L’art dans les ?· Le projet de L’art dans ... Nous vous invitons à découvir le long des circuits…

  • Published on
    13-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Dossier de presse 25e dition - 8 juillet > 18 septembre 2016Conception : David Yven Flora Moscovici, Caverne liquide, Exposition INTERTIDAL, commissariat MBDT Curators, galerie Eva Meyer, 2015 Marc Domage13 ARTISTES CONTEMPORAINS20 SITES PATRIMONIAUX8 juillet > 18 septembre 2016Pays de Pontivy & valle du Blavet (Centre Bretagne)02 97 51 97 21www.artchapelles.com Lartdans leschapelles25e DITIONVISUEL 2016.indd 2 08/04/16 14:07Lart dans les chapelles 25e dition 13 artistes / 20 sites patrimoniaux / 3 circuitsDu 8 juillet au 18 septembre 2016Depuis 25 ans, Lart dans les chapelles invite chaque t une vingtaine dartistes contemporains, de renomme nationale et internationale, investir des chapelles, pour la plupart des XVe et XVIe sicles, dans la rgion de Pontivy en Centre Bretagne.Cette manifestation estivale sarticule autour de la relation entre art contemporain et patrimoine, et plus particulirement le patrimoine religieux, exceptionnellement riche et dense en Centre Morbihan.Chaque artiste intervient dans une chapelle. Les uvres sont choisies ou penses spcifiquement pour les lieux et la grande majorit dentre elles fait lobjet dune production particulire et certaines sont ralises in situ dans le cadre dune rsidence.1Matthieu Pilaud, H.A.M et Laka, prsentes en 2014 et 2015 la chapelle Sainte-Noyale, Noyal-Pontivy Photo : Laurent Grivet.Contacts presse Alice Gauthier : charge de communication communication@artchapelles.comTl. 02 97 27 97 31 - www.artchapelles.comLart dans les chapelles - 6 quai du Plessis - 56300 PontivySommaireUn dialogue entre patrimoine et cration contemporaine p. 3Une manifestation ancre sur le territoire p. 525 ditions de cration : une exposition-vente p. 7Programmation artistique p. 8Direction artistique : Karim Ghaddab et ric Suchre Pierre-Olivier Arnaud - Chapelle Notre-Dame du Gohaz, Saint-Thuriau Burkard Blmlein - Chapelle La Trinit, Clgurec Claire Colin-Collin - Chapelle Saint-Tugdual, Quistinic Gabriele Di Matteo (uvre du FRAC Bretagne) - Chapelle Saint-Adrien, Saint-Barthlmy Natalia Jaime Cortez - Chapelle Sainte-Trphine, Pontivy Jean Laube - Chapelle Notre-Dame du Moustoir, Malgunac Anne Le Troter - Chapelle Saint-Meldoc, Locmeltro, Guern Manuela Marques - Chapelle Notre-Dame des Fleurs, Moustoir Remungol Catherine Melin - Chapelle Notre-Dame du Guelhouit, MelrandFlora Moscovici - Chapelle de la Trinit, BieuzyAlain Sicard - Chapelle Saint-Jean, Le SournMarylne Negro - Chapelle Sainte-Noyale, Noyal-PontivyDaniel Pontoreau - Chapelle Saint-Drdeno, Saint-Grand Informations pratiques p. 15Prsentation de lassociation p. 17Un dialogue entre patrimoine et cration contemporaine3Laurette Atrux-Tallau, Chapelle Saint-Nicolas, Plumliau 2013 S.CuissetLe projet de Lart dans les chapelles sarticule autour de la relation entre art contemporain et patrimoine, et plus particulirement le patrimoine religieux, exceptionnellement riche et dense en Centre Bretagne. En concevant une uvre spcifique pour la chapelle, chaque artiste entretient un dialogue intime avec ldifice, son architecture, son ornementation, son histoire, sa vocation premire. lheure o de nombreuses uvres sont spcifiquement conues pour lespace musal, la rencontre de lart contemporain avec les chapelles pose des questions qui ne peuvent tre exprimentes quici : que produit, en termes smantiques et formels, un saut visuel de cinq sicles ? Comment un artiste peut-il sinsrer dans un difice qui, fondamentalement, na pas besoin de lui ? Des changes de regards sont-ils possibles entre les fidles qui ont un usage religieux de la chapelle et les visiteurs qui vont y voir dabord un lieu dexposition ? Dans quelle mesure luvre est-elle influence, ou non, par cet espace singulier, ces matriaux, ces images, ces histoires ? Dune anne lautre, comment deux artistes qui interviennent successivement dans une mme chapelle vont-ils forger des visions parfois radicalement diffrentes de ce lieu ? Karim Ghaddab, directeur