Les monuments de la Grande Guerre sur le territoire de la CASO

  • Published on
    03-Apr-2016

  • View
    219

  • Download
    6

DESCRIPTION

Livret de l'exposition ralise par le ple Archives de la bibliothque d'agglomration de Saint-Omer. Septembre - octobre 2014

Transcript

Livret de lexpositionLivret de lexposition 1914 28 juin : Assassinat de larchiduc Franois Ferdinand et de sa femme, hritiers de lempire Austro-Hongrois Sarajevo. 1 aot : Mobilisation gnrale en France et en Allemagne. 3 aot : LAllemagne dclare la guerre la France. 6-13 septembre : Bataille de la Marne, stabilisation de la ligne de front 1915 22 avril : Premire utilisation de larme chimique (gaz) prs dYpres (Belgique). Juin : Le gnral Foch quitte Cassel qui passe sous commandement britannique. 29 dcembre : Loi franaise assurant une spulture perptuelle sur le sol national aux soldats allis et franais dcds. 1916 Fvrier : Les troupes britanniques relvent les troupes franaises dans lArtois et tiennent dsormais la ligne de front qui stend de la Somme (France) Ypres (Province de Flandre occidentale, Belgique). 21 fvrier-dcembre : Bataille de Verdun. Mars : Le Grand Quartier Gnral britannique dmnage de Saint-Omer Montreuil-sur-Mer dans le Pas-de-Calais (France) 1917 Fvrier : 1re rvolution Russe. 2 avril : Entre en guerre des Etats-Unis. 9 avril-mai : Bataille dArras. Octobre : 2nde rvolution Russe. 1918 Mars-Juillet : Dernires offensives allemandes et contre-offensives allies 11 novembre : Signature de lArmistice Rethondes (fort de Compigne) 1919 28 juin : Signature du trait de paix de Versailles Ltincelle quErnest Lavisse attend avec une terrible clairvoyance est lassassinat de larchiduc Franois-Ferdinand Sarajevo le 28 juin 1914 Tout senchane, par le jeu des alliances, en quelques jours, la Serbie, la Russie et lEmpire Austro-Hongrois se mobilisent. Dbut aot, cest au tour de la France et de lAllemagne : le 3, lAllemagne dclare la guerre la France et viole la neutralit de la Belgique, obligeant le Royaume-Uni entrer dans le conflit le jour suivant. A la guerre de mouvement fait place lenlisement de la guerre de position et lenfer des tranches qui dureront pendant quatre ans. Ds 1915, ce conflit est appel la Grande Guerre par les civils et les combattants : pour la premire fois, la guerre est mondiale et implique toute la population. Le service militaire obligatoire et la mobilisation gnrale sont dsormais de rgle dans presque toute lEurope. Au printemps 1918, les Allemands reprennent loffensive et le front cde pour la premire fois. En aot, la contre-offensive allie renforce par la participation des troupes amricaines est un succs. Le 11 novembre 1918, larmistice est sign, la guerre est finie. Chronologie de la Grande Guerre LEurope aura donc la guerre parce quelle se prpare la guerre Une tincelle tombant la frontire des Vosges, dans les Balkans ou sur le rivage de lAfrique du Nord fera lever une fume gigantesque qui donnera le signal de la mle. Ce jour-l, la France et lAllemagne seront les chefs de camp, et le duel de ces deux puissances sera le centre de la bataille . Ernest Lavisse, avant-propos Essais sur lAllemagne Impriale, Paris, Hachette, 1900. Assassinat de larchiduc Franois Ferdinand dAutriche (1863-1914) et de sa femme Sophie Chotek (1868-1914), par un tudiant serbe, le 28 juin 1914. Le Petit Journal, 12 juillet 1914. wikimedia common Le Mmorial Artsien du 3 Aout 1914 sur la bibliothque numrique est n Cauchy--la-Tour en 1856 dans une famille de cultivateurs. Il entre au collge Saint-Bertin de Saint-Omer en 1867 avant dentrer lEcole militaire de Saint-Cyr. Il a 58 ans quand la Guerre clate, ce qui lempche de prendre sa retraite. Considr au sortir de la Guerre comme le Vainqueur de Verdun , Ptain est trs populaire dans tout le pays notamment grce sa rputation davoir t conome en vies humaines. Sa venue en 1919 Saint-Omer amne une foule immense. Philippe PETAIN Une travailleuse de lusine de guerre, LIllustration, samedi 22 avril 1916, n3816. Photographie prise aux ateliers Panhard et Levassor pour lalbum du sous-secrtaire des munitions. (Saint-Omer, BASO, inv. 45767) Visite du marchal Ptain Saint-Omer 28 septembre 1919 (ms ville 1652-59 BASO). La Guerre 1914-1918 est le premier conflit total car il ne se limite pas aux champs de bataille mais mobilise toutes les ressources de lEtat : sa population, son conomie, sa politique et sa justice ; il touche lensemble de la socit. La premire guerre mondiale se caractrise par une importante mobilisation militaire au sein des pays belligrants. A larrire, toute lconomie est tourne vers leffort de guerre : le conflit sannonce plus long que prvu. Ds lautomne 1914, il faut faire face une pnurie dapprovisionnement et de munitions. Les femmes remplacent les hommes lusine et la campagne, le rationnement est mis en place ainsi que les emprunts nationaux. Le conflit surprend par sa dure et sa violence sans prcdent. En ce dbut de XXe sicle, la guerre prend un caractre technolo-gique. Les rvolutions industrielles ont gnr de nouvelles armes telles la mitrailleuse, le lance-flamme ou encore le gaz moutarde. Par ailleurs lartillerie se dveloppe et le tank apparait en 1916. Ces armes sont particulire-ment meurtrires pour les soldats qui subissent les tirs dans les tranches, notamment avant lassaut. La bataille de Verdun rsume elle seule le caractre destructeur de la Grande Guerre. Elle dure de fvrier dcembre 1916 et mobilise presque toute larme franaise : 70 divisions sur 95. Prs de 80% des pertes sont causes par lartillerie. LAllemagne, qui entame cette guerre dusure en voulant saigner blanc larme franaise, abandonne la bataille face la rsistance du Gnral Ptain. Verdun cotera la vie de prs de 700 000 hommes franais et allemands dont environ 8,5% du contingent audomarois. Au total, la Grande Guerre fait prs de 10 millions de morts dont environ 1,4 million de franais et plus de 21 millions de blesss de par le monde. Proportionnellement sa population, la France est le pays qui a subi le plus de pertes, environ 900 soldats franais sont morts sur les champs de bataille chaque jour, quant lagglomration de Saint-Omer, elle y a perdu 3,6 % de sa population totale. Une Guerre totale Le