PLURALITE DES MODELES ECCLESIOLOGIQUES res- ? Revue de lInstitut Catholique de Paris ... Dictionnaire

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Artur KASPRZAK

    PLURALITE DES MODELES ECCLESIOLOGIQUES DANS LE CATHOLICISME POST-VATICAN II

    Artur Kapzrak

    RESUME Comment imaginer dans lEglise une pluralit des modles dans le catholicisme post-Vatican II ? Avec lapproche systmique, nous semble-t-il, cette opration devient facile. LEglise, comme dautres structures complexes, a une pluralit de visages. Sa ralit dpasse son image, voire son modle. Voil ce que lEglise catholique a compris partir du Concile Vatican II (1962-1965) et dans la priode qui nous intresse : post-Vatican II . Nous estimons que les outils de la mthode systmique permettent non seulement de raliser le premier objectif de lanalyse, qui est de voir la complexit de lEglise, mais aussi le second, de la comprendre . La premire tche consistera, en une prsentation de la ralit de lEglise par les modles. Quant la deuxime, elle sera de mieux comprendre sa nature complexe, tout en respectant la particularit du discernement de lEglise catholique, grce la formule de la triangulation systmique.

    1. Du paradigme ecclsiologique une ecclsiologie des modles : difficult et spcificit de la dfinition de lEglise

    Dans nos recherches autour de la pluralit des modles ecclsiologiques proposs lEglise dans le catholicisme post-Vatican II, nous nous inscrivons sur un axe mthodologique qui est celui de lanalyse appele systmique 1. Notre rflexion, en effet, sintresse, non seulement lobjet danalyse que constitue dans notre tude la pluralit des modles de lEglise , mais indirectement la mthodologie systmique mme. Et, en accord avec ses principes, nous admettons quune ralit complexe ne peut tre reprsente par un seul modle, ou un seul systme. Le cardinal Avery Dulles, s.j., thologien dont les travaux sinscrivent dans la perspective mme de la mthode replace dans la science des systmes2,

    1 Ce concept mthodologique a t invent aux Etats Unis au dbut des anne 50 ; il est connu et pratiqu en France depuis les anne 70 (DONNADIEU G., KARSKY M., La Systmatique, penser et agir dans la complexit, Paris, Ed. Liaisons, 2002, p. 12). 2 Avery Dulles est aujourdhui un rpresentant reconnue dusage des modles pour la thologie. Dans son livre consacr la mthode en thologie (Il sagit principalement du livre : The Craft of Theology, vers. fr. 1994) souligne que mme les plus grands systmaticiens ne pouvaient prtendre la pleine systmatisation. Voil comment Genevive Mdevielle lors de la prsentation du professeur Avery Dulles Institute Catholique de Paris, a rappell son opinion: Un des chapitres les plus suggestifs est celui dans lequel vous traitez de la mthode en thologie fondamentale (p. 22 et s.). Vous refusez la position classique selon laquelle la thologie fondamentale devrait chercher dmontrer la crdibilit du message chrtien partir de la seule lumire de la raison. En fait, en rgime thologique, la raison est toujours une raison confessante sous la direction de la grce. Cest pourquoi il sagit dexplorer la manire propre de la foi chrtienne de voir les choses partir de la conversion, sachant que la religion chrtienne , je vous cite, est un ensemble de relations avec Dieu mdiatises par des symboles chrtiens (p. 19). En rgime chrtien aucun symbole, y compris de Jsus Christ comme symbole du mystre de Dieu incarn dans lhistoire, ne peut fonctionner seul. Il est toujours en dialogue avec les autres, les claire et les conditionne. Ainsi, vous le dites clairement, si la thologie chrtienne a pour vocation de penser les symboles chrtiens, de les contempler toujours partir de nouvelles perspectives culturelles, elle ne pourra jamais prtendre rendre justice la ralit quelle contemple. Vous le notez, mme les plus grands systmaticiens que sont Augustin, Thomas dAquin et Karl Barth ne peuvent prtendre la pleine systmatisation (p. 52). Ils sont conscients des limites de leurs systmes et sont toujours la recherche de penser

    1

  • Artur KASPRZAK

    observe que la thologie, malgr linvitable pluralisme des modles, cherche habituellement les rduire au minimum. Daprs lui, il sagit dun problme gnral propre la logique humaine qui essaye toujours de retrouver une unit3 et dont la consquence se retrouve dans la rflexion thologique et travers lhistoire de lEglise. Pendant des sicles en effet, la vision de lEglise est reste statique, enferme dans un paradigme ecclsiologique - un systme qui prtendait rpondre toutes les questions. Dailleurs voici comment il explique les choses : plusieurs reprises dans lhistoire de lEglise, il a sembl possible de construire une thologie complte ou au moins une ecclsiologie complte, sur la base dun seul modle. Tel modle dominant, dans la terminologie de ce livre reprsente un paradigme. Un modle slve au statut de paradigme lorsquil prouve avec succs sa capacit de solution dans la diversit des problmes et lorsquil est attendu en tant quoutil adquat pour dnouer les anomalies qui ne sont pas encore rsolues. La premire difficult que chaque analyse de lEglise rencontre dans ces recherches est donc la question de la vision statique de lEglise. Dans notre travail, nous considrons cette problmatique, conformment la rflexion dAvery Dulles, comme un paradigme .

