Numrique et Conseil en Grandes Cultures - ? technologies numriques pour lagriculture franaise.

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • LES DOSSIERS DE LOBSERVATOIRE Avril 2018

    Numrique

    et Conseil en

    Grandes Cultures

    http://agrotic.org/observatoire/

  • Quest-ce que lObservatoire?

    Ce dossier a t ralis dans le cadre de lObservatoire des Usages

    de lAgriculture Numrique.

    Celui-ci vise produire un tat des lieux objectif des usages des

    technologies numriques pour lagriculture franaise. Tous les

    rsultats sont diffuss sur le site internet de lObservatoire et

    prsents, par exemple lors de sminaires. Ces rsultats sont de

    deux types:

    Merci aux techniciens ayant donn de leur temps cette

    tude, ainsi quaux organismes et entreprises qui nous ont

    aids relayer lenqute et apport leur expertise.

    Merci Samantha Fache, Jrmy Gervais, Kelvin Sage et

    Mathilde Vimont pour leur contribution lenqute ralise.

    Infographies

    Dossiers

    Photographies un instant t des usages

    dune technologie numrique en

    agriculture

    Etudes des usages et freins ladoption

    des technologies numriques en

    agriculture

    Tous

    les 3

    mois

    Tous

    les 6

    mois

    Les deux types de production de lObservatoire

    Ce dossier sur le Numrique et conseil en grandes cultures est le

    second de lObservatoire. Il a t ralis avec la contribution

    dtudiants de Montpellier SupAgro dans le cadre dun Projet dlves

    ingnieurs.

    Plus dinformations et

    autres tudes sur le site de

    lObservatoire

    agrotic.org/observatoire

    2

    http://agrotic.org/observatoire/

  • Nombre de rponses au

    questionnaire par rgion

    Types de structures reprsentes par lchantillon de techniciens interrogs

    Cet chantillon est reprsentatif

    des principaux profils des

    techniciens grandes cultures.

    Les structures de conseil

    indpendantes regroupent les

    associations dagriculteurs, les

    laboratoires, socits de conseil

    et conseillers indpendants.

    Les rsultats obtenus peuvent

    tre biaiss par le mode de

    diffusion du questionnaire par

    Internet, touchant davantage

    des personnes dj familiarises

    au numrique.

    Objectifs de ltude

    Forces de conseils et de

    propositions, sollicits pour

    rpondre des questions

    mtiers et pratiques par les

    agriculteurs, les conseillers

    sont au cur des volutions

    des pratiques agricoles.

    LObservatoire sintresse donc

    de prs aux usages quils ont

    des outils numriques, mais

    aussi au regard quils portent

    sur la profession et son

    volution.

    Quelles sont les structures de conseil

    interroges?

    Quels sont les usages de

    lAgriculture numrique par

    les techniciens en Grandes

    Cultures?

    Quel(s) impact(s) sur le

    mtier de conseiller

    aujourdhui?

    Comment accompagner la

    profession?

    Mthodologie

    Une enqute en ligne a t

    mene sur lt 2017 sur toute

    la France.

    Ce dossier prsente les rsultats

    de cette enqute qui a touch

    148 conseillers en GrandesCultures.

    Cette enqute a t complte

    par des entretiens tlphoniques

    avec des techniciens volontaires.

    Les membres de la Chaire

    AgroTIC ont galement apport

    leur expertise. Des rapports

    dactivits de 52 coopratives

    ont galement t tudis pour

    complter certaines informations

    dusages, notamment dans le

    centre et le nord de la France.

    Aprs la viticulture, ce second dossier de lobservatoire se focalise sur

    la filire Grandes cultures.

