PROJET DORSALE A FIBRE OPTIQUE D’AFRIQUE ?· groupe de la banque africaine de developpement cameroun…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT CAMEROUN PROJET DORSALE A FIBRE OPTIQUE DAFRIQUE CENTRALE (CAB) COMPOSANTE CAMEROUN DEPARTEMENT OOITC Juin 2015 Publication autorise Publication autorise TABLE DES MATIRES I. ORIENTATIONS STRATGIQUES & JUSTIFICATION DU PROJET 1 1.1 Liens du projet avec la stratgie et les objectifs nationaux ....................................................................... 1 1.2 Justification de la participation de la Banque ............................................................................................ 1 1.3 Coordination des donateurs ....................................................................................................................... 2 II. DESCRIPTION DU PROJET 3 2.1. Objectifs et composantes du projet ........................................................................................................... 3 2.2. Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies .......................................................... 5 2.3. Type de projet ........................................................................................................................................... 6 2.4. Cots estimatifs du projet et dispositif de financement............................................................................. 6 2.5. Zone et bnficiaires viss par le projet .................................................................................................... 8 2.7. Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la conception du projet 9 III. FAISABILITE DU PROJET 10 3.1. Performance Economique et financire .................................................................................................. 10 3.2. Impact environnemental et social ............................................................................................................ 11 IV. EXECUTION 13 4.1. Dispositions en matire dexcution ....................................................................................................... 13 4.2. Dispositions relatives aux acquisitions des biens, travaux et services .................................................... 13 4.3. Dispositions relatives la gestion financire et aux dcaissements ........................................................ 14 4.4. Suivi ........................................................................................................................................................ 15 4.5. Gouvernance ........................................................................................................................................... 16 4.6. Durabilit ................................................................................................................................................ 17 4.7. Gestion des risques.................................................................................................................................. 18 4.8. Dveloppement des connaissances.......................................................................................................... 18 V. INSTRUMENT JURIDIQUE 18 5.1. Instrument juridique ................................................................................................................................ 18 5.2. Conditions associes lintervention de la BAD .................................................................................... 19 5.2.1. Conditions pralables l'entre en vigueur ............................................................................................. 19 5.2.2. Conditions pralables au premier dcaissement du Prt BAD ................................................................ 19 5.2.3. Condition pralable au premier dcaissement du Don FEM ................................................................... 19 5.2.4. Autres conditions .................................................................................................................................... 19 5.2.5. Engagements ........................................................................................................................................... 19 VI. RECOMMANDATION 20 APPENDICE I: DESCRIPTION DE L'APPUI INSTITUTIONNEL ET DU RENFORCEMENT DE .... CAPACITES APPENDICE II : JUSTIFICATION DU NIVEAU DE LA CONTREPARTIE AU FINANCEMENT BAD DU PROGRAMME APPENDICE III : INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS APPENDICE IV: SITUATION DU PORTFEUILLE DU CAMEROUN AU 31 MARS 2015 APPENDICE V: CARTE DE LA ZONE DU PROJET POUR LES INFRASTRUCTURES A FIBRE ...... OPTIQUE LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES Tableau 2.1 : Composantes du projet Tableau 2.2 : Solutions de substitution envisages et causes du rejet Tableau 2.3 : Rsum du cot estimatif par composante de l'ensemble du projet Tableau 2.4 : Rsum du cot par catgorie de dpense du projet Tableau 2.5 : Rsum du projet par source de financement Tableau 2.6 : Rsum des composantes projet par source de financement (Millions dEuros) Tableau 2.7 : Calendrier de dpenses par source de financement (Millions dEuros) Tableau 3.1 : Evaluation conomique et financire Tableau 3.2 : Test de sensibilit i Equivalences montaires Juin 2015 1 EUR = 655,96 FCFA 1 UC = 1,27 EUR Anne fiscale 1er janvier - 31 dcembre SIGLES ET ABREVIATIONS AFD Agence Franaise de Dveloppement ANTIC Agence Nationale des TIC AOI Appel dOffres International AON Appel dOffres National ART Autorit de Rgulation des Tlcommunications BAD Banque africaine de dveloppement BID Banque islamique de dveloppement BM Banque mondiale CAB Central Africa Backbone / Dorsale fibre optique dAfrique Centrale CAMPOST Cameroon Postal Sevices CEAC Centre dEducation et dActions Communautaires CEEAC Communaut conomique des Etats de lAfrique Centrale CEMAC Communaut conomique et montaire de lAfrique Centrale CEP Cellule dExcution de Projet CPF Centre de Promotion de la Femme CSIRT Computer Security for Incident Response Team / Centre d'Alerte et de Raction aux Attaques Informatiques DAA Dlgation d'Arrondissement d'Agriculture DIR Direction des Infrastructures et Rseaux daccs DSCE Document de Stratgie pour la Croissance et lEmploi DSIR Document de Stratgie dIntgration Rgionale DSP Document de Stratgie Pays DSRP Document de stratgie de rduction de la pauvret DUP Dclaration dUtilit Publique ENSPT Ecole Nationale Suprieure des Postes et Tlcommunications FAD Fonds africain de dveloppement FCFA Franc de la Communaut Financire dAfrique FEM Fonds pour lEnvironnement Mondial FO Fibre Optique FST Fonds Spcial des Tlcommunications GES Gaz effet de serre INS Institut National de la Statistique JICA Agence Japonaise de Coopration Internationale MINADER Ministre de lAgriculture et du Dveloppement Rural MINAS Ministre des Affaires Sociales MINEPAT Ministre de lEconomie, de la Planification et de lAmnagement du Territoire MINEPDED Ministre de l'Environnement, de la Protection de la Nature et du Dveloppement Durable MINFI Ministre des Finances MINPOSTEL Ministre des Postes et Tlcommunications MINPROFF Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille MINTP Ministre des Travaux Publics ii NCP Note Conceptuelle de Projet NEPAD Nouveau partenariat pour le dveloppement de lAfrique PAP Personnes Affectes par le Projet PIDA Programme de Dveloppement des Infrastructures en Afrique PGES Plan de Gestion Environnementale et Sociale PEHD Polythylne Haute Densit PIB Produit Intrieur Brut PKI Public Key Infrastructure / Infrastructure Cls Publiques PTF Partenaires Techniques et Financiers PVC Polychlorure de Vinyle RCA Rpublique Centrafricaine SIMC Systme dInformation de Marchs et Climatique SLT Stratgie Long Terme TCP Tlcentre Communautaire Polyvalent TIC Technologies de lInformation et de la Communication TRIE Taux de Rentabilit Interne Economique UCP Unit de Coordination de Projet UIT Union Internationale des Tlcommunications UE Union Europenne VAN Valeur Actuelle Nette iii FICHE DE PROJET Fiche du client Emprunteur : REPUBLIQUE DU CAMEROUN Titre du projet : PROJET DORSALE A FIBRE OPTIQUE DAFRIQUE CENTRALE (CAB) COMPOSANTE CAMEROUN Lieux dimplantation : REGIONS DU CENTRE, DE LEST, DU NORD-OUEST, DU SUD ET DU SUD-OUEST DU CAMEROUN Organe dExcution : MINISTERE DES POSTES ET TELECOMMUNICATIONS (MINPOSTEL) UNITE DEXECUTION DU PROJET CAB-CAMEROUN (UCP /CAB-CAMEROUN) 1. Plan de financement Source Montant en millions de FCFA Montant en millions de dEuros Montant en millions dUC Montant en millions de Dollars EU Instrument BAD 24.470 37,304 29,374 41,034 Prt projet FEM 1.089 1,660 1,307 1,726 Don GOUVERNEMENT DU CAMEROUN 4.872 7,427 5,848 8,170 Budget dInvestissement Public TOTAL 30.372 46,301 36,458 50,930 2. Importantes informations financires BAD Monnaie du Prt : Euros (EUR) Type dintrts pour le prt : Flottant (EURIBOR) Marge du taux dintrt : 60 pb + marge de financement1 de la Banque Commission dengagement : Non applicable Autres frais : Non applicable Echance : Semestrielle Maturit : 20 ans Diffr damortissement : 60 mois VANF (scnario de base) : 135,9 Millions EUR TRIF (scnario de base) : 19,79% TRIE (scnario de base) : 34,14% 1 La marge de financement correspond au cout demprunt de la Banque calcul deux fois par an iv 3. Dure principales tapes (attendues) Activits (mois, anne) Approbation de la note conceptuelle Mars 2015 Approbation du projet Juillet 2015 Entre en vigueur Novembre 2015 Achvement Dcembre 2019 Dernier dcaissement Juin 2020 Dernier remboursement prt BAD Dcembre 2035 v RESUME ANALYTIQUE 1. Aperu gnral du projet : Sappuyant sur les objectifs dvolus au secteur des Technologies de lInformation et de la Communication (TIC) par le Document de Stratgie pour la Croissance et lEmploi, (DSCE), ainsi que sur les stratgies sectorielles disponibles des TIC et dautres secteurs en tirant avantage, le Gouvernement a sollicit la Banque pour le financement de la composante nationale du projet CAB, dun linaire fibre optique de 916 km environ constitu de cinq axes prioritaires. Le projet prvoit galement la mise en uvre dun certain nombre dapplications et services TIC (e-Poste, e-Banking, Systme dInformation de Marchs et Climatique, etc.) ainsi quun appui institutionnel portant, entre autres, sur des tudes de faisabilit prparant la suite du projet, la mise en place dun centre de dveloppement des comptences en fibre optique lENSPT et un appui lautonomisation des femmes. Lorgane dexcution du projet est le MINPOSTEL. La dure de la mise en uvre du projet est de 4 ans. Le cot total du projet est estim 36,458 millions dUnits de Compte (UC). La Banque intervient travers le guichet BAD hauteur de 29,374 millions dUC. Les autres cofinanciers sont le FEM travers un don de 1,307 millions dUC et la Rpublique du Cameroun pour 5,848 millions dUC. 2. valuation des besoins : Outre sa vocation rgionale, le projet se propose de complter les chainons manquants dans la dorsale nationale fibre optique. Le projet permettra dtendre la couverture du rseau fibre optique national dans cette rgion densment peuple ainsi quaux frontires du Cameroun avec le Congo, le Nigria et la RCA. Ces liaisons avec les pays limitrophes (en particulier la RCA) leur offriront une alternative de desserte pour le trafic international transitant par les cbles sous-marin ayant des points datterrage au Cameroun. Ainsi, les cots de la connectivit internationale devraient tre rduits travers lintroduction de ces nouvelles sorties internationales. Il permet galement de tirer avantage de lextension de sa dorsale nationale fibre optique pour moderniser les secteurs bancaire et postal avec lintroduction de le-Banking et du courrier hybride au profit de la CAMPOST. Do la prise en compte du projet dans le nouveau Document de Stratgie Pays (DSP) du Cameroun pour la priode 2015-2020. 3. Valeur ajoute de la Banque : La valeur ajoute de la Banque tient lexprience de terrain engrange travers les changes avec les pays depuis linitiation du projet en 2007. En effet, la Banque a consenti des ressources consquentes, en coordination avec la Banque mondiale, dans le financement des tudes du projet CAB rgional tout en continuant les changes avec les pays concerns depuis cette date. Son intervention permet aussi au Cameroun de pouvoir raliser ces importantes infrastructures concernant, en particulier ses interconnexions avec les pays voisins, avec les normes et standards internationaux afin dviter les risques de malfaons ventuels pouvant obrer lourdement les retombes conomiques du projet, ainsi que les cots de financement avantageux y affrents. 