Limoilou. On peut chausser ses patins et se rchauffer prs du pole bois dans le petit chalet. On y loue aussi des patins.La rivire Saint-Charles, une fois coince dans les glaces, est entretenue pour permettre aux amoureux du patin den profiter. Ainsi, quand la temprature le permet, une agrable patinoire de 2 km serpente entre Limoilou et le quartier Saint-Roch, dans la Basse-Ville. On y offre des locaux chauffs et on y loue des patins.RaquetteLa raquette, ce sport redevenu populaire depuis la mise en march de nouveaux modles de raquettes compacts et lgers, peut se pratiquer dans la plupart des centres de ski de fond de la rgion. La Station touristique Duchesnay, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, Mont-Sainte-Anne, prs de Beaupr, ainsi que le parc national de la Jacques-Cartier, prs de Lac-Beauport, figurent parmi les plus beaux endroits pour la pratique de la raquette.Ski alpin et planche neigeLe Relais, Lac-Beauport, offre 27 pistes, toutes claires pour permettre le ski en soire. La station touristique Stoneham propose 32 pistes de ski alpin et de planche neige, dont 17 sont claires en soire. Mont-Sainte-Anne, prs de Beaupr, est lune des plus importantes stations de ski au Qubec. Elle compte 63 pistes pouvant atteindre une dnivella-tion de 625 m. Il est possible dy faire du 181Les grands thmesski de soire car 15 pistes sont claires. Elle fait aussi le bonheur des amateurs de planche neige.Le Massif, Petite-Rivire-Saint-Franois, demeure lune des stations de ski les plus intressantes du Qubec. Dabord parce que Le Massif offre le dnivel le plus haut de lest du Canada, soit 770 m, ensuite parce quil reoit chaque hiver des chutes de neige abondantes qui, en plus de la neige artificielle, crent des conditions idales. Sans parler de la nature environnante! La montagne, qui se jette presque dans le fleuve, offre depuis son sommet une vue poustouflante. On compte 45 pistes et sous-bois pour tout type de skieur, et deux confortables chalets, lun au sommet et lautre la base, sont accessibles la clientle.Ski de fondLes plaines dAbraham enneiges offrent un site enchanteur aux skieurs de fond urbains. Plusieurs pistes les sillonnent dun bout lautre, se faufilant tantt sous les arbres, tantt sur un promontoire avec vue sur le fleuve et ses glaces. Tout a en plein cur de la ville!Le Domaine Maizerets, Limoilou, est aussi sillonn par de courtes pistes de ski de randonne des plus agrables. Au dbut du parcours se trouve un petit chalet chauff au bois. On y loue des skis.La Station touristique Duchesnay, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, est trs populaire, lhiver venu, auprs des 6 Le Massif de Petite-Rivire-Saint-Franois, une station de ski idale. MarcArchambault182 Les grands thmesskieurs de fond de la rgion. Dans une vaste et riche fort, on parcourt 57,5 km linaires de pistes bien entretenues (en plus de 12,5 km linaires de pistes pour le pas de patin) en compagnie des petites msanges et autres oiseaux qui nont pas peur du froid!Nich au cur de la rserve faunique des Laurentides, le Camp Mercier offre 190 km de pistes bien entretenues dans un pay-sage des plus apaisants. tant donn sa localisation idale, on peut y skier depuis lautomne jusquau printemps. Les pos-sibilits de longues randonnes (jusqu 42 km) sont intressantes, et le parcours est jalonn de refuges chauffs. De plus, des chalets louer peuvent loger de 2 14 personnes.Mont-Sainte-Anne, prs de Beaupr, est sillonne par 300 km de sentiers de ski de fond bien entretenus et ponctus de refuges chauffs. La boutique Sports Alpins du rang Saint-Julien, Saint-Fer-rol-les-Neiges, loue de lquipement de ski.Sites naturels Limoilou, le