Florent PETITHORY - Portfolio Architecture

  • Published on
    07-Apr-2016

  • View
    213

  • Download
    2

DESCRIPTION

Ensemble de mes travaux raliss lors de mes tudes l'Ecole d'Architecture de Nancy et lors des mes diffrents stages.

Transcript

  • 1P O R T F O L I O

  • S O M M A I R E

  • CURICULUM VITAE 4-5

    RHABILITATION URBAINE 6-9Ruijin (Chine) - Travail men au sein de lagence SZMEDI - 2014

    CONSERVATOIRE DE MUSIQUE 10-13Dugny (93) - Travail men au sein de lagence GELIN & LAFON - 2014

    32 LOGEMENTS COLLECTIFS 14-17Seichamps (54) - Travail men au sein de lagence BAGARD & LURON - 2012

    BUREAUX MDICAUX 18-21Epinal (88) - Travail men au sein de lagence BAGARD & LURON - 2012

    MAISON DE RETRAITE 22-25Nancy (54) - Concours CNSA 2014

    AUBERGE DE JEUNESSE 26 - 31Nancy (54) - Projet de fin dtudes - Master Architecture & Culture constructive - 2013

    IMMEUBLE DE GRADE HAUTEUR 32 - 35Nancy (54) - Master Verre, Design & Architecture - 2013

    LABORATOIRE DE RECHERCHES 36 - 39Nancy (54) - Master Verre, Design & Architecture - 2013

    LAMPE DE BUREAU 40 - 43Master Verre, Design & Architecture - 2013

    STADE OLYMPIQUE 44 - 49Londres - Concours Acier 2012

    PLE THERMAL 50 - 53Nancy (54) - Master Architecture, Histoire & Patrimoine - 2012

    SALLE COMMUNALE 54 - 57Haumont-les-Lachause (55) - Master Architecture, Histoire & Patrimoine - 2011

    24 LOGEMENTS COLLECTIFS 58 - 61Nancy (54) - 2011

    MAISON DES CHERCHEURS 62 - 65Nancy (54) - 2010

    ORGUE HYDRAULIQUE (SCULPTURE URBAINE) 66 - 67Val dAjol (88) - Concours dide - Laurat 3me place - 2009

    COLE MATERNELLE POUR ENFANTS MALVOYANTS 68 - 69Nancy (54) - 2009

    MAISON INDIVIDUELLE ET HBERGEMENTS DARTISTES 70 - 71Villers-les-Nancy (54) - 2008

  • 4Parcours2014 : Obtention du double Diplme dEtat en Architecture / Master Verre, Design & Architecture. lcole Nationale Suprieure dArchitecture de Nancy.2010 : Obtention du Diplme dEtudes en Architecture lcole Nationale Suprieure dArchitecture de Nancy.2007 : Obtention du Baccalaurat gnral Scientifique (mention assez bien) au lyce Georges Colomb Lure (70).

    Concours2014 : Concours CNSA 2014, projet de maison de retraite Nancy (54), projet non retenu.2012 : Concours Acier, projet de stade Olympique Londres, projet non retenu.2009 : Laurat de la 3me place au concours dide La Roue Aube organise par la Mairie du Val dAjol (88).

    Associatif2010 : Responsable communication au sein de lAssociation GALA ARCHI de lENSAN.2008 - 2014 : Membre de lAssociation Gnrale des tudiants de lENSAN.

    LogicielsAutoCAD, ArchiCAD, Vectorworks, Sketchup, Blender, Photoshop, Illustrator, InDesign, Artlantis Studio, Suite Office.

    LanguesFranais : Langue maternelleAnglais : Bon (parl et crit)Chinois : Notions

    Centres dintretsVoyages (Chine, Birmanie, Thalande, Europe), Littrature, Cinma, Sports (football, sports de raquettes, ski, randonne, VTT), Musique, Design, Graphisme.

    P E T I T H O R Y F L O R E N T 17 Boulevard du Parc70200 LUREFRANCE

    MAIL : f.petithory@gmail.comTL. : 06 78 47 06 49Permis B

  • 5Expriences 2015 - 2016 : CONTRAT DURE DTERMINE - en cours / BLP Architectes - REIMS - ESQ/AVP/PC - Construction dun immeuble mixte (27 logements, bureaux, commerces) Bezannes (51) - PRO - Rhabilitation dun espace de dgustation pour une maison de champagne Bouzy (51) - ESQ - Construction dun thtre de verdure Reims (51) - ESQ - Maison individuelle Bezannes (51) - DIAG - Restrcturation dune clinique Reims (51)

    2015 : CONTRAT DURE DTERMINE - 6 mois / Thierry GHEZA Architecte - ECROMAGNY - FAISA - Rhabilitation dune cole / Mairie Amance (70) - FAISA - Mise au norme PMR et incendie dune maison de matre reconvertie en salle dexposition Lure (70). - FAISA - Construction dune boulangerie Plancher-Bas (70) - APD / DCE - Rhabilitation du Caf de la Mairie de Melisey (70) - Concours pour la construction dune cole maternelle, primaire et priscolaire Lure (70)

