Nuclaire : la filire franaise du dmantlement l ... ? tallations nuclaires de base actuellement

  • Published on
    16-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Nuclaire : la filire franaisedu dmantlement l'preuvede l'industrialisationNadge L'Hostis, Taha ZeggwaghL'essor du dmantlement des centrales nuclaires constituera une opportunitpour dvelopper la filire franaise qui peut aujourd'hui se targuer d'uneexprience non ngligeable. Pour se mettre en capacit de mener le nombreimportant de projets venir, la filire franaise doit dsormais se structureret s'industrialiser. Le dveloppement d'une filire d'excellence reste conditionnpar la dfinition d'orientations stratgiques permettant aux diffrents acteursd'investir ds prsent et un assouplissement du cadre rglementaire existant.La filire franaise du nuclaire civil, recon-nue comme une filire d'excellence, est untournant majeur de son volution. Les poli-tiques nergtiques sont en pleine mutation,la concurrence internationale s'exacerbe, cecidans un contexte d'exigences de V UH p et descurit de plus en plus fortes. L'industrie nu-claire fait aujourd'hui l'actualit autour de sesrestructurations : recentrage d'AREVA sur sesactivits du cycle du combustible, rachat parEDF des activits racteurs d'AREVA, question-nements sur les projets EPR Hinkley Point etOL3...Au regard de ces dbats, le cycle aval de lafilire nuclaire, notamment le dmantlement,fait peu parler de lui. Il connatra pourtant in-luctablement un essor important dans les an-nes venir du fait de l'arrive en fin de viedes installations, principalement celle du parcde racteurs de deuxime gnration.Pour asseoir l'industrialisation de la filire,un certain nombre de dfis doivent tre rele-vs au cours des prochaines annes : tirer partide l'innovation et de la R&D, dvelopper lescomptences, adapter le cadre rglementaire etrenforcer les relations entre les acteurs. L'essordu dmantlement constituera une opportunitpour dvelopper une filire avec un haut ni-veau de savoir-faire, permettant ainsi de redy-namiser l'ensemble du secteur nuclaire.1. Un march incontournablequi ncessitera l'industrialisationde la filire1.1. Un march de 35 milliards d'eurosAvec un march franais estim 35 milliardsd'euros1rpartis sur les 50 prochaines annes,les activits lies au dmantlement nuclairesemblent avoir de beaux jours devant elles.Cette estimation couvre la trentaine d'ins-tallations nuclaires de base actuellementen cours de dmantlement, mais galementplus de 90 installations qui seront dmante-les dans les dcennies venir.S'il est certain que ce march connatra unecroissance terme du fait du vieillissement desinstallations nuclaires, l'enjeu pour la filirefranaise est d'tre en mesure d'accompagner1. Source : e H Modlisation du march du dmant-lement des installations nuclaires de base - ColombusConsulting et Centrale-Suplec - 2015Tous droits de reproduction rservsANALYSE Nuclaire : la filire franaise du dmantlement l'preuve de l'industrialisation2,0_ 1,8S W! 1,4S 1,21,05 0,8 0,60,40,20,00^ ? f ^ i>> T>>v v v v v v v f v f T> V V V40 ans -50 ans 60 ansFigure 1 - Evolution du chiffre d'affaires du march du dmantlement en fonction de la dure devie des racteurs nuclaires(Source : Colombus Consulting)son rythme de croissance. Il est complexed'estimer prcisment le rythme d'essor de cemarch, en raison des multiples paramtres quiinfluencent son dveloppement (grand car-nage, loi transition nergtique, vieillissementdes centrales, comptitivit accrue des ner-gies renouvelables, ...). Toutefois, la dcisionde l'ASN quant la prolongation ou non de ladure de vie autorise des centrales nuclairesaura un poids dterminant sur le rythme decroissance du march, ceci pour deux raisons :le dmantlement de ces racteurs reprsen-tera 50 % du volume global du march ;la France a fait le choix d'une stratgie dedmantlement immdiat et non diffr, lesactivits de dmantlement devraient ainsiDECHEINGENIERIEGESTION DEPROJETSECURITE ETSURVEILLANCE REAMENAGEMENTDU SITEFigure 2 - Structure de FR W du dmantlementd'une installation nuclaire(Source Colombus Consulting)tre inities sans dlai aprs la mise en arrtdfinitif.La dure de vie des 58 racteurs REP mis enservice entre les annes soixante-dix et quatre-vingt-dix, initialement fixe 40 ans par l'ASNsera probablement