GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE ?· groupe de la banque africaine de developpement cameroun projet…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT CAMEROUN PROJET DAPPUI A LAMELIORATION DE LEFFICACITE DE LA DEPENSE PUBLIQUE (PAEDEP) RAPPORT DEVALUATION OSGE/GECL Octobre 2016 Publication autorise Publication autorise TABLE DES MATIRES I Orientation stratgique et justification......................................................................................... 1 1.1. Liens du projet avec la stratgie et les objectifs pays ................................................. 1 1.2. Justification de lintervention de la Banque ................................................................ 1 1.3. Coordination de laide ................................................................................................. 5 II Description du projet .................................................................................................................. 5 2.1 Composantes du projet ................................................................................................ 5 2.2 Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies ........................... 7 2.3 Type de projet.............................................................................................................. 7 2.4 Cot du projet et dispositifs de financement ............................................................... 7 2.5 Zone et bnficiaires viss par le projet ...................................................................... 9 2.6 Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre ....... 9 2.7 Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la conception du projet ................................................................................................ 10 2.8 Principaux indicateurs de performance. .................................................................... 11 III Faisabilit du projet ................................................................................................................. 11 3.1 Performance conomique et financire ..................................................................... 11 3.2 Impact environnemental et social .............................................................................. 12 IV Excution ................................................................................................................................ 14 4.1 Dispositions en matire dexcution ......................................................................... 14 4.2 Suivi .......................................................................................................................... 15 4.3 Gouvernance.............................................................................................................. 16 4.4 Soutenabilit .............................................................................................................. 16 4.5 Gestion des risques .................................................................................................... 16 4.6 Dveloppement des connaissances............................................................................ 17 V Cadre juridique ......................................................................................................................... 17 5.1 Instrument lgal ......................................................................................................... 17 5.2 Conditions associes lintervention de la Banque .................................................. 17 5.3 Conformit avec les politiques de la Banque ............................................................ 18 VI Recommandation .................................................................................................................... 18 Appendice 1 : Indicateurs socio-conomiques comparatifs du pays ................................................. I Appendice 2 : Tableau du portefeuille actif de la BAD au 30 mars 2016 ....................................... II Appendice 3 : Tableau rsum des interventions des bailleurs de fonds ........................................ III Appendice 4 : Justification du niveau de la contrepartie Gouvernementale .................................... V Appendice 5 : Carte de la zone du projet ..................................................................................... VIII Tableau 2.1-1 : Composantes et cots estimatifs du projet en MUC......................................... 6 Tableau 2.4-1 : Cot estimatif du projet par composantes ........................................................ 8 Tableau 2.4-2 : Cot estimatif du projet par source de financement ......................................... 8 Tableau 2.4-3 : Cot du projet par catgorie de dpenses ......................................................... 8 Tableau 2.4-4 : Calendrier des dpenses par composantes ........................................................ 9 i Sigles et abrviations AER Agence d'Electrification Rurale ARMP Agence de rgulation des marchs publics ARSEL Agence de Rgulation du Secteur de l'Electricit BAD Banque Africaine de Dveloppement BIP Budget dinvestissement public BM Banque Mondiale CNUCED Confrence des Nations Unies pour le Commerce et le Dveloppement CONSUPE Contrle suprieur de lEtat CSFP Comit sectoriel finances publiques DSCE Document de stratgie pour la croissance et lemploi DSP Document Stratgie Pays DGEPIP Direction gnrale de lconomie et de la programmation des investissements publics EDC Electricity Development Corporation FAD Fonds Africain de Dveloppement FEICOM Fonds spcial, d'quipement et dinterventions intercommunales FER Fonds dentretien routier FMI Fonds montaire international FR Fonds routier IDEV Independent Development Evaluation IDH Indice de Dveloppement Humain INTOSAI Organisation internationale des institutions suprieures de contrle des finances publiques MINEE Ministre de lnergie et de leu MINEPAT Ministre de l'conomie, de la Planification et de l'Amnagement du Territoire MINMAP Ministre des marchs publics MINTP Ministre des travaux publics PAP Plan dActions Prioritaires PEFA Public Expenditure and Financial Accountability / Revue des dpenses publiques et valuation de la responsabilit financire PIB Produit Intrieur brut PME Petite et Moyenne Entreprise PMFP Plan de modernisation des finances publiques PPBS Planification Programmation Budgtisation Suivi-valuation PTF Partenaires Techniques et Financiers SONATREL Socit nationale de transport de llectricit TIC Technologie de linformation et de la communication UC Unit de Compte Equivalences montaires Juillet 2016 Unit montaire = Franc CFA (XAF) 1 UC = 826,499 XAF 1 UC = 1,25999 Euros 1 UC = 1,39884 $ EU Anne fiscale [1er janvier 31 dcembre] ii Fiche de projet Fiche du client EMPRUNTEUR : Rpublique du Cameroun ORGANE DEXECUTION : Ministre de lEconomie, de la Planification et de lAmnagement du Territoire (MINEPAT) travers la Direction gnrale de lconomie et de la programmation des investissements publics (DGEPIP) Plan de financement Source Montant (UC) Instrument FAD 11.210.000 UC Prt BAD 14.200.000 EUR (11.269.931 UC) Prt Gouvernement 860.000.000 XAF (1.040.533 UC) COT TOTAL 23.520.464 UC Importantes informations financires BAD et FAD (Pays mixte) Prt BAD* Prt FAD Monnaie du prt / don EUR UC Type dintrts Flottant Fixe Marge du taux dintrt* 0.80% + marge de financement de la Banque + Prime de maturit** 1% Commission de service Non applicable 0,75% par an sur le montant du prt dcaiss non encore rembours Commission dengagement Graduelle de 0,25% 0,75%. 0,5% sur le montant du prt non dcaiss 120 jours aprs la signature de lAccord de prt Autres frais Non applicable Non applicable Maturit 25 ans 30 ans Diffr damortissement 8 ans 5 ans Echances Semestriel Semestriel TRF, VAN (scnario de base) Sans objet Sans objet TRE (scnario de base) Sans objet Sans objet * PFT= Taux de base + Marge sur cot d'emprunt + Marge sur prt + Prime de maturit **Prime de maturit: Le PFT introduit une structure de prix en fonction de l'chance moyenne pondre du prt, permettant ainsi un allongement de l'chance maximale et de la priode de grce. Par consquent, pour les prts avec une chance moyenne pondre suprieure l'chance moyenne pondre maximale du PMVA, une Prime de maturit est rajoute au Taux prteur applicable comme suit: Si chance moyenne pondre iii Dure principales tapes (attendues) Approbation de la note conceptuelle Juin 2015 Evaluation du projet Aot 2015 Rvaluation du projet Juillet 2016 Approbation du projet Novembre 2016 Entre en vigueur Janvier 2017 Dernier dcaissement 31 dcembre 2020 Achvement 30 mars 2021 Dernier remboursement / Prt BAD Dcembre 2040 Dernier remboursement / Prt FAD Dcembre 2045 iv Rsum du projet Aperu gnral du projet Titre du Programme / Numro: Projet dappui lamlioration de lefficacit de la dpense publique (PAEDEP) / Code SAP : P-CM-KA0-009 Porte gographique: Territoire national Dlai global : 48 mois (Janvier 2017 Dcembre 2020) Financement: prt FAD 11.210.000 UC ; Prt BAD : 14.200.000 EUROS ; Contrepartie 1.040.533 UC Instrument oprationnel: Appui Institutionnel Secteur: Gouvernance conomique Rsultats du projet et bnficiaires directs Les bnficiaires directs des rsultats du projet sont les administrations transversales impliques dans la planification, la budgtisation et la gestion des investissements publics, (MINEPAT ; MINFI ; ARMP ; MINMAP), ainsi que les structures techniques en charge de la gestion des infrastructures de transport et de lnergie. Le projet aura un impact positif sur la qualit des projets du Programme dinvestissements publics et donc sur le taux dexcution du budget dinvestissements publics. Les capacits oprationnelles de ces structures seront renforces en matire de planification stratgique, prparation des projets et passation des marchs. En dfinitive, le projet aura un impact sur la croissance conomique, lentretien routier, laccs llectricit, grce lamlioration de la qualit de la dpense dinvestissements publics en gnral et dans les deux secteurs susmentionns en particulier. Tous les bnficiaires ont contribu la conception du projet et ils seront par ailleurs fortement impliqus dans sa mise en uvre. valuation des besoins et justification Le Cameroun est engag depuis les cinq dernires annes dans un vaste programme dinvestissements publics pour lever les principaux goulots dtranglement qui psent sur le secteur priv et la croissance conomique. Le dficit en infrastructures de transport et dnergie constitue en effet les principales contraintes la promotion du secteur priv et la comptitivit de lconomie. Le faible niveau de prparation des projets constitue lun des principaux obstacles lexcution du programme dinvestissements publics. La Banque a men une tude sur la gestion des investissements publics et des revues de dpenses dans les secteurs du transport et de lnergie. Ces tudes ont fait ressortir les faiblesses institutionnelles qui affectent la qualit de la dpense publique. Les besoins de renforcement des capacits humaines et institutionnelles ont t valus sur la base de ces tudes et des rencontres avec les diffrentes structures. Valeur ajoute de la Banque La Banque a t au cours des cinq dernires annes, chef de file du comit sectoriel finances publiques au sein des partenaires techniques et financiers du pays. Depuis 2014, elle est chef de file pour le secteur des infrastructures de transports. Les tudes menes par la Banque sur la gestion des investissements publics, ainsi que les revues des dpenses ont renforc les connaissances de la Banque dans les domaines couverts par le projet, ce qui lui confre un avantage comparatif pour mener le dialogue sur les rformes, en coordination avec les autres PTF. Lune des innovations majeures du projet porte sur lappui la cration dun fonds de maturation des projets et le financement dtudes techniques de projets dinvestissements structurants inscrits dans le programme durgence du Gouvernement. Plusieurs dpartements au sein de la Banque seront impliqus dans le suivi du projet, savoir les dpartements de la gouvernance, des transports, de lnergie ainsi que le dpartement rgional Afrique centrale. Le dpartement en charge des questions fiduciaires apportera galement son appui. Gestion des connaissances Le projet prvoit la ralisation de plusieurs tudes, notamment une tude sur la privatisation de la gestion de lentretien routier, et la ralisation dun ATLAS des nergies renouvelables. Ces tudes contribueront lamlioration des connaissances de la Banque et de lensemble des parties prenantes. Elles seront dissmines au sein de la Banque et au niveau national et serviront de fondements des rformes et des investissements. v Calendrier dexcution du Projet AnnesActivits / Mois J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F MPralable au dmarragePrsentation au ConseilEntre en vigueur du Prt FADEntre en vigueur du Prt BADRecrutement Coordonnateur et Experts UGPMise en place de UGPElab, Manuel des procduresMission de lancement du projetEquipements et fournituresPrparation des dossiers d'appel d'offresLancement des appels d'offresAdjuduication et signature des contratsLivraisons biens et installationsServices de ConsultantsEalboration TDR et des AMIConstitution des Listes restreintesPublication des demandes de propositionsPrestations des services de consultantsAssist techMise en uvre EtudesAssist techAssist. Tech. ARMP Assist Tech MINEPATConsultants nationauxFormationFormation localeFormation sous-rgionVouages d'tudesGestiondpenses de focntionnementrevue mi-parcoursSuivi-valuation 0Runion du CPPAudit annuel des comptesAudit final des comptes2016 2017 2018 2019 2020 2021vi Cadre logique ax sur les rsultats Pays et titre du projet: Cameroun Projet dappui lamlioration de lefficacit de la dpense publique (PAEDEP) But du Projet : Contribuer amliorer la gestion budgtaire et limpact de la dpense publique dans les secteurs de lnergie et des transports CHAINE DES RESULTATS INDICATEURS DE PERFORMANCE MOYEN DE VERIFICATION RISQUES/MESURES DATTENUATION Indicateur (y compris les ISC) Situation de rfrence Cible ImpactAcclration de la croissance Taux de croissance du PIB 5,2% en moyenne pour la priode 2011-2015 5,5 % en moyenne pour la priode 2016-2020 Rapport de mise en uvre du DSCE EFFETSEffet 1 Amlioration de lexcution des dpenses dinvestissements publics Taux dexcution du budget dinvestissement 