4. Gestion des connaissances : Le projet fournira une opportunit damlioration des connaissances dans le domaine des infrastructures fibre optique nationales. En effet, il est prvu llaboration du premier Plan Directeur du dveloppement des infrastructures large bande au profit de lensemble des acteurs du secteur (MINPOSTEL, ART, CAMTEL, oprateurs privs, etc.). Ce plan pourra tre utilis par lART, entre autres, en sappuyant sur les rsultats de ltude sur les seuils de rentabilit du dploiement de la fibre optique afin davoir tous les outils idoines pour rguler le secteur des infrastructures haut dbit. En effet, les tranches illgalement creuses endommagent srieusement des infrastructures routires assez onreuses dont certaines ont, dailleurs, t finances par la Banque. vi CADRE LOGIQUE DU PROJET AXE SUR LES RESULTATS REPUBLIQUE DU CAMEROUN Pays et titre du projet : Cameroun - Dorsale fibre optique dAfrique Centrale (CAB) Composante Cameroun But du projet : Contribuer la diversification de lconomie en favorisant lmergence dune conomie numrique au Cameroun Chaine des rsultats Indicateurs de performance Moyens de vrification Risques/mesures dattnuation Indicateur (y compris les ISC) Situation de rfrence Cible Impact Contribuer la diversification de lconomie camerounaise, au dsenclavement numrique des zones cibles du projet et lintgration rgionale par lentremise dune infrastructure fibre optique daccs aux pays limitrophes (Congo, Nigria et RCA) Pourcentage de la contribution des TIC dans le secteur tertiaire Nombre de sorties internationales potentielles 53,5% en 2013 (source MINFI) 1 60% (au moins) en 2019 4 Rapports & Statistiques du MINPOSTEL, de lART, etc. Rapports UIT CEEAC, CEMAC, EffetsEffet 1 : Amlioration de laccs des populations, des administrations et des entreprises aux services de tlcommunications/TIC Pntration des services dInternet Tl-densit (mobile), 6% (2013) 76% (2014) 20% (2019) 90% (2019) Rapports & Statistiques du MINPOSTEL, de lART, etc. Rapports du MINADER, de la CAMPOST, etc. Rapports de suivi-valuation dimpacts du projet par lUCP/CAB-Cameroun Rapports UIT CEEAC, CEMAC, etc. Risques: (i) Non-respect des engagements en matire de pose de la fibre optique ; (ii) Absence dimpact sur les prix pratiqus ; (iii) Dgradation prcoce de la fibre optique induite par une absence de maintenance (iv) Absence de maintenance et dvolutivit des diffrentes applications installes. Mesures dattnuation : (i) engagement du Gouvernement appliquer les directives de lUnion Internationale des Tlcommunications (UIT) ; (ii) Assistance technique lART ; (iii) Engagement de CAMTEL et de la CAMPOST pour assurer la durabilit des infrastructures mises en place. Effet 2 : Rduction des tarifs daccs aux services des tlcommunications et de lInternet Cots daccs Internet Amlioration du cadre juridique et rglementaire du secteur des TIC Grille des tarifs des services Internet 2015 : Faible satisfaction des oprateurs privs dans la mise en uvre de l accs ouvert Rduction de 50 % (au moins) en 2019 du prix dabonnement Internet 2019 : Plus grande adhsion des oprateurs privs dans les conditions daccs aux infrastructures fibre optique partages Effet 3 : Contribution linclusion sociale, conomique et financire des populations de lintrieur du pays Nombre de personnes bancariss grce le-Banking Nombre dagriculteurs/leveurs ayant accs aux informations de marchs et climatiques Nombre de personnes bnficiant des systmes de bornes lectriques solaires 0 (2015) 0 (2015) 0 (2015) 17.000 clients nouveaux (2019) 20.000 (2019) 20.000 (2019) vii Effet 4 : Amlioration de loffre de formation et de laccs aux TIC dans lenseignement suprieur Nombre de personnes pouvant bnficier du centre de dveloppement des comptences en fibre optique lENSPT en formation initiale et continue Nombre dtudiants ayant accs Internet sur les campus de lUniversit de Yaound I, Bamenda et Maroua 0 (2015) 0 (2015) 1345 (2019) -> Initiale (1060 Yaound et 285 Buea) dont 50% de femmes 500 (2019) -> Continue (300 Yaound et 200 Buea) dont 50% de femmes 65.000 tudiants (2019) Produits Produit 1 : Infrastructures fibre optique Liaisons fibre optique construites Sites techniques construits Linaire de la fibre optique Nombre de sites techniques le long des liaisons du projet 6.000 km (2015) 0 (2015) 7.000 km (2019) 7 (2019) Rapports dactivit de lUCP/CAB-Cameroun Rapports des missions de contrle Rapports de supervision du projet, Rapports dachvement du projet. Risques: (i) Lenteur et manque de transparence dans le processus de passation des marchs ; (ii) Augmentation des cots des travaux ; (iii) Non-respect des spcifications techniques et fonctionnelles dans le cadre des diffrentes applications prvues dans le projet ; (iv) retard dans lindemnisation des Personnes Affectes par le Projet (PAP) sur laxe Bertoua-Batouri-Kentzou. Mesures dattnuation : (i) Collaboration troite entre le MINPOSTEL et le Ministre en charge des Marchs Publics ; (ii) Prise en compte des imprvus physiques dans le projet ; (iii) Renforcement des capacits de lUCP/CAB, (iv) priorisation des indemnisations des PAP dans la contrepartie nationale. Produits 2 : Applications et services TIC Applications TIC (e-Poste, e-Banking, Systme dInformation de Marchs et Climatique), installes Nombre de nouvelles applications TIC dveloppes et mises en production 0 (2015) 4 (2019) Produit 3: Appui institutionnel et renforcement des capacits Dveloppement et prservation des rseaux dinfrastructures fibre optique Elaboration des tudes de faisabilit pour prparer la suite du projet : (i) les axes FoumbanTibatiTignreNGaoundr, Bamenda FundongWum, NgaoundrTouboro, Ngaoundr Touboro, pour la fibre optique (ii) un projet CSIRT+PKI, (iii) un projet de technople (Datacenter inclus), (iv) un systme intgr didentification lectronique de la Personne (SIGIEP) et (v) un projet de dveloppement des services financiers mobiles Nombre de TCP, CEAC/DAA, et de Centres de Promotion de la Femme (CPF) quips Nombre de centre de formation de rfrence sur la fibre optique Nombre dtudiantes bnficiant dune bourse doctorale lENSPT 2015 : Absence de cadre stratgique du dveloppement de la dorsale nationale fibre optique 2015 : Absence des fondements dun dploiement grande chelle dapplications/services TIC 0 (2015) 0 (2015) 0 (2015) 2019 : Documents stratgiques daide la dcision mis au point (Plan Directeur et tude sur les seuils de rentabilit) 2019 : Etudes de faisabilit pour la mise en uvre dune administration lectronique au service des secteurs publics et privs 52 (2019) 2 (2019) sur les sites de Yaound et Buea de lENSPT 4 (dont 3 tudiantes) sur la dure du projet Rapports dactivit de lUCP/CAB-Cameroun Rapports des missions de contrle Rapports de supervision du projet Rapport sui-valuation de lENSPT Rapports de lONU Femmes Statistiques du MINPROFF Rapports dachvement du projet. viii Produits 4 : Gestion du projet Appui lUCP/CAB- ; Suivi-valuation de la ralisation technique et des impacts socio-conomiques et environnementaux ; Audit comptable et financier du projet ; Audit technique du projet. Rapports daudit Rapports sur le suivi-valuation des diffrents aspects du projet Rapport daudit technique 2015: Aucun rapport 2019 : au moins 4 rapports daudit, au moins 3 rapports sur le suivi-valuation, 1 rapport daudit technique produits, etc. Rapports dactivit de lUCP/CAB-Cameroun Rapports des missions de contrle Rapports de supervision du projet Rapports dachvement du projet. Activits cls Composantes Ressources A. Infrastructures fibre optique B. Applications et services TIC C. Appui institutionnel et renforcement des capacits D. Gestion du projet Composantes En millions d'EUR Infrastructures fibre optique (composante A) 23,622 Applications et services TIC (composante B) 9,158 Appui institutionnel et renforcement des capacits (composante C) 6,916 Gestion du projet (composante D) 2,316 Cots de base 42,012 Imprvus physiques 2,941 Alas Financiers 1,348 Cot total du projet 46,301 ix CALENDRIER DEXECUTION DU PROJET RAPPORT ET RECOMMANDATION DE LA DIRECTION AUX CONSEILS DADMINISTRATION CONCERNANT UNE PROPOSITION DOCTROI DUN DON FEM DE 1.726.484 DE DOLLARS EU ET DUN PRET BAD DE 37.304.000 DEUROS A LA REPUBLIQUE DU CAMEROUN POUR LE FINANCEMENT DU PROJET DORSALE A FIBRE OPTIQUE DAFRIQUE CENTRALE (CAB) COMPOSANTE CAMEROUN I. ORIENTATIONS STRATGIQUES & JUSTIFICATION DU PROJET 1.1 Liens du projet avec la stratgie et les objectifs nationaux 1.1.1. Le Cameroun occupe potentiellement une position stratgique pour le dveloppement des TIC en Afrique centrale compte tenu des cbles sous-marin (SAT3, WACS et ACE) qui ont des points datterrage sur ses ctes et qui pourraient fournir une connectivit de donnes internationale toute la sous-rgion. Pourtant, il ne dispose que dune liaison fibre optique avec le Tchad parmi les pays limitrophes. De plus, sa propre utilisation de la connectivit pour les donnes est encore limite. En plus de la faiblesse du taux de pntration dInternet, avec seulement 6% de la population bnficiant d'un accs Internet, lindustrie des services en ligne commencent, peine, merger. 1.1.2. Compte tenu des besoins importants en termes de connectivit rgionale et nationale et de leffet catalytique des TIC dans tous les secteurs dactivit du pays, il a t convenu que lintervention de la Banque se fera selon lapproche dun projet excut sur plusieurs parties. Le projet sinscrit dans le cadre du Document de Stratgie pour la Croissance et lEmploi (DSCE). Celui-ci place le dfi de la croissance et de la cration demplois au centre des actions du gouvernement en faveur de la rduction de la pauvret, et constitue dornavant pour la priode 2010-2020, le cadre global des actions de la puissance publique. Ladoption rcente de la nouvelle stratgie de dveloppement des tlcommunications et TIC sinscrit dans le cadre du DSCE et vise un accs gnralis de la population camerounaise aux TIC. Cette stratgie a pour objectif majeur daccrotre loffre de services de communication lectronique large bande de qualit et des prix comptitifs. Le projet est galement en ligne avec le Plan durgence pour lacclration de la croissance conomique lanc en dcembre 2014 par les Autorits du pays et qui se propose de donner un coup dacclrateur dans la mise en uvre du DSCE pour que le Cameroun puisse devenir un pays mergent lhorizon 2035. Enfin, il sinscrit nominativement dans le cadre des piliers I du DSP 2015-2020 du Cameroun et du Document de Stratgie dIntgration Rgionale (DSIR) 2011-2015 de lAfrique centrale. Il recle galement des externalits positives dans le renforcement de la gouvernance sectorielle (pilier II dudit DSP). 1.1.3. Au-del des aspects strictement infrastructurels, lactuel projet se propose dassister le Cameroun en vue du dveloppement dune vritable conomie numrique afin de crer terme suffisamment demplois travers lamlioration des facteurs de production. Ainsi, la mise en uvre des projets e-Poste et e-Banking au profit de la CAMPOST complte la fibre optique travers lintroduction de nouveaux produits et services lectroniques. De plus, la mise en uvre du technople, dont ltude de faisabilit est incluse dans le prsent projet en vue de sa ralisation dans un second projet CAB, permettra de crer un cluster TIC abritant dans un mme espace tous les acteurs de la chane de valeur technologique, savoir les entreprises (startups, en particulier) innovantes, les instituts de formation, les laboratoires de recherche, etc. 1.2 Justification de la participation de la Banque 2 1.2.1. Le projet est en phase avec la Stratgie dcennale de la Banque (2013-2022) travers les deux piliers relatifs au dveloppement des infrastructures et la promotion de lintgration rgionale, ainsi que sa Stratgie sectorielle TIC sur les volets relatifs lintgration rgionale et ladoption des services en ligne. Il prend galement en compte la problmatique de la croissance verte et du dveloppement inclusif (en particulier le genre) par la mise en uvre des initiatives suivantes: (i) les renforcements des capacits des diffrents centres communautaires (TCP, CEAC et CPF) ; (ii) la mise en uvre dun systme de banque mobile (e-Banking) ; (iii) la mise en place dun Systme d'Information de Marchs et Climatique (SIMC), (iv) les activits relatives lautonomisation des femmes ; (v) le suivi des impacts environnementaux et sociaux du projet. Toutes ces activits seront excutes conformment aux exigences de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque. 1.2.2. Lintervention de la Banque dans ce projet se justifie par le fait que la connectivit large bande est une composante essentielle du dveloppement, de l'adoption et de l'utilisation des TIC dans les diffrents secteurs dactivits afin de promouvoir linclusion socio-conomique dans le pays. Sur la base de plusieurs tudes menes notamment par la Banque mondiale en 2010 en Afrique, il est aujourdhui prouv quune hausse de 10% du nombre de connexions Internet haut dbit saccompagne, entre autres, dun surplus de croissance conomique de 1,3%. Le secteur des TIC a dj cr 65.000 emplois directs au Cameroun et gnre une contribution estime 4% du Produit Intrieur Brut (PIB) et pourrait en apporter davantage pour peu que les prrequis infrastructurels et applicatifs soient mis en place eu gard au fait quil reprsente dj au moins 50% du secteur tertiaire. 1.2.3. Il y a lieu de souligner galement que la ralisation des liaisons fibre optique du projet CAB-Cameroun sont en parfaite synergie avec les projets routiers financs par la Banque au Cameroun, entre autres, qui prvoit systmatiquement depuis 2008 la pose des fourreaux. Il ne reste plus qu acqurir la fibre optique pour les axes concerns dans le projet sachant que lessentiel des cots repose sur la partie gnie civil. Cest le cas des axes KumbaMamfe (187 km), Mamfe-Ekok (82 km) et la majeure partie de SangmlimaDjoumMintomNtam (266 km) dans le prsent projet. Ces liaisons avec les pays limitrophes, et en particulier le Nigria, induiront une comptition entre les diffrents cbles sous-marins auxquels le Cameroun sera connect et entraineront, par ricochet, une baisse sensible des prix de la capacit internationale. 