La filière nucléaire dans le Cotentin

  • Published on
    17-Mar-2016

  • View
    217

  • Download
    0

DESCRIPTION

La filire nuclaire occupe une place prpondrante dans lactivit conomique du Cotentin. 50 ans de grands chantiers ont ainsi fortement impact le territoire ; des croissances dmographiques hors normes, des arrives massives dactifs et un effet direct sur le dveloppement conomique du Cotentin et de ses infrastructures.

Transcript

LA FILIRE NUCLAIRE DANS LE COTENTIN Janvier 2014 Sommaire Primtre de la filire nuclaire dans le Cotentin p2 50 ans de grands chantiers p6 Un tissu conomique troitement li au nuclaire p16 13 000 salaris pour la filire nuclaire p20 Dimportantes perspectives dactivit p29 Mthodologie p42 La filire nuclaire occupe une place prpondrante dans lactivit conomique du Cotentin. 50 ans de grands chantiers ont ainsi fortement impact le territoire ; des croissances dmographiques hors normes, des arrives massives dactifs et un effet direct sur le dveloppement conomique du Cotentin et de ses infrastructures. Au total, ce sont prs de 13 000 personnes, soit un salari sur trois dans le Cotentin, qui travaillent pour une entreprise de la filire nuclaire, rpartis parts quasi gales entre les trois grands donneurs dordre (AREVA, EDF et DCNS) et la centaine dentreprises sous-traitantes. Un tissu conomique troitement li sa principale filire, premier employeur du secteur priv, qui dans un contexte de crise a permis au territoire de rsister. En 5 ans, de 2008 2012, les entreprises sous-traitantes de la filire nuclaire ont ainsi vu leurs effectifs augmenter de 13%, observant pour la majorit dentre elles une activit en hausse sur cette priode. Et les perspectives court et moyen terme sont nombreuses : mise en service de lEPR attendue en 2016, lancement du programme grand carnage dEDF, dmantlement de lusine UP2-400 dAREVA La Hague et des chaufferies nuclaires des sous-marins lanceurs dengins chez DCNS. Autant de projets qui devraient voir lactivit et les effectifs de la filire nuclaire augmenter sur ces 3 prochaines annes. Au total, dans les 5 annes venir, plus de 4 000 personnes devraient tre recrutes pour rpondre aux besoins de la filire nuclaire et de larrive des nergies marines renouvelables. Le Cotentin sapprte donc relever de nouveaux dfis en termes de recrutement et de maintien des comptences. La filire nuclaire est plus que jamais prsente sur le territoire et reste lacteur principal du dveloppement conomique du Cotentin. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 2PRIMTRE DE LA FILIRE NUCLAIRE DANS LE COTENTIN La filire nuclaire comprend lensemble des activits lies lexploitation de racteurs nuclaires et lutilisation de rayonnements ionisants. Ltude du Conseil conomique, Social et Environnemental Rgional (CESER) de Basse-Normandie, Le nuclaire pour l'nergie et la sant : vers un ple en Basse-Normandie, recense les diffrents domaines dapplication du nuclaire ; de la production dnergie la mdecine nuclaire en passant par le secteur militaire, industriel ou encore la culture et le patrimoine La prsente tude se concentre sur les trois applications les plus courantes et rpandues dans le Cotentin et en Basse-Normandie : Llectronuclaire : production dnergie, recyclage des combustibles uss et stockage des dchets Le secteur militaire pour la propulsion des sous-marins militaires La mdecine nuclaire avec notamment la radiothrapie et lhadronthrapie CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 3NUCLAIRE CIVIL : LLECTRONUCLAIRE Avec 58 racteurs, llectricit dorigine nuclaire reprsente 74.8% de la production lectrique en France en 2012. Selon ltude de PriceWaterhouseCoopers (PWC) en 2011, Le poids socio-conomique de llectronuclaire en France, la France occupe une place significative au niveau mondial avec des parts de march leves dans chacune des activits associes llectronuclaire. Dans la phase amont qui regroupe les activits dexploration de mines, denrichissement duranium et de fabrication du combustible pour alimenter les centrales, la France se positionne au 2me rang mondial en 2010 avec 19% de parts de march pour AREVA. Au niveau de la construction qui comprend la conception des racteurs, lingnierie et linstallation de la centrale, AREVA se classe en tte au niveau mondial avec 26% des parts de march. EDF occupe galement le 1er rang pour lexploitation et la maintenance des centrales nuclaires. Enfin, la France tant lun des rares pays possder les techniques permettant de recycler les combustibles, la notion de parts de march est peu pertinente pour laval qui comprend le retraitement des combustibles uss et la phase de dmantlement des installations nuclaires. Le nombre demplois directs lis llectronuclaire en France est valu 125 000 en 2011 selon ltude de PWC. Un chiffre qui reprsente 4% de lemploi industriel national et qui place llectronuclaire au mme rang que laronautique. Au total, ce sont 410 000 emplois directs, indirects et induits soit 2% de lemploi total qui sont gnrs par ce secteur dactivit avec 12.3Mds de valeur ajoute et une contribution de 0.71% au PIB. Dans le Cotentin, hormis la phase amont, lensemble des activits du cycle nuclaire est reprsent : la construction avec lEPR de Flamanville, la production avec les tranches 1 & 2 de la centrale nuclaire de Flamanville et laval avec lusine de recyclage des combustibles uss dAREVA La Hague et le centre de stockage de lAndra. DCNS Cherbourg sest galement diversifi dans le nuclaire civil avec un ensemble de prestations dans les domaines de la matrise duvre, la ralisation dquipements classs de sret, les services de maintenance et de prolongation de la dure dexploitation du parc nuclaire ainsi que les oprations de dconstruction. Lentreprise participe de nombreux projets lectronuclaires ; ralisation de sas daccs lenceinte de confinement du racteur EPR de Flamanville, fabrication de la structure en acier sur laquelle sont maintenus les assemblages de combustible nuclaire de lEPR de Flamanville, participation au montage de la centrale EPR dOlkiluoto en Finlande NUCLAIRE MILITAIRE : DCNS CHERBOURG Dans le secteur militaire, DCNS Cherbourg construit des sous-marins quips dune propulsion nuclaire. Celle-ci est utilise afin de garantir ces btiments une trs grande autonomie. Lintgration des chaufferies nuclaires des sous-marins et leur dmantlement exigent des comptences spcifiques et un dimensionnement du vaisseau en fonction. Depuis 1899, 103 sous-marins ont t lancs Cherbourg dont 16 sous-marins propulsion nuclaire. Au total, ces trois entreprises (AREVA NC, EDF et DCNS) intervenant dans llectronuclaire et le militaire totalisent plus de 6 500 emplois dans le Cotentin. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 4NUCLAIRE SANT : UNE COMPTENCE BAS-NORMANDE La mdecine nuclaire repose sur lutilisation de rayonnements des fins diagnostiques ou thrapeutiques. De nombreuses techniques (radiothrapie, imagerie nuclaire, scintigraphie) sont ainsi employes pour le diagnostic et le traitement des tumeurs cancreuses. Le ple nuclaire sant est principalement concentr sur lagglomration caennaise avec deux tablissements de soins rfrents en cancrologie, le CHU de Caen et le Centre de Lutte Contre le Cancer Franois Baclesse. A ces deux centres disposant dquipements en radiothrapie sajoute le Centre d'Imagerie Crbrale et de Recherches en Neurosciences (CYCERON) qui constitue un ensemble unique de laboratoires et dinstruments dans le domaine de la mdecine nuclaire : cyclotron (acclrateur de particules), laboratoires de radiochimie, de biologie molculaire, appareils dimagerie par rsonance magntique trs haut champ Plusieurs projets denvergure font de la Basse-Normandie le ple national en matire de nuclaire sant. Le projet Archade vise ainsi crer un centre europen de recherche et dveloppement en hadronthrapie Caen. Cette mthode de radiothrapie, trs prometteuse, permet notamment de soigner des cancers radiorsistants et inoprables. Elle amliore galement lirradiation des tumeurs sans toucher aux tissus sains et aux organes. Le centre Archade devrait tre oprationnel en 2016 pour traiter des patients par protonthrapie, grce linstallation dun premier cyclotron de 2me gnration, le Proteus One, dIBA. Paralllement, un cyclotron nouvelle gnration, le C400, capable de gnrer des protons et des ions carbone sera construit pour une mise en service prvue en 2018. Si le Cotentin parat directement moins concern par la mdecine nuclaire, il faut nanmoins souligner que certaines entreprises du territoire, par leurs comptences, leurs quipements et leurs savoir-faire, sont impliques dans ce domaine. Les trois grands donneurs dordre du Cotentin participent ainsi au projet Archade. La Technopole Cherbourg Normandie, la CCI Cherbourg Cotentin et celle de Caen sont galement associs pour lidentification des sous-traitants. RECHERCHE & FORMATION En complment aux industries et services prsents sur le territoire dans le domaine nuclaire, des structures de formation et des laboratoires de recherche se sont dvelopps en Basse-Normandie. Quelques formations phares proposes sur le territoire peuvent notamment tre mentionnes : diplmes de sciences et technologies nuclaires l'ENSICAEN, cole dingnieurs (Esix) Cherbourg, cole des Applications Militaires de l'nergie Atomique (EAMEA) de Cherbourg-Octeville, formations proposes par l'Institut National des Sciences et Techniques Nuclaires (INSTN), par lAFPA, formations en radioprotection Caen Au niveau de la recherche, le Grand Acclrateur National dIons Lourds (GANIL) est un quipement commun au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et au Commissariat lnergie Atomique (CEA). Cet outil rare (3 acclrateurs de ce type dans le monde) fait partie des Trs Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR) du CNRS. Il est destin la recherche sur la physique nuclaire et la connaissance de la structure de latome. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 5Le nuclaire en Basse-Normandie : Le nuclaire pour l'nergie et la sant : vers un ple en Basse-Normandie, CESER, 2009 L'avenir de l'industrie en Basse-Normandie, CESER, 2013 http://www.nucleopolis.com/ Llectronuclaire en France : Le poids socio-conomique de llectronuclaire en France, PWC, 2011 Cartographie de la filire nuclaire, CSFN, 2010 Il existe galement dautres laboratoires spcialiss : le Laboratoire Universitaire de Sciences Appliques de Cherbourg-Octeville (LUSAC), le Centre de Recherche sur les Ions, les Matriaux et la Photonique (CIMAP) Caen, le Laboratoire dAccueil en Radiobiologie avec les Ions Acclrs (LARIA), le Laboratoire de Physique Corpusculaire (LPC) Au travers de son tissu dentreprises et de ses formations, la Basse-Normandie et le Cotentin font figure de place forte du nuclaire en France. La filire sest regroupe sous la bannire Nucleopolis qui fdre les comptences industrielles, de formation et de recherche dans les domaines de lnergie, de la sant et de la matrise des risques. Carte des installations nuclaires en Normandie de lAutorit de sret Nuclaire (ASN) Source : Autorit de sret nuclaire, 2012 La carte en grand format sur : http://www.asn.fr/L-ASN/ASN-en-region/Division-de-Caen CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 650 ANS DE GRANDS CHANTIERS Anne (Dbut de construction - Mise en service) quipement Site / Exploitant Dmantlement / Grand carnage / Travaux divers 1964-1969 AT1 Atelier pilote destin au retraitement des combustibles La Hague / AREVA Dmantlement termin en 2001 1964-1967 UP2 Unit de production La Hague / AREVA Dmantlement prvu par dcret du 8 novembre 2013 1967-1970 ELAN IIB Atelier destin la fabrication de sources radioactives La Hague / AREVA Dmantlement prvu par dcret du 8 novembre 2013 1967-1969 Centre de stockage des dchets radioactifs La Hague / Andra 1974-1976 HAO Atelier haute activit oxyde La Hague / AREVA Dmantlement en cours prvu par dcret du 31 juillet 2009 1976-1983 GANIL Caen / GIE Ganil 1979-1986 Tranches 1 et 2 de la centrale de Flamanville Flamanville / EDF Grand carnage prvu ds 2016 1981-1990 UP3 1994 UP2-800 1987 STE-3 UP3 / UP2-800 / STE-3 La Hague / AREVA 2007-2016 EPR de Flamanville Flamanville / EDF Depuis 50 ans, le Cotentin vit au rythme de grands chantiers qui ont compos un tissu conomique local fortement industrialis et particulirement corrl lactivit nuclaire. Lhistoire dbute en 1961, anne du dcret dclarant d'utilit publique les travaux de construction d'un second centre de traitement de combustibles uss pour lextraction du plutonium. Aprs Marcoule, ouvert en 1958, le site de La Hague est choisi. Ses vents frquents et ses courants marins favorables lvacuation des rejets ainsi que sa structure gologique stable en font un site propice. Les travaux commencent en 1962 pour sachever en 1966. En 1964, la construction du Redoutable, premier sous-marin nuclaire lanceur dengin dbute. Son baptme aura lieu 3 ans plus tard en 1967. En 1969, le centre de stockage de la Manche voit le jour, gr depuis 1994 par lAndra. la fin des annes 1970 et au dbut des annes 1980, deux autres chantiers sont dclars dutilit publique : la centrale nuclaire de Flamanville dont les travaux commencent en 1978 et lextension de lusine de La Hague en 1981. Enfin, la construction du premier racteur EPR de 3me gnration dmarre en 2007 sur le site de Flamanville. Sources : Nucleopolis / Sites Web des exploitants CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 7801001201401601802002201962 1968 1975 1982 1990 1999 2010Canton de Beaumont-HagueCanton des PieuxCanton d'Equeurdreville-HainnevilleArrondissement deCherbourgFrance-MtropolitaineEvolution des populations de 1962 2010 compare aux grands chantiers du nuclaire dans le Cotentin (Indice base 100 en 1962) 1967 & 1969 : - Mise en service de l'usine de la Hague - Cration du centre de stockage de la Manche 1979 & 1981 : - Dbut de la construction de la centrale nuclaire de Flamanville - Extension de l'usine de La Hague 2007 : Dbut du chantier de l'EPR de Flamanville Si sur cette mme priode, la population franaise a augment de manire significative, cest sans commune mesure avec les taux affichs sur ces 3 cantons. En France mtropolitaine, entre 1962 et 2010, la population crot de 35.2%, 34.3% en Province, 22% en Basse-Normandie et 11.6% dans la Manche. Ces chiffres confronts au phnomne durbanisation (dpeuplement des communes rurales au profit des villes) dmontrent limpact considrable des grands chantiers sur la croissance dmographique locale. LORIGINE DUNE LARGE CROISSANCE DMOGRAPHIQUE Limplantation des grandes installations nuclaires sur les cantons de Beaumont-Hague et des Pieux a eu un impact direct sur lvolution du nombre dhabitants dans ces deux zones. Entre 1962 et 2010, la population du canton de Beaumont-Hague a doubl passant de 5 431 habitants 11 931. Celle du canton des Pieux affiche une augmentation de plus de 60% ; 8 476 habitants en 1962 contre 13 645 en 2010. Le canton dEqueurdreville-Hainneville, proche des installations de La Hague, enregistre une hausse comparable celle des Pieux, 63.6%. Source : INSEE - Recensement de la population, Dnombrement. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 8801301802302803301968 1975 1982 1990 1999 2010Canton de Beaumont-HagueCanton des PieuxCanton d'Equeurdreville-HainnevilleArrondissement deCherbourgFrance-MtropolitaineEvolution des populations actives de 1968 2010 compare aux grands chantiers du nuclaire dans le Cotentin (Indice base 100 en 1968) 1979 & 1981 : - Dbut de la construction de la centrale nuclaire de Flamanville - Extension de l'usine de La Hague 2007 : Dbut du chantier de l'EPR de Flamanville Lvolution de la population est porte par les actifs, venus travailler en nombre sur les grands chantiers nuclaires. Les taux de croissance sont importants, marqus par les diffrentes phases de chantier et dexploitation des installations nuclaires locales. Ainsi, le nombre dactifs augmente fortement de 1982 1990 lors de la construction de la centrale de Flamanville et lextension de lusine de La Hague. Cette tendance est galement observe au niveau national mais de manire moins marque que dans le Cotentin. En effet, de 1968 2010, la population active a augment significativement en France avec larrive des gnrations du baby-boom et le dveloppement de lactivit fminine. Selon les donnes harmonises de lInsee1, la population active des 25 54 ans reprsentait 25% de la population totale en 1968 contre 35.7% en 2010. Avec la tertiarisation de lconomie, la structure par catgorie socioprofessionnelle a galement t modifie ; le nombre dagriculteurs a ainsi nettement diminu. Dans le mme temps les cadres, professions intermdiaires et employs affichent une forte hausse. Source : INSEE - Recensement de la population, Exploitation complmentaire Donnes harmonises : Population des 25 54 ans par catgorie socioprofessionnelle 1 Donnes harmonises de lInsee : dans le cadre de l'exploitation historique des recensements de la population, les variables qui diffrent d'un recensement l'autre, ont t harmonises pour pouvoir tre compares. La population active concerne ici le champ des 25 54 ans plutt que celui des 15 64 ans habituellement utilis. Lanne 1962 nest pas disponible pour cette donne. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 9Dans le Cotentin et plus particulirement sur les cantons de Beaumont-Hague, des Pieux et dqueurdreville-Hainneville, la reprsentation des diffrentes catgories socio-professionnelles est troitement lie lactivit nuclaire. Trs peu reprsents en 1968, les cadres et professions intellectuelles suprieures, les professions intermdiaires et les employs connaissent un essor remarquable. Le tableau suivant prsente les principales volutions de la population active par catgorie socio-professionnelle, selon les donnes harmonises de lInsee pour la population active de 25 54 ans. En fonction de chaque priode du recensement et des vnements cls lis au nuclaire, des indications permettent dvaluer limpact de la filire nuclaire sur les actifs des cantons de Beaumont-Hague, des Pieux et dEqueurdreville-Hainneville. Les volutions observes sur ces 3 cantons sont significatives comparativement celles enregistres en France Mtropolitaine et traduisent linfluence du nuclaire sur le territoire. Priode 1968-1975 : Mise en service de lusine de la Hague Le canton de Beaumont-Hague squipe (nouveaux commerces et services) : il attire des cadres et des techniciens pour lexploitation de lusine Priode 1975-1982 : Dbut de la construction de la centrale de Flamanville Les ouvriers et les employs affluent sur le canton des Pieux La Hague prpare son extension, le nombre douvriers est galement en hausse Priode 1982-1990 : Priode faste pour le nuclaire dans le Cotentin (2 grands chantiers en cours et mise en service en 1986 de la centrale de Flamanville) Les ouvriers sont mobiliss sur la Hague Les recrutements de cadres, de professions intermdiaires et demploys augmentent dans la Hague Mme constat avec une croissance plus importante pour Les Pieux avec la mise en service de la centrale en 1986. Les commerces et services augmentent sur le canton des Pieux Le canton dqueurdreville-Hainneville voit arriver en nombre des populations de cadres, professions intermdiaires et employs venus travailler sur La Hague ou pour les entreprises sous-traitantes installes sur le canton Les augmentations observes sur ces 3 cantons sont manifestes : la population active enregistre une hausse de 75% sur les cantons de Beaumont-Hague et dqueurdreville-Hainneville, de prs de 40% sur les Pieux Priode 1990-1999 : Phase plus calme sur le plan des chantiers Les cadres, professions intermdiaires et employs affichent nanmoins une hausse encore prononce pour lexploitation des deux usines Priode 1999-2010 : Dbut de la construction de lEPR de Flamanville en 2007 Hausse du nombre douvriers sur le canton des Pieux Le nombre de cadres double. Ils sont notamment appels pour la phase dingnierie La population active des 25 54 ans augmente de 25% sur ce canton, comparer aux 3% enregistrs en France mtropolitaine. La part des actifs de 25 54 ans passe ainsi de 23.4% en 1968 41.3% en 2010 dans le canton de Beaumont-Hague, de 23.6% 39.6% sur le canton des Pieux et de 20.4% 37.4% sur queurdreville-Hainneville. Priode Contexte Chiffres-cls Donnes France 1968-1975 1967 : Mise en service de l'usine AREVA La Hague 1969 : Mise en service du centre de stockage des dchets de la Manche Canton de Beaumont-Hague : La population active des artisans commerants et chefs dentreprise augmente de 50%. Les CSP cadres et professions intermdiaires doublent Lgre hausse des artisans commerants Hausse comprise entre 40 et 60% pour les cadres et professions intermdiaires 1975-1982 1979 : Dbut de la construction de la centrale de Flamanville 1981 : Validation des travaux d'extension de l'usine de la Hague Canton des Pieux : Le nombre douvriers double Le nombre demploys triple Canton de Beaumont-Hague : Hausse de plus de 60% du nombre douvriers Stabilit du nombre douvriers Hausse de 20% des employs 1982-1990 Priode faste : Construction en cours de la centrale de Flamanville et extension de lusine de la Hague Canton de Beaumont-Hague : Toujours un nombre important douvriers : hausse de 60% Monte en puissance des cadres, professions intermdiaires et employs Canton des Pieux : Le nombre dartisans, commerants et chefs dentreprise double Mme constat que la Hague pour les autres CSP Canton dEqueurdreville-Hainneville : Monte en puissance de la population active, +76%, toutes CSP confondues. Seul le nombre dagriculteur baisse Augmentation de 4,8% pour les artisans, commerants et chefs dentreprise, 5,3% pour les ouvriers et de 36 58% pour les autres CSP hors agriculteurs 1990-1999 1990 : Mise en service de lUP3 1994 : Mise en service de lUP2-800 Canton des Pieux et de Beaumont-Hague : Hausse modre des cadres, professions intermdiaires et employs, augmentation plus