Fiche n9 : La TVA dans les tablissements publics de sant

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    225

  • Download
    11

Transcript

  • DGFiP septembre 2013

    Fiche n9

    La TVA dans les tablissements publics de sant

    Prsentation de la fiche ............................................................................................................ 3

    OBJET DE LA PRESENTE FICHE .............................................................................................................................. 3

    ROLES RESPECTIFS DE LORDONNATEUR ET DU COMPTABLE ................................................................................ 3

    ORGANISATION DES SERVICES DE LA DGFIP INTERLOCUTEURS DES EPS ............................................................ 3

    Rgles relatives lassujettissement la TVA des EPS ........................................................ 5

    LHOSPITALISATION ET LES SOINS MEDICAUX DELIVRES DANS LES EPS AINSI QUE LES OPERATIONS QUI LEUR

    SONT ETROITEMENT LIEES NE SONT PAS IMPOSABLES A LA TVA. ........................................................................ 5

    LES AUTRES OPERATIONS REALISEES PAR LES HOPITAUX ..................................................................................... 5

    La comptabilisation de la TVA applique certaines oprations ....................................... 6

    ACTIVITE LIBERALE ............................................................................................................................................. 6

    CONTRAT DEXERCICE LIBERAL ........................................................................................................................... 7

    PRODUCTION DENERGIE...................................................................................................................................... 7

    RETROCESSION DE MEDICAMENTS ....................................................................................................................... 8

    Rgles dassujettissement ................................................................................................................................ 8

    Le taux de TVA applicable aux mdicaments rtrocds ................................................................................ 9

    Les constats effectus sur lutilisation des comptes 7071 et 4471 .................................................................. 9

    LES LIVRAISONS A SOI-MEME ............................................................................................................................... 9

    Les LASM dimmeubles neufs ......................................................................................................................... 9

    Les livraisons soi-mme de conversion de taux ....................................................................................10 Livraisons soi-mme de locaux dtablissements accueillant des personnes handicapes ou des personnes ges .. 10

    Etablissements concerns ....................................................................................................................................... 10

    Dispositif de la LASM et objectif du dispositif ...................................................................................................... 11

    Schmas dcritures .................................................................................................................................................... 11

    Taux applicable aux travaux de rnovation sur des maisons de retraite, tablissements psychiatriques, tablissemenst

    de soins de suite, de radaptation et de rducation : .................................................................................................. 11

    Livraisons soi-mme de travaux dans des tablissements accueillant des personnes handicapes ou des personnes

    ges ........................................................................................................................................................................... 12

    MODALITES DEXONERATION DES SERVICES FOURNIS PAR UN GROUPEMENT (ARTICLE 261 B DU CGI) .............12

    REGLES DE TERRITORIALITE ...............................................................................................................................13

    Acquisitions de biens meubles corporels en provenance dautres Etats ........................................................14 - Les importations ....................................................................................................................................................... 14

    - Acquisitions intraUE de biens meubles corporels ..................................................................................................... 15

    Rgime drogatoire : ................................................................................................................................................... 16

    Prestations de services ...................................................................................................................................17 Principes gnraux : .................................................................................................................................................... 17

    Lorsque le preneur est un assujetti au sens de larticle 259-0 du CGI .................................................................... 17

    Lorsque le preneur nest pas un assujetti au sens de larticle 259-0 du CGI ........................................................... 18

    Drogations : ............................................................................................................................................................... 18

    Drogations communes aux relations B to B et B to C ........................................................................................... 18

    Drogations spcifiques aux relations B to C ......................................................................................................... 19

    Les prestations ralises par lEPS ......................................................................................................................... 19

    Obligations du fournisseur/prestataire en matire de facturation des oprations intracommunautaires

    lorsque lEPS est le redevable de la TVA.......................................................................................................20 Schmas comptables applicables aux prestations de services dlivres par un prestataire non tabli en France, ne

    relevant pas dune rgle drogatoire, et dont un EPS tabli en France est le preneur ............................................. 22

    Schmas comptables ............................................................................................................................................... 23

    Lexercice par ltablissement du droit dduction de la TVA ........................................ 26

    CHOIX DE LA METHODE DETABLISSEMENT DU DROIT A DEDUCTION : ................................................................26

    Le suivi par secteurs dactivit (ou sectorisation) .........................................................................................26 Larticle 209 de lannexe II au CGI prvoit ainsi que certaines activits doivent obligatoirement tre riges en

    secteurs disctincts. Pour les EPS, deux domaines dactivits sont concerns : ........................................................... 26

  • 2

    LAPPLICATION DUN COEFFICIENT DE DEDUCTION A CHAQUE BIEN IMMOBILISE, AUTRES BIENS ET SERVICES ...27

    Schmas comptables lis la rgularisation du coefficient de dduction .....................................................27 Rappel : La rgle de calcul du coefficient de dduction .............................................................................................. 27

    Le recours un prestataire extrieur ........................................................................................................................... 28

    La variation du coefficient de dduction ..................................................................................................................... 28

    la baisse ................................................................................................................................................................... 28

    Coefficient dfinitif coefficient de rfrence ..................................................................................................... 30

    LA CLE DE REPARTITION ECONOMIQUE ...............................................................................................................33

    Formule de calcul ..........................................................................................................................................33 Principes et conditions dutilisation ............................................................................................................................ 33

    LE RESPECT DES OBLIGATIONS DECLARATIVES ET DE PAIEMENT ........................................................................34

    Les redevables de la TVA sont soumis des obligations dclaratives diffrentes selon le CA annuel ralis :

    .......................................................................................................................................................................34

    Cas particuliers des redevables exerant plusieurs activits ( cf. galement ci aprs point Lexercice par

    ltablissement du droit dduction de la TVA ) .........................................................................................35

    Les problmatiques comptables lies lutilisation des comptes de TVA ........................ 36

    LES COMPTES DE TVA DEDUCTIBLE (44562 ET 44566) ET CREDIT DE TVA (44567) ..........................................36

    Rgles de prescription de la TVA dductible .................................................................................................36

    TVA dductible indment comptabilise ........................................................................................................36

    LES COMPTES DE TVA COLLECTEE (44571), DE TVA A DECAISSER (44551) ET DE TVA INTRACOMMUNAUTAIRE

    (4452) .................................................................................................................................................................37

    LES DEMANDES DE REMBOURSEMENT DES CREDITS DE TVA (44583 ET 445888) ...............................................37

    TABLEAU RECAPITULATIF DES REGULARISATIONS APPORTEES AUX COMPTES DE TVA ......................................38

    La rgularisation des oprations de TVA comptabilises au cours des annes

    prcdentes .............................................................................................................................. 38

    Tableau rcapitulatif des rgularisations sur exercices antrieurs ...............................................................39

    Le dispositif de traabilit en matire de TVA .................................................................... 40

    AU SEIN DU DOSSIER DE REVISION ......................................................................................................................40

    AU SEIN DU DOSSIER PERMANENT .......................................................................................................................40

    Liste des annexes .................................................................................................................... 41

    ANNEXE 1 : CAS PRATIQUES DE REGULARISATIONS DU COEFFICIENT DE DEDUCTION .........................................41

    ANNEXE 2 : PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LANNEXE II DU CGI ET LINSTRUCTION SUR LES MODALITES DU

    DROIT A DEDUCTION ...........................................................................................................................................44

    ANNEXE 3 : LIEN VERS LINSTRUCTION N12-016-M0 DU 09 JUILLET 2012 SUR LA REFONTE DES REGLES DE

    DROIT A DEDUCTION EN MATIERE DE TVA : .......................................................................................................46

    ANNEXE 4 : LES PRINCIPAUX RESCRITS NATIONAUX TVA EN MATIERE DE DROIT A DEDUCTION ........................46

    ANNEXE 5 : TEXTES ET PRINCIPAUX LIENS UTILES SUR LA VENTE DE MEDICAMENTS RETROCEDES ....................46

    Articles du code de la Scurit sociale ...........................................................................................................46

    Articles du Code de la Sant publique ...........................................................................................................47

    Articles du Code gnral des impts ..............................................................................................................47

    Fiche DGOS ...................................................................................................................................................47

    ANNEXE 6 : ARTICLES DU CGI RELATIFS A LA TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES EFFECTUEES

    DANS UN CADRE INTRACOMMUNAUTAIRE ...........................................................................................................47

    Article 259 du CGI .........................................................................................................................................47

    Article 259 A du CGI .....................................................................................................................................48

  • 3

    Prsentation de la fiche

    Objet de la prsente fiche

    La fiabilisation des comptes et la prparation la certification sont loccasion pour le directeur dtablissement

    de sinterroger sur la conformit la rglementation du dispositif mis en place au sein de ses services pour

    assurer un suivi conforme et cohrent vis--vis des obligations de ltablissement en matire de TVA en tant

    quassujetti partiel et redevable partiel.

    La prsente fiche a pour objet de permettre conjointement lordonnateur et au comptable de sassurer de :

    - la rgularit de la situation fiscale au regard des rgles dassujettissement la TVA des tablissements publics de sant (EPS) et des conditions dexercice du droit dduction ;

    - la comptabilisation effective et conforme de la TVA pour certaines oprations spcifiques aux EPS (activit librale, rtrocession de mdicaments ) et du respect des schmas dcritures lis ces oprations ;

    - plus gnralement, de la bonne utilisation et de la rgularit des comptes de liquidation de la TVA.

    Rles respectifs de lordonnateur et du comptable

    En matire de TVA, le directeur dtablissement, en sa qualit dordonnateur, est le seul interlocuteur de

    ladministration fiscale en matire dclarative. A ce titre, il est le seul comptent pour :

    - veiller au respect des obligations dclaratives et de paiement de ltablissement ; - choisir les mthodes dvaluation et de suivi du droit dduction ; - assujettir ou non les activits pouvant ltre sur option ; - dcider de laffectation dun bien, pour tout ou partie, une activit imposable et ouvrant droit dduction

    et de son changement daffectation ventuel ;

    - tablir les demandes de remboursement de crdit de TVA.

    Le comptable est, en revanche, seul comptent pour :

    - enregistrer les oprations courantes de liquidation de la TVA lissue de la priode concerne (mois, trimestre, semestre ou anne) ;

    - prsenter et faire appliquer les schmas comptables rglementaires en cas de rgularisation des oprations de TVA aux services concerns au sein de ltablissement.

    Le comptable accompagnera, avec le soutien ventuel des services de la direction dpartementale ou rgionale

    des finances publiques, ltablissement dans toutes ses dmarches, quelles concernent les conditions

    dassujettissement ou la comptabilisation des oprations, pour assurer la qualit comptable des rgularisations

    comptables pouvant tre issues de la mise en conformit de la situation de ltablissement avec la rglementation

    applicable.

    Organisation des services de la DGFiP interlocuteurs des EPS

    Les modifications que pourraient induire les prcisions de la prsente fiche sur la dtermination de la TVA due

    par les tablissements (modification du champ des activits soumises la taxe, modification de la mthode

    dvaluation du droit dduction) doivent tre signales au service gestionnaire (Service des impts des

    entreprises (SIE)) dont relve ltablissement et au correspondant TVA dpartemental des directions locales

    concernes.

    A cet gard, il conviendra que le comptable de ltablissement informe ltablissement de lexistence de cette

    dualit dinterlocuteurs issue de la nouvelle organisation des services de la DGFiP.

    Il est rappel que le comptable hospitalier constitue linterlocuteur privilgi de lEPS ; le cas chant, celui-ci

    sollicitera les services des DDFiP.

  • 4

    Rappel :

    Le traitement comptable de la TVA est effectu partir doprations non budgtaires, sauf oprations

    particulires (amendes ou pnalits diverses pouvant rsulter, par exemple, de contrles fiscaux, rappels dimpt,

    traitement des livraisons soi-mme (LASM)).

  • 5

    Rgles relatives lassujettissement la TVA des EPS

    Si un EPS nest pas assujetti la TVA pour lexercice de son activit principale de soins, il est nanmoins amen

    raliser des oprations qui lui confrent cette qualit. De plus, parmi celles de ses oprations entrant dans le

    champ dapplication de la TVA, certaines sont susceptibles de bnficier dexonrations.

    Cest la raison pour laquelle, les EPS ont gnralement la double qualit dassujetti partiel (certaines de leurs

    oprations tant imposables alors que dautres ne le sont pas) et de redevable partiel (certaines de leurs

    oprations imposables tant taxes, alors que dautres sont exonres).

    Lhospitalisation et les soins mdicaux dlivrs dans les EPS ainsi que les oprations qui leur sont troitement lies ne sont pas imposables la TVA.

    En application de larticle 256 B du CGI1, les tablissements publics hospitaliers ne sont pas imposables la

    TVA pour lhospitalisation et les soins mdicaux quils dlivrent.

    Ces oprations font en effet lobjet dune exonration prvue par le droit communautaire2 et la France a utilis la

    facult prvue par la directive TVA3 de ne pas imposer la TVA cette activit lorsquelle est ralise par les

    personnes morales de droit public, sans quil soit ncessaire pour cela de rechercher si elle entre en concurrence

    avec les activits similaires des personnes prives (BOI-TVA-CHAMP-30-10-20 1). En effet, ds lors que les

    oprations que les personnes prives ralisent dans le cadre de cette activit sont exonres (CGI, art.261-4-

    1bis) aucune distorsion de concurrence ne peut tre identifie leur dtriment du fait du non-assujettissement

    des personnes publiques.

    Les frais dhospitalisation4 qui couvrent la fois lhbergement (dont la nourriture aux patients) et les soins

    dispenss au patient loccasion de lhospitalisation ne sont donc pas imposables.

    Les prestations de soins concernes sont celles qui ont une finalit thrapeutique, entendue comme visant

    prvenir, soigner et si possible gurir des maladies ou des anomalies de sant. Toutefois, cette dernire notion ne

    doit pas tre comprise dans une acception trop troite. Ainsi, des analyses qui ont pour objet lobservation et

    lexamen des patients titre prventif constituent des prestations de soins.

    Sont galement concernes les oprations troitement lies lhospitalisation et aux soins. Sur ce fondement, ne

    sont pas imposables les frais dhbergement ou de nourriture dun tiers accompagnant si sa prsence sinscrit

    dans la dmarche de soins et revt un caractre indispensable pour atteindre les buts thrapeutiques viss par

    lhospitalisation et les soins mdicaux qui sont dispenss au patient cette occasion5.

    Les autres oprations ralises par les hpitaux

    En revanche, ne sont pas considres comme troitement lies lhospitalisation les prestations qui sont

    essentiellement destines procurer des recettes supplmentaires ltablissement telles que la mise

    disposition dune ligne tlphonique ou de tlviseurs, les services de coiffure ou de tous autres services que

    lhpital offre contre rmunration ses patients.

    1 Il prvoit, en effet, que les personnes morales de droit public ne sont pas assujetties la TVA pour lactivit

    de leurs services [] sociaux [] lorsque leur non-assujettissement nentrane pas de distorsions dans les

    conditions de la concurrence . Il ny a pas de distorsion de concurrence puisque, paralllement, l'article 261-4-

    1 bis du CGI exonre de TVA les frais d'hospitalisation et de traitement, y compris les frais de mise

    disposition d'une chambre individuelle, dans les tablissements de sant privs titulaires de l'autorisation

    mentionne l'article L6122-1 du code de la sant publique. 2 Article 132 1 sous b) de la directive 2006/112/CE relative au systme commun de TVA

    du 28 novembre 2006. 3 2 de larticle 13 de la directive TVA.

    4 Ils correspondent la somme des frais de sjour, du ticket modrateur et du forfait journalier lorsquil est

    peru. 5 CJUE Aff. C-394/04 et C-395/04 Diagnostico & Thrapeftiko Kentro Athinon.

  • 6

    De la mme manire, la vente par les pharmacies usage intrieur de mdicaments qui sont galement fournis

    par les pharmacies de ville et qui sont dlivrs hors du cadre du traitement des patients hospitaliss ne peut tre

    considre comme troitement lie lhospitalisation et doit par consquent tre soumise la TVA.

    Outre les services fournis leurs patients qui ne sont pas troitement lis lhospitalisation, les hpitaux sont

    susceptibles de raliser une multitude dautres oprations pour lesquelles ils ont la qualit dassujetti.

    Sans que cette liste soit exhaustive, les hpitaux sont soumis la TVA pour les oprations suivantes :

    Les prestations fournies aux patients et qui ne peuvent tre considres comme troitement lies Lhospitalisation et aux soins (cf ci dessus)

    La vente de biens des tiers (notamment ventes dlectricit EDF ou ventes de chaleur des collectivits territoriales).

    La mise disposition de plates-formes techniques des mdecins libraux ou auxiliaires mdicaux (scanners, blocs opratoires, salle de consultation) : redevances dans le cadre dun contrat de clinique

    ouverte , dexercice libral, dactivit librale des praticiens hospitaliers.

    La rtrocession de mdicaments.

    Les locations despaces amnags pour lexploitation de commerces dans lenceinte de ltablissement (caftria, kiosque journaux, salon de coiffure).

    Les locations demplacements pour le stationnement des vhicules.

    Les locations de salles amnages (la location de salles nues est exonre avec possibilit doption pour la TVA).

    Les prestations de blanchisserie pour des tiers.

    La restauration collective du personnel.

    La livraisons soi mme dimmeubles.

    Important :

    Le directeur dtablissement comme le comptable doivent tre en mesure de justifier auprs du certificateur du

    rgime de TVA applicable chaque activit de ltablissement.

    Ces informations ont vocation renseigner aussi bien le dossier permanent que le dossier de rvision tablis par

    ce dernier (cf. infra chapitre traabilit ). Cest pourquoi la documentation comptable de ltablissement

    pourra intgrer utilement un tableau qui recense :

    les activits non imposables ;

    les activits imposables, en distinguant : - les activits taxes de plein droit ou sur option ; - les activits exonres (ouvrant ou non droit dduction)

    les taux pratiqus.