prolonge 60 ans. L'vo-lution du chiffre d'affaires du march franaisdu dmantlement peut tre modlise enfonction de diffrents scnarios portant sur ladure d'exploitation des racteurs nuclaires(40, 50 et 60 ans).Les FR WV oprationnels reprsentent 50 %des FR WV d'un projet de dmantlement. Lesautres centres de FR W sont principalement lagestion des dchets, l'ingnierie et la gestionde projet.1.2 Des chantiers complexesLa chaine de valeur d'un projet de dman-tlement fait la part belle aux activits degestion de projet, en raison de la dure d'unprojet (entre 15 et 25 ans selon l'INB 2 ) et desnombreux alas traiter. Chaque installation,de par sa spcificit, requiert une stratgie dedmantlement bien spcifique. La conception,les matriaux utiliss et les modifications inh-rentes au cycle de vie font de chacun de cessites un projet de dmantlement diffrent desautres, ncessitant des travaux de diagnostic etd'ingnierie pousss.2. Source : Comit Stratgique de la Filire Nuclaire.Tous droits de reproduction rservsCaractrisationComptences demesure et gestion dedonnes,radioprotection,ingnierieConception desComptencesd'ingnierie, de gestionde donnes, demodlisation etsimulationOprationsComptences deconfinement, ventilation,radioprotection,robotique, gnie civil,radioprotection,manutentionGestion des dchetsComptences deradioprotection, gestionde dchets, transport,conditionnementGestion de projetComptences de gestion de planning, gestion des FR gestion des risques, gestion des fournisseursFigure 3 - Chane de valeur d'un projet de dmantlement d'une installation nuclaireToutefois, les installations de type racteursnuclaires pourront bnficier d'un effet desrie et d'optimisation au cours des tapestechniques de travaux d'amnagement, d'assai-nissement et de dmantlement. Ces effets desrie seront quasi inexistants pour les autresinstallations ddies au cycle du combustible(conversion, enrichissement, recyclage, ...), la R&D ou encore l'entreposage des subs-tances radioactives.Le large spectre d'activits ncessaires audmantlement d'une installation fait inter-venir des comptences techniques aussi bienque des comptences transverses de pilotage,d'analyse des risques ou encore d'optimisa-tion financire. Pour cette raison, l'un des pr-requis l'essor du march est la constitutiond'un vivier de comptences consquent, ceciau sein des entreprises exploitantes et dessous-traitants.1.3 L'essor du march, opportunit pour lesnouveaux entrantsLes projets de dmantlement en cours etles premiers projets venir reprsentent uneopportunit pour de nouveaux entrants, quipourront aider la structuration de la filireet constituer le vivier de comptences nces-saires pour accompagner l'essor du march.Les industriels auront d'autant plus d'intrt se positionner sur le march qu'ils pourrontfaire valoir l'un des deux atouts suivants :la diffrenciation grce une solution inno-vante, tels que les outils de simulation ou derobotique pour les investigations tl-op-res en milieux irradis ;la cration de synergies avec les autres ac-tivits de l'entreprise, par exemple en d-veloppant des offres intgres ou - cl enmain lorsque l'entreprise est prsente surd'autres activits de la filire nuclaire ousur d'autres secteurs industriels.Pour entrer sur le march du dmantlementnuclaire, les potentiels nouveaux entrantsdoivent travailler sur quatre axes de dvelop-pement incontournables :Matriser les comptences : le secteur dudmantlement nuclaire requiert des com-ptences spcifiques, telles que l'interven-tion en milieu irradi, la culture p lerespect des exigences qualitGagner la confiance du march : pourtre reconnu, la stratgie classique consiste remonter la chane de sous-traitance en vued'atteindre la contractualisation directe avecle donneur d'ordreQualifier sa solution : la solution doitrpondre aux exigences sectorielles, notam-ment la garantie d'une traabilit de bouten bout ainsi que les qualifications requises(essais non destructifs par exemple)S'adapter au cadre rglementaire : laconnaissance des rglementations et normesspcifiques du secteur et la matrise deleur mise en notamment au traversde certifications ou qualifications par lesexploitants, reprsentent un investissementconsquent mais sont essentielles pour int-grer le march (CAEAR, CEFRI, ...).Tous droits de reproduction rservsDvelopper