Le Jeu de La Vie Et Comment Le Jouer de Florence Scovel Shinn

  • Published on
    11-Aug-2015

  • View
    71

  • Download
    5

Transcript

Puisse ce livre vous apportez du bonheur comme il men a apport et men apporte encore et encore !

Je lai numris gratuitement pour votre bonheur ! Si vous laimez davantage, procurezvous la version papier pour le bonheur de lditeur !

Anonyme

LE JEU DE LA VIEET

COMMENT LE JOUER

Du mme auteur : VOTRE PAROLE EST UNE BAGUETTE MAGIQUE LA PORTE SECRTE MENANT LA RUSSITE

Traduit de l'Anglais Copyright 1941 par Gerald J. Rickard Tous droits rservsI S B N 2-900219-08-9

FLORENCE SCOVEL SHINN

LE JEU DE LA VIEET

COMMENT LE JOUERTraduit de l'anglais par

Dr MARY STERLING

D I T I O N S ASTRA 10. RUE ROCHAMBEAU, 10===== PARI S-9'

La traductrice de cet ouvrage, Dr Mary STERLING, docteur en Ontologie et Psychologie, est la Fondatrice Leader du Centre UNITE UNIVERSELLE, 22 rue de Douai - 75009 Paris. Tl. 01.48.74.70.89. UNITE UNIVERSELLE publie chaque mois une revue. Vous serez les bienvenus la salle de lecture du Centre, du lundi au samedi inclus, de 14 h 30 17 h 30.

CHAPITRE I

LE JEUplupart vie Lcomme une des gens orconsidrent lapoint bataille, la vie n'estA

une bataille mais un jeu. C'est un jeu, cependant, o l'on ne peut gagner si l'on ne possde pas la connaissance de la loi spirituelle. L'Ancien et le Nouveau Testament donnent avec une merveilleuse clart les rgles du jeu. Jsus-Christ a enseign que ce jeu s'appelle Donner et Recevoir. Tout ce qu'un homme sme il le rcoltera, ce qui signifie que ce qu'un homme donne par la parole ou par l'action lui sera rendu ; ce qu'il donne, il le recevra. S'il sme la haine, il recevra la haine ; s'il aime, il sera aim en retour ; s'il critique, il ne sera pas pargn son tour ; s'il ment, on lui mentira ; et s'il triche, il sera vol. On nous apprend

aussi que l'imagination joue un rle primordial dans le jeu de la vie. Garde ton cur (ou ton imagination) plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie (Prov. : 4 : 23). Ce qui signifie que ce que l'homme imagine s'extriorise, tt ou tard, dans ses affaires. Je connais un monsieur qui redoutait une certaine maladie. C'tait une maladie trs rare et difficilement contagieuse, mais il se la reprsentait sans cesse et lisait des articles ce sujet, si bien qu'un jour elle se manifesta dans son corps, et il mourut victime de son imagination drgle. Nous voyons donc que, pour jouer avec succs au Jeu de la vie, il nous faut bien diriger notre imagination. Celui dont l'imagination a t entrane ne se reprsenter que le bien, attire dans sa vie tous les dsirs justes de son cur la sant, la richesse, l'amour, les amis, la parfaite expression de soi et la ralisation du plus haut idal. L'imagination a t appele Les ciseaux de l'esprit , et, en fait, elle dcoupe, dcoupe sans cesse, jour aprs jour les images que l'homme y forme et, tt ou tard, il rencontre sur le plan extrieur ses propres crations. Pour former convenablement son imagination,

l'homme doit connatre la nature des oprations de son esprit ; les Grecs disaient : Connais-toi toi-mme. L'esprit comprend trois plans : le subconscient, le conscient et le superconscient. Le subconscient n'est que puissance sans direction. Il est semblable la vapeur ou l'lectricit et accomplit ce qu'on lui commande ; il n'a point de pouvoir intrinsque. Tout ce que l'homme ressent profondment ou imagine clairement est imprim sur le subconscient et se manifeste dans le moindre dtail. Par exemple, une dame de ma connaissance jouait toujours, tant enfant, faire semblant d'tre veuve . Elle s'habillait de noir, avec un long voile et son entourage la trouvait trs drle et amusante. Devenue grande, elle pousa un homme qu'elle aimait profondment. Peu de temps aprs il mourut et elle porta un long voile de deuil pendant bien des annes. Son subconscient, impressionn par l'image qu'elle avait forme, en temps voulu, l'extriorisa sans gard pour sa douleur. Le conscient a t appel esprit mortel ou charnel. C'est l'esprit humain qui voit la vie telle qu'elle apparat. Il voit la mort, les dsas-

trs, la maladie, la pauvret, et les limitations de toutes sortes, et il imprime tout cela sur le subconscient. Le superconscient est l'Esprit Dieu qui est en chaque homme, c'est le plan des ides parfaites. C'est l que se trouve le modle parfait dont parlait Platon, le Plan Divin ; car il y a un plan divin pour chacun. Il existe une place que vous devez occuper et que personne d'autre ne peut occuper, vous avez une tche faire que personne d'autre ne peut accomplir. Il existe de ceci une image parfaite dans le superconscient. Cette image se projette parfois comme un clair dans le conscient et semble un idal hors d'atteinte, quelque chose de trop beau pour tre vrai. En ralit, c'est la destine vritable (la destination) de l'homme, projete par l'Intelligence Infinie qui est en lui-mme. Beaucoup, cependant, sont dans l'ignorance de leur vritable destine et s'efforcent vers des choses, des situations qui ne leur appartiennent pas et qui ne leur apporteraient qu'chec et mcontentement s'ils arrivaient les possder. Une jeune femme, par exemple, vint me

voir pour me demander de prononcer la parole (1) afin d'pouser un homme dont elle tait trs prise. (Elle le nomma A. B.). Je lui dis que ce serait une violation de la loi spirituelle, mais que je prononcerai la parole pour l'homme qui tait celui du choix divin, l'homme qui lui appartenait par droit divin. Et j'ajoutai : Si A. B. est cet homme-l, vous ne pouvez pas le perdre, sinon vous recevrez son quivalent. Elle rencontrait A. B. constamment, mais il ne se dclarait pas. Un soir, elle vint me voir et me dit : Savezvous que depuis une semaine A. B. ne me semble plus si remarquable ? Je lui rpondis : Peut-tre n'est-il pas l'homme du Plan Divin, il se peut qu'il y en ait un autre. Peu aprs, elle rencontra quelqu'un qui s'prit d'elle immdiatement et lui dclara qu'elle tait son idal. En fait, il lui dit toutes les choses qu'elle dsirait tant entendre de la part d'A. B. Elle trouva cela tout fait tonnant. Bientt elle rpondit ses vux et cessa compltement de s'intresser A. B. Ceci est un exemple de la loi de la substi(1) Cette expression que l'on retrouvera tout au long de ce livre signifie affirmer, rtablir la Vrit.

tution. Une ide juste ft substitue une ide fausse, par consquent, il n'en rsulta ni perte, ni sacrifice. Jsus-Christ a dit : Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et Sa justice, tout le reste vous sera donn par surcrot et Il a affirm aussi que le Royaume est au-dedans de nous. Le Royaume est le plan des ides justes, celui du modle divin. Jsus-Christ a enseign aussi que nos paroles jouent un rle capital dans le Jeu de la vie. Par tes paroles, tu seras justifi, et par les paroles tu seras condamn. Bien des personnes ont t cause du dsastre de leur vie par leurs paroles inconsidres. C'est ainsi qu'une dame me demanda un jour pourquoi sa vie tait devenue pauvre et trique. Elle avait eu un foyer rempli de jolies choses et possdait alors beaucoup d'argent. En cherchant, nous trouvmes qu'elle s'tait lasse de diriger sa maison, qu'elle rptait sans cesse : J'en ai assez de toutes ces choses je voudrais vivre dans une malle ! Elle ajouta : Aujourd'hui, c'est chose faite. Sa parole l'y avait prcipite. Le subconscient n'a point le sens de l'humour et les gens provoquent souvent leurs malheurs par leurs plaisanteries.

Voici encore un exemple : une personne, qui possdait une jolie fortune, plaisantait constamment, disant qu'elle se prparait entrer l'hospice . En quelques annes, elle fut presque ruine, ayant imprim sur son subconscient l'image de la mdiocrit et de la pauvret. Par bonheur, la loi est double tranchant, et une situation malheureuse peut tre transforme en situation avantageuse. Une consultante vint chez moi, par une chaude journe d't, pour me demander un traitement (en mtaphysique, traiter signifie soumettre l'action de la prire N.T.) pour la prosprit. Elle tait puise, abattue, dcourage et me dit qu'elle ne possdait juste que huit dollars au monde. Je lui rpondis : C'est parfait, nous allons les bnir et les multiplier comme Jsus-Christ multiplia les pains et les poissons , car Il a enseign que tout homme a le pouvoir de bnir et de multiplier, de gurir et de prosprer. Et ensuite, que dois-je faire ? Suivez votre intuition. Avez-vous une attirance pour quelque chose ou quelque endroit ? Intuition vient de intueri voir de l'intrieur, c'est--dire tre enseign de l'intrieur. L'intuition est le guide infaillible

de l'homme, et je parlerai plus longuement, dans un autre chapitre, de ses lois. Cette dame rflchit : Je ne sais pas il me semble que je devrais rentrer dans ma famille, j'ai juste assez d'argent pour y aller par la route. Sa famille se trouvait dans une ville loigne et n'tait pas riche ; le raisonnement, l'intellect, semblait dire : Reste New York, trouve du travail et gagne de l'argent. Mais je lui dis : Alors rentrez chez vous ne rejetez jamais une intuition , et je prononai pour elle la parole suivante : Esprit Infini, ouvre la voie vers la grande abondance pour Mme X..., elle s'attire irrsistiblement tout ce qui lui appartient par droit divin. Et je lui recommandai de rpter cela sans cesse. Elle partit immdiatement. Quelques jours plus tard, en faisant une visite, elle retrouva une vieille amie de sa famille. Par le truchement de cette amie, elle reut des milliers de dollars d'une faon miraculeuse. Depuis, elle m'a dit souvent : Racontez l'histoire de la dame qui est venue vous voir avec huit dollars en poche et une intuition. L'abondance existe toujours sur la route de l'homme ; mais elle ne peut se manifester que par le dsir, la foi ou la parole prononce.

Jsus-Christ a indiqu clairement que c'est l'homme de faire le premier pas. Demandez, et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira. (Matt. : 7 : 7.) Et dans les critures nous lisons : En ce qui concerne les travaux de mes mains, commandez-moi. L'Intelligence Infinie, Dieu, est toujours prt raliser les dsirs, petits ou grands, des humains. Or, tout dsir exprim, ou inexprim, est une demande. Nous sommes souvent tonns de voir un souhait brusquement ralis. Une anne, au moment de Pques, voyant de beaux rosiers dans les vitrines des fleuristes, je souhaitai en recevoir un et, pendant un instant, j'en vis mentalement un dpos ma porte. Le jour de Pques, il m'arriva un superbe rosier. Le lendemain, je remerciais l'amie qui me l'avait offert en lui disant que c'tait prcisment ce que je souhaitais. Elle s'cria : Je ne vous ai pas envoy de rosier, je vous ai envoy des lis ! Le fleuriste avait confondu sa commande avec une autre et m'avait apport le rosier simplement parce que j'avais mis en action la loi, et qu'il fallait que je reoive un rosier.

Rien ne s'interpose entre l'homme, son plus haut idal et chaque dsir de son cur, si ce n'est le doute et la crainte. Lorsque l'homme sait souhaiter hardiment, tous ses dsirs se ralisent instantanment. Dans un chapitre suivant, j'expliquerai plus compltement la raison scientifique de ceci et comment la peur doit tre efface du conscient. C'est l'unique ennemie de l'homme peur de la pauvret, de l'chec, de la maladie, des pertes, tout sentiment d'inscurit sur quelque plan que ce soit. Jsus-Christ a dit : Pourquoi as-tu peur, homme de peu de foi ? (Matth., 8 : 26.) Nous voyons donc qu'il nous faut substituer la foi la peur, car la peur n'est que de la foi inverse : c'est la foi dans le mal au lieu du bien. Le but du Jeu de la vie c'est de voir clairement le bien et d'effacer du mental toutes les images du mal. Ceci doit tre obtenu en imprimant sur le subconscient la ralisation du bien. Un homme trs brillant qui avait atteint une grande russite, me raconta qu'il avait brusquement effac toute crainte de sa conscience en lisant un jour un criteau en lettres majuscules ainsi conu : Ne vous inquitez pas, cela ne se produira probablement jamais. Ces mots frapprent de faon

indlbile son subconscient ; il a maintenant la ferme conviction que seul le bien veut entrer dans sa vie et, par consquent, seul le bien se manifeste. Dans le chapitre suivant, je traiterai des diffrentes mthodes par lesquelles on peut impressionner le subconscient. Celui-ci est le fidle serviteur de l'homme, mais il faut avoir soin de lui donner des ordres convenables. L'homme a constamment prs de lui un tmoin attentif son subconscient. Chaque mot, chaque parole se grave dans le subconscient et se ralise en des dtails surprenants. Cela ressemble un chanteur dont la voix serait enregistre sur un disque. S'il tousse ou s'il hsite, le disque l'enregistre aussi. Brisons donc le vieux disque mauvais du subconscient, les disques de notre vie que nous ne voulons pas conserver, et faisons-en de neufs et de beaux. Prononcez tout haut, avec force et conviction, ces paroles : Je brise et je dmolis (par ma parole) tout ce qui, dans mon subconscient, est faux. Tout cela retourne au nant, car toutes ces penses fausses sont sorties de ma vaine imagination. prsent, je grave de nouveaux disques par la puissance du Christ qui est en moi, ce sont la sant, la richesse, l'amour

et l'expression parfaite de mon tre. Voil la quadrature de la vie, le jeu complt. Un peu plus loin, je montrerai comment l'homme peut modifier les conditions de sa vie, en changeant ses paroles. Celui qui ne connat point la puissance de la parole est en retard sur son temps. La mort et la Vie sont au pouvoir de la langue. (Prov. 18 : 21.)

CHAPITRE II

LA LOI DE LA PROSPRITle Tout-Puissant sera Oui, manqueras point d'or. ta dfense et tu ne Un des plus grands messages des critures l'homme c'est que Dieu est sa ressource et que, par sa parole, l'homme peut faire surgir tout ce qui lui appartient par droit divin. Cependant, il doit avoir une foi entire dans la parole qu'il prononce. Esae dit : Ma parole ne retourne point moi sans effet, sans avoir excut ma volont et accompli mes desseins. Nous savons prsent que les paroles et les penses ont une puissance vibratoire norme, qui sans cesse faonne le corps et les affaires. Une consultante vint un jour me voir, elle tait dans un tat d'inquitude extrme et me dit que le quinze du mois elle allait tre pour-

suivie pour une somme importante. Elle ne voyait aucun moyen de se la procurer, elle tait dsespre. Je lui expliquai que Dieu tait sa ressource et que cette ressource existe pour toutes les demandes. Et je prononai la parole ! Je rendis grces de ce qu'elle recevait cet argent au moment opportun et d'une faon convenable. Puis je lui dis qu'il fallait qu'elle ait une foi parfaite et qu'elle agisse selon cette foi. Le quinze arriva et l'argent ne s'tait pas matrialis. Elle m'appela au tlphone pour me demander ce qu'elle devait faire. Je lui rpondis : C'est aujourd'hui samedi, vous ne serez donc pas poursuivie. Votre rle est d'agir comme si vous tiez riche et de faire preuve d'une foi parfaite, une foi qui compte sur la somme pour lundi. Elle me pria de djeuner avec elle pour fortifier son courage. Lorsque je la rejoignis au restaurant, je lui affirmai : Ce n'est pas le moment d'conomiser. Commandez un djeuner fin, agissez comme si vous aviez reu l'argent sur lequel vous comptiez. Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reu. Le lendemain,

elle m'appela de nouveau pour me demander de passer la journe avec elle. Non, lui dis-je, vous tes divinement protge, et Dieu n'est jamais en retard. Le soir, elle me rappela, trs mue. Ma chre, il s'est produit un miracle ! J'tais dans mon salon, ce matin, lorsqu'on a sonn ma porte. J'avertis la femme de chambre : Ne laissez entrer personne. Elle regarda par la fentre et me dit que c'tait mon cousin, celui qui porte une grande barbe blanche . Alors, rappelez-le. Je dsire le voir. Il allait contourner le coin de la rue lorsqu'il entendit la voix de la femme de chambre etrevint sur ses pas.

