Fiche lve Les Epoux Arnolfini de Jan Van Eyck (1434) Doc Elve Les Epoux Arnolfini de Jan Van Eyck (1434) Jan Van Eyck : N vers 1390 et mort Bruges en 1441. Van Eyck est un peintre flamand ...

  • Published on
    06-Mar-2018

  • View
    227

  • Download
    14

Transcript

Fiche lve Les Epoux Arnolfini de Jan Van Eyck (1434) 1) Dcrire le tableau : que reprsente-t-il ? - Analysez la composition : lignes de force, lments mis en relief, couleurs dominantes - Analysez la reprsentation des personnages. Interrogez-vous sur leurs positions, gestes, expressions, leurs costumes, leurs relationsQue peut-on dduire sur le thme de ce tableau ? - Analysez le dcor : lments visibles, ambiance Rdigez en quelques lignes une description en utilisant le vocabulaire de limage et proposez quelques lments dinterprtation sur la vise de cette peinture. 2) Interprter : Aprs lecture des documents votre disposition, approfondissez lanalyse et la prsentation de luvre. - Prsentez luvre (support, technique, dimensions) et son auteur. A quel mouvement peut-on la rattacher ? - Analysez et prsentez la scne en dgageant les lments mis en relief et la symbolique des diffrents objets prsents, des gestes des personnages. - Prsentez le caractre novateur de cette uvre (technique, sujet). 3) Etude du gnrique : animation et dtournement 1- Comment sanime cette image dans le gnrique de la srie ? Identifiez les lments conservs ou modifis, les gestes excuts par le personnage. Comment le lien se fait entre la scne prcdente et la scne suivante ? Identifier les lments perturbateurs. 2 - Comment peut-on interprter le dtournement de cette scne par rapport aux images originales ? 3. Quapporte la musique ce gnrique ? Tentez didentifier les instruments et ce genre de musique. 4.- A quoi vous fait penser la technique de lanimation ? Pourquoi les ralisateurs ontils fait ce choix ? Fiche Doc Elve Les Epoux Arnolfini de Jan Van Eyck (1434) Jan Van Eyck : N vers 1390 et mort Bruges en 1441. Van Eyck est un peintre flamand clbre pour ses portraits dun ralisme minutieux. On sait quil effectua quelques missions diplomatiques pour son protecteur, le Duc de Bourgogne, Philippe Le Bon, dont il fut le valet de chambre. Il se fixe Bruges vers 1430. Ce tableau est lun des plus clbres de lartiste. Son uvre est surtout compose de reprsentations de la Vierge Marie et de portraits. Il est considr comme le fondateur du portrait occidental. Le portrait des poux Arnolfini ( conserv la National Gallery de Londres) reprsente en pied, dans un intrieur flamand, un riche marchand tabli Bruges, Giovani Arnolfini, et son pouse, au moment de leurs noces.[] Lapport technique de V.E. la peinture occidentale est capital (utilisation dun liant base dhuile siccative). Il a port la technique de la peinture lhuile et le ralisme des dtails un niveau jamais atteint avant lui.[] Source Wikipdia Les poux Arnolfini : 1434 - dtrempe la rsine sur bois (82/60 cm) - National Gallery-Londres. Par sa description naturaliste dun couple dans un intrieur bourgeois, fix avec une grande prcision de dtails, le tableau marque le tournant de lart sacr vers lart profane. Vtu dhabits somptueux, lhomme et la femme se tiennent debout dans la chambre nuptiale pour conclure les liens du mariage. Devant eux, un petit chien, symbole de la fidlit. Sur le lustre suspendu au-dessus deux, brle une unique bougie symbolisant la prsence du Christ. Le peintre a fix cette crmonie dans son tableau et sa signature en fait le tmoin des maris : Johannes Van Eyck hic fuit (JVE fut prsent), cest linscription que lon peut lire au- dessus du miroir, dans lequel on reconnait les deux tmoins. La peinture flamande , Renaissance et Manirisme (p.27) Le thme profane et le caractre intime du portrait son certainement dus la nationalit du commanditaire. Giovani Arnolfini tait un trs riche homme daffaire italien qui dirigeait la filiale de Bruges de son pre. Il connaissait la valeur quon attribuait dans son pays lindividualit et lhabitude quavaient les hommes importants de se faire portraiturer. [] Le nouveau procd de la peinture lhuile, par sa plus grande fluidit, sa meilleure siccativit, permettait de travailler avec plus de lenteur, par couches superposes et retouches. Elle permettait aussi les nuances colores les plus fines. Cette technique flamande fut bientt diffuse et admire hors des Pays-Bas par lintermdiaire des peintres flamands appels travailler aux cours italiennes. La peinture flamande , Renaissance et Manirisme (p.26-27) Le tableau a t ralis en 1434 Bruges qui tait alors la plus importante mtropole commerciale de lEurope du Nord .