artistique Exprimentation, confrontation, dialogueNous privilgions la cration phmre pour faire vivre chaque anne une uvre en un lieu offrant dautres regards, dautres rencontres, dautres lectures 4En amont de la manifestation : Linstallation des uvres, un temps de rencontre privilgiLes montages des uvres in situ sont un moment privilgi dchanges et de mdiation au travers des rencontres entre les artistes et les voisins de la chapelle ou encore les coliers de la commune. Chaque lieu est inaugur individuellement dans le courant des mois davril et mai. Ces pr-vernissages , en amont du vernissage commun en juillet, favorisent la rencontre et lchange entre les artistes et les habitants du territoire, premiers visiteurs des chapelles. Retrouvez le programme des pr-vernissages sur notre site internet, www.artchapelles.com.Inauguration de linstallation de Jean Franois Maurige, chapelle Saint-Jean, Le Sourn, 2015 adcUne manifestation vecteur de dveloppement local lorigine de cette manifestation,une commune de 700 habitants Cette alchimie, car il ne sagit de rien dautre, sest opre jour aprs jour depuis que les lus de la commune rurale de Bieuzy, emmens par leur maire, mon regrett prdcesseur Roland Le Merlus, lancrent le projet. Un petit noyau, au sein duquel une conseillre munici-pale et son mari, interpell par le souci dentretenir le patrimoine religieux qui, depuis la loi de 1905 est la proprit de la commune avec la charge totale de sauvegarde et dentretien se rsolut aider la population locale se rapproprier son hritage pour en puiser toutes les richesses. Les objectifs fondamentaux, annoncs ds lorigine, sont le dialogue entre la cration contemporaine et le patrimoine religieux, la mdiation des arts plastiques et celle du patrimoine. Bernard Delhaye, Prsident honoraireLart dans les chapelles a mis en place un projet culturel mobilisant au fil des annes, dix-sept communes et deux communauts de communes, qui restent ce jour les premiers contributeurs financiers de la manifestation. Par son projet novateur et fdrateur, Lart dans les chapelles a t en mesure de gnrer des financements croiss de ltat, des collectivits territoriales et de partenaires privs, pour mener bien un projet artistique et culturel qui participe au dveloppement local. Avec prs de 100 000 entres enregistres chaque anne depuis 2008, Lart dans les chapelles est aujourdhui reconnu comme lun des vnements majeurs de la rgion Bretagne sur un plan artistique, mdiatique et touristique. Cette manifestation joue un rle important dans la sensibilisation du plus grand nombre au patrimoine et lart contemporain travers des actions de mdiation en direction notamment des habitants du territoire.5Chapelle Saint-Gildas, Bieuzy adcLa chapelle, un lieu partagProprits des communes depuis la loi de 1905, les chapelles sont trs nombreuses en Bretagne. On dit mme que cest la plus importante concentration de patrimoine religieuxau monde !Le dpartement du Morbihan ne compte pas moins de 1 000 difices religieux. Certaines communes plus dune dizaine Ces chapelles sont encore quasiment toutes affectes au culte, mme sil ny a plus quune messe par an, loccasion du Pardon en lhonneur du saint patron de la chapelle. Ce sont gnralement des associations (appeles comits de chapelle) qui soccupent de leur entretien et de leur animation. Des ftes sont organises loccasion des clbrations religieuses, afin de rcolter les fonds ncessaires aux travaux dentretien et de restauration. En effet, indpendamment de toute conviction ou pratique religieuse, les chapelles restent le cur identitaire des quartiers ruraux qui constituent les communes. La manifestation elle-mme est ne de la volont dune mairie communiste anime par une quipe dinstituteurs lacs. Cest ce que lon appelle, juste titre, le paradoxe breton6Chapelle ND des Fleurs, Moustoir-Remungol adcLes circuits de Lart dans les chapelles vous invitent visiter galement des chapelles ou glises paroissiales remarquables, pour la plupart classes au titre des monuments historiques. Nous vous invitons dcouvir le long des circuits les chapelles Notre-Dame de Quelven Guern, Notre-Dame de Carms Neulliac, Saint-Nicodme Plumliau, Notre-Dame de la Houssaye Pontivy, Sainte-Suzanne Mr-de-Bretagne et les glises paroissiales de Bieuzy et lglise Saint-Mriadec Stival, Pontivy. 