    La comptabilisation de la TVA applique certaines oprations

    Activit librale

    Les praticiens qui exercent une activit librale au sein de lhpital sont redevables auprs de ce dernier dune

    redevance dite dactivit librale assujettie la TVA (taux de 19,6 %)6. Cette redevance, que

    ltablissement calcule et que le praticien acquitte, est tablie sur la base dun tat rcapitulatif mensuel des

    consultations et actes mdicaux dlivrs par ce dernier dans le cadre libral. Elle correspond un pourcentage

    appliqu aux honoraires et aux ventuels dpassements perus par le praticien. Ce pourcentage varie en fonction

    de la nature de lacte mdical accompli par ce dernier.7

    6 BOI-TVA-CHAMP-10-10-50-70 210 et 220.

    7 Le principe dune redevance associe lactivit librale est prvu par les dispositions de larticle L.6154-3 du

    code de la sant publique. Les articles D.1654-10-1 et suivants fixent le barme des pourcentages applicables en

    fonction de lacte effectu.

  • 7

    La redevance est comptabilise au moyen dun titre de recettes imput aux comptes 7531 ( retenues et

    versements sur activit librale ) pour le montant HT et 44571 ( TVA collecte ) pour la part TVA.

    Contrat dexercice libral

    L'article L.6146-2 du CSP prvoit le principe d'une redevance prleve, le cas chant, sur le montant des

    honoraires verss par l'tablissement aux praticiens extrieurs. Comme dans le cas de lactivit librale, cette

    redevance est assujettie la TVA.

    Enfin, la TVA sapplique aux redevances perues par ltablissement dans le cadre des contrats de clinique

    ouverte8.

    Production dnergie

    Les tablissements hospitaliers peuvent mettre profit les btiments dont ils disposent pour produire de

    llectricit au moyen de panneaux photovoltaques ou encore exploiter des installations de cognration pour

    rduire leurs cots et scuriser leurs approvisionnements nergtiques.

    Une partie de lnergie ainsi produite peut tre revendue des tiers, une partie peut tre auto-consomme.

    Exemple : une installation de cognration qui permet la fois de produire, partir dune turbine gaz, de la

    chaleur utilise par lhpital pour la production deau chaude et lalimentation de son systme de chauffage et de

    llectricit revendue EDF.

    Rgles applicables la vente dnergie des tiers :

    La production dnergie pour la revente est une des activits pour lesquelles les personnes publiques sont

    obligatoirement assujetties la TVA (CGI, art. 256 B 2me

    alina). Ds lors, la vente EDF dlectricit produite

    est imposable la TVA de plein droit tout comme le serait celle de la chaleur produite au moyen dune

    installation de cognration.

    A noter que, depuis le 1er

    avril 2012, larticle 283-2 quinquies du CGI prvoit que lacqureur dlectricit, de

    gaz identifi en France est redevable de la TVA. Par consquent, ltablissement qui produit de llectricit

    rachete par EDF nest pas redevable de la TVA sur ses livraisons, la TVA devant tre autoliquide par EDF9.

    Dans cette hypothse, ltablissement peut nanmoins dduire la TVA grevant les dpenses engages pour la

    production dlectricit.

    Rgles applicables lautoconsommation :

    Si ltablissement prlve pour sa propre consommation une partie de llectricit produite partir de moyens de

    production qui ont intgralement ouvert droit dduction, il y a lieu pour ltablissement de taxer une livraison

    soi-mme (LASM) sur le fondement de larticle 257-II du CGI qui vise laffectation par un assujetti aux besoins

    de son entreprise de biens produits dans le cadre de son entreprise lorsque lacquisition de tels biens ne lui

    ouvrirait pas droit dduction complte sil en faisait lacquisition auprs dun tiers.

    Aussi, ds lors que ltablissement hospitalier ralise essentiellement des oprations qui ne lui ouvrent pas droit

    dduction (hospitalisation et soins mdicaux), lutilisation dnergie produite partir dinstallations pour

    lesquelles la TVA a t dduite doit donner lieu la taxation dune LASM proportion de lutilisation pour les

    besoins de ces oprations. A dfaut en effet, ltablissement consommerait lnergie produite en franchise de

    taxe.

    Si en revanche, au moment de la ralisation des installations, la TVA avait t dduite hauteur seulement de la

    proportion de lnergie dont la revente des tiers tait envisage, la proportion relative lautoconsommation

    estime nayant pas fait lobjet de dduction, il ny a pas de LASM constater mais, le cas chant, des

    8 Ces contrats dits "de cliniques ouverte" ont t supprims par la loi Hpital Patient Sant Territoire (HPST) du

    21 juillet 2009, avec maintien jusqu' leur terme des contrats existants cette date. 9 Dans cette hypothse le titre de recettes mis ne comprend pas de TVA mais doit indiquer que lacqureur en

    est le redevable, la mention de larticle 283-2 quinquies du CGI doit y tre porte.

  • 8

    rgularisations positives ou ngatives peuvent tre dues au titre de chaque anne en fonction de la variation de la

    proportion de lutilisation respective de lnergie produite.

    3 cas de figure peuvent donc tre distingus :

    ltablissement produit de lnergie en vue dune autoconsommation exclusive ;

    ltablissement produit de lnergie en vue dune revente totale un tiers ;

    ltablissement produit de lnergie en vue dune revente partielle tiers.

    Autoconsommation

    exclusive

    Intgralement pour les besoins doprations nouvrant pas droit dduction : pas de dduction de la TVA grevant les dpenses engages pour la ralisation de linstallation de production dnergie.

    Pour des oprations dont certaines ouvrent droit dduction : dduction en fonction du coefficient de dduction

    Pas de LASM constater ds lors que les dpenses engages pour les besoins de la production dnergie auto-consomme nont pas t dduites.

    Revente totale un

    tiers (EDF, rseau de

    chaleur)

    Activit taxe de plein droit sous rserve du rgime de la franchise (CGI, art.293 B).

    Droit dduction de la TVA grevant les dpenses ncessaires lactivit (fourniture et installation des panneaux solaires ou des installations de cognration).

    Les titres sont mis lencontre de lacqureur au compte 7078 autres ventes de marchandises et la TVA collecte est comptabilise au compte 44571 (sauf livraisons dlectricit entrant dans le primtre de

    lautoliquidation par lacqureur (CGI, art. 283-2 quinquies).

    Revente partielle un

    tiers

    Si laffectation des dpenses nest pas possible a priori, dduction de la totalit de la TVA grevant les dpenses de ralisation de linstallation :

    - taxation dune LASM (CGI, art. 257-II) pour la partie consomme de lnergie produite : A mesure que

    ltablissement auto-consomme, il comptabilise de la TVA collecte (LASM) et modifie le cot dentre de

    linstallation : D/21 C/4457110

    - des titres sont mis au compte 7078 du budget principal pour le montant de la part auto-consomme. Des

    mandats du mme montant sont mis au compte 60612 de ce mme budget. Les titres comme les mandats

    correspondant la part autoconsomme sont HT.

    - taxation de livraisons dnergie un tiers (sauf autoliquidation par lacqureur). Les titres sont mis

    lencontre de lacqureur au compte 7078 autres ventes de marchandises et la TVA collecte est

    comptabilise au compte 44571.

    Si laffectation des dpenses est possible a priori, dduction de la TVA en proportion des oprations ouvrant droit dduction.

    - Pas de LASM en cas dautoconsommation.

    - Le cas chant, rgularisations de la TVA dduite initialement.

    Rtrocession de mdicaments

    Rgles dassujettissement

    10

    Cette criture neutralise la dduction initiale de TVA, effectue au cours des travaux, hauteur de la part auto-

    consomme.

  • 9

    Les ventes de mdicaments des patients ambulatoires dans les pharmacies usage intrieur des tablissements

    sont des activits qui ne sont pas troitement lies lhospitalisation et aux soins. Ds lors, ltablissement

    public de sant qui exerce cette activit est assujetti la TVA dans les conditions de droit commun, au mme

    titre que les officines prives11

    .

    Le taux de TVA applicable aux mdicaments rtrocds

    Les ventes de mdicaments rtrocds sont ligibles :

    - au taux particulier de 2,10 % prvu larticle 281 octies du CGI si ces mdicaments sont remboursables par la scurit sociale dans les conditions prvues par lapplication combine des articles L. 162-17 du code de

    la scurit sociale (CSS) et L. 5126-4 du code de la sant publique (CSP),

    - au taux rduit de 7 % prvu larticle 278 quater du CGI si les conditions de larticle 281 octies du code gnral des impts (CGI) pour lapplication du taux de 2,10 % ne sont pas satisfaites.

    En cas dapplication des deux diffrents taux de TVA aux ventes de mdicaments rtrocds, le comptable devra

    en informer le directeur de ltablissement.

    Les constats effectus sur lutilisation des comptes 7071 et 4471

    Une requte nationale effectue en 2010 sur les oprations enregistres au compte 7071 ( rtrocession de

    mdicaments ) pour les EPS les plus importants a mis en vidence labsence de comptabilisation de la TVA

    collecte sur les ventes de mdicaments rtrocds dans certains tablissements, lesquelles sont alors

    comptabilises au compte 7071 pour le montant TTC. Cette pratique contrevient aux dispositions fiscales et a un

    impact fort sur la sincrit du rsultat.

    Les livraisons soi-mme

    Un EPS est susceptible dtre redevable dune livraison soi-mme dimmeuble plusieurs titres, ou en sa

    qualit dassujetti pour restaurer la neutralit de la taxe, ou en sa qualit de non-assujetti pour bnficier du taux

    rduit.

    Les LASM dimmeubles neufs

    Conformment larticle 257-I-3 du CGI, tout assujetti est redevable dune livraison soi-mme au moment de

    lachvement dun immeuble dont il assure la matrise douvrage lorsquil nest pas revendu dans les deux ans de

    cet achvement12

    .

    Cette LASM permet de restaurer l'galit avec les situations dans lesquelles l'immeuble a t livr par un

    promoteur ou construit par son utilisateur en faisant peser une charge fiscale quivalente sur les deux situations.

    Il en rsulte les consquences suivantes pour ltablissement.

    Tout dabord, ltablissement a la possibilit de dduire la totalit de la TVA grevant les dpenses relatives la

    construction de limmeuble au fur et mesure de leur paiement ds lors quelles ont t engages pour la

    ralisation de la LASM. Cela permet dobtenir le remboursement des crdits de TVA dgags pendant la phase

    dinvestissement facilitant ainsi la gestion de la trsorerie.

    Ensuite, il doit dposer, dans le mois de lachvement de limmeuble, la dclaration spciale prvue larticle

    244 de lannexe II au CGI informant ladministration de lachvement de la construction.

    Ltablissement dispose ensuite dun dlai courant jusquau 31 dcembre de la deuxime anne qui suit (CGI,

    art. 270) pour liquider la LASM et acquitter la TVA correspondante au Trsor avec la dclaration sur laquelle il

    en a report le montant.

    11

    La vente de mdicaments aux patients non hospitaliss est assujettie de plein droit la TVA, mme en

    labsence de mise en concurrence avec les officines de ville (mdicaments dont la vente est rgie par un

    monopole rglementaire), au titre de la livraison de biens neufs fabriqus en vue de la vente (en vertu des

    dispositions de larticle 256 B du CGI). 12

    Cf. BOI-TVA-IMM-10-10-20 ( 170 et suivants).

  • 10

    La base dimposition de la LASM est constitue, conformment au a) du 2 de larticle 266 du CGI, du prix de

    revient total des immeubles, y compris le cot du terrain. Aussi cest lensemble des dpenses engages pour la

    construction, y compris celles qui, tels les frais financiers, nont pas t greves de TVA, qui doivent tre prises

    en compte dans la base dimposition de la LASM.

    Enfin, la TVA collecte au titre de la LASM peut faire lobjet dune dduction en proportion des oprations

    ouvrant droit dduction ralises par ltablissement.

    Les livraisons soi-mme de conversion de taux

    Le but poursuivi ici est de ne faire supporter ltablissement quune rmanence (ou charge dfinitive) de TVA

    au taux rduit. Elle vise donc les situations dans lesquelles ltablissement nest pas assujetti la TVA pour

    lexercice de lactivit pour laquelle les dpenses ligibles sont engages.

    Ce mcanisme constitue une modalit dapplication a posteriori du taux rduit. Il consiste dans la dduction par

    ltablissement de la TVA au taux normal grevant des dpenses engages, puis dans la constatation dune

    livraison soi-mme au taux rduit, le crdit de TVA en rsultant lui tant rembours.

    Un tablissement public de sant peut tre amen comptabiliser une livraison soi-mme (LASM) dans les cas

    suivants :

    - Construction de locaux dtablissements accueillant des personnes ges ou handicapes.

    - Travaux de rnovation, d'amlioration, de transformation, d'amnagement ou d'entretien sur des tablissements caractre social ou mdico-social avec une activit principale dhbergement,

    tablissements psychiatriques, tablissement de soins de suite, de radaptation et de rducation.

    Livraisons soi-mme de locaux dtablissements accueillant des personnes handicapes ou des personnes

    ges

    Le 8 du I et le II de l'article 278 sexies du CGI prvoient l'application du taux rduit aux livraisons et livraisons

    soi-mme de locaux d'tablissements accueillant des personnes ges13

    s'ils remplissent les critres d'ligibilit

    au prt prvu larticle R331-1 du code de la construction et de lhabitation, ou des personnes handicapes14

    et,

    pour la seule partie des locaux ddie l'hbergement, d'tablissements accueillant des mineurs ou jeunes adultes

    handicaps15

    .

    L'application du taux rduit sur ce fondement est rserve aux seuls tablissements agissant but non lucratif,

    dont la gestion est dsintresse et qui font l'objet d'une convention cette fin entre le propritaire ou le

    gestionnaire des locaux et le reprsentant de l'tat dans le dpartement.

    Le III de l'article 278 sexies du CGI soumet galement la TVA au taux rduit les livraisons soi-mme de

    travaux d'amlioration, de transformation, d'amnagement ou d'entretien, autres que l'entretien des espaces verts

    et les travaux de nettoyage, portant sur ces mmes locaux.

    Cette mesure permet de laisser la charge des tablissements d'accueil concerns une charge dfinitive de TVA

    au taux rduit au titre des diffrentes oprations d'acquisition, de construction ou de rnovation portant sur leurs

    locaux.

    Etablissements concerns

    Il existe trois catgories dtablissements concerns :

    13

    cf. les tablissements accueillant les personnes ges (6 de larticle L312-1 du code de laction sociale et des

    familles (CASF)). 14

    cf. les tablissements accueillant des personnes handicapes (7 de larticle L312-1 du code de laction sociale

    et des familles (CASF)). 15

    cf. les tablissements accueillant des mineurs ou jeunes adultes handicaps (au 2 du I de l'article L312-1).

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025091603&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20120101http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025091603&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20120101http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020892821&cidTexte=LEGITEXT000006074069&dateTexte=20110731http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020892821&cidTexte=LEGITEXT000006074069&dateTexte=20110731http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020892821&cidTexte=LEGITEXT000006074069&dateTexte=20110731http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020892821&cidTexte=LEGITEXT000006074069&dateTexte=20110731

  • 11

    - tablissements accueillant des personnes handicapes : les tablissements accueillant des personnes adultes handicapes, quel que soit leur ge ou leur degr de handicap. Relvent de cette

    catgorie les maisons d'accueil spcialises (MAS), les foyers d'accueil mdicaliss (FAM),

    - tablissements accueillant des mineurs ou jeunes adultes handicaps : les tablissements qui assurent, titre principal, une ducation adapte et un accompagnement social ou mdico-social

    aux mineurs ou jeunes adultes handicaps ; les tablissements d'ducation spcialise pour

    enfants dficients intellectuels et les instituts mdico-ducatifs (IME), les instituts thrapeutiques,

    ducatifs et pdagogiques (ITEP) ; les tablissements d'ducation spciale pour enfants dficients

    moteurs et les instituts d'ducation motrice (IEM) ; les tablissements pour enfants ou adolescents

    polyhandicaps ; les instituts d'ducation sensorielle pour enfants atteints de dficiences visuelles

    ou auditives.

    Compte tenu de la nature particulire des missions assures par ces tablissements, l'application du taux rduit

    est rserve la seule partie des locaux destine l'hbergement de jour et de nuit, temporaire ou permanent, des

    mineurs ou des jeunes adultes handicaps.

    - tablissements accueillant des personnes ges : les tablissements d'hbergement de personnes ges (EHPA), les tablissements d'hbergement de personnes ges dpendantes (EHPAD), les

    units de soins longue dure (USLD), les logements foyers, les petites units de vie et les units

    pour personnes dsorientes.

    Dispositif de la LASM et objectif du dispositif

    En application de l'article 257-I-3-1 du CGI, les livraisons soi-mme d'immeubles neufs sont obligatoirement

    imposables.

    Conformment l'article 278 sexies-I-8 et II du CGI, la livraison soi-mme de locaux affects l'hbergement

    de personnes handicapes ou de personnes ges est taxable au taux rduit de 7 %.

    - les travaux de construction d'un immeuble neuf ou les travaux portant sur un immeuble existant concourant la

    production d'un immeuble neuf sont facturs au taux normal (prestations de bureaux d'tudes, honoraires

    d'architectes, travaux immobiliers, etc.) ;

    - l'imposition la TVA de la livraison soi-mme des locaux ouvre corrlativement un droit dduction

    ltablissement de la taxe grevant les travaux pays.

    - l'tablissement d'hbergement supporte ainsi au final une charge de TVA au taux rduit.

    Schmas dcritures

    Au cours des travaux : D/23 ou 21 C/4041

    D/44562 (taux 19,6%)

    A la fin des travaux : D/21 C/44571 (taux 7% appliqu au cot de revient total de la construction)

    Taux applicable aux travaux de rnovation sur des maisons de retraite, tablissements psychiatriques,

    tablissemenst de soins de suite, de radaptation et de rducation :

    Larticle 279-0 bis du CGI soumet au taux rduit de 7 % les travaux damlioration, de transformation,

    damnagement et dentretien portant sur des locaux usage dhabitation, achevs depuis plus de deux ans.