Domaine Maizerets, avec ses grands arbres et ses pelouses, offre aux rsidants et visiteurs un lieu idal pour la promenade. Un arboretum ainsi que plusieurs amnagements paysagers feront la joie des amateurs dhorticul-ture. Le domaine est dailleurs membre de lAssociation des jardins du Qubec. Au cur de lArboretum se dresse une volire papillons! Quand le temps le permet (elle est ferme en cas de pluie), on peut pntrer dans ce petit monde peupl dune trentaine despces de papillons typiques de lest du Canada. En plus de smerveiller, on pourra en apprendre plus sur les tapes de leur dveloppement. t comme hiver, on peut y pratiquer plusieurs activits de plein air ou assister aux concerts en plein air, aux pices de thtre ou encore aux confrences sur des sujets comme lor-nithologie. Beaupr, le site du Canyon Sainte-Anne est compos de torrents aux flots agits, dune chute atteignant une hauteur de 74 m ainsi que dune marmite de gant dun diamtre de 22 m, forme dans le roc par les tourbillons deau. Les visiteurs ont loccasion de contempler cet impres-sionnant spectacle grce aux belvdres et aux ponts suspendus, tel le pont qui conduit au fond de la gorge.Le Lieu historique national Cartier-Br-beuf est un petit lieu de verdure au bord de la rivire Saint-Charles. On la am-nag pour en faire un endroit agrable pour les promeneurs. Autrefois endigue dans des murs de bton, la rivire a t libre de ce joug, du moins cette hau-teur, et pare de plantes aquatiques. Le parc, quant lui, est embelli de fleurs et darbres dcoratifs.Lincontournable parc de la ville de Qubec est sans contredit le parc des Champs-de-Bataille, mieux connu sous le nom de plaines dAbraham. Cet immense espace de verdure dune cen-taine dhectares, qui stend jusquau cap dvalant vers le fleuve, offre aux Qub-cois un lieu magnifique pour la pratique de toutes sortes dactivits de plein air. Les promeneurs et les pique-niqueurs abondent sur les plaines en t, mais la grandeur du parc permet tous dy trouver un peu de tranquillit.Prs de Lac-Beauport, le parc national de la Jacques-Cartier, enclav dans la rserve faunique des Laurentides, 40 km au nord de Qubec, accueille toute lanne une foule de visiteurs. Il est sillonn par la rivire du mme nom qui serpente entre les collines escarpes de la valle de la Jacques-Cartier. Le site, qui bnficie dun microclimat attribuable lencaissement de la rivire, est propice la pratique de Loisirs dhiver183Les grands thmesplusieurs activits de plein air. Sy trou-vent une faune et une flore abondantes et diversifies quil fait bon prendre le temps dadmirer. Les dtours des sentiers bien amnags rservent parfois des sur-prises, comme un orignal et son petit en train de se nourrir dans un marcage. Un centre daccueil et dinterprtation permet de bien sinformer avant de se lancer la dcouverte de toutes ces richesses. On y loue des emplacements de camping, des chalets pour les groupes et divers quipements sportifs. Des spcialistes organisent dans le parc des safaris dob-servation de lorignal ainsi que lobserva-tion de la faune en rabaska au crpuscule dans le but de faire connatre les animaux aux participants.Au bord du fleuve, aux limites de Sainte-Foy et de Cap-Rouge, le parc de la plage Jacques-Cartier redonne un peu le fleuve aux Qubcois. Ils taient rares en effet, les lieux lon pouvait se promener tran-quillement sur la grve et admirer le fleuve, ses mares, ses oiseaux et ses bateaux. Dornavant, cette plage permet tous dapprcier sa juste valeur la majest de cette importante source de vie.Sur la rive du lac Saint-Joseph, prs du village de Fossambault-sur-le-Lac, stend la plage Lac Saint-Joseph. Eh oui, une 5 La volire papillons du Domaine