7Du 1er au 4 juin 2016 la galerie Jean Fournier, ParisPuis du 8 juillet au 18 septembre aux Bains-douches, PontivyA loccasion de sa 25e dition, Lart dans les chapelles et la galerie Jean Fournier (Paris) sassocient pour prsenter une exposition retraant 25 annes de cration contemporaine.Depuis 1992, prs de 400 artistes se sont confronts aux chapelles bretonnes, ouvertes dans le cadre de cette manifestation estivale. Pour loccasion, plus de 100 artistes prsenterons des oeuvres originales, mises en vente au profit de lassociation Lart dans les chapelles.La galerie Jean Fournier a t fonde en 1954 par Jean Fournier (1922 - 2006). Depuis les premiers engagements de Jean Fournier, les choix de la galerie sont principalement orients vers labstraction et les pratiques picturales des annes cinquante nos jours. Ces dialogues fconds et intergnrationnels fondent aujourdhui lidentit de la galerie et la dynamisent.Sous la prsidence de Monsieur Jean-Marie Bonnet, une quipe de trois personnes anime la galerie sous la direction dEmilie Ovaere-Corthay, ancienne conservatrice adjointe du Muse Matisse du Cateau-Cambrsis jusquen 2010. Elle a galement t en charge du commissariat de Lart dans les chapelles de 2010 2013. Retrouvez plus dinformations sur www.galerie-jeanfournier.comDu 1er au 4 juin 2016 - ParisVernissage de lexposition la galerie le jeudi 2 juin de 18h 20h30Galerie ouverte de 10h 12h30 et de 14h 19hGalerie Jean Fournier - 01 42 97 44 0022 rue du Bac - 75007 ParisDu 8 juillet au 18 septembre 2016 - PontivyDe 14h 19h tous les jours, sauf le mardi (ouvert uniquement samedi et dimanche en septembre)Les Bains-douches - 02 97 27 97 3113, quai Presbourg - 56300 PontivyAchat des uvres pendant toute la dure de lexposition. Exposition-vente 25 ditions de crationInformation pratiques Direction artistique : Karim Ghaddab et ric SuchreUn partenariat avec le Frac BretagneDepuis 2012, Lart dans les chapelles conduit un partenariat avec le Fonds rgional dart contemporain de Bretagne. Une uvre est choisie par les directeurs artistique dans les collections du Frac, en collaboration avec Catherine Elkar, directrice du Frac Bretagne.Pour cette dition, ce sont trois oeuvres de Gabriele Di Matteo : Grand Slnite, Petits Slnites et Lastronaute qui seront prsents dans la chapelle Saint-Adrien (Saint-Barthelemy).Karim Ghaddab est critique dart, membre de lAICA (Association internationale des critiques dart). Il enseigne lhistoire et la thorie des arts lcole suprieure dart et design de Saint-tienne. Il collabore diverses revues spcialises et crit de nombreuses prfaces de catalogues.ric Suchre enseigne lhistoire et la thorie des arts lcole suprieure dart et design de Saint-tienne, est membre de lAICA (Association internationale des critiques dart). Il codirige avec Camille Saint-Jacques la collection Beauts . Il a publi de nombreux livres sur lart.13 artistes invits en 2016 8Pierre-Olivier Arnaud, Burkard Blmlein, Claire Colin-Collin, Gabriele Di Matteo*, Natalia Jaime Cortez, Jean Laube, Anne Le Troter, Manuela Marques, Catherine Melin, Flora Moscovici, Marylne Negro, Daniel Pontoreau, Alain Sicard*uvre de la collection du FRAC-BretagneLastronaute, 2003 photo : Antonio Maniscalco9Dgrads III, 2014, impression numrique sur fanions de papier, 3000cm, dimensions variables, courtesy de lartisteet art:concept, Paris - vue dexposition abstract, art : concept, Paris, 2015Pierre Olivier ArnaudChapelle Notre-Dame du Gohaz, Saint-ThuriauPierre-Olivier Arnaud poursuit une recherche qui sinscrit dans un monde et des modes de travail post-photographiques, dans lesquels les images sont sans cesse rinvesties et interroges selon des modes varis, les diffrents corpus quil constitue se matrialisant sous des formes allant de ldition la ralisation de livres comme densembles constituant une exposition, un sol, des guirlandes, des affiches.Depuis 1998 il a ralis et particip de nombreuses expositions monographiques comme collectives, dont