Hebergement des jeunes a paris 2010 v2

  • Published on
    28-Nov-2014

  • View
    1.955

  • Download
    2

DESCRIPTION

 

Transcript

1. Table des matiresIntroduction .............................................................................................................................................................31. Donnes de cadrage sur le tourisme des jeunes..................................................................................................61.1 Le tourisme des jeunes est un march en pleine croissance ....................................................................... 61.1.1 Au niveau mondial ..........................................................................................................................................61.1.2 Au niveau national ?........................................................................................................................................71.2 Le tourisme des jeunes est un march qui se transforme ........................................................................... 81.3 Profils et attitudes des jeunes touristes...................................................................................................... 81.3.1 Les motivations des jeunes touristes .............................................................................................................. 81.3.2 La recherche dinformations touristiques .....................................................................................................101.3.3 La rservation des prestations touristiques ..................................................................................................111.3.4 Les activits recherches ..............................................................................................................................121.3.5 Les logements privilgis par les jeunes touristes ........................................................................................141.3.4 Budget et dpenses des jeunes touristes .....................................................................................................15Rsum .......................................................................................................................................................... 162. Lhbergement pour jeunes Paris ................................................................................................................... 172.1 La composition de lhbergement pour jeunes Paris ............................................................................. 172.1.1 Les Hostels ....................................................................................................................................................172.1.2 Les auberges de jeunesse..............................................................................................................................182.2 La rpartition de lhbergement pour jeunes Paris ................................................................................ 192.2.1 Prsentation gnrale ...................................................................................................................................192.1.2 Une rpartition est/ouest trs marque de lhbergement pour jeunes Paris .........................................202.3 Lhbergement pour jeunes face lhtellerie et aux rsidences de tourisme.......................................... 212.3.1 Proportion des hbergements pour jeunes par rapport aux htels et aux rsidences de tourisme ............212.3.2 Proportion des hbergements pour jeunes par rapport lhtellerie conomique et super-conomique .212.3.3 Les diffrences de prix affichs .....................................................................................................................222.4 Lapport de la petite et de la grande couronne ......................................................................................... 232.4.1 Loffre de la petite couronne ........................................................................................................................232.4.2 Loffre de la grande couronne .......................................................................................................................23Zoom sur deux modes dhbergement alternatifs .......................................................................................... 24Rsum .......................................................................................................................................................... 253. Les rsultats de lenqute mene auprs des jeunes Paris .............................................................................263.1 La frquentation des tablissements pour jeunes Paris ......................................................................... 263.1.1 Saisonnalit ...................................................................................................................................................263.2.2 Evolution mensuelle des taux doccupation .................................................................................................273.2 Le profil de la clientle ............................................................................................................................. 283.2.1 Frquentation par tranche dge .................................................................................................................. 283.2.2 Frquentation par nationalit .......................................................................................................................283.2.3 Frquentation groupe/individuelle ...............................................................................................................293.2.4 Autres caractristiques des hbergements pour jeunes ..............................................................................29Rsum ..................................................................................................................................................................304. Paris et ses concurrents sur Internet .................................................................................................................314.1 Comparaison du nombre dtablissements pour jeunes recenss sur Internet ......................................... 314.2 Comparaison des prix affichs .................................................................................................................. 32Annexe 1 : Redefinig hostel : not just for young travelers .....................................................................................33 2 2. IntroductionSelon lOrganisation Mondiale du Tourisme (OMT), le tourisme des jeunes reprsentait 20% desarrives internationales en 20071. Il sagit de lun des segments de clientle dont la croissance estaujourdhui la plus soutenue. Le march est toutefois difficile apprhender. Quest-ce que letourisme des jeunes ? La rponse se heurte dabord la segmentation propre du march. Celui-cicouvre en effet des ralits contrastes. Comment par exemple comparer les pratiques touristiquesdun groupe scolaire avec celles de jeunes actifs en autonomie de sjour ? La segmentation poussedu march rvle la complexit dune approche globale.Le march des jeunes a des spcificits fortes qui justifient lattention que lon doit y porter. Dabordparce que les jeunes contribuent au renouvellement de la clientle dune destination. Mais aussiparce quil sagit dambassadeurs actifs qui crent et diffusent limage dune destination notammentvia les rseaux sociaux.Il existe aujourdhui peu de donnes sur le tourisme des jeunes Paris. Do viennent-ils ? Que font-ils ? Loffre dhbergement est-elle adapte leurs exigences ? Ce dossier est une approche destine mieux cerner les particularits de ce march dans la capitale.Le tourisme des jeunesIl nexiste pas de dfinitions dfinitivement tranches sur le tourisme des jeunes. Le champ dtudeest large et les limites sont floues. Quelles sont les tranches dge concernes? Un tudiant Erasmusest-il un touriste ou un rsident? Comment considrer les jeunes qui allient voyage et travail ? Defait, toutes les tudes menes sur ce sujet adoptent une dfinition qui leur est propre.Nous nous attacherons dans ce dossier aux jeunes touristes voyageant en autonomie de sjour. Ilsagit concrtement de jeunes personnes dcisionnaires et consommateurs de tourisme dont le stylede vie, en mancipation progressive des modles parentaux, se caractrise par de faibles contraintesprofessionnelles et familiales. Il sagit de jeunes touristes en visite dagrment pour une durelimite et non dtudiants dans le cadre dchanges universitaires.ObjectifsCe dossier a trois objectifs :- Recenser loffre dhbergement spcifiquement ddie aux jeunes Paris.- Synthtiser nos connaissances sur le profil et les comportements spcifiques de la clientle.