L'quation 2i = pour les tenseurs de type (1,1)

  • Published on
    04-Jul-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

C. R. Acad. Sci. Paris, t. 325, Skrie I, p. 1313-1316, 1997 GomCtrie diff&entielle/DifTerenfia/ Geometry Lkquation 2&f = p pour les tenseurs de type (1,U Francisco-Javier TURIEL Geometria y Topologia, Facultad de Ciencias Ap. 59, 29080 Milaga, Espagne E-mail : turiel@agt.cie.uma.es R&urn& ConsidCrons, sur une variCt6 rCeIle ou complexe, une 2-forme p et un tenseur J de type (1,l) A torsion de Nijenhuis nulle, tel que PI = 0, oti PI est linvariant introduit dans (41 (conditions, par exemple, vCrifiCes par les J qui skrivent localement a coefficients constants). Dans cette Note on donne une condition nkcessaire et suffisante pour Iexistence locale, sur Iouvert rkgulier, dune fonction f telle que d($ o J) = ,8, oti (df o J)(X) = df(JX). Lorsque ,J = -Id on retrouve lkquation 283f = /f. The equation 2iaaf = ,O for (l,l)-tensor fields Abstract. Consider, on a real or complex manifold, a 2-form ,9 and a (1: I)-tensorjeld J whose Nijenhuis tomion vanishes, such that PI = 0, where P., is like in [4] (for example, that is the case if J can be locally written with constant coeficients). In this Note we give a necessary and suflcient condition fc>r the local existence, on the regular open set, of a functionf such that d(df o J) = (1, where (df o J)(X) = df (.JX). When J = --Id we jnd the equation 2i8af = [j. Dans cette Note on r&out localement, pour une large classe de tenseurs J de type (1, 1) qui comprend les intkgrables, 1Cquation d(df o J) = ,i3, qui est lanalogue de lkquation 28af = 0 bien connue sur les variCt&s complexes (prendre comme J la structure complexe). Notre mkthode de rksolution transforme ce type dtquation en un probkme de gComCtrie symplectique sur le fibrC cotangent de la variCtt. En outre, le resultat obtenu permet ditudier, aisbment, lexistence de sections bilagrangiennes locales dune fibration en tores bilagrangiens. ConsidCrons une vari&tC diffkrentielle rtelle ou complexe M, de dimension m, munie dun tenseur J de type (1, 1). Si T est une 1-forme, on notera 7 o J la l-forme dkfinie par (T o J)(X) = T( JX). Pour chaque p E M, soit F(2, J)(p) le sous-espace vectoriel de toutes les 2-formes ,& dCfinies par ,OLT(w~w) = a(Jv, w) - a(v, Jw), oti ?I, zu E T,A!l et oh n est une forme bilinCaire symktrique sur T,hl. Soit FJ(P) = h*TEM/F(2, J)(p). fitant donnC N E TzA4 et une fonction f, dkfinie au voisinage de p, telle que df(p) = Q, alors la classe de d(df o J)(p) dans FJ(P) ne depend que de a. -- Note prCsentCe par Charles-Michel MAKLE. 07&I-4442/97/0325 13 13 0 Acadtmie des Sciencefilsevier, Paris 1313 F.-j. Turiel Ceci definit une application lineaire PJ(~) : TGM -+ FJ (p) ou, globalement, P, : T*M --f FJ, oti FJ est lunion disjointe de tous les FJ(~). Bien stir, F(2, J) sera lunion disjointe de tous les F(2, J)(p). CJne 2-forme p Ctant donnee, on notera PJ la 2-forme definie par P,r (X, Y) = a( .1X: Y) +p(X, JY). Soit K,v[~] Ialgebre des polynomes dune variable a coefficients dans lanneau des fonctions differentiables sur une variete N reelle (fonctions C) ou complexe (fonctions holomorphes). Considerons un champ dendomorphismes H dun fibre vectoriel sur N. On dira que le gpe &g&brique de H est constant, sil existe des polynomes ~1: . . ,cp~; E KN [t], irreductibles et premiers entre eux en chaque point, et des entiers positifs u,~~, % = 1, . . . . rj, .j = 1 { $ (p)}, 1: = 1, . . . . r-j, ,j = 1; ..) li , . . . . C, tels que pour tout p E N, la famille , soit la famille des diviseurs Clementaires de H(p). Notons NJ la torsion de Nijenhuis de J. Soient gk = trace(J) et E = ny==, Ker (lyj. Si NJ = 0, alors JE c E; darts ce cas on dit quun point p E M est regulier sil existe un voisinage ouvert A de ce point sur lequel le type algebrique de .I est constant, E est un sous-hbre de T.A et le type algebrique de la restriction de J a E est aussi constant. Lensemble des points reguliers est un ouvert dense de M, appele desormais louvert regulier. Supposons donnees, sur une variete reelle ou complexe, une forme symplectique w et une 2- forme fermee wr. Soit J le tenseur de type (1.1) defini par wr(X, Y) = w(.?X, Y) ; alors chaque wk(X:Y) = w(.iX.Y) est une 2-forme. On rappelle que le couple {w;wl} est dit compatible si Nj = 