    Cette disposition nest pas applicable :

    - aux travaux, raliss sur une priode de deux ans au plus, qui concourent la production dun immeuble neuf au sens du 2 du 2 du I de larticle 257.

    - aux travaux lissue desquels la surface de plancher des locaux existants est augmente de plus de 10 %.

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023380629&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20110101http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025091603&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20120101

  • 12

    Le taux rduit est applicable aux travaux facturs au preneur condition que ce dernier atteste, dune part, que

    les travaux se rapportent des locaux d'habitation achevs depuis plus de deux ans, et dautre part, que ces

    travaux sont ligibles ce taux.

    Le preneur doit conserver une copie de cette attestation, ainsi que les factures et notes mises par les entreprises

    ayant ralis les travaux jusquau 31 dcembre de la cinquime anne suivant la ralisation de ces travaux. Il est

    solidairement tenu au paiement du complment de taxe si les mentions portes sur lattestation savrent

    inexactes de son fait.

    L'entrepreneur est tenu de conserver lattestation signe par le preneur l'appui de sa comptabilit.

    La livraison soi-mme prvue larticle 278 sexies du CGI nest possible, sous rserve de remplir les

    conditions nonces par cet article que, lorsque les conditions dune facturation au taux rduit pour le prestataire

    de travaux immobiliers (vises larticle 279-0 bis du CGI) ne sont pas remplies.

    Livraisons soi-mme de travaux dans des tablissements accueillant des personnes handicapes ou des

    personnes ges

    Les livraisons soi-mme de travaux d'amlioration, de transformation, d'amnagement ou d'entretien, autres

    que l'entretien des espaces verts et les travaux de nettoyage, portant sur les locaux des tablissements mentionns

    ci-dessus sont obligatoirement imposs au taux rduit en application des dispositions combines des articles 257-

    I-3-1-b et 278 sexies-III du CGI.

    - les travaux d'amlioration, de transformation, d'amnagement ou d'entretien demeurent facturs au taux normal;

    - l'tablissement dduit la TVA qui lui a t facture dans les conditions de droit commun ;

    - l'tablissement impose la TVA au taux rduit la livraison de ces travaux lors de leur achvement afin de

    supporter au final une charge de TVA au taux rduit.

    Les tablissements qui ne sont pas redevables de la TVA au titre d'activits imposables et qui procdent des

    livraisons soi-mme de travaux d'amlioration, de transformation, d'amnagement ou d'entretien, autres que

    l'entretien des espaces verts et les travaux de nettoyage, portant sur leurs locaux, doivent se faire connatre de

    l'administration fiscale afin de pouvoir exercer le droit dduction de la taxe qu'ils supportent au titre de ces

    travaux.

    Les travaux immobiliers soumis la livraison soi-mme sont dcrits au BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-I-C.

    A cet gard, il est rappel que sont considrs comme des locaux usage d'habitation les tablissements

    caractre mdico-social, indpendamment du caractre taxable ou non taxable de leur activit, lorsque la dure

    moyenne de sjour des personnes permet de considrer que l'activit d'hbergement constitue l'objet

    prpondrant de ces tablissements.

    Ces tablissements sont ligibles au dispositif mme lorsqu'ils comportent une unit de soins ou sont rattachs

    un hpital, ds lors que l'assistance mdicale qu'ils fournissent constitue l'accessoire indispensable de l'activit

    d'hbergement de personnes ges et ayant perdu leur autonomie.

    Modalits dexonration des services fournis par un groupement (article 261 B du CGI)

    Larticle 261 B du CGI prvoit que, sous rserve de satisfaire certaines conditions, les prestations fournies par

    les groupements leurs membres peuvent tre exonres de TVA la double condition dtre exclusivement

    utilises pour les besoins de leurs oprations qui ne sont pas soumises la TVA et de faire lobjet dun

    remboursement correspondant exactement la part leur incombant dans les dpenses communes16

    (cf BOI-TVA-

    CHAMP-30-10-40).

    Cette disposition permet aux structures qui exercent une activit pour laquelle elles ne sont pas soumises la

    TVA et qui ne disposent pas des ressources suffisantes pour exercer certaines fonctions de se grouper pour utiliser

    16

    Le montant de ce remboursement doit tre valu sur une base relle et ne peut avoir un caractre forfaitaire.

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023380629&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20110101http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023380629&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20110101http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025091603&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=20120101http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html#dsy2501-PGP_Nature_des_travaux_22

  • 13

    des services communs en exonration de TVA alors que ces mmes services qui leur seraient fournis

    individuellement par des tiers leurs seraient facturs avec TVA17

    .

    Aussi, les tablissements de soins, qui ralisent pour lessentiel des oprations qui nouvrent pas droit

    dduction, peuvent trouver un intrt se regrouper, notamment au sein de groupements de coopration sanitaire

    (GCS), pour raliser des conomies. Il peut en aller ainsi pour lachat et lexploitation de matriels mdicaux

    coteux, tel quun quipement IRM, ou pour raliser des conomies dchelle sur certaines prestations

    (blanchisserie, oprations logistiques, administratives).

    Assouplissements aux conditions dligibilit lexonration :

    - lexonration nest pas remise en cause si les membres sont redevables de la TVA pour une partie de leur

    activit ds lors que les recettes y affrentes nexcdent pas 20 % de leurs recettes totales et que les services

    communs ne sont utiliss que pour les besoins des seules oprations non soumises la TVA.

    - si seuls les services fournis aux adhrents du groupement sont susceptibles den bnficier, l'exonration

    nest toutefois pas remise en cause lorsque le groupement fournit des services des tiers la condition qu'ils

    soumettent ces prestations la TVA dans les conditions de droit commun et que les rmunrations

    correspondantes ne dpassent pas 50 % du montant des recettes du groupement.

    Le cas des mise disposition (MAD) de personnels et de moyens matriels

    Le groupement peut disposer des moyens humains et matriels ncessaires la fourniture des services communs.

    Gnralement, il ne dispose pas de moyens propres et ne peut fonctionner qu partir de moyens qui sont mis

    sa disposition par ses membres.

    Or, les prestations de mise disposition de personnel, effectues titre onreux, sont imposables la TVA dans

    les conditions de droit commun (art. 256 et 256 A du CGI) quand bien mme elles seraient consenties prix

    cotant.

    Toutefois, il est admis quun groupement ligible lexonration prvue par larticle 261 B du CGI soit lui-

    mme regard comme un membre du groupement de fait constitu avec chacun de ses adhrents18

    . Dans ces

    conditions, les mises disposition de personnels ou de moyens matriels au profit du groupement peuvent tre

    exonres de TVA la condition dtre consenties prix cotant19

    .

    Important : le directeur de ltablissement comme le comptable doivent tre attentifs ce quaussi bien la

    nature de lactivit donnant lieu MAD que les conditions de facturation au bnfice du GCS soient clairement

    prcises dans la convention constitutive.

    Le paiement des prestations taxables effectues par les GCS de moyens

    Les GCS de moyens ne relvent pas de linstruction M21. Par consquent, la comptabilisation des prestations de

    services effectues par ces derniers ne sera pas traite en dtail ici.

    Rgles de territorialit

    Les EPS qui entretiennent des relations avec des oprateurs qui ne sont pas tablis en France peuvent tre

    concerns par les rgles de territorialit de la TVA.

    17

    Qui, par hypothse ne pourrait tre dduite et constituerait une charge dfinitive pour ltablissement

    ( rmanence de taxe). 18

    Sous rserve que ce groupement de fait soit formalis dans une convention. 19

    Les MAD de personnels au profit de personnes morales de droit public ou dorganismes sans but lucratif

    obissent aux mmes conditions dexonration. La MAD peut galement tre exonre si elle est rendue

    obligatoire en vertu de dispositions lgales ou rglementaires (cf. BOFIP BOI-TVA-CHAMP-30-10-40 220 et

    suivants).

  • 14

    Les EPS sont en effet en mesure de faire des acquisitions de biens qui leurs sont livrs depuis un autre Etat ou de

    prendre des services qui leurs sont fournis par un assujetti qui nest pas tabli en France.

    De faon plus marginale, ils peuvent galement tre amens fournir des services des personnes qui ne sont

    pas tablies en France ou livrer des biens dans dautres Etats. Le traitement des livraisons de biens dans

    dautres Etats, qui prsente un caractre thorique, nest pas abord ici.

    Acquisitions de biens meubles corporels en provenance dautres Etats

    Selon que les biens proviennent dun Etat membre de lUnion europenne (Acquisitions intraUE) ou dun Etat

    tiers (Importations) les rgles applicables sont diffrentes.

    - Les importations

    Limportation sur le territoire mtropolitain de biens en provenance dEtats hors UE est soumise TVA, laquelle

    doit tre acquitte par la personne qui figure comme destinataire rel des biens. Il sagit, en rgle gnrale, de

    lacqureur des biens20

    .

    Les biens imports sont soumis des formalits douanires lors de leur introduction sur le territoire

    mtropolitain. Les conditions dexigibilit de la TVA peuvent varier en fonction de la situation du bien en

    douane et ne seront pas analyses ici.

    La TVA est perue au mme moment que les droits de douane, lors du ddouanement des marchandises21

    .

    Lassiette de la taxe correspond la valeur en douane augmente des impositions, droits, prlvements et autres

    taxes, ainsi que des frais accessoires lis lopration dimportation.

    Ltablissement importateur peut exercer le cas chant son droit dduction dans les conditions gnrales

    dcrites dans la prsente fiche22

    .

    Ecriture comptable retraant lacquisition dun bien dimportation au titre dune activit ouvrant droit

    dduction :

    Un CHU fait lacquisition dun scanner (montant 35 000 HT) auprs dune entreprise amricaine.

    Le scanner arriv en avion doit tre conditionn pour tre transport au sige de ltablissement.

    Frais demballage : 600 Frais de transport : 2 500 Droits de douane : 6 000

    Une fois install au CHU, le scanner est laiss disposition dun autre tablissement en application dune

    convention de co-utilisation du matriel mdical. Le temps dutilisation par ltablissement cosignataire est

    estim 20 % du taux dutilisation total.

    Ecritures enregistrer dans la comptabilit du CHU acqureur :

    D/2 51014,88 (1)

    D/44562 1728,72 (2)

    C/4041 44100 (3)

    C/44571 8643,60 (4)

    20

    Art.291-I-1 du CGI. 21

    Art. 1695 du CGI. 22

    Ltablissement doit dtenir les documents douaniers ou assimils justifiant du paiement (dclaration

    dimportation, note de dbit du commissionnaire en douane) et le dsignant comme destinataire rel du bien pour

    lequel la dduction est revendique.

  • 15

    (1) : Ce montant correspond au cot dentre du scanner lactif du CHU augment des frais immobilisables

    (frais de transport, frais demballage et droits de douane, TVA non rcuprable).

    Explication du calcul : (35 000+600+2 500+6 000+6 914,88)

    (2) : La co-utilisation de matriel est une activit assujettie TVA et ouvrant droit dduction. Ds lors, le

    coefficient de dductibilit de rfrence applicable au scanner est de (0,2*1*1)=0,2

    Explication du calcul : (44 100*0,196*0,2*1)

    (3) : Lopration D/2 C/4041 se dcompose en fait en trois lignes. Une ligne concerne le fournisseur du bien

    pour le montant de 35 000, la seconde les droits de douane pour 6 000 payer au receveur des douanes, la

    troisime les frais accessoires pour 3 100 payer aux fournisseurs ayant factur le conditionnement du scanner

    et son transport jusquau CHU.

    (4) : La base imposable la TVA due limportation comprend la valeur du bien laquelle sajoute :

    les impts, droits, prlvements et autres taxes qui sont dues en raison de limportation, lexception de la TVA

    elle-mme (au cas prsent, ltablissement doit acquitter des droits de douane pour un montant de 6 000 ).

    Les frais accessoires tels que les frais de commission, demballage, de transport et dassurances intervenant

    jusquau premier lieu de destination relle des biens lintrieur de la communaut sont intgrer dans la base

    imposable (au cas prsent, les frais de conditionnement et de transport du scanner jusquau CHU pour un

    montant de 3 100 )

    Explication du calcul : (35 000+600+2 500+6 000)*0,196

    Si ltablissement recours un intermdiaire dit transparent pour acquitter la TVA due limportation sur

    le scanner et accomplir les formalits douanires, les critures seront enregistres diffremment :

    N.B : (Au cas prsent, la commission de lintermdiaire reprsente 20 % des droits de douane).

    D/2 52 403,04 (1)

    D/44562 1 775,76 (2)

    C/4041 54 178,80 (3)

    (1) : Ce montant correspond au cot dentre du scanner lactif du CHU augment des frais immobilisables

    (frais de transport, frais demballage et droits de douane, commission de lintermdiaire, TVA non rcuprable

    sur lacquisition et la prestation de service de lintermdiaire).

    Explication du calcul : (35 000+600+2 500+1 200+6 000+6 914,88+188,16)

    (2) : Le coefficient de dduction sapplique galement la prestation de service de lintermdiaire.

    Explication du calcul : (44 100*0,196*0,2)+(1 200*0,196*0,2)

    (3) : Lopration D/2 C/4041 se dcompose en fait en deux lignes. Une ligne concerne le fournisseur

    du bien pour le montant de 35 000, la seconde lintermdiaire pour un montant de 19 178,80 .

    La TVA relative aux oprations avec les Etats non membres de lUE est comptabilise au moyen du compte de

    TVA collecte (compte 44571) (cf. importations ).

    - Acquisitions intraUE de biens meubles corporels

    Rappel des dispositions lgislatives prcisant les modalits de taxation des acquisitions intraUE :

    Conformment aux dispositions du 1 de larticle 256 bis I du CGI, sont soumises la TVA les acquisitions

    intraUE de biens meubles corporels effectues titre onreux par un assujetti agissant en tant que tel ou par une

    personne morale non assujettie (sous rserve du rgime des PBRD, cf ci-dessous) lorsque le vendeur est un

  • 16

    assujetti agissant en tant que tel qui ne bnficie pas dans son Etat dtablissement du rgime de la franchise en

    base.

    Constituent des acquisitions intraUE l'obtention du pouvoir de disposer comme un propritaire d'un bien meuble

    corporel expdi ou transport en France par le vendeur, par l'acqureur ou pour leur compte, destination de

    l'acqureur partir d'un autre Etat membre de la Communaut europenne (CGI, art. 256 bis I 3).

    Conformment larticle 258 C du CGI, les acquisitions intraUE sont situes en France lorsque le bien se trouve

    en France au moment de larrive ou de lexpdition ou du transport destination de lacqureur.

    Corrlativement la livraison situe dans lEtat membre de dpart du bien est exonre de TVA.

    Enfin, en vertu de larticle 283-2 bis du CGI, lacqureur est redevable de la TVA (mcanisme

    dautoliquidation).

    A noter : lexonration de la livraison pour le fournisseur est conditionne la preuve du transport des

    biens vers la France et la fourniture du numro didentification de lacqureur dans lEtat de destination.

    Le fournisseur est tenu de renseigner un tat rcapitulatif retraant les livraisons ralises destination

    des autres Etats membres mentionnant les destinataires des livraisons ayant fait lobjet dune exonration.

    Ces informations sont communiques aux Etats membres dtablissement des acqureurs dont les

    administrations fiscales sont par consquent en mesure de vrifier que les acquisitions correspondantes

    ont bien t dclares par lacqureur qui est tenu dautoliquider la taxe.

    Rgime drogatoire :

    Toutefois, les personnes morales non assujetties peuvent, sous certaines conditions, ne pas soumettre la TVA

    leurs acquisitions intraUE. Dans cette situation, la livraison, qui est situe dans lEtat membre de dpart des

    biens, ne peut bnficier de lexonration et est donc soumise la TVA aux conditions de lEtat de dpart.

    Ce rgime ne sapplique pas aux acquisitions de vhicules neufs et aux produits soumis accises (alcools,

    tabacs, huiles minrales) qui sont donc toujours soumis la TVA dans lEtat membre de dpart.

    Ds lors que les tablissements hospitaliers sont ncessairement assujettis raison dune partie de leurs

    oprations (cf ci-dessus) ils ne sont pas ligibles ce rgime drogatoire. Il est nanmoins dcrit ci dessous :

    Rgime dit des PBRD23

    Ne sont pas soumises la TVA en France les acquisitions intraUE des personnes morales non assujetties la

    TVA, ou assujetties la TVA mais ralisant uniquement des oprations nouvrant pas droit dduction, si leur

    montant annuel demeure infrieur 10 000 sur les annes N-1 ou N (art. 256 bis I-2 du CGI). Les acquisitions

    sont alors soumises la TVA de lEtat de dpart.

    La personne morale non assujettie peut toutefois opter pour la taxation en France de lensemble de ses

    acquisitions intraUE ds le premier euro (CGI, art. 260 CA). Aussi, ltablissement non assujetti dispose dune

    facult darbitrage pour ses acquisitions dont le montant annuel est infrieur au seuil pour dterminer en fonction

    du taux applicable dans lEtat de dpart sil a, ou pas, intrt opter pour la taxation en France qui peut, le cas

    chant, tre plus leve.

    Lorsquelle ralise des acquisitions qui dpassent le seuil de 10 000 euros ou que, en de de ce seuil, elle opte

    pour une taxation de ses acquisitions en France, la personne concerne doit solliciter son identification la TVA

    auprs du service des impts des entreprises comptent sur le fondement de larticle 286 ter 2 du CGI. Il lui

    appartient alors de dclarer le montant de ses acquisitions taxables en France et de reverser la TVA

    correspondante au Trsor, laquelle ne pourra tre dduite puisquelle grve, par hypothse, une dpense engage

    pour la ralisation doprations nouvrant pas droit dduction.