    2014 : STAGE COMPLMENTAIRE - 4 mois / SMEZDI - SHENZHEN - CHINE - Esquisse pour un concours de rhabilitation urbaine du centre ville de Ruijin (Chine)

    - Esquisse pour un concours damnagement urbain du nouveau quartier daffaire de Changsha (Chine)

    2013 - 2014 : STAGE DE FIN DTUDES - 4 mois / GELIN & LAFON - PARIS - APS / APD/ PC - Construction dun conservatoire de musique Dugny (93), conception de la faade en verre et en tle plie - FAISA - Projet de construction dun programme mixte (logements, bureaux, maison mdicalise...) - Nevers (58)

    2012 : STAGE COMPLMENTAIRE - 5 mois / BAGARD & LURON - NANCY - Esquisse pour un concours de bureaux pour un Service de Soins Infirmiers Domicile Epinal et Contrexeville. (88) - Esquisse pour un concours de 32 logements collectifs Seichamps (54). - Visites de chantiers. - Participation aux diffrentes phases des projets en cours.

    2012 : SENSIBILISATION LARCHITECTURE / Collge de la Croix de Metz - METZ - Intervention dans un cours darts plastiques avec des classes de 3me sur le thme du muse.

    2011 : STAGE DE FORMATION PRATIQUE - 1 mois / Atelier GADBOIS PARIS - APS Rhabilitation de logements sociaux - Paris 15. - PC - Restructuration dune maison particulire - Noisy-Le-Grand. - Lancement et suivi des dossiers de candidatures de matrise doeuvre. - Travail sur le graphisme du site internet de lagence.

    2010 - 2011 : MONITEUR REPROGRAPHE / cole dArchitecture de Nancy NANCY - Maintenance des machines. - Aide aux tudiants dans leur dmarche dimpression, de numrisation ou de reliure.

    2009 : STAGE DE PREMIRE PRATIQUE - 1 mois / Alain DRAPIER Architecture LURE - Relev et mise au propre des combles du Lyce Professionnel Bartholdi - Lure. - Esquisse dune extension de maison individuelle - Belverne. - Esquisse dun bureau daccueil pour un btiment administratif - Andelnans. - Visites de chantiers.

    2008 : STAGE OUVRIER - 1 mois / BONTEMPI LE VAL DAJOL - Maonnerie gnrale (ouvrier main duvre).

  • 6Rehabilitation urbaineR U I J I N ( C H I N E )

    2 0 1 4

    T r a v a i l m e n a u s e i n d e l a g e n c e S Z M E D I

  • 7Le concours consistait rflchir sur la rhabilitation du centre de la ville historique de Ruijin. Cest ici que Mao Zedong cra la Rpublique Sovitique Chinoise en 1931 et Ruijin est le point de dpart de la Longue Marche de 1934. Cest donc une ville charge dhistoire dans la culture chinoise qui reoit un flot de touristes assez important chaque anne.Le projet a t segment en trois parties en fonctions des caractristiques du bti existant. Le sud et le nord de notre zone dintervention deviendront les ples historiques, paysagers et culturels de la ville avec limplantation dun muse, la cration dun parc et surtout la rnovation et la mise en valeur dun bti chinois traditionnel.La partie centrale de la zone dintervention se voulait comme une zone rsidentielle et commerciale, comme une zone dinteraction entre locaux et touristes. Cette intervention est notamment marque par la rhabilitation complte dune rue oriente Est / Ouest dont le relev des faades a permis dtablir diffrentes typologies de patrimoine que lon a pu alors redssiner.Lenjeu de ce projet tait donc dessayer didentifier au maximum les diffrents patrimoines btis afin den imaginer le renouveau avec le plus de cohrence possible.

  • 8

  • 9

  • 10

    Conservatoire de musiqueD U G N Y

    2 0 1 4

    T r a v a i l m e n a u s e i n d e l a g e n c e G E L I N & L A F O N

    M a s t e r V e r r e , D e s i g n & A r c h i t e c t u r e

  • 11

    Mon stage, li mon master spcialis dans le matriau verre, portait sur la conception de la faade de ce conservatoire dessine comme une partition de musique en verre et en acier. Le but tait donc de dvelopper tout le potentiel de cette faade en travaillant sa conception dans le dtail en parallle du dvellopement logique du projet. Il sagissait donc de rflchir sur comment construire cette faade tout en incorporant les diffrentes contraintes constructives en essayant de ne pas trop sloigner de sa reprsentation un peu abstraite que peuvent tre les images de concours.Tout en assistant le chef de projet sur la conception de ldifice, je ralisais des exprimentations en plans, coupes, maquettes, modlisations pour essayer dincorporer toutes les contraintes techniques (ouvrants pompiers, ventilation...) et pour dfinir les problmes constructifs inhrents la ralisation dune telle faade. De nombreux tests on donc t effectu sur les ondes qui composent la faade, sur leur rythme, leur profondeur...afin dtablir une solution proche de limage propose en phase concours.