    Mais dans une prsentation scientifique de lEglise, surgit par ailleurs une autre difficult que celle de la rflexion statique. Et, cette fois, la difficult ne concerne pas la mthodologie, mais la nature mme de lEglise. Andr Birmel explique que, en raison de la particularit de lobjet que constitue lEglise, la formulation doit sancrer gnralement dans une double perspective qui sattache dabord la polysmie du terme Eglise 4 et ensuite la question de ses manifestations visible. Dans ce dernier cas, Birmel souligne quaucune analyse thologique ne peut oublier qu ct des manifestations visibles de lEglise il en est dautres qui dcoulent de sa ralit divine5. Dans ce contexte, celui de la nature mme de lEglise, lauteur aperoit la ncessit pour les approches scientifiques classiques de se servir dimages et danalogies tout comme lEcriture sainte et la tradition insistent par ex. sur lEglise peuple de Dieu , pouse du Seigneur , corps du Christ , temple de lEsprit . Il constate encore que finalement aucune de ces approches ne sait rendre en plnitude ltre unique de lEglise, qui dpasse chacune de ces images, voire leur somme 6.

    Bien sr, mme ltude systmique ne prtend pas rsoudre dans son analyse le problme que constitue la prsentation de la ralit complexe de lEglise. Et dailleurs notre tude, devant cette mme ralit de lEglise et la spcificit de sa nature, veut simplement proposer une autre approche que celle de la rflexion classique. Nous proposons donc une analyse thologique qui reprendra lapproche de la mthode systmique dans la mesure o

    le mystre nouveaux frais . MEDEVIELLE Genevive, (octobre-dcembre 1998), Prsentation du Professeur Avery Dulles, s.j, p. 5, Transversalits, n 68. Revue de lInstitut Catholique de Paris (Paris). 3 Cf. DULLES Avery, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p. 29. 4 LEglise est, en rgle gnrale, la fois sujet et objet de sa recherche, car le lieu privilgi de la recherche ecclsiologique est lEglise elle-mme. Le problme majeur nat cependant de la difficult de dfinir lEglise, lobjet de la recherche. Le mme terme Eglise dsigne couramment une donne spirituelle aux structures et autorits ecclsiastiques, allant de la communaut locale aux organisations nationales et internationales, de la mission en ce monde aux donnes sociologiques, voire la simple dsignation de btiments. Cette multiplicit des sens est significative et constitue la consquence invitable de linscription de lEglise, ralit spirituelle, dans la vie concrte de la socit humaine BIRMELE Andr, Ecclsiologie dans : LACOSTE Jean-Yves, sous la dir., Dictionnaire critique de thologie,Paris, Quadrige /PUF, 1998, p. 360. 5 Si la recherche ecclsiologie se limite aux donnes visibles et accessibles la logique humaine linstitution et les manifestations de lEglise ainsi que son histoire et sa sociologie -, elle risque doublier la spcificit de lEglise, son lien avec la ralit divine de la grce qui est son vritable fondement BIRMELE Andr, Ecclsiologie dans : LACOSTE Jean-Yves, sous la dir., Dictionnaire critique de thologie, Paris, Quadrige /PUF, 1998, p. 360. 6 BIRMELE Andr, Ecclsiologie dans : LACOSTE Jean-Yves, sous la dir., Dictionnaire critique de thologie, Paris, Quadrige /PUF, 1998, p. 360.

    2

  • Artur KASPRZAK

    cette dernire sapplique une ralit complexe qui est, en loccurrence, celle de lEglise7. Pour ce faire, nous respecterons dabord la mthodologie thologique moderne utilise pour parler de lEglise, mthodologie mentionne ci-dessus propos de sa double perspective. Notre travail tentera alors, de prsenter dabord la base thologique de la foi qui fonde lEglise catholique et dans la deuxime phase, ses manifestations visibles. Pour cette dernire tche, nous aurons recours aux outils systmiques dans une modlisation des formes concrtes de lEglise.

    Notre analyse admet8 que la base thologique de la pluralit des modles ecclsiologiques est dj prsente au Concile Vatican II. Notre analyse systmique tentera donc de vrifier dans quelle mesure les principes des modles ecclsiologiques ont valu dans la priode post-Vatican II. Cest pour atteindre cet objectif que nous avons choisi demployer une triangulation systmique, travers laquelle nous examinerons la pluralit des modles ecclsiaux dans le contexte de leur fonctionnement, dans leur structure et dans lhistoire.