70% en 2020 Rapport dexcution du BIP (MINEPAT) Risque de ralentissement dans la mise en uvre des rformes : faible incitation des autorits politiques adopter les rformes dans les domaines couverts par le projet Mesure dattnuation : Poursuite du dialogue avec les autorits sur les diffrentes rformes. La circulaire sur les CDMT est le signe de lengagement des autorits. Effet 2 : Amlioration de lentretien du rseau routier Taux dexcution annuel du budget du Fonds routier consacr lentretien routier 41,9% en 2014 > 75% en 2020 Rapport annuel du Fonds routier Effet 3 : Amlioration de laccs lnergie lectrique Taux de raccordement de nouveaux abonns en zone rural au rseau lectrique 35% en 2014 40% en 2020 Rapport sur la mise en uvre du Plan directeur dlectrification rurale Composante 1 : Appui la maturation des projets dinvestissement public et la passation des marchs PRODUITS 1.1 Appui lamlioration de la planification et suivi-excution des investissements publics 1.1.1 Guide mthodologique de maturation des projets dinvestissements et de prparation du BIP Guide mthodologique adopt en 2010 non maitris par les Ministres sectoriels car comportant des faiblesses au niveau oprationnel (moins de 50% de projet du BIP sont matures) Guides mthodologiques rviss et adapts aux besoins des Ministres sectoriels (Objectif : plus de 75% de projets du BIP matures partir de 2017 Copie du nouveau Guide adopt par la DGEPIP Risque li la capacit de mise en uvre des activits du projet en raison des dysfonctionnements au sein des administrations en rapport avec les chevauchements des attributions Moyen Mesure dattnuation : Lune des activits prvue par le projet, porte sur la clarification des rles des diffrents acteurs et la rvision des cadres institutionnels. La mise en uvre des conclusions des tudes contribuera attnuer les risques de dysfonctionnement des administrations bnficiaires du projet. Risque fiduciaire : le faible niveau de Gouvernance dans le pays pourrait affecter lutilisation efficiente des ressources du projet. Mesure dattnuation : Un systme de gestion comptable et financire sera mis en place pour assurer une gestion des ressources du projet conforme aux rgles et procdures de la Banque. 1.1.2 Banque de projets au MINEPAT Absence dune banque de projet au MINEPAT en 2015 Banque de projet oprationnelle en 2018 Rapport dactivits de la DGEPIP 1.1.3 Fonds de maturation des projets dinvestissement Absence de fonds de maturation des projets en 2015 Fonds de maturation des projets oprationnel en 2018 Rapport dactivits de la DGEPIP 1.1.4 Nombre dtudes techniques, APD et APS raliss dans les secteurs du transport et de lnergie avec le fonds de maturation des projets 0 tudes en 2015 Au moins 6 tudes compltes dans les transports et 5 tudes de sites hydrolectriques ralises avant 2020 Copie des tudes valides par le MINTP et le MINEE 1.1.5 Systme de suivi valuation au du budget dinvestissements public (BIP) Systme de suivi-valuation inoprant en 2015 Systme de suivi rvis permettant dlaborer un rapport exhaustif sur la mise en uvre du BIP Rapport dactivits de la DGE 1.2 Appui lAmlioration du systme de passation des marchs publics 1.2.1 Stratgie de renforcement des capacits dans le domaine des marchs publics Absence de stratgie en 2015 Stratgie disponible en 2017 Copie de la stratgie adopte par lARMP 1.2.2 Systme dinformation et darchivage des donnes et de documents des marchs publics Absence dun systme dinformation et darchivage intgr Systme darchivage oprationnel en 2018 Rapport dactivits de lARMP 1.2.3 Audits rgulier des marchs publics (ARMP) Audit irrgulier des marchs publics depuis 2010 Audits des marchs publics 2015 2019 raliss dans les dlais Rapport dactivits de lARMP Composante 2 Appui la planification stratgique et la gestion dans les secteurs du transport et de lnergie 2.1 Appui la planification stratgique des investissements en infrastructures de transports et la gestion de lentretien routier 2.1.1 Stratgie de dveloppement des activits de maturation des projets dinfrastructures au MINTP Absence de stratgie en vue de la maturation des projets dinfrastructures, en collaboration avec les autres Ministres sectoriels en 2015 Stratgie labore et mise en uvre partir de 2018 Rapport de la Direction des tudes du MINTP 2.1.2 Rapport dtude-diagnostic sur lentretien routier en vue dune rforme dans le sous-secteur Absence dtude holistique sur la problmatique de lentretien routier (bilan de la privatisation de lentretien routier, entretien routier en rgie ; performance des PME et du de processus de leur contractualisation) Rapport dtude disponible en 2018 assorti dune proposition de rforme Rapport de la Direction des tudes du MINTP 2.1.3 Base de donnes des PME au MINTP en vue dune meilleure gestion des PME intervenants dans lentretien routier Absence dune base de donnes des PME en 2015 Base de donnes oprationnelle en 2018 Rapport de la Direction des tudes du MINTP vii CHAINE DES RESULTATS INDICATEURS DE PERFORMANCE MOYEN DE VERIFICATION RISQUES/MESURES DATTENUATION Indicateur (y compris les ISC) Situation de rfrence Cible 2.1.4 Nombre de PME dans le secteur routier formes dans les domaines ci-aprs : soumission aux appels doffres, gestion de contrat, formation continue des agents conducteurs et mcaniciens Aucune formation en 2015 Au moins 50 PME formes par an partir entre 2016 et 2020 dont 30% de PME dtenues par les femmes Rapport dactivits du MATGENIE 2.2 Appui lamlioration du cadre de gestion et de de rgulation dans le secteur de lnergie 2.2.1 Rapport dtude sur la rvision du cadre institutionnel du MINEE afin de clarifier les rles et les responsabilits des acteurs Absence dtude en 2015 Disponibilit dune tude assortie de propositions en 2018 Rapport de la Direction de lnergie du MINEE 2.2.2 Plan National d'Efficacit Energtique et de son cadre institutionnel Absence dun plan national d'efficacit nergtique jour en 2015 Disponibilit dun plan jour en 2018 Rapport de la Direction de lnergie du MINEE Rapport de la Direction des nergies renouvelables du MINEE 2.2.3 Ralisation dun ATLAS sur les nergies renouvelables Absence dun ATLAS des nergies renouvelables en 2015 Disponibilit dun ATLAS en 2019 2.2.4 Mise en place dun cadre de gestion du patrimoine et daudit des systmes lectriques (EDC). Absence dun cadre fiable de gestion du patrimoine lectrique du pays en 2015 Disponibilit dun systme en 2017 Rapport dactivits dEDC 2.2.5 Nombre dagents dEDC forms en matire dingnierie financire/juridique et techniques de montage de projet en PPP dans le secteur de lnergie Aucune formation ralise en 2015 Au moins 10 personnes formes par an entre 2016 et 2020 dont 30% de femmes Rapport dactivits dEDC ACTIVITS CLS COMPOSANTES RESSOURCES Composantes Devise M. Locale Total Pourcentage 1. Appui la maturation des projets dinvestissement public et la passation des marchs 4.370,8 3.144,2 7.515,1 32% 1.1 Appui lamlioration de la planification et suivi-excution des investissements publics 1.926,1 1.597,9 3.524,0 15% 1.2 Appui lAmlioration du systme de passation des marchs publics 2.444,7 1.546,4 3.991,1 17% 2. Appui la planification stratgique et la gestion dans les secteurs du transport et de lnergie 9.775,1 2.890,6 12.665,7 54% 2.1 Appui la planification stratgique des investissements en infrastructures de transports et la gestion de lentretien routier 4.253,0 1.617,9 5.871,0 25% 2.2 Appui lamlioration du cadre de gestion et de rgulation dans le secteur de lnergie 5.522,1 1.272,7 6.794,8 29% Gestion du projet 225,4 2.043,8 2.269,2 10% TOTAL COUT DE BASE 14.371,3 8.078,7 22.450,0 95% Provisions pour alas 718,6 351,9 1.070,5 5% COUT TOTAL DU PROJET 15.089,9 8.430,6 23.520,5 100% FAD 6.258,6 4.951,4 11.210,0 47,7% BAD 8.831,3 2.438,7 11.269,9 47,9% GOUV 0,0 1.040,5 1.040,5 4,4% 1 RAPPORT ET RECOMMANDATION DE LA DIRECTION DU GROUPE DE LA BANQUE AU CONSEIL DADMINISTRATION CONCERNANT UN PROJET DAPPUI LAMELIORATION DE LEFFICACITE DE LA DEPENSE PUBLIQUE (PAEDEP) EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN La Direction soumet le prsent rapport et sa recommandation concernant une proposition de prt du Fonds africain de dveloppement (FAD) dun montant de 11.210.000 Units de Compte (UC) et dun prt BAD de 14.200.000 Euros au Gouvernement de la Rpublique du Cameroun pour le financement du Projet dAppui lAmlioration de lEfficacit de la Dpense Publique (PAEDEP). I Orientation stratgique et justification 1.1. Liens du projet avec la stratgie et les objectifs du pays 1.1.1. Les axes prioritaires du dveloppement du pays ont t dfinis dans le Document de stratgie pour la croissance et lemploi (DSCE) qui couvre la priode 2010-2020. Ils visent : (i) porter la croissance 5,5% en moyenne annuelle au cours de la priode 2010-2020 ; (ii) ramener le sous-emploi de 75,8% moins de 50% en 2020; et (iii) rduire le taux de pauvret montaire de 39,9% en 2007 28,7% en 2020. Pour latteinte des objectifs susmentionns, le Gouvernement envisage de mettre en uvre, de manire cohrente et intgre, une stratgie trois axes, comprenant : (i) une stratgie de croissance, (ii) une stratgie demplois, et (iii) une stratgie damlioration de la gouvernance et de la gestion stratgique de lEtat. Le PAEDEP sinscrit dans le cadre de la mise en uvre du DSCE, travers les objectifs fondamentaux suivants de la stratgie de dveloppement du pays : (i) relever progressivement de 20 30% ( lhorizon 2020) la part de linvestissement public dans les dpenses totales de lEtat ; (ii) affecter massivement des ressources aux grands projets dinvestissement public ; et (iii) procder des allgements importants sur les procdures de passation des marchs. 1.1.2. De mme, le projet est en phase avec deux des cinq priorits oprationnelles de la Stratgie 2013-2022 de la Banque, notamment celles relatives au dveloppement des infrastructures et la gouvernance et responsabilit . Il concourt galement latteinte de deux objectifs parmi les cinq grandes priorits (High-Five) de la Banque, savoir industrialiser et clairer lAfrique. Lopration est enfin conforme aux deux Piliers du Document de Stratgie-pays (DSP) de la Banque au Cameroun pour la priode 2015-2019, qui visent : (i) renforcer les infrastructures pour une croissance inclusive et durable et, (ii) renforcer la gouvernance sectorielle pour lefficacit et la prennit des investissements structurants. Le second pilier du DSP vise renforcer la gouvernance, singulirement dans les secteurs des transports et de lnergie qui concentrent le plus dinvestissements structurants du Gouvernement (plus de 27% du budget dinvestissement public en 2014), et qui sont galement des domaines de concentration des interventions de la Banque (78% du portefeuille actif). Enfin, les actions de renforcement soutenues par le projet sont en adquation avec le Pilier 1 Gestion du secteur public et gestion conomique et le Pilier II gouvernance sectorielle du Cadre stratgique et du second Plan dAction Gouvernance (PAG II) 2014-2018 de la Banque, 1.2. Justification de lintervention de la Banque 1.2.1 Le Gouvernement est engag depuis les cinq dernires annes dans la mise en uvre dun vaste programme dinvestissements publics visant combler le gap du pays en matire dinfrastructures conomiques. Le dficit en infrastructures structurantes et le renchrissement des cots des facteurs de production quil engendre constituent lune des principales entraves au dveloppement du Cameroun. En 2014, le Gouvernement a labor un programme durgence, dot dimportantes ressources financires et de mcanismes plus souples pour acclrer la ralisation des projets structurants. La Banque a accord en 2015 au pays une garantie partielle de crdit pour laider lever des fonds, afin de financer le programme 2 durgence. Toutefois, les taux dexcution annuels des diffrents budgets dinvestissements publics (BIP) demeurent faibles et ne permettent pas une absorption optimale des ressources. La faible qualit lentre des projets et des goulots dtranglement dans la chaine de la dpense publique en sont les principaux obstacles. La faible durabilit de certains ouvrages ainsi que linefficacit de la rgulation dans les secteurs cls, notamment celui de lnergie, ont galement t voqus comme un des facteurs qui impactent ngativement la ralisation des infrastructures qui devraient contribuer au bien-tre des populations. En accordant une garantie partielle de crdit au Gouvernement, la Banque stait engage accompagner le pays dans la maturation des projets dinvestissement du programme durgence. 1.2.2 Le prsent projet constitue la premire phase dune srie dappuis venir, en vue de lever les principales contraintes institutionnelles et organisationnelles auxquelles le Gouvernement camerounais fait face dans la gestion des finances publiques (GFP) et dans la gouvernance des secteurs du transport et de lnergie. Le projet vise, au niveau transversal, renforcer le cadre institutionnel ainsi que le processus de maturation, de programmation et de mise en uvre des investissements publics, tout en appuyant la modernisation ainsi que la rationalisation du cadre fiduciaire pour accroitre durablement lefficacit de la dpense publique. Au plan sectoriel, il sera question damliorer la durabilit des investissements et le cadre de rgulation dans le transport et lnergie. 