    Si ses acquisitions sont infrieures au seuil et quelle nopte pas, la livraison effectue par le fournisseur peut

    nanmoins tre taxe la TVA en France sur le fondement du rgime des ventes distance (CGI, art. 258 B) si

    23

    Personnes bnficiant dun rgime drogatoire .

  • 17

    le fournisseur ralise sur lanne pour plus de 100 000 de livraisons en France. Toutefois, dans le cadre de ce

    rgime, cest le fournisseur qui demeure redevable de la TVA en France24

    Prestations de services

    Les rgles de territorialit applicables aux prestations de services ont t modifies compter du 1er

    janvier 2010

    par la directive 2008/8/CE du 12 fvrier 201025

    . Elles sont diffrentes selon que le preneur du service est un

    assujetti ou un non-assujetti et visent assurer une taxation au lieu de la consommation finale qui constitue

    lobjectif premier du systme europen de TVA26

    .

    En effet, larticle 259-1 prvoit un principe gnral dimposition au lieu du preneur assujetti (Business to

    business ou B to B ) alors que larticle 259-2 prvoit un principe gnral dimposition au lieu du prestataire

    lorsque le preneur nest pas assujetti (Business to consumer ou B to C ).

    De plus, lorsque lapplication de ces principes ne permet de satisfaire lobjectif de taxation au lieu de la

    consommation finale, des drogations ont t mises en place. Certaines concernent la fois les relations B to B

    et les relations B to C dautres sont propres aux relations B to C.

    Aussi, tant pour les services relevant du principe gnral que pour ceux qui relvent dune drogation, la qualit

    du preneur est dterminante pour dterminer le lieu dimposition.

    Or, conformment l'article 259-0 du CGI, sont considrs comme des assujettis aux fins de la dtermination du

    lieu des prestations de services, non seulement les assujettis de droit commun (y compris donc les assujettis

    partiels, et les assujettis non redevables qui ne ralisent que des oprations exonres), mais galement les

    personnes morales non assujetties mais disposant dun numro didentification la TVA27

    .

    Aussi, les hpitaux tant assujettis comme prcis ci avant, il y a lieu de leurs appliquer les rgles prvues pour

    les assujettis.

    Principes gnraux :

    Lorsque le preneur est un assujetti au sens de larticle 259-0 du CGI

    Les services qui ne relvent pas de lune des drogations spcifiques listes ci-dessous sont situs au lieu du

    preneur, ce dernier tant redevable de la taxe sur le fondement de larticle 283-2 du CGI (autoliquidation par le

    preneur).

    Il doit, dans ce cas, communiquer au prestataire son numro didentification la TVA en France pour que ce

    dernier puisse renseigner la dclaration dchange de services (DES) et justifier auprs de son administration de

    la non-taxation du service au lieu de son tablissement.

    Exemple : un EPS identifi en France recourt aux services dun cabinet de conseil tabli en Belgique. La

    prestation est imposable en France au taux normal, lEPS doit mentionner le montant HT de la prestation qui lui

    est facture par le prestataire sur la ligne ddie de la dclaration CA3 (ligne 2A).

    A noter : le prestataire est tenu dtablir un tat rcapitulatif des services raliss au profit dassujettis

    tablis dans dautres Etats membres dont les informations sont communiques au services fiscaux de

    24

    Le fournisseur qui nest pas tabli en France sacquitte alors de ses obligations auprs de la Direction des

    rsidents trangers et des services gnraux (DRESG). 25

    Qui constitue un des volets du paquet TVA et a t transpose en droit interne par larticle 16 de la loi de

    finances pour 2010 (n 1673-2010 du 30 dcembre 2009) aux articles 259-0 259 D du CGI. 26

    Ces rgles ont fait lobjet de commentaires au BOI 3 A 1-10 du 4 janvier 2010 repris au BOI-TVA-CHAMP-

    20-50. 27

    De fait, sauf exception, les EPS se verront donc appliquer les rgles de territorialit destines aux preneurs

    assujettis au sens de larticle 259-0 du CGI. Pour plus de prcisions sur ces notions, cf. le document BOFIP

    rfrenc BOI-TVA-CHAMP-20-50-10.

  • 18

    lEtat du preneur, qui est alors en mesure de vrifier que la TVA a t correctement liquide par le

    preneur et, dfaut, den exiger le versement.

    Articulation avec les autres cas dautoliquidation :

    Au-del de lautoliquidation de larticle 283-2 du CGI qui est obligatoire pour les Etats membres (article 196 de

    la directive TVA), la France a galement mis en uvre la facult offerte par larticle 194 de la directive TVA de

    prvoir une autoliquidation pour lensemble des oprations (livraisons et prestations de services) ralises au

    profit dun oprateur identifi la TVA en France, par un assujetti qui ny est pas tabli (CGI, art. 283-1 2me

    alina).

    Cela permet aux assujettis non tablis de ne pas avoir sidentifier la TVA en France pour y dclarer la TVA

    due sur ces oprations.

    Ainsi, par exemple, une livraison avec montage dont le lieu est situ en France, conformment larticle 258-I

    sous b) du CGI ralise par un assujetti non tabli en France au profit dun EPS qui y est identifi, doit tre

    autoliquide par lEPS acqureur. Le montant HT de la livraison doit figurer sur la ligne ddie de la dclaration

    de TVA (3B).

    Il en irait de mme avec des travaux portant sur un des btiments dun EPS situs en France sur le fondement de

    larticle 259 A 2 du CGI.

    Lorsque le preneur nest pas un assujetti au sens de larticle 259-0 du CGI

    Lorsque le preneur nest pas assujetti au sens de larticle 259-0 du CGI (i.e, il nest ni assujetti, ni identifi la

    TVA) la prestation est situe au lieu dtablissement du prestataire tabli dans lU.E en application de larticle 45

    de la directive. Lorsque le prestataire est tabli hors UE, la TVA de cet Etat est susceptible de sappliquer, le cas

    chant en fonction de la lgislation nationale de lEtat dtablissement du prestataire.

    Drogations :

    Dans les cas o lapplication des principes rappels ci dessus ne permet pas de satisfaire lobjectif de taxation

    au lieu de la consommation finale, des drogations existent qui prvoient un autre lieu dimposition respectant

    mieux cet objectif. Certaines de ces drogations sont communes aux relations B to B et B to C dautres sont

    spcifiques ces dernires.

    Drogations communes aux relations B to B et B to C

    Pour la porte de ces diverses drogations, il est renvoy aux commentaires publis au BOI-TVA-CHAMP-20-

    50.

    - locations de courte dure de moyens de transport (CGI art. 259 A 1) : lieu de la mise disposition - services se rattachant un immeuble (CGI art. 259 A 2) : lieu de situation de limmeuble - prestations de transport de voyageurs (CGI art. 259 A 4) : distance parcourue - ventes consommer sur place (CGI art. 259 A 5 b) : lieu de lexcution matrielle - prestations consistant donner accs des manifestations telles que foires, salons, congrs (CGI art. 259 A

    5 bis) : lieu de la manifestation)

    - services des agences de voyages (CGI art. 259 A 8) : lieu dtablissement du prestataire

    Exemple 1 : un EPS, assujetti partiel, envoie certains de ses personnels mdicaux un congrs de cardiologie qui

    se tient en Espagne pour une dure de cinq jours. Il recourt pour lorganisation du voyage (transport en avion et

    hbergement dans un htel proximit du lieu de la manifestation) un agent de voyage tabli en Belgique. Il

    prend par ailleurs une location de vhicule automobile pour permettre les dplacements sur place qui est mis

    disposition de son personnel laroport de Madrid.

    La marge de lagent de voyages est soumise la TVA belge, la location du vhicule la TVA espagnole, de

    mme que les droits dentre au congrs et que les repas pris sur place dans les tablissements de restauration

    proximit du lieu du congrs.

  • 19

    Les dpenses tant engages pour les besoins exclusifs des oprations de soins qui ne sont pas imposables la

    TVA, lEPS ne pourra obtenir le remboursement de la TVA ayant grev ces dpenses au moyen de la procdure

    rserve aux assujettis non tablis dans lEtat dans lequel la TVA a t supporte.

    Exemple 2 : un EPS assujetti partiel dont les locaux se situent Nice recourt un prestataire tabli en Italie pour

    procder la rnovation dun btiment du centre hospitalier. Les travaux immobiliers sont situs en France, lieu

    de situation de limmeuble rnov. Ds lors que lEPS preneur est identifi la TVA, il est redevable de la TVA

    sur le fondement de larticle 283-1 2me

    alina. La facture tablie par le prestataire doit porter la mention

    autoliquidation et le montant de la prestation doit tre report par le preneur sur la ligne 3 B de sa dclaration

    de TVA. La TVA correspondante pourra faire, le cas chant, lobjet dune dduction en fonction de

    laffectation de la dpense des oprations ouvrant droit dduction.

    Drogations spcifiques aux relations B to C

    Les prestations suivantes ne sont pas situes au lieu dtablissement du prestataire :

    - transport intracommunautaire de biens (CGI art. 259 A 3) : lieu du dpart du transport - location de moyens de transport autres que de courte dure (CGI art. 259 A 1 b) compter du 1er janvier

    2013) : lieu dtablissement du preneur

    - transport de biens autres que transport intracommunautaire (CGI art. 259 A 4) : situation en France pour la proportion du transport qui y est situe

    - prestations accessoires au transport (CGI art. 259 A 6 a) - travaux et expertises sur biens meubles corporels (CGI art. 259 A 6 b) - intermdiation au nom et pour le compte dautrui (CGI art. 259 A 7)

    Exemples :

    - le transport dun matriel mdical acquis auprs dun fournisseur tabli en Allemagne et livr depuis ce pays est taxable en Allemagne, lieu de dpart.

    NB : si ce matriel fait dpasser le seuil de 10 000 euros annuel dacquisitions intraUE alors lEPS est

    redevable de la TVA sur lacquisition et, tant identifi sur le fondement de larticle 286 ter 2, il est

    considr comme un preneur assujetti pour le transport qui relve alors du principe gnral de taxation au

    lieu du preneur assujetti de larticle 259-1, il est alors redevable de la TVA sur la prestation de transport

    sur le fondement de larticle 283-2 du CGI.

    Les prestations ralises par lEPS

    Un EPS peut galement tre amen raliser des prestations au profit de preneurs non tablis en France.

    Ces prestations relvent des rgles ci-dessus rappeles.

    Lorsque le service, qui ne relve pas de lune des drogations vises ci dessus, est fourni un preneur non

    assujetti, il est situ en France sil est dlivr par un EPS qui y est tabli.

    Lorsque le service, qui ne relve pas de lune des drogations vises ci dessus, est fourni un preneur assujetti

    tabli dans un autre Etat membre de lUE, il relve du principe gnral de taxation au lieu du preneur. Dans cette

    hypothse, lEPS est redevable de la dclaration europenne de services (DES) prvue larticle 289 B du CGI.

    Le cas des prestations immatrielles dlivres par un EPS un preneur non assujetti non tabli dans lUE

    (art. 259 B du CGI) :

    Les prestations vises sous cette disposition ne sont pas situes en France bien que le prestataire y soit tabli

    lorsque le preneur est une personne non assujettie qui est tablie hors UE :

    - cessions et concessions de droits d'auteurs, de brevets, de droits de licences, de marques de fabrique et de commerce et d'autres droits similaires ;

    - locations de biens meubles corporels autres que des moyens de transport ; - prestations de publicit ;

  • 20

    - prestations des conseillers, ingnieurs, bureaux d'tudes dans tous les domaines y compris ceux de l'organisation de la recherche et du dveloppement ; prestations des experts-comptables ;

    - traitement de donnes et fournitures d'information ; - oprations bancaires, financires et d'assurance ou de rassurance, l'exception de la location de coffres-

    forts ;

    - mise disposition de personnel ; - obligation de ne pas exercer, mme titre partiel, une activit professionnelle ou un droit ; - prestations de tlcommunications ; - services de radiodiffusion et de tlvision ; - services fournis par voie lectronique ; - accs aux rseaux de transport et de distribution d'lectricit ou de gaz naturel, accs aux rseaux de

    chauffage ou de refroidissement, acheminement par ces rseaux et tous les autres services qui lui sont

    directement lis.

    Exemple : un EPS assujetti partiel tabli en France met disposition dun tablissement hospitalier tabli en

    Allemagne du personnel soignant pour une mission dtermine :

    - si ltablissement preneur est assujetti, la prestation relve du principe gnral de taxation au lieu du preneur (article 44 de la directive TVA), le preneur est le redevable de la TVA (article 196 de la directive TVA) au

    taux applicable en Allemagne. LEPS doit renseigner une dclaration europenne de services.

    - Si ltablissement preneur nest pas assujetti, la prestation relve du principe gnral de taxation au lieu du prestataire, le service est donc situ en France sur le fondement de larticle 259-1 du CGI.

    Lorsque le mme EPS fournit le mme service un tablissement tabli en Suisse :

    - si le preneur est assujetti, la prestation nest pas situe en France (CGI, art. 259-1) et lEPS nest pas soumis lobligation de DES ds lors que le preneur nest pas tabli dans lUE.

    - si le preneur nest pas assujetti, la prestation nest pas non plus situe en France sur le fondement de larticle 259 B du CGI.

    Obligations du fournisseur/prestataire en matire de facturation des oprations intracommunautaires lorsque lEPS est le redevable de la TVA

    Parmi les mentions qui doivent figurer obligatoirement sur la facture adresse par le fournisseur /prestataire en

    application de larticle 242 nonies A de lannexe II au CGI, on peut notamment noter :

    le numro individuel didentification la TVA du fournisseur/prestataire ;

    le numro individuel didentification la TVA de lEPS ;

    la mention autoliquidation lorsque le preneur ou lacqureur est le redevable de la taxe en application des dispositions appropries du CGI (art. 283) ou de la directive 2006/112/CE du 28 novembre 2006 ;

    le prix unitaire HT pour chacun des biens livrs ou des services rendus. En revanche, la facture ne mentionne pas de TVA.

  • 21

    Important :

    Le comptable doit tre particulirement vigilant sur la prsence de ces mentions au titre de la justification des

    oprations (contrle de liquidation) mais galement afin de faciliter le contrle des dclarations par les services

    de gestion fiscale.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    22

    Schmas comptables applicables aux prestations de services dlivres par un prestataire non tabli en France, ne relevant pas dune rgle drogatoire, et dont un

    EPS tabli en France est le preneur

    Situation de ltablissement

    au regard de

    lassujettissement TVA

    EPS assujetti selon les rgles de territorialit des prestations de services

    (CGI, art.259-0)

    EPS non-assujetti selon les rgles

    de territorialit des prestations de

    services

    Situation de ltablissement

    au regard de lexigibilit

    TVA

    EPS redevable de la TVA

    Autoliquidation (CGI, article 283-2)

    .

    Prestataire redevable de la TVA au

    taux applicable son lieu

    dtablissement (pas

    dautoliquidation de la TVA par

    lEPS).

    Conditions dexercice du

    droit dduction

    Dpense engage pour la ralisation doprations

    ouvrant droit dduction

    Dpense engage pour une opration nouvrant pas droit

    dduction

    Opration nouvrant pas droit

    dduction (par dfinition)

    Ecritures

    D/6 C/4011

    D/44566 C/44571

    D/6 C/4011

    C/44571

    D/6 C/4011

    Lenregistrement comprend la TVA

    trangre.

    Formalits dclaratives et

    dnouement de lopration

    Ltablissement dclare la TVA sur les oprations

    intracommunautaires sur une dclaration CA3.

    Ligne achats de prestations de services intracommunautaires pour le montant

    HT.

    Au moment de la liquidation, la TVA impute au

    compte 4452 est traite comme la TVA collecte.

    D/44571 C/44566

    Si SC44571>SD 44566

    D/44571 C/44551

    D/44551 C/515

    Ltablissement dclare la TVA sur les oprations

    intracommunautaires sur une dclaration CA3.

    Ligne achats de prestations de services intracommunautaires pour le montant

    HT.

    La TVA intracommunautaire comptabilise au compte

    44571 est transporte au compte de TVA dcaisser

    (compte 44551).

    Sans objet.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    23

    Schmas comptables

    La TVA sur les oprations intraUE est comptabilise au moyen dun compte spcifique (compte 4452).

    Situation de ltablissement au regard de

    lassujettissement TVA

    Acqureur assujetti ralisant des oprations

    ouvrant droit ou non dduction.

    Acheteur non assujetti ou acqureur assujetti

    ralisant uniquement des oprations nouvrant pas

    droit dduction

    Montant annuel HT des

    acquisitions intraUE

    suprieur 10 000 (ou

    infrieur mais exercice de

    loption pour la taxation

    en France ds le premier

    euro. )

    Montant annuel HT des

    acquisitions intraUE

    infrieur 10 000 (et pas

    doption pour la taxation

    en France)

    Situation de ltablissement au regard de

    lexigibilit TVA

    Rgime de droit commun : EPS redevable ds le

    premier euro

    EPS redevable

    Rgime PBRD : EPS

    non redevable (TVA du

    pays de dpart)

    Conditions dexercice du droit dduction Acquisition pour la ralisation doprations

    ouvrant totalement ou

    partiellement droit

    dduction

    Acquisition pour la

    ralisation doprations

    nouvrant pas droit

    dduction

    Pas de droit dduction (par hypothse)

    Ecritures D/21 D/44562 C/4041

    C/445228

    Si SC4452+44571>SD445

    62+44566, les soldes des

    comptes 4452 et 44562

    sont transfrs sur le

    compte de TVA

    dcaisser (compte 44551).

    D/21 C/4041

    C/4452

    Le montant de la TVA sur

    les oprations

    intracommunautaires due

    figurant au crdit du

    compte 4452 doit tre

    transport au compte de

    TVA dcaisser (compte

    44551).