importante sur les Pieux Baisse des ouvriers Constat similaire pour les cadres, professions intermdiaires et employs. Hausse nanmoins moins marque 1999-2010 2007 : Dbut de la construction de lEPR de Flamanville Le nombre de cadres double Hausse de 20% du nombre douvriers Hausse de 30% des cadres Baisse des ouvriers Source : INSEE - Recensement de la population, Exploitation complmentaire Donnes harmonises : Population des 25 54 ans par catgorie socioprofessionnelle CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 11801001201401601802002202402601970 1976 1982 1988 1994 2000 2005 2010Canton Beaumont-HagueCanton Les PieuxCanton EqueurdrevilleCotentinEvolution du nombre d'tablissement inscrits aux lections consulaires de la CCI Cherbourg Cotentin de 1970 2010 (Base 100 en 1970) MOTEUR DE LACTIVIT CONOMIQUE Les grands chantiers de la Hague et de Flamanville ont profondment modifi la physionomie des territoires. Des terres vierges de toute activit, agricoles ou rurales ont laiss place de vastes zones industrielles. Pour rpondre une population en augmentation, une nouvelle offre de commerces et de services sest dveloppe dans les bourgs et les villages environnants. Enfin, les infrastructures de transport ont volu pour faciliter les trajets quotidiens de plusieurs milliers de salaris. Le graphique ci-dessous reprsente les volutions du nombre dinscrits aux lections consulaires de la Chambre de Commerce et dIndustrie Cherbourg Cotentin. La liste des lecteurs est calcule pour chaque catgorie (industries, commerces et services) en fonction du nombre dtablissements et de salaris ainsi que du montant de la taxe professionnelle verse. Le nombre dinscrits est donc lgrement suprieur (environ 10%) au nombre rel dtablissements. Source : Fichier consulaire Entreprises inscrites au Registre du Commerce des Socits Nombre dinscrits aux lections consulaires la lecture de ce graphique, le premier constat est limportante augmentation du nombre dlecteurs sur le canton de Beaumont-Hague qui a plus que doubl entre 1970 et 2010, passant de 122 310 inscrits. La courbe ascendante du nombre dentreprises installes depuis 40 ans sur ce territoire illustre lessor conomique de cette zone d en majeure partie limplantation de lusine de La Hague. Les hausses du nombre dinscrits et de ce fait dentreprises sont constates sur les autres territoires. De 190 lecteurs en 1970, le canton des Pieux passe 309 en 2010, soit une augmentation de 61%. Cest la 3me plus forte hausse constate sur cette priode dans le Cotentin derrire les cantons de Beaumont-Hague et de Tourlaville qui a profit de lessor de ses zones dentreprises. Sur ces 3 cantons, laugmentation du nombre dtablissements a t principalement porte par les secteurs de lindustrie et des services. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 12DE NOMBREUX QUIPEMENTS DE SPORTS ET DE LOISIRS Les taux dquipement des cantons des Pieux et de Beaumont-Hague dans le domaine des sports et des loisirs sont les plus levs dans le Cotentin ; un taux de 5.1 pour 1 000 habitants sur Beaumont-Hague, 4.1 pour Les Pieux contre 2.5 pour lensemble du Cotentin, 3.1 pour la Manche et 2.6 pour la France Mtropolitaine. Les taxes foncires et professionnelles reverses par les grandes industries du nuclaire ont ainsi permis aux intercommunalits de dvelopper un quipement rarement constat sur des territoires de cette taille. Les deux cantons possdent chacun une piscine, une salle de spectacle (celle de Beaumont-Hague est en cours de construction), une cole de musique pour la communaut de commune des Pieux, des salles multisports, courts de tennis Les infrastructures touristiques sont galement nombreuses : le plantarium Ludiver Tonneville, le Manoir du Tourp Omonville-La-Rogue, un circuit de karting, un office de tourisme intercommunal Le secteur nuclaire a ainsi particip de manire indirecte lessor conomique des territoires touchs par les grands chantiers. Nanmoins, la progression des commerces et des services aux particuliers dans ces zones nest pas proportionnelle lvolution du nombre dhabitants. Le canton de Beaumont-Hague reste ainsi lun des moins fournis du Cotentin en nombre de commerces et de services aux particuliers par habitants, selon la Base Permanente des quipements (BPE) de lInsee. Son taux dquipement dans ces deux domaines est galement en-de de la moyenne de larrondissement de Cherbourg. Les raisons sont difficilement identifiables mais il convient de noter que le canton disposait dun maillage commercial trs faible avant larrive du nuclaire et que les grandes entreprises implantes sur ce territoire proposent un large panel de services (restaurants dentreprise, conciergerie, importants comits dentreprise). Le canton des Pieux semble moins affect avec un taux dquipements proche de la moyenne de larrondissement de Cherbourg. La filire nuclaire a galement profit aux territoires en matire dinfrastructures et ce particulirement au niveau du transport. Les amnagements pour faire transiter chaque jour des milliers demploys sont nombreux (voir cartes pages suivantes). De la dviation de Beaumont-Hague en passant par llargissement 3 voies de la CD 901 laccs lEPR de Flamanville, la carte routire a fortement volu sur ces zones. Les travaux ont galement touch dautres secteurs tels que lagglomration cherbourgeoise, avec lamnagement du boulevard de la mer sur la CD 901 entre Cherbourg et Querqueville. Le contournement Sud-Ouest de Cherbourg est toujours ltude et doit notamment permettre de faciliter laccs lusine AREVA La Hague. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 13Comparaison de deux vues ariennes du site dAREVA La Hague en 1947 et 2007 Comparaison de deux vues ariennes de la commune de Beaumont-Hague en 1947 et 2007 Source : Institut national de linformation gographique et forestire CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 14Comparaison de deux vues ariennes du site de la centrale nuclaire de Flamanville en 1976 et 2007 Comparaison de deux vues ariennes de la commune des Pieux en 1978 et 2007 Source : Institut national de linformation gographique et forestire CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 15Principaux amnagements routiers raliss en partie pour favoriser laccs aux installations nuclaires du Cotentin CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 16UN TISSU CONOMIQUE TROITEMENT LI AU NUCLAIRE Le secteur du nuclaire est difficile apprhender de manire statistique tant les activits reprsentes dans cette filire sont diverses et varies. Au sein dun mme secteur dactivit un tablissement peut tre concern ou non par cette filire. Ainsi, deux entreprises de chaudronnerie classes sous le mme code par lInsee ne seront pas ncessairement affilies au secteur nuclaire. Il en est de mme pour de nombreuses branches : construction, mcanique, lectronique, ingnierie Nanmoins, quelques lments de contexte permettent dtablir la forte relation du territoire avec lactivit nuclaire. PLUS DE 20% DES SALARIS DU COTENTIN PROXIMIT DES INSTALLATIONS NUCLAIRES Les cantons de Beaumont-Hague et des Pieux reprsentent 23.2% des salaris du secteur priv de larrondissement de Cherbourg. Avec plus de 7 000 emplois, le canton de Beaumont-Hague se classe ainsi en deuxime position derrire Cherbourg et son agglomration. En comptant queurdreville-Hainneville, ces trois cantons totalisent prs de 15 000 emplois, soit le tiers des effectifs salaris du Cotentin. Le canton de Beaumont-Hague prsente galement la singularit daccueillir un nombre de salaris particulirement important compar sa population : 7 000 salaris pour 11 931 habitants. En considrant que tous les salaris rsident sur le canton, ils reprsenteraient prs de 60% de la population. Un taux considrable li la densit du site dAREVA la Hague qui reprsente 3km sur les 7.9km du canton. PLUS DINDUSTRIE ICI QUAILLEURS Selon les chiffres de lUrssaf en 2012, prs de 28% des salaris du secteur priv du Cotentin travaillent dans lindustrie. Une part nettement suprieure au taux national qui affiche 18%. En y ajoutant les effectifs du BTP et de lintrim, branches rgulirement sollicites dans les activits industrielles, ces trois secteurs totalisent plus de 40% des emplois salaris du territoire. La part de lindustrie est majore sur les cantons de Beaumont-Hague et des Pieux o elle atteint les 2/3 des effectifs salaris pour le premier et la moiti pour le second. 0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%Intrim IndustrieHCR CommerceBTP Autres servicesRpartition des effectifs salaris par grands secteurs d'activit Source : Urssaf, secteur marchand, effectifs fin 2012 CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 17Rpartition des effectifs salaris du secteur marchand par cantons en 2012 Source : Urssaf Aux cts des activits industrielles, le secteur des services est galement concern par la filire. Larrondissement de Cherbourg concentre ainsi un nombre important demplois lis lingnierie, au nettoyage industriel et la gestion des dchets, des secteurs directement impliqus dans la filire. De mme, la liste des principaux tablissements du BTP dans le Cotentin confirme une sous-traitance marque du secteur la filire nuclaire. Parmi les 15 principales entreprises du BTP, dix ont t identifies comme ayant une part de leur activit dans le nuclaire. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 18Le graphique ci-dessous illustre bien les spcificits locales. La part des effectifs salaris dans le secteur de lnergie est ainsi deux fois plus importante dans le Cotentin que celle observe en France Mtropolitaine. Mme constat sur la fabrication de matriel de transport porte par DCNS. Lindice de spcificit est galement suprieur sur la fabrication dautres produits industriels o lon retrouve de nombreux sous-traitants du nuclaire. Enfin, sur les activits spcialises, scientifiques et techniques, les services administratifs et de soutien, lindice de spcificit sur le Cotentin est trois fois plus lev quen France en ne conservant que la branche des activits darchitecture, dingnierie, de contrle et danalyses techniques trs lie au nuclaire. Source : Urssaf 2012, selon la nomenclature agrge de lInsee, NA 17 Lindice de spcificit permet dapprcier la spcificit des activits conomiques dune zone en comparant une proportion sur le territoire dtudes (ici la part des effectifs salaris par secteur dactivit) cette mme proportion sur un territoire de rfrence. En savoir plus : Le BTP dans le Cotentin, Octobre 2013 Les services aux entreprises dans le Cotentin, Avril 2012 Les entreprises de la filire TIC dans le Cotentin, Juin 2011 Agriculture, sylviculture etpcheInd. Extract., energie, eau,gestion dchets, dpollutionFabric. denres aliment.,boissons et prdts base detabacCokfaction et raffinageFabric. quipmnts lec.,lectroniq., informatiq. ; fab.machinesFabrication de matriels detransportFabrication d'autres produitsindustrielsConstructionCommerce ; rparationd'autos. motos.Transports et entreposageHbergement et restaurationInformation et communicationActivits financires etd'assuranceActivits immobiliresAct. spcial., scient. & techn.