1.2.3 Gestion des finances publiques (GFP) : Sur la base de la revue des dpenses publiques et de la responsabilit financire (PEFA) ralis en 2007, le Gouvernement a adopt le 26 dcembre 2007, la Loi portant Rgime Financier de lEtat (LRFE), introduisant ainsi le concept de gestion axe sur les rsultats. Un plan de modernisation des finances publiques, adopt en dcembre 2009 et actualis en 2012, a permis daccomplir, au cours de ces cinq dernires annes, dimportants efforts de rationalisation de la gestion budgtaire au Cameroun. Il porte notamment sur : (i) ladoption dune gestion budgtaire pluriannuelle avec ladoption, entre autres, du Cadre de Dpenses Moyen Terme (CDMT) et du budget programme partir de 2013 ; (ii) la cration du Comit interministriel dexamen des programmes (CIEP) et ; (iii) la mise en place des cellules Planification-Programmation-Budgtisation-Suivi-valuation (PPBS) dans les Ministres sectoriels. Malgr ces avances encourageantes, le systme de la GFP continue de faire face plusieurs dfis. 1.2.4 En effet, le cadre juridique demeure incomplet, ce qui ne facilite pas le suivi et le contrle de lexcution budgtaire. Au niveau de la planification stratgique, la lisibilit du budget programme demeure insuffisante, en labsence de stratgies sectorielles et de Plans dactions prioritaires (PAP) adosss au DSCE. Au plan de la programmation et de la budgtisation, prs de la moiti des projets dinvestissement publics ne remplissent pas les conditions ainsi que les critres de maturit et de prparation technique. Dans ce contexte, le cycle des projets nest pas maitris, entranant la sous-consommation du BIP. Les trs faibles ressources budgtaires consacres par les diffrents ministres sectoriels aux tudes de projets et la faible capacit de leurs Directions des tudes prparer en interne des projets sont les principales contraintes qui entravent la disponibilit de projets de qualit dans le BIP. Au niveau de lexcution de la dpense, seule la dconcentration du pouvoir dordonnancement constitue un acquis important. Le circuit de la dpense reste marqu par : (i) sa longueur et sa complexit ainsi que le recours excessif aux procdures exceptionnelles ; et (ii) la pratique de la sur-rgulation budgtaire, se traduisant par un faible taux de consommation des crdits. La rforme du systme des marchs publics introduite en 2012 par la cration dun Ministre en charge des marchs publics est galement une source dinefficacit et ncessite une clarification des responsabilits et le renforcement des capacits des acteurs. Enfin, le systme dinformation de la GFP, constitu de multiples applicatifs souvent cloisonns, contribue fragiliser la gestion budgtaire intgre. La Caisse Autonome dAmortissement (CAA), qui assure la gestion de la dette publique, en particulier des dcaissements relatifs aux projets dinvestissements financs 3 par les PTF, est confronte lobsolescence du logiciel principal (CSDRMS) utilis par ses services et son manque dintgration avec les autres outils de gestion. Selon lIndice Mo Ibrahim, le Cameroun a rgress en matire de gestion publique, passant dun score de 49,9% en 2008 45,9 en 2014. Le pays demeure toutefois au-dessus de la moyenne en Afrique centrale (40,9%). 1.2.5 Afin de faire face ses faiblesses, le Gouvernement a dcid de renforcer les comptences au niveau national en matire de planification et programmation budgtaire, ainsi que dans la prparation/valuation des projets et la gestion des emprunts/dcaissements. Il envisage galement la mise en place dun fonds de maturation des projets qui aura pour vocation de financer les tudes en vue dalimenter le BIP, de projets de qualit. Au niveau des marchs publics, le Gouvernement a constitu en 2015 une quipe dexperts nationaux afin de rviser le code des marchs publics. 1.2.6 Aprs concertation avec les autres partenaires techniques et financiers membres du Comit sectoriel finances publiques (CSFP), la Banque a dcid de concentrer ses appuis dans le cadre du prsent projet, sur les axes ci-aprs du plan de modernisation des finances publiques : (i) amlioration de la planification, programmation et budgtisation des dpenses dinvestissements ; (ii) amlioration du systme de passation des marchs et ; (iii) renforcement du dispositif de suivi-valuation. Les autres PTF membres du CSFP apporteront des appuis au Gouvernement pour amliorer les systmes dinformations dans la gestion des ressources fiscales, dans la comptabilit publique ainsi que les systmes de contrle. Dans le cadre dune seconde phase du prsent projet, la Banque pourra tendre ses interventions dans dautres domaines des dpenses publiques, qui nauront pas t suffisamment couverts par les autres PTF. 1.2.7 Secteur des Transports : Le sous-secteur des transports routiers reprsente environ 25% des investissements publics. Mme si les dpenses budgtaires dans ce secteur ont augment en valeur absolue au cours des dernires annes, leur excution est reste en de des performances assignes par les autorits. Plus de 90% des projets initis ne se terminent pas dans les dlais prvus. La lourdeur des engagements, la lenteur du processus de passation des marchs et la longueur du circuit de paiement des dpenses sont les principaux lments dexplication. Dans ces conditions, la dpense publique routire na encore quune trs faible incidence sur la comptitivit de lconomie. Les cots de transports baissent assez lentement, contrairement ce qui est observ en Afrique subsaharienne, malgr une demande en progression de plus de 15% par an. 1.2.8 En matire dentretien routier, contrairement de nombreux pays en Afrique subsaharienne, la gestion du rseau class na pas encore t confie une agence routire spcialise. Selon le dcret No : 2013/334 du 13 septembre 2013, portant organisation du ministre des Travaux publics (MINTP), la gestion du rseau routier relve de la Direction gnrale des travaux dinfrastructures. Le Fonds Routier (FR), cr en 1998 et oprationnel depuis le 1er janvier 1999 a pour mission de (i) mobiliser le financement, (ii) scuriser les ressources affectes lentretien des routes classes prioritaires ainsi que des voiries urbaines et, (iii) assurer le paiement des prestations aux entreprises. Cet tablissement Public Administratif de type particulier est plac sous la tutelle technique du Ministre des Travaux Publics et sous la tutelle financire du Ministre des Finances (MINFI). De sa cration jusquen 2011, le FR a opr sous la forme dun fonds routier de premire gnration. Lapplication en 2011, du principe de lunit de caisse dans le cadre de la loi portant rgime financier de ltat, a induit une perte dautonomie du FR, essentielle son statut et son fonctionnement optimal. Cette nouvelle donne a eu parfois pour consquence, des retards importants de paiement, une dgradation de la situation financire des prestataires et de la crdibilit du FR vis--vis des Banques commerciales. Elle a ainsi constitu une menace pour la mise en uvre efficace du programme dentretien routier et pour la durabilit des infrastructures routires. Le 4 Gouvernement tudie les modalits de la migration du FR vers un fonds routier de deuxime gnration. Dans le cadre du dialogue avec les PTF, lissue de la session du Conseil national de la route (CONAROUTE) de mai 2015, le gouvernement examine la proposition de mettre en place un plan dans ce sens. 1.2.9 Par ailleurs, en ce qui concerne les PME intervenant dans le sous-secteur, outre les difficults financires voques ci-avant, elles font face des contraintes techniques, lies essentiellement aux problmes daccs aux matriels dentretien routier et la faible qualification du personnel en charge de la gestion et de lentretien de ce matriel. Le projet vise amliorer la gouvernance dans le secteur des transports aussi bien en matire de planification, suivi-valuation, que dans la gestion de lentretien routier. Le projet contribuera la mise en place dune base de donnes sur les PME et au renforcement de leurs capacits, en partenariat avec les centres de formations du MATGENIE1. 1.2.10 Secteur Energie : Le secteur de lnergie reprsente environ 12% des investissements publics au Cameroun. Il fait lobjet dun investissement consquent et reprsente, avec le secteur des transports, 78% des engagements de la Banque au Cameroun en 2014. La revue des dpenses publiques du secteur de lnergie, ralise en 2014, avec lappui de la Banque, a permis didentifier plusieurs insuffisances entravant lefficacit des investissements du secteur. Il sagit notamment : (i) de linadaptation des outils de planification et daide la dcision ; (ii) des insuffisances institutionnelles et rglementaires lies, dune part, labsence de certains textes dapplication conscutive la loi de 2011 sur llectricit et, dautre part, au besoin de clarification des rles, des attributions et des responsabilits des principaux acteurs du sous-secteur de llectricit ; et (iii) de linadaptation des capacits institutionnelles des principaux acteurs du secteur, notamment : le Ministre de lEnergie et de lEau (MINEE), lAgence de Rgulation du Secteur de lElectricit (ARSEL), la Socit Nationale de Transport de lElectricit (SONATREL), Electricity Development Corporation (EDC) et lAgence dElectrification Rurale (AER). 1.2.11 Sur le plan des outils de planification et daide la dcision, bien que le MINEE ait labor un Document de stratgie sectorielle en 2011, on observe que le sous-secteur lectrique ne dispose daucun Plan directeur jour. Le dispositif lgal, institutionnel et rglementaire a fait lobjet dun certain nombre de rformes. Il sagit notamment de lentre en vigueur de la Loi sur llectricit en 2011 et la mise en place de nombreux acteurs en charge de la gestion du patrimoine (EDC), de la gestion du rseau de transport de llectricit (SONATREL), du dveloppement de llectrification rurale (AER) ; du dveloppement des nergies renouvelables, et de la rgulation (ARSEL). 1.2.12 Par ailleurs, ce dispositif institutionnel, reste confront des contraintes qui sont lies linterfrence entre les diffrents acteurs, dune part, aux insuffisances du cadre juridique et la non oprationnalit du gestionnaire des rseaux de transport, dautre part. Une clarification des rles, des attributions et des responsabilits des principaux acteurs du sous-secteur de llectricit savre ncessaire pour optimiser les actions et investissements raliss. LARSEL, quant elle, a besoin dun renforcement des capacits et des outils daide dans le domaine de la protection des consommateurs, de la rgulation et du contrle de la qualit de service du renforcement des systmes dinformation. Lappui spcifique au sous-secteur de llectricit travers le prsent projet, vise ainsi aider le pays relever les dfis susmentionns en dotant les acteurs des capacits dtudes doutils de planification et daide la dcision. 1 Le Parc national de matriel et de Gnie Civil (MATGENIE) est un Etablissement public caractre industriel et commercial (EPIC) qui a pour mission : (i) assurer lacquisition, la maintenance, le renouvellement et la location du matriel utilis par les services administratifs et les collectivits publiques, et destins la construction et lentretien du rseau routier national ; (ii) assurer les mme prestations, mais titre onreux au secteur priv ; (iii) former dans le domaine dentretien et de conduite des matriels des travaux publics pour les personnels du secteur public et des PME. 5 1.3. Coordination de laide 1.3.1 La coordination de laide et la coopration avec les bailleurs de fonds relve du Ministre de lEconomie, de la Planification et de lAmnagement du Territoire (MINEPAT). La Direction de lIntgration Rgionale (DIR) du MINEPAT est le point focal de la Banque. En conformit avec le principe dalignement de la Dclaration de Paris, les PTF, sefforcent de sassurer que leurs interventions sont alignes sur le DSCE et concourent la ralisation de ses priorits. La Banque est membre actif du Comit multipartenaire (CMP), ce qui lui permet de prendre part aux groupes de travail thmatiques qui servent de plateforme dchanges et de coordination des activits des partenaires au dveloppement dans le pays. Aprs avoir t Chef de File du Comit Sectoriel Finances Publiques (CSFP) entre 2009 et 2014, la Banque a pris la tte du Comit Sectoriel Transport en dcembre 2014. Les interventions de la Banque dans le domaine des finances publiques sont prpares en concertation avec les autres membres du CSFP, notamment la Banque mondiale, le FMI, lUnion europenne, la France et la GIZ. LAppendice 3 prsente les domaines de concentration de chaque PTF et le positionnement de chacun dans les diffrents axes de la rforme des finances publiques. 1.3.2 Dans le domaine des infrastructures de transport et de lnergie, la quasi-totalit des projets sont cofinancs avec les autres partenaires au dveloppement (Banque mondiale, Agence Japonaise de Coopration Internationale (JICA), Agence Franaise de dveloppement et la Banque de dveloppement des Etats de lAfrique Centrale). Une nouvelle plateforme de dialogue avec le MINEPAT a t mis en place au dbut de lanne 2016 sur les questions relatives la passation des marchs publics, les exonrations / indemnisations et les modalits en vue de lutilisation de linstrument appui budgtaire au Cameroun. Lannexe 5 prsente le positionnement des diffrents PTF au Cameroun. Pendant les missions didentification, de prparation et dvaluation du projet, lquipe de la Banque a eu des changes avec ces principaux PTF. Ces discussions ont permis dharmoniser les vues concernant notamment, les composantes du projet et le financement de lentretien routier. Tous ces partenaires ont reconnu limportance et la pertinence du prsent projet qui est en parfaite cohrence avec les interventions des autres partenaires. II Description du projet 2.1 Composantes du projet 2.1.1 Lobjectif gnral du projet est de contribuer amliorer la gestion budgtaire et renforcer limpact de la dpense publique dans les secteurs de lnergie et des transports. De manire spcifique, le projet vise raliser les extrants ci-aprs : Amlioration de la planification et la programmation des investissements publics en gnral et en particulier dans les secteurs de lnergie et des transports ; amlioration de la maturation et de la budgtisation des investissements publics ; amlioration du systme de contrle et daudit des marchs publics ; amlioration du systme de suivi-valuation des investissements publics ; amlioration de la gestion de lentretien routier ; amlioration de la rgulation et du contrle de la qualit dans le secteur de lnergie. 2.1.2 Le projet se dcline en trois (03) composantes : (i) Appui la maturation des projets dinvestissement public et la passation des marchs ; (ii) Appui la planification stratgique et la rgulation dans les secteurs du transport et de lnergie ; et (iii) Gestion du projet. Le tableau ci-dessous prsente le rsum des composantes et sous-composantes du projet ainsi que les principales activits qui seront menes. 