Histoire, Géographie, terminale L

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    222

  • Download
    6

Transcript

CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILANThme 3 Puissances et tensions dans le monde de la fin de laPremire Guerre mondiale nos jours)Question 2 un foyer de conflitsChapitre VIIILe Proche et le Moyen-Orient depuis la fin de laPremire Guerre mondialeIntroductionLe Proche-Orient : de tradition gographique franaise, le Proche-Orient dsigne les r-gions de la Mditerrane orientale (de la Turquie jusqu lEgypte), y compris lIrak.Le Moyen-Orient : de tradition gographique anglo-saxonne, le Moyen-Orient dsignela rgion allant de lEgypte lAfghanistan et du Caucase la pninsule arabique. LeMoyen-Orient englobe un territoire plus large que le Proche-Orient.La chute de lEmpire ottoman en 1918Le Panarabisme : idologie issue de la renaissance arabe du XIXe sicle qui souhaiteunifier tous les Arabes (musulmans et chrtiens) dans un mme Etat.Le Sionisme : idologie nationaliste fonde au XIXe sicle qui milite pour la cration dunEtat juif en Palestine.Aux XVIe et XVIIe sicles, lempire ottoman atteint son expansion maximale. LeProche et le Moyen-Orient ( lexception de la Perse) sont unifis sous lautoritdu sultan de Constantinople/Istanbul. Etat turc sunnite, le pouvoir ottoman ad-ministre une grande diversit de peuples et de confessions auxquels il laisse unecertaine autonomie. Mais au XIXe sicle, la puissance ottomane est en dclin : ladiffusion du panarabisme entrane troubles et rvoltes au sein des populationsarabes ; certaines rgions chappent lautorit du sultan et connaissent une au-tonomie de fait (lEgypte, jusqu linstauration du protectorat britannique ; lapninsule arabique domine par les Saoud) ; enfin, les puissances europennesconvoitent les territoires ottomans du Proche et du Moyen-Orient pour les Lieuxsaints et les routes commerciales reliant lInde. Les Anglais et les Franais in-terviennent de manire croissante dans lEmpire sous le prtexte de protgerles communauts religieuses non-musulmanes (les Franais auprs des chrtiensdOrient libanais). Afin de contrecarrer cette emprise, la Sublime Porte choisitde sengager du ct de la Triple-Alliance durant la Premire Guerre mondiale.Vaincu par les troupes anglaises qui se sont appuyes sur la rvolte arabe de Fay-al et le mouvement sioniste juif, lempire ottoman disparat et son territoire estpartag lors du Trait de Svres de 1920.SYLVAIN RUBIC 1 HISTOIRE TERM Lmailto:milan.paul@wanadoo.frmailto:rubicsylvain@gmail.comI LE DMANTLEMENT DE LEMPIRE OTTOMAN ET SES CONSQUENCESI Le dmantlement de lempire ottoman et ses cons-quencesProblmatique : pourquoi le partage de lempire par les Europens est-il lorigine destensions au Proche et au Moyen-Orient ?A De nouvelles frontires imposes par les intrts europensUn mandat : ancien territoire ottoman confi par la SDN une puissance europennecharge de ladministrer temporairement avant laccs lindpendance. Aprs la dfaite ottomane de 1918, les Britanniques reviennent sur leurs pro-messes faites aux nationalistes arabes. Le Proche-Orient est redessin en fonc-tion des intrts franco-anglais ngocis par laccord Sykes-Picot en 1916. LeTrait de Svres impose un nouveau dcoupage de la rgion en mandats euro-pens (doc 1). Ainsi, le territoire turc dAnatolie est amput de vastes territoires, donns auxpopulations allognes de lempire (Grecs, Armniens, Kurdes).Les Franais reoivent le mandat sur le Liban et la Syrie, tandis que les Bri-tanniques rcuprent la Palestine, la Transjordanie et lIrak. Les revendicationspanarabes sont compltement ludes. En ddommagement, Fayal reoit certesle trne dIrak, tandis que son frre Abdallah reoit celui de