& act. de svices admin. &soutienAdministration publ.,enseignemnt, sant humaine& action socialeAutres activits de servicesBase 100 : France mtropolitaine CotentinIndice de spcificit par activit de l'arrondissement de Cherbourg par rapport la France mtropolitaine CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 19-40%-30%-20%-10%0%10%20%AutresservicesBTP Commerce HCR Industrie Intrim ToussecteursArrondissement CherbourgMancheBasse-NormandieFranceEvolution des effectifs salaris entre 2007 et 2012 par secteurs et par zones gographiques UN SECTEUR QUI RSISTE LA CRISE Dans une priode 2007-2012 marque par la crise conomique, le chmage a augment de manire significative sur lensemble du territoire national. Entre les 4mes trimestres 2007 et 2012, le taux de chmage est ainsi en hausse de 2.6 points sur la France Mtropolitaine, de 2.7 points en Basse-Normandie et de 2 points dans la Manche. Le Cotentin na pas t pargn mais affiche une augmentation beaucoup plus modre que les autres zones avec 1.7 points. Cette rsistance face la conjoncture actuelle qui a particulirement touch le monde industriel sexplique par la spcifi conomique du territoire qui repose en grande partie sur sa filire nuclaire. Selon les chiffres de lUrssaf, les activits ayant le plus contribu la cration demploi dans larrondissement de Cherbourg entre 2007 et 2012 sont lies au secteur nuclaire : Le secteur de lnergie port par lEPR : prs de 500 emplois crs entre fin 2007 et fin 2012 Les activits de services aux entreprises : plus de 600 emplois, principalement issus de la branche ingnierie et tudes techniques La fabrication de matriels de transport avec DCNS : environ 400 emplois La fabrication dautres produits industriels : environ 200 emplois crs mettre lactif dAREVA NC Seule une autre activit enregistre une hausse significative (suprieure 200) de ses effectifs salaris, le domaine de la sant soutenu par lhbergement mdicalis et social. Les volutions de population, la reprsentation des diffrents secteurs dactivit et les indicateurs de conjoncture attestent dune certaine mono-industrialisation du Cotentin et de la dpendance du territoire au nuclaire, son principal secteur dactivit. Source : Urssaf 2012, secteur marchand BTP = Btiment Travaux Publics / HCR = Htels Cafs Restaurants En savoir plus : Notes de conjoncture sur ecotentin.fr CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 2013 000 SALARIS POUR LA FILIRE NUCLAIRE UNE ENQUTE POUR PRCISER LE POIDS DE LA FILIRE La CCI Cherbourg Cotentin (CCICC) en partenariat avec la Maison de lEmploi et de la Formation (MEF) du Cotentin, de Nucleopolis et des 3 grands donneurs dordre sur le territoire (AREVA NC, DCNS et EDF) a ralis une enqute auprs de 270 entreprises du Cotentin reconnues comme pouvant intervenir dans la filire nuclaire. Plusieurs critres ont t dfinis pour la ralisation du panel : type dactivit exerc, proximit des installations nuclaires, participation des runions en lien avec le secteur concern, recoupement avec les listes de fournisseurs des trois grands donneurs dordre, connaissance terrain des conseillers CCICC, etc Parmi ce panel, environ 25% des entreprises ont t identifies comme appartenant au cur de la filire nuclaire et runissant les 3 conditions suivantes (voir partie mthodologie) : Pratiquant une activit industrielle ou de service relative lingnierie, la fabrication, lexploitation et la maintenance des installations nuclaires Ayant une part de march significative dans ce secteur Ayant un impact significatif sur lconomie du territoire en termes deffectifs salaris Au total, 111 rponses cette enqute ont t enregistres, soit plus de 40% des entreprises interroges. Le cur de la filire nuclaire est massivement reprsent puisque prs de 80% des tablissements correspondant aux critres noncs ci-dessus ont rpondu. Au niveau des effectifs salaris, prs de 90% des tablissements cur de filire comptant plus de 100 salaris ont particip cette enqute. Le nombre de rponses et la reprsentativit du panel permettent ainsi de prciser le poids conomique de la filire nuclaire dans le Cotentin. Enfin, cette enqute a port sur trois thmes majeurs (voir partie mthodologie) : Lidentit de lentreprise (chiffres-cls) Lactivit dans le nuclaire (domaine dintervention, chiffre daffaires local) Lvolution de lactivit dans le nuclaire (volution passe et future des effectifs et de lactivit) CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 21PREMIER EMPLOYEUR DU SECTEUR PRIV Les grands donneurs dordre (AREVA NC, DCNS et EDF) ainsi que la centaine de sous-traitants ayant rpondu lenqute mene par la CCICC reprsentent prs de 13 000 salaris sur le Cotentin. Un chiffre qui place la filire nuclaire parmi les premiers secteurs dactivit en termes deffectifs en Basse-Normandie. titre de comparaison, la filire automobile pse environ 19 000 emplois en Basse-Normandie, lagroalimentaire et laronautique comptent respectivement 25 000 et 11 400 salaris lchelle de la Normandie1. La filire nuclaire est ainsi le premier employeur du secteur priv sur le Cotentin. Prs dun salari sur 3 travaille pour une entreprise appartenant ce secteur dactivit. Les effectifs se rpartissent de manire quasi gale entre les trois grands donneurs dordre (environ 6 500 emplois) et les sous-traitants (environ 6 400 emplois). Lenqute mene a galement permis de prciser la part des effectifs affects lactivit nuclaire. Sur les 6 400 emplois des entreprises sous-traitantes, environ 70% des effectifs sont ainsi directement associs cette activit, soit 4 300 emplois. Ce dcompte permet une localisation plus fine des salaris et des activits. Nanmoins, limplantation et le dveloppement des entreprises rpondantes tant souvent troitement lis la filire nuclaire, le chiffre global de 13 000 salaris apparat plus pertinent. Enfin, il convient de prciser que les entreprises nayant pas rpondu et identifies comme appartenant au cur de la filire nuclaire totalisent environ un millier de salaris. INDUSTRIES DANS LA HAGUE, SERVICES SUR CHERBOURG La filire nuclaire est concentre sur deux zones principales : La Hague et lagglomration cherbourgeoise. Le canton de Beaumont-Hague reprsente plus de 44% des effectifs de la filire avec une forte densit dentreprises industrielles. Le canton des Pieux, environ 10% des effectifs principalement chez EDF, compte moins de sous-traitants directement implants sur le territoire. Ces deux cantons totalisent prs des 2/3 des effectifs industriels de la filire. Les entreprises de services et particulirement celles dingnierie sont, quant elles, rassembles dans lagglomration cherbourgeoise et plus particulirement sur le canton dqueurdreville-Hainneville. Celui-ci regroupe ainsi plus de 60% des effectifs des entreprises de services avec notamment AREVA E&P (ancien SGN) ou encore Euriware. Hormis DCNS, lagglomration cherbourgeoise ne compte que trs peu dentreprises industrielles affectes aux activits nuclaires et concentre principalement des services lindustrie. Enfin, le secteur de Valognes profite de ses zones dactivit et du terminal ferroviaire AREVA pour accueillir quelques filiales dAREVA comme AREVA Temis (Anciennement Mcagest et Sogefibre) et AREVA TN (Anciennement TN International, Lemarchal Clestin et Mainco). AREVA Temis dispose galement dun btiment sur le canton de Saint-Sauveur Le Vicomte. 1 La filire automobile en Basse-Normandie, Miriade, 2013 / Les industries agroalimentaires en Normandie - Edition 2013, Chambre dagriculture de Normandie / La filire aronautique en Normandie, Insee, 2013 CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 22Rpartition des effectifs salaris de la filire nuclaire par cantons en 2012 Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Effectifs cumuls dclars par les entreprises lors de lenqute : Donneurs dordre (AREVA NC, DCNS et EDF) et sous-traitants CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 23 0% 20% 40% 60% 80% 100%Votre tablissement est-il certifiou labellis ?Le centre de dcision de votretablissement est-il situlocalement ?Votre tablissement appartient-il un groupe ?Votre implantation est-elleprincipalement lie l'activitnuclaire ?Enqute sur les entreprises de la filire nuclaire : pourcentage de "Oui" aux questions suivantes GRANDES ENTREPRISES ET GRANDS GROUPES La prsence dinstallations nuclaires denvergure a entran limplantation de grands groupes nationaux et internationaux sur le territoire. La typologie des entreprises de la sous-traitance nuclaire est ainsi trs diffrente de celle habituellement observe sur le territoire. Plus de 80% comptent ainsi au moins 10 salaris et prs de 40% ont des effectifs gaux ou suprieurs 50. Prs de 70% appartiennent un groupe. Les grands noms du secteur de lnergie sont prsents tels AREVA ou EDF mais aussi Vinci, Eiffage, GDF Suez, Cofely Endel, Apave ou des groupes locaux comme Efinor. Ce sont des entreprises qualifies ; plus de 70% possdent ainsi une certification qualit, environnementale ou scurit et la grande majorit dispose de personnels habilits intervenir en milieu nuclaire. Enfin, il convient de noter la part importante (60%) dentreprises dont limplantation est directement lie lactivit nuclaire. Parmi celles-ci, 80% appartiennent un groupe, 90% comptent au moins 10 salaris et prs de la moiti se sont installes dans le Cotentin avant les annes 1990, soit avant la fin des principaux grands chantiers antrieurs lEPR. Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 24Lexploitation et la maintenance des installations nuclaires est lactivit la plus reprsente devant la fabrication et linstallation. Lensemble des sous-traitants ayant rpondu notre enqute a ralis en 2012 un chiffre daffaires global de 650 millions deuros. 71% de ce chiffre daffaires, soit 466M, est imputable lactivit nuclaire. 18% 23% 27% 15% 17% IngnierieFabrication &InstallationExploitation &maintenanceDmantlementAutres servicesA quel(s) stade(s) de la filire, intervenez-vous principalement dans le nuclaire ? Sur ces 466M, 92.8% du chiffre daffaires est ralis dans le nuclaire civil, 6.8% dans le nuclaire militaire et seulement 0.4% dans le nuclaire sant. Prs de 84.8% du chiffre daffaires des entreprises dans le nuclaire seffectue dans le Cotentin, 0.5% en Basse-Normandie, 12% dans dautres rgions franaises et 2.7% lexport. Ces chiffres indiquent une concentration de lactivit des sous-traitants dans le nuclaire civil et sur le Cotentin. Si 13% des entreprises interroges expriment une activit lexport, leur chiffre daffaires sur ce secteur reste comparativement trs limit (seulement 2.7%). Enfin, environ 2/3 des sous-traitants dclarent une part de leur chiffre daffaires lie aux donneurs dordre comprise entre 50 et 100%. Si ce chiffre inclut les filiales dAREVA, il marque nanmoins une certaine dpendance des sous-traitants lgard des donneurs dordre. 