PROJET DE FICHE DE JUMELAGE - Ministero degli ?· 2.3 Contriution au plan national de ... Management…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

PROJET DE FICHE DE JUMELAGE Royaume du Maroc Programme dAppui au Plan dAction Maroc-UE (P3AIII) Projet MA12/ENP-AP/TR27 Appui la restructuration de la Normalisation, lAccrditation, la Mtrologie et la Surveillance du March Fiche de projet DQSM_Version finale Page 2 de 49 SOMMAIRE 1. INFORMATIONS DE BASE ....................................................................................5 1.1 Programme .............................................................................................................................. 5 1.2 Numro de jumelage ............................................................................................................... 5 1.3 Intitul ...................................................................................................................................... 5 1.4 Secteur ..................................................................................................................................... 5 1.5 Pays bnficiaire ...................................................................................................................... 5 2. OBJECTIFS .......................................................................................................5 2.1 Objectif gnral ........................................................................................................................ 5 2.2 Objectif spcifique du projet ................................................................................................... 5 2.3 Contribution au plan national de dveloppement / laccord de coopration/ laccord dassociation / au plan daction ............................................................................................... 5 3. DESCRIPTION ....................................................................................................7 3.1 Contexte et justification ........................................................................................................... 7 3.2 Activits connexes (autres initiatives nationales et internationales) : .................................. 15 3.3 Rsultats du prsent jumelage .............................................................................................. 19 3.4 Activits .................................................................................................................................. 20 3.5 Moyens et apports de ladministration de ltat membre partenaire .................................. 23 4. CADRE INSTITUTIONNEL ................................................................................... 31 5. BUDGET ......................................................................................................... 31 6. MODALITS DE MISE EN UVRE ........................................................................ 31 6.1 Organisme de mise en uvre ................................................................................................ 31 6.2 Principal organisme homologue dans le pays bnficiaire .................................................... 32 7. CALENDRIER DE MISE EN UVRE (INDICATIF) ..................................................... 32 7.1 Lancement de lappel proposition. ..................................................................................... 32 7.2 Dbut des activits du projet ................................................................................................ 32 7.3 Achvement du projet .......................................................................................................... 32 7.4 Dure de la priode dexcution ........................................................................................... 32 8. DURABILIT .................................................................................................... 32 9. QUESTIONS TRANSVERSALES ........................................................................... 33 10. CONDITIONNALIT ET CHELONNEMENT ............................................................ 33 11. ANNEXES ...................................................................................................... .34 1 Matrice du cadre logique ....................................................................................................... 34 2 Calendrier indicatif des activits ............................................................................................ 47 Fiche de projet DQSM_Version finale Page 3 de 49 GLOSSAIRE AA Accord dAssociation ACAA Agreement on Conformity Assessment and Acceptance of industrial products (Accord sur l'valuation de la conformit et l'acceptation des produits industriels) ALEA Accord de Libre Echange Global et Approfondi BT Basse Tension (Directive) CE Commission Europenne CEI Comit Electrotechnique International CEM Compatibilit Electromagntique (Directive) CEN Comit europen de Normalisation CENELEC Comit europen de normalisation lectrotechnique COMAC Comit Marocain dAccrditation CP Chef de projet CPR Rglement Produits de Construction CRJ Conseiller Rsident de jumelage CSIQP Conseil Suprieur Interministriel de la Qualit et de la Productivit CSNCA Conseil Suprieur de la Normalisation, de la Certification et de lAccrditation CTI Centre Technique Industriel DAC Division de lAccrditation DM Division de la Mtrologie DNA Directive Nouvelle Approche DQN Direction de la Qualit et de la Normalisation DQSM Direction de la Qualit et de la Surveillance du March DSM Division de la Surveillance du March EA European co-operation for Accreditation (Coopration Europenne pour lAccrditation) EM Etat membre Euramet European Association of National Metrology Institutes (Association Europenne des Instituts Nationaux de Mtrologie) HACCP Hazard Analysis Critical Control Point (Analyse des dangers - points critiques pour leur matrise) IAF International Accreditation Forum (Forum International dAccrditation) IEVP Instrument Europen de Voisinage et de Partenariat ILAC International Laboratory Accreditation Co-operation (Coopration Internationale pour lAccrditation des Laboratoires) Fiche de projet DQSM_Version finale Page 4 de 49 IMANOR Institut Marocain de Normalisation IPFNA Instruments de Pesage Fonctionnement Non Automatique ISO International Organisation for Standardisation (Organisation Internationale de Normalisation) KPI Key Performance Indicators (Indicateurs Cls de Performance)) LVD Directive Basse tension MICNT Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies MLA Multi Lateral Agreement (Accord multilatral) OAN Organismes dAccrditation Nationaux OEC Organisme d'valuation de la conformit OHSAS British Standard Occupational Health and Safety Assessment Series (Systmes de Management de la Sant et de la Scurit au Travail) OMC Organisation Mondiale du Commerce ONA Organisme National dAccrditation P3A Programme dAppui au Plan dAction Maroc-UE PAV Plan dAction Voisinage PEV Politique Europenne de Voisinage PME Petites et Moyennes Entreprises PMI Programme de Modernisation Industrielle RSA Russir le Statut Avanc SEGMA Service dEtat Gr de Manire Autonome SNIMA Service de Normalisation Industrielle Marocain TAIEX Technical Assistance and Information Exchange (Assistance technique et change dinformations) UE Union europenne UAP3A Unit dAppui au Programme P3A WELMEC European Co-operation in Legal Metrology (Coopration Europenne de Mtrologie Lgale Fiche de projet DQSM_Version finale Page 5 de 49 1. INFORMATIONS DE BASE 1.1 Programme Programme dAppui au Plan dAction Maroc-UE (P3AIII) 1.2 Numro de jumelage MA12/ENP-AP/TR27 1.3 Intitul Appui la restructuration de la Normalisation, lAccrditation, la Mtrologie et la Surveillance du March. 1.4 Secteur Protection du commerce et de lindustrie (TR). 1.5 Pays bnficiaire Royaume du Maroc. 2. OBJECTIFS 2.1 Objectif gnral Contribuer la mise en uvre de la stratgie de coopration de lUE avec le Royaume du Maroc en matire de renforcement des capacits des administrations et de linfrastructure qualit marocaines. 2.2 Objectif spcifique du projet Renforcer linfrastructure qualit du Royaume du Maroc suite la restructuration du Systme National de Normalisation, Accrditation, Mtrologie et Surveillance du March sur le plan institutionnel, ainsi que linfrastructure technologique par le dveloppement des moyens de contrle et danalyse. 2.3 Contribution au plan national de dveloppement / laccord de coopration/ laccord dassociation / au plan daction 2.3.1 LAccord dAssociation entre le Royaume du Maroc et lUE Ce projet sinscrit dans le cadre des priorits dfinies par lAccord dAssociation Maroc-UE entr en vigueur le 1er mars 2000. Il constitue la base juridique des relations entre l'Union europenne et le Maroc. Larticle 40 de lAccord stipule que les parties mettent en uvre les moyens propres promouvoir lutilisation par le Maroc des rgles technique de la Communaut et des normes europennes relatives la qualit des produits industriels, ainsi que des procdures de certification. Le paragraphe 2 du mme article prvoit que les parties concluent des accords de reconnaissance mutuelle des certifications lorsque les conditions ncessaires soient ralises. Larticle 51 tablit que les parties cooprent en vue de dvelopper lutilisation des rgles communautaires dans le domaine de la normalisation, de la mtrologie, de la gestion, de lassurance de la qualit, et de lvaluation de la conformit, la mise niveau de laboratoires marocains pour la conclusion, terme, daccords de reconnaissance mutuelle dans le domaine de lvaluation de la conformit et dvelopper les structures marocaines charges de la normalisation et de la qualit. En outre, larticle 52 de cet accord stipule que la coopration vise aider le Maroc rapprocher sa lgislation de celle de la Communaut dans les domaines couverts par laccord. 2.3.2 Le document conjoint Maroc-UE sur le renforcement des relations bilatrales/ Statut Avanc. Le projet sinscrit dans les lignes directrices du document conjoint Maroc-UE qui vise la mise en place dun espace conomique commun, entre lUE et le Maroc, caractris par une intgration pousse de lconomie marocaine celle de lUE et sinspirant des normes qui rgissent lEspace Economique Europen. Cet objectif passe par la mise en uvre d'actions conjointes dans plusieurs axes : Fiche de projet DQSM_Version finale Page 6 de 49 Laxe "Rapprochement du cadre lgislatif du Maroc lacquis communautaire" doit contribuer stimuler les rformes structurelles, dvelopper la croissance conomique au Maroc. Laxe "Conclusion d'un Accord de Libre Echange Global et Approfondi (ALEA)" devra permettre, terme, dinstaurer la libre circulation des marchandises (mesures tarifaires et non tarifaires) et des services. La facilitation de laccs au march pour les produits industriels et lharmonisation de la lgislation et des normes marocaines, reprsentent une des mesures mesurables de lALEA. Laxe "Coopration conomique et sociale" prvoit que, en matire de normalisation et rglementation technique, les deux parties confirment leur intrt pour la conclusion dun accord de reconnaissance mutuelle des procdures d'valuation de la conformit (ACAA). Le Maroc doit poursuivre l'alignement de la lgislation horizontale et sectorielle ainsi que la mise niveau des infrastructures. Une fois la lgislation horizontale aligne, les organismes marocains de normalisation, daccrditation et de mtrologie pourront participer aux travaux des organismes europens, avec le statut prvu par ces organismes pour les pays de la politique de voisinage. Le programme "Russir le Statut Avanc", sign au mois de dcembre 2011, vise soutenir davantage le Royaume du Maroc pour atteindre les objectifs de la stratgie nationale, notamment lamlioration de la comptitivit des produits industriels marocains, dune part, la facilitation de leur accs au march intrieur de lUnion Europenne et, dautre part, le dveloppement du systme marocain de surveillance du march pour les produits industriels. 2.3.3 Le Plan dAction Maroc-UE adopt en 2005 pour la mise en uvre de la Politique europenne de voisinage, prvoit dans le domaine de la rglementation technique, normes et procdures dvaluation de la conformit (secteurs harmoniss UE), les actions suivantes : Faciliter laccs au march pour les produits industriels Poursuivre lharmonisation de la lgislation marocaine sur les produits industriels avec la rglementation et les pratiques internationales et europennes. Pour le court terme : Identifier des secteurs prioritaires et analyser la lgislation communautaire applicable et mettre en vidence les diffrences avec la lgislation nationale existante. Renforcer les institutions en charge de la normalisation, de lvaluation de la conformit, de la mtrologie et de la surveillance du march, notamment par le biais dchange dinformations et dexpertise et par leur intgration autant que possible dans les structures europennes et internationales. Pour le moyen terme : Harmoniser les normes nationales avec les normes europennes et internationales pour les produits industriels et retirer les normes nationales qui sont en conflit avec celles-ci. Adopter un programme dharmonisation de la lgislation et des procdures dvaluation de la conformit et mettre en uvre la lgislation cadre et sectorielle ncessaires. Procder aux rformes ncessaires des structures nationales. Ngocier un accord sur l'valuation de la conformit et l'acceptation des produits industriels (ACAA) dans les secteurs d'intrt commun, o la lgislation est applique aux mmes standards que dans l'Union europenne. Sensibiliser les oprateurs conomiques. Poursuivre les actions de formation. 2.3.4 L'instrument europen de voisinage et de partenariat (IEVP), oprationnel depuis le 1er janvier 2007, remplace les programmes de coopration et MEDA. Dans ce contexte, il apparat comme le successeur stratgique des anciens programmes. Le document de stratgie pays 20072013 qui en dcoule, engage la CE concentrer ses efforts sur lappui institutionnel, notamment sur le rapprochement du Maroc avec la lgislation, les normes et les standards de lUE. Ceci doit lui permettre de tirer parti graduellement des possibilits offertes par la politique de voisinage, notamment la perspective de progresser au-del des relations existantes vers un degr significatif d'intgration, y compris en offrant au Maroc une participation au march intrieur, ainsi que la possibilit de prendre progressivement part aux programmes de l'UE. Ceci exige des efforts importants de la part du Maroc afin de crer les conditions lgislatives et institutionnelles ncessaires. Cette ambition sexprime dans Fiche de projet DQSM_Version finale Page 7 de 49 la demande du Maroc d'un "Statut Avanc" avec l'UE qui serait "plus que l'association et moins que l'adhsion". Ladoption des normes et standards europens et internationaux constitue dailleurs, dans le domaine industriel, un des lments de comptitivit pour lconomie marocaine, afin de faire face la concurrence internationale sur le march intrieur et conqurir de nouveaux marchs extrieurs. Par ailleurs, il est maintenant avr que la qualit des institutions est un lment indispensable pour la russite des programmes de dveloppement. Enfin, les programmes dappui institutionnels mis en place sous MEDA ont mis en lumire limportance de pouvoir apporter une assistance technique de haut niveau aux institutions marocaines, notamment travers le jumelage. Dans ce contexte, lobjectif de la Commission europenne est de poursuivre son soutien aux institutions marocaines en charge de la mise en uvre des rformes agres dans le cadre du Plan dAction. Le projet de jumelage contribuera au renforcement du processus de normalisation et la mise en uvre de la nouvelle restructuration du systme marocain de la qualit, de laccrditation, de la mtrologie, et de lvaluation de la conformit, ainsi qu sa mise niveau conformment aux exigences internationales. Ce projet contribuera galement favoriser la conclusion daccords en matire dvaluation de la conformit, amliorant la comptitivit de lindustrie marocaine en lui vitant les obstacles gnrs par la duplication des procdures dvaluation de la conformit lentre des marchs internationaux, par le biais du dveloppement et de lamlioration de la comptence de tous les intervenants ainsi que limplication des parties intresses. 