1.3 Coordination des donateurs 1.3.1. La coordination de laide et la coopration avec les bailleurs de fonds au niveau national relve du Ministre de lEconomie, de la Planification et de lAmnagement du Territoire (MINEPAT). Ce ministre comprend la Direction de lIntgration Rgionale (DIR) qui est le point focal de la Banque en matire de coopration conomique et technique. Au niveau des Partenaires Techniques et Financiers (PTF), le Comit multipartenaires (CMP) de suivi du DSCE, mis en place en juin 2001 constitue une plate-forme de dialogue et dchange sur lensemble des questions cls du dveloppement au Cameroun. Pour appuyer cette structure, des sous-comits techniques et thmatiques ddis lagenda dalignement et dharmonisation sont actifs. La Banque sige tous ces groupes thmatiques et sectoriels, participe avec la Banque mondiale aux missions de revue du FMI au Cameroun. De 2008 2014 o elle a pass le tmoin lUnion europenne, la Banque a assur le rle de Chef de file du Comit Sectoriel pour les Finances Publiques du CMP. 1.3.2. Sagissant particulirement du secteur des TIC, le dialogue sorganise autour dun change permanent entre la Banque mondiale et la Banque, en concertation avec le MINPOSTEL. Ces discussions se sont largies la JICA et la Banque Islamique de Dveloppement (BID) qui souhaiteraient prendre part au financement du prochain projet CAB. 3 Par ailleurs, la Banque mondiale souhaiterait continuer le financement du projet au Cameroun au-del de mars 2016 (date de fin de lactuel financement) et est donc dispose collaborer troitement avec la Banque pour sa mise en uvre, notamment, travers une UCP/CAB-Cameroun commune, le partage des documents et informations, des runions communes, ainsi que le suivi mutuel de lavancement des actions entreprises. 1.3.3. La Banque a accumul une solide exprience travers ses changes depuis linitiation du projet en 2007 avec tous les pays de la sous-rgion. En effet, la Banque a consenti de ressources consquentes, en coordination avec la Banque mondiale, dans le financement des tudes du projet CAB rgional initial. Son intervention permet aussi au Cameroun de pouvoir raliser ces importantes infrastructures concernant, en particulier ses interconnexions avec les pays limitrophes, avec les normes et standards internationaux afin dviter les risques de malfaons ventuels pouvant obrer lourdement les retombes conomiques certaines du projet sans oublier les cots de financement avantageux la cl. 1.3.4. Pendant les missions didentification, de prparation et dvaluation du projet, lquipe de la Banque a eu des changes avec ces principaux PTF (BM, BID et JICA). Ces discussions ont permis dharmoniser les vues concernant notamment, les composantes du projet et le financement commun avec la Banque mondiale de lUnit de Coordination de Projet (UCP)/CAB-Cameroun. Tous ces partenaires ont reconnu limportance et la pertinence du prsent projet qui est en parfaite cohrence avec les interventions des autres partenaires. Do lintrt manifest par la BID et la JICA dans le co-financement de la suite du projet CAB. II. DESCRIPTION DU PROJET 2.1. Objectifs et composantes du projet 2.1.1. Lobjectif global de ce projet est de contribuer la rduction du cot lev des tlcommunications/TIC sur le climat des affaires dans la sous-rgion, la cration demplois sous toutes ses formes et lextension de la production des biens et services contribuant la rduction de la pauvret. 2.1.2. La mise en uvre de ces infrastructures fibre optique contribuera la rduction des cots daccs aux services TIC de meilleure qualit. Elle permet galement de gnrer des ressources supplmentaires pour le Cameroun la fois travers les activits conomiques induites sur le territoire camerounais mais aussi les taxations sur les flux de donnes transitant par les cbles sous-marins internationaux ayant des points datterrage au Cameroun. 2.1.3. En termes dinfrastructures, le projet prvoit (i) lextension de la dorsale nationale fibre optique sur 5 tronons essentiels (chainons manquants et interconnexions avec les pays limitrophes) pour environ 916 km de fibre ; (ii) la fourniture dquipements solaires bureautiques et informatiques pour les Tlcentres Communautaires Polyvalents (TCP), les Centres dEducation et dActions Communautaires (CEAC) et les Centres de Promotion de la Femme (CPF) avec le dploiement des panneaux solaires photovoltaques grce un financement complmentaire du Fonds pour lEnvironnement Mondial (FEM), (iii) la mise en place dun centre de dveloppement des comptences en fibre optique lEcole Nationale Suprieure des Postes et Tlcommunications (ENSPT). 2.1.4. En matire de cadre juridique et rglementaire du secteur des TIC, le Gouvernement camerounais a dcid daccorder CAMTEL, oprateur historique national, une concession exclusive sur les liaisons interurbaines parmi lesquelles figurent les cinq axes concerns par le prsent projet. Toutefois, il y a lieu de noter que CAMTEL a lobligation de fournir les capacits demandes par les autres oprateurs sur l'ensemble de la dorsale nationale fibre optique, sous 4 le contrle strict de lAutorit de Rgulation des Tlcommunications (ART), tablissement public administratif dot de la personnalit juridique et de l'autonomie financire et institu par la loi de 2010/013 du 21 dcembre 2010. Par contre, les oprateurs ont le droit de dployer leur guise leurs propres infrastructures concernant les liaisons urbaines. 2.1.5. Le projet appuiera la rgulation du march de donnes de gros relevant de l'Autorit de Rgulation des Tlcommunications (ART) travers lapplication intgrale du principe de l accs ouvert sur chaque liaison fibre optique que la Banque finance afin de sassurer des conditions minimales pour une comptition sur les prix daccs au grand bnfice des utilisateurs finaux au Cameroun. A ce sujet, il prvoit spcifiquement une provision, au profit de lART toujours, aux fins de llaboration dun modle conomique sur la fixation des cots d'accs la connectivit nationale et internationale pour lever les barrires lentre dans le segment de la fibre optique. Toutes ces activits sinscriront dans le prolongement des activits lies aux reformes du secteur des TIC finances par la Banque mondiale dans le cadre de son financement du projet CAB. 2.1.6. En complment et travers sa composante Applications et Services TIC, le projet prvoit galement la mise en uvre de plusieurs applications TIC au service de la diversification de lconomie camerounaise. Actuellement le taux de bancarisation est assez bas au Cameroun (moins de 10% en tenant compte aussi des institutions de microfinance) sans oublier les gains de productivit importants que le secteur postal peut tirer des applications TIC. Ainsi, il est prvu la mise en uvre des deux projets e-Poste et e-Banking au profit de la CAMPOST afin de renforcer linclusion financire au profit des populations rurales, en particulier, grce au maillage des bureaux de poste sur tout le territoire national. Il y a lieu de prciser que la CAMPOST dispose depuis fin 2013 dun centre de donnes moderne et de grande capacit qui servira de socle au dveloppement de-services postaux. 2.1.7. Le projet se propose aussi dappuyer les efforts des Autorits camerounaises en matire de dveloppement rural par le biais de la mise en place dun Systme dInformation de Marchs et Climatique (SIMC) au profit du Ministre de lAgriculture et du Dveloppement Rural (MINADER) afin de permettre aux agriculteurs/leveurs daccder aux prix des produits agricoles et de btails, et aux prvisions mtorologiques travers les TCP et les CEAC. Ce systme contribuera terme une rduction sensible du taux de perte post rcolte de la production agricole du Cameroun estim 25% (source : MINADER) travers leffet conjugu de lducation des agriculteurs et ladquation besoins/production. 2.1.8. Le projet comprend aussi plusieurs tudes de faisabilit portant, entre autres, sur les infrastructures et les applications/services TIC qui seront intgres dans le cadre du prochain (second) projet CAB dont la prparation devrait tre lance vers fin 2017 via, ventuellement, une approche programmatique. Ainsi, il est prvu les tudes portant sur les axes FoumbanTibatiTignreNGaoundr, BamendaFundongWum, NgaoundrTouboro, Ngaoundr Touboro, pour lextension de la dorsale existante ; (ii) un CSIRT+PKI ; (iii) un technople (Datacenter inclus), (iv) un Systme Intgr dIdentification Electronique de la Personne (SIGIEP), le dveloppement des services financiers mobiles au Cameroun. Il prvoit galement un volet portant sur le renforcement des capacits des principales parties prenantes nationales ainsi quun appui lUnit de Coordination de Projet (UCP/CAB). Pour atteindre ces objectifs, les actions du projet ont t regroupes dans les quatre composantes rsumes dans le tableau ci-aprs: Tableau 2.1 - Composantes du projet N Nom de la composante Description 5 A INFRASTRUCTURES FIBRE OPTIQUE (23,622 Millions dEuros) A.1 - Travaux de mise en uvre des infrastructures fibre optique, A.2 - Suivi valuation des impacts et sensibilisation des populations, A.3 - Contrle et surveillance des travaux fibre optique. B APPLICATIONS ET SERVICES TIC (9,158 Millions dEuros) B.1 - Mise en place de l'e-Poste et de le-Banking, B.2 - Mise en place d'un Systme d'Information de Marchs et Climatique (SIMC). C APPUI INSTITUTIONNEL ET RENFORCEMENT DES CAPACITES (6,916 Millions dEuros) C.1 - Etudes, C.2 - Assistance technique - Autorit de Rgulation des Tlcommunications (ART), C.3 - Renforcement des capacits des TCP, CEAC et CPF, C.4 - Appui aux tablissements d'enseignement suprieur (ENSPT, Universits de Yaound I, Bamenda et Maroua), C.5 - Appui l'autonomisation des femmes. D GESTION DU PROJET (2,316 Millions dEuros) D.1 - Appui l'UCP/CAB-Cameroun, D.2 - Appui au fonctionnement des diffrents comits, D.3 - Audits technique comptable et financier 2.2. Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies 2.2.1. Le prsent projet concerne linstallation et la mise en production dun linaire de 916 km de fibre optique comprenant galement les quipements actifs ainsi que les systmes dnergie et de climatisation. Celui-ci tant constitu de cinq axes, savoir KumbaMamfe, MamfeEkok, BamendaNdopKumbo, BertouaBatouriKentzou, et SangmlimaDjoumMintomNtam, situs respectivement dans les rgions du Sud-Ouest, Nord-Ouest, Est et Sud. Ces axes font partie des chainons nvralgiques de la dorsale nationale fibre optique (avec les sorties vers les pays voisins) que le Cameroun compte rapidement tendre pour atteindre les 20.000 Km de fibre optique lhorizon 2035. 2.2.2. De nos jours, il y a deux principales alternatives techniques au dploiement de la fibre optique : liaisons satellitaires ou hertziennes. En effet, il faut noter que le recours aux liaisons satellitaires souffre de leffet conjugu des cots levs daccs pratiqus mais aussi dune qualit de service bien infrieure celle permise par la fibre optique sans compter les limitations de capacit inhrente aux technologies utilises (mme les plus rcentes). Mme avec le dveloppement de nouvelles offres de satellites, tel quO3b, utilisant des satellites en orbite basse, la diffrence de cots est importante. En fait, le satellite reste une technologie des fins de redondance, permettant aux oprateurs de pallier lindisponibilit (pour avarie technique, notamment) de la fibre optique, mais des cots d'exploitation deux dix fois plus levs que celle-ci. En somme, le satellite nest donc pas une alternative durable en comparaison avec la fibre optique. 2.2.3. Les liaisons hertziennes, quant elle, permettent lextension de la porte du haut dbit en particulier dans les zones mal desservies. Cependant, tout en tant utile pour le trafic de point--point (pour la connexion des stations de base et les rseaux de collecte), ils ne peuvent pas supporter l'norme quantit de donnes attendues passer sur une dorsale fibre optique. La migration des oprateurs mobiles au Cameroun la 3G et mme la 4G dans un futur proche induit laugmentation significative du niveau d'accs l'Internet et de la bande passante requise dans le pays. A cet effet, la fibre optique est la seule option qui rpond lensemble de ces exigences (en particulier pour servir de support au trafic international potentiel des pays voisins). 2.2.4. Par ailleurs, il y a lieu de noter quune pose manuelle (versus mcanique) a t retenue dans le cadre de ce projet sur la base des tudes techniques ralises. En effet, cette option (en dpit de son cot lgrement plus lev par rapport la pose mcanique) induit des effets bnfiques en matire de gnration de revenue pour les populations concernes ainsi quappui indirect au volet sensibilisation de celles-ci prvues dans le projet. Tableau 2.2 - Solutions de substitution envisages et causes du rejet Solution de substitution Brve description Cause du rejet 6 Pose mcanise de la fibre optique Utilisation de trancheuse dans le creusage des fourreaux le long des cinq axes retenus dans le prsent projet. Risques de qualit lis la non-matrise des diffrents reliefs concerns ne facilitant pas lutilisation de cette technique. De plus, la pose manuelle permet de gnrer des revenus pour la main duvre issue des localits traverses favorisant au projet des populations riveraines. Fourniture de fibre noire (sans quipements actifs) Il sagit dans ce cas de fournir uniquement la fibre optique sans les quipements de transmission. Solution choisie par CAMTEL parce que oprationnelle ds le premier jour de mise en service des liaisons installes. Utilisation du centre de donnes de la CAMPOST pour hberger les applications & services TIC prvus dans le projet Cette option consisterait utiliser en ltat le Datacenter (centre de donnes) de la CAMPOST pour lensemble des applications TIC prvues (courrier hybride, GED et e-Banking). Solution non viable techniquement car les capacits actuelles ne suffisent mme pas pour rpondre aux besoins intrinsques de la CAMPOST sans oublier quil y a une extension du mme centre de donnes qui est prvu aux fins de la mise en uvre de le-Poste et de le-Banking. 2.3. Type de projet 2.3.1. Le prt BAD contribuera au financement de la majeure partie du projet lexception notable du renforcement des capacits des Tlcentre Communautaire Polyvalent (TCP), Centre dEducation et dActions Communautaires (CEAC) et Centre de Promotion de la Femme (CPF) qui concernera le don FEM. Les investissements financer sont dfinis de faon spcifique. En consquence, le prt a t jug appropri en tant quinstrument pour lintervention de la Banque dans le projet. A titre dillustration, les interventions de la Banque mondiale dans le secteur des TIC au Cameroun se font travers ce type dopration (projets dinvestissement). 