0. Ceci Cquivaut a dire que dwp = 0 (voir [3]). Louvert regulier et le polyn8me caracteristique de {w, WI} seront ceux de J. Bien sGr bilagrungien voudra dire lagrangien pour w et isotrope pour wl. Un sous-espace vectoriel de lespace tangent en un point est dit super-lagrangien sil est bilagrangien et sil admet en outre un supplementaire bilagrangien. THBORBME 1. - Considerons sur une variete differentiable M, reelle ou complexe, un tenseur J de ape (1,1) et une 2-forme [I. Supposons NJ = 0 et I, = 0. Alors il existe, au voisinage de chaque point regulier de J, une fonction f telle que d(df o J) = [? si et sedement si [ j et ,fiJ ,miztferm&s et ,0(p) E F(2, d)(p) pour tout point regulier p de J. Demonstrution. - Pour simplifier on supposera reguliers tous les points de M. Comme NJ = 0 et PJ = 0, il existe, au voisinage de chaque point, des coordonnees (zr! . . ..z.,,,) telles que d(tk, o J) = 0, j = 1, . . . . m (voir [4]). Par la suite, ces coordonnees seront appelees speciales. Les conditions sont necessaires. En effet, si [j = d(df o J), alors p(p) = -[IO-, oh (T est lhessien en 11 de f calcule par rapport a un systeme de coordonnees speciales. Dautre part, d(df o J)(X:Y) = d(df o J)(.JX,Y) + d(df o J)(X, JY), done 0.r = d(df o J2). Demontrons maintenant que ces conditions sont suffisantes. Soit CJ : T*M + T*M le morphisme de fib& defini par c~(r) = r o ,I, et soit w la forme symplectique de Liouville de T*M. Posons 61 = w et RI = (CJ)*W quand cJ est regard6 comme une application differentiable. Alors ($2, or} est compatible car NJ = 0 (voir [3]), done dR2 = 0. En outre, le couple {w, WI}, oti wr = 121 - n*,8 et rr : T*M -+ M est la projection canonique, est compatible aussi puisque w2 = f22 - r*pJ. La section zero nous permet de considerer M comme une sous-variete de T*M. Supposons que par un point p E hl c T*M passe une sous-variete N bilagrangienne pour {w: WI} et transverse a la fibre ~-l(p). Alors, comme N est w-lagrangienne, elle peut Ctre identifiee, au voisinage de p, a df pour une certaine fonction f. Le fait pour N detre wl-isotrope entraine que d(df o J) - 0 = 0, cest-a-dire ,8 = d(df o J). B re , f notre probleme se reduit a la recherche dune telle sous-variete N. Pour cela, on va appliquer les resultats et les methodes de [3] et [4] en laissant de c&e les details techniques, fastidieux quoique Clementaires. Dabord un calcul, a laide de coordonnees sur T*M associees a un systeme de coordonnees speciales sur M, montre que tous les points de T*M sont reguliers pour {w, wl} car ceux de M letaient pour J et que ,8 est une section de F(2, J). De m&me, chaque T,~l(p) est {w, WI}-super- 1.314 Lbquation 2iB3f = ,j lagrangien et le polynome caracteristique de {w: wl} est (t + (h,,-i o 7r)t-l + . . + (h,, o T))~, oii Y + h,,-ltr-l + . . + ha est celui de .I. En particulier, la differentielle de chaque fonction coefficient du polynbme caracteristique de {w,wl} est nulle sur T,r-l(p). La methode de decomposition en produit, utilisee dans [3] pour classifier autour de chaque point regulier les couples compatibles {in, wl}, et le fait pour T,7r-(y) detre super-lagrangien et dannuler la differentielle de chaque coefficient du polynbme caracttristique de {w.wr}, reduit la recherche de N au probleme suivant : fitant donne un couple compatible {X. Xi}, defini sur une variete P et de polynome caracteristique (t + b)? et un sous-espace super-lagrangien U c T,P, ou p est regulier et dh(U) = 0, trouver une sous-vat-i&e bilagrangienne Q passant par p telle que T,P = U $ TPQ. Si h est constante alors A et X1 peuvent Ctre &rites simultadment, au voisinage de p, B coefficients constants (theoreme 3 de [3]) et il suffit didentifier Q a un supplementaire bilagrangien de cr. Lorsque h nest pas constante, on applique les lemmes 1, 2, 3 et 4 de [4], en remplacant Kern*(y) par U, pour trouver des coordonnees (5, y) = ((zi), yr, y/2), % = l! . . . . 