rcemment : abstract la galerie art:concept Paris, Rideaux/blinds lInstitut dart contemporain de Villeurbanne, The Averty Show au Confort moderne, Poitiers, One More Time au Mamco, Genve. Pierre-Olivier ArnaudTable en bois, verre, 2012 ADAGP, Paris 2016Burkard BlmleinChapelle de la Trinit, ClgurecConversationsFaire merger des images laide de simples objets, dans la pense, limagination du spectateur.Les Conversations sont des mises en espace de divers objets htroclites, autant des objets sculpturaux cres ou travaills par lartiste que de simples objets trouvs ou achets, ou encore des objets provenant des collections de muses historiques. Il ne sagit pas, comme pour les ready-made dlever un objet au statut dart mais, au contraire, de ramener le potentiel de lart parmi tous ces objets qui nous entourent. Ces Conversations sont, bien entendu muettes, visuelles, plastiques. Elles se constituent par analogies formelles et matrielles qui tournent autour de sujets tels que : le sens des activits inutiles, le regard focalis, le temps qui scoule et qui tourne, les traces (tmoins dhistoire et dhistoires), lquilibre dune double prsence...Burkard BlmleinN en 1960 Wrzburg en AllemagneVit et travail Paris et Munichwww.bbluemlein.deReprsent par la galerie Bernard Jordan, Pariset la galerie Hafemann, Wiesbaden, AllemagneN en 1972 Lyon, vit et travaille LyonIl est reprsent par la galerie Art : Concept, ParisClaire Colin-CollinChapelle Saint-Tugdual, QuisitinicJe fais et refais la mme peinture depuis longtemps. La mme, diffrente. Cest une pratique dont lobjet se drobe. Une peinture abstraite trs concrte. Confrontation la surface. Quest-ce que je veux en face de moi ? Je suis sans cesse mobilise par la capacit de la peinture faire disparatre autant quapparatre. Jusquaux spectres.Je pars dun fond. Un espace de couleur, dont je ne sais la profondeur, lpaisseur, ou la vacuit. Je rpte des actes envers cette surface : ouvrir ou obturer, remplir, vider, percer, entamer, parcourir. Je barre. La rature dessine. Ce qui se perd donne lieu ce qui reste. Lempilement des couches, les recouvrements, les retraits, luttent avec la disparition. Obturation, masquage, dvoilement, sdiment, oblitration, stratification, rsurgence, effacement.La peinture refuse de ne pas durer. Elle lutte contre la destruction. La disparition de tout. La disparition de nos corps, de nos objets, de notre histoire. Ce fait invraisemblable de retourner la poussire.Claire Colin CollinSans titre, Peinture acrylique sur toile, 165 x 150 cm, 2014Ne en 1973, vit au Pr-Saint-Gervais et travaille Bobignyclairecolin-collin.ultra-book.com Reprsente par la galerie Ba-Ba, Marseille10Quinze partitions, encre et pigment sur papier pli. 2015 Prsents alternativement dplis (138x137) au mur ou plis (38x38) sur table. Vue de lexposition Pans la Galerie Vincenz Sala. ADAGP, Paris 2016Natalia Jaime CortezChapelle Sainte-Trphine, PontivyLes gestes que Natalia Jaime-Cortez dveloppe depuis maintenant plusieurs annes apparaissent comme une longue conversation exploratoire entre elle et les matriaux du monde. Des matriaux trs simples, presque atemporels du point de vue de lhumanit : le charbon, lencre, leau, le corps son corps, le temps. Passant allgrement de la performance physique au dessin, et du dessin de nouveau au geste, lartiste semble prolonger un seul et mme mouvement qui serait celui de la danse. Positionnement du corps dans lespace, dploiement du geste, mesurer les creux entre soi et loutre-soi ; il en va de mme avec le dessin : poser les repres, garder mmoire des dambulations physiques et mentales, mettre en rapport. Danse et dessin sinventent ainsi ensemble dans le parcours de cette jeune artiste. Ils sinventent comme en miroir, se refltant lun lautre, reprenant les traits et les figures mis lpreuve de lespace, mais faisant aussi glisser parfois les symtries. Emeline Eudes Extrait de Gographie du plis dans la revue Facettes 0- 2014Ne en 1983, vit et travaille Parisnataliajaimecortez.wordpress.comElle pense quil pense quelle pense, installation sonore, dtail, 26 mins, 2014, Espace Quark, Crdit Photo Annik Wetter11Anne