2.4. Cots estimatifs du projet et dispositif de financement 2.4.1. Le cot total hors taxes et droits de douane du projet s'lve 46,301 millions d'Euros (soit 36,458 millions d'UC). La provision pour imprvus physiques est de 7% du cot de base. La provision pour hausse des prix est gale 3% du cot de base plus les imprvus physiques. Ce cot a t tabli sur la base des tudes de faisabilit ralises, des changes avec les autres partenaires et de marchs similaires rcents ou en cours d'excution par CAMTEL. Lquivalent des taxes et droits de douanes calculs dans le cadre du projet servira complter, travers la contrepartie nationale, les financements apports par le FEM et dvolus au renforcement des TCP, CEAC et CPF aux fins de lacquisition des quipements solaires et informatiques. Le rsum des cots estimatifs par composante du projet est donn dans le tableau ci-aprs : Tableau 2.3 : Rsum du cot estimatif par composante de l'ensemble du projet Composantes Millions d'Euros Millions d'UC Devises ML Total Devises ML Total A. INFRASTRUCTURES A FIBRE OPTIQUE 18,898 4,724 23,622 14,880 3,720 18,600 B. APPLICATIONS & SERVICES TIC 7,326 1,832 9,158 5,769 1,442 7,211 C. APPUI INSTITUTIONNEL & RENFORCEMENT DES CAPACITES 5,533 1,383 6,916 4,356 1,089 5,446 D. GESTION DE PROJET 1,853 0,463 2,316 1,459 0,365 1,824 COUT DE BASE 33,609 8,402 42,012 26,464 6,616 33,080 Imprvus physiques (7%) 2,353 0,588 2,941 1,852 0,463 2,316 Alas financiers (3%) 1,079 0,270 1,349 0,849 0,212 1,062 TOTAL 37,041 9,260 46,301 29,166 7,292 36,458 Le rsum des cots estimatifs par catgories du projet est donn dans le tableau ci-aprs : 7 Tableau 2.4 : Rsum du cot par catgorie de dpense du projet Catgories de dpense Millions d'Euros Millions d'UC Devises ML Total Devises ML Total A. BIENS 6,500 1,625 8,125 5,118 1,279 6,397 B. TRAVAUX 18,923 4,731 23,654 14,900 3,725 18,625 C. SERVICES 5,717 1,429 7,146 4,501 1,125 5,627 D. FONCTIONNEMENT 1,280 0,320 1,600 1,008 0,252 1,260 E. DIVERS 1,189 0,297 1,487 0,937 0,234 1,171 COUT DE BASE 33,609 8,402 42,012 26,464 6,616 33,080 Imprvus physiques (7%) 2,353 0,588 2,941 1,852 0,463 2,316 Alas financiers (3%) 1,079 0,270 1,349 0,849 0,212 1,062 TOTAL 37,041 9,260 46,301 29,166 7,292 36,458 2.4.2. Le projet sera financ par le Groupe de la Banque, le Fonds pour lEnvironnement Mondial (FEM) et la contrepartie nationale conformment au plan de financement prvisionnel ci-dessous. Le Groupe de la Banque intervient avec un prt BAD de 29,374 millions dUC, soit au total 80,6% % du cot du projet. Les critres cits dans la Politique relative aux dpenses ligibles au financement du Groupe de la Banque pour justifier ce niveau de contrepartie sont dtaills lAppendice II. Tableau 2.5 : Rsum du projet par source de financement Sources de financement Millions d'Euros Millions d'UC Pourcentage Devises ML Total Devises ML Total BAD 29,844 7,461 37,304 23,499 5,875 29,374 80,57% FEM 1,256 0,314 1,569 0,989 0,247 1,236 3,39% Gouvernement du Cameroun 5,942 1,485 7,427 4,679 1,170 5,848 16,04% TOTAL 37,041 9,260 46,301 29,166 7,292 36,458 100% Tableau 2.6 : Rsum des composantes projet par source de financement (Millions dEuros) Composantes BAD FEM Gouvernement du Cameroun Total Composante A: Infrastructures FO 20,040 0,000 5,994 26,034 Composante B: Applications & Services TIC 8,659 0,000 1,433 10,093 Composante C: Appui institutionnel & Renforcement des capacits 6,053 1,569 0,000 7,622 Composante D: Gestion de Projet 2,553 0,000 0,000 2,553 TOTAL 37,304 1,569 7,427 46,301 2.4.3. Le calendrier de dpenses (en millions dUC) par source de financement est prsent dans le tableau ci-dessous : Tableau 2.7 : Calendrier de dpenses par source de financement (Millions dEuros) Source 15% 20% 35% 30% 100% 2016 2017 2018 2019 Total BAD 5,077 6,770 11,847 10,155 33,849 FEM 0,214 0,285 0,498 0,427 1,424 8 Gouvernement du Cameroun 1,011 1,348 2,359 2,022 6,739 COUT DE BASE 6,302 8,402 14,704 12,604 42,012 Imprvus physiques (7%) 0,441 0,588 1,029 0,882 2,941 Alas financiers (3%) 0,202 0,270 0,472 0,405 1,349 TOTAL 6,945 9,260 16,205 13,890 46,301 2.5. Zone et bnficiaires viss par le projet 2.5.1 Zone du projet : Ce projet prsente un caractre national mais avec des vises rgionales. Le dploiement des 916 km linaires de fibres optique se fera sur les axes routiers suivants : (i) MamfeEkok (Interconnexion avec le Nigria - 82 Km) dans la Rgion du Sud-ouest; (ii) BertouaBatouriKentzou (Interconnexion avec la RCA - 206 Km) dans la Rgion de lEst ; (iii) KumbaMamfe (187 Km) dans la Rgion du Sud-ouest; (iv) SangmlimaDjoumMintomNtam (Interconnexion avec le Congo - 331 Km) dans la rgion du Sud ; et (v) BamendaNdopKumbo (110 Km) dans la Rgion du Nord. Au-del des populations riveraines de ces axes, le projet impactera lensemble des habitants du Cameroun et en temps opportun les populations de la sous-rgion travers la diminution des cots aux services TIC escompts la faveur de lintgration des systmes de tlcommunications des pays de lAfrique centrale. Par ailleurs, le dploiement de le-Banking et du Systme dInformation de Marchs et Climatique (SIMC) permettront de renforcer linclusion socio-conomique des populations rurales sur lensemble du territoire national, en particulier les agriculteurs et les leveurs, grce laccs aux services bancaires et aux informations sur les prix et quantits des produits agricoles pour amliorer leur productivit et renforcer leur rsilience aux changements climatiques. 2.5.2 Bnficiaires directement viss par le projet : Au niveau du Cameroun, les bnficiaires de la zone largie sont au nombre de 2.604.248 personnes. Quant aux bnficiaires directs de la zone dinfluence directe, ils sont au nombre de 616.468 personnes. Ces populations sont majoritairement du monde rural et pratiquent lagriculture et llevage comme activits principales. Au niveau de la sous-rgion, une fois les liaisons construites pour relier les pays voisins la dorsale fibre optique du Cameroun, les bnficiaires seront les populations de la RCA, le Nigeria et le Congo. De manire spcifique, le projet va permettre lembauche et la formation de 208 personnes qui vont faire fonctionner et animer les 52 structures de promotion des TIC (21 TCP, 20 CEAC/DAA et 11 CPF) au service des populations de la zone directe. Ensuite, il est attendu quau moins 7.800 personnes dont au moins 3.000 femmes soient inities lutilisation des outils TIC. Enfin, quatre (4) tudiants dont trois (3) jeunes filles pourront bnficier dune bourse de formation diplmante qui leur permettra de figurer parmi llite du secteur. Les Oprateurs privs du secteur (CAMPOST, Socits de tlphonie, etc.) bnficieront galement des acquis du projet, avec lextension aise de leur offre de service dans toutes les localits desservies par la fibre optique. De mme, ils bnficieront des dispositions institutionnelles que le projet contribuera amliorer. 2.6. Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre du projet y compris la participation active du secteur priv 2.6.1. La dmarche participative a t privilgie aussi bien durant les tudes davant-projet que lors de lvaluation environnementale et sociale au cours des missions de prparation et 9 dvaluation. Ces consultations ont contribu une meilleure conception du projet aussi bien dans llaboration des composantes que des dispositions de mise en uvre. 2.6.2. Lors des missions didentification, prparation et valuation, lensemble des acteurs ont t consults aussi bien au niveau de ladministration publique (MINPOSTEL, MINADER, ART, CAMTEL, CAMPOST, etc.) quau niveau du secteur priv (MTN Cameroon, Orange Cameroun, Nexttel, etc.). Les discussions avec ces derniers ont contribu, par exemple, la dfinition du contenu de lassistance technique lART prvu dans la composante Appui institutionnel & Renforcement des capacits afin de sassurer de la mise en uvre effective du principe de l accs ouvert sur les infrastructures fibre optique prvues dans le projet. 2.6.3. Dans le cadre de lvaluation environnementale et sociale, des consultations publiques ont t organises sur laxe routier Kumba-Mamfe du 16 au 18 dcembre 2014 ; sur les axes Bamenda-Ndop-Kumbo, Sangmlima-Djoum-Mintom-Ntam et Kumba-Mamfe-Ekok du 16 au 22 dcembre 2014 ; sur laxe routier Bertoua-Batouri-Kentzou du 08 au 15 septembre 2013 pour llaboration de l Etude dImpact Environnemental et Social (EIES) et en dcembre 2014 pour le Plan Abrg de Rinstallation (PAR). Les runions communautaires se sont droules en prsence dune moyenne de 50 100 personnes dont 50% de femmes dans la plupart des cas. Les populations ont manifest leurs proccupations et attentes essentielles et ont marqu leur adhsion au projet dans une perspective de dveloppement. Des procs-verbaux de ces runions ont t tablis et peuvent tre consults en annexe des rapports de consultations publiques disponibles. 2.6.4. Les runions communautaires se sont droules sans incidents et dans une ambiance conviviale en prsence dune moyenne de 50 100 personnes dont 50% de femmes. Les populations ont manifest leurs proccupations et attentes essentielles et ont marqu leur adhsion au projet dans une perspective de dveloppement. Des procs-verbaux de ces runions ont t tablis et peuvent tre consults en annexe des rapports de consultations publiques disponibles. 2.6.5. De manire gnrale, le MINPOSTEL laborera et mettra en uvre un plan de communication visant linformation, la sensibilisation et la mobilisation sociale des populations riveraines, des oprateurs publics et privs du secteur durant la mise en uvre. 2.7. Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la conception du projet 2.7.1. A la date du 31 dcembre 2014, le portefeuille actif de la Banque au Cameroun, toutes oprations confondues, comprend dix-sept (17) projets dun montant total dengagements nets de 507,220 millions dUC. La performance globale du portefeuille est galement satisfaisante : aucun projet du portefeuille public national nest class projet risque. 2.7.2. Parmi les principales contraintes et problmes rencontrs, en particulier, dans la mise en uvre des projets dans les infrastructures, on peut citer : (i) la lenteur dans les procdures dacquisition des biens, services et travaux ; (ii) la mobilisation tardive des contreparties nationales ; (iii) le financement des indemnisations. 2.7.3. Eu gard ce qui prcde, la Banque tirera avantage des dispositions suivantes dj prises ou prvues au cours de lexcution du projet: (i) recours aux actions anticipes en vue des acquisitions (AAA) afin de minimiser les dlais de passation de marchs ; (ii) dispositions prises par le MINPOSTEL et le MINEPAT dans linscription de la contrepartie nationale dans les diffrents exercices budgtaires tout au long de lexcution du projet.. Pour la gestion des indemnisations, le MINPOSTEL pourra tirer avantage de lexprience du Ministre des 10 Travaux publics (MINTP) qui a labor un manuel de procdures pour la gestion de lenvironnement dans le cadre de lexcution des projets routiers ainsi quun manuel de procdures pour les expropriations et la rinstallation lies aux projets routiers. 2.7.4. Enfin la ralisation de la prsente opration tire avantage des leons tires de la mise en uvre du prcdent DSP (2010-2014) du Cameroun. Ainsi, les dfis lis au secteur des TIC dans le pays ont t anticips travers la prise en compte du renforcement du cadre rglementaire prvue. Il est indniable que ce projet prsente une forte inclusivit au moyen des divers volets. Par ailleurs, les activits vises par le cofinancement apport par le FEM renforcent les objectifs de croissance verte du projet. 2.8. Principaux indicateurs de performance 2.8.1. Les principaux indicateurs de performance et les rsultats attendus du projet identifis sont ceux figurant dans le cadre logique avec les dates dchance. Les indicateurs sectoriels de base (CSI) sur lesquels le projet mettra laccent sont : (i) le nombre de liaisons internationales additionnelles ralises; (ii) la tldensit fixe (en particulier pour lInternet filaire) et mobile dans les rgions concernes par le projet; (iii) le nombre de clients de la Banque Mobile (e-Banking) de la CAMPOST ; (iv) les cots daccs aux services TIC pour les rgions concernes et au niveau national ; (v) le nombre de personnes pouvant bnficier des formations initiale et continue des diffrents structures concernes (ENSPT, TCP, CEAC, CPF, etc.); (vi) le nombre dtudiants ayant accs Internet sur les campus des Universits de Yaound I, Bamenda et Maroua; (vii) le nombre dagriculteurs/leveurs ayant accs aux informations de marchs et climatiques ; (viii) le nombre de personnes bnficiant des systmes de bornes lectriques solaires ; (ix) et les appuis institutionnels et renforcements des capacits au profit du secteur des TIC. 2.8.2. La responsabilit du recueil et de lanalyse des donnes est confie au MINPOSTEL qui pourra tre appuy par lInstitut National de la Statistique (INS) du Cameroun. Dans ce cas, lINS qui est familier ce type dexercice pourra : (i) tablir la situation de rfrence pour ces indicateurs au dmarrage du projet ; (ii) effectuer une valuation dimpact la fin du projet ; et (iii) poursuivre cette valuation aprs la mise en service des liaisons prvues. 