    64%

    18%

    15%3%

    Coopratives

    Chambres d'agriculture

    Ngoces

    Autres

    3

    http://agrotic.org/observatoire/

  • La vision des techniciens sur

    lagriculture numrique

    Les techniciens proposent

    leur dfinition du

    numrique

    Pour les conseillers interrogs,

    lagriculture numrique

    correspond dabord la

    traabilit. Il sagit pour eux de

    la saisie numrique du

    parcellaire, des exploitations,

    des interventions agricoles et

    des prconisations qui peut tre

    faite par eux-mmes, une

    personne ddie ou les

    agriculteurs quils suivent. Cest

    en gnral le premier contact

    des conseillers avec

    lagriculture numrique: souvent

    pour des raisons rglementaires

    (certification du conseil, zones

    vulnrables, dclarations PAC),

    imposes par leur entreprise.

    Les outils classiques de

    lagriculture de prcision

    (Modulation, satellite, OAD)

    sont galement cits, ainsi que

    des termes plus spcifiques la

    grande culture tels que le

    guidage. Il est intressant de

    voir que les robots sont

    galement cits.

    Une vision plutt positive

    Plus de 60% des rponses

    correspondent des termes

    positifs et relatifs lavenir. Il

    sagit pour eux dun progrs,

    dun moyen doptimiser les

    pratiques et de raliser des

    conomies.

    A linverse, environ 6% des

    rponses sont des termes

    moins favorables lagriculture

    numrique selon lesquels le

    numrique apporte de la

    complexit et des cots

    supplmentaires. Des craintes

    apparaissent galement par

    rapport la scurit des

    donnes des agriculteurs.

    Modulation Prcision Superflu SatelliteProgrs Connexion Robot Optimisation Complexe

    Guidage Avenir Traabilit ObligatoireScurit Chronophage OAD Innovation Marketing

    Cot Ractivit Interoprable VasteGestion Optimisation

    Quest-ce que vous voque

    lAgriculture Numrique, en deux

    mots cls?*

    Avec plus de 95% de rponses

    cette question libre et

    facultative, les techniciens

    interrogs sexpriment sur

    lagriculture numrique. Il sen

    dgage 2 types dinformations.

    *Ce nuage de mots retranscrit ce

    quont exprim les techniciens

    interrogs. La taille des mots est

    proportionnelle au nombre

    doccurrences. Pour plus de lisibilit,

    tous les mots napparaissent pas.

    Comparaison avec

    la filire viticole

    La traabilit est lentre de

    lagriculture numrique, quelle

    que soit la filire.

    Le guidage et la modulation

    sont des termes qui

    apparaissent davantage en

    grandes cultures.

    Si lun des termes principaux

    exprims par les conseillers

    viticoles est Retard , les

    conseillers en Grandes cultures

    semblent avoir une vision plus

    positive doutils qui constituent

    dj leur quotidien.

    Consulter le dossier viticulture:

    http://agrotic.org/observatoire/2017/

    05/30/dossier-conseil-en-viticulture/

    4

    http://agrotic.org/observatoire/2017/05/30/dossier-conseil-en-viticulture/

  • Ces trois activits classiques sont

    extrmement lies entres elles.

    Les conseillers en grandes

    cultures semblent avoir un rle

    important daccompagnement

    des agriculteurs sur ces missions.

    En revanche, moins de la moiti

    des techniciens sont sollicits sur

    le dimensionnement des intrants

    (stocks et commande de matriel

    et dintrants).

    Y a-t-il des diffrences entre

    structures ou rgions?

    Limportance relative de chaque

    mission semblent tre la mme

    chez tous les conseillers, quelle

    que soit la structure dans laquelle

    ils exercent. Il en va de mme

    pour les rgions.

    Les htrognits entre

    techniciens de la filire grandes

    cultures semblent moins fortes

    que chez les conseillers viticoles.

    Les missions sur lesquelles les techniciens interrogs sont le plus sollicits

    Protection, fertilisation et

    rglementation

    Interrogs sur leurs missions, les

    conseillers montrent quun mme

    technicien exerce une grande

    varit de missions. Les missions

    principales concernent 3 grandes

    thmatiques:

    la protection des plantes, que

    ce soit contre les maladies ou

    contre les adventices,

    concerne 85% des conseillers.

    Plus de la moiti dentre eux

    sont sollicits par quasiment

    tous leurs agriculteurs.