Transjordanie. Maisla dynastie hachmite, mise en place par les Europens trangers, est contesteen Arabie comme dans ses royaumes respectifs. Surtout, les puissances mandataires sappuient sur les minorits ethniques etreligieuses pour gouverner. Les Franais dcoupent la Syrie historique en cinq"Etats" confessionnels (doc 1), alors que les Britanniques sappuient sur la com-munaut juive en Palestine. Ces dcisions accentuent encore les tensions. Enfin, la dcouverte au dbut des annes 1920 de gisements de ptrole renforcelimportance stratgique de la rgion.B Le rveil des nationalismes turc et arabe En Anatolie, Mustapha Kemal (surnomm " Atatrk ") refuse le trac des fron-tires impos par le Trait de Svres (doc 1). Chef militaire lac et moderniste,Kemal met sur pied une puissante arme qui parvient chasser les Grecs dAsieMineure au prix de sanglants massacres et du transfert de millions de per-sonnes. Les territoires donns aux Kurdes et aux Armniens sont rcuprsde vives forces, de mme que la Cilicie est reprise aux Franais.En 1923, le Trait de Lausanne remplace celui de Svres et donne la nouvelleRpublique de Turquie ses frontires actuelles. Contrairement aux succs turcs, les nationalistes arabes ne parviennent pas remettre en cause les mandats franco-britanniques. Dans les annes 1920, lesnationalistes syriens se rvoltent mais sont svrement dfaits par les Franais la bataille de Maysaloun (doc 1). De surcrot, des tensions internes minentla cause panarabe : dans la pninsule arabique, Ibn Saoud chasse le pouvoirhachmite et obtient la garde des Lieux saints musulmans.Ce nest quaprs la Seconde Guerre mondiale, en consquence de laffaiblisse-ment des Europens, que les pays arabes accdent une relle indpendance.SYLVAIN RUBIC 2 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comII ISRAL ET LA QUESTION PALESTINIENNE DEPUIS 1948C Lchec du mandat britannique en Palestine Les promesses contradictoires faites par les Anglais aux juifs autant quauxArabes empoisonnent les relations entre les deux communauts dans les an-nes 1930 (doc 2/doc 3). La dcision de crer un foyer national juif en Palestineprovoque de vives tensions autour de la ville sainte de Jrusalem. Lafflux mas-sif dimmigrants juifs partir des annes 1920, encourag par les autorits bri-tanniques et gnr par la monte de lantismitisme en Europe bouleverse lacomposition ethnique et religieuse de la Palestine (doc 4). Ces immigrants juifs,issus du monde arabe comme de lEurope de lEst, sont autoriss fonder deskibboutz qui empitent sur les terres des propritaires fonciers palestiniens.Aprs lannonce dun plan de partage de la Palestine par la Grande Bretagne(commission Peel), la rgion toute entire sembrase sans que les Britanniquesne parviennent rtablir lordre. Dirigs par le grand mufti de Jrusalem al-Husseini, les Arabes palestiniens (chrtiens comme musulmans) se rvoltentcontre lautorit britannique de 1936 1939 (la Grande rvolte arabe). Mais, in-quiets dun basculement du camp arabe au ct du IIIe Reich, les Britanniquesbloquent limmigration juive en 1939 par la rsolution du 3e livre blanc rdigpar W. Churchill.II Isral et la question palestinienne depuis 1948Problmatique : pourquoi le conflit isralo-palestinien dstabilise-t-il le Proche et leMoyen-Orient ?A Le refus de la cration dIsral par les pays arabesLe plan de partage de la Palestine propos par lONU en 1947 (doc. 1) prvoyaitla constitution de deux Etats partageant le mme territoire dont les frontirestaient profondment imbriques. Malgr le refus des Etats arabes de reconnatrece plan, lEtat juif dIsral est proclam lanne suivante par David Ben Gourionqui en devient le 1er ministre de 1948 1963. La cration dIsral et la questiondes populations