Gestion de leau agricole et conomie des usagers du ...awm- ? PEN Plan des Eaux Normales PHE Plus

  • Published on
    13-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Gal Ndanga K., Octobre 2011

    Gestion de leau agricole et

    conomie des usagers du

    barrage de Korsimoro

    (Burkina Faso) :

    tat des lieux et pistes de

    rflexion

    Comment librer le potentiel de la petite production agricole en vue de rduire la pauvret et la faim ?

  • 2

    Sommaire

    Liste des tables et des figures ..................................................................................................... 4

    Liste des abrviations ................................................................................................................. 5

    Mis en contexte .......................................................................................................................... 7

    Rsum ....................................................................................................................................... 8

    1.1. Objectif gnral et objectifs secondaires ......................................................................... 9

    1.2. Problmatique et justification de ltude ......................................................................... 9

    1.3. Mthodologie .................................................................................................................. 9

    1.4. Contexte gnral ............................................................................................................ 10

    1.4.1. Situation et dmographie de Korsimoro ................................................................. 10

    1.4.2. Prsentation de Korsimoro ..................................................................................... 11

    1.4.3. Les ressources en eau de Korsimoro et leur accs ................................................. 11

    1.4.4. Climat, pluviomtrie et hydrographie .................................................................... 12

    II. Analyse descriptive des acteurs et des usagers .................................................................... 12

    2.1. Les usagers .................................................................................................................... 12

    2.1.1. Les producteurs de lagriculture irrigue de saison sche ...................................... 13

    2.1.2. Les riziculteurs ....................................................................................................... 22

    2.1.3. Les producteurs de lagriculture pluviale de la saison pluvieuse ........................... 26

    2.2. Les acteurs ..................................................................................................................... 28

    2.2.1. Lunion des marachers .......................................................................................... 29

    2.2.2. La cooprative rizicole ........................................................................................... 31

    2.2.3. Les pcheurs ........................................................................................................... 33

    2.2.4. Lunion des leveurs .............................................................................................. 34

    2.2.5. Le Comit Local de lEau du barrage de Korsimoro ............................................. 35

    3. Volume deau consomme par les principaux usagers ........................................................ 38

    3.1. Volume de la retenue ..................................................................................................... 38

    3.1.1. Caractristiques du bassin versant et du barrage de Korsimoro ............................. 38

    3.1.2. Envasement et volume disponible .......................................................................... 39

    3.2. Volume prleve sur la plaine rizicole en aval (aprs le dversement) ........................ 39

    3.3. Volume prlev par le maraichage en amont ................................................................ 40

    3.3.1. Caractristiques du systme dirrigation maracher (en amont) ............................. 40

    3.3.2 Volume pomp par campagne ................................................................................. 40

  • 3

    3.4. Discussion du volume deau disponible ........................................................................ 42

    Conclusion ................................................................................................................................ 44

    Recommandations et perspectives ........................................................................................... 46

    Bibliographie ............................................................................................................................ 47

    Annexes .................................................................................................................................... 48

  • 4

    LISTE DES TABLES ET DES FIGURES

    Table 1: Intervention des activits ........................................................................................... 10

    Table 2: Nombre d'ouvrages hydrauliques dans la commune de Korsimoro ........................... 11

    Table 3: Surfaces exploites ..................................................................................................... 14

    Table 4: Caractristiques des principales motopompes rencontres Korsimoro ................... 16

    Table 5: Mesures effectues sur quelques motopompes Korsimoro ..................................... 17

    Table 6: Caractristiques hydrauliques du primtre rizicole .................................................. 23

    Table 7: Analyse des contraintes et solutions .......................................................................... 37

    Table 8: Paramtres techniques du barrage .............................................................................. 39

    Table 9: Dure d'irrigation/ nombre de jour d'irrigation par campagne ................................... 39

    Table 10: Volume pomp par les petites et les grosses motopompes ...................................... 41

    Table 11: Nombre de motopompes en exercice pendant les campagnes ................................. 41

    Table 12: Volume d'eau prleve par campagne ...................................................................... 41

    Table 13: Estimation des consommations en eau cumules de la plaine rizicole et des

    primtres maraichers .............................................................................................................. 42

    Figure 1: Situation de Korsimoro ............................................................................................. 10

    Figure 2: Tuyaux de refoulement/distribution & bassin dirrigation ....................................... 15

    Figure 3: Accs l'eau d'irrigation par un producteur de Korsimoro ...................................... 17

    Figure 4: Courbe caractristique d'une motopompe ................................................................. 18

    Figure 5: Canal secondaire enherb et envas / engorgement du canal secondaire ................. 24

    Figure 6: Surfaces agricole exploites en saison pluvieuse ..................................................... 27

    Figure 7: Magasin de stockage de l'UDGPM-K ....................................................................... 30

    Figure 8: Bassin de distribution & Socle de la motopompe du primtre amnag par un

    particulier ................................................................................................................................. 43

  • 5

    LISTE DES ABRVIATIONS

    AWM-Solutions : Agricultural Water Management Solutions

    ARID Association Rgionale pour lIrrigation et le Drainage en Afrique de lOuest

    et du Centre

    BOSETA : Bovins Sdentaires Taurins

    BOTRAC : Bovins de Traction

    BRL-Ingnierie

    CLE : Comit Local de lEau

    CNID-B : Comit National de lIrrigation et du Drainage du Burkina

    FAO Organisation des Nations Unies pour lalimentation et lagriculture

    GEA : Gestion de lEau Agricole

    Ha Hectare

    IWMI-BF International Water Management Institute- Burkina Faso

    Jrs jours

    Kc Coefficient cultural

    Kgs Kilogrammes

    Km kilomtre

    Km2 Kilomtre carre

    M : Mtre

    L : litre

    M2

    : Mtre carre

    Mm3 Millions de mtres cube

    MAHRH : Ministre de lAgriculture, de lhydraulique et des Ressources Halieutiques

    ONG: Organisation Non Gouvernementale

    PEN Plan des Eaux Normales

    PHE Plus Hautes Eau

    PVC Chlorure de Polyvinyle

    S : Seconde

  • 6

    SIG Systme dinformation Gographique

    SN-ERFAC Socit Nouvelle d'tudes, de Recherche, de Ralisation, de Formation et

    d'Appui Conseil

    TJI Temps Journalier dIrrigation

    UAT Unit dAnimation Technique

    UDEBK Union Dpartementale Bangr-la-Goulgo des leveurs de Korsimoro

    UDGPM-K Union Dpartementale des Groupements Producteurs Marachers de

    Korsimoro

    ZAT Zone dAppui Technique

  • 7

    MIS EN CONTEXTE

    Au courant de lanne 2010, sous linitiative du projet AWM solutions (Agricultural Water

    Management) plac sous la tutelle de lIWMI, des experts du Comit National de lIrrigation et

    du Drainage du Burkina (CNID-B) ont effectu une recherche sur lidentification des options

    d'investissement prometteuses en matire de Gestion de l'Eau Agricole (GEA) par les petits

    exploitants du Burkina. lissue de cette tude, de nombreuses technologies ont t

    identifies comme ayant un potentiel performant en matire de GEA. En particulier dans la

    localit de Korsimoro, la pratique de la gestion prive des motopompes serait mme

    dapporter une contribution positive la GEA. Le mcanisme de GEA rencontr Korsimoro

    est caractris par lutilisation dune motopompe pour un groupe de producteur, cependant

    gre par un seul individu : le propritaire de la motopompe. Ce dernier peroit de tous les

    producteurs du groupe, une contribution en espces pour lachat du carburant et

    ventuellement la location de la parcelle ; ils bnficieront pendant la campagne dune

    parcelle et de leau dirrigation. Cest dans une volont dapprcier limpact de ce mcanisme

    sur le revenu des producteurs quune tude sur les contours organisationnels (des

    groupements dusagers), techniques (moyens dexhaure) et conomiques (revenus des

    producteurs) a t recommande. Le prsent rapport dtaillera les rsultats attendus de deux

    aspects : organisationnels et conomiques. Laspect technique sera quelques peu voqu en

    complment du rapport Irrigation spontane autour du barrage de Korsimoro : tat des

    lieux et pistes de rflexion , (Kabre, Septembre 2011).

  • 8

    RSUM

    Ce rapport sinscrit dans le cadre de lidentification des technologies performantes ou

    mergentes en Gestion de lEau Agricole (GEA) au Burkina-Faso afin de librer le potentiel

    de la petite production agricole et de rduire la pauvret et la faim. A laide des outils SIG des

    questionnaires, des entretiens, des observations et des mesures sur le matriel

    dexhaure/distribution de leau dirrigation et un atelier de restitution, nous avons pu tablir

    un diagnostic sommaire de lconomie paysanne, de la gestion de leau faite des usagers de la

    ressource et des relations que ceux-ci entretiennent avec les acteurs qui les entourent. Les

    principaux rsultats obtenus de ce diagnostic se rsument en quatre points :

    Les principaux usagers de la retenue de Korsimoro sont les producteurs marachers, les

    riziculteurs et les leveurs. On distingue un peu plus de 1000 producteurs marachers qui sont

    organiss en groupements dont 43 appartiennent officiellement lUDGPM-K. Les

    riziculteurs de la plaine amnage sont fdrs par la cooprative rizicole qui affirme un

    effectif de 176 riziculteurs constitues en 6groupements fminins et en riziculteurs individuels.

    Quelques pcheurs sont organiss autour dun seul groupement qui compte officiellement 29

    pcheurs. Pour llevage, lUDEBK regroupe actuellement une douzaine de groupements

    mais cet effectif est de loin inferieur au minimum de 49 affirm par les services de llevage.

    Le maraichage de la campagne sche 2010-2011 occupe 232ha autour du barrage de

    Korsimoro avec une intensit culturale de 133%. Elle mobilise 43 motopompes type

    Rhino et 67 motopompes type Koshin . La cartographie des terres agricoles de

    lagriculture pluviale rvle une occupation de 363ha, tandis que la plaine rizicole irrigue

    gravitairement par un rseau interconnect la digue du barrage stend sur 32ha, avec une

    intensit culturale de 194%.

    Suivant un calendrier cultural observ par les usagers de la ressource, nous tablissons un

    prlvement de leau du barrage par la plaine rizicole et de la culture du maraichage, entre le

    mois doctobre et le mois de mai, 2.515.630 m3

    pour une consommation minimale et de

    3.108.900 m3

    pour une consommation maximale ; dont les sont prlevs par lirrigation

    marachre spontane le long des berges du barrage de Korsimoro. Par rapport au volume

    deau stocke dpourvu de dpts solides, 4645000m3 deau, et une vaporation maximale

    de 1580mm observe au cours des 30 dernires annes, le risque dune ventuelle pnurie

    deau sur la retenue serait prononce, dautant plus que deux pnurie ont dj eu lieu (avec

    une surface de terre exploite plus inferieur celle actuelle !), et que les amnagements ne

    cessent de se former.

    Lagriculture de saison pluvieuse riche en crales pourvoit lalimentation des familles

    pendant la saison sche, et quelques fois pendant toute lanne. Pendant la saison sche, la

    culture marachre qui gnre des revenus satisfaisants permet aux producteurs de pourvoir

    aux autres besoins sculiers. De plus en plus les producteurs conscients des revenus du

    maraichage, investissent dans lachat dune motopompe, louent des parcelles pour agrandir

    leur production ou les revenus dus aux services (approvisionnement en eau dirrigation et

    droit dexploitation des terres) quils rendent aux producteurs plus pauvres.

    Mots cls : Korsimoro, Motopompe, Oignon, Revenu, groupements de producteurs.

  • 9

    1.1. Objectif gnral et objectifs secondaires

    Lobjectif principal de cette tude est lanalyse de la production de lirrigation marachre

    spontane le long des berges du barrage de Korsimoro : leons tirer et dfis.

    Les objectifs spcifiques y relatifs sont :

    - Analyse descriptive des usagers et des acteurs (organisation et fonctionnement) ;

    - Analyse de la gestion de leau (volume deau prleve, conflits dusage, cartographie,

    etc.)

    1.2. Problmatique et justification de ltude

    La gestion de leau agricole se pose de plus en plus avec acuit autour des barrages du

    Burkina Faso ; et ce paralllement avec laugmentation du nombre dusagers autour des

    retenues deau, la diminution de la capacit des retenues sous leffet de lensablement,

    lirrgularit de la pluviomtrie, etc. Daprs le rapport de ltude du programme de

    rhabilitation et de mise en valeur de petits barrages au Burkina (BRL-Ingenierie, octobre

    2001), le barrage de Korsimoro a t compltement amnag en 1984. A laval de celui-ci,

    une plaine rizicole gre par la cooprative rizicole a galement t ralise (1987).

    Cependant depuis prs de quinze ans, le dveloppement du marachage a t marqu par une

    grande dynamique des producteurs qui ce sont organiss en groupements autour dune ou

    plusieurs motopompes qui mobilisent leau du barrage sur leurs parcelles agricoles. Hors mis

    la mobilisation par les motopompes et le rseau gravitaire du primtre rizicole, les

    producteurs se servent galement des seaux ou des puisettes pour irriguer les parcelles quils

    cultivent dans le lit de la retenue ; sur les berges. De nombreuses questions se posent autour

    de cette dynamique des producteurs qui semble porter ses fruits : ya-t-il des leons

    vulgariser sur le mode dorganisation ou du fonctionnement de ces usagers ? Est ce que les

    surfaces irrigables autour du barrage peuvent tre totalement emblaves ? Autrement dit quel

    serait le potentiel irrigable de la retenue de Korsimoro ? Est ce que lexpansion du maraichage

    dans la localit serait le signe dun business plus fructueux ?