Tank . LIllustration, 2 dcembre 1916 n3848, page 507. (Saint-Omer, BASO, inv. 45767) Fig. 3(2) Portrait du Gnral, LIllustration, samedi 11 mars 1916, n 3810, p 248 (Saint-Omer, BASO, inv. 45767) Plan rapproch du cnotaphe de Paris du 14 juillet 1919, LIllustration, 19-26 juillet 1919, n3985-3986, double page du Dfil triompahl . La collaboration des peintres, sculpteurs et dcorateurs. LIllustration, 12 juillet 1919, n3984, p35 (Saint-Omer, BASO, inv. 45767) Le rapport de la Chambre des Dputs de 1919 dnombre environ 1 350 000 morts durant le conflit, soit prs de 15% des soldats mobiliss, auxquels sajoutent environ 150 000 poilus dcds des suites de leurs blessures. Il faut attendre 1950 pour que le niveau de la population revienne celui de 1914. Durant cette guerre dun genre nouveau tant par sa dure que par les destructions causes par larmement employ, le rapatriement des corps tait difficile. Les tombes des soldats sont donc rassembles dans les cimetires militaires ou sur les champs de bataille. Dans de nombreux cas, le corps a totalement disparu sous les tirs dobus. Il faut donc trouver un moyen de rendre hommage aux victimes. Ldification des monuments aux morts se fait de manire spontane la fin du conflit et compte tenu du trs lourd bilan humain, elle concerne toutes les communes. Outre la fonction commmorative, ils doivent cristalliser dautres fonctions, dautres symboles pour la socit traumatise. Face labsence des corps, il est un monument funraire devant lequel les familles peuvent se recueillir. Pour les communauts dhommes, il est un mmorial puisquil permet de se souvenir du sacrifice et de tmoigner de la reconnaissance que lon porte aux dfunts. Tous doivent se convaincre que ces soldats ne sont pas morts pour rien , comme en tmoigne lexpression Der des Ders employe par les combattants. A ce titre, il permet un hommage personnel chaque vic-time, de manire individuelle en gravant le prnom et le nom des soldats et des victimes sur les monuments. En France, prs de 36 000 difices sont inaugurs entre 1920 et 1925, soit environ plus de 16 par jour ! Dans la Communaut dagglomration de Saint-Omer, 84% des monuments sont difis en 1920 et en 1921 avec la premire inauguration dun monument aux morts sur la commune dArques en 1919. Le temps du deuil Les premiers monuments aux morts pour la patrie (du latin monumentum de moneo se remmorer) apparaissent la fin du 19e sicle pour commmorer les pertes de la guerre franco-allemande de 1870. En France prs de 900 monuments sont alors raliss. Ds la fin de la guerre, lors des premires crmonies de commmorations, sont utilises des cnotaphes, sorte de monuments funraires vides rigs en mmoire de disparus ou de personnes dont le corps est conserv ailleurs. Tombe de soldats dans le bois dAvocourt. LIllustration, 1er juillet 1916, n3826, p. 7 (Saint-Omer, BASO, inv. 45767). Eglise et Monument aux morts de la commune de Tilques c. Carl Peterolff Les dossiers de demande dautorisation drection du monument doivent contenir la dlibration du conseil municipal sur le projet, un croquis du monument avec lindication de son emplacement, un devis estimatif et les moyens de financement. Circulaire du Prfet du Pas-de-Calais aux Maires du dpartement, Arras, 14 juin 1920. (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras, AD 2O-12314,commune de Saint-Martin-au-Laert) Bordereau des pices transmises la prefecture (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 12676, commune de Tatinghem) Puisquun grand nombre de municipalits projettent rapidement dlever un monument aux morts, le Prfet du Pas-de-Calais en rglemente la mise en uvre. La circulaire du 14 juin 1920 est transmise toutes les communes du dpartement pour leur indiquer la marche suivre. LEtat cherche ainsi conserver un droit de regard sur les projets commmoratifs et contrler lesthtique et lidologie du monument labor par les communes. Une fois le dossier transmis aux services prfectoraux, il passe entre les mains dune commission dexamen qui peut demander des modifications avant de soumettre le projet lapprobation par dcret prsidentiel. Mais face laugmentation des demandes, lautorisation prsidentielle est dlgue au Prfet en 1922. Suite la loi de sparation de lEglise et de lEtat (9 dcembre 1905), les emblmes religieux sur les monuments aux morts ne sont tolrs que dans les cimetires. En effet, la symbolique et la polysmie du monument aux morts sont telles que le 18 avril 1919, le Ministre de lIntrieur publie une circulaire prcisant que : en ce qui concerne les monuments placs dans un cimetire qui sont assimilables des monuments funraires, libert entire doit tre laisse aux municipalits pour lornementation ou les attributs dont elles voudront les revtir ; quant aux monuments rigs sur la voie publique, ils ne doivent, daprs la loi, comporter aucun emblme religieux tant des monuments exclusivement commmoratifs. En France, gnralement le monument aux morts se situe aux abords de la Mairie ou de lcole, les ples rpublicains de la IIIe Rpublique. Cependant, 68% des monuments de la Communaut dagglomration de Saint-Omer se situent dans le cimetire ou proximit de lglise, leur confrant ainsi une fonction funraire. Construire les monuments aux morts Dans quelques cas, notamment Saint-Omer, le choix de lemplacement fut lobjet de vives discussions au sein du conseil municipal, mais dautres villes font le choix dassocier activement la population telle que Blendecques qui organise un rfrendum auprs des familles de disparus leur demandant de se prononcer sur le choix de lemplacement du monument. Le monument ayant le caractre rpublicain le plus affirm est celui dArques : il est plac devant la Mairie qui hberge en son sein une salle du poilu , comportant des plaques commmoratives et des vitraux aux noms des grandes batailles de la guerre. Plan de lemplacement du monument aux morts aux abords de lglise (Archives municipales de Blendecques) Bons de la Dfense nationale, Blendecques, (Archives la ville de Blendecques) Livret de souscription de Saint-Martin-au-Laert, Archives municipales de Saint-Martin-au-Laert La dcision ddifier un monument aux morts est prise rapidement dans la plupart des communes de la Communaut dagglomration