Nous emes un entretien d'une heure et au moment de partir, il me demanda : Ah, propos, o en sont vos finances ? Je lui avouai que j'avais besoin d'argent et il me dit : Eh bien, ma chre, je vous donnerai ces trois mille dollars le premier du mois. Je n'ai pas os lui confier que j'allais tre poursuivie. Que dois-je faire ? Je ne recevrai l'argent que le premier du mois et il me le faut pour demain. Je lui rpondis que je continuerai de traiter (nous rappelons que traiter en mtaphysique, veut dire soumettre une personne ou une situation l'action de

la prire. N.T.). Et j'ajoutai : L'Esprit n'agit jamais trop tard. Je rends grce de ce qu'elle a reu cet argent sur le plan invisible et de ce qu'il se manifestera en temps voulu. Le lendemain matin, son cousin l'appela et lui dit : Passez mon bureau ce matin, je vais vous remettre la somme. Ce mme aprsmidi, l'argent tait dispos son compte en banque et elle signait des chques aussi rapidement que le permettait son moi. Si l'on demande le succs tout en se prparant l'chec, c'est la situation pour laquelle on s'est prpar que l'on obtiendra. Un monsieur vint me demander de prononcer la parole pour que soit annule une certaine dette. Je m'aperus qu'il passait son temps chercher ce qu'il dirait celui auquel il devait cette somme lorsqu'il ne serait pas en mesure de payer sa note, neutralisant ainsi ma parole. Or, il aurait d se voir en train de payer sa dette. Nous avons une merveilleuse illustration de ceci dans la Bible, avec les trois rois qui, dans le dsert, sans eau pour leurs hommes et pour leurs chevaux, consultrent le prophte Elise. Il leur communiqua cet tonnant message : Ainsi parle le Seigneur faites dans cette

valle des fosses, des fosses. Vous ne verrez point le vent, vous ne verrez point la pluie, cependant cette valle se remplira d'eau et vous boirez vous, vos troupeaux et votre btail. L'homme doit se prparer recevoir ce qu'il a demand alors qu'il n'y a pas le moindre signe en vue. Une dame dsirait trouver un appartement pendant l'anne o il y eut grande pnurie de logements New York. Cela passait pour impossible et ses amis lui tmoignaient leur inquitude en disant : Quel dommage, vous allez tre oblige de mettre vos meubles en garde et de vivre l'htel. Mais elle rpondit : ne vous inquitez pas mon gard. Je suis superhumaine et j'aurai mon appartement. Elle pronona la parole : Esprit infini, ouvre la voie vers l'appartement convenable. Elle savait qu'il existe de quoi pourvoir chaque demande, qu'elle tait spirituellement libre, travaillant sur le plan spirituel et qu'un avec Dieu est une majorit. Elle avait l'intention d'acheter de nouvelles couvertures, lorsque le tentateur , la pense ngative, la raison lui suggra : Ne les achte pas, peut-tre, aprs tout, ne trou-

veras-tu pas d'appartement et tu ne sauras qu'en faire. Elle se rpondit promptement elle-mme : Je vais creuser mes fosses en achetant les couvertures ! Elle se prpara donc recevoir son appartement agit comme si elle l'avait dj et en trouva un d'une faon miraculeuse, qui lui fut attribu bien qu'il y et deux cents autres postulants. Les couvertures avaient t un acte de foi. Inutile de rappeler que les fosses creuses par les trois rois dans le dsert furent remplies au point de dborder. (Lisez II Rois, 3.) Se mettre au diapason des choses spirituelles n'est point commode pour la plupart des gens. Les penses adverses de doute, de crainte surgissent du subconscient. Ce sont les armes trangres qui doivent tre mises en fuite. Ceci explique pourquoi il fait souvent plus sombre avant l'aurore . Une grande dmonstration est gnralement prcde de penses lancinantes. Ayant dclar de hautes vrits spirituelles, on lance un dfi aux anciennes ides enfouies dans le subconscient et l'erreur se manifeste qui doit tre extermine. C'est le moment de faire de frquentes affirmations, de se rjouir et de rendre grces de ce que l'on a dj reu.

Avant qu'ils n'appellent, je rpondrai. Ceci signifie que chaque bon et parfait don attend que l'homme le reconnaisse, car il lui appartient dj. L'homme ne peut obtenir que ce qu'il se voit recevoir. Les enfants d'Isral reurent la certitude qu'ils pourraient possder toutes les terres qu'ils voyaient. Ceci est vrai pour tout homme. Il ne possde que ce qui existe dans sa propre vision mentale. Toute grande uvre, tout ce qui s'est fait de puissant a t manifester par la vision, or souvent, juste au moment d'une clatante dmonstration, surgissent l'apparent chec et le dcouragement. Les enfants d'Isral, lorsqu'ils atteignirent la Terre Promise, n'osaient y entrer, car, disaient-ils, elle tait peuple de gants qui leur donnaient l'impression d'tre des sauterelles. C'est une exprience commune tous les hommes. Cependant, celui qui connat la loi spirituelle n'est point troubl par les apparences et se rjouit tandis qu'il est encore en captivit . C'est--dire qu'il persiste voir la vrit et qu'il rend grces de ce que tout est accompli, de ce que, dj, il a reu. Jsus-Christ a donn de ceci un merveilleux

exemple. Il a dclar Ses disciples : Ne dites-vous pas, il y a encore quatre mois jusqu' la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux et regardez les champs qui sont dj mrs pour la moisson. Sa vision claire transperait le monde de la matire et Il voyait nettement le monde de la quatrime dimension, les choses comme elles sont en ralit, parfaites et compltes en l'Esprit Divin. C'est ainsi que l'homme doit constamment maintenir la vision du but de son voyage et demander la manifestation de ce qu'il a dj reu, que ce soit une sant parfaite, l'amour, la prosprit, la facult de s'exprimer parfaitement, un foyer, des amis. Toutes ces choses sont des ides parfaites et acheves, enregistres dans l'Esprit Divin (le superconscient de l'homme), elles doivent se manifester non lui, mais travers lui. Par exemple, un homme vint me demander de le traiter pour russir une affaire. Il lui tait indispensable de trouver, dans une certaine limite de temps, cinquante mille dollars. Le temps tait presque coul lorsque, dsespr, il vint me voir. Personne ne voulait lui confier de capitaux et la banque avait catgoriquement refus un prt. Je lui dis : Je suppose que vous vous tes mis en colre la banque,

perdant ainsi vos forces. Vous pouvez matriser toutes les situations si vous savez vous matriser vous-mme. Retournez la banque, ajoutai-je, et je vais traiter . Voici quel fut mon traitement : Par l'amour, vous tes identifi l'esprit de tous ceux qui sont dans cette banque. Que l'ide divine sorte de cette situation. Il s'cria : quoi pensez-vous ? C'est impossible. C'est demain samedi, la banque ferme midi et mon train n'arrive pas l-bas avant dix heures, de plus, le dlai expire demain, et de toute faon, ils ne veulent rien entendre. Il est trop tard. Je lui rpondis : Dieu ne se soucie pas du temps, il n'est jamais trop tard pour Lui. Avec Lui, toutes choses sont possibles , et j'ajoutai : Je ne connais rien aux affaires, mais je connais bien Dieu. Il me rpondit : Tout cela est magnifique lorsque je vous coute, mais une fois sorti, ce sera angoissant. Il habitait une ville loigne et je n'en entendis plus parler pendant une semaine, puis une lettre arriva. J'y lus ceci : Vous aviez raison. J'ai pu emprunter l'argent ; jamais plus je ne douterai de la vrit et de tout ce que vous m'avez dit. Je revis ce monsieur plusieurs semaines plus tard et lui demandai : Que s'est-il pass ?

De toute vidence, vous avez eu le temps ncessaire. Il me rpondit : Mon train avait du retard, je ne suis donc arriv la banque qu' midi moins un quart. Je suis entr tranquillement et j'ai dit : Je viens pour l'emprunt , et on me l'a accord sans objection. C'tait le dernier quart d'heure qui lui fut allou et l'Esprit Infini ne fut pas en retard. En cette occasion, cet homme n'aurait jamais t capable de faire seul sa dmonstration. Il avait besoin que quelqu'un l'aidt maintenir la vision parfaite. C'est ce que nous pouvons faire les uns pour les autres. Jsus-Christ savait cette vrit lorsqu'il a dit : Si deux d'entre vous s'entendent sur terre pour demander quelque chose, elle leur sera accorde par mon Pre qui est aux cieux. Seul, on est trop absorb par ses propres affaires, et l'on devient la proie du doute et de la peur. L'ami, le gurisseur voit clairement le succs, la sant ou la prosprit et ne faiblit point parce qu'il n'est pas en cause. Il est infiniment plus facile de faire une dmonstration pour autrui que pour soimme, par consquent il ne faut pas hsiter demander de l'aide si l'on se sent faible. Un puissant observateur de la vie a dit un

jour : Aucun homme ne peut chouer si une seule personne croit sa russite. Tel est le pouvoir de la vision et plus d'un homme a d sa russite une pouse, une sur ou un ami qui croyait en lui et qui, sans faiblir, sut maintenir la vision du modle parfait !

CHAPITRE III

LA PUISSANCE DE LA PAROLEtes Pparoles paroles tu seras justifi et par tes tu seras condamn. >AR

Celui qui connat le pouvoir de la parole fait trs attention sa conversation. Il lui suffit de surveiller les ractions causes par ses paroles pour savoir qu'elles ne retournent point moi sans effet . Par sa parole, l'homme se cre sans cesse lui-mme, des lois. J'ai connu quelqu'un qui disait : Je manque toujours l'autobus. Invariablement il passe au moment o j'arrive. Sa fille, elle, disait : J'attrape toujours l'autobus. Il arrive rgulirement en mme temps que moi. Et cela continua pendant des annes. Chacun avait tabli une loi pour soi, l'une d'chec, l'autre de russite. Voil l'explication psychologique des superstitions. Le fer cheval, le poil d'lphant n'ont en eux-mmes aucun pouvoir, mais la parole et

la croyance qui affirment qu'ils portent bonheur crent un tat d'optimisme dans le subconscient qui attire la chance . Cependant, j'ai observ que ceci est sans effet pour les gens qui, plus avancs spirituellement, connaissent une plus haute loi. Ceci s'explique ; on ne peut pas revenir en arrire et l'on doit carter les images tailles . Deux de mes lves avaient eu de grands succs en affaires depuis plusieurs mois, lorsque, brusquement, tout alla mal. Nous nous efformes d'analyser la situation et je dcouvris qu'au lieu de faire leurs affirmations et de s'en remettre Dieu pour leur russite et leur prosprit, ils avaient fait l'acquisition de deux singes porte-bonheur . Ah leur dis-je je comprends, vous avez mis votre foi dans les singes et non en Dieu. Dbarrassez-vous des singes et faites appel la loi du pardon. Car l'homme a le pouvoir de pardonner, c'est--dire de neutraliser ses erreurs. Ils dcidrent de jeter les singes au poubelle et tout alla bien de nouveau. Ce qui ne signifie pas qu'il faille jeter tous les ornements porte-bonheur de la maison, mais qu'il faut reconnatre que leur pouvoir est le seul et unique pouvoir, Dieu, et que l'objet ne sert qu' donner un sentiment d'optimisme.

Un jour, une amie trs malheureuse avec laquelle je me trouvais, ramassa un fer cheval en traversant la rue. Aussitt elle fut remplie de joie et d'espoir. Elle tait certaine que Dieu lui avait envoy ce fer cheval pour ranimer son courage. Et en effet, dans l'tat o elle se trouvait, c'tait peu prs la seule chose qui pouvait frapper son conscient. Son espoir se transforma en foi et par la suite elle fit une merveilleuse dmonstration . Je tiens souligner que les deux hommes dont il fut prcdemment question se confiaient aux seuls singes, tandis que mon amie reconnut la puissance suprieure. Pour ma part, je dois dire que j'ai mis longtemps me dbarrasser de l'ide qu'une certaine chose m'apportait toujours une dsillusion. Si elle se prsentait, invariablement, une dception s'en suivait. Je vis que le seul moyen d'amener un changement dans mon subconscient tait d'affirmer : Il n'y a pas deux puissances, il n'y en a qu'une, Dieu. Par consquent, il n'y a pas de dsillusion et cette chose m'annonce une heureuse surprise. Aussitt je remarquai un changement et des plaisirs inattendus m'arrivrent. Une de mes amies dclarait que rien ne la

ferait passer sous une chelle. Je lui dis : Si vous avez peur, c'est que vous croyez deux pouvoirs, le Bien et le Mal. Puisque Dieu est absolu, il ne peut y avoir de puissance oppose moins que l'homme ne cre de fausses lois mauvaises. Pour montrer que vous ne croyez qu'en un seul pouvoir, Dieu, et qu'il n'y a ni puissance ni ralit dans le mal, passez sous la prochaine chelle que vous rencontrerez. Peu de temps aprs, mon amie alla la banque. Elle dsirait ouvrir son coffre et une chelle se trouvait sur son passage. Impossible d'atteindre le coffre sans passer sous l'chelle. Effraye, elle battit en retraite. Mais, arrive dans la rue, mes paroles retentirent ses oreilles et elle dcida de passer sous cette chelle. C'tait un gros effort, car depuis des annes, elle tait prisonnire de cette ide. Elle revint au sous-sol o se trouvaient les coffres et l'chelle n'tait plus l ! C'est ce qui se produit si souvent ; une fois que l'on a dcid de faire fi d'une apprhension, ce que lon redoute est cart. C'est la loi de la non-rsistance, que l'on comprend si peu. Quelqu'un a dit que le courage contient du gnie et de la magie. Faites face sans crainte une situation qui parat menaante et vous

vous apercevrez qu'elle n'existe plus ; elle disparat d'elle-mme. C'est ce qui explique que la peur attira l'chelle sur la route de mon amie et que le courage l'ta. Ainsi, les forces invisibles travaillent constamment pour l'homme qui tire toujours les ficelles lui-mme sans le savoir. cause de la puissance vibratoire des paroles, quoi que ce soit que nous disions, nous commenons nous l'attirer. Les personnes qui parlent continuellement de maladie, invariablement l'attirent. Lorsque nous nous initions la vrit, nous ne pouvons trop surveiller nos paroles. Par exemple, une de mes amies me dit souvent au tlphone : Venez me voir pour que nous bavardions un peu l'ancienne mode. Ce bavardage l'ancienne mode reprsente une heure pendant laquelle cinq cents mille mots destructeurs seront prononcs, les principaux sujets de conversation tant les pertes, la pnurie, les checs et la maladie. Aussi je rponds : non, merci, ces bavardages-l sont trop onreux, j'en ai eu assez dans ma vie. Je serai contente de bavarder la manire nouvelle et de parler de ce que nous voulons au lieu de ce que nous ne voulons pas. Un vieux dicton veut que l'homme ne se

serve de sa parole que pour trois desseins : Gurir, bnir, ou prosprer. Ce qu'un homme dit des autres, on le dira de lui, et ce qu'il souhaite aux autres, il se le souhaite lui-mme. Si un homme souhaite de la malchance quelqu'un, il est sr de s'en attirer luimme. S'il souhaite aider quelqu'un russir, il souhaite son propre succs et s'y aide luimme. Le corps peut tre renouvel et transform par la parole et une claire vision, et la maladie compltement efface du conscient. Le mtaphysicien sait que toute maladie a une correspondance mentale et que pour gurir le corps il faut d'abord gurir l'me. C'est le subconscient, l'me, qui doit tre sauve, sauve des penses ngatives. Dans le Psaume XXIII, nous lisons : Il restaure mon me. Cela veut dire que le subconscient, l'me, doit tre restaure par les ides justes. Le mariage mystique est celui de l'me et de l'esprit, c'est--dire du subconscient et du superconscient. Il faut qu'ils soient unis. Lorsque le subconscient est rempli, des ides parfaites du superconscient, Dieu et l'homme ne font plus qu'un. Moi et le Pre, nous sommes un. C'est--dire que

l'homme est uni au plan des ides parfaites ; il est celui qui est fait la ressemblance et l'image (imagination) de Dieu, celui auquel sont donnes la puissance et la domination sur toutes choses cres, sur son esprit, son corps et ses affaires. On peut dire que toute maladie, tout malheur proviennent de la violation de la loi d'amour. Je vous donne un nouveau commandement : Aimez-vous les uns les autres ; or dans le Jeu de la vie, l'amour, c'est--dire la bonne volont, gagne toutes les leves. Le fait suivant va vous le prouver. Une personne de ma connaissance souffrait, depuis des annes, d'une terrible maladie de peau. Les mdecins affirmaient qu'elle tait incurable, elle en tait au dsespoir. Cette dame tait actrice, elle craignait d'avoir renoncer sa carrire, et elle n'avait point d'autres ressources. Cependant, on lui offrit un engagement avantageux et le soir de la premire elle eut un vif succs. La presse lui dcerna de flatteuses critiques et notre amie, pleine de joie, en fut ravie. Le lendemain, son contrat tait rompu. Un artiste, jaloux de son succs, avait obtenu sa rsiliation. Elle sentit l'amertume et la haine s'emparer de son tre et s'cria haute voix : Oh ! Mon Dieu, ne me laissez