palestiniennes dstabilisent durablement la rgion qui sembrase quatre reprises lors des guerres isralo-arabes. La 1re guerre isralo-arabe (1948/1949) clate dans les mois qui suivent la pro-clamation de Ben Gourion. Les pays arabes voisins attaquent lEtat juif maissont repousss par la jeune arme isralienne, Tsahal, issue des milices juives etorganise par Ben Gourion. Victorieux, les Israliens tendent leur territoire etannexent Jrusalem-Est, dont le statut international est supprim (doc. 1). Lesbribes de territoire palestinien non-occupes sont annexs par lEgypte (Gaza)et la Jordanie (Jrusalem-Est, Cisjordanie).Les combats ont provoqu le dplacement de 750 000 Arabes palestiniens quiont quitt leurs terres et sentassent dans des camps surpeupls en Jordanie etau Liban. Isral accueille des centaines de milliers de juifs qui prfrent fuir lespays arabes devant la menace de reprsailles. En 1956, le conflit se rallume avec larrive au pouvoir en Egypte du nationa-liste arabe Nasser (1956/1971) qui dcide de nationaliser le canal de Suez etde bloquer tous les navires destination dIsral. En accord avec la France etle Royaume-Uni, Isral intervient militairement : le Sina est pris, tandis queSYLVAIN RUBIC 3 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comII ISRAL ET LA QUESTION PALESTINIENNE DEPUIS 1948larmada franco-anglaise investit le canal. Mais lopration est condamne parlURSS et les Etats-Unis, ce qui oblige les Europens se retirer. Isral vacuele Sina qui est dmilitaris. La guerre des Six-Jours (1967) : voir tude de cas. La guerre du Kippour : en 1973, le jour de la fte juive du Yom Kippour,lEgypte et la Syrie attaquent par surprise Isral. Aprs des combats acharns,Tsahal parvient repousser les armes arabes (doc. 1).Ce quatrime conflit possde une dimension internationale : il devient un enjeude la guerre froide entre Isral soutenu par les Etats-Unis et les pays arabesarms par le bloc sovitique ; il provoque aussi le choc ptrolier de 1973 dcidpar les pays arabes de lOPEP.Mais alors que lhostilit Isral tait un puissant lment de cohsion, les hu-miliations militaires successives fissurent le camp arabe. Sous lgide des Etats-Unis, lEgypte et Isral signent une paix spare en 1978 Camp David ; la Jor-danie fait de mme en 1994, tandis que la Syrie refuse toute "normalisation".Les relations des Etats arabes avec Isral deviennent un facteur de dissensionsen soi. Un an aprs les accords de Camp David, le prsident gyptien AnouarAl Sadate est assassin par des extrmistes musulmans.B La non-rsolution de la question palestinienne et ses rper-cussions rgionalesUn fdayin : un combattant palestinien. partir des annes 1970 merge un sentiment national palestinien. Une rsis-tance arme se constitue autour de groupes paramilitaires qui recrutent dans lescamps de rfugis. Ces groupes se structurent sous lgide de lOLP (Organisationde Libration de la Palestine) de Yasser Arafat qui refuse de reconnatre Isral etprne le retour en Palestine par la lutte arme (Charte de lOLP doc. 2). Aux in-cursions des fedayins palestiniens se succdent les reprsailles de Tsahal dans lesterritoires des Etats arabes voisins. Le conflit est export par les actions terroristesdes groupes pro-palestiniens proches de lextrme gauche qui dtournent les volsinternationaux et excutent les athltes israliens lors des Jeux olympiques deMunich (1972). Le Mossad ragit de son ct par une multiplication des assassi-nats politiques.Mais le renforcement militaire de lOLP et sa stratgie fragilise les pays daccueildes rfugis en les exposant aux reprsailles israliennes. "Septembre noir" : en 1970, les combattants de lOLP fomentent un attentatcontre le roi de Jordanie qui choue. Hussein