de Saint-Omer posant de fait la question du cot. Le prix du monument est variable dune commune lautre, le moins coteux est celui de Nort-Leulinghem pour 2 412 Francs financ pour 2 012 Francs par souscription. Le plus cher est celui de Saint-Omer : 100 000 Francs. Les communes doivent donc rassembler une somme relativement importante alors que les ressources sont amoindries par les 4 ans de conflit. Larticle 5 de la loi du 25 octobre 1919 sur la commmoration et la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre indique que des subventions seront accordes par lEtat aux communes, en proportion de leffort et des sacrifices quelles feront en vue de glorifier les hros morts pour la patrie. . Mais cette subvention minime ne permet pas le financement du monument et intervient a posteriori. Les communes ont donc recours dautres financements. La souscription publique est le mode privilgi par les communes de lagglomration. Sur les 25 documentes, 19 ont fait ce choix de financement qui permet dassocier la population au processus commmoratif, chaque souscripteur contribuant la hauteur de ses moyens. Ainsi, lhommage rendu aux morts nest plus uniquement celui de la municipalit mais bien celui de toute la commune. Cette souscription publique est le premier tmoignage de reconnaissance des habitants. Le complment est ensuite prlev sur le budget communal. Certaines villes font preuve dimagination pour rassembler des fonds comme Arques qui utilise les bnfices du magasin communal de ravitaillement. Parfois mme, elles profitent dopportunits comme le don du terrain par la famille Leclercq pour le monument de Mentque-Norbcourt, de dons anonymes Campagne-lz-Wardrecques, ou encore des intrts des bons de la Dfense Nationale pour celui de Nordausques. Construire les monuments aux morts Le financement PRIX % des Monuments Infrieur 3 000 F 13,04 % Entre 3 000 F et 4 999 F 8,7 % Entre 5 000 F et 9 999 F 60,87 % Entre 10 000 F et 14 999 F 4,35 % Entre 15 000 F et 29 999 F 0 % Entre 30 000 F et 49 999 F 4,35 % Entre 50 000 F et 99 999F 4,35 % 100 000 F et plus 4,35 % Plaque de la salle du poilu, sur le financement du monument dArques ( Bibliothque d'Agglomration de Saint-Omer/C. Paccou) Planche des marbreries gnrales de Paris, Modle du monument dArques, (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 276/12 ; commune dArques) Si certaines communes font appel une socit parisienne comme Arques ou Hallines, la plupart des municipalits audomaroises font le choix de la proximit et privilgient des entrepreneurs locaux (Saint-Omer, Aire-sur-la-Lys, Watten, Licques ). Le recours un architecte nest pas systmatique car les marbriers peuvent eux-mmes proposer des dessins. Le prix rel dun monument aux morts est difficile valuer puisque des cots annexes doivent tre pris en compte : transport, amnagement du sol, plantations, etc. En outre, le prix des matriaux et du transport varie dans le temps et diffre dune commune lautre en fonction de la date ddification et de son accs ou non une gare. Aussi, certaines communes ont recours la vente sur catalogue, qui dmontre lexistence dun march florissant pour les marbriers, sculpteurs, architectes. Par commodit, les municipalits passent un contrat lamiable avec le marbrier (march de gr gr) qui doit nanmoins tre approuv par le prfet. Il comprend lidentit des parties contractantes, la municipalit et lentrepreneur des travaux, le devis ainsi que le cot total des travaux. Le projet peut galement tre attribu par une adjudication. Cette procdure de march public peut concerner lensemble du projet ou uniquement une partie comme cest le cas pour Arques. Moins souple que le contrat lamiable, cette mthode est normalement gage de qualit pour la commune, le projet devant tre en quilibre avec le budget communal. La commune de Saint-Omer se dmarque par son choix dorganiser un concours. La commission artistique tudie seize maquettes avant de faire son choix. Mais, le projet retenu fait lobjet de vifs dbats au sein du conseil municipal pour le choix de son emplacement, des matriaux utiliss et mme de son prix. En revanche, dans les petites communes le projet fait rapidement consensus. Les matriaux utiliss sont souvent des pierres issues des carrires locales : la pierre de Marquise, la pierre de Lunel ou le Stinkal dont les carrires se situent entre Calais et Boulogne ou encore la pierre du Hainaut galement appele pierre de Soignies (Belgique).Les sculpteurs locaux comme Numa Colin ou M. Marquillie reoivent leurs livraisons par le canal puis les pierres sont tailles latelier. Les ornements comme les torches sont gnralement taills dans la masse, les statues tant pour leur part ralises par moulage. La pose du monument est alors celle dun produit fini. Construire les monuments aux morts matrise duvre Dessin de marbrier, Hallines, (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 2601, commune dHallines) Le marbrier Numa Colin de Saint-Omer a eu ainsi en charge 8 monuments de la communaut dagglomration de Saint-Omer : Bayenghem-les-Eperlecques, Campagne-lez-Wardrecques, Clairmarais, Helfaut, Saint-Omer (en partie), Tatinghem, Tilques et Wizernes March de gr gr entre la commune de Wizerne et M Numa Colin, (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 13174 ; commune de Wizerne) Dessin de marbrier, Hallines, (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 2601, commune dHallines) On trouve parfois des particularits sur les monuments. Certains noms de poilus figurent par exemple sur plusieurs monuments, gnralement celui de leur ville de naissance et celui de leur ville de rsidence, comme le montre une correspondance entre les Mairies de Blendecques et Longuenesse.Obert Henri et Emile May figurent sur le monument dHelfaut, commune de naissance et sur celui de Blendecques (domicile). On trouve aussi des fautes dorthographe : Leblond au lieu de Lelong (Helfaut), et les communes ont parfois inscrit le prnom dusage et non le prnom officiel. Cest le cas Moringhem : Ansel Charles au lieu dArthur. Enfin certaines familles refusent que le nom de leur dfunt figure sur le monument Courrier du Maire de Wizernes au Maire de Blendecques le 24 aout 1920, Archives municipales de