2.8.3. Pour entreprendre ces ralisations dans les dlais prvus, outre ces indicateurs de rsultats, des indicateurs de performance de lexcution ont t tablis en rapport avec les indicateurs institutionnels de performance de la Banque. Il sagit principalement: (i) du dlai de mise en vigueur ; (ii) du dlai pour la satisfaction des conditions pralables au premier dcaissement des fonds ; (iii) des dlais de passation des marchs ; (iv) de lindicateur moyen de ltat davancement du projet et (v) de lvolution du taux de dcaissement en fonction du calendrier des dpenses. Ces indicateurs seront suivis lors des missions de supervision et dans la gestion quotidienne du projet. III. FAISABILITE DU PROJET 3.1.Performance Economique et financire 3.1.1. Une tude de rentabilit financire et conomique a t ralise sur les projets suivants: (i) mise en uvre des infrastructures fibre optique, (ii) mise en place dune offre de-Banking, (iii) mise en place dun systme de courrier hybride, et (iv) dploiement dun systme de Gestion Electronique de Documents (GED). 11 3.1.2. Les hypothses macroconomiques portent sur un taux dinflation de 3% et une stabilit du taux de change FCFA/Euro. Le taux dintrt fixe du prt BAD est estim environ 1%. Le taux dactualisation financire est de 2%; le taux dactualisation conomique retenu est de 10%. Sur la base de ces hypothses, les principaux rsultats sont indiqus ci-dessous : Tableau 3.1 : Evaluation conomique et financire TRIF, VANF: 19,79%, 135,86 millions dEuros @ 2% TRIE 34,14% 3.1.3. La dure de vie conomique du projet est de 15 ans. Sur la base des hypothses prises en compte, il ressort un TRIF de 19,79% et un TRIE de 34,14%. Lanalyse conomique et financire dmontre la faisabilit du projet tant sur le plan conomique que financier. Par ailleurs, un test de sensibilit du projet a t ralis sur la base des trois paramtres suivants : (i) une augmentation de 10% des cots dinvestissements ; (ii) une baisse des revenus de 10% ; et (iii) une combinaison des deux prcdents paramtres. Les rsultats de cette analyse de sensibilit consigns dans le tableau ci-aprs (et dont les dtails sont repris lannexe technique B.7) indiquent des lgres variations qui nentament en rien la viabilit financire et conomique du projet. Tableau 3.2 : Test de sensibilit HYPOTHESES VANF (Millions dEuros) VANE (Millions dEuros) TRIF (%) TRIE (%) Scnario de base 135,9 103,4 19,79 34,14 Augmentation de 10% des cots dinvestissements 129,1 98,4 17,73 31,06 Baisse des revenus de 10% 115,5 88,1 17,52 30,76 Combinaison des deux hypothses susmentionnes 108,7 83,1 15,63 28,03 3.2.Impact environnemental et social 3.2.1. Aspect environnemental : Le projet a t catgoris 2, conformment aux exigences du Systme de Sauvegarde Intgr de la Banque. Les Etudes dImpact Environnemental et Social (EIES) assorties de Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES) ont t labors en 2014 sur les axes entre Bertoua-Batouri Kentzou et Bamenda Mamfe Ekok. Le projet sappuie aussi sur les EIES des projets routiers Sangmlima Djoum - Mintom- Ntam et Frontire avec le Congo (Mbalam) ainsi que Kumba Mamfe labor en 2012. Elles ont t valides par le Ministre de l'Environnement, de la Protection de la Nature et du Dveloppement Durable (MINEPDED) et sont titulaires des certificats dacceptabilit. Le dploiement du cble de fibre optique emprunte ces axes routiers lesquels sont tous titulaires dune Dclaration dUtilit Publique (DUP). 3.2.2. Considrant les axes de dploiement retenus, lenvironnement du projet est de porte nationale. Les activits et implantations de la fibre optique et des chambres sont implantes strictement dans les emprises des axes routiers existantes identifis. Les activits qui gnrent 12 des impacts sont les travaux de gnie civil sur les routes ne disposant pas de rservation pour le dploiement de la fibre optique. Sur les axes routiers portant dj des rservations, la principale activit concerne son dploiement. 3.2.3. Les impacts apprhends gnrs par les travaux de gnie civil sont : (i) risque de gne aux accs riverains par manque de signalisation, de tranche non couverte pour son franchissement, (ii) obstruction des accs par les dpts divers, (iii) risques daccidents routiers dont seraient victimes les travailleurs se positionnant inadquatement sur la route. Le dploiement de la fibre optique par portage gnrera quelques nuisances sonores ponctuelles et de trs courte dure (compresseur pour air comprim). Sur les milieux naturel et physique, la mauvaise gestion des dchets (petits segments de fourreaux et de fibre, de tourons vides abandonns, de laitances de mortiers de ciments rejets, emballages, etc. 3.2.4. A ces impacts identifis sont assortis des mesures gnralement adquates lintgration environnementale du projet. Le suivi des mesures de mitigation prconises dans le cadre de la mise en uvre du projet sera sous la responsabilit de lUCP/CAB seconde par une mission dAssistance Maitre dOuvrage (AMO). 3.2.5. La composante Applications & Services TIC du projet ne gnre pas dimpacts ngatifs sur les milieux. Elle permet notamment lconomie de dplacements et en consquence, de nuisances sonores, daccidents de la route, et contribue la rduction des missions de gaz effet de serre. Aussi, les effets positifs sont nombreux, et sont entre autres, attribus : (i) la cration demplois directs lis lexploitation des quipements, (ii) lamlioration du cadre de vie des populations des zones riveraines et sur lensemble du pays par une connectivit accrue et laccs linformation de toute nature. 3.2.6. Changement Climatique : Le projet contribuera rduire l'empreinte carbone du secteur de l'lectricit au Cameroun par la fourniture de panneaux solaires, produisant les 190 000 kWh aux centres de donnes TCP, CPF CEAC et DAA. Elle permettra dviter 47,5 t de CO2 par an. Les TIC, sont aussi porteurs dune rduction substantielle des missions de gaz effet de serre. En effet, la mise en uvre des projets e-Poste et e-Banking, permettra le remplacement des transferts par les transmissions de donnes et donc du dplacement de personnes estim 400 000 km/an. Ces dplacements vits reprsentent donc 74 tCO2/an. Lmission totale de 121,5 t CO2 sera donc vite. 3.2.7. Impacts sociaux : la zone dinfluence large du projet couvre une population de 2.604.248 personnes. Quant la zone dinfluence directe, elle couvre 616.468 personnes. Par ailleurs, les externalits positives du projet seront profitables lensemble des populations du Cameroun et de la sous-rgion. Les principaux impacts positifs du projet sont : (i) amlioration des conditions de vie des populations rurales avec le renforcement des capacits des TCP, CEAC/DAA et CPF dans la zone du projet ; (ii) dsenclavement de la zone du projet ; (iii) cration dopportunits demploi et amlioration des revenus ; (iv) dveloppement des activits agricoles avec laccs aux banques des donnes agricoles se situant au niveau central ; (v) amlioration du fonctionnement des infrastructures scolaires et sanitaires. Le(s) entreprise(s) seront encourage(s) recruter la main duvre locale pour le creusage des tranches, la pose des fourreaux, de la fibre optique, etc. 3.2.8. Rinstallation involontaire : la mise en uvre du projet va affecter 30 personnes propritaires de 24 chapes, 2 murs et 4 escaliers. Ils sont tous situs dans les villes de Bertoua, Mandjou, Batouri, Ngoura et Kentzou, sur le seul axe affectant les riverains. Les trois autres axes naffectent aucun propritaire. Le cot de remise en tat des biens dtruits slve 20.380.800 FCFA, le cot de fonctionnement des commissions dpartementales, du comit 13 local dindemnisation et de sensibilisation slve de 33.000.000 FCFA, les imprvus slvent 5.338.080 FCFA. 3.2.9. Genre et activits spcifiques pour les femmes : Le projet a fait lobjet dune analyse genre dans le contexte de la pose de la fibre optique dans les localits situes le long des axes routiers (Cf. Annexe technique B.8). Celle-ci a mis en lumire des disparits de genre en matire dducation, de sant, demploi, de scurit et daccs aux TIC. Afin de combler certaines lacunes identifies par lanalyse, le projet entend dvelopper un appui l'autonomisation des femmes travers notamment : (i) le renforcement logistique de 11 Centres de Promotion de la Femme (CPF) ; (ii) loctroi de bourses doctorales pour quatre tudiants (dont trois jeunes filles) ; (iii) la formation communautaire linitiation dau moins 3.000 femmes ; (iv) lactualisation et validation des modules de formation dans les CPF; la production dun rfrentiel en TIC ; (v) la production dun manuel de formation en entrepreneuriat (tronc commun), etc. IV. EXECUTION 4.1. Dispositions en matire dexcution 4.1.1. Lorgane dexcution de ce projet est le Ministre des Postes et Tlcommunications (MINPOSTEL) travers lUnit de Coordination du Projet CAB au Cameroun (UCP/CAB-Cameroun) mise en place depuis 2008 par la Banque et Banque mondiale. Cette cellule est actuellement constitue d'un Coordonnateur, dun Responsable Administratif et Financier (RAF), dun Comptable, dun Auditeur interne, dun Spcialiste en Passation de Marchs (SPM), dun assistant au RAF et dun assistant en passation de marchs. Elle est dote dun manuel de procdures qui rgit son fonctionnement. Cette cellule possde lexprience ncessaire la conduite des oprations du secteur. Pour la mise en uvre du prsent projet, ce personnel sera renforc par un expert technique (ingnieur TIC) dont le CV sera soumis la non-objection de la Banque et le personnel fera rgulirement lobjet dvaluations de performances sur une base annuelle. 4.1.2. Plus spcifiquement, elle assurera le suivi technique de lexcution du projet ; (i) veillera au respect des engagements de lEtat ; (ii) assurera le suivi-valuation ; (iii) assurera le respect du calendrier dexcution du projet ; (iv) prparera les rapports davancement semestriels et annuels du projet ; (v) prparera les budgets de contrepartie et sassurera de leur mise disposition dans les dlais prvus ; (vii) assurera la gestion financire du projet (vrification des dcomptes, transmission la Banque des demandes de paiements directs) ; (viii) sassurera du dpt, dans les dlais, des rapports daudit comptable et financier du projet; et (ix) laborera le rapport dachvement de lemprunteur lintention de la Banque. 4.2. Dispositions relatives aux acquisitions des biens, travaux et services 4.2.1. Toutes les acquisitions de biens et travaux par appel doffres international (AOI) et les services de consultants finances par la Banque se feront conformment aux Rgles et Procdures de la Banque pour lacquisition de biens et travaux (Edition de mai 2008, rvise en juillet 2012) ou, selon le cas, aux Rgles et Procdures de la Banque pour lutilisation des consultants (Edition de mai 2008, rvise en juillet 2012), laide des dossiers dappel doffres types appropris de la Banque. Les acquisitions de biens et travaux par appel doffres national (AON) se feront conformment la lgislation nationale sur les marchs publics (dcret n 2004/275 du 24 septembre 2004), en utilisant les documents types d'appel d'offres du pays ainsi quaux dispositions nonces dans la convention de financement. 4.2.2. La responsabilit de la gestion de la passation de marchs du projet incombe au MINPOSTEL travers lUCP/CAB. En effet, celle-ci a t mise en place depuis 2008 dans le 14 cadre du projet CAB financ par la Banque mondiale. Il est prvu dans le cadre de ce projet le recrutement dun Assistant en passation de marchs pour renforcer lquipe de passation de marchs en place. 4.2.3. Un plan de passations des marchs (PPM) a t labor lors de la mission dvaluation et sera rgulirement actualis pendant la phase dexcution du projet. Les dispositions de passation des marchs sont dtailles lAnnexe B.5. 4.2.4. Le Gouvernement a mis le souhait de recourir des actions anticipes en vue dacquisition (AAA), afin dacclrer l'attribution des contrats et favoriser ainsi lexcution rapide du projet. A ce titre, le Gouvernement introduira, auprs de la Banque, une requte dans ce sens afin de recourir lAAA pour les travaux, le contrle et la surveillance des infrastructures fibre optique. La Banque tudiera cette requte et communiquera au Gouvernement sa dcision. 4.3. Dispositions relatives la gestion financire et aux dcaissements 4.3.1. LUnit de Coordination du Projet CAB au Cameroun (UCP/CAB-Cameroun) au sein du Ministre des Postes et Tlcommunications (MINPOSTEL) sera en charge de la gestion administrative, financire et comptable du projet. Lquipe fiduciaire est compose dun Responsable Administratif et Financier (RAF), dun comptable qualifi et expriment dans la gestion des projets de dveloppement, un auditeur interne (tous trois consultants recruts sur une base comptitive sous financement de la Banque mondiale), et un Spcialiste en Passation des Marchs (SPM). 4.3.2. LUnit sera responsable de la mise en uvre de tous les contrles ncessaires pour assurer : (i) lutilisation des fonds du projet uniquement aux fins prvues en donnant aux considrations dconomie et de rendement limportance qui leur est due ; (ii) la prparation d'informations prcises, fiables et dans les dlais requis des rapports financiers priodiques et (iii) la sauvegarde des actifs du projet. Elle sera charge de produire sur une base trimestrielle, des Rapports de Suivi Financier (RSF) faisant lanalyse des activits finances par la Banque, le suivi des activits par source de financement (BAD, FEM et Gouvernement du Cameroun) et la consolidation des donnes comptables de ces 3 financements. Un manuel des procdures administratives, financires, et comptables est en place depuis 2010 qui sera toutefois mis jour pour tenir compte des spcificits du projet. 4.3.3. Le risque fiduciaire valu en matire de gestion financire du projet est modr. Sur la base des modalits d'excution du projet, lUnit de Coordination du Projet (UCP) loge au sein du Ministre des Postes et Tlcommunications (MINPOSTEL) aura la responsabilit de la gestion financire des activits du Projet. Celle-ci sera excute par le personnel en place (Responsable Administratif et Financier et Comptable) qui est dj outill aux procdures des partenaires techniques et financiers, notamment celles de la Banque mondiale (BM). 