Modèle technico-économique des coûts de réseau d'un opérateur ...

  • Published on
    02-Feb-2017

  • View
    215

  • Download
    2

Transcript

Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 1Modle technico-conomique des cots de rseau dun oprateur mobile mtropolitain Consultation publique sur le modle calibr, mene du 22 dcembre 2010 au 31 janvier 2011Dcembre 2010 Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 2Modalits pratiques de consultation publique La prsente consultation publique est ouverte du 22 dcembre 2010 au 31 janvier 2011 17h. Lavis des acteurs du secteur, utilisateurs finals ou oprateurs, est sollicit sur les dernires volutions apportes la structure, aux donnes dentre et au calibrage du modle (compos de quatre1fichiers Excel associs), dcrites dans le prsent document. Ce document, le modle qui lui est associ, ainsi que, plus gnralement, lensemble des documents publics cits ci-aprs, sont tlchargeables sur le site de lAutorit, principalement dans le grand dossier relatif la terminaison dappel2.Les rponses doivent tre transmises lAutorit de prfrence par e-mail ladresse lectronique suivante : couts.mobiles@arcep.fr. A dfaut, ils peuvent tre transmis par courrier ladresse suivante : Rponse la consultation publique sur la modlisation technico-conomique des cots de rseau dun oprateur mobile mtropolitain lattention de Monsieur Philippe Distler, directeur gnral Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 7, square Max Hymans 75 730 Paris Cedex 15 LAutorit, dans un souci de transparence, publiera lintgralit des commentaires qui lui auront t transmis, lexclusion des parties couvertes par le secret des affaires. A cette fin, les contributeurs sont invits reporter dans une annexe spcialement identifie les lments quils considrent devoir tre couverts par le secret des affaires. Toujours dans un souci de transparence, les contributeurs sont invits limiter autant que possible les passages couverts par le secret des affaires. LAutorit rappelle que la structure du modle mtropolitain a dj fait lobjet dune consultation publique en juin 2010. Lobjet de la prsente consultation publique est de recueillir les commentaires des acteurs uniquement sur les modifications qui lui ont t apportes depuis cette premire consultation, c'est--dire sur les volutions apportes la structure du modle, et, surtout, sur la mise jour des donnes dentre et du calibrage du modle suite lvolution de sa structure et avec les nouvelles donnes collectes en 2010. LAutorit souligne que les niveaux de cots de terminaison dappel en sortie du modle ne prjugent pas des rsultats de lexercice de tarification de la prestation de terminaison dappel mobile qui sera men au printemps 2011. Elle rappelle notamment que le modle peut encore voluer la suite de la prsente consultation publique et que les cots modliss se rapportent uniquement et exclusivement aux principaux cots de rseau, lexclusion des autres cots dun oprateur mobile. En outre, la prsente consultation ne prjuge pas du choix dfinitif des caractristiques de loprateur gnrique efficace servant de rfrence pour lexercice de tarification. 1 LAutorit considre que les quatre fichiers ( modules ) du modle forment un ensemble logique indissociable. Ainsi, bien que les modifications des algorithmes ne concernent que les deux premiers modules, lAutorit publie lensemble du modle dans un souci de compltude. 2 http://www.arcep.fr/index.php?id=8080 Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 3Sommaire CHAPITRE I CONTEXTE DEVOLUTION DU MODELE ........................................................5 I.1. Contexte de dveloppement du modle......................................................................................................5 I.1.1. Finalits du modle .............................................................................................................................5 I.1.2. Rappels des volutions successives du modle ............................................................................6I.2. Travaux de modlisation en cours..............................................................................................................6 CHAPITRE II PRINCIPALES EVOLUTIONS APPORTEES AU MODELE DEPUIS LA PREMIERE CONSULTATION PUBLIQUE ..............................................................................7 II.1. Principales volutions apportes la suite de la premire consultation publique .............................7 II.1.1. Demande data mobile .........................................................................................................................7 II.1.2. Rseau radio 3G..................................................................................................................................8 II.1.2.1. Monte en dbit HSPA....................................................................................................................8 II.1.2.2. Bande de frquences 900MHz ......................................................................................................8 II.1.2.3. Augmentation de la quantit maximum de spectre 2.1GHz supporte .................................10II.1.2.4. Simplification des algorithmes de repli du trafic ........................................................................10II.1.3. Partage des infrastructures de la boucle locale radio mobile .....................................................11II.1.4. Rseau de transmission capillaire ..................................................................................................11 II.1.4.1. Inclusion de nouvelles technologies de transmission capillaire..............................................11II.1.4.2. Evolution de la transmission capillaire vers Ethernet ...............................................................12II.1.5. Cur de rseau.................................................................................................................................12 II.1.5.1. Transition vers un cur de rseau de nouvelle gnration ....................................................12II.1.5.2. Evolution vers la technologie direct tunnelling ..........................................................................13II.1.6. Modlisation du trafic utilisant des femtocellules..........................................................................14II.1.7. Autres volutions ...............................................................................................................................14 II.2. Mthodes dannualisation des cots mises en uvre ..........................................................................15 II.3. Mise jour des donnes dentre..........................................................................................................16 II.3.1. Module 1 Traffic .......................................................................................................................16 II.3.1.1. Onglet Scenario ........................................................................................................................16 II.3.1.2. Onglet Inputs ............................................................................................................................17 II.3.1.3. Onglet Geotypes ......................................................................................................................18 II.3.1.4. Onglet Subscribers ..................................................................................................................18 II.3.2. Module 2 Network ....................................................................................................................18 II.3.3. Module 3 Cost ..........................................................................................................................19 II.4. Mise jour du calibrage........................................................................................................................20 II.4.1. Calibrage de linventaire des actifs .................................................................................................20 II.4.2. Calibrage des grandes masses de cots.......................................................................................20 Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 4CHAPITRE III SENSIBILITES DU MODELE .......................................................................22 III.1. Cas de base..............................................................................................................................................22 III.2. Sensibilit la part de march..............................................................................................................24 III.3. Sensibilit lusage moyen des clients .................................................................................................25 III.4. Sensibilit la pntration des usages machine to machine .........................................................26 III.5. Sensibilit la pntration des cls 3G ................................................................................................28 III.6. Sensibilit lefficacit spectrale du HSPA.........................................................................................30 III.7. Sensibilit la date de rutilisation des frquences de la bande 900 MHz pour la 3G....................31 III.8. Sensibilit au nombre de porteuses 2,1 GHz utilises .........................................................................33 III.9. Sensibilit la technologie de transmission utilise dans le rseau de collecte.................................34 III.10. Sensibilit la date de migration vers Ethernet ..............................................................................35 III.11. Sensibilit lutilisation de la fonctionnalit du direct tunnelling..................................................36III.12. Sensibilit la dure de vie et lvolution des prix ......................................................................37 ANNEXE A LEXIQUE..........................................................................................................40 ANNEXE B LES METHODES DANNUALISATION DES COUTS DINVESTISSEMENT INTEGREES DANS LE MODELE TECHNICO-ECONOMIQUE DEPUIS LA PREMIERE CONSULTATION PUBLIQUE................................................................................................42 Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 5Chapitre I Contexte dvolution du modle I.1. Contexte de dveloppement du modleI.1.1. Finalits du modleEn 2006, en complment des outils existants, lAutorit a souhait se doter dun outil de modlisation technico-conomique des cots encourus par un oprateur mobile efficace mtropolitain. LAutorit renvoie ses prcdentes consultations publiques ou dcisions pour le dtail des motivations de llaboration de ce modle3.LAutorit peut ainsi mener deux exercices diffrents mais complmentaires : un exercice de rconciliation, afin de mieux comprendre les restitutions rglementaires des oprateurs mobiles et de dceler des diffrences entre les choix faits par les oprateurs dans la mise en uvre de leurs obligations de comptabilisation des cots et de sparation comptable ; ceci permet ensuite de corriger les htrognits de traitement des cots entre oprateurs, en amendant le rfrentiel de comptabilit rglementaire opposable ; un travail dlaboration dun modle dun oprateur gnrique efficace, reposant notamment sur les modles calibrs spcifiques de chacun des oprateurs en place ; ceci permet destimer un cot de rfrence de la terminaison dappel, corrig des ventuels effets dchelle et spcificits des oprateurs en place. Conformment aux prcdents travaux de modlisation, le modle technico-conomique mis en consultation publique en vue du troisime cycle danalyse des marchs (2011-2013) dcrit uniquement et exclusivement les cots de rseau, lexclusion des autres cots dun oprateur mobile. LAutorit rappelle que lappellation cots de rseau comprend la fois les cots dinvestissement (dotations aux amortissements et rmunration du capital) et les cots dexploitation et de maintenance du rseau. Dans sa dcision n 2008-1176 du 2 dcembre 2008 portant dfinition de lencadrement tarifaire des prestations de terminaison dappel vocal mobile des oprateurs Orange France, SFR et Bouygues Telecom pour la priode du 1er juillet 2009 au 31 dcembre 2010, lAutorit a retenu comme rfrence les cots incrmentaux de long terme dun oprateur gnrique efficace, pour la mise en uvre de lobligation dorientation des tarifs vers les cots4. Cette dcision est cohrente avec la recommandation du 7 mai 2009 de la Commission europenne portant sur le traitement rglementaire des tarifs de terminaisons dappels fixe et mobile dans lUnion europenne5. Cette dernire prconise un encadrement tarifaire symtrique de la terminaison dappel vocal, en rfrence aux cots 3 Voir par exemple la consultation publique du 4 septembre 2008 sur les rfrentiels de cots des oprateurs mobiles. 4 Obligation pralablement impose dans la dcision n 2007-0810 en date du 4 octobre 2007 portant sur la dtermination des marchs pertinents relatifs la terminaison d'appel vocal sur les rseaux mobiles franais en mtropole, la dsignation d'oprateurs exerant une influence significative sur ces marchs et les obligations imposes ce titre pour la priode 2008-2010. 5 Recommandation 2009/396/CE. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 6incrmentaux de long terme dun oprateur gnrique efficace, valus laide dun modle technico-conomique. Ainsi, les rsultats du modle serviront notamment de rfrence dans le cadre de la prochaine dcision dencadrement tarifaire de la terminaison dappel mobile en mtropole, qui devra orienter les tarifs vers le cot incrmental de long terme dici au 31 dcembre 2012, horizon de ce troisime cycle de rgulation de ces marchs. I.1.2. Rappels des volutions successives du modle Depuis 2007 et la premire version du modle technico-conomique, et dans un souci de transparence, chacune des tapes de rvision de ce dernier a fait lobjet dun processus de consultation publique, successivement sur la structure et sur les donnes dentre et le calibrage (consultations publiques de fvrier 2007, juin 2007, septembre 2008 et novembre 20096). LAutorit renvoie aux consultations publiques prcites pour le dtail de lhistorique du modle. I.2. Travaux de modlisation en cours LAutorit a lanc au dbut de lanne 2010 des travaux structurants de mise jour du modle, afin damliorer sa connaissance du cot incrmental de long terme dun oprateur de rseau mobile efficace, comme annonc dans sa dcision n 2008-1176 prcite. Les rsultats de la premire phase de ces travaux, qui a port sur une rvision de la structure du modle, ont fait lobjet dune consultation publique mene du 28 mai au 29 juin 2010. Lobjectif de cette consultation tait de permettre lensemble des acteurs intresss dmettre des remarques sur la structure du modle, afin de pouvoir le modifier le cas chant, par exemple en faisant voluer les algorithmes de modlisation. Les quatre oprateurs mobiles titulaires dune autorisation dutilisation de frquences en mtropole ont rpondu cette consultation. La prise en compte de leurs commentaires est prsente en II.1 ci-aprs. Dans le cadre dune seconde phase des travaux, les donnes dentre et le calibrage du modle ont ensuite fait lobjet dune mise jour, dont le rsultat est lobjet de la prsente consultation. Cette mise jour du calibrage du modle a t mene laide dinformations recueillies depuis juillet 2010, notamment auprs des quatre oprateurs mobiles titulaires dune autorisation dutilisation de frquences en mtropole, dans le cadre de leurs rponses un questionnaire quantitatif, de runions bilatrales techniques avec leurs quipes, et des restitutions comptables audites des trois oprateurs actuellement actifs commercialement, ou par comparaison avec dautres oprateurs europens ou auprs dacteurs tiers. 6 Consultation publique du 7 fvrier 2007, portant sur la structure dun modle de cot technico-conomique doprateur mobile mtropolitain ; consultation publique du 8 juin 2007, portant sur les rfrentiels de cots des oprateurs mobiles existant pour la tarification du service de terminaison dappel vocal; consultation publique du 4 septembre 2008, prcite ; consultation publique du 6 novembre 2009 portant sur les rfrences de cots pertinentes pour la fixation des plafonds tarifaires du service de terminaison dappel vocal mobile. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 7Chapitre II Principales volutions apportes au modle depuis la premire consultation publique Le modle technico-conomique mis en consultation lors de la premire consultation publique prsentait une structure rvise par rapport sa version prcdente. Cette mise jour visait tenir compte des volutions rcemment intervenues, et en particulier de six dentre elles apparaissant comme significatives7. A linverse, les volutions envisageables ce stade des travaux, mais pour lesquelles il ntait pas possible destimer que leur dveloppement serait avr au cours du troisime cycle danalyse des marchs, nont pas t incluses dans la mise jour. Les travaux mens depuis la premire consultation publique ont amen le cas chant des modifications du modle technico-conomique. Ils portent sur trois thmes, qui font chacun lobjet dune partie de ce chapitre. Tout dabord, lAutorit a pris en compte les commentaires formuls par les acteurs sur la structure du modle prsent au cours de la premire consultation publique (II.1). Ensuite, lAutorit, a intgr dans le modle diffrentes mthodes dannualisation des cots dinvestissement (II.2). Enfin, les donnes dentre ont t mises jour (II.3), et le calibrage du modle a t effectu (II.4). II.1. Principales volutions apportes la structure du modle la suite de la premire consultation publiqueIl convient de se reporter la premire consultation publique mene en mai 2010 pour un rappel des modifications apportes la structure du modle technico-conomique. A des fins de lisibilit, cette partie, qui prsente les volutions apportes au modle technico-conomique la suite de la premire consultation publique, reprend la structure du document qui accompagnait cette dernire. Par ailleurs, la documentation du modle publie dans le cadre de la prsente consultation dcrit les fonctionnalits de la dernire version du modle. II.1.1. Demande data mobileLes parties du modle concernes se situent dans le module 1 Traffic , dans les onglets Scenarios , Inputs , Subscribers et Traffic . Les acteurs ont formul des commentaires invitant davantage de prcision dans la modlisation de la demande data mobile, notamment pour les clients de cartes SIM 3G internet seul ( datacard subscribers , dans le modle). 7Ces volutions portent sur la demande data mobile, le rseau radio 3G, le partage des infrastructures de la boucle locale radio mobile, le rseau de transmission capillaire, les quipements du cur de rseau et la convergence fixe-mobile. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 8Bouygues Telecom considre que la seule qualification des terminaux mobiles en 2G et 3G ne peut tre suffisante : la bande de frquence et leur niveau technique (HSPA 1.8 / 3.6 / 7.2 / 14.4 par exemple) est ncessaire, notamment dans le cas des cls USB fortement gnratrices de trafic data et pour lesquelles il est essentiel didentifier leur capacit en 900 MHz . Orange France estime que le modle technico-conomique doit prendre en compte le poids relatif des terminaux supportant les diverses technologies dans le parc de loprateur. Selon Orange France, il sagit en effet dune information, complmentaire la prise en compte du dveloppement des technologies HSPA, dont loprateur se flicite, et ncessaire pour valuer la capacit disponible sur les porteuses dployes. Dans un souci, partag avec les acteurs du secteur, de compromis entre la simplicit du modle, limpact sur les rsultats en cots incrmentaux et la disponibilit des donnes dentre, les commentaires de Bouygues Telecom et dOrange France nont pas t pris en compte dans le modle technico-conomique. II.1.2. Rseau radio 3GII.1.2.1. Monte en dbit HSPA Les parties du modle concernes se situent dans le module 1 Traffic , dans les onglets Scenarios , Inputs et Traffic , ainsi que dans le module 2 Network , dans les onglets Linked inputs , Network design 3G , Network design Type 2 carrier , Cost drivers , Params 3G spectrum , Params 3G , Asset demand for costs , Element output et Lists . Bouygues Telecom considre comme peu raliste la mise en cohrence systmatique, tablie au sein du modle technico-conomique publi lors de la premire consultation publique, entre le choix du niveau technique 3G du rseau et le dimensionnement du rseau capillaire. Selon loprateur, en raison notamment du dlai de dploiement et du cot induit, il est tout fait possible que la capacit des liens capillaires ne soit pas systmatiquement cohrente avec le niveau technique HSPA. Afin de prendre en compte le commentaire formul par Bouygues Telecom, le modle technico-conomique comporte dsormais une fonctionnalit permettant de prendre en compte un ventuel dcalage entre le niveau technique du rseau et la capacit des liens capillaires. Par ailleurs, [SDA] le modle technico-conomique offre dsormais un degr total de flexibilit dans la rpartition entre porteuses ddies et porteuses partages. LAutorit renvoie la documentation du modle pour une prsentation dtaille de cette nouvelle fonctionnalit du modle. Par ailleurs, dans un souci de simplification du modle, et au regard des volutions technologiques constates, la modlisation explicite du dploiement de la technologie EDGE a t supprime du modle. Les cots correspondant sont nanmoins toujours pris en compte, de manire implicite, dans lvolution des cots unitaires des quipements du rseau radio 2G. II.1.2.2. Bande de frquences 900MHz Les parties du modle concernes se situent dans le module 1 Traffic , dans longlet Scenario et dans le module 2 Network , dans les onglets Linked inputs , Params 2G , Params 3G spectrum et Lists . Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 9Les oprateurs dtenteurs dune autorisation dutilisation de frquences dans la bande 900MHz sont dsormais autoriss utiliser la technologie UMTS sur ces frquences. Il est possible de paramtrer une date de dbut du processus de rutilisation des frquences 900MHz et la quantit de spectre concerne, dans les gotypes ruraux. Ce mcanisme a pour consquence, dune part, la rduction dune quantit de spectre quivalente dans la bande de frquences 900MHz disponible pour la 2G, dans les zones concernes et dautre part laugmentation du rayon de cellule maximum disponible en 3G. Orange France a indiqu dans sa rponse la premire consultation publique que la date de dbut de rutilisation des frquences pourrait tre avance en labsence de trafic entrant. En effet, il faut que la charge capacitaire sur le rseau 2G ait suffisamment diminu pour que la rutilisation des frquences 900MHz pour la 3G puisse commencer. En pratique, la diminution de cette charge seffectue dans le cadre de la migration du trafic du rseau 2G vers le rseau 3G. Dans le modle, en labsence de trafic vocal entrant, la demande capacitaire sur le rseau 2G est rduite et le processus de rutilisation peut tre initi avant la date prvue en prsence de cet incrment de trafic. Une fonctionnalit a donc t ajoute lalgorithme correspondant afin de permettre la fixation dune date diffrente de lancement de la rutilisation des frquences lorsque le modle tourne en labsence de trafic entrant. Cette date peut tre paramtre dans le module 1 Traffic , dans longlet Scenario ( refarming.offset.length ). Cette fonctionnalit peut tre dsactive en fixant une date ultrieure lhorizon temporel du modle (par exemple, 2017). Bouygues Telecom met trois remarques au sujet de la rutilisation des frquences. Bouygues Telecom stonne tout dabord que dans longlet nomm Scenario du module 1 Traffic le cot de la rutilisation des frquences ne varie pas en fonction de la quantit de frquences rutilise (toutes choses gales par ailleurs sur la date de rutilisation). Le cot varie bien en fonction de la quantit de frquences rutilise. En effet, augmenter la quantit de spectre rutilis pour la 3G revient ter de la capacit au rseau 2G et peut donc conduire au dploiement de sites de capacit 2G supplmentaires, lequel correspond bien une variation du cot, le cas chant. Bouygues Telecom note que le cot de ramnagement des frquences conscutif la restitution de 5 MHz nest pas pris en compte par le modle technico-conomique, ce qui naffecte pas le calcul du cot incrmental, mais implique que les cots en sortie du modle spcifique loprateur ne sont pas exacts. En outre, Bouygues Telecom souligne que le modle technico-conomique ne tient pas compte de certains cots de rseau lis aux volutions du parc immobilier (renouvellement des sites radio conscutif au non renouvellement de certains baux, travaux dintgration paysagre des sites radio), que loprateur estime importants. LARCEP considre que les cots mentionns par Bouygues Telecom figurent dj dans le modle technico-conomique, au sein du cot moyen dacquisition des lments du rseau radio, et quil nest pas ncessaire de les dtailler. Par ailleurs, labsence particulire de modlisation explicite du cot exceptionnel li la restitution des 5 MHz naffecte pas lexercice de calibrage du modle, puisque la rconciliation de ses rsultats avec la comptabilit de loprateur est ralise pour lanne 2009 (et les annes prcdentes, cf. II.4.2), pour laquelle nintervient aucun cot li la rutilisation de frquences. Les cots rcurrents lis la diminution de la capacit en 2G sont pris en compte de faon dynamique par le modle comme prcis ci-avant. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 10 Par ailleurs, lanalyse de sensibilit prsente en III.7 indique que lalgorithme de rutilisation des frquences 900MHz, qui semble tre trop simplificateur ce stade, serait susceptible dintroduire un biais, dans la mesure o loptimalit de la stratgie de rutilisation nest pas pleinement prise en compte. En effet, la granularit des gotypes modliss nest pas assez fine pour viter le dploiement de sites de capacit 2G supplmentaires, alors que cela ne correspond pas aux pratiques des oprateurs (cf. rsultats de lanalyse de sensibilit en III.7). Cependant, au regard du manque de donnes quantitatives prcises disposition du consultant (cf. II.3.1.1 ci-aprs), il na pas t possible damender cet algorithme afin de corriger cet effet. En tout tat de cause, une attention particulire sera porte, loccasion de lexercice de tarification de la terminaison dappel, la dfinition de la stratgie dun oprateur efficace en matire de rutilisation des frquences 900MHz, et linterprtation et ladaptation des rsultats issus du modle avec et sans cette fonctionnalit. Question 1. : LAutorit invite les acteurs se prononcer sur la mise en uvre de la fonctionnalit permettant de modliser la rutilisation des frquences 900MHz. II.1.2.3. Augmentation de la quantit maximum de spectre 2.1GHz supporteLes parties du modle concernes se situent dans le module 2 Network , dans les onglets Params 3G spectrum et 3G_dep_carrier . SFR estime que lutilisation dune bande de frquence supplmentaire ne devrait pas tre modlise de manire exogne, mais devrait tre dtermine par la comparaison de son efficacit avec celle de la multiplication des sites de capacit. Orange France considre que le calcul du cot incrmental devrait tenir compte du fait quun oprateur ne disposant pas de trafic entrant pourrait diffrer lutilisation de frquences. Orange France estime ainsi quen labsence de ce trafic, le besoin en ressources spectrales supplmentaires [] sur le rseau 3G serait diffr de 6 9 mois . Suite aux commentaires de SFR et Orange France, un algorithme et une macro ont t ajouts au modle, qui permettent dsormais de modliser le dploiement des porteuses en fonction de paliers en termes de nombre de sites 3G dploys. LAutorit renvoie la documentation du modle accompagnant la prsente consultation pour davantage de prcisions. II.1.2.4. Simplification des algorithmes de repli du traficLes parties du modle concernes se situent dans le module 1 Traffic , dans les onglets Scenario , Inputs et Traffic . Les travaux engags par lAutorit ce sujet, en respect du principe gnral de simplification du modle technico-conomique, nont amen aucune remarque des acteurs. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 11 II.1.3. Partage des infrastructures de la boucle locale radio mobileLes parties du modle concernes se situent dans le module 2 Network , dans les onglets Network design 2G , Network design 3G , Params 2G , Params 3G et Asset demand for costs . SFR note que le modle considre que les sites zones blanches sont uniquement des sites mutualiss, alors que certains sites sont en itinrance. Le trafic ditinrance correspondant aux zones blanches est dj pris en compte dans le trafic total, de manire implicite, au sein des gotypes correspondants (rural et rural montagneux). Aucune modification na donc t apporte au modle. Orange France sinterroge sur la pertinence de la modlisation spcifique des sites zones blanches figurant dans le modle. Les sites zones blanches se diffrencient des autres sites dans la mesure o ils sont partags entre les oprateurs en place, ce qui a pour effet de diminuer leur cot par oprateur. Afin de pouvoir rconcilier les rsultats du modle avec les cots restitus par les oprateurs, cette particularit doit tre prise en compte. Bouygues Telecom partage le bien fond des volutions apportes par les travaux mens ce sujet, mais juge pertinent que la prise en compte du partage des sites ne porte pas uniquement sur les sites passifs, mais aussi sur les sites actifs. Le modle publi lors de la premire consultation publique intgrait dj la fonctionnalit du partage des sites actifs. Lalgorithme prsent en 2.3 du document accompagnant la premire consultation publique na donc pas t modifi. II.1.4. Rseau de transmission capillaire II.1.4.1. Inclusion de nouvelles technologies de transmission capillaire Les parties du modle concernes se situent dans le module 2 Network , dans les onglets Params other et Network design other . Concernant le commentaire de Bouygues Telecom sur la pertinence dun ventuel dcalage entre le niveau technique du rseau et la capacit des liens de transmission capillaires, lAutorit rappelle quelle a pris en compte ce point et renvoie en II.1.2.1 ci-avant pour plus de dtails. Au regard des rponses reues dans le cadre de la premire consultation publique, le primtre des technologies modlises pour la transmission capillaire semble satisfaisant. LAutorit relve notamment que Free Mobile demande dans sa rponse la consultation publique la modlisation de la transmission capillaire utilisant des liens DSL, ce qui est cohrent avec la version du modle publie dans le cadre de la premire consultation publique, cette technologie y tant dj incluse. [SDA] LAutorit na donc pas apport de modification au primtre des technologies de transmission capillaire modlises. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 12 II.1.4.2. Evolution de la transmission capillaire vers EthernetLes parties du modle concernes se situent dans le module 1 Traffic , dans longlet Scenario et dans le module 2 Network , dans les onglets Params other et Network design other . Dans sa rponse la consultation publique, Bouygues Telecom indique que les faisceaux hertziens les plus rcents ne ncessitent pas dtre remplacs pour voluer vers Ethernet dans la mesure o ils peuvent faire lobjet dune simple mise jour. Afin dviter de complexifier le modle en ajoutant un nouveau type dactifs, lAutorit a souhait prendre en compte ce commentaire implicitement via un ajustement la baisse du cot unitaire des quipements Ethernet. Dans sa rponse la consultation publique, Bouygues Telecom souhaite que le modle prenne en compte lvolution ATM vers IP des interfaces Iu entre RNC et Cur et de linterface Iub entre Nobe B et RNC . Les oprateurs ont transmis relativement peu dinformations quantitatives prcises sur la transition vers Ethernet et ces paramtres ont principalement t fixs via le calibrage et linterprtation des informations qualitatives communiques (cf. II.4.1 ci-aprs). Ainsi, afin de maintenir une cohrence entre finesse du modle et finesse des informations disponibles pour le calibrer, lAutorit na pas souhait dvelopper un niveau de granularit supplmentaire dvolution du rseau de transmission. A linstar du point concernant les faisceaux hertziens soulev ci-avant, lvolution de ces liens peut tre prise en compte implicitement via un ajustement la marge des cots unitaires. II.1.5. Cur de rseauII.1.5.1. Transition vers un cur de rseau de nouvelle gnrationLes parties du modle concernes se situent dans le module 2 Network , dans les onglets Params 2G , Params 3G , Params other Network design 2G , Network design 3G et Network design other . Dans leurs rponses respectives la premire consultation publique, SFR et Bouygues Telecom souhaitent la prise en compte dune architecture de cur de rseau de type IP-MPLS. LAutorit rappelle tout dabord que larchitecture de transmission du cur de rseau reprsente une part faible des cots et que la modlisation de cette partie du rseau est par consquent moins fine, dans un souci de compromis entre complexit et importance de limpact sur les rsultats. Toutefois, afin de prendre en compte le commentaire des oprateurs, un troisime type de dploiement a t ajout pour le cur de rseau, qui pouvait jusqu prsent reposer soit sur un dploiement de fibre optique, soit sur des liaisons loues. Le dploiement en fibre optique offre dsormais deux alternatives, lune reposant sur des technologies SDH (technologie dj modlise) et lautre sur des technologies IP (nouvelle technologie ajoute au modle). La principale diffrence entre les deux alternatives est le type dquipement actif dploy. Un quipement rseau correspondant aux routeurs IP ( IP-MPLS access points 1GbE ) a ainsi t ajout au modle dans le module 2 Network , en complment des ADM SDH. LAutorit note cet gard que cette volution est cohrente avec la recommandation de la Commission europenne, qui prcise que la Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 13 partie gnrale des rseaux de [] tlphonie mobile pourrait, en principe, tre base sur un rseau de nouvelle gnration (NGN) .Dans sa rponse la consultation publique, Bouygues Telecom remet en question lutilit de la modlisation du cur de rseau 2G monolithique. LAutorit souligne que certains oprateurs exploitent encore ce type dquipement en 2009, qui est lanne focus du calibrage (cf. II.4). Il est donc pertinent que ces quipements continuent dtre explicitement modliss ce stade, afin dassurer la finesse du calibrage. LAutorit prend nanmoins note du commentaire de Bouygues Telecom et lanalysera nouveau dans le cadre des prochains exercices de mise jour du modle, le cas chant. Dans sa rponse la consultation publique, Bouygues Telecom souhaite que la redondance permettant la scurisation soit mieux prise en compte dans le dploiement du cur de rseau. LAutorit rappelle que, le nombre dquipements dploys tant calibr sur linventaire fourni par les oprateurs, la redondance de leurs rseaux respectifs est bien prise en compte. Les paramtres permettant dassurer la redondance des quipements sont notamment le taux dutilisation des quipements fixs dans longlet Reasonable growth inputs du module 2 Network , ainsi que le dploiement minimum fix quipement par quipement. Afin de prendre en compte le commentaire de Bouygues Telecom, lAutorit sest assure que le nombre minimum dquipements devant tre dploys tait suprieur ou gal 2 pour tous les quipements du cur de rseau. Dans le cadre de cette vrification, seul le paramtre fixant le dploiement minimum des GGSN a t modifi. II.1.5.2. Evolution vers la technologie direct tunnellingLes parties du modle concernes par cette fonctionnalit se situent dans le module 1 Traffic , dans longlet Scenario et dans le module 2 Network , dans les onglets Params other et Network design other . Dans sa rponse la premire consultation publique, Bouygues Telecom soulve la question du bien-fond de la modlisation du direct tuneling . LAutorit a donc men une analyse de sensibilit portant sur limpact de cette fonctionnalit. Au regard des rsultats prsents ci-aprs en III.11, qui montrent un impact quasi nul de la modlisation de cette fonctionnalit sur lestimation du cot de la terminaison dappel, elle sinterroge en effet sur la pertinence du maintien de cette fonctionnalit. Elle na toutefois pas souhait la supprimer sans consulter lensemble des acteurs. Question 2. : LAutorit invite les acteurs se prononcer sur la pertinence du maintien de la fonctionnalit permettant de modliser la technologie direct tunnelling dans la version du modle qui servira de rfrence en 2011. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 14 II.1.6. Modlisation du trafic utilisant des femtocellules Dans sa rponse la premire consultation publique, Orange France indique que : Sagissant de la prise en compte des femtocellules, la modlisation de leur dploiement nous semble encore dlicate puisque nous avons peu de recul aujourdhui sur cette technologie, suffisamment cependant pour rappeler quil importe de bien prendre en compte le fait que le dploiement des femtocellules est consommateur en ressources spectrales. En effet, au regard du manque de recul quant au dploiement de cette technologie et en labsence de donnes quantitatives et qualitatives suffisantes, lAutorit a choisi de nactiver cette fonctionnalit pour aucun oprateur, ce stade. Par ailleurs, dans un souci de simplification du modle, la question de la pertinence du maintien de cette fonctionnalit dans la version finale du modle peut tre souleve. De plus, les travaux de dveloppement de lalgorithme ne seraient pas perdus dans la mesure o cette fonctionnalit pourrait tre rintgre ultrieurement, si le trafic femtocellules venait se dvelopper significativement. Ainsi, tant donn le caractre inactif de la fonctionnalit et en labsence dinformations prcises, aucune modification na t apporte lalgorithme modlisant le trafic femtocellules. LAutorit renvoie donc au document de consultation correspondant et la documentation sur le modle pour davantage de dtails concernant cette fonctionnalit. Question 3. : LAutorit invite les acteurs se prononcer sur la pertinence du maintien de la fonctionnalit permettant de modliser le trafic utilisant les femtocellules, dans la version du modle qui servira de rfrence en 2011. II.1.7. Autres volutionsLes commentaires de Free Mobile concernant les fonctionnalits du modle pour un oprateur exclusivement 3G (i.e. sans abonns, trafic ou infrastructures 2G) ont t pris en compte, le modle est notamment fonctionnel sans RNC, et les liens entre paramtres utiles au dploiement 2G et paramtres utiles au dploiement 3G ont t dsactivs. Les principaux onglets concerns se situent dans le module 2 Network , il sagit de Params 2G et de Params 3G . Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 15 II.2. Mthodes dannualisation des cots mises en uvre Lorientation des tarifs vers la rfrence de cot impose notamment le choix dune mthode dannualisation des cots dinvestissement. A ce sujet, lAutorit a indiqu dans sa dcision n 2010-11498 quelle maintient, pour la fixation des plafonds applicables sur le dbut du troisime cycle de rgulation des marchs de la terminaison dappel mobile, la mthode dannualisation avec amortissement linaire retenue jusquici9, mais que ce choix ne prjuge pas de la mthode qui pourra tre retenue dans le cadre de la fixation de prochains plafonds tarifaires. Ainsi, si, conformment aux prcdentes versions du modle technico-conomique, la mthode dannualisation des cots avec amortissement linaire figurait dans le modle publi lors de la premire consultation publique, lAutorit na ce stade pas retenu de manire dfinitive de mthode dannualisation des cots, contrairement au commentaire formul par Bouygues Telecom dans le cadre de cette premire consultation publique10.LAutorit a notamment saisi lopportunit que constituait la seconde phase des travaux de mise jour du modle technico-conomique pour intgrer dans celui-ci diffrentes mthodes dannualisation. La mthode dannualisation avec amortissement linaire figure parmi ces quatre mthodes. Les autres mthodes dannualisation des cots appartiennent la famille des cots courants, et prsentent chacune des proprits spcifiques. Il sagit de la mthode dannualisation en cots courants avec maintien de la capacit oprationnelle, avec maintien de la capacit financire, et avec annuits constantes. Ces quatre mthodes sont prsentes plus en dtails dans lannexe B du prsent document. Question 4. : Les acteurs sont invits se prononcer sur la pertinence des modalits techniques de mise en uvre par lAutorit de chacune des mthodes dannualisation des cots envisages. 8 Dcision n2010-1149 portant sur la dtermination des marchs pertinents relatifs la terminaison dappel vocal sur les rseaux mobiles franais en mtropole et outre-mer, la dsignation d'oprateurs exerant une influence significative sur ces marchs et les obligations imposes ce titre pour la priode 2011-2013 9 Egalement appele mthode de valorisation en cots historiques . 10 Bouygues Telecom se flicitait de ce qui lui apparaissait tre un choix de lAutorit en faveur de la mthode dannualisation avec amortissement linaire. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 16 II.3. Mise jour des donnes dentreDans le cadre de la seconde phase des travaux de mise jour du modle technico-conomique, les donnes dentre du modle ont t rvises, afin de prendre en compte les dernires informations qualitatives et quantitatives disponibles. Ces informations ont t transmises par les quatre oprateurs de rseau mobile mtropolitains, notamment dans le cadre de la collecte de donnes quantitatives, mene au cours du troisime trimestre 2010. Pour chacun des trois modules contenant des paramtres dentre, cette section prsente les principales modifications apportes aux donnes historiques et prvisionnelles, prcise les sources utilises et soulve des questions lattention des acteurs, quant la pertinence des nouvelles donnes dentre. Le modle respecte un code couleur avec lequel les donnes dentre correspondant directement aux donnes quantitatives fournies par les oprateurs sont prsentes dans des cellules encadres en vert, tandis que les paramtres dentre qui ont t dtermins ou modifis via le calibrage sont surligns en jaune. II.3.1. Module 1 Traffic Les onglets de paramtrage du premier module sont les suivants : longlet Scenario prcise les paramtres contrlant des diffrentes fonctionnalits disponibles dans les quatre modules constituant le modle de cots ; longlet Inputs prcise lensemble des paramtres inhrents la part de march, la couverture et la demande par abonn ; longlet Geotypes prcise la distribution de la demande sur le territoire ; longlet Subscribers prcise la pntration mobile et le nombre dabonns pour les diffrents segments dfinis. Les donnes dentre mises jour sont prcises ci-aprs pour chaque onglet. II.3.1.1. Onglet ScenarioLes paramtres contrlant le lancement des nouvelles fonctionnalits ont t fixs pour chaque oprateur en fonction des informations qualitatives fournies au consultant. Il sagit notamment : des dates de restitution et de rutilisation des frquences de la bande 900MHz ; des dates de transition vers les technologies Ethernet, respectivement pour les liaisons loues et les faisceaux hertziens ; de lactivation du direct tunnelling.Les dates de restitution des frquences 900MHz ont t fixes en fonction de la transition prvue par lAutorit dans ses dcisions n 2008-0228, n 2008-0229 et n 2008-083811.En revanche, les dates de rutilisation des frquences 900MHz dpendent des choix stratgiques des oprateurs et reposent donc uniquement sur les informations communiques au consultant. Ainsi, en 11 Dcisions n2008-0228 du 26 fvrier 2008 pour SFR, n2008-0229 du 26 fvrier 2008 pour Orange France et n2009-0838 du 5 novembre 2009 pour Bouygues Telecom. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 17 labsence de donnes suffisantes sur le programme de rutilisation de ces frquences par les oprateurs, il a t choisi de ne pas activer cette fonctionnalit pour loprateur gnrique. Une sensibilit portant sur lactivation de ce paramtre est prsente en III.7 ci-aprs. Les dates de transition vers les technologies Ethernet reposent sur les informations fournies par les oprateurs. Au regard des interrogations concernant lutilit du maintien de la fonctionnalit direct tunnelling, celle-ci a t dsactive pour lensemble des oprateurs. Une sensibilit portant sur lactivation de ce paramtre est prsente en III.11 ci-aprs. Question 5. : Les acteurs sont invits communiquer des donnes quantitatives complmentaires sur la rutilisation des frquences 900MHz. Il conviendrait notamment de fournir, gotype par gotype, le nombre de sites actuellement dploys en UMTS 900 et le nombre de sites qui devraient tre dploys en UMTS 900 dans les annes venir. II.3.1.2. Onglet Inputs Les donnes concernant la couverture 2G ont t mises jour, principalement dans les gotypes rural et rural montagneux ( Rural mountains ), afin de prendre en compte la nouvelle modlisation des sites zones blanches. Il sagissait notamment de sassurer de la cohrence du calibrage du nombre de sites 2G, la fois sur le nombre total de sites 2G et sur le nombre de sites 2G zones blanches. Ce ddoublement du calibrage en deux niveaux correspond une nouvelle fonctionnalit du modle, dcrite dans le cadre de la consultation publique sur la mise jour de la structure du modle. Les donnes concernant la couverture 3G ont galement t mises jour afin de prendre en compte la progression de la couverture, notamment dans les gotypes rural et rural montagneux. Ces donnes ont galement t revues la marge dans les gotypes urbain ( urban ) et suburbain ( suburban ) dans le cadre de lexercice de calibrage. Les prvisions de trafic pour les diffrents services suivent toutes la mme mthode. Elle repose sur lorientation vers une demande par abonn de march moyenne pour lensemble des oprateurs la fin de lhorizon temporel du modle12. Les donnes concernant la demande par abonn pour les diffrents services ont t mises jour en sappuyant principalement sur les donnes communiques par les oprateurs mobiles, pour les annes 2009 et 2010 pour le trafic voix et pour lanne 2009 uniquement pour les autres services, sur les donnes prvisionnelles communiques pour certains services ou sur les volutions anticipes dans des pays europens comparables : pour les prestations vocales, la moyenne de march a t dtermine sur lhypothse dune croissance faible par rapport la moyenne de march constate en 2010 ; pour les prestations SMS, la moyenne de march prend en compte une croissance plus forte que pour les prestations vocales, au regard des dernires volutions constates pour ce type de trafic ; pour les prestations SMS pour le segment cartes SIM M2M, le trafic par carte volue la baisse en raison dune dilution de lusage visant reflter le fait que les premires utilisations de cartes SIM M2M sont celles qui gnrent le plus de trafic : pour le trafic data 2G, une faible volution est anticipe ; pour le trafic data 3G, une volution prudente la hausse est adopte ; 12 Lapproche consistant orienter les prvisions de trafic par service vers un niveau de demande cible identique pour tous les oprateurs correspond celle adopte par dautres rgulateurs europens dans le cadre de leurs travaux de modlisation technico-conomique. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 18 pour le trafic data des cartes SIM internet seul, un profil plutt conservateur est maintenu, via un dcalage dans le temps de latteinte de la cible anticipe. Limpact du niveau de trafic sur les rsultats du modle a t vrifi dans le cadre de lanalyse de sensibilits prsente en III.3 ci-aprs. II.3.1.3. Onglet Geotypes La distribution du trafic par gotype a t revue en fonction des donnes communiques par les oprateurs et en fonction des travaux de calibrage. De plus, au regard des informations quantitatives fournies par les oprateurs, une fonctionnalit a t ajoute afin de distinguer la distribution du trafic voix de celle du trafic data.Dans sa rponse la premire consultation publique, Free Mobile a mis le souhait que la population et la surface correspondant chaque gotype puisse tre modifie oprateur par oprateur. Ce commentaire na pas t pris en compte pour deux raisons. Tout dabord, comme le souligne Free Mobile, une telle modification reviendrait complexifier significativement le modle. De plus, les gotypes ont t dfinis en concertation avec lensemble des acteurs lors des travaux mens en 2006-2007. Les oprateurs mobiles utilisent ainsi une dfinition commune permettant de raliser des comparaisons homognes dun oprateur lautre et en particulier la dtermination dun oprateur gnrique cohrent. Par ailleurs, la distribution de la population franaise mtropolitaine nayant pas volu fortement entre 2006 et 2010, il ne semble pas ncessaire de revoir la dfinition des gotypes dans le cadre du prsent exercice de mise jour. II.3.1.4. Onglet Subscribers Les donnes concernant le nombre de clients pour les diffrents types de profils ont t mises jour pour lensemble des oprateurs, en particulier la suite de laugmentation de la granularit de la modlisation via linclusion de deux nouveaux types de profils (cf. premire consultation publique et II.1.1 ci-avant). Les donnes reposent notamment sur les rponses des oprateurs aux questionnaires quantitatifs et sur les donnes publies par lObservatoire de lARCEP. II.3.2. Module 2 Network Dans le second module, plusieurs onglets permettent de prciser les paramtres de dploiement du rseau : longlet Cost drivers prcise notamment la proportion de trafic dans la Busy Hour, ainsi que les paramtres inhrents aux inducteurs du dploiement rseau ; les paramtres spcifiques au dploiement des rseaux 2G et 3G se situent respectivement dans les onglets Params 2G et Params 3G ; longlet Params 3G spectrum prcise les dates de dploiement des porteuses 3G ; longlet Params other fixe les paramtres concernant le dploiement des parties du rseau communes aux deux technologies longlet Reasonable growth inputs prcise notamment les taux dutilisation des quipements, les priodes danticipation du dploiement et les facteurs permettant de prendre en compte les contraintes gographiques. Lensemble des paramtres concernant le dploiement des lments rseau t revu, en priorit en fonction des lments quantitatifs communiqus par les oprateurs dans le cadre de la seconde phase des travaux de modlisation (cf. I.2). Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 19 Cependant, dans certains cas, les informations quantitatives communiques ntant pas toujours aussi dtailles que le niveau de dtail demand par la granularit du modle, le consultant a t amen formuler des hypothses pour les paramtres concerns. Ces hypothses reposent sur les informations qualitatives recueillies, ainsi que sur des comparaisons avec les paramtres techniques observs chez des acteurs oprant dans des marchs similaires. Question 6. : Les acteurs sont invits se prononcer sur la pertinence des paramtres fixs dans les onglets de paramtrage du module 2 Network (cf. prsentation des onglets concerns ci-avant). LAutorit souligne que tout commentaire devra tre accompagn dlments quantitatifs prcis, sans quoi il ne pourra pas tre exploit. II.3.3. Module 3 Cost Les onglets de paramtrage du troisime module sont les suivants : longlet Parameters prcise les paramtres inhrents linflation et au cot du capital ; longlet Unit investment contient les cots dinvestissement unitaires (capex unitaire), ainsi que les tendances des prix correspondantes ( MEA investment price trend ) ; longlet Unit expenses contient les cots dexploitation unitaires (opex unitaire), ainsi que les tendances des prix correspondantes ( MEA expenses price trend ) ; Dans longlet Parameters , le cot du capital a t mis jour en fonction de la dcision n 2010-000213 de lAutorit et linflation retenue se fonde sur les dernires donnes INSEE disponibles. Les dures de vie des quipements ajouts dans le cadre de la mise jour de la structure du modle ont t fixes en fonction des donnes quantitatives communiques par les oprateurs, dans un souci de cohrence avec les dures de vie des quipements dj modliss prcdemment. Dans les onglets Unit investment et Unit expenses , les cots unitaires ont t mis jour en fonction des donnes quantitatives communiques par les oprateurs. Les oprateurs nayant pas fourni des donnes exhaustives, le consultant a t amen formuler des hypothses pour certains actifs. Ces hypothses reposent sur la rconciliation avec les donnes de la comptabilit rglementaire des oprateurs mobiles, avec les donnes communiques par le quatrime entrant Free Mobile, ainsi que sur des comparaisons avec les prix observs dans des marchs europens similaires. Par ailleurs, tant donn que la majorit des informations fournies sur les cots correspondent lanne 2009, les donnes de cots en entre et en sortie du modle sont dsormais prsentes en termes montaires constants pour lanne 2009. Question 7. : Les acteurs sont invits se prononcer sur la pertinence des cots unitaires fixs dans les onglets Unit investment et Unit expenses du troisime module. LAutorit souligne que tout commentaire devra tre accompagn dlments quantitatifs prcis pour pouvoir tre exploit. 13 Dcision n 2010-0002 en date du 21 janvier 2010 fixant le taux de rmunration du capital pour la comptabilisation des cots et le contrle tarifaire des oprateurs mobiles pour les annes 2010 et 2011. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 20 Par ailleurs, lAutorit relve que les oprateurs mtropolitains nont communiqu aucune donne concernant les tendances des prix. Les paramtres correspondant ont donc t modifis la marge dans le cadre de lexercice de calibrage. Question 8. : Les acteurs sont invits se prononcer sur la pertinence des tendances de prix fixes dans les onglets Unit investment et Unit expenses du troisime module. LAutorit souligne que tout commentaire devra tre accompagn dlments quantitatifs prcis pour pouvoir tre exploit. II.4. Mise jour du calibrage Le travail de calibrage peut tre dcompos en deux tches successives : dans un premier temps, il sagit dajuster certains paramtres de dploiement rseau pour assurer une cohrence entre les nombres dquipements dclars par les oprateurs et les nombres dquipements calculs par le modle ; il sagit dans un second temps dassurer la cohrence entre les masses de cots de la comptabilit rglementaire et en sortie du modle. II.4.1. Calibrage de linventaire des actifsLa premire phase du calibrage repose sur linventaire des quipements, tel que communiqu par les oprateurs mobiles lAutorit et au consultant dans leur rponse la collecte de donnes quantitatives ralise dans le cadre de la mise jour du modle. Cette phase du calibrage a permis de fixer certains paramtres pour lesquels des donnes suffisamment fines ntaient pas disponibles. Il sagit dajuster la marge certains paramtres du premier et du second module afin de sassurer que le nombre dquipements dploys par le modle correspond linventaire fourni par chaque oprateur, tout en maintenant un bon niveau de cohrence avec les paramtres dentre communiqus par ces mmes oprateurs. Les paramtres ajusts se situent dans le premier et le deuxime module, il sagit, par exemple, des paramtres correspondant la distribution du trafic par gotype dans le premier module, et dans le second module de ceux correspondant la capacit unitaire et au taux dutilisation de certains quipements rseau. II.4.2. Calibrage des grandes masses de cots La seconde phase de calibrage du modle consiste sassurer que les grandes masses de cots en sortie du modle sont en adquation avec celles restitues par les oprateurs dans les tats de comptabilisation des cots produits dans le cadre de leur obligation de restitution comptable. Les tats de comptabilisation des cots et de revenus audits labors selon le rfrentiel de comptabilit rglementaire spcifi par lAutorit forment une rfrence de cots importante utilise par lAutorit. Les restitutions comptables rglementaires constituent une rfrence de cots fiable, au regard notamment de leur source, i.e. la comptabilit sociale de lentreprise soumise au contrle des commissaires aux comptes de lentreprise, et, le cas chant, des travaux daudit rglementaire complmentaires dont ils sont lobjet sous le contrle de lAutorit. Il convient de noter que les donnes issues de la comptabilit rglementaire refltent les cots engendrs par le dploiement rel dun oprateur mobile qui dpend des contraintes historiques et qui Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 21 peut donc inclure une part dinefficacit. La comptabilit rglementaire reprsente donc un majorant des cots dun oprateur efficace. Dans sa rponse la premire consultation publique, Bouygues Telecom a soulev le besoin daligner les tats de restitution des cots de la comptabilit rglementaire avec les tats de restitution des cots du modle technico-conomique, afin dassurer un calibrage plus fin. Le cadre de la premire consultation publique se limitait aux modifications apportes la structure du modle et en particulier aux modifications apportes aux algorithmes de dploiement, afin de prendre en compte les dernires volutions technologiques. Cest donc dans le cadre de la seconde phase des travaux de mise jour du modle, et en particulier dans le cadre du travail de calibrage, que la liste prsentant les grandes masses de cots du modle a effectivement t aligne sur la nomenclature des quipements rseau utilise en fiches n1 et n2 des tats de comptabilisation des cots dfinis dans la dcision de lAutorit n2010-0200. Cette liste est dfinie dans le modle technico-conomique dans longlet Lists du module 2 Network . LAutorit a souhait amliorer la prcision du calibrage des grandes masses de cots et a ainsi procd : la rconciliation des cots dexploitation en sortie de longlet Unit expenses du module 3 Cost avec les cots dexploitation recenss en fiche n 1 de la comptabilit rglementaire pour les annes 2007 et 2008, et en fiche n 2 de le comptabilit rglementaire pour lanne 2009 ; la rconciliation des cots dinvestissement en sortie de longlet Unit investment du module 3 Cost avec le patrimoine brut actif restitu en 2009 : les cots en sortie du modle technico-conomique permettent de reconstruire le patrimoine actif gnr par le modle anne par anne et la rconciliation intervient alors deux niveaux, portant dune part sur le patrimoine brut cumul sur tout lhorizon temporel du modle, et dautre part sur une subdivision rtrospective en trois priodes de trois ans (i.e. rconciliation du patrimoine brut actif sur 2009-2007, 2006-2004 et 2003-2001) ; la rconciliation du cot total, incluant lamortissement linaire ( straight-line depreciation ), le cot du capital et les cots dexploitation, en sortie de longlet VAL .1 du module 4 Service cost , avec le cot total recens en fiche n 1 de la comptabilit rglementaire pour les annes 2007 et 2008, et en fiche n 2 de la comptabilit rglementaire pour lanne 2009. LAutorit rappelle que le calibrage dcrit dans le troisime point ci-avant correspond lapproche suivie dans le cadre des prcdents exercices de calibrage des grandes masses de cots rsultant du modle technico-conomique. Deux nouveaux axes de calibrage ont ainsi t introduits afin dassurer une meilleure robustesse du modle, conformment aux commentaires formuls par Bouygues Telecom dans le cadre de la premire consultation publique et par dautres oprateurs dans le cadre de prcdentes consultations. Par ailleurs, au regard des informations portes sa connaissance par le consultant, lAutorit souligne que ce calibrage est dune finesse suprieure ou gale celle du calibrage ralis par dautres rgulateurs europens pour leurs modles technico-conomiques respectifs. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 22 Chapitre III Sensibilits du modle Cette partie prsente les rsultats des tests de sensibilit du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel vocale certaines hypothses de modlisation pour loprateur gnrique efficace. Pour chaque test de sensibilit, les rsultats obtenus, prsents sous la forme dun histogramme, sont compars, en pourcentage, au rsultat obtenu dans le cas de base. De plus, pour chaque test de sensibilit, les rsultats ont t calculs pour les diffrentes mthodes dannualisation des cots dinvestissement exposes en II.2. Les effets de sensibilit tant toujours quasiment les mmes quelle que soit la mthode retenue, les rsultats ne prsentent que la mthode retenue pour le cas de base, savoir lannualisation avec amortissement linaire. Les rsultats sont prsents systmatiquement pour lanne 2009, anne pour laquelle le calibrage du modle a t effectu, sauf lorsque les fonctionnalits analyses sont lances aprs cette date, auquel cas les rsultats sont prsents pour lanne 2012. III.1. Cas de baseLes caractristiques de loprateur gnrique efficace dans le cas de base telles que dfinies dans le modle mis en consultation publique sont les suivantes : 33% de part de march ; un trafic par client qui correspond la moyenne observe sur le march franais ; un dploiement de rseau GSM commenc une date comprise entre les dates de dploiement dOrange France et SFR dune part, et de Bouygues Telecom dautre part ; un dploiement de rseau UMTS commenc la mme date que le dploiement dOrange France et de SFR ; un dploiement dun rseau radio utilisant une combinaison des spectres 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz, mais pas de rutilisation du spectre 900 MHz pour la 3G ; un cur de rseau compos des diffrentes technologies de transmission ; un dploiement de trois porteuses, sur certains gotypes, dans la bande 2,1 GHz ; une migration vers Ethernet partir de 2012 ; pas dactivation de la fonctionnalit direct tunnelling ; mthode dannualisation des cots dinvestissement avec amortissement linaire. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 23 Dfini ainsi, loprateur gnrique efficace affiche, pour 2009, la structure de cots rseau suivante. 27%17%12%11%10%7%5%4%2% 1%2%1%0,3%Boucle radio - infrastructure Boucle radio GSM - equipement Boucle radio - liens de collecteRedevances & Licenses Boucle radio UMTS - equipement Coeur de rseau - equipementCoeur de rseau - Plate forme Coeur de rseau - lien inter MSC Autre - non rseauCoeur de rseau - VMS Coeur de rseau - infrastructure Coeur de rseau - Base de donnesCoeur de rseau - SMS-CFigure 1 Rpartition des cots de loprateur gnrique efficace en 2009 (source : modle technico-conomique) Dans la mesure o les caractristiques de loprateur gnrique efficace peuvent encore voluer, celles retenues ci-dessus ne sauraient prjuger du choix final qui sera fait. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 24 III.2. Sensibilit la part de marchLun des objectifs du modle est de comprendre linfluence de la part de march sur les structures et les niveaux de cots des oprateurs, afin de pouvoir estimer limpact sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel dun oprateur gnrique efficace. Les graphiques suivants prsentent limpact sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel quand on dfinit loprateur gnrique efficace comme ayant non plus 33% de part de march (cas actuel o 3 oprateurs sont prsents sur le march mobile), mais 25% (cas o 4 oprateurs seraient prsents). 100%89%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base - 33% de part de march 25% de part de march Figure 2 Sensibilit la part de march du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2009 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace davoir une part de march de 25 % se traduit par une diminution de -11% du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Ceci peut sexpliquer par le fait que lorsque loprateur gnrique efficace a une part de march plus faible, toutes choses gales par ailleurs, le trafic sur son rseau et donc ses besoins en capacit sont moindres. Dans une logique de cot incrmental, le cot de la prestation de terminaison dappel est donc plus faible quand la part de march est moins importante. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 25 III.3. Sensibilit lusage moyen des clientsLe modle permet de rendre compte des conomies dchelles induites par une consommation des clients plus ou moins importante. Les graphiques suivants prsentent limpact sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel quand : est augmente la prvision de la consommation sortante voix par client de 20% ; est diminue la prvision de la consommation sortante voix par client de 20% ; est augmente la prvision de la consommation data par client de 20% ; est diminue la prvision de la consommation data par client de 20% ; est augmente la prvision de la consommation sortante voix et data par client de 20% ; est diminue la prvision de la consommation sortante voix et data par client de 20%. 100% 102%90%99% 100% 102%93%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base usage voix +20% usage voix -20%usage donnes +20% usage donnes -20% usage voix & donnes +20%usage voix & donnes -20% Figure 3 Sensibilit lusage moyen des clients cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2009 (source : modle technico-conomique) En 2009, limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace dune diminution ou dune augmentation de la consommation sortante voix et/ou data de ses clients se traduit par une diminution maximum de -10% (usage voix -20%) ou une trs lgre augmentation maximum de +2% (usage voix +20%) du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Ceci peut sexpliquer par le fait que dans une logique de cot incrmental, le cot de la prestation de terminaison dappel est dautant plus lev que lusage moyen par client est lev. Symtriquement il est dautant plus faible que lusage data est lev car le trafic data absorbe alors davantage de cots. Enfin, on observe que leffet sur lusage voix domine celui sur lusage data puisque le cot est dautant plus important quand lusage moyen combin voix/data est lev. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 26 III.4. Sensibilit la pntration des usages machine to machine Dans la mise en uvre du modle, les communications machine to machine (M2M) sentendent comme les communications destination des machines ou entre machines. Daprs les derniers chiffres publis par lARCEP14, le nombre de cartes SIM ddies au M2M a progress de plus de 65% entre septembre 2009 et septembre 2010. De plus, la synthse de la consultation publique sur les numros mobiles, publie par lARCEP en fvrier 200915, faisait tat dun march en fort dveloppement pour lequel les besoins en numros mobiles pourraient atteindre 30 millions en France ds 2015. Il convient donc de se demander, en fonction de la pntration (forte, trs forte) des cartes SIM M2M, quel serait limpact sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. En 2012, une forte pntration correspond environ deux fois la pntration du cas de base, tandis quune trs forte pntration correspond environ dix fois la pntration du cas de base. Le graphique suivant prsente les prvisions dvolution du nombre de carte SIM M2M pris en compte dans le modle pour tester la sensibilit. 0501001502002503003502006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016NombredecartesSIMM2M(millions)Cas de base Forte pntration Trs forte pntrationFigure 4 Evolution de la pntration des cartes SIM M2M selon le cas de base, selon une forte pntration ou une trs forte pntration (source : modle technico-conomique) Bien quayant fortement augment au cours de lanne 2010, le taux de pntration du M2M partait dun niveau relativement faible en 2009. De ce fait, dans le graphique suivant, les rsultats ne sont prsents que pour lanne 2012. 14 Donnes tires du suivi des indicateurs mobiles du 3me trimestre 2010 publi sur le site de lARCEP (www.arcep.fr) 15 Synthse de la consultation publique sur les besoins futurs en numros mobiles et louverture de la tranche 07 au service mobile, publie en fvrier 2009 (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/synt-nummobil07-fev09.pdf). Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 27 100% 100% 100%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base Forte pntration Trs forte pntration Figure 5 Sensibilit la pntration du M2M du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Le niveau de pntration de lusage M2M na pas dimpact sur le cot incrmental de la prestation de la terminaison dappel de loprateur gnrique efficace. Ceci sexplique par le fait que le trafic du M2M, bien quen forte progression impose une charge relativement faible sur le rseau, notamment par rapport au trafic voix. Le trafic M2M nabsorbe donc pas beaucoup de cots de rseau et limpact du taux de pntration du M2M ne vient pas faire varier le cot de la prestation de terminaison dappel. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 28 III.5. Sensibilit la pntration des cls 3GLe taux de pntration des cls 3G, uniquement ddies un usage des services de donnes (navigation sur internet, courrier lectroniques, ) a trs fortement progress sur la priode de septembre 2009 septembre 2010 avec une croissance de lordre de +45%16.Cette forte progression peut avoir un impact sur le dploiement du rseau des oprateurs de rseaux mobiles qui doit tre dimensionn pour rpondre aux besoins de leurs clients. En effet, pour maintenir une qualit de service performante, les oprateurs pourraient tre amens dployer de nouveaux sites ou alors dployer une nouvelle porteuse sur une part plus importante de leurs sites existants. Il convient donc de se demander, en fonction de la pntration (faible, forte, trs forte) des cls 3G, quel serait limpact sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Une faible pntration est infrieure de 5% celle du cas de base, tandis quune forte et trs forte pntration sont respectivement suprieures de 5% et 35% celle du cas de base. Le graphique suivant prsente les prvisions dvolution du nombre de cls 3G pris en compte dans le modle pour tester la sensibilit. 0246810121416182006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016Nombredecls3G(millions)Cas de base Faible pntration Forte pntration Trs forte pntrationFigure 6 Evolution de la pntration des cls 3G selon le cas de base, selon une faible pntration, selon une forte pntration ou une trs forte pntration (source : modle technico-conomique) Bien quayant fortement augment au cours de lanne 2010, le taux de pntration des cls 3G partait dun niveau relativement faible en 2009. De ce fait, les rsultats dans le graphique suivant sont prsents pour lanne 2012. 16 Donnes tires du suivi des indicateurs mobiles du 3me trimestre 2010 publi sur le site de lARCEP (www.arcep.fr) Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 29 100%104%98%80%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base Faible pntration Forte pntration Trs forte pntration Figure 7 Sensibilit la pntration des cls 3G du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, du niveau de pntration des cls 3G se traduit par une trs lgre augmentation maximum de +4% (faible pntration) ou une diminution maximum de -20% (trs forte pntration) du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel de loprateur gnrique efficace. Ceci sexplique par le fait que pour absorber le surplus de trafic data, donc indpendamment du trafic voix, loprateur devra dployer des sites ou des porteuses supplmentaires, ce qui augmentera la capacit de son rseau. Ainsi, dans une logique de cot incrmental, cette capacit de rseau supplmentaire viendra rduire dautant le cot de la prestation de terminaison dappel. A contrario, si la pntration des cls 3G est plus faible, alors loprateur naura pas besoin de dployer des sites ou porteuses supplmentaires et naura donc pas cette capacit rseau supplmentaire, ce qui viendra par consquent augmenter le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 30 III.6. Sensibilit lefficacit spectrale du HSPALa norme UMTS, tout comme la norme GSM a connu des volutions techniques au cours des dernires annes. En effet, les diffrentes technologies dveloppes (HSDPA, HSUPA) ont permis de gagner en efficacit spectrale, et donc in fine permettent de pouvoir faire passer plus de trafic voix ou data dans une mme porteuse. Cependant, les gains en efficacit spectrale peuvent varier en fonction du paramtrage du rseau. Il convient donc danalyser limpact de ce paramtre sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Ces nouvelles technologies ont t principalement dployes de manire globale par les oprateurs en 2009 et 2010, ainsi les rsultats sont prsents dans le graphique suivant pour lanne 2012. 100%83%119%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%120%Cas de base - 6 Efficacit spectrale plus faible - 5 Efficacit spectrale plus forte - 7 Figure 8 Sensibilit lefficacit spectrale du HSPA du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, du niveau defficacit spectrale se traduit par une diminution maximum de -17% (efficacit spectrale plus basse) ou une augmentation maximum de +19% (efficacit spectrale plus haute) du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel de loprateur gnrique efficace. Ceci sexplique par le fait que lorsque lefficacit spectrale est plus basse alors il faudra dployer davantage dquipements, indpendamment du trafic voix entrant. Ainsi, dans une logique de cot incrmental, le cot de ces quipements nest pas rpercut sur la prestation de terminaison dappel dont le cot diminue. A linverse, lorsque lefficacit spectrale est plus leve, le cot de la prestation de terminaison dappel est plus lev. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 31 III.7. Sensibilit la date de rutilisation des frquences de la bande 900 MHz pour la 3GLe modle permet dsormais de modliser la rutilisation des frquences de la bande 900MHz pour la 3G dans les gotypes rural et rural montagneux. Cette nouvelle fonctionnalit ntant pas active dans le cas de base (cf. II.3.1.1), il est utile de vrifier limpact de son activation sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel pour diffrentes dates possibles au regard des informations quantitatives communiques par les oprateurs (2010, 2011 et 2012). Etant donn que la sensibilit est analyse pour une rutilisation des frquences de la bande 900 MHz pour la 3G partir de 2010, seuls les rsultats obtenus en 2012 sont prsents dans le graphique suivant. 100%134%128%121%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%120%130%140%Cas de base - pas de rutilisation Rutilisation en 2010 Rutilisation en 2011 Rutilisation en 2012 Figure 9 Sensibilit la date de rutilisation, dans les gotypes rural montagneux et rural , des frquences de la bande 900 MHz pour la 3G du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace de rutiliser, entre 2010 et 2012, les frquences de la bande 900 MHz pour la 3G se traduit par une augmentation variant entre +34% (rutilisation en 2010) et +21% (rutilisation en 2012) du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Ceci sexplique par le fait quen dployant des sites UMTS 900 loprateur perd une partie de la capacit de son rseau 2G tandis que le trafic voix est encore relativement lev sur ce mme rseau (trafic qui tend diminuer vers une plus grande utilisation du rseau 3G) ce qui peut lobliger augmenter la capacit de son rseau 2G en dployant de nouveaux sites 2G ou de nouveaux TRX pour couler le trafic entrant. Cependant, les informations qualitatives fournies par les oprateurs indiquent que cet effet ne correspond pas leurs pratiques : la rutilisation des frquences est dcide sur des zones plus petites que la granularit des gotypes modliss. Elle nest ainsi lance que si la rutilisation permet doptimiser le rseau sur la zone considre et nentraine pas le Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 32 dploiement massif de nouveaux sites de capacit 2G. Ainsi, la granularit des gotypes modliss nest pas assez fine pour viter le dploiement de sites de capacit 2G supplmentaires, alors que cela ne correspond pas aux pratiques des oprateurs et la hausse de cots qui ressort du modle nest donc pas reprsentative dun effet rel. Cependant, en labsence de donnes quantitatives suffisamment prcises (cf. II.3.1.1), il nest pas possible de rviser lalgorithme afin de remdier cet effet. Des questions sont adresses aux acteurs respectivement en II.3.1.1 et II.1.2.2. En tout tat de cause, une attention particulire sera porte, loccasion de lexercice de tarification de la terminaison dappel, la dfinition de la stratgie dun oprateur efficace en matire de rutilisation des frquences 900 MHz, et linterprtation et ladaptation des rsultats issus du modle avec et sans cette fonctionnalit. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 33 III.8. Sensibilit au nombre de porteuses 2,1 GHz utilisesTel que dfini dans le cas de base, loprateur gnrique efficace utilise dans certains gotypes (dense urbain et urbain) trois porteuses dans la bande 2,1 GHz. Etant donn que SFR et Orange France ont acquis, en juin 2010, une quatrime porteuse dans cette mme bande de frquence, il convient de tester limpact sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel du cas o loprateur gnrique efficace aurait dploy quatre porteuses dans ces mmes gotypes. Etant donn que SFR et Orange France ne se sont vus attribuer leur quatrime porteuse dans la bande 2,1 GHz quen 2010, les rsultats ne sont analyss que pour lanne 2012. Les rsultats sont prsents dans le graphique suivant. 100% 97%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base 4 porteuses Figure 10 Sensibilit au nombre de porteuses utilises dans la bande 2,1 GHz du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace dutiliser quatre porteuses dans la bande 2,1 GHz se traduit par une trs lgre diminution de -3% du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Ceci sexplique par le fait quen dployant une porteuse supplmentaire loprateur augmente la capacit de son rseau ce qui lui permet dabsorber plus de trafic, et ce indpendamment du trafic voix entrant. Ainsi, dans une logique de cot incrmental, cette capacit de rseau supplmentaire viendra rduire dautant le cot de la prestation de terminaison dappel. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 34 III.9. Sensibilit la technologie de transmission utilise dans le rseau de collecte Aujourdhui, plusieurs technologies de transmission peuvent tre utilises dans le rseau de collecte dun oprateur : liaisons loues, fibre optique, faisceaux hertziens, DSL. Dans le cas de base, loprateur gnrique efficace a t modlis comme ayant dploy un mix de ces technologies, en cohrence avec le dploiement observ pour les trois oprateurs. Les graphiques suivants prsentent la sensibilit du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel au choix de dployer un mix de ces technologies, par rapport celui de ne dployer que des liaisons loues. 100% 99%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base 100% liaisons loues Figure 11 Sensibilit la technologie de transmission utilise dans le rseau de collecte du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2009 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace de dployer seulement des liaisons loues dans le rseau de collecte se traduit par une trs lgre diminution de -1% du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Ceci sexplique par le fait que ces liens nentrent que pour une trs faible part dans le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. En effet, ces liens sont quoi quil arrive ncessaires au bon fonctionnement du rseau, avec ou sans la prestation de terminaison dappel. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 35 III.10. Sensibilit la date de migration vers EthernetEn supplment de la technologie utilise dans le rseau de collecte, le protocole de communication utilis pour transfrer, sur ces liens, les diffrentes donnes a galement volu. En effet, depuis peu, sopre une migration du TDM (Time Division Multiplexing) lEthernet. Le cas de base prvoyant une migration en 2011, il peut tre intressant de mesurer, sur le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012, limpact dune migration avance en 2010, ou au contraire recule 2012, ou encore de labsence de migration. Les rsultats sont prsents dans le graphique suivant. 100% 99% 101% 100%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base - 2011 Pas de migration Migration avance - 2010 Migration retarde - 2012 Figure 12 Sensibilit au protocole de transmission utilis dans le rseau de collecte du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace de migrer ou non vers Ethernet se traduit par une trs lgre diminution maximum de -1% (pas de migration) ou une trs lgre augmentation maximum de +1% (migration avance 2010) du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. Au mme titre que prcdemment, ceci sexplique par le fait que ce protocole de transmission nentre que pour une trs faible part dans le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel. En effet, ce protocole est quoi quil arrive ncessaire au bon fonctionnement du rseau, avec ou sans la prestation de terminaison dappel. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 36 III.11. Sensibilit lutilisation de la fonctionnalit du direct tunnellingLa fonctionnalit direct tunnelling, implmente sur le rseau de troisime gnration, a pour but de faire passer le trafic de donnes en mode paquets directement du RNC au GGSN, sans avoir besoin de transiter via le SGSN. Lactivation de cette fonctionnalit pourrait donc soit venir rduire le nombre dquipements dans le cur de rseau, soit venir diminuer le cot unitaire du SGSN, dont le rle sera moins prpondrant. Il a t considr que loprateur gnrique navait pas ce jour utilis cette fonctionnalit. Il peut toutefois tre intressant de mesurer limpact sur le cot incrmental de la prestation de la terminaison dappel du fait que cette fonctionnalit soit ou non utilise. La fonctionnalit direct tunnelling commenant tout juste tre mise en uvre dans les quipements de cur de rseau, les rsultats sont prsents dans le graphique suivant pour lanne 2012. 100% 100%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base - 2011 Pas de "direct tunnelling" Figure 13 Sensibilit lutilisation de la fonctionnalit direct tunnelling du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2012 (source : modle technico-conomique) Lutilisation ou non de cette fonctionnalit na aucun impact sur le cot incrmental de la prestation de la terminaison dappel de loprateur gnrique efficace. Ceci sexplique par le fait que, dune part, les quipements sur lesquels cette fonctionnalit a un impact (RNC et GGSN) nentrent que pour une trs faible part dans le cot incrmental de la prestation de terminaison dappel, donc laugmentation ventuelle de leur prix nimpacte que trs peu le cot de cette prestation et que, dautre part, le rle des quipements SGSN serait alors rduit, et donc leur quantit ou leur cot rduit, ce qui viendrait annuler leffet prcdent. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 37 III.12. Sensibilit la dure de vie et lvolution des prix La notion de MEA (modern equivalent asset) permet de suivre lvolution des prix dune catgorie dactifs au cours du temps, capacit de production inchange. Ainsi, dans le modle une tendance MEA baissant de 10% traduit le fait quun quipement avec une capacit donne voit son prix baisser de 10% dans lanne. Cet effet peut apparatre sous deux formes : la baisse du prix de lquipement et/ou laugmentation de la capacit de cet quipement. En fixant pour lensemble des quipements actifs un taux de progrs technique de 10% partir de 2009, on considre quil y a un progrs technique partir de 2009 et que les quipements, capacit fixe, sont prix moindre (hors inflation). A contrario, en fixant pour les sites cellulaires (quipements passifs) un taux de progrs technique de 0% partir de 2009, on considre quil ny a plus de progrs technique partir de 2009 et que les quipements, capacit fixe, sont prix constants (hors inflation). En outre, la dure de vie des quipements (actifs ou passifs), compte tenu de leur dlai de remplacement, est une caractristique importante dans la dfinition des quipements modliss pour loprateur gnrique efficace. Les graphiques suivants prsentent, pour les trois quipements les plus prdominants dans les cots de rseau de loprateur gnrique efficace (sites cellulaires, stations de base et TRX) limpact sur le cot de la prestation de terminaison dappel quand : la dure de vie est rduite ; la dure de vie est allonge ; on observe une tendance des prix la baisse ; on observe une tendance des prix la hausse. 100% 100,4% 100% 100% 100%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base Dure de vie rduite - 15 vs. 18Dure de vie allonge - 20 vs. 18 Tendance de prix la baisse - -5% vs. 0%Tendance de prix la hausse - +5% vs. 0% Figure 14 Sensibilit la dure de vie et lvolution des prix des sites cellulaires du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2009 (source : modle technico-conomique) Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 38 100% 100,5% 99,6% 100% 100%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base Dure de vie rduite - 7 vs. 8Dure de vie allonge 9 vs. 8 Tendance de prix la baisse - -15% vs. -10%Tendance de prix la hausse - -5% vs. -10% Figure 15 Sensibilit la dure de vie et lvolution des prix des stations de base du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2009 (source : modle technico-conomique) 100% 100,4% 99,7% 100% 100%0%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%110%Cas de base Dure de vie rduite - 7 vs. 8Dure de vie allonge 9 vs. 8 Tendance de prix la baisse - -15% vs. -10%Tendance de prix la hausse - -5% vs. -10% Figure 16 Sensibilit la dure de vie et lvolution des prix des TRX du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel en 2009 (source : modle technico-conomique) Limpact, par rapport au cas de base, pour loprateur gnrique efficace de rduire ou allonger la dure de ses quipements ou alors de diminuer ou rduire les prix de ses quipements se traduit par une trs lgre variation du cot incrmental de la prestation de terminaison dappel (au maximum 1%). Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 39 Une volution la marge des dures de vie et des tendances de prix des quipements na donc pas dimpact, dans une logique de cot incrmental, sur le cot de la prestation de terminaison dappel. Les effets sont sensiblement les mmes quelle que soit la mthode dannualisation des cots retenue. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 40 Annexe A Lexique 2G : deuxime gnration des technologies de tlphonie mobile (norme GSM et ses volutions GPRS et EDGE) ; 3G : troisime gnration des technologies de tlphonie mobile (norme UMTS et ses volutions HSPA) ; ADM SDH (Add and Drop Multiplexer) : lment actif du cur de rseau assurant la fonction de multiplexeur par insertion et extraction. BSC (Base Station Controller) : lment du rseau GSM concentrant les circuits de parole et de donnes vers le sous-systme cur de rseau, grant les ressources radio physiques et les canaux logiques, et alloue ces derniers aux appels quil traite ; administre galement la mobilit des abonns entre les cellules quil pilote, et effectue le contrle des mobiles (puissance dmission et synchronisation temporelle) ; DSL (Digital Subscriber Line) : famille de technologies (ADSL, HSDSL, SDSL) qui permet d'accrotre le dbit des lignes tlphoniques analogiques en utilisant toute la gamme de frquence non-utilise par la voix. EDGE (Enhanced Data rates for GSM Evolution) : norme de tlphonie drive du GSM et de GPRS, permettant un dbit plus lev pour la transmission de donnes par paquets ; GGSN (Gateway GPRS Support Node) : passerelle de routage des donnes, vers laquelle le SGSN transfre les donnes en mode paquet vers internet, vers des rseaux intranet ou vers les plates-formes de services et inversement ; GPRS (General Packet Radio Service) : norme de tlphonie drive du GSM, permettant un dbit plus lev pour la transmission de donnes par paquets ; GSM (Global System for Mobile communications) : norme europenne de tlphonie mobile de deuxime gnration ; HSPA (High Speed Packet Access) : norme de tlphonie mobile drive de lUMTS, permettant un dbit plus lev pour la transmission de donnes par paquets ; M2M (Machine to Machine) : communications correspondant des changes entre machines intelligentes sans intervention humaine ; MSC (Mobile Services Switching Center) : commutateur tablissant en mode circuit les appels entre les mobiles et avec les abonns de rseaux tiers, participant la gestion de la mobilit des abonns et grant lchange des messages courts et les services supplmentaires ; MSC-S (MSC Server) : commutateur de nouvelle gnration rattach une passerelle MGW. MGW (Media Gateway) : passerelle rattache au MSC qui permet pour le transport de la voix de repasser en mode circuit - utilis en 2G et en tlphonie fixe, dans la mesure o la voix en UMTS parvient au MSC en mode paquets ; Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 41 Node B : station de base du rseau UMTS jouant dans les rseaux UMTS un rle quivalent la BTS dans les rseaux GSM ; R99 (Release 99) : version de la norme UMTS permettant les communications en commutation circuit (voix) et en commutation paquet (data). RNC (Radio Network Controller) : contrleur de stations de base du rseau UMTS jouant dans les rseaux UMTS un rle quivalent au BSC dans les rseaux GSM ; SGSN (Serving GPRS Support Node) : routeurs de paquets de donnes transfrant les donnes en mode paquets vers internet, vers des rseaux intranet ou vers les plates-formes de services et inversement ; SIM (Subscriber Identity Module) : carte puce insre dans le terminal mobile contenant les donnes de labonn et permettant lauthentification au rseau ; SMS (Short Message Service) : service de messages courts ; UMTS (Universal Mobile Telecommunication System) : norme de tlphonie mobile de troisime gnration. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 42 Annexe B Les mthodes dannualisation des cots dinvestissement intgres dans le modle technico-conomique depuis la premire consultation publique Les cots dinvestissement sont annualiss selon quatre mthodes. Les cots annualiss comprennent une composante damortissement conomique et une composante de cot du capital. - Amortissement linaire (Straight-line depreciation)Dans cette mthode, tous les calculs sont effectus en valeur nominale, cest--dire en monnaie courante. Cette mthode se caractrise par des amortissements constants sur toute la dure de vie de lactif. A chaque priode, le cot du capital correspond au produit de la valeur nette comptable de lactif (valeur dacquisition diminue de la somme des amortissements) et du taux dactualisation. Lannuit, somme de lamortissement linaire et du cot du capital, dcrot au cours de la vie de lactif. - Cots courants avec maintien de la capacit oprationnelle (Current Cost Accounting with Operating Capital Maintenance)Dans cette mthode, tous les calculs sont effectus en valeur relle, cest--dire en monnaie constante afin de neutraliser leffet de linflation. Afin de neutraliser galement leffet du progrs technique, ce nest pas linvestissement initial, mais linvestissement rvalu partir du taux de progrs technique, qui est amorti. Le taux de progrs technique mesure en effet lvolution intrinsque (cest--dire hors effet de linflation) du prix de lactif et permet dvaluer le cot de remplacement neuf de lactif. Comme la mthode prcdente, cette mthode se caractrise par des amortissements constants sur toute la dure de vie de lactif, et le cot du capital est dduit de la valeur nette chaque priode. Lannuit est obtenue en convertissant la somme de lamortissement linaire et du cot du capital en termes nominaux. Les annuits OCM sont gnralement dcroissantes ; il existe toutefois des configurations extrmes (inflation trs leve, progrs technique trs ngatif) dans lesquelles elles sont croissantes. Ainsi, les annuits OCM dpendent de la date dacquisition de lactif. - Cots courants avec maintien de la capacit financire (Current Cost Accounting with Financial Capital Maintenance)Lamortissement FCM est obtenu en redressant lamortissement OCM de telle sorte que la somme actualise des annuits soit gale linvestissement initial. Comme les annuits OCM, les annuits FCM sont gnralement dcroissantes ; il existe toutefois des configurations extrmes (inflation trs leve, progrs technique trs ngatif) dans lesquelles elles sont croissantes. Ainsi, les annuits OCM dpendent de la date dacquisition de lactif. - Cots courants avec annuits constantes (Tilted annuities)Dans cette mthode, tous les calculs sont galement effectus en valeur relle. Comme avec la mthode FCM, la somme des annuits calcules selon cette mthode est gale linvestissement initial. Autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes 43 Par ailleurs, cette mthode repose non pas sur des amortissements constants, mais sur des annuits constantes ( lvolution des prix prs). En effet, suivant cette mthode, les annuits voluent uniquement comme les prix (volution lie linflation et au taux de progrs technique), de sorte que lannuit pour un actif (en cours damortissement) soit indpendante de sa date dacquisition. Les annuits CCE dcroissent lorsque le taux de progrs technique est suprieur linflation, et inversement.

Recommended

View more >