Memoire DEA-Simeni Tchuinte Ghislaine

  • Published on
    08-Jul-2015

  • View
    224

  • Download
    0

Transcript

UNIVERSITE DABOMEY-CALAVI ******************* FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES *************** ECOLE DOCTORALE *************** DEPARTEMENT DECONOMIE, DE SOCIO-ANTHROPOLOGIE ET DE COMMUNICATION (DESAC) Mmoire Prsent en vue de lobtention du Diplme dEtudes Approfondies (DEA) Option : Economie et sociologie du dveloppement rural Spcialit : Economie du dveloppement ruralTHEME DISTRIBUTION ET ACCES AUX SEMENCES AMELIOREES DE CULTURES MARAICHERES A COTONOU, BENINPrsent et soutenu par : Ghislaine Marlyne SIMENI TCHUINTESous la supervision de : Prof. Gauthier BIAOU Dr. Ousmane COULIBALYComposition du jury Prsident : Rapporteur : 1er Examinateur : 2e Examinateur : Prof. Charlemagne IGUE Prof. Gauthier BIAOU Dr. Ir. Houinsou DEDEHOUANOU Dr. Ousmane COULIBALYLe 02 Novembre 2010UNIVERSITY OF ABOMEY-CALAVI ******************* FACULTY OF AGRICULTURAL SCIENCES *************** DOCTORAL SCHOOL *************** DEPARTMENT OF ECONOMICS, SOCIO-ANTHROPOLOGY AND COMMUNICATION (DESAC) Memory Presented for obtaining the Diploma of Advanced Studies (DEA) Option : Economics and sociology for rural development Speciality : Economics of rural developmentSUBJECT DISTRIBUTION AND ACCESS TO IMPROVED SEEDS OF VEGETABLES, COTONOU, BENINPresented and defended by : Ghislaine Marlyne SIMENI TCHUINTE Supervisors: Prof. Gauthier BIAOU Dr. Ousmane COULIBALYComposition of the jury Chairman : Reporter : 1st Examinator : 2nd Examinator : Prof. Charlemagne IGUE Prof. Gauthier BIAOU Dr. Ir. Houinsou DEDEHOUANOU Dr. Ousmane COULIBALYNovember, the 2nd, 2010iA ma mre Marie KwatchouangiiREMERCIEMENTSMes chaleureux remerciements vont particulirement TrustAfrica qui a assur le financement du projet Commercialisation et distribution des semences amliores de cultures marachres au Bnin, TA-06-020 par lequel jai bnfici dun support pour mes travaux de recherche. Jexprime toute ma reconnaissance au Professeur Gauthier Biaou pour la disponibilit et la patience dont il a fait preuve chaque fois que je laie sollicit. Je lui tmoigne ma profonde gratitude. Je remercie le Dr. Ousmane Coulibaly pour avoir accept de superviser ce travail malgr ses multiples occupations et qui ma fourni lenvironnement scientifique pour raliser cette tude. Jadresse mes remerciements galement mes Professeurs de lEcole Doctorale de la Facult des Sciences Agronomiques de lUAC, Option Economie et Sociologie du Dveloppement Rural. Jexprime toute ma gratitude aux Ingnieurs Soulemane Adekambi et Zoul Kifouly Midingoyi pour leurs contributions aux analyses conomtriques, Fortun Azihou pour la saisie des donnes relatives ce travail. Je tiens remercier les agents du Centre Communal de Promotion Agricole (CeCPA) de Cotonou et les Ingnieurs Marcel Donou, Nicodme Fassinou et Wilfried Laly qui nont mnag aucun effort dans la collecte des informations ainsi que les producteurs de cultures marachres et les commerants de semences amliores qui ont accept de rpondre nos interrogations.iiiRESUMEConformment aux tendances conomiques actuelles, les gouvernements africains libralisent la commercialisation des semences. Ainsi, ils autorisent le secteur priv assurer lapprovisionnement des agriculteurs en semences amliores indispensables pour laugmentation de la production agricole et des revenus ruraux. Contrairement aux cultures de rente (coton, palmier huile, anacarde) et vivrires (mas, arachide, nib, manioc) pour lesquelles lEtat au Bnin a mis en place un minimum de politique de soutien et des moyens de production et de distribution de semences amliores, les cultures marachres nont pas bnfici dun appui substantiel de lEtat. La distribution des semences marachres amliores na pas fait lobjet de recherche soutenue. Lobjectif de cette tude est didentifier les contraintes la distribution des semences amliores de cultures marachres et les facteurs qui motivent leur achat dans les structures formelles Cotonou. Ltude des acteurs de la distribution a rvl que quatre catgories dacteurs se retrouvent impliques dans le commerce des semences amliores des cultures marachres. Il sagit des fournisseurs de semences (les socits multinationales, les entreprises prives nationales et les distributeurs informels), des organismes tatiques de contrle, des services tatiques de vulgarisation et des institutions prives dappui technique agres par lEtat. Le secteur priv est reprsent par les fournisseurs de semences et les institutions prives dappui technique agres par lEtat. Il est spcialis dans la commercialisation, le stockage et la distribution. Le secteur public, constitu des organismes tatiques de contrle et des services tatiques de vulgarisation soccupe de la rglementation et du contrle des semences. Les contraintes voques sont dordre institutionnel et commercial. Les contraintes institutionnelles relvent notamment une absence de collaboration entre les services douaniers et les services chargs du contrle de la qualit des produits et linexistence dun contrle effectif des semences importes. Les contraintes dordre commercial mettent laccent sur : les droits de douane levs, la mvente des semences et labsence de moyens financiers importants des producteurs, les ruptures frquentes de stock et linsolvabilit des producteurs. Il nexiste pas de lien formel entre les structures de vente des semences et les autres acteurs du sous-secteur semencier maracher. Toutefois, le processus dharmonisation des lgislations semencires en Afrique de lOuest a contribu rapprocher les commerants des partenaires tatiques et privs lis au secteur semencier travers la cration de la premire association des semenciers du Bnin et de llaboration dun projet visant appuyer ce secteur. Les points de vente des structures formelles constituent la premire source dapprovisionnement en semences des marachers de la commune de Cotonou. Cependant, cette source varie selon le type de conditionnement et la culture. Le pouvoir germinatif est le principal facteur dachat dans les structures formelles. La disponibilit des distributeurs informels justifie labsence deiv dplacement des producteurs pour un approvisionnement dans les structures formelles. Les facteurs determinant lachat de semences amliores dans les structures formelles sont : les prix semblables de vente dans les structures formelles et chez les distributeurs informels, la disponibilit des distributeurs informels, les perceptions des producteurs sur la distance sparant leurs sites de production des points de vente et les bas prix de vente de produits. Pour lever les contraintes recenses, des actions mener consisteraient laborer et mettre en uvre des politiques renforant le rle du secteur public dans le sous-secteur semencier travers ltablissement dun cadre de concertation formel et permanent permettant lidentification et la rsolution des difficults lies aux interventions conjointes des ministres de lagriculture, des finances (douanes) et des transports (port, aroport, frontires routires). A court terme, la collecte permanente des donnes sur les superficies cultives, les cultures installes et les varits utilises doit tre effectue et rendue disponible pour une meilleure estimation des besoins en semences. Le renforcement des capacits techniques, financires et humaines du ministre de lagriculture dans le domaine du contrle de la qualit est galement ncessaire.vABSTRACTAccording to current economic trends, African governments have liberalized the marketing of seeds. They allow the private sector to supply farmers with improved seeds needed to increase agricultural production and rural incomes. Unlike cash crops (cotton, palm oil, cashew) and staple crops (maize, groundnuts, cowpeas, cassava) for which the government of Benin has placed some policy regulations , the means of production and distribution of improved seeds of vegetables do not received substantial support. Much research has not been conducted on the distribution of improved vegetable seeds. Hence, the objective of this study is to identify constraints to distribution and factors that motivate the purchase of improved seeds of vegetables in the formal structures in Cotonou. The results based on distribution partners have revealed that four categories of actors are involved in the trading of improved seeds of vegetable crops. These are seed suppliers (multinational corporations, domestic private distributors and informal distributors), state control organizations, state extension services and private institutions of technical support approved by the state. The private sector is represented by private seed suppliers and private institutions of technical support approved by the state. It is specialized in marketing, storage and distribution. The public sector consists of state agencies for control and public extension services, which deals with the regulation and control. The constraints to distribution of improved vegetable seeds were identified as both institutional and commercial. The institutional constraints include: lack of collaboration between customs and the authorities responsible for quality control of products and the lack of control of the imported seed. The commercial constraints consist of high tariffs, poor sales of seeds, lack of substantial financial resources, insufficient stock and the poor purchasing power of producers. There is also no formal link between the seeds sellers and other actors in the sub-sector of vegetables seed. However, the process of harmonization of seed laws in West Africa has helped to bring the state partners and private sector related to seed through the creation of the first seed association of Benin. Formal structures are the first source of outlets of vegetable seeds in the district of Cotonou. However, this source varies with the type of packaging and the crop. Germination is the primary purchasing factor through formal structures. The availability of informal distributor prevents producers from directly supplying seeds in the formal structures. Factors affecting purchase of improved seeds in the formal structures are competition, availability of informal distributors, transportation cost, the low prices of products. To address the constraints identified, actions to be taken would be to develop and implement policies strengthening the public sector's role in the seed sub-sector through the establishment of a formal framework for consultation, identification and addressing problems through joint effortsvi by the ministries of agriculture, finance (customs) and transport (port, airport, road borders). A short-term, ongoing collection of data of installed crops on cultivated area and varieties used must be completed and made available for improved needs assessment. The technical, financial and human capacity building of the ministry of Agriculture in control of the quality area and private sector is necessary.viiSOMMAIREREMERCIEMENTS ........................................................................................................................ ii RESUME ........................................................................................................................................ iii ABSTRACT ..................................................................................................................................... v SOMMAIRE .................................................................................................................................. vii LISTE DES TABLEAUX............................................................................................................. viii LISTE DES FIGURES ................................................................................................................. viii LISTE DES SIGLES ET ACRONYMES....................................................................................... ix INTRODUCTION GENERALE ..................................................................................................... 1 CHAPITRE I: DEFINITION DES NOTIONS ET CONCEPTS ET REVUE DE LITTERATURE .......................................................................................................................................................... 4 CHAPITRE II: METHODOLOGIE .............................................................................................. 18 CHAPITRE III: LES ACTEURS DE LA COMMERCIALISATION DES SEMENCES AU BENIN ........................................................................................................................................... 28 CHAPITRE IV : DETERMINANTS DE LACHAT DES SEMENCES AMELIOREES DANS LES STRUCTURES FORMELLES ............................................................................................. 49 CONCLUSION GENERALE ........................................................................................................ 56 BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................... 58 ANNEXES ..................................................................................................................................... 62 TABLE DE MATIERES ............................................................................................................... 65viiiLISTE DES TABLEAUXTableau 1 : Mthodes damlioration (ou de cration) et types de varits obtenues Tableau 2 : Rpartition des units denqutes pour les exploitations marachres Tableau 3 : Signes attendus des variables explicatives pour la carotte et la laitue..... Tableau 4 : Caractristiques sociodmographiques Cotonou..... Tableau 5 : Fournisseurs de semences ........................................................................... Tableau 6 : Prix moyens de semences selon la structure et le type de conditionnement.... Tableau 7 : Autres caractristiques des fournisseurs de semences......................................... Tableau 8 : Facteurs de choix de semences amliores (en pourcentage) Tableau 9 : Sources dapprovisionnement en semences Cotonou (en pourcentage). Tableau 10 : Sources dapprovisionnement selon le mode de conditionnement (en pourcentage) Tableau 11 : Facteurs influenant lachat des semences de carotte et de laitue dans les structures formelles............................ 5 22 25 26 31 32 33 50 51 52 53LISTE DES FIGURESFigure 1 : Localisation de la zone dtude...................... Figure 2 : Circuit de commercialisation de semences amliores de cultures marachres... 19 33ixLISTE DES SIGLES ET ACRONYMESAIB/BIC : ANASEB : ATI : BC : BIVAC : BSC : CCIB : CeCPA : CEDEAO : CeRPA : CFE : CILSS : CNCB : CNSP : COMAKO : CRP : DAGRI : DD : DGDDI : DPQC : FAO : FOB : GERED : GNIS : IDI : IMF : INRAB : MAEP : ONG : PAC : PADSE : PAS : PC : PCM : PCS : Acompte de lImpt sur le Bnfice/Bnfice Industriel et Commercial Association Nationale des Semenciers du Bnin Appropriate Technology International Bon de Compagnie Bureau International Veritas Bordereau de Suivi de Cargaison Chambre de Commerce et dIndustrie du Bnin Centre Communal de Promotion Agricole Communaut Economique des Etats de lAfrique de lOuest Centre Rgional de Promotion Agricole Centre de Formalits des Entreprises Comit permanent Inter-Etats de Lutte contre la Scheresse dans le Sahel Conseil National des Chargeurs du Bnin Comit National des Semences et Plants Cooprative des Marachers de Kouhounou Certificat de Renseignement sur les Prix Direction de lAgriculture Droits de Douane Direction Gnrale des Douanes et Droits Indirects Direction de la Promotion de la Qualit et du Conditionnement des produits agricoles Organisation des Nations Unies pour lAlimentation et lAgriculture Free On Board Groupe dEtude et de Recherche sur lEnvironnement et le Dveloppement Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants Intention DImportation Institution de Micro-Finance Institut National des Recherches Agricoles du Bnin Ministre de lAgriculture, de lElevage et de la Pche Organisation Non Gouvernementale Port Autonome de Cotonou Programme dAmlioration et de Diversification des Systmes dExploitation Programme dAjustement Structurel Prlvement Communautaire Programme Cultures Marachres Prlvement Communautaire de Solidaritx PDRT : PNUD : PRSA : RS : SARL : SMIG : SOBEMAP : SOGICOM : SPV: SPVCP : SPAP : TEC : TPU : TVA : UA : UEMOA : UCPC : VD : WASNET : Programme de Dveloppement des plantes Racines et Tubercules Programme des Nations Unies pour le Dveloppement Programme de Restructuration des Services Agricoles Redevance Statistique Socit Anonyme Responsabilit Limite Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti Socit Bninoise de Manutention Portuaire Socit Gnrale pour lIndustrie et le Commerce Service de Protection des Vgtaux Service de Protection des Vgtaux et du Contrle Phytosanitaire Semences Phyto-Accueil Paysan Tarif Extrieur Commun Taxe Professionnelle Unique Taxe sur la Valeur Ajoute Union Africaine Union Economique et Montaire Ouest-Africaine Union Communale des Producteurs de Coton Valeur en Douane Rseau Ouest-Africain de Semences et Matriel de Plantation1INTRODUCTION GENERALEProblmatique Conformment aux tendances conomiques actuelles, les gouvernements libralisent la commercialisation des semences et autorisent le secteur priv assurer lapprovisionnement des agriculteurs en semences amliores indispensables pour laugmentation de la production agricole et des revenus ruraux (Gregg, 2000). Contrairement aux cultures dexportation (coton, palmier huile, anacarde) et vivrires (mas, arachide, nib, manioc) pour lesquelles lEtat bninois a mis en place un minimum de politique de soutien et des moyens de production et de distribution de semences amliores (Hounkponou, 2003), les cultures marachres nont pas bnfici dun appui substantiel sur ce plan. Simeni (2005) note quen labsence de stockage et de conditionnement adquats, les semences amliores de cultures marachres se dtriorent et les marachers utilisent diverses sources dapprovisionnement. Laccroissement de la production not ce jour est li laugmentation des superficies cultives plutt qu celle de la productivit (Ayayi, 2000). Pour Assogba-Komlan et Azagba (2001), la faiblesse des rendements est due la mauvaise qualit des semences issues de plusieurs gnrations dautoproduction de semences et des techniques culturales restes traditionnelles. La limite de lexpansion des superficies cre des conditions dinscurit alimentaire dans la sousrgion (Ayayi, 2000). Etant donns que les besoins alimentaires continueront de saccrotre au fur et mesure quaugmentera la population, il est ncessaire que le secteur semencier dveloppe ses produits et ses canaux de distribution pour le bien-tre des populations (Neddenriep, 2000). Les travaux rcents dans le domaine semencier au Bnin ont port sur les caractristiques du secteur semencier (Hounkponou, 2003) et sur sa privatisation (Aguiar, 2000). On peut retenir de ces travaux que le marachage ne constitue pas une proccupation pour ce secteur. Les problmes phytosanitaires sont assez documents mais la distribution des semences amliores de cultures marachres na pas fait lobjet de recherche approfondie. Cette absence de donnes amne sinterroger sur ltat du sous-secteur semencier des cultures marachres au Bnin : quels sont les acteurs et les circuits de distribution de semences amliores de cultures marachres, les contraintes et les opportunits relatives? Quels sont les facteurs qui influencent le choix de la structure dachat des varits amliores au niveau du producteur et sur quels dterminants peut-on agir pour les amliorer? Ce sont autant de questions qui mritent des rponses pour amliorer la connaissance du sous-secteur des semences des cultures marachres au Bnin. Cette tude intitule Distribution et accs aux semences amliores de cultures marachres Cotonou, Bnin sattachera apporter des rponses ces questions. Elle sinscrit dans le cadre des travaux de recherche de fin dtudes requis pour2 lobtention du Diplme dEtudes Approfondies (DEA) la Facult des Sciences Agronomiques (FSA) de lUniversit dAbomey-Calavi (UAC). Justification Les semences constituent un lment essentiel dans la vie des communauts des agriculteurs. Les semences sont dpositaires des connaissances transmises de gnration en gnration, et elles sont le rsultat dune adaptation continuelle et des innovations qui sont intervenues chaque fois que les communauts se sont trouves confrontes aux dfis toujours plus complexes, pour la survie. Les avantages potentiels de lutilisation des semences de haute qualit, de varits adaptes sont normes et la disponibilit des semences de qualit suprieure, de varits et des cultures varies est de nature permettre laugmentation de la productivit, rduire les risques de pertes dues aux insectes, la scheresse et aux maladies des plantes, et augmenter les revenus des agriculteurs (PASB, non dat). Lutilisation de varits amliores contribue laccroissement de la comptitivit et de la rentabilit financire des productions marachres au Bnin (Simeni, 2005). La scurit alimentaire est par consquent fortement tributaire de la scurit des semences de la communaut des agriculteurs. Le dveloppement du secteur des semences est donc essentiel pour favoriser et entretenir le dveloppement de lagriculture en gnral et des productions marachres en particulier. Les agriculteurs ont besoin de semences adaptes leurs conditions, la demande, et aux dfis que le changement climatique impose des systmes agro-cologiques en volution. Dans de nombreux pays du Sud, les paysans souffrent d'un handicap de dpart : le manque d'accs des semences abordables et de qualit (Spore, 2010). La distribution de semences constitue le talon dAchille du circuit semencier. Toutes les tentatives dorganisation de la filire doivent mettre laccent sur la disponibilit de semences au niveau des paysans. Le rseau de distribution ne sera performant que sil est, dune part, dutilisation facile pour le distributeur et pour le paysan et dautre part, sil est rentable en termes de gain de temps et de qualit des produits (NEPAD & FAO, 2005). L'accroissement de la production agricole ne dpend pas seulement du dveloppement des varits fort rendement, mais galement de l'efficience avec laquelle les systmes de distribution assurent aux agriculteurs, la disponibilit des semences, dans les temps requis. La bonne commercialisation des semences est donc un lment essentiel pour la garantie de la scurit alimentaire (FAO, 2003). En Afrique, bien que les gouvernements aient largement reconnu le rle potentiel des semences amliores dans le dveloppement agricole, cette reconnaissance na pas t suivie des changements ncessaires dans les systmes semenciers. Selon la Fdration Internationale des Semenciers (ISF), le march semencier mondial svalue 36 milliards de dollars. LAfrique ny gagne quun milliard; une part qui prend la direction de lAfrique de lEst et Australe, presque3 rien pour lAfrique de lOuest et du Centre. Ce qui constitue une perte norme. Laugmentation de la production travers lutilisation des varits adaptes dans une rgion donne pourrait crer des opportunits demplois portant sur la transformation, la commercialisation et dautres activits qui proviendraient ainsi de la production des semences de haute qualit. Objectifs Lobjectif gnral de cette tude est didentifier les principales contraintes la distribution et laccs aux semences amliores de cultures marachres dans les structures formelles Cotonou. De faon spcifique, il sagit de : caractriser les principaux acteurs de la distribution des semences amliores de cultures marachres au Bnin ; dterminer les facteurs qui affectent lachat des semences amliores auprs des services de distribution formels publics, privs et/ou organisations paysannes ; analyser les liens entre les structures dapprovisionnement en semences et les autres acteurs du sous-secteur semencier des cultures marachres.Hypothses Les hypothses de ltude sont les suivantes : - Il existe de nombreux acteurs dans la distribution des semences amliores des cultures marachres; - Le pouvoir germinatif des semences achetes dans les structures formelles de vente affectent leur achat par les producteurs; - Il ny a aucune relation entre les structures de distribution de semences et les autres acteurs. Plan du mmoire Le document est structur comme suit : - Le chapitre I aborde les notions et les lments conceptuels sur lesquels sappuie notre tude et prsente les rsultats des diffrents travaux raliss sur le systme semencier ; - Le chapitre II justifie le choix de la zone dtude, dtaille les diffrentes mthodes de collecte, de traitement et danalyse des donnes et prsente les traits physiques et dmographiques de la zone dtude, les caractristiques socio-conomiques des marachers et les caractristiques de leurs exploitations ; - Le chapitre III dcrit les acteurs du systme semencier bninois dans le sous-secteur des cultures marachres ; - Le chapitre IV prsente les dterminants de lachat des semences amliores par les marachers auprs des structures formelles dans la commune de Cotonou.4CHAPITRE I: DEFINITION DES NOTIONS ET CONCEPTS ET REVUE DE LITTERATURELa prsente section aborde les notions et les lments conceptuels sur lesquels sappuie notre tude. Elle prsente ensuite les rsultats des diffrents travaux raliss sur le systme semencier. 