    1.3. Mthodologie

    Elle sest principalement axe sur le site du barrage de Korsimoro sous lappellation phase

    terrain ; des changes, des enqutes ou des focus-groupe avec les usagers et les acteurs de

    Gestion de lEau Agricole (GEA). La deuxime phase dite de collecte des informations et

    revues documentaires sest excute auprs des services du Ministre de lAgriculture, de

    lHydraulique et des Ressources Halieutiques (MAHRH) de la ville de Ouagadougou. Le tout

    sest sold par la rdaction du prsent rapport.

    cause du calendrier cultural des usagers de la ressource, le dbut de cette tude (avril 2011)

    nous a directement conduits sur le site du barrage de Korsimoro. En effet, le mois davril

    marque la fin des rcoltes doignon, par consquent de la dsinstallation du matriel

    dexhaure (motopompes, tuyau PVC, etc.), la dsorganisation des groupements marachers, la

    phase de maturit de la culture du riz (plaine rizicole en aval du barrage). Ces circonstances

    nous ont conduits dresser un calendrier rattach la disponibilit des producteurs.

  • 10

    Le tableau ci-dessous prsente les moments pendant lesquels ont t tenues les activits

    relatives ce rapport.

    Table 1: Intervention des activits

    Avril Mai Juin Juillet Aout Septembre

    Enqutes

    Focus-groupe

    Entretiens

    Diagnostic des motopompes

    Enqutes

    Entretiens

    Cartographie des primtres

    agricoles

    Enqutes

    Vrification des donnes

    collectes

    Restitution auprs des

    usagers et

    des acteurs

    Recherche documentaire

    Traitement des donnes

    Restitution de lanalyse

    auprs de la

    DADI

    Rdaction

    du rapport

    Rdaction

    du rapport

    (suite et fin)

    1.4. Contexte gnral

    1.4.1. Situation et dmographie de Korsimoro

    Korsimoro est une commune du Burkina-Faso, de la province du Sanmatenga. Situ dans la

    rgion du Centre-Nord, Korsimoro est 70 kilomtres de route de la capitale politique

    Ouagadougou. La carte de la situation ci-dessous permet de mieux considrer la localisation

    du site dtude.

    Figure 1: Situation de Korsimoro

  • 11

    La commune de Korsimoro a une surface de 603,40 km2

    et une population de 46907 habitants

    soit une densit de 78 habitants/ km2. Cette densit est beaucoup plus importante si on

    considre uniquement les zones habites ; en effet dans le village de Korsimoro on rencontre

    plus du quart de la population de la commune : daprs le Plan communal de dveloppement

    de Korsimoro, 13941 habitants (recensement 2004) y sont concentrs dans le chef lieu de

    cette commune (YAMDE-Conseil, Juin 2007). Notablement, la population est ingalement

    repartie entre les villages que compte la commune de Korsimoro ; suivant la population totale

    de la commune on retrouve des pourcentages allant de 0,31% (cas du village de Baskoudr-

    Peulh) 29,72% pour le village de Korsimoro.

    1.4.2. Prsentation de Korsimoro

    Korsimoro est le chef lieu de la commune qui porte son nom ; en dautres termes cest cette

    localit qui abrite le sige de la mairie de Korsimoro et les services dcentraliss du secteur

    public. Laccs libre que cette localit a sur la route nationale N3 (Ouagadougou-Kaya)

    permet ces producteurs dvacuer les produits de rcolte avec un minimum de contraintes

    vers les marchs rgionaux, nationaux et internationaux.

    La commune rurale de Korsimoro compte 29 villages. Ces habitants sont mobiliss autour des

    activits agricoles, pastorales, de pche, de la cueillette (mangues, fruit de karit), de

    lartisanat (couture, transformation des arachides, prparation de la bire locale, etc.). Le

    commerce dans les marchs ruraux est aussi une habitude des paysans de la commune ; ils se

    rencontrent un fois tous les trois jours.

    1.4.3. Les ressources en eau de Korsimoro et leur accs

    La principale ressource en eau de la commune est le barrage de Korsimoro. Elle prsentait

    lorigine un volume de 4,95 millions m3 deau (BRL-Ingenierie, octobre 2001). Grce une

    tude de rfection du barrage de Korsimoro mene en 2005 par un bureau dtude

    (Emergence, 2005, cite dans SN-ERFAC 2006), cette capacit a t actualise 4 687 900 m3

    deau cause de lenvasement.

    Laccs au barrage le plus important de la commune est possible en suivant la route rgionale

    Korsimoro-Boulsa ; sur une distance de prs de 2 kilomtres lEst de la nationale on

    retrouve la prise du barrage de Korsimoro qui permet dirriguer le primtre rizicole en aval

    de celui-ci.

    En plus de la retenue de Korsimoro, la commune dispose des forages, des puits et dautres

    retenues. Le dnombrement de ces ressources est consign dans le tableau suivant :

    Table 2: Nombre d'ouvrages hydrauliques dans la commune de Korsimoro

    Dpartement Forage positif Puits moderne Puits moderne

    permanent Retenue deau

    Korsimoro 105 43 26 10

    Boussouma 264 131 147 03

    Source : synthse de donnes bibliographiques ralise par la SN-ERFAC

  • 12

    1.4.4. Climat, pluviomtrie et hydrographie

    Le climat est tropical du type Soudano-sahlien. Les eaux du barrage de Korsimoro

    proviennent des prcipitations de trois communes : Boussouma, Ziga et Korsimoro. Les eaux

    de ruissellement empruntent six cours deau dont le principal aliment est le Kilbala (BRL-

    Ingenierie, octobre 2001). La pluviomtrie releve dans la localit de Korsimoro est trs

    tendue (dun minimum inferieur 400mm un maximum suprieur 1000mm). Ci-contre,

    la courbe de la pluviomtrie annuelle sur les 30 dernires annes dans la localit de

    Korsimoro, tmoigne dune importante variabilit climatique.

    Note : Absence de relevs pluviomtriques en 2007

    II. ANALYSE DESCRIPTIVE DES ACTEURS ET DES USAGERS

    2.1. Les usagers

    La mission de terrain effectue Korsimoro nous a permis didentifier cinq grandes

    catgories dusagers autour de la retenue, ce sont :

    - Les producteurs de lagriculture irrigue de la saison sche ;

    - Les riziculteurs;

    - Les producteurs de lagriculture pluviale de la saison pluvieuse ;

    - Les pcheurs ;

    - Les leveurs.

    Les pcheurs et les leveurs seront abords dans la section 2.2 consacre aux acteurs.

    0.0

    200.0

    400.0

    600.0

    800.0

    1000.0

    1200.0

    1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 2010

    Val

    eu

    r d

    e la

    plu

    vio

    me

    trie

    en

    mm

    Annees

    Pluviometrie annuelle

  • 13

    2.1.1. Les producteurs de lagriculture irrigue de saison sche

    2.1.1.1. Prsentation des producteurs

    Communment appels maraichers ou producteurs doignon par les habitants de la

    localit, ceux-ci ensemencent plusieurs cultures marachres et aussi quelques crales.

    Pour dfinir les producteurs de lagriculture irrigue de saison sche, on peut considrer 04

    traits caractristiques :

    - Le calendrier cultural ;

    - Les cultures emblaves ;

    - Les moyens dexhaure, de distribution ou de transport de leau dirrigation ;

    - Lorganisation des producteurs.

    Le calendrier cultural est limit par la fin de la saison des pluies au mois doctobre et le dbut

    des pluies en mai. Pour loignon bulbe, deux campagnes de saison-sche peuvent tre

    effectues : une premire se droule doctobre janvier, alors que la deuxime commence en

    dcembre pour prendre fin au mois de mars.

    Les cultures emblaves sont principalement loignon bulbe et la tomate. Aprs celles-ci on

    distingue le gombo, la courgette, laubergine violette, laubergine locale, le piment, la laitue,

    le choux, la pomme de terre, la pastque. On rencontre aussi la culture irrigue du mas, de la

    banane et du nib.

    Les moyens dexhaure utiliss sont des motopompes ou des seaux. Le transport de leau

    dirrigation se fait soit au moyen des tuyaux en PVC ou manuellement par le producteur qui

    exploite proximit des tranches1. Pour des apports de petites quantits deau dirrigation,

    notamment pendant la ppinire, les producteurs procdent une irrigation manuelle laide

    de seaux ou darrosoirs.

    Les producteurs sont organiss en groupements reconnus formellement ou non : un bureau

    dune moyenne de 08 membres coordonne la cotisation des producteurs membres,

    lattribution des parcelles, le tour deau lors de lirrigation. Dans le cas dun groupement non

    formel, il sagit dun seul producteur qui assure lorganisation des toutes les actions

    identifies avec le groupement formel.

    2.1.1.2. Cartographie, surfaces exploites et principe dacquisition de la terre

    Les terres situes autour du barrage reprsentent une place de choix dans lemplacement dun

    producteur pour la culture de contre-saison. Une cartographie exhaustive de loccupation de

    ces terres est reprsente sur la figure ci-dessous :

    1 Ce sont des canaux damenes creuss tout autour de la cuvette du barrage de Korsimoro

  • 14

    On peut identifier distinctement les surfaces exploites a lamont du barrage en saison sche,

    dnommes maraichage et une exploitation de banane se trouve juste en aval du barrage.

    Cette cartographie fait tat des chiffres consigns dans le tableau ci-aprs :

    Table 3: Surfaces exploites

    Type de culture Surface occupe (ha)

    Maraichage 231.8

    Banane 0.72

    Source : cartographie Korsimoro, (IWMI-BF, Mai 2011)

    Lacquisition des parcelles est principalement influence par deux formes de location : le

    mtayage et le fermage. Pour comprendre ces diffrents systmes, considrons le scenario

    conu entre les parties prenantes impliques :

    La location des parcelles seffectue entre deux catgories dacteurs :

    1re catgorie : entre le propritaire terrien (rang n) et un producteur qui dsire exploiter les

    parcelles (rang n-1)

    2ime catgorie : entre le producteur qui reoit du propritaire terrien le droit lgitime

    dexploitation (dsign par producteur de rang n-1) et un producteur dsirant cultiver un

    lopin de terre (dsign par producteur de rang n-2)

  • 15

    Le producteur de rang (n-1) est toujours propritaire dune motopompe et des tuyaux en PVC

    pour le transport et la distribution de leau dirrigation.

    Le propritaire terrien peut tre un producteur de rang n-1 ou de rang n-2.

    Dans la catgorie 1, cest le fermage qui est de rigueur ; le propritaire accorde un droit

    lgitime dexploitation des terres proportionnel au nombre de parcelles sollicites par le

    producteur de rang (n-1). Lorsquil sagit dun fils1 de la localit, la location est de

    2500FCFA/parcelle/campagne, mais pour un tranger2 , le montant de la location est plus

    lev.

    Dans la catgorie 2, on rencontre partiellement le systme de fermage ; car le producteur de

    rang (n-2) est tenu de donner un prix proportionnel la parcelle cultive. Cependant lorsque

    ce dernier producteur estime que sa rcolte ne sera pas favorable, le producteur de rang (n-1)

    se contente du versement de la premire tranche3 et de la rcolte abandonne par le

    producteur ; dans ce cas le systme de location se rapproche du mtayage.

    2.1.1.3. Typologie des systmes irrigus

    Selon la typologie des systmes irrigus en Afrique de lOuest (ARID, 2004), les

    amnagements rencontrs en amont du barrage de Korsimoro sont de types T3 ou T4 ; il

    sagit des petits primtres irrigus collectifs et des petits primtres irrigus individuels. Ils

    sont caractriss par des amnagements sommaires : aucunes tudes prliminaires, des faibles

    cots dinvestissement pour la construction de lamnagement, absence de planage et de

    drainage, absence de grille de protection, etc.

    Les images ci-dessous sont caractristiques des systmes de distribution rencontrs autour du

    barrage.

    Figure 2: Tuyaux de refoulement/distribution & bassin dirrigation

    Ces systmes dirrigation sont des sous-composantes de la petite irrigation informelle et

    prive. Cette dernire se subdivise en trois classes :

    - La petite irrigation villageoise ;

    - La petite irrigation individuelle ;

    - Les petits entrepreneurs.

    1 Natif de la localit ou membre de la famille

    2 Ils sont assimiles aux migrants (SN-ERFAC, Juin 2006)

    3 le producteur de rang (n-2) procde au versement des frais dexploitation de la parcelle en deux tranches; au

    dbut de la campagne et a la rcolte.

  • 16

    Les petits entrepreneurs sont caractriss par des particuliers qui possdent des parcelles

    de quelques hectares, et qui pour produire exploitent la main duvre locale ou trangre. Ils

    sont les seuls investisseurs qui contribuent aux charges de carburant et de location des

    parcelles lorsque les parcelles quils exploitent ne leur appartiennent pas.

    La petite irrigation individuelle se caractrise par un mode de gestion effectu par le

    propritaire de la motopompe ou par sa famille. Les surfaces exploites peuvent atteindre 5ha.

    Ils sont surtout caractriss par les biens et services (accs la terre et leau dirrigation)

    quils offrent aux producteurs qui veulent exploiter un lopin de leurs terres.

    La petite irrigation villageoise est caractrise par la gestion communautaire ou la gestion

    dun bureau du groupement des producteurs. Tous les producteurs contribuent ensemble aux

    charges de carburant et de location de terres lorsque la communaut de producteurs nen

    dispose pas. Tous les producteurs ont les mme droits et devoirs vis--vis du groupement.