3. DESCRIPTION 3.1 Contexte et justification En vue des ngociations relatives un accord de reconnaissance mutuelle des procdures d'valuation de la conformit (ACAA), le Maroc sest engag poursuivre l'alignement de la lgislation horizontale et sectorielle ainsi que la mise niveau des infrastructures de normalisation, daccrditation et de mtrologie et de surveillance du march. Les rformes des systmes marocains des entits responsables de la politique nationale de qualit, de la normalisation, de laccrditation, de la mtrologie, et de lvaluation de la conformit sont rcentes et sont dans un processus de mise en uvre. La prsente priode est donc une priode de transition, car les nouvelles dispositions de la loi 12/06, des dcrets n 2.10.252 pris pour lapplication de cette dernire, ainsi que n 2-10-74 fixant les attributions et lorganisation du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies, et lArrt du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies n 2041-10 relatif la cration des divisions et services relevant des Directions Centrales du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies ne sont pas encore totalement appliques. 3.1.1 Direction de la Qualit et de la Surveillance du March Cette nouvelle structure remplace lancienne Direction de la Qualit et de la Normalisation (DQN). Cest une Direction du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies. Les attributions et lorganisation du Ministre sont dfinies par le Dcret n 2-10-74 (Juillet 2010). Entre autres activits, le Ministre doit : "Promouvoir la qualit et la scurit dans les secteurs de lindustrie, du commerce et des nouvelles technologies ; Assurer le contrle dans le domaine de la mtrologie, de laccrditation, de la qualit, de la scurit en entreprise, de la surveillance du march et de la protection du consommateur". Dans le mme dcret, larticle 11 dfinit les tches de la Direction de la Qualit & de la Surveillance du March : "Assurer le suivi de la stratgie nationale de la normalisation, de la certification, de laccrditation et de la promotion de la qualit ; Fiche de projet DQSM_Version finale Page 8 de 49 Assurer le secrtariat du conseil suprieur de la normalisation, de la certification et de laccrditation (CSNCA) ; Dfinir et suivre les objectifs du contrle des produits et des services ; Rglementer et contrler les produits, les services et les instruments de mesure ; Agrer et suivre les organismes dvaluation de la conformit ; Assister les entreprises industrielles dans le choix, lutilisation et lentretien des instruments de mesure ; Grer les talons nationaux de mesure ; Promouvoir la qualit et la scurit dans les entreprises ; Promouvoir les systmes de gestion bass sur les normes dans les entreprises ; Assurer les activits daccrditation des organismes dvaluation de la conformit ; Contribuer lamlioration du cadre juridique, organisationnel et institutionnel de la protection des consommateurs ; Renforcer et accompagner les activits des associations de protection des consommateurs". De plus, le dcret indique (Article 18) que la DQSM "est charge des attributions imparties lInstitut de Normalisation (IMANOR) dans lattente de sa cration". Enfin, lArrt n 2041-10 (juillet 2010) du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies, relatif la cration des divisions et services relevant des directions centrales du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies, dans son Article 5, indique lorganigramme de la DQSM. Il est tabli 5 divisions : 3.1.2 Division de lAccrditation (DAC) Le systme national daccrditation a t mis en place en 2001. Cependant, ce systme a montr certaines limites, et notamment : Absence de cadre lgal dfinissant laccrditation Les activits de certification et daccrditation tant gres par la mme direction, afin dviter les conflits dintrt, le dveloppement de lactivit daccrditation sest limite, uniquement, celle des laboratoires. La loi n 12-06 relative la normalisation, la certification et laccrditation, ainsi que le dcret n 2.10.252 pris pour son application permettent de remdier cette situation. Ces textes dfinissent un nouveau cadre lgal pour laccrditation lui attribuant son rle dorganisme tiers partie, indpendant, apte dlivrer des constats de reconnaissance formelle de la comptence dorganismes dvaluation de la conformit, quelque soit leurs activits spcifiques dvaluation de la conformit. Ils indiquent une claire sparation de la fonction accrditation de celle de certification en transformant le Service de Normalisation Industrielle Marocain "SNIMA" en un Institut Marocain de Normalisation (IMANOR) sous forme dun tablissement public dot de la personnalit morale et de lautonomie financire, et indpendant de la DQMS (Cf. 3.1.1.7). Ces textes tablissent galement deux structures de gestion de laccrditation : Un Conseil Suprieur de Normalisation, de Certification et dAccrditation (CSNCA) (Cf. 3.1.1). Un Comit Marocain dAccrditation (COMAC) qui est un comit consultatif plac auprs du Ministre charg de lIndustrie, et ayant une reprsentation quilibre de toutes les parties intresses prives et publiques. Son objectif est de garantir lobjectivit et limpartialit des prestations daccrditation, et ses principales fonctions sont de : - Dfinir la stratgie nationale en matire daccrditation tout en suivant les orientations stratgiques du CSNCA - De faire connatre aux chelons national, rgional et international le systme marocain d'accrditation - De participer aux instances et organismes rgionaux et internationaux traitant de l'accrditation, en coordination avec le ministre charg de l'industrie, en vue de reprsenter les intrts nationaux - Superviser la gestion des recettes et des dpenses relatives aux activits daccrditation Fiche de projet DQSM_Version finale Page 9 de 49 - Etudier et de donner son avis concernant les budgets prvisionnels de fonctionnement et dinvestissement relatifs aux activits daccrditation - Etudier et de donner son avis concernant toute autre question concernant les activits daccrditation - Etablir les critres et procdures concernant lexamen des demandes doctroi, de renouvellement, de rduction ou dextension de porte, de suspension ou de retrait des accrditations, ainsi que les appels concernant les dcisions prises La loi 12.06 et le dcret pris pour son application, attribuent au Ministre charg de lIndustrie la responsabilit finale en ce qui concerne laccrditation des organismes dvaluation de la conformit, ainsi que la gestion du systme marocain daccrditation. Lorgane excutif du Ministre est la Division de lAccrditation (DAC) de la DQSM. La DAC se compose, aujourdhui de deux services : Service de laccrditation des organismes de certification et dinspection laboratoires Service de laccrditation des laboratoires Cette Division est charge notamment des missions suivantes : Grer le systme national daccrditation conformment aux exigences nationales et internationales en la matire Evaluer la comptence des organismes dvaluation de la conformit accrdits ou demandant laccrditation Se prononcer quant laccrditation des organismes dvaluation de la conformit Se prononcer quant au maintien, renouvellement, suspension et retrait de laccrditation des organismes dvaluation de la conformit Grer les recettes et dpenses relatives aux activits daccrditation Assurer le dveloppement de l'accrditation pour les nouveaux secteurs et activits qui peuvent tre concernes par l'accrditation De faire connatre lchelle nationale, rgionale et internationale le systme marocain daccrditation des OEC De conclure des accords de reconnaissance mutuelle entre organismes daccrditation dorganismes dvaluation de la conformit sur le plan rgional et international par EA, ILAC et IAF Servir aux mieux les intrts, attentes et besoins de lconomie et de la socit marocaine, en matire daccrditation et dvaluation de la conformit Assurer la reconnaissance des organismes accrdits, par les autorits rglementaires nationales, ainsi qu lchelle rgionale et internationale Reprsenter le Maroc lors des manifestations concernant laccrditation, organises lchelle rgionale et internationale Assurer la promotion du systme national daccrditation Assurer la diffusion des informations fiables sur laccrditation et les organismes accrdits, destines toutes parties intresses et plus largement aux citoyens qui souhaitent en savoir plus sur ce domaine Assurer le secrtariat du Comit marocain daccrditation (COMAC) et de toutes les commissions mises en place dans le cadre du systme national daccrditation. Afin dassurer un bon fonctionnement et le dveloppement normal des activits daccrditation, ainsi que lautonomie financire exige par la norme internationale ISO/CEI 17011, la Division dAccrditation a t rige en Service dEtat Gr de Manire Autonome (SEGMA), et ce par la promulgation des textes suivants: Un dcret n 2-10-494 portant institution dune rmunration des services rendus, relatifs notamment l'accrditation des organismes dvaluation de la conformit Larrt conjoint Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies / Ministre des Finances fixant le montant des redevances relatives aux activits daccrditation Fiche de projet DQSM_Version finale Page 10 de 49 Les principales tapes de lvolution du systme national daccrditation sont donnes dans le tableau ci-dessous : Date : Fait marquant : 2001 Mise en place du systme national daccrditation des laboratoires dessais et dtalonnage conformment au guide ISO/CEI 58 2001 Dlivrance de laccrditation NM ISO/CEI 17025 deux laboratoires dessais 2002 Adhsion ILAC en tant que membre affili 2005 Rvision du systme national daccrditation conformment aux exigences de la norme NM ISO/CEI 17011 2005 Adhsion ILAC en tant que membre associ 2008 Rvision du systme national daccrditation conformment aux exigences de la norme NM ISO/CEI 17011 et celles des organisations ILAC, IAF et EA 2009 Extension du champ dintervention aux activits daccrditation des laboratoires danalyses mdicales, des organismes dinspection et des organismes de certification Mars 2010 Promulgation de loi n 12.06 relative la restructuration du systme national de normalisation, de certification et daccrditation et dfinissant notamment le nouveau cadre lgal de laccrditation Aot 2010 Promulgation du dcret n 2-10-74 et de larrt n 2041-10 relatifs la nouvelle organisation du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies, portant notamment cration de la Division de lAccrditation Dcembre 2010 Dcret n 2-10-494 portant institution dune rmunration des services rendus relatifs l'accrditation des organismes dvaluation de la conformit Mars 2011 Entre en vigueur de la loi n 12.06 Mai 2011 Publication au Bulletin Officiel du dcret n 2-10-252 pris pour application de la loi n 12.06 Juin 2011 Cration dun logo de lorganisme daccrditation, ainsi que nouveaux symboles daccrditation identifiant les diffrentes catgories de prestation des organismes dvaluation de la conformit accrdits Aot 2011 Publication au bulletin officiel de larrt du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies portant dsignation des membres du COMAC Octobre 2011 Signature de larrt conjoint Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies / Ministre des Finances fixant le montant des redevances relatives aux activits daccrditation Novembre 2011 Publication au bulletin officiel de larrt du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies portant dsignation du prsident du COMAC La DAC emploie 6 permanents, un pool de 17 valuateurs qualit et 130 valuateurs et experts techniques extrieurs. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 11 de 49 La Division a accrdit 56 laboratoires (44 laboratoires dessais et 12 laboratoires dtalonnage) selon la norme 17025. En fvrier 2012, 36 demandes supplmentaires taient en cours dinstruction : 11 laboratoires dessais (NM ISO 17025) 3 laboratoires dtalonnage (NM ISO 17025) 22 organismes dinspection (NM ISO 17020), dont 4 devraient tre valus partir davril 2012. 3.1.3 Division de la Mtrologie (DM) La mtrologie est une activit ancienne au Maroc. La premire loi sur la mtrologie date des annes 1920. Depuis les annes 2000une refonte des textes a t opre. Aujourdhui, le systme de mtrologie nationale au Maroc est rgi par : Loi n 2-79 relative aux units de mesure modifie et complte par la loi n 22-03 (novembre 2003). Elle nonce des principes gnraux, tels que ladoption du systme mtrique dcimal, les units de mesure de base, supplmentaires, drives et hors-systme, de la fabrication, l'importation, la dtention et la vente des instruments de mesure; le contrle des instruments de mesure, des fabricants et rparateurs d'instruments de mesure, la chaine nationale de traabilit, etc. Dcret n 2-05-813 de mai 2009 relatif au contrle des instruments de mesure. Il autorise, entre autres, le pouvoir de dlguer les travaux de vrification des organismes privs. En effet, le cot du matriel de vrification et de maintenance tant lev, les vrifications ncessitant un quipement sophistiqu seront confies des laboratoires privs. Cependant bien que ce Dcret soit entr en vigueur en 2009, il ny a, aujourdhui, quune seule exprience dans le secteur priv, au titre dopration pilote. Arrts catgoriels. Dans le cadre du jumelage MA07/AA/TR10 ("Appui la Direction de la normalisation et de la promotion de la qualit dans lharmonisation et la mise en uvre de la lgislation technique"), les arrts catgoriels ont t labors pour 23 types dinstruments de mesure, parmi les quels 7 ont t approuvs et publis. 3 arrts nouveaux ont t dvelopps en dehors du jumelage notamment ceux de radars traants, thylomtres et sonomtres. La DM est ltape de mise en uvre de la nouvelle rglementation. Elle travaille llaboration des procdures organisationnelles et la rdaction des cahiers de charges. Elle est oprationnelle sur plusieurs sites : La Division Centrale, Rabat comporte 3 personnes Une subdivision Casablanca employant 10 personnes 29 bureaux rgionaux o travaillent une centaine dinspecteurs. Elle compte actuellement sur deux services : Service de rglementation Il est charg de l'laboration de la rglementation rgissant les instruments de mesure rglements, de l'laboration des procdures de contrle relatives aux catgories d'instruments rglements et de la formation des inspecteurs. Service de contrles mtrologiques Les contrles s'effectuent plusieurs chelons: - Approbation de modle - Vrification initiale (fabrication, rparation, installation et importation) - Vrification priodique (instruments en service - Suivi de ces oprations (surveillance) La Division ne dispose pas de laboratoires propres et elle tablit des objectifs annuels centraliss et, en fonction de ces derniers, chaque bureau prpare son propre planning de contrles. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 12 de 49 3.1.4 Division de la Surveillance du March (DSM) La Division de la Surveillance du March, est charge de la surveillance du respect de la conformit des produits industriels et des services mis sur le march pour la scurit des personnes et des biens. La surveillance du march se base sur les textes juridiques suivants : La Loi n 24-09, Juillet 2011, relative la scurit des produits et des services est en large concordance avec la Directive europenne sur la scurit des produits (GPSD). Cette loi permet de transposer les directives sectorielles Nouvelle Approche en rglements techniques nationaux, en vue de signer des accords sur lvaluation de la conformit et lacceptation des produits industriels ("Agreement on Conformity Assessment and Acceptance of Industrial Products" ou ACAA) pour des secteurs prioritaires. Son Article 33 prcise que "ladministration comptente doit assurer la coordination des activits de surveillance du march avec les autres administrations charges du contrle du march et les douanes. Elle doit aussi assurer une consultation avec les associations de protection des consommateurs et les professionnels". Dahir n 1-10-15 du 26 Safar 1431 (11 fvrier 2010) portant promulgation de la loi n 12-06 relative la normalisation, la certification et laccrditation stipule que " toute norme marocaine homologue peut tre rendue obligatoire si une telle mesure est juge ncessaire par lautorit gouvernementale comptent" et que " Le contrle de la conformit des produits, biens et services soumis des normes marocaines dont lapplication est obligatoire, est assur conformment la lgislation et la rglementation en vigueur. Les infractions sont constates par des fonctionnaires des dpartements intresss spcialement commissionns cet effet, ou par tout autre organisme habilit conformment la lgislation en vigueur. ". Dahir relatif la rpression des fraudes sur les marchandises : Dahir n 1-83-108 du 9 Moharrem 1405 (5 Octobre 1984) portant promulgation de la loi n 13-83 relative la rpression des fraudes sur les marchandises. La porte des activits de la DSM inclut le march national et les importations. Les exportations ne sont pas comprises. Les priorits dfinies, jusqu prsent, en vue de la signature dACAAs sont: Directive "Basse tension" (LVD 2006/95/CE) Directive "CEM" (EMC 2004/108/CE) Directive "Produits de Construction" (CPD 305/2011/UE) Directive "Machines" (Machinery 2006/42/CE) Directive "Jouets" (Toys - 2009/48/CE) Les rglements correspondants sont rdigs, mais ne sont pas encore envoys Bruxelles pour vrification et validation. La prvision pour le dbut des ngociations du premier ACCA peut tre estime fin 2012 dbut 2013, si le prsent jumelage est centr sur lapplication dune directive, la plus avance en termes de connaissances et exprience. Lorsque le processus de transposition sera accompli, les normes nationales obligatoires correspondantes seront abroges. Il est noter que le nombre actuel de normes obligatoires pour les produits industriels, est de 235. Il est envisag, dans le cadre de la loi n 24-09 relative la scurit des produits et des services, que deux organismes de pilotage de la Surveillance du March soient crs : Comit de Coordination de la surveillance du march, qui rassemblerait tous les ministres afin dassurer un coordination efficace et ainsi viter les doublons, contradictions ou manques dans lapplication des textes. Commission consultative de la scurit des produits, qui mettrait des avis sur toute question relative la scurit des produits et services. La DSM comporte 2 services : Service du contrle des produits et des services Service de la rglementation. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 13 de 49 Elle totalise : 3 permanents la DQSM 90 inspecteurs dans les 29 reprsentations rgionales du MICNT Les travaux des inspecteurs consistent en contrles de produits fonds sur les normes obligatoires marocaines. Des prlvements sont effectus en fonction de plannings annuels. Les laboratoires (agrs, dsigns ou autoriss) auxquels les produits sont envoys pour les essais sont des laboratoires obligatoirement accrdits (exigence minimale). Cependant, la Division de la Surveillance du March se rserve le droit dajouter des exigences complmentaires, notamment en matire de porte daccrditation pour dlivrer lagrment. 3.1.5 Division de la Qualit et de la Scurit en Entreprise Cette Division nest pas concerne par le jumelage. 3.1.6 Division de la Protection des Consommateurs Cette Division nest pas concerne par le jumelage. 3.1.7 Cas particulier de la Normalisation et Certification (SNIMA/ IMANOR) La loi n 12-06, crant l'Institut Marocain de Normalisation (IMANOR), est entre en vigueur le 18 mars 2011, et le nouvel Institut a remplac le SNIMA (Service de Normalisation Industrielle Marocaine), cr en 1970. A ce jour, le Conseil dAdministration na pas encore tenu sa premire runion, et le Directeur nest pas nomm. Le retard constat est d principalement aux changements politiques et constitutionnels ayant marqu la priode qui a suivie lentre en vigueur de la loi 12-06. De mme, lInstitut na pas encore son autonomie financire. La DQSM, dans cette priode transitoire, est charge des attributions imparties lInstitut de Normalisation. La communication avec les organisations trangres, rgionales et internationales est, cependant, faite au nom de lIMANOR. Les missions assignes lIMANOR, conformment la loi 12-06, sont assures par le personnel de la DQSM transfr lIMANOR sous la supervision du Directeur de la Qualit et la Surveillance du March qui agit vis--vis des partenaires nationaux et trangers en tant que Chef Excutif de lIMANOR. LIMANOR est un tablissement public dot de la personnalit morale. Il sera dot de l'autonomie financire. L'Institut de normalisation est sous la tutelle de l'Etat (Ministre de lindustrie, du Commerce & des Nouvelles technologies). Ses principales missions, telles que dfinies dans la loi, sont : La production de normes et de rfrentiels normatifs, La certification de conformit aux normes et aux rfrentiels normatifs, La formation sur les normes et les techniques de leur mise en uvre La diffusion de linformation sur les normes et les activits y affrentes. La reprsentation du Maroc dans toute organisation rgionale ou internationale de normalisation et auprs des organismes trangers de normalisation. L'Institut de normalisation est administr par un conseil d'administration (avec des reprsentants des secteurs public et priv, de la socit civile et des tablissements de recherche et de formation), dont les responsabilits sont : Arrte la politique gnrale de l'Institut de normalisation dans le cadre des orientations fixes par le gouvernement Arrte le programme des oprations techniques et financires de l'Institut Arrte le budget ainsi que les modalits de financement des programmes d'activit Arrte les comptes et dcide de l'affectation des rsultats labore l'organigramme fixant les structures organisationnelles et leurs attributions Fixe les procdures de constitution, de dlgation et de dissolution des commissions techniques de travail en matire de normalisation; Approuve les procdures d'laboration et de diffusion des documents caractre normatif Fixe les conditions de dlgation de l'attribution des marques de certification de conformit aux normes marocaines ou aux rfrentiels, labors par l'institut Fiche de projet DQSM_Version finale Page 14 de 49 Dlgue au directeur le pouvoir de prononcer l'homologation des normes marocaines et la certification de la conformit aux dites normes labore le rglement intrieur fixant les rgles et modes de passation des marchs Arrte les conditions d'mission des emprunts et de recours aux autres formes de financements et de crdits bancaires Fixe les prix et les redevances affrents aux produits et prestations de l'institut de normalisation et arrte les conditions de dlgation de vente desdits produits et prestations labore le statut du personnel de l'institut LIMANOR sera gr par un directeur, qui excutera les dcisions du conseil d'administration qui il rendra compte de la gestion et du fonctionnement gnral de l'Institut. Il reprsentera l'Institut devant la justice. Il excutera les missions pour lesquelles il aura reu dlgation du conseil d'administration : Dengager l'Institut de normalisation auprs des tiers et dans tous les actes civils et administratifs Dassurer la direction technique, administrative et financire de l'Institut de normalisation De crer, conformment l'article 24 de la prsente loi, les commissions techniques de travail en matire de normalisation De prononcer l'homologation des normes marocaines, sur dlgation du conseil d'administration de l'Institut de normalisation De prononcer la certification vise l'article 2 de la prsente loi, sur dlgation du conseil d'administration de l'Institut de normalisation De dlguer les activits relatives la vente des produits et prestations de l'Institut de normalisation Le directeur de l'Institut de normalisation aura autorit sur tout le personnel de l'institut. Il nommera aux emplois de l'institut conformment au statut du personnel. LInstitut de Normalisation est membre affili de lorganisme de normalisation europen CEN, et membre de lISO et de la CEI. Les dmarches pour devenir membre affili du CENELEC ont abouti en janvier 2012. LInstitut de Normalisation est invit suivre les travaux de 4 comits techniques du CEN et de 4 comits du CENELEC. IMANOR est dj membre de deux comits CEN savoir CEN/TC 52 "Scurit des jouets" et CEN/TC 114 "Scurit des machines", les deux autres du CEN et les 4 comits du CENELEC seront choisis en concertation avec les parties concernes notamment la DSM et les professionnels 105 commissions techniques oprent au sein de lInstitut et leurs travaux sont suivis par des reprsentants de ladministration, des laboratoires et des fabricants. Les fabricants se montrent trs actifs surtout dans le secteur des appareils lectriques. Le personnel de lInstitut comprend 22 personnes permanentes, tous fonctionnaires. Dans le cadre de la certification interviennent 50 auditeurs externes. Ce personnel, appartenant actuellement au SNIMA, sera, daprs la loi 12-06, affect lIMANOR. Il y a, jusqu prsent, 9.500 normes marocaines publies (incluant des normes ISO et EN). La partie du programme de normalisation relative aux normes harmonises est tablie en concertation avec la Division Surveillance du March de la DQSM qui dfinit les priorits pour la transposition de Directives de lUE. Les priorits dfinis pour 2010 2012 (400 normes sur 1.500 normes sont adoptes) sont : Directive "Basse tension" Directive "CEM" Directive "Produits de Construction" Directive "Machines" Directive "Jouets" Le programme de normalisation y compris la partie relative aux normes harmonises est ractualis tous les 6 mois. Il est envoy lISO et OMC (IMANOR tant le point national d'information OTC/OMC). Fiche de projet DQSM_Version finale Page 15 de 49 Pour ce qui concerne les activits de certification, lInstitut est un organisme certificateur. La proprit de la marque et des labels de conformit aux normes marocaines, dposs par le Ministre charg de lindustrie, qui certifiait par le biais de la DQSM (SNIMA) jusqu lentre en vigueur de la loi n 12-06, est transfre lIMANOR. Les systmes de certification effectus par lInstitut sont : Certification des systmes de management de la Qualit (NM ISO 9001:2008). Certification des systmes de management Environnemental (NM ISO 14001:2004). Certification de produits (Guide ISO 65/ISO DIS 17065). Certification des systmes de la Sant et Scurit au Travail: (NM 00.5.801:2009). Certification des produits industriels et agro-alimentaires selon les normes marocaines de spcification correspondantes. Labellisation des produits industriels et agro-alimentaires selon les normes marocaines de spcification correspondantes. Certification des systmes d'analyse des risques et matrise des points critique de contrle (NM HACCP). Certification des systmes de management de la Scurit des Aliments (NM ISO 22000). Certification de la mise en conformit sociale (NM 00.5.601). Les activits de normalisation, certification et formation tant gres par la DQSM prsent, une aide au dmarrage de lIMANOR est ncessaire, portant sur la dfinition dun plan de dveloppement stratgique et les business plans des diffrentes activits retenues et alloues. Lobjectif de lInstitut de normalisation est dadopter entre 1.000 et 1.200 normes par an, incluant les normes harmonises. La production actuelle varie entre 700 et 800 normes par an. Plus de 400 normes dcoulant des directives prioritaires ont t adoptes. Ladoption des autres normes est planifie et des actions de sensibilisation sont renforcer auprs des commissions techniques et des industriels concerns pour attirer leur attention sur laspect urgent de cette question. Quoique devenu membre affili du CEN et du CENELEC, lInstitut de normalisation ne participe pas encore aux travaux des comits techniques europens. Le SNIMA/IMANOR est le premier certificateur de systmes de management au Maroc (30% des entreprises marocaines certifies ISO 9001). En matire de certification de produits, il est le seul organisme certificateur de produits (guide ISO/CEI 65/ISO DIS 17065) pour la dlivrance de la marque NM, marque nationale volontaire. 60 entreprises marocaines ont certifi leurs produits. tant donn quil prvoit de continuer dassurer en son sein les diffrentes formes de certification (produits, systmes, personnes, .. etc.), des tudes dimpact et de stratgie de positionnement par rapport la concurrence sont ds lors ncessaires. Les oprateurs conomiques concerns ne sont pas assez sensibiliss limportance de la normalisation et de la certification et aux bnfices quils peuvent en tirer. La participation des industriels dans les commissions techniques est faible, lexception des fabricants de matriel lectrique et lectronique. Avec laugmentation prvisible des activits, des normes adoptes et du personnel, un renforcement des capacits techniques dans les domaines de certification et formation savre ncessaire. Le dveloppement de logiciels de gestion des processus de normalisation et de certification aidera davantage les communications OTC/OMC et ISONET ainsi que la planification, le suivi et la publication des rsultats des activits de normalisation et de certification. 3.2 Activits connexes (autres initiatives nationales et internationales) : Plusieurs supports ont t apports au Maroc concernant le renforcement de linfrastructure qualit en gnral : 3.2.1 Programme de coopration rgionale dans le domaine de linfrastructure qualit au Maghreb. 