    2. La base thologique de lEglise catholique

    Comme nous lavons dj mentionn, avant de prsenter la pluralit des modles de lEglise catholique, nous avons besoin de quelques principes mthodologiques concernant lecclsiologie , cest--dire la thologie de lEglise. Dans le contexte des tudes sur lEglise, nous observons avec Andr Birmel que dune manire gnrale, lecclsiologie moderne [...] part du tmoignage biblique et soriente partir de la confession de foi de lEglise travers les sicles9. Lauteur remarque que Cette Eglise, donne de foi, se manifeste sous des formes concrtes qui diffrent selon les sicles et les lieux. A partir de ces deux dimensions, lecclsiologie cherche rendre complmentaires lapproche thologique et les recherches empiriques 10 Si nous voulons donc comprendre lEglise, nous avons besoin dune analyse partant principalement de la perspective de la foi qui constitue lEglise11. Son fondement rside dans le tmoignage biblique. Cest seulement dans un second temps que nous pourrons apercevoir, dans lapproche systmique, les diffrents modles ecclsiologiques inscrits dans les formes concrtes de lEglise. Cet ordre choisi pour lanalyse (la mthodologie dabord, puis lecclsiologie, ensuite la systmique) nous semble indispensable si nous voulons viter un rductionnisme thologique.

    a. Le concept de la foi de lEglise catholique : dans lexprience personnelle et dans la rflexion scientifique

    Si deux ou trois... (Mt 18, 20) reconnaissent le mme don de la foi la ralit de cette Eglise, ils peuvent devenir ses membres en passant par le baptme de son fondateur Jsus Christ. A ce moment-l (au moment de la dcision personnelle de la foi) lEglise cesse dtre seulement un objet de recherche de la foi. Elle devient dsormais sujet de la foi. 7 Nous sommes toujours conscient du danger du rductionisme qui sinstalle invitablement dans lapproche de la pluralit des domaines scientifiques. Lapproche systmique est une approche critique dans son attaque du modle institutionnel de lEglise, puisqu il appartient toujours lEglise. 8 Since Vatican II, theological pluralism has been increasingly seen by Catholics as a desideratum. DULLES Avery, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p. 13. 9 BIRMELE Andr, Ecclsiologie dans : LACOSTE Jean-Yves, sous la dir., Dictionnaire critique de thologie, Paris, Quadrige /PUF, 1998, p. 360. 10 Idem. 11 La foi prsente dans les dogmes, qui en conformit avec la dnomination ecclsiale observe, ne change pas, mme si elle volue, dans les principes.

    3

  • Artur KASPRZAK

    Il est clair que ce passage constitue et a toujours constitu une proccupation pastorale primordiale pour lEglise tout entire, travers tous les sicles de son existence sur la terre. LEglise catholique a mme introduit cette ncessit dans la liturgie. Tous les croyants se rappellent les paroles du Credo: je crois lEglise une, sainte, catholique et apostolique . Cest une dfinition fondamentale constituant un dogme de foi pour les chrtiens dont la formule a t prsente dans lancien Credo, Symbole des aptres ou de Nice-Constantinople. La question de la foi doit donc tre, principalement une question dexprience personnelle, celle du passage de l objet au sujet de la foi en Eglise12. Comment alors situer notre recherche sur lEglise catholique et sur la question de la foi qui constitue cette Eglise ? Avec Pierre Gisel, nous prciserons quil ne faut pas confondre Credo ecclsiaux et thologies dployes. Les premiers sont de frappe plus objective ou plus institutionnelle, et sont ns en situation de ritualit (ils sont, au dpart, baptismaux) ou daffirmation dunit (conciliaire). Les secondes sont signes et plus rflexives 13. En rsum, la foi qui appartient lordre liturgique et personnel nest pas directement un objectif de recherches scientifiques. Mais toutefois, la thologie qui formule cette foi peut toujours constituer un objet de recherches. Cest au Moyen Age que lEglise a reconnu lalliance qui sinstalle entre la foi et la raison (XII/XIII s., lge dor de la scolastique). On a formul plusieurs adages14 sur ce point, dont le plus connu est celui de St. Anselme : fides quaerens intellectum. Lobjectif de notre tude sinscrit prcisment dans cette deuxime ligne de recherches sur la foi qui fonde lEglise. Pour voir et comprendre la pluralit des modles de lEglise, il faut voir et comprendre la nature de la foi, et cela travers la thologie qui la prcise et la systmatise. Dans lapproche de notre sujet, nous cherchons mieux apprhender la nature complexe de lEglise catholique dans sa priode post-Vatican II. Pour ce faire, nous avons besoin de retourner dans le dbat historique au moment o lecclsiologie post-Vatican II prend naissance. Et, tant donn que la priode de nos recherches est situe aprs Vatican II, il est vident que la thologie sur lEglise trouve sa source, mme aujourdhui, dans le Concile Vatican II lui-mme. Post concilium, ergo propter concilium, ce qui signifie : aprs le Concile, donc cause du Concile.