Maizerets. SocitduDomainedeMaizerets4 Limpressionnant canyon Sainte-Anne. CanyonSainte-Anne184 Les grands thmesvritable plage de sable! Sy dressent mme des palmiers (imports de Floride chaque anne)! En plus de la baignade, vous pourrez y pratiquer toutes sortes dactivits nautiques. Elle attire beaucoup de monde par les belles journes dt.La rserve nationale de faune du Cap-Tourmente, Saint-Joachim, est un lieu pastoral et fertile dont les battures sont frquentes chaque anne par des nues doies blanches (galement connues sous le nom de grandes oies des neiges). Elles sy arrtent quelque temps, en automne et au printemps, afin de reprendre les forces ncessaires pour continuer leur voyage migratoire. La rserve dispose dinstallations permettant lobservation de ces oiseaux. Quelque 280 espces doiseaux et 45 espces de mammifres la frquentent. Sur place, des naturalistes rpondent vos questions. On peut ga-lement profiter des sentiers de randonne pdestre.Prs de Beaupr, Mont-Sainte-Anne englobe un territoire de 77 km et un mont dune hauteur de 800 m qui compte parmi les plus beaux sites de ski alpin au Qubec. Pour hberger les visiteurs, quelques htels ont t construits. Par ailleurs, plusieurs autres activits de plein air peuvent y tre pratiques. La station possde notamment un rseau de plus de 200 km de sentiers de vlo de montagne ou de ski de fond. Sur le site, des centres de location dquipement sportif permet-tent tous de sadonner ces activits vivifiantes. 45 km de Qubec, au bord du plus grand lac de la rgion, le lac Saint-Joseph, la Station touristique Duchesnay, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, permet de se familiariser avec la fort lau-rentienne. Reconnue depuis longtemps pour ses sentiers de ski de fond, elle se rvle idale pour pratiquer toutes sortes dactivits de plein air, entre autres la ran-donne pdestre sur un rseau de sen-tiers dune longueur linaire de 25,7 km dont 15 km sur le sentier Trans-Qubec, la baignade et autres activits nautiques. La piste cyclable Jacques-Cartier/Portneuf passe par Duchesnay. Sy trouve aussi un pavillon dinterprtation o ont lieu des activits dducation et de sensibilisation. De plus, les installations daccueil offrent aux visiteurs des lieux dhbergement et 6 La rserve nationale de faune du Cap-Tourmente. PhilippeRenault/Hemis185Les grands thmesde restauration trs confortables. Chaque hiver, la station accueille sur son site lHtel de Glace.Arts et cultureQubec na cess, depuis sa fondation, de prsenter un hritage culturel impo-sant et trs vari. Plusieurs lieux de diffu-sion des arts et de la culture existent dans la ville, tels le Grand Thtre de Qubec, o jouent lOrchestre symphonique et lOpra de la capitale, le Palais Mont-calm, le Thtre du Trident, le Thtre de la Borde, le Thtre du Priscope et le Thtre du Conservatoire dart drama-tique de Qubec.Au cours du XIXe sicle, la ville sera utilise comme toile de fond dans de nombreux romans. cette poque, la mode est au roman daventures de type europen, et la littrature qubcoise, qui se confine gnralement lexaltation du pass et lidalisation de la culture paysanne, se trouve nettement en retard sur la littrature occidentale en gnral. Au dbut, on sy reconnat peine, mais au fil des ans lutilisation de la ville de Qubec comme toile de fond devient de plus en plus vidente. De la publication du roman Les Anciens Canadiens de Phi-lippe Aubert de Gasp aux romans de Roger Lemelin, la ville de Qubec passe dun dcor flou et mal dfini celui dune ville grouillante, bruyante, vivante et bien canadienne-franaise. Car mme si elle a t conquise par la Grande-Bretagne, mme si elle est dpasse par dautres villes sur le plan commercial, Qubec