6 Tableau 2.1-1 : Composantes et cots estimatifs du projet en Millions dUC Composantes Description des composantes Composante 1 - Appui la maturation des projets dinvestissement public et la passation des marchs 7,51 MUC Appui la maturation des projets et suivi-valuation de lexcution des investissements publics 3,52 MUC Rvision des guides mthodologiques et du cadre de maturation des projets dinvestissement ; Formations en matire dlaboration de projets, dvaluations ex-ante des impacts conomiques et financires des projets ; Mise en place dune banque de projets la DGEPIP, dot de fonctionnalits de suivi de la maturation des projets Etude et mise en place dun fonds de maturation des projets Dotation initiale en vue de rendre fonctionnel le fonds de maturation des projets ; Maturation des projets dans les secteurs des transports et de lnergie : Etudes APD et APS pour les projets routiers du programme d'urgences ; tudes compltes de 5-10 sites hydrolectriques; Mise en place des outils et dun systme de suivi-valuation du BIP Assistance technique la CAA pour la traduction en franais du logiciel de gestion de la dette (CSDRMS) et la formation des agents Appui lAmlioration du systme de passation des marchs publics 3,99 MUC Elaboration dune stratgie de renforcement des capacits dans le domaine des marchs publics lARMP et appui sa mise en uvre (modalits de cration dun Centre de formation lARMP ; dition et diffusion des recueils de textes et dossiers types sur les marchs publics) ; Mise en place dun systme dinformations et darchivage des donnes et documents sur les marchs publics lARMP et au MINMAP ; Evaluation de la performance des missions des observateurs indpendants et assistance loptimisation des audits des marchs publics raliss par lARMP ; Appui lARMP en vue de la ralisation rgulire des audits des marchs publics (assistance technique et financement des audits au moins pour les annes 2015 2017) Renforcement des capacits des agents de lARMP/MINMAP et des acteurs intervenants dans la passation et le contrle des marchs publics Composante 2 - Appui la planification stratgique et la rgulation dans les secteurs du transport et de lnergie 12,66 M UC Appui la planification stratgique et la rgulation dans le secteur des transports 5,87 MUC Cadre institutionnel : (i) Elaboration dune stratgie de dveloppement des activits de la Direction Gnrale des tudes techniques dans le processus de maturation des projets dinfrastructures et appui la mise en uvre ; (ii) Etude-diagnostic du cadre de lentretien routier en vue dune rforme dans le sous-secteur (bilan de la privatisation de lentretien routier, valuation de la performance du Fonds routier ; de lentretien routier en rgie ; de la performance des PME et du de processus de leur contractualisation ; de la performance dans la planification et la programmation de lentretien routier ; proposition de rformes) ; Outils et systmes de gestions (i) Acquisition dune application de Cartographie Interactive des Projets dInfrastructures ; (ii) Mise jour de lapplication de gestion des projets et de la programmation budgtaire (STRATEGIC) ; (iii) Elaboration dune base de donnes des PME au MINTP en vue dune meilleure gestion des PME intervenants dans lentretien routier Formations (i) Formations en GAR ; planification et laboration de CDMP/budgets programmes ; suivi-valuation (ii) Renforcement des capacits des acteurs pour la gestion dentretien des routes par niveaux de service (GENIS) (ii) Renforcement des capacits des PME intervenants dans lentretien routier (formations en soumission aux appels doffres, gestion de contrat, mcanique et entretien du matriel technique dans les centres de formations de MATGENIE) Appui la planification stratgique et la rgulation dans le secteur de lnergie 6,79 MUC Cadre institutionnel : Appui la rvision du cadre institutionnel du MINEE afin de clarifier les rles et les responsabilits des acteurs : MINEE; ARSEL; AER; FEICOM; SONATREL, EDC (tude et proposition dun nouveau cadre institutionnel) Planification stratgique : Ralisation du plan directeur du sous-secteur de llectricit ; Mise jour du Plan National d'Efficacit Energtique et de son cadre institutionnel (MINEE) ; Renforcement des capacits en matire de planification, maturation des projets, laboration de CDMT et suivi-valuation au profit du MINEE, ARSEL, SONATREL, EDC, AER (Formations et assistances techniques auprs structures) ; Outils et systmes de gestions : (i) Mise en place EDC d'un systme de gestion du patrimoine et audit des systmes lectriques (Assistance techniques et formations) ; (ii) Mise en place ARSEL dun systme moderne de rgulation de llectricit couvrant les domaines ci-aprs :(i) protection des consommateurs et rgulation de la qualit de service ; (ii) mcanismes de contrle des concessionnaires dans lexcution de leurs missions de service public et incidences tarifaires ; (iii) renforcement des systmes dinformation. (tudes techniques ; acquisitions dquipements techniques ; logiciels ; formations) (iii) Ralisation dun ATLAS des nergies renouvelables au Cameroun (tudes ; assistances techniques ; enqutes de terrain ; dition de lATLAS ; formations en dveloppement des nergies 7 Composantes Description des composantes renouvelables) ; (iv) Etude de modlisation du rseau de transport de llectricit et Acquisition de logiciels spcialiss pour la planification et la modlisation des ouvrages de transport de llectricit, assorti dune formation des personnels leur utilisation ; Formations techniques des acteurs dans les domaines ci-aprs : outils de production lectriques pour zones rurales et non connectes au rseau national ; normes de qualit dans lvaluation de lefficacit nergtique ; ingnierie financire/juridique et techniques de montage de projet en PPP dans le secteur de lnergie) Composante 3 Gestion du Projet 2,26 MUC TOTAL COUT DE BASE 22,45 M UC 2.1.3 Les annexes techniques C et B2 dcrivent les activits et les cots dtaills par composantes ainsi quune liste exhaustive des biens et services qui seront acquis dans le cadre du projet. 2.2 Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies 2.2.1 Pendant la prparation et l'valuation du projet, la Banque a explor plusieurs options concernant les domaines d'intervention, le nombre dinstitutions ou de bnficiaires appuyer et la nature du renforcement des capacits. Lune des options consistait, en ce qui concerne la question majeure de la maturation des projets, ne financer que la mise en place du cadre institutionnel et le renforcement des capacits des diffrents acteurs. Cette option a t rejete en raison de son impact limit. Il a t retenu dintgrer dans le projet, en plus du renforcement des capacits, la cration dun fonds de maturation des projets et la ralisation dun certain nombre dtudes techniques pour alimenter le Programme durgence en projets matures. La mise en place du fonds de maturation des projets se fera travers un processus participatif avec lappui dune assistance technique finance par le Projet. Le fonds sera aliment dans un premier temps par les fonds de contrepartie nationale et par une dotation prvue par le Projet. Les mcanismes de fonctionnement et le cadre fiduciaire de gestion du fonds auront t jugs satisfaisants par la Banque et les autres PTFs, le fonds est destin recevoir termes, des ressources des autres PTFs et du budget national pour assurer sa prennit. 2.3 Type de projet 2.3.1 Le PAEDEP est un projet dappui institutionnel financ par un prt FAD et un prt BAD. Le Cameroun ne remplit pas encore les critres pour les oprations dappui programmatiques, qui constituent le meilleur cadre de conduite des rformes. Le dialogue est en cours avec le Gouvernement et les autres PTF pour faire bnficier le pays de ce type dinstrument. Dans lattente, lappui institutionnel reste le meilleur instrument pour amliorer la gouvernance dans la gestion des finances publiques et dans les secteurs conomiques cls : Energie et transport. Par ce type dappui, la Banque entend par ailleurs consolider les renforcements des capacits dj apports travers les projets dinvestissements dans les secteurs de lnergie et du transport. 2.4 Cot du projet et dispositifs de financement 2.4.1 Le cot total du projet, hors taxes et hors droits de douane, est estim 23,52 millions dUC (soit environ 19,43 milliards de FCFA2), dont 15,08 millions dUC en devises (64%) et 8,43 millions dUC en monnaie locale (36%). Ces cots comprennent une provision de 2% pour imprvus physiques et une provision pour hausse des prix de 3% pour les dpenses en devises que pour celles en monnaie locale. La participation du FAD au financement du projet est de 11,21 millions dUC. Elle couvre le financement des quipements, les formations et assistances techniques, ainsi quune partie des cots de fonctionnement du projet. Le financement BAD 2 Au taux de change en vigueur au moment de lvaluation en juillet 2016 (1 UC = 826,499 F CFA) 8 slve 14,2 millions deuros (environ 11,26 millions dUC) et sert couvrir principalement les cots des quipements et des tudes de faisabilits de projets dans lnergie ainsi que le transport. Quant la contrepartie du Gouvernement, elle slve 1,04 million dUC (soit 4,4% du cot total du projet3) et contribue essentiellement au financement dune dotation initiale pour le fonds de maturation des projets, et au fonctionnement du projet. Les tableaux ci-aprs donnent plus de dtails sur le cot global du projet par composante, catgories de dpenses et sources de financement. Le tableau des cots dtaills est prsent en annexe technique. Tableau 2.4-1 : Cot estimatif du projet par composantes Composantes/Sous-composantes Cots en milliards FCFA Cots en millions d'UC % Total Devise M. Loc Total Devise M. Loc Total 1. Appui la maturation des projets dinvestissement public et la passation des marchs 3.612,5 2.598,7 6.211,2 4.370,8 3.144,2 7.515,1 32% 1.1 Appui lamlioration de la planification et suivi-excution des investissements publics 1.592,0 1.320,6 2.912,6 1.926,1 1.597,9 3.524,0 15% 1.2 Appui lAmlioration du systme de passation des marchs publics 2.020,5 1.278,1 3.298,6 2.444,7 1.546,4 3.991,1 17% 2. Appui la planification stratgique et la gestion dans les secteurs du transport et de lnergie 8.079,1 2.389,1 10.468,2 9.775,1 2.890,6 12.665,7 54% 2.1 Appui la planification stratgique des investissements en infrastructures de transports et la gestion de lentretien routier 3.515,1 1.337,2 4.852,3 4.253,0 1.617,9 5.871,0 25% 2.2 Appui lamlioration du cadre de gestion et de de rgulation dans le secteur de lnergie 4.564,0 1.051,9 5.615,9 5.522,1 1.272,7 6.794,8 29% Gestion du projet 186,3 1.689,2 1.875,5 225,4 2.043,8 2.269,2 10% TOTAL COUT DE BASE 11.877,9 6.677,0 18.554,9 14.371,3 8.078,7 22.450,0 95% FAD 4.926,4 3.897,4 8.823,9 5.960,6 4.715,6 10.676,2 48% BAD 6.951,5 1.919,6 8.871,0 8.410,7 2.322,5 10.733,3 48% GOUV 0,0 860,0 860,000 0,0 1.040,5 1.040,533 5% Provision pour alas physique (2%) 237,6 116,3 353,9 287,4 140,8 428,2 2% provision pour hausse des prix (3%) 356,3 174,5 530,8 431,1 211,1 642,3 3% COUT TOTAL DU PROJET 12.471,8 6.967,9 19.439,6 15.089,9 8.430,6 23.520,5 100% Tableau 2.4-2 : Cot estimatif du projet par source de financement (en milliers dUC) Source de financement Cut en devise Cot en monnaie locale Cot total en UC % FAD 6.258,63 4.951,37 11.210,00 48% BAD 8.831,26 2.438,67 11.269,93 48% Gouvernement 0,00 1.040,53 1.040,53 4% Cot total 15.089,89 8.430,57 23.520,46 100% Tableau 2.4-3 : Cot du projet par catgorie de dpenses (en milliers dUC) Catgorie de dpenses Cot en devise (UC) Cot en monnaie locale Cot total en UC % en A. Biens 2.044,1 546,4 2.590,4 11% B. Services 11.937,7 4.572,5 16.510,2 71% Assistance Technique 10.476,6 3.217,4 13.694,0 59% Formations 1.461,1 1.355,1 2.816,2 12% C. Fonctionnement 33,9 1.984,6 2.018,4 9% D. Divers (fonds de maturation) 355,7 636,4 992,1 4% Total du cot de base 14.371,3 7.739,9 22.111,2 95% Provision pour alas physique 287,4 140,8 428,2 2% provision pour hausse des prix 431,1 211,1 642,3 3% Cot total du Projet 15.089,9 8.091,8 23.181,7 100% 3 Lappendice 3 prsente la justification du niveau relativement faible de la contribution du Gouvernement 9 Tableau 2.4-4 : Calendrier des dpenses par composantes (en milliers dUC) Composantes/Sous-composantes 2017 2018 2019 2020 Total 1. Appui la maturation des projets dinvestissement public et la passation des marchs 549,6 3.136,5 2.452,3 1.376,7 7.515,1 1.1 Appui lamlioration de la planification et suivi-excution des investissements publics 157,3 1.397,0 1.247,5 722,3 3.524,0 1.2 Appui lAmlioration du systme de passation des marchs publics 392,3 1.739,5 1.204,9 654,4 3.991,1 2. Appui la planification stratgique et la gestion dans les secteurs du transport et de lnergie 1.766,2 4.887,7 3.296,4 2.715,5 12.665,7 2.1 Appui la planification stratgique des investissements en infrastructures de transports et la gestion de lentretien routier 677,9 1.775,9 1.679,5 1.737,6 5.871,0 2.2 Appui lamlioration du cadre de gestion et de de rgulation dans le secteur de lnergie 1.088,3 3.111,9 1.616,8 977,8 6.794,8 Gestion du projet 721,8 515,8 515,8 515,8 2.269,2 TOTAL COUT DE BASE 3.037,5 8.540,0 6.264,5 4.607,9 22.450,0 2.5 Zone et bnficiaires viss par le projet 2.5.1 La zone dinfluence du projet est lensemble du territoire national du Cameroun. Les bnficiaires directs du projet sont : le Ministre de l'conomie, de la Planification et de l'Amnagement du Territoire (MINEPAT), le Ministre des Finances (MINFI), le Ministre des Marchs publics (MINMAP), le Ministre des Travaux publics (MINTP), le Ministre de lEnergie et de lEau (MINEE), lAgence de Rgulation des Marchs publics (ARMP), lAgence de Rgulation du Secteur de l'Electricit (ARSEL), la Socit Nationale de Transport de lElectricit (SONATREL), la Caisse Autonome dAmortissement (CAA), le Fonds dEntretien Routier (FER), lAgence dElectrification rurale (AER), Electricity Development Corporation (EDC) et le Parc national de matriel du gnie civil (MATGENIE). Les bnficiaires indirects sont les agences contractantes du systme national de passation de marchs publics, les Cellules PPBS et les chargs de programmation-budgtisation dans les ministres sectoriels, les entits de production et de distribution dlectricit, les entreprises prives, plus particulirement celles oprant dans les domaines des travaux publics, de lentretien routier et de lnergie. Les bnficiaires finaux du projet sont les populations du pays, en particulier les femmes et les jeunes dont les proccupations seront mieux prises en compte travers une gestion budgtaire plus efficace aligne sur les stratgies sectorielles, donnant la priorit la cration demplois et tenant dment compte des questions dquit, de genre et de croissance inclusive. 