- Apporter des lments de comparaison entre loffre parisienne et celle de villes europennesconcurrentes.1 Youth Travel Matters Organisation Mondiale du Tourisme 2008 3 3. Les outilsA- Les tudes existantesIl nexiste ce jour aucune tude complte sur le tourisme des jeunes Paris. Des tudes plus larges lchelle nationale et internationale permettent en revanche de mieux cerner le profil et lecomportement de ce segment de clientle.New Horizon II. The Young Independant Traveller 2007 (WYSE Confederation 2007)La WYSE Travel Confdration a ralis en 2007 une enqute internationale sur le tourisme desjeunes. Plus de 8 500 personnes dune moyenne dge de 24,5 ans ont t interroges lchellemondiale sur leurs pratiques touristiques. Les donnes recueillies, compares aux rsultats de lamme tude ralise en 2002, permettent de mieux cerner les principales caractristiques et lesvolutions du tourisme des jeunes dans le monde.Young Travel Matters (Organisation Mondiale du Tourisme 2008)Ce dossier a t ralis partir de lenqute de la WYSE Confdration. Il est enrichi decommentaires et de donnes propres lOrganisation Mondiale du Tourisme.Le Carnet de route des 18-25 ans (ODIT France 2008)Ce dossier publi par ODIT France analyse les rsultats dune enqute ralise par GMV Conseil surun panel de jeunes touristes franais, allemands et britanniques gs de 18 25 ans.B- Lenqute auprs des hbergeurs parisiensParce quelles se positionnent spcifiquement sur le segment jeune , certaines structuresdhbergement se diffrencient des rsidences de tourisme et de lhtellerie traditionnelle. Cepositionnement se traduit souvent par des prestations dhbergement lmentaires (de la chambreprivative au dortoir) proposes des tarifs attractifs. Les notions dchange et de convivialit sont aucur du discours et des prestations proposes par ces tablissements.Les centres scolaires et les rsidences universitaires nentrent pas dans ce champ danalyse. Sil peutarriver que ces structures accueillent occasionnellement de jeunes touristes, notamment en priodeestivale, celles-ci sont avant tout destines lhbergement tudiant.Les auberges de jeunesse et les hostels sont les structures les plus reprsentatives dunpositionnement exclusivement tourns vers laccueil dune clientle touristique jeune. Ce dossier sefocalise donc sur ces deux modes dhbergements : Les hostels : ce mode dhbergement voque un esprit routard , une aspiration des jeunes lindpendance et la libert. Ces tablissements disposent gnralement despaces communs qui permettent aux clients de cuisiner et/ou de se retrouver dans un cadre informel. Les auberges de jeunesse : gres par des structures associatives, les auberges de jeunesse dfendent ardemment leurs valeurs dchanges et daccueil. Elles ajoutent lhbergement des prestations gratuites danimation et de rencontres, notamment culturelles. Loffre des Centres internationaux de sjours (CIS) est ici comprise dans ce cadre dhbergement.Un questionnaire a t envoy aux responsables des hostels et des auberges de jeunesse recenses Paris. Cette dmarche a dabord pour objectif de mieux connaitre le profil des jeunes touristes qui 4 4. sjournent dans la capitale (quelle moyenne dge ? Quelles nationalits ? etc.). Elle permet ensuitede mieux situer le niveau de frquentation de ces tablissements (quelle est la saisonnalit ? Quelledure moyenne de sjour ? etc.). Le panel des tablissements qui ont rpondu au questionnairecomprend 11 hbergements (8 auberges de jeunesse et 3 hostels) et 2 536 chambres, soit 50,3 % deloffre en lits des tablissements recenss.C- Enqutes trains et aroports CRT Paris Ile-de-France et BVALe Comit Rgional du Tourisme dIle-de-France (Le nouveau Paris Ile de France) en partenariatavec BVA a mis en place un dispositif dobservation dans les principales gares SNCF et les aroportsde la rgion.Concernant les aroports, ce dispositif permanent permet destimer le nombre de visiteursinternationaux venus en avion. Il comporte les indicateurs suivants : profil des visiteurs, type desjours raliss, niveau de satisfaction, dpenses, intentions de revisites etc. Plus de 42 000 visiteursinternationaux ayant pass une nuit Paris Ile-de-France ont t interrog dans les sallesdembarquement depuis janvier 2007.Le dispositif dans les trains a t initi en juillet 2008 afin de complter les donnes rcoltes dansles aroports. Il concerne les bassins metteurs franais et europens notamment pour les clientlesse rendant Paris Ile-de-France en Eurostar, Thalys, Lyria et TGV Est. Ce dispositif permet dobtenirles mmes indicateurs que lenqute aux aroports. Les enqutes sont ralises bord des trainsauprs des visiteurs franais et trangers ayant pass au moins une nuit Paris Ile-de-France. Depuissa mise en place prs de 17 000 visiteurs ont t interrogs.Grce un traitement des donnes par tranche dge il est possible de cerner les spcificitscomportementales des jeunes touristes par rapport leurs ains. Nous porterons donc une attentionparticulire aux rsultats de lenqute 2009 pour les tranches dge 18-24 ans et 25-34 ans.Notons que ces enqutes ne se focalisent pas uniquement sur les jeunes en autonomie de sjour. Lesrsultats fournissent toutefois des indications pertinentes qui tmoignent des spcificits delactivit touristique des jeunes Paris. 5 5. 1. Donnes de cadrage sur le tourisme des jeunesLa WYSE Travel Confdration a ralis en 2007 une enqute internationale sur le tourisme desjeunes2. Cette enqute a dbouch sur un dossier complet ralis et publi en 2008 parlOrganisation mondiale du Tourisme3.Le Carnet de route des 18-25 ans, publie en 2007 par ODIT France, aborde plus prcisment letourisme des jeunes en France. Ce dossier contient une enqute qualitative, ralise par GMVConseil en dcembre 2006 et janvier 2007 sur trois marchs metteurs : France, Allemagne etRoyaume-Uni.Les enqutes menes par le CRT dIle-de-France et BVA en 2009 apportent des donnes davantagecibles sur les jeunes touristes sjournant dans la rgion.1.1 Le tourisme des jeunes est un march en pleine croissance1.1.1 Au niveau mondialSelon lOMT, le tourisme des jeunes reprsentait 20% des arrives internationales en 2007. Lacroissance du march est estime entre 3% et 5% chaque anne. Il sagit de lun des segments declientle les plus dynamiques du tourisme mondial. Des tudes nationales tmoignent plusprcisment de cette croissance. En Allemagne par exemple, le nombre de jeunes touristeseuropens (de 15 34 ans) atteignait 5,2 millions de personnes en 2004, soit une augmentation de21 % par rapport 2000.Projection de lOMT sur le nombre de nuites gnres par les jeunes touristes dans le monde (enmillions) 500 451 450 400 369 350 302 300 248 250 200 150 100 50 0 2005 2010 2015 2020 nuites (million)Source : Youth Travel Matters Organisation Mondiale du Tourisme - 20082 New Horizons II, The Young Independant Traveller - World Youth Student & Educational TravellerConfdration 2007; Cf page 43 Youth Travel Matters Organisation Mondiale du Tourisme 2008. Ltude reprend notamment les analysesde la WYSE Traveller Confdration. 6 6. En se basant sur une croissance moyenne de 4,1 % par anne, lOMT estime que le nombre total denuites gnres par les jeunes touristes dans le monde atteindra 451 millions en 2020, soit 81,8 %de nuites supplmentaires par rapport 2005.Il nexiste pas ce jour de donnes prcises sur la ventilation des jeunes touristes dans le monde. Ilest donc difficile de dterminer avec exactitude les zones gographiques ou les pays rcepteurs quibnficient le plus de cette croissance. En revanche, lenqute ralise par la WYSE TravelCorporation en 2007 rvle que lAustralie, les Etats-Unis et la France sont les destinations les plusvisites par les jeunes touristes.LEurope plus particulirement, est perue comme une destination facile , prise par les jeunesayant peu dexpriences touristiques. Les touristes plus expriments plbiscitent en revanche desdestinations plus aventureuses et citent notamment le Vietnam, le Maroc, lAfrique du sud ouencore lArgentine.1.1.2 Au niveau national ?Les dernires donnes quantitatives disponibles sur le tourisme des jeunes en France datent de2003. LAgence Franaise dIngnierie Touristique (AFIT4) estimait que le tourisme des jeunesreprsentait 5 % du tourisme en France. Il gnrait 9,2 millions de sjours, 92 millions de nuites et5,6 milliards deuros (hors dpenses de voyage). Il existe peu de donnes chiffres ayant t publiesqui permettent de mesurer lvolution globale du tourisme des jeunes en France.Provenance du tourisme des jeunes sur le march franais (2003) 8,0% 41,5% En 2003 les jeunes europens (y compris les franais) reprsentaient 92 % des sjours raliss en France. Les franais ont 50,5% certes un poids important (41,5 %) mais il est moindre que celui des autres europens (50,5 %). Franais Europe (hors France) Reste du mondeSource : Afit Le tourisme des Jeunes, Analyse stratgique de march - 20034 Le tourisme des Jeunes - analyse stratgique de march Agence Franaise dIngnierie Touristique (AFIT) -2003 7 7. 