    Les conseils en fertilisations

    mobilisent plus de 90% des

    conseillers, qui sont en gnral

    sollicits sur ces

    problmatiques par plus de la

    moiti de leurs agriculteurs.

    Traabilit et appui aux

    dmarches administratives

    font partie intgrante de leur

    mtier pour plus de la moiti

    des conseillers.

    Les missions principales

    Lutte contre les adventices et maladies

    Modulation de la fertilisation

    Traabilit des conseils et travaux

    Dclarations administratives

    Dautres missions spcifiques

    Conseil en rglage de matriel

    Dimensionnement de matriel

    Pilotage des semis et des rcoltes

    Quels sont les mtiers des

    conseillers agricoles?

    0%

    10%

    20%

    30%

    40%

    50%

    0 50 50

    100

    100

    200

    Plus de

    200

    Source: Pourcentage de techniciens ayant

    rpondu sur 146 rponses

    Les principales cultures

    concernes sont les

    crales (bl, orge,

    triticale), le colza et le mas.

    0%

    10%

    20%

    30%

    40%

    Moins de

    5 ans

    De 5

    10 ans

    De 10

    25 ans

    Plus de

    25 ans

    Profils des

    conseillers interrogs

    5

    http://agrotic.org/observatoire/

  • Logiciels de gestion dexploitation

    Applications mtiers sur tlphones

    Systmes de golocalisation, avec ou sans correction

    Coupures de tronons

    Les outils les plus utiliss par les agriculteurs, daprs leurs conseillers

    Les outils utiliss par les agriculteurs

    Quels sont les outils numriques

    utiliss par les agriculteurs ?

    Logiciels daide la dcision

    Tldtection

    Capteurs embarqus

    Appareils de mesure numrique portables ou fixes

    Gestion de lexploitation et

    systmes associs au

    guidage et la modulation

    Il existe 2 catgories doutils

    couramment utiliss par les

    agriculteurs, daprs leurs

    conseillers.

    Tout dabord, conformment aux

    missions cites prcdemment, la

    gestion technico-conomique de

    lexploitation est un usage majoritaire

    et rgulier: 80% des conseillers

    pensent que les agriculteurs en

    utilisent plusieurs fois par an. Les

    facteurs dexplication sont multiples:

    obligations rglementaires,

    contractualisations lies lagro-

    alimentaire, enjeux conomiques

    forts (gestion des stocks et

    approvisionnement).

    La deuxime catgorie doutils

    majoritaires sont ceux lis au guidage

    lors des applications agricoles:

    systmes de golocalisation avec

    corrections (GPS RTK, GPS, EGNOS)

    et coupures de tronons sont des

    usages courants pour les trois-quarts

    des conseillers. Ces usages peuvent

    tre lis la modulation (fertilisation,

    semis) qui, en grandes cultures,

    ncessite une bonne prcision pour

    toutes les applications dpendantes

    du guidage par le tracteur.

    Les outils tels que les modles

    agronomiques, la tldtection, les

    capteurs sur matriel (ex: capteurs de

    rendement), et les capteurs pitons

    ou fixes (ex: capteurs de lactivit

    photosynthtique) sont moins utiliss.

    Dautres usages ont t cits

    ponctuellement:

    Automatismes de rglages

    Tlgonflage

    Binage et guidage avec camra.

    10% de la surface enGrandes Cultures a t pilote

    par tldtection en 2017*

    *Infographie Usages de la tldtection en

    Agriculture , campagne 2018

    **Sondage terre-net, avril 2017

    42% des agriculteurs pratiquent lamodulation, manuelle ou

    automatique**

    Autres chiffres

    Presque

    jamais

    Tout au long

    de lanne

    1 2 fois

    par an

    Les conseillers suivent entre 10 et 200 agriculteurs: cela reprsente une large

    vision de la perception du numrique par les agriculteurs. Ils ont ainsi t

    interrogs sur la vision quils ont des usages du numrique par les agriculteurs.

    Le protocole Isobus est un

    usage sous-jacent au

    guidage et la modulation.