dcrte la loi martiale et reprendle contrle des camps palestiniens au prix daffrontements trs meurtriers. Desmilliers de Palestiniens fuient au Liban ce qui fragilise encore davantage cepays. La guerre du Liban (1975/1990) : la situation du pays du cdre est encore pluscomplexe. La socit libanaise est profondment divise sur la question palesti-nienne laquelle sajoutent de vives tensions confessionnelles. Limplantationmassive des rfugis palestiniens aprs "septembre noir" dstabilise le pays.LOLP forme rapidement un "Etat dans lEtat" qui tente par tous les moyensdentraner le Liban dans la guerre contre Isral. La faible arme libanaise nepeut empcher une large partie du territoire national de passer sous contrleSYLVAIN RUBIC 4 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comII ISRAL ET LA QUESTION PALESTINIENNE DEPUIS 1948des milices palestiniennes. Mais partir de 1975, les fdayins et leurs allis li-banais se heurtent aux milices chrtiennes des Phalanges libanaises (katab).Les combats dgnrent rapidement et embrasent le pays, Beyrouth est dvas-te.Le conflit prend une dimension internationale lorsque les armes syrienne puisisralienne interviennent au Liban. En 1982, larme isralienne envahit le suddu pays jusqu Beyrouth-Ouest, o elle fait sa jonction avec les Phalangistes etchasse les combattants palestiniens sans pouvoir capturer Yasser Arafat. Tsahalse retire de Beyrouth lanne suivante mais conserve le Sud-Liban. Une nouvelle flambe de violence a lieu en 1987 lors de la 1re Intifada (guerredes pierres). Jusquen 1993, les Territoires occups (Gaza/Cisjordanie) sont lethtre de trs violentes meutes entre les civils palestiniens et les forces descurit israliennes.A partir de 1993, les tensions sapaisent sous leffet de laffaiblissement militairede lOLP, leffondrement de lURSS et la volont de ladministration Clinton demettre un terme au conflit.Les accords dOslo (doc. 3) sont signs entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin etfont natre de grands espoirs. LEtat dIsral est reconnu par lOLP qui aban-donne la lutte arme, tandis que les Israliens acceptent la cration dune Au-torit palestinienne autonome en Cisjordanie et Gaza (doc. 4) confie labranche politique de lOLP, le Fatah.C Lchec des accords dOslo et la permanence des tensionsMalgr les avances sur le plan politique, lapaisement produit par les accordsdOslo est phmre. Les conditions drastiques imposes la population palesti-niennes des Territoires et la monte de lislamisme radical font apparatre de nou-velles forces : les groupes djihadistes comme le Hamas perptuent de sanglantsattentats-suicides partir des annes 2000 dans les villes israliennes, tandis quela visite du 1er ministre Ariel Sharon sur lesplanade des mosques dclenche laseconde Intifada. Pour se prmunir des attentats, le gouvernement isralien dbute la construc-tion dune barrire de sparation, mur long de 700 km, dont le trac impose desconditions trs dfavorables aux Palestiniens, obligs de cder les meilleuresterres et les sources dapprovisionnement deau aux colonies israliennes (doc.1). Ce mur de scurit limite efficacement les incursions terroristes mais modi-fie les actions des groupes arms palestiniens qui ont recours aux roquetteslances depuis les Territoires. La seconde moiti des annes 2000 voit se multiplier les crises : en 2006, lamilice libanaise chiite du Hezbollah, allie au Hamas palestinien, capture plu-sieurs soldats israliens. En reprsailles, Tsahal bombarde massivement le Li-ban durant un mois, mais ne parvient pas progresser dans le Sud-Liban face la rsistance acharne du Hezbollah. La prise du pouvoir Gaza par le Hamasen 2007 et les tensions qui en dcoulent entranent de nouvelles