l'innovation et la R&DAmliorer la matrise l'tat initialOptimiser les scnarios de dmantlementOptimiser et scuriser les oprations dedmantlementOptimiser la filire des dchetsoDvelopper les comptences y ^ ^MglijiMM y ^ Renforcer les relations entre les acteursDisposer d'un vivier de comptences ^^^^^^^^^^^^^^^^^^ Crer des synergies entre les acteursGrer la transition de l'exploitation au , Faire voluer les modles contractuels etdmantlement & partager les risquesMlllUtAdapter le cadre rglementaireAvoir de la visibilit sur les programmes dedmantlementFigure 4 - Les dfis de la filire du dmantlement nuclaire (Source : Colombus Consulting)L'attractivit du march est aujourd'hui re-lativement faible avec une marge infrieure 5 % pour les industriels 3 notamment en rai-son des FR importants lis la complexitdes rponses appel d'offres. Pourtant, pourse positionner sur ce march et bnficier deson dveloppement prvisible, les industrielsdoivent investir ds aujourd'hui. Le marchdu dmantlement se caractrise en effet pard'importantes barrires l'entre et la duremoyenne pour atteindre le breakeven point se situe entre 10 et 15 ans4.2. Les dfis releverpar la filire franaiseGrce aux dconstructions dj en cours,ainsi qu' une longue tradition de produc-tion d'lectricit de source nuclaire, la filirefranaise du dmantlement peut aujourd'huise targuer d'une exprience non ngligeable.Pour se mettre en capacit de mener le nombreimportant de projets venir, la filire franaisedoit dsormais se structurer et s'industrialiser.3. Source : e G Modlisation du march du dmant-lement des installations nuclaires de base - ColombusConsulting et Centrale-Suplec - 20154. Source : e G Modlisation du march du dmant-lement des installations nuclaires de base - ColombusConsulting et Centrale-Suplec - 20152.1 Dvelopper l'innovation et la R&DLes projets de dmantlement sont deschantiers complexes forts enjeux techniqueset financiers. L'innovation et la R&D contri-buent rpondre ces enjeux lors des diff-rentes tapes d'un dmantlement, que ce soitpour matriser l'tat initial, pour optimiser lesscnarios et les oprations de dmantlementou encore pour optimiser la filire des dchets.2.1.1 Amliorer la matrise l'tat initialLa matrise de l'tat de l'tat initial est unetape cruciale d'un projet de dmantlementpuisqu'elle permet de :Dfinir les meilleurs scnarios de dmant-lement, alliant scurit des intervenants etperformance technico-conomique ;Slectionner les techniques d'interventionrpondant au mieux aux exigences de Ut, de scurit et de radioprotection ;Disposer d'une classification des dchetsproduits lors du dmantlement et anticiperles exutoires associs.Cette tape ncessite la ralisation d'uninventaire physique et d'un inventaire radiolo-gique des installations tenant compte de l'his-torique d'exploitation. Cette activit peut trerendue difficile par la conjonction de plusieurslments parmi lesquels : l'anciennet des ins-tallations, le manque de prcision des plans,Tous droits de reproduction rservsl'inaccessibilit de certaines parties de l'ins-tallation, l'incertitude sur l'tat de substancesradioactives, ou encore le manque de traabi-lit des modifications apportes l'installationlors de son exploitation. Il est noter que cesdifficults portent principalement sur les ins-tallations les plus anciennes conues dans lesannes 1950 et i960, pour lesquelles les exploi-tants disposent d'une moindre traabilit.Une mauvaise connaissance de l'tat initialpeut fortement impacter les dlais du projet,et ainsi les FR WV associs. L'innovation peutpermettre de rpondre ces problmatiquesde caractrisation. Le CEA a par exemple misen place la technologie 'gamma camra' quipermet de reprer, situer et quantifier les pointschauds dans des zones inaccessibles 5. Le CEAa galement mis au point, en partenariat avecla socit IVEA, une technologie d'analyse distance de la matire : la Libs (Laser inducedbreakdown spectroscopy) 6.2.1.2 Optimiser les scnarios de dmantlementLe choix d'un scnario de dmantlement estintimement li la matrise de l'tat initial, quidtermine les options quant aux oprations mener et la gestion des dchets. Un optimumtechnico-conomique doit tre atteint prenanten compte de multiples paramtres interdpen-dants tels que les aspects techniques et finan-ciers, la V U Wp la scurit, la