Blendecques. Certificat du Maire de Blendecques attestant linscription du soldat Victor Noyelle sur le monument aux morts de Longuenesse, Archives municipales de Blendecques Monument aux morts dEperlecques, avec un classement par anne de dcs des soldats ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer/C. Paccou). Monument aux morts de Wardrecques avec la mention des grades ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer/C. Paccou) Monument aux morts dHallines, A la mmoire glorieuse , ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer/C. Paccou) Linscription qui figure sur le monument traduit le message que souhaite faire passer la commune. Invitablement, chaque monument comporte les dates de la guerre 1914-1918. Certains englobent toutefois lanne 1919 correspondant au trait de Paix de Versailles et permettant ainsi de comptabiliser les soldats morts des suites de leurs blessures de guerre*. Il y a peu dlments retirer du nom des morts inscrits dans la pierre, qui peuvent tres classs par ordre alphabtique, ou par ordre chronologique des dcs. Bien que certains en fassent mention, aucun monument de lagglomration de Saint-Omer na suivi la hirarchie des grades. Le monument se veut unificateur : tout le monde est gal face la mort. Pour autant le fait de nommer sort de lanonymat et valorise les individus. Cette reconnaissance est renforce par la ddicace dont la formule la plus rpandue sur les monuments de lagglomration est : Aux enfants de X morts pour la France . Il existe des variations : Patrie se substitue France , ou encore la ville de Xou la commune de X ses enfants morts pour la France. Par cette ddicace officielle, que lon retrouve sur les diplmes des morts pour la France et les actes de dcs militaires, la municipalit prennise sa reconnaissance et souligne que la dette envers ses morts est ternelle. Cette formule permet galement de faire le lien entre les individus et la Nation, en vertu du sacrifice pro patria pour la France ou la Patrie . Il ne sagit pas dun hommage individuel sur une tombe mais bien dun hommage collectif aux soldats morts au champ dhonneur pour la dfense de la nation. La ville ancre de plus les morts une ralit locale en nonant qui ils sont et do ils viennent. En outre, le terme d enfant instaure de fait un lien de filiation justifiant lorganisation dhommages et de clbrations. Certaines communes font le choix de souligner lhrosme de leurs morts en ajoutant ladjectif glorieux ou hroque . La Grande Guerre change le modle du hros : le poilu est le hros de la Guerre, issu du peuple et inscrit dans la vie locale et familiale. Epigraphie Monument aux morts dHallines . Chlo Paccou Pyramide tronque Corniche D Base Pidestal Oblisque Schma structurel dun oblisque ( Bibliothque d'Agglomration de Saint-Omer/ C. Paccou) Partout en France et pour tous, le monument aux morts fait partie intgrante de lespace urbain. Il revt diffrentes formes dont le choix peut tre li des considrations artistiques ou budgtaires. Ces monuments regorgent de symboles explicites ou implicites du souvenir de la Grande Guerre complts par une inscription qui en exprime la vocation mmorielle travers no-tamment la liste des noms qui, comme le dit lhistorien Jean-Jacques Becker, spcialiste de la Premire guerre mondiale : rappellent aux gnrations futures quils ont combattu et sont morts pour la dfense de la Patrie, de la justice et de la libert . Dans lagglomration de Saint-Omer, ils prennent presque tous la forme dun oblisque sur pidestal, dont les variations et les ornements se dclinent ensuite linfini. Mais ils se singularisent par les ornementations charges de symboles. Parmi les artefacts les plus courants se trouvent la palme et la couronne de lauriers reprsentant la victoire. Ces deux attributs saccompagnent parfois dun flambeau ou dune flamme voquant ainsi la ncessit dentretenir la flamme du souvenir. La croix est aussi trs souvent intgre au corps ou fixe sur le sommet des monuments. Elle peut prendre la forme de la croix de guerre (croix quatre branches avec deux pes croises) ou religieuse de la croix latine. En effet, bien que depuis la loi de sparation de lEglise et de lEtat (1905) la croix catholique est interdite sur la voie publique, elle reste tolre pour les monuments placs dans les cimetires ou aux abords de lglise. A Hallines, le monument fut plac la limite du cimetire pour lui permettre darborer une palme sur la face donnant sur la rue et une croix latine sur la face donnant vers lglise. Typologie des monuments de la CASO Monument aux morts de Houlle, orn de la croix latine, la palme et la couronne ( Bibliothque d'Agglomration de Saint-Omer/C. Paccou) Monument aux morts dEperlecques, zoom sur la croix de guerre. ( Bibliothque d'Agglomration de Saint-Omer/C. Paccou) La palme reprend son origine chrtienne comme emblme des premiers martyrs ; la couronne de laurier quant elle tire sa signification de lAntiquit o elle symbolise la gloire immortelle. Pour complter ces programmes iconographiques, par le dcret du 16 mai 1919, lEtat accepte de fournir gracieusement des trophes de guerres aux communes. Arques place un canon ct de son monument, Saint-Martin-au-Lart, Blendecques et Saint-Omer demanderont des obus 220. Des trophes de guerre aux symboles patriotiques : Lettre de la Sous-Prfecture, attribuant des trophes de guerre, Saint-Martin-au-Laert, (Archives de la ville de Saint-Martin-au-Laert ). Quelques villes seulement ont fait le choix dune pice dquipement : un casque de poilu, un glaive ou une pe. Certains oblisques saccompagnent dune urne funraire, parfois voile (Helfaut), symbole du deuil. Dautres comme Saint-Martin-au-Laert, Longuenesse et Tournehem-sur-la-Hem lui prfrent le coq gaulois, emblme patriotique de la fiert nationale. Deux villes se distinguent par lampleur de leur programme monumental : Arques et Saint-Omer. Arques a fait le choix dune composition structure autour dun canon dis-paru, fondu pour les ncessits de la seconde guerre mondiale et deux statues reprsentant un poilu et une allgorie fminine de la ville dArques pleurant ses enfants. Saint-Omer a souhait un projet ambitieux en lanant un concours. Le troisime projet remporta ladhsion. Intitul La France victorieuse