expditionspunitives de Tsahal (opration " Plomb durci " en 2008). Aucune solution politique qui rsoudrait le conflit isralo-palestinien nest pourle moment envisageable court terme. Les rcents vnements de lactualitinternationale font mme craindre une nouvelle dgradation de la situation :la drive islamiste du "printemps arabe", la monte des ultra-religieux et delextrme droite isralienne, ou encore le conflit syrien sont propices un atti-SYLVAIN RUBIC 5 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comIII LIMPORTANCE STRATGIQUE DU MOYEN-ORIENTsement du conflit.III Limportance stratgique du Moyen-Orient pourles puissances trangresProblmatique : pour quelles raisons la rgion du Moyen-Orient est-elle si convoite ?A Le ptrole du Moyen-Orient, un enjeu majeur dans les rela-tions gopolitiques internationalesUne major : un consortium ptrolier gant dominant le march.LOPAEP (Organisation des Pays Arabes Exportateurs de Ptrole) : cre en 1968, aulendemain de la guerre des Six-Jours, association de pays arabes cherchant utiliser leptrole comme moyen de pression politique.Aprs 1945, le ptrole devient la ressource la plus convoite. Son importance est lorigine dune vritable gopolitique du ptrole o le Moyen-Orient y occupeune place centrale. En effet, cette rgion qui possde dnormes ressources ptro-lires, devient le principal espace de production mondiale (37 % en 1970, 30 % en2002) (doc. 1). Jusque dans les annes 1950, les champs ptroliers du Moyen-Orient sont ex-ploits par des majors europennes et amricaine qui assurent lapprovisionne-ment des puissances industrielles. Ces majors ont acquis des droits dexploita-tion par le biais daccords politiques entre leurs Etats dorigine et les pouvoirslocaux (doc. 2). Mais avec le mouvement de dcolonisation et laffirmation politique des paysdu Tiers-monde, cette exploitation trangre est progressivement rejete. Toutdabord lIran, en 1951, qui nationalise les compagnies ptrolires sous le gou-vernement Mossadegh (doc. 3). Les autres Etats de la rgion suivent le mouve-ment et rcuprent peu peu la proprit des gisements en crant des com-pagnies nationales dEtat (Irak en 1972, Arabie-Saoudite en 1976). Ces paysproducteurs sorganisent afin de mieux contrler les prix du ptrole : lOPEPest cre en 1960. Les pays arabes producteurs utilisent alors le ptrole commeune arme conomique dans leur politique internationale : lOPAEP est fondeen 1968 afin de promouvoir une vritable politique ptrolire. Lors de la guerredu Kippour, lOPAEP augmente les prix du baril afin de faire pression sur lesallis dIsral.B Leffacement de linfluence europenne aprs la crise de Suez(1956)Autre enjeu majeur de la rgion, le canal de Suez est un passage stratgique de1re importance. Construit dans les annes 1860 par les Franais, le canal est gr jusquen 1956par une compagnie franco-britannique qui capte les immenses profits qui d-coule du passage de la principale voie maritime mondiale. Avec la prise dim-portance de lactivit ptrolire (doc. 4), Suez renforce sa position stratgique. Mais larrive au pouvoir de Nasser permet aux revendications gyptiennesde se concrtiser : le canal est nationalis en 1956, la franchise dexploitationSYLVAIN RUBIC 6 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comIV LESSOR DE LISLAMISME AU PROCHE ET AU MOYEN-ORIENTdu canal de Suez est retire aux actionnaires franco-britanniques (doc. 5). Lesdeux puissances coloniales ragissent promptement : un accord est pass avecIsral qui prvoit linvasion du Sina et lintervention dune armada franco-britannique pour reprendre le contrle du canal. Lopration militaire est unsuccs, mais les Europens doivent se retirer devant lhostilit des deux grands(doc. 6). Cet chec