Pour une ouverture biologique à la psychologie de l'intelligence

  • Published on
    23-Jul-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Notes de lecture

    Pour une ouverture biologique B la psychologie de lintelligence Par Paul-Emile PILET

    Pour faire une bonne biologie expirimentale - et jai personnellement dCfendu cc point de vue B maintes reprises - il faut dabord apprendre la phy- sique. Or, il apparait de plus en plus Cvident - et tout particulikrement en lisant Jean Piaget - que les qualitCs dun psychologue sont dautant plus remarquables que celui-ci est ou a Ctk biologiste.

    Cet article qui dkpasse par son format et son propos, les habituelles chro- niques que notre Revue consacre aux livres ricernment publib, a CtC suscitC par la lecture attentive dun trks remarquable ouvrage que le Professeur J. Piaget a consacrk a la psychologie de lintelligence (1). En fait, et cest 1; dCj8 une contri- bution originale B 1CpistCmologie scientifique, Piaget a Ccrit tout ii la fois un livre cle biologie et un livre de psychologie. Et malgrk ses petites dimensions (il ne cornpte quune centaine de pages), lon peut affirmer - et le biologiste que je suis le fait sans rCserve - quil sagit 18 dun ouvrage critique, ax6 sur lana- lyse thkmatique de lkvolution, qui dkpasse par sa cohkrence, ses commentaires rigoureux tout en nuances et ses hypothkses inkdites, tous les livres consacrks, ccs dcrnicres annkes, au problkme toujours plus actuel de ladaptation vitale.

    Cherchant B se libkrer des thkses nko-lamarkiennes dont on attend encore la confirmation et, dans la m&me mesure, des schCmas simplistes du nCo-darwi- nisme orthodoxe, Piaget - en sappuyant sur des exemples de rCgulation, dadap- tation et dkquilibration - propose un modble original ob, en particulier, les (( processus endoghem remplacent les ccaccomodations empiriques,. Ce modble rend compte i la fois des ktapes de ICvolution biologique et de celles de la for- mation dcs connaissances. I1 parait bien devoir fonctionner ii tous les niveaux du dCveloppement.

    A Iaide darguments complkmentaires ou, le plus souvent, tout A fait inCdits, le Professeur Piaget rejoint, dans une synthbse de premikre ordre, les thbses quil avait preckdemment dCfendues (2).

    *

    Sil cst un chapitre de la biologie moderne qui, en dCpit de limpression dune prestigieuse unit6 ordonnatrice (dailleurs superficiellement constatke) et malgrC les innombrables notions premihre vue dCfinitives, est en complbte rbvision, cest

    Dialectica Vol. 31, No 1-2 (1977)

  • 200 Paul-Ernile Pilet

    bien celui de lhiriditf (3). Pour une science, commc pour une mithode, le prin- cipe de (( rCvisibilit.5 D, cher F, Gonseth (4), conserve ainsi toute son actualit6 et toute son importance.

    Le concept de gkne (ce

  • Pour une ouverture biologique B la psychologie de Iintelligence 20 1

    seul triage alkatoire et automatique quaffirmait le mutanionisme, ce (< tamisage x, en quelque sorte, qui conduisait L des Climinations ou L des survies. De plus, la silection ne saurait dtre dissocike des choix que le vivant, constamment, est amen6 B faire. Cest un lieu commun aujourdhui dadmettre que lorganisme choisit tout autant son milieu quil ne dipend lui-m&me de ce milieu. Mais la silection implique encore de permanentes rCgulations du (< milieu intkrieur )>, des adaptations endogenes qui corrigent, complktent et nuancent ce que la c( s6lection aveugle )) des purs darwiniens aurait de simpliste et de dkfinitif. Un dernier com- mentaire, et non le moindre, concerne le programme mCme de lhCrkdit6. Les mutations, jusquh maintenant catalogukes, ne concernent que de t r h minimes modifications de programmes hkrkditaires. I1 nest pas exclu alors que ces altbra- tions du patrimoine puissent dkpendre du seul hasard. Mais quen est-il des grands changements kvolutifs qui ont profond6ment modifik le programme infor- mationnel? Le (( programme )) des vertCbrCs, par exemple, est infiniment plus riche - Ion sen doute - que celui dune mousse et bien plus encore que celui dune bactkrie.

    *

    Ces quelques breves remarques sont commentkes par Piaget avec pertinence et une louable objectivit6. Cest pour cela, sans doute, et pour bien dautres (( clairvoyances )) dont son livre est si riche, que cette Ctude de J. Piaget - nous nous y attendions - va susciter des discussions passionnkes et de virulentes pol& miques. Ses adversaires conformistes, ne marqueront pas de lui reprocher (com- bien imprudemment) un retour au lamarkisme, alors que Piaget se situe nettement (ne parle-t-il pas lui-mdme, B propos de son modkle, de tertium entre le transfor- m i m e lamarkien et 1Cvolutionisme darwinien) entre ces deux grandes thkories fondamentales.

    Le modPle que suggere - avec un rare talent de persuasion - Piaget, pro- c5de de plusieurs ktapes que je rksumerai succintement. Sous Ieffet du milieu ambiant, une somation apparait. Elle se reconstituera, h chaque gCnCration, sous Iaction de semblables facteurs. Mais si cette somation est cause de dks6quilibres; des altkrations locales marqueront le milieu intkrieur. Lorsque lkquilibre nest pas rktabli, lappareil hCrCditaire est touch6 et des mutations se produisent. Les variations se situent dans le cadre du milieu int6rieur qui, par action sklective, stabilisera des variations nouvelles. Par reconstruction endogkne, elles convergent avec le accomodats semi-exogknes de dkpart.

    Comme J. Piaget lkcrit dans ses conclusions gCnkrales, son essai (( repose sur deux hypotheses risqu6es: celle dune certaine gbnhalitk du processus de la phk- nocopie, comme si toute adaptation nouvelle dkbutait par des explorations et essais phknotypiques . . . et celle dune parent6 entre les phknocopies organiques et cognitives, comme si les propriktks dkquilibration et dautorkgulation que lon retrouve en tous les domaines de la vie entrainaient Iexistence dune tendance gknkrale B la reconstruction endogene des acquisitions instables de nature exo- gene B.

    I1 faut ajouter que les deux theses du Professeur Piaget sont indissolublement likes et resultent dun fait essentiel. Les transformations 6volutives impliquent une signification adaptative dont vont dCpendre de nouveaux comportements.

  • 202 Paul-Emile Pilet

    RCfkrences

    (1) J. Piaget - Adaptation vitale et psychologie de l'intelligence. Glection organique

    (2) I. Piaget - Biologie et connaissance, Gallimard, Pans, 1967. (3) P. E. Pilet - Rev. de synthbse, 3, 171-197, 1963. (4) F. Gonseth - Dialectica, 13, 16-26, 1959. (5) P. E. Pilet - Dialectica, 25, 3-15, 1971. (6) J. Piaget - Rev. suisse de zoologie, 28, 125-153, 1920. (7) J. Piaget - Candollea, 21-22, 137-239, 1966. (8) P. P. Grass6 - Savoir et action, novembre 1972, pp. 13-24.

    et phbnocopie. Hermann, Paris, 1974.

    lnstitut de Biologie et de Physiologie vkggdtales de I'Universitd Place de la Riponne 1005 Lausanne (Suisse)

    Dialectica Vol. 31, No 1-2 (1977)

Recommended

View more >