pas har cet homme ! Cette nuit-l, elle travailla pendant des heures dans le silence . Plus tard, elle me confia : Je ne tardai pas entrer dans un silence trs profond. Il me sembla tre enfin en paix avec moi-mme, avec cet homme et le monde tout entier. Je continuai de travailler ainsi pendant les deux nuits suivantes et le troisime jour je m'aperus que ma maladie de peau tait compltement gurie ! En demandant exprimer l'amour, la bonne volont, elle avait accompli la loi (car l'amour est l'accomplissement de la loi) et la maladie (qui provenait d'un ressentiment ancr dans le subconscient) disparut. La critique continuelle produit les rhumatismes car les penses inharmonieuses forment dans le sang des dpts acides qui se localisent autour des articulations. Les tumeurs ont pour cause la jalousie, la haine, le refus de pardonner les offenses, la peur, etc. Chaque maladie malaise est cre par un tat d'esprit de malaise. Je dis un jour mes lves : Il ne s'agit pas de demander quelqu'un qu'avez-vous ? , mais contre qui en avez-vous ? , le refus du pardon des offenses est la cause la plus frquente de la maladie. La sclrose des artres et du foie et

les maladies des yeux en sont la consquence. Des maux sans fin, lui font cortge. Un jour, je rendis visite une dame qui me dit qu'elle tait malade d'avoir mang une hutre mauvaise. Non, rpliquai-je, l'hutre tait inoffensive, c'est vous qui avez empoisonn l'hutre. Contre qui en avez-vous ? Elle me rpondit : Oh ! Contre environ dixneuf personnes. Elle s'tait querelle avec dix-neuf personnes et tait devenue si inharmonieuse qu'elle s'tait attir l'hutre nuisible ! Toute inharmonie extrieure indique une discorde mentale. L'extrieur est semblable l'intrieur. Les seuls ennemis de l'homme rsident en lui-mme. Les ennemis de l'homme seront ceux de son propre intrieur. La personnalit est un des derniers ennemis que nous ayons surmonter, car cette plante est en train de recevoir son initiation l'amour. Souvenons-nous du message de Jsus : Paix sur la terre, bonne volont envers les hommes. L'homme clair, donc, s'efforce de se perfectionner en servant son prochain. Il travaille sur lui-mme, il apprend envoyer chacun bndictions et penses de bonne volont, et le plus merveilleux c'est que lorsqu'on bnit

un tre, celui-ci perd tout pouvoir de nous nuire. Un homme vint me demander de le traiter pour sa russite dans les affaires. Il vendait des machines et un concurrent tait survenu affirmant possder une machine bien suprieure : mon ami redoutait un chec. Je lui dis : D'abord, il vous faut balayer toute crainte, savoir que Dieu protge vos intrts et que l'ide divine doit surgir de cette situation. C'est--dire que la machine qui convient sera vendue celui qui en a besoin par celui qu'il faut. Et j'ajoutai : N'entretenez pas une seule pense de critique sur cet homme. Bnissez-le toute la journe, soyez prt ne pas vendre votre machine si telle est l'ide divine. Il alla donc voir son client, sans crainte, sans rsistance, en bnissant son concurrent. Plus tard, il me raconta que le rsultat fut trs remarquable, la machine du concurrent se refusa fonctionner et il vendit la sienne sans la moindre difficult. Mais, moi, je vous le dis, aimez vos ennemis, bnissez ceux qui vous maudissent, faites du bien ceux qui vous hassent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous perscutent. La bonne volont produit une grande aura de protection autour de celui qui la cultive et

toute arme forge contre lui sera sans effet . En d'autres termes, l'amour et la bonne volont dtruisent les ennemis qui sont en nous et par consquent nous n'avons point d'ennemis l'extrieur ! La paix rgne sur la Terre pour celui qui envoie aux hommes des penses de bonne volont.

CHAPITRE IV

LA LOI DE NON-RSISTANCErsistez Nmouvoir pas au mal. Ne vous laissez pas par le mal, mais surmontez leE

mal par le bien. Rien au monde ne peut s'opposer une personne qui est absolument non rsistante. Les Chinois disent que l'eau est l'lment le plus puissant parce qu'elle est parfaitement non rsistante. L'eau peut user le roc et balayer tout devant elle. Jsus-Christ a dit : Ne rsistez pas au mal , car Il savait qu'en ralit il n'y a point de mal, par consquent aucune raison de rsister. Le mal est sorti de la vaine imagination de l'homme, c'est--dire de la croyance en deux pouvoirs, le bien et le mal. D'aprs une vieille lgende, Adam et ve mangrent le fruit de Maya l'arbre de l'Illusion et distingurent deux pouvoirs au lieu du pouvoir unique, Dieu.

Par consquent le mal est une loi fausse que l'homme s'est labor cause d'un psychome, ou sommeil de l'me, ce qui signifie que l'homme a t hypnotis par la croyance en le pch, la maladie, la mort, etc.. par la pense charnelle, et que ses affaires et son corps ont pris la forme de ses illusions. Nous avons vu dans un prcdent chapitre que l'me est le subconscient et que tout ce que l'homme ressent profondment, en bien ou en mal, est reproduit par ce fidle serviteur. Son corps et ses affaires reprsentent ce qu'il a imagin. Le malade a imagin la maladie ; le pauvre, la pauvret ; le riche, l'abondance. Les gens me demandent : Comment un petit enfant s'attire-t-il la maladie alors qu'il est trop jeune pour savoir mme ce que cela signifie ? Je rponds que les enfants sont sensibles et rceptifs aux penses de ceux qui les entourent et que souvent ils extriorisent les craintes de leurs parents. J'ai entendu un jour un mtaphysicien affirmer : Si vous ne dirigez pas votre subconscient vous-mme, quelqu'un d'autre s'en chargera.

Les mres attirent inconsciemment sur leurs enfants la maladie et les dsastres en les craignant continuellement et en guettant leurs symptmes. Une de mes amies, par exemple, demanda une mre si sa petite fille avait eu la rougeole. Celle-ci rpondit promptement : Pas encore ! , ce qui impliquait qu'elle s'attendait cette maladie, prparant ainsi ce qu'elle ne voulait ni pour elle ni pour son enfant. Cependant, celui qui est centr et tabli dans la vrit, celui qui n'a que des penses de bonne volont envers autrui et qui est sans crainte, ne peut tre atteint ni influenc par les penses ngatives des autres. N'envoyant que de bonnes penses, il ne peut en recevoir que de bonnes en retour. La rsistance, c'est l'Enfer, car elle place l'homme dans un tat de tourment . Un mtaphysicien m'a donn un jour une merveilleuse recette pour m'assurer toutes les leves du Jeu de la Vie : c'est le comble de la non-rsistance. Il me dit : Il fut un temps o je baptisais les enfants et, bien entendu, je leur donnais de nombreux noms. prsent, je ne baptise plus les enfants, mais je baptise les vnements et je donne chacun le mme nom. Si je suis en prsence d'un chec, je le

baptise Succs au nom du Pre, et du Fils, et du Saint-Esprit ! Nous voyons ici la grande loi de transmutation, fonde sur la non-rsistance. Par sa parole, cet homme transformait en succs tous les checs. Voulez-vous un autre exemple ? Une dame qui avait besoin d'argent et qui connaissait la loi spirituelle de l'opulence, tait sans cesse oblige de rencontrer en affaires un homme dont la prsence lui donnait un sentiment de pauvret. Il parlait de pnurie, de limites, elle se mit capter ses penses de mdiocrit. Elle en conut de l'aversion pour lui et l'accusa d'tre la cause de ses checs. Cependant, elle savait que pour faire la dmonstration de ses ressources divines, il lui fallait d'abord avoir le sentiment d'avoir reu. Le sentiment de l'opulence doit prcder sa manifestation. Brusquement un jour, elle se rendit compte qu'elle rsistait en distinguant deux pouvoirs au lieu d'un seul. Elle s'empressa alors de bnir l'homme en question et baptisa la situation Succs ! Elle affirma : Puisqu'il n'y a qu'une seule puissance, Dieu, cet homme est ici pour mon bien et pour ma prosprit (prcisment ce qu'il avait sembl ne pas tre). Peu aprs, et par l'intermdiaire de

cet homme, elle rencontra une personne qui, pour un service rendu, lui donna une trs grosse somme. Quant au monsieur, il partit pour une ville loigne et s'effaa sans heurt de sa vie. Affirmez : Tout homme est un maillon d'or dans la chane de mon bien , car tout homme est une manifestation de Dieu, attendant l'occasion, donne par lui-mme, de servir le plan divin concernant sa vie. Bnissez votre ennemi, et vous lui drobez ses flches. Elles seront transmues en bndictions. Cette loi est aussi vraie pour les nations que pour les individus. Bnissez une nation, envoyez des penses d'amour et de bonne volont chacun de ses habitants et elle ne peut plus vous nuire. Ce n'est que par l'entendement spirituel que l'homme peut comprendre la non-rsistance. Mes lves me disent souvent : Nous ne voulons pas tre des paillassons. Je leur rponds : Lorsque vous vous servirez avec sagesse de la non-rsistance, personne ne pourra vous marcher dessus. Voici un autre exemple : un jour, j'attendais impatiemment une importante communication tlphonique. Je rsistais toutes les communications qui me parvenaient et n'en

demandais moi-mme aucune, de crainte de manquer celle que j'attendais. Au lieu, de dclarer : Les ides divines n'entrent jamais en conflit, cette communication viendra au bon moment , laissant la chose aux soins de l'Intelligence Infinie, je commenais diriger moi-mme les oprations c'est--dire que je fis mienne la bataille alors qu'elle appartient Dieu ( la bataille est l'ternel ) et je restais tendue et anxieuse. Pendant une heure la sonnerie du tlphone ne retentit pas, je m'aperus qu'il tait dcroch et le courant interrompu. Mon anxit, ma crainte et ma foi dans le dsordre avaient eu pour rsultat une clipse totale du tlphone. Comprenant mon erreur, je me mis immdiatement bnir la situation et la baptisai Succs en affirmant : Je ne puis perdre aucune communication qui m'appartient par droit divin ; je suis dirige par lagrce, et non par la loi.

Une amie se prcipita vers le plus proche tlphone pour demander la Compagnie de rtablir le courant. Elle entra dans une picerie pleine de monde, mais le commerant quitta ses clients et fit lui-mme la rclamation. Mon tlphone fut branch et deux minutes plus tard, je recevais une communi-

cation trs importante, suivie, environ une heure aprs, de celle que j'attendais. Nos vaisseaux rentrent sur une mer calme (allusion un clbre dicton anglais. N.T.) Aussi longtemps qu'un homme rsiste une situation, il la maintiendra. S'il la fuit, elle le poursuivra. Je citais ceci, un jour, une amie qui me rpondit : Combien cela est vrai ! J'tais malheureuse chez moi tant jeune fille, je n'aimais pas ma mre qui avait l'esprit critique et autoritaire ; alors, je m'enfuis pour me marier mais j'ai pous ma mre, car mon mari est exactement comme elle et j'ai retrouv la mme situation. Accorde-toi promptement avec ton adversaire. Ce qui veut dire : Conviens que la situation est bonne, n'en sois pas troubl et elle disparatra d'ellemme. Aucune de ces choses ne m'meut est une affirmation excellente. Une situation discordante provient d'un tat discordant chez celui qui la subit. Lorsque rien en nous-mmes n'y fait plus cho, cet tat disparat jamais de notre vie. Nous voyons donc que nous avons surtout travailler sur nous-mmes. Des gens me demandent : Traitez pour que soit chang mon mari ou mon frre. Je leur

rponds : Non, je vais traiter pour que vous changiez ; lorsque vous changerez, votre mari et votre frre changeront aussi. Une de mes lves avait l'habitude de mentir. Je l'avertis que cette mthode la vouait aux checs et que si elle mentait, on lui mentirait. Elle me dit : Tant pis, je ne peux pas m'en empcher. Un jour elle parlait au tlphone un homme dont elle tait fort prise. Elle se tourna vers moi et me dit : Je ne le crois pas ; je sais qu'il est en train de me mentir. Je lui rpondis : Eh bien, puisque vous mentez vous-mme, quelqu'un doit forcment vous mentir aussi et soyez bien persuade que ce sera celui-l mme dont vous souhaitez le plus entendre la vrit. Quelque temps aprs, elle m'annona : Je suis gurie du mensonge. Qu'est-ce qui vous en a gurie ? questionnai-je. Je viens de vivre avec une dame qui mentait plus que moi ! fut sa rponse. Nous sommes souvent guris de nos dfauts en les remarquant chez les autres. La vie est un miroir et nous ne voyons en autrui que notre propre reflet. Vivre dans le pass est nfaste et c'est aussi une violation de la loi spirituelle.

Jsus-Christ a dit : C'est maintenant le temps propice, le jour de la Rdemption. La femme de Loth fut change en statue de sel pour s'tre retourne. Le pass et l'avenir sont les voleurs du temps. Il convient de bnir le pass et de l'oublier, de bnir l'avenir dans la certitude des joies sans fin qu'il nous apportera et de vivre pleinement le moment prsent. coutez ceci : une dame se plaignait moi de ce qu'elle n'avait pas d'argent pour acheter des cadeaux de Nol. L'anne dernire c'tait tout diffrent : j'avais beaucoup d'argent et j'ai offert de beaux prsents, mais cette anne je n'ai que quelques sous. Jamais, m'criai-je, vous ne ferez une dmonstration pcuniaire tant que vous vous apitoierez sur vous-mme et tant que vous vivrez dans le pass. Vivez pleinement dans le moment prsent et prparez-vous donner des cadeaux de Nol. Creusez vos fosses et l'argent surviendra. Je sais ce que je vais faire , s'exclama-t-elle. Je vais acheter du joli papier et du cordon d'argent pour envelopper mes cadeaux. Faites , lui disje, et les prsents d'eux-mmes viendront se placer dans vos emballages . Cette fois encore, c'tait faire preuve de cou-

rage et de foi en Dieu, car la raison conseillait : Garde chacun de tes sous, tu n'es pas sre d'en recevoir d'autres. Ma consultante fit ce qu'elle avait dit, et, quelques jours avant la Nol, reut un don trs gnreux. L'achat du papier et du cordon avait impressionn le subconscient et lui avait donn cette expectative qui avait ouvert la voie la manifestation de l'argent. Mon amie eut tout le temps ncessaire pour acheter ses cadeaux. Vivre le moment prsent est essentiel. Vis pleinement ce jour ! voil le Salut de l'Aurore. L'homme doit tre spirituellement en alerte, toujours l'afft de ses intuitions, ne laissant passer aucune occasion. Un jour, je rptais sans cesse (silencieusement) : Esprit Infini, ne me laisse pas manquer une leve , et quelque chose de grande importance me fut rvl le mme soir. Il est trs ncessaire de commencer la journe avec des paroles de vrit. Ds le rveil, faites une affirmation. Par exemple : Que Ta volont soit faite aujourd'hui ! Aujourd'hui est une journe de ralisations ; je rends grce pour cette parfaite

journe, les miracles se succdent et les prodiges ne cessent pas. Faites de ceci une habitude et vous verrez les miracles et les prodiges se drouler dans votre vie. Un matin, j'ouvris un livre et lus : Regarde avec merveillement ce qui est devant toi ! Il me sembla que c'tait mon message du jour, et je le rptai sans cesse Regarde avec merveillement ce qui est devant toi ! Vers midi, une grosse somme d'argent me fut donne que j'avais dsire dans un certain but. Dans un prochain chapitre, j'indiquerai des affirmations qui m'ont donn les meilleurs rsultats. Cependant, nous ne devons jamais nous servir d'une affirmation moins qu'elle ne satisfasse pleinement notre propre conscience et qu'elle ne nous paraisse absolument convaincante ; souvent, une affirmation sera modifie pour convenir certaines personnes. L'affirmation suivante a apport la russite bien des gens : J'ai beaucoup de travail, Divinement donn, Je sers de mon mieux Et suis fort bien pay. Je donnai les deux premiers vers une de

mes tudiantes et elle ajouta les deux derniers. Cela constitue une trs puissante affirmation, car il doit toujours y avoir un paiement parfait pour un service parfait et d'autre part, il est facile de faire pntrer des vers dans le subconscient. Mon lve se mit les chanter tout en vaquant ses occupations et bientt l'affirmation se transforma en manifestation. Un autre de mes lves, homme d'affaires, s'en empara et substitua affaire au travail . L'aprs-midi de ce mme jour, il fit une affaire des plus brillantes, bien qu'il n'y eut pas eu d'activit depuis des mois dans sa partie ! (1). Chaque affirmation doit tre soigneusement compose et doit exprimer tout ce qui est ncessaire, car j'ai connu une personne dans le besoin qui cherchait du travail. Elle en trouva beaucoup, mais ne fut pas paye. Elle pense maintenant ajouter : Je sers de mon mieux et suis fort bien paye. L'abondance est un droit divin de l'homme ! Il a droit la surabondance !(1) l'intention de nos lecteurs qui lisent l'anglais, nous donnons cette affirmation telle qu'elle est dans le texte : I have a wonderful work in a wonderful way, I give wonderful service, for wonderful pay !

Ses granges doivent tres pleins et sa coupe dborder ! Voil l'ide de Dieu pour l'homme, et lorsque celui-ci brisera les barrires de la pnurie formes dans sa propre conscience, l'Age d'Or luira pour lui et chacun de ses dsirs lgitimes sera exauc !