des franco-britanniques marque leffacement de linfluencedes anciennes puissances coloniales dans la rgion du Moyen-Orient. A partirdes annes 1960, la rgion est au cur de laffrontement entre les deux blocs.C Linterventionnisme amricain au Moyen-OrientUn moudjahidine : un combattant musulman qui pratique le djihad. Ce terme dsigne lescombattants afghans et arabes qui sopposent lintervention sovitique en Afghanistan.Les enjeux du ptrole et du canal de Suez font du Moyen-Orient une rgion trssensible. Lapprovisionnement en ptrole tant vital pour les Etats-Unis, les gouverne-ments amricains dveloppent une politique interventionniste dans la rgionds les annes 1950. Lorsque le 1er ministre iranien Mohammad Mossadeghnationalise la production, le CIA fomente un coup dtat qui le renverse en1953. Le Pacte de Bagdad sign en 1955 et rassemblant plusieurs Etats pro-ducteurs a pour but de contenir la pntration sovitique au Moyen-Orient. En1957, le prsident Eisenhower dfinit limportance cruciale de cette rgion pourles intrts amricains : les Etats-Unis, afin de sassurer le contrle des zonesde production ptrolire, se donnent la possibilit dintervenir militairement etplacent sous leur protection les monarchies ptrolires (doc. 7). Pour contrer linfluence amricaine, les Sovitiques arment les pays dits "pro-gressistes" comme la Syrie, lEgypte et lIrak, ainsi que les milices palestinienneset libanaises. Cette lutte dinfluence est particulirement vive durant les guerresisralo-arabes. Plusieurs rvolutions replacent nanmoins des pays comme lIraket lIran dans le giron sovitique. Lorsque lURSS envahit lAfghanistan en1979, les Etats-Unis autorisent leur tour la CIA livrer des armes aux Moud-jahidines. Malgr leffondrement de lURSS en 1991, les tats-Unis poursuivent leur poli-tique de scurisation des zones de production du ptrole. Ils interviennent deux reprises en Irak (1991 ; 2003) et aussi en Afghanistan (2001), cette fois pourrpliquer aux attentats du 11 Septembre. Mais cet interventionnisme amricain,loin de stabiliser la rgion, provoque un vif ressentiment exploit par la mou-vance islamiste.IV Lessor de lislamisme au Proche et au Moyen-OrientProblmatique : pour quelles raisons lidologie islamiste connat-elle un essor par-tir de la seconde moiti du XXe sicle et quels sont les moyens daction utiliss par cecourant ?Le sunnisme : branche majoritaire de lislam qui se rfre la tradition (sunna) dfiniepar le coran et les hadiths (rcits de la vie du prophte).Le chiisme : branche minoritaire de lislam qui considre que le guide des croyants doittre issu dAli et de sa descendance.SYLVAIN RUBIC 7 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comIV LESSOR DE LISLAMISME AU PROCHE ET AU MOYEN-ORIENTLislamisme : idologisation de la religion qui place lislam au cur de toute activitpolitique.La charia : la "loi islamique", le coran est la base de toute lgislation.Le djihad : la "guerre sainte".A Naissance et laboration de lidologie islamiste Lidologie islamiste prend forme dans les annes 1920 au Proche et au Moyen-Orient sous leffet de la cration de la confrrie des Frres musulmans gyp-tiens (Hassan al Banna) et de linstauration dun pouvoir wahhabite en Ara-bie. Ce courant trs conservateur prne un retour lislam des origines et unelecture rigoriste du coran, do doit dcouler toute lgislation (lapplicationde la charia). La religion musulmane est idologise des fins politiques. Lapense islamiste rejette linfluence occidentale considre comme perverse etcondamne les rgimes politiques arabes lacs inspirs du socialisme athe (doc1). Ce projet de "rislamisation" des socits, souvent doubl dun fort discourssocial et galitariste, se diffuse dans tout le Moyen-Orient