    D/21 C/4041

    C/4452

    D/21 C/4041

    28

    Le mode opratoire pour lenregistrement de ces schmas dcriture dans lapplication Hlios sera prcis dans une fiche venir sur la TVA destination de lensemble du

    secteur local

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    24

    Identification la TVA Etablissement dores et dj identifi la TVA (ds

    lors quil ralise des oprations ouvrant droit

    dduction CGI, art. 286 ter 1)

    Demande au SIE dont il

    relve dun numro

    individuel didentification

    sur le fondement de

    larticle 286 ter 2 du CGI

    Sans objet

    Formalits dclaratives Dclarations dchanges de biens (DEB) lintroduction.

    Ltablissement dclare la TVA sur les oprations intracommunautaires sur une

    dclaration CA3 :

    Ligne acquisitions intracommunautaires pour le montant HT (compte 4452) Dans le dcompte de la TVA payer, la ligne dont TVA sur acquisitions

    intracommunautaires

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    25

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    26

    Lexercice par ltablissement du droit dduction de la TVA

    Choix de la mthode dtablissement du droit dduction :

    Le suivi par secteurs dactivit (ou sectorisation)

    Dans la pratique, le suivi de la TVA par secteurs dactivits est rarement adapt aux activits ralises au sein

    des EPS.

    Les EPS ne sont tenus driger des secteurs dactivits que dans la mesure o ils exercent plusieurs activits

    auxquelles ils affectent des moyens distincts en personnel29

    et en investissement et qui ne sont pas soumises

    des dispositions identiques en matire de TVA30

    , ce qui est un cas peu frquent dans le milieu hospitalier.

    La constitution de secteurs distincts est de droit. Elle simpose aussi bien ladministration quaux EPS, soit

    lorsque la situation au regard de la TVA de chaque activit exerce par un assujetti conduit appliquer cette

    rgle, soit lorsque les textes lgislatifs ou rglementaires prvoient sa mise en uvre.

    Larticle 209 de lannexe II au CGI prvoit ainsi que certaines activits doivent obligatoirement tre riges en

    secteurs distincts. Pour les EPS, deux domaines dactivits sont concerns :

    LASM de logements sociaux locatifs et assimils (II de larticle 278 sexies du CGI) et LASM de certains travaux qui y sont raliss (b du 1 du 3 du I de larticle 257 du CGI) ;

    Location de locaux nus usage professionnel imposes par lexercice de loption vise larticle 260, 2du CGI.

    Un tablissement, qui construit des units dhbergement de personnes ges ou handicapes, tombe sous le

    coup de la LASM de logements sociaux locatifs et assimils et doit donc sectoriser cette activit.

    Pour ces activits, la sectorisation impose emporte plusieurs consquences :

    Dun point de vue dclaratif, chacune des deux activits listes ci-dessus donne lieu une dclaration distincte de TVA. La dclaration reprend lensemble des oprations imposables de chaque secteur qui

    compose lactivit concerne (cf. point suivant Le respect des obligations dclaratives et de paiement ).

    Du point de vue fonctionnel, chaque immeuble, ensemble dimmeubles ou fraction dimmeuble constitue un secteur dactivit ;

    Dun point de vue comptable, les acquisitions de biens et services, les cessions dimmobilisations et leur transfert un autre secteur, le montant des oprations imposables et non imposables, doivent tre justifies

    par secteur dactivit. Le suivi de chaque secteur dans des comptabilits spares nest pas obligatoire. En

    effet, la cration dun CRPA ddi nest pas prvue par linstruction M21 (la liste des CRPA est fixe

    larticle R.6145-12 du Code de la Sant Publique) mais les oprations relatives un secteur peuvent tre

    identifies dans les applications informatiques de lordonnateur et du comptable grce au code service

    (axe dauxiliarisation des comptes de TVA suivis au sein du CRPP).

    Cette sectorisation, impose dans les deux activits mentionnes ci-dessus, constitue un cas particulier et ne rend

    pas obligatoire un suivi identique pour le reste des activits imposables de ltablissement, partir du moment o

    ce dernier ne remplit pas les conditions gnrales pour sectoriser.

    Ainsi, un tablissement peut tablir deux dclarations distinctes, lune pour lensemble des oprations relatives

    une LASM et une autre pour une location de locaux nus usage professionnel et appliquer le coefficient de

    dduction pour le reste de ses activits imposables ouvrant droit dduction.

    Important :

    Le certificateur pourra formuler des observations, en labsence de conformit entre la mthode de droit

    dduction retenue et la gestion relle des activits imposables.

    29

    Le recours aux prestations de services et par consquent aux personnels du prestataire nentre pas dans le cadre

    de la sectorisation. 30

    Art.209, annexe II, CGI.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    27

    Par ailleurs, la sectorisation a un impact fiscal, financier, budgtaire et comptable fort.

    Elle emporte notamment des consquences en matire de taxe sur les salaires.

    A ce titre, il est rappel que les rmunrations de personnels affects de manire permanente un secteur

    regroupant exclusivement des oprations exonres de la TVA ou situes hors du champ dapplication de la

    TVA, ce qui caractrise lactivit principale de soins des EPS, sont intgralement soumises la taxe sur les

    salaires.

    En revanche, les rmunrations des personnels affects de manire permanente un secteur regroupant

    exclusivement des oprations soumises la TVA sont exonres de la taxe sur les salaires (sous rserve que ce

    secteur ne soit pas largement subventionn).

    Dans lhypothse o la sectorisation est justifie, le directeur doit sassurer de la comptabilisation exhaustive

    de la TVA et de la taxe sur les salaires en fonction de la nature de lactivit et du service qui y est affect.

    Dans lhypothse o la sectorisation ntait pas justifie, le directeur devra procder un changement de

    mthode pour lavenir mais galement procder des rgularisations densemble sur la TVA ainsi que sur la taxe

    sur les salaires.

    De manire gnrale, en aucun cas des choix de gestion (arbitrage conomique entre la TVA et la taxe sur les

    salaires) ne doivent conduire le directeur contrevenir aux dispositions fiscales.

    Lapplication dun coefficient de dduction chaque bien immobilis, autres biens et services

    Schmas comptables lis la rgularisation du coefficient de dduction

    Rappel : La rgle de calcul du coefficient de dduction

    Le coefficient de dduction est calcul partir du produit du coefficient dassujettissement, du coefficient de

    taxation et du coefficient dadmission31

    .

    .

    Le coefficient dassujettissement mesure pour chaque bien et service, la proportion dutilisation de ce bien ou service des oprations imposables, cest--dire situes dans le champ dapplication de la TVA.

    Il est nul si le bien est affect une activit hors du champ dapplication de la TVA ;

    Il est gal lunit si le bien est intgralement affect une activit soumise la TVA ;

    Il est compris entre 0 et 1 si le bien ou le service est affect la fois une activit dans le champ

    dapplication de la TVA et une activit hors du champ dapplication de la TVA. Dans ce cas, le coefficient

    dassujettissement dun bien ou dun service est gal sa proportion dutilisation pour la ralisation

    doprations dans le champ dapplication de la taxe (quelles soient soumises la TVA ou exonres).

    Le coefficient de taxation mesure le pourcentage dutilisation du bien ou service une activit imposable la TVA et ouvrant droit dduction.

    Il est nul si le bien est affect une activit qui nouvre pas droit dduction ;

    Il est gal lunit si le bien est affect une activit ouvrant droit dduction ;

    Il est compris entre 0 et 1 si laffectation du bien est partage entre une activit nouvrant pas droit

    dduction et une activit ouvrant droit dduction.

    Le coefficient de taxation est alors calcul selon les modalits suivantes. Il est gal au rapport entre, au

    numrateur, le montant total annuel du chiffre daffaires affrent aux oprations ouvrant droit dduction, y

    compris les subventions directement lies au prix et, au dnominateur, le montant total annuel du chiffre

    daffaire aux oprations imposables, y compris les subventions directement lies au prix.

    31

    Il nest pas trait dans cette fiche du coefficient dadmission.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    28

    Toutefois, lassujetti peut, par anne civile, retenir :

    pour lensemble de ses biens et services utiliss concurremment des oprations imposables ou des oprations non imposables (dpenses mixtes), un coefficient dassujettissement forfaitaire unique, sous

    rserve dtre en mesure de le justifier (cf sur la cl de rpartition conomique) ;

    pour lensemble de ses biens et services, un coefficient de taxation unique calcul selon les modalits prcdemment dcrites.

    Le recours un prestataire extrieur

    Le fait de confier un cabinet dexpertise extrieur la dtermination du coefficient de dduction et sa variation

    annuelle ne dispense pas lordonnateur de justifier lexistence et le montant des mandats et titres mis en vue de

    la rgularisation du coefficient de dduction (cf. infra La variation du coefficient de dduction ).

    Ds lors que lexpertise conduite par un prestataire extrieur aboutit des rgularisations sur la TVA dductible,

    le directeur dtablissement doit, avant de procder ces rgularisations, se rapprocher des services de la DGFiP

    comptents (SIE et direction locale).

    Cette organisation idale permettra de scuriser la situation des EPS et danticiper les difficults lies la

    rgularisation du coefficient de dduction.

    Le comptable doit sassurer de la rgularit des titres et mandats ainsi que de la conformit des schmas

    dcritures la rglementation comptable.

    La variation du coefficient de dduction

    Pour les autres biens et services

    Dtermination du coefficient de dduction dfinitif

    La constatation dune charge ou dun produit exceptionnel est obligatoire quel que soit lcart constat dans la

    variation du coefficient de dduction. En cas de variation la baisse de ce coefficient, la rgularisation intervient

    sur le compte de charge par nature, au lieu du compte de charges exceptionnelles, si elle a lieu en N.

    Sens de la variation Exercice de rgularisation criture de rgularisation

    la hausse Exercice N

    D/44566 C/778 Exercice N+1

    la baisse Exercice N D/6 C/44571

    Exercice N+1 D/678 C/44571

    (Pour un exemple, voir le cas n 2 de lannexe 1)

    Pour les biens immobiliss Sagissant des rgularisations comptables issues de la variation du coefficient de dduction, le comptable devra

    tre particulirement attentif la nature du bien immobilis (bien meuble ou immeuble) et sa situation.

    En effet, les schmas comptables seront diffrents selon quil sagit dun bien rcemment acquis, dun bien

    affect une activit assujettie et ouvrant droit dduction, dun bien cd ou affect en cours danne une

    activit hors champ ou nouvrant pas droit dduction (cf. infra tableau rcapitulatif).

    1) Dtermination du coefficient de dduction dfinitif lanne N dacquisition du bien : Lors de lacquisition dun bien, un coefficient de dduction provisoire est calcul. Le coefficient de dduction

    dfinitif devra tre calcul au plus tard le 25 avril N+1.32

    Les rgularisations comptables portent donc sur la variation constate entre le coefficient de dduction provisoire

    et dfinitif.

    32

    Voir 10 du BOI-TVA-DED-20-10-40. Le dlai maximal de rgularisation du 25 avril N+1 sapplique

    galement aux rgularisations annuelles (cf. supra le intitul en cours dutilisation du bien ).

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    29

    Important :

    Les coefficients dassujettissement et de taxation dfinitifs servant au calcul du coefficient de dduction

    (dtermin au plus tard le 25 avril suivant lanne dacquisition) serviront de coefficients de rfrence lors des

    rgularisations annuelles intervenant les annes suivantes.33

    Si la variation entre le coefficient provisoire et dfinitif est infrieure 5 points.

    Lassujetti est autoris comptabiliser la variation en charges ou produits exceptionnels si lcart de la variation

    constate entre le coefficient de dduction provisoire et dfinitif est infrieur 5 points34

    .

    Si la variation entre le coefficient provisoire et dfinitif est suprieure 5 points.

    Le cot dentre de limmobilisation est corrig. La modification du cot dentre de limmobilisation a un

    impact sur le plan damortissement, la base amortissable tant corrige par rapport aux prvisions.

    Tableau rcapitulatif des rgularisations lors de la dtermination du coefficient de dduction pour un bien

    immobilis

    Sens de la variation Importance de la

    variation

    criture de rgularisation

    Coefficient dfinitif> coefficient

    provisoire

    < ou gal 5 points D/44566 C/778

    >5 points D/44562 C/21

    Coefficient dfinitif 5 points D/21 C/44571

    (Pour un exemple, voir le cas n 1 de lannexe 1)

    2) Rgularisations annuelles intervenant pendant la priode de rgularisation fixe par la rglementation

    La TVA initialement dduite partir du coefficient de dduction dfinitif calcul lors de lexercice N (ou au plus

    tard le 25 avril N+1), peut faire lobjet de rgularisations au cours des annes suivantes.

    Important : Les dures de rgularisation sont diffrentes selon que le bien immobilis est meuble (5 ans) ou

    immeuble (20 ans).

    Ces rgularisations dites annuelles 35

    interviennent en fonction de la variation entre le coefficient de dduction

    de lanne et le coefficient de rfrence. Elles ne remettent pas en cause la valeur des biens inscrits lactif et

    sont donc toujours comptabilises en charges ou produits exceptionnels.

    Si la variation entre le produit des coefficients dassujettissement et de taxation de lanne, dune part et, le produit des coefficients dassujettissement et de taxation de rfrence est infrieure un 1/10

    e

    Aucune criture de rgularisation nest enregistre.

    33

    Pour la dfinition des coefficients de rfrences, cf. 2 du V de larticle 207 de lannexe II du CGI 34

    Voir rescrit 2007/46 (TCA) au 10 du BOFIP-Impts sous la rfrence BOI-TVA-DED-20-10-40. 35

    Rescrit RES N 2008/32 (TCA)

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    30

    Si la variation entre le produit des coefficients dassujettissement et de taxation de lanne, dune part et, le produit des coefficients dassujettissement et de taxation de rfrence est suprieure un 1/10

    e

    La variation est comptabilise en produits ou charges exceptionnels.

    Sens de la variation Importance de la variation criture de rgularisation

    Coefficient de dduction 1/10 D/678 C/44571

    Coefficient de dduction >coefficient

    de rfrence

    1/10 D/44566 C/778

    3) Rgularisations globales lors de la sortie ou du changement daffectation du bien36

    Lorsque le bien est cd (sortie du patrimoine de ltablissement), affect un secteur dactivit hors champ de

    la TVA ou nouvrant pas droit dduction, ou que lactivit laquelle est affect le bien cesse37

    , une

    rgularisation comptable intervient quelle que soit limportance de la variation entre le coefficient de rfrence et

    le coefficient de dduction de lanne de cession.

    Cette rgularisation dite globale 38

    impacte la valeur brute de limmobilisation et donc prospectivement le

    plan damortissement de ce dernier en cas de changement daffectation.

    36

    Dans lhypothse o cette sortie ou dsaffectation du bien intervient avant la fin de la priode de rgularisation

    de la TVA initialement dduite (5 ou 20 ans). 37

    Dans les cas de cessation de lactivit imposable ou de changement daffectation vers un secteur totalement

    exonr sans droit dduction, lordonnateur et le comptable doivent tre attentifs la nature juridique du bien

    concern. En effet, les rgularisations globales, dans les cas prcits, ne concernent que les immeubles.

    Concernant les biens meubles, une LASM devra tre constate (rescrits 2007/42 et 43 repris respectivement

    aux 110 et 60 du BOFIP-Impts sous la rfrence BOI-TVA-DED-60-20-10). 38

    Art 207, III de lannexe II au CGI

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    31

    Tableau rcapitulatif des rgularisations globales39

    Cessions Changement dutilisation du bien

    Cessions soumises TVA Cessions non soumises

    TVA

    Situation des biens

    au regard de la

    TVA

    Biens ayant ouvert droit dduction

    lors de son acquisition.

    Id activit soumise

    TVA mais

    nouvrant pas

    droit dduction

    (exonre) =>

    activit soumise

    TVA et ouvrant

    droit totalement ou

    partiellement

    dduction

    activit soumise

    TVA et ouvrant

    droit totalement ou

    partiellement

    dduction => activit

    soumise TVA et

    nouvrant pas droit

    dduction

    (exonre)

    activit soumise

    TVA et

    ouvrant droit

    totalement ou

    partiellement

    dduction =>

    activit hors

    champ

    Situation juridique

    des biens au

    moment de la

    cession

    1) Bien immobilis construit par

    ltablissement ou par un tiers pour le

    compte de ltablissement et cd

    moins de 5 ans aprs lachvement du

    bien.

    2) Bien immobilis construit par

    ltablissement ou par un tiers pour le

    compte de ltablissement cd plus de

    5 ans aprs son achvement, dont la

    cession est soumise la TVA en

    application des dispositions du 5 bis

    de larticle 260 du CGI.

    1)Bien immobilis

    construit par

    ltablissement ou par un

    tiers pour le compte de

    ltablissement, cd + de

    5 ans aprs son achvement

    et dont la cession na pas

    fait lobjet de lexercice de

    loption prvue au 5 bis de

    larticle 260 du CGI.

    Analyse de la

    rgularisation

    Pas de rgularisation.

    Rgularisation :

    - pour les immeubles

    immobiliss, le montant de

    la rgularisation est gal :

    taxe initiale x (coefficient

    de dduction de lanne

    coefficient de dduction de

    rfrence)/20 .

    - pour les biens meubles

    immobiliss, le montant de

    la rgularisation est gal :

    taxe initiale x (coefficient

    de dduction de lanne

    coefficient de dduction de

    rfrence)/5.

    Rgularisation par

    une dduction

    complmentaire.

    Rgularisation sous

    forme de

    reversement de la

    TVA initialement

    dduite (coefficient

    de taxation devenu

    nul).

    Rgularisation

    sous forme de

    reversement de

    la TVA

    initialement

    dduite

    (coefficient dassujettissement nul).

    39

    Les rgularisations sont traites avec des exemples dans linstruction abrogeant linstruction 07-045 MO du 19

    novembre 2007 (cf. lannexe 3 de la prsente fiche). Un cas de rgularisation globale est trait dans lannexe 1

    (cas pratique n4)

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    32

    Cessions Changement dutilisation du bien

    Cessions soumises TVA Cessions non soumises TVA

    Champ de la

    rgularisation

    La rgularisation porte sur les

    annes restant couvrir la

    date de cession.