    Sur 126 producteurs maraichers atteints Korsimoro, on peut identifier 09 groupements qui

    appartiennent la famille de la petite irrigation individuelle et 08 groupements qui se classent

    dans la petite irrigation villageoise. Pour les petits entrepreneurs, nous avons identifi un seul

    producteur. Toutefois il convient de noter que la diffrence entre ces typologies est assez

    troite ; car il suffit que le producteur de la petite irrigation individuelle engage la main

    duvre locale pour se ranger dans la classe des petits entrepreneurs. Au sein de la petite

    irrigation villageoise on ne saurait pas toujours avoir des contributions ou des revenus gaux

    entre les producteurs ; car la motopompe et les tuyaux PVC qui servent lirrigation sont

    quelques fois la proprit dun producteur ou groupe de producteurs.

    2.1.1.4. Mobilisation de leau et caractristiques du systme dexhaure

    La mobilisation de leau du barrage se fait moyennant des motopompes ou des seaux. Les

    maraichers munis de seaux sont installs de prfrences sur les berges de la retenue, alors que

    ceux munis de motopompes sont installs plus ou moins loin de la berge.

    Concernant les motopompes, un diagnostic a t conduit autour du barrage. Les motopompes

    rencontres sont de marque Rhino/Kirloskar et Nissan pour les moteurs diesel tandis que pour

    les moteurs essence, nous avons identifi la marque Koshin/Robin. Au total on dnombre

    110 motopompes dont 67 motopompes essence et 43 motopompes diesels. Une liste

    exhaustive des propritaires de motopompes a t dresse en annexe cet effet. Les plaques

    signaltiques des motopompes nous ont permis didentifier les caractristiques des pompes

    Rhino/Kirloskar et Robin/Koshin ; elles ont t consignes dans le tableau ci-aprs :

    Table 4: Caractristiques des principales motopompes rencontres Korsimoro

    Modles Robin/ Koshin Rhino/ Kirloskar

    Puissance (en kW) 2.6 5,9

    Dbit (l/s) 15,5 26

    Diamtre Asp. /rf. (en mm) 80 100

    HMT (en m) 28 14,5

    Vitesse de rotation (tr/mn) 1800

  • 17

    Pour lutilisation des seaux deau dans lexhaure de leau du barrage, les seaux utiliss sont

    des seaux de 10 litres en plastique. Laccs la ressource est possible grce une tranche

    creuse par les producteurs, elle achemine leau du barrage jusqu' leur parcelle (voir image

    ci-dessous).

    Figure 3: Accs l'eau d'irrigation par un producteur de Korsimoro

    Des mesures defficience sur les conduites de refoulement et des mesures de dbit des

    motopompes ont t menes in situ. Elles sont consignes dans le tableau ci-dessous :

    Table 5: Mesures effectues sur quelques motopompes Korsimoro

    Caractristiques des motopompes

    Modles Rhino Rhino Rhino Rhino Rhino Koshin

    Puissance (en kW) 8 5.9 5.9 8 5,9 2.6

    Dbit moyen (l/s) 34 26 26 34 26 15,5

    Diamtre asp. /rf. (en mm) 125 100 100 125 100 80

    HMT (en m) 8-16 8-16 8-16 8-16 8-16 28

    Mesures effectues

    Longueur du tuyau d'aspiration (m) 5 5 5 5 5 20

    Longueur du tuyau de refoulement (m) 400 462 827 392 306 256

    Dbit pomp (l/s) 5.2 4 2.5 9 5 2.5

    Pertes sur la conduite de refoulement (l/s) 1.2 0.18 0.08 0.31 0.6 0.33

    Efficience de la conduite de refoulement 0.77 0.96 0.97 0.97 0.88 0.86

    Remarques

    - Les dbits de fonctionnement des motopompes sont de loin inferieur leur dbit

    optimal de fonctionnement ;

    - Les pertes dans le rseau sont considrables ; 30 litres 230 litres sont perdues lors du

    transport pour chaque mtre cube deau pompe ;

    - Les parcelles irrigues peuvent se situer plus de 800 mtres du barrage

    Une tude approfondie du fonctionnement nergtique de la motopompe na pas t conduite,

    cependant sous rserve des tudes effectues par HYPPO Fondation1 (valuation dune

    motopompe Kirloskar TV-1/NW9ME Kakondji, Tombouctou, Mali) et des rsultats des

    mesures in situ, les faibles dbits mesurs seraient dus une action combine de la vtust et

    1 (Arby D. & Van 't Hof, 2000)

  • 18

    dun fonctionnement sous-rgime de la motopompe. Le point de fonctionnement tel que

    lillustre la courbe caractristique dune motopompe (image ci-dessous) est rarement atteint ;

    dans ce cas le travail produit par la motopompe nest pas efficace.

    Source : L'irrigation villageoise: Grer les petits primtres irrigus au Sahel, GRET, 1992

    Figure 4: Courbe caractristique d'une motopompe

    Le choix optimal dune motopompe est dterminant pour lconomie des frais de pompage.

    En effet sous un rendement faible telle que constat ci-dessus, la dure de pompage est plus

    longue, et la consommation en carburant importante. Des raisons fondamentales sont causes

    de lobservation dun dbit de pompage inferieur au dbit de fonctionnement de la

    motopompe. En effet, les raccords ou les colmatages des fuites sur les tuyaux PVC sont

    rudimentaires et ne sauraient supporter une forte pression de leau. Par ailleurs on peut aussi

    remarquer que la main duvre qui applique et distribue leau dirrigation dans les raies a

    besoin que le dbit dcoulement soit modr afin dviter un dversement dsordonn. Ceci

    dit, plus les irrigants sont nombreux, plus on peut se permettre daugmenter le dbit de la

    motopompe jusqu' la limite de lobservation des fuites sur le tuyau de refoulement.

    Les petites motopompes faible dbit/pression leve devraient tre tudies afin dapprcier

    leur rendement conomique par rapport aux grosses motopompes (Rhino, Kirloskar)

    2.1.1.5. Compte dexploitation

    Le prix de revient de la production en oignon, tomate, ou tout autre produit est donn par la

    somme des charges variables et des charges fixes. Linvestissement varie spcifiquement

    suivant que le producteur relve de la petite irrigation villageoise ou de la petite irrigation

    individuelle ou du secteur du petit entrepreneur. En raison de ce que lentreprenariat nest pas

    aussi reprsentatif que les deux autres systmes de gestion dirrigation, nous prsenterons

    dans ce paragraphe les charges engages par trois catgories dindividu, producteur doignon :

    - Producteur enrl dans la petite irrigation villageoise ;

    - Producteur enrl dans la petite irrigation individuelle ;

  • 19

    a. Cas des producteurs enrls dans la petite irrigation individuelle

    Ces producteurs reoivent des autres exploitants une contribution en argent pour laccs

    leau et la terre. Cette contribution permet au responsable de la motopompe et/ou de la terre

    de rpondre aux besoins en eau dirrigation des producteurs qui louent ses terres. Les

    membres de sa famille avec qui il exploite ne sont pas tenus de payer pour ces besoins. Nous

    prsentons ci-dessous le compte dexploitation de deux producteurs.

    Le producteur 1 possde 200 parcelles de 150m2, dont les 2/3 sont exploites par dautres

    producteurs et lhectare restant par lui-mme.

    Le producteur 2 possde 100 parcelles de 300m2, dont 20 parcelles sont exploites par lui-

    mme et le reste (2,4ha) par les autres producteurs.

    Les frais et les revenus pour chaque propritaire sont les suivants :

    Les valeurs se prsentent en FCFA/ha/campagne

    Producteur 1 Producteur 2

    Revenus

    Redevances des membres (droit la terre et leau) 533330 373330

    Total des revenus 533330 373330

    Charges

    Location de la parcelle En argent -- 16660

    En nature -- 1/3 sac doignon1

    Carburant de la motopompe 360000 210000

    Amortissement linaire de la motopompe 31250 31250

    Gardiennage 13350 30000

    Total des charges 404600 296410

    Bnfice +128730 +76920

    Le revenu des responsables de motopompes contribue suffisamment la couverture des

    charges pendant la campagne. Ce revenu par parcelle est diffrent et varie selon chaque

    groupement.

    Le producteur 1 qui ralise un bnfice plus important reoit 12000 FCFA/150m2 alors que le

    producteur 2 reoit 14000 FCFA/300m2.

    Pendant que le producteur 1 exploite ses propres terres sans charges supplmentaires, le

    producteur 2 loue 03ha de terre auprs dun propritaire terrien raison de 50000 FCFA et

    dun sac doignon quil remet la fin de la campagne.

    Le compte dexploitation du producteur qui reoit les services du propritaire terrien et/ou de

    la motopompe est bien diffrent du compte ci-dessus ; il dpend de la prparation de la terre,

    de la dose en intrants appliqus, de la main duvre, du prix de vente de la rcolte. Nous

    1 Le prix de vente du sac doignon estim sous la moyenne du prix obtenu sur le march pendant la priode de

    mars-avril est de 25000FCFA.

  • 20

    prsentons trois situations conomiques des producteurs dans les comptes dexploitation

    individuels suivants :

    Les valeurs se prsentent en FCFA/0,1ha/campagne

    Producteur 1 Producteur 2 Producteur 3

    Charges variables

    Location de la parcelle et droit leau dirrigation 76660 7150 79920

    Prparation des parcelles, labour et buttage 3330 7860 5000

    Semences 29770 9150 33330

    Engrais 83000 36580 79000

    Pesticides 850 350 1100

    Main duvre de lirrigant 1670 0 0

    Total des charges variables 195280 61090 198350

    Production en sacs doignon bulbe (165kgs1) 17 14 24

    Prix de vente moyen du sac doignon 55000 21500 21000

    Prix du kg doignon 333 130 127

    Prix de vente 935000 301000 504000

    Bnfice 739720 239910 305650

    Le producteur 2 qui est diffrent des autres producteurs dtient un droit dexploitation des

    terres et offre des services (droit la terre et leau dirrigation) aux producteurs 1 et 3.

    Pendant que le producteur paye uniquement un droit dexploitation au propritaire terrien

    (2500FCFA/350m2), les producteurs 1 et 3 contribuent respectivement raison de

    26850FCFA/350m2 et 28000FCFA/350m

    2 pour les frais de pompage de leau dirrigation et

    lexploitation de la terre.

    La consommation des engrais et des semences par le producteur 2 est moins couteuse. Si lon

    peut noter que celui-ci utilise moins dengrais que les autres producteurs, il convient de

    souligner que pour les semences, la diffrence est influence par linstabilit du prix des

    semences et du rendement de la ppinire.

    La production de chaque producteur est diffrente ; on note respectivement pour les

    producteurs 1, 2 et 3 les rendements de 28tonnes, 23tonnes et 40tonnes par hectares. Le

    producteur 1 qui produit plus tt (1ere

    campagne de contre-saison) et commercialise sa rcolte

    a un meilleur prix, tandis que le producteur 2 et le producteur 3 produisent pendant la

    deuxime campagne o on note une baisse du prix de vente.

    Pour le producteur, il serait plus avantageux de tirer profit des meilleurs prix quoffre la

    premire campagne de saison sche ; en effet la rcolte de cette campagne intervient un

    1 Les mesures effectues par la ZAT de Korsimoro affirment un rsultat de 165kgs par sac doignon.

  • 21

    moment de pnurie, ce qui donnerait lieu des bnfices importants. Cependant, peu

    nombreux sont les producteurs qui sy engagent, dune part cause de loccupation des

    parcelles par les cultures pluviales (sorgho, mil, mas, riz pluvial) et dautre part cause de la

    chert de semences, des faibles rendements des ppinires dues leur vulnrabilit par

    rapport la pluie. Face ces obstacles, de nombreux producteurs exploitent pendant la

    deuxime campagne de contre saison qui commence en dcembre ; les rcoltes des cultures

    pluviales sont termines, la pluviomtrie est nulle et les parcelles sont dsormais libres.

    b. Cas des producteurs enrls dans la petite irrigation villageoise

    Dans ce cas, linitiative de la culture marachre est organise par un groupe de producteurs

    issues dune grande famille ou de plusieurs familles. Ces producteurs sengagent ensemble

    dans une reconnaissance formelle en tant que groupement de producteurs maraichers. Le

    compte prvisionnel dexploitation dun groupement peut se prsenter sous lune des formes

    ci-dessous :

    Le groupement 1 possde 250 parcelles de 100m2.

    Le groupement 2 possde 70 parcelles de 400m2.

    Le groupement 3 possde 185 parcelles de 180m2.

    Les valeurs se prsentent en FCFA/ha/campagne

    Groupement 1 Groupement 2 Groupement 3

    Revenus

    Redevances des membres (droit a la terre et a leau) 600000 250000 672700

    Charges

    Carburant de la motopompe 192000 128600 252250

    Amortissement linaire de la motopompe 37500 01 63800

    Amortissement de lamnagement -- -- --

    Gardiennage de lamnagement et des quipements 12000 10750 9000

    Bnfice du groupement +358500 +110650 +347650

    Cette catgorie de producteurs ralise un bnfice plus important que les producteurs de la

    petite irrigation individuelle. Suivant le rglement intrieur du groupement, le bnfice aurait

    d se partager quitablement entre les producteurs ; on rencontre plus tt dans cette gestion un

    comportement similaire celui de la petite irrigation individuelle. Seuls les producteurs qui ce

    sont associs pour lachat de la motopompe et lacquisition de la terre se partagent les

    bnfices. De ce fait ces derniers ne contribuent pas ncessairement au payement des frais de

    1 Lamortissement linaire de la motopompe est nul car il sagit dun don que le groupement a reu.

  • 22

    carburant et/ou des droits dexploitation de la terre, ce qui devrait diminuer les bnfices

    obtenus ci-dessus.