jusquen Iran, o unepartie du clerg chiite adopte cette vision. Les rgimes politiques de la rgion issus de la dcolonisation, souvent pan-arabes et lacs, rpriment violemment les mouvements islamistes sur leur terri-toire. Ainsi en Egypte, o les Frres musulmans sont interdits et emprisonnssous Nasser, mais aussi en Irak ou dans lIran du Shah.Cette vigoureuse rpression engendre parfois de violentes ractions mais lem-prise islamiste reste limite.B Laffirmation de lislamisme politique depuis les annes 1970 A partir des annes 1970, la mouvance parvient largir son influence au-prs des populations. Structures autour des mosques, les organisations is-lamistes renforcent leur emprise en comblant les dfaillances des pouvoirs of-ficiels sur le plan social et ducatif. En Egypte, les Frres musulmans sont in-terdits comme parti politique mais autoriss en tant quassociation caritative.Les autorits laissent en ralit leurs prrogatives sociales aux mains des re-ligieux. En outre, le rejet de loccidentalisation, lhostilit Isral et les accu-sations dautoritarisme lencontre des rgimes en place rencontrent un largecho dans des opinions souvent trs conservatrices. la fin des annes 1970, lislamisme reprsente un puissant courant politiquequi se lance la conqute du pouvoir. En 1979, le Shah dIran est renvers parla Rvolution islamique : layatollah Khomeini fonde le rgime des mollahs etappelle poursuivre la rvolution travers le monde musulman. Les chiitesirakiens se soulvent et le Hezbollah est fond au Liban au dbut des annes1980. Le Moyen-Orient semble devoir basculer dans le giron des religieux maisla contagion islamiste na finalement pas lieu : lassassinat dAnouar el Sadateen 1981 ne provoque pas la chute du rgime. En Irak, lislamisme est contenuau prix dune longue guerre de huit annes extrmement meurtrires contrelIran. Enfin, en Syrie, Hafez al Assad crase dans le sang la rvolte des Frresmusulmans dans la ville dHama (1982) (doc. 2).Si le rgime islamique dIran se maintient et renforce son influence rgionale,les autres tentatives de conqute du pouvoir se sont soldes par des checs. Du-rant les annes 1990 et 2000, le renforcement croissant des ingalits sociales,SYLVAIN RUBIC 8 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comIV LESSOR DE LISLAMISME AU PROCHE ET AU MOYEN-ORIENTles frustrations issues de la question palestinienne et linterventionnisme am-ricain ravivent les mouvements islamistes dont le discours politique saffine. Plusieurs organisations dlaissent la lutte arme et choisissent la voie dmo-cratique afin datteindre le sommet du pouvoir : en 2002, le parti islamiste "modr " AKP (Parti pour la Justice et le Dveloppement) remporte les lec-tions en Turquie. A la faveur du printemps arabe de 2011 et des lections quisensuivent, le parti des Frres musulmans est lu pour diriger lEgypte. En-fin, la branche politique du Hezbollah reprsente la principale force politiquedu Liban depuis une dcennie. Nanmoins, ces mouvements de lislamismepolitique sintgrent surtout dans un cadre national et ne prnent plus une r-volution lchelle mondiale. Les tentatives de rforme de la lgislation dans lesens de la loi coranique se fait avec prudence et connat de nombreux obstacles.Pourtant, dautres branches issues de la mme idologie se sont orientes versun islamisme radical qui utilise la violence politique afin datteindre leur but :ltablissement de la charia partout o lislam est prsent.C Le choix du djihad Au dbut des annes 1980, lintervention sovitique en Afghanistan doit faireface une rsistance acharne des Moudjahidines afghans. Ceux-ci sont ren-forcs de milliers de combattants venus du monde arabo-musulman motivspar la lutte au nom de lislam. Lenlisement