    Exemple :

    Pour un bien cd en n+2, la

    rgularisation portera :

    sur les exercices N+3 et N+4 si le bien immobilis

    est un meuble (dure de

    rgularisation pour les

    biens meubles : 5 ans).

    sur les exercices N+3 N+19 si le bien est un

    immeuble (dure de

    rgularisation pour les

    biens immeubles : 20 ans).

    La rgularisation porte sur la

    priode qui court de

    lexercice suivant le

    changement daffectation du

    bien au dernier exercice de

    rgularisation.

    Exemple :

    Pour un bien immeuble

    affect une activit ouvrant

    droit dduction pendant 10

    annes suivant lanne

    dacquisition, la

    rgularisation portera sur les

    exercices N+11 N+19.

    Pour un exemple, voir

    linstruction , 3.1 les

    biens devenant utiliss des

    oprations ouvrant droit

    dduction .

    Id

    Pour un exemple,

    voir linstruction,

    3.2.1 les biens

    cessant dtre utiliss

    des oprations

    ouvrant droit

    dduction - Biens

    restant utiliss des

    oprations

    imposables .

    Id

    Pour un

    exemple, voir

    linstruction,

    3.2.1 les

    biens cessant

    dtre utiliss

    des

    oprations

    ouvrant droit

    dduction -

    Biens

    cessant dtre

    utiliss des

    oprations

    imposables .

    Ecriture de

    rgularisation

    D/21 C/44571 D/44562 C/21 D/21 C/44571 D/21 C/44571

    Impact de la

    rgularisation

    Augmentation de la VNC de

    limmobilisation cde.

    Le coefficient de dduction

    appliqu lors de la

    rgularisation globale

    devient coefficient de

    rfrence pour les

    rgularisations annuelles qui

    interviennent jusquau

    dernier exercice de

    rgularisation (cf. rubrique

    champ de la

    rgularisation ).

    Le changement daffectation

    nouvre pas une nouvelle

    priode de rgularisation.

    Exemple :

    Pour un immeuble affect en

    N+15 (depuis sa date

    dacquisition) une activit

    ouvrant droit dduction,

    des rgularisations annuelles

    seront pratiques (en cas de

    variation suprieure un

    1/10me du coefficient de

    rfrence) de N+16 N+19.

    Le changement

    daffectation nouvre

    pas une nouvelle

    priode de

    rgularisation dans le

    cas o le bien

    immobilis serait

    affect de nouveau

    dans quelques annes

    une activit ouvrant

    droit dduction.

    Le bien sort

    dfinitivement

    du cycle des

    rgularisations

    Aucune

    dduction

    complmentai

    re ne sera

    autorise si le

    bien est

    affect de

    nouveau des

    activits

    soumises

    TVA et

    ouvrant droit

    dduction.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    33

    Important :

    Lorsque des biens immobiliss sont mis disposition ou affects par lEPS des groupements de coopration

    sanitaire (GCS), lEPS sera tenu de rgulariser la TVA initialement dduite dans les conditions de droit commun

    sous rserve, dune part, que le bien mis disposition ait ouvert droit dduction40

    , et dautre part, que le bien

    transfr soit mis disposition du GCS par lEPS titre gratuit (hors champ dapplication de la TVA).

    Pourquoi rpercute-t-on sur l'immobilisation la variation du coefficient de dduction (hors rgularisations

    annuelles) ?

    L'anne d'acquisition du bien immobilisable, l'cart entre le coefficient provisoire et dfinitif ne doit pas conduire

    inscrire l'actif une valeur errone, susceptible daffecter la sincrit du bilan, de la base amortissable donc du

    tableau d'amortissement et, in fine, de la capacit dautofinancement (CAF) et du tableau de financement (TF) de

    ltablissement.

    Durant la priode de rgularisation, la rvision de la valeur inscrite l'actif serait contraire au principe de

    comptabilisation au cot historique. Par ailleurs, elle obligerait revoir les plans d'amortissements annuellement.

    L'anne de cession, la valeur inscrite l'actif doit rendre compte des conditions relles d'utilisation du bien au

    moment o le bien est sorti du bilan. Si la variation du coefficient de dduction n'est pas alors rpercute sur la

    valeur de l'immobilisation, la valeur nette comptable constate sera errone et la CAF et le TF insincres.

    La cl de rpartition conomique

    Par drogation aux rgles prcdemment dcrites et dans un souci de simplification, les EPS peuvent tre

    autoriss appliquer lensemble de leurs dpenses mixtes et non mixtes une clef de rpartition conomique

    dtermine sous leur responsabilit.

    Cette autorisation, qui peut tre sollicite par simple demande auprs de la direction rgionale ou dpartementale

    des finances publiques dont relve lEPS, sapplique pendant une anne civile entire et est renouvele par tacite

    reconduction sauf dnonciation par lEPS ou par ladministration avant le 31 dcembre de lanne considre.

    Formule de calcul

    La cl de rpartition conomique ne peut pas tre calcule partir de critres physiques ou conomiques tirs de

    comptabilit analytique ou matire. Elle est calcule partir du ratio suivant :

    Montant des recettes hors taxes affrentes aux oprations ouvrant droit dduction / Montant total des

    recettes affrentes aux oprations dans le champ dapplication de la TVA et hors du champ dapplication

    de la TVA (y compris les subventions et participations dont celles verses par la Scurit sociale)

    Principes et conditions dutilisation

    Le caractre adapt et justifi de la cl de rpartition La cl de rpartition doit traduire la ralit de laffectation des biens et services. La cl de rpartition dtermine

    par ltablissement devra tre valide par ladministration fiscale. Si cette dernire ne peut tre valide,

    ltablissement devra revenir lapplication des rgles de droit commun en matire de dduction de la TVA

    telles que dcrites prcdemment.

    Le caractre exclusif de la cl de rpartition Lutilisation dune cl de rpartition exclut tout recours laffectation. Ds lors que ltablissement lutilise,

    lensemble de ses dpenses est considr comme mixte (chaque dpense est considre comme servant la

    ralisation doprations dans le champ dapplication et hors du champ dapplication de la TVA).

    40

    Si lEPS na pas dduit de TVA lors de lacquisition du bien (car ce bien tait affect une opration

    exonre), aucune rgularisation nest oprer.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    34

    Le respect des obligations dclaratives et de paiement

    Les redevables de la TVA sont soumis des obligations dclaratives diffrentes selon le CA annuel ralis :

    Rgime

    dimposition

    Frquence de

    dclaration

    Date limite

    de

    dclaration

    et de

    paiement

    Versement des

    acomptes

    Demande de

    remboursement

    dun crdit de

    TVA

    Condition de

    remboursement

    Rel normal

    Mensuelle (si TVA

    due annuellement >

    4000 )

    24 M+1

    Trimestrielle

    (si la TVA N-1

    due est >1000

    avant dduction

    du compte

    44562)

    Mensuelle Dclaration mensuelle

    Crdit de TVA rembourser si > 760

    Trimestrielle (si TVA

    due

    annuellement < 4000 )

    Trimestrielle Dclaration mensuelle :

    Chaque dclaration dpose au titre du

    trimestre doit faire

    apparatre un crdit de

    TVA

    Le crdit de TVA rembourser est >760

    Dclaration trimestrielle :

    Le crdit de TVA rembourser est > 760

    Annuelle Crdit de TVAest >150

    Rel

    simplifi

    Annuelle 3 ou

    4/05/N+1

    Trimestrielle Existence dune TVA dductible sur

    immobilisations

    Crdit de TVA >760

    Annuelle Crdit de TVA >150

    Le dtail des procdures dclaratives est disponible dans les fiches issues des rflexions du groupe de travail sur

    la TVA dans le secteur public local runi par la DGFIP dans le courant de lanne 2011. Ces fiches sont

    accessibles par le lien suivant : http://magellan.bercy.cp/spl/TVA/TVA_recettes.htm

    http://magellan.bercy.cp/spl/TVA/TVA_recettes.htm

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    35

    Cas particuliers des redevables exerant plusieurs activits ( cf. galement ci aprs point Lexercice par ltablissement du droit dduction de la TVA )

    Le principe :

    Les personnes qui exercent plusieurs activits nont pas tablir une dclaration de chiffre daffaires pour

    chacun de leur secteur dactivits. Elles doivent souscrire une seule dclaration sur laquelle sont regroups les

    lments propres chaque secteur dactivit.

    Cette dclaration rcapitule la TVA brute affrente au chiffre daffaires provenant de lensemble des activits du

    redevable, ainsi que la totalit des droits dduction, tous secteurs confondus.

    Dans le cadre du contrle des dclarations et notamment loccasion de linstruction des demandes de

    remboursement de crdits de TVA non imputable, les redevables doivent tre en mesure de justifier auprs de

    ladministration la quotit des droits dduction mentionns sur leurs dclarations de TVA.

    Aussi, les redevables peuvent joindre leur dclaration mensuelle ou trimestrielle de TVA lannexe n3310 ter.

    Ce document, dont la production nest pas obligatoire, facilite le calcul des droits dduction par secteur, en

    fonction des limitations particulires chacun des secteurs.

    Cas particuliers :

    Certaines activits immobilires doivent, dans certains cas, tre mentionnes sur des dclarations de TVA

    spares des autres activits (cf. base dmatrialise BOFiP-Impts BOI-TVA-IMM-10-30-IV-C).

    Les personnes morales de droit public sont tenues driger les activits suivantes en secteurs distincts, pour

    lapplication des droits dduction de la TVA:

    - les activits pour lesquelles elles ont opt pour le paiement volontaire de la TVA en application de larticle 260 A du CGI,

    - et dune manire gnrale toutes les activits qui ne sont pas soumises des dispositions identiques au regard de la TVA ou dont la sectorisation est impose par une disposition spcifique (sont notamment

    concernes les oprations de lotissement et damnagement de zone et lactivit de location de locaux

    nus soumise la TVA sur option)

    En revanche, des services retraant des activits qui ne comprendraient que des oprations imposables de plein

    droit la TVA nentranent pas lobligation de constituer autant de secteurs distincts quil y a dactivits.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    36

    Les problmatiques comptables lies lutilisation des comptes de TVA

    Les comptes de TVA dductible (44562 et 44566) et crdit de TVA (44567)41

    Rgles de prescription de la TVA dductible

    Le directeur dtablissement doit tre particulirement attentif ne jamais laisser prescrire son droit dduction

    afin de ne pas supporter une TVA collecte artificiellement majore ou en vue dobtenir le remboursement dun

    crdit de TVA.

    Par ailleurs, bien que le report dun crdit de TVA ne connaisse pas de limite dans le temps, les comptables

    doivent conseiller au directeur de demander rgulirement le remboursement des crdits de TVA quils

    constatent lissue des oprations de liquidation de la TVA.

    Le droit dduction de ltablissement peut tre frapp de premption dans deux cas prcis :

    Si ltablissement na pas report sur ses dclarations priodiques le crdit de TVA correspondant lexcdent de TVA dductible sur la TVA collecte ou sil na pas report sa TVA dductible.

    Le dlai de premption pendant lequel ltablissement peut encore exercer son droit dduction en reportant

    le crdit de TVA concern, court du jour de la naissance du droit dduction (au moment de la prise en

    charge du mandat par le comptable) au 31 dcembre N+2. Pass ce dlai, ltablissement ne peut plus

    exercer son droit dduction et la TVA dductible est prescrite. Elle devra tre solde par oprations

    budgtaires par ltablissement.

    Si ltablissement nexerce plus lactivit imposable, ou que lactivit nouvre plus droit dduction (activit devenue exonre ou devenue hors champ)

    Ltablissement dispose dun dlai de 2 ans (31 dcembre N+2) compter de la date de cessation dactivit

    ou de la date dexonration pour demander le remboursement du dernier crdit de TVA au SIE dont il

    dpend.

    Hormis les deux cas prcits, et comme indiqu prcdemment, aucun dlai particulier de prescription ne

    court en matire de remboursement de crdit de TVA, partir du moment o ce dernier est report

    priodiquement sur les dclarations de TVA de ltablissement.

    TVA dductible indment comptabilise

    Une TVA dductible peut avoir t comptabilise tort en raison dune erreur dapprciation sur le rgime

    applicable lactivit ou sur le caractre partiel de lassujettissement (non prise en compte du coefficient de

    dduction). Cest pourquoi, comme cela a dj t mentionn, il importe que le directeur dtablissement soit en

    mesure de justifier sans ambigut le rgime de TVA applicable au sein de chaque secteur dactivit de son

    tablissement et par suite les soldes des comptes retraant les oprations de TVA de ltablissement.

    41

    Ces comptes prsentent un solde normalement dbiteur. Pour mmoire, les CCA Hlios permettent dalerter le

    comptable sur le sens anormal du solde des comptes de TVA.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    37

    Les comptes de TVA collecte (44571), de TVA dcaisser (44551) et de TVA intracommunautaire (4452)42

    Si ltablissement na pas dclar la TVA collecte ou sil na pas pay la TVA due ltat, il sexpose dune

    part une amende pour dfaut ou retard de dclaration et dautre part des pnalits pour dfaut ou retard de

    paiement.

    Le directeur de ltablissement doit sassurer de lexhaustivit et de lexactitude des montants inscrits sur la

    dclaration priodique.

    Le comptable doit pour sa part vrifier que le compte 44571 est bien apur, que son montant est transfr au

    compte 44551 et procder au virement de la TVA dcaisser auprs des services de ltat lissue du solde des

    comptes de TVA dductibles (compte 44566, 44562 et 44567 notamment).

    Il doit par ailleurs veiller lexacte comptabilisation et au paiement effectif des amendes et pnalits ventuelles

    par la prise en charge des mandats concerns43

    .

    Les demandes de remboursement des crdits de TVA (44583 et 445888)

    Lorsque le remboursement effectif du crdit de TVA intervient, le comptable doit sassurer que ce versement est

    bien imput sur les comptes de TVA prcits, afin de les apurer, et ne donne pas lieu lmission dun titre. Le

    remboursement du crdit de TVA nest quun encaissement et non une recette budgtaire (solde du compte

    44583 par le dbit du compte au Trsor 515).

    Dans le cadre des oprations courantes, lordonnateur et le comptable doivent veiller lapurement rapide de ces

    comptes notamment lorsque la demande de remboursement a t rejete par ladministration fiscale.

    Les services de lordonnateur et du comptable sefforceront de rgulariser autant que possible les sommes

    anciennes figurant en solde de ces comptes. Toutefois, certaines situations complexes exigeront une

    rgularisation au cas par cas.

    Il sagit notamment des cas suivants :

    Transfert de la TVA dductible prescrite au compte 44588 ;

    Transfert de la TVA collecte non verse au compte 44588 ;

    Demande de remboursement de crdit de TVA rejete par le SIE et conteste par ltablissement ou donnant lieu un contentieux administratif

    44 ;

    Erreur de comptabilisation doprations particulires (Cf. infra LASM )

    A dfaut de rgularisation rapide, les oprations anciennes figurant en solde doivent tre justifies

    exhaustivement notamment au sein du cycle TVA ou Dettes du dossier permanent de ltablissement.

    42

    Ces comptes prsentent un solde normalement crditeur. Pour mmoire, les CCA Hlios permettent dalerter

    le comptable sur le sens anormal du solde des comptes de TVA.

    43

    Les mandats seront mis aux comptes 6712 pour les Amendes fiscales et pnales et 6717 rappels

    dimpts pour les redressements et rappels dimpts 44

    Dans le cas dun contentieux devant une juridiction administrative, ltablissement devra par ailleurs constater

    louverture de la procdure une provision pour litiges (compte 1511)

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    38

    Tableau rcapitulatif des rgularisations apportes aux comptes de TVA

    Comptes Problmatiques Rgularisation comptable

    44562/44566 TVA prescrite

    Comptabilisation dune charge

    exceptionnelle :

    D/678 C/44571

    44562/44566 TVA indment comptabilise comme dductible

    Rintgration en compte

    dimmobilisation ou de charges

    selon la nature de la dpense :

    D/2 C/44571 ou D/6 C/44571

    44583

    Le remboursement du crdit de TVA donne lieu

    lmission dun titre au lieu dtre comptabilis au compte

    44583 (compte en thorie sold)

    Annulation du titre (sil a t pris en

    charge au cours de lexercice) ou

    mission dun mandat au compte

    673 (annulation de titres sur

    exercice clos)

    44583 Demande de remboursement rejete par les services fiscaux

    Rintgration en compte

    dimmobilisation ou de charges

    selon la nature de la dpense :

    D/2 C/44583 (immobilisations)

    D/6 C/44583 (ABS si rgularisation

    en N)

    D/678 C/44583 (ABS si

    rgularisation en N+1)

    La rgularisation des oprations de TVA comptabilises au cours des annes prcdentes Dans lhypothse o ltablissement saperoit que des oprations de TVA errones (par exemple, erreur de

    taux), ont t comptabilises sur les exercices prcdents, il doit procder des rgularisations en respectant les

    principes suivants :

    Lorsque la TVA dductible et celle collecte donnent simultanment lieu rgularisation au titre du mme exercice, les deux oprations doivent tre traites sparment, sans compensation, afin dassurer la

    transparence dans le suivi des comptes et permettre le report exact sur les dclarations priodiques;

    En principe, chaque mandat ou titre comportant une TVA errone devrait faire lobjet dune annulation sous forme de titre ou de mandat sur exercice clos (compte 773 ou 673). Toutefois, afin de limiter le nombre

    doprations correctives, les rgularisations interviendront comme dcrites dans le tableau ci-aprs ;

    Les rgularisations soprent de manire globale sur les dpenses et recettes qui impactent le compte de rsultat et de manire individualise (bien par bien) concernant la TVA sur immobilisations.

