Ndl l'école en europe jones ken

  • Published on
    07-Mar-2016

  • View
    212

  • Download
    0

DESCRIPTION

 

Transcript

<p>Jones Ken, (2011), Lcole en Europe. Politiques nolibrales et rsistances collectives, prface de Christian Laval, ditions La Dispute, Clamecy (France), 226p.Notes de lecture Olivier Francomme janvier 2013 Remarques gnrales et personnelles sur louvrage. Ce livre a t ralis par un collectif dauteurs, avec le concours de linstitut de recherche de la FSU. Il est un peu tonnant que les mouvements dducation nouvelle (comme le mouvement Freinet) naient pas t visits et intgrs lobservation, alors quils ont aussi une dimension internationale. Les auteurs (p7)Ce livre a t cr par un collectif dauteurs, avec le concours de linstitut de recherche de la FSU. Chaque auteur est prsent par ses travaux et son institution de rattachement: Ken Jones qui a coordonn louvrage, Chomin Cunchillos, Richard Hatcher, Nico Hirtt, Rosalind Innes, Samuel Johsua, et Jrgen Kausenitzer.Prface de Christian Laval: Lcole europenne sous le signe du capital. (p9)Ce livre constitue la premire comparaison systmatique des politiques ducatives nationales en Europe, et leurs affinits. La mutation actuelle est europenne et plus encore, mondiale, lcole nest plus tout fait nationale! Aprs avoir t sous le joug religieux jusquau XVIII sicle, lcole est devenue une affaire dtat. On assiste actuellement lmergence dune forme scolaire europenne. Ses grandes caractristiques sont: dmocratisation scolaire, cole du grand march europen (oppose lcole de lhumanisme, de la science, du citoyen), une cole ordonne lconomie de la connaissance. Le virage nolibral date des annes 1980, il a utilis le mcontentement de lchec de lgalit des chances. La nouvelle logique, cest: excellence, comptence, concurrence et efficacit. Il y aurait redire sur lchec des pdagogies innovantes, mais il est vrai quelles sont restes marginales. Le virage en tte a t pris par lAngleterre: mise en concurrence des tablissements, intrication des entreprises prives, En France la voie suivie a t plus tortueuse: par la dcentralisation, lautonomie des tablissements. Il y a deux sortes de trajectoires: la rforme dmocratique et la rforme nolibrale. La premire a t prise par les pays o le rapport de force tait favorable aux mouvements ouvriers. (Extension des droits sociaux, tat social) En France, il y a eu lducation Nouvelle (appele ailleurs progressisme pdagogique). Il faut sortir de lopposition entre litisme rpublicain et nouvelle pdagogie destructrice des savoirs. Aujourdhui la lutte porte sur la transformation de lcole en entreprise. Mais quelle pourrait tre une alternative la mutation nolibrale? Comment reconstruire un discours synthtique portant sur tous les niveaux de lenseignement? Comment crer des alliances sociales? Comment le faire au niveau europen? Il reste inventer une autre cole pour lEurope.Chap. 1 Un nouvel ordre (p19)Il existe, selon les auteurs, une nouvelle orthodoxie dans la politique internationale qui a provoqu une contestation de ce nouvel ordre scolaire. Cest un projet nolibral qui permettra aux socits de rpondre aux impratifs du libre march. Cette rforme sest opre contre les mouvements progressistes. Le nolibralisme se caractrise par: une internationalisation du systme productif, la libre circulation du capital, la centralit des intrts financiers, et la dsindustrialisation. Cela implique une polarisation de la richesse, mobilit et prcarit de la main duvre, et la contraction de ltat. De fait, il faut transfrer toute lactivit humaine dans le champ du march (D. Harvey). Histoire: aprs la seconde guerre mondiale, il est apparu indispensable dinvestir dans lducation de masse! Cela constituait un facteur de croissance. Aprs 1945, lducation tait le centre de lespace public, elle tait un droit pour tous (p 29).En Europe, les objectifs de massification ont d tre complts: qualification, adaptation aux besoins. Parfois, ce sont les intrts religieux qui survivent (Espagne 1940-1960). Et puis, il y a le problme de la forme scolaire immuable (p 35). Il y a eu une codification des classes sociales, filtrant laccs aux formations suprieures. On a gliss progressivement vers une conception conomiste de lducation. Ces volutions sontpar exemple la suppression de la carte scolaire (mise en concurrence des tablissements). Partout en Europe, il y a eu les mmes modalits dattaque des systmes publics dducation: affaiblissement des syndicats, nouveau management, attaque des pdagogies centres sur lenfant, remise en cause des politiques daprs guerre,La rforme a t progressive, on parle dincrmentation stratgique. Il y a 3 espaces distincts: 1-travail et conomie; 2-citoyennet et subjectivit; 3-pouvoir dtat et management.. On assiste la naissance dune nouvelle catgorie de personnes: les tudiants travailleurs. Chapitre 2 Leuropanisation de lenseignement (p 57) De la cohrence nationale aux objectifs communs. La premire phase de leuropanisation de lenseignement a t dans la cration doutils statistiques, la reconnaissance