    La redevance des membres est tout aussi alatoire que celle de la petite irrigation

    individuelle ; car elle est fixe par le propritaire terrien et/ou de la motopompe, mais elle est

    influence par lintensit des rapports sociaux entre les membres ou de la solidarit collective.

    Pendant que les producteurs des groupements 1 et 3 contribuent respectivement hauteur de

    24000FCFA et de 27000FCFA/400m2/membres, le groupement 2 peroit une contribution de

    10000FCFA/membres pour la mme surface. Ce dernier groupement qui est un groupement

    fminin, est caractristique de lintensit des rapports de solidarit entre ses membres, do la

    modeste contribution de chaque membre.

    2.1.2. Les riziculteurs

    2.1.2.1. Prsentation des producteurs

    Les riziculteurs se distinguent par :

    - Leur amnagement : un rseau dirrigation amnag laval du barrage de Korsimoro.

    - La surface exploite : la diffrence des surfaces marachres exploites qui varient

    dune anne une autre, les parcelles rizicoles exploites sont les mmes.

    - Leur calendrier cultural: le producteur rizicole ne peut raliser quune seule campagne

    chaque saison sche ou pluvieuse.

    2.1.2.2. Caractristiques de lamnagement

    Amnag en 1987 sous le financement de lAmbassade Royale des Pays-Bas tout comme le

    barrage de Korsimoro (BRL-Ingenierie, octobre 2001), le primtre rizicole de Korsimoro est

    la proprit de ltat telle que le stipule le code gnral des collectivits territoriales au

    Burkina Faso (LOI N 055-2004/AN PORTANT CODE GENERAL DES COLLECTIVITES

    TERRITORIALES AU BURKINA FASO ). Le primtre rizicole de Korsimoro recouvre une

    surface amnage de 32ha. Cette surface est subdivise en parcelles de 0,16 ha. Il na jamais

    t rhabilit, bien quil existe des tudes de faisabilit de rhabilitation.

    Le systme dirrigation mis en uvre est un systme gravitaire, avec des canaux revtus

    (canal principal et canaux secondaires) ciel ouvert. Les caractristiques hydrauliques du

    primtre sont consignes dans le tableau ci-contre :

  • 23

    Table 6: Caractristiques hydrauliques du primtre rizicole

    Primtre

    Longueur (m) 2490

    Largeur (m) 70 320

    Superficie amnage (ha) 32

    Canal primaire

    Longueur (m) 2131

    Largeur au plafond (m) 0.40 0.30

    Dbit en tte (l/s) 165

    Hauteur (m) Hmax = 0.62

    Canal secondaire

    Nombre 11

    Dbits (l/s) Qmax = 7.5 45

    Largeur au plafond 0.30 0.40

    Hauteur (m) Hmax = 0.25

    Canal tertiaire/ arroseur Longueur (m) 95 180

    Dbits (l/s) 7.5 45

    Digue de protection

    Hauteur (m) Hmax = 2

    Largeur en crte (m) 1.5

    Longueur (m) 3248

    Colatures de ceinture Longueur (m) 2499

    Profondeur (m) 0.4 1.00

    Les caractristiques du primtre ont t modifies pendant ces 24 annes dexistence ; on

    peut constater des dtriorations sur les canaux (perforations, affaissements, fissures et

    ruptures des canaux) dues la circulation et lexploitation irresponsable des usagers. Par

    ailleurs, la surface exploite en saison sche est de 30ha au lieu des 32ha amnages. Ce qui

    rvle une intensit culturale annuelle de 193%.

    2.1.2.3. Gestion des terres et de leau dirrigation

    a. La gestion des terres de la plaine

    Le primtre irrigu rizicole de Korsimoro sest construit sur les terres des autochtones. Les

    propritaires terriens (07) possdant ou pas des arbres fruitiers ont t ddommags par

    lobtention de deux parcelles de 16ares (BRL-Ingenierie, octobre 2001). Sept (07)

    groupements fminins ont galement bnfici sans preuve de deux ou de trois parcelles

    selon le nombre de productrices au sein de leur groupement. Le reste des parcelles a t tir

    au sort par les producteurs dsirant possder une parcelle.

  • 24

    Sur le primtre, les parcelles des producteurs sont spares par des diguettes ou des canaux

    tertiaires revtues ou non. On dnombre habituellement entre quatre et cinq diguettes

    lintrieur dune parcelle de 0,16ha. Quelques fois on rencontre plus, selon que le propritaire

    a effectu une rpartition entre plusieurs individus, ou selon quil aimerait un meilleur

    planage de leau dirrigation sur ltendue de sa parcelle.

    Quelques producteurs rizicoles prfrent mettre leur parcelle en location. Les entretiens avec

    les producteurs rvlent un cout de location de 15000 FCFA lorsquil sagit dun rglement en

    espces ou de un deux sacs de riz (suivant le rendement obtenu) par parcelle lors dun

    rglement en nature.

    b. La gestion de leau dirrigation

    Leau dirrigation du primtre rizicole est alimente par une vanne monte sur la digue du

    barrage de Korsimoro. Louverture et la fermeture de cette vanne est assure par un aiguadier

    suivant un calendrier darrosage prtabli. Dix chefs de blocs sont chargs de louverture et la

    fermeture des vannes des canaux secondaires et des canaux tertiaires. Pendant la saison

    pluvieuse, louverture est dtermine suivant le niveau deau dans les casiers des producteurs.

    Pour chaque producteur possdant une parcelle sur le primtre rizicole, et jouissant

    naturellement de leau dirrigation, une redevance de 2250FCFA/parcelle exploite est

    impose par le bureau des riziculteurs.

    La gestion de leau sur le primtre prsente trois principales failles :

    - Les vannes secondaires et tertiaires (Vanne Tout Ou Rien) sont absentes

    - Les parois des canalisations principales sont perfores (voir image ci-dessous)

    - Les canaux dirrigation sont enherbs et envass

    Figure 5: Canal secondaire enherb et envas / engorgement du canal secondaire

    A laube de la construction de lamnagement, des travaux de curage qui impliquaient tous les

    riziculteurs de la plaine taient organiss par le bureau des riziculteurs avant le dbut de

    chaque campagne. Une amende de 500FCFA tait dductible sur le produit de rcolte des

    producteurs qui ne se mobilisaient pas pour lentretien des canaux du primtre. Suite une

    faible mobilisation des riziculteurs et la passivit du bureau des riziculteurs, les travaux

    dentretien ont t abandonns de mme que lamende impute chaque contrevenant.

  • 25

    Lindiffrence du bureau des riziculteurs face aux problmes du primtre ne permet pas de

    remdier aux problmes constats. Labsence des vannes ne permet pas de limiter les apports

    deau sur la parcelle, ce qui pourrait engendrer un gaspillage de leau du barrage. Un

    diagnostic sommaire des trous identifis sur les parois fait tat de 22 trous dun diamtre

    suprieur ou gal 62mm1. Les trous constats sur les parois des canalisations contribuent

    abaisser la charge de leau dans les canaux, par ailleurs lenvasement des canaux est favorable

    un engorgement des canaux et des pertes deau (image ci-dessus). Tout ceci contribue

    diminuer la pression deau, ce qui ne permet pas que les deux hectares au bout du primtre

    soient emblavs.

    2.1.2.5. Compte dexploitation

    Les charges et les revenus du producteur qui constituent son compte dexploitation ne sont

    pas les mme pour tous les producteurs. En effet ce sont les revenus ; le prix de vente du

    kilogramme de riz, qui varie des producteurs de semences certifies aux autres riziculteurs

    (producteurs de riz). Le producteur de semences certifies a lavantage de revendre sa rcolte

    la cooprative un meilleur prix (une moyenne de 450FCFA/kg), tandis que les riziculteurs,

    non-producteurs de semences, revendent la cooprative 128FCFA/kg au lieu de

    150FCFA/kg sur le march local.

    Considrons trois riziculteurs 1, 2 et 3 dont les rendements sont respectivement de

    4,5tonne/ha, 5,6tonne/ha et 5,0 tonne/ha. Ces producteurs appartiennent respectivement aux

    familles suivantes :

    - Producteurs de semences certifis de riz

    - Producteurs de riz, propritaire de parcelle

    - Producteur de riz, locataire de parcelle

    1 Sur les trous sont fixs des tuyaux dun diamtre suprieur 62mm.

  • 26

    Voici le compte dexploitation de chacun deux :

    Les valeurs sont donnes en FCFA/0,16ha/campagne

    Producteur 1 Producteur 2 Producteur 3

    Charges

    Location de la parcelle 0 0 15000

    Redevances1 4250 4250 4250

    Prparation des parcelles, labour 5000 5000 5000

    Semences 7500 770 770

    Engrais 21250 20000 21250

    Pesticides 500 500 0

    Main duvre 0 8000 0

    Total des charges 38500 38520 46270

    Revenus

    Prix de vente de la production 324000 135000 121500

    Bnfice 285500 96480 75230

    Le producteur 1 ralise plus de marge bnficiaire comme prsuppos. Si le facteur de

    commercialisation joue en faveur de celui-ci, on peut aussi noter que ce nest pas le cas avec

    le rendement ; car il est le plus bas.

    Ce compte dexploitation ncessiterait dtre complt, car dautres activits telles que le

    repiquage, la rcolte, le sarclage ou le dsherbage, qui ne sont pas prcises dans ce bilan

    exigent un investissement de la part du producteur. La difficult qui relve de cette omission

    dans le compte dexploitation relve du fait que les dpenses effectues sont en natures.

    Sil est possible pour le riziculteur de commencer la campagne sans grand investissement par

    le prt que lui accorde le bureau des riziculteurs, cela est impossible pour le maraicher, car ce

    dernier doit dabord payer des semences trs chres et quelques fois sa contribution en raison

    de la parcelle exploite et de leau dirrigation quil bnficie.

    2.1.3. Les producteurs de lagriculture pluviale de la saison pluvieuse

    2.1.3.1. Prsentation des producteurs

    Ce sont les propritaires terriens ou les membres de leur famille qui ensemencent et travaillent

    la terre. Ils sont caractriss par lobservation dun calendrier cultural qui est tributaire de la

    pluviomtrie. Gnralement elle stend de juin novembre. Les cultures emblaves sont les

    1 Elle inclut la redevance de leau (2250 f CFA), les frais de fonctionnement du bureau (1000 francs CFA) et les

    frais de commercialisation (1000 francs CFA), soit un total de 4250 francs CFA.

  • 27

    crales (mil, sorgho, nib, mas), les arachides, les lgumes (oignon, courgette aubergine,

    piment), la banane, etc. Les producteurs de lagriculture pluviale se distinguent des

    producteurs tudis dans les paragraphes plus haut par ltendue de leur surface plus grande,

    une consommation deau essentiellement pluviale et quelque fois issue des prlvements du

    barrage et une main duvre familiale disponible.

    2.1.3.2. Cultures et surfaces exploites

    Les surfaces prioritaires exploites par les producteurs de saison pluvieuse sont celles sur

    lesquelles loignon ou tout autre lgume a t produit prcdemment. Les parcelles autour du

    barrage sont aussi prises. La plaine rizicole est sans aucun doute compte parmi les terres

    exploites, puisque les riziculteurs effectuent une campagne sche et une campagne humide.

    On rencontre aussi des bas-fonds prdisposs pour la culture du riz.

    Le mil et le sorgho sont les cultures dominantes dans la localit de Korsimoro. Avec la

    prsence du barrage, on assiste la culture du riz de dcrue.

    Une cartographie exhaustive de la zone dtude prsente les surfaces cultives pendant la

    saison pluvieuse (image ci-contre).

    Figure 6: Surfaces agricole exploites en saison pluvieuse

  • 28

    Les surfaces cultives qui ressortent de cette cartographie sont consignes dans le tableau

    suivant :

    Type de cultures Surface occupe (ha)

    Riz irrigu de la plaine 33,5

    Riz pluvial de bas-fonds 10,2

    Lgumes 231,8

    Banane 0,8

    Crale1 208,3

    Source : Cartographie IWMI, Mai 2011

    Cette cartographie ralise en pleine campagne agricole sche, exposait clairement les

    surfaces mentionnes dans le tableau ci-dessus. Pendant la saison pluvieuse, prs de 1/3 des

    surfaces marachres de ce tableau sont rellement exploites pour le maraichage, le reste

    tant converti en surface cralires. Ce qui nous permet de corriger les rsultats de la

    cartographie comme suit : 363ha de crales et 78ha de maraichage en saison de pluie.

    Les surfaces emblaves de la riziculture de dcrue nont pu tre values.

    Les producteurs de lagriculture pluviale distinguent deux varits de crales2 : une varit

    de longue dure (5mois) et une varit de courte dure (4mois). Bien que la varit de longue

    dure soit plus apprcie que celle de courte dure, cest cette dernire qui est souvent

    ensemence en vue de permettre une rapide rcolte pour les producteurs qui envisagent

    exploite la premire campagne marachre de saison sche. Dautres producteurs prfrent

    ensemencer la varit de longue dure et, en cas de sollicitation de sa parcelle par un

    maracher, ce dernier ddommage (en espces) le producteur de crales du fait quil

    prcipitera sa rcolte, avec une somme de 100000FCFA/ha. Ces frais sont indpendant des

    frais de location de la parcelle (section 2.1.1.2).