1.2 Le tourisme des jeunes est un march qui se transformeLaugmentation du nombre de jeunes touristes saccompagne de profonds changements. Ceux-ciimpliquent rgulirement les oprateurs qui doivent sadapter aux profils et aux nouvelles exigencesde la clientle. Le corps du march se transforme. Le march ne se limite plus aux traditionnels pays metteurs (notamment en Europe). Le tourisme des jeunes se mondialise et slargit progressivement aux clientles des pays asiatiques, de lAmrique latine et dans une moindre mesure du continent africain. Cette ouverture, difficilement chiffrable, enrichi le march dune clientle avec diffrents niveaux dexpriences touristiques. Les attentes des jeunes tendent donc se diversifier. LOMT note galement une augmentation de la clientle fminine qui parfois voyage seule. Ce phnomne gnre de nouveaux besoins, notamment en termes dhbergement (un dortoir exclusivement rserv aux femmes par exemple) et une adaptation ncessaire des prestataires. Les hbergements pour jeunes sont aujourdhui en pleine mutation. Loin des conditions dhbergement spartiates , souvent caricaturales, les prestataires tendent proposer davantage de chambres ou de salles de bains privatives5, en conformit avec les besoins dintimit croissants des jeunes touristes.1.3 Profils et attitudes des jeunes touristesLes profils des jeunes touristes sont de plus en plus varis. Il est toutefois possible de dgagerquelques spcificits en termes de motivations, dactivits recherches ou encore dutilisations desoutils technologiques.1.3.1 Les motivations des jeunes touristesLIREST a propos en 1995 un ensemble de 10 motivations de dpart primaires et secondaires desjeunes touristes. Le classement est certes ancien mais il repose sur des sources dclaratives dejeunes touristes. Ce classement est notamment reprit par ODIT France dans le Carnet de route desjeunes 18-25 ans en autonomie de sjour. Motivations primaires 1- Besoin de convivialit 2- Recherche dautonomie 3- Recherche dutilit Motivations secondaires 4- Besoin dimplication personnelle 5- Besoin de reconnaissance 1- Dsir de dcouverte 6- Recherche de rapport qualit/prix 2- Besoin de confort 3- Besoin de scurit 4- Recherche de rupture5 Cf. annexe 1 8 8. Lenqute mene par la WYSE Travel Confederation souligne davantage que le contact avec denouvelles cultures ou de nouvelles ides est une motivation profonde pour les jeunes touristes.Cela se traduit par une volont dexprimenter la vie quotidienne de la destination (80 % derponses positives) ou encore de rencontrer les locaux (76 % de rponses positives). Lenqutesouligne par ailleurs quune part croissante de personnes souhaite se rendre utile et simpliquerdans la vie locale. Cet aspect est galement prsent dans lenqute mene par GMV Conseil o29,7 % des jeunes interroges sont tout fait daccord pour dire quils partent en vacances pourse rendre utile par du bnvolat ou des actions humanitaires.Focus sur les jeunes JaponaisLe cas des jeunes Japonais semble aujourdhui particulier et inquitant terme pour la prennit desdparts touristiques internationaux des Japonais. Avec la crise plusieurs articles ou reportages6soulignent un malaise grandissant chez les jeunes Japonais. Cela se traduit par un repli sur soi et undsintrt de plus en plus marqu pour des activits socialisantes comme la politique, le sexe oules voyages.Peu de donnes statistiques existent sur le rapport entre la jeunesse japonaise et le voyage.Toutefois une enqute mene en 2010 par lagence matrimoniale O-Net7 a rvl que 47 % desjeunes Japonais prfre un voyage au Japon plutt qu ltranger, car la dmarche leur semble plus rassurante . Ce dsintrt teint dun certain patriotisme ou dune redcouverte de la culturejaponaise constitue un frein notable la dcouverte de nouvelles cultures et aux sjours touristiquesinternationaux des jeunes nippons.6 Voir annexe 2 : Le dsarroi identitaire des jeunes japonais. Le Figaro, Pierre Pri, 17/09/20097 Voir les rsultats de lenqute sur ce lien : http://www.tout-le-japon.com/les-japonais/enquete-aupres-des-jeunes-japonais-sur-leur-societe/ 9 9. 1.3.2 La recherche dinformations touristiquesLes principales sources dinformation consultes avant le dpart par les jeunes touristes Rsultats compars entre 2002 et 2007 Internet Famille, amis Office de Tourisme/Site Internet Agence de voyage Guide de voyage Visite prcdente Tour operateurs brochure/internet Product suppliers Journaux/Magazines Ambassade/Consulat TV/Radio Autres livres Manifestation/Expositions 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 2007 2002Source : WYSE Travel Confederation - 2007Internet est la premire et principale source dinformation utilise par les jeunes touristes en 2007(80%) suivi des conseils damis ou de la famille (70%). Laugmentation du nombre positif de rponsespour les Offices de tourisme et les Tours Oprateurs tient un changement de questionnaire entre2002 et 2007. Contrairement au questionnaire de 2002, celui de 2007 comprenait la mention siteinternet comme lune des composantes de recherche auprs de ces prestataires. Cette diffrencetraduit davantage limportance que revt Internet pour les jeunes touristes dans leurs recherches.Elle souligne galement le rle essentiel des Offices de tourisme pour capter cette clientle en qutedinformation.Ltude GMV Conseils confirme ces tendances. Interroges sur les deux moyens les plus utiliss pourse renseigner avant un dpart, les personnes sollicites rpondent Internet 95 % et les conseils dela famille ou de proches 32 %. Ltude rvle par ailleurs que les jeunes touristes recherchent avanttout des informations sur le logement (57 %), puis plus globalement sur la destination (49 %), lestransports (44 %) et enfin les prix (39 %). 10 10. 1.3.3 La rservation de prestations touristiquesLes six principaux facteurs qui influencent les jeunes dans les choix de rservation (2007) Les facteurs dinfluence dans le choix des rservations % Le prix 94,3 % La qualit de service et les informations fournies par une agence ou prestataire 37,6 % La rputation et la qualit du produit touristique (compagnie arienne, htelier) 33,1 % La possibilit de modifier les rservations 30,7 % La possibilit de rserver en ligne 29,6 % La rapidit et lefficacit du service 24,0 %Source : WYSE Travel Confederation - 2007Selon lenqute ralise par lOMT, le prix est de loin le premier facteur dterminant dans le choixdune prestation touristique (94,3 % de rponses positives). Ce rsultat semble logique dans lamesure o la majorit des jeunes disposent dun petit budget. La qualit des informations, desservices et produits touristiques sont ensuite les lments les plus importants pour les jeunestouristes.Les modes de rservations utiliss par les jeunes en fonction du produit touristique achet (2007) Transport arien Transport terrestre Hbergement 10,8% 15,3% 33,8% 38,0% 48,6% 21,2% 40,6% 63,5% 28,2% Internet Agence de voyage Tlphone/faxSource : WYSE Travel Confederation - 2007Internet est le canal de rservation privilgi que ce soit pour les rservations de transports ou delhbergement. La proportion est toutefois davantage marque pour lhbergement (63,5 %). LaWYSE Travel Conference note une volution prononce des rservations sur Internet qui sontglobalement passes de 10 % en 2002 50 % en 2007.Lenqute de GMV Conseil relve galement la prdominance de lutilisation dInternet dans larservation des hbergements (58 % suivi de 19 % en face face auprs dune agence), destransports (68 % suivi de 20 % en face face auprs dune agence) et mme des activits touristiques(45 % suivi de 27 % en face face auprs dune agence). 11 11. 1.3.4 Les activits recherchesLes principales activits plbiscites par les jeunes touristes (2007) Les activits les plus plbiscits par les jeunes touristes % Visiter les principales attractions touristiques 46,3 % Visiter les attractions culturelles (muses, expositions etc.) 45,4 % Rencontrer les locaux 45,1 % Boire et manger 43,3 % Sortir des sentiers battus visiter des endroits moins touristiques 36,9 % Se reposer la plage 26,8 % Participer aux vnements locaux et festivals 25,0 % Apprendre une langue 19,6 % Trekking 18,7 % Visiter la famille ou des amis 18,0 % Faire du sport (surf, ski, sports deau etc.) 16,3 % Travailler/dvelopper de nouvelles comptences 9,8 % Autre 2,3 %Source : WYSE Travel Confederation - 2007Les deux premires activits plbiscites par les jeunes touristes sont la visite des principalesattractions touristiques (46,3%) et culturelles (45,4%). Le taux de rponses positives pour ces deuxactivits est davantage marqu chez les jeunes issus des pays dAfrique, dAsie et dAmrique du sud.En revanche la majorit de ceux qui indiquent vouloir sortir des sentiers battus sont des personnesissues dEurope ou dAmrique du nord.Les activits pratiques par les visiteurs trangers par tranche dge en Ile-de-France (2009) Global 18-24 ans 25-34 ans 18-34 ans Visites de muses, expositions 89,9 % 96,2 % 92,4 % 93,7 % permanentes, monuments, chteaux Dcouverte des villes, se promener, flner 74,4 % 81,4 % 79,0 % 79,8 % Pratique du shopping 47,6 % 62,1 % 47,7 % 52,6 % Visite de parcs, jardins, sites naturels, 37,9 % 49,3 % 42,8 % 45,0 % forts Dcouverte de la gastronomie franaise 33,6 % 34,6 % 38,4 % 37,1 % Sorties la nuit 23,7 % 38,5 % 27,0 % 31,0 % Marchs, brocantes, foires, visite d artisans 27,0 % 37,4 % 26,4 % 30,2 % Dcouvrir de nouveaux quartiers branchs 12,8 % 20,6 % 14,0 % 16,3 % Assister un vnement, une manifestation culturelle, expositions 14,5 % 18,6 % 13,4 % 15,2 % temporaires Autres 13,1 % 15,5 % 12,4 % 13,5 % Assister des spectacles, concerts 10,5 % 12,7 % 9,7 % 10,7 % Visites guides de quartiers 9,7 % 11,6% 8,1 % 9,3 % Assister un vnement sportif, une 4,0 % 4,9 % 3,1 % 3,7 % comptition Ateliers thmatiques (gastronomiques,...) 