27.j et ~1 > ~2 > . . . > rf, dans lesquelles A = c ( c ds;k&, A d&) + ny, A dyl,: j=i ._.., e k=l._.,. r, Xl = (m + CL)A + c ( d2&1 A dzJ,,+,) j=l,... ;Y k=l,..., rj-l + b: + c ( c [(k + (1/2))&$&, + (k - (1/2))3:;&:rjzk])] ,, dy2, 3=1,..., P k=l...., r, p sidentifie a lorigine et T,Ao $ U = T,P, 00 A0 est la sous-variete definie par les equations zgk = y1 = 0, k = 1 > . . . . T j , j = 1; . . . . e. I1 suffira done de faire Q = Ao. Remarque. - Les tenseurs J pour lesquels NJ = 0 et P. 1 = 0 on et6 classifies localement, sur louvert regulier, dans [4]. Lorsque J definit une G-structure NJ = 0 et PJ = 0 Cquivaut a la nullite de la premiere fonction de structure ou tenseur de Bernard. En outre, J(p) cyclique entraine F(2, J)(p) = h2TjM, et par suite PJ(P) = 0. Dun autre c&Z, et pour les cm 02 M es? me variete rkelle : a) Si la forme bilineaire .y(X, Y) = p( JX, Y) est symetrique, cest-a-dire BJ = 0, et si J est inversible, alors b est une section de F(2, J) (pour J2 = fId la reciproque est aussi vraie). En outre, lorsque p est symplectique et N J = 0, la connexion de Levi-Civita associee a g rend paralleles 4 et J (on adapte la demonstration du cas kW?ien), done tous les points sont reguliers et P.7 = 0; dapres le theoreme 1, il existe au voisinage de chaque point une fonction f telle que d(df o J) = [I. Ceci &end un resultat bien connu dans le cas kahlerien. b) Supposons maintenant que M soit la base dune fibration bilagrangienne en tores (voir [ 11). Alors il existe sur M un tenseur J, de type (1: I), a torsion de Nijenhuis nulle et tel que d(dy o J) = 0 pour toute coordonnee action q ; done PJ = 0. Dans [1] on a classifie les tibrations bilagrangiennes qui admettent, au-dessus de chaque point de la base, une section locale bilagrangienne. L*existence dune telle section est Cquivalente a celle dune solution locale de lequation d(@ o J) = 0 pour une certaine 2-forme fermee p telle que d,6~ = 0 (voir [l] de nouveau). par consequent, sur louvert regulier, une telle fibration admet des sections locales bilagrangiennes au voisinage de chaque point si et seulement si ,8 est a son tour une section de F(2; J). En particulier, cest le cas automatiquement lorsque J est cyclique, ce qui generalise la proposition 3 de ] 1 I. c) Supposons desormais M compacte, NJ = 0 et PJ = 0. Du point de vue global, lexistence dune fonction f definie sur M toute entiere telle que d(df 0 ,I) = /-I, entrame que fi et ,8~ sont exactes 1315 F.-J. Turiel et /3 une section globale de F(2, J) ; il sagit done de trois conditions necessaires pour lexistence dune telle f. Lorsque d est la structure complexe dune structure kahlerienne, ces conditions sont aussi suffisantes (dd-lemme de [2]). En general, cela nest pas le cas. Prenons une 1-forme fermee T ; alors /? = d(r o J) verifie les trois conditions preddentes. Lexistence dune fonction f globale Cquivaut a dire que lon peut choisir p E [T] telle que d(p o J) = 0. On peut done se demander a quelle condition H1(M, W) esf. J-r&disable, cest-a-dire chaque classe est realisable par une l-forme p telle que d(p o J) = 0. Quand J2 = - Id, p est la partie reelle dune forme holomorphe, done [p] = 0 Cquivaut a p = 0, et J-realisable entraine que la dimension de H1(M, W) est paire. Or, il y a des varietes complexes, m&me pseudo-kahleriennes, a premier nombre de Betti impair. Considerons maintenant sur M deux feuilletages supplementaires 31 et 32, de dimension et codimension un respectivement, et le tenseur J Cgal a Id sur 31 et a - Id sur 3~. Si H1(M, W) est J-realisable alors, soit chacun de ses elements peut Ctre donne par une forme 3i-basique, soit il existe une l-forme 3a-basique non nulle. Par exemple, si lon regarde S1 x Y-l, n > 2, comme le quotient de R - (0) par le groupe des homotheties exp(k Id), k E Z, et si 31 et 32 sont les feuilletages quotients de ceux de R - (0) definis par a/a z1 et dzi = 0 respectivement, alors H1(S1 x S-, R) nest pas J-realisable. En revanche, H1(S1 x S-l, W), n > 3, devient J-realisable si lon Cpaissit la feuille compacte de 32 pour introduire un paquet de feuilles compactes sans holonomie. Note remise le 1.5 octobre 1997, acceptee le 20 octobre 1997. RCfkences bibliographiques [I] Brouzet R., Molino P. et kiel F. J., 1993. GComCtrie des systkmes bihamiltoniens, Indag. Math., 4(3), p. 269-296. [2] Deligne P., Griffiths P., Morgan J. et Sullivan D., 1975. Real Homotopy Theory of KIhler Manifolds, Invenr. Math., 29, p. 245-274. [3] lbriel F. J., 1994. Classification locale simultanke de deux formes symplectiques compatibles, Manuscripfa Math., 82, p. 349-362. [4] Turiel F. J., 1996. Classification of (1,l) Tensor Fields and Bihamiltonian Structures, Barlach Center Puhf. 33, Polish Acad. Sci. Warszawu, p. 449-458. 1316

Recommended

View more >