    2.2. Les acteurs

    La gestion du barrage de Korsimoro est influence par la gouvernance des acteurs. Les acteurs

    sont toutes les catgories de personnes qui participent llaboration et/ou la mise en uvre

    du plan de gestion du barrage de Korsimoro. Ils sont reprsents par les usagers,

    ladministration publique, les collectivits locales, les organisations de la socit civile. Les

    organisations paysannes de Korsimoro occupent une place centrale au sein du collge

    dacteurs, car ce sont les bnficiaires de la ressource en eau.

    1Nous distinguons dans cette catgorie toutes les spculations diffrentes du riz, des lgumes et de la banane ; ce

    sont des cultures comme le sorgho, le mil, le nib, le mas, etc. 2Les crales dans ce cas sont le mil et le sorgho

  • 29

    Une identification exhaustive des acteurs ralise par la cellule de mise en place du CLE de

    Korsimoro (Comit Local de lEau du barrage de Korsimoro) prsente les rsultats suivants :

    - Les chefs coutumiers et religieux ;

    - Les services techniques de lagriculture, de llevage et de lenvironnement ;

    - Les groupements et associations (des secteurs de lagriculture, de llevage ou de la

    pche) ;

    - Les projets et ONG ;

    - Les migrants (des secteurs de lagriculture, de llevage ou de la pche) ;

    - Les usagers individuels (des secteurs de lagriculture, de llevage ou de la pche)

    Nous prsenterons seuls ceux qui sont en rapport direct avec la vie du barrage de Korsimoro :

    les groupements et associations, le CLE (Comit Local de lEau du barrage de Korsimoro) et

    les services techniques de ladministration publique.

    2.2.1. Lunion des marachers

    2.2.1.1. Origine et cration

    Les producteurs marachers autour du barrage sont organiss en groupements formels1 ou non

    formels. Daprs son certificat dagrment, dix groupements formels ce sont unis le 09 mars

    2004 pour crer lUDGPM-K ou Union Dpartementale des Groupements Producteurs

    Marachers de Korsimoro. Elle est reprsente par un bureau de 10 individus :

    - Un prsident et un vice-prsident

    - Un secrtaire gnral et un secrtaire adjoint

    - Un trsorier gnral et un trsorier adjoint

    - Deux secrtaires lorganisation

    - Deux secrtaires linformation

    La cration de lunion est linitiative et limpulsion des agents du MAHRH. Officiellement,

    lunion compte 43groupements formels constitus de 1879 producteurs. Selon sa

    dnomination, tous les groupements pratiquent le maraichage avec comme principale culture

    loignon ; qui elle seule totalise plus de 100ha de surfaces exploites.

    2.2.1.2. But et Objectifs

    Le but et les objectifs de lUDGPM-K sont mentionns dans son statut. Le but de lunion est

    de renforcer, coordonner, harmoniser les activits de ses membres. Lunion sest fix de

    nombreux objectifs, par ordre de priorit ce sont :

    1. Promouvoir lactivit du maraichage dans le village

    2. Assurer la production, le stockage, la conservation, la commercialisation des produits

    maraichers provenant de ses membres

    3. Assurer lducation et la formation de ses membres

    4. Renforcer les relations entre ses membres

    5. Appuyer les groupements de base dans leur ngociation avec les partenaires

    1 La reconnaissance formelle dun groupement est un processus qui se droule auprs de la prfecture de

    Korsimoro,

  • 30

    6. Apporter son soutien la ralisation des projets initis par les habitants des villages

    concerns

    7. Mener des tudes et recherches qui propageront les ralits sociales, conomiques,

    culturelles du village

    8. Organiser des travaux collectifs pouvant satisfaire leurs besoins communautaires

    9. Grer les quipements collectifs et dautres biens dont pourra disposer ultrieurement

    lunion

    10. Entreprendre des actions en faveur de la promotion conomique, sociale et culturelle

    qui seront conformes aux exigences de la politique de dveloppement

    2.2.1.3. valuation des rsultats atteints

    A part les objectifs 6, 7, 8 et 9, des contributions concrtes ont t apportes concernant les

    autres objectifs que lunion sest assigne. Par ordre dintervention, on rencontre :

    La promotion de la pratique du marachage est une ralit autour du barrage de Korsimoro ;

    en effet les surfaces cultives ou encore le nombre de groupement marachers qui ont t cr

    nont pas cessez de croitre depuis la cration de lunion. Cependant, pour le bureau de

    lunion, le nombre de groupement-membre de lUDGPM-K devrait tre revu la baisse. Car

    seuls 31 groupements sacquittent de leurs cotisations annuelles (un montant de 5000FCFA et

    un sac doignon). Une liste de ces groupements a t dresse en annexe.

    Le deuxime objectif se concrtise par la ralisation dun magasin de stockage de 20 tonnes

    (image ci-dessous). Cette capacit rduite ne peut permettre que le stockage et la conservation

    de petite quantit doignon par groupement. peine la rcolte dun hectare pourrait tre

    stocke ! Les crdits accords par les micros finances permettent lunion dapporter

    quelques sacs dengrais crdit certains groupements. La demande tant toujours largement

    au dessus de loffre.

    Figure 7: Magasin de stockage de l'UDGPM-K

    Les formations que bnficient les producteurs marachers contribuent leur instruction sur

    litinraire technique de la production de loignon, lapplication des engrais, la maintenance et

    le fonctionnement des motopompes. Comme les prcdents constats mentionns ci-dessus, les

    efforts de lunion ne contribuent qu la satisfaction de quelques producteurs. titre

    dexemple, la formation des producteurs sur la production de loignon offerte lunion le

    28juillet 2011 tait ouverte 30 producteurs sur un total officiel de 1879 !

  • 31

    Le cas exceptionnel et isol du groupement fminin Wendlamalgda tmoigne de la

    contribution de lunion dans la ngociation de ses groupements avec les partenaires. Ce

    groupement a bnfici dun soutien pour lachat et lacquisition dune motopompe, des

    conduites daspiration et de refoulement, des formations et de lappui-conseil, et enfin des

    engrais et des semences doignon et de tomate tout le ncessaire pour dmarrer sa

    campagne marachre !

    Le dernier objectif de la liste sest vu abord travers une cotisation de lensemble des

    producteurs marachers de lunion en 2007, hauteur de 250FCFA/parcelle, auprs de la

    commune de Korsimoro. Cependant, cette contribution des producteurs na pas t rpte.

    Quand on peut noter quelques rsultats positifs des efforts de lunion, laccomplissement de

    ces objectifs reste insuffisant par rapport tous les producteurs qui devraient tre atteints.

    Cette remarque est aussi valable pour les aspects suivants :

    - Lalphabtisation des producteurs ;

    - Fourniture des matriaux de constructions pour les fosses fumires ;

    Devant lincapacit de lunion de satisfaire tous ses groupements, de nombreux groupements

    se sont mis en marge du fonctionnement de lUDGPM-K. Cest ce qui explique le taux de

    participation rduit au des groupements officiellement inscrits lunion.

    2.2.2. La cooprative rizicole

    2.2.2.1. Origine et cration

    La cooprative rizicole de Korsimoro voit le jour au lendemain de lamnagement du

    primtre rizicole, en 1988. La cooprative rizicole est une association de producteurs de riz

    concentre sur la plaine amnage. Tous les producteurs de riz de la plaine sont membres de

    la cooprative ; cette dernire est administre par un bureau de 7producteurs rizicoles et

    compte 176exploitants qui sont des individuels ou membres des 6groupements fminins de

    cette cooprative. Les membres du bureau des riziculteurs sont :

    - Un prsident et un vice-prsident

    - Un secrtaire gnral et un secrtaire adjoint

    - Un trsorier gnral et un trsorier adjoint

    - Un commissaire au compte

    2.2.2.2. Fonctionnement de la cooprative

    Le fonctionnement interne de la cooprative agricole est centr sur la gestion des engrais et

    des crdits accords aux producteurs. Certains aspects tels que la gestion de leau (ouverture

    et fermeture des vannes), lentretien de lamnagement (remblai de la digue de protection)

    sont aussi placs sous le regard de la cooprative. Cependant on se limitera la gestion

    financire de la cooprative.

    La gestion des intrants et du crdit

    Au dbut de chaque campagne, la cooprative acquiert un crdit bancaire (crdit de

    campagne) denviron 5millions de FCFA pour lachat des intrants qui seront crdits

  • 32

    par les producteurs rizicoles. Cependant, les intrants (semences, NPK, ure) que la

    cooprative met la disposition des riziculteurs ne suscitent pas lintrt de tous les

    producteurs ; car de nombreux producteurs prfrent payer au comptant les intrants

    dont ils ont besoin.

    La quantit moyenne sollicite par les producteurs pour une parcelle de 0,16ha est de

    25kgs de NPK, 25kgs dure et 6kgs de semences.

    Ce crdit est rembours en plus de la redevance globale1, aprs la rcolte, en prlevant

    lquivalent emprunt en sac de riz sur la rcolte du producteur.

    Le compte dexploitation prvisionnel de la cooprative

    A dfaut de consulter le registre de la trsorerie de la cooprative, nous avons tabli un

    compte dexploitation suivant les charges et les revenus constats ; le crdit campagne

    considr dans ce compte dexploitation est de 5 millions de francs CFA, ou encore

    24750FCFA/parcelle pour chacune des 202 parcelles des 32ha amnags. Le compte

    dexploitation prvisionnel du primtre irrigu se prsenterait ainsi que suit :

    (Valeurs en FCFA/0,16ha)

    Revenus

    Redevances en eau : 2250

    Cotisation pour le fonctionnement de la cooprative : 2000

    Remboursement du crdit engrais par le producteur : 21250

    Reste du crdit de campagne : 10250

    Total des revenus : 35750

    Charges

    Frais2 de laiguadier : 495

    Crdit de campagne : 24750

    Taux des intrts du crdit campagne (9,75%) : 2410

    Total des charges : 27655

    Bnfice : 8095

    Le compte de la cooprative est excdentaire grce la marge bnficiaire que celle-ci ralise

    sur le crdit des engrais aux producteurs et des cotisations de ses membres. La cooprative

    ralise un bnfice de 135FCFA/kg dengrais, car elle revend ceux-ci 425FCFA/kg (ou

    21250FCFA/50kg) contre un prix dachat subventionn par le ministre de lagriculture

    290FCFA/kg (14500FCFA/50kg), y compris les frais de transport de la localit de Kaya a

    Korsimoro.

    1 Elle inclut la redevance en eau (2250 f CFA), les frais de fonctionnement du bureau (1000 francs CFA) et les

    frais de commercialisation (1000 francs CFA), soit un total de 4250 francs CFA 2 Laiguadier reoit 100000 FCFA par campagne a dfaut de possder une parcelle de 15ares

  • 33

    Le cot de revient du crdit engrais est de 425FCFA/kg pour le producteur alors quil peut

    lavoir un prix moins onreux ; 400FCFA/kg. Cest pour cette diffrence de prix que le

    producteur prfre payer ses engrais au comptant sur le march local lorsquil dispose un fond

    de roulement. Dans ce cas, le sac dengrais est vendu par la cooprative sur le march local

    aux revendeurs dengrais, en obtenant cette fois un revenu moindre.

    Par ailleurs, le reste du crdit de campagne est converti en sac dengrais et vendu par la

    cooprative sur le march local, cette vente produit galement des revenus supplmentaires

    qui nont pas t mentionns dans ce compte dexploitation prvisionnel.

    Selon le trsorier de la cooprative rizicole, les producteurs ne sont pas assez disciplins dans

    le payement de la redevance globale, cependant la caisse nest pas dficitaire.

    La gestion de la caisse nest pas suffisamment rigoureuse, car peu de producteurs sont

    conscients du bilan de celle-ci, de nombreux producteurs ne contribuent pas par leur

    cotisation, toutes les informations concernant la trsorerie et la gestion financire ne sont pas

    crites. Une gestion transparente permettrait de suivre lconomie de la cooprative.

    2.2.3. Les pcheurs

    2.2.3.1. Cration du groupement des pcheurs

    Il existe un seul groupement de pcheurs : le groupement Relwend . Il a t cre en 2004

    tout comme lUDGPM-K sous limpulsion et la sensibilisation des agents du ministre de

    lagriculture. Le groupement compte 29 membres actuellement. Cependant on compte de

    nombreux autres pcheurs qui exercent sans y appartenir ; ceux-ci atteignent la vingtaine.

    Tous ces pcheurs exploitent la retenue de Korsimoro, mais quelques uns se donnent le

    privilge dexercer sur dautres barrages ou les affluents environ du Nakamb.

    2.2.3.2. Organisation et gestion

    Le groupe prsente une organisation particulire. Quelques fois, les pcheurs se regroupent

    par affinit pour pcher sur le barrage ou oprent individuellement. La commercialisation du

    poisson prlev dans la retenue est assure par chaque pcheur ; des transformatrices de

    poissons dissmins dans la localit permettent de rsorber le produit des pcheurs.

    Le prsident du groupement affirme que les membres ne se rencontrent quasiment pas ; au cas

    chant cest la demande des agents de la ZAT (Zone dAnimation Technique du ministre

    de lagriculture) ou de lUAT (Unit dAnimation Technique du ministre de lagriculture)

    que ceux-ci peuvent se rassembler pour participer une tude ou un projet dans la localit.

    Par ailleurs en dehors des frais dadhsion (1000FCFA/membre), aucune cotisation nest

    exige au sein du groupe, elles sont plutt spontanes suivant les besoins.