1,0 % 1,4 % 0,7 % 0,9 %Source : CRT Ile-de-France et BVA, 2009 12 12. Les donnes fournies par le CRT Ile-de-France et BVA permettent daffiner les activits plbiscitespar les jeunes touristes dans la rgion francilienne. Les deux activits les plus pratiques par lesjeunes sont les visites de muses, dexpositions permanentes, de monuments et de chteaux et la dcouverte des villes, se promener, flner . Toutefois ces activits ne diffrent pas de cellespratiques par la majorit des touristes interrogs.La pratique du shopping est suprieure chez les jeunes (52,6 % pour les 18-34 ans) que pour lamoyenne des personnes interroges (47,6 %). La proportion est encore plus importante pour latranche dge 18-24 ans qui atteint 62,1 % de rponses positives. Bien que leur budget soit moinsconsquent les jeunes touristes trangers en visite Paris pratiquent davantage le shopping queleurs ains.La visite de parcs, jardins, sites naturels et forts (45,0 % pour les 18-34 ans dont 49,3 % pour les18-24 ans) est une activit davantage pratique par les jeunes touristes que par lensemble despersonnes interrogs (37,9 %). On peut justifier ces dcalages par le prix que cotent ces activits, leplus souvent gratuites, et limportance que revt le budget pour les plus jeunes touristes.Enfin les sorties de nuit et la dcouverte de nouveaux quartiers branchs sont des activitsdavantage recherches par les jeunes touristes, surtout ceux de la tranche dge 18-24 ans, que parleurs ains. 13 13. 1.3.5 Les logements privilgis par les jeunes touristesHbergements utiliss par les jeunes touristes trangers en Ile-de-France (2009) Global 18-24 ans 25-34 ans 18-34 ans Htel 72,9% 57,4% 72,9% 67,6% Rsidence principale damis 9,6% 14,4% 9,4% 11,1% Rsidence principale de parents 5,9% 8,6% 6,0% 6,9% Rsidence secondaire de parents ou amis 2,7% 4,5% 3,5% 3,8% Hbergements pour jeune 1,7% 6,9% 1,8% 3,5% Meubl, location saisonnire 1,9% 1,7% 2,1% 2,0% Rsidence htelire 2,0% 1,6% 1,8% 1,7% Autre 1,1% 1,7% 0,9% 1,2% Chambre d htes 0,6% 1,0% 0,7% 0,8% Echange dappartement 0,4% 0,7% 0,4% 0,5% Camping / Caravaning 0,2% 0,9% 0,1% 0,4% Rsidence secondaire personnelle 0,7% 0,4% 0,4% 0,4% Gte rural 0,1% 0,2% 0,0% 0,1% Total 100,0% 100,0% 100,0% 100,0%Source : CRT Ile-de-France et BVA, 2009Lenqute ralise par le CRT Ile-de-France et BVA montre que lhtel (67,6 %) puis la rsidenceprincipale damis (11,1 %) sont les principaux hbergements utiliss par les jeunes touristes dunetranche dge 18-24 ans en Ile-de-France. Il existe toutefois de relles diffrences entre les tranchesdge 18-24 ans et les 25-34 ans. Les modes dhbergement de la seconde classe dge serapprochent trs nettement de la moyenne des touristes interrogs tous ges confondus. Les plusjeunes, de 18 24 ans sjournent moins lhtel que leurs ains. Les hbergements alternatifs lesplus utiliss sont les rsidences damis (14,4 %) ou de parents (8,6 %) puis les hbergements pourjeunes 6,9 % contre seulement 1,8 % pour la tranche dge 25-34 ans.De ltude GMV Conseil, plus spcifiquement oriente sur les jeunes en autonomie de sjour, ressortles mmes tendances dans le choix des hbergements. Le poids des hbergements pour jeunes etplus particulirement des auberges de jeunesse est toutefois comparable celui de lhbergementchez la famille ou les amis (16 % de rponses positives en auberge de jeunesse contre 18 % chez lafamille et les amis et 45 % pour les htels). Parmi les trois plus importants critres de choix dunhbergement le prix est le premier critre des jeunes interrogs (64 %). Plus que la situationgographique de ltablissement (41 %), la propret des lieux (46 %) et le confort (45 %) sont ensuitedes lments dterminants dans le choix de ltablissement. La convivialit, concept essentiel dansloffre des hostels et les auberges de jeunesse, est cit comme un critre essentiel par 22 % despersonnes interroges.Lenqute de la WYSE Travel Confederation opre une distinction entre Hotel et Hostel . Aussilors de leur dernier voyage, les personnes interroges affirment avoir utilis le plus souvent deshostels (61,5 %) suivi des htels (47,6 %) puis du logement chez la famille ou les amis (36,1%). 14 14. 1.3.6 Budget et dpenses des jeunes touristesSelon lenqute CRT Ile-de-France et BVA, la dpense moyenne par jour et par personne des jeunestouristes est infrieure celle des personnes interroges. Les 18-24 ans sont ceux qui dpensent lemoins avec une moyenne de 91 .Dpense journalire moyenne des jeunes touristes trangers en Ile-de-France (2009) Global 18-24 ans 25-34 ans 18-34 ans 129 91 121 110 Source : CRT Ile-de-France et BVA, 2009La ventilation des dpenses par poste tmoigne galement de spcificits propres aux 18-24 ans. Laproportion des dpenses pour le logement est infrieure pour cette tranche dge que pour lestouristes plus gs. Lconomie ralise sur lhbergement est essentiellement reporte sur les achats de biens durables , dont la proportion reprsente 26 % du budget de cette tranche dgecontre 21 % pour lensemble des personnes interroges.Ventilation des dpenses par poste des touristes trangers en Ile-de-France (2009) Global 18-24 ans 25-34 ans 18-34 ans Hbergement 40 % 32 % 41 % 39 % Nourriture, restauration 25 % 26 % 25 % 25 % Achats de biens durables 21 % 26 % 20 % 22 % Loisirs, spectacles, muses 9% 10 % 9% 9% Transport au sein de la rgion 6% 5% 6% 6% TOTAL des dpenses 100 % 100 % 100 % 100 %Source : CRT Ile-de-France et BVA, 2009 15 15. Rsum Selon lOMT la croissance moyenne du tourisme des jeunes dans le monde est estime entre 3 % et 5 % par an. La croissance de ce segment de clientle est lune des plus dynamiques du march. Selon les dernires donnes nationales disponibles, les jeunes europens reprsentent 92 % du tourisme des jeunes en France, dont 41,5 % de franais. En 2003 le tourisme des jeunes a gnr 9,2 millions de sjours en France. Les motivations profondes des jeunes touristes se fondent sur le contact de nouvelles cultures ou de nouvelles ides. Le sentiment dimplication dans la vie quotidienne voire le besoin dutilit la communaut sont des motivations croissantes de cette clientle. Internet est loutil le plus utilis par les jeunes touristes pour rechercher de linformation avant un voyage. Lhbergement est gnralement le premier lment recherch. Loutil internet est galement majoritairement utilis pour les rservations de prestations touristiques, notamment lhbergement. Le prix est trs clairement le premier facteur de choix dans la rservation dune prestation touristique. Suivent la qualit des informations, des services et des produits touristiques. Les activits les plus recherches par les jeunes touristes de la rgion Ile-de-France sont, comme la majeure partie des touristes plus gs, les visites de sites ou de muses et les ballades en ville. La pratique du shopping est une activit davantage plbiscite par les jeunes que par lensemble des personnes interroges. Les activits gratuites, comme les visites de parcs, jardins ou sites naturels en forts, ainsi que les sorties de nuit sont davantage cits chez les jeunes de 18-24 ans que pour les autres tranches dge. Lhtel (45 %), puis lhbergement chez la famille ou les amis (18 %) et les auberges de jeunesse (16 %) sont les principaux hbergements utiliss dans les grandes villes par les jeunes touristes en autonomie de sjour. Les deux plus importants critres de choix sont dabord le prix (64 %) suivi de la propret des lieux (46 %). La dpense journalire moyenne des 18-24 ans en Ile-de-France est de 91 contre 129 pour lensemble des personnes interroges en 2009 par BVA et le CRT Ile-de-France. La ventilation des dpenses par poste rvle que la part du budget de lhbergement consacre par les 18-24 ans est infrieure aux autres tranches dge. Lconomie ralise est essentiellement reporte sur lachat de biens durables . 16 16. 2. Lhbergement pour jeunes Paris2.1 La composition de lhbergement pour jeunes ParisA Paris, la rpartition des hbergements pour jeunes en termes de nombre dtablissements et denombre de lits se dcompose comme suit : Etablissements Lits Capacit Nombre Rpartition Nombre Rpartition moyenne (lits)Hostels 19 59,4 % 2 285 45,3 % 120Auberges de jeunesse 13 40,6 % 2 754 54,7 % 212Total 32 100 % 5 039 100 % 157Source : OTCP- 2011Avec 19 tablissements, les hostels reprsentent 59,4 % des structures recenses. Les auberges dejeunesse concentrent toutefois la majorit des lits proposs sur le march (54,7 %). Ce dcalagesexplique par une capacit moyenne suprieure dans les auberges de jeunesse (212 lits) celle deshostels (120 lits).2.1.1 Les Hostels Rpartition du nombre Rpartition du nombre dtablissements par groupe de lits par groupe 6 674 1 261 12 1 350 HipHopHostels St Christophers indpendantsSource : OTCP - 2011La majorit des hostels parisiens sont affilis un groupe ou un rseau. Il sagit de13 tablissements qui concentrent 70,5 % des lits de ce type dhbergement. HipHopHostels : cest aujourdhui le plus grand rseau dhostels sur Paris. Celui-ci regroupe 12 hostels membres qui totalisent 1 261 lits (55,2 % de loffre). Un nouvel hstel affili devrait prochainement ouvrir dans le quartier de la gare du nord. Saint Christophers Inn : ce groupe britannique a ouvert un hostel de 350 lits en 2007 au bout du Bassin de La Villette. Cet tablissement concentre la plus grande capacit du parc parisien avec 15,3 % des lits du march. Le groupe compte galement 9 autres tablissements implants en Europe. 