650 MILLIONS DE CHIFFRE DAFFAIRES La structure des entreprises de la filire nuclaire (entits importantes majoritairement affilies un groupe) leur permet de proposer un panel dactivits assez large. Ainsi, prs de 70% des rpondants interviennent plusieurs stades de la filire : ingnierie, fabrication & installation, exploitation & maintenance, dmantlement et autres services (logistique, transport). 0%5%10%15%20%25%30%35%40%45%Plus de75%Entre 50et 75%Entre 25et 50%Moins de25%AucuneQuelle est la part de votre chiffre d'affaires lie l'activit des donneurs du nuclaire dans le Quelle est la part de votre chiffre d'affaires lie l'activit des donneurs d'ordre du nuclaire dans le Cotentin ? Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 25UNE FILIRE QUI SE PORTE BIEN Les statistiques sur lemploi salari prsents dans la partie prcdente ont permis de quantifier linfluence de la filire nuclaire sur les volutions des effectifs. Les rsultats de lenqute auprs des sous-traitants confirment ce constat ; si le Cotentin rsiste un peu plus quailleurs la crise, il le doit en grande partie sa filire nuclaire. Dans un contexte morose o de nombreux secteurs ont vu leur activit diminuer, la filire nuclaire est contre-courant avec une majorit dentreprises dclarant une hausse de leur activit sur ces 5 dernires annes. Les principales raisons de cette volution favorable de lactivit sont lies au march local. En effet, 72% des entreprises ayant signal une hausse de leur activit citent lEPR et le march local hors EPR (activits lies AREVA NC ou DCNS) comme causes principales de laugmentation de leur chiffre daffaires. 0%5%10%15%20%25%30%En fortehausse>10%Enhaussede 1 10%Stable Enbaisse de-1 -10%En fortebaisse >-10%Sur ces 5 dernires annes, diriez-vous que votre chiffre d'affaires dans le nuclaire est ? 56% des entreprises interroges indiquent ainsi un chiffre daffaires en hausse entre 2008 et 2012, 26% une stabilit de leur activit et 18% une baisse. Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 012Hausse sur le marchlocal hors EPRActivit sur le chantierEPRHausse sur le marchfranais (hors local)AutreExportationQuelles sont les raisons de la hausse de votre chiffre d'affaires dans le nuclaire ? Quelles sont les raisons de la hausse de votre chiffre d'affaires dans le nuclaire ? Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Score dimportance : total des points obtenus en fonction de lordre des rponses donnes Aprs analyse des rponses, cest la hausse de lactivit sur le march local hors EPR qui a le plus stimul les entreprises. Cette raison arrive en tte devant lactivit lie lEPR et la hausse sur le march franais (hors Cotentin). CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 26Ces lments corroborent les informations fournies par les donneurs dordre qui indiquent une augmentation de leur activit sur ces 5 dernires annes. AREVA La Hague met ainsi en avant une volution positive du tonnage de combustibles uss trait chaque anne. Il a ainsi augment de plus de 25% entre 2008 et 2013 passant de 937 1 172 tonnes traites. En parallle, AREVA pointe un certain nombre dvnements ayant marqu cette priode : Signature dun accord-cadre avec EDF sur le recyclage des combustibles uss jusquen 2040 En 2009, premier retour des dchets compacts vers les clients trangers Mise en service en 2010 du creuset froid, nouvelle technologie de vitrification Construction en 2013 du nouveau hall dentreposage des dchets vitrifis franais Enfin, le volume dactivit li au dmantlement est pass de 40M en 2008 133M en 2013. Cette monte en puissance fait suite lobtention en 2009 du dcret autorisant le dmantlement de lINB 80 (Atelier HAO Haute Activit Oxyde). Trois dcrets sont galement parus en 2013 pour le dmantlement des INB (Installations Nuclaires de Base) 33, 38 et 47. noter pour les deux activits de recyclage et de dmantlement, les valuations complmentaires de sret qui ont t menes suite laccident de Fukushima. Pour EDF (hors activit lie lEPR), la priode 2008-2012 a t marque par 2 visites dcennales (examens priodiques de sret) qui impliquent de nombreuses interventions sur le racteur : arrt du racteur, rechargement du combustible, maintenance et modifications matriels. 4 visites partielles (2009, 2010, 2012 et 2013) ont galement eu lieu. Ces visites entranent des arrts de tranche, un rechargement fragmentaire du combustible, des oprations de contrle et de maintenance. Les visites dcennales durent une centaine de jours et les visites partielles environ 60 jours. Enfin, en 2010, EDF a lanc un important programme dinvestissement dnomm OEEI (Obtenir un tat Exemplaire des Installations) qui vise une amlioration de la sret de ses installations. DCNS a affirm son positionnement sur le nuclaire civil au travers de 2 contrats sur lEPR : ralisation du sas daccs du btiment racteur et des gaines du groupe turbo alternateur. Ltablissement de Cherbourg a galement contribu aux interventions du groupe DCNS sur les chantiers de lEPR dOlkiluoto en Finlande et de Taishan en Chine. Enfin, DCNS travaille la mise en uvre dune unit immerge de production dnergie nuclaire baptise Flexblue. CONFRONTE DES DIFFICULTS DE RECRUTEMENT Consquence de la hausse dactivit enregistre par la filire nuclaire ces 5 dernires annes, les effectifs des sous-traitants sont en augmentation. 44% des rpondants constatent ainsi une hausse de leurs salaris entre 2008 et 2012, 45% une stabilit et seulement 11% une baisse. Selon les informations fournies lors de lenqute, les effectifs nuclaires des sous-traitants auraient augment de 13.8% passant de 3 832 salaris en 2008 4 362 en 2012. Une volution trs significative dans une priode de crise conomique o le nombre demplois a par ailleurs chut lchelle nationale et particulirement dans le secteur industriel. 46% des entreprises indiquent avoir connu des difficults recruter : une proportion importante si lon compare ce chiffre aux 30% de projets de recrutement jugs difficiles lors de lenqute des besoins en main duvre mene par Ple Emploi en 2013 dans le Nord-Cotentin. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 270 1 2Pnurie de candidatProfil inadquat du candidatAttractivit & accessibilit du territoireProblmes lis aux conditions gnrales de travailDficit d'imageAutreQuelle est la nature particulire des difficults lies au recrutement (priode 2008-2012) Quelle est la nature particulire des difficults lies au recrutement (Priode 2008-2012) 0 1 2Formation des salaris ou des candidatsexternesCertification et qualification de l'entrepriseCapacits de production et quipementsLocauxRecherche & DveloppementAutrePour dvelopper ou maintenir votre activit dans le nuclaire, avez-vous procd des investissements dans les domaines suivants ? La pnurie de candidats et le profil inadquat de ceux-ci sont les principales causes lies aux difficults de recrutement des entreprises interroges, auxquelles sajoute le manque dattractivit et daccessibilit du territoire. Ct donneurs dordre, les effectifs sont rests stables sur ces 5 annes. Le maintien des comptences est nanmoins une problmatique rgulirement souleve par ces 3 entreprises. Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Score dimportance : total des points obtenus en fonction de lordre des rponses donnes Compte tenu des difficults de recrutement prcites, il nest pas tonnant de trouver comme premier poste dinvestissement la formation des salaris ou des candidats externes. Il convient de noter que 93% des entreprises interroges ont procd un ou plusieurs investissements entre 2008 et 2012. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 280 1nergies Marines RenouvelablesDfenseConstruction navaleAutreAgroalimentaireAronautiqueDans quel(s) secteur(s) avez-vous engag ces dmarches de diversification ? Enfin, plus de la moiti des sous-traitants ont engag des dmarches de diversification sur la priode 2008-2012. Les nergies marines renouvelables (EMR) arrivent en tte et sont cites par 45% des entreprises comme le principal secteur de diversification. Viennent ensuite la dfense et la construction navale. Lactivit Oil & Gas (Ptrochimie) est mentionne trois reprises dans les observations Autre . Lcart entre chaque secteur de diversification est faible : plus de 60% des rpondants ont cit plusieurs secteurs. Sur cette question, la reprsentativit du panel initial est respecte et ne permet pas de dfinir un profil type dentreprises ayant engag des dmarches de diversification. Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Score dimportance : total des points obtenus en fonction de lordre des rponses donnes CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 29DIMPORTANTES PERSPECTIVES DACTIVIT Certes, la prudence reste de mise dans un contexte conomique fluctuant. Cependant, les indicateurs rvls par lenqute auprs des sous-traitants et les nombreux chantiers voqus par les trois donneurs dordre laissent augurer des perspectives dactivit en hausse pour la filire nuclaire. EPR, DMANTLEMENT ET GRAND CARNAGE Si de nombreux sous-traitants (prs de 49%) parlent dune activit stable voire incertaine, seulement 11% envisagent une baisse de leur activit sur les trois prochaines annes (2014-2016). Ce chiffre est comparer aux 18% de rpondants ayant indiqu une diminution de leur chiffre daffaires sur la priode passe de 2008 2012. 40% des entreprises prvoient une hausse de leur activit, un chiffre galement en retrait compte tenu de laugmentation des rponses stable et incertain . 0%5%10%15%20%25%30%35%40%45%En hausse Stable En baisse IncertainSur les trois prochaines annes (2014-2016), anticipez-vous un chiffre d'affaires de votre tablissement dans l'activit nuclaire ? Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Les perspectives dactivit dans le Cotentin sont effectivement nombreuses pour la filire nuclaire. Ces trois prochaines annes sannoncent ainsi charges pour EDF qui prvoit le dbut des travaux lis au grand carnage. Ce programme dinvestissements doit permettre la prolongation de la dure dexploitation des centrales nuclaires du parc EDF au-del de 40 ans et lintgration des modifications post-Fukushima. la centrale de Flamanville, le grand carnage devrait monter en puissance ds 2015 avec un pic en 2017 et 2018 o prs d1.4 millions dheures de travail sont programmes ( comparer aux 400 000 heures ncessaires pour une visite partielle des installations). Deux visites partielles seront dailleurs ralises en 2015. cette priode, environ 2 400 personnes en cumul sont attendues sur le site de la centrale de Flamanville. Enfin, le programme Partner, rnovation des btiments tertiaires du groupe, devrait tre galement lanc sur cette priode. Du ct de lEPR, si 23.3 millions dheures de travail ont dj t ralises au 1er novembre 2013, il en reste encore une douzaine de millions accomplir. Les effectifs sur le chantier (hors EDF) devraient grimper en 2014 pour atteindre environ 2 900 salaris avant dentamer une baisse progressive partir de mi-2015. lheure actuelle, trois btiments sont achevs 80% (salle des machines, station de pompage, ouvrage de rejets), l'lot nuclaire (hors btiment racteur) est ralis entre 40 et 60%, le btiment racteur est 20% d'avancement. La mise en service industrielle de lEPR de Flamanville est prvue en 2016. AREVA La Hague nest pas en reste avec une augmentation de lactivit recyclage des combustibles uss et un plan de charge aux alentours de 1150 1250 tonnes traites chaque anne. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 300 1 2EPR & centrales (March local)Dmantlement ( March local)Grand Carnage (March local)Grand Carnage (March National)Dmantlement (March National)EPR & Centrales (March National)Nuclaire Militaire (March local)Nuclaire Militaire (March national)EPR & Centrales (March international)Nuclaire Sant (March national)Quelles sont, selon vous, les principales perspectives de hausse d'activit dans la filire nuclaire sur la priode 2014-2016 ? Sur la partie dmantlement, le volume dactivit prvisionnel sera en 2014 de lordre de 169M et aux alentours de 300M la fois pour 2015 et 2016. Suite lobtention des 3 dcrets INB 33, 38 et 47, le dmantlement de lusine UP2-400 devrait monter en puissance. Ces trois annes verront galement la mise en application des mesures post-Fukushima et de la nouvelle rglementation lie larrt INB . Enfin, DCNS prvoit partir de 2016 la reprise du dmantlement des chaufferies nuclaires des SNLE (Sous-Marins Lanceurs dEngins). Pour les sous-traitants, cest ainsi le march local qui devrait tre le principal vecteur de hausse dactivit ; EPR, dmantlement et Grand carnage en tte. Malgr le rcent contrat sign par EDF et AREVA pour la construction de deux EPR au Royaume-Uni, le march international narrive quen neuvime position. Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Score dimportance : total des points obtenus en fonction de lordre des rponses donnes Seules les 10 principales perspectives de hausse dactivit sont prsentes. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 310%5%10%15%20%25%30%35%40%45%50%De 1 4 salaris De 5 9 De 10 24 De 25 49 De 100 249De 1 4 salarisDe 5 9De 10 24De 25 49De 100 249Quel est le nombre de recrutements envisags ? DES RECRUTEMENTS EN HAUSSE ET DES DIFFICULTS ANTICIPER 34.5% des sous-traitants interrogs envisagent une augmentation des recrutements sur les 3 prochaines annes, 37% une stabilit, 25% sont incertains et seulement 3.5% une baisse. Selon les rponses apportes, les sous-traitants prvoient une fourchette comprise entre 475 et 1130 recrutements sur la priode 2014-2016. Les besoins en main duvre sont nombreux et des difficults sur des mtiers dj en tension sont prvoir. En effet, plusieurs projets industriels denvergure sont attendus sur le Cotentin : la poursuite de la construction de lEPR, le grand carnage, le dmantlement de lusine UP2-400 dAREVA La Hague ainsi que les nergies marines renouvelables avec lolien offshore et plus long terme lhydrolien. 0%5%10%15%20%25%30%35%40%En hausse Stables En baisse IncertainSur ces 3 prochaines annes, anticipez-vous des recrutements de vos effectifs salaris affects l'activit nuclaire ? Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 32Au total, dans les 5 annes venir, plus de 4 000 personnes devraient tre recrutes pour rpondre ces diffrents besoins : 2 000 emplois pour les besoins structurels dAREVA NC, DCNS et EDF 1 000 emplois pour lolien en mer 500 emplois pour les activits de lEPR et du grand carnage 500 emplois pour le dmantlement de lusine UP2-400 dAREVA La Hague Dans ce cadre, les acteurs du dveloppement conomique, de la formation et de lemploi ont dcid, sous le pilotage de la Chambre de Commerce et dIndustrie Cherbourg Cotentin et de la Maison de lEmploi et de la Formation du Cotentin, de concevoir et danimer une dmarche de gestion prvisionnelle des emplois et des comptences (GPEC) territoriale. Celle-ci se dcline en trois volets : Anticiper : valuer et qualifier loffre et la demande de comptences Communiquer : sensibiliser sur les opportunits demplois et renforcer lattractivit du territoire Accompagner : appuyer les entreprises dans leur GPEC, former les actifs et scuriser les parcours professionnels Le premier volet de cette GPEC a permis en lien avec les donneurs dordre de dfinir un dcoupage des 4 000 emplois et comptences ncessaires pour le territoire. Une dmarche est galement en cours auprs des sous-traitants pour prciser ces besoins et les quantifier. AREVA NC, EDF et DCNS ont ainsi fait ressortir des problmatiques lies au maintien des comptences et la transmission du savoir-faire. Ils pointent galement des difficults pour le recrutement de certains profils. Si les effectifs des trois donneurs dordre devraient tre stables, les informations fournies par la GPEC (2 000 emplois sur 5 ans) indiquent de nombreux projets dembauche lis aux perspectives dactivit et aux remplacements des dparts en retraite. Lenqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire fait galement apparatre une large majorit dentreprises craignant des difficults de recrutement : plus de 60% des rpondants sur la priode 2014-2016 contre 46% sur la prcdente (2008-2012). Pour faire face ces difficults de recrutement, les sous-traitants de la filire nuclaire misent principalement sur la formation, celles des candidats extrieurs et des salaris de lentreprise. Assez loin derrire ces deux items, le recours lintrim et la sous-traitance sont cites. Lemploi de personnes venant de ltranger est voqu mais nest pas une solution prioritaire pour les entreprises interroges. Cest dailleurs dans la formation que se concentre lessentiel des investissements. Sur les 83% des rpondants prvoyant des investissements (10% de non et 7% dincertains), la formation des salaris ou des candidats externes arrive largement en tte avec un score dimportance plus lev que sur la priode passe, 1.91 contre 1.68 sur 2008-2012. 110 000 recrutements dici 2020 en France Le Comit Stratgique de la Filire Nuclaire (CSFN) a fix un objectif de 110 000 recrutements dici 2020 pour la filire nuclaire franaise. http://www.redressement-productif.gouv.fr/cni/filiere-nucleaire CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 330 1 2Former des candidats venant de l'extrieurFormer des salaris dj prsents dansl'entrepriseRecourir l'intrimSous-traiterFaire venir des personnes de l'trangerDiffrer l'embaucheAutreQuelles solutions envisagez-vous pour rsorber ces difficults de recrutement ? Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Score dimportance : total des points obtenus en fonction de lordre des rponses donnes Enfin, 44% des entreprises envisagent des dmarches de diversification, 19% sont incertaines et 37% ne devraient pas engager de dmarches. Sans surprise, les nergies marines renouvelables sont cites par prs de 80% des entreprises comme le principal secteur de diversification. Avec des chances qui se rapprochent (dpt cette anne des permis pour la construction des usines sur le port de Cherbourg), le score dimportance des EMR augmente trs nettement et atteint 2.02, comparer au score de 1.05 obtenu sur la priode 2008-2012. Le reste du classement est assez similaire celui observ en 2008-2012. Les secteurs de la dfense et de la construction navale arrivent respectivement en deuxime et troisime position, trs loin derrire les EMR. En savoir plus : Professionnels du Cotentin : 7 grands projets industriels votre porte..., CCI Cherbourg Cotentin, Janvier 2014 CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 340 1 2Formation des salaris ou des candidatsexternesCertification et qualification de l'entrepriseCapacits de production et quipementsLocauxRecherche & DveloppementAutreSur ces trois prochaines annes, pour dvelopper ou maintenir votre activit dans le nuclaire, prvoyez-vous des investissements dans les domaines suivants ? 0 1 2nergies Marines RenouvelablesDfenseConstruction navaleAutreAgroalimentaireAronautiqueDans quel(s) secteur(s) d'activit, pensez-vous engager ces dmarches de diversification ? Source : Enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire, CCICC, 2013 Score dimportance : total des points obtenus en fonction de lordre des rponses donnes CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 35 court et moyen termes, les chantiers qui sannoncent dans la filire nuclaire devraient offrir au tissu conomique local dimportantes perspectives dactivit. Pour mieux comprendre les enjeux et les retombes conomiques pour les entreprises locales, nous avons interrog 5 acteurs de la filire nuclaire. M. Aubret, directeur AREVA La Hague M. Cairon, directeur des activits en dveloppement - DCNS Cherbourg M. Moncomble, charg de mission insertion socio-conomique EDF M. Nestar, sous-prfet, directeur de projet auprs de la prfte de la Manche, en charge des grands projets industriels M. Quaranta, prsident de la commission industrie la CCI Cherbourg Cotentin - ACE Endel INTERVIEW DE M. AUBRET, DIRECTEUR AREVA LA HAGUE Quelles sont vos perspectives dactivit pour les prochaines annes ? Nos perspectives pour les prochaines annes sont favorables. Pour lactivit de recyclage des combustibles uss, notre plan de charge sur les trois annes venir stablit aux alentours de 1 150 1 250 tonnes, en augmentation par rapport aux dernires annes. Lactivit dmantlement va connatre de son ct une monte en puissance sensible en 2014 mais surtout en 2015 et 2016 avec un niveau dactivit attendu de lordre de 300 millions deuros par an. De manire transverse, les trois annes venir verront la poursuite de mise en place des mesures de sret post-Fukushima et de celles lies la nouvelle rglementation de larrt INB, avec la cl des investissements de plusieurs dizaines de millions deuros sur la priode. Quelles retombes peut-on en attendre sur lconomie locale et les entreprises sous-traitantes ? AREVA la Hague est un acteur conomique majeur du Cotentin : nous raliserons en 2014 pour 460 millions deuros dachats, dont 75% auprs des entreprises de la rgion. Sur le plan humain, le fonctionnement de notre site, les projets de dmantlement et le plan dinvestissement en matire de sret et de prennit vont gnrer des besoins de recrutement tant pour les besoins internes dAREVA (par mobilit interne ou recrutement dune centaine de personnes profil technique par an) que pour les besoins externes chez nos sous-traitants, avec un risque de tension sur certains mtiers spcifiques. Comment vous prmunissez-vous contre ce risque de tensions sur des mtiers cls ? Sur ce sujet il est primordial danticiper et davoir des dmarches structures. Nous avons lanc ds 2005 une dmarche de Gestion Prvisionnelle des Emplois et Comptences. Cela nous a permis didentifier rapidement un besoin sur des mtiers spcifiques notre activit comme la tl-opration ou le travail en boite gants, dont la formation nexiste pas sur le march. Nous avons alors conu une cole des Mtiers en interne pour nous assurer de la disponibilit de ces comptences. Notre analyse rgulire de nos projets et des besoins que nous anticipons nous a plus rcemment conduits travailler avec lAISCO en 2009, puis dans un souci de mutualisation de nos ressources nous associer aux travaux conduits par la CCI et la MEF. Cette vision trans-filire est dautant plus importante pour nous que 80% de nos recrutements se font lextrieur de la filire nuclaire. AREVA Nord-Ouest recrute 250 personnes par an dont 100 sur le seul site de la Hague. Nous menons par ailleurs une politique de formation volontariste. En 2013, nos salaris ont suivi prs de 127 000 heures de formation. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 36INTERVIEW DE M. CAIRON, DIRECTEUR DES ACTIVITS EN DVELOPPEMENT - DCNS CHERBOURG moyen et long terme, quels sont les grands projets de votre entreprise pouvant impacter de manire significative la filire nuclaire dans le Cotentin ? DCNS est engag dans les prestations historiques doprateur industriel de lexploitation et de la maintenance des INBS (Installation Nuclaire de Base Secrte) du Homet et Cachin. Certaines oprations de maintenance, de type contrle priodique de ces INBS sont en partie sous-traite localement. En ce qui concerne lactivit de dmantlement, lex sous-marin lanceur dengins (SNLE) lIndomptable, dernier de la srie Le Redoutable, doit subir les oprations ncessaires son dmantlement de niveau 2 en 2014 et 2015. Dautre part, les tudes pour laccueil du premier de la srie des sous-marins dattaque de type Rubis sont galement engages cette anne pour un dmantlement de niveau 1, cest--dire le retrait des combustibles et la vidange des circuits primaires, prvu lhorizon 2017. En ce qui concerne le programme Barracuda, le cur nuclaire du premier de srie Suffren sera charg dici 2016. En consquence, des quipes dessais puis dexploitation seront mises en place courant 2014 puis en 2015 pour le dmarrage et lexploitation du Suffren. Pour le nuclaire civil, DCNS poursuit les activits de chantier Flamanville 3 pour la pose des gaines GTA qui entourent les turbines vapeur. DCNS est aussi prsent Olkiluoto en Finlande dans les phases de chantier. DCNS rpond galement des appels doffre sur le projet EPR UK notamment sur les sas daccs aux btiments racteur et ce en partenariat avec un acteur local. Enfin, DCNS se positionne sur ces marchs en sous-traitant de premier rang ou en partenariat avec les donneurs dordre tel quAREVA et EDF. Il convient galement de mentionner le projet de DCNS Flexblue qui prvoit lintgration dun racteur nuclaire de petite puissance dans un module immerg. Sur ce projet, nous travaillons un montage industriel et financier avec des industriels de rfrence tels que le CEA, AREVA, EDF et lASN. DCNS assurant le pilotage industriel de ce projet. Enfin, sur le volet nuclaire sant , DCNS a la volont de sinscrire dans la participation industrielle pour le projet Archade notamment dans la phase de ralisation des quipements pour lacclrateur C-400. Existe-t-il des problmatiques particulires lies votre activit moyen ou long terme ? La principale problmatique pose est celle du maintien des comptences notamment dans des mtiers trs spcifiques. Il est ainsi ncessaire de maintenir et de renforcer ces comptences et daccrotre nos savoirs dans la culture de la sret indispensable dans notre activit et essentielle en vue de la monte en puissance du programme Barracuda. Sur certains profils lis notamment lactivit nuclaire, le recrutement peut savrer compliqu avec un manque de candidats et de disponibilits. Il est ainsi essentiel danticiper et de prvoir un plan de formation en adquation avec les besoins des industriels du territoire. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 37INTERVIEW DE M. MONCOMBLE CHARG DE MISSION INSERTION SOCIO-CONOMIQUE EDF court et moyen terme, quels sont les grands projets prvus par EDF sur le territoire ? Je rpondrai en tant que reprsentant de l'EDF industriel producteur d'nergie, puisqu'EDF a d'autres enjeux sur le territoire, en tant que distributeur et commercialisateur. La feuille de route est claire : dmarrer l'EPR, russir l'exploitation de cette tte de srie raliser le programme de maintenance de Flamanville 1 & 2 devant garantir une production efficiente en toute sret et crer les conditions techniques d'une dure d'exploitation au-del de 40 ans (le Grand Carnage) renforcer la place de leader d'EDF sur les nergies nouvelles renouvelables. Avant son dmarrage en 2016, l'EPR doit connatre deux annes intenses encore de montages suivies d'une importante phase d'essais. S'agissant d'une tte de srie les premiers cycles de production connatront des programmes de surveillance et de travaux gnrant une activit importante. Le dbut des travaux du programme Grand Carnage sur Flamanville 1&2 doit tre lanc ds 2015 ; il devrait tre ralis sur environ 10 ans. Deux visites partielles sont prvues en 2015. Au total, prs de 2400 personnes en cumul sont attendues sur Fla 1&2, ds 2015. En 2017 et 2018, les visites dcennales n3 des tranches 2 et 1 auront galement lieu avec un flux de personnes pouvant dpasser 3000 3500 personnes en cumul. Le travail collaboratif engag avec les entreprises locales depuis 2007 doit ainsi se poursuivre sur toute la priode, de nombreuses entreprises ayant un potentiel d'activits basculant progressivement de la construction aux activits d'exploitation et de maintenance. Quelles sont les problmatiques gnres par cette activit ? L'importance du Projet industriel d'EDF sur le territoire soulve d'vidence de nombreux dfis, dus sur le site de Flamanville notamment, aux coactivits importantes et durables : il s'agit la fois de construire, de produire et de raliser des oprations lourdes de maintenance. Gagner le dfi de la scurit et de la qualit qui ncessite la mobilisation des comptences de tous les acteurs ; Adapter les organisations et informer et concerter, pour cela, toutes les parties prenantes ; Disposer de la logistique ncessaire pour faciliter un travail industriel de qualit et conomiquement performant, pour accueillir les salaris, les nourrir, les transporter, les hberger et offrir des conditions de vie rpondant aux attendus. Pour ses besoins propres et pour accompagner ses prestataires, EDF entend maintenir et dvelopper son travail de partenariats avec les consulaires, le service public de l'emploi, les professions et bien sr les lus. cet gard, le Grand Chantier en cours a permis la cration d'un cadre de relations et la finalisation de l'ensemble des quipements et oprations dcides dans ce cadre, doit faciliter grandement la satisfaction des besoins. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 38INTERVIEW DE M. NESTAR SOUS-PRFET, DIRECTEUR DE PROJET AUPRS DE LA PRFTE DE LA MANCHE, EN CHARGE DES GRANDS PROJETS INDUSTRIELS Des perspectives importantes en termes dactivit dans le nuclaire (EPR, grand carnage, dmantlement de lusine UP2-400) ont t mises en avant dans cette tude. Avec larrive des nergies marines renouvelables, quels sont les problmes qui pourraient se poser en termes demploi ? Je dois dire en prambule que je me rjouis que le territoire bas-normand et plus singulirement le Cotentin puissent avoir de telles perspectives industrielles qui devraient avoir des retombes bnfiques pour la monte en qualification de la main d'uvre et pour l'emploi. En fait, il faut que tous les partenaires en charge des politiques de l'emploi et de la formation de notre territoire arrivent bien identifier quantitativement et qualitativement les besoins en emplois et en comptences des entreprises pour faciliter la mise en uvre de leurs projets industriels. Il est vrai que la quasi concomitance de ces projets et l'existence de mtiers en tension (chaudronniers, soudeurs, usineurs et quelques profils spcifiques dans les mtiers de la radioprotection ou de lingnierie) incitent penser que les entreprises pourraient tre confrontes des difficults de recrutement dans les annes qui viennent. Quelle stratgie est mise en uvre pour anticiper ces besoins en main duvre ? Les rponses apporter aux besoins en main duvre gnrs par ces perspectives dactivit sarticulent autour de deux notions cls : lanticipation et la coordination. Lanticipation repose sur un dialogue permanent avec les industriels concerns, pour recenser et analyser leurs besoins en matire demplois et de comptences, ainsi quavec lensemble des acteurs de la formation et de lemploi pour y apporter des rponses adaptes. La coordination entre ces diffrents acteurs joue galement un rle essentiel pour favoriser laccs aux offres demplois des entreprises, la mobilit des salaris ou encore prvoir leurs reclassements ventuels. En matire d'anticipation et de coordination des acteurs, le territoire du Cotentin dispose de srieux atouts et dune exprience avre. En effet, depuis 2007, la mise en place dun dispositif emploi-formation anim par la Maison de lEmploi et de la Formation du Cotentin (MEF) en partenariat avec lAFPA, Ple Emploi, EDF et sous lgide du sous-prfet coordonnateur Grand Chantier, a dmontr son efficacit pour rpondre aux besoins de main duvre des industriels dans le cadre de la construction de lEPR. Ces partenaires ont acquis une solide exprience en matire de travail en quipe intgre et en mode projet. Tant et si bien que les instances de gouvernance mises en place pour l'EPR afin d'assurer la coordination des acteurs et l'anticipation sont d'ores et dj mises en uvre pour les projets d'nergies marines renouvelables. En effet, la MEF du Cotentin anime dj les travaux d'une quipe emploi formation pour les EMR qui regroupe non seulement les institutions publiques en charge des politiques d'emploi et de formation mais galement les industriels dsigns pour quiper et grer le parc d'oliennes en mer de Courseulles-Sur-Mer. Le travail d'identification des besoins des industriels se poursuit dans le cadre cette instance oprationnelle. En outre pour augmenter nos chances de russir l'accompagnement RH de ces projets industriels d'nergie marines renouvelables nous avons, dans le cadre des travaux de la SPL Ouest Normandie nergies Marines, mis en place un comit technique RH/EMR qui prpare un plan d'action emploi formation sur 5 ans. Ce plan d'action sarticule autour de 5 axes stratgiques : lidentification des mtiers, la formation (continue ou initiale), linsertion, le recrutement et la scurisation des parcours professionnels. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 39Il me parat utile d'insister sur le fait que si l'EPR au regard de l'importance du chantier a bnfici d'une labellisation Grand Chantier, cette dernire n'est pas indispensable pour veiller la coordination des acteurs quelle que soit l'importance du projet. Par ailleurs, Une GPEC territoriale, co-anime par la CCI Cherbourg Cotentin et la MEF du Cotentin en partenariat avec AREVA, DCNS, EDF, Alstom et lAssociation Interentreprises des Sous-traitants du Cotentin (AISCO), est en cours pour assurer une articulation de lensemble des dispositifs emploi-formation prcits et les grands projets industriels. Une premire phase a permis didentifier les 4 000 comptences et emplois ncessaires pour rpondre aux besoins en main duvre. Les phases suivantes vont permettre dorganiser un plan daction dont les principaux objectifs seront : lanalyse plus fine des besoins et des comptences, lidentification du potentiel de ressources humaines disponibles sur le territoire, la sensibilisation du grand public aux opportunits professionnelles du territoire, la valorisation des filires et mtiers porteurs dans le Cotentin ainsi que llaboration et la mise en uvre dun plan de formation et dinsertion. La GPECT doit ainsi permettre de fournir des rponses adaptes tant aux demandeurs demploi quaux entreprises. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 40 INTERVIEW DE M. QUARANTA PRSIDENT DE LA COMMISSION INDUSTRIE LA CCI CHERBOURG COTENTIN - COFELY ENDEL-ACE Dimportantes perspectives dactivit sont annonces pour les annes venir dans la filire nuclaire. Quest-ce qui est mis en place au niveau local pour coordonner le tissu conomique et informer les entreprises sous-traitantes ? La CCI a une mission dinformation auprs des entreprises locales dans le but de favoriser et de faciliter laccs aux marchs pour les PME locales. Dans ce cadre, diffrentes actions ont t mises en place pour sensibiliser les entreprises du Cotentin aux opportunits conomiques du territoire et plus particulirement celles lies la filire nuclaire. En 2013, une runion dinformation sur le Grand Carnage dEDF en partenariat avec Nucleopolis a permis de prsenter cette opration et daborder les besoins en matire de travaux et de mtiers. En janvier 2014, un dossier dtaillant les grands projets industriels du Cotentin a ainsi t mis en ligne sur le site www.ecotentin.fr. Il permet de donner une vue globale et organise des perspectives dactivit et a t ralis en coordination avec les matres douvrage. Sur le dmantlement, des changes ont lieu rgulirement entre AREVA et lAisco pour mieux apprhender les contraintes et enjeux de cette opration. Une Gestion Prvisionnelle des Emplois et des Comptences (GPEC), mene avec la MEF du Cotentin, est galement en cours pour anticiper les besoins en main duvre et en comptences du territoire. La CCI CC est partie prenante de ces partenariats avec comme objectif principal une meilleure anticipation des besoins industriels pour permettre nos entreprises dtre en capacit de rpondre et daccder ces marchs. Pour rpondre aux besoins des donneurs dordre en local ou sur les marchs internationaux, quels lments peuvent permettre de favoriser les entreprises sous-traitantes ? Depuis 2005, le comit de coordination EPR Flamanville 3 a mis en place un extranet EPR pilot par la CCICC. Cet outil permet aux entreprises de suivre ltat davancement du chantier et dassurer une veille sur les marchs. Des fiches descriptives sur certains lots spcifiques offrent galement aux sous-traitants la possibilit de lancer un appel candidature. Bref, cet outil est une vraie plateforme dorganisation et de transmission de linformation entre donneurs dordre et sous-traitants. Nous rflchissons actuellement dupliquer ce modle dautres projets industriels comme le Grand Carnage dEDF. Il est noter que sur ce programme nous souhaitons agir pour faciliter laccs des entreprises locales aux activits qui vont concerner les CNPE de Paluel, Penly, et Flamanville. En effet, les oprations raliser ncessiteront des effectifs bien suprieurs aux capacits industrielles locales disponibles autour de ces trois sites. Ces grands arrts dmarrent en 2015 sur Paluel pour se finir en 2019 sur Flamanville, puis reprendre de 2021 2023 sur Penly. Les entreprises de rang 1 sous-traiteront forcment vers les PME qui peuvent ainsi avoir une visibilit de presque 10 ans sur une partie de leur plan de charge en Haute et Basse-Normandie, voire plus de dix ans si elles sont prtes nouer des partenariats avec les grandes entreprises et les accompagner sur dautres CNPE en France. Cette dmarche serait donc bnfique la fois pour EDF, pour les entreprises de rang 1 et pour les PME. Enfin, sur le march international, des rencontres entre des entreprises locales et les industriels anglais concerns par la construction de deux EPR en Angleterre ont dj eu lieu. Nous allons galement proposer prochainement une runion dinformation et de sensibilisation sur ce projet. Elle doit permettre de prsenter les opportunits de march pour les entreprises locales et de les conseiller sur les actions mettre en uvre pour pouvoir y accder. Je pense notamment aux modes de contractualisation anglais, trs diffrents de ceux que nous connaissons en France, qui ont un fort impact tant sur les qualifications techniques que financiers. Les aspects rglementaires et sret peuvent galement tre diffrents de ceux rencontrs en France. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 41Enfin, il faut aussi rappeler le salon international WNE (World Nuclear Exhibition) qui se tiendra du 13 au 16 octobre prochain Paris. Ce salon sera un outil de promotion important pour valoriser nos comptences locales et lensemble de la filire nuclaire franaise linternational. Les sous-traitants ont-ils des attentes particulires vis--vis des grands donneurs dordre ? Pour les sous-traitants, la visibilit est un lment essentiel pour anticiper et se prparer aux marchs. Les PME ont galement besoin de connatre les attentes des donneurs dordre en termes de qualifications dentreprises : quels sont les agrments et qualifications demands par les donneurs dordre, comment sont-ils dlivrs Dans ce cadre, si la dmarche est le fait des donneurs dordre, la CCI CC peut agir en relais et facilitateur. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 42MTHODOLOGIE Dmographie : Pour les donnes sur les actifs, la source donnes harmonises du recensement de lInsee a t utilise. Dans le cadre de l'exploitation historique des recensements de la population, les variables qui diffrent d'un recensement l'autre, ont t harmonises pour pouvoir tre compares. La population active concerne ici le champ des 25 54 ans plutt que celui des 15 64 ans habituellement utilis. Lanne 1962 nest pas disponible pour cette donne. tablissements inscrits au fichier consulaire : Les donnes de cette partie ( 50 ans de grands chantiers paragraphe Moteur de lactivit conomique ) proviennent du fichier consulaire de la Chambre de Commerce et dIndustrie Cherbourg Cotentin. Le nombre dinscrits aux lections consulaires par canton de 1970 2010 est ainsi pris en compte. La liste des lecteurs est calcule pour chaque catgorie (industries, commerces et services) en fonction du nombre dtablissements et de salaris ainsi que du montant de la taxe professionnelle verse. Le nombre dinscrits est donc lgrement suprieur (environ 10%) au nombre rel dtablissements. Effectifs salaris Urssaf : Le champ couvre lensemble des cotisants du secteur concurrentiel qui comprend tous les secteurs dactivit conomique sauf les administrations publiques, lducation non marchande (tablissements denseignement relevant de ltat ou des collectivits locales), la sant non marchande et lemploi par les mnages de salaris domicile. Pour pouvoir comparer les donnes sur les 5 grands secteurs (Industrie, Commerce, Autres services, Intrim et HCR) entre les diffrents zonages choisis, la classe NAF 78 a t prise en compte pour calculer les effectifs salaris du secteur de lintrim. Enqute auprs des entreprises de la filire nuclaire : Lenqute a t ralise par la CCI Cherbourg Cotentin du 18/10/2013 au 06/12/2013 sur support papier et lectronique auprs de 270 tablissements pouvant intervenir dans la filire nuclaire. Lidentification des tablissements cibls sest faite partir de plusieurs sources : tude sectorielle de la filire nuclaire en Basse-Normandie par la Sofred et la DRIRE en 2008, fichier CCICC (type dactivit exerce, proximit des installations nuclaires, participation des runions en lien avec la filire nuclaire, connaissance terrain des conseillers CCI), liste des adhrents Nucleopolis, recoupement avec les listes fournisseurs des trois grands donneurs dordre. 3 activits nuclaires considres comme impactant lconomie du territoire, ont permis de dfinir le primtre de la filire : Le nuclaire civil, soit les activits en lien avec la production dlectricit dorigine nuclaire, le recyclage et le stockage des combustibles. Tous les sous-traitants dAREVA NC, EDF et lANDRA sont ainsi intgrs la filire nuclaire, de mme que les sous-traitants de DCNS pour son activit dans le nuclaire civil. CCI CHERBOURG COTENTIN Janvier 2014 43 Le nuclaire militaire, soit pour le Cotentin les activits lies aux sous-marins nuclaires fabriqus par DCNS. Sont considrs comme acteurs de la filire nuclaire, les sous-traitants de DCNS travaillant sur lintgration et le dmantlement des chaufferies nuclaires des sous-marins. Le nuclaire sant, soit les activits en lien avec la recherche thrapeutique, la radiothrapie et lhadronthrapie et les recherches menes notamment par le GANIL. Le cur de la filire nuclaire comprend les entreprises sous-traitantes runissant les 3 conditions suivantes : Pratiquant une activit industrielle ou de service relative lingnierie, la fabrication, lexploitation et la maintenance des installations nuclaires Ayant une part de march significative dans ce secteur : sous-traitants supposs de rang 1 ou 2 Ayant un impact significatif sur lconomie du territoire en termes deffectifs salaris : au moins 10 salaris Le questionnaire est dcoup en 3 parties : Lidentit de votre entreprise : pour identifier les acteurs actuels et potentiels de la filire nuclaire Votre activit dans le nuclaire : pour valuer le poids du secteur en termes deffectifs, de chiffre daffaires et dactivit Lvolution de votre activit dans le nuclaire : pour estimer les volutions passes et futures, les perspectives dactivit dans la filire nuclaire Un autre questionnaire a t remis aux trois grands donneurs dordre (AREVA NC, DCNS et EDF) pour valuer leur activit passe (2008-2012) et future (2014-2016). Analyse ralise par Pierric Hourourigaray (CCI Cherbourg Cotentin) en collaboration avec Nucleopolis et la Maison de lEmploi et de la Formation (MEF) du Cotentin Tous nos remerciements messieurs Aubret, Cairon, Moncomble, Nestar et Quaranta pour leurs rponses notre interview, AREVA NC, EDF et DCNS pour laide apporte lidentification des sous-traitants et lensemble des entreprises ayant rpondu notre enqute. Pour toutes informations complmentaires sur cette tude, contactez Pierric Hourourigaray : 02-33-23-32-15 phourcourigaray@cherbourg-cotentin.cci.fr Sources : Insee, CCI Cherbourg Cotentin, URSSAF, enqute sur les sous-traitants de la filire nuclaire dans le Cotentin, enqute auprs des trois donneurs dordre de la filire nuclaire dans le Cotentin Publication de la Chambre de commerce et dindustrie Cherbourg Cotentin, Htel Atlantique, boulevard Flix Amiot, BP 839, 50108 Cherbourg-Octeville Cedex Directeur de la publication : Jean-Claude Camus Toutes nos tudes sont disponibles sur www.ecotentin.fr