personnifie par une figure fminine tenant une colombe et foulant aux pieds le monstre des carnages humains . Le poilu nest finalement prsent qu Clairmarais ainsi qu Arques qui le mettent particulirement lhonneur. A Arques, il est reprsent sur le monument et au sein mme de lHtel de Ville, dans la salle des mariages rebaptise salle du poilu . A Clairmarais, il est en sentinelle dans luniforme bleu horizon ct dun calvaire ddi aux enfants de la ville morts pour le France. Projet du monument aux morts de Saint-Martin-au-Lart par Emile Marquillie, (Archives dpartementales, 2O-12314). zoom sur le coq ( Bibliothque d'Agglomration de Saint-Omer/C. Paccou) Monument aux morts de Clairmarais, reprsentation du poilu ( Bibliothque dAgglomration de Saint- Omer . Salle du poilu la Mairie dArques ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer / C. Paccou) Plan du Monument de Saint-Omer, (Archives Dpartementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 12367, commune de Saint-Omer) Demande du Maire de Blendecques au Colonel commandant de dcoration pour parer lEglise, Blendecques, (Archives de la ville de Blendecques.) Affiche annoncant linauguration du monument aux morts de Blendecques, archives municipales de Blendecques Dans chaque commune, linauguration du monument aux morts est loccasion dorganiser une fte importante laquelle de nombreuses personnalits politiques sont invites. La crmonie suit toujours plus ou moins le mme droulement. Une messe est donne pour les soldats morts au champ dhonneur en prsence des familles, des anciens com-battants et des autorits politiques et administratives. Ensuite, un cortge runissant diffrentes associations et institutions locales est organis avec pour point dorgue larrive devant le monument avec dpt de gerbes, discours, Salut aux Drapeaux, Mar-seillaise, etc. Le soir, les festivits sachvent gnralement par un concert. Ces programmes ont vocation renforcer la fonction funraire du monument. La messe, par exemple, sapparente un service funbre. Lglise est gnralement garnie de casques, de fusils et de drapeaux. Le dpt de gerbes nest pas sans rappeler le fleurissement des tombes. Il ne sagit pas de clbrer la victoire ou des principes rpublicains mais bien de commmorer les morts sous les drapeaux, comme le suggre la litanie des noms de ces derniers prononce durant la crmonie. Lassociation des enfants la crmonie est galement significative du souhait dy intgrer toute la population aux cts des reprsentants des anciens combattants. Au sortir de la guerre, les poilus survivants considrent le 11 novembre 1918 comme le plus beau jour de leur vie , en tmoigne le dernier poilu de Saint-Omer en 1993. Les associations danciens combat-tants joueront un rle fondamental dans la clbration de larmistice. En effet, le premier anniversaire de larmistice en 1919 reste discret. Une seule crmonie est organise Paris. Cest cette occasion quest instaure la minute de silence pour ren-forcer le caractre funraire de la crmonie. Ce nest quen 1920 que larmistice est clbr pour la premire fois et il faut attendre la loi du 24 octobre 1922 pour que ce jour soit dcrt fte nationale. LE TEMPS DU SOUVENIR ET DES COMMMORATIONS Avis de linauguration du monument commmoratif aux enfants de la Commune morts pour la France, Saint-Martin-au-Laert, (Archives de la ville de Saint Martin-au-Laert.) Affiches annoncant linauguration du monument aux morts de Blendecques, archives municipales de Blendecques Inauguration de lhtel de ville dArques et du monument aux morts en 1919, extrait de lIndpendant du 10 avril 1976. Inauguration du monument aux morts de Saint-Omer en 1923, extrait de Jeune chambre conomique de Saint-Omer et sa rgion, Saint-Omer, hier et daujourdhui, p. 126. Au sortir de la guerre et au-del des monuments aux morts, dautres communauts dhommes et de femmes souhaitent rendre hommage aux combattants et cela sous de multiples formes. Lagglomration de Saint-Omer compte plusieurs plaques commmoratives apposes dans des casernes militaires la mmoire dun rgiment. A Wardrecques, ce sont les membres de la fanfare morts pour la France qui sont mis lhonneur. A Saint-Omer, le faubourg du Haut Pont rige son propre monument plac dans le cimetire pour y inscrire le nom des victimes civiles et militaires du quartier Sur le territoire national, dimmenses mmoriaux voient le jour lemplacement des champs de bataille les transformant ainsi en espaces commmoratifs et fdrateurs (Ncropoles nationales de Vimy et de Lorette). De nombreux cimetires militaires sont amnags pour permettre aux familles qui nayant pu faire rapatrier le corps des dfunts y trouvent un lieu de recueillement. Ce phnomne saccroit avec la visite des familles anglaises ; lEmpire Britannique ayant fait le choix de ne pas rapatrier ses morts sur son sol. En 1919, Paris et Londres pleurent leurs morts en installant des cnotaphes temporaires, les tombeaux vides des morts pour la Patrie. Mais rapidement, les tats cherchent pallier cet anonymat en cristallisant lhrosme gnral travers un symbole fort : linhumation dans les capitales des pays belligrants dun Soldat Inconnu. Le rituel de la flamme ter-nelle ravive tous les soirs 18h30 Paris est galement mis en place, avec un dpt de gerbes au son de la sonnerie aux morts . LES AUTRES MONUMENTS Plaque la mmoire du 21eme rgiment de Dragons, Saint-Omer ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer/C. Paccou) Plaque commmorative de la fanfare de Wardrecques des morts pour la France ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer/C. Paccou) La sonnerie aux morts est due lAudomarois Pierre Dupont n le 3 mai 1888, qui compose cette sonnerie en tant que chef de la Musique de la Garde Rpublicaine, la demande du gnral Gouraud qui souhaite com-plter le crmonial de la minute de silence par une sonnerie comme le font les britanniques. Elle fut joue pour la premire fois le 14 juillet 1931 devant la tombe du Soldat Inconnu Paris. Le Soldat inconnu, LIllustration, 6 novembre 1920, n4053, p329. (Saint-Omer, BASO, inv. 45767) Portrait de Pierre Dupont Bibliothque dagglomration de Saint-Omer Portraits dEperlecques ( Bibliothque dAgglomration de Saint-Omer/C. Paccou) TOUR DES MONUMENTS COMMEMORATIFS