    Les actions communes menes par les pcheurs ne sont pas nombreuses ; on note :

    - Une opration unique de suivi et pese du poisson pch (aout 2006) et,

    - Lempoissonnement du barrage

    Les pcheurs sont soumis une redevance : le permis de pche. Il doit tre renouvel tous

    les ans raison de 8000FCFA auprs des agents rgionaux du ministre de lagriculture de la

    Rgion Kaya qui, assurent le contrle des payements. La distance quil ya entre ces deux

  • 34

    localits constitue un obstacle pour ces derniers ; ils neffectuent pas le dplacement sur la

    localit de Korsimoro pour constater les contrevenants, ce qui nencouragent pas non plus les

    pcheurs sacquitter de leur devoir.

    2.2.3.3. Lactivit de pche

    La pche sobserve sur le barrage de barrage de Korsimoro durant toute lanne. Cependant

    selon les usagers concerns, elle est plus abondante pendant la saison des pluies. Les pcheurs

    se mobilisent sur la ressource au moyen dune pirogue ou sans, des filets perviers, des filets

    maillants, des hameons, etc.

    La pche procure facilement des revenus sans de gros investissement (Bakyono, 2007). Selon

    le prsident du groupement, lactivit gnre une moyenne de 2000FCFA par jour pendant la

    saison sche alors quen saison pluvieuse, on peut avoir plus de 5000 FCFA.

    Lexemple de linvestissement effectu par un pcheur est prsent ci-dessous :

    Matriel de base Prix dachat sur le march Dure de vie

    Filet pervier 15000 1 an

    Filet maillant 6000 2 mois

    Hameons 850 1 an

    Pirogue 40000 2 ans

    Linvestissement initial serait important si le petit villageois devait tout acheter. Certains

    pcheurs commencent leur activit avec un seul des outils ci-dessus jusqu' ce quils ralisent

    des conomies leur permettant dtre mieux quips. Il convient de noter que les pcheurs ne

    sont pas suffisamment quips ; on compte trs peu de pirogues (moins de 10pirogues) sur le

    plan deau, la plupart exerce avec des filets ou des hameons.

    Suivant ltude conomique ralise par la FAO sur les deux grandes pcheries du pays,

    savoir Kompienga et Bagr (Bakyono, 2007), nous dirons que lon distingue principalement

    des pcheurs semi-professionnels sur le plan deau de Korsimoro. En effet la principale

    activit dans la localit est lagriculture peu importe la saison, et, de nombreux pcheurs

    pratiquent la pche en alternance avec lagriculture. On compte aussi quelques pcheurs

    occasionnels, ceux-ci se distinguent du premier en ce que leur implication dans la pche nat

    dun manque dactivits.

    La pche peut se prsenter comme une activit salvatrice pour certains paysans, car celle-ci

    leur permet de se nourrir mais aussi de pourvoir leur besoins financiers.

    2.2.4. Lunion des leveurs

    2.2.8.1. Cration

    LUnion Dpartementale Bangr-la-Goulgo des leveurs de Korsimoro (UDEBK) a t

    cre comme lindique son certificat dagrment en 2004, tout comme lUDGPM-K et le

    groupement des pcheurs. Elle regroupe actuellement une douzaine de groupements mais cet

  • 35

    effectif est de loin comparable au minimum identifi par les services de llevage en fvrier

    2011 (49 groupements avec un minimum de 15 membres par groupement).

    2.2.8.2. Organisation et gestion

    Llevage se droule autour des familles animales suivantes : bovins, ovins, caprins, porcins,

    asins, et volailles. Selon lagent du poste vtrinaire de Korsimoro, les leveurs pratiquent un

    levage sdentaire. Cest dailleurs pour cette raison que lunion des leveurs peut dvelopper

    plusieurs autres activits telles que :

    - Amnagement de Fosses fumires ;

    - Alphabtisation de ses membres ;

    - Culture fourragre ;

    - Fauche et conservation du fourrage ;

    - Monte artificielle de la vache ou insmination des races sauvages ;

    - Croisement des races trangres avec les races locales ; etc.

    Les leveurs de la localit disposent dun march btail et dun abattoir. Lamnagement de

    ses infrastructures rvle limportance de llevage dans la localit de Korsimoro. Dans

    lagriculture, limportance des bovins est galement notoire ; on distingue principalement les

    systmes dlevage bovins suivants :

    - Les bovins sdentaires taurins (BOSETA) pour la commercialisation et

    - Les bovins de traction (BOTRAC), pour les besoins agricoles

    Les bovins de traction sont essentiels pour certaines familles, car ils permettent davoir un

    gain substantiel certains leveurs au travers des travaux de labours quils effectuent sur les

    parcelles des producteurs.

    Llevage des autres animaux est caractris par le systme dlevage traditionnel. Les

    caprins et les ovins sont laisss en divagation en saison sche, sans soins sanitaires et

    dpourvus dinfrastructures adquates (Tamboura & Bert, 1996).

    Cependant en saison de pluie, en raison du dveloppement des cultures pluviales et des dgts

    que le petit btail peut entrainer sur les parcelles, les leveurs prfrent les sdentariser pour

    limiter les risques de conflit avec les producteurs agricoles.

    2.2.5. Le Comit Local de lEau du barrage de Korsimoro

    Il est cre en juin 2006 suite ltude mene par la SN-ERFAC (Socit Nouvelle d'tudes,

    de Recherche, de Ralisation, de Formation et d'Appui Conseil). Le CLE de Korsimoro est

    constitu de lensemble des usagers et des acteurs du barrage de Korsimoro. Ils adoptent

    ensemble la stratgie de gestion durable de la ressource en eau de Korsimoro.

    Les principaux acteurs sont repartis dans chacune des communes de Korsomoro et de

    Boussouma, ce sont :

    - LUDGPM-K ou lUnion Dpartementale des Groupements Producteurs Marachers

    de Korsimoro, la cooprative rizicole, le groupement des pcheurs, lUnion

    Dpartementale Bangr-la-Goulgo des leveurs de Korsimoro (UDEBK) ;

    - Les producteurs individuels et les migrants ;

  • 36

    - La prfecture, la Zone dAnimation Technique ;

    - Les chefs coutumiers, les propritaires terriens et deux ONG.

    2.2.5.1. Les activits du CLE

    Depuis sa cration, le CLE de Korsimoro a tabli un seul programme dactivit annuel qui

    sest bas sur lanalyse des contraintes des usagers et des acteurs, le tableau ci-contre prsente

    les problmes identifis et les solutions adoptes.

  • Table 7: Analyse des contraintes et solutions

    Problmes Causes Effets Solutions

    1

    - Dgradation continue des

    berges,

    ensablement/

    envasement du

    barrage

    - Destruction du couvert ligneux - Manque de concertation entre producteurs - Intensification des activits marachres

    dans le lit du barrage

    - Occupation anarchique des berges par les exploitants

    - rosion hydrique et ruissellement - Insuffisance de protection des berges - Destruction des galeries forestires le long

    des berges

    - Surpturages et pitinement par les animaux

    - Diminution de toute activit agro sylvo-pastorale

    - Diminution du volume deau du barrage - Perte de ressources et dinvestissements - Installation de la pauvret

    - Accentuer la sensibilisation et linformation des acteurs sur la

    protection des berges

    - Dlimitation des berges (zones dexploitation)

    - Actions de lutte contre la dforestation

    - Cration de couloirs daccs a leau - Mise en place de cordons pierreux

    vgtaliss et de digue en terre

    - Reboisement individuel et collectif - Interdiction dexploitation dans le

    lit du barrage

    2 - Dgradation

    de la digue du

    barrage

    - coulement des eaux de pompage - Disparation du barrage - Rfection de la digue du barrage (entretien priodique)

    3 - Pollution de

    leau du

    barrage

    - Utilisation abusive de produits chimiques - Empoisonnement et perte des ressources halieutiques

    - Pollution de la nappe phratique

    - Dvelopper lutilisation des produits non polluant (produit bio)

    4 - Mauvaise

    gestion de la

    ressource eau

    - Utilisation anarchique de leau du barrage - Utilisation de conduits deau dfectueux - Non respect du cahier de charges

    - Perte considrable deau - Dgradation de la digue et des voies - Insuffisance deau dirrigation

    - Rglementer la gestion de leau - Revoir le contenu du cahier de

    charge

  • Cette table a t produite en 2008, depuis lors aucun autre programme na t formule. Les

    solutions retenues dans ce tableau sont celles qui sont appliques chaque anne ; prcisment

    on note :

    - Linterdiction dexploiter dans le lit du barrage/ dlimitation des berges (zones

    dexploitation) ;

    - La sensibilisation et linformation des acteurs ;

    - Action de lutte contre la dforestation ;

    Un impact a t note sur ce programme ; le nombre de migrants installes sur les berges du

    barrage a progressivement diminu. Par ailleurs, la digue du barrage est priodiquement

    entretenue.

    Cependant les actions que le CLE pose sont loin dtre efficace pour la gestion concerte de

    leau du barrage ; en effet aucune rencontre ne runit les acteurs et les usagers pour exposer et

    rsoudre les problmes qui existent autour de la retenue.

    3. VOLUME DEAU CONSOMME PAR LES PRINCIPAUX USAGERS

    3.1. Volume de la retenue

    3.1.1. Caractristiques du bassin versant et du barrage de Korsimoro

    Ltude de rhabilitation et de mise en valeur de petits barrages au Burkina Faso dans le cas

    de Korsimoro (BRL-Ingenierie, octobre 2001) prsente les caractristiques physiologiques et

    hydrologiques du bassin versant de Korsimoro :

    - Surface du bassin versant : 1000 Km2

    - Primtre du bassin versant : 128 Km

    - Apports en anne moyenne : 27,6 Mm3

    - Apports en anne quinquennale sche : 17 Mm3

    - Apports en anne dcennale sche : 8,1 Mm3

    Daprs la mme tude, les paramtres techniques du barrage sa conception sont les

    suivants :

  • 39

    Table 8: Paramtres techniques du barrage

    Digue

    Hauteur Hmax = 4,4 m

    Longueur L = 1107,8 m

    Largeur en crte l = 3,50 m

    Cte crte 51, 0 m

    Dversoir

    Modle Creager

    Longueur L = 180 m

    Cte de crte 49,0 m

    Lame deau maximale sur le seuil 1,45 m

    Revanche 0,55 m

    Prise deau Dimension 500 mm

    Cte de laxe 46,25 m

    Rservoir Plan deau Normal (PEN) = 49,00 Volume (Mm3) : 4,95

    Surface (ha) : 590 Plus Hautes Eau (PHE) = 50,45

    Source : tude de rhabilitation et de mise en valeur de petits barrages au Burkina Faso : cas de Korsimoro

    3.1.2. Envasement et volume disponible

    Les rsultats de ltude ralise par le bureau dtude mergence (Emergence, 2005, cite dans

    SN-ERFAC 2006) prsentent un dpt solide annuel moyen de 10883m3. Si nous considrons

    cette moyenne sur les 6 ans qui ont suivi ltude de cet ensablement on aurait en 28 ans

    (1984-2011) une capacit diminue de 304724 m3 soit environ une capacit restante de

    4645000m3 deau. Il reste toutefois dterminer le volume utile de la retenue par les usagers

    de la laine rizicole.

    3.2. Volume prleve sur la plaine rizicole en aval (aprs le dversement)

    Le volume rellement imput sur le barrage est celui prlev par la plaine aprs larrt du

    dversement des eaux du barrage ; nous supposerons que cet arrt a lieu la fin du mois de

    septembre.

    Le tour deau est de 03 jours. Quelques fois la dure dirrigation se fait en 24 heures (de 06h

    18h sur 02 jours daffil) au lieu de 12h (06h 18h), comme dhabitude. Cest fort de cette

    incertitude que le volume deau prleve ne peut tre donn avec exactitude. Les limites

    suprieures et infrieures de la consommation deau sur la plaine rizicole sont donnes sous

    lhypothse du calendrier dirrigation ci-dessous :

    Table 9: Dure d'irrigation/ nombre de jour d'irrigation par campagne

    Janv. Fv. Mars Avril Mai

    N Juil. Aout Sept. Oct. Nov.

    N Kc D 1.1 1.1 1.2 1.1 D 1.1 1.1 1.2 1.1

    T1 12 12 24 24 12 60 12 0 12 12 12 40

    T2 12 24 24 24 12 65 12 0 12 24 24 50

    Kc : coefficient cultural caractristique de la culture et de son stade vgtatif

  • 40

    D : elle reprsente le coefficient cultural de la phase qui prcde le repiquage, prparation de

    la terre ou la mise en boue

    T1 : cest la dure dirrigation observe (en heures) dans le mois considr avec une rotation

    de 03jours. Elle prcise la limite inferieure de la consommation deau sur la plaine

    T2 : cest la dure dirrigation observe (en heures) dans le mois considr avec une rotation

    de 03jours. Elle prcise la limite suprieure de la consommation deau sur la plaine

    N : le nombre total de jour dirrigation

    Le volume prlev est une fonction du temps dirrigation mais aussi du dbit en tte. Le dbit

    en tte dductible des caractristiques hydrauliques du canal principal est estim a 165 l/s soit

    7128m3/jr.

    Conformment au dbit et au temps dirrigation suppos ci-dessus, la consommation en eau

    sur la plaine rizicole, du mois doctobre jusqu' la fin de la campagne sche, se situe entre la

    plage de 570240 m3 (pour 80 jours dirrigation) et 677160 m

    3 (pour 115 jours dirrigation).