1.1. Dfinition des notions et concepts 1.1.1. Notion de marachage Driv du mot latin mariscus relatif aux lacs et marais, le terme marachage sest dabord appliqu aux cultures de lgumes effectues dans les marais. Ce terme a connu des volutions dans le temps et est devenu une branche de lhorticulture oriente vers la culture intensive et professionnelle des lgumes (Habault, 1983). Lhorticulture est dfinie comme une branche de lagriculture comprenant la culture des lgumes, des petits fruits, des fleurs, des arbres et arbustes dornement (Petit Larousse, 2003). Le marachage en zones urbaines et priurbaines est une forme dagriculture urbaine et priurbaine oriente vers la production des lgumes destins la consommation urbaine (Lavoisier, 1977). Daprs Westphal et al., cits par Diouf et al. (1999), certains auteurs dfinissent les lgumes comme des plantes herbaces dont les parties comestibles sont rcoltes sur la plante encore sur pied ou pendant sa priode de repos. Dautres dfinissent les lgumes comme tant des parties fraches des plantes, qui sont consommes seules, comme complments alimentaires ou comme plat daccompagnement. Les principaux lgumes cultivs peuvent tre classs selon leur nature et les lieux de culture. Selon la nature de lorgane consomm, Agossou et al. (2001) distinguent : Les lgumes fruits : tomate, poivron, piment, gombo, concombre, navet; Les lgumes feuilles : amarante, grande morelle, crin-crin, chou, laitue; Les lgumes bulbes : oignons, chalotes; Les lgumes racines ou tubercules : carotte, pomme de terre.Les lgumes produits varient galement selon les zones de production (Agossou et al., 2001): Les cultures traditionnelles de plein champ pratiques aussi bien en milieu rural qu'en milieu urbain : tomate, piment, gombo, oignon, grande morelle, amarante, crin-crin, closie; Les cultures exotiques ou lgumes de type europen pratiqus dans les zones urbaines et priurbaines. Elles comprennent la carotte, le chou, la laitue, le concombre, le poivron, le navet, etc.-5 Dans le cadre de ce travail, les lgumes prcdemment mentionns seront dsigns par le terme gnral de cultures marachres ou spcifis. 1.1.2. Notion de varit La slection vgtale est la cration et le maintien au sein de chaque espce vgtale des ensembles gntiques rpondant aux besoins des producteurs1 et des consommateurs2. Les ensembles gntiques dont il sagit sont appels varits cultives (Abadassi, 2003). Au sein dune espce vgtale, une varit est un ensemble homogne de plantes clairement identifies par des caractres morphologiques, physiologiques et gntiques qui les distinguent des autres plantes de la mme espce et qui aprs multiplication (sexue ou asexue), conservent leurs caractres distinctifs. (GNIS, 2007). Il lui a t donn un synonyme scientifique admis internationalement qui porte le nom de cultivar . Dans le cadre de cette tude, nous entendrons par varit amliore de cultures marachres, tout matriel vgtal obtenu la suite dune cration varitale. La semence est le principal matriel vgtal utilis pour lamlioration varitale en agriculture. 1.1.3. Notion de semence Selon Vandenne (1993), le terme semence en agriculture recouvre du point de vue botanique des parties de plantes ou dorganes trs diffrents. Il peut tre appliqu tout organe ou partie de plante susceptible de produire ou de reproduire un ou plusieurs individus nouveaux. On peut parler de semences ou graines et de plants . Les semences ou graines peuvent se prsenter sous diverses formes : les graines nues : ce sont de vritables graines au sens botanique du terme (haricot, tomate, piment, oignon, laitue, chou, carotte, grande morelle, amarante, gombo, closie, etc.) ; les pseudo-graines ou fruits : ce sont des fruits simples entiers ou des fruits composs (betterave,).-Le terme plant est employ lorsque la reproduction est assure par voie vgtative partir de : 1tubercules (pomme de terre) ; bulbes (oignons) ; boutures ; etc.Les besoins des producteurs prennent en compte : le rendement lev et stable, la rsistance aux ennemis et au stress, la qualit des produits, la rduction de la pnibilit du travail ; 2 Les besoins des consommateurs regroupent : la qualit des produits, la rduction du prix dachat, la conservation des produits, la disponibilit des produits, la diversit des produits, ladaptation plusieurs types de transformations, etc.6 Il faut distinguer deux catgories de semences ou plants : les semences qui ne se distinguent pas du produit de consommation (semences de riz ; plants de pomme de terre) ; les semences qui ne se confondent pas avec la partie du vgtal normalement consomm (semences de carotte, de betterave, de piment ; boutures de manioc).Une semence doit rpondre des normes bien dfinies de qualit telles que : la puret varitale ; la puret spcifique ; la facult germinative ; ltat sanitaire ; le taux dhumidit.Pour Jaffee et Srivastava (1993), les semences sont les intrants les plus importants pour lagriculture de type classique. Elles renferment le potentiel gntique de la plante qui dtermine la limite suprieure du rendement et partant la productivit finale des engrais, produits agrochimiques et autres intrants. Des appellations diffrentes sont utilises pour dsigner les diverses gnrations de semences (voir tableau 1, Annexes). Les semences commercialises sans certification, appeles semences commerciales proviennent gnralement de semences de base ou de matriel similaire. Les semences commerciales peuvent galement rsulter de la multiplication des semences certifies. Une caractristique importante qui distingue les semences de la plupart des autres intrants agricoles est leur capacit sauto-reproduire. Aussi, les paysans peuvent-ils assurer eux-mmes leur approvisionnement, ce qui impose certaines limites au dveloppement dun march commercial. 1.1.4. Concept dadoption Ladoption des technologies agricoles amliores par les agriculteurs vise essentiellement amliorer les performances agricoles en palliant les insuffisances et les problmes divers quils rencontrent dans le processus de production. Les technologies disponibles pour cela vont de ladoption des pratiques culturales (utilisation des semences amliores, des engrais minraux, des pesticides) et de conservation, restauration des sols (jachre, assolement, rotation, irrigation, haies, diguettes, agroforesterie, etc.) lutilisation de techniques de labour (traction animale, motorisation), etc. L'adoption peut tre dfinie de plusieurs manires mais le plus important est la dfinition adapte pour que les critres de mesure soient acceptables pour toutes les parties concernes. Une dfinition simpliste de l'adoption est essentiellement l'utilisation d'une technologie. Cette7 utilisation est davantage labore en tant que incidence/modalit et intensit de l'adoption. L'incidence indique si un agriculteur a utilis une technologie ou non, et lintensit explique le degr d'utilisation de la technologie. Un exemple de modalit ou d'incidence serait de savoir si un agriculteur a utilis des engrais ou non (oui ou non). L'intensit serait le taux dengrais d'utilis par hectare que les agriculteurs ont appliqu (Langyintuo et Mekuria, 2005). Les tudes dadoption sont importantes pour les raisons suivantes: quantifier le nombre d'utilisateurs de la technologie au fil du temps pour valuer les impacts ou dterminer les besoins de vulgarisation. fournir des informations pour la rforme des politiques: les efforts de dveloppement de lagriculture en Afrique sub-saharienne sont limits par le manque ou l'insuffisance de politiques de dveloppement agricole qui appuient le dveloppement en gnral et la recherche et le dveloppement agricoles en particulier. Il est important que les tudes d'adoption soulignent et essaient de comprendre les goulots d'tranglement politiques l'adoption des technologies. Ces tudes favorisent le dveloppement de politiques efficaces pour l'adoption des technologies. Notre tude sinscrit dans le cadre de cette raison. fournir une base pour mesurer l'impact: un certain nombre d'conomistes ont estim le taux de rendement lev des investissements dans la recherche agricole. Malgr cela, les dcideurs politiques et les partenaires financiers ne sont pas convaincus que leurs allocations de ressources la recherche agricole apportent les effets souhaits et le dveloppement. 1.2. Revue de littrature Ferguson et Sauma (1993) ont dfini un systme d'approvisionnement en semences ou systme semencier, en termes gnraux quest cette combinaison de composants, de processus et leur organisation, et l'interaction et le soutien associs la production et la commercialisation des semences d'une ou plusieurs espces de plantes destines un utilisateur-client. 1.2.1. Fonctions dun systme semencier Les semences amliores sont le rsultat dun ensemble dactivits et de dcisions dans le cadre dun processus qui part de la manipulation initiale du matriel gntique et de lidentification dune varit ou dun hybride de qualit suprieure et aboutit ladoption et lutilisation des semences par les paysans (Jaffee et Srivastava, 1993). Globalement, il existe trois grandes mthodes damlioration vgtale aboutissant diffrentes varits commerciales : la mutagense, lhybridation et les manipulations gntiques.8 Tableau 1 : Mthodes damlioration (ou de cration) et types de varits obtenus autofcondation : autofcondation et fcondation croise : Modes de plante autogame fcondation croise plante allogame reproduction mutagense, mutagense, mutagense, hybridation, Mthodes hybridation, hybridation, manipulations gntiques damlioration manipulations manipulations varitale gntiques gntiques 3 lignes pures, varits pollinisation varits pollinisation Varits clones libre, varits hybrides libre, varits hybrides, obtenues clones varits artificielles Nouveaux types varits hybrides, varits artificielles Source : Pray et Ramaswami, 1991 Lindustrie semencire peut tre considre comme lensemble de toutes les entreprises qui produisent ou distribuent les semences. Ceci implique au minimum les activits suivantes (Pray et Ramaswami, 1991 ; Jaffee et Srivastava, 1993) : cration et homologation des varits : des varits nouvelles sont cres par slection : mutation, hybridation ou gnie gntique. Aprs valuation de leur rendement et/ou dautres caractres dterminant leur performance, elles sont homologues pour des zones agro-cologiques spcifiques ; multiplication des semences : des semences de pr-base gntiquement pures (ou dans le cas des hybrides, des lignes pures) sont produites, puis multiplies afin dobtenir dans un premier temps une grande quantit de semences de base, puis les semences certifies en quantit suffisante pour les besoins du march ; conditionnement et stockage : schage, grenage et calibrage des semences, limination des matires inertes et des graines trangres, application des divers traitements chimiques pour maintenir un bon tat sanitaire et protger les semences des insectes, champignons et bactries ; conservation long terme des semences de pr-base des varits homologues, maintien des stocks de semences de cultures vivrires, stockage des semences pour les ventes immdiates, etc. ; commercialisation et distribution : manutention et transport des semences, recherche de dbouchs, dmonstrations sur le terrain et publicit, achat et vente en gros et dtail, fonctions connexes damortissement des risques et de financement ;---3Les clones sont obtenus partir de la multiplication vgtative. Une varit pollinisation libre ou ouverte est produite lorsque lune des plantes parentes est capable de polliniser ou de fconder l'autre plante parente naturellement (par l'intermdiaire des insectes, du vent ou de l'eau). Une varit hybride rsulte dune pollinisation croise, contrle ou non entre deux plantes parentes qui diffrent l'une de l'autre par un ou plusieurs gnes9 contrle de qualit : inspection des parcelles de multiplication, analyse des semences et certification.La performance du systme semencier est gnralement mesure par l'efficacit de la commercialisation et de la distribution des semences. La raison en est que la distribution connecte toutes les prcdentes tapes de l'offre de semences la demande de semences, refltant la fois les forces et les faiblesses des liens entre les diffrentes composantes de la chane semencire (Maredia et al., 1999). 1.2.2. Les tapes de transformation du systme semencier Les systmes d'approvisionnement en semences sont dune diversit de formes, et fonctionnent plusieurs niveaux (national, rgional et local) avec des matriaux de plantes diffrents utiliss des fins diffrentes (Ferguson, 1999). l'oppos l'un est le systme traditionnel bas sur la conservation des semences dans lequel une partie de la rcolte prcdente est conserve, et parfois change entre les agriculteurs locaux, comme matriel de plantation pour la prochaine rcolte. Ce systme est utilis par la plupart des petits exploitants et les agriculteurs pauvres en ressources des pays en dveloppement, et par de nombreux agriculteurs chelle commerciale dans les pays dvelopps autres que l'Union Europenne (UE), qui continuent conserver une partie ou la totalit de leurs besoins l'ensemencement, en particulier avec les rcoltes de crales. l'autre extrme se trouve le systme formel (ou conventionnel) d'approvisionnement en semences, dont les services rpondent aux besoins des grandes exploitations commerciales qui peuvent se permettre de payer pour des semences de qualit (souvent des varits hybrides) produites par les producteurs de semences spcialiss et commercialises par les entreprises semencires. Au fil du temps, une structure de l'industrie semencire consolide et cohrente se dveloppe, avec des liens l'chelle nationale et internationale. Entre ces deux extrmes est le systme intgr base communautaire d'approvisionnement en semences gr par des ONG, des groupes communautaires, et des agences humanitaires pour des marchs moins rentables et/ou faible volume (Loch et Boyce, 2003). Le systme semencier passe par plusieurs phases au cours de son volution partir d'un systme traditionnel o toutes les fonctions de production et d'approvisionnement sont effectues par les mnages agricoles un systme plus complexe dans lequel de nombreuses organisations diffrentes (les entreprises semencires, les multiplicateurs de semences, les producteursmultiplicateurs pour les entreprises semencires, les entreprises charges de la conservation et du stockage des semences) et des institutions juridiques (normes semencires, les rglements et programmes de certification) jouent des rles spcialiss dans la chane d'approvisionnement de semences (Douglas, 1980; Pray et Ramaswami, 1991; Jaffee et Srivastava, 1993; Rusike et Eicher, 1997).10 Au cours de la phase 1, le systme semencier informel prdomine, la plupart des agriculteurs conservent leurs propres semences ou obtiennent les semences des agriculteurs ou de villages proximit. Par consquent, le taux de nouvelles varits et le taux dadoption de nouvelles semences est faible ; Au cours de la phase 2, les semences de varits amliores mises au point par la recherche finance par lEtat commencent remplacer les varits locales, l'utilisation des intrants complmentaires (engrais) est limite mais croissante et on note l'mergence d'un secteur priv impliqu dans la multiplication et la distribution de varits publiques ; Au cours de la phase 3, le secteur priv commence jouer un rle actif dans la recherche et le dveloppement, particulirement dans le dveloppement d'hybrides et de semences pour les cultures spcialises. Les systmes de distribution des semences deviennent plus varis et dcentraliss et de nombreux lments dun systme semencier mature existent, mais la fourniture de semences du secteur formel est range dans la catgorie passable mauvaise ; Au cours de la phase 4, le systme de semences et le secteur agricole dans son ensemble sont bien dvelopps. La production de semences commerciales et leur distribution sont monnaie courante. Des rglements et lois semenciers efficaces sont mis en place, les liens avec des acteurs extrieurs au secteur semencier sont bien tablis, et l'utilisation de semences amliores est trs rpandue.---Avec lvolution du systme semencier, le progrs de la slection vgtale et des mthodes de conditionnement, il est possible d'tendre la recherche sur les semences, la production, la multiplication, la transformation et la commercialisation au-del des agriculteurs et des collectivits. Les rgles, les rglements et les infrastructures coordonnant les composantes du systme semencier voluent aussi pour permettre aux organisations et autres intervenants de se spcialiser dans les diffrentes fonctions du systme semencier. En dfinitive, le type de systme d'approvisionnement en semences dpend de la culture et de son rle dans l'conomie. L'ampleur de la participation du secteur public dans la fourniture de semences dpend aussi de l'tat de dveloppement des marchs des semences et des marchs de produits. Tout en reconnaissant la complexit en jeu et afin de simplifier la discussion des options pour l'organisation de la commercialisation des semences, quatre prototypes sont distingus: 1) formelles, en grande partie gres par l'Etat; 2) formelles, en grande partie gres par le secteur priv ; 3) semi-formelles, y compris public-priv mixte, et la fourniture volontaire; 4) la fourniture durgence. Chaque type est gnralement associ une tape dans le dveloppement de l'industrie des semences, une culture/un type de technologie des semences, et un type de demande des agriculteurs (Smale et al., 2007).11 Les expriences rcentes indiquent qu'il n'existe pas de formule simple pour le dveloppement du systme semencier. Mais elles rvlent aussi l'importance de la surveillance continue de l'impact des nouveaux investissements, une volution dans les rles des secteurs public et priv, et un accord sur les objectifs court et moyen termes pour le dveloppement du systme semencier (Tripp et Rohrbach, 2001). 1.2.3. Principaux acteurs du systme semencier Les composants et les processus du systme semencier comprennent les matires vgtales (espces et cultivars) et leurs semences, la production, l'approvisionnement et la commercialisation de ces semences, le contrle de leur qualit, le support technologique, et les diffrents acteurs impliqus dans les diffrentes parties de la chane d'approvisionnement. Ces lments et ces processus sont influencs, lis et organiss par l'interaction du march et les forces politiques qui dfinissent l'environnement politique gnral, par la disponibilit des ressources de fonctionnement, et par les dcisions journalires de gestion oprationnelle (Loch et Boyce, 2003). Daprs Jaffee et Srivastava (1993), les principaux acteurs intervenant dans un systme semencier national se retrouvent dans le tableau n2 en annexes. Le dcoupage de Jaffee et Srivastava (1993) rend compte de la diversit des intervenants que lon retrouve dans le systme semencier et que lon peut regrouper en deux catgories principales : les acteurs publics et les acteurs privs, tous deux excutant des fonctions prcises et complmentaires du systme semencier. A cet effet, la rpartition des attributions dun programme semencier entre les deux types dintervenants se dcompose comme suit selon Vandenne (1993) : attributions des acteurs publics : planification de la production, rglementation et contrle de la production et de la commercialisation, formation professionnelle, production des semences de pr-base et de base ; attributions des organes non gouvernementaux : socits de dveloppement ou organismes privs de statuts divers : cration varitale, multiplication, conditionnement, conservation, commercialisation.-Pour Loch et Boyce (2003), les secteurs public et priv ont des rles complmentaires dans un systme fonctionnel d'approvisionnement en semences. Dans un pays, c'est le gouvernement qui fixe le cadre politique national dans lequel les systmes d'approvisionnement en semences doivent fonctionner. Le gouvernement prvoit galement une certaine infrastructure de soutien pour faciliter la livraison des semences aux utilisateurs finaux, tant donn que c'est un intrant stratgique pour l'agriculture nationale. Le soutien peut concerner toute ou partie des lments suivants: programmes d'amlioration varitale, recherche pour laborer une mthodologie de production de semences, services de contrle de la qualit des semences, enregistrement de la12 proprit intellectuelle et services de quarantaine. Le secteur priv est alors responsable de la production rapide et rentable, de la livraison des semences des utilisateurs finaux dans le cadre politique qui a t fix par le gouvernement. Le solde en termes de responsabilits entre les secteurs public et priv diffre d'un endroit l'autre et volue avec le temps. Cependant, toutes les responsabilits essentielles et pertinentes doivent tre remplies par l'une ou l'autre partie si un systme efficace d'approvisionnement de semences doit tre dvelopp et maintenu dans un pays ou une rgion particulire. Si le gouvernement dcide de se sparer de ses anciennes responsabilits du secteur public, le secteur priv doit tre prt assumer ces rles supplmentaires et aussi tre capable de les raliser. 