CHAPITRE V

LA LOI DU KARMA ET LA LOI DU PARDONne qu'il donne. Le L'de la Vie reoit que cede boomerang. Jeu est un jeu CeHOMME

qu'un homme pense, ses actions, ses paroles le manifesteront, tt ou tard, avec une tonnante prcision. Voil la loi du Karma, ce qui signifie en sanscrit : retour . Tout ce qu'un homme sme, il le rcoltera. Une de mes amies m'a cont l'histoire suivante, qui illustre cette loi : C'est ma tante qui m'aide me dbarrasser de mon Karma, quoi que ce soit que je lui dise, quelqu'un me le rpte. Je suis souvent irritable la maison, et, un jour, je dis ma tante qui me parlait pendant le dner : Assez parl, je dsire manger en paix.

Le lendemain, je djeunais avec une dame sur laquelle je souhaitais faire grande impression. Je parlais avec animation lorsqu'elle medit : Assez parl, je dsire manger en paix !

Mon amie est parvenue un degr lev de conscience, par consquent son Karma agit beaucoup plus rapidement que pour une personne qui serait encore sur le plan mental. Plus nous savons, plus nous avons de responsabilit, donc celui qui connat la Loi Spirituelle et ne la met pas en pratique, en souffre grandement les consquences. La crainte du Seigneur (la Loi) est le commencement de la Sagesse. Si nous comprenons que le mot Seigneur signifie Loi , bien des passages de la Bible s'claireront. La vengeance est mienne, moi la rtribution, dit le Seigneur (la Loi). C'est la Loi qui se venge, et non pas Dieu. Dieu voit l'homme parfait cr sa propre image (imagination) et dou du pouvoir de la domination . Voil l'ide parfaite de l'homme, telle qu'elle est enregistre dans l'Entendement Divin, attendant que l'homme la reconnaisse, car il ne peut tre que ce qu'il se voit tre et il ne peut atteindre que ce qu'il se voit atteindre. Nous voyons d'abord notre succs ou notre

chec, notre joie ou notre chagrin, avant qu'ils ne surgissent des scnes qu'enfante notre imagination. Nous avons observ ce fait chez la mre qui imagine la maladie, de son enfant, chez la femme qui voit la russite de son mari. Jsus-Christ a dit : Vous connatrez la vrit, et la vrit vous rendra libre. Ainsi, nous constatons que la libert (qui nous dlivre de conditions malheureuses) provient de la connaissance, la connaissance de la Loi Spirituelle. L'obissance prcde l'autorit et la loi obit celui qui obit la loi. La loi de l'lectricit doit tre subie avant de devenir la servante de l'homme. Lorsqu'elle est employe avec ignorance, elle devient son mortel ennemi. Ainsi en est-il des lois de l'Esprit ! Une dame doue d'une puissante volont, dsirait possder une maison appartenant une de ses relations et formait souvent des images mentales dans lesquelles elle se voyait vivant dans cette demeure. Au bout d'un certain temps, le propritaire mourut et elle prit possession de cette maison. Plusieurs annes plus tard, ayant appris connatre la Loi Spirituelle, elle me demanda : Croyez-vous que je sois pour quelque chose

dans la mort de cet homme ? Oui , lui rpondis-je. Votre dsir tait si fort qu'il balaya tout, mais vous avez pay votre dette Karmique. Votre mari, que vous aimiez tendrement, est mort peu aprs, et cette maison a t pour vous un cheval l'curie pendant des annes. Cependant, ni le premier propritaire de cette maison, ni son mari n'auraient pu tre affects par les penses de cette personne, s'ils avaient t ancrs dans la Vrit, mais ils taient tous les deux sous le coup de la loi Karmique. Cette dame sentant quel point elle dsirait cette maison, aurait d dire : Intelligence Infinie, donne-moi la maison qui me convient, aussi charmante que celle-ci, la maison qui est mienne par droit divin. Le choix divin lui aurait donn satisfaction parfaite et aurait apport chacun son bien. Le modle divin est le seul sur lequel on puisse travailler en scurit. Le dsir est une force formidable, il faut qu'elle soit canalise convenablement, sans quoi le chaos s'ensuit. L'homme ne doit jamais demander que ce qui lui appartient par droit divin. Pour en revenir notre exemple : si la dame en question avait pris l'habitude mentale

de se dire : Si cette maison, que je dsire, est mienne, je ne puis la perdre, si elle ne m'appartient pas, donne-moi, Seigneur, son quivalent , le propritaire aurait peut-tre pris la rsolution de dmnager, harmonieusement (si tel tait pour elle le choix divin) ou bien une autre maison se serait substitue celle-ci. Toute chose dont la manifestation est force par la volont personnelle est toujours mal acquise , par consquent toujours voue l'insuccs. L'homme a reu cette injonction, que Ma volont soit faite et non la tienne , et, chose curieuse, il obtient toujours exactement ce qu'il souhaite lorsqu'il renonce sa volont personnelle, permettant ainsi l'Intelligence Infinie d'agir travers lui. Tiens-toi tranquille et attends en silence la dlivrance du Seigneur (la Loi). Une autre fois, une dame vint me voir en proie une grande angoisse. Elle tait remplie d'apprhension, sa fille tant dcide entreprendre un voyage trs hasardeux. Elle me dit avoir us de tous les arguments possibles, numr les dangers qui risquaient d'tre encourus et enfin dfendu ce voyage, mais sa fille ne s'en tait que plus entte et

avait dcid de partir. Je dis cette mre : Vous imposez votre volont personnelle votre fille, et vous n'en avez point le droit, de plus votre peur ne fait qu'attirer ce voyage, car l'homme s'attire ce qu'il redoute. Et j'ajoutai : dtendez-vous, retirez votre emprise mentale, remettez cela entre les mains de Dieu, et servez-vous de cette affirmation : Je remets cette situation entre les mains de l'Amour Infini et de la Sagesse ; si ce voyage est selon le Plan Divin, je le bnis et ne rsiste plus, mais s'il n'est point divinement dirig, je rends grce de ce qu'il est ds maintenant inexistant. Un ou deux jours plus tard, sa fille lui annona : Mre, j'ai renonc mon voyage , et la situation s'en retourna son nant originel . C'est apprendre se tenir tranquille qui semble si difficile l'homme. Je reviendrai plus longuement sur cette loi dans le chapitre sur la non-rsistance. Je vais vous donner un autre exemple de la manire dont nous rcoltons ce que nous semons. Une personne vint me dire qu'elle avait reu de sa banque un billet faux. Elle tait fort ennuye. Jamais, se lamentait-elle, la

banque ne voudra reconnatre son erreur. Je lui rpondis : Analysons la situation et cherchons ce qui vous a attir ce billet. Elle rflchit un instant, puis s'cria : Je sais, j'ai envoy de la fausse monnaie un ami pour lui faire une farce. Ainsi, la loi lui avait envoy elle le faux billet, car la loi n'entend rien la plaisanterie. Je lui dis alors : Nous allons faire appel la loi du pardon et neutraliser cette situation. Le Christianisme est fond sur la loi du pardon. Le Christ nous a redmes de la maldiction de la loi Karmique, et le Christ en chaque homme est son Rdempteur et son Sauveur dans toute condition discordante. Aussi dis-je : Esprit Infini, nous faisons appel la loi du pardon et rendons grce de ce qu'elle (la dame) est sous la protection de la grce et non sous le coup de la loi, et de ce qu'elle ne peut point perdre cet argent qui est elle par droit divin. prsent, continuai-je, allez la banque et dites, sans crainte, que le billet vous a t donn par erreur. Elle obit et, sa surprise, on lui fit des excuses, et on lui changea son billet avec beaucoup de courtoisie. Ainsi, la connaissance de la loi donne

l'homme le pouvoir d'effacer ses erreurs. L'homme ne peut pas forcer l'ambiance extrieure tre ce qu'il n'est pas lui-mme. S'il dsire les richesses, il doit d'abord tre riche en conscience. Ainsi, une dame vint me demander un traitement pour la prosprit. Elle s'intressait peu son intrieur qui tait fort en dsordre. Je lui dis : Si vous voulez tre riche, il faut que vous soyez ordonne. Tous ceux qui possdent de grandes fortunes sont ordonns et l'ordre est la premire loi du ciel. Puis j'ajoutai : Tant que l'ordre ne rgnera pas chez vous, la richesse vous fuira. Immdiatement, elle se mit en devoir de ranger sa maison, disposant les meubles, rangeant les tiroirs, nettoyant les tapis, et elle ne tarda pas raliser une importante dmonstration pcuniaire, sous forme d'un prsent que lui fit une parente. Elle-mme se trouva transforme et elle sait maintenant diriger ses affaires pcuniaires en surveillant ce qui l'entoure, tout en s'attendant la prosprit, sachant que Dieu est sa ressource. Beaucoup de personnes ignorent que donner c'est faire un placement et que thsauriser, pargner avec excs, mne invariablement aux pertes.

Tel qui donne libralement devient plus riche et tel qui pargne l'excs, ne fait que s'appauvrir. Voici l'histoire d'un monsieur qui dsirait s'acheter une pelisse. Il alla avec sa femme dans plusieurs magasins sans trouver ce qu'il cherchait. Toutes les pelisses qu'on lui prsentait taient d'apparence mdiocre. Enfin, on lui en montra une qui valait mille dollars, mais que le directeur du magasin consentait lui laisser pour cinq cents parce que la saison tait avance. Il possdait environ sept cents dollars. La raison aurait conseill : tu n'as pas les moyens de dpenser presque tout ce que tu possdes pour un manteau , mais cet homme, trs intuitif, ne raisonnait jamais. Se tournant vers sa femme, il lui dit : Si j'achte ce manteau, je vais faire de grosses affaires ! Elle y consentit, mais sans enthousiasme. Environ un mois plus tard, il reut un ordre de dix mille dollars. Le manteau lui avait donn une telle conscience de la prosprit qu'il l'avait attire ; sans ce manteau, il n'et point ralis cette importante affaire. Ce tut un placement qui lui donna de larges revenus ! Si l'homme n'coute pas les intuitions qui le poussent dpenser ou donner, la mme

somme lui chappera sans profit ou d'une faon malheureuse. Une dame m'a cont que le Jour d'Actions de Grces (1), elle avait inform sa famille qu'elle ne donnerait pas le dner traditionnel. Elle avait l'argent ncessaire, mais avait dcid de le mettre de ct. Quelques jours plus tard, un cambrioleur pntra dans sa chambre et vola dans son bureau le montant exact du dner. La loi soutient toujours celui qui dpense sans crainte, avec sagesse. C'est ainsi qu'une de mes lves faisait des achats en compagnie de son petit neveu. L'enfant rclamait un jouet, mais sa tante lui dit qu'elle ne pouvait se permettre de le lui acheter. Tout coup, elle se rendit compte qu'elle cdait l'ide de pauvret au lieu de s'en remettre Dieu, sa providence ! Elle acheta le jouet et, en rentrant chez elle, elle trouva dans la rue la somme exacte dont elle l'avait pay.(1) Jour fri aux tats-Unis. Le dernier jeudi de novembre, toute l'Amrique rend grce pour les bndictions reues et les moissons, commmorant l'Action de grces des Pilgrim Fathers, les premiers Amricains. Cette fte donne lieu des rjouissances familiales. N. T.

Nos ressources sont inpuisables et infaillibles lorsque notre confiance est absolue, mais la confiance et la foi doivent prcder la dmonstration. Qu'il soit fait selon ta foi. La foi est la substance des choses qu'on espre, l'vidence des choses qu'on ne voit pas car la foi maintient la vision stable, les images adverses se dissipent et en temps voulu, nous rcolterons, si nous ne vacillons point . Jsus-Christ a apport la bonne nouvelle (l'vangile) qui enseigne qu'il est une loi plus haute que celle du Karma. C'est la loi de la grce, ou pardon. Cette loi libre l'homme de la loi de cause effet la loi des consquences. Par la grce et non par la loi. Il nous est dit que sur le plan nous rcoltons l o nous n'avons pas sem ; les dons de Dieu se dversent sans cesse sur nous. Tout ce que possde le Royaume est lui. Cet tat de batitude continuelle attend celui qui a surmont l'entendement et la pense mortelle. Les tribulations existent dans l'entendement mortel, mais Jsus-Christ a dit : Prenez courage, j'ai vaincu le monde. La pense charnelle, c'est la pense du pch, de la maladie et de la mort. Jsus a compris leur irralit absolue et affirm que la

maladie et le chagrin passeront et que la mort elle-mme, le dernier ennemi, serait vaincue. Aujourd'hui, du point de vue scientifique, nous savons que la mort pourrait tre vaincue en imprimant dans le subconscient la conviction de l'ternelle jeunesse et de la vie ternelle. Le Subconscient, cette puissance sans direction, excute sans discuter les ordres qu'il reoit. En travaillant sous la direction du superconscient (le Christ ou Dieu dans l'homme) la rsurrection du corps s'accomplirait. L'homme ne rejetterait plus son corps dans la mort, celui-ci se transformerait en un corps lectrique tel que l'a chant le pote Walt Whitman, car le Christianisme est fond sur le pardon des pchs et un spulcre vide .

CHAPITRE VI

REJETER LE FARDEAU (Impressionner le subconscient)parvient Lde son l'hommepouvoir et laduconnaissance propre processusORSQUE

de son mental, son grand dsir est de trouver le moyen facile et rapide qui lui permettra d'impressionner son subconscient par l'ide du bien, car une connaissance intellectuelle de la vrit ne donne point de rsultats. Pour ma part, je trouve que le moyen le plus facile est de rejeter le fardeau . Un mtaphysicien s'est expliqu de la sorte, autrefois ce sujet : Ce qui donne, quoi que ce soit, du poids dans la nature, c'est la loi de la gravitation. Si une masse rocheuse pouvait tre transporte, assez haut, au-dessus de la plante, elle n'aurait donc plus de poids ; voil ce qu'entendait Jsus-Christ lorsqu'il disait : Mon joug est doux et mon fardeau lger. Il avait surmont la vibration du monde et se mouvait dans la quatrime dimension, o

tout n'est que perfection, accomplissement, vie et joie. Il a dit : Venez moi, vous tous qui peinez et qui tes chargs, et je vous donnerai le repos. Prenez mon joug, car mon joug est facile et mon fardeau lger. Nous lisons aussi, dans le Psaume LV : Rejette ton fardeau sur le Seigneur. De nombreux passages de la Bible proclament que la bataille est celle de Dieu, non point celle de l'homme, et que celui-ci doit toujours se tenir tranquille et attendre la dlivrance du Seigneur. Ceci indique que c'est dans le superconscient (Christ en nous) que se livre la bataille pour que l'homme soit soulag de ses fardeaux. Nous voyons donc que celui-ci viole la loi en portant son fardeau, qu'un fardeau est une pense ou un tat adverse, et que cette pense, cet tat, a ses racines dans le subconscient. Il semble quasi impossible d'arriver diriger le subconscient par le conscient, c'est-dire le raisonnement, car le raisonnement (l'intellect) est limit dans ses conceptions et il est envahi de doutes et de craintes. L'attitude scientifique consiste donc rejeter le fardeau sur le superconscient (Christ en soi) o il devient lumire ou bien s'va-

nouit et retourne son nant original . Une personne qui avait un urgent besoin d'argent fit cette affirmation : Je rejette ce fardeau sur le Christ qui est en moi et je vais au-devant de l'abondance. Son fardeau, c'tait la peur de la pauvret, et tandis qu'elle le rejetait sur le Christ, le superconscient inonda le subconscient de foi en l'abondance et il en rsulta une large prosprit. Nous lisons dans les critures : Christ met en nous l'esprance de la gloire. coutez ceci : on avait offert un piano une de mes lves. Il n'y avait pas de place pour l'installer dans son studio, moins de se dbarrasser de celui qu'elle possdait dj. Elle tait fort perplexe, dsirant garder le vieux piano, mais ne sachant point o le mettre, et fort agite, car le piano neuf devait lui tre livr immdiatement. Elle s'aperut qu'elle rptait : Je rejette ce fardeau sur le Christ qui est en moi, et je vais de l'avant, libre. Quelques instants plus tard, une amie lui demanda par tlphone la permission de louer l'ancien piano qui fut dmnag au moment mme o le nouveau arrivait. J'ai connu une dame dont le fardeau tait

le ressentiment. Elle dclara : Je rejette ce fardeau de ressentiment sur le Christ qui est en moi, et j'avance, pleine d'amour, paisible et heureuse. Le Tout-Puissant superconscient inonda le subconscient d'amour et toute sa vie fut transforme. Depuis des annes, ce ressentiment l'avait maintenue dans un tat d'angoisse et avait emprisonn son me (le subconscient). Ces affirmations doivent tre rptes continuellement, pendant des heures, parfois silencieusement ou audiblement, avec tranquillit, mais dtermination. J'ai souvent compar cela au fait de remonter un phonographe. Il faut nous remonter avec la parole de vrit. J'ai remarqu qu'au bout d'un certain temps, lorsque nous avons rejet le fardeau , notre vision s'claire. Il est impossible d'avoir une claire vision lorsque l'on se dbat dans les angoisses de l'entendement charnel. Les doutes, la peur empoisonnent l'esprit et le corps, l'imagination se dchane, ce qui provoque le dsastre et la maladie. Par la rptition constante de l'affirmation : Je rejette ce fardeau sur le Christ qui est en moi, et j'avance, libre , la vision se transforme et, en mme temps qu'un sentiment de