    b. Le Concile Vatican II (1962-1965): Une nouvelle vision de lEglise

    LEglise, comme dautres structures complexes, a une pluralit de visages. Sa ralit dpasse son image, voire son modle. Voil ce que lEglise catholique a compris, et tout particulirement pendant le Concile Vatican II (1962-1965). A cette occasion on a rappel de la manire la plus solennelle que la ralit de lEglise est trop riche pour une seule formule. Au lieu de proposer une dfinition complte de lEglise, les Pres du Concile ont formul un chapitre initial, intitul Mystre de lEglise (LG 1). Lorigine de ce mystre, prcisent-ils, dcoule du dessein du Pre qui veut sauver tous les hommes (LG 2), cest--dire de la dimension divine.

    12 Voici comment, le pape Paul VI, rappelle la mme constatation dans son encyclique Ecclesiam Suam (le 6 aot 1964): Le mystre de l'Eglise n'est pas un simple objet de connaissance thologique, il doit tre un fait vcu dans lequel, avant mme d'en avoir une notion claire, l'me fidle peut avoir comme une exprience connaturelle ; [...] (n 39). 13 GISEL Pierre, Thologie dEglise ou Horizon plus large , dans : BOUSQUET F., GAGEY H.-J., MEDEVIELLE G., La Responsabilit des thologiens. Mlanges offerts Joseph Dor, Paris, Descle, 2002, p.652. 14 Scientia fidei, intellectus fidei, cf. NAPIORKOWSKI St.C, Jak uprawiac teologie, Wroclaw, TUM, 1994, p. 50., Cf. JEAN PAUL II, Fides et Ratio, [lencyclique, le 14 septembre 1998].

    4

  • Artur KASPRZAK

    Lhistoire de la rdaction de la Constitution sur lEglise Lumen Gentium labore durant le Concile Vatican II, prouve quon a dsormais abandonn une rflexion statique (surtout le concept de la socit parfaite du XIX sicle15 et le concept que lEglise locale gravite autour de lEglise universelle16). LEglise a fait ainsi un grand pas en avant en thologie. Toutefois, cela nest pas all sans affrontement, en particulier entre deux conceptions de lEglise, ds le dbut du dbat conciliaire. Comme lexplique le cardinal Lon Joseph Suenens, un des quatre modrateurs des travaux du Concile : Le Saint-Office avait labor un schma imprgn dune ecclsiologie trs marque par laspect canonique et structurel de lEglise, sans mise en relief prioritaire de ses aspects spirituels et vangliques. Il sagissait, nos yeux, de passer dune ecclsiologie juridique une ecclsiologie de communion axe sur le mystre mme de lEglise en ses profondeurs trinitaires 17. Le premier schma prparatoire sur lEglise dont le premier chapitre a t intitul Essentiel de lEglise militante 18, propos par le Saint-Office, a donc t rejet. La majorit des vques a reconnu que lEglise ne pouvait pas tre prsente seulement dans le cadre de catgories juridiques et structurelles. Le nouvau schma, en consquence, a t ax sur une ecclsiologie de la communion et du sacrement. Le concile Vatican II a rusi mettre en relief deux reprsentations de lEglise: LEglise, Corps mystique du Christ (LG 7)19 et lEglise, la fois visible et spirituelle (LG 8). A travers ces deux concepts, le lecteur aperoit la fois : une rflexion biblique dont le noyau concerne le terme communion (koinonia)20, mais aussi une auto-conscience sacramentelle et institutionnelle de la spcificit que comporte la nature mme de lEglise. Cette dernire garantit le fondement catholique de lEglise qui a toujours insist sur sa nature sacramentelle (visible et spirituelle), organise hirarchiquement.

