Les Moines au temps des réformes, France (1480-1560)by Jean-Marie Le Gall

  • Published on
    15-Jan-2017

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • EHESS

    Les Moines au temps des rformes, France (1480-1560) by Jean-Marie Le GallReview by: Catherine VincentArchives de sciences sociales des religions, 48e Anne, No. 124 (Oct. - Dec., 2003), pp. 108-109Published by: EHESSStable URL: http://www.jstor.org/stable/30135537 .Accessed: 12/06/2014 19:07

    Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at .http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

    .JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range ofcontent in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new formsof scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

    .

    EHESS is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Archives de sciences socialesdes religions.

    http://www.jstor.org

    This content downloaded from 62.122.79.31 on Thu, 12 Jun 2014 19:07:15 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/action/showPublisher?publisherCode=ehesshttp://www.jstor.org/stable/30135537?origin=JSTOR-pdfhttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsphttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS

    Churches >, International Review of Missions 1970, 59, pp. 215-226). Partis de Tahiti et Raiatea, ils ont 6vang6lis6 les iles Australes, les iles Cook et Samoa, I'ensemble de ces iles polyndsiennes fournissant, i la fin du XIXe sidcle, pros de 1000 hommes i une oeuvre missionnaire qui s'est 6tendue jusqu'en Nouvelle-Guinde. Dans une ile comme Rurutu (Australes), ces > ont contribu6 a la naissance de ce qu'un missionnaire protes- tant frangais appelait en 1921 une theocratie de bon aloi >>.

    On peut aussi citer, au nombre des fausses evidences, 1'< heureux concours de circons- tances >> qui tiendrait au fait que les mission- naires protestants, d'origine modeste et munis d'un maigre >, done . Ou encore l'opposi- tion entre le formalisme religieux polyn~sien et la ).

    Dans cet ouvrage, l'auteur d6fend une v6ri- table these et le fait mirite d'6tre vivement salu6. Partant de l'6vidence (mais les evidences 6chappent souvent a l'historien !) que la R6formation est nee au paroxysme d'une r6forme monastique et dans le milieu des r6gu- liers r6formis, il entend donner a l'histoire des religieux la place qui lui revient durant ces annees decisives qui marquent la fin du Moyen Age et l'avdnement de la modernit6. Si le rl1e de ces hommes n'avait pas 6td aussi central que le propose l'ouvrage, comment expliquer que la satire humaniste et reform6e s'en soit si violemment prise a eux, campant les monas- thres comme des repaires d'individus crasseux, ignorants, voire paillards, ce que rappelle Nicole Lemaitre dans son avant-propos. Pour combler ce vide historiographique, I'A. a concentre son attention sur un vaste Bassin parisien, n'hesitant pas a 61largir le regard a I'occasion ou, au contraire, a le focaliser sur l'une ou l'autre des plus grandes maisons rdfor- mdes, telle Saint-Martin des Champs a Paris, sous la houlette de Jean Raulin.

    L'analyse se deploie en un triptyque rigou- reux et bienvenu. Le premier volet d6veloppe les origines du mouvement. Parmi les aiguil- lons reformateurs, I'A. pointe la question du salut, envisag6e dans sa dimension a la fois individuelle et collective (les moines revivifient leur vieille mission de prier pour la societd) et la valorisation d'une culture monastique soigneusement diff6renci~e de la culture universitaire. I1 remet a sa juste place la ques- tion des abus, en rappelant avec finesse que, loin d'en proc6der, les r6formes inventent les abus... L'apport le plus neuf de cette partie est incontestablement la mise en 6vidence du rile

    This content downloaded from 62.122.79.31 on Thu, 12 Jun 2014 19:07:15 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

    d~cisif jou6 par la monarchie dans le mouve- ment r~formateur; en l'occurrence, l'instru- mentalisation n'a peut-etre pas et6 celle que l'on croyait; les rdformateurs ont fort bien su utiliser A leurs fins le pouvoir royal.