2.6 Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre 2.6.1 Lors de la prparation, il a t procd une large consultation des acteurs du secteur public, du secteur priv, de la socit civile camerounaise et des partenaires techniques et financiers reprsents au Cameroun. Les consultations se sont faites travers des rencontres entre lquipe de la Banque et les responsables des structures. La plupart des structures ont adress la Banque des requtes dtailles sous forme de fiche-projet, qui ont servi de base de discussions au cours de lvaluation du projet. Cette approche, ainsi que lexploitation des tudes diagnostiques sur la gestion des finances publiques (PEFA, Plan de modernisation des finances publiques) et ltude sur lefficacit de la dpenses publique, a permis lquipe dvaluation de mieux apprhender les contraintes et les dfis auxquels font face les structures bnficiaires du projet et prendre en considration leurs besoins rels dans la formulation des composantes du projet. La plupart des sous-composantes du projet prvoient des activits de renforcement de capacits des acteurs non tatiques (socit civile et secteur priv), notamment au niveau du systme de passation de passation des marchs publics (formation, sensibilisation sur les thmes de la transparence) et sur llaboration dune base de donnes des PME en vue dune meilleure gestion des PME intervenants dans lentretien routier, etc. 10 2.7 Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la conception du projet 2.7.1. Dans le domaine de la gouvernance, la seule opration de la Banque en cours, porte sur le Projet dappui la modernisation du cadastre et au climat des affaires (PAMOCCA) approuv en novembre 20104. Ce projet, qui tait concentr dans quatre villes du pays, a bnfici dun appui additionnel en 2013 afin dtendre le champ de ses activits dans plusieurs autres rgions du pays. Le taux dengagement des ressources FAD du projet est estim environ 80%, avec un taux de dcaissement de 33%. La longueur excessive du processus de passation des marchs en gnral, et en particulier pour les deux plus grands contrats dassistances techniques du projet, est la cause principale du faible taux de dcaissement. Grce au renforcement du suivi et lintensification du dialogue avec la principale autorit contractante du pays, le Ministre en charge des marchs publics (MINMAP), ces deux contrats, ainsi que la quasi-totalit des marchs ont prsent t signs, et les activits ont dmarr. En dehors du PAMOCCA, la Banque a financ par le pass, plusieurs oprations qui ont t cltures. La dernire opration est relative un projet dappui des rformes en matire gouvernance (PARG) excut au cours de la priode 2006-2012. Ce projet visait les objectifs ci-aprs : (i) lamlioration de lefficacit ladministration publique et du systme judiciaire ; (ii) lamlioration de la gestion des finances publiques (renforcement des capacits des structures en charge du contrle budgtaire interne et externe, et du systme de passation des marchs publiques) ; et (iii) lintensification de la lutte contre la corruption. Le PARG a donn des rsultats mitigs, avec un taux dexcution denviron 35%, aprs trois annes de prorogation. Le rapport dachvement (ADF/BD/IF/2012/220) ralis en novembre 2012 a attribu la note globale de 2/4 sur la ralisation des activits. Selon le rapport, la faible appropriation du projet au niveau national, ltendue trop large des domaines couverts et les faibles capacits de la Cellule dexcution du projet ont t les principaux facteurs qui ont entrav latteinte des rsultats. 2.7.2. Ces faibles rsultats ont t corrobors par lvaluation ralise par IDEV en 2014 sur la mise en uvre de la stratgie et du programme de la Banque au Cameroun au cours de la priode 2004-2013. Outre les dfaillances susmentionnes, le rapport IDEV a relev la faible appropriation des autorits politiques, des rformes mettre en uvre, et du ct de la Banque, une insuffisance de la prise en compte dans la conception des oprations, des capacits relles dabsorption du pays. Le rapport a recommand une meilleure orientation du dialogue politique travers des travaux analytiques cibls et une bonne concertation avec les autres PTF et la socit civile, afin de susciter une demande de gouvernance interne forte. Ces recommandations ont t prises en compte dans la prparation de la prsente opration. En effet, la Banque, en concertation avec les autres PTF, a intensifi le dialogue avec les autorits sur les diffrents problmes de dveloppements couverts par le projet. Il sagit entre autres de la question de la maturation des projets dinvestissements, de la rforme du systme de passation des marchs, de la question de lefficacit de lentretien routier, de la rgulation et du renforcement des capacits des acteurs dans le secteur de llectricit. Ce dialogue, qui est men dans le cadre du Comit multipartenaire (CMP), repose sur des tudes-diagnostics menes par la Banque et les autres PTF, savoir ltude sur lefficacit de la dpense publique et la revue des dpenses dans les secteurs de lnergie et des transports. Le projet repose sur un fort engagement des autorits mettre en uvre des rformes dans les diffrents secteurs couverts, savoir : (i) la rforme des finances publiques ; (ii) la rvision du code des marchs publics ; (iii) la rforme du Fonds routier et de la gestion de lentretien routier ; et (iv) lamlioration de la rgulation dans le sous-secteur de llectricit. Le projet entend ainsi accompagner Gouvernement dans la mise en uvre de ces rformes cls. 4 Lappendice 2 prsente une analyse de la performance du portefeuille de la Banque au Cameroun. 11 2.7.3. Afin dacclrer la mise en uvre du projet, il a t retenu de dsigner des points focaux dans chaque structures bnficiaires, avec pour mission de coordonner la prparation des termes de rfrences et autres spcifications techniques des tudes menes ou quipements acqurir. Au cours du processus de prparation du projet, plusieurs structures bnficiaires ont prpar des termes de rfrences prliminaires, qui ont t transmis la Banque. Cela permettra un dmarrage des acquisitions ds la mise en vigueur des prts. 2.8 Principaux indicateurs de performance. 2.8.1. Les principaux indicateurs de performance identifis pour mesurer les rsultats attendus lachvement du prsent projet figurent dans le cadre logique ax sur les rsultats. Ce sont essentiellement : Impact du projet : taux de croissance du PIB maintenu niveau moyen de 5,5% entre 2016 et 2020. Effets du projet : (i) taux dexcution du budget dinvestissement au moins gal 70% en 2020 contre moins de 50% en 2014; (ii) Le taux dexcution du budget dentretien routier dau moins 75% en 2020 contre 41,9 en 2014 ; et (iii) Taux de raccordement de nouveaux abonns en zone rural au rseau lectrique 40% en 2020 contre 35% en 2014. Produits de la composante 1 : (i) tous les plans dactions prioritaires sectoriels labors avant la fin de 2017 ; (ii) banque de projet oprationnelle la DGEPIP en 2017 ; (ii) fonds de maturation des projets oprationnel en 2018 ; (iii) au moins six tudes compltes de projets routiers et 5 tudes compltes de sites hydrolectriques raliss entre 2016 et 2016 ; (iv) Rapports sur le suivi-valuation du BIP exhaustif partir de 2018 ; (v) audit des marchs publics raliss dans les dlais entre 2016 et 2020 ; et (vi) systmes dinformations et darchivages sur les marchs publics oprationnels en 2018. Produits de la composante 2 : (i) Migration du fonds dentretien routier vers un fonds de seconde gnration ; (ii) mise en place dune base de donnes des PME dans lentretien routier et formation des PME ; ; (iv) plan directeur du secteur de llectricit ralis en 2017 ; (v) ATLAS des nergies renouvelables raliss avant 2019 ; et (vi) systmes modernes de rgulation et de gestion du patrimoine dans le domaines de llectricit mis en place en 2018. 2.8.2. Les progrs vers latteinte des rsultats seront mesurs des intervalles rguliers, travers divers moyens, notamment : des missions de supervision rgulires de la Banque, la prsentation de rapports d'avancement trimestriels, l'tude de certains extrants tels que les rapports d'audit et les procs-verbaux des runions des points focaux sous la houlette des Experts sectoriels, qui constitueront galement un important outil de coordination les structures bnficiaires et Agence dexcution. Des preuves objectivement vrifiables de progrs sur les cibles les plus leves seront obtenues des rapports, et des rencontres de suivi trimestriel du portefeuille organises par CMFO avec les units dexcution des projets de la Banque au Cameroun. III Faisabilit du projet 3.1 Performance conomique et financire 3.1.1. Le prsent projet ne gnre pas de revenus directs, qui permettraient dtablir une rentabilit financire. Lapprciation de la performance du projet sappuie donc sur les effets directs et indirects de ses ralisations au niveau conomique et social, moyen et long termes. Au titre de limpact du projet sur la performance conomiques, il convient de souligner que la mise en uvre du PAEDEP permettra au Cameroun de disposer dune capacit accrue et doutils de gestion modernes, tant au plan transversal que sectoriel de gestion des investissements publics. En effet, le projet devrait entraner une amlioration durable de la 12 qualit de la gestion conomique et financire de lEtat, en particulier, lefficacit du circuit de la dpense ainsi que lamlioration de la qualit et de la pertinence des projets dinvestissements publics. 3.1.2. En outre, la capacit renforce en matire dlaboration des CDMT permettra davoir non seulement une vision globale moyen terme du budget mais galement une allocation optimale des ressources aux secteurs prioritaires. Par ailleurs, le renforcement du circuit de la dpense, travers une meilleure maturation et suivi des projets devra avoir un impact positif sur latteinte des objectifs de dveloppement du DSCE. En effet, une utilisation plus rationnelle des ressources affectes aux investissements concourt une meilleure efficience de la gestion macro-conomique et sectorielle, avec pour consquence, une efficacit accrue des programmes conomiques et sociaux visant lutter contre la pauvret. Lassainissement de la gestion qui sensuivra constitue un atout pour le gouvernement dans son dialogue avec les PTF, qui seront plus enclins soutenir des programmes conomiques mieux labors et en ligne avec les priorits nationales. En dfinitive, lon sattend une consolidation de la croissance conomique grce un meilleur effet dentrainement des investissements publics. 3.2 Impact environnemental et social Impact sur lenvironnement et le changement climatique 3.2.1 Les activits du Projet nont pas deffets ngatifs sur lenvironnement. Il est class dans la catgorie 3, du point de vue environnemental. Il est prvu que le projet finance des tudes dimpact environnemental des projets dans les secteurs du transport et de lnergie. Par ailleurs, les activits du projet orientes vers le renforcement des capacits humaines et institutionnelles nont pas dimpacts ngatifs sur le processus de changement climatique. Aspect sociaux et du genre 3.2.2 Impact social : Le projet a pour objectif d'accrotre la capacit du gouvernement mener des rformes et grer les ressources publiques de faon efficiente et efficace. Ainsi, il renforcera et mettra profit l'incidence du budget national sur la prestation de services et lamlioration du niveau d'excution du budget dinvestissement dans les secteurs prioritaires, conformment aux axes stratgiques de la DSCE. Une gestion saine des finances publiques est ncessaire pour assurer la compatibilit de la planification budgtaire avec la stabilit macroconomique et l'existence d'une base solide pour la fourniture de services de haute qualit au public. Le projet produira galement des externalits positives travers lacquisition des biens et services auprs des petites et moyennes entreprises (PME) locales, entranant ainsi un regain dactivits de ces units. De mme, lutilisation dun nombre significatif de superviseurs, enquteurs et agents de saisie locaux devrait renforcer le revenu et stimuler la consommation intrieure. Lamlioration de la situation des PME et des oprateurs du sous-secteur lectricit devrait, par ricochet, profiter au budget de lEtat par le biais de la TVA et des impts auxquels ces agents conomiques sont assujettis. La mise en uvre du Projet aura ainsi des impacts conomiques et sociaux positifs. 3.2.3 Impact sur le genre : Sur une population estime 22,8 millions dhabitants au Cameroun en 2014, 50,6% sont des femmes. Elles sont relativement reprsentes au plan politique dans les institutions comme le Snat (21%), lAssemble nationale (31,1%), au Gouvernement (14,5%). En dpit de ces efforts, la situation des femmes et des jeunes nest moins gure favorable. Au plan conomique, les femmes mnent lessentiel de leurs activits dans le secteur informel. En effet, 3/4 de la main duvre agricole sont des femmes et ne reprsentent que 20% des travailleurs du secteur demploi formel. Les contraintes lmancipation des femmes au Cameroun sont nombreuses ; outre leur faible accs aux actifs productifs (moins de 4% des femmes sont propritaires fonciers et 25% dentre elles contre 60% dhommes ont accs au crdit au Cameroun) alors quelles prdominent le secteur conomique surtout informel et en tant que chef dentreprise (30%). Lindice dingalits de genre rsultant des ingalits dans trois 13 dimensions du dveloppement humain (sant de la reproduction, autonomisation et march de travail) est dfavorable de 0.628 en 2012 (1 tant le point dingalit total). 3.2.4 Les secteurs de transport et dnergie sont des secteurs dans lesquels la problmatique du genre est dactualit. Labsence dinfrastructures de transport et dnergie a un impact important sur la promotion et lautonomisation des femmes. Dans une situation de contrainte comme labsence des routes et des pistes rurales, les femmes comme les jeunes et particulirement les enfants prouvent des difficults dacheminement des produits agricoles, la limite transportent leurs colis sur leurs propres ttes. Cette situation ne facilite pas laccs aux services de sant et des questions de prise en charge adquate faute dapprovisionnement des produits pharmaceutiques. Concernant lnergie, le manque dlectrification des mnages ruraux conduit non seulement des problmes de dforestation de la biomasse disponible pour des besoins dnergie mais galement les femmes et les jeunes sont les premiers qui doivent approvisionner les mnages par le transport des bois dnergie. 