All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
...

La chromomycose : à propos d'un cas contracté en France métropolitaine

by m

on

Report

Category:

Documents

Download: 0

Comment: 0

213

views

Comments

Description

Download La chromomycose : à propos d'un cas contracté en France métropolitaine

Transcript

  • M~decine et Maladies Infectieuses -- 1983 -- 13 -- N ° 10 -- 568 ~ 570 La c h r o m o m y c o s e : & propos d'un cas contract6 en France m6tropol i taine * J. GAULT IER* * , G. CLERC** , J.H. O D D O U * * * , Y. P E L O U X * * * * et M. Q U I L I C i * * * * * R E S U M E La c h r o m o m y c o s e est une d e r m a t o s e v e r r u q u e u s e e t v~g~ tan te due & d i f f ~ r e n t e s esp~- ces de c h a m p i g n o n s a p p a r t e n a n t au g r o u p e des d~mat i~s . J u s q u ' ~ p resen t n ' o n t ~te d~cr i t s en F rance que des cas d ' i m p o r t a t i o n de ce t te ma lad ie t r o p i c a l e . Les au teu rs r a p p o r t e n t ici un cas de c h r o m o m y c o s e observ~ en F rance m ~ t r o p o l i t a i n e , chez un ma lade i m m u n o d ~ - p r i m ~ par une c o r t i c o t h ~ r a p i e au l ong cours . M o t s - c l e f : C h r o m o m y c o s e - Phialophora verrucosa. La chromomycose est une dermatose verru- queuse et v6g~tante due & diff~rentes esp~ces de champignons appartenant au groupe des d~mati~s. Ce sont des champignons filamenteux saprophytes des sols ou des mati~res organiques plus volontiers retrouv~s dans les zones inter-tropicales et sub-tro- picales. Dans leur forme parasitaire chez I'homme, ils se pr6sentent sous I'aspect de cellules arrondies paroi ~paisse, color~e en brun :les cellules fuma- goides ou ((Sclerotic cells de Medlars))). Ces cellules se mult ipl ient par division Iongitudinale et non par bourgeonnement (Blastospores) comme les levures. Le terme de Chromomycoses dolt donc 6tre pr6f~- r~ ~ celui de Chromoblastomycoses. Cette maladie, essentiellement tropicale, peut ~tre trouv~e dans toutes les r~gions du globe. Mais jusqu'& present, * Regu le 2.6.1983 - Acceptat ion d~f in i t ive le 27.8.1983 * * Service de Medecine Interne - Centre Hospital ier G~n~ral - 05007 Gap Cedex * * * Laboratoire d 'Anatomie Pathologique - 7, rue, Capitaine de Bresson - 05000 Gap * * * * Laboratoire de Bact~riologie - La Concept ion - 144, rue St. Pierre - 13385 Marseille Cedex * * * * * Laboratoire de Parasitologie-Mycologie - C.H.U. Timone - 13385 Marseille Cedex n'ont ~t~ d~crits en France que des cas d'importa- tion (5, 8, 9). Nous rapportons ici un cas de chro- momycose observ~ en France m~tropolit&ine. OBSE RVATI ON Monsieur C. A .... 42 ans, enseignant, a pr~sen- t~ dans I'enfance un eczema, puis & I'~ge adulte un asthme s~v~re. II est hospitalis~ en Mai 1981 pour complications d'une corticoth~rapie instaur~e en 1969 : amyotrophie diffuse, troubles trophiques cutan~s, ost#oporose vert~brale, hypertension ar.t~- rielle, oed~mes des membres inf~rieurs et arthrite du poignet & staphylocoque dor~. Sur son genou gauche est notre une I~sion cu- tan~e apparue depuis 3 ans, sans notion de trauma- tisme initial. Elle n'entraFne ni fi~vre, ni douleur, ni g~ne fonctionnelle. Son d~veloppement est tr~s lent. Cette formation verruqueuse de cinq centime- tres de diam~tre et de cinq millim~tres d'6paisseur est grossi~rement aplatie et recouverte de croQtes. Elle est indur~e et de couleur fonc~e. Elle est en- tour~e d'un semis de petits ~l~ments identiques et 568