radioprotection,la gestion des dchets ou encore la faisabilitdes oprations en termes d'accessibilit. Dansces circonstances, simulation et modlisationsont essentielles pour appuyer la prise dedcision. Les gains apports par les technolo-gies numriques constituent ici un rel levier.titre d'exemple, le logiciel d'aide la dcision DEMplus dvelopp par Oreka Solutionspermet d'intgrer l'ensemble des paramtres.Une collaboration avec le CEA a permis d'affi-ner les simulations gnres par cet outil pourles rendre aussi ralistes que possible.2.1.3 Optimiser et scuriser les oprationsde dmantlementDu scnario retenu dcouleront les diff-rentes oprations mener sur un chantier :5. Source : CEA6. Source : CEAdcoupe, dcontamination des structures etdes sols, traitement et conditionnement deseffluents et des dchets, assainissement etconfinement.Certaines de ces oprations doivent tremenes en milieux hostiles et inaccessibles l'homme. La tlopration permet de rpondre cette forte contrainte : elle garantit la scuritdes intervenants en rduisant leur exposition la radioactivit. Par exemple, le robot Maes-tro, dvelopp par le CEA et Cybernetix, ra-lise diffrentes oprations ncessaires dans lecadre d'un projet de dmantlement : mesure,dcoupe ou encore dcontamination. Le robotRIANA (Robot for Investigations and Assess-ments of Nuclear Areas), conu par AREVA,constitue galement une avance puisqu'il estcapable d'intervenir en zone nuclaire poury raliser des oprations de cartographie, deprlvement d'chantillons ou de mesure de laradioactivit7.La technologie de ralit virtuelle prometgalement de faciliter le travail des quipes. LeCEA a ainsi mis en place une salle immersive Marcoule pour la formation des oprateurs.2.1.4 Optimiser la filire des dchetsD'un point de vue conomique, l'optimisa-tion de la gestion des dchets reprsente unenjeu majeur puisque la gestion des dchetsconstitue 20 % des FR WV d'un projet de d-mantlement. En effet, le dmantlementd'une installation nuclaire gnre une quan-tit importante de dchets, en moyenne 80 %de dchets conventionnels et 20 % de dchetsradioactifs 8. A titre d'illustration, le dmantle-ment d'un REP de 900 MW produit en moyenne100 000 m3 de dchets 9.Le zonage des dchets effectu lors de lacaractrisation de l'tat initial permet d'ta-blir la frontire entre dchets conventionnelset dchets radioactifs. La filire de traitementde ces derniers dpend de leur catgorie, d-finie partir de deux critres : le niveau deradioactivit et la priode radioactive. A cejour, tous les exutoires n'existent pas, commepour les dchets de graphites provenant de la7. Source :AREVA8. Source : ANDRA9. Source : ANDRATous droits de reproduction rservspremire filire franaise de racteurs UNGG(Uranium Naturel Graphite Gaz). Le dmarragedu stockage profond, via le projet Cigo, pourles dchets de haute activit et les dchets demoyenne activit vie longue, est prvu ho-rizon 2025.Les travaux de R&D portent principalementsur la caractrisation des dchets, les mthodesde traitement et les nouveaux matriaux deconditionnement. L'un des principaux objectifdes travaux sur cette thmatique est la rduc-tion des volumes afin d'optimiser l'utilisationde la ressource rare qu'est l'espace de stockage.Ainsi, l'ANDRA estime que l'unique centre destockage des dchets de trs faible activit(Centre industriel de regroupement, d'entrepo-sage et de stockage - Cires) sera satur entre2020 et 2025. L'IRSN propose d'examiner denouvelles pistes pour la gestion de ce type dedchets via la valorisation des matriaux, lestockage en site conventionnel et la librationdes anciens sites nuclaires 10 . L'usage de seuilsde libration apparait alors comme un prre-quis pour industrialiser cette filire.2.2 Dvelopper les comptencesEn plus d'tre un dfi technique et indus-triel, le dmantlement comporte une fortedimension humaine et sociale. Les ressourceshumaines constituent l'un des facteurs cls desuccs d'un projet de dmantlement. Les en-jeux associs sont, d'une part, d'tre en mesurede disposer du vivier de comptences suffisantpour mener bien l'ensemble des chantiers venir et, d'autre part, de russir la transi-tion de la phase d'exploitation la phase dedmantlement.2.2.1 Disposer d'un vivier de comptencesLe dmantlement des installations nu-claires s'talera sur plusieurs dcennies, il estdonc