demeure lpoque la capitale intellectuelle du Canada franais et un symbole de rsistance pour les Canadiens franais.Roger Lemelin (1919-1992), crivain populaire grce ses descriptions pitto-resques des quartiers pauvres de Qubec dans les romans Au pied de la pente douce, Les Plouffe et Le Crime dOvide Plouffe (1982), est n Qubec. Ces deux derniers romans firent lobjet dune adap-tation la radio, la tlvision, puis au cinma, et furent trs populaires auprs du public qubcois. Il fut aussi lu lAcadmie Goncourt titre de membre tranger en 1974.La grande romancire Anne Hbert (1916-2000) tait native de Sainte-Cathe-rine-de-la-Jacques-Cartier, dans la rgion de Qubec. Sous sa plume, dans le roman LEnfant charg de songes, la ville de Qubec devient un personnage.Parmi les autres crivains natifs de Qubec figurent Chrystine Brouillet, qui se spcialise dans les romans policiers, les romanciers Yves Thriault (dcd en 1983), Monique Proulx et Marie-Claire Blais, ainsi que le pote Pierre Morency.Qubec a influenc galement de nom-breux artistes en arts visuels, comme Cor-nelius Krieghoff, Maurice Cullen, James 6 Le Grand Thtre de Qubec. LouiseLeblancArts et culture186 Les grands thmesWilson Morrice, Clarence Gagnon, Adrien Hbert, Jean-Paul Lemieux, Jean-Guy Desrosiers, et dautres qui, tour tour, chacun dans le style qui lui est propre, ont contribu au cours des annes enri-chir limagerie de Qubec.La rgion de Qubec a aussi t choisie par certains qui y trouvaient leur inspira-tion. Flix Leclerc (1914-1988), composi-teur-interprte et pote, a t le premier chanteur qubcois faire une perce sur le march europen, ouvrant ainsi la voie dautres artistes qubcois. Cest sur lle dOrlans que Flix aimait passer la majeure partie de son temps libre, et cest l quil avait son cur, comme en tmoigne une grande partie de son uvre.Qubec continue aujourdhui de voir natre plusieurs projets artistiques intres-sants. Les centres de cration Mduse et Ex Machina ne sont que deux exemples dans une ville o foisonnent les thtres et autres lieux artistiques. Le cinma y est aussi trs riche. Parmi les jeunes ralisa-teurs prometteurs, mentionnons Francis Leclerc, fils de Flix Leclerc, auteur du trs beau film Une jeune fille la fentre, dans lequel les images de Qubec dvoi-lent son affection pour cette ville.Ex Machina a t mis sur pied par Robert Lepage, n dans la Haute-Ville en 1957. Ce metteur en scne et ralisateur qu-bcois connat un succs international remarquable. Un peu comme pour Flix Leclerc, cest par son norme succs en Europe que le Qubec sest rendu compte de limmense valeur de son protg. On dcouvre son talent surtout grce aux pices Les Plaques tectoniques, La Trilogie des Dragons et Les Aiguilles et lOpium. Il ralise aussi des films: Le Confessionnal, Le Polygraphe, N, Mondes possibles et La Face cache de la lune. Opra, thtre, cinma, concert rock, cirque, grands v-nements (son Moulin images prsent pendant les festivits qui ont entour le 400e anniversaire de Qubec constitue 5 Portrait de Roger Lemelin (1919-1992). ArchivesnationalesduQubec5 Portrait de Flix Leclerc (1914-1988). MichelElliot,P404,9mars1972(PhotosF.Leclerc)/ArchivesnationalesduQubec-MArts et culture187Les grands thmesla plus grande projection multimdia au monde)... Bref, Robert Lepage touche tout.Le Carnaval de Qubec en hiver, le Fes-tival dt de Qubec durant les beaux jours, les Ftes de la Nouvelle-France, le Festival des journes dAfrique, danses et rythmes du monde et le Festival inter-culturel de Qubec, tous au mois daot, procurent aux rsidants comme aux visi-teurs de passage des journes pleines de promesses.ArchitectureLa ville de Qubec, cest avant tout la seule ville fortifie du continent