    15 La thologie de la socit parfaite explique que cette socit est ingale , cest--dire hirarchique ; elle souligne que seul le clerg a les moyens de raliser cette socit, que les lacs sont subordonns aux clercs et quenfin la hirarchie a une comptence exclusive dans le domaine de la Rvlation. Cf. LEGRAND Herv, Initiation la pratique de la thologie, Paris, Cerf, tome III, 1993, p.147. et aussi : CONGAR Yves, (1960), Lecclsiologie, de la Rvolution franaise au concile du Vatican sous le signe de laffirmation de lautorit, p. 77-114, Unam Sanctam, lEcclsiologie au XIXe sicle, n 34. Cerf (Paris). 16 Le nouveau concept de lEglise communion demeure dans le dbat autour de lecclsiologie des Eglises locales. A travers cette dernire question, Vatican II fait entendre trois choses principales (Cf. Herv LEGRAND). Dabord lide qui veut que lEglise de Dieu se ralise dans les Eglises locales. A partir du Concile on ne parle plus de partie du peuple, mais la suite de plusieurs amendements conciliaires, de portion du peuple. Ce dernier mot porte en soi toutes les qualits et proprits de lensemble. Dans le contexte de la mission, Vatican II affirme, prsentant ainsi la deuxime conception des Eglises locales, que les glises locales ne seront pleinement catholiques quau terme dun processus dinculturation . Autrement dit, la catholicit de lEglise entire senrichit de la catholicit des Eglises locales (LG 13). Enfin, le troisime apport de Vatican II consiste en une reviviscence des institutions concrtes des Eglises locales. Ainsi, le Concile propose une srie de rorientations institutionnelles et empiriques qui vont participer ltablissement des relations entre les glises locales, p.ex. : les conseils presbytraux (PO 7), les conseils pastoraux (CD 27), les conseils de lacs (AA 26), les synodes diocsains, les conciles provinciaux ou plniers (CD 36) et mme aussi un synode dvques auprs du pape pour permettre Rome dentendre la voix des Eglises locales autrement qu travers des vques individuels (CD 5) (LEGRAND Herv, Initiation la pratique de la thologie, Paris, Cerf, tome III, 1993, p.151-155). 17 SUENENS Lon Joseph, Souvenirs et Esprances, Paris, Libraire Arthme Fayard, 1991, p. 114. 18 FLORKOWSKI Eugeniusz, Wprowadzenie do Konstytucji Dogmatycznej o Kosciele, dans: Sobor Watykanski II. Konstytucje, Dekrety, Deklaracje. Tekst Polski., Poznan, Pallotinum, 1967, p. 90. 19 Lide vient du Nouveau Testament, surtout de la premire lettre aux Corinthiens de saint Paul chap. 12, 12-30. Le terme mme lEglise, Corps mystique du Christ vient cependant de lencyclique Mystici Corporis Christi, publie en 1943 par Pie XII. 20 Le lien spirituel avec le Christ est limage de la liason entre la tte et les autre membres dans le corps de lhomme.

    5

  • Artur KASPRZAK

    3. La pluralit des modles de lEglise catholique dans le catholicisme post-Vatican II : modles types, sous-modles, le systme de lvolution

    Dans la terminologie systmique, nous entendons lexpression forme concrte de lEglise catholique comme modle ou plus prcisment modle-type . Le terme modle appartient la mthodologie des recherches scientifiques. Pour comprendre une ralit, la science a utilis depuis toujours certains points de rfrence. Cest ainsi que le modle a trouv sa place dans les investigations humaines. Mme si le terme mme, modle , a t seulement utilis lpoque dans les sciences physiques ou sociales, avec le temps, lusage sen est rpandu aussi dans le champ de la thologie. Un des pionniers qui ont dmontr de manire satisfaisante lavantage que prsentait cette mthode pour la thologique est I. T. Ramsey21. Une tude contemporaine, que nous utilisons dans le contexte de nos recherches autour des modles de lEglise prsents par le catholicisme post-Vatican II est un livre dAvery Dulles : Models of the Church 22. Dans cette tude sur lecclsiologie contemporaine (le livre a t publi en 1976 et 1982) lauteur propose cinq modles23. Et, dans son valuation sur cette pluralit de modles, il propose 7 critres ncessaires : 1 le modle doit tre bas sur lEcriture Sainte, 2 sur la Tradition chrtienne, 3 il doit avoir la capacit de transmettre ses membres leur identit dappartenance et leur mission, 4 il doit tendre cultiver des vertus et des valeurs admires par les chrtiens ; 5 ncessit dune correspondance avec lexprience religieuse de lhomme daujourdhui ; 6 il doit possder une fertilit thologique, 7 et la capacit de nouer efficacement des liens avec les autres, situs en dehors de leur groupe24. Avery Dulles souligne quune simple image de la ralit peut devenir son modle, lorsquelle est utilise selon un mode de rflexion et de critique, dans le but dapprofondir la ralit laquelle elle sadresse.25 Comme le remarque lauteur, lEglise a dj accept lide que la vision de lEglise nest pas statique et, pour tayer cette opinion, il se rfre lexprience de lEglise et ses rapports avec le monde. Parce que le monde change, lEglise a besoin de retrouver son identit, ou, vu sur une autre plan, parce que les changements du monde lui donnent aussi une motivation la fidlit, lengagement, et la gnrosit que lEglise cherche mettre en lumire 26. Voici donc cinq modles de lEglise proposs par Avery Dulles : 1 LEglise institution, 2 LEglise communion Mystique, 3 LEglise sacrement, 4 lEglise confessante, 5 lEglise servante. Nous voulons prsenter ces modles ecclsiologiques dans une esquisse comparative des diffrentes constructions architecturales de lEglise. Nous soulignons ainsi une expansion vers la dimension extrieure de lEglise, vers son universalit et sa centralisation vers Rome

    21 RAMSEY I.T.,Models and Mystery, New York, Oxford University Press, 1964; Cf. DULLES Avery, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p. 23. 22 DULLES Avery, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987. 23 Avery Dulles est conscient que le nombre des modles de lEglise peut varier. Il avoue que dans ses analyses prcdentes il a invoqu lexistance de sept, voire huit modles (cf. Communaut des disciples , chap. XIII, Models of the Church ). Pour faciliter la prsentation des recherches, il propose toutefois lanalyse seulement de cinq modles. Cf. DULLES Avery, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p. 11. 24 Basis in Scripture, Basis in Christian tradition, Capacity to give Church members a sense of their corporate identity and mission, Tendency to foster the virtues and values generally admired by Christians, Correspondance with the religious experience of men today, Theological fruitfulness, Fruitfulness in enabling Church members to relate successfully to those outside their own group , DULLES Avery, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p. 191-192. 25 AVERY Dulles, Models of the Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p. 23. 26 Ibid., p. 31.