17 17. 2.1.2 Les auberges de jeunesseLes auberges de jeunesse sont gres par des structures associatives but non lucratif qui agissent leplus souvent dans un cadre reconnu dutilit publique. Rpartition du nombre Rpartition du nombre dtablissements par groupe8 de lits par groupe 2 534 4 932 2 297 2 434 3 557 FUAJ BVJ MIJE Ligue de lenseignement AutresSource : OTCP - 2010 Aucune structure ne regroupe la majorit de loffre. la Ligue de lenseignement concentre 557 lits dans ses deux tablissements soit 20,2 % de loffre et la plus grande capacit gre par une mme association. Loffre se partage ensuite entre les principales structures ici reprsentes : FUAJ (19,4 %), MIJE (15,8 %) et BVJ (10,8 % de loffre). Une nouvelle auberge de jeunesse, lAdvniat a ouvert ses portes en juin 2010 dans le 8me arrondissement. Ltablissement comprend 27 chambres et 73 lits. Il est affili la Ligue Franaise pour les auberges de jeunesse et anim par la congrgation religieuse catholique des Augustins de lAssomption. La construction dune auberge de jeunesse est prvue dans le cadre du ramnagement de la ZAC Pajol, dans le 18me arrondissement. Ltablissement devrait ouvrir en 2012 et comprendrait 330 lits. Il sera gr par la FUAJ.8 AcronymesFUAJ Fdration Unie des Auberges de jeunesseBVJ Bureau des Voyages de la JeunesseMIJE Maison Internationale de la Jeunesse et des Etudiants 18 18. 2.2 La rpartition gographique de lhbergement pour jeunes Paris2.2.1 Prsentation gnraleLa rpartition gographique des hbergements pour jeunes en termes de nombre dtablissementset de nombre de lits Paris se dcompose comme suit :Rpartition des hbergements pour jeunes par arrondissement en 2011 Hostels Auberges de jeunesse Total Nbre lits % lits Nbre lits % lits Nbre lits % lits er 1 - - - 1 99 3,6 % 1 99 2,0 % 2me - - - - - - - 3me - - - - - - - 4me - - - 3 434 15,8 % 3 434 8,6 % 5me 1 55 2 ,4 % 1 97 3,5 % 2 152 3,0 % 6me - - - - - - 7Eme - - - - - - 8me - - 1 73 2,7 % 1 73 1,4 % 9me 4 434 19 ,0 % - - 4 434 8,6 % 10me 1 110 4,8 % - - 1 110 2,2 % 11me 2 350 15,3 % 1 200 7,3 % 3 550 10,9 % 12me 1 91 4,0 % 1 194 7,0 % 2 285 5,7 % 13me 1 172 7,5 % 1 363 13,2 % 2 535 10,6 % 14me - - 1 494 17,9 % 1 494 9,8 % 15me 2 235 10,3 % - - 2 235 4,7 % 16me - - - - - - 17me - - - - - - 18me 5 433 18,9 % - - 5 433 8,6 % 19me 1 350 15,3 % - - 1 350 6,9 % 20me 1 55 2,4 % 3 800 29,0 % 4 855 17,0 % Total 19 2 285 100 % 13 2 754 100 % 32 5 039 100 % Source : OTCP - 2011Les hbergements pour jeunes Paris se rpartissent dans 14 arrondissements. Le 20me arrondissement concentre la majorit des lits disponibles avec 17,1 % de loffre. Cette prpondrance sexplique par la prsence de 4 tablissements dont 3 auberges de jeunesse dune capacit moyenne importante de 267 lits (contre 212 lits pour lensemble des auberges de jeunesse de la capitale). Les 9me, 11me, 13me et 14me arrondissements regroupent chacun entre 8,6 % et 10,9 % de la capacit en lits. Cette relative homognit ne doit toutefois pas masquer les diffrences structurelles des tablissements : ainsi le FIAP Jean Monnet, qui dispose dune capacit de 494 lits, est le seul tablissement recens du 14me arrondissement (17,9 % de loffre de lits en auberge de jeunesse). A contrario le 9me arrondissement regroupe 4 tablissements dune capacit moyenne infrieure qui atteint 108 lits (8,6 % de loffre totale en nombre de lits). 19 19. 2.2.2 Une rpartition est/ouest trs marque de lhbergement pour jeunes ParisPart de chaque arrondissement dans le nombre total de lits mis disposition par les hbergementspour jeunes Paris en 2011 8,6% 6,9% 8,6% 2,2% 1,4% 17,0% 2,0% 10,9% 8,6% 3,0% 5,7% 4,7% 9,8% 10,6% Part suprieure 9 % Part comprise entre 5 % et 9 % Part comprise entre 0 % et 5 % La majorit des lits disponibles est regroupe dans les arrondissements situs dans lest parisien. Ainsi les arrondissements en bordure de la priphrie est, du 18me au 14me arrondissement, concentrent 2 952 lits soit 58,6 % de loffre. Plus proches du centre historique, les 9me, 11me et 4me arrondissements regroupent 1 418 lits soit 28,1 % de loffre. Hormis la prsence de 2 hostels dans le 15me arrondissement (235 lits) et dune nouvelle auberge de jeunesse dans le 8me arrondissement (73 lits), la partie ouest de la capitale ne comprend aucune structure spcifiquement ddie lhbergement des jeunes. 20 20. 2.3 Lhbergement pour jeunes face lhtellerie et aux rsidences de tourisme2.3.1 Proportion des hbergements pour jeunes par rapport aux htels et aux rsidences detourisme (2010)Que cela concerne le nombre de chambres/appartements ou le nombre de lits, la part deshbergements spcifiquement ddis aux jeunes est trs minoritaire en comparaison de loffrepropose par les htels et les rsidences de tourisme. 9 Etablissements Chambres/appartements Lits (estimations) Nombre Rpartition Nombre Rpartition Nombre RpartitionHtels homologus 1 474 93 % 76 437 93,8 % 152 874 89,1 %Rs. de tourisme 78 4,9 % 5 054 6,2 % 13 645 8,0 %Hb. pour jeunes 32 2,1% NC 5 039 2,9 %Total 1 548 100 % 81 491 100 % 171 558 100%Source : OTCP Prfecture de Paris - 2010/20112.3.2 Proportion des hbergements pour jeunes par rapport lhtellerie conomique et super-conomique (2010)Si les htels conomiques (2*) et super-conomiques (0*/1*) ne se positionnent pas spcifiquementsur une clientle jeune, ces tablissements proposent toutefois une alternative crdible aux hostelset aux auberges de jeunesse en termes de confort et de prix. Etablissements Lits Capacit 10 Type/Classement Nombre Rpartition Nombre Rpartition moyenne Hostels 19 2,7 % 2 285 38% 120 Auberges de jeunesse 13 1,9 % 2 754 4,6 % 212 s/total 32 4,6 % 4 916 8,3 % 154 0* 32 4,6 % 3 316 5,6 % 104 1* 110 15,7 % 6 110 10,3 % 56Htellerie 2* 528 75 ,2 % 45 068 75,9 % 85 s/total 670 95,4 % 54 494 91,7 % 81Total 702 100 % 59 410 100 % 85Source : OTCP Prfecture de Paris - 2010/2011 Lhtellerie traditionnelle est logiquement majoritaire face aux tablissements spcifiquement ddis lhbergement des jeunes. Celle-ci reprsente 95,4% des tablissements recenss pour 91,7 % du nombre de lits. La capacit moyenne des tablissements pour jeunes est largement suprieure celle constate dans lhtellerie traditionnelle (154 lits contre 81 lits). Cette diffrence sexplique par la structure mme des hbergements pour jeunes qui combinent gnralement une offre en chambres privatives et en dortoirs.9 Note mthodologique : Les donnes brutes sur le nombre de lits en htellerie sont estimes partir du nombre de chambres recenses par htels par la Prfecture de Paris. On estime en moyenne que chaque chambre compte 2 lits. Les donnes sur le nombre de lits dans les rsidences de tourisme sont bases sur des estimations tires des donnes recueillies par lOTCP. On estime que chaque appartement compte en moyenne 2,7 lits. 21 21. 2.3.3 Les diffrences de prix affichsLe prix est lune des principales composantes qui distingue les hbergements pour jeunes des autrestypes dhbergement. Afin den prendre la mesure nous avons ralis un focus sur certainstablissements des 18me, 19me et 20me arrondissements. Ces arrondissements de lest parisienregroupent 10 hbergements pour jeunes soit 32,5 % des lits recenss pour ce type dtablissement.Nous avons galement slectionn 10 htels classs SE/1* et 10 htels 2*.Il sagit de comparer, en fonction du type dtablissement et de leur catgorie, le prix minimumaffich pour une chambre simple et un lit en dortoir dune part, le prix minimum affich pour unechambre double dautre part.Prix minimum affich par les tablissements pour jeunes, les htels conomiques et superconomiques en 2010 100,0 87,0 90,0 79,3 80,0 70,0 62,9 60,0 49,1 50,0 46,3 40,0 27,1 30,0 20,0 10,0 0,0 Hostels/Auberges de Htels SE/1* Htels 2* jeunesse Chambre simple/Dortoirs Chambre doubleSource : OTCP 2011 Les tablissements pour jeunes affichent en moyenne des prix infrieurs ceux des htels, que ce soit pour un lit en dortoir ou pour une chambre double. La diffrence est particulirement marque entre le prix dun lit en dortoir et celui dune chambre simple : +81,2 % pour les htels 0*/1* et +192,6 % pour les htels 2* par rapport aux hbergements pour jeunes. La diffrence reste significative pour les chambres doubles des htels par rapport aux hbergements pour jeunes : +35,9 % pour les htels SE/1* et +87,9 % pour les htels 2*. Aucune diffrence majeure nest gnralement constate entre les prix affichs par les hostels et ceux des auberges de jeunesse. 22 22. 