soulagement, tt ou tard, survient la manifestation du bien, que ce soit la sant, le bonheur ou la prosprit. Une de mes lves me demanda un jour d'expliquer pourquoi l'obscurit est plus intense au moment o va se faire la lumire . Dans un chapitre prcdent, j'ai fait allusion au fait que souvent, au moment d'une importante dmonstration, tout semble aller mal et que la conscience est obscurcie par un tat de dpression. Cela signifie que les doutes et les craintes ancestrales se rveillent du fond du subconscient ; il convient de les exterminer. C'est alors que l'homme doit faire retentir ses cymbales, tel Josaphat, et rendre grce de ce qu'il est sauv, mme s'il semble tre entour d'ennemis (la pnurie ou la maladie). Mon lve me demanda encore : Combien de temps reste-t-on dans l'obscurit ? Je lui rpondis : Jusqu' ce que l'on parvienne voir dans l'obscurit, or, rejeter le fardeau nous y fait parvenir. Pour impressionner le subconscient, une foi active est toujours essentielle. La foi, sans les uvres, est morte. C'est ce que je me suis efforce de dmontrer dans les chapitres que je viens d'crire. Jsus-Christ fit preuve de foi active lors-

qu'il commanda la multitude de s'asseoir > avant de rendre grces pour les pains et les poissons. Je vais donner un autre exemple pour bien prouver la ncessit de cette foi. En fait, la foi active est un pont sur lequel l'homme passe pour avoir accs sa Terre Promise. cause d'un malentendu, une femme avait t spare de son mari qu'elle chrissait. Il refusait toutes les tentatives de rconciliation et ne voulait entrer en rapport avec elle d'aucune manire. Apprenant connatre la loi spirituelle, elle nia l'apparence de cette sparation et affirma : Il n'y a point de sparation dans l'Entendement Divin, par consquent, je ne puis tre spare de l'amour et du compagnon qui m'appartiennent par droit divin. En dressant chaque jour le couvert de son mari table, elle fit preuve d'une foi active, imprimant, ainsi, sur le subconscient, l'image de son retour. Plus d'un an se passa, mais elle ne varia jamais, et un jour, elle le vit rentrer. Le subconscient est souvent impressionn par la musique, car la musique qui appartient la quatrime dimension, libre l'me ; elle rend possibles les miracles et nous en facilite l'accomplissement !

Une de mes amies se sert, chaque jour, de son phonographe cet effet. Cela la met dans un tat de parfaite harmonie et libre son imagination. Une autre personne de ma connaissance danse en faisant ses affirmations. Le rythme et l'harmonie de la musique et du mouvement donnent ses paroles une puissance extrme. Il convient aussi que l'tudiant se souvienne de ne pas mpriser le jour des petits vnements . Invariablement, avant une dmonstration, des signes de terre se manifestent. Avant d'arriver en Amrique, Christophe Colomb aperut des oiseaux qui tenaient des brindilles dans leur bec, signe que la terre tait proche. Il en est de mme, au moment d'une dmonstration, mais souvent l'tudiant se trompe, prend les signes pour la dmonstration elle-mme et se trouve du. Par exemple, une dame avait prononc la parole pour un service de table. Peu de temps aprs, une amie lui donna un plat vieux et fendu. Elle vint me voir et se plaignit : J'ai demand un service et n'ai reu qu'un plat fl. Ce plat, lui dis-je, est un signe de terre ;

il montre que votre service est en route ; considrez-le comme tant les oiseaux et les brindilles ; c'est ce qu'elle fit et elle reut, peu aprs, le service souhait. Faire semblant , continuellement, impressionne le subconscient. Si l'on fait semblant d'tre riche, si l'on croit tre en pleine russite, en temps voulu on rcoltera . Les enfants font constamment semblant , or si vous ne vous convertissez et ne devenez comme de petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des Cieux. J'ai connu une jeune femme qui tait trs pauvre, mais personne ne pouvait lui en donner le sentiment. Elle gagnait, chez de riches amis, un salaire modeste ; ceux-ci lui rappelaient sans cesse son impcuniosit en lui conseillant l'conomie. Sans se soucier de leurs admonestations, elle dpensait parfois son argent pour acheter un chapeau, ou pour faire un prsent, ce qui la plongeait dans le ravissement. Ses penses taient toujours fixes sur de beaux vtements, sur de belles choses, mais sans les envier autrui. Elle vivait dans un monde merveilleux et, seules, les richesses lui semblaient relles. Elle ne tarda pas pouser un homme fortun et toutes les belles choses se matrialisrent. Je

ne sais si son mari fut celui de la Divine Slection, mais l'opulence devait forcment se manifester dans sa vie, car elle n'avait imagin que l'opulence. U n'y a ni paix ni bonheur pour l'homme tant qu'il n'a pas effac toute crainte de son subconscient. La peur est de l'nergie mal dirige qui doit tre redresse et transmue en foi. Jsus-Christ a dit : Pourquoi as-tu peur, homme de peu de foi ? Tout est possible celui qui croit. Souvent, l'un ou l'autre de mes lves me demande : Comment puis-je me dbarrasser de la peur ? Je rponds : En faisant face ce qui vous effraie. Le lion puise sa frocit dans votre peur. Foncez sur le lion, il disparatra ; enfuyezvous, il vous poursuivra. J'ai montr, dans les prcdents chapitres, comment le lion de la pauvret disparaissait lorsque l'individu dpensait sans crainte, prouvant, ainsi, que Dieu tait pour lui sa richesse et que cette abondance tait, partant, infaillible. Nombreux parmi mes lves sont ceux qui se sont librs des entraves de la pauvret et

qui sont maintenant dans l'opulence pour avoir perdu toute crainte de dpenser ; le subconscient est alors impressionn par cettevrit, que Dieu est la fois le DON et le

DONATEUR ; par consquent, si nous sommes unis Dieu, nous sommes unis au DON. Voici une merveilleuse affirmation : je rends grce DIEU le DONATEUR pour DIEU le DON. Par ses penses de sparation et de pnurie, l'homme s'est depuis si longtemps spar de son bien et de ses vraies ressources qu'il faut parfois de la dynamite pour dloger ces ides fausses du subconscient, et la dynamite se prsente sous forme d'une importante occasion de vaincre. Dans les exemples prcdents, nous avons vu l'individu se librer en dtruisant la crainte. L'homme doit se surveiller chaque instant pour s'assurer qu'il est dirig par la foi et non par la crainte. Choisis aujourd'hui qui tu serviras , la crainte ou la foi. Peut-tre votre crainte est-elle suscite par les personnalits. Dans ce cas, n'vitez pas ceux que vous redoutez ; allez vers eux tranquillement et, ds lors, vous les verrez devenir des

maillons d'or dans la chane de votre bien ou bien ils disparatront harmonieusement de votre chemin. Peut-tre craignez-vous la maladie, les microbes. Apprenez demeurer insensible au risque de contagion, vous serez immunis. On ne peut tre contamin en effet que lorsque l'on vibre sur le mme plan que les microbes ; or la peur rabaisse l'homme leur niveau. Bien entendu, le microbe qui transmet une maladie est le produit de l'entendement mortel, car toute pense prend forme. Les microbes n'existent pas dans le superconscient, l'Entendement Divin, ils sont le produit de l a vaine imagination de l'homme . En un clin d'il surgira la libration de l'homme lorsqu'il se rendra compte que le mal est dnu de pouvoir. Le monde matriel s'vanouira et celui de la quatrime dimension, le Monde du Merveilleux apparatra. Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre et il n'y aura plus de mort, ni de chagrin, ni de larmes, ni de douleurs ; car les choses anciennes seront passes ! La plupart des citations viennent de la Bible. N. T.

CHAPITRE VII

L'AMOURhomme, est train Tde s'initier sur cette plante,vousendonne l'amour. JeOUT

un nouveau commandement, c'est que vous vous aimiez les uns les autres. Oupensky dit, dans Tertium Organum , que l'amour est un phnomne cosmique qui ouvre l'homme la quatrime dimension, Le Monde du Merveilleux . Le vritable amour est dsintress et exempt de crainte. Il se rpand sur l'objet de son affection, sans rien demander en retour. Sa joie est dans la joie de donner. L'amour, c'est Dieu qui Se manifeste et c'est la plus grande force magntique de l'Univers. L'amour pur, exempt d'gosme, s'attire ce qui lui appartient ; il n'a pas chercher ou demander. Personne, pour ainsi dire, n'a la plus petite conception du vritable amour. L'homme

est goste, tyrannique et craintif dans ses affections, et perd, de ce fait, ce qu'il aime. La jalousie est le pire ennemi de l'amour, car l'imagination se dchane, voit l'tre aim attir vers un autre, et, infailliblement, ces craintes deviennent ralit, si elles ne sont point neutralises. Une jeune femme profondment afflige vint me trouver ; l'homme qu'elle aimait l'avait quitte pour une autre en lui disant qu'il n'avait jamais eu l'intention de l'pouser. Elle tait dchire par la jalousie et le ressentiment et me dit qu'elle souhaitait qu'il souffrt comme il la faisait souffrir. Elle ajouta : Comment a-t-il pu me quitter, moi qui l'aimais tant ? Je lui rpondis : Vous ne l'aimez pas du tout, vous le hassez , et j'ajoutai : Vous ne pouvez jamais recevoir ce que vous n'avez pas donn ; donnez un amour parfait et vous recevrez un parfait amour. Saisissez cette occasion de vous perfectionner ; offrez-lui un amour parfait, exempt d'gosme, qui ne demande rien en retour ; ne le critiquez pas, ne le condamnez pas et bnissez-le o qu'il se trouve . Non, rpondit-elle, je ne le bnirai pas, moins de savoir o il est !

Eh bien, lui dis-je, ce n'est pas de l'amour vrai. Lorsque vous lui montrerez de l'amour vritable, l'amour vritable vous sera rendu, par cet homme ou par son quivalent, car si cet homme n'est point le choix divin, vous n'en voudrez pas. Tout comme vous ne faites qu'un avec Dieu, vous ne faites qu'un avec l'amour qui vous appartient par droit divin. Les mois passaient et les choses en restaient l ; mais mon amie travaillait consciencieusement sur elle-mme. Je lui dis : Lorsque sa cruaut ne vous troublera plus, il cessera d'tre cruel, car vous vous attirez ceci par vos propres motions. Puis, je lui parlai d'une Fraternit aux Indes dont les membres ne se disent point Bonjour , mais Je salue la Divinit en vous . Ils saluent la Divinit en tout homme et aussi dans les animaux de la jungle, qui ne leur font jamais de mal, car les membres de cette Fraternit ne voient que Dieu en tout tre vivant. J'ajoutai : saluez la Divinit dans cet homme, dit : Je ne vois que votre tre divin ; je vous vois tel que Dieu vous voit, parfait, Son image et Sa ressemblance . Mon amie remarqua qu'elle trouvait un nouvel quilibre et qu'elle se dbarrassait de son

ressentiment. Celui qu'elle aimait tait capitaine, elle l'appelait toujours l e C a p . Un jour, elle me dit tout coup : Que Dieu bnisse le Cap o qu'il soit. Voil, lui dclarai-je, le vritable amour, et, lorsque vous serez devenue un cercle complet et que cette situation ne vous troublera plus, vous obtiendrez son amour ou bien vous attirerez son quivalent. cette poque, je dmnageai ; prive de tlphone, je n'entendis plus parler d'elle pendant quelques semaines. Puis, un matin, je reus une lettre, dans laquelle elle me disait : Nous sommes maris. Je me htai d'aller la voir et mes premires paroles furent : Comment cela est-il arriv ? Oh ! S'exclama-t-elle, par un miracle ! Un jour, je m'aperus, en m'veillant, que toute peine m'avait quitte. Le mme soir, je le rencontrai et il me demanda de l'pouser. Nous nous sommes maris dans la huitaine et je n'ai jamais vu un homme plus pris. Un vieux proverbe dit : Aucun homme n'est ton ennemi, aucun homme n'est ton ami, tous les hommes sont tes matres. Il faut donc devenir impersonnel et apprendre ce que chacun a nous enseigner ; bientt, nos leons apprises, nous serons libres.

Cet homme enseigna cette femme l'amour dsintress que chacun, tt ou tard, doit apprendre. La souffrance n'est pas ncessaire au dveloppement de l'homme ; elle n'est que le rsultat de la violation de la loi spirituelle, mais peu nombreux sont ceux qui semblent capables de s'veiller du sommeil de l'me , sans souffrance. Lorsque les gens sont heureux, ils sont, en gnral gostes et, automatiquement, la loi du Karma est mise en action. L'homme subit, souvent, des pertes, par son manque de jugement. Une de mes connaissances avait un mari charmant, mais elle disait souvent : Je ne tiens pas au mariage ; je n'ai rien reprocher mon mari, la vie conjugale ne m'intresse pas, voil tout. S'intressant mille choses, elle se souvenait peine qu'elle avait un mari. Elle ne pensait lui que lorsqu'elle le voyait. Un jour, il lui annona qu'il s'tait pris d'une autre femme et la quitta. Aussitt, elle vint me voir, dsole, pleine d'amertume. C'est, lui dis-je, exactement dans ce but que vous avez prononc la parole ; vous avez dit que vous n'apprciez pas la vie conju-

gale, votre subconscient a travaill vous en librer. Oui, soupira-t-elle, je comprends. On obtient ce que l'on veut, puis, ensuite, on se plaint. Elle ne tarda pas accepter cette situation, comprenant qu'elle et son mari taient plus heureux spars. Lorsqu'une femme devient indiffrente ou critique son mari, lorsqu'elle cesse d'tre une inspiratrice pour lui, celui-ci, frustr de la joie des premiers temps de leur union, est dsempar et malheureux. Un homme dprim, malheureux et pauvre vint me consulter. Sa femme s'intressait la Science des Nombres et avait fait tudier son thme numrique ; le rapport ne lui tait pas favorable, apparemment, car me dit-il : Ma femme prtend que je n'arriverai jamais rien parce que je suis un deux. Je lui rpondis : Votre nombre m'est indiffrent, vous tes une ide parfaite de l'Entendement Divin, et nous allons demander le succs et la prosprit qui sont dj prpars pour vous par l'Intelligence Infinie. En quelques semaines, il eut une excellente situation et, un ou deux ans plus tard, se tailla un brillant succs d'homme de lettres. Per-

sonne ne peut russir dans les affaires, moins de les aimer. La toile que le peintre peint par amour de l'art est sa plus belle uvre. Il faut toujours dconseiller ce qui n'a pour but que de faire bouillir la marmite . Aucun homme ne peut attirer l'argent s'il le mprise. Beaucoup se maintiennent dans la pauvret en dclarant : L'argent ne m'intresse pas, je n'ai aucune considration pour ceux qui en ont. Voil pourquoi tant d'artistes sont pauvres ; leur mpris de l'argent les en spare. Je me souviens avoir entendu un artiste dire d'un confrre : C'est un pitre artiste, il a un compte en banque. Cette attitude mentale spare l'homme de ses richesses ; pour attirer une chose soi, il faut tre en harmonie avec elle. L'argent est une manifestation de Dieu qui nous libre du besoin et des restrictions, mais il doit tre maintenu en circulation et servir un bon usage. Thsauriser et pargner entranent des ractions fort dsagrables. Cela ne signifie pas cependant que l'on ne doive pas possder des immeubles, des terres, des actions et des obligations, car les greniers du juste seront pleins ; mais qu'il ne

faut pas pargner, mme le principal, si une occasion se prsente o l'argent est ncessaire. En donnant libre cours l'argent, sans crainte et joyeusement, on ouvre la voie qui en amnera d'autre, car Dieu est notre infaillible et inpuisable richesse. Voil quelle doit tre l'attitude spirituelle l'gard de l'argent et la Grande Banque de l'Universel ne faillit jamais ! Un film intitul Greed (Rapacit) nous offre un exemple d'avarice. L'hrone de l'histoire a gagn cinq mille dollars, dans une loterie, mais ne veut pas les dpenser. Elle amasse et entasse, laisse son mari souffrir et mourir de faim, et finit par nettoyer des parquets pour vivre. Aimant l'argent pour lui-mme, elle le place au-dessus de tout. Une nuit, elle est assassine et on lui vole son argent. Voil un exemple o l'amour de l'argent est la base de tous les maux . L'argent, en soi, est bon et bnfique, mais lorsque l'on s'en sert des fins destructives, lorsqu'on l'amasse et le thsaurise, ou bien lorsqu'on le considre comme plus important que l'amour, cela a pour consquence la maladie, le malheur et la perte de l'argent lui-mme. Suivez le chemin de l'amour et toutes choses

vous seront donnes par surcrot, car Dieu est Amour, et Dieu est notre richesse ; suivez le chemin de l'gosme, de la rapacit, et l'abondance disparatra, ou bien vous en serez spar. J'ai connu le cas d'une dame fort riche qui thsaurisait ses revenus. Elle donnait rarement quoi que ce soit, mais s'achetait, sans cesse, des objets de toute sorte. Elle affectionnait, particulirement, les colliers. Une de ses amies lui demanda un jour combien elle en possdait. Soixante-sept , rpondit-elle . Elle les achetait et les mettait de ct, soigneusement envelopps dans du papier de soie. Cela et t lgitime si elle les avait ports, mais elle violait la loi de la circulation ; ses placards taient remplis de vtements qu'elle ne mettait jamais. Les bras de cette personne se paralysrent progressivement parce qu'elle s'attachait trop avidement aux objets, et, bientt, elle fut considre comme incapable de grer sa fortune et celle-ci lui fut retire. Voil comment, par ignorance de la loi, on suscite sa perte. Toute maladie, tout malheur proviennent de la violation de la loi d'amour. Les boomerangs de la haine, de la rancune et de la critique

reviennent chargs de maladie et de douleur. L'amour semble presque tre un art perdu, mais celui qui connat la loi spirituelle sait qu'il faut le reconqurir, car, sans l'amour, lui-mme n'est qu'un airain qui rsonne, une cymbale qui retentit . Une de mes lves, par exemple, travaillait avec moi depuis des mois pour dbarrasser son conscient de la rancune. Elle arriva au point o elle n'en voulait plus qu' une seule personne, mais celle-l lui donnait fort faire. Cependant, petit petit, elle trouva l'quilibre et l'harmonie et, un jour, tout ressentiment disparut. Elle arriva radieuse et s'exclama : Vous n'imaginez pas ce que je ressens ! Cette femme m'a dit quelque chose de dsagrable et, au lieu d'tre furieuse, j'ai t gentille et pleine d'amour ; alors, elle s'est excuse et a t absolument charmante avec moi ! Personne ne peut savoir combien je me sens lgre ! L'amour et la bonne volont sont inestimables dans les affaires. Une employe vint se plaindre moi de sa patronne qui, prtendait-elle, tait froide, d'esprit critique et ne l'aimait pas. Bien, lui conseillai-je, saluez la Divinit en elle et envoyez-lui des penses d'amour.