4.3.4. Les dispositifs fiduciaires au sein de lUCP Yaound ont t valus acceptables au regard des exigences minimales de la Banque telles que dfinies par la politique sur la gestion financire des projets financs par la Banque Africaine de Dveloppement dicte en fvrier 2014. La mise en uvre des mesures dattnuation et du plan dactions prconiss en annexe devraient permettre, aux dispositions de gestion financire conues pour le projet, de continuer fournir avec une assurance raisonnable une information financire fiable et conforme aux exigences minimales de la Banque en la matire. 4.3.5. Dispositions relatives laudit : Les audits seront effectus selon une priodicit annuelle par un cabinet daudit externe indpendant qui sera recrut sur une base comptitive 15 et conformment aux Termes de Rfrence (TDR) type de la Banque. Le recrutement de lauditeur externe sera la responsabilit de lorgane dexcution et les frais daudit seront pris en charge par le projet. Les TDR de l'auditeur externe seront adapts et harmoniss avec ceux de la Banque mondiale pour tenir compte des spcificits du projet et valids pendant la ngociation en vue du recrutement dun cabinet indpendant ayant une exprience dans laudit des projets financs par la Banque. Les audits seront effectus conformment aux normes internationales ISA/ISSAI. Les tats financiers audits par le cabinet indpendant seront transmis (voir tableau pour priodicit) la Banque au plus tard six mois aprs la clture de lexercice concern. 4.3.6. Dispositions relatives au mode de dcaissement : Les dcaissements des fonds la Banque se feront par la mthode de remboursement pour les avances autorises faites par le Gouvernement, celle de fonds de roulement/compte spcial (principalement pour les dpenses de fonctionnement), et celle de paiement direct (pour les acquisitions de biens et services y compris les cots daudit). 4.3.7. Un compte spcial en FCFA destin recevoir les fonds BAD sera ouvert dans une banque commerciale acceptable pour la Banque conformment aux dispositions en place dans le manuel des procdures de la CAA et le Manuel de dcaissement de la Banque pour la gestion des comptes spciaux. Il sera gr par lquipe fiduciaire de lorgane dexcution et sera destin financer exclusivement les frais de fonctionnement du projet ; notamment la prise en charge des dpenses relatives aux (i) activits de renforcement de capacits de lquipe de lUnit de gestion du projet, (ii) salaires et indemnits, et (iii) autres frais de fonctionnement. 4.3.8. Un compte en FCFA sera ouvert Yaound pour recevoir les fonds de la contrepartie Camerounaise. Il fonctionnera conformment aux dispositions contenues dans le manuel de procdures administratives, financires et comptables du projet. Il permettra le financement des activits suivantes : (i) acquisition dune partie des quipements solaires destins aux TCP, CEAC/DAA et CPF ; (ii) acquisition des sites techniques (pour les liaisons retenues dans le prsent projet) ; (iii) indemnisation des Personnes Affectes par le Projet (PAP), et en particulier la pose de la fibre optique sur laxe Bertoua-Batouri-kentzou ; (iv) gestion de la composante Infrastructures fibre optique ; (v) travaux damnagement logistique pour la CAMPOST dans le cadre de la GED ; (vi) appui la commission de Passation des Marchs ; et (vii) renforcement en personnel technique dappoint de lUCP/CAB. 4.4. Suivi 4.4.1. Pour ce projet, le suivi de lexcution de ses diffrentes composantes sera assur par la Direction des Infrastructures et Rseaux daccs (DIR) du MINPOSTEL travers lUnit de Coordination du Projet CAB au Cameroun (UCP/CAB-Cameroun). Les missions de supervision conjointe (bailleurs de fonds et gouvernement) et des runions de coordination inter-bailleurs permettront galement de rendre compte des performances de ce projet en matire des ralisations physiques et financires. 4.4.2. Pour renforcer le dispositif en place, il a t convenu avec les Autorits camerounaises la mise en place dun Comit Technique pilot par le MINPOSTEL qui appuiera lUnit dans llaboration des termes de rfrence, des spcifications techniques et des cahiers de charges relatifs la mise en place des infrastructures, lvaluation des diffrentes offres et propositions soumises dans le cadre des diverses acquisitions prvues en coordination avec lexpert technique, lexamen et lapprobation des rapports et documents soumis par les entreprises prestataires chargs de lexcution des travaux, etc. 16 4.4.3. En plus des comits susmentionns et celui en charge du pilotage du projet dj en place, il est prvu de mettre en place un Comit en charge de la communication du projet et qui sera coordonn par le Chef de la Cellule de Communication du MINPOSTEL et en collaboration avec les responsables en communication de chacun des entits concerns par le projet. Il sagira de coordonner les activits lies, entres autre, la publication darticles de presse, de points de presse, de publi-reportages tlvisuelles, etc. aux fins de la couverture de lexcution du projet. 4.4.4. En ce qui concerne lvaluation du niveau datteinte de ses objectifs de dveloppement, un dispositif de suivi-valuation de limpact socio-conomique sera mis en place et mis en uvre par lUCP/CAB. Le suivi des impacts environnementaux et sociaux du projet sera excut par un bureau dtude locale dans le cadre de la mise en uvre du PGES par les parties concernes, en collaboration avec le MINEPDED, afin de pallier les limites de lUCP/CAB releves en la matire. Concernant la mise en uvre de la composante Applications & Services TIC , il est prvu la ralisation dun audit technique de chaque ralisation prvue afin de sassurer de la conformit avec les cahiers de charge initiaux tant entendu que la mise en uvre des infrastructures fibre optique fera lobjet dune matrise duvre spcifique supervisant les travaux programms pour le compte du bnficiaire. Tableau 4.1 : Suivi et supervision du projet Dlai Etape Processus Effet de rtroaction T1 -2016 Lancement du projet Mission de terrain Rapports davancement T1 2016 Examen du projet acquisition des marchs, de la rinstallation Mission de terrain/supervision Rapports davancement/ Aide-mmoire T3&T4-2016, Travaux Infrastructures FO Mission de terrain/supervision Rapports davancement/ Aide-mmoire T1&T2&T3&T6-2017-2018 Travaux Infrastructures FO Mission de terrain/supervision Rapports davancement/ Aide-mmoire T1 -2019 T1 -2020 Priode de garantie & premire anne dactivits Mission de terrain Rapports davancement/ Aide-mmoire Rapport dachvement du projet 4.5. Gouvernance 4.5.1. Les risques de mauvaise gouvernance, au plan des acquisitions et de la gestion financire, ont t analyss lors de lvaluation du projet et figurent en annexe. Des progrs ont t accomplis dans la gestion budgtaire depuis 2008, mais dimportantes faiblesses limitent encore lefficacit des dpenses publiques. Ladoption en 2007 de la Loi portant Rgime Financier de lEtat (LRFE) sest accompagne de rformes notables en matire de gestion axe sur les rsultats. Cette rforme renforce les responsabilits du matre douvrage dans la conception des rformes sectorielles et llaboration des Cadres de Dpenses Moyen Terme (CDMT). Mais les lacunes inhrentes lensemble de la chane de Planification-Programmation-Budgtisation-Suivi (PPBS) et, labsence dun systme intgr de gestion des finances publiques sont des dfis majeurs pour lefficacit des dpenses publiques. 4.5.2. De manire gnrale, la mise en uvre du plan de modernisation des finances publiques attnuera ces risques travers le renforcement de lefficacit des dpenses publiques dans le secteur des TIC. Par ailleurs, en vue damliorer la gouvernance du secteur, la Banque a entrepris une revue des dpenses publiques en 2013, dont les recommandations feront lobjet de dialogue rgulier afin de renforcer lefficacit des dpenses publiques dans le secteur des transports. 4.5.3. Dans le processus de passation des marchs pour les appels doffres internationaux, le risque li la gouvernance serait attnu par le fait que la Banque sassurera dune stricte application de ses rgles et procdures en la matire ainsi que par les revues priori. Les 17 missions de supervision et les audits techniques et financiers de la Banque, permettront dassurer la conformit entre les cahiers de charge, les prestations et les travaux effectivement raliss, les dcaissements et laccord de prt. 4.5.4. Dans les secteurs des TIC, il y a eu une libralisation du march et l'autorisation des oprateurs de tlphonie mobile en particulier, de fournir des services de donnes (Orange et MTN ont t autoriss fournir des licences 3G en 2015 avec Nexttel qui lavait depuis 2012). Cela devrait aider soutenir l'utilisation des capacits du march de gros. LAutorit de Rgulaion des Tlcommunications (ART) est, quant elle garante de la comptition dans le march des tlcommunications. Toutefois, il y a lieu de mentionner les contraintes poses par les difficults prouves par le Rgulateur dans le contrle des prix pratiqus par CAMTEL. Cest la raison pour laquelle la prsente opration intgre llaboration d'un modle conomique sur la fixation des cots d'accs la connectivit nationale et internationale au profit de lART pour lui permettre de pouvoir passer au crible le catalogue des prix de loprateur historique et sassurer ainsi de lapplication du principe de l accs ouvert garanti par la rglementation du secteur pour tous les oprateurs privs disposant de licences. 4.5.5. Dans le domaine des acquisitions, malgr quelques lacunes en rapport avec les exigences fiduciaires de la Banque, les procdures de passation de marchs pour les AON sont jugs globalement conformes. Au regard des conclusions de lvaluation faite par la Banque et des efforts entrepris par le Gouvernement, il est envisag de proposer au Gouvernement lutilisation des procdures nationales pour les appels doffres nationaux (AON). Une lettre daccord signer avec le Gouvernement identifiera les faiblesses auxquelles il devra tre remdi. Comme laccoutum, les mesures spcifiques dattnuation des risques en matire de gouvernance du prsent projet comprennent : (i) le recrutement dun cabinet daudit financier indpendant pour veiller lutilisation rationnelle des fonds et aux fins prvues, (ii) lexamen et lapprobation pralables par la Banque de toutes les activits de passation de marchs au titre du projet et (iii) le recours au mode de dcaissement par paiement direct pour transfrer les fonds du projet directement aux entrepreneurs et aux prestataires de service. 4.6. Durabilit 4.6.1. La gestion de lentretien de la dorsale nationale fibre optique au Cameroun est assure par le MINPOSTEL, travers loprateur historique CAMTEL, exception faite des boucles locales urbaines appartenant aux oprateurs privs. Elle assure la programmation et la ralisation en rgie des travaux dentretien de la fibre optique. En effet, au sein de la CAMTEL, il y a deux Directions techniques charges de lentretien et de la maintenance du rseau, en loccurrence la Direction des Rseaux dAccs et la Direction des Rseaux de Transports. Cette dernire direction soccupe de lentretien du rseau national fibre optique et dispose de dmembrements au niveau des reprsentations rgionales de la CAMTEL. Plus de 500 personnes y travaillent travers tout le pays. 4.6.2. Le financement se fait sur fonds propres de la CAMTEL. Le Fonds Spcial des Tlcommunications (FST) assiste CAMTEL dans la ralisation de certains tronons, en particuliers les boucles urbaines qui sont utiliss aussi pour les interconnexions des sites administratifs dans le cadre de lIntranet gouvernemental. 4.6.3. Toutefois, les revenus gnrs par les axes du projet sont amplement suffisants pour assurer lentretien des quipements (fibre et actifs) tout au long de la dure de vie des diffrentes composantes. De mme pour les applications mtiers (courrier hybride, GED et e-Banking) qui seront acquises par la CAMPOST dans le cadre de ce projet. Dans le cadre de son dialogue avec 18 le pays, la Banque sassurera de leffectivit de ressources pour la maintenance et lvolutivit des systmes (physiques et logiciels) mis en place. 4.7. Gestion des risques 4.7.1. Les risques qui peuvent entraver latteinte des rsultats portent sur : (i) le non-respect des engagements en matire de pose de la fibre optique ; (ii) labsence dimpact sur les prix pratiqus ; (iii) la dgradation prcoce de la fibre optique induite par une absence de maintenance ; (iv) labsence de maintenance et dvolutivit des diffrentes applications installes 4.7.2. Mesures dattnuation : (i) engagement du Gouvernement appliquer les directives de lUnion Internationale des Tlcommunications (UIT), (ii) appui de la Banque travers une assistance technique de la Banque pour accompagner les reformes idoines du secteur des TIC; (iii) lengagement de CAMTEL pour consacrer une part significative des ressources gnres par les nouvelles liaisons dans lentretien des axes raliss et plus globalement de la dorsale nationale ; (iv) lengagement de CAMPOST, en particulier, pour investir ensuite dans lextension de la couverture sur tout le territoire national des produits et services (courrier hybride, GED, etc.) mis en place. 4.7.3. Les risques qui peuvent entraver la ralisation des produits portent sur: (i) la lenteur et le manque de transparence dans le processus de passation des marchs ; (ii) laugmentation des cots des travaux ; (iii) le non-respect des spcifications techniques et fonctionnelles dans le cadre des diffrentes applications prvues dans le projet ; (iv) le retard dans lindemnisation des Personnes Affectes par le Projet (PAP) sur laxe Bertoua-Batouri-Kentzou. 