2.4 Lapport de la petite et de la grande couronne2.4.1 Loffre de la petite couronneSil est aujourdhui tabli que loffre htelire de la petite couronne vient complter loffreparisienne, les tablissements spcifiquement ddis aux jeunes restent majoritairement concentrsdans la capitale.Les hbergements pour jeunes recenss dans la petite couronne en 2010 Nom Ville Dpartement Capacit (lits)La Cit des sciences Le Pr Saint-Gervais Seine Saint-Denis 185Centre Eugne Hnaff Aubervilliers Seine Saint-Denis 194Centre Leo Lagrange Clichy Hauts-de-Seine 329Source : OTCP octobre 2011 Loffre de la petite couronne comprend 3 auberges de jeunesse dune capacit de 708 lits soit 12,3 % de loffre cumule sur Paris et la petite couronne. Ces tablissements se situent dans le voisinage du priphrique et deux dentre eux proximit immdiate dune station de mtro.2.4.2 Loffre de la grande couronneLes hbergements pour jeunes recenss dans la grande couronne en 2010 Nom Ville Dpartement Capacit (lits)CIS de Bois-le-Roi Bois-le-Roi Seine-et-Marne 98Centre le Rocheton La Rochette Seine-et-Marne 150LEscale Poissy Yvelines 85 Nous avons recenss 3 auberges de jeunesses au niveau de la grande couronne disposes accueillir de jeunes touristes en individuels. Ces trois tablissements regroupent 333 lits. La rgion comprend bien entendu dautres tablissements, davantage orients vers laccueil de groupes. Dans ce cas, les prestations dhbergement sinscrivent en complment dun ensemble dactivits rcratives destines un jeune public. Aucun hostel nest recens hors de Paris intramuros. 23 23. Zoom sur deux modes dhbergement alternatifs1) Le courchsurfinghttp://www.couchsurfing.org/Cr en 2004, le site de CouchSurfing regroupe aujourdhui plus de 2,2 millions dadhrents. Ce concept,dvelopp aussi par dautres sites communautaires, permet aux voyageurs du monde dtre hbergsgratuitement, de canaps en canaps chez un hbergeur adhrent.Ce mode dhbergement particulirement conomique est trs pris par les jeunes. Selon les statistiques deCouchsurfing, 39,7% des adhrents ont entre 18 et 24 ans et 31,5 % entre 25 et 29 ans.Paris, premire ville mondiale de Courchsurfing Berlin Montreal 20,6% 15% Istanbul Reste du monde Top 5 14,3% 93% 7% Londres 22,9% Paris 27,2%Source : http://www.couchsurfing.org/ Paris est la premire ville mondiale de Couchsurfing avec 40 466 adhrents en octobre 2010. La capitale franaise devance Londres et Berlin qui comptent respectivement 34 115 (22,9 % du Top 5) et 30 596 (20,6 % du Top 5) adhrents. Dun point de vue national Paris est la premire ville franaise avec 20,5 % du nombre dadhrents sur le territoire. Lyon (5,4 %) et Toulouse (3,9 %) occupent respectivement la deuxime et la troisime place.2) La location dune chambre de bonnehttp://holidayflat.fr Propose par la socit holidayflat, la location dune chambre de bonne amnage partir de 22/nuit est un concept qui semble rencontrer un vritable succs Paris. Si le concept nest pas uniquement ddi aux jeunes, il offre une alternative crdible aux touristes la recherche dun hbergement bon march dans la capitale. Ce concept a t rendu possible par linterdiction la location longue dure despace de moins de 9 m. La plupart des chambres de bonnes parisiennes tant plus petites, leur location ntait possible que pour des dures courtes, telles que celles de sjours touristiques. 24 24. Rsum Paris regroupe 19 hostels (2 285 lits) et 13 auberges de jeunesse (2 754 lits), soit 32 tablissements dune capacit totale de 5 039 lits. HipHopHostels (12 tablissements, 1 261 lits) et Saint Christophers Inn (1 tablissement, 305 lits) sont les deux groupes dhostels implants dans la capitale. Ils regroupent 70,5 % des lits dans ce type dtablissement. Les auberges de jeunesse sont gres par des structures associatives. Aucune structure ne regroupe la majorit de loffre. La Ligue de lEnseignement et la FUAJ proposent respectivement 557 lits et 534 lits. Un nouvel hostel affili HipHopHostels devrait prochainement ouvrir Gare du Nord. La construction dune auberge de jeunesse de 330 lits dans le cadre du ramnagement de la ZAC Pajol (18me arrondissement) devrait ouvrir en 2012. La majorit des lits disponibles est regroupe dans lest parisien. Les arrondissements en bordure du priphrique et entre le 18me et le 14me arrondissement regroupent 58,6 % de loffre. Lhtellerie conomique et super conomique traditionnelle reprsente 91,7 % de loffre en lits contre 8,3 % pour les tablissements spcifiquement ddis aux jeunes. La capacit moyenne des hostels et des auberges de jeunesse est en revanche suprieure celle des htels (154 lits contre 81 lits). Les tablissements pour jeunes affichent en moyenne des prix infrieurs ceux des htels SE/1* et 2*. La diffrence est particulirement marque entre le prix dun lit en dortoir et le prix dune chambre simple en htel. A lchelle rgionale, lhbergement pour jeunes est majoritairement concentr dans la capitale. Seules 6 auberges de jeunesse ont t recenses dont 3 dans la petite couronne. Des modes dhbergements alternatifs, particulirement priss par les jeunes, mergent dans la capitale. Cest le cas du CouchSurfing (Paris est la premire ville mondiale de CouchSurfing) ou de la location de chambre de bonne. 25 25. 3. Les rsultats de lenqute mene auprs des hbergeurs Paris.Afin de mieux apprhender le niveau de frquentation des hbergements pour jeunes Paris,lOffice a ralis une enqute auprs des hbergeurs. Nous avons pu obtenir et regrouper desdonnes concernant la frquentation de ces tablissements. Les donnes concernent la saisonnalitet les taux doccupation mais aussi le type de clientle (ge, nationalits etc.). Le panel comprend 11hbergements (8 auberges de jeunesse et 3 hostels) et 2 536 chambres, soit 50,3 % de loffre en litsdes tablissements recenss.3.1 La frquentation des tablissements pour jeunes Paris3.1.1 Saisonnalit des nuites en 2010Saisonnalit des nuites 2010 dans les hbergements pour jeunes 50 000 45 000 40 000 35 000 30 000 25 000 20 000 e e r t e e r s in t il ai ie ie ille ar r r br br br m ju av ob ao nv vr m em em em ju f t ja oc c pt v d no se Nuites 2010 - Hbergements pour jeunesSource : enqute OTCP 2011Saisonnalit des nuites htelires de loisirs en 2010 2 520 000 2 020 000 1 520 000 1 020 000 520 000 20 000 e t r ril in e re e t r ai s ille ie ie ar br br br m ju av ob ao nv vr m m m m ju f t ja ve e ce oc pt d no se Nuites 2010 - htellerie parisiennesSource : Insee - 2011 26 26. La courbe de saisonnalit des hbergements pour jeunes est beaucoup plus plate que celle des nuites de loisirs dans lhtellerie parisienne. Cela peut se justifier notamment par lexistence dune forte demande pour ce type dtablissement. La saisonnalit est diffrente dans les deux types dtablissements. Alors que le mois daot constitue le pic de frquentation pour la clientle de loisirs dans les htels parisiens (2,3 millions de nuites en 2010), il sagit dun creux de frquentation pour les hbergements pour jeunes.3.1.2 Evolution mensuelle des taux doccupationTaux doccupation dans les hbergements pour jeunes Paris en 2010 100,0% 95,6% 93,5% 93,5% 93,1% 91,0% 88,7% 89,2% 90,0% 83,5% 84,4% 81,1% 79,3% 80,0% 74,3% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% e t e e ai r r s in t il e ille ie ie ar r br br br br M Ju Av Ao nv vr M em em em to Ju F Ja Oc c pt v D No Se Taux doccupation 2010Source : enqute OTCP - 2011La saisonnalit des taux doccupation dans les hbergements pour jeunes confirme lexistence duneforte demande sur le march. Lenqute met en vidence dix mois plus de 80 % dont cinq plus de90 %. Le diffrentiel entre le plus faible taux doccupation de lanne (dcembre 74,3 %) et le plusfort (juin 95,6 %) atteint 21,3 points. 27 27. 3.2 Le profil de la clientle3.2.1 Frquentation par tranche dge -18 ans +30 ans 10% 18% Les tranches dge 18-25 ans et 26-30 ans sont majoritaires avec respectivement 38 % et 34 % de la 18-25 ans clientle des hbergements pour jeunes 38% 26-30 ans 34%Source : OTCP - 20113.2.2 Frquentation par nationalit Franais 39% Une clientle majoritairement trangre (61 % en 2010), en proportion comparable lhtellerie parisienne (62,9 % en 2010). Etrangers 61%Source : OTCP - 2011Les nuites trangres sont majoritaires dans les tablissements pour jeunes avec 61 % des nuitesenregistres en 2010. Cette moyenne cache toutefois de fortes disparits entre certainstablissements qui se justifient par la diversit des canaux de commercialisation et leur affiliation une structure internationale ou non.Les tablissements qui relvent la nationalit de leurs visiteurs utilisent diffrents agrgats (parnationalit ou par continent etc.) qui compliquent lharmonisation des donnes. Il ressort toutefoisquelques indications :Nombre de nuites enregistres en 2010 dans les hbergements pour jeunes par zones ou pays Pays ou Amrique Grande Europe de Amricains Allemands Espagnols Japonais Italiens Zones du sud Bretagne lest Nuites 45 276 40 339 34 971 19 525 13 946 12 270 9 348 8 215Source : OTCP 2011. Cumul des nuites enregistres dans 6 tablissements du panel 28 28. La clientle des hbergements pour jeunes est majoritairement une clientle europenne avec une part importante de Britanniques (12,7 % des nuites en 2010). Ce type dhbergement sinscrit parfaitement dans une culture anglo-saxonne puisque les tablissements positionns sur les marchs australiens, no-zlandais et canadiens accueillent une part significative de leurs ressortissants. Les donnes de frquentation htelires tmoignent dune hausse continue des arrives en provenance de nouveaux pays metteurs (Brsil, Russie etc). Cette tendance semble se confirmer dans les hbergements pour jeunes, limage des pays dAmrique du sud qui reprsentent 14,6 % des nuites ralises dans ces tablissements en 2010.3.2.3 Frquentation groupe/individuelle Si la part de clientle individuelle et de groupe est comparable lchelle des tablissements interrogs, les auberges de jeunesse ont Individuels Groupes tendance accueillir davantage de groupe 49,8 % 50,2% (58,3 %) que les hostels (30 %).Source : OTCP - 20113.2.4 Autres caractristiques des hbergements pour jeunesLenqute mene auprs des hbergeurs souligne dautres caractristiques de ce typedhbergement : 7 tablissements sur 11 ont un hbergement (chambre ou dortoir) rserv aux femmes. 