    Ces usages ncessitent

    linteroprabilit entre les outils

    ainsi que la prsence de

    personnes ressources pour

    identifier les compatibilits et les

    rglages adapts aux besoins de

    lagriculteur. Ces enjeux sont

    particulirement forts en Grandes

    Cultures.6

    http://agrotic.org/observatoire/

  • Cots des

    quipements et

    services

    Manque de

    visibilit sur loffre

    Communication

    entre outils

    De mme que prcdemment, les conseillers ont ainsi interrogs sur, daprs

    eux, les freins ladoption du numrique par les agriculteurs.

    Quels sont les freins ladoption?

    Outils non adapts

    Les principaux freins ladoption du numrique, daprs les conseillers grandes cultures

    Le modle conomique:

    un enjeu essentiel

    56% des conseillers interrogs

    estiment que le cot est un frein

    essentiel ladoption du

    numrique. Il ne sagit pas

    ncessairement des cots fixes

    des outils, mais surtout des frais

    annexes sur lesquels ils manquent

    souvent de visibilit: quipements,

    services, formation, adhsions,

    abonnements annuels ou encore

    support technique. La politique

    doptionalit choisie par certains

    constructeurs peut galement

    constituer un frein, au moins

    psychologique. De manire

    gnrale, ce qui ressort le plus

    souvent est le manque de visibilit

    sur le modle conomique des

    entreprises et sur le retour sur

    investissement.

    Limportance de cet aspect

    sexplique galement par la forte

    sensibilit de la filire au contexte

    conomique. Les choix

    dinvestissement vont dpendre

    des cours du march, avec une

    sensibilit particulire pour les

    moyennes et petites exploitations.

    Par exemple, daprs les

    fournisseurs de services de

    tldtection, la mauvaise rcolte

    de 2016 a eu un impact ngatif

    sur le nombre dagriculteurs ayant

    souscrit un service de

    tldtection en 2017.

    Verrous technologiques

    55% des conseillers considrent

    que le manque de communication

    entre outils est un frein majeur

    lutilisation du numrique par les

    agriculteurs. Les impacts sont en

    effet directs et bloquants:

    dysfonctionnements des outils,

    perte de temps en saisies

    multiples, augmentation des

    risques derreurs. Cet enjeu

    dinteroprabilit est important en

    grandes cultures, dautant plus

    quil y a un besoin fort de

    connexion entre les outils de

    gestion parcellaire et les outils de

    guidage et de modulation.

    De plus, daprs la moiti des

    conseillers interrogs, ces

    technologies ncessitent souvent

    des formations la fois

    lutilisation et aux rglages du

    matriel. En particulier, les outils

    utiliss ponctuellement (quelques

    fois par an) paraissent trop

    complexes et inadapts pour les

    agriculteurs: ces outils ncessitent

    souvent un temps dapprentissage

    et impliquent des modifications

    dans les mthodes de travail.

    Enfin, 30% des conseillers de

    ltude estiment que les exploitants

    manquent de visibilit sur loffre

    commerciale dcrite comme trop

    large, voire inconnue. Il sagirait

    surtout dy voir clair sur la valeur

    ajoute des solutions proposes et

    sur leur utilit. Pour certains

    agriculteurs, il peut galement y

    avoir un besoin de proximit des

    vendeurs et fournisseurs par

    rapport leur exploitation. De plus,

    quelques conseillers tmoignent

    de craintes par rapport une offre

    commerciale voluant rapidement:

    nouvelles entreprises, mais aussi

    nouveaux modles agronomiques

    pour lesquels les agriculteurs

    attendent que la pertinence et la

    valeur ajoute soient dmontres.

    Comparaison avec

    la filire viticole

    Ces freins sont assez proches de

    ceux identifis en viticulture. Le

    cot semble toutefois avoir plus

    dincidence en grandes cultures, et

    loffre est davantage structure

    sur cette filire.