    Vient ensuite la presentation de l'ideal de perfection pr6n6 par les r~formateurs. Celui-ci se fonde principalement sur le respect scrupu- leux des voeux, conduisant a l'andantissement de la volont& propre, sur la frequentation des sacrements et sur la vie de pribre, en union A Dieu. De fait, c'est un iddal monastique qui se r~vble peu adaptable au siAcle et isole ses adeptes tant des fiddles que de leurs freres qui ont refuse de s'y rallier. C'est pourquoi la mise en oeuvre de la r~forme engendra de violents conflits au sein des communaut~s durant lesquels les rdformateurs se discr~ditbrent par leur arrogance.

    C'est enfin dans l'analyse des reactions a la r~forme que l'A. apporte les idees les plus originales. I1 d~montre tout d'abord que ceux qui ont 6td qualifids, pour les d~nigrer et mieux les assujettir, de >, parce qu'ils refusaient la r~forme, ne sont en r~alite pas hostiles A toute renovation. Mais, par leur defense acharn~e des coutumes et d'une reli- gion plus identitaire, ils se montrent partisans d'un gallicanisme plus capitulaire que royal. Partant de ces constats, I'A. en arrive A renouer les fils qui unissent ce profond mouvement A celui qui le suit imm~diatement et, selon sa these, en procide directement, la reforme protestante. Cette derniere se serait pour partie ddvelopp6e en reaction face aux > et aux espoirs d69us que cette derniere avaient soulev~s. L'antimona- chisme qui en est issu n'a done rien A voir avec celui des Lumibres mais s'enracine dans le refus, par les moines rdformateurs, de la dilata- tion du sacrd A l'echelle de la societe entiere et de ses activites. En tant que medieviste, on souscrit pleinement A cette analyse d'une r~forme monastique aux accents tres conserva- teurs, qui rdhabilite la pr66minence spirituelle des r~guliers, se bornant a proposer aux lai'cs l'imitation des moines, comme au bon temps qui pricdda la reforme grdgorienne, serait-on tents de dire!

    Curieusement, on constate qu'au fil de ses ddveloppements I'A. n'a jamais 6te amend a introduire de distinctions au sein du monde des r~guliers, entre les moines, A proprement parler, et les frbres mendiants: benddictins, fonte- vristes, franciscains et dominicains voisinent, sans qu'il ait paru pertinent de souligner des differences notoires entre ces ordres. Sans doute le propos ne s'imposait-il pas a la diffe- rence de ce qu'il en est pour les pdriodes

    ant~rieures: au XIIIe si~cle, Guillaume de Saint-Amour ne fustigeait pas les moines mais bel et bien les mendiants (p. 531)... La remarque suggbre pour le moins que la vie rdgulibre, dans ses diverses ( religions >, aurait enregistr6 une certaine unification A la fin du Moyen Age, ce que seules viendraient prouver de plus amples recherches, attentives A une pbriode souvent d6laissde par les historiens des ordres religieux, car trop loign~e du temps prestigieux des origines...

    I1 est temps de mettre fin A ce qui ne peut 6tre que le survol d'un ouvrage foisonnant, trbs personnel (ce qui n'est pas une critique, bien au contraire), a propos duquel on d~plorera simplement que la typographic de l'apparat critique ait 6td sacrifice A celle du texte, dans une police qui n'epargne gubre la vue...

    CATHE CATHE

    124.30 LEMAIRE (Frans C.). Le Destin juif et la musique. Trois mille ans d'histoire. Paris, Fayard, 2001, 763 p. (biogra- phies, bibliogr., lexique, index) (coll. >).