Le TroterSaint-Meldoc, Locmetro, GuernNe en 1985 Saint-Etienne, vit et travaille Parisanneletroter.tumblr.comTraitant le langage comme une matire mallable, les travaux dAnne le Troter sont empreints dune certaine trivialit, lie lutilisation de formes orales, ou des formes sans forme du langage utilitaire. Sinspirant de situations de la vie quotidienne, elle transforme en texte ses observations sur le monde qui lentoure et questionne les fonctionnements du langage dans ce processus. Utilisant la mise en langage comme instrument de connaissance, elle tente de dcrire et partant, dexpliquer ce quelle observe du monde tentative sans doute illusoire et sans fin, qui fait cho cet extrait de Nathalie Quintane, auteure chre lartiste : Tout a pour dire que ce nest pas parce que tu cris que tu en sois moins embrouill. a dplace lembrouille, et voil. 1 Isaline Vuille, Anne le Troter - rollercoaster screams ou a sen va et a revient, Kunstbulletin, juillet-aot 2014 1Extrait de Crne chaud, Nathalie Quintane, 2012, POL, Paris Calade N 16, 2012, gouache sur carton, 38 x 24 x 2 cm. Collection Fonds Communal, MarseilleJean LaubeChapelle Notre-Dame du Moustoir, MalgunacPeintre, jai commenc par des sculptures o la couleur dcidait. Cest toujours le cas : la couleur motive et suspend. Les autres termes, dcoupe, plan ou profondeur lui donnent forme. Cela a pris sur la dure des formes et des adresses trs diverses : assemblages, reliefs, thtres doptique, tableaux, dcoupes de carton peint. Trames, ornements, architectures, formes en croissance, dpts gologiques, ce pourrait tre une liste de choses vues, faites ou faire. Pour les dcoupages daujourdhui un premier tat de peinture est pos en allers retours, recto et verso. Dcoups, les morceaux de chaque face, couleur seule, gestes ou motifs, sont spars pour tre rassembls. Dans ce jeu de coupures et de rencontres les objets trouvent une densit et quelquefois, se crent des vocations imprvues. Jean LaubeN en 1959, vit et travaille MarseilleReprsent par la galerie Ba-Ba, Marseille12Manuela Marques, mains 4, 2014,71,5 x 97cm, ADAGPcourtesy Galerie Anne Barrault ADAGP, Paris 2016Manuel MarquesChapelle Notre-Dame des Fleurs, Evellys (Moustoir-Remungol)Photographe et vidaste, Manuela Marques a dabord tudi la littrature qui a nourri son langage photographique. la manire du linguiste, elle dconstruit et reconstruit une ralit qui chapperait selon elle, continuellement notre regard. Apprhender linfime fragment de cette ralit, la trace du temps qui transforme la matire, nous ramne au plus prs de la matrialit des choses.Manuela Marques nous propose une exprience visuelle qui fait appel notre imaginaire et notre subjectivit. Elle re-contextualise et reconstruit partir dlments visuels de nature parfois diffrente, un nouveau parcours du regard par la confrontation, la succession et la mise en rseaux d images et de vidos dans un rapport polyphonique.Ne en 1959 au Portugal, vit et travaille Paris Reprsente par la galerie Anne Barrault, Pariset par la galerie Caroline Pages, LisbonneVue dinstallation Galerie Isabelle Gounod Paris. 2015Catherine MelinChapelle Notre-Dame du Guelhouit, MelrandLe travail de Catherine Melin prend appui sur le rel et une de ses formes les plus concrtes : la circulation des corps dans lespace public. Lartiste se nourrit de cette ralit, banale, commune mais galement inattendue, quelle observe et arpente, pour laborer des dispositifs. Ils placent le spectateur au sein dun systme de reprsentation graphique mobile, permable et dynamique. Quil soit bidimensionnel ou tridimensionnel, le dessin investit lespace, le parcourt et le transforme. Il est la fois le sujet et lobjet de la cration, dterminant, via le mur, lcran, le sol ou la feuille de papier, une relation particulire et multiple. Les distances se tlescopent, les angles de vues se percutent, les chelles et dimensions se superposent. Sans tre quivoque, ce qui est donn voir traduit la complexit du monde qui nous entoure la fois dans sa perception et dans son expression mais galement la facult des corps lapprhender et loccuper.Barbara ForestNe en 1968, vit et travaille