Elle me rpondit : Impossible, c'est une femme de marbre. Vous souvenez-vous, rtorquai-je, de l'histoire du sculpteur qui rclama un certain bloc de marbre ? On lui demanda pourquoi il le voulait : Parce qu'il y a un ange dans ce marbre et il en tira une merveilleuse uvre d'art. Bien, dit ma visiteuse, j'essayerai. Une semaine plus tard, elle revint : J'ai fait ce que vous m'aviez conseill et maintenant cette dame est trs bonne pour moi ; elle m'a fait faire une promenade dans sa voiture. Certaines personnes sont remplies de remords d'avoir fait du mal autrui, parfois des annes auparavant. Si ce mal ne peut tre rpar, son effet peut tre neutralis en faisant du bien quelqu'un d'autre dans le prsent. Je fais une chose, oubliant ce qui est en arrire je me porte vers ce qui est en avant. Le chagrin, le remords, les regrets dtruisent les cellules du corps et empoisonnent l'atmosphre de l'individu. Une dame, un jour, en proie un profond chagrin, m'a demand : Traitez-moi afin que je sois heureuse et joyeuse, car mon chagrin me rend si irritable envers les membres de ma

famille que j'en subis sans cesse le contrecoup karmique. On me pria aussi de traiter une mre qui pleurait sa fille. Je niai toute croyance dans les pertes et les sparations et affirmai que Dieu tait la joie de cette femme, son amour et sa paix. Elle recouvra, immdiatement, son quilibre, et me fit dire par son fils de cesser mon traitement, car maintenant elle dbordait de joie. D'autre part, voil comme l'entendement mortel s'attache ses douleurs et ses regrets. Une personne de mes relations se targuait sans cesse de ses malheurs, de sorte qu'elle avait toujours de quoi se vanter. Autrefois, si une femme ne se faisait pas de souci au sujet de ses enfants, elle passait pour n'tre point Bonne Mre. prsent nous savons que les craintes maternelles sont responsables de bien des maladies et des accidents qui surviennent aux enfants. La peur, en effet, imagine fortement la maladie ou la situation redoute et ces images, si elles ne sont pas neutralises, se matrialisent. Heureuse est la mre qui peut dire avec sin-

crit qu'elle remet son enfant entre les mains de Dieu, sachant, par consquent, qu'il est divinement protg. Elle projette ainsi, autour de lui, une puissante aura protectrice. Une femme s'veilla subitement une nuit, sentant son frre en grand danger. Au lieu de cder ses craintes, elle se mit affirmer la Vrit, disant : L'homme est une ide parfaite de l'Entendement Divin, et il est toujours sa vraie place ; par consquent, mon frre est sa vraie place, divinement protg. Le jour suivant, elle apprit que son frre s'tait trouv proximit immdiate d'une explosion, dans une mine, mais qu'il avait t miraculeusement pargn. C'est ainsi que nous sommes le gardien de notre frre (par la pense) et chacun devrait savoir que l'objet de son affection demeure l'abri du Trs-Haut, et repose l'ombre du Tout-Puissant . Aucun mal ne t'atteindra, aucun flau n'approchera de ta tente. L'amour parfait bannit la crainte. Celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour. Enfin, l'amour est l'accomplissement de la Loi .

CHAPITRE VIII

INTUITION, DIRECTIONtoutes D te dirigera.tes voies, reconnais-Le et Il ANS

Rien n'est impossible celui qui connat la puissance de sa parole et qui suit les directives de son intuition. Par sa parole il met en action des forces invisibles et il peut restaurer son corps et transformer ses affaires. Il est donc de la plus grande importance de choisir les mots justes, et les affirmations que l'on va projeter dans l'invisible. Celui qui tudie la Loi spirituelle sait que Dieu est sa richesse, que l'abondance divine rpond toutes les demandes et que la parole la fait surgir. Demandez et vous recevrez. C'est l'homme de faire le premier pas. Approche-toi de Dieu et Il s'approchera de toi.

On m'a souvent demand comment il fallait s'y prendre pour faire une dmonstration. Je rponds : Prononcez la parole, puis ne faites rien jusqu' ce que vous ayez une directive prcise. Demandez cette indication, dites : Esprit Infini, guide-moi, fais-moi savoir s'il y a quelque chose que je doive faire. La rponse viendra par l'intuition, une rflexion de quelqu'un, un passage dans un livre, etc., etc. Les rponses sont parfois tout fait surprenantes dans leur exactitude. Ainsi, une dame dsirait une grosse somme d'argent. Elle pronona ces paroles : Esprit Infini, ouvre la voie vers mon immdiate abondance, que tout ce qui est moi par droit divin me parvienne immdiatement profusion. Puis elle ajouta : Donne-moi une indication prcise, fais-moi savoir s'il y a quelque chose que je doive faire. Aussitt, cette pense la traversa : Donne une certaine amie (qui l'avait aide spirituellement) cent dollars. Elle s'en ouvrit celleci qui lui dit : Attendez de recevoir une autre direction avant de le faire. Elle attendit donc et, le mme jour, rencontra une connaissance qui, au cours de la conversation, lui raconta : J'ai donn un dollar quel-

qu'un aujourd'hui ; pour moi c'est autant que si vous donniez cent dollars. C'tait bien l une indication, elle eut la certitude qu'elle avait raison de donner les cent dollars. Ce don se rvla comme un placement excellent, car peu aprs, une grosse somme lui parvint d'une faon remarquable. Donner ouvre la voie pour recevoir. Afin de crer de l'activit dans ses affaires pcuniaires, il faut donner. La dme, c'est--dire : offrande du dixime de ses revenus, est une vieille coutume juive qui ne manque jamais de susciter l'abondance. Beaucoup parmi les plus riches de ce pays ont l'habitude de donner la dme ; je ne connais point de meilleur placement. Ce dixime nous revient bni et multipli. Mais le don de la dme doit tre fait avec amour et joie, car Dieu aime un donateur joyeux . Les notes doivent tre payes volontiers ; tout argent doit tre donn sans crainte et accompagn d'une bndiction. Cette attitude d'esprit fait de l'homme le matre de l'argent. Celui-ci devient son serviteur et la parole qu'il prononce ouvre alors de vastes rserves de richesses. C'est l'homme lui-mme qui, par sa vision limite, limite son abondance. Parfois, un tudiant ayant obtenu une

grande ralisation de richesse, a peur d'agir. La vision et l'action doivent marcher de pair, comme dans le cas du monsieur qui fit l'acquisition de la pelisse. Une consultante vint me demander de prononcer la parole en faveur d'une situation. Je dis donc : Esprit Infini, ouvre la voie vers la situation qui convient cette personne. * Ne demandez jamais une situation , mais la situation juste, c'est--dire celle qui est dj prpare dans le Plan Divin, car c'est la seule qui vous donnera satisfaction. Puis je rendis grces de ce qu'elle avait dj reu et de ce que la situation se manifestait rapidement. Peu aprs, on lui en offrit trois, deux New York et une autre Palm Beach, elle ne savait laquelle prendre. Je lui dis : Demandez une direction prcise. Le dlai pour sa rponse allait expirer et elle ne parvenait toujours pas se dcider, lorsqu'un jour elle me tlphona. En me rveillant ce matin, me dit-elle, j'ai eu l'impression de sentir le parfum de Palm Beach. Elle y avait dj t et connaissait son air embaum. Alors, lui rpondis-je, voil certainement l'indication attendue. Elle accepta donc la situation qu'on lui offrait et celle-ci lui fut

extrmement favorable. Souvent les directives surviennent un moment inattendu. Un jour, je marchais dans la rue, lorsque subitement j'eus envie d'entrer dans une certaine boulangerie qui se trouvait un peu plus loin. La raison rsistait en moi, disant : Il n'y a rien dans cette boulangerie dont tu aies besoin. Cependant, j'avais appris ne point raisonner ; j'y allai donc, regardai autour de moi et m'aperus qu'en effet je n'avais besoin de rien, mais, en sortant, je rencontrai une dame laquelle j'avais souvent pens et qui avait grand besoin d'une aide que je pouvais lui offrir. Ainsi, souvent, on va chercher une chose pour en trouver une autre. L'intuition est une facult spirituelle qui n'explique point, elle ne fait que montrer le chemin. On reoit souvent une direction pendant un traitement . L'ide qui surgit peut sembler tout fait incongrue, mais certaines directives de Dieu sont mystrieuses . En faisant un cours, un jour, je traitais pour que chaque tudiant reoive une indication bien dfinie. Aprs le cours, une lve

vint me dire : Tandis que vous traitiez , j'ai reu l'ide de sortir mes meubles du garde-meuble et de prendre un appartement. Or, elle tait venue pour tre traite pour la sant. Je lui dis que je savais qu'en se crant un foyer sa sant s'amliorerait et j'ajoutai : Je pense que votre maladie, qui est congestive, provient que ce que vous mettez les choses de ct. La congestion des choses provoque la congestion du corps. Vous avez viol la loi de la circulation et votre corps en paie les consquences. Puis je rendis grce de ce que l'Ordre divin tait rtabli dans son esprit, son corps et ses affaires . On est loin de se douter quel point les affaires ragissent sur la sant. Toute maladie comporte une correspondance mentale. Une personne pourrait tre gurie instantanment en comprenant que son corps est une ide parfaite de l'Entendement Divin et, par consquent, qu'il est sain et parfait, mais si elle continue penser d'une faon destructive, si elle thsaurise, si elle hait, si elle a peur, si elle condamne, la maladie rcidivera. Jsus-Christ savait que toute maladie provient du pch ; aprs avoir guri le lpreux,

il lui dit : Va et ne pche plus de crainte qu'un mal pire ne t'afflige. Ainsi, l'me (le subconscient) doit tre lave et devenue blanche comme neige pour que la gurison soit permanente. Le mtaphysicien fait donc toujours de profonds sondages pour dcouvrir la correspondance . Jsus-Christ a dit : Ne condamne point de peur d'tre condamn aussi. Ne jugez point, afin de n'tre pas jug. Beaucoup se sont attir la maladie et le malheur en condamnant les autres. Ce que l'homme condamne en autrui, il se l'attire. Une amie vint me voir pleine de colre et de douleur parce que son mari l'avait abandonne pour une autre. Elle blmait cette femme et rptait sans cesse : Elle savait qu'il tait mari et n'avait pas le droit d'accepter ses hommages. Je lui rpondis : Cessez de condamner cette femme, bnissez-la et finissez-en avec cette situation, autrement vous vous attirerez la mme chose. Elle demeura sourde mes paroles, et un an ou deux aprs, s'prit elle-mme d'un homme mari. Lorsqu'il critique ou condamne, c'est comme

si l'homme ramassait un fil haute tension, il peut s'attendre un choc. L'indcision est une pierre d'achoppement sur bien des routes. Pour la surmonter, rptez sans cesse : Je suis toujours sous l'inspiration directe ; je prends rapidement de bonnes dcisions. Ces paroles impressionnent le subconscient et l'on ne tarde pas se trouver alerte et dpouill de toute hsitation. J'ai appris qu'il est nfaste de chercher ses directives sur le plan psychique, car ce plan est celui de nombreux esprits et non point de l'Unique Esprit. Au fur et mesure que l'homme ouvre son esprit la subjectivit, il devient une cible pour les forces destructrices. Le plan psychique est le rsultat de la pense mortelle, c'est le plan des oppositions . On en reoit de bons ou de mauvais messages. La science des nombres, les horoscopes, maintiennent l'homme sur le plan mental (ou mortel), car ils ne s'occupent que de la voie Karmique. Je connais un monsieur qui d'aprs son horoscope, devrait tre mort depuis des annes ; or il se porte bien, et dirige un des plus grands mouvements de ce pays, pour le bien de l'humanit.

Pour neutraliser une prdiction nfaste, il faut une trs puissante mentalit. L'tudiant doit dclarer : Toute prdiction fausse sera annihile ; tout plan qui ne vient pas de mon Pre cleste sera limin et se dissipera, l'ide divine se ralise maintenant. Cependant, si l'on a reu un bon message, un message qui prdit le bonheur ou la fortune, il faut l'accueillir et en attendre la ralisation, ce qui en facilitera la manifestation. La volont humaine doit servir soutenir la volont divine. Je veux que la volont de Dieu soit faite. La volont de Dieu est d'accorder chacun tous les dsirs lgitimes de son cur, et la volont de l'homme devrait s'employer maintenir, sans faiblir, une vision parfaite. L'Enfant Prodige s'cria : Je me lverai et j'irai vers mon Pre. Il faut parfois un effort de volont pour quitter les caroubes et les porcs de l'entendement humain. Il est tellement plus facile au commun des mortels de craindre que d'avoir la foi : la foi est donc un effort de la volont. En s'veillant la spiritualit, l'homme reconnat que tout ce qui est discordant autour de lui correspond une inharmonie mentale.

S'il trbuche, s'il tombe, il peut se dire qu'il trbuche et tombe en son entendement. Un jour, une de mes lves marchait dans la rue, condamnant quelqu'un en pense. Elle se disait : Cette femme est la plus dsagrable de la Terre, lorsque, brusquement, trois scouts se prcipitant au tournant de la rue, faillirent la jeter par terre. Elle ne leur en voulut pas, mais fit immdiatement appel la loi du pardon en saluant la divinit en cette dame. Les voies de la sagesse sont des voies agrables et remplies de paix. Lorsque l'on fait appel l'Universel, il faut s'attendre aux surprises. Tout peut sembler aller mal, alors qu'en ralit tout va bien. Une tudiante avait appris qu'il n'y a pas de perte en l'Entendement divin et que, par consquent, elle ne pouvait pas perdre ce qui lui appartenait, que ce qui tait perdu lui serait rendu ou bien qu'elle en recevrait l'quivalent. Plusieurs annes auparavant elle avait perdu deux mille dollars. Elle avait prt cette somme une parente, morte sans en faire mention dans son testament. Cette lve tait pleine d'amertume et de colre, car elle n'avait aucune preuve de cette transaction. Elle dcida de nier cette perte et de demander les deux mille dollars la Banque de l'Universel.