7 tablissements sur 11 pratiquent le yield management 7 tablissements sur 11 ont un restaurant disposition des clients 4 tablissements sur 11 ont un programme de fidlisation 4 tablissements sur 11 ont un bar disposition des clients 29 29. Rsum Lenqute mene par lOTCP regroupe un panel de 11 tablissements (8 auberges de jeunesse et 3 hostels) soit 2 536 chambres et 50,3 % de loffre en lits des tablissements recenss. La courbe de saisonnalit des hbergements pour jeunes diffre de celle de lhtellerie pour la clientle de loisirs. Les effets de saisonnalit sont moindres et le mois daot, qui correspond traditionnellement un pic de frquentation par la clientle de loisirs dans lhtellerie, est une priode de creux pour les hbergements pour jeunes. Les taux doccupation dans les hbergements pour jeunes tmoignent dune forte demande sur le march. On recense 10 mois plus de 80 % dont 5 plus de 90 % en 2010. La tranche dge la plus reprsente est 18-25 ans (38 % des nuites). Il sagit majoritairement dune clientle trangre (61 % des nuites) avec une part significative de clientle anglo-saxonne (dont 12,7 % de Britanniques parmi les clientles trangres). La part de clientle individuelle et de clientle groupe est quivalente lchelle des tablissements interrogs. Toutefois les auberges de jeunesse accueillent en moyenne plus de groupes que les hostels. 30 30. 4. Paris et ses concurrents sur InternetLes tudes ralises auprs de jeunes touristes montrent quInternet est de loin loutil dinformationet de rservation le plus utilis par cette clientle11. La visibilit de linformation et des offres quileurs sont destines est donc essentielle pour capter les jeunes touristes.Lanalyse de sites commerciaux spcialiss dans lhbergement pour jeunes Paris et de 5 autresgrandes villes touristiques europennes (Londres, Berlin, Amsterdam, Rome, Barcelone) offre unevision partielles mais significative des caractristiques de loffre propose dans chacune de ces villes.4.1 Comparaison du nombre dtablissements pour jeunes recenss sur InternetLe diagramme ci-dessous permet de comparer le nombre dtablissements ddis lhbergementdes jeunes, recenss par un distributeur spcialis sur Internet pour Paris et 5 autres grandes villestouristiques europennes.Nombre dtablissements recenss sur des sites commerciaux Paris et dans dautres villestouristiques europennes en octobre 2011 80 76 76 70 60 57 51 49 50 40 30 19 20 10 0 Paris Amsterdam Barcelone Rome Londres Berlin Hostels.comSource : Hostels.com Donnes octobre 2011 La proportion dtablissements proposs Paris est incontestablement infrieure celle propose dans les autres villes considres. Ce dcalage ne sexplique pas forcment par un manque de visibilit puisque la majorit des hostels parisiens sont rfrencs sur ces sites. Loffre brute spcifiquement ddie la clientle jeune est moins dveloppe Paris que dans ces autres villes europennes. Toutefois loffre parisienne comprend des modes dhbergement alternatifs qui englobent les jeunes en plus dautres segments de clientle. Cest le cas de lhtellerie traditionnelle, conomique et super-conomique, mais aussi de modes dhbergements plus innovants comme le CouchSurfing, qui rencontrent un vif succs dans la capitale.11 Selon lenqute mene par GMV Conseil, 95 % des personnes interroges utilisent Internet pour prparerleur voyage. Lenqute mene par WYSE Travel Confederation rvle galement quil sagit du premier outilutilis par les jeunes avec 80 % de rponses positives. 31 31. 4.2 Comparaison des prix affichsComparaison des prix affichs sur hostel.com dans les hbergements pour jeunes Paris et dansdautres villes touristiques europennes en octobre 2011 40,0 35,2 35,0 32,4 30,4 28,7 29,0 30,0 27,7 23,8 25,0 21,7 20,4 20,0 18,3 17,9 14,7 15,0 10,0 5,0 0,0 Berlin Barcelone Londres Amsterdam Rome Paris Dortoir Chambre privativeSource : hostels.com Donnes octobre 2011 Compar aux villes europennes considres, Paris apparait comme la ville la plus chre pour un lit en dortoir. Le prix moyen affich pour une chambre privative se situe dans une fourchette haute, comparable celui de Londres. Ces chiffres donnent de bonnes indications mais sont considrer avec prcaution. Au-del du cot de la vie propre chaque destination, le prix affich dpend fortement du taux doccupation et de la structure dun hbergement. Un tablissement dont le taux doccupation est lev affiche traditionnellement un prix suprieur celui dun tablissement similaire au taux doccupation moindre. Le prix des chambres privatives ou des dortoirs dpend galement du nombre de lits disponibles dans chaque unit ainsi que des quipements mis la disposition des clients (WC privatifs ? douches communes ? etc.) 32 32. Annexe 1Redefining hostels: Not just for young travelersTourists who opt for lodging style welcome lower prices, expect less serviceUpdated 2/5/2010Dictionaries typically define hostels as inexpensive lodging, usually for young travelers. ButHostelworld.com, a Web site where travelers can book a hostel stay, is trying to change thatdefinition.As a spokeswoman for Hostelworld.com, Aisling White has written to dictionaries in the UnitedStates and Europe asking them to redefine hostels as inexpensive lodging for people of all ages.These days, said White, hostels are moving away from their Spartan roots. They still have communalkitchens and bathrooms. But while dormitory-style sleeping arrangements are typical, many hostelsoffer private rooms as well, and some even have private bathrooms with fluffy towels and hairdryers."Theyre almost akin to a boutique hotel," said White, speaking from Hostelworlds headquarters inDublin.One of the main reasons travelers choose hostels is the price. They typically charge a fraction of whatother types of lodging cost. As Jim Williams writes in his "Hostelling Handbook," "The reality is this:suppose you have $5,000 and a lot of time you have taken a year off school and worked for awhile and are taking some time to travel. You could spend this amount in a few weeks at expensivehotels and restaurants OR you could stretch this money and travel for perhaps two years. This iswhere modern hostelling fits in."But, he adds, "You are not paying for a five-star hotel and it wont be one."Hostelling is a venerable tradition in Europe, Asia, and Australia. But while Americans, especiallyyoung ones, often turn to hostels while traveling overseas, they are less accustomed to staying inthem in the U.S. Here, budget travelers, long accustomed to moving around by car, think first ofmotels.The more than 450 U.S. and Canadian hostels in Williams handbook are usually occupied byEuropeans and other foreigners, not by North Americans, said Williams, who ran a hostel in NewYork City for 20 years.Gradually, though, perceptions are changing. White said inquiries on Hostelworld from U.S. travelersrose 20 percent last year, which she attributes to changing amenities.Hostels cost less than most hotels and motels. The venerable Earls Court Youth Hostel close tocentral London charges about $26 per night; a bed in a two-person dorm room with ensuitebathroom at the Columbus Circle Hostel in New York City is $38.Hostels also tend to be sociable places. The young Australians, New Zealanders and others who travelfor several months or even years at a time use hostels as a place to find jobs, make friends and learnabout the area. "I dont think youll ever be lonely in a hostel," said White. 