3.2.1.1 Objectifs Ce programme est dans sa seconde phase de ralisation (2005-2012). Il est ralis dans le cadre de la coopration allemande avec lInstitut National de la Mtrologie (PTB). Fiche de projet DQSM_Version finale Page 16 de 49 Les objectifs du programme sont de promouvoir une coopration rgionale des pays maghrbins dans le domaine de linfrastructure qualit (mtrologie, accrditation et valuation de la conformit), afin de dvelopper cette infrastructure en prparation de sa reconnaissance progressive au niveau international, favorisant : Lchange dexpriences et lharmonisation des mthodes dans le domaine de la mtrologie ; La coordination pour la mise en place dans chaque pays des chanes nationales dtalonnage ; La coopration dans l'laboration des normes et des mthodes nationales de mesure ; La coopration lchelle internationale avec les organismes similaires ; La ralisation et participation aux inter comparaisons lchelle rgionale et internationale ; Lamlioration des quipements de mesure et les rendre accessibles tous. 3.2.1.2 Rsultats Ce programme a permis dentreprendre des activits destines la mise en rseau des infrastructures qualit au niveau maghrbin (Algrie, Maroc, Mauritanie, Tunisie) et damliorer la comptitivit des systmes nationaux de qualit en se basant sur des solutions et des mthodes de travail rgionales. En matire daccrditation, le projet a permis la DAC de participer aux assembles gnrales dILAC et IAF, ainsi qu des actions de formation sur des sujets lis laccrditation des laboratoires dessais, dtalonnage et des organismes dinspection. La DM a pris part des comparaisons internationales en talonnage dans le domaine des masses entre les laboratoires nationaux de mtrologie des trois pays : Tunisie, Algrie et Maroc, en 2006 ; dans le domaine des tempratures en 2009 et dans le domaine dimensionnel 2010. 3.2.2 MEDA I, Projets "Promotion de la Qualit" et "Euro-Maroc Entreprise", 1995-1999 3.2.2.1 Objectifs MEDA I a port sur laccompagnement de 200 entreprises, sur un financement de lUE. 3.2.2.2 Rsultats En matire de mtrologie, le programme a permis lacquisition de matriel et assistance technique en matire de formation. Dans le cadre de ce programme SNIMA a obtenu de la formation, du matriel informatique et bureautique. En 2001, le nombre de normes marocaines homologues a atteint 3.167 et durant la mme anne, 580 projets de normes ont t approuvs, soit une augmentation de 18% par rapport 2000. Le nombre dentreprises certifies NM ISO 9000, fin mai 2002, ne dpasse gure 34 entreprises sur les 200 accompagnes (sur un total denviron 7 000 units) pour une dmarche qualit (soit 17%) et sur 50 units guides jusqu la certification (68%). 3.2.3 MEDA II (2004-2008), galement financ par lUE. 3.2.3.1 Objectifs Appui institutionnel la DQN (normes et rglementation technique, systme dinfrastructure qualit capable de ngocier des accords de reconnaissance mutuelle ACAA) Ltablissement et lquipement de 5 centres techniques CTI Bois/Ameublement ; Cuir/Tannerie ; Automobile/Transports ; Chimie/Plasturgie/Caoutchouc et Nouvelles Technologie de lInformation et de la Communication. Complter lancement des 4 CTI crs par MEDA I Matriaux de Construction, Industries Mcaniques, Agro-alimentaires et Textile/Habillement. 3.2.3.2 Rsultats Dans le cadre des programmes MEDA I et MEDA II lorganisme accrditeur marocain a bnfici de formations et dassistance technique pour la mise en place et la mise niveau de son systme daccrditation des laboratoires dessais et dtalonnage, conformment aux Fiche de projet DQSM_Version finale Page 17 de 49 exigences de ISO/IEC 17011. Suivant la norme ISO 17011, tous les processus et procdures sont formaliss. En 2009, ce systme a t rvis pour intgrer des exigences de lEA et de lILAC ainsi que pour ltendre aux activits daccrditation des laboratoires de biologie mdicales et des organismes dinspection. Suite laudit blanc de la DAC, qui sest rvl positif, le systme documentaire a t rvis en introduisant des nouvelles dispositions, notamment celles concernant le suivi des performances des valuateurs via la supervision lors des valuations terrains ainsi que le pilotage des valuations par la structure permanente. Une demande de signature de contrat de coopration a t envoye lEA en avril 2009. Cinq CTI ont t accrdits, suite aux programmes Euro Maroc Entreprise EME MEDA I et au Programme dAppui aux Entreprises PAE - MEDA II. Les rsultats du programme, en matire de mtrologie ont t lacquisition de matriel (horloge) et formation pour les laboratoires. Lorganisme de normalisation a joui de la formation de formateurs ; la participation dans une dizaine de comits de normalisation de lISO ; des voyages dtudes cibls (AENOR, BSI) ; le dveloppement dune application informatique pour la gestion des travaux de normalisation. Quant la surveillance du march, concernant le secteur des produits industriels, peu de contrles sont effectus (60 Agents asserments), aussi bien pour la production domestique que pour limportation, ce qui nincite ni les importateurs ni la production locale se conformer aux normes. 3.2.4 Jumelage "Appui la Direction de la Normalisation et de la Promotion de la Qualit dans lharmonisation et la mise en uvre de la lgislation technique" (MA07/AA/TR10, ralis entre 01.12.2008 et 28.02.2011). Ce dernier tait gr conjointement par les Pays-Bas et lAllemagne. 3.2.4.1 Objectifs Ce jumelage (2008-2011) tait compos de 3 volets : Harmonisation des lgislations techniques (finalisation de la loi n 24-09, prparation de son dcret dapplication, prparation darrts relatifs aux jouets, machines, matriels lectriques) Surveillance du march (appui la rdaction dune stratgie de surveillance du march) Mtrologie lgale (Elaboration et refonte des textes rglementaires) 3.2.4.2 Rsultats Volet Harmonisation des lgislations techniques Les textes lgislatifs relatifs la transposition de lAcquis Communautaire dans les cinq secteurs prioritaires ont t labors : le projet de loi 24-09 relatif la scurit des produits et services ; le dcret portant application de la loi n 24-09 ; un guide dinterprtation de la loi, ainsi que les arrts sectoriels : Arrt relatif aux jouets (transposant la directive jouets) Arrt relatif aux matriaux de construction (transposant la directive sur les matriaux de construction) Arrt relatif aux matriels lectrique basse tension (directive basse tension) Arrt compatibilit lectromagntique (directive CEM) Arrt Machines Des sminaires sur les Directives Jouets, Matriaux de construction, Machines et Basse tension ont t organiss et des brochures relatives aux secteurs mentionns ci-dessus ont t dites dans le but dinformer et sensibiliser les parties intresses. La loi n 24-09 est publie en juillet 2011. Le dcret portant application de la loi n 24-09 est en projet. Les arrts ne sont pas envoys Bruxelles pour son vrification et approbation. Volet mtrologie lgale Les rsultats du jumelage, portent essentiellement sur laide reue en matire dlaboration de 23 projets darrts catgoriels rgissant le contrle des instruments de mesure. 7 sur 23 des arrts sont oprationnels en janvier 2012. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 18 de 49 Des procdures organisationnelles, telles que la dfinition des cahiers des charges pour les organismes de contrle externes ladministration et la dfinition des cahiers de charges pour lagrment des fabricants, rparateurs et Installateurs dinstruments de mesure rglements, cahier de charge relatif la dsignation des organismes dvaluation de la conformit dinstruments de mesure ont t dveloppes. Formation applique aux activits des contrles mtrologiques pour 30 inspecteurs. Volet Surveillance du march En matire de procdures, les documents suivants ont t labors : Une stratgie de surveillance du march ; la stratgie nest pas mise en application la date de llaboration de cette fiche de projet Proposition dun projet pour le manuel relatif au systme de gestion des plaintes Proposition dun systme de gestion des oprations de contrle Elaboration dun projet pour une brochure sur la surveillance du march. 10 agents de contrle ont bnfici de visites dtudes relatives la surveillance du march 3.2.5 Programme europen dAppui aux Investissements et aux Exportations (PIE), financ par lUE 3.2.5.1 Objectifs Laxe "Appui la politique de qualit" de ce programme, actuellement en cours depuis 2008, contribue la mise en place des autorits de rgulation de la qualit et des infrastructures de mtrologie, daccrditation et de certification au Maroc, via linstrument appui budgtaire. Le rsultat escompt en est laugmentation de la comptitivit des entreprises en amliorant les pratiques de qualit des entreprises et le respect des normes internationales en la matire via la mise en place de structures de rgulation de la qualit et la consolidation oprationnelle des Centres Techniques Industriels dj existants et Prennisation de leur financement. 3.2.5.2 Rsultats Les dispositions lgales qui crent et qui dterminent les attributions des organismes nationaux daccrditation et de normalisation sont publies. Le SNIMA / IMANOR est devenu membre affili du CEN et du CENELEC. Une demande de contrat de coopration de la DAC EA a t envoye. Cependant, la loi et son dcret dapplication nayant pas encore t vots, le projet a t fig. La mise en uvre oprationnelle de l'IMANOR est en cours. La consolidation oprationnelle des Centres Techniques Industriels dj existants est en cours. 3.2.6 TAIEX Le tableau ci-dessous numre les actions finances par TAIEX dont a bnfici, ou doit bnficier la DQSM : Missions dexperts Thme Date Mission d'expert de cinq jours sur Appui l'laboration des orientations stratgiques et d'un plan d'actions moyen et court terme du Centre Marocain de la Consommation (CMConso) . En cours de prparation / avril 2012 Missions dexperts Thme Date Une mission dexpert dune dure de cinq jours lIMANOR dans la matrise du processus de transposition des normes europennes en normes En cours de prparation Fiche de projet DQSM_Version finale Page 19 de 49 marocaines principalement celles donnant prsomption de conformit aux directives europennes choisies par le Maroc comme tant prioritaires pour la conclusion dun accord ACAA. Visites dtude Organisme visit Date Nombre de participants INERIS France (Prvention et scurit industrielles/ Rglement REACH) Du 30.11 au 04.12.2009 3 AENOR Espagne (Marquage CE) Du 27.02 au 02.03.2012 3 Sminaires Thme Date et nombre de participants La prsentation de la loi 24-09 relative la scurit des produits et services et son interprtation au profit des diffrents dpartements intervenants dans le domaine du contrle (2 et 3 mai 2012) La rglementation europenne en matire de recherche et constatations d'infractions en lien avec la protection du consommateur (juin 2012) Sminaire rgional Thme Date et lieu Nombre de participants lAccrditation et lEvaluation de la Conformit Bruxelles, les 9-10.12.2009 2 Info days sur le Processus de Standardisation Europen Bruxelles, les 3-4.03.2009 2 Participation des PMEs dans le processus de normalisation Bruxelles, les 24-25.01.2012 1 La nouvelle lgislation du march intrieur Bruxelles, le 23.04.2012 2 3.3 Rsultats du prsent jumelage Le projet de jumelage comprend quatre composantes : Accrditation, Mtrologie, Surveillance du March et Normalisation. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 20 de 49 Les rsultats escompts sont donns dans le tableau ci-dessous : Pour ce qui concerne laccrditation, les rsultats et activits prsupposent que la DAC a effectu les dmarches relatives son accs EA en tant que membre associ (Cf. Document EA/1-17 suppl. 1). Ladhsion ne doit pas poser de problmes particuliers, lvaluation tant purement documentaire. COMPOSANTE N 1 : ACCRDITATION Rsultat 1 La DAC dispose dun systme qualit conforme aux normes internationales (ISO/CEI 17011), ainsi quaux rfrentiels internationaux de EA, ILAC et IAF en tenant compte de la partie sur laccrditation du rglement 765/2008/EC. Rsultat 2 Le personnel permanent de la DAC, ainsi que les valuateurs, sont forms en accords avec les rfrentiels internationaux, et la DAC matrise les techniques de formation et de suivi de ses valuateurs. Rsultat 3 La DAC est reconnue par ses pairs internationaux. COMPOSANTE N 2 : MTROLOGIE Rsultat 4 Une partie du dispositif lgislatif relatif la Mtrologie est harmonis avec lacquis correspondant de lUE. COMPOSANTE N 3 : SURVEILLANCE DU MARCH Rsultat 5 Le dispositif lgislatif est harmonis avec lacquis correspondant de lUE pour un certain nombre de Directives et prparation de louverture de discussions en vue de ngociations dACAA. Rsultat 6 Lorganisation et le fonctionnement du dispositif de surveillance du march sont adapts au nouveau cadre lgislatif europen (Rglement 765/2008/CE) COMPOSANTE N 4 : NORMALISATION Rsultat 7 LIMANOR est dot des outils ncessaires pour acclrer ladoption de normes harmonises dans les secteurs prioritaires. Rsultat 8 Les capacits techniques du personnel de lIMANOR en matire de normalisation, certification et formation sont au niveau international. 