DE LAUDOMAROIS Carl Peterolff Carl Peterolff C. Paccou ARQUESARQUESARQUES Localisation : Place de lHtel de ville Conflits commmors : 1914-1918 Marbrier : Marbreries Gnrales Gourdon Urbain (vente sur catalogue) Date dinauguration : Le 5 octobre 1919 sous la Haute prsidence de Monsieur Abrami, Secrtaire dEtat la Guerre. Descriptif : Oblisque orn dune sculpture du Poilu mourant et dune femme aile, accompagn dune allgorie de la ville pleurant ses enfants droite et du poilu retraant les grandes tapes de la guerre gauche du monument. Cot et financement : 65000 Francs. Le Monument commmoratif est lev avec une partie du produit du magasin communal de ravitaillement dArques pour 60 000 Francs et une subvention de la commune pour 5 000 Francs. Pour infos : La ville a amnag dans son nouvel Htel de Ville une Salle du poilu , salle des mariages comprenant cinq bas-reliefs en marbre de Carrare gravs aux noms des victimes et deux autres reprsentant la Mort pour la Patrie et La France reconnaissante . Le premier reprsente la mort dun soldat dans les bras dune victoire tenant un fusil dans sa main droite et relchant le drapeau dans sa main gauche. La France reconnaissante ouvre les bras un soldat qui tombe en tenant un rameau dolivier. Le drapeau les entoure. Une victoire les survole ainsi quun dfil de soldats. Elle tient deux couronnes de laurier. Sur la droite se dessine lArc de Triomphe de Paris abritant le cnotaphe de 1919. Cette salle comporte aussi des vitraux du souvenir portant le nom des grandes batailles de la guerre financs par des dons anonymes. Ils furent raliss par le peintre verrier Houille de Beauvais en 1922. On trouve galement une plaque retraant les heures tragiques de la guerre et une autre comportant la citation de la ville la Croix de guerre avec le nom des victimes civiles. Cette Croix de Guerre est remise la ville le 2 juillet 1922, lors dune grande fte place sous le Haut Patronage du Marchal Ptain. Carl Peterolff Carl Peterolff Carl Peterolff Mairie dArques, salle du Poilu et bas relief La France reconnaissante Chlo Paccou BAYENGHEMBAYENGHEMBAYENGHEM---LESLESLES---EPERLECQUESEPERLECQUESEPERLECQUES Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date dinauguration : Inconnue Descriptif : Oblisque surmont dune croix latine. Cot et financement : Inconnu. Autres infos : plaque commmorative dans lglise Saint-Wandrille Chlo Paccou BLENDECQUESBLENDECQUESBLENDECQUES Localisation : Place de la Libration Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Indochine Marbrier : Emile Marquillie (Saint-Omer) Date dinauguration : 25 septembre 1921 Descriptif : Oblisque surmont dune urne voile. Sur la corniche se distingue la croix de guerre, ainsi que le casque du soldat, entour de feuillage. Cot et financement : 34 157,19 Francs. La souscription rapporte 20 000 Francs et 3 500 Francs sont ncessaires lorganisation de linauguration. Carl Peterolff CAMPAGNECAMPAGNECAMPAGNE---LESLESLES---WARDRECQUESWARDRECQUESWARDRECQUES Localisation : Rue principale Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Algrie Marbrier : Numa Colin (Saint-Omer) Date dinauguration : Inconnue. Rception des travaux le 15 juillet 1921 Descriptif : colonne quadrangulaire surmonte dune croix latine Cot et financement : 2980 francs. Une souscription rapporta 1200 francs. Une personne reste anonyme donne 1500 Francs le 1 juillet 1919. CLAIRMARAISCLAIRMARAISCLAIRMARAIS Localisation : Route de Saint-Omer Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date dinauguration : 15 aot 1925 Descriptif : Reprsentation dun soldat en sentinelle devant un calvaire. Cot et financement : 6 500,25 Francs. Pour info : La dcision driger le monument intervient le 26 juin 1925. On suppose que la statue du soldat fut appose par la suite car la date de rception du monument est le 6 mars 1926. Carl Peterolff Carl Peterolff EPERLECQUESEPERLECQUESEPERLECQUES Localisation : Place de lglise Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Algrie Marbrier : Marbreries Gnrales Gourdon Urbain Date dinauguration : inconnue Cot et financement : inconnus Descriptif : Monument adoss lglise et surplomb de la croix de guerre au sommet Pour info : Des plaques mailles avec photographies des victimes originaires de la commune sont apposes dans lEglise Saint-Lger. Chlo Paccou Carl Peterolff HALLINESHALLINESHALLINES Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier : Marbreries Gnrales Gourdon Urbain Date dinauguration : 28 septembre 1921 Descriptif : Oblisque dont les fasces sont ornes dune palme lavant et dune croix latine vers lglise. Cot et financement : 6110 Francs. La souscription publique rapporta 4610 Francs. HELFAUTHELFAUTHELFAUT Localisation : Place Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date dinauguration : 17 juillet 1921, sous la prsidence de M. Alexandre, conseiller gnral et M. Picot et M. Andr, conseillers d'arrondissement. Descriptif : Oblisque orn dune urne funraire au sommet. Cot et financement : 14518 francs. La souscription permet de rcolter 5768 francs. Pour infos : En 1920, on projette d'lever le monument aux morts en face de la mairie et en partie dans la cour de lcole. En 1921, le conseil municipal retient le centre du village face la route de Throuanne. Selon lavis de la commission le Monument est passable. Le monument a t remis en tat en 1950 par larchitecte Joseph Philippe. Carl Peterolff Chlo Paccou HOULLEHOULLEHOULLE Localisation : Cimetire prs de lglise Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Avart Castier, Watten Date dinauguration : 17 juillet 1921. Descriptif : oblisque surmont dune croix latine, orn dune palme et dune couronne. Cot et financement : 5598,25 Francs. La souscription publique rapporta 4565 Francs le 12 mars 1921. Pour infos : Le 13 fvrier 1921 la commune demande au prfet lautorisation au prfet douvrir une souscription. La dlibration du conseil municipal mentionne le don de lemplacement en dehors des concessions. LONGUENESSELONGUENESSELONGUENESSE Localisation : Place puis le conseil municipal dcide de le dplacer dans le Parc de lHtel de Ville le 17 septembre 1981. Conflits commmors : 1870 ; 1914-1918 ; 1939-1945 ; Co-lonies. Marbrier: Inconnu Date dinauguration : 17 