MarseilleReprsente par la galerie Isabelle Gounod, Paris13Noyale, 2016Marylne Negro Chapelle Sainte-Noyal, Noyal-PontivyLes films de Marylne Negro ne sont jamais des remakes. Ils vont l o le cinma ne peut pas. L o le cinma sest puis aller et o il ne saventure plus. Leur regard vers lintrieur les poussent sattaquer eux-mmes, triturer leur matire grce linformatique, pousser la draison au plus loin, lmotion incandescence, et la lenteur au-del du possible. Presque tous ont en commun davoir t raliss partir dimages photographiques. Cest en montant ses films devant son ordinateur quelle les met en scne, quelle les ralise. Des films faits le plus souvent dimages fixes, parfois dune seule image qui se modifie de manire imperceptible mais suffisamment pour quun changement se manifeste et tmoigne que du temps a pass, que limage est devenue. Ce sont des espaces ouverts notre devenir, des espaces o nous pouvons nous-mmes nous introduire et prendre place. On est face limage comme on est face soi-mme. Ce que lon y voit dpend du temps que lon se donne. Extraits de textes de Rodolphe Olcse et Matthieu Orlan.Ne en 1957www.marylene-negro.netLe Bois Dormant, Peinture murale acrylique ralise au pistolet, 777-6, Chteau Kerpaul, Loctudy, 2012Flora Moscovici Chapelle de la Trinit, BieuzyLobservation des espaces que je traverse et lattention certains dtails, qui me procurent des motions ou stimulent mon imagination, constituent les prmices de ma recherche artistique. La manire dont la lumire sintroduit dans un espace, les particularits de larchitecture, les traces de lhistoire du lieu et bien sr les couleurs, sont autant de points que je tente de dvoiler tout en cherchant crer des espaces autres, en dveloppant des uvres picturales ctoyant la peinture en btiment et sinspirant des endroits en chantier, dans un entre -deux o la limite est mince entre la beaut et le presque rien un peu sale et pas trs bien peint. Il sagit dune pratique de peintre au sens large, cest - -dire en pensant la peinture sous ses multiples dfinitions et en utilisant les possibilits extrmement varies de ce mdium, y compris dans ses marges. L o il y a de la peinture, cest pour moi de la peinture, quelle soit prsente dans un but utilitaire, artistique ou autre. Et parfois, l o il ny a pas de peinture, cest aussi de la peinture travers la mise en uvre de la couleur par dautres matriaux. Flora MoscoviciNe en 1985, vit Pantin et travaille Pariswww.floramoscovici.com143.100.70.70.15.KL - Huile sur Klckner - 100x70cm - 2015Alain SicardChapelle Saint-Jean, Le SournN 1963, vit et travaille Pariswww.alainsicard.fr Reprsent par la galerie Bernard Jordan, ParisTerre refractaire, porcelaine, ADAGP, Paris 2016 Daniel Pontoreau Chapelle Saint-Drdeno, Saint-GrandPONTOREAU arpenteur de limaginaire. Il ny a pas chez Daniel Pontoreau dobjets dart tels que la sculpture les a longtemps privilgis, sy bornant. Art, artiste, les mots conviennent mal cette oeuvre forte et singulire. Comment dsigner lauteur ? Cramiste ? cest la limiter son matriau primitif. Architecte ? pas de btiment o sabriter sur les tendues quil dfinit et jalonne. Pote des lieux intrieurs ? (Ce fut un de ses titres), mais en pensant au sens premier du mot pote, celui qui fait, qui fait exister ce quil imagine sans en avoir lide. Sur quels territoires ? On revient la terre. La terre manie et la terre parcourue par cet insatiable voyageur suivre dans son inventaire jamais inachev, de lieux inconnus. Au dsir rpond lacte, qui ouvre lespace o son objet prend forme. Cette forme doit tout lcart des choses entre elles et leur rencontre (figure, dimensions, consistance, matire) Il crit aussi : Comme Henri Michaux, je voudrais pouvoir dessiner les effluves qui circulent entre les personnes. Je mintresse aux concepts, aux signes, qui peuvent tre perus par les hommes de toutes les cultures. Il y a un langage des formes qui parle tous. On ne saurait mieux dire que ne dit cet arpenteur de limaginaire. Georges Raillard - janvier 2014N en 1947 Parisdaniel.pontoreau.free.frAlain Sicard sest construit essentiellement dans les muses et les livres dart. Son travail est profondment