    Dtail en plan de la faade

  • 12

  • 13

    Dtail en coupe de la faade au niveau de la rive

  • 14

    32 Logements collectifsS E I C H A M P S

    2 0 1 2

  • 15

    T r a v a i l m e n a u s e i n d e l a g e n c e B A G A R D & L U R O N

  • 16

    En tant que stagiaire au sein de lagence Bagard & Luron, mon rle pour ce concours a t de superviser notre travail avec celui de lagance mandataire (Ott & Colin). Jai donc pu avoir pour la premire fois de relles responsabilits dans une structure professionnelle tant au niveau de la conception du projet que de lorganisation mme du concours et de son rendu. Le projet finira en deuxime position aprs le verdict du jury.Le projet se situe Seichamps dans la banlieue proche de Nancy, il se compose de deux plots travers par une venelle pitonne permettant un accs alternatif la parcelle. Les deux plots sont relis, au niveau R+1 et R+2, par des parcelles permettant de donner une unit lensemble. La faade nord est rythme par les cages descalier vitres tandis que la faade sud sanime grce aux balcons filants et ses brises soleil en bois venant perturber la linarit de ldifice. Le R+2 acceuille des T5 aux grandes terrasses qui, grce la transparence des cages descaliers, deviennent traversantes (comme lensemble des logements du projet) et attenuent le ct monolithique de ces 2 blocs. Le parking est plac en entre de parcelle tandis quun espace commun paysager vient en amnager le fond. De plus les logements du RDC disposent tous dun jardin priv au sud.

    Elvation sud

    Elvation nord

  • 17

    Plan RDC

  • 18

    Bureaux mdicauxE P I N A L

    2 0 1 2

    T r a v a i l m e n a u s e i n d e l a g e n c e B A G A R D & L U R O N

  • 19

    Ce projet se situe Epinal sur une parcelle avec deux caractristiques importantes, un dnivel par rapport au niveau de la rue et une vgtation dense. Ldifice est construit sur pilotis afin de rattraper le niveau de la rue mais galement pour permettre de disposer le parking sous le btiment pour limiter au maximum ltalement sur la parcelle, permettant ainsi de conserver un maximum la densit de la vgtation caractristique sur cette parcelle. Les bureaux taient prvus pour des infirmires exerant domicile. Deux accs ont donc t penss, une passerelle accessible pour le public depuis la rue et laissant la vue sur le dnivel et un escalier colimaon accessible depuis le parking. Lentre employ permet de rejoindre le btiment rapidement depuis son vhicule et galement daccder au circuit propre/sale indispensable au bon fonctionnment sanitaire dun tel tablissement. Sur toute la faade Est est cr un espace de dtente au beau milieu de la canope de la vgtation conserve. Ldifice est donc insr sur ce site avec le plus de prcautions possibles par rapport aux caractristiques de celui - ci et rpond ainsi aux cts atypiques de cette parcelle tout en lui donnant une vraie plus value dusage.

    .

    .

    .

    Elvation est

  • 22

    Maison de retraiteN A N C Y

    2 0 1 4

    C o n c o u r s C N S A

    e n g r o u p e a v e c C l a u d i e B L A Z E J C Z Y K

  • 23

    Entre nature et sant, le site de Nancy Thermal nous est apparu dans de parfaites conditions pour concevoir une organisation innovante pour laccueil collectif de personnes ges.Tout dabord, les personnes ges rsidentes au sein de ltablissement doivent avoir accs rapidement et sans difficult des espaces de soins et de vie collective adapts.Pour une meilleure orientation au sein du btiment, ltablissement se tourne vers les diffrents espaces extrieurs autour desquels les secteurs (dhbergement, de sant, de restauration, de vie sociale) viennent se regrouper.Pour des espaces srs et scurisants, le projet prend comme point de repre la coupole de la piscine de Nancy Thermal ainsi que les deux patios afin de permettre une orientation facile pour les rsidents. Cela permet un cheminement travers le btiment autour des patios (facilitant ainsi le reprage des personnes ges) et la lumire naturelle fait office de guide. De plus, cette transparence travers lensemble du btiment permet une vigilance constante et une protection pour les rsidents gs pouvant tre atteints de dsorientation et de troubles du comportement.