1.2.4. La lgislation semencire La loi sur les semences dfinit lobjectif de la lgislation et les principes qui permettent de latteindre, cest--dire les contrles de laboratoire, la certification, les restrictions de vente et lapplication soit de normes minimales, soit de la doctrine de lauthenticit de ltiquetage . Les responsabilits sont dfinies et dlgues. La lgislation semencire est mise en pratique en deux phases : le corps lgislatif vote la (les) loi(s) qui tablit les principes gnraux et donne les pouvoirs ncessaires au ministre concern ; le ministre promulgue des rglements ayant force de lois. Ces rglements sont trs dtaills et font tat de normes, critres et formalits remplir. Ils peuvent tre modifis ou amends au fur et mesure, selon le dveloppement du systme semencier et selon les besoins.Les textes lgislatifs noncent en gnral les objectifs gnraux qui se rapportent aux points suivants : promouvoir lefficacit en matire de production et de commercialisation, garantir lidentit et la qualit des semences ; stimuler la production des semences de qualit et encourager leur emploi ; rglementer le commerce national et rendre obligatoire ltiquetage ; favoriser la production de semences nationales ; garantir lapprovisionnement dans les quantits voulues de semences et amliorer leur qualit.Pour atteindre ces objectifs, on peut observer deux systmes (Vandenne, 1993) : le systme o le contrle de qualit est bas sur la vracit de ltiquetage appel en anglais truth-in-labelling law qui est en usage aux Etats-Unis. La lgislation ne fait quexiger des producteurs et des vendeurs quils portent sur leurs tiquettes suffisamment de renseignements pour permettre lacheteur de choisir les semences quil crot les plus13 appropries ses besoins. Il ny a donc pas de conditions minimales de qualit ou de liste de varits ou despces recommandes. Ce systme prsuppose que lutilisateur est capable de discernement dans son apprciation de la qualit des semences ; le systme qui consiste dterminer certaines exigences minimales auxquelles doivent satisfaire les semences. Il met en uvre le contrle des semences mais aussi le contrle sur les processus de la production et de la commercialisation. Ce systme implique galement la tenue et la publication de rpertoires ou de listes des espces et varits cultivables recommandes ou admises. A ce niveau, il y a des diffrences dans lapplication de lusage de ces listes. Ainsi dans certains pays, les semences des espces ou varits non inscrites sur ces listes peuvent tre vendues librement mais seules les semences inscrites sur les listes rglementaires se trouvent garanties aux minima de qualit qui ont t fixes ; dans dautres pays, les semences non enregistres sont exclues du commerce.1.2.5. Dterminants de l'adoption de technologies agricoles De nombreuses tudes ont t effectues pour expliquer la faible adoption des technologies agricoles amliores par les agriculteurs. Pattanayak et al., (2003) ont revu 120 articles portant sur ladoption de technologies agricoles et forestires par les petits propritaires terriens et ont conclu que cinq catgories de facteurs lis aux adoptants et au contexte dadoption expliquent gnralement ladoption de technologies et dalternatives. Ces catgories de facteurs sont : les prfrences et les perceptions des agriculteurs, les ressources disponibles pour limplantation de linnovation, les incitatifs du march, les facteurs biophysiques, et les risques et les incertitudes. Les effets des prfrences et des perceptions des paysans tant difficiles mesurer de faon explicite, les caractristiques sociodmographiques telles que l'ge, le sexe, l'ducation, et le statut social sont utiliss leur place. Il est impossible de dterminer a priori la direction de l'influence sur l'adoption de cette grande catgorie. Les dotations en ressources mesurent les ressources la disposition de l'adoptant pour la mise en uvre de la nouvelle technologie. Des exemples de dotations en ressources comprennent la terre, le travail, le btail et l'pargne. Gnralement les dotations en ressources sont susceptibles d'tre en corrlation positive avec la probabilit de l'adoption. Les incitations du march comprennent des facteurs visant de manire explicite rduire les cots et/ou augmenter les bnfices tirs de ladoption de la technologie. Ces facteurs se concentrent sur dterminants conomiques de l'adoption comme le prix, la disponibilit des marchs, le transport, et les pertes ou les gains de revenus potentiels. Un facteur qui devrait d'accrotre les avantages nets associs la technologie est susceptible d'avoir une influence positive sur ladoption.14 Les facteurs biophysiques se rapportent des influences sur le processus de production physique associ l'agriculture. Les exemples incluent la qualit du sol, la pente des terres agricoles, et la taille des parcelles. En gnral, les conditions biophysiques de production plus pauvres (par exemple, une plus grande pente ou un potentiel d'rosion lev) crent une incitation positive adopter des technologies qui permettront de soulager ces situations. Toutefois, il est galement possible que certaines exploitations soient d'une qualit infrieure au seuil de l'investissement utile. Les risques et incertitudes refltent les inconnues des marchs et de l'environnement institutionnel dans lequel les dcisions sont faites. Les exemples de risques court terme et incertitudes incluent notamment les fluctuations des prix des matires premires, le rendement prvu et les prcipitations. Dans une certaine mesure, les incertitudes des nouvelles technologies sont attnues par les interventions publiques telles que la vulgarisation et la formation, et leurs complments privs tels que la connaissance des mnages ou lexprience. L'inscurit foncire est un exemple de risque long terme et dincertitude. Langyintuo et Mekuria, (2005) ont galement identifi plusieurs facteurs influenant ladoption. Ils peuvent tre regroups sous (a) les caractristiques de lagriculteur, (b) les facteurs institutionnels (y compris les caractristiques des exploitations agricoles, par exemple la taille), et (c) les attributs technologiques qui ont trait adoption de technologies amliores. La liste cidessous nest pas exhaustive. 1.2.5.1. Caractristiques de lagriculteur Sexe En Afrique comme dans la plupart des rgions du monde en dveloppement la plupart des vulgarisateurs sont des hommes et privilgient habituellement les hommes dans leurs activits de vulgarisation. Pourtant, les femmes jouent un rle important dans l'agriculture, en particulier les veuves. Il est important d'inclure le sexe dans lvaluation des dterminants de l'adoption de technologies amliores. Il est important d'valuer les avantages relatifs gagner en rorientant les efforts de vulgarisation en fonction du sexe.ge de l'exploitant Le rle de l'ge du producteur pour expliquer l'adoption des technologies est quelque peu controvers. Les personnes ges sont parfois considres comme moins susceptibles de changer et donc rticentes changer leurs vieilles faons de faire les choses. Dans ce cas, l'ge aura un impact ngatif sur l'adoption. D'autre part, les personnes ges peuvent dtenir un capital accumul plus important, avoir plus de contacts avec la vulgarisation, tre apprcies par les tablissements de crdit, avoir une taille de mnage plus large, etc., qui peuvent tous les rendre plus disposes adopter une technologie que les plus jeunes.15 Le nombre dannes dexprience en tant qu'agriculteur ou unique dcideur des oprations agricoles La raison pour laquelle les chercheurs prfrent parfois utiliser le nombre dannes d'exprience en agriculture ou le statut de dcideur principal est que l'exprience en agriculture a augment. Les agriculteurs sont gnralement, en mesure de mieux d'valuer la pertinence des nouvelles technologies. Cela vient souvent de leurs interactions avec leurs voisins et avec le monde extrieur. En raison de leurs expriences, ils ont galement tendance tre mieux placs pour acqurir les comptences ncessaires pour utiliser les technologies par rapport aux plus jeunes. ducation On suppose souvent que les agriculteurs instruits sont mme de traiter l'information et de rechercher des technologies appropries pour allger leurs contraintes de production. La croyance est que l'ducation donne aux agriculteurs la capacit de percevoir, d'interprter et de ragir de nouvelles informations beaucoup plus rapidement que leurs homologues sans ducation. Mais, dans de nombreux pays, la majorit des agriculteurs est analphabte. Nanmoins, il est important dexaminer le rle que joue l'ducation dans les dcisions d'adoption des technologies. 1.1.5.2. Facteurs institutionnels Taille de lexploitation La taille de lexploitation familiale est un facteur qui est souvent avanc comme important et affectant les dcisions d'adoption. Il est souvent avanc que les agriculteurs avec les grandes exploitations sont plus susceptibles d'adopter une technologie amliore (en particulier les varits modernes) par rapport ceux qui ont des petites tailles, car ils peuvent se permettre de consacrer une partie de leurs domaines essayer la technologie amliore. Mais, en gnral, l'effet de la taille des exploitations sur l'adoption est contradictoire. Membre dun groupement/association de producteurs Dans la plupart des communauts agricoles, les agriculteurs constituent ou rejoignent des associations ou des coopratives. Ces associations ou coopratives donnent parfois aux agriculteurs la possibilit d'avoir un meilleur accs l'information, qui est une condition importante pour l'adoption d'une technologie amliore. Certaines institutions financires ne sont disposes prter du crdit aux agriculteurs que s'ils sont membres dune association ou dune cooprative. Par consquent, l'appartenance une association ou une cooprative peut influencer la dcision des agriculteurs adopter une technologie amliore. Position de leader dans la communaut La tendance dun agent de vulgarisation sadresser en premier un chef de file dans une communaut donne est souvent trs leve. Couple la pression de montrer un bon leadership, les dirigeants communautaires sont souvent appels adopter des technologies plus rapidement16 que les autres car leurs perceptions ngatives pourraient rduire nant l'adoption par leurs voisins. Accs au crdit Selon la littrature, le manque de crdit est une contrainte l'adoption. L'adoption peut exiger laccs au crdit pour acheter des intrants complmentaires afin de maximiser les avantages de la nouvelle technologie. Les agriculteurs peuvent investir dans des technologies nouvelles, soit partir dun capital accumul ou par des emprunts sur les marchs financiers. Le manque dpargne accumule par les petits agriculteurs les empche d'avoir le capital ncessaire pour investir dans les nouvelles technologies. Aussi, l'chec du march des capitaux existe dans la plupart les pays en dveloppement en raison du manque d'informations sur les taux d'intrt et les sources de crdit alternatives. Sources dinformations L'exposition l'information rduit l'incertitude subjective et augmente la probabilit d'adopter de nouvelles technologies. Diverses approches ont t utilises pour saisir l'impact de l'information. Il peut sagir de: dterminer si oui ou non l'agriculteur a t visit par un agent de vulgarisation un moment donn ; demander si l'agriculteur a assist des essais de dmonstration de la nouvelle technologie par les agents de vulgarisation, et ; constater le nombre de fois o l'agriculteur a particip des essais la ferme, etc. Parfois, les variables de linformation ne sont pas significatives dans l'explication de l'adoption parce que les variables de substitution utilises ne mesurent pas ce qu'elles sont destines mesurer. Par exemple, sur la base dune exprience rcente, les agriculteurs ont perdu confiance dans le systme de vulgarisation. Dans un tel cas, les agriculteurs apprennent des expriences de leurs voisins et la variable pertinente mesurer "l'information" est "en contact avec d'autres agriculteurs utilisant de nouvelles innovations" et non pas contact avec l'agent de vulgarisation. Marchs des produits et marchs dintrants Les marchs de produits et d'intrants sont galement connus pour influer sur l'adoption de meilleures technologies agricoles. Il est souvent utile de dterminer l'accessibilit du march du village parcouru par l'enqute. On pourrait poser la question de savoir: quelles sont les distances les plus courtes entre le village et les principaux marchs dintrants ou marchs de produits? 1.2.5.3. Caractristiques de la technologie Les agriculteurs font des comparaisons subjectives inter-varitales entre les attributs des varits nouvelle et ancienne et ils adoptent des varits modernes seulement quand elles sont perues comme ayant une meilleure caractristique de la population locale. Les tudes d'adoption17 devraient accorder une attention particulire aux perceptions agriculteurs sur les caractristiques de la technologie (comme le rendement, le got, la rsistance aux maladies et aux parasites, etc.) en utilisant soit des variables qualitatives ou des classements des agriculteurs sur la base dune comparaison inter-varitale des caractristiques. 1.3. Conclusion Dune manire gnrale, ces tudes donnent une vue globale du systme semencier, de ses acteurs et de ses caractristiques. On peut retenir que la commercialisation et la distribution connectent toutes les autres fonctions de l'offre de semences la demande de semences, refltant ainsi les forces et faiblesses des liens existant entre les diffrentes composantes du systme semencier. Les fonctions du systme semencier sont multiples et font intervenir des catgories diversifies dacteurs. Il apparat une absence dtudes spcifiques sur les systmes semenciers ouest-africain en gnral et bninois en particulier.18CHAPITRE II: METHODOLOGIECe chapitre justifie le choix de la zone dtude et prsente ses traits physiques et dmographiques. Il dcrit galement les diffrentes mthodes de collecte, de traitement et danalyse des donnes et prsente les caractristiques socio-conomiques des marachers et les caractristiques de leurs exploitations. 2.1. Choix de la zone dtude La forte production de certaines spculations marachres et limportance des flux de lgumes en provenance des pays voisins (Burkina Faso, Ghana, Niger, Nigeria, Togo) ncessitent lanalyse de la distribution et de lutilisation des semences amliores de cultures marachres au Bnin en gnral et dans la commune de Cotonou en particulier. Le choix de cette zone est relatif son appartenance aux principales zones de production marachre du Bnin et par consquent un niveau dintensification relativement lev (dont lutilisation de semences amliores), lexistence de structures formelles et informelles de vente de semences amliores, ses spcificits sur le plan agro-cologique, et laccs aux marchs. En effet, la commune de Cotonou est dote de nombreux atouts : lexistence des conditions agro-cologiques propices aux cultures concernes : la faible profondeur de la nappe phratique qui facilite la disponibilit et laccessibilit de leau et permet une production de contre-saison ; des systmes intensifs caractristiques des marachers urbains (Cotonou) permettant de produire sur des surfaces trs rduites (moins de 300m). Les principales spculations occupant les parcelles sont les lgumes locaux (la grande morelle, le vernonia, lamarante) et les lgumes exotiques : laitue, carotte, chou, etc. (PADAP, 2003); la prsence Cotonou du premier march international du Bnin comme principal dbouch des spculations ; une demande croissante en raison de laccroissement dmographique et de la pousse urbaine au Bnin.--La commune de Cotonou appartient la zone agro-cologique des pcheries. Elle est localise au sud-Bnin et couvre une superficie de 79 km2. Sa population est estime 761.137 habitants en 2006. La croissance dmographique gnrale est de 3,96%. La population est urbaine. Cotonou est la capitale conomique et la plus grande ville du Bnin. Elle abrite les deux tiers des industries du pays et est le sige des principales entreprises et banques. L'conomie repose principalement sur le port autonome. La ville est situe sur le cordon littoral entre le Lac Nokou et lOcan Atlantique et est coupe en deux par un canal, la lagune de Cotonou.19 Le climat est de type subquatorial avec deux saisons pluvieuses par an. Il couvre tout le bassin ctier et stend de la cte jusqu la latitude de 7 Nord. Lapparition dune rcession pluviomtrique stendant sur juillet-aot induit un rgime avec quatre saisons: une grande saison des pluies (Avril Juillet) ; une petite saison sche (Aot Septembre); une petite saison des pluies (dOctobre Novembre) et une grande saison sche (de dcembre mars). Cette zone se caractrise par une forte humidit relative (85 90%) et une temprature annuelle moyenne oscillant entre 23 et 32C. La pluviosit est dcroissante dEst en Ouest.Figure 1 : Localisation de la zone dtude 2.2. Phases de collecte des donnes Ltude sest droule en trois phases squentielles qui sont : 2.2.1. La revue documentaire Elle a consist en la consultation douvrages, darticles, dtudes de cas. Les rsultats de cette phase ont permis didentifier les aspects non encore ou pas suffisamment explors de la distribution et de lutilisation des semences amliores de cultures marachres dans les zones urbaines et priurbaines de Cotonou, de fixer les objectifs, de mieux apprhender notre sujet de recherche et den cerner les diffrents contours. Pour ce faire, nous avons collect les informations dans les centres de documentation, dans les services tatiques et privs impliqus dans le cadre de ce travail et sur Internet pendant toute la dure de ltude. Les donnes secondaires utilises ont t collectes au cours de cette phase.20 2.2.2. La phase exploratoire Afin de mieux prciser les objectifs et dexaminer dans quelle mesure les hypothses mises peuvent tre vrifies et atteintes, il a t effectu une phase exploratoire sur les lieux de distribution des semences amliores de cultures marachres et dans les zones de production. La mthodologie utilise comprend :-Des entretiens individuels avec des personnes-ressources et des institutions tatiques: le Programme Cultures Marachres (PCM) de lInstitut National de la Recherche Agronomique du Bnin (INRAB), la Direction de lAgriculture (DAGRI) dont les services de semences et plants et de protection des vgtaux (la division de la quarantaine et du contrle phytosanitaire), la Direction de la Promotion de la Qualit et du Conditionnement (DPQC), la Direction Gnrale du Commerce Intrieur (DGCI), la Chambre de Commerce et dIndustrie du Bnin en particulier le Centre de Formalits des Entreprises (CFE) ; Des entretiens avec les structures prives intervenant dans limportation des semences (structures de transit) ; Des entretiens individuels avec les responsables des structures formelles et des distributeurs informels de distribution de semences amliores de cultures marachres; Des entretiens individuels et de groupe avec les marachers sur les primtres de production retenus ; Un test du questionnaire auprs dun nombre rduit de distributeurs et de producteurs marachers.----A lissue de cette phase, les sites denqute approfondie ont t retenus en raison de lutilisation des semences amliores, des zones de production et de la proximit des centres urbains. Les sites de production ont t choisis selon la proximit avec le centre ville (Cotonou) qui traduit la distance parcourir par les producteurs pour atteindre les lieux formels de vente de semences amliores. Plusieurs auteurs ont montr que lutilisation des intrants commerciaux (semences, engrais, produits phytosanitaires) baisse avec la distance sparant leurs marchs des producteurs (Oppen (von), 1978 ; Ijaimi, 1994 ; Njehia, 1994 ; Fok, 1999). 2.2.3. La phase denqute approfondie Lobjectif est de collecter les donnes au niveau des units denqute. Les mthodes utilises regroupent les entretiens structurs avec comme outil principal le questionnaire; les entretiens semi-structurs et enfin les observations participantes. Les principales informations recueillies ont t relatives pour les distributeurs:21-aux caractristiques socio-juridiques : dnomination, sige social, forme juridique, activit principale, autres activits, date de cration ; caractristiques du promoteur ou grant : nom, ethnie, etc. ; aux caractristiques de la distribution des semences : raisons de la distribution des semences, modes dapprovisionnement, lieux dapprovisionnement, modes de distribution, arrangements avec les entreprises semencires, contraintes la distribution (institutionnelle, financire) ; aux liens avec les autres services la disposition des marachers.--Les donnes collectes pour les producteurs comprennent :-Les caractristiques socioconomiques et culturelles des producteurs (sexe, ge, ethnie, origine, taille du mnage, nombre dactifs agricoles, niveau dinstruction, nombre dannes dexprience) ; Les caractristiques des diffrentes exploitations (types de lgumes, varits de lgumes cultivs, superficies, statut du foncier (ges et modes daccs), main duvre, systme dirrigation) ; Lutilisation des semences amliores (cultures utilisant les semences amliores, mode daccs linformation sur les semences amliores de cultures marachres, raisons de lutilisation des semences amliores, dure dutilisation des semences, frquence de renouvellement des semences, lieux dachat des semences, perceptions sur la distance entre le site et la structure formelle de vente la plus proche, structures dachat (formelles et informelles) connues, type de conditionnement (sachet, bote, bouteille), raisons justifiant le choix de la structure dachat, cot des varits achetes, lieux de vente et perceptions sur les prix des produits rcolts utilisant les semences amliores, etc.).--Le choix des units denqute a t ralis selon un chantillonnage alatoire. Les units denqutes sont constitues par les structures formelles et les distributeurs informels de semences amliores de cultures marachres et par les producteurs marachers. Nous avons identifi pralablement, dans le cadre de lenqute exploratoire, les sites de production marachre. Au cours de lenqute approfondie, nous avons choisi au hasard dans la limite du temps et des moyens disponibles pour disposer dun chantillon plus grand, les marachers enquter. Nanmoins, cela nentache pas la reprsentativit car tous les types de marachers y sont reprsents. Au total, cinq (05) structures formelles de vente de semences amliores de cultures marachres, trois (03) distributeurs informels dans la commune de Cotonou et cent vingt-deux (122) chefs dexploitations marachres ont t interviews pour lenqute approfondie. Le tableau 2 indique la rpartition des units denqute.22 Tableau 2 : Rpartition des units denqute (exploitations marachres) Cotonou (N=122) Sites Units denqute Distance/proximit Houeyiho 46 Centre ONEPI 15 Centre Centre International de 31 Priphrie Confrence/Aroport Akogbato 30 Priphrie Source : Nos enqutes Les donnes collectes pour chaque exploitation couvrent une anne cause des cycles relativement courts des spculations marachres qui permettent au moins trois saisons de cultures pendant une anne. La phase approfondie a abouti au traitement des donnes collectes, puis lanalyse des rsultats obtenus utiliss pour la rdaction de ce rapport. 2.3. Outils danalyse Les donnes issues du dpouillement ont t enregistres dans le logiciel EXCEL 2007 ainsi que certains rsultats obtenus par les diffrents outils danalyse suivants. 2.3.1. Statistiques descriptives Les donnes collectes sont qualitatives et quantitatives. Les statistiques descriptives ont permis de calculer les moyennes (mesure de la tendance centrale) et les carts-types (mesure de la dispersion). Elle est galement utilise travers les tableaux de frquences destins caractriser les variables relatives aux commerants et leurs contraintes ; aux producteurs et leurs exploitations. 