marqu par ces frquentations rgulires. En puisant largement dans les reproductions de catalogues, les cartes postales, les revues dart, il sapproprie liconographie musographique, qui devient matire premire de sa peinture ; il croise par ce biais de multiples styles et coles, quil rinvestit et pervertit tour tour.Il questionne le rapport qui lie loriginal sa reproduction, investit limagerie de lhistoire de lart qui hante nos mmoires collectives et individuelles, avec les dformations, les interactions, les confusions qui en rsultent. Jaime quand le malaise sinsinue dans mon travail, la sensation de malaise la vue de mes peintures, lide que lon hsite entre leur acceptation ou leur rejet, le trouble qui nat de la confusion avec leurs rfrents. Claire Dumay, citation de Alain Sicard15Accol la chapelle Saint-Nicodme, le Point Accueil de la manifestation est au coeur des trois circuits que peuvent emprunter les visiteurs. On y trouve toutes les informations utiles llaboration de sa visite, notamment le catalogue et le Petit journal (guide de visite avec la carte des circuits, des informations sur les chapelles et les oeuvres), mais galement, de nombreux documents sur les artistes, des cartes postales, des ditions dart et un espace librairie.Accueil et dpart des circuitsInauguration de luvre de Ismal Bahri, chapelle de la Trinit, Clgurec, 2015 adcInformations pratiquesDu 8 juillet au 18 septembre 2016Juillet et aot : 14h-19h tous les jours, Sauf le mardi (Ouvert les 14 juillet et 15 aot)Septembre : 14h-19h les samedis et dimanches jusquau 18 septembreUn guide accueille les visiteurs sur chaque site de la manifestation pour vous prsenter loeuvre et la chapelle.Pour complter votre visite, vous pouvez vous procurer le Petit journal- guide de visite - au tarif de 5 euros. Il rassemble la carte des circuits, les informations sur les chapelles et les oeuvres, une rubrique o dormir, o manger et un livret jeu pour les enfants de 7 77 ans !En vente dans les chapelles, par correspondance et dans les offices de tourisme partenaires.Les rendez-vous en juillet et aotVisites accompagnes chaque jeudi pour ceux et celles qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la manifestation, un mdiateur accompagne les visiteurs la dcouverte de lun des trois circuits (sur une demi-journe) ou de deux circuits (sur une journe).Tarif : 8 la journe, 5 la demi-journe, gratuit pour les moins de 12 ans.Sur inscription au 02 97 51 97 21Ateliers nomades chaque mardi aprs-midi Lart dans les chapelles invite petits et grands exprimenter une pratique artistique autour de luvre dun artiste de la programmation dans une chapelle des circuits. Ouvert tousTarif : 6 pour les adultes, 2 pour les enfants (ds 4 ans), le matriel est fourni.Sur inscription au 02 97 51 97 2116Entre libre et gratuiteArtchapelles : une application smartphone ddie votre visiteLart dans les chapelles propose une application gratuite qui permet de se situer en temps rel sur une carte qui rpertorie lensemble des chapelles visiter. Chaque lieu et chaque uvre sont prsents, associ un commentaire audio de lartiste. Cette application est conue pour interagir avec le GPS de votre smartphone et vous guider directement jusquaux sites de votre choix ou jusquaux points dintrt aux alentours, comme des muses ou des lieux de restauration et dhbergement. Un atout pour prendre les chemins de traverse et composer votre propre circuit de visite !Une association de communesPrsident : Jean-Pierre Martin, dlgu de la commune de GuernVice-prsidents : Alain LAigle, dlgu de Bieuzy (commune fondatrice) ; Yolande Kervarrec, reprsentante de Baud Communaut ; Laurence Kersuzan, reprsentante de Pontivy Communaut ; Manfred Thiel, prsident des Amis de Lart dans les chapellesBieuzy (commune fondatrice), Clgurec, Gunin, Guern, Le Sourn, Malgunac, Melrand, Evellys, Neulliac, Noyal-Pontivy, Plumliau, Pontivy, Quistinic, Saint-Barthlmy, Saint-Grand, Saint-Thuriau et Saint-Aignan ; Baud Communaut et Pontivy Communaut.Secrtaire gnral : Jean-Marc Le Saux, dlgu de MelrandTrsorire : Christine Teffo, dlgue de ClgurecTrsorire adjointe : Magalie Gautier, dlgue