    Plan RDC

    Plan R+1

  • 26

    Auberge de jeunesseN A N C Y

    P R O J E T D E F I N D E T U D E S 2 0 1 3

    M a s t e r A r c h i t e c t u r e & C u l t u r e c o n s t r u c t i v e

  • 27

    Une auberge de jeunesse est une tape dans un voyage, un repre dans une ville qui peut nous tre inconnue, elle est galement un lieu de rencontre et de partage entre diffrentes cultures. Cest un espace cosmopolite appropriable par les diffrentes personnes qui y feront tapes. Cette notion dtape induit une certaine permabilit avec la ville, une relle connexion avec lespace public (cr ou existant) permettant un effacement des limites entre les occupants de lauberge et la ville quils seront amens pratiquer.Ldifice simplante en forme dquerre sur la parcelle triangulaire, un premier corps de btiment poursuit lalignement sur rue et la perspective de la rue des Tiercelins alors quun autre vient se placer de manire transversale afin de dissocier deux espaces extrieurs, lun crant un fond de parcelle pour les habitations de la rue des Jardiniers et lautre offrant un espace public en relation avec lauberge de jeunesse. Cet espace public senroule autour de ldifice et trouve deux accs, un lEst permettant de desservir loffice du tourisme et un autre sous le btiment. Ce porche permet laccs lauberge et fait office despace de transition entre la rue et ldifice. Le rez-de-chausse regroupe donc tous les espaces de vie commune de lauberge (accueil, bar, espace dinformations, rfectoire) lexception de lespace de dtente se trouvant au R+1 en retrait par rapport aux chambres et spar de celles-ci par une grande terrasse en surplomb par rapport lespace public. Cette organisation permet aux deux entits de cohabiter sans se gner.Le palier du premier tage est une relle rotule desservant lensemble du programme. Il permet daccder au corps des chambres, de sen loigner pour rejoindre lespace dtente par lintermdiaire dune galerie couverte en relation avec la grande terrasse en surplomb ou encore de rejoindre le rez-de-chausse par la mezzanine du bar.

    Plan RDC

    Plan R+1

    Plan R+2

  • 28

    La volont de travailler avec les flux dair prsents entre le Nord et le Sud a eu une influence trs forte sur le dessin du projet. Qui dit flux dair dit gaines, la question du passage de lair dune faade lautre sest donc pose. On trouve alors deux types de prise dair, un en faade Nord ponctuellement places et matrialis par des lments en verre noir ajours et un autre en faade Sud linaire qui sont de simples ouvrants sur la peau extrieur de la double peau en verre. De plus un systme de dalles alvolaires et des gaines intrieures permettent de distribuer cet air via un systme mcanique. On a donc une ventilation dynamique. Dun ct lair passe par les dalles et permet soit dapporter ou de retirer des calories selon la saison, et dun autre ct, des VMC simple flux et des ouvrants intrieurs permettent le renouvellement de lair tout en grant les calories apportes ou retires. En t, loccultation de la faade Sud permet une dpression au niveau des ouvrants (qui eux ne sont pas occults) et cre un effet venturi entranant la circulation dair frais venant du Nord et permettant de rafrachir les dalles. Pour le renouvellement dair, lair chaud est extrait au Sud et remplac par de lair frais venant du Nord, les espaces au Nord sont renouvels naturellement par des ouvrants. En hiver, Lair chaud contenu dans la double peau au Sud traverse ldifice pour le monter en inertie.

    Elvation nord

    Elvation sud

  • 29

    Revtement de solChapeComplexe Isolant thermique + plancher chauffantIsolant thermique DalleLit de sableHrisson sous dalleTerre naturelleDouble vitrage isolantPoteau btonRevtement de solChapeIsolant acoustiqueDalle alvolaireFaux-plafond BA 13 sur suspentes et railsVerre extrieur coll laqu noirProfils aluminiumCirculation dair Volet intrieur isolant GraviersMembrane dtanchit bitumeIsolant thermiqueDalle alvolaireEnduit en sous face de dalleParement bton Gaine de prise dair extrieurVitrage extrieur pareclosProfils aluminium Bton dsactiv Lit de sableConcass stabilisTerre naturelle

    1.

    2.3.4.

    5.

    6.

    7.

    8.

    9.

    1

    23

    4

    5

    6

    7

    3 2

    8

    9

  • 30

    Dans une priode ou le dveloppement durable est une proccupation majeure lchelle mondiale, larchitecte se doit de se demander comment sa pratique peut contribuer ce dveloppement, ou plutt comment faire pour quelle ne le desserve pas. Larchitecture dite durable nest pas seulement une architecture cologique permettant de raliser des conomies dnergie grce des moyens techniques rapports un projet (forte isolation, nergie solaire), cest une rflexion globale sur le projet permettant une relation entre la technique, lespace et lenvironnement. Ces nouvelles donnes entrant dans le processus de conception de projet ne doivent pas tre vu comme des contraintes mais comme une symbiose imaginer au sein dune architecture.Une conception simple intgrant ds le dbut du projet les facteurs techniques comme une relle richesse pour le projet et non comme de vulgaires contraintes vitera dventuelles fioritures et aboutira une architecture matrise en osmose avec son environnement. La durabilit et la rciprocit sont des valeurs importantes dune rflexion transversale entre technique, espace et environnement permettant au projet de stablir comme un tout et non pas comme la rsultante dune addition de phases de conception dcousues.