    6

  • Artur KASPRZAK

    (surtout partir du concile de Trente XVI s., et pratiquement jusquau Concile Vatican II au XX s.) Ce qui reprsente un changement radical dans le schma, cest effectivement le retour aux sources de lEglise effectu par le Concile Vatican II. Le modle de lEgise conciliaire et post-conciliaire est donc de nouveau principalement le modle koinonia de lEglise primitive27.

    Mystre de lEglise = Ralit complxe

    Dans lvaluation des modles correspondant lapproche du catholicisme post-

    Vatican II, je souligne dabord la prsence du modle conciliaire Communion mystique , ensuite viennent Sacrement , Institution et aussi Eglise servante . Mme si, du point de vue systmique, on peut parler de deux concepts diffrents entre lEglise sacrement , et lEglise institution , du point de vue thologique, il est prfrable de prendre le modle institution comme un sous-modle de celui du sacrement . Dans Lumen Gentium n 8, les Pres du Concile ont caractris lEglise par une formule : Eglise la fois visible et spirituelle . Il nous semble que cest ainsi quon a cherch concilier la dualit entre lEglise institution (lide quelle est une socit organise hirarchiquement28) et lide biblique selon laquelle elle est le Corps Mystique dont les liens sont invisibles (ce rle assure dans lEglise la prsence de lEsprit Saint). Pour accorder alors, cette fois-ci non pas une

    27 Dans ce schma prsentant les modles ecclsiologiques je nai pas intentionnellement introduit le modle de lEglise confessante. Etant donn que ce modle reprsente surtout la tradition protestante (Luther) et que notre tude porte sur lapproche de lecclsiologie catholique, il ne peut figurer parmi les autres modles. Avery Dulles dans son livre Models of the Church, propose aussi lanalyse de lEglise selon son propre modle: lEglise: communaut des disciples. Pour une tude plus prcise, je vous envois au chapitre XIIIime de son livre Models of the Church , Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, p.204-226. 28 cf. St. Augustin, Civ.Dei.

    Post- Vatican II

    1962-1965 Vatican II

    Communion Mystique Sacrement / Institution

    Eglise servante +

    Les submodles

    5.

    1869-1870 Vatican I

    - XVI s.

    Institution / Sacrement 4.

    1545-1563 c. de Trente

    - XII s.

    Sacrement / Institution

    Communion Mystique 3.

    XII/XIII

    Communion Mystique Lge dor de la scolastique

    Sacrement / Institution - 313

    2.

    313 lEdit de Milan

    - Pentecte

    Communion Mystique 1.

    FONDEMENT DE lEGLISE :

    Jsus CHRIST et la foi de Simon Pierre (et tout les autres aptres du collge de Douze ) Tu est Pierre, et sur cette pierre je btirai mon