nord-amricain. Cest tout dabord pour des raisons de scurit que la ville de Qubec se fortifie, et elle peut compter sur sa position stratgique du haut du cap Diamant. Cest pourquoi Champlain fait construire, au dbut du XVIIe sicle, le fort Saint-Louis. lorigine, ces fortifications servaient repousser les attaques amrindiennes et surtout faire face la menace britan-nique. Qubec vit donc trs tt dimpor-tants travaux de fortification transformer la ville en une vritable place forte: construction de la batterie Royale en 1691, de la redoute de la Dauphine en 1712 et, en 1720, de murs qui correspon-dent approximativement aux remparts que nous connaissons aujourdhui. Ce qui est contenu lintrieur des murs de Qubec, soit le Vieux-Qubec, donne la ville un petit air dancien rgime fran-ais.Berceau de la Nouvelle-France, la ville de Qubec possde un des patrimoines btis les plus riches en Amrique du Nord. Elle voque particulirement lEu-rope, tant par son atmosphre que par son architecture. Celle-ci a d sadapter, entre autres, aux rigueurs de lhiver qu-bcois et la pnurie de main-duvre et de matriaux. Cest donc une architecture simple, sans extravagance mais efficace. La maison typique de cette poque est de forme rectangulaire et coiffe dun toit 5 LeMoulinimages de Robert Lepage. NicolasFranckVachonArchitecture188 Les grands thmes deux versants recouverts de bardeaux de cdre. Pour mieux combattre lhiver et le froid qubcois, ce type dhabitation tait dot de peu de fentres et dune chemine ou deux. Lintrieur demeure lui aussi rustique, la proccupation prin-cipale tant toujours le chauffage. Ce type dhabitation se retrouve principa-lement dans la campagne environnante, mais on retrouve aussi le mme type darchitecture dans la ville de Qubec. En plus davoir se proccuper du froid, les habitants de la ville devaient aussi se prmunir contre les incendies. Ces der-niers pouvaient se propager extrmement rapidement en raison de la proximit des difices et du bois utilis dans leur construction. la suite du grand incendie de 1682, qui rasa la Basse-Ville presque compltement, les intendants de la Nou-velle-France, en 1721 et en 1727, promul-guent, afin de rduire les risques din-cendie lintrieur des murs de Qubec, deux dits qui viennent rglementer la construction. Dornavant, lutilisation du bois et les toitures mansardes, dont la charpente dense et complexe prsente un danger important dincendie, seront interdites. Tous les difices devront tre construits de pierres et munis de murs coupe-feu. De plus, les planchers qui sparent les diffrents tages de la maison devront tre recouverts de car-reaux de terre cuite. On peut voir dans les quartiers comme celui du Petit-Champlain des maisons de pierres qui datent de cette poque, telle la maison Louis-Jolliet sur la rue du Petit-Champlain et la maison Demers sur le boulevard Champlain. Cette dci-sion dinterdire le bois eut aussi comme consquence la cration des premiers faubourgs lextrieur de lenceinte des murs de Qubec. Les colons les plus pauvres, qui ne pouvaient pas satisfaire ces nouvelles exigences beaucoup trop coteuses, ont en effet d sloigner de la ville. la suite de la victoire britannique sur les plaines dAbraham, la Nouvelle-France fait dornavant partie de lEm-pire britannique, et le visage de la ville de Qubec se transforme lentement mesure que la population anglophone de la ville saccrot. On voit donc apparatre le long de la Grande Alle, qui ntait auparavant quune route de campagne borde de proprits agricoles, de vri-tables domaines au milieu desquels sont amnages pour les Britanniques des villas de style victorien et Second Empire. 