  • 31

  • 32

    Immeuble de grande hauteurN A N C Y

    5 M E A N N E2 0 1 3

    M a s t e r V e r r e , D e s i g n & A r c h i t e c t u r e

  • 33

    Une tour tant un lment architectural plus que singulier dans la skyline dune ville comme Nancy. Il ntait donc pas question de raliser un objet issu dun geste gratuit. Une recherche sur limplantation de ldifice sur la presqule a permis de figer cette position qui permet une cohabitiaition de la ville existante et de son ventuelle extension, des anciennes halles industrielles et des divers lments paysagers, la tour se veut comme une jonction entre ces diffrents lements.Le travail sur la perception jour/nuit de cette entit ma sembl primordial. Ldifice se lit, le jour, comme un volume simple, avec une trame structurelle simple. Mais le coulissement des espaces lintrieur de cette trame vient dfinir des jardins dhiver, des espaces intermdiaires venant dilater la double peau lintrieur dune volumtrie simple. Cette dilatation permet, la nuit, de lire ldifice comme un lment compltement extrude de manire alatoire et ainsi de retourner compltement la perception de la tour que lon peut avoir de jour.

    Plan type

    Plan RDC

  • 34

    Cette tour est compose dune structure relativement simple permettant sa modulari. En effet de longues poutres longitudinales reposant sur les deux noyaux verticaux supportent des poutres transversales reprises par des cbles sur la priphrie du plan. Une double peau ventile donne ldifice son aspect et sa crdibilit thermique. La peau intrieure, isole, varie dans la profondeur du plan et permet de crer ces espaces en renfoncement animant le plan ainsi que la vision de nuit. La peau extrieure, continue sur toute la hauteur du btiment permet de donner cet aspect sobre ldifice et de jouer avec les reflets du paysage pour fondre un maximum cette entit dans la skyline nancienne.De plus cette dilatation lintrieur de la trame permet une modularit donnant au tages de bureaux une multiplicit damnagements, modularit renforce par la prsence de deux noyaux de circulations verticales permettant une flexibilit au niveau des parcours des usagers.

  • 35

    DallageLit de sableConcass stabilisTerre naturelleRevtement de solChapeComplexe isolant thermique + plancher chauffantIsolant thermique DalleLit de sableHrisson sous dalleTerre naturelleVEC ( Vitrage extrieur coll) Raidisseur en verreVitrage isolant 4/12/4

    CblesConsoles en acier

    Revtement de solChapeComplexe isolant thermique + plancher chauffantIsolant thermique DalleIsolant thermiquePlaque enduire

    Dalles sur plotsMembrane dtanchit bitume Isolant thermiqueDalleIsolant thermiquePlaque enduire

    1.

    2.

    3.4.5.

    7.8.

    6.

    9.

    1

    35

    6

    7

    89

    4

    2

  • 36

  • 37

    Laboratoire de recherchesN A N C Y

    5 M E A N N E2 0 1 3

    M a s t e r V e r r e , D e s i g n & A r c h i t e c t u r e

  • 38

    Plan RDC

    Ldifice sinstalle sur un carrefour de Nancy ayant une position dentre de ville et ne laissant gure de place au piton. Lide tait donc de crer un espace dinteraction entre le piton est le programme. Un projet vitrine a donc t imagin, vitrine donnant depuis lespace public (redonn aux pitons) sur une galerie dexposition donnant elle mme sur un jardin intrieur, image symbolique du travail de recherche effectu lintrieur du centre. Le projet est compos de trois entits, un difice en forme de L venant dlimit un jardin paysager et une esplanade qui se font face travers ldifice. Ce dernier sinstalle donc comme une vitrine sur le jardin qui vient ainsi entrer en interaction avec lesplanade au travers de ldifice. De plus lesplanade permet de redonner une dimension humaine ce carrefour si peu hospitalier pour le piton. Ldifice vient se retourner sur la rue du Tapis Vert et reprend lalignement afin de poursuivre la perspective.La faade est compose de deux matriaux (du verre et de la tle perfore) qui viennent participer limbrication des volumes (celui donnant sur lesplanade et celui donnant sur la rue du Tapis Vert) par un jeux de creux et de dcalage. Cette dualit de matriaux permet galement de crer un contraste entre lopaque et le transparent afin de mettre en valeur cette continuit visuelle voulue entre lesplanade et le jardin intrieur. Ce jeu de dcalage se retrouve dans le travail sur la double peau qui permet par des variations dpaisseur et de profondeur de crer une ventilation thermique lintrieur de ldifice.

  • 39

    Revtement de solChapeComplexe isolant thermique + plancher chauffantIsolant thermique DalleLit de sableHrisson sous dalleTerre naturelleCaillebotisSortie puit canadien (entre dans le jardin)DallageLit de sableConcass stabilisTerre naturelle

    Revtement de solChapeComplexe isolant thermique + plancher chauffantDalleFaux-plafond BA 13 sur suspentes et railsGraviersMembrane dtanchit bitumeIsolant thermiqueDalleFaux-plafond BA 13 sur suspentes et rails

    Vitrage isolant 4/12/4VEC ( Vitrage extrieur coll) + raidisseurs aluminiumPanneau sandwichConsoles en acierBardage tle perfore

    Poteau bton 20cm

    1.

    2.3.4.

    11.

    12.

    6.7.8.9.10.