33 33. White is trying to spread the word that hostels are fine places for families and older travelers. In asurvey completed in January, Hostelworld.com found that 36 percent of hostel customers were 18-24 years old; 42 percent were ages 25-34, and 9 percent were 35-44. Thirteen percent were over 45."Hostels are adapting," said White. "While there is the party hostel for younger people, a lot ofhostels are changing to private rooms to make sure they are accessible to every person who is tryingto save money while traveling."Online hostel booking sites abound. Hostelworld.com is one of the largest, with 1.6 million visitors amonth, according to the research firm comScore. Other top hostel-booking sites, according tocomScore, include HostelBookers.com, which advertises no booking fees; HostelsClub.com, whichrequires a $2.50 fee for each booking and a nonrefundable 10 percent deposit in advance; andHostels.com, which has a $2 booking fee and 10 percent nonrefundable deposit. Hostelworld chargesa $2 fee, but after you make three bookings, you dont have to pay fees again.The Hostelworld.com site includes suggested itineraries, mini-tour guides to 60 places around theworld, and an iPhone application to make it easier to find and book a hostel room while youre onthe go.Hostelworld.com carries thousands of user ratings, and uses guest ratings to honor the best hostelsworldwide each year. This year, five of the top 10 were located in Lisbon, out of 23,000 hostelsworldwide."A lot of the hostels there (in Lisbon) have a nice modern feel," said White. "One or two have dormsand rooms designed by local designers."Hostelworld.coms top U.S. hostel was USA Hostels San Diego, which charges $57 for a private roomwith twin beds.Williams recommends using hostel booking sites to find a place, and then doing the booking itselfdirectly with the hostel management. That way, a family looking for a four-person hostel room canask the staff if theirs is a party place with a nightly pub crawl, or something more peaceful."Hostels are incredibly different," he said. "Go to the original source to get the information." If youspeak to staff in person about room charges, "nine times out of 10 youll get a better rate," Williamsadded.And while youre doing your research, check the user ratings, available on most of the hostel bookingsites. They provide some genuine-sounding details and can shed light on the general experience ofbudget travel."Apart from this place being slightly out of the way the only issue was there was a rat living in theroof right above my bunk gnawing through the wall all night long," wrote a reviewer named Sean onJan. 18 of the St. Christophers Inn in Paris. "I think this is more of a Paris problem rather than thehostel though," Sean wrote. "It is by far the best value in an expensive place." 34 34. Annexe 2Le dsarroi identitaire des jeunes JaponaisPierre Prier, envoy spcial Tokyo Mis jour le 18/09/2009 12:38 | publi le 17/09/2009Des herbivores presque asexus aux Neets sans emploi ni formation, les nouvellesgnrations nippones se cherchent dans un pays en crise.Yukio, 25 ans, vit toujours chez ses parents. Diplm de la prestigieuse universit publique de Tokyo,il na pas cherch se faire embaucher par les grandes socits japonaises qui recrutent les lvesavant leur diplme.La mche dans lil, vtu dun jean et dun tee-shirt de chez Uniqlo, une chane de magasins devtements styls mais bon march, Yukio prfre faire des courses avec sa mre. Il ne sintresse niaux voitures, ni aux montres de prix. Et pas trop aux filles. En ce moment, je nai pas de copine, maisa ne fait rien Yukio a trouv un emploi de vendeur dans une librairie, ce qui tombe bien car ilaime les livres, principalement les auteurs du XVIIe sicle, et aussi Haruki Murakami, lauteur deKafka sur le rivage, qui porte un regard critique sur la socit japonaise. Yukio est un herbivore,une expression invente par la journaliste et ditrice Maki Fukasawa. En japonais, explique-t-elle, lecaractre utilis pour dcrire lacte sexuel ressemble celui qui veut dire manger de la viande. Jeme suis aperue que beaucoup de jeunes Japonais ne sont plus des carnivores.Maki Fukasawa tient une rubrique rgulire sur le sujet dans le journal conomique Nikkei, pourexpliquer les particularits de cette nouvelle espce des Japonais dboussols par leur progniture.Ils ne sont pas homosexuels. Simplement, ils ne veulent pas ressembler leurs pres. Ils ne sont pasmachos, ils ne veulent plus se tuer au travail, ni consommer, et prennent souvent des jobs intri-maires par choix.Pour la journaliste, les herbivores ont vot en faveur de Yukio Hatoyama, qui a pris mercredi sesfonctions de premier ministre, dans lespoir dun changement aux contours flous. Mais lephnomne est plus profond. Il y a aussi un lment de crise identitaire. Ces jeunes tentent deretrouver des valeurs japonaises davant la crise, des valeurs de solidarit, de convivialit. Ils semfient de lOccident. Ils sont un peu nationalistes. Ils redcouvrent les classiques du cinmajaponais plutt que de regarder des films franais, comme ctait la mode il y a encore quelquesannes. La tendance herbivore frappe dailleurs un peu partout, parfois en mode mineur, ajouteMaki Fukasawa. Mme chez les banquiers et les hommes daffaires, on commence voir des gensqui abandonnent les objets de luxe, qui se recentrent sur leur vie de familleAucun doute pour cette pop-sociologue, les herbivores participent sans doute la dnatalit quifrappe le Japon. Et les filles ? Elles saffirment, elles sont plus sres delles, moins prtes seconformer au rle de mre au foyer 60 % des Japonaises de moins de 30 ans ne sont pas maries,et les enfants ns hors du lien conjugal restent une raret. Ayaka, 23 ans, elle aussi sortie deluniversit de Tokyo, se reconnat dans ce profil. tudiante en dernire anne de philosophie,passionne par Kant, elle a dj un contrat dembauche dans une grande banque japonaise, quelleintgrera la fin de lanne scolaire. Peu importent les matires tudies, la rputation deluniversit des lites permet souvent elle seule de dcrocher un bon job. Les herbivores ? Cestvrai, il y a beaucoup de garons comme a autour de moi. Ils sont satisfaits de ce quils ont, ils disentque les jeunes femmes sont agressives. Ayaka, pour sa part, est dtermine mener sa vie commeelle lentend. Je ne resterai sans doute pas toute ma vie dans cette banque ; jai envie de travailler ltranger, aux tats-Unis peut-tre 35 35. Ayaka et son amie Yoko, attables dans un restaurant du quartier de Shibuya, reprsentent unenouvelle faon dtre japonaise. Le mariage, des enfants ? Peut-tre. Un jour sur deux, jai envie deme marier, le lendemain non, dit Yoko, qui travaille dj depuis six mois dans une banque, elleaussi. Yoko peste ds maintenant contre les pesanteurs du monde professionnel. Les choses nevont pas vite, on ne me confie pas assez de responsabilits, parce que je suis jeune. La jeune femmerve de retourner aux tats-Unis, o elle a effectu une partie de ses tudes. Et elle a fermementlintention, un jour, de faire une pause dans sa vie professionnelle pour aller travailler danslhumanitaire en Afrique, rappelant au passage que le Japon est le premier donateur mondial daideaux pays en voie de dveloppement.Ce quAyaka et Yoko voudraient voir changer ? Moins de corruption, plus defficacit, rpondent-elles en chur. Ni lune ni lautre na pourtant vot. Ces jeunes banquires, la tte sur les paules,craignent que le premier ministre nait pas les moyens de ses ambitions, avec une dette gale 180 % du PIB.Lambition dHiroyuki et de Yugi, cest de survivre. Ces deux jeunes hommes lair un peu paum,rencontrs au sige de lassociation Sodateage, reprsentent une autre catgorie qui monte enflche : les Neets, en anglais Not in education, employment or training ( ni tudiants, ni employs,ni en formation). Timides et embarrasss, Hiroyuki, costaud en chemise carreaux, et Yugi, quiregarde souvent vers le plafond, sont les victimes de la crise japonaise, laisss sur le ct de la routepar une stagnation qui dure depuis vingt ans. Loin du mythe dune classe moyenne universelle et delemploi vie, disparu au dbut des annes 1990. Un tiers des moins de 35 ans na pas demploifixe, rappelle le directeur adjoint de lassociation, Imura Yoshihido. Les Neets forment le sommet dela pyramide.Au Japon, on est jamais assez poliHiroyuki a perdu toute confiance en lui-mme. 30 ans, diplm en droit depuis 2003, il na jamaistravaill et cherche aujourdhui nimporte quel travail, mme un job en usine. Quapprend-il ici ?En particulier les bonnes manires. Le jeune homme, qui effectue la courbette de rigueur, semblepourtant se conformer aux stricts canons de la politesse nippone. Au Japon, on nest jamais assezpoli, explique-t-il.Mais la politesse la plus extrme ne lui suffira sans doute pas pour se faire embaucher. Cette anne,la production industrielle est de 20 % infrieure celle que connaissait le Japon la mme priodelanne dernire. Mme les grands de lautomobile comme Toyota emploient 30 % dintrimaires.Yugi, 34 ans, celui qui regarde le plafond, se prsente lui-mme comme un ex-hikikomori. Il a faitpartie de ces jeunes hommes qui cessent tout contact social et se retranchent dans leur chambre,nouvrant la porte que pour accepter les repas prpars par leurs parents. Encore un phnomnerpandu au Japon Tout tait trop dur, soupire-t-il. Sorti dun lyce technique, il aime dessineret a tent en vain dintgrer lindustrie des mangas, les bandes dessines japonaises. Aprs avoir tboulanger mi-temps, il a dmissionn et sest repli sur lui-mme. Un neveu ma sauv enmamenant ici. Lassociation lui a trouv un boulot de nettoyage. mi-temps. Le plein-emploi aaussi disparu pour les lves du secondaire. Ils avaient lhabitude dtre recruts en cours dedernire anne, comme les tudiants. Cette anne, le taux est seulement de sept offres pour dixlycens.Avec 5,7 % de chmeurs, lArchipel pourrait faire envie aux pays europens. Mais le dsarroi dunepartie de sa jeunesse a pes lourd dans le rsultat des lections. Certes, des habitudes japonaisesmettront longtemps disparatre ; on est toujours accueilli, dans les halls des immeubles de bureau, 36 36. par des htesses dont le seul travail est de sourire en sinclinant 45 degrs. De mme pour lesentres des grands magasins, o des jeunes femmes pimpantes ont pour unique mission de clamermille fois par jour arigato gozamas ! ( merci beaucoup !) Une faon de prserver lemploi qui apeut-tre fait son temps. 37