3.2.5 Lengagement du Cameroun assurer le respect effectif des droits de la femme, lont conduit ratifier tant au plan international que rgional, la plupart des instruments de promotion et de protection des droits humains fondamentaux, notamment ceux spcifiques aux droits de la femme. Le gouvernement a adopt, en 2014, la Politique Nationale Genre, labore avec lappui du Systme des nations Unies, avec pour principaux axes stratgique : (i) la promotion de lgalit de chances et lopportunit entre les femmes et les hommes dans les domaines conomique et de lemploi ; (ii) le renforcement de la participation et la reprsentation des femmes dans la vie publique et la prise de dcision ; et (iii) le renforcement du cadre institutionnel. Le Plan dAction multisectoriel de mise en uvre de cette politique est en cours dlaboration et devrait tre oprationnel en 2016. Au plan de la Gestion des finances publiques, la Loi de Finances prescrit lintgration du genre dans les budgets et programmes. Cependant, les dispositions prvues dans la loi, visant permettre une prise en compte effective des questions de genre dans la gestion budgtaire, nest pas encore effective par manque de moyens financiers pour former les acteurs et conduire les actions de sensibilisation ncessaires pour une meilleure appropriation de ces proccupations dans la mise en uvre de la stratgie de rformes des finances publiques. 3.2.6 La Banque apporte dj son appui dans les projets dinfrastructures, notamment dans le domaine des transports. Les projets de transport financs par la Banque au Cameroun comportent des activits visant promouvoir lautonomisation conomique des femmes travers des programmes de formation, de vulgarisation des techniques, de facilitation daccs au foncier et aux systmes financiers pour lever les goulets dtranglement lamlioration de leurs revenus. Nous pouvons citer entre autres : (i) la distribution de kits agricoles, (ii) la construction des units polyvalentes de transformation et de commercialisation des produits locaux, (iii) la construction des hangars de marchs et aires de schage le long de la route, et (iv) le renforcement des capacits financires et managriales des femmes travers la mise en place dun fonds dappui aux activits gnratrices de revenus. 3.2.7 Le prsent projet contribuera lever ces contraintes dans la prise en compte effective des questions de genre dans la gestion budgtaire. Lappui se fera travers des assistances techniques et renforcement de capacits dans la budgtisation sexo-spcifique et l'intgration des questions de genre dans la chaines PPBS (Planification Programmation Budgtisation et Suivi-Evaluation) de chaque ministre qui sont charges de llaboration des PAP (Plan dActions Prioritaires), CDMT (Cadre de Dpenses Moyen Terme), RAP (Rapport Annuel de Performances), PPA (Projet de Performances Annuelles). Par ailleurs, le PAEDEP veillera ce que la formation offerte soit ouverte toutes les femmes de niveau intermdiaire et suprieur des institutions bnficiaires. Ainsi au moins 30% des PME gres par les femmes dans le domaine des transports bnficieront des formations qui seront offertes. 14 Dans le domaine de lnergie, galement, au moins 30% du personnel fminin EDC seront formes en matire dingnierie financire/juridique. IV Excution 4.1 Dispositions en matire dexcution 4.1.1 Dispositions institutionnelles : La mise en uvre des activits du projet concernera plusieurs structures bnficiaires (SB) rparties notamment entre les ministres en charge du Plan, des Marchs publics, des Finances, des Travaux publics, du Transport et de lEnergie. Aussi, au regard du caractre multisectoriel du projet, la coordination des activits sera assure par le MINEPAT, qui a la responsabilit de la prparation et du suivi des investissements publics au Cameroun. La Direction Gnrale de lEconomie et de la Programmation des Investissements Publics (DGEPIP) au sein du MINEPAT a t retenue pour tre lorgane dexcution du projet. En effet, cette Direction assure la coordination de la prparation des CDMT, du budget dinvestissement public et le suivi de sa mise en uvre, en rapport avec les ministres sectoriels et le Ministre des finances. L'valuation des capacits de gestion financire au sein du MINEPAT, la vaste rpartition des activits qui seront excutes dans le cadre du projet, et la multitude des intervenants qui seront impliqus dans sa mise en uvre, ont conduit prconiser (i) la mise en place dune Unit de Gestion du Projet (UGP) au sein de la DGEPIP, et (ii) le recrutement de trois (3) Experts sectoriels pour la coordination technique des activits relatives aux finances publiques, au secteur de lnergie, et celui des infrastructures. Des points focaux dsigns par les structures bnficiaires seront coordonns par les Experts sectoriels et serviront dinterfaces entre lUGP et les bnficiaires. LUGP sera responsable de la coordination globale et de la gestion financire du projet. Son personnel cl comprendra : un Coordonnateur, un Responsable Administratif et Financier (RAF), un Responsable en Passation de Marchs (RPM), un Comptable, un Responsable en suivi-valuation et trois Experts sectoriels, tous recruts sur une base comptitive. Un comit de pilotage du projet compos des reprsentants des structures impliques dans la mise en uvre du projet sera charg de la validation et du suivi des orientations stratgiques du projet. Le secrtariat technique du Comit de pilotage sera assur par le Directeur gnral de lconomie. Lannexe technique B.3 donne le dtail du dispositif institutionnel du projet. 4.1.2 Passation des marchs : La responsabilit de la gestion de la passation de marchs du projet incombera lUnit de Gestion du Projet qui disposera en son sein, dun spcialiste en passation de marchs expriment. Au regard des conclusions de lvaluation du cadre des marchs publics, les rgles dacquisition applicables dans le cadre de lexcution de ce projet seront, la lumire des risques identifis et des mesures dattnuation convenues, (i) la Politique de passation des marchs pour les oprations finances par le Groupe de la Banque approuve le 14 octobre 2015 sur la base des dossiers dappel doffres types appropris de la Banque et (ii) la lgislation nationale sur les marchs publics, (notamment le dcret n 2004/275 du 24 septembre 2004 portant code des marchs publics et autres textes subsquents), en utilisant les documents types d'appel d'offres du pays ainsi quaux dispositions nonces dans la convention de financement. Les dispositions de passation des marchs sont dtailles lAnnexe technique B.5 et travers le plan de passations des marchs (PPM). Ce plan sera rgulirement actualis pendant la phase dexcution du projet. 4.1.3 Gestion financire : LUGP sera responsable de la coordination globale et de la gestion financire du projet. Son personnel de gestion financire comprendra : un Coordonnateur, un Responsable Administratif et Financier (RAF), un Responsable en Passation de Marchs (RPM), un Responsable en suivi-valuation et un Comptable, tous recruts sur une base comptitive. Les dispositions et arrangements/conditions de la gestion financire, de dcaissement et daudit du projet sont dtaills dans lannexe technique B.4. 15 4.1.4 Dcaissements : Les dcaissements au titre du projet se feront conformment aux dispositions du manuel des dcaissements en vigueur la Banque. Les mthodes de dcaissement proposes pour le projet sont : (a) la mthode du compte spcial (pour les dpenses de fonctionnement et la gestion des conventions) ; (b) la mthode de paiement direct pour le paiement des contrats de services et de biens ; et (c) la mthode de remboursement en cas de prfinancement par la contrepartie nationale des dpenses imputables la Banque et pralablement autorises par la Banque. Toutefois, les dcaissements des fonds de contrepartie seffectueront annuellement, en une seule tranche, la suite de la promulgation de la Loi des finances et de la disponibilit des mmoires de dpenses. Au Cameroun, louverture du compte spcial est sous la responsabilit de la CAA. Cette dernire ouvrira les comptes spciaux ci-aprs au nom du PAEDEP, en monnaie locale (XAF), auprs dune banque commerciale qui sera juge acceptable pour la Banque : (i) un compte spcial pour recevoir les ressources BAD ; (ii) un compte spcial pour recevoir les ressources FAD et ; (iii) un compte spcial destin au ressources de contrepartie du ltat du Cameroun. 4.1.5 Audit : Au regard dune part : (i) des ressources humaines et financires limites de la Chambre des Comptes de la Cour Suprme du Cameroun ; (ii) des retards enregistrs par cette institution dans la vrification des comptes publics et (iii) eu-gard aux contraintes de dlais de transmission la Banque des rapports daudit externe de projets , il est prconis de recourir, au plus tard six (6) mois aprs lentre en vigueur du projet, au recrutement sur une base comptitive et suivant les termes de rfrences approuvs par la Banque, dune firme daudit prive acceptable par la Banque. Laudit couvrira toutes les activits du projet finances travers les ressources BAD, FAD et les fonds de contrepartie. Le rapport daudit accompagn de la Lettre la Direction sera transmis annuellement la Banque au plus tard six mois aprs la clture de lexercice concern. 4.1.6 Le risque global de gestion financire a t jug substantiel du fait que les dispositions de gestion financire seront mises en place travers et durant la cration dune nouvelle UGP, et la non disponibilit ce stade du projet des modalits de gestion et de fonctionnement du fonds de maturation des projets qui ne seront disponibles qu la suite de ltude qui sera mene au cours de lexcution du projet. Les principaux risques identifis, ainsi que leurs mesures dattnuation, ont t rcapituls dans le tableau des risques fiduciaires figurant dans lannexe technique B.4. 4.2 Suivi 4.2.1 La ralisation physique du projet est prvue sur une priode de 48 mois, de janvier 2017 dcembre 2020. LUGP mettra en place un systme de suivi-valuation renforc par un logiciel. Le Responsable en suivi-valuation au sein de lUGP assistera le Coordonnateur du projet dans les activits de suivi-valuation. Il sera responsable du suivi en temps rel de lexcution du projet en sappuyant sur les indicateurs du cadre logique et les points focaux des diffrentes structures bnficiaires. Le systme de suivi-valuation intgrera les indicateurs de performance, les donnes collectes sur la situation de rfrences ainsi que la mesure des progrs du projet vers latteinte des cibles intermdiaires et des impacts. Le systme de suivi prendra galement en compte le suivi des contrats de performance du Coordonnateur et des Experts de lUGP afin de dterminer le niveau datteinte de leurs indicateurs lors du renouvellement de ces contrats. 4.2.2 Ds la mise en vigueur des Accords de Prt, une mission de lancement sera organise en vue de former les responsables de lUGP aux procdures de la Banque. Les missions de supervision seront organises au moins deux fois par an. Des rapports dactivits trimestriels et annuels seront galement labors et transmis la Banque. 16 4.3 Gouvernance 4.3.1 Lexcution du projet pourrait tre affecte par des risques lis des problmes de gouvernance (fraude, corruption, mauvaise utilisation des fonds, dpenses inligibles, etc.) principalement au niveau du processus de passation et dexcution des marchs et de la gestion financire, la slection des personnes devant bnficier des formations. Ces risques seront attnus par la mise en place, travers le manuel de gestion du projet, dun mcanisme de contrle des activits dacquisitions dfinissant les rles et les responsabilits des diffrents acteurs, l'laboration d'un plan dtaill de passation des marchs cohrent avec le calendrier dexcution du projet et orient rsultats, ainsi que des rgles et des processus de slection et dappel doffres adapts lobjectif vis. Pour ce qui concerne la gouvernance financire du projet, lorgane dexcution tiendra des comptes spars pour le projet, ce qui permettra didentifier les dpenses par composante, par catgorie et par source de financement. Les comptes du projet seront audits annuellement par un cabinet recrut cet effet. Les rapports financiers et les rapports daudit seront soumis la Banque dans les six mois suivant la clture de la priode comptable. Le suivi et la supervision rgulire du projet notamment travers le bureau de la Banque au Cameroun permettront de renforcer la vrification de la gouvernance et de la performance du projet. 4.4 Soutenabilit 4.4.1 Le premier facteur de soutenabilit du projet rside dans la volont du Gouvernement de relever les dfis lis la ncessit dune amlioration continue du cadre institutionnel et rglementaire de programmation et de mise en uvre du programmes dinvestissements publics afin de garantir lacclration du processus de maturation des projets publics ainsi que la prennisation de leurs impacts et effets bnfiques sur le bien-tre de la population. En effet, en 2013 le Gouvernement a instaur les budgets programmes et rendu obligatoire en 2014, la prparation des CDMT par tous les Ministres. Il sest galement engag dans une rforme profonde du systme de passation et de contrle des marchs publics. Dans le domaine des transports et de lnergie, le Gouvernement est de plus en plus proccup par la question de lentretien routier et la rgulation dans le secteur de llectricit. Sagissant en particulier de lentretien routier, il a mis en place un comit en vue dexaminer la migration du fonds routier actuel, vers un fonds de seconde gnration. Le second facteur de soutenabilit repose sur le dispositif qui sera mis en place dans le cadre du PAEDEP pour un transfert effectif et durable des connaissances et des comptences, travers lassistance technique et la formation. Il sagit entre autres de la formation de haut niveau des formateurs et le recours privilgi au dveloppement des capacits locales de formation. Le projet va dvelopper terme une capacit locale de formation en matire de planification, programmation, budgtisation et suivi valuation (PPBS) des programmes et politiques dinvestissements par la ralisation de partenariat avec les structures nationales de recherches et de formation. 4.4.2 Enfin, le fonds de maturation des projets qui sera mis en place comportera un mcanisme de financement pour assurer sa prennit, en vue dalimenter le budget dinvestissements de projets de qualit. 4.5 Gestion des risques Risques Importance Mesures d'attnuation Risque de ralentissement dans les rformes : faible incitation des autorits politiques poursuivre les rformes dans les domaines couverts par le projet. Faible Le projet intervient une tape assez avance dans le dialogue avec les autorits sur les diffrentes rformes. Ladoption dune circulaire sur les CDMT par le Premier Ministre et le Comit mis en place pour examiner le Fonds routier sont des signes de lengagement des autorits. Le dialogue sera maintenu dans le cadre du CMP, avec limplication des autres PTF sur la mise en uvre du Programme de modernisation des finances publiques, la rforme des marchs publics et la rforme du FR ainsi que de lentretien routier. 