    5.

    12

    3

    4

    567

    8

    9

    10

    11

    12

  • 40

    Lampe de bureau5 M E A N N E

    2 0 1 3

    M a s t e r V e r r e , D e s i g n & A r c h i t e c t u r e

  • 41

    1

    2

    3

    6

    5

    4

    4

    7

    2

    Socle ventil accueillant le systme lumineuxProfils aluminium + ruban L.E.D 12V + filtres rouge ou transparentCoque en verre (sable sur la face extrieure)ElectrodesConducteur lectriqueFeuille de verre thermoforme faisant usage de presse-papierRflecteur en inox

    1.2.3.4.5.6.7.

  • 42

  • 43

    La lampe millefeuille est un objet alliant la fonction de lampe de bureau et celle de presse-papier. Elle est compose dun socle accueillant les composants lectriques et lumineux, dune coque en verre sable et dun lment mobile compose dune feuille de verre thermoforme sur laquelle est place un rflecteur en inox.Cette lampe a donc deux type dclairage, blanc (diffus par le socle sabl et rflchi par le rflecteur en ions) et rouge (diffus par le socle et rflchi par le papier).Le passage dun type dclairage lautre est possible grce un systme dlments conducteurs (deux petites barrettes dans le socle et une grande sur llment mobile) qui, lorsquils rentre en contact grce une paisseur minimale de papier dclenche le changement dtat de la lampe et dispense donc un signal fort qui indique quil est temps de faire du tri dans ses papiers en attente.

  • 44

    Stade olympiqueN A N C Y

    5 M E A N N E2 0 1 2

    C o n c o u r s A c i e r

    e n g r o u p e a v e c G u i l l a u m e C E C C H I NA d r i e n J A C Q U E YT h i b a u t R O S E T T E

  • 45

    Construire un stade olympique pose toujours le problme de la prennit dun tel btiment. Mais il ne sagit pas de prennit au sens structurel : nous savons aujourdhui construire en acier grce des techniques et des matriaux performants. La prennit dont il est question est programmatique.

    Le programme que ncessitent les jeux olympiques est, par dfinition, ponctuel. Or construire aujourdhui une structure de cette taille pour un vnement ponctuel sans prvoir son utilisation future na pas de sens. Nous nous devons de concevoir de manire durable. Cest pourquoi lenjeu de dpart du projet est la prise en compte de sa reconversion aprs les jeux olympiques. Nous proposons un stade de qualit, original, qui est pens pour tre transform en cit de la musique. Cette contrainte initiale est justifie, car elle sinscrit dans une problmatique actuelle de larchitecture, et nous vite de verser dans le formalisme pur comme certains le font trop souvent.

    - Pourquoi choisir une cit de la musique comme programme de reconversion ?

    Un stade olympique est un btiment gigantesque grande capacit daccueil. Sa transformation implique donc une nouvelle fonction haute frquentation et de typologie similaire : un btiment de spectacle. Mais puisque rien ngale la taille dun stade olympique, nous choisissons de crer plusieurs salles de concert regroupes au sein dun complexe musical.

    - Comment concevoir un stade olympique alors que nous prvoyons une cit de la musique ? En dautres termes, comment clater un btiment concentrique ?

    La rponse que nous avons choisi est celle de la voute, en tant qulment unificateur. En effet, ds lors que nous nous trouvons en dessous, nous sommes runis dans un mme espace.

  • 48

  • 49

    Considrons le plan elliptique dun stade olympique. Cette ellipse rpond une logique de focalisation centrale, de regardants et regard , cest ce qui fait son unit. Plaons ensuite une voute dans sa longueur pour accentuer cette logique. Puis, perturbons la voute : tirons-la jusqu ce que son paisseur soit celle dun fil. Etayons-la ses extrmits de sorte que son dsquilibre ne la fasse pas seffondrer.

    Le lien que la voute crait au dpart existe toujours, il est devenu la mtaphore de deux poutres qui, linstant davant, nen faisaient encore quune. La structure, pourtant divise, unifie lespace. Elle anticipe la future ouverture transversale que subira le stade, une fois reconverti.