2.3.2. Spcification du modle conomtrique dadoption de la technologie Un examen de la littrature dadoption confirme l'existence de trois principaux paradigmes utiliss dans l'analyse de l'adoption. Ce sont : (i) l'innovation-diffusion, (ii) les contraintes conomiques, et (iii) les paradigmes perception-adoption. Le modle de diffusion de l'innovation suit lanalyse de Rogers sur la diffusion et conclut que l'accs l'information est un facteur critique dans ladoption et la diffusion des technologies. En consquence, le problme de l'adoption est rduit la communication des informations sur la technologie pour des utilisateurs potentiels. L'adoption est aussi influence par les caractristiques des agriculteurs : ge, sexe, niveau d'ducation, formation, etc. Le modle met l'accent sur la vulgarisation comme un moyen d'accrotre l'adoption de nouvelles technologies.23 Le modle des contraintes conomiques soutient que les contraintes conomiques sont des dterminants majeurs. L'approche vise aussi faire valoir la supriorit du modle de contrainte conomique sur le modle d'innovation-diffusion, mais les conclusions ont galement t contestes. Le paradigme de la perception de ladoptant est lapproche la moins dveloppe et la moins utilise dans la littrature. Il met l'accent sur les attributs perus de la technologie (par exemple le got, laptitude la conservation, etc.). Chacun des modles se concentre sur un petit nombre de facteurs, mais toutes les trois catgories jouent un rle important dans l'explication de l'adoption. Les tudes actuelles ont dmontr l'importance de ces trois paradigmes en matire de modlisation de l'adoption des technologies. Dans la plupart des cas, l'utilisation du modle Probit, Logit ou Tobit est applique. Le Probit et le Logit prsentent des similitudes contrairement au Tobit. Les modles Probit et Logit fournissent des informations seulement en ce qui concerne la dcision de lexploitant agricole dacheter ou non mais pas sur l'intensit de lachat aprs adoption (Coulibaly et Nkamleu, 2004). La spcification ci-dessous comprend des lments des trois paradigmes prsents. Spcification du modle dadoption en utilisant l'approche du modle Tobit Dans les tudes d'adoption, on ne veut pas seulement connatre la probabilit qu'un producteur ait adopt une technologie, mais aussi le degr d'utilisation de la technologie, aprs adoption. Pour expliquer simultanment la probabilit d'adoption, et l'intensit d'utilisation de la technologie, l'utilisation d'un modle Tobit est approprie (Adesina et Zinnah, 1993; Langyintuo et al., 2003). Pour Coulibaly et Nkamleu (2004), la dcision d'un exploitant agricole dadopter (dacheter des semences amliores dans une structure formelle) et galement de l'intensit de l'adoption (proportion de la quantit de semences achete dans les structures formelles au cours dune anne pour une spculation donne) est conditionne par un ensemble de facteurs internes et externes. Le modle Tobit est un modle de rgression dans lequel la variable dpendante est observe seulement pour des valeurs ayant un seuil ou un niveau donn. Il a l'avantage de permettre la drivation des probabilits d'adoption et prvoit des niveaux de l'intensit d'utilisation de la technologie. Il est utilis pour un nombre important dobservations. Deux situations sont gnralement observes avec le modle Tobit: soit la variable dpendante est observe seulement sur certains intervalles : on parle dchantillon censur ; soit on limine avant lchantillonnage les observations pour lesquelles la valeur de la variable dpendante est nulle : on parle dchantillon tronqu. Lanalyse des dterminants qui influencent lachat des semences amliores par les producteurs auprs des structures formelles a t faite par le modle de rgression Tobit, dchantillon censur avec comme variable explique pour une culture donne le rapport entre la quantit de semences achete dans une structure formelle et la quantit totale de semences achete au cours24 de lanne : cest la proportion de semences achete dans une structure formelle au cours de lanne pour une spculation. Cette valeur est comprise entre 0 et 1. La forme thorique du modle retenu pour tester la deuxime hypothse est la suivante : Yi = Xi+ si 0 < Yi 1 Yi = 0 O : Yi = variable dpendante limite et mesure simultanment lachat de semences amliores de cultures marachres dans les structures formelles et lintensit de cet achat au cours de lanne ; Xi = vecteur des variables explicatives lies lime exploitant agricole. Les variables explicatives introduites dans les modles de rgression sont : le sexe (SEX) ; lge (AGE) ; le niveau dinstruction qui se dcline en primaire (PRIMAIR), secondaire 1 (SECOND1), secondaire 2 (SECOND2), suprieure (SUPERI) ; lalphabtisation (ALPHA) ; la taille du mnage (TMEN) ; le nombre dannes dexprience (EXPER) ; la permanence ou la saisonnalit de lactivit marachre (ACPER) ; lappartenance un groupement de producteurs de cultures marachres (GPCM) ; le cot de la semence en FCFA/g (COUTGSEM) ; les perceptions de prix des semences par les producteurs : ces prix peuvent tre perus comme faibles (PRIXF), abordables (PRIXA) ou levs (PRIXE) ; les raisons pour lesquelles les marachers achtent les semences chez les distributeurs informels qui sont : la disponibilit des distributeurs informels (DISPOA), le manque de temps (MANKTA), la chert du transport (TRANSPEA), la mconnaissance des lieux de vente formelle (NKNOWA), les facilits de crdit (FCREDA), la vente au dtail (DETAILA), les prix identiques chez les distributeurs informels et dans les structures formelles (MEMPRIA) ; le nombre de structures formelles que connat le producteur (CONNAISS) ; la prsence ou labsence dune formation sur les lieux dachat des semences (FORMATION) ; les perceptions des producteurs sur les distances sparant leurs sites de la structure formelle de vente la plus proche (DISTANC) ; les perceptions des producteurs sur les prix des produits vendus et ayant utilis les semences amliores qui peuvent tre trs bas (PPROTB), bas (PPROB), abordables (PPROA) ou levs (PPROE). La purification du modle a t effectue. Elle a consist liminer les variables non pertinentes laide de la matrice de corrlation entre les variables explicatives et retenir les variables mme dexpliquer le modle. La forme empirique complte du modle se prsente comme suit : RQFORMEL = b0 + b1 SEX + b2 INSTRU/ALPHA + b3 EXPER + b4 ACPER + b5 PRIXE/PRIXA + b6 DISPOA + b7 DISTANC + b8 PPROB (3) Le modle a t estim pour deux cultures (la laitue et la carotte) sur les trois (laitue, carotte, chou) principales de la commune de Cotonou qui utilisent les semences amliores. La taille des producteurs de chou de lchantillon ne permettant pas dutiliser le modle (47 producteurs sur si non (1) (2)25 122 interviews). Assogba (2007) a effectu une classification des principaux lgumes cultivs dans le Sud-Bnin en fonction des perceptions des producteurs. Il sagit par ordre dimportance dcroissante de : lamarante, loignon, la laitue, la tomate, la closie, le chou et la carotte.Les cultures utlisant les semences ameliorees sont : loignon, la laitue, la tomate, le chou et la carotte. Cependant, une faible proportion de producteurs cultivent loignon et la tomate (7% respectivement) contrairement au chou (66%), la carotte (94%) et la laitue (96%). Le tableau 3 prsente les signes attendus des variables explicatives. Tableau 3 : Signes attendus des variables explicatives (VE) pour la carotte et la laitueVE (carotte) Types de variables Dichotomique VE (laitue) Signes attendus + Raisons Les producteurs hommes sont plus nombreux que les producteurs fminins, la tendance gnrale sera donc celle des hommes. Linstruction donne au producteur des connaissances qui le guident dans le choix de la structure dachat. Cette instruction permet aussi laccs des informations qui lorienteront. Mme chose quINSTRU Un certain niveau de savoir-faire est ncessaire pour lutilisation des semences amliores. Lappartenance un groupement permet laccs et le partage des informations relatives aux nouvelles technologies. Des prix levs des semences dans les structures formelles dcouragent les producteurs sy rendre. Par contre, des prix abordables les y encouragent. Le contact permanent entre les distributeurs informels et les producteurs peut contribuer limiter leurs dplacements dans les structures formelles. Plus la perception de la distance parcourir est leve, plus le producteur sattachera utiliser les semences vendues par les distributeurs informels. Des prix de vente bas des produits nencouragent pas les producteurs investir dans des intrants de meilleure qualit.SEXSEXCatgorielleINSTRU+ALPHA EXPERDichotomique Continue EXPER+ +ACPERDichotomiqueACPER+PRIXADichotomiquePRIXE-/+DISPOADichotomiqueDISPOA-DISTANCContinueDISTANC-PPROBDichotomiquePPROB-26 2.4. Caractristiques socio-conomiques des marachers Les exploitations marachres sont majoritairement diriges par des hommes (90% des cas) ingalement rpartis sur les diffrents sites. Leur proportion est de 92 % Cotonou. Lge moyen varie galement dun site un autre. Les producteurs de Cotonou ont une moyenne dage de 33 ans (Tableau 4). La taille des mnages est en moyenne de 4 personnes Cotonou. Tableau 4 : Caractristiques sociodmographiques Cotonou Paramtres Age du producteur Taille des mnages Actifs agricoles hommes Actifs agricoles femmes Annes dexprience Source : Nos enqutes, 2008 Moyennes (N=122) 33 4 1 0 11Les chefs dexploitation interviews sont majoritairement maris : 70%. Le marachage est la principale activit des producteurs (97%). Ltude du niveau dducation formelle indique que 22% dentre eux nont reu aucune instruction. Les proportions des marachers ayant respectivement les niveaux primaires et le premier niveau du secondaire sont de 53et 22%. 2% de marachers de Cotonou ont atteint le second cycle. Le taux dalphabtisation est de 11%. La diversit ethnique est aussi importante o 38% des producteurs sont du groupe Adja, 43% du groupe Fon et des proportions plus infimes de Toffin, dIdatcha. 2.5. Caractristiques des exploitations 2.5.1. Modes daccs la terre Les modes daccs la terre sont indirects (emprunt, location). A Cotonou, 84% des parcelles occupes ont t acquises par emprunt. Les sites sur lesquels sexerce lactivit marachre appartiennent aux domaines de lEtat, plaant les producteurs dans une situation dinscurit foncire permanente. 16% des producteurs ont obtenu des parcelles par une sous-location aux premiers installs. 2.5.2. Superficies cultives Les superficies mises en valeur par les marachers de la commune de Cotonou sont trs rduites, carcterises par un marachage intensif. Elles sont en moyenne de 553 m 2. Ces rsultats sont relativement identiques ceux trouvs par Tokanou et Quenum (2007) sur les sites dexploitation27 marachre de la commune de Cotonou. La proximit de la ville, lurbanisation croissante restreignent les superficies exploites. 2.5.3. Utilisation de la main duvre salarie La faiblesse des actifs agricoles dans la commune de Cotonou a des implications sur lutilisation de la main duvre salarie. En effet, 40% des producteurs y ont recours pour les differentes oprations de production. Cette proportion relativement faible serait due la faiblesse des superficies emblaves. 2.5.4. Le capital Le capital social est dtermin par lappartenance un groupement de marachers. On observe que 82% des enquts appartiennent un groupement. Les formes de capital financier mobilises par les marachers sont en nature et en espces. A Cotonou, le crdit est pratiquement inexistant. Les sites dtude ne prsentent pas de diffrence relative aux types doutillage utiliss pour lirrigation. Larrosoir est le principal outil dirrigation. Il est utilis par 94% des producteurs. Loutillage de base (houe, arrosoir, coupe-coupe et daba) est possd par la totalit des producteurs.28CHAPITRE III: LES ACTEURS DE LA COMMERCIALISATION DES SEMENCES AU BENINLa structure organisationnelle de la commercialisation et de la distribution des semences amliores de cultures marachres montre les relations entre les acteurs. Quatre groupes dacteurs interviennent des degrs divers dans le sous-secteur des semences amliores de cultures marachres au Bnin : (i) les acteurs de la distribution que sont les tablissements dimportation et/ou de distribution et les distributeurs informels; (ii) les organismes tatiques de contrle : la direction de lagriculture (DAGRI), la direction de la promotion de la qualit et du conditionnement (DPQC), la direction gnrale des douanes et des droits indirects (DGDDI); (iii) les services nationaux de vulgarisation constitus essentiellement des Centres Rgionaux de Promotion Agricole (CeRPA) et (iv) les institutions prives dappui technique, agres par lEtat, qui comprennent le Bureau International Veritas (BIVAC) et les structures de transit. Les relations entre les acteurs du premier groupe sont des relations commerciales directes en vue de la distribution des semences des points dentre sur le territoire national (port de Cotonou, aroport de Cotonou, limite frontalire) jusquaux villages. Leurs relations avec les autres acteurs sont des relations administratives frquence variable lextrieur de ces chanes. Les rles des institutions de contrle sinscrivent dans le fonctionnement du systme dautorisation dimportation, du contrle phytosanitaire et de la qualit des semences importes, des droits de douane sacquitter lors de ces importations. Les CeRPA assurent la promotion des semences amliores auprs des producteurs. Les transitaires et le BIVAC sont des acteurs dappui technique qui jouent des rles plus ou moins stratgiques dans le fonctionnement des chanes. 3.1. Les fournisseurs de semences amliores de cultures marachres Cotonou 3.1.1. Les types de fournisseurs Trois principales catgories de fournisseurs de semences amliores de cultures marachres sobservent Cotonou : les distributeurs exclusifs, les entreprises non reprsentantes et les distributeurs informels. 3.1.1.1. Les entreprises reprsentantes Elles sont des filiales de multinationales semencires qui assurent pour le compte de lentreprisemre limportation et la distribution exclusives des marques de semences marachres. Elles comprennent : Tropicasem, reprsentant les labels Franais Technisem, Vilmorin et Tropica et le Japonais Takii ; et de Royal Service, distributeur exclusif du label Royal Sluis et des produits Petoseed, tous deux appartenant la multinationale amricaine Monsanto. Les deux entreprises ont respectivement t cres en 2000 et 2001. Leur apparition sur le march national est rcente compare aux socits bninoises. Le responsable de Royal Service29 est le premier reprsentant des semences Technisem au Bnin de 1993 2000, date laquelle la reprsentation a t cre et pour laquelle un gestionnaire et du personnel ont t recruts. Outre, les activits de distribution de semences, Royal Service soccupe du commerce, de la reprsentation et du transit. Tropicasem se limite la reprsentation et la distribution des semences. 3.1.1.2. Les entreprises non reprsentantes Il sagit dentreprises importatrices et/ou revendeuses de semences. Elles nont pas comme les prcdentes lexclusivit de la distribution pour le compte des multinationales semencires. Elles peuvent tre grossistes, dtaillantes ou les deux. Il existe dans cette catgorie une diversit dacteurs. On note la prsence dentreprises commerciales et de coopratives. KanS International et la Socit Gnrale pour lIndustrie et le Commerce (SOGICOM) Cotonou sont les premires entreprises bninoises non reprsentantes de multinationales impliques dans le commerce des semences amliores de cultures marachres. Elles ont respectivement t cres en 1992 et 1993. La Cooprative des Marachers de Kouhounou (COMAKO) a t cre en 1995 Cotonou et ferme en 2005. Les plus rcentes sont : Fruits de la Terre Promise (FTP) en 2000, Semences Phyto Accueil Paysan (SPAP) en 2006 Cotonou. Lexamen des dates de cration des distributeurs exclusifs et des entreprises commerciales non reprsentantes montre deux priodes : la premire stend de 1988 2000 au cours de laquelle on note un intrt important des acteurs pour lapprovisionnement en semences. Trois entreprises, cres entre 1992 et 1995 se partagent lespace commercial des semences Cotonou savoir : Kans International, SOGICOM et COMAKO avec le reprsentant de Royal Sluis dont la situation sera rgularise par la cration officielle de son tablissement en 2001. Cette situation sexpliquerait par le dmantlement des structures publiques due la restructuration des services agricoles. Les prestations fournies par ces structures incluaient lapprovisionnement des producteurs en semences. Lanne 2000 est marque par deux vnements majeurs : les dissensions au sein de la COMAKO qui se traduisent par la cration dun tablissement par son grant, FTP, et linstallation de Tropicasem. La deuxime priode qui va de 2000 jusqu prsent et consacre Tropicasem comme le principal fournisseur de semences au Bnin (selon nos enqutes). Son arrive occasionne le dclin des autres entreprises qui sont obliges de diversifier leurs activits et pour certaines de relguer au second plan la vente des semences (Cas de SOGICOM qui est actuellement un important acteur dans lapprovisionnement en intrants pour le coton alors que ce ntait pas son activit de dpart). Kans International et FTP sont devenues des revendeuses de semences. Les grandes surfaces (Mayfair Cotonou) effectuant le commerce des semences sont galement revendeuses. Plusieurs travaux ont constat que l'entre des oprateurs privs dans le march des intrants en gnral et des semences en particulier aprs une privatisation n'est pas toujours effective, car les mesures d'accompagnement ncessaires pour faciliter les crdits ou l'obtention des devises pour30 l'importation ont souvent tard tre mises en place (Gergeley, 1992 ; Shepherd, 1988), de sorte que l'implication du secteur priv est reste trs en de des espoirs (de Haen et al., 1992; Lele et al., 1989). Cette situation fait que le march est frquemment accessible seulement aux oprateurs privs les plus importants. Par ailleurs, la mesure de suppression des subventions des intrants agricoles qui est souvent concomitante de la privatisation de l'approvisionnement dans la mise en uvre de Programme dAjustement Structurel (PAS) contribue dcourager l'entre des oprateurs privs (Shepherd, 1988) car l'entre de ces derniers suppose une demande rgulire et soutenue en intrants (Gergeley, 1992) que tend au contraire rduire la suppression des subventions. 3.1.1.3. Les distributeurs informels Les distributeurs informels sont les acteurs de la commercialisation des semences ayant des contacts directs avec les producteurs marachers comparativement aux autres distributeurs (entreprises reprsentantes et non reprsentantes). Il sagit demploys (anciens et/ou actuels) de structures formelles de commercialisation de semences, de commerantes qui sapprovisionnent en semences dans les pays frontaliers. Ce type de distributeur se dplace de site en site pour proposer les semences aux producteurs. Souvent, ces derniers les contactent par tlphone pour se faire livrer les semences sur les sites de production. Les semences sont achetes Cotonou (dans les structures formelles), Lom ou Accra, et sont gnralement fournies crdit aux producteurs. 3.1.2. Caractristiques des fournisseurs Limplantation de Tropicasem a relativement influenc lorigine des approvisionnements en semences et leurs modes de distribution des autres structures commerciales et les individus impliqus dans la commercialisation. 3.1.2.1. Les sources dapprovisionnement et les modes de vente Les statuts de reprsentant exclusif et dentreprise non reprsentante donnent un aperu des sources dapprovisionnement en semences des distributeurs. La quasi-totalit des entreprises et des distributeurs informels effectuent des importations de semences. Cependant, en cas de rupture de stock (cas de SPAP) ou de difficults financires (cas de KANS, FTP, SPAP)4, lapprovisionnement seffectue chez un concurrent. Les semences sont importes par voies arienne, maritime, terrestre (surtout les distributeurs informels) et postale.4Certaines entreprises semencires exportatrices exigent des commandes au-dessus dun seuil que les tablissements ne peuvent se permettre. Selon le type de culture, sa demande sur le march, son conditionnement et sa dure de conservation, les entreprises peuvent sapprovisionner localement ou importer.31 Lvaluation des quantits importer ou acheter constitue ce point une donne difficile quantifier par les entreprises. Seule la socit Tropicasem possde des stocks importants de produits. Elle effectue des inventaires annuels, tient un journal des entres et sorties et se rend sporadiquement sur les sites pour lidentification des caractristiques de la demande et surtout les prfrences des producteurs. Les autres commerants prouvent des difficults identifier les quantits importer ou acheter mme si la priode dachat dun produit dtermin est connue, la demande fluctuant dune anne une autre. Le tableau suivant indique les principaux fournisseurs de semences de cultures marachres au Bnin. Tableau 5 : Fournisseurs de semences Multinationales et Fournisseurs origine des produits nationaux Vilmorin Clause & Cie (label Vilmorin) et Technisem, Tropicasem (France) ; Takii (Japon) Monsanto (Royal Sluis, Pays- Royal Service Bas ; Petoseed, USA) Vilmorin Clause & Cie - SPAP, label Tzier (France) - SOGICOM Baddar (Tunisie) Source: Nos enqutes, 2008 SPAPModes de vente Gros et dtail Gros Gros & dtail, Gros Gros et dtailRevendeurs : entreprises et informels Kans, FTP, revendeurs informels Kans, SPAP, FTP, revendeurs informels - Revendeurs informels ; - Kans, Mayfair, FTP, SPAP Revendeurs informelsLes varits de semences amliores proposes par les structures de vente sont surtout des hybrides, ce qui oblige les producteurs des achats rguliers. Le tableau 5 indique que seules SOGICOM et Royal service fournissent exclusivement les semences en gros. Ces deux entreprises nont pas amnag leurs bureaux pour la vente des semences. Elles les revendent aux structures et aux distributeurs informels qui approvisionnent les producteurs et les grandes surfaces comme le font les autres fournisseurs. La taxe sur la valeur ajoute (TVA, 18%) et lacompte sur le bnfice industriel et commercial (AIB, 3%) sont appliqus au prix de gros de la marchandise achete par le distributeur pour former le prix dachat des revendeurs et distributeurs informels dans les structures formelles. Le prix de vente au producteur est fix par le revendeur formel ou informel en tenant compte de ses charges. Aucune structure mentionne ci-dessus ne possde des distributeurs contractuels quelle paie pour effectuer la vente auprs des marachers. Toutes collaborent avec des structures ou des individus qui vendent des semences de manire saisonnire ou permanente et dont le capital et les frais de fonctionnement proviennent des efforts personnels ou de prts. Les distributeurs informels fixent des prix diffrents peu ou prou de ceux tablis par les commerces pour les ventes au dtail, notamment dans la commune de Cotonou (Tableau 6). Cette pratique induit une forte concurrence entre les distributeurs informels et les structures formelles. Toutefois, certaines32 structures sorientent vers des acheteurs Nigrians, Nigriens, Burkinabs et Togolais pour lesquels les commandes sont plus importantes en quantits et sont exemptes des taxes la vente mentionnes ci-dessus. Tableau 6 : Prix moyens des semences selon la structure et le type de conditionnement Cotonou (structures Cotonou (distributeurs formelles) informels) Types de conditionnement Bote de 50g, carotte 7.095 7.220 Sachet de 5g, laitue 670 700 Sachet de 10g, laitue 1.695 1.705 Bote de 50g, laitue 7.015 4.500 Sources : Nos enqutes, 2008 3.1.2.2. Les infrastructures de vente, de stockage et de conservation Les entreprises non reprsentantes sont essentiellement constitues dtablissements. Seule SOGICOM est une Socit Anonyme Responsabilit Limite (SARL) comme Tropicasem. Ce sont (SOGICOM et Tropicasem) des entreprises de grande taille (effectif du personnel) disposant de moyens importants mis en uvre pour lapprovisionnement en semences. La cration dune SARL exige un capital dun million de FCFA (1.000.000). Leurs demandes dimportation sont soumises une estimation pralable des droits de douane par le Bureau International VERITAS (BIVAC) et ncessitent la possession dune carte dimportateur dlivre par le Ministre de lIndustrie et du Commerce. Ces entreprises doivent dclarer leurs impts chaque mois. Ces dmarches permanentes requirent un personnel qualifi et disponible. En raison de leurs capacits, leurs commandes sont importantes. De nombreuses charges leur choient. Toutes les entreprises commerantes de semences louent leurs bureaux et disposent de points de vente ( lexception de SOGICOM et Royal Service qui stockent les semences dans leurs locaux sans les exposer comme les autres pour la vente). Les SARL possdent les infrastructures de stockage et de conservation adquates (une chambre froide pour Tropicasem et un rfrigrateur pour SOGICOM), permettant dtaler les ventes de semences sur une priode plus longue tout en conservant la qualit. Les tablissements et les distributeurs informels oprent diffremment. Pour les premiers, les diffrents conditionnements sont disposs sur des comptoirs et/ou conservs dans des cartons tandis que les seconds se dplacent de site en site, le plus souvent avec un moyen de locomotion deux roues, les semences dans un sac, une baluche ou une bassine. Les types de conditionnement dorigine sont nombreux (sachets de 5, 10, 15, 20g ; botes de 50, 100, 500g) mais relativement lgers et donc faciles transporter. Certains distributeurs reconditionnent les semences de botes en petites quantits dans des emballages plastiques. Le tableau 7 rsume les autres caractristiques des fournisseurs des structures formelles de vente de semences marachres.33 Tableau 7 : Autres caractristiques des fournisseurs de semencesEntreprises Kans Inter SOGICOM Tropicasem Forme juridique Etablissement SARL SARL Taille du personnel 1 permanent 11 permanents et occasionnels 5 permanents Profession du promoteur Commerante Ingnieur du dveloppement rural Assistante administrative Contrleur du dveloppement rural Commerant Autres activits Vente engrais, pesticides et matriel agricole Vente engrais et pesticides de coton Conseil agricole Vente pesticides et matriel agricole, conseil agricole Commerce, transit, reprsentation Vente pesticides et matriel agricole, conseil agricoleFTP Royal Service SPAPEtablissement Etablissement1 permanent 3 permanents et occasionnels 3 permanentsEtablissementIngnieur agronomeSource : Nos enqutes, 2008 Les tablissements exercent plusieurs activits en plus de la vente des semences telles que le conseil agricole, la vente de produits phytosanitaires, dengrais et de matriel agricole, lanimation et lorganisation de producteurs. La vente de semences et la vente dintrants pour le coton par SOGICOM dnotent sa capacit en ressources plus leve. Cette stratgie de diversification constitue une dmarche pour rduire les pertes occasionnes par la mvente des semences. Fournisseurs externes: Entreprises semencires-Structures commerciales de vente de semencesStructures formelles Distributeurs informels Producteur Figure 2 : Circuit de commercialisation de semences amliores de cultures marachres Cotonou34 3.2. Les organismes tatiques de contrle Il sagit de la Direction de lAgriculture (DAGRI), de la Direction de la Promotion de la Qualit et du Conditionnement (DPQC) au Ministre de lAgriculture, de lElevage et de la Pche (MAEP) et de la Direction Gnrale des Douanes et des Droits Indirects (DGDDI) du Ministre des Finances. Les organismes tatiques de contrle interviennent dans le fonctionnement du systme dautorisation de limportation, du contrle phytosanitaire et de la qualit des semences importes, des droits de douane sacquitter lors de ces importations. 3.2.1. La Direction de lAgriculture (DAGRI) Cest le service de la protection des vgtaux et du contrle phytosanitaire (SPVCP) de la DAGRI Porto-Novo qui dlivre les permis dimportation et les agrments professionnels. Il ralise le contrle phytosanitaire lentre sur le territoire national des vgtaux et produits vgtaux, des produits phytopharmaceutiques imports et distribus. Les contrles sont excuts par les inspecteurs phytosanitaires au niveau des frontires terrestres, du port et de laroport de Cotonou et par les agents du SPVCP auprs des CeRPA au niveau des dpartements. Les frais slvent 1500 FCFA pour lobtention des feuillets du permis et 500 FCFA pour le timbre fiscal. Le retrait des documents a lieu le jour mme du dpt de la demande. Cet loignement du SPVCP pnalise les commerants de semences situs dans les communes loignes et qui sont obligs de faire le dplacement de Porto-Novo pour obtenir lautorisation dimportation. Le MAEP a redfini le rle de la DAGRI dans la filire semence et prvoit de le limiter la planification de la production de semence (identification des besoins en semences), la coordination et lanimation des organes de gestion intersectoriels, linformation et la communication, la surveillance phytosanitaire, la promotion de la filire (organisation et structuration du march, diffusion des nouvelles varits (DPQC et DAGRI, 2006), ceux relatifs la commercialisation et la traabilit entre autres seront pris en compte par la DPQC. 3.2.2. La Direction de la Promotion de la Qualit et du Conditionnement des produits agricoles (DPQC) Elle a pour mission de dfinir et de mettre en uvre la politique de l'Etat en matire de promotion de la qualit, du conditionnement, de certification des produits et de veiller son application. Depuis 2001, ses attributions incluent :-la vulgarisation de la rglementation, de la normalisation ainsi que le contrle de leur application dans les domaines de la production, de la transformation et de la commercialisation des semences et plants et de tous autres produits agricoles d'origine vgtale;35-le contrle de la qualit de la production, des conditions de transport, du conditionnement des stocks et des produits agricoles l'exportation et l'importation; la collecte ou la production des statistiques et des informations relatives aux productions et aux stocks, l'importation et l'exportation.-En pratique, le personnel du service des analyses des produits de la DPQC affirme navoir jamais eu effectuer des prlvements sur les semences amliores de cultures marachres importes par des commerants formels ou informels. Ceci traduit labsence dun contrle effectif des semences importes et au-del des produits vgtaux imports. Pour corriger cette situation, les nouvelles attributions en prvision de lharmonisation des dispositions rglementaires bninoises avec celles de lUEMOA ont largi le champ daction de la DPQC. Certaines attributions jadis dvolues la DAGRI, notamment au service de la protection des vgtaux seront confies la DPQC. Les nouvelles fonctions de la DPQC prendront en compte : la dlivrance de lagrment pour limportation des semences ; ladmission au contrle ; le contrle au laboratoire ; le conditionnement ; la certification : dlivrance des certificats, des tiquettes, des attestations ; le contrle import-export ; la dlivrance du bulletin international ; la rception de dclaration des importations, exportations et transit de semences ; la traabilit.Il est spcifi que tout acteur technique du secteur priv doit tre agr et dtenir sa carte professionnelle. Les actions de la DPQC se concrtisent par lapposition dtiquettes sur chaque emballage de semence et par la dlivrance de certificats de qualit et de bulletins danalyse. Les documents mis sont en rapport avec la conformit aux normes, lespce varitale et les parcelles admises. Elle utilise des agents de conditionnement prsents dans chaque Centre Communal de Promotion Agricole (CeCPA) chargs de mettre en uvre ces dispositions. 3.2.3. La Direction Gnrale des Douanes et des Droits Indirects (DGDDI) En matire de semences, la Direction Gnrale des Douanes et Droits Indirects (DGDDI) du ministre des finances est charge : dexcuter la politique douanire de lEtat ; de dterminer lassiette et de procder la liquidation des droits et taxes sur toutes les marchandises importes, exportes ou en transit sur le territoire national ; de recouvrer et de reverser les droits et taxes au Trsor Public ;36 dappliquer les prohibitions dordre public dfinies par les autorits nationales comptentes, lies limportation, lexportation ou au transit de certaines marchandises.A limage du service de protection des vgtaux, elle dispose dun personnel reparti sur ltendue du territoire, aux postes de frontires terrestres, au port et laroport de Cotonou pour la mise en uvre ces dispositions. 3.3. Les services nationaux de vulgarisation Les Centres Rgionaux de Promotion Agricole (CeRPA) dans le cadre du transfert progressif des comptences aux organisations paysannes, doivent les amener se prendre en charge pour lapprovisionnement en intrants, notamment les semences amliores et assurer leur encadrement. Les CeRPA renforcent la sensibilisation des producteurs lutilisation des semences amliores afin de susciter leur pleine adhsion, amliorent leur systme de collecte des besoins et assurent un appui technique en matire de techniques de production avec les semences amliores. La direction de la formation oprationnelle et de la vulgarisation des CeRPA en liaison avec les directions techniques du MAEP suscites, labore le programme de formation et en assure sa mise en uvre. 3.4. Les institutions prives dappui technique Elles sont constitues dans le cadre de limportation et de la commercialisation des semences amliores de cultures marachres par le Bureau International Veritas (BIVAC) et les structures de transit. 3.4.1. Le Bureau International Veritas (BIVAC) La socit BIVAC International est mandate depuis 1994 par le gouvernement du Bnin pour effectuer linspection avant embarquement des marchandises importes destination du Bnin. Les diffrents services de vrification des importations sont : linspection et le contrle (inspection quantitative et qualitative, vrification des prix, classification douanire, dtermination de la valeur en douane, admissibilit de la marchandise limportation), le conseil et lassistance technique la douane (estimation des droits rgler par limportateur, formation et transfert des technologies). Les donnes du contrat entre le BIVAC et le gouvernement du Bnin sont les suivantes : les produits importer doivent tre obligatoirement inspects avant lembarquement quelles que soient leurs origine et provenance ; les marchandises dont la valeur Free On Board (FOB) est suprieure 3.000.000 FCFA (6.000$) pour les expditions par voie arienne ou maritime et 2.000.00037 FCFA (4.000$) pour les expditions par voie terrestre sont directement soumises linspection ; louverture de la licence dimportation est obligatoire ds lors que la valeur de la commande est suprieure 500.000 FCFA.A la suite des oprations effectues par le BIVAC, le certificat de renseignement sur les prix (CRP) est dlivr. Cest un document indispensable et obligatoire pour le ddouanement des marchandises au Bnin. 3.4.2. Le commissionnaire agr en douane ou transitaire Il intervient dans toute procdure denlvement des marchandises importes et est linterlocuteur obligatoire et dsign du destinataire de la marchandise auprs des autres intervenants portuaires que sont :-lagent maritime pour change de connaissement (information du mandataire du destinataire sur larrive de la marchandise et change de documents); le bureau de douane du port pour la dclaration en douanes et les oprations de ddouanement de la marchandise ; le Port Autonome de Cotonou (PAC) pour lacquittement des droits portuaires ; le Conseil National des Chargeurs du Bnin (CNCB) pour lacquittement de diverses taxes ; les socits de manutention pour lacquittement des frais de manutention ; les transporteurs pour lacquittement des frais de transport.A la fin des oprations denlvement, le commissionnaire agr en douane peroit diverses commissions lies ses prestations de service. Il ressort des dveloppements ci-dessus que : les catgories dacteurs et les fonctions du soussecteur semencier relatif aux cultures marachres sont rduites (4) lorsquon effectue une comparaison avec celles de Jaffee et Srivastava (1993). Cette comparaison permet didentifier la phase 2 comme tant celle de lvolution actuelle de ce sous-secteur aprs la libralisation, malgr labsence de production de semences de varits amliores par la recherche finance publiquement. Toutefois, ces semences remplacent progressivement les varits locales ; l'utilisation des intrants complmentaires (engrais) est limite mais croissante et on note l'mergence d'un secteur priv impliqu dans la commercialisation et la distribution de ces semences. On remarque galement que, le secteur public reprsent par les organismes tatiques de contrle, le service de vulgarisation sest spcialis dans la recherche sur les cultures vivrires (mas, nib, arachide), le contrle et la mise en uvre de la rglementation du systme semencier et la promotion des semences amliores. Le BIVAC et les transitaires contribuent 38 faciliter les procdures dimportation et les autres acteurs du secteur priv national et international constitus par les distributeurs se concentrent sur la commercialisation des semences dhybrides de cultures spciales que sont les cultures marachres, pour lesquelles les incitations linvestissement sont plus fortes car plus rmunratrices. Les exploitants doivent acheter des semences dhybrides chaque anne et les entreprises sont en mesure de sapproprier des bnfices financiers de leur investissement. Pour Jaffee et Srivastava (1993), dans un environnement o le prix des semences est largement dtermin par le march et o une partie significative de la production agricole est destine la vente, la plupart des fonctions de commercialisation et de distribution des semences (recherche des dbouchs, promotion de la demande, stockage, transport, vente en gros et au dtail) peuvent normalement tre assumes avec rentabilit par le secteur priv. Cest surtout dans ce type dactivits o la flexibilit des oprations et la capacit de rponse aux impratifs du march reprsentent des critres importants de russite que le secteur priv dtient plus davantages sur le secteur public. 3.5. Procdures dimportation des semences amliores : liens entre les diffrents acteurs 3.5.1. Enregistrement et documentation avant expdition Les personnes physiques et morales dsirant importer des semences doivent obtenir au pralable un permis d'importation le Service de Protection des Vgtaux de la Direction de lAgriculture (DAGRI) du MAEP. Ces personnes doivent galement obtenir une carte dimportateur auprs du Ministre de lIndustrie et du Commerce (MIC). 3.5.2. Inspection avant expdition et valuation en douane5 Louverture de la licence dimportation ou leve dintention dimportation (IDI) est obligatoire ds que la valeur de la commande est suprieure 500.000 FCFA mme sil sagit dimportateurs occasionnels. Limportateur se prsente BIVAC muni de sa carte dimportateur ou bien une attestation tenant lieu de carte dimportateur pour les occasionnels, du formulaire dIDI rempli et de la facture pro-format. BIVAC vrifie la conformit des documents, enregistre la licence et les transmet au Centre de Relations avec les Exportateurs (CRE)6 de la zone dexportation de la marchandise. Le CRE reoit et valide la licence transfre par le BIVAC Cotonou et envoie ensuite lexportateur un ensemble de documents appel demande dinspection . Il reoit la rponse la demande dinspection et organise linspection physique de la marchandise en collaboration5Limportateur doit prvenir le fournisseur de semences de son intention deffectuer une commande. Il lui envoie la liste de ses besoins et le fournisseur fait acheminer ses rfrences et une facture pro-format qui permettront au commerant-importateur deffectuer les dmarches ncessaires pour la vrification avant lexpdition, lvaluation douanire et le paiement 6 Pour les exportations en provenance de lEurope, cest le CRE de Paris qui assure la procdure dinspection, pour celles en provenance de lAfrique de louest et certains pays de lAsie mineure (Turquie), Duba, Pour lAsie, Shanghai et pour les EtatsUnis, Houston39 avec la structure mandate dans le pays dexportation (poids brut, poids net, quantit, conformit aux normes et rglementations en vigueur, etc.). Il reoit les documents finaux : la facture commerciale, le document de transport (le connaissement pour le transport maritime, la lettre de transport pour le transport arien), la liste de colisage ainsi que tout autre document rclam. Il effectue la codification douanire, vrifie les incoterms7 et les prix et enfin, met une version provisoire du CRP qui est envoye BIVAC Cotonou pour vrification finale (surtout du type dIncoterms : Fret, assurance) et pour tre remis limportateur : le document remis est le CRP comprenant toutes les charges lies limportation. Le BIVAC dtermine la position tarifaire sur laquelle les droits de douane sont calculs et vrifie la valeur en douane des marchandises importer. Les droits cumuls payer pour l'importation sont calculs par la douane sur la base de la valeur en douane taxable certifie par le BIVAC. Selon le code de dsignation de la marchandise, certains droits sont appliqus pour le calcul de la base taxable ou assiette fiscale. La base taxable est la valeur partir de laquelle on impute la TVA au produit import. La valeur en douane est le prix auquel la marchandise importe revient la frontire. Ainsi la valeur en douane dune marchandise est son prix FOB augment du cot de transport et de lassurance de ce transport. Valeur en douane limportation (VD) = valeur FOB + transport + assurance (4)On peut ajouter cela les cots des formalits administratives ncessaires lexportation dans le pays dorigine ainsi que le cot du pr-transport de lusine de fabrication au port dembarquement. Ces lments contribuent augmenter la valeur en douane et par consquent les taux cumuls de douane. Les semences dont la finalit est la mise consommation immdiate, ne bnficient pas dexonration. Les taux cumuls de droits payer pour la marchandise importer se calculent partir de sa valeur en douane, des taux de droits de douane (DD) dfinis par lUEMOA, de lAcompte de lImpt sur le Bnfice (AIB) et les droits daccises (DA) sil y en a, de la TVA et des droits de douane appliqus lorsque la marchandise nest pas originaire de lUEMOA.7Les Incoterms sont des termes dchange dont on se sert pour savoir entre le vendeur et lacheteur, qui fait quoi et jusquo, dans une vente internationale. Les Incoterms (en anglais : International Commercial Terms) dont les plus connus sont le F.O.B et le C.I.F. sont des termes employs dans les transactions internationales, et qui dterminent certaines obligations contractuelles et rciproques du vendeur et de lacheteur. En effet, ds quun Incoterm est propos par lun des partenaires et accept par lautre, les lments suivants du contrat sont de ce fait tablis : Le point de livraison convenu : par exemple : FOB (nom du port dembarquement) signifie que le vendeur aura rempli ses obligations de livraison en faisant livrer la marchandise concerne bord dun bateau au port dembarquement. La composition du prix : un Incoterm est toujours associ lnonc du prix de la marchandise. Par exemple : prix FOB Cotonou : 134 $ lunit payante. Dans ce cas le prix de 134 $ inclut bien entendu le prix de la marchandise, mais aussi les autres lments : assurance de la marchandise transporte jusqu la mise sur bateau, transport et toute manutention jusqu la mise en place sur le bateau, frais de ddouanement lexport. Le point de transfert du risque : lIncoterm dtermine le moment pendant lequel le transport de la marchandise o le risque et la responsabilit, passe du vendeur lacheteur. Donc la mise en place de lassurance se fera en consquence.40 A l'importation, le tarif des douanes comprend des droits fiscaux et des droits protecteurs. Les droits fiscaux sont perus suivant un tarif unique et sont applicables toutes les marchandises quelles que soient leur origine et leur provenance. Le Bnin napplique pas de droits protecteurs. Le Bnin accorde le rgime des droits de douane de la nation la plus favorise (NPF) tous les pays. La NPF est le principe de base de la non-discrimination selon laquelle le Bnin est tenu daccorder aux produits des pays partenaires les mmes traitements. Les droits d'entre sont uniquement de nature ad valorem, cest--dire calculs partir de la valeur financire et non du poids ou du volume. Outre les droits de douane NPF, les marchandises non originaires de lUEMOA sont assujetties certains droits supplmentaires perus au niveau du cordon douanier tels que: la redevance statistique (RS) de lUEMOA dont le niveau est de 1 pour cent (1%), le prlvement communautaire de solidarit (PCS) de lUEMOA dont le niveau est de 1 pour cent (1%), et le prlvement communautaire (PC) de la Communaut Economique Des Etats de lAfrique de lOuest (CEDEAO) dont le niveau est de 0,5 pour cent (0,5%). Les droits cumuls se calculent comme suit pour les semences : Base taxable = VD + RS + PC + PCS + DD AIB ou BIC = 3% (base taxable) TVA = 18% (base taxable) Taux de droits cumuls = (RS + PC+ PCS + DD + AIB + TVA) % de la VD (5) (6) (7) (8)Les droits de douane appliqus pour limportation des semences sont de 5%, ce qui donne les taux de droits cumuls dune valeur de 30,075%. Lorsque les importations ralises par les micro-entreprises (montant est infrieur 2 ou 3 millions FOB selon le mode de transport), lIntention DImportation (IDI) est un document non soumis inspection. Par consquent, elles sont assujetties la Taxe Professionnelle Unique (TPU). Un acompte forfaitaire de 3% sur le Bnfice Industriel et Commercial (BIC) continu tre prlev par la douane. Cette valeur peut tre conteste par l'administration des douanes. Les honoraires du BIVAC sont fixs 0,70 pour cent de la valeur FOB de la marchandise, avec un minimum de 100 000 FCFA par rapport d'inspection mis. Le rglement des honoraires est effectu par le gouvernement bninois au profit du BIVAC. Le Certificat de Renseignement sur les Prix (CRP) est dlivr par le BIVAC l'importateur aprs vrification et valuation en douane. Une copie est transmise ladministration des douanes. Les charges portuaires (exclues des calculs effectus ci-dessus) tels que l'acconage8 manutention (CFA 1000/t), la redevance du port (CFA 1300/t), droit de plombage (CFA 25 par plomb), le prlvement du Conseil National des Chargeurs du Bnin (CNCB) l'importation8Lacconage reprsente la manutention entre le navire, le quai et lentrept41 (CFA 400/t) et le prlvement de la Chambre de Commerce et dIndustrie du Bnin (CCIB)er(0,25%) sont calculs sur la quantit. Depuis le 1 janvier 2000, une "redevance informatique" fixe de 2 000 FCFA est perue par dclaration de douane. Ce taux est applicable toutes les marchandises importes au Bnin. 3.5.3. Documentation aprs inspection Les documents exigs pour les procdures en douane sont: le permis dimportation; la facture dachat; la facture du fret; le connaissement, la police d'assurance, le certificat d'origine; le certificat de renseignement sur les prix et le certificat phytosanitaire. La documentation commerciale est lensemble des documents attestant que la marchandise a bien t remise un transporteur. Une partie des documents sera remise limportateur par lexportateur contre paiement (facture finale, certificat dorigine, certificat phytosanitaire, liste de colisage), lautre lui sera remise par le transporteur (connaissement, document de fret, police dassurance). Ces documents comportent le droit la possession de la marchandise (mais pas de la proprit). Ils ne sont pas des contrats, mais attestent de lexistence dun contrat de transport. Le document de transport ou connaissement est un reu du transporteur, une preuve de la rception de la marchandise par le transporteur. Cest une preuve de la condition apparente des marchandises (i.e. leur bon tat apparent). Un connaissement est dit net lorsquil ne fait mention daucune rserve quant ltat des marchandises. Le connaissement est souvent ngociable. 3.5.3.1. La police dassurance Les certificats/polices dassurance sont importants surtout limport contre les risques usuels (risques frquents de dgradation, de vol, ). La compagnie de transport doit en fournir une. 3.5.3.2. Le certificat dorigine Le certificat dorigine atteste de lendroit o les semences sont fabriques et il est mis par lexportateur ou un tiers. 3.5.3.3. La liste de colisage Elle dcrit le contenu de lensemble de chacun des empaquetages et ne spcifie pas les prix. Elle sert aussi dterminer le prix de lexpdition car elle spcifie le poids, le volume, 3.5.4. Procdures en douane larrive des marchandises Les marchandises sont importes soit directement par l'acheteur, soit par l'intermdiaire de commissionnaires en douane (ou transitaires) agrs, qui prsentent aux services de la douane une dclaration dtaille des marchandises. Ce sont les commissionnaires en douane qui42 effectuent lensemble du processus des formalits douanires relatives limportation de marchandises et du ddouanement. larrive des marchandises au port, le transporteur informe lacheteur de la mise disposition des marchandises et lui remet le titre de transport et le bordereau de suivi de la cargaison, (BSC)9. En change, le commissionnaire en douane remet au consignataire du navire le connaissement. Au besoin, le transporteur produit la dclaration en douane du port ou de laroport du lieu dembarquement, cest--dire la dclaration dexportation. Ces documents sont remis aux commissionnaires en douane pour effectuer la dclaration en douane dans le bureau de douane du port ou de laroport auprs dun inspecteur du service de liquidation. Aprs le paiement des frais de douane, le bon enlever ou bon de compagnie (BC) et la quittance de la douane sont remis aux transitaires. Ces deux documents permettent daccomplir les formalits relatives lenlvement de la marchandise auprs des services du port (Socit Bninoise de Manutention Portuaire, SOBEMAP) ou de laroport (frais de magasinage uniquement). La remise du bon de compagnie signifie que la marchandise peut tre dlivre lacheteur. Elle seffectue aprs le paiement des frais portuaires ci-dessus mentionns. Les marchandises sont prsentes au service de contrle phytosanitaire du MAEP avec un certificat phytosanitaire du pays d'origine ou un certificat de rexpdition de modle conforme la Convention internationale pour la protection des vgtaux de Rome mentionnant si ncessaires les dclarations supplmentaires requises. Les certificats ne doivent pas tre tablis plus de quatorze jours avant la date dexpdition ou de rexpdition des produits. Les documents doivent tre correctement rdigs et ne porter aucune surcharge ou rature. Les certificats sont estampills leur entre au Bnin par les agents habilits du SPV et la date dentre est porte sur les documents. Le contrle des importations de semences comprend le contrle documentaire (le certificat phytosanitaire, le certificat dorigine, le certificat de salubrit et le certificat de non radioactivit), le contrle physique (test de germination, matire trangre, puret spcifique, taux dhumidit, date de premption) et le contrle sensoriel (organoleptique, visuel, microbiologique, contaminants environnementaux) effectus par les agents du SPV du MAEP dans les bureaux de douanes et les laboratoires. Sept postes de contrle phytosanitaire et de quarantaine sont actuellement ouverts pour les contrles de vgtaux et de produits vgtaux (Port de Cotonou, Aroport de Cotonou, Hilacondji, Krak, Malanville, Igolo et Sonahoulou. Les frais relatifs ces contrles sont la charge des importateurs.9Le BSC est dlivr en principe par les reprsentants de la CCIB prsents dans les ports dexportation de la marchandise. Sil na pas t dlivr par ces reprsentants, il peut tre retir au Port de Cotonou43 3.6. Contraintes la distribution des semences Les contraintes la distribution des semences voques par les diffrents acteurs peuvent tre dordre institutionnel ou commercial. 3.6.1. Les contraintes dordre institutionnel Lvaluation en douane pralable effectue par le BIVAC est thoriquement cense affecter des valeurs aux importations, mais dans les faits, les autorits douanires en tiennent peu compte. Les valuations sont gnralement tablies un niveau suprieur ou infrieur par rapport celles du BIVAC, sur une base discrtionnaire. Les autorits bninoises considrent que la valeur en douane tablie par le BIVAC n'est qu'une valeur indicative et ne s'aurait s'imposer l'administration des douanes qui peut en contester l'exactitude et la pertinence. Ce conflit entre les deux institutions rend compte dune difficult lie la dfinition des comptences. Toutes deux sont habilites valuer la valeur en douane de la marchandise. Toutefois, ce sont les autorits douanires qui indiquent au final la somme dfinitive rgler car le recouvrement seffectue ladministration douanire. Une redfinition des comptences pourrait concder au BIVAC une estimation de la valeur en douane des marchandises et non une fixation de cette valeur devant tre acte par les autorits douanires. Son rle serait plus important pour linspection et le contrle avant embarquement tant donn que ladministration bninoise ne possde pas dans les ports internationaux un personnel destin effectuer ces activits. Linspection devant tre effectue par le BIVAC dans le pays exportateur peut tre retarde si les rfrences du fournisseur communiques par limportateur ne sont pas exactes et si les marchandises ne sont pas prtes pour lexpdition. Le retard dans le retrait des marchandises leur arrive est aussi une difficult majeure rencontre par les importateurs. Les causes sont : la lenteur de ladministration douanire (inexistence effective dun guichet unique, ce qui entrane le prlvement de nombreux faux-frais) et la non-transmission temps opportun des documents par les fournisseurs. Plusieurs irrgularits sont constates au niveau du contrle par les agents du SPVCP:-Linexistence des agents du service de la protection des vgtaux dans tous les postes de contrle ; Labsence de collaboration effective entre les institutions : la division de la quarantaine du SPVCP (MAEP) du port de Cotonou recevait des autorits portuaires la liste des bateaux attendus et leurs cargaisons afin de procder au contrle, actuellement, les listes ne sont plus transmises par le port. Les agents du MAEP ne procdent plus au contrle des marchandises stockes au port bien que cela fasse partie de leurs attributions. Des structures prives agres par les autorits portuaires ralisent ces activits leur place. Des ateliers de sensibilisation sont organiss par le MAEP (DAGRI) lintention des douaniers. Individuellement, des agents de contrle44 du service de protection des vgtaux entreprennent des dmarches pour renforcer la collaboration avec ladministration douanire fiscale ; Les mutations priodiques dont les agents de douane font lobjet empchent la rgularit et lavancement des procdures ; La DPQC charge deffectuer les diffrents tests, selon ses affirmations, na jamais obtenu des importateurs de semences des chantillons pour des tests de vrification de valeur agronomique et technologique (VAT) et de test DHS (distinct, homogne, stable) ou tout autre contrle ncessaire avant la mise sur le march des semences importes. Le contrle de qualit des semences devient limit et peut favoriser lentre des organismes non dsirs comme les organismes gntiquement modifis (OGM) par exemple. Le contrle documentaire est effectu sans difficults. Les autres contrles ncessitent des matriels et la prsence de laboratoire pour effectuer certains tests. Les moyens pour la mise en quarantaine sont galement ncessaires. Toutes ces infrastructures sont inexistantes. Le service de quarantaine nexiste que virtuellement. Il ne possde pas les installations et du personnel appropris pour procder la mise en quarantaine des marchandises contrler ; Le port et laroport de Cotonou sont les principales portes dentre utilises pour limportation des semences amliores de cultures marachres ralise par les structures formelles et les personnes physiques. Dans les zones frontalires telles que Malanville et Grand-Popo et mme lintrieur du pays (Parakou), lapprovisionnement se fait partir de Cotonou, Lom et Anho au Togo, Gaya et Niamey au Niger. Il sagit dun commerce transfrontalier informel domin par les distributeurs informels et les producteurs marachers sans contrle des autorits. Certains tablissements utilisent ce canal pour sapprovisionner.---3.6.2. Les contraintes dordre commercial Les difficults mentionnes par quatre des cinq structures formelles de commercialisation et de distribution de semences recenses sont relatives aux questions financires. Trois notent que les droits de douane sont levs et deux mentionnent la mvente des semences et la ncessit de moyens financiers importants comme contraintes principales. Au Bnin et au Mali, les problmes de commercialisation de semences ont t cits comme une contrainte majeure au dveloppement du secteur des semences par les fournisseurs de semences de mas amlior (Abdoulaye et al., 2009). Les taux levs des droits de douane (30,075%) constituent un frein important lactivit des importateurs de semences marachres. Pourtant, ils sont en baisse suite lentre en vigueur du TEC de lUEMOA en 2000. Les commerants choisissent par consquent dimporter de petites45 quantits ce qui leur permet dtre soumis seulement une taxe professionnelle unique. Ce choix privilgie laroport de Cotonou comme principale porte dentre et limine les droits lis la manutention qui auraient t appliqus au port. Cette prfrence pour laroport sexplique galement par la faiblesse des quantits achemines par voyage, par le mode de conditionnement (notamment les sachets) et donc un poids relativement faible des marchandises importes. Seule la socit Tropicasem importe ses marchandises par voie maritime. Deux structures formelles sur cinq mentionnent la mvente des semences comme contrainte. La non-valuation pralable des besoins des producteurs en semences et la mconnaissance de la priodicit des besoins correspondant aux types de semences dsires par les commerants entranent des commandes qui ne sont pas entirement coules au-del de la priode vise. Pour le faire (valuer les besoins), il faudrait des stocks tournants, malheureusement, seulement de petites quantits sont importes. Le mme nombre voque la ncessit de disposer de moyens financiers importants pour la commercialisation des semences. La gamme de produits couvrir par les importateurs est trs large (plus de dix espces de lgumes, fruits et potages). Pour satisfaire la clientle, il faudrait raliser des importations groupes et possder une chambre froide. En outre, il existe des commandes pour lesquelles les fournisseurs exigent des quantits minimales alors que peu de producteurs en font la demande, ce qui occasionne des ruptures de stocks. La saisonnalit des besoins impliquant un faible roulement des capitaux, l'encombrement des produits exigeant des infrastructures de stockage, l'encombrement et le caractre pondreux alourdissant les charges de transport (ces charges tant elles- mmes accentues par un rseau de communication insuffisant et en mauvais tat), la chert relative des produits ncessitant d'une part du capital l'achat, et donc des charges financires, et d'autre part du capital la vente, lorsqu'il y a consentement de crdit particulier, sont autant d'lments qui conduisent rendre moins attractive l'activit de fourniture d'intrants au regard d'autres activits (Larson et Frisvold, 1996). Ces lments ont rarement t anticips dans l'application des PAS. Les lments voqus indiquent que l'entre et le maintien dans l'activit d'approvisionnement et de distribution des semences ont un cot lev. Cette activit est alors rendement croissant, ce qui conduit l'instauration d'un monopole naturel au profit de loprateur install dtenant les moyens financiers les plus importants. Cest le cas de Tropicasem : cest la structure de distribution la plus connue des marachers, cest la plus importante en quantits importes. Des contraintes individuelles sont mentionnes par les commerants. Il sagit :-du faible taux dutilisation des semences amliores. Selon les distributeurs, les autres pays utilisent fortement les semences en botes (Cte dIvoire, Togo, Burkina Faso, Sngal, etc.), alors quau Bnin, la majeure partie des semences achete est conditionne en sachets ;46-de la mise sur le march de varits nouvelles et larrt de production des varits anciennes par les semenciers. Une phase dadaptation des producteurs est ncessaire qui se traduit par une mvente pour les commerants ; de la vente illicite des semences par des personnes physiques ou morales que sont les distributeurs informels et les Organisations Non Gouvernementales (ONG) qui nont pas dautorisation ou de carte de commerant. On assiste une concurrence dloyale entre les distributeurs sur le march des semences marachres.-Pour Tripp et Rohrbach (2001), une des contraintes les plus importantes au dveloppement du systme semencier est la stratgie de distribution de semences gratuites, soit par le biais des oprations de secours, ou dans le cadre des programmes de dveloppement agricole. Tout intrt pour le dveloppement de chanes locales de distribution de semences est rduit par la possibilit que le gouvernement ou une ONG tablisse un programme de distribution gratuite de semences. Mme lorsque l'entre des oprateurs privs sur le march est effective, elle ne l'est pas dans les zones marginales demandes plus faibles ou d'accs plus difficile, ou encore lorsqu'il y a application de prix administr sur lensemble du territoire. Il ressort, que la russite de la privatisation dpend d'une relle concertation entre l'tat et les oprateurs privs, ce qui suppose une condition de confiance mutuelle (Shepherd, 1988) pas toujours remplie. Dautres difficults ressortent des entretiens effectus avec les producteurs. Il sagit de :-la mauvaise conservation (fracheur, humidit) des semences. Tous les distributeurs (mme Tropicasem10) ne conservent pas les semences dans les conditions idales (chambre froide). Cette mauvaise pratique est lorigine de la vente de semences mortes. Les producteurs qui nont aucun recours face aux pertes financires et de production causes par les faibles taux de germination. Ces pertes se traduisent par de nombreux ressemis et par consquent de nouveaux achats de semences. Lorigine remonte aux conditions dimportation (absence de conditionnement en conteneur frigorifique), au retard accus pour le ddouanement des marchandises au port, labsence de conditions de stockage appropries chez les commerants ; lindisponibilit des semences au moment adquat pour les producteurs. Par exemple, la pomme de terre est cultive au mme moment par plusieurs pays dans la sousrgion et lapproche de la saison, lapprovisionnement en semences est quasiimpossible.-Les difficults mentionnes par les distributeurs informels portent sur :10la mvente des semences ;Les semences stockes restent dans les conditions adquates. Mais celles tales pour la vente ne font pas lobjet de ces prcautions.47-labsence de crdibilit chez les producteurs qui ne remboursent pas les crdits en semences ; les ruptures de stocks chez les fournisseurs, notamment Tropicasem ; les cots levs des semences dus lapplication de la TVA et de lAIC.3.7. Liens entre les distributeurs de semences et les autres services la disposition des marachers Les distributeurs de semences nentretiennent pas de liens formels avec les autres services la disposition des marachers notamment les CeRPA et la DAGRI lexception des dmarches ncessaires ltablissement des documents administratifs (permis dimportation). Certains ignorent leur prsence : DPQC. Nanmoins des liens informels existent entre les acteurs du fait de leur proximit professionnelle (Ingnieurs agronomes, techniciens de recherche, animateurs ruraux), des besoins de la recherche (Programme des Cultures Marachres de lINRAB, Facult des Sciences Agronomiques de lUniversit dAbomey-Calavi). Un atelier dinformation et de sensibilisation sur lvolution du secteur semencier dans la sousrgion ouest-africaine a t initi par le Centre International pour la Fertilit des Sols (IFDC) et le Rseau Ouest-Africain de Semences et Matriel de Plantation (WASNET) en juin 2005 au Bnin. Il a favoris les changes entre les acteurs publics et privs de la commercialisation des semences au Bnin (DAGRI, SPVCP, service des semences et plants, DPQC) et la cration en 2006 de lAssociation Nationale des Semenciers du Bnin (ANASEB). Cest travers ce cadre de concertation que le projet Appui au dveloppement de la filire semence au Bnin a t labor en 2007. Son oprationnalisation mettra en contact de manire permanente les diffrents acteurs que sont : la DPQC, lINRAB, lANASEB, le CeRPA, la Chambre de Commerce et dIndustrie du Bnin, les Institutions de Micro-Finance (IMF) et les oprateurs conomiques (Maroya, 2006). Pour Fok (1999), la privatisation de lapprovisionnement des intrants agricoles n'a pas souvent donn les rsultats escompts. L'entre effective des oprateurs privs dans ce march est compte, aboutissant alors l'instauration d'oligopole ou de monopole priv en thorie peu favorable aux petits paysans. Le risque d'instauration d'un monopole priv est grand lorsque l'exigence en dure n'est pas respecte pour la mise en place d'un rseau priv de fournisseurs d'intrants. Selon Gergeley (1992), le temps est particulirement ncessaire pour que l'intrt des oprateurs privs puisse tre rvl, que les dispositifs de crdit soient ngocis (dans une confiance mutuelle entre l'tat et le secteur priv, ce qui suppose linstauration pralable de la confiance), que les quipements (transport, stockage, conditionnement, contrle de qualit, etc.) soient construits et qu'un dispositif de rgulation (lgislation) soit mis en place. Il est douteux aussi d'esprer que le rseau puisse desservir toutes les localits, seules seront considres celles qui sont accessibles et o une demande soutenue et rgulire existe. Pour les autres localits, il48 peut relever de mission de dveloppement que le secteur public assume l'approvisionnement pour ne pas laisser pour compte les populations concernes. 3.8. Conclusion Le sous-secteur semencier des cultures marachres est constitu dun nombre rduit de catgories dacteurs excutant un nombre limit de fonctions. Quatre catgories sont impliques dans le commerce et la distribution des semences amliores des cultures marachres au Bnin, ce qui confirme la premire hypothse. Il sagit des fournisseurs de semences: les socits multinationales et les entreprises prives nationales ; des organismes tatiques de contrle (DAGRI, DPQC, DGDDI), les services tatiques de vulgarisation (CeCPA) et des institutions prives dappui technique agres par lEtat : le BIVAC et les structures de transit. Le secteur priv est reprsent par les fournisseurs et est spcialis dans la commercialisation, le stockage et la distribution et lEtat soccupe de la rglementation et du contrle. Six structures formelles de distribution de semences amliores de cultures marachres ont t identifies Cotonou. Le contrle des semences sexerce trois niveaux : avant limportation, travers le BIVAC ; lentre sur le territoire national par le SPVCP, la DPQC et la douane et ; dans les magasins et lieux de stockage par les agents de conditionnement du CeCPA. Le contrle de limportation des semences lors de leur entre sur le territoire est difficilement effectu en raison dune absence de collaboration entre les agents de la douane prsents aux portes dentre sur le territoire national et les agents du SPVCP, de la DAGRI. La DPQC, charge deffectuer les principaux tests, nest pas informe de lexistence de commerants de semences et les agents de conditionnement des CeCPA qui la reprsentent ny effectuent pas leurs contrles obligatoires. Trois contraintes principales sont voques par les commerants : les droits de douane levs, la mvente des semences et labsence de moyens financiers importants. Les distributeurs informels mettent laccent sur les cots levs des semences, les ruptures frquentes de stock et linsolvabilit des producteurs. Il nexiste pas de liens formels entre les structures de vente des semences et les autres services la disposition des marachers tels que les CeCPA. Cependant, le processus dharmonisation des lgislations semencires en Afrique de lOuest excut par lIFDC et le WASNET a contribu rapprocher les commerants des partenaires tatiques et privs lis au secteur semencier travers la cration de la premire association des semenciers du Bnin et llaboration dun projet visant appuyer ce secteur. La dernire hypothse nest pas vrifie.49CHAPITRE IV : DETERMINANTS DE LACHAT DES SEMENCES AMELIOREES DANS LES STRUCTURES FORMELLESCe chapitre prsente les dterminants de lachat des semences amliores par les marachers auprs des structures formelles se trouvant dans la commune de Cotonou. 4.1. Utilisation des semences amliores Sur tous les sites, des proportions relativement importantes de lchantillon utilisent les semences amliores de cultures marachres. Cette proportion est de 97% pour la commune de Cotonou. Parmi les raisons pour lesquelles les semences amliores ne sont pas utilises, 57% de producteurs mettent en avant linsuffisance de moyens financiers, 11% voquent la qualit de la semence et 7% font respectivement rfrence au fait quils nen nont jamais entendu parler, lchec de leurs expriences avec les semences amliores, ou encore quils produisent des spculations pour lesquelles des semences locales existent. Une faible proportion est relative labsence dinformations des producteurs sur les semences amliores. Ceci indique que la majorit des marachers est informe de lexistence des semences amliores. Cependant, la source dinformation varie selon les sites. A Cotonou, les autres marachers et les commerants locaux contribuent respectivement 62% et 57% aux informations sur les semences amliores ; dans une moindre mesure, les commerants trangers : 3%. Les commerants de produits marachers constituent une source importante dinformations sur les semences amliores. Ils interviennent ds le dpart en favorisant lintroduction de varits dj cultives dans dautres localits. Ce sont des commerants occasionnels de semences qui approvisionnent certains producteurs en nouvelles varits qui seront adoptes par les autres. Par ailleurs, en raison de leurs choix, ils renseignent les producteurs sur leurs prfrences et sur celles des consommateurs et donc sur les varits produire. Malgr la taille rduite des parcelles, la diversit des spculations marachres est trs importante. Une vingtaine de cultures sont produites : la carotte (94% des producteurs), le chou (66%), la laitue (96%), loignon vert (7%), le concombre (61%), la betterave, le poivron (23%), le piment (8%), le persil (18%), la menthe (13%), le radis (2%), la grande morelle (35%), la tomate (7%), loseille de Guine (8%), lamarante (22%), le vernonia (18%), la ciboulette (0,8%), le poireau (3%), le basilic (2%). Les semences amliores sont utilises pour les lgumes exotiques (carotte, laitue, chou, concombre, betterave, etc.). Il existe pour certains lgumes exotiques des varits locales. Il sagit de la tomate, de loignon et du piment pour lesquelles les marachers utilisent les semences ameliores. Les semences des lgumes traditionnels (vernonia, amarante, closie, grande morelle) sont autoproduites et changes entre producteurs. Certaines structures formelles en font la production ou la vente ou les deux (SPAP, KanS).50 Les marachers de Cotonou ont des parcelles rduites, leurs productions ne sont pas importantes. Ils privilgient la diversification des spculations afin rpondre aux types de demandes quils rencontrent et de rduire les pertes. Les marchs de la ville sont galement approvisionns par les productions des communes rurales (Grand-Popo) et celles des pays frontaliers. Contrairement la multiplicit des cultures, les varits amliores de lgumes cultivs par les producteurs sont moins diversifies. Dans la commune de Cotonou, seule la varit Eden est produite pour la laitue, la varit All season cross pour la carotte. 4.1.1. Facteurs du choix des semences amliores Plusieurs facteurs sont mentionnes par les producteurs pour justifier lutilisation des semences amliores. Les principaux sont : les prix levs de vente des produits, le rendement, le pouvoir germinatif, la dure de conservation aprs la rcolte, la facilit dcoulement de la rcolte, les caractristiques des fruits (qualits organoleptiques, uniformit, fermet, couleur, rsistance au transport et la manipulation, grosseur). Limportance de ces facteurs nest pas la mme (tableau 8). Tableau 8 : Facteurs du choix des semences amliores (en pourcentage) Facteurs Pourcentages (N=122) Pouvoir germinatif 60 Prix des produits Rendement 37 Dure conservation 27 Facilit dcoulement 42 Caractristiques fruits 28 Source : Nos enqutes, 2008 Les facteurs les plus importants sont: le pouvoir germinatif, la facilit dcoulement et le rendement. Les prix des produits ne constituent pas une raison importante pour lachat des semences amliores dans la commune de Cotonou. Les perceptions des producteurs par rapport aux prix de vente des produits indiquent que 39% trouvent que les prix sont bas, pour 57% ils sont acceptables et levs seulement pour 3%. Les marachers prfrent sassurer dun meilleur pouvoir germinatif et dun rendement lev en achetant des semences quils estiment remplir ces criteres, de manire compenser les variations de prix qui surviendraient. La totalit des producteurs renouvellent leurs semences chaque semis o chaque ppinire. Pour Minot et al., (2007) le taux de dtrioration des semences et, par consquent, la frquence avec laquelle les agriculteurs doivent remplacer les semences diffrent selon la culture, le type de semences, les pratiques de l'agriculteur et l'environnement. Les facteurs environnementaux et les51 pratiques des agriculteurs jouent un rle cl, la plupart des experts soulignent que gnralisations ne doivent pas tre tablies concernant le taux de remplacement. Toutefois, il est communment admis que le rendement des semences hybrides se dtriore trs rapidement, perdant la plupart de leurs avantages dans la premire anne de recyclage. Ainsi, les slectionneurs recommandent que les agriculteurs utilisant des hybrides fassent des achats de semences chaque anne. Les dures moyennes dannes dutilisation des semences amliores par les producteurs varient selon les cultures. A Cotonou, on observe des dures moyennes dutilisation de 8 ans pour le chou, 6 ans pour la carotte et 5 ans pour la laitue. Ces chiffres pourraient sexpliquer par la relative jeunesse des marachers de cette commune. 4.1.2. Sources dapprovisionnement en semences amliores Les sources dapprovisionnement en semences comprennent les structures formelles et les distributeurs informels. Tableau 9 : Sources dapprovisionnement en semences Cotonou (en pourcentage) Carotte Chou Laitue Distributeurs informels 40 30 41 Structures formelles 60 70 59 Ensemble 100 100 100 Sources : Nos enqutes, 2008 Le tableau 9 indique, pour toutes les spculations retenues, tous formats confondus, que les structures formelles constituent la premire source dapprovisionnement en semences pour les marachers de la commune de Cotonou. La proximit du point de vente, qui peut tre une structure formelle ou un distributeur informel, est un motif important de lapprovisionnement auprs dune source donne. En moyenne deux structures formelles de vente sont connues des producteurs. 6% nen connaissent aucune, 6% en connaissent une seule, 37% en connaissent deux et 42% trois. Les principales cites sont Tropicasem (92%), Kans International (83%). Viennent ensuite SOGICOM (25%), Semences Phyto Accueil Paysan (SPAP) : 17%) et enfin Fruits de la Terre Promise (FTP) : 16%. En introduisant les modes de conditionnement dans le tableau 9, on aboutit au tableau 10 ci-aprs.52 Tableau 10 : Sources dapprovisionnement selon le mode de conditionnement (en proportion) Carotte Chou Laitue Conditionnement 5g 10g 50g 5g 10g 50g 5g 10g 50g Informelles 19 1 77 20 47 7 79,5 17 3 Formelles 4 4 92 26 64 10 43 38 19 * Ensemble 23 5 169 46 111* 17 122.5* 45 22 Sources : Nos enqutes, 2008 ; *= les pourcentages suprieurs 100 traduisent des achats simultans de semences aussi bien dans les structures formelles que chez les distributeurs informels. Le tableau 10 indique que pour lensemble des semences de carotte achetes chez les distributeurs informels au cours dune anne, 19% sont conditionnes dans des emballages de 5g, 1% dans des emballages de 10g et 77% dans des botes de 50g. Par contre, au cours de la mme anne, les semences achetes dans les structures formelles sont 4% conditionnes dans des emballages de 5g, 4% dans des emballages de 10g et 92% dans des botes de 50g. Les semences ayant des conditionnements de faibles masses sont achetes chez les distributeurs informels. Lorsque la masse augmente et donc le prix, il y a une prfrence des marachers sapprovisionner dans les structures formelles, ce qui est remarquable pour toutes les cultures. Les sachets de 10g pour le chou et de 5g pour la laitue constituent les conditionnements les plus dsirs contrairement la carotte o la bote de 50g est plus achete. Le tableau indique galement que pour la culture du chou et pour tous les types de conditionnement, lapprovisionnement dans les structures formelles est le plus important. 89% des producteurs indiquent un pouvoir germinatif lev comme la raison principale pour acheter les semences dans les structures formelles. Viennent ensuite la proximit de la structure et lassurance par rapport la qualit pour 13% ; limportance de la superficie exploite (12%) et les conseils dont ils peuvent bnficier en allant dans les structures formelles (7%). Les producteurs qui sapprovisionnement chez les distributeurs informels signalent comme raisons principales leur disponibilit (71% des marachers), labsence de temps pour effectuer les dplacements (37,5%) et les frais de transport levs (28%). 4.1.3. Dterminants de lachat des semences dans les structures formelles Lachat des semences amliores dans les structures formelles est influenc par de nombreux facteurs. Ltude de ces relations a t ralise travers une analyse de rgression utilisant le modle Tobit. Pour viter les problmes de multicolinarit, certaines variables explicatives prsentant une forte corrlation avec dautres ont t limines du modle de base. Le modle thorique suivant a t estim.53 RQFORMEL = b0 + b1 SEX + b2 INSTRU/ALPHA + b3 EXPER + b4 ACPER + b5 PRIXE/PRIXA + b6 DISPOA + b7 DISTANC + b8 PPROB (9) Les rsultats sont prsents dans le tableau 11 pour la carotte et la laitue. Tableau 11 : Facteurs influenant lachat des semences de carotte et de laitue dans les structures formelles Variable explique : Proportion de semences achetes dans une structure formelle Sexe Instruction Ln (Exprience) Prix de vente des semences estims abordables Disponibilit des distributeurs informels Ln (Distance parcourir entre le site de production et les structures formelles) Prix de vente des produits marachers estims bas Constante Nombre dobservations Pourcentage de prdictions correctes R2 LR chi2 (7) Log Maximum de vraisemblance*, **et **** = significatifs respectivement aux seuils de 10%, 5% et 0,1% Ln = Logarithme nprien ( ) t-statistiqueCarotte -0,00(-0,00) -0,15(-0,67) -0,04(-0,60) -0,42(-2,25) ** -0,92(-6,37) **** -0,30(-3,82) **** -0,38(-2,08) ** 1,32(4,71)**** 103 84% 0,26 57,37 -80,17Laitue 0,041(0,16) -0,10(-0,58) -0,07(-1,04) -0,10(-0,67) -1,36 (-7,47) **** -0,21(-2,51) ** -0,40(-1,93)* 1,23(3,89) **** 107 88% 0,36 79,79 -70,18Les deux modles sont globalement significatifs au seuil de 0,1%. Les coefficients de dtermination de valeurs respectives 0,2635 pour la carotte et 0,3624 pour la laitue indiquent que 26,35% des variations de la variable dpendante sont expliques par les variations des variables incluses dans le modle de la carotte et que 36,24% des variations de la variable dpendante sont expliques par les variations de variables incluses dans le modle de la laitue. Le coefficient de la variable PRIXA (Prix de vente des semences estims abordables) dans le modle de la carotte est significatif au seuil de 5% et il tablit une corrlation ngative avec la proportion de semence achete dans les structures formelles. Cela signifierait que les prix abordables des semences de carotte dans les structures formelles nentranent pas une augmentation de la quantit des semences achetes dans les structures formelles. Les cots des semences sont quasi-identiques entre les structures formelles et les distributeurs informels pour la carotte. Cette variable nest pas significative pour la laitue.54 Les coefficients de la variable DISPOA (Disponibilit des distributeurs informels) qui traduit la disponibilit des distributeurs informels sont trs hautement significatifs 0,1% pour les deux cultures et ngatifs. La proximit des distributeurs informels est une motivation importante qui contribue rduire les dplacements que les marachers auraient eu effectuer dans les structures formelles pour lachat de semences. Les coefficients de la variable DISTANC (Distance parcourir entre le site de production et les structures formelles) traduisant la perception des producteurs sur la distance les sparant de la structure formelle de vente la plus proche, sont ngatifs et significatifs au seuil de 5% pour la laitue et trs hautement significatif pour la carotte. Plus la distance parcourir semble importante, moins le maracher se dplacera pour acheter les semences amliores. Il se dplacera moins pour la carotte comparativement la laitue. Ceci signifierait que les semences de carotte vendues aussi bien par les distributeurs informels que les distributeurs formels prsentent les mmes caractristiques. Il ny aurait pas de diffrence du point de vue qualit et les diffrentes conditions de stockage et de conservation ninfluencent pas de manire significative leur pouvoir germinatif. Par ailleurs, la culture de la carotte est trs peu exigeante et trs peu sujette aux attaques des ravageurs. Pour Fok (1999), le bon fonctionnement d'un rseau de distribution apparat comme l'lment fondamental dans la russite d'une politique d'intensification de l'utilisation des intrants comme les semences amliores (Lele et al., 1989; Larson et Frisvold, 1996 cits par Fok, 1999). Les coefficients de la variable prix bas des produits, PPROB (Prix de vente des produits marachers estims bas), qui traduit les perceptions des producteurs relativement aux prix de vente des rcoltes, sont ngatifs et significatifs respectivement aux seuils de 5% pour la carotte et de 10% pour la laitue. Plus la perception quont les marachers des prix des produits est faible, moins ils consentent se dplacer pour acheter les semences dans les structures formelles. 4.2. Conclusion Dans la commune de Cotonou, une proportion relativement importante de lchantillon utilise les semences amliores de cultures marachres. La source dinformation sur les semences amliores varie selon les sites. Les commerants et les distributeurs de semences demeurent les principales sources dinformations. Les principauxs facteurs de choix des semences amliores sont : le pouvoir germinatif, la facilit dcoulement et le rendement. La totalit des producteurs renouvelle leurs semences chaque semis o chaque ppinire. Les points de vente des structures formelles constituent la premire source dapprovisionnement en semences des marachers. Cependant, cette source varie selon le type de conditionnement et la culture. Plus la masse de la semence augmente, plus lachat seffectue dans les structures formelles. Plus la culture est exigeante en soins, plus les producteurs se dplacent (cas du chou).55 La qualit du pouvoir germinatif est la principale raison de lachat dans les structures formelles. La disponibilit des distributeurs informels est largument justifiant labsence de dplacement des producteurs pour un approvisionnement dans les structures formelles. Les facteurs influenant lachat de semences amliores dans les structures formelles sont : les prix identiques de vente dans les structures formelles et chez les distributeurs informels, la disponibilit des distributeurs informels, les perceptions des producteurs sur la distance sparant leurs sites de production des points de vente et les prix bas de vente de produits. La deuxime hypothse mise nest pas vrifie.56CONCLUSION GENERALEConclusion Ltude des acteurs de la commercialisation et de leurs caractristiques a rvl que le soussecteur semencier des cultures marachres est constitu dun nombre rduit de catgories dacteurs excutant un nombre limit de fonctions. Quatre catgories sont impliques dans le commerce des semences amliores des cultures marachres au Bnin. Il sagit des fournisseurs de semences: les socits multinationales et les entreprises prives nationales ; des organismes tatiques de contrle (DAGRI, DPQC, DGDDI), les services tatiques de vulgarisation (CeCPA) et des institutions prives dappui technique agres par lEtat : le BIVAC et les structures de transit. Le secteur priv est reprsent par les fournisseurs et spcialis dans la commercialisation, le stockage et la distribution et lEtat soccupe de la rglementation et du contrle. Le cadre rglementaire mis en place par lEtat est ineffectif et soumis de nombreuses contraintes, notamment sur les aspects institutionnels relatifs limportation et au contrle de la qualit au niveau national. Le contrle des semences doit sexercer trois niveaux : avant limportation, travers le BIVAC ; lentre sur le territoire national par le SPVCP, la DPQC et la douane et ; dans les magasins et lieux de stockage par les agents de conditionnement du CeCPA. Le contrle de limportation des semences lors de leur entre sur le territoire est difficilement effectu en raison dune absence de collaboration entre les agents de la douane prsents aux portes dentre sur le territoire national et les agents du SPVCP de la DAGRI. La DPQC, charge deffectuer les principaux tests, nest pas informe de lexistence de commerants de semences et les agents de conditionnement des CeCPA qui la reprsentent ny effectuent pas leurs contrles obligatoires. Trois contraintes principales sont voques par les commerants : les droits de douane levs, la mvente des semences et labsence de moyens financiers importants. Les distributeurs informels mettent laccent sur les cots levs des semences, les ruptures frquentes de stock et linsolvabilit des producteurs. Il nexiste pas de lien formel entre les structures de vente des semences et les autres services la disposition des marachers tels que les CeCPA. Cependant, le processus dharmonisation des lgislations semencires en Afrique de lOuest excut par lIFDC et le WASNET a contribu rapprocher les commerants des partenaires tatiques et privs lis au secteur semencier travers la cration de la premire association des semenciers du Bnin et de llaboration dun projet visant appuyer ce secteur. Dans la commune de Cotonou, une proportion relativement importante utilise les semences amliores de cultures marachres. La source dinformation sur les semences amliores varie selon les sites. Les commerants et les distributeurs de semences demeurent les principales sources dinformations pour les producteurs de Cotonou. Les semences amliores sont surtout utilises pour les lgumes exotiques (carotte, laitue, chou, concombre, betterave, etc.). Les57 semences des lgumes traditionnels sont autoproduites et changes entre producteurs. Certaines structures formelles en font la production ou la vente ou les deux. Les principaux facteurs de lutilisation des semences amliores sont : le pouvoir germinatif, la facilit dcoulement et le rendement. La totalit des producteurs renouvellent leurs semences chaque semis o chaque ppinire. Les points de vente des structures formelles constituent la premire source dapprovisionnement en semences. La source varie selon le type de conditionnement et la culture. Plus la masse du mode de conditionnement de la semence augmente, plus lachat seffectue dans les structures formelles. Plus la culture est exigeante en soins (cas du chou), plus les producteurs se dplacent. Le pouvoir germinatif est le principal facteur dachat dans les structures formelles. La disponibilit des distributeurs informels justifie labsence de dplacement des producteurs pour un approvisionnement dans les structures formelles. Les facteurs determinant lachat de semences amliores dans les structures formelles sont : les prix semblables de vente dans les structures formelles et chez les distributeurs informels, la disponibilit des distributeurs informels, les perceptions des producteurs sur la distance sparant leurs sites de production des points de vente et les bas prix de vente de produits. Suggestions Cette tude a identifi les acteurs et leurs caractristiques aprs la restructuration des services agricoles. Leurs contraintes sont dordre institutionnel et commercial. Les suggestions proposes sont relatives ces contraintes. La solution est politique et lie lorganisation dune filire semencire fonctionnelle et quitable permettant laccs des producteurs aux semences dont les caractristiques sont connues des services dencadrement, de contrle et de la recherche. Il sagit pour les structures responsables du dveloppement:-dtablir un cadre de concertation formel et permanent permettant lidentification et la rsolution des difficults lies aux interventions conjointes du MAEP et les ministres des finances (douanes) et des transports (port, aroport, frontires routires) ; de collecter en permanence des donnes sur les superficies cultives, les cultures installes et les varits utilises et les rendre disponibles pour une meilleure estimation des besoins en semences ; de renforcer les capacits techniques, financires et humaines du MAEP dans le domaine du contrle de la qualit ; de promouvoir linstallation de points de vente de petite taille dots de moyens de conservation ncessitant de faibles consommations dnergie ; de promouvoir la recherche, la production et la vulgarisation de semences amliores de varits locales de cultures marachres.----58BIBLIOGRAPHIEAbadassi, (2003). Cours damlioration gntique des plantes, DPV/FSA/UAC. Abdoulaye, T., Sanogo, D., Langyintuo, A., Bamire, S.A. and A. Olanrewaju (2009). Assessment of the Constraints Affecting the Production and Deployment of Maize Seeds in Drought Tolerant Maize for Africa (DTMA) Countries of West Africa, IITA, Ibadan, Nigeria, 50p. Aboudou, I. (2003). Cours de commercialisation et de marketing des produits agricoles, DESAC/FSA/UAC Adesina, A.A. and M. Zinnah (1993). Technology Characteristics, Farmer Perceptions, and Adoption Decisions: A Tobit Model Application in Sierra Leone. Agricultural Economics, Vol. 9: 297311. Aguiar, U. (2000). Rapports nationaux sur la privatisation, Bnin In Semences et matriel de plantation en Afrique occidentale, Bulletin du rseau sur les semences en Afrique occidentale (WASNET), N 6, aot 2000, pp. 29-30 Assogba-Komlan F. et J. Azagba (2001). Etudes prliminaires sur la production du piment dans les dpartements du Borgou et de lAlibori In Actes de latelier scientifique, Parakou, 13-14 mars 2001, Wennink, B. et K.I. Djinadou, diteurs, pp. 120-125 Ayayi, S.A. (2000). Les enjeux dune participation du secteur priv au dveloppement agricole en Afrique In Semences et matriel de plantation en Afrique occidentale, Bulletin du rseau sur les semences en Afrique occidentale (WASNET), N6, aot 2000, pp. 2-3 Coulibaly, O. et G.B. Nkamleu (2004). Manuel de formation sur les modles danalyse conomtrique pour conomistes agricoles, IITA, 28p. Diouf, M., Diop, M., Lo, C., Drame, K.A., Sene, E., Ba, C.O., Gueye, M. & B. Faye (1999). Biodiversity of traditional leafy vegetables in Sngal In The Biodiversity of traditional leafy vegetables, Chweya, J.A. and P.B.Eyzaguirre (eds), IPGRI, Rome, Italy, Chapter 5B, pp. 111-154 DPQC et DAGRI (2006). Rles des structures-Obligations des acteurs en production des semences et plants au Bnin, Document provisoire, MAEP, 26p. Douglas, J. E. (ed.) (1980). Successful Seed Programs: A Planning Guide. Westview Press, Boulder, Colorado. FAO (2003). Seed Marketing. Dpartement de lagriculture, Division des systmes de soutien lagriculture, Bulletin des Services Agricoles n114, FAO, Rome.59 Ferguson, J.E. (1999). Seed supply systems: a lateral viewpoint In Tropical and Subtropical Species, Forage Seed Production, Loch, D.S., Ferguson, J.E. (Eds.), CAB International, Wallingford, pp. 317324 Ferguson, J.E., Sauma, G. (1993). Towards more forage seeds for small farmers in Latin America In Proceedings of the XVII International Grassland Congress, pp. 17511756. Fok, A. C. M. (1999). Politique d'intensification de l'utilisation des intrants agricoles en Afrique au sud du Sahara : les conditions et limites de la libralisation, Cirad-Amis, Nogent-sur-Marne. 16p. Gergeley, N. (1992). Structural adjustment and input use in Africa In: 'FAO/FIAC Ad hoc Working Party on Fertilizer Marketing and credit', FAO/FIAC (Eds), Proceedings of an International Symposium, Rome, April 1992. pp.17 Gregg, B. R. (2000). Quest-ce vraiment la privatisation In Semences et matriel de plantation en Afrique occidentale, Bulletin du rseau sur les semences en Afrique occidentale (WASNET), N6, aot 2000, pp. 8-10 Habault, P. (1983). Lexique des termes agricoles et horticoles, Edition Baillire, Paris. Haen (de), H., Aldington, T. and R. Saigal (1992). The impact of structural adjustment on the use of agricultural inputs in africa: the case of fertilizers. In 29me Sminaire AEEA, Hohenheim, 24p. Hounkponou, K. S. (2003). Agriculture et urbanisation : analyse de la pression foncire sur les activits de marachage dans le sud Bnin. Cas de Cotonou, Ouidah et Grand-Popo, Thse pour lobtention du diplme dIngnieur Agronome, FSA/UAC, 103p. Ijaimi, A. A. M. (1994). Efficiency and equity effects of market access on agricultural productivity in Sudan: a case study of smallholders along the Nile, north of Khartoum, Verlag, Berlin, Germany, 199p. Institut du Sahel (1998). Scurit alimentaire et filires agricoles en Afrique de lOuest, enjeux et perspectives quatre ans aprs la dvaluation du franc CFA : Filires marachres, CILSS, 6p. Jaffee, S. et J. Srivastava (1993). Production et distribution des semences In Services dappui lagriculture: Rles du secteur public et du secteur priv. Actes du symposium international 1719 Mai 1993, San Jos, Costa Rica, World Bank-IICA-CIRAD-DANIDE, Editeur CIRAD pour version franaise, pp. 81-109 Langyintuo, A.S., Dalton T.J. and T. Randolph (2003). The role of information asymmetries, asset fixity and farmer perceptions in the adoption of improved rice varieties in Northern Ghana. Paper submitted as a selected paper to the 25th International Conference of Agricultural Economists, Durban, South Africa, 16-22 August. Langyintuo, A.S. and M. Mekuria (2005). Modelling Agricultural Technology Adoption Using the Software STATA. Presented at a Training Course Organized by CIMMYT-ALP for its NARS60 Partners in Southern Africa on: Econometric Application to Modeling the Adoption of Agricultural Technologies, 21 5 February, 2005, Harare, Zimbabwe, 27p. Larson, B. A. and G. B. Frisvold (1996). Fertilizers to support agricultural development in SubSaharan Africa: what is needed and why. Food Policy, 21 (6), pp. 509-525. Lavoisier (1977). Dictionnaire dagriculture et des sciences annexes, La maison rustique. Lele, U., Van de Walle, N. and M. Gbetibouo (1989). Cotton in Africa: an analysis of differences in performances, MADIA Discussion paper, Rapport No. 7, MADIA The World Bank, Washington, 36 p. Loch, D.S. and K.G. Boyce (2003). Balancing public and private sector roles in an effective seed supply system, Field Crops Research, Vol. 84, pp. 105122 Maredia, M., Howard, J., Boughton, D., Naseem, A., Wanzala, M. and K. Kajisa (1999). Increasing seed system efficiency in Africa: Concepts, strategies and issues, MSU International Development Working Papers, No. 77, Department of Agricultural Economics, Department of Economics, Michigan State University, East Lansing, Michigan, USA, 40p. Maroya, N. G. (2006). Vers la cration dune Association nationale de producteurs et distributeurs de semences au Bnin In Semences et matriel de plantation en Afrique occidentale, Bulletin du rseau sur les semences en Afrique occidentale (WASNET) N16, pp. 2-6 Neddenriep, K. J. (2000). Comment combler le foss entre les secteurs semenciers publics et privs par le moyen de lappui rgional In Semences et matriel de plantation en Afrique occidentale, Bulletin du rseau sur les semences en Afrique occidentale (WASNET), N6, aot 2000, pp. 1617 NEPAD & FAO (2005). Appui au dveloppement du secteur semencier: projet pilote de production de semences des principales cultures vivrires (mas, riz) et marachres dans le dpartement de bongouanou. Mise en oeuvre du NEPADPDDAA, TCP/IVC/2903 ,Volumes 2 et 6 Njehia, K. B. (1994). The impact of market access on agricultural productivity: a case study of Nakaru district, Kenya. Verlag, Berlin, Germany, 131p. Oppen (von), M. (1978). Agricultural marketing and aggregate productivity: a dimension to be added to agricultural research. Economic discussion paper 3. ICRISAT, Patancheru, India PADAP (2003). Etude de faisabilit, Rapport dfinitif, Tome 2, IIED, 158p. Pattanayak, S.K., Mercer, D.E., Sills E. and Jui-Chen Yang (2003). Taking stock of agroforestry adoption studies. Agroforestry Systems, Vol. 57, pp. 173-186. Pray, C. and B. Ramaswami (1991). A Framework for Seed Policy Analysis in Developing Countries. International Food Policy Research Institute (IFPRI), Washington D.C., USA, 36p.61 Programme Africain des Semences et des Biotechnologies, PASB (non dat). Annexe A, Union Africaine, Addis-Abeba Rusike, J., and C. K. Eicher (1997). Institutional Innovations in the Maize Seed Industry in Eastern and Southern Africa. In Africas Emerging Maize Revolution, Eicher and Byerlee (eds), Lynne Rienner Publishers, Boulder, Colorado. Sagbohan, J. (1998). La protection phytosanitaire des cultures marachres In Formation des TSPV des CARDER du sud et Zou-sud. DAGRI/SPVC, aot 1998 Shepherd, A. (1988). Approaches to privatization of fertilizers marketing in developing countries In: 'FAO/FIAC Working Party on fertilizer marketing and credit', FAO/FIAC (Eds), Proceedings of an International Symposium, Rome, 26 April 1988, pp.25 Simeni, T.G.M. (2005). Etude socio-conomique des systmes de production marachre en zones urbaine et priurbaine de la ville de Djougou, Dpartement de la Donga. Mmoire pour lobtention du diplme dIngnieur agronome, DESAC/FSA/UAC, 104p. Smale, M., Minot, N. and D. Horna (2007). Seed marketing In Seed development programs in SubSaharan Africa: A review of experiences, prepared by Minot et al., Chapter 5, pp. 69-94 Spore (2010). Seed systems, Spore N145, February 2010, CTA Tiamiyou, I. (1995). Mission de consultation en phytotechnie marachre du 30 juillet au 12 aot 1995, Rapport phase 1, Situation actuelle, FAO, 73p. Tiamiyou, I. et E. Sodjinou (2003). tude diagnostic des filires marachres de la valle du fleuve Niger, Rapport provisoire, PADSE-CAD/FSA/UAC-MAEP, 89p. Tokannou, R. et R. Quenum (2007). Rapport de ltude sur le sous-secteur du marachage au SudBnin, Aot 2007, Version provisoire, MAEP-AFD, ADconsult, pp. 15-50 Tour, A., Sanogo, O., Diakit, L. and A. Sidib. (2006). Program for Africas Seed Systems (PASS). Country Report: Mali. Bamako: Institut dEconomie Rurale. Tripp, R. and D. Rohrbach (2001). Policies for African seed enterprise development, Food Policy, Vol. 26, pp. 147161 Vandenne, R. (1993). Production et contrle des semences de riz en zone tropicale, Mmoires et Travaux de lIRAT, N4, pp.2-11 ; pp-37-78 ; pp.462-49062ANNEXESTableau 1 : Nomenclature comparative des semences Dfinitions Etapes de Dsignation Dsignation anglaise multiplication franaise 1regnration fournie par 0 Matriel de dpart Breeder seed slectionneur/recherche 2me gnration obtenue par 1re tape Semence de pr-base ou Foundation seed multiplication de base 3me gnration fournie par les 2me tape Semence certifie de 1re Registered seed fermes semencires reproduction me me 4 gnration fournie par 3 tape Semence certifie de Certified seed paysans multiplicateurs 2me reproduction Source: Vandenne, 1993; Pray and Ramaswami, 1991; adapt de Tour et al., 2006 Tableau 2 : Acteurs intervenant dans les systmes semenciers nationaux Acteurs Activits typiques Conservation de semences pour leur propre usage ; Paysans changes entre paysans ; participation des essais en milieu paysan Producteurs Multiplication des semences sous contrat ou pour vente semenciers directe (une ou quelques espces) Multiplication et distribution de varits publiques et Petites firmes prives (gamme despces limite) ; vente au dtail de semences et autres intrants ; importation de semences Organisations Non Organisation de la multiplication/distribution des Gouvernementales semences au niveau des collectivits ; programmes de (ONG) secours ; vulgarisation Multiplication des semences (membres) ; Coopratives conditionnement, distribution ; ventuellement recherche varitale et/ou essais Multiplication, conditionnement et distribution de Grandes entreprises semences (large gamme despces) ; recherche varitale ; prives nationales importation de semences ; vulgarisation/promotion ; transformation et commercialisation des produits Amlioration varitale/essais ; multiplication, Socits conditionnement et distribution de semences dhybrides ; multinationales importation de semences; vulgarisation/promotion Associations Dfinition et/ou mise en valeur de normes de qualit ; semencires influence sur les politiques des pouvoirs publics relatives aux semences Banques agricoles Crdit pour lachat des semences ; distribution de semencesLocalisation des oprations Locales LocalesLocales/ rgionales Locales/ rgionales Locales/ rgionales/ nationalesNationalesNationales/ internationales Nationales Nationales63 Socits semencires Production de semences de base et certifies ; tatiques conditionnement/distribution des semences Etablissements publics de recherche Amlioration varitale/essais varitaux ; formation ; et universits production de semences de pr-base Services tatiques de Essais/vulgarisation/promotion vulgarisation Organismes tatiques Inspection des champs de multiplication ; certification de contrle des semences, quarantaine Source : Jaffee et Srivastava (1993) Contraintes la commercialisation des semences amliores au Bnin Le MAEP (2004) a nonc les contraintes gnrales du secteur semencier au Bnin dans la cadre de llaboration de la politique semencire. Elles sont de plusieurs ordres : labsence dun cadre de concertation fonctionnel au sein de la filire semence qui est une cause du mauvais fonctionnement de cette filire ; linadquation des textes lgislatifs et rglementaires qui, pour la plupart, sont en dphasage par rapport la situation actuelle et relle de la filire semence ; les consquences de lcart entre les demandes exprimes et les demandes relles : problme li la formalisation des demandes qui a pour consquence les difficults quprouvent les producteurs de semences programmer leur production et se trouvent rgulirement devant des situations de mvente des semences ; linexistence dun systme dinformation au sein de la filire qui entre autres, induit une inadquation entre loffre et la demande et qui rend inoprant le processus de programmation de la production des semences ; labsence de marketing sur les semences certifies qui explique en partie le faible taux dutilisation des semences certifies ; la difficult daccs au crdit par les producteurs privs qui contribue notamment aux difficults daccs aux quipements par les producteurs de semences ; le systme de commercialisation des semences qui nest pas adapt notamment aux disponibilits financires des consommateurs ; ce qui explique galement le faible taux dutilisation et la mvente des semences certifies ; le peu defficacit des circuits de commercialisation et de distribution qui contribue aux difficults dapprovisionnement des utilisateurs de semences certifies ; le manque dorganisation des producteurs multiplicateurs ; la vente frauduleuse des semences certifies qui se traduit par une concurrence dloyale sur le march des semences. Provinciales ou nationales Locales/ rgionales/ nationales NationalesNationales---64 Textes organiques organisant le secteur semencier (priode 1985-1991) Au nombre desdits textes, nous pouvons citer : la politique semencire en Rpublique du Bnin ; larrt n657 du 26 dcembre 1986 portant cration du service national semencier ; larrt n658 du 26 dcembre 1986 portant cration du laboratoire danalyse et de certification de semences et plants ; le dcret n87-302 du 28/09/87 portant cration et fonctionnement du Comit National des Semences et Plants ; larrt n407 du 12/07/88 portant composition et attribution de la commission de contrle et des rglements techniques de la production des semences ; larrt n408 du 12/07/88 portant composition et attributions de la commission dlaboration du catalogue des espces et varits ; le dcret n89-369 du 10/10/89 portant institution du contrle des semences et plants est relatif la cration de la Direction de la Promotion de la Qualit et du Conditionnement (DPQC) charge du contrle des semences et plants ; le dcret n89-378 du 10/10/89 portant cration du catalogue des espces vgtales et des varits ; larrt n187/MDR/DCAB/CC du 17/07/91 portant transfert des fermes semencires des Centres dAction Rgionale pour le Dveloppement Rural (CARDER) de lAtlantique, du Borgou, du Mono et du Zou la Direction de lAgriculture (DAGRI).-65TABLE DE MATIERESREMERCIEMENTS ........................................................................................................................ ii RESUME ........................................................................................................................................ iii ABSTRACT ..................................................................................................................................... v SOMMAIRE .................................................................................................................................. vii LISTE DES TABLEAUX............................................................................................................. viii LISTE DES FIGURES ................................................................................................................. viii LISTE DES SIGLES ET ACRONYMES....................................................................................... ix INTRODUCTION GENERALE ..................................................................................................... 1 Problmatique .................................................................................................................................. 1 Justification ...................................................................................................................................... 2 Objectifs ........................................................................................................................................... 3 Hypothses ....................................................................................................................................... 3 Plan du mmoire .............................................................................................................................. 3 CHAPITRE I: DEFINITION DES NOTIONS ET CONCEPTS ET REVUE DE LITTERATURE4 1.1. Dfinition des notions et concepts ............................................................................................ 4 1.1.1. Notion de marachage .............................................................................................................. 4 1.1.2. Notion de varit ...................................................................................................................... 5 1.1.3. Notion de semence ................................................................................................................... 5 1.1.4. Concept dadoption .................................................................................................................. 6 1.2. Revue de littrature ................................................................................................................... 7 1.2.1. Fonctions dun systme semencier .......................................................................................... 7 1.2.2. Les tapes de transformation du systme semencier ............................................................... 9 1.2.3. Principaux acteurs du systme semencier .............................................................................. 11 1.2.4. La lgislation semencire ....................................................................................................... 12 1.2.5. Dterminants de l'adoption de technologies agricoles ........................................................... 13 1.2.5.1. Caractristiques de lagriculteur ............................................................................... 14 1.1.5.2. Facteurs institutionnels ............................................................................................. 15 1.2.5.3. Caractristiques de la technologie ............................................................................ 16 1.3. Conclusion .............................................................................................................................. 17 CHAPITRE II: METHODOLOGIE .............................................................................................. 18 2.1. Choix de la zone dtude......................................................................................................... 18 2.2. Phases de collecte des donnes ............................................................................................... 19 2.2.1. La revue documentaire ........................................................................................................... 19 2.2.2. La phase exploratoire ............................................................................................................. 20 2.2.3. La phase denqute approfondie ............................................................................................ 20 2.3. Outils danalyse ...................................................................................................................... 22 2.3.1. Statistiques descriptives ......................................................................................................... 22 2.3.2. Spcification du modle conomtrique dadoption de la technologie ................................. 22 2.4. Caractristiques socio-conomiques des marachers .............................................................. 26 2.5. Caractristiques des exploitations ........................................................................................... 26 2.5.1. Modes daccs la terre ......................................................................................................... 26 2.5.2. Superficies cultives .............................................................................................................. 26 2.5.3. Utilisation de la main duvre salarie ................................................................................. 27 2.5.4. Le capital ................................................................................................................................ 2766 CHAPITRE III: LES ACTEURS DE LA COMMERCIALISATION DES SEMENCES AU BENIN ........................................................................................................................................................ 28 3.1. Les fournisseurs de semences amliores de cultures marachres Cotonou ...................... 28 3.1.1. Les types de fournisseurs ....................................................................................................... 28 3.1.1.1. Les entreprises reprsentantes .................................................................................. 28 3.1.1.2. Les entreprises non reprsentantes ........................................................................... 29 3.1.1.3. Les distributeurs informels ....................................................................................... 30 3.1.2. Caractristiques des fournisseurs ........................................................................................... 30 3.1.2.1. Les sources dapprovisionnement et les modes de vente.......................................... 30 3.1.2.2. Les infrastructures de vente, de stockage et de conservation ................................... 32 3.2. Les organismes tatiques de contrle ..................................................................................... 34 3.2.1. La Direction de lAgriculture (DAGRI) ................................................................................ 34 3.2.2. La Direction de la Promotion de la Qualit et du Conditionnement des produits agricoles (DPQC) ............................................................................................................................................ 34 3.2.3. La Direction Gnrale des Douanes et des Droits Indirects (DGDDI) .................................. 35 3.3. Les services nationaux de vulgarisation ................................................................................. 36 3.4. Les institutions prives dappui technique .............................................................................. 36 3.4.1. Le Bureau International Veritas (BIVAC) ............................................................................. 36 3.4.2. Le commissionnaire agr en douane ou transitaire .............................................................. 37 3.5. Procdures dimportation des semences amliores : liens entre les diffrents acteurs ......... 38 3.5.1. Enregistrement et documentation avant expdition ............................................................... 38 3.5.2. Inspection avant expdition et valuation en douane ............................................................ 38 3.5.3. Documentation aprs inspection ............................................................................................ 41 3.5.3.1. La police dassurance ................................................................................................ 41 3.5.3.2. Le certificat dorigine ............................................................................................... 41 3.5.3.3. La liste de colisage .................................................................................................... 41 3.5.4. Procdures en douane larrive des marchandises .............................................................. 41 3.6. Contraintes la distribution des semences ............................................................................. 43 3.6.1. Les contraintes dordre institutionnel .................................................................................... 43 3.6.2. Les contraintes dordre commercial....................................................................................... 44 3.7. Liens entre les distributeurs de semences et les autres services la disposition des marachers47 3.8. Conclusion .............................................................................................................................. 48 CHAPITRE IV : DETERMINANTS DE LACHAT DES SEMENCES AMELIOREES DANS LES STRUCTURES FORMELLES ...................................................................................................... 49 4.1. Utilisation des semences amliores ....................................................................................... 49 4.1.1. Facteurs du choix des semences amliores .......................................................................... 50 4.1.2. Sources dapprovisionnement en semences amliores ........................................................ 51 4.1.3. Dterminants de lachat des semences dans les structures formelles .................................... 52 4.2. Conclusion .............................................................................................................................. 54 CONCLUSION GENERALE ........................................................................................................ 56 Conclusion ..................................................................................................................................... 56 Suggestions .................................................................................................................................... 57 BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................... 58 ANNEXES ..................................................................................................................................... 62 TABLE DE MATIERES ............................................................................................................... 65