3.4 Activits 3.4.1 Les activits dveloppes dans le jumelage sont listes dans le tableau ci-dessous : COMPOSANTE N 1 : ACCRDITATION Rsultats Activits R 1 A 1.1 Revue des documents du systme qualit de la DAC par rapport aux normes internationales - Support pour llaboration et la mise en uvre des actions correctives mettre en place par la DAC - Support pour la mise en uvre dun plan dactions prventives, damlioration et dadaptation aux besoins du march pour le futur - Mise en place et efficacit du plan daction A 1.2 Support lauto-valuation de la DAC (Evaluation faite suivant le document EA/MAC-WG-T(04)143 en utilisant le concept de "Key Performance Indicators" [KPI] (Indicateurs Cls de Performance)) Fiche de projet DQSM_Version finale Page 21 de 49 R 2 A 2.1 Revue des cours de formation pour valuateurs de la DAC et dlivrance de formations A 2.2 Renforcement de la comptence du personnel et des valuateurs de la DAC, spcialement dans les nouveaux domaines daccrditation (Laboratoires danalyses mdicales, certification et inspection) A 2.3 Assistance des valuateurs de la DAC, comme observateurs, des valuations ralises par des signataires des MLA de EA, ltranger, dans les nouveaux domaines daccrditation A 2.4 Ralisations dvaluation des mmes types dOEC au Maroc, par la DAC, pour ces nouveaux domaines, sous contrle dexperts valuateurs dorganismes signataires des MLA de EA A 2.5 Participation aux travaux internationaux: WELMEC (mtrologie lgale) et Euramet (en tant quorganisation de liaison Institut National de Mtrologie correspondant). R 3 A 3.1 Prparation lvaluation de la DAC pour pouvoir postuler lvaluation de EA dans le cadre des accords multilatraux pour le personnel permanent de la DAC A 3.2 Faire connaitre la DAC au sein dILAC, dIAF et de EA - Favoriser les contacts avec les pairs - Echange dexpriences - Faciliter les activits de lobbying COMPOSANTE N 2 : MTROLOGIE Rsultats Activits R 4 A 4.1 Poursuivre la prparation de la rglementation transposant la Directive IPFNA (Instruments de Pesage Fonctionnement Non Automatique), n 90/384/CEE, dj engage par la DM A 4.2 Aide la prparation de textes lgaux (arrts, dcrets, etc.) en accord avec les pratiques europennes de notification dOEC A 4.3 Formation pratique du personnel de la DM, des inspecteurs & des futurs organismes "notifis" lapplication de la Directive A 4.4 Voyages dtude dans le cadre de lapplication de la Directive IPFNA A 4.5 Participation aux travaux de WELMEC COMPOSANTE N 3 : SURVEILLANCE DU MARCH Rsultats Activits R 5 A 5.1 Effectuer les actions correctives correspondant aux commentaires de la CE sur les projets de rglements sectoriels transposant les DNA (basse tension (2006/95/CE), jouets (2009/48/EC), matriaux de construction (Rglement 2011/305/EU), machine (2006/42/EC) et compatibilit lectromagntique (2004/108/EC) A 5.2 Dfinir des rgles de slection et tablir des cahiers de charges destins aux OEC (futurs organismes "notifis") oprant dans ces secteurs. Voyage dtude de NBs et organismes notifiants en Europe A 5.3 3 nouvelles directives entrent dans le processus de transposition : - Rglement (CE) n 643/2009 portant application de la Fiche de projet DQSM_Version finale Page 22 de 49 directive 2005/32/CE - Exigences d'co-conception pour les appareils de rfrigration mnagers - Directive relative aux quipements de protection personnelle (89/686/EEC) - Directive appareils gaz (2009/142/CE) A 5.4 Visites dtudes dans des pays de lUE pour : - Rglement (UE) n 305/2011 Produits de Construction) - Directive Machine (2006/42/EC) R 6 A 6.1 Harmoniser les guides marocains avec les guides concernant les Directives "Basse Tension" (2006/95/CE) et CEM (2004/108/EC) de lUE et uniformiser dans tout le pays les pratiques A 6.2 Complter la documentation pour la prparation louverture des ngociations des ACAA pour les Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC) A 6.3 Formation pratique du personnel de la DSM, des inspecteurs et des futurs organismes "notifis", lapplication des Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC) A 6.4 Visites dtudes dans des pays de lUE pour sinformer sur la mise en place des Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC). Les activits relatives la surveillance du march ont t intentionnellement rduites car un jumelage est prvu dans le cadre du Programme Russir le Statut Avanc. Cest pourquoi les activits ont t trs orientes "terrain". Comme le Maroc est avanc dans les transpositions des Directives "Basse Tension" et "CEM" il est demand quune opration pilote soit effectue avec ces 2 directives (Activits correspondant au rsultat R 3.2). Si cette exprience est un succs, elle facilitera les ngociations de lACAA et pourra servir de modle la mise en uvre dautres DNA. Dautre part, dans une prochaine aide de la CE, les priorits envisager seraient : Un support la ralisation de la rorganisation du systme marocain de la surveillance du march Un support la transposition du rglement 765/2008/CE (partie surveillance du march, qui est en cours de modification pour alignement avec la Dcision 768/2008/CE) Un support la veille documentaire et rglementaire de lUE Une aide la cration dune cellule de communication/information usage interne et externe Un support llaboration de bases de donnes : - Plaintes - Accidents - Gestion des dossiers de la DSM - MED-RAS (Systme RAPEX pour les pays de la Mditerrane) COMPOSANTE N 4 : NORMALISATION Rsultats Activits R 7 A 7.1 Assistance pour llaboration dun plan de dveloppement stratgique de lIMANOR y compris la mise niveau de la procdure de notification pour les normes et rglementations techniques de la directive 98/34/CEE A 7.2 Aide pour le dveloppement dun business plan pour les activits de normalisation Fiche de projet DQSM_Version finale Page 23 de 49 A 7.3 Sensibilisation des oprateurs conomiques concerns par la mise en uvre des normes harmonises dans les secteurs prioritaires R 8 A 8.1 Participation aux travaux des Comits Techniques du CEN et du CENELEC A 8.2 Formation et sensibilisation des membres des commissions techniques uvrant dans les 5 domaines prioritaires. A 8.3 Faire un tat des lieux des activits de certification des systmes de management et de produits et leur mise en conformit avec les standards internationaux. A 8.4 Assistance pour le lancement de certifications par rapport de nouveaux rfrentiels (choisis par le bnficiaire) A 8.5 Aide pour le dveloppement de modules de formation dans les domaines de systmes de management et des normes harmonises. A 8.6 Formations de formateurs. A 8.7 Assistance la mise en place dun centre dassistance et dinformation sur le marquage CE 3.4.2 Sminaire de lancement du projet Un sminaire de lancement du projet sera organis dans les semaines qui suivront la prise de fonction du CRJ. Il runira des reprsentants des administrations partenaires concernes, afin de manifester limportance du projet et de mobiliser les nergies en vue de la ralisation des objectifs. Le sminaire sera anim par les deux chefs de projet et sera loccasion de prsenter les grandes lignes du projet. 3.4.3 Sminaire de clture du projet Il sera organis quelques jours avant la fin de la priode de mise en uvre du projet et runira des reprsentants des administrations partenaires. Il sera anim par les deux chefs de projet et sera loccasion de prsenter les principaux rsultats du jumelage. 3.5 Moyens et apports de ladministration de ltat membre partenaire 3.5.1 Profil et tches du Chef de Projet (CP) Le chef de projet est un fonctionnaire de haut rang dans une administration publique ou un agent dun niveau correspondant capable de mener un dialogue oprationnel et dobtenir le soutien requis au niveau politique. Il/elle travaille en troite collaboration avec son homologue marocain pour garantir la bonne direction et une coordination efficace de lensemble du projet. Il/elle aura : Un minimum de 10 ans dexprience professionnelle en matire de gouvernance dans le secteur de linfrastructure qualit (Normalisation, mtrologie, accrditation, surveillance de march, valuation de la conformit) Occup au moins 5 ans des postes de responsabilit dans une structure administrative ou parapublique dun Etat-Membre en charge de cette mission Une trs bonne connaissance de lapproche europenne des questions dinfrastructure qualit Exprience en management dquipes de cadres ou dexperts et de lanimation de groupes de travail Une bonne matrise de la langue franaise parle et crite. Le franais sera la langue de travail et de rdaction des rapports et de tous les documents produits par les experts Une bonne matrise des outils informatiques usuels (logiciels traitement de texte, tableur et de prsentation) De bonnes capacits relationnelles et de communication Fiche de projet DQSM_Version finale Page 24 de 49 Les expriences suivantes seront considres comme des atouts supplmentaires: Une exprience dans les programmes dadhsion ou dassociation et/ou dans les programmes euro-mditerranens Une exprience dans la gestion dun jumelage ou dassistance technique dans un projet similaire. Le chef de projet est responsable des activits assigns ladm inistration partenaire du jumelage ainsi quaux autres institutions de lUnion Europenne qui peuvent tre sollicites en tant que de besoin dans le plan de travail. Il/elle sera responsable de la conception et de lorientation gnrale des apports de lEtat membre et doit pouvoir tre disponible pour le projet au minimum trois jours par mois avec une visite sur le terrain au moins tous les trois mois. Sa mission dans le projet consiste notamment : Diriger et superviser la mise en uvre des diffrentes composantes du projet de jumelage Assurer et garantir la mobilisation dexperts aux profils adquats rpondant aux besoins du projet Veiller la rdaction des rapports intrimaires trimestriels et du rapport final soumettre lautorit contractante, ces rapports devant toucher aussi bien laspect financier que laspect thmatique Organiser, conjointement avec son homologue chef de projet marocain, les runions du Comit de pilotage. Le Comit de pilotage, appel se runir chaque trimestre, a pour mission de faire le point sur ltat davancement du projet, de statuer sur la conformit des rsultats par rapport au calendrier prvisionnel et de dcider des actions entreprendre pendant le trimestre suivant. En outre, le chef de projet est particulirement impliqu dans le choix et la facilitation de lorganisation des visites dtude dans lEM ou ventuellement dans dautres tats de lUE. 3.5.2 Profil et tches du Conseiller Rsident de Jumelage (CRJ) La mission du CRJ serait effectue sur une priode de 18 mois plein temps au Maroc. Durant cette priode, le CRJ assurera la gestion du projet et accomplira les tches qui lui sont affectes. Il/elle aura : Au moins 8 ans dexprience professionnelle les domaines lis linfrastructure qualit (Normalisation, mtrologie, accrditation, surveillance de march, valuation de la conformit) Occup au moins 5 ans des postes de responsabilit dans une structure administrative ou parapublique dun Etat Membre en charge de domaines lis linfrastructure qualit Une exprience en gestion et coordination de projet, management dquipes de cadres ou dexperts et de lanimation de groupes de travail Une bonne matrise de la langue franaise pour la lecture, la conversation et la rdaction Une bonne maitrise des outils informatiques et de communication (traitement de texte, prsentation,...) De bonnes capacits relationnelles et de communication. Les expriences suivantes seront considres comme des atouts supplmentaires: Une exprience professionnelle dans le domaine de la rglementation technique et lvaluation de conformit Une exprience dans les programmes dadhsion ou dassociation et/ou dans les programmes euro-mditerranens Une exprience dans la gestion dun jumelage ou dassistance technique dans un projet similaire. Le CRJ est recrut pour assister la DQSM dans la gestion et lexcution du projet. Sa mission consiste notamment en : La coordination gnrale du jumelage et diriger son excution avec les responsables des diffrentes units concernes, et notamment avec son homologue marocain ; La coordination des diffrentes interventions des experts lors de leurs visites techniques et au moment du droulement des actions ; Fiche de projet DQSM_Version finale Page 25 de 49 La mise en place des comits, commissions et groupes de travail ncessaires au bon droulement du projet Lorganisation des ateliers de travail et de formation et des visites dtude La coordination du pilotage du projet et de llaboration des rapports de suivi intermdiaires Le suivi des activits ralises par les experts court /moyen termes et la coordination de llaboration des documents et rapports techniques requis (termes de rfrences des diffrentes missions dexperts, rapports de missions valids par le bnficiaire, les diffrents livrables prvus dans le plan de travail) La prparation et la mise en uvre des actions dinformation et de communication sur le projet et ses ralisations La mise en place, en concertation avec son homologue, des comits, des commissions et groupes de travail ncessaires au bon droulement du projet. Il doit de ce fait travailler au quotidien avec le personnel de la DQSM pour mettre en uvre les activits du projet. Il doit assurer la coordination avec les diffrentes structures impliques du ct marocain et du ct europen ainsi quavec lUAP3A. Lors de l'valuation du candidat propos au poste de Conseiller Rsident de Jumelage, les comptences sectorielles requises priment sur les comptences d'ordre managrial (i.e. "gestion et excution du projet") telles que dcrites dans cette Fiche de Projet. 3.5.3 Profil et tches de lassistante du CRJ : Le CRJ sera second par un(e) assistant(e) temps plein qui sera recrut(e) localement, aprs lattribution du contrat et sera rtribu(e) sur le budget du contrat de jumelage, conformment aux rgles en vigueur. A ce stade, son C.V. ne doit pas faire partie de la proposition de lEtat Membre. La personne qui exercera ces fonctions et qui devra justifier dune connaissance des institutions et de lappareil administratif marocain sera charge de ce qui suit: Assister le CRJ dans ses contacts avec les interlocuteurs marocains, et notamment les responsables de ladministration bnficiaire, Prendre les contacts ncessaires avec les cadres marocains pour lorganisation et la prparation des activits au Maroc et dans lEtat membre, Contribuer lorganisation des sminaires et ateliers de formation au Maroc, Contribuer lorganisation des dplacements et sjours des experts de lEM au Maroc et des stagiaires marocains dans lEM, Contribuer la mise disposition des documents et de fichiers marocains ncessaires pour le travail des experts dans certaines activits, Participer la prparation des documents ncessaires pour la mise en place des activits, Participer la rdaction des comptes rendus des runions du comit de pilotage et de faire le cas chant, des travaux de traduction et dinterprtariat selon les besoins du projet. 3.5.4 Profil et tches des experts court terme Les experts court-terme auront des profils varis en fonction des missions qui leur seront confis. Une certaine continuit par composante devrait tre assure par un des experts court-terme de chacune des composantes, expert cl, afin dassurer une cohrence densemble mme si les expertises court-terme mobilises sont trs spcialises. Les experts court terme se subdiviseront ainsi en deux catgories : Des experts cls qui accompagneront le projet durant la majorit de la priode de sa ralisation pour appuyer le Chef du Projet et le Conseiller Rsident du Jumelage dans leurs domaines de comptences respectifs Des experts qui interviendront au cours de missions ponctuelles au Maroc pour conduire des analyses, ateliers de travail ou mener des actions de formation sur des thmes cibls. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 26 de 49 COMPOSANTE N 1 : ACCRDITATION Activits Profil et tches des experts courts termes Activit 1.1 Expert 1 charg de la revue du Systme Qualit de la DAC 5 ans minimum dexprience dans diffrents domaines daccrditation Des connaissances et une exprience de lvaluation dorganismes daccrditation (ISO/CEI 17011, diffrents guides EA et ILAC/IAF) Matriser la rdaction de documents qualit ddis des organismes daccrditation Activit 1.2 Expert 2 charg du support lauto-valuation de la DAC 5 ans minimum dexprience dans les diffrents domaines daccrditation. Connaissances et exprience de lvaluation dorganismes daccrditation Connaissances relatives la rdaction dun systme qualit et des procdures oprationnelles associes conformment aux exigences internationales (ISO/CEI 17011, EA, ILAC & IAF) Exprience en auto-valuation KPI et audit interne Activit 2.1 Experts 3, 4, 5 et 6 chargs de la revue des cours et de la dlivrance des cours de formation des valuateurs de la DAC 5 ans minimum dexprience dans llaboration de programmes de formation pour valuateurs conformment aux exigences internationales Connaissances des techniques dvaluation (E.3 : ISO 17021 ; E.4 : ISO 17020 ; E.5 : ISO DIS 17062 ; E.6 : ISO 15189) Exprience en formation dvaluateurs Exprience en supervision dvaluateurs Activit 2.2 Experts 7, 8, 9, 10 et 11 chargs de la dlivrance des cours de formation des personnels permanents de la DAC appliqus aux nouveaux domaines daccrditation Exprience en gestion du personnel dun organisme daccrditation (E.7 : ISO 17011) Exprience en formation Exprience dans laccrditation des Laboratoires accrdits (E.8 : ISO 17021 ; E.9 : ISO 17020 ; E.10 : ISO DIS 17062 ; E.11 : ISO 15189) Activit 2.4 Expert 12 charg de la mise niveau des personnels et valuateurs dans le domaine de laccrditation des laboratoires danalyses mdicales Connaissances et exprience de lvaluation des OECs suivant la norme ISO 15189 Aptitudes pdagogiques Expert 13 charg de la mise niveau des personnels et valuateurs dans le domaine de laccrditation des organismes de certification de systme de management Connaissances et exprience de lvaluation des OECs suivant la norme ISO/CEI 17021 Fiche de projet DQSM_Version finale Page 27 de 49 Aptitudes pdagogiques Expert 14 charg de la mise niveau des personnels et valuateurs dans le domaine de laccrditation des organismes de certification de produits Connaissances et exprience de lvaluation des OECs suivant le guide ISO 65/ISO DIS 17065 Aptitudes pdagogiques Expert 15 charg de la mise niveau des personnels et valuateurs dans le domaine de laccrditation des organismes dinspection Connaissances et exprience de lvaluation des OECs suivant la norme ISO/CEI 17020 Activit 3.1 Expert 16 charg de la prparation la pr-valuation de la DAC par EA Evaluateur confirm, nayant pas particips aux activits A 1.1.1 A 1.2.4 5 ans minimum dexprience dans les diffrents domaines daccrditation Connaissances et exprience de lvaluation dorganismes daccrditation (ISO/CEI 17011, ainsi que des diffrents guides EA, ILAC et IAF) Maitriser la rdaction de documents qualit ddis des organismes daccrditation Exprience de lvaluation par les pairs au sein de EA. COMPOSANTE N 2 : MTROLOGIE Activits Profil et tches des experts courts termes Activit 4.1 Expert 17 charg du support la transposition de la directive IPFNA Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur des instruments de pesage non automatique Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Activit 4.2 Expert 18 charg du support llaboration des textes lgaux en relation avec le processus de notification des OEC Connaissances et exprience dans les secteurs des contrles rglementaires Exprience dans lvaluation des organismes notifis Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur des instruments de pesage non automatique Activit 4.3 Expert 19 charg de la formation Connaissances approfondies de la Directive et de son application Aptitudes pdagogiques COMPOSANTE N 3 : SURVEILLANCE DU MARCH Activits Profil et tches des experts courts termes Activit 5.1 Expert 20 charg de la consolidation des textes officiels transposant les Directives "Basse Tension" (2006/95/CE) et "Compatibilit Electromagntique" Fiche de projet DQSM_Version finale Page 28 de 49 (2004/108/EC) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Expert 21 charg de la consolidation des textes officiels transposant le Rglement "Produits de Construction" (2011/305/EU) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Expert 22 charg de la consolidation des textes officiels transposant la Directive "Jouets" (2009/48/EC) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Expert 23 charg de la consolidation des textes officiels transposant la Directive "Machine" (2006/42/EC) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Activit 5.2 Expert 24 charg du support au processus de notification des OEC Connaissances et exprience dans les secteurs des contrles rglementaires Exprience dans lvaluation des organismes notifis Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans les secteurs prcdents Activit 5.3 Expert 25 charg dinitier le processus de transposition du Rglement relatif aux exigences d'co-conception pour les appareils de rfrigration mnagers (643/2009) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Expert 26 charg dinitier le processus de transposition de la Directive relative aux quipements de protection individuelle (89/686/EEC) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Expert 27 charg dinitier le processus de transposition de la Directive appareils gaz (2009/142/CE) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Connaissances des mcanismes europens de transposition Exprience dans la transposition des DNA Activit 6.1 Expert 28 charg de superviser la rdaction de guides nationaux relatifs aux textes transposant les Directives "Basse Tension" (2006/95/CE) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC) Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Exprience de la pratique des activits de SM dans le secteur Fiche de projet DQSM_Version finale Page 29 de 49 Exprience dans la mise en place dun systme de surveillance du march pour les produits industriels couverts par la GPSD, les DNA et tout autre texte li la scurit des produits Exprience dans la rdaction de guides, instructions et procdures dans le secteur de la surveillance du march Exprience de la pratique des activits de SM Exprience dans lapplication de la mthodologie de lvaluation des risques de lUE pour les produits industriels Activit 6.2 Expert 29 charg daider tablir un dossier ("Basse Tension" et "Compatibilit Electromagntique") en vue dune prparation louverture de ngociations ACAA pour ces secteurs Connaissances approfondies de lacquis communautaire dans le secteur Exprience prouve dans les ngociations de type ACCA Activit 6.3 Expert 30 charg de la formation Connaissances approfondies des Directives ("Basse Tension" et "Compatibilit Electromagntique") et de leur application Aptitudes pdagogiques COMPOSANTE N 4 : NORMALISATION Activits Profil et tches des experts courts termes Activit 7.1 Expert 31 charg de laide llaboration dun plan de dveloppement stratgique Exprience dans un institut de normalisation en tant que membre dune quipe charge du dveloppement stratgique de linstitut Connaissances en gestion de la qualit Activit 7.2 Expert 32 charg de laide au dveloppement dun business plan pour les activits de normalisation Exprience dans un institut de normalisation au niveau managrial et financier Connaissances en gestion de la qualit Activit 7.3 Expert 33 charg danimer un atelier de sensibilisation des oprateurs conomiques Exprience dans le fonctionnement dun organisme de normalisation Connaissances srieuses dans le domaine de la formation Connaissances approfondies du travail des commissions de normalisation Aptitudes pdagogiques Activit 8.1 Expert 34 charg danimer latelier de sensibilisation et formation des futures membres des CTs CEN Exprience dans le fonctionnement dun organisme de normalisation Connaissances srieuses dans le domaine de la formation Connaissances approfondies du travail des commissions de normalisation Aptitudes pdagogiques Expert 35 charg danimer latelier de sensibilisation et formation des futures membres des CTs CENELEC Fiche de projet DQSM_Version finale Page 30 de 49 Exprience dans le fonctionnement dun organisme de normalisation Connaissances srieuses dans le domaine de la formation Connaissances approfondies du travail des commissions de normalisation Aptitudes pdagogiques Activit 8.2 Experts 36,37, 38 et 39 chargs de sensibiliser les membres des commissions techniques uvrant dans les domaines prioritaires (Basse tension, CEM, jouets, matriaux de construction & machine) Exprience dans le fonctionnement dun organisme de normalisation Connaissances approfondies du travail des commissions de normalisation Connaissances techniques srieuses dans les domaines prioritaires Aptitudes pdagogiques Activit 8.3 Expert 40 charg deffectuer un tat des lieux des activits de certification Exprience et connaissance acquises dans des organismes de certification (systme et/ou produit) accrdits par des organismes daccrditation signataires des MLA de EA Ou une exprience, dau moins 5 ans, en tant quvaluateur ISO 17021 et/ou Guide ISO 65/ISO DIS 17065 dans un organisme daccrditation signataire des MLA de EA Activit 8.4 Expert 41 charg dassister le lancement de la certification par rapport au 1er rfrentiel Connaissance relatives la certification de produits et services Exprience spcifique dans la mise en uvre du rfrentiel choisi Connaissance des systmes de certification en Europe associs ce rfrentiel Expert 42 charg dassister le lancement de la certification par rapport au 2me rfrentiel Connaissance relatives la certification de systmes de management Expriences spcifiques dans la mise en uvre du rfrentiel choisi et sur la certification par rapport ce dernier. Activit 8.5 Expert 43 charg de laide pour le dveloppement de modules de formation dans les domaines de systmes de management Connaissance relatives la certification de systmes Connaissance relatives aux normes-produits Exprience en formation Exprience en dveloppement de cours de formation Aptitudes pdagogiques Expert 44 charg de laide pour le dveloppement de modules de formation dans le domaine de lharmonisation des normes Connaissance approfondie des chapitres pertinents de lacquis communautaire Exprience dans le domaine Connaissance approfondie des chapitres pertinents de lacquis communautaire Connaissances approfondies du travail des commissions de normalisation Exprience dans des projets similaires de cration de modules Activit 8.6 Expert 45 charg de la formation de formateurs Connaissance approfondie de loutil pdagogique Exprience de formations similaires Fiche de projet DQSM_Version finale Page 31 de 49 Activit 8.7 Expert 46 charg de lassistance la mise en place dun centre dassistance et dinformation sur le marquage CE Exprience en matire de Normalisation Connaissances approfondies du marquage CE Connaissance approfondie de loutil pdagogique Les experts auront tous une bonne matrise de la langue franaise et des outils informatiques. 4. CADRE INSTITUTIONNEL Le jumelage rentre dans le cadre du Programme dAppui au Plan dAction Maroc-UE (P3AIII), financ par le programme de voisinage de lUnion europenne. LUAP, Unit dAppui au Programme dAppui au Plan dAction Maroc-UE, est charge de la gestion du programme sous la responsabilit du Ministre des Affaires Etrangres et de la Coopration. Linstitution bnficiaire du projet est la Direction de la Qualit et de la Surveillance du March (DQSM) qui a la responsabilit dassurer le suivi de la stratgie nationale de la normalisation, de la certification, de laccrditation et de la promotion de la qualit, au sein du Ministre de lIndustrie, du Commerce et des Nouvelles Technologie. Trois divisions relevant de la DQSM seront concernes par le jumelage : Accrditation, Mtrologie et Surveillance du March. Les activits de normalisation, gres prsent par la DQSM, seront aussi partiellement, considres dans le cadre du projet. Dautres organismes concerns par linfrastructure qualit, tels que les centres techniques et les laboratoires, seront invits aux actions de formation et aux activits caractre dinformation et de sensibilisation. Un Comit de Pilotage est institu afin de vrifier la ralisation du projet. Ce Comit de pilotage se runira tous les trimestres et se composera des membres suivants : Les chefs de projet (EM et PB) Le conseiller rsident de jumelage (CRJ) Lhomologue du CRJ (HCRJ) Le reprsentant de lUAP (observateur) Le reprsentant de la Dlgation de lUnion europenne (observateur). Toute autre personne implique dans la mise en uvre du jumelage pourra tre invite par les Chefs de projet en fonction de lordre du jour des runions. 5. BUDGET Le budget du jumelage est limit 800.000 (huit cent mille euros). 6. MODALITS DE MISE EN UVRE 6.1 Organisme de mise en uvre LUnit dAppui au Programme P3AIII sera lorgane responsable pour la gestion de ce jumelage. Elle gre galement les appels doffres, les contrats et les paiements et ce, dans le respect des procdures de contrle dcentralis ex-ante ou ex-post (selon le cas) dfinies dans le guide pratique des procdures contractuelles finances par le budget gnral des Communauts europennes dans le cadre des actions extrieures. Personne de contact lUAP/P3A : - M. Mohamed Doubi Kadmiri, Directeur 22, Rue de Teflet Quartier de la Rsidence - Rabat Tl. : (+212) 037.76.80.04 Fax : (+212) 037.76.52.33 E-mail : ugpaaa@gmail.com mailto:ugpaaa@gmail.comFiche de projet DQSM_Version finale Page 32 de 49 - Mme Farida Afkir, Administrateur de Projets 22, Rue de Teflet Quartier de la Rsidence - Rabat Tl. : (+212) 037.76.80.04 Fax : (+212) 037.76.52.33 E-mail: farida.afkir@gmail.com 6.2 Principal organisme homologue dans le pays bnficiaire Lorganisme homologue dans le pays bnficiaires sera le Direction de la Qualit et de la Surveillance du March (DQSM) du Ministre de lIndustrie, du Commerce & des Nouvelles Technologies. Chef de Projet : M. Abdellah Nejjar, Directeur DQSM - Angle Avenue Kamal Zebdi et Rue Dadi. Secteur 21, Hay Riad - Rabat Tl. : +212 37 71 62 15 Fax : +212 37 71 17 98 E-mail : abdellahn@mcinet.gov.ma Homologue principal du CRJ: M. Mme Ghislaine Zitouni Chef de Division Surveillance du March - DQSM - Angle Avenue Kamal Zebdi et Rue Dadi. Secteur 21, Hay Riad - Rabat Tl. : +212 37 71 62 15 Fax : +212 37 71 17 98 E-mail : ghislainez@mcinet.gov.ma 7. CALENDRIER DE MISE EN UVRE (INDICATIF) 7.1 Lancement de lappel propositions: 10 mai 2012. 7.2 Dbut des activits du projet : mi-novembre 2012 7.3 Achvement du projet : 18 mai 2014 7.4 Dure de la priode dexcution : 21 mois (18 mois de mise en uvre et 3 mois pour la clture) 8. DURABILIT La volont politique exprime par le Maroc de sinscrire dlibrment dans un march ouvert et notamment de se conformer en matire daccrditation, de surveillance du march, de mtrologie et de normalisation aux standards et pratiques internationaux garantissent la prennit du projet. Concrtement ce jumelage vient appuyer des rformes entreprises par les pouvoirs publics marocains en matire dinfrastructure de la qualit travers notamment llaboration des lois relatives la rorganisation de la DQSM, et la cration de lIMANOR. Par ailleurs ce projet vient renforcer des efforts et ralisations engags. Dans le cadre du partenariat entre l'Union europenne et le Maroc, l'ambition du Maroc d'acclrer son processus de rapprochement l'Union europenne figure au cur des engagements de la feuille de route du Statut Avanc, octroy par l'Union europenne au Royaume en octobre 2008. Il permet galement d'accompagner la mise en uvre des principales rformes inscrites dans cette dernire, du Plan d'Action de la Politique de Voisinage, ainsi que des conclusions pertinentes du Sommet UE-Maroc tenu Grenade le 7 mars 2010, en privilgiant l'appui au processus de convergence rglementaire des lgislations marocaines vers l'Acquis de l'Union. Enfin, dans le but d'amliorer la comptitivit des produits industriels marocains et de faciliter leur accs au march intrieur de lUE, le Maroc entend mettre en conformit son cadre rglementaire relatif plusieurs familles de produits en vue de signature d'accords ACAA. De plus les activits du projet permettront de mettre en place au sein de la DQSM des mcanismes et outils de travail et de transfrer une expertise et un savoir faire durables en matire dinfrastructure qualit. mailto:farida.afkir@gmail.commailto:abdellahn@mcinet.gov.mamailto:ghislainez@mcinet.gov.maFiche de projet DQSM_Version finale Page 33 de 49 9. QUESTIONS TRANSVERSALES (GALIT DES CHANCES, ENVIRONNEMENT, ETC. ) Dans sa phase dlaboration, de mise en place et dexcution, les gestionnaires du projet veilleront au respect du principe de lgalit des femmes et des hommes, combattre toute forme de discrimination et dingalit bases sur le genre et laborer des instruments et stratgies fondes sur une approche intgre de la dimension humaine et des comptences. Le prsent projet sinscrira dans le cadre des principes et des rgles de droit marocains et europens en matire denvironnement. Les activits du projet seront sans incidences sur lenvironnement. 