  • 50

    Ple thermalN A N C Y

    5 M E A N N E2 0 1 2

    M a s t e r A r c h i t e c t u r e , H i s t o i r e & P a t r i m o i n e

  • 51

    Nancy thermal est un site majeur de la ville se trouvant dans un quartier en pleine mutation. Ce site est compos de trois piscines : la piscine ronde, la piscine olympique et la piscine extrieure. Les deux premires ont t construites au dbut du XXme sicle. En 1908, une source thermale est dcouverte sur ce site par larchitecte Lanternier, elle est inaugure en 1909, lors de lexposition internationale de lEst de la France se droulant dans le quartier. Ltablissement est inaugur en 1913.Le projet est marqu par deux volont fortes : crer un rel ple thermal en proposant une extension et en regroupant lensemble des fonctions en une mme entit et prolonger le parc St Marie, adjacent au site, afin dappuyer la perspective propose par ce parc.Lextension vient donc se placer devant la piscine ronde, elle relie celle-ci la piscine olympique et permet de crer un rel complexe thermal/sportif. La circulation, organise autour dun patio permet de desservir soit les cabinets mdicaux donnant sur rue, soit les nouveaux bassins thermaux, dont le plus grand vient sinstaller dans laxe de la piscine ronde et permet ainsi de crer un rel lien avec cette dernire.La galerie de la piscine ronde vient se prolonger dans un langage contemporain et vient se retourner derrire un volume plus bas, plus horizontal, sur la rue du sergent Blandan. Cette galerie est visible de lintrieur comme de lextrieur, elle permet de se guider comme une main courante se droulant dans ldifice.La piscine extrieure existante est dplace pour laisser place lextension du parc St Marie. Elle est dplace lintrieur de la nouvelle enceinte, enceinte souligne par un alignement darbre crant un cne de vue sur la coupole de la piscine ronde depuis la rue Flix Faure.

  • 52

    Plan RDC

  • 53

    Coupe sur la piscine olympique

    Coupe sur la coupole

  • 54

    Salle communaleH A U M O N T - L E S - L A C H A U S S E

    4 M E A N N E2 0 1 1

    M a s t e r A r c h i t e c t u r e , H i s t o i r e & P a t r i m o i n e

  • 55

    Quand on entre dans lglise pour la premire fois, on remarque tout de suite la prsence de trois espaces clairement dfinis (lentre, la nef et le chur). Mon intervention sinstalle donc de manire souligner la dfinition claire de ces espaces. La modularit a tout de suite t une solution qui mas intress pour reconvertir une glise en salle communale polyvalente. Deux lments viennent donc sinstaller sur les deux grands cts de la nef. Leur dessin est bas sur le principe du casier bouteilles, cest dire un lment dimensionn de faon prcise et permettant daccueillir une fonction bien dfinie. Ces casiers peuvent donc accueillir des chaises, des tables et des supports dexposition permettant diffrentes installations pour rpondre aux diffrents besoins de la nouvelle fonction de ldifice. Les casiers sont disposs pour occuper seulement la priphrie de la nef,lespace central reste donc totalement libre et la lecture de lespace initial reste intact.

  • 56

    Runion

    Exposition

    Messe

  • 57

    Chaise encastrable dans la structure en casiersStructure en casiers compo-ss de profils standardRangement diversTable encastrable dans la structure en casierPupitre support dexposition

    1.

    2.

    3.4.

    5.

    1

    2

    3

    5

    4

  • 58

  • 59

    24 Logements collectifsN A N C Y

    4 M E A N N E2 0 1 1

  • 60

    Plan type (cage descalier + 3 logements T4, T3 et T2)

    Le projet sinstalle dans un ancien site industriel au bord du canal aujourdhui trs ferm. Le plan masse sorganise autour dun parcours squenc jusquau canal. Ce parcours permet de reli la ville au canal mais galement de hirarchis le domaine public vis vis de laccs au logement.Au rez-de-chausse, quatre logements trouvent leur entre indpendamment des deux halls qui permettent laccs au reste de lopration. Ces deux halls permettent galement laccs la cour intrieure qui donne accs aux maisonnettes ouvrant sur le canal.Un tage courant est compos de six logements chacun (quatre en attique). Ces logements sont penss afin doptimiser les surfaces tout en conservant un maximum de fonctionnalit. En effet, les circulations sont organiss par des meubles cloisons permettant un dplacement fluide au sein de lappartement tout en conservant une identit propre pour chaque pice. De plus, dans chaque logement, la diagonale de lentre vers le salon souvre sur une fentre dangle afin de donner une relle impression despace ds les premier pas dans le logements.La faade principale est compose dun arrire plan de bois montant jusqu lattique sur lequel se dtache un premier plan de brique noire rappelant lancienne activit industrielle du site. La prsence des jardins le long des maisonnettes permet celle-ci de profiter dun espace agrable mais galement de donner un rel caractre paysager la promenade le long du canal.

    N

  • 61

    LV R R LV

    RLV R

    R LV

    R LV

    R LV

    R LV

    R LV

    N

    Plan RDC

    Elvation nord

  • 62

    Maison des chercheursM E T Z

    3 M E A N N E2 0 1 0

  • 63

    Plan RDC

  • 64

    Ma volont premire tait de crer une nouvelle dynamique entre le bas du terrain et lesplanade tout en donnant une direction vers le parvis de lglise. Le btiment est marqu par sa forme qui sapparente lide de chute en rapport avec la topographie du terrain et qui donne une dynamique au parcours tant intrieur que extrieur. Cette caractristique, couple la gestion de la topographie, permet de crer des espaces trs varis tant par leur volumtrie que par leur luminosit. Cette diversit despaces permet de donner une certaine nergie lensemble, nergie qui me semble importante dans ce type de programme. De plus, le btiment nest ouvert que sur une seule faade afin de permettre des cadrages forts sur le paysage mais galement pour permettre une certaine intriorisation, importante dans le travail de recherche. Lescalier, lui, profite au maximum de la lumire croissante des sheds pour crer une relle progression lumineuse et ainsi participer la dynamique de lespace intrieur.