    Eglise Mt 16,18

    7

  • Artur KASPRZAK

    dualit thologique, mais lapproche thologique et systmique, je propose dans notre analyse de prsenter ces deux modles toujours ensemble: Sacrement/Institution 29. Jai mentionn au dbut de cet tude, que la pluralit des modles ecclsiologiques qui fleurissent aprs le Concile est touche aussi par une volution (chaque modle pris indpendamment). Il apparat aujourdhui de manire vidente que la nature thologique de chaque modle est particulirement riche en soi. Pour en donner un exemple, si nous apercevons bien un modle communion de lEglise, il y a cependant beaucoup dtudes qui prsentent le mme modle diffremment. Les thologiens dcouvrent toujours de nouvelles approches thologiques. Elles restent inscrites dans le contexte des nouveaux dfis pour lEglise : les vnement du monde et de la socit, les nouvelles questions thologiques. Nous nous rfrerons cet gard aux travaux post-conciliaire dYves Congar. Pour le seul modle ecclsiologique communion il dcouvre jusqu quatre approches : lunit et la communion , institution et communion , ministre et communion ecclsiale , et enfin diversits et communion 30. La diversit du mme modle peut provenir non seulement dune rflexion thologique simple ou complexe, mais elle est lie galement, selon nous, la question de lapplication du modle. Il nous semble en effet que le contexte dans lequel se produit la ralisation de lEglise influence sa nature. Nous proposons alors, grce aux outils systmiques, de prsenter, autant que faire se peut, une vision de la nature complexe de lEglise. Notre analyse introduit dans ce but une esquisse prsentant trois modles ecclsiologiques du catholicisme de la priode post-Vatican II, dans larticulation de son fonctionnement, des influences subies et de sa rgulation. Les modles influencs par les enjeux ecclsiologiques concernent dabord les questions qui sont un dfi pour la thologie daujourdhui: eschatologie de lEglise, notion de la vrit de lEglise, unit des Eglises, ministres dans lEglise, Rvlation dans lEglise31. Linfluence peut aussi sexercer sur un modle par le biais de la confrontation avec une forme concrte de lEglise. Dans ce dernier cas, il sagirait plutt dune rtroaction, par exemple le modle de lEglise servante a t accept au dbut par Agns Gonxha Bojaxhiu (Mre Teresa) comme faisant partie de la spcificit du charisme de la congrgation irlandaise des Soeurs de Notre-Dame de Lorette. Elle sy conformait lors de son noviciat en Inde en 1928. Vingt deux ans plus tard (1950) elle a fond une nouvelle congrgation (Congrgation des Soeurs Missionnaires de la Charit), car elle avait dcouvert une nouvelle dimension de la charit. Peut-on imaginer dsormais le modle de lEglise servante de la mme manire aprs loeuvre de Mre Teresa, dautant plus quen 1979 elle a reu le Prix Nobel de la Paix Oslo, et quen 2003 lEglise la batifie ? Il est clair que les modles de lEglise changent, non seulement cause dune nouvelle

    29 Le dbat prcis autour de la classification des modles ecclsiologiques dpasse le cadre de cette analyse. Dans la perspective thologique de lEglise, tous les lments qui constituent un modle ecclsiologique (p.ex. communion, institution, etc.) dans une priode historique prcise, sont prsents naturellement aussi dans les autres priode de lexistence de lEglise. On touche ici, il me semble, le point fragile de lanalyse systmique et de la mthode des modlisations ecclsiologiques. La difficult vient, dune part, de la nature spcifique de la thologie sur lEglise (cf. premier chapitre), et dautre part de la mthodologie systmique qui veut concilier une pluralit dapproches, en vue danalyser le fonctionnement du systme. En effet, la thologie peut tre vue comme fonction de lEglise (K. Barth), mais elle reste aussi dualit dune rflexion sur les donnes humaines de tous, dune part, vues sous un angle particulier (celui du rapport Dieu, la transcendance, labsolu, ce qui dpasse le monde et lhomme ou leur est en excs, etc., avec les symbolisations qui donnent corps ce rapport), et dun travail sur une tradition donne, dautre part, historique et cultuelle (ici, ses hrsies et autres dviances, ses mystiques, etc.) ( GISEL Pierre, Thologie dEglise ou Horizon plus large , dans : BOUSQUET F., GAGEY H.-J., MEDEVIELLE G., La Responsabilit des thologiens. Mlanges offerts Joseph Dor, Paris, Descle, 2002, p.658-659). 30 RIGAL Jean, Lecclsiologie de communion. Son volution historique et ses fondements, Paris, Cerf, 2000, p.161-173. 31 Cf. DULLES Avery, Models of Church, Dublin, Gill and Macmillan, 1974, 1987, chap. VII, VIII, IX, X, XI.

    8

  • Artur KASPRZAK

    conscience thologique, mais peut-tre principalement grce linfluence spirituelle de certaines personnes qui ralisent dans lEglise des charismes extraordinaires32. Lvaluation ou lapparition dun nouveau modle dpend gnralement de deux facteurs : la base thologique qui constitue le modle de lEglise, mais qui volue selon les variations et les nouveaux dfis du temps et, en second lieu, le discernement spirituel de lEglise. La priode post-Vatican II, nous propose le contexte adquat pour une telle vrification. Mme sil sagit dune courte priode de recherches, la base thologique de lecclsiologie volue trs vite et est principalement renforce, dans ce cas, par le Concile. Voici donc le schma qui reprsente la dynamique complexe des facteurs qui influencent cette volution des modles de lEglise dans la priode post-Vatican II.

    Eschatologie de lEglise

    Notion de la vrit de lEglise

    Unit des Eglises

    Ministres dans lEglise

    Rvlation dans lEglise

    Les facteurs thologiques qui, dans le catholicisme

    post-Vatican II influencent les modles de lEglise

    La rtroaction qui re-influence la nature

    mme du modle de lEglise

    Modle de lEglise Communion Mystique

    Modle de

    lEglise Sacrement / Institution

    Modle de lEglise Servante

    La rgulation des modles ecclsiaux par le discernement du Magistre de lEglise dont la responsabilit est partage avec

    chaque chrtien et chaque homme de bonne volont

    La mise en oeuvre de lEglise dans une forme

    concrte, p.ex. dans le diocse, paroisse,

    communaut nouvelle

    Grce une prsentation dynamique (une simulation systmique) nous pouvons observer que non seulement des facteurs comme le dfi du temps et de la thologie, influencent inlassablement tous les modles principaux de lEglise, mais aussi chacun de ces modles, dans une formule encore plus complexe. Appliquons maintenant lanalyse de la triangulation systmique . Lobjectif de notre analyse est non seulement de prouver que lEglise peut tre prsente dans une pluralit des modles ecclsiologiques, mais aussi de savoir comment ces modles sarticulent dans le contexte de son histoire, fonction et sa structure.