juillet 1921 Descriptif : Oblisque orn du coq gaulois Cot et financement : La souscription publique rapporte environ 3700 Francs. Le conseil municipal vote alors lunanimit un crdit de 2000 Francs sur les fonds libre de la commune pour complter cette somme. Le maire se charge de faire une demande de subvention de lEtat. Carl Peterolff Carl Peterolff MENTQUEMENTQUEMENTQUE---NORTBECOURTNORTBECOURTNORTBECOURT Localisation : entre les deux hameaux Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Marbrier: Ravert (Audruicq) Date dinauguration : 1920 Descriptif : Oblisque Pour info : le choix de lemplacement du monument aux morts donna lieu des tensions au sein du conseil municipal. La commune, compose de deux hameaux principaux, dcide finalement de ldifier en rase campagne, mi-distance entre les deux hameaux. Cot et financement : 5370 Francs. Le terrain est un don de la famille Leclercq. La souscription publique rapporta 2938 Francs. MORINGHEMMORINGHEMMORINGHEM Localisation : Dans le cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Guillemant Joseph (Mentque-Nortbcourt) Date dinauguration : 22 Aot 1920. Descriptif : Oblisque surmont de la croix de guerre Cot et financement : 7765 Francs. Une souscription publique rapporta 3.708 Francs. Le dcompte des travaux ralis le 13 janvier 1921 donne 6 200 Francs pour le monument proprement dit et le reste pour son installation. Pour info : Lrection du monument est vote le 27 juin 1920 Chlo Paccou Chlo Paccou MOULLEMOULLEMOULLE Localisation : Dans le cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Indochine et Algrie Marbrier: Lemaire et Hoyez (Aire-sur-la-Lys) Date dinauguration : 19 septembre 1920. Descriptif : Oblisque surmont de la croix de guerre. Cot et financement : 7000 Francs. La souscription pu-blique rapporte 3850 Francs. Pour info : Ce monument correspond au modle numro 516 du catalogue propos par le marbrier choisi par la commission runie le 21 mars 1920 (dont le cur est membre). Monument restaur en 1988 par Jean-Pierre Deschamps, marbrier Lumbres. NORDAUSQUESNORDAUSQUESNORDAUSQUES Localisation : cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Marbrier: Ravert (Audruicq) Date dinauguration : Inconnue Descriptif : Oblisque surmont de la croix de guerre. Pour info : Une nouvelle gravure a t ralise en 1957. Cot et financement : 5 350 Francs. La souscription rapporta 4 300 francs. Le reste des dpenses est assur par un crdit de la commune et par les intrts de trois bons de la Dfense Nationale de 1 000 Francs. Chlo Paccou Chlo Paccou NORTLEULINGHEMNORTLEULINGHEMNORTLEULINGHEM Localisation : cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: A. Privat, Licques Date dinauguration : Inconnue Descriptif : Oblisque orn de palme. Cot et financement : 2412 Francs. La souscription rapporta 2012 Francs. SAINTSAINTSAINT---MARTINMARTINMARTIN---AUAUAU---LAERTLAERTLAERT Localisation : Place Cotillon Belin Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Emille Marquillie, Saint-Omer Date dinauguration : 26 septembre 1920. Descriptif : colonne quadrangulaire fronton sculpt hauteur totale de 5 mtres Cot et financement : 8100 Francs. La souscription rapporta 5000 Francs. La commission a toutefois mis des rserves quant lemplacement et au cot compte tenu du nombre dhabitants de la commune. Pour info : La commission dpartementale charge de valider les projets de monument proposs par les communes jugea trs favorablement le monument au point de vue lignes et proportions . Il devait selon le contrat tre livr le 25 juillet 1920. Le procs verbal de rception date du 21 mars 1921. Chlo Paccou Carl Peterolff SAINTSAINTSAINT---OMEROMEROMER Localisation : Place du 11 novembre (anciennement square de la gare) Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Indochine ; Afrique du Nord Sculpteur : Lucien Brasseur, Valenciennois dorigine, entre lcole des Beaux-Arts 16 ans. Grand prix de Rome en 1905. Architectes : Cabinet Molinie, Nicod et Pouthier Date dinauguration : Dimanche 21 octobre 1923 Descriptif : architecture monumentale, la France victorieuse domine (2m50) elle tient la colombe de la Paix dans sa main droite et foule ses pieds le carnage de la guerre Cot et financement : 100 000 Francs dont une partie runie par souscription 42.000 Francs. Le conseil municipal vote un crdit de 40.000 Francs. Une subvention rglementaire de lEtat de 8.000 Francs est accorde la ville. Pour info : La ville organise un concours pour son projet de monument aux morts partir du 25 fvrier 1921. Seize projets sont tudis par la commission artistique compose du maire de la ville (prsident), du conservateur du muse, dartistes locaux et nationaux dont des prix de Rome et dun architecte. Archives Dpartementales du Pas-de-Calais Chlo Paccou SALPERWICKSALPERWICKSALPERWICK Localisation : Sur le parvis devant l'entre de l'glise Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Emile Marquillie, Saint-Omer Date dinauguration : 26 juin 1921 Descriptif : oblisque orn de sculptures reprsentant des rameaux de laurier et une croix de guerre. Pour info : La commission juge favorablement le projet soumis tmoigne dune certaine recherche. Cot et financement : 2450 Francs. La souscription rapporte 1165 Francs. SERQUESSERQUESSERQUES Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Lemaire et Hoyez (Aire-sur-la-Lys) Date dinauguration : 1er aot 1920 Descriptif : oblisque sculpt et surmont de la croix de guerre Cot et financement : 9000 Francs. La souscription publique rapporte 4000 Francs. La commune vote un crdit de 5000 Francs pour complter la souscription le 24 juin 1920 Carl Peterolff Sophie Barrre TATINGHEMTATINGHEMTATINGHEM Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Numa Colin, Saint-Omer Date dinauguration : Dimanche 18 avril 1920 Descriptif : Oblisque Cot et financement : 4168,70 Francs. La souscription rapporta 3005,85 Francs. Pour info : Le conseil municipal prend la dcision d'riger un monument aux morts le 2 septembre 1919 et ouvre une souscription cette fin. Le 9 octobre de la mme anne, le choix du conseil se porte sur la proposition de Numa Colin (contre celle de Gourdon Paris) pour la somme de 4000 Francs. Le conseil municipal concde gratuitement le