  • 65

  • 66

    Orgue hydraulique L E V A L D A J O L

    2 M E A N N E2 0 0 9

    C o n c o u r s d i d e L a u r a t 3 m e p l a c e

    e n g r o u p e a v e c T h i b a u t R O S E T T E

  • 67

    Dans la prsentation du concours, il nous a sembl important de prendre en compte lexpression mmoire de leau , et ainsi utiliser cet lment essentiel lhistoire du Val dAjol. Ce que nous voulons proposer est quelque chose de ludique dans le sens o la population peut participer cette machine ou du moins en profiter. Cest pourquoi lide abstraite dun orgue qui fonctionne avec de leau et non de lair nous a sduit. Il est la fois question de musique et de structure mouvante et lgre. La structure en elle-mme se dfinit par un jeu sur la lgret et une impression de dsquilibre des tuyaux propre lorgue. Sa forme rappelle celle de la roue aubes par son rayonnement sans lui faire concurrence.Lobjet est compos dune structure primaire rationnelle et dune secondaire alatoire, toutes les deux identifiables. Lide de lgret est rendue possible par lomniprsence de rotules, hormis en un point de fixation au sol, ainsi quun rseau arien de cbles tendus. Lobjet recherch rpond une volont de lgret donc, mais aussi de dynamisme ; le tout sans obstruer les vues sur la roue aubes malgr sa proximit avec celle-ci. La structure secondaire est compose de tube plus petits venant rigidifier la structure primaire sans en altrer le dynamisme. Elle accueille un rseau de petites pompes appeles pompes blier qui permettent dobtenir une fontaine anime de cliquetis mtalliques et de jets deau alatoires.

  • 68

    Ecole maternelle pour enfants malvoyantsN A N C Y

    2 M E A N N E2 0 0 9

    e n g r o u p e a v e c C l m e n t i n e H I T I E RM a r i e N O I R O T

  • 69

    Le projet de lcole maternelle pour enfants malvoyants se situe rue de la Digue, Nancy. Il est implant sur un terrain de grande dimension, cest pourquoi lamnagement paysager ne se concentre que sur la moiti du terrain. Ceci laissant la possibilit de construire dans lavenir sur le reste de la parcelle.Les enfants passent devant le potager lorsquils empruntent le chemin menant lcole. Des plantes de diffrentes senteurs interpellent leurs sens, dont ils auront besoin dans le btiment pour se guider.Lcole, qui a pour forme un long rectangle, est oriente par rapport au nord. En effet, un shed est positionn sur toute la longueur du btiment et vient capter une lumire constante. Les enfants arrivent dans un btiment baign de lumire naturelle, filtre par un systme de fermettes ciseaux apparentes. Les murs intrieurs et extrieurs sont composs de petits modules de maonnerie (planelles) dont les couleurs forment un camaeu de gris. Les fentres sorganisent dans un jeu de diffrents espacements et de diffrentes tailles pour rappeler la forme irrgulire du toit. Le toit unifie les deux ensembles autour du prau et vient couvrir celui-ci. Les pices sont hirarchises par une hauteur sous plafond variable qui donne au toit un aspect de feuille de papier plie, ce qui permet au enfants de se reprer dans lespace en fonction de lacoustique changeante de chaque pice.

  • 70

    Maison individuelle et hbergements d'artistesV I L L E R S - L E S - N A N C Y

    2 M E A N N E2 0 0 8

  • 71

    Limplantation a t dfinie par la prsence dune plateforme naturelle sur le chemin se trouvant sur la gauche de la parcelle. Le projet est bas sur un plan quasiment carr, il est organis autour dun patio permettant davoir un espace de dtente ciel ouvert lintrieur de la maison et dapporter beaucoup de lumire celle-ci. Toute la circulation est organise autour de ce patio et les pices cloisonnes viennent prendre la lumire de celui-ci en partie haute.Deux murs, aveugles, perpendiculaires la pente, retiennent la terre et dirige le projet sur les deux grandes ouvertures du terrain. Ils se prolongent lextrieur de la maison pour venir soutenir des strates permettant de passer progressivement des plateformes extrieures la pente naturelle extrieure.La toiture est compose de deux toits en pentes qui viennent offrir de grandes ouvertures sur le terrain pour les pices comme les chambres , le salon, la salle manger, la salle de rptition ou encore lespace de travail. La direction du toit qui ouvre le btiment sur le haut du terrain est parallle la pente et permet deffacer certains obstacles visuels la vue sur ce terrain. Lautre toit une direction oppose mais moins incline pour rpondre des questions dusage (ne pas avoir de grandes hauteurs dans des pices comme la chambre ou la buanderie).

  • P E T I T H O R Y F L O R E N T 17 Boulevard du Parc70200 LUREFRANCE

    MAIL : f.petithory@gmail.comTL. : 06 78 47 06 49