Elle dut commencer par pardonner sa parente, car la rancune et le refus de pardonner ferment les portes de cette banque merveilleuse. Elle affirma : Je nie cette perte, il n'y a pas de perte dans l'Entendement Divin, par consquent je ne puis perdre ces deux mille dollars qui m'appartiennent par droit divin. Lorsqu'une porte se ferme, une autre porte s'ouvre. Elle habitait un appartement dans un immeuble qui tait vendre ; le bail contenait une clause stipulant que si la maison se vendait, les locataires seraient tenus de dmnager dans les quatre-vingt-dix jours. Brusquement, le propritaire dnona les baux et augmenta les loyers. nouveau, l'injustice surgissait sur sa route, mais cette fois, cela ne la troubla point. Elle bnit le propritaire et dit : Puisque le loyer est augment, cela signifie que je serai d'autant plus riche, car Dieu est ma richesse. De nouveaux baux furent tablis selon le nouveau loyer, mais, par une erreur providentielle, la clause des quatre-vingt-dix jours fut omise. Peu aprs, le propritaire eut l'occasion de vendre sa maison. Grce l'erreur commise

sur les nouveaux baux, les locataires restrent en possession des locaux pendant un an. Le grant offrit chacun d'eux deux cents dollars pour s'en aller. Plusieurs familles dmnagrent, trois demeurrent, y compris la dame en question. Un mois ou deux passrent. Le grant revint la charge. Cette fois il proposa son amie : Voulez-vous accepter la somme de quinze cents dollars ? En un clair, elle pensa : Voil mes deux mille dollars. Elle se souvint avoir dit des amis qui habitaient la maison : Nous agirons ensemble si on nous reparle de dmnager. Sa direction tait donc de consulter ses amis. Ceux-ci dclarrent : Si l'on vous a offert quinze cents dollars, on vous en donnera certainement deux mille. En effet, elle reut un chque de deux mille dollars en change de son bail. Ce fut une remarquable dmonstration de la loi, l'injustice apparente ne fit qu'ouvrir la porte la dmonstration. Ceci prouve qu'il n'y a pas de perte et que lorsque l'homme agit selon la loi spirituelle, il tire tout ce qui est lui de ce grand Rservoir du Bien. Je te rendrai les annes dtruites par les sauterelles. Les sauterelles, ce sont les doutes, les crain-

tes, les ressentiments et les regrets de l'entendement mortel. Seules, ces penses adverses dtroussent l'homme ; car nul ne donne l'homme si ce n'est lui-mme, et personne ne le vole si ce n'est lui-mme . Nous sommes ici pour faire la preuve de Dieu et pour porter le tmoignage de la vrit , or nous ne pouvons prouver Dieu qu'en faisant surgir l'abondance de la pnurie et la justice de l'injustice. Mettez-moi l'preuve, dit l'ternel des multitudes. Et vous verrez si je n'ouvre pas pour vous les cluses des cieux, si je ne rpands pas sur vous une bndiction telle que vous n'aurez pas la place pour la contenir. (Mal. III : 10.)

CHAPITRE IX

LA PARFAITE EXPRESSION DE SOI OU LE DESSEIN DIVINvent ne peut garer ma Achanger le cours de ma destine.barque ni UCUN

Pour tout homme, il existe une parfaite expression de soi. Il y a une place qu'il doit occuper et que personne d'autre ne peut occuper sa place, il y a quelque chose qu'il doit faire et qui ne peut tre fait que par lui ; c'est sa destine ! Cette ide parfaite, maintenue dans l'Entendement Divin, attend que l'homme la reconnaisse. Puisque la facult d'imagination est une facult cratrice, il est ncessaire que l'homme peroive l'ide avant qu'elle puisse se raliser. L'appel le plus lev de l'homme concernera donc le Dessein Divin de sa vie. Il est possible qu'il n'en ait pas la moindre

conception, car il peut y avoir, profondment cach en lui, quelques merveilleux talents. Son appel devrait. tre : Esprit Divin, ouvre la voie pour que se manifeste le Dessein Divin de ma vie ; que le gnie qui est en moi soit libr ; que je saisisse clairement le Plan Parfait. Le Plan parfait comprend la sant, la fortune, l'amour et la parfaite expression de soi. Voil la quadrature de la vie qui apporte le bonheur parfait. Aprs avoir fait cet appel, de grands changements peuvent se produire dans la vie, car presque tous les hommes se sont loigns du Dessein Divin. Je connais le cas d'une certaine personne : il semblait qu'un cyclone et dvast ses affaires, mais elles se rajustrent vite et de nouvelles et merveilleuses conditions se substiturent aux anciennes. L'expression parfaite de soi ne se manifestera jamais par une tche ingrate, mais celleci aura, au contraire, un intrt si absorbant que cela semblera presque un jeu. Celui qui s'initie la vrit sait aussi qu'en pntrant dans le monde dont Dieu dirige les finances, l'abondance ncessaire sa parfaite expression sera porte de sa main. Plus d'un gnie s'est dbattu pendant des

annes dans des problmes financiers, alors qu'en prononant avec foi, la parole, il aurait rapidement libr les fonds ncessaires. Voulez-vous un exemple ? Aprs un cours, un tudiant vint me voir et me tendit un cent (centime partie d'un dollar. N.T.) ; il me dit ; Jai tout juste sept cents au monde, et je vais vous en donner un, car j'ai foi dans la puissance de votre parole ; je vous demande de prononcer la parole pour ma parfaite expression et ma prosprit. Je prononai la parole et ne le revis que l'anne suivante. Il arriva un jour, heureux, en pleine russite, ayant en poche une liasse de billets de banque. Il me dit tout de suite : Aussitt que vous avez prononc la parole, une situation m'a t offerte dans une ville loigne et je dmontre prsent la sant, le bonheur, l'opulence. Pour une femme, l'expression parfaite peut tre de devenir une pouse remarquable, une mre idale, une matresse de maison accomplie et pas ncessairement de briller dans une carrire. Demandez des directions nettes et la voie vous sera trace, facile et pleine de succs. On ne doit ni se reprsenter , ni forcer

une image, lorsque l'on demande que le Dessein Divin pntre dans le conscient ; on reoit des clairs d'inspiration et l'on commence se voir accomplissant de grandes choses. Voil l'image ou l'ide laquelle il convient de se tenir sans vaciller. Ce que l'homme cherche, le cherche le tlphone cherchait Bell ! Les parents ne devraient jamais imposer des carrires ou des professions leurs enfants. Connaissant la Vrit spirituelle, ils devraient, tt dans la vie de l'enfant ou mme avant sa naissance, prononcer la parole pour que le Plan Divin s'accomplisse. Un traitement prnatal devrait tre ainsi conu : Que le Dieu qui est dans cet enfant S'exprime parfaitement ; que le Dessein Divin pour son esprit, son corps et ses affaires se manifeste tout au long de sa vie, tout au long de l'ternit. Que la volont de Dieu soit faite et non celle de l'homme ; selon le modle de Dieu et non celui de l'homme, voil le commandement que nous trouvons constamment dans les Ecritures et la Bible est un livre qui traite de la Science de l'esprit et qui enseigne l'homme librer son me (le subconscient) de l'esclavage. Les batailles qui y sont dcrites reprsentent

les luttes de l'homme contre les penses mortelles : les ennemis de l'homme seront ceux de sa propre maison . Tout homme est Josaphat et tout homme est David qui extermine Goliath (la pense, l'entendement mortel) grce la petite pierre blanche (la foi). Ainsi, l'homme doit prendre garde de ne pas tre le mchant serviteur qui enterra son talent. Ne pas se servir de ses dons entrane de terribles pnalits. Souvent, la peur empche l'homme de s'exprimer parfaitement. Le trac a gn plus d'un gnie ; il peut cependant tre surmont par la parole prononce ou le traitement ; l'individu perd, alors, toute conscience de soi et sent seulement qu'il est un moyen par lequel s'exprime l'Intelligence Infinie. Il est alors sous l'inspiration directe, dnu de toute crainte, plein de confiance, car il sent que c'est le Pre en lui qui agit. Un jeune garon assistait souvent mon cours avec sa mre. Il me pria de prononcer la parole pour un examen qu'il avait passer. Je lui conseillai cette affirmation : Je suis uni l'Intelligence Infinie ; je sais tout ce que je dois savoir sur cette matire ; il avait d'excellentes connaissances en histoire, mais

il n'tait pas sr de lui en arithmtique. Je le revis peu aprs : J'ai prononc la parole pour l'arithmtique et j'ai t reu avec les meilleures notes, mais j'ai cru pouvoir me fier moi-mme pour l'histoire et mes notes ont t trs mdiocres. L'homme reoit souvent un camouflet lorsqu'il est trop sr de luimme, car il met alors sa confiance dans sa personnalit et non pas dans le Pre qui est en lui . Une autre de mes lves me donna cet exemple. Un t, elle fit un long voyage, visitant de nombreux pays dont elle ignorait la langue. chaque instant, elle demandait les directives et la protection divines, et tout alla miraculeusement. Ses bagages ne furent jamais ni retards, ni gars ; elle trouva partout le gte dans les meilleurs htels et partout fut parfaitement servie. Elle revint New York o, connaissant la langue, elle pensa que Dieu ne lui tait plus ncessaire et fit face ses affaires sans plus prier. Tout alla mal ; ses malles s'garrent au milieu de l'agitation et du dsordre. L'tudiant en mtaphysique doit prendre l'habitude de pratiquer la Prsence de Dieu chaque minute. Reconnais-Le dans toutes tes voies , rien n'est insignifiant, ni trop important.

Parfois, un incident menu peut transformer une vie. Robert Fulton, regardant bouillir doucement de l'eau dans une bouilloire th, imagina un paquebot ! J'ai souvent vu un tudiant retarder sa dmonstration par sa rsistance ou bien parce qu'il voulait choisir lui-mme sa voie. Ce faisant, il limitait sa foi et arrtait la manifestation. Mes voies et non vos voies ! commande l'Intelligence Infinie. l'instar de toute l'nergie, que ce soit la vapeur ou l'lectricit, il lui faut un instrument n'offrant aucune rsistance et l'homme est cet instrument. Constamment, les critures enjoignent l'homme de se tenir tranquille . , Judas, ne craint point ; mais demain, va leur rencontre, car le Seigneur sera avec toi. Tu n'auras pas combattre cette bataille ; dtends-toi, tiens-toi tranquille et contemple la dlivrance du Seigneur qui est avec toi. Nous avons constat cela pour la dame qui reut de son propritaire ses deux mille dollars lorsqu'elle devint non rsistante et d'une foi imperturbable, et aussi pour celle qui gagna l'amour de l'homme qu'elle chrissait lorsque toute souffrance eut cess .

Le but de l'tudiant en mtaphysique, c'est l'quilibre, la matrise de soi. La matrise de soi, c'est la puissance, car elle donne la Puissance-Dieu la possibilit d'affluer travers l'homme, afin d'agir selon Son bon vouloir . Matre de lui, l'tudiant pense clairement et prend rapidement les bonnes dcisions : i l ne manque jamais une leve . La colre altre la vision, empoisonne le sang : c'est la cause de bien des maladies et de dcisions conduisant au dsastre. On l'a place parmi les pchs capitaux tant ses ractions sont malfaisantes. L'tudiant apprend qu'en mtaphysique le mot pch a un sens beaucoup plus large que dans l'enseignement de jadis : tout ce qui est contraire la foi est pch . Il s'aperoit que la crainte et l'inquitude sont de mortels pchs. C'est de la foi inverse et, par des images mentales dformes, il provoque ce qu'il redoute. Son travail consiste bouter dehors ses ennemis (hors du subconscient). Lorsque l'homme est exempt de crainte, il est parfait ! Mais comme l'a dit Maeterlink, l'homme a peur de Dieu . Ainsi donc, comme nous l'avons lu dans les prcdents chapitres, l'homme ne peut vaincre la peur qu'en faisant face ce qui l'effraie.

Lorsque Josaphat et son arme se prparrent aller la rencontre de l'ennemi en chantant : lou soit le Seigneur, car sa misricorde dure jamais , ils s'aperurent que leurs ennemis s'taient entretus, et qu'il n'y avait plus personne combattre. Une personne avait demand une de ses amies de transmettre un message une tierce personne. Cette amie redoutait cette dmarche, car la raison lui conseillait : Ne te mle pas de cette affaire et ne te charge pas de cette commission. Elle tait fort ennuye, ayant donn sa parole. Enfin, elle se dcida faire face au lion et faire appel la loi de protection divine. Elle rencontra la personne laquelle elle devait parler, ouvrit la bouche et, au mme moment, celle-ci lui annona : Un tel a quitt la ville , ce qui rendait inutile sa communication, car la situation dpendait de la prsence en ville de cette personne. Parce qu'elle avait t prte agir, c'est-dire non rsistante elle n'y fut pas oblige ; puisqu'elle n'avait pas peur, la situation embarrassante disparut. L'tudiant retarde souvent sa dmonstration en maintenant l'ide qu'elle est incomplte ; il devrait faire cette affirmation : en

l'Esprit Divin, tout est achev, par consquent, ma dmonstration est complte, mon travail parfait, mon foyer parfait, ma sant parfaite. Quoi que ce soit qu'il demande, ce sont des ides parfaites, enregistres dans l'Entendement Divin et qui doivent se manifester par la grce et d'une manire parfaite . Il doit rendre grces d'avoir dj reu dans l'Invisible et se prparer activement recevoir sur le plan visible. Une de mes lves avait besoin de faire une dmonstration pcuniaire ; elle vint me voir pour me demander pourquoi cette dmonstration n'aboutissait pas. Peut-tre avez-vous l'habitude de ne point terminer ce que vous entreprenez, et votre subconscient a pris l'habitude de ne pas terminer non plus (au-dehors, comme audedans). Vous avez raison, me rpondit-elle, je commence souvent des choses que je n'achve pas. Je vais rentrer chez moi et finir quelque chose que j'ai commenc il y a des semaines, je suis sre que ce sera le symbole de ma dmonstration. Elle se mit donc coudre assidment et, bientt, sa tche fut acheve. Peu aprs, l'argent lui parvint d'une curieuse faon.

Ce mois-l, son mari reut son salaire en double. Il en avertit ses patrons qui lui dirent de garder l'argent. Lorsque l'homme demande avec foi, il ne peut manquer de recevoir, car Dieu cre Ses propres voies ! On m'a, parfois, pos cette question : supposez que l'on ait plusieurs talents, comment savoir lequel choisir ? Demandez de recevoir une direction nette, dites : Esprit Infini, donne-moi une indication claire, rvle-moi ce qui doit tre ma parfaite expression, montre-moi quel est le talent dont je dois me servir maintenant. J'ai vu des gens se livrer, brusquement, une tche nouvelle et se trouver pleinement comptents avec peu ou pas d'apprentissage. Affirmez donc : je suis tout quip pour le Plan Divin de ma vie , et saisissez sans crainte les occasions qui se prsentent. Certaines personnes donnent volontiers, mais ne savent point recevoir ; elles refusent les cadeaux, par orgueil, ou pour quelques raisons ngatives, tarissant, ainsi, leurs sources et, invariablement, se trouvent peu prs dnues de tout. C'est ainsi qu'une dame qui avait donn beaucoup d'argent, se vit offrir un don de plusieurs milliers de dollars. Elle

le refusa, disant qu'elle n'en avait pas besoin. Peu aprs, ses finances se trouvant embarrasses, elle fut endette prcisment de cette somme. Il faut recevoir, avec grce, le pain qui nous revient sur les eaux ; librement, vous avez donn, librement, vous devez recevoir. L'quilibre entre donner et recevoir existe toujours, et, bien que l'homme doive donner sans souci de retour, il viole la loi, s'il n'accepte pas ce qui lui revient ; car tout don vient de Dieu, l'homme n'est que le canal. Il ne faut jamais avoir, au sujet de celui qui donne, une pense de pnurie. Par exemple, lorsque l'auditeur dont j'ai parl m'a donn son cent, je n'ai pas pens : Pauvre homme, il n'a pas les moyens de me donner ce cent. Je l'ai vu riche et prospre, recevant sa part d'abondance flots. C'est cette pense qui la lui amena. Si l'on ne sait pas recevoir, il faut apprendre, et accepter pour faire jaillir les sources, mme un timbreposte qu'on vous offre. Le Seigneur aime celui qui sait recevoir autant que celui qui sait donner. On m'a souvent demand pourquoi un homme nat riche et bien portant et un autre pauvre et malade.

L o il y a un effet, il y a toujours une cause ; le hasard n'existe pas. Cette question trouve sa rponse dans la loi de la rincarnation. L'homme passe par de nombreuses vies, de nombreuses morts, avant de connatre la Vrit qui le rend libre. Il est attir vers la Terre cause de ses dsirs demeurs insatisfaits, pour payer ses dettes karmiques ou pour accomplir sa destine . Celui qui nat riche et bien portant a maintenu dans son subconscient, au cours de sa vie antrieure, des images d'opulence et de sant ; celui qui est malade et pauvre, a cr des images de maladie et de pauvret. Sur quelque plan que ce soit, l'homme manifeste la somme totale des convictions de son subconscient. Cependant, la naissance et la mort sont des lois tablies par les hommes, car le salaire du pch, c'est la mort , la chute Adamique de la conscience par la croyance en deux pouvoirs (le bien et le mal. N. T.). L'homme rel, l'homme spirituel ne connat ni naissance, ni mort ! Il n'est jamais n et n'est jamais mort il tait ds le commencement et sera toujours ! Ainsi par la connaissance de la Vrit,

l'homme se libre de la loi du Karma, du pch et de la mort et il manifeste l'homme cr l'image de Dieu et selon Sa ressemblance . Sa libration s'opre tandis qu'il accomplit sa destine, faisant surgir la manifestation du Dessein Divin de sa vie. Son Seigneur lui dira : C'est bien, bon et loyal serviteur, tu as t fidle en peu de chose, je t'tablirai sur beaucoup (la mort ellemme) : entre dans la joie de ton Seigneur (la vie ternelle).