    Dautres freins existent mais ne

    semblent pas prioritaires sur les

    deux filires:

    Contexte rglementaire volutif

    Craintes sur la scurit des

    donnes

    Zones blanches

    7

    http://agrotic.org/observatoire/

  • >75% pour du conseil en traitements phytosanitaires,

    fertilisation associ la

    traabilit des conseils et

    travaux

    30% pour du conseil sur le pilotage des semis et des

    rcoltes

  • Daprs cette enqute, tous les

    conseillers interrogs peroivent un

    changement profond du mtier:

    Un changement dorganisation

    Pour 18% des conseillers, le

    numrique leur apporte un gain de

    temps. Il sagit de diminuer le temps

    pass raliser des mesures ou de

    capitaliser sur des informations dj

    saisies. Cet aspect est souvent

    associ une massification des

    conseils raliss. Toutefois, 13% des

    conseillers estiment un temps

    dapprentissage et un temps de

    veille trop importants. Certains

    conseillers soulignent que ce temps

    ddi aux outils se fait au dtriment

    du temps pass avec lagriculteur ou

    aux champs.

    La qualit du conseil

    Pour 13% des conseillers, le

    numrique permet daccder des

    donnes plus prcises et optimises

    dans lespace et dans le temps.

    Cest galement un moyen

    dobjectiver une observation et une

    garantie rglementaire. Cela est

    nuanc par des conseillers qui

    soulignent un manque de fiabilit

    des outils, ce qui implique des

    contrles sur le terrain et une

    surcharge de travail.

    Pourcentage de rponses la question En quoi les technologies

    numriques changent-elles votre mtier ?

    Apports du numrique pour la ralisation des conseils

    De nouvelles missions

    Pour 30% des conseillers interrogs,

    le numrique apporte de nouveaux

    outils et mthodes de travail, et plus

    gnralement de nouvelles

    missions. Ce sont par exemple des

    missions dexpertise en lien avec les

    outils numriques (analyses,

    interprtation de donnes). Les

    conseillers interrogs expriment de

    plus un rle essentiel pour ladoption

    du numrique par les agriculteurs. Il

    ne sagit pas uniquement

    daccompagnement lusage

    doutils: la communication est, selon

    eux, lun de leur rle principal, que

    ce soit de la vulgarisation de

    connaissances ou bien en fdrant

    des rseaux dagriculteurs.

    84% des techniciens interrogs pensent avoir un

    rle dans la dmocratisation

    du numrique chez les

    agriculteurs.

    Ces rles sont:

    Communiquer

    tre force de

    proposition

    Dmontrer

    Fdrer

    Rassurer

    Vendre

    Dvelopper des

    services

    Source: Pourcentage de techniciens

    ayant rpondu sur 148 rponses. 114

    conseillers ont propos leur rle dans

    cette dmocratisation. La taille des mots

    est proportionnelle au nombre de

    citations par les conseillers.

    Un rle dans la

    dmocratisation du

    numrique

    Gain de temps

    Massification des

    conseils

    Meilleure qualit

    des donnes

    Nouveaux outils et

    mthodes de travail

    Complexification

    Surcharge de travail

    et perte de temps

    Autres

    Une priode de transition: des

    mtiers classiques de technico-

    commerciaux aux nouveaux

    conseillers agricoles

    Globalement, les mtiers du conseil

    semblent remis en question.

    Certains conseillers y voient

    loccasion de valoriser leur expertise

    et de renforcer lintrt de leur

    mtier. Cependant, des craintes

    existent concernant la perte de

    relationnel avec lagriculteur et le

    terrain.

    Ce que change le numrique pour

    les mtiers des conseillers

    9

    7%8%

    11%

    13%

    13%18%

    30%

    http://agrotic.org/observatoire/

  • 65% des conseillers interrogs ne sestiment pas assez forms, que cesoit sur les technologies en elles-mmes ou bien pour rpondre aux questions

    des agriculteurs. Les formations suivies touchent essentiellement des

    missions classiques (gestions dintrants, de la collecte), et peu les questions

    relatives au matriel.

    Les conseillers sont-ils assez forms?