4.7.4. Mesures dattnuation : (i) llargissement de la concurrence en tirant avantage de la taille des marchs de travaux, et les rformes majeures entreprises par le Gouvernement par la cration dun Ministre en charge des Marchs Publics ; (ii) la prise en compte des imprvus physiques dans le plan de financement du projet ; (iii) le renforcement de lUnit de Coordination de Projet avec un expert technique en charge de la supervision du projet ; ; (iv) la priorisation des indemnisations des PAP dans la contrepartie nationale. 4.8. Dveloppement des connaissances 4.8.1. Le projet fournira une opportunit damlioration des connaissances dans le domaine des infrastructures TIC nationales. En effet, pour bien tirer des leons de ce projet, un dispositif de suivi valuation sera mis en place par lUnit. En effet, ltablissement des indicateurs dimpact cls avant le dmarrage du projet et lvaluation dimpact la fin du projet, permettront de produire des informations utiles sur les rsultats et les effets du projet. Les leons, expriences et connaissances qui seront ainsi tires de la ralisation du prsent projet, seront gres partir au niveau de la DIR du MINPOSTEL et diffuses dans les rapports annuels et le site Web de la Banque. Elles seront trs utiles, entre autres, dans le cadre de la ralisation du prochain projet CAB. V. INSTRUMENT JURIDIQUE 5.1.Instrument juridique Le projet sera financ travers un prt BAD et un don du FEM accords la Rpublique du Cameroun. 19 5.2.Conditions associes lintervention de la BAD 5.2.1. Conditions pralables l'entre en vigueur L'entre en vigueur de lAccord est subordonne la ralisation par lEmprunteur, la satisfaction de la Banque, des conditions prvues la Section 12.01 des Conditions Gnrales. Le Don FEM entrera en vigueur la date de sa signature par le Donataire et la Banque. 5.2.2. Conditions pralables au premier dcaissement du Prt BAD Outre lentre en vigueur du prsent Accord, le premier dcaissement des ressources du Prt BAD est subordonn la ralisation par lEmprunteur, la satisfaction de la Banque, des conditions suivantes : (i) fournir la Banque la preuve de louverture dun compte spcial dans une banque acceptable pour la Banque, exclusivement destin recevoir les fonds de contrepartie destins au financement de certaines activits lies lexcution du projet et lindemnisation des Personnes Affectes par le Projet (PAP) ; (ii) fournir la banque la preuve de louverture dun compte spcial dans une banque acceptable pour la Banque, au nom du Projet et destin recevoir les ressources du Prt. 5.2.3. Condition pralable au premier dcaissement du Don FEM Le premier dcaissement des ressources du Don FEM est subordonn lentre en vigueur du Protocole dAccord FEM. 5.2.4. Autres conditions LEmprunteur devra en outre, la satisfaction de la Banque, lui fournir : (i) au plus tard le 30 juin de chaque anne, la preuve de linscription dans la loi de finances de la contrepartie de lEtat au titre du Projet pour lanne concerne ; (ii) au fur et mesure de lavancement des travaux et, en tout tat de cause avant tout dbut des travaux sur une zone ne disposant pas encore de rservations, la preuve de lindemnisation des PAP sur cette zone, conformment aux rgles et procdures de la Banque en la matire, au Plan de Gestion Environnementale (PGES) et au Plan Abrg de Rinstallation (PAR). 5.2.5. Engagements LEmprunteur sengage, la satisfaction de la Banque : (i) ouvrir des discussions avec la Banque sur les modalits pratiques de la mise en uvre effective de l accs ouvert la fibre optique prevue dans le cadre du projet dans les six (6) mois suivant le premier dcaissement des ressources du Prt ; (ii) excuter le Projet, le PGES et le PAR et les faire excuter par ses contractants conformment : (a) aux rgles et procdures de la Banque ; (b) au droit national ; et (c) aux recommandations, prescriptions et procdures contenues dans le PGES et le PAR ; (iii) ne pas dmarrer des travaux sur une zone ne disposant pas encore de rservations sans que les PAP dans cette zone aient t compltement indemnises ; et 20 (iv) fournir la Banque les rapports semestriels relatifs la mise en uvre du PGES et du PAR, y inclus le cas chant, les dfaillances et actions correctrices engages ou engager. VI. RECOMMANDATION La Direction recommande: (i) que les Conseils dadministration de la Banque et du Fonds approuvent loctroi, la Rpublique du Cameroun, sur les ressources du FEM, dun don dun montant maximum ne dpassant pas 1.726.484 de dollars EU et (ii) que le Conseil dadministration de la BAD approuve la proposition visant loctroi dun prt BAD de 37.304.000 dEuros la Rpublique du Cameroun pour le projet Dorsale fibre optique dAfrique Centrale (CAB) Composante Cameroun, selon les conditions nonces dans le prsent Rapport. I APPENDICE I: DESCRIPTION DE L'APPUI INSTITUTIONNEL ET DU RENFORCEMENT DE CAPACITES Cet appui institutionnel sarticulera autour du renforcement de la gouvernance sectorielle travers un appui aux reformes structurelles du secteur notamment le renforcement du cadre juridique et rglementaire du secteur travers lAutorit de Rgulation des Tlcommunications (ART), de lamlioration de loffre de formations TIC disponibles (en particulier dans la fibre optique) dans le pays travers lEcole Nationale Suprieure des Postes et Tlcommunications (ENSPT), un renforcement des diffrentes structures en charge du dveloppement communautaire au Cameroun (TCP, CEAC/DAA et CPF). A cela sajoutent plusieurs tudes prparant, entre autres, le prochain projet CAB qui est largement dvolu au dveloppement de la couche applicative aux fins de la consolidation des fondements de lconomie numrique au Cameroun et un appui lautonomisation des femmes. Cet appui sarticulera autour des quatre activits suivantes : i- Etudes: Lobjectif du prsent projet au Cameroun est double. Il sagit tout dabord de mettre en place le substrat en termes infrastructurels (fibre optique, en particulier) pour lancer dfinitivement lessor dune conomie et mme dune industrie TIC dans le pays. Dans le mme temps, les Autorits camerounaises ont souhait inclure dans la prsente initiative les tudes de faisabilit pour un second projet CAB qui a pour but dacclrer la mise profit des gisements de croissance et de cration demplois sous-jacents au secteur des TIC. Cest ainsi quil est prvu, entre autres, ltude de faisabilit complte dun technople TIC incluant la mise en place du premier Datacenter (centre de donnes national), socle du dveloppement de ladministration lectronique dans le pays. Il y a lieu galement de citer la mise en place dun Systme dIdentification Electronique du Citoyen qui permettra de fiabiliser lenregistrement officiel et obligatoire, permanent et continu des faits (naissances, dcs, mariages et divorces) relatifs ltat des personnes et de leurs caractristiques dans un but administratif et juridique depuis la naissance jusquau dcs. Ce volet intgre galement deux importantes valuations sur lutilisation des nergies renouvelables dans le dveloppement des TIC dans les localits rurales, en particulier, ainsi que ltude sur la mise en uvre d'un centre de dveloppement des comptences en fibre optique l'ENSPT. Il comporte galement une tude sur le dveloppement des services financiers mobiles disponibles au Cameroun aux fins de la promotion de l'inclusion financire dans les zones rurales, en particulier. ii- Assistance technique au profit de lART : les trois tudes prvues dans ce volet visent accompagner le dveloppement de la dorsale nationale fibre optique travers un renforcement des capacits de lART afin de contribuer la concrtisation les objectifs de dveloppement assigns au projet (accs des services TIC de qualit et moindre cots pour les oprateurs privs et par ricochet aux usagers ou quils se trouvent sur le territoire national). Elles concernent llaboration: (i) d'un modle conomique sur la fixation des cots d'accs la connectivit nationale et international; (ii) d'une tude sur la rgulation de l accs ouvert ; et (iii) d'un modle conomique sur les seuils de rentabilit du dploiement de la FO dans le pays. II iii- Appui aux tablissements d'enseignement suprieur (ENSPT, Universits de Yaound I, Bamenda et Maroua): Le Cameroun ne pourra compter sur un secteur TIC performant qu la condition expresse davoir sur place une formation de qualit. Or, le pays dispose depuis dune cole, ENSPT en loccurrence, qui forme des techniciens et des ingnieurs dans les diffrents mtiers lis la poste et aux TIC avec toutefois des besoins rels en termes dquipements et de capacits, en particulier dans la fibre optique. La cration dun centre de dveloppement de comptences en technologies et techniques de communications par fibre optique prvus dans ce projet vise donc : (i) crer un cadre optimal dapprentissage, par lacquisition des quipements de laboratoire pour les travaux pratiques sur les communications par fibre optique; (ii) mettre en place un cadre favorable aux travaux de recherche/dveloppement et dIngnierie en Fibre optique, par les tudiants et les enseignants chercheurs; (iii) faciliter la matrise des enseignements thoriques dispenss, en favorisant les manipulations travers les travaux pratiques ; (iv) rendre les produits de lENSPT plus comptitifs sur le plan national et international ; (v) renforcer les capacits des formateurs ; (vi) rduire les cots de perfectionnement des employs des entreprises du secteur en ramenant dans la sous-rgion, les formations pointues en technologies par fibre optique. Le projet comprend aussi ltude et la mise en uvre d'un projet pilote d'accs Internet pour trois campus universitaires (Yaound I, Bamenda et Maroua) afin daccompagner la croissance attendue des services valeur ajoute bass sur la tlphonie mobile avec lintroduction rcente de la 3G au Cameroun. Lobjectif de ce projet pilote tant de comprendre les barrires la pntration de lInternet dans le milieu scolaire, et universitaire en particulier. Il sagira ensuite de fournir un accs Internet scuris sur les trois campus environ 65.000 tudiants travers des rseaux sans fil. Les leons tires de cette premire exprience seront mises profit dans le prochain projet CAB. iv- Renforcement des capacits des TCP, CEAC et CPF : Dans le cadre de la composante FEM du projet visant appuyer les diffrents TCP et CEAC, il est prvu de fournir des quipements solaires, bureautiques et informatiques afin de les rendre pleinement fonctionnels dans leurs missions de lieux de rencontres, formations et daccs des services de base (accs Internet, photocopies et impressions de documents, en particulier au bnfice des tudiants, etc.). Par ailleurs, cette premire exprience visant lutilisation des nergies renouvelables dans ces centres fera lobjet dune valuation afin de la rpliquer plus tard avec des financements de la Banque ou dautres partenaires plus grande chelle. Elle permettra galement dvaluer la faisabilit et la durabilit dun systme pilote de bornes lectriques fonctionnant lnergie solaire aux fins de la recharge des tlphones portables, entre autres, dans les zones rurales. Les rsultats de lvaluation de ce modle seront pris dans le prochain projet CAB. v- Appui lautonomisation des femmes : Afin de contribuer la promotion du genre, le projet prvoit : (i) lappui la conception et la mise en uvre de programmes de formation (TIC, entrepreneuriat, etc.) pour les Centres de Promotion de la Femme (CPF) ; (ii) lattribution de bourses doctorales pour quatre tudiants de lENSPT par an (dont trois tudiantes) sur la dure du projet; et un appui au Ministre de la Promotion de la Femme (MINPROF) dans la mise en uvre de ce volet. De plus, il comprend lorganisation de sessions de sensibilisation au profit des jeunes tudiantes (lycennes, en particulier) dans les filires menant aux mtiers des TIC afin de contribuer la promotion de la parit dans les tablissements publics et privs offrant les formations y affrentes. III APPENDICE II : JUSTIFICATION DU NIVEAU DE LA CONTREPARTIE AU FINANCEMENT BAD DU PROGRAMME Le projet sera financ par le Groupe de la Banque, le FEM et la contrepartie nationale, conformment au plan de financement prvisionnel ci-dessous. Le Groupe de la Banque intervient travers un prt BAD de 29,374 millions dUC, soit au total 80,6% du cot du projet. Le projet bnficiera galement de 1,236 millions dUC sous forme de don octroys par le FEM. La contrepartie nationale a t estime 5,848 millions dUC correspondant 4,872 milliards FCFA, soit 16,0% du cot total du projet. Ce montant de contrepartie reprsente le niveau actuel que le pays peut octroyer. Le niveau de la contrepartie BAD est infrieur 50% du cot total du projet tel que requis par la politique des dpenses ligibles en son paragraphe 4.2.2. Ainsi, conformment la disposition de la Section 4.2.2 de la Politique relative aux dpenses ligibles au financement du Groupe de la Banque (Version rvise du 19 mars 2008), le niveau de la contrepartie gouvernementale pour le Guichet BAD a t dtermin sur la base des trois critres suivants : lengagement du pays mettre en uvre son programme de dveloppement global ; le financement allou par le pays au secteur cibl par laide de la Banque ; le risque de soutenabilit fiscale que font peser la baisse des cours du ptrole ; leffet dviction des dpenses prioritaires par les dpenses de scurit et humanitaire suscit par les menaces du Groupe terroriste Boko Haram dans lextrme Nord dune part, et la crise en Rpublique Centrafricaine dautre part. Engagement du pays mettre en uvre son programme de dveloppement global Tirant les leons de la mise en uvre de sa stratgie de rduction de la pauvret aprs latteinte du point dachvement de lInitiative PPTE en 2006, le Gouvernement a formul en 2010 une Vision de dveloppement lhorizon 2035. Cette Vision long terme du pays, ambitionne de faire du Cameroun un pays mergent, dmocratique et uni dans sa diversit. De manire spcifique, la Vision 2035 constitue le cadre de rfrence pour (i) rduire substantiellement le seuil de pauvret, (ii) atteindre le stade de pays revenu intermdiaire, (iii) devenir