  • d'une r~action inflammatoire mod~r~e sans ad~no- pathie satellite. Cette 16s/on ~voque une tuberculo- se verruqueuse cutan~e ou un m~lanome malin. L'intradermo-r~action ~ la tuberculine et la s~rolo- gie syphilit ique sont n~gatives. Les seules anoma- lies biologiques sont une hypoprotid~mie ~ 55 g/I, une hypogammaglobulin~mie ~ 4,4 g/I, et une bais- se des diff~rentes immunoglobulines (IgG ~ 5,3 g/I, IgM ~ 0,53 g/I, et IgA ~ 1 g/I). A la biopsie, I'~pi- derme est fortement papillomateux, parak~ratosi- que. Cette hyperplasie rev~t un caract~re pseudo- #pith~liomateux. II existe une importante r~action inflammatoire, polymorphe, riche en cellules g~an- tes, contenant de nombreuses formations color~es, arrondies et & double membrane. Ces aspects sont caract~ristiques d'une chromomycose. Les cultures sur milieu de Sabouraud - Chlo- ramph~nicol permettent I'isolement de colonies brunettes, extensives, I~g~rement duveteuses, v/rant rap/dement au noir. L'examen microscopique des cultures sur lame montrant uniquement de tr~s nombreuses phial/des et des phialospores restant groupies en amas, permet d' identif ier un Phialo- phora verrucosa. Les antifungigrammes r~alis~s montrent sa sensibilit~ au miconazole et au k~toco- nazole, mais sa r~sistance ~ I'amphot#ricine B, et surtout ~ la 5.fluorocytosine. Le traitement comprend une prise orale quo- tidienne de deux comprim~s de K~toconazole, soit 400 mg, et une application locale de gel miconazo- le. Au terme de six mois d'administration continue de cette th~rapeutique une am61ioration nette est constat~e du point de vue clinique et sur les con- tr~les biopsiques. COMM ENTAI R ES Les esp~ces actuellement incrimin~es dans la constitution des chromomycoses sont :Fonsecaea (Phialophora) pedrosoi, Fonsecaea (P) compacta, Cladosporium carrion/i, Phialophora verrucosa, Wang/ella dermatitidis (7), Rhinocladie/la cerophila et Cladophialophora a/elloi. F. pedrosoi et C. car- Hone sont les deux esp~ces les plus habituellement rencontr~es. La chromomycose a une extension mondiale, mais pr~vaut nettement dans certaines r~gions tropicales : Am~rique du Sud, Am~rique Centrale et Afrique. Le foyer malgache est le plus important actuellement connu (2, 4). L'aspect clinique est tr~s variable (1) : verru- queux et papillomateux en chou fleur, nodulaire, bourgeonnant, en placard ~ryth~matosquameux ou atrophique. La I~sion in/t/ale apparai't apr~s une blessure souill~e par la terre ou par des particules v~g~tales porteuses de champignons et si~ge au point d'inoculation, g~n~ralement le membre inf~- rieur. La maladie touche particuli~rement les agri- culteurs et les forestiers marchant pieds nus. Si I'a- teinte cutan~e isol6e est la forme clinique habituel- le, I'atteinte visc~rale est possible, empruntant la voie lymphatique ou la voie h6matog~ne. Les abc~s c6r~braux sont particuli~rement graves et frequents surtout au Japon. Les formes visc6rales d'embl~e sont exceptionnelles. En milieu occidental, le diag- nostic different/el se pose essentiellement avec la tuberculose cutan6e, dans sa forme verruqueuse et v~g6tante, les tumeurs malignes (~pith~lioma spino- cellulaire et m61anome malin), la syphilis secondai- re et le psoriasis. Le diagnostic repose sur I'~tude histologique et mycologique. Sur le plan anatomo-pathologique, il existe des anomalies ~vocatrices au niveau du der- me et de 1'6piderme : hyperk6ratose, hyperplasie pseudo-~pith61iomateuse, et formation de micro- abc~s au sein d'un infi ltrat dermique important. Mais le diagnostic est assur6 par la d6couverte des cellules fumagoides, condit ion n~cessaire et suffi- sante selon Brygoo pour affirmer la r~alit~ d'une chromomycose. Sur le plan mycologique, la culture sur milieu de Sabouraud-Chloramph~nicol permet I'isolement, puis I ' identif ication de I'une des esp~- ces responsables de chromomycose. Au point de vue th#rapeutique, I'ex6r~se large et profonde n'est possible que sur des I~sions limi- t~es, un traitement m~dical y est toujours associ& Les diff~rents traitements (thermoth~rapie, radio- th~rapie, thiabendazole, etc...) utilis~s jusqu'~ pr~- sent n'ont pas fait preuve d'une grande