    Logiciels de gestion

    dexploitationOAD et

    tldtection

    Applications

    mtier

    Guidage, coupures

    de tronons

    des techniciens ont dj suivi des formations sur au moins lune de ces thmatiques:

    Moins d ont suivi des formations sur lune de ces thmatiques:

    Capteurs portables ou

    sur matriels

    Golocalisation,

    Systmes de corrections

    Sur 148 conseillers, 20 participent un projet de R&D autour dunetechnologie numrique. Les technologies concernes sont les logiciels

    informatiques essentiellement, les applications smartphones, et

    ponctuellement des travaux sur capteurs pitons. Les thmatiques

    concernes sont les suivantes:

    Ont-ils un lien avec la recherche?

    Les thmatiques sur lesquelles 20 conseillers sont sollicits pour de la

    recherche

    Pilotage de la

    fertilisation

    Pilotage des

    rcoltes

    Lutte contre

    les maladies

    Lutte contre les

    adventices

    Et aussi: lutte contre les ravageurs ou potentiels des sols

    Plusieurs

    par an

    Une fois

    par an

    Tous les

    2/3 ans

    Les formations actuelles des conseillers grandes cultures 124

    techniciens ayant rpondu

    21%

    28%26%

    25%

    Une fois tous les 2/3 ans

    Une par an

    Plusieurs fois par an

    Jamais

    Source: Pourcentage de techniciens ayant

    rpondu sur 148 rponses.

    10

    http://agrotic.org/observatoire/

  • Que ce soit en filire viticole ou en grandes cultures, les conseillers sont

    intresss et prts intgrer le numrique dans leur mtier, condition

    que celui-ci soit adapt leurs besoins. Il y a dans tous les cas un besoin

    fort daccompagnement.

    Par cette enqute et plusieurs entretiens, les techniciens ont fait part,

    selon eux, des meilleurs moyens pour se former. Il peut sagir de

    formation classiques:

    A noter que les plateformes dchanges web (forums et rseaux sociaux)

    sont peu utilises (moins de 5% des techniciens interrogs) quels que

    soient lge et lexprience professionnelle. De mme, la presse et les

    articles techniques sont peu consults. Les conseillers leur prfrent les

    journes techniques, ou dautres modalits de formation:

    Pour un accompagnement adapt, les techniciens donnent la priorit au

    terrain et des formations les plus personnalises possible. Ils

    expriment leur motivation participer au dveloppement de nouveaux

    outils et services, avec par exemple la mise en place de partenariats

    entre leur structure, les entreprises fournisseurs et la recherche.

    Formation initiale Formations internes lentreprise ou par les fournisseurs Formations continues par un prestataire

    Des tests sur le terrain Des dmonstrations Des rencontres utilisateurs (salons, journes techniques) Des partenariats avec les fournisseurs de solutions, les

    organismes indpendants et la recherche

    Quel accompagnement pour les

    techniciens?

    De cette tude ressortent peu dinquitudes de la part des techniciens

    par rapport leur mtier. Les freins existants sont ceux sur lesquels il

    est possible dagir, tant du point de vue de loffre technologique que sur

    laccompagnement.

    54%

    16%

    14%

    6%5%

    5%

    BTS Ingnieur Agronome

    Licence Pro Bac professionnel

    Autres Master

    70% des conseillers cherchent sinformer sur les

    technologies numriques de

    manire personnelle

    Dernire mise jour: 11/09/2018

    http://agrotic.org/observatoire/

  • La Chaire AgroTIC et ses 24 entreprises membres

    et lInstitut Convergences Agriculture Numrique #Digitag.

    Contact: Nina LACHIA

    Chef de projet Observatoire des Usages de lAgriculture Numrique

    nina.lachia@supagro.fr

    Tl: +33 (0)4 99 61 23 35

    Les porteurs du projet Observatoire des Usages de

    lAgriculture Numrique

    http://www.hdigitag.fr/fr/http://agrotic.org/chaire/http://agrotic.org/observatoire/

Recommended

View more >