CHAPITRE X

NGATIONS ET AFFIRMATIONS

Tu dcrteras tablie.

une chose et elle te sera

Tout le bien qui doit se manifester dans la vie d'un homme est dj un fait accompli dans l'Entendement Divin. Il attend, pour surgir, que l'homme le reconnaisse ou prononce la parole, de sorte que celui-ci doit avoir soin de dcrter que, seule, l'Ide Divine se manifeste, car souvent, il dcrte par ses vaines paroles l'chec et le malheur. Il est de la plus haute importance d'noncer correctement ses demandes, comme il a t dit dans un chapitre prcdent. Si l'on dsire un foyer, des amis, une position, ou quelque autre bonne chose, il faut demander la slection divine . Par exemple : Esprit Infini, ouvre la voie conduisant vers mon vrai foyer, mes vritables

amis, ma vraie position. Je Te remercie de ce qu'il (ou elle) se manifeste maintenant par la grce d'une faon parfaite. La fin de l'affirmation est d'une importance capitale. En voici la preuve : une dame de mes relations demanda mille dollars. Sa fille fut victime d'un accident et elles reurent mille dollars d'indemnit, de sorte que ceux-ci ne lui parvinrent pas d'une faon parfaite . La demande aurait d tre faite de la faon suivante : Esprit Infini, je Te remercie, de ce que les mille dollars qui m'appartiennent par droit divin sont maintenant librs et me parviennent par la grce et d'une manire parfaite. mesure que l'on dveloppe sa conscience de l'opulence, il convient de prciser que les normes sommes d'argent qui nous appartiennent, par droit divin, nous parviennent par la grce et des moyens parfaits. Il est impossible de donner libre cours plus qu'on ne croit possible, car nous sommes borns par les prtentions du subconscient. Il faut largir ces prtentions afin de recevoir plus largement. L'homme se limite, souvent, dans ses demandes. Ainsi, un tudiant demanda six cents dollars, pour une certaine date. Il les

obtint, mais il apprit, peu aprs, qu'il avait failli en recevoir mille ; cependant, conformment la parole qu'il avait prononce, on ne lui en donna que six cents. Ils ont limit le Saint d'Isral. La richesse est affaire de conscience. Les Franais ont une lgende qui illustre cette vrit. Un pauvre homme marchait dans la rue lorsqu'il rencontra un voyageur qui l'arrta et lui dit : Mon ami, je vois que tu es malheureux, prends ce lingot d'or, vends-le et tu seras riche toute ta vie. L'homme, transport de joie par cette bonne aubaine, emporta le lingot chez lui. Immdiatement, il trouva du travail et gagna tant d'argent qu'il ne vendit point le lingot. Les annes passrent, il devint trs riche. Un jour, il croisa sur la route un pauvre ; il l'arrta et lui dit : Mon ami, je vais te donner ce lingot d'or, car en le vendant, tu seras riche toute ta vie. Le mendiant prit le lingot, le fit estimer, et s'aperut que ce n'tait que du cuivre. Ainsi, nous le voyons, le premier de ces deux hommes devint riche parce qu'il eut le sentiment de la richesse, pensant que le lingot tait d'or. Tout homme porte en soi un lingot d'or ; c'est la conscience de l'or, de l'opulence, qui

amne les richesses dans sa vie. En formulant ses demandes, il faut commencer par la fin, c'est--dire dclarer avoir dj reu . Avant qu'ils m'appellent, je rpondrai. En affirmant continuellement, la foi s'tablit dans le subconscient. Ce ne serait pas ncessaire de rpter une affirmation, si l'on avait une foi parfaite ! On ne doit ni supplier, ni plaider, mais rendre grces constamment de ce que l'on a reu. Le dsert se rjouira et s'panouira comme la rose. Le fait de se rjouir, alors que l'on est encore dans le dsert (tat de conscience) ouvre la voie de la libration. L'Oraison Dominicale est, la fois, un commandement et une demande. Donne-nous, aujourd'hui, notre pain quotidien et pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons ceux qui nous ont offenss et se termine par la louange Car, c'est Toi qu'appartiennent, dans tous les sicles, le Rgne, la Puissance et la Gloire. Amen. Ainsi donc, la prire est un commandement et une demande, une louange et une Action de grces. Le travail de l'tudiant consiste parvenir croire qu'avec Dieu tout est possible . Ceci parat ais, dans l'abstrait, mais un peu plus difficile lorsqu'on se trouve en pr-

sence d'une difficult. Par exemple, il tait ncessaire qu'une dame fit la dmonstration d'une grosse somme d'argent, dans un certain dlai. Elle savait qu'elle devait faire quelque chose pour obtenir une ralisation (car la ralisation est la manifestation), et elle demanda des directives. Peu aprs, en traversant un grand magasin, elle aperut un trs beau coupe-papier en mail ros. Elle se sentit attire vers cet objet. Elle pensa soudain : Je n'ai pas de coupe-papier assez lgant pour ouvrir des lettres contenant de gros chques. Elle l'acheta donc, malgr sa raison qui lui disait que c'tait l une folle dpense. Lorsqu'elle l'avait en main, elle se voyait, dans un clair, ouvrant une enveloppe contenant un chque important, et quelques semaines plus tard, elle reut l'argent dont elle avait besoin. Le coupe-papier d'mail ros avait t le pont sur lequel avait pass sa foi active. Les rcits abondent sur la puissance du subconscient lorsqu'il est dirig dans la foi. Un homme, par exemple, passait la nuit dans une ferme. Les fentres de sa chambre avaient t cloues, et au milieu de la nuit, se sentant suffoquer, il alla, dans l'obscurit, vers une des fentres. Ne parvenant pas

l'ouvrir, il en brisa, de son poing, un carreau, et passa ensuite une nuit excellente. Le lendemain matin, il s'aperut qu'il avait bris la vitre d'une bibliothque et que la fentre tait reste close toute la nuit. Il s'tait procur de l'oxygne en pensant simplement l'oxygne. Lorsqu'un tudiant a commenc de faire des dmonstrations de la loi spirituelle, il ne doit jamais revenir en arrire : Que celui qui vacille ne pense pas qu'il recevra quoi que ce soit du Seigneur. Un tudiant noir dit un jour cette chose magnifique : Lorsque je demande quelque chose au Pre, je suis catgorique, je dis : Pre, je ne prendrai pas moins que ce que j'ai demand, mais davantage ! Ainsi, l'homme ne doit jamais transiger : Ayant fait le ncessaire, maintenez votre position. C'est parfois le moment le plus difficile de la dmonstration. On est, sans cesse, tent d'abandonner, de revenir en arrire, de transiger. N'oublions pas qu' Il sert aussi celui qui ne fait qu'attendre patiemment . Les dmonstrations se font, souvent, la onzime heure, parce qu'alors, l'individu se dtend, c'est--dire cesse de raisonner, et qu' ce moment, l'Intelligence Infinie peut agir.

Les dsirs sombres reoivent une sombre rponse, et les dsirs violents reoivent une violente rponse, ou tardent se raliser. Une dame me demanda pourquoi elle perdait ou brisait constamment ses lunettes. En analysant, nous dcouvrmes qu'elle disait souvent aux autres et elle-mme, avec agacement : Je voudrais bien me dbarrasser de mes lunettes. Et son impatient dsir se ralisait violemment. Elle aurait d demander une vue parfaite, mais elle n'enregistrait dans le subconscient que le vif dsir de se dbarrasser de ses verres ; aussi, continuellement, ils se brisaient ou se perdaient. La dualit de l'attitude d'esprit entrane les pertes, les dprciations, comme ce fut le cas pour la personne qui n'apprciait pas son mari, ou bien la peur de perdre, qui cre, dans le subconscient, limage des pertes. Lorsque l'tudiant parviendra se librer de son problme ( rejeter le fardeau), il obtiendra une manifestation instantane. Ainsi, une dame tait dans la rue, par un violent orage et son parapluie se retourna. Elle allait faire une visite chez des gens qu'elle ne connaissait pas et ne se souciait pas d'apparatre avec un parapluie cass. Elle ne pouvait,

d'autre part, le jeter, car il ne lui appartenait pas. En dsespoir de cause, elle s'cria : Oh, Seigneur, prends soin de ce parapluie, je ne sais qu'en faire ! Un instant aprs, une voix dit, derrire elle : Madame, voulez-vous que je rpare votre parapluie ? Un raccommodeur se tenait l. Elle s'empressa d'acquiescer. Le parapluie fut remis en tat tandis qu'elle allait faire sa visite et elle retrouva un objet tout neuf. Il y a toujours, porte de notre main, un raccommodeur de parapluies, lorsque nous savons remettre le parapluie, c'est--dire la situation qui nous proccupe, entre les mains de Dieu. Une ngation doit toujours tre suivie d'une affirmation. Tard, une nuit, je fus appele par tlphone, pour traiter un homme que je n'avais jamais vu. Il tait apparemment trs malade. Je dis : Je nie cette apparence de maladie. Elle est irrelle et, partant, ne peut s'enregistrer dans son subconscient ; cet homme est une ide parfaite de l'Entendement Divin, pure substance exprimant la perfection. Le lendemain matin, il allait beaucoup mieux, et le surlendemain, vaquait ses affaires.

Dans l'Entendement Divin, il n'y a ni temps, ni espace, par consquent, la parole atteint instantanment sa destination et ne revient pas vide . J'ai trait des malades qui se trouvaient en Europe et le rsultat fut immdiat. On me demande souvent quelle est la diffrence entre l'imagination et la vision, visualiser et visionner . Imaginer, est un processus mental gouvern par le raisonnement ou conscient ; la vision est un processus spirituel, gouvern par l'intuition ou superconscient. L'tudiant doit entraner son esprit recevoir ces clairs d'inspiration et raliser ces images divines au moyen de directives nettes. Lorsqu'un homme peut dire : Je ne dsire que ce que Dieu veut pour moi , ses dsirs errons s'effacent de sa conscience et le Matre-Architecte, Dieu en lui, lui remet des plans nouveaux. Le plan de Dieu, pour tout homme, surpasse les restrictions du raisonnement (1), c'est toujours la quadrature de la vie qui contient(1) Les qualits, les plus subtiles du cerveau ne sont pas forcment rationnelles, et notre raison n'est pas assez puissante pour suppler notre connaissance directe des faits. L'intuition dispose d'un champ d'action plus vaste que celui de la raison, et la foi religieuse, purement intuitive, constitue un

la sant, la fortune, l'amour et l'expression de soi parfaite. Plus d'un homme se construit, en imagination, un cottage alors qu'il devrait se construire un palais. Si l'tudiant tente de forcer la dmonstration (par le raisonnement), il la met au point mort. Je hterai les choses, dit le Seigneur. Il ne doit agir que par intuition, ou d'aprs des directives bien dfinies. Repose-toi dans le Seigneur et attends avec patience ; confietoi aussi en lui, il t'exaucera. J'ai vu la loi agir dans des conditions extrmement tonnantes. Par exemple, une tudiante me dit qu'il lui tait ncessaire d'obtenir cent dollars pour le jour suivant. C'tait une dette d'une importance vitale qu'il s'agissait d'acquitter. Je prononai la parole , dclarant que l'Esprit n'est jamais en retard et que l'abondance est toujours porte de la main. Le soir mme, elle me tlphona pour me faire part du miracle. L'ide lui tait venue d'aller examiner des papiers qui se trouvaientlevier humain autrement efficace que la science et la philosophie. C'est la conviction qui fait agir, non la connaissance. (Pierre LECOMTE du NOUY.) (La Dignit humaine.) N. T.

dans son coffre la banque. Ayant compuls les documents, elle trouva, au fond du coffre, un billet neuf de cent dollars. Elle en fut stupfaite, et me dit tre sre de ne l'y avoir point mis, car elle avait souvent remu ces papiers. Il se peut que ce ft une matrialisation, comme Jsus matrialisa les pains et les poissons. L'homme atteindra le stade o sa parole devient chair , c'est--dire, se matrialisera instantanment. Les champs mrs pour la moisson se manifesteront immdiatement, comme dans tous les miracles de Jsus-Christ. Le seul nom de Jsus-Christ comporte une puissance formidable. Il reprsente la Vrit manifeste. Il a dclar : tout ce que vous demanderez mon Pre, en mon nom, Il vous le donnera. La puissance de ce nom lve l'tudiant jusqu' la quatrime dimension, o il est libr de toutes les influences astrales et psychiques, et il devient inconditionn et absolu, comme Dieu lui-mme est inconditionn et absolu . J'ai vu de nombreuses gurisons accomplies, en se servant des mots Au nom de JsusChrist . Le Christ tait, la fois, personne et principe ; et le Christ, en chaque homme, est son Rdempteur et son Salut.

Le Christ intrieur, c'est le Moi de la quatrime dimension, l'homme fait l'image de Dieu et selon Sa ressemblance. C'est le Moi (JE SUIS) qui ne connat pas l'chec, ni la maladie ni la souffrance, qui n'est jamais n et n'est jamais mort. C'est la Rsurrection et la Vie en chaque homme ! Nul ne vient au Pre, que par le Fils , signifie que Dieu, l'Universel, agissant sur le plan du particulier, devient le Christ dans l'homme ; et le Saint-Esprit signifie ; Dieu en action. Ainsi, quotidiennement, l'homme manifeste la Trinit du Pre, du Fils et du Saint-Esprit. Penser devrait atteindre la perfection d'un art. Celui qui arrive cette matrise doit avoir grand soin de ne peindre sur la toile de son esprit que selon le dessein divin ; il peint ses tableaux avec de magistrales touches de puissance et de dcision, avec la foi parfaite qu'il n'y a point de pouvoir capable d'en altrer la perfection, sachant qu'ils se manifesteront dans sa vie, l'idal devenant le rel. Tout pouvoir est donn l'homme (par la pense juste) de raliser son Ciel sur la Terre etvoil le but du Jeu de la Vie .

Ses rgles sont la foi exempte de crainte, la non-rsistance et l'amour !

Puisse chacun de nos lecteurs, tre maintenant libr de ce qui l'a retenu prisonnier de si longues annes, le sparant de ce qui lui appartient, et puisse-t-il connatre la Vrit qui le rendra libre libre d'accomplir sa destine, de provoquer la manifestation du Divin Dessein de sa vie, la Sant, la Fortune, l'Amour et l'Expression parfaite de soi. Soyez transform par le renouvellement de votre esprit.

NGATIONS ET AFFIRMATIONS(Pour la Prosprit) Dieu est ma richesse infaillible, et de grandes sommes d'argent viennent rapidement moi, par la grce et les moyens parfaits. (Pour des Conditions Harmonieuses) Tout plan que mon Pre Cleste n'a point conu se dsagrge et se dissipe, et le Plan Divin se manifeste. (Pour des Conditions Harmonieuses) Seul, ce qui est vrai de Dieu est vrai de moi, car moi et le Pre, nous sommes UN. (Pour la Foi) Comme je suis UN avec Dieu, je ne fais qu'un avec mon bien, car Dieu est la fois le Donateur et le Don. Je ne puis sparer le Donateur du Don.

(Pour des Conditions Harmonieuses) L'Amour Divin dsagrge et dissipe maintenant tout tat discordant dans mon esprit, dans mon corps et dans mes affaires. L'Amour Divin est le plus puissant Chimiste de l'Univers et Il dissout ce qui n'est pas Lui-mme ! (Pour la Sant) L'Amour Divin inonde ma conscience de sant et chacune des cellules de mon corps, de lumire. (Pour la Vue) Mes yeux sont les yeux de Dieu, je vois avec les yeux de l'esprit. Je vois clairement la voie ouverte ; il n'y a point d'obstacle sur mon chemin. Je vois clairement le Plan parfait. (Pour tes Directives) Je suis divinement sensible mes directives intuitives et j'obis instantanment Ta Volont. (Pour l'Oue) Mes oreilles sont les oreilles de Dieu, j'entends avec les oreilles de l'esprit. Je suis non rsistant et prt me laisser conduire. J'entends.

(Pour le Travail) J'ai beaucoup de travail Divinement donn, je sers de mon mieux et suis fort bien pay. (Pour tre Libr de tout Esclavage) Je rejette ce fardeau sur le Christ qui est en moi et je vais de l'avant libre !

TABLE DES MATIRESPages CHAPITRE I. Le Jeu .................................... . CHAPITRE II. La loi de la Prosprit .. 7 19 30 41

CHAPITRE III. La Puissance de la parole . CHAPITRE IV. La loi de non-rsistance .. CHAPITRE V. La loi du Karma et la loi du Pardon .............................................................. . CHAPITRE VI. Rejeter le fardeau ............ . CHAPITRE VII L'Amour ............................. . CHAPITRE VIII. Intuition, Direction ........ . CHAPITRE IX. La parfaite expression de soi ou le dessein divin ................................. . CHAPITRE X. Ngations et affirmations. .

54 66 77 90 103 117

Achev d'imprimer en mars 2002 sur les presses de la Nouvelle Imprimerie Laballery 58500 Clamecy Dpt lgal : mars 2002 Numro d'impression : 202033 Imprim en France

Recommended

View more >