un nouveau pays industrialis, et (iv) consolider le processus dmocratique et lunit nationale. Ces objectifs spcifiques ont inspir les orientations du Document de stratgie pour la croissance et lemploi (DSCE) pour la priode 2010-2020, qui couvre les dix premires annes de la Vision 2035. La problmatique majeure de la mise en uvre du DSCE est centre autour de lacclration de la croissance, la cration demplois formels et la rduction de la pauvret. En consquence, il est envisag de (i) porter la croissance 5,5% en moyenne annuelle durant la priode 2010-20; (ii) ramener le sous-emploi de 75,8% moins de 50% en 2020; et (iii) rduire le taux de pauvret de 39,9% en 2007 28,7% en 2020. Pour atteindre ces objectifs, le Gouvernement a fait le choix de mettre en uvre de manire cohrente et intgre, avec lappui des Partenaires Techniques et Financiers y compris la Banque, une stratgie trois axes. Celle-ci comprend : (a) une stratgie de croissance, (b) une stratgie damlioration de la gouvernance et de la gestion stratgique de lEtat, et (c) une stratgie demplois. IV La prsentation de cette opration aux Conseils intervient dans un contexte particulier marqu par la graduation du Cameroun au guichet BAD en tant que Pays Mixte. En effet, au regard de ses performances macroconomiques rcentes, le Cameroun a bnfici dune graduation au cours de lanne 2014 aux guichets non-concessionnels, respectivement de la Banque mondiale et du Groupe de la BAD. Cette double graduation marque la confiance des institutions multilatrales et permet au pays de bnficier la fois des ressources des guichets concessionnel et non-concessionnel du Groupe de la BAD. Elle devrait permettre au pays de financer son dveloppement, en particulier son ambitieux programme infrastructurel de manire moins onreuse. La nouvelle ambition du pays est de passer du statut de Pays Mixte Pays BAD . Financement allou par le pays au secteur cibl par laide de la Banque : Compte tenu de la rcente mise en place de la division OITC.3 en charge des oprations TIC au profit du secteur public, le prsent projet constitue le premier investissement que la Banque compte raliser au Cameroun. Sur cette lance, il y a lieu de noter que le secteur des TIC figure en bonne place dans le pipeline des projets identifis sous le pilier I (renforcement des infrastructures pour une croissance inclusive et durable) du DSP du pays pour la priode 2015-2020. La mise en uvre de la composante camerounaise du projet CAB prouve le rle central que pourrait jouer le pays dans un rseau haut dbit interconnectant lensemble des pays de la sous-rgion. Ceci trouvant sa source dans le poids de lconomie camerounaise en Afrique centrale, mais galement de la ncessit de renforcer la comptitivit du pays, par la baisse des cots de facteurs notamment de tlphonie, auquel le projet contribuera. Sur la base de ce qui prcde, et la demande du Gouvernement, il est propos pour le Guichet BAD de limiter la contrepartie 16,3% du cot total hors taxes du projet pour financer en partie lacquisition des sites techniques, les indemnisations des personnes affectes par le projet, la gestion de la composante relative aux infrastructures fibre optique, les travaux damnagements logistiques inhrents au projet e-Poste, ainsi que les exonrations des taxes et droits de douane associs ce projet. Situation budgtaire et le niveau dendettement du pays : La politique budgtaire sur les trois dernires annes a t modrment expansionniste, en raison des dpenses d'investissements dans les grands projets structurants, en nergie et en transport, en rponse la forte demande en biens et services dans un contexte de relance conomique et de gap infrastructurel accumul sur plus de deux dcennies. La hausse des dpenses est finance prioritairement par les emprunts extrieurs et les recettes ptrolires. Tableau 1 : Indicateurs macro-conomiques du Cameroun 2010 2011 2012 2013 2014 Croissance du PIB rel 3,3% 4,1% 4,6% 5,5% 5,3% Inflation 1,3% 2,9% 2,4% 2,1% 2,2% Solde budgtaire global base caisse en % PIB -1,1% -3,6% -1,9% -4,1% -5,2% Solde du compte courant en % PIB -3,4% -2,8% -3,3% -3,8% -4,2% V Cette politique budgtaire expansionniste qui reste cependant soutenable sest traduite par un dficit budgtaire (base caisse) de lordre de 5,2% du PIB en 2014 contre 4,1% et 1,9% respectivement en 2013 et 2012. Les exercices budgtaires 2013 et 2014 sont marqus par une rforme majeure savoir la mise en uvre dun budget programme, conformment la directive CEMAC N 01/11-UEAC-190-CM-222. Les ratios dendettement sont en de des seuils communautaires. Depuis l'annulation de la dette dans le cadre de l'Initiative PPTE en 2006, le risque de surendettement est rest faible. A fin septembre 2014, le ratio Dette publique sur PIB nominal du Cameroun se situait 19,1%, un des plus faibles de la zone CEMAC, pour un plafond communautaire dendettement fix 70% du PIB. Sur la base de ce seuil dendettement communautaire de la CEMAC et tenant compte des besoins de financement notamment en infrastructures structurantes, de la soutenabilit de la dette au regard de la performance de son conomie, les autorits se sont fixes un objectif dendettement sur la priode 2013-2017 qui ne devrait pas excder 35% du PIB (ce qui correspond 50% du plafond de la CEMAC fix 70% du PIB nominal). Laccroissement annuel de la dette extrieure pour atteindre ce plafond de 35% nobrerait pas les ratios dendettement selon la rcente analyse de viabilit de la dette effectue par le FMI et la Banque mondiale en juin 2014. Sil est vrai que les efforts consentis par le pays ont commenc donner des rsultats positifs, il nen demeure pas moins que la situation reste encore fragile et que laide des bailleurs de fonds demeure pour le pays une ncessit et permettra au Gouvernement de tenir ses engagements budgtaires. En outre, cette aide quoique non concessionnelle est moins onreuse que celle offerte par le march et contribue ainsi une meilleure gestion de lendettement. 2 Cette directive relative aux lois de finances institue le passage d'un budget de moyens un budget programme VI APPENDICE III : INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS Anne Cameroun AfriquePays en Dvelop- pementPays Dve- loppsIndicateurs de Base Superficie ('000 Km) 2011 475 30 323 98 458 35 811Population totale (millions) 2013 22,3 1 109,0 5 909,3 1 252,8Population urbaine (% of Total) 2013 53,2 40,2 47,7 78,3Densit de la population (au Km) 2013 42,1 46,9 70,7 23,5Rev enu national brut (RNB) par Habitant ($ EU) 2012 1 170 1 719 3 815 38 412Participation de la Population Activ e - Total (%) 2012-2013 38,2 37,4 67,9 72,1Participation de la Population Activ e - Femmes (%) 2012-2013 46,1 42,5 38,6 44,6Valeur de l'Indice sex ospcifique de dv elop. humain 2007-2011 0,515 0,502 0,694 0,911Indice de dv eloppement humain (rang sur 187 pay s) 2012 150 ... ... ...Population v iv ant en dessous de 1,25 $ par Jour (%) 2007-2011 9,6 40,0 20,6 ...Indicateurs DmographiquesTaux d'accroissement de la population totale (%) 2013 2,5 2,5 1,3 0,3Taux d'accroissement de la population urbaine (%) 2013 3,6 3,4 2,5 0,6Population ge de moins de 15 ans (%) 2013 43,0 40,9 28,3 16,4Population e de 65 ans et plus (%) 2013 3,2 3,5 6,1 16,8Taux de dpendance (%) 2013 77,9 77,9 52,4 49,9Rapport de Masculinit (hommes pour 100 femmes) 2013 100,0 100,0 103,3 94,4Population fminine de 15 49 ans (%) 2013 23,7 24,0 53,1 45,2Esprance de v ie la naissance - ensemble (ans) 2013 55,1 59,2 68,4 77,8Esprance de v ie la naissance - femmes (ans) 2013 56,2 60,3 70,3 81,2Taux brut de natalit (pour 1000) 2013 37,3 34,8 21,2 11,2Taux brut de mortalit (pour 1000) 2013 11,7 10,4 7,6 10,4Taux de mortalit infantile (pour 1000) 2013 72,8 61,9 39,8 5,5Taux de mortalit des moins de 5 ans (pour 1000) 2013 114,2 97,4 56,3 6,6Indice sy nthtique de fcondit (par femme) 2013 4,8 4,6 2,6 1,7Taux de mortalit maternelle (pour 100000) 2010 690,0 415,3 240,0 16,0Femmes utilisant des mthodes contraceptiv es (%) 2013 27,8 34,9 62,6 71,3Indicateurs de Sant et de NutritionNombre de mdecins (pour 100000 habitants) 2004-2011 7,7 47,1 117,8 297,8Nombre d'infirmires (pour 100000 habitants) 2004-2011 43,8 132,6 202,7 842,7Naissances assistes par un personnel de sant qualifi (%)2006-2011 63,6 52,6 66,3 ...Accs l'eau salubre (% de la population) 2012 74,1 68,8 87,2 99,2Accs aux serv ices de sant (% de la population) 2000 80,0 65,2 80,0 100,0Accs aux serv ices sanitaires (% de la population) 2012 45,2 39,4 56,9 96,2Pourcent. d'adultes de 15-49 ans v iv ant av ec le VIH/SIDA 2012 4,5 3,9 1,2 ...Incidence de la tuberculose (pour 100000) 2012 238,0 223,6 144,0 23,0Enfants v accins contre la tuberculose (%) 2012 81,0 83,0 81,5 96,1Enfants v accins contre la rougeole (%) 2012 82,0 74,0 83,0 94,3Insuffisance pondrale des moins de 5 ans (%) 2005-2012 15,1 19,7 17,0 1,4Apport journalier en calorie par habitant 2009 2 457 2 481 2 675 3 285Dpenses publiques de sant (en % du PIB) 2011-2012 1,6 2,9 3,0 7,5Indicateurs d'EducationTaux brut de scolarisation au (%) Primaire - Total 2012 110,6 101,9 109,4 100,9 Primaire - Filles 2012 103,2 97,9 107,6 100,6 Secondaire - Total 2012 50,4 47,4 69,1 100,2 Secondaire - Filles 2012 46,4 44,0 67,8 99,7Personnel enseignant fminin au primaire (% du total) 2012 51,2 46,6 58,0 84,3Alphabtisme des adultes - Total (%) 2010-2012 71,3 62,0 80,3 99,2Alphabtisme des adultes - Hommes (%) 2010-2012 78,3 70,7 85,9 99,3Alphabtisme des adultes - Femmes (%) 2010-2012 64,8 53,7 74,9 99,0Dpenses d'ducation en % du PIB 2011-2012 3,1 5,3 4,3 5,5Indicateurs d'EnvironnementTerres arables (en % de la superficie totale) 2011 13,1 7,6 10,7 10,8Taux annuel de dforestation (%) 2000-2009 0,9 0,6 0,4 -0,2Forts (en % pourcentage de la superficie totale) 2011 41,7 23,0 28,2 35,0Emissions du CO2 par habitant (tonnes mtriques) 2010 0,4 1,2 3,0 11,6Source: Bases des donnes du Dpartement des Statistiques de la BAD; dernire mise jour: Mai 2014Division de la Population des Nations Unies, World Population Prospects: The 2012 Revision; Banque Mondiale WDI; ONUSIDA; UNSD; OMS, UNICEF, WRI, PNUD, Rapports nationaux.Pour tout intervalle donn, la valeur se rfre l'anne la plus rcente disponible dans la priodeNotes: n.a. Non Applicable ; : Donnes non disponibles. CamerounINDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS0102030405060708090200520062007200820092010201120122013Taux de mortalit infantile(Pour 1000 )Cameroun Afrique2,32,42,42,52,52,62,6200520062007200820092010201120122013Taux de croissance dmographique (%)Cameroun Afrique111213141516171200520062007200820092010201120122013Esprance de vie la naissance (ans)Cameroun Afrique020040060080010001200140016001800200420052006200720082009201020112012RNB par Habitant $EUCameroun AfriqueVII APPENDICE IV: SITUATION DU PORTFEUILLE DU CAMEROUN AU 31 MARS 2015 SECTEURS PROJETS Date Approbation Date Signature Mise en Vigueur Satisfaction dcaissement Date 1er dcaissement Clture Financement Banque (en millions UC) Prt BAD Prt FAD / FSN Don FAD Taux dcaiss. Gouvernance Projet Cadastre (PAMOCCA 1). 15.11.2010 05.01.2011 17.05.2011 10.02.2012 21.03.2012 31.12.2015 7,00 16,40% Projet Cadastre (PAMOCCA 2). 17.12.2013 08.06.2014 29.10.2014 29.10.2014 30.03.2018 5,00 0% Transport Projet route Kumba-Mamf 21.11.2012 09.02.2013 16.09.2013 07.11.2013 27.01.2014 31.12.2017 47,26 17,30% Programme routier 1 : Batchenga-Lna 26.11.2014 28.03.2015 123,039 12,45 0% Eau et assainissement Projet d'assainissement de Yaounde (PADY 2) 19.06.2013 11.09.2013 17.03.2014 01.10.2014 13.11.2014 31.12.2018 20,99 0,72% Projet AEPA - Semi urbain 28.01.2009 13.05.2009 02.11.2009 28.05.2010 14.10.2010 31.12.2014 40,00 27,68% Projet AEPA Milieu rural 12.05.2010 29.06.2010 14.04.2011 02.05.2011 21.09.2011 29.02.2016 10,00 4,63 59,60% Energie Renforcement des rseaux lectriques de transport et de distribution (PREREDT). 15.09.2010 15.10.2010 20.04.2011 22.01.2013 25.02.2013 31.12.2015 31,64 8,89% Amnagement hydrolectrique Lom Pangar 10.11.2011 18.01.2012 14.06.2012 14.12.2012 25.07.2013 31.12.2017 44,93 2,26% Agriculture Appui infrastructures rurales - Grassfield 2 23.10.2013 16.12.2013 10.04.2014 15.09.2014 07.10.2014 31.12.2019 13,61 3,19 1,44% Urgence Aide humanitaire aux rfugis 13.01.2015 13.07.2015 724,91 0% Secteur priv Chantier naval et indust. (CNIC) 12.12.2002 02.06.2003 29.04.2005 29.04.2005 13.05.2005 31.12.2014 29,48 41,67% Programme Investissement AES-SONEL 10.05.2006 08.12.2006 13.02.2007 15.02.2007 20.02.2007 31.12.2020 53,17 100% Usine thermique de Dibamba 28.04.2010 11.05.2011 11.05.2011 15.07.2011 22.07.2011 01.06.2023 19,74 100% Usine thermique de Kribi 15.07.2011 22.12.2011 22.12.2011 27.08.2012 13.09.2012 15.11.2025 25,33 100 % Rgional Environnement Sauvegarde Elphants dAfrique centrale 22/07/2013 16.12.2013 11.11.2014 16.01.2015 31.12.2017 0,25 0% Rgional Energie Etude interconnexion Tchad - Cameroun 07.10.2013 29.01.2014 03.09.2014 23.10.2014 15.12.2014 31.12.2016 1,25 15,75% Rgional Transport Facilitation transports corridor Bamenda - Enugu. 25.11.2008 13.05.2009 04.11.2009 01.12.2009 24.12.2009 30.06.2017 90,39 45,18% Facilitation transport corridor Brazzaville -Yaound (Route Ketta Djoum) 25.09.2009 11.01.2010 29.03.2010 13.02.2012 24.04.2012 31.12.2015 59,27 61,21% VIII APPENDICE V: CARTE DE LA ZONE DU PROJET POUR LES INFRASTRUCTURES A FIBRE OPTIQUE Cette carte a t fournie par le personnel de la Banque Africaine de Dveloppement exclusivement lusage des lecteurs du rapport auquel elle est jointe. Les dnominations utilises et les frontires figurant sur cette carte nimpliquent de la part du Groupe de la BAD et de ses membres aucun jugement concernant le statut lgal dun territoire ni aucune approbation ou acceptation de ses frontires.

Recommended

View more >