    L'auteur a entrepris la tiche ambitieuse d'6voquer en un seul volume les liens qu'entre- tiennent les juifs avec la musique - prise au sens large -, depuis le debut de leur existence jusqu'A l'Etat d'Israel compris. L'ampleur de l'entreprise n'est pas moins mdritoire que le choix du sujet : F.C.L. s'est engouffrd dans une breche laisse A la fois par les musicologues - qui ne s'intdressent pas au judai'sme - et par les historiens, qui ont abondamment traits le juda'sme et l'antis~mitisme mais qui commen- cent tout juste A s'occuper de musique (le colloque >, orga- nise conjointement par des historiens et des musicologues, et l'ouvrage qui a suivi en 2001 en sont une des premibres manifestations). C'est que ces zones frontieres, qui requibrent souvent de doubles compdtences, rebutent les chercheurs. Sans 6tre vraiment musicologue ni historien, I'A. contourne le problbme, en entre- prenant un >, pour reprendre l'expres- sion de la 4e page de couverture.

    L'ouvrage comporte 14 chapitres, suivis d'un repertoire biographique des : le premier tiers environ des chapitres a trait au corpus musical, le deuxibme tiers est consacre A la situation des compositeurs juifs dans l'espace germanique depuis le XIXe siecle, avec evidemment une partie trbs ddveloppde sur l'antisdmitisme; enfin, le reste du livre brosse

    109

    This content downloaded from 62.122.79.31 on Thu, 12 Jun 2014 19:07:15 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

    Article Contentsp. 108p. 109

    Issue Table of ContentsArchives de sciences sociales des religions, 48e Anne, No. 124 (Oct. - Dec., 2003), pp. 1-172Front MatterFerdinand Buisson et l'individualisme [pp. 5-18]Les Conversions au catholicisme en France: Un religieux en mutation? [pp. 19-38]Notes Critiques/Book Reviews/ Notas criticasReview: Histoires d'hritages... [pp. 39-48]Review: L'Invention chrtienne de l'identit Yoruba. Les racines missionnaires d'une nation africaine [pp. 49-61]

    Bulletin BibliographiqueComptes rendus d'ouvragesReview: untitled [pp. 63-64]Review: untitled [pp. 64-66]Review: untitled [pp. 66-68]Review: untitled [pp. 68-71]Review: untitled [pp. 71-74]Review: untitled [pp. 74-75]Review: untitled [pp. 75-76]Review: untitled [pp. 76-78]Review: untitled [pp. 78-80]Review: untitled [pp. 80-81]Review: untitled [pp. 81-82]Review: untitled [pp. 82-83]Review: untitled [pp. 83-84]Review: untitled [pp. 84-85]Review: untitled [pp. 85-87]Review: untitled [pp. 87-89]Review: untitled [pp. 89-91]Review: untitled [pp. 91-93]Review: untitled [pp. 93-95]Review: untitled [pp. 95-96]Review: untitled [pp. 96-98]Review: untitled [pp. 98-99]Review: untitled [pp. 99-100]Review: untitled [pp. 100-102]Review: untitled [pp. 102-103]Review: untitled [pp. 103-105]Review: untitled [pp. 106-107]Review: untitled [pp. 107-108]Review: untitled [pp. 108-109]Review: untitled [pp. 109-111]Review: untitled [pp. 111-112]Review: untitled [pp. 112-114]Review: untitled [p. 114-114]Review: untitled [p. 115-115]Review: untitled [pp. 116-117]Review: untitled [pp. 117-118]Review: untitled [pp. 118-120]Review: untitled [pp. 120-123]Review: untitled [pp. 123-124]Review: untitled [pp. 124-125]Review: untitled [pp. 125-127]Review: untitled [pp. 127-129]Review: untitled [pp. 129-130]Review: untitled [pp. 130-132]Review: untitled [pp. 132-133]Review: untitled [pp. 133-134]Review: untitled [pp. 135-137]Review: untitled [pp. 137-138]Review: untitled [pp. 138-141]Review: untitled [pp. 141-143]Review: untitled [pp. 143-145]

    Informations Bibliographiques [pp. 147-170]Livres Reus [pp. 171-172]

    Back Matter

Recommended

View more >