efficacit& Mais il faut souligner I'incontestable action de la 5. f luorocytosine et la venue de nouveaux antifongi- ques comme le k~toconazole. Le cas que nous rapportons pr~sente un cer- tain nombre de particularit~s qui lui conf~rent son original/t6 : -- Sur le plan histologique, il existe une extreme richesse des lames en cellules fumagoi~les, contras- tant avec la tr~s grande raret~ des lymphocytes (on ne retrouve pratiquement que des polynucl6aires, des histiocytes et des cellules fumagoides). A e^t~ de ces cellules fumagoides on peut 6galement voir des amorces de filaments myc~liens (aspect pseudo- 569
  • filamenteux) tout ~ fait inhabituels dans cette my- cose. II peut s'agir I~ d'une relation h6te-parasite d'opportunisme chez un patient immuno-d~prim~ par une corticoth~rapie au long cours. - Sur le plan th~rapeutique, la r~sistance pri- maire & la 5.fluorocytosine est 6galement un carac- t~re original. - Enfin, sur le plan ~pid~miologique, un inter- rogatoire soigneux de notre patient n'a permis de retrouver qu'un s6jour en AIg~rie (Constantinois - remontant ~ 20 ans, p~riode de son service militai- re). Phia/ophora verrucosa, esp~ce d~j& peu habi- tuellement retrouv~e dans les chromomycoses, a certes 6t~ signal~e en AIg~rie (3). Toutefois, le d~lai ~coul~ entre le s~jour dans ce pays et !'apparition des premiers ~16ments cliniques nous paraFt devoir faire 6carter I'hypoth~se d'une contamination sur- venue & ce moment-I~. A notre connaissance, Phia- Iophora verrucosa n'a jamais ~t~ isol~ du sol en France m~tropolitaine. II faut noter que les pre- mieres 16sions sont apparues quelques semaines apr~s un contact avec du bois exotique, servant dans la fabrication de menuiseries en provenance notamment du Sud-Est Asiatique (Malaisie et Phi- lippines) rappelant un cas de chromomycose d~crit chez un Allemand ayant manipul~ une caisse cons- titu~e de bois originaire d'Am~rique du Sud (6). Sur ces donn6es, nous consid~rons notre pa- . ( t ient comme le premier cas de chromomycose cu- tahoe contract~e en France m6tropolitaine. S U M M A R Y A case o f chromomycosis by Phia/ophora verrucosa is reported. Lack o f i m m u n i t y in the pat ient , or ig in o f the contaminat ion and resistance to the 5 F.C. are discussed. K e y - w o r d s : Chromomycos is - Phia lophora verrucosa. 1. 2. 3. 4. B I B L I O G R A P H I E BASSET A., M A L E V I LLE J . - Mycoses v~g~tantes tropicales- Encycl. M#d. Chit. Dermat. - 1974, 12, 580 A.10. B R Y G O 0 E.R., SECRETAIN G. -- Etude clinique, ~pidemiolo- gique et mycologique de la chromoblastomycose ~ Madagascar, Bull. Soc. Path. Exot., 1960, 53, 443-475. CATANEI A. -- Les champignons de la dermatite verruqueuse mycosique en AIg~rie -A rch . Inst. Pasteur Alger, 1944, 22, 113-118. COULANGES P., LOCHERON P., R A K O T O N I R I N A RAN- D R I A M B E L O M A P . J . - Chromoblastomycose cutan~e. Impor- tance du foyer malgache - Nouv. Press, M#d., 1978, 7, 3664- 3665. 5. H A R A N T H., HUTTEL W . - Trichosporium pedrosoi (Brumpt) agent d'une mycose veg~tante d'origine malgache - Bull. Soc. Path. Exot., 1944, 37, 188-190. 6. KOCH H.A., GOLTNER E. - -Ph ia lophorapedreso ia lsEr reger der chromomykose in Deutschland - Derm. Wschr. Dtsch., 1964, 150, 577-581. 7. MAC GINNIS M.R. -- Wangiella, a new genus to accomodate hormiscium dermatitidis - Mycotaxon, 1977, 5, 353-363. 8. MOULIN G., BELON P., BATTEST M., A L L I G I E R H., FE- RON P., BOUCHET B., FAURE C, -- Chromomycose, RMAF, 1978, 8, 77-79. 9 . ROUX J., J A N A U D M., FISSAROU M., B A R E I L L E SAINT GAUDENS M. -- Communicat ion d'un cas de chromoblasoto- mycose au d~but - Bull. Soc. Fr. Derm. Syph., 1967, 74, 655-656. Directr ice de la Publ icat ion : C. G A L L U L A - d~pbt I~gal 4e T. 1 9 8 3 - c.p.p.p. 51 4 6 0 - Imp. du C o m m e r c e Tou louse
Fly UP