10. CONDITIONNALIT ET CHELONNEMENT Le contrat de ce projet de jumelage devra tre sign au plus tard le 9 novembre 2012 conformment la convention de financement du programme P3A numro ENPI/2008/019-685. Un calendrier indicatif joint en annexe, indique lordre logique de mise en uvre des activits du projet. Par ailleurs, il est important de noter que certaines activits, notamment dans le domaine de laccrditation et de la signature daccord de reconnaissance mutuelle (MLA) avec EA, ne dpendent que du calendrier fix par EA pour des pr-valuations et des valuations par les pairs. Les partenaires du jumelage nont pas le pouvoir dinfluer ce calendrier. Dautre part, dautres activits du projet sont interdpendantes. En effet, les activits dlaboration de plans daction doivent tre programmes suffisamment lavance par rapport aux activits de mise en uvre qui en dcoulent. Cette programmation permettra de valider les plans daction y compris la pertinence des activits de mise en uvre. Aussi, certaines activits raliser dans le cadre du projet sont tributaires dun travail dadaptation et de validation qui incombe la partie bnficiaire. De ce fait, lintervention des experts de linstitution jumelle devra en tenir compte. Une coordination entre les diffrentes activits est ncessaire pour une ralisation adquate et cohrente du projet de jumelage, dautant plus que certaines activits doivent respecter un ordre chronologique de ralisation, dautres peuvent tre menes en parallle. Cette coordination sera assure en troite collaboration entre les institutions jumelles. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 34 de 49 ANNEXE1 : Matrice du cadre logique Titre: Appui la restructuration de la Normalisation, lAccrditation, la Mtrologie et la Surveillance du March. Rfrence : MA12/ENP-AP/TR27 Priode de mise en uvre: 18 mois Budget : 800.000 euros Logique dintervention Indicateurs Sources dinformation Hypothses Objectif gnral Contribuer la mise en uvre de la stratgie de coopration de lUE avec le Royaume du Maroc en matire de renforcement des capacits des administrations et de linfrastructure qualit marocaines Nombres de Directives transposes et appliques Nombre de ngociations dACAA inities Produits industriels manufacturs marocains exports Bulletin Officiel du Royaume du Maroc Echange de correspondance avec la Commission Europenne Statistiques des exportations des produits industriels manufacturs marocains Objectif spcifique Renforcer linfrastructure qualit du Royaume du Maroc suite la restructuration du Systme National de Normalisation, Accrditation, Mtrologie et Surveillance du March sur le plan institutionnel, ainsi que linfrastructure technologique par le dveloppement des moyens de contrle et danalyse. Accords de reconnaissances mutuelles valids Ouverture de ngociations pour certains ACAA Acceptation des entits marocaines en tant que membres dorganisations europennes ou internationales homologues Participation active des parties marocaines dans les travaux europens ou internationaux. Textes officiels des accords Echange de correspondance avec la Commission Europenne Publications des organismes europens, internationaux et marocains Procs-verbaux, listes de prsence aux vnements des organismes htes Rapports des experts marocains Fiche de projet DQSM_Version finale Page 35 de 49 Rsultats attendus Logique dintervention Indicateurs Sources dinformation Hypothses Composante n 1 : Accrditation Rsultat 1 : La DAC dispose dun systme qualit conforme aux normes internationales (ISO/CEI 17011), ainsi quaux rfrentiels internationaux de EA, ILAC et IAF en tenant compte de la partie sur laccrditation du rglement 765/2008/EC. Un plan dcrivant comment les nouveaux domaines daccrditation seront dvelopps et mis en uvre Risques de conflits dintrt analyss Plan damlioration de la qualit Un systme qualit revu la lumire de toutes les actions inscrites dans le plan dactions Le nombre dOEC accrdits dans les nouveaux domaines Rapports des experts Rapports trimestriels du CRJ Plan de dveloppement des nouveaux domaines daccrditation Matrice danalyse des risques de conflits dintrt pertinente Procdures, fiches dactions correctives, fiches dactions prventives de la DAC Rapport dauto-valuation de la DAC Publications des statistiques du nombre dOEC accrdits Personnel de la DAC en nombre suffisant Disponibilit du personnel de la DAC Rsultat 2 : Le personnel permanent de la DAC, ainsi que les valuateurs, sont forms en accord avec les rfrentiels internationaux, et la DAC matrise les techniques de formation et de suivi de ses valuateurs. Existence de procdures de la DAC pour la formation de formateurs et dvaluateurs Existence de programmes de formation dans les domaines ncessitant un renforcement Programme de formation pour le personnel nouvellement engag dans tous les domaines des rfrentiels Jeu de documents de formation pour une utilisation future par la DAC (formateurs et valuateurs) Nombre dvaluateurs qualifis Mauvaises pratiques des valuateurs identifies Nombre de formateurs qualifis (ISO 17025, ISO 17020, ISO 17021, ISO 15189, Guide ISO 65/ ISO DIS 17065) Rapports des experts Rapports trimestriels du CRJ Rapports des valuateurs marocains ayant suivis les valuations ralises par des signataires des MLA de EA, ltranger, dans les nouveaux domaines daccrditation Rapports dvaluation dOEC marocains effectus par la DAC avec commentaires des experts sur ces derniers Assistance la DAC pour lajustement de ses documents de formation, base sur les rsultats des observations (Rapports de la DAC & des experts) Dossiers de maintien de comptence de la DAC Les ressources humaines de la DAC sont suffisantes pour dvelopper de nouveaux crneaux Disponibilit du personnel permanent de la DAC Acceptation par les OAN et les OEC trangers pour recevoir des observateurs Acceptation par les OAN et les OEC marocains pour recevoir des observateurs Nombre de candidats valuateurs suffisant pour les domaines concerns Fiche de projet DQSM_Version finale Page 36 de 49 Rsultats attendus Rsultat 3 : La DAC est reconnue par ses pairs internationaux. Evaluation de la DAC dmontre quelle est prte pour lvaluation par les pairs de EA Assistance du personnel permanent de la DAC aux assembles gnrales et aux vnements importants de EA, ILAC et IAF Entretien des relations avec les membres homologues de ces organisations Une liste de non conformits dresse Les actions correctives mises en place Les documents qualit de la DAC (Mise en conformit du systme) Rapports des experts Rapports du CRJ Echange de correspondance entre la DQSM et EA pour linitiation de la pr-valuation par les pairs Rapports des membres du personnel permanent de la DAC ayant reprsent le pays aux vnements internationaux La DAC est membre associ de EA Les calendriers dvaluation de EA sont compatibles avec la dure du jumelage Disponibilit du personnel permanent de la DAC Composante n 2 : Mtrologie Rsultat 4 : Une partie du dispositif lgislatif relatif la Mtrologie est harmonis avec lacquis correspondant de lUE. Des rglements compltement aligns avec lacquis Des arrts accepts par la CE pour louverture ventuelle de ngociations ACAA Dveloppement et rdaction de procdures : - Planning annuel des activits dinspection - Procdure dinspection et dessai - Procdure de prise de mesures en cas de non conformit Actions conjointes dinspection sur le terrain (inspecteurs marocains et europens) Suivi dessais de vrification initiale Les futurs organismes "notifis" sont comptents et reconnus comme tels internationalement Rglements publis Correspondance de la CE Procdures de la DM Rapports des experts Rapports trimestriels du CRJ Rapports dinspection Rapports de vrification Cahier des charges afin de sassurer de la comptence des OEC sous-traitants (Dfinition des exigences) Officialisation de ces mesures (Publication de dcrets, arrts ou autres textes lgaux) Rapport de participation des futurs organismes notifis aux runions de WELMEC. Les textes officiels sont publis pendant la priode de droulement du jumelage Les OEC, sous-traitants potentiels sont suffisamment nombreux La DM a les moyens (humains et techniques) dassurer le suivi de ces OEC Fiche de projet DQSM_Version finale Page 37 de 49 Rsultats attendus Composante n 3 : Surveillance du March Rsultat 5 : Le dispositif lgislatif est harmonis avec lacquis correspondant de lUE pour un certain nombre de Directives et prparation de louverture de discussions en vue de ngociations dACAA. Rglements aligns avec lacquis publis. Des arrts accepts par la CE pour louverture ventuelle de ngociations ACAA Rdaction des projets darrts pour les 3 nouvelles directives Projets envoys pour commentaires la CE Textes des rglements publis Correspondance de la CE Rapports des experts Rapports du CRJ Projets darrts pour les 3 nouvelles directives Personnel de la DSM en nombre suffisant Disponibilit du personnel de la DSM Rsultat 6 : Lorganisation et le fonctionnement du dispositif de surveillance du march sont adapts au nouveau cadre lgislatif europen (Rglement 765/2008/CE) Documentation existante pour la prparation louverture des ngociations des ACAA pour les Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC) Etablissement de guides marocains harmoniss avec les guides UE concernant la Directive "Basse Tension" (2006/95/CE) Les personnels, inspecteurs et les futurs organismes "notifis" sont forms, entrains et efficaces Rapports des experts Rapports du CRJ Cahier des charges afin de sassurer de la comptence des OEC sous-traitants (Dfinition des exigences) Officialisation de ces mesures (Publication de dcrets, arrts ou autres textes lgaux) Publication des guides harmoniss Rapports dvaluation des sessions de formation Cahier des charges complmentaire laccrditation pour sassurer de la comptence de ces OEC particuliers (Dfinition des exigences) Ressources humaines de la DSM suffisantes Disponibilit du personnel de la DSM Fiche de projet DQSM_Version finale Page 38 de 49 Rsultats attendus Composante n 4 : Normalisation Rsultat 7 : LIMANOR est dot des outils ncessaires pour acclrer ladoption de normes harmonises dans les secteurs prioritaires. Plan stratgique et tableau de bord de suivi du plan Business plan et son analyse crite Nombre dvnements et nombre de participants aux sessions de sensibilisation Rapports des experts Rapports trimestriels du CRJ Rapport annuel dactivits de lIMANOR Rapport dvaluation des sminaires Listes de prsence aux sminaires Information publie sur le site internet de lIMANOR Lactuel personnel du SNIMA est transfr lIMANOR Rsultat 8 : Les capacits techniques du personnel de lIMANOR en matire de normalisation, certification et formation sont au niveau international. Participations aux travaux de CT Nombre dexperts envoys aux CT de CEN et CENELEC Nombre de runions des commissions techniques dans les domaines prioritaires Nombre de participants aux commissions techniques Assiduit aux runions de commissions techniques Les activits de certification de systmes de management et de produits sont susceptibles dtre accrdits suivant ISO 17021 et ISO/IEC DIS 1706 Procdure de certification de systmes de management nergtique dveloppe Procdure de certification dco-labelling dveloppe Nombre de personnel form pour les certifications de systmes de management nergtique et co-labelling Modules de formations sur les systmes de management, normes harmonises et le marquage CE dvelopps. Nombre de formateurs forms Rapports des experts locaux Rapports des experts europens Listes de prsence Rapports trimestriels du CRJ Publications de lIMANOR Web site de lIMANOR Rapports dvaluation des formations Calendrier annuel des cours de formation de lIMANOR Manuels de formation de lIMANOR LIMANOR dispose dun nombre dexperts suffisant. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 39 de 49 Activits dvelopper Activits/Logique dintervention Indicateurs Sources dinformation Hypothses Sminaires de lancement et de clture Activit 0.1 : Sminaire de lancement (3 experts, 1 jour) Documents distribus, brochures, dossier de presse, liste des participants Rapport des experts Rapport trimestriel du CRJ Articles de presse Activit 0.2 : Sminaire de clture (3 experts, 1 jour) Documents distribus, brochures, dossier de presse, liste des participants Rapport des experts Rapport trimestriel du CRJ Articles de presse Composante n 1 : Accrditation Rsultat 1 : Activit 1.1 : Revue des documents du systme qualit de la DAC par rapport aux normes internationales (1 expert, 10 h-j) Le systme de la qualit de la DAC est complet Le systme de la qualit de la DAC est conforme aux exigences de la norme ISO 17011 Rapports trimestriels du CRJ Rapports des experts Manuel Qualit de la DAC Procdures Qualit de la DAC Activit 1.2 : Support lauto-valuation de la DAC (Evaluation faite suivant le document EA/MAC-WG-T(04)143 en utilisant le concept de Key Performance Indicators [KPI] (Indicateurs Cls de Performance) (1 expert, 10 h-j) Lautovaluation est mene de faon satisfaisante Les non-conformits sont clairement dfinies Les actions correctives et, ventuellement prventives, sont tablies et suivies Rapport de lexpert Rapports trimestriels du CRJ Fiche de non-conformits Fiches dactions correctives Fiches dactions prventives Rapport daudit interne Rsultat 2 : Activit 2.1 : Revue des cours de formation pour valuateurs de la DAC et dlivrance de formations (4 experts, 20 h-j) Etablissement de linventaire des cours existants Etablissement dune liste de cours manquants Sessions de formation pour valuateurs dans les domaines dISO 17011, ISO 17020, ISO DIS 17065, ISO 15189 Nombre dvaluateurs qualifis Rapport de lexpert Rapports trimestriels du CRJ Catalogue de la DAC Matriel de formation Rapports dvaluation de formation Fiche de projet DQSM_Version finale Page 40 de 49 Activit 2.2 : Renforcement de la comptence du personnel et des valuateurs de la DAC, spcialement dans les nouveaux domaines daccrditation (Laboratoires danalyses mdicales, certification et inspection) (5 experts, 25 h-j) Formations du personnel permanent de la DAC la norme ISO 17011 Formations du personnel permanent pertinent de la DAC la norme ISO 17021 Formations du personnel permanent pertinent de la DAC la norme ISO 17020 Formations du personnel permanent pertinent de la DAC suivant la norme ISO DIS 17065 Nombre de personnel form Rapport de lexpert Rapports trimestriels du CRJ Catalogue de la DAC Matriel de formation Rapports dvaluation de formation Activits dvelopper Activit 2.3 : Assistance des valuateurs de la DAC, comme observateurs, des valuations ralises par des signataires des MLA de EA, ltranger, dans les nouveaux domaines daccrditation. (4 visites de deux jours chacune 4 domaines, 1 personne par domaine) Formation dune quipe dvaluateurs Rapports dobservateurs Attestation de lorganisme daccrditation hte Rapports trimestriels du CRJ Acceptation par les OAN et