17 Risques Importance Mesures d'attnuation Risque li la capacit de mise en uvre des activits du projet en raison des dysfonctionnements au sein des administrations en rapport avec les chevauchements des attributions Moyen Lune des activits prvue par le projet, porte sur la clarification des rles des diffrents acteurs et la rvision des cadres institutionnels. La mise en uvre des conclusions des tudes contribuera attnuer les risques de dysfonctionnement des administrations bnficiaires du projet. Risque fiduciaire : le faible niveau de Gouvernance dans le pays pourrait affecter lutilisation efficiente des ressources du projet, notamment en ce qui concerne le fonds de maturation des projets. Moyen Un systme de gestion comptable et financire sera mis en place pour assurer une gestion des ressources du projet conforme aux rgles et procdures de la Banque. Sagissant du fonds de maturation des projets, une tude sera ralise sur les modalits de sa cration, ainsi que les mcanismes de sa gestion technique, administrative et financire. La Banque et les autres PTF contribueront enrichir les termes de rfrences de ltude afin que les aspects fiduciaires soient pris en compte. dans le cadre du prsent projet, les tudes de projets ligibles, seront finances travers des paiements directs. 4.6 Dveloppement des connaissances Les types de connaissances qui devraient merger de la mise en uvre du projet comprennent notamment : (i) la rvision du modle de prvision macroconomique ; (ii) la ralisation dun ATLAS des nergies renouvelables au Cameroun ; (iii) les bonnes pratiques en matire de mise en uvre de la chane PPBS tant au niveau transversal que sectoriel (transport et nergie) ; (iv) ltude en vue de la mise en place des systmes de rgulations et de gestion du patrimoine dans le sous-secteur de llectricit. Les tudes seront diffuses au sein de ladministration et des acteurs non tatiques travers la dissmination des documents produits, des manuels de procdures et des sessions de formations qui seront organises dans le cadre du projet. Ces connaissances seront acquises travers les processus impliquant la production des rapports suivants : les rapports des assistants techniques, les rapports dactivits labors par les bnficiaires et lagence dexcution, les rapports de supervision et le rapport dachvement du projet. Les connaissances et leons apprises seront dissmines lintrieur de la Banque et au Cameroun travers des sminaires et les rapports dIDEV. V Cadre juridique 5.1 Instrument lgal Pour le financement du Projet dappui lamlioration de lefficacit de la dpense publique, les deux instruments suivants seront utiliss: - Un Accord de prt sur les ressources du FAD dun montant nexcdant pas 11,21 millions dUC sera sign entre le FAD et la Rpublique du Cameroun ; - Un Accord de prt sur les ressources BAD dun montant nexcdant pas 14,2 millions dEuros sera sign entre le Groupe de la Banque et la Rpublique du Cameroun. 5.2 Conditions associes lintervention de la Banque Lentre en vigueur de chaque Accord de prt est subordonne la satisfaction, par lEmprunteur, des conditions prvues la section 12.01 des Conditions gnrales applicables aux Accords de prt et de garantie de la Banque Africaine de dveloppement. Conditions pralables lexamen du rapport dvaluation aux Conseils : Lexamen du rapport dvaluation aux Conseils sera subordonn la satisfaction par lEmprunteur des conditions suivantes : (i) Adoption des textes portant cration du Comit de pilotage du projet et de la Cellule dexcution du projet 18 (ii) Recrutement du Coordonnateur de lUGP, du Responsable en gestion financire et du Responsable en passation des marchs. Lexprience et les qualifications du Coordonnateur et des Experts devront tre juges acceptables pour la Banque. Etat de mise en uvre des conditions pralables : (i) Le projet de texte portant cration du Comit de pilotage et de la Cellule dexcution du projet a t examin par la Banque. La version finale du texte a t porte la signature du MINEPAT ; (ii) Le recrutement des membres de lunit de gestion du projet est au stade de lvaluation des candidatures. Le rapport dvaluation sera soumis la Banque avant la fin du mois doctobre 2016. Conditions pralables au premier dcaissement des deux prts : Le premier dcaissement des ressources du prt FAD et du prt BAD sera subordonn la satisfaction par lEmprunteur de la condition suivante : Fournir la preuve de louverture de deux comptes bancaires pour recevoir les ressources du prt FAD et du prt BAD ; et Fournir la Banque la preuve de louverture dun compte bancaire spcial en Francs CFA au nom du Projet, dans une banque commerciale acceptable pour la Banque, exclusivement destin recevoir les fonds de contrepartie pour le fonctionnement. 5.3 Conformit avec les politiques de la Banque Ce projet est conforme toutes les politiques applicables de la Banque. VI Recommandation La direction recommande que les Conseils dadministration approuvent la proposition doctroyer la Rpublique du Cameroun, un prt FAD dun montant de 11,21 millions dUC et un prt BAD dun montant de 14,2 millions dEuros pour financer le Projet dappui lamlioration de lefficacit de la dpense publique selon les conditions nonces dans le prsent rapport. I Appendice 1 : Indicateurs socio-conomiques comparatifs du pays Anne Cameroun AfriquePays en Dvelop- pementPays Dve- loppsIndicateurs de Base Superficie ('000 Km) 2014 475 30.067 80.386 53.939Population totale (millions) 2014 22,8 1.136,9 6,0 1,3Population urbaine (% of Total) 2014 53,8 39,9 47,6 78,7Densit de la population (au Km) 2014 48,0 37,8 73,3 24,3Revenu national brut (RNB) par Habitant ($ EU) 2013 1 290 2 310 4 168 39 812Participation de la Population Active - Total (% ) 2014 70,4 66,1 67,7 72,3Participation de la Population Active - Femmes (% ) 2014 45,7 42,8 52,9 65,1Valeur de l'Indice sexospcifique de dvelop. humain 2007-2013 0,872 0,801 0,506 0,792Indice de dveloppement humain (rang sur 187 pays) 2013 152 ... ... ...Population vivant en dessous de 1,25 $ par Jour (% ) 2008-2013 27,6 39,6 17,0 ...Indicateurs DmographiquesTaux d'accroissement de la population totale (% ) 2014 2,5 2,5 1,3 0,4Taux d'accroissement de la population urbaine (% ) 2014 3,6 3,4 2,5 0,7Population ge de moins de 15 ans (% ) 2014 42,8 40,8 28,2 17,0Population e de 65 ans et plus (% ) 2014 3,2 3,5 6,3 16,3Taux de dpendance (% ) 2014 77,5 62,4 54,3 50,4Rapport de Masculinit (hommes pour 100 femmes) 2014 100,0 100,4 107,7 105,4Population fminine de 15 49 ans (% ) 2014 23,8 24,0 26,0 23,0Esprance de vie la naissance - ensemble (ans) 2014 55,5 59,6 69,2 79,3Esprance de vie la naissance - femmes (ans) 2014 56,7 60,7 71,2 82,3Taux brut de natalit (pour 1000) 2014 36,8 34,4 20,9 11,4Taux brut de mortalit (pour 1000) 2014 11,5 10,2 7,7 9,2Taux de mortalit infantile (pour 1000) 2013 60,8 56,7 36,8 5,1Taux de mortalit des moins de 5 ans (pour 1000) 2013 94,5 84,0 50,2 6,1Indice synthtique de fcondit (par femme) 2014 4,7 4,6 2,6 1,7Taux de mortalit maternelle (pour 100000) 2013 590,0 411,5 230,0 17,0Femmes utilisant des mthodes contraceptives (% ) 2014 28,3 34,9 62,0 ...Indicateurs de Sant et de NutritionNombre de mdecins (pour 100000 habitants) 2004-2012 7,7 46,9 118,1 308,0Nombre d'infirmires (pour 100000 habitants) 2004-2012 43,8 133,4 202,9 857,4Naissances assistes par un personnel de sant qualifi (% ) 2009-2012 63,6 50,6 67,7 ...Accs l'eau salubre (% de la population) 2012 74,1 67,2 87,2 99,2Esprance de vie en bonne sant la naissance (annes) 2012 48,0 51,3 57 69Accs aux services sanitaires (% de la population) 2012 45,2 38,8 56,9 96,2Pourcent. d'adultes de 15-49 ans vivant avec le VIH/SIDA 2013 4,3 3,7 1,2 ...Incidence de la tuberculose (pour 100000) 2013 235,0 246,0 149,0 22,0Enfants vaccins contre la tuberculose (% ) 2013 82,0 84,3 90,0 ...Enfants vaccins contre la rougeole (% ) 2013 83,0 76,0 82,7 93,9Insuffisance pondrale des moins de 5 ans (% ) 2005-2013 15,1 20,9 17,0 0,9Apport journalier en calorie par habitant 2011 2 586 2 618 2 335 3 503Dpenses publiques de sant (en % du PIB) 2013 1,8 2,7 3,1 7,3Indicateurs d'EducationTaux brut de scolarisation au (% ) Primaire - Total 2011-2014 110,6 106,3 109,4 101,3 Primaire - Filles 2011-2014 103,2 102,6 107,6 101,1 Secondaire - Total 2011-2014 50,4 54,3 69,0 100,2 Secondaire - Filles 2011-2014 46,4 51,4 67,7 99,9Personnel enseignant fminin au primaire (% du total) 2012-2014 51,2 45,1 58,1 81,6Alphabtisme des adultes - Total (% ) 2006-2012 71,3 61,9 80,4 99,2Alphabtisme des adultes - Hommes (% ) 2006-2012 78,3 70,2 85,9 99,3Alphabtisme des adultes - Femmes (% ) 2006-2012 64,8 53,5 75,2 99,0Dpenses d'ducation en % du PIB 2009-2012 3,0 5,3 4,3 5,5Indicateurs d'EnvironnementTerres arables (en % de la superficie totale) 2012 13,1 8,8 11,8 9,2Terres agricoles (% superficie des terres) 2012 0,2 43,4 43,4 28,9Forts (en % pourcentage de la superficie totale) 2012 41,2 22,1 28,3 34,9Emissions du CO2 par habitant (tonnes mtriques) 2012 0,3 1,1 3,0 11,6Source : Base des donnes du Dpartement des Statistiques de la BAD; dernire mise jour: April 2016Banque Mondiale WDI; ONUSIDA; UNSD; OMS, UNICEF, PNUD, Rapports nationaux.Notes: n.a. Non Applicable ; : Donnes non disponibles. 010203040506070809010020002005200820092010201120122013Taux de mortalit infantile(Pour 1000 )Cameroun Afrique0,00,51,01,52,02,53,0200020052008200920102011201220132014Taux de croissance dmographique (%)Cameroun Afrique05001000150020002500200020052007200820092010201120122013RNB par Habitant $EUCameroun Afrique01020304050607080200020052008200920102011201220132014Esprancee de vie la naissance (ans)Cameroon AfricaII Appendice 2 : Analyse du portefeuille actif de la BAD au 30 juin 2016 Le portefeuille actif de la Banque au Cameroun la date du 30 juin 2016 comprend 20 projets totalisant des engagements de 723,479 millions UC (environ 1,012 milliards USD), avec une forte composante rgionale (29,4%). Ce montant est rparti comme suit : 602,977 M UC (843,468 millions USD) pour le secteur public (10 projets nationaux et 6 projets rgionaux) et 120,501 M UC (168,561 millions USD) pour le secteur priv (4 projets). Le portefeuille du Fonds pour les forts du bassin du Congo (FFBC) au Cameroun comprend 2 projets en cours dexcution jusquau 31/12/2016, savoir le projet UICN et le projet de lEcole de Faune de Garoua. Le portefeuille de projets publics est rparti entre les secteurs suivants : le transport et les TIC (68%), leau et lassainissement (12%), lnergie (13%), lagriculture et lenvironnement (5%), la gouvernance (2%). La performance du portefeuille du secteur public national est juge satisfaisante avec une note de 2,36 en 2014 sur une chelle de 3 et une tendance haussire. Lors des quatre dernires revues, cette note tait de 2,06 (en 2011), 2,15 (en 2012) et 2,30 (en 2013). Les actions entreprises par la Banque et par lEmprunteur se sont traduites par une hausse constante de la valeur de cet indicateur depuis 2009 (voir graphique ci-contre). Du ct de la Banque, les actions entreprises concernent notamment le dialogue de haut niveau avec les autorits nationales, le renforcement des capacits des cellules dexcution des projets et un suivi trs rapproch des dossiers en instance de traitement la Banque. Celles menes par lEmprunteur ont trait essentiellement lorganisation rgulire de rencontres trimestrielles de suivi des projets. Notation des projets nationaux actifs du secteur public sur les revues 2011-2014 Projets Conformit conditions Performance acquisitions Performance. financire Activits et ralisations Etat avancement Impact sur dveloppement Evaluation globale Notation du risque Secteur multi-secteur PAMOCCA 2,50 2,00 2,00 2,00 2,09 2,00 2,10 NON PP / NON PPP Secteur Eau et Assainissement PAEPA MSU 2,00 1,50 2,40 2,00 2,00 2,00 1,98 NON PP / NON PPP PAEPA MRU 2.66 2,50 2,20 2,25 2,36 3,00 2,50 NON PP / NON PPP Secteur Energie PRERETD 2,33 2,50 2,60 2,00 2,36 2,00 2,30 NON PP / NON PPP LOM PANGAR 3,00 2,00 2,00 2,00 2,00 3,00 2,33 NON PP / NON PPP Secteur transport NUMBA-BACHUO 3,00 3,00 2,75 2,00 2,55 3,00 255 NON PP / NON PPP ETUDE BATCHENGA 3,00 2,00 2,75 2,00 2,55 3,00 2,55 NON PP / NON PPP Secteur Agriculture GRASSFIELD II n/a n/a n/a n/a n/a n/a n/a Moyenne revue 2014 2,64 2,21 2,39 2,07 2,29 2,57 2,36 COMPARAISON AVEC LES REVUES ANTERIEURES Moyenne revue 2013 2,49 1,92 2,50 2,00 2,25 2.35 2,30 Moyenne revue 2012 2,15 2,15 2,14 1,93 1,92 2,38 2,15 Moyenne revue 2011 2,19 2,03 1,92 1,81 1,79 2,33 2,06 LEGENDE PP = projet problme PPP = Projet potentiellement problme; Non PP = Projet sans problme Non PPP = Projet non potentiellement problme Performance excellente (2,2 - 3,0) Performance moyenne (1,6 - 2,1) Performance faible (0 - 1,5) Source : SAP-PS et rapport de la revue du portefeuille de 2012. Ce tableau ne prend pas en compte le projet dappui lIRAD financ par le FSN et 2,042,062,152,302,361,801,902,002,102,202,302,40Revue 2009 Revue 2011 Revue 2012 Revue 2013 Revue 2014Figure 3 : Notation de la performance du portefeuille entre 2009 et 2014III Appendice 3 : Tableau rsum des interventions des bailleurs de fonds Matrice des Bailleurs au Cameroun2014UE ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 4Allemagne ** ** ** ** ** ** ** ** 4BelgiqueDanemarkEspagneFrance-AFDFrance-SCACItalieLuxembourgRoyaume Uni ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 7Autres BilatrauxCanadaEtats-UnisJapon ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 6SuisseMultilatrauxAIEABAD ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 5Banque mondiale ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 7BDEACCEAFAOFENUFIDA ** ** ** 1FMI ** ** ** ** ** 1FNUAPOCHA/CERFOMS ** ** ** ** 1ONUSIDAPAMPNUD ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 5UNESCOUNICEFUNIFEMPTF actifs 2 2 3 4 3 2 4 5 5 3 5 4 4 4 3 4 1 2 4 2 4 2 8 7 6 5 3 1 1 4 0VIABILISATION Domaines dintervention des partenaires au dveloppement au Cameroun en 2014 EDUCATION DE BASE, ENSEIGNEMENTSSECONDAIRES, ET EMPLOI ET FORMATIONPROFESSIONNELLEENSEIGNEMENT SUPERIEURSANTE DE LA MERE, DE LENFANT ET DE LADOLESCENTLUTTE CONTRE LA MALADIEPROMOTION DE LA SANTE DEVELOPPEMENT ET SOUTIENA LA PRODUCTION MANUFACTURIERERENFORCEMENT DES CAPACITES DE PLANIFICATIONRENFORCEMENT DES CAPACITES DE GESTION FINANCIERE ET DE