    3.3. Volume prlev par le maraichage en amont

    Tout comme les producteurs rizicoles, le calendrier dirrigation que les producteurs

    maraichers observent nest nullement bas sur le bilan hydrique des parcelles irrigues. Il est

    principalement apprci par laspect du sol et laspect des plantes. Nous proposons une

    estimation du volume deau consomme par les informations reues des producteurs sur les

    parcelles.

    3.3.1. Caractristiques du systme dirrigation maracher (en amont)

    Selon la terminologie employe par manuel des techniques dirrigation sous-pression de la

    FAO (Phocaides, 2008) le mode dirrigation observ Korsimoro se rapproche de lirrigation

    par pompage1. Les mthodes dirrigation observe Korsimoro se distinguent entre le

    systme semi-californien et le systme dirrigation en conduites sous-pression. Au moyen des

    motopompes, les parcelles des producteurs peuvent tre irrigues des centaines de mtres du

    barrage. Quelques fois, on rencontre des bassins de distribution qui communiquent entre eux

    par des conduites enterres amnages par le producteur. On rencontre aussi des rseaux

    dirrigation qui ne disposent que de lensemble conduite daspiration-motopompe-conduite

    de refoulement . Dans ce dernier systme, lirrigation se fait partir dun point haut de la

    parcelle afin de procder gravitairement lirrigation de toute la parcelle. Alors que dans le

    systme sous pression (par bassins), ce sont les bassins de distribution qui sont placs sur les

    points hauts de la parcelle.

    3.3.2 Volume pomp par campagne

    Le volume pomp est une fonction du temps de pompage et du dbit. Compte tenu de

    nombreuses variations de dbits mesurs sur les motopompes, et conscient de la non maitrise

    des surfaces irrigues par chaque motopompe, nous supposerons que les surfaces irrigues

    1 Mthode de fonctionnement dun systme entier ou partiel utilisant en tout ou en partie une pression artificielle

    qui assure le transit de leau, sa livraison ou sa distribution au champ.

  • 41

    sont proportionnelles au dbit mesur des motopompes, et ce au prorata de la surface totale

    irrigue pendant la premire campagne et pendant la deuxime campagne.

    Si nous considrons les dbits mesurs des motopompes, on a les moyennes suivantes : 9 m3/h

    pour les petites motopompes et 20.88 m3/h pour les grosses motopompes . Les limites

    infrieures et suprieures de la consommation en eau par le maraichage seront donnes par la

    variation du temps journalier de pompage ou le temps journalier dirrigation (TJI) : 8h et 10h.

    On considrera un nombre de jour dirrigation correspondant la dure du cycle de la

    campagne ; 120jours ; car les motopompes sont en fonctionnement tous les jours.

    Table 10: Volume pomp par les petites et les grosses motopompes

    Modles Koshin Rhino

    Volume deau pompe par campagne, TJI=8h 8640 m3 20045 m3

    Volume deau pompe par campagne, TJI=10h 10800 m3 25056 m3

    On supposera que le nombre de motopompe qui fonctionne pendant chaque campagne est

    proportionnel la surface irrigue. Cependant on tiendra compte du nombre de motopompes

    identifies autour de la retenue : 43 grosses motopompes contre 67 petites

    motopompes , irriguant des surfaces moyennes respectives de3ha et de 1,5ha. Le nombre de

    motopompes en exercice par campagne est prsent dans le tableau ci-contre :

    Table 11: Nombre de motopompes en exercice pendant les campagnes

    Modles Koshin Rhino

    Surface totale de la premire campagne (ha) 78

    Surface moyenne exploite par motopompe (ha) 1.5 3

    Surface irrigue par catgorie de motopompe (ha) 17 61

    Nombre de motopompe en exercice pendant la premire campagne 12 20

    Surface totale de la deuxime campagne (ha) 232

    Surface irrigue par catgorie de motopompe (ha) 91 141

    Nombre de motopompe en exercice pendant la premire campagne 67 43

    Les limites infrieures et suprieures de consommation deau peuvent tre dduites des

    rsultats des deux tableaux prcdents, ce sont :

    Table 12: Volume d'eau prleve par campagne

    Modles Koshin Rhino Totaux

    1ere campagne Volume deau pompe, TJI=8h 103680 m

    3 400900 m3 504580 m3

    Volume deau pompe, TJI=10h 129600 m3 501125 m3 630725 m3

    2ieme campagne Volume deau pompe, TJI=8h 578880 m

    3 861926 m3 1440806 m3

    Volume deau pompe, TJI=10h 723600 m3 1077408 m3 1801008 m3

    La consommation annuelle de maraichage serait comprise entre les valeurs 1945390 m3 et

    2431730 m3, soit une consommation comprise entre 630mm et 790 mm.

  • 42

    3.4. Discussion du volume deau disponible

    Les rsultats prsents dans le tableau ci-dessous permettent de dduire la consommation

    minimale et maximale de lensemble plaine rizicole & maraichage annuellement prleve ;

    elle serait de 2.515.630 m3

    et de 3.108.900 m3 pour la consommation maximale.

    Table 13: Estimation des consommations en eau cumules de la plaine rizicole et des primtres

    maraichers

    Volume prlev en m3 Maraichage Plaine

    rizicole Totaux

    prlevs

    1ere campagne Consommation minimale 504580 142560 647140

    Consommation maximale 630730 213840 844570

    2ieme campagne Consommation minimale 1440810 427680 1868490

    Consommation maximale 1801010 463320 2264330

    Ces rsultats caractrisent lemprise du maraichage dans la localit, en plus de loccupation de

    lespace comme nous lavons constat avec la cartographie (section 2.1.3.2), la consommation

    du maraichage est quatre fois suprieure celle de la plaine rizicole qui a t amnage

    comme principale consquence du barrage.

    Les principaux consommateurs de leau du barrage sont les usagers de la plaine rizicole et les

    maraichers en amont du barrage. De grandes quantits deau sont galement consommes par

    vaporation. Si nous considrons les donnes fournis par la station synoptique de

    Ouagadougou, on obtient une vaporation de 1580 mm entre les mois doctobre et de mai.

    Cependant, cause de lactualisation non effective des courbes caractristiques du barrage, on

    ne saurait donner avec prcision la quantit deau rellement vapore. Par ailleurs, une

    grande quantit deau pompe par les motopompes sur les parcelles communiquent par

    infiltration avec le lit du barrage ; la quantit deau dinfiltration draine vers le barrage ne

    pouvant tre aisment dtermine, cela rend encore plus complexe la quantification de la

    ressource disponible un moment donn de la campagne.

    A la fin de la campagne 2010-2011, au mois de mai, le plan de leau prsentait une cte de

    46,5m ; suivant les courbes caractristiques du barrage, le volume restant serait de

    1.200.000m3. Lorsque lon considre le volume de lenvasement estim 304724m

    3, le

    volume deau disponible dans le barrage est de 895276m3. Faute de donnes sur la capacit

    utile du barrage, nous ne pouvons apprcier la quantit deau que la culture marachre

    pourrait prlever sans provoquer un conflit dusage. En effet la campagne rizicole sche tait

    un mois de son terme. Si nous considrons le calendrier dirrigation de la plaine rizicole

    tabli plus haut, on prlvera en un mois sur la plaine rizicole un volume de 71280m3 deau.

    Et, en amont du barrage, si toutes les 43 et 67 motopompes fonctionnent en continue le long

    du mois restant, on aurait une consommation maximale en amont de 451000m3 deau.

    Laugmentation non contrle du nombre de motopompes autour de la retenue pourrait

    prcipiter le niveau du plan deau en dessous du volume utile, ce qui serait prjudiciable la

    gestion intgre de la ressource, plus prcisment prjudiciable aux usagers de la plaine

    rizicole ou aux usagers situs plus en amont de la digue du barrage.

  • 43

    Il est important de souligner que depuis sa conception, la plaine rizicole a connu deux

    pnuries deau. Le niveau deau dans le barrage sest retrouv en dessous de la vanne

    principale qui alimente le rseau gravitaire de la plaine rizicole. La dernire pnurie de 2007 a

    vu la mobilisation de 04motopompes par le bureau de la cooprative rizicole afin de pomper

    la rserve deau restante de la retenue pour alimenter le rseau gravitaire de la plaine.

    Malgr tout ces signaux, on peut identifier lintrt concrtiser des producteurs de la localit

    de Korsimoro pour le dveloppement de la culture maraichre ; en plus des 20ha amnages

    actuellement sous la coordination de la Direction des Amnagements et du Dveloppement de

    l'Irrigation (DADI) du ministre de lagriculture en amont du barrage (NK-Consultant, 2011),

    un autre primtre de 20ha a t amnag par un particulier de la localit, les travaux de

    construction qui ont dbuts en fin de campagne sche 2010-2011 sont termins comme

    lillustre les images ci-dessous. Les plans de ces primtres sont prsents en annexes.

    Barrage de Korsimoro le 25Aout 2011

    Figure 8: Bassin de distribution & Socle de la motopompe du primtre amnag par un particulier

    La prolifration de nouveaux primtres autour du barrage de Korsimoro renvoie les acteurs

    de la gestion de leau agricole se runir pour trouver des solutions aux problmes qui se

    forment.

  • 44

    CONCLUSION

    Cette tude sest droule dans le cadre du projet Agricultural Water Management solutions,

    sous la problmatique : Comment librer le potentiel de la petite production agricole en vue

    de rduire la pauvret et la faim ? La zone dtude tait dlimite par lensemble constitu du

    plan deau et des parcelles des producteurs-usagers du barrage de Korsimoro.

    Lobjectif de cette tude tait danalyser la production de lirrigation marachre spontane le

    long des berges du barrage de Korsimoro afin den tirer des leons. Une combinaison de

    ltude organisationnelle et fonctionnelle des usagers et des acteurs du barrage dune part, et

    ensuite, une tude sur la gestion des prlvements de leau du barrage a guid cette recherche.

    Les rsultats qui dcoulent de cette tude sont les suivants :

    Leau du barrage de Korsimoro assure des revenus quatre principales catgories

    dusagers ; les maraichers, les riziculteurs, les leveurs et les pcheurs : les maraichers sont

    les plus importants en termes de nombre de producteurs, de consommation deau et en

    productivit de leau.

    elle seule, lUDGPM-K prsente 43 groupements formels maraichers, par ailleurs 41

    producteurs individuels ont t identifis au cours de notre tude de terrain. Ces statistiques ne

    rendent pas compte de lensemble des producteurs agricoles autour du barrage de Korsimoro,

    car de nombreux groupements nappartenant pas lUDGPM-K ont t identifis, sans

    compter les groupements de producteurs de la commune de Boussouma qui partagent aussi la

    retenue de Korsimoro.

    Le rendement des motopompes dexhaure est faible : Pour les motopompes type

    Rhino , 5 mesures de lefficience du rseau et des dbits pompes rendent compte dun

    fonctionnement en dessous du point de fonctionnement de la motopompe. Il en est de mme

    pour la motopompe type Koshin diagnostique ; de nombreuses fuites sont lorigine de

    cette baisse de rendement. Les faibles dbits mesurs sont dus la prsence des fuites qui ne

    sont pas favorables une augmentation du dbit de la motopompe.

    Lavantage de lorganisation des producteurs en groupements autour dune ou plusieurs

    motopompes : cette conception permet dabsorber les frais de carburant dus la mobilisation

    de leau du barrage sur les parcelles, tant pour le propritaire de la motopompe que pour les

    producteurs, membres du groupement. Mais aussi, compte tenu des pertes deau constates

    sur le rseau, cest une mesure qui permet de limiter celles-ci, de mme que de limiter plus de

    perte dnergie de pompage.

    Les surfaces maraichres saccroissent, de mme que lintensit culturale : une surface de

    232ha cartographie autour du barrage de Korsimoro avec une intensit culturale de 133%.

    Dans lintention daccrotre leur revenu et daugmenter leur intensit culturale, les

    producteurs pratiquent loignon dhivernage.

    Le marachage consomme trois fois plus deau que la plaine rizicole amnage en aval du

    barrage : sur un volume total deau stocke par le barrage de 4645000m3, 2431730 m3 deau

  • 45

    sont prlevs par le maraichage contre 677160 m3

    pour la plaine rizicole ; soit un total de

    3.108.900 m3 pour la consommation maximale. Compte tenu de lamnagement de nouveaux

    primtres spontans et des alas pluviomtriques, on peut affirmer que les usagers sont plus

    exposs quavant des risques de pnuries, surtout ceux installs plus en amont de la retenue.

    De nombreux petits groupements individuels maraichers se forment : compte tenu des

    revenus que lon ralise des services dapprovisionnement en eau dirrigation et de loctroi du

    droit dexploitation des terres, de nombreux producteurs investissent dans lachat de

    motopompes pour tre capable de rendre ses services. En effet aucune contrainte ne soppose

    lexploitation des terres agricoles, si ce nest le refus du propritaire terrien.

    Aucun organisme de gestion des usagers ne rgule linstallation de nouveaux

    amnagements encore moins les prlvements de la ressource de Korsimoro : La structure du

    CLE tablie depuis 2007 peine jouer ce rle pour lequel elle a t mise sur pied ; elle ne

    tient aucune runion restreinte entre les membres du bureau ou largie tous les membres.

    Ltude mene sous le thme : Gestion de leau agricole et conomie des usagers du

    barrage de Korsimoro (Burkina Faso) : tat des lieux et pistes de rflexion , invite quelque

    peu recadrer la gestion de leau entre les usagers du Barrage de Korsimoro, mais elle

    prsente aussi des pratiques innovantes en gestion de leau agricole que lon pourrait

    valoriser.