essentiel de disposer d'une politique deformation sur le long terme. Les chantiers dedmantlement font appel des comptencesaussi diverses que la gestion de projet, la ges-tion de risques, la simulation de scnarios dedmantlement, la radioprotection, la U p10. Source : IRSN (rapport 2016 : Dchets de trs faibleactivit : La doctrine doit-elle voluer )les mthodes d'assainissement, de dmantle-ment et de gestion de dchets.Certaines comptences sont particuli-rement longues acqurir, avec une duremoyenne de formation de 7 ans11 pour unepersonne intervenant dans ce secteur, etd'autres, comme la tl-opration en milieuxirradis ou la radioprotection, sont identifiescomme critiques. Anticiper l'acquisition, parcompagnonnage ou par formation, des savoir-faire ncessaires aux projets de dmantlementest critique pour pouvoir absorber les volumesd'activit des dcennies venir.2.2.2 Grer la transition de l'exploitationau dmantlementLes comptences ncessaires au dmant-lement d'une installation nuclaire diffrentnotablement de celles requises pour son ex-ploitation. Certaines d'entre elles sont d'ail-leurs spcifiques au dmantlement, commela modlisation et simulation de scnario. Cecisoulve une problmatique socio-conomiqued'emploi local puisqu' la mise en arrt d'uneinstallation les activits d'exploitation dispa-raissent ou sont fortement rduites. Au final,l'effectif ncessaire pour le dmantlementd'un site est quatre dix fois infrieur l'effec-tif d'exploitation 12.Pour anticiper cette transition et matriserson impact social, une politique de gestionde l'emploi et de reconversion s'avre essen-tielle. Il est par ailleurs courant de maintenirdes intervenants prsents au cours de l'exploi-tation du site lors des premires phases du d-mantlement pour prenniser la mmoire del'installation et transfrer les connaissances in-dispensables pour une caractrisation prcisede l'tat initial. La politique nationale d'inves-tissement dterminera les possibilits de pro-motion et de soutien de l'emploi.2.3 Adapter le cadre rglementaireLes exploitants et les industriels s'accordentpour qualifier le cadre rglementaire rgissantle dmantlement de trs contraignant, cadre11. Source : e G Modlisation du march du dmant-lement des installations nuclaires de base - ColombusConsulting et Centrale-Suplec - 201512. Source : Comit Stratgique de la Filire NuclaireTous droits de reproduction rservsplus adapt l'exploitation des installationsnuclaires qu' leur dmantlement 13. Sa sim-plification permettrait de rduire les risquesd'allongement de dlais allongs et risquesfinanciers associs.Le code de l'environnement dfinit le cadrerglementaire pour l'arrt dfinitif, le dmant-lement et le dclassement d'une installation. Ilprvoit que lorsque l'exploitant prvoit d'ar-rter dfinitivement le fonctionnement de soninstallation ou d'une partie de son installation,il le dclare au ministre charg de la V U pnuclaire et l'Autorit de 6 U p Nuclaire 14,au moins deux ans avant la date d'arrt pr-vue. L'exploitant dispose alors de deux annespour remettre son dossier de dmantlementau ministre charg de la V U p nuclaire quidoit l'instruire sous un dlai maximum de troisans15. Par la suite, le dmantlement de l'ins-tallation nuclaire de hase ou de la partie d'ins-tallation l'arrt dfinitif estprescrit par dcretpris aprs avis de l'Autorit de 6 U p Nuclaireet aprs l'accomplissement d'une enqute pu-blique 1S. Ce dcret dtermine, entre autres, lesprincipales tapes du dmantlement, le dlaide ralisation et l'tat final vis.Parmi les contraintes gnres par ce cadrerglementaire, citons par exemple :des dossiers de dmantlement exigeantdes informations de plus en plus dtaillesavec un dlai d'instruction qui s'en retrouveallong, l'ASN pouvant demander des com-plments au dossier initial ;la ncessit de demander une nouvelle auto-risation en cas de retard dans les oprationsde dmantlement. En effet, le dcret relatif la mise l'arrt dfinitif et au dman-tlement spcifie le dlai de ralisation desoprations ;l'impossibilit d'anticiper certaines d'opra-tions d'assainissement ou de dmantlementen phase d'exploitation ;13- Source : e Modlisation du march du dmant-lement des installations nuclaires de base - ColombusConsulting et Centrale-Suplec - 201514. Code l'environnement, article L593-2615. Dcret n2007-1557 du 2 novembre 