de Saint-GrandMembres du bureau : Anne Goalabr, dlgue de Malgunac, Jean-Yves Biteau, Annette Binkert et Marie-Pierre Thibault dlgus des Amis de Lart dans les chapelles.Le bureau de lassociationDirecteurs artistiques : Karim Ghaddab et ric SuchreDirectrice : Priscille Magon Secrtaire-comptable : Denise CordierLquipeRgisseur : Herv Orhant Charge de communication : Alice GauthierMdiatrice : Marie-toile d'Hendecourt17Vincent Ganivet, Epreuve, Chapelle Saint-Drdeno, Saint-Grand, 2012 Stphane CuissetAvec le soutien du Conseil gnral du Morbihan, du Conseil rgional de Bretagne et du Ministre de la Culture Direction rgionale des affaires culturelles de Bretagne, de Baud Communaut et Pontivy Communaut ; des entreprises Goters Magiques, Yves Rocher, Clotre Imprimeur, lEspace Culturel E.Leclerc de Pontivy, Linpac packaginget du magazine Tlrama.Lart dans les chapelles est une association loi 1901 reconnue dintrt gnral. Membre du rseau ACB - Art contemporain en Bretagne.Partenaire de la marque Bretagne.Les partenairesHistorique de la manifestationLassociation des Amis de Lart dans les chapelles mobilise de nombreux bnvoles pour la prparation des chapelles, laccueil des artistes, lorganisation des vernissages et la mise en place dactions spcifiques. Ils sont autant de relais de communication et contribuent largement la reconnaissance de Lart dans les chapelles.Un relais essentiel :les Amis de Lart dans les chapelles Tout au long de lanne, lassociation dveloppe lintention de ses membres, une action dinformation sur les initiatives autour de la cration contemporaine en Bretagne.Prsident : Manfred Thiel Cotisations : Membre adhrent 12 Membre bienfaiteur partir de 20 18Le logo de Lart dans les chapelles est un dessin de Rodolphe Le Corre.1992 : Cration de Lart dans les chapelles par Roland Le Merlus, maire de Bieuzy (704 habitants)1996 : 11 communes associes Olivier Delavallade est nomm directeur de Lart dans les chapelles. 2005 : Laugmentation de la frquentation du festival entrane le renforcement de la mdiation et laccueil dartistes en rsidence qui sont dsormais les deux axes prioritaires du dveloppement de lassociation2010 : Lart dans les chapelles fdre 19 communes et 2 communauts de communes et renforce sa communication 2011 : 20e dition. Pour sa dernire anne en tant que directeur artistique, Olivier Delavallade sassocie milie Ovre-Corthay et Karim Ghaddab2014 : Karim Ghaddab poursuit seul la direction artistique2016 : 25e dition, Karim Ghaddab sassocie au critique dart Eric Suchre pour assurer la direction artistiqueLart dans les chapelles25e ditionDu 8 juillet au 18 septembre 2016Suivez-nous !Twitter : @artchapelles Facebook : facebook.com/artchapelles et sur www.artchapelles.comContacts presse Alice Gauthier : charge de communication communication@artchapelles.comTl. 02 97 27 97 31 - www.artchapelles.comLart dans les chapelles - 6 quai du Plessis - 56300 PontivyVisuels haute dfinition et dossier de presse en tlchargement sur www.artchapelles.com/espace presseidentifiant : adc mot de passe : visuelsProgrammation 2016 Direction artistique : Karim Ghaddab et ric SuchrePierre-Olivier Arnaud / Burkard Blmlein / Claire Colin-Collin / Gabriele Di Matteo* / Natalia Jaime Cortez / Jean Laube / Anne Le Troter / Manuela Marques / Catherine Melin / Flora Moscovici / Marylne Negro / Daniel Pontoreau / Alain Sicard* uvre de la collection du Frac BretagneDepuis 1992, 343 artistes ont particip Lart dans les chapellesParmis eux : Maike Freess (1996), Jean Bazaine (1997), Christian Boltanski (1997), Jean-Pierre Pincemin (1998), Genevive Asse (1999), Grard Titus-Carmel (2000), Franois Dilasser (2001), Claude Viallat (2002), Pierre Buraglio (2003), Mader Fortun (2004), Damien Cabanes (2005), Bernard Moninot (2006), Christian Jaccard (2007), David Tremlett (2008), Vladimir Skoda (2009), Peter Briggs (2010), Christophe Cuzin, Michel Goury, Claire Jeanne Jzquel et Philippe Mayaux (2011), Krijn de Koning et Rene Lvi (2012), Nathalie Elemento, mounir fatmi et Socit Raliste (2013), Denis Laget (2014), Ismal Bahri, Hicham Berrada et Elmar Trenkwalder (2015)

Recommended

View more >