  • 46

    RECOMMANDATIONS ET PERSPECTIVES

    Certains points peu approfondis ou non prescrits dans les termes de rfrence mriteraient de

    faire lobjet dun suivi particulier ; ce sont :

    Dterminer le volume utile de la retenue : la capacit totale de la retenue est connue,

    mais le volume deau disponible en dessous duquel le rseau gravitaire de la plaine rizicole ne

    serait aliment nest pas connu.

    tudier le fonctionnement des motopompes : de nombreux groupements nous ont fait

    part des consommations en carburant et des heures de fonctionnement de celles-ci sans que

    nous ne puissions le confirmer au moyen de nos observations ou de nos mesures.

    Lorganisation interne des groupements : les changes avec les membres des

    groupements de producteurs ne rendent pas compte de la qualit des relations entre les

    producteurs voisins dun mme groupement. Est-ce que les producteurs se conforment au tour

    deau ? Ya-t-il des conflits entre les membres du groupement concernant la gestion de la

    location des parcelles/ contribution au carburant

    La gestion de la trsorerie des groupements : est ce que le propritaire de la

    motopompe reste avec le reliquat dargent des frais de location perus par les producteurs en

    fin de campagne ? Ou est ce que ce reliquat des frais de cotisation revient au groupement ?

    Est ce que le propritaire de la motopompe ou le producteur ayant droit dexploitation de la

    parcelle paye les frais de location exige au mme titre que tous les membres du

    groupement ?

    Dterminer linvestissement des producteurs et les revenus non montaires : les frais

    de main duvre et les services consommes (transport, alimentation, soins de sant, etc.) ne

    sont pas clarifis, ni soustraits des revenus de la vente afin de dterminer le bnfice rel.

    Le poids dun sac doignon : selon les producteurs, les produits de rcolte sont

    conditionns dans des sacs de 165 kg. Cependant nous navons pas effectu des mesures la

    balance pour dterminer le poids moyen des sacs doignon.

    Le fonctionnement des structures dappui ou daide aux producteurs ; lADRK (Association

    pour le Dveloppement de la Rgion de Kaya) et la caisse populaire : quelles sont les

    conditions dobtention de prt par la cooprative rizicole, lUDGPM-K ou les producteurs

    individuels ?

    Le CLE de Korsimoro : les services dconcentrs des ministres de llevage et de

    lenvironnement tout comme la mairie ne sont pas reprsents au sein du CLE, pourtant la

    prfecture qui sest dissout avec la reforme institutionnelle occupe une place prpondrante

    (vice-prsidence). Une restructuration serait ncessaire pour impliquer tous les acteurs tels

    que prvus par le PAGIRE (Plan dAction de Gestion Intgre des Ressources en Eau)

    (MAHRH, 2003).

  • 47

    BIBLIOGRAPHIE

    Arby D. & Van 't Hof, S. (2000). Evaluation dune motopompe Kirloskar TV-1/NW9ME

    Kakondji, Tombouctou, Mali. HIPPO InfoService , 19pp.

    ARID. (2004). Typologie des systemes d'irrigation en Afrique de l'Ouest sahelienne. ARID,

    33pages.

    Bakyono, D. (2007). Analyse de la filiere peche au Burkina Faso. MAHRH, FAO.

    Ouagadougou, 60pages + annexes.

    BRL-Ingenierie. (octobre 2001). Rehabilitation du perimetre de Korsimoro. Ouagadougou,

    59p+annexes: ONBAH.

    Emergence, I. S. (2005, cite dans SN-ERFAC 2006). Etude de refection du barrage de

    Korsimoro. Memoire technique (version definitive). Ouagadougou.

    Kraatz, D. B. (1977). Revetement des canaux d'irrigation. Italie, Rome: Collection FAO:

    Mise en valeur des terres et des eaux N 1 FAO Rome. .

    LOI N 055-2004/AN PORTANT CODE GENERAL DES COLLECTIVITES

    TERRITORIALES AU BURKINA FASO . (s.d.).

    LOI N/ 014/99/AN PORTANT REGLEMENTATION DES SOCIETES COOPERATIVES ET

    GROUPEMENTS AU BURKINA FASO.

    MAHRH. (2003). Plan d'action pour la gestion integree des ressources en eau.

    Ouagadougou: MAHRH. 62pages.

    NK-Consultant. (2011). Etude technique damnagement du primtre irrigu en amont du

    barrage de KORSIMORO Province de la Sanmatenga. Ouagadougou. 39pages+annexes.

    Phocaides, A. (2008). Manuel des techniques d'irrigation sous pression. Seconde edition.

    Italy, Rome: FAO. 305pages+annexes.

    PNUD. (2006). PROGRAMME DAPPUI LA DCENTRALISATION, LA

    PARTICIPATION CITOYENNE ET AU DVELOPPEMENT LOCAL (DEPACIDEL).

    SN-ERFAC. (Juin 2006). Rapport final de la mission de mise en place d'un comite local de

    l'eau sur le barrage de Korsimoro. Ouagadougou, 69 pages+ annexes: SN-ERFAC.

    Tamboura, H., & Bert, D. (1996). Systme traditionnel d'levage caprin sur le plateau central

    du Burkina Faso. Dans S. Lebbie, E. Kagwini, S. Lebbie, & E. Kagwini (ds.), Small

    Ruminant Research and Development in Africa. Proceedings of the Third Biennial

    Conference of the African Small Ruminant Research Network, UICC, Kampala, Uganda,5-9

    December 1994. Nairobi, Kenya. 326 pages: IRLI.

    YAMDE-Conseil. (Juin 2007). Plan communal de developpement de Korsimoro. Korsimoro,

    Burkina Faso 82 pages+annexes: YAMDE-Conseil.

  • 48

    ANNEXES

    Source : (BRL-Ingenierie, octobre 2001)

    Source : (BRL-Ingenierie, octobre 2001)

    43

    44

    45

    46

    47

    48

    49

    50

    51

    0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000

    Co

    tes

    (m)

    Volumes (millier de m3)

    Courbe Hauteur-volume, Barrage de Korsimoro

    43

    44

    45

    46

    47

    48

    49

    50

    51

    0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000

    Co

    tes

    (m)

    Surface (ha)

    Courbe hauteur - Surface, Barrage de Korsimoro

  • Liste des groupements rencontrs

    Noms des groupements Nature de linitiative de

    cration du groupement

    Groupements maraichers

    Union Dpartementale des Groupements Producteurs

    Marachers de Korsimoro (UDGPM-K) Collective

    1- NAKOGLBZANGA Individuelle

    2- NEB LA BOUMBOU (koupla) individuelle

    3- NEBNOMA (koupla Sabsin) collective

    4- RELWENDE (Koutoumtenga, Boussouma) collective

    5- RELWENDE (Nababouli) individuelle

    6- RELWENDE 2 collective

    7- RELWENDE 4 individuelle

    8- SOUGRNOMA (Ouds) individuelle

    9- TEGAWENDE individuelle

    10- WEND WAOGA (hanhui, Boussouma) collective

    11- WENDLAMANEGDA collective

    12- WENDLASONGDA (Koupla, Badnogo) Collective

    13- WENDMALGADE (Koupla, Signoguin) Individuelle

    14- WENDMALGADE (Oueds) Individuelle

    15- WENDSONGDA (Boussouma) Collective

    16- WENDSONGDE (Oueds) Individuelle

    17- ZEMESTAABA (fusionn avec Waogtaaba) Collective

    et 41 PRODUCTEURS INDIVIDUELS Individuelle

    Groupement de pcheurs

    1- Groupement Relwend Collective

    Groupement des leveurs

    Union Dpartementale Bangr-la-Goulgo des

    leveurs de Korsimoro (UDEBK) Collective

    1- Guianmwel de Poicin Individuelle

    2- Andal et pinal Individuelle

    3- Delwend individuelle

  • 51

    Liste des propritaires des motopompes recenss autour du barrage de Korsimoro

    NOM et PRENOM Petite

    motopompe

    Grosse

    motopompe

    Rive droite

    1 Balma Souleymane

    X

    2 Ouedraogo Idrissa X X

    3 Ouedraogo Hamado

    X

    4 Groupement Neeb-Nooma

    XX

    5 Sawadogo Hamidou de Raguitenga X

    6 Sawadogo Issaka X

    7 Yanogho Yacouba X

    8 Balma Ali X

    9 Balma Yacouba X

    10 Ouedraogo Moalim X

    11 Femme du ministre (Banane-Oignon)

    X

    12 Korogho Alidou X

    13 Ouedraogo Salam X

    14 Ouedraogo Mahamoudou X

    15 Ouedraogo Inoussa X

    16 Balma Rasman XX

    17 Groupement Namalogbzanga

    X

    18 Kourita Issaka XX

    19 Ouedraogo Aama X

    20 Ouedraogo Salam X

    21 Ipala Boureima X

    22 Femme de Ziniar

    X

    23 Kiemtore Alidou X

    24 Groupement Mixte Sugr-Nooma

    XX

    25 Groupement Fminin Sugr-Nooma

    X

    26 Groupement Tegwende

    X

    27 Ouedraogo Ousmane X

    28 Ouedraogo Adama Bila

    X

    29 Ouedraogo Karim

    X

    30 Ouedraogo Karim Wendmangd

    X

    31 Sawadogo Issa X

    32 Groupement Relwende

    X

    33 Ouedraogo Adama

    X

    34 Korogho Rasman

    X

    35 Groupement Zemestaaba

    X

    36 Bangre Madi

    X

    37 Balma Saada X

    Rive gauche

    38 Bangre Issaka X X

    39 Balma Seydou X X

    40 Balma Hamado X

    41 Pelegsonre Sayouba X

  • 52

    42 Sawadogo Sadou X

    43 Bangre Mahamoudou X

    44 Bangre Madi X

    45 Bangre Andre X

    46 Bangre Tassr X

    47 Balma Yacouba X X

    48 Sawadogo Yobi X X

    49 Sawadogo Hamado Zamma X

    50 Balma Salifou X X

    51 Balma Mahamoudou X

    52 Sawadogo Souleymane X

    53 Sawadogo Moussa X

    54 Balma Yacouba X X

    55 Balma Abasse X X

    56 Balma Moctar X X

    57 Kande Mariam X

    58 Balma Boureima X

    49 Balma Hamidou X

    60 Balma Rachid X

    61 Balma Harouna X

    62 Balma Saada X

    63 Bangre Alaye X

    64 Pelegsonre Issa X

    65 Pelegsonre Sayouba X

    66 Balma Seydou X

    67 Balma Halidou X

    68 Kiemtore Alidou X

    69 Sawadogo Salif X

    70 Sawadogo Harouna X

    71 Sawadogo Boukary X

    Total 67 43

  • 53

    Liste des participants la rencontre de restitution auprs des usagers du barrage

    N Nom et prnoms Nom du groupement Domaine dactivit N tlphone

    01 Balma karim Sougr nooma Oignon-riz 76-52-34-60

    02 Ouedraogo zouber Sougr nooma Oignon

    03 Sawadogo inoussa Rizicole waag-taaba Riz 75-63-18-97

    04 Balma kassoum Sougr nooma Oignon-riz 76-39-83-02

    05 Ouedraogo madi Soougr nooma Oignon-Riz 75-63-39-55

    06 Sawadogo S. pierre Rizicole waag-taaba Riz 75-63-98-91

    07 Sawadogo jean geswende Relwende pche Pcheur 75-37-74-04

    08 Balma souleymane UDGPMK Oignon 76-57-33-36

    09 Kiemtore halidou Prsident de lunion Oignon-riz 70-27-81-67

    10 Sawadogo T. daniel Prsident des leveurs levage 70-02-15-87

    11 Ouedraogo adama-richard leveurs levage 78-25-08-29

    12 Pelegsonre issaka Prsident des pcheurs Pche 75-39-57-08

    13 Ouedraogo amidou Relwende pche Pche 73-58-99-88

    14 Mme.Santi/Dianta habiba Agent du MAHRH Chef UAT 70-14-08-94

    15 Ouedraogo fatimata Individuel Agriculture 72-95-74-33

    16 Yamweogo fatimata Individuel agriculture

    17 Compaore fatimata Individuel Riziculture

    18 Sawadogo rasmata Individuel Riziculture

    19 Balma rasmata Ibdividuel Oignon 79-26-96-52

    20 Balma zalhata Sougr nooma Oignon

    21 Zabre hawa Sougr nooma Oignon

    22 Tankoano jean-pascal Consultant IWMI 72-07-58-19

    23 Ndanga kouali gal Consultant IWMI 75-41-71-37

    24 Sawadogo tassere Comptable de lunion 70-86-37-62

    25 Bangre issaka Wendmanegde Oignon 76-72-51-70

    26 Ouedraogo ousmane SUGR-NOMA Oignon 76-70-51-71

    27 Isnard mathieu Stagiaire- IWMI

    28 Kabre W. priva Stagiaire-IWMI

    29 Sawadogo mahamoudou Rizzicole waag-taaba Oignon-riz 70-51-42-31

    30 Korogo maliki Rizicole waag-taaba Riziculture 75-39-52-83

    31 Sawadogo souleymane Individuel Oignon 71-00-98-15

    32 Kiemtore salifo Sougr nooma Oignon 76-09-66-37

    33 Sawadogo yobi Individuel Oignon 76-83-60-18

    34 Tiraongo karim Rizicole waag-taaba Riziculture 79-44-51-98

    35 Kalmogo ousseni Agent du MARHH Chef ZAT 78-37-46-53

  • 54

    Termes de rfrence

Recommended

View more >