les OEC trangers pour recevoir des observateurs Acceptation par les OAN pour recevoir des observateurs Nombre de candidats valuateurs suffisant pour les domaines concerns Les audits daccrditation se droulent pendant la ralisation du jumelage Activit 2.4 : Ralisations dvaluation des mmes types dOEC au Maroc, par la DAC, pour ces nouveaux domaines, sous contrle dexperts valuateurs dorganismes signataires des MLA de EA (4 experts, 12 h-j) Nombre dvaluations ralises Rapport des experts Rapports dvaluation de la DAC Rapports trimestriels du CRJ Acceptation par les OEC marocains pour recevoir des observateurs Nombre de OEC candidats laccrditation dans ceux nouveaux domaines est suffisant Activit 2.5 : Participation aux travaux internationaux: WELMEC (mtrologie lgale) et Euramet (en tant quorganisation de liaison Institut National de Mtrologie correspondant). (2 visites de 2 jours chacune/ 1 personne de la DAC par visite) Nombre dOANs visits Nombre de personnel form. Programmes de visites Rapport de mission du personnel de la DAC Rapports trimestriels du CRJ Fiche de projet DQSM_Version finale Page 41 de 49 Rsultat 3 : Activit 3.1 : Prparation lvaluation de la DAC pour pouvoir postuler lvaluation de EA dans le cadre des accords multi latraux (1 expert, 10 h-j) La documentation de la DAC est conforme la norme ISO 17011 et a lEA. Les guides pratiques de la DAC sont en accord avec les exigences de lEA. La DAC est prte pour la pr-valuation par les pairs Rapport de lexpert La documentation qualit de la DAC Le registre de plaintes de la DAC Rapport daudit interne de la DAC Rapports trimestriels du CRJ Activits dvelopper Activit 3.2 : Faire connaitre la DAC au sein dILAC, dIAF et de EA - Favoriser les contacts avec les pairs - Echange dexpriences - Faciliter les activits de lobbying (3 missions dun jour chacune/1 personne Participation aux runions de diverses assembles gnrales (EA, ILAC, IAF) nombre de runions et nombre de participants. Participation certains comits de lEA et dILAC nombre de runions et nombre de participants. Rapport des participants Listes de prsence Publication de lILAC, IAF, EA Rapports trimestriels du CRJ Composante n 2 : Mtrologie Rsultat 4 : Activit 4.1 : Poursuivre la prparation de la rglementation transposant la Directive IPFNA (Instruments de Pesage Fonctionnement Non Automatique), n 90/384/CEE, dj engage par la DM (1 expert, 10 h-j) Vrification du travail dj effectu par la DM Rglement transposant la IPFNA harmonis et rdig Documentation prte tre envoye pour screening la CE Texte de la rglementation Rapports trimestriels du CRJ Rapport de lexpert Activit 4.2 : Aide la prparation de textes lgaux (arrts, dcrets, etc.) en accord avec les pratiques europennes de notification dOEC (1 expert, 15 h-j) Cahiers des charges pour la slection des organismes notifis Publication des textes officiels Linformation des OEC Publication des textes lgaux Rapport de lexpert Rapports trimestriels du CRJ Publications relatives linformation Activit 4.3 : Formation pratique du personnel de la DM, des inspecteurs & des futurs organismes "notifis" lapplication de la Directive (1 expert, 10 h-j) Programme de formation pour: le personnel, les inspecteurs et les futurs organismes notifis Nombre de participants pour chaque session Evaluation de cette formation (rapport) Nombre dinspections conjointes Rapport de lexpert Matriel de formation Fiche de prsence Synthses des fiches dvaluation Rapports dinspections conjointes Rapports trimestriels du CRJ Les organismes potentiellement notifiables sont suffisamment nombreux Fiche de projet DQSM_Version finale Page 42 de 49 Activits dvelopper Activit 4.4 : Voyages dtude dans le cadre de lapplication de la Directive IPFNA (2 visites de 2 j chacune/ 1 personne) Visites aux ministres concerns par lapplication de lIPFNA Visites dorganismes notifis Rapports de mission des participants Attestation ventuelle des organismes htes Publications de la DM Activit 4.5 : Participation aux travaux de WELMEC (3 visites de 2 j chacune/ 1 personne) Participation aux assembles gnrales de WELMEC Participation certains comits de WELMEC Rapport de mission des participants Listes de prsence Publications de WELMEC Composante n 3 : Surveillance du March Rsultat 5 : Activit 5.1 : Effectuer les actions correctives correspondant aux commentaires de la CE sur les projets de rglements sectoriels transposant les DNA (basse tension (2006/95/CE), jouets (2009/48/EC), matriaux de construction (Rglement 2011/305/EU), machine (2006/42/EC) et compatibilit lectromagntique (2004/108/EC) (4 experts, 25 h-j) Mise en place des actions correctives relatives aux commentaires de la CE. Elaboration de nouveaux textes Envoi de ces derniers la CE pour le second screening Rapports trimestriels du CRJ Rapport des experts Les projets de textes ventuellement modifis La correspondance avec la CE Activit 5.2 : Dfinir des rgles de slection et tablir des cahiers de charges destins aux OEC (futurs organismes "notifis") oprant dans ces secteurs A.5.2.1 : Mission dexpert (1 expert, 15 h-j) A.5.2.2 : Visites dorganismes notifis et notifiants en Europe (2 visites de 3 jours chacune pour une personne) Cahiers des charges pour la slection des organismes notifis Publication des textes officiels Linformation des OEC Nombre dorganismes visits et nombre de participants Publication des textes lgaux Rapport de lexpert Rapports trimestriels du CRJ Publications relatives linformation Compte-rendu de visites (rapport de mission) Activit 5.3 : 3 nouvelles directives entrent dans le processus de transposition : - Rglement (CE) n 643/2009 portant application de la directive 2005/32/CE - Exigences d'co-conception pour les appareils de rfrigration mnagers - Directive relative aux quipements de protection personnelle (89/686/EEC) - Directive appareils gaz (2009/142/CE) (3 experts, 15 h-j) Elaboration de textes rglementaires relatifs aux trois directives Envoi la CE pour commentaires Projets de textes Rapports des experts Rapports trimestriels du CRJ Correspondance avec la commission Fiche de projet DQSM_Version finale Page 43 de 49 Activit 5.4 : Visite dtudes dans des pays de lUE pour : - Rglement (UE) n 305/2011 Produits de Construction) - Directive Machine (2006/42/EC) (1 visite de 2 jours pour 3 personnes) Visites de ministres concerns par lapplication du Rglement et de la Directive et nombre de participants Visites dorganismes notifis nombre de participants Rapport de mission des participants Attestation ventuelle des organismes htes Publications de la DSM Personnel de la DSM en nombre suffisant Disponibilit du personnel de la DSM Activits dvelopper Rsultat 6 : Activit 6.1 : Harmoniser les guides marocains avec les guides concernant les Directives "Basse Tension" (2006/95/CE) et CEM (2004/108/EC) de lUE et uniformiser dans tout le pays les pratiques (1 expert, 10 h-j) Guides harmoniss Information des oprateurs conomiques Rapport des experts Guides publis Publications de la DSM Rapports trimestriels du CRJ Activit 6.2 : Complter la documentation pour la prparation louverture des ngociations des ACAA pour les Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC) (1 expert, 10 h-j) Les textes, accepts par la CE, sont officialiss par la partie marocaine Demande officielle douverture de ngociations de la part du Maroc Rapport des experts Documents prpars pour ouverture des ngociations ACAA Correspondance avec la Commission Rapports trimestriels du CRJ Activit 6.3 : Formation pratique du personnel de la DSM, des inspecteurs et des futurs organismes "notifis", lapplication des Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC) (1 expert, 15 h-j) Programme de formation pour : - le personnel, les inspecteurs et les futurs organismes notifis Nombre de participants pour chaque session Evaluation des formations Nombre dinspections conjointes Rapports de lexpert Matriel de formation Fiches de prsence Synthses des fiches dvaluation Rapports dinspections conjointes Rapports trimestriels du CRJ Activit 6.4 : Visite dtudes dans des pays de lUE pour sinformer sur la mise en place des Directives "Basse Tension" (2006/95/EC) et "Compatibilit Electromagntique" (2004/108/EC). (1 visite de 2 jours pour 3 personnes) Ministres concerns par lapplication des Directives visits et nombre de participants Organismes notifis visits et nombre de participants Rapport de mission des participants Attestation ventuelle des organismes htes Publications de la DSM Rapports trimestriels du CRJ Personnel de la DSM en nombre suffisant Disponibilit du personnel de la DSM Fiche de projet DQSM_Version finale Page 44 de 49 Activits dvelopper Composante n 4 : Normalisation Rsultat 7 : Activit 7.1 : Assistance pour llaboration dun plan de dveloppement stratgique de lIMANOR y compris la mise niveau de la procdure de notification pour les normes et rglementations techniques de la directive 98/34/CEE (1 expert, 10 h-j) Un plan de dveloppement stratgique disponible Texte du plan de dveloppement stratgique Rapports trimestriels du CRJ Activit 7.2 : Aide pour le dveloppement dun business plan pour les activits de normalisation. (1 expert, 10 h-j) Business plan labor et mis en uvre Texte du business plan Rapports trimestriels du CRJ Activit 7.3 : Sensibilisation des oprateurs conomiques concerns par la mise en uvre des normes harmonises dans les secteurs prioritaires. (1 expert, 5 h-j) Nombre dvnements dinformation Nombre de participants Augmentation du nombre dentreprises impliques dans les travaux de normalisation lchelon international Position marocaine harmonise auprs des instances internationales par une coordination nationale tablie Rapport dactivits annuel dIMANOR Matriel de formation Procs-verbaux des runions de coordination Rapports trimestriels du CRJ Mobilisation suffisante des oprateurs conomiques Ladministration et les institutions concernes cooprent Rsultat 8 : Activit 8.1 : Participation aux travaux des Comits Techniques du CEN et du CENELEC A.8.1.1 : Ateliers de prparation de la participation de la DQSM aux Comits (2 experts, 10 h-j) A.8.1.2 : Participation aux Comits (8 visites de 2 jours chacune/ 1 personne par visite) Ateliers pour les membres des commissions techniques Participations 4 CT du CEN Participations 4 CT du CENELEC Rapport des experts Evaluations des ateliers Rapport de mission des participants Listes de prsence Publications du CEN et du CENELEC Rapports trimestriels du CRJ Fiche de projet DQSM_Version finale Page 45 de 49 Activits dvelopper Activit 8.2 : Formation et sensibilisation des membres des commissions techniques uvrant dans les cinq domaines prioritaires. (4 experts, 11 h-j) Ralisation de 4 sessions de formation : - BT et CEM - Machines - Produits de Construction - Jouets Nombre de participants Augmentation du nombre dentreprises impliques dans les travaux de normalisation en relation avec les instances europennes et internationales de normalisation Positions marocaines harmonises auprs des instances internationales de normalisation par une coordination nationale tablie Rglements techniques labors. Rapports des experts Rapports dvaluations des formations Listes de prsence Rapports trimestriels du CRJ. PV de runions de coordination Documents de positions harmonises marocaines Rglements techniques labors Activit 8.3 : Faire un tat des lieux des activits de certification des systmes de management et de produits et leur mise en conformit avec les standards internationaux (1 expert, 5 h-j) La revue des schmas de certification de systmes de management et de produits est ralise. Le personnel est form. Les activits de certification de systmes de management et de produits sont susceptibles dtre accrdites. Rapport de lexpert Rapport dvaluation des formations. Rapport daudit interne dIMANOR. Rapports trimestriels du CRJ. Activit 8.4 : Assistance pour le lancement de certifications par rapport de nouveaux rfrentiels (choisis par le bnficiaire) (2 experts, 10 h-j) Systmes de certification par rapport aux deux rfrentiels choisis dvelopps. Nombre de personnel form pour les certifications par rapport aux rfrentiels choisis. Marketing des certifications suivant les nouveaux rfrentiels Rapports des experts Systmes de certification par rapport aux rfrentiels choisis Site web de lIMANOR Rapports trimestriels du CRJ. Fiche de projet DQSM_Version finale Page 46 de 49 Activits dvelopper Activit 8.5 : Aide pour le dveloppement de modules de formation dans les domaines de systmes de management et des normes harmonises (2 experts, 10 h-j) Nombre de modules de formations dvelopps Nombre de cours dlivrs Nombre de participants Matriel de formation Rapports des experts Calendrier des cours de lIMANOR Listes de prsence Activit 8.6 : Formations de formateurs (1 expert, 10 h-j) Nombre de sessions de formation Nombre de formateurs forms Rapport des experts Evaluations des formations Listes de prsence Matriel de formation Rapports trimestriels du CRJ. Activit 8.7 : Assistance la mise en place dun centre dassistance et dinformation sur le marquage CE (1 expert, 10 h-j) Augmentation du nombre de marquages CE dlivrs. Rapport dactivits annuel dIMANOR Publications de lIMANOR Web site de lIMANOR Enqute de la DSM Rapports trimestriels du CRJ. NB : Le nombre dhommes/jours ainsi que le nombre de sminaire de formation/visite dtude sont proposs titre indicatif Fiche de projet DQSM_Version finale Page 47 de 49 ANNEXE 2 : Calendrier indicatif des activits Trimestres T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 Mois M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 M14 M15 M16 M17 M18 M19 M20 M21 Sminaires de lancement et de clture Rsultat 1 Activit 1.1 Activit 1.2 Rsultat 2 Activit 2.1 Activit 2.2 Activit 2.3 Selon les dates convenues avec les organismes d'accrditation Activit 2.4 Activit 2.5 Selon les dates convenues avec les organismes d'accrditation Rsultat 3 Activit 3.1 Activit 3.2 Dpendent des calendriers des assembles gnrales et des vnements de EA, ILAC et IAF Fiche de projet DQSM_Version finale Page 48 de 49 Trimestres T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 Mois M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 M14 M15 M16 M17 M18 M19 M20 M21 Rsultat 4 Activit 4.1 Activit 4.2 Activit 4.3 Activit 4.4 Selon les dates convenues avec les ministres et/ou les organismes notifis Activit 4.5 Dpendent du calendrier de WELMEC Rsultat 5 Activit 5.1 Activit 5.2.1 Activit 5.2.2 Selon les dates convenues avec les organismes notifis et notifiants Activit 5.3 Activit 5.4 Selon les dates convenues avec les ministres et les organismes notifis Rsultat 6 Activit 6.1 Activit 6.2 Activit 6.3 Activit 6.4 Selon les dates convenues avec les ministres et les organismes notifis Fiche de projet DQSM_Version finale Page 49 de 49 Trimestres T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 Mois M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9 M10 M11 M12 M13 M14 M15 M16 M17 M18 M19 M20 M21 Rsultat 7 Activit 7.1 Activit 7.2 Activit 7.3 Rsultat 8 Activit 8.1.1 Activit 8.1.2 Dpendent des calendriers des Comits Techniques du CEN et CENELEC Activit 8.2 Activit 8.3 Activit 8.4 Activit 8.5 Activit 8.6 Activit 8.7 Composante 1 Composante 2 Composante 3 Composante 4

Recommended

View more >