terrain et la Commission administrative du Bureau de Bienfaisance voulant sassocie lhommage rendu aux soldats, renonce sa part en argent qui lui revient lgalement dans la concession de terrain fait au cimetire pour lrection du monument. Chlo Paccou TILQUESTILQUESTILQUES Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Algrie Marbrier: Numa Colin, Saint-Omer Date dinauguration : 24 juillet 1920 Descriptif : Oblisque sculpt Pour info : La dcision driger un monument est prise le 1 fvrier 1920 alors que la souscription est close. Cot et financement : 8000 Francs. La souscription rapporta 4000 Francs. TOURNEHEMTOURNEHEMTOURNEHEM---SURSURSUR---LALALA---HEMHEMHEM Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Algrie Marbrier: A. Letendart, Calais Date dinauguration : Inconnue Descriptif : Oblisque surmont du coq gaulois Pour info : La commission juge le monument prtentieux et presque ridicule au regard de la taille de la commune. Le maire rplique par une lettre du 18 fvrier 1921 expliquant les raisons du projet. Le monument se voit ajouter une grille en 1922. A la base du monument est grave la premire strophe du pome de Victor Hugo Hymne aux morts de juillet . Cot et financement : 9142 Francs. La souscription rapporta 4100 Francs. Chlo Paccou Chlo Paccou WARDRECQUESWARDRECQUESWARDRECQUES Localisation : Place Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: Ernest Rabischon (Aire-sur-la-Lys) Date dinauguration : novembre 1920 Descriptif : Oblisque de granit beige avec palme en bronze sur fond poli, selon le devis initial. Pour info : Le monument fut dplac et remis en tat en 1979 Cot et financement : 6314 Francs. La commune prend sa charge 2 314 Francs correspondant au terrain achet M Joseph dArgoeuves, au transport, aux travaux damnagement et au plantation. Le reste du monument est pris en charge par la souscription cest--dire 4000 Francs. Le devis du marbrier s'lve quant lui 3100 Francs. WIZERNESWIZERNESWIZERNES Localisation : Place Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 ; Indochine ; Algrie Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date dinauguration : 3 juillet 1921 Descriptif : Oblisque en marbre de Belgique Pour info : Lpitaphe numre les financeurs : les habitants de la commune (souscription publique), les socits de papeteries et cartonneries, le syndicat des ouvriers papetiers et la commune. La commission donne un avis favorable le 15 octobre 1920. Cot et financement : 13000 Francs. Le monument command Numa Colin pour 9 400 Francs. La souscription publique rap-porte 8 494,15 Francs et la commune prend sa charge 3600 Francs pour le dblaiement et la mise niveau du terrain. Carl Peterolff C.Paccou ZOUAFQUESZOUAFQUESZOUAFQUES Localisation : Cimetire Conflits commmors : 1914-1918 ; 1939-1945 Marbrier: A. Letendart, Calais Date dinauguration : Inconnue Descriptif : Oblisque surmont dune croix de guerre. Pour info : Le projet initial a t modifi sur avis de la prfecture demandant que la croix de guerre soit rduite de moiti (14 octobre 1920). Les deux premiers vers de l Hymne aux morts de juillet de Victor Hugo sont gravs sur le pidestal du monument. Cot et financement : 4600 Francs. Une souscription rapporta 3047 Francs. Chlo Paccou BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE Stphane AUDOUIN-ROUZEAU, Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopdie de la Grande Guerre 1914-1918, Histoire et Culture, Bayard, 2004 Annette BECKER, Les monuments aux morts, mmoire de la Grande Guerre, Paris, Errance, 1988.* Bndicte GRAILLES, Mmoires de pierre. Les monuments aux morts de la premire guerre mondiale dans le Pas-de-Calais, Arras, Archives dpartementales du Pas-de-Calais, 1992. Yves HELIAS, Pour une smiologie politique des monuments aux morts in Revue franaise de science politique, n4-5, volume 29, Presse nationale des sciences politiques, aot-octobre 1979, pp 739 -759* Collge de lEsplanade, sous la Dir. de D.PARIS, Les monuments aux morts de Guines Aire sur la Lys, Saint-Omer, I.P.N.S, 2000. Hubert PERES, Identit communale, Rpublique et communalisation : propos des monu-ments aux morts de villages in Revue franaise de Science politique, octobre 1989, pp. 665-682.* Antoine PROST, Les monuments aux morts , in Les lieux de mmoire, Pierre NORA (dir.), Man-checourt, Quarto Gallimard, 1997. Karine REANT, Typologie et smiologie des monuments aux morts du Boulonnais , Mmoires de Guerre du Pas-de-Calais XXme sicle, Comit dHistoire du Haut-Pays, Fauquembergues, Tome 16, 2004. Mission permanente aux Commmorations et l'Information historique (dir.), Monuments de M-moire, les monuments aux morts de la Grande Guerre, Secrtariat d'tat aux Anciens Combat-tants et Victimes de Guerre, Paris, La Documentation franaise, 1991. * Ces titres sont consultables la bibliothque dagglomration, lexception de ceux suivit dun astrisque. Base de donnes sur les monuments aux morts : Du Pas-de-Calais : http://memoiresdepierre.pagesperso-orange.fr/index.html De la Rgion : http://monumentesmorts.univ-lille3.fr/ Base de donnes des fiches individuelles des militaires dcds (pour le conflit 1914-1918) : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique16 Exposition virtuelle (2 parcours plus spcifiques le tourisme de mmoire et la prsence bri-tannique dans le pas de calais ) : http://expositionvirtuelle.memoire1418.org/ Le Collectif de recherche international et de dbat sur la guerre de 1914-1918 : http://www.crid1418.org/ Projet transfrontalier Franco-Belge Mmoire de la Grande Guerre : http://www.memoire1418.org/FR/projet/ Rpertoire de site internet sur la Guerre 1914-1918 : http://www.guerre1418.fr/ Ecpad, fonds de la premire guerre mondiale : http://www.ecpad.fr/tag/fonds-premiere-guerre-mondiale Forum rfrenc sur le blog de Gallica : http://pages14-18.mesdiscussions.net/ Le livret de lexposition a t ralis par lquipe du ple archives de la bibliothque dagglomration de Saint-Omer. Retrouvez lactualit du ple archives et de la bibliothque sur le site de la bibliothque dagglomration de Saint-Omer. Ne manquez aucune de nos confrences, expositions , animations en nous suivant sur notre page Facebook. Bibliothque dagglomration de Saint-Omer - Septembre 2014

Recommended

View more >