    La rgularisation bien par bien de la TVA sur immobilisations se justifie par le fait que les rgularisations

    vont impacter le plan damortissement de limmobilisation concerne sur la dure restant amortir (impact

    prospectif) et la fiche inventaire qui lui est rattache dans Hlios ;

    Les services dconcentrs de la DGFIP (SIE et correspondants TVA) devront tre saisis sur les rgularisations envisages avant leur passation .

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    39

    Tableau rcapitulatif des rgularisations sur exercices antrieurs

    TVA DEDUCTIBLE TVA COLLECTEE

    Biens et services Correction la

    hausse

    Correction la

    baisse

    Correction la

    hausse

    Correction la

    baisse

    critures D/44566 C/77845

    D/678 C/44571 D/678 C/44571 D/44571 C/778

    Mode de

    rgularisation globale

    Justification de

    lopration

    TVA dductible

    complmentaire

    Trop de TVA

    dductible

    TVA collecte

    minore tort

    Trop de TVA

    collecte

    Immobilisations TVA DEDUCTIBLE

    critures D/44562 C/21 D/2146

    C/44571

    Mode de

    rgularisation Bien par bien

    Justification de

    lopration

    TVA dductible

    complmentaire

    Trop de TVA

    dductible

    45

    Lensemble des mandats et des titres relatifs ces oprations sont typs dordre mixte. 46

    Lors de la comptabilisation du schma dcriture, le compte auxiliaire doit tre renseign afin dimpacter la

    fiche immobilisation concerne

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    40

    Le dispositif de traabilit en matire de TVA

    Au sein du dossier de clture

    Ltablissement doit tre en mesure de justifier lessentiel des oprations intervenues dans lanne sur les

    comptes de TVA, proprement dit, mais galement sur les comptes de charges, de produits ou dimmobilisation

    en cas de rgularisation. Ce dossier pourra comporter notamment :

    La justification des oprations de liquidation de la TVA (justification mensuelle, trimestrielle ou annuelle selon le rgime dclaratif auquel est soumis ltablissement) ;

    La justification des oprations comptables de rgularisation modifiant le cot dentre (anne dacquisition) ou la valeur brute (anne de cession) dune immobilisation suite variation du coefficient de dduction ;

    La justification des oprations comptables de rgularisation en charges ou produits exceptionnels suite variation de plus dun dixime du coefficient de dduction appliqu un bien immeuble durant la priode de

    rgularisation ;

    La justification des oprations de rgularisation en charges ou produits exceptionnels suite variation du coefficient de dduction appliqu aux autres biens et services ;

    La justification des oprations de rgularisation des oprations de TVA passes sur les annes prcdentes ou au cours de lexercice ;

    La justification des amendes et fiscales comptabilises sur lexercice (compte 6712) et qui se rapportent la gestion de la TVA ;

    La justification des rappels de TVA comptabiliss au 6717 ;

    La justification des soldes existant au 31/12 sur les comptes de TVA.

    Au sein du dossier permanent

    Ce dossier a vocation donner une vision approfondie au certificateur de la situation de ltablissement au

    regard de la TVA.

    La deuxime partie de ce dossier pourra comportera un sous rpertoire cycle TVA ou rattacher le processus

    TVA un autre cycle. Il peut se composer des documents suivants (liste non exhaustive) :

    Description du rgime de TVA applicable chaque activit exerce par ltablissement ;

    Mentions des activits assujetties sur option, exonres ;

    Mention des modifications apportes par ltablissement au rgime de TVA applicable une activit (abandon de loption) ;

    Rgime dimposition de ltablissement la taxe sur les salaires ;

    Mention des oprations spcifiques : TVA intra - communautaire, LASM, mise disposition de personnel dans le cadre de la coopration hospitalire ;

    Mention du rgime dimposition (simplifi ou normal) et de la frquence de dclaration ;

    Ensemble des documents dclaratifs dune activit auprs dun SIE ;

    Mention des numros didentification TVA de ltablissement au prs du SIE,

    Mention du numro didentification individuel si ltablissement est redevable uniquement de TVA intra-communautaire ;

    Mthode de suivi de la TVA (sectorisation, coefficient de dduction cl de rpartition) ;

    Justification de lensemble des auto - liquidations calcules par ltablissement au titre de la TVA ;

    Historique des contrles fiscaux et des VP TVA mens dans ltablissement ;

    Historiques des redressements ou rappel dimpts subis par ltablissement au titre de la gestion de la TVA ;

    Identification du prestataire extrieur auquel ltablissement a recours le cas chant pour calculer les rgularisations de TVA, archivage des changes entre ltablissement et le prestataire.

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    41

    Liste des annexes

    Annexe 1 : Cas pratiques de rgularisations du coefficient de dduction

    Cas n 1 : Modification du cot dentre de limmobilisation (rgularisation cart coefficient provisoire/coefficient dfinitif)

    Situation de dpart :

    Un btiment affect une activit de blanchisserie a t acquis en N par un tablissement pour un montant de

    100 000 HT.

    Le coefficient de dduction provisoire est gal lunit.

    Enregistrement comptable :

    D/21 100 000

    D/44562 19 600 C/4041 119 600

    Dtermination du coefficient de dduction dfinitif appliqu au bien lissue de lanne dacquisition :

    Au plus tard le 25 avril N+1de lanne dacquisition, il savre que le btiment nest utilis qu 50 % par le

    service blanchisserie. Le btiment accueille par ailleurs une USLD.

    Le coefficient de dduction dfinitif est de 0,5.

    Analyse de la variation du coefficient de dduction :

    La variation coefficient provisoire/coefficient dfinitif est suprieure 5 points et doit, par consquent, tre

    rpercute sur le cot dentre de limmobilisation.

    criture de rgularisation :

    D/21 C/44571 8 800 (soit 19 600*(1-0,5))

    Cas n2 : Rgularisation du coefficient de dduction appliqu un autre bien ou service.

    Situation de dpart :

    Un tablissement a achet en N des denres alimentaires pour 1 000 HT (taux 19,6 %) quil pense affecter

    pour 80 % aux repas des patients hospitaliss (activit hors champ) et 20 % aux personnes extrieures

    ltablissement (activit ouvrant totalement droit dduction).47

    A la fin de lexercice, il savre que 82 % des aliments ont t utiliss pour la confection de repas aux malades.

    Lors de lachat des denres :

    A la PEC du mandat, lcriture suivante est enregistre :

    D/6023 1 156,80

    D/44566 39,20

    C/4011 1196,00

    (Explication du calcul :Montant HT* pourcentage du bien sur lequel sexerce le droit dduction :1 000*0,196

    *0,2= 39,20)

    Analyse de la variation du coefficient de dduction :

    Lcart entre les coefficients de dduction provisoire et dfinitif (de 0,2 0,18) doit donner lieu rgularisation.

    criture de rgularisation :

    Si la rgularisation intervient sur N :

    D/6023 C/44571 3,92

    Si la rgularisation intervient sur N+1 :

    D/678 C/44571 3,92

    (Explication du calcul :

    1000*0.196*0.18=35,28

    39,20-35,28=3,92)

    47

    soit un coefficient de dduction appliqu au bien de 0,2*1*1 (bien affect hauteur de 20 % une activit

    soumise TVA,ouvrant intgralement droit dduction et ne faisant pas lobjet dune exclusion du droit

    dduction).

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    42

    Cas n3 : Rgularisation annuelle du coefficient de dduction dun bien immobilis

    Situation de dpart :

    Un tablissement produit de lnergie par ses propres moyens (installation de panneaux solaires).

    Lanne de la mise en service des panneaux solaires, 30 % de lnergie est revendue EDF, les 70 % restant

    servent alimenter en lectricit les diffrents services hospitaliers.

    Les panneaux solaires ont t enregistrs lactif pour une valeur de 100 000 HT.

    La vente dnergie est une activit dans le champ dapplication de la TVA ouvrant droit dduction (coefficient

    de dduction : coefficient dassujettissement de 0,3 x coefficient de taxation gal 1 x coefficient dadmission

    gal 1 (pas dexclusion) = 0,3).

    Coefficient de rfrence :

    100 000*19,6*0,3 = 5 880

    Enregistrement comptable

    D/21 100 000

    D/44562 5 880

    Au cours des annes suivantes :

    En N+2, ltablissement vend 32 % de son lectricit EDF.

    En N+3, ltablissement vend 40 % de son lectricit EDF.

    Analyse de la variation du coefficient de dduction :

    En N+2, la variation du coefficient de dduction de lexercice (par rapport au coefficient de rfrence) est

    infrieure 1/10.

    En N+3, la variation est suprieure un 1/10.

    criture de rgularisation :

    En N+2 :

    Aucune criture de rgularisation nest passer.

    En N+3 :

    D/44566 C/778 : 98

    (Explication du calcul :

    1 ou

    1 x taxe initiale x (coefficient de dduction de N - coefficient de dduction de rfrence).

    5 20

    1/20*19 600*(0,4-0,3))

    Cas n4 : Rgularisation globale du coefficient de dduction dun bien immobilis lors de sa cession par ltablissement

    Situation de dpart :

    Un CHU acquiert en N un local en ville dot dun auditorium afin dy organiser des vnements internes la vie

    de ltablissement.

    (Runion des personnels non mdicaux et/ou mdicaux, journes dtudes hospitalires,...).

    Lorsque le local nest pas utilis par ltablissement, ce dernier le loue titre onreux des entits diverses

    (laboratoires, universits).

    Le CHU a opt pour assujettir la TVA lactivit de location de salle qui, par ailleurs, ouvre droit dduction.

    La valeur dacquisition du local est de 200.000 HT

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    43

    En N+5, le CHU cde titre onreux le local la ville.

    Lors de lacquisition du bien (exercice N) :

    Le local est utilis pour des runions internes lhpital 26% du temps et est lou, les 74% du temps restant.

    Cette rpartition constitue la quotit de rfrence (coefficient dfinitif) pour juger de lvolution ultrieure du

    coefficient de dduction.

    Lanne de cession (exercice N+5) :

    La cession nest pas soumise TVA car ralise plus de 5 ans aprs son achvement.

    Analyse de la situation :

    La cession du local, non soumise la TVA, gnre une rgularisation globale en rputant que le local est

    dsormais utilis, pour chacune des annes restantes de la priode de rgularisation (soit 20 ans), une activit

    exonre nouvrant pas droit dduction.

    La rgularisation est gale la somme des rgularisations annuelles qui auraient d intervenir entre les annes

    N+5 et N+19 si, pour chaque exercice, le coefficient de taxation avait t nul.

    criture de rgularisation :

    D/21 C/44571 : 16099,44

    (Explication du calcul :

    Coefficient de rfrence : 20000*0,74*0,196=29008

    Rgularisation : 15/20 * 29008 * (0-0,74))

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    44

    Annexe 2 : Principales dispositions de lannexe II du CGI et linstruction sur les modalits du droit dduction

    Article 206 Modifi par Dcret n2011-645 du 9 juin 2011 - art. 2

    I. - Le coefficient de dduction mentionn l'article 205 est gal au produit des coefficients d'assujettissement,

    de taxation et d'admission.

    II. - Le coefficient d'assujettissement d'un bien ou d'un service est gal sa proportion d'utilisation pour la

    ralisation d'oprations imposables. Les oprations imposables s'entendent des oprations situes dans le champ

    d'application de la taxe sur la valeur ajoute en vertu des articles 256 et suivants du code gnral des impts,

    qu'elles soient imposes ou lgalement exonres.

    III.-1. Le coefficient de taxation d'un bien ou d'un service est gal l'unit lorsque les oprations imposables

    auxquelles il est utilis ouvrent droit dduction.

    2. Le coefficient de taxation d'un bien ou d'un service est nul lorsque les oprations auxquelles il est utilis

    n'ouvrent pas droit dduction.

    3. Lorsque le bien ou le service est utilis concurremment pour la ralisation d'oprations imposables ouvrant

    droit dduction et d'oprations imposables n'ouvrant pas droit dduction, le coefficient de taxation est calcul

    selon les modalits suivantes :

    1 Ce coefficient est gal au rapport entre :

    a. Au numrateur, le montant total annuel du chiffre d'affaires affrent aux oprations ouvrant droit dduction,

    y compris les subventions directement lies au prix de ces oprations ;

    b. Et, au dnominateur, le montant total annuel du chiffre d'affaires affrent aux oprations imposables, y

    compris les subventions directement lies au prix de ces oprations.

    Les sommes mentionnes aux deux termes de ce rapport s'entendent tous frais et taxes compris, l'exclusion de

    la taxe sur la valeur ajoute ;

    2 Lorsqu'un assujetti a constitu des secteurs distincts d'activit en application de l'article 209, le chiffre

    d'affaires retenir pour le calcul du rapport mentionn au 1 est celui du ou des secteurs pour lesquels le bien ou

    le service est utilis ;

    3 Pour l'application des dispositions du 1, il est fait abstraction du montant du chiffre d'affaires affrent :

    a. Aux cessions des biens d'investissements corporels ou incorporels ;

    b. Au produit des oprations immobilires et financires accessoires exonres de la taxe sur la valeur ajoute.

    Sont considres comme accessoires les oprations qui prsentent un lien avec l'activit principale de l'entreprise

    et dont la ralisation ncessite une utilisation limite au maximum 10 % des biens et des services grevs de

    taxe sur la valeur ajoute qu'elle a acquis. Ce pourcentage est apprci en fonction de la proportion d'utilisation

    pour ces oprations de chaque bien et service grev de taxe sur la valeur ajoute. Cette proportion est applique

    la valeur d'acquisition par le redevable de chacun de ces biens et services pour dterminer leur valeur

    d'utilisation. Le pourcentage rsulte du rapport entre, au numrateur, la somme des valeurs d'utilisation ainsi

    dtermines et, au dnominateur, le montant total de la valeur d'acquisition de ces biens et services.

    Article 207 Modifi par Dcret n2010-1075 du 10 septembre 2010 - art. 1

    I.- Sous rserve des dispositions qui suivent, la dduction opre dans les conditions mentionnes aux articles

    205 et 206 est dfinitivement acquise l'entreprise.

    II.-1. Pour les biens immobiliss, une rgularisation de la taxe initialement dduite est opre chaque anne

    pendant cinq ans, dont celle au cours de laquelle ils ont t acquis, imports, achevs, utiliss pour la premire

    fois ou transfrs entre secteurs d'activit constitus en application de l'article 209.

    2. Chaque anne, la rgularisation est gale au cinquime du produit de la taxe initiale par la diffrence entre le

    coefficient de dduction de l'anne et le coefficient de dduction de rfrence mentionn au 2 du V. Elle prend la

    forme d'une dduction complmentaire si cette diffrence est positive, d'un reversement dans le cas contraire.

    3. Par drogation la dure mentionne au 1 et la fraction mentionne au 2, cette rgularisation s'opre pour les

    immeubles immobiliss par vingtime pendant vingt annes.

    Toutefois, pour les immeubles donns en location dans les conditions prvues au 2 de l'article L. 313-7 du code

    montaire et financier, cette dure est gale au nombre d'annes qui courent jusqu' l'chance du contrat de bail,

    arrondi l'entier suprieur, sans pouvoir excder vingt annes, et la rgularisation s'opre par fractions gales

    l'inverse de cette dure.

    4. La rgularisation doit tre effectue avant le 25 avril de l'anne suivante. Aucune rgularisation n'est effectue

    si la diffrence entre le produit des coefficients d'assujettissement et de taxation de l'anne, d'une part, et le

    produit des coefficients d'assujettissement et de taxation de rfrence mentionns au 2 du V, d'autre part, n'est

    pas suprieure, en valeur absolue, un dixime.

    affichTexteArticle.do;jsessionid=DF5A5DD5F3D364AF95A73EA3D09B3318.tpdjo16v_1?cidTexte=JORFTEXT000024152033&idArticle=LEGIARTI000024154178&dateTexte=20111202&categorieLien=id#LEGIARTI000024154178affichCodeArticle.do;jsessionid=DF5A5DD5F3D364AF95A73EA3D09B3318.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069577&idArticle=LEGIARTI000006303408&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=DF5A5DD5F3D364AF95A73EA3D09B3318.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069577&idArticle=LEGIARTI000006309284&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=DF5A5DD5F3D364AF95A73EA3D09B3318.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006295456&dateTexte=&categorieLien=cidaffichTexteArticle.do;jsessionid=45F1AE23341EC6249BFACC93065CDA1B.tpdjo16v_1?cidTexte=JORFTEXT000022810000&idArticle=LEGIARTI000022810929&dateTexte=20111202&categorieLien=id#LEGIARTI000022810929affichCodeArticle.do;jsessionid=45F1AE23341EC6249BFACC93065CDA1B.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006294406&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=45F1AE23341EC6249BFACC93065CDA1B.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006294403&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=45F1AE23341EC6249BFACC93065CDA1B.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006295456&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=45F1AE23341EC6249BFACC93065CDA1B.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006072026&idArticle=LEGIARTI000006652098&dateTexte=&categorieLien=cid

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    45

    5. Les dispositions qui prcdent ne sont pas applicables :

    1 Aux biens immobiliss dont le coefficient d'assujettissement de rfrence est nul ;

    2 Aux immeubles livrs, acquis, apports ou utiliss pour la premire fois avant le 1er janvier 1996.

    6. Pour la dtermination des coefficients de rfrence mentionns au 2 et au 4, il n'est pas tenu compte des

    dispositions du 1 et du 2 du 2 du V au titre de l'anne o il est fait application de ces dispositions.