189Les grands thmesAujourdhui, ces mmes difices ont t transforms en bars ou en restaurants, avec terrasses donnant sur la Grande Alle.Parmi les grands travaux entrepris plus rcemment par la Ville de Qubec, citons la revitalisation du quartier Saint-Roch, jadis considr par plusieurs comme le centre-ville mal aim de Qubec. Ces travaux dbutent en 1990 grce au par-tenariat de divers organismes. Depuis, le quartier accueille lcole des arts visuels de lUniversit Laval et le centre de cration Mduse, en plus dattirer de nouveaux rsidants, des commerces, etc. Dans la mme lance, on ramnage tantt la place de la Gare, tantt les abords de lhtel du Parlement, le bou-levard Ren-Lvesque ainsi que lavenue Honor-Mercier.4 Maisons en pierre du Petit-Champlain. Istockphoto.com.com/TonyTremblay5 Un des anciens manoirs de la Grande Alle converti en tablissement de restauration et de divertissement. PhilippeRenault/Hemis3 Terrasses et ambiance leuropenne. Istockphoto.com.com/TonyTremblayIndexIndexAAnglo Canadian Paper Mills 132Anse du Cul-de-Sac 71Architecture 187Arts 185Assemble nationale 94Astral, L 101Atelier Par 159Automne 172Avenue Cartier (Grande Alle) 105BBaillairg, Thomas 48Banque canadienne de commerce 86Banque de Qubec 82Banque Molson 82Basilique-cathdrale Notre-Dame de Qubec 51Basilique Sainte-Anne-de-Beaupr 157Batterie Royale 75Beauport 155Bibliothque et Archives nationales du Qubec 142Bibliothque Gabrielle-Roy 125Bois-de-Coulonge 138Boulevard Charest 124Bureau de poste 57Bureau de poste, ancien 89Buste en bronze de Louis XIV 76CCabaret Chez Grard 90Capitole de Qubec 112Cathdrale anglicane Holy Trinity 48Caves votes 77Centre dinterprtation de lhistoire du Trait-Carr 147Centre dinterprtation de la Cte-de-Beaupr 156Centre dinterprtation de la vie urbaine de la ville de Qubec 72Centre dinterprtation de Place-Royale 80Centre dinterprtation du Vieux-Port-de-Qubec 88Centre dinterprtation historique de Sainte-Foy 142Centre de foires 135Centre des congrs de Qubec 114Centre Infotouriste 43Chapelle commmorative 159Chapelle des Franciscaines de Marie 103Chapelle des Jsuites 66Chapelle des Ursulines 47Chapelle du couvent des surs de la Charit 113Chapelle historique Bon-Pasteur 102Chapel of St. Peter 133Charlesbourg 146Chteau-Richer 156Chteau Frontenac 42Chemin de la Croix 159Chute Montmorency 155Cimetire militaire 129Cimetire Saint-Michel-de-Sillery 139Cimetire St. Matthew 115Citadelle 34Club de la Garnison 34Colise Pepsi 134Colline Parlementaire 93Complexe G 102Complexes H et J 98Conservatoire de musique et dart dramatique de Qubec 40Cte-de-Beaupr 153Cte de la Fabrique 62Croisires 174Croix du Sacrifice 94Cueillette de fruits 174Culture 185Cyclorama de Jrusalem 159DDescente de rivire 174Domaine Cataraqui 140Domaine Maizerets 132Domaine Porteous 163Ecole dHedleyville, ancienne 132cole des arts visuels de lUniversit Laval 124cole des Ursulines du Qubec 47cole technique 129difice de la Douane 86difice Honor-Mercier 98difice Marie-Guyart 102difice Price 50glise Notre-Dame-de-Jacques-Cartier 124glise Notre-Dame-de-Lorette 148glise Notre-Dame-des-Victoires 77glise presbytrienne St. Andrew 63glise Saint-Charles-Borrome 147glise Saint-Charles-de-Limoilou 132glise Saint-Cur-de-Marie 102glise Saint-Jean-Baptiste 117glise Saint-Michel 139glise Saint-Pierre 169glise Saint-Roch 126glise Saint-Sauveur 128glise Sainte-Famille 167glise St. Matthew 115glise unie Chalmers-Wesley 37Emblmes 26Entrept Thibaudeau 80picerie J.-A.