[] Le couple reprsent par le peintre est riche. Ce sont leurs vtements qui le montrent le mieux. Le riche surcot en toffe de la dame est ourl dhermine ; une seconde personne devait porter la trane quand elle se dplaait. Lhomme est vtu dune somptueuse tunique de velours garnie de vison ou de zibeline. Les patins de bois indiquent quil nest pas issu de la noblesse : on les enfilait sur les chaussures pour les protger de la boue. Les nobles se dplaaient en litire ou cheval et nen avaient pas besoin. Cet homme daffaire vivait dans le luxe digne dun aristocrate : tapis dorient, lustre comme ceux que les ferronniers flamands fabriquaient lpoque, miroir, fentres en partie vitres, prsence doranges, chres lpoque. Nanmoins, la pice est troite comme celle dune maison bourgeoise. A larrire-plan du tableau, sur laxe central, est suspendu un miroir rond en verre au cadre dcor de mdaillons reprsentant des scnes de la passion du Christ. Le petit chien, aux pieds de lpouse, symbolise la fidlit. Plusieurs objets voquent la puret de la marie : le miroir sans taches et le chapelet aux pierres translucides suspendu au mur. Ce que montre cette image, cest la condition des femmes cette poque. On voit le regard bas de la femme, elle semble soumise. La question de la vertu, de la fidlit et du pch est au centre du tableau. Les mains de lpoux sont blanches et soignes comme celle de lpouse ; ses paules troites et tombantes montrent quil na pas besoin de sa force physique pour simposer dans la socit. Sur le lustre, on ne voit flamber quune bougie. La flamme unique reprsente le Christ qui voit tout, qui est tmoin de la promesse solennelle. La figure en bois, sous le lustre, reprsente Sainte Marguerite triomphant du dragon, la sainte patronne des futures mres. Ce langage symbolique est n dans les glises mdivales car le peuple, ne sachant pas lire, avait besoin dimages pour mditer et sinstruire. Les pantoufles et les patins ont aussi une signification symbolique. Les contemporains du peintre y voyaient une allusion lAncien Testament (Exode, 3,6). Quand deux personnes sadministraient le sacrement, un simple plancher devenait une terre sainte . Ce tableau illustre non seulement le passage du sacr au profane mais aussi lavnement de la bourgeoisie, le passage de laristocratie la bourgeoisie. Les riches bourgeois, linstar des nobles, se font portraiturer. La signature du peintre est calligraphie et mise en valeur entre le miroir et le lustre. Elle nacquiert pas sa validit en tant que signature du peintre mais en tant que signature du tmoin. La main droite de la jeune femme repose dans la main gauche de lpoux. Ce geste est plac au centre du tableau, ce qui lui donne une importance particulire. Les personnages ont une attitude solennelle pour poser dans leur cadre quotidien : lhomme lve la main droite, comme pour prter serment. Les mains qui se touchent et le geste solennel signifient que les personnages sont en train de se marier. Sans doute sagit-il dun mariage de la main gauche , genre dunion contracte entre conjoints qui ne sont pas du mme rang. (le plus souvent, la femme de condition infrieure devait renoncer, pour elle et pour ses enfants, la succession). La marie porte un costume de crmonie. Son ventre arrondi ne fait pas allusion son tat mais correspond, linstar de la poitrine menue et lace haut, lidal de beaut du style gothique flamboyant dont cest lpoque. Le monstre sculpt qui orne le banc, larrire-plan, voque aussi lpoque gothique comme la pose de la femme. La peinture flamande , Renaissance et Manirisme

Recommended

View more >