de la puissante arme rouge et sonretrait dfinitif en 1989 renforce la conviction que la "guerre sainte" pratiquepar des soldats fanatiss est capable de venir bout des ennemis "impies". Lafigure du shahd (martyr) y occupe une place essentielle. Dans les zones mon-tagneuses de la frontire pakistano-afghane, les chefs islamistes optent pour ledjihad comme moyen datteindre leurs objectifs politiques. De ces dcisions naissent une organisation internationale utilisant la terreurpour lutter contre ceux quelle considre comme les ennemis de lislam : al-Qada, domine partir de 1989 par le Saoudien Oussama ben Laden. Organi-sation sunnite fondamentaliste qui se mue rapidement en rseau dcentralis,al-Qada ouvre ses camps dentranement en Afghanistan et forme des milliersde djihadistes de toutes origines.Sans vritable projet politique, lislamisme radical revendique la formation dunnouveau califat rgit par une interprtation fondamentaliste du Coran. En 1996,lAfghanistan tombe entre les mains des Talibans, allis de Ben Laden. Le paysdoit se soumettre une application trs dure de la charia, o les femmes sevoient retirer leurs droits et o les non- sunnites sont perscuts. Dans de nombreux pays de la rgion, de vritables campagnes de terreur sontlances : les attentats perptrs, atroces et meurtriers, frappent autant les in-trts occidentaux (USS Cole en 2000) que les chiites considrs comme hr-tiques (ville sainte de Kerbala) ou encore les musulmans modrs.Linfluence dal-Qada montre toute lampleur de sa menace lors des attentatsdu 11 septembre 2001 o les Etats-Unis sont frapps au cur. Aprs lintervention amricaine en Afghanistan (2001), les djihadistes sont re-fouls dans les zones montagneuses et de nombreux gouvernements de la r-gion prennent conscience des impratifs de la lutte contre lislamisme radical.Al-Qada, affaiblie, ne possde plus de vritable capacit oprationnelle et sonchef, ben Laden (excut en 2011 par les commandos amricains) est devenuune figure tutlaire.SYLVAIN RUBIC 9 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comIV LESSOR DE LISLAMISME AU PROCHE ET AU MOYEN-ORIENT Mais les cellules islamistes ont essaim dans tout le Moyen-Orient. Fdrespar lidal djihadiste mais sans vritable coordination, elles forment une n-buleuse qui recrute sur le dsespoir et se finance par le biais dassociationscaritatives ou de trafics illgaux. Ces groupuscules djihadistes multiplient lesattentats-suicides, souvent aveugles, contre les populations civiles dont ellesexploitent habilement les divisions (doc. 3). Le "label" al-Qada est repris par lesdjihadistes internationaux en Irak (Al-Qada en Irak, dont le chef al-Zarqaouiest tu en 2006), au Ymen (al-Qada au Ymen), au Liban (Fatah al-islam). . .Pour autant, cette stratgie de terreur, si elle a connu un fort retentissement, napas permis linstauration dun pouvoir politique durable.SYLVAIN RUBIC 10 HISTOIRE TERM Lmailto:rubicsylvain@gmail.comLe dmantlement de l'empire ottoman et ses consquencesDe nouvelles frontires imposes par les intrts europensLe rveil des nationalismes turc et arabeL'chec du mandat britannique en PalestineIsral et la question palestinienne depuis 1948Le refus de la cration d'Isral par les pays arabesLa non-rsolution de la question palestinienneL'chec des accords d'Oslo et la permanence des tensionsL'importance stratgique du Moyen-OrientLe ptrole du Moyen-OrientL'effacement de l'influence europenne aprs la crise de Suez (1956)L'interventionnisme amricain au Moyen-OrientL'essor de l'islamisme au Proche et au Moyen-OrientNaissance et laboration de l'idologie islamisteL'affirmation de l'islamisme politique depuis les annes 1970Le choix du djihad

Recommended

View more >