-Moisan 117Escalier Casse-Cou 70Espace Flix-Leclerc 169t 172t des Indiens 172Ex Machina 82ExpoCit 134FFaubourg Saint-Jean-Baptiste 111Fontaine de Tourny 97Foyer no-Renaissance des dames protestantes 105Fresque des Qubcois 79Fresque du Petit-Champlain 71Funiculaire 70GGalerie dart du Trait-Carr 147Gare du Palais 89Gographie 9Glissade deau 175Glissade sur glace 178Golf 175Grande Alle 93Grand Thtre 102HHedleyville 132Hippodrome de Qubec 134Histoire 10Hiver 172Hpital Gnral 128Htel-Muse Premires Nations 148Htel Clarendon 50Htel de glace 151Htel de ville 50Htel du Parlement 94Htel Jean-Baptiste-Chevalier 72Htel Loews Le Concorde 101IndexIle dOrlans 161lot des Palais, L 91lot Saint-Nicolas 90Imprial de Qubec 125Institut canadien 63JJardin de Saint-Roch 122Jardin des Gouverneurs 40Jardin Jeanne-dArc 101Jardin botanique Roger-Van den Hende 142Jardins de lHtel-de-Ville 51Jogging 175KKiosque Edwin-Blanger 109LLac Beauport 147La Fabrique 123La Laurentienne 142Leclerc, Flix 168Lieu historique national Cartier-Brbeuf 133Lieu historique national des Fortifications-de-Qubec 35Limoilou 131Literary and Historical Society of Quebec 63Loisirs dt 174Loisirs dhiver 178MMaison Antoine-Anfelson 50Maison Barbel 78Maison Blanche 122Maison Bruneau-Rageot-Drapeau 78Maison Chevalier 72Maison Cirice-Ttu 38Maison de larmateur Chevalier 72Maison de la dcouverte des plaines dAbraham 100Maison Demers 71Maison des Jsuites de Sillery 140Maison Dolbec 72Maison Drouin 167Maison du manufacturier de chaussures W.A. Marsh 101Maison Dumont 78Maison phram-Bdard 147Maison Estbe 80Maison Fornel 75Maison Franois-Xavier-Garneau 60Maison Frrot 72Maison Garneau-Meredith 101Maison Gendreau 163Maison Grenon 75Maison Hamel-Bruneau 140Maison Henry-Stuart 105Maison Horatio-Walker 163Maison Jacquet 45Maison Kent 45Maison Krieghoff 105Maison Louis-Jolliet 71Maison Magella-Paradis 147Maison Maillou 45Maison McGreevy 66Maison Montcalm 59Maison patrimoniale Louis. S.-St-Laurent 105Maison Pierre-Lefevbre 147Maison Pollack 105Maisons Lecourt 90Maisons ouvrires de Saint-Roch 124Maison Tsawenhohi 149Maison William Price 101Manoir Gourdeau 163Manoir Mauvide-Genest 164Manoir Montmorency 155March du Vieux-Port 88Mduse 122Mmorial de la guerre de Sept Ans 129Monastre des Dominicains 105Monastre des Ursulines 45Monument lhistorien Franois-Xavier Garneau 94Monument la mmoire du gnral Wolfe 106Monument des Braves 143Monument en lhonneur de Mgr Franois de Laval 57Moulin de lHpital-Gnral 129Moulin des Jsuites 147Moulin du Petit Pr 156Moulin Gosselin 163Muse Bon-Pasteur 60Muse de gologie Ren-Bureau 142Muse de labeille 156Muse de lAmrique franaise 55Muse de la civilisation 82Muse de sainte Anne 159Muse des Augustines de lHtel-Dieu de Qubec 62Muse des Ursulines 48Muse du Fort 43Muse du Monastre des Augustines 128Muse du Royal 22e Rgiment 35Muse national des beaux-arts du Qubec 106Muse naval de Qubec 86OObservation des oiseaux 175Observatoire de la Capitale 102Observatoire de la Pointe--Puiseaux 139Onhoa Chetek8e 149Orphelinat anglican, ancien 65PPalais archipiscopal 57Palais de justice, ancien 43Palais Montcalm 113Parc Aquarium du Qubec 141Parc de lAmrique-Franaise 102Parc de lAmrique-Latine 89Parc de lEsplanade 64Parc de la Chute-Montmorency 155Parc de la Falaise et de la chute Kabir Kouba 151Parc de la Francophonie 100Parc des Bisons de lle dOrlans 164Parc des Braves 143Parc des Champs-de-Bataille 108Parc du Cavalier-du-Moulin 38Parc maritime de Saint-Laurent 163Parc Montmorency 58Parc Victoria 128Patin glace 178Patin roues alignes 176Pavillon des Arts 134Pavillon J.A.