    III.-1. Une rgularisation de la taxe initialement dduite et grevant un bien immobilis est galement opre :

    1 Lorsqu'il est cd ou apport, sans que cette opration soit soumise la taxe sur le prix total, sur la valeur

    totale ou dans les conditions fixes l'article 268 du code gnral des impts, ou est transfr entre secteurs

    d'activit constitus en application de l'article 209 ;

    2 Lorsqu'il est cd ou apport, et que cette opration est soumise la taxe sur le prix total, sur la valeur totale

    ou dans les conditions fixes l'article 268 du code gnral des impts ;

    3 Lorsque la rglementation modifie la valeur de son coefficient d'admission en cours d'utilisation ;

    4 Lorsqu'il vient en cours d'utilisation tre utilis des oprations ouvrant droit dduction ou, sous rserve

    du 5, lorsqu'il cesse d'tre utilis des oprations ouvrant droit dduction ;

    5 Lorsqu'il cesse d'tre utilis des oprations imposables

    Article 207 V

    2. Les coefficients d'assujettissement, de taxation et d'admission de rfrence sont initialement gaux aux

    coefficients retenus pour le calcul de la dduction opre en application de l'article 206 lors de l'acquisition, de

    l'importation ou de la livraison soi-mme du bien. Le cas chant :

    1 Aprs chaque dduction opre en application des dispositions du 3 du III du prsent article lors d'un transfert

    entre secteurs d'activit mentionn au 1 du 1 de ce mme III, ils prennent la valeur des coefficients retenus pour

    la dtermination du montant de cette dduction ;

    2 Aprs chaque rgularisation opre en application des dispositions des 3 5 du 1 du III du prsent article,

    ils prennent la valeur des coefficients mentionns respectivement aux 3 5 du 2 de ce mme III.

    Le coefficient de dduction de rfrence est gal au produit des coefficients d'assujettissement, de taxation et

    d'admission de rfrence rsultant des dispositions qui prcdent.

    Article 209 Modifi par Dcret n2011-645 du 9 juin 2011 - art. 2

    I.- Les oprations situes hors du champ d'application de la taxe sur la valeur ajoute et les oprations

    imposables doivent tre comptabilises dans des comptes distincts pour l'application du droit dduction.

    Il en va de mme pour les secteurs d'activit qui ne sont pas soumis des dispositions identiques au regard de la

    taxe sur la valeur ajoute.

    Sont constitus en secteurs d'activit :

    1 Chaque immeuble ou ensemble d'immeubles ou fraction d'immeuble dont la livraison soi-mme est

    imposable en application du II de l'article 278 sexies du code gnral des impts ou dans lequel sont raliss des

    travaux d'amlioration, de transformation ou d'amnagement de logement dont les livraisons soi-mme sont

    imposables en application du b du 1 du 3 du I de l'article 257 du mme code ;

    2 Les immeubles, ensembles d'immeubles ou fractions d'immeubles dont la location est impose en application

    du 2 de l'article 260 du code gnral des impts ;

    3 Les services mentionns l'article 260 A du code gnral des impts ;

    4 Pour les organismes agissant sans but lucratif dsigns au a du 1 du 7 de l'article 261 du code gnral des

    impts :

    a. L'ensemble de leurs oprations qui ne sont pas soumises la taxe sur la valeur ajoute et des ventes qu'ils

    consentent leurs membres au-del de 10 % de leurs recettes totales ;

    b. chacune des manifestations de bienfaisance ou de soutien qu'ils organisent et dont les recettes sont imposables

    la taxe sur la valeur ajoute ;

    5 Chaque opration de lotissement ou d'amnagement de zone ralise par les collectivits territoriales ou leurs

    groupements.

    II.- Les biens d'investissement ouvrant droit dduction sont inscrits dans la comptabilit de l'entreprise pour

    leur prix d'achat ou de revient diminu de la dduction laquelle ils donnent droit, rectifi, le cas chant,

    conformment aux dispositions de l'article 207.

    affichCodeArticle.do;jsessionid=45F1AE23341EC6249BFACC93065CDA1B.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006295617&dateTexte=&categorieLien=cidaffichTexteArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=JORFTEXT000024152033&idArticle=LEGIARTI000024154178&dateTexte=20111202&categorieLien=id#LEGIARTI000024154178affichCodeArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069577&idArticle=LEGIARTI000006304347&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006294544&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006296401&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006294547&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069577&idArticle=LEGIARTI000006309357&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=E25E3F0FBEBB629F7F147C1C7861F329.tpdjo16v_1?cidTexte=LEGITEXT000006069569&idArticle=LEGIARTI000006295449&dateTexte=&categorieLien=cid

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    46

    Annexe 3 : Lien vers linstruction n12-016-M0 du 09 juillet 2012 sur la refonte des rgles de droit dduction en matire de TVA :

    Pour les comptables hospitaliers, linstruction est consultable dans Nausicaa :

    recherche avance (accs par le bouton plus de critres partir de la recherche par mots-cls)

    recherche par nature : instruction BOCP

    recherche par date : 09/07/2012

    Pour les ordonnateurs, linstruction est consultable en cliquant sur le lien suivant :

    http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=35499

    Annexe 4 : Les principaux rescrits nationaux TVA en matire de droit dduction

    REFERENCES DU RESCRIT

    THEME DU RESCRIT

    80 du BOI-TVA-DED-20-10-20

    Mode de calcul du coefficient de taxation forfaitaire.

    10 du BOI-TVA-DED-20-10-40.

    Mode de calcul du coefficient de taxation forfaitaire en cas de changement de la proportion d'affectation d'un bien.

    10 du BOI-TVA-DED-30-10.

    Notion d'affectation aux besoins de l'exploitation.

    110 du BOI-TVA-DED-60-20-10.

    Changement d'affectation d'une immobilisation en cours d'utilisation.

    60 du BOI-TVA-DED-60-20-10.

    Cas de cessation de l'activit imposable.

    30 du BOI-TVA-DED-60-20-40.

    Articulation des rgularisations annuelles.

    10 du BOI-TVA-DED-20-10-40.

    Ecart entre le coefficient de dduction provisoire et le coefficient de dduction dfinitif.

    1 du BOI-TVA-DED-60-10.

    Impact des rgularisations annuelles de TVA sur le cot dentre des immobilisations.

    Annexe 5 : Textes et principaux liens utiles sur la vente de mdicaments rtrocds

    Articles du code de la Scurit sociale

    Article L162-17 Modifi par LOI n 2008-1425 du 27 dcembre 2008 - art. 177 (V)

    Les mdicaments spcialiss, mentionns l'article L. 601 du code de la sant publique et les mdicaments

    bnficiant d'une autorisation d'importation parallle mentionne l'article L. 5121-17 du mme code, ne

    peuvent tre pris en charge ou donner lieu remboursement par les caisses d'assurance maladie, lorsqu'ils sont

    dispenss en officine, que s'ils figurent sur une liste tablie dans les conditions fixes par dcret en Conseil

    d'Etat. La liste prcise les seules indications thrapeutiques ouvrant droit la prise en charge ou au

    remboursement des mdicaments.

    Les mdicaments inscrits sur la liste prvue l'article L. 5126-4 du code de la sant publique sont pris en charge

    ou donnent lieu remboursement par l'assurance maladie lorsqu'ils sont dlivrs par une pharmacie usage

    intrieur d'un tablissement de sant dment autorise. Cette liste prcise les seules indications thrapeutiques

    ouvrant droit la prise en charge ou au remboursement des mdicaments.

    L'inscription d'un mdicament sur les listes mentionnes aux premier et deuxime alinas peut, au vu des

    exigences de qualit et de scurit des soins mettant en oeuvre ce mdicament, nonces le cas chant par la

    commission prvue l'article L. 5123-3 du code de la sant publique, tre assortie de conditions concernant la

    http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=35499http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=35499affichTexteArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000019995721&idArticle=LEGIARTI000020000288&dateTexte=20111208&categorieLien=id#LEGIARTI000020000288affichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006693701&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006689916&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006690074&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006689961&dateTexte=&categorieLien=cid

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    47

    qualification ou la comptence des prescripteurs, l'environnement technique ou l'organisation de ces soins et d'un

    dispositif de suivi des patients traits.

    En ce qui concerne les mdicaments officinaux et les prparations magistrales, un dcret en Conseil d'Etat

    dtermine les rgles selon lesquelles certaines catgories de ces mdicaments peuvent tre exclues du

    remboursement par arrt interministriel.

    Articles du Code de la Sant publique

    Article L. 5126-4 Modifi par Ordonnance n 2005-1112 du 1 septembre 2005 - art. 8 (V) JORF

    6 septembre 2005

    Dans l'intrt de la sant publique, le ministre charg de la sant arrte, par drogation aux dispositions de

    l'article L. 5126-1, la liste des mdicaments que certains tablissements de sant, disposant d'une pharmacie

    usage intrieur, sont autoriss vendre au public, au dtail et dans le respect des conditions prvues aux articles

    L. 5123-2 L. 5123-4. Les conditions d'utilisation des mdicaments et des dispositifs mdicaux striles sont

    arrtes conjointement par les ministres chargs de la sant et de la scurit sociale.

    La part prise en charge par les rgimes obligatoires d'assurance maladie au titre des remboursements affrents

    ces mdicaments est facture la caisse dsigne en application de l'article L. 174-2 ou L. 174-18 du code de la

    scurit sociale.

    Articles du Code gnral des impts

    Article 281 octies Modifi par Rapport - art. 1 (V) JORF 22 juin 2000

    La taxe sur la valeur ajoute est perue au taux de 2,10 % pour les oprations d'achat, d'importation, d'acquisition

    intracommunautaire, de vente, de livraison, de commission, de courtage ou de faon portant sur les prparations

    magistrales, mdicaments officinaux, mdicaments ou produits pharmaceutiques dfinis l'article L.5121-8 du

    code de la sant publique, qui remplissent les conditions de l'article L. 162-17 du code de la scurit sociale ou

    qui sont agrs dans les conditions prvues par les articles L.5123-2 et L.5123-3 du code de la sant publique et

    sur le produits viss au 1, 3, 4 et 5 de l'article L.1221-8 du code de la sant publique.

    Le taux de 2,10 % s'applique galement aux oprations d'importation, d'acquisition intracommunautaire ou de

    livraison portant sur les mdicaments soumis autorisation temporaire d'utilisation viss l'article L.5121-12 du

    code de la sant publique.

    Fiche DGOS

    http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/retrocession_medicaments-2.pdf

    Annexe 6 : Articles du CGI relatifs la territorialit des prestations de services effectues dans un cadre intracommunautaire

    Article 259 du CGI

    Modifi par LOI n 2009-1673 du 30 dcembre 2009 - art. 102 (V)

    Le lieu des prestations de services est situ en France :

    1 Lorsque le preneur est un assujetti agissant en tant que tel et qu'il a en France :

    a) Le sige de son activit conomique, sauf lorsqu'il dispose d'un tablissement stable non situ en France

    auquel les services sont fournis ;

    b) Ou un tablissement stable auquel les services sont fournis ;

    c) Ou, dfaut du a ou du b, son domicile ou sa rsidence habituelle ;

    2 Lorsque le preneur est une personne non assujettie, si le prestataire :

    a) A tabli en France le sige de son activit conomique, sauf lorsqu'il dispose d'un tablissement stable non

    situ en France partir duquel les services sont fournis ;

    b) Ou dispose d'un tablissement stable en France partir duquel les services sont fournis ;

    c) Ou, dfaut du a ou du b, a en France son domicile ou sa rsidence habituelle.

    affichTexteArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000000604565&idArticle=LEGIARTI000006698414&dateTexte=20111208&categorieLien=id#LEGIARTI000006698414affichTexteArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000000604565&idArticle=LEGIARTI000006698414&dateTexte=20111208&categorieLien=id#LEGIARTI000006698414affichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006690064&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006689956&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006689956&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006073189&idArticle=LEGIARTI000006740938&dateTexte=&categorieLien=cidaffichCodeArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=LEGITEXT000006073189&idArticle=LEGIARTI000006741478&dateTexte=&categorieLien=cidaffichTexteArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000000400219&idArticle=LEGIARTI000006698230&dateTexte=20111208&categorieLien=id#LEGIARTI000006698230http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/retrocession_medicaments-2.pdfaffichTexteArticle.do;jsessionid=67C175E5B4A7875F5841B886A83DAB69.tpdjo13v_3?cidTexte=JORFTEXT000021557902&idArticle=LEGIARTI000021575943&dateTexte=20121106&categorieLien=id#LEGIARTI000021575943

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    48

    Article 259 A du CGI

    Article 259 A Modifi par LOI n2009-1673 du 30 dcembre 2009 - art. 102 (V)

    Par drogation l'article 259, est situ en France le lieu des prestations de services suivantes :

    1 Les locations de moyens de transport lorsqu'elles sont de courte dure et que le moyen de transport est

    effectivement mis la disposition du preneur en France (1).

    La location de courte dure s'entend de la possession ou de l'utilisation continue du moyen de transport pendant

    une priode ne dpassant pas trente jours ou, dans le cas d'un moyen de transport maritime, quatre-vingt-dix

    jours ;

    2 Les prestations de services se rattachant un bien immeuble situ en France, y compris les prestations

    d'experts et d'agents immobiliers, la fourniture de logements dans le cadre du secteur htelier ou de secteurs

    ayant une fonction similaire tels que des camps de vacances ou des sites amnags pour camper, l'octroi de droits

    d'utilisation d'un bien immeuble et les prestations tendant prparer ou coordonner l'excution de travaux

    immobiliers, telles que celles fournies par les architectes et les entreprises qui surveillent l'excution des

    travaux ;

    3 Les prestations de transport intracommunautaire de biens effectues pour des personnes non assujetties

    lorsque le lieu de dpart du transport est en France ;

    On entend par transport intracommunautaire de biens, tout transport de biens dont le lieu de dpart et le lieu

    d'arrive sont situs sur les territoires de deux Etats membres diffrents.

    On entend par lieu de dpart, le lieu o commence effectivement le transport des biens, sans tenir compte des

    trajets effectus pour se rendre au lieu o se trouvent les biens, et par lieu d'arrive, le lieu o s'achve

    effectivement le transport des biens ;

    4 Les prestations de transport de biens effectues pour des personnes non assujetties autres que les transports

    intracommunautaires de biens et les prestations de transport de passagers, en fonction des distances parcourues

    en France ;

    5 Lorsqu'elles sont matriellement excutes ou ont effectivement lieu en France :

    a) Les prestations de services fournies une personne non assujettie ayant pour objet des activits culturelles,

    artistiques, sportives, scientifiques, ducatives, de divertissement ou similaires, telles que les foires et les

    expositions, y compris les prestations de services des organisateurs de telles activits, ainsi que les prestations de

    services accessoires ces activits ;

    b) Les ventes consommer sur place ;

    c) Sont rputes effectues en France les ventes consommer sur place lorsqu'elles sont ralises matriellement

    bord de navires, d'aronefs ou de trains au cours de la partie d'un transport de passagers effectue l'intrieur

    de la Communaut europenne et que le lieu de dpart du transport de passagers est situ en France.

    On entend par partie d'un transport de passagers effectue l'intrieur de la Communaut, la partie d'un transport

    effectue sans escale en dehors de la Communaut europenne, entre le lieu de dpart et le lieu d'arrive du

    transport de passagers.

    On entend par lieu de dpart d'un transport de passagers, le premier point d'embarquement de passagers prvu

    dans la Communaut europenne, le cas chant aprs escale en dehors de la Communaut europenne.

    On entend par lieu d'arrive d'un transport de passagers, le dernier point de dbarquement, prvu dans la

    Communaut europenne, pour des passagers ayant embarqu dans la Communaut europenne, le cas chant

    avant escale en dehors de la Communaut europenne.

    Dans le cas d'un transport aller-retour, le trajet de retour est considr comme un transport distinct ;

    5 bis Les prestations de services fournies un assujetti, ainsi que celles qui leur sont accessoires, consistant

    donner accs des manifestations culturelles, artistiques, sportives, scientifiques, ducatives, de divertissement

    ou similaires, telles que les foires et les expositions lorsque ces manifestations ont effectivement lieu en France ;

    affichTexteArticle.do;jsessionid=741DA1358374F62CC3B3A00A2A49B641.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000021557902&idArticle=LEGIARTI000021575943&dateTexte=20111208&categorieLien=id#LEGIARTI000021575943

  • SEC-D1/FICHE TVA_VDEF2.DOC/D1-A

    49

    6 Lorsqu'elles sont matriellement excutes en France au profit d'une personne non assujettie :

    a) Les activits accessoires au transport, telles que le chargement, le dchargement, la manutention et les

    activits similaires ;

    b) Les expertises ou les travaux portant sur des biens meubles corporels ;

    7 Les prestations de services fournies une personne non assujettie par un intermdiaire agissant au nom et

    pour le compte d'autrui lorsque le lieu de l'opration principale est situ en France ;

    8 La prestation de services unique d'une agence de voyages lorsqu'elle a en France le sige de son activit

    conomique ou un tablissement stable partir duquel elle a fourni cette prestation.

    L'agence de voyages ralise une prestation de services unique lorsqu'elle agit, en son propre nom, l'gard du

    client et utilise, pour la ralisation du voyage, des livraisons de biens et des prestations de services d'autres

    assujettis.

    NOTA :

    Conformment la loi n 2009-1673 du 30 dcembre 2009, article 102 III 1 compter du 1er janvier 2013 le

    1 de l'article 259 A est ainsi rdig : "1 Les locations de moyens de transport :

    a) Lorsqu'elles sont de courte dure et que le moyen de transport est effectivement mis la disposition du

    preneur en France.

    La location de courte dure s'entend de la possession ou de l'utilisation continue d'un moyen de transport

    pendant une priode ne dpassant pas trente jours ou, dans le cas d'un moyen de transport maritime, quatre-

    vingt-dix jours ;

    b) Les locations, autres que celles de courte dure, consenties une personne non assujettie, lorsque cette

    personne est tablie ou a son domicile ou sa rsidence habituelle en France ;

    c) Par drogation au b, la location d'un bateau de plaisance, l'exception de la location de courte dure, une

    personne non assujettie lorsque le bateau est effectivement mis disposition du preneur en France et le service

    fourni par le prestataire partir du sige de son activit conomique ou d'un tablissement stable qui y est

    situ."

Recommended

View more >