2007 relatif auxinstallations nuclaires de base et au contrle, en matirede V U p nuclaire, du transport de substances radioactives16. Code l'environnement, article L593-28la multiplicit des parties prenantes (ASN,IRSN, ministre charg de la V U p nuclaire,Commission Locale d'Information, ...).Au final, il conviendrait de rendre plusflexible le cadre rglementaire du dmant-lement afin de fluidifier le droulement desprojets et matriser les FR V et les dlais, touten garantissant le respect des exigences de Vret, scurit et radioprotection inhrentes aunuclaire.2.4 Renforcer les relations entre les acteursPour renforcer la structuration de la filirede dmantlement, une plus forte collabora-tion entre les acteurs est ncessaire. Elle peutpasser par la cration de synergies, l'amlio-ration des modles contractuels ou encore lepartage de la visibilit sur les programmes dedmantlement.2.4.1 Crer des synergies entre les acteursLes premires actions sont dj entames, l'image de la cration en 2014 du Ple de Va-lorisation des Sites Industriels (PVSI). Le PVSIregroupe notamment des acteurs de l'industrie,de la recherche, de l'innovation et de la forma-tion et permet de renforcer les synergies entreses membres. Un autre exemple de collabora-tion est l'accord conclu entre le CEA et VeoliaEnvironnement, notamment dans le domainede la cartographie radiologique. Chacun de cesdeux acteurs, en apportant son savoir-faire etson exprience, favorise ainsi l'innovation touten mutualisant les FR V2.4.2 Faire voluer les modles contractuelsLes modles contractuels entre les exploi-tants et les industriels sont relativement lourds.Dans le secteur du dmantlement nuclaire,les contrats sont gnralement forfaitaires. Lesrisques et les alas rencontrs lors de la ra-lisation des travaux sont alors supports parles sous-traitants. Ces derniers peuvent trerticents engager des investissements cons-quents pour renforcer leur positionnementau sein du secteur du dmantlement. Pour yrpondre, les modles contractuels devraientintgrer un partage des risques plus quilibrentre les acteurs.Tous droits de reproduction rservsUne analyse des risques en amont dela contractualisation, issue d'un changeconstructif entre exploitant et industriels, peutpermettre d'identifier les responsabilits dechaque partie en cas d'imprvu sur un chantieret les actions mettre en place pour y pallier.Les modles contractuels anglo-saxons peuventservir d'exemple. Certains modles prvoientde procder une rvaluation systmatiquedu march ds lors que l'avance des travauxrvle de nouvelles donnes prendre encompte pouvant mettre en cause les donnesd'entre stipules dans le contrat initial.La relation entre les exploitants et les indus-triels gagnera voluer vers une logique departenariat et une relation gagnant-gagnant.2.4.3 Avoir de la visibilit sur les programmesde dmantlementLes industriels ont un besoin fort de visibi-lit sur les programmes de dmantlement venir pour dclencher les investissements n-cessaires la structuration de la filire et audveloppement d'un tissu industriel comptitif,crant ainsi une filire d'excellence valorisable l'tranger.Afin d'atteindre cet objectif, il est essentield'avoir une vision claire de la stratgie nerg-tique nationale. Or, si la loi de transition ner-gtique promulgue en D 2015 prvoit lalimitation du nuclaire 50 % du mix nerg-tique, cet objectif pourrait finalement tre revu.La programmation pluriannuelle de l'nergie,qui devra mettre en cohrence les trajectoiresdes diffrentes filires nergtiques, viendraconfirmer ou infirmer cette volont tatique.Une fois cette volont confirme, les pro-grammes de dmantlement pourront tre lan-cs selon un planning qui devra prendre enconsidration l'ensemble des lments vo-qus prcdemment, laissant notamment letemps la constitution et l'utilisation efficaced'un vivier de comptences.Des diverses activits de la filire nuclaire,le dmantlement est sans doute celle poss-dant les perspectives de croissance les plusprometteuses. La filire franaise est en mesurede relever le dfi d'industrialisation de ce sec-teur. Toutefois, le dveloppement d'une filired'excellence est conditionn par la dfinitiond'orientations stratgiques permettant aux dif-frents acteurs d'investir ds prsent.Tous droits de reproduction rservs

Recommended

View more >