-de-Sve 142Pavillon La Laurentienne 142Pavillon Louis-Jacques-Casault 142Peintres Qubcois, Les 78PEPS 142Petit-Champlain 69Place-Royale 69Place dArmes 43Place DYouville 112Place de lAssemble-Nationale 97Place de lHtel-de-Ville 50Nos bureauxCanada: Guides de voyage Ulysse, 4176, rue Saint-Denis, Montral (Qubec) H2W 2M5, p514-843-9447, fax: 514-843-9448, info@ulysse.ca, www.guidesulysse.comEurope: Guides de voyage Ulysse sarl, 127, rue Amelot, 75011 Paris, France, p01 43 38 89 50, voyage@ulysse.ca, www.guidesulysse.comNos distributeursCanada: Guides de voyage Ulysse, 4176, rue Saint-Denis, Montral (Qubec) H2W 2M5, p514-843-9882, poste 2232, fax: 514-843-9448, info@ulysse.ca, www.guidesulysse.comBelgique: Interforum Benelux, Fond Jean-Pques, 6, 1348 Louvain-la-Neuve, p010 42 03 30, fax: 010 42 03 52France: Interforum, 3, alle de la Seine, 94854 Ivry-sur-Seine Cedex, p01 49 59 10 10, fax: 01 49 59 10 72Suisse: Interforum Suisse, p(26) 460 80 60, fax: (26) 460 80 68Pour tout autre pays, contactez les Guides de voyage ulysse (montral) .Nos coordonnesIndex - Nos coordonnesPlace de la FAO 86Place de la Gare-du-Palais 89Place de Paris 80Place Jacques-Cartier 125Place Montcalm 101Plaines dAbraham 108Planche neige 180Pointe--Carcy 86Pointe--Puiseaux 139Pont de Qubec 139Pont Pierre-Laporte 139Porte Kent 66Porte Prescott 70Porte Saint-Jean 64Porte Saint-Louis 34Portrait 6Poudrire de lEsplanade 35Printemps 172Prison de Qubec, ancienne 63Promenade Desjardins 114Promenade des Premiers-Ministres 97Promenade Samuel-De Champlain 140Promenades du Vieux-Qubec, Les 56QQuartier du Palais 89Qubec Exprience 56RRandonne pdestre 176Raquette 180Rivire Saint-Charles 132Rue De Saint-Vallier 122Rue des Pains-Bnits 18Rue des Remparts 59Rue du Petit-Champlain 71Rue du Pont 126Rue du Trsor 57Rue pitonnire Sous-le-Cap 86Rue Saint-Jean 63Rue Saint-Joseph 125Rue Saint-Paul 88Rue Saint-Vallier 128Rue Victoria 128SSaint-Franois-de-lle-dOrlans 164Saint-Jean-de-lle-dOrlans 164Saint-Laurent-de-lle-dOrlans 163Saint-Pierre-de-lle-dOrlans 167Saint-Roch 119Saint-Sauveur 119Sainte-Anne-de-Beaupr 156Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier 151Sainte-Famille 167Sainte-Foy 137Sainte-Ptronille 162Saisons 172Sanctuaire Notre-Dame-du-Sacr-Cur 38Scala Santa 159Sminaire de Qubec 54Service dinformation touristique de Parcs Canada (Vieux-Qubec) 57Service du dveloppement conomique 124Sillery 137Site patrimonial du Parc de lArtillerie 63Sites naturels 182Ski alpin 180Ski de fond 181Socit Radio-Canada de Qubec 113Station touristique Duchesnay 151Statue du gnral franais Charles de Gaulle 101TTerrasse Dufferin 40Terrasse Frontenac 103Terrasse Stadacona 100Tours Martello nos 1 et 2 109Traversier Qubec-Lvis 72UUniversit Laval, campus de l 141VVlo 177Vlo de montagne 178Verrerie La Mailloche 70Vieux-Port 85Vieux-Qubec 33Villa Bagatelle 138Villa Spencer Grange 138WWendake 148Aussi disponibles dans la collection des Fabuleuxwww.gu idesu lysse.comVivez la passion de Qubec! Voici une odysse visuelle parmi les plus grandioses attraits de la capitale qubcoise et de sa rgion. L'ouvrage idal pour rver de balades historiques dans le Vieux-Qubec et de promenades dans le magnifique parc des Champs-de-Bataille, pour planifier une escapade dans la splendide le dOrlans, pour conserver en souvenir le color faubourg Saint-Jean-Baptiste ou tout simplement pour offrir les charmes de Qubec en cadeau!De magnifiques photographies pour partir dj un peu.Des encadrs distinctifs pour en apprendre davantage.Des textes fouills sur de grands thmes pour mieux comprendre.Des cartes au graphisme tudi pour s'y retrouver.Une prsentation anime et colore pour vivre toute la passion de cette ville enchanteresse!24,95 $ 23,99 TTC en FranceISBN: 978-289464-892-6 www.guidesulysse.comSommaireLe portraitGographieHistoireQubec aujourd'huiLes attraitsLe Vieux-QubecLe Petit-Champlain et Place-RoyaleLe Vieux-PortLa colline Parlementaire et la Grande AlleLe faubourg Saint-Jean-BaptisteLimoilouSillery et Sainte-FoyAu nord de la villeLa Cte-de-BeauprLle dOrlansLes grands thmesIndex