    32 Certainement cest l une question intressante approfondir : comment laspect charismatique influence-t-il les concepts (modles) de lEglise ?

    9

  • Artur KASPRZAK

    4. valuation de la diversit des modles ecclsiologiques dans la priode post-Vatican II selon trois aspects de la triangulation systmique

    Nous estimons que les outils de la mthode systmique permettent non seulement de raliser le premier objectif de lanalyse, qui est de voir ces modles, mais aussi le second qui est de comprendre . La premire tche a consist prsenter la ralit de lEglise travers les modles, ce que, dans notre analyse, nous avons effectu dans le troisime chapitre. Quant la deuxime tche, elle consistera mieux comprendre sa nature complexe grce la formule de la triangulation systmique. Voici donc un nouveau schma reprsentant lEglise et ses modles dans lapproche des trois vecteurs de la rflexion : histoire, fonction, structure. Le vecteur histoire concerne la priode de nos recherches aprs Vatican II , jusqu aujourdhui. La fonction de lEglise passe par sa mission dans le monde. Nous rmarquons ici quelle ne sarrte pas ses propres frontires (voir le vecteur qui dpasse le cercle du Mystre de lEglise). Dans sa fonction, lEglise va vers le monde avec son service dvanglisation et dhumanisation. Enfin, lapproche structurale nous rappelle la complexit des formes concrtes de lEglise, ce que nous entendons derrire le terme pluralit des modles . Dans lenjeu que reprsente la structure du systme, nous inscrivons la base thologique qui constitue lEglise catholique33.

    Mystre de lEglise = Ralit complexe

    4. 3. 2. 1. 0.

    HISTOIRE Priodicit daprs les moments significatifs

    pour nouveaux modles de lEglise

    FONCTION : la base thologique de lEglise : - mission de lEglise - ladaptation aux temps modernes

    4. 5.

    3. 2.

    1.

    Pentecte

    313

    lEdit de Milan

    XII/X

    III Lge dor de la

    scolastique

    1545-1563 c. de Trente

    1869-1870 V

    atican I

    1962-1965 V

    atican II

    Post- Vatican II

    5.

    STRUCTURE formes concrtes

    de lEglise

    33 Pour Karl Barth (protestant) la thologie est une fonction de lEglise. En effet, pour la thologie protestante la base thologique pourrait plutt se situer dans le schma, du ct fonction du systme.

    10

  • Artur KASPRZAK

    Aprs consultation des rfrences qui figurent dans le schma ci-dessus, nous proposons maintenant de les comparer avec quelques conclusions contenues dans le tableau.

    Formes concrtes de lEglise N Priode

    histoirefonction La base thologique Modles

    ecclsiologiques structureModles

    architecturaux1962-65

    c.Vatican II Aggiornamento

    retour aux sources de lEglise

    La catholicit de lEglise particulire (locale)

    5.

    1965 - ... Post-Vatican II

    continuation du c. Vatican II ; toujours

    aux sources de lEglise

    primitive

    Post concilium, ergo propter concilium

    (aprs le Concile, donc cause du Concile) ;

    La mise en oeuvre de la rforme conciliaire dans

    lEglise particulire : plutt orthopraxis que

    orthodoxis

    dfi pour la thologie afin que la notion multiple de

    lEglise (modle de lEglise :

    communion mystique , sacrement/institution l Eglise servante ... ), sinstallent dans tous les

    champs de la rflexion de la thologie catholique

    la pluralit des modles :

    Communion Mystique Sacrement / Institution Eglise servante

    + sous-modles

    Eglise primitive

    Chaque tude tentera de mieux comprendre la nature de lobjet observ. LEglise en tant quobjet nappartient pas aux systmes simples, pour lesquels on pourrait proposer une dmonstration de la ralit travers une vision statique. En raison de lhyper complexit de sa structure et de la base thologique qui la constitue, mme une meilleure systmatisation ne pourra explorer sa profondeur. Nous en sommes conscients, dautant plus que dans le contexte de la rflexion scientifique mene sur lEglise, la profondeur est renforce par sa perspective divine (un facteur supplmentaire qui influance la complexit du systme). En rsum, voil le lieu spcifique des recherches que constate notre tude sur les modles ecclsiaux dans le catholicisme post-Vatican II. LEglise est une ralit complexe et notre tude propose de laborder dune autre faon, tout en respectant la particularit de la nature mme de lEglise catholique.

    11

Recommended

View more >