CONTROLERENFORCEMENT DE LA PARTICIPATIONDES CITOYENS ET DE LA SOCIETE CIVILEA LA GESTION DESAFFAIRES PUBLIQUES ET AU DEVELOPPEMENT LOCALMODERNISATION DES INSTITUTIONS DELETAT (FONCTION PUBLIQUE, ASSEMBLEE NATIONALE, JUSTICE) AMELIORATION DE LENVIRONNEMENT DES AFFAIRES ET PROMOTION DUPARTENARIAT PUBLIC-PRIVE LUTTE CONTRE LA CORRUPTIONENTRETIEN DES INFRASTRUCTURESREHABILITATION DU PATRIMOINE DESINFRASTRUCTURES EXISTANTDEVELOPPEMENT DE L'OSSATURENATIONALERENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLESDENSIFICATION DU TISSU NATIONAL DESENTREPRISESDEVELOPPEMENT ET PROMOTION DE LACCES AUX MARCHESDENSIFICATION DE LA RECHERCHE AU DEVELOPPEMENT ET DE LINNOVATIONDEVELOPPEMENT DES NORMES ET DELA QUALITEDEVELOPPEMENT ET PROMOTION DU TOURISMEEMPLOI ET FORMATIONPROFESSIONNELLEAMELIORATION DU CADRE INSTITUTIONNELPREVENTION ET PROTECTION SOCIALESECTEUR EDUCATION SECTEUR SANTE SECTEUR GOUVERNANCE SECTEUR INFRASTRUCTURES SECTEUR INDUSTRIES ET SERVICES SECTEUR RURAL SECTEUR SOCIAL SOLIDARITE NATIONALE ET JUSTICESOCIALEEDUCATION SOCIALE ET FAMILIALE Nombre de secteurs par partenaire actifdu DSCE 2010-2020DEVELOPPEMENT DES PRODUCTIONSVEGETALE, ANIMALE, HALIEUTIQUE ET SYLVICOLEAMELIORATION DU CADRE DE VIEGESTION DURABLE DES RESSOURCESNATURELLESRENFORCEMENT DU CADRE JURIDIQUEINSTITUTIONNEL ET DES CAPACITESSource : Rapport provisoire mapping / Division du travail ** = PTF actif CF = Chef de file IV Positionnement des PTF dans les diffrents axes de la rforme des finances publiques Axes d'interventions de la rforme des finances publiques PTF BAD (*) BM FMI UE GIZ/KFW FRANCE axes thmatiques Planification-programmation-budgtisation X X X Excution du budget en recettes X Financements extrieurs X Excution du budget en dpenses X X X Comptabilit publique X X X X Gestion de la trsorerie et de la dette X X Structures de contrle interne et externe X X axes transversaux Systmes informatiques X X X X X Gestion des ressources humaines et de la masse salariale X X Cadre institutionnel et organisationnel de la gestion des finances publiques et du renforcement des capacits de pilotage et de communication sur la rforme. X X (*) La position de la Banque est en rapport avec le projet dappui lamlioration de lefficacit de la dpense publique V Appendice 4 : Justification du niveau de la contrepartie Gouvernementale 1. Le projet dappui lamlioration de lefficacit de la dpense publique, dun montant total estim 23,52 millions dUC sera financ par le Groupe de la Banque et la contrepartie nationale. Le Groupe de la Banque intervient travers un prt FAD de 11,21 millions dUC et un prt BAD de 14,2 millions dEuros, soit au total 22,48 millions UC reprsentant 95,6% du cot du projet dans le pays. La contrepartie nationale a t estime 1,03 million dUC soit 4,4% du cot total du projet. Ce montant de contrepartie reprsente le niveau actuel que le pays peut octroyer sans compromettre la mise en uvre du projet. 2. Le niveau de la contrepartie du Gouvernement au financement de la Banque est infrieur 10 % du financement FAD et 50% du financement BAD, tel que requis par la politique des dpenses ligibles. Conformment la disposition de la Section 4.2.2 de la Politique relative aux dpenses ligibles au financement du Groupe de la Banque (Version rvise du 19 mars 2008), qui stipule que les financements de la Banque sur les Guichet BAD et FAD peuvent aller au-del des seuils de 50% et 90, le niveau de la contrepartie gouvernementale a t dtermin sur la base des quatre critres ci-dessous : lengagement du pays mettre en uvre son programme de dveloppement global ; le financement allou par le pays aux secteurs cibls par laide de la Banque ; la situation budgtaire et le niveau dendettement du pays ; la limite suprieure sur le partage des cots et les orientations spcifies dans les paramtres de financement pays. Engagement du pays mettre en uvre son programme de dveloppement global 3. Tirant les leons de la mise en uvre de sa stratgie de rduction de la pauvret aprs latteinte du point dachvement de lInitiative PPTE en 2006, le Gouvernement a formul en 2010 une Vision de dveloppement lhorizon 2035. Cette Vision long terme du pays, ambitionne de faire du Cameroun un pays mergent, dmocratique et uni dans sa diversit. De manire spcifique, la Vision 2035 constitue le cadre de rfrence pour (i) rduire substantiellement le seuil de pauvret, (ii) atteindre le stade de pays revenu intermdiaire, (iii) devenir un nouveau pays industrialis, et (iv) consolider le processus dmocratique et lunit nationale. 4. Ces objectifs spcifiques ont inspir les orientations du Document de stratgie pour la croissance et lemploi (DSCE) pour la priode 2010-2020, qui couvre les dix premires annes de la Vision 2035. La problmatique majeure de la mise en uvre du DSCE est centre autour de lacclration de la croissance, la cration demplois formels et la rduction de la pauvret. En consquence, il est envisag de (i) porter la croissance 5,5% en moyenne annuelle durant la priode 2010-20; (ii) ramener le sous-emploi de 75,8% moins de 50% en 2020; et (iii) rduire le taux de pauvret de 39,9% en 2007 28,7% en 2020. 5. Pour atteindre ces objectifs, le Gouvernement a fait le choix de mettre en uvre de manire cohrente et intgre, avec lappui des Partenaires techniques et financiers (PTF) y compris la Banque, une stratgie trois axes. Celle-ci comprend : (a) une stratgie de croissance, (b) une stratgie damlioration de la gouvernance et de la gestion stratgique de lEtat, et (c) une stratgie demplois. 6. La prsentation de cette opration aux Conseils intervient dans un contexte particulier marqu par la graduation du Cameroun au guichet BAD en tant que Pays mixte. En effet, au regard de ses performances macroconomiques rcentes, le Cameroun a bnfici dune graduation au cours de lanne 2014 aux guichets non-concessionnels, respectivement de la Banque mondiale et du Groupe de la BAD. Cette double graduation marque la confiance des institutions multilatrales et permet au pays de bnficier la fois des ressources des guichets concessionnel et non-concessionnel du Groupe de la BAD. Elle devrait permettre au pays de financer son dveloppement, en particulier son ambitieux programme infrastructurel de manire moins onreuse. La nouvelle ambition du pays est de passer du statut de Pays mixte Pays BAD . 7. En matire de gouvernance, notamment la gestion des finances publiques, le Gouvernement VI a entrepris de profondes rformes depuis 2007 qui lont conduit ladoption de budgets programmes partir de 2013. Une plan de modernisation des finances publiques, prpar conjointement avec les PTF a dtermin les axes prioritaires de la rformes. Le pour les annes venir, le Gouvernement entend amliorer la prparation du budget dinvestissement public et sa mise en uvre, renforcer la maturation des projets dinvestissements, rviser le code des marchs publics et dmatrialiser progressivement la passation des marchs, amliorer la rgulation du secteur de lnergie et promouvoir les nergies renouvelables ; enfin renforcer lentretien des infrastructures de transport. 8. Le prsent projet repose sur un fort engagement du Gouvernement mettre en uvre les diffrentes rformes pour amliorer limpact de la dpense publique en gnral et des investissements publics en particulier, sur le bien-tre des populations. Le Gouvernement contribue la mise en uvre du projet essentiellement en finanant le fonds de maturation des projets, en guise dappropriation du projet et dans une dmarche de prennisation des rsultats viss. Il intervient galement dans les cots de gestion du projet. Financement allou par le pays au secteur cibl par laide de la Banque : 9. Le sous-secteur des transports routiers reprsente environ 25% des investissements publics et celui de lnergie reprsente 12%. Depuis les 5 dernires annes, la Banque a consenti dnormes ressources au financement des infrastructures de transport et dnergie au Cameroun. Dans le domaine des transports, lensemble de ces interventions reprsentent un total de 265 millions dUC portant sur le bitumage de 503 km avec une contribution du Gouvernement estime 67 millions dUC, soit 25,80% de linvestissement ralis au cours de cette priode. Dans le domaine de lnergie, les financements de la Banque slvent 165 millions dUC dont 54% lendroit du secteur priv. Ces donnes confirment limportance accorde par le gouvernement aux secteurs des transports et de lnergie, et conforte le besoin dassurer la durabilit des investissements raliss dans ces secteurs. Situation budgtaire et le niveau dendettement du pays : 10. La politique budgtaire a conserv un caractre modrment expansionniste en phase avec la poursuite des grands projets dinfrastructures. La loi de finances 2016, linstar de celles de 2014 et 2013, a t labore et mise en uvre selon la mthode des budgets-programmes5. Le dficit budgtaire est estim 5.3% du PIB en 2015 contre 3,9% en 2014. Le dficit des transactions courantes reste structurel et oscille entre 14 et 15% du PIB, refltant la baisse prononc des cours du ptrole. Pour ce qui est de la politique montaire, elle a vis de son ct stabiliser les prix et le taux de change effectif rel, en vitant tout effet dviction de linvestissement priv par les dpenses publiques. Linflation reste cependant en de du seuil de convergence fix 3 % en zone CEMAC. Tableau 1 : Indicateurs macro-conomiques du Cameroun 2011 2012 2013 2014 2015 Prv. 2016 Croissance du PIB rel 4,1% 4,6% 5,6% 5,9 5,9% 4,9% Inflation (moyenne annuelle) 2,9% 2,4% 2,1% 1,9% 2,70 2,2% Solde budgtaire global, hors dons en % PIB -3,1% -2,0% -4,3% -5,0% -6,1 -8,2% Dette publique en % du PIB 13,2% 15,4% 18,7% 28,0% 33,5% 38,0% Solde extrieur courant en % PIB -3,0% -3,6% -3,9% -4,4% -5,8% -5,7% Sources : Perspectives conomiques rgionales : Afrique subsaharienne (FMI), 2016. 11. Les ratios dendettement sont en de des seuils communautaires depuis l'annulation de la dette dans le cadre de l'Initiative PPTE en 2006. Cependant, lacclration de lendettement du pays au cours des trois dernires annes dans un contexte de chute structurelle des cours du ptrole fait peser de plus en plus un risque de surendettement. Selon les estimations du FMI6, la dette publique est passe de 18,7% du PIB en 2013 28,0% du PIB en 2014, puis 33,5% en 2015. La dette publique 5 Conformment la directive Cemac no 01/11-Ueac-190-CM-22 relative aux lois de finances, qui institue le passage de budget de moyens au budget de programmes. 6 Rapport sur les Perspectives conomiques rgionales 2016: Afrique subsaharienne VII devrait, daprs ces projections, atteindre plus de 41,3% du PIB en 2017, soit plus du double de son niveau fin 2013, tandis que le service de la dette devrait aussi doubler moyen terme. Compte tenu de cette tendance dfavorable et dans un contexte de rduction des recettes dexportations lie la baisse substantielle des cours du ptrole depuis 2014, le risque de surendettement extrieur du Cameroun est pass progressivement de faible moyen puis lev depuis 20157. 12. Le prsent projet, en contribuant amliorer lefficacit et lefficience de la dpense publique, met en uvre la recommandation du FMI, dans sa consultation au titre de lArticle IV de lanne 2015, qui requiert une gestion plus prudente de la dette publique et une amlioration de la rentabilit des dpenses publiques. En outre, le projet va ainsi permettre au Gouvernement de mieux planifier et rationaliser ses choix budgtaires et plus particulirement, ses investissements publics. La limite suprieure sur le partage des cots et les orientations spcifies dans les paramtres de financement pays 13. Les paramtres de financement du pays (PFP) concernant le partage des cots mettent en exergue lengagement ainsi que lappropriation du pays sagissant des activits finances par la Banque dans le cadre du projet. Ces paramtres offrent galement la flexibilit dans la dtermination du pourcentage de la contrepartie nationale. La Banque a examin le niveau dengagement et dappropriation sur la base de critres incluant (i) la contribution des activits du projet la ralisation des objectifs de dveloppement du pays dclins dans le Document de stratgie pour la croissance et lemploi (DSCE) couvrant la priode 2010-2020, (ii) lalignement et le lien avec les piliers stratgiques du Document de stratgie pays (DSP) de la Banque pour le Cameroun approuv en juillet 2015, pour la priode 2015-2020, ainsi que linscription du projet au budget de lEtat financ par la Banque et les autres partenaires techniques et financiers. Les PFP prcisent que le pourcentage du total des cots financs par la Banque sera valu au cas par cas, sur la base du contexte et des considrations spcifiques au projet, la dmonstration de lengagement et de lappropriation du Gouvernement dans la mise en uvre des projets, du niveau des cofinancements avec les autres PTF ainsi que la situation budgtaire du pays. Il convient de noter que les paramtres salignent sur PFP de la Banque mondiale au Cameroun labors en 2005 alors que le pays tait uniquement ligible aux ressources concessionnelles. Ces PFP indiquaient que le financement de la Banque mondiale pouvait atteindre 100% du cot total du projet (toutes taxes comprises), en dpit du fait que des co-financements pouvaient tre obtenus pour certains projets, notamment dans le secteur des transports. Ces paramtres nont pas chang malgr la graduation du Cameroun au statut de Pays Mixte IBRD/IDA en Avril 2014 la Banque mondiale et BAD/FAD en juillet 2014 la Banque. 14. En conclusion, sur la base de ce qui prcde, et la demande du Gouvernement, il est propos de fixer la contrepartie nationale 4,4% du cot total hors taxes du projet. La contribution du Gouvernement camerounais (1,04 million dUC), servira ainsi financer le fonds de maturation des projets dinvestissement et une partie des cots de gestion du projet. 7 Une nouvelle analyse de viabilit de la dette camerounaise sera conduite conjointement par le FMI et la Banque mondiale en octobre 2016, dans le cadre de la consultation au titre de lArticle IV. VIII Appendice 5 : Carte de la zone du projet Cette carte a t fournie par le personnel de la Banque africaine de dveloppement exclusivement lusage des lecteurs du rapport auquel elle est jointe. Les dnominations utilises et les frontires figurant sur cette carte nimpliquent de la part du Groupe de la BAD et de ses membres aucun jugement concernant le statut lgal dun territoire ni aucune approbation ou acceptation de ses frontires.

Recommended

View more >