dune citoyennet europenne, et les changes dtudiants. Puis arrivrent les premiers essais dharmonisation des diplmes. En 2000 Lisbonne, il a t dcid quen 2016, lobjectif tait de devenir lconomie de la connaissance la plus dynamique et la plus comptitive du monde. Lanalyse du texte de Lisbonne montre un texte impos den haut! Pour lUE, malgr les textes, lducation et lconomie ne sopposent pas! Les impratifs de lEurope sont: devenir comptitive et rsoudre le chmage. Il faut changer la dfinition de lducation qui nest plus lever lhomme, mais le professionnaliser! Lducation (la formation) tout au long de la vie = flexibilit professionnelle. Il faut dvelopper la porosit entre le formel et linformel (p 65). Ladaptabilit lemploi devient indispensable! De plus, il y a un transfert du cot de la formation de lemployeur: ou de ltat, vers les individus. En Europe, la cration de connaissance est freine par le manque dinvestissement dans la recherche, et dun degr insuffisant dinnovation (p 69). LEurope a dvelopp des formes supranationales dducation. Ce ne sont pas des obligations lgales contraignantes, mais des contraintes douces (recommandations, rsolutions, ) Cest une force normative! (p 71) Les programmes scolaires ont t refonds partir du socle commun des connaissances! La rforme engage Lisbonne est devenue drgulation et affaiblissement des droits, et flexibilit du travail. Il manque encore dinvestissements privs dans la recherche (p 74). Les protestations viendront de la tentation de libraliser les services publics. Chapitre 3 Un changement de systme: autonomie locale et tat valuateur (p 79)La privatisation est une des cls de la transformation actuelle, mais pas la seule. Ce sont les changements de mode de rgulation qui expliquent le mieux: exigence parentale, dynamisme entrepreneurial, march de lingalit scolaire.1) Les coles doivent disposer dune certaine autonomie pour sadapter aux besoins et souhaits des lves. (p 81)(Rgulation centrale et diversit locale Franois Dubet). PISA est un des outils de cette politique. Il mesure le degr dadaptabilit, de prparation des jeunes la vie adulte. Il mesure lefficacit du systme ducatif au regard dune conception conomiciste de la qualit de lducation (p 85). Ltat rgule par des agences prives! Elles sont au service des stratgies gouvernementales.2) Quels motifs pour une dnationalisation de fonctions tatiques? Lgalit des chances, la dconcentration. Dans les faits, cela signifie la fin de la carte scolaire, des conseils dadministration largis, La dcentralisation a donn des pouvoirs aux collectivits territoriales (cration de nouveaux ples), et lducation prioritaire a permis de faire merger des espaces ducatifs spcifiques. La dcentralisation a prcd le nolibralisme.Au dpart de lautonomie des tablissements, on parlait dgalit et de dmocratie. Puis le discours sest centr sur la qualit et lefficacit! (p 92) Laboutissement final en Italie a t la rduction du nombre de profs, et laccroissement de leur travail! En Europe, la dcentralisation peut-tre partielle ou totale (comme en Espagne par exemple). Elle aboutit lapparition de nouveaux financeurs privs. Elle a aboutit une polarisation importante entre rgions riches et rgions pauvres (Espagne, Italie). En Allemagne, la modernisation se traduit par: indpendance financire et pdagogique! Il faut se librer dune administration bureaucratique (annes 90). La manire dimposer le nouveau management des coles a t davoir un projet pilote, puis de le gnraliser: autonomie, comptition, valuation des comptences, rationalisation et privatisation! En Angleterre, les pouvoirs des chefs dtablissement ont t accrus: gestion des personnels, reprsentation lgale, partenariats, Les syndicats ont t limins, il ny a plu de droit national. Les tablissements peuvent scarter des cadres qui rgissent les programmes nationaux (p 104). Les tablissements peuvent devenir des units commerciales. Chapitre IV La privatisation : des marges, vers le centre (p 107)La privatisation passe par lintroduction dans la gouvernance de nouvelles problmatiques et intrts: le recours aux cours particuliers privs! (nouveau march). Ltat subventionne massivement ce nouveau secteur priv! Les formes de la privatisation sont: abandon de loffre publique dducation, dveloppement dentreprises prives ducatives, entre des entreprises dans le systme ducatif, privatisation du soutien scolaire, impact sur le financement de la nouvelle politique publique, conomicisation de lcole. Cela donne une externalisation des services (cantine, , mais aussi inspection! un audit co_te 18000par _cole en Grande Bretagne, p 113). Mais cela s! un audit co_te 18000 par _cole en Grande Bretagne, p 113). Mais cela sest fait avec un abaissement de la qualit_ (p 114). Il existe aussi des formes vari_es de sponsorisation: activit_ et mat_riels scolaires, ressources _ducatives, ch_ques _ducatifs. Autres ressources: le financement des tudes par les banques, et le march des cours privs.Autres financements: les coles prives, qui, de religieuses, sont devenues nolibrales, accdent au mme statut que lcole publique. Dans beaucoup de pays, lducation nest plus un bien public. Dans la formation professionnelle, les entreprises ont du pouvoir dans le fonctionnement des structures. Cela amne des aberrations, comme la propagation du crationnisme (p 131). La reconstruction des coles a aussi t une manire dassocier le priv!Mais il y a des limites la privatisation: dune part des oppositions (corporatistes?) et dautre part la mauvaise rputation du priv. Il existe une nouvelle voie: crer des tablissements totalement indpendants, ltat ntant que le rgulateur. Autre possibilit: se concentrer sur les jeunes de plus de 14 ans. Mais de nouveaux problmes surgissent: les conflits civilisationnels sont exacerbs par la privatisation.Chapitre V Le renouveau des ingalits (p 135)Lgalit des chances a volu pour passer de laccs llite de la fortune, llite de lintelligence! (ds 1940) Cest le rve mritocratique. Certaines ingalits se sont rduites: filles garons. Mais il y a prennit des ingalits de classe! La massification na pas rduit les ingalits sociales dans lducation. Elle a permis aux jeunes des classes sociales dfavorises daccder une ducation de qualit.Quels sont les effets des nouveaux processus mis en uvre? Un meilleur taux de russite tous les niveaux, de meilleurs taux daccs tous les niveaux dtude. Mais les classes suprieures ont satur les tudes longues de lenseignement suprieur. Quand la sgrgation est prcoce, elle reproduit les ingalits sociales (Allemagne, Italie, ) Les cossais ont le systme ducatif le moins sgrgatif dEurope (p 144). Depuis les annes 1980, il y a eu un dbut dextension de la pauvret en Europe. Les coles sont sgrgatives et promeuvent un curriculum cach. En France, 40% des familles parisiennes obtenaient une drogation la carte scolaire (p 150). Parfois ce sont les projets conjoints avec des promoteurs immobiliers qui permettaient dattirer certaines classes sociales. Lingalit est aussi raciale (difficile observer en France). Il y a ambigit entre le discours politique sur les analyses et la ralit. Llan de la lutte contre les ingalits sest affaibli! Tous les phnomnes de sgrgation saggravent. Les politiques europennes dinvestissement dans le capital humain na pas pour but de rduire les ingalits (ni augmentation des taux de russite, ni amlioration de lintgration sociale!). Les facteurs dfavorables sont: la slection dans le recrutement ou lorientation prcoce, et les groupes de niveau.Chapitre VI Enseigner et apprendre: les termes de la modernisation (p 161)Le nouveau modle qui simpose: programme, pdagogie, valuation et slection! Le discours conomique la emport; On est pass dun humanisme, lducation Nouvelle, puis la (nouvelle) modernisation.Aujourdhui les enseignants ont une comprhension limite des milieux de la culture dorigine des lves (p 164). Lducation nouvelle: cest une nouvelle forme pdagogique. Dfinition: des principes dapprentissages centrs sur lenfant, et ladaptation la culture des lves. Cest une matrice possible des rformes de la pdagogie et des enseignements dispenss. Les griefs contre dans lEducation nationale sont: pas dinstruction systmatique, incertitude sur les dterminations sociales de cet apprentissage, capitulation des enseignants, destruction de la connaissance disciplinaire. La sociologie critique dit quelle masque les faibles attentes scolaires des enfants issus des milieux ouvriers, et par consquence, elle avantage ainsi les classes moyennes.Trois facteurs sont dterminants dans le devenir de lEducation nationale: 1 Son impossibilit produire des hommes libres dans une socit o on en est de plus en plus priv! La socit na pas volu dans le sens voulu. 2 La trajectoire de lducation et le discrdit de lEducation nationale. 3 Le nouvel ordre mondial, qui a domestiqu les enseignants. propos de la modernisation, la diffrenciation ncessiterait de redfinir les programmes selon 2 modalits: la formation des lites dun ct, et celle des lves socialement dfavoriss de lautre. En France, la tendance a t de mettre en place des dispositifs de slection prcoces (p 180). Cela a abouti : -la rhabilitation de lenseignement professionnel.-la sparation des voies professionnelles et gnrales (vers 14-15 ans en Europe)-la rduction des heures de cours, qui toujours abouti la rduction de la partie culturelle de lducation.Lefficacit du systme nest value que sur le noyau dur troitement dfini (lecture calcul): le socle des comptences communes. Les valuations sont rgulires et peu ambitieuses (5, 7, 11, 14, 16 ans).La nouvelle rgle de lducation, cest rendre les gens adaptables sur le march du travail! (p 184). Cette qualit est individuelle. Parfois elle est compatible avec lducation Nouvelle: crativit, travail en quipe, responsabilisation. Mais aussi: autodiscipline(!), mais sans lien avec une mancipation collective. Cela entraine une reproduction des divisions sociales.